Vous êtes sur la page 1sur 3

Calcul de la réponse impulsionnelle du système émetteur/récepteur de

FBMC :

Considérons une chaîne FBMC simple en SISO sans canal tel qu’elle est montrée sur la
figure1. A la sortie du banc de filtre de synthèse (SFB) le signal s(t) s’écrit comme suit [1]:
M −1
s (t ) = ∑ ∑ am ,n .h(t − nτ ).e − jπ mn e j 2π mFt (1)
n m =0

Avec am ,n la donnée (imaginaire ou réelle) à transmettre sur la sous-porteuse d’indice m et à


l’instant n.τ , M est le nombre total des sous-porteuses, τ = T / 2 = 1/ 2F avec T et F sont
respectivement la période et l’espacement fréquentiel entre les porteuses, et h (t ) est la réponse
implulsionnelle du filtre prototype. L’équation (1) peut être réécrite sous la forme suivante :
M −1
s (t ) = ∑ ∑ am ,n .hm , n (t )
n m =0

où les hm ,n (t ) sont les versions décalées de h(t ) en temps et en fréquence.

a 0,n y 0,n
a1,n y1,n

. s (t ) .
. SFB AFB .
. .
. .

a M −1, n y M −1, n

Figure 1

Intéressons-nous maintenant à la démodulation, à la sortie du banc de filtre d’analyse (AFB)


le symbole démodulé à l’instant n 'τ et sur la sous-porteuse d’indice m ' est [2]:

ym ',n ' = ∫ s(t ).h
*
m ', n ' (t )dt
−∞
+∞

∫ s(t ).h(t − n 'τ ).e


jπ m ' n ' − j 2π m ' Ft
= e dt
−∞
En remplaçant s (t ) par sa formule désignée dans l’équation (1) , on obtiendra l’équation
suivante :
M −1 +∞
ym ',n ' = ∑ ∑ am ,n e jπ ( m ' n '− mn ) ∫ h(t − nτ ).h(t − n 'τ ).e j 2π ( m − m ') Ft dt
n m =0 −∞

En faisant un changement de variable t ' = t − nτ , cette dernière équation deviendrait :

M −1 +∞
ym ',n ' = ∑ ∑ am ,n e jπ ( m ' n '− mn ) e jπ ( m − m ') n ∫ h(t ).h(t − (n '− n)τ ).e
j 2π ( m − m ') Ft
dt
n m =0 −∞
M −1 +∞
y m ', n ' = ∑∑a m =0
m ,n e jπ m '( n ' − n ) ∫ h ( t ).h ( t − ( n ' − n )τ ).e j 2 π ( m − m ') F t dt
n −∞

Supposons maintenant qu’une impulsion est envoyée sur la position temps-fréquence m0 , n0


et am ,n = 0 pour (m, n) ≠ (m0 , n0 ) , on aura la réponse impulsionnelle du système :

+∞

∫ h ( t ).h ( t − ( n ' − n
j π m '( n ' − n 0 ) j 2 π ( m 0 − m ') F t
y m ', n ' = a m 0 , n 0 e 0
)τ ).e dt (2)
−∞

Calcul des coefficients de la réponse impulsionnelle :


Supposons qu’une impulsion réelle d’amplitude 1 est appliquée à l’entrée du filtre de
synthèse et que l’on observe les échantillons à la sortie du filtre d’analyse à la position temps-
fréquence (m0 , n0 ) , on retrouve des termes d’interférences sur les positions voisines qui sont
les coefficients de la réponse impulsionnelle dans le domaine temps-fréquence. Nous nous
intéresserons ici au calcul de ces coefficients qui seront déduits aisément à partir de
l’équation(2). Soit clk le coefficient à la position (m0 + l , n0 + k ) , nous calculerons ici
seulement les coefficients adjacents au point central que l’on appelle la première couronne.

c−1,−1 c−1,0 c−1,1

c0,−1 c00 c0,1

c1,−1 c1,0 c1,1

L’écriture analytique générale des coefficients est obtenue à partir de (2) en remplaçant
(m ', n ') par (m0 + l , n0 + k ) , on aura donc:
cl ,k = ym0 + l , n0 + k
+∞
jπ ( m 0 + l ) k
c l ,k = e ∫ h ( t ) . h ( t − k τ ) .e − j 2 π lF t
dt (3)
−∞
+∞ +∞ +∞
c−1,−1 = −e− jπ m0 ∫ h(t).h(t + τ ).e dt
j 2π Ft
h(t ) 2 .e j 2π Ft dt jπ m0

−∞
c−1,0 = ∫
−∞
c−1,1 = −e ∫ h(t ).h(t −τ ).e
j 2π Ft
dt
−∞
+∞ +∞ +∞
− jπ m 0
c0, −1 = e ∫ h (t ).h (t + τ ).dt c 0 ,0 = ∫ h (t )
2
.dt c 0 ,1 = e jπ m 0 ∫ h ( t ).h ( t − τ ).dt
−∞ −∞ −∞
+∞ +∞ +∞
c1,−1 = −e− jπ m0 ∫ h(t ).h(t +τ ).e dt c1,0 =
− j 2π Ft
∫ h (t )
2
.e − j 2 π F t dt c1,1 = −e jπ m0 ∫ h(t ).h(t − τ ).e
− j 2π Ft
dt
−∞ −∞ −∞

Si on prend par exemple h(t ) comme la réponse impulsionnelle du filtre prototype de IOTA,
on a :

 +∞
 ∫ h (t ) 2 d t = 1
 −∞
 +∞ +∞
j 2π Ft j 2π Ft
 ∫ h ( t ) 2 .e dt = ∫ h ( t ) 2 .e − d t = 0 .4 4 1 1
 −∞ −∞
 +∞ +∞

 ∫ h ( t ) h ( t + τ ). d t = ∫ h ( t ) h ( t − τ ). d t = 0 .4 4 1 1
 −∞ −∞
 +∞ +∞
 ∫ h ( t ) h ( t + τ ).e j 2π Ft
dt = ∫ h ( t ) h ( t − τ ).e − j 2π Ft
d t = − 0 .2 2 8 1 j
 −∞ −∞
 +∞ +∞
 h ( t ) h ( t + τ ).e − j 2π Ft
h ( t ) h ( t − τ ) .e j 2π Ft
 ∫ ∫
dt = d t = 0 .2 2 8 1 j
 −∞ −∞

D’où on déduit le tableau suivant :

0.2281 j.(−1)m0 0.4411 - 0.2281 j.(−1)m0


0.4411.(−1) m0 1 0.4411.(−1) m0
- 0.2281 j.(−1)m0 0.4411 0.2281 j.(−1)m0

D’après la table ci-dessus, on déduit finalement que les coefficients de la réponse


impulsionnelle de système (émetteur/récepteur) du banc de filtres changent de signe selon la
parité de l’indice de la sous-porteuse m0 , et on remarque que ce changement ne concerne que
les colonnes –1 et 1. En fait, a partir de l’équation (3) on peut déduire que seule les colonnes
d’indice k impair sont concernées par ce changement de signe.

Références :
[1] «Data-aided synchronization and initialization (single antenna) » PHYDYAS Delivrable D2.1
July 22, 2008.

[2] «Application de la théorie des bancs de filtres à l’analyse et à la conception de modulations multi-porteuses
orthogonales et biorthogonales » Cyrille Siclet