Vous êtes sur la page 1sur 132

Mouvement de la jeunesse catholique de France

Equipe nationale liturgie Saint Grégoire


Version janvier 2008
Cérémonial – Introduction

Préambule

Ce Cérémonial a pour but d’apporter au MJCF une référence liturgique. Suivant de près
le cérémonial d’Ecône, il a été élaboré principalement à partir du bien célèbre « Manuel de
Liturgie et Cérémonial selon le rit Romain » du R.P. Louis Stercky, en conformité avec le
« Nouveau Code des Rubriques du Bréviaire et du Missel Romain » de 1962.
Pour toute précision ou tout approfondissement, il faudra se reporter à ce manuel du
R.P. Stercky. Notons que cet ouvrage est ni plus ni moins, une réédition complétée du manuel
du R.P. Haegy, qui fut le professeur de liturgie de S. Exc. Mgr. Lefebvre, lui-même
cérémoniaire au Séminaire français de 1926 à 1930. (Il ne sera donc pas étonnant de trouver
quelques conseils ou remarques liturgiques de ce dernier).

[3]
Cérémonial – Introduction

Sommaire
Partie I : Généralités ................................................................................................................ 7
A. Notions .............................................................................................................................. 8
B. Des dispositions................................................................................................................. 9
1. Dispositions intérieures.................................................................................................. 9
2. Dispositions extérieures du corps ................................................................................ 10
C. Du matériel liturgique...................................................................................................... 11
1. Présentation du chœur type.......................................................................................... 11
2. Présentation des objets du culte................................................................................... 13
3. Présentation des vêtements liturgiques ........................................................................ 15
D. Des révérences et attitudes. ............................................................................................. 17
1. Des personnes auxquelles il est permis de porter l’habit de chœur et les vêtements
sacrés................................................................................................................................ 17
2. Règles générales à observer au chœur et dans le sanctuaire ...................................... 18
3. Des révérences en général ........................................................................................... 19
4. Révérences et attitudes du servant à la messe basse ordinaire.................................... 24
5. Révérences et attitudes des acolytes à la messe solennelle ou chantée ....................... 25
6. Ceux qui assistent au chœur......................................................................................... 26
7. Fidèles .......................................................................................................................... 28
Partie II : La Messe Lue ........................................................................................................ 29
A. Généralités....................................................................................................................... 30
1. Attitudes des fidèles...................................................................................................... 30
2. Objets à préparer ......................................................................................................... 32
B. La messe lue à deux servants........................................................................................... 32
1. Règles générales........................................................................................................... 32
2. La messe ....................................................................................................................... 33
3. Particularités de la messe de Requiem ........................................................................ 38
Partie III : La Messe Chantée ............................................................................................... 39
A. Généralités....................................................................................................................... 40
1. Attitudes des fidèles...................................................................................................... 41
2. Objets à préparer ......................................................................................................... 43
3. À la sacristie................................................................................................................. 43
B. Fonctions du cérémoniaire à la messe chantée ................................................................ 44
1. Remarques préliminaires ............................................................................................. 44
2. La messe ....................................................................................................................... 44
C. Fonctions du thuriféraire à la messe chantée................................................................... 49
1. Remarques préliminaires ............................................................................................. 49
2. La messe ....................................................................................................................... 50
3. Quelques éléments supplémentaires............................................................................. 53

[4]
Cérémonial – Introduction
D. Fonctions des acolytes à la messe chantée ...................................................................... 54
1. La messe jusqu’à l’offertoire........................................................................................ 54
2. De l’offertoire à la fin de la messe............................................................................... 55
E. Les céroféraires................................................................................................................ 56
Partie IV : La Messe Chantée de Requiem .......................................................................... 59
1. Objets à préparer ......................................................................................................... 60
2. La messe ....................................................................................................................... 60
3. L'absoute ...................................................................................................................... 62
Partie V : La Messe Solennelle.............................................................................................. 65
A. Descriptif général de la messe solennelle........................................................................ 66
1. Objets à préparer ......................................................................................................... 66
2. La messe ....................................................................................................................... 67
B. Fonctions du cérémoniaire à la messe solennelle ............................................................ 75
1. Remarques préliminaires ............................................................................................. 75
2. La messe ....................................................................................................................... 75
C. Fonctions du thuriféraire à la messe solennelle............................................................... 83
1. Remarques préliminaires ............................................................................................. 83
2. La messe ....................................................................................................................... 84
D. Fonctions des acolytes à la messe solennelle .................................................................. 87
Partie VI : Le Salut du Saint-Sacrement ............................................................................. 91
A. Généralités....................................................................................................................... 92
B. Déroulement du Salut ...................................................................................................... 94
1. Exposition du Saint-Sacrement : .................................................................................. 94
2. Reposition du Saint-Sacrement .................................................................................... 94
C. Quelques éléments supplémentaires ................................................................................ 95
1. Les ministres inférieurs ................................................................................................ 95
2. Salut avec un ciboire .................................................................................................... 96
3. Salut sans cérémoniaire ............................................................................................... 96
Partie VII : Prise d’insigne et bénédictions diverses.......................................................... 97
A. Prise d’insigne ................................................................................................................. 98
1. Renouvellement des promesses du Baptême ................................................................ 98
2. Bénédiction des insignes .............................................................................................. 99
3. Imposition des insignes .............................................................................................. 100
B. Imposition du scapulaire du Mont Carmel .................................................................... 100
C. Bénédiction de la médaille miraculeuse ........................................................................ 102
D. Bénédiction des images ................................................................................................. 103
Partie VIII : Cérémonial en images.................................................................................... 105
1. Messe basse ................................................................................................................ 106
2. Messe chantée ............................................................................................................ 115
3. Salut du Saint-Sacrement ........................................................................................... 127
Conclusion............................................................................................................................. 132

[5]
Cérémonial – Introduction

Introduction
« Nous ne pouvons pas toujours donner la raison de tout ce qu'ont introduit les anciens
dans les rites sacrés, je crois cependant que dans ces rites sont cachés de profonds
mystères. »
(Innocent III, De sacro altaris Mysterio, VI, 9)

PPoouurr llaa rrééddaaccttiioonn dduu tteexxttee,, iill aa ééttéé ccoonnssuullttéé 44 ssoouurrcceess pprriinncciippaalleess ::

• Le Manuel de Liturgie et Cérémonial selon le rit Romain, de LE VAVASSEUR, HÆGY,


STERCKY, 17e éd. Paris - J. Gabalda - 1940 - 2 tomes

• Le Nouveau Code des Rubriques du Bréviaire et du Missel Romain de 1962

• Le cérémonial d’Ecône - 1999

• L’ancien cérémonial du MJCF, qui a servi de base à cet opuscule.

LLee ccéérréém
moonniiaall eesstt ddiivviisséé eenn 88 ppaarrttiieess::
• les notions générales à connaître pour servir à l'autel le plus dignement possible

• la Messe lue

• la Messe chantée avec le détail de chaque fonction liturgique

• la Messe chantée de Requiem

• la Messe solennelle avec le détail de chaque fonction liturgique

• le salut du Saint-Sacrement

• le cérémonial de prise d’insigne et quelques bénédictions

• un cérémonial en images pour la messe lue, la messe chantée et le salut du Saint-


Sacrement

[6]
Cérémonial – Partie I : généralités

P a rt ie I : G é n é ra lit é s

[7]
Cérémonial – Partie I : généralités
« Les différentes cérémonies liturgiques doivent être faites avec onction, avec
respect, avec précision bien sûr, mais pas à la manière militaire ou comme dans une
cérémonie profane »

(Mgr Lefebvre, conférence spirituelle, 7 février 1991)

A . N o t io n s

La liturgie est « l’ensemble des rites prescrits par l’Église pour l’exercice du culte
public » (Stercky, T. I, p. 3)

Le culte est dit public quand il est offert au nom de l’Église par des personnes qui
ont reçues mission légitime à cette fin, et par des actes déterminés par l’Église.

Les rites sont les actions liturgiques (formules et cérémonies) formant un ensemble
complet (comme l’encensement, le baptême, la messe) et les règles à suivre pour
accomplir ces actions à savoir les rubriques.

 Les formules sont les paroles et les phrases employées dans le culte divin (psaumes,
hymnes, antiennes, oraisons, lectures, forme des sacrements, etc.). Elles sont écrites en
noir dans le missel et le rituel.
 Les cérémonies sont composées de tous les actes qui accompagnent les formules : emploi
des éléments matériels et mouvements du corps humain ; elles portent avec elles un
symbolisme qui complète le sens des formules. (Coehlo1, c. 9, n°47)

Les rubriques sont, d’après l’étymologie, des guides, des règles, des lois pour bien
accomplir une action. (Les artistes pour dessiner leur plan, les écrivains publics pour
tracer leurs lignes, les hommes de lois pour écrire les lois utilisaient un minéral de couleur
rouge.)

 Elles disent comment accomplir le rite (formules à employer, cérémonies à mettre en


œuvre). (Coehlo, c. 8, n°33)
 Elles sont imprimées en rouge dans le corps des livres liturgiques (au milieu des formules,
pour donner une règle spéciale à ce moment de l’action liturgique) et en noir en tête des
livres sous le titre « Rubriques générales ».
 Elles sont des sortes de lois ordonnées au bien suprême de l’Église, le culte que l’on doit à
Dieu et la sanctification des âmes.

1
Dom coelho, Cours de liturgie romaine, vol. 1, Liturgie fondamentale1924-1927

[8]
Cérémonial – Partie I : généralités
 Elles sont d’origine divine (forme des sacrements par exemple) et ecclésiastique. Le Droit
Canon donne des règles générales sur le culte eucharistique, les processions, les vases
sacrés, et les rites de tous les sacrements.
 « Le prêtre célébrant observera soigneusement et dévotement les rubriques de ses livres
rituels, et il veillera à ne pas ajouter de son propre arbitre d’autres cérémonies ou
prières. » (Canon n°818)
 Que les servants de messe s’inspirent de cette loi : soin à bien observer (d’où l’étude des
cérémonies) ; dévotion (comprendre le symbolisme, contempler) ; obéissance et pureté
d’intention.

B . D e s d is p o s it io n s

1. Dispositions intérieures2

Les dispositions intérieures pour bien assister au chœur sont : la pureté d’intention,
l’attention et la dévotion.

1. Pour assister au chœur avec pureté d’intention, il faut faire cet acte de religion
uniquement pour la gloire de Dieu, sans intérêt personnel, sans vaine complaisance. Il
serait indigne de venir au chœur guidé par un motif d’intérêt, ou encore de bien s’acquitter
de son office lorsqu’on est vu des hommes, et de le faire avec négligence lorsqu’on n’est
pas observé.

2. Pour assister avec attention, il faut avoir l’esprit sérieusement appliqué à ce qui
se fait, et ne pas s’occuper de pensées étrangères qui, même supposées bonnes de leur
nature, tendent à nous distraire de ce que nous devons faire actuellement.

a) Pour avoir cette attention, il faut se tenir en la présence de Dieu, suivre le sens des
prières et des cérémonies, et conformer ses sentiments à ceux qu’elles expriment, suivant
l’enseignement de saint Augustin dans sa glose sur le psaume X : Si orat psalmus, orate ;
et si gemit, gemite ; et si timet, timete. Omnia enim quæ hic conscripta sunt, speculum
nostrum sunt. (Si le psaume prie, priez ; s’il pleure, pleurez ; s’il craint, craignez. Car
tout ce qui est écrit dedans a notre aspect)

b) Ce que le saint Docteur dit des psaumes, doit s’appliquer à toute prière de la
messe et des autres fonctions saintes.

2
Stercky T. I §131

[9]
Cérémonial – Partie I : généralités
3. La dévotion a pour effet de nous donner le goût intérieur des exercices de la
religion : goût qui manque certainement à ceux qui y assistent négligemment et avec
ennui ; sur eux tombe cet anathème : Maledictus qui facit opus Dei fraudulenter (1 Jerem.,
XLVIII, 10) (Malheureux celui qui fait l’œuvre de Dieu frauduleusement).

Elle se nourrit d’une part de l’étude de la doctrine sur la messe et du symbolisme des
cérémonies, et d’autre part de la vie d’oraison selon l’enseignement de saint Thomas dans
son traité de la vertu de religion (II II 82 a3).

2. Dispositions extérieures du corps3

Les dispositions extérieures pour bien assister au chœur sont : la propreté, la gravité,
la modestie et la prévoyance.

1. La propreté consiste à avoir le visage et les mains propres, la tonsure et la barbe


fraîchement faites, les cheveux peignés avec décence et simplicité, les ongles nets et
taillés convenablement. La soutane et les souliers doivent être propres ; le surplis blanc et
non froissé.

2. Les Ecclésiastiques doivent, comme le prescrit le Concile de Trente, faire paraître


la gravité et la piété dans toutes leurs actions : « Nil nisi grave, moderatum ac religione
plenum præ se ferant » (Concile de Trente, ss XII, c. de reform.). On peut juger combien
l’observation de ces deux points est plus rigoureusement requise pour le service de la
divine Majesté.

On doit donc, au chœur, s’abstenir de tout ce qui pourrait dénoter la légèreté, la


dissipation, l’indifférence, la nonchalance, l’irrévérence, comme de rire, de parler, de
porter les yeux de côté et d’autre, de croiser les jambes ou de les étendre, de bâiller, de
faire claquer ses doigts, de se moucher, de cracher et de tousser d’une manière
inconvenante, d’offrir du tabac à ses voisins, de poser son mouchoir sur les stalles, etc.

3. La prévoyance consiste à étudier, et même à pratiquer d’avance tout ce qu’on


doit faire pendant les cérémonies. Elle est nécessaire pour prévenir les inadvertances et
éviter beaucoup de fautes. Avant d’aller au chœur, il faut donc prévoir son office, lire les
instructions qui le concernent, ou se les remettre en mémoire. (Le servant de messe peut
utiliser un missel pour suivre la messe à condition que cela ne perturbe pas la cérémonie.)

3
Stercky T. I §132

[10]
Cérémonial – Partie I : généralités

C . D u m a t é rie l lit u rg iq u e

Tous ceux qui doivent prendre part aux cérémonies ne négligeront pas de s’instruire
auprès du Maître des cérémonies, d’être dociles à ses avis et attentifs à ses indications.

1. Présentation du chœur type

De nombreuses contraintes architecturales, artistiques et autres imposent à chaque


lieu de culte son aspect propre si différent d'un autre. Les quelques règles données ici
représentent la théorie qu'il sera nécessaire d'adapter bien souvent en fonction du matériel
mis à la disposition de la liturgie.

L'église est divisée en deux parties : la nef pour les fidèles et le chœur pour le
clergé.

 La nef pour les fidèles qui contient les bancs, les chaises, la chaire du prédicateur et les
confessionnaux ;
 Le chœur pour le clergé qui est divisé en deux parties :

o le sanctuaire : lieu des cérémonies liturgiques dominées par l'autel.


o le chœur où les ecclésiastiques assistent depuis leurs stalles.

Le chœur est séparé de la nef par la table de communion.

Le sanctuaire attire plus particulièrement l'attention car il est le centre de l'édifice.


L'ensemble du mobilier liturgique s’ordonne autour de l'autel.

L’autel est une table de pierre (où pierre d’autel enchâssée dans une superstructure)
consacrée par l’évêque renfermant des reliques de saints, sur laquelle est offert le Saint-
Sacrifice de la messe. Il est absolument nécessaire.

 Les 3 nappes d'autel recouvrent celui-ci. Deux peuvent suffire si celle du dessous est
pliée en deux. La nappe supérieure doit pendre à chaque extrémité jusqu'au sol. Ces
épaisseurs absorberaient le Précieux Sang en cas d'accident.
 Les chandeliers avec leurs cierges peuvent être au nombre de deux, quatre ou six selon la
solennité. Ils reposent normalement sur la table de l'autel.

[11]
Cérémonial – Partie I : généralités
 La Croix d'autel est au centre et doit dépasser les cierges en hauteur. Elle ne devrait
normalement pas reposer sur le tabernacle.
 Le tabernacle doit être fixé solidement sur l'autel pour éviter les vols. Il ferme à clé.
Lorsqu'il contient le Saint Sacrement, une lampe doit être allumée jour et nuit, sous peine
de péché mortel. Elle doit être placée non loin de la Sainte Présence et de préférence hors
de l'autel pour éviter tout accident. Un conopée entourant le tabernacle signale aussi la
Présence Réelle. Il est de la couleur liturgique du jour.
 Les canons d'autel sont des cartons dressés au centre et aux extrémités de l'autel et où
sont inscrites certaines prières de la messe.

Il est préférable que l'autel soit tourné vers l'Est. C'est le cas pour les Basiliques
Romaines par exemple, donnant ainsi l'orientation générale du temple :

 Autel à l'Est
 Porte d'entrée à l'Ouest
 Côté de l'épitre (droite en regardant l'autel) au Sud
 Côté de l'évangile (gauche en regardant l'autel) au Nord

Cette disposition, riche en symbolisme, n'est malheureusement plus guère respectée


depuis longtemps.

L'autel peut être élevé sur quelques gradins : de un à trois généralement.

Le sanctuaire s'ordonne autour de l'autel.

 Sur le côté droit (côté de l'épitre), disposés de façon à ne pas gêner les cérémonies :

o La crédence, petite table mobile, reçoit tout ce qui est nécessaire pour les
fonctions sacrées ;
o Les tabourets, pour les acolytes, peuvent l'entourer ;
o La banquette, pour les ministres sacrés, est un banc à dossier bas sans
accoudoir ;

 Sur le côté gauche (côté de l'évangile), sont placés :

o Des tabourets pour les ministres inférieurs ;


o Éventuellement, un pupitre pour les lectures en français et le prédicateur.

[12]
Cérémonial – Partie I : généralités
2. Présentation des objets du culte

 Les vases sacrés sont employés pour la célébration du Saint Sacrifice et pour recevoir le
Saint Sacrement. Seuls, les prêtres et les diacres peuvent toucher les vases sacrés
contenant les Saintes Espèces. Il faut distinguer :

o Le calice et la patène qui sont dorés à l'intérieur par respect pour le


Saint Sacrement. Ils doivent être consacrés et ne peuvent être touchés
que par les clercs tonsurés. Un linge propre ou une paire de gants
seront donc de rigueur pour les manipuler.

o Le ciboire, lui aussi doré à l'intérieur, et simplement béni. Il recèle


les hosties.

o L’ostensoir et sa lunule permettent d'exposer la Sainte


Eucharistie à la vénération des fidèles. Seule la lunule
doit être bénie.

 Les vases non sacrés ne reçoivent aucune bénédiction. Il y a entre autres :

o Les burettes, généralement en verre, contenant l'eau et le


vin pour le sacrifice ;

o Le lavabo ou cupule pour recueillir l'eau du lavement des


mains ;

o Le plateau de communion, en matière dorée et lisse à l'intérieur, utilisé pour


recueillir les moindres parcelles d'hostie lors de la communion des fidèles ;

o L’encensoir et la navette pour les encensements ;

o Le bénitier portatif et le goupillon, anciennement un bouquet d'hysope, de buis


ou d'autres plantes.

[13]
Cérémonial – Partie I : généralités

 Les linges sacrés sont tissés dans une matière noble et naturelle, le lin. Ils ont un rôle
souvent aussi important que les vases sacrés. Ainsi :

o Le corporal, amidonné pour garder toute parcelle d'hostie, reçoit durant, la


messe la grande hostie, le calice, les ciboires et l'ostensoir pour les saluts du Saint
Sacrement ;
o La pale, elle aussi amidonnée, repose sur le calice pour protéger le Précieux
Sang ;
o Le purificatoire est destiné à purifier le calice et essuyer les
doigts du prêtre après les ablutions.

Le corporal et la pale sont bénis.

Une fois utilisés, les linges sacrés doivent être manipulés


uniquement par les clercs tonsurés ou bien par l'intermédiaire d'un linge propre et de
gants.

 Les linges non sacrés ne sont pas bénis. Il est convenable de le tisser en lin. Le plus
utilisé est :

o Le manuterge, posé sur les burettes, pour essuyer les doigts du célébrant au
lavabo.

Tous les linges doivent être de couleur blanche et toujours impeccables. Il n'est pas
convenable, avec les vases sacrés ou non sacrés, de les poser par terre ou sur les marches
de l'autel.

 Les autres objets du culte sont des plus divers comme :

o les livres et leurs supports (pupitres ou coussins),


o les canons d'autel, où se trouvent certaines prières de la messe,
o la clochette, indispensable pour toute la messe et le salut du Saint Sacrement,
o la croix de procession, montée sur une hampe,
o les chandeliers portés par les acolytes aux messes chantées
o les torches des céroféraires pour des cérémonies semblables,
o le lit mortuaire ou catafalque pour obsèques absente corpore ou Requiem.

[14]
Cérémonial – Partie I : généralités

3. Présentation des vêtements liturgiques

Seuls sont présentés les vêtements utilisés pour les messes lues et chantées, et pour
les saluts du Saint Sacrement. Ils ont tous pour raison d'être principale de masquer
l'humain et le profane en faveur du divin et du sacré.

 L'habit de chœur peut être revêtu par les laïcs faisant office de ministres
inférieurs dans les cérémonies (enfant de chœur). Il consiste en :

o la soutane noire, rouge ou violette,


o le surplis, ou le cotta, par-dessus.

 Les vêtements sacrés sont réservés aux ecclésiastiques pour les cérémonies liturgiques.
Ils sont bénis.

 À la messe, le prêtre est revêtu de :

o L’amict et l’aube, en lin, ceinte par le


cordon, en fil, symbole de force, pureté
et chasteté ;

o Le manipule, au bras gauche.

o L’étole croisée sur la poitrine, l'insigne du sacerdoce ;

o La chasuble recouvrant l'ensemble, exclusivement destinée au


Saint Sacrifice ;

Avec le voile, chargé de couvrir le calice de toutes


parts, et la bourse qui reçoit le corporal plié, étole,
chasuble et manipule forment un jeu d'ornements
complets, taillé dans le même matériau, la soie. Ils
participent au même dessin et sont de la même couleur.

[15]
Cérémonial – Partie I : généralités
 On peut trouver :

o La chape aux vêpres, saluts, processions, aspersions et


absoutes.

o Le voile huméral est utilisé pour les


saluts du Saint-Sacrement, lorsque le
prêtre porte la Sainte Eucharistie et pour
le sous-diacre à la messe solennelle.

Ils suivent eux aussi le code des couleurs officielles.

La couleur liturgique varie selon le temps et la fête célébrée :

o Le blanc, image de la pureté, de la joie et de la gloire, est pour toutes les grandes
fêtes du Temporal (Noël, Pâques,…), pour la Sainte Vierge et tous les saints non
martyrs. En cas exceptionnel, il peut remplacer les autres couleurs faisant défaut.
L'usage l'assimile avec le doré.
o Le rouge représente le feu du Saint Esprit et le sang des martyrs.
o Le vert est la couleur du temps de la vie de l'Eglise, utilisé entre l'Epiphanie et la
Septuagésime et après la Pentecôte.
o Le violet symbolise la pénitence de l'Avent et du Carême ainsi que les vigiles de
grandes fêtes.
o Le noir est exclusivement destiné à la messe des morts et pour l'office du
Vendredi Saint afin de distinguer Jésus-Christ des simples martyrs.
o Le rose est prévu pour les dimanches de Gaudete et de Lætare, pauses dans
l'Avent et le Carême.

[16]
Cérémonial – Partie I : généralités

D . D e s ré v é re n c e s e t a t t it u d e s .

1. Des personnes auxquelles il est permis de porter l’habit de


chœur et les vêtements sacrés.4

1. Les règles liturgiques supposent toujours les cérémonies faites par des
Ecclésiastiques. L’Église tolère cependant que les fonctions des ordres mineurs soient
remplies par des laïques (enfants de chœur), qui sont alors vêtus comme des clercs.

2. L’habit de chœur de ces laïques, soit enfants, soit adultes, est la soutane noire, le
surplis ou la cotta. Toutefois l’usage de la soutane rouge ou violette est admis. (La soutane
doit descendre jusqu’à la cheville.)

3. Pour pouvoir porter des vêtements sacrés, y compris la chape, il faut avoir reçu au
moins la tonsure.

NB : Les enfants de chœur (ou servants de messe) sont censés être des clercs, en
remplissent les fonctions, et n’existent que pour suppléer au défaut de ceux-ci : ils ne sont
donc pas des figurants, qu’on peut travestir au gré de chacun. (Note de Stercky)

a) En cas de nécessité ou pour une cause raisonnable, un


clerc peut porter la tunique pour remplacer le Sous-Diacre à la
messe solennelle.

b) Les laïques, même les religieux non clercs qui portent


la soutane, ne peuvent à aucun titre, sans indult du Saint-
Siège, revêtir les ornements sacrés, même non bénits, pour
remplir les fonctions de Chapier ou de Sous- Diacre.

4
Stercky, T. I §86

[17]
Cérémonial – Partie I : généralités

2. Règles générales à observer au chœur et dans le


sanctuaire5

1. Tous les Ecclésiastiques présents au chœur doivent être revêtus de l’habit de


chœur.

2. On est debout, ou à genoux, ou assis. Ceux qui appartiennent au même ordre


doivent se conformer en tout les uns aux autres, pour la position que l’on doit avoir.

3. Quand le Chœur est debout, les deux côtés du Chœur restent tournés vis-à-vis l’un
de l’autre. S’il y a lieu de s’incliner vers la croix, comme au Gloria Patri, aux doxologies,
au nom de Jésus, aux paroles qui expriment l’adoration, on le fait en se tournant à moitié
vers l’autel.

4. Continuellement, le clerc doit veiller à se tenir très droit. Assis, il pose les mains à
plat sur les genoux.

5. Quand il est prescrit de joindre les mains (la plus part du temps quand il faut être
debout ou à genoux), on les joint devant la poitrine, en tenant les doigts étendus, sans les
écarter, et le pouce droit croisé sur le pouce gauche.

Lorsqu'une main est occupée par une fonction quelconque, l'autre vient se placer à
plat sur la poitrine.

6. Pour faire le signe de la croix, on tourne vers soi la paume de la main droite, en
tenant les doigts joints et étendus, et l’on porte la main, en se touchant de l’extrémité des
doigts, au front, à la poitrine, à l’épaule gauche et à l’épaule droite : on pose la main
gauche infra pectus.

7. Lorsqu’il faut se frapper la poitrine, on le fait de la main droite soit étendue, soit
recourbée, et sans bruit.

a. Défauts à éviter6

1. On évitera toute espèce de singularité et d’affectation dans la manière de marcher,


de se mettre à genoux, de s’asseoir, de se couvrir, de se découvrir, etc.

5
Stercky T. I §137
6
Stercky T. I §140

[18]
Cérémonial – Partie I : généralités
2. Lorsqu’il faut se mettre à genoux, se lever ou s’asseoir, on ne doit pas courber le
corps, mais plier les jambes, et ne pas s’appuyer sur le banc ou agenouilloir avec les
mains.

