Vous êtes sur la page 1sur 2

Il y a énormément à dire sur ce dossier

C’est un dossier complexe où les énormes enjeux économiques et sociaux ne
favorisent pas une reconnaissance rapide du risque. En cela, ce dossier a des
airs de déjà-vu et nous rappelle l’histoire tragique de l’amiante, du tabac et de
l’essence au plomb. L'amiante, par exemple, a cessé d'être couverte par les
assurances américaines dès 1913 ! Pour information, les risques liés aux ondes
du sans fil ont cessé d'être couverts par les compagnies de réassurance depuis
2003 dans le monde entier ! Cela paraît incroyable, mais c’est bien la réalité.
Nous vous invitons à consulter le site de notre collectif, si vous voulez
 connaître plus de détails sur ce scandale sanitaire qui se profile
 avoir des pistes pour agir
 soutenir notre action (petition et inscription)
à l’adresse suivante: http://ecole-numerique-sans-wifi.blogspot.fr

Quelques citations en guise de conclusion
L’avis du Conseil de l’Europe de 2011
“Attendre des hauts niveaux de preuves scientifiques et cliniques
avant d’agir pour prévenir des risques bien connus
peut entraîner des coûts très élevés en terme de santé et d’économie,
comme ce fut le cas avec l’amiante, l’essence au plomb et le tabac.”
L’Assemblée Européenne
“L’Assemblée constate que le problème des champs ou ondes électromagnétiques et leur
conséquences potentielles sur la santé présente des parallèles évidents avec d’autres
problèmes actuels comme la mise sur le marché de médicaments, de substances chimiques,
de pesticides, de métaux lourds ou d’OGM. Pour cette raison, elle souligne que
l’indépendance et de la crédibilité de l’expertise scientifique est cruciale pour arriver à une
évaluation transparente et équilibrée des impacts négatifs potentiels sur l’environnement et
la santé humaine.”

Contact
Vous pouvez nous contacter à l’adresse mail suivante:
ENSOW

ecole.numerique.sans.wifi@gmail.com

Collectif parents-professeurs
Pour une école numérique sans
ondes Wifi et
sans risques pour la santé de nos
enfants.
(http://ecole-numerique-sans-wifi.blogspot.fr)

La situation
Dans le cadre du plan numérique pour l’éducation, il s’agit d’équiper tous les
élèves de collège et de lycée d’une tablette tactile au cours des prochaines
années.

Le risque
Alors que l’entrée de l’école dans l’ère du numérique est bien sûr une bonne
chose, la majorité des tablettes tactiles viennent avec un inconvénient majeur:
elles ne peuvent se connecter à internet que via une connexion sans fil WIFI.
L’installation de bornes WIFI dans tous les établissements sera donc
nécessaire. Ces bornes Wifi ne sont pas sans danger pour la santé, notamment
des enfants, en pleine croissance.

Les risques des ondes Wifi sont reconnus par la loi
Comme le stipule l’amendement n°163 à la loi sur la refondation de l’école de
la république: « Les enfants évoluent quotidiennement dans un bain
électromagnétique. [Dans ce bain] on trouve aussi ... les ondes rayonnées par
les technologies sans fil. Un nombre croissant d’experts s’accorde désormais
sur les dangers pour la santé induits par une exposition aux champs
électromagnétiques issus des technologies sans fils. [L’école numérique] doit
se mettre en place dans les établissements grâce à une infrastructure qui
favorise l’utilisation de connexions de données filaires. En effet, le principe
de précaution doit pousser l’État et les collectivités territoriales à protéger les
enfants ... de l’influence des ondes. »

