Vous êtes sur la page 1sur 4

Belleville notre quartier

JOURNAL DU CONSEIL DE QUARTIER

n° 14 JANVIER 2010
E DITO

Nouvelle année, nouveau départ Le Conseil de quartier,


Un nouveau Conseil de quartier pour tous les Bellevillois. c’est vous !
Vous pouvez y participer
I l nous en aura fallu du temps pour re-
trouver nos marques et vous retrouver
vous, habitants du quartier Belleville
termination à pallier le sous-équipe-
ment notoire dans les domaines de la
vie sociale, économique et culturelle.
activement :
• Pour vous associer à la réflexion sur les
questions de solidarité de voisinage (pa-
et lecteurs de Belleville notre quartier. Le Conseil de quartier de Belleville, c’est rents-enfants, personnes isolées, âgées
Oui, le Conseil de quartier avec ses 39 aussi un lieu de débats et de réflexion ou précaires, etc.), trouver ensemble des
conseillers s’est enfin remis en mar- sur ce que nous voulons. Les 40 000 solutions concrètes et humainement en-
che. Depuis un an qu’ils ont été dési- Bellevillois n’ont pas d’autre instance richissantes, contactez la commission
gnés ou tirés au sort, les conseillers de locale pour exprimer leurs besoins et Solidarités
quartier ne sont pas restés inactifs. Le leurs revendications. Le Conseil de ✔ solidarites.belleville@gmail.com
travail des commissions auquel vous quartier, avec ses réunions régulières
êtes tous invités à vous associer a re- • Pour être informés et consultés sur les
et ses différentes commissions de tra-
pris. Vous retrouverez dans ce numéro projets et réalisations d’urbanisme et sur
vail, donne l’occasion de parler ensem-
de Belleville notre quartier un reflet de les travaux de voirie en cours ou à venir
ble et par ce simple fait de se découvrir
cette activité. dans notre quartier, participer à l’amé-
les uns les autres, de dire qui l’on est et
lioration de notre environnement (jardin
Oui, un Conseil de quartier, de mieux s’identifier entre nous.
partagés, végétalisation, etc.) contactez
c’est utile. Nous partageons un espace public et la commission Cadre de vie
Rappelons que c’est grâce à l’action plus qu’un mythe : nous nous devons ✔ cadrevie.belleville@gmail.com
conjointe des habitants du quartier, de de faire avancer ce quartier que nous
• Le conseil de quartier s’associe à di-
leur Conseil de quartier et des élus que habitons et que nous aimons, de pré-
verses fêtes et animations, séances de
des équipements ou des réalisations server ce qui le rend unique, et de
cinéma en plein air, défilé de modes,
concrètes ont pu voir le jour. Ainsi en poursuivre notre rattrapage social et
fêtes de quartier, spectacles Pour être
est-il du complexe sportif Alfred Na- économique. ■
informés et participer, contactez la com-
kache, de l’aire de jeux du Parc de
mission Animation-Culture
Belleville, ou du terrain de sport du
✔ culture.belleville@gmail.com
Square Lucquet. Sans oublier la mise Prochaine Réunion publique :
en place du Quartier vert et de nom- • Pour collaborer à la rédaction du jour-
Assemblée de quartier nal Belleville notre quartier, favoriser la
breux aménagements dans le cadre du
budget participatif voirie, chacun ac- le 27 janvier 2010 à 19h00 circulation des informations entre les
compagné par plusieurs réunions pu- école élémentaire rue Levert commissions, entre le Conseil de quar-
bliques de concertation. tier et les habitants, contactez la com-
mission Communication
Mais le Conseil de quartier ne
✔ communication.belleville@gmail.com
saurait se résumer à la mobilisa-
tion des habitants pour obtenir • La propreté de l’espace public est un
des équipements dont la néces- objectif difficile à atteindre. Pour partici-
sité s’impose au bon sens. per à la recherche de solutions pérennes
avec les services de propreté de la Ville,
Le Conseil et les habitants doi-
contactez la commission Propreté
vent certes poursuivre leur dé-
✔ proprete.belleville@gmail.com

