Vous êtes sur la page 1sur 33

LOGISTIQUE

Table des matières


1. Introduction page 1
2. La logistique 2
3. L’approvisionnement 9
4. Le transport 16
5. La gestion de stock 25
Liste des Incoterms annexe
Carte des connaissances annexe

1. INTRODUCTION
1.1 Idée directrice
1.10 La tâche principale du commerce est de proposer des marchandises et des
prestations de service. Celles-ci doivent être sélectionnées, acquises, transportées et
stockées. Afin qu’ils comprennent toutes les connexions du flux de marchandises, les
commerçants doivent disposer de connaissances de base à tous les niveaux, même si
les différentes activités sont exécutées par des spécialistes.

1.2 Objectifs détaillés


1.10.2.1 Sources d’approvisionnement
1.10.2.2 Moment de la commande
1.10.2.3 Quantité d’achat
1.10.3.1 Données de stock
1.10.3.2 Coûts de stockage
1.10.3.3 Objectifs de la gestion de stock
1.10.3.4 Inventaire et inventorier
1.10.3.5 Stocker les marchandises
1.10.3.6 Code-barres pour la gestion des marchandises
1.10.4.1 Tâches de l’expédition
1.10.4.2 Tâches de la logistique
1.10.4.3 Just in time
1.10.4.4 Voies et moyens de transport
1.10.4.5 Incoterms

1.3 A la fin de ce chapitre, vous connaissez :


• Les tâches relatives à la logistique et l’importance de votre position dans une
entreprise commerciale.
• Les procédures d’approvisionnement
• Les fonctions du transport, les voies et moyens de transport
• Les buts, les données et les techniques de la gestion de stock

1.4 Carte des connaissances


A la fin du texte se trouve une carte des connaissances. Vous y retrouverez tous les termes
importants ainsi que les liens qu’ils ont entre eux.

Page 1 de 33
Branch
he Comme
erce Log
gistique

2. La logistiqu
ue
2.1 DEFINITION ET BUTS
La log gistique, compétence
c e transve ersale du
manage ement d’en ntreprise, s’attache à améliorer Objectiff détaillé 1..10.4.2
les perfformances et e la réactivvité des org
ganisations
à partir de la maîttrise de la circulation
c d flux et
des Sur la base d’un produit de d mon
des serrvices : fluxx physiquess des marcchandises, entreprise formatricce, je dessine le
chemin qu’il suit du productteur au
flux d’’information ns associé ées, flux financiers
consomm que quelles activités
mateur; j’indiq
(planificcation de vente, le marketing g puis le que assume et à quels en
la logistiq ndroits.
dévelop ppement entre l’approvvisionnemen nt et /ou la
producttion, le stockage jusqu’’à la livraiso on du produ uit aux clien
nts, en inclu
uant
égaleme ent l’enlève
ement des déchets
d et le
e recyclage e).

Buts

Endroit Coût

O
Objets Temp
ps

Qua
antité / qua
alité

La logisstique a pou
ur but de pro
oposer aux clients :
- le bon obje
et (produits,, matières)
- d
dans la bon
nne quantitté et la bon
nne qualité
- a bon end
au droit
- a bon mo
au oment et
- a bon prix
au x

2.1 DO
OMAINES couverts
c p les FO
par ONCTIONS
S de la logistique

In
nformation

M
Manutention Man
nutention Manute
ention

Acchat / Production /
P E
Evacuation /
Appprovison- Distribution
D
S
Stockage R
Recyclage
ne
ement

T
Transport Tran
nsport Transp
port

Page 2 de
d 33
Branche Commerce Logistique

La logistique peut être subdivisée de manière suivante :


Logistique d'approvisionnement.
Ensemble des activités qui ont pour objectif d’assurer la mise à disposition
dans les délais souhaités par l’entreprise des références et quantités voulues
de matières premières, produits semi-finis, équipements dans les meilleures
conditions de coût.
Le besoin des différents groupes de marchandises doit être déterminé en
collaboration avec le département des achats et en tenant compte des
stocks disponibles.
Logistique de production
Ensemble des activités qui ont pour objectif d'assurer la mise à disposition
dans les délais souhaités par les différentes unités de production et/ou
d’assemblage des références et quantités voulues de matières premières et
en-cours de production dans les meilleurs conditions de coût. La réalisation
de ce processus implique la définition de règles de gestion (modèle de
pilotage des flux, gestion des stocks d'en-cours de production, système de
convoyage et de manutention, gestion du transport entre les sites de
stockage et les unités de production...).
Le terme « stock » correspond à deux désignations :
• L’endroit dans lequel les marchandises sont entreposées
• Les marchandises stockées elles-mêmes
Logistique de distribution
Ensemble des activités qui ont pour objectif d'assurer la mise à disposition
dans les délais souhaités par le client et/ou le consommateur final des
références et quantités voulues de produits finis dans les meilleures
conditions de coût. La réalisation de ce processus implique la définition
d'une politique de distribution (méthode de gestion des stocks de produits
finis, délais de livraison, gestion du transport en aval, sous-traitance des
opérations à des prestataires de services logistiques).
La distribution des marchandises peut se faire de différentes manières. La
poste distribue les envois jusque dans les boîtes aux lettres ou devant la
porte de la maison. La distribution s’effectue jusqu’au consommateur final.
En revanche, les distributeurs en gros ne fournissent généralement pas le
client directement, mais les points de vente dans lesquels les marchandises
sont disponibles pour la vente au consommateur final.
Le thème de la logistique de distribution est traité dans le texte « Marketing »
des connaissances de la branche.
Logistique inversée (« Reverse Logitics »)
Processus qui a pour objet d’assurer les retours de marchandises :
• demandés par les consommateurs pour cause d’erreur ou de problèmes
techniques impliquant réparation,
• mis en place par l’entreprise pour assurer le recyclage, l’élimination ou
la valorisation (sur un marché de l'occasion par exemple pour certains
produits manufacturés) des produits en fin de vie.
Le traitement des déchets est un problème qui se situe partout, du
producteur au vendeur. Auparavant, les déchets étaient simplement jetés ou
enterrés. Le traitement des résidus est aujourd’hui un thème important de la
logistique.

Page 3 de 33
Branche Commerce Logistique

Tâches
Exemples comment définir les tâches de la logistique en relation avec les
objectifs de l’entreprise :
Objectifs de l’entreprise
Coûts bas Augmenter la part du Super qualité
marché

Ê Æ É

Objectifs de la...
Logistique Logistique de production Logistique de distribution
d’approvisionnement
• Prix d’achat bas • Flux de matériel efficace • Stocks bas
• Court délai de mise à • Court temps de passage • Distribution bon marché
disposition
• Haute qualité de production • Service de livraison optimal
• Garantie
d’approvisionnement

Tâches pour atteindre les objectifs


• Détermination anticipée • Flux de matériel • Surveillance permanente
des besoins automatisé de l’état du stock
• Quantités commandées • Planification efficace • Mise en place des
optimales prestations de service
• Contrôles de qualité
• Forte disponibilité • Respect et court délai de
livraison
• Politique de stock claire

2.3 SUPPLY CHAIN MANAGEMENT (gestion de la chaîne logistique)


La gestion de la chaîne logistique [GCL] (en anglais « supply chain
management [SCM]) consiste à améliorer la gestion des flux qui vont du
« fournisseur du fournisseur » jusqu’au « client du client ».
A titre d’exemple, le flux de livraison au sein de l’industrie automobile ou le
flux de la valeur ajoutée au niveau du textile vont dans ce sens. En absolu, la
chaîne logistique peut débuter à l’extraction de la matière première et finir au
recyclage des vieux produits (voir également le traitement des déchets).
La gestion de la chaîne logistique vise à améliorer le flux de la valeur
ajoutée. L’amélioration de la relation profit / coût (efficacité de la logistique)
est atteinte suite aux ententes et aux processus définis entre les
intervenants.

