Vous êtes sur la page 1sur 21
NATURE DU JUGEMENT: co oas > oD Signi: DILIGENCES: Casirjucaie 1 Bxtrat ecrow 1 ase SPC RoP Expentse SME + Novit Exp vontiscation rire Fas ome chambee Grosse le Expatition le Cour d'Appel de Bordeaux Tribunal de Grande Instance de Bordeaux Jugement du 28/05/2015 5EME CHAMBRE - DOSSIERS COMPLEXES, N° minute 2793/15 N° parquet 10349000203 Plaidé les 23, 24 et 25/03/2015 Délibéré le 28/05/2015 (UGEMENT CORRECTIONNEL CONTRADICTOIRE, A Taudience publique du Tribunal Correctionnel de Bordeaux les VINGT-TROIS. VINGT-QUATRE ct VINGT-CINQ MARS DEUX MILLE QUINZE. Composée de Président Monsieur ROUCOU Denis, premier vice-president, Assesscurs: Madame VOLLETTE Anne-Mare, viee-président, Madame PONS Sylvia, juge. Assists de Madame KEROUANTON Isabelle, greffigre, ‘en présence de Monsicur ALDIGE Gérard. procureur de la République adjoint été appelée l'affaire ENTRE: Monsicur le PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE, prés ce tribunal, demandeur et poursuivant ET Prévenu Nom : de MAISTRE Patrice, Xavier, Manuel né le 20 mars 1949 a PARIS 75008 de de MAISTRE Bruno ct de JAPY Solange Nationalité : frangaise Situation familiale ; mari¢ Situation professionnelle : Administratcur de société ‘Antéeédents judiciaires jamais condamne demeurant : Chez Me CARIOU-MARTIN Christophe 8 Cours du XXX Juillet 33000 BORDEAUX Situation pénale ; libre Page 1/20 + le NATURE DU JUGEMENT: © cs DD Sigife te DILIGENC ES: " Case jae Extrait crow Lasse SPC ker Expertise SME = Nott Exp confiscation uaTF 9 Fis seme chambre Grossele Expedition Fe comparant assisté de Maitre LAFFONT Jacqueline, avocat au barreau de PARIS et de Maitre MARRE Jcan-Baptiste, avocat au barreau de PARIS, Prévenu du chef de : TRAFIC D'INFLUENCE ACTIF PROPOSITION OU FOURNITURE D'AVANTAGE A UN ELU PUBLIC POUR QU'IL ABUSE DE SON INFLUENCE AUPRES D'UNE AUTORITE OU ADMINISTRATION PUBLIQUE. Prévenu . Nom ; WOERTH Eric né le 29 janvier 1956 a CREIL (isc) de WOERTH Paul et de FELBACQ Nicole Nationalité : frangaise Situation familiale : marié Situation professionnelle : Député-maire Antécédents judiciaires : jamais condamné demeurant 60500 CHANTILLY Situation pénale : libre comparant assisté de Maitre LE BORGNE Jean-Yves, avocat au barreau de PARIS et de Maitre DABADIE Marie-Laure, avocat au barreau de PARIS Prévenu des chefs de TRAFIC D'INFLUENCE PASSIF - SOLLICITATION QU ACCEPTATION D'AVANTAGE PAR UNE PERSONNE DEPOSITAIRE DE L'AUTORITE PUBLIQUE POUR ABUSER DE SON INFLUENCE AUPRES D'UNE AUTORITE OU ADMINISTRATION PUBLIQUE TRAFIC D'INFLUENCE PASSIF : SOLLICITATION OU ACCEPTATION D'AVANTAGE PAR UN ELU PUBLIC POUR ABUSER DE SON INFLUENCE AUPRES D'UNE AUTORITE OU ADMINISTRATION PUBLIQUE DEBATS ‘A Fappel de ta cause, le président, a constaté la présence ot Midemtité de WOERTH Eric et de MAISTRE Patrice et a donné connaissance de I'acte qui a sais le tribunal. Le président informe les prévenus de leur droit, au cours des débats, de faire des déclarations, de répondre aux questions qui leurs sont posées ou de se tare Avant toute défense au fond, une exception de nullité relative a Tacte de saisine a été soulevée par le conseil de WOERTH Eric. Les parties ayant été entendues et le ministére public ayant pris ses réquisitions, le tribunal a joint lincident au fond, aprés en avoir délibére Le président a invité les témoins a se retirer dans la pitce qui leur est destinée Le président a instruit laffaire, interrogé les prévenus présents sur les faits et regu leurs déclarations les 23 et 24 mars 2015, Page 2/20 Puis il a été procédé a audition, hors la présence los uns des autres, des témoins présonts Je 24 mars 2015 sclon les dispositions des articles 444 a 457 du code de procédure pénale. WOERTH Florence, LABORDE Jean-Jacques ot RIEZ Mare ont été entendus en leur déposition, serment préalablement prété, selon les dispositions de l'article 446 du code de procédure pénale La défense