3. Quand on est assis, si l’on doit immédiatement se mettre à genoux, ou vice versa
il faut d’abord se lever, puis, seulement après, se mettre à genoux ou s’asseoir.

4. Dans les déplacements, le clerc doit éviter absolument tout pas :

o en arrière : c'est dangereux ! Même pour un petit trajet, il faut se retourner ;


o de côté (pas chassé) ;
o précipité ou trop lent : c'est contraire à la dignité.

Il n'est pas permis de marcher sur les genoux !

Pour monter les marches, il faut bien lever les genoux afin de ne pas marcher sur
l'habit de chœur !

Sauf si un mouvement d’ensemble l’exige, il est important d’éviter de tourner le dos


à la croix d’autel : on ne fait pas un tour complet sur soi-même. Ainsi, à l’autel, le clerc se
tournera par la droite pour revenir à la crédence et là se tournera par la gauche pour
monter à l’autel ou retourner à sa place.

5. Pendant qu’on récite l’Office au chœur, il n’est pas permis de célébrer la messe à
l’autel du Chœur. La défense s’étend aussi à l’Office des morts récité en commun

On ne devrait pas la dire non plus à un autel qui se trouve en vue du Chœur ; si on le
fait, on doit omettre de sonner la clochette ; s’il arrive qu’on sonne à l’élévation, ceux qui
sont au chœur se découvrent, mais sans interrompre l’Office et sans se mettre à genoux.

3. Des révérences en général7

1. Le mot révérence s’applique à toute espèce de salutation. Quand les livres


liturgiques prescrivent la révérence convenable, on doit entendre par là une des salutations
expliquées ci-après.

2. On fait la révérence à l’autel du Saint-Sacrement, en entrant à l’église et en


sortant, n’importe où l’on se trouve, pourvu que l’on soit en vue de l’autel.

3 On fait la révérence à l’autel du chœur : lorsqu’on entre au chœur et qu’on en


sort ; lorsqu’on arrive devant le milieu de l’autel, et avant d’en partir ; lorsqu’on passe au
milieu, devant ou derrière l’autel.

7
Stercky T. I §123 et 124

[19]
Cérémonial – Partie I : généralités
4. On ne se rend pas au milieu de l’autel exprès pour faire la révérence convenable,
à moins que le contraire ne soit indiqué.

5. On considère qu’on est au milieu de l’autel si, en y arrivant ou en le quittant, on


fait partie d’un groupe dont le plus digne est au milieu.

6. Tous ceux d’un groupe, arrivant ou partant ensemble, font tous ensemble la
révérence convenable. Un ministre, arrivant ou s’éloignant seul, fait la révérence
convenable là où il se trouve.

7. Les ministres qui assistent le prêtre, arrivant à l’autel ou le quittant, saluent l’autel
aux côtés du prêtre, et passent ensuite devant le milieu de l’autel sans nouvelle révérence.

8. Il y a deux espèces de révérences : la génuflexion et l’inclination.

9. La génuflexion elle-même est de deux sortes : la génuflexion à deux genoux, et la


génuflexion d’un seul genou ou simple génuflexion. Le mot genuflectere, dans les
rubriques, signifie tantôt faire la génuflexion, tantôt se mettre à genoux. L’obligation de
saluer le Saint-Sacrement par la génuflexion concerne tous les fidèles : les femmes comme
les hommes. (S. R. C., n. 3402, ad 2.)

10. L’inclination est profonde, médiocre ou petite.

a) De la génuflexion

Génuflexion à deux genoux8 :

1. On fait la génuflexion à deux genoux, en mettant les deux genoux à terre ; étant à
genoux, on fait une inclination médiocre.

2. La génuflexion à deux genoux se fait : devant le Saint-Sacrement exposé ;


devant le tabernacle ouvert ; devant un autel où l’on distribue la communion ; devant le
Saint-Sacrement au reposoir le Jeudi Saint et le Vendredi Saint.

3. On fait la génuflexion à deux genoux, seulement en arrivant à l’autel ou au


chœur, et en le quittant ; s’il faut, entre l’arrivée et le départ, passer plusieurs fois de suite
devant le Saint-Sacrement, on fait la génuflexion d’un seul genou.

NB : La génuflexion à deux genoux se fait seulement à l’arrivée et au départ. Or, il y


a arrivée et départ, non seulement au commencement et à la fin de la cérémonie, mais
toutes les fois qu’on accède à l’autel après s’en être éloigné pendant un temps notable, ou
qu’on le quitte pour n’y revenir qu’après un temps assez long.

8
Stercky T. I §125

[20]
Cérémonial – Partie I : généralités
Génuflexion ordinaire9 :

1. On fait la génuflexion ordinaire ou d’un seul genou, en abaissant le genou droit,


sans inclination de la tête ou du corps : le genou droit doit toucher terre près du talon
gauche, à moins qu’on ne fasse la génuflexion sur un degré.

a) Ceux qui ne sont pas revêtus d’ornements sacrés font la génuflexion jusqu’à terre
en toute circonstance. Ceux qui sont revêtus d’ornements, et se trouvent à l’autel, font la
génuflexion sur le degré, sauf à l’arrivée et au départ. (cf. ci-dessus n°2. NB)

b) Le célébrant seul pose les mains sur l’autel en faisant la génuflexion.

c) On ne fait pas la génuflexion en marchant ; en arrivant où l’on doit la faire, il faut


s’arrêter d’abord, fléchir le genou, se relever ensuite, et ne se mettre en marche qu’après
s’être complètement relevé.

2. La génuflexion d’un seul genou se fait : devant le Saint-Sacrement renfermé


dans le tabernacle ; devant le Saint-Sacrement exposé ou découvert, toutes les fois qu’il
n’y a pas lieu de faire la génuflexion à deux genoux, suivant ce qui est dit au n°125 ;
devant une relique de la vraie Croix exposée ; devant la croix de l’autel le Vendredi
Saint, depuis le moment où elle est découverte, et le Samedi Saint, jusqu’à None
inclusivement ; devant la croix de l’autel, quand on est en habit de chœur ; enfin devant
les Prélats insignes, revêtus d’ornements sacrés ou de l’habit de chœur, c’est-à-dire :
l’Évêque, dans son diocèse ; le Métropolitain, dans sa province ; le Légat, dans le lieu de
sa légation ; un Cardinal, en tout lieu, hors de Rome.

NB : Les prélats, les chanoines, titulaires ou honoraires, revêtus de leurs insignes ou


d’ornements sacrés, le célébrant à la messe, l’officiant en chape et les chapiers qui
l’assistent, quand ils saluent conjointement avec lui, font seulement l’inclination profonde
devant la croix de l’autel et les prélats insignes.

3. Si, en arrivant devant l’autel, le trône, ou un agenouilloir, on doit se mettre à


genoux sur le degré, il faut d’abord faire la génuflexion jusqu’à terre ; on la fait encore
après s’être levé, en quittant l’autel, le trône, ou l’agenouilloir. Mais si l’on doit
s’agenouiller sur le pavé au lieu même où l’on devrait faire la génuflexion, il n’y a, en
règle générale, aucune génuflexion à faire, avant de se mettre à genoux, et après s’être
levé. Néanmoins, dans un groupe, ceux qui se mettent à genoux sur le pavé font la
génuflexion, avec ceux qui se mettent à genoux sur le degré.

9
Stercky T. I §126

[21]
Cérémonial – Partie I : généralités

b) De l’inclination

1° Diverses sortes d’inclinations : 10

1. Il y a plusieurs sortes d’inclinations : profunda, media, infima. Les rubriques


disent, en effet, tantôt profunde se inclinat, profundam facit reverentiam ; tantôt inclinatus,
aliquantulum inclinatus ; tantôt caput inclinat.

2. L’inclination profonde consiste à incliner le buste, assez pour que les mains
pendantes puissent toucher les genoux.

3. L’inclination médiocre ou media, est une inclination profonde de la tête avec


inclination notable des épaules.

4. La petite inclination, infima, ou inclination de tête, se subdivise en trois classes :


minimarum maxima, minimarum media, minimarum minima.

o a) La première, minimarum maxima, est une inclination profonde de la tête,


accompagnée d’une légère inclination des épaules ;
o b) La deuxième, minimarum media, est une inclination notable de la tête seule ;
o c) La troisième, minimarum minima, est une légère inclination de la tête.

2° Quelle inclination faire ?11

1. On fait l’inclination profonde à la croix quand elle ne doit pas être saluée par
une génuflexion, à moins d’indication contraire ; — devant un Prélat insigne quand on ne
le salue pas par la génuflexion ; — pour saluer le célébrant ou l’officiant en certain cas,
par exemple, quand on l’encense.

2. On fait l’inclination médiocre pour saluer les personnes de dignité supérieure.

3. L’inclination de tête se fait pour saluer les personnes de moindre ou d’égale


dignité, mais plus particulièrement à certaines paroles et à certains noms, savoir :

10
Stercky T. I §127
11
Stercky T. I §128

[22]
Cérémonial – Partie I : généralités
o a) La grande inclination de tête, minimarum maxima : au mot Deo et au mot
Deum, au commencement du Gloria et du Credo, au nom de la Sainte Trinité ; à
celui des trois Personnes divines , lorsqu’elles sont énoncées ensemble par leurs
noms propres et suivant l’ordre habituel (Pater, Filius, Spiritus Sanctus), comme
au Gloria Patri et dans certaines doxologies ; au nom de Jesus, au mot Oremus, à
certaines paroles exprimant l’adoration, comme dans le Gloria et le Credo :
Adoramus Te, gratias agimus tibi, suscipe deprecationem nostram, simul
adoratur, pendant la préface à Gratias agamus Domino Deo nostro,
etc.(Toutefois, il n’y aurait pas lieu de s’incliner au mot Trinité : 1° lorsqu’il ne
désigne pas à lui seul les Personnes divines elles-mêmes, mais uniquement le
nombre abstrait trois, comme dans la préface de la Trinité ; — 2° lorsqu’il est
placé à la suite de l’énumération des noms des trois Personnes divines, auxquels
déjà on s’est incliné, comme dans l’antienne de Magnificat des secondes Vêpres
de la Sainte Trinité.)
Si l’on est debout, on s’incline vers l’autel à toutes ces inclinations.
o b) La moyenne inclination de tête, minimarum media au nom de Marie ;
o c) La petite inclination de tête, minimarum minima au nom du Saint dont on
fait la fête, l’octave, la vigile ou la commémoraison ; au nom du Souverain
Pontife toujours, et à celui de l’Évêque diocésain quand on le profère à haute
voix.

3° Manière de s’incliner :12

1. Au saint nom de Jésus, au mot Oremus, au Gloria Patri, et toutes les fois qu’il y a
lieu de s’incliner en s’adressant à Dieu, on s’incline vers la croix. Dans les autres
circonstances, on s’incline devant soi.

2. Si plusieurs mots, pour lesquels il faut faire l’inclination, se suivent


immédiatement, on s’incline au premier de ces mots, et l’on demeure incliné jusqu’après
le dernier.

3. Quand on est incliné pendant une prière, il n’y a pas d’inclination plus profonde à
faire, s’il se trouve un mot pour lequel l’inclination est prescrite.

4. On ne s’incline pas quand on fait en même temps un autre geste incompatible


avec l’inclination, par exemple, aux noms des trois Personnes de la sainte Trinité en
faisant le signe de la croix sur soi ou sur les autres.

12
Stercky T. I §129

[23]
Cérémonial – Partie I : généralités
4. Révérences et attitudes du servant à la messe basse
ordinaire.13

1. Le servant doit apprendre à joindre les mains, à faire le signe de la croix, les
inclinations et les génuflexions (voir partie 2. n°3-6 p. 18 et partie 3. p. 19).

2. Lorsqu’un clerc sert la messe, il doit être revêtu du surplis sur la soutane.
Cependant un laïque, en habits ordinaires, peut aussi servir la Messe et remplir toutes les
fonctions du clerc servant : mais il est bien préférable qu’il soit revêtu de la soutane et du
surplis. Tous ceux qui portent la soutane, même les religieux, qu’ils soient tonsurés ou
non, doivent revêtir le surplis pour servir la Messe.

3. Il doit soigner sa tenue selon ce qui a été dit (Des dispositions extérieures)

4. Il se conforme, pour les révérences, à ce qui est indiqué dans la partie 3. (Des
révérences en général). Quand le Saint-Sacrement est dans le tabernacle, il doit, même en
dehors de la messe, faire la génuflexion non seulement quand il entre dans le sanctuaire ou
qu’il en sort, mais toutes les fois qu’il passe devant le milieu de l’autel. En servant la
messe, il doit faire la génuflexion, toutes les fois qu’il passe devant le milieu de l’autel,
lors même que le Saint-Sacrement n’est pas dans le tabernacle.

5. Lorsqu’il doit faire un salut, il s’arrête d’abord, et se tourne vers la personne ou


vers l’objet qu’il doit saluer.

6. Pendant la messe, il se place toujours du côté opposé au missel, et tient les mains
jointes. Sauf les cas exceptés ci-après, il se tient à genoux sur le plus bas degré de l’autel
s’il y en a plusieurs, ou sur le pavé s’il n’y a qu’un seul degré.

8. Il fait les mêmes inclinations et les mêmes signes de croix que le prêtre, quand
le prêtre parle à voix intelligible pour le servant. Ceci reste vrai quand ce dernier est à
genoux14 (par exemple pendant les prières au bas de l’autel au Gloria Patri et de Deus, tu
conversus, à Oremus (Cf. Stercky I n°619).

9. Quand il n’est pas occupé à remplir une fonction, il tient les mains jointes. Quand
l’une des mains est occupée, il pose l’autre étendue au-dessous de la poitrine. Quand il
doit faire une action d’une seule main, il se sert de la main droite.

10. Quand il faut sonner, le servant le fait posément, de préférence par coups
distincts, et non d’une manière continue.

13
Stercky T. I §616
14
Les inclinations se font à genoux un degré de moins que le célébrant excepté les inclinations minimes qui sont conservées.

[24]
Cérémonial – Partie I : généralités
o a) S’il sert une messe privée pendant un Office public, la messe chantée ou une
Procession, il ne doit pas sonner.
o b) Il ne sonne jamais, quand le Saint-Sacrement est exposé, même à un autre
autel que celui où il sert la messe.

11. Il répond distinctement et sans précipitation, articulant bien les mots, attendant
que le prêtre ait achevé les paroles auxquelles il doit répondre, et prenant, autant qu’il
peut, le même ton que lui.

12. Si les cierges coulent ou s’éteignent, il a soin d’y remédier au plus tôt. Il doit se
tenir modestement, et ne pas se retourner pour voir ou entendre ce qui se passe.

13. Il doit éviter, en transportant le livre, de poser les doigts sur les feuillets.

5. Révérences et attitudes des acolytes à la messe solennelle


ou chantée15

1. Les Acolytes font ensemble et avec uniformité, qu’ils soient seuls ou avec les
autres ministres, les génuflexions et autres révérences communes.

2. Même en portant les chandeliers, à moins qu’ils n’accompagnent le porte-croix,


ils saluent la croix de l’autel par une génuflexion, lors même que le Saint-Sacrement ne
serait pas dans le tabernacle ; et toutes les fois qu’ils doivent faire la génuflexion, ils la
font sur le pavé.

3. Toutes les fois que le célébrant, chantant ou récitant à voix intelligible, fait le
signe de croix sur lui-même, ils le font aussi, s’ils ont les mains libres.

4. Ils s’inclinent et se tournent vers l’autel au mot Oremus, au verset Gloria Patri, et
au saint nom de Jésus ; ils s’inclinent aussi au nom de Marie, à celui du saint dont on fait
la fête ou la mémoire spéciale, et aux autres paroles auxquelles le célébrant s’incline, s’il
s’exprime à haute voix. Même à genoux, comme au commencement de la messe, il incline
la tête (Stercky II, n°585).

5. Ils suivent, en outre, les règles communes au Chœur pour s’incliner et se mettre à
genoux, comme lorsqu’on chante Adjuva nos, — Veni, Sancte Spiritus, — Ut in nomine
Jesu omne genuflectatur, à moins que leur fonction ne les en empêche ; de même aux
messes de Requiem et aux féries majeures, pendant les oraisons et depuis le Sanctus
jusqu’à Pax Domini.

1515
Stercky T. II §580

[25]
Cérémonial – Partie I : généralités
6. Ceux qui assistent au chœur

On se reportera utilement aux règles générales à observer au chœur et dans le


sanctuaire.

a) Messe basse16

1. On ne trouve dans le missel que ce passage concernant ceux qui assistent à la


messe basse : « Circumstantes in Missis privatis semper genua flectunt, etiam tempore
paschali, praterquam dum legitur evangelium. » (Ceux qui assistent aux messes privées
sont toujours à genoux, même au temps pascal, excepté lorsqu’on lit l’Evangile).

2. D’après la plupart des auteurs, cette rubrique est purement de conseil pour les
fidèles, attendu qu’il s’agit ici d’un acte privé de religion.

3. Les membres du clergé présents en habit de chœur devraient se conformer à la


rubrique citée plus haut, puisque l’Évêque assistant à la messe basse est à genoux tout le
temps, sauf aux deux évangiles.

En l’absence de loi positive, le mieux est de se conformer aux coutumes établies, et


de ramener celles-ci autant que possible à l’indication de la rubrique, surtout pour les
parties les plus importantes de la messe.

On pourrait ainsi être à genoux jusqu’à l’évangile, debout jusqu’au Sanctus, et à


genoux jusqu’à la fin.

4. Messe « dialoguée »

Pour les dialogues, les fidèles peuvent dire toutes les réponses faites par le servant.

Les attitudes des fidèles pourront être :

o À l’entrée du prêtre : debout ;


o prières au bas de l'autel : à genoux ;
o de l'Introït à la collecte : debout ;
o pour l'Épître, le Graduel, l'Alléluia ou le trait : assis ;
o de l'Évangile à l'Oremus de l'offertoire : debout ; (sauf pendant l'Homélie :
assis) ;
o depuis l’Offertoire (juste après l’Oremus) jusqu'au Per omnia sæcula de la
Secrète : assis ;
o à la Préface et au Sanctus : debout ;
o au Canon, jusqu'au Per omnia sæcula : à genoux ;
o du Pater à l'Agnus dei : debout ;

16
Stercky T. I §634

[26]
Cérémonial – Partie I : généralités
o pour la Communion : à genoux ;
o au Dominus Vobiscum de la Postcommunion : debout ;
o à la Bénédiction finale : à genoux ;
o au Dernier Évangile : debout ;
o sortie du prêtre : debout.

Il importe surtout qu'il y ait unité et harmonie dans la récitation des prières. Si cela
est impossible, mieux vaut laisser au seul servant de messe le soin de répondre.

5. En temps de pénitence. Il y a obligation pour le Chœur de se mettre à genoux,


pendant les oraisons avant l’épître, depuis le Sanctus jusqu’à Pax Domini
inclusivement, et pendant les postcommunions : aux messes fériales de l’Avent, du
Carême, des Quatre-Temps, des vigiles jeûnées (de fait ou de droit) (On excepte : la vigile
de Noël, le Samedi Saint, la vigile et les Quatre-Temps de la Pentecôte), et aux messes de
Requiem. A une messe conventuelle basse, on se tient comme à la messe chantée.

b) Messes chantée ou solennelle17

Lorsque le célébrant et les ministres sont arrivés à l’autel, l’orgue cesse de jouer, s’il
joue, et alors seulement les Chantres commencent l’Introït.

Le clergé doit être à genoux :

1. Depuis la fin du Sanctus jusqu’à l’Oremus du Pater ; pendant la bénédiction du


célébrant, à la fin de la messe (seuls les Prélats et les Chanoines restent debout mais font
une inclination médiocre).

2. Pendant le Credo, lorsqu’on chante Et incarnatus est, tous ceux qui sont debout
(sans excepter les Évêques et les Chanoines) doivent se mettre à genoux jusqu’à Homo
factus est inclusivement ceux qui sont assis, peuvent se mettre à genoux, si tel est l’usage,
mais ils n’y sont pas tenus.

3. En temps de pénitence. Aux messes fériales de l’Avent, du Carême, des Quatre-


Temps, des vigiles jeûnées (de droit ou de fait), et aux messes de Requiem, on est en outre
à genoux : pendant les collectes ; depuis la fin du Sanctus jusqu’à Pax Domini
inclusivement ; et pendant les postcommunions (On se met à genoux, quand le célébrant
chante Oremus et on se relève après avoir répondu Amen.). On n’est pas à genoux pendant
les oraisons qui se disent avant les leçons qui précèdent l’épître, aux Quatre-Temps.

Exceptions. On ne se met pas ainsi à genoux aux messes des vigiles de Noël, de
l’Épiphanie, de Pâques, de l’Ascension et de la Pentecôte, ni aux messes des Quatre-
Temps de la Pentecôte, et des Rogations des grandes et des petites Litanies.

17
Stercky T. I §636

[27]
Cérémonial – Partie I : généralités
4. On se met encore genoux, ou bien on fait la génuflexion à certaines paroles,
comme : lorsque le Diacre chante Flectamus genua, jusqu’à ce que le Sous-Diacre ait
chanté Levate, lorsque, dans l’épître, on chante in nomine Jesu omne genu flectatur,
jusqu’à infernorum inclusivement ; au verset Adjuva nos du trait pendant le Carême ; au
verset Veni Sancte Spiritus de l’Alleluia, dans l’octave de la Pentecôte et aux messes
votives du Saint-Esprit, ou dans le trait qui remplace l’Alleluia , aux mots Et Verbum caro
factum est de l’évangile de Noël ; et procidentes adoraverunt eum de celui de
l’Épiphanie ; pendant que le célébrant dit le Credo à l’autel, aux mots Et incarnatus est,
ceux qui ne sont pas occupés à chanter font la génuflexion ; pendant le dernier évangile,
quand le célébrant dit Et Verbum caro factum est ; aux trois messes de Noël et à la messe
de l’Annonciation, quand on chante l’Incarnatus est du Credo, tous sans exception, même
les Prélats et les Chanoines, qu’ils soient assis ou debout, se mettent à genoux (On fléchit
les deux genoux quand on doit rester à genoux quelques instants).

Le Chœur peut s’asseoir :

Quand le célébrant est assis pendant le chant du Kyrie, du Gloria et du Credo, après
que ces prières ont été récitées par le célébrant ; pendant le chant de l’épître, des
prophéties, du graduel, du verset, de la prose, de l’offertoire après que le célébrant a
chanté Oremus, jusqu’à l’encensement du Chœur, et pendant l’antienne de la communion.
Si le célébrant demeure à l’autel à ces moments où il pourrait s’asseoir, le Chœur peut
s’asseoir néanmoins.

On est debout le reste du temps.

On doit s’incliner : selon ce qui a été dit ci-dessus de l’inclination. Toutes ces
inclinations sont de tête seulement.

7. Fidèles

D’après Stercky (I, n°141, nota) et le cérémonial des évêques (I, 5, n°7) les fidèles
suivent les mouvements du clergé qui est au chœur.

Ce cérémonial prévoit même une aide aux deux cérémoniaires (de l’évêque) pour :

o Séparer hommes et femmes (cum commode fieri potest) ;


o Les mettre en bon ordre ;
o Leur indiquer quand ils doivent être assis, debout ou à genoux ;
o Et pour d’autres choses du même genre, si cela est opportun : ne pourrait-on
l’entendre des diverses génuflexions à faire quand on entre et sort de l’église (cf.
supra Des révérences en général et De la génuflexion), et de certaines inclinations
faites au chœur (cf. ci-dessus) ?

[28]
Cérémonial – Partie II : la messe lue

P a rt ie I I :
L a M esse L u e

[29]
Cérémonial – Partie II : la messe lue

A . G é n é ra lit é s

C'est au début de ce millénaire que les messes privées commencèrent à se multiplier,


aidées en cela par la concentration de tous les textes du Saint Sacrifice en un seul livre : le
Missel Romain.

La messe lue est donc une simplification des messes solennelles connues dès l'origine
du christianisme : les chants disparaissent, les ministres sacrés ou inférieurs se font rares, une
petite chapelle latérale suffit. Mais la valeur du sacrifice est égale : l'immolation non
sanglante de Jésus-Christ se réalise par l'intermédiaire du prêtre humain lors de la
transsubstantiation du pain et du vin en Corps et Sang du Divin Maître.

Avec les messes lues, le Saint Sacrifice se renouvelle plus souvent, les grâces coulent
plus nombreuses sur l'humanité.

La messe lue peut être classée en deux types, semblables quant au service liturgique :

 la messe basse, où le célébrant et son enfant de chœur parlent à voix basse ;


 la messe dialoguée, à voix haute, entre le célébrant et les fidèles.

La messe basse n'est guère usitée actuellement que pour les messes privées dans les
couvents et les monastères.

La messe dialoguée, invention du siècle dernier, permet une participation plus réelle des
fidèles et a donc remplacé la messe basse pour toute cérémonie publique (en France).

1. Attitudes des fidèles

À la messe basse, les fidèles sont continuellement à genoux sauf pendant les évangiles
où ils se tiennent debout. Cette règle vaut aussi pour les clercs présents dans les stalles du
chœur.

Normalement, ils ne doivent rien répondre au célébrant, l'enfant de chœur s'en


chargeant.

[30]
Cérémonial – Partie II : la messe lue

À la messe dialoguée, il n'en est pas de même. Plusieurs schémas sont possibles, aucune
loi positive ferme n'ayant été énoncée. Il faut alors s'efforcer de suivre la coutume locale en
usage. À titre d'indication, un canevas est donné ci-dessous.

Pour les dialogues, les fidèles peuvent dire toutes les réponses faites par le servant.

Les attitudes des fidèles pourront être :

o À l’entrée du prêtre : debout ;


o prières au bas de l'autel : à genoux ;
o de l'Introït à la collecte : debout ;
o pour l'Épître, le Graduel, l'Alléluia ou le trait : assis ;
o de l'Évangile à l'Oremus de l'offertoire : debout ; (sauf pendant l'Homélie :
assis) ;
o depuis l’Offertoire (juste après l’Oremus) jusqu'au Per omnia sæcula de la
Secrète : assis ;
o à la Préface et au Sanctus : debout ;
o au Canon, jusqu'au Per omnia sæcula : à genoux ;
o du Pater à l'Agnus dei : debout ;
o pour la Communion : à genoux ;
o au Dominus Vobiscum de la Postcommunion : debout ;
o à la Bénédiction finale : à genoux ;
o au Dernier Évangile : debout ;
o sortie du prêtre : debout.

Il importe surtout qu'il y ait unité et harmonie dans la récitation des prières. Si cela est
impossible, mieux vaut laisser au seul servant de messe le soin de répondre.

