Vous êtes sur la page 1sur 35

1

IINNTTRROODDUUCCTTIIOONN

INTRODUCTION A LHISTOIRE DE L’EGLISE : LA MISSION DE L’EGLISE MILITANTE.

L’histoire de l’Eglise est la continuation de l’œuvre de Notre Seigneur dans le monde, depuis la Pentecôte jusqu'à la fin des temps. La mission de l’Eglise sur la terre est de répandre l’enseignement, les sacrements et les institutions de Jésus-Christ dans le monde afin de glorifier le seul vrai Dieu et de sauver les âmes. (St Matthieu XXVIII – 18)

L’Eglise a deux aspects :

- l’aspect divin de l’Eglise militante est son caractère essentiel, comme épouse du Christ

- l’aspect humain est le fait que l’œuvre du salut est confiée à des hommes pécheurs.

Histoire de l’Église

2

CHAPITRE I

LE BERCEAU DE L’EGLISE

1. La fondation de l’Eglise

On peut distinguer trois étapes dans la fondation de l’Eglise :

- la PROMESSE, au cours de la vie publique de Notre Seigneur. Il en avait désigné le

chef futur : « Tu es pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise » (Matthieu XVI - 19.) De plus en Luc XXIII fut prononcé l’infaillibilité pontificale

- la NAISSANCE de l’Eglise sur la Croix, par le sang du Rédempteur. De son côté

transpercé naissent les sacrements. - la MANIFESTATION publique de la Pentecôte. L’Esprit - Saint transforme les apôtres en leur donnant la force de prêcher publiquement. St Pierre parle et ainsi baptise trois mille personnes en un jour.

2. L’Eglise de Jérusalem

Le Sanhédrin tenta de faire taire les apôtres. « Non possumus » fut leur réponse. Ils furent battus de verges et emprisonnés quelques temps, mais ils continuèrent à prêcher. La prédication des apôtres rappelle que Jésus est le Messie annoncé par les prophètes. St Etienne, l’un des sept premiers diacres, fut le premier martyr en étant lapidé.

3. Les premières communautés.

Après Jérusalem, dont Jaques le mineur étais, d’autres villes devinrent des centres de chrétienté grâce à la Diaspora. Chaque communauté avait comme chef un évêque nommé par l’apôtre fondateur. St Pierre en fonda une à Antioche où l’on donna aux fidèles le nom de Chrétiens .St Etienne en fonda notamment une à Ephèse. St Paul fut le plus fertile. Les premiers Chrétiens continuèrent certaines pratiques juives tout en ayant leurs propres cérémonies : les baptêmes les agapes ou l’Eucharistie.

4. L’apôtre des Gentils.

Saül de Thrace en Cilicie était l’un des pharisiens qui ont lapidé St Etienne. Se rendant à Damas pour y persécuter les Chrétiens, Jésus lui apparut sur le chemin et lui dit : « Saul, pourquoi me persécutes-tu ? » On compte trois grandes tournées de prédications entre 44 et 58.

1 er voyage : Chypre et l’Asie Mineure (42 et 52)

2 e voyage : Asie Mineure et Grèce (52 et 55)

3 e voyage 55 à 58

Les voyages des autres apôtres sont moins connus mais aussi efficaces.

5. Les premières difficultés internes

A Antioche, les Juifs baptisés voulaient imposer la loi juive aux païens convertis. En

51

eut lieu le Synode de Jérusalem qui permit aux païens convertis de ne pas être soumis à la loi juive grâce à St Paul et St Barnabé. La solution pratique fut proposée par St Jaques le Mineur et St Pierre décida.

Histoire de l’Église

3

6. Les écrits des premiers Chrétiens.

Le nouveau testament se compose de :

-

des 4 Evangiles écrits par Matthieu, Luc, Marc, Jean. On appelle les trois premiers synoptiques (vue synthétique)

-

les Actes des Apôtres [Luc] (il raconte les prédictions de Pierre et de Pau)

-

Les Epîtres (14 de Paul) (Pierre, Jaques, Jude, Jean.)

-

L’Apocalypse (Jean)

7.

La disparition de l’Eglise de Jérusalem

En l’ an 70, Titus, fils de Vespasien, vint assiéger Jérusalem. Ce fut un massacre et le sacerdoce juif disparut. La ville fut détruite et le temple fut rasé, mais les Chrétiens de Jérusalem étaient déjà partis. Ceci avait déjà été prédit par Jésus-Christ.

8. Le christianisme à Rome

Rome a du être évangélisé dès 45 (par un inconnu). Nous le savons car Suétone parle de l’influence d’un certain « Chrestus » qui causait des troubles chez les Juifs en l’ an 49. Paul arrive à Rome en semi captivité car il avait fait appel à la justice de César lorsque les Juifs voulaient le tuer à Jérusalem. Pierre est resté jusqu’en 42 à Jérusalem, puis il va à Antioche. Les protestants utilisent le fait qu’il existe peu de documents de l’arrivée de Pierre à Rome pour nier la primauté de Pierre. Pourtant deux épîtres de Pierre se terminent par : « L Eglise qui est à Babylone vous salue. » Or les Chrétiens appelaient ainsi Rome. Pierre et Paul furent martyrisés sous Néron à Rome en 64.

Histoire de l’Église

4

CHAPITRE II

LES PERSECUTIONS

1. La cause de la persécution

L’Evangile étant en opposition complète avec l’esprit païen (pureté, idolâtrie, esclavage, pénitence), les puissants utilisaient la force pour limiter son extension. Déjà meurtrières en Palestine, les persécutions furent particulièrement cruelles dans l’empire romain. Deux causes principales des persécutions. On reprochait aux Chrétiens :

- de ne pas adorer les dieux et l’empereur

- de commettre des crimes abominables (calomnie due à la loi de l’arcane). Le peuple trompé réclamait des châtiments contre les Chrétiens. Les empereurs firent une loi qui défendait, sous peine de mort, d’être chrétien. Pendant les trois premiers siècles de notre ère cette loi cruelle fut appliquée avec plus de rigueur lors des dix périodes particulièrement sanglantes à qui on a donné le nom de Grandes persécutions.

2. Supplices infligés aux martyrs

Ils étaient torturés selon la loi (flagellation, chevalet, ongles de fers, lames rougies de feu), emprisonnés puis exécutés (brûlés, noyés, décapités, crucifiés ou jetés aux bêtes). L’apostasie leur laissait la vie sauve. Certains étaient exilés (Jean), d’autres condamnés aux travaux forcés (rasés, fers rouges, pieds liés). Les citoyens romains étaient décapités. Les martyrs furent très nombreux.

3. Les principaux martyrs

Ignace d’Antioche – Polycarpe de Smyrne En Gaule, Potin, évêque de Lyon, son successeur Irénée périrent dans les tourments. Denis eut la tête tranchée à Paris sur le Montmartre. On vit des femmes, des jeunes filles et des enfants souffrir du carnage. Cécile eut la tête « tranchée ». Blandine en 177 avec les 48 martyrs de Lyon Tharcisius fut lapidé Maurice fut « décimé » Sous l’empereur Maximien en 286, Maurice et la légion thébaine se laissaient tuer Pour ne pas sacrifier aux dieux.

4. Honneur et culte rendu aux martyrs

Le culte des Martyrs et des Saints remonte à l’origine de l’Eglise. Les premiers Chrétiens recueillaient avec soin tous les restes des Martyrs. Ils les ensevelissaient avec respect et célébraient leurs fêtes le jour anniversaire de leur mort. Durant les persécutions les fidèles se réunissaient dans les catacombes, particulièrement à Rome. Les catacombes étaient des cimetières communs très vastes que les Chrétiens s’étaient acquis pendant les époques de paix religieuses et où ils ensevelissaient les morts avec honneur. Situés près de Rome, ils étaient creusés à une grande profondeur. Dans les parvis des galeries les corps étaient déposés dans des niches que l’on fermait de plaques de marbre ou de pierre.

Histoire de l’Église

5

5. Fin des persécutions

Malgré ces supplices le christianisme se répandit rapidement dans l’empire, suivant le mot de Tertullien : « Le sang des Martyrs est une semence de Chrétiens. » Cette rapide propagation de l’Evangile ne peut s’expliquer que par un miracle. Les plus grands persécuteurs furent les empereurs Néron, Dioclétien, Dèce ; Enfin, après trois siècles, les persécutions cessèrent à l’avènement de l’empereur Constantin, tandis qu’il marchait vers son rival Maxence, une croix lumineuse lui apparut dans le ciel avec cette inscription : « Par ce signe tu vaincras ». La nuit suivante, Jésus-Christ se montra à lui en songe, avec le même signe, et Il commanda de faire sur ce modèle un étendard (labarum). Constantin obéit et il fut vainqueur au pont Milvius en 313. La même année il publiait l’édit de Milan qui accordait aux Chrétiens le droit et la liberté de pratiquer leur culte.

Après beaucoup de résistances l’Eglise accepta le retour des Chrétiens faibles :

- Les lapsi sacrificatifs

- Les lapsi libératici

Car l’Eglise refusait l’absolution à 3 types de pécheurs :

- les apostats

- les homicides

- les adultères

6. Julien l’apostat

Chrétien seulement par contrainte dans sa jeunesse, il revient à l’idolâtrie ; Devenu empereur en 361, Julien garda toutes ses faveurs pour les païens. Il ridiculisa les Chrétiens dans ses écrits et interdit d’avoir des écoles. Il périt frappé d’une flèche, dans une expédition contre les Perses en 363 et s’écria en mourrant :

«Tu as vaincu, Galiléen. »

7. Théodose le Grand

Il réunifia l’empire à la mort de Gratien. Il suivait les conseils d’Amboise. Il proclama le catholicisme religion officielle de l’empire et fit pénitence publique pour avoir fait un massacre à Thessalonique, de peur d’être excommunié.