de WOERTH Eric avait également fait citer de ROUX Benoit ct DE SERIGNY Eric, qui ne sont pas présents mais ont fait parvenir au Tribunal par Vimtermédiaire du conseil de WOERTH Eric des attestations. Le ministére public a été entendu cn ses réquisitions. Le 25 mars 2015, Maitre LAFFONT Jacqueline, conseil de de MAISTRE Patrice a été entendu en sa plaidoirie Maitre LE BORGNE Jean-Yves, conseil de WOERTH Eric a été entendu en sa plaidoine. Les prévenus ont cu la parole en dernier Le greffier a tenu note du déroulement des débats. Puis a issue des débats le président a informé les parties présentes ou réguliérement représentées que le jugement serait prononcé le 28 mai 2015 a 14:00 Le tribunal composé de Président: Monsieur ROUCOU Denis, premier vice-president, Assesseurs: Madame VOLLETTE Anne-Marie, vice-president. Madame PONS Sylvia, juge. a délibéré et statué conformément a la loi Le 28 mai 2015, le tribunal composé de Président: Monsieur ROUCOU Denis, premier vice-président. Assesscurs: Madame VOLLETTE Anne-Marie, vice-president, Madame PONS Syivia, juge. assistés de Madame KEROUANTON Isabelle, greffiére, et en préscnee du ministére public, cn vertu des dispositions de ta loi du 30 décembre 1985, vidant son délibéré conformément a la loi, a rendu publiquement son jugement en ces termes, Les prévenus ont été renvoyés devant le tribunal correctionnel par ordonnance de Monsieur Jean-Michel GENTIL. Vice-Président chargé de instruction, Madame Cécile RAMONATXO, Vice-Président charge de Uinstruction et Madame Valérie NOEL. juge d'instruction au Tribunal de Grande Instance de BORDEAUX en date du 2 juillet 2013 Page 3/20 de MAISTRE Patrice a été cité selon acte dhhuissier de justice délivré a domicile élu le 20 février 2015 et convoque par greffier le 23 février 2015 de MAISTRE Patrice a comparu a l'audicnce assisté de son conseil ; il y a licu de statuer contradictoirement a son égard, Il est prévenu avoir a Paris et en tout cas sur le territoire national, entre Ie lor janvier 2007 et le 31 janvier 2008 et en tout cas depuis temps non couvert par la Prescription, proposé sans droit, a tout moment, directement ou indirectement. 4 Eric WOERTH, personne dépositaire de Mautorité publique comme Maire de CHANTILLY (60) depuis 2005 ct Ministre du budget, des comptes publies ct de la fonction publique & comptcr du 18 mai 2007. ou investi dun mandat électif public comme Maire de CHANTILLY (60) depuis 2005. des offies, promesses ou avantages queleonques, en Tespece de recevoir Florence WOERTH. pour évoquer sa carriére puis son recrutement et son embauche au sein de la société CLYMENE, pour quelle abuse de son influence celle ou supposée en vue de lui faire obtenir dune autorité ou d'une ‘administration publique des distinctions en Vespéce la nomination dans le grade de Chevalicr dans lordte national de la Légion d'honneur. Faits prévus ct réprimés par les articles 433-1, 433-22 et 433-23 du code pénal dans leur version au Jer janvier 2007, WOERTH Eric a été cité selon acte d'huissier de justice délivré a personne le 20 novembre 2014 WOERTH Eric a comparu a audience assisté de son conseil : il y a lieu de statuer contradictoirement a son égard West prévenu d'avoir a PARIS ct en tout cas sur le territoire national, entre te Ler Janvier 2007 et Ie 31 janvier 2008, en tout cas depuis temps non couvert par la prescription, en qualité de personne dépositaire de lautorité publique comme maire de CHANTILLY (60) depuis 2005 ot Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction Publique a compter du 18 mai 2007 ou investie dun mandat dlectif public comme Maire de CHANTILLY (60) depuis 2005 sollicité ou agréé de Patrice de MAISTRE . sans droit. & tout moment. directement ou indirectement, des offs, des promesses ou des avantages quelconques, en lespece de recevoir son épouse Florence WOERTH pour évoquer sa carriére puis son recrutement et son cmbauche