Vous êtes sur la page 1sur 21

UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES

Faculté de philosophie et lettres


Langues et littératures françaises et romanes

LE ROMAN SENTIMENTAL

Pourquoi lit-on le roman sentimental ?

STOCKMANS Travail réalisé dans le cadre du cours :


Cécile Séminaires et rédactions de textes scientifiques
ROMA-B-312

ANNÉE ACADÉMIQUE 2006-2007


Avant-propos

La littérature et la paralittérature sont fortement liées : la littérature n’existe que parce


qu’il y a de la paralittérature. Un article d’Yves Reuter, professeur de didactique du français à
l’Université de Lille III, Littérature/ Paralittératures : classements et déclassements nous dit
premièrement qu’ « elles sont constituées par des pratiques, des objets, et des agents
communs ou similaires : éditeurs, auteurs, lecteurs, bibliothécaires, écriture, lecture, livres,
librairies... ; deuxièmement « elles sont aussi matérialisées par des organisations textuelles
proches ou identiques : le système générique, la narrativité, le caractère fictionnel…» ; et
troisièmement elles occupent « un espace commun »1. Malgré leur proximité, on sépare la
littérature avec un grand « L » et une autre plus petite, une littérature légitimée et une autre
qu’on ne considère pas. Cela vient d’une mentalité française. Aux USA, on ne le retrouve pas.
La paralittérature se caractérise par sa production élargie. Elle vise le grand public et les
couches populaires. Elle a un corpus énorme : policier, science-fiction, roman sentimental,…
Nous constatons dès lors différentes thématiques. Bien qu’aujourd’hui certains genres
paralittéraires ont gagné en légitimation, le roman sentimental continue lui à être dénigré.
Le roman sentimental rencontre d’emblée une difficulté par rapport à ses
terminologies. En effet tantôt on le dénomme « roman sentimental », tantôt « roman
d’amour » ou encore « roman à l’eau de rose ». Le terme le plus souvent utilisé est le roman à
l’eau de rose c’est-à-dire mièvre. Dans ce présent travail, nous utiliserons le terme de « roman
sentimental ».
Différentes thèses se disputent son origine : en France, on le rattache à la légende de
Tristan et Yseut ; on parle aussi d’une production anglo-saxonne qui débute avec Samuel
Richardson et son œuvre Pamela c’est-à-dire au XVIIIe siècle, une troisième dit qu’elle est
issue du roman feuilleton datant de la fin du XIXe siècle.
Étant donné qu’il s’agit de romans anglo-saxons pour la plupart, beaucoup de
traductions existent. Nous trouvons différents éditeurs francophones de romans sentimentaux :
Harlequin, J’ai Lu, Nouvelle Mensuelle de Nous Deux, Fascicule mensuel « Le Roman en
Or » des Éditions Marken et certains romans de Belfond, Pocket, Les Presses de la Cité,
Éditions de la Seine et France Loisirs. Harlequin domine certainement le genre. Il voit le jour
en mai 1949 et commence par publier des romans policiers et d’aventures. En 1957, il publie
son premier roman sentimental The Hospital in Buwambo d’Anne Vinton. Puis il prend de
l’expansion et multiplie ses collections et ses sous-genres. En 1984, Harlequin rachète sa
1
REUTER Yves, Littérature/ Paralittératures : classements et déclassements, Liège, Éditions du C.L.P.C.F.,
1992, p. 39

2
principale concurrente Simon and Shuster et devient le plus grand éditeur de romans
sentimentaux au monde et par conséquent sera un grand rival pour d’autres éditeurs.
Le roman sentimental est une histoire d’amour qui suit un schéma de base. Julia
Bettinotti, professeur à l'université Laval où elle est également membre du Centre de
recherche en littérature québécoise et professeur honoraire à l'Université du Québec à
Montréal, a établi une fiche d’identité du roman Harlequin type. Le scénario est simple: un
homme rencontre une femme. Les motifs stables sont 1° la rencontre, 2° la confrontation
polémique, 3° la séduction, 4° la révélation de l’amour et 5° le mariage. Sur ce schéma fixé,
des variantes peuvent se faire. Les « guidelines » ou schémas de base sont prêts à le modifier.
Ainsi, ce n’est pas contraignant. La variation est importante. C’est ce que les lecteurs
recherchent.
Beaucoup de critiques (les intellectuels et les féministes) visent le roman sentimental
et accusent surtout leur réussite financière. Ce qu’ils critiquent également, ce sont les
« guidelines ». On reproche aussi le côté rétrograde : elle enferme la femme dans sa condition
de mère et d’épouse, l’associe à l’amour et l’emprisonne dans les sentiments. On lui reproche
d’être un genre stéréotypé mais le stéréotype ne se retrouve-t-il pas aussi dans la Grande
Littérature ? On dit que c’est une lecture dangereuse pour les lectrices : elle ferait croire au
prince charmant. Le paratexte (couvertures, titres, numéros d’astrologie à la fin du livre…) est
très critiqué. Les fautes d’orthographe sont aussi sujettes à réprobation. Les intellectuels et les
féministes en parlent en ces termes et incitent peut-être les gens à penser de même. Il est vrai
que le contexte est un monde rose mais l’objectif n’est-il pas de faire évader les lecteurs ? De
plus, l’important dans un roman sentimental, ce sont les sentiments. Le but est de parler
d’amour.
Le problème c’est qu’on n’interroge pas les lecteurs. C’est avant tout une lecture
féminine mais elle compte aussi des hommes. Bien qu’à la télévision et au cinéma, les
comédies romantiques ne dérangent pas, dans un livre au contraire cela perturbe parce que le
livre est un objet sacré. Ce qui gêne c’est l’amour. De moins en moins de publicité est faite
autour du roman sentimental. On peut dès lors se demander comment les lecteurs viennent
aux romans sentimentaux ? Les auteurs sont aussi des lecteurs. Nous avons une complicité
entre les auteurs et les lecteurs. Les lecteurs ne donnent pas une image positive du genre.
Souvent on pense à des lecteurs populaires, âgés, qui n’ont pas fait beaucoup d’études…
Pourtant on compte aussi des intellectuels !
Nora Roberts est un auteur qui a percé. Elle a su donner des approches nouvelles sur le
genre. Elle mêle saga sentimentale avec de la science-fiction et du policier.