8. Vie de premiers Chrétiens

Ils connaissaient les 7 Sacrements.peur d’être excommunié. 8. Vie de premiers Chrétiens Le baptême se faisait par immersion. La confirmation

Le baptême se faisait par immersion. La confirmation était administrée juste après le baptême. La confession pouvait être publique pour les fautes graves et publiques. La communion était fréquente. Le sacrifice eucharistique avait lieu dans les maisons des riches chrétiens en dehors des persécutions.

Dans le premier siècle, il circulait beaucoup d’évangiles apocryphes c’est-à-diremaisons des riches chrétiens en dehors des persécutions. d’origine douteuse. Certains étaient basés sur une

d’origine douteuse. Certains étaient basés sur une tradition orale difficile à vérifier, d’autre étaient des romans destinés à l’édification des fidèles, d’autres étaient hérétiques.

Histoire de l’Église

6

Des origines au XI e siècle e siècle

Le pape était élu par les cardinaux (les 7 évêques voisins de Rome, curés et diacres de la ville et le peuple). A partir du VII e siècle, l’élection du pape devra être approuvée par l’empereur. En 1059 le pape Nicolas XI décida que le souverain pontife sera élu par les seuls cardinaux. Les évêques furent d’abord nommés par le clergé et le peuple puis les princes imposèrent plus ou moins leur candidat. L Les prêtres furent d’abord choisis par le peuple, mais recevaient de l’évêque l’ordination sacerdotale.

Littérature chrétiennemais recevaient de l’évêque l’ordination sacerdotale. Les livres saints se répandirent rapidement. On peut les

Les livres saints se répandirent rapidement. On peut les classer en 3 catégories :

- les Textes primitifs : les épîtres de Clément de Rome (preuve de l’autorité du pape face à Jean) La Didachée (premier catéchisme) (80 et 100)

- les Ecrits africains écrits en latin (de Cyprien et Tertullien)

- les Textes grecs de l’exode d’Alexandrie (de St Clément d’Alexandrie et de St Origène)

Histoire de l’Église

7

CHAPITRE III

L’EGLISE LIBRE DANS LEMPIRE ROMAIN

1. Les pères de l’Eglise

a)
a)

Définition Ce sont des écrivains chrétiens des premiers temps, remarquables par la pureté de leur

doctrine et leur sainteté. Quatre critères : - orthodoxie

- sainteté de vie

- approbation ecclésiastique

- antiquité

Leur tâche fut d’expliquer la doctrine chrétienne et de la défendre contre les hérétiques. Les pères de l’époque des apôtres sont appelés pères apostoliques (St Clément de Rome, St Ignace d’Antioche) et ceux du II e et du III e siècle, les pères apologistes (St Justin et St Tertullien).

Les Docteurs de l’Egliseles pères apologistes (St Justin et St Tertullien). Ayant vécu surtout au IV e et V

Ayant vécu surtout au IV e et V e siècle (Age d’or), on appelle Docteur les Pères les plus célèbres. (Audition éminente : i.e. une doctrine complète destinée à l’Eglise universelle)

On classe les Docteurs (Antiques) les plus éminents en 2 catégories : Grecs et Latins. Les Docteurs Grecs étaient :

- ATHANASE (296-373), patriarche d’Alexandrie, influant au Concile de NICEE et opposant à Arius

- BASILE (323-379), évêque de Césarée et anti arien, cappadocien

- GREGOIRE DE NAZIANCE (+ 389), grand ami de Basile

- JEAN CHRYSOSTOME, évêque de Constantinople (347-407)

Les Docteurs Latins étaient :

- AMBROISE (340-397), élu évêque à 37 ans, il a résisté aux Ariens et a composé de nombreux hymnes

- AUGUSTIN (354-430), évêque d’Hippone, fils de Monique, Après une jeunesse tumultueuse il se convertit grâce à Ambroise à Milan

- JEROME (342-420). Il a écrit la Vulgate et a vécu en ascète à Bethlehem. Il avait le caractère difficile.

- Grégoire le Grand (590 – 604 : pape) Il a organisé le chant grégorien.

Annexe : Ajoutons Hilaire (320 – 368), évêque de Poitiers, il a combattu les Ariens.

1. Les hérésies

Il soutenait qu’en Jésus – Christ il existait deux natures distinctes : la personne divine et humaine. Marie est mère de la seule personne humaine du Christ. Il fut condamné par le concile d’Ephèse en 431.

e)
e)

Eutychès et le concile de Chalcédoine.

Il disait à tort qu’il n’y avait qu’une seule nature en Jésus – Christ. Un concile œcuménique s’assembla en Chalcédoine.

Histoire de l’Église

8

L’Eglise poursuivit son travail sans relâche à la conversion des infidèles. Au IX e siècle, les Danois, les Suédois, Les Polonais, les Bulgares et les Russes furent gagnés à la vraie foi. Au X e siècle ce devait être au tour des Huns

2. La vie spirituelle.

Certains Chrétiens devinrent ascètes en renonçant au mariage et en s’adonnant à la prière ou aux bonnes œuvres dans le monde. Le mouvement monastique débuta en Egypte avec les anachorètes (ermites) Par exemple St Antoine et St Paul, ermites. St Pacôme fonda la vie cénobitique en Orient. Après ces Pères du désert, la vie monastique essaima d’abord en Asie (règle de St Basile) puis en Occident (St Martin de Ligugé et Marmoutier au IV e siècle. Mais Benoît de Nursie couvrit Europe de monastères (Mt Cassin …) grâce à sa règle.

Type

 

Trinitaire

Christologique

Nom

Donatistes

Pélagiens

Ariens

Macédoniens

Nestoriens

Monophysisme

 

Donat de

Pélage

Arius

Macédonius

Nestorius

Eutychès

Fondateur

Carthage

moine

Prêtre

évêque de

évêque de

Moine à

breton

d'Alexandrie

Constantinople

Constantinople

Constantinople

 

XX exclut de l'Église →Sacrements invalides si XX du ministre

Nie la transmission de la grâce nie la nécessité de la grâce

Nie la

 

2 personnes distinctes dans le Christ →nie la maternité divine

 

Erreur

divinité du

Nie la divinité du St - Esprit

Christ

1 seule nature dans le Christ

   

Augustin

       

Conclusion

Concile

d'Afrique

Zozime ½

pélagien

Athanase

Concile de

Concile de

Constantinople

Concile

d'Éphèse 431

Concile de

Chalcédoine

Concile

Nicée 325

481

451

 

d'Orange

 

Histoire de l’Église

9

CHAPITRE IV

L’EGLISE ET LES BARBARES

L’Eglise, victorieuse des persécutions et des hérésies, s’appliquait à civiliser le vieux monde romain. Elle avait en partie réussi quand les invasions des barbares au V e siècle vinrent compromettre son œuvre.

1. L’Eglise et les invasions

L’Eglise se dressa en face des barbares qui ne faisaient que passer (les Germains i. e: les Goths, les Francs, les Vandales et les Huns) et défendit contre eux les Chrétiens. Lorsque les hordes d’Attila se répandirent sur la Gaule, St Loup, évêque de Troyes, obtint par ses prières et ses remontrances que la ville fut épargnée. Ste Geneviève protégea Paris et mérita de devenir sa patronne. L’évêque d’Orléans, St Aignan, organisa la résistance. Grâce à lui, les troupes purent arriver à temps. L’année suivante, en 452, Attila se jetait sur l’Italie. Le pape lui – même, St Léon le Grand (440-461), marcha à sa rencontre et le supplia d’épargner Rome et l’Italie. Attila fut ému et il se retira sans saccages de Rome. St Léon fut moins heureux avec Genséric (le chef des Vandales) mais il parvint à épargner la destruction de Rome. Rome fut pillée en 410 par Alaric le Goth, mais ce fut en 476 que prit fin l’empire romain. Odoacre, chef des Hérules, se proclama roi d’Italie. Il fut bientôt déposé par Théodoric, chef des Ostrogoths.

3. La conversion des barbares

Certains peuples barbares se fixèrent dans l’empire. L’Eglise entreprit de les convertir. Quelques-uns seulement étaient chrétiens, mais ariens. Elle réussit pourtant : ce fut une seconde évangélisation, surtout grâce aux missionnaires anglais et irlandais. L’Eglise fut donc un précieux auxiliaire des empereurs pendant l’empire et la seule autorité de l’ancien monde face aux barbares.

Histoire de l’Église

10

CHAPITRE V

LES PROBLEMES DE L’EGLISE D’ORIENT

1. Les iconoclastes

L’erreurPROBLEMES DE L ’E GLISE D ’O RIENT 1. Les iconoclastes Les hérétiques qui étaient influencés

Les hérétiques qui étaient influencés par l’interdiction mosaïque de toute image et représentation (destinées à éviter l’idolâtrie) [lutter contre], voulurent rétablir cette loi. Ils furent d’abord soutenus par les caïphes sarrasins avant de l’être par les empereurs grecs. Ils oubliaient que du temps des catacombes, les chrétiens n’hésitait pas à sculpter et à peindre des Saints, même le Christ. L’Eglise jugea bon cette pratique car le risque d’idolâtrie avait disparu. En 726, Léon l’historien interdit le culte des saintes images et décréta leur destruction. On brisa alors les croix, les statues et les images d’où le nom d’iconoclaste. Constantin Copronyme fut encore plus acharner que son fils, persécuta cruellement les religieux. Il en brûla plus de 1500 à Ephèse.

La réactionles religieux. Il en brûla plus de 1500 à Ephèse. Les iconoclastes furent combattus par St

Les iconoclastes furent combattus par St Germain, évêque de Constantinople, puis par St Jean Damascène. Il établit une distinction entre le culte de latrie (adoration-culte) dû à Dieu seul, et culte de dulie (vénération) aux saints, aux reliques et aux images. Les images ne sont pas une fin en soi, mais un miroir de la personne à vénérer. L’erreur fut condamnée au dernier concile de Nicée (787). La querelle ne s’apaisa qu’en 842 avec l’impératrice Théodora. Depuis les Orientaux sont très attachés au culte des icônes.