au scin de Ia société CLYMENE, pour abuser de son influence rélle ‘ou supposée en vue de faire obtenir d'une autorité ow d'une administration publique des distinctions en Tespece la nomination de Patrice de MAISTRE dans te grade de Chevalier dans ordre national de Ia Légion dhonneur Faits prévus ct réprimés par les articles 432-11, 432-17 du code pénal dans leur version au ler janvier 2007 Page 4/20 * SUR LES CONCLUSIONS DE NULLITE Par conclusions déposées in limine-litis, Eric WOERTH a demandé au tribunal, au visa de Uarticle 226-1 du code pénal, de ~ constater que Tordonnance de renvoi repose exclusivement sur des cenregistrements illicites ~ prononcer la nullité de ordonnance de renvoi du 03 juillet 2002 Dans les motifs, il est précisé qu’il s'agit de l'ordonnance du 02 juillet 2013, et il est noté que le réquisitoire introductif du 29 octobre 2010 visait un ensemble <¢ enquétes préliminaires ordonnées par le procureur de la République a compter du U5 juin 2010 sur unique fondement de plusieurs enregistrements clandestins de conversations privées tenues au domicile de Liliane SCHUELLER-BETTENCOURT sur une période allant de mai 2009 a mai 2010, que Pordonnance renyoyant Eric WOERTH devant la juridiction de jugement a pour source unique lesdits cenregistrements clandestins sur lesquels repose l'ensemble des actes de procédure, que ces enregistrements clandestins sont constitutifS de l'infraction datteinte a la vie privée prévue a larticle 226-1 du code pénal Le représentant du ministére public a demandé au tribunal de joindre incident au fond ct de rejeter l'incident. Ia fait valoir que la chambre de Vinstruction de la cour d’appel svest deja prononcée deux fois, qu'un des arréts a été validé par la chambre eriminelle, que Ie fondement du droit de la preuve est different en droit civil et en droit pénal, que ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel ne repose pas uniquement sur les enregistrements, qu’ils sont seulement le point de départ de enquéte diligentée. SUR CE Liarticle 179 du code de procédure pénale en son demier alinéa prévoit que lorsqu ‘eile est devenue définitive, l'ordonnance mentionnée au premier alinéa couvre, s ilen existe, les vices de la procédure, article 385 alinéa deux du méme code précise que ..si ’ordonnance n'a pas 446 rendue conformément aux dispositions de Varticle 184, Ie tribunal renvote la procédure au ministere public pour lui permettre de saisir & nouveau fa juridiction d instruction afin que la procédure soit régularisée ‘A V'appui de Ia nullité soulevée, les conclusions déposées par Eric WOERTH rie visent aucun des textes en rapport avec l'ordonnance de renvoi tels que prévus aux articles 179 et suivants ou a article 385 du code de procédure pénale En Mespéce, il est invogue l’existence d'une possible infraction a "origine de la procédure, mais nullement Jes conditions dans lesquelles I'ordonnance de renvoi devant Ie tribunal correctionnel a éé rendue, alors que seules les nullités de Tordonnance elle-méme ou l'absence de respect des dispositions relatives aux délais ou au respect du contradictoire notamment la communication des réquisitions du ministére public aux parties peuvent conduire au renvoi de la procédure au ministére public pour lui permettre de saisir & nouveau le juge d’instruction afin de régulariser la procédure Page 5/20 Par ailleurs, il convient de rappeler que. non seulement l’ordonrance de renvoi devant le tribunal correctionnel a purge les nullités éventuelles, mais encore que la chambre d'instruction de la cour d'appel de Bordeaux, saisie de la question des enregistrements clandestins, a rejeté les demandes de nullité soulevées par deux décisions du 28 juin 2011, confirmé par arrét de la chambre criminelle du 31 janvier 2012, et du 17 janvier 2013. Dans ces conditions, il convient de reeter fa nullité soulevée. * SUR LES INFRACTIONS REPROCHEE! Dans