N. B. : En temps de pénitence. Il y a obligation pour le chœur de se mettre à genoux,


pendant les oraisons avant l’épître, depuis le Sanctus jusqu’à Pax Domini inclusivement, et
pendant les postcommunions : aux Messes fériales de l’Avent, du Carême, des Quatre-Temps,
des vigiles jeûnées (de fait ou de droit) (On excepte : la vigile de Noël, le Samedi Saint, la
vigile et les Quatre-Temps de la Pentecôte), et aux Messes de Requiem. A une messe
conventuelle basse, on se tient comme à la Messe chantée.

[31]
Cérémonial – Partie II : la messe lue

2. Objets à préparer

Le servant de messe doit s'assurer que tous les objets du culte sont préparés :

 L’autel y placer :

o un conopée de la couleur du jour recouvre le tabernacle ;


o les canons sont dressés ;
o le porte missel est du côté épître avec le missel fermé, la tranche vers la croix ;
o les deux cierges des extrémités sont allumés (commencer par celui de l'épître).

 La crédence, y placer :

o les burettes remplies avec le vin et l'eau ;


o le manuterge plié les recouvrant ;
o la cupule pour le lavabo portant les burettes ;
o le plateau de communion retourné, face sur la nappe ;
o le carton des prières après la messe (ou un missel des fidèles) ;
o la clochette ;
o un ciboire à consacrer s'il le faut ;

B . L a m e s s e lu e à d e u x s e rv a n t s 1

1. Règles générales

Les deux servants doivent bien s’accorder dans la manière de répondre, dans les saluts,
les signes de croix, et autres cérémonies qui leur sont communes. Ils marchent côte à côte, le
plus souvent possible. Le premier est à droite, le second à gauche.

Pour passer l’un devant l’autre, le second précède toujours le premier.

Chaque fois qu’ils doivent passer devant le milieu de l’autel, ils font la génuflexion,
même si le Saint-Sacrement n’est pas dans le tabernacle. Si l’acolyte peut se déplacer sans
passer par le milieu de l’autel, il est inutile de venir faire la génuflexion.

1
En italique les changements à apporter lorsqu’il n’y a qu’un seul servant.

[32]
Cérémonial – Partie II : la messe lue
Après une génuflexion au milieu de l’autel :

o s’ils vont dans la même direction : ils se retournent vers l’intérieur, l’un vers
l’autre.
o s’ils vont dans une direction opposée : ils se tournent simplement dans leurs
directions respectives.

 Ils sont généralement à genoux sur le plus bas degré (première marche) s’il y en a
plusieurs, ou sur le sol (in plano), s’il n’y a qu’un seul degré.
 Quand une des deux mains est occupée, ils posent l’autre étendue au-dessous de la
poitrine. Lorsqu’ils doivent agir d’une seule main, ils se servent de la main droite.
 Ils font les mêmes inclinations2 et les mêmes signes de croix que le prêtre, quand le
prêtre parle à voix intelligible pour les servants.
 Mêmes remarques pour la Messe basse avec un seul acolyte3.
 Pendant la Messe, se placer toujours du côté opposé au missel.
 En général : suivre ce qui est dit pour le 1° acolyte.

Aux Messes privées, l’acolyte a pour fonction de répondre au prêtre, mais il ne récite
pas avec le célébrant le Gloria, le Credo, le Sanctus et l’Agnus.

2. La messe

A) À la sacristie :

Le 1° acolyte aide le prêtre à revêtir les ornements, il se place à sa gauche et baise le


manipule et l’étole avant de les lui présenter.

Lorsqu’il est temps de partir, les acolytes saluent la croix et précèdent le prêtre à
l’autel.

En entrant dans l’église, ils prennent de l’eau bénite et le 1° en présente au prêtre (le 2°
se signe tout seul). Ils soulèvent le bas de l’aube, s’il y a des marches à monter.

2
Les inclinations se font :
- à genoux, un degré moindre que le célébrant : les inclinations profondes deviennent moyennes, les minimae font exception
et ne disparaissent pas ( c’est le cas pour les mots : Jesus, Orémus, etc).
- debout, au même degré que le célébrant.
3
En italique : les changements à apporter lorsqu’il n’y a qu’un seul servant.

[33]
Cérémonial – Partie II : la messe lue
B) Prières au bas de l’autel :

1. En arrivant à l’autel, les deux acolytes font ensemble la génuflexion pendant que le
prêtre fait la révérence convenable, puis ils aident le prêtre à monter les marches en levant le
devant de l’aube, et s’agenouillent in plano.

1. En arrivant au pied des marches, faire la génuflexion à gauche du célébrant en


soulevant légèrement le bas de l’aube, puis se mettre à genoux in plano.

2. Au Misereatur du prêtre, les acolytes se tournent vers lui et inclinent la tête ; quand le
prêtre a répondu Amen, ils se tournent vers l’autel et s’inclinent médiocrement pour réciter
le Confiteor. Ils se tournent vers le célébrant aux mots : Et tibi pater et Et te pater ; ils se
redressent à l’Indulgentiam.

3. À la fin des prières au bas de l’autel, ils aident le prêtre à monter et vont
s’agenouiller à leur place : en face des canons de l’autel, sans faire de génuflexion au milieu.

C) De l’Introït à la fin du Credo :

4. Les Acolytes se signent avec le prêtre pour l’Introït.

5. S’il y a un Alleluia, ou un Trait, à la fin du Graduel, sinon au début du dernier


couplet de la Séquence, le 1° acolyte se lève et va attendre près du missel au bas du
marchepied. Au moment où le prêtre quitte le missel, il monte sur le marchepied, et, tourné
vers le livre, il le prend à deux mains avec le pupitre, se tourne sur sa gauche, descend les
degrés directement vers le milieu de l’autel, se retourne vers la croix, fait la génuflexion et
monte directement au coin de l’Evangile.

Il met alors le missel sur l’autel au coin de l’Evangile, et le place obliquement, de


manière que le dos du livre soit tourné vers le coin de l’autel. Il s’écarte à gauche, et se tient
sur le degré au-dessous du marchepied, pour répondre au commencement de l’Evangile. Au
moment où le prêtre dit Initium ou Sequentia, etc., il fait comme lui, avec le pouce de la main
droite, un signe de croix sur le front, la bouche et la poitrine, et répond, en joignant les mains :
Gloria tibi Domine. Il s’incline au mot Jesus. Puis il descend au bas des degrés en passant
devant le 2° acolyte qui se recule pour le laisser passer, fait la génuflexion au milieu, et se
rend au côté de l’Epître.

Ils se tiennent debout tourné vers le prêtre. Si celui-ci fait la génuflexion pendant
l’Evangile, les acolytes la font également. Ils répondent Laus tibi Christe à la fin.

5. Se placer devant le canon côté Epître, tourné vers le prêtre.

6. Après le Laus tibi Christe, les acolytes s’agenouillent à leur place (Ils restent à
genoux pendant le Credo).

[34]
Cérémonial – Partie II : la messe lue
D) De l’offertoire à l’Orate Fratres :

7. À l’Oremus, les acolytes se lèvent et font la génuflexion au milieu. Le 2° acolyte


monte à droite du prêtre pour plier le voile du calice (plié en trois de sorte que la doublure
n’apparaisse pas, et que la croix soit au-dessus). Il le pose au fond de l’autel, du côté Epître.

7. Monter directement à l’autel, sans faire de génuflexion pour plier le voile du calice.

8. Le 1° acolyte a pris les deux burettes et donne la burette de l’eau au 2°. Ils attendent
le prêtre in plano. Lorsque le prêtre met la patène sous le corporal, à la fin du Suscipe sancte
Pater, les acolytes montent sur le degré en dessous du marchepied4 (dans le prolongement de
la table d’autel). Lorsque le prêtre arrive, ils le saluent et baisent les burettes (sur le
ventricule). Le 1° acolyte présente la burette du vin (sans baiser la main du prêtre), le 2° celle
de l’eau pour la faire bénir. Quand le prêtre rend la burette de l’eau au 2° acolyte, ils baisent
leurs burettes, saluent le prêtre et vont préparer le Lavabo à la crédence.

8. Lorsque le prêtre arrive, faire une inclination, baiser la burette du vin (tenue dans la
main droite) et la lui présenter, sans lui baiser la main. Pendant que le prêtre verse le vin
dans le calice, faire passer la burette de l’eau dans la main droite et la baiser ; puis recevoir
de la main gauche la burette du vin, présenter celle de l’eau au prêtre et baiser la burette du
vin. Recevoir ensuite de la main gauche la burette de l’eau, la baiser, faire une inclination
au prêtre et retourner par la droite à la crédence préparer le Lavabo.

9. Le 1° acolyte tient les deux coins supérieurs du manuterge entre les pouces et les
index, le 2° tient la burette de l’eau de la main droite et le bassin de la main gauche.

Lorsque le prêtre bénit les Oblats au Veni, sanctificator, ils se placent dans le
prolongement du marchepied de telle sorte que le prêtre se lave les mains hors de l’autel et le
saluent. Le 2° acolyte verse l’eau sur les doigts du célébrant sans les toucher, ni déplacer la
burette. Au signe du prêtre, il arrête de verser ; le 1° acolyte présente alors le manuterge.
Puis, ils saluent et vont poser le tout à la crédence.

9. L’acolyte tient le bassin dans la main gauche et la burette d’eau dans la main droite,
le manuterge déplié sur le bras gauche.

10. Le 1° acolyte prend la clochette, puis les deux acolytes viennent face au milieu de
l’autel, font la génuflexion et se mettent à genoux à leur place. Le 1° acolyte entonne
Suscipiat Dominus quand le prêtre a dit l’Orate fratres et s’est entièrement retourné vers
l’autel.

10. Après le Lavabo, retourner se placer au côté Epître, sans aller faire la génuflexion
au milieu de l’autel, et se mettre à genoux.

4
Suivant la configuration des lieux ils pourront monter sur le marchepied pour que le prêtre n’ait pas à quitter l’autel.

[35]
Cérémonial – Partie II : la messe lue
E) De la préface à la fin du Canon :

11. Au Sanctus, le 1° acolyte sonne trois coups.

12. À l’Hanc igitur, il sonne un coup, lorsque le célébrant étend les mains sur les
oblats ; lorsque le célébrant joint les mains, les acolytes se lèvent et, sans faire de
génuflexion, montent directement s’agenouiller sur le marchepied, de chaque côté derrière
le prêtre. Ils soulèvent le bas de la chasuble (du plat de la main) uniquement pendant les
élévations, sans trop la remonter (on ne doit pas apercevoir la doublure).

Le 1° acolyte sonne un coup à chaque génuflexion du prêtre et trois pendant les deux
élévations.

Après la dernière élévation du prêtre, les acolytes se lèvent, descendent les marches et,
après génuflexion, retournent à leur place.

13. À la petite élévation Omnis honor et gloria, le 1° acolyte sonne un coup.

F) Communion :

14. Aux Domine non sum dignus du prêtre, le 1° acolyte sonne une fois au premier,
deux fois au deuxième et trois fois au dernier.

15. Après la communion à la sainte Hostie, quand le prêtre découvre le calice, le 1°


acolyte se lève lors de la génuflexion du prêtre, va sans faire de génuflexion rapporter la
clochette à la crédence et y prend le (ou les) plateau (x) de communion.

Quand le prêtre a communié au précieux Sang, le 1° acolyte entonne le Confiteor


pendant lequel ils s’inclinent médiocrement.

Après l’Indulgentiam, les acolytes se redressent, se lèvent, font la génuflexion au


milieu de l’autel et s’agenouillent sur le marchepied pour communier.

Les acolytes tiennent les plateaux pour la communion.

Après la dernière communion, le prêtre reprend le plateau et monte à l’autel.


L’acolyte lui tient le bas de l’aube pour monter les marches et va directement s’agenouiller à
sa place (pour relever le bas de l’aube, l’acolyte se tient à la droite du prêtre et reste debout, il
ne doit donc pas s’agenouiller pendant ce mouvement)

15. Communier un peu décalé côté Evangile.

[36]
Cérémonial – Partie II : la messe lue

16. À la fermeture du tabernacle (ou quand le prêtre a consommé les dernières hosties),
les acolytes, après la génuflexion, vont à la crédence pour les ablutions. Le 1° acolyte prend
la burette du vin, le 2° celle de l’eau. Ils attendent in plano, près de l’autel. Quand le prêtre
incline le calice, le 1° acolyte vient au milieu de l’autel verser le vin dans le calice. Puis, il
va se placer sur le degré en dessous du marchepied5 dans le prolongement de la table d’autel
où le 2° acolyte vient le rejoindre.

Lorsque le prêtre s’approche d’eux, ils font une inclination de tête et le 1° acolyte verse
alors le vin sur ses doigts et le 2° l’eau. Après révérence, ils posent les burettes à la crédence.

16. Dès que le tabernacle est fermé (ou que le célébrant a fini de communier au
précieux Sang, s’il n’y a pas de communion) aller chercher les burettes à la crédence.
Attendre au bas des marches côté Epître.

Se rendre au milieu de l’autel, dès que le célébrant incline le calice et y verser du vin.
Puis se rendre de nouveau côté Epître sur le degré en dessous du marchepied, pour les
ablutions de vin et d’eau. Ne pas oublier de saluer le prêtre avant et après les ablutions.
Reporter les burettes à la crédence.

17. Ils vont ensuite faire la génuflexion au milieu de l’autel ; le 1° acolyte passe devant
le 2° et monte directement prendre le missel, le 2° acolyte prend le voile du calice (plié) par
dessous. Ils descendent au milieu faire la génuflexion. Puis le 1° acolyte monte directement
devant le 2° et va poser le missel côté Epître6 (placé comme pour l’Introït). Le 2° acolyte
monte à gauche, pose le voile, présente au prêtre la bourse ouverte, le voile déplié, puis, la
bourse fermée.

Pendant ce temps, le 1° acolyte, après avoir posé le missel, prend le (ou les) plateau (x)
de communion (les ciboires, s’il y en a) et les dépose sur la crédence. Il prend le carton des
prières léonines et attend le 2° à la crédence.

Ils reprennent leur place en faisant le tour du marchepied et s’agenouillent, sans faire
de génuflexion au milieu de l’autel.

17. Génuflexion au centre de l’autel, puis aller chercher le missel. Le rapporter côté
Epître. Attendre pour présenter au prêtre le voile du calice7. Puis, faire la génuflexion au
milieu de l’autel8 et se placer face au canon, côté Evangile.

5
Suivant la configuration des lieux ils pourront monter sur le marchepied pour que le prêtre n’ait pas à quitter l’autel.
6
Il ne doit ni chercher, ni indiquer l’antienne de communion.
7
En pratique, s’il y a le temps, apporter le voile du calice du côté Evangile.
8
Sauf si l’on est déjà côté Evangile.

[37]
Cérémonial – Partie II : la messe lue
G) Fin de la messe :

18. Après la bénédiction, ils se lèvent et se tournent vers le prêtre, répondent Et cum
spiritu tuo et Gloria tibi Domine.

18. Après avoir répondu Gloria tibi Domine, aller chercher le carton des prières
léonines, puis revenir se placer côté Epître tourné vers le prêtre sans faire de génuflexion.

19. Pour les prières léonines, ils se mettent à genoux près du prêtre, comme au début
de la Messe, à un ou deux degrés inférieurs à celui du prêtre. À la fin des prières le 1°
acolyte reçoit le carton et le pose, puis les deux acolytes se lèvent9.

20. Après la génuflexion avec le prêtre, ils retournent à la sacristie.

H) À la sacristie :

21. Les acolytes saluent la croix puis le prêtre. Si le prêtre donne sa bénédiction, ils se
mettent à genoux. Le 1° acolyte aide le prêtre à quitter les ornements (il se met à sa droite).

3. Particularités de la messe de Requiem

 ne pas se signer à l’Introït ;


 ne se lever pour déplacer le missel que vers la fin de la séquence, si le prêtre la lit ;
 ne pas baiser les burettes ;
 ne pas se frapper la poitrine à l’Agnus Dei et répondre Dona eis requiem ;
 répondre Amen à Requiescant in pace ;
 Il n’y a pas de bénédiction finale.

9
Si le prêtre a laissé le calice sur l’autel, ils soulèvent le bas de l’aube avant de se relever.

[38]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée

P a rt ie I I I :
L a M esse C h a n tée

[39]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée

A . G é n é ra lit é s

Tout comme à la messe lue, la messe chantée sans ministres sacrés est une
simplification de la messe solennelle. Cependant, cette simplification est beaucoup plus
récente.

Ne voulant pas supprimer toute la solennité extérieure du Saint Sacrifice malgré la


pénurie des ministres sacrés, l’Autorité Apostolique a permis, au siècle dernier, la célébration
de ces messes chantées, sans diacre ni sous-diacre.

Les dernières rubriques rédigées sous Jean XXIII ne donnent pas de distinction de
classe. Avec la messe lue, ces cérémonies chantées sont les formes les plus répandues du
Saint Sacrifice.

La messe chantée est une messe lue pendant laquelle la schola chante. Cette messe se
sert donc normalement comme une messe lue : il n'y a que deux acolytes, qui ne prennent pas
les chandeliers. Deux ou trois fois par an, il était permis, pour des raisons exceptionnelles, de
prendre l'encensoir pour une messe chantée ; il y avait alors un thuriféraire et un cérémoniaire.
Cet usage de prendre l'encensoir a prévalu dans la Fraternité Saint Pie X, conformément aux
ordonnances du 1 mai 1980 (n° 10). C'est donc cette messe qui est décrite ci-après.

Il y a plusieurs manières de servir la messe chantée selon le nombre de clercs présents :

 avec un ou deux servants de messe : Ceux-ci suivent les règles présentées au chapitre
précédant et peuvent aller s’asseoir lorsque le célébrant y va lui-même.

 avec deux servants de messe et un cérémoniaire : Il n’y a pas d’encensement et il suffit de


se reporter à ce présent chapitre en retirant tout ce qui a trait au thuriféraire.

 avec au moins quatre servants de messe : Les cérémonies sont présentées en détail dans ce
chapitre.

Les fidèles doivent aussi se tenir différemment qu’à la messe lue.

[40]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée

1. Attitudes des fidèles

Il est particulièrement important que l’assemblée dans son ensemble suive les quelques
règles édictées afin de donner un reflet de l’unité et de la cohésion qui soudent les catholiques
autour du Sacrifice de leur Rédempteur.

o à la procession d’entrée : debout (et se signer si il y a une croix de procession,


normalement uniquement aux messes pontificales)
o de l’Asperges au Gloria : debout puis assis lorsque le prêtre s’assoit.
o à la Collecte : debout
o de l’Epître à l’Alleluia : assis
o au Dominus Vobiscum de l’Evangile : debout
o au sermon : assis
o au Credo : debout puis assis lorsque le prêtre s’assoit
o du Dominus Vobiscum à l’Oremus de l’offertoire : debout
o à l'Offertoire (juste après l’Oremus): assis
o à l’encensement des fidèles : debout puis assis après l’encensement
o à la Préface et au Sanctus : debout
o depuis la fin du chant du Sanctus à la petite élévation : à genoux
o du Pater à l’Agnus Dei : debout (uniquement après l’Oremus)
o depuis la fin du chant de l’Agnus Dei jusqu’à la Communion : à genoux
o au Dominus Vobiscum : debout
o à la Bénédiction finale : à genoux
o pour le Dernier Evangile et la procession finale : debout (il n’est pas nécessaire
de faire une génuflexion au « Et Verbum Caro factum est »)

[41]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée

À quelques exceptions près, les fidèles ne sont plus guère capables d’assurer le chant du
propre de la messe. Une chorale s’en charge donc généralement. Par contre, il ne serait pas
au-dessus de leurs moyens de participer aux chants du Kyriale.

Ils se doivent donc :

 de chanter en alternance le Kyrie, le Gloria in excelsis, le Credo, le Sanctus et l’Agnus


Dei.
 de répondre au : « Dominus Vobiscum », Sequentia Sancti Evangelii, Pater, Pax Domini,
Ite Missa est.

Par contre, ils ne doivent pas chanter le Pater avec le célébrant ni réciter les parties non
chantées réservées aux enfants de chœur, notamment le « Suscipiat Dominus… »1

La discipline des chants a été réglée par l’Instruction « De Musica Sacra » de


Septembre 1958. Elle stipule que :

 le Kyriale doit être obligatoirement en latin ;


 des cantiques populaires ou des motets en latin peuvent être ajoutés avant la procession
d’entrée, pendant l’Offertoire, pendant la communion des fidèles, et tout de suite après la
Bénédiction Finale ;
 le propre de la messe doit être chanté en latin et non en vernaculaire ; il comprend
l’Introït, le Graduel et l’Alleluia ou le Trait, les antiennes de l’Offertoire et de
Communion.
 le Sanctus ne doit pas être séparé du Benedictus sauf polyphonie trop longue ;
 le Pater ne peut pas être chanté par les fidèles.

Il est malheureusement évident à notre époque, qu’hormis quelques chorales fixes et


entraînées au chant grégorien, il est impossible d’exécuter généralement toutes les pièces du
propre. Des aménagements sont donc possibles afin de pouvoir tout de même chanter la
Sainte Messe et la servir solennellement. Il serait cependant meilleur que les fidèles fassent un
effort pour apprendre le chant grégorien qui est le chant de l’Église.

1
La coutume veut que les fidèles récitent le Confiteor avant la communion avec les servants.

[42]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée

2. Objets à préparer

Les clercs doivent s’assurer que tous les objets du culte sont préparés. Certains détails
changent entre la messe lue et la messe chantée :

L'autel2 y placer :

o les canons d'autel.


o le missel au côté Epître, ouvert à la page de l'Introït.
o si le cérémoniaire n'est pas clerc3, le calice est placé sur l'autel, corporal déplié.
o s'il y a une aspersion, le carton de l'oraison est sur les marches de l'autel, côté
Evangile.
o quatre ou six cierges doivent être allumés. Il faut commencer du côté épître par le
cierge le plus rapproché de la croix d’autel. (pour éteindre c’est l’inverse).

La crédence y placer :

o les burettes, le plateau du lavabo et le manuterge, le(s) plateau(x) de communion,


la clochette, et le(s) ciboire(s) à consacrer.
o si le cérémoniaire de la messe est clerc, on y pose également le calice, préparé
comme pour la messe basse. Sinon prévoir un linge, afin que le clerc non tonsuré
puisse le saisir.

3. À la sacristie

Les servants de messe doivent y être présents 15 minutes au moins avant le début de la
cérémonie afin de s’habiller convenablement et de connaître leur fonction. Dès ce moment-là,
le cérémoniaire doit être scrupuleusement obéi.

Il peut y avoir jusqu’à dix clercs :

Un cérémoniaire – un thuriféraire – deux acolytes – six céroféraires.

Et rien n’empêche d’ajouter d’autres enfants de chœur, autant d’anges en prières au pied
de l’autel du Sacrifice.

Préparer pour le célébrant les mêmes ornements qu'à la messe basse.

2
On allume 4 ou 6 cierges.
3
Si le cérémoniaire est clerc, il apportera le calice avant l'offertoire.

[43]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée

B . F o n c t io n s d u c é ré m o n ia i re à la m e s s e c h a n t é e

1. Remarques préliminaires

La fonction du cérémoniaire est d'assurer l'exécution correcte et digne de la cérémonie ;


il veillera donc à ce que les ministres accomplissent convenablement leurs rôles. Il n'hésitera
pas, si besoin est, à les diriger discrètement.

Il veillera de même à la cohésion des mouvements d'ensemble. Pour cela, il claquera des
mains un coup chaque fois que les ministres doivent génuflecter ou se lever, et deux coups
pour s'agenouiller. Ce signal doit être assez fort pour être entendu de tous les ministres, tout
en demeurant discret.

2. La messe

a) La messe jusqu’à l’offertoire

1. À la sacristie, le cérémoniaire aide le célébrant à revêtir les ornements4. Au moment


opportun, il donne le signal du départ en procession. Il suit les acolytes, et présente de l'eau
bénite au célébrant en entrant dans la chapelle. S'il faut monter des marches pour accéder au
sanctuaire, le cérémoniaire se décale sur la droite au pied de celles-ci et soulève l'aube du
célébrant. Arrivé au pied de l'autel, le cérémoniaire génuflecte à la droite du célébrant,
puis invite les acolytes à s'agenouiller avec lui.

2. S'il y a un Asperges me (ou Vidi aquam au temps pascal), le cérémoniaire génuflecte


à gauche du célébrant en arrivant, et le thuriféraire à droite. Tous s'agenouillent, et se relèvent
après l'intonation de l'Asperges me. Le cérémoniaire et le thuriféraire entourent le célébrant
pendant que celui-ci asperge l'assistance (respectivement à sa gauche et à sa droite : ils se
croisent donc en quittant l'autel puis avant de revenir vers le sanctuaire). Après l'oraison, le
cérémoniaire raccompagne le célébrant à la banquette, et l'aide à revêtir la chasuble ;
puis tous deux reviennent à l'autel pour les prières au bas de l'autel.

4
Le cérémoniaire est à gauche du célébrant pour l’aider à mettre les ornements mais à sa droite pour l’aider à les enlever
après la Messe.

[44]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée
3. Le cérémoniaire est à genoux in plano à droite du célébrant pendant les prières au bas
de l'autel (il fait les mêmes inclinations que le servant à la messe basse). Celles-ci achevées, il
soulève l'aube du célébrant qui monte les degrés de l'autel, fait lever tout le monde, et invite
le thuriféraire à se rendre au bas des marches côté Epître. Il s'y rend également, reçoit la
navette et monte avec le thuriféraire sur le marchepied. Il ouvre la navette, présente la
cuiller au célébrant (baisant d'abord la cuiller puis la main du célébrant), et demande la
bénédiction de l'encens en disant : Benedicite pater reverende. L'encens imposé, il reprend la
cuiller (baisant la main du célébrant puis la cuiller), ferme la navette, la donne au thuriféraire
de qui il reçoit l'encensoir. Il baise le haut des chaînes (cupule), en met le bas dans la main
droite du célébrant, qu’il baise en même temps, puis lui met le haut dans la main gauche.
Pendant l’encensement, il assiste le célébrant à droite, soutenant son coude à chaque
génuflexion5. Après l’encensement, il reçoit l’encensoir. Il baise la main droite du célébrant
en prenant le bas des chaînes, puis les prend de la gauche par le haut ; il baise alors le haut des
chaînes (cupule), descend in plano au côté Epître de l'autel, et encense le célébrant de trois
coups doubles, s'inclinant profondément avant et après. Il rend alors l'encensoir au
thuriféraire, et monte au missel6.

4. Le cérémoniaire indique au célébrant l'antienne d'introït, se signe et s'incline avec


lui, puis répond au Kyrie. Après la récitation du Kyrie, si le chant devait se prolonger quelque
temps, le cérémoniaire pourrait inviter le célébrant à se rendre à la banquette ; sinon ils
attendent sur place. Au chant de la dernière invocation, il invite le célébrant à se rendre au
milieu de l'autel pour l'intonation du Gloria ou du Dominus vobiscum. S'il y a un Gloria, il se
tourne sur sa droite et descend à sa place. Sinon, il reste au missel pour la collecte.

