Vous êtes sur la page 1sur 2

Yann GALUT

Député du Cher

Georges FENECH
Député du Rhône

Eric BOCQUET
Sénateur du Nord

M. Christiane TAUBIRA

Garde des sceaux
Ministère de la justice
13, place Vendôme
75042 Paris cedex 01

Eva JOLY
Députée européenne

Paris le 15 juin 2015.
Dossier :
Affaire Kerviel/Société Générale

Madame la ministre,
Courrier n :
YG_2015_0172_ON

En votre qualité de Garde des sceaux vous êtes la garante du bon
fonctionnement de la justice de notre pays, et vous en portez l’exigence
d’équité et de régularité.
En octobre 2010, le tribunal correctionnel de Paris a jugé sur l’affaire
dite Kerviel et a déclaré Jérôme Kerviel coupable d’abus de confiance,
d’introduction frauduleuse de données dans un système automatisé et de faux
et usage de faux ; et l’a condamné à cinq ans de prison, dont trois fermes et à
4,9 milliards d’euros de dommages et intérêts.
Cette condamnation a été confirmée par la Cour d’appel de Paris en
octobre 2012. La Cour de cassation a quant à elle cassé le volet civil de
l’affaire pour la renvoyer devant la Cour d’appel de Versailles, laquelle s’est
refusée, comme toutes les juridictions précédemment saisies, à la mise en
place d’une expertise judiciaire s’agissant des pertes alléguées par la Société
Générale.
L’affaire Kerviel, emblématique de la crise financière qui a secoué
notre pays, mais aussi de la place et du pouvoir des banques dans notre
démocratie, a soulevé et soulève encore de nombreuses interrogations que
nous devons considérer avec le sérieux et la gravité des sommes qu’elles
engagent.
Ces interrogations et ces doutes persistants portent sur les
responsabilités réelles de la banque Société Générale dans le délit qui a été
jugé, et sur l’efficacité de la justice de notre pays.
En avril 2015, selon des informations rendues publiques, le
commandant de police Nathalie Le Roy, en charge de l’enquête sur laquelle
s’est appuyée la condamnation de Jérôme Kerviel, a exposé devant le juge
Roger Le Loire ses doutes quant aux conclusions de l’investigation qu’elle a
menée.
Assemblée nationale - 126, rue de l’Université, 75355 Paris Cedex 07 SP
Tel. 01.40.63.50.47 - Email : ygalut@assemblee-nationale.fr - Site internet : www.yann-galut.com

Dans ce témoignage devant le doyen des juges d’instruction, cette enquêtrice
respectée qui, depuis a approfondi ses investigations à la faveur des plaintes
déposées par la défense de Jérôme Kerviel, remet littéralement en cause la
sincérité et la fiabilité des éléments qui lui ont été communiqués par la Société
Générale, et affirme avoir été manipulée par la banque.
En quelques mots, Nathalie Le Roy, dont les précédentes conclusions
avaient conduit à déclarer Jérôme Kerviel seul coupable, affirme aujourd’hui
avoir été trompée.
Il s’agit là d’un témoignage majeur dans l’affaire Kerviel auquel le
ministère public ne peut rester sourd car il engage le sens et la justesse des
décisions qu’il a rendues.

Dossier :
Affaire Kerviel/Société Générale

Courrier n :
YG_2015_0172_ON

Si Nathalie Le Roy a été trompée, alors la justice, qui s’est fondée sur
ses conclusions est elle aussi susceptible de l’avoir été. Cela, notre République
et les valeurs qui la commandent, ne peuvent l’autoriser.
La loi n° 2014-640 du 20 juin 2014 relative à la réforme des procédures
de révision et de réexamen d'une condamnation pénale prévoit qu’une révision
d’un procès est envisageable lorsqu’apparait dans une affaire un fait ou un
élément nouveau pouvant faire naître un doute sur la culpabilité du condamné.
Dans le cas de l’affaire dite Kerviel, le témoignage du Commandant Nathalie Le
Roy constitue incontestablement un élément nouveau qui oblige notre justice à
reconsidérer la décision rendue à l’encontre de Jérôme Kerviel.
La défense de Jérôme Kerviel a introduit une demande de révision du
procès devant la Cour de révision et de réexamen. Nous parlementaires,
invitons le ministère de la justice à se joindre à cette demande, car c’est la
justice française, elle-même, qui se retrouverait entachée par l’hypothèse d’une
telle erreur.
Il ne s’agit pas pour votre ministère de prendre parti en faveur de l’un
ou l’autre des protagonistes. Il s’agit, en respect du droit, et dans l’objectif que
nous savons que vous poursuivez, de rechercher la vérité, et de faire la lumière
s’agissant d’un dysfonctionnement grave de l’appareil judiciaire dont vous êtes
la gardienne.
L’idéal républicain que nous partageons ne tolère pas l’ombre. Il vous
appartient de hisser la justice de notre pays à sa hauteur.
C’est la responsabilité de votre ministère, c’est son devoir, et son honneur.
Nous demandons au ministère de la justice d’engager une procédure de
révision du procès de l’affaire dite Kerviel.

Assemblée nationale - 126, rue de l’Université, 75355 Paris Cedex 07 SP
Tel. 01.40.63.50.47 - Email : ygalut@assemblee-nationale.fr - Site internet : www.yann-galut.com