3
Des sondages et des questionnaires de satisfaction sur le site internet d’Harlequin
existent. Il faut plaire au public. Le but est de vendre. Ce n’est pas toujours évident de
délimiter la frontière entre différents genres paralittéraires. Les frontières peuvent être floues.
Des auteurs comme Mary Higgins Clark et Sandra Brone illustrent bien ce problème. Il y a
aussi une mise à distance dans le roman sentimental : parodie/ autodérision, caractéristique de
la grande littérature. Que placer dans le roman sentimental ? Ce n’est pas toujours si facile. Et
si c’était vrai de Marc Levy ne peut-il pas être considéré comme un roman sentimental ?
Le roman sentimental dégage une idéologie : il défend les sentiments. C’est une
représentation imaginaire de l’amour. L’amour est valorisé et une fois obtenu, il reste intact.
L’amour est unique. Il se rapproche des contes de fées par son schéma narratif, par l’idée du
destin et son happy end. Cela a-t-il un impact sur sa lecture ? Nous remarquons trois
caractéristiques par rapport à l’idéologie : la destinée (les héros étaient destinés l’un à l’autre),
la complémentarité des héros (les contraires s’attirent), l’unicité de l’amour (l’amour unique
et éternel). Faisant partie d’une littérature de masse, il suit son temps. Une certaine morale
conservatrice s’y trouve : on ne rencontre pas d’avortement, pas d’adultère, pas de sexe
gratuit (il est justifié par l’amour). C’est une morale puritaine (mentalité américaine). On ne
peut pas choquer.
Est-il méprisé à juste titre ? La culture lettrée défend son bastion. Mais doit-on le
rejeter ? Pourquoi est-il critiqué ? Pour son idéologie ? Les intellectuels et la presse féminine
s’en moquent. Doit-il mériter son sort ? Ne donne-t-il pas une image positive de l’amour ?

4
Introduction

Face au vaste champ qu’offre le roman sentimental, nous limiterons le corpus et nous
tenterons de répondre à la question : Pourquoi lit-on le roman sentimental ?
Le roman sentimental est basé sur l’émotion et sur le pathos. C’est dès lors une lecture
émotionnelle. Il y a une coopération avec le texte, aussi dans les scènes plus sensuelles. C’est
un roman qui agit sur l’imaginaire féminin.
Nous rechercherons les motifs de lecture. On parle souvent d’une lecture d’évasion. Si
la fonction de la lecture sentimentale est l’évasion, pourquoi les lecteurs se dirigent-ils
précisément vers le roman sentimental et non vers un autre genre comme par exemple le
roman policier ? Mais on peut y voir aussi peut-être une lecture thérapeutique. Ces motifs
sont-ils déterminés par des étapes existentielles ? La place accordée au roman sentimental est-
elle la même que celle attribuée à d’autres lectures ? Quand prend-elle place ? Pourquoi des
lecteurs relisent-ils ? Au fil du temps, y a-t-il des périodes où des lecteurs lisaient plus et
d’autres moins et pourquoi ? Les motifs qui font qu’on lit des romans sentimentaux évoluent-
ils avec le temps ? Qu’est-ce qui se cache derrière cette lecture ? On dit que c’est une pratique
plus féminine : pourquoi ? Permet-elle un renforcement identitaire ? A-t-elle une fonction
initiatique ? Elle serait alors une sorte de guide psychologique qui répondrait à certaines de
leurs interrogations au sujet de leurs relations amoureuses.

5
Méthodologie

Dans le cadre de ce travail, nous avons établi une enquête contenant dix-huit entretiens
avec des lecteurs du roman sentimental. Nous ne pouvons pas dès lors établir de généralités.
Notre enquête ne reflète pas une vue d’ensemble. Ce n’était d’ailleurs pas l’objectif. Le but
est plutôt d’analyser en profondeur les propos des lectrices et non de faire des statistiques. Les
entretiens sont tous avec des « lectrices » du genre. Nous n’avons déjà pas le point de vue
masculin. En ce qui concerne l’âge, nous remarquons qu’il tourne en majorité autour de 50-60
ans. Néanmoins, il y a aussi deux entretiens avec des lectrices très âgées ainsi que deux
étudiantes. Elles sont toutes belges excepté une venant des Pays-Bas, une Italienne et une
Brésilienne. Une petite moitié des interviewées sont des connaissances familiales (mères,
tantes, …). On compte également une amie. Sinon ce sont des personnes rencontrées par
l’intermédiaire de connaissances communes. Soulignons aussi une lectrice rencontrée sur un
forum. Il y a des liens entre les interviewées, notamment une mère et sa fille, des collègues de
travail qui s’échangent des romans sentimentaux, des personnes de la même famille. Par
rapport au niveau d’études, on compte six lectrices qui ont leur diplôme d’enseignement
secondaire supérieur, une son diplôme d’enseignement secondaire inférieur, et une qui a son
certificat d’études primaires. Huit d’entre elles ont fréquenté l’école supérieure et deux sont
universitaires. Nous rencontrons une enseignante, trois femmes au foyer, quatre employées,
une nounou à domicile, deux étudiantes, une employée en arrêt maladie, deux pensionnées,
deux secrétaires, une indépendante, et une ouvrière. Douze d’entre elles sont mariées, trois
sont veuves, deux sont célibataires, et une est avec un partenaire. Bien entendu, tous ces
entretiens sont anonymes et des noms inventés leur ont été attribués.

