Vous êtes sur la page 1sur 2
ا 1 3
ا
1
3
ا 1 3 3 NR53 ءﺎﺼﺣﻹاو مﺎﻌﻟا دﺎﺼﺘﻗﻻا ﻲﺗﺎﺒﺳﺎﺤﻤﻟا ﺮﻴﺑﺪﺘﻟا
ا 1 3 3 NR53 ءﺎﺼﺣﻹاو مﺎﻌﻟا دﺎﺼﺘﻗﻻا ﻲﺗﺎﺒﺳﺎﺤﻤﻟا ﺮﻴﺑﺪﺘﻟا
ا 1 3 3 NR53 ءﺎﺼﺣﻹاو مﺎﻌﻟا دﺎﺼﺘﻗﻻا ﻲﺗﺎﺒﺳﺎﺤﻤﻟا ﺮﻴﺑﺪﺘﻟا
3 NR53 ءﺎﺼﺣﻹاو مﺎﻌﻟا دﺎﺼﺘﻗﻻا ﻲﺗﺎﺒﺳﺎﺤﻤﻟا ﺮﻴﺑﺪﺘﻟا
3
NR53
ءﺎﺼﺣﻹاو مﺎﻌﻟا دﺎﺼﺘﻗﻻا
ﻲﺗﺎﺒﺳﺎﺤﻤﻟا ﺮﻴﺑﺪﺘﻟا مﻮﻠﻋ ﻚﻠﺴﻣ : ﺮﻴﺑﺪﺘﻟاو ﺔﻳدﺎﺼﺘﻗﻻا مﻮﻠﻌﻟا ﺔﺒﻌﺷ
2

CORRIGE INDICATIF- BAREME SUR 60

Accepter toute réponse logique des élèves, démarches et contenus.

DOSSIER 1 : ETAT DE L’ECONOMIE NATIONALE ET POLITIQUE ECONOMIQUE

1- a- Marché de biens et services ( l’internet).

3 pts

b- Il s’agit d’un oligopole, car 3 opérateurs se partagent le marché marocain d’internet (IAM : 56% du marché, Wana : 30% et Méditélécom : 14% ) face à un grand nombre de demandeurs.

4,5 pts

2-

Banque

Instrument de politique

Manipulation de l’instrument ou action

Objectifs visés (acceptez toute réponse logique)

central

monétaire utilisé

e

 

BAM

Taux de réserve obligatoire ou taux directeur

Baisse du taux de la réserve obligatoire de 8% à 6% Ou maintien du taux directeur à 3,25%.

Faire face à la sous- liquidité et relancer le crédit.

(0,75point)

(0,75point)

(0,75point)

FED

Open Market

Rachat de bons de Trésor.

Injecter des liquidités pour encourager les crédits et relancer la demande et donc stimuler la croissance.

(0,75point)

(0,75point)

(0,75point)

3- a- Les causes du déficit de financement en 2010 :

3 pts

-

baisse de recettes de privatisations ;

augmentation des dépenses de consommation au détriment de l’épargne. b- Remèdes :

-

3 pts

- la baisse de la réserve obligatoire de 8% à 6% ;

- maintien du taux directeur à 3,25% ;

- encourager la bancarisation, donc collecte de plus de dépôts ;

- mobiliser l’épargne à travers des mesures d’encouragement, notamment la défiscalisation du plan d’épargne- actions et autres. 4- la structure des dépenses publiques en 2009 est dominée par les dépenses de fonctionnement, suivies par les dépenses de la dette et en dernière position on trouve les dépenses d’investissements ( respectivement 59%, 23% et 18%). En 2011, cette structure a évolué au profit des dépenses d’investissement au dépens de celles de la dette, respectivement 22 et 16%. La part des dépenses de fonctionnement demeure toujours très importante( 62%).

Cette structure dominée par les dépenses de fonctionnement a moins d’impact en matière de croissance et de relance

( accélérateur) que dans le cas d’une poussée par les dépenses d’investissement (multiplicateur).

