Vous êtes sur la page 1sur 24

NUME:BOGDAN MARIANA

SPECIALITATEA:ENGLEZA-FRANCEZA
ANUL:II
GRUPA II
Les Belges se sont forgés une réputation en matière de gastronomie. Les
moines bénédictins flamands ont "inventé" la bière. Charles de l'Ecluse,
connu sous le nom de Clusius, est un Flamand qui a beaucoup contribué
à la diffusion de la pomme de terre dans toute l'Europe. Les anciens
livres de cuisine font souvent référence aux spécialités belges. Quant à la
"haute cuisine" moderne, la Belgique figure également dans le peloton
de tête. La Belgique compte par habitant autant d'étoiles au Michelin
que la France. La Belgique jouit d'une excellente renommée
internationale dans le monde de la gastronomie. Les plats traditionnels
côtoient les produits régionaux. La Belgique compte ainsi 80 sortes de
fromages différents, soit proportionnellement plus que la France, la
Hollande et la Suisse réunies. On distingue 400 sortes de pralines et une
variété infinie de pâtisseries, crêpes, tartes, gâteaux et gaufres. De plus,
chaque région possède une préparation traditionnelle de viande ou de
poisson.

L'agneau et le mouton

Un certain mystère entoure l'origine du chicon. La tradition veut que ce


légume belge ait été découvert par hasard, durant la période troublée au
cours de laquelle la Belgique a conquis son indépendance.
Pendant les jours troublés de la Révolution de septembre 1830,
l'agriculteur schaerbeekois Jan Lammers déserte sa ferme. A son
retour, il constate avec étonnement que les racines de chicorée, qu'il a
laissées dans sa cave et recouvertes d'une couche de terre, ont donné des
feuilles blanches.
Ce qui est arrivé à Lammers arrive bientôt aux autres agriculteurs :
vers 1840, il y a une surproduction de racines de chicorée, due à la
mauvaise récolte des betteraves.
Entassées dans des granges et des étables obscures, les racines se
mettent rapidement à germer et à donner des pousses jaunâtres.
Le plus ancien précurseur du chicon actuel est décrit par un savant du
16ème siècle, Rembert Dodonée, dans son célèbre "Cruyde Boeck"
(répertoire botanique), comme étant un légume apparenté à l'endive.
Dans son "Dictionnaire d'Agriculture" de 1751, La Chesnaye
mentionne une méthode particulière de culture de la barbe-de-capucin
(chicorée sauvage), inspirée de la culture du champignon en France.
Dans des caves sombres, les racines sont recouvertes de 30 centimètres
de fumier, et après 25 jours, des feuilles blanches apparaissent.
De la barbe-de-capucin au savoureux chicon, il n'y a plus qu'un pas à
franchir. En 1850-1851, dans les caves du Jardin botanique de
Bruxelles, le cultivateur en chef Bresiers fait blanchir ou jaunir des
légumes apparentés à la chicorée sauvage.
Il place les racines verticalement, côte à côte, les recouvre ensuite de
terre mélangée à du fumier, et les arrose. Bientôt apparaissent les
premières pousses de chicon. C'en est fini de la barbe-de-capucin
cultivée en cave, sans terre.
Le chicon nécessite, en revanche, la pleine terre. En 1860, le père Joseph
Lekeu entreprend de sélectionner les graines. L'essor du chicon peut
commencer. Le nouveau légume est très rapidement apprécié par les
gourmets et son succès commercial est assuré.
La chicorée sauvage au goût amer, qui, dans l'Ancien Monde, poussait
le long des routes, est devenue un délicieux légume et un produit
d'exportation très demandé.
Aucun autre légume ne traduit aussi subtilement la richesse et les
caractéristiques du "terroir" belge. Le chicon est, indéniablement, l'or
blanc de Belgique.
Grâce à un climat favorable, à un sol fertile, au savoir-faire des
cultivateurs flamands et à un système de production, vente et contrôle
de la qualité ultra modernes, la Flandre située au coeur de l'Europe,
s'est muée en une des principales régions horticoles européennes.
La notoriété de nos fruits et légumes flamands dépassent largement les
frontières de l'Europe. 40% de la production de légumes flamands est
exportée notamment vers la France et l'Allemagne qui sont deux de nos
plus importants acheteurs.
70% de la production de fruits flamands sont exportés vers nos pays
voisins. Le Royaume-Uni, l'Europe de l'Est et la Scandinavie sont des
marchés en pleine expansion.