2. Le schisme d’Orient

Constantinople était devenue capitale impériale. Les chrétiens d’Orient, et surtout l’empereur pensaient qu’elle devait être aussi celle de la chrétienté. Cette idée s’accentua avec les invasions barbares puisque Rome fut pillée. Au V e siècle les évêques de cette ville s’attribuaient le titre de patriarche. Les empereurs d’Orient déjà très puissants désiraient dominer l’Eglise entière et passaient à la révolte contre Rome.

3. Photius (820-891)

L’évêque de Constantinople Ignace excommunia le régent de l’empire (César Bady). Celui-ci exila Ignace et nomma Photius à sa place en 857. C’était un laïc très savant mais ambitieux et il reçut tous les ordres en 6 jours. Le pape déposa Photius mais celui-ci excita l’Orient contre Rome et réussit à organiser un conciliabule à Constantinople qui déposa le pape en 867. Ce fut le premier schisme. Heureusement un nouvel empereur, Basile le macédonien rappela Ignace et convoqua un concile en 869 (le 4 e concile œcuménique de Constantinople) qui condamna Photius et reconnut le pape.

4. Michel Cérulaire

Au XI e siècle le patriarche reprit

Histoire de l’Église

11

Il reprochait à Rome l’emploi du pain azyme pour célébrer l’eucharistie, la suppression de l’alléluia en carême, l’usage du jeûne le samedi. Tout ceci tendait à montrer que la liturgie latine ne suivait plus l’usage apostolique. La principale difficulté venait de l’ajout du filioque au Credo. Le motif de cette séparation est l’orgueil des Orientaux qui considérait les Romains comme des barbares. En 1054 les légats du pape St Léon IX excommunièrent Michel Cérulaire qui fit de même pour le pape. Les fidèles en communion avec Rome formaient l’Eglise Grecque Unie. Les orthodoxes appartiennent actuellement soit à l’Eglise grecque qui a pour chef le patriarche de Constantinople, soit à l’Eglise russe gouvernée par le st synode.

Histoire de l’Église

12

CHAPITRE VII

.

L’EGLISE ET CHARLEMAGNE

1. Formation de l’état pontifical

Dès le VI e siècle les Lombards menacent l’exorchat de Ravenne, dépendant de l’empereur d’Orient. Celui-ci étant impuissant à faire régner l’ordre, et devenant de plus en plus hostile

au pape, les populations italiennes cherchent refuge auprès du souverain Pontife. L’Eglise, qui

est

déjà un grand propriétaire terrien, va accéder à la souveraineté politique. Le pape Grégoire

III

trouve un allié en Charles Martel qui aura le titre de vice-roi. Etienne II, face à une

invasion lombarde, va voir Pépin le Bref en 754 et lui donne le titre de patrice romain. Pépin mate les Lombards en 756. Il donne officiellement au pape les territoires reconquis. En 773

son fils Charles détruit complètement le royaume lombard et confirme la création définitive de l’état pontifical.

2. Charlemagne (768-814)

C’est avant un soldat ( : 52 campagnes en 46 ans de règne) qui a conquis l’Europe dans un

but

civilisateur. Il a su rétablir l’ordre, être grand législateur, unir l’Europe, retirer les barbares

au

monde gréco-romain, défendre le pape et les sciences. Le pape Léon III l’a couronné

empereur le 25 décembre 800 à St Pierre de Rome, si bien que l’état pontifical est placé sous sa protection, sans toutefois être son vassal. A sa mort, la féodalité s’installe progressivement à cause de la faiblesse de ses successeurs, des divisions et des invasions. Othon va réunir l’empire romain en 962, mais les autonymes s’acharnent à asservir le St Siège. Malgré ses erreurs Charlemagne a eu une influence très bénéfique sur l’Europe chrétienne.

Histoire de l’Église

13

CHAPITRE VIII

LA VIE INTERIEURE DE L’EGLISE AU DEBUT DU MOYEN-AGE

1. Les moines d’Occident

Les monastères ont sauvé la civilisation occidentale après les invasions en préservant l’idéal de perfection évangélique, en maintenant une culture intellectuelle, en défrichant le sol et en donnant l’exemple du travail sanctifié. Avant St Benoît, les grandes fondations monastiques ont été celles de St Césaire d’Arles (VI e siècle) et de la reine Ste Radegonde (Ste Croix de Poitiers). La règle de St Benoît se révèle la plus sage, ayant pour principe l’obéissance, la stabilité, l’humilité et la conversion des mœurs. «Ora et labora » résume leur vie quotidienne, partagée entre la liturgie et le travail manuel. Les Bénédictins supplantent progressivement les autres ordres, surtout (notamment) celui de St Colomban, trop sévère (silence perpétuel, jeûne rude, fouet systématique). St Benoît d’Aniane, issu de la cour de Charlemagne, fonde en 779 le monastère réformé d’Aniane pour lutter contre les désordres. Il permet ainsi un retour aux traditions bénédictines par le « capitulaire monastique ». Par l’édit de Louis le Débonnaire (817), il impose la règle à tous les cloîtres de l’empire.

2. La réforme des mœurs

La féodalité a engendré des inconvénients : chaque seigneur peut nommer les ecclésiastiques (curé, abbé, évêque) pour avoir plus de pouvoir et bénéficier de leur revenu. Comme ils placent souvent des membres de leur famille, le clergé devient décadent (prêtres mariés, simonie).

Clunyle clergé devient décadent (prêtres mariés, simonie). Une réforme devient urgente au X e siècle. Peu

Une réforme devient urgente au X e siècle. Peu de progrès ont été réalisés par le clergé séculier. La vraie réforme provient des réguliers. Le monastère bénédictin de Cluny, situé en

Bourgogne, a été un moteur du changement. Sa particularité est d’être délié de tout pouvoir temporel étant directement dépendant du pape. Sa force est aussi fondée sur les

congrégations. L’abbé principal à Cluny dirige les abbayes filles qu’il a fondées. Ainsi, Cluny

a couvert l’Europe de monastères tout en devenant puissant face aux princes.

Les nouveaux ordres religieuxde monastères tout en devenant puissant face aux princes. D’autres ordres moins influents se développent au

D’autres ordres moins influents se développent au XI e siècle surtout :

- les Cisterciens : l’ordre cistercien, rameau des Bénédictins, fut développé par St Bernard. En 1115, il fonde Clervaux qui fut à la tête de 150 monastères - les Chartreux, fondés en 1086 par St Bruno près de Grenoble. C’est l’ordre le plus austère avec silence perpétuel.

- l’ordre de Fontevrault, fondé en 1096 par Robert d’Arbrissel. Il comprend des maisons séparées d’hommes et de femmes, mais pour honorer le St Siège, ils sont tous soumis

à l’abbesse

de Fontevrault

Histoire de l’Église

14

Il y a eu quelques autres ordres :

- les Prémontrés (St Norbert de Xanterre

- les Camaldules (St Romuald)

- Vallombreuse (St Jean Gualbert)

L’Europe était couverte de monastères qui la civilisent.

3. L’art chrétien a) Cluny
3. L’art chrétien
a)
Cluny

Puisqu’il fallait reconstruire les églises brûlées par les Normands, (’église qui avait la forme d’une basilique romaine), on eut l’idée de remplacer le plafond de bois par une voûte en pierre. Pour cela, il fallait épaissir les murs. On recule le chœur et on plaça un transept qui figurait la croix. Au croisement on mit le clocher. Plus tard on fit un déambulatoire autour du chœur (pour que les pèlerins accèdent aux reliques) et l’abside fut remplacée par des petites chapelles autour du chœur. Cette conception durera jusqu’ au XI e siècle.

b)
b)

La vie intellectuelle

Jusqu’au V e siècle, la vie de l’esprit était florissante, car les savants de tout l’empire romain s’échangeaient les connaissances (St Augustin, St Jérôme). Les invasions barbares les

isolent et limitent leurs œuvres. Les hommes d’église conservent la culture et l’histoire (St Grégoire de Tours (594). Le savoir fut donc conservé par les monastères comme Fulda, St Gall, Corbie et par les évêques comme Aymard (évêque de Reims), les grands hommes d’état

et

les grands philosophes,

le

moine Gerbert, ancien berger d’Aurillac, le pape très savant Sylvestre II (+ en 1003). Les

IX

e et X e siècle sont plus une conservation des Sciences que de leur développement. Au

contraire, Charlemagne avait organisé des écoles populaires, jointes à chaque monastère et à

chaque église et avait encouragé les études savantes, notamment par son école palatine (sous

la direction du moine Aleulin, grand savant et conseiller de Charlemagne)

Histoire de l’Église

15

CHAPITRE IX

LA QUERELLE DU SACERDOCE ET DE LEMPIRE

1. Dates et définitions

On désigne sous le nom de « querelle du sacerdoce et de l’empire » la longue lutte soutenue par les papes contre les empereurs d’Allemagne de1073 à 1250. Elle compte trois phases :

sous Henri IV, sous Frédéric Barberousse et sous Frédéric II.

