Vous êtes sur la page 1sur 121

STATION D’EPURATION DES EAUX USEES DE LA VILLE DE DAKHLA

APPEL D'OFFRES SUR PERFORMANCES

PRESCRIPTIONS TECHNIQUES GENERALES DE REALISATION

JUIN 2010

SPECIFICATIONS DE REALISTION – STEP DAKHLA

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

SOMMAIRE

1. GENERALITES

1

1.1. DEFINITIONS

 

1

1.2. PRESCRIPTIONS GENERALES

1

 

1.2.1. OBJET DU PRESENT DOCUMENT

 

1

1.2.2. NORMES ET REGLEMENTATION

1

1.2.3. PROVENANCE ET QUALITE DES MATERIAUX

2

1.2.4. CONTROLE DES MATERIAUX

 

2

1.3. PIECES DETACHEES

 

3

1.4. DOCUMENTS DES OUVRAGES EXECUTES

 

4

1.5. ECHAFAUDAGES SECURITE

 

5

 

1.5.1. DISPOSITIONS GENERALES

 

5

1.5.2. ECHAFAUDAGE FIXES EN BOIS

6

1.5.3. ECHAFAUDAGES

FIXES

EN METAL

6

1.5.4. ECHAFAUDAGES

FIXES

SUR ROUES

7

1.5.5. ECHAFAUDAGES

VOLANTS

7

1.5.6. DISPOSITIONS DIVERSES

 

7

2. TERRASSEMENT - FONDATION - VRD

 

8

2.1.

TERRASSEMENT

8

2.1.1. GENERALITES

8

2.1.2. QUALITE DES MATERIAUX

 

9

2.1.3. EXECUTION DES TRAVAUX

10

2.1.4. CONTROLES

16

2.2.

FONDATIONS

16

2.2.1. GENERALITES

16

2.2.2. QUALITE DES MATERIAUX

 

17

2.2.3. EXECUTION DES TRAVAUX

17

2.3.

VOIRIES - RESEAUX DIVERS - ASSAINISSEMENT - CLOTURE - ESPACES VERTS

20

2.3.1. GENERALITES

20

2.3.2. QUALITE DES MATERIAUX

 

21

2.3.3. EXECUTION DES TRAVAUX DE VOIRIE

21

2.3.4. EXECUTION DE TRAVAUX DE RESEAUX ELECTRIQUES

23

2.3.5. EXECUTION DES TRAVAUX DE RESEAUX HYDRAULIQUES

24

2.3.6. EXECUTION DE LA CLOTURE DEFINITIVE

27

2.3.7. ESPACES VERTS

28

3. BETON

29

3.1.

GENERALITES

29

3.1.1. TRAVAUX INCLUS

29

3.1.2. TRAVAUX ASSOCIES

29

3.1.3. DOCUMENTS DE REFERENCE

 

29

3.1.4. DOCUMENTS A REMETTRE PAR LENTREPRISE

33

3.2.

QUALITE DES MATERIAUX

34

3.2.1. GENERALITES

34

3.2.2. PREPARATION DU BETON

 

35

3.2.3. ARMATURES

35

3.2.4. BETONS COULES EN PLACE

 

36

3.3.

EXECUTION DES TRAVAUX

37

3.3.1. FABRICATION DU BETON

 

37

3.3.2. MISE EN PLACE DU BETON

38

3.3.3. JOINTS DE REPRISE

38

3.3.4. BETONNAGE PAR TEMPS FROID

 

39

3.3.5. METHODE DE CURE DU BETON

39

3.3.6. UTILISATION DE PLASTIFIANT REDUCTEUR DEAU - HYDROFUGE DE MASSE - ENTRAINEUR

DAIR ET AUTRES ADJUVANTS

40

3.3.7. MISE EN OEUVRE DES COFFRAGES

40

3.3.8. LIVRAISON ET STOCKAGE DES ACIERS

41

3.3.9. EXECUTION DES FERRAILLAGES POUR BETON ARME

42

3.3.10. BETON PRECONTRAINT

42

3.3.11. ETAT DE FINITION DES OUVRAGES - TOLERANCES

42

3.3.12. INSERTS - TROUS - SCELLEMENTS

44

3.3.13. EXECUTION DES SUPERSTRUCTURES

44

3.3.14. EXECUTION DES MAÇONNERIES

44

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

 

3.3.15. EXECUTION DES ENDUITS CIMENTS

45

3.3.16. EXECUTION DES CHAPES CIMENTS

47

3.3.17. OUVRAGES DIVERS EN BETON

49

3.3.18. JOINTS

49

3.3.19. AUTRES OUVRAGES

50

3.4.

ESSAIS DETANCHEITE DES OUVRAGES DE GENIE CIVIL

51

4. COUVERTURE - BARDAGE - ETANCHEITE

52

4.1. GENERALITES

52

 

4.1.1. TRAVAUX INCLUS

52

4.1.2. TRAVAUX ASSOCIES

52

4.1.3. DOCUMENTS DE REFERENCE

52

4.1.4. DOCUMENTS A REMETTRE PAR L’ENTREPRISE

52

4.2. QUALITE DES MATERIAUX

53

4.3. EXECUTION DES TRAVAUX

53

 

4.3.1. CHARPENTE

53

4.3.2. COUVERTURE - BARDAGE - ETANCHEITE

53

5. SECOND OEUVRE

54

5.1. GENERALITES

54

 

5.1.1. TRAVAUX INCLUS

54

5.1.2. DOCUMENTS DE REFERENCE

54

5.1.3. DOCUMENTS A REMETTRE PAR L’ENTREPRISE

54

5.2. QUALITE DES MATERIAUX

55

5.3. EXECUTION DES TRAVAUX

56

 

5.3.1. SERRURERIE - MENUISERIES METALLIQUES

56

5.3.2. MENUISERIE BOIS - CLOISONS - DOUBLAGES

57

5.3.3. FAUX PLAFONDS

60

5.3.4. PEINTURE

62

5.3.5. REVETEMENTS SOUPLES - SOLS ET MURS

63

5.3.6. CONSISTANCE DES TRAVAUX

63

5.3.7. REVETEMENTS DURS - SOLS ET MURS

65

5.3.8. SANITAIRES

66

5.3.9. COUVERTURES POUR CANIVEAUX

69

6. ELECTRICITE

70

6.1. GENERALITES

70

 

6.1.1. TRAVAUX INCLUS ET ASSOCIES

70

6.1.2. DOCUMENTS DE REFERENCE

70

6.1.3. DOCUMENTS A REMETTRE PAR LENTREPRISE

71

6.1.4. REGLES DE CONCEPTION GENERALES

71

6.1.5. CONDITIONS DE CALCUL

74

6.2. QUALITE DES MATERIAUX - EXECUTION DES TRAVAUX

74

 

6.2.1. PROTECTION

74

6.2.2. POSTE DE LIVRAISON MT

76

6.2.3. CELLULES MOYENNE TENSION

77

6.2.4. TRANSFORMATEURS MT/BT

77

6.2.5. PROTECTION GENERALE BASSE TENSION

78

6.2.6. COMPENSATION DE LENERGIE REACTIVE - CONDENSATEURS

78

6.2.7. ARMOIRES ELECTRIQUES DE COMMANDE, DE PROTECTION ET DE CONTROLE INSTALLEES

 

A LINTERIEUR DES BATIMENTS

78

6.2.8. ARMOIRES OU COFFRETS ELECTRIQUES INSTALLES A LEXTERIEUR DES LOCAUX

80

6.2.9. APPAREILLAGE ELECTRIQUE BASSE TENSION

81

6.2.10. APPAREILLAGE ELECTRONIQUE

82

6.2.11. PROTECTION CONTRE LES SURTENSIONS

83

6.2.12. ECLAIRAGE ET PRISES DE COURANT

83

6.2.13. APPAREILS DE CHAUFFAGE

84

6.2.14. VENTILATION (CONTROLE DE LA TEMPERATURE)

84

6.2.15. MOTEURS ELECTRIQUES

85

6.2.16. DISPOSITIFS DE DEMARRAGE DES MACHINES ELECTRIQUES

87

6.2.17. TELEPHONE

87

6.2.18. CANALISATIONS ELECTRIQUES

88

6.2.19. ESSAIS ET CONTROLES

91

7. EQUIPEMENTS ELECTROMECANIQUES ET HYDROMECANIQUES - EQUIPEMENTS ANNEXES

93

7.1.

GENERALITES

93

7.1.1. TRAVAUX INCLUS

93

7.1.2. DOCUMENTS DE REFERENCE

93

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

 

7.1.3. REMISE DE DOCUMENTS

94

7.1.4. REGLES DE CONCEPTION GENERALE

94

7.1.5. CONDITIONS DE CALCUL

96

7.2. QUALITE DES EQUIPEMENTS

96

7.3. EXECUTION DES TRAVAUX

96

 

7.3.1. LIVRAISON

96

7.3.2. MONTAGE SUR LE SITE

96

7.3.3. PROTECTION DU MATERIEL INSTALLE EN COURS DE CHANTIER

96

7.3.4. CONTROLE QUALITE ET ESSAIS DES EQUIPEMENTS

96

7.3.5. PROTECTION CONTRE LA CORROSION

96

8. TELESURVEILLANCE

96

8.1.

GENERALITES

96

8.1.1. TRAVAUX INCLUS

96

8.1.2. DOCUMENTS DE REFERENCE

96

8.1.3. DOCUMENTS A REMETTRE

96

8.1.4. REGLES DE CONCEPTION GENERALES

96

9. EQUIPEMENTS DEXPLOITATION ET DE BUREAUX

96

9.1. GENERALITES

96

 

9.1.1. TRAVAUX INCLUS

96

9.1.2. TRAVAUX ASSOCIES

96

9.2. QUALITE DES MATERIAUX

96

oOo

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

1. GENERALITES

1.1. DEFINITIONS

Le « Titulaire » (encore appelé l’Entreprise, l’Entrepreneur Concepteur/Réalisateur ou le Constructeur) assure la conception de l’installation (dont l’établissement du « Projet détaillé »), réalise les travaux (la réalisation comprend aussi les études d’exécution) et assure l’exploitation de la station pendant l’année de garantie.

1.2. PRESCRIPTIONS GENERALES

1.2.1. OBJET DU PRESENT DOCUMENT

Les spécifications ci-après décrivent la réalisation des travaux, y compris les études d’exécution, et ont un caractère récapitulatif et indicatif des exigences minimales à respecter ; elles ne se substituent pas à des exigences plus sévères des règlements, normes et textes officiels ; elles attirent l’attention de l’Entreprise sur la qualité des travaux attendue par le Maître d’Ouvrage.

Elles ne constituent pas à ce titre un récapitulatif exhaustif des procédures et contrôles à observer, mais représentent un cadre à partir duquel tout problème d’interprétation entre le Maître d’Ouvrage, le Maître d’Ouvrage et l’Entreprise doit trouver un principe de règlement.

A ce titre, l’Entreprise doit une installation finie, en tout point conforme aux descriptions des différentes pièces du marché, apte à fonctionner dans les règles de l’art pour le montant du prix global forfaitaire indiqué à l’acte d’engagement.

La rédaction du texte au futur simple doit se comprendre comme une description des actions et travaux à réaliser dans le futur pendant la réalisation des travaux ; toutes les prescriptions et spécifications ci-après sont donc applicables au présent marché.

Sauf stipulation explicite, tous les travaux, prestations, essais, contrôles,

approvisionnements,

Le Titulaire transmet aux différents intervenants les plans, notes de calcul… et les demandes d’approvisionnement spécifique.

sont compris dans le prix global forfaitaire.

1.2.2. NORMES ET REGLEMENTATION

D’une façon générale, tous les travaux, matériaux, matières et produits devront satisfaire aux normes marocaines en vigueur à la signature du marché. Les travaux de Génie civil notamment, respecteront les dispositions du CCTG marocain.

