Vous êtes sur la page 1sur 229

La Bibliographie

politique du Sr Naudé,
contenant les livres et la
méthode nécessaires à
estudier la politique
avec une [...]
Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Naudé, Gabriel (1600-1653). La Bibliographie politique du Sr Naudé, contenant les livres et la méthode nécessaires à estudier la politique avec une lettre de M. Grotius et une
autre du Sr Haniel sur le mesme sujet, le tout traduit du latin en françoi.... 1642.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la
BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :
*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source.
*La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits
élaborés ou de fourniture de service.
Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.
3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :
*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans
l'autorisation préalable du titulaire des droits.
*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque
municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.
5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur
de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.
6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non
respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.
7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

'————

r.
i

-—

.)..J

.lA..

BIBLIOGRAPHIE

POLITI

CIV
S,

fxires
Anec

vne
vnc

la

à cflndier
Lettre

de
du

autre

necef*

Politique.

Monficur
Grotius,
ifeur
Haniellurle
fubiet.

du Latin

aduit

A
Chez

méthode

liures&la

Jnefmc
Le

D V,

NAVDEO

les

Contenant

E

en François*

PARIS,

lavefue

G v 11

de

rue S. Iacques
------.-..-- - M.

DC.

r Av MF. * ELE*,

à la Croix
.,.t_--XL I.Y.

•sfucc Vttmlij'*

cH)!'.

&

.

vous enuoye que vous vouliez Muir. Butfque stre moyen ceft far livre voque le le '4 B ibltogr aphte Por de Mûnfeeur Naude. eft venu a ma cognolabce. ie le Uure tout traduit. ONSIEVR. En effet ne çonttr . beaucoup plusquevous l vn Car pour (impie Qatar uie^jlemandi* logue des liurcs de celle B ibliographie.A MON S I DE LA IV LVR GRANGE GV ENA Y. que te m'acqui'tit littque ie ne ce [le obligatioyvnpeu plus tard que vous auots promis :maû aufit vouijroune nïauerez je.. il eft premièrement bien raifonnable qu? te fatisfajfeau deftr ce qu'il tonque vous AlItZ de fça*c*r Il rj1 vray de tient.

ie fuis bienfafché que qu'il faille la diminution vous!a receuiez auec de . le vous en remercie de tout auoir de & fouhaiterois mon crtUfy quoy vous en faire vne tu fie rétribution Mais ue vous m auez réduit à vous papuis q eue de yerde fyimonnoyemefmeque i'ay vous. vne tra- guoy qu'en ici* que VÔUS ne defirie^teme gar- que cefoit bien pourtant de croyre i"Jt affez pour fat is faire auxo bligations que te vous ay\ principalement à celle du fouuenir que vous auez eu de mon cakivet en d'Italie > et où vous 4vc/lre voyage uez apporté tant liures pour de beaux l'enrichir.ttant les que nomsré* faift M$n(ieurT{jiudê à efiudier Jcrutr peuuent auec l'ordre leuz'yie n' eflre v/ilr félon fans deray plus que qui la lequel ils ay pas cru que l* vn ftiftrejoudrc duction entiere. cf co mmefi elle auoit pajjcpar les mains la trou- d*j faux monnoyeurs} que vous de la bonté de uiez & prince empirer. fi" tiltre 5 defon poids y& de fes autres .d qui (jr fejl à vous en donner t Autre. ftttt le iugement desAutheurs Politiquey cfoitltnt e lire vous deuji ce m'.

bien que vous ri ayc\f as la connotjfana des langues detoti. fettueufe pourtant que fait vous ne que laijferez pas d'y rectnnotfire veu vous auez ce ri efi pas fansfubiet que les Italiens attendre auectant d impaEt tience la publication de cet ûuurage. mm Cefi qualité^ encore daUtwt âge vn vue demoç de renejprit.lIens t & d' E¡:' ajfe^deFrançois fagnolsy vous pour rendre vn grattd' vus donner fi vom voulez* & de lesjeuil la peine de les rechercher. Vota y verrez en femblablcment Politique y ajfezmauu afesrtthmesFraçotfes des vers latins que M.\ les Au t heurs qui à y trouvent la neantmoim nommrdont vulplus part fent traduits aux langues vom y en vencontrerez gAires. pourtant . Il' t. Apres tout pour[uppleer enco* .plus excellentes du temps. le ter. le (ens femez co- de fleurs en diuers endroits Ce que idy faift non pas A deffein de paffer pour Pvê 'fermais pour ri y defirer l'inlaiffer rien doc vous pui fiiez teïligece.plu* capable de gafier que dre meilleur ce qu'il m Ame. Quelque de fma veijion. Nau dé a rne de belles fon difeours.

Voftre très humble CHALLINE. lettre en cela vous ne Il'O.ïadquelque façon âmes défauts ioujle à la Bibliographie de Aionfieur du la mefmem. dufieur H aniel.a~ Naudé y comme efiant ve en tiereja fieur traduction Grotius i^mbajfadeur & f ex/rAjél d'vne lettre de Mon- du M entier à Monfieur pourle Roy en Hollande. au fieur de Meclebourg 5 qui contienConfit lier nent des mcthodes d'efiuparticulières dier entre autre s Si cho^s la Politique. feruitcur . en François d*vne autre Vvittcn. .IIez quoy vous fatisfaire 5 moins de la protection fire toute pas encore decontentez vous au d'e- que iefais ma vie. MONSIEVR.

au Bailliagefir GegePrcfidial de Chartres.Rf':" cuyer Sieurde Mtflalain.co»iioinac:mcRt.L & féaux Confeillers les gens tenant Anosamez nos Cours de Pai lethent. qu'il defircrou faire imprimer s'il aucic (IIr ce nos Lettres neceflaires qu'il nous à teeshumblement fupplié luy accoider. nous a faitt très humblement remontrer qu'il a traduit de Latin en François m liurecompofépar le Sieur NÀv Da' t intitulé B IBHOCRAPHH Po TI T 1 Qjr I. vendre.noft:re Confeiller & Aduocat. contenant les hures & la methode d'eftudicr enccfle fcience. accomplis. ou debiter Icfdites pieces durant ledit temps. Salut.Priuilcge du RD]. OVÏSPÀRLA GRACH DEDIER R VY DE ÎRANCH ET DE NAVARRB.Noftrecher &bien aniéc HAILU CHALL'Nl. de . Nous luy auons permis & permettons par ces prefentes de fairr imprimer partel Libraire que bon luy fembliralefditcs picces. êc autant defois qu'il voudra durant l'efpace de cinq ans entiers &:. à peine de mH liures d'amende.ou frparf'mrnt. A cescaufes pour traiter fauorâbl inent ledit eipofant. fous quelque prétexte que ce foit. lanr le confentemcntde reïpofant . d'imprimer. Sede noltre tres-cher frere le Duc d'Orleans . qui a pris la peine de ttaduire vne piccc fi nectïTaire en nofirc langue . faifant tics expreflès dcfFcnccs à touou condition tes perfonnes de quelque qualité qu'elles foient. enfcmble vn Panegyrique de la villt de Chartres prononcé par ledit Challine.en telles maJ gcsli caradteres qu'il iugera bon eftre. oudu libraile qui aura droitft de luy . & tout autres nos lu* fticlcrs & Officiels qu'il appartictidra.. faire imprimer.

& tant preiudice d'icellcs.:. à condition on mis leta deux exemplaires en nolic Biqu'il l'tH.amnt quelescîpofcrcnventc. Car te 1e(t noftre plaifir ) nonobi-\ant oppolitions ou appellations quelconques. & de tous dci'pensdcmmage»6t. Pas le Roy en fon Confcil. tous ex ploita nccdiAires.confîfcation des exemplaires c-entrefiaias-. hl qucpublicque. flcvnen cellt de notfte tres. clameni de & autres chofes à Haro. thei &féal le .Donné à Paris le 7. Charn ccltcr di France .mettant an commencement ou à Jafin uc fdi nspiccfs vnbiief extrait desprefentes . chenal îer. DENÎSOT . et es loimt fenuti pour deuement (igni* fiérs. cr cotiti airri . fans demander locune permillion. à des prcletues. Chiffre. 10llr de lanuiet 1*41. int rcHs.iClHs. Normande. il fraudons au premier ncfiicHuifïier ou àcigent fur ce requis. Du contenu defpeine de nullité qtiillcs voulons que.F G* là R. defaite pour l'exécution des prefentes. & de noftrc Rcgnt le trente deux.

& XLIl. methode pour la eftudier Polttique. DC. PARIS. fi M. François par . Auec vnc de Lettre rExtraiddVnc Monfieur autre du lieur fur le mefme : Le tout traduit - en CCE.D.M. Hamcl fubict.LA BIBLIOGRAPHIE DV POLITIQUE SIEVR la Contenant NAVDE'.S. 4e Ltin A Grotius.

.

Gille de Prieur D V CLV E tuire dit Papa ÔNSlËVfti Parccqiie uez.&de mcfmc rhence pàr icreçois part. l'aiioir pour pcrimcntéiquci'ây de djucrsLiures.} Protons 6 S. que ex- affez fouuent ta cognoiflance d'Ef- quantité deniadcz. criuains3vousme preffez voùsfçi- aucc beaucoup Continuellement & In'cri vehegrande de lettres que de voftre les icvouscmioye A ij noms» .1 1 LA BIBLIOGRAPHIE L 1 T o p I 'NAVt)E'. SIEVK Jt MONSIEVK G A F A R E £ .

encore point > chacombien eft neccffaire5 perfonne que non n'ignore. vous fcience que la fcience parlafliez maintenant bien deflein il faut. coup par Monfieur .4 ou pluftoft i'eftime vous aucz & auec que : que cun l'économie eftre vtiles d'eftudier celle puifquc feulement orné de beraux. auecvn foingtres- & appris fortes toutes de difcipiines. comme . auec communiquer importantes l'entretenir de aux fa heu- de ce qu'il y a de plus bonnes les lettres. turellement pourauoir la vérité. Politi. dire Et pour vous n'en qup comme méthode voit au de ceux enrichi arts li- de la langue comme eftant nade fciences.Thuillerie Ambaffadeur du Roy vers la Sereniffime de Republique Venife. parfaitement des la cognoilfancc & mcfmcmcnt mais Hebraïque. efté choifi entre beau- diligent vous n'ayez de la d'autres.& res derelafche curieux Pourmoy dans qui ne I. luy des pour affaires pour charge. me rccognois pas .

quelque tres m'euffent legerc Autheurs. a quoy (cachant me lens véritablement que en fufpens refoudre.& ic fois très dit: vous rendre car encore fuft amour qu'il que Tard ente vray des liuresqui m'a trauaillé dés mes & m'a donné années. le l'efprit ne tout- qui veulent me très tres pauure. tecaire elle & la charge encore de Biblioqui m'a dés il y a long.ie demeure ou d'ardeur. amitié nous.temps donnée lcPrehMonfieur par dent de Mefmes.& depuis rEminentiflîme feigneur par MonCardinal mon Mecene de Bagny & bienfattegr.is. quoy que à & très pofè prompt toute forte de feruice: chetif. plus tendres vne forte inclination à les rechercher . remplies acquis des depuis Cabinet des & desBibliodeMeflieurs A nj les .i le tel que me demandez defir ce qucvoiis Manoir auectant la r eciproque a efte entre jours ie fo.neantmoins ans deux efloigné liures que i'ay tequesbien libéral cognoifTance eftant du a Paris.

de celles font en fi grand paré qui & fi bien la nombre. &ç de tant de tiltrcs le plus habille homme cftanc mefine ayde parla & les maniant artificielle. c hofes.4 de Moreau. Si de mes autres & mefme citant leamis. Dupais. il y a grande de ligres. fej qui s'y faid: en grande de la nier que de l'eau conduit ingenieufement dans de petites canaux fçs qaareesjou qui Cere- appellée cftreen peuffe dans ccflc fecoqru parlefquclsie que forte l'on à voftre & viuant où prife.. Cordes .& ment mais iz abondance certains ville de pour- defu. differens du que monde memoite tous les iqurs nir? Mais pourroici encore comment rois je fatisfairc à prefent en la cftoit uia& anciennement Phicocle. fournies dans ville de Roincy comment fepourroïc ilfaire. non feule- d'hommes e de toutes fçauans quelentre.eftant Ccruic) difette mefrr en vn lict.queie wepeufle reflbuuenir de tant de noms. referué rete- peine ronlalaifle par fof- expoféç .

aprcs s'enfaid les vn terres du puis qui vient Et parce qu'il débit dans toutes grand du Pape. difeiplines bien Mais que SO* ic ne les pour fur. que i'aye me de tous reffouuient amitié. cicnsRomains donc Imitant qui Ville an. nelemble qu'il de repaiftre vaines ou vue trop promesses > affiigerpar lo attente v ne à qui ie ngue pcrlonne ne puis rien réfuterai qui trcs liic me brement voudrois donner moy-mefme. Arts..neanc- qu'il mes de ce les auny de coûtes nccefTaires à la vie. les habitans feulement pays icy s'occupent ne tenant fte befogne. ne pouuant baftir fe contcntctenc de pierre. ou Mercure qui confacunt à leur les ces A Bergers vne ima- iiij .7 chaleurs ardentes aux plus leil. vent & à vn petit à (oufler dca-us.& ie ne puis que agréable de cc.. conte les autres tres ché toutes par moins lors voftre tres de voftre face tous monter. à ie me trouue empefces difficultez. de la faire de brique . efforts crainte voulu de conuerfation.

le threfor non mémoire. Si nos brebis En très-bien nouries nos remplfijftnt bergeries 1 threjor > Vont augmentant nofire Pour vnefi bonne aduanture T" te fvusajfeurer Mercure gujenotêste fur or* fèrbnsde le paroiftrepëu choifiraypluftoftde deuant fç auant enuers recognoiffant fant à cet effcét en rendre rentes que tout pas enintention plus riche en bons Liurcs lent Politiques. qui pour mé de l'accompagner. vous les excelicle acqué- la réputation d'homme tres-fage très & les honneurs fçauant. vous fouhaitte.puiffent cfpui. ment rir autres. de la vie Ciles préceptes Puifque . de ma de plus qui. aurtm Si fætllrAgrcgemfuppteuerit) efloo c'eftàdire.s de marbre ge vne blane.félon que vous ou feule- mais des peu terres) en conftituées. tablette auec y attachèrent celte infeription. auec 1 ordinaire ont accoufiu. vous.

qui de tou- ptusrctcuceMaptusdifScite tes les fciences . ordinairement phes. certes fonable pas de pouqui ne (fanét cette il eft très les inftitutiôs prcmiere Morale. de la Philofophie me l'vniquc gouucrnante rai- partie qui comMafcutc . &bien foy-rnefme toufa famille: afin que des eftudes tes criics ne foyent & pas enuoyecs dans les cours des princcs.9 uil e que Ici que. Philofophie cholcs & dans des les liurcs de la les ef- Philofo. par les hico nomiquc.& portees que voir des homes fur eux n?ont qui mefmes.quc afceufc mec bien qui première gouuerner conduire .&qu' il paroift ne s'eft ftoires que iainais perfonne plus employé nier les affaires à ma- heureufement celuy publiques.& pas le cognoiftre. iclon fciences. Grecs politiappellent des diuifîon la meilleure les parties qui dans fa iuent Morale.font enfeignees foubs les noms de l'Etique&dc lOc.ne fins de la fcience foient politiques de cômencer par reuc- pas eft la politique.

& la nature de la de toutes de laForce.to maiftrcfïc de lavie tit chacun de là charge uoir. enfin manifefte & qui rend par fesdiiputes de la Temperance) dr. plus vertus. qu'il fa homme. . & generaletous les hommes . ainfi par faut la & (on fupofcr. rien d'vn à la perfection volonté fe trouuant prec eptcs gno iflfance entendement. entre femmes) les des homes les di. qui retient fiette la volonté tée par qu'elle delicieux uers les dans lors bouillons eil: cnuelopec des voluptez mouuements floter font amis." la pallions ce qui explique les pcrcs entre les maris & les les frères Jcs cogfins. Liberalité) les autres cela vne aucc afin qu ayant de ce qui conceriuLlruétion pleine il ne manque ne la Politique.ce confirmée du bien tels dans co- & du mal. obferuer qui fe doit & les enfans. les citoyens. dans les lacs & que des çà & là. la luflicc. uaent entre quienfeigne entre adueï-X ion de- & de vue ' af- ferme quelle cft agide la cholerc.

& ccux-cy efcholc. t4rqtic du mefpris qu'il tout le peuple 6c de Epiftetc. & lev autres faifoit de d'Athene fa Iuftice. & l'argent. le ne puis pour- . l'a faift de fa frucomme Alexandre galité.comnlC les au- auecvn qui le premier effort a pafIè de l'obfcurité la nature mœurs fon lovent rendu des moeurs. leur par la leur à qui la con- cftécommune:Xcnocrate. des plus ex- Socratc heureux de fc les .JI inftruit fuffifamment eltuit ncr le faux d'auec le vray à difcerlescn- par de la Dialettiquc.que de leurs mœurs.de tinence lacourtifanc Phriné duquel a rendu elle mefme tcfinoignajc.& de sa fidelité Califtenc.Enfin MutloniusJPIu. cIo. Geignements d'entre Encore que beaucoup anciens célébrés & par cellentes tres philofophes par ceftejreigle celle medecine con entre ames.fçanoir qui ne font dables quence grauité des contemplation de qui font fortis à la &PlaXenophô recommenplus pas par les loUanges que leur afailt mériter.

quel le eft fa nature.Tant que tout ce que lailfé ticuliers cet concernant eft contenu au enparticu. tous les maux font parriniufticc.11 tant mauuaire fortu. que de fa prat iquc^&e n lier toutes fortes public.& de bi £ s comme hommes. ny rien qui en ayt efte efcric méthode.n'a Car Se aucc que Platon Macrobe. pas vn Po. dire par quelle pc il eft ariué que les prcceptesqu'ils ont donné de cette matière nous ont cfté Êcmpsjdefortc ptes le feul de tous fions les voir apprendre auec ordre ne l'iniure du tousoftespar en exceque fi vous prcfqnc fuis pas tiennent qu' ne refte Ariftotc.. nousaySt fordâs ces liures enfeigné laquelle ce elle a.il anciens de qui nous puifle plan de cefte fcience. Scies litiques. appellent eferit de la Repu- blique corne delàIuftice. dans autres pas tât ceux les ie qui liures Ciceron. Teophrafte. de de l'opinion Ariftote. arriuct aux contraire rcfpandus faut s'en Autheur les mœurs dans que fur eux ie tiens nous des parle MCln. a .

l'Eutyphon) le Philebus. ôc les deux font qui vulgairement les appelles quels la grande par du fiecle pafié à ures des anciens. de Ill: perfonage precedans peunenc d'vn furcroift qui comblez adiouftece me qu'ont hommes Grec. tout compris fection regard ce qui d'Ariftote il a concerne doârine de Gefte & de la d'autre point les moeurs pu- n'ayant de former Republique obieft que loix &: le: com- la perdiuers dans n'eft dont il venu iufques ouurages a nous des Etiques que les dixliures à Nicomachus. tous tcs autres Hures : Criton me les des Dialogues Au bliques. des commentaires Volfius ne rechercher vertus. liure primé enrichi en Tous les les fera aeftéadiouftéle trcs-dotte liures matière. des fius cftre diligence doâes quelques cmployee aux- Morales.I? non.les (cpt à Eudcmon. pas œu- impremicrcment & depuis en Latin. grandes mcfprifable qu'ont eferit Teophrafte fi l'on de la meP- excellent y .

de la cnGrcc. Enfin Epi& tous les en Ton Enchiridion. d'auoir rang les fçauoir l'Ecclefia* Sapience. comà vn intct- . ) encore uent tiennent les Proucrbes fie. Outre liures > des preceptes concernans quatre cellence ont B.partie tic enLatin fous le tiltre de la vie 'LIll. neque ineu & fes plus de pofé) -.parde l'Abrégé mérité liures facrez. examine chaque &: plus plus de fubtilité que les autres. j'en eufle Autheurs que qui fans de volonté fe trouuentabeaucoup étcte uoir cfté publiés.H peintre . é* tnortù. & mieux qui. la dont ( Cotnpcndium lefquels peufcruir les beaucoup la feule exqui pour iuftement entre mort. Aphrodifce cfté bien feant il a d'Ariftote prcte chofc vices jSccit plus ef- liures remply plus Plutarque ordonné de en qui me des &c cenfeur auec clarté chaleur .&rEcclefiaftiquc^ ladodrine eftfi gencrale conuenable à vn chacun la & fi mc< . de Salomon conqu'ils les moeuts.

aux Deuots. gratte en il y ait d'autheurs rale. perfonnes. dont fentences qu'entre vn prefque fais ce beaucoup qui eftat de veumefmcment parlant. thode Hodius. acquerir Encore fortes aux aux Philofophes.fe d'autho- les modernes nombre efcrit infiny de la More- neantmoins d'en que croyant de quelque c'eftafTés quchegemonius.if que l'on en peut de lOraifonDoininicalej te comme vtiles font qu'ils à toutes Chreftiens.it le doigt les Ce aux quâgrande vu . ie marquer peu. efcriuarlt. monprincipaux aucc d'au- que ie fais confiance que fe fera bien des anciens ie fçay inftruit autheurs . fournirent qu'ils tité Je belles homme peut rité. fi à l'imitation ou de ftre d'vnc quel auec chemins.& yens. pas fans dcnom- feruantà foit en ont propos. foit di- fi exaéte.aux gieux. aux Voilapourquoy l'ônepeut crillic les obmettre en brement de liures. tant plus fe de quequiconque en la dottrinc PaReli- Impies.

qui entiered'vne fciencc & ont noble & plus exquife. Picolomini. A4ouardusjGualandus. fans des auv pafler le moins s'en feruir pour le mcfmc y apporter a de couftume l'on aux diligccc que aucc d'employer autrcsciftlu cs-Ilfcra de s'atacher pourtant comme aux meilleurs. les Alexandre de ceftc traiâé choix de bonc bo heure cftrc peuucnt François. ie compare tres volontiers caufe très . font remplis de abondance la façon de Scncquc ftile à Pre- com- d'vnc fentences il plus & frappe plus .8t pas beaucoup d'vne en Italien fa couftume félon releué. & façon plus force auecvne plus grande d'efprit les deux que tous les autres jfçauoir en premiers mais comme latin. il me veritablement.16 facilement fc pourra ou très. &Ie façon elc- de pleine Pour ccfte grandeur & de maiefté.illuftres cet autheur deux latsFrançois Michel pour me feseffais grande qu'à duVair. femble d'vn n'eft qui ernier gante.&Coeffeteou. de Montagnes.

que Sebaftianus Louis Viues. & qu'il arque. beaucoup de l'ordre plus au detrollS & en ce qui cft Au regard de Pierre de la pureté. de la fageflemcfart les preceptes •îne. qu'auant ciens & diuin. tardam. en foy quelque contient luy tous les thodernes. & Plut que.tl il eft * atitri fotluetit. long trop les auque en 1 eur langue feule- . i8 adurrtis Foxius. il a réduit en & vn grand iugement. les an- chofe de plus eu tous n'ont Pitard Marandéontfemblablcmcnt té quelque méri- loUange.MorErâfme de Pontanus. 8c Iouianus & ce de la Phi. Il cft vray que fon Liure nous tout donne Sene- àlafoisAriftote. en cela ie l'eftilnc Charon. doctrine. que que ge méthode tout à faiét adinK née vnt & auec vne grande rable. le fer ois lofophie richcffes les fiievoulois tres Hir rapporter ont faiâ nations matière cefte inent zilius. Rotous B . plus fale premier aSocrate. comme ayans precedans employé les de noftre 1 anguc A traiéter morale.

dans De . n'eft qui mais le fiile veritablcmenc pas aflez poli pour aiment l'elegance à ceux plaire de Ciceron. a faiélt vn ditlors que des partions cours del Efpit^mais la mefme matière auoit auparauant i'ay efté vn laiflfé traitée petit Lufinus parAltifius ouuragc très clegant. fi fubtillcs. Campala dodrinc ou primatitcz. parThobias fique. dont Adam.il hommes faiét auoient qui l'efprit de beaucoup . & fa Politique. les pcnfées font fi nobles. le nom & les liures t'en fuis forty. amy Thoiiias fuiuant ferôt ceux in. ont cfcrit bien belles chofes de cette fcience.laquelle d'Epiaucc imprimée logifmcjàeftc faPhy. & les raifons qu'elle ne très agréable à manquer d'eftre peut dont ceux tous fageffe. & qui très profitables à tous toufiours eftre veulent parfaitement qui firuits à la nella noftre Morale.à de fcs principes femvne nouuelle blablement compofé fous le tiltre Ethique. Vn qui font certain profeflion Alemand de la dont à Paris.

auec vn cc qu'il tout arauoit precieux. ou il a renfermé de Darius.maig B ij . & toutes & de fon iugemeflt. de de la fécondé de S.*4 Afora- dnimiieiellibusper compcfcendis artem. dodrine. refoudre dans auec plus n'auoit fesMiroirs... abondance vne lide bien Hifiorial. fe peut cft contenu peine fon publié v ne auffi grand e paroles. ce. graue. eft prefque fo- pasfaitt Doétrinal) ce qui à don. fçauoir l'èlegandcplus les perles de fon éfprit. de cent Miroir Beauuais auec Moral. difficulté. fon liurcc dans de la coufie Lipfe: dans la Caflctte comme fiance. & medendt lem rhilofophiam lés Des moyens d'apaifer pallions derefpritparlaPhilofophicMoralc. auparauant auoit laquelle que tout ce Miroir en mefme mots à ce Mo- dans la premiere la fécon& dans partie.Thomas. à ceftê qui rai. Deuant tous c'en à dire l'an J2 55. comme auffi lu& par la Medecine. né de plus licu qu'il mais & bien & Naturel. Vinceux-là. tifice admirable.

s'arrefte Moral Miroir enfin n'cft deBeauuais. propres autre rairon. à Itiy mef. propres.20 nt eftant croire pas neahtmoins cét que de àpropos Dottcur Angélique la fécondé Partie. ait emprunté excellente de fa Somme plus autre Autheur uoir trauaillé Bcllarmin j (lu la refolution doute. me auec ftrie qu'il peut- autre eftre qui pour que l'on ne (fait pas. & d'indude la partie les moeurs : qui côcernc Philofophje Mais il y en a d'autres qui fe défiant de leur on efineus forces.Thomas.quc pas de Vincent plus icune. qui aufli Vincent.& de fon lieu propre. par quelque n'ayant de choie pas ofé produite quelque . arrachée l'ayant a eu alfez de har- àprcfcntqui leurs inuentions beaucoup ont cultiué aaprès de co eft d'vn fe l'approprier pour Ce font là les Authcors fouuient mes & par d'vn ce à croire. Uicflc me. dont il d'eux meC. cefte fécondé Par. s'appclloit & h d'efprjt ccft.mais Autheur quelque a voulu raifon changer tie de S.

theurs. d'efles labeurs. Epiétete. diligemFclicia- il n'y ioinâ diligence B jij a pas pour ce vc- . desEthiques lefquels Euftathius con- principalement qui ont entrepris s'eft en Latin. & onc lefquels très dodcsj commentaires Italienne. theurs. & l'autre fur la dénomC cbes.& & contentez par intelligibles Au nombre de ce qui cft pour prefente. des de les rendre Au.l'on cius & Arian. anciens clairs plus des com- ces de la mettre peut de Au.SI leur fe font inaeDtion) fur les œuures crauailler plus mentaires. aucc Au«-ultin faitt des Mafcardi. mais en cc brement il faut celuy-cy fidercr ceux claircir par liures leurs ierencôtre long auquel temps compagnon Autheur que par la dix entre pour le premier en Grec auec imprime & depuis autres. quelques edé heurcufement& ayant Bernardus ment traduitpar Ïlas. d'Ariftote. matière Simplicommenté qui ont Iuftus Vclrius. table de en langue depuis nagueres en Latin.