2. Henri IV et Grégoire VII et la querelle des investitures (1073 –1122)

De graves désordres s’étaient déjà introduits dans l’Eglise, en particulier dans l’Eglise d’Allemagne. Des prêtres et des évêques indignes, qui avaient acheté leur titre aux princes ou

à l’empereur, trafiquaient des choses saintes ou se conduisaient mal. Le moine Hildebrand, devenu pape en 1073 sous le nom de Grégoire VII, résolut de supprimer ces abus. Il excommunia les prêtres et les évêques indignes. Il défendit aux princes et à l’empereur de nommer désormais des évêques ou des abbés et de leur donner l’investiture par la crosse et l’anneau. L’investiture par la crosse et l’anneau étant le symbole du pouvoir

spirituel, le pape seul avait le droit de la conférer. Les princes se soumirent, mais l’empereur Henri IV protesta, car c’était pour lui la source de gros bénéfices, et cela faisait de lui un pape laïc dans ses états. Henri IV fit alors déposer Grégoire VII par un synode d’évêque. Grégoire VII excommunia l’empereur et délia son sujet du serment de fidélité. Henri IV, abandonné de tous, céda enfin. Il vint en suppliant trouver Grégoire VII qui s’était retiré dans le nord de l’Italie dans le château de Canossa (propriété de la grande comtesse Mathilde de Toscane). Trois jours de suite, il se présenta en habit de pénitent dans la cour du château. Grégoire VII consentit enfin

à le recevoir et à l’absoudre (1077). Mais Henri n’avait pas encore quitté l’Italie que déjà il foulait au pied son engagement.

L’empereur Henri IV, furieux, marche contre Rome et se fit couronner à St Pierre par son

anti-pape Grégoire avant de fuir. Il mourut à Salerne en 1085. « J’ai aimé la justice et toi l’iniquité, voilà pourquoi je meurs en exile. Grégoire VII a été l’un des plus grands papes du Moyen – Age et l’Eglise l’a mis au nombre des Saints. La lutte se termina 1122 par le concordat de Worms : l’empereur conférait à l’état le pouvoir temporel sur les biens attachés

à

l’évêché ou à l’abbaye ; le pape seul lui conférait le pouvoir spirituel

3.

Sous Frédéric Barberousse

La lute reprit environ 50 ans après, entre le pape Alexandre III et Frédéric Barberousse (l’empereur).Cette fois le pape ne défendait plus, contre les empereurs allemands, son pouvoir spirituel. Il défendit les Etats pontificaux et l’indépendance des citées italienne. Frédéric envahit l’Italie et le pape fut obligé de s’exiler en France. Il rentra à Rome et Frédéric Barberousse vaincu du se soumettre. Il partit pour la croisade et se noya en 1190.

4. Sous Frédéric II

Histoire de l’Église

16

Sous Frédéric II de Hohenstaufen (1220-12050), prince intelligent mais ambitieux et corrompu, voulut à son tour dominer la papauté et les villes d’Italie. Excommunié une première fois par le pape Grégoire IX, il le fut de nouveau au concile de Lyon par Innocent IV. En Allemagne la plupart des princes l’abandonnèrent. Une lutte féroce éclata. Frédéric II combattit avec les Sarrasins. Les prisonniers étaient tués ou mutilés. En 1250 il mourut découragé en Calabre, témoignant dans son testament d’une pénitence qu’on a lieu de croire sincère. La longue lutte du sacerdoce et de l’empire était terminée au profit de la papauté qui avait sauvé avec la liberté de l’Eglise l’indépendance de l’Italie et la civilisation chrétienne.

5. St Thomas Becket et Henri II d’Angleterre

Ce ne fut pas seulement en Italie que l’Eglise se vit attaquée dans son autorité. Henri II d’Angleterre ordonna de soumettre les ecclésiastiques à sa juridiction en 1104. Aussitôt Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry, qui avait accepté dans un moment de faiblesse retira son approbation et prit énergiquement contre le prince la défense des droits de l’Eglise. Il paya sa courageuse résistance par l’exil en France (Louis VII) puis il répandit son sang (Martyr). Il mourut égorgé au pied même de l’autel de sa cathédrale le 29 décembre 1170) sur l’ordre du roi. Bourrelé de remords Henri II fit amende honorable (fit pénitence) de sa faute devant le tombeau de l’archevêque martyr.

Histoire de l’Église

17

CHAPITRE X

LES CROISADES

Une fois leur domination établie, les Musulmans, avaient établi un certain libéralisme en Terre Sainte avec les Chrétiens. Il avait été entendu qu’ils étaient sous la France. Le St Sépulcre fut donné à Charlemagne ; les Chrétiens pouvaient s’y rendre en sécurité. C’était même un usage fréquent en expiation de fautes, de péchés publics.

1. Causes des Croisades

La situation change en Palestine au XIe siècle. Les Turcs, musulmans, mais non de racede fautes, de péchés publics. 1. Causes des Croisades arabe, descendirent du Turkestan et envahirent l’Asie

arabe, descendirent du Turkestan et envahirent l’Asie Mineure, puis Jérusalem en 1078. Le tombeau du Christ fut enlevé aux chrétiens et il devint impossible d’y aller en pèlerinage. Une grosse émotion s’empara alors de la chrétienté : la cause profonde des croisades fut donc religieuse.

S’y ajoute le fait que l’esprit d’aventure s’était développé par les chansons de gestes qui

contaient surtout les exploits contre les Musulmans. Certains partirent ensuite avec l’idée de s’enrichir par de nombreuses conquêtes.

b)
b)

En troisième lieu la nouvelle organisation féodale en Occident avait canalisé les

instincts belliqueux par la chevalerie, mais les seigneurs se faisaient trop la guerre entre eux, d’où l’idée géniale du pape d’unir les forces chrétiennes pour ce noble but de délivrer le St Sépulcre.

c)
c)

Enfin les Musulmans menaçaient l’empire romain qui demanda vite de l’aide à

l’Occident, malgré le schisme de 1054. Il y a eu en tout 8 croisades. La première fut presque exclusivement française et aucun roi n’y a participé.

d)
d)

2. La première croisade (1095-1099)

La première croisade fut prêchée par le pape Urbain II, ancien prieur de Cluny, au concile de Clermont-Ferrand en 1095. Le moine Pierre l’ermite se fit l’apôtre de la croisade dans le nord de la France. On mettait une croix d’étoffe rouge sur ses habits pour symboliser ce vœu, et l’Eglise conférait une indulgence plénière pour les participants. Un premier départ purement populaire de petites gens qui vendaient tout et partaient en famille fut dirigé par Pierre l’ermite et le chevalier Gautier sans avoir. Ils allaient se ravitailler au fur et à mesure dans le pays traversé (d’où quelques problèmes), puis l’empereur de Constantinople le fit conduire par mer jusqu’en Asie Mineure, à Nicée où ils furent tous massacrés par les Turcs. La vraie croisade organisée par les seigneurs en 4 armées fut conduite par Godefroy de Bouillon et aboutit avec la prise de la ville Declesse et d’Antioche à la prise de Jérusalem le 15 juillet 1099 et à la formation du royaume de Jérusalem. Le but fut atteint mais il coûta cher car on dit qu’il y avait près de 60 000 morts. Jamais le monde n’a connu un tel élan mystique.

Histoire de l’Église

18

3. Le royaume de Jérusalem

Godefroy de Bouillon, élu du roi, ne voulut pas porter une couronne d’or là où le Christ avait porté une couronne d’épines. Il refusa le titre de roi et n’accepta que le titre d’ « avoué (défenseur) du St Sépulcre ». Ainsi fut donc fondé le royaume latin de Jérusalem qui comprenait une partie de la Palestine. Son successeur fut son frère Baudouin (1100-1116). Le royaume s’organisa peu à peu. Des églises, des châteaux furent construits dans le style européen : 3 ordres religieux de moines soldats furent crées : - les Chevaliers de St Jean de Jérusalem (1099)

- les Templiers ou Chevaliers du temple (1119)

- les Chevaliers teutoniques (1119)

4. La deuxième croisade (1147-1149)

La 2 e croisade prêchée par St Bernard fut entreprise par le roi Louis VII et Conrad III, empereur d’Allemagne pour venger le massacre de milliers de chrétiens égorgés à Ede. Les deux princes trahis par les Grecs, leurs alliés, ne purent prendre Damas et revinrent en Europe sans avoir rien fait. (Prise de Lisbonne par les Anglais)

5. La troisième croisade (1189-1193)

Saladin avait de nouveau appelé les musulmans à la guerre sainte et s’était emparé de Jérusalem en 1189. Les préparatifs se firent partout pour une 3 e croisade. Frédéric Barberousse, empereur d’Allemagne, Philippe II Auguste et Richard Cœur de Lion, roi d’Angleterre, prirent la croix et partirent. Frédéric se noya dans le Simeto en Sicile en 1190. Philippe et Richard qui avaient déjà commencé à se brouiller en Sicile se séparèrent après la prise de St Jean d’Acre. Philippe revint en France. Richard resta encore 2 ans en Palestine car ses prouesses n’eurent aucun résultat sérieux. A son retour, Richard fut jeté par la tempête sur les côtes de Dalmatie. Il traversa l’Allemagne déguisé en pèlerin. Le duc d’Autriche qu’il avait mortellement offensé se saisit de lui et le livra à l’empereur Henri VI qui le retint plus d’un an en prison et ne le relâcha que moyennant une rançon de 150 000 marks d’argent. Sans aide, le royaume de Jérusalem succomba.

6. La quatrième croisade

La 4 e croisade conduite par des seigneurs fut détournée de son but par les Vénitiens. Elle se termina par la fondation d’un empire latin de Constantinople jusqu’en 1261. Cette ville fut pillée en 1204. Les seigneurs voulurent en faire une base arrière avant la conquête de Jérusalem.

Histoire de l’Église

19

7. La cinquième et sixième croisade

La 5 e croisade (1217-1228) dirigée par André II, roi de Hongrie, échoua complètement. La 6 e croisade (1228-1229) qui eut pour chef Frédéric II d’Allemagne, l’empereur excommunié, ne donna aucun résultat durable. Frédéric ne se battit jamais et obtint un bref moment Jérusalem, par négociation, puis dut tout abandonner. Notons également la croisade des enfants en 1212. De nombreux enfants voulurent délivrer le St Sépulcre puisque les adultes s’en révélaient incapables. Plus de 15 000 jeunes Français parvinrent à Marseille, où des trafiquants les embarquèrent pour les vendre sur le marché d’esclaves en Afrique. En Allemagne, un général de 10 ans rassembla 20 000 enfants et, traversant l’Italie, arrivèrent à Brundisie où l’évêque les empêcha de s’embarquer. Ils se firent relever de leur vœu à Rome puis rentrèrent chez eux, beaucoup étant morts durant le trajet.