6
Pourquoi lit-on le roman sentimental ?

Tout d’abord, l’origine du pourquoi lit-on le roman sentimental viendrait des contes
de fées comme nous le dit si bien une des lectrices interrogées :

Je crois que quelque part, si on aime bien les livres sentimentaux, c’est parce qu’on a été nourri de
contes de fées. Franchement, on nous l’a … (Elle sifflote) On nous a insufflé ça petits. (Chantal, 56 ans,
enseignante en économie, un graduat en secrétariat de direction et jury central, veuve)

Il est vrai que dès notre plus tendre enfance, on nous raconte des histoires avec des princes
charmants. Et combien de fois on entend dire de la bouche de petites filles : un jour, quand je
serai grande, je me marierai et j’aurai beaucoup d’enfants. La plupart des lectrices voient un
rapprochement entre le conte de fées et le roman sentimental. Beaucoup font la référence
avant même qu’on leur pose la question. Certaines néanmoins ne voient pas le rapport quand
on le leur demande mais l’ont fait en cours d’entretien. Une lectrice dit cependant ne pas
aimer les contes de fées et n’en parle pas durant toute la conversation. Une autre aussi ne voit
pas de rapprochement mais malheureusement ne s’explique pas. Quand on les interroge, si
elles ne le voient pas, c’est parce qu’elles soutiennent que le conte de fées est doté d’une
dimension magique qui ne se retrouve pas dans le roman sentimental mais reconnaissent des
points communs notamment par rapport au final : ils vécurent heureux et eurent beaucoup
d’enfants ainsi que les oppositions (les bons et les méchants), la morale (pleine de bons
sentiments) et la beauté des héros. On peut dès lors dire qu’en effet le roman sentimental est,
comme l’expriment d’ailleurs plusieurs lectrices, un conte de fées pour adultes ou encore dire
que le conte de fées est un prélude au roman sentimental. « Le roman d’amour, comme le
conte de fées, nous demande de croire à ce que nous, gens pratiques et terre-à-terre, avons
rejeté, avons cessé de croire2 ».

La lecture sentimentale est une lecture avant tout fonctionnelle. Elle a un caractère
intéressé. Mais qu’on le veuille ou non, ce plaisir de lire est aussi une norme de la culture
dominante.

La lecture sentimentale apporte de l’évasion. Toutes les lectrices le reconnaissent.


L’évasion se traduit par un double processus : la séparation et la captation du lecteur. Par
séparation, on entend qu’il s’agit d’une lecture solitaire et silencieuse. À cela, il peut aussi en

2
TY Eleanor, Amour, sexe et carnaval : le plaisir du texte Harlequin, dans Armes, larmes, charmes, Québec,
Nuit blanche, 1995, p. 43

7
être le mobile : certaines fuient dans la lecture les déboires de la vie familiale ou
matrimoniale. Et par captation, on entend que le lecteur doit s’immiscer dans le monde du
texte. Le succès de cette entreprise ne peut se faire que sous certaines conditions :
premièrement il ne faut pas que la syntaxe et le vocabulaire soient un obstacle à la
compréhension du texte. Les lecteurs ne sont pas très friands de « « descriptions
interminables » perçues comme des digressions qui entravent l’accès à l’ « essentiel » (le
progrès de l’intrigue) »3. Souvent les lectrices interrogées font primer le contenu sur la forme.
On accorde de l’importance plutôt à la construction de l’intrigue. Cette lecture donc s’oppose
à la lecture esthète qui elle valorise le plaisir pur de la forme. Les autres lectures sont plus
recherchées pour leur sujet traité, ou leurs auteurs que pour leurs histoires et intrigues. Les
lectrices qui accordent de l’importance au style et au vocabulaire existent aussi. Cela est lié
aux compétences du lecteur. Le niveau de difficulté doit se faire en fonction du lecteur. Si le
texte lui paraît trop difficile, il risque d’abandonner tandis qu’un texte trop facile risque de ne
pas accrocher le lecteur plus averti. Deuxièmement, il faut que l’entrée dans le monde du texte
favorise implication, empathie et identification. En effet, l’évasion n’est possible qu’à l’aide
de connaissances et de reconnaissances. Le texte doit intéresser les lecteurs et pour cela il doit
parler de choses que connaît le lecteur. La plupart des lectrices s’identifient à l’héroïne,
d’autres affirment que non. Elles disent qu’elles arrivent à prendre de la distance par rapport
au texte. Mais cette distance se fait-elle pendant la lecture ou après ? On pencherait pour dire
qu’on est entre l’identification pure et simple et la distanciation réelle. On devrait plus parler
alors de projection. On peut noter que l’identification de la lectrice à l’héroïne est souvent liée
à l’âge. La période d’adolescence et de jeunesse est plus propice à l’identification que la
tranche 50-60 ans ou encore la vieillesse. La croyance au monde du texte accompagne le
réalisme. Même si le texte est dépaysant (espace et temps), il doit rester un monde familier.
Cette lecture ludique a pour fonction d’évader le lecteur hors de sa routine quotidienne. La
lecture d’évasion peut être considérée comme un substitut à une sociabilité. Le roman
tiendrait le rôle d’un compagnon imaginaire. On remarque que des lectrices allument leur
télévision ou bien leur radio comme bruit de fond. Cela participe également à une présence
imaginaire :

Disons qu’elle [la radio] est beaucoup là en bruit de fond. Comme je suis souvent toute seule, si y a pas le
bruit de fond j’dis il fait mort. (Marie, 50 ans, assistante en pharmacie, maintenant nounou à domicile,
mariée).

3
MAUGER et POLIAK Gérard et Claude F., Les usages sociaux de la lecture, Actes de la Recherche en
sciences sociales n° 123, 1998, p. 5

8
Dans notre enquête, des lectrices combinent lecture sentimentale et autre (policiers,
classiques…) et d’autres lisent exclusivement des romans sentimentaux. Celles qui combinent
lecture sentimentale et autre disent que cela leur procure le même état c’est-à-dire l’évasion.
Par exemple par rapport au policier, des lectrices trouvent tout de même que ceux-ci
demandent plus d’attention et de réflexion. Avec le roman sentimental, on nous dispenserait
de réfléchir puisqu’on donne toutes les clés aux lecteurs. Même son imagination est aidée par
des descriptions multiples de personnages et paysages. Les descriptions claires et précises
finissent par forger une image aux lecteurs. Les thrillers seraient d’après une lectrice plus
passionnants et plus excitants parce que la fin est inattendue. Nous remarquons que les
personnes font de l’évasion la fin de toute lecture. Beaucoup de lectrices interrogées
demandent que le roman accroche tout de suite, in medias res :

J’aime bien un livre quand ça va vite à lire et que c’est directement l’histoire, sans descriptions dans le
genre : « tu rentres dans la rue, y’a un saule à gauche, un marronnier à droite… ». (Micheline Van
Bunderen, 63 ans, femme au foyer, diplôme d’études professionnelles générales, mariée)

Celles qui ne lisent que des romans sentimentaux peuvent néanmoins varier puisqu’au sein de
ce genre, différentes thématiques sont traitées : policière, historique, … L’attrait pour le
roman sentimental ne pourrait-il pas s’expliquer par le fait qu’il s’agirait d’une lecture
féminine ?