Page 4 de 33
Branche Commerce Logistique

Les objectifs d’une chaîne logistique :


• Orientation vers le client final
• Augmentation de la satisfaction des clients via une livraison orientée sur
ses besoins
• Adaptation rapide aux modifications du marché
• Eviter la situation « out-of-stock » (article épuisé)
• Diminution du niveau de stock sur l’ensemble de la chaîne logistique
(supply chain)
• Avantages au niveau des coûts grâce à l’optimisation globale du
processus de livraison aux différents niveaux
• Simplification du flux de marchandises
• Diminution du temps de livraison
• Avantages en matière de qualité
Quels sont les problèmes que doit régler la gestion de la chaîne logistique :
• La collaboration ou la concurrence entre les membres d’une chaîne
logistique
• Qui obtient quelle part des gains dus à l’efficacité ?
• Suppression des sources d’erreurs et perturbations possibles entre les
différentes étapes de la chaîne logistique
• Vigueur de la chaîne logistique contre les perturbations.
Avantages du la gestion de la chaîne logistique ::
• Réduction des coûts et du temps d’approvisionnement
• La logistique est meilleur marché : des situations Win-Win se mettent en
place (l’ensemble des partenaires peuvent en profiter)
• La transparente augmente concernant les flux de marchandises, les flux
financiers et les flux d’informations
• Le contrôle permanent des processus est simplifié
• Amélioration du benchmarking (en français : étalonnage ou analyse
comparative) pour identifier les meilleurs pratiques (Best Practices).
Le benchmarking est une technique de marketing ou de gestion de la
qualité qui consiste à étudier et analyser les techniques de gestion, les
modes d'organisation des autres entreprises afin de s'en inspirer et d'en
retirer le meilleur. C'est un processus continu de recherche, d'analyse
comparative, d'adaptation et d'implantation des meilleures pratiques
pour améliorer la performance des processus dans une organisation.
Mise en pratique de la gestion de la chaine logistique :
Avant la gestion de la chaine logistique, le concept Just-in-Time (voir point
2.4), introduit dans les années 1980, s’était développé au sein de l’industrie.
La condition préalable pour la réalisation de principe JIT consistait, outre à la
flexibilité et la stabilité des processus de prestations en lien avec les délais
de livraison, particulièrement au lien logistique des processus de production
du fournisseur au producteur.
Le software qui soutient la GCL permet de visualiser l’état du flux de livraison
en temps réel. Pour ce faire, les biens sont saisis informatiquement à
différents endroits du flux. Cela peut se faire, par exemple, en scannant un
code barres (voir point 2.5). La relation, dans le système, entre le temps réel
et le temps prévu permet d’intervenir très précisément dans le système
logistique.
Page 5 de 33
Branch
he Comme
erce Log
gistique

2.4. JU
UST-IN-TIM
ME (JIT)
Le Justte-à-temps, ou JAT (JJust-in-time ou JIT en anglais),
a estt une métho ode
d'organisation et dee gestion dee la production, propre
e au secteurr de l'industtrie,
qui conssiste à minimiser les sttocks.
Appelée e aussi fluux tendu ou u 5 zéros ou encore e zéro-déla ai, la métho ode
consistee à réduire au minimum m le temps de passage des comp posants et d des
produitss à travers les différen ntes étapess de leur élaboration,
é de la matière
premièrre à la livra
aison des produits
p finis. L'industrrie automob bile (Toyota a) a
été un précurseur
p e la matièrre.
en
Objectif détaillé 1.10.4.3
Avantag ges: rééduction de es entrepôtss
e des frais connexes,
et c Je conn nais le terrme « just-iin-time » ett je sais
sans stock, moins
m l’explique er. Sur la base d’un n exemple de mon
d
d'immobilisa ation du entrepris se formatrice e, lors de l’a
application du principe
c
capital. Les livraisons « just-in--time », je peux m ontrer de manière
sont immédiatement convainc cante où les avantages t
théoriques se
s vérifient
trraitées et ve
endues. dans la pratique ; je peux m ontrer égale
ement où
peuvent surgir des problèmes.
Inconvé
énients: si une partie
e du
c
concept échoue (livraison / enlèvement), tout le processu
us
e interromp
est pu. Bien qu
ue le systèm
me soit surve
eillé, les
g
grèves des chemins
c de fer ou des conducteurrs de poids
lo
ourds ne peeuvent être exclues.
2.5. CO
ODE EAN
Les cod des EAN fig
gurent actueellement sur presque to
ous les emb ballages (so
ous
forme ded code ba arres). L’ob
bjectif de cette
c combinaison de barres et de
chiffres est bien connu.
c La marchandise peut être identifiée de manière
univoquue, l’encaisssement esst plus rap pide et les modifications de sto ock
peuventt être saisie
es de maniè nique. Mais que signifie
ère électron ent ces barrres
et ces chiffres
c ?
Le code
e EAN (= Euuropean Arrticle Numbeer / numéro
o d’article eu
uropéen) a été
créé en 1977 par certains
c Eta
ats d’Europe ale sur le modèle du co
e occidenta ode
ain UPC (U
américa Universal Prroduct Codde). Depuis, l’Australiee, la Nouve
elle-
Zélande
e et le Japon utilisentt égalemen
nt le code EAN.
E Les codes
c UPCC et
EAN soont compatib
bles.
Barre de gauche
g B
Barre du miliieu Barrre de droite

L norme EAN 8 chiffrres


La La norrme EAN 13
3 chiffres

Page 6 de
d 33
Branche Commerce Logistique

Un code EAN est délimité par des barres situées à l’extrême gauche et à
l’extrême droite, ainsi que par une barre
située au milieu. Les deux premiers Objectif détaillé 1.10.3.6
chiffres (de gauche à droite)
représentent le pays (Suisse 76), mais a) Je sais énumérer les informations contenues dans
ne sont pas équivalents au pays de un code EAN.
b) J’explique oralement à un profane l’importance des
fabrication. Ensuite vient le numéro codes-barres pour le commerce. Si mon entreprise
d’identification à cinq chiffres de formatrice utilise un code-barres dans la gestion de
l’entreprise du fabricant. Après la barre ses marchandises, je me réfère à cet exemple
médiane, cinq chiffres supplémentaires
indiquent le numéro d’article du fabricant. Le dernier chiffre est un chiffre de
contrôle permettant le traitement électronique des données afin d’éviter les
erreurs.
Comme le code EAN se compose en tout de 13 chiffres, il est désigné par
EAN 13. La première partie de l’indicateur du pays (en l’occurrence : 4) n’est
pas représentée par des barres, mais est codée indirectement via le chiffre
de contrôle. Outre le code EAN 13, le code EAN 8 est également utilisé dans
le commerce de détail. Celui-ci se compose de huit chiffres, deux fois quatre
chiffres compris entre la barre extérieure et la barre médiane. Par contre, le
commerce de gros utilise les codes EAN 128 et 128 SSCC. Ces derniers
contiennent des informations importantes pour ce niveau de vente.

Calcul du chiffre de contrôle :


Les chiffres du code EAN 13 sont multipliés tour à tour avec la combinaison
de chiffres 3 et 1. Les résultats individuels sont additionnés et la différence
par rapport à la prochaine dizaine supérieure donne le chiffre de contrôle. La
combinaison de chiffres 3 et 1 doit commencer à partir de la droite avec le
chiffre 3.
Séquence de chiffres 4 0 3 4 5 6 7 8 9 0 1 2 -
Multiplié par 1 3 1 3 1 3 1 3 1 3 1 3 -
Egale 4 0 3 12 5 18 7 24 9 0 1 6

Total de la ligne inférieure = 89


arrondi à la dizaine = 90
chiffre de contrôle : 90 - 89 = 1

Page 7 de 33
Branche Commerce Logistique

3. L’approvisionnement
Définition
L'approvisionnement au sein de l’entreprise comprend toutes les décisions
portant sur la recherche, la couverture et la mise à disposition des facteurs
de production nécessaires pour sa propre prestations.

3.1 IMPORTANCE DE L’APPROVISIONNEMENT


Les changements énormes du marché posent des exigences très élevées
aux entreprises. En matière de produits, prestations, coûts et prix, ces
dernières ont besoin :
• d'une productivité élevée (utilisation maximale de la capacité),
• d'une grande diversité des produits et composants, sans devoir fabriquer
soi-même toutes les biens,
• d'une grande flexibilité (vitesse de réaction) pour le meilleur
approvisionnement possible des clients
• et des processus de travail qui utilise les moins de ressources possible
(aussi bien dans sa propre entreprise que chez ses fournisseurs).
Pour cela, l'entreprise doit maintenir au niveau le plus bas possible les temps
de rétention, de traitement et de réaction au sein de l'entreprise et sur le
marché. Cet objectif est très important, avant tout pour les sociétés
commerciales car elles se situent sur la chaîne de création de plus-values,
entre les marchés d’approvisionnement (fournisseurs) et les marchés des
ventes (clients).
De plus en plus d'entreprises se concentrent sur leurs compétences clés (=
les activités qu'elles dominent le mieux). Pour cette raison, on assiste de
plus en plus à une division intensive du travail entre les entreprises (à
comparer avec le point 2.3 Supply Chain Management (gestion de la chaîne
logistique).
Par conséquent, Il y a des plus en plus de liens entre les fabricants, les
commerçants, les prestataires de service et les clients. Une collaboration
optimale permet, dans cette chaîne d’apport de plus-values, de diminuer des
coûts et d’atteindre des avantages en terme de prestations. La tâche de
l'approvisionnement dans une entreprise est de trouver ces "trésors" en
matière de coûts et de prestations.
L’interdépendance de l’économie au niveau mondial fait que le domaine
d'activité de l'approvisionnement s'organise de plus en plus au niveau
international et mondial. Aujourd'hui, le marché d'approvisionnement se situe
dans le monde entier.
Les objets de l'approvisionnement sont des biens, comme par ex.
• Matières premières et consommables • Prestations de service
• Articles commercialisés • Capital
• Energies • Personnel
• Placements (investissements) • Informations et droits