Autheur fur li- lequel tres le de queftions curieux.& mais au contraire pas efté pas qu'il auidementktrcsfauorablementreçeu. ) Car Olympiodorus pluftoft dcrnicrc auecraifon. cuft efté tres deux paffcr la d'Autheur tous par ces en Lcidcn le titfe foubs Anonymejl nom 04 quoy auoit eité qui en Hcinfms première aniel na geD les dans prcfque la Méthode fcoUftiqucs ayant . ure Rois. U ce impreflion donne cite Rlioditis. De il faut Grecs Abcn commentaires qu'il a eferitencore Ariftotc.&aprouué Lettres.Enuiron de gens a compofés vn petit Niphus d'lralic)fc aprefent des a- Arabes qui Philofophe de cet qu'en faide Auchcurs. de la béatitude seyant enrichi efté çftmiees plus trouuc par célébré tnains le temps d'enfeigner & outre les de laine. Auguftinus encore des les aux confulter la luy a eu mauuais mal traite.2% ritabl c tTIeÍlt'grandperfo Andronius Heinfius. par le Ineline yant paru à n'eut f n'eut f fuccex.

qui ont de auecvn parlé peu moins corruption que tous les autrcs. mis nOlubrc) fçauoir & Gille Thomas. de Rome.& font qu'ils B iiij vn dc- . auecvn effort inegal fi malheureux fuccez. s'il trois Albert le fa* dirois & ic librcrnent. tres.iii ais qui ont tellement de ce ficfurpaflé 1 e génie cle-la leur dopar leur iugement. fi foible. gaft's. les mefmes liures Ethiquesfuret d'cfcrire çon par cefte nouucllc très expliquez. aycnt l'ont faift d'vnpasfi neantmoins . ctrine & leur fi vous que duliured'Alberc filbtilité. puis n'ont ceux OGerardus. dechofe oftéspcu de l'Hiftoire des animaux.commencé. d'en excepter 21 des perleur m"cft de Grand.S. quelques-vns de- d'hnpcrtincnt. Buridanus. fc font donnés la peine de cenurcs aifement peuucnt noiftre uancé fuft qu'ils & bien comme donus . lire iamais qui leurs recogrien a- ny rien fagement qui ne ima. ils que Burltus. très doéte & tres giné. lanellus & d'au- voulu leurs (iliurc traces.

'd'hommes . Ces autheurs ont efté fuiuis deIoachimis Zuingerus. auf& Pcrioniusjen Lambin. dont acquis vne parfaire Bifantinus Argyrophilus Donatus Acciaiolus vnmanifefte s'eft ma- par crime de plagiaire atIls levons tribué taises à qu'il auoit Florence.iufques ont faiâ à viurc la prife fentir prctansdenouucau comme riftotr. fciences àNicoma- qu'en fi nie s lettres commençans vné aatrevie depuis ftantinople ont doétes dan. Faber taircs. bonnes comme de Con. & derrierejcnfeuehs dans la puanteur les liures auec àce que. & qui pas encore turité .. Cainerarius.comine Stapulcnfis n'auoic core rude pourtant. partie (i les accompagnant de commenen.t4 meurcz bien la fange barbarie. de Simon Simonius.&do de la leaure defquels perfonne iamais n'cil forty que doétc . beaucoup commencé florir ccftc qui des félicité en inter- à la Morale.de plus Lu- . de la partie d'ALiures les ont faia Vatable.

qu'elle dcfpententieremet des des ordinaire du train mœurs. Petrus Viéto- QbertusGiphaniuSjquiiuftctenir la pourroient tous les dod. que reigle ce que ccftc là d'elle pour befogne mefine par fc conduit l'oxpericnce. moins par &par art. l'vfage que & .tant bien facile à viurc fclon cefte traiéter moins . vn bon ordre de donner & vnc bonne à (afamille. des loix. du fcliolics Marc Ne tres Anthoine précédas les Ora- élégant Muret. le premier rius3J JllCnr à trauaillé feulement Qui M fur de liure. des cho[es)du . mœurs. queux & qui vaille Il oft que ie paffc legeremenc temps à ceux niic auec auec celle eft qu'il forme de cfcrit deflfein matière que ont qui bien des de l'Oecono- de paroles. ftanccs particulicrci.gues. au/fi descirconcomme hommes.tes teur aucc autres. pource qui seft àceluy les preceptes de la Morale. les à tous adioufter pouuant de place tdutesfois les fur- qui pasvn Autheur mieux monte.

es lesauarifadeurs.fi ce n'et fpeut-eftre aux recours vouliôsauoir lamo vn eferit memoire la Leo- aufquels quelques ilfetrouue peine qui ait laiffé par au de forte matiere.8c defoubmettreà methode. continuel que exercice faitement les comme font les cieux. l'ellude. domeftique. de tous adonnez les font hommes les de celle cnvnmot & vieillards. ceux qui gain qu'à propres des liures nard de famille. fcience vu qui par (fauent du fecrets leurs Marchans. aétions. (ont ceux qui s'employent toutes ces ignorent ordinairement chofcs & 11.AI & des temps. par- les Peres ne fe faut paseftonner qu'il de l'oeconomie les liures phon. ceux autre quel» furcc nous que Authcurs . mefnage. quelque ioinft de lettres que les hommes qui à eferire. font plutoft & les à Autheur que deux chofe digne moins à faire fi outre dcXeno- d'Ariftoté de de fubiet. qu'il en art . a attaché Aretin beaux. de réduire que impoffible cft prcf.

ce vendre. a remporte toule la gloire qui fe pouuoit efperer de traiéier de ccfte matière. ny temps il pourtant qui eftoit de (falloir.%7 de l'Agriculture. par le tres élégant liureqvi'il «le re familiart. Palladius. ny en quel combien. & autresjlefquelsmcn. & fi diligenchofesqucle à pçnetréiufq^es . le on de ce cel il fait de l'cftat qui concerne vnc fi fi exade te mention çi.. ny cnfcignc.ccffé\ire ejfe ad- quoy. haud ny faut très noftrc vn temps Medecin de Milan. Conftantin. Patrem emacem familias oftimum il n'a point neantmoins Jebert. ne l'ont& encore traité le tout. uerti. ipe à fçauoir ont & qu'vne partie. pas pas traitée car (teIllent:) entièrement ny parfaibien que Caton pour ait ordonné que le bon Pe- exemple famille vede doitplutoftcftrevendeur Vendacem qu'acheteur . Columelle.aiâ à faiét dc fa de plume toutes imprimer de la famil- la faniille. Varron) n'en non ils Caton. De feul LudouicusSeptalius fJf.

& Sénateur dan en Ton Proxenete. il eut defquels fe fuft afqu'il d'Horace ngnumtn tntus in promts AtgnAgtri fcenm%muU IMfMI to lies ex oeulis j qui fignifie A peu Ce qui doitefire tIt. 8e dans fes liurcs de vtiliute de êdutrjîsy capienda ex l'vtilité des adque l'on doit retirer dans nerfitez.tg aux plus Ce pctitesSf aux fecrettes." Ne peut qtf près fsitt derriere infolemmeni te ri- pâroifffe furUfcene Il fm ofter âuxjeuxqnûyquils le . les publiquement dont fecrets les hô- ont defireux du profit de Ce feruir accoutumé pour amaf. ment il enfeigne les plus moyens mes les non lefquels feule. il t'efcouure mais plus & apprend chaacctez. fer des richclfes. plus que auoirefté nousvoyons femblablement faiâ Hierofme Carpar Medecin de Milan. mieux fubieti encore quantité au fubiet valu pour luy à ce precepte de mef.

entrer de la Moyfe. mœurs par les œuures les liures des de loix à parfaitement doftrine & dela bien les Royaumes &les 8t fi conformément & à la Platon des Repuaux Chre- .Voylapourquoy il faut de bonne heure commencer cet citude qui dans Republique ordonné bliques. aura cfié: donc A pres que l'efprit initruid pleinement des vertus Morales ques.fçauoir ny en ayar pointercfcruc qu'eux n'y de fuffifance liures rcnJar- dcPlaton&d'Ariftote. par vne continuelle vne & il pourra s'ouurirhcureufemêt Oeconomi- auec par de ces affcurance le cheminpour dâs incfmes lestraiétésPolitiquesdes ont efté qui cy deuat quez.9 beau trouuent ne doiutnt Ce qu'ils voirqt* auec de de la hajne.2.& meditation Autheurs. qui auec nous la forme faine le tres de plus anciens & plus plus d'art laiffé dans ayent de bien gouuer- ncr ICSRcpubliques. Legiflateur des doârinc leâure alfiduë.

plus fçauans de ïoit cttimé auoir eferit beaucoup chofes difficiles & obfcuen partie res & en mœurs & à partie repugnantes ce qui fe pratique à en nos ce . maifire facilement & adroiétèmcllt & qu'il que cétouuragcainfi gner. Thomas. Republique Icment introduit il & auoit félon Et quoy que quelle de toule in- il genlcllt des hommes.it&plus en les réfutant fi propre quel Encore de emprunté luy Ce qu'il a efent de la tout prcfque rendu la ait qu'Ariftote de fon dans Chreftiene. àdefire que le les maximes Platonifmeceftiidire de feuft Platon. quel combien il eftoit cfcriuain. comme il eftoit quelle grande tes philofophe grand clegant fûbtil.3o ftiens S. nement desPrinccs. neantmoins les raifons pltisclairciiici. chofes. le ne fçay en propofànt comment.dans que fon liure de Regimtne du gouuerVrinctpum. Politique. il fe l'eft a faiétvoirpar par les autres à enfei- propre abondance cognoilfanee fubti- il eftoit.

qu'il feulement politiques pui ifenc faiét adroit fins pellés voila fe sencorc ment accomodcr i ce qui s'obferue qu'il confidere politique comme ne nouaJclles 8c bien prudent d'cfprits s'il y a quelques liures qui fcniblenu (es parmy & telle ob- trauail. s'eftant Politiques Aretinjauoit d'A- . grand lcéture à ce qui repugner d'huy nôbre vn aplication k vne foignctifc eftre furmontces. dans que Platon : font en petit ledeuc qu'vn les peut icy. des eftats* hui& liures des & foigneufement gemment deux que aife- pourueu n'a pas eferit fa les rages pour Mais & pour doiuent eftre giflots.ce auiour- à ce temps à prefent. auifi pour ruiez > les plus ceux qui font au gouuernement les pourquoy doiuent Cyriacus iouftés. ce noble «fforcé de faire que & eftre leus aucc Scrozza Florentin aux Leonard les tels ap.31 icy) ic temps aucune fcurité vne n difficulté.Et chofes aulcunc ny aucc qui véhémente plus ncantmoins ytrouuc t dililes y a ad.

nlais COlnnlcpasvn le tableau acheuer mefme à V egius. Sulpitius grace qu"Apellc mencé. pour s'eftre autant qu'il leur a cfte poffible perdues. forte quelque miers hommes ficurs heur autres qui dignes opprimés enuicufe nos defirs. efi)ouè.V iaidaux Autheur. n'a peu peintre de Venus auec là la mefme & indultrie & com - l'auoit cfbaucché c'eil auffi vne chofe de voir combien uantable V irgil Vendanus. les Au- de ceux fontelloignés qu'ils laif- llsne fe font propofés à imiter. le.&font res des auons que nous precieufes la defTus en & de fatisfairc chofes fi mais recouurir de nous faire efforcés par larmes . de meriter fent pas pourtant d'eftre d'cfire l'eus & mefme loués.& dumefmë Oeconomiques Maplcp. vn mal- ont eilé de la Viellclfc embufehes tous Ciccfgn des demeudont la . ont elle d entre prefque de incogneus Ces nos mefme referuc pre- fuiuis les dépluanciens tous par l'efprit & par les barbares. theurs - à Llicain.

qu'il touspour tousiours croire vn homme excellent & defpent bien de experimente fa fcience en ce ôcdefonarrj c qiri . a cfcricde l'hiftoire Origcne a recours HUilius. blique que De fage. uoye aux & EuAftronomes. ne très-véritables adiioiie qu'il de la compofés cftrc éternellement doit .ponr des ail Païuif du pafla- l'explication ge la d Ifaye^ & fi le Hilarius.Auguftin ce qu'il fi ycns. fi Ariftote forte que luy mefme en fes liures de Ctrlo) du Ciel) renu fur la matière dont il traitÍc. Hyparque fi doxc. eltime Orofe en S. pleuree. en Pape du de la celebration difpute temps s'en delaPafque entièrerapporte ment au feulVidoriusBritânicus. auoit temps efte homme fi fi long gouucrné Romaine. liorcs perdus d'vn & la quifi Répu- pounoient eltre & trcs-affcllrez.8> cefte faut feuleraifon. eux ont qui procedans éloquent.n dcs li perte le fécond dans auoir fis de laDiuination liure aucc puifque tant d'oracles Repuhliquc.

que il vne dotlrinc reiglee. forme atres il nous gamment lance. à fe plaindre tres cft à de preceptes fauuez du maldans tant lequel font péris j les efce noble lailfez qu'a contiennent criuain. félon fem- des l'adminiftration Politiques heureux d'excellens a moins temps.& tout des feul. fuiui pas conimeAriRo- les autres l'experience tout ce qui donnée. combien peut s'imaginer fallu deferer àCiceron tous Platon. ce qui ble de plus probable & de plus à la raifon. Plutarque la malice la par enfeigné ont qui eferit de la Republique. Autheurs fi tranqtlille& faia aflez fi bien paroîflre d'vn orné ment. 11 nous cognoifen auoit Republiques.14 chacun eut eut parlé qu'il & des maximes lors ques que n'ayant te. & d'vnc ration. s'eftans naufrage. élé- fes du preceptes Atuheur luy con- pouuoitferuir & félon l'vfage la doétrine. Politi- loix veu d'Eilat.qu'elle de l'clprit trcs grand exquife encore fon jugemodérelié des .

n'eft qu'il la l'on à l'excellence regarde ils traitent. long la vie publique la priuce. difputer fi excellente grauité ccnfidc- que l'on de la matière Poète.que l'on pas ques font &: des d'vtilitc de puifie efpercr beaucoup fi nous leur lefture j voila pourquoy du temps. que c fi s'eOant à eftendu eftoit mais ij plus au . portent anciens 3 la netteté Robertet ^&les fur Philcphus tous lilelquels de du foit Orateur ftile. L'on dont clegant n'eftoit a- imprimé l'image foit que niefme iugement excellent du très le liurc dont d'vnc ny chofes. l'ordre Aucrrocs fuiuons feul à nous fc prefente a efte de la Republique uec vn difcours de liurcs ce des re Francifcus niefme ures de fubiet. pas variété bien de au d'vnc remply abondance.des du liure fragmcts raclidcs) 35 d He- polices de quelopufcules mais qui ne autres Authcurs. fi grand de mérite. fi grande grande feulement de doit la faire le République trcs- & du HieronymusVida.

l'on des deux autres cfcrit dcsPolitiquesChreftiennes/çauoir Icfquel- en François . fereffentird'aucuiio de . feruir aux pour des amplifications les matière & dépourucu le pouuoic\it qui mcfmc de Sicnnc.*6 rcfte des ornemens drc beau. ont plutoft propofé hre- adminiftrationC le d'vnc police Ciuile vnftile vn bon exadt. rence hybou entrevn oyfon&vn nous & Simanca llienne. d'vne que aucc & fans baflefTc d'efprit le s chofes & l'autre pas iuger Autheurs eft ce Efchodans liure eft autre auffi François de ccfte & vn aigle. Patrice eft fort eftant ont toutes de iogement. & Fritfius cigne. encore dépourucu autrement qui exemples fous comme il publié les autres de ouurages il y a de diffc. différent de ce qu'vn a Romain Patrice entre fa ieunco-c. ne doit .En fcc rainas quel le tiltre de à croire liers à faire temps a faiet de diuers mais Collèges . premier ordre. comme entrevn la forme ren- François ic nc jfay Republique.

qui de ion cloquencc Ton Lcttcur où il veut. relffouuient Illne vn autrefois te me me ou la politique clarté.& auec aucc rafiné le plus trouuer pourroit levure il peuft Ce qui faitlt duquel employer que ic paife tant Politique vn autre que à la vcu liure à Paris femble expliquée vn iugement ure aufli de li- plus vtile. Noft efl in t ant o corf ore mica fa lis. à peine ment certain d'auoir imprimé en grand volude Moyfe eftoit en langue Françoife fi cxaél. qui bien volume grand que neantmoins priué l'ornement fens. filen. malgré qu'il les apas par tout aucc ble douceur : l'autrecft de Laual. vne tnitttt Vofi graad corps ridpas dc (el. fon temps.11 de Molinicr Prcftrc chaifnons par les entraîne deTholofc. foubs C iij . re en ait. &de voi- le delcétanc d'vne agrea- Ieanlc frcrc vn plus qu'en le premier) cft de la bonté des du paroles. liurc pas en tout fon n'y ayant gros vne pointe d'efpric.

feulement: mefme dans faiâ en femblablement dans il n'a riere. en Politique de fes liures pas An- rJ. dont & mefme Caf- que en les rcputa- promettant la Republi- faifant publier.mais l'a- le flameuftref eu de tous les preces'eft dans & Médecin s'il main la ne l'entrée enfans Bieffuis tefmoi.<8 ce très librement talion àfaiâ le mefinc . qu'il Grec des qu'enfaueur Nicolaus la le. Jgftji ivn ficd Detuwcoittom Car il elia pour luy.vn liure imprimer prefquefoubs ce eft comqu'il titre. pas véritablement aucc la mefme for- la Homère.pour les Autheurs entre pris cture eft defenduc. .fi tion de feulement qti ci& non de Lou- ca. leger difpos let teams hommes comme deTholofe* fuft contenté Latio. comme beau de Autheurs de courir efforcé fa courfe acheué tune qu'a tilochus. luy gnc uoir dds en compofé uain. bien rencontré mieux vn autreMedecin il fe AugereriusFererius la d'acquérir .

39
moins

Vtn

qu'il n'cft pas
des
moins
agréable
fcs liures
que dans

fafchcux

en cet
de

ÔC

œuure

la,

M edccinc)nc

du deque
dans
l'efpricde
lire. Grégoiccluy
qui s occupe à les
re de Tholofe
a eferit
bien
auec vne
laiiTantrienautreçhofe
& de l'cnnuy
gouft

abondance

&

beau-

plus

grande

coup

de l'arc,
plus felÓ les preceptes
ce qu'il
cft-oitlurifc
o-fulte,ciais

pour
il mâque

de

vulgairequ'il
empcfché
comme
eu

pas

cinploycparto,
de
aufli
plus

neantinoins
très

tient

force

les,

à ralfol1

cftimé

ut,l'aya-c

garder
aucune
de maiefté,
de foin
de

que foniugeinent,
féremment
toutes
gérer:
d'eftre

la doftrinc

modération,

vtile,
belles

mefure,
qu'il
n'a
conferuer
indif-

entaflant
fans

chofes
il

ne

les

laiffe

di-

pas
con-

pourcc
qu'il
diuerfes
matièSe

defquelles,
il
vn thrcCor)
comme

doiteftre
dans

le-

de pier.
font gardées
quel
quantité
des
res prccicufcs,
& les richefTcs
vn très
Autheurs,
auec
meilleurs
exquis

ameublement

de

fortç

toute
C

iiij

,

4"
de doétrinc.

Mais

les Autheurs

que

liant

encore

mentionnes,

des

compote

pas

excellent

en

dont

nous

en

la noftre,

cent

là langue
de la vie

auons

aulïi
il

n'y
arriué

foit

qui

fi l'on

,

>&
exer-

la
en a
iuf-

en exce-

ceux
qui
Bodin, à qui tous
des liures
de la Republique
autant
ccder.

Icati
faia

pte
ont

en

vn liure

à 1 a pcrfcttion

ques

Italienne
les mieux

ait

roHtique,
tridudion
vn

efprits

Paruta,

Paul

fcicnccs)

aux

cez

cy dede
faiét

ayent
& que
noblcffe

grands efforts;
de la
la flcur
l'honneur

auons

nous

tous

que

doiuent

lentlt

Quantum
cltut.
Ccmme

faltx

lefoihlef/tule

f tHenti

ctdit
oliuicr

MMfajle

(Celt.
Et

ce

certes

n'cft:

pas

il
puifque
dre capable

auoit
de

apporté

chofes,

vn

efprit

très

nemy

de

nature,
,j'.lé

par

raifon,
ren-

pour fe

comprendre

rcpos,quJil
& qu'il auoit
vne eftude

fans

toutes

& très envafte
auoit
eu de la
aucc
obftinée,par

cela

culvnc

4*
ad.

& parvn
forte qu'aptes

doétrine,

încpuifable
mirable
iugemcnt,de
toutes
auoir lurmonte
de toutes
fcienccs,
ion
Thcatre
nouuellcs

les difficultcz.

de

feulement

la

tus & les

de

mettre

en

cou-

il eut

& d'admirer
auoir

s'eftanc
de

Phoenix

mieux

faiét

de

les fecrets,que
&foubpublier

voulu

comme

ont

à la
luymefme
ccfte
fouueraine

de
dont

les

autre

confumé

contemplation
reucrer,

les

iamais

le monde,

comme vn

fiecle,

fagcffe,

mis

a

loix,

qui

gouuernements,
cfté cdablis
dans

fon

Il

auec

les verfccrcts,&
enfin
de toutes
vices
les formes

de

à la fin

de

auec

encore

raifons,mais

les

balti

nature

admirable.
v ne prudence
des
ordre
les efpeces
ftumes,

les

& de toutes

les langues
il a non

toutes

fes à la cenfurc.

Pource

gclllcllt,&

dire

les autres

cho.

qui eft de fa
il faut
aduoiier
Republique,
que
c'eft
vn
trauaillé
efauec
ouurage
aucc
iu..
Pro., achcué
prit,
poli auec

que

pour

quiconque

le

tout,fi

voudra

parfaiét,
quitter,ne

4*
rclfemblera
nautonnicrs,
rant l'excellence
laifloient

à Ces

mal

pas
qui

négligeât
ou ignofe
de la Cynofure,
en

conduire

leurs

au

tions,
feaux,

gré de certains
& le plus fouuent

diottcr
chers.

contre
le

les

ff ay bien

bac a cfté
gmérfs

contre

qu'il n'a
trembler

pas tant
pour

des

argumens
caufe
que

eft

limes,
autres

qu'il

non plus
Autheurs

Al& Au-

Serres,
ont

traaaillé

& par leurs
reuencment
de

à celuy
Hercule:

ce

li-

com-

des Py.
de forte

à

efcriuains,
al les plus

des
difans
le

pour

del'Eglife,descenfures
pourcc

ro-

de
fubiet
prefent
de la plume
la crainte

Sacyrique&fangUte
mcfme
les mieux
comme
feueres,

le,

& les

(u«cez

Cemblable

oyef.

Fabius

que

efforts,
par de grands
urcs à le
ruiner.
Mais
voir que le

nauiga.

petits
alloient

bancs

bergatus
Italien,
de
Ferier
ger
François,

afaiâ

anciens

de
ca

plus

laqueliugament que
prelTé

de fes ennemis,
l'on ne doit pas
que ceux
Politiques,

cela
lire

de tous
fans

fes
les
en

il feroit que desEftats adminiftrations publiques feuffent rci glces par les hommes.4* auoir obtenu premièrement la per.&fclon les Iufte Car tout ce que & KeKcrmanus y eft plus recomdepuis niendable pour y auoir ueau. les Au- million.Timplerus. de plutoft & parl'on euft de a y en ce chofes al- alloyent comme elles deuroyent les toutes à propos ler. ont adioufté doit tirer precifement de gouuerncr con- la beauté pour de qu'il pour la facilité s'eft maginatifs nous faire l'idce faire de dultileou la Jncthodc.. l'on dcfqucls qui plus la fcience cerne tous fi toutes i-.Mais il reffouuenir. Lipfe. genrc. certains trouué Republique. Ce font la prcfque me peut theursdontil des liures tout ce Republiques. . quelque chofe ne fautpasquc fe qui voir ou la forme véritable afin de ce vn exemplaire meilleur & de cfprits efforcé font quelque que qu'il excellent plus lequel quc de nou- i* oublie.

mage ai{cnlent rccognoiftre& de vitieux yauoit qu'il ducuxenlacopic. efprits & de leurs fuit qui le homme af- c'eft Tho. Paul Prince. l'Orateur. trouueauoirmispar d'vne telle Republique corriger & de plus ce defc- Lc premier quife la forme eferit imaginaire. ne feront &la picté pas entieremcnt hanies de leurs fedions. efte le tresdo&e&auiugement Thomas dctousletrcs-fage j'a i- ec originelle l'on petift psemiere Chancelier Morus d' Angleterre.Xenopllô le Ciceron S. mes tant que la iufticc. balancées auec les autres. afin qu'ayant nuellement dcuant les yeux cefte véritable. vn Eucfque conti. la modeftic. du corps température duiteparvne Iités contraires ces efgalehannonic iuftement pro- dequa. dc pcrfcétion.dont & fera eftimee TV- des borne topie viura.44 Cet Autheur formé ayant aucc lamefme flrcsdeflfcins a dcfcrit cjueGalië l'crnella les vues illa- intentiu la fantéparfaidc.Celuy jtias Campanclla. certc d vu .

hants. par des peuples gouuerdeuenir vne Princes Anglois nom. Mundm qui cftplutoft mœurs des laquelle à chaque vice.quÍ n' cxcitepas moins .& les meilleurs qu'ils mefines ne ouurage compofé le liure d'vn c'eft dontiencfçay n'y a pas foubs ler. il vne lon mon iugement République de r-ntf. Le dernier félon ce detfcin. certain le pas temps long le titre de.45 prodigieux Se les tencbrcs5& efprit parmy la prifon tant auec fi hauts les vne a bafti de feu qui ordures de plci A du cite de nouuclles fées pen fentiments.lequel il a efté publié idem contre fatyre de ce fiecle. des affignant & les faifant dont & Al- les contrées noms habiter font & tirés de la ingenieufement forges nature de chaque chofc rcqu'ils trc s àpropos eftablit féprefentent.cllc encore contient pluficurs par preceptes les Eftats pour- le moy c roient defquels feurcmcnc plus eftre hommes nez. Soleil & de diuer- qu'outre fes fpcculationsPhilofophiques. les dans font.

enflamer icy nous n'ayons des commentateurs iufqucs encore d'Ariftote Politiques lors que doiuent eftre pourtant les chofes plus qu'ils facilement & plus tenebresde apperccUes. liurcs de ces Au- lit les l'on theurs. Thomas. qui atirc véritables .en bons & de ma- comme fa couftume.afin s'y pcuuent ficultesqui à ccux nuifent moins de fer. le ne puis d'entre aucun foit à employé iamais eu entre de cette Authcur de fi ce œuures d'vnc Politiques nyveritable. n'ayant pas vu lim e tière d'aucun n'eft du [eul Il a faitt vicil felon interprétation n'eft ny bonne . des belles foyenr. qui fc liaftent tontes que contiennent & lire.lcs en eftans té neantmoins nommer les qui cetrauail les mains .4^ les hommes uir à les que dit à rire. les autres de toutes d'Ariftote. clairement S.qui. toutefois fe les robfcurt* chaflees anciens des rencontrer.ils ment qu'elle peut à la vertu. Quoy rien diligemque les dif# fueillctés. & de Platon.

veuqu'ily ans qu'ils vingt laiflenc de d'vne procèdent doétrinc. Orefme a fuiui que de Bayeux ce qui ca: d'expliquer d'Ariftote. Thomas Politiques aucc les Ethiil traduifit en faucur François nommé de Charles5 qui neantmoins ces liures difficilement. parles QuelIoannes Buridanus apres que temps célébré fophifte fes queftions ment Pol pleines publia fur mais itiques. voyla beau- qui niaiferies toutes les Faber femblableles mefrnes font ineptes & comme font ceuures de Stapulenfis. encore de briéucs les enrichit tations en les lcfquelles feulement non ques Eucl- ne fe trouuent que aplusdcfix: furent à imprimés en chara&eresLombardSj&eii vn langage rude & mal paly.furmais il fon le fage. difciple.rarc deux anno- de beaucoup pas d'eftre remplies bonnes chofes qui tres-belle ne en . de prcfqne fcholaftiques. tels .Mais &trcs. maintenant ils font pourquoy Paris eftimés coup curieux. S.47 Nicolas fentimehts.