La balance penche de plus en plus du côté de la nocivité
Ces dix dernières années, les voix scientifiques et médicales
qui s’élèvent contre les ondes des technologies sans fil sont
de plus en plus nombreuses et leurs messages de plus en
plus pressants. Les rapports Bioinitiative 2007 et 2012,
rédigés sous l’égide de la preuve, ont recensé plus de 3300
études scientifiques à comité de lecture qui confirment la
nocivité de ces ondes électromagnétiques à des niveaux bien inférieurs aux
réglementations. Les effets sur la santé humaine constatés sont entre autres :
 des effets sur l’expression des protéines et les protéines de stress
 dommages sur l’ADN (cassure de brins d’ADN)
 perturbations du fonctionnement du système immunitaire
 effets neurologiques et le comportement (troubles de l’attention, de
l’apprentissage et de la mémorisation, hyperactivité, céphalées, troubles
du sommeil, agressivité, fatigue chronique, dépression…)
Le 11 mai 2015, plus de 200 scientifiques de 39 pays ont lancé un appel aux Nations
Unies, à ses états membres et à l’OMS pour exprimer leurs vives inquiétudes quant à
l’exposition de plus en plus grande aux rayonnements des technologies sans fil:
« De nombreuses publications récentes montrent que les EMF affectent tous les
organismes vivants, et ce à des seuils bien inférieurs à ceux de la plupart des
recommandations nationales et internationales. Ces effets comprennent un risque
accru de cancer, un stress physiologique, une augmentation des radicaux libres, des
dégâts génétiques, des changements structuraux et fonctionnels du système
reproducteur, des déficiences de l’apprentissage et de la mémorisation, des désordres
neurologiques, et des impacts négatifs sur le bien-être général des individus. »

Il existe un consensus: protéger les enfants
En matière d’ondes Wifi et de santé, un sujet fait consensus chez tous les
acteurs : celui de la vulnérabilité des enfants. Leur système nerveux central
encore en formation, leur boîte crânienne moins protectrice, la plus petite
taille de leur cerveau, tous ces éléments se traduisent par une pénétration beaucoup
plus importante des rayonnements dans leur organisme que dans celui des adultes.
 La loi Abeille interdit le Wifi dans les crèches et oblige les écoles primaires à
désactiver la borne Wifi lorsqu’elle n’est pas utilisée.
 La loi n° 2010-788 sur l’engagement national pour l’environnement comporte une
section protectrice des enfants: “La distribution à titre onéreux ou gratuit d'objets
contenant un équipement radioélectrique dont l'usage est spécifiquement dédié
aux enfants de moins de six ans peut être interdite par arrêté du ministre chargé
de la santé, afin de limiter l'exposition excessive des enfants.”
 Dans la résolution 1815 du Conseil de l’Europe en 2011: “Il faut privilégier pour

les enfants en général et plus particulièrement dans les écoles et salles de classe
des systèmes d’accès à l’internet par connexion filaire (...) tout en mettant en
place des campagnes d’information aux risques d’effets biologiques
potentiellement nocifs à long terme pour la santé humaine, en particulier à
destination des enfants, des adolescents et des jeunes en âge de procréer..”

Petit calcul d’impact sanitaire sur un collégien
Si on lit attentivement l’étude Interphone, on constate un risque accru de 40% de
développer un cancer du cerveau après 1640h d’exposition sur 10 ans. Ceci est
cohérent avec les statistiques en Suède et au Danemark (augmentation de 40% des
cancers du cerveau chez les enfants). Un enfant dans un collège qui utilise le Wifi sera
exposé à 3920h de rayonnement Wifi en seulement 4 ans !

Une solution sûre et plus rapide existe
Il faut bien sûr développer le numérique à l’école, et notre collectif
ne s’engage pour la pédagogie qui met en œuvre les outils numériques, mais “numérique” et “sans fil” sont deux choses
différentes
!
Il existe une alternative filaire qui offre plusieurs avantages au Wifi :
une connexion bien plus stable, bien plus rapide, plus difficilement piratable et sans
aucun danger pour la santé.
Nous demandons le respect du principe de précaution
Vu la situation actuelle, nous voulons faire valoir le principe de
précaution entériné dans la constitution en 2004 :
« Article 5 : Lorsque la réalisation d'un dommage, bien
qu'incertaine en l'état des connaissances scientifiques, pourrait
affecter de manière grave et irréversible l'environnement, les autorités
publiques veillent, par application du principe de précaution à la mise en œuvre de
procédures d'évaluation des risques et à l'adoption de mesures provisoires et
proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage.
En l’état actuel des connaissances, la nocivité à court et à long terme des ondes Wifi a
été démontrée dans un nombre toujours grandissant d’études. Faisons alors comme en
Angleterre, en Autriche et en Allemagne où beaucoup d’établissements scolaires
interdisent le Wifi. Refusons nous aussi l’installation de bornes Wifi à l’école et:

Protégeons nos enfants !

Centres d'intérêt liés