Page 8 de 33
Branche Commerce Logistique

3.2 ETUDE DU MARCHÉ DE L'APPROVISIONNEMENT


Une tâche importante de l'approvisionnement consiste à informer l'entreprise
des opportunités et des développements des marchés. L'analyse de
marché utilisée dans ce but se compose d'un diagnostic du marché (=
analyse de la situation actuelle du marché) et des prévisions économiques
(= évaluation du développement prévu du marché).
Dans le cadre de l’étude de marché, le marché d'approvisionnement lui-
même, les fournisseurs ainsi que les produits sont analysés et évalués. Pour
identifier la situation actuelle du marché et les développements, il faut
répondre par exemple aux questions suivantes:
ƒ Quels produits/quelles prestations recherchons-nous ?
(produits finis, matières premières et consommables, systèmes, IT,
prestations de service)
ƒ Où trouver les fournisseurs pour certaines marchandises /
prestations ?
(niveau local, régional, national, international, mondial)
ƒ Comment la demande est-elle structurée sur les marchés ?
(forme du marché, part des exportations, concurrents)
ƒ Quelles sont les voies d'approvisionnement existantes ?
(approvisionnement direct auprès du producteur, approvisionnement
via le commerce)
ƒ Y a-t-il des restrictions d'accès au marché (barrières douanières)
du côté de l'offre ou de la demande ?
(situation technologique, potentiel d'innovation, barrières fiscales)
ƒ Quelles voies de transport et quels moyens de transport entrent
en ligne de compte ?
(rail, route, eau, air)
ƒ Quelles interventions publiques sont à prendre en considération ?
(subventions, réglementations à l’importation/à l'exportation)
En plus de ces informations sur le marché, on a également besoin de
données sur les fournisseurs. Comme par exemple :
ƒ Quelle est la prestation du fournisseur ?
(fiabilité, service, conditions, prix, respect des délais)
ƒ Quelles propriétés présentent les produits du fournisseur ?
(qualité, type de procédé de fabrication, technologie)
ƒ Quelles quantités peuvent-elles être mises à disposition par le
fournisseur ?
(capacités, taux d'utilisation, stocks, fournisseurs primaires)
ƒ Quelle est la situation (technologique) du fournisseur ?
(processus de fabrication, potentiel d'innovation, système
d'assurance-qualité, structure logistique, structure des collaborateurs,
potentiel de recherche, âge des installations de l'entreprise)
ƒ Quelles caractéristiques spécifiques présentent le fournisseur ?
(forme juridique, rapports de propriété, chiffres d'affaires, taille de
l'entreprise, assortiment, situation financière, politique d'entreprise,
structure des fournisseurs et des clients)
ƒ Quelles relations peuvent être établies avec le fournisseur ?
(partenariat dans la production, la logistique, la recherche & le
développement)
ƒ Quels risques sont à considérer dans une collaboration avec ce
fournisseur ?
(risques économiques, instabilité politique, dépendances)

Page 9 de 33
Branche Commerce Logistique

3.3 OBJECTIFS DE L'APPROVISIONNEMENT


L’approvisionnement vise à atteindre les objectifs suivants
(= L’idéal économique de l'approvisionnement) :
1. approvisionnement de l'entreprise 5. au bon moment
2. avec les bons produits 6. au bon endroit et
3. dans la bonne qualité 7. aux conditions les plus avantageuses.
4. dans la bonne quantité

De ces exigences naissent aussi dans l'approvisionnement des conflits au


niveau des objectifs qui se représentent de la manière suivante :

Faibles coûts de
fourniture et
d’élimination des
déchets

Gestion du
matériel

Service de Faible
livraison élevé / immobilisation
Qualité élevée du capital /
des Rotation du
marchandises capital élevée

3.4 LA POLITIQUE D'APPROVISIONNEMENT


La politique d'approvisionnement fait partie de la politique d'entreprise. Les
points les plus importants sont les suivants :
Assortiment d'approvisionnement
Pour la réussite d'une entreprise, il est décisif de savoir quels biens sont
produits / commercialisés et vendus. (Composition de l’assortiment, se
référer au thème « Marketing »)
Fournisseurs
La politique des fournisseurs permet d'organiser les relations avec le
fournisseur. L'objectif est de garantir à l'entreprise un nombre suffisant de
fournisseurs performants et prêts à livrer. Dans le cadre de la politique des
fournisseurs, on décide de :

Page 10 de 33
Branche Commerce Logistique

• la fourniture directe ou indirecte (par ex. achat directement au fabricant ou


à des entreprises commerciales).
• la prise en compte de sources d'approvisionnement nationales ou
internationales (approvisionnement dans le pays ou à l'étranger).
• les critères pour la recherche, la sélection et l'évaluation des actuels et
nouveaux fournisseurs.
• le type de fournisseurs et la composition de l'équipe de fournisseurs
(fournisseurs d'un produit ou de plusieurs produits, concentration de
fournisseurs ou répartition des fournisseurs).
• le type, l'ampleur et l'intensité de la collaboration (partenariat ou simple
relation).
On constate à ce sujet que la tendance va vers une collaboration
approfondie. Un fournisseur est plus intéressant pour sa capacité à résoudre
les problèmes que pour ses avantages à court terme au niveau de la
capacité et des tarifs.
Politique des prix et des conditions
Les contrats d'achat doivent être organisés de manière à permettre une
optimisation des coûts et des performances. Pour cela, il faut veiller aux
points suivants :
• le produit à approvisionner (type, quantité, qualité, nature),
• le type de réalisation (contrats cadres, sur appel ou de livraisons
successives),
• les quantités d'approvisionnement et de livraison,
• les points d'appel/délais de livraison, les lieux de livraison/d'enlèvement,
• la composition des prix d’achat (prix ferme actualisable ou prix fixe dans
la devise propre ou une devise étrangère, prix échelonné, rabais),
• la détermination des prix de vente,
• la composition des prix ainsi que des conditions de paiement et de
livraison (prix fixes, échelonnement des rabais, escomptes, bonus) y
compris le règlement des transferts de danger et de risque (Incoterms),
• la détermination des droits de garantie, de dommages et intérêts en cas
de problèmes dans le déroulement du contrat (quantité manquante,
livraisons erronées, dépassements de délai).
Qualité
La « Qualité » représente les différentes propriétés d'un bien
(fonctionnement, composition chimique, performance, forme, goût,
apparence, matière recyclable, inoffensivité pour l'environnement et la
santé).
L'objectif et le devoir de la politique de qualité sont d'empêcher, aussi bien à
l'achat que dans la logistique du matériel qu'il ne se produise des pertes de
qualité dans la finition ou dans le processus commercial. Les points suivant
font partie de l'assurance-qualité :
• la sélection des fournisseurs en fonction de leur fiabilité (établissement de
systèmes d'assurance-qualité ou de vérification de la qualité),
• le transfert de la vérification de qualité sur les fournisseurs (livraison de
marchandises zéro défaut, avec certificat en raison de la responsabilité du
fait du produit renforcée),
Page 11 de 33
Branche Commerce Logistique

• l'établissement d'une équipe de qualité interne à l'entreprise ou


interentreprises,
• l'analyse des réclamations et des défauts de matériel,
• la détermination de matériaux/marchandises appropriés pour une bonne
durabilité du produit, l'amélioration de la capacité de traitement ou
l'augmentation de la satisfaction du client,
• l'évitement d'un stockage et d'une mise à disposition inappropriés ainsi
que
• la détermination de moyens de transport et de types d'emballage de
qualité.
Quantité
La communication des besoins permet Objectif détaillé 1.10.2.3
de définir les besoins de l'entreprise.
L'objectif est d’obtenir les meilleures Je détermine la quantité à acheter pour un produit de
conditions et de réduire à un minimum, mon entreprise formatrice. Je justifie la quantité définie
à l’aide de trois facteurs que j’ai personnellement
voire d’éviter la gestion des stocks afin
choisis. Je peux justifier ma décision de manière
de d’atteindre un minimum convaincante par oral ou par écrit.
d'immobilisation du capital.
Cela se fait par :
• l'uniformisation des matières premières, parties, composants ou groupes
de construction nécessaires (biens courants sur le marché au lieu de
biens propres à l'entreprise),
• le renoncement à des produits non courants (pas de biens incohérents
dans l'assortiment),
• le regroupement des commandes chez les fournisseurs (meilleurs
règlements de rabais ou de bonus).
La politique de quantité peut être organisée par la séparation des quantités
de besoin, de commande et de livraison de manière à ne pouvoir livrer que
les quantités nécessaires respectives. Par une livraison just in time ou un
stock de consignation (le fournisseur aménage un entrepôt au service du
client et le gère), on peut exploiter des avantages tarifaires liés à la quantité
commandée. En même temps, on réduit les risques et les coûts de stockage.

Délais
En plus de la mise à disposition des biens d'approvisionnement dans la
bonne quantité, dans la bonne qualité et au bon endroit ; la gestion des
délais fait également partie de l'approvisionnement.
D'un côté, il s'agit ici de l'organisation des délais (délais de commande et de
livraison). D'un autre côté, il s'agit également de la garantie des délais. Dès
la conclusion du contrat, on essaie de réduire au maximum le risque de non-
respect des délais de livraison. Si le délai n’est pas respecté, l’entreprise
peut menacer d’appliquer des sanctions telles que le refus d'enlèvement, les
amendes conventionnelles, les réductions de volumes de commande
ultérieures ou même des annulations de commande ou un renoncement à
une commande ultérieure.
Un autre élément est le contrôle des délais. Son objectif est d'obliger les
fournisseurs à respecter les délais de livraison par un contrôle. Des retards
de livraison inévitables ou identifiables très tôt doivent être désamorcés par

Page 12 de 33
Branche Commerce Logistique

des mesures appropriées (rappel de livraison à temps, approvisionnement


de remplacement, modification du programme de vente ou de production).