Les frites

"Une frite mayonnaise !" Rares sont les Belges à n'avoir jamais
prononcé cette phrase. Car les frites occupent une place à part entière
dans la culture gastronomique du pays.
S'il existe bien un symbole de la Belgique, c'est la frite. Son origine reste
pourtant relativement indéterminée. Le terme "French Fries" semble
attribuer la paternité de cette invention culinaire à nos voisins français.
Faux ! Répliquent les puristes, les frites sont bien nées chez nous.
Selon les dires, cette recette aurait vu le jour en bord de Meuse, entre
Dinant et Liège.
Les habitants pauvres de cette région avaient l'habitude d'accompagner
leurs repas de petits poissons frits. Mais lorsque le fleuve était gelé et
qu'il leur était impossible de pécher, des pommes de terre coupées en
longueur et cuites à l'huile faisaient office d'accompagnement.
Il y a autant d'incertitude sur l'invention des frites que sur le début de
leur commercialisation.
En 1861, un entrepreneur belge appelé Frits aurait ouvert un stand
vendant ce produit. Il lui aurait donné son nom. Alors, pourquoi nos
amis anglo-saxons les appellent-ils "French Fries"?
La justification la plus souvent évoquée date de la première guerre
mondiale. Les alliés américains et anglais auraient alors goûté ce plat en
compagnie des soldats belges dont la langue véhiculaire était le
français… d 'où la confusion.
C'est ainsi qu'ils seraient rentrés au pays avec la recette des "French
Fries".
En Belgique, les frites se dégustent à toutes les sauces dans les friteries
ou "Frit kot".
Et pour obtenir des frites croustillantes, les Belges ont leur secret:
plonger les frites non pas "une fois" mais deux fois dans l'huile.
Et cette spécialité belge s'exporte à merveille. Les Français raffolent du
fameux "steak frites salade".
Les Américains ont récemment découvert la véritable frite belge avec
l'ouverture, à New York, de plusieurs friteries calquées sur le modèle
belge et tenu par des compatriotes.

Le chocolat

La Belgique est aussi le pays du chocolat. Le chocolat est à la base de


bien des recettes délicieuses En morceau, en poudre, liquide ou solide
cette douceur a acquis dans notre pays un niveau que même nos amis
suisse nous envient. Le belge consomme plus de 20 kilos de chocolat par
an et le pays compte près de 300 chocolatiers qui produisent 218.000
tonnes de chocolat par an dont 60% sont exportés pour une valeur de 41
milliards de francs belges. belge que le chicon ou la bière, le chocolat
n’as pas fini de séduire grâce à sa finesse, sa qualité et son bon goût. Les
variétés de chocolat sont nombreuses ; la qualité change énormément
d’une variété à l’autre. Il faut beaucoup de travail et d’attention pour
faire un bon chocolat. Le chocolat est doté de nombreuses qualités
nutritives. Il est riche en éléments minéraux (notamment en
magnésium), il possède une haute teneur énergétique et des vertus anti-
stress.

Les pralines

En barre, bâton, tablette, poudre ou nappage, le chocolat belge s'offre à


tous les goûts. Sa recette la plus raffinée est sans conteste la praline,
inventée en Belgique en 1912. Chez les Belges, la praline désigne une
friandise ou une bouchée de chocolat fourrée, aux multiples saveurs.
Français et Belges n'ont pas la même acception du mot praline.
En France, il s'agit d'une amande ou d'une noisette grillée, enrobée de
sucre cuit et glacé. Cette recette a été inventée par le cuisinier du
maréchal du Plessis-Praslin, l'ambassadeur de Louis XIII. On parlait à
l'époque de "pralisne".
En Belgique, la définition de la praline évoque un bonbon au chocolat,
généralement fourré.
Jean Neuhaus en est le créateur. D'abord confiserie pharmaceutique, la
maison Neuhaus, fondée en 1857, s'est transformée, au fil des années, en
pâtisserie renommée dans toute la ville.
En 1912, Jean Neuhaus Junior met au point la première bouchée au
chocolat fourré, qu'il baptise praline. Trois ans plus tard, il invente un
nouveau type d'emballage en carton: le fameux ballotin. L'entreprise ne
cesse alors de composer de nouvelles recettes pour ses pralines.
L'attrait de cette friandise réside dans le mélange entre le chocolat
fourré et la garniture au chocolat. Les chocolatiers prennent le plus
grand soin à choisir les meilleurs cacaos ainsi que les ingrédients les plus
fins pour constituer le fourrage de la praline.
La qualité du chocolat est déterminée par le choix des fèves de cacao et
le dosage des ingrédients qui lui donneront toutes ses caractéristiques
(son parfum, son toucher, sa couleur, ...)
L'artisan fabrique et décore ses pralines en grande partie
manuellement. Chacune de ses créations bénéficie d'une touche
personnelle, signature d'un produit unique, la praline.
Aujourd'hui, la Belgique compte plusieurs dizaines de chocolatiers-
praliniers. Nombreux sont les chocolatiers-confiseurs qui ont conquis les
marchés étrangers, en défendant une spécificité nationale.