Les femmes sont depuis des siècles majoritaires au sein du lectorat du genre
romanesque. Avant d’aller plus loin, il suffit de jeter un coup d’œil sur ces dix-huit entretiens
qui ne concernent que des femmes. Évidemment, cette enquête, comme nous l’avons déjà
signalé, n’est pas représentative de l’ensemble des lecteurs du roman sentimental. La plupart
des lectrices interrogées disent explicitement que c’est une lecture réservée aux femmes. Tout
d’abord, celles qui disent cela ne connaissent pas d’hommes qui en lisent. De plus, il y a
l’idée que les hommes et les femmes ont une autre vision de l’amour. La femme serait d’une
nature plus sentimentale et romantique.

Oui, je pense parce que, finalement, les hommes sont sentimentaux aussi, mais ça ne s’exprime pas de
la même façon. Ou alors ils sont partis dans leur Moyen-Âge, dans leur science-fiction, c’est de
l’imaginaire aussi mais c’est l’imaginaire masculin. […] Non, je n’en connais pas. Pourtant les
sentiments sont là, mais je suppose que c’est un imaginaire différent. Nous on a une fibre
sentimentale… plus développée. Je le comprends comme ça. (Chantal, 56 ans, enseignante en
économie, graduat en secrétariat de direction et jury central, veuve)

Le fait que ces romans sont écrits par des femmes fait dire que c’est une lecture pour les
femmes.

9
Rarement parce que les écrivains sont très souvent des femmes et les femmes ont du mal à retranscrire
les sentiments des hommes, donc ça passerait plus par la femme que par les hommes […] (Amélie, 22
ans, étudiante universitaire, célibataire)

Julia Bettinotti répond dans « Lecture sérielle et roman sentimental » à la question pourquoi
la lecture du roman sentimental est-elle une lecture féminine ? Un roman sentimental serait
l’histoire d’une femme. La lectrice porte beaucoup d’intérêt à l’héroïne et à sa lente
progression vers le sentiment amoureux, la manière dont celle-ci tente de comprendre l’intérêt
équivoque que lui témoigne le héros. L’héroïne fait part de ses sentiments et de ses
préoccupations vis-à-vis de sa vie amoureuse et de l’histoire d’amour qui se construit. Enfin,
le récit, l’happy end et les héros répondent aux représentations des désirs féminins. Certaines
lectrices pensent au contraire que des hommes peuvent en lire aussi. Rose, une lectrice
interrogée, avait son frère qui était un grand fan de Barbara Cartland. Ainsi, contrairement à
l’idée reçue, des hommes sont également des lecteurs de ce genre. Ne devrait-on pas dès lors
envisager le roman sentimental comme une histoire d’amour qui concerne tant la femme que
l’homme. De plus, la focalisation apportée au héros est davantage présente ce qui expliquerait
peut-être le goût de ces lecteurs.

Des corrélations peuvent exister entre la lecture d’évasion et les circonstances de la


vie. Les différents motifs qui amènent les lectrices à lire des romans sentimentaux sont
étroitement liés à des étapes et événements existentiels. Point de vue des étapes d’abord, une
grande part des lectrices ont commencé à lire des romans sentimentaux à l’adolescence et sont
souvent initiées par leur mère ou un proche parent. C’est à cette période que les sens
s’éveillent, les filles pensent à l’amour et trouvent dans ces livres une anticipation au
sentiment amoureux qu’elles s’apprêtent à vivre. Nous trouvons aussi l’ennui puisque la jeune
fille n’a pas encore de responsabilité et d’obligation et a de ce fait beaucoup plus de temps
pour rêvasser. Nous avons aussi la jeune fille qui ne sort pas de chez elle et qui s’évade par la
lecture. Certaines ont commencé cette lecture romanesque seulement vers 50-60 ans, l’âge où
la femme a plus de temps pour elle (le départ des enfants, …). Point de vue des événements
maintenant, des circonstances plus dramatiques peuvent expliquer l’attrait pour ce genre de
roman. Une lectrice a débuté sous l’influence de son entourage vers l’âge de vingt-cinq ans et
y a pris goût. Les aléas de la vie ont fait qu’elle a continué cette lecture jusqu’à ce
jour comme elle nous le témoigne ici :

Parce que les circonstances ne me le permettent pas. Je vis avec maman… Bon c’est pas ça, il y a quand
même 18 ans que mon père est décédé. Et bon… j’ai dû m’occuper d’elle à ce moment-là quoi parce

10
qu’elle n’était pas très bien et ne savait pas se prendre en charge elle-même, parce qu’elle n’a jamais dû
s’occuper de rien. C’est mon père qui faisait tout, tout ce qui était payement, administration… Elle ne
s’occupait de rien quoi. Donc j’ai dû la prendre en charge et à partir de ce moment-là ben bon ma vie
privée… n’existait plus. M’enfin bon, je ne connaissais de toute façon personne à ce moment-là non
plus. (Nicole, 50 ans, employée, enseignement secondaire supérieur, célibataire).

Une autre lectrice a débuté avec la lecture sentimentale à l’âge de 20 ans suite à son départ du
domicile familial. Mariée et déjà un enfant, elle s’est réfugiée dans cette littérature. Marie a
découvert le roman sentimental à 22 ans après un accident de voiture. Elle était déprimée. Une
collègue de chambre lui a proposé des romans sentimentaux. Gilberte a découvert à 60 ans le
roman sentimental suite à une petite dépression. Une autre circonstance concerne
l’hospitalisation. Rose est pensionnaire d’un home et nous dit :

Je lis presque toujours maintenant que je suis hospitalisée ici. Je lis presque toujours. (Rose, 90 ans,
pensionnaire dans un home, certificat d’études primaires, veuve)

L’état civil joue aussi un rôle. On compte trois veuves parmi nos dix-huit entretiens et deux
célibataires ainsi qu’une qui a des problèmes dans son couple. La solitude incite plus encore à
lire. Elle a partie liée avec toutes les situations d’enfermement, provisoire ou durable, effectif
ou vécu ainsi, qu’il s’agisse de la solitude des célibataires, des malades, des vieillards, de
l’isolement des jeunes filles, des temps morts et de façon générale toutes les situations de
confinement social.