Mise à disposition
Pour l'approvisionnement, il existe en principe deux possibilités :
1. Pour la mise à disposition avec gestion de stocks, il faut décider quels
produits doivent être stockés. Plus son entrepôt personnel est petit, plus
le degré de disponibilité à la livraison du fournisseur doit être élevé.
2. Pour une mise à disposition sans gestion de stocks, on distingue le
principe de la mise à disposition en cas de besoin (ce qu'on appelle en
anglais « hand-to-mouth-buying ») et le principe de la mise à disposition
synchronisée finition / consommation (livraison « just-in-time » ou « just-
in-sequence »).
La question du principe de mise à disposition est une décision stratégique,
dans laquelle la question "pour ou contre" la gestion de stocks dépend de
plusieurs points. Les points suivants sont en faveur d'un stockage :
• faible valeur de la consommation par période de temps,
• continuité incertaine ou faible de la consommation,
• faible possibilité d'utilisation multiple des pièces et des composants
• performance et sécurité limitées des fournisseurs,
• degré d'individualisation élevé des biens (beaucoup de biens différents).
L'établissement, respectivement le développement d'un entrepôt de matériel
ou de marchandises peut également se faire pour des raisons de sécurité
pure, par exemple pour une garantie d'approvisionnement à long terme.
Besoins en matériel
Pour pouvoir identifier quels matériaux doivent être mis à disposition pour les
activités d'une entreprise en fonction du type, de la quantité et du temps, il
faut tout d’abord définir les besoins en marchandises.
Le besoin se compose du :
1. besoin de produits près à la vente (besoin du marché);
2. besoin de matières premières et/ou de produits semi-finis pour la
fabrication du produit final;
3. besoin de matières auxiliaires et de production.
La totalité des points 1 à 3 représente le besoin brut.
Le besoin net pour l’approvisionnement est déterminé après déduction du
stock disponible et des réceptions prévues.
Il existe plusieurs manières pour déterminer le besoin de biens:
• Détermination du besoin basée sur un programme
Cette procédure est utilisée pour des biens industriels de forte valeur,
très spécifiques ou peu souvent utilisés.
• Détermination du besoin orienté sur la consommation
Cette procédure est très souvent utilisée dans le commerce. Elle est
opportune pour les biens utilisés de manière standard et régulière.
• Estimation du besoin

Page 13 de 33
Branche Commerce Logistique

Cette procédure est utilisée dans le commerce pour les nouveaux


produits et pour un nouvel article dont on ne dispose d’aucune base de
données permettant d’utiliser les deux autres manières de déterminer le
besoin.
Etat du stock et commande de matériel
Lors de chaque sortie de stock, on contrôle si le stock d’alerte (déclencheur
de la commande de réapprovisionnement) est atteint. Dans le meilleur des
cas, la nouvelle livraison doit parvenir lorsque le stock de sécurité vient
d’être atteint.
La commande est passée lorsque le stock a atteint le point de commande
(déterminé en fonction du stock d’alerte). Le point de commande ainsi que la
quantité à commander ont été préalablement définis. Le point de commande
se base sur une quantité de stock atteinte (stock d’alerte), ce qui déclenche
une information au département des achats ainsi que la commande de
réapprovisionnement.

Évaluation et sélection des fournisseurs


Pour pouvoir réaliser
l'approvisionnement, on a besoin Objectif détaillé 1.10.2.1
d'évaluer et de sélectionner des
Je cite à mon formateur les sources
fournisseurs. Finalement, il est d’approvisionnement (fournisseurs) pour les produits de
uniquement sensé d'accepter les mon entreprise formatrice. Ensuite, j’explique de
offres des entreprises qui sont en manière compréhensible quels critères ont joué le rôle
mesure de réaliser les prestations décisif pour l’attribution des commandes aux
exigées. fournisseurs respectifs.
Pour pouvoir choisir les fournisseurs
les plus avantageux, il faut procéder de manière systématique. La liste
suivante donne un aperçu des critères d'évaluation et de sélection
appropriés :

Page 14 de 33
Branche Commerce Logistique

• Prix et conditions • Service


• Solvabilité – solidité financière - gestion • Flexibilité
• Lieu d'implantation • Potentiel de Recherche et Développement
• Facteurs politiques d'entreprise • Qualité
• Respect des délais • Savoir-faire
• Communication • Protection de l’environnement
• Capacité

A l'aide de tels catalogues de critères, il est possible d'évaluer l'aptitude et la


qualité d'un fournisseur. Pour cela, il faut préférer la détermination des
critères et l'évaluation du fournisseur par tous les départements de
l'entreprise concernés (développement, production, logistique) sous la
direction du département des achats.
Pour l'évaluation du fournisseur et de son offre, on utilise souvent ce qu'on
appelle une procédure d'évaluation par points. Le tableau suivant montre
comment les critères d'évaluation entrent plus ou moins en ligne de compte
sur base de leur importance pour l'entreprise.
Les offres des fournisseurs A, B et C sont des exemples. Les critères d'évaluation suivants
sont pris en considération : qualité, prix de revient net, respect du délai de livraison, fiabilité,
conditions de paiement et situation géographique. Le tableau montre les critères d'évaluation
utilisés, leur importance ainsi que les résultats pour les trois fournisseurs.

Fournisseur A Fournisseur B Fournisseur C


Critères Importance Facteur Points Facteur Points Facteur Points

Qualité 30 5 150 4 120 5 150

Prix 30 5 150 3 90 4 120

Respect 15 2 30 4 60 5 75
du délai
Fiabilité 15 3 45 4 60 5 75

Conditions 5 4 20 5 25 2 10

Situation 5 4 20 5 15 5 25

Total 100 415 370 455

Légende : Exemple de facteur : 0 = aucun / 1 = le plus faible / 5 = meilleures conditions

Le résultat montre que le fournisseur C représente la source


d'approvisionnement la plus adaptée au premier coup d'œil, car il obtient le
total le plus élevé de points (455 points sur 500). Il sera certainement choisi
dans la plupart des cas.
D'un autre côté, on pourrait donner la préférence à un nombre de points
moins élevé au fournisseur A, car il a obtenu le maximum de points pour les
critères les plus importants et se distingue du fournisseur C dans la garantie
des délais et la fiabilité. Si le prix est le critère décisif, le choix tombera peut-
être donc quand même sur le fournisseur A.

Page 15 de 33
Branche Commerce Logistique

4. Le transport
La tâche du transitaire (commissionnaire de transport) consiste à choisir
pour sa clientèle le type de transport adapté au produit et à la voie de
transport.
Il existe trois domaines d'activité distincts : Objectif détaillé 1.10.4.1
1. Transitaire en tant que logisticien (et J’explique correctement et avec mes propres mots les
entrepositaire) tâches essentielles du commissionnaire de transport.
Le transitaire est un intermédiaire qui se
charge d’organiser un transport de marchandises (expédition, réception et
stockage) pour le compte d’un commettant et moyennant un prix convenu
avec ce dernier. Le transitaire choisit librement les transporteurs de
marchandises ou les autres intermédiaires et traite avec eux en son nom
personnel.
2. Transitaire en tant que transporteur de marchandises
Dans les cas suivants, le transitaire prend en charge les tâches d'un
transporteur :

• en cas d'intervention propre, c’est-à-dire s'il effectue le transport avec


ses propres moyens,
• en cas de présentation d'un document de transport personnel avec
obligation de livraison,
• en cas de transports terrestres purement européens (excepté les
transports ferroviaires), il est possible que le transporteur se qualifie
explicitement d'intermédiaire et agisse en tant que tel.
3. Transitaire en tant que prestataire de service
Ses prestations peuvent être directement, indirectement ou pas du tout en
rapport avec un transport (agent en douane, agent IATA (International Air
Transport Association) et/ou maritime, etc.).
Contrat de transport
Les intéressés (partenaires contractants) sont :
L'expéditeur : il transmet l’ordre de transport et a communiqué au transitaire
en charge les données nécessaires relatives à la marchandise à transporter,
au type de transport et au lieu de livraison. Il est responsable de la bonne
communication de ces données et doit veiller à la mise à disposition et à
l'emballage de la marchandise à transporter. Il est dans l'obligation de régler
la provision et de rembourser les frais, dépenses et avances.
Le transitaire : il organise les transports qui lui ont été confiés avec le sérieux
qui s'impose et choisit les moyens, voies et types de transport qui lui
semblent les plus appropriés.
Géographie de la circulation
La connaissance des principaux postes-frontières où le transport des
marchandises est autorisé ainsi que des voies de transport qui entrent en
ligne de compte dans un transport à travers plusieurs pays fait partie des
connaissances générales d'un transitaire. De cette connaissance dépend
également le fait que les voies de transport soient bien inscrites dans la lettre
de voiture et que la durée de transport et les frais d'envoi puissent être
influencés de la manière la plus avantageuse possible.

Page 16 de 33
Branche Commerce Logistique

4.1 MOYENS DE TRANSPORT


Le client d'un transporteur de marchandises doit tenir compte de plusieurs
points déterminants dans le cadre de la sélection du moyen de transport.