5. S'il y a un Gloria, il fait les inclinations vers la croix. La récitation achevée, le


célébrant génuflecte sur le marchepied, et le cérémoniaire in plano. Le cérémoniaire le
précède alors à la banquette, soulève sa chasuble pour qu'il puisse s'asseoir commodément, et
se place face aux fidèles. Il s'incline vers la croix quand il le faut7 (sans signe de tête
préalable au célébrant). Après le signe de croix, il invite le célébrant à se rendre au pied de
l'autel, et monte au missel par le côté Epître pour la collecte.

6. Le célébrant vient au missel après le Dominus vobiscum : le cérémoniaire s'incline


avec lui à l'Oremus, puis lui indique la collecte. Le célébrant chante l'Epître à laquelle le
cérémoniaire répond Deo gratias puis récite le graduel et l'Alleluia (où équivalent). La
lecture achevée, le célébrant et le cérémoniaire vont directement s'asseoir à la banquette
sans faire aucune révérence. Cinq lignes avant la fin du chant (reprise de l'Alleluia
comprise), le cérémoniaire invite le célébrant à se rendre au pied de l’autel. Il se rend au
coin du marchepied et appelle le thuriféraire pour l'imposition de l'encens qui se déroule
normalement. L'encens béni, le cérémoniaire rend la navette au thuriféraire, mais ce dernier

5
Si le célébrant porte une chasuble « gothique », le cérémoniaire et le thuriféraire prennent la partie postérieure de la
chasuble, vers les épaules, et la soutiennent pendant l’encensement de l’autel (Stercky T. I §729).
6
Stercky T. II §661.
7
Cf. Partie I, D. Des révérences et attitudes, 3. b) 2° Quelle inclination faire ?

[45]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée
garde l'encensoir.

7. L'encens imposé, le cérémoniaire reste face au missel ; quand le thuriféraire et les


acolytes sont en place au pied de l'autel, il prend le pupitre et le missel, puis descend au
pied de l'autel, à droite du thuriféraire. À la reprise de l'Alleluia (ou équivalent), il signale la
génuflexion, et monte poser le missel au coin Evangile de l'autel. Il redescend aussitôt à la
droite du thuriféraire, derrière le célébrant qui s'est avancé au missel.

8. Pendant le Sequentia Sancti Evangelii, le cérémoniaire reçoit l'encensoir du


thuriféraire, et monte à la droite du célébrant. Il lui présente l'encensoir avec les baisers
requis, et s'incline (profonde de tête) avec lui avant et après l'encensement du missel. Il
reprend ensuite l'encensoir (toujours avec les baisers), s’incline au mot Jesus puis redescend
à la droite du thuriféraire, et lui rend l'encensoir.

9a. S'il y a un sermon, il suit les acolytes à la banquette et s'assied.

9b. S'il y a un Credo, il prend sa place in plano face à l'autel, côté Epître. Le célébrant
récite le Credo, le cérémoniaire fait la génuflexion en même temps que lui à et incarnatus
est... Après la récitation du Credo, le célébrant fait la révérence convenable à l’autel et se
rend à la banquette, accompagné du cérémoniaire. Lorsque le célébrant est assis, après le et
homo factum est, et, si le calice n’est pas sur l’autel, le cérémoniaire, le prend à la crédence8,
l'apporte à l'autel et rapproche le missel. Puis il retourne à la banquette, où il reste debout face
aux fidèles. À la fin du chant du Credo, le cérémoniaire invite le célébrant à se rendre à
l’autel.

9c. S'il n'y a ni sermon ni Credo et si le calice n’est pas sur l’autel, le cérémoniaire, part
alors à la crédence prendre le calice, qu'il apporte à l'autel.

b) De l’offertoire à la fin de la messe

10. À l'Oremus de l'offertoire, le cérémoniaire apporte le calice à l'autel si ce n'est déjà


fait. Puis il plie le voile du calice que lui passe le célébrant, et redescend à sa place (il monte
directement mais redescend par le côté Epître). Lorsque le prêtre s'incline sur les oblats (In
spiritu humilitatis), le cérémoniaire appelle le thuriféraire pour l'imposition de l'encens, qui
se déroule normalement. Puis le cérémoniaire rend la navette au thuriféraire, et reçoit
l'encensoir qu'il donne au célébrant avec les baisers. Il assiste ce dernier pendant
l'encensement des oblats et de l'autel, soutenant son coude à chaque génuflexion.

11. À la fin de l'encensement de l'autel, le cérémoniaire reçoit du célébrant l'encensoir,


descend in plano, et l'encense de trois coups doubles, s'inclinant profondément avant et
après. Ayant rendu l'encensoir au thuriféraire, le cérémoniaire fait le tour des marches avec le
thuriféraire, génuflecte devant ce dernier au pied de l'autel, et monte directement au missel. Il

8
Il porte le calice de la main gauche, la main droite posée sur la bourse.
Si le cérémoniaire n’est pas clerc, le calice doit normalement être placé sur l’autel avant la messe.

[46]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée
répond à l'Orate fratres, indique la secrète au célébrant, puis met le missel à la page de la
préface. Le cérémoniaire se tourne vers le thuriféraire au moment opportun pour se faire
encenser. Quand le célébrant achève la récitation du Sanctus, le cérémoniaire met le missel à
la page du canon.

12. Pendant le canon, le cérémoniaire reste au missel, tournant les pages quand il le
faut. Au Memento des vivants, il se retire légèrement en arrière, et se rapproche quand le
célébrant étend à nouveau les mains. Au Quam oblationem, le cérémoniaire s'agenouille
sur le marchepied ; il soulève la chasuble du célébrant à chaque élévation, et se relève avec
lui après la dernière génuflexion. Il assiste à nouveau le célébrant au missel, tournant les
pages quand il le faut. Lorsque le célébrant génuflecte, le cérémoniaire fait de même,
soutenant légèrement son coude. Au Memento des morts, il se retire comme pour le Memento
des vivants. Il reste au missel jusqu'aux prières précédant la communion.

13. Au premier Domine, non sum dignus du célébrant, le cérémoniaire descend


s'agenouiller au côté Evangile de l'autel. Il entonne le Confiteor lorsque le prêtre a communié
au Précieux-Sang. À la fin de l'Indulgentiam, le cérémoniaire et les autres ministres se
lèvent. Tous se mettent en ligne au pied de l'autel, génuflectent, et s'agenouillent sur le
marchepied pour communier. Le cérémoniaire, qui est à l'extrémité côté Evangile,
communie le dernier. Il garde le plateau avec lui, se lève et accompagne9 le célébrant pour la
distribution de la communion. Celle-ci achevée, il précède le célébrant à l'autel, lui donne le
plateau de communion, soulève si possible son aube pour gravir les marches, et s'agenouille
(sans autre génuflexion préalable) au pied des marches, côté Epître.

14. À la fermeture du tabernacle, tous les ministres inférieurs se lèvent. Le


cérémoniaire reste en place pendant les ablutions et monte au côté Epître lorsque le 1° acolyte
y a déposé le missel pour le mettre à la page de la communion ; il indique au célébrant
l'antienne de communion quand celui-ci vient la réciter. Il reste au missel pendant le
Dominus vobiscum puis indique la postcommunion. L'oraison chantée, il ferme le missel
(tranche vers la croix), prend le carton de l'Ite missa est, et descend par le côté Epître le
présenter au célébrant10. Quand celui-ci l'a chanté, il descend in plano, génuflecte au
milieu de l’autel (au pied des marches) et s'agenouille côté Evangile, ayant toujours le carton
en main. Après avoir reçu la bénédiction, il monte au côté Evangile de l'autel, pose le carton
sur le gradin, et présente, sans le porter, au célébrant le canon d’autel pour le Dernier
Evangile (il ne se signe pas et ne fait pas la génuflexion au et Verbum caro factum est).

Celui-ci achevé, il pose le canon et vient prendre place au pied de l'autel (côté Epître),
de telle sorte qu'il soit à la droite du célébrant pour la génuflexion finale. Il précède le
célébrant à la sacristie, où il donne le signal du salut à la croix, puis salue le célébrant. Il aide
enfin ce dernier à quitter les ornements (il se place à droite).

9
Il accompagne le célébrant en restant à sa droite et il ne passe jamais derrière lui.
10
En pratique, le cérémoniaire descend directement devant le célébrant pour présenter le carton de l’Ite missa est, et se tient
un degré au-dessous du marchepied.

[47]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée

C . F o n c t io n s d u t h u rif é ra ir e à la m e s s e c h a n t é e

1. Remarques préliminaires

Le thuriféraire doit être capable de manipuler correctement son encensoir et d'effectuer


dignement un encensement. Il n'hésitera donc pas à s'exercer avant la cérémonie.

L'encensoir se tient de la main droite quand l'encens est béni, de la main gauche
dans les autres cas. On considère que l'encens n'est plus béni quand toutes les personnes qui
devaient être encensées l'ont été. Durant tout le temps des encensements, le thuriféraire tient
l'encensoir à deux mains. De manière habituelle, il a toujours la navette avec lui (il la tient par
le pied et devant la poitrine), ne la posant à la crédence que lorsqu'il aura besoin des deux
mains (pour donner ou reprendre son encensoir). A la messe chantée, on ne balance pas
l'encensoir, que ce soit en procession ou dans le sanctuaire.

Dans le sanctuaire, il fait les inclinations normalement et évite de se déplacer aux


moments où l’on doit s’incliner.

De la manière d’encenser : On distingue deux manières d’encenser, à savoir


l’encensement à coups simples, et l’encensement à coups doubles.

 L’encensement simple consiste, à élever l’encensoir jusqu’à la poitrine, à le porter sans


arrêt et d’un seul trait vers l’objet à encenser, et à le ramener immédiatement à la ceinture.

 L’encensement double consiste à élever l’encensoir jusqu’à la hauteur du visage.


Lorsqu'il est dirigé vers l’objet, on lui donne une légère impulsion, puis on le ramène à la
ceinture. L’encensement double comprend donc trois mouvements successifs : 1°
élévation de la main et de l’encensoir (jusqu’à la hauteur du visage), 2° mouvement vers
l’objet à encenser, 3° abaissement pour ramener la main et l’encensoir au point de
départ11.

11
Stercky, T 1, §148.

[49]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée

2. La messe

a) La messe jusqu’à l’offertoire

1. À la sacristie, le thuriféraire allume son encensoir12. Il entre en tête de procession


avec son encensoir allumé, tenant la navette de la main droite. Il génuflecte seul en entrant
dans le sanctuaire, puis va à côté de la crédence. Il reste debout pendant toutes les prières au
bas de l'autel, ne faisant que les inclinations de tête.

2. S'il y a un Asperges me (ou le Vidi aquam au temps pascal), le thuriféraire allume


son encensoir, mais le laisse à la sacristie : il part en procession avec le bénitier. Arrivé à
l'autel, il se place à droite du célébrant, génuflecte avec lui, et s'agenouille. Après
l'intonation, il se lève et, avec le cérémoniaire, entoure le célébrant pendant que celui-ci
asperge l'assistance (le thuriféraire se croisera avec le cérémoniaire pour rester à droite du
célébrant). Après l'oraison, le thuriféraire génuflecte avec le célébrant, se rend à la
banquette, y reçoit la chape et le carton d’intonation, puis il retourne à la sacristie où il
dépose le tout ; il reviendra avec l'encensoir pendant les prières au bas de l'autel, pour
prendre sa place à côté de la crédence.

3. Après les prières au bas de l'autel, le cérémoniaire appelle le thuriféraire pour


l'imposition de l'encens. Ce dernier s'avance et passe la navette au cérémoniaire, monte sur
le marchepied, et présente au célébrant son encensoir ouvert. Il ne le referme que lorsque
l'encens a été béni, et le passe alors au cérémoniaire, et reçoit la navette qu'il va poser à la
crédence. Il revient au pied des marches, génuflecte et monte assister le célébrant à sa
gauche pour l'encensement de l'autel. A chaque fois que le célébrant génuflecte, il fait de
même, en soutenant légèrement le coude du célébrant. A la dernière génuflexion, le
thuriféraire quitte le marchepied et vient se placer in plano au côté Epître de l'autel13. Là, il
s'incline profondément avec le cérémoniaire (qui est à sa droite) avant et après
l'encensement du célébrant. Puis il reçoit son encensoir, retourne à la crédence et reprend sa
navette.

12
En général il met deux charbons s'il y a un sermon ou un Credo, sinon trois. Cependant pour le nombre exact de charbons à
mettre dans l’encensoir, le thuriféraire se renseignera auprès de la sacristie avant la cérémonie.
13
Il suit le célébrant et descend en même temps que le cérémoniaire (de la même manière que le sous-diacre à la Messe
solennelle).

[50]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée
4. Pendant le chant de l'Alleluia, du trait ou de la séquence, le célébrant retourne à
l'autel. Le cérémoniaire appelle le thuriféraire pour l'imposition de l'encens, qui se déroule
normalement. L'encens béni, le thuriféraire garde l'encensoir dans la main droite, reprend
la navette des mains du cérémoniaire et va la déposer à la crédence. Il précède les acolytes
au pied de l'autel, où il se place contre la première marche, un peu décalé côté Evangile. Il
génuflecte au signal du cérémoniaire, et vient se placer in plano face à l'autel, à l'extrémité
du marchepied côté Evangile. Le cérémoniaire l'y rejoint après avoir déposé le missel à
l'autel.

5. Au chant du Sequentia Sancti Evangelii, le thuriféraire donne l'encensoir au


cérémoniaire quand celui-ci le lui demande. Il reste in plano sans s'incliner à l'encensement
du missel. Lorsque le cérémoniaire lui rend l'encensoir, il le prend de la main gauche jusqu'à
la fin de l'Evangile. Il revient alors au pied de l'autel (à gauche du cérémoniaire si celui-ci
ne monte pas déplacer le missel, sinon à droite) et génuflecte au signal du cérémoniaire. S'il
y a un sermon ou un Credo, il retourne à la sacristie (il reviendra alors à l'Oremus de
l'offertoire), sinon il retourne à sa place à la crédence en suivant les acolytes.

b) De l’offertoire à la fin de la messe

6. Après l'offrande du calice, le cérémoniaire appelle à nouveau le thuriféraire pour


l'imposition de l'encens, qui se déroule normalement. L'encens béni, celui-ci donne son
encensoir au cérémoniaire, reprend la navette, et quitte le marchepied. Après avoir déposé
la navette à la crédence, il génuflecte au pied des marches (devant le 2°acolyte), et monte
assister le célébrant à sa gauche pour l'encensement de l'autel, comme à l'introït. S'il y a des
reliquaires à encenser, il écarte le missel pour que le célébrant puisse le faire commodément.
Il rejoint ensuite, comme pour l'introït, le côté Epître de l'autel pour l'encensement du
célébrant, à la suite duquel il reprend l'encensoir. Il accompagne alors le cérémoniaire au
pied des marches (devant lui, puis à sa gauche), tenant son encensoir des deux mains, et
génuflecte derrière lui.

7. Le thuriféraire va alors encenser le chœur. Il encense les prêtres (inclinations


médiocres, 1 coup double) et éventuellement le clergé 3 coups doubles (inclination médiocre).
Il encense ensuite le cérémoniaire d'1 coup simple (inclination de tête), les acolytes 2 coups
simples (inclination de tête), les céroféraires 3 coups doubles (inclination de tête) si ils
n’étaient pas avec le clergé, puis part encenser les fidèles 3 coups simples (inclination de
tête). Il veillera pendant tout ce mouvement à s'incliner au chant du Gratias agamus. Après
l'encensement des fidèles, le thuriféraire prend son encensoir de la main gauche et revient à
sa place dans le sanctuaire.

[51]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée
8. Au Communicantes, il vient à droite du 1° acolyte, et lui passe la navette pour qu'il
impose l'encens. Le célébrant récitera le Hanc igitur pendant cette imposition ; le thuriféraire
avertira donc l'acolyte de sonner au moment opportun. Il s'agenouille sur la première
marche (toujours à droite de l'acolyte) en même temps que le cérémoniaire. Pour la
consécration, il s'incline médiocrement à chaque génuflexion du célébrant, et encense le
Saint-Sacrement de trois coups doubles à chaque élévation. Après la dernière génuflexion
du célébrant, il se lève avec le cérémoniaire, reprend la navette et part à la sacristie, où il
dépose encensoir et navette.

9. Le thuriféraire revient s’agenouiller à sa place aussitôt après avoir déposé


l’encensoir. Il se lève à l'Oremus du Pater, mais ne s'agenouille pas après l'Agnus Dei14 ;
lorsque le cérémoniaire s'agenouille au côté Evangile de l'autel, le thuriféraire fait de même.
Lorsque le prêtre génuflecte après la communion à l’hostie, le thuriféraire vient prendre la
cloche au 1° acolyte et l’amener à la crédence. Il y prend le plateau de communion et vient
s’agenouiller côté Epître. Après l'Indulgentiam, le cérémoniaire fait lever tout le monde ; le
thuriféraire se place à droite du 1° acolyte. Au signal du cérémoniaire, il génuflecte avec les
autres ministres et monte s’agenouiller sur le marchepied. Après avoir communié, il passe le
plateau au 1° acolyte. Quand tous les ministres ont communié, le thuriféraire se lève et
retourne s'agenouiller à sa place15.

10. À la fermeture du tabernacle, il se lève et reste à sa place, se remettant à genoux


avec tous les ministres pour la bénédiction finale. Au début de la lecture du dernier
Evangile, les acolytes prennent leurs chandeliers. Le thuriféraire vient se placer devant
eux, et les précède à l'entrée du sanctuaire. Il génuflecte avec le célébrant pendant le dernier
Evangile, puis au signal du cérémoniaire avant de quitter le sanctuaire. Tous repartent en
procession à la sacristie, thuriféraire en tête.

11. À la sacristie, tous font la révérence à la croix, puis au célébrant. Avant de quitter la
sacristie, le thuriféraire vide son encensoir.

14
Le thuriféraire peut revenir après l’Oremus du Pater, et reste debout à la crédence.
15
Si un deuxième prêtre distribue la communion, le thuriféraire aura pris deux plateaux à la crédence ; après avoir communié,
il accompagne le prêtre, lui donne le plateau à la fin de la distribution, puis retourne s'agenouiller à sa place sans aucune
génuflexion.

[52]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée

3. Quelques éléments supplémentaires

Ces petits schémas aideront à comprendre comment l'encensoir doit être passé d'une
personne à une autre selon sa fonction.

Ainsi lorsque après l'imposition de l'encens, le thuriféraire passe l'encensoir au


cérémoniaire et reçoit la navette

Possesseur Objet Receveur

main gauche cérémoniaire Navette main droite thuriféraire

main gauche thuriféraire haut des chaînes main droite cérémoniaire

Le cérémoniaire passe alors l'encensoir au célébrant :

Possesseur Objet Receveur

main droite cérémoniaire haut des chaînes main gauche célébrant

main gauche cérémoniaire bas des chaînes main droite célébrant

Après l'encensement, le cérémoniaire reçoit l'encensoir des mains du prêtre :

Possesseur Objet Receveur

main droite célébrant bas des chaînes main gauche cérémoniaire

main gauche célébrant haut des chaînes main droite cérémoniaire

[53]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée

D . F o n c t io n s d e s a c o ly t e s à la m e s s e c h a n t é e

1. La messe jusqu’à l’offertoire

1. À la sacristie, les acolytes allument et prennent leurs chandeliers. Ils suivent le


thuriféraire pour la procession. Arrivés dans le sanctuaire, ils génuflectent, vont à la
crédence déposer leurs chandeliers (qu'ils laissent allumés), et prennent place devant
leurs tabourets. Ils s'agenouillent après la génuflexion du célébrant, au signe du
cérémoniaire.

2. S'il y a un Asperges me (ou un Vidi aquam), les acolytes se relèvent au signe du


cérémoniaire, après avoir été aspergés, restant debout jusqu'aux prières au bas de l'autel.

3. Les acolytes sont à genoux pendant les prières au bas de l'autel (ils font les
inclinations comme à la messe basse), et se lèvent au signe du cérémoniaire lorsque le prêtre
monte à l'autel. Après l'imposition de l'encens, le thuriféraire pose la navette à la crédence,
puis retourne à l'autel. Le 1° acolyte part en même temps que lui et vient prendre le missel
au côté Epître de l'autel ; il attend in plano que cette partie de l'autel soit encensée pour
reposer le missel et retourner à sa place. Jusqu'au mouvement d'Evangile, les acolytes
s'asseyent et se lèvent en même temps que le célébrant16.

4. Pendant l'imposition d'encens qui précède l'Evangile, les acolytes prennent leurs
chandeliers à la crédence et y attendent le thuriféraire. Quand celui-ci a déposé la navette,
ils le suivent au pied de l'autel, et se placent derrière le cérémoniaire et le thuriféraire.
Après avoir génuflecté au signe du cérémoniaire, les acolytes se tournent l'un vers l'autre,
et viennent se placer in plano au côté Evangile de l'autel. Ils restent là pendant le chant de
l'Evangile, ne faisant aucune révérence. À la fin du chant, ils retournent au pied de l'autel
(derrière le cérémoniaire et le thuriféraire), génuflectent, et vont poser leurs cierges à la
crédence.

16
S'il faut se mettre à genoux pour la collecte, les acolytes le feront, bien que le célébrant reste debout.

[54]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée

2. De l’offertoire à la fin de la messe

5. À l'Oremus de l'offertoire (ou lorsque le cérémoniaire a apporté le calice à l'autel),


les acolytes montent au côté Epître présenter les burettes 17; après les avoir reposées à la
crédence, ils retournent à leurs places.

6. Après l'imposition de l'encens, le thuriféraire pose la navette à la crédence, puis


retourne à l'autel. Le 2° acolyte part en même temps que lui, génuflecte derrière lui au pied
des marches, et se place in plano au côté Evangile de l'autel. Quand le célébrant encense le
côté Epître, le 2° acolyte monte prendre le missel, et redescend in plano le temps de
l'encensement de ce côté de l'autel. Après avoir reposé le missel, il rejoint le 1° acolyte au
côté Epître pour le lavabo.

7. Pendant que le 2° acolyte tient ainsi le missel, le 1° acolyte prépare le lavabo18, et


s'avance au côté Epître de l'autel, à un mètre de la première marche (le cérémoniaire doit
pouvoir se mettre in plano devant lui). Le 2° acolyte l'y rejoint, le 1° lui donne le bassin et la
burette19, et tous deux montent à l'autel immédiatement après l'encensement du
célébrant. Ils procèdent au lavabo, puis retournent déposer la burette d'eau et le bassin à la
crédence. Le 1° acolyte y prend la clochette, puis tous deux viennent génuflecter au pied
des marches, et s'agenouiller de chaque côté de l'autel (en face des canons latéraux).

8. Les acolytes restent ainsi à genoux (le 1° acolyte sonnant comme de coutume)
jusqu'à l’Indulgentiam ; le 1° acolyte aura mis de l'encens dans l'encensoir du thuriféraire
avant la consécration20 en veillant à ne pas manquer de sonner l'Hanc igitur

9. Après l'Indulgentiam, les acolytes se lèvent au signe du cérémoniaire ; ils se


rejoignent au pied de l'autel, génuflectent avec le cérémoniaire, et montent s'agenouiller sur
le marchepied. Après avoir communié, ils se lèvent avec le cérémoniaire, génuflectent au
pied des marches, et retournent s'agenouiller à côté de la crédence.

17 S'il y a un ciboire sur la crédence, le 1° acolyte l'apporte à l'autel avant de présenter les burettes.
18
Il pose le manuterge déplié sur le bras gauche, la burette dans la main gauche et le bassin dans la main droite.
19
Le deuxième acolyte prend la burette dans la main droite et le bassin dans la main gauche.
20
Après le Sanctus

[55]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée

10. À la fermeture du tabernacle, les acolytes se lèvent, et présentent les burettes au


célébrant comme à la messe basse. Les ablutions achevées, ils déposent les burettes, viennent
génuflecter au pied des marches, et montent à l'autel en se croisant (le 1° acolyte montant
le premier au côté Evangile). Le 1° acolyte prend le missel, le deuxième le voile du calice
(qu'il porte plié), et changent de côté en génuflectant au pied des marches. Lorsque le 2°
acolyte a fini d’aider le célébrant à ranger le calice21, ils redescendent directement au pied
des marches (sans faire le tour de l'autel), génuflectent et retournent à leurs places près de
la crédence22, où ils restent debout23.

11. Les acolytes s'agenouillent au signal du cérémoniaire pour la bénédiction finale.


Au début du dernier Evangile, ils prennent leurs chandeliers à la crédence, et suivent le
thuriféraire à l'entrée du sanctuaire. Ils génuflectent avec le célébrant à la lecture du dernier
Evangile, puis au signe du cérémoniaire avant de retourner à la sacristie derrière le
thuriféraire.

12. À la sacristie, tous font la révérence à la croix, puis au célébrant.

E . L e s c é ro f é ra ire s

Les céroféraires (CR) sont chargés d'apporter la Lumière au Canon.

Ils sont en étroite correspondance avec les chandeliers de l'autel. Ceux-ci rendent
hommage à la croix qu'ils entourent. De même les torches des céroféraires (CR) escortent la
lumière qui vient s'incarner sur l'autel à la consécration. Leur importance est donc
symbolique.

Les céroféraires (CR) vont toujours par deux. Ils peuvent être jusqu'à six pour les
messes chantées. Leurs mouvements doivent être particulièrement bien réglés. Ils vont
toujours par deux, se retournant toujours l'un vers l'autre à chaque changement de direction.

21
Voir messe basse § 17.
22
S'il y a des plateaux de communion ou des ciboires à rapporter à la crédence, le 1° acolyte les prend en quittant l'autel ; il
les dépose à la crédence avant de regagner sa place.
23
Sauf si on doit se mettre à genoux pendant la postcommunion.

[56]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée
Généralement les céroféraires (CR) sont en ligne sur le côté gauche du chœur, devant
leur siège.

Pour des raisons architecturales, il est possible de les placer face à face, de part et
d'autre de l'autel, dans les titilles, par exemple.

a) Procession

1. Les CR sont deux par deux, juste après les acolytes. À l'autel, ils génuflectent par
paire et vont à leur place.

b) Jusqu’à l’offertoire

2. Les CR calquent leurs mouvements sur les clercs sans fonction.

c) Encensement

3a. Les CR, deux à deux, viennent se placer en ligne face à l’autel. Les deux premiers,
ceux du centre de la ligne et de la tête de la procession, laissent une place entre eux, les
suivants en les encadrant. Le thuriféraire se place dans la ligne et tous les 7 font une
génuflexion. Les CR se retournent vers le centre et se rapprochent afin d’être côte à côte et
suivre le thuriféraire allant à la sacristie.