Dans le cas où il n'existerait pas de normes marocaines à cette époque, on se référera aux normes AFNOR, DIN, ISO ou équivalentes également en vigueur à la date de signature du marché ou, à défaut, aux règles de l'art usuelles, dont certaines sont rappelées ou précisées dans les présentes spécifications.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

1.2.3. PROVENANCE ET QUALITE DES MATERIAUX

Tous les matériaux, matières et produits utilisés dans la construction des ouvrages faisant l'objet du présent Marché proviendront de carrières ou d'usines agréées par le Maître de l’ouvrage. L'Entrepreneur ne pourra, en aucun cas, se prévaloir de l'éviction par le Maître de l'ouvrage de fournisseurs ou sous-traitants pour demander une majoration quelconque sur le prix forfaitaire de la fourniture.

Conformément aux instructions des circulaires ministérielles du 12.2.1959 et du 6.10.1959, les matériaux et produits proviendront, chaque fois que possible, de l'industrie et de l'artisanat du pays. Le Maître de l’ouvrage sera seul compétent pour juger de la qualité des matériaux et décider de leur lieu d'emploi. En particulier, le lieu de provenance des matériaux ne pourra en aucune façon préjuger de leur qualité.

Chaque espèce de matériaux, matières et produits devra satisfaire aux normes marocaines en vigueur à la signature du marché. Dans le cas où il n'existerait pas de normes marocaines à cette époque, on se référera aux normes AFNOR, DIN, ISO ou équivalentes également en vigueur à la date de signature du marché ou, à défaut, aux règles de l'art usuelles, dont certaines sont rappelées ou précisées dans les présentes spécifications.

Le Maître de l’ouvrage pourra effectuer aux frais de l'Entrepreneur tous les essais qu'il estimerait nécessaires pour vérifier que les matériaux sont de bonne qualité et conformes aux règles de l'art et aux spécifications imposées. Ces essais sont complémentaires à ceux que l'Entrepreneur est tenu d'effectuer également à ses frais. Le Maître de l'Ouvrage pourra exiger l'éloignement du chantier des matériaux ne satisfaisant pas aux conditions ci-dessus aux frais de l'Entrepreneur.

1.2.4. CONTROLE DES MATERIAUX

Le Maître de l'Ouvrage se réserve le droit de contrôler tous les chantiers, ateliers et magasins de l'Entrepreneur et de ses fournisseurs pour la fabrication, le stockage et le transport de tous les matériaux. A cet effet, il pourra nommer des agents spéciaux ou s'y faire représenter par des organismes de contrôle de son choix.

Pendant toute la période de construction, l'Entrepreneur donnera toutes les facilités aux représentants dûment habilités du Maître de l'Ouvrage pour permettre le contrôle complet des matériaux ainsi que pour effectuer tout essai sur ceux-ci.

Les contrôles ne diminuent en rien la responsabilité de l'Entrepreneur quant à la bonne qualité des matériaux, matières et produits.

L'Entrepreneur et les fournisseurs livreront gratuitement aux laboratoires de contrôle toutes les quantités requises, pour les essais qui s’avéreraient nécessaires. Le nombre et la nature de ces essais seront définis par le Maître de l'Ouvrage. La sélection des échantillons sera effectuée par le Maître de l'Ouvrage en présence de l'Entrepreneur qui recevra un procès-verbal.

Le Maître de l'Ouvrage se réserve le droit de prélever, à tout moment, des échantillons de tous les matériaux destinés à être incorporés dans les ouvrages, afin de procéder aux essais. L'Entrepreneur fournira la main d’œuvre nécessaire aux essais, ainsi que la main d’œuvre et le matériel pour l'obtention et le transport des échantillons. Il acceptera toute interruption des travaux occasionnée par ce fait ou par les résultats des essais. L'Entrepreneur respectera les consignes qui lui seront données, soit en vue des contrôles, soit à la suite de ces contrôles.

Dans le cas contraire, le Maître de l'Ouvrage pourra exiger par écrit, l'arrêt des travaux. Les travaux ne reprendront qu'au reçu d'une autorisation écrite.

Tous les résultats des essais seront communiqués à l'Entrepreneur.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

Des rapports seront établis chaque mois, indiquant les quantités de matériaux en stock, leurs provenances, leurs lieux de stockage antérieur et les quantités utilisées dans chaque partie des ouvrages.

Pour les matériaux et procédés de construction utilisés pour les ouvrages, tous les essais effectués pour juger des qualités de ces matériaux seront agréés par le Maître de l'Ouvrage et conformes en principe, aux normes françaises AFNOR, si cela n'est pas indiqué explicitement dans les présentes spécifications. Quand ces normes feront défaut, le Maître de l'Ouvrage en fixera d'autres, appropriées au type de matériaux ou de procédé à utiliser.

Le Maître de l'Ouvrage pourra effectuer aux frais de l'Entrepreneur tous les essais qu'il estimerait nécessaires pour vérifier que les matériaux sont de bonne qualité et conformes aux règles de l'art et aux spécifications imposées.

Ces essais sont complémentaires à ceux que l'Entrepreneur est tenu d'effectuer également à ses frais.

Le Maître de l'ouvrage pourra exiger l'éloignement du chantier des matériaux ne satisfaisant pas aux conditions ci-dessus aux frais de l'Entrepreneur.

1.3. PIECES DETACHEES

En plus des équipements principaux dont le CCTP a spécifié l’obligation d’une redondance et dont la liste exhaustive sera jointe au mémoire justificatif et technique, l’Entreprise fournira au moment de la réception au minimum les pièces de rechanges suivantes, à adapter en fonction :

Electricité :

jeux de fusibles de chaque calibre,

luminaires de chaque type,

jeux de relais de chaque type,

jeux de fin de courses de chaque type,

jeux de capteurs de niveau de chaque type.

4

4

2

2

2

Hydromécanique :

joints plats pour brides de chaque couple DN/PN,

joints de démontage autobutés à choisir dans les diamètres les plus utilisés,

vannes opercule à choisir dans les diamètres les plus utilisés,

vannes guillotine à choisir dans les diamètres les plus utilisés,

jeu de clapets de toutes les centrales à huile,

jeu de filtre de toutes les centrales à huile,

jeux de flexibles hydrauliques à choisir dans les types les plus utilisés,

12 mois de consommation des huiles spécifiques d’appareillage (au minimum

2

5

5

5

1

1

5

2 vidanges).

Mesures (selon le procédé mis en œuvre) :

capteurs oxygène dissous ou redox,

capteurs mesure de voile de boues,

capteurs H 2 S,

capteurs de chaque type pour la filière désodorisation.

2

2

2

2

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

Traitement :

De manière générale, toutes les pièces d’usure ou de fonctionnement courant sont à fournir à titre de rechange à hauteur de 10 % pour les pièces en grand nombre, à hauteur de 2 jeux pour les pièces unitaires, par exemple :

2 jeux du système d’entraînement et/ou de commande des dégrilleurs,

2 jeux des pièces d’usures mécaniques (galets de roulement des ponts, racles caoutchoucs des racleurs, ),

2 réducteurs de turbines,

10 % des surfaces de membranes posées (si mise en oeuvre),

10 % des diffuseurs pour aération (si mise en oeuvre),

10 % des buses d’injection d’air process et autres buses nécessaires au process de filtration pour filtres biologiques (si mise en oeuvre),

10 % des têtes de sprinkler pour lits (si mise en oeuvre).

Télétransmission :

5 % des organes interchangeables selon architecture et matériels posés.

La liste détaillée des pièces de rechange (avec définition de la pièce, équipement destinataire, nombre d’exemplaires et fournisseurs) est jointe au projet détaillé de l’Entreprise.

Cette liste n’est pas exhaustive ; l’Entreprise peut souligner l’intérêt particulier qu’il a pris à rajouter certaines pièces.

Cette liste sera à mettre au point pendant la phase de choix des équipements.

1.4. DOCUMENTS DES OUVRAGES EXECUTES

Ces documents sont remis au plus tard quand l’Entrepreneur en demande la réception ; ils sont présentés sous forme de volumes indépendants répondant aux principes et aux ordres de priorité ci-après :

Volume 1 :

sommaire général détaillé,

présentation générale et principe de fonctionnement,

notice de conduite et de télésurveillance de l’ensemble des installations,

règles d’hygiène et de sécurité générales.

Volume 2 à n et pour chaque partie de la filière :

règles de sécurité particulières en exploitation,

plans généraux et synoptiques de fonctionnement,

plans d’implantation et d’occupation des sols et sous-sols avec spécifications de la nature des occupations,

notices constructeurs d’utilisation, de fonctionnement des appareillages,

notices d’entretien, de démontage et montage de tous joints et pièces d’usure avec correspondance sur la nomenclature avec référence à la codification informatique,

plans détaillés constructeurs des appareillages,

nomenclature des pièces avec référence à la codification des pièces,

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

fiches de résultats d’essais,

schémas électriques unifilaires,

chemins de câblage.

Volume n+1 : télésurveillance

Les plans de récolement sont remis :

sous forme papier, pliés au format A4 et rangés dans des boîtes archives par ouvrage,

sous

forme

informatique

(fichiers

correspondant aux ouvrages.

AUTOCAD

2000)

archivés

par

répertoires

Les documents des ouvrages exécutés (documents techniques et plans de récolement) sont à remettre en 6 exemplaires, dont 2 reproductibles.

1.5. ECHAFAUDAGES SECURITE

L’Entrepreneur doit exécuter des échafaudages convenables et s’assurer avant d’autoriser l’usage par son personnel, que ces échafaudages répondent aux normes de sécurité.

Les échafaudages doivent être constitués par des matériaux de bonne qualité, ils doivent être construits de manière à empêcher, en cours d’utilisation, le déplacement d’une quelconque partie.

1.5.1. DISPOSITIONS GENERALES

Les échafaudages fixes doivent être construits, entretoisés et contreventés de manière à supporter les charges auxquelles ils sont soumis et à résister aux contraintes résultant de la poussée du vent; ils doivent être solidement amarrés aux ancres à tout point présentant une résistance suffisante.

Les montants doivent reposer sur les sols ou assises d’une résistance suffisante.

L’assemblage des éléments horizontaux aux éléments verticaux doit être réalisé au moyen de dispositif spécialement conçus pour cet usage et doivent être fixés de manière à ne pas glisser sous les efforts auxquels ils sont soumis.

Les boulins doivent être soigneusement fixés à leur extrémité, leur écartement doit être en rapport avec les charges supportées et la nature du plancher.

Les planchers des échafaudages doivent avoir une largeur suffisante pour que la sécurité des travailleurs ne soit pas comprise.

Les planches et madriers doivent avoir une portée en rapport avec leur résistance et les charges supportées, et reposer sur trois boulins au moins, de manière à ne pas basculer.

Les planches et madriers de moins de 1,50 m peuvent reposer sur deux boulins.

S’il subsiste un porte - à faux dangereux ou lorsque l’installation ne comporte que deux boulins, le basculement doit être empêché par fixation.

Les planches et madriers d’une même file, doivent se recouvrir au-dessus d’un boulin sur une longueur d’au moins 10 cm de part d’autre de l’axe du boulin, lorsqu’ils sont mis bout à bout, de manière à éviter un ressaut, leurs extrémités doivent reposer sur deux boulins bien distincts.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

Les planches et madriers constituant le plancher d’un échafaudage doivent être placés les uns contre les autres, sans intervalles de façon à couvrir la portée des boulins.

Le bord du plancher d’un échafaudage ne doit pas être éloigné de plus de 20 cm de la construction. La pente du plancher ne doit pas être supérieure à 15%.