Spéculoos

Le biscuit aux épices sucré et croquant pour toutes les heures de la


journée Petits et grands en raffolent. Certains Belges commencent la
journée avec un petit spéculoos glissé entre deux tranches de pain bien
beurrées, d'autres l'apprécient à quatre heures.
Mais tous s'accordent pour dire que la texture sèche du spéculoos se
marie divinement avec les boissons chaudes. C'est la raison pour
laquelle nombre de cafés et restaurants offrent un spéculoos en
emballage individuel avec le café ou le thé.
Sous cette variante, les spéculoos sont étroits et fins mais il en existe
aussi d'autres formes. Avant la Saint-Nicolas, fêtée le 6 décembre, les
boulangers préparent des spéculoos artisanaux dans des moules en bois
en forme de Saint-Nicolas, d'âne, de fleurs, etc.
Mais quel est le secret de cette friandise délicieuse ?
La recette de base est très simple : farine, beurre, œufs, épices et sucre
candi. Ce dernier ingrédient est très important. Il s'agit de vergeoise
brune, et non blonde, faite à base de jus de betterave soumis à une
double cuisson, d'où son goût délicat de caramel.
Avec les épices, c'est ce qui détermine le goût caractéristique des
spéculoos. Pour ce qui est des épices, chaque boulanger utilise son
propre mélange fait de cannelle, gingembre, clou de girofle, noix de
muscade, cardamome, poivre blanc et vanille dont l'arôme s'épanouit
pleinement lorsque l'on laisse la pâte reposer une nuit avant la cuisson.
D'ailleurs, c'est à ces épices, et plus particulièrement au mot latin
"species" les désignant, que le spéculoos doit son nom.
Une autre explication fait dériver le mot de "speculator", c'est-à-dire
l'homme qui voit tout (un surnom de Saint-Nicolas).
Certains cuisiniers belges utilisent les spéculoos comme ingrédients dans
des glaces, des mousses à base de gélatine, des ragoûts de lapin ou, en
petits morceaux, comme fond de tarte. Un fabricant de biscuits belge a
exporté la spécialité vers les autres pays européens.
Pour initier les gourmets étrangers au goût particulier du spéculoos, il a
enrobé ses biscuits de chocolat, une formule qui a remporté un grand
succès même si, selon les puristes, le vrai spéculoos est sans chocolat et
peut tout au plus être orné d'une amande effilée.
Enfin, dernier conseil pour les gourmets : le spéculoos frais est un régal
mais vous pouvez aussi conserver les biscuits dans une boîte métallique
hermétique où ils resteront délicieusement croquants.

Les gaufres

Spécialité culinaire belge, les gaufres se dégustent en toute circonstance,


nature ou nappée de sucre, crème fraîche, chocolat…
Chaque région du pays possède sa propre recette, même si les
ingrédients de base (la farine, le lait, le sucre, les œufs) ne varient pas.
Les plus célèbres sont, sans aucun doute, les gaufres de Bruxelles.
Le mot gaufre, emprunté au francique, signifie "gâteau de cire
d'abeille". De nos jours, le terme indique une pâtisserie cuite dans un
gaufrier.
La Belgique est particulièrement renommée pour les gaufres de
Bruxelles et de Liège. La première est grande, rectangulaire et très
légère. Elle se déguste chaude. Les rues commerçantes de la Capitale et,
de plus en plus, de la côte belge, regorgent de nombreux vendeurs.
Le succès de cette spécialité culinaire typique ne se dément pas. Difficile
en effet de ne pas se laisser tenter par les odeurs alléchantes émanant de
la cuisson de la pâte.
La recette des gaufres de Bruxelles nécessite de la farine, de la levure,
de la cassonade, du lait, de l'eau, du beurre, du sel et, bien entendu, des
blancs d'oeufs battus.
Le secret de la légèreté tient surtout aux blancs d'oeufs fouettés. Leur
mélange aux autres ingrédients doit se faire avec précaution afin de ne
pas briser la mousse.
La gaufre de Bruxelles peut être dégustée nature, recouverte de crème
fraîche, de sucre ou, en saison, de fraises.
Sa cousine, la gaufre de Liège est plus petite, plus sucrée et plus dense.
Les recettes varient selon les régions et se transmettent de générations
en générations. Le gaufrier est l'outil indispensable à la préparation des
gaufres.
D'abord fabriqué en fonte, nos ancêtres les faisaient chauffer sur la
gazinière ou dans les braises de la cheminée. Depuis, les appareils
électroménagers équipés de résistances ont remplacé les fers
traditionnels.

L'HUILE D'OLIVE, EXCELLENTE ASSURANCE SUR LA VIE !

L'huile d'olive: la plus saine de toutes les matières grasses!