8. La septième croisade (1248-1254)

Jérusalem venait d’être par le sultan d’Egypte. Louis IX l’apprit et, dans une grande maladie, il fit vœu de se croiser. Laissant le gouvernement du royaume à sa mère Blanche de Castille, il s’embarqua à Aigues-Mortes en 1248. A la nouvelle de la perte de Jérusalem le pape (Innocent III) décida la 7 e croisade. Louis IX avait résolu de commencer par attaquer l’Egypte. Il prit Damiette et marcha contre Monsourah où était son frère (Robert d’Artois). La peste s’était répandue dans l’armée et Louis IX tomba malade. Il aurait pu se sauver mais il n’a pas voulu abandonner les siens. Il fut fait prisonnier et montra autant de grandeur dans les fers que sur le trône. Enfin il recouvra la liberté en donnant la ville de Damiette pour sa rançon et une forte somme. Il se rendit en Palestine et y passa 4 ans, fortifiant les villes en ruine, en rendant la justice et faisant respecter les lois. Sa mère Blanche de Castille étant morte, il rentre en France.

9. La huitième et dernière croisade (1270)

Saint-Louis cependant, ne pouvait se contenter de l’échec de sa 1 e croisade. En 1270 il reprit la croix. On mit la voile pour Tunis dont le prince avait promis de se convertir. A peine les Français eurent-ils débarqués que le prince leur fit dire qu’il viendrait se faire baptiser le casque en tête et suivi de 10 000 hommes. Bientôt le manque de nourriture, l’eau corrompue et la chaleur engendrèrent la peste. Saint-Louis expira après avoir donné à son fils ses plus sublimes enseignements. Il est mort le 25 août 1270.

10. Résultats des croisades

Avec Saint-Louis les croisades prirent fin. La Palestine toute entière retomba aux mains des infidèles. Mais si les Croisades n’eurent pas les résultats qu’on espérait, la délivrance du tombeau du Christ, elles ne furent pas inutiles. Elles arrêtèrent pour 2 siècles les musulmans dans leur marche vers l’Occident. Par suit des relations qu’elles établirent entre les peuples de l’Orient et de l’Occident le commerce se développa et l’industrie prit un grand essor. Le coton, la soie, les tapis orientaux, … se répandirent en Europe et ainsi qu’un certain nombres de plantes et d’arbres comme l’abricotier, le caroubier, le maïs, le riz, les échalotes. La royauté profite de l’affaiblissement de la noblesse pour accroître son pouvoir. La bourgeoisie obtint des seigneurs des libertés qu’elle paya . Les seigneurs et les hommes du peuple, ayant vécu côte à côte et ayant connu les mêmes dangers aux croisades, s’apprécièrent mieux et dans la suite beaucoup de suzerains traitèrent les vassaux avec plus d’égard et plus d’humilité. L’influence

Histoire de l’Église

20

politique de la grâce et l’influence politique en Orient, dot des croisades, et aujourd’hui encore pour les Orientaux, tous les hommes de l’Occident sont des Francs ou des Français. L’échec des croisades (sauf la 1 e ) ont pour cause le manque de méthode (ignorance des lieux, de la langue et de l’art militaire, du manque de discipline – chaque chevalier est son propre chef – et surtout d’unité entre les Grecs et les Latins, entre chevaliers et marchands et entre rois). Notons également que la conquête a consisté en une véritable croisade qui ne se termina qu’en 1492, alors que la victoire principale date de 1212.

Histoire de l’Église

21

CHAPITRE XI

LA CROISADE DES ALBIGEOIS

1. La croisade des Albigeois

L’INQUISITION

On désigne sous le nom d’albigeois les hérétiques du XII e siècle, nombreux à Albi et dans tout le sud de la France Les albigeois se déclaraient ennemis du clergé ; ils attaquaient les sacrements, les cérémonies du culte, les reliques des Saints, le mariage, … Ils enseignaient qu’il y avait 2 dieux : le bon et le mauvais. Ce dernier ayant créé le monde, il faut tout faire pour le détruire, comme arrêter l’humanité par le refus du mariage, l’apologie du suicide, … Seuls les parfaits avaient le moyen d’être sauvés, les autres pouvaient participer au salut en participant au » conselamentum » qui devaient se sacrifier. Comme ils n’avaient le roi voulut intervenir. Les missionnaires envoyés pour les convertir échouaient. St Dominique obtint des conversions, mais de nombreux hérétiques résistaient, soutenus par Raymond IV, comte de Toulouse. L assassinat du légat du pape par un écuyer de Raymond fut le signal de la lutte. Le Souverain Pontife Innocent III fit prêcher la guerre sainte. Les seigneurs du nord, poussés par la foi mais aussi par l’apport du gain et par la rivalité qui a toujours existé entre le nord et le sud s’enrôlèrent en masse. Près de 60 000 hommes se réunirent sous la conduite de Simon de Montfort. La guerre dura 18 ans et fut atroce. Malgré les oppositions d’Innocent III de nombreux hérétiques furent égorgés à Béziers. La grande victoire de Simon de Montfort en 1213 ne mit pas fin à la lutte qui cessa seulement en 1229.

2.

L’Inquisition

Depuis 1184 elle était confiée aux évêques mais ce fut en 1230 que l’Eglise institua l’Inquisition sous sa forme définitive, relevant directement du pape. C’était un tribunal chargé de chercher et de punir les hérétiques, les crimes d’apostasie et de sorcellerie. Les juges étaient des dominicains, parfois des franciscains. Ils prononçaient sans appel. Les peines infligées étaient des amendes, des pèlerinages, des signes extérieurs portés sur les habits, des tortures. L’accusé qui persistait dans ses erreurs était livré aux bras séculiers et condamné au supplice du feu. Nulle institution ecclésiastique n’a été plus attaquée que l’Inquisition. Pour la juger avec impartialité il faut se référer au temps où elle fut établie. On lui a reproché l’emploi des tortures pour obtenir l’aveu des accusés. On oublie que l’Eglise ne faisait que suivre des tribunaux civils où la torture était couramment employée et avec moins de modération. L’Eglise au contraire permit un progrès énorme dans le jugement, ceci évitait les païennes. Elle a permis une étude de la cause impartiale et la liberté de défense de l’accusé à part des garanties nouvelles. On a accusé les inquisiteurs de condamner sans preuve et sur simple soupçon ou de dénonciations anonymes. C’est une pure calomnie. Les condamnations devaient reposer sur des preuves certaines et le concile de Béziers déclara en termes propres qu’il préférait laisser un hérétique impuni plutôt que de s’exposer à condamner un innocent. Enfin on a largement exagéré le nombre de ses victimes (4 000 en 350 ans). On a confondu à dessein l’inquisition établie par l’Eglise avec l’inquisition espagnole, tribunal religieux, mais aussi politique créé au XV e siècle qui s’est rendu célèbre par ses excès. Pour être juste il faudrait se souvenir que l’Eglise n’est pas responsable d’un tribunal qui ne dépend pas d’elle. Ajoutons que les papes ont protesté à maintes reprises contre les rigueurs de l’inquisition (espagnole et papale).

Histoire de l’Église

22

CHAPITRE XII

VIE INTERIEURE DE L’EGLISE AU XII E ET XIII E SIECLES

1. Les ordres religieux

Nous avons déjà étudié les ordres apparus dans cette période mais qui étaient conformes à l’esprit ancien qui consiste à viser essentiellement la sanctification individuelle (personnelle).Ainsi les Chartreux, les Cisterciens, Fontevrault proposent-ils à leurs moines de fuir le monde et de s’enfermer dans un cloître pour ne penser qu’a Dieu. Avec le XIII e siècle une autre forme de vie religieuse apparaît dans l’Eglise : les ordres mendiants. Ils visent toujours la sanctification personnelle, mais par l’apostolat. Le moine mendiant sera donc un prêcheur qui va se mêler à la vie du siècle. Le passage de l’esprit ancien à l’esprit nouveau s’est fait insensiblement par la création d’ordres non cloîtrés orientés vers le service du prochain. Les ordres militaires et les ordres consacrés au rachat des captifs – les Trinitaires – fondé par St Jean de Matha – les Mathurins – et St Félix de Valois et l’ordre de Notre-Dame de la Merci – fondé par St Pierre Nolasque et St Raymond de Peñafort – en sont des exemples marquants. Puis l’ordre des Prémontrés – fondé par St Norbert – inaugura un ordre apostolique qui se répandit rapidement surtout en Allemagne du nord (jusqu'à 3400 monastères). Même si l’Eglise faisait preuve d’une étonnante vitalité il fallait répondre aux problèmes de la légitimité de la détention de biens par le clergé, stigmatisé par les hérétiques tels que les Cathares et les Vaudois. Les ordres mendiants, en faisant vœu de pauvreté pour eux et pour leur monastère et en ajoutant l’apostolat à la vie contemplative seraient le ferment de nouvelles révolution chrétiennes et donneront à l’Eglise une multitude de saints

a)
a)

l’Ordre franciscain.