Les échafaudages doivent être munis sur les côtés extérieurs:

a/ de garde-corps constitués par deux lisses placées l’une à 1 m, l’autre à 45 cm au- dessus du plancher.

b/ des plinthes d’une hauteur de 15 cm.

Lorsqu’un échafaudage est établi contre un mur ou toute autre construction ne dépassent pas 90 cm au moins du niveau du plancher, il doit être installé sur l’autre face du mur ou de la construction, soit un auvent, un éventail, une plate-forme ou tout autre dispositif protecteur capable d’arrêter un travailleur avant qu’il ne soit tombé.

Lorsque deux échafaudages se rejoignent à l’angle d’une construction, un montant doit être placé à l’intersection des longerons extérieurs prolongés.

1.5.2. ECHAFAUDAGE FIXES EN BOIS

Les montants fixes en bois doivent être encastrés dans le sol ou fixés de manière à empêcher tout déplacement du pied. Deux longerons situés à un même niveau ne peuvent être assemblés d’au droit du montant.

Lorsqu’il est fait usage de cordages pour fixer les éléments horizontaux aux éléments verticaux, ils doivent être d’une seule pièce et d’une seule longueur suffisante pour faire un nombre de tous en rapport avec leur résistance et la charge supportée, en aucun cas, ils ne doivent faire moins de cinq fois le tour des éléments horizontaux et les éléments verticaux, les noeuds doivent être effectués de telle façon que les brins soient également serrés.

Lorsqu’il est fait usage des clous, leurs dimensions, leur nombre et leur disposition doivent être appropriés aux efforts mis en jeu. Dans le cas où il y a un risque de sollicitation à l’arrachement, les pointes doivent être rabattues.

Lorsque des échelles sont utilisées comme montants d’échafaudage, ces échelles doivent être en bon état et soigneusement rabattues.

Lorsqu’un échafaudage comporte des consoles en bois fixées par clouage sur des montants, ceux-ci doivent être en équerre, soit entaillés d’une manière telle que l’appui se fasse sur une face plane d’une surface suffisante.

1.5.3. ECHAFAUDAGES FIXES EN METAL

Des clés appropriées doivent être mises à la disposition des travailleurs pour le serrage des boulons, afin que ceux-ci ne subissent lors de cette opération, que des déformations élastiques admissibles.

L’extrémité inférieure des montants reposant sur le sol doit être soutenue par un embase qui doit avoir une surface et une épaisseur lui permettant de résister sans déformation à la charge, elle doit être assemblée avec le montant de telle façon que la charge soit centrée sur cette embase.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

1.5.4. ECHAFAUDAGES FIXES SUR ROUES

Ils doivent satisfaire aux dispositions complémentaires ci-après :

a) ils doivent être calés et fixés pendant leur utilisation de manière à ne pouvoir déplacer ni

basculer.

b) ils doivent être munis d’un dispositif capable d’empêcher leur reversement.

1.5.5. ECHAFAUDAGES VOLANTS

a) leur longueur ne doit pas dépasser 8 m.

b) les planches et madriers constituant le plancher doivent être placés les uns contre les

autres, sans intervalles.

c) le plancher doit être supporté par des longerons d’une seule pièce. Ces longerons

doivent reposer sur des étriers métalliques espacés de 3,5 m au plus, les porte-à-faux au delà des étriers ne doivent en aucun cas dépasser 50 cm.

d) ils doivent être munis:

* sur les côtés extérieurs, de garde-corps et de plinthes établis conformément aux normes de sécurité.

* sur le côté tourné vers le parement, d’un garde-corps constitué par une lisse rigide placée à 70 cm du plancher.

e) les garde-corps doivent être portés par des montants espacé à 1,75 m au plus, solidement fixés au plancher.

f) l’ensemble constitué par le plancher, le garde-corps, les plinthes, doit être rigide.

g) Lorsqu’un échafaudage volant est en position de travail, le plancher doit toujours être

sensiblement horizontal.

Les échafaudages volants doivent reposer sur trois étriers au moins, suspendus par des cordages, câbles ou chaînes bien adaptés.

1.5.6. DISPOSITIONS DIVERSES

Les échafaudages ne doivent pas être surchargés et les charges doivent être réparties.

Avant d’installer des appareils de levage sur des échafaudages, des précautions spéciales doivent être prises pour assurer la résistance et la stabilité de l’ensemble.

Les échafaudages doivent être constamment débarrassés de tous décombres.

Il est interdit de laisser en porte-à-faux, à proximité des échafaudages, du matériel non fixé, sur lequel un travailleur risque de marcher ou de perdre appui.

Des mesures doivent être prises contre toute glissade (eau, pluie,

Les échafaudages installés ne peuvent être modifiés qu’après accord de l’ONEP.

Les échafaudages doivent être examinés au moins une fois tous les trois mois et à cet effet un registre doit être établi et mis à jour.

).

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

2. TERRASSEMENT - FONDATION - VRD

2.1.

2.1.1.

TERRASSEMENT

GENERALITES

2.1.1.1. TRAVAUX INCLUS

2.1.1.1.1. LES TRAVAUX PREPARATOIRES

Nettoyage de surface, débroussaillage, déplacement ou protection d'arbres existants à conserver, protection des réseaux enterrés ou aériens, clôture de chantier, desserte de chantier, implantation des ouvrages, campagne géotechnique complémentaire éventuelle, analyse chimique des sols et des eaux.

2.1.1.1.2. LES TERRASSEMENTS PROPREMENT DITS

Décapage de la terre végétale, déblais en grande masse, fouille pour fondations d'ouvrage, fouille pour canalisation, étayage, talutage et blindage des parois de fouille, démolition d'ouvrages enterrés, maintien à sec des fouilles pendant les travaux, traitement des remblais récents, mise en oeuvre des remblais, transport et mise en dépôt de déblais.

Ces travaux permettant d’exécuter des fonds de fouille présentant un débord de :

1,50 m au-delà de la projection verticale des ouvrages GC ou bâtiment,

0,50 m au-delà de la projection verticale des ouvrages de voirie,

une surlargeur de tranchée définie ci-après.

2.1.1.2. DOCUMENTS DE REFERENCE

A. Rapports d'études géotechniques

B. Normes et règlements en vigueur à la date de signature du marché :

Normes AFNOR (notamment liste des Normes applicables fournie en annexe A du fascicule n°81 titre II).

CCTG marocain, et CCTG français, notamment fascicule n° 81 titre II, et autres fascicules du CCTG Travaux applicables.

Spécifications techniques ONE - ONEP.

2.1.1.3. DOCUMENTS A REMETTRE PAR L’ENTREPRISE

Rapport de campagne géotechnique complémentaire.

Rapport éventuel d'analyse chimique des sols et des eaux de la nappe.

Plan d'implantation planimétrique et altimétrique des ouvrages.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

Plan des terrassements avec phasage.

Méthodologie et justification des rabattements de nappe éventuels.

Plan de fouille, d'étaiement, avec leur justification.

Rapport d'essais géotechniques et d’analyses de matériaux concernant les matériaux d'apport et la qualité de compactage.

2.1.2. QUALITE DES MATERIAUX

2.1.2.1. SOLS EN PLACE

L’Entreprise est entièrement responsable de l'usage fait des données existantes ou nouvelles concernant les sols et devra par conséquent les vérifier ou les compléter le cas échéant avant tout commencement de travaux. Elle réalisera une nouvelle campagne géotechnique adaptée aux types d'ouvrages selon le programme défini dans son contrat.

La classe d'agressivité des sols (A 1 , A 2 ,

et des eaux de la nappe sera déterminée à

partir de l'analyse chimique de ceux-ci, à la charge de l’Entreprise.

)

2.1.2.2. REMBLAIS EN GRANDE MASSE

Les déblais ne pourront être utilisés en remblai qu’après accord du Maître d’Ouvrage. Dans ce cas les mises en remblai seront terminées par une couche de tout-venant d'apport agréé, en fermeture, d'épaisseur minimum 20 cm.

Les remblais pour fondations d’ouvrages, bâtiments et réseaux et pour drains proviennent obligatoirement d'apports (carrières agréées) et devront satisfaire aux conditions ci- dessous.

2.1.2.3. REMBLAIS DES OUVRAGES, BATIMENTS, RESEAUX

Sable fin

Dimensions maximales des éléments :

 

D

< 4 mm

Passant inférieur à 80 microns :

 

5 %

Indice de plasticité :

non mesurable

Remblais de granulométrie 0 - 20

Résistance à l'abrasion Los Angeles (NF P 18-573) :

Equivalent de sable :

Essai CBR (à 95 % de l'Optimum Proctor modifié) :

Teneur en gypse :

< 20 %

40 < ES < 60

> 80

< 2 %

Drain 15/25

Résistance à l’abrasion Los Angeles (NFP 18-573) :

 

< 20 %

Equivalent de sable :

ES > 35

Teneur en gypse :

< 2 %

Passant à 10 mm :

0 %

Enrochements

 

Poids spécifique :

>

24 kN/m³

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

Résistance à la compression simple :

>

50 MPa

Granulométrie minimum :

400 mm

De plus, les enrochements pour protection hydraulique de berge auront une blocométrie 400/700 avec au moins 50 % en poids d’éléments supérieurs à 500 mm.

Remblais de granulométrie 0 - 31,5

Résistance à l'abrasion Los Angeles (NF P 18-573) :

< 30 %

Equivalent de sable :

30 < ES < 50

Essai CBR (à 95 % de l'Optimum Proctor modifié) :

> 80

Teneur en gypse :

< 2 %

Granulométrie continue.

Remblais de granulométrie 0 - 80

Résistance à l'abrasion Los Angeles (NF P 18-573) :

< 30 %

Equivalent de sable :

30 < ES < 50

Essai CBR (à 95 % de l'Optimum Proctor modifié) :

> 30

Teneur en gypse :

< 2 %

Remblais de granulométrie 0 - 100

Résistance à l'abrasion Los Angeles (NF P 18-573) :

< 30 %

Essai CBR (à 95 % de l'Optimum Proctor modifié) :

> 30

Teneur en gypse :

< 2 %

Protection bitumineuse des ouvrages enterrés

Selon proposition de l’Entreprise à agréer par le Maître d’Ouvrage .

Géotextile

Poids au m² :

> 210 g.

Epaisseur sous 0,005b :

> 1,9 mm

Epaisseur sous 2b :

> 0,8 mm

Perméabilité sous 0,02b :

> 3.10 -3 m/s

Allongement à la rupture :

> 60 %

Résistance à la traction :

2.1.3. EXECUTION DES TRAVAUX

2.1.3.1. DEBROUSSAILLAGE, ARRACHAGE DES ARBRES

> 52 daN/cm

a. Le débroussaillage se fera à la main ou à l'engin sans utilisation de produit chimique.

L’Entreprise procédera à l'enlèvement des déchets et au transport aux décharges.

b. Les arbres et arbustes non conservés sont à abattre avec arrachage des souches. Ils doivent être débités et évacués aux décharges.

c. Les arbres et plantations à conserver sont à protéger pendant toute la durée des travaux.

2.1.3.2. PROTECTION DES RESEAUX AERIENS OU ENTERRES

L’Entreprise est tenue de rechercher et de positionner toutes les canalisations ou réseaux existants, dans l'emprise du chantier ou à ses abords immédiats. Elle prendra toutes les

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

dispositions nécessaires pour qu'aucun dommage ne soit causé aux installations existantes aériennes ou enterrées.

2.1.3.3. CLOTURE DE CHANTIER

L’Entreprise mettra en oeuvre une clôture provisoire de 2,00 m de hauteur, un portail d'accès camion de 4,00 m de passage libre fermant à clé.

2.1.3.4. DESSERTE DE CHANTIER

Après avoir pris contact avec les services de voiries concernés par les travaux, l’Entreprise doit organiser le chantier de manière à limiter la gêne de circulation. Elle est tenue de mettre en oeuvre, sous le contrôle des services de voiries, toute la signalisation nécessaire.