3 pts

5-

a- IPC (2008) : Taux d’inflation 2009 = ((IPC2009 - IPC2008) / IPC2008) *100 1,07 = (( 107,4- IPC 2008)/ IPC 2008)*100 et

IPC 2008 = 106,26

1,5 pt

Taux d’inflation (2010) : (( IPC2010-IPC2009)/IPC2009)*100= ((108,42-107,4)/107,4)*100 Taux d’inflation (2010) = 0,95%

1,5 pt

b- 108,42 : signifie que les prix à la consommation au Maroc ont augmenté de 8,42% en 2010 par rapport à 2006. 1,5 pt 3,93% : signifie que les prix à la consommation au Maroc ont augmenté de 3,93% en 2008 par rapport à 2007. 1,5 pt

c- le taux d’inflation au Maroc a connu une baisse continue entre 2008 et 2010.Ce qui illustre l’existence d’une désinflation au Maroc . d- ENB = RNDB- CFN = 780- 551 = 229 milliards de dirhams Revenus et transferts nets de l’extérieur : RNBD – PIB = 780 – 736 = 44 milliards dh.

= 229 milliards de dirhams Revenus et transferts nets de l’extérieur : RNBD – PIB =
= 229 milliards de dirhams Revenus et transferts nets de l’extérieur : RNBD – PIB =

3 pts

1,5 pt

1,5 pt

ا

   

ﺔﺒﻌﺸ - ءﺎﺼﺣﻹاو مﺎﻌﻟا دﺎﺼﺘﻗﻻا :ةد - ﺔﺑﺎﺟﻹا ﺮﺻﺎﻨﻋ 2012011201201111 ﺔﻳدﺎﻌﻟا ةروﺪﻟا رو د و ا طو ا ن ا

2 2
2
2

NR53

ﻲﺘﺎﺒﺴﺎﺤﻤﻝا رﻴﺒدﺘﻝا موﻠﻋ كﻠﺴﻤ : رﻴﺒدﺘﻝاو ﺔﻴدﺎﺼﺘﻗﻻا موﻠﻌﻝا

 

6- Synthèse :

 

Introduction :

1,5 pt

La politique de relance au Maroc est basée sur la dynamisation de l’investissement public. On ne peut nier l’importance des effets de l’investissement sur la croissance économique, via le multiplicateur, mais l’investissement public se heurte à plusieurs problèmes : le budget est englouti par les dépenses de la dette et de fonctionnement et le financement tant intérieur qu’extérieur est mis à mal par une dette publique très importante.

1- Les effets de l’investissement public sur le plan de la relance :

2 pts

- L’investissement public stimule la croissance :

 

-

l’investissement initial génère de l’emploi, donc les revenus ayant un effet sur la demande qui , à son tour, fait augmenter l’offre et ainsi de suite ;

 

- l’investissement appelle d’autres investissements et donc des revenus supplémentaires, hausse de la demande et donc celle de l’offre ; 2- Les problèmes :

2 pts

- le financement est limité par la sous-liquidité ( problème pour le trésor de se financer via le marché monétaire) ;

- poids excessif des dépenses de fonctionnement et de la dette limite les crédits publics qui auraient été affectés aux investissements publics ;

- poids important de la dette publique compromet la possibilité pour l’Etat de recourir aux emprunts extérieurs et intérieurs ;

 

- les emprunts intérieurs exercent un effet d’éviction et concurrence l’initiative privée et l’investissement productif ;

3- Solutions :

 

2 pts

 

- rationalisation des dépenses de fonctionnement ;

- mobilisation de l’épargne intérieure ;

- chercher des partenaires pour les projets publics, etc.

 

Conclusion :

 

1,5 pt

L’investissement public a des effets bénéfiques sur la croissance. Cependant, des problèmes divers de financement limitent cette action. Il est urgent de résoudre ce problème de financement.

 

DOSSIER 2 : OUVERTURE COMMERCIAL DU MAROC ENTRE LE NORD ET LE SUD

 

7-

Le taux de couverture au Maroc est de 42,2% en 2009, ce qui signifie que les exportations ne couvrent que 42,2% des importations en 2009.

1,5 pt

8- Solde commercial 2009? D’abord calculons les importations :

3 pts

 

Taux de couverture = (Exportations / Importations)x 100 = (113/M)x 100 = 42,2 = 113/M = 0,422 et M (importations) = 113/ 0,422 = 268 milliards dh Solde commercial (2009) = 113 – 268 = - 155 milliards.

 

9- Le taux de couverture baisse d’année en année depuis 2005, passant de 53,8% en 2005 à 42,2% en 2009. C’est une tendance baissière et synonyme d’un déficit commercial chronique et en aggravation.

6 pts

10-

 

Le problème des exportations marocaines provient en plus de la faiblesse de la promotion, du fait que l’ offre est

peu diversifiée et à faible valeur ajoutée.

6 pts

 

Présentation 1,5 point