Contact général
vœux ✔ conseil.belleville@gmail.com
Tous nos 10
b o n n e année 2 0 Conseil de quartier Belleville
pou r u n e lois !
s Bellevil Pavillon Nicolas Carré de Baudouin
à tous le
121, rue de Ménilmontant 75020 Paris

Journal du Conseil de quartier Belleville Paris 20e - Janvier 2010


E QUIPEMENT

Une salle R ÉHABILITATION

de sports rue Passage de Relais


des Couronnes Pour que le Relais de poste,
patrimoine d’exception
Après quinze années de mobilisa- bientôt réhabilité, devienne
tion des enseignants, des parents
d’élèves, des résidents du 66 et du un lieu au service des Bellevillois.
84 de la rue des Couronnes, avec le
soutien actif des directeurs des éco-
les du Bas Belleville et du Conseil
de quartier, il semble bien que l’on
D ans le numéro 13 de février 2008
de Belleville notre quartier nous
avons fait part de notre inquiétude de-
tions, dont un micro-trottoir en 2008.
Le vœu exprimé par les habitants à ces
occasions était que le Relais de poste
se rapproche de la mise en chan- vant la dégradation du bâtiment 1-3, devienne « un lieu polyvalent, de ren-
tier d’une salle de sport fermée en rue Ramponeau. La Ville a acquis cet contre entre les générations, un espace
place de l’actuel terrain mi-ouvert ancien Relais de poste en 2001, sans vivant où se côtoient des activités asso-
mi-fermé. projet précis sur son affectation. Suite ciatives, culturelles et commerciales »,
Ce terrain, encastré entre deux à nos multiples démarches, les travaux vœu confirmé par la pétition lancée par
tours d’habitation, dépend de l’école de confortation indispensables ont été le Collectif bellevillois « Sauvegarde et
Maurice Chevalier. Excentré et ex- enfin réalisés en juillet 2008. Avenir de l’ancien Relais de Poste »*.
posé aux intempéries, il lui est peu Cet immeuble du XVIIIe siècle construit
utile. Dans un quartier sous équipé le long de la barrière des Fermiers Gé- Où en est-on aujourd’hui ?
en terrains de sport, c’est un aimant néraux est l’un des plus anciens im- La Ville a décidé de sauvegarder le
pour les jeunes, qui n’hésitent pas meubles du 20e. Il bénéficie d’un em- Relais de poste, donc de le réhabiliter
à escalader les grilles (à leur péril, placement privilégié au cœur du grand sans tarder. De petits logements so-
même après le retrait demandé par Belleville, carrefour culturel de multiples ciaux sont envisagés au premier étage
le Conseil des piques qui avaient nationalités, marqué par sa diversité et et dans les combles. Le rez-de-chaus-
blessé un certain nombre de jeu- l’importance des besoins de sa popu- sée serait destiné à être loué à des as-
nes) pour y pénétrer à toute heure. lation. sociations ou des commerces répon-
Les nuisances sonores engendrées dant aux besoins du quartier.
sont à peine atténuées par le toit en Les Bellevillois ont montré à maintes
textile décidé sous la mandature de reprises leur intérêt pour sa sauvegarde Lors de leurs comptes-rendus de man-
Didier Bariani. et pour qu’il devienne un lieu d’anima- dat, le Maire de Paris et la Maire du 20e
tion et de vie sociale : dès 1998 avec la ont promis une concertation, mais sans
Aujourd’hui, grâce à une mobilisa- Bellevilleuse, en 2007 avec le Conseil donner de date précise pour un comité
tion soutenue, il semble qu’une solu- de quartier qui a agi pour empêcher de pilotage. Il importe aujourd’hui de
tion soit proche. Dans le cadre d’une une cession de longue durée à une so- faire en sorte que ce comité soit rapi-
mise aux normes d’accessibilité de ciété commerciale privée sans contrôle dement mis en place, avant que la des-
l’école, un nouveau projet permet de sur son affectation. tinée du Relais soit un fait accompli. ■
créer une salle de sport fermée, avec
un accès double : côté cour pour Dans le cadre de ses travaux sur la re-
l’adresse
l’école, et côté rue des Couronnes dynamisation du boulevard de Belle- * Pétition à isdeposte
ville, le Conseil a fait plusieurs anima- rl.com /rela
pour les associations et utilisateurs w w w.tinyu
non-scolaires.
Reste à la Ville de trouver les cré-
dits pour la réalisation du projet, et A MÉNAGEMENT
aux habitants d’être vigilants pour
que l’exploitation de cette nouvelle
salle se fasse au profit du plus grand
nombre, jeunes et moins jeunes,
La Petite Ceinture
scolaires ou non. ■ Dans notre prochain numéro, nous aurons le plaisir
de publier un historique de la Petite Ceinture, cet es-
pace endormi abandonné au cœur de Belleville.
En attendant, nous tenons néanmoins à vous faire
part d’un vœu qui sera présenté à l’Assemblée de
quartier du 27 janvier, visant à soutenir le maire de
Paris dans ses négociations avec Réseau Ferré de
France. En effet, cette entreprise publique détient
ces voies et entend faire payer des prix déraisonna-
bles pour des friches qui pourraient être utilisées par
les riverains, notamment par l’installation de jardins
pédagogiques et de jardins partagés, par exemple
au niveau de la passerelle de la rue de la Mare. ■