Les circulations intérieures au chantier seront également maintenues propres, notamment celles qui intéressent la circulation des personnes.

2.1.3.5. IMPLANTATION DES OUVRAGES

L'implantation des ouvrages est à réaliser par un géomètre qualifié sous la responsabilité de l’Entreprise. Il effectuera une matérialisation par piquetage avec repères implantés hors de la zone de roulement des engins. Ces points de repère seront protégés et les cotes altimétriques consignées sur un carnet de nivellement et vérifiées périodiquement.

2.1.3.6. DECAPAGE DE LA TERRE VEGETALE

La terre végétale sera mise en stock sur un emplacement à définir en concertation avec le Maître d’Ouvrage pour être réemployée en confection d’espaces verts en fin de chantier. Ce stock sera isolé matériellement du chantier.

Les terres excédentaires et celles non réutilisables seront évacuées en centres agréés.

2.1.3.7. DEBLAIS EN GRANDE MASSE

L’Entreprise procédera aux déblais et nivellement du terrain aux engins.

Les fruits de talus, risbermes seront conformes aux règles de l’art et de sécurité ; ils seront établis sur la base des caractéristiques des matériaux.

L’entreprise prendra toutes les dispositions nécessaires pour ne pas créer de désordres dans les ouvrages ou canalisations existants lors de la réalisation des déblais. Elle devra prendre soin de ne pas causer de mouvements de terrain trop important, ni de tassements différentiels sous les ouvrages existants.

Les déblais provenant des fouilles et non réutilisés sur site, seront évacués en des zones et selon les modalités agréées par le Maître de l'Ouvrage. Certains déblais de nature convenable pourront être utilisés comme remblais. Au cas ou ces déblais n'auraient pas leur utilisation immédiate au moment de l'exécution des fouilles, l'Entrepreneur pourra les mettre en dépôt sur des aires nettoyées, dans des zones et selon des modalités qui devront être agréées par le Maître de l'Ouvrage.

2.1.3.8. FOUILLES POUR FONDATIONS DOUVRAGE

Ces fouilles comprendront les terrassements en masse et en rigole.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

A. Dressement des fonds de fouilles

En principe, le fond des fouilles sera dressé horizontalement suivant des plans successifs formant gradins, si nécessaire.

Toutefois, en vue de permettre l'assainissement des fondations, il pourra être prévu une pente aux gradins de 3 % maximum.

B. Parois de fouilles

Pour assurer la stabilité des parois, celles-ci seront étayées ou taillées avec fruit.

L’entreprise devra prendre toutes les précautions nécessaires pour assurer la stabilité des parois à long terme, jusqu’à remblaiement de la fouille. Elle devra mettre en place des protections contre les eaux de ruissellement et toutes autres sujétions nécessaires.

Elle fera appel, le cas échéant, à un géotechnicien, pour définir les moyens à mettre en œuvre.

C. Finition du fond

Lorsqu'on se trouve en présence d'un terrain sensible à l'action de l'air ou de l'eau, le coulage du béton ou la mise en oeuvre de remblai de granulométrie adaptée devra suivre immédiatement la mise à nu de cette surface.

2.1.3.9. TERRASSEMENT EN TRANCHEE POUR CANALISATION

L’exécution des tranchées est conforme de manière générale au fascicule 71 du CCTG.

Le creusement des tranchées sera précédé par le piquetage exact du tracé des tranchées. Des chaises d'implantation résistantes seront solidement ancrées à chaque changement de direction et à tous les points intermédiaires nécessaires. Elles porteront, marquées, l'axe et la profondeur des fouilles.

Les fouilles en tranchée seront exécutées selon les largeurs suivantes :

pour DN 400 mm : largeur en fond = DN + 2 x 200 mm,

pour DN > 400 mm : largeur en fond = DN + 2 x 400 mm.

De plus, les tranchées pour pose de canalisation acier comporteront des niches pour soudures de largeur totale en fond : DN + 2 x 1000 mm.

Les parois des fouilles seront verticales ou réalisées avec un fruit compatible avec la stabilité du sol.

L’Entreprise prendra les précautions spéciales (comme par exemple le blindage continu des parois de fouilles), du commencement de l'excavation jusqu'au remblaiement des tranchées, pour empêcher toute désorganisation des ouvrages, chaussées ou terrains adjacents.

Les blocs de rochers isolés et les pierres de grosses dimensions devront être enlevés de manière à obtenir un fond de fouille parfaitement dressé à 15 cm sous le fil d’eau.

L’Entreprise mettra en place des clôtures provisoires autour des fouilles et assurera la signalisation de sécurité.

En cas de rencontre en cours de terrassement d’une canalisation existante non prévue, il est expressément rappelé que les frais de dévoiement sont à la charge de l’Entreprise.

En cas de rencontre de substratum rocheux, l’utilisation du brise–roche sera prévue, l’emploi de l’explosif n’étant pas autorisé (hors cas particuliers à étudier spécifiquement en coordination avec le Maître d’ouvrage). Dans le cas où l’emploi d’explosif serait

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

expressément préconisé, il nécessiterait la mise en oeuvre d’un prédécoupage continu faiblement chargé.

2.1.3.10. PRESCRIPTIONS PARTICULIERES A CERTAINES NATURES DE FOUILLES

A. Fond de fouille

Les poches ou lentilles de nature plus compressible que l'ensemble du fond de fouille devront être purgées et remplacées par un matériau de compressibilité analogue à celle du bon sol à la même profondeur.

B. Fouille en pied de talus

L'exécution des fouilles en pied de talus doit être conduite de manière à éviter des mouvements de ce dernier.

2.1.3.11. RECEPTION DES FOUILLES D'OUVRAGES

L’Entreprise fournira au maître d’Ouvrage :

les terrassements conformes aux plans d'exécution avec une tolérance altimétrique de ± 5 cm,

une portance contrôlée par essai à la plaque, EV1 et EV2 étant les modules de déformation selon mode opératoire du LCPC-CT2 : EV2/EV1 < 2 avec EV2 > 50 MPa avec module de Westergaard : K > 50 MPa/m (environ 5 kg/cm³).

La réception du fond de fouille des ouvrages hydrauliques sera réalisée par un géomètre.

2.1.3.12. TALUTAGE OU BLINDAGE DES PAROIS DE FOUILLES

A. Talutage

Talus provisoire

Le profilage des talus sera exécuté à l'engin selon la pente déterminée par l’Entreprise qui reste responsable de leur stabilité. Le talutage tiendra compte de la nature des sols et des surcharges éventuelles, même provisoires.

Une protection des talus contre les eaux de ruissellement, destinée à assurer leur stabilité pendant les travaux, sera mise en oeuvre par l’Entreprise.

Talus définitif

La pente minimale des talus définitifs sera au minimum de 1 V/3 H ; une protection contre le ruissellement sera mise en oeuvre.

B. Etaiements et blindages

Généralités

L'étaiement et le blindage des fouilles seront à la charge de l’Entreprise qui les réalisera de manière à assurer la protection des personnes, des biens, des ouvrages, la sécurité du trafic, à éviter les éboulements et empêcher tout mouvement du sol.

Etaiement et blindages des fouilles

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

Les fouilles de plus de 1,30 m de profondeur ne pourront être exécutées qu'avec des parois talutées ou des parois verticales blindées.

Des parois talutées ou des parois verticales blindées seront mises en œuvre pour des profondeurs inférieures à 1.30 m, lorsque cela est nécessaire (sols de mauvaise qualité, surcharge importante à proximité des fouilles, circulation ou vibrations importantes, …).

Maintien et repliement des étais et blindages

Le dispositif d'étaiement et de blindage des fouilles sera maintenu en place jusqu'à ce que son enlèvement ne présente aucun danger.

Les étais et blindages seront retirés au fur et à mesure du comblement des fouilles par le remblaiement.

2.1.3.13. DEMOLITIONS EVENTUELLES DOUVRAGES ENTERRES

En cas de rencontre de maçonnerie ou ouvrages en béton lors de la réalisation des fouilles, l’Entreprise doit, après en avoir obtenu l’autorisation du Maître d’ouvrage, la démolition, l'évacuation, le transport et la mise en décharge de ces matériaux. Ces travaux éventuels ne pourront donner droit à aucune plus-value.

Un tri sélectif des déchets de chantier sera mis en œuvre.

2.1.3.14. MAINTIEN A SEC DES FOUILLES PENDANT LES TRAVAUX

A. Généralités

L’Entreprise maintiendra les fouilles à l'abri de toute pénétration d'eau, et ceci à ses frais, de manière telle que les travaux puissent être réalisés à sec.

L'évacuation des eaux de la fouille est à la charge de l’Entreprise.

B. Eaux de ruissellement extérieures

La crête de la fouille sera ceinturée par des rigoles recueillant les eaux de ruissellement extérieures et les évacuant à une distance convenable des fouilles.

C. Eaux survenant par les parois et par le fond

Les sources caractérisées ou même les simples filets d'eau seront captés ou détournés dès leur débouché. Les dispositions prises à cet effet ne devront entraîner ni érosion, ni affaissement du sol.

Au cours des travaux, l’Entreprise devra veiller à ce que le dépôt de déblais et la circulation des engins ne puissent provoquer d'éboulement.

D. Puisards de rassemblement et de pompage

Si la disposition des lieux, notamment pour les ouvrages enterrés, ne permet pas l'évacuation des eaux des fouilles par gravité, ces eaux sont réunies dans un puisard de rassemblement et de pompage. L’Entreprise prendra toutes les mesures qui s'avéreraient nécessaires pour éviter l'entraînement des matériaux fins.

E. Pompage d'épuisement ou de rabattement de nappe

L'attention de l’Entreprise est attirée sur les précautions qu'elle devra prendre afin d'éviter l'incidence des rabattements de nappe sur les ouvrages existants (stabilité, entraînement de fines, etc.). L’Entreprise devra soumettre, avant toute intervention, au Maître d’Ouvrage

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

, les notes de calculs relatives aux épuisements ainsi que les mesures conservatoires retenues pour les ouvrages existants.

Il est rappelé que la responsabilité de l’Entreprise est engagée si des désordres survenaient sur les ouvrages existants ou à construire lors des pompages de rabattement ou d'épuisement.

2.1.3.15. TRAITEMENT DES REMBLAIS RECENTS ET SUPERFICIELS

Les matériaux utilisés pour les remblais devront être agréés par le Maître de l'Ouvrage. Il s'agira en principe de matériaux meubles qui devront être débarrassés des branches, racines, mottes de terre, déchets et autres matériaux impropres, opération comprise dans les prix unitaires.

La mise en remblais des déblais récents superficiels et hétérogènes du site pourra nécessiter un traitement partiel ou total à la chaux de ces matériaux en présence de matières organiques.

Ces dispositions particulières seront utilisées sous réserve des essais et analyses effectués par l’Entreprise et confiés à un laboratoire agréé.

Les matériaux, trouvés dans les fouilles et impropres aux remblais ou aux mouvements de terre paysagers, seront immédiatement évacués à la décharge agréée, recherchée par l’Entreprise, en accord avec les services intéressés et la législation en vigueur concernant les décharges.

Des sujétions peuvent être liées à la présence de matière organique en cours de dégradation, ce qui peut conditionner le dégagement d'odeurs. L’Entreprise prendra les mesures nécessaires pour le transport de ces matériaux et pour éviter ces nuisances pendant le transport.

2.1.3.16. MISE EN OEUVRE DES REMBLAIS

Aucun remblai ne pourra être mis en place avant qu'une réception des fouilles n'ait été prononcée par le Maître de l'Ouvrage ou que celui-ci ait donné son accord.

A. Remblaiement au contact des ouvrages

Tous les ouvrages destinés à contenir de l’eau ne seront remblayés qu’après validation des essais d’étanchéité.