Né à Assise en 1182 François (Jean-Baptiste), après une jeunesse agitée, embrasse la pauvreté, puis commence vers 1207 une vie d’ermite en reconstruisant des églises. En 1209 il est saisi par une phrase de l’Evangile sur la pauvreté, puis il groupe des disciples qu’il envoie prêcher deux par deux. L’ordre est approuve oralement par Innocent III en 1210. Il fonde avec Ste Claire l’ordre des Clarisses – qui prie toujours pour le beau temps (spécialement demande par M. l’abbé François.) – en 1222. Il meurt en 1226, deux ans après avoir reçu les stigmates. Peu d’hommes ont eu une telle influence dans l’Eglise. Son ordre se répand alors avec une rapidité foudroyante. L’ordre des Frères mineurs est troublé des le début de son histoire par les discutions pénibles sur les limites de la pauvreté. La règle rédigée par St François est approuvée par Honorius III en 1223 mais la question de la propriété collective de l’ordre n’a pas été tranchée. Elie de Cortone, vicaire général de l’ordre depuis 1221, essaie alors d’adoucir la rigueur de la pauvreté. Un parti très ardent se forme contre lui et ’emporta .Il y a eu de très grands saints dans cet ordre dès le début (St Antoine de Padoue – Portugal, Lisbonne – St Bonaventure, St Césaire de Spire) Après 1250 un parti d’exaltés se forme et qui prétend réaliser les prophéties illusoires de St Joachim de Flore. On les appelle les Fraticelles. Ils entrent bientôt en lute contre la papauté.

Histoire de l’Église

23

b)
b)

l’Ordre dominicain.

Né en 1170, Dominique Guzman devint chanoine d’Osma. Avec son évêque il va dans le midi de la France pour convertir les Albigeois par la parole. A partir de 1208 Dominique conçoit le projet de fonder l’ordre des Frères prêcheurs, ce qui est alors une grande nouveauté. Honorius III approuve l’ordre en 1216. Pour mieux prêcher les religieux sont envoyés en université à Paris et à Bologne. Sur place il recrute de nombreux étudiants, si bien qu’a la mort du saint en 1221 l’ordre est déjà très répandu. Les Dominicains ont donnés un essor prodigieux aux études, à la science théologique et à la prédication. Ils ont fournis à l’Eglise deux de ses plus grands théologiens, St Albert le Grand et St Thomas d’Aquin. St Dominique fonda aussi les dominicaines (des contemplatives). On appelle le couvent de femmes le second Ordre.

c)
c)

les Tiers Ordres et les Ordres mendiants.

Ces deux ordres mendiants ont eu l’idée d’associer les hommes du monde à leur piété. Ils ont alors crée les troisièmes Ordres ou Tiers Ordres. Les Tiers Ordres rassemble des hommes et des femmes qui sans quitter le monde, vivent selon l’esprit de l’ordre avec des règles particulières (Petit office de la Sainte Vierge) Chez les Bénédictins il n’y a pas de tertiaires mais des Oblats séculiers.

On compte encore parmi les Ordres mendiants les Carmes fondés au Mont Carmel par Berthold de Calabre vers 1155. Ils furent organisés définitivement (règle adaptée à l’Occident) par St Simon Stock en 1247. Les religieuses Carmélites réformées plus tard par sainte Thérèse d’Avila sont actuellement plus connues et plus de nos jours. Les Augustins sont passés comme les Carmes de la vie érémitique à la vie cénobitique. C’est en fait un regroupement de deux groupes d’ermites italiens (les Jambonites et les Guillelmites…) placés sous une même règle en1244. Ils s’occupaient surtout de prédication et de ministère paroissial. Cet Ordre a compté dans ses rangs un hérésiarque : Luther, mais aussi de grands saints, comme St Jean Facondaux, St Nicolas de Tolentino et St Thomas de Villeneuve.

2. La vie intellectuelle

L’organisation de l’enseignement resta le même jusqu’en 1200, époque où se fondent les universités. Auparavant les écoles sont épiscopales ou monastiques. Leur importance dépend du maître qui les dirige.

aux XI e et XII e siècles e et XII e siècles

L’école du Bec (en Normandie) devint célèbre sous Lanfranc (1010-1089) à qui succéda St Anselme, le grand philosophe (1033-11109). Elle professe le parfait accord entre la foi et la raison. L’école de Chartres représentée par St Yves (qui a permis la fin de la querelle des investitures) a une vision très réaliste dans sa théologie. L’école de Saint Victor représentée par Hugues et Richard de St Victor, a fondé une théologie mystique en interprétant la nature comme une allégorie qui doit nous mener à Dieu. Notons les grands théologiens qu’ont été St Bernard, à tendance mystique, mais dont la doctrine est sûre et de Pierre Lombard (mort en 1164) qui a réalisé le premier manuel pratique en théologie : le livre des sentences qui sera commenté pendant 400 ans.

b)
b)

au XIII e siècle

• L’université L’université apparut en 1111 à Bologne mais surtout en 1200 à Paris grâce à l’esprit du roi. On y enseigne la théologie, les arts libéraux. On y ajoutera ensuite le droit (juriste), mais tout restera centré sur Dieu. C’est un centre d’information considérable (par les écrivains du Moyen-Age). Paris était la 3 e puissance de la chrétienté (pape, empereur) qui concentra

Histoire de l’Église

24

tout le savoir. Les universités se répandent rapidement dans toutes les grandes villes d’Europe :

- Salamanque

- Oxford

- Toulouse

le développement des universités et des Ordres mendiantsgrandes villes d’Europe : - Salamanque - Oxford - Toulouse Une véritable révolution intellectuelle a lieu

Une véritable révolution intellectuelle a lieu en Europe : la redécouverte du philosophe grec Aristote (-384-322) qui propose une vision du monde plus rationnelle que Platon (allégorie ou symbole). Le au XIII e siècle fut une période de progrès intellectuel intense en philosophie et théologie, mais aussi dans toutes les sciences (progrès de l’astronomie, de la géométrie, …)

les théologiens célèbres(progrès de l’astronomie, de la géométrie, …) Les grands maîtres appartiennent aux ordres mendiants. On

Les grands maîtres appartiennent aux ordres mendiants. On peut citer :

- Alexandre de Hales, anglais et franciscain : il est le 1 er à étudier Aristote

- St Albert le Grand, allemand et dominicain

- Dom Scott, anglais et franciscain et surnommé le docteur subtil. Il se sépare de St Thomas sur plusieurs points importants : une mauvaise analyse de ses idées a engendré les erreurs actuelles (modernisme, …).

- St Bonaventure, franciscain dont les ouvrages sont mystiques et proches de Platon

- St Thomas d’Aquin, italien et dominicain, est le plus grand. Il a écrit la somme théologique qui reste la référence actuelle. On le qualifie encore de « docteur commun ». La plupart des papes ont magnifié ses idées. Il représente le sommet de la pensée catholique en présentant la meilleure synthèse intellectuelle, basée sur la philosophie d’Aristote qu’il a adapté au christianisme. L’enseignement de tous les maîtres s’appelle la scholastique (schola), car il était dispensé dans les écoles. Le mot implique une doctrine et une méthode, qui n’est d’ailleurs plus suivi par les théologiens modernes. Ceci explique leurs erreurs.

3. La vie liturgique

Les cérémonies atteignent leur forme définitive. Sous l’impulsion de St Anselme et de St François d’Assise la piété ose désormais considérer l’humanité de Notre Seigneur. Le même St François inventa la pratique de la crèche de Noël. On institua la fête du St Sacrement : la Bienheureuse Julienne du Mont Cornillon, ayant reçu l’ordre du Christ de solenniser l’Eucharistie, le pape Urbain IV confia la composition de l’office à St Thomas d’Aquin. Sans que le dogme soit défini se développe dans le diocèse et les ordres religieux la fête de l’Immaculée Conception (le 8 décembre, en Angleterre puis à Lyon, puis chez les Franciscains). Les disputes théologiques continuent. St Bernard développa la piété mariale et reprend notamment le nom de Notre Dame qui évoque notamment la chevalerie. Innocent III fixe définitivement les couleurs liturgiques au début du XIII e siècle. On fonde des associations dont le but est de vénérer les plaies du Divin Crucifié et le Sacré Cœur de Jésus.

4. La vie sociale

Histoire de l’Église

25

Par suite de l’affranchissement des communes, l’artisanat se développa et s’organisa en corporations qui sont des associations d’ouvriers et de patrons par types de métiers visant une juste répartition de la richesse ainsi que l’honnêteté et la qualité du travail. Outre les corporations les confréries sont des associations pieuses visant la sainteté des membres d’un corps de métier.

Histoire de l’Église

26

CHAPITRE XIII

LA GRANDE CRISE DES XIV E ET XV E SIECLES

Aperçu général

Les XII e et XIII e siècles furent les grands siècles du christianisme, la fin du XIII e siècle marque son apogée. Vient ensuite un déclin relatif, car si les 2 siècles suivants restent profondément chrétiens, ils sont assombris par les signes de décadence chrétienne à tous les niveaux :

- Dans l’ordre politique le réalisme des légistes, des princes rabaissent la puissance papale et l’idéal qui unissait la chrétienté.

- Dans l’ordre libéral et moral on assiste à un retour aux idées païennes.

- Dans l’ordre théologique on aboutit à des théories dangereuses imbues de rationalisme. En réaction la piété devient beaucoup plus mystique.

- Dans l’ordre ecclésiastique les querelles du grand schisme diminueront le prestige du pape. Cependant une floraison de Saints apportent à l’Eglise le confort nécessaire dans ses temps d’épreuve.

1. Philippe le Bel et Boniface VIII

Voir le cours d’histoire

2. Les Papes à Avignon

Clément V, 2 e successeur de Boniface VIII, quitta Rome sous prétexte que la ville n’était plus sûre. Le séjour des papes en Avignon dura 70 ans (1308-1378) et il est surnommé la captivité de Babylone. La papauté soupçonnée d’être sous la domination du roi de France et menant une vie de luxe perdit de son prestige. Cette épreuve eut pour résultat le grand schisme d’Orient.