Antollius beaucoup nus Salodienfîs. au fecours d'Ariftote.. compofc Compagnie ment interprété qui au- n'ont d'impertinent. autre que nous uat. iamais auons à peine l'on ne pouuoit mefme du tout. . dcfqnelsne de Icfus. abondance (. ne fuf- Genefius la verfion d'autant fe- pluseftiméesjque fçauans& rien 8c SepuluedaEfpa& les notes duquel dcfprit. des Politiques. qu'il rien tes auec eux gnol.. feront ront dit cy defur les Ethi- s'au an- profiroit interpre.48 aum far mit au iour vn les cét Politiques. & Tarquinius lucius très Prefire eloquent tous ces remarquez. commentaire qui pas ScaiGaide la a fi doâe- les cinq premiers lifurmonte qu'il de do. pleins commeaufli ces commentateurs Giphanius». de Iafuffifancc ures k de tous fi les célébrés qui les liront.tri il C. cy denant venus fcmblable compofé le labeur auec voire fent tout auoit ques^ mais là l'on gens cer. tres principaux & merarius. les autres en ceux Ca- font efiojgne7.

& Zuingcrus) fe propoicra de Daniel afe de Pctrus quil'accornpagncur. : le fécond cieft Morzilius. la Cour de Henry France) ny à fon Sebaftianus trcs-fcauam en le Roy Second en Garigliacontraire. par de tresnotes. beaucoup de chofes Louis de paroles. Pour ce + feulement. peu fatecatinus. tisfaire deur Foxius ny à foy. fçauoir efforcé d'exqui sVftant les liures de la Republique pliqutr de Platon & d* Ariftote. a compris ôcletroi fie fine roles nus » mettant qui Pompeius le a faicl: tout peu le- qui en peu de pade choies. beaucoup qui fuiuoit Roy la D langue de . il y au moinsque ie cognolnc)trois comAntonius Monmentateurs. Mais quiconque la parapln de feuilleter les coniinctitail auec Heinfius. amples ôCpar n'a iamais des diftinttions. qui cft de Platon. par des tables.4* ttrine.mefme. fcseiludes. moniugcment n aura cette ueu à fe rendre & de à l'vtilité e 's de Vittojius. ce îuy-Ià pas mai félon pour- ibiencetacile.

lcurs fon- communs les cfpeces de. légitimés de premiers. ftile. d'vne fi les a depuis agrande de dodrine.a le premier faid noftre lâguclcs paroilticjtraduitscn de Platon. . & d'vn fi nobondance ble d'illuftres appareil qu'encore autres.& liures ornez. thcurs)& l'cfcholcoù leur apprentiffagc les tout ce ceux des aydcs défirent qui gtneraparuenir de la plus profonde l'on : car y tiouuc & diftinttement qui les regarde & ées principes dClncns) de la focicté humaine. pour la le fruiél tresvariété. & d'Arillotc. à l'intelligence fcience Politique abondalumcnt) traité & recomman- de Tes liurcs. foit au qu'il en ce qui eft de la grauité neantmoinsil ne laiffc pas mériter d'eftre grande abondant quelle des Aulacariere doiuent faire eft tous s'eftans appuyez & necenaires.&pour reccuoir de peut que l'on la leaure Voila eftiiné du vn des comme dé exrmplcs) dccrous des des'Rcpubliqties.50 Grecquc &Latine.

de mœurs prauations & les loix. la ruine dy Empires. 8c leurs corruptions. 8c de l'efledtion toutes (testri* les cho- fes par l'exaâe medi* continuelle Se tation desquelles fcdoiuenttraçer. plus faci. dcsMagiftracSjl'impofition & generalemêt buts. la paix. pour toutes les autres lement ils Ce doiuent blir certains principaux. à manier les af. tic. publiques. les change mens. ceux qui ferieulement defirent s'cin. le chemin & alïcurer arriuer pour aux ployer faires autres. l'accroiiteincnei la decaflence. Apres <tonc que Ici curieux de la feience Politique auront de ces efté pleinement inilruits furmonter prcceptes. droits guerre. Prince & des fubiets. & de Mod'vo la les deuoirs dit tes.ou feui gouuernement bitn i & de la la naiffancê.Si . ou gouuernement r Ariftocratie ou du de (des plus gens du commandement narchie. neceflairetnent éta- chefs.les la Ùemocrade du peuple. aufquels & certains lieux ils paiiTcnt D ij" . difficulrrz.

eftre cefte de tant incroyable Et celte méthode exactement lors de qu'vnc feruir puiffe des Au heurs d'vne table en auoir vne plus pour iufiruétion. qui des eftre pourront elles font par le peuucnt ter. concernent traoi ample des la & confultcr comlnifcs) moyen liures des faudra qu'il que de (jucl. les princcs)ou ou . ou les elles de l'adminifiration tant la Republique. & pluscommodementexecuce qui cfi: des affaires.M toutes rapporter les trouucntelparfcs prefque Autheurs. ligues. ou la guerre.Ccs certaine lieux l'ontraiâele la Republique.&en grade chofes ordinaire religion. alliances. Pour plus ou plus principaux affaircsdont en ordinairement ou des perfonnes ou defquelles à des ayelles le dinaire. ce recueil befoing matières. confédérations qu'exou les & les ou la paix. les les ceremonies & prerogatiues d'entre le commerce. l'on que fc qui là cn cette çà & confufk>n. ces doit afin aura fi quantité de diuers gardée.

Of adminiftration Politi- des Royaumes peut appeller qu'eUe ne lesPrinces. vulgairement [ccrccairc.5? des l'iinpolicion ment des villes. iugement ou des autres eftre peuuent leurs confeillers. elles Ambaffadeurs) à faire les lettres. Ion appelle pas deuant des Iurif- magtftrats. &des Efhtsquc iuftementordinaia pour but. icâ des au confultes ou & condderation remis Au raccÕIDodcment font reiglées parles ou n'eitanc le furplus Politiques. l'equite.ou definitiuement pres de ces perfoones) cftrevtiles à toutes celle de que toutes ce pour clles & font fubvn à ce pro- àquelques-vncs ou elles peuuent en general. digne eftre & entre furuiennent l'acroiflc* tributs. Quant Greffier. D iij . differcnts des ce font là toutes l'ordinaire de qui celuy fcrt pcrfonneslà.ou rétant pour loix les ces que Ton qui Car qui ou perfonnes autres que defpefches toute chofes des regard eft les les les qui querelles nobles. fecrettes des aydes.

le dernier & pour tom- de lefquelles il iugement. aucc chofes y a diuers uent pour uons art & auec Authcurs. de qu ilpanche&qu ileft preft faire Pour toutes ber.1 c'eft d'aflfermirl'Eftat naifpremière fant: l'a deuxiefme de le conferuer quand il et feftably * & la troifiefmc le remettre lors de le foufienir &.54 &Iâ iuitiee. 1.parlemoy5 me la decfTc 4cs larrôs d'Horace elle niiage cqnfidcré crilnes) trois fent tions d'vnc çouurir puifle & d'vn nuiti dequoy c8ccftc lauerne les & les fraudes principalement tendent & vi- chofçs auxquelles diredement toutes les délibéra - les ordonnances & toutes .qui fecoqrir. a fcmblablement Louis de la vicilfit4de ruines. qui en Il y a encore fon liure qu'il faid des françois choies traifte . ifnges. qui en leur langue de la ont eferit belles chofes force &de leurs dedes empires ftjaifiancc cadences & te Roy. nous peu-? le premier & en anous painét) de Lrçde noftre deux France. & Durée.

peuples rcs. dans parut auai certain Italien all fort de la mefnie maticre$maisdaumieux que qui le cognoiflfent il de quel ciprit Jnoy. des Pour ce qui eft à conferuer feruent ceptes qui bien gouuerner font entièrement raifonqucSynefiusa pré& à les Republiques dans contenus faiétc D iiij àlEm- ils To- .& qui ont le dernier de changé de la ruine ont des dcmcudes na- tous les deux fourniflfans ditions. tout enfemble de la dcfirl16\ion des fiablilfclnent& Royaumes. & des vne auee greablcs & Je la 55 d'a- Veri il paffécs c vn liurc d'vn qui traide années Ces Royaumes. reuolution dcs ccilips.aum varicté grande des changemets exemples. ny femblablement zius & Bozius qui l'vn & l'autre faiâ le premier de gros liures. uers exemples de l'c. Au rcftc il ne faut dansvn JnefpriferMcthodius)qui tit liuret atres-fagement la pas pede difcouru naiflace&delacheutcde l'EmpiLa* re Romain.pourront iuger long tres a trauaillé.

Ic.Voyla il fera plus ptfurqnoy cotiiukcr quelques derniers ils temps.FÀMVcceux ftàt.5* Arcadius) pereur crate a cfcrit liurcqu & dans dans ccllc qu'Ifo-* a N ico -.. de i iîcmiftius^uRhctcurAriftidcSj &de MaxiinusTyrius.aefté entièrement & né partichofes. faid: des liures delàraifon d E- en termes exprimer plus ce qu'ils intelligibles râgappellent la IcanBotcgion dffra^û. à fraiAcr des affaires Poque ic facile a expliqué premier qui & par methode par ordre celuy bc diftingué toute cefie le .potir ro. feroient plus àla Rc- pimconucnabics de Platon.dans lcpctit Agapctusaddrcileàluitinu» quantité de Dion d'oraifons Sophilte Chryfoltomejdu Herodes. la façon qu'à viuonsen ce fiecle. de cefic tous traiûi tair de hoanr que leurs propres pubb donr inais matiere foy&tant JnŒruttions & me nous ont aucc d'intégrité. dont propre cul icrcmet lit cftoit l'efprit à toutes iques. à propos de Italiens de ces véritable- lefquels ment au ont grédesMufes^&d* Apollon.

de faire imprimer >veu que ce grand fcien. gence. ment cfpcrer Politique ainfi que tout preft que l'on du liure doit pareille* de la doéirinc.àprcfquc fée par le tions. dit femble fortir la Polititout ce d'vniugemenc exquis & d'vne cognoiiTanceparfaiéte de ladminiilration des affaires ce ciuiles.. homme poifede vnc ce très folide. Hytromc acablcc&efiouf. que Medecin.il illatiere. Quoy que extraordinaire contienne mes chefs matieres de doârine. & les mefmes fi-eft ce . que l'ordinaire. eftre acauec raifon Septalius) dernier quoy uant cuféd que qu'il toutefois auoir hors & Ludoui- Zinarus. Fraqucta.' queScipion ic l'ay depuis a peu apris.. le ne pou. ar fatrop foigneufediligcnco)& faix trop de fes colleclourd Gabriel eus le milieu. ont tenu rien de cfcrit tant de propos. laquellc depuis.grande vâc & compofitions vue quelquefois très opiniaflre l'adnainiilration dili- les Ince. deClcrmont.& fes qu'il employé à très.

ils de CJY des fe vantent chofes InfHtHf)CHrrc»te & promettent magnifiques. voir ouurage methode aucc les pré- les & par moyens légitimes chacun de ccs pointts lefqucls puifà quel& conduit fceftreexecutè.53 à prefent iufque de perfonnesaffez que peu fez effrontées blic ncc ceptes trouuc hardies faire pour quelque ordre& il s'et f & af- en pu* contenant a. Car encore que que Clapinarius de traider fc (bit chargé matière en fon liure de Arctnis ftrtorumy ne faitft des rien profllis) qu'il *jue les preceptes & les niiniftration coml'lunc n'y ayant rien plus dans s'embarquent lettres. ne que dans plus ne lors vn dans des efcüeils) goufreou feude leurs liures que par les filtres lement. rota eceptt Amphora curvrceutcxili . fin. que de lmil Eftats) auoit que ccqu'il ne met enauanc moins vcu des fecrets cefte loix l'ad- de &ordinaircj à ceux facile la vafte mer dans tomber qui des cclte moins censure.

il a fous le tiltre l'inftruclion les tous quel feurs de liures raifon fa do- Gafpard care nt cft- derabatre Jiure vn années de fans contre tres-dotte.59 vne cruche. & Politua. ncantmoins les plus fubtils a iruité axiomes. n'en qu'ils prou- la répu- acquis rulé & de des'eftplutoft tation prudcnt. qui fent plus dechofes il lient. Ces œuurcs que le Politique (cané fi & là dans qu'il font de cefte pour ce Philoro.. que ces der- faid à imprimer d?pddia Politique. dans le- ccnéquitables & non pas trouuent. v* Florentin. difputcs fuppo. plus qu'ilyapfhs d'efprit}8t . Encore ait & toutes prenne tous les principales les adminiftration.ayant les lé & excité tcmçraire. que tailpar ce moyen de plufieurs plumes Autheurs cfcrire de pour la pointe étrinc. concluOons leurs en plies. defquellcs s'cft ( & peut Schiopius efforcé cepasenvain) demonftrerpar & tres bien nieres Rome trauaillé. its p c art tfaire petit Pot.

dansIaquelle.pour rien a- pour volumes grands l'enfantement à imprimer orné RoyauFederic Gentilhomme de & de vernis vents. fubtilité a de toutes il a merueillcufement par de cefteraifonoif huiél ne de cognoifauec chofes. referué fans encore d'Vr- s'eftreefpuife ces & oÛiweflrt dire ion efpric. fc deuant qui cefte matière. uoir iugemét nommer theur toutes pourquoy Cardan: de lafagcfïc certainement raifons voyla mcfmc auffifaire de dans que de fon efforcé bie il fubiet. ie ne puis pas vn Au- Phûofophie. ouplutolUavrayeformede ner les Eftats.éo de plus iugement iesautrcsoeuures. faid: chofe de quelque foir fondé fur des & des Politiques Princes. de mon- raifons. fance qu'il lesquelles de vne la grande & de la parfaire à Politique gouuer. puifTantes extraoï ce moyen que di. fouftcnuladignité s'eft véritablement trer des furtu. . bin. Bonauenture. ait cfcrit qui de la d'exemples mes & des qui faid mois.

en Politique que en la ville foigneufement l'on garde d'V rbin. autre que confideration raiton. des vrais fe- desquels fifmes l'année quelque iour ic .qu'vii touchant les chofes qui concernent la plus grande vtilitc de la Républifinir fans que. ne fe deuoit pas de- pouuoir.. du inefmebonaucriture. tirer de la de fcmblab^emcnt paffécvn de dif- de chofesjqui requantité cefte fecrette infiruplus Comme luy autant befoinpourphilofopher & plus abondamment crets dcfinitiÓ) occafion Republique. nous traité que chacun aura qu'il feurement. Bonauenturc prend de fe donner vn vafte champ courir gardent aion peut de Politique.en pueu neTes ôe Titus Louis Scptalius. argumens. de ccfte Car depuis d'aucune définition confirmée ont diuers par iuiius Veteranus. vn traité Corneus.ou bon confeil autre t«ne i-it.61 de nrùe rufe l'admiriiftration publique. auec vne infinité d'autres Epiftrcsà liures ccftc manuferits-de dif-ic.

enfuite cet cesloixfit appris Apres auoir communes Rciglcs ment de toutes fortes du gouucrncd'Eltats. qu'il quel pottl & de efprit. les hommes rCfcu faits beaucoup de d'eux : qu'ils queleft vn chacun en particulier. ce qu'il commet. toutes chofcs eftoient Dieux modérateurs de . Il cft vray auoir que du plusloin que l'on puifle tous les hommes ont toumémoire. thorité. par leur volonté» & par Icurpuiflance que . .i.it faut à celles. m'aueiire aux ne fera pas dcfagrcablé de la doétrine Politi- amateurs que. faiet. nité. que tout ce qui fc fait s' y faia par leur audans le monde. fioarl crtu les que les 8c tes Seigneurs. à la l\cligioa.k ont grâces81 de bié- prennent garde quelle pieté à tes ce auec il Ce hoco . pafler par le moyen de les Rois &les Princcs defquelles la terre fe font d'eftablit efforcez auecraifon culte quelque de la Diui- les nltiÕs.parmy le» peuples & qùilcurs ont eflé fubictcs.

elles pieté. rement ftre & les loix des enfemble diftindion font qu'ils fil eu querelles mortelles. Bum numtHAvicinorum oJit Effi ce Iccut i vterque habendos qui deos (juos lignifie dum felos ilfi colit y fuiuant cefte credit para- phrafe. me elles & ces ont Diuines. ) dans ne itnpics. &parvns font nai- & des guerres m ieux par par de des parmef- & qu'elles faifoient il arriue encore aflfez paffé. des comme ces chofes efté diuerfes ties du monde. Lors que j*r tout ï on h ait les de fesvoifins Et que f/ar feuere L en ne tient Vllt humeur f tint four Dieux 1 ridicule d- Dieux que .rer : enfin des & recompenfcs les bons & les mef- Ja diftribution entre peines) les dcuots chans.Mais continuions les toufiours diuerfes qu'àprefent s'accordent pas que émulation le ordinai- vnzele.

64 ceux que ton rcuete.quc Jugement ont qu'il urc Polfeuin au autrcs. diucrfes il ne CarPierre d'Ailly. de mettre neceflaire preiudice le paffé par & Eucfquc dan fin &aux comparaifon les vncs aucc grand faiâ & pour conuenable d'vn li- haut. de Cambray en vn des trois Afirologiquc (eétes. des fccretsdcs # en religions tribus leanBodin àfaia. la Religion fera pas les les dinal petit traidé Jprirné.Hierofme de la fubtilité. liures envn ve :iamais. fes grandvolume mais qui 8' cft vucillc & Dieu thcar. ne Car- pas & qu'il encore im- ne le foit fublimium c hofcs d'en ArcanU rerum qui pouproitfcruir & tres claix argulnent.De en ordonnances Chrcfiicnnc.comme de lavraye picté fetWr. ces diffcrents Pourpacificr les aux de à vne conduire prcceptes. très-fore le Iefûifte fe feroit G'u'il mais i 1 faut point trompé de fon aiaiét au Au- les princifçauoir les Religiôs toutes pes commune de aucc les opin ions or & les créances qui .

dans lefquels Ces liùros il n'a rien mis d'impertinent ny de ridicuen au contraire I.. par la leéture eftant fumfamment infiruia quels faut a. Conuenables intention. traiâe&àfon liures peuuent Guillaume que a faiéts De de orbis prefque cftre Poftel la Concorde terr* concordu fculs de tous Entre mis les ces quatre dcBaranton. & y & y confirmant adroitftabliflant. il puiiTe par & plus pres plus meurement fagementordonner ce qui fp & preferire de toutes ces doit chofcs & des confeils prendre dont il fe aux chofes faire. du monde. A cet des abfurdites befoin la nofire fe puiflfe lilux)cela quelques Jnonftrant d'elles j d'éta- efFeâ il ait en main cerque lePolitique tains dcfautheurs. tement des & fubtilementlanoûre raifons tirces twt d'elle * par mefinp E .y faifantvoir quoy les confident toutes Religions.6r à chacune ijuifçinproptes afin blir que lors qu'il fera de maintenir ou les en faire en & les impertinences autres. .

& plus legeres Ce qu'a faift plus liure dans vn ce fubieét. fé lur fans noftre lallgue.66 que de la des réfutation luy font contraires. core neantmoins les aydé par lent Augirips eftrc Epiftresdu Butbequius. abondance De les deux y & de forte (lutauec de Poficl.iuiqucs ceremonies. Repua femblablc- des Turcs. & la pas lire l'Alcoran peuuent dicc qui ne Su- na de facilement Mahomct)pourrÓt les (ottifes toutes & t< uapprendre de la fupeifliL'on enpeut tes les impertinences tion des Mufulmans. Ce qu'il tout aucc a de plus poli auec vne grande uerfe doârine. beaucoup tres excel& par les . aux bUcr. qu'il auant faiéis euft qu'il l'efprit tout ce qui eft de la bJeffé)a compris blique nient Religiô de Malionict. peu la chambre de du auffi Roy. liurc. en fes trois theur autres Le mefme liurcs de la qui Au. à deifein en compo.& en rié Michel Baudier. petites depuis Gentilhomme ou. ceux à CAUre descenfuresde l'Eglife.

Et Samuel Riccius. Sain<fteFoy. que de ont defquels trauaillé fur encoreLiranus. & s'y citant inftruits par quoy medioercs qu'ils la leétun'aycnc ouuraccs.qui en toutes les lantraduits cité ont Ricold inefpource gues. grand bien parfaitement (ilbieé}. & Hierofme ayans la langue Ics luifs tous ce de dés leurs Hebraique. qu'au iugement me de Poftelilsdoiuenteftre préférés à tous ceux qui par de puiffantcs raifons les fe font Au ce qu'elle gnue tant la de regard des Religion celle des eft nouf par le vieil d'Autheurs renuerfer de de fondements Turcs. pour efforcez co- ztfcz & Teftament qui lors Iuifs en ont par in- les Hures terprété que l'occàfion fe prefentera de la rcfutcr.61 du moine liurcs où Richard) certain &d'vn Ioannes Andréas.qui ieunefle apris viuants auffi re des faid eux auec parmy beaucoup Rabbins.nous de autre chofe à faire n'auons que de l'E: confulter les anciens fer es glife nombre . E 1) .

grand Moine grads voledure oeuures duquel cil de la Coftc auec & rcprouuée.ou de Sebonde Me- Rnimond de flion. dé l'Ordre l. plus cette gloire 5 Et celle qu'ont que méritée depuis de s'at- ncantmoins de la Foix.d'où fil'ô en doitcroircIofcphScali ger. volumes outre duquel ks liuresdelaTheoIogie encore on garde du Bibliothèque gros pour Del- qui auec vn plus comme auffi auce v n phiniusjmaisccluy effort.. de S. fuppofe Donliniqllc) eltre pas que élire entre & celle la .rançois.&pcut ignorammcnt famille de. à Tholofe dans Collège deux -intimiez. fur fticcc z. a tratiiillé Pierre C'elt Galatin. Ptigio fidei Je poignard de laFoy. parler de la grade tant à caufe Scali non haync germalicieufcmét. S.ét n'ont pas faine vnc allez grande querir tellcveritablemcnt par de plus de Mornayja InmcsPhilippe des autres pîuftoft dccin htùrctix matïere. tout fon Lurcsas tin a tiré&tranfcrit du nô deSebonde. profe naturelle. Gala.

droiét quesadditions. iuger. &quienauez leru de liures .4 ce qu ayat pour de quelœuure de S. profeflîon. ou pour d'abtres. Iuifue. Apres & la Mahometa- la Clireftiennc. & meilleurs plus que pas vn de ceux qui font à prefent. diray mais de voftrc de vofirc aage. il l'ayant & de le l'attribuer. aduantage difficultezdela aucz Sain6te.6. cftanc le pour efté la verité mis ce de que celle il n'eft pas perMais pour crime. François. fou loy n'a pas efté par - laquelle de douter fans E iij . leur & pour de toutes eft la plus excellent e de. mefme les autres la feule de .iene langue pas auffi feulement la Religion fuiura ne. que cet excellent enrichi poli. auoir creu fi Galatin Mais a pour CtS ra l tons là) c'eft à vous d'en vn quiauec furmonté grand toutfslcs faift a & fi c'cft cela. laquelle a du temps qu'elle regard le monde 3 eft au eftablie dans mais milieu des deux preccdcntes : de ce eft l'excellence de pour qui certitufes préceptes. Monfieur.

Theo- de la prouideuce d'or. T ertu- Arnobe cnfonliurede mauuaifes Ces li- Minutius Apologetique:) FœlixenfonO&auius. certes tant tefte la gucrifon des Grecs. S. prefentera. c'eft ures des diuincs Intlitutions. tenté d'en les fondemens iotter parla perfiiader Iuif. pour my le peuple aux nations informées qui > lors n'en font encore pas l'occafion que s'en croy qu'il ne fera pas de fe feruir des raifons.Thomas. ie mal à propos le CÉceron inferçcs à dire Laftancc ftien . dcraifbnS) fenrimens.Lton ment cq les Gentils. pourroit feruir toute elle eft remplie de bons de fubtilité. tirer des Sal- véritablement Diuine. les Gentils j la.70 Autheur auxinpublice luy mefme fidcllcs & aux s'cftant coiiPayens. & de doarine. Chrç- qu'ont Jian en fon œuure doret uian dans tout contr-e opinions Les liurcs & le Dodeur Angélique en contre fa iomme quelle feule. Ion en peut de beaucoup occafîon des liurcs femblablcfcruice de la proui- en .

du de que ce foit moins n'ont pas autres de traité raifons ef- Hierofinc liures Chreftienne ligion ebre de Croix & Sauanarole. gai Brauuardin. ob- des raifons RaimondLullc. E iiij a . compilant ces precedens excellent ou- àfaiétvn combattant lesinfidelles urage. auec de la triomphe tin. Thomas.:elles%ainfi y fans a aduanbeaucoup de la Foy j laquellc eftre doit prouuéc des hôargumens des y employer comme Aftrologiques. meilleur à propos que celte matière. les des & de Louis de la Re- Marfille Fi. Steuchus Auguftinus recueillant les labeurs. propres ritezmefmes. de aucc lcfqucls enLa. où & leur coupant la gorge auec leurs & aucc leurs authoaranes. cèles il affaires véritablement par lues de femblables dottes feruations faift Pierre patu. ciii. d'Ailly.& les de tous Autheurs. Viucs.7l Thomas de dence la fubtilité pour d'vn pas prefque auJ" comme S. que oi. & pour le poids Eugubinus. » qui des marche raifons.

ont quilitc de l'Eglifc beaula naiffancc donné d'affaires de fafcheu& fufeité coup fes trauerfes fant au monde. tions certain toutes ou mefmc des méditacomme vn Philosophiques. les villes combatre elles enfemble. nifcftcs tes ainfi Ces forces que l'a que failes natios en de ma- & produifent l'on a toufiours calamitez trcs- & les iettent périls. tres bien monfiré Louis . de Reli- traiter eft Caffaire importante. la plus grande. mcfme dés C hrcfiicn ne.Et là des raic'eft en ce choix d'vn homme que le iugement fage & bien verfc à la Politiquc.pcut Ce faire Mais paroiftre.71 & Sebonde. veu ces ncs badineries) fubtilitezlàfonthorsde lors qu'il de s'agift véritablement qui ton. & ces que vai- faifon. Petrus Montuus. que nccclfairc'de lors de tant iuge s'oppofer débouà leur accroiffcfnent. la plus fcricule & la plus qui le puifleprefentcr. beaucoup fons par tout que les contraires herefies ce du qui font & à la tran- à la paix.

de fon liure que l' Autheur luy qui mond.par &c.vn petit liurct des troubles dans leRoy en François. S'et f efforcé de de Florimond fans à Paris. en de lire l'a faiét la s'eftanc continuation mÕfiré à Florirnond en éloquence. des erronées les dans Heretiques.dc & & plus côil ne feruira facilement plus modementee pas dif- les hommes. Pour Religions. executer deffein. maximes des fraudes.cc- inférieur coup & dans Lutheriens la Religion. de celles à Caftro. & des mœurs.de des fcntinlcns. imprimee y ait mis ion noin. PhilaftriuSjdePerpinian. quiouuertement d'accorder les diiferens mais auec plus de . des & dans llaimond. d'Alphonrns dont dcsPelagiens dans Vvorftius. fcruir le liure à peut d'Apendice & de celles l hiftoire Ecdefiaftiquc .en Il fera diligence. beaude Rai- ingénient» bon encore CaÍfander. Hilaire. des la dîuerfité qu'il & des entre arriuez ferens 7? a fait liurcs anciés de S. de s'inltruirc peu des l'elprit.