L’Entreprise organisera le calendrier et la cadence des travaux de remblaiement autour des structures de manière à ne pas surcharger, affaiblir, endommager ou mettre en danger aucune partie des ouvrages.

La mise en place des couches de matériau sera étudiée de manière à maintenir un drainage adéquat et empêcher l'accumulation de l'eau. La mise en place de matériau autour des murs en sous-sol, réservoirs et cuves ne débutera pas avant que les murs et planchers soient achevés et aient atteint la valeur totale de la résistance spécifiée.

La granulométrie des couches de matériau sera écrêtée à 200 mm à moins de 1 m des structures.

L’Entreprise mettra en oeuvre une protection bitumineuse en 2 couches croisées sur le parement contre terre des ouvrages enterrés. Cette protection sera adaptée aux caractéristiques du béton et à l'agressivité des sols de remblais.

Le matériau ne sera pas mis en place derrière les murs qui sont solidaires d'une toiture en partie haute, avant l'achèvement de la toiture et, dans le cas d'une toiture en béton, avant que celle-ci n'ait atteint la valeur totale de la résistance spécifiée et que les supports

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

temporaires n'aient été enlevés. La mise en place du matériau sera effectuée de manière qu'il exerce une pression uniforme autour des murs des structures.

L’Entreprise précisera les dispositifs provisoires de butonnage éventuels qu'il juge nécessaires lors du compactage autour des ouvrages.

B. Remblaiement des fouilles en tranchée

Ils comprennent :

le lit de sable pour lit de pose : épaisseur 15 cm ; sable 0/4 mm,

le petit remblai de recouvrement de canalisation : hauteur de recouvrement 40 cm sur génératrice supérieure ; matériau : remblai 0/30 mm,

le grillage avertisseur,

le remblai supérieur en matériau tout-venant d’extraction.

Les remblais sont compactés mécaniquement (dame, rouleau, compacteur).

L’Entreprise demeure responsable des déformations aux tassements qui pourraient se produire aux abords de la tranchée remblayée.

C. Compactage des remblais et tranchées

L’Entreprise soumettra au Maître d’Ouvrage les modalités de compactage qu'il compte utiliser. L’Entreprise devra adapter la teneur en eau et le compactage de manière à obtenir une compacité de 98 % à l’OPN.

2.1.4. CONTROLES

Les contrôles et les fréquences minima, réalisées par le laboratoire agréé, sont les suivants :

granulométrie : 1 essai/200 m³ pour chaque matériau,

compactage :

1 mesure de densité en place/50 m de tranchée,

1 mesure de densité en place/500 m³ de remblai.

2.2.

FONDATIONS

2.2.1. GENERALITES

2.2.1.1. TRAVAUX INCLUS

Les travaux comprennent l'ensemble des dispositions provisoires ou définitives mises en oeuvre pour permettre la transmission de toutes les charges des structures aux différents sols en place en respectant les contraintes et tassements admissibles.

Ils comportent :

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

les essais de reconnaissances complémentaires à l'étude de sols ci-jointe, pour définir et mettre en oeuvre ses travaux de fondations. Il est rappelé à l'entreprise que l'étude géotechnique a mis en évidence la présence de sable et de sable argileux, et qu'il sera nécessaire de caractériser le risque de liquéfaction de ces types de sol lors d'un séisme,

les analyses chimiques des sols et des eaux de la nappe,

les travaux préparatoires à la mise en oeuvre des techniques employées,

l'exécution de tous les travaux de fondations requis pour l'ensemble du projet (génie civil, canalisations, etc.),

les travaux particuliers imposés par la liaison des structures aux fondations,

la mise en oeuvre des moyens nécessaires provisoires ou définitifs qui s'imposent pour éviter que les eaux de ruissellement ou de nappe n'endommagent ou ne modifient la qualité des travaux de déblais,

les travaux de contrôles et d'essais tels que décrits dans le CCTG et dans le présent chapitre,

les contrôles et essais relatifs aux fondations.

Les travaux non prévus par l’Entreprise, dans le cadre de la réalisation des ouvrages du présent Marché (fondations spéciales, etc.), n'ont pas le caractère de travaux supplémentaires et ne peuvent donner lieu à rémunération.

2.2.1.2. DOCUMENTS DE REFERENCE

Voir paragraphe 2.1.1.2.

2.2.1.3. DOCUMENTS A REMETTRE PAR L’ENTREPRISE

L’Entreprise fournira pendant la phase d’études son programme d'exécution, les spécifications techniques détaillées, les notes de calculs, les plans guides, les plans d'exécution concernant les fondations.

En cas de fondation spéciale : les rapports d'essais de portance, de contrôle de fût des pieux et tout résultat d'essai.

2.2.2. QUALITE DES MATERIAUX

Voir paragraphe 2.1.2.

2.2.3. EXECUTION DES TRAVAUX

2.2.3.1. GENERALITES

L’Entreprise organisera sous sa propre responsabilité les différentes phases de travaux de fondations selon les besoins et les possibilités de l'avancement des travaux de génie civil.

L’Entreprise soumettra pour information au Maître d’Ouvrage les dispositions qu'elle compte mettre en oeuvre.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

2.2.3.2. MODES DE FONDATIONS ET METHODES DE REALISATION

A. Généralités

Les fondations pourront faire appel à des techniques de fondations spéciales pour les ouvrages principaux. Des problèmes de fondations peuvent également se poser pour des petits ouvrages ou pour les canalisations du fait de tassements résiduels attendus importants. Ceci pourra nécessiter l'emploi de pieux, puits ou micropieux.

En fonction de la nature des remblais et des risques de dégradations des aciers de fondations, les modes de fondations :

par pieux en tubes épais ou profilés acier,

par micropieux non protégés par un coulis de gaine,

pourront être exclus.

D'autre part, les dimensionnements des appuis devront être effectuées en tenant compte des frottements négatifs dus aux tassements des horizons supérieurs ou des terres rapportées.

En cas de présence de la nappe, les risques de fissuration sont très préjudiciable. Cela impliquera une limitation des contraintes de tractions des aciers en état limite de service des ouvrages de fondation.

B. Pieux

Les pieux coulés en place feront l’objet d’une vérification de la qualité du bétonnage (« essais soniques pour transparence », « micro sismique sur transparence » MST, … :

selon DTU 13.2).

Le recépage devra être effectué sur une hauteur suffisante, conformément au règlement en vigueur, et les résidus de recépage seront évacués.

L’Entreprise fera des essais et contrôles en cours d'exécution :

informations sur la qualité réelle des sols au travers d'enregistrement de paramètres, observations des déblais, fiches de battage, etc.,

conditions d'exécution avec feuille dite d'essai mentionnant l'ensemble des paramètres et incidents propres à chaque appui.

L’Entreprise fera aussi des contrôles post-réalisations qui comporteront :

des essais de contrôle de fût compatibles avec les appuis mis en oeuvre et applicables à 10 % d'entre eux,

des essais de contrôle de portance applicables à 5 %. Il appartiendra à l’Entreprise de procéder elle-même à ces essais en phase préliminaire de travaux si elle le juge nécessaire pour vérifier ses dimensionnements.

Après réalisation des appuis, un essai de portance fournissant des valeurs trop faibles imposera des essais de l'ensemble des appuis restants.

Ceux s'avérant insuffisants devront être détruits ou complétés par de nouveaux appuis, eux-mêmes sujets aux mêmes conditions d'essais et de contrôles.

C. Palplanches

Le programme d’exécution devra faire figurer, ouvrage par ouvrage, les différentes phases de travaux, préparation, nuances d'acier, modules, battage, butons, recépage, etc.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

Les palplanches seront mises en oeuvre selon une méthode étudiée par l’Entreprise.

L’Entreprise devra justifier la bonne adaptation du matériel de battage employé vis-à-vis de la gamme de palplanches utilisée et des terrains rencontrés.

Pour les palplanches laissées en place et utilisées pour la structure des ouvrages, l’Entreprise précisera les justifications nécessaires. Elle justifiera, entre autre, que l’agressivité du sol et des eaux souterraines est compatible avec la pérennité de l’ouvrage.

Pour les palplanches utilisées provisoirement et pour les blindages de fouille, les notes de calculs seront fournies avant travaux en tenant compte du mode de mise en oeuvre et des travaux adjacents.

Toute palplanche qui se briserait, se voilerait ou s'écarterait de sa position théorique de plus de 6 cm sera arrachée et remplacée par l’Entreprise.

Pour tout type de palplanches, la mise en oeuvre ou l'arrachage ne doivent en aucun cas déstabiliser les terrains, ouvrages existants ou en cours de construction. L’Entreprise reste totalement responsable des dommages qui s'en suivraient.

Associée à chaque palplanche, l’Entreprise fournira la feuille d'essai correspondante détaillant les paramètres et incidents de mise en oeuvre.

Des contrôles de déplacements en tête d'ouvrage devront être exécutés dès le démarrage des phases de terrassements.

Il est à noter que l’utilisation d’ancrages sur le domaine public peut être soumis à autorisation des services techniques de la commune.

D. Paroi berlinoise

Le programme d’exécution détaillera ouvrage par ouvrage :

les différentes phases des travaux,

les matériels utilisés,

les matériaux mis en œuvre, ainsi que leurs caractéristiques.

L’entreprise devra définir avec précision la méthode de mise en œuvre et donner toutes les justifications nécessaires, en tenant compte du phasage des travaux. Elle fera appel à un géotechnicien, si cela est nécessaire. Entre autre, l’entreprise s’intéressera à la résistance de l’ouvrage et aux déformations du terrain dues à sa réalisation.

L’entreprise justifiera la bonne adaptation des matériels employés ainsi que des matériaux vis-à-vis des sols. Les notes de calcul devront être fournies avant le commencement des travaux. Toute modification dans la méthode de mise en œuvre devra faire l’objet de justifications préalables.

L’entreprise prendra toutes les précautions nécessaires pour éviter tout risque d’éboulement pendant les phases de terrassements. Ces travaux ne doivent en aucun cas déstabiliser les terrains et ouvrages existants ou en cours de construction. L’entreprise reste totalement responsable des dommages qui s’ensuivraient.

Des contrôles de déplacements en tête d’ouvrage devront être exécutés dès le démarrage des phases de terrassements.

E. Parois moulées

Le programme d’exécution détaillera :

les différentes phases travaux (travaux préparatoires, pré-saignées),

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

l'ordre d'exécution des panneaux,

les phases de dégagements de parois et de recépage.

D'autre part, une note technique devra détailler :

l'implantation des murettes guides,

les travaux préparatoires pour perforation,

l'implantation des panneaux et l'ordre de perforation panneaux primaires-panneaux secondaires,

les caractéristiques des boues (viscosité, poids spécifique,

le trépanage,

les contrôles internes Entreprise.

)

et les contrôles prévus,

Les essais et contrôles relatifs aux parois moulées concerneront :

les matériaux employés : boues (densité, viscosité, teneur en sable, etc.), béton (composition adaptée, ouvrabilité, etc.),

les armatures,

les survolumes excavés,

la verticalité des panneaux,

le maintien d'une charge de boue suffisante,

le curage des fonds de panneaux,

le centrage des armatures,

les manoeuvres de la colonne de bétonnage.

Une fiche d'essai détaillera, pour chaque panneau, l'ensemble des paramètres et incidents à la mise en oeuvre.

Des contrôles de déplacements en tête devront être exécutés dès le démarrage des phases de terrassements.

2.3. VOIRIES - RESEAUX DIVERS - ASSAINISSEMENT - CLOTURE - ESPACES VERTS

2.3.1.

GENERALITES

2.3.1.1. TRAVAUX INCLUS

A. Les travaux préparatoires

Signalisation.

Piquetage.