• Prix du transport Objectif détaillé 1.10.4.4


Il s’agit souvent de l’argument
principal. Au final, ces frais doivent Pour un produit de mon entreprise formatrice, je
être inclus dans le prix de vente. choisis personnellement un moyen de transport
adéquat ; je décris, de manière compréhensible,
• Taille de l'envoi l’itinéraire que devrait prendre la marchandise et je
Celle-ci est indiquée en mètres, justifie de manière compréhensible la solution que je
kilogrammes / tonnes ou mètres préconise.
cubes. Le transitaire et le transporteur de marchandises doivent
également connaître l’espace nécessaire au chargement et le poids du
chargement.
• Urgence
L'urgence d'un envoi justifie partiellement des frais de transport plus
élevés que la normale.
• Valeur de la livraison
Plus le produit est bon marché à l'achat et à la vente, plus les frais de
transport doivent être réduits. Sinon, le prix du produit augmente de
manière démesurée. Plus la valeur d'une livraison est élevée, moins les
frais de transport pèsent dans la balance.
• Lieu de chargement et de destination
En fonction du lieu de chargement ou de livraison, certains moyens de
transport ne peuvent pas être utilisés.

Moyens de transports : avantages et inconvénients


Avantages Inconvénients

Transport ferroviaire • prix avantageux


• voie de raccordement
nécessaire
• respectueux de • marchandise transportée
l'environnement non surveillée
Particulièrement adapté pour des marchandises en vrac en transport à l’intérieur d’un
continent !

Transport routier • transport porte à porte • plus cher que le train


• transport toujours sous
• polluant
contrôle (conducteur)
• rapide et directement
• risque d'accident
utilisable, flexible
Particulièrement adapté pour des transports porte à porte et la distribution fine de
marchandises de détail !

Page 17 de 33
Branche Commerce Logistique

Avantages Inconvénients

Transport maritime • prix avantageux • long


• respectueux de
l'environnement
• grandes capacités de
chargement
Particulièrement adapté pour des livraisons outre-mer de taille moyenne ou importante !

Transport aérien • très rapide • cher


• sûr (risque de vol très • capacités réduites
faible) (hauteur des emballages)
Particulièrement adapté pour des transports outre-mer urgents de marchandises
périssables !

Moyens de transport combinés : avantages et inconvénients


Avantages Inconvénients
• présentation en douane,
• économies sur les
Transport par container rapatriement des
emballages
containers vides
• la marchandise chargée
• peu de transbordement doit être adaptée au
container
• assurance bon marché

• respectueux de • détérioration des caisses


Ferroutage
l'environnement de transport
• porte à porte sans
transbordement des • infrastructure onéreuse
marchandises
• voie de raccordement non
nécessaire
• peu de voyages à vide
• passage de grandes
distances la nuit
• réduction des frais de
péage et RPLP

• transbordement
Mer/air • rapide
supplémentaire
• passage de longues voies • augmentation des risques
de transport sur mer de vol et de détérioration

Service de courrier • très rapide • cher


• sûr • capacité limitée (poids)
• la marchandise transportée
est toujours surveillée

Page 18 de 33
Branche Commerce Logistique

Résumé
En principe, le fret aérien est l'option de transport la plus onéreuse. Pour des
poids d'environ 70 kg maximum, l'envoi par avion est plus avantageux que
l'envoi par bateau. Dans le fret aérien, les frais de transport sont calculés au
kilogramme. Dans le fret maritime, ils sont calculés par tonne ou par m³.
En raison de l'urgence, il peut s’avérer nécessaire de passer à un concept
de transport plus rapide.

Exemple
Coûts Comparaison des
temps de transport pour
le trajet de Hong Kong
à Zurich
Originellement Fret avantageux longue durée de environ 35 jours
prévu maritime transport
Moins pressé par Mer/air plus cher temps de transport environ 14 jours
les délais plus court
Plus pressé par Transport très cher le plus rapide environ 4 jours
les délais aérien

4.2 MOYENS DE TRANSPORT TRADITIONNELS


Transport par route
En fonction de la marchandise à transporter, il est possible d'utiliser les types
de véhicule suivants :
Poids lourd normal / camion-citerne / semi-remorque / camion frigorifique /
camion silo / camion container / camionnette plateau / camion à béton /
camion avec pont basculant.
Transport par rail
En fonction de l'entreprise de production, une voie de raccordement est à
disposition. Pour l'envoi de chargements complets, le ferroutage est
possible. Le train devrait être préféré au camion pour le transport de
marchandises dangereuses en raison de son faible risque d'accident.
Les transports sont généralement effectués avec des wagons à 2 axes
(longueur 1’200 cm / largeur 265 cm) ou à 4 axes (longueur 1’800 cm /
largeur 265 cm). En fonction du produit, des wagons réfrigérés, des wagons-
citernes, des wagons à porte coulissante, des wagons-containers ou des
wagons surbaissés sont utilisés.
Transport par voie du Rhin (navigation intérieure)

Utilisation dans le domaine • Marchandises en vrac


(charbon, céréales, sable, gravier)
• Transport spécial
(marchandises surdimensionnées et/ou lourdes)
• Transport par container

De par sa faible consommation d'énergie et sa puissance utile élevée, c'est


le moyen de transport le plus écologique.
Page 19 de 33
Branche Commerce Logistique

En comparaison :
Un bateau sur le Rhin accueille 220 TEU1. Pour acheminer la même
quantité, 110 camions ou 74 wagons sont nécessaires.
Les ports fluviaux les plus utilisés sont les ports de Rotterdam et d’Anvers.
Amsterdam et Zeebrugge prennent également en charge le chargement.
La durée du transport est de trois jours dans le sens du fleuve (de Bâle à la
mer du Nord) et de cinq jours à contre-courant (de la mer du Nord à Bâle).
Transport par voie maritime
L'embarquement se fait dans des ports du nord (mer du Nord) ou du sud
(mer Méditerranée) vers toutes les destinations outre-mer. De nos jours, les
marchandises sont généralement transportées dans des containers. Si le
chargement est suffisant, le fournisseur peut envoyer son container
personnel complet. Pour de plus petits envois, le transitaire offre un service
de container de groupage vers les destinations outre-mer les plus diverses.
Avantages de l'envoi par container :

• Economies d'emballage (le carton de transport suffit – les caisses sont


trop chères),
• Primes d'assurance plus avantageuses (car marchandises protégées
par le container),
• Transbordement plus rapide au port et, par conséquent, temps de
transport plus rapides.
En fonction du produit, il est également possible de choisir le type de
container :

• Container standard chargement normal


• High Cube Container chargement léger et volumineux
• Hardtop + Open Top Container chargement par le haut
• Flat + Plattform Container marchandises lourdes et chargement très large
• Container ventilé chargement devant être aéré
• Container réfrigéré produits sensibles à la température
• Bulk Container marchandises en vrac
• Tank Container produits chimiques liquides/produits alimentaires
Un bateau à containers peut accueillir 9’000 TEU.
En plus des bateaux à containers, des bateaux spéciaux sont utilisés pour
diverses marchandises à transporter :

• Pétroliers /gaziers / transporteurs de voitures / bateaux réfrigérés pour


produits alimentaires,
• Bateaux RORO (Roll on Roll off= bateau avec grande ouverture frontale,
latérale ou arrière, à l'image des bateaux "ferry")
Ces bateaux disposent d’une rampe de chargement sur laquelle les
marchandises peuvent être chargées et déchargées en roulant. Les
marchandises sont chargées sur des palettes et tirées sur le bateau. Sur le
bateau même, le chargement roulant est amené aux différents ponts au
moyen de rampes mobiles et d'ascenseurs, puis fixé. Par conséquent, ces
bateaux n'ont pas besoin d'une infrastructure portuaire spéciale.

1
TEU = Twenty Foot Equivalent Unit (unité équivalente à vingt pieds, container de 20’)

Page 20 de 33
Branche Commerce Logistique

• Multi-Purpose Vessels (cargos polyvalents)


Initialement, des cargos conventionnels se sont transformés en cargos
polyvalents au fil des années. Ils peuvent accueillir un chargement
conventionnel ou des containers et des citernes.
Transport par avion
Le moyen de transport est de loin le plus cher. En raison des besoins, le fret
aérien est devenu une option de transport incontournable. L'envoi/la
réception se fait à Zurich, Bâle ou Genève.
Il est important pour des marchandises spéciales comme les fruits, les fleurs,
la viande, le poisson et les animaux vivants. Egalement à des fins médicales
et/ou pour des marchandises urgentes afin d'éviter un arrêt éventuel de
l'usine. Préféré pour les envois de valeur en raison de ses nombreux
dispositifs de sécurité dans les aéroports.
Trafic européen :
Hauteur de colis maximale de 80 cm. Il est généralement possible de
procéder à des expéditions vers toutes les destinations sans problème.
Outre-mer :
En cas de chargement dans des avions de passagers (gros porteurs), il est
possible de transporter des envois de 160 cm de hauteur au maximum.
Sur les lignes principales comme, par exemple, New York, Hong Kong,
Singapour, Shanghai, Johannesburg, Sao Paulo, des avions-cargos sont
utilisés. Des colis de 280 cm maximum de hauteur peuvent alors être
transportés.