Journal du Conseil de quartier Belleville Paris 20e - Janvier 2010


C ARRÉ DE B AUDOUIN

Entre
Solidarités
B OULE VARD DE B ELLE VILLE

Vers un marché solidaire ? générations


La ville change en haut de la rue
Implanté depuis plusieurs années au carrefour du boulevard de Ménilmontant, entre la rue de
de Belleville et de la rue des Couronnes, il a été évacué par la l’Ermitage et la rue des Pyrénées,
avec la création d’équipements
police en septembre dernier.
divers qui attirent une population
variée, favorisant la création de
A u départ, ce marché était relative-
ment bien toléré par les riverains.
Installé sur un espace limité, à des
Les commissions Cadre de vie et
Solidarités du Conseil de quartier ont
constitué un groupe de travail chargé
liens entre habitants et entre gé-
nérations.
moments précis, il était perçu comme de prendre contact avec d’autres muni- Ce fut d’abord la réhabilitation
un moyen de survie pour des person- cipalités confrontées à des problèmes formidable du Pavillon Nicolas
nes en situation très précaire. C’est ce similaires (le 18e, Montreuil notamment) Carré de Baudouin, drainant ses
qui ressortait du micro-trottoir organisé et de chercher avec d’autres acteurs du quadras… mais pas seulement.
par le Conseil de quartier en 2008 : Il quartier des réponses respectueuses Le jardin devant le Pavillon a vu,
y a les clandestins là-bas qui vendent de la diversité des populations et sus- dès son ouverture au public,
des trucs, ils n’ont pas le choix, c’est ceptibles d’aider les personnes en diffi- l’arrivée en nombre de person-
pour vivre. culté plutôt que de cacher la misère. nes âgées ainsi que de bébés et
Quelques pistes envisagées : mieux d’enfants. Un peu plus bas dans
Une évolution préoccupante connaître les populations concernées la rue, à la nouvelle résidence du
Mais depuis quelque temps il était (vendeurs et acheteurs), créer des CROUS, revêtue de panneaux
devenu un véritable problème pour le halles de la solidarité, redynamiser le bleus et inox, habitent quelques
quartier : les étalages au sol, presque boulevard de Belleville par des anima- 88 étudiants qui pourront profiter
quotidiens, avaient gagné du terrain. tions, espaces de repos ou de jeux qui des cafés et lieux de musique tout
Un nouveau type de commerce plus ou permettraient une occupation positive proches.
moins licite s’était développé à côté de de l’espace public… Tout habitant peut Ajoutons à cela la création pro-
celui des premiers occupants… S’en se joindre à la réflexion du groupe en chaine d’une crèche de 66 ber-
sont suivies des nuisances de plus en contactant les commissions concer- ceaux et d’une nouvelle résiden-
plus difficiles à supporter pour les rive- nées. ■ ce étudiante, à l’emplacement du
rains : immondices sur la chaussée et foyer rue de Ménilmontant et de
les trottoirs, faits de violence qui ont la Maison des apprentis (intégrée
fait naître un sentiment d’insécurité. au projet) donnant sur le jardin. Le
Plusieurs associations de riverains se Conseil de quartier a été associé
sont alors constituées pour protester au choix du projet et attend sa
et demander une intervention des ser- réalisation d’ici 2012.
vices de police et des municipalités
concernées (les 10e, 11e, 19e, 20e arron- Une question demeure, celle de
dissements). l’affectation de la maison située
au coin de la cité de l’Ermitage.
Des solutions à long terme ? Celle-ci, propriété de Paris Ha-
Certes, la situation imposait, dans l’im- bitat, devait devenir le logement
médiat, des mesures fermes mais cel- du gardien des deux résidences
les-ci ne règlent pas le problème de étudiantes (l’actuelle et celle en
fond. Ce type de marché se reconstitue projet). La locataire très âgée de
déjà ailleurs, car il n’est que le symp- la maison ne veut pas être relo-
tôme d’un malaise social qui s’aggrave. gée par Paris Habitat. Un collectif
Le Conseil de quartier insiste sur la de soutien s’est mis en place, et
nécessité de ne pas faire l’amalgame ses efforts ont déjà aidé pour que
entre une dérive vers des pratiques lou- «l’intergénérationalité» ne s’arrête
ches et ce qui résulte d’une situation de pas à 80 ans ! ■
pauvreté alarmante.