B. Les travaux de voiries

Démolition totale ou partielle de voiries existantes si besoin.

Réfection et élargissement de voiries existantes si besoin.

Terrassement pour chaussées, trottoirs, cheminements.

Construction de chaussées.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

Pose de bordures, caniveaux.

Construction des aires de stationnement, des trottoirs et cheminements piétons.

Raccordement à la voirie existante.

Peinture au sol.

Essais.

C. Les travaux d'assainissement

La fourniture, la pose des canalisations et leur raccordement aux ouvrages et canalisations existants ou à construire.

La construction et l'équipement des ouvrages annexes (regards, bouches d'égout, avaloirs, etc.).

Les essais.

D. Les espaces verts

Modelage des terrains selon étude d’intégration.

Epandage de terre végétale.

Plantations et ensemencement.

2.3.1.2. TRAVAUX ASSOCIES

La fourniture et la pose de conduites, y compris les raccordements pour eau potable, réseau incendie, eau industrielle, aspiration air vicié.

La fourniture et pose des fourreaux pour réseaux électriques, PTT, télétransmission, etc.

Les

d'eau,

ouvrages

divers,

massifs,

bornes

incendie,

chambres,

compteur

candélabres, etc.

Les essais.

Les travaux de clôture et portail.

2.3.1.3. DOCUMENTS DE REFERENCE

Voir paragraphe 2.1.1.2.

2.3.1.4. DOCUMENTS A REMETTRE

En phase travaux, l’Entreprise fournira son programme d’exécution, les types de fournitures et produits pour agrément, les plans d’aménagement et d’exécution, les supports d’essais.

2.3.2. QUALITE DES MATERIAUX

Voir paragraphe 2.1.2.

2.3.3. EXECUTION DES TRAVAUX DE VOIRIE

L’Entreprise fera son affaire des accès provisoires pour la réalisation des différents ouvrages. Il définira très précisément la composition des différentes chaussées et chemins piétonniers ainsi que la nature des bordures de caniveaux et réseaux d'évacuation des eaux de surface et ouvrages annexes en fonction de la nature des circulations.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

L’Entreprise devra conserver un accès pompier selon les normes en vigueur.

2.3.3.1. CHAUSSEE LOURDE

L'exécution de la chaussée lourde comprendra, après le reprofilage et compactage du fond de forme :

sous-couche anticontaminante en sable de rivière 0/8 de 0,5 m d'épaisseur après compactage, ou géotextile adapté,

fondation en tout-venant de rivière 0/80 de 0,40 m d'épaisseur après compactage, constituée de matériaux non gélifs. La partie supérieure de cette couche sera réalisée en matériaux plus fins (0/31.5), de manière à faciliter le réglage,

imprégnation bitumineuse,

revêtement d'enrobés denses 0/12,5 noir, de 0,05 m d'épaisseur après compactage.

La compacité de l'enrobé sera au moins égale à 92 % de l'Optimum Proctor et le mode de richesse ne sera pas inférieur à 4.

Les voiries seront traitées en deux phases. A cet effet, il sera exécuté, en phase provisoire, une bicouche d'attente, composée d'un cut back et de gravillons, de 0,02 m d'épaisseur.

La phase définitive sera exécutée en fin de travaux et comprendra le reprofilage et le nettoyage de la couche de fondation, une couche d'accrochage et le revêtement d'enrobés denses décrit ci-avant.

Le réglage superficiel sera vérifié à la règle et à la cerce, de manière à obtenir la surface prescrite.

Les critères de projet sont les suivants :

cheminement des véhicules lourds :

largeur minimum entre bordures 5 m

cheminement des véhicules légers :

largeur minimum entre bordures 4 m

rayons de courbure minimum :

7 m

pente maximum :

5 %

Un circuit permettra l'accès des véhicules lourds chargés de l’évacuation des déchets (refus de dégrillage, boues, sables). Les manoeuvres de circulation (retournement, déchargement, chargement), se feront sans difficultés.

Le raccordement aux voiries existantes comprendra :

le décapage de la couche de finition aux endroits concernés,

le raccordement des profils par enlèvement ou apport de la couche de base,

la reconstitution de la couche de finition en enrobé à chaud, selon nouveau profil.

2.3.3.2. DALLES GRAVILLONNEES

Dalles en béton gravillonné ou équivalent, de 0,50 x 0,50 m x 0,05 m, comprenant terrassement complémentaire pour fondation, y compris évacuation des terres excédentaires. La fondation sera exécutée en béton de CLK dosé à 250 kg de 0,20 m d'épaisseur. Les dalles seront posées à bain liant de mortier et nettoyées à l'eau claire pour éviter les salissures.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

2.3.3.3. BORDURES DE TROTTOIRS ET BORDURETTES

Les bordures seront en éléments de béton préfabriqué de 1,00 m de longueur, et exceptionnellement de 0,33 m.

Elles seront posées à bain soufflant de mortier de ciment sur fondation en béton de CLK légèrement armé, d'une épaisseur minimale de 0,20 m. Les joints seront butés par des massifs en béton dosé à 250 kg damé et armé de 3 fers de 8 mm filtrants reliés par des fers transversaux de 6 mm espacés de 0,33 m.

Les joints entre bordure seront remplis de mortier et parfaitement lissés.

Ces bordures seront parfaitement alignées.

L’Entreprise tiendra compte des terrassements nécessaires ainsi que des coupes, chutes et autres sujétions, telles que parties courbes à l'angle des espaces verts, et du type de bordures qui sera précisé sur plan.

Le type des bordures sera soumis à l’agrément du Maître d’Ouvrage pour chaque type d’utilisation.

2.3.3.4. ESSAIS ET CONTROLES

L’Entreprise doit une identification de chaque couche de matériau proposé qu'il soumettra à l'avis du Maître de l’Ouvrage.

Avant la mise en oeuvre de chaque couche, l’Entreprise procédera à la réalisation de planches d'essais avec le matériel qu'il se propose d'utiliser, et ceci pour définir l'ordre de passage des engins et le nombre de passes nécessaire à l'obtention de la compacité définie ci-dessus.

L’Entreprise fera réaliser, après la mise en oeuvre des différentes couches, les essais ci- après :

densité en place :

1 tous les 250 m²

essais à la plaque :

1 tous les 500 m²

Les fonds de forme de voirie respecteront les valeurs suivantes :

EV2

EV1

<1,6 et EV1 > 50 MPa

2.3.4. EXECUTION DE TRAVAUX DE RESEAUX ELECTRIQUES

Le réseau d'éclairage extérieur sera étudié par l’Entreprise en fonction de l'organisation des installations de traitement.

Les foyers lumineux (candélabres, bornes et appliques) judicieusement répartis seront représentés sur un plan représentant un minimum de foyers et devront être complétés, si nécessaire, pour permettre une bonne circulation nocturne ainsi que les visites aux différents points de contrôle (niveau d’éclairement minimum sur les voiries et cheminement : 50 lux).

L’Entreprise réalisera la mise en place des fourreaux de type janolène pour passage des câbles téléphoniques, électriques, etc. ; un fourreau en attente pour le futur sera systématiquement posé en parallèle au fourreau nécessaire aux travaux.

Le diamètre des fourreaux sera adapté aux câblages à mettre en place.

Le dimensionnement des tranchées pour pose de réseaux sera le suivant :

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

cote génératrice supérieure fourreau :

TN fini -0,7 m

largeur tranchée mini :

largeur fourreau +0,3 m

enrobage mini fourreau par sable 0/4 mm :

0,15 m

profondeur grillage avertisseur :

TN fini -0,35 m

Un grillage avertisseur sera mis en place et sera de couleur adaptée à chaque nature de réseaux. L’Entreprise doit également la réalisation des chambres de tirage, de dimensions conformes aux normes et à la législation en vigueur.

La cohabitation dans une même tranchée de réseaux de nature différente est proscrite.

L’Entreprise proposera les techniques pour éviter les désordres provoqués par le tassement prévisible des sols du site.

L'étude complète de ces techniques sera fournie par l’Entreprise et soumise à l'avis du Maître d’Ouvrage.

2.3.5. EXECUTION DES TRAVAUX DE RESEAUX HYDRAULIQUES

2.3.5.1. GENERALITES

L’Entreprise précisera les techniques particulières qu'elle entend retenir pour éviter les désordres que peuvent provoquer les tassements des sols au droit des canalisations (supports béton armé sur pieux ou micro-pieux, etc.) ainsi que les techniques particulières aux réseaux traversant les chaussées (tassement différentiel chaussée/canalisation).

Tous les ouvrages seront dimensionnés pour une charge roulante normalisée type BC30 ; le cas échéant des charges provisoires de construction seront prises en compte.

L’Entreprise justifiera chaque fois le type, la classe, éventuellement l’épaisseur des canalisations proposées.

La zone d’étude se trouve dans une zone de sismicité forte dont le coefficient d’accélération est de l’ordre de 0,16 selon le règlement de construction parasismique (R.P.S 2002).

L’entreprise appliquera toutes les règles parasismiques en vigueur, pour la conception et la réalisation de l’ensemble des ouvrages

2.3.5.2. CANALISATIONS ENTERREES DU RESEAU PROCESS

Il s’agit des différentes canalisations de liaison entre les ouvrages.

D’une façon générale, les canalisations sous ouvrage ou noyées dans du béton seront en Fonte assainissement. Les liaisons entre ouvrage auront les caractéristiques suivantes :

A. Pour l’eau :

Les canalisations en PVC et béton 135-A sont à proscrire. Le type de matériau devra être précisé entre les matériaux suivants autorisés :

Béton âme tôle,

Fonte,

PRV,

PEHD.

B. Pour la boue et le réseau industriel :

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

Les canalisations devront être en PEHD ou similaires

C. Pour l’air :

Les canalisations devront être en Inox avec un calorifugeage.

2.3.5.3. CANALISATIONS UTILISEES EN ECOULEMENT A SURFACE LIBRE

Il s’agit des canalisations destinées à l’évacuation d’eau pluviale ou d’eau de vidange.

A. Pour les diamètres supérieurs à Ø 200 mm

Les canalisations devront répondre aux conditions imposées par le fascicule n° 70 du CCTG. Les caractéristiques générales des éléments préfabriqués de canalisation seront conformes à celles définies dans les normes en vigueur.

Ils devront présenter impérativement les caractéristiques de rupture minimales telles qu’elles sont définies par la règlementation.

Les caractéristiques des canalisations principales sont les suivantes :

Leur longueur utile ne devra pas être inférieure à 2,00 m.

Tous les produits préfabriqués feront l’objet, sur chantier, de vérifications portant sur :

les quantités,

l’aspect et le contrôle de l’intégrité,

le marquage en conformité avec la norme NFP 16-100,

des regards visitables seront posés à chaque changement de direction ou au moins tous les 50 m,

B. Pour les diamètres compris entre 100 mm et 200 mm

Tuyaux en fonte assainissement ou PEHD ou en béton répondant aux normes en vigueur.

La pose sera conforme au fascicule 71 du CCTG.

2.3.5.4. CANALISATIONS UTILISEES SOUS-PRESSION

Le choix de ces tuyaux et leurs caractéristiques (épaisseur, diamètre, matériau,

caractéristiques mécaniques,

environnement et des conditions de service, des conditions de charges dues aux remblais, aux charges d'exploitation et des conditions de pose. Ils seront justifiés par calcul.

doit tenir compte de l'effluent transporté, de son

)

2.3.5.5. CANALISATIONS GRAVITAIRES AERIENNES

Les canalisations seront en fonte ou matériaux similaires pour tout diamètre.

2.3.5.6. CANALISATIONS RESEAU DEAU POTABLE - RESEAU INCENDIE - RESEAU DEAU INDUSTRIELLE

Les préconisations sont identiques pour l’ensemble des réseaux. Seule la qualité alimentaire est exigée pour les réseaux d’eau potable.