3b. Si le dialogue de la Préface commence sans que le thuriféraire ait achevé d’encenser
le clergé, ou s’il n’y a pas de thuriféraire, les CR font ce mouvement seuls, après " Gratias
Agamus Domino Deo Nostro ".

4. À la sacristie, tous prennent leurs torches et se remettent en procession comme au


début de la messe. La torche est toujours portée à l'extérieur, d’une seule main, l’autre
reposant sur la poitrine.

5. Hors des génuflexions, les CR ne font aucun geste rituel une fois qu'ils portent 1eurs
flambeaux.

[57]
Cérémonial – Partie III : la messe chantée

d) Sanctus

6. Les CR suivent le thuriféraire et se placent en ligne à 2 ou 3 mètres de l'autel, les


premiers au centre, les autres les encadrant.

 génuflexion générale avec le thuriféraire ;


 agenouillement des CR sur place ;
 ils restent ainsi durant tout le canon sans mouvement, même aux élévations ou au
Confiteor.

e) Communion

7a. Après la communion des autres servants, les CR se lèvent tous ensemble,
génuflectent derrière eux et montent sur le marchepied pour communier. Puis ils se lèvent,
descendent, génuflectent et vont par paire à chaque extrémité des tables de communion, s'y
tiennent debout se faisant face, la torche vers les fidèles.

7b. S'il n'y a qu'une seule table de communion, les deux du milieu iront y porter la
Lumière, les autres restants devant l'autel et, pour ne pas tourner le dos au Saint-Sacrement
distribué aux fidèles, ils se placent vers l'extérieur en pivotant sur eux-mêmes et s'arrangeant
pour se retrouver face à face sur deux 1ignes perpendiculaires à l'autel.

8. A la fin de la communion, les CR restés dans le sanctuaire se relèvent et, avec ceux
de la table de communion, se mettent tous à genoux sur une ligne face à l'autel ; tous se lèvent
au signal du cérémoniaire ; génuflexion et retour à la sacristie en procession par deux. S'il n'y
avait pas de distribution de la communion aux clercs et aux fidèles, les CR retourneraient à la
sacristie immédiatement après la consécration.

f) Fin de la messe

9. Comme pour la procession d'entrée, les CR reviennent devant leur siège et, restant
debout suivent la fin de la messe.

10. après la bénédiction finale, ils se placent entre les acolytes et l'autel, en ligne ou en
colonne par deux selon la grandeur du chœur, pour la procession de sortie.

[58]
Cérémonial – Partie IV : la messe chantée de Requiem

P a rt ie I V :
L a M esse C h a n tée d e
R e q u ie m

[59]
Cérémonial – Partie IV : la messe chantée de Requiem
1. Objets à préparer

On retire les fleurs, les reliquaires, et éventuellement les tapis de fête. L'Autel est paré
de noir, sauf le conopée qui est toujours violet.

Pour la Messe : tout comme pour une Messe chantée normale; cependant :

 Prévoir un siège pour le thuriféraire, qui ne prendra l'encensoir qu'à partir de l'offertoire.
 Si possible, les cierges sont de cire jaune.

Pour l'Absoute :

 Préparer le catafalque :
 Normalement la place du catafalque est au milieu de l'église et non dans le chœur, quelle
que soit la dignité du défunt.
 Le lit funèbre est placé de telle sorte que les pieds soient le plus près de l'Autel, et la tête
le plus éloigné. Si le corps d'un prêtre était présent, on en placerait cependant la tête le
plus près de l'Autel.
 On recouvre le catafalque d'un voile noir, ou blanc s'il s'agit d'un enfant décédé avant l'âge
de raison. Il est entouré de chandeliers, les cierges étant si possible de cire jaune.
 Aux pieds du lit funèbre, on peut placer les insignes caractéristiques de la dignité civile ou
ecclésiastique du défunt : la mitre blanche ou le chapeau pontifical pour un évêque, l'étole
violette pour un prêtre ou un diacre.
 Prévoir en outre une chape noire pour le célébrant, la croix de procession, un missel des
défunts (placé éventuellement sur un pupitre, au pied du catafalque), le bénitier.

2. La messe

La Messe chantée de Requiem est une Messe chantée normale, à laquelle il faut ajouter
les modifications suivantes :

a) La messe jusqu’à l’offertoire

1. Lors de la procession d'entrée, tous les ministres contournent le catafalque par la


droite s'il y en a un. Le clergé en procession passe de chaque côté. Le thuriféraire n'a pas
encore son encensoir ; pendant la première partie de la Messe, il suivra les mouvements des
acolytes. Ces derniers entrent en procession avec leurs chandeliers comme de coutume.

[60]
Cérémonial – Partie IV : la messe chantée de Requiem
2. Le Psaume 42 est omis, ainsi que le premier encensement de l'Autel. Après avoir
baisé l'Autel, le célébrant vient directement au missel réciter l'introït. Au dernier Kyrie chanté,
il revient au milieu de l'Autel, mais le cérémoniaire reste au missel pour lui indiquer la
collecte. Pendant cette oraison, les acolytes et le thuriféraire s'agenouillent avec le chœur.

3. Le célébrant chante l’Epître au missel, récite le graduel, le trait et la séquence, puis va


s'asseoir à la banquette. Vers la fin du chant (Oro supplex), tous se relèvent, et le célébrant va
à l'Autel, accompagné du cérémoniaire. Dès que le célébrant a rejoint l'Autel, le thuriféraire
sort préparer l'encensoir ; il reviendra dans le sanctuaire après l'Oremus de l'offertoire1.
Lorsque le cérémoniaire monte à l'Autel changer le missel de côté, les acolytes s'avancent
sans les chandeliers, viennent se placer derrière lui (sans les chandeliers), et tous les trois
génuflectent après le chant du Pie Jesu Domine ; le cérémoniaire dépose le livre au côté
Evangile, et tous prennent les places habituelles pour l'Evangile.

b) De l’offertoire à la fin de la messe

4. Après l'Oremus de l'offertoire, le cérémoniaire prend à la crédence le calice qu'il


apporte à l'Autel, et aide comme de coutume le célébrant à l'installer. Les acolytes, en
présentant les burettes, ne les baisent pas ; de même, la bénédiction de l'eau est supprimée.
Lors de l'imposition de l'encens, les baisers sont omis, mais l'encens est béni. Suit
l'encensement des oblats, de l'Autel et du célébrant. Le cérémoniaire rend alors l'encensoir au
thuriféraire, qui retourne à sa place2: le chœur n'est pas encensé.

5. La postcommunion récitée, le célébrant dit comme de coutume le Dominus vobiscum,


mais se retourne vers l'Autel pour dire Requiescant in pace (toujours au pluriel). Le Placeat
récité, il baise l'Autel mais ne donne pas sa bénédiction : il va directement lire le dernier
Evangile (lequel est omis s'il y a une Absoute).

1
Avant de revenir dans le sanctuaire, le thuriféraire attendra que la schola ait chanté Domine Jesu Christe de l’antienne
d’Offertoire.
2
Le thuriféraire contourne les acolytes qui attendent pour le Lavabo.

[61]
Cérémonial – Partie IV : la messe chantée de Requiem

3. L'absoute

6. S'il y a une Absoute, le thuriféraire va chercher son



encensoir (et sa navette) à la fermeture du tabernacle ; deux
clercs le rejoignent à la sacristie pour faire office de porte-croix
et de porte-bénitier. Après avoir récité le Placeat et baisé
l'Autel, le célébrant descend au pied des marches génuflecter in Cér Cél
plano. Il se rend à la banquette, précédé du cérémoniaire, où il
revêt la chape. Pendant ce temps, les porte-croix, thuriféraire et
porte-bénitier entrent dans le sanctuaire : porte-croix en tête, et Ac1 Ac2
Pb Th
thuriféraire à droite du porte-bénitier.

Ils se rendent à la crédence ; là, le porte-croix prend la figure 1 : procession de


croix, et les acolytes viennent l'entourer avec les chandeliers. l’Absoute
Tous les cinq partent alors à l'entrée du sanctuaire.

Le thuriféraire est à droite du porte-bénitier. Lorsque le célébrant a revêtu la chape, le


cérémoniaire l'accompagne au pied de l'Autel après avoir pris à la crédence le livre de
l'Absoute. Le cérémoniaire se place à gauche du célébrant.

7. Après la révérence (que ne font pas la croix et les acolytes), les ministres vont
prendre place autour du catafalque : les porte-bénitier et thuriféraire le contournent
entièrement (sans faire une deuxième génuflexion), tandis que la croix et les acolytes
s'arrêtent à la tête. Tous étant ainsi en place3, le cérémoniaire ouvre le livre devant le
célébrant, et la schola entonne le Libera me4. A la dernière reprise, le cérémoniaire dépose le
livre et appelle le thuriféraire pour l'imposition et la bénédiction de l'encens. Le thuriféraire
regagne ensuite sa place, tandis que le cérémoniaire reprend le livre.

8. Après l'intonation du Pater, le cérémoniaire dépose à nouveau le livre (il peut le


donner au porte-bénitier), et passe à gauche du célébrant (inclination profonde en passant
devant lui). Le porte-bénitier lui passe le goupillon, et il génuflecte avec le célébrant vers
l'Autel (il est donc à sa droite). Il lui présente alors le goupillon et, tout en tenant le côté droit
de sa chape, il l'accompagne faire le tour du catafalque par la droite ; en passant devant la
croix de procession, le célébrant s'incline profondément, tandis que le cérémoniaire
génuflecte. Revenu à l’entrée du sanctuaire, le cérémoniaire (toujours tourné vers l’Autel)
rend le goupillon au porte-bénitier, prend l'encensoir, génuflecte avec le célébrant vers l'Autel,
et lui passe l'encensoir. Tous deux font alors le tour du catafalque pour l'encenser de trois
coups simples de chaque côté.

3
Si le corps d'un prêtre est présent, on place la tête de ce dernier vers l'Autel, et les pieds du côté de la nef ; le célébrant vient
donc se placer entre le catafalque et la nef, tandis que la croix sera entre l'Autel et le catafalque.
4
Si le corps est présent le célébrant récite l’oraison Non intres avant que la schola ne chante le Libera me.

[62]
Cérémonial – Partie IV : la messe chantée de Requiem

Cér Cél

Pb
Th

Ac2 Ac1


figure 2 : place des ministres pendant l’Absoute

9. L'encensement achevé, le célébrant rend l'encensoir et se retourne vers le catafalque.


Le cérémoniaire vient se placer à sa droite (inclination profonde en passant devant lui), et lui
présente le livre : le célébrant y chante le et ne nos inducas..., les versets, et l'oraison. A
l'Oremus, tous s'inclinent vers la croix, puis le porte-bénitier et le thuriféraire viennent se
placer derrière la croix, le thuriféraire à droite du porte-bénitier (il sera ainsi à sa gauche pour
la procession de sortie). Après l'oraison, le célébrant chante le verset Requiem æternam en
faisant un signe de croix sur le catafalque (le cérémoniaire tient la chape)5. Après le Anima
ejus... (omis si l’Absoute est pour tous les fidèles défunts), le cérémoniaire pose le livre ; le
célébrant et le cérémoniaire se tournent vers l'Autel et tous font la révérence convenable, sauf
la croix et les acolytes. On retourne alors à la sacristie dans le même ordre qu'à l'arrivée, le
célébrant et le cérémoniaire contournant le catafalque par la droite.

5
Tout en tenant le livre.

[63]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle

P a rt ie V :
L a M e s s e S o le n n e lle

[65]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle

A . D e s c rip t if g é n é ra l d e la m e s s e s o le n n e lle

1. Objets à préparer

L’autel :

o Y placer les canons d’autel, le missel ouvert à la page de l’introït, et


éventuellement le carton des intonations (Gloria, Credo, Ite missa est).
o S’il y a une aspersion, le carton de l’oraison est placé sur les marches de l’autel,
côté Evangile. La chasuble du célébrant et les manipules sont préparés à la
banquette.

La crédence y placer :

o Le calice, recouvert du voile huméral et de la bourse ; le voile du calice est plié,


derrière.
o Les burettes, le plateau du lavabo et le manuterge.
o L’évangéliaire, marqué à l’Epître du jour.
o Eventuellement, le carton du Confiteor, le(s) ciboire(s) à consacrer, un plateau de
communion (si un deuxième prêtre aide à la distribution), la nappe de
communion.

La sacristie :

o Le célébrant s’habille comme à la messe basse (si aspersion, chape sans


manipule).
o Le diacre revêt l’amict, l’aube, le cordon, le manipule (si pas d’aspersion), l’étole
diaconale et la dalmatique.
o Le sous-diacre revêt l’amict, l’aube, le cordon, le manipule (si pas d’aspersion),
et la tunique. Si le sous-diacre n’a pas reçu l’ordre du sous-diaconat, il ne portera
pas le manipule pendant la messe.
o Les acolytes prennent leurs chandeliers, et le thuriféraire l’encensoir (bénitier si
aspersion) ; préparer également les cierges des céroféraires.

[66]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle
2. La messe

a) La messe jusqu’à l’offertoire

1. A la sacristie, les ministres inférieurs aident le célébrant, le diacre et le sous-diacre à


revêtir les ornements ; puis les acolytes prennent les chandeliers, et le thuriféraire l’encensoir
ou le bénitier (s’il y a une aspersion, en ce cas il aura allumé son encensoir auparavant). Tous
entrent en procession comme indiqué ci-dessous.

SD
Ac2
Cél Cér Clergé Th
Ac1
D
Figure 1 : mouvement de procession

2a. S’il y a une aspersion, les ministres supérieurs entourent le célébrant pour la
procession d’entrée, lui tenant la chape. Ils lui soulèvent l’aube s’il faut monter des marches
pour accéder au sanctuaire. Arrivés au pied de l’autel, tous prennent place comme suit : le
thuriféraire se met face à l’autel, côté Epître ; les deux acolytes génuflectent, déposent leurs
chandeliers à la crédence, et restent à la banquette. Puis le cérémoniaire prend place devant
l’autel côté Evangile, et les ministres supérieurs au milieu. Au signe du cérémoniaire, tous
génuflectent et s’agenouillent. Le diacre passe le goupillon au célébrant, tandis que le sous-
diacre lui présente le carton. Tous se relèvent après avoir été aspergés. Le célébrant va alors
asperger l’assistance, en commençant par le clergé. Il est pour cela précédé des cérémoniaire
et thuriféraire, et entouré des ministres supérieurs (qui se croisent en quittant l’autel).

2b. Revenus à l’autel, tous génuflectent au signal du cérémoniaire. Puis le célébrant


chante l’oraison à l’aide du carton que tiennent le diacre et le sous-diacre. A la fin de
l’oraison, les ministres supérieurs suivent le cérémoniaire à la banquette après avoir
génuflecté, et revêtent les ornements. Ils reviennent aussitôt à l’autel pour le début de la
messe. Le thuriféraire sort après l’oraison avec le bénitier, le carton et la chape. Il reviendra
avec l’encensoir pendant les prières au bas de l’autel.

3. S’il n’y a pas d’aspersion, le thuriféraire, qui a l’encensoir en main, génuflecte seul
devant les acolytes et va à sa place près de la crédence. Les ministres supérieurs entrent en
procession l’un derrière l’autre (le cérémoniaire leur présente l’eau bénite que le diacre
communique au célébrant) et soulèvent l’aube du célébrant s’il y a des marches à monter.
Après la révérence, le cérémoniaire et les acolytes s’agenouillent pour les prières au bas de
l’autel. Celles-ci achevées, le célébrant monte à l’autel, entouré des ministres supérieurs. Le
cérémoniaire invite alors le thuriféraire à s’avancer.

[67]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle
3. L’encens imposé, le thuriféraire passe l’encensoir
 au diacre, quitte l’autel, dépose la navette à la crédence et
Cér vient se placer (comme indiqué figure 2). Aussitôt le
Cél Th cérémoniaire enlève le missel. Les ministres supérieurs
D procèdent à l’encensement de l’autel comme de coutume.
Après l’encensement du côté Epître, le cérémoniaire
repose le missel. L’encensement de l’autel achevé, le
diacre reprend l’encensoir des mains du célébrant, et
descend in plano pour encenser le célébrant.
figure 2 : encensement de
l’Introït
4. Après l’encensement du célébrant, le cérémoniaire
monte au missel indiquer l’introït au célébrant, tandis que le 
diacre rend l’encensoir au thuriféraire, lequel retourne à sa
Cér
place. Puis les ministres supérieurs se mettent en flèche Cél
derrière le célébrant (comme fig. 3). Pendant le dernier Kyrie
D
chanté, le célébrant revient au milieu de l’autel, suivi des
ministres supérieurs ; il entonne alors le Gloria (le SD
cérémoniaire redescend à sa place, face à l’autel côté Epître),
ou chante le Dominus vobiscum de la collecte (le
cérémoniaire reste au missel). figure 3 : position des
ministres pendant l’Introït

5. Pendant l’intonation du Gloria, le cérémoniaire invite le diacre et le sous-diacre à


monter de chaque côté du célébrant pour réciter l’hymne avec lui. La récitation achevée, les
ministres supérieurs génuflectent sur le marchepied au signe du cérémoniaire (lequel
génuflecte in plano), et vont directement à la banquette, où tous s’asseyent sauf le
cérémoniaire : celui-ci reste à droite des ministres sacrés, face à la nef. Vers la fin du chant
(au Cum Sancto Spiritu), le cérémoniaire les invite à retourner à l’autel. Après la révérence,
les ministres supérieurs se mettent en ligne, l’un derrière l’autre ; le cérémoniaire monte au
missel par le côté Epître.

6. Le célébrant, après avoir baisé l’autel, se tourne vers les fidèles et chante le Dominus
vobiscum ; il se rend alors au missel suivi des ministres supérieurs (en ligne) pour la collecte,
que lui indique le cérémoniaire. Après l’Oremus de la dernière collecte, le cérémoniaire va à
la crédence chercher l’épistolaire, et vient le présenter au sous-diacre. Tous deux, après s’être
inclinés à la conclusion de l’oraison, génuflectent au pied des marches (cérémoniaire à
gauche), et vont au lieu de l’Epître. Le célébrant et le diacre retournent s’asseoir à la
banquette après la collecte1. Lorsque tous sont assis, le sous-diacre chante l’Epître.

1
Après la conclusion de l’oraison, le diacre monte à la droite du célébrant, et vérifie que le missel est à la page de l’Epître. Il
tourne la page s’il le faut.

[68]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle
7. L’Epître achevée, le diacre et le célébrant reviennent au missel. Le sous-diacre,
toujours accompagné du cérémoniaire à sa gauche, vient génuflecter au pied de l’autel, puis
contourne l’autel par le côté Epître, et monte s’agenouiller sur le marchepied. Là, il baise la
main que le célébrant pose sur l’épistolaire, et reçoit sa bénédiction ; il redescend au côté
Epître de l’autel, où il rend le livre au cérémoniaire, qui était resté in plano. Il reprend alors sa
place derrière le célébrant, qui lit le graduel et l’Alleluia que lui présente le diacre. La lecture
achevée, tous retournent s’asseoir à la banquette, sans faire aucune révérence.

8a. Cinq lignes avant la fin du chant (six s’il s’agit


d’un trait), le cérémoniaire va à la crédence prendre 
l’évangéliaire, puis invite les ministres sacrés à se rendre à
l’autel. Après la révérence, il donne le livre au diacre,
tandis que le sous-diacre change le missel de côté. Le SD D
Cér Th
diacre monte alors poser l’évangéliaire sur l’autel, et le Ac2 Ac1

cérémoniaire appelle le thuriféraire. Pendant l’imposition Ac2 Cér


SD D
de l’encens, les acolytes prennent leurs cierges à la Ac1 Th
crédence, et y attendent le thuriféraire.

L’imposition achevée, celui-ci vient y déposer la figure 4 : positions avant


navette, et prend l’encensoir de la main droite, le gardant l’Evangile
entrouvert. Tous trois partent alors au pied de l’autel,
(comme indiqué figure 4).

Après l’imposition de l’encens, le diacre est descendu d’un degré, et s’est agenouillé
pour réciter le Munda cor. Puis il remonte prendre l’évangéliaire, et s’agenouille devant le
célébrant en demandant la bénédiction. Celle-ci reçue, il descend à droite du sous-diacre.

8b. À la reprise de l’Alleluia (ou équivalent), le cérémoniaire signale la génuflexion, et


tous partent en procession au lieu de l’Evangile (comme indiqué figure 4). Pendant le
Sequentia Sancti Evangelii..., le cérémoniaire se tourne vers le célébrant pour se signer, prend
l’encensoir et le passe au diacre, qui encense le livre de trois coups doubles Pendant que le
diacre chante l’Evangile, le cérémoniaire se tourne vers l’autel et s’incline à chaque Jesu. Le
cérémoniaire rend l’encensoir au thuriféraire. À la fin du chant, le diacre indique au sous-
diacre le début de l’Evangile : celui-ci part le faire baiser au célébrant. Le cérémoniaire et les
acolytes vont génuflecter devant l’autel, et les acolytes déposent les chandeliers à la crédence
avant de reprendre leurs places à la banquette ; pendant ce temps, le cérémoniaire reçoit du
sous-diacre l’évangéliaire et va le déposer à la crédence. Quant au diacre, il est resté au lieu de
l’Evangile, avec le thuriféraire à sa droite. Lorsque le cérémoniaire a quitté le milieu de
l’autel, il encense le célébrant de trois coups doubles, et rend l’encensoir au thuriféraire ; Il
revient alors au pied de l’autel.

9a. S’il y a un sermon, diacre et sous-diacre génuflectent avec le célébrant au signal du


cérémoniaire, et vont s’asseoir à la banquette. Le thuriféraire génuflecte derrière eux, et
retourne à la sacristie ; il reviendra à l’Oremus de l’offertoire, ayant allumé un nouveau
charbon. A la fin de la prédication, les ministres sacrés reviennent au pied de l’autel, et se
mettent en ligne l’un derrière l’autre après avoir génuflecté avec le célébrant.

[69]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle
9b. S’il n’y a pas de sermon, le diacre, en revenant du lieu de l’Evangile, génuflecte seul
devant le sous-diacre. Le cérémoniaire, après avoir déposé l’évangéliaire, revient à l’autel
(côté Epître s’il y a un Credo), ou à côté du sous-diacre (s’il n’y a pas de Credo).

10. S’il y a un Credo, pendant l’intonation, le cérémoniaire invite le diacre et le sous-


diacre à monter pour entourer le célébrant. La récitation achevée, les ministres sacrés
descendent s’agenouiller sur la première marche pour le chant du verset Et incarnatus est ; s’il
y a le temps, ils peuvent aller s’asseoir avant ; en ce cas, les ministres sacrés resteront assis
pendant le chant de ce verset, tandis que les ministres inférieurs s’agenouilleront. Arrivé à la
banquette (ou après le Et incarnatus est chanté), le cérémoniaire invite le diacre à se rendre à
la crédence et le sous-diacre reste debout ; il lui présente alors la bourse ouverte à hauteur du
visage, et l’accompagne au pied des marches. Après avoir génuflecté, il prend sa place côté
Epître, tandis que le diacre monte à l’autel déplier le corporal et rapprocher le missel. Puis
tous les deux génuflectent de nouveau (le diacre sur le marchepied), le cérémoniaire précède
le diacre à la banquette ; celui-ci, après avoir échangé une inclination de tête avec le sous-
diacre, s’assied. À la fin du Credo, les ministres sacrés regagnent l’autel au signe du
cérémoniaire, génuflectent, et se mettent en ligne l’un derrière l’autre ; le cérémoniaire vient
se placer à droite du diacre.

b) De l’offertoire à la fin de la messe

11. S’il n’y a pas de Credo, le diacre monte directement à gauche du célébrant pour
rapprocher le missel, redescend à sa place, et génuflecte. Après l’Oremus de l’offertoire, il se
rend à droite du célébrant pour attendre le sous-diacre. S’il y a un Credo, il monte directement
à l’autel, côté Epître. Le cérémoniaire génuflecte avec le sous-diacre, et l’accompagne
(toujours à sa droite) à la crédence. Là, le sous-diacre revêt le voile huméral et prend le calice
(avec la bourse s’il n’y a pas eu de Credo). Il monte alors à l’autel par le côté Epître, tandis
que le cérémoniaire reprend sa place face à l’autel (éventuellement après avoir apporté les
ciboires à l’autel). Le 1° acolyte suivra le sous-diacre (ou le cérémoniaire s’il y a des ciboires)
en apportant les burettes. Le diacre découvre le calice, et présente la patène au célébrant.
Pendant ce temps, le sous-diacre essuie le calice, puis le passe au diacre. Ce dernier y verse le
vin, mais laisse le sous-diacre verser l’eau après l’avoir fait bénir. Le diacre essuie ensuite le
bord de la coupe, et présente le calice au célébrant. Il récitera l’Offerimus avec lui, soutenant
le pied de la coupe avec la main droite. La prière achevée, il recouvre le calice avec la pale, et
donne la patène au sous-diacre. Ce dernier la prend avec le voile huméral, et descend in plano
derrière le célébrant, génuflectant en arrivant ; il tiendra la patène devant les yeux, ne la
rabaissant à hauteur de poitrine que pour se déplacer, répondre à l’Orate fratres, faire les
inclinations, ou pour se faire encenser.

[70]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle

12. Lorsque le célébrant récite l’In spiritu humilitatis (après l’offrande du calice), le
thuriféraire s’avance au signe du cérémoniaire pour l’imposition de l’encens. Après la
bénédiction de l’encens, le cérémoniaire passe à gauche du célébrant (sans génuflexion)
pendant que le diacre présente l’encensoir au célébrant. Quant au thuriféraire, il dépose la
navette à la crédence et revient au coin Epître de l’autel. Le 2° acolyte part avec lui,
génuflecte derrière le sous-diacre, et va au côté Evangile : il prendra le livre pendant
l’encensement de ce côté de l’autel ; il rejoindra ensuite le 1° acolyte pour le lavabo que ce
dernier aura préparé (figure 5).

 Pendant l’encensement des oblats, le diacre tient le


pied du calice avec la main droite. Il l’écartera un peu pour
Cér l’encensement de la croix, puis le remettra en place. Le
Cél D Ac1
Th Ac2 célébrant encense ensuite l’autel comme de coutume. À la
dernière génuflexion de l’encensement, le cérémoniaire
reste près du missel que le 2° acolyte vient de déposer. Le
SD
diacre reprend l’encensoir, descend in plano au côté Epître
de l’autel, et encense le célébrant de trois coups doubles.
figure 5 : encensement du Après avoir été encensé, le célébrant reste au côté Epître, et
célébrant à l’offertoire les acolytes s’avancent pour lui présenter le lavabo.