Apprendre le français à Belleville


La commission Solidarités entend prolonger l’esprit et les sont d’origine non francophone, a été remise à jour
l’action du Conseil sortant notamment pour encoura- pour l’année 2009-2010 (contacter la commission au
ger la solidarité de voisinage. La brochure Apprendre 01 77 32 21 99 pour en recevoir un exemplaire). Une diffu-
le français à Belleville qui recense tous les centres de sion plus large au niveau de l’ensemble du 20e est à l’étude
proximité pouvant aider les personnes qui ont des dif- avec les membres du Comité d’Initiative et de Consultation
ficultés avec la langue française, notamment lorsqu’el- d’Arrondissement qui regroupe élus et associations. ■

Journal du Conseil de quartier Belleville Paris 20e - Janvier 2010


C RÉ ATION ARTISTIQUE

Je me souviens…
d’une fresque
Bientôt terminée, la fresque rue des Couronnes comprendre. J’ai été particulièrement
touchée par ce jeune enfant lisant d’un
associe mémoire de quartier et création contemporaine. trait, à la demande de sa mère, le « Je
me souviens »*, inscrit sur le mur de la
L es domaines d’intervention du
Conseil de quartier sont multiples,
mais parmi les plus visibles sont les in-
ves, intempéries), mais la fresque est
depuis quelques mois presque termi-
née, pour le plus grand bonheur des
façade et je pensais à Perec, à peine
plus âgé que ce garçon, découvrant la
mort de ses parents, toile de fond pour
vestissements qu’il fait sur sa dotation Bellevillois. toute son œuvre.
propre. Le Conseil de quartier Belle- L’essentiel est là : panneaux réalisés
ville a été particulièrement actif lors de C’est surtout les travaux sur la grille qui
sur les façades de la bibliothèque et l’ont mise en proximité directe avec les
la dernière mandature, acquérant du un message de Perec peint sur la grille
matériel sono et scénique pour les ani- habitants. J’étais surprise par tous ces
rue des Couronnes et dont les pas- jeunes qui s’arrêtaient pour me féliciter,
mations du quartier, et en créant une sants découvrent le sens caché par
œuvre artistique pour un équipement pour me dire « chapeau, madame, c’est
anamorphose en marchant. Restent bien ce que vous faites ».
public important du quartier. à venir deux inscriptions réalisées en
D’autres émettaient des vœux, comme
Animation-Culture

