Vous êtes sur la page 1sur 28

FOOTBALL

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

Iftar : 20h14 Imsak : 03h29 MÉTÉO 26° : ALGER 36° : TAMANRASSET p. 2
Iftar
: 20h14
Imsak : 03h29
MÉTÉO
26°
: ALGER
36° : TAMANRASSET
p. 2
Jeudi 25 Juin 2015 - 8 Ramadhan 1436 - N° 1000 - 3 e année
Jeudi
25 Juin 2015 -
8 Ramadhan 1436 -
N° 1000 - 3
e année
- Prix : Algérie
: 10
DA. France
: 1€
www.dknews-dz.com
Message au
Président Bouteflika
du Président Béji
Caïd Essebsi
M. Lamamra reçu
à Beyrouth par
le président du
Parlement et le Premier
ministre libanais
« L'UE doit prendre
en considération
les spécificités des
pays dans sa politique
de voisinage »
P. 28
P. 28
P. 6
ALGÉRIE-TUNISIE
ALGÉRIE-LIBAN

LES INSTRUCTIONS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE APPLIQUÉES À LA LETTRE

RAMADHAN :

Pas de flambée des prix

Kamel Cherif

Le mois de Ramadhan est caractérisé cette année par une stabilité des prix des produits de large consommation. On est donc loin de cette flambée des prix récurrente dont se plaignaient les Algériens. Il faut rappeler, qu'un mois avant le début du Ramadhan, le président de la République Abdelaziz Bouteflika avait présidé un Conseil des ministres (fin mai 2015) au cours duquel il avait instruit les services concernés à veiller à contenir la hausse des prix des produits alimentaires qui survient chaque année durant le mois de Ramadhan. Le Président Bouteflika avait notamment instruit le ministère du Commerce à prendre des mesures pour garantir l'approvisionnement du marché en céréales et laitages et assurer un appoint substantiel à l'approvisionnement en viandes rouges et blanches. Le chef de l'Etat avait instruit les services concernés à engager la mise en œuvre effective du dispositif législatif et réglementaire pour la généralisation de la facturation et l'encadrement des marges à travers les circuits commerciaux.

P. 3

des marges à travers les circuits commerciaux. P. 3 SELON M M E BENGHEBRIT ÉDUCATION SANTÉ

SELON M ME BENGHEBRIT

ÉDUCATION

SANTÉ : BOUDIAF SORT DE SA RÉSERVE Les services des urgences des hôpitaux réservés aux "véritables" urgences

P. 4

FERME INSTRUCTION DU MINISTRE DES TRANSPORTS :

Le secteur de l'Education

4 ministères instruits

a besoin de 14.000

à intégrer les diplômés

«La nouvelle aérogare de Annaba, doit être livrée impérativement»

P. 4

à 20.000 nouveaux

enseignants par an

P. 3

en licence, master et magister en tamazight

P. 3

SANTÉ
SANTÉ
en licence, master et magister en tamazight P. 3 SANTÉ DIABÈTE : Un patch pour tester
DIABÈTE : Un patch pour tester le taux de sucre dans le sang Pages 14-15
DIABÈTE :
Un patch
pour tester
le taux
de sucre
dans le sang
Pages 14-15

CULTURE

M. AZZEDINE MIHOUBI

Un «recensement du patrimoine archéologique et culturel» national en préparation

P. 16

LIGUE DES CHAMPIONS (PHASE DE POULES/ 1 RE JOURNÉE) : Tous contre l'ES Sétif P.
LIGUE DES CHAMPIONS
(PHASE DE POULES/
1 RE JOURNÉE) :
Tous contre
l'ES Sétif
P. 25
MDN
MDN

10

contrebandiers

arrêtés à In Guezzam,

plus de 100 kg de kif traité saisis à Tlemcen

P.3

10 contrebandiers arrêtés à In Guezzam, plus de 100 kg de kif traité saisis à Tlemcen

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Jeudi 25 Juin 2015 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:39

2

DK NEWS

Jeudi 25 Juin 2015

D’

EIL

CLIN CLIN 2 DK NEWS Jeudi 25 Juin 2015 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:39

Horaires des prières

2 DK NEWS Jeudi 25 Juin 2015 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:39 Dohr 12:51
2 DK NEWS Jeudi 25 Juin 2015 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:39 Dohr 12:51
Fajr 03:39 Dohr 12:51 16:42 Asr Maghreb 20:14 Isha 21:55
Fajr
03:39
Dohr
12:51
16:42
Asr
Maghreb
20:14
Isha
21:55

Régions Nord : 26° à Alger

Brume et nuages bas en matinée sur les côtes Ouest et Cen- tre puis généralement ensoleillé avec quelques foyers orageux isolés vers l'intérieur. Temps partiellement nuageux sur l'Est avec quelques pluies parfois orageuses vers l'intérieur. Les vents seront variables modérés. La mer sera peu agitée.

Régions Sud : 36° à Tamanrasset

Temps voilé de l'extrême Sud-Ouest vers le Sahara Central et Oriental avec des orages locaux et enso- leillé ailleurs. Les vents seront variables modérés avec du sable.

 

Max

M i n

Alger

26°

19°

Oran

26°

20°

Annaba

26°

20°

Béjaïa

27°

21°

Tamanrasset

36°

21°

JOURNÉE NATIONALE DU TOURISME

Ghoul à Mostaganem

21° JOURNÉE NATIONALE DU TOURISME Ghoul à Mostaganem Dans le cadre des festivités de la Journée

Dans le cadre des festivités de la Journée nationale du tourisme, le mi- nistre de l’Aménagement du Terri- toire, du Tourisme et de l’Artisanat, le Dr Amar Ghoul, effectuera au- jourd’hui, une visite de travail et d’ins- pection des projets du secteur dans la wilaya de Mostaganem.

