Vous êtes sur la page 1sur 4

Chapitre 2 : Les recompositions du mouvement syndical

Le syndicalisme est un rouage essentiel de la vie économique et sociale moderne. Paradoxalement,


le syndicalisme reste souvent méconnu ou mal connu. Dans le sens commun, on lui donne un rôle
d'agitateurs vains. En revanche on oublie de souligner leur utilité économique et leur rôle social.
A l'origine un syndicat est une coalition ou un petit groupe de salariés d'un même métier qui lutte
pour obtenir de meilleurs salaires mais aussi pour organiser la protection de ceux qui sont au
chômage, malades ou trop vieux pour travailler. Ces syndicats cherchent à établir un rapport de
force favorable pour les salariés face aux employeurs (rapport qui s'est inversé, au début favorable
aux travailleurs puis qui se déséquilibre à la fin du XXème). ***Confère un rôle des syndicats sur le
marché du travail. Sur le marché du travail, des déséquilibres se font sentir. Même en période de
croissance, les salaires progressent de façon inégales. Les syndicats veillent à ce qu'il y ait une
certaine harmonie. Ce rôle important des syndicats est d'autant plus important aujoud'hui car ils
négocient aux négociations collectives. Les résultats de la négociation collective servent souvent de
référence au-delà des seuls signataires. La loi française prévoit en effet que les conventions peuvent
être étendues par l'administration. Un des grands enjeux qui interpellent les syndicalistes, or les
salaires, sont les qualifications. Or les négociations de qualification ne sont pas posées de même
manière entre syndicats. Il y a 2 types de syndicalisme, les syndicalisme de métier et le
syndicalisme industriel.
Le syndicalisme de métier se bat pour définir un salaire minimal pour chaque métier et finalement il
vise avant tout à fermer l'entrée aux différents métiers. Ce syndicalisme concerne les ouvriers
qualifiés et les cadres, il est organisé autour de petites structures qui ne s'engagent pas en politique.
Ils peuvent s'associer à un parti politique mais il ne s'occupe que des problèmes politiques.
Le syndicalisme industriel est surtout présent en France et veut aider les ouvriers sans véritables
qualifications et a comme objectif de fixer un salaire dans le plus grand nombre d'entreprises pour
ne pas créer de concurrence entre eux. C'est le syndicalisme de grande confédérations comme la
CGT. Ces syndicats industriels fonctionnent par des contrats collectifs au niveau des branches. Ces
syndicats ont choisi à un moment ou à un autre de s'investir dans la lutte politique. Ils ont cherché à
compenser le faible niveau culturel de leurs représentants par un mouvement politique pour peser
sur les décisions. Ce modèle est aussi celui de l'Allemagne.

Aujoud'hui les syndicats jouent un rôle important sur le lieu de travail, mais aussi au niveau de la
société globale. Ils occupent des fonctions très diverses.
Ces syndicats siègent dans des organisations paritaires et gèrent toute un pan de la protection
sociale.
Ils fournissent la moitié des juges des prud'hommes et fournissent les membres des commissions de
recours gracieux de la Sécurité sociale (commission qui examine toutes les réclamations des
assurés).
Dans les conseils d'administration, ils siègent.

Le syndicalisme est mal connu à cause du policé du terme. Officiellement, un syndicat est une
association volontaire formée par plusieurs personnes, pour la défense d'un ou plusieurs intérêts
communs. Dans le langage courant, on s'est éloigné de cette définition et a réduit le terme de
syndicat où il fait uniquement référence aux syndicats de travailleurs.
En France, cette méconnaissance du syndicalisme (de travailleurs) vient d'un développement
difficile et tardif. La doctrine libéral héritée de 1789 dans laquelle il ne doit pas y avoir
d'intermédiaire, a freiné le développement des syndicats de travailleurs, elle les a interdits.
Les organisations syndicales sont très complexes et sont porteuses de discours et de programmes
d'actions obscures et difficiles à saisir.
Les membres des syndicats de travailleurs apparaissent comme décalés par rapport à la population
active salariée. Ces syndiqués sont avant tout des hommes qui travaillent dans le secteur public et
dont l'âge moyen ne cesse d'augmenter. Les femmes occupent 47% des emplois salariés mais
continuent à être particulièrement sous-représentées. Il y a de moins en moins d'ouvriers qui sont
syndiqués et beaucoup plus de cadres. Depuis 30 ans, le syndicalisme français est engagé dans un
déclin qui a transformé la France en désert syndical. Ce déclin est lié au faiblesse du syndicalisme
français et notamment 2 problèmes : ses divisions internes et sa politisation.