Notre numéro de février 2008 présen- tubes néon. Bref, l’aventure continue,
tait ce projet de fresque sur le thème sans date prévue pour une livraison celui d’incorporer d’autres alphabets
de Georges Perec sur la façade de la définitive du projet. représentatifs de la diversité de Belle-
bibliothèque municipale Couronnes, ville. Voudrait-elle se relancer dans un
Nous avons sollicité de Federica ses tel projet ? Je dirais oui sans hésiter !
en évoquant les obstacles rencontrés
impressions lors de la réalisation de
avant que le maire de Paris ne valide le En attendant l’installation des éléments
l’œuvre. Elle en appréhendait l’exécu-
projet de l’artiste bellevilloise Federica lumineux du projet… patience ! ■
tion : comment la jeunesse turbulente
Nadalutti.
de Belleville allait-elle réagir à cette
La réalisation de la fresque, annoncée *Nombreux sont ceux que cette inscription inter-
jeune femme artiste travaillant dans la pelle : si «Je me souviens» est la devise du Qué-
en février 2008, n’a commencé qu’en rue ? En fait, ça s’est super bien passé. bec, c’est bien entendu également le titre d’une
février… 2009 (lenteurs administrati- Le public de la bibliothèque essayait de œuvre de Perec.

I LS FONT VIVRE B ELLE VILLE

Percussion Art temps, de la coordination des mouve-


ments, il s’agit de se donner une autre
• des rencontres avec les jeunes de la
rue pour les amener à se joindre aux
manière d’avoir des repères, et de se ateliers (20e tambour)
présente son projet poser des limites. Un projet nouveau et original est en
Depuis neuf ans l’association Percus- cours de préparation, intitulé Belleville :
sion Art agit en direction des jeunes
des quartiers populaires de l’Est Pari-
w Rompre avec l’enfermement
social et culturel des jeunes
de l’Est parisien
150 ans d’espace partagé. Ce projet
cherche à mettre en relation les pro-
sien. Ses activités se sont dévelop- fessionnels de métiers très différents
pées autour de l’idée que la musique Beaucoup de jeunes des quartiers de présents à Belleville : métiers d’écono-
était capable d’être un puissant vec- Belleville, de Charonne (Porte de Mon- mie courante (restauration, commerce, mise en page et impression : arcadia

teur d’intégration. treuil), de Saint-Fargeau à qui la rue transports, etc.) et métiers d’art ou liés
n’offrait bien souvent que la tentation aux nouvelles technologies (musique,

i Découvrir règles et rythmes


de différentes cultures
de la délinquance, se sont rapprochés
des structures existantes (centres
vidéo, informatique, etc.). Le travail
en commun se concrétiserait par un
La percussion est l’instrument de la sociaux, clubs de prévention) en par- « forum de cohésion sociale » : journée
pondération et de la ponctuation : elle tenariat avec l’association Percussion d’animation et d’information qui pré-
est viscéralement liée au développe- Art. senterait à la population de Belleville,
ment du corps et sa pratique parti- côte à côte, les différents aspects de
cipe à la régulation des pulsions tout
en favorisant l’éclosion de m Percussion Art propose
différentes activités
ces métiers. ■
Contact : percussion.art@wanadoo.fr
potentialités artistiques. • des ateliers de formation musicale
La percussion est donc batterie et percussions
un moyen de refréner Belleville notre quartier
• des pratiques de percussions liées à
certaines conduites Le journal du Conseil de quartier Belleville
un sport ( Perc’up foot)
à risques : à tra- Numéro 14, janvier 2010
vers l’appren- • des rencontres autour du rythme vi- Pôle de démocratie locale. Mairie du 20e
tissage du sant à l’épanouissement des jeunes ✆ 01 43 15 20 14 pdl20@paris.fr
rythme, des (Le voyage en rythme)

Journal du Conseil de quartier Belleville Paris 20e - Janvier 2010

Vous aimerez peut-être aussi