Vous êtes sur la page 1sur 29

LES TRAVAUX DU X e CONGRÈS SE SONT ACHEVÉS HIER EN SOIRÉE

FLN : Saâdani élu sans surprise P.3

HIER EN SOIRÉE FLN : Saâdani élu sans surprise P.3 AF LE DROIT DE SAVOIR, LE

AF

LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER

LIBERTE

Zehani/Liberté
Zehani/Liberté

“FOUNDOUQ EL-ALAMAÏNE” PRESENTÉE EN COMPÉTITION DU 10 e FNTP

Passions

humaines

dans l’entre-deux

mondes m P.17

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 6935 DIMANCHE 31 MAI

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 6935 DIMANCHE 31 MAI 2015 - ALGÉRIE 20 DA - FRANCE 1,30 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290

LES SUPPORTERS DU CLUB ONT MANIFESTÉ HIER À TIZI OUZOU

JSK : imposante marche contre Hannachi P.4

D. R.
D. R.
OUZOU JSK : imposante marche contre Hannachi P.4 D. R. LE FEUILLETON CONTINUE Liberté La concession

LE FEUILLETON CONTINUE

Liberté
Liberté

La concession des

plages

laissée

à l’appréciation des walis P.4

des plages laissée à l’appréciation des walis P.4 L’IMPORTATION DU CIMENT ET L’HÉBERGEMENT DES HADJIS EN

L’IMPORTATION DU CIMENT ET L’HÉBERGEMENT DES HADJIS EN SONT DES EXEMPLES

Des notes surfacturées pour assurer la fuite des devises P.7

notes surfacturées pour assurer la fuite des devises P.7 LA CASBAH Yahia/Archives Liberté Les oubliés du

LA CASBAH

Yahia/Archives Liberté
Yahia/Archives Liberté

Les oubliés du relogement

P.9

Publicité

pour assurer la fuite des devises P.7 LA CASBAH Yahia/Archives Liberté Les oubliés du relogement P.9

F.1315

pour assurer la fuite des devises P.7 LA CASBAH Yahia/Archives Liberté Les oubliés du relogement P.9

2

L’actualité en question

Dimanche 31 mai 2015

LIBERTE

LOUISA HANOUNE ANIME UN MEETING À LA SALLE EL-MOUGAR

“L’oligarchie prédatrice veut privatiser l’État”

“Le Président a promis de poursuivre les réformes, mais quatre ans après, les plus grands dangers menacent le pays”, constate Louisa Hanoune et demande au chef de l’État de “rendre la parole au peuple”.

L ouisa Hanoune sonne le tocsin contre “l’oli- garchie prédatrice qui veut privatiser l’État” et appelle les militants de son parti à la mobi-

lisation générale car, argue-t-elle, “le pays est en danger”. En présidant hier à la salle El-Mougar d’Alger la der- nière rencontre d’une série de mee- tings populaires qu’elle a animés à travers plusieurs régions du pays, la secrétaire générale du Parti des tra- vailleurs semble avoir décidé de fai- re de la dénonciation de ceux qu’el- le qualifie de “nouveaux riches” son nouveau cheval de bataille. Et pour preuve. Tout au long de son discours, elle n’a cessé, entre deux salves d’ap- plaudissements des militants et cadres de sa formation, de faire feu

de tout bois pour fustiger “ceux qui

pitée. C’est aussi le sentiment qu’el-

revendications politiques, écono-

institutions et des entreprises pu-

dilapident à tour de bras l’argent pu-

le

laisse échapper lorsqu’elle évoque

miques et sociales émanant de la so-

bliques chez Khalifa ?” s’interroge-t-

blic et les richesses du pays”.

le

dernier remaniement ministériel

ciété “pour annihiler le désespoir”.

elle, tout en s’en prenant de nouveau

“On assiste à un transfert des préro-

qui, d’après elle, “visait à maintenir

Louisa Hanoune ne pouvait, par

à

Abdelhamid Temmar qui se faisait

gatives de l’État à l’oligarchie par le biais, explique Louisa Hanoune, d’une toile d’araignée qui a été tissée

les têtes de l’oligarchie dans les centres de décisions”. L’interpellation formulée par

ailleurs, laisser passer une telle op- portunité, sans s’attaquer, de nou- veau, à l’Assemblée nationale, qui,

accompagner à l’étranger en tant que ministre par Abdelmoumen Kheli- fa qu’il présentait à ses vis-à-vis

d’Algérie, à la tête de l'Agence natio-

autour des institutions.” Face à l’ac-

M

me Hanoune ne s’adresse toutefois

dit-elle, “est incapable de contrôler

“comme l’avenir de l’Algérie”. “Mais,

célération des événements politiques et économiques, la pasionaria du PT sonne “l’état d’alerte générale” pour, dit-elle, affronter “les dangers immi- nents qui guettent la survie de la na- tion”. “Le Président a promis de poursuivre les réformes, mais 4 ans après, les plus grands dangers mena- cent le pays”, constate Louisa Hanou-

pas seulement au chef de l’État, mais aussi aux “institutions”. Mais quelles“institutions”?L’oratricen’en dira pas plus, bien qu’on puisse comprendre qu’elle s’adresse ainsi à l’armée. Louisa Hanoune préfère également rester dans le vague lors- qu’elle affirme qu’“il y a panique chez les responsables”. Pour elle, “l’Algé-

la tragédie nationale”, appelant le

quoi que ce soit, dans un pays où l’ar- gent public est dilapidé dans tous les secteurs”. Elle relève aussi, dans ce contexte, le peu de moyens mis à la disposition de la Cour des comptes qui ne peut, ainsi, contrôler 20 000 structures et institutions avec ses 400 juges. Quid du procès lié à l’affaire Khalifa ? “Elle tend à noyer

combien y a-t-il encore de Khelifa, de Temmar, de Khelil, de Benachenhou au sein du pouvoir ?” se demande M me Hanoune. La nomination de Djamel Kaouane, directeur de la publication du quotidien Le Temps

nale d'édition et de publicité (Anep), n’a également pas échappé

ne et demande au chef de l’État de

rie traverse la période la plus dange-

le poisson dans un verre l’eau.” Pour

à

la SG du PT qui voit dans cette dé-

“rendre la parole au peuple”. “On at- tendait plus du président de la Répu- blique”, lâche-t-elle, visiblement dé-

reuse de son histoire, pire que celle de

chef de l’État à prendre en charge les

Louisa Hanoune, “beaucoup de ques- tions restent sans réponses”. “Qui a donné l’ordre de déposer l’argent des

signation “un danger pour la liberté de la presse”.

H. SAÏDANI

TOUT EN PRÉPARANT SA PARTICIPATION À LA CONFÉRENCE DE L'OPPOSITION PRÉVUE EN JUIN

Le MSP va lancer une initiative politique

L e président du Mouvement pour la so- ciété de la paix (MSP), Abderrezak Makri, a annoncé, hier, que son parti

“préparait un projet de renaissance pour ancrer sa présence politique et conforter sa crédibili-

té dans la prise de décisions tout en assumant ses responsabilités à l'égard de la société”. À l’ou- verture d’une rencontre des structures du parti, il a affirmé que le MSP préparait sa par- ticipation à la conférence de l'opposition po-

Publicité

à la conférence de l'opposition po- Publicité F.1283 litique prévue le 6 juin prochain. La rencontre

F.1283

litique prévue le 6 juin prochain. La rencontre de l'opposition sera consacrée à l'examen “des moyens susceptibles de renforcer les rangs, de consolider la solidarité dans le cadre de la pros- pective de l'avenir et d'assumer pleinement les responsabilités au seul service de la patrie”, a in- diqué le président du MSP. Le chef du parti islamiste, qui ne rate aucune occasion pour brocarder le FLN, a pourtant es- timé que ce dernier comptait “un nombre im- portant de militants nationalistes avec les- quels nous avons besoin de travailler pour ren- forcer et préserver l'unité du pays”, en dépit, a- t-il dit, de l'émergence récemment de nouveaux éléments indésirables sur la scène politique. Par ailleurs, M. Makri a appelé les militants du mouvement à “intensifier l'action de sensibili-

sation au sein de la société et à faire preuve de vigilance et de crédibilité”, insistant sur “la co- ordination des efforts et la coopération avec tous les acteurs de l'opposition”. Il a ensuite rebondi sur la déclaration de Sel- lal, selon laquelle, la situation du pays restait “délicate” après la baisse des prix du pétrole, pour appeler tous les partis politiques à “assu- mer leurs responsabilités par la consolidation du militantisme et de la sensibilisation pour pré- server la stabilité du pays”. Il a annoncé, par ailleurs, que son mouvement organisera les 13 et 14 juin prochain une ren- contre scientifique et économique pour exa- miner les modèles économiques et sociaux adoptés par plusieurs pays émergents.

A. R.

LE PRÉSIDENT DU FRONT DU CHANGEMENT À AÏN TÉMOUCHENT

Les six messages de Menasra

“L e dernier remanie- ment partiel qui a touché le gouverne-

ment est loin de répondre aux véritables critères avec des mi-

nistres qui s’échangent les postes”, a indiqué Abdelmad- jid Menasra, le président du Front du changement (FC), lors d’une rencontre ré- gionale tenue hier au Petit Théâtre d’Aïn Témouchent devant une assistance compo- sée des cadres régionaux du parti ainsi que d’un grand nombre de citoyens. L’inter- vention de Menasra a été résu- mée en six messages. Le pre- mier destiné au peuple algérien à qui il conseille de ne pas désespérer car le changement arrivera quelles que soient les circonstances du moment, pré- cisant que le monde se base sur le changement. Le deuxième message est à l’adresse des partis de l’oppo- sition et à l’État en exhortant les premiers à s’unir et à en- gager un dialogue franc avant qu’il ne soit trop tard. Il dé-

nonce toutes ces actions de so- lidarité en prenant l’exemple du couffin de Ramadhan qu’il qualifie d’hypocrisie politique qui ne mènera pas loin. “L’É- tat doit bannir ce genre d’ac- tions qui devront être rempla- cées par une véritable poli- tique de soutien aux catégories vulnérables”, a-t-il expliqué. Son troisième message est destiné au pouvoir à qui il conseille de lancer les ré- formes avant son départ. “Je ne veux pas parler d’élections présidentielles anticipées alors que le 5 e mandat doit être ce- lui des véritables réformes. Car 26 ans après l’avènement du multipartisme, l’esprit du parti unique règne toujours dans le microcosme politique”. À ses militants et adhérents, Abdelmadjid Menasra lance un appel, à travers son qua- trième message, pour un tra- vail de proximité qui doit être mené sur le terrain et avec l’implication des citoyens no- tamment les jeunes et les femmes. Son autre message

est en direction des ennemis de l’Algérie dont les desseins, ceux de faire du mal et diviser le peuple, seront un échec dans la mesure où le peuple algérien connaît la valeur de la stabilité et de la liberté. “Mieux vaut une démocratie partielle qu’une anarchie”, a-t-il ex- pliqué. Aux voisins directs de l’Algérie, Menasra, qui s’aligne sur la politique étran- gère et la diplomatie de son pays, prône le dialogue, la ré- conciliation et le consensus loin de ce qui se déroule ac- tuellement au Yémen, en Sy- rie et en Irak. Le président du parti islamiste déplore les dé- chirements qui affectent et qui fragilisent les pays arabes et qui confortent Israël qui n’a jamais connu de stabilité et de paix comme celles vécues ces derniers temps. Selon lui, la guerre entre les sunnites et les chiites ne durera pas un siècle mais fragilisera la position des Arabes et divisera davan- tage El-Qods.

M. LARADJ

LIBERTE

Dimanche 31 mai 2015

L’actualité en question

3

LES TRAVAUX DU X e CONGRÈS SE SONT ACHEVÉS HIER EN SOIRÉE

FLN : Saâdani élu sans surprise

Parti au congrès sous les assauts répétés d’une adversité qui aura lutté jusqu’au bout, Amar Saâdani, adoubé par Bouteflika et soutenu par le gouvernement, s’est adjugé, hier, sans surprise, un mandat de secrétaire général du FLN de plein droit, après près de deux ans d’un intérim agité.

L es X e congrès du parti du Front de libéra- tion nationale (FLN) se sont clôturés, hier à la Coupole du com-

plexe Mohamed-Boudiaf avec le “plébiscite” d’Amar Saâdani comme secrétaire général du parti. Il était

seul candidat à ce poste. Comme lors de la cérémonie d’ouverture, jeudi dernier, la clôture du congrès a été marquée par la présence de plusieurs membres du gouvernement. Mais, cette fois-ci, sans le Premier

ministre, Abdelmalek Sellal, dont l’adhésion au parti a été officielle- ment confirmée à l’occasion par Saâdani. “Je salue le militant de notre parti, le Premier ministre Ab- delmalek Sellal (…)”, a tenu à préci- ser, non sans fierté, celui qui sera, quelques instants après, élu SG du FLN. Une élection qui sera une for- malité, puisque Saâdani s’est com- porté en SG avant même le quitus de ses pairs du comité central. Cela dit, contrairement aux rumeurs qui ont été au menu des discussions entre les délégués depuis l’ouvertu-

re du congrès, le nom de Sellal n’a

travaux

du

pas été porté sur la liste des membres du CC. Si la reconduction de Saâdani à la tête du FLN était connue de tous avant même la tenue du congrès, l’établissement de la liste des membres du comité central, portée à plus de 500 dans les désormais nouveaux statuts du parti, a consti- tué le seul enjeu de ce congrès. L’exercice a nécessité deux longues journées de tractations et de “lob- bying” pour, d’une part, l’élection des membres du CC par le congrès, et d’autre part, par la désignation du quota national par le secrétaire gé- néral du parti. Après l’adoption des nouveaux sta- tuts du parti dont la composante du comité central passe de 351 à 505 membres. Fait pour le moins in- compréhensible, c’est que le quota national, dont le nombre s’élève à 2 012, a été désigné par Saâdani avant même son élection qui, au de-

meurant, sera l’acte de clôture du congrès. Mieux, la lecture de cette lis- te a même précédé celle des membres élus parmi les militants des mouhafadhas. Statutairement, Saâdani devrait pro-

céder à la

désignation des membres

BENFLIS DEVANT LE CONGRÈS RÉGIONAL DU PARTI À BLIDA

“Talaiou El-Houriyet, une alternative au régime défaillant”

P our la dernière étape avant le congrès constitutif du parti, Ali Benflis a axé son inter-

cerbé le caractère autoritaire et to- talitaire”, dit-il. Des gouvernants qui, selon lui, ont

vention devant les délégués du

mis le pays à genoux, lui ont fait

Centre, lors du précongrès organi-

prendre du retard, n’ont entrepris

hier à Blida, sur les circonstances

aucune réforme, scindé la citoyen-

de

la création de Talaiou El-Houriyet

neté “en supra-citoyenneté et en in-

qui est venu répondre à une de- mande des militants qui souhai- taient “donner corps à leur désir de fonder une formation politique ras-

fra-citoyenneté” et avec sa permissi- vité ou complicité laissé se généra- liser la corruption. La corruption qui, d’après lui, est le signe “de la dé-

sembleuse”. Un parti qui a vite pris comme le démontrent les chiffres de

chéance civique et morale des socié- tés humaines”.

sa structuration en peu de temps. Il

“La corruption est la maladie chro-

a été fondé par 290 membres et

nique de la nation”, résume-t-il. Il as-

s’est structuré dans 47 wilayas et les

simile la posture du pouvoir à “une

13 circonscriptions de la wilaya d’Alger. Il est présent dans 537 daïras. Il est ainsi présent dans 1 250 communes.

attitude complaisante et tolérante et un message d’impunité”. Une attitude passive couplée à une absence de vo- lonté politique qui se traduirait na-

Et

de préciser que “ce projet politique

turellement par une justice indé-

propose à notre pays une voie de sor- tie de toutes les impasses politiques,

pendante qui lutterait efficacement contre ce fléau.

économiques et sociales vers les- quelles il a été conduit”. L’Avant-gar- de des libertés se présente ainsi comme une alternative au régime qui

Et de conclure sur l’optimisme et l’espoir dont est porteur son parti qu’il inscrit dans une logique de ré- forme, de refonte et de sursaut pour

se

décline à travers “la modernisation

sortir le pays de “sa douloureuse” im-

DJILALI B.

politique, la rénovation économique et la réforme sociale sous le signe d’une société des libertés”. Pour Ali Benflis, le parti ne sera pas un faire- valoir ou un parti venu pour alour- dir ou enjoliver le paysage poli- tique, mais “un parti au sens noble et plein du terme mis au service d’un peuple et d’une nation”. Un parti qui vient réparer “les dégâts” et sauver le

passe. L’Avant-garde des libertés se présente donc d’ores et déjà comme une alternative au régime et un sau- veur pour le pays. “Si notre parti a un rôle à tenir, un message à livrer et une finalité à atteindre, ce sont bien ceux de remettre de l’espoir là où domine le désespoir, de l’optimisme là où pré- vaut l’abattement et la foi en l’avenir là où se sont imposées l’amertume et

pays du danger dans lequel le systè- me l’a mis. “Nos gouvernants ont mené le pays vers le tunnel sombre de la person- nalisation du pouvoir qui en a exa-

la crainte de lendemains peu en- chanteurs”, conclut-il son allocu- tion.

Zehani/Liberté
Zehani/Liberté

du quota qui est lui réservé, après son élection par les membres élus du CC. Saâdani en a notamment désigné les 14 ministres, entre anciens et actuels, du FLN, ainsi que les cadres et militants du parti hauts respon- sables d’institutions à l’image du président de l’APN, Larbi Ould Khelifa. Les nouveaux arrivés au comité cen- tral du FLN sont Abdelmadjid Teb- boune, ministre de l’Habitat, Had- jar, ministre de l’Enseignement su- périeur et de la Recherche scienti-

Le congrès du FLN a été clôturé hier par l’élection de Saâdani à la tête du parti.

fique, et Tahar Khaoua, ministre

de la Relation avec le Parlement. Par

ailleurs, le nombre de femmes dans ce nouveau CC est plus important que dans les précédents.

Outre celles désignées par le SG, il y

a eu l’élection d’une femme par

mouhafadha dont le nombre est passé à l’occasion de ce congrès à 120. Comme il était prévisible, tous les anciens membres du comité cen- tral, hostiles à la direction menée par Saâdani depuis le coup de force du 29 août 2013, ont été évincés à l’oc-

casion de ce congrès. Conforté par le soutien du président du parti et président de la République, Abde- laziz Bouteflika, Saâdani est désor- mais le seul commandant de bord du bateau FLN.

Et il ne le cache pas. “La lettre du pré- sident Bouteflika constitue un im- portant soutien pour nous et un ap- pui clair dans la volonté de notre par- ti de jouer pleinement son rôle sur la scène politique”, s’est-il exalté dans son discours de clôture.

FARID ABDELADIM

L’ÉDITO

PAR OMAR OUALI

La famille recomposée

L e X e congrès du FLN s’est achevé hier en début de soirée avec une composante du nouveau comité central revue à la haus- se (503 membres). Un chiffre pléthorique, qui répond moins

Avec l’onction de Bouteflika, prélude à son sacre en tant

que nouveau SG, Saâdani a désormais la légitimité qui était son talon d’Achille, sou- vent visé par les flèches des redresseurs. Désormais, il a les coudées franches. D’abord, et accessoirement, pour aider à la mise en œuvre des restes à réaliser du programme présidentiel. Mais plus prioritairement à être un acteur majeur dans la mise en route du scénario de la succession. Car désor- mais, c’est le grand enjeu qui va cristalliser les perspec- tives politiques du pouvoir.”

au critère de représentation de la base qui se serait élargie depuis l’arrivée de Saâdani aux commandes, qu’au souci de récompenser par un strapontin ceux qui ont joué à fond la carte sa carte. Au FLN, c’est une constante : on n’oublie pas les serviteurs et on ne pardonne pas aux ennemis. Encore plus quand ils sont issus de la maison. Mais le grand vain- queur, c’est indiscutablement Saâdani. Avec les bénédictions des ins- titutions, l’Intérieur et la Justice, actionnées de haut, il a réussi à mettre ses adversaires, d’entrée, hors jeu et tenir son congrès sans encombre. Avec l’onction de Bouteflika, prélude à son sacre en tant que nou- veau SG, Saâdani a désormais la légitimité qui était son talon d’Achil- le, souvent visé par les flèches des redresseurs. Désormais, il a les coudées franches. D’abord, et accessoirement, pour aider à la mise en œuvre des restes à réaliser du programme présidentiel. Mais plus prioritairement à être un acteur majeur dans la mise en route du scénario de la succession. Car désormais, c’est le grand enjeu qui va cristalliser les perspectives politiques du pouvoir.

Prochaine étape, la relance du chantier de la révision de la Consti- tution qui a traîné en longeur, probablement faute d’une vision clai- re des choses et d’absence de compromis. Mais désormais, le mé- nage est fait. Avec un FLN pacifié, à sa tête un Saâdani légitimé par le congrès, un Sellal, qui redevient militant et un RDN remis sur mode Ouya- hia, c’est la famille qui s’est recomposée. Et le cap est fixé pour la mise en place des conditions pour une alternance systémique. Mais, il n’est pas pour autant dit que ce scénario écrit d’avance aboutira, car faisant fi de paramètres autres qui peuvent bouleverser les échéances et fausser les calculs les plus sûrs. n

4

L’actualité en question

Dimanche 31 mai 2015

LIBERTE

LES SUPPORTERS DU CLUB ONT MANIFESTÉ HIER À TIZI OUZOU

JSK : imposante marche contre Hannachi

Cette manifestation inédite et spectaculaire est conduite par d’anciens joueurs qui ont écrit la fabuleuse légende du club kabyle.