En effet, elle est naturellement libre en chSa composition, à certains
égards comparable à celle du lait maternel, joue un rôle essentiel dans le
développement du cerveau et des os chez les bébés et les enfants.Chez
l'adulte elle diminue le mauvais cholestérol et combat l'artériosclérose,
qui constitue l'une des principales causes de mortalité dans nos régions
industrialisées où le beurre et la graisse de porc sont utilisées en cuisine.
Elle a également des effets bénéfiques sur les ulcères à l'estomac et sur
les troubles digestifs. Facilement absorbée par les intestins, elle
fonctionne également comme laxatif douxolestérol puisqu'elle est riche
en acides gras mono insaturés (77 %) précieux dans la composition des
lipides, eux-mêmes essentiels dans la reproduction des cellules, éléments
fondamentaux de tout organisme vivant.
Chaque région propose ses propres spécialités culinaires:
Bruxelles, capitale du royaume de Belgique, a surtout conservé des
plats aux douces saveurs sucrées. Gaufres, spéculos mais aussi pralines,
craquelins ou encore pistolets raviront les plus gourmands. Autre met,
plus consistant, les tartines au fromage blanc, que l'on déguste
accompagnées de quelques bocks de Gueuze, de Kriek, de Blanche ou de
toute autre bière belge.

Bruges tient sa renommée gastronomique à ses chocolats fins. De


nombreux chocolatiers proposent leurs produits. De même, un musée
du chocolat, appelé Choco-Story, présente le chocolat sous toutes ses

formes.
La réputation culinaire de Gand réside quant à elle dans son waterzooï,
bouillon de poisson ou de poulet, ainsi que dans sa moutarde extra-
forte, son genièvre, et ses friandises aux noms insolites : Zaffelare,
Bassevelde, Schellebelle, etc.

La "bolleke", ancienne spécialité de la brasserie De Koninck, constitue


la principale spécialité d'Anvers.

Enfin, Liège a donné son nom à quelques mets : la salade liégeoise,


composée de pommes de terre, haricots verts, lard, oignon et persil ou
encore les rognons à la liégeoise, cuisinés au "péket", c'est-à-dire au
genièvre.

Recettes de la cuisine Belge


Recettes gourmandes

Waterzoi de poissons ou soupe de poissons

Pour 6 personnes :
5 kg de poissons de mer
2 anguilles
1 litre de moules
50 g de beurre
1 oignon
2 échalotes
3 blancs de poireaux
3 carottes
1 coeur de céleri
1 bouquet garni avec du persil
2 jaunes d'oeuf
20 cl de crème
30 cl de vin blanc
1 litre de fumet de poisson tout prêt sel poivre.

Demandez à votre poissonnier de dépouiller les


anguilles. Ecaillez videz lavez et séchez les autres
poissons. Epluchez et lavez les carottes le céleri et
les blancs de poireaux. Taillez-les en lamelles et
en bâtonnets réguliers. Pelez les échalotes et
l'oignon. Débitez-les en fines rondelles. Dans une
grande sauteuse faites étuver les légumes émincés
dans le beurre chaud pendant 5 mn. Ajoutez le vin blanc en mélangeant.
Laissez réduire de moitié à feu vif. Mouillez avec le fumet ajoutez le
bouquet garni. Couvrez laissez bouillonner 15 mn. Nettoyez les moules
et faites-les ouvrir dans une casserole sur feu vif. Décoquillez-les
réservez la chair. Filtrez le jus. Posez les anguilles et les poissons coupés
en tronçons sur les légumes. Ajoutez le jus des moules sel et poivre.
Remettez sur le feu couvrez. Laissez frémir 10 à 15 mn. Otez les
poissons. Filtrez le jus de cuisson. Laissez-le réduire d'un tiers. Dans un
bol fouettez les jaunes d'oeuf avec la crème. Ajoutez une louche de jus
de cuisson. Transvasez dans la sauteuse. Ajoutez les moules et
réchauffez sur feu doux en remuant. Versez sur les poissons. Servez
avec du pain beurré.

Recette du lapin aux poireaux

Ingrédients
Pour 4 à 5 personnes.
1 lapin
1 botte de poireaux
20 grammes de beurre
1 cuillère à soupe de moutarde
2 dl de crème fraîche
3 dl de vin blanc
2 cuillères à soupe d'huile
1 cuillère à soupe de persil haché
1 cube de bouillon de volaille
1 cuillère à soupe de farine
1 pincée de safran
sel et poivre
à servir avec pommes de terre