A. Canalisations principales de distribution ø 60 mm

Tuyaux en fonte ductile à joints verrouillés PN10 ou équivalent.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

B. Conduites secondaires de distribution ø < 60 mm

Pour les liaisons enterrées ou aériennes à l’intérieur d’un bâtiment, il sera installé :

Tuyaux en PVC conformes aux normes.

Tuyaux en polyéthylène haute densité.

Le choix de ces tuyaux doit tenir compte des conditions de service, des conditions de charges dues aux remblais et aux charges d'exploitation et aux conditions de pose. Ils seront justifiés par calcul.

Dans les locaux nobles, il sera installé des canalisations en cuivre.

C. Appareils de robinetterie et accessoires

Vannes de sectionnement :

Elles seront du type à opercule caoutchouc, corps fonte, extrémités à brides, encombrement réduit : PN10, sens horloge.

Colliers de prise pour branchements du type gros bossage.

Robinet de prise et d'arrêt, corps en fonte percé côté aval pour vidange automatique.

Appareils de lutte contre l'incendie :

Ils sont du type poteau d'incendie conforme à la norme NF S 61-213 à prise sous coffre, clapet et vidange démontables sans terrassement, système de fermeture évitant la perte d'eau en cas de casse du poteau.

Bouches à clé :

Elles comprennent les accessoires suivants :

tube allonge : fonte ductile,

tête hexagonale ou circulaire fonte,

tabernacle : fonte,

cloche : fonte.

Le stockage et la manutention des canalisations et matériels seront exécutés suivant les consignes du fabricant.

Les éléments ne devront présenter aucun défaut de fabrication.

Les éléments ou appareils douteux ou fendillés, écaillés seront refusés, marqués et évacués hors du chantier par l’Entreprise.

2.3.5.7. OUVRAGES ANNEXES ET REGARDS PREFABRIQUES POUR RESEAUX EAU USEES ET EAUX PLUVIALES

Les regards de visite et boîtes de branchement seront :

A. Eaux usées

Béton coulé en place ou éléments préfabriqués conformes au fascicule 70 du CCTG et provenant d'usines agréées.

B. Eaux pluviales

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

Béton coulé en place ou éléments préfabriqués conformes au fascicule 70 du CCTG et provenant d'usines agréées.

2.3.5.8. DISPOSITIFS DE FERMETURE ET DACCES AUX OUVRAGES DASSAINISSEMENT

Les dispositifs de fermeture des regards, les grilles pour évacuation des eaux d'assainissement au niveau des chaussées, trottoirs ou espaces verts seront en fonte.

Les dispositifs de fermeture des regards devront avoir une charge de rupture correspondant à la charge roulante normalisée BC30.

Les échelons et échelles d'accès dans les regards seront en aluminium à section ovalisée avec protection en polyéthylène.

Les échelons seront espacés de 0,30 m et auront une largeur minimale de 0,30 m. Les échelons supérieurs comporteront un orifice laissant coulisser et permettant d'encastrer la crosse amovible de descente, mise à demeure dans le regard.

2.3.5.9. ESSAIS ET CONTROLES

Avant tout remblaiement, l’implantation et le calage altimétrique des canalisations sera systématiquement vérifiée par un géomètre à la charge de l’Entreprise. Les essais d'étanchéité seront réalisés sur la totalité des réseaux, y compris regards et branchements et sont à la charge de l’Entreprise, y compris matériels, eau, etc.

Sur les canalisations d'assainissement à écoulement libre et pour tous les collecteurs, les tests d'étanchéité seront réalisés conformément au fascicule 70.

En plus de ces essais, l’Entreprise doit la réalisation systématique d'une inspection vidéo réalisée sur tous les réseaux inférieurs à ø 1200 mm.

Les réseaux de diamètre supérieur ou égal à ø 1200 feront l'objet d'un contrôle visuel.

Il sera également réalisé un contrôle géométrique ayant pour objet la vérification :

de la tenue mécanique des matériaux (ovalisation, fissures),

du bon alignement des tuyaux en plan et en profil (déviation angulaire),

de la régularité de la pente (contre-pentes ou flaches, pentes moyennes, cotes, etc.).

En cas de difficulté de mesures par des moyens topographiques classiques, le contrôle pourra être réalisé à l'occasion de l'inspection télévisée (inclinométrie, métrologie, laser).

Un essai d'écoulement sera également réalisé.

Les essais sur les réseaux en charge ou sous-pression seront réalisés conformément au fascicule 71 du CCTG.

Le rapport devra comporter les clichés de toutes les anomalies constatées sur la canalisation et positionnées sur un plan et tous les contrôles géométriques.

L’Entreprise fera réaliser ces essais par une entreprise spécialisée indépendante de l’Entreprise, soumise à l'agrément du Maître d'Ouvrage ou de son représentant. Tous les essais supplémentaires nécessités par la mise en évidence d'anomalies lors des essais initiaux seront à la charge de l’Entreprise.

2.3.6. EXECUTION DE LA CLOTURE DEFINITIVE

Les caractéristiques sont au minimum celles du CCTP et seront adaptées au projet architectural.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

Le projet de clôture sera soumis à l'agrément du Maître d'Ouvrage.

2.3.7. ESPACES VERTS

Les travaux concernent, en fonction du projet architectural et paysager retenu, la fourniture et la mise en oeuvre de :

terre végétale,

plantations.

2.3.7.1. TERRE VEGETALE

Préparation de fonds de forme.

Fourniture et régalage de la terre végétale sur 0,30 m d'épaisseur environ après tassement.

Cette terre végétale pourra être de la terre végétale d'apport.

La terre végétale mise en place devra être franche, homogène, exempte de mottes, de pierres, de gravois ou autres corps étrangers.

La teneur en matière organique est supérieure à 10 %.

Un épierrage et un régalage définitif seront effectués.

2.3.7.2. PLANTATIONS

Les

architecturale.

Les différentes catégories de plantations sont définies comme suit :

plantations

seront

réalisées

d'après

les

prescriptions

de

l’étude

d’intégration

arbres de hautes tiges : hauteur minimum 1,50 m

arbustes pour haies : hauteur minimum 0,80 m - 2 plants/ml

espèces recouvrantes : hauteur minimum 0,15 m - 15 pieds/m².

Les espèces proposées seront majoritairement dans la gamme des végétaux dans la palette naturelle environnante rapprochée.

Tos les arbres de hautes tiges sont mis en place avec tuteurs et attaches de maintien adaptés.

Les travaux comprennent également les trous avec adjonction de terre végétale :

1 m³ par unité pour les arbres de hautes tiges,

remplissage de la tranchée pour les arbustes de haie.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

3. BETON

3.1.

GENERALITES

3.1.1. TRAVAUX INCLUS

Ouvrages de gros oeuvre : bâtiments, bassins, ouvrages de génie civil et leurs fondations.

3.1.2. TRAVAUX ASSOCIES

Maçonnerie - Enduits - Chapes.

Joints.

3.1.3. DOCUMENTS DE REFERENCE

3.1.3.1. REGLEMENTATION GENERALE

Tous les travaux et produits respecteront la réglementation marocaine en vigueur.

Dans le cas où il n'existerait pas de normes marocaines à cette époque, on se référera aux normes françaises.

3.1.3.2. PRESCRIPTIONS PARTICULIERES

En plus des documents cités en 2.1.1.2 (et plus particulièrement le fascicule 74 du CCTG), l’Entreprise devra répondre aux prescriptions suivantes :

Règles françaises « neige et vents 65 ».

DTU P06-006 règles N84.

Règles parasismiques

Dans le cas où l'utilisation de ces documents aboutirait à des résultats différents, seule serait retenue en définitive la solution la plus sécuritaire.

3.1.3.3. CRITERES DE PROJET

Les notations utilisées seront celles préconisées dans les règlements.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

3.1.3.3.1. CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX

A.

Béton

Résistance à la compression simple :

Pour les ouvrages en béton armé dont la structure doit jouer à la fois un rôle mécanique et d'étanchéité :

f

f

c28

t28

35 MPa 2,7 MPa

Les calculs s'effectueront en fissurations très préjudiciables pour tous les ouvrages en contact avec l'eau et pour les ouvrages soumis à la condensation.

Pour les autres ouvrages, la fissuration est considérée comme préjudiciable.

Pour les ouvrages en béton précontraint, les valeurs f c28 et f t28 seront fonction de la nature et de l'emplacement de l'élément à construire.

Pour les bétons de masse ou béton de remplissage :

f c28

f t28

Pour les autres ouvrages :

f c28

f t28

Poids volumique :

Le poids volumique du béton armé sera au minimum :

Module d'élasticité :

E ij = E vj =

Coefficient de Poisson :

20

MPa

1,8

MPa

25

MPa

2,1

MPa

24 KN/m³

11 000 fc 1/3 3700 fc 1/3

pour les déformations

pour les sollicitations

Coefficient de dilatation :

Coefficient de retrait :

10

= 0,2

= 0

-5 par degré Celsius

3 x 10 -4

Dosage en ciment minimum : ……………………………………………………

350 kg/m³

L’utilisation de ces bétons fera l’objet d’une note justificative soumise à l’agrément du Maître d’Ouvrage.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

B. Aciers de béton armé

L'enrobage des aciers ne sera pas inférieur à 4 cm pour les parements des ouvrages en contact avec un liquide ou la terre, ou susceptibles d’être exposés à la condensation.

Sauf cas particuliers, l'enrobage ne sera jamais inférieur à 4 cm pour les parements susceptibles d'être exposés aux intempéries.

D'autre part, l'enrobage des aciers devra toujours respecter les conditions de degré de stabilité au feu des structures concernées.

Pour les ouvrages qui doivent assurer un rôle d'étanchéité et pour les ouvrages exposés à la condensation, la fissuration sera considérée comme très préjudiciable. Pour les ouvrages exposés aux intempéries, la fissuration sera considérée comme préjudiciable, ce qui implique la limitation des contraintes de traction des armatures.

Caractéristiques et limites admissibles :

Armatures à haute adhérence HA de diamètres 6, 8, 10, 12, 14, 16, 20, 25, 32, 40. L'utilisation des armatures de petit diamètre sera préférée à celle des gros diamètres :

fe = 500 MPa

Armatures rondes lisses :

fe = 235 MPa

Treillis soudés HA conformes aux normes en vigueur :

*

*

Fe E 500

Fe E 235

* Limite d'élasticité fonction du diamètre des fils.

Poids volumique :

78,5 KN/m³

20 x 10 4 MPa

L’espacement entre les armatures doit être suffisant pour permettre le bétonnage dans de bonnes conditions.

Module d'élasticité :

C. Terres - Remblais

La poussée des terres contre les bâtiments sera évaluée en tenant compte du coefficient de poussée des terres au repos : 1-sin ø, ø étant l'angle de frottement interne des terres.

La poussée passive des terres sera négligée dans le cas général, ainsi que leur cohésion.

Il sera tenu compte des pentes des talus et des surcharges d'exploitation possibles, dont les surcharges de circulation autour de ceux-ci en phase de travaux et en phase définitive.

Les poids volumiques des sols secs, déjaugés, saturés, ainsi que les angles de frottement interne devront être conformes aux caractéristiques de sols déterminées par des essais préalables.

3.1.3.3.2.

ACTIONS

Les actions à prendre en compte sont :

les actions permanentes : poids propre des structures, reconstitution des terrains aux abords des ouvrages, poussées des terres sur les parois,

les actions variables : charges d'exploitation, de montage et d'entretien, les surcharges roulantes sur les zones de circulation ou les actions qu'elles occasionnent à leur voisinage, que ce soit en période de travaux ou en phase définitive, les charges dues aux équipements à installer et leurs effets dynamiques, les charges hydrauliques

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

intérieures et extérieures sur les divers ouvrages et/ou les matériaux contenus avec les actions dynamiques (vidange, remplissage), les sous-pressions (variation de la nappe phréatique),

les actions climatiques : gel, vent, température, etc.,

le retrait,

les tassements différentiels,

les actions accidentelles : incendie, chocs, crue exceptionnelle,

les actions sismiques.