CNAN NORD Réception du navire «Constantine»

Le ministre des Transports, M. Boud- jemaâ Talai, présidera ce matin, au port d’Alger, la cérémonie de réception du nouveau navire de transport de mar- chandises «Constantine» de la compa- gnie Cnan Nord.

CE SOIR AU CARREFOUR DES ARTISTES

Soirée chaâbi avec Mokdad zerrouk

Dans le cadre de son programme de soirées ramada- nesques, l’Etablis- sement Arts et Cul- ture de la wilaya d’Alger, organise ce soir à partir de 22h30 au Carrefour des artistes, une soirée chaâbi animée par l’ar- tiste Mokdad zerrouk.

soirée chaâbi animée par l’ar- tiste Mokdad zerrouk. CE MATIN AU FORUM DE LA SÛRETÉ NATIONALE

CE MATIN AU FORUM DE LA SÛRETÉ NATIONALE Conférence à l’occasion de la Journée mondiale de la lutte contre la drogue

A l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la lutte contre la drogue qui coïncide le 26 juin de chaque année, le Forum de la Sûreté nationale abritera au- jourd’hui, une conférence ani- mée par Mme Dhimi Djazia, de l’Office nationale de lutte contre la drogue, en présence des ca- dres de la Sûreté nationale, des représentants de la société ci- vile et la presse nationale.

de la société ci- vile et la presse nationale. FRONT EL MOUSTAKBAL Conférence ce soir à

FRONT EL MOUSTAKBAL

Conférence ce soir à l’hôtel Safir

Le président du Front El Moustak- bal, M. Abdelaziz Belaïd, animera ce soir à partir de 21h30 à l’hôtel Safir, une conférence qui portera sur «les enjeux de la sécurité territoriale en Algérie».

«les enjeux de la sécurité territoriale en Algérie». CE MATIN À 10H30 AU FORUM DE DK
«les enjeux de la sécurité territoriale en Algérie». CE MATIN À 10H30 AU FORUM DE DK
CE MATIN À 10H30 AU FORUM DE DK NEWS APN Commémoration du 180 e anniversaire
CE MATIN À 10H30
AU FORUM DE DK NEWS
APN
Commémoration
du 180 e anniversaire
de la bataille
de la Mactaâ
Le Forum de DK
News accueillera ce ma-
tin à 10h30, la Fonda-
tion Emir Abdelkader,
dans le cadre de la com-
mémoration du 180 e an-
niversaire de la bataille
de la Mactaâ. La confé-
rence se déroulera en
présence de M. Moha-
med Amine Boutaleb,
le Pr Si M’hamed Benre-
douane, le Pr Boudje-
maâ Haichour, le Dr
Daho Djerbal, le Dr Ab-
delkader Boutaleb, Sli-
mane Ben Aziz, et d’au-
tres invités de marque.
La rencontre aura lieu
au Centre de presse de
notre publication, sis au
3, rue du Djurdjura, Ben
Aknoun, Alger.
ELLE SE TIENDRA AUJOURD’HUI
Conférence
internationale pour la
reconstruction du Népal
La Conférence internationale pour la reconstruc-
tion du Népal se tiendra aujourd’hui dans le
royaume avec la participation de 53 pays et plusieurs
agences internationales afin d'obtenir un large
soutien financier auprès des gouvernements. Le
gouvernement népalais a informé mardi que tous
les préparatifs de cette conférence d'un seul jour se
sont achevés et qu'on dénombrera 239 délégués
étrangers. «Nous espérons que la conférence per-
mettra d'augmenter le fonds sous forme d'aides fi-
nancières et de prêts concessionnels», a déclaré à
la presse le ministre népalais des Finances Ram Sha-
ran Mahat. Le gouvernement népalais a besoin de
669,5 milliards de roupies (environ 65,8 millions de
dollars) pour remettre le pays sur pied, selon un rap-
port d'évaluation dressé après la catastrophe.
rap- port d'évaluation dressé après la catastrophe. Reprise ce matin des travaux consacrés aux questions orales
rap- port d'évaluation dressé après la catastrophe. Reprise ce matin des travaux consacrés aux questions orales
rap- port d'évaluation dressé après la catastrophe. Reprise ce matin des travaux consacrés aux questions orales

Reprise ce matin des travaux consacrés aux questions orales

Les travaux de l'Assem- blée populaire nationale (APN) reprendront jeudi en séance plénière consa- crée aux questions orales qui seront posées à plu- sieurs membres du gou- vernement, a indiqué hier un communiqué de l'APN. Ces questions seront adressées au Premier ministre Abdelmalek Sellal, aux mi- nistres de l'Intérieur et des Collectivités locales, des Finances, de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, des Ressources en eau et de l'Environnement et de la Poste et des Technologies de l'Information et de la Communica- tion, a conclu la même source.