3. Le grand schisme d’Occident (1378-1417)

Le séjour des papes en Avignon avait mécontenté les Italiens et excité la jalousie des autres nations chrétiennes. Le pape Grégoire XI cédant aux vœux de la chrétienté et de Ste Catherine de Sienne quitta Avignon pour rentrer à Rome, mais il mourut aussitôt. Les Italiens s’ameutèrent et se ruèrent à la chapelle où tous les cardinaux étaient réunis pour l’élection du pape. « Baillez-nous, crièrent-ils, un pape romain, qu’il demeure ou sinon nous vous ferons des têtes plus rouges que vos rouges chapeaux. » Les cardinaux élirent un Napolitain, Urbain VI, mais ensuite ils s’enfuirent en France au nombre de 12 et prétendirent qu’ils n’avaient pas été libres et que l’élection de Urbain VI était nulle. Ils nommèrent un nouveau pape qui vint siéger à Avignon. On eut donc en même temps 2 papes, l’un à Rome, l’autre à Avignon et ils s’excommunièrent mutuellement. La chrétienté se divisa. Les uns reconnaissaient le pape de Rome : l’empire d’Allemagne, l’Angleterre, l’Italie du nord et les Flandres. D’autres préféraient obéir au pape d’Avignon :

France, Portugal, Espagne et l’Italie du sud. Ce fut le schisme au sein de l’Eglise. Il fallait cesser ce scandale. Un concile fut réuni à l’Isle : les 2 papes régnants furent déposés et on en nomma un troisième. Le remède était

Histoire de l’Église

27

presque le mal car les papes déposés refusèrent de se soumettre à la décision du concile car il n’était pas convoqué par le pape mais par la France. On eut donc deux papes au lieu de deux.

L’empereur d’Allemagne Sigismond voulut mettre fin à cette lamentable situation. Il convoqua un nouveau concile à Constance (1414-1418) Le concile déposa les trois papes existants, et élit Martin V qui fut reconnu par toute la chrétienté car le concile fut reconnu comme convoqué par le pape à partir d’une certaine période. Ainsi finit le grand schisme d’Occident qui avait bouleversé l’Eglise pendant près de 40 ans et qui l’aurait certainement détruite si elle n’avait pas été d’institution divine.

4. Hérésies et Islam

Le concile de Constance qui venait de rétablir la paix dans l’Eglise eut encore à condamner deux hérésies nouvelles. Wiclef (1324-1384) affirme que la Bible librement interprétée par chacun était la source unique de la foi et rejetait la Tradition (la source de la tradition), la plupart des sacrements et en particulier le dogme de la Transsubstantiation. Il condamne le culte des Saints, niait l’autorité du pape et refusait à l’Eglise de posséder sans plus Wiclef précédait Luther Ses idées furent reprises par Jean Hus (professeur de l’université de Prague en Bohème). Brûlé en 1415, sa mort fut le signal d’une guerre qui dura de 1419-1454. On appelle ses partisans les Hussites. Les Turcs, arrêtés un instant par les croisades avaient repris leur marche vers l’ouest ; ils parvinrent à s’installer en France en 1453. Le pape St prêcha contre eux une croisade. La flotte turque fut détruite à Lépante en 1571 par les Espagnols et les Italiens mais les Turcs continuaient d’avancer et aujourd’hui les musulmans ne sont pas complètement chassés des Balkans.

Histoire de l’Église

28

CHAPITRE XIV

LA REFORME AVEC LE PROTESTANTISME

1. Une réforme avortée par une révolte

L’autorité du St Siège avait beaucoup souffert du grand schisme. D’autres par la renaissance dans les lettres, avaient amenés un véritable retour au paganisme dans les mœurs. Enfin on avait pris l’habitude de tout discuter. On voulait raisonner et ne plus croire. La foi disparaissait peu à peu. Malgré la solidité de la société chrétienne, il fallait une réforme sérieuse. L’Eglise avait commencé à l’entreprendre comme la fondation de l’oratoirie[ ?]… Mais ses ennemis ne lui laissèrent pas le temps de la poursuivre, et ils entraînèrent dans leur funeste révolte une notable partie de la chrétienté. Le chef de la prétendue réforme, devait être un moine allemand : Luther.

2. Luther (1484-1546)

Martin Luther est né en Saxe en 1483. Il étudia d’abord à Magdebourg, puis à Erfurt. La mort de l’un de ses amis tué en duel et la chute de la foudre au cours d’un orage, le décida de se faire moine. Il entra au couvent des Augustins, fut ordonné prêtre et peu après nommé professeur à l’université de Wittenberg. C’était l’époque où le pape Léon X travaillait à achever la basilique St Pierre. Comme il fallait beaucoup d’argent, il accorda des indulgences à ceux qui se confessaient, communiaient, et faisaient une aumône pour la construction de St Pierre. Quelques prédicateurs s’acquittèrent maladroitement de leur mission, de sorte qu’ils de vendre les indulgences. Luther, indigné, protesta avec raison contre ce langage imprudent, mais il eut tors de le généraliser, et de s’attaquer à la doctrine des indulgences elle-même (en confondant rémission de la peine et de la faute) et au dogme de l’Eglise. Ses idées se répandirent, car les Allemands voulaient garder leur argent et combattre le pouvoir du pape. On lui demanda de se rétracter, il refusa. Le pape ayant condamné sa doctrine, Luther prit la bulle pontificale et la brûla sur la place même de Wittenberg en public en 1521. Le pape l’excommunia aussitôt. Luther refusa d’abjurer ses erreurs à la diète de Worms et il fut banni de l’empire. Il se cacha au château de Wartburg où il demeura plusieurs années inondant l’Allemagne entière de ses pamphlets grossiers contre l’Eglise et le pape. Quoique prêtre, il n’hésita pas à se marier avec une religieuse qu’il avait fait sortir de son couvent. « Par ce mariage, je me suis rendu si méprisable que tous les anges en rirons et que tous les diables en pleureront. » Il mourut en 1246 épouvanté des désastres produits par sa doctrine et de la corruption des mœurs qui en furent la conséquence.

3. Ses doctrines

Luther rejette l’autorité du pape et considère l’Ecriture sainte librement interprétée par chacun, comme la seule règle de foi. Il supprime la Sainte Messe, le jeûne, la confession, la prière pour les morts. Il ne conserve que trois sacrements : le baptême, la pénitence sans la confession auriculaire et l’eucharistie sans sacrifice et sans transsubstantiation. Il déclare les bonnes œuvres inutiles et enseigne que la foi seule suffit à justifier et à sauver les âmes. Enfin

Histoire de l’Église

29

il traite d’idolâtrie le culte de la Sainte Vierge et des Saints. Ces doctrines délétères (funestes) ont été exposées par son ami Melangton dans la confession d’Augsbourg en 1530 Ces doctrines se répandirent promptement en Allemagne et y trouvèrent de nombreux adeptes. Sa morale, beaucoup moins difficile que celle des catholiques, plaisait aux mauvais chrétiens. Les princes furent ravis de pouvoir s’emparer des biens de l’Eglise. Enfin un petit nombre de prêtres et de religieux furent heureux de quitter leur couvent pour se marier. Les disciples de Luther prirent le nom de protestants, car ils protestaient contre les ; on les appelle encore les réformés car ils prétendaient, faussement du reste, réformer l’Eglise et la ramener à sa pureté primitive.

§ Résumé de la doctrine de Luther

- L’Écriture : la Bible uniquement. Contre la tradition, contre la conclusion de St Jean dans son Évangile qui dit que l’Évangile est un résumé. De plus Notre Seigneur a dit d’enseigner les nations et non d’écrire un livre. L’Église existait avant les Évangiles. c’est l’Église qui fixe les canons des Écritures et non l’inverse. C’est à lÉglise de l’interpréter.

- Dieu seul : sans intermédiaire. Pas de Saints (idolâtrie) et donc pas de reliques (acte d’idolâtrie formel), pas de prêtres (car pas de sacrifice, mais une commémoration), pas de pape ni évêque (sans autorité, car libre interprétation d’où 600-700 sectes protestantes)

- La foi seule : la foi suffit sans les œuvres contre (l’Epître de Saint Jaques) et contre le cantique de la charité de St Paul. Il supprime la Ste Messe, le jeûne, la confession,… [« Pèche fortement, mais crois plus fortement encore » - Luther -]

- La grâce seule : pas besoin de la collaboration de l’homme. Pour eux, le pécher n’est pas effacé mais recouvert d’un manteau (recouvert par Jésus- Christ). Ceci nie la valeur de la rédemption et détruit l’ordre moral. Il ne crois pas au Purgatoire (il rejette le livre des Macchabées et donc nie les indulgences). Se basant sur le libre examen, Luther a vite perdu le contrôle de la prétendue réforme. Seuls les Luthériens le suivent, les autres sectes ayant quelquefois des idées différentes, même si l’on retrouve la même erreur à la base.

4. La réforme en Europe

En Suisse, la réforme fut importée par Zwingli et Calvin, un français qui instaura une tiranie sanguinaire à Genève où il s’établit en 1541. Calvin rejette totalement le dogme de la présence réelle, contrairement à Luther. Il croit à la prédestination la plus rigoureuse et rejette tout culte extérieur, ne retenant que le sermon. Contrairement à Luther i menait une vie morale très austère. Il mourut en 1564. Le Calvinisme se répand en Allemagne où il est fortement organisé. Il se répand aussi en Écosse en Hollande, en Hongrie et en Scandinavie Par son organisation le calvinisme s’est mieux développé que le luthérianisme. On aboutit en France et en Allemagne à des guerres civiles appelées guerres de religion. Elles durent de 1562 à 1598 et elles furent au nombre de huit. Le signal de cette guerre fut une rixe entre catholiques et protestants connu dans l’histoire sous le nom de « massacre de Vassy » en 1562 en Lorraine, point de départ des guerres de religion. C’est une époque sanglante où l’on trahit de tous côtés. L’histoire moderne retient le massacre de la St Barthélemy (24 août 1572), mais oublie les crimes protestants comme la Michelade. La fin de la guerre intervient par l’accession au trône de Henri IV, chef du parti protestant qui s’est converti au catholicisme. Il promulgua l’édit de Nantes en 1598 qui tolérait le culte protestant et leur donnait quelques places fortes.