A. Actions climatiques

Neige (s’il y a lieu) :

Vent :

B. Actions hydrauliques

selon

règles N84 modifiées en 1995

règles « neige et vents 65 »

selon

Poids volumiques des eaux usées :

10,5

kN/m³

Poids volumiques des boues :

11

kN/m³

C. Actions d'environnement

Classe d'environnement : …………au minimum classe XA2 selon norme NF EN 206-1

Classe d'agressivité des effluents :… au minimum classe A2 selon norme NF P18-011

D. Actions du feu

La résistance au feu des ouvrages : degrés de stabilité au feu, de coupe-feu sera conforme à la législation en vigueur.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

3.1.4. DOCUMENTS A REMETTRE PAR LENTREPRISE

A. Planning d'étude du projet d'exécution.

B. Planning d'exécution des travaux avec réactualisation hebdomadaire pendant la phase travaux.

C. Projet d'installation de chantier.

D. Spécifications techniques détaillées - Procédures opératoires et fiches produits

Ces documents devront définir sans ambiguïté en complément des présentes spécifications, concurremment avec les plans d'exécution des ouvrages, l'ensemble de ces travaux.

Ils sont indissociables des plans.

E. Notes de calculs justificatives :

Les notes de calcul seront les justificatifs des solutions techniques adoptées. Elles seront établies dans le système d'unité international SI.

Elles seront manuscrites lisiblement ou dactylographiées sur format A4 et devront respecter le canevas suivant :

1. Objet de la note

Une note sera établie par ouvrage.

Titre et repérages.

2. Critères de projet concernant la note

Règlements en vigueur utilisés.

Hypothèses de calcul.

Cas de charges : climatiques, phases de remplissage et de vidange des structures, charges routières, niveau de la nappe phréatique, etc.

Croquis des structures concernées et des cas de charges.

3. Méthodologie de calcul

Eventuellement, hypothèses de modélisation et méthodes de calcul des programmes informatiques utilisés. Les limites des programmes informatiques utilisés seront clairement explicitées.

4. Développement des calculs.

5. Synthèse des résultats comprenant l'ensemble des documents constituant la liaison entre les calculs de structures et les plans d'exécution.

6. Croquis de synthèse

Des croquis à main levée annexés à la synthèse des résultats (cf. 5.) expliciteront concrètement et clairement les résultats :

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

croquis d'équarrissage de coffrage,

croquis de ferraillage avec sections d'acier calculées et section d'acier réellement mises en place,

croquis des types de profilés métalliques retenus et détails des assemblages, etc.

7. Les traitements informatiques en annexe

Les résultats issus directement des programmes informatiques devront être clairement explicités et repérés dans la note de calcul et dans les documents informatiques annexés.

F. Plans

La liste précise des plans, schémas et notes de calcul devra être établie au début des études d’exécution.

En particulier devront être fournis :

le planning de production des plans,

les plans généraux de génie civil montrant la disposition et l'encombrement des fournitures, les zones de scellement, les dimensions nécessaires au passage des fournitures, les cheminements et dimensions des caniveaux, chemins de câbles, etc.,

les plans montrant les directions et la valeur non pondérée des efforts transmis au béton par les équipements, les eaux à l'intérieur des ouvrages, les eaux à l'extérieur des ouvrages, les structures métalliques éventuelles,

les plans des pièces fixes, ainsi que leur implantation dans les bétons secondaires et les pièces à sceller dans les bétons primaires,

les plans de coffrage et de phasage de bétonnage,

les plans de ferraillage.

G. Rapport d'essais, fiches d'agrément, caractéristiques de tous matériaux utilisés.

H. Rapport des épreuves d'étude des bétons.

I. Rapport des épreuves de convenance des bétons.

J. Rapport des essais mécaniques des bétons en cours de chantier.

K. Rapport des essais d'étanchéité des ouvrages.

3.2. QUALITE DES MATERIAUX

3.2.1.

GENERALITES

Les matériaux, éléments ou produits envisagés doivent satisfaire :

aux documents de référence, objet du § 3.1.3 ci-dessus,

aux fiches d'homologation du CSTB,

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

aux fiches d'agréments accordés par le Ministère de l'Equipement pour les matériaux et procédés d'utilisation.

Pour ce qui concerne les matériaux, éléments ou ensembles non traditionnels, ils devront :

faire l'objet d'un avis favorable du CSTB,

être acceptés par la commission technique compétente des compagnies d'assurance,

faire l’objet d’essais à définir conjointement avec le Maître d’Ouvrage.

Les matériaux et procédés ne bénéficiant pas d'un avis technique du CSTB devront :

bénéficier d'une enquête favorable de la part d'un Contrôleur Technique,

faire l'objet d'un Cahier des Charges agréé par le Contrôleur Technique,

bénéficier d'une police particulière d'assurance dont l'attestation devra être fournie au Maître d’Ouvrage.

L'emploi de béton fabriqué en usine sera autorisé sous réserve d'avoir satisfait aux essais de convenance définis au présent CCTP.

Dans tous les cas, les ciments ou les bétons fabriqués en usine pour un même ouvrage proviendront d'une même usine.

3.2.2. PREPARATION DU BETON

La préparation du béton se fera selon les règles de l'art et devra satisfaire les normes suivantes :

- matériaux de construction, granulométrie des agrégats : NM 10.01.F.005

- bétons de ciment usuels : NM 10.03.F.009

- technique des essais pour granulats, eau de gâchage, contrôle des bétons : NM

10.01.13.025

En cas d'utilisation de béton prêt à l'emploi, préparé en usine, le béton devra être conforme à la norme NM 10.01.F.030.

L’Entrepreneur devra en outre demander l'agrément du Maître de l'Ouvrage pour l'usine chargée de livrer le béton.

Pour mémoire, sont rappelées les normes françaises concernées :

- NFP 15-301 : ciment

- NFP 18-011 : classification des environnements agressifs

- NFP 18-303 : eau de gachage :

3.2.3. ARMATURES

Les caractéristiques des aciers devront satisfaire aux normes suivantes :

- barres à haute résistance pour béton armé :

NM 10.01-F-012

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

- ronds lisses pour le béton armé :

NM 20.01-F-003.

et aux prescriptions définies dans le présent document.

3.2.4. BETONS COULES EN PLACE

3.2.4.1. DEFINITION DES BETONS

En cas d'utilisation de béton prêt à l'emploi, préparé en usine, le béton devra être conforme à la norme NM 10.01.F.030.

L’Entreprise devra expliciter sa désignation exacte suivant sa destination, sachant que tous les ouvrages devront être étanches.

3.2.4.2. ETUDES ET EPREUVES DE CONVENANCE DU BETON

Elles seront proposées par l’Entreprise en conformité avec la normalisation en vigueur, et notamment les fascicules 65 et 65A du CCTG .

L'étude des bétons tiendra compte des moyens de mise en place et des adjuvants éventuellement utilisés. En particulier, le cas échéant, pour du béton mis en place à la benne et pervibré, pour du béton mis en place à la pompe et pervibré, pour du béton fluidifié.

3.2.4.3. EPREUVES DE CONTROLE

A. Granulats

1. Dans le cas de fabrication du béton sur le chantier, les contrôles porteront sur :

la granulométrie du sable et des graviers : 1 fois pour 100 m³ de béton en moyenne et/ou 1 fois par jour de bétonnage,

équivalent de sable : 1 fois pour 50 m³ de béton en moyenne.

2. Dans le cadre de béton provenant d'une centrale NF BPE :

l'installation pratiquant l'autocontrôle doit être soumise à l'acceptation du Maître d’Ouvrage,

les résultats d'essais doivent être communiqués hebdomadairement par télécopie au Maître d’Ouvrage et au le Maître d’Ouvrage.

B. Béton

1. Les modalités de contrôle du béton seront proposées par l’Entreprise en conformité avec l'annexe technique T 24-4 du fascicule 65 du CCTG.

2. Un lot de béton est une partie d'ouvrage d'un volume moyen de 100 m³ coulé en une ou plusieurs fois.

3. Chaque lot est l'objet d'un prélèvement et d'une épreuve de plasticité.

4. Chaque prélèvement porte sur 3 fois 3 éprouvettes :

3 éprouvettes pour la résistance à la compression à 7 jours,

3 éprouvettes pour la résistance à la compression à 28 jours,

3 éprouvettes pour la résistance à la traction à 28 jours.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

C. Qualité du béton non respectée

Si, en cours d'exécution, les résultats des essais montrent que le béton n'a pas les qualités requises, il est fait application des dispositions suivantes :

Si la plasticité mesurée sur un prélèvement effectué à la sortie de la bétonnière n'est pas conforme à la valeur prescrite, l’Entreprise doit procéder immédiatement au contrôle de la composition et notamment au contrôle de la teneur en eau des sables et de la quantité d'eau d'apport et prendre toutes dispositions pour revenir à la plasticité prescrite.

Dès que la résistance à 7 jours d'un essai de contrôle a été reconnue inférieure à la valeur donnée par les essais probatoires, annonçant corrélativement que la résistance minimale à 28 jours risque de ne pas être atteinte, l’Entreprise doit immédiatement prendre à ses frais les mesures appropriées, par exemple addition d'un plastifiant agréé ou surdosage en ciment, dont les effets devront, dans chaque cas, avoir été préalablement étudiés en laboratoire.

La résistance est prise égale à 95 % de la moyenne arithmétique des résistances des groupes de trois éprouvettes. Cette résistance devra être supérieure à la résistance spécifiée.

Si les essais de contrôle font ressortir des résistances inférieures à celles requises, le Maître d'Ouvrage fera :

procéder à un contrôle systématique du béton mis en oeuvre au besoin par carottage ou éventuellement, s'il y a lieu, à des épreuves par chargement direct de l'ouvrage,

prescrire le renforcement des ouvrages par l'exécution d'éléments d'ouvrages confortatifs dont l’Entreprise est responsable et qu'il prend à sa charge, ces éléments d'ouvrages ayant pour objet de rétablir les conditions de sécurité initialement prévues,

à défaut, enfin, et si l'insuffisance de résistance met en péril la sécurité même de l'ouvrage, sans que les dispositions précédentes puissent y remédier, ordonner la démolition et la reconstruction des parties d'ouvrages présumées défectueuses, aux frais de l’Entreprise.

Il est rappelé que, dans le cas de l’utilisation de BPE, si la plasticité n’est pas assez élevée, l’ajout d’eau n’est pas une solution acceptable. Si une perte de résistance est constatée suite à l’ajout d’eau, la responsabilité de l’entreprise sera retenue.

3.3. EXECUTION DES TRAVAUX

3.3.1. FABRICATION DU BETON

Le béton pourra être fabriqué soit sur le chantier, soit dans une usine de béton prêt à l'emploi.

Il s'agira, dans tous les cas, d'une usine qui aura reçu l’agrément du Maître d'Ouvrage.

L'usine devra être située à moins d'une demi-heure du lieu de mise en oeuvre du béton, dans les conditions de circulation routière les plus défavorables. Dans le cas contraire, la formulation des bétons comprendra un retardateur de prise et fera l'objet d'un essai de convenance et de résistance dans les conditions de bétonnage du chantier. Par ailleurs, l'usine sera reliée par radio au lieu de bétonnage.

STATION DEPURATION DES EAUX USEES DE DAKHLA

APPEL DOFFRES SUR PERFORMANCES

La fabrication du béton à la main de même que le dosage volumétrique des composants sont interdits.

3.3.2.