PALAIS DE LA CULTURE Spectacle de chants et de danses flamenco

En partenariat avec l'Institut Cul- turel Cervantès, le Palais de la Cul- ture, Moufdi-Za- karia, organise ce soir à partir de 22h, un spectacle de chants et de danses flamenco avec la fondation "Casa Patas".

de danses flamenco avec la fondation "Casa Patas". Soirées Ramadhanesques de Mobilis 2015 A l’occasion du

Soirées Ramadhanesques de Mobilis 2015

Patas". Soirées Ramadhanesques de Mobilis 2015 A l’occasion du mois sacré de Ramadhan, et pour la

A l’occasion du mois sacré de Ramadhan, et pour la 3e an- née consécutive, Mobilis sponsorise des soirées Ramadha- nesques à Alger et Oran. Chaque soir, les Algériens pourront ainsi se retrouver en famille ou entre amis autour d’une pro- grammation artistique riche adaptée à tous les goûts. L’am- biance sera au rendez-vous grâce aux artistes issus de dif- férents styles musicaux qui se produiront au : "WellSound By Mobilis", grand chapiteau de l'hôtel Hilton, du 21 juin au 15 juillet 2015, "Fi Qaâdet Lahbeb" à la grande salle Tassili de l'hôtel Hilton, du 22 juin au 16 juillet 2015, au Ciel Ouvert By Mobilis, restaurant El Boustan, du 22 juin au 17 juillet 2015, Sky Lounge By Mobilis, à la Terrasse de l'hôtel Méridien Oran du 18 juin au 17 Juillet 2015. Par le choix de sa présence dans des khaïmas aménagées pour accueillir les familles, Mobi- lis confirme son engagement d'entreprise citoyenne toujours proche de ses clients, tout particulièrement durant le mois de Ramadhan.

engagement d'entreprise citoyenne toujours proche de ses clients, tout particulièrement durant le mois de Ramadhan.

Jeudi 25 Juin 2015

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

SELON M ME BENGHEBRIT

Le secteur de l'Education a besoin de 14.000 à 20.000 nouveaux enseignants par an

La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit a affirmé que son secteur avait besoin de 14.000 à 20.000 nouveaux enseignants par an à travers l'ensemble du pays d'ici 2030.

Lors d'une rencontre d'évaluation avec le ministre de l'Enseignement su- périeur et la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, Mme Benghebrit a pré- cisé que son secteur estimait ses be- soins en enseignants entre 14.000 et 20.000 par an d'ici 2030. Le «déficit flagrant» en matière de formation d'enseignants par le sec- teur de l'Enseignement supérieur ces dernières années par le biais des Ecoles supérieures des enseignants est imputé au secteur de l'Education

qui n'a pas défini ses besoins annuels,

a estimé la ministre insistant sur la

nécessité de trouver des «solutions ur- gentes» à la question de la formation

des formateurs dans le secteur de l'Education. Le ministre de l'Enseignement su-

périeur et de la Recherche scienti- fique, Tahar Hadjar a annoncé, pour sa part, l'installation d'une commis- sion de «haut niveau» chargée de l'éla- boration d'une plateforme qui permettrait à son secteur de former les enseignants de l'Education natio- nale. Les Ecoles supérieures des ensei- gnants qui sont en cours de réalisa- tion ne sont pas en mesure de répondre aux besoins du ministère de l'Education nationale, a estimé M. Hadjar préconisant l'introduction

d'un module de «pédagogie» pour les étudiants intéressés par une carrière d'enseignement en attendant la finali- sation des nouvelles Ecoles supé- rieures. «Il est impossible de créer des Ecoles supérieurs susceptibles de

impossible de créer des Ecoles supérieurs susceptibles de couvrir tous les besoins durant les trois années

couvrir tous les besoins durant les trois années à venir», a lancé M. Had- jar précisant que son secteur avait be- soin de «plus de temps» pour parachever ces projets.

4 ministères instruits à intégrer les diplômés en licence, master et magister en tamazight

Quatre départements ministériels ont été instruits par la

direction générale de la Fonction publique et de la Réforme administrative pour intégrer les diplômés en licence, master

et magister en tamazight, en vue d'ouvrir des perspectives de

recrutement aux corps et grades de fonctionnaires, indique mercredi le Haut commissariat à l'amazighité (HCA) dans un communiqué. "Guidés par les arguments présentés par le Haut commissariat à l'amazighité et sur orientation du Pre- mier ministre qui réitère la volonté de l'Etat de mettre en place les moyens pour la promotion de tamazight, la direction générale de la Fonction publique et de la Réforme adminis- trative, vient de diffuser une circulaire n°60 en date du 21 juin 2015 à l'ensemble des responsables des ressources humaines de quatre départements ministériels pour l'intégration des

diplômes de la licence, master et magister en tamazight déli- vrés par les départements de langue et culture amazighe et qui ouvre des perspectives de recrutement aux corps et grades de fonctionnaires", note la même source. Concernant le diplôme licence en tamazight, les secteurs concernés sont:

l'éducation nationale, l'enseignement supérieur et la re- cherche scientifique, la culture et les collectivités territo- riales. Pour ce qui est du diplôme master en tamazight, les secteurs concernés sont l'éducation nationale, l'enseigne- ment supérieur et de la recherche scientifique. Quant au diplôme magister en tamazight, il s'agit des sec- teurs de l'enseignement supérieur et de la recherche scienti- fique, de la culture et des collectivités territoriales, précise la même source.