74 & Melchior Ca« pieté que d'efpric . de d'autant plus ne concernent qu'elles le falut ou deux fouuent de tout defpendent de la paix con. nus qui a de faire la mefme ctfayé chofe véritablement auec plus d'elde certes auec . vn Eftatjcar ïepouflTervn lir.&p!us dâs de grad poids foitquerô ennemy entretenir quel que les contractées amitiés peuples font encore ou à bien de bons donner & lors feils. alliances. confédérations. combien peut-on l'efprit imaginer des ôcfubtiliPolitiques eft aiguilé deceftc fé. fe prefente lesquel- importantes. ou pour pour puifvoiuns. de traiter les font d'vn le plus d'elles motifs Les que l'occafion ces Inatieres. entre les & les fants. pasfeulemec mais honlrnes) l'Eftati& que les principaux & de la guerre. mais prit que picté vn admirable à peine fe ingenlcnt. autre femblahlc . eft excité il les facepout affail. vient qui le commerce. & comme par la lcétnre forte des liures deliberer. les ligues.

s'en trouue vn qui porte pour titre. donne peuft iamais reuifir. Republi- pourquoy ie fuis infinide n'auoir pas maintemeinoire les Autheuts ont cfcrit belles chofes ma- de cefte & les plus 11 dignes a eftre (celles 8c cognUes. les vns lêmblable-. d'ailleurs de la L. de faireouuerturc forcé d'vn moyen tous les Princes par lequel re pourraient s'accorder SctraiâervnepaixgeneraHe comme auec les autres.7J l'on ne cause*. /tg. . qut Emery Croix P arici en dans 1 e liure du nouueau Cynée récréation qu'il a faid pluftoft par aucune d'efprit que pour euft que l'aduis opinion qu'il qu'il s'eft ef. les nant pas douter (oyent extrêmement aux Princes 8l aux (aires ques. il liures Politiques deIeanBotero.. qui peut beaucoup cefte les & qu'entre cognodrance. me a quelrefouuient pourtftt qu'il y entre de traiât les opufcules que feruir à Brunus. ment ne peut Voyla fafché en qui peut tière les ma cltre plus qu'eu necef*. « de la terenfenible.

auec dans inferé di- les infi- leurs lefquelles eferits auec rapportent par la coil. de comme Thou & les il n'en fournir ont cfié Guichardiiie autres . peut apprendre letture des hiftoriens qui entre diuers traités les Princes. leurs tiniielle les plus fecretades conditions caufes articles tes.7* ment ces Baudius tres hommes eloquents & Puteanus. vn en lors uerfes ftiens raifons. faut de grandes les faire infcnfiblement faids. inftruâions. fun Catholique fouftenans par les Princes allier de chofcs Chrc.que fe peuuent délies ils ont que de certain des difcours d'Etat) beaucoup ce qui fe traiaant le alliances. ucc M. & les ils lefquelles comme font Polibe. poinâ & pcuuent. . douter. la treve cn vn Guay & du Ferier. couler & dans les rendes Politiques pour r efprit dre plus de la façon dôt ils capables fc deuroient lors conduire qu'il fera de fcmblables de faire queftion confédérations.en des pays bas.

pour y des mnrehandifesqui les liures auffi de l'hit .cela apprendre par l'vfage iouriialiere communication auec ceux qui telles choCes) faire peut neantmoins relations.77 ce que ces alliances & ces Or pour Cc font ordinairementou pour ligues la guerre à deifein de entreprendre commun ennemy repouffcrvn de feietter . ou entrete- furluyjoupour les chofes 5 ou pour auoir à lavic du par le moyen Au regard de ce dernier nir lapaix neceifaircs commerce. prcfen que les feuls qui font dcsvoyages diuerfes de la terre. en qui fe l'on eftre fecouru peut par les les des Iournaux. font que dans par nauigations expérimentez par l'cltudc les liures.&par Holandois les & des à prefent qui font Efpagnols.& parties qui ont de vifiter acouftumé les Indes tant orientales faire que emploite s' y trouucnt. à la cognoiifance qui confiftc poind dont on doit faire descholes achapr. occidentales. d'où&côment fe peut mieux &par la on lespcutauoir.

ures celles de Acofla. ce chofes li- de Fer- de Gclilcr. des autres nalis. de BoëcCt Inipew. Poetus. que quelques r confeils ycnt plus te .& qui des Inctaux. & la Mexicane Abhùrto.. mefures.?8 toire naturelle des font gcresjcomme de Cæfi. temps peuuenc ccftc cogfem- fera pas ne la ledure des Agricola. des poids. rand des des pierres. viuants encore Autheurs & dans voulu leurs donner dans leurs inttrudions quelques cefte concernant précis ils l'cint neantmoins faid a. aduis matiefi froi. de G araudus.des & desTariffes. de Cœde Luças de Bohot. les ce les Italieos) appellent pour ces chofes la que que c'eft en toutes la plus du Confiftc grande partie bien Et commerce. de Georgius Prin- fi long à s'acquérir encoreayder lofcph Garnas tous que eftre £ tcs cïlraEL de Clufius . blablement les au public. regrettent cachec & enuiee de du noifTance. comme monoyes. ont efcric des minières. Aquoy inutile do. .

mais fi Grotus . les confiderer s'il & qu'il foit bccft cxpedicnt reftraindre dcs Efpagnols. Ton cftrc pris vne difayant des ccnfurcs de l'Eglife . & de Pour ce la qui cft de la paix ne de s'arie guerre. lefquels aux la ont principales diffcnfions)doDt grandes toutes les procy deuant . de traiétcr foing de faire la guerre. à Hérétiques. d occanon plus à prcfcnt& pAcis cr Bellt. le liurc. pas côfcillcray relter aux déclamations qu'Erafme autres en ont faiâes. fur ce cftre é.mais à généralement penfc peut dans tres dode veut de lure Hugo feulement chofcsparticulières. fourny &aux laCour de t Con- ce qui doit.veu &quelques font qu'elles plus propres leiics dans les efcholes.qu'à vnc aflemblec & que dans feillers tout d'Eltat.79 que ic n'eftimfc de le mettre dément neceifaire leurs rechercher foie pas qu'il en peine de noms.Scde puifiancc & des des Turcs. fe commodément apprendre confidei pointt du parler.

cultcz. par AUcllland.l' Ó ef- doitvoir vn qucBaltha.80 de uinccs l'Europe malheureufcment cfté Au agitées. Iean tien. en pas droilt l'on quel auoir aux Quant de difficulté ayant raifons plus leurs nouucauxEfiats.pour font différentes filf leurs politiques de acquifitions prétentions. cfié des con- Àugerius Bufbequius Soranzo Lazare Véni- Botero & Piedmontois.aaiCûfcillcr. retenus par . mais quels moyens ce dernier ils peuuent cus. touché a. ce que regard l'on n'et f chercher femblent troublées des faire la guerre.Adliure a faidt uocat du Roy à Auxerre) de5Proninces. de Breucs& de la Noüe les lfeurs François. au pour de peine a de leur feulement iedurcs. Efpagnols à trouuer y des leur faire moyensde ce que les opiniôsdes la guerre.&/ur les clairci que fur des ces ellrc pour diffi.qlli Royalll11es& aux autrefois appartenu font à prefent iniuftcmcnt des ayac François. par vain- eftrc de la pcnféc&:par moins par poina 5c Turcs.

Enfin pour cc en peine de rechercher les feulement aufnioyens. de part publiez fur la fucceflion prétendue &d'autre de Bour. Politiques le droid monftrc que l'on a de les chafticr) comme Claude • de F Sain- # .Côtiicauf. langue traduit depuis au regard des en Allemand. Hérétiques.iiiais fi quel a de leur faire droiét l'on la que non l'onelt & de les deftru il eft cerire. gucrre.81 parles la rcfponce Efpagnols. quantité 1'6 IClqucls le liure adioufter peut Thomas Campanella.auec queiuliusc critisyafaiàc difeours diuers filcs . tain que plufieurs d'encre les Théoles & ont affcz logiens. d'autres differens ont eu qu'ils Princes.& gation gnols. fur leurs au Nauarre. lesEfpagnolsauDuché par fur leurvfurpation de la gongne. de Politique de la propade la Monarchie des Espaen coinpofc premièrement Italienne par fon Autlieur. fembla- aucc A tous fur & Moht-fcrrat. prétendons Marquifat de beaucoup d'autres bles.

les Rois de mais entre les auffi pour ces ma- fuiuies par les qui fc forment pour les droits ho& pour d'entre non feulement querelles prerogatiues. claré ou de châtier de nous loin les Heretiques. & ont de bon fuadent ce fcqu'ils que s'il n'eftoit roit mal recognu. I naiifcnt qui France & auttes d'Efpagnc Princes . d'Orleans. prede va tiité fenté auec erpcce quelque neur & la & de gloire. de entre les Promefine rEuropc.ou Gafpard d'autres. deny qui aycnt les moyens de fe defairc. & Schiopius.& font guerres. a pcu. quelques tiree marques le plus fouucnt ues* vaines de de . pluitoft Maisily du tout . point en qui de fe fer- encore l'art enfeigne ayent uir de ce droiâ. norifiques. 1 Ces diffcrcns lesdroifts tiercs les des de Royaunics.Car il eft naturel comme à tous les hommes de delîrer aucc paillon l'hon- fc perqu'ils louailge .il Louis des.voire uincesSc lesVilles particulicres.

83
fplendeur;
c'eft
fubict
donne
qui a
brcs Iurifconiultes

comme
à deux

i'eflimcce
très

cclc.

à Chaflanee

Tiraqueau)dc
conilio
ferle
ursliurci,
du monde,
& l'aul'vndela
gloire
dans
tre de la Noblcffe,
leT^ucls ils
fi ce n'cft
fe font efforcez
d'alïigner
>
à toutes
excellentes,

chofes* au
le lieu

onccrcuqu'c

de dignité

depuis

prisoccafiond'cfcrire
des Peuples
&

rcs)

d'autant

&

plus
qu' ils

iuftemëc
Aupluficurs

theursont
la dignité
aucc

aux

llespouuoient
d'oli

meritcr)

moins

d'epiniaftreté,

porttz.,foit
ucrs lcurs

par

de
des

Empi-

plus

d'alfcâion,
qu'ils
y ont
les liens d'aniour

cftà
cil-

auoirofoit
pour y
1eur Foy,
foit par l'admiration
bligé
ou qu'ils
de la vertu,
y ont encore
efte

pays,

par

engagez

d'autres

eonfide-

ratios

Comme véritaparticulières.
blement
nous voyons
que V aldcfius
l a faiifl pour les Efpagnols
en vn 1i>
ure

qui
iniuiieiix
François

in foie nr &
pas moius
cft gros.
Et pour
les
qu'il
Ican
Viualdus,
Ferancd.
F
if

n'eft

34
André

du

trcs

qui

ont trouué
leurs
noms.

deux

nations,

cacher
ces
celle

de Mcdicls,&

tres

de

la

publier
fur
crits

nie

qui
differcnt

fur

entre

autres

Il
elles

comme

difpufaift
cf.

des
y a mefme
ont eu le mef&

Pauie,

& Mcffint,&
fcmblablement.

que i'aurois
celle
matiere)

d'au-

ayant
d'autre
force

fubiet.

Panorme

mone,
ques
uouë

preeminence;
de part
&
ce

pluficurs
aude
plus à propos
A
de
l'exemple
la maifon
d'Eft,

beaucoup
Princes 3 ont

des

maifons

villes

&

Chcfne,

Crequell'ad-

beaucoup
fi îefaifois

à dire
cftat

ce qui fe prechofej les
fente
iufqucs
aux
plus petites
& les plus communes,
& non
les veilcs
pas de propofer
feulement
ic neveux
Mais
& les ncccflaircs.
de

me

de tout

charger

peut
pourtant,que
l'on
pasobmettre
trouncr
pluficurs
chofesqui
peuuét
ces
à decidcr
des
feruir
djffcrcns)
oraifons

faites

iiiations,

ou la

de

part

en

forme

de

décla-

queft'on

& d'autre,

eftdifputéc
à qui
fyauoir

de

*
8f
les nations

toutes
fceance

peu

puis
thcur

la prequi de-

de l'Europe

doit

cftre

ont

efté

donnee;

par vnAuvnc grande
auffi des

publiées
auec

Allclnand,

&':

de doârinejcomme
de ceremonies
faiétesenFran-

variété
liures

par
çois
en Italien

le

tres-doûe
par

Godefroy,
de Graffis,&

Paris

&
au-

tres.
Il relie
des

de l'accroiffcment
à parler
eft tout
& de ce qui leur

citez,

faift

contraire,

tion

des

tre

tributs,

fçauoir
de l'imporides querelles
d'ende leurs

les Citoyens,

haynes,&

de Icursinirnitic%.particulicres.Pour
ce qui eft
du premier
poinét,
concerne
Taccroiflemcnt
des
& des
litus

Ican

Eftats,
à Collibus

Botero,&
en ont

de chofes
très*coup
incfmc
extrêmement
liures

qui
villes
Hypobeau-

eferit

excellentes
vtiles

,

,
en

&
des
en

*

du fécond poin<a,
qui
eft
des tributs,
de l'impofition
pour
ce que celadcfpcnd
le plus fouuent
F iij

1

qu'ils
ceftcmatiere.
Au

ont

à

exprez

compofez

regard

8i
de

ou

ou

laheccffité,

de la volonté

drs

Princes,lefquelles
de
celaeft
loy,
point
trouue
datithc*urs,
peu
voulu
fur

des

donner

le

que

Grandmont,
s faiétimprimer
iiicr

qui

fous

peuuent
fesqui
de ccfte
tion
à recreer

par
obferuations.

loquencc,
àddrefle

qu'il
de Decho-

plufieurs

à l'illuftra& quant

de la

de plufieurs

font

& que
'elles
font

de là vient
ont

&

doarine,

attirées

&

agréables

eferit

que

des
Tau-

par

l'e-

par

efprit,&par
& coadoucies,

de la cire
me
facilement
ratitoft
d'vncofté&
tantoft

theùrs

de

pour ce que les opinions
felaiflent
coduire
par

tlioritc,qu'elles

tre ;

aycnt

des leâcurs,
l'cfprit
nourritud'vne
double

la rareté

hommes

fc

Politiques
ic lfal..

letiltre

fecourir
inatiere,

lerepaiflant
la variété
re, par

Mais

aduis

pourquoyScipion
leul
dansleliure

propofe

Royal,

quant

qui

voila

ce fubiet;

legueray

ncrcçoiuent
caufe
qu'il

beaucoup

quantité

plovees,
de l'aud'Au"
dechôfe*

ont traité de la delaNoblefle. d'où & rotfencc) inimi- des duels. faiâ qu'ont gloire lemble Flaminius Nobilius. & l'occafion priuces) comme encore de la rcflitution. & Philofophique nard l'opinion. 8c de cet honneur. Simon Simonius pur. de la nature. en François. tout ceréparation tiez la ne confîftant tre ces qu'en Autheurs. fous le nom delean & après par Poffeuin. & de l'honnenr. fer & de deftruire entièrement F iiij fcs . qui des pre- mièrement a paru en Italien.Enceux-làdoiuenc de Calfate. ie ne fçay quel hazard de Suze.de 87 le bielle ce qui naiflent les &: de l'honneur. des traitez élegans. Dialogues la il me comtne excellemment & Typotius & d'vn fiile cn très- en vn doétc difeours Mirande. eftre leus leurs cfcrits les & dcrcncncc qui dans premiers. : & Berde Eucfque en cet oeuure accompli de l'honneur. Baptifte Etquoyquelean Medecin de Mantoüe) Antonius & fe foient de renuerefforcez Matra.

Enil Ce trouuc plufieurs les qui fe font rendus des raifons. a fait employé entre acquérir def- qu'il liure de tient. qui ont cff é & publiées. faut des ticulières. d'au- efcla- qui durant à l'examen pourroient ont François anciens qu'il tât Autheurseftans paffer conditionsdu lcfqueilesfont oucon- feulement immortelle meurer ducl. enfemble. comme les mais St. Bernàrd incline Mirandcjluy dans fendu (ingulmcertamme^Axi tre les raifonstres-folides tres y a encore chofes bonnes uent * Ces ficclcs.qu' qu'elles luy pcules Philolophes nÕ vne réputation tante & illufirc.il bien seftfi vn autre de la (fay qticlqtic natiô. fi c'cft par autre. d Audiguicr. ou Boyffat. combat Rois. & les arbitres cenque . tre les Italiens Authcurs feurs citrc reccucs les ne par il & desloix. ou par- ou gcncralcs) à chaque &propres qui de- doit lcus. duPleix. celles que leurs de eftablies.S8 neantmoins raifons. ont recueillies ie les tous fingulier. Scauaron.

de regard cxaélcs.89 de fe battre l'on peut nuoir 8c des moyens en duel. matière. aux oreilles c'eft premier. plus ncantmoins a pluficurs des traité de tres-noble . de nulle eftime. mais pour plaire & les il a bien les autres iointque les Italiens.& nous explique a des inimitiez. comme moyens. trouue aucune des ny cfcrit ont chofe autres des . le y ont fuitte François autres dans fouuent & à des s'arrefte chofcs qui vnc Alhergatus^ncore de fon ftile. & en Politain. plus purifiées . trcs iubtile toute Fabius labcautc le les qu'il Au parlent que il puifle que Caualercfca. relles ne . Oleuanus. les cognois pas à propos non plus que lurifconfultes. qui ie ne via ie nr. qui dans cefte eloquence. ccluy qu'à 5c de la pureté les quepacifier de fà doctricaufc de fon je vais de nommer luftino Mutio Baptifta Biraguc. dire d'en d'Alciat. il & difpute. difarp4cein ce que pour pasaflTez. moins devigucur fon tout œuurc. fçaybicn Autheurs.

lors que des ceux Regouucrnail authorité leur publiques. fommes fclan l'ordre il eft. puis qu'il eft fivray que leur bonmœurs & dc c'eft de leurs la bonne que defpend ne des hommes . meilleurs & plus que deue- peuuent Et les Rois & parmycesperfonnes-la. que l'on alors ne foient qu'ils par- ne inftruâion fortune peut nier faitement heureux. preferits.r la lecture temps clarer ceux à dedefquels manient qui gouuernent les affaires publiques &qui nir excellents. des cwfcils fur les affaires qui fe 'presentent ordinairement en l'adlniniAyant donné tfracion des nous rions Efiats.des & preceptes. apuyent l'affifiancc de feulement non par qui leurs grand 1 tieunentle gardes nombre & d'vn par le fecours de gens dç guerre j . les prctniers.&: relles des particuliers.90 de l'appointèrent duels. à propos fe prefentent les Princes. que nous commencions ceux p?. des que- les authcurs qui ont propofé des adiiis.

il eftnecelïaire furuicnnent. uant ure teurs core bien Et Cardinal qu'il afoift obierue tuy après Beffarion contre dePlaton. en emà l'expédition faifant paroiftre confiance dans. . toutes contraire arriuent l'on qui chofes fi au lieu de gouuer- pour à propos duquel de remarquer. ces derniers qu'en a efté vn pris pour & iniufte comme Prince.mcfmc mais s'ils fortifient illunre leur leur ployant des affaires.& qu'il par les authoritésr tellensPocccSjV irgile fur le le mot tres-fçadans le li- les calumnia- Ce iuftifieendes dont tres ex- ce ver. trauail rendent de en la force dignité. fie- qucccn'eft cles qu'il met chant Sui- das l'a très de wpajwr. deTadrefla prom- de : Et enfin en à les executer ptitude vfant de prudence & de bons Coneft queftion de pourfeils lors qu'il uoir aux accidents Comme au leur Roys neurs mot autrement leur donne des Tyrans.¡ delà & 9\ & s'ils leSperi)Sjdel'induftrie& fe dans lcurs aâtons.

9* eft dans toutes lcs bouches & dans les liurcs. AriftoccJ& puiffant&rt- alors quvn putf- U foufmettre à fa lors lifant que Xenophon. tous dextram Parsmthipaciserit pour Et tettgf- feTyranm. que l'on . Si te puis Et la toucher pvomptement m tin du Rojy Silius Italicus tres-bon Hicron de Siracufe. dire ic tiendra) dite.employé Vos et km Zanglem de parlant qui &tres parfaift cét autre Roy vers. arreftée la paix moy. contra arma qu'il ejloii Siculi Ty rânnt 6c. Juuijfeegregium Qui fignifie jQuoy necrufles honorable vous pas & affifterd'vnfeeours dON/Able Zancle l'infortunée fantRçy Voulut auec Ce le fer ? ID) que ic dis afin Platon.

95
des
rencontre
y
du deuoir
cours

loiianges
du Tyran,
a faiét

& des

dit-

nous

ne

pas
penfions
de Trapczunce,qtic

comme

ayent
aprouué
s'en
faut que

tant
Car
laTyrannie.
cela foit iamais
tombé

dans
a

pas

plus

leur

ces

excelleraient

de la
qu'eux
d'vn
bon Prince,
ton

dans

fuader

contraire

efprit)qu'au
des
anciens

vn

de Xenophon
de chofes,
beaucoup

fiant

Autheur
voit

tellement

a dépeint
Cyrus
qu'il
vn mefehant
doute
eftoit

verité

Princeton

de l'hiftoirc,

vtiles

mais

qui

non

raifonluy

feulement
pardonner

à

fans

&
impie
la
pas félon
l'icomme

& le modelle,
d'vn très
mage
tres modéré,
& très-vertueux
que

perles li-

admirable

Jors

malheureux

Ca-

& qu'il
les exlire
foigneufeà dire vray
sce-

à les

mefrnes

fa id

fagement
du
deuoir

& Lelius,quc
font
fort

ures

Cet

parle

là que
turque
s'efforce
de

Ciceron

ment.

iln'y
ait

qui

& plus
&
charge

à Scipion

horte

George
Authcurs

iuite,
Roy,
auec

l'on

peut

fon

menfonge

-r------ 1
^4
mais

mclnic

vue

donner

grande

ap^

probation
à tant
de prcceptcs&daduis falutaires
contiennent
que
cfchtsJ'ingcnieuxPoëtc

profitables
Claudian,
donius

SiOptatiap)
aucc
tous les an.

Porphire,
Apolinaris,

ciensPancgyriftes
en vn volume,
d auàntage.
les moeurs,
tcsics

les

Latins

n'ayant
que de lotie r le na .uiel,
les fages dilcours
& touadions

belles

ces

& par
flambeaux
res pour
cftrc
pour

imprima
rien fouhaitc

ce

des

deffils

comme
vcus
eftre

Prin-

d allumer

moyen

fuiuis

bons

des

des

pha&
loing,

de plus
de la pofterité,

fans

doute

leurs
ouurages
ont beaucoup
de fc
cc, font de grande
itnportande peu
ce, & ne pcuuent
pas feruir
des

rinftruction
ment
tres,
que
tres

veu

mefme-

tant

tresillufd'exemples
que
tant de vertus
heroiques&preCfc rcfpandent
diuincs
& paflfenc
facilement

portezpar
ces grands
tres

Itois,

à

pur

das

les cfprits

levehicule
orateurs,.
Se très exaâ,

y efias

desdifeoursde
dont
le fiile
& qui

eft

fc font

e5
de parler
autant
façon
pour la gcntillciredcrinbelle
comme
clic cft
& a-

d'vne

fcruis

admirablc
uentjoll,

l'abondactdesIieux,&
des excellenoratoires,

pour

grcablc

des figures
tes maximes,
Enfin

& des riches
elle

comme

propre,

&intelligible.
Autheurs

S.

dans

eft vtile,

au^ufte,
tout
claire

& par
tres-exccttcnts
Deux
& Gille
Thomas,

naturelle,

Rome

matières;

les liurcs

ont

qu'ils

de

faitts

du govuiernement
la beauté
néglige

desPrnces,ayai
t
de la diétion,
font
de
remplis
beaucoup
auec
leur rubleflent

véritablement
d impurctcz&
defic

douceur

coaftumezàla
Latin;
poinét

que

ayent
ou
firueux,

félon

qui
du

font

a-

langage
fc trouuc

il ne

neantmoins

deils

le deftin

deleur

fiq.
mon-

des fonges
fuiuy
des grotefques
imperti-

iientes.mais
cture
cont
fe

de ceux

les oreilles

au contraire

inucticotpar
ils
meditarion,

tefmoignages
de toutes
p!cin

qu'ils
fortes

le.
parvne
vue
foigucnont
des
donné
auoient
de

l'esprit
bonnes
let.

96
¡rcs)&mefme
des
fancc

exaéte

dtvne
affaires

venir à

bout

fcin; ils

ne

de

cognoif.

Politiques;
leur

Te font

pour
def-

gcncreux
pas moins

laificz,

à leur genie
&
puiflant,
emporter
forte de
né pour toute
&de
grandes
comme
aux
difficiles
comchofes,
de leurs
mandements
Princes > ainfi
ne poinét
que
parler de S. Thomas
l'aduoüe
qui
luy
au commencement
de fon
mefme
cela

fe voit,

Paul

dans

liure,

fon

que

en

Bel,

dés

riffoit
Rome,

pour

Emile,

hiftoire
tendre

fa plus

qui

du

compo
des
Princes,

le

que
Philipe
ieuneffechc-

de

trcs-pamcutieremcntGiHc
fut caufe
& qu'il
fa leliure

remar-

de ce

qu'il

gouuernement

de Regimine
Principàvm
auons
entre
les
à prefent
que nons
Durant
le fiecle
mains.
paffé & mefme
peut

le

pendant
iuftement

Sumpftrum

noftrc

duquel
ce mat ancien.

dire

hac

artes
tOTem

Hullaque

non

meI tor

tempest ate

de~

qum prius

ip -

fit/Nit)
.,..

-

on

,'eft

n'a pas encore . moralement Vvimphelingus ils deuroient Mambrinus Rofeus. leurs reprefenté font qu'ils d'ef- Gouucrnc- ceux ont fo» faute trouue entrepris par leurs d'expliquer la niatiere urages que aage. chiauel datts du pour Princes r ordinaire. deperfonnes claircir & tels cultive donné le au pud'eitre. Frachetta. 0111.tels baiencira&Scribanins. tels que eftrc. leur qu'il eftpermis ordinaire par les loix de la Politique & comtnune.97 CtlUdire ont repris Les Arts en IIDftrt ftecle leur honntur. blic. phalius. tels qct'itsG li- . Ils fleur tffentfar tout uantage Et ne s*en trouue ad- àuec gund n'ait point qui eu le bon heur mieux Jiïestre premier ne seft pas non plus quiont entre ment. rafmcjOzorius^Foxius^Natta. LeliusMarettusdcSiene 1 ure ou- & Ma- IaNiphus. & dont efté E. Et enfin BelatniinRt.