L es adversaires de Mo- hand-Cherif Hanna- chi ont réussi, hier, leur pari. Ils ont pu or- ganiser une action de rue à la fois spectacu-

laire et inédite pour exiger à nouveau le départ de Hannachi de la tête de la JSK. Après l’annulation du sit-in prévu

la se-

maine

pas-

sée, pour ne pas mettre la pression sur les joueurs qui devaient négocier leur survie en Ligue 1 Mobilis face à El-Harrach, ils ont opté pour une marche. Ils étaient quelques milliers, (4 000, selon les organisateurs), à répondre positivement au mot d’ordre de la marche dans la ville des Genêts à l’appel des anciens joueurs. Sous un soleil de plomb, les fans des Ca- naris ont battu le pavé depuis le sta- de du 1 er -Novembre jusqu’à l’an- cienne mairie pour exiger le départ de Hannachi de la présidence de la JSK. Venus des quatre coins de la Kabylie, d’Alger et de Boumerdès, des jeunes, des moins jeunes et des vieux ont scandé des slogans exigeant le départ de Hannachi de la direction du club phare de la région. Dans une organisation impeccable, les marcheurs, encadrés par des jeunes supporters, ont arpenté l’as- phalte dans le calme derrière une di- zaine d’anciens joueurs. 10h ta- pantes, les premiers marcheurs ar- rivent devant le portail du stade du 1 er -Novembre. Une demi-heure après, des centaines d’autres arrivent et forment les premiers carrés. Dans le premier carré qui a drivé la foule compacte de marcheurs, Sad- mi, Menad, Bahbouh, Amara, Iboud, Maghrisssi, Dali, Cerbah, Younsi, Rezgui, Ayache et d’autres anciens du jumbo-jet ont pris part à cette ac- tion. “Hannachi dégage” ; “25 ans ba- rakat” ; “La JSK n’est pas votre pro- priété M. Hannachi” ; “La JSK ap- partient à toute la Kabylie” ; “En- semble pour sauver notre club”…, tels étaient, entre autres, les slogans scandés tout au long du parcours.

De notre envoyé spécial à Tizi Ouzou :

MOHAMED MOULOUDJ

D. R.
D. R.

Les manifestants portaient des écritaux dans lesquels ils demandaient le départ de Hannachi.

Avec un dispositif policier très dis- cret, la procession humaine s’agran- dit au fur et à mesure qu’elle avan- ce le long de la rue Lamali.

“Jouer le maintien est une honte”

Les griefs retenus par la foule contre l’indéboulonnable président des Ca- naris sont nombreux. Les difficultés rencontrées par les Canaris pour as- surer leur maintien en Ligue 1 Mo- bilis sont “une honte”, estiment une dizaine de marcheurs abordés. “La JSK est faite pour gagner des titres et non pour jouer le maintien”, a déclaré Youcef, jeune supporter venu des Ath Ouaguenoune. Il reconnaît, néanmoins, que Hannachi a donné beaucoup pour la JSK “mais le mo- ment est venu pour lui de céder sa place aux autres”. “Nous sommes là pour sauver le club. Notre souhait est de voir la JSK redevenir comme avant”, a encore ajouté Youcef. Ab- delmoumène, venu de Kherrata dans la wilaya de Béjaïa, pour par- ticiper à la marche, a estimé, quant à lui, que “l’état actuel de la JSK nous fait très mal”. Il considère que “Han- nachi est la source de tous les maux que vit le club”, du fait “de son entê- tement à rester à la tête du club en-

vers et contre tout”. “Il doit céder sa place s’il aime réellement le club”, a- t-il dit, l’accusant d’avoir tenté “de se- mer les germes du régionalisme par-

mi les amoureux du club”. Cherif,

venu d’Azazga, a abondé dans le même sens. Pour lui, Hannachi a “créé le régionalisme en Kabylie”. Plus explicite, il l’accuse de vouloir jouer “sur la Grande et la Petite Kabylie” pour “plaire à ses mentors”. Qui sont ses mentors ? Dda Ahcène, des Ouadhias, évoque “un clan du pouvoir politique” dont Hannachi “est un affidé”. “La JSK appartient à la Kabylie”, scande ainsi la foule. Fai- sant le bilan de Hannachi à la tête de

la JSK, Cherif inconditionnel des Ca- naris, a souligné que les trois Coupes de la CAF remportées par la JSK “ne sont même pas reconnues par la

Fifa”. Pour lui, “ce n’est pas vraiment

un exploit pour un club comme la JSK”.

Matoub, omniprésent

Les marcheurs d’hier ont confec- tionné des pancartes sur lesquelles le portrait de Hannachi portant une motion “Je suis le problème, aidez- moi à partir” ont été distribuées par milliers. Ils veulent à travers ce

LE FEUILLETON CONTINUE

geste répondre au président du club qui a déclaré que personne ne pour- ra le déloger de sa place. “Hna imout Kaci”, avait-il déclaré. “Kaci est en train d’agoniser”, a répliqué un jeu- ne supporter de la ville des Genêts qui a juré de ne jamais enlever sa cas-

quette sur laquelle il a écrit “Han- nachi dégage”, avant le départ du pré- sident de la JSK. “Si Hannachi pen- se qu’il est indispensable, nous lui di- sons qu’aucun centre de décision ne peut venir à bout de notre détermi- nation à le dégommer”, a-t-il dit. “Il faut qu’il parte pour que Matoub ces- se de se retourner dans sa tombe”, a estimé Youcef qui est revenu vers nous pour faire cette déclaration. Un portrait du Rebelle entre les mains,

il a souligné que Hannachi a trahi le

rêve de Lounès. Le rêve de Lounès “était de voir la JSK traduire les as- pirations de la région”.

Pour Sadmi, ancien joueur du club, la mobilisation des supporters pour la marche “est une grande journée”. Il a ajouté que tous les anciens joueurs “remercient les fans du club” qui sont venus “en force pour sauver la JSK”. Ouadiai Mustapha, prési- dent de la Fédération des fils de chouhada (FFC) de Tizi Ouzou, a es- timé que les marcheurs étaient là “pour l’intérêt de la JSK”. Mustapha

qu’il a pu en tant que joueur et en- suite en tant que président “mais il doit partir maintenant”, souhaitant, au passage, que la sagesse prévale. Pour Rezgui que nous avons abor- dé à la fin de la marche, celle-ci est une réussite. Il a lancé un défi à Han- nachi de réunir autant de monde. Mahfoud Belabbas, ancien P/APW de Tizi Ouzou, présent à la marche,

a estimé, quant à lui, que Hannachi

a fait de la JSK “ce qu’a fait Bouteflika

de l’Algérie”. Mouloud Iboud, ancien joueur, a considéré que l’action “est une totale réussite”, assurant que “le combat continuera jusqu’au départ de Hannachi”. Djamel Menad, qui a été réclamé par la foule lors de la pri- se de parole, a salué la forte mobili-

sation des supporters pour sauver le club. Vers 13h, la foule s’est dispersée dans le calme. Les quelques marcheurs abordés à la fin de l’action mettent en garde Hannachi contre toute ac- tion violente contre les supporters. Pour eux, “il bénéficie de soutiens oc- cultes” qui “peuvent financer des contre-actions”. Une seule question revient chez les marcheurs : Han- nachi comprendra-t-il que son temps est révolu à la tête de la JSK ? Question légitime quand on sait qu’il a annoncé son départ à maintes

D. R.
D. R.

Imposante marche hier à Tizi Ouzou contre le président de la JSK Hannachi.

a ajouté : “On demande à Hannachi

de quitter sagement le club car la JSK est le symbole de toute la Kabylie et de tous les Kabyles.” Mustapha re- connaît que Hannachi a donné ce

reprises avant de changer d’avis. Maintenant qu’il est contesté de toute part, s’entêtera-t-il à y rester ? Seul l’avenir nous le dira.

M. M.

La concession des plages

laissée à l’appréciation des walis

D écidément le dossier sur la concession des plages continue de faire polé- mique. Après la décision “verbale” du

ministère de l’Intérieur d’interdire la conces- sion des plages aux privés, le même ministè- re vient d’opérer un autre virage sur la ques- tion en laissant cette décision à l’appréciation des walis. Il semble que les autorités n’ont pas trouvé mieux que de se référer aux lois et règlements en vigueur, notamment la loi 03/02 du 17 fé- vrier 2003 et le décret n°04-274 du 5 septembre 2004, fixant les conditions et les modalités d'ex- ploitation touristique des plages ouvertes à la baignade. Ce décret donne le pouvoir aux walis de dé- cider de la concession ou de l’annulation des

concessions des plages. “C’est aux walis de tran- cher sur les concessions des plages et de les étu- dier au cas par cas”, avait affirmé un repré- sentant du ministère de l’Intérieur lors d’une réunion tenue à Boumerdès avec les autori- tés locales de cette wilaya qui abritera, demain lundi, la cérémonie du coup d’envoi de la sai- son estivale qui sera donné conjointement par les deux ministres, celui de l’Intérieur et celui du Tourisme. Le représentant du même ministère a insisté, lors de ce conclave, sur la multiplication du contrôle et la délimitation des espaces réser- vés aux citoyens, soit les deux tiers, pour évi- ter tout dépassement. Cette reculade du mi- nistère de l’Intérieur est motivée par les réti- cences de certaines wilayas qui avaient présenté

des arguments en faveur d’une concession contrôlée et limitée dans l’espace plutôt que des plages libres livrées à elles-mêmes qui pour- raient être inaccessibles aux familles. D’autres ont insisté sur la sécurité des familles et la pro- preté des plages que seuls les concessionnaires arrivent à assurer, notamment dans certains endroits isolés. Il y a aussi la résistance énergique des conces- sionnaires eux-mêmes qui crient à la hogra, comme à Alger où certains ont décidé de ne pas se laisser faire. Les anti-concessions ne manquent pas d’arguments, eux aussi. Et ils sont plus nombreux. “Les plages sont devenues privées, 2 000 DA pour un parasol, ce sont des trabendistes, pas des concessionnaires, ils font la loi sur les

plages”, affirment des citoyens qui ont plutôt applaudi la décision du ministère de l’Intérieur. Mais la plupart des dépassements sont dus à l’absence de contrôle des collectivités locales, comme l’avait souligné l’ex-ministre du Tou- risme qui avait décidé de maintenir la conces- sion contredisant ainsi son ex-collègue de l’In- térieur. L’ex-ministre avait demandé, pour rappel, à tous les walis des régions côtières de réserver 2/3 de ces espaces aux investisseurs privés et le 1/3 restant aux citoyens. Les deux mi- nistres, qui se réuniront demain à Boumerdès, vont certainement revenir sur ce… feuilleton de l’été.

M. T.

LIBERTE Dimanche 31 mai 2015

LE RADAR

PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI

radar@liberte-algerie.com

DE LIBERTÉ

DE LIBERTÉ

5

FACULTÉ CENTRALE D’ALGER

Le cri de détresse des enseignants

CENTRALE D’ALGER Le cri de détresse des enseignants ■ “Le site de l’université d’Alger, plus com-

“Le site de l’université d’Alger, plus com- munément appelé Fac centrale d’Alger, est un patrimoine qui, par sa nature, appelle plus que d’autres à la sauvegarde et à la protection.” C’est là un cri de détresse lancé par des enseignants universitaires, face à la dégradation et à la dé- perdition continues que subit ce site qui est la mémoire de l’enseignement supérieur en Al-

gérie. Vu son esthétique architecturale histo- riquement datée, ses plantations séculaires, sa position géographique, les universitaires sug- gèrent aux pouvoirs publics de la transformer en pôle d’attraction de rang régional. À moins que le site ne soit déjà l’objet de convoitises de ceux qui voudraient se l’approprier. Des ru- meurs courent dans ce sens.

DERNIER REMANIEMENT MINISTÉRIEL

Les langues commencent à se délier

Les langues commencent à se délier au sujet du dernier remaniement ministériel. Si pour certains ministres dégommés, les raisons sont plus ou moins évidentes, ce n’est pas le cas pour d’autres. Notam- ment pour un qui a payé pour avoir refusé de cautionner une facture faramineuse quant à un grand projet relevant de son secteur. Un autre ministre, qui a pourtant commencé à faire du bon travail dans son secteur, s’est vu imposer une mutation dans un autre département pour avoir dit “non”, au nom de la déontologie, à la pro- motion d’une parente d’un ex-très haut responsable, aujourd’hui à la retraite mais toujours très influent.

pro- motion d’une parente d’un ex-très haut responsable, aujourd’hui à la retraite mais toujours très influent.

APRÈS AVOIR CONTACTÉ ZIAYA

Al-Fayçali d’Arabie saoudite veut Derrardja

Selon une source digne de foi, la formation saoudienne d’Al-Fayçali a chargé un manager pour lui dénicher un bon avant-centre suscep- tible de renforcer les rangs de son effectif en vue du prochain exercice. Le premier joueur à avoir été contacté par ledit manager n’est autre que l’at- taquant sétifien, Abdelmalik Ziaya. Ayant déjà évolué dans le championnat d’Arabie saoudite, le natif de Guelma intéresse au plus haut point les dirigeants du club saoudien. Entre-temps, un autre joueur intéresse ces derniers. Il s’agit du so- ciétaire du MCEE, Walid Derrardja, sacré meilleur buteur du championnat de la saison qui vient de s’achever avec 16 réalisations. Pour rap- pel, ce dernier est dans le viseur de nombreuses équipes, aussi bien en Algérie comme le MCA, qu’à l’étranger, tels le Club Africain, le CS Sfax et autres. L’ES Sahel lui aurait fait une offre de plus de sept milliards de centimes pour rempla- cer Bounedjah transféré à l’équipe qatarie d’Al- Sadd, ont rapporté des sources proches du pré- sident Arrès Harada.

rapporté des sources proches du pré- sident Arrès Harada. Précisions Précisions ■ Contrairement à ce qui

PrécisionsPrécisions

Contrairement à ce qui a été publié dans l’édition du 24/05/2015 de votre journal en page “Radar de Liberté”, M me Louisa Hanoune n’a pas tenu de réunion à Constantine et donc n’a empêché aucun journaliste d’accéder à la salle de réunion. Ce sont des membres du Bureau politique du PT qui ont animé la réunion organique du bilan en préparatoire de la prochaine session du comité central qui a regroupé les dirigeants du parti des wilayas de l’Est à Constantine et la presse n’était pas invitée aux travaux.

CONCOURS DE RECRUTEMENT DANS L’ÉDUCATION

Kafka au rendez- vous

Les épreuves du concours national de recrutement dans le secteur de l’éducation se sont déroulées la semaine écoulée. Les candidats n’ont subi que des épreuves orales. Sauf que ces épreuves se sont déroulées dans des conditions kafkaïennes, selon des candidats. Outre l’improvisation, notamment la convocation des examinateurs à la dernière minute, les candidats trouvaient les questions posées “farfelues”, “arbitraires” n’ayant aucun lien avec le métier d’enseigner. Pire, certaines candidates, pour les épreuves d’anglais et de français, ont eu droit à l’inévitable leçon de morale sur leur résistance au port du hidjab.

CIGARETTE SUR LES PLACES PUBLIQUES Une amende de 2 000 à 5 000 DA
CIGARETTE SUR LES PLACES PUBLIQUES
Une amende
de 2 000 à 5 000 DA

Une amende de 2 000 à 5 000 DA sera infligée aux fu- meurs sur les places pu- bliques, dans le cadre de la nouvelle loi sur la santé, a in- diqué, hier, le D r Youcef Ter- fani de la direction de pré- vention au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. Le D r Terfani a déclaré, la veille de la Journée mondia- le de lutte contre le tabagisme, célébrée le 31 mai de chaque année, que dans le cadre de la lutte contre les facteurs de risque de maladies graves, à leur tête le tabagisme, le mi- nistère de la Santé a introduit un article dans la nouvelle loi sur la santé (article 58) infli- geant aux fumeurs sur les places publiques une amen-

de de 2 000 à 5 000 DA. L’amende sera doublée en cas de récidive. La nouvelle loi sur la santé prévoit également deux autres articles relatifs à la lutte contre la promotion du tabac et des boissons alcooli- sées, les promoteurs de ces produits encourant une amende allant de 500 000 à 1 000 000 DA. Le P r Moha- med Tayeb Chentir, chef de service des maladies cardio- vasculaires au CHU Musta- pha-Pacha, a souligné que les pays qui ont infligé une amende aux fumeurs sur les places publiques ont réussi à réduire le taux des maladies cardiovasculaires dont le ta- bagisme est en grande partie responsable.

UN DUC À LA DUCH

Des désistements qui coûtent cher

Un simple technicien de l’urbanisme de l’ex-Duch d’Alger, dont le siège se trouve aux Vergers, a trouvé un moyen pour le moins facile et astucieux de s’enrichir car il est éga- lement président de la coopérative El-Kaouthar de Béni Messous. Profitant du fait que les actes de propriété des logements de cette coopérative n’ont toujours pas été attribués, lorsqu’un résident veut vendre son logement, il doit impérativement passer par le pré- sident qui lui signera un désistement en vue d’établir les documents nécessaires auprès du notaire, et au passage, ce même président prélève à chaque opération la coquette som- me de 20 à 40 millions de centimes, voire plus, suivant le statut du vendeur, prétextant que cet argent, qui revient à la coopérative, est destiné à l’entretien de l’immeuble, pro- mettant un reçu qu’il ne donnera jamais ; quant à l’entretien des immeubles, ce n’est qu’un vœu pieux car la dégradation est visible tous les jours.

ARRÊT SUR IMAGE

ARRÊT SUR IMAGE Sur cette photo, quelque chose n’est pas à sa place : la plaque

Sur cette photo, quelque chose n’est pas à sa place :

la plaque qui indique que l’on se trouve dans la zone touristique d’Aokas ? La zone touristique elle-même ? Ou tout simplement la décharge sauvage ? Cherchez l’erreur…

6

L’actualité en question

Dimanche 31 mai 2015

LIBERTE

PROCÈS KHALIFA BANK

Djellab “assurait que la banque allait reprendre son activité”

Sur une liste de plus de 50 témoins, une vingtaine seulement a répondu hier à l’appel du président de l’audience, Menouar Antar, qui continue à auditionner les responsables des entreprises et organismes publics dans le cadre du procès de l’affaire Khalifa Bank.

L es témoins ont fait l’objet d’accu- sation pour corruption et associa- tion de malfaiteurs lors du premier procès en 2007 pour avoir effectué des placements dans la banque Khalifa en “bénéficiant” de la car-

te de thalassothérapie ou de la carte de trans- port aérien. Le fait marquant de cette journée a été le témoignage de Mohand Meziane Mo- krane, directeur de la Mutuelle du personnel de la police. Ce dernier, qui confirme le dépôt de 225 mil- lions de dinars dans les agences de Chéraga et d’Hussein-Dey, a précisé qu’en 2003, Moha- med Djellab avait assuré que la banque allait “bientôt reprendre son activité” et qu’il fallait patienter avant de songer au retrait des dépôts. “C’est sur la base de cette assurance que nous avons laissé notre argent. Mais par la suite, nous avons entendu parler de la fermeture définiti-

ve de la banque Khalifa.” Chadi Noureddine, directeur de l’agence Koléa de Khalifa Bank, explique son différend avec les responsables de la DG de la banque après avoir commis “une erreur” de gestion. Il explique que Baïchi, responsable du mou- vement des fonds à la DG Khalifa Bank, s’est présenté vers 16h pour transférer 154 millions de dinars vers la caisse principale sans écritures comptables. Cette opération lui a coûté son emploi, puisqu’il sera remercié par la banque Khalifa après 10 mois de travail. Le témoin ar- gumente que le transfert a été effectué après la fermeture de la caisse et qu’il a donc dû at- tendre le lendemain pour transmettre les pièces comptables.

“C’était la folie devant le guichet”

Mohamed Saïd Ouanani, directeur adjoint de l’agence Khalifa de Didouche-Mourad, accu- sé en 2007 d’être impliqué dans une associa- tion de malfaiteurs puis acquitté, avoue avoir reçu, le 15 avril 2003, un sac de 500 millions de centimes à la caisse principale pour pouvoir répondre à la demande de clients, car lors de cette période, le retrait est plus important que le dépôt d’argent. Lors du compte, 20 millions de centimes manquaient. Il est reproché au témoin de n’en avoir pas avisé l’administrateur de la banque. “C’était la folie devant le guichet, les clients se bousculaient pour retirer leur argent, car les ru- meurs et les informations indiquaient la failli- te de la banque”, déclare le témoin pour qui le but de l’installation de l’administrateur était de trouver un équilibre financier pour la banque, et non sa fermeture. “C’était une fuite organi- sée, M. le président”, intervient la défense. Abdelaziz Krisset, P-DG de l’Entreprise natio- nale de forage, accusé de corruption pour avoir bénéficié d’une carte de thalassothérapie avant d’être acquitté, explique les raisons du dépôt de 100 millions de dinars dans la banque Kha- lifa. “L’entreprise était souvent à découvert car le principal client (Sonatrach) ne payait pas à temps. La convention a été signée par le direc- teur des finances du fait que la caisse de l’en- treprise était à découvert, et puis en juillet, j’ai quitté l’entreprise. Les 100 millions de dinars représentaient 10% de nos avoirs dans la banque publique BEA. Pour ce qui est du dé- pôt, en tant que P-DG, j’avais les prérogatives de faire un placement sans avoir l’accord au

Louiza/Archives Liberté
Louiza/Archives Liberté

Plusieurs chefs d’entreprises étatiques se sont présentés hier au tribunal de Blida en tant que témoins dans l’affaire Khalifa.

préalable du conseil d’administration ou de l’as- semblée générale”, argumente l’ex-P-DG lequel, en 2007, ne savait pas qu’il était accusé et non témoin. “Pourtant, Sonatrach n’a pas déposé son argent dans la banque Khalifa, est-ce que cela n’avait pas attiré votre attention ?”, deman- de le procureur général. “Sonatrach siège dans le conseil d’administration et dans l’assemblée générale, et ses représentants n’ont fait aucu- ne remarque sur le dépôt”, réplique le témoin qui déclare que Sonatrach n’a pas fait un pla- cement car elle a estimé que les bilans de la banque Khalifa n’étaient pas bons.