Préparation
Découpez d'abord le lapin, les deux cuisses, les pattes de devant, les dos
en plusieurs morceaux. On peut laisser la tête, certains l aiment. Ou
bien achetez un lapin prédécoupé en surgelé et faites décongelé.
Prélevez le blanc des poireaux, après un nettoyage énergique. Et mettez
de côté.
Dans une cocotte (terre cuite émaillée) faites fondre le beurre et l'huile
jusqu'à léger frémissement et faites revenir les morceaux de lapin, en les
retournant de temps en temps, couvercle ouvert, jusqu'à ce qu'ils soient
bien dorés de chaque côté. Saupoudrez alors la farine sur le tout et
mélangez immédiatement.
Versez alors le vin blanc (on dit mouillez avec le vin blanc), mettez-en
un peu plus si nécessaire, ajoutez le cube de bouillon en l'émiettant et les
blancs de poireaux découpés en tronçons (2 cm).. Portez le tout à
ébullition, puis baissez le thermostat ou la flamme et continuez la
cuisson à feu doux, couvercle posé, pendant une heure.
Préparez alors la sauce. Mélangez crème fraîche, moutarde, persil
haché et safran. Versez le tout dans la cocotte (après la première heure
de cuisson), assaisonnez selon votre goût avec sel et poivre, et laissez
encore mijoter cinq minutes, du moment que le feux est très doux, vous
pouvez laisser mijoter jusqu'à une demi-heure, le lapin et les poireaux
n'en seront que plus savoureux, ayant eu le temps de s'imprégner.

Vous servirez le lapin avec des pomme de terre bien fermes et cuites
juste à point. Vous devez pouvoir en couper des fines tranches sans que
le chair ne s'émiette.

Les frites belges

Même si elles sont belges, les frites sont appelées ""french Fries"" et
pourquoi les anglophones les considèrent-ils comme françaises ?

On dit que des soldats américains et anglais les auraient goûtées lors
de la Première Guerre mondiale en Wallonie. Pas très fort en
géographie, ils auraient confondu cette région où l'on parle français,
avec la France, d'où l'appellation de french fries :-)

Les baraques à frites existent depuis plus de 100 ans. La popularité de la


frite se serait étendue en Belgique avec l'industrialisation du pays, le
cornet de frites se révélant un repas économique et rapide pour les
ouvriers. On trouve toujours des baraques à frites, aussi appelées
fritures, dans tout le pays, y compris dans la capitale.

Les Bruxellois font des détours pour les


frites d'Antoine, établi depuis plus de 50 ans à la place Jourdan. Chez
Antoine, comme dans les meilleures baraques à frites, on sert les frites
salées dans les cornets traditionnels obligatoirement faits de trois
épaisseurs de papier. Il est de bon ton, même chez les Belges de bonne
famille, de manger les frites achetées dans les baraques à frites avec les
doigts

La cuisson des frites se fait en deux fois, en Belgique.

Procurez-vous de belles pommes de terre (Bintjes de préférence) et une


friteuse remplie de graisse a frite, d'huile végétale
Epluchez les pommes de terre, et coupez les en bâtonnet, lavez les et
essuyez les.
Si vous avez le temps, laisser les tremper dans l'eau pendant une heure.
Essuyez-les.
Plongez les dans la graisse à 160° 8/10 min, ensuite les retirer et les
égoutter.
Chauffez votre graisse a 180°
Plongez les frites 4/5 min
Sortez les et égouttez fortement.
Salez selon le goût

En Belgique allez dans une friterie belge ou une "friture" ou encore une
"frituur", ils sont tous synonymes de friterie.
Fondue à la bière

500 g d'emmental,
500 g de comté,
50 cl de bière blonde,
2 gousses d'ail,
1 jaune d'oeuf,
1 cuillerée à café de fécule de pomme de terre,
1 cuillerée à soupe de marc,
sel, poivre,
pain de seigle,
du pain pumpernickel,
pain aux graines de pavot,

Découpez les pains en cubes, disposez-les sur un plat puis réservez-les.


Coupez les fromages en dés.

Frottez l'intérieur d'un caquelon avec les gousses d'ail pelées. Placez les
dés de fromage, versez la bière.

Chauffez en intercalant éventuellement une plaque isolante entre le


récipient et la source de chaleur, et faites fondre le fromage doucement.
Tournez à l'aide d'une cuillère en bois jusqu'à ce que le mélange prenne
consistance d'une crème lisse.

Salez et poivrez. Incorporez la fécule avec le marc. Posez le caquelon sur


son chaud, au centre de la table.

Chacun piquera un morceau de pain au bout d'une longue fourche, le


plongera dans le poêlon et le retirera enrobé de fromage. Lorsque la
fondue arrive à sa fin, incorporez rapidement un jaune d'oeuf.

Conseil : pour une fondue plus sophistiquée, vous pouvez aussi préparer
des cubes de blancs poulet cuits à la vapeur, de Pommes de terre
vapeur, des petits bouquets de chou-fleur, des bouquets de fenouil ou de
pommes.
Les Boulets à la Liégeoise

Ingrédients: Pour 4 personnes -

500 g de haché porc-boeuf


1/2 échalote hachée
100 g de pain imbibé de lait
sel, poivre et muscade
1 c à s de persil haché
1 oeuf entier
50 g de beurre
1 c à s de sucre fin
2 c à s de vinaigre
200 g d’oignon émincé
thym, laurier et marjolaine
2 cuillerées à café de Sirop de Liège ou pâte à tartiner aux fruits
40 raisins secs.