13. Accompagné du thuriféraire, le diacre, après avoir encensé le célébrant, part


encenser les chœurs (selon l’ordre hiérarchique), puis le sous-diacre. Il rend ensuite
l’encensoir au thuriféraire (à sa droite), et retourne derrière le célébrant. Après avoir
génuflecté, il se tourne vers le thuriféraire : ce dernier encense le diacre, puis le cérémoniaire,
les acolytes, et part encenser les fidèles après avoir génuflecté au milieu du sanctuaire. Il sort
enfin de la chapelle chercher les céroféraires, pour rentrer devant eux au début du Sanctus ;
tous les cinq génuflecteront en ligne à l’entrée du sanctuaire avant de prendre leurs places
respectives2.

14. Quelques mots avant la fin de la préface, le cérémoniaire, qui est toujours au missel,
invite le diacre et le sous-diacre à monter entourer le célébrant pour la récitation du Sanctus3
(le cérémoniaire se placera donc à gauche du sous-diacre). Au Benedictus, tous se signent,
sauf le sous-diacre qui met le missel à la page du canon. Le Sanctus achevé, le sous-diacre
retourne à sa place. Le cérémoniaire vient génuflecter derrière lui, et reprend sa place côté
Epître. Quant au diacre, il passe à gauche du célébrant pour l’assister au missel : il tournera
les pages, se retirant un peu à chaque Memento.

2
Le thuriféraire retourne à la crédence.
3
Tous s’inclinent médiocrement jusqu’au Benedictus.

[71]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle

15. Au Communicantes, le cérémoniaire appelle le thuriféraire, qui vient se placer à sa


droite. Le cérémoniaire remet alors un peu d’encens sur le charbon. Au Quam oblationem, le
diacre passe à droite du célébrant ; il s’agenouille au Qui pridie, et tous les ministres font de
même (sous-diacre in gradu). Lorsque le célébrant génuflecte après l’élévation de l’hostie, le
diacre se relève avec lui ; il découvre le calice et se remet à genoux. Il se relève pendant
l’élévation du calice, lorsque le célébrant commence à le rabaisser ; il met alors la pale,
génuflecte avec le célébrant, et retourne au missel, en génuflectant à l’arrivée. Le sous-diacre,
le cérémoniaire et le thuriféraire se relèvent également après la consécration. Le thuriféraire
va déposer l’encensoir à la sacristie, et revient à sa place à la crédence.

16. Le diacre assiste le célébrant au missel pour la deuxième partie du canon, se retirant
un peu au deuxième Memento. Au Nobis quoque peccatoribus, le cérémoniaire vient
génuflecter derrière le sous-diacre, et se place in plano au coin Evangile de l’autel (face au
canon). Au Per quem hæc omnia, le diacre génuflecte et change de côté ; le cérémoniaire
génuflecte avec lui et monte au missel assister le célébrant. Le diacre, passé au côté Epître,
découvre le calice pour la petite élévation, et le recouvre ensuite. Après avoir génuflecté, il
redescend derrière le célébrant. Pendant le Pater, le cérémoniaire, qui est toujours au missel,
fait signe aux ministres supérieurs : ceux-ci, après avoir génuflecté, montent au côté Epître.
Le sous-diacre donne la patène au diacre (qui la présente au célébrant), enlève le voile
huméral (que le 1° acolyte vient chercher), génuflecte de nouveau, et retourne à sa place. Au
Pax Domini, le cérémoniaire lui fait signe ; il génuflecte alors et monte à gauche du célébrant
pour réciter avec lui l’Agnus Dei4.

17. L’Agnus Dei achevé, le sous-diacre et le cérémoniaire génuflectent et retournent à


leurs places au pied de l’autel. Le diacre s’agenouille sur le marchepied le temps de la
première prière avant la communion. Cette prière achevée, il se relève et baise l’autel en
même temps que le célébrant, tout en gardant les mains jointes. Il reçoit alors la paix du
célébrant, génuflecte, descend la donner au sous-diacre, et remonte au côté Evangile,
génuflectant à l’arrivée. Le sous-diacre, après avoir reçu la paix, génuflecte avec le
cérémoniaire qui est à sa droite, et va communiquer la paix au clergé. En revenant, il
génuflecte et donne la paix au cérémoniaire, puis monte à droite du célébrant. Le
cérémoniaire, après avoir reçu la Paix, va la communiquer aux acolytes et au thuriféraire ; il
revient ensuite à l’autel, prenant au passage le carton du Confiteor, si nécessaire. Lorsque tous
ont reçu la paix, le cérémoniaire fait agenouiller les ministres inférieurs.

18a. Diacre et sous-diacre reculent et s’inclinent profondément à chaque communion du


célébrant. Il revient au sous-diacre de découvrir et recouvrir le calice pour la communion au
Précieux-Sang. Après celle-ci, diacre et sous-diacre inversent leurs places, pour que le diacre
sorte les ciboires du tabernacle. Après avoir découvert les ciboires et fait la génuflexion, le
diacre et le sous-diacre descendent sur la marche au-dessous du marchepied. Ils s’inclinent
profondément, tandis que le diacre chante le Confiteor.

4
Tous les ministres le récitent médiocrement inclinés.

[72]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle
18b. Après l’Indulgentiam, le cérémoniaire
 fait lever les ministres inférieurs qui prennent place
pour la communion. Quant au diacre et au sous-
Cél diacre, ils se rapprochent du célébrant et
SD D
génuflectent avec lui. S’ils communient, le sous-
diacre prend la patène, et tous deux descendent d’un
Cér Ac2 Ac1 Th
degré pour s’agenouiller. Après avoir communié, ils
Cf3 Cf1 Cf2 Cf4
remontent entourer le célébrant, diacre côté
Evangile. S’ils ne communient pas, ils changent de
côté après avoir génuflecté avec le célébrant
(nouvelle génuflexion en arrivant) ; là, le diacre
figure 6 : mouvement de communion prend la patène. Les céroféraires communient en
ligne sur la marche après les autres ministres.

19a. La distribution de la communion achevée, les ministres supérieurs retournent à


l’autel (diacre et sous-diacre se croisent). Le diacre rentre tous les ciboires dans le tabernacle
et le ferme. Diacre et sous-diacre inversent alors leurs places, tandis que le cérémoniaire fait
lever les ministres inférieurs5. Le 1° acolyte apporte les burettes, et le sous-diacre assiste le
célébrant pour les ablutions. Celles-ci achevées, l’acolyte rapporte les burettes à la crédence.
Le diacre prend le missel, le sous-diacre la pale, et tous deux viennent génuflecter l’un
derrière l’autre. En même temps, le 2° acolyte, qui avait pris à la crédence le voile du calice,
génuflecte derrière eux, et monte à l’autel par le côté Evangile.

19b. Le diacre pose le missel côté Epître, et redescend derrière le célébrant ; le


cérémoniaire monte alors au missel par le côté de l’autel. Quant au sous-diacre, il dépose la
pale côté Evangile. Lorsque le célébrant part au missel lire l’antienne de communion, il vient
au milieu de l’autel et fait glisser le corporal jusqu’au coin Evangile ; là, il essuie et range le
calice, assisté du 2° acolyte. Il reporte ensuite le calice à la crédence, génuflectant au pied de
l’autel. L’acolyte, qui a quitté l’autel par le côté, génuflecte derrière lui et retourne à sa place.
Après avoir déposé le calice, le sous-diacre revient derrière le diacre ; si celui-ci est au milieu
de l’autel, il génuflecte en arrivant.

20. Le diacre reste derrière le célébrant pendant l’antienne de communion et la


postcommunion. Celle-ci achevée, le cérémoniaire ferme le livre et vient présenter au diacre
le carton de l’Ite missa est. Ce dernier se tourne vers les fidèles après le Dominus vobiscum, et
chante l’Ite missa est. Il se remet ensuite face à l’autel, et le sous-diacre vient se placer à sa
gauche pour la bénédiction (sur le degré au-dessous du marchepied). Tous s’agenouillent au
signe du cérémoniaire6 après la réponse de l’Ite missa est, et se relèvent après la bénédiction.
Le sous-diacre monte assister le célébrant pour la lecture du dernier Evangile.

5
Après la fermeture du tabernacle, les céroféraires retournent à la sacristie poser leurs flambeaux, et reviennent au chœur.
6
Les ministres supérieurs s’agenouillent sur le bord du marchepied, les autres ministres se mettent à genoux à leurs places.

[73]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle
Les acolytes prennent leurs cierges à la crédence, et le thuriféraire vient se placer devant
eux : tous les trois partent à l’entrée du sanctuaire (figure 7). A la fin du dernier Evangile, le
célébrant revient au milieu de l’autel ; le diacre monte à sa droite, et tous trois (avec le sous-
diacre) saluent la croix d’autel avant de descendre au pied des marches. Le cérémoniaire
signale alors la génuflexion finale, et tous regagnent la sacristie en respectant l’ordre habituel
de procession (les ministres supérieurs sont l’un derrière l’autre).

SD Cél D
Cér
Ac1 Ac2
Th

figure 7 : procession de sortie

[74]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle

B . F o n c t io n s d u c é ré m o n ia i re à la m e s s e s o le n n e lle

1. Remarques préliminaires

La fonction du cérémoniaire est d’assurer l’exécution correcte et digne de la cérémonie,


et donc de veiller à ce que chacun des ministres accomplisse convenablement son rôle. Il
n’hésitera pas, si besoin est, à les diriger discrètement.

Il veillera de même à la cohésion des mouvements d’ensemble. Pour cela, il claquera les
mains un coup chaque fois que les ministres doivent génuflecter ou se lever, et deux coups
pour s’agenouiller. Ce signal doit être assez fort pour être entendu de tous les ministres, tout
en demeurant discret.

2. La messe

a) De l’aspersion

1. A la sacristie, le cérémoniaire aide le célébrant à revêtir les ornements comme à la


messe basse, puis vérifie la tenue du diacre et du sous-diacre. Quand les derniers clercs de la
procession entrent dans la chapelle, il signale l’inclination (de tête) à la croix, et part en
procession devant les ministres supérieurs.

2a. S’il y a aspersion, arrivé à l’autel, le cérémoniaire vient se placer côté Evangile, en
laissant assez de place pour les ministres supérieurs. Quand ceux-ci arrivent, il signale la
génuflexion, puis tous s’agenouillent au signe du cérémoniaire (ce dernier s’agenouille
toujours in plano).

2b. Il passe le carton au sous-diacre pour l’intonation de l’antienne, puis le repose.


Quand le célébrant (qui se lève tout seul) a aspergé diacre et sous-diacre, tous se lèvent et
génuflectent au signe du cérémoniaire. Le cérémoniaire et le thuriféraire (qui se croisent en
quittant l’autel) précédent les ministres supérieurs pour aller asperger l’assistance.

[75]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle

2c. Arrivés au fond de l’église, cérémoniaire et thuriféraire précèdent les ministres


supérieurs en se croisant au retour. Le cérémoniaire signale la génuflexion et passe à nouveau
le carton au sous-diacre. Il reste debout jusqu’à la fin de l’oraison. Il reprend alors le carton
(qu’il garde avec lui), signale la génuflexion, et précède les ministres sacrés à la banquette.
Là, il passe le carton et le bénitier, puis la chape du célébrant au thuriféraire qui rapporte le
tout à la sacristie. Il aide le célébrant à quitter la chape et à revêtir la chasuble.

b) La messe jusqu’à l’offertoire

3. S’il n’y a pas d’aspersion, le cérémoniaire présente en entrant l’eau bénite au sous-
diacre et au diacre (qui la donne au célébrant).

4. Pour les prières au bas de l’autel, le cérémoniaire se place côté Epître, à la droite du
diacre. Quand les ministres supérieurs sont arrivés à l’autel, il signale la génuflexion, puis se
met à genoux avec les acolytes. Le cérémoniaire répond, se signe et s’incline avec les
ministres sacrés comme à la messe basse.

5. À la fin des prières au bas de l’autel, il fait lever tout le monde et invite le thuriféraire
à se rendre au bas des marches côté Epître. Il s’y rend également, reçoit la navette et monte
avec le thuriféraire sur le marchepied. Il présente au diacre la navette ouverte et assiste à
l’imposition de l’encens, vérifiant que le thuriféraire ne ferme pas l’encensoir avant la
bénédiction (demandée par le diacre). L’encens imposé, il reprend la navette et la rend au
thuriféraire, lorsque celui-ci a passé l’encensoir au diacre. Le cérémoniaire prend alors le
pupitre et le missel, et descend in plano au côté Epître, le temps de l’encensement de cette
partie de l’autel. Puis il remet le missel en place et redescend in plano.

6. Il se tient à droite du diacre pendant l’encensement du célébrant, s’inclinant


profondément avec les ministres sacrés avant et après l’encensement. Il monte ensuite
directement au missel, indiquant de la main droite le début de l’introït. Il se signe et s’incline
avec le célébrant, puis répond au Kyrie avec les ministres supérieurs.

7. Si la schola chante toujours l’introït, ou si le Kyrie est très long, il conduit les
ministres sacrés à la banquette, sans faire aucune révérence à l’autel. Au début du dernier
Kyrie, il les reconduit devant l’autel au bas des marches et signale la génuflexion, puis prend
sa place pour le Gloria ou la collecte.

8. S’il n’y a pas le temps de s’asseoir, le cérémoniaire invite le célébrant (au début du
dernier Kyrie chanté) à se rendre au milieu de l’autel pour l’intonation du Gloria ou du
Dominus vobiscum. S’il y a un Gloria, il descend par le côté en se retournant par sa droite, et
va à sa place (face à l’autel côté Epître). Sinon, il reste au missel pour la collecte.

[76]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle

9. S’il y a un Gloria, il s’incline vers la croix au mot Deo, puis invite les ministres
supérieurs à monter autour du célébrant pour la récitation de l’hymne. Il s’incline et se signe
avec eux. A la fin, il signale la génuflexion (les ministres sacrés génuflectent sur le
marchepied, lui in plano), et les précède à la banquette. Là, il prend sa place face à la nef, et
s’incline vers la croix quand il le faut. Après s’être signé à la fin du chant, il invite les
ministres à se rendre au milieu de l’autel, signale la génuflexion, et monte au missel par le
côté Epître pour la collecte.

10. Le célébrant vient au missel après le Dominus vobiscum : le cérémoniaire s’incline


avec lui à l’Oremus, puis lui indique la collecte. Dès que le célébrant l’entonne, le
cérémoniaire se tourne par sa droite et prend l’épistolaire à la crédence, qu’il tient devant la
poitrine, tranche dans la main droite. Il va à la droite du sous-diacre et lui présente le livre
(inclination médiocre avant et après). Il ne l’accompagne au pied de l’autel (à sa gauche)
qu’après l’inclination de la conclusion de l’oraison7. Il génuflecte avec lui in plano et
l’accompagne au lieu de l’Epître. Il demeure à sa gauche pendant le chant de l’Epître.

11. L’Epître terminée, il répond Deo gratias, vient génuflecter au pied des marches avec
le sous-diacre et suit ce dernier au côté Epître de l’autel. Là, il se place à la droite du sous-
diacre (restant au bas des marches) et reprend l’épistolaire (avec inclinations) quand le sous-
diacre a reçu la bénédiction. Il le pose à la crédence et se place in plano au côté Epître de
l’autel pendant le graduel et l’Alleluia. Il accompagne ensuite les ministres sacrés à la
banquette, sans aucune révérence à l’autel.

c) L’évangile et le Credo

12. Cinq lignes avant la fin du chant8 (y compris la reprise de l’Alleluia), le


cérémoniaire prend l’évangéliaire à la crédence et invite les ministres supérieurs à se rendre à
l’autel. Après la génuflexion, il présente l’évangéliaire au diacre (inclinations), puis invite le
thuriféraire pour l’imposition de l’encens qui se fait comme à l’Introït. L’encens béni, le
thuriféraire garde l’encensoir et reprend la navette. Thuriféraire et cérémoniaire quittent le
marchepied en se tournant l’un vers l’autre. Le cérémoniaire vient se placer derrière le sous-
diacre au pied des marches, sans génuflecter. Quand tous les ministres sont en place, le
cérémoniaire attend la reprise de l’Alleluia (ou équivalent) pour signaler la génuflexion. Il se
tourne vers l’intérieur et suit les acolytes au lieu de l’Evangile. Là tous se mettent en vis à vis,
cérémoniaire face au thuriféraire en attendant le passage du sous-diacre, et se retournent avec
lui. Il se tient donc face aux acolytes, à la droite du diacre.

7
S’il y a plusieurs collectes, le cérémoniaire reste au missel pour tourner les pages et les indiquer au célébrant. Il part à la
crédence au début de la dernière oraison.
8
Six lignes lorsqu’il s’agit d’un Trait. Pour une Séquence, deux lignes ou une strophe valent à peu près une ligne de
grégorien normal (à voir selon les cas).

[77]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle
13. Quand le diacre a chanté le Dominus vobiscum, le cérémoniaire se tourne (par la
droite) vers le célébrant pour lui indiquer de se signer au début de l’Evangile. Il continue de se
tourner par sa droite et reçoit l’encensoir du thuriféraire, qu’il présente au diacre (sans
baisers). Il s’incline profondément avec lui avant et après l’encensement de l’évangéliaire. Il
reprend l’encensoir et, si nécessaire, se tourne vers le célébrant pour l’inclination avant de
rendre l’encensoir au thuriféraire (derrière le diacre). Pendant le chant de l’Evangile, le
cérémoniaire tourne les pages si besoin est ; il fait les inclinations profondes de tête et les
génuflexions tourné vers l’autel.

14. L’Evangile terminé, le cérémoniaire répond Laus tibi Christe, s’écarte pour laisser
passer le sous-diacre, puis va au pied de l’autel génuflecter devant les acolytes. Il se tourne
vers sa droite pour recevoir du sous-diacre l’évangéliaire, et va le poser à la crédence.

15a. S’il y a un sermon, il vient signaler la génuflexion à droite du diacre, puis retourne
à la crédence et s’assied en même temps que les ministres supérieurs. A la fin du sermon, il
les raccompagne à l’autel, et signale la génuflexion.

15b. S’il n’y a pas de sermon, il vient directement se placer pour le Credo ou le début
de l’offertoire.

16a. S’il y a un Credo, il s’incline au mot Deum, puis invite diacre et sous-diacre à
monter réciter le Credo avec le célébrant. Il s’incline, génuflecte et se signe avec eux.

16b. S’il y a le temps de s’asseoir avant le Et incarnatus est chanté, il signale la


génuflexion et conduit les ministres supérieurs à la banquette. Au chant du verset Et
incarnatus est, les ministres supérieurs restent assis, mais les ministres inférieurs
s’agenouillent.

16c. S’il n’y a pas le temps de s’asseoir avant le Et incarnatus est chanté, les ministres
sacrés s’agenouillent au pied de l’autel en même temps que le chœur. Puis le cérémoniaire les
conduit à la banquette après la génuflexion. Si la récitation du Credo n’est pas achevée quand
le chœur chante Et incarnatus est, les ministres inférieurs restent debout.

16d. Après les mots Et homo factus est (et les ministres supérieurs arrivés à la
banquette), le cérémoniaire invite le diacre à se rendre à la crédence. Il y prend la bourse et la
lui présente (avec inclinations) de telle sorte que le diacre l’ait au niveau des yeux, l’ouverture
vers lui. Il l’accompagne à l’autel, génuflecte avec lui et lui tient l’aube quand il monte à
l’autel. Il prend alors sa place au bas des marches. Quand le diacre a déplié le corporal et
avancé le missel, le cérémoniaire signale la génuflexion (que le diacre fait sur le marchepied,
lui in plano) et précède le diacre à la banquette. Il prendra garde pendant tout ce mouvement à
faire l’inclination au Simul adoratur chanté. Revenu à la banquette, le cérémoniaire demeure
face aux fidèles jusqu’à la fin du Credo. Quand le célébrant s’est signé, il invite les ministres
supérieurs à rejoindre l’autel. Ceux-ci se mettent en ligne après la révérence ; le cérémoniaire
vient se placer à la droite du sous-diacre.

[78]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle

17. S’il n’y a pas de Credo, le cérémoniaire vient se placer à la droite du sous-diacre
après la génuflexion s’il y a eu un sermon, ou bien tout de suite après avoir reporté
l’évangéliaire à la crédence.

d) L’offertoire et le Canon

18. À l’Oremus de l’offertoire, le cérémoniaire et le sous-diacre s’inclinent, puis


génuflectent avant de se rendre à la crédence (cérémoniaire à droite). Le cérémoniaire aide le
sous-diacre à revêtir le voile huméral pour prendre le calice9. Quand ce dernier part à l’autel,
le cérémoniaire le suit en apportant les ciboires si besoin est. Sinon, il regagne directement sa
place en bas des marches.

19. Le cérémoniaire reste à sa place jusqu’à l’inclination que le célébrant fait aux mots
In spiritu humilitatis. Il invite alors le thuriféraire à s’avancer pour l’imposition de l’encens,
qui se déroule comme à l’introït. Le thuriféraire quitte l’autel après avoir donné son encensoir,
et le cérémoniaire vient se placer à la gauche du célébrant, en passant derrière le diacre et le
célébrant, sans quitter le marchepied. Il assiste aux encensements les mains jointes, soutenant
le coude du célébrant à chaque génuflexion10. S’il y a des reliquaires sur l’autel, il veille à
déplacer suffisamment le missel pour que le célébrant puisse les encenser sans être gêné.
Après la dernière génuflexion avec le célébrant, le cérémoniaire reste au missel que le 2°
acolyte vient de remettre en place. Il reste ainsi tourné vers la croix pendant l’encensement du
célébrant et le lavabo. Il répond à l’Orate fratres, puis indique au célébrant la(les) secrète(s).
Il met ensuite le missel à la page de la préface, et s’incline avec le célébrant aux mots Gratias
agamus. Pendant la préface, le cérémoniaire se fait encenser après le diacre. Pour cela, il reste
sur le marchepied, se tourne vers le thuriféraire et fait une inclination de tête avant et après.

20. Trois mots avant la fin de la préface, le cérémoniaire se décale un peu à gauche, se
tourne par sa droite et invite le diacre et le sous-diacre à monter autour du célébrant pour
réciter avec lui le Sanctus, puis le cérémoniaire quitte l’autel par le côté et retourne à sa place
en génuflectant au milieu. Il s’incline et se signe normalement pour le Sanctus, mais vérifie
que le sous-diacre a bien mis le missel à la page du canon.

9
S’il n’y a pas eu de Credo, le sous-diacre prend aussi la bourse qu’il met au-dessus du voile huméral.
10
Si le prêtre est revêtu d’ornements gothiques, il soutiendra la partie postérieure de l’ornement, vers l’épaule, afin de lui
faciliter l’encensement.

[79]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle

21. Au Communicantes, le célébrant s’incline au missel puis à la croix. Le cérémoniaire


appelle alors le thuriféraire à ses côtés et impose lui-même l’encens. Quand le diacre
s’agenouille, tous les ministres inférieurs font de même. Le sous-diacre, le cérémoniaire et le
thuriféraire se relèvent à la génuflexion qui suit l’élévation du calice. Le cérémoniaire reste à
sa place jusqu’au Nobis quoque peccatoribus (le célébrant se frappe la poitrine). Il va alors se
placer in plano côté Evangile, en génuflectant derrière le sous-diacre. Quand le diacre
génuflecte sur le marchepied avant de changer de côté, le cérémoniaire fait de même et monte
le remplacer au missel. Il tourne les pages du livre et, à chaque fois que le célébrant
génuflecte, il fait de même en lui soutenant le coude.

e) Du Pater à la fin de la messe

22. Le cérémoniaire reste au missel pendant le Pater. Aux mots Panem nostrum, il
invite le diacre et le sous-diacre à monter côté Epître pour rendre la patène. A la fraction de
l’hostie, il génuflecte avec le célébrant. Aux mots Pax Domini, il se décale sur sa gauche,
tourne par sa droite et fait signe au sous-diacre de monter à côté du célébrant pour l’Agnus
Dei, qu’il récite avec les ministres supérieurs. Puis il génuflecte avec le sous-diacre, quitte
l’autel par le côté, et retourne à sa place en génuflectant derrière le sous-diacre.

23a. Quand le diacre monte à l’autel après avoir donné la paix au sous-diacre, le
cérémoniaire vient génuflecter à la droite de ce dernier et l’accompagne (à sa gauche) pour
qu’il donne la paix au plus digne du chœur.

23b. Au retour, le cérémoniaire génuflecte avec le sous-diacre avant de recevoir la paix


(s’il est clerc), qu’il ira donner au 1° acolyte, puis au thuriféraire. Celle-ci donnée, il prend à
la crédence le carton du Confiteor et retourne à sa place. Tous les ministres inférieurs se
mettent alors à genoux. Il donne le carton du Confiteor au diacre quand celui-ci vient le
chanter au coin Epître. Il ne s’incline pas pendant que le diacre chante, mais reprend le carton
à la fin du Confiteor.

24. Après l’Indulgentiam, les ministres inférieurs se lèvent au signe du cérémoniaire et


prennent place pour la communion. Le cérémoniaire se relève et va se mettre à genoux avec
les acolytes et le thuriféraire comme à la messe chantée quand ceux-ci sont en place au pied
des marches de l’autel. Les ministres inférieurs viennent s’agenouiller sur le marchepied (sans
génuflexion) après la communion du diacre et du sous-diacre. Quand les ministres inférieurs
ont communié, ils se lèvent et se mettent en place pour le mouvement de communion des
fidèles11.

11
En pratique, les ministres inférieurs génuflectent en descendant après avoir communié.

[80]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle

25a. Si un prêtre aide pour la distribution de la communion aux fidèles, le cérémoniaire


laisse le thuriféraire l’accompagner, et assiste les ministres supérieurs en se tenant au côté
Epître du banc de communion. Au retour, il précède les ministres sacrés à l’autel et vient
directement s’agenouiller à sa place.

25b. S’il y a deux prêtres pour distribuer la communion aux fidèles, le cérémoniaire en
accompagne un. Il vient donc se placer côté Epître après avoir communié, et prend un plateau
de communion à la crédence. Il se rend au banc de communion des fidèles à la suite du
thuriféraire, et assiste le prêtre qui donne la communion côté Epître. La distribution terminée,
il raccompagne le prêtre à l’autel et lui donne son plateau de communion. Il retourne
s’agenouiller à sa place sans génuflecter.

26. A la fermeture du tabernacle, tous les ministres inférieurs se lèvent. Il reste en place
pendant les ablutions et monte au côté Epître lorsque le diacre y a déposé le missel ; il indique
au célébrant l’antienne de communion quand celui-ci vient la réciter. Il reste au missel le
temps du Dominus vobiscum, puis indique la (les) postcommunion(s). L’oraison chantée, il
ferme le missel (tranche vers la croix), prend le carton de l’Ite missa est, et descend par le côté
Epître le présenter au diacre. Quand celui-ci l’a chanté, il pose le carton à la crédence et
revient à sa place. Tous s’agenouillent pour la bénédiction finale. A la récitation du dernier
Evangile, le cérémoniaire se tourne vers le canon d’autel. La lecture achevée, les ministres
supérieurs saluent la croix et descendent de l’autel. Le cérémoniaire signale alors la
génuflexion finale, puis retourne à la sacristie derrière les acolytes (ou derrière le clergé). Là,
il signale l’inclination à la croix, puis à l’évêque si celui-ci est présent. Ce n’est qu’ensuite
que tous s’inclinent vers le célébrant. Il aide ce dernier à quitter les ornements12.