“Sonatrach ne nous avait pas avertis”

Chebrat Boukhalfa, directeur des finances à Naftal, explique que l’entreprise a effectué un placement de 1 milliard de dinars en 2001 sans convention avec la banque Khalifa. “Lorsqu’il m’a été demandé de placer l’argent, j’ai consul- té toutes les banques, dont certaines n’étaient pas été intéressées par le placement d’argent. C’est Khalifa Bank qui nous a répondu avec une proposition de 12% d’intérêt”, déclare le témoin, qui annonce qu’en 2002, il a retiré le milliard de dinars avec le bénéfice des intérêts. “Pour- quoi avez-vous décidé de retirer l’argent ?”, de- mande le président de l’audience ? “Nous avons reçu un coup de téléphone nous disant :

‘Faites attention à votre argent dans la banque Khalifa’.” “C’est de la direction de Sonatrach qu’émanait ce coup de téléphone ?”, demande encore le président de l’audience. “Non, Sona- trach ne nous avait pas avertis du risque”, ré- plique le financier de Naftal qui avoue avoir ef- fectué le dépôt sans passer par le conseil d’administration. Hassaine Madjid, directeur de l’entreprise nationale de peinture, déclare que l’entreprise avait un excédent financier. En 2002, dit-il, “le taux d’intérêt dans la BEA était de 4%, alors, on a opté pour un placement de 400 millions de dinars dans l’agence Khalifa d’El-Harrach pour un délai de trois mois et avec un taux d’intérêt de 10%. En février et mars

2003, le directeur financier de l’entreprise a adressé plusieurs correspondances à l’agence bancaire Khalifa, ils nous ont remis un chèque de banque et nous l’avons déposé à la BEA. Mais par la suite, le chèque nous a été retourné in- formant qu’un aussi grand montant nécessitait une ‘instruction de la Banque d’Algérie’. À par- tir de ce refus, nous avons introduit une requê- te judiciaire pour qu’à la fin, nous soyons orientés vers le liquidateur pour récupérer notre argent”, déclare Hassaine qui a bénéfi-

cié d’un non-lieu lors du procès de 2007 après avoir présenté au juge d’instruction le do- cument délivré par le directeur du centre de thalassothérapie, et qui attestait qu’il ne déte- nait pas de carte thalasso. Hassini M’hamed Cherif, directeur des finances de la même en- treprise, explique qu’il n’a jamais réceptionné de carte thalasso. Bouridane Hocine, P-DG de l’entreprise Inter- media (spécialisé en opérations de Bourse), ex- plique qu’il a fait un placement de 13 millions de dinars avec un taux d’intérêt de 9,75% jus- te pour pouvoir couvrir les dépenses de l’en- treprise. Mais l’argent n’a pas été récupéré. Mahdid Mahdi, secrétaire permanent du Fonds de ga- rantie du microcrédit, explique que ce pro- gramme de l’État n’intéressait pas trop les banques publiques, et c’est la raison pour la- quelle le placement de 1,2 milliard de dinars

a été orienté vers Khalifa Bank. Le président

de l’audience demande au témoin pourquoi ce placement a-t-il été effectué sans la consulta- tion du conseil d’administration. “Normale- ment, il devait y avoir son aval”, répond le té- moin qui avoue que sa fille a bénéficié d’un re- crutement à l’agence Khalifa d’El-Harrach, car elle répondait aux critères, et il n’a jamais uti- lisé la carte de thalassothérapie.

L’hôtel El-Aurassi perd 17 milliards

Abdelkader Amri, P-DG de l’hôtel El-Auras-

si depuis 1985 jusqu’à nos jours, explique qu’il

avait un excédent de trésorerie de 700 millions de dinars et qu’il avait opté pour un premier placement de 50 millions de dinars, puis en 2002, un deuxième placement de 170 millions de dinars pour un taux d’intérêt de 12%, à l’agence d’El-Harrach. “Pourquoi avez-vous choisi spécialement l’agence d’El-Harrach ?”, de- mande le procureur général en faisant la re- marque au témoin qu’il fallait avoir l’accord du conseil d’administration avant de procéder au placement. “Je l’ai avisé après”, répond Ab- delkader Amri . Ourir Boubeker, DG de l’OPGI de Mostaga- nem, dit avoir retiré 100 millions de dinars de la banque CPA pour les placer dans la banque Khalifa Bank qui offrait un taux d’intérêt de 10%, alors que le CPA n’en offrait que 5%. Le témoin explique que la somme globale du dé-

pôt est estimée à 200 millions de dinars, car son prédécesseur avait fait un placement de

100 millions de dinars. “Avez-vous bénéficié

d’une carte de transport gratuit ?”, question- ne le président de l’audience. “Cela n’a rien à voir avec le placement d’argent”, réplique le té- moin. Khazmat El-Hadi, DG adjoint de la Mu- tuelle des travailleurs des APC, déclare que la mutuelle avait des comptes à la Cnep, aux CCP et à la BNA. Il explique que le choix de placer 126 millions de dinars à la banque Khalifa était purement motivé par le taux d’intérêt. “La banque offrait 10% d’intérêts”, argumente le vieux Khazmat,

en avouant que la mutuelle a bénéficié de plu- sieurs billets d’avion gratuits sans récupérer la somme déposée. Nacereddine Benhamidat, directeur des fi- nances des Moulins d’Alger, déclare que l’en- treprise a effectué un placement de 300 millions de dinars à la banque Khalifa avec un taux d’in- térêt de 9,5% en trois parties. Il explique que l’entreprise a effectué deux fois un retrait de 100 millions de dinars, en perdant

100 millions de dinars.

K. FAWZI

LIBERTE

Dimanche 31 mai 2015

L’actualité en question

7

L’IMPORTATION DU CIMENT ET L’HÉBERGEMENT DES HADJIS EN SONT DES EXEMPLES

Des notes surfacturées pour assurer la fuite des devises

Les gouffres financiers ne se limitent pas à l’autoroute Est-Ouest, et on a l’impression que là où l’État intervient pour planifier, financer et gérer, la saignée de nos pétrodollars s’invite. Même le ciment et le rituel du hadj, tous deux subventionnés par l’État, ne sont pas épargnés !

C rise financière oblige, l’Algérie post-embel- lie financière de 1999 réapprend à comp- ter ses sous et les pre- mières grandes sur-

prises commencent à faire leur ap- parition donnant une idée peu re- luisante sur la grande saignée causée par une gestion par la dépense des af- faires du pays. Plus d’une décennie après, les appréhensions de plu- sieurs économistes sont en train de se vérifier sur le terrain. Le surcoût que supporte la collectivité nationale, et rendu possible à cause d’une ges- tion par la dépense des affaires du pays, se chiffre par des millions de dollars et par année. Les gouffres financiers ne se limitent

pas à l’autoroute Est-Ouest, et on a l’impression que là où l’État inter- vient pour planifier, financer et gé- rer, la saignée de nos pétrodollars s’invite. Tous les secteurs sont concernés, que ce soit des biens physiques, des services ou des rituels religieux. Souvent, cette saignée s’accompagne d’une véritable fuite des capitaux vers l’étranger à travers des méthodes qui ne sont ni ortho- doxes et encore moins musulmanes. Le cas d’exemple avancé dans le

domaine des biens physiques est celui des matériaux de construction. Depuis que le mi- nistère de l’Habitat et du Logement a repris ses préroga- tives de régulateur du marché, la factu- re des importations des matériaux de construction a di- minué de 30%. Ce recul des inputs ne s’est accompagné d’aucune tension sur le marché na- tional, ce qui signi- fie que le quart des importations avant cette interven- tion allait vers la sphère de l’infor- mel : une hypothèse confirmée la se- maine passée, sur les ondes de nos confrères la Chaîne III de la Radio nationale, par Abdelmadjid De- nouni, le président de la Confédé- ration générale du patronat. Selon A. Denouni, de grandes entreprises étrangères engagées en Algérie dans les projets de logement et des équi- pements de travaux publics seraient derrière cette sur-importation. Les-

D. R.
D. R.

Tous les prétextes sont bons pour une fuite des capitaux incontrôlée.

dites boîtes, jusqu’à une date récen- te, importaient plus que leurs besoins en matériaux de construction, le ciment principalement, un surplus qu’elles écoulaient sur le marché informel. Ces recettes exception- nelles, en dinar, sont alors conver- ties en devises sur le marché paral- lèle avant d’être transférées illégale- ment hors de nos frontières. En régulant ce marché, et sur ce seul segment, l’État aurait déjà économisé plus de 500 millions de dollars en

une année. L’autre cas d’exemple dans le domaine des services est celui du hadj, un secteur où des pra- tiques pas musulmanes du tout se produisent depuis des années et re- levées dans les rapports des audits menés par plusieurs institutions compétentes. De l’avis même du nouveau directeur de l’Office natio- nal du hadj et de la omra, qui s’ex- primait devant nos confrères de l’ENTV le week-end dernier, l’Al-

gérie vient cette année de louer des sites d’hébergement pour nos futurs hadjis plus près du haram, avec plus de confort et au moindre prix d’achat par lit et par rapport à la der- nière campagne. Autrement dit, M. Azouza reconnaît que durant les dernières années, l’Office payait plus cher des presta- tions de moindre qualité. Bien que le tout nouveau directeur de l’Offi- ce du hadj et de la omra ne donne pas de chiffres précis sur le manque à gagner supporté par le Trésor pu- blic à cause de la gestion de son pré- décesseur, pour ne pas dire autre chose, il reconnaît la surfactura- tion, et en devises, des prestations à La Mecque et à Médine. Dans les deux cas d’exemples don- nés, nous sommes en présence d’un produit et d’un service tous deux subventionnés par l’État, donc par la collectivité nationale. Nous sommes, aussi, en présence d’un jeu malsain de détournement et de fuite de capitaux vers l’étranger. C’est dire que les futures générations n’ont pas de quoi être fières de notre façon actuelle de tenir les comptes de la maison Algérie.

MOURAD KEZZAR

CHU DE TIZI OUZOU

Grève des internes en médecine après une agression

AVANT-PROJET DE LOI DE FINANCES COMPLÉMENTAIRE 2015

Les propositions de l’Agea

D ans le cadre de la préparation de l’avant-projet de loi de finances complémentaire 2015, l'As- sociation générale des entrepreneurs algériens

(Agea) a envoyé ses propositions au ministre des Fi- nances. Dans le document, l’Agea réclame, entre autres, l’allégement de la taxe sur les activités professionnelles (TAP) à 1%. La TAP est une taxe frappant le chiffre d’af- faires des entreprises et professions qui y sont assujet- ties. Acquittée au taux de 2%, elle est exigible quel que soit le résultat comptable de l’entreprise, bénéficiaire ou déficitaire. Elle est, de ce fait, profondément injuste et fait peser sur les entreprises une lourde charge qui se sur- ajoute à celles des autres composantes de la fiscalité à la- quelle elles sont soumises, ainsi qu’aux charges sociales. En outre, l’Agea souhaite que cette taxe soit retenue à la source. L’organisation patronale, qui regroupe en son sein les entreprises du BTPH (bâtiment, travaux publics et hy- draulique), demande, par ailleurs, la révision du barè- me de l’impôt sur les bénéfices. “Le barème actuellement en application est assez élevé. C’est un volet qui demeu- re lourd et qui pénalise l’entreprise”, indique l’Agea. L’or-

ganisation patronale revendique, également, la réduc- tion des charges parafiscales. Concernant la Caisse na-

tionale des assurances sociales des travailleurs salariés (Cnas), l’Agea suggère que la part patronale, de 26%, en vigueur, soit ramenée à 18%, soit un abattement de 8%. En matière de cotisation à la Caisse nationale des congés payés et du chômage intempéries des secteurs du BTPH, (Cacobatph), l’Agea veut aussi que le taux soit réduit de 12,21% à 10%. Elle demande, aussi, le repositionnement de la Cacobatph et sa débureaucratisation. L’Agea souhaite la révision du barème actuellement en vigueur. L’organisation patro- nale propose aussi de baisser l’âge de départ à la retrai- te pour les entrepreneurs à 60 ans au lieu de 65 ans ac- tuellement. En matière d’accès au crédit, l’Agea consta- te que les banques exigent une sûreté réelle (hypothèque d’un bien). Or, dans le cadre du BTPH, les entreprises titulaires d’un marché à titre unique peuvent nantir ce marché au pro- fit des banques. “Ce nantissement, ajouté, à l’assurance du projet, serait à notre sens suffisant pour débloquer les différentes formes de crédits”, estime l’Agea. L’associa- tion demande à toutes les entreprises du BTPH d’ou- vrir un compte auprès du CPA, “seule institution fi- nancière habilitée à octroyer et faciliter les crédits”.

M. R.

L e pavillon des urgences et celui de pédiatrie du CHU de Tizi Ouzou sont paralysés, depuis

jeudi dernier, par un mouvement de grève des internes en médecine qui ont initié ce débrayage afin de dé- noncer la situation d’insécurité qui prévaut à l’intérieur même du CHU. Selon les contestataires, qui ont ren- du public un communiqué, la grève a été entamée après qu’un groupe “de malfaiteurs munis d’armes blanches a fait irruption au PU de chirurgie me- naçant la vie de nos camarades de gar- de”, précisant que “la situation d’in- sécurité vécue par nous tous aux ser- vices des urgences, à toute heure de la journée, et particulièrement la nuit, ne peut persister éternellement”. À travers le même document, ces mé- decins internes ont également relevé

“l’inefficacité des services de sécurité à prévenir de tels drames et leur ab- sence sur les lieux au moment de l’agression”, tout en se demandant comment ces individus “franchissent le portail principal du CHU en toute liberté, armés, et sans être inquiétés”. En réaction à cette situation d’insé- curité, “les gardes aux PU de chirur- gie et de médecine sont gelées. Les gardes en pédiatrie sont aussi gelées suite aux menaces proférées par nos supérieurs, censés nous soutenir dans cette initiative”, ont-ils affirmé, tout en soulignant que les gardes à l’EHS de Sbihi-Tassadit seront, quant à elles, assurées pour le moment et qu’un rassemblement est prévu au- jourd’hui à 9h à l’intérieur du CHU.

K. TIGHILT

COMMUNIQUÉ

Mobilis célèbre la Journée internationale de l’enfance

n Mobilis célèbre la Journée internationale de l’enfance, à travers l’accompagnement de trois manifestations dédiées à l’enfant, en apportant son soutien à différentes associations œuvrant pour la défense et la protection de l’enfance. À cette occasion, Mobilis accompagne le Réseau algérien pour la défense des droits de l’enfant (Nada) pour le lancement du numéro vert 30 33 relatif au programme “Je t’écoute”, et annonce son accessibilité sur le réseau Mobilis. Une solution dédiée à l’écoute et au signalement des cas de non-droit de l’enfant en Algérie, la protection et l’accompagnement des enfants en situation de maltraitance. Mobilis parraine également la wilaya de Tipasa, qui célèbre la Journée de l’enfance par l’organisation d’un évènement inscrit sous le thème “L’enfant dans son environnement en rapport avec les TIC”, qui consistera en une série d’expositions, d’ateliers et d’animations artistiques en référence avec la thématique de cette journée. Enfin, Mobilis sera également le partenaire de l’association Badret El-Khir, qui organise une sortie de détente et de promenade (mer et forêt) au profit des enfants cancéreux et de leur famille, issus des hôpitaux Nafissa-Hamoud et Mustapha-Pacha, prévue le 1 er juin prochain au complexe touristique La Corne d’Or de Tipasa. À travers ces actions, Mobilis, fidèle à ses valeurs de citoyenneté, est fier d’apporter son soutien et sa contribution à la préservation des droits de l’enfance et de leur épanouissement.

COMMUNIQUÉ

Ooredoo lance son réseau GSM et 3G++ dans le Métro d’Alger

n Ooredoo annonce l’entrée en service de son réseau de couverture GSM et 3G++ dans le Métro d’Alger, depuis le 28 mai 2015. La mise en service officielle du réseau mobile de Ooredoo s’est déroulée en présence du ministre des Transports, Boudjemaâ Telaï, du wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, et des représentants de Ooredoo, de l’Entreprise du Métro d’Alger et de la RATP-El Djazaïr. Les clients usagers du métro peuvent désormais utiliser les services Ooredoo tout au long de la ligne entre les stations Grande-Poste et haï El-Badr et bientôt dans les futures extensions, dès leur mise en service, notamment celle reliant haï El-Badr à El-Harrach. Soucieux d’offrir aux usagers de ce moyen de transport urbain une qualité de service optimale, Ooredoo a mobilisé tous les moyens humains et matériels afin de déployer son réseau de couverture dans le Métro d’Alger qui draine quotidiennement des milliers de passagers. En offrant l’accès à ses services dans le Métro d’Alger, Ooredoo réaffirme sa dimension d’entreprise citoyenne au service de ses clients.

8

Publicité

Dimanche 31 mai 2015

LIBERTE

8 Publicité Dimanche 31 mai 2015 LIBERTE COMMUNIQUÉ D’ALGÉRIE TÉLÉCOM Algérie Télécom informe son aimable

COMMUNIQUÉ D’ALGÉRIE TÉLÉCOM

Algérie Télécom informe son aimable clientèle que le réseau de téléphonie et Internet a subi des perturbations durant la journée du mer- credi 27 mai à l’Ouest d’Alger.

Ces perturbations sont dues à un incident technique survenu lors d’une opération de maintenance et de basculement vers de nouveaux équipements, destinée à l’extension et à la modernisation du réseau.

Le trafic a été rétabli dans sa globalité vers 17h dans les zones affectées de la capitale.

Algérie Télécom s’excuse auprès de ses clients pour les désagréments causés par ces perturbations et les rassure que cette perturbation n’affectera pas leur abonnement.

ANEP N°327 888 Liberté du 31/05/2015

C0166
C0166
ALGÉRIE TÉLÉCOM - SPA DÉLÉGATION RÉGIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DE OUARGLA DIRECTION OPÉRATIONNELLE DES

ALGÉRIE TÉLÉCOM - SPA

DÉLÉGATION RÉGIONALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DE OUARGLA DIRECTION OPÉRATIONNELLE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DE ILLIZI

NIF : 000216299033049

AVIS DAPPEL DOFFRES NATIONAL

OUVERT N°DOT/UIP/001/2015

La Direction opérationnelle des télécommunications de Ilizi lance un avis d’ap- pel d’offres national ouvert pour la réalisation des :

TRAVAUX DE GENIE CIVIL ET POSE DE CABLE A FIBRE OPTIQUE La Direction opérationnelle des télécommunications de Illizi lance un avis d’appel d’offres national ouvert en vue de la réalisation des travaux répartis :

PROJET : MERKSEN DEBDEB

Les entreprises intéressées par le présent avis d’appel d’offres national ouvert et ayant les capacités techniques et financières requises peuvent retirer le cahier des charges auprès de la DOT de Illizi cité 10 Logts, contre paiement d’une somme de trois mille dinars (3 000,00 DA) non remboursable, auprès de l’Agence BADR Illizi, compte n°003 00946 300058 3000 01. Les offres comportant les pièces réglementaires exigées dans le cahier des charges doivent être scindées en deux :

* OFFRE TECHNIQUE

* OFFRE FINANCIÈRE

Les deux offres, technique et financière, doivent être contenues dans deux (02) enveloppes distinctes, l’une portant la mention «Offre technique» et l’autre «Offre financière». Ces deux (02) enveloppes doivent être insérées dans une enveloppe extérieure fermée, strictement anonyme et ne comportant que la mention suivante :

DIRECTION OPÉRATIONNELLE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DE ILLIZI AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT N°DOT/UIP/001/2015 REALISATION DE TRAVAUX DE GENIE CIVIL ET POSE DE CABLE A FIBRE OPTIQUE SOUMISSION À NE PAS OUVRIR Le délai de dépôt des offres est fixé au quinzième (15 e ) jour à partir de la pre- mière date de parution du présent avis dans les quotidiens nationaux avant 12h. La séance d’ouverture des plis se fera le même jour à 14h au siège de la DOT de Illizi. Les soumissionnaires ou leurs représentants dûment accrédités sont cordiale- ment invités à y assister. Au cas où le jour d’ouverture des plis coïncidera avec le week-en ou un jour férié, la date d’ouverture des plis sera reportée au pre- mier jour ouvrable qui suit. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 120 jours à compter de la date limite de dépôt des offres.

ANEP N° 438 Liberté du 31/05/2015

AVIS

La Banque Extérieure d’Algérie met en œuvre un grand plan de déploiement et de modernisation de l’ensemble de ses structures. Cette stratégie intègre en particulier l’extension et la densification de son réseau d’agences pour assurer à sa clien- tèle un service de proximité. Dans ce cadre, la BEA a le plaisir d’in- former son aimable clientèle ainsi que le grand public du transfert d’activité de son agence Belcourt située au 122, rue Mohamed Belouizdad vers son nouveau siège, sis au 118 de la même rue, et ce, à compter du dimanche 7 juin 2015. Un service personnalisé vous est assuré par un personnel qualifié.