Mélanger le haché avec l’échalote, le pain, le persil, l’œuf, le sel, le


poivre et la muscade et former 8 boulettes.

Faire chauffer le beurre et colorer les boulettes sur chaque côté, les
sortir et les placer sur une assiette. Déglacer avec le vinaigre et le sucre,
laisser évaporer la moitié et ajouter les oignons, le thym, le laurier et la
marjolaine.

Placer les boulettes sur le lit d’oignons et mouiller d’eau à mi-hauteur.


Laisser frémir 20 minutes à couvert.

Retirer les boulettes sur l’assiette avec la moitié des oignons, mixer la
sauce et la passer au chinois. Ajouter le Sirop de Liège et les raisins secs,
rectifier l’assaisonnement et remettre les boulettes dans la sauce,
réchauffer avant de servir.

Soupe des Brasseurs,

1 litre de bière blonde légère,


lard de poitrine,
1/2 chou vert,
2 carottes,
2 navets,
1/2 pied de céleri,
40 g de betterave crue,
25 g d'orge perlée,
semoule de riz,
2 jaunes d'oeufs,
crème fraîche,
bouillon de poule,
tranche de pain de mie,

beurre,
saindoux,
un morceau de sucre,
poivre, sel

Couper les légumes et le lard en petits dés.


Faire revenir doucement le lard dans le saindoux, ajouter les légumes
(sauf les betteraves), laisser étuver quelques instants.
Verser la bière.
Dès qu'elle bout, ajouter le bouillon puis la semoule, l'orge perlée et le
sucre.
Saler. Poivrer.
Faire cuire 1h30 très doucement à couvert.
Hors du feu, verser la crème mélangée aux jaunes d'oeufs, remettre sur
feu très doux en tournant pour épaissir.
Ajouter la betterave coupée en minuscules petits dés.
Parsemer de croûtons frits dans le beurre.
Servir très chaud.

Le stoemp grand-mère

Ingrédients : (Pour 3 à 4 personnes)


1 kg de pommes de terre assez fermes
1 gros oignons
+/- 400 gr de cornedbeef
+/- 200 gr d'haricots blancs
Sel, poivre
Beurre
1 boîte de saucisses cocktails

Epluchez les pommes de terres et les couper en cubes.


Epluchez les oignons et les hacher grossièrement.
Chauffer le beurre dans une casserole et faire suer les oignons, ajouter
les pommes de terre. Saler légèrement, poivrer et mouiller avec un peu
d'eau.
Laisser cuire à feu moyen, surveiller et ajouter de l'eau si ça colle.
Quand les pommes de terre sont presque cuites, ajouter le corned beef,

les haricots et les saucisses coupées en rondelles.


Laisser mijoter à feu doux +/- 10 minutes.
Servir très chaud, avec de la moutarde selon les goûts.

Pâté gaumais

C'est une tourte de viande de porc marinée au vin blanc.

Ingrédients pour 4 personnes

1kg de viande de porc côtelettes coupée en dés de 2 cm

La marinade est constituée de :


un verre de vin blanc sec
1 cuillerée à soupe d'huile d'olive
5 cuillerées à soupe de vinaigre
2 gousses d'ail écrasées
6 belles échalotes
4 feuilles de laurier
bouquet de thym et persil
4 clous de girofle, sel, poivre

La pâte est faite de :


500g de farine blanche
20g de levure de boulanger
150g de beurre
20cl de lait entier
1 cuillerée à soupe de saindoux
2 oeufs
1 jaune d'oeuf battu avec un peu d'eau
2 pincées de sel

Préparation:
Faire mariner au frais la viande pendant 48h dans
la marinade en remuant de temps à autre.
Pour préparer la pâte levée, mélangez les
ingrédients susmentionnés et laissez reposer la
boule de pâte pendant 90 minutes dans un linge au
chaud.
Laissez doubler de volume puis divisez, mélangez, laissez de nouveau
reposer pendant 60 minutes.
Divisez ensuite en deux parts égales pour former deux cercles de pâte.
Le premier sera placé dans une tourtière graissée et farinée en
remontant le pourtour sur les bords du moule. Piquez le fond et
préchauffez le four à 200°c.
Etendre la viande dans le moule et couvrir avec le second cercle de pâte
dont les bords mouillés seront serrés puis décorés. Percez le centre de la
pâte supérieure d'une petite cheminée faite de papier alu. Badigeonnez
du jaune d'oeuf battu et laissez cuire au four pendant 1h 30.