4.3 MOYENS DE TRANSPORT COMBINES


Transport par container (poids lourd et train)
Un container est une caisse mobile normalisée. Les containers sont utilisés
dans le cadre du trafic européen, par exemple, sur la ligne Hambourg – Bâle.
Le trajet principal est alors effectué en train, l'enlèvement ou la livraison à
domicile se fait au moyen d'un châssis de camion et d'un semi-remorque.
Avantages : économies des frais de péage et RPLP, suppression du risque
d'embouteillages et des retards résultants. Les marchandises ne doivent pas
être transbordées et restent de porte à porte dans la caisse mobile. Les frais
et les dommages occasionnés lors du transbordement, ainsi que le risque de
vol peuvent être réduits.
Ferroutage
En plus du transport routier normal, le rail / route peut également être utilisée
pour certains trajets. A ce sujet, on parle de différentes techniques de
transport combiné.
De nouveau, le but est d'utiliser le chemin de fer sur le long trajet et le
camion pour le trajet local restant pour la livraison ou l'enlèvement. Comme,
par exemple, pour le trajet Bâle – Chiasso. Au choix, l’ensemble du camion
est chargé (le chauffeur voyage avec le camion – transport accompagné) ou
la palette uniquement est chargée (sans tracteur, ni chauffeur – transport
non accompagné).
En raison de la situation de la route (augmentation du nombre de véhicules /
augmentation du risque d'accident / embouteillages et retards résultants /

Page 21 de 33
Branche Commerce Logistique

augmentation des frais de péage et RPLP, etc.), cette variante gagne en


intérêt.
Air / mer
Il s'agit ici d'un mélange du transport aérien et maritime. En comparaison, les
temps de transport sont un peu plus courts qu'avec le fret maritime. Un peu
plus cher au niveau des prix mais bien moins que le transport aérien.
On exporte par fret maritime depuis divers centres d'Extrême-Orient vers
Dubaï. Là, le transfert et l'envoi par avion se font vers différentes
destinations d’Europe.
Cette option de transport est possible à partir des pays suivants d’Extrême-
Orient :
Chine – Corée – Vietnam – Hong Kong – Malaisie – Taiwan - Indonésie -
Philippines - Thaïlande - Japon – Singapour.
Services de courrier
En raison de l'augmentation des exigences quant à l'urgence / la rapidité de
l'envoi de documents et d'échantillons, cette prestation de service s'est
développée. Les délais de livraison de la Poste ne répondaient plus aux
exigences de l'économie.
Cette option de transport s'introduit dans la « catégorie de poids », de la
lettre à l'envoi d'échantillons de 30 kg. Pour l'envoi de marchandises plus
lourdes, on recommande le transport par fret aérien (en raison des frais).

4.4 INCOTERMS
A la conclusion de contrats d'achat pour des marchandises, il est parfois
difficile d'imposer ses propres conditions de livraison. Une solution peut être
de proposer des conditions de livraison d'organisations nationales ou
internationales.
Chaque Chambre de Commerce Internationale (par exemple CCI à Paris),
joue un rôle pratique. Cette dernière a des recommandations très utiles sur
l'interprétation des termes CAF, FOB, etc. (=INCOTERMS). On trouve
parfois dans les contrats des clauses comme celle-ci :
« Livraison FOB Genoa conformément aux Incoterms 2000 »
Pourquoi les clauses Incoterms sont-elles utiles ?
Dans le cadre des contrats d'importation et d'exportation, les incertitudes
suivantes sont fréquentes :

• droit national appliqué sur les contrats Objectif détaillé 1.10.4.5


conclus,
a) Je peux exprimer sommairement ce que sont les
• manque d'informations suffisantes, « Incoterms » et ce qu’ils permettent de régler.
b) Parmi plusieurs Incoterms disponibles, je sais
• différentes interprétations des clauses choisir celui que est le plus avantageux pour le
contractuelles. vendeur ou pour l’acheteur, et justifier mon choix de
Le vendeur et l'acheteur déterminent de manière compréhensible.
manière simple et sûre leurs obligations
réciproques en se reportant aux clauses Incoterms dans leur contrat. Il est
ainsi possible d’éviter les malentendus et les litiges.

Page 22 de 33
Branche Commerce Logistique

Les contractants sont libres d'utiliser ces clauses ou non. Quand ils les
utilisent, ils préfèrent alors la sécurité des règles internationales uniformes à
l'incertitude d'une interprétation différente des mêmes formules.
Même si les parties soumettent le contrat aux principes des Incoterms, elles
peuvent modifier ou compléter ces règles. Ces dispositions spéciales ont la
priorité dans les contrats individuels. Lorsque, par exemple, une entreprise
exige de ses fournisseurs, lors d'un contrat CAF, que l'assurance maritime
mais également l'assurance contre le risque de guerre soient couvertes par
eux, elle peut prescrire la formule « Incoterms CAF plus assurance contre le
risque de guerre ».
Les clauses Incoterms sont uniquement appliquées entre les parties du
contrat d'achat, entre le vendeur et l'acheteur. Elles ne sont pas appliquées
dans le cadre des contrats de transport. Normalement, la marchandise est
transférée du vendeur au transporteur, avant que le chargement ne se fasse
à bord (pour un transport par container ou un transport par camion, par
exemple). Les clauses Incoterms « Transporteur libre (lieu cité) » et « Franco
de port (lieu) » doivent alors être utilisées.
Ainsi les INCOTERMS, bien que facultatifs, sont des clauses standardisées
et reconnues, qui permettent d’éviter les litiges en répartissant clairement
entre l’acheteur et le vendeur :

• les frais,
• les risques.

Que règlent les clauses Incoterms ?


Concrètement, dans un contrat de vente international, les Incoterms vont
clarifier les points suivants :
1. Situer le point critique du transfert des risques du vendeur à l'acheteur
dans le processus d'acheminement des marchandises (risques de perte,
détérioration, vol des marchandises) permettant ainsi à celui qui supporte
ces risques de prendre ses dispositions notamment en terme
d'assurance ;
2. Indiquer qui du vendeur ou de l'acheteur doit souscrire le contrat de
transport ;
3. Répartir entre les deux les frais logistiques et administratifs aux
différentes étapes du processus ;
4. Préciser qui prend en charge l'emballage, le marquage, les opérations de
manutention, de chargement et de déchargement des marchandises ou
l'empotage et le dépotage des conteneurs ainsi que les opérations de
d'inspection ;
5. Fixer les obligations respectives pour l'accomplissement des formalités
d'exportation et / ou d'importation, le règlement des droits et taxes
d'importation ainsi que la fourniture des documents.
Par contre, les clauses Incoterms ne règlent pas :
• La transition de la propriété ;
• Le déroulement du paiement ;
• La loi régissant le contrat ;
• Le tribunal compétent.

Page 23 de 33
Branche Commerce Logistique

Voici quelques clauses Incoterms ainsi que leurs explications :


EXW = EX Works = de l’usine à l’usine … (lieu convenu)

Code EXW : responsabilité de l’exportateur Code EXW : responsabilité de l’importateur


(vendeur) (acheteur)
L'unique responsabilité du vendeur est de L'acheteur supporte tous les frais et risques
mettre la marchandise, dans un emballage inhérents au transport, du départ de l'usine
adapté au transport, à la disposition de au lieu de destination.
l'acheteur dans ses locaux (en général, le
prix inclut la mise sur palette).
FOB = Free On Board = Franco A Bord… (port d’embarquement convenu)

Code FOB : responsabilité de l’exportateur Code FOB : responsabilité de l’importateur


(vendeur) (acheteur)
La marchandise est placée à bord du navire L'acheteur désigne le navire et paie le fret.
par le vendeur. Les formalités d'exportation Le transfert des frais et risques se fait au
incombent au vendeur. moment où la marchandise passe le
bastingage du navire.
CIP = Carriage and Insurance Paid to = Port et Assurance Payée… (point de destination
convenu)

Code CIP : responsabilité de l’exportateur Code CIP : responsabilité de l’importateur


(vendeur) (acheteur)
Le vendeur maitrise la chaine logistique. Après Les risques d'avaries ou de perte sont
avoir pris en charge le dédouanement export, il supportés par l’acheteur à partir du
choisit les transporteurs et paie les frais moment où les marchandises ont été
jusqu'au lieu convenu. Le vendeur doit fournir remises au premier transporteur. Ensuite,
en plus une assurance transport. Le vendeur l’acheteur prend en charge le
conclut le contrat de transport, paie le fret et la dédouanement import et les frais de
prime d'assurance. déchargement.

Page 24 de 33
Branche Commerce Logistique

DDP = Delivered Duty Paid = Rendu Droits Acquittés… (lieu de destination convenu)

Code DDP : responsabilité de l’exportateur Code DDP : responsabilité de l’importateur


(vendeur) (acheteur)
Le vendeur a ici l'obligation maximale, les L’acheteur prend livraison au lieu de
transferts de frais et de risques se font à la destination convenu et paye les frais de
livraison chez l'acheteur. Le dédouanement déchargement.
import lui incombe aussi !