I – Retour sur l'histoire du syndicalisme

Le syndicalisme se développe à partir de 1884 et grâce à l'essor de la technique assurantielle.

1 – Une période d'unification : 1871 – 1917

1895 : Création de la Confédération Générale du Travail


1905 : Création de la SFIO
1906 : Signatire de la charte d'Amiens par la CGT

Dès 1914, la position de la Charte d'Amiens va être trahi et certains membres de la CGT vont
renouer des liens avec des partis de gauche, dont la SFIO.
Il y a 3 courants qui s'opposent : les anarchistes qui veulent une indépendances totales et pérennes
des syndicats par rapport aux partis politiques, les réformistes qui veulent une union des syndicats
avec les partis et les révolutionnaires qui changent de position au fil des années.

2 – Le temps de la séparation : 1917 – 1934

La Révolution russe est un élément perturbateur, avec des partisans et les autres. En 1920, la
séparation entre la SFIO et le Parti Communiste français lors du congrès de Tour accroit la
séparation. Une première scission a lieu en 1921, la CGT se sépare avec la CGT qui reste socialiste
et de l'autre la CGT-unifiée qui est communiste. En 1919, la CFTC est créée, ajoutant une
séparation religieuse en voulant appliquer la doctrine sociale de l'Eglise.

3 – Le temps de la réunification face au danger fasciste : 1934 - ...

Le 6 février 1934, les fascistes manifestent et les syndicats décident de manifester de façon
commune. Les accords Matignon de 1936 sont signés. En faisant front commun, les syndicats
réussissent à obternir des avancées, ce sont les premières négociations. Il y a une pacification des
syndicats en France, ils passent de la grève générale à l'articulation contestation-négociation. Il y a
déjà une double mission des syndicats avec :
– l'organisation de mobilisations, de revendications pour une amélioration immédiate des
conditions de travail
– l'organisation d'un syndicat est la base d'un acteur central d'un nouvel ordre économique et
social.

Tout au long du XXème siècle, le syndicalisme français a connu 2 paradoxes :


– il aspire à l'unité et pourtant ils sont de plus en plus divisés
– les syndicats très souvent ont été en phase avec les luttes sociales mais n'ont jamais
rassemblé de majorité (plus de 25% des travailleurs).

II – Le syndicalisme français est-il en crise ?

Les fonctions importantes des syndicats ont été définis pendant les 30 Glorieuses. Or ce modèle a
éclaté. Depuis les années 70, on observe une chute des effectifs syndicaux. Politiquement, on a
observé dans les années 70, un rapprochement entre syndicats et partis politiques. Or dans les
années 80, ces partis de gauche mettent en place des politiques de rigueur. C'est le tournant néo-
libéral qui touche tous les partis, surtout de gauche, il va remettre en cause les syndicats et leur
proximité avec les partis. Il y a un repositionnement des syndicats. Aujourd'hui la France est le pays
industrialisé où il y a le moins de syndiqués, et où leur nombre a le plus fortement baissé au dernier
quart du XXème siècle. A cette faiblesse numérique s'ajoute une faiblesse en terme de
représentation de la diversité. Il y a peu de femmes, pratiquement pas de jeunes et peu de
travailleurs du secteur privé. Depuis une quinzaine d'années, on observe un affaiblissement du
syndicalisme dans le monde entier et tout particulièrement en Europe. Le syndicalisme français a
connu un affaiblissement plus précoce et plus radical que les autres. La cause principale de cet
affaiblissement en France est un climat de guerre de tous contre tous qui caractérise les rapports
entre syndicats.

A – Le déclin syndical en Europe

1 – Voir Feuille, données chiffrées

2 – Symptômes et explications de la crise du syndicalisme en France

L'évolution des conflits du travail : depuis 1990, la moyenne des jours de grève par an est inférieur
à 500 000. Depuis une vingtaine d'années, d'importants conflits ont été portés par des coordinations.
Des coordinations éphémères pour certains conflits (infirmières, enseignants).
On perçoit l'affaiblissement des syndicats dans les relations quotidiennes du travail. Un tiers des
représentants du personnels sont élus sur des listes non-syndicales. Seulement 8% des salariés sont
officiellement adhérents à un syndicat (dans les années 50, c'est allé jusqu'à 40%).