l’ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel, les juges instruction ont retenu que = Il apparatt parfaitement érabli que dés le 19 janvier 2007 Erie WOERTH a sollicité Patrice de MAISTRE pour qu'il regoive sa femme qui souhaitait donner une nouvelle orientation @ sa carriére, que des contacts ont été pris a cette fin, & compter du 15 mars 2007, en vue de son embauche au sein de la soctéte CLYMENE ef que certe embauche est intervenue le 12 novembre 2007, - Réciproquenent, il est également établi que Patrice de MAISTRE a proposé directement é Eric WOERTH. lequel ‘avait informé que son épouse Florence WOERTH recherchait une réorientation de carriére. de la recevoir & cette fin, Patrice de MAISTRE a ensuite permis 'embauche de Florence WOERTH en dehors de la procedure qui avait été mise en place par la société CLYMENE par I'intermédiaire de la société PROWAY alors que Florence WOERTH ne correspondait pas ax profil recherché et quelle a 61é embauchée avec une rémunération beaucoup plus importante que celle initialement prévue. = De telles conditions constituent un réel avaniage en faveur de Florence WOERTH épouse a'kric WOERTH, = Hest aussi établi qu'Eric WOERTH a bien été, te 12 mars 2007, & Forigine de Voblention de la Légion d'Hormeur en faweur de Patrice de MAISTRE gui Ta sollicite a cette fin = Ine le connaissait pourtant que depuis quelques mots et ne Vavait renconiré qu‘en de breves occasions. ‘ric WOERTH ai propose et fait transmeitre ce dossier d'obtention de 4a Légion d'Honneur tout en ayant connaissance qu'il avait sollicité de Patrice de MAISTRE. des conseils pour sa femme Florence WOERTH en recherche d'un nowvel emploi. = Ce dossier pour lobrention de la Légion d'honneur est le seul qu’Eric WOERTH ait initié en mars 2007 selon des modalités aussi atypiques - Il a 6té ensutte directement ou indirectement informe du suivt de ce dossier bien qu'il ne soit pas de son domaine de compétence. Page 6/20 - Enfin c'est Eric WOERTH tui-miéme qui a remis, le 23 janvier 2008. les insignes de la Légion a'Honneur & Patrice de MAISTRE prom le 1+4 juillet 2007. Les juges d’instruction ont conclu que ce comportement constitue un usage abusif de son influence réelle ow supposée pour Vobtention d'une distinction, Enfin, ils ont retenu que fe lien de cause a effet entre lengagement pris par Patrice de MAISTRE envers Eric WOERTH de recevoir sa femme pour évoquer sa carriére, puis son recrutement et enfin son embauche au sein de la Société CLYMENE et le benefice obtenu ou attordu par hud savoir Vobtention de la Légion d'Honneur, est parfaitement établi par la chronologie des faits révelés. leur matérialité et ce maigre les multiples dénégations des intéressés Le ministere public a requis la retaxe des deux prévenus & la défense de Patrice de MAISTRE comme celle d’Eric WOERTH ont conclu également a la relaxe * SUR _L'ELEMENT LEGAL DE TRAFIC D'INFLUENCE PASSIF REPROCHE A ERIC WOERTH * sur le texte applicable a la date des faits reprochés Le dispositif de Pordonnance de renvoi devant te tribunal correetionnel vise les articles 432-11 et 432-17 du code pénal dans leur version au [* janvier 2007. Dans ses réquisitions orales, le ministére public a considéré que les juges @instruction ayant écrit que le bénéficiaire potentiel de infraction étant Florence WOERTH, il a cestimé que les juges instruction ont fait application de incrimination issue de la toi du 13 novembre 2007, que 1a mention “pour autru” est un élargissement du champ d'application de la loi pénale, qu'il s‘agit donc d'une infraction nouvelle et il a demandé A la juridietion de constater absence d’élément legal de infraction & la date des faits visés. Dans ses conclusions Fric WOERTH retient également. in fine, que Finerimination visée ne peut étre retcrue puisqu’elle équivaudrait a une rétroactivité de la Jot penale plus severe. SUR CE Les textes sur la comuption et le trafic d'influence ont fait