Vous trouvez la liste complète des Incoterms 2000 en annexe.

5. La gestion de stock
En tant que partie intégrante de la logistique, la gestion des stocks
s’effectue pendant la période comprise entre l’approvisionnement et la
vente. La difficulté consiste à avoir suffisamment de marchandises en
stock afin de pouvoir satisfaire le plus grand nombre de clients possible
(objectif : capacité de livraison élevée) tout en évitant d’avoir trop de
marchandises en stock, ce qui entraîne inévitablement une
augmentation des coûts (objectif : rotation des stocks élevée).

5.1 RATIOS ET COÛTS DE STOCKAGE


Les ratios de stock sont la condition d’une Objectif détaillé 1.10.3.1
gestion des stocks avantageuse. Ces
ratios peuvent être établis pour tout le a) Je sais calculer les trois plus importantes données
stock de marchandises, pour des groupes de stock sur la base d’exemples donnés et expliquer
leur signification.
de marchandises individuels ou pour b) Je sais interpréter les données calculées par
chaque article individuel. rapport à l’exemple en question.

Stock
Le stock moyen indique quelle était la quantité moyenne des
marchandises stockées durant une année. Différentes méthodes de
calcul existent dans la pratique.
Lors de l’inventaire annuel :
stock initial (au 01.01.) + stock final (au 31.12.)
Stock moyen = -------------------------------------------------------------------------------------
2

Lors de l’inventaire trimestriel :


stock initial (au 01.01.) + 4 stocks (de fin de trimestre)
Stock moyen = -------------------------------------------------------------------------------------
5

Page 25 de 33
Branche Commerce Logistique

Lors de l’inventaire mensuel :


stock initial (au 01.01.) + 12 stocks (de fin de mois)
Stock moyen = -------------------------------------------------------------------------------------
13

Plus le nombre de stocks pris en compte est élevé, plus le calcul est
exact.

Rotation du stock
La rotation du stock (fréquence, vitesse de renouvellement) indique la
fréquence à laquelle le stock moyen est utilisé ou vendu.
utilisation des marchandises (consommation)
Rotation du stock = -------------------------------------------------------------------------------
stock moyen

La rotation du stock des différents types de marchandises peut varier


beaucoup.
Une augmentation de la rotation du stock apporte des avantages
importants :
• Diminution du besoin en capital
• Economie d’intérêts
• Diminution des coûts de stockage
• Diminution du risque de stockage
La rotation du stock peut être améliorée comme suit :
a) en augmentant la consommation des produits par :
• des ventes spéciales
• un renforcement de la publicité
• le retrait de la gamme des marchandises qui se vendent mal.
b) en diminuant la quantité moyenne du stock par :
• des commandes plus petites et plus fréquentes
• l’achat sur appel (achat direct, livraison si nécessaire)
• a création de plans d’approvisionnement
• la détermination de stocks maximum
• l’augmentation de la fréquence des contrôles de stocks
• le principe "just-in-time"

Durée moyenne de stockage


La durée moyenne de stockage indique pendant combien de temps les
marchandises restent en moyenne en stock. Elle indique la période
comprise entre l’entrée en stock et la sortie du stock des marchandises
et est déterminée en fonction de la rotation de stock.
Plus la rotation de stock d’une marchandise est élevée, plus courte est
la durée moyenne de stockage

360
Durée moyenne de stockage = --------------------------------------------------------
Rotation du stock

Page 26 de 33
Branche Commerce Logistique

Exemple : Rotation du stock = 9 x


Durée moyenne de stockage = 360 : 9 = 40
Autrement dit, cette marchandise reste en moyenne 40 jours en stock.
La comparaison des ratios avec les années précédentes ou d’autres
entreprises permet d’en apprendre beaucoup sur la rentabilité de
l’entreprise.

5.2 COÛTS DE STOCKAGE


Tout stockage entraîne des coûts.
a) Frais de personnel
o Salaires et rémunérations des employés chargés des stocks
o Prestations sociales pour les employés chargés des stocks.
b) Coûts de l’entrepôt (coûts de l'espace)
o Amortissements pour la dépréciation des installations de stockage
o Loyers
o Intérêts du capital investi Objectif détaillé 1.10.3.2
o Coûts de maintenance
o Chauffage, électricité, eau Je cite correctement les quatre composantes des
o Nettoyage coûts de stockage. Sur la base d’exemples que j’ai
o Primes d’assurances (assurance personnellement choisis, je les explique de manière
incendie). simple et intelligible à un collègue.

c) Coûts des marchandises entreposées (frais du capital, risques de


stockage)
o Intérêts du capital investi dans les marchandises en stock (capital
improductif)
o Détérioration, obsolescence, mise au rebut
o Rebut à la suite d’un traitement non approprié (casse, dommage, vol)
o Primes d’assurance (assurance incendie, assurance contre le vol).
d) Coûts des machines et autres instruments de travail utilisés
o Amortissements pour la perte de valeur des machines
o Coûts d’entretien
o Coûts des réparations
o Coûts de fonctionnement (électricité, mazout)
o Primes d’assurance.
Un stock trop important génère donc des coûts inutiles de stockage et
d’intérêts. De plus, le risque de stockage augmente lorsque les stocks sont
élevés (marchandises obsolètes, abîmées, mises au rebut).
Lorsque le stock est trop faible, le personnel n’est pas suffisamment
occupé et les machines pas suffisamment utilisées. Cela peut entraîner des
perturbations au niveau de la production ou la perte de clients. Des achats
plus rapides et plus chers sont nécessaires. Des rabais en fonction des
quantités ne peuvent pas être octroyés (voir le degré de disponibilité à la
livraison).
Les coûts des entrepôts et des machines utilisées sont pour la plupart des
coûts fixes, ce qui signifie qu’ils restent constants même en cas de
fluctuations des stocks (par exemple : le loyer de l’entrepôt et le salaire des
employés).

Page 27 de 33
Branche Commerce Logistique

Par contre, les coûts des marchandises entreposées sont des coûts
variables comme ils varient en fonction du stock.

5.3 OBJECTIFS DE LA GESTION DE STOCK


Disponibilité à la livraison
Il n’est en général pas possible de Objectif détaillé 1.10.3.3
maintenir la disponibilité à la livraison à
100 % car cela entraînerait des coûts A l’attention d’un profane et sur la base d’un exemple
de gestion des stocks trop élevés. Par que j’ai personnellement choisi, je décris avec mes
rapport au degré de disponibilité à la propres mots et de manière compréhensible les trois
livraison, diverses opinions se objectifs essentiels de la gestion de stock ainsi que les
retrouvent toujours au sein d’une conflits entre lesdits objectifs.
entreprise. Tandis que le département des ventes est intéressé par une
disponibilité des marchandises de 100 % si possible, le département des
finances pousse à réduire les marchandises en stock.

Quantité livrée
Degré de disponibilité à la livraison = -------------------------------- x 100
Quantité commandée

Le degré de disponibilité à la livraison indique quelle est la quantité de


marchandises commandées pouvant être livrée. Un niveau de disponibilité à
la livraison de 95 % est déjà considéré comme excellent.

Réduction des coûts


Voir Coûts de stockage.
Exemple
Le fait de renoncer à l’utilisation de machines au sol (chariots élévateurs)
permet d’économiser les frais d’entretien et d’investissement. En revanche,
les coûts du personnel augmentent car il faut engager davantage de
travailleurs pour le renouvellement des marchandises. De même, aucune
palette ne peut être stockée sur des étagères dans l’entrepôt, ce qui peut de
nouveau entraîner une mauvaise utilisation de la place de stockage.

Réduction de l’immobilisation du capital


Voir « Rotation du stock ».

5.4 INVENTAIRE ET INVENTORIER


En inventoriant, on saisi le niveau effectif de l’avoir (fortune) des biens (de
même que le niveau du stock) et les créances pour une période donnée, par
quantité et par valeur. En général, l’inventaire est effectué à la fin de l’année
à l’aide de comptages, mesures ou pesages (inventaire physique). Le fait
d’inventorier est déterminant pour la création d’un inventaire (répertoire du
stock) et du bilan.

Page 28 de 33
Branche Commerce Logistique

Dans la pratique, l’inventaire peut prendre les formes suivantes :

Types d’inventaire

Inventaire au Inventaire Inventaire par Inventaire différé


jour de référence permanent échantillonnage

Inventaire au jour de référence


L’inventaire au jour de référence possède le même jour de référence que le
bilan.
Inventaire permanent
Les périodes de l’inventaire physique et de l’établissement de l’inventaire
divergent. A des périodes quelconques de l’exercice, un inventaire physique
est établi et une mise à jour des stocks est effectuée par type, quantité et
valeur. L’inventaire peut être effectué en plusieurs phases. L’inventaire
permanent présuppose la tenue d’un registre des stocks reprenant toutes les
entrées et sorties.
Inventaire par échantillonnage
Un inventaire par échantillonnage est autorisé lorsque l’échantillon est
représentatif et que la marge d’erreur
ne dépasse pas une certaine valeur. Objectif détaillé 1.10.3.4
Un procédé mathématique permet de
calculer la quantité globale à partir de a) Je sais expliquer avec mes propres mots et de
l’échantillon. manière compréhensible les termes « inventaire » et
inventorier ».
Inventaire différé b) Je sais justifier de manière compréhensible la
nécessité d’inventorier.
Afin de réduire la charge de travail le c) Je cite par cœur cinq raisons possibles de
jour de l’établissement du bilan, différences d’inventaire.
l’inventaire peut être effectué dans une
période de trois mois avant et de deux
mois après le jour de référence de l’établissement du bilan. La saisie des
mouvements entre le jour de l’inventaire et le jour de référence de
l’établissement du bilan s’effectue en fonction du livre comptable. Les
valeurs doivent être mises à jour le jour de référence de l’établissement du
bilan, respectivement un calcul rétroactif doit être effectué.
Erreurs de quantités (différences d’inventaire)
Lors de l’analyse de l’inventaire, les valeurs THEORIQUES sont comparées
avec les valeurs REELLES. Tous les postes pour lesquels des divergences
sont constatées sont recalculés. Si la valeur calculée se confirme, les
divergences sont indiquées en tant que différence d’inventaire.