La sensibilisation des jeunes sur l’importance de la formation incombe à toutes les composantes de la société

La sensibilisation des jeunes sur l'importance de suivre une formation qualifiante à même de leur permettre de se lancer dans le monde du travail in- combe à la société «dans toutes ses com- posantes», a affirmé mardi à Boumerdes le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels, Mohamed Mebarki. Le ministre qui ef- fectuait une visite de travail dans la wi- laya de Boumerdès a souligné que la sensibilisation des jeunes sur l’impor- tance de suivre une formation quali- fiante incombait à la société entière, mettant en évidence le rôle dévolu à la société civile et aux élus locaux pour at- teindre l’objectif escompté. Relevant un désintérêt des jeunes pour certaines filières de formation considérées comme importantes pour le développement du pays, M. Mebarki

a mis en évidence «les efforts consentis

par l’Etat pour faire en sorte que la for- mation soit à la portée de tous les jeunes».

que la for- mation soit à la portée de tous les jeunes». Il a, dans ce

Il a, dans ce contexte, invité la société civile à «créer des associations dont la mission est d’inciter et de sensibiliser les jeunes sur la nécessité de suivre une

formation qualifiante dans le but de

réussir dans leur vie professionnelle fu- ture». Le ministre a par ailleurs rappelé que son département s’employait à améliorer le service public dans le sec-

teur de la formation professionnelle, mettant l’accent sur le fait que la forma- tion doit tenir compte de la vocation et des spécificités de chaque région du pays. Il a, à titre illustratif, cité la wilaya de Boumerdès dont la vocation est tou- ristique et agricole, notant que la prise en ligne de compte de ces deux paramè- tres par les structures de formation ne pourra que contribuer au développe- ment local. Au cours de sa visite, M. Me- barki a inspecté un certain nombre de projets relevant de son secteur dont cer- tains sont en cours de réalisation à l’ins- tar de l’institut national spécialisé dans les industries alimentaires des Issers et du projet de l’institut d’enseignement professionnel du Sahel. Le ministre a présidé une cérémonie de signature d’une convention entre la direction locale de son secteur et l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) en vertu de laquelle des jeunes seront formés en maintenance, en hy- giène et en sécurité.

PAS DE FLAMBÉE DES PRIX DURANT LE MOIS DE RAMADHAN

Les instructions du président de la République appliquées à la lettre

Kamel Cherif

Le mois de Ramadhan est caractérisé cette année par une stabilité des prix des produits de large consommation. On est donc loin de cette flambée des prix récurrente dont se plai- gnaient les Algériens. Il faut rappeler, qu'un mois avant le début du Ramadhan, le président de la République Abdelaziz Bouteflika avait pré- sidé un Conseil des ministres (fin mai 2015) au cours duquel il avait instruit les services concer- nés à veiller à contenir la hausse des prix des produits alimentaires qui survient chaque année durant le mois de Ramadhan. Le Président Bou- teflika avait notamment instruit le ministère du Commerce à prendre des mesures pour ga-

rantir l'approvisionnement du marché en cé- réales et laitages et assurer un appoint substantiel

à l'approvisionnement en viandes rouges et

blanches. Le chef de l'Etat avait instruit les ser-

vices concernés à engager la mise en œuvre ef- fective du dispositif législatif et réglementaire pour la généralisation de la facturation et l'en- cadrement des marges à travers les circuits commerciaux. Des dispositions ont été arrêtées à cet effet, notamment pour renforcer durant le mois sacré, le contrôle sanitaire, l'observation des prix et la lutte contre la fraude ainsi que la mise en place des permanences des commerçants pen- dant les jours de l'Aïd. Pour ce qui est du dispositif public de soli-

darité nationale pour le mois sacré, il bénéficiera

à près de 1,7 million de personnes, sous la forme

de colis alimentaires, d'aides financières et de repas servis durant toute la durée du mois de jeûne. En somme, c'est suite à ces instructions fermes du chef de l'Etat, visant à de soutenir le

pouvoir d'achat du consommateur et à assurer un approvisionnement permanent, que plu- sieurs points de vente et marchés de proximité ont été aménagés durant le mois sacré.

Aujourd'hui, ces marchés spécial ramadhan font la joie des ménagères, lesquelles arrivent

à remplir leurs couffins à des prix raisonnables. Mieux encore, ces marchés de proximité, ré- servés aux entreprises algériennes, permettent

t de faire connaitre davantage la production

nationale ale auprès des citoyens. C'est également dans le sillage des instructions du Président Bouteflika que d'importants stocks de produits alimentaires de base ont été consti- tués par les Offices de régulation alimentaire en prévision du Ramadhan. Des réunions regroupant le ministère du Commerce avec les différents Offices de régu-

lation et des unités de production, à savoir l'OAIC, l'ONIL, l'Onilev et les groupes Giplait et Eriad s'étaient tenues afin de s'assurer de la disponibilité des produits alimentaires durant

le ramadhan. Tous ces efforts ont pu aboutir à

une stabilité des prix durant une période propice

à la spéculation.

LUTTE CONTRE LA CONTREBANDE

 

Dix contrebandiers arrêtés à In Guezzam, plus de 100 kg de kif traité à Tlemcen (MDN)

 
 

Dix contrebandiers ont été arrêtés en possession d'armes et de munitions, mardi à In Guezzam, par des éléments de l'Armée nationale populaire (ANP), alors que plus de 100 kg de kif traité ont été sai- sis par les gardes-frontières à Tlemcen, indique mercredi le ministère de la Dé- fense nationale (MDN) dans un commu- niqué. "Dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la cri- minalité organisée, deux détachements

de l'Armée nationale populaire relevant du secteur opérationnel d'In Guezzam (6ème région militaire) ont arrêté, au cours d'une patrouille près des fron- tières, le 23 juin 2015, dix (10) contreban- diers de nationalités africaines en leur possession un (01) pistolet mitrailleur de type kalachnikov, un (01) pistolet auto- matique de type Falcon et une quantité de munitions", précise la même source. "L'opération a permis également de

saisir deux (02) véhicules tout-terrain, onze (11) détecteurs de métaux, cinq (05) groupes électrogènes et un (01) télé- phone portable". Par ailleurs, au niveau de la 2ème région militaire, des éléments des Gardes-frontières de Bab El-Assa re- levant du secteur opérationnel de Tlem- cen, ont saisi 4.580 litres de carburant et 101,5 kilogrammes de kif traité", ajoute la même source.