l'objet de tres nombreuses modifications Ikgislatives depuis leur origine jusqu’en 2007 et méme depuis lors La loi du 13 novembre 2007 intitulée faze contre la corruption vient plus particulierement compléter les délits de corruption publique internationale tout en Apportant un toilettage aux délits de corruption publique nationale et de cormuption privée; 4 la fin du premier alinéa des articles 432-11 et 433-1 du code pénal expression «pour elle-méme ou pour autruir ou «pour lut-menie ow pour autruiy est désormais mentionnée. Page 7/20 Le Iégislateur national a actualisé notre droit positif pour se conformer aux exigences internationales nouvelles définies par la convention pénale sur la corruption du 27 janvier 1999, dénommée convention de Strasbourg, laquelle s'est adjoint le Protocole additionne! du 15 mai 2003, par la convention civile sur la corruption en date du 4 novembre 1999, ainsi que par la convention des Nations unies du 1] scembre 2003, dite convention de Mérida La loi du 13 novembre 2007 a principalement eu pour objectif d’apporter des modifications aux régles de fond et de procédure pour /a corruption active nationale et surtout d'élargir le champ de 'inerimination de la corruption publique internationale. Le Iégislatcur a aussi souhaité se conformer aux exigences de Varticle 2 de la Convention de Strasbourg faisant état de tout avantage indu «pour fui-méme ou pour quelqu'un dautre » pour modifier notamment les textes sut la corruption passive et le trafic d'influence commis par des personnes exergant une fonction publique (432-L1 du code pénal) et la corruption active et le irafic dinfluence commis par les particuliers (433-1 du. code pénal) Dés lors, il y a liew de rechercher si la modification opérée a pour objectif délargir le champ de Mincrimination, ou si ce texte vise A préciser le domaine des infractions de corruption et de trafic d'influence 4 champ d’application constant I convient done de se référer aux travaux préparatoires, aux commentaires de Ja doctrine et a la jurisprudence de la cour de cassation. Dans son rapport sur le projet de loi, comme lors de son intervention a assemblés nationale lors de Texamen du texte en séance le 10 octobre 2007. Ie Garde des Sceaux n’apporte aucune précision quant 4 objectif de la modification textuelle de ces deux articles Dans son rapport du 03 octobre 2007 (rapport n°243), le député Michel HUNAULT, a précisé que “dans tun souci damélioration du dispositifd incrimination de la corruption passive commise par un agent public, article 432-11 est complete... afin de préciser que les offtes .. peuvent etre faies au profit de la ‘personne incriminée ou au profit d'vn tiers (pour elle-méme ou pour aural) Ia ajouté que cette précision est opportere dans la mesure ot un avantage peut en effet dire sollieité ou agrée au profit d'wn parent ou d'un proche, d'une personne morale (p30) Dans son rapport du 24 octobre 2007 (rapport n°51), le sénatour Hugues PORTELLI a utilisé tout & la fois les termes “compléter la définition de la corruption passive pour viser Véventualité selon laquelle les agissements de la personne yrrompue peuvent bénéficier & aurrui” (p40), que “préciser que lavantage indu peut inéficier non seulement & agent corrompu ~ comme actuellement = ainsi qu‘a un tiers, désigné par l'expresston “autrui Page 8/20 Pour la doctrine, et notamment Mare SEGONDS, professeur a I'Université Paul Cézanne d'Aix-Marseille, Groupe européen de recherehes sur la délinquance financiére ct la criminalité organisée (DELFICO) [Dalloz 2008 p 1068), le texte 1 élargit pas la définition : la précision ainsi apportée notamment auc articles 432-11 et 4133-1 du code pénal n’élargit en rlen la porige des textes d’incrimination existants. Hier, la référence a des avantages « quelconques » auiorisait deja a tenir pour indifferent le benéficiatre des moyens associes awe fats de corruption Pew importait que