Oeufs à la Meulemeester

Ingrédients pour 4 personnes


4 œufs
50 grammes de beurre
6 queues de langoustines cuites
6 tranches de salami
4 cuillères à soupe de poivrons rouges hachés
1 cuillère à café de moutarde
sel, poivre
½ bol de crème
1 bouquet de persil
1 morceau de gruyère sec
Plongez les œufs dans une casserole d'eau bouillante et faites-les cuire
durant une dizaine de minutes, de façon qu'ils soient durs, mais que le
jaune ne verdisse pas.
Plongez-les dans l'eau froide. Lorsqu'ils sont bien refroidis, coupez-les
en tranches fines (c'est généralement plus facile avec un coupe œuf).
Puis faîtes fondre du beurre dans un plat, disposez dessus les tranches
d'œufs, les queues de langoustines, le salami, les poivrons hachés
.L'ensemble doit être coloré et décoratif.
Recouvrez avec la crème, préalablement mélangée à la moutarde, avec
un peu de sel et de poivre.
Ajoutez des coquilles de beurre, du persil haché et de gruyère en fines

lamelles par-dessus le tout.


Mettez à four chaud et laissez cuire jusqu'à ce que le gruyère forme une
couche dorée

Carpaccio aux chicons

Ingrédients :
200 g de rosbeef
1 cl de vinaigre balsamique
sel, poivre
7 cl d'huile d'olive (extra vierge)
2 chicons
4 tranches de pain blanc
6 c. à café de purée d'anchois
50 g de beurre de ferme
1 c. à soupe de jus de citron.

Placer la viande une demi-heure au congélateur


Mélanger le vinaigre avec une pincée de sel jusqu'à ce que celui-ci soit
totalement dissous.
Y ajouter la moitié de l'huile d'olive en fouettant et poivrer la
vinaigrette.
Parer le chicon, en retirer le coeur amer et le couper en rondelles. Le
mélanger à la vinaigrette et le laisser macérer.
Couper la viande en très fines tranches et répartir ce carpaccio sur des
assiettes. Dresser la salade de chicons sur la viande.
Mélanger la pâte d'anchois avec le beurre et un filet de jus de citron. En
badigeonner les tranches de pain et couper celles-ci en tronçons de 2 cm
de large. Griller le pain dans une poêle anti-adhésive.
Dresser le pain sur les assiettes et arroser le carpaccio du reste d'huile
d'olive

Carbonnade à la flamande

La carbonade à la flamande est un grand classique de la gastronomie


belge.
Ingrédients :

6 tranches de bœuf maigre (paleron)


250 grammes d’oignon
50 grammes de beurre
1 cuillère à soupe de moutarde
150 grammes de pain rassis
1,5 l de bière
1 cuillère à soupe de cassonade (sucre roux)
1 cuillère à soupe de vinaigre
thym, laurier, sel, poivre

Dans une cocotte dans laquelle vous aurez fait chauffer un peu de
beurre, faites colorer la viande sur chaque face, tranche par tranche.
Salez et poivrez. Retirez les tranches au fur et à mesure.
Faites revenir les oignons émincés dans la même cocotte. Lorsqu’ils sont
bien blonds, ajoutez la cassonade. Laissez caraméliser quelques
secondes, puis versez-y le vinaigre et remuez rapidement hors du feu.
Dans la même cocotte, placez par couches alternées les oignons et la
viande. Ajoutez le bouquet garni et la moutarde. Salez, poivrez et
émiettez le pain pour en saupoudrer la dernière couche.
Mouillez de bière à hauteur, couvrez et mettez à four doux pendant 3
heures.

La brioche de Verviers

La veille, préparation :
30 min. Repos : 1 h + 2 heures.
Le jour même, préparation : 10 minutes. Repos : 3 h Cuisson : 60 mins
Pour 6 personnes
250 g de farine
250 g de beurre
2 gros oeufs
1 cuillerée à soupe de sucre en poudre
7 g de levure de boulanger
6 pralines roses
1/2 cuillerée à café de cannelle en poudre
1 cuillerée à café de vanille en poudre
sel

La veille

Sortez un peu à l'avance le beurre du


réfrigérateur. Mettez le quart de la farine en
fontaine avec, au milieu, la levure émiettée et
délayée avec 2 cuillerées à soupe d'eau tiède.
Incorporez la farine en ajoutant si nécessaire, un
peu d'eau tiède pour obtenir une pâte assez
molle qui servira de levain. Roulez-la en boule,
incisez-la en croix, posez la dans une terrine et couvrez avec un linge.
Mettez à lever dans un coin chaud jusqu'à ce que ce levain double de
volume : il faut compter environ 1 h.

Disposez en fontaine le reste de farine; battez les oeufs avec 3 cuillerées,


à soupe d'eau tiède, le sucre et 1 pincée de sel versez le tout dans le
creux central. Mélangez vivement, pétrissez 1 minute puis étalez et
mettez le levain au centre : incorporez-le de façon à obtenir une pâte
homogène. Pétrissez énergiquement jusqu'à ce que cette pâte ne colle
plus aux doigts : comptez au moins 15 minutes de pétrissage.