Y a-t-il des périodes où les lectrices lisent plus de romans sentimentaux et inversement
des périodes où elles en lisent moins ? Effectivement des périodes de prédilection invitent à ce
genre de lecture. Tout d’abord, la distance ou l’adhésion au roman sentimental ne sont pas
identiques « quand le champ des possibles (professionnels, matrimoniaux, etc.) reste ouvert
ou quand les jeux sont faits4 ». La première période serait l’adolescence comme on l’a vu
précédemment. On remarque que les lectrices n’ont pas toujours abandonné leur lecture de
jeunesse et sont encore aujourd’hui des lectrices adeptes du genre. Nous pouvons dire aussi
qu’au fil du temps leurs goûts ont évolué et soit se dirigent vers d’autres lectures, soit
continuent dans le genre mais ont besoin de variété (historique, policier, suspense,…). Sur ce
point, des lectrices livrent l’idée que cette lecture de « plaisir » ouvre sur d’autres lectures,
donne envie de lire d’autres styles. Ce serait un moteur à la lecture en général. Une autre
période de prédilection serait la tranche 50-60 ans. À ce moment, les lectrices ont vu leurs
enfants partir de la maison ou tout au moins se débrouiller seuls, elles sont pensionnées et ont

4
MAUGER et POLIAK Gérard et Claude F., Les Usages sociaux de la lecture, Actes de la Recherche en
sciences sociales n° 123, 1998, p. 9

11
plus de loisirs à s’accorder. Une autre période encore serait la vieillesse. Rose lit énormément
de romans sentimentaux surtout depuis qu’elle est pensionnaire dans un home. La pratique de
lecture suit donc l’évolution du temps libre. On lit davantage jeune (moins de contraintes et
incitation des professeurs), moins par contre à la tranche 30-50 ans avec la présence des
enfants et l’activité professionnelle, puis à nouveau davantage en vieillissant. Certaines
personnes lisent aussi à des moments précis occasionnés par des motifs liés aux moments
difficiles de la vie. La lecture est un rempart contre les difficultés de la vie. Marie dit que
depuis qu’elle a remonté la pente suite à sa dépression occasionnée par un accident de voiture,
elle n’a plus besoin de lire des romans sentimentaux. À cette époque, elle recherchait des
représentations de héros forts sur lesquels on peut compter. Elle avait un sentiment de sécurité
qui lui était donné par le héros mais aussi par le happy end. Elle s’identifiait pour sa part à
l’héroïne fragile en quête de réconfort. Elle en a lu donc dans une période bien précise.
Véronique en a lu plus pendant son arrêt maladie. Denise a eu trois grandes périodes de
romans sentimentaux : à l’adolescence, une fois la trentaine (épouse et mère) et maintenant
(56 ans). Une fois qu’elle a été mère et épouse, elle avait l’impression d’être plus mère
qu’épouse, et voulait s’affranchir de ce rôle. Comme le dit Janice A. Radway, d’après son
enquête sur le roman sentimental, des lectrices réclament leur lecture comme un moment à
elles, soustrait à la routine quotidienne et aux obligations de leurs rôles d’épouse et de mère
de famille. Enfin, nous pouvons ajouter que cette lecture est souvent prisée pendant les
vacances ou congés. Nous ne pensons pas que les motifs qui font qu’on lit des romans
sentimentaux évoluent avec le temps mais plutôt la manière dont on le perçoit change. Les
motifs principaux restent malgré les âges, l’évasion, la fonction initiatique et celle
d’apprentissage et de découverte ainsi que la fonction du parfaire (pour mieux être) mais
comme nous l’avons déjà dit, ces histoires n’ont pas le même impact quand notre vie est
devant ou derrière nous.

Les lectrices trouvent dans cette lecture une vertu thérapeutique. Pour des personnes
veuves, très âgées, célibataires, c’est un moyen de vivre l’amour par procuration. C’est un
manque à combler. Une lectrice mariée nous dit cependant que cette lecture est plutôt destinée
à des gens mariés car pour elle les personnes seules ne s’intéressent pas à l’amour. Nous
avons aussi le besoin de réconfort. Une étudiante nous dit qu’en période de blocus, cette
lecture lui procure l’oubli momentané de ses études. Elle apporte du bien-être aux moments
difficiles de la vie par exemple après un accident de voiture, ou durant une hospitalisation,
pour décompresser après une journée de travail. Denise a besoin d’échapper à son rôle de

12
mère et d’épouse. Janice A. Radway parle d’un « acte contestataire ».5 Cette pratique de
lecture est vue alors comme une lutte et une compensation pour reprendre les termes de Janice
A. Radway. Une lutte parce que pendant l’acte de lecture, elle refuse leur rôle social de mère
et d’épouse et une compensation dans le sens où cette lecture est un moment à elles. Cette
lecture leur offre par procuration une attention et des soins dont elles manquent dans la vie
quotidienne. Elles essaient de créer une vie meilleure dans laquelle tous les besoins qu’elles
ressentent comme naturels seraient satisfaits. L’insatisfaction serait à l’origine de la lecture. À
cela, il faut ajouter que toutes les lectrices interrogées parlent de leur lecture comme un
moment à elles.

Quand je lis un livre, faut pas m’emmerder. Je veux rester seule. C’est un temps pour moi. (Viviane, 49
ans, ouvrière emballeuse de nuit, enseignement secondaire supérieur, mariée).

Le fait de s’isoler et de pratiquer une activité pour leur propre plaisir personnel correspond à
un besoin qui trouve son origine dans l’insatisfaction (manque à combler) que ce soit qu’elles
se sentent enfermées dans leur rôle de mère et d’épouse, ou qu’elles sont à la quête d’un
amour. En somme, une théorie du manque affectant la vie des lectrices pourrait expliquer
l’attirance de ce genre pour une partie d’entre elles.

Ainsi, cette lecture joue sur l’humeur. C’est bon pour le moral. Une lectrice le qualifie
de « remonte-moral ». De plus, elle donne une image positive de la femme et de l’amour. Les
lectrices soulignent ce rôle de façon explicite ou implicite. Nous le voyons déjà par le fait que
nombreuses sont celles qui apprécient la fin heureuse de ces romans :

- Eh bien, je réitère ma question […] Laure-Anne Bourguoin, veux-tu devenir ma femme ?