& politiques de parler.?8 dcuroient citrc fe ccntormans aux feruir de Chrcfticnde la Religion on ticnt lefqucls que doit comble le Prince que l'il- luftrc de Balzac. yant cfté fuis forti venu vient pour cc à iufquc i'entens dire. A tous de faire dVnftdetres-cxaft François mais poly. commence cftrc beaucoup ayde diueis liures la leélure les de les prcccptcs prcs eftoit plus qu'il i'ay crcn fuiure le Cr. ainfi que a faidt des iu- faitt ie differens. ordi- défia encore dontilfembleque dgiucnt toucher les la félon prononcer que ne- denom- . nonlicjuety de cognoiflancc perfonnes dont i'ay pouuant décs par formule ic n'en pour publiques ay pas affcz Ces en juger. l'on en faire & que imprimé de Franîc. preceptes ne. en & que. ffairr. -d'cil faire autres.. gemens n'en puis tout à très liure ce n'a- que ic encore que depuis n'eft pas moy. autre c hofe entendre en femblable ce que les anciens que occafion auoient de accoutumé naire.

veulent arriuc à caufe mpbdcla onortapproclie.que defôrtir du beaucoup plus quelque gneauoir uln. extrêmement ce n'efl: nient principa- à leurs familles. ligemment comme defti- Ec pour d'elles. confirmée par toutes de que approuueç cofrfentemcc le les en eftat eftant puiflenc Veu que vainc & ri. ceux que di- loy peu peut les concerncr mis ont ont ne com- perfonne. à leurs eftre le gouuerlesPrirt- t efcrit). & des qui dcs nement ces Princes. né les par pourueu qu'elle i' la vie mefmcs lement.90 comme brement. de plus chofe pas comme auparauant. tant y ait cfiinle. pas vne opinion mais eft qui dicule. par douter.de. qu'eftant & prés & propofez de leurs ils àobferuer à atais. G ij di- les que . nations.qti'elle foit que n'auoit cela. à chacune mencer de vn fccours le te & prefl'ame corps. penfé. & moeurs. & tcfinQi- fage.. preceptes & ceux-là Royaumesjque laiflex. Plaroniciens) lorsaue de minriri lucceflews ne vtiles.

les par l'cnnemy. afleurarïs la fe faia. v n fcj ou r tout de fcu & tout il touche de & que plus mort.100' commence nofirc fcfprit. le remarque j ou bien que l'opinion 8e des Medecins. qu'en cefte derpour ce les deffencej extenière diflolution rieures des occupées qui auoient tre dedans. quille peu à pto do charnelle» fe pour cclefie. an au Orodes PotliGlonius. Ciceron des que cefoit plus véritable. pre t à la pris & Iufques-là qu'il fouuent les bien uoit comme ont faiâ Pa- d'Homere. entendant de beaucoup n'entendoit il pas. le int ericure eftant membres. vail- citadelle . àfortirdefademeure de efcaille fon de fa co- retirer en & neant. telmoignage rapport comme de & Virgile . lansfoldats. plus ilfefubtilifc alors & comprenant chofes que deuant necomprenoit deuine & chofcs trocles futures. terreftre. accoufiumé dans retirez pour de efprits combatde comme s'eftans la défia la dépendre. Peripateticitns.

attirent té) 6C qui de l'eftime faid: qu'elles & de l'authori* font G iij fi reli- . la continuelle Et ipfi valent. ex: violence & dernière imprefles mala- fion font fur le corps que dies. lais cie plus tour au & du cœur. & U garde mefmt Nepmjfent fupporterU trefme. Mais de quelque part que ceftc force extraordinaire vienne à l'cf. fagement à cc que.Jurs que Caton Cxtonis. & les les paroles quedifent grands de leur mort. cerneau qui cft le paexcellemment difpofant royal. ileft certain prit. & ingcaicufcmenc. fujferrc cc que elle iuf-.101 trouuehtauembleaen au troupes milieu. proferoit en mourant.y toutes grandes qui cille & Icsrcfoudant chofes. fiues neicUufirdtftcc cuftodcs Jvfq/ta les murs. perfonnages proches dUriturtverba Les di{r. ccft d'elles* que que les dernicresvolôtefcdes hÕmcs.

Car ces grâds . ou de celles des pu ifucffsiy par nous Paleoloque: duRoydeFran* de Philipe des Papes Roy d Efpagne. aufqucls fimblables Et eftre decefte pour & lesinftruâions faid des les ne foict qu'ils de fagcffc) & pcuucnt plus mef- pas ayant de PaulIILon mefme Conftantin quel peut au- gouuememcnt les autres liures ont les Princes ou II.102 Voila obferuecs. cotii ire thorité.au ont vie.& adioufler. gicufement pourmoins en. ou ils leur efté beaucoup tres. qui par des hommes mo- expe jrimentez. & tous que de leurs vies. & Grégoire XV.(alutaircs.ny ny les Princes ne doiuent quoy core forte prifercefte eftant nous donnez & bien fages. les liures Porphyrogenete. ment de de fagcs)oe de remplis preceptes. Manuel Empereurs Bafilcj&Charlesj ce Louis ncufîefine.du de 1 Europe. les Politiques. de leurs autres moyen faiâs aétiolls. par confequent véritablement l'experiencc cognoiftre lesaduis qualité. Princes.

do&cLipfe. fauorife de fes plus particulièrement ce ures. des Gaules. fe voit qui queccluy les autres dans tous dinairement ils & comme Autheurs. qui aufpicOl. pmpercur le tres-bon Ainfique Antoninus non àeferit G iiij des . doiteftre guerre en ce rang.Princes à leurs infpirent plus fort Genie & plus accouftumé n'ont pas les autres apportent vn cfprit plus noble elcrits que tous puiffant d'auoir des plus Mufes. agréables ma& tres-honnefte heureux & plus ce tres-illuftre de riage aucc de la vertu la Gans arts des l'efiude libetaux. conduitparla le commandementduquel a efté faiétc. 1i- il eft comme procede de ce que la nature vray femblablc. non pas à par Iulills Cel ras comme il fcmblc Vincent de Beauuais&à de SaIean lilberi bieêt qui d'en mais par tc&foubs cefte mis tous deux donné fa- au tres douter Iule ont Ce far. recueilli guerre des commentaires. & bien grand. à l'entretien bien 103 vn or. qui fe voit Ce Royale.

qu'il la perfection la doétrine pour employo à fes propres ges j ouJa diligrnceaueclaquelle tire des tenebres. riullemcntlamaticrc ce qu'il vie. com- véritablement y a long pofée dés il par. ftement inef- obligé. propre le difeours faiét des & des de Bafile cfté stantin vient temps Porphyrogcnete d'eftre prefentement tcncbrcs. l'Empire qui attribué à vn cerpluftofteftre & qui ne regarde Martianus. mière a vie Maccdonié. dauantagc admirer puifable.JOA chemins doit tain de Romain. que içfais peuft de soppoferau neaittluy.& il efclaircit ouurail ceux quoy que l'extreme dont il m'a très. .&I'hifloire a nous compofé femblablement Iulian que aétions laquelle .eftroi- bienueillance jugement '* donner Et ecsanciens.dcs dont &reftablic par Con> mais qui en retirée fa pre- beauté par Leo Allatiustrestrès par& noftre fçauant homme ie ne fçay fi ie dois fait dont jLiny. comme a Mais lons. de fa l'Apoftat de la Cxfars.

lot moins uent qui véritablement cftrc les plus capables. il n'cil pas Republique de profit receuoir de gloire. tendent fages que dents. eftimateuts équitables ceux plus choCesla) n'auront auoir moins vne par que publier antiquités. Maispour ticre dont il femble d'en faid defquels la combien va ces opinion la richeflc croyable des lettres de fubicft pas bonne qu'il aura de diuerfes apres moy. Medicis. dix volumes peu& les reprendre que ic me & la mafois vn efloignéjlesApophtegmesoules mémorables des Princes paroles peu plus but. d'autres nages par Galcotus par d'Alexandre ceux vn certain de plufîeurs ontefté lefquels de & Italien. par font Atoine ceux de Pade norme&parÀencasSiluius.ceux Mathias Coruinus) & Martius.il Princes ment encore les à mefme les enfeignements precedes y a de ces Apophtegmes font lcfquels particulièrecomme recueillis d' Alphonce. illuftres mis perfocnfemble .

gemment qui ont leiis triomphes de & Comines. de Empereur.de Licoce ont qu'ils llenc. finefles & les XI. Autheur faift par gard de ceux nes. ils Au re- de Plutarque.106 &difpofc4 JneilnlC parvn lieux communs cqm- fouuiétquecelaa cfté de Louuain. d'vdtand Louis dans la vie de de Philipc Matthieu. qui . reccuoir il leur pourquoy de s'exercer encore blablcs. de à pourfuiure honneurs. dans la vie qu'a Charles Vlloa. de rufes le Schanderbech s'exciter & les P. & d'Erafine pour les recueilly Apophindifferemmetde toutes de fort ItS tegmes pcrfon- par les ne font pas d'ordinaire à qui véritablement Princes font plus hs abregez qui ne veulent poinft ne viennent xéples ils àla confiderer d'Eflat: femfera dili- dcsHifioriens) vies des plus vail& illuftres Princcs. les daiis Barlette.de faid: Quint. les les plus defcouurir de de leurs lcâure eferit Jans 8£ des Alphonfe les vertus d'e- Voila très vtile de & profitables.

* de chercher dans acquièrent par & généralement les autres tous femblablcsAutheurs. fur & comme l'image. tels font tres- vn pour ce traité.fur qui l'affiftauce tez par uernement leur Iufques Prince aucc à la vérité. la cognoiffance des chofes ne. & choifis àla & rinte. qu'il tres-bon eftoient deuoirs. par charge. pres former touliours tels efte qu'ont paroiftre ces vertus. pour comme acquitter ce que cela n'arriue acheuez mon il . & de leurs moeurs. fage fi Prince correfpondans de cefte dignité grité &par ceflaires au gou& aux auons du parlé difcours long ce que tel par ils aux mon- mericc bien auflîfesMiniftres ne deurions rien te de font propre des RoyaUlllCS. de leur vie.107 la valeur militaire. atnis d'aucuns fupremes nous aucune fans ceux .defquels en lafuit« dire vn eft. dignitez. à s'en faut. icy nous & fans faucur. Mais fi:JC très-rarement. ils puilfent l'idée desquelles paraleurs & fe faire a&ions.

& pour ce qu'ils enfemble à quelques s'abandonne entierement. ticipent mes . voyez pcuuciic eftre cellemment cules courir moins puiffants & ces des Royaumcs. ment le relie- afin que de de ccftc vous tlas par quels liures àfouftenir ex* inltruits leur dignité.108 cher Gafarel. fi au gaillarde- Bibliographie.CcsMiniftrcs. Confeillers principaux Princes de deux font VilS font Prince très- & tres-grands tirez par des forces : les car ceux à qui infenfec d'encre vneaflfeétion defordonnec. s que nos François. caufe de la grande Prince leur porte mais tnent Et honteufement chofes des vertus) font les parcri- ceux à Italiens. ces Her- Aqui auecleurs leurs efpaulesporcer le monde. & nulheureufc- eux. faueur le que communément. laiffa n t e n totire àleurs volontez. ce n'eftdetout Politiques. pour appellent les autres font ceux degrez & conduire comme & le font Fauora. doiuent fur le faix. qui montez par les au* .

n'eft des d'auoirtrauaillé que inftruitions. droit faire.&par raifon .il Pour de leur donner pasraifonnable bonne gens.J09 hôneurs. que obfcursi. Dum tun nauU nt wutata Hoc age dura.cela cile.&qui d'autres prix ncrechcrchentpoint dt leurs labeurs) lafatisfaâion le leur de bien & pays.ncantmoins plus que par l'ordinaire pour foient commencement fa- ar bas vne & témé- rite) 6e parvne hardieile impudente. retrorfum in tlto eft te fcra? ce qui fignifie à peu près. pour en d'eftre cftime les honneftes parmy ce qui eft des premièrs. veu bien pas Ce gouuernent qu'ils par paffion. ils ne lailTent leurs dek pas de porter feins fortes à toutes de mauuaifcs aétiCDns) aucun n'eftat autre de receuoîr capables confeil que celuy-cy d'Horace. Tântlu à la vent que ton ntuirt fàblt f<uto- . & quoy leurs on le vou- & quand ne feroit boutade.

Italien le commentaire qu'Antonio pour doittenirpour inftrucon. les & lors que comme ils auront enfans apris auc c ce petit fecours à marcher & fermement.Prince .ils en pourvoient voir celuy les premiers naifuement prccepteS en vn liure Dcsiieuoirs des tracez petits Cafa enuersjes aioinét grands que Ican à comme vnapendice fon Galatee.. que eferit CamillusBaldusa amy d'vnc befoing Peres Pinftruhe furl'Epifire adrefle à vnfien des qu'il moyes l'amitié feconferuer liures d'vD. Ncantmoins la fa. qu'ils aion fultcr auront ils pou: ront plus relaie e. en la mcfmc LeItaliene de langue .110 Aduanèe>(jr fans tarder ttfchc le fort s gner De crainte fut changeant m mu ah le Te reiette bien loin a gaïla fortu- par vn contraire effort. ùcur prati- des if pour acquérir Princes ils vonloient qucr 1 art d' Epheflion. & les compoCez. plultoit que dcSeian.

autres trcdefir pais les raifon- n'ont chofes. & le bien commun uenir toutes les de fa procurer trauailler pour des peuples. de conferuation. & les core d'Afcanius niftres des Au regard rien n'ont qui liures très-vertueux.Ca- du très merier cfié.8c autre in- Deux les précédents. & de leur propre de reft conferuation a près les interefts du général eftre bien 5 Ceux autrement fieceflaires que leur intc- & la conferuation la certes doiuentreccuoirvnebien firuêtioll chofes leur doiucnc confiderez.de precanfes des feditiôs. & de mettre ce qui eft .rrr lio deSkiw Gentilhomme Maretti la mefme matière. eftant extrêmement à l'execution de leurs .qui Mi- en plus grande de confeiller rccommcndationquc aux Princes les bonnes. d'au- poinét leur qued'afliftc^&fecourir en fa necelrité. doéte.& nables quç en- Philomarinus. Cardinal François & tres-Eminent Barberin. nc)qui traiétc de mais qui n'ont pas encore je faclic) iliiprilnez.

adioufterTceuure Louis forte la precedente. de laquelle fainâtes uir aux intentions.& celle il eft queftion quand des affaires d'Eftat Se que feruir qui e doit délibérer des &fami. du confiflorio.ÏI2 la parole & la fageffc.& mefine communs affaires Camillus domeftiques. Baldusenadonné le l'autre de des preceptes. y aucc autre du confiftoire. remettant . liure. Viues. fa que intitulé.de Gabriel dans ce Palcotus.donnant les qqi citaient tttdcs. langue auquel l'on peut tres-elegant que a fai& de la façon de de confultatione vn confultcr. Pour ce entretiens aux licrs.Pour qui doit parole d'art plus autres tantes» mains theur eftre auec exprimée matieres graues.& à ccl. mal polies. lequel diucrgrand perfonage atfemblant ces matieres efclairciflant efparfes. les duluftte obfcures.&impor« eu dans autrefois mes fon Au- i'ay vn petit auoit en del fâtUrfenatorio. qui cft de la parole principalementHle celle qui eft fimon fe doit fer. pIc & nlie.

a faid différentes du &de qui tous deux ont efcric de de Conftliarij de SimonHarouot Cofeiller. fonpais. de celles ieune Zinarus homme Polonôis. vn fingulier iuge- àuec difpofant &y & vne exaâe ment. H .Ir) en bon remettant confus. diligence toutes chofes qui femblcnt plus particulibrement les Cardinaux) regarder ne lailfe auoir inferé pas d'y quantité de bonnes inHruétions) qui auec ne doiuent raifon eftimees pas eftre inutiles. aux & aux principaux. foit qu'ils veuillent rendre plus leurs difcours plus polis & plusabônJans. foit qu'ils leurs défirent orner ames des preceptes de la fagefle. qui vn liure du Confeil. feercts ce£. auparauant ordre cc quidtotc & y recueillant. de Confide tant & de liey rempli d'elegance tant de douceur feulement que non Latine mais la langue mcC. Ils peutient faire encore vn très grand fond des œuutes de Gabriel à Côllibus Hippolitus en langues la charge cfficb)&c Seius. miniltres des Rois&dcsPrin.

114 me en reçoiueftt neur & de loiiange. rnefines Palco- & .il ceux dcfde la Pringrands ne fera pas fe pour propos de fouitenir moyens ttec plusde facilitcr cet les a- employ dignité. précipitation encore peut receuoir alutaires bergatus. auoir après leu fes li- de profit beaucoup confeils de Fabius AIHieroftne eux Platus. de des Cardinaux de combien ex- parcefte vertus. ce pour que nombre au mis lont d'hon- beaucoup beau ftile anec vne parfaiAndré vérita- fi grande l'on que de fa plume. arriue fouuent aflez naux par & ces font mal à les de & par l'authorité affaires feercttes quelque fueilleter des cabinet adminiftrécs. merueilleufe ils peuuenteftreaydez de cellente idée desf qu'il Cardi- la EiJclicé) les quels Cour.&du ures.qu'ils employait & quelque cfiude temps. qu'a tres d'vn d'Auria. à deCardinaux. les liures qui iraient deuoir la charge&du C'eft chofe leurs plus formee tes mais blement.

tous ceux tV. que par H ij 1 en- . ce qui concerne ny difpofer des affaires. de actres-grandes à Pierre Matthieu. & de le bien de leurs Eftats. encore liurc du dernier fa groffeur foit qu'il ne foit pas affez trop fuiue Mais tous ennuyeux. qui Ce fontefque ry de leucz au mcfine degré dignité s'ils veulent que y demeurer luy. & glorieuCcment.Ils tus. que les Princes & leurs ne peuuent entre eux pas ordonner de leurs gran. ont quelque des penfecs aux part Princes. leurs moeurs. graces de de ce qu'en peu & fi fidellement paroles reprefente il a fi bic M. mais leur vie. d'affez tous ceux de quoy prés celle les Miniftres qui fecrettes plus rendre doiuent tions pour & le que qucfadi&iô de Ciccron. & fur fon confeils exemple. & Cottefiu5. feulement rcigler long-temps uent non leurs toutes avions me former tous leurs Et doi- d'autant Miniftres mefpubliques. de principal Miniftre d'HenVilieroy. bien difpofé. & d'Eftat.

ces cfleuent dignitédes confiderables plus ceftc fccours dedans les liurcs. fi ce n'eft pourtant au moins pour la . ils befoin de chercher incnt en blablenient & Prin. ont charge. Amvers tous lespre. leur (cJndu Et bien ne qui de pouuez exprimez. mes les Efiar. ce que pour à cefte Republiques.116 de leurtainbaffadeurs. excellent Prince. qu'il s'exerce à la veuë que des faut qu'elle trcmife Princes ce qu'il & pariily de plus efcla* a de brillant. & plus y les Royaumes. vous. la perfonne de M. je ne ïaifleray pour voftre pas vtilité. en de la Thuillerie. des autres celle Mini Arcs. qu'il que ic difcourc mon très-ffauant ft ic pas neceflaire auec cesliures-là confirmez hom.tres de noftre bafladeur Republique de Gafarel. dont la fonâion eft d'autant plus illufire. tant dans & dans les cftrangers. ont iamais ceptesqueles Authcurs eferits du deuoir des Ambafiadeurs. exccllcm- comporter pour fe les de Venife. continuellement voir.

nlais lumières ont cfté jamais d'e que non mais Hotemant. tout excellent l'ont & tel en toutes lement faiéi & mefine de fou par paroiftre recommendable. O&auianus Magins) fans nom. chofes. c'cft Federicus l'on peut cô- ce quieft de l'clegancc parer. lire. Autheur & certain qui II iij a .117 de raccompliflTcmcnt & pour la perfection mon delfcin. de que do&rine d'vnc tou- poffible CharlesPafchal. us.fans en auant & Phalcrc Crates tefois qu'il ne m'a rendu jugement. d'honneur labeurs doit ne mé- qu'ils de fuiure aufquels cePutcanus. n'en rien diâ femblent auoir que ce & que ce qu'il leur a diété) qu'ils en ne traiter ont apris de luy. pour du ftitc. qui fcu- après luy ont efcrit de la charge d'Ambanadeur.& l'abondannon pas pour ce des chofes. très comme celebre. Pour pas auec moins ritent les luy qui Mairfelerius. de ce trairé) mettre dire quelque chofe. Villicry tous ceux les polie Ton or- la folidité fa nlcthodc)& dre.

& les coutumé de relations faire . pere Voyer Legat noftre le Mote. Au loan. rapdes affaires qu'ils y ontnego- de Vcnifc de leurs port en de. dépeignent aucc il lefquels leursmœurs^e de du lcurreligion. richefles.les principalement . par de . de nombre des places ce que de leurs fortes.de cïees. où ils doiuent pays JlleUrCr. leurs ac- qu'ont confcil) plein Ambafladeurs de retour que eftant ils fonde AmbafTades. & tres-fage.& les Politiques. Anaftafius ncs à CoKier. Brunus. de gens & qu'ils guerre.it8 faiâvn traité du regard de Conradus du Pape. ont touche de comme près les Iurifconfultcs) Gentilis les Humaniftes. leur afalu leur induftrie. lors des peuples traiter. & Scipio plus Canonherius. Eltienne nius) de Germola Dolet. Gafpard mais quels ils peuuent des nemet rcccuoir Bragaccia (oiét qu'ils d'or- beaucoup hiftoiresparticulieresdcs & des lieux. tres fçauant cfcrit de l'Ambafladeur. Ce qu'ils la Mote.

Princes. des plus ex. ils ont &fidellesobde plu s remarqué du Prince des qualités Minières. des hommes fe traitent mais pour des ta ces toutes comme pas de qu il eft les terminer autres. ont de Princes les vns offencez à ment.119 diligentes. d Eftat ne viuc voix fouuent feulencccf- de mettre H iiij par . Ce ne fera pas longues. les fenfiblement fiiion que l'on deflà que non feulement mémoires couure les veu hilloricns. fages. les que mcfme c'cft les in- les pretentions) les dcffejns. fcruations) particulier & de fes vn trauail encore de diuers mas de ïnutile de paix fucilletcr traitez les a- faire d'entre curicu& de. & les fubiets le tenir mais de l'on que la faciliter traiter propos. uentions. les negotiations fement fe telles cellens Miniftres. qu'elles dans les le plus louucnt trouuent plus fecrets dans ces claircment) interefts. in- s'acquiert difpomatières doiuent faire & tres- capables ce que les affaires Pour faire & droiéts.

& des tions. affaires.on il iour chaque des difeours Politiques tres d'aff aires importantes Princes propordcclara- de Secretaircs. en ce dernier ficcle qui pouf de la nom a donnéle Latine. à qui IniniHrcs. dçsRcpubliques. excellent il vray que .& que des (c prelcntc occafions quê lcurs cTenuoycr . me (oit pour l'eftcnducde foit pour des la variété des char- à leurs eu çfgard & obiet. a pour très cft de chofe quelque ce qui cocer ne cet office. de n'a pas acouflumé que cela de ceux fc faire fans l'induftrie 1 faire des defpefchcsfecretferucnc tant tes dcsPrinccSjOÙ ou de cette langue leurs caufe. mais plus elegamment moins & moins conuenablemenjt proprement. ou des lettant aux d'au- Miniftres. Il fcufTent appeliez ncccfde là qu'ileft à présent de dire aufli pcrfonncs qu'il il fc trouue qu'il eft & trcs relcucj auffi mais com- facjignité.no cfcrit des de part & d'autre des articles.quoy qu'anciennement à la vérité . ges. ils icfultc faire Scribes. mefmes 'tions.

lefquellcs lesreiarriuer aux grandes j & que debienfor& gtcs de. le Polipe d'cftrc parles emporte il n'ofe abandonner.lven peindre) de bien difter iyier lcschar.rrrercs. cuns prcccptcs. n'en & d'excellent. ftre d'cptrc-tou. au cftoit efprit cc faift (ubict) n'ayant de s'attacher à des que ne de lettres. p cfconucnable) me il auroit efié & à la majefté à l'excellence gard veu que tous les Itado lamatiere. de chofe autre formulaires moins que flots que crainte n'en ont leur combien defrous ont prpppfez rien faidt donné d'ep voir au- leur fubliqui par rendre plus illuftre. jdifeourir. de la mer.m com- peu de perfonnes en ont cfciit c. les fondernens neccîTairesà trop pc febien acquitçr . ne plus à des rochers. liens) qui prefque feuls fe font tes les natIons. monils ont en cela iniccla puiifent Au contraire. toutefois picfprifer ce pour comme qu'il faut pas les petites fans pn ne peut chofes.& des font comme lettres.

me foit pas arriué D.préfère à tous les autres.HJ de la charCjUltJloit qui de delfcin ayét eferit iere de desS ecretaircsjneantmoins il y a ge Nictlot." les les affaires Mais mvuret nient Politiques. Encor mais il pas.112 de ceftc N îV» me yut lt A"t. mei*ti foit pour fon jugement) nc. blicæ feruiraulieu feul me luy (criba& qu'il peut brouille Guarini dcccat. d'en voir d'autres. rt Ni cola»s Vatbut fuffifance ftinus Pour charge.1 '\It-. Pamphilus qui -De rttéblf eft bien plus releué. il fera bon Dathus. de tous. hexairetres)allec gcgnerus. des fcntimens loigné fatfl vp dodrifa foit ftttt l'oe Voila pour pourquoy.r d. n'enfeigne tâmetres a difLinarus loiiable effort par vn Uqmelfk treatte de ceux qui maà l'vfage port fan art fil.. d'autres qui peuuct liures beaucoup . & totit à faid efment4 du vulgaire.bien qu'outre l'mu.qui familière thodc acquérir de lire qui en a cfcrit Sanfoàinus ftile d'vn en ont cclte Auguen vers & In- & d'vne mé- donné des Perficus cnfeigncmcns.foit pour tulé doit cftre i'eftime fa facilité) qu'il Quid mefvoire R cipu. là il ne ces Autheurs d' i logo. Baptifte tntistn matière au lieu de l'explitoute la vers ex* à la façon des Sophimétrés quer) il difpute Cr ftm tfes.

dre de ceux- que qui Italiens. qui cft Pour le ftile aucc art. derniers ces qu'en faire re- l'ornement. l'obtenir. neceflaire d'auoir à ou gligé la a eferire auec quipeut lettres aucune faift fort peu des 4aunel Balzac. les abfolument les des recueils & des exemplaires. puiffe efgalcr efquelque temps ayent de & apprendes ha. pour chofc trauail il ne- cfire en leur &de de l'elegancc encore n'ayant ou qui etf entièrement ayant gloire des auoir les toutes Italiens. parmy les comme pourquoy.123 fcruir. nations. rangues toires. cy doit langue. le cefte trauaillé cours formulaires de lettres.Apres Autheurs Latins. leur liures des de Premièrement contiennent qui ont aux niatiere. Ôclesautres c'eft auffi l'on autres Marcaffus. des chez . toute forte examiné tous OraItaliens le ftile lettres. chez propre acquifc François. difcours les chez chercher exemple lettres pur & trauaillé C'cft de faire des icompofer le Bcmbe. l'on doit l'art .

fleurs aurôt de moyen aucc l'orne- le leur eft neccfraire. vn plus & plus foible . & tous les fecrets. de diuerfes luinie. le fiile appris deces compofer ment qui de quantité le Cardinal chez Et lors chez lime. auec marques particulières.124 lafche^lus Viidomirius. res d'cfprit. & le chcz Guarini.Etquoy ftedela Porte. pointu le Bonfadius. mais qui licat. il fera a ceux qui ont enbon qu'ils paflent l'art de cacher côce qu'elles feigné certaines tiennent. & fous des chiflfres. & de co. fe pas d'auoir de l'ornement déne laif- GuidicioncTclcgant j lcfubtil chez le concis Bcrnia. pas auoir de fucilletcr la couuerture que Ican Baptirecueilli tous les de Alphabets cét vn labeur pourtât vne plus parfaire docefte fecrette les liures que . arc .& le & parfemé court. fleury des affaires à traiter propre oratoires chez les que Lanfran- Secrétaires Autheurs des lettres. ait ce ne fera inutile. chezPcranda .pour cognoiflance de ctrine. ftile poli.

faiéts de ef- tellement depuis peu par le liure de la Cryptode Guftauus Solcnus. ont relation les ont au claires. matière. depuis & que ren- du manifefte a vn chacun Mais bien que plus attiré l'induftrie & la n'inquietc fuffifancc des abfolument Secrétaires. & de perConne.1*5 Blaife Iacque ont Vigcnaire. eu afle* de Tritheme. depende de la cognoiffance des arts que nous auons il en cy-deuant remarquez ) . . Poligraphiques totirtours des regard Charles l'on encore Aufquels l'Abbé ioindre Gohory. & Ericius Puteanus. celle peut qui inuentions les cfté ayant à fa airez bon menteftre & quelques creu trop claircies pas autres Icgereel. obfcurité. de l11agie. que graphie tout ce qui dans cesliures pour Ton aIon fens caché. plus l'cfprit cét Autheur de peine. & pour uoitfilong temps & la vénération ne faid de l'admitatiô tout le monde. vnouurage efté que n'auoir pour nez. l'a defcouuert. Stcganographiques de Bouille.