BEA : La banque à la hauteur de vos aspirations

ANEP N° 327 755 Liberté du 31/505/2015

LIBERTE

Dimanche 31 mai 2015

Actu-Alger

9

LA CASBAH

Les oubliés du relogement

Hormis le relogement de 39 familles de l’impasse Mohamed-Taleb de Bab Edjedid, beaucoup de Casbadjis ont été laissés en marge des multiples opérations de relogement menées récemment dans la wilaya d’Alger.

S ituée à l’intérieur de l’ancien pres- bytère de Bab Edjedid et à proximité de djamaâ (mosquée) El-Barani, l’enfilade de baraques accolées au rempart de la citadelle d’Alger re- présentait un obstacle à la bonne

marche du chantier inhérent à l’embellisse- ment de Dar Essoltane. “C’est à la faveur de la visite de la ministre de la culture, M me Khalida Toumi, et du wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, qu’il y eut la décision salvatrice d’évacuer à Ou- led Chebel, dans la daïra de Birtouta, 39 familles qui s’entassaient aux abords de la résidence de l’ultime Dey d’Alger”, a-t-on appris de l’équi- pe de l’OGEBC (Office de gestion et de l’ex- ploitation des biens culturels). C’est dire que ces malheureux n’ont dû leur sa- lut qu’à la faveur d’un projet dit d’utilité pu- blique ! Ce qui n’est malheureusement pas le cas des habitants de “houmat” (quartier) de Bir Djebah (puits de l’apiculteur), que l’on ne voit pas, puisqu’ils vivent cachés dans des “doué- rat” (bâtisses traditionnelles) délabrées et soutenues par d’angoissants étais en bois. En témoigne l’enchevêtrement de supports d’accotement sur l’exigu passage contigu à la douérat du saint Sidi Amar ainsi que le pâté de maisons au lieu-dit Taht Essour (sous le rempart), où il y a la maison de la défunte Hadj-Ali Keltouma et l’avoisinante douéra qui a servi de décor au film Les Enfants du soleil de Mohamed Ifticène. “Le relogement ? On n’y croit plus ! Notre existence s’égrène au gré d’un énième recensement et de dossiers sans cesse ré- actualisés à l’APC de La Casbah. D’ailleurs, les cas socialement cruels sont d’autant patents, à l’instar des familles Oukaci et Mustapha, le fils du chanteur Ahcène Saïd. Pis encore, des pro- priétaires consentent encore la location de leurs maisons en dépit du relogement d’anciens locataires au 3, rue Hadj-Omar, où 7 familles encourent la mort”, s’indigne Smaïli Karim, cet habitant de la z’niqa (venelle) des Pyramides. Du reste, le plus gros est à venir, particuliè-

N.L.
N.L.

Les familles du quartier Mecheri-Mohamed-Ahmed (ex-galerie Henry-Klein), à la Basse-Casbah, ont perdu tout espoir de vivre un jour décemment.

rement au quartier de Zoudj Ayoune à la Bas- se Casbah, où 19 familles cœxistent à l’ère du Moyen Âge. Repérées à l’estuaire de la galerie

Mecheri-Mohamed-Ahmed nous fûmes reçu par Belhadj Fatiha, la petite-fille de la pro- priétaire de la bâtisse sise au 19 de l’ancienne

galerie Henry-Klein, qui s’était effondrée le 23 mars 2013 lors de l’adhan de la prière du ven- dredi. Et c’est sous les infiltrations d’eau d’une pluie battante sur la tinda que nous sommes allés à la rencontre de ces “parias” :

“Et depuis, nous vivons mes trois enfants et moi dans ces baraques que nous avions construites sur la parcelle de terrain qui appartient à ma défunte grand-mère. Certes, à l’exception de ma grand-mère décédée en 1993, il y eut aupara- vant le relogement des sinistrés au lendemain du séisme du 29 octobre 1989. Sachez que trois familles habitent encore dans ces décombres. Quant à ceux-là, ils sont venus s’ajouter par la suite en érigeant des baraques tout autour de ma parcelle et à même le pavé du beylik depuis plus de vingt ans. Que puis-je faire d’autre que d’accepter, du fait que leur tentative d’occuper l’école Ahmed-Hammouche à la rue Hadj- Omar s’était heurtée à la force publique. Dans le lot des occupants, il y a les familles Ferhat Ho- cine, Aït Taleb Rabah, Farhi Fatiha et tant d’autres.” Parmi “ceux-là”, il y a également Gharnoug Azza, une pupille de l’État et mère d’un enfant, qui s’était installée dans ces décombres en 2006. Bien entendu qu’il nous brûlait d’avoir l’avis du maire de La Casbah. Seulement, nos multiples tentatives d’obtenir un rendez-vous se sont heurtées à un refus pur et simple de la part du maire qui en sait beau- coup plus sur la situation désastreuse de ces malheureux. N’est-ce pas là la rançon de l’er- reur de ne pas avoir muré à temps les doué- rat évacuées ? C’est dire la responsabilité col- lective qui entoure cette Casbah, productrice de logement. Et du haut de Dar Essouf (La maison de la lai- ne) et à proximité du Musée des arts de l’en- luminure, la miniature et de la calligraphie de Dar Mustapha-Pacha, on peut voir ce bidon- ville qui bloque l’accès de la galerie Henry- Klein vers la rue Hadj-Omar (ex-Bruce).

LOUHAL NOUREDDINE

INITIATIVE ENCOURAGEANTE DE L’ÉCOLE CHEIKH EL BACHIR EL IBRAHIMI DE KOUBA

Les jeunes oulémas célèbrent leur fête

L a salle de conférence de la mairie de Kou- ba a abrité, vendredi après midi, une sympathique fête en direction des enfants.

Ce rassemblement convivial a réuni les enfants accompagnés de leurs parents, inscrits dans les établissements préparatoires d’enseignement du coran agréés et encadrés par l’Association des oulémas musulmans algériens. C’était l’occa- sion pour clôturer l’année scolaire et célébrer la journée de l’enfance. Organisée par la section de Kouba de l’Association des oulémas, cette ma- nifestation qui se veut beaucoup plus un en- couragement à ces petits, fut l’occasion idéale pour permettre à chaque enfant d’exhiber ou dé- montrer ses différents talents. En effet, une gamme d’activités variées a été présentée par les petits de Kouba. Le bal était ouvert, cet après-midi didactique, par les “anges” de l’établissement El Bachir El Ibrahimi. C’est ainsi que les Yahia, Ib- tihal, Roukia, Mehdi, Youcef Samy, Kaouthar, Lot- fi, Nazim, Karim, Mouad, IKram, Yanis, Maria, Diman ont admirablement déclamé des couplets de chants patriotiques. Ils ont même récité des versets du saint Coran. Ces petits dont l’âge ne dépasse pas 5 ans ont été d’ailleurs fortement ova- tionnés par l’assistance qui n’a pas manqué de sa- luer l’initiative de la section de Kouba de l’As- sociation des oulémas. Après cette démonstration angélique, chaque ché- rubin a eu droit à son paquet de livres-histoire

de l’encourager à percer les secrets de la lectu- re-assorti d’une attestation d’honneur. Les en- cadreurs et les enseignantes de l’école Cheikh El Bachir El Ibrahimi ont été, pour leur part, ho-

D.R.
D.R.

Ibtihal, Mehdi, Yahia, Roukia, Youcef Samy, ont animé une fête conviviale, vendredi dernier, à la mairie de Kouba.

norés pour leurs efforts déployés tout au long de l’année, pour avoir veillé sur ces petits et initiés au savoir. À noter aussi les participations des récitants de l’école coranique Ben Haddad. D’autres enfants venus des écoles primaires Saidoune II et Cha- hid Addamou sont montés, pour leur part, sur la scène pour jouer une pièce théâtrale et en- tonner des chants religieux et patriotiques. Ils ont abordé un thème d’actualité à plus d’un titre : les faces cachées d’internet. En fait, la représentation a démontré comment la télévision et l’internet se disputent le temps des enfants qui forment la frange la plus vulnérable de la société. Les jeunes comédiens voulaient at-

tirer l’attention des parents et des adultes sur les dégâts de ce média de référence. Tous les enfants conviés ont eu droit à un sac plein de livres et d’objets de divertissement. Les parents présents n’ont pas tari d’éloges sur les responsables et les encadreurs de la section de Kouba de l’Association des oulémas, tout en les encourageant à poursuivre leur œuvre noble. Le directeur de l’école Cheikh Bachir Ibrahimi M. Bilel Bendaïkha nous a confié à l’issue de la cé- rémonie que cette manifestation, la première du genre au niveau de la commune de Kouba, se veut une opportunité pour faire rapprocher les familles des écoles et du mouvement associatif.

HANAFI H.

RAMADHAN 2015

Bab El-Oued se prépare

En prévision du mois de

Ramadhan, l’APC de Bab El-Oued a lancé l’opération des préparatifs, notamment pour ce qui concerne le couffin du Ramadhan destiné aux familles nécessiteuses de la commune. Selon une source locale, des procédures et des dispositions ont été prises, concernant les passations de marchés et l’appel d’offres pour sélectionner les concessionnaires pour fournir le couffin du Ramadhan. Notre source ajoute que l’APC de Bab El-Oued aurait recensé, à présent, plus de 3000 familles démunies concernées par le couffin du Ramadhan.

NASSER ZERROUKI

L’ETUSA INNOVE

Une voix off pour les non-voyants

L’option de l’aide de l’Etusa aux

non-voyants relève aujourd’hui du domaine du possible. Désormais, le non-voyant doit se fier à la voix off qui énumère arrêt après arrêt dans le style : “Station Hacène-Harcha” puis “Ghermoul I” et “Ghermoul II” et ainsi de suite jusqu’à la station du Palais du peuple où nous sommes descendu de la voiture n° 22112 qui assurait la liaison de la place du 1 er Mai - Hydra. Un bon point pour l’ancienne Régie syndicale des transports algérois.

L. N.

10

L’Algérie profonde

Dimanche 31 mai 2015

LIBERTE

10 L’Algérie profonde Dimanche 31 mai 2015 LIBERTE BRÈVES du Centre LAGHOUAT Des zones d’activité

BRÈVES du Centre

LAGHOUAT

Des zones d’activité économique réhabilitées

Les zones d'activité économique

situées au niveau des localités de Bellil, Ksar El-Hirane, Aflou et Lekhneg, dans la wilaya de Laghouat, sont en cours de réhabilitation selon les services de la wilaya. L’opération d’envergure vise à donner une impulsion qualitative à l'investissement dans la région, a précisé la même source. Les travaux, en effet, sur la réhabilitation des voies et réseaux divers, les aménagements extérieurs, l'installation de l'éclairage public et le raccordement aux réseaux routiers, outre le suivi du projet de réalisation de la pépinière d'entreprises. Ces zones

d'activité devraient accueillir les projets inscrits dans le cadre du Comité d'assistance à la localisation et la promotion des investissements et de la régulation du foncier (Calpiref) qui a approuvé 20 projets d'investissement l'an dernier, a-t-on fait savoir. Générant près de 30 000 emplois, ces projets d'investissement concernent différents domaines, notamment le bâtiment et les travaux publics, l'industrie et les services. Par ailleurs, il faut dire que l'investissement dans cette wilaya du sud se heurte à divers obstacles ralentissant sa dynamisation, notamment “l'absence de sérieux” de certains investisseurs, bien qu'ayant bénéficié de toutes sortes de facilitations, outre le manque de bureaux spécialisés dans les études économiques. Pour rappel, le nombre de PME dans la wilaya de Laghouat, actuellement de 3 212 entités, est en augmentation d'une année à une autre. Pas moins de 439 PME ont été créées l'année écoulée, contre 390 entités en

2013.

BOUHAMAM AREZKI

MÉDÉA

Un incendie ravage une habitation à Boucherahil

Un violent incendie s’est déclaré,

avant-hier, dans une habitation familiale située au lieudit fraction Ouled Allel dans la commune de Boucherahil, 50 km à l’est du chef-lieu de wilaya. Attisées par le vent, les flammes ont causé d’importants dégâts matériels, ravageant équipements domestiques et électroménagers qui se trouvaient à l'intérieur de l'habitation et provoquant l’effondrement de la toiture d'une pièce. L’intervention des éléments de la Protection civile d’El-Omaria a permis d’éviter la propagation du sinistre à toutes les pièces de l’habitation et à l'étable qui lui est contiguë.

M. EL BEY

BOUIRA

Il a tenté de brûler son épouse

Un septuagénaire a tenté, jeudi, de

brûler son épouse à Oued El-Berdi (7 km au sud-est de la ville de Bouira). Selon nos sources, le septuagénaire, A. S., avait aspergé son épouse de 67 ans avec de l’essence avant de lui mettre le feu. L’épouse s’est levée comme à l’accoutumée, occupée à préparer le café du matin. Son mari faisait des va-et- vient en tenant une bouteille à la main, mais sans qu’elle sache quel était son contenu. Tout à coup il l’arrose avec

l’essence et allume son briquet. Le feu s’est vite propagé. Fort heureusement elle se trouvait à côté d’un robinet d’eau qui a atténué un peu le feu. Alertés, les voisins courent à son secours. Évacuée à la policlinique de Oued El-Berdi, elle a été prise en charge. Elle a eu des brûlures sur tout son corps mais ses jours ne sont pas en danger. Le mari a été arrêté par les gendarmes qui ont ouvert une enquête.

A. DEBBACHE

JOURNÉES PORTES OUVERTES SUR LA GENDARMERIE NATIONALE À BÉJAÏA ET TIZI OUZOU

Sensibiliser les citoyens

Plusieurs stands de ses différents services, que ce soit de la police scientifique ou de ceux de la police judiciaire, sécurité publique, escadrons de la sécurité routière (ESR), ont été mis à la disposition des citoyens.

D. R.
D. R.

Stands des différents services de la Gendarmerie nationale à la maison de la culture Taos-Amrouche de Tizi Ouzou.

D ans le cadre de sa campagne de proximité, le groupement ter- ritorial de la Gendarmerie

nationale de Béjaïa a organisé, les 28, 29 et 30 mai, à la maison de la culture Taos-Amrouche, des journées portes ouvertes. Ainsi, plusieurs stands de ses dif- férents services, que ce soit de la police scientifique et judiciaire, sécurité publique, escadrons de la sécurité routière (ESR), ont été mis à la disposition des citoyens afin de vulgariser la mission républicaine de ce corps de sécu- rité. “Nous avons enregistré cette année un engouement particulier que vous auriez dû remarquer dès le premier jour. Nous avons eu à sensibiliser nos visiteurs à l'im- pact positif du service de la pré- plainte via internet qui permet aux citoyens de transmettre leurs

doléances avant de les valider dans les unités de la gendarmerie, mais aussi d'envoyer des rensei- gnements sur la sécurité publique”, nous expliquera le lieutenant-colonel Riad Aimene, chef d'état-major du groupe- ment de gendarmerie de la wilaya de Béjaïa. Notre interlo- cuteur mettra en exergue aussi “l’impact significatif” du numéro vert (1055) de la Gendarmerie nationale, mis à la disposition des citoyens depuis quatre ans. Selon les statistiques communi- quées lors de ces journées, les accidents de la circulation don- nent des chiffres effarants, souli- gnant que les RN 9, 12 et 26 res- tent encore les plus meurtrières dans la wilaya de Béjaïa. Sur un autre registre, les services de la gendarmerie de Béjaïa relèvent une baisse de la criminalité et des actes de grand banditisme, en indiquant au demeurant que de

nombreux gangs et autres réseaux spécialisés dans le trafic de drogue, de faux billets de banque et dans le vol de véhi- cules ont été démantelés ces der- niers mois. Par ailleurs, et durant les mêmes journées, la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou a abrité des “portes ouvertes” sur la Gendarmerie nationale. À l’oc- casion d’une cérémonie d’ouver- ture, le colonel Nordine Akrouf, commandant du groupement de la gendarmerie à Tizi Ouzou, a tenu à rappeler le rôle et les mis- sions de ce corps de sécurité ; le wali de Tizi Ouzou, Abdelkader Bouazghi, a rendu hommage au corps de la Gendarmerie natio- nale qui, dira-t-il, “s’est toujours sacrifié, été comme hiver, de jour et de nuit, pour protéger les inté- rêts de l’État et du citoyen en toutes circonstances”. Il y eut beaucoup de solennité et d’émo-

tion lors de cette cérémonie où la mémoire de nombreuses vic- times du terrorisme a été hono- rée, et leurs familles ont reçu des distinctions symboliques. Les handicapés, notamment les vic- times d’accidents de la route, se sont vu offrir des fauteuils rou- lants et des tricycles à moteur. Il est à noter que durant les trois jours de ces “portes ouvertes”, de nombreux lycéens et étudiants ont afflué vers les stands d’expo- sition pour s’intéresser aux acti- vités de la Gendarmerie nationa- le sur le double plan régional et national, mais aussi au plan de carrière et aux conditions de recrutement dans ce corps natio- nal de sécurité qui, ces dernières années, s’est redéployé d’une façon considérable en Kabylie.

M. H. / K. O.

JOURNÉE PORTES OUVERTES SUR “L’ARME DE TRANSMISSION” À TOUGGOURT

Rapprocher le citoyen de l’institution militaire

E n application du plan de

communication de 2015

élaboré par le ministère de

la Défense nationale visant à s’ouvrir sur le public, l’école de

transmission des sous-officiers Mohamed-Amrane-Boulifa de Touggourt a abrité, jeudi der- nier, une journée portes ouvertes sur l’arme de transmis- sion. Ces portes ouvertes ont été organisées par le 4 e commande- ment de l’Armée nationale populaire en collaboration avec la direction centrale de trans- mission du MDN. Le coup d’en- voi de cette journée a été donné par le colonel Harrat Rachid, directeur régional de la trans- mission du 4 e commandement régional. Lors de son allocution prononcée devant l’assistance composée d’officiers, de sous-

officiers, de journalistes et du public, le colonel a affirmé que l’arme de transmission, nerf de la guerre, est considérée comme une des plus importantes armes utilisées à travers le temps et que son importance a augmenté avec l’évolution que connaît le monde sur tous les plans, sur- tout celui de la communication. Il a ajouté que l’ANP depuis son existence a veillé à être au même rythme du développement mondial en déployant plus d’ef- forts pour développer les équi- pements utilisés sur le champ de bataille et aussi intensifier l’en- traînement militaire de ses élé- ments sur ces équipements, leur emploi sur le terrain et leur entretien. Concernant les objec- tifs pour lesquels a été organisée cette journée, il a précisé

que “c’est pour rapprocher le citoyen de l’institution militaire, lui faire savoir l’importance de ces appareils de transmission et pour aussi consolider la relation armée-nation”. En marge de cette journée, une exposition des différents équipements de transmission a été organisée dans la cour de l’école. Parmi ces équipements, on remarque une station de transmission hertzienne 532 A. Cette derniè- re est alimentée à partir d’un groupe électrogène avec généra- trice d’une capacité de 220 watt, elle sert à transmettre des appels de 32 abonnés en même temps sans qu’il y ait de l’encombre- ment. Elle est aussi dotée de lignes réseau de 3, 4, 6 chiffres et d’un fax. Une fois cette station branchée à un micro-ordinateur

doté d’une caméra, une visio- conférence entre amis (alliés) sera possible, nous a-t-on expli- qué. À noter que cet événement a drainé du public dont la majo- rité est constituée de jeunes intéressés par une formation militaire. Parmi eux, Mohamed B., 18 ans, et qui a achevé son parcours scolaire en 3 e année secondaire. “Dès que j’ai appris que des portes ouvertes ont eu lieu à l’école de transmission, je me suis déplacé pour connaître les conditions d’accès à l’une des formations proposées cette année. Je suis bien reçu et bien renseigné sur le dossier à rem- plir, je trouve ça très intéres- sant”, nous a-t-il dit, optimiste.

AMMAR DAFEUR

LIBERTE

Dimanche 31 mai 2015

L’Algérie profonde

11

PÊCHE CONTINENTALE À MILA

Le certificat de salubrité pénalise les opérateurs locaux

Cette situation, qui dure depuis 2006, date à laquelle le secteur de la pêche a été ouvert à la concession privée, pousse désormais les professionnels à bouder l'activité.

L es entreprises acti- vant dans le secteur de la pêche conti- nentale à Mila sont sérieusement pénali- sées à cause du certi-

ficat de salubrité qu'ils ne peu- vent obtenir localement. Les concernés, quinze petites entre- prises au total, ne peuvent com- mercialiser leurs produits dans les marchés de la wilaya, car les vétérinaires locaux ne sont pas habilités à leur délivrer le fameux certificat de salubrité qui atteste la bonne santé du produit de leur pêche. Cette situation qui dure depuis 2006, date à laquelle le secteur de la pêche a été ouvert à la conces- sion privée, pousse désormais les professionnels à bouder l'ac- tivité. Selon le directeur de la pêche continentale, Ahmed Bendjadou, seules huit conces- sions des quinze accordées aux jeunes investisseurs sont actuel- lement exploitées. “Les sept autres entreprises de pêche n'ont pas renouvelé leurs concessions à cause justement des problèmes que leur pose le certificat de salu- brité”, précise notre interlocu- teur. Signalons que les huit pêcheurs qui n'ont pas encore

jeté l'éponge recourent chaque jour aux services des vétérinaires du secteur de la pêche des wilayas de Skikda, Jijel et Annaba, où ils écoulent leurs poissons pêchés au lac de Beni Haroun. Pour ceux qui exportent leurs produits vers la Tunisie, ils se font délivrer le fameux document dans la wilaya d'El-Tarf, un véritable casse-tête chi- nois qui n'encourage pas l'investissement dans ce créneau qualifié pompeusement de prometteur. À ce propos, M. Bendjadou

D. R.
D. R.

N’ayant pas pu obtenir de certificat de salubrité, sept entreprises de pêche n'ont pu renouveler leurs concessions.

souligne que son administration a saisi la tutelle sur la question et proposé d'agréer des vétérinaires locaux et que les choses évo- luent, selon toute vraisemblance, vers l'ac- créditation des vétérinaires des secteurs de la pêche et de l'agriculture pour combler cette lacune. “Une convention a été tout récem- ment conclue entre le ministère de la Pêche et celui de l'Agriculture. Et il semble qu'on va

doter les vétérinaires des deux secteurs de compétences pour qu'ils puissent délivrer les certificats de salubrité aux pêcheurs de la région”, ajoute-t-on. Rappelons que les entreprises de pêche en activité ont produit en 2014 plus de 600 t de poissons d’eau douce, selon les statistiques de l’antenne locale de la pêche.