Laure-Anne ouvrit la bouche pour prononcer le mot oui, à mi-voix d’abord, et puis elle le répéta, de
plus en plus vite, de plus en plus fort : « oui oui oui oui ».
Un baiser de Will la fit taire6.

Nicole Robine, qui s’est intéressée aux Lecteurs et lectures de mauvais genres, nous dit que le
happy end joue un rôle important. Le happy end dit : pour moi aussi ça ira bien. C’est un livre
qui donne de l’espoir (espoir entre autres de rencontrer un jour l’âme sœur).

Disons que bon, cela veut dire que malgré tout, chacun peut toujours rencontrer quelqu’un et que bon,
on peut espérer avoir le bonheur également, pourquoi pas. (Nicole, 50 ans, employée, diplôme
secondaire supérieur, célibataire).

5
A. RADWAY Janice, Lectures à « l’eau de rose » : femmes, patriarcat et littérature populaire, Paris, Hermès,
Politix, vol. 13, n° 51, 2000, p. 166
6
GUILLEM Marie, Un homme sur mesure, Paris, Édition de Nous Deux, 2006, p. 123

13
C’est aussi comme nous l’avons dit une lecture qui donne une image positive de la femme et
de l’amour. Janice Radway dit que les lectrices ont le sentiment de participer à une histoire
qui raconte non seulement la transformation d’un séducteur grossier en un amoureux idéal, et
cette transformation se fait grâce à la femme. L’héroïne finit par atteindre une plénitude
sexuelle et affective et obtient l’attention et l’attachement d’un homme. Les lectrices
expriment leur désaccord au pouvoir des choses matérielles. L’héroïne a su détourner le héros
du monde de l’argent et à le persuader de la supériorité des valeurs et préoccupations
féminines. Nous pouvons encore remarquer que quelques lectrices signalent que dans le
monde actuel, la vie est loin d’être toujours rose, cette lecture redonne un peu d’ondes
positives :
Parce que ça…ça fait du bien quelque part. Même si je me sentirai moins concerné. J’aime bien voir une
histoire d’amour qui se termine bien. J’aime bien voir… Il y a quelque chose qui se passe qui est
chouette… Surtout que dans le monde où on vit, c’est pas tellement marrant. On a besoin de ça.
(Denise, 56 ans, employée, humanités secondaires supérieures, mariée)

Des lectrices nous parlent d’une certaine morale dégagée dans ces romans : respect mutuel
entre les héros, fidélité, victoire de l’amour,…

La lecture sentimentale permet un renforcement identitaire. Les moments de crise se


montrent propices à la recherche de « prêt-à-porter identitaires7 ». L’attention portée pour la
pédagogie implicite de la lecture sentimentale paraît être liée aux accidents de la vie qui
demandent souvent une remise en question ou pour l’adolescente une recherche de l’identité
face au champ des possibles (professionnels, amoureux,…). L’identification joue ici son rôle.
C’est un essayage de « prêt-à-porter identitaire », une expérience de construction de soi par
imitation.

Pour revenir à l’identification brièvement évoquée précédemment, une grande part des
lectrices interrogées avoue s’être identifiées aux héroïnes. L’adhésion au genre repose plutôt
sur une projection. Il s’agit d’une projection méliorative. Nous avons déjà évoqué que
l’héroïne dégageait une image positive et valorisante de la femme. Les héroïnes donnent une
bonne image d’elles-mêmes. Constans Ellen dans son livre Parlez-moi d’amour dit que ce
sont des images positives parce qu’elles ne sont pas unilatérales. En effet, les faiblesses et les
défauts sont présents comme le courage et la fidélité. La lectrice sait qu’elle ne sera pas une
héroïne de roman, c’est plutôt un horizon d’attente. Il y a donc une prise de distanciation de la

7
MAUGER et POLIAK Gérard et Claude F., Les usages sociaux de la lecture, Actes de la Recherche en
sciences sociales n° 123, 1998, p. 15

14
part de la lectrice. Ce n’est pas une identification aveuglante comme on pourrait le penser.
« (Elles) savent bien que (…) « ce n’est pas comme ça dans la vie » (…) (Elles) se disent
seulement que « ça fait plaisir de penser » à une vie toute rose comme on en voit dans les fins
de feuilletons8 ». Nous remarquons que les lectrices quand elles évoquent leur jeunesse, elles
parlent plus d’identification. L’identification est alors narcissique. Avec le temps, cette
identification a plus ou moins disparu. On devrait plutôt parler de nostalgie.

À côté de l’héroïne, il faudrait mentionner aussi le rôle important du héros. En effet, la


lectrice y accorde de l’importance même plus que sur l’héroïne. Le héros fait naître des
sentiments chez l’héroïne. Le héros doit être viril mais tendre, type de héros idéal dont rêvent
consciemment ou inconsciemment toutes les femmes. Il répond aux attentes de l’héroïne. Elle
aime son côté dominateur et protecteur ainsi que sa part de féminité qui se développe au
cours du roman.

On attribue une fonction initiatique au roman sentimental. Celle-ci concerne


principalement les adolescentes. Il joue le rôle de médiateur dans l’initiation au rituel
amoureux. Une lectrice nous dit que cela a un rapport avec la télévision. Les jeunes filles qui
n’avaient pas la télévision dans les années 50-60, devaient apprendre les choses de la vie via
un autre moyen. Il n’y a pas si longtemps d’ailleurs la sexualité était encore un tabou. Il fallait
alors apprendre par la lecture notamment sentimentale. Sinon, ce n’est pas une fonction qui
revient de façon récurrente dans les entretiens. Dans un roman d’Amanda Quick, Le Château
des Orphelines, l’héroïne, institutrice privée de quatre jeunes filles, déclare que le roman
sentimental a une fonction dans l’éducation des jeunes filles :

- Et des romans, monsieur ? demanda Hannah. Avez-vous beaucoup de romans ? Moi, j’adore
les romans sentimentaux.

[…]

- Ce genre de romans est excellent pour développer l’imagination et les émotions.

Ambrose haussa les sourcils.

- Vous m’étonnez, mademoiselle Glade9.