APS

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Jeudi 25 Juin 2015

ÉCOLE SUPÉRIEURE D’HÔTELLERIE D'ALGER

Cap sur une formation d'excellence

Les étudiants inscrits à l’Ecole supérieure d’hôtellerie et de restau- ration d’Alger (ESHRA) vont clôtu- rer le 17 juillet prochain leur deuxième semestre de formation, clôturant ainsi la première année d'existence de l'Ecole, qui forme des cadres aspirant à atteindre un ni- veau "d’excellence", a annoncé à l’APS son directeur général, Xavier Chlapowski. "A la fin de leur formation, les élèves atteindront un niveau d’ex- cellence leur ouvrant les portes du monde de l’emploi pour déployer leur savoir-faire dans la gestion des espaces dédiés au tourisme", a ajouté le responsable de l'école, as- surant que les diplômes obtenus sont certifiés par l'Ecole hôtelière suisse de Lausanne. Avec un coût total de la formation de 900.000 dinars par an, l’Ecole, si- tuée à Aïn Benian à l’ouest d’Alger, accueille déjà 48 étudiants en ré- gime d'internat pour être formés dans différentes spécialités en rela- tion avec la gestion hôtelière, conformément à la stratégie natio- nale de soutien au secteur du tou- risme. La formation des cadres du sec- teur est d'ailleurs un des axes sur lesquels le ministre de l'Aménage- ment du territoire, du tourisme et de l'artisanat, Amar Ghoul, compte bâtir la politique de promotion du tourisme. Les bacheliers peuvent suivre cette formation en payant leurs études ou en bénéficiant d'une aide de donateurs publics ou privés, no- tamment du secteur du tourisme. "Actuellement, trois d'entre eux sont déjà sponsorisés par la Société d’in- vestissement hôtelier", a dit M. Chla- powski. La capacité d'accueil de cette école est de 800 places pédago- giques et des demandes d’inscrip- tion parviennent déjà pour la prochaine rentrée. Une situation in- terprétée par le directeur de l'école comme un signe de notoriété de cette institution qui participera au développement économique et tou- ristique en Algérie et à l'améliora- tion des services dans ce domaine avec l’ambition d'enseigner, en qua- tre ans d'études, les règles de l'hos- pitalité hôtelière. L'ESHRA, placée sous la tutelle du ministère de l'Enseignement su- périeur et de la recherche scienti- fique, dispense un programme de formation de très haut niveau éla- boré par l'Ecole hôtelière de Lau- sanne, ce qui est synonyme, selon le DG, d’une assurance de formation de futurs cadres armés de connais- sances à la fois théoriques et pra- tiques sanctionnées par une licence en gestion hôtelière accréditée par le gouvernement algérien avec le soutien académique de l’Ecole hô- telière de Lausanne.

Des étudiants très demandés

Les étudiants sont formés à de nombreux domaines ayant trait à l’accueil, la gestion, la gastronomie, "car il est important de connaître tous les rouages du métier", sou- ligne M. Chlapowski qui insiste sur l’intérêt pour les élèves de suivre une formation pratique au niveau des établissements hôteliers que ce soit en Algérie ou à l’étranger. Des élèves ont déjà pris part à l’ouverture de l’hôtel Mariott à Constantine et d'autres ont participé au Salon du chocolat qui s’est tenu récemment à Alger pour affiner leurs connaissances, a souligné le

DG. La formation est aussi agré- mentée par l’ouverture, au sein de l’Ecole, d’un restaurant gastrono- mique ouvert au public trois fois par semaines (mardi, mercredi et jeudi). La formation est dispensée aussi bien par des enseignants algériens qu’étrangers dans des cuisines flambant neuf équipées de maté- riels modernes. Tous ces moyens sont mis en œuvre "pour atteindre l’excellence car l’Ecole de Lausanne qui certifie les diplômes et dépêche presque toutes les six semaines un de ses ca- dres pour surveiller notre activité", souligne le DG. L’effectif en formation comporte un tiers de filles mais "tous les élèves sont passionnés par le métier et ai- ment l’hôtellerie", a-t-il ajouté. L'Ecole formera ainsi des cadres qualifiés en matière de gestion des établissements hôteliers et touris- tiques selon les standards interna- tionaux. Les stages pratiques se déroulent durant le troisième et le septième semestre dans les domaines de la gestion hôtelière et ses différentes spécialités. Quand aux métiers manuels de cuisiniers, par exemple, ils seront dispensés par deux autres écoles qui seront ouvertes durant les pro- chaines années à Oran et à Constan- tine. "Les élèves qui sortiront de cette Ecole seront d’excellents assistants des responsables des hôtels aux- quels ils apporteront leurs sugges- tions", selon lui. Avant même l’obtention de leur diplôme, les étudiants sont contac- tés par des structures hôtelières pour intégrer les rangs de leurs ca- dres y compris dans des pays comme la Tunisie et les Emirats arabes unis.