à J16 encore rcftc vue toutefois & bien excellente) qui eil: comme couronnement & le . nombre d'augrand on ne attirer les noms. d'inftiuflions. fe voit duit laquelle enFrallçois. de tous les l'art tres bien de difcours de relations & dont il fe trounc vn nombre enLatin grand for Politique. depuis tra- langue pour fer. à Voila pour- ncceflfaire qu'ils exactement à lire s'emtoutes il cil plOYCllt ces fortes au- compofcr traitez dortk manient plus &c noble.En femblabîemcnt nous auons uir à mefme dcffein. du de M. l'accoinpliflemcnt. auffi lctemps fçaitpas à leur parnouuciu- de Franfoisprc* . fçauoir difeours & plus les de l'onabefoincndiuerfes fions qui fe prefentent les affaires l'ordinaire le foin pour des rcfprit quoy les Politiques.Mornay.& cftcommis Secrétaires. Viileroy & de Launcl. qui pour ti les efprits dcfircux drs tez. occaà ceux qui dont d'Eftat. tres les dont Autheurs. mémoires Perron.lequel dansletlirc.

& rcfprit. & plufieurs dont vne gran. la granité. res dont fe trouuent de celles Mais les des me. en cetrécueillie belles diffamatoires.uy ont faiâ à ptefeht. de partie fe voit tains volumes. . moires les à la fuffifance Secrétaires ils traitions. & la maturité bles à vn vieillard.& addreflèes. diftribuez dans amas des font fur toutes lettres qui leur font fe rencontrent lefquels en deux & en trois les lettres duCardinal les autres tomes. qui a faidvn celuy des Ptinces. regard feruans à inftruire Ad Italiens nous pluli- & fentimens. mler iufques fieurs déclarations. d Oflat. deuant les yeux mes d 'Eftat i veu qu'elles tes auec vn foincres-cxaét. & qui d'eftre continuellement dans plu. eftimées meritent le plus vtiles. Eftant d'vne remplies riercs. infinité de très- hom- (onteferi& auec conuenaoutre cela de belles ma- & très-ra- graues lefquels d'vntres- procéder que très fertile efprit: des pe pcuuent excellent 8c n'y ayant au fur.

& la d'vn particulières aux coufrtoifîe chacun : encore les homme s prepare les moyens à chacun te leur facilice fa dignité de feton fa charge & félon de traiâer aucc fe communiquer 8c mais qui bien fcance des affaires les vos auec les . ny de au contraire fe. raiCons) fes. laiche.& à l'entregent à ioindre qui ne fert pas feulement la bonne avions grâce. Et pour quelques à tous aydes precife- en fa charge qui font ap- ceux au inaniment peliez des parlé feruent des affaires puà donner encore aduis vtiles & les Pôlitiques commencer en par ce à 1a po- les hommes qui peut former liteflè & à la ciuilité. auoir Apres donc particulières qui ment à itiftruire chacun & en fa fond ion bliques. voyant par tout eizate.ht plus rien trop de délicat: de (bible. des Leâeurs. mais Il remplif. il peu à peu neccffaires inerefte général. fant & les lescfprits retenant variété par vne agréable de belles & de belles cho.

& de Fabricius auffi des liures comme Cauflfm.129 à mon Ceux ie$àutrès. Cefle eftre de celle fuiuie la que le ftilc& en foient bien tedure liures des ciuilc conucrfation&dclavie ftienne Guazo. de Nicolas Gueuarre. lefquels efforcez de comme vue mefme tadans grauer ble les loix de lavic ciuil e auec celles dn Chriftianifme. de trois de Alexandre de Anthoine Ratnardus fe uEPico- Campanus. enfin celuy qui A pres fera apeilé lefquelles à la àviurc 1 . lomini.qui à tous les ieunes latcc vn comme à im i- propofe hommes LonG a- d'vne exemplaire tres-noble &tres parfaiûe educatiô: Ficin Cicero&Marsile qui tous ontefciitdes liures dcs omecs avec deux ou des deuoii sjquoy méthode d'enfeigner difremblables. Caftorius derniers ptut de la font & . gré qui fem- blcnt plus parfaiplusclcgâment & auoir ttenlêc exprimé celle fuffifancet ce. font premièrement Hucfquc dont l'elprit paroift par tout fi a greable ter & fi gcncreux.

ciiient les plus hautes ont négligés & & les mcfmc doit donne qu'il beaucoupdepreceptestres-neceffailes ci fcauoir. chofe mon àcc aduisne veu voulant paroiftre &s»atachantfetil. certaines beaucoup plus iamaisa rendues que fythu qua ex toque Du tripode que & celles PhDebo /M- profatur.quc les prccedens iheurs un on ce Au- plus graues5 aux matières plus difficiles. temple d'Apollon Ufameufcpre* lfrejïe. laCanonherius deflfein.de fdes touqucls il reçcura refponces les mœurs des Princes.& chant les Re rufes & les des artifices courtifans. le Leur aux Outre contribué en Iturier fes mains. mcfprifcs comme . bon ou mauvais fort elle humains. les oracles ds & du Sieur de fug e G entiIhommeFran çois. quelque qui félon pas eftre inutile.no cour confultcr pourra Baltazar Chaftilion. ceux encorca.

cn partic de moyen cilement l'on laquelle penctrer defcouurir péfées. ayant les defirs toutes d'vn noir def- les n'aqui MomUsvne cômc ny fans cœur pareftre mais au con- leurs fecrets mair cefte diligente faia cftat de cognoiffance auec les hommes. les ancicns.le d'vn bouclier. laPhilofophie la luiiiierepar il reçoit le dont relle. négocier loient que tenebres les de qui l'on effett il cachezQF ceuxauec lcsplus eft obligé de traifter.ni leur femblant trop peu de valeur. En affairement les les fentiments efchauguette faut fa- plus de nuage - penfées & leurs ames & M de tenc- .& fus vnc peut recognoiltrc comme che dans Andabates qui & fidelle yant pas feneftre couuert traire tous voilez fans ccluy la comme comme defiroit à l'eftomach. L'autre poinét tre qui affaires des de trop pas moins entremet- qui n'efi fe veulent à ceux vrile & baffes publiques defpcnd en partie de de l'iiiftoirc.& tant morale que natu.

cinq contefous ce titrcDe mort but cuiufauc twimtaffeÛihus. Cefte & dire &Ics Uîentibtu l'art fecrettes de en eftnecclTaircauPolitiquc. ti morale celle qui fc pratique il ne fc doit rien ar- prononcer. fera pas dorefnauant pénible ny difficile à faire après que Scipion ne ny de éternel de la niic ur en a fi donnévnc Romagnc elegante le liurc dans & fi parfaitte méthode Clair inont. fcsjlcfquellesdoiuent fement recherchécs. vefter ment ny l'on que celles Diuination dese.ho qu'il y acnuiron àVenife primer tlandù il fit imans.fçauoir despt de l'cfprit dodrinc cho- confifteprincipalemctenrrois noiilre de les moeurs uplcSj cftre foigneuà cog- & les inclinations la nature & les complc- . En celle non plus qu'en en la Medecinc. C'cftà conieélurcr J'humeur affedions qui que ce qu'elle & paffions ce loit.que n'ait formé premièreion iugement obfcrna- de diuerfes par le concours tions Ce qui Phyfionomiqucs.IJ2 b-rcs plus obfcures fers.

voudroisdfctout enuie qu'ileuftpris faire ie voyla mon pourcœur de à quelqu'vn vn traidé de laPhyfionomie qui ne fuft compofè que de ces prouerbcslà tous feuls. Car outre qu'eftant raiét de la forte à caufc que 1 iij les pro- . les plus fecrettes La cognoiflance fe muns desaétiôs. nations. dotiter. tes ces Cardan ordinaires.voire en particulier.m des hommes xions fignification qui que de Polybe. ne moins geItesSc ne plus des quelquefois la langue . del'ame. & d'ailleurs eftant confirmées par vn fi grad nombre d'années ne portet auec foy forte quelque quoy de vérité.que (cion chofes promptement che au defcouurent. &la particuliers penfees de toude l'opinion affcuremcnt com- heure en la bou- couchant Inefme le naturel de chacun ne faut Car il ces façons fortans comme pulaires crets cabinets êc difeours des acquérir des prouefbes atout dire de poinét parler des plus pofc- de lafagcfle. des peut & qui font du peuple.

le lens dont en ccftc. £ u<t tu n'e neres Et qui cft.ine rube" niger ort) lumtne lufcus. dans la qu'il côtât d'auraifonst Philofo.U4ucrbes de le grauer il cft certain auffi feroitplusayfé mémoire. propofin'ait pas qui de Martial. Sont des jigllcs qui me font croire . fur les font fondez phes.. tion. Lepotl L'œil rouge & la bouche noire 5 louche âucc le pied tortu .ce auflî qui doute de la ver rite des bué à Facetus vers de prouerbe Joconjlans fuiuans > &qui Ton attrique tiennent lieq ? animus > eculus vsgus9 . Rtm magnum pr*ftasZoileifbontu es. de vertu. Et pour y a t'il en la bouche comme tinuelle des rcfolutions quclqti'vn ce diftique cftant confirmé obferuation emples? ccfte appuyer il rymçz. tiendroir tres qui fur les & ordinairement font que plus deverj te. parvnc de diuers coiv ex- - breuu fede9 C. ell compris imitation.

Voir vnpetit Ce fer oit chofe bien nouu cite.1. de dire chofe quelque pour en particulier.15 wftabilis Hac pes viri triafigna de fUD mihi nulla boni fpes. Ne fçaur oient auoir il feroitprodigieux Mais homme eftre vngrand f*ge.-. à peu qui près Vefprit lignifient. dire félon la paraphrafe viure humblement. legerj'œtlvague fansarreft. blancs lajches de courage. humiles vidi. L'on voit AUfi tres-rarement <%uvn roujjèaupuijfe eftre fi de lie. rufofive mirormagnosfapien- tes. en tous Les teints lieux. Aaro bretées fidèles Albos AIIJAces. de cespoinds 1 iiij De voir Mais chacun . Sont trois marques > le piell homme d'vn qui rien ne me flaift. Comme de ces encore mefmc & autres en du Autheur. qui veulent fuiuante.

. SfortiAnd premier a depeiqt cq du naturel. r Authcur fans queftions par nom Sfor- le Dont qutflioncs. tout par le menu tianes. tres-grande peuples . fc trouuent amplement exprimées leurs.& le grand. par les parles Gircias) du liure Autheurs efcriuains &par întitulcLes des des voyages.des lieux.Del'air. f4 mcthodpde lire fa Republique a fai&e qu'il par Federic urp de par & . en l'Apologie l'cnfanteirçent Au Ican & des tiennent qualid'ail- & qui prennent leur origine de diuersaccidens elles particuliers. diuer- agrcable moeurs eu l'hiftoirc.&deleursdiuerfcscôplexips fituatiôdeslieuxoù eu cfgard à la habitent. la deffendre pour Bonauenture en lequelcontientvne vne fiçé. ôcàleur ils tempérament. auec regard tez que des les Bodin à huia: & fon li- doétrinc. elles cnfon sot enseigneesparHippocrate des eaux. en fon traité de par Albert des la nature en lieux. liure. f c qui Geographies) de l'hulneur. mois.134e ce pour en des qui inclinations des peuples.

Autheur à qui ie ne prefere aucun non autre. & aux du Leâeurs Desocuurcs & des prccedens Autheurs.- les exprime & leurs Italiens) & ordinaires communes 137 des façons de viurc. . l'or de la nlarchaÍÏtc. forte de louanges qui méritées l'efiudc par lesplus polies. de chafque autrcnlét dire i de chafquc eftre peuuent des fciences à ce qui eft de de cet homme ou pour indiuidu.des & de l'efprit r-rançois lièrement s coiiiine les rufes des & Efpaghols.& dans les affaires. des anciens Romains. celuy-Ià. l'autre a particuartifices &. de fe comporter cela aucc tant en chaque ville. pas mefmes foit pour ce qui foit cft de la parfaiétc au regard de toute eloquence. la coquill : . de des cfpries Iean Barclay.& de la na- eft forticomme de & la perle cre où elle le tableau s'engendre. des inuentions de & donne qu'il ennuyé alfe* fouuent diligence. homme en parler ceft parti. Quant le naturel cognoiftre ou de icy.& degouft les plus patiens.

dans les anciens tous fubmergez qui ont le doétes. ont Au- . que moy. prit en vile chofe deffein d'en retirer quelque eftoit De forte que fi c hacun de du Gafarel. efcritdu iugement.ny peuteftre mon cher qu'à vtilité. fe peut ou par trois dont de fignes. & le troifiefme auoir efte in- plus affairé . diligemmentles ce) d'A damantius) font les feuls de l'indlllgence iauuez du cfté theurs i'eftipar- ce queny pour ne feront autres pas il faut mefme aduis. tousles vous. qui par fe font lequel naufrage. hommes monftrc de leur ef. i'eftime genres culier. vanité que de raifon ri comme feulement. feulement mcfme opinion faudroit merois qu'il ler que vous liures & de Autheurs. par plutoiï eft plus de .13S tiennent beaucoup que ceU faire par trois fortes. la fortune fueilled'Arifto- Polemon. le premier que de la Philofophie le fecond ayant dépendant dernier uenté paroiflant quelques faire pour de récréation. tiez qui en cela Mais dupremicr.

par vn de l'ai- Mathématiques. tier a efié volé vous choifirez. emparé d'vn traité auoit etfécoauparauaht Pierre Authcut Pelerin. que qui l'a tranferit au long dans & inféré tout rus. la Corneille d'Horace. par Ce François.139 fc fajét qui les la par phyfionomie. tres. & d'Ariftote. Rtg&li ctro confpctfus a in mro. Taifinc- & plus impuplagiaire) infigne de beaucoup & plus effronté dent. fes œuures fiant des pareillement manifefte larcin Inant. de Boulongne. que qui ont des que ce Taifnier. eftrc en paffant l'honneur bien que lenr i'ay creu deuoir afin remarqué. Niphus. qui pofé s' e«. nupcr & .Entrc efcrits qui par leurs modernes ont expliqué cet art. comme les toufiours guftinus. meilleurs Au- & Camillus Bal- commentateurs Codes Barthélémy dont le liure par Ioarmes tout en.doétcs dus. foit la Republique & rendu. eft deu à ceux qui dans mérité lettres.

Mâts qui Je vole ries vojtnt dâtts les ocher Se doit aller deitns fris us fins/om- bres lieux. pour leur auec qui bonté Biblioteque dinalBifcni.149 Migretin obfcurts mente fund u« 6er"M. imprimé en la de temps euftefté auant qu'elle prife & Cemblo acLeefté Pen furque . confcruez de l'Eminentig*imeCar. ç'eftàdire. brilltnt gui * Agitent reries Peuuoit les tn&Aefier- htnneur âutc s'ejlesur dtni deux.% efté monltré Léo ftretres-incimeamy par & pillée. Celuy mérite qui le premier rang Petrus Montuus.que pour ie difois n'agueres eftre né croilùc la de Con ficclc. cil à Rome excellens. Mais il me no- Allatius. en J.m'a iuftement d'auoir Codes > c'eft apres dont le liurc qui pour font très- autres plusieurs leur rareté. gloire auoir depuis quel liure i ay fçeu ville de Mantouë.

ils au dCfa des bornes.où s'eft aduancé. rus 8c & de faire d'Antiochus dcTricaffe Thadée SponcaDus. Porte de la font bien ptifte s'ils ont remporté de leurs labeurs. Ncapolieffort a defri. & nius.14M îean Baptifte a faiét tain. œuures vanitez les de Samuel Hageuius.d'In- de Cornus. Moldenarius les autres plus Car pour Goclc- » recens.& auoir art pour y auoir Se quelque louange c'cft plutoft pour la facilité cét Ba- pour qu'ils l'ont méritée. la Porte de le dernier cét à expliquer chcr. il feroit iugement. art. cic. ma mention des Tybertus. quelques y ayant per- fonnes pas plus qui n'ont d'cfprit en faut. de Manrouan. de de la de la Chyromande donner à propos Mctopofcopie.que adioufté choie quelque de nouticau.& Timplerus.& FuCiautres . chlius. de lcursMethodcs. attachent qu'il leur lefquels comme des defpendances . Cefane dagine.de de Cardan.Il corame des bordures aux recherches de la Phyfionomie.

ou des viennent de Camillus Melalnpus. de NaeUis.& Profper femblablemét de la Gelotot: par mine. fimples prefentent mains leur & leurs pour fçauoir & que ie n'euffe ne aduenture : bonà pas des bons liures. foy à former ces 11 pareil ou iugement dinination faire copie.tion par les let- dcfcr iption & par les Epinres des liures Baldus. par la lefture à qui il ne vn excellent Politique) feroit fon pas honnefte d'occuper ny bien feur d'adiotifter cfprit. qui de ou ou de tres) feins. naturellemSt au corps. de la me faut badinerics. .comauffi de la diuinr. delïdcngrade la figure. quelque de ces quclqu'vn femmes .du mefmeAuthcur. phie.1 At femblables fauteurs de ces arts tres* Vains & trcs-ridicules)conune en efdeurois faire fe&iclc fii'auoisàinfraudes & auximpoftudcuin impertinent ftruireaux res. & Jean Baptifie de la douicus Septalius. de Lu& Porcc. coureurs. des & des taches marques.ou à qui les leur [rét. Aldorifius. le ris.

LePerc geftes. en perfcâion. hommes doit .en curieux liure ) cognoiffancc que Mais Italien efgard né pour tiltre eu la Inaticre de l'œuure.qu'entre ces comme nier été de l'auons feul nom tous paroill-re. ces autre (ignés affcz là ne peuchofe que des perfonnes que faid * arts qui veillent. pour ce que fes là Ce doiucnt mettre entre plutoft les ieux de les feienplaifir. il a arw de Ctnni. au der- que i'ay obferuer fat- venir pour pourquoy de la diuifion point des mô- doit le à la fignification Politique 3 fçauoir des & desaâions.que uent contenir diuinatriccs. dclafagcffe. Nicolas en fes Paralelles Cauflin de & Cardan l'eloquence. I.&de doit des tirer certain cét art & très- Authcur l'vtilité aduerfitez. nous cy-deuant & que leur lire j fonges Voila & coniedurales.& de quelques des ongles. ches 143 des ta- liures autres de & rOnciehu- toutes ces choiiiatitie.a en fcs liures des a traité l'on vn de vn n-cs-grad à qui il a donau fuicr.

&qui propres uent à forces communes. & pe . de entrepren- Etpource depend & en partie beaucoup font roenfesrelations & la violence & aflfairesd'Eftat.qui ncnt& des cognoiflànce de la forme tous gouuerncnt tes la en (on Royaumes du liure Principautez" - liurc . tre donc lesEftats. ceux de l'opprimer.*44 cilre de fuiuic Royaumes. elle doit des aydes comChapitre nccclfaires à ceux qui fe manier les lçaualls à munément des qu'ils peumaintien- Politiques- troifiefme fouin Prin- par leurs quivoudroicnt dre l'Eurales fe regiflent autant deffendent fe écou- loix. principalement ces C hreftiens. ou Royaumes. du gouuertiiement Fran& l'Autheur Efiats.Ceux çois con- liberté que ce- en partit des Au- faire le . lesRepubliques. fie cognoiflfance des lilitoricns. dans entre les tous leur incurfions. du threfor de tous . theurs veulentrendre ont efcrit lte matierc. des qui en général de chofes de ceentre autres Bote- SanPolitiques.

eftime à fcauoirà a eferit de la grande de rrcs-habilleshommes. grand ftiendray ment tons uec leurs imprimez de ceux tresen nommer que beaux diuers particuliere. de propofer point de tous les autres.pourra affeurance donc i'ay aux veu Autheurs faire fuiuans. pofey euft us font tout fi apporté qui doutcrois fcul celuy au lieu qui l'a co- dapeu fidelicé.tous les Ellats & Royaumes ic ne lequel au monde . de Venife. qui de Gcnnes. Republique à Nicolas Coutarain. que de la auoir gloire pour rapporté vn nombre d' Autheurs. les Ebzcuirs caraéteres petits aont volumes K . tant toit uantage de diligence & de defirera Mais quiconque plus precil'Eftat fement de chafquc fçauoir s'addrefler aucc Republiqtic. & à Donatus Ianottius. Mais pour la Republique afin ne vous femble qu'il pas que ic veuille chercher des couronnes en vue encreprife de peu de laie defirctirert ou pluftoft beur. Vbercus Foliota. ie m'ab-.

néralement autres cnvn de nations.pour il géles chacun compris beaucoup rnefme vn tagc&vn lement de toutes les politiques peuuentrcçeuoir leur dodrinc té. des ont &nouucl. de d'Angleterre.146 & qui font fi ingenicufemcnt Autheurs qui difpofcz que les eferit de l'Italie ancienne le. qui n'ct f Mais mefprifable. dont liure rEnat font acroifi'enlcnt vain ny pource que les dcuant certes d'vtiliaduannut.& uons cy feulement de & luy donner la forme CR necelfaire d'y adiouftcr la eft prefque qu'elle prula feu- dence. dEfpagne. de Suede. & de celle des Suiffes. nous feruent rapportées de matière à fournir à la Politique. Dancluarc)dc d'Orient.puis font le vertu par qui los Republiques Ccfte eftablies pru& augmentées. de la cognoiffance dence procede de plufieurs peuuenteftre euenements difccrnés lefquels que par l'hi. choies que a. Royaumes de l'rançe.& Venife. l'Empire de la République d'Occident . ne .

& telles vray qu'il fcmblable K au a cn & vne n'y que ij el- a rt. mais vray qu'il y inconftance . faut qu'il bornée d'aurégion. . n'ayent pas vn ordre n'y vne contraire les vnc grande rien de fuitte immuable eftant grande variété plus .ils cela humaines. Car encore les chofes huque maines certain. eft caufe n'eft quel'hiftoirequi cun temps ny d'aucune qui comprend&embraffe faitt en toutes les nations les tieclcs. pluftoft de leurs qu'ils nont peu voir yeux les diuef s & les périodes récireplis & incoijftantes des chofes proques vie.141 ou par ftoirc. que pair vn uantrienaprcndrc5ou de chofe par leur pour ftroiél cxperience enfermez ce courte long vfage. à l'e- d'v ne très- en font à bout. hommes ne poufort que peu les pourquoy laquelle qu'eftans dans les bornes propre.mais ce qui s'eft & en tous inftruifc la prude nce Po& luy fournifle ce qu'elle ne litique ne d'elle Incfpoutioit pas acquérir Jne. ne s'acquiert voyla î'cxperiericé.

de toutes Mais compofte femble encore tirer qu'o qu'il puiffe de l'hjHojrc.elle cft mefmcvne &rccucillif:& (agcJle les autres. qui comniandable.ilfemanifefte.pourcc Ciceron. abondâment &c' cft.elle temps. AgathÕ.quc poureequ'audire reur Leoninftruifant elle pas qu'au porte & qu'elle n'eft la del'EmpcTon fils.c't-ll afecours vngrâd ucc peine fe môftrc neantmoinsquil &qu.. tant re* dire de tefmoignagedes de eftmaiftrcffe vie. que fin ont eue le plus fouuenc quelle par le pafle cellesqui luy i eiFemblct.& il n'eit de painét de l'it plus aflureepour reigle juger Tue d'vnc d'examiner cliofe . ce qu'on aprent en Thirtoire.148 difoit que beau.(ipremiercir)ctr des entremeteurs ne confulte corne les Autheurs & dôné qui ont prcfcrit & de la méthode de l'ordre des loix ô .qu'ilarriue autrement choie de coup femblablement elles que viay deuroient ne pas arriuer^toutejfois pour l'ordinaire les choies fcmblabks produisent leurs (elllblablcs.

qu'vn des hifioricns:pour theurs qui ont efcrit re. des chofesabfurdes de laPopcliregard tant faiâvnemetho- dede lire l'hiftoire.qu'on ilittoires. tenir à doit entre foit fciencc) ne fçay difficiles eferire la foit ceux toutefois Methaphyficiensen moins coilnine fi les la philofophit. à beaucoup au contraire pcrfonnesjcomme fa lcuin facilité & pour pour enaeferittrop cftrc agreaWe ic rendus ils fe font à cntendre.que ilsenplaifent font efti- Patrice mais comment la pour Ican leiugcment pour Bodin.Maccius & nius ou ou ne difent ne difent que & de neant. 149 & a lire les ncgligcment de Pof- ce qu'il ne peut medio.Au niercil n'a pas rié que desparoles. cres. qu'aux efprits Lucian & Bocalfei. & qui font cathaloirtic autres Au- les de cefte made- en deux imprimez K iij vo- . Au furplus cÕbatent pour laverigenereufemet la noblcfrede l'hi fto irc.Berté&pour en a parlé natius de iugeauec alltat Bernét que d' eloqu écc.&François més les meilleurs.

Cenuic Et fumontant nous fommes. fe quoque fofit virum vo. fajfer il ne fecourp efleuer tuf* en ie ficcle ou Abouche des humes. . veu que ce grad ne cédant à pas de Icttres homme vn autre en cequi ende l'excellence de l'cfprit entore leâure & de . I4 natu^ que par bien que monftre v iff litareferoray de la Se fouuoir qu'aux aueckoneurdasl fau. le trai&é qu'il par Tes autres dcquoy. ont comme FAgypte bonnescho- d' Homère bcaucoupdc de mauuaifes fes & beaucoup la pourquoy feur d'eloquence le tres de lire voy- ffauantProfcfMafcarTon aduis Auguftin de donper di ayant promis furla par eferit . or que terre deux. poflede & de de grands aduantages dont & de diuerfes fciences. çftantpuiflament douter point auffi promet oçuurcs il ne Tollerehtmo. Methode d'cfcrirc rhiftoireji'aduouë que ie fuis extrememêt tourmenté par lalôguc atte ite de fon liure .~0 ils turnes.

fubtilcment jugement véritablement me de de toutes furuenus les defduifent greable aduis fes qui déclafuccinéte. à prendre prit de tou. nous à ce que Mais ayons jufques ic ne piefcriray veu fonouurage. pas de rapporte" qui ne fe contentét les batailles. luy comme il Ce doit cntrcprifes.yi Et s*Acquérir f>*r tout vt$reno glorieux. aux eftudes d'autres rcigles point faire doiuent de les que Politiques fi ce n'eft l'hiftoire. le Lefteurj fà & caufes recrée d entrepren cefte façon mcrueilleufemcnt l'entretenant dVne nourriture. &qui donnent chaque doit leur ce qui chofe. Et à la vérité d'eferire. euenemens. & luy garde donnant conduire formant a. eftrc l'aeftitné les relations. iloricns dechacun en les lifant pays.& tes les hiftoires l'on que de faire.de hi- s'arrcfier &dcs*attacl-ier principaleniétàceux. des en l'ef- à foy. & les accidens autres là y mais [ecrettes qui des rent les ment & confeils. & à preK iiij . les aétions dcsPrinces.

vn ainfi &de anciens. leur doârine. les meilleur de l'Empire créance de antmoins l'hifiojre auoir hi- ciel plus les Princes Romain.que & les mortes. prefque ferui faut tire de fang nuëment dc&harnces. de ces ait eu pinceurs (loriens de cel- s'il faut & des accompagnées . d'vnc pleine le qui fafcheux Et 1ô ne ne proprofe les choies. dire languiflantes quels en toute beaucoup plus & beaucoup plus de plaifir narration & qui eft folide) defuc. doutcrqqe de profit. & ont quelques-vns. à cefte à faire Encorquily cxcellens tcmps.& ment accidcns n'auons Et ie n'ay iamais efté .parmy fauorake. foit pour la grandeur de gement. 49res . donnant point enerd vn iugemens.i'affcâion la Majefté portoient félon la filnplcmai- de fechereffe) de les à faute ces autre^ Qrnemens. ineillcuremc- laiffe pas d'en auoir en ce temps icy de tres-ilde leur iufc it pour la bonté luftres. nous & les- que forte d'cfcrits.tb IJ 2 ucnir les forte d'occafions.