KAMEL BOUABDELLAH

RAS LAÂYOUN (BATNA)

Les assassins du receveur des PTT derrière les barreaux

L a cavale des assassins présumés de Djamel T., 52 ans, receveur des PTT de la ville de Ras Laâyoun (90

km à l’ouest de Batna) n’aura duré que quelques heures à peine. Les profondes investigations de la police judiciaire et le travail technique, minutieusement effec- tué par la police scientifique, sur la scène du crime commis le samedi 23 mai, ont été concluants. Ils ont rapidement abou- ti à l’identification et l’arrestation de quatre individus. Cependant, le commu- niqué concernant l’affaire n’a été rendu public que jeudi dernier, par les services de la Sûreté nationale de la wilaya de Batna, apparemment pour permettre aux enquêteurs de rassembler des élé- ments supplémentaires pour les besoins de l’enquête. Celle-ci a révélé que les meurtriers présumés, âgés entre 20 et 39

ans, dont un repris de justice, se sont introduits, durant la nuit, dans le bureau de poste et attendu l’arrivée du fonction- naire des postes et télécommunications, vers 7 heures et demie. Ligoté et bâillon- né avec du scotch, le corps sans vie de la

victime sera retrouvé, à l’ouverture du bureau de poste, par ses collègues. Ayant échoué à ouvrir le coffre-fort, sans l’aide de la victime pourtant séquestrée et tor- turée, selon la police, les cambrioleurs sont partis bredouille. Aucune somme d’argent n’a été ravie. Deux véhicules et des outils de camouflage dont une faus- se barbe, un qamis, un turban, des lunettes de correction, un foulard, une jupe et un niqab utilisés par les gangsters ont été saisis par les services de police. Association de malfaiteurs, crime avec préméditation, torture de personne séquestrée, tentative de vol avec effrac- tion tels sont les chefs d’accusation des- quels devront répondre les mis en cause. Ces derniers ont été présentés, à la fin de la semaine écoulée, devant le procureur de la République près le tribunal de la daïra de N’gaous. En attendant leur comparution devant le juge, trois d’entre eux ont été placés en détention provisoi- re tandis que le quatrième a bénéficié de la mise en liberté provisoire.

LALDJA MESSAOUDI

GUELMA

L'assassin de la cité Oued Maïz écope de la perpétuité

Le tribunal criminel de Guelma a instruit, mercredi dernier, une affaire de crime crapuleux qui avait suscité à l’époque l'indignation de la population. Selon l'arrêt de renvoi, un certain 11 décembre 2014, vers 23 heures, trois individus âgés de 23 à 27 ans, s'adonnaient à la consommation de boissons alcoolisées sous les fenêtres d'un logement sis à Oued-Maïz, quartier périphérique de Guelma. Leurs propos obscènes dérangeaient une famille qui subissait ce boucan nocturne. Brutalement réveillé, un jeune père de famille, F. M., 25 ans, sortit pour raisonner les voyous qui, en état d'ébriété, l'insultèrent et le molestèrent. Brusquement, B. D., 24 ans sort un poignard et assène un coup violent à F. M., qui mortellement atteint au cœur, s'affale dans une mare de sang. L'assassin et ses deux complices prennent la fuite abandonnant leur victime qui rendra l’âme dès son admission à l'EPH Docteur-Okbi. Alertés, les éléments de la BMPJ relevant de la Sûreté de wilaya, se rendent sur les lieux et appréhendent les coupables. Au cours du procès, les trois malfrats ont vainement tenté de se disculper. Le représentant du ministre public a prononcé un sévère réquisitoire à l'encontre des prévenus et réclama la prison à perpétuité sous les chefs d'inculpation d'association de malfaiteurs et crime avec préméditation. Après les délibérations du jury, le président du tribunal criminel prononce le verdict : prison à vie pour l'inculpé principal B. D. et 10 ans de prison ferme pour chacun de ses deux complices.

HAMID BAALI

prison ferme pour chacun de ses deux complices. HAMID BAALI BRÈVES de l’Est JIJEL La wilaya

BRÈVES de l’Est

JIJEL

La wilaya prépare les actions de solidarité pour le mois de Ramadhan

Une enveloppe de plus de 132 millions de dinars a été réservée pour venir en aide aux familles démunies dont le nombre a atteint cette année 31 542 familles, a-t- on appris de la cellule de communication de la wilaya de Jijel. Ces familles bénéficieront de près de 33 000 kits alimentaires durant tout le mois sacré, précise la même source. À cet effet, la wilaya a réservé une enveloppe de 50 millions de DA afin d’assurer le bon déroulement de cette opération, les communes quand à elles participeront avec plus de 70 millions de DA et le ministère de la Solidarité nationale avec 11,8 millions de DA. Par ailleurs, neuf communes préparent l’ouverture de 10 restaurants de maïdat Ramadhan, où 55 000 repas chauds seront servis aux démunies, aux sans abris, aux passants et aux voyageurs. Pour le bon déroulement de ces actions de solidarité, les 28 communes de la wilaya de Jijel prévoient la réquisition de pas moins de 340 agents.

MOULOUD SAOU

SOUK AHRAS

Démolition de 54 constructions illicites

C’est en présence d'un dispositif sécuritaire et de plus de 70 agents communaux que les autorités locales de la wilaya de Souk Ahras ont procédé, mercredi dernier, à la démolition de 54 constructions illicites au POS 10 derrière la clinique Ibn Sina et aux alentours du nouveau pôle culturel. L'opération qui a débuté aux environs de 6 heures s'est achevée à 20 heures et a permis de récupérer une assiette de 2 hectares qui sera réservée à la construction de 614 logements LPP et l'ouverture d'une piste. Les 54 occupants de ces baraques seront, grâce aux efforts du wali, relogés dans de nouvelles habitations. 41 d'entre eux bénéficieront du programme rural individuel et les 13 familles restantes seront relogées au niveau des 2900 logements dont les travaux confiés à une entreprise chinoise ont démarré il y a plus de 3 mois. L'opération de démolition se poursuivra durant les mois à venir, période de vacances scolaires et ce, dans le but de ne pas perturber la scolarité des enfants qui s'achève dans quelques jours.

HOCINE FERROUKI

KHENCHELA

Une jeune étudiante tente de se suicider

Une jeune étudiante à l’université de

Khenchela, âgée d’environ 21 ans, a tenté de mettre fin à ses jours en ingurgitant une importante quantité de médicaments, selon une source bien informée. La victime

a été vite conduite par ses proches à

l'hôpital Ali Boushaba de Khenchela dans un état critique, où elle été admise à la salle des soins intensifs. La jeune fille désespérée a été secourue au bon moment. Une enquête a été ouverte par les services de sécurité.

M. ZAIM

GRAREM-GOUGA (MILA)

Chute mortelle d’un maçon

Un homme répondant aux initiales B. A.

a trouvé la mort, ce jeudi à 11h.15, à la cité

Safsaf, à Grarem-Gouga au nord de Mila. La victime, maçon de son état, a chuté du 5e étage d’un immeuble en construction. Âgé de 61 ans, l’infortuné a rendu l’âme peu de temps après son admission à la polyclinique de la ville, où il a été évacué par les services de la Protection civile. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes exactes de ce tragique accident du travail.

KAMEL B.

LIBERTE Dimanche 31 mai 2015 L’Algérie profonde 11 CONFÉRENCE AU CEMA D’ORAN L’environnement, une

LIBERTE

Dimanche 31 mai 2015

L’Algérie profonde

11

CONFÉRENCE AU CEMA D’ORAN

L’environnement, une revendication citoyenne

Anna Rouadjia, du département de sociologie à l’université d’Aix-Marseille, a donné, mercredi dernier, une conférence sur “Les mobilisations environnementales à Alger”, au siège du Cema.

“À Alger,

comme

assuré-

ment par-

tout dans

les

grandes villes algériennes, les re- vendications sociales et environ- nementales se mêlent aujour- d’hui pour aboutir à des pétitions, création d’associations ou de co- mités de quartier, voire à des at- troupements mal vus ou mal in- terprétés par le pouvoir.” C’est, entre autres, les quelques constats auxquels a abouti la doctorante Anna Rouadjia, du département

de sociologie à l’université d’Aix-

Marseille, qui a donné, mercre-

di dernier, une conférence inti-

tulée “Les mobilisations envi- ronnementales à Alger”, au siè- ge du Cema (Centre d’études maghrébines en Algérie), sis à l’ex-IAP, université d’Oran Es- Sénia. Anna Rouadjia, qui a mené une étude entre 2012 et 2015, basée sur des entretiens au-

près du ministère de l’Aménage- ment du territoire, d’urbanistes, d’associations ou de citoyens

lambda, a néanmoins précisé que sa quête est, outre d’offrir des outils de travail et de vulgarisa- tion, de brosser un tableau plus ou moins net sur la question de l’environnement dans la capita-

le et ses implications ou expres-

sions citoyennes. “Nous relevons,

explique la conférencière, que l’environnement, ou la revendica-

D.R.
D.R.

Une mobilisation citoyenne est indispensable pour préserver notre environnement.

tion environnementale, est ex- primé aujourd’hui, généralement, dans le besoin immédiat d’es- paces verts aménagés et de l’exi- gence d’hygiène dans les espaces publics.” Sauf que ces mobilisa- tions et ces revendications, expri- mées par les associations ou les comités de quartier, sont

confrontées sur le terrain aux len- teurs bureaucratiques, la non- confiance mutuelle entre les ci- toyens et le pouvoir et enfin au

non-respect des règles d’amé- nagement, pourtant très claires sur la question. Anna Rouadjia ajoutera également que les ques- tions socioculturelles et histo- riques ont profondément condi- tionné les imaginaires et l’image-

rie de l’environnement chez l’Al- gérois : “Le jardin ou l’espace vert

a une signification aujourd’hui

toute symbolique chez l’Algérois

et peut signifier, selon les niveaux

social et culturel, marque de cité

et conscience des lieux et de la houma, espace de détente, paysa- ge aménagé ou zone d’intimité. En tout état de cause, les mobilisa- tions citoyennes pour l’environne- ment, malgré un sentiment d’es- soufflement noté chez les associa- tions algéroises, auront tendance à s’inscrire dans la durée et de-

vront connaître un affinement des revendications.”

KHALED ARRACHE

PROSTITUTION, TRAFIC DE DROGUE ET DE FAUSSE MONNAIE

8 arrestations à Oran

L es éléments de la brigade spéciale de lut- te contre la criminalité de la région Ouest en collaboration avec les policiers

de la 7 e Sûreté urbaine d’Oran ont mis hors

d’état de nuire deux personnes impliquées dans une affaire de détention et commercia- lisation de stupéfiants, faux et usage de faux, en sus d’un lot de papier destiné à la fabri- cation de la fausse monnaie et des documents administratifs prêts à l’emploi, selon la cel- lule de communication de la Sûreté de la wi- laya d’Oran. Âgés de 22 et 42 ans, les deux mis

en cause ont été pris en flagrant délit en pos- session de 8 plaquettes de kif traité et de 8 comprimés de psychotropes suite à une fouille corporelle. La perquisition du domicile de l’un des mis en cause a permis de mettre la main sur des documents d’état civil et du matériel de confection de faux billets de banque. Dans un autre contexte, les enquêteurs de la brigade de lutte contre les stupéfiants de la police judiciaire de la Sûreté de wilaya ont neutralisé un dealer récidiviste en possession

de 150 g de résine de cannabis, 20 compri- més de psychotropes, des armes blanches et une somme d’argent provenant vraisembla- blement de la vente de drogue. Par ailleurs, les inspecteurs de recherche de la 24 e Sûreté urbaine d’Oran ont appréhen- dé 5 individus en possession d’armes blanches dont 2 jeunes filles pour prostitution et création d’un lieu de débauche. Les 8 mis en cause ont été incarcérés.

K. REGUIEG-ISSAAD

PORTÉ DISPARU DEPUIS UNE ANNÉE

Le corps d’un homme retrouvé à Tiaret

S elon le groupement territo- rial de la Gendarmerie na- tionale de Tiaret, le corps

sans vie de S. A., 42 ans et origi-

naire de Boutlélis, à Oran, a été retrouvé, il y a une semaine, à Aïn D’heb (Tiaret) au fond d’une

fosse où il avait été jeté après son assassinat.

La découverte par les gendarmes

d’Aïn D’heb a eu lieu suite à

l’alerte donnée par deux citoyens. Le visage défiguré, des coups de couteau sur plusieurs parties du corps et un bras dévoré par des canidés, l’identification de la vic- time a été facilitée par une pho- tocopie d’une déclaration de per- te de sa carte d’identité nationa- le retrouvée près du cadavre qui a été traîné sur 640 mètres. Invi- tés pour la reconnaissance du

corps, le père et le frère de la vic- time ont déclaré que S. A., n’avait pas donné signe de vie depuis une année et qu’il vivait en concubinage avec D. Y., une fem- me de 25 ans, mariée et mère de deux fillettes. Les gendarmes ont alors procédé à la perquisition du domicile du père de la concubi- ne D. M., 62 ans et habitant à Aïn D’heb, où ils ont découvert un lot

d’armes blanches, des cigarettes et des effets vestimentaires qui auraient appartenus à la victime. La police scientifique avait aus- si découvert des taches de sang sur des vêtements de D. I., 29 ans, le frère de D. Y Le père et le fils, présumés auteurs de ce crime, ont été placés, mardi dernier, sous mandat de dépôt.

R. SALEM

placés, mardi dernier, sous mandat de dépôt. R. SALEM BRÈVES de l’Ouest ORAN Feu de forêt

BRÈVES de l’Ouest

ORAN

Feu de forêt à cap Carbon

Un hectare de broussailles et de maquis a été

détruit par un feu qui s’est déclaré dans de

nombreux endroits dans la forêt de Sidi Moussa

à cap Carbon, ce vendredi, vers 15h30. La

difficulté d’accès a rendu la tâche ardue aux 80 pompiers qui ont été mobilisés pendant quatre heures pour venir à bout du sinistre.

AYOUB A.

Chute mortelle du haut des falaises

Un homme, la trentaine, a trouvé la mort ce

vendredi en tombant d’une hauteur de 30 mètres des falaises surplombant le port d’Oran. La victime a succombé à ses multiples blessures. Une enquête a été ouverte.

A. A.

“La pucelle” ne sévira plus

Les policiers de la Sûreté urbaine d’El-Kerma

ont arrêté un multirécidiviste, âgé de 30 ans, objet de cinq mandats d’amener, surnommé “la Pucelle” pour cambriolage. L’enquête a permis de

le localiser au bidonville de Cumo à Es Sénia où il

a été appréhendé hier à 7 h.

A. A.

AÏN TÉMOUCHENT

Plus de 264 millions de préjudice causé à la CNR

Les services de la Sûreté de la daïra de Béni-Saf

ont arrêté B. M., 49 ans, pour faux, usage de faux et fausse déclaration. Suite à une plainte déposée par le directeur de la Caisse nationale de retraite (CNR) de Aïn Témouchent, les policiers ont enquêté sur B. M. qui a bénéficié de la pension de retraite de sa mère décédée en 2008 depuis plusieurs années avec un cumul d’avantages qui a atteint plus de 264 millions de centimes. La femme présentait, à chaque renouvellement de dossier qui se fait annuellement, une fiche familiale falsifiée au nom de sa mère portant les mentions “non décédée et non divorcée” auprès des services de la CNR. Elle a été écrouée.

M. LARADJ

CHLEF

Cinq ans de prison ferme pour l’ex-maire de Aïn Merane

Le tribunal de Boukadir dans la wilaya de

Chlef a condamné, en fin de semaine, l’ex-P/APC de Aïn Merane (à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest du chef-lieu de la wilaya), à cinq ans de prison ferme. Neuf autres personnes, dont l’ex-secrétaire général et un agent administratif dans la même commune, ont également écopé de la même peine. Passations de marchés douteuses et autres dépassements commis par les inculpés lors du mandat précédent, sont parmi les accusations qui ont été portées contre eux.

AHMED CHENAOUI

MAKRI À TLEMCEN

Le MSP affiche sa solidarité avec le peuple palestinien

Plusieurs centaines de personnes ont assisté

vendredi après-midi au niveau de l’esplanade du “grand bassin” de Tlemcen à un rassemblement de solidarité avec la cause palestinienne organisé par le Mouvement de la société pour la paix (MSP). Plusieurs orateurs ont pris la parole dont Abderrazak Makri, président du MSP, pour dénoncer les agressions israéliennes continues contre la bande de Ghaza et rappeler la solidarité agissante du peuple algérien à la cause palestinienne. Le premier responsable du MSP a affirmé : “La Palestine suscite de par le monde un élan de solidarité pour sa juste cause.” Et d’ajouter qu’“Israël est maintenant au banc des accusés puisqu’il est cité par-devant le Tribunal pénal international”. Il a cependant regretté que la situation du peuple palestinien ne cesse de se dégrader à telle enseigne que “la menace de la famine plane plus que jamais sur les populations de la bande de Ghaza”, a-t-il dit.

A. BEREZEL

12

L’internationale

Dimanche 31 mai 2015

LIBERTE

DES ONG METTENT EN GARDE CONTRE LA SPIRALE DE LA VIOLENCE

Burundi : pression accrue sur le président

Un sommet des chefs d'État de la Communauté de l'Afrique de l'Est, prévu pour aujourd’hui, va tenter de trouver une issue à la crise politique qui secoue le Burundi.

L es pressions internationales se sont accentuées, hier, sur le pré- sident Pierre Nkurunziza, objet de nombreuses mises en garde contre “une spirale de la violence” au Bu- rundi, avant l’ouverture aujour-

d’hui dans la capitale tanzanienne, Dar es-Sa- laam, du sommet des chefs d'État de la Com- munauté de l'Afrique de l'Est, en présence des parties burundaises ayant répondu favora- blement à l’appel de l’envoyé spécial du se- crétaire général des Nations unies pour la ré- gion des Grands Lacs, Saïd Djinnit. Le groupe de réflexion International Crisis Group (ICG) a estimé, dans un nouveau rap- port rendu public hier, que le pouvoir du pré- sident Nkurunziza s'est “radicalisé” ces der- nières semaines. “La mobilisation contre le troi- sième mandat du président sortant n'a pas fai- bli et la confrontation entre le pouvoir et ceux qui se rallient à la bannière du mouvement ‘Halte au troisième mandat’ s'intensifie”, af- firme ICG dans son rapport, tout en soulignant que cela se produit alors que le président res- te sourd aux pressions internationales et compte organiser des élections municipales et législatives le 5 juin et le scrutin présidentiel le 26 juin. “Tous les éléments d'un conflit ou- vert sont en place”, soutient l’organisme. Par- tant de ce constat de violence dans lequel est plongé le Burundi depuis un mois à cause de la grave crise politique, l’ICG estime que “pour éviter une amplification de la spirale de

D. R.
D. R.

Des manifestations d'opposants à un troisième mandat du président Nkurunziza ont éclaté.

violence, il ne faut pas seulement retarder les élections, il faut aussi rétablir un climat poli- tique et sécuritaire qui rende possible un scru- tin pluraliste et libre”. De son côté, l’organisation de défense des droits de l'Homme, Human Rights Watch (HRW), a dénoncé, hier, la “riposte meurtriè- re” et la “répression” de la police burundaise

contre les manifestants qui contestent depuis plus d'un mois un troisième mandat du pré- sident Pierre Nkurunziza. “La police burun- daise a recouru à la force de manière excessi- ve en réprimant les manifestations” contre la décision du président Nkurunziza de bri- guer un troisième mandat, estime HRW. Signe que les élections théoriquement prévues

pour les prochains jours divisent le pays : la vice-présidente de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Spes Caritas Ndironkeye, a fui le pays par avion pour Ki- gali (Rwanda), contrariant ainsi les plans du président Pierre Nkurunziza. Une autre commissaire de la Ceni, Illumina- ta Ndabahagamye, serait également en fuite, mais l'information n'a pas été confirmée, se- lon l’AFP qui rapporte l’information. Face à une grave détérioration de la situation qui menace le pays, le sommet d’aujourd’hui peut s’avérer comme une planche de salut pour les différents protagonistes pays pour trouver une issue à la crise. L’Algérien, Saïd Djinnit, envoyé spécial de l’ONU, a salué, avant-hier, “l’engagement des parties burundaises à surmonter les défis posés par la préparation des élections de 2015 et à re- chercher des solutions pacifiques en privilégiant le dialogue”. Il les a saluées en les remerciant pour la “confiance qu'elles lui ont accordée en lui de- mandant de faciliter leur dialogue”. Ce sommet va tenter de trouver une issue po- litique et pacifique à la crise qui secoue le Bu- rundi depuis plusieurs semaines, soit depuis la décision du président de briguer un troi- sième mandat, rejetée par l’opposition. Le som- met des pays de la Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) “offre une occasion à saisir pour ré- fléchir et agir dans ce sens”, selon l’ICG.