Il y a 2 types d'explications :
– Bouleversements économiques : développement du chomage. Le chomage accroit la peur
d'être mal-vu si on se syndique. Il y a une baisse des revendications.
Il y a une tertiarisation des emplois qui va de pair avec la perte de concentration des
ouvriers. Il y a une plus grande flexibilité et précarité des emplois qui compliquent
l'engagement syndical.
– Une absence de culture syndicale en France : une attitude du « passager clandestin » est
beaucoup plus fréquente.

3 – Une crise qui prolonge des faiblesse historique

Le mouvement syndical n'a jamais eu France la force qu'il a dans d'autres pays européens (80% en
Suède). La Charte d'Amiens est une des raisons car elle pose le principe de l'indépendance des
syndicats par rapport aux partis. Ca a freiné de manière importante le syndicalisme.
De 1966 à 2008, la loi française dispensait 5 syndicats de prouver qu'ils représentaient assez de
salariés pour signer des accords. Cette spécificité française a créé un éparpillement des énergies
syndicales.
L'institutionnalisation des syndicats n'a pas permis de corriger ces faiblesses. Certes elle a donné
plus de pouvoirs aux représentants syndicaux mais elle a éloigné les militants syndiqués les plus
actifs des salariés de base. Cela a participé au déclin des syndicats.

4 – Présence institutionnelle dans les entreprise

Les 8% de syndicalisation posent problèmes et questionne la légitimité des syndicats. Cependant ce


chiffre s'est stabilisé. Ce taux global recouvre des situations différentes. Il y a encore moins de
salariés en CDD qui sont syndiqués. 2,4% des salariés en CDD et interim sont syndiqués, 6,5% des
salariés en CDI à temps partiel le sont, près de 10% des travailleurs en CDI le sont. Plus de la
moitié des syndiqués travaillent dans les fonctions publiques. Plus de 40% des salariés en France
déclare qu'un syndicat est présent sur le lieu de travail. 15% des cadres sont syndiqués contre 6%
des ouvriers. En France, plus de 90% des salariés sont couverts par une convention collective, c'est
une donnée élevée par rapport aux autres pays européens.

II – La recomposition du champ syndical

Les conflits internes au champ syndical français sont des éléments qui pèsent le plus.
Pendant les 30 Glorieuses, nous avions 5 confédérations reconnues représentatives (CGT, CFDT,
CFTC, CGC, FO). Se sont rajoutées de nouvelles structures à partir de 1981 : le G-10 puis
Solidaires. L'UNSA (l'Union nationale des syndicats autonomes, enseignants, agriculteurs,
cheminots) en 1993. La FSU en 1992. C'est la réorientation profonde de la CFDT qui a créé toute
ces scission. Elle est passée en 20 ans de la défense du socialisme autogestionnaire à une conception
totalement différente de son rôle comme intermédiaire dans la régulation du marché dans la
mondialisation, de la révolution au réformisme.
Ce repositionnement a eu pour conséquence 4 vagues de sortie de la CFDT :
– En 1988-89, la scission de Sud, SUD-Rail, SUD-Santé
– En 1995, le plan Juppé est soutenu par la CFDT, en réaction se forme SUD-Rail et SUD-
éducation.
– En 1998-2000, avec les 35 heures, 2 nouveaux SUD émergent et des adhérents partent de la
CFDT.
– En 2003, avec le nouveau conflit sur les retraites
En parallèle, il faut ajouter l'éclatement du syndicalisme enseignant. Tout au long des années 90, la
FEM éclate et 2 organisations supplémentaires : la FSU et l'UNSA. La FSU est plus revendicatrice
et l'UNSA est réformiste.
Ce repositionnement a un effet très négatif sur la représentation des organisations syndicales.

Polarisation :

En 1995, on a observé un grand mouvement social, avec de très nombreuses journées de grève. On
a cru un temps qu'il allait clarifier les choses et structurer le champ syndical en 2 pôles :
– engagés dans les grèves et les manifestations avec la CGT, FO, Solidaires, la FSU.
– Soutenant la réforme et donc un gouvernement de droite avec la CFDT, la CFTC et la CGC

Cette polarisation a très vite volée en éclat. On a observé un rapprochement de la CGT et de la


CFDT. En 1999, la CGT entre dans la Confédération Européenne des Syndicats.

Une nouvelle rupture entre la CGT et la CFDT en 2003. La CFDT fait cavalier seul et ratifie toute
seule l'accord sur les retraites. Depuis, la CGT est dans un entre-deux. Elle se veut réformiste mais
ne veut pas ratifier les réformes libérales.

En 2006, on observe un nouveau conflit, du CPE, qui illustre toutes les contrariétés de la CGT.