L’ESHRA est une institution pu- blique dont le promoteur est la So- ciété d’investissement hôtelier alors que sa gestion est assurée par l’Ecole suisse de Lausanne. Elle offre une formation complète au- tour des métiers de la restauration, de l'hôtellerie et de l'hospitalité. Le ministre de l'Aménagement du territoire, du tourisme et de l'ar- tisanat a visité l'Ecole et il y a souli- gné la nécessité de consolider la formation et la qualification de la main-d'œuvre dans le domaine tou- ristique d'autant plus que l'Algérie va engager plusieurs projets d'in- vestissement dans le domaine tou- ristique. Le ministre avait souligné l'importance de cette Ecole dans la formation de cadres qualifiés pour

la gestion des établissements hôte-

liers ajoutant que 20 instituts de for- mation dans le domaine touristique

seront ouverts à l'horizon 2020. Le directeur du tourisme de la wilaya d'Alger, Benakmoum Salah, a indiqué à l'APS que cette Ecole ,ap- partenant à 100% à la Société d'in- vestissement hôtelier, joue un rôle important dans le secteur du tou- risme car les infrastructures en ac- tivité ont besoin d'un personnel d'encadrement bien formé. Même les gestionnaires des hô-

tels ont bien accueilli l'entrée en ac- tivité de cette Ecole. "Nous sommes intéressés par le recrutement de personnel formé dans cette Ecole",

a indiqué à l'APS Ahmed Bellague,

directeur des ressources humaines de l'hôtel privé Soltane ouvert de- puis 6 mois à Alger et aspirant à une classement 4 étoiles, ce qui néces- site un personnel bien formé.

SANTÉ : BOUDIAF SORT DE SA RÉSERVE

Les services des urgences des hôpitaux

réservés aux "véritables" urgences

Les services des urgences des hôpitaux sont réservés aux "véritables" urgences et ne doivent, en aucun cas, devenir des centres de consultation "à froid" ou de prise en charge de soins infirmiers pouvant être assurés dans des structures de proximité, rap- pelle mercredi le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière dans un communiqué.

"Face à l’afflux que connais- sent les services des urgences des hôpitaux du pays après la rupture du jeûne et après avoir expertisé les principaux motifs de consultation, le ministère rappelle que les services des ur- gences des hôpitaux sont réser- vés aux véritables urgences et ne doivent en aucun cas devenir des centres de consultation à froid ou de prise en charge de soins in- firmiers pouvant être assurés dans des structures de proxi- mité", précise la même source. Le ministère relève que "80% des cas qui se présentent aux ur- gences des hôpitaux ne sont pas des urgences nécessitant une prise en charge hospitalière et peuvent valablement être assu- rés et pris en charge au niveau des polycliniques qui assurent tout un service continu de 8h à 20h et pour celles assurant la garde, elles fonctionnent

24h/24".

Citant l'exemple de la wilaya d'Alger, le ministère note que "84 polycliniques fonctionnant jusqu’à 20h, dont 34 polycli- niques assurant la garde en

jusqu’à 20h, dont 34 polycli- niques assurant la garde en 24h/24". Ces structures de base et

24h/24". Ces structures de base et de proximité, qui assurent les soins de santé de base ainsi que des consultations spécialisées, "sont à la disposition des citoyens pour toutes les consultations et tous les diagnostics de base affi- chés", explique le ministère. "En se rendant à la polycli- nique, le citoyen gagne non seu- lement en proximité, mais fait montre d’un grand civisme en- vers ceux qui nécessitent réelle- ment une prise en charge hospitalière d’urgence en n’oc-

cupant pas inutilement leur place", selon la même source. Le ministère de la Santé re- lève, dans le même contexte, que "ce même sens civique doit gui- der le citoyen qui préfère atten- dre la rupture du jeûne pour aller consulter suite à des pro- blèmes de santé ressentis durant la journée". "Ce comportement relève de l’ignorance et expose la santé du malade à des complications sé- rieuses sans oublier le fait qu’il contribue à encombrer le fonc- tionnement des services hospita- liers d’urgence". Enfin, le ministère de la santé rappelle que, dans le cadre des dispositions contenues dans l’avant-projet de la nouvelle loi sanitaire, "il sera fait obligation de passer par un médecin géné- raliste référant avant une éven- tuelle indication hospitalière et ce, sur la base du réseau de prise en charge intégrée de la circons- cription sanitaire qui va réintro- duire le concept de territoire de planification disparu depuis la suppression des secteurs sani- taires en 2007".

Les patients admis aux urgences du CHU Lamine-Debaghine durant le Ramadhan sont des malades chroniques en majorité

Le chef de service des ur- gences médicales du CHU Moha- med Lamine Debaghine (ex-Maillot), le professeur Ahmed Ait Slimane, a fait savoir que les patients admis aux urgences mé- dicales de cet établissement du- rant le mois de ramadan étaient des malades chroniques en majo- rité Les patients admis aux ur- gences médicales durant le mois de ramadan sont en majorité les personnes âgées présentant des maladies chroniques (diabète, hypertension artérielle, maladies cardiovasculaires) qui persistent à jeûner en dépit des mises en garde des médecins en raison de complications de santé