MERZAK TIGRINE

LA MINORITÉ CHIITE DE L’ARABIE SAOUDITE CIBLE DES EXTRÉMISTES SUNNITES

Le royaume face à la menace Daech

C ela pourrait attiser les tensions confessionnelles et plonger la région dans une guerre in-

extricable, en témoignent les ré- centes craintes exprimées par le lea- der du Hezbollah libanais : une branche du groupe jihadiste État is- lamique (EI), qui a revendiqué deux attentats anti-chiites meurtriers en une semaine en Arabie saoudite, a appelé à de nouvelles attaques contre cette minorité dans un message au- dio diffusé sur internet. L'EI “a or- donné à ses soldats de tuer les enne- mis de la religion, en particulier les Rafida (chiites)”, selon l'enregistre- ment attribué à “la province de Najd”, qui s'est récemment manifesté com- me une branche du groupe extré-

miste sunnite dans le royaume saou- dien, majoritairement sunnite. En l’espace d’une semaine, la minorité chiite, établie dans l’ouest du royau- me, a été la cible de deux attentats meurtriers revendiqués par l’EI. Avant-hier, un kamikaze a actionné sa charge explosive à l'entrée d'une mosquée de la Province orientale, majoritairement chiite, faisant trois morts. Une semaine plus tôt un at- tentat a coûté la vie, dans cette même province, à 21 personnes. Les deux attaques ont été revendiquées par l'EI. Dans le message, diffusé tard ven- dredi sur Youtube, un homme décrit les chiites comme des “apostats”, ajoutant : “Il est de notre devoir de les tuer et de les déplacer, où qu'ils

soient.” S'ensuit une critique des di- rigeants saoudiens qui ont “échoué à protéger leur propre frontière de la vermine houthie”, en référence aux rebelles chiites au Yémen, que les Saoudiens combattent, à la tête d'une coalition arabe, depuis mars. “Alors, comment vont-ils vous protéger ?”, ajoute l'homme, en s'adressant aux Saoudiens. Cet appel pourrait dé- stabiliser le royaume qui a déjà fort à faire avec le voisin du sud, en l’oc- currence le Yémen où il mène une guerre contre les Houthis. Autre facteur de déstabilisation : même cet- te branche de l’EI risque à terme de se tourner vers des cibles gouverne- mentales, sachant que Riyad fait aussi partie de la coalition antijiha-

ILS ÉTAIENT RETENUS PAR UNE MILICE ARMÉE

Les Tunisiens détenus en Libye libérés

L es autorités tunisiennes peuvent pousser un ouf de soulagement : tous les Tunisiens détenus en Libye par un groupe membre de la coalition de milices

Fajr Libya ont été libérés, a annoncé, hier, le ministère tunisien des Affaires étrangères. “Tous les Tunisiens qui avaient été arrêtés en Libye ont été libérés. Le dernier grou-

pe a été libéré aujourd'hui, samedi 30 mai”, a indiqué le ministère dans un communiqué, sans plus de détails. Contacté par l'AFP, le ministère n'était pas en mesure de fournir de précisions sur la taille de ce dernier grou- pe ni sur le nombre total de Tunisiens libérés. Le consul de Tunisie à Tripoli, Ibrahim Rezgui, avait fait état de 172 personnes arrêtées courant mai, mais les au- torités tunisiennes ont affirmé ne jamais avoir été in-

formées du nombre exact de leurs ressortissants déte- nus. Le ministère tunisien des Affaires étrangères avait in- diqué que ces derniers avaient été arrêtés par une mi- lice de Fajr Libya “dans le cadre d'une campagne sécu- ritaire pour vérifier (la validité) de leurs documents”. Le consul avait cependant expliqué que ces arrestations s'étaient produites en représailles au placement en dé- tention du chef d'une milice libyenne à Tunis. Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est déchirée par la lutte entre différentes milices armées. Une situation qui déteint sur la sécuri- té de la Tunisie voisine.

R. I .

diste internationale qui mène des frappes contre l'EI en Irak et en Sy- rie. Ce n’est d’ailleurs pas sans raison que les Américains se sont dépêchés de réagir à l’attentat de vendredi contre une mosquée. “Nous condam- nons la brutalité des terroristes qui commettent ces violences dans des lieux de culte”, a déclaré le porte-pa- role du secrétariat d'État américain, Jeff Rathke, dont les propos ont été repris par l’AFP. “Ces actes mettent en lumière, une fois encore, le mépris total qu'ont les terroristes pour la vie humaine.” “Les États-Unis se tiennent aux côtés du peuple d'Arabie saoudite contre cette violence et restent enga- gés à travailler avec les gouvernements saoudien et nos partenaires interna-

tionaux pour lutter contre l'extré- misme violent dans la région”, a-t-il ajouté. Comme pour anticiper contre une éventuelle propagation de cette nébuleuse dans le royaume, les au- torités saoudiennes ont multiplié ces derniers mois les arrestations d'extrémistes sunnites soupçonnés de planifier des attaques pour “attiser les tensions confessionnelles” dans le pays. En avril, elles ont annoncé le démantèlement d'une cellule de 65 personnes soupçonnées d'avoir des liens avec l'EI et de planifier des attentats. En décembre, elles avaient arrêté trois partisans de l'EI accusés d'avoir blessé par balle un Danois à Riyad.

R. I.

ALORS QUE LE RÉGIME EST RESPONSABLE D’UNE NOUVELLE TUERIE EN SYRIE VOISINE

Irak : les forces gouvernementales à l’assaut de l’EI

Les hélicoptères du régime syrien ont largué hier des barils d'explosifs sur des zones rebelles de la province d'Alep, tuant au moins 71 civils, l'un des bilans les plus lourds dans cette région du nord du pays, selon une ONG. En Irak voisin, les forces gouvernementales ont avancé vers Ramadi, dans le cadre de leur opération visant à isoler les jihadistes du groupe État islamique (EI) dans cette ville de l'Ouest irakien avant d'y donner l'assaut. Les frappes dans la province syrienne d'Alep ont tué 59 civils dans la ville d'Al-Bab sous contrôle de l'EI, qui sévit en Irak comme en Syrie, et 12 à Al-Chaâr, quartier rebelle de la ville d'Alep, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), cité par l’AFP. “Il s'agit d'un des plus grands massacres commis par l'armée de l'air du régime depuis le début de l'année”, a dénoncé la Commission générale de la révolution syrienne (CGRS), un réseau de militants couvrant la guerre en Syrie depuis 2011. Dans la province irakienne d'Al-Anbar, frontalière de la Syrie, les forces fédérales, aidées dans leur contre-offensive par des milices chiites, ont repris un secteur à l'ouest de Ramadi, sa capitale conquise le 17 mai par l'EI.

R. I.

LIBERTE

Dimanche 31 mai 2015

Publicité

13

LIBERTE Dimanche 31 mai 2015 Publicité 13 F.1327 F.1323

F.1327

LIBERTE Dimanche 31 mai 2015 Publicité 13 F.1327 F.1323

F.1323

14

Publicité

Dimanche 31 mai 2015

LIBERTE

14 Publicité Dimanche 31 mai 2015 LIBERTE ANEP n° 327 500 Liberté du 31/05/2015

ANEP n° 327 500 Liberté du 31/05/2015

LIBERTE

Dimanche 31 mai 2015

Publicité

15

LIBERTE Dimanche 31 mai 2015 Publicité 15 F.1297 F.1329 F.1199
F.1297
F.1297

F.1329

F.1199
F.1199

16

Publicité

Dimanche 31 mai 2015

LIBERTE

16 Publicité Dimanche 31 mai 2015 LIBERTE AF

AF

LIBERTE Dimanche 31 mai 2015 Culture 17 “FOUNDOUQ EL-ALAMAÏNE” PRESENTÉE EN COMPÉTITION DU 10 e

LIBERTE

Dimanche 31 mai 2015

Culture

17

“FOUNDOUQ EL-ALAMAÏNE” PRESENTÉE EN COMPÉTITION DU 10 e FNTP

Passions humaines dans l’entre-deux mondes

La pièce écrite en 1999 par l’auteur français Éric-Emmanuel Schmitt, mise en scène par Ahmed Laggoune sur une scénographie de Abderrahmane Zaâboubi, comporte un certain nombre d’interrogations sur la vie et la mort, mais aussi sur tout ce qui fait l’homme, notamment ses convictions et son usage de la liberté à travers ses choix.

L a pièce Foundouq El-Alamaïne (hôtel des deux mondes), produite par le Théâtre régional de Skikda, a été présentée avant-hier soir à la salle Mustapha-Kateb du théâtre national algérien Mahieddine-

Bachtarzi, dans le cadre de la compétition de la 10 e édition du FNTP (Festival national du théâtre professionnel) d’Alger, qui se poursui- vra jusqu’au 2 juin prochain. La pièce écrite en 1999 par l’auteur français Éric-Emmanuel Schmitt, mise en scène par Ahmed Laggoune sur une scénographie de Abderrahmane Zaâboubi, comporte un certain nombre d’inter- rogations sur la vie et la mort, mais aussi sur tout ce qui fait l’homme, notamment ses convictions et son usage de la liberté à travers ses choix. Des choix assumés ou pas suffisam- ment bien pensés… En tout cas, les cinq prota- gonistes de la pièce ont eu le loisir de méditer sur leurs choix de vie en atterrissant de nulle part au Foundouq El-Alamaïne. Entre deux mondes, celui des morts et des vivants, les per- sonnages attendent une seconde chance dans la vie ou l’inéluctable, la mort. La pièce s’ouvre sur un décor en blanc avec quelques touches de noir, illustrant ainsi la situation dans laquelle se retrouvent les personnages : un entre-deux, la vie et la mort. Le gris qui mêle ces deux cou- leurs ce sont les protagonistes eux-mêmes, qui, passé la phase où ils s’interrogent sur leur pré- sence dans ce lieu qui ressemble à un hôpital, se racontent. Douleurs, souffrances, appât du gain… À chacun son histoire et ses propres échecs ou succès. Ces remises en question sont interrompues par l’apparition de la mystérieuse Docteur S., qui apparaît pour annoncer les évo- lutions des états de santé des personnages ou pour les libérer en les faisant prendre l’ascen-

D. R.
D. R.

seur. Ils monteront “en haut” ou descendront “en bas”. En bas, c’est la terre, c’est le monde des vivants, un monde de souffrance où l’hom- me est libre de décider de sa vie, même si le hasard intervient. Sur Terre, on est plein de cer- titudes et on oublie bien souvent son âme (sa vie spirituelle), mais dans le lieu de l’action de cette pièce, les personnages s’interrogent sérieusement sur ce qu’ils ont accompli et ce qui leur faut changer ou améliorer pour rendre leurs vies plus heureuses. Al-Mounadjem, Al- Raïs, Gabriel, Marie, Julien tentent de trouver un sens à leur présence dans cet endroit et à leurs existences surtout, et c’est l’arrivée de la jeune Laura qui va apporter ce sens et donner à ceux qui restent encore au Foundouq El-

Scène de la pièce Foundouq El-Alamaïne du TR Skikda.

Alamaïne la force d’accepter leur condition. L’amour est ce qui rend la vie supportable ou valable d’être vécue. L’amour est ce qui rendra l’attente dans cet entre-deux supportable. Car dans le fond, on attend toujours quelque chose du moment que notre cœur continue de battre :

attendre le succès, attendre l’amour, attendre des lendemains meilleurs, attendre la mort –qu’on essaie toutefois par retarder par tous les moyens. En plus de la beauté du texte et la pro- fondeur psychologique de tous les personnages, le spectacle a été porté par les comédiens, même s’il a parfois été difficile pour eux de maintenir le rythme de la pièce ou de reproduire les nom- breuses tirades qui existent dans ce texte puis- sant par son propos.

SARA KHARFI

“LOTFI” PROJETÉ À TLEMCEN EN PRÉSENCE DE SA FAMILLE

Un témoignage poignant sur un des combattants de la liberté

I l y avait foule jeudi au palais de la culture

Abdelkrim-Dali de Tlemcen à l’occasion de

la projection du film Lotfi, réalisé par

Ahmed Rachedi d’après un scénario qu’il a coécrit avec Sadek Bakhouche. Le long métrage produit par le ministère des Moudjahidine a été projeté en présence de son réalisateur Ahmed Rachedi, des principaux acteurs et des membres de la famille Dghine Boudghène. Le film retrace le parcours de ce patriote de Tlemcen qui a déserté les bancs du lycée à l’âge

de 20 ans pour rejoindre les rangs de l’ALN. Après ses actions spectaculaires et sa stratégie militaire, il a été promu colonel à l’âge de 26 ans pour diriger la Wilaya V en mai 1958. Ahmed Rachedi a déclaré que “la série de films consa- crée aux héros de la Révolution se veut être un témoignage poignant des hauts faits d’armes des combattants de la liberté qui ont consenti le sacrifice suprême pour l’indépendance de l’Algérie afin de pérenniser leur souvenir dans le cœur des générations montantes”. Le réalisateur

ajoutera que parmi ses projets, figure celui de la réalisation d’un film sur Djamila Bouhired dont Youcef Chahine a déjà mis en pellicule en 1958 les péripéties de cette moudjahida. “Ce sera, a-t-il dit, la vision de l’Algérie sur cette héroïque combattante et le rôle des femmes durant la lutte armée.” La veille, le long-métra- ge, Krim Belkacem, avait été projeté à la ciné- mathèque Djamel-Chanderli en présence du réalisateur et d’un nombreux public.

B. A.

présence du réalisateur et d’un nombreux public. B. A. …SORTIR… Rencontre ■ L’établissement Arts et
présence du réalisateur et d’un nombreux public. B. A. …SORTIR… Rencontre ■ L’établissement Arts et

…SORTIR…

réalisateur et d’un nombreux public. B. A. …SORTIR… Rencontre ■ L’établissement Arts et Culture de la

Rencontre

L’établissement Arts et Culture de

la wilaya d’Alger organise une rencontre intitulée «Passerelles Théâtre», qui sera animée par Abdelnacer Khelaf et Brahim Noual, et ce, aujourd’hui à partir de 13h30 à l’espace des activités culturelles Bachir-Mentouri. La première invitée de cette rencontre est la comédienne, metteure en scène et directrice du Théâtre régional Azzeddine-Medjoubi d’Annaba, Sonia.

Concerts

Concert de musique malouf avec

Abbas Righi, ce soir à 19h à la salle Ibn Zeydoun (Riadh El Feth).

À l’occasion de la Journée

mondiale de l’enfance, concert de l’Orchestre régional d’Alger/Junior (de l’Orchestre national algérien de musique andalouse, Enama), demain à 17h à la salle Ibn Zeydoun (Riadh El Feth).

Cinéma

Jusqu’au 13 juin à la salle El

Khiyam (ex-Debussy), projections quotidiennes (sauf les vendredis) de Certifié halal de Mahmoud Zemmouri à raison de deux séances par jour : 13h et 15h30.

Expositions

Jusqu’au 20 juin à la galerie Dar

El Kenz (Lotissement Bouchaoui 2, n° 325, en face de la forêt Bouchaoui), exposition «1.2.3» des artistes Amar Briki, Yasmina Saadoune et Kamel Benchemakh.

Jusqu’au 6 juin au musée

national du Bardo (12, rue Franklin Roosevelt, Alger), exposition des travaux des élèves de l’atelier Art’Landz intitulé «Asia by kids».

Jusqu’au 3 juin à la galerie d’art

Aïcha-Haddad (84, rue Didouche Mourad, Alger), exposition de Said Ihaddaden intitulée «Peinture et figures chantournées».

Jusqu’au 6 juin au centre culturel

Mustapha-Kateb (5, rue Didouche Mourad, Alger), exposition de Smail Ouchene intitulée «Exponentiel».

Jusqu’au 10 juillet au musée d’art

moderne et contemporain MaMa (25, rue Larbi Ben M’hidi, Alger), exposition «la Saga de la création de la Cinémathèque algérienne».

Jusqu’au 30 juin au palais du Bey

de Constantine, exposition «Constantine, Regards croisés, Patrimoine et Culture».

Exposition «les Palais d’Alger» de

l’artiste plasticien Abderrahmane Kahlane, au musée public national du Bardo (12, rue Franklin Roosevelt, Alger).

DIXIÈME ÉDITION DU FESTIVAL, DU 1 er AU 6 JUIN AU STADE MUNICIPAL

Le rendez-vous de Guelma avec la musique actuelle

L e stade municipal Abda-Ali à Guelma abritera, du 1 er au 6 juin 2015, la 2 e édi- tion du Festival national de la musique

actuelle qui créera une ambiance particuliè- re, car les familles guelmies, en quête de détente et de loisirs, attendaient avec impa- tience cet évènement culturel. Dans ce contexte, le directeur de la culture et commissaire de ce festival a animé une conférence de presse, mercredi dernier à l'hôtel Mermoura. D'emblée, il a précisé que ce festival a bénéficié d'une subvention de 2,5 milliards de centimes allouée par le ministère de la Culture et que les édiles de Guelma ont mis le stade communal à la dis- position du festival et ont mobilisé leurs moyens humains et matériels pour assurer son succès. Samir Thaâlibi a souligné que le volet sécuritaire a requis une attention parti- culière puisque la Sûreté de wilaya apporte-

ra comme à l’accoutumée son précieux concours. Retenant les leçons des précé- dentes éditions, les organisateurs ont conve- nu de réserver la partie supérieure des tri- bunes aux familles et les jeunes seront ins- tallés plus bas. Cette année, l'entrée est fixée à 200 DA et la vente des billets interviendra désormais chaque après-midi au théâtre régional Mahmoud-Triki et du cinéma Le Triomphe et non plus au stade, et ce, afin d'éviter les bousculades et les désagré- ments. Le commissaire du festival a souligné que “tout est fin prêt pour accueillir dans des conditions idoines les milliers de spectateurs qui rallieront, chaque soir, le stade Abda- Ali”. Il annoncera qu'il a sollicité les artistes locaux et nationaux qui ont une popularité avérée et la programmation répondra sans aucun doute aux attentes citoyennes. L’ouverture interviendra le lundi 1 er juin

avec la participation de cheb Houssem (Guelma), Toufik Nedroumi (Tlemcen) et Benzina (Constantine), spécialistes des styles moderne, marocain et variétés. Le fes- tival accueillera également dans sa dixième édition le groupe Democratoz d’Oran, l’ar- tiste qui s’illustre dans le moderne algérois, Samir Toumi, l’idole des jeunes Houari Dauphin, ainsi que cheb Didine (raï, Guelma), cheb Lyès (variété, Constantine), cheb Zinou (staïfi, Annaba), cheb Djamel (Sraoui, Guelma), Amel Zen (World-Music, Alger), le groupe El-Ferda (Béchar), groupe K-clan (rap, Guelma), cheb Wahid Staïfi (Sétif) et Mohamed Alloua (style kabyle). La clôture sera animée le jeudi 6 juin par Kamel El-Guelmi (folklore), Karim El-Gang (rap, Souk-Ahras) et la star du raï, cheb Bilal.

HAMID BAALI

jeudi 6 juin par Kamel El-Guelmi (folklore), Karim El-Gang (rap, Souk-Ahras) et la star du raï,

Zehani/Liberté

Dimanche 31 mai 2015

Dimanche 31 mai 2015

LIBERTE

LIBERTE

18 20

Sport

Sport

MCEE : HERRADA ARRAS

“Pas question de libérer Derrardja et Chenihi !”

Le président du MCEE, Herrada Arras, s’est dit profondément attristé par la relégation de l’équipe en Ligue 2 . “Je suis franchement touché au plus profond de moi, je n’arrive toujours pas à digérer cette relégation, ce n’est pas normal qu’un club qui honore le pays en Ligue des champions connaisse cette terrible sentence, il y a des choses qui ne tournent pas rond dans notre football. Le MCEE est la meilleure équipe sur le plan offensif, elle a inscrit 40 buts et possède le meilleur buteur du championnat, Walid Derrardja. Les chiffres parlent d’eux- mêmes, je sais que notre équipe a fait l’objet d’une cabale de certains arbitres. Si l’arbitre Ghorbal ne nous avait pas pénalisés face à l’USMA, on serait aujourd’hui mieux lotis, car avec les deux points de ce match, on serait à 40 points. Hélas ! On paye à la place des autres, l’histoire retiendra quand même qu’une jeune équipe qui a attiré la sympathie d’un large public a été poussée vers la relégation, notre football est ainsi fait”, confie Herrada Arras, dont l’avenir est incertain au club comme il nous le révèle : “Pour le moment, je ne peux pas me prononcer sur mon avenir, pour la simple raison qu’on ne veut plus de moi. Tout le monde, supporters et autorités locales, réclament mon départ, ils me tiennent pour responsable de cette situation, alors qu’ils savent que je n’ai ménagé aucun effort pour hisser ce club au cimes de l’Afrique et non de l’Algérie. Je ne m’accroche pas à mon poste, je suis disposé dès maintenant à m’en aller et laisser ma place à quelqu’un d’autre, je ne veux pas m’éterniser à ce poste, je vais d’ailleurs organiser une Agex pour présenter mon bilan et remettre mon mandat aux membres qui m’ont élu, c’est la loi du sport, je la respecte.” Concernant l’avenir des deux joueurs internationaux, Derrardja et Chenihi, donnés partants, Herrada Arras refuse de signer la libération de ses deux joueurs. “Je me suis déjà prononcé sur ce sujet, il est hors de question de signer la libération des deux joueurs que vous venez de citer ou de tout autre joueur. En tant que président, pas question de libérer les joueurs, j’attends de faire la passation de consignes avec mon successeur, pour lui laisser une équipe complète capable d’aller loin en Ligue des champions dont le premier match est prévu le 26 juin à Khartoum. Les futurs dirigeants doivent dès à présent commencer à préparer ce match et la préparation d’intersaison. Une équipe qui bat le mythique Ashanti Kotoko et le Club Sfax chez eux se retrouve aujourd’hui en Ligue 2, ce n’est pas normal tout ça. Pensez-vous réellement que ce sont les plus faibles équipes qui ont rétrogradé ? Notre football souffre d’énormes carences qu’il va falloir résoudre pour éviter que des clubs comme le MCEE payent cette sale facture. On a été victime d’un acharnement sans précédent de certains arbitres qui ont influé négativement sur les résultats techniques de mon équipe qui jouera la saison prochaine en Ligue 2. Je n’arrive toujours pas à y croire”, conclut-il.