Bernée. .Mais d'autant que l'hiftoire des anciens n'eft pas moins fainde que reputez rc efiitllé qu'il leurs l'on les vieux eftoienc Poëmes fainâsparHoracc. & leurs Guichiardin) ne parler pour aux Aret i ii. Augufte parré. autant de veritable quis gloire par fon iugement tres-exquis. & de Tite & la La- Liuc)doi. anciens.ie tiensque de Tucidide.&HoineSainét par luuenal. Thou.a Virgile. & tine de Satufte) ThiftoircGrecque de Polybe. de Philippes point a dépeint Louis qui la mcfme liberté aucc auoit veCcu. Polidore que Léonard Comines.& qui de on- que s'eft ac. font anffi moins à fuiets t êuic.d'ailplusvieil de les libres que que iugemens en faia. lac- François femblables.quc des ex- nus. que l'autre par fa façon de régnera par Ces vidoircs.153 le fiecle contre fi fort irrite ic naduouëcTyauoirtrouuc de vertu comparables emples en Paul AClllile. ziefine.à caufc eftoit mil ans. ce Prince Paul de Pierre loue. .lotii.

au* gr4. fiirpafTant sté de fes vertus. l'on doit que ne s'en font qu'ils la moindre chofc obferuées.&lamajrftéde la pureté du (oit * à toutes préférées que l'on les & il eoâcs. plus voire Inefinc le honnorable. au lieu demefie & refout tous les la Politique. rang eft affis comme qu'il s'eft exa- l'on ont qu'ils & fi heurcufe- au qu'il oeuures. fi dans la Scène & l'intégrité que du chine. dansvne comme placé d'où auec TeAonnement de de elnincnt. l'admiration pas du Theatre Mais le dire chofe deuoit du commun. s'en eftre taire. fifidellement nient & iuftement. foit les loix delhiftoire mine les confidere . l'Empereur & le plus la leurs jugement. de ditficultez parla ce parmy fera plus qu'il & 4* le ma- maje- qu'il les ya hom- de à propos rcuerer çom- . mcfme il dos Hiiloriens. de & dercleué ie çroy mes.if4 ucnt cltrc très. 1. tout grand. en ciloigne^ monde. Iedirois la Tacite. foit uité de leur toutes ftile. mis ce pour & Prince.

dcs de d'où Autlicur. paroles trop li autrcsfois les ieunes vouloicnt auoient vn elp. fccrets approdiffaco- aux yeux des Prin- . ordinairc. lors Diane proptlancs. quent comme des que qui les Dieux.1*5 me filence. par fondement inftmétion. pas dire de fort Jnatoircs. de parler foibles. pas dans de cet en incomparable toutes occafions ils des exemples. ils leur les cfcrits mémoire. forte d'hiftoires de par leur trop d'audace. faift l'on de que homme d'vn uil. pour les gouucrner aulfi que les Podiligemment. &des bien & heureufement faut Republi'lues. Cicitudier au Droiâ accouftume d'apprenles loix des douze ta- comme bles. les liberté. des près libelles qu'cllesexpofent toute nue.Il saddonnent litiques à la Icéltire lefquellcs ne pour chent rne vne cefte peuuent tirer oracles. dre par coeur vn à leur faire luy.aucc De forte hommes. necef- Pourquoy tenir pour le les Politiques qui font ne graueronttimon des Efiats.

qiétdIuno c'eft fans doute de cilre de Matde Ni- Clcmcn- d'autresauthcurç. de Pierre dont on ne (fait noms. fabulaiaeftcnm à dire. Dont limpudent babil fa/clpar tout e fila 1er Les fecrets entretiens les Reines. d* Ailly>de qua lit parti. Et ce que dit lunon des Rois quand fis auec ialou- . fraudes toutes Minières cularitcz. ne plus ne deProcopius. de Louis d'Eleufts. pas faid affcurement les relations la les de du Co- fcandaleux de Char- mémoires de ceux le monde.&de malices lcfquelles.le les d'vne ité condaucs. nombre iournal XI. les facrifices dcuroicnt ces & les & ligue. * liures quid dixerit. de Thcodoric thieu des couuertes trcs-obfcure.156 les ces. qui ont de cile IX. qui publient Rex in aurem autres à tout Regin* lotte. hem. moins que nuid dOluét mifes celles Paris. les icmblables Au l'hiftoire deTrente. hiftoires tant les autres eftrc gis.

contiennent qu'ils & qu'ils font les autres.& lcus de cence doiucntpascftrc diferetion & précauen du Maiftre du Pape cotiennët du mefme. de tirer Sctalche & cipes la dignité de fa famille d'acheptcr des efcriuains de genealogjesi dont . quereller ces liureslà.i57 r fa ftinés LA font luptter. appelle généalogies. bien que lavecft deffenduë leéture que leur parlesloixfacrées cft caufe qu'ils re. râg origines. moins veu la li& facréPalais. Les dcCccnte) ceux foit des peuples. aufli faux enfin en qui l'hiftoi- & de la (oit des on lefquels Et cela d'autât moins fidelles de vérité que tous l'ordinaire que pour fe flatc en ce eft des prinqui chacun de fa race. qui pas font des meifagers faifti qui qu'ils Mais le portent rité. des races des auoirpçis liures le dernier font lEglife>cela ne qu'auec & qu'après tion. tous ce pour que autant difent le plus fouuenc ccqui sert comme ce ne s'et f taiA. & familles.

cette defeription illuftres que des maifons aux neceflaire fClnhlcr fi qu'ils doïticnttrouuer fachrr que l'innocence les fiejas gencalogine doit pas Politiques & le mauuais de quelques . fans UliMorum pzaoJ ont quels foubçon leurs anccftrcs. monftrer grands grand ce qui eft fidcllcmcnt. familles. qu'à s'acquérir de la bouleuerfe renommée. de vieux aucc tiltrès falfifiez. fans fart. ctrine véritablement en maiftre des de lhiftoîre fe & qui puif. aux & aux Princes.& a tergo cite cjlendere vuUM* gut puijfent J fonjtnf Mais remontant À*ns c le s p oft de leurs . pour atrapcr faux . à la do& laprobité. d'André du Chefne. là. de flaterie.lJruls lesportt* (jfaccz. tout.< s la plume venale trauaillant 3 plus rClnedict à la faim. qui de l'argent y ayant ait peu qui ne foit pas de ces Autheurs peu atteindre au à meiitc. gu iugeniert.

eux encoreZazzera aucc plus de fidélité A. de leurs qu'il s'agit Princes. pretentions. dussteuinus.& autres quereufiierus. ccllcs faire en- aucc mais Fuluius Auguainus.& qui l'a faid qu'il cfcrit illuftres familles fans tous que véritablement ciennes Ricar- mieux Sanfouino. quc rhifloire de ces pas celles fufnommea ancienne.s'H dans quechofc an- Au- félon qui ne foit pas rapporté la verité) voy la pourquoy il refle feu lemenr à confiJcrcr les généalogies thcurs. les liurcs de ces auxPolidqucs. entre eux à la de * .9 & puiffe les audes d'Italie rien .llirato. tresjont Vrfi. dcfchcoir fe rencontrcqucl.n'ontdcfcritque à nous qui feruent tendre Amirato par veu 3*nfouino. des Princes Chrcftiens. Se non laoùles tClnpsicy. de ces liures feruent droidls à des iuftification comme lors liures les en qu'il le tire chofcs qui I'cfc lai rciffeiiielit des pourcc la diuerfes & des Roys.violée efté ait vues Antonius nus.&qtielcittes Car ont côpofez. i 5.

il doiucnc foigneu- iemblables affaires. & qu'aux Sanfouinus. . de ces la préparé les cail. des Autheurs qui ont faiddes garnir lieux collcaions par titres. les grottes pierres. & d'autrcl refaite delà. les cloux. comme AnthonioPcLotinus. femenc enfin n'eft ce qu'il pas pofliblc où l'on ferenconpar tout a efté pailé liures dont il pour d'auoir tretantde dans cefte cil Bibliographie. rez. Danoetis.afi n rencontres difficiles. . que les Politiques à rechercher la vés'occuper rité de ces gencalogieç lors qu'aux il s'ytrouuedcs occafions difficultez. en puiffe voudra. mariages. & par coiliiiiuns. l'on l'on Avulieurs nlaticrc. tres difficilcjcomme des puids lors de crcufer qu'on preft nous de foif.160 de fucceflioiis.& qu'il dit IcComique. les poutres les marbres loux.clques-vns feulement ont le bois. de mourir ce lubiedl eftably fecours pour nic & dernier cft auons le cinquicfà fe gencral. tirer aaiotis.&aux & inopinées ce que & former Q:!.

Louis Monarchiques. Politiqucs) eftre trouuei auec ailleurs recueillis Il y a d'autres Autheurs pas les dan. a propofez & (impienuement. cft en Dieu ce genre fouueraidj d'eferiré font iugement Paul Parutà comme Marmx3Fraehettaj L vn . à raifett d'efprit. Riétcrus auffi mais expliquez & long par vn vtile amas de diucrs Chocxcmplcs:lcan & Guichardincn tciy Kier en Tes Aphorifmcs. maii au furpluscôme doétcs qu' ils-cfioitt des Mure) ayant cotnpofé qui pout cftrc d'art&dc pleins cftimez très excellents. François.-- . tres & la variété des questions . cfl plein qui il a procéque le pré- pareil qui d'aiTembler foing. ne fe foc feulenjet mais qui en ont formé matières. niais grand. qu'il en fes axiomei ment.liurc n'cft pas fort moins de quelques qui pourroient le Roy paraleleS a peine contentez Ces qui ncant.lei Ces axiotaes.où dé prefquc du mefme fifle Et ccdent. n'àyantrien hlU n allec les les tique précédons.. diuers de côdifcours.

BoccaIcfquellesilsfont lini aucc nouucauté Tagreable fur le Parnaffc eftalus fonftile le mefmc Autel & temple. nombre d'autres.Lcs font aifement Religion. de la fcu- . precedens que liberté lefquclsne en autre pas vfe n'ayant ilsfe font propofé difchofe. de la d'vn gloire Verulamius.Marettus) au chemin marchét au fien. pas Mais prefque cfgal Pic'ardus. & ils pour & aflcz ne les dui. qu'Apollon.depuis féd'eftre mortel . grand cftrc uent dres placez Dieux.««N1*1 & Zuccolus.&qu'il fur qu'il ne le de dans nu fine a ce(femc plus de vaincs bourd es parmy tes Sacyriorne de bonne ques 5 mais qu'il grâde gentille/Te ce &de beaucoup cclles qui font teurs^Enfin ront les par fes imitaproférées il y en a d'autres qui feAuthcurs derniers dont nousvoulons férent qu'en incfme des ce parler.S elierbitis. Ium'us. moin- qu'entre difcours de la Noue recognoiflre la fauffe l'efprit de guerrier leur la liberté l'ardeur&par Autheur )par aucc efcrits.

de Malucfi. a. & Calderi. fcaux volent ordinairement aux lieux où l'on efpcrc vncplus grande moiflon.Cauriana..16J Icmcnc de pcnfécs de cipaux &plus faire des qu^lqu difcours vn de excellents fur les ces prinAutheurs qu'ilsontentreprisd'expliquer. mais entre tous ceux qui s'y font cmployez. Gcntilis) iuftement dit de yant luy>qu'il n'a pas faille mais le Grammairien. Mais comme les oy.Scipion & le Comte d emporter Amirato.Ainfi Machiaucl tècrctairc delilorence n'a pas peu cmbelly Titeliue par fes Albcricus explications. Florentin a traAinfi Remy uaillé fur Guichiardin.. lors a leu les HifioPhilofophe qu'il ricns. méritent la palme.. car pour GruM . & que les hommes f cmblablemcnt occafîons feportent doù ils ardeur auec aux fc promettent refcnoir & de plus d'honneur gloire i il fc trouuc auffi plus d'eferiuain^qui ont faltt des commentaires fur Tacitc) que fur pas vn autre Authtur. nus fur Botero.

puis tous de baguette.Au comme viihomme em- très- la dans monde.164 thcrus & Foxficncrus. des fecrets aucc de regard de les monftrer remarquer & ment comme fur n'cfloit qu'il Politiques. ilfc où comPour vn exil volontaire fouffre qui dans ce coing de la Romagne. voir voftre merce moy dans cefte de toute cho- propofécs) mô trcsgarde que vous par: vie aucc beau- de quantité vn lieu dans forte feule* ay & de douceur Acadcmic du les ioursvn les das cc traidé) ày predre Gaftarel . & entre les marais & folitude) J . qui d'vn cabinet faiéfc pas à des profufion mais il Autheur.plus à des feant de dodrinc Pafchal feroit & cxaGt. ils ont dans leurs commentaires ployé Tacite. d'honv grad de liures. fi toutes les àvous plus fameu fe en la compagnie mes doétes) & faiét de cet vne de ffauoir fes que i'ay ramaflees telles font les queie fçauant fez à prefent de profit coup il ne fe contente Mais c'eft diligent les raretez eftrangers.

trop choie ou que L que vous iij ie me m'ex- . d'impur. rien que volonté. que ic l'ay peu de moy cefte petite narratiÕ. ou qu'en uiez de mal lifant . torqué en laquelle s'il y a quelque chofe temps la hafte deferit trop à de précipitation. vous appcrce. & de vous i'cfpere négligé. vouseferire à fon amy.Ils de les pins cftrc fecouru ccuoirlcs où Cèruie. Olingelandus. encore que i'aye autres chofes) ques fois trompé. d'aucuns confeils liures. qu'aumefme il a exfaire. & auec & quelque poly. iam non nouus inco- NâfoT omit An a la terra mittit littore de Getico Habitant homme d'aucun du feul fç auane. oublié quel. que ie pourrois auccraifon ce qu'Ouide cfcriuoit Hoc tibt ne puis ny rc- ie que ie fuis dvn riuage ofutm bar- bare y Te t'enmoyevn de rare* Car i'ay m'a prefent l'ardent il cft vray que eu de fatisfairc teMcment qui n'aura defir à voftre prclfé.

lee & que curerez) rez vous à vne excitée à compofer perronnc. tF IN. le pardonnè. vous auez efguillons. .quc par de fi puiflans cét ouurage.

& furuenantes dont MEV- Hollande. afefeuft fcnce. yant en noftre le Prince compagnie L iiij . à prendre le vers vous. & fi cela peu faire.167 LETTRE DE GROTIVS M.me vnes plus perdre en plus pouuoir remifes bien toftvous veritablemet à me defplaire & bien en voftre que ic croye qu'eftant pre. A MON rier SI EVR > Ambafladeur Roy IL/TON pour vous iours pour le SYEVR. encore augme- de cette ville. ie fe partent affaires dillerfes . s'cft abfcnce de de Ces commencent fur les autres. en Tandis temps DV les le nombre té par mon font mcfmc r cfperanee aller voir. ic tafche que de faire vnecourfe ie n'agueres fatisfaire à cc que auois (cns que les promis.

ettimé qu'il il Hcinfius. moins que d'eftre plus cft ncccirai. eu quelque viue voix proteftant chofe de à la première fi ie manque le corriger occafion. i'ay ccfte ce qu'il cuit mis dans lettre. les trouuçv pour fien- nous que moyens {. puis qu'il re de C-tire l'v n ou l'autre. que i'aurois tres-grande de m'exeufer dcvousdonncr fon confcils. qui cft vray. que fifipcrdrcdapuifque temps.i«8 MonGeur des esprits m'eust efie fer mes penfees nes. de vous expomes conférant Sdes harmonie quelque ie n'ay néant moins feuft à propos.& devous Il vous raides en ce qui eft le chemin quevous mefmcment monftrcr de .Ide l'aime entretien. d'en plus pas mon facile plus fcntitrens.lors que iccôfidcre cfies. valu vous exprimer micu* par le difvous cours.& aucc lesvoftres former agrcablc. redeuable. retardementvous de uantagc c'cft vous uions donc voftrc Teipargner cét deftiné mieux. vous payer temps long voftre à cét effcét.

bles & des orncmës diucrtifTemens. que fi ic mettant le coniidere confeil que i'ay cn tï. les arbitres de qui font leurs affaires. te vos voftre aage. haute deuez dignité.161 dcucj tenir ftre fais me Mais vovos eftudes.. qui cherchent princidans les lettres les palement agrea. troischofes au crime. voftre .. dans pour les delicieux plincs. iecomIncfme quc ep authorité icy quelque perluadant mettroisvnplus vous obeiïTant grand pas. ûrdins Mais de toutes vous qui eftant & qui pçu aagé. me quelques fautes. uoir de vous obeïr. a leur vie priuéejiln'y arien qui puik fc empefeher que l'on ne les promene. à voftre yoftre temps les difei- défia eftes vn eflcuc en vne de beaucoup Maiflre. voftre charge. & que l'on ne à lesconduifepas forte de plaifans pas par toute defles faire entrer tours.i feifots en dedôc àvous donner. me pardonuera fi ic chofe mal à propos. Pour occupations. ceux qui ont du de leur vie à beaucoup temps demeurant.

beauou de vou> en .Ie de ce qui fera de vos d'vfer des lettres. ferez de vos cftudes lalfiez f dans chercher car niefilie . feruir à cellc- peut commun il'iiiftrunient à toutes la Logique. &dedeftiner deur. par la. platiue) uez pri ne ipalement & ne vous nière. c'et quelle ccr. d'en efperervne Voila pourquoy diuifée en eftant & en aétiuc. chofes. qu'autant quelle vous pleinfc la Phiconteinvous donner dc- à la der- arrefter à l'autre. tout charge à deflfein efludes. cy les cer- obligé chemins les les plutoft vn eftes & vous de prendre courts plus lofophie en renfermez clepluscftroit. fuffiraque luy long.170 & le diligence. & il s'y cela rencontre coup de peu de profit. Il Ariftotc feroit trop tout par de nul. doiuenteftre cours j vous que les agréables cres. àlafon&ion cefte plutoft que jonïffance. de commenil eftraifonnable ne defirerois pas que vous l'ai- deux.fagement de vous ctlcsAmbalfaque vous donc rcftouucnir.

que pourtant dans vos eituceluy qui vous aidera de loifirque vous. il ne faut laquelle lôgpas auflfi que vous vous arreftiez les lidans l'allant tomps.171 lificz abre gé. Apres ure la Phyfique. & vous par après toutes à la faire voir aflemblées monceau. mefme en tous les li- teneur à voftre commandant ures. ayant maiitre de cet art. de fueilletcr lcs les toutes Autheurs meilleurs le menu les plus & d'en recueillir par belles chofes pour vous les prefenter les fois.& fc cet excellent rait cftrc vous le rapport de tout ce qu'il de plus beau. en arts.cointil quelque e pour- de du Moulin. ou de celuy en telle forte Crellius.liplus des. ainfi vne trouuc ou deux que vous employerez faire aura y heure à l'entendre TOUS feront recueillir le de de beaucoup dauantage aura confolnmé. comme la Logique en doit vn fui. Ce temps qu'il y la Logique que ie vous dis touchant en le pratiquiez 1 entends que vous fruilt tous les autres voire fciences. apprendre à .

quelque fuccinétement t. &pour fente que poinét vous recommander gles femblablement pourra auec vn dire à peu de la y pren& pour de lire le liure de qui n'cftny trop long ny . Timp'< que & les rei- que la partie qui & des fondions là. d'Ariftote^ efcrit qui en aura clairement. fur s'en puifle pluftoit lacque noftre en ferue qui fiqueilnc * ie comme chztis. beaucoup le prefentil ne te.17Z urcs Autheur.auffi fetrouucrien ny de fagefle ac de morale h nature l'arne.voyla que vous ne dans de pourquoy à la de Icgeremcnt que vous vous àuec vne toutes les encore de goutter delaMctaphyfiquec'eft premiere Philofophie. y feruir vous n'y a rien les figures dcsT dauantage opiques. dre quelque gouft trai- pas palliez Phyfique crus laPhyexplus ie fuisd'aduis plus exaâe diligence que le vous confeillerois autres.mais parties & les examiniez y arreftiez la il conuenable plus ces après pre- laLogique desSyllogifmes cellent.r.Mais d'vtili.

marquiez. ledteur ge à voftrc ter fommairement crit fur ces liures terprctes. puifcr iufques vous liiiez Ati. vous deuez donner Poli- meilleures. & l'autre Morale. qu'vn ure de luy.Mais ttop obfcur. cfté desPhilo- les fentiments ceux l'on y rcen la Mo- desfeueres a tenu dans la . trop prodigue 17* d'dtre ic crains de voitre voila temps. quels ont depythagore. ic paflo à la Philosophie pourquoy cit la la première aétiuc) dont partie la Politique. mais de vous tout oeuchar- rappor- ce qu'ont cf- les plus fçauans il faut que vous in- fattjcs princ îpalement différentes fedes fophes.celles a Nicomachus font les qu'il adrelfe des pour ce qui eft nous n'en auons tiques. Et pas vous pour ce que vous ne voulez contenterde mais que leseiReurcr vous voulez feulement.que l'on a publiées fous foii r)oili. au fond 5 il faut que ftotc comme le plus excellent ftre quevouspuiaiczchoifirpourv MaiOUI les cnfcigncr: entre les Morales.quels ce que Stoïques.

faitt de ces choies tre Ac ademie* car z dans l'on urcsdesancicns.tliais qui font qui fort ont veripetits cfté haute* . dorez que de Icl Sapiécc. Entre prciiiicrement les Authcurs qui ont eferit les concernent les qui fente nccs & par aphorifrnœurs)par de l'Eccleilles) Coli) ilic l'A ti tlitur prcceptes fiaftique& Phocilidc. & trop facheufe tout fcuJ. grand profit de plai- pas peu ceux là vous auez fir. Theognis) les vers qui a faid ccluy l'on attribue àPythagorc.174 vieille & dasla & nouuellc font opinions quelles iardin JIEpicurc.&quc te l'vtilité que du l'ignorance l'on rencon- que obfcurite de grande- fortics les li- pcrt tou- retil'oncnpourroit d élire rer. d'Epidete. Celuy ScTEiithyridion de contribuer la pourra beaucoup de ces belles chofes à l'intelligence deux liures tablciilcnt.vous d" Anftote vure pourlirez entremefler quelques petits vn uretsquiaucc ne vous apporteront tres. Et de crainte par ennuyé levnt trop exaâc.

comme dans vn miroir y voycnt autre.&les mœursdeshommes^fi aflfaifonnements de la Morale ftoient pas les offices pour cftrc fuffifins.la gue tres ces JavÍe. cc)&les diCcours) en comme choifies deTercn- ou fermons d'Ho- liures les ieunes dans le (quels efcholiers remar quent vue chofc) & les hommes faiéts y en admirent vne race. pas biffer uioTheophrafte. ordinairement n'e- adioufterois dont le liurc entre les . vueille mettre ce rang les poSmcs moraux font quelques tragédies lescomcdics d'Euripide.. demeuré de tous lé dans le genre anciens nous eft qui fcul ceux qui ont exceld'cnfeigner que les appelloicnt fi ce n'eftque l'on caraderiftique.meûtIoilei& qui des eftimez la fe donnera l71 anciens: de lire ce peine iiir les vers do- qu'a faid Hicroclcs cite rez. & Arian a par qui Epiételc enric hi d'vne interprétaplus ample le diMais il ne faut tion. de la lan. & les au. puretéôt la beauté aux plait prcilliers .i'y de Ciccroii.

la mefme l'adiouftereisde in c de excellents propos les vies excellé comme Gra- de Ciccrond'on fcmblablc- J'vtilité le mefme que Ci- à Atticus pourueu fçauant à quelque vous ayez en l'hiftoire & principalement en ce qui . ftrcs de mais très t Ai- pas les Epi- les Senequc*8t Tragédies lifentfous le mefme nom ) aqui le traidei uec courts .6 mains de tout le mode n'eft Et encore mé ce qu'il vaut. laquelle aux façon quelqucsopuG brieueté fruâueufe Politiques dcM ecenas gufte.des Dcmoftcnc cheSjdc ne tirera pas peu mentdes Epiftrcs Au- à dans ÔtlesEpiftresdeSalufteàCaefar ne fera pas non plus hors cÕ- Eclo- de Polybe. & d'Agrippé. : il de Plutarque.de Catô.1. vn interprété Romaine Dion. fort quelques d'Ariftote Politiques cules d'vue gu-s gue font les très excellentes fetrouue la haran- ceronaefcrites qucs autres . d'y adioufterde de ceux auoir que l'on (fait en la prudence Politique celles de Periclcs. Plutarque.

delà les afquicôc5les 04 pour loyAgraiM . mais d'vn le n'a de coufiume. commande de Sur lire puifle appliquer tout la liurc. ie vous re- Rhétorique autre ordre d' Ariftote. certaines orai& de Ciceron. vulgaire que les & les PoEthiques (çauoiraprcs ce grand homme litiques. & toutes leslciences ont ref eu leur reconnu. . & pour fe fert des de fons font de moyens Politique. il tirer les conreillerois de non pas celles Demofthene dubareau cernent les qui 5 lire adrefte & de recogno.& bi8 effica- la morale. aux preccptcsgcncraux cité hypochc. du premier: celles lynthiaques la loy dcMaDilius.firc ie preceptes. regardent mais celles matieres publiques. par qui tous les arts.197 eft qui cfcrites. leurs Philippiques. de* mieux qui montrer les ont qu'elles temps Car il n'y a point que comme de celuy-ià il faut Ces part icul ieres. cement. comme l'on me ayant que pour perfuader en falloir auec la faires perfection.