lagent corrompu ou destinataire des manceusres corruptrices soit ou non le dénéficiaire exclusif de Vavantage indu. Ha toujours été admis par la jurisprudence que la contrepartie corruptrice pouvait indifferemment étre destinée & la satisfaction de la personne corrompue ou ~ prouve irréfulable que labsence d'enrichissement personnel est indifférente & la qualification - @ la satisfaction tout entidre ou partielle diane tierce personne. Aujourd’hui, par conséquent, il faut bien se garder de voir dans les ajouts de ces termes des dispositions plus sévéres soumises au principe de non- retroactivite mais uniquement des dispositions interprétatives qui, 4 raison de leur nature, viennent faire comps avec Ics dispositions interprétées et sont ccnsées Gere entrées en vigueur au ‘méme jour que Ics dispositions dont clles sont venues préeiser le sens Pour le professeur Wilfried JEANDIDIER, cette précision Kégale n'était pas vraiment indispensable, au regard de la jurisprudence précitée, mais le législateur a voulu sans doute “mettre des points sur les f” Enfin, alors qu'un pourvoi était précisément fait sur ce motif juridique contestant une décision de la cour d'appel de Chambéry qui estimait que les dispositions de article 432-11 du code penal dans sa rédaction antéricure ata loi ce 13 novembre 2007 ne distinguant pas selon que le bénéfice de la corruption est destiné a Vauteur lui-meme ou @ autru et ne subordonnant pas Vexistence de Infraction d une condition denrichtssement personnel, direct ou indirect de auteur, la chambre criminelle a rejeté le pourvoi par arrét du 20 mai 2009, Dans ces conditions, les textes des articles 432-1 | ct 433-1 du code pénal dans leur version de janvier de 2007 n’excluant pas que les avantages qucleonques aient ou aient pu bénéficier une autre personne que Ie corrupteur ou le corrompu, sont applicables en l'espice et ce d’autant plus que le texte précisait déja que l'avantage peut étre direct ow indirect * SUR LES ELEMENTS MATERIELS ET INTENTIONNELS DES INFRACTIONS REPROCHEES 1/ Sur la qualité d’élu et de dépositaire de autorité publique d'Eric WOERTH Le dépositaire de Mautorité publique est une personne possédant des prerogatives de puissance publique et qui s'en sert pour accomplir des missions intérét general. Ainsi le maire est dépositaire de l'autorité publique a échelle de la commune. Les personnes investies d'un mandat électif public visces 4 l'article 432-11 du Code Pénal, peuvent aussi étre dépositaires de Pautorité publique. Page 9/20 Eric WOERTH est maire de la commune de CHANTILLY élu depuis 1995, De plus, il est député de la quatriéme circonscription de Oise depuis 2002, avec unc interruption lors de sa participation au gouvemement de Jean-Pierre RAFFARIN dans lequel ill avait exercé les fonctions de seerétaire d’Etat a la réforme de I'Etat, entre le 31 mars 2004 et le 31 mai 2005: il s'était représenté aux élections legislatives particlies et a été de nouveau résiu le 19 septembre 2005, En septembre 2006, il était député et maire de Chantilly ot Président de la communauté de communes. En 2007, il a exeroé ces mandats jusqu’a Isleetion du Président de la République ct la constitution du gouvernement de Frangois FILLON quill a intégré le 18 mai 2007 comme ministre du budges, des compies publics et de la fonction publique A compter du 22 mars 2010, il a été nommé ministre du travail. de la solidarité et de la fonction publique (JO 23/03/10) jusqu'au 13 novembre 2010, date a laquelle il a démissionné du gouvernement. Il est redevenu député le 14 décembre 2010. Par ailleurs, Erie WOERTH est trésorier national de 'UMP depuis 2002 jusqu’a été 2010, i sera président de l'association de financement pour la campagne présidenticlle de Nicolas SARKOZY. le trésorier de cotte association étant le directeur des affaires finaneieres de I" UMP Vineent TALVAS. qui deviendra par la suite le chef de cabinet d'Eric WOERTH