12
Il se tient à droite pour aider le célébrant à quitter les ornements.

[81]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle

C . F o n c t io n s d u t h u rif é ra ir e à la m e s s e s o le n n e lle

1. Remarques préliminaires

Le thuriféraire doit pouvoir manipuler correctement son encensoir et effectuer


dignement un encensement. Il n’hésitera donc pas à s’exercer avant la cérémonie.

L’encensoir se tient de la main droite lorsque l’encens est béni, de la main gauche
dans les autres cas. On considère que l’encens n’est plus béni quand toutes les personnes qui
devaient être encensées l’ont été. Durant tout le temps des encensements, le thuriféraire tient
l’encensoir à deux mains.

À la messe solennelle, on ne balance pas l’encensoir, que ce soit en procession ou dans


le sanctuaire. De manière habituelle, le thuriféraire a toujours la navette avec lui, ne la posant
à la crédence que lorsqu’il aura besoin des deux mains (pour donner ou reprendre
l’encensoir).

De la manière d’encenser : On distingue deux manières d’encenser, à savoir


l’encensement à coups simples, et l’encensement à coups doubles.

 L’encensement simple consiste, à élever l’encensoir jusqu’à la poitrine, à le porter sans


arrêt et d’un seul trait vers l’objet à encenser, et à le ramener immédiatement à la
ceinture.
 L’encensement double consiste à élever l’encensoir jusqu’à la hauteur du visage.
Lorsqu'il est dirigé vers l’objet, on lui donne une légère impulsion, puis on le ramène à la
ceinture. L’encensement double comprend donc trois mouvements successifs : 1°
élévation de la main et de l’encensoir (jusqu’à la hauteur du visage), 2° mouvement vers
l’objet à encenser, 3° abaissement pour ramener la main et l’encensoir au point de
départ13.

13
Stercky, tome 1, p 143, n°148.

[83]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle

2. La messe

a) L’aspersion

1. Avant le départ de la procession, le thuriféraire aura préparé son encensoir. A la


sacristie, il prend le bénitier de la main droite et ouvre la procession. Arrivé dans le
sanctuaire, il se met face à l’autel, côté Epître, laissant assez de place pour les ministres
supérieurs. Il génuflecte et s’agenouille in plano avec les autres ministres, au signal du
cérémoniaire.

2a. Le thuriféraire présente alors le goupillon au diacre puis, au signal du cérémoniaire,


se lève, génuflecte et précède les ministres supérieurs pour l’aspersion de l’assistance.

2b. Tous étant aspergés, cérémoniaire et thuriféraire précèdent à nouveau les ministres
supérieurs à l’autel ; tous génuflectent au signe du cérémoniaire, et le thuriféraire (toujours
côté Epître) reçoit du diacre le goupillon. À la fin de l’oraison, il génuflecte au signal du
cérémoniaire, suit les ministres sacrés à la banquette où il reçoit le carton et la chape. Il les
rapporte ensuite à la sacristie ainsi que le bénitier. Il prend l’encensoir et la navette, et rentre
dans le sanctuaire pendant les prières au bas de l’autel. Il génuflecte au milieu et va à sa place
côté Epître, près de la crédence.

b) La messe jusqu’à l’offertoire

3. S’il n’y a pas d’aspersion, le thuriféraire ouvre la procession avec son encensoir
allumé, tenant la navette de la main droite. Il génuflecte seul en entrant dans le sanctuaire,
puis va à côté de la crédence. Il reste debout pendant toutes les prières au bas de l’autel.

4. Après les prières au bas de l’autel, sur invitation du cérémoniaire, il s’avance, passe
la navette au cérémoniaire, monte sur le marchepied, et présente au célébrant son encensoir
ouvert. Il ne le referme que lorsque l’encens a été béni, et le passe au diacre. Puis il reçoit du
cérémoniaire la navette, quitte l’autel en se tournant par sa droite, et va poser la navette à la
crédence. Il revient ensuite se placer derrière le cérémoniaire, qui tient le missel. Il ne fait
aucune inclination pendant l’encensement du célébrant, après lequel le diacre lui rend
l’encensoir. Le thuriféraire reprend alors sa place, qu’il garde jusqu’à l’Evangile.

5. Pendant le chant de l’Alleluia, du trait ou de la séquence, les ministres supérieurs


reviennent à l’autel ; après la génuflexion, le cérémoniaire invite le thuriféraire à s’avancer
pour l’imposition de l’encens, qui se déroule normalement. L’encens béni, le thuriféraire
garde l’encensoir dans la main droite, reçoit la navette des mains du cérémoniaire, et les deux
quittent le marchepied en se tournant l’un vers l’autre. Le thuriféraire dépose la navette à la

[84]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle
crédence et ouvre son encensoir pour la procession d’Evangile (le petit anneau autour du
pouce, le grand à l’annulaire, et le poing fermé). Puis il précède les acolytes au pied de l’autel,
où il se place à droite du cérémoniaire, derrière le diacre. Il génuflecte au signe du
cérémoniaire, se tourne vers l’intérieur, et suit les acolytes au lieu de l’Evangile. Là, il se tient
d’abord face à face avec le cérémoniaire jusqu’à ce que le sous-diacre soit en place. Alors
seulement, il se tourne vers les acolytes, restant à la gauche du diacre.

6. Quand que le diacre chante Sequentia Sancti evangelii, le thuriféraire ferme son
encensoir et, étendant la main derrière le diacre, le donne au cérémoniaire quand celui-ci le
demande. Il s’incline profondément avec le diacre pour l’encensement du missel. Lorsque le
cérémoniaire lui rend l’encensoir, il le tient ouvert de la main droite. A la fin de l’Evangile, il
ferme son encensoir et se retourne vers le célébrant avec le diacre, à qui il donne l’encensoir.
Quand le cérémoniaire quitte l’autel après avoir reçu l’évangéliaire, tous deux s’inclinent
profondément pour l’encensement du célébrant. Puis il reçoit son encensoir (main gauche) et
suit le diacre au pied de l’autel, génuflectant derrière lui.

7a. S’il n’y a ni sermon ni Credo, il retourne à sa place.

7b. S’il y a sermon ou Credo, le thuriféraire va à la sacristie. Il reviendra dans le


sanctuaire après l’Oremus de l’offertoire, ayant allumé un nouveau charbon.

7c. S’il y a sermon et Credo, le thuriféraire dépose l’encensoir à la sacristie, et vient


écouter le sermon depuis le chœur. Au début du Credo, il retourne à la sacristie pour allumer
un nouveau charbon, et rentre à l’Oremus de l’offertoire.

c) De l’offertoire à la fin de la messe


8. Après l’offrande du calice, le cérémoniaire appelle
de nouveau le thuriféraire pour l’imposition de l’encens,
Cér Cél D Ac1 qui se déroule normalement. L’encens béni, il donne son
Th Ac2
encensoir au diacre, reprend la navette, et quitte le
marchepied en se tournant vers l’autel. Après avoir déposé
SD la navette à la crédence, il vient se placer au pied des
marches comme indiqué en figure 1. A la fin de
l’encensement de l’autel, le diacre le rejoint et encense le
figure 1 : encensement du célébrant ; le diacre et le thuriféraire s’inclinent
célébrant à l’offertoire profondément avant et après.

9. Le thuriféraire assiste alors le diacre pour l’encensement du clergé. Après


l’encensement du célébrant, il vient génuflecter à la droite du diacre au pied des marches. Le
thuriféraire est donc à la gauche du diacre quand celui-ci gagne un transept et à sa droite
quand il en revient, pour ce faire, en pratique, il génuflectera toujours à sa droite. Le diacre

[85]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle
encense les prêtres (inclinations médiocres), le reste du clergé, le sous-diacre. Pendant tout ce
mouvement, le diacre et le thuriféraire auront soin de s’incliner au Gratias agamus chanté.

10. Après l’encensement du sous-diacre, le thuriféraire passe à droite du diacre, reprend


son encensoir, et encense de deux coups doubles (avec inclinations médiocres) le diacre
lorsque celui-ci a génuflecté après avoir regagné sa place. De l’endroit où il se trouve, il
encense le cérémoniaire d’un coup simple (inclinations de tête), puis les acolytes de la même
manière. Il quitte alors le sanctuaire et va encenser les fidèles de trois coups simples (milieu,
côté Epître, côté Evangile). Puis il retourne à sa place. (S’il y a des céroféraires, il sort de la
chapelle, et se place devant des céroféraires, l’encensoir dans la main gauche. Au début du
Sanctus, il entre en procession, suivi des céroféraires). Arrivés dans le sanctuaire, ils
génuflectent en ligne, puis le thuriféraire va à sa place, à côté de la crédence.

11. Au Communicantes, le cérémoniaire appelle à nouveau le thuriféraire ; ce dernier


vient se placer à sa droite, et lui passe la navette pour qu’il impose l’encens. Il se met à
genoux in plano à droite du cérémoniaire au signal de celui-ci. Pour la consécration, il fait une
inclination à chaque génuflexion du célébrant, et encense le Saint Sacrement de trois coups
doubles à chaque élévation. Après la dernière génuflexion du célébrant, il se lève avec le
cérémoniaire, reprend la navette et part à la sacristie, où il dépose encensoir et navette.

12. Le thuriféraire revient à sa place dans le sanctuaire, les mains jointes14 : il suivra
alors les mouvements des acolytes. Après avoir reçu la paix, il s’agenouille au signal du
cérémoniaire pour les communions du célébrant.

13a. Après l’Indulgentiam, le cérémoniaire fait lever tous les ministres. Le thuriféraire
prend un plateau de communion à la crédence, et vient se placer à gauche des acolytes au pied
des marches. Tous s’agenouillent au signal du cérémoniaire. Ils communient à cet endroit,
puis le thuriféraire accompagne le prêtre pour la distribution de la communion aux fidèles.
Celle-ci achevée, il précède le prêtre à l’autel, lui donne le plateau, et s’agenouille à sa place,
sans génuflecter.

13b. S’il ne doit pas accompagner de prêtre pour la communion, le thuriféraire vient
s’agenouiller à gauche des acolytes au pied des marches. Il monte avec eux s’agenouiller sur
marchepied pour communier. Il se relève ensuite, génuflecte au bas des marches, puis
retourne s’agenouiller à sa place.

14. A la fermeture du tabernacle, il se lève et reste à sa place, se remettant à genoux


avec tous les ministres pour la bénédiction finale. Au début du dernier Evangile, les acolytes
prennent leurs chandeliers. Le thuriféraire va se placer devant eux, et les précède à l’entrée du
sanctuaire. Tous font la génuflexion pendant le dernier Evangile, puis la génuflexion finale au
signal du cérémoniaire, et repartent à la sacristie en procession, thuriféraire en tête.

14
Il peut rentrer après l’Oremus du Pater.

[86]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle

D . F o n c t io n s d e s a c o ly t e s à la m e s s e s o le n n e lle

a) La messe jusqu’à l’offertoire

1. A la sacristie, les acolytes aident le diacre et le sous-diacre à revêtir les ornements. Ils
prennent ensuite leurs chandeliers, et se placent derrière le thuriféraire pour la procession
d’entrée. Arrivés dans le sanctuaire, ils génuflectent, et partent à la crédence en se tournant
l’un vers l’autre. Ils déposent leurs chandeliers (qu’ils laissent allumés) et prennent place
devant leurs tabourets. Ils s’agenouillent après la génuflexion des ministres supérieurs, au
signal du cérémoniaire. Ils feront durant toute la messe, les mêmes inclinations qu’à la messe
basse.

2. S’il y a une aspersion, les acolytes se relèvent après l’aspersion des ministres
supérieurs au signe du cérémoniaire. Ils restent debout jusqu’au début des prières au bas de
l’autel.

3. Les acolytes sont à genoux pour les prières au bas de l’autel et s’inclinent (au
misereatur etc.) comme le cérémoniaire, puis se lèvent au signe du cérémoniaire, lorsque le
prêtre monte à l’autel. Jusqu’au mouvement d’Evangile, ils s’asseyent et se lèvent en même
temps que le diacre. (S’il faut se mettre à genoux pour la collecte, les acolytes le feront, bien
que les ministres supérieurs restent debout).

4. Pendant l’imposition de l’encens qui précède l’Evangile, les acolytes prennent leurs
cierges à la crédence et y attendent le thuriféraire. Quand celui-ci a déposé sa navette, ils le
suivent au pied de l’autel, et se placent derrière le cérémoniaire et le thuriféraire. Après avoir
génuflecté au signe du cérémoniaire, les acolytes se tournent l’un vers l’autre, précèdent les
autres ministres au lieu de l’Evangile, et s’y placent face à face jusqu’à ce que tous soient en
place. Ils y entourent le sous-diacre, ne faisant aucune révérence pendant l’Evangile. A la fin
du chant, ils suivent le cérémoniaire au pied de l’autel, et génuflectent derrière lui. Ils vont
déposer leurs cierges à la crédence et regagnent leurs places.

5a. Pour le sermon, ils s’asseyent et se relèvent avec le diacre.

5b. Si on doit chanter le Credo, les acolytes génuflectent en même temps que le
célébrant à la récitation du verset Et incarnatus est. Si la récitation du Credo est achevée au
chant de ce verset, les acolytes s’agenouillent, même si le célébrant est déjà assis. Pour le
reste, ils suivent les mouvements du diacre pour s’asseoir et se lever. Ils sont donc debout
pendant que le diacre porte la bourse à l’autel (ordinairement ils ne s’asseyent que lorsqu’il
est revenu de l’autel).

[87]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle
b) De l’offertoire à la fin de la messe

6. Au début de l’offertoire, le sous-diacre vient prendre le calice à la crédence. Dès qu’il


quitte la crédence, le 1° acolyte apporte les burettes à l’autel (il attend d’abord, s’il y a lieu,
que le cérémoniaire soit passé avec les ciboires). Il attend sur le degré en dessous du
marchepied que les ministres supérieurs aient versé le vin et l’eau, pour rapporter les burettes
à la crédence et regagner sa place.

7. Après l’imposition de l’encens, le thuriféraire vient poser sa navette à la crédence,


puis retourne à l’autel. Le 2° acolyte part avec lui, génuflecte seul au pied de l’autel (derrière
le sous-diacre), et se place in plano au côté Evangile de l’autel. Quand le célébrant encense le
côté Epître, le 2° acolyte monte à l’autel prendre le missel, et redescend in plano le temps de
l’encensement du côté Evangile. Après avoir reposé le missel, il regagne le côté Epître
(génuflexion derrière le sous-diacre), et vient directement à côté du 1° acolyte pour le lavabo.

8. Pendant que le 2° acolyte tient ainsi le missel, le 1° acolyte prépare le Lavabo, et se


place au côté Epître de l’autel, à un mètre de la première marche (le diacre doit pouvoir se
mettre in plano devant lui). Le 2° acolyte l’y rejoint, et tous deux montent à l’autel, sur le
marchepied15 immédiatement après l’encensement du célébrant. Ils procèdent au Lavabo, puis
retournent à la crédence déposer la burette d’eau et le bassin. Les acolytes regagnent leurs
places ; le 1° prend la clochette avec lui.

9. Les acolytes se font encenser après le cérémoniaire : ils se tournent pour cela vers le
thuriféraire et répondent à ses inclinations de tête. Le 1° acolyte sonne comme à la messe
basse. Tous deux s’agenouillent en même temps que le cérémoniaire au Qui pridie, mais
restent à genoux jusqu’à l’Oremus du Pater, où ils se lèvent avec le chœur.

10. Lorsque le sous-diacre monte à l’autel déposer la patène, le 1° acolyte vient se


placer derrière lui et génuflecte ; il lui enlève le voile huméral, redescend in plano, génuflecte
en même temps que le sous-diacre, et retourne à la crédence plier le voile et le poser (il veille
à laisser suffisamment de place pour poser le calice que rapportera le sous-diacre à la fin de la
messe) ; puis il regagne sa place.

11. Le 1° acolyte reçoit le baiser de paix du cérémoniaire ; il le transmet au 2° acolyte.


Ils s’agenouillent au signe du cérémoniaire. Après l’Indulgentiam, tous les ministres se lèvent.
S’ils doivent communier, les acolytes vont s’agenouiller in plano au pied des marches entre le
cérémoniaire et le thuriféraire. Tous les quatre montent s’agenouiller sur le marchepied (sans
génuflexion) lorsque les ministres sacrés ont communié, puis ils vont s’agenouiller à leurs
places.

15
Normalement, pendant le lavabo, les acolytes se tiennent sur le degré au-dessous du marchepied. Ils se placent de telle
sorte que le prêtre se lave les mains hors de l’autel.

[88]
Cérémonial – Partie V : la messe solennelle

12. Ils se lèvent à la fermeture du tabernacle, et le 1° acolyte apporte immédiatement les


burettes à l’autel. Il y prend les plateaux de communion qu’il range à la crédence, attend sur
l’avant dernière marche la fin des ablutions pour reprendre les burettes. Il les dépose à la
crédence et retourne à sa place.

Pendant les ablutions, le 2° acolyte prend à la crédence le voile du calice (plié), puis
part au pied de l’autel génuflecter derrière le diacre et le sous-diacre (qui changent le missel et
la pale de côté). Il monte à l’autel par le côté Evangile, dépose le voile sur l’autel et, quand le
sous-diacre approche le calice, il rapproche la bourse. L’acolyte l’assiste pour ranger le calice,
et vient génuflecter derrière lui (en quittant l’autel par le côté) avant de regagner sa place.

13. Les acolytes s’agenouillent au signal du cérémoniaire pour la bénédiction finale. Au


début du dernier Evangile, ils reprennent leurs chandeliers à la crédence, et suivent le
thuriféraire à l’entrée du sanctuaire où ils se croisent. Tous font la génuflexion pendant le
dernier Evangile, puis la génuflexion finale au signal du cérémoniaire avant de retourner à la
sacristie. Là ils aident le diacre et le sous-diacre à quitter les ornements.

[89]
Cérémonial – Partie VI : le salut du Saint-Sacrement

P a rt ie V I : L e S a lu t d u
S a in t -S a c re m e n t

[91]
Cérémonial – Partie VI : le salut du Saint-Sacrement
La piété ecclésiastique se développant à l’époque moderne, un certain nombre de
cérémonies ont vu le jour comme par exemple les saluts du Saint-Sacrement. Aujourd'hui, ils
sont totalement intégrés dans la Liturgie Romaine.

Le salut du Saint-Sacrement peut être effectué seul. Il peut aussi suivre la célébration de
la messe ou des vêpres. Une procession du Saint-Sacrement peut aussi se dérouler au milieu
avec une suite de repositions sur des autels différents. Un temps plus ou moins long, s'il y a
adoration par exemple, sépare donc le début et la fin d’un salut.

De même, plusieurs degrés de solennité peuvent accompagner l'exposition du Saint-


Sacrement.

Le salut est donc envisagé successivement dans son déroulement général, avec un
service très simple puis solennisé pour quelque grande fête.

A . G é n é ra lit é s

Quelque soit le type de salut choisi, il est nécessaire de prévoir :

L’autel:

 une bourse avec un corporal, placée debout du côté de l'évangile ;


 l'ostensoir, juste devant la bourse
 2 rampes de bougies (le nombre variant de 4 à 6) à placer de part et d'autre (il est
impératif qu’il y ait au moins 12 bougies au total, on peut laisser les cierges d’acolyte) ;
 un trône sur lequel est déplié le corporal et repose le Saint-Sacrement ;
 le conopée doit être blanc (sauf si le salut suit un office liturgique) ;
 les reliques doivent être voilées.

La crédence :

 un voile huméral blanc

[92]
Cérémonial – Partie VI : le salut du Saint-Sacrement

Sur les marches d'autel :

 les livres pour les prières diverses et les cantiques prévus pour le salut ;
 la clochette ;
 Tout cela du côté de l'épître.

La sacristie :

 une chape de la couleur du jour si un office précède immédiatement, ou blanc ;


 1’étole de même ;
 1e surplis ou une aube si le prêtre doit célébrer quelque office

Deux servants de messe sont au moins nécessaires et assurent les rôles de cérémoniaire
et thuriféraire.

L'exposition du Saint-Sacrement voit le prêtre (ou un diacre) mettre l'hostie dans


l'ostensoir puis l’encenser de 3 coups doubles. Rien d'autre n'est exigé.

La reposition du Saint-Sacrement est effectuée obligatoirement par un prêtre.

La chorale chante le Tantum Ergo et Genitori ; le Saint-Sacrement est encensé de 3


coups doubles puis l'Oraison "Deus, qui nobis" est chantée par l'officiant. La bénédiction est
donnée par le même. Il est possible de réciter des prières après pour la réparation des
blasphèmes et sacrilèges avant de reposer la lunule dans le tabernacle.

Un chant à la Sainte Vierge clôt la cérémonie.

Lorsque le Saint-Sacrement est exposé, les génuflexions se font à deux genoux avec
inclination moyenne du tronc et l’encens n’est pas béni par le prêtre. Il n'y a pas non plus de
baisers liturgiques.

[93]
Cérémonial – Partie VI : le salut du Saint-Sacrement

B . D é r o u le m e n t d u s a lu t

1. Exposition du Saint-Sacrement :

1. Le thuriféraire (TH), le cérémoniaire (CE) et le célébrant arrivent en procession. Tous


les trois font ensemble une génuflexion au pied des marches et l'officiant monte à l'autel
mettre la lunule dans l'ostensoir. Les deux clercs s'agenouillent in plano, face à l’autel, le
ministre sacré au milieu d’eux sur la marche la plus haute.

2. Après une inclination moyenne, ils se lèvent :

 TH passe à droite et présente l'encensoir ouvert ;


 CE prend la navette et passe la cuillère au prêtre qui remplit l'encensoir ;
 TH laisse à CE l'encensoir et revient à sa place cour s'agenouiller en même temps que le
cérémoniaire donne l'encensoir au prêtre ;
 CE et TH retiennent les manches, de la chape et s'inclinent comme le célébrant avant et
après l'encensement ;
 CE reprend l'encensoir et les deux clercs se lèvent ensemble ;
 TH récupère enfin l'encensoir et tous les deux s'agenouillent à leur place.

(Si l'exposition est suivie d'adoration, les ministres quittent le chœur après une
génuflexion à deux genoux.)

2. Reposition du Saint-Sacrement

3. Au chant du Genitori _ ou après Veneremur Cernui, selon la coutume _ tous les


ministres s'inclinent puis se lèvent pour recommencer la cérémonie de l'encensement du Saint-
Sacrement comme lors de l'exposition.

4. L'officiant récite après l'oraison pendant que CE va chercher le voile le huméral à la


crédence. Le CE pose le voile sur les épaules du prêtre agenouillé puis se met à genoux.

5. Le CE sonne 1 coup lorsque le prêtre fait une génuflexion avant de prendre


l'Ostensoir, puis après la bénédiction, lorsqu'il fait à nouveau une génuflexion après avoir
posé le Saint-Sacrement.

[94]
Cérémonial – Partie VI : le salut du Saint-Sacrement
TH peut encenser de 3 coups doubles pendant la bénédiction mais l'usage contraire est
préférable. S'il le fait, une petite inclination avant et après est indispensable.

CE retire le voile huméral une fois le prêtre agenouillé sur marche du bas ; il va le plier
à la crédence et revient à sa place.

6. Après que le Saint-Sacrement ait été remis dans le tabernacle et celui-ci fermé, les
clercs se lèvent et, avec 1e célébrant, font la génuflexion _ normale cette fois-ci _ avant de
retourner à la sacristie dans le même ordre qu'à l'arrivée.

C . Q u e l q u e s é lé m e n t s s u p p lé m e n t a ire s

1. Les ministres inférieurs

Il est nécessaire de disposer d’au moins deux porte-flambeaux pour la solennité du salut.
Si la cérémonie suit la messe, rien n’empêche d'inclure les céroféraires. Il n'est pas permis
plus de 8 porte-flambeaux.

Les enfants de chœur portant les cierges se placent entre le thuriféraire et le


cérémoniaire (dans la procession d’entrée) et font une génuflexion à la croix d'autel avant de
gagner leur place face à l’autel ou de part et d’autre

Ils sont à genoux depuis l’ouverture du tabernacle, avant l’exposition, jusqu'à sa


fermeture, après la reposition. Ils ne font rien d’autre que de tenir leur cierge sans mouvement
aucun comme pour la messe.

[95]
Cérémonial – Partie VI : le salut du Saint-Sacrement

2. Salut avec un ciboire

L'ostensoir peut être remplacé pour les saluts privés par le ciboire couvert du pavillon.
Dans ce cas là, l'officiant ouvre simplement le tabernacle laissant apparaître le ciboire : le
trône est inutile.

L'encensement n'est pas prescrit pour une simple exposition de ce style.

À la reposition, la bénédiction peut être omise.

Si elle s'effectue, le cérémoniaire s'occupe du voile huméral et de la clochette. Après la


bénédiction, le prêtre peut rester en haut des marches et s'agenouiller sur le marchepied : le
cérémoniaire vient alors chercher le voile huméral après avoir monté les marches de l’autel.

3. Salut sans cérémoniaire

La pénurie de clercs fait que, parfois, il n'y a pas de personnes disponibles pour assister
l'officiant au salut du Saint-Sacrement. Le clerc unique se charge de toutes les fonctions et se
place côté épître.

Pour l'encensement, il confie la navette au prêtre qui remplit alors l'encensoir.

S'il y a bénédiction, il laisse l'encensoir sur les marches pour chercher le voile huméral
et sonner la clochette.

Ce cas précis doit rester une exception malheureuse. Il est tout de même scandaleux que
le Dieu caché ne puisse pas rencontrer plus adorateur "en esprit et en vérité".

[96]
Cérémonial – Partie VII : prise d’insigne et bénédictions

Partie VII : Prise


d’insigne et
bénédictions diverses.

[97]
Cérémonial – Partie VII : prise d’insigne et bénédictions

A. Prise d’insigne

Le prêtre commence par un petit mot rappelant les bienfaits que nous a apportés le
stage (ou le MJCF en général), la réalité de notre engagement au MJCF, la signification de
l’insigne. Ensuite on procède au renouvellement des promesses du Baptême selon une formule
inspirée de celle utilisée pour la veillée pascale. Enfin, le prêtre bénit les insignes et les remet
aux nouveaux membres.