RACHID ABBAD

TENNIS

Inès Ibbou qualifiée pour le tableau final de Rolland-Garros

Inès Ibbou, la star montante

algérienne du tennis a réussi vendredi

à se qualifier au tableau final de la prestigieuse compétition des grand-

slams, à savoir le Rolland-Garros junior, en battant au 1er tour des qualifications l'Italienne Ludmilla Samsonova en deux sets (6-4, 6-2), jeudi

à Paris, ce qui lui a permis de passer au

second tour, où elle a pu s'imposer devant la Roumaine Patricia Bejenaru (103e) en deux sets (6-3, 6-2) vendredi à Paris. Ainsi, la jeune algérienne de 16 ans (n° 42 mondial) a composté son billet pour le tableau final du tournoi de Rolland-Garros qui débutera demain et prendra fin le 6 juin.

SOFIANE M.

USM ALGER

Reprise des entraînements le 6 juin

A yant

assuré

le

maintien à la der-

nière journée du championnat Mo- bilis en venant à bout de la forma-

tion de l’ASO (3-1), les Rouge et Noir de l’USMA vont devoir tour- ner cette page rapidement et ou- blier les déboires de cette saison en championnat en se projetant rapi- dement pour la préparation de la phase des poules de la Ligue des champions africaine. En effet, le premier match de la Ligue des champions africaine est programmé pour le 26 juin pro- chain à Sétif face à l’ESS, une ren- contre 100% algérienne entre l’US- MA et le champion d’Algérie en titre. À cet effet, pour préparer cet- te rencontre, les camarades de Benmoussa n’auront pas de temps de répit, puisque la reprise des entraînements est programmée pour le 6 juin prochain. Désormais, les joueurs doivent rapidement reprendre le travail pour se pré- parer à la phase des poules de la Ligue des champions. Surtout que la plupart des joueurs usmistes veulent prouver que ce groupe-là a de la qualité et que leur parcours en championnat ne reflète pas vraiment le niveau de l’équi- pe. “Nous sommes très déçus, car nous n’avons rien remporté cette saison. Alors qu’en début de saison, tout le monde misait sur nous. Ce qui est fait est fait, ça ne sert à rien d’en parler maintenant. Le cham- pionnat est fini, on doit se concen- trer sur la compétition africai- ne”, nous a déclaré Youcef Belaïli. En outre, Mounir Zeghdoud, qui a drivé avec Hadj Adlène et Ma-

Mounir Zeghdoud, qui a drivé avec Hadj Adlène et Ma- hieddine Meftah l'USM Alger lors des

hieddine Meftah l'USM Alger lors des deux derniers matchs du cham- pionnat, a estimé que les change- ments fréquents de l'équipe type des Rouge et Noir sont derrière la

saison difficile de leur équipe qui a patienté jusqu'à la dernière journée pour assurer le maintien en Ligue 1. “Au vu des moyens énormes dont dispose l'USMA sur tous les

plans, l'équipe devait plutôt jouer la carte du titre et non pas le maintien. Les changements fréquents dans le onze de départ sont la principale cause de cet échec”, a déclaré Zegh- doud à l'APS, à l'issue de la victoi- re à domicile face à l'ASO Chlef (3- 1), vendredi dernier, pour le comp- te de la 30 e et dernière journée du championnat. “Nous n'avions pas eu à faire un travail particulier à deux journées de la fin du cham- pionnat, raison pour laquelle nous avions tout axé sur le plan psycho- logique. Nous avions mis les joueurs devant leurs responsabilités, et ces derniers ont fini par bien réagir”, s'est félicité l'ancien défenseur cen- tral des Verts, tout en précisant qu’“en parvenant à éviter le pur- gatoire, les joueurs aborderont la Ligue des champions avec un meilleur état d'esprit. Et puis, cet-

te épreuve est un autre challenge qui

a sa propre motivation”. Concer-

nant l’avenir du trio intermédiai-

re, Mounir Zeghdoud a affirmé que “le sujet n’a pas été abordé avec

la direction. Nous sommes des em-

ployés de l'USMA, et nous nous mettons donc au service du club chaque fois qu’on fait appel à nous”. L’USM Alger débutera sa cam- pagne africaine le 26 juin pro- chain face à l’ESS à Sétif, ensuite elle recevra à Alger respectivement El- Merreikh du Soudan et le MCEE les 10 et 24 juillet, avant d’effectuer un déplacement du côté d’El-Eul- ma le 7 août. Le 24 août, elle ac- cueillera l’ES Sétif, alors que pour la dernière journée, les camarades d’El-Orfi joueront contre El-Mer- reikh à Kharthoum, la capitale soudanaise (11 septembre).

SOFIANE MEHENNI

EN SOUVENIR DU 26 MAI 2008 À BOUMEZRAG

Oran a fêté la rétrogradation de l’ASO Chlef

A près l’avoir fait dans la joie et la bonne humeur au stade Ahmed-Zabana à l’oc- casion du déroulement de la rencontre

face à l’Entente de Sétif, les supporters du Mou- loudia d’Oran ont fêté dans la rue… la rétro-

gradation de l’ASO Chlef en Ligue 2. D’interminables cortèges de voitures drapées de rouge et de blanc ont, ainsi, accompagné les marches populaires improvisées des milliers de supporters Hamraoua de l’enceinte moulou- déenne jusqu’au centre-ville, paralysant com- plètement la circulation routière dans les prin- cipaux boulevards, redevenus piétons en cette chaude fin d’après-midi de samedi. Des vidéos montrant les Ultras du MCO fêter doublement la qualification de leur club chéri en Coupe de la Confédération africaine de football et la ré- trogradation de l’ennemi intime chélifien fai-

saient, en parallèle, le buzz sur la Toile. C’est que, marqués au fer rouge par les terribles incidents qui ont accompagné la rétrogradation historique du MCO en 2 e division en cette même période l’année 2008, les supporters “prenaient une dou- ce revanche” et se délectaient de ce juste retour des choses à la normale : “Le Mouloudia en Cou- pe d’Afrique et l’ASO en division inférieure” ne cessaient de répéter les fêtards oranais. “Per- sonne n’a oublié les agressions et la pluie de pierres et de projectiles au stade Mohamed-Bou- mezrag en ce triste 26 mai 2008 de funeste mé- moire lorsque la fin du match a été sifflée à la 75 e minute de jeu. Et comme ce sont Youcef Be- laili et Feham Bouazza, deux Oranais et anciens joueurs du MCO, qui ont marqué les deux pre- miers buts qui ont envoyé l’ASO en Ligue 2, notre joie est encore plus grande” soulignait, aux

anges, un fidèle parmi les fidèles supporters du MCO qui a, justement, vécu de très près “le cau- chemar de la rétrogradation”. “La satisfaction de voir l’ASO de Medouar et Zaoui endurer ce que le MCO de 2008 a vécu” a, d’ailleurs presque fait oublier au public mouloudéen le titre des jeunes des moins de 17 ans, sacrés champions d’Algérie après leur belle victoire en finale de l’épreuve, en cette même après-midi de samedi, au stade Brakni de Blida, sur leurs homologues de l’Entente de Sétif (2-0). Un pu- blic mouloudéen qui avait, toutefois, réservé un accueil royal au champion sétifien. Une haie d’honneur formée par les joueurs du MCO a, ainsi, accompagné l’entrée sur la pelouse des poulains de Kheir-Eddine Madoui, lequel a eu droit à tous les honneurs, tout comme son pré- sident Hassan Hammar.

RACHID BELARBI

RC ARBA

Amani : “Le RCA, c’est fini !”

L e RC Arba qui a réussi à ar- racher avant-hier une pré- cieuse victoire face au MCA

qui lui a permis de se maintenir en L1 Mobilis a gagné une participa- tion historique en Coupe de la

CAF en attendant bien sûr une confirmation de la FAF. En effet, le club Ezzerga qui a ter- miné à la 10 e place avec 40 points doit sa participation en Coupe de la CAF à son statut de finaliste de la Coupe d’Algérie 2015 mais aussi grâce au classement du détenteur de la coupe le MOB en l’occurrence

qui a terminé dauphin derrière le champion en titre l’ESS et qui par ricochet gagne quant à lui une par- ticipation en Champions League africaine. Ainsi donc on verra l’entrée en lice l’année prochaine du club cher à Amani dans les éliminatoire de la Coupe d’Afrique, une première pour ce club qui a accédé faut-il le rappeler il y a juste deux années pas- sées en Ligue 1. Le club Ezzerga de- vra non seulement convaincre ses cadres en fin de contrat de rempi- ler entre autres le gardien Fellah, le

capitaine Zeddam, le milieu Mok- dad mais aussi trouver au plus vite un président à la tête du club car Amani a juré qu’il est démission- naire et qu’il ne revient plus au RCA comme il nous l’a confirmé lui- même : “Face au MCA c’était mon dernier match. Je suis démission- naire et je demande à ceux qui n’ont cessé de m’insulter et d’insul- ter les joueurs d’aller chercher un président qui prendra en main leur équipe. Ma mission est terminée à l’Arba, j’a sauvé le club de la des- cente, je lui ai offert une finale de

Coupe d’Algérie et une participation en Coupe d’Afrique. Ça y est, je ne peux plus continuer à travailler dans cette atmosphère hostile. Je pars la conscience tranquille”, nous a-t- il dit. La saison prochaine s’annonce déjà difficile pour Ezzerga qui va de- voir trouver des solutions pour ré- gler tous ses problèmes pour pou- voir survivre et pouvoir jouer la sai- son prochaine le championnat sans difficultés et pouvoir participer ho- norablement à la Coupe africaine pour la quelle elle est qualifiée.

NASSER ZERROUKI

LIBERTE

Dimanche 31 mai 2015

Sport

19

ALORS QUE L’UEFA MENACE DE SE RETIRER DE LA FIFA

Les Arabes et les Africains ont lâché le prince Ali

D. R.
D. R.

P resque exactement comme l’ont prédit les pronostics, le pré- sident sortant de la Fifa, Josep Blatter, a été réélu à la tête de la

Fifa pour un cinquième mandat. En effet, pour contrecarrer le “blo- cus européen”, Blatter a misé sur les voix de l’Afrique, de l’Asie et de la Concacaf pour gagner la bataille

face au prince jordanien, Ali. Sur les 54 voix de l’Afrique, les 46 voix de l’Asie et les 35 voix de la Conca- caf, soit 135 voix, Blatter en a ré- colté 133, ne laissant que 73 voix à son rival sur les 206 votants. Les principaux soutiens du prince Ali viennent donc de l’Europe avec les 53 voix et 20 autres voix diverses,

provenant essentiellement de l’Océanie et de l’Amérique du Sud. Devant ce constat d’échec, le prince a préféré abandonner alors qu’un second tour s’imposait (pas de majorité absolue pour Blatter) car il était sûr qu’il ne pouvait pas renverser la vapeur. D’origine jordanienne, le prince Ali a été donc surtout lâché par les pays arabes, l’Afrique et l’Asie qui ont préféré soutenir le Suisse Blatter et barrer la route à un des leurs. Ils ont fait la différence en fa- veur de Blatter. Reste à savoir quelle sera la réaction de l’UEFA après la réélection de Blatter et ira- t-elle jusqu'à décider le boycott du Mondial-2018 en Russie et le re- trait de la Fifa ? À l’issue du comité

exécutif de la Fifa, qui s’est tenu, hier matin à Zurich, le président de l’UEFA, Michel Platini, a dé- claré à L’Équipe : “Je suis le repré- sentant des fédérations euro- péennes, nous allons nous réunir à l’occasion de la finale de la Ligue des champions, le 6 juin, à Berlin. Il y aura des discussions entre nous et nous verrons ce qu’il convient de faire. Je vais voir tran- quillement avec eux et nous déci- derons à ce moment-là.” En effet, certains dirigeants euro- péens militent pour que l’UEFA sorte de la Fifa afin de protester contre les scandales à répétition qui touchent la Fédération inter- nationale. Attendons pour voir !

SAMIR LAMARI

ÉQUIPE NATIONALE

Les Verts reprennent du service

L es Verts ont entamé, depuis hier, leur premier regroupement dans le cadre de la préparation des éliminatoires de la

CAN-2017, scindée en deux phases : la pre- mière depuis hier et jusqu'au 4 juin, les joueurs bénéficieront par la suite de deux jours de repos avant de reprendre pour la deuxiè- me phase du 7 au 17 du même mois et qui sera ponctuée par la première rencontre officielle face aux Seychelles, prévue le 13 juin prochain au stade Mustapha-Tchaker de Blida.18 joueurs étaient attendus à partir d’hier au Centre technique des équipes nationales de

Sidi-Moussa, plusieurs joueurs locaux ont été retenus par le sélectionneur national pour prendre part à cette préparation. En l’absen- ce de l’habitué gardien M’bolhi non convoqué, Gourcuff a fait appel aux trois keepers locaux, Doukha (JSK), Khedaïria (ESS) et Asselah (CRB). Derrardja et Chenihi (MCEE), Hachoud, Gourmi et Karaoui (MCA), Benayada (ASMO), Mebarakou (MOB) et Cherfaoui (CRB) sont les autres joueurs locaux que le sé- lectionneur national a convoqués pour pallier l’absence de plusieurs expatriés. Pour les

pros, Mandi, Guedioura, Belfodil, Mehdi Abeid et Yacine Brahimi sont arrivés hier, ils seront suivis par les Ryad Mahrez, Ryad Bou- debouz et Mehdi Zefane, attendus aujourd’hui pour compléter le groupe. Le sélectionneur national, qui a programmé sa première séance de travail avec les joueurs en fin de journée, s’est réuni la matinée avec l’en- semble de son staff pour présenter le pro- gramme complet des stages de l’EN et définir les objectifs que les Verts envisage d’atteindre. Plusieurs joueurs ont été autorisés à prendre quelques jours de repos, surtout ceux qui

MCO

Cavalli décidera aujourd’hui

A yant estimé les chances de sa recon- duction à la tête de l’équipe profes- sionnelle du MCO “à 80%”, l’entraîneur

français Jean-Michel Cavalli a indiqué que les “20% restants sont surtout liés à la question de l’adjoint”.“C’est la première fois de ma car- rière que je travaille sans adjoint pour m’épau- ler. J’ai fini la saison sur les rotules, alors, je veux

un adjoint à mes côtés. Normalement, ce sera Ar- mand Sané. J’ai rendez-vous avec le président dans les quarante-huit heures pour trancher la question. Normalement, ce dimanche (aujour- d’hui, ndlr), tout sera très clair”, a annoncé le technicien qui a conduit le MCO à une première qualification en Coupe d’Afrique après 10 longues années de disette. Cavalli s’est, du

RC ARBA

Derfalou dit non à l’ESS

reste, réjoui du retour au club de l’attaquant li- byen, Mohamed-Amine Zaabiya, de retour de prêt.“Son retour est assuré car il nous ap- partient. Cette fois-ci, on ne le laissera pas par- tir”, précisera, à ce sujet, l’ancien driver natio- nal, lequel confirmera “avoir dessiné les contours de ce que sera l’effectif de la saison prochaine”.

RACHID BELARBI

L 'attaquant international olym- pique du RC Arba, Oussama Derfalou, convoité par plu-

sieurs formations dont l'ES Sétif, a décidé de rester “pour une saison encore”. “J'ai décidé de rester au RCA pour une saison encore, en dé- pit des sollicitations. Le moment n'est pas venu pour changer d'air. Cette saison a été très positive pour

moi, avec, à la clé, une convocation en sélection olympique”, a affirmé à l'APS le natif de M'sila, à l'issue du match de son équipe face au MC Alger (2-1), disputé vendredi à l’Arba, dans le cadre de la 30 e et der- nière journée du championnat. Véritable révélation de la saison, Derfalou (22 ans) a terminé à la 3 e place au classement des buteurs

avec 12 buts, derrière Walid Der- rardja du MC El-Eulma (16 buts) et Hamza Boulemdaïs (14 buts). “Je sais qu'il y a plusieurs équipes qui me convoitent, à l'image du CS Sfaxien de Tunisie, mais je préfère rester, d'autant que c'est grâce au RCA que j'ai réussi à m'imposer sur le plan national”, a-t-il ajouté. Se- lon une source proche du RCA, la

direction de l'ES Sétif est “en train d'exercer un forcing” pour s'adjuger les services de Derfalou, dont le contrat arrivera à terme en 2017. “Avec la fin de la compétition, je n'aurai malheureusement qu'une se- maine de repos avant de rejoindre la sélection olympique en vue du sta- ge prévu du 7 au 18 juin”, a souli- gné l'ancien joueur de l'USM Alger.

MOB

Rahal convoité par l’USM Blida

A uteur d’une saison remarquable, Fawzi Rahal est convoité par plusieurs clubs. Ainsi, après l’intérêt de l’ESS, le jeune na-

tif de Sidi-Aïch est courtisé par le nouveau pro- mu en Ligue 1, à savoir l’USMB. Rahal a, néan- moins, décidé de voir avec ses dirigeants avant de décider de son avenir sachant, néanmoins, qu’il est en fin de contrat. En outre, le MOB n’est qu’à sa seconde saison parmi l'élite, et n’étaient les quelques faux pas à domicile, il aurait pu rafler facilement le dou- blé cette saison. En effet, la jeune équipe du MO Béjaïa entre dans l’histoire grâce à un remar- quable parcours ponctué par le trophée de la Coupe d’Algérie et une deuxième place au clas-

sement général de cette Ligue 1 Mobilis. Une

position qui permettra aux Crabes de prendre part l’an prochain à la prestigieuse édition de la Ligue des champions africaine. Une récompense méritée pour un club qui a su construire sa réussite dans la sérénité. Et la der- nière victoire engrangée extra-muros face à l’USMBA a été la cerise sur la gâteau pour la bande à Amrani et pour toute la famille des Vert et Noir de la Soummam. Au sortir de ce mat- ch, le driver des Béjaouis dira notamment : “On s’attendait à la difficulté face à cette équipe de Bel-Abbès. Elle nous a causé beaucoup de sou- cis en première période. En deuxième période, on a pu revenir plus forts, j’ai dit à mes joueurs qu’ils devaient continuer à produire leur jeu ha- bituel, et on a pu s’imposer. Je crois que cette

deuxième place est amplement méritée. Pour mon avenir, je ne vais pas me prononcer pour l’instant, je veux d’abord savourer notre exploit.” Et d’ajouter : “La manière importait peu pour nous. C’est une victoire qui nous a permis sur- tout de garder notre statut et, du coup, cela va nous permettre aussi de participer à la LDC, la saison prochaine. Après la Coupe, revoilà le MOB qui se classe deuxième. Je pense qu’on a battu tous les records cette année. On a réalisé une sai- son exemplaire à tous les niveaux.” À présent, après avoir savouré leur succès et leur exploit, les responsables du MOB auront la dure tâche de garder certains cadres de l’équipe et l’entraîneur, Abdelkader Amrani.

A. HAMMOUCHE

avaient une saison chargée, à l’image de Sofiane Feghouli, Taïder et Bentaleb, attendus pour la seconde phase du stage. Par ailleurs, Medjani sera absent pour cette se- maine, laissé à la disposition de son club, Trab- zonspor, vu que le championnat turc n’est pas encore terminé. Outre son match face aux Seychelles, prévu le 13 juin prochain, la sélection nationale dis- putera ses deux autres rencontres des élimi- natoires de la CAN-2017 face à l’Éthiopie et au Lesotho.

AHMED IFTICEN

EN

Zemmamouche annonce sa retraite internationale

Le gardien de but de l’USM Alger, Mohamed-Lamine Zemmamouche, a annoncé avoir pris la décision de mettre fin à sa carrière internationale, ajoutant qu'il a demandé à l’entraîneur national, Christian Gourcuff, de ne plus le convoquer chez les Verts. “J’ai pris la décision de prendre ma retraite internationale, une décision que j'ai déjà transmise au sélectionneur national d'où ma non-convocation pour le prochain match face à l'équipe des Seychelles”, a-t-il déclaré à l'APS. Ayant joué dans toutes les sélections nationales des catégories jeunes, le portier de 30 ans n’a plus été convoqué en équipe d'Algérie depuis le stage ayant précédé la Coupe d'Afrique des nations (CAN-2015) qui s’est déroulée en début d'année en Guinée équatoriale. Il avait quitté ses coéquipiers peu avant leur départ vers Malabo en raison d'une blessure. Interrogé sur les raisons l’ayant poussé à prendre sa décision alors qu'il a encore de belles années devant lui sur les terrains de football, Zemmamouche n'a pas voulu trop s'étaler, se contentant de dire qu'il s'agit de “motifs personnels”. Par ailleurs, et à propos de son avenir avec l'USMA, où son contrat vient d’expirer, le dernier rempart des Rouge et Noir a affirmé n’avoir toujours pas trouvé un terrain d’entente avec la direction de son équipe pour rempiler. Mais cela ne l’empêche pas, selon ses dires, d’accorder la priorité aux Usmistes, avec lesquels il souhaite rester surtout qu'ils seront appelés à disputer la phase de poules de la Ligue des champions d'Afrique dès la fin de juin prochain. “Une chose est sûre, tout sera tiré au clair dans les prochaines 48 heures. Si d'ici à là aucun accord n’est trouvé avec le président de l’USMA, je serai contraint de voir ailleurs, et je peux assurer que les offres ne manquent pas”, a-t-il conclu.