Travaillez ensuite 225 g de beurre ramolli à la cuillère ; puis incorporez-


le à la pâte, toujours en pétrissant. Faites-en une boule, mettez la dans
un grand saladier, couvrez celui-ci d'un torchon, laissez lever jusqu' au
lendemain.
Le jour même

Recommencez à pétrir cette pâte en lui incorporant la cannelle et la


vanille. Roulez-la en boule, laissez la encore lever 3 h. Beurrez la plaque
du four. Faites alors chauffer le four (th 6 à 7 - 200 C)

Faites tomber la boule de pâte au milieu de cette plaque. Avec la lame


d'un couteau pointu, fendez-la largement en croix sur une épaisseur de
3 cm ; puis refendez-la (toujours sur 3 cm) ; en décrivant un cercle à
environ 2,5 cm du bord. Répartissez les pralines dans les creux. Glissez
la plaque au centre du four et laissez cuire 35 à 40 min. Attendez 5 min
après l'avoir sortie, puis mettez la brioche sur une grille. Cette brioche
se mange tiède ou froide.

Un délicieux dessert
Sabayon à la Chimay Bleue

Ingrédients:

4 jaunes d'oeufs
1 bouteille de 33cl de Chimay Bleue
du sucre fin
une demi coquille d'oeufs pour le dosage
Préparation

Mettez les jaunes dans un poêlon au bain marie


En utilisant la coquille comme doseur, ajoutez 4 doses de sucre fin
En mélangeant, ajoutez 8 doses de Chimay Bleue
Battez le tout pour obtenir une mousse légère mais compacte
Servez directement dans des verres à Chimay
Suggestions:

Vous pouvez accompagner ce sabayon d'une boule de glace (vanille ou


autre, au choix).

Tarte aux macarons

Ingrédients
Pour 6 personnes.

Pour la pâte: 140 g de farine, 60 g de fécule, 60 g de beurre, 50 g de


sucre, 1 oeuf, 1/2 sachet de levure.

Pour la garniture: 200 g de ricotta, 200 g de macarons durs, 100 g de


sucre, 1 oeuf entier.

La pâte: dans une terrine, tamisez la farine, la levure et la fécule.


Ajoutez le beurre divisé en parcelles, l'oeuf entier et le sucre. Travaillez
du bout des doigts et formez une boule. Prélevez-en un quart que vous
réserverez pour la décoration. Etendez la pâte, chemisez-en un moule à
tarte de 22 cm de diamètre. Piquez le fond à la fourchette. La garniture:
dans un linge, pilez les macarons. Dans une terrine, battez l'oeuf entier
avec le sucre, la ricotta écrasée à la fourchette et les macarons.
Mélangez parfaitement. Garnissez le fond de pâte de cette préparation
et posez, par place, sur le dessus des boulettes de 0,5 cm de diamètre
préparées avec la pâte réservée. Mettez à cuire à four moyen 180øC
(thermostat 6) pendant 40 minutes.

Café liégois

Préparation : 10 minutes
Réfrigération : 2 à 3 heures

Ingrédients : pour 1 personne

1 tasse de café
1 morceau de sucre
2 boules de glace à la vanille
1 peu de chantilly

Mélangez le café et le sucre. Mettre au réfrigérateur jusqu'à ce qu'il soit


glacé et mettre les 2 boules de glace sur le café. Décorez avec la
chantilly.

La Belgique [...] est capable de retenir le touriste, non seulement par ses
sites qui peuvent rivaliser avec les plus réputés, mais aussi par les bons
plats de terroir qui, joints à la bonne humeur proverbiale des habitants
de ce pays, font dire au pèlerin après ses promenades : bonne table, bon
accueil, on est bien en Belgique."

Sources:

-www. Gastronomie - Commune de Dour [Belgique].mht


-www. La gastronomie in Belgique.mht
-www. Amnesty International - L’Espace jeunes - Rubrique 6 GASTRONOMIE
BELGE.mht
-www. Belgique - Gastronomie, le guide de voyage.mht
-www. Gastronomie - silvousplait_fr, une édition de l'Office Belge de Tourisme
Wallonie-Bruxelles Gastronomie belge.mht
-www. MicroBlog » Gastronomie en Belgique.mht
-www. Authenticity - La cuisine belge.mht
-www. Belgique Recettes de Cuisines Gastronomie, recettes de cuisine et traditions
en Europe_ Information et Tourisme Européen.htm
-www. Gastronomie Belgique Toutes les spécialités culinaires du pays.mht
-www. Recettes Belgique (cuisine belge) - Recettes de cuisine belge (Belgique) -
Belgique (cuisine belge)s cuisine Epicurien.mht
-www. Belgique 2008 - Google Recherche de Livres.mht
-www. Belgique, gastronomie, recette, artistes, BD, toute la famille vous aime -
Windows Live.mht