Page 29 de 33
Branche Commerce Logistique

Causes possibles des erreurs de quantités dans le stock REEL :


• Erreur d’entrée de marchandises
• Différences de livraison non reconnues
• Casse
• Vol
Causes possibles des erreurs de quantités dans le stock THEORIQUE :
• Erreur de saisie lors d’entrées ou de sorties de marchandises
• Mouvements de stocks non saisis ou saisis à double
• Saisie du mauvais article
En règle générale, les différences d’inventaires constituent des pertes. Dès
lors, elles sont imputées en tant que charge dans le compte de résultat de
l’entreprise. Dans le bilan, les stocks de marchandises doivent être revus à
la baisse en fonction de la valeur correspondante.
Responsabilités
Le propriétaire de l’entreprise est responsable du bon établissement de
l’inventaire d’une entreprise. Dans les sociétés anonymes, il s’agit de la
personne chargée de la gestion des stocks avec la Direction.

5.5 STOCKAGE DES MARCHANDISES


Fonction de stockage, objectifs du stockage
On distingue les objectifs suivants :
a) Stock de réserve
Pour les produits alimentaires, les matières énergétiques et les matières
premières. Les stocks de réserve sont créés :
¾ pour compenser les fluctuations saisonnières
¾ pour combler la différence entre l’offre et la demande
¾ pour parvenir à une utilisation la plus équilibrée possible des moyens de
production
¾ pour que les coûts d’approvisionnement des grandes quantités soient les
plus faibles possibles (rabais)
¾ à des fins de spéculation (exploitation des cours entre les devises).
b) Stock de transbordement
Un stock de transbordement ne nécessite pas vraiment de gestion des
stocks. Les marchandises existantes sont stockées temporairement pour les
raisons suivantes :
¾ Transbordement d’un moyen de transport à un autre
¾ Tri des expéditions
¾ Préparation des livraisons pour le chargement.
Ces stocks sont exploités par des entreprises d'expédition, des entreprises
de transport ou d’autres entreprises spécialisées. La majorité de ces stocks
sont situés aux nœuds routiers, points de rencontre de différents transports.

Page 30 de 33
Branche Commerce Logistique

Exemples de stocks de transbordement typiques :


¾ Ports maritimes Objectif détaillé 1.10.3.5
¾ Gares de marchandises
¾ Aéroports A l’aide d’exemples parlants et pragmatiques, je sais
¾ Terminaux de containers expliquer de manière compréhensible à un profane les
¾ Centres de tri du courrier et des notions relatives à la gestion de stock
colis

Les gestionnaires des stocks de transbordement sont généralement


spécialisés dans la gestion des formalités nécessaires :
¾ Accomplissement des formalités de douanes
¾ Contrôles de sécurité
¾ Etablissement de bordereaux de transport
¾ Calcul des frais de transport
c) Stock provisoire
Le stockage provisoire signifie la conservation des marchandises jusqu’à
leur enlèvement ou leur utilisation. Les marchandises ne sont pas traitées,
mais sont stockées provisoirement. Autrement dit, elles ressortent de
l’entrepôt comme elles y sont entrées.
Exemples d’entrepôts provisoires typiques :
¾ Consigne
¾ Casiers
¾ Boîte postale
¾ Entrepôt pour conteneurs
d) Stock de production
Les entrepôts de production sont créés pour garantir une production de
marchandises sans accrocs.
¾ Entrepôt de production en amont : la mission principale consiste à
approvisionner le secteur de la fabrication en matières premières et
produits semi-finis.
¾ Stockage intermédiaire dans la production : les produits semi-finis ne
pouvant être traités immédiatement sont stockés provisoirement.
¾ Entrepôt de production en aval : cet entrepôt de production en aval est
surtout utilisé pour :
• l’approvisionnement constant du commerce et de la vente,
• la prise en charge des excédents de production,
• l’équilibre entre l’offre et la demande.
e) Entrepôt de maturation
Tout comme la qualité de divers produits alimentaires dépend de la
fraîcheur, certains produits ont besoin d’une certaine maturation.
• Fromage,
• Vin, bière, spiritueux,
• Fruits (bananes).
f) Entrepôts frigorifiques
Différentes marchandises doivent être stockées dans un endroit frais ou froid
pour des raisons de conservation. Il s’agit surtout des denrées alimentaires
et des produits issus de l’industrie chimico-pharmaceutique. Les entrepôts

Page 31 de 33
Branche Commerce Logistique

frigorifiques les plus connus dans les ménages sont les congélateurs et
réfrigérateurs.
g) Entrepôt final
L’entrepôt final est utilisé pour : stocker en sécurité les matières qui ne sont
plus utilisées, c’est-à-dire les déchets, pendant une longue période dans des
entrepôts souterrains, des galeries ou des mines de sel non exploitées.

Types d’entrepôts
Les types d’entrepôts se distinguent par des conditions architecturales :
a) Entrepôt ouvert
Les entrepôts ouverts permettent de conserver des marchandises
insensibles aux conditions météorologiques et/ou non susceptibles d’être
volées.
o Les liquides dans des citernes
o Les marchandises en vrac comme le sable et le gravier
o Le bois non traité (dans la forêt)
o Les marchandises en ciment (tuyaux en ciment, dalles de jardin)
o Les palettes vides
o Les containers.
b) Entrepôts semi-ouverts
Les entrepôts semi-ouverts sont des aires de stockage couvertes dont le
côté latéral est ouvert. Dans ces entrepôts sont stockés les articles devant
être protégés de la pluie.
o Véhicules et engins de chantier
o Marchandises en acier
o Planches en bois grossièrement sciées
o Matériaux de construction comme les briques et les tuiles.
c) Entrepôts fermés
Les entrepôts fermés sont utilisés pour les marchandises sensibles aux
conditions météorologiques et susceptibles d’être volées. Les bâtiments
peuvent comporter un ou plusieurs étages, avec ou sans installations de
stockage.
Les types d’entrepôts se distinguent davantage en fonction des critères
suivants :
¾ Aire de stockage suspendue Aire de stockage pour marchan
dises suspendues
¾ Aire de stockage au sol Entreposage compact, marchan-
dises en vrac
¾ Entreposage sur des rayonnages Rayonnages pour produits
spéciaux, pour produits fixes ou
mobiles, produits spécialisés,
pour palettes

Page 32 de 33
Branche Commerce Logistique

Flux de marchandises en stock


La répartition la plus simple et la plus efficace dans l’entrepôt se fait en
fonction du flux de marchandises. Cette répartition est possible dans des
entrepôts ou des installations de stockage particulières.

Réception des Contrôle des Stockage Prélèvement / Emballage Expédition


marchandises marchandises préparation

Risques du stockage
Les risques de stockage et les dangers dans l’entrepôt sont tout aussi
différents que les entrepôts eux-mêmes. Ce risque est réduit grâce à des
mesures d’ordre personnel, architectural et organisationnel. En particulier
pour les marchandises dangereuses et les stocks spéciaux (trésor, banque),
des règles très strictes s’imposent. Les employés sont formés et contrôlés en
fonction.
Les risques de stockage peuvent être :
o Les marchandises dangereuses
o Les marchandises précieuses
o Les marchandises périssables, etc. (voir Coûts de stockage)

Principes de stockage
En pratique du principe Fifo (First In – First Out), le produit qui est arrivé le
premier dans le stock sera le premier à sortir du stock (pour être vendu ou
utilisé). Cette méthode est très utilisée notamment pour les produits
périssables.
En pratique de principe Lifo (Last In- First Out), le dernier produit qui est
arrivé dans le stock sera le premier à sortir du stock (Une illustration
courante de ce traitement est la pile d'assiettes sales : la dernière posée sur
le dessus de la pile est la première lavée).
Dans les deux stratégies de stockage suivantes - le principe Hifo
(Highest In – First Out) et le principe Lofo (Lowest In – First Out) –
l’emplacement des marchandises sera déterminé par rapport au prix de la
marchandise à stocker.
En pratique du principe FeFo (First Expired – First Out), les marchandises
sont stockées, mais sont sorties du stock en fonction de l’échéance du
produit. Ce principe concerne avant tout le commerce des produits
alimentaires.

Page 33 de 33