À travers ces entretiens, des lectrices disent trouver un bonus culturel. Les descriptions de
paysages et les romances qui se passent dans un autre temps participent à cela. On apprend les

8
HOGGART Richard, La Culture du pauvre, Paris, Éditions de Minuit, 1970, p. 295
9
QUICK Amanda, Le Château des Orphelines, Paris, Éditions J’ai Lu, Aventures et Passions, 2006, p. 119

15
pratiques et coutumes d’un autre pays. Barbara Cartland commence, dans Rivalités
amoureuses, par une note qui donne un morceau d’histoire concernant l’impératrice Catherine
II de Russie :

L’impératrice Catherine […] avait soixante-sept ans. Sa vie privée avait scandalisé l’Europe, mais elle
avait beaucoup fait pour son pays. Elle avait avancé la frontière russe jusqu’aux territoires côtiers de la
mer Noire entre le Dniepr et le Boug, où le grand port d’Odessa commença à se développer. Elle annexa
trois parties de la Pologne démembrée qui donnèrent la Lituanie, l’Ukraine occidentale, et les duchés de
Courlande et de Vilna à la Russie. Elle a de plus ouvert la voie pour ses successeurs dont l’ambition
était de prendre Constantinople et de s’étendre en Asie et, éventuellement, en Inde10.

Une lectrice voit même dans les romans de Barbara Cartland une certaine philosophie :

Et alors par exemple, je note des phrases qui font réfléchir dans ces bouquins : « La vie est si
oppressante parfois. Pas lorsqu’on a foi en soi-même». (Edwine, 63 ans, secrétariat et informations
techniques en isolation, études secondaires, mariée)

Cette lectrice dit aussi parfaire son orthographe et son vocabulaire.

La lecture sentimentale joue sur les émotions. Ces émotions « relèvent du registre
universaliste des sentiments : (amour, jalousie, trahison, etc.), des schèmes de perception
dualistes fondés sur l’opposition de caractères universels : (« le bon »/ « le méchant », « le
fort »/ « le faible », « le courageux »/ « le lâche », etc.), des schèmes narratifs empruntés au
« roman familial », des scénarios types d’intrigues amoureuses11. C’est un roman qui agit
aussi sur l’imaginaire féminin. Pensons aux scènes plus sensuelles et érotiques qu’on trouve
souvent dans ces romans :

Jeremy laissa lentement glisser une main jusqu’au bas du dos de la jeune femme, et la pressa contre lui,
pour mieux lui faire sentir la force de son désir. Gwen sentit ses seins plaqués contre sa poitrine. Quand
la main de Jeremy s’empara de l’un d’entre eux, elle étouffa un cri de plaisir12.

Les femmes sont plus excitées par des stimuli littéraires et imaginaires, par des histoires dans
lesquelles des processus mentaux sont engagés au-delà de la vraie sensation. À propos des
scènes plus osées, nous devons néanmoins mentionner que cela ne plaît pas à toutes les
lectrices. Les avis sont partagés. Toutefois, on aurait tendance à dire que celles qui ont une vie
plus épanouie aiment davantage ce genre de scènes que les autres (célibataires, veuves, dames
âgées…). Des lectrices nous disent que cela leur arrive de pleurer et même de rire au cours de

10
CARTLAND Barbara, Rivalités amoureuses, Paris, Éditions J’ai Lu, Pour Elle, 1995, p. 5-6
11
MAUGER et POLIAK Gérard et Claude F., Les usages sociaux de la lecture, Actes de la Recherche en
sciences sociales n° 123, 1998, p. 5-6.
12
WILKINS Gina, Une rencontre magique, Paris, Éditions Harlequin, Duo, 2005, p. 90

16
leur lecture. Les émotions vont sur le mode du crescendo pour arriver à leur apogée comme
nous le décrit une lectrice :

Émotionnellement ça va de plus en plus fort. On attend en général le moment où il lui dit : « je t’aime »
et en général c’est trois pages avant la fin. C’est très intense. C’est la même chose dans les Romantic
Suspens c’est trois pages avant la fin qu’on découvre l’assassin et quand on le referme on se dit : « pfft
c’est déjà fini ». (Cécile, 32 ans, indépendante, enseignement secondaire inférieur, mariée)

La lecture émotionnelle n’est pas réservée au roman sentimental. D’autres lectures apportent
également de l’émotion.

Cette lecture engendre rapidement un phénomène de dépendance. À côté de celles qui


lisent de manière discontinue en raison de leur emploi du temps chargé par exemple, d’autres
n’arrivent pas à décrocher du roman avant la fin. D’après notre enquête, on peut dire que
celles qui lisent exclusivement des romans sentimentaux sont plus accrochées que les autres
qui alternent leurs lectures. Marie, une lectrice, a lu des romans sentimentaux intensément
pendant une période de sa vie :

C’est vrai que oui, moi ça ne me lassait pas, j’en avais terminé un hop je prenais le suivant et je le
commençais quoi (Marie, 49 ans, secrétaire de direction, école supérieure, mariée).

Cela peut s’expliquer dans le sens que c’est une lecture qui joue sur la répétition. Les histoires
se répètent mais ne se ressemblent pas. « L’attente, puis l’arrivée de la répétition des mêmes
scènes, de la fin toujours heureuse, procurent à ces lecteurs le plaisir de lire […]. La
reproduction des structures narratives agit comme les formules des contes que l’enfant ne se
lasse pas d’entendre »13. La répétition de ces histoires permet aux lectrices d’avoir une vie
excitante et aventureuse tout en gardant leur respectabilité dans la vie de tous les jours. Elle a
l’opportunité ainsi de vivre une autre vie. Le plaisir du texte ne vient pas de la demande en
mariage de la fin du roman mais plutôt de la répétition et de l’anticipation de la formule c’est-
à-dire du récit précis et intime de l’évolution et de l’accomplissement du désir de l’héroïne et
de la victoire triomphante de celle-ci. C’est une activité sécurisante aussi puisque la lectrice
fait des hypothèses qui sont immédiatement confirmées.