20

Publicité

Dimanche 31 mai 2015

LIBERTE

Importateur vend

lot de casquettes publicitaires

à un prix imbattable. Contact :

0556 83 09 60

0523

PPEETTIITTEESS

AANNNNOONNCCEESS

Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : Lotissement Ezzitoune n°15 - Oued Romane, El Achour, Alger - Tél. : 021 30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr

Loue à Béjaïa pour société

immeuble R+4

très bien fini, toutes commodités, surface bureaux 1050 m 2 , parking 500 m 2 , prix après visite

Contact : 0778 61 85 62

F.1332

OFFRES DEMPLOI

————————————— Groupe RH Assurances nous recherchons 10 vendeurs sédentaires (par téléphone) H/F CDI. Les évolutions

seront rapides et en interne au sein de ce groupe (manager

des ventes, chargés de qualités

back office, gestion porte- feuille, formateur) vous

conseillez, proposez et vendez

par téléphone les produits de

notre gamme. Vous avez une bonne capacité d’écoute, vous êtes dynamique

et vous avez le goût de la vente et du résultat. Envoyez votre

CV à l’adresse suivante : elia-

sante@hotmail.fr ABR43232 —————————————

Société internationale recrute téléconseillères parfaitement francophones à Tizi Ouzou- Ville, excellente formation et

très bonne rémunération avec

possibilité d’évolution rapide. Oostuler à l’adresse suivante :

eliasante.france@gmail.com -

ABR43271

————————————— ETS privé à Béjaïa recrute :

BTS en cuisine, chef de cuisi-

ne, maître d’hôtel, chef de

réception, chef pâtissier “H ou

F” âgés de 40 ans et plus, assis- tante de direction par voie Anem master en gestion, réceptionniste “F” diplôme dans la filière. Envoyez CV au

fax suivant : 034 11 44 11,

habitant à Béjaïa ou environs

pour tous les postes. BJ/BR n°014954 ————————————— IVAL-Tizi Ouzou sis DBK recrute vendeur pièces de rechange ayant connaissances dans le domaine. Tél. : 0561 65 90 22 - TO BR18008 ————————————— Société cosmétique recrute JF déléguées commerciales à

Tizi Ouzou.

Tél. : 0552 57 01 46 - T.OBR18003 ————————————— Labo dentaire à Alger recrute

JH, JF pour travaux de pro-

thèses.

Tél. : 0542 76.04.18 - BR14037 ————————————— Société privée à Tizi Ouzou recrute une comptable femme expérience une année maîtri-

sant PC Compta.

Tél. : 0770 955 900 - 026

11.95.00 - T.OBR18007

————————————— Dans le cadre de ses nouveaux

projets, une entreprise de cate-

ring recrute 1 intendant, 1 chef

de cuisine expérience exigée, 2 cuisiniers exp. exigée, 3 ser- veurs. Envoyer CV + photo contactcateringrh@gmail.com Tél. : 0560 75 74 76 - XMT ————————————— Sté recrute ingénieur automa- tismes profil commercial. Envoyer CV/photo à jobdz2015@gmail.com - XMT

————————————— Laboratoire dermocosmé- tique recrute pour les régions Centre, Est, Ouest des délé- gués médicaux basés à Alger, Sétif, Constantine, Annaba, Tizi Ouzou, Béjaïa, Oran, Tlemcen.

Conditions requises : être titu- laire d’un diplôme d’universi-

té, possédant véhicule, être

libre de tout engagement, maîtrisant la langue française. Les candidats intéressés devront envoyer un CV et une lettre de motivation à l’adresse email suivante :

y.beloucif@bestcleangroup-dz.com

- Comega

————————————— Cherche chef de cuisine gas- tronomie à Bordj El Kiffane. Tél. : 0550 41.17.21 - XMT ————————————— Ste à Kouba cherche déléguées commerciales femmes travail à mi-temps pourcentage plus salaire. Tél. : 0557 51 75 80 - ALP ————————————— Restaurant étranger à Chéraga à côté de la maison Ford

recrute dans l’immédiat :

serveurs, plongeur, aide-cuisi- nier. Pour toute personne intéressée contacter le 0560 99.64.97 -

Comega

————————————— Ent. bâtiment cherche sous- traitants gros œuvres, maçon-

nerie. Nous contacter au 0555

04.07.15 - Comega

—————————————

Ent. bâtiment cherche trans- porteurs pour le chargement des matériaux S/R+6x4. Nous contacter au 0555

04.07.15 - Comega

COURS

ET LEÇONS

————————————— IMA forme en vidéosur-

veillance, électricité bâtiment, maint. (électronique, micros, photocopieurs, smartphones, tablettes), réseaux, routeurs, prise de vue, montage, info- graphie, site web, Autocad, 3 DSMAX, JAVA, C#, Delphi et bureautique. Tél : 0551 95.90.00 - 023

51.07.20 - F1320

————————————— Ecole Royal School langues à Bab Ezzouar cours intensifs durant les vacances : français, anglais (en présence ou par correspondance), arabe, espa- gnol, allemand, italien, chi- nois, turc, russe, tamazight, langue des signes et toutes les spécialités en informatique. Tél. : 0797 62 76 77 0555 02 91 90 - 0664 42 83 42 www.royalschool.dz - F.1217

————————————— Ecole Royal School à Bab Ezzouar : dans le HSE en

intensif du 9 août au 17 sep- tembre 2015, en électricité solaire du 23 août au 3 sep- tembre avec hébergement. Tél. : 0773 53 11 56 0560 91 22 79 www.royalschool.dz - F.1217 ————————————— Hassan El Wazan école privée agréée à Dély Ibrahim, ins- criptions ouvertes en présco- laire primaire, collège. Tél. : 023 30.71.68 - 0554

06.78.97 - ALP

DIVERSES

OCCASIONS

————————————— Vends unité centrale de clima- tisation de marque “Frimair” 125000 BTU + chaîne de fabrication de lavettes métal- liques + tour mécanique 1 m entre pointe. Tél : 0555 00.72.15 - 0555

00.72.16 - T.OBR18004

————————————— Vends massicot Shneïder

ouverture 104, presse offset Heidelberg 1C format 46/36cm, très bon état. Tél. : 026 74.55.10 - 0795

13.47.20 - F1330

————————————— Loue camion frigo avec chauf- feur CU 3,5T. Tél. : 0770 90 44 52 - XMT

————————————— ETP loue bull D8K, niveleuse, 120 G, pelle hydr. avec brise- roche. Tél : 0559 31 52 36 Epcom

AVIS DIVERS

————————————— Réparation TV + Plasma à domicile 7/7j Lyes Sonacat. Tél. : 0561 27 11 30 - BR14011 ————————————— Etude réalisation ascenseur, monte-charge, monte-plat, monte-malade, escalator. Tél. : 0661 55 14 27 0550 49 64 99 Email :

sraal_elevator@yahoo.fr ALP —————————————

Inst. rép. réfrigérateur, congé- lateur, frigo présentoir, machine à laver, climatiseur, refroidisseur, chambre froide. Tél. : 0660 82.01.76 - 021

86.20.79 - F1325

APPARTEMENTS

————————————— Promo. immo. vend F3, F4 Hamadi, apport 10 % et possi-

bilité crédit bancaire. Tél. :

0553 65 88 92 - 0795 16 53 98

- 0665 45 85 37 XMT

TERRAINS

————————————— Vends des lots de terrains à El Afroun, w. 09 en face univer-

sité, acte, livret foncier, certifi- cat d’urbanisme R+4 13 000 DA/m2. Tél. : 0771 61 52 07 -

0559 24 72 36 - 024 48 58 -93

- 0558 18 69 27 BR4895

————————————— Agence Abdelaziz vd 700 m2

avec acte et livret foncier à

Souachette, Rouiba. Tél. : 024 84.42.86 - 0661

65.09.46 - ABZ

————————————— Vends terrain 8000 m2 zone industrielle Ouled Moussa. Tél. : 0556 69 88 30 - ALP ————————————— Particulier vend un terrain plat de 1009m2 à Sebala, Draria dans 1 impasse site résidentiel avec toutes les pièces juridiques. Tél. : 0770 25 68 04 - ALP

LOCAUX

————————————— Vends local à Birkhadem 40 m2 non comm. p./dépôt, acte, 330u nég. Tél. : 0556 05 01 28

BR14010

LOCATION

—————————————

Société privée loue hangar

1700 m2 à Zone industrielle

Oued Smar + 2 bureaux sécu- risés + parking. Tél. : 0552 53 07 03 BR14020 —————————————

A louer local 45 m2 à Dély Ibrahim en bord de route Djenane Achabou 3 vitrines 70 000 DA fixe. Tél. : 0550 08.73.29 Omar -

BR14025

————————————— Loue F4 Alger-Centre 3e étage refait à neuf, cuisine équipée. Tél. : 0669 10 58 62 -ABR43269 ————————————— Loue 2 appartements de 80m2 situés Eucalyptus-Chérarba (grand axe) conviendraient pour cabinet médical, condi- tions favorables et secteur potentiel. Tél. : 0794 58 50 54 - BR14027 ————————————— Loue 3 hangars, 1000 m2 + bureau 1000 m2 + bureau 250m2 zone industrielle Tata Athmane, Tizi Ouzou. Tél. : 0550 32.90.62 - 0661

66.16.48 - TOBR18002

VILLAS

—————————————

Part. met en vente une villa de 195 m2 sur 610 m2 au centre

de Khraïcia.

Tél. : 0549 68 76 54 ALP ————————————— Vends villa R+2 à Zéralda, 328 m2 bâtis 148 m2 + jardin, résidence clôturée, calme, gar- dée, axe rocade, prix 3,4 uni- tés négociable. Tél. : 0552 82 04 88 XMT

PROSPECTION

————————————— Cherche location et vente appartement toutes superfi-

cies. Tél. : 0771 77.55.16 Alger

et environs. - Acom

PERDU - TROUVE

————————————— Perdu cachet portant men- tions : SNAL-DJ Azaa, Aris et Cie Azeffoune-centre, w. Tizi Ouzou RC n°15/00-

0046992/B.08.

Décline toute responsabilité.

T.O BR18005

—————————————

Perdu cachet rond et registre du commerce de EURL Talent Algerian Select depuis le 11/12/5014. Nous déclinons toute responsabilité quant à tout usage frauduleux et sans autorisation de la gérante Mme Cherfaoui. ABR4367

DEMANDES

DEMPLOI

—————————————

JF techn. en informatique exp.

3 ans comme secrétaire de

direction maîtrise très bien le français cherche emploi dans

le domaine ou autres même

agent commercial dans les environs Alger. Tél. : 0555 69 52 38 ————————————— JH 25 ans habite à El Biar titu- laire d’un master 2 en droit + CAPA cherche emploi dans le domaine ou autre. Tél. : 0551 47 38 00 ————————————— JH sérieux avec exp. cherche emploi comme agent de sécu-

rité dans ste privée ou nle, étu- die toute proposition. Tél. : 0782 17 64 77 ————————————— JH cherche emploi comme agent ou chauffeur, libre de suite. Tél. : 0772 65.44.19 - 0550 39.30.64 ————————————— JH titulaire permis de condui- re avec exp. cherche emploi comme chauffeur. Tél. : 0660 42 46 78 —————————————

H en cours de retraite présen-

table ayant un savoir-faire dans comptabilité finance stocks paie RH audit, cherche emploi même consultant. Tél. : 0555 96 82 31 ————————————— JH 29 ans cherche emploi comme chauffeur.

Tél : 0552 75 76 41 ————————————— JH gestionnaire des stocks diplôme DEUA en infoma- tique de gestion ayant 4 ans d’exp. cherche emploi à Hassi Messoud résid. Alger. Tél. : 0665 28 08 60 ————————————— TS superviseur travaux GC 35 ans d’exp. cherche emploi dans domaine. Tél. : 0550 69 15 10 —————————————

Homme marié cherche emploi

comme chauffeur poids léger

—————————————

dans une société privée ou éta- tique à Alger et ses environs. 22 ans d’expérience dans le domaine des transports des personnes.Tél. 0775 32 36 71

H

52 ans marié avec enfant,

expérience de 7 ans comme chef de parc et 20 ans comme responsable de la sécurité

cherche emploi dans le domai-

—————————————

ne

de la sécurité.

Homme marié, 48 ans, maga- sinier facturier, vendeur en pièces autos plus de 15 ans

Tél. : 0550 05 23 38 ————————————— Homme conducteur des tra- vaux plusieurs années d’expé- rience cherche emploi dans le domaine. Tél. : 0658 29 49 90 —————————————

d’exp. dans le domaine cherche emploi.Tél. : 0793 39 55 27

—————————————

Homme cadre comptable plus

de

20 ans d’exp. PC compta,

Ingénieur en génie civil maî-

CNAS, déc. fiscale, PC Paie, cherche emploi. Tél. : 0552 56 43 94

trise l’outil informatique, 7 ans d’expérience comme ingénieur

de

site cherche emploi.

—————————————

Tél. : 0554 68 08 64 ————————————— Ingénieur en bâtiment 7 ans

d’expérience comme ingénieur

Conducteur de travaux bâti-

ment TCE génie civil, VRD niveau ingénieur, 40 ans d’ex- périence, cherche emploi ou sous-traitance, maçonnerie, assistance technique, métrés,

suivi de chantiers, jusqu’à 100

de

suivi, maîtrise l’outil infor-

matique, cherche emploi. Tél. : 0552 37 55 77 —————————————

km

de rayon ouest d’Alger.

JF

titulaire d’une licence + TS

Tél. : 0662 91 23 37

en

comptabilité et finance,

—————————————

maîtrise nouveau système

H

50 ans père de famille

IAS/ IFRS + logiciel PC

cherche emploi en qualité de

Compta et Pc Paie, 2 ans d’ex- périence dans le domaine de la comptabilité cherche emploi,

chauffeur ou autre dans entre- prise nationale ou privée.

Tél

: 0551 46 19 01

non sérieux s’abstenir.

—————————————

Tél. : 0560 62 87 97

H

comptable, longue expé-

—————————————

rience en comptabilité finance, paie, stock, résidant à Rouiba cherche emploi. Tél. : 0797 97 99 35

JH

opérateur machine indus-

trie presse moule soufflage

inject. exp. 10 ans connaissan-

dessin industiel Autocad, CAO, DAO, libre de suite, habitant Alger-Centre. Tél. : 0795 00 13 47 —————————————

ce

—————————————

JH

TS montage vidéo, prise de

vues, maîtrise Final Cut,

Adobe Premiere, Edius Pro, cherche emploi dans chaîne

H

retraité 56 ans cherche

TV. Tél. : 0777 12 70 66

emploi coursier, gardien diffé-

—————————————

rentes tâches entretien sérieux, calme instruit, parlant très bien français, habite Alger- Centre accepte hébergement. Tél. : 0553 15 18 56 ————————————— Homme sérieux retraité, père

Cuisinière professionnelle 14 ans d’exp. cherche emploi à

Alger particulier, traiteur, autre. Tél. : 0555 65 78 68

—————————————

Homme marié cherche emploi comme chauffeur poids léger dans une sté privée ou éta-

de

famille cherche activité

chauffeur permis conduire B,

tique, 22 ans d’expérience dans le domaine, Alger ou environs. Tél. : 0775 32 36 71

C,

D, longue expérience, ou

gardiennage, agent sécurité,

sachant lire et écrire le fran-

—————————————

çais, apte aux déplacements.

JH

26 ans célibataire architec-

Tél. : 0557 64 78 35

te

+ dessinateur, ayant déjà

—————————————

exercé dans des bureaux d’études, cherche emploi

répondant au profil, étudie toute proposition. Tél. : 0552 13 46 44.

JH

architecte, marié, 8 ans exp.

suivi chantier, mur rideau maîtrise Autocad, Excel, Word, cherche emploi. Tél. : 0777 79 29 27 ————————————— JH 38 ans cherche emploi comme chauffeur avec sa voi- ture. Tél. : 0550 45 82 26 ————————————— Homme 53 ans cherche emploi dans une entreprise étatique ou privée en qualité

chauffeur ou agent de sécurité. Tél. : 0792 17 77 06 —————————————

—————————————

Jeune homme 24 ans, habitant à Sidi Moussa, Alger, respon- sable et très sérieux ayant niveau 2e année lycée, cherche emploi dans les environs comme gardien de nuit (agent

de sécurité). Tél. : 070 63 80 52 - 0552 19 72 45

—————————————

Jeune homme 31 ans habitant

Eucalyptus, Alger, responsable

et

très sérieux, ayant 3 ans

Homme 55 ans cherche emploi en qualité de chauffeur

d’expérience comme gardien

de

nuit (agent de sécurité),

ou

agent de sécurité.

cherche emploi dans les envi- rons. Tél. : 0798 39 13 97

Tél. : 0555 89 86 85 —————————————

 

Pensée

 
  Pensée  

Déjà neuf ans depuis cette journée cauchemar-

desque du 31/05/2006, quand notre

chère mère

MME VVE ALI BELKACEM NEE BENSAADI SADIA

nous a brutalement quittés sans même nous dire adieu. Notre chagrin est toujours immen- se. Même si tu es absente physiquement, ta présence est sans cesse dans nos pensées et

nos cœurs. Tu fus et resteras pour grande dame pleine de courage, de

nous une

générosité,

de savoir-vivre et d’humour. Tu es partie pour un monde meilleur et tu nous as laissés orphelins. Ton souvenir restera à jamais gravé dans nos cœurs. Repose en paix, chère mère. Nous ne cesserons jamais de t’aimer. Tes enfants

 

G

gravé dans nos cœurs. Repose en paix, chère mère. Nous ne cesserons jamais de t’aimer. Tes

LIBERTE

Dimanche 31 mai 2015

Publicité

21

DIRECTION DE DISTRIBUTION DE BELOUIZDAD AVIS DE COUPURE PROGRAMMÉE Interruption de la fourniture de l’énergie

DIRECTION DE DISTRIBUTION DE BELOUIZDAD

AVIS DE COUPURE PROGRAMMÉE

Interruption de la fourniture de l’énergie électrique pour travaux

La Direction de distribution de Belouizdad informe son aimable clientèle qu’une coupure de l’alimentation est programmée le 01/06/2015 de 09h00 à 16h30. Cette coupure concernera la commune d’El Magharia et touchera les quartiers sui- vants :

• 315 LOGEMENTS APC EL MAGHARIA

• OFARE 118 LOGEMENTS MAGHARIA

• 118 LOGEMENTS OFARES

Pour plus d’informations, la Direction de distribution met au service de son aimable clientèle les numéros suivants :

021 67 24 52 / 021 67 91 62 / 021 68 55 00 / 021 67 59 77 à 80

ANEP n°326 741 Liberté du 31/05/2015

Pensée

Cela fait six ans le 31-05-2009, que le destin nous a sépa- rés de toi

BOUREZANE

ABDERRAHMANE

destin nous a sépa- rés de toi B OUREZANE A BDERRAHMANE à l’âge de 75 ans.

à l’âge de 75 ans. En ce triste souvenir, ta femme, tes enfants et tes petits-enfants prient tous ceux qui t’ont connu et aimé d’avoir une pieuse pensée en ta mémoire. Le vide que tu as laissé dans notre vie et nos cœurs n’a d’égal que l’amour qu’on te porte. Puisse Dieu t’accueillir en Son Vaste Paradis. A Dieu nos appartenons et à Lui nous retournons. Repose en paix, papa.

0523

Hommage

A la plus formidable des mères

BASALAH ZOHRA-LOUISA NÉE LATOUI

rappelée à Dieu le vendredi 31-05-2013. Ode pour une âme en fleurs Tu étais si belle, maman, en ce doux vendredi matin. La beauté d’une perle rare qui luit dans son écrin. Belles étaient aussi nos vies, bercées par ta tendresse. Ton parfum de rose nous transportait jusqu’à l’ivresse. Soudain, d’un coup, le cataclysme :

Ouragan ! Cyclone ! Déluge ! Séisme ! Hélas ! En cette horrible et funeste soirée du 31 mai, le monde vacilla et le sol se déroba sous nos pieds. Eh oui ! Tout bonheur d’ici-bas n’est qu’éphémère. Seule, la face Noble et Majestueuse de Dieu demeure. Nous tâcherons de rester bien dignes et très fiers… De celle qui vaut tout l’or de l’univers. Tes enfants

BR43255

Pensée

Cela fait une année, jour pour jour, que notre cher père, mari, grand-père et beau-père le moudjahid

cher père, mari, grand-père et beau-père le moudjahid I ADADEN A H M E D nous

IADADEN AHMED

nous a quittés à jamais. Ton absence est si fortement ressentie. Tu as laissé un grand vide dans notre foyer que nul ne pourra combler. Nous prions tous ceux qui t’ont connu d’avoir une pieuse pensée pour toi. Repose en paix. Tu resteras toujours vivant dans nos cœurs.

TO/BR8991

Pensée