liées au jeûne, a indiqué à l'APS le Pr Ait Slimane qui a tou- tefois relevé une faible affluence durant les matinées du mois sacré. Cette affluence est égale- ment observée quelques minutes avant l'iftar, a indiqué le spécia- liste. Il s'agit de citoyens victimes d'accidents domestiques, notam- ment des enfants ou d'actes de violence ou d'accidents de la route, a-t-il ajouté. S'agissant de la surchage et de l'accueil au niveau des urgences médicales, Pr Ait Slimane a es- timé nécessaire de procéder à une révision de l'organisation ac- tuelle et au renforcement des moyens techniques et humains. Le spécialiste a rappelé que les

urgences médicales du CHU La- mine Debaghine de Bab el Oued (500.000 habitants) accueillait 400 cas de différents quartiers et wilayas du pays, ce qui pose un réel problème de surcharge au niveau de cet établissement et une incapacité à répondre aux besoins exprimés. Le Pr Ait Slimane a insisté sur l'importance de renforcer la com- munication entres les services et les établissements sanitaires en vue d'alléger la charge que subis- sent les fonctionnaires de santé publique et les citoyens, propo- sant de confier la gestion des ur- gences médicales, à titre d'exemple, aux services d'aide médicales d'urgence.

FERME INSTRUCTION DU MINISTRE DES TRANSPORTS

«La nouvelle aérogare d’Annaba,

doit être livrée impérativement»

Le ministre des Transport, Boudjemaâ Talai, visiblement mécontent de la lenteur du rythme d’exécution des travaux restants de la nouvelle aérogare d’Annaba, a instruit les parties concernées à l’effet de «livrer im- pérativement» cette structure au début octobre 2015. Le ministre a estimé ‘‘néces- saire de recourir, à titre excep- tionnel, à des marchés de gré à gré pour hâter les travaux des aménagements extérieurs, d’ex- tension des parkings et d’équi- pements de cette aérogare mise en chantier en 2007’’.

M. Talai, s’élevant véhémen-

tement contre «le non respect des normes internationales de qualité» dans l’exécution de ce projet prévu pour 750.000 voya- geurs/an, a appelé à corriger cette situation lors de la réalisa-

tion du proje t d’extension de cette aérogare pour en porter la capacité à plus d’un million voyageurs par an. Au port d’Annaba, le ministre a reçu un exposé sur les activités de cette infrastructure et sur les perspectives de son extension pour accompagner les projets d’investissements engagés dans la région. La priorité, a affirmé M. Talai, est d’atténuer la pres- sion sur le port par le transfert, dans une zone extra-urbaine, de l’espace réservé au traitement des containers, et par la relance des travaux de la gare maritime inscrite «depuis plus de quatre années». Le ministre des Transports, estimant «inefficace» une exten- sion du port à l’intérieur de la ville, a suggéré de rechercher un autre espace en dehors de l’ag-

glomération car, a-t-il souligné, Annaba a «besoin de respirer et de retrouver son visage d’antan». M. Talai a également appelé, dans le même contexte, à l’amé- nagement et à la réouverture du port de pêche. S’agissant du transport maritime de voya- geurs, notamment en matière d’accueil des membres de la communauté algérienne rési- dant à l’étranger, le ministre a estimé qu’une heure de temps était «suffisante» pour les procé- dures de transit des voyageurs, et insisté sur un travail coordonné avec les services des douanes et de la police pour la mise en £uvre des mesures de facilitation. Le ministre a également inspecté la nouvelle gare routière de la cité du 1er-Mai dont les travaux tou- chent à leur fin.

APS

Jeudi 25 Juin 2015

COOPÉRATION

DK NEWS

5

RÉVISION DE LA POLITIQUE DE VOISINAGE :

L’UE s’engage à prendre en considération les attentes des pays arabes

L’Union européenne (UE) s’engage à prendre en considération les attentes et les préoccupations des pays arabes de la rive sud de la Méditerranée dans la révision de sa politique de voisinage (PEV), a annoncé mercredi à Beyrouth le Commissaire européen chargé de la PEV, Johannes Hahn.

«L’UE s’engage à pren- dre en considération toutes les contributions et points de vue faites par les repré- sentants des pays arabes dans le cadre du processus de consultation sur la révi- sion de la PEV», a-t-il indi- qué lors des travaux en plénière de la Conférence sur la révision de la PEV, à laquelle prend part l’Algé- rie. L’UE s’engage égale- ment à poursuivre le dia- logue et la consultation avec ses partenaires de la rive sud de la Méditerranée en vue de parvenir à l’élabora- tion d’une politique de voi- sinage à la hauteur des aspirations de l’ensemble des parties prenantes, a-t-il ajouté. L’UE est prête, a-t-il dit, de prendre en compte le do- cument final dans lequel les pays arabes concernés par la PEV, proposent un parte- nariat ayant de nouvelles bases et favorable au déve- loppement de la coopéra- tion et de l’entraide mutuelle dans les domaines comme l’économie, l’éner- gie, la sécurité et la mobilité des personnes. 2016 sera l’année de la révision des procédures d’octroi des aides finan- cières de l’UE au profit des pays de la rive sud, a-t-il an- noncé, promettant que les

pays de la rive sud, a-t-il an- noncé, promettant que les méthodes seront «plus ra- pides

méthodes seront «plus ra- pides et surtout plus fa- ciles». Concernant la crise en Syrie qui affecte la situation dans l’ensemble de la ré- gion, M. Hahn a affirmé que l’UE continuera de soutenir les pays concernés et leur accordera une aide finan- cière estimée à 3,5 milliards d’euros, ajoutant que la ré- solution de cette crise doit être politique. Il a, dans ce contexte, estimé que cer- tains pays arabes qui ont réussi à répondre aux aspi- rations de leurs peuples en empruntant la voie de la ré- conciliation et du dialogue, sont à prendre en exemple.