Il y a des effets à cette dépendance, comme le fait de ne plus pouvoir décrocher du livre :

non…quand je commence à lire, là mon mari il sait que c’est au finish (rires)…400 pages je lis jusque
2h du matin… (Sophia, 45 ans, employée, études de prêt-à-porter, mariée)

C’est une lecture haletante, passionnée et enfiévrée. Sophia s’explique un peu plus loin :

13
ROBINE Nicole, Lecteurs et lectures de mauvais genres, 1987, p. ??

17
quand on lit un livre et que le livre est vraiment passionnant, on va vraiment vivre les événements qui se
déroulent dans le livre…

Elle vit l’histoire qui lui est contée. La relecture est un fait assez récurrent. La raison est
sûrement due au fait que les lectrices savent alors que le plaisir en sera garanti. En effet, des
lectrices fatiguées ne prendront pas le risque de s’aventurer dans une nouvelle histoire de peur
d’être déçues. Relire aussi pour aller plus en profondeur, c’est le cas de Gilberte. Soit elles le
relisent en entier, soit seulement des scènes. Les scènes qui plaisent le plus sont le happy end,
l’aveu de l’amour, les scènes sensuelles et érotiques,… autrement dit les scènes où le
sentiment est à son apogée. Elles aiment quand on insiste sur les sentiments ressentis et leur
expression verbale, le développement d’une relation amoureuse, l’évolution des protagonistes,
les obstacles rencontrés et surmontés et la résolution heureuse en un mariage avec le héros.

Les diverses fonctions qu’on attribue aux romans sentimentaux sont aujourd’hui
relayées par le cinéma et la télévision avec les comédies romantiques. Des lectrices
privilégient le roman, d’autres, la télévision. On retrouve dans les entretiens l’idée que
l’émotion est plus forte avec le roman qu’avec un film ou un feuilleton parce que c’est notre
imagination qui est en jeu.

18
Conclusion
Ainsi, rappelons notre problématique de départ : pourquoi lit-on le roman
sentimental ? Elle a été argumentée à l’aide d’une enquête comprenant dix-huit entretiens.
Les analyses apportées ne doivent donc pas être généralisées. Nous nous sommes penchés sur
des articles scientifiques pour élaborer notre théorie.
Comme premier point à tirer, soulignons que le roman sentimental exerce plusieurs
pratiques de lectures. Nous l’avons vu, il y a premièrement la lecture d’évasion (fonction de
divertissement), deuxièmement, la lecture didactique (fonction initiatique ainsi que
d’apprentissage) et troisièmement la lecture de salut (fonction de parfaire). Pour cette
dernière, nous entendons que la lecture sentimentale permet de bien ou de mieux être. C’est
donc une lecture à multiples fonctions. Notons à ce propos que le fameux plaisir de lire est
une norme de la culture légitime.
De plus, plusieurs hypothèses ont été observées. Tout d’abord, nous pensons qu’il y a
un lien très fort entre les contes de fées qu’on nous lisait dans notre enfance et l’attrait pour le
roman sentimental. Le conte de fées serait dès lors un prélude au roman sentimental. Le fait
qu’on se dirige vers cette littérature pour s’évader et non vers une autre tiendrait à l’idée qu’il
s’agirait d’une lecture féminine (qui parle avant tout aux femmes). Ensuite, nous avons pu
constater que l’attirance pour ces romans sentimentaux est en grande partie liée à des étapes
existentielles (des périodes de prédilection telles l’adolescence, la tranche 50-60 ans et la
vieillesse mais aussi des circonstances plus douloureuses). Nous avons aussi des périodes
dans lesquelles les lectrices du genre en lisent davantage et d’autres moins. C’est lié aux
étapes existentielles. La lecture sentimentale aurait probablement une vertu thérapeutique.
Nous avons remarqué que c’est l’insatisfaction qui est souvent à l’origine de cette lecture.
Pour effets, elle a qu’elle joue sur le moral, l’humeur grâce à son happy end et l’image
positive de la femme véhiculée par ces romans. Elle permet un renforcement identitaire.
L’adhésion au genre repose sur l’identification ou plus exactement sur la projection. Ensuite,
on a confirmé que ce genre agissait sur les émotions. Puis, on a vu que cette lecture génère un
effet de dépendance. Cette dépendance s’explique par le monde du texte même qui joue sur
les répétitions. Ces histoires fonctionnent comme les contes de fées : on ne se lasse pas de les
entendre. Et pour terminer nous avons évoqué la concurrence de ces romans avec les
comédies romantiques à la télévision et au cinéma.
Remettons-nous à une pensée de Blaise Pascal pour clore ce présent travail : « Sans
divertissement, il n’y a point de joie ; avec le divertissement ; il n’y a point de tristesse. ».

19
Bibliographie

Sources primaires
CARTLAND Barbara, Rivalités amoureuses, Paris, Éditions J’ai Lu, Pour Elle, 1995, p. 5-6
GUILLEM Marie, Un homme sur mesure, Paris, Édition de Nous Deux, 2006, p. 123
QUICK Amanda, Le Château des Orphelines, Paris, Éditions J’ai Lu, Aventures et Passions,
2006, p.119
WILKINS Gina, Une rencontre magique, Paris, Éditions Harlequin, Duo, 2005, p. 90

Sources secondaires

A. RADWAY Janice, Lectures à « l’eau de rose » : femmes, patriarcat et littérature


populaire, Paris, Hermès, Politix, vol. 13, n° 51, 2000, p. 163-177
BETTINOTTI Julia, Lecture sérielle et roman sentimental, dans L’acte de lecture, sous la
direction de Denis Saint-Jacques, Québec, Éditions Nota bene, 1998, p. 161-174
CONSTANS Ellen, Parlez-moi d’amour : le roman sentimental, Des romans grecs aux
collections de l’an 2000, Limoges, PULIM, 1999, p. 268-274
MAUGER et POLIAK Gérard et Claude F., Les usages sociaux de la lecture, Actes de la
Recherche en sciences sociales n° 123, 1998, p. 3-24
ROBINE Nicole, Lecteurs et lectures de mauvais genres, 1987, p. ??
TY Eleanor, Amour, sexe et carnaval : le plaisir du texte Harlequin, dans Armes, larmes,
charmes, Québec, Nuit blanche, 1995, p. 23-44

20
Table des matières

Avant-propos…………………………..…………………………………………………p. 2
Introduction………………………………………………………………………………p. 5
Méthodologie…………………………………………………..…………………………p. 6
Pourquoi lit-on le roman sentimental ?...........................................................................p. 7
Conclusion………………………………………………………………………………..p. 19
Bibliographie…………….……………………………………………………………….p. 20
Table des matières……………………………………………………………………….p. 21

21

Vous aimerez peut-être aussi