devenu ministre 2/sur les relations entre Eric WOERTH et Patrice de MAISTRE Patrice de MAISTRE et Eric WOERTH se sont rencontrés en mai 2006 & la suite d'une invitation d Eric de SERIGNY a l'hotel BRISTOL autour du futur candidat Nicolas SARKOZY ; l'agenda d'Eric WOERTH et celui de Patrice de MAISTRE, portent trace dun petit déjeuner au domicile de Patrice de MAISTRE ruc de Franqueville le 13 septembre 2006 : par Ja suite, ils se sont reneontrés & plusieurs reprises au début de l'année 2007 notamment le 19 janvier et le 07 février : ils ont tous deux déclaré que ces rencontres se sont déroulées dans un café, dont ils ne se souviennent ni du lieu ni du nom Rapidement Patrice de MAISTRE a “intégré” le premier cercle, animé par Eric WOERTH, regroupement des prineipaux donateurs de I' UMP. Eric WOERTH a déclaré lors des auditions des 29 juillet 2010 (DU4621 et 1/5807) qu'il pensait avoir parle avee Patrice de MAISTRE de la situation professionnelle de son épouse en ajoutant qu'il n'y avait aucune arrigre pensée de sa part A laudience. tant Patrice de MAISTRE qu'Erie WOERTH ont confirmé cette conversation Page 10/20 Manifestement, les relations entre les deux hommes qui ne se connaissaicat pas avant la rencontre & V'hétel BRISTOL organisée par Eric de SERIGNY en mai 2006 sont devenues beaucoup plus proches rapidement : dés juin 2006, Eric WOERTH a dédicacé un ouvrage pour Patrice de MAISTRE qu'il a écrit sur le Due d’Aumale, ils se sont rencontrés en septembre 2006, a l'occasion d'un petit-déjeuncr au domicile de Patrice de MAISTRE : a Ia lecture de agenda d Eric WOERTH, il rest pas retrouvé sur cette période des petits déjeuners chez d'autres membres du “premier cercle”. pas plus qu'il n'est retrouvé d'autres invitations des petits dgjouners par Patrice de MAISTRE a son domicile. Curicusement, Patrice de MAISTRE a indiqué que eette rencontre avait pour bbut de connaitre les maxima légaux pour les financements Iégaux des pattis politiques et des campagnes électorales, alors que ce type de renscignement ne nécessite nullemeat de s‘adresser au trésoricr du parti politique ct que le renscignement cst parfaitement accessible sur intemct sur différentes sites officicls des ministéres. de V'administration fiscale et du site en ligne service-public.gouv.fr Il n'est pas contestable que Patrice de MAISTRE a remis le 29 septembre 2006 un mémorandum André BETTENCOURT avec les montants légaux. De fagon étonnante, alors que ce rendez-vous coneernerait le finaneement legal des partis politiques et des campagnes électorales, i résulte des propres piéces fournies par Frie WOERTH, trésoricr de I'UMP et trésorier de campagne de Nicolas SARKOZY, (D4683) un état des dons des époux BETTENCOURT, de Patrice de MAISTRE a UMP, & l'association de soutien 4 action de Nicolas SARKOZY ct a association de soutien & laction d’Fric WOERTH oi apparaissent sculement deux versements des ¢poux BETTENCOURT le 04 octobre 2006 de 7.500 € chacun a l'association de soutien a action de Nicolas SARKOZY, qu’aucun don n‘est noté au cours du premicr semestre 2007 pour le financement des campagne’ présidenticlles et législatives au profit de !' UMP, de Nicolas SARKOZY ct d'Eric WOERTH ; Par ailleurs, méme si ces rencontres ont pu un temps étre contestées, il ressort des agendas saisis et des déclarations de Patrice de MAISTRE et d'Eric WOERTH, qu'ils se sont rencontrés les 19 janvier et 07 février 2007 4 08 h 30 : les deux prévenus t déclaré que ces rencontres ont cu lieu dans un café a une adresse que ni l'un ni autre ne peuvent préciser Claire THIBOUT a declare que Patrice de MAISTRE lui a demandé 150.000 € pour que cette somme soit remise 2 Eric WOERTH; dans un premier temps elle a déclaré que cotte démarche serait intervenuc en mars ou avril 2007 avant qu’elle ne retrouve ses agendas et qu’clle indique la date de janvier 2007. Ne pouvant obtenir ‘une telle somme du compte aceréditif, et