1. Renouvellement des promesses du Baptême

Frères bien-aimés, selon l’enseignement de saint Paul, « nous avons été mis au tombeau
avec le Christ par le Baptême qui nous plonge dans sa mort, et, de même que le Christ est
ressuscité des morts, nous devons, nous aussi, vivre d’une vie nouvelle ; nous le savons, le
vieil homme que nous étions a été crucifié avec le Christ pour que désormais nous ne soyons
plus esclaves du péché. Aussi prenons conscience que nous sommes morts au péché et vivants
pour Dieu dans le Christ Jésus Notre-Seigneur ».

C’est pourquoi, frères bien-aimés, après avoir terminé ce stage, renouvelons les
engagements du saint Baptême, par lesquels nous avons autrefois renoncé à Satan, aux actes
qu’il inspire ainsi qu’au monde qui est ennemi de Dieu, et nous nous sommes engagés à servir
Dieu fidèlement dans la Sainte Eglise Catholique.

Ainsi donc, renoncez-vous à Satan ?

Tous : Nous y renonçons.

Renoncez-vous à toutes ses œuvres ?

Nous y renonçons.

Renoncez-vous à tout son cortège ?

Nous y renonçons.

Croyez-vous en Dieu le Père Tout-Puissant, créateur du ciel et de la terre ?

Nous croyons.

Croyez-vous en Jésus-Christ son Fils unique, Notre Seigneur, qui est né et qui a souffert
la Passion ?

Nous croyons.

[98]
Cérémonial – Partie VII : prise d’insigne et bénédictions
Croyez-vous aussi en l’Esprit-Saint, à la Sainte Eglise catholique, à la communion des
saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair et à la vie éternelle ?

Nous croyons.

Et maintenant, tous ensemble, prions Dieu comme Notre Seigneur Jésus-Christ nous a
appris à prier : Notre Père…

Et que Dieu Tout-Puissant, Père de Notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a fait renaître
par l’eau et l’Esprit-Saint, et qui nous a accordé la rémission de tout péché, nous garde encore
par sa grâce dans le même Christ Jésus Notre-Seigneur pour la vie éternelle. Amen.

Le prêtre asperge l’assistance d’eau bénite.

2. Bénédiction des insignes

Le prêtre bénit les insignes avec la formule suivante tirée de la bénédiction des images
selon le rituel romain (titre VIII, ch. 25).

V. Adjutorium nostrum in nomine Domini. V. Notre secours est dans le nom du


Seigneur.
R. Qui fecit cælum et terram. R. Qui a fait le ciel et la terre.

V. Dominus vobiscum. V. Le Seigneur soit avec vous.


R. Et cum spiritu tuo. R. Et avec votre esprit.

Orémus. Prions.
Omnipotens sempitérne Deus, qui Dieu tout puissant qui ne condamnez pas
Sanctórum tuórum imágines sculpi, aut les images peintes ou sculptées de vos
pingi non réprobas, ut quóties illas óculis saints, afin qu’en les regardant de nos yeux
córporis intuémur, tóties eórum actus et de chair, nous les contemplions des yeux
sanctitátem ad imitándum memóriæ óculis de l’âme pour méditer et imiter leur vie et
meditémur : hanc quæsumus imáginem in leur sainteté : daignez, nous vous en prions
honórem et memóriam unigéniti Filii tui bé?nir et sancti?fier cette image en
Dómini Nostri Jesu Christi adaptátam honneur et souvenir de votre Fils unique,
bene?dícere et sancti?ficáre dignéris : et notre Seigneur Jésus-Christ : et faites en
præsta ; ut quicúmque coram illa sorte que quiconque se sera appliqué à
Unigénitum Fílium tuum supplíciter cólere respecter et honorer humblement votre Fils
et honoráre studúerit, illíus méritis et unique en présence de celle-ci, ayant
obténtu a te grátiam in præsénti, et obtenu de vous par ses mérites la grâce
ætérnam glóriam obtíneat in futúrum. Per dans le présent, il obtienne la gloire
eúmdem Christum Dóminum nostrum. éternelle pour le futur. Par le même Jésus-
Christ Notre Seigneur.
R. Amen. R. Ainsi soit-il.

[99]
Cérémonial – Partie VII : prise d’insigne et bénédictions

Et il asperge les insignes avec l’eau bénite.

3. Imposition des insignes

Puis il les impose : les nouveaux membres le reçoivent l’insigne à genoux après l’avoir
baisé (le prêtre peut les épingler au revers du col).

On termine par un chant.

B. Imposition du scapulaire du Mont Carmel

Ceux qui vont recevoir le scapulaire se mettent à genoux, et le prêtre, revêtu du surplis
et de l’étole blanche, (au moins de l’étole), dit :

V. Adjutorium nostrum in nomine Domini. V. Notre secours est dans le nom du


Seigneur.
R. Qui fecit cælum et terram. R. Qui a fait le ciel et la terre.

V. Dominus vobiscum. V. Le Seigneur soit avec vous.


R. Et cum spiritu tuo. R. Et avec votre esprit.

Orémus. Prions.
Dómine Jesu Christe, humáni géneris Seigneur Jésus Christ, Sauveur du genre
Salvátor, hunc hábitum, quem propter humain, que votre droite sanctifie cet habit
tuum tuæque Genitrícis Vírginis Maríæ de que (votre serviteur) (votre servante) (vos
Monte Carmélo amórem (servus tuus) serviteurs) (vos servantes) va (vont) porter
(ancilla tua) (servi tui) (ancillae tuae) dévotement pour vous et pour l’amour de
devóte est delatúrus (-a) (-i) (-ae) déxtera votre Mère Notre–Dame du Mont Carmel,
tua sanctí?fica, ut eádem Genitrice tua afin que, défendu(e) (s) de l’ennemi malin
intercedénte, ab hoste malígno defensus par l’intercession de cette même Vierge
(-a) (-i) (-ae) in tua grátia usque ad mortem votre Mère, il (-s) (elles) persévèrent dans
persevéret (persevérent) : Qui vivis et votre grâce jusqu’à la mort : vous qui vivez
regnas in sæcula sæculorum. et régnez dans les siècles des siècles.
R. Ainsi soit-il.
R. Amen.

[100]
Cérémonial – Partie VII : prise d’insigne et bénédictions

Il asperge le scapulaire d’eau bénite et l’impose à la personne ou aux personnes (à


chacun en particulier) qui le souhaitent, en disant :

Accipe (-ite) hunc hábitum benedíctum Recevez cet habit béni en demandant à la
precans (-tes) sanctíssimam Vírginem, ut Très Sainte Vierge que par ses mérites
ejus méritis illum pérferas (-atis) sine vous le portiez sans fautes, et qu’il vous
mácula, et (te) vos ab omni adversitáte défende de toute adversité, et vous
deféndat, atque ad vitam perdúcat ætérna. conduise à la vie éternelle.
R. Amen. R. Ainsi soit-il.

Ego, ex potestáte mihi concéssa, recípio te Moi, en vertu du pouvoir qui m’a été
(vos) ad participatiónem ómnium bonórum concédé, je vous reçois à la participation
spirituálium, quæ, cooperánte misericórdia de tous les biens spirituels, qui sont
Jesu Christi, a Religiósis de Monte obtenus par les religieux du Mont-Carmel,
Carmélo peragúntur. In nómine Patris, et en vertu de la miséricorde de Jésus-Christ.
Fílii, ?et Spíritus Sancti. Au nom du Père, et du Fils et du Saint-
Esprit.
R. Amen. R. Ainsi soit-il.

Bene?dícat te (vos) Cónditor cæli et terræ, Que le Créateur du ciel et de la terre, Dieu
Deus omnípotens, qui te (vos) cooptáre tout-puissant qui fut digne de vous
dignátus est in Confraternitátem beátæ introduire dans la Confrérie de la
Maríæ Vírginis de Monte Carmélo : quam Bienheureuse Vierge Marie du Monte
exorámus, ut in hora óbitus tui (vestri) Carmel vous bénisse : nous la prions, afin
cónterat caput serpéntis antíqui, atque qu’à l’heure de votre mort, elle écrase la
palmam et corónam sempitérnæ hereditátis tête de l’antique serpent et que vous
tandem consequáris (consequámini). Per obteniez la couronne de l’héritage éternel.
Christum Dóminum nostrum. Par le Christ Notre-Seigneur.
R. Amen. R. Ainsi soit-il.

Et il asperge les personnes d’eau bénite.

[101]
Cérémonial – Partie VII : prise d’insigne et bénédictions

C. Bénédiction de la médaille miraculeuse

V. Adjutorium nostrum in nomine Domini. V. Notre secours est dans le nom du


Seigneur.
R. Qui fecit cælum et terram. R. Qui a fait le ciel et la terre.

V. Dominus vobiscum. V. Le Seigneur soit avec vous.


R. Et cum spiritu tuo. R. Et avec votre esprit.

Orémus. Prions.
Omnípotens et miséricors Deus, qui per Dieu tout puissant et miséricordieux, qui
multíplices immaculátae Maríae Vírginis par de multiples apparitions sur la terre de
apparitiónes in terris mirabília júgiter pro la Vierge Marie Immaculée avez accompli
animárum salúte operári dignátus es : super des merveilles, daignez bénir cette (ces)
hoc (haec) numismatis signum (signa), médaille (-s) afin que celui (celle ou ceux)
tuam benedictiónem benígnus infúnde ; ut qui la (les) porte (-nt) avec dévotion et
pie hoc (haec) recoléntes ac devóte piété ressente (-nt) son patronage et
gestántes et illíus (illórum) patrocínium obtienne (-nt) votre miséricorde. Par Jésus-
séntiant et tuam misericórdiam Christ, Notre Seigneur
consequántur. Per Christum Dóminum
nostrum.
R. Amen. R. Ainsi soit-il.

Le prêtre asperge la (les) médaille (s) d’eau bénite et l’impose (les impose) en disant :

Accipe (accípite) sanctum Numísma, gesta Recevez cette sainte médaille, portez la
(gestáte) fidéliter, et digna veneratióne fidèlement, et honorez la d’une digne
proséquere (prosequímini) : ut piíssima et vénération afin que la très pieuse et
immaculáta caelórum Dómina te (vos) immaculée Reine des cieux vous protège et
prótegat atque deféndat ; et pietáte suae vous défende ; et, renouvelant les prodiges
prodígia rénovans, quae a Deo supplíciter de la piété, que tout ce que vous
postuláveris (postulavéritis), tibi (vobis) demanderez à Dieu avec supplication vous
misericórditer ímpetreret, ut vivens soit accordé par sa miséricorde afin que,
(vivéntes) ac móriens (moriéntes) in vivant et mourrant dans sa maternelle
matérno ejus ampléxu felíciter requiéscas présence, vous reposiez dans la félicité.
(requiescátis).
R. Amen. R. Ainsi-soit-il

[102]
Cérémonial – Partie VII : prise d’insigne et bénédictions

Kýrie, eléison. Christe, eléison. Kýrie, Seigneur, ayez pitié. Jésus-Christ, ayez
eléison. pitié. Seigneur, ayez pitié.

Pater noster … Notre Père …


Tous bas jusqu’à :

V. Et ne nos indúcas in tentatiónem. V. Et ne nous laissez pas succomber à la


tentation.
R. Sed líbera nos a malo. R. Mais délivrez-nous du mal.

V. Regína sine labe origináli concépta. V. O Reine conçue sans le péché originel.
R. Ora pro nobis. R. Priez pour nous

V. Dómine, exáudi oratiónem meam. V. Seigneur, écoutez ma prière.


R. Et clamor meus ad te véniat. R. Et que ma clameur monte jusqu’à
vous.

V. Dóminus vobíscum. V. Le Seigneur soit avec vous.


R. Et cum spíritu tuo. R. Et avec votre esprit.

Orémus. Prions.
Dómine Jesu Christe, qui beatíssimam Seigneur Jésus-Christ qui avez voulu que
Vírginem Maríam matrem tuam ab orígine votre très bienheureuse Vierge et Mère
immaculátam innúmeris miráculis Marie, immaculée dès la conception, brille
claréscere voluísti : concéde ; ut ejúsdem par d’innombrables miracles, accordez que
patrocínium semper implorántes, gáudia ceux qui implorent toujours son aide,
consequámur aetérna : Qui vivis et regnas obtiennent la joie éternelle ; vous qui vivez
in saecula xaeculórum. et régnez dans tous les siècles.
R. Amen. R. Ainsi-soit-il.

D. Bénédiction des images

V. Adjutorium nostrum in nomine Domini V. Notre secours est dans le nom du


Seigneur
R. Qui fecit cælum et terram R. Qui a fait le ciel et la terre

V. Dominus vobiscum V. Le Seigneur soit avec vous


R. Et cum spiritu tuo R. Et avec votre esprit

[103]
Cérémonial – Partie VII : prise d’insigne et bénédictions

Orémus. Prions.
Omnípotens sempitérne Deus, qui Dieu tout puissant qui ne condamnez pas
Sanctórum tuórum (imágines) sive les images peintes ou sculptées de vos
(effigies) sculpi, aut pingui non réprobas, saints, afin qu’en les regardant de nos yeux
ut quóties illas óculis córporis intuémur, de chair, nous les contemplions des yeux
tóties eórum actus et sanctitátem ad de l’âme pour méditer et imiter leur vie et
imitándum memóriæ óculis meditémur : leur sainteté : daignez, nous vous en prions
hanc, quæsumus, (imáginem) seu bé?nir et sancti?fier cette image ou
(sculpturam) in honórem et memóriam (sculpture) en honneur et mémoire de votre
Unigéniti Fílii tui Dómini nostri Jesu Fils unique, notre Seigneur Jésus-Christ
Christi, (ou de la bienheureuse Vierge Marie, mère
vel beatíssimae Vírginis Maríae, matris de Notre Seigneur Jésus-Christ, ou de saint
Domini nostri Jesu Christi, (e) N.) : et faites en sorte que quiconque se
vel beáti N. (Apóstoli) tui, vel (Mártyris), sera appliqué à respecter et honorer
vel (Pontíficis), vel (Confessóris), humblement votre Fils unique (ou la
vel beátae N. (Vírginis), vel (Mártyris) bienheureuse Vierge Marie ou saint (e) N.)
adaptátam bene?dicere, et sancti?ficáre en présence de celle-ci, ayant obtenu de
dignéris : et præsta ; ut quicúmque coram vous par ses mérites la grâce dans le
illa Unigénitum Fílium tuum présent, il obtienne la gloire éternelle pour
vel beatissimam Vírginem le futur. Par le même Jésus-Christ notre
vel gloriósum (Apostólum), vel Seigneur.
(Martyrem), vel (Pontíficem), vel
(Confessórem),
vel gloriósam (Virginem), vel (Mártyrem)
supplíciter cólere et honoráre studúerit,
illíus méritis et obténtu a te grátiam in
præsénti, et æternam glóriam obtíneat in
futurum. Per (eúmdem) Christum
Dóminum nostrum.
R. Amen. R. Ainsi soit-il.

Le prêtre asperge l’image d’eau bénite.

[104]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

P a rt ie V I I I :
C é ré m o n ia l e n im a g e s

[105]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

1. Messe basse

+ O O O † O O O +
+
+ +


Thuriféraire
 
Acolyte 2 Acolyte 1

Cérémon.

Prêtre

O Cierge de l'autel
† Croix d'autel
+ Croix de bénédiction de l'autel
 Mouvement

Personne

Marche de l'autel

Crédence

Autel

légende

[106]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O +
+
+ +

Acolyte 2 Acolyte 1

Prêtre

procession d'entrée

+ O O O † O O O +
+
+ +

Acolyte 2 Prêtre Acolyte 1

à la fin des prières au bas de l'autel


les acolytes montent s'agenouiller
sur la première marche en face des canons

Introït

[107]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre

Acolyte 2 génuflexion Acolyte 1

le 2ème acolyte se relève avec le premier


le 1er attend le mot Jesus sur la 2ème marche
le 2ème se recule pour laisser passer le premier
Ils s'agenouillent après l'Evangile

Evangile

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre

Servant génuflexion

le servant est à gauche au début de la messe


il fait le tour pour aller chercher le missel
il attend le mot Jesus sur la 2ème marche
il revient à droite en génuflectant au centre
sa place est à doite jusqu'aux ablutions

Avant-messe à un servant

[108]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O +
+ 2 : burettes
+ + 3 : lavabo
Prêtre

Acolyte 2 génuflexion Acolyte 1

1 : l'acolyte 2 monte pour le voile

Offertoire

+ O O O † O O O +
+ 2 : burettes
+ + 3 : lavabo
Prêtre

Servant 4 : revenir à sa
place sans
1 : monter par la droite pour plier le voile génuflexion

Offertoire à un servant

[109]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre Acolyte 1
Acolyte 2

génuflexion

1 : les acolytes vont s'agenouiller des deux côtés de l'autel


2 : à l'Hanc Igitur, ils montent sans génuflexion

Canon

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre
Acolyte 2 Acolyte 1

génuflexion

les acolytes reviennent à leur place des deux côtés de l'autel

après l'élévation

[110]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O +
+
+ + 1 : l'acolyte 1 va
Prêtre chercher le plateau
de communion

Acolyte 2 génuflexion Acolyte 1 sans génuflexion

2 : les acolytes montent communier après l'indulgentiam


3 : tandis que le 1er accompagne le prêtre, le second se rend à gauche

Communion

+ O O O † O O O +
+ 3 : prendre les
+ + burettes
Acolyte 2 Prêtre

génuflexion

1 : les deux acolytes s'agenouillent à leur place


2 : ils génuflectent au centre
pour aller à la crédence

Acolyte 1

Après la communion

[111]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre Acolyte 1
Acolyte 2

génuflexion

1 : le 1er acolyte monte directement


2 : le deuxième le rejoint pour les 2èmes ablutions
3 : ils remettent les burettes sur la crédence
et vont génuflecter au centre

Ablutions

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre

Acolyte 2 Acolyte 1

1 : les acolytes montent en se croisant, le 1er passe devant


2 : le 1er prend le missel, le 2ème le voile
3 : ils redecendent sans se croiser et génuflectent

Voile et missel 1

[112]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre

Servant

Aux ablutions, il va directement à la crédence sans génuflexion


1 : le servant monte à gauche prendre le missel
2 : il génuflecte au milieu et remonte le poser à droite
3 : il descend avec le voile s'il a le temps

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre

Servant

génuflexion
1 : le servant monte à gauche poser le voile
2 : quand le calice est prêt, il descend
par la droite à sa place à gauche
3 : au dernier Evangile, il passe à droite
en génuflectant au centre

voile et missel à un servant

[113]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre

Acolyte 1 Acolyte 2

l'acolyte 1 va poser le plateau de communion à la crédence


ils retournent à leur place ensemble sans génuflecter au centre

Voile et missel 2

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre

Acolyte 2 Acolyte 1

génuflexion

Procession de sortie

[114]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

2. Messe chantée

+ O O O † O O O +
+
+ +

Thuriféraire
 
Acolyte 2 Acolyte 1

Cérémon.

Prêtre

+ O O O † O O O +
+
+ +

Thuriféraire

Acolyte 2 Acolyte 1

Cérémon.

Prêtre

procession d'entrée

[115]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O + Acolyte 1

+
+ +

Prêtre Cérémon.
Acolyte 2
Thuriféraire

prières au bas de l'autel

+ O O O † O O O + Acolyte 1

+
+ + prendre la
navette
la donner
au cér.
Prêtre Cérémon.
Acolyte 2
Thuriféraire

imposition de l'encens

[116]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O + Acolyte 1

+
+ + poser la
Prêtre Cérémon. navette
Thuriféraire

génuflexion
Acolyte 2

Acolyte 1 : prendre le missel


pendant l'encensement du côté Epître

+ O O O † O O O + Acolyte 1

+
+ +
Prêtre Cérémon.
Thuriféraire

Cérémon. : prendre l'encensoir en haut


des marches et descendre Acolyte 2

pour encenser le prêtre

encensement de l'autel et du prêtre

[117]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O + Acolyte 1

+ monter au
+ + missel
Prêtre Cérémon.

descendre quand Acolyte 2

le prêtre entonne Thuriféraire

le gloria

+ O O O † O O O + Acolyte 1

+
+ +
Prêtre

Cérémon.

génuflexion Acolyte 2

avec le prêtre Thuriféraire

aider le prêtre
à s'asseoir
rester debout
face aux fidèles

Introït, Kyrie et Gloria

[118]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O + Acolyte 1

+ prendre
+ + les cierges
Prêtre Cérémon.
Thuriféraire

poser la
navette
Acolyte 2

génuflexion tous ensemble

Cérémon. : prendre le missel

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre

Thuriféraire Cérémon.
Acolyte 2 Acolyte 1

se retourner l'un vers l'autre


marcher coude à coude

Cérémoniaire : poser le missel


descendre à droite du thuriféraire

mouvement d'Evangile

[119]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O +
+
+ +
Acolyte 1 Prêtre
Acolyte 2

Thuriféraire Cérémon. le cérémoniaire


revient à sa place
ou accompagne le prêtre

génuflexion tous
ensemble
aller à la sacristie

après l'Evangile

+ O O O † O O O + Acolyte 1

+
+ + 2 : burettes
Prêtre

Cérémon.

1 : aller-retour Acolyte 2
pour le voile
3 : le cérémoniaire
appelle le thuriféraire
pour l'encensement
comme au début
de la messe
Thuriféraire

offertoire

[120]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O + Acolyte 1

prendre le missel +
pendant + + poser la
l'encensement Prêtre Cérémon. navette
Thuriféraire

revenir à sa
place pour génuflexion
le lavabo Acolyte 2

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre Cérémon. Acolyte 1
Thuriféraire Acolyte 2

le cérémoniaire cér. et th.


monte génuflexion se suivent
au missel ensemble

deuxième encensement et lavabo

[121]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O + Acolyte 1

+
+ +
Cérémon. Prêtre

Acolyte 2

Acolytes : génuflexion, puis aller à sa place

cérof. 6 cérof. 4 cérof. 2 Thuriféraire cérof. 1 cérof. 3 cérof. 5


génuflexion, retournement par paire
l'un vers l'autre
et vont à la sacristie
au retour, ils reviennent à ces places

mouvement des céroféraires

+ O O O † O O O +
+
+ +
Cérémon. Prêtre l'acolyte impose
l'encens
Thuriféraire
Acolyte 2 génuflexion Acolyte 1

après l'élévation
il ramène l'encensoir à la sacristie

cérof. 6 cérof. 4 cérof. 2 cérof. 1 cérof. 3 cérof. 5

position pendant l'élévation

[122]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O +
+ 1 : il prend
1 : il s'agenouille + + le plateau et va
au Domine non Cérémon. Prêtre s'agenouiller
sum dignus

Acolyte 2 Acolyte 1

2 : les quatre se rassemblent après l'indulgentiam, génuflectent et s'agenouillent Thuriféraire

cérof. 6 cérof. 4 cérof. 2 cérof. 1 cérof. 3 cérof. 5

3 : les céroféraires communient à leur place

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre

Cérémon. Acolyte 2 Acolyte 1 Thuriféraire

cérof. 6 cérof. 4 cérof. 2 cérof. 1 cérof. 3 cérof. 5

2 céroféraires se les autres se tournent face à face


rendent à la
table de communion

mouvement de communion

[123]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O +
+ prendre les
+ + burettes
Acolyte 2 Prêtre Acolyte 1

génuflexion Cérémon.

cérof. 6 cérof. 4 cérof. 2 Thuriféraire cérof. 1 cérof. 3 cérof. 5

les céroféraires ramènent


leurs cierges à la sacristie
et reviennent à leur place

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre Acolyte 1
Acolyte 2

génuflexion Cérémon.

Thuriféraire

1 : le 1er acolyte monte directement


2 : le deuxième le rejoint pour les 2èmes ablutions
3 : ils remettent les burettes sur la crédence
et vont génuflecter au centre

ablutions

[124]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre

Acolyte 2 Acolyte 1 Cérémon.

1 : les acolytes montent en se croisant, le 1er passe devant Thuriféraire

2 : le 1er prend le missel, le 2ème le voile


3 : ils redecendent sans se croiser et génuflectent
4 : ils remontent en se croisant
5 : l'acolyte 1 attend que l'acolyte 2 ait donné la bourse
6 : ils redescendent, génuflectent et reviennent à leur place
7 : le cérémoniaire monte au missel pour la communion

+ O O O † O O O + Acolyte 1

+
+ +
Prêtre Cérémon.

génuflexion
Acolyte 2

1 : le cérémoniaire montre le carton d'intonation au prêtre Thuriféraire

2 : il se rend à gauche en génuflectant au milieu


3 : il s'agenouille pour la bénédiction
4 : il se rend à gauche pour tenir le canon

fin de la messe

[125]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O + Acolyte 1

+
+ +
Cérémon. Prêtre

Acolyte 2
Thuriféraire

1 : mise en place pendant le dernier évangile


2 : génuflexion au signal du cér.
3 : retour à la sacristie

procession de sortie

[126]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

3. Salut du Saint-Sacrement

O O O † O O O +
+
+ +

Thuriféraire
Procession

Cérémon.

Prêtre

+ O O O † O O O +
+
+ +

Thuriféraire Prêtre Cérémon.

Génuflexion

[127]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre

Exposition du Saint-Sacrement

Thuriféraire Cérémon.

Clercs à
genoux

+ O O O † O O O +
+
+ +

Prêtre

Thuriféraire Cérémon.

Inclinaison profonde

avant de se lever

pour imposer l'encens

[128]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O +
+
+ +

P T

Imposition de
Cérémon. l'encens

+ O O O † O O O +
+
+ +

Prêtre

Thuriféraire Cérémon.

Encensement: les clercs


soutiennent la chappe

[129]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O +
+
+ +

Prêtre

le cérémoniaire
T C récupère l'encensoir
et le rend au thuriféraire

Echange d'objet(s) ou
circulation d'un objet

+ O O O † O O O +
+
+ +

Thuriféraire Prêtre

Le cérémoniaire doit prendre le voile huméral

[130]
Cérémonial – Partie VIII : cérémonial en images

+ O O O † O O O +
+
+ +

Prêtre

Thuriféraire

Cérémon. Le cérémoniaire pose le voile


huméral sur les épaules du prêtre

+ O O O † O O O +
+
+ +
Prêtre

Thuriféraire Cérémon.

Le prêtre monte à l'autel pour donner la bénédiction

[131]
Cérémonial – Conclusion

C o n c lu s io n

“Ad Majorem Dei Gloriam”

L'ensemble des cérémonies et rites de la Liturgie Catholique n'a pour unique finalité que
de vérifier cette devise citée ci-dessus, bien connue mais trop souvent oubliée.

Le culte extérieur et le culte intérieur se doivent donc d'être parfaits, d'être à l'image de
Celui à qui ils s'adressent, le premier soutenant le second et le second animant le premier.

Les enfants de chœur doivent se rappeler la sainteté des Mystères auxquels ils
collaborent, parfois de très près, afin que, par la Sainte Liturgie, refleurisse en eux "Le
véritable esprit chrétien" selon la phrase de Saint Pie X.

"La Liturgie, c'est la joie de Dieu"

[132]