Histoire de l’Église

30

En Angleterre le roi Henri VIII, d’abord très catholique, se sépara de Rome, car le pape lui refusait l’autorisation de se remarier (il en épousa six et en tua deux). Il fit alors l’église anglicane en 1534 dont il est le chef et qui a une apparence extérieure catholique tout en acceptant beaucoup d’idées protestantes. Ceci a conduit au martyr de St Thomas More et St John Fischer. La rupture officielle avec Rome date de 1571 avec la reine Elisabeth (I) par un symbole de foi explicitement hérétique.

Histoire de l’Église

31

CHAPITRE XV

LA VRAIE REFORME CATHOLIQUE OU LE CONCILE DE TRENTE

1. Le concile de Trente (1545-1563)

La vraie réforme catholique fut accomplie par le concile de Trente dont l’œuvre fut double.

D’abord une œuvre doctrinale en réfutant les nombreuses hérésies répandues par lespar le concile de Trente dont l’œuvre fut double. protestant et oppose à chacune de leurs

protestant et oppose à chacune de leurs erreurs la véritable doctrine catholique Le concile examina et définit tous les dogmes catholiques attaqués par les protestants. Il déclara que les vérités de la foi et les règles des mœurs sont contenues dans l’Écriture Sainte et dans la Tradition, renfermée dans les écrits des pères de l’Église.

b)
b)

- Double source de la révélation

- Il confirme l’ancien canon ou le catalogue des livres Saints.

- Il proclame l’infaillibilité de l’Église, la primauté de l’Église Ensuite une œuvre morale

En réformant les abus qui s’étaient établis dans une partie du clergé et des curés dans leur paroisse. Chaque diocèse dut avoir un séminaire pour la formation et l’instruction des jeunes clercs. Les décisions du concile se Trente furent approuvées par le pape Pie IV et promulgué dans presque tous les états catholiques, elle ne tardèrent pas à porter leurs fruits, en commençant par le diocèse de Milan, grâce à St Charles Borromée.

2. Les ordres religieux

Sainte Thérèse d’Avila [dont la devise est : « Plutôt mourir que trahir. »] réforme l’ordre du Carmel spécialement voué à la prière et à la Mortification. Sur ses conseils, St Jean de la Croix agit de même pour son ordre. St Ignace de Loyola jeta les fondements la compagnie de Jésus : les Jésuites. St Ignace à rassembler les étudiants à Montmartre en 1534 et à émis le vœu de se consacrer au service de l’Eglise, pour la défense et la propagation de la foi. Ils sont reconnus par Rome en 1540.

3. Les missions

L’Église avait perdu de nombreux fidèles en Europe, suite aux erreurs protestantes, mais trouva une compensation dans conversion des païens d’Amérique, d’Afrique et d’Asie. L’Ordres des Prêcheurs, l’Ordre des Frères mineurs, Societas Jesu (Compagnie de Jésus). Plus tard les missions étrangères rivalisaient de zèle : St François-Xavier converti 70 000 fidèles.

Histoire de l’Église

32

CHAPITRE XVI

L’ÉGLISE AU XVII E SIECLE

1. Le renouveau catholique

Tout au long de ce siècle la vie refleurit partout grâce au Concile de Trente. Ainsi en France on note les œuvres de :

- St François de Sales, évêque de Genève, qui fonda en 1610 l’ordre de la Visitation avec Ste Jeanne de Chantal.

- St Vincent de Paul. Il créa en 1624 les Lazaristes ou prêtres de la mission pour évangéliser les peuples et le diriger. Dix ans plus tard les Filles de la Charité, les premières à ne pas être cloîtrées. St Vincent de Paul eut une influence profonde sur le clergé français par ses avis dans le conseil de conscience, ses réunions et ses retraites.

- M. Olier, curé de St Sulpice à Paris, fonda en 1642 les Sulpiciens pour instruire les prêtres.

- L’abbé de Rancé ramena la ferveur primitive. Il fonda la Trappe en 1642.

- St Jean-Baptiste de la Salle fonda en 1681 les Frères des Ecoles chrétiennes voués à l’instruction des enfants. De plus l’Eglise de France fut alors illustrée par des prêtres pieux et savants comme Bossuet, un des plus grands orateurs, Fénelon, Bourdaloue. Les écrivains Corneille, Boileau, Racine ont aidé à la rechristianisation de la société. C’était le Grand Siècle de la France et de l’Eglise. L’Allemagne fut décimée par la guerre de 30 ans qui opposa catholiques et protestants et prit fin en 1648.

2. Les erreurs du XVII e siècle

le gallicanismeet prit fin en 1648. 2. Les erreurs du XVII e siècle L’Eglise de France devint

L’Eglise de France devint trop orgueilleuse et tomba dans une tendance au gallicanisme, doctrine qui tend à limiter le pouvoir du pape au profit du roi. Louis XV était tout puissant (dans le cas présent : la France elle-même. En général la volonté de n’importe quelle église à fuir de l’indépendance envers le pape). Ainsi en 1682 l’assemblée du clergé de France votait les 4 articles rédigés par Bossuet et qui affirmait que le pape n’avait aucun pouvoir sur le temporel des princes, que les conciles œcuméniques sont supérieurs au pape, que les décisions du pape en matière de foi ne sont irrévocables qu’après adoption par l’Eglise.

le jansénismene sont irrévocables qu’après adoption par l’Eglise. Crée par Jansénius cette hérésie sur la grâce peut

Crée par Jansénius cette hérésie sur la grâce peut se résumer ainsi : l’homme n’est pas libre et le Christ n’est pas mort pour tous les hommes mais seulement pour ceux qu’il a prédestinés au salut. Cette doctrine fut introduite au monastère de Port-Royal près de PARIS ; CE COUVENT devint un centre très influent par le biais de grands intellectuels qui y vivaient retirés et qu’on appelait les solitaires. Combattu vivement par les Jésuites le jansénisme fut condamné par la bulle « Unigenitus ». Le roi Louis XIV fit détruire Port-Royal en 1710, le clergé restant infecté par cette hérésie et par cette vision stricte et désespérée de la religion.

c)
c)

le quiétisme

Histoire de l’Église

33

L’espagnol Molinos affirmait que l’âme arrivait à une certaine perfection et qu’elle n’avait plus qu’à se tenir dans le repos absolu, sans se préoccuper de faire des actes de piété et de charité et sans s’inquiéter du Ciel et de l’enfer, proche du modernisme actuel : il suffit d’aimer. Madame Guyon propagea cette doctrine en France, étant soutenue par Fénelon. Bossuet l’attaqua. Ce fut la lutte entre les deux grands prélats. Le pape ayant condamné le quiétisme en 1699 Fénelon se soumit sans réserve.

Histoire de l’Église

34

CHAPITRE XVII

L’ÉGLISE AU XVIII E SIECLE

Le XVIII e siècle fut une période de recul et d’épreuve. On peut citer la lutte contre trois ennemis principaux : les souverains, les attaques des philosophes et de la franc-maçonnerie.

1. Le Joséphisme

On appelle ainsi la politique de l’empereur d’Allemagne Joseph II (1765-1790) qui a voulu faire de l’Église une administration ethnique (culturelle). Il supprima de nombreux couvents, prétendit réglementer tout ce que l’Église se réservait (toute la cérémonie, les séminaires, les heures des offices) d’où son surnom de « roi sacristain ». Les paysans s’opposèrent à sa tyrannie. En France Louis XV favorisa aussi la fermeture des couvents, mais resta assez catholique.

2. Les philosophes

Ces prétendus penseurs attaquaient les doctrines religieuses et les tournaient en dérision. Par exemple Voltaire (1694-1778) utilisa son admirable talent d’écrivain pour détruire l’influence de l’Église. Sa devise était « Écrasons l’infâme » Il disait à ses amis : « Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose ». Jean-Jacques Rousseau essaya de reconstruire une nouvelle société sans église et il faisait la morale sans la respecter lui-même. Il écrivit un traité de l’éducation. Il croyait au mythe du bon sauvage : l’homme est naturellement bon et la société le corrompt. D’autres philosophes ne croyaient pas en Dieu, tentèrent d’obtenir le monopole des connaissances en éditant « l’Encyclopédie » qui est un résumé du savoir faisant leur propagande. Ces idées influençaient les aristocrates (nobles) et une partie du clergé de ce siècle.

3. La franc-maçonnerie

En 1717 fut fondée en Angleterre cette société secrète qui possède aujourd’hui de nombreuses ramifications. Elle poursuit un double but : la destruction du christianisme et le bouleversement social, notamment par le renversement de la société monarchique. Les papes l’ont condamnée sévèrement à plusieurs reprises.

4. La suppression des Jésuites.

La compagnie de Jésus était l’adversaire le plus redoutable de tous les ennemis de l’Église. Leur destruction fut décidée par les loges : on la représenta comme des conspirateurs, si bien que les rois d’Espagne, de Portugal, de France et de Naples les bannirent. Ils allèrent encore plus loin en exigeant la suppression de l’ordre : le pape Clément XIV crut éviter de plus grands malheurs en cédant en 1773. Ils furent rétablis au début du siècle suivant par Pie VII.

Histoire de l’Église

35

Les deux causes principales de cette suppression sont leur ultramontanisme (soutien au pape) et leur grande influence sur la société européenne par leurs collèges et par leurs fonctions de confesseurs des princes. Arrive ensuite la révolution française, fruit des conspirations maçonniques et des philosophes :la lutte sera frontale avec l’Eglise et visera à la destruction de la chrétienté.

Histoire de l’Église