devant linsistance de Patrice de MAISTRE, elle n’a pu remettre qu'une somme de 50.000 €. Si dans ces déclarations successives Claire THIBOUT a pu varier sur ta période of cette demande lui a été formulée par Patrice de MAISTRE. évoquant le mois de mars ou d'avril puis celui du mois de janvier, il nen demeure pas moins qu'elle a été constante sur les propos de Patrice de MAISTRE quant a une remise d'argent a Fric WOFRTH, qui exercait & Pépoque les fonctions de trésorier de ' UMP et de trésorier de la campagne présidenticlle de Nicolas SARKOZY : Page 11/20 Par la suite les relations entre les deux hommes se sont poursuivis de 2007 a 2010 notamment au travers de dgjcuners réguliers au Jockey Club organisés par Erie de SERIGNY et par quelques receptions de Patrice de MAISTRE ct de son épouse au Ministére des Finances a BERCY : de méme, les époux WOERTH ont été invités a une chasse organisée en Sologne par les époux de MAISTRE, 3/ Sur le processus de recrutement de Florence WOERTH Florence WOERTH. aprés avoir travaillé 4 la banque ROTHSCHILD de novembre 1997 & décembre 2005, a été embauchée a compter du 06 janvier 2006 en qualité de sentor primate banker au sein de la Compagnie 1818 ‘Au sein de cette banguc filiale du groupe Caisse d'Epargne, clle a assuré une fonction commerciale, particuliérement la recherche de clients fortunés pour lcurs proposer des produits financiers et des investissements Elle a précisé qu'elle commengait a avoir une certainc lassitude pour aller 4 1a recherche des clients, qu’en mars ou avril 2007. elle a cu une proposition d'un poste a créer de la société GENERAL, que dans le cadre d'une réorganisation des services, la compagnie 1818 lui a proposé en juillet 2007 un cmploi de direcirice adjointe de gestion de fortune, poste qu'elle a accepté, 'avenant & son contrat de travail m’ayant pas été signé a cette Epoque A laudience (p23), Florence WOERTH a indique qu'elle avait rencontré Patrice de MAISTRE en janvier 2007 par un ami coramun Dans leurs déclarations. Patrice de MAISTRE ct Eric WOERTH et plas particuligrement Eric WOERTH, ont reconnu qu'ils ont évoqué la situation professionnelle de Florence WOERTH lors de leur rendez-vous du 19 janvier 2007. Le 15 mars 2007 en présence de son responsable de la Compagnic 1818, Mare RIEZ, Florence WOERTH va rencontrer Patrice de MAISTRE en sa qualité de responsable de CLYMENE, pour préseater les “produits"de I’ établissement bancaire. Mare RIEZ tant dans sa déposition du 22 juillet 2010 (D5684) que lors de son audition a l'audience a indiqué que cette rencontre a été purement commerciale ct qu’a aucun moment Florence WOERTH n‘a évoqué un possible choix de changement de carriere ni que Patrice de MAISTRE ne lui a fait une proposition professionnelle. A cette époque et depuis la démission de Benoit DE ROUX, fin octobre 2006, Ja société CLYMENE et particuliérement Patrice de MAISTRE sont a la recherche un asset allocataire ; Patrice de MAISTRE a sollicité pour cc recrutement le cabinet PROWAY, qui va rechercher des candidats et ce sans qu’aucun contrat ne soit signé avee ce cabinet. Entre le 23 octobre 2006 et le 25 juin 2007 (DS614), le cabinet PROWAY a proposé huit candidats, la majorité d’entre eux ayant eu des rendez-vous avec Patrice de MAISTRE et avec Louis de MURARD, directeur administratif ct financier de CLYMENE, Page 12/20 En l'état des éléments du dossier et des débats a l'audience, il n'est pas rapporté la preuve qu'une ou des rencontres entre Patrice d¢ MAISTRE et Florence WOERTH soicnt intervenues avant le rendez-vous du 25 juin 2007 pour évoquer sa carriére puis son recrutement et son embauche au sein de la Société CLYMENE. De plus, si les agendas de Patrice de MAISTRE ct d'Eric WOERTH démontrent des rencontres réguligres entre janvier et septembre 2007, rencontres en téte-a-tite les 19 janvier et 07 février 2007, selon les prévenus dans un café qui n'a jamais