178 re du & fccond. des loix. brefaudroiâ l'on & de la ures paix. desloix ce qui lire feulement il fufftra de fommaires. de comme ron j droift du public. mais chicaneurs.non pasdc: ce droid priué4)ou dout des particuliers ticiens & les dcs que Ciccron appelle & qui confifie alliances. Mais Morale. Cefie autres quelques courte achcuécJ doiue recom- il n'y a rien que ievous mander à l'cfgal de l'eihide du Droia. cO: des l'on les doiuentcftrc lofophie comme desliapprendra Platon & de Cicc. auffi d entre liures de S. i traite finon recitcr de la fomme Thomas fécondé de la iufficc & pour d en Platon. du droid dit. au la fubAance Theologiquc Ceconde. nations. de fe faire moins Rois. où Mais . de ce principes tirez de la Plii- liurcs les des des il aux paaions. femblables.des de la guerre. aux des peuples. quelques ne Ce repentira pas Scolafiiqucs.aux accords les Pra- viucnt de lire. la fciencc CtX- (cliente. droid gens.

foit leurs mémoire des queftions.&le les cognoilfant les maximes genre qui ont accoutumé vous fera très facile exemples foit que rc en voftrc à Cela. fe faire.& Gentil is. comM ij . preceptes ordinaitc(. de de plafer fieges il les propres.& des liure de noltre de Iurifconfultcs Il y a peu temps.& *7 f dans public. puiffc que pour lafoulagcr befoin de faire vous ayez quelques briefues Pour lire 1 hiremarques.J'vfagc le premier s'en dans derniers liures Pâ. fioire aucc proffit . qui en en doiuent eitre ont traité plus condonc fiderables. il fe faut premic. crire mieux apprendra & le dernier deaes. Ayant l'eiprit rempli de toutes pas rez ces it n'eft djCciplines. & les trois le premier duCode deluftinian. Ce foienc qui des controiierfes gens. quels delàiedhi* puis apresrecueillir redeshiftoires: car communs. aef- employez du droift Voila pourquoy des V af- quez. fufti. fruits vous pourcroyable. Hotoi"nan. rement mettre deuant Icsyeux.

de gran. table & générale me vnc lire les Authcurs qui fommairement les principales chofes qui le monde. aucc &vne de tous les temps.lîo de touvniucrfcllc peinture vn crayon. a point en qui n'ayent n'y tes chofcs mais des vtilitcz. qui touchent de plus & pres à nos temps. que nous bien rent lifons plus bien moire. vous fuiuiez que qui mieux de voftrc mouuement efprit. plus long temps Et neantmoins en cela il mefemblc liberté.& pénibles le fçay bic qu'il que l'on en a faiâes. approchent qui remontant peu à peu gnoiilànjce. &ccluy qui afakt ont cfciit de l'abrège pour j'ainlc Tite ce Liue. donner aucc profondement.. Au furplus cft de lire les hiftoires. Je les que méthodes fcrupuleufes. te la terre. vaut mie ux ne cô- anciennes les par plus pas mais par celles hifioircs. vnc qu'il s'imprimée & demeuen la pour mévous reiglc gcncralc. comfont ainuées dans me luftin. le plus de noftre co.Flore. mencer .

long-temps de nos. que du païs. n'eft pas le que temps que vous employez du Roy Trcs. ie peche tudes mefmcs. trop quelles voseftudes contre .que les eftrangers font de remarquer. mieuxde de rompre crainte de parler de toutesces enfcmblc Voila que ne ma- nous ie pourquoy fcray le fil de cc difeours vous aucc figurant doiuenteftre de foin. fire Republique. qu'il lire les hiftoriens veu mains. Se de plus foigneux les moeurs. Mais d'occafion pas ceux querons iour quelque cbores-Ià. le prie auferuice & pour noDieu Mon- fieur. temps ne faut que pour les plus pas lcml'hiftoire y a plus de profit à les RoGrecs.itt aux & aux Autheurs. de nous. deux qu'il conferuer nations :8c vous veuille le bien pour afin que vos tres-gene* M iij .Il cfioigncz blablement oublier Romaine. defqueiles il de rien retrancher. Chrcfticn . permis vos ef. les coumettre par cfcrit les ceremonies ftumes3& publiques.

vuc le . aucc prit. De Rotcrdam fortune li May if i). durable.181 rtux de (Teins tçux fnccés. donner puiffent les deux qu'il auoir luy vnheu-* plaifc vous d'vn bon cf- appuis yne parfaire fanté.

i8* li)'YN EXTRAICT E LETTRE du Sieur C. mais M iiij & vous . feulement Princes. en exce- 1 n'ay iamaiseftimé. n'aduoucrcz. neriez la examiniez chofcs vnc que vous regarprofeflion que vous confifoie que vous en bien matiere.qu'il trouuer plus diez auez s'en puiffc cxcellente:foic la fin de la choifie.aux pcrfonnagc.fivGus ptez celle qui s occupe aux facrées. a Lftîcclele m Fvition. & que pour cc ton n'a pas craint de l'appellcr la ficlle fcicnce eftoit RoyaUe. quelles vous fi releuécs) font qu'elles pas les Princes ont toufiours voulu que fuj et Pla. ou les chofes que mefmes vous auf- elle confifte . voftre de façon & viurc.comme propre & apartenir aux grands deuft qu'elle aux Roys. . Confeiiier dit bourg y tirée me/me livre touchênt l'ejhêde de la E loüe Politilme. du Jieur IgMdce Hâniell. la pofleder.

Pour efcriuains qui de nos Peres de fc nouuelles Politiques du tout preceptesde iç ne m'en ces anciésPhilofophes* nullement en mets mer- contraires aux pcinça . Roy s.que comme des luges. Scfai- qui la confiderent elle s'accorde comme de à ceux plus près ueilleufcmentbienauec de la f-agetre des autres memoire font faute compagnôs la Sapience.de ceux tous qui dans contenus generalement le volume Car il eft uresmonftrent de aucc Hures de Moyfe ) des ble. fagefle dans mefme comme les la droide raifon. inuen* ou les de celle de efforcez faire oracles qui eft de noftre ce diuine. mcfmc voire font de tous au la Bili- ces les doigt en quel- qui fe trouuët de la desPayés.*8* bienreietant faiâestrcs rions les Authcurs des modernes prendre le fcnl pourvus fois que guiJes. vous vous ne ferez fi vous leur les Ariftotc donnez Platon affurant toutede point pour çxorbitances ques poinétl la retenant de bornes fantvoir vray..

Qn.qu'il leur ofter & en empefl'honneur.& policées.Comme le Prince ayant plc.quc Confcillers Car eftat. trop Qgc ardépour de l'enuie du sâg qu'il fc defe harger auroit faid rcfpandreil doit auili faide fes Miniftrcs.tii rcfaiachcçf" . Qn'il doit entretenir presdcsgrâdspour Cc ditfictout ce qui des efpionsautout luyrapporter ce .18S & n'en voit liures on en leurs nies vulgaires de toutes bannis mieux ont qui hommes les Républiques à les pour cxcm. re cfpancher ccluy Par ce que richeffcs Princes l'or. doit opprimer les l'vfage. par ce foit des amis.ac eminents ne fe doit fauorifer cD des mais feulement vertus. choifirdes des ne doit pas prendre en fcienccs. nés defprit & de vertus Qu'il méc à que que ces fophifcité reiete z. & les font dommageables autres aux cher Scà la principauté. pas porter les lettres. foit des richeflès. aucun fais erfonm médiocres.'il plus illuftres doit familles afin d'exceller l'abondanpar deflus les autres.l'argent.

ou fort de qui Qu'il à perfonne.& ges de fi près les aux furongner plumes ne puiflenr jets qu'elles pas facilele Prinfaut que mëcrcnai&rc. à puif- eft que deux enfemble alau efgard plulioft heureux & le plus leplus party les innoccns. neftqu'vn adolcfcent des fier exercices. . ne fe doit ayant Qu'il à la ne & pas Cour doit .Qu'ii n'cft pas entièrement cc. pas mais Qqe pour feulement la crainte du mal apparent & eminent. gucijn amy Que la frauieune qu'vn l'efcolc.Ofter & les immunitez mefehant.s'il bon. enfant.no plus aduantageux.t86 t'lux. queftion cotifederatiotis.des d'auoir Lances. non la co- partis . il fe doit mcfmcs foubçonné àfaire mourir refondre il eft Quand iint. ligues faire celuy dequi la caufe toufioursdu ioindre indexe lors querellent inégaux font des des & qu'à Flus fié du plusfort. qu'ils de efgaux. n'y 6dclle. lors cft lc celuy qui les priuileaux villes. foit pas entièrement le Prince qui ne fe fertpasde de.

àportcs renards le renard. Lipfc. jours pris parvne longue auoir frequenté les par fcmblables autres & qui deshon- République. Airaut) tout plein d'autres.187 [cs fuicts à la rebclfoy garder doit tromper. lefquelles qu'eli'ay toufque ic ne fans ay iamais peu ouïr parler le fçay bien comme reur. enfesProla par ce quand font Royaumes bouche rcputé deshonnefte Bafile ucrbes. cft à pleins pasplutoftprononcées les font rcfutécs. Et que tellement dctefiécs. grands la par 1. point & qu'il les es 5 mais en quelque leur faufcr la foy façon que ce ioit. il y va Ce que & par ne font approuue comme auili Et fraude deftruits. faire fem- cft l'ordinaire permis fraude. de les confcrucr fix cens dites qu'il redites par P. blablement bon vn c'eft cxpcriencc)pour aucc quantité & par horap* de vne con1 . maximes Que n'eftpas de l'vtilitédela doIt ouuertcs.Que rcceuoir qu'il doit aucc les deuant pour nefte. l'ayant pçrfomiages.

nous deuroient fufpeétcs. çmuelle des l'on Princes de comme ximes. & par de horrible ayant efté les flâmcs.& reduits à vne prefcDt: feriutude. Etquoy que ces . ïens ces ma- font que publiques. fur tous appuyez les délibérations faires oqui non & aux quels roicnt auflî certains paï gouuerncz qucs)fcrucnt des iugemens defolez fc par trouuant à externe & fur de battis eftre iuftemenc feulement ce pour des four. & & toutes aux ce pour comme qui fe font des afMaximes toutefois Ilolitiques. toutes principes) fondemens folides cours grands fur elles c'eft Et que de véritables d'Eftat. efté cjue ayant ces peftilentcs font contraires rea. dans las que tient icy pour- qu'clics Anges-mais viennent qui ces auoir efté pour maiftres Politi.ï88 lcâure. fpedacle Pieu. dans puifées & corrompues fainttes preceptes de elles 5 eferitucesexceldcf- comparaifon Politiques des prispour s. par d'vn de le fer.rn ces petits eftre fecrcts lesconfcils.

d'Efpagne. nous croyons eftre montez au Ciel.8c aucc la auaricicux tout cela . &les ne dans lcsplusrares ceftc doétri- Bibliothèques & de France. facs. fommes fi foigneuX de les & nous les enfermons conferner) que nous eftroitement & les ferrons dans dans nos des que mefme palfion cachent lAirsricneâes maifons. plaift fi fort)quc ainfi que me vn precieux Threfor. gile. nous par nous la tcnontcom.. liuresdc theurs. les .18. Et lors que par hanous trouué auons les Au. du Ciel en noftre reç cupar ces Enfin comme il n'a pas approuué.0 exemples neantmoins là voir iepumcht ceftc nouueauté tout. vn tableau dePhiclias. de aueugle. d'Italie. veu efté aefté qu'il au mon- communiqué vn prefent comme tres- & tresaduantagcuxàtoutle humain. plutoft & ficcle. vtile. connu inqui iufquesicy ayant efté tout eft tombé à le monde.& l'on fecond Euancomme vn dit. gcnrd zard eftre pour nouueauxpromethèe s.

c'eft que plus rages leu Platon euirent Itoriensdes ces autres fiedes & Ai iftote. pour ces excellents ne quel fçay contre la genie. hiPhilofophes& plus polis qui . puis ne qui pour la famille interprètes mauuais nous accroire. ou nous fommes que admirable fi ie dois ffay que comme procédé dans noftre cer- autres. le nous caché ne que fouftenir cesefprits pas noftre apfouf- des glorieux. noftre ame toutenfemble. cftre de pas paroiftfe de celuy le party de de ) par ic fi ie dois Plaute. croye la cô* nevicnncntà qu'ils qui de per& réputation le à ces vnechofe veulent fou- les que l'on les autres. noftre haiteroisfeulement ambitieux q"fils &tous nous bien vcrité) dre noftre cftime vantons que nous rafinez qui n'inous legereté.combatans en cftat nous mettons foy. gnorent en faffent dire ceûe que dont fcicnce.Igo de crainte noiflancc l'on chez les d'vn threfor ueau. peller Irons & afin de nos voifins. (impies.

on qui n'ont nouuellement publiez. de ces ilsaprendront les chofes font pas mais nouuelles.tbles*car femblent ic iure y trouucroient qu'ils dequoy demelurez & contenter leursdefirs s'cficucr leur ambition&dequoy non deflu-s les autres .où mais que ne qu'elles desPolitiquesd' légitime. du cinquiefme propofées. mais par dition. pas par vue. cru^ que la lcfturc eft mainte- Authcurs anciens par vue sot des moyvn Eftac des ordinairement s'employent la tyrannie. Eftant de ces certain fi peu commune.non ens neccflfaires pas comme àconferuer comme liure elles Ariftote. tres-folicle vaine. eiiipruntécs&prifes He: comme zicfme qui font tout Entre autres Authcnrs. confiderer comme nant peut que 1 un les des liures iamaisefié. voir dans l'on. admirent tant. maintenir Voyla remedes a qui noue- . qu'ils que Theognis Soient défia d'a naquift cognues il fe peut chapitre &ôc ilicur%&auât equ'elles à tout le mon.W leur fi incrprif-.

recognoiC. de ce que vous haiflez & que vous efics très - grand damnablcs fant qu'il 1 aller pour de ennemy toutes ces propofitions.Ig.l'on veu perfonnie les preceptes vue efchole que des en qui ou l'on ne comme pratiquant dans s'apprennent L'on vices. d'autre chemin n'y a point à la grandeur que celuy &de la iuftice.puis que de la picté . & le breuiaire de qui Mais ie me rcfiouis le pratiquent. route là que & Cyrus c'eftparcefte d'vn fi AJexadre difeipic digne grâd & tat Maiftre. receuoirpour te République temps grand deuenir elle apres - patron peut d'vne celle eftoit quelque fon faid leçon hardiment exellende Rome peu de eftabli(fcmenr. fonnagessÕt d'autres arrinés illuftres per- àl'immortarités de ont ictté les fondements & qu'ils trèslà où leurs grands Empires : n'a iamais au contrairc. quoyie autrement nt appelle iamaisce chapiarè à propos & aifez ce me fembleque l'abrégé duMachiaueliftous ceux me.quoy qu'à .

ils leur titre. des des efcrits ce que cours. icy quelde ques hommesvertueux>d'inferer dans vne là que nous fommes de parfaiéle contraire merire gouuernement vous deuez de ces s'il grands des adions s'y eft faiec memoire & d'imitation. méritent d'cfire tirées en exemple. fon.bien confideraefcritdc qui ont Car vous garde.. porte Au furplus beaucoup trcs. (encore affaires ne concernent forme : imputer personnages dignes Il y a elles de la FIN.1. au . &c. la ce qui ctt ne font que de purs Dit- vous voyant donnc. N au de peu que les aétions de ces gucrre) de la compofition fa qui procedant la forme de noltre &de Republique.91 & inconti- CtU-à foncommcccmcnt infhiution& fon nent après ii s' rencontre y foie de vice comme l'cnfeigne Paul Panita qui fcul eft dation bic entre cous la République. rez ceux bien (le pour autres.

Scncquc. de tes le tiltrt & mortis. Epiétete. Aphrodifce. A louardus Gualandus. lesaccopa- lesPicolomi'1' . gne. LaSapiencc. Prouerbes. Cocffeteau. Les Autluurs fous compris vitx Compendium Les liurcs de Salomon. Theophrafte. Fraçois & Alcxâdrc DuVair. Arifiotc. P laton. dijlfibae^jelon tiens qui yfont Tour là morale Politi- Bibliographie que) l'ordre traitées. EtrEcclefiaftiquequi Les Modernes.des Table Authctirs Naudé dans fa inferez. L'Ecclefiaftc. les anciens le S. par des ma- Auihenrs qui en ont eferitfont.

Andronicus Rllodius. Sebaftianus Louis Foxius. Bernardus Felicianus. Viues. Euftacius. Marandé. Auguftinus AIDcrt le Niphus. Lipfe. Vincent S. Thomas. Daniel Heinfius. Brafme. Olympiodorus. des tnckHt Commetinteurs des Montes. Grand. Simplicius. de Beauuais. Altifius I. IuftusVolfius. AfpaCins. N ij . Pontanus. Thomas Campanella. Aueuftinus d#tkt#rt Mafcardus. Lufinus. Abcn Rois. ArianQs.Monta gne Charoru Pitard.

PourtOiconomie• Xenophon. Petrus Viélorius. Zujngerus. Ariftote. Ioachimus Camerarius. Vatable. Lconardus Caton. Lambin. Arctinust . nucleus. Simon Simonius. Odonus. FaberScapulcàfis. Obcrtus Giphanius. Pcnonius. Thomas. Donacus Acciaiolus.S. Varron. Murctus. Gerardus. iEgidiusRomanuf. Buridanus. IaucIJus. Argyrophilus. PalUcfius.

Strozza. FrancifcusPatricius Patrice Seîienlis. Heraclides. Plutarche.Colotnelle* Confia rttinus^ Ludouicus Scpralius. Thomas.lcFrcrcdeLaual. Simanca. s. Cardan. Ariftote. Ciccron. AugeriusFcrerius. Platon. François Fricfius. Romaia. N iij . Politiques Caftalion. N icolaus Balius. Hicrofme Vida. de U Authcurs four l'ejlude Politique* Moyfc. Cyriacus Lconardus Aretinus. I. Molinicr. Maximes de Moyfc. Des Republiques.

Britannicus. Fabius Albersatus. du Pclitifues iArijhtt. Sepulueda. Mercurius C omtnutMs S. De Serres. l. Thomas. Lipfe. Zuinserus. Thomas Campanella.G fegorius PaulParuta.1 it .li/if'. Faber Stapulenfis. Kexermanui. Nicolas OreCme. [ Timplerus. IeanBodin. I. Ioannes Buridanus. DanielHcinfius. PetrusVi&orius. Thomas Morus. Comme/tuteurs des littrts Pittoiou Antoiuus Montecatincs. T olofanus. Politiques imtgmgirts. Cenefius Camcrarius. Giphamus.

Themiftius. Ouiilons. cornent a teur Pompcius & Jnterprfte lturc s Politiques de Y Ut on le Roy. Botcro. N iiij . Hcrodcs Sophifia. Louis Vn & dariflot. Ariftides. Ludouicus de Politique.Scbaftianus FoxiusJ Gariglianus. : Mctn'l'us. & decadence le Roy. en quelques Diaconuc. Maximus Iean r Tyrius. particulières des Ejlats* Durer. Agapctus Dion Chryfoftomas. Fracetta) Hieronymus Gabriel Zinarus. Del'tco»jl'ittAii:" J'f F.flats* Syncfius. Bozius. Italien. des matieres Louis Authcurs la J)e la nai(fartes De Lufinges. Larius. Authcur Ifocratc des François Septalius.

L'Alcoran. De lé Religion La Suna. des lu ifs. extr Adminijlmion crette ordinaire & le- des liftât s. De la Religion Turts. Naudé. Corneus. des Poftel. De la Religion. Cardan. Authetêfs qui ontfat II comparaifon les viles amec les autres. MachiaueJ. Poftel. ou Richardus. loanncs Andréas. des . Itaudier.. Authcur. duprccedet S eptalius. Religions Pierre d'Ailly. Augcrus Kicoldus Bufucqnius. Schioppius. Bodin. FedcricBonaucnture Vn ncpueu Ludouicus Titus d'Vrbin. Çlaplnarius. ScîpioCli^montms. Gafpard Cardan.

Minutius Félix. Arnobe.Liranus: Samuel. Riccius. de Sebonde. Crotius. Viucs. de Sebonde. S. Lulle. Thomas Thomas Bradvuardinus. Galatln. Saluian. Hicronynms Philippcs Coftus. Thcodorct. Auguftinus Petrus de Raymond Raymond Petrus Hugo StcuchusEugubinus. DcIphinius. P. de Sanâafide. de Mornay. . Hicrofme Marfile Louis Sauanarollc. Aliaco. Raymond De la Religion ChrejheHBC* Laâancc. Montuas. Ficin.

Djes htrtfies. Florimond Son! Caffaiider. Continuateur. ! Pcrpinianus. Du Ferricr. Canus. Abhorto. EmericdelaCroix. M. Guichiardin. Se Hillaire. Putranus. Garcias Ccfi. & alliances* Botcro. le Guay. Polibc. de Raymond. Pour A le tvmmerce* Cofta. Alphonfusà Vvorftius. . Caftro. Philaftrius. Melchior Des confédérations Brunus. de Thou. Bandias. le Louis Roy.

Gcrner. S aranzus. Gaerrt 6 di Ugnerrù contre Us Turti. Tiraqucau. Claude Louis d'Orléans. Lazarus Botcro. Georsius FerantImpcrac. de Saintes. de Petit. Le fieur de Breuesd i CentrtltsEjpMgnols. Garrandus De lA ptix HugoGrotius. Baltazar. Thomas Campanella. ClEnalis.A gricola. Bœtius Lucas de Bohoot. DeS Rtng> Chaflanée. Iulius Ccrjas. &fttânces. Gafpard Schiopius. les Contre Herttiqutt. . AugeriusBufbequitu. Valdcfius.

FlamùiiusNobilius. François Fabius Albergatus. Alcmand. Sauaron. BaptiftaOleuanus. Godefroy. I.Viualdus. Scipion Du pointt d' honntllr. Paris de Graflîs. IoannesFeraldus. Typotius. Bernar d de la Mirande. Petrus Montuus. des Hippolitus à Collibus. BaptiftePoflTeuin. Mutio Iuftinopolitano. BaptiftaSufius. E(tat$& Des Tributs. . de Grammond. de Birague. Simon Simonius. Citez. Des duels. DePdccroijJement Botcro. André du Authcur Chefne. ï. Antonit* Mafia.

Ozorius. les tmetf.Thomas. Ribad cncira. Porphyrius Sidonius. Optatianus. Foxius. . Balzac. Limres Manuel cmfofc^ fàr Palcologue.. Vvimphclingus. Lelius Marettus. Niphus. Panceyriftcs. BclIarrnin.«k« Alciat. Tous les desRtys. Pottrrinjlruiïien Claudian. S. Scribanius. Machiauel. Mambrinus Rofeus. iEgidius Romanui. Erafine. Nata. Frachetta. Oraphalius.

* qui bnl eferit les vies Prîmes. Gatcotns Mordus. d'Efpagne. qui ont eferit Anchoine Panonne. Bar lette. Empereur. Gregoire e onlta n t i n Porp hyro Iules Caefar. Pape. III. Plutarque. V. Licoitenes. Gommes. rre Mathieu. gcnctc. grands Authem des AlphonceVlloa. de Cana. Autheur 1 Italien. II. Siluius. des Fâtêorits. » . Tour ïiKstrtdiion micrcment Ican desMiniftres & pre. Antoninus. Louis IX Roy de Françe. jiutbctén jEn'eas JesAfohtfgmes.Bafile Charles Empereur.. Philippesde Pi. Philippcs Paul. Erafinc.

L. Italien del parlar Viues. Gabriel Zimarus. Pierre P vUries Ambajfadiurs. Phalercus. Cortezius. Puteanus. Hipolitus Starouolfcius. -ius Albcrgatus. Federicus les m. Simon S'ils font cardinaux4 idreas Auria. CarolusPafchalius. àCollibus. txierominus Platus. Afcanius Philomarinus# fies principaux Camillus Baldus. Gcncralcment pomtous Matthieu. fenatoric.niftrt! Nlcrcelcrjtis6 t .Camillus Baldas. Louis Gabriel Palcotus. Mmifire. LelioMarctti. 1 AnthoincPerez. Crates. Polcatlls.

Datus. ScipionGcntilis. fans nom. Authcur Conradus Brunus. Vifdonlinus. Canonherius. Pamphilus Baptifta Zinarus. Marcaflus. Bernia. GafpardBragacciar. Pcrficus. Guidicionc. Bonfadius. Ingegnerus. Bembo. les SecrtlAires. lanfranco. DeLauncl. Litéres de tritres. relations Pour Auguftinus Sanzouinus. Balzac.oaauianus Magius. de Les liures &le. Guarini. à CocKicr. & les . negotiations d'affaires d'Eftat. Ioannes Anaftafius * Gcmonius.

. de laPorte* Baptiftc BlaifedcVigcnerc. EriciasPuteaovUt Tritcme. Du perron. M. Anthoinc Gueuatre. é. 0 . Nicolas Alexandre CaaflÏn. Ficin. Fabricius Campanus.. Iean Pour les chlffttf. & diftours TTr~ Politiques. Guftanus Selcnus. ThrcforPolitique. t. De la cmliti Principi. IacquesGohori. DeLauncl. Picolomini.de Itntregenu Galateo. de V illcroy. Mnrnay. Lanfraiico-: Pcranda. Guazzo. Ciceron. r Lcttere di d'O ffa t.

Albert le des Peuples. Polcmon. Claromontius. Niphus.Cattorius. Balthazar De Refuge. Gardas. Sforfiianæ qu zflioncs. naturel . Fedcricus Bonauentura. Par U Phyjionomie. Humeurs Hippocrate. Ariftote. Chaftillon. Reinardus Pour la cotir. Barthélémy Codes. leanBodin. lean Barclay. Scipio Cardan. A damantius. des hommes k igno ijfance é* de leurs bu* meurs. f anonherius. le Autheurs four cognoiflre d'vn chacun en particulier. Grand. Auguftinus CamillusBaMus.

Par la Chiromancie Antiochus Tricatfc. Nicolas Cauflîn» Cardan. (fr Metofofcopit. PctrusMontuus. I. Coruus.^aifnicrus. . Baptiftcdcla Porte. Goclcnius. Taddxus Hageccius. Cyrus Spontonus. Par lesgejtes dr it maintien. Authcur » * Italie Pour conneijlre de r Âitc dcCéni. Ludoaicus Scptartms. BaptiftcdelaPortc. Mclampus. T ybcrtus. Moldcnarius. J Timplcrus. Indaginc. Camillus. Aldorifius. les F j/At!. y Baldus. Par d'autres ofrtes d'arts divinatoires. Samuel Fuchfîus. O ij ..

eftre teiis par 11 . Samfouino. Auguftino Hiftoriens quidoiucnt P oliliiJNes. Petrus Lconardus Bembus. Mafcardi. Maccius. Bennius. Empires. Eftats. Patrice François Pofleuin. IeanBodin. Donatus Iannotus. Nicolaus Comtarenus. Folieta.Bbteto. Luciaru Bocalini. Bernartius. Vbcrtus & Principautés. Les liures Republiques Elicuiers. Atecimw. Paul itmile. Pour acquérir des & des Royaumes chez imprimez U prudence Pûlk/quCyjHir Mttboldedle tas ncceffaircatê l'Hiftoircv la llire.

Polidorus Virgilius. de Thou. Cleniengis. &ce ovicu du Chcfnc. Tacite.<f. de Comines.. Pontanus. Memoires de Charles Mémoires de la Gcncal André de Tfcniç. H ijloires Procopius. Hilloire du Concile Hiftoire fcandalcufe. Polibe. Nihen. Ligue. Guicciardin. Paulus Iouius. Tite Line. M. Mathxus cHrieufcs&fecrettef. Colle Pandulphus Iouiauus nutius. Salufie. IX. 0 iij . Machiauel. Paris. Conclaucs. Philippcs Tucidide. Theodoric de Petrus de Alliaco.

Anlirato,
Samfouind»
Fuluius

Vrfinus*

Anth

Auguftinus.
RicardusSteuinus.
Zazzera.
Rcufncrus.

Lieux

communs peur
Danseus.

les Politiques

Sanfouinus.
AnthonioPcrcz.
Guicciaidin.
Ricthcrus.
1. Cocher.
Louis

le Roy.
Traitiez
de matières

Paul

Paruta.

Marnix.
Fraclictta.
VeruUmius.
Marcttus.
Zuccolus.
Picardus.
lanius.
Scherbius.
Bocahni.

Volitiquei,

»

Commentaires

i Authcurs

Machiauel

fur Tacite.

P,litiglltS:

fur Guicciardin.
Rcmy
Caldcrinus
fur Botero.
Amirato.
Cavriana.
Maluezzi.

(
S
?

Gruthcrus

{ fur
r

Forftnerus.
Pafchal.

FIN.

Tacite.