Pour ce qui est de la Libye, M. Hahn a indiqué que le peuple libyen doit contri- buer à la prise de décision dans son pays, réitérant l’appui de l’UE à une solu- tion politique à la crise li- byenne. S’agissant de la montée de la menace terroriste dans la région, le représen- tant de l’UE a préconisé une conjugaison des efforts pour lutter contre ce phé- nomène transnational et à contribuer à la prise en charge des jeunes pour les protéger contre l’extré- misme et la violence que perchent des organisations terroristes comme Daech.

Pour M. Hahn, l’UE ac- corde une attention particu- lière à la promotion de l’emploi des jeunes et à leur émancipation socioprofes- sionnelle, proposant dans ce sens, l’encouragement des échanges entre étu- diants et universitaires des deux rives de la Méditerra- née. Le développement éco- nomique dans les régions sud de la Méditerranée passe, selon lui, par la créa- tion d’un partenariat entre les secteurs public et privé, et l’encouragement de l’es- prit d’entreprenariat no- tamment chez les jeunes.

L’AMBASSADEUR DE SUISSE EN ALGÉRIE

Les défis posés par la migration illégale doivent être traités «ensemble et de manière concertée» (diplomate suisse)

Les défis posés par la migration il- légale doivent être traités «ensemble, de manière responsable et concertée», entre les Européens et les pays de la rive sud de la Méditerranée, a indiqué mercredi à Alger, l'ambassadeur de Suisse en Algérie, Mme Muriel Berset Kohen. «Il nous parait évident que les défis posés par la migration illégale et le tra- fic d'être humain doivent être traités ensemble, de manière responsable et concertée, par l'Europe et la rive sud de la Méditerranée», a-t-elle indiqué lors d'une conférence de presse, pré- sentant le projet portant sur la contri- bution suisse à la réintégration des ressortissants nigériens rapatriés par l'Algérie. Elle a ajouté que ces défis deve- naient «de plus en plus communs» pour l'Algérie et la Suisse, appelant à la contribution de partenaires à ce pro- gramme ou à travers un projet com- plémentaire, car, a-t-elle relevé, «il faut une synergie des efforts pour as- surer une bonne réinsertion». «C'est un projet qui est en soi mo- deste face à l'ampleur du défi, un pro- jet de 500.000 euros qui coure jusqu'à 2016», a-t-elle précisé. Le projet de ré- intégration suisse et d'appui psycholo- gique aux migrants rapatriés par l'Algérie, couvrant la période du 1er mai 2015 au 31 janvier2016, consiste notamment à les assister pour leur as- surer une réintégration socioécono-

pour leur as- surer une réintégration socioécono- mique. «En Suisse, nous sommes convaincus qu'on doit

mique. «En Suisse, nous sommes convaincus qu'on doit donner une ré- ponse solidaire et commune à cette si- tuation. Il faut qu'on travaille ensemble, parce que c'est inacceptable de voir tant de migrants mourir en Méditerranée. C'est triste», a-t-elle dé- ploré. De son côté, l'ambassadeur du Niger en Algérie, Elhadji Mahamidou Yahaya, qui a assisté au point de presse, a indiqué que le rapatriement des ressortissants nigériens «n'était pas une finalité, mais uniquement une

étape». «Nous avons besoin de l'ac- compagnement pour pouvoir leur as- surer la réalisation de microprojets pour leur réinsertion», a-t-il souligné. Le gouvernement nigérien avait pré- senté une demande de rapatriement de ses ressortissants entrés clandesti- nement en Algérie, une demande ac- ceptée par le gouvernement algérien. L'Algérie avait pris toutes les dispo- sitions nécessaires pour assurer le re- tour de ces ressortissants dans leur pays d'origine dans le respect total de leur dignité.

Les travaux en plénière de la Conférence mi- nistérielle sur la révision de la Politique eu- ropéenne de voisinage (PEV) ont débuté mercredi à Beyrouth avec la participation du ministre d’Etat, ministre des Affaires étran- gères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra. Les travaux de cette réunion permettront aux pays arabes de la rive sud de la Méditerranée d’exprimer leurs attentes et préoccupations vis-à-vis de la PEV, en présence du Commis- saire européen chargé de la PEV, Johannes Hahn, et d’autres hauts responsables euro- péens. Un document, sous forme de feuille de route comportant les principaux points de vue et les préoccupations des pays arabes à l’égard de la PEV, sera adopté au terme des travaux en plénière. Avant la plénière, les participants avaient tenu une séance de travail à huis clos pour poursuivre les consultations autour de la ré- vision de la PEV et finaliser la feuille de route. La partie arabe présente à ces travaux com- prend outre M. Lamamra, ses homologues li- banais, Gebran Bassil, palestinien, Riad Al-Maliki, égyptien, Sameh Choukri, tuni- sien, Tayeb Bekouch, la ministre déléguée marocaine aux Affaires étrangères, M’barka Bouaida, l’ambassadeur de la Jordanie à l’UE, Nabil Masarouwa, et la secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Arabi. La partie européenne est composée, quant à elle, du Commissaire européen chargé de la PEV, Johannes Hahn, le ministre des Affaires étrangères de la Lettonie, Edgard Rinkevics, le ministre des Affaires du Luxembourg, Jean Asselborn, et le secrétaire général de l’Union pour la méditerranée (UPM), Fatehalah Sijil- massi. Les travaux de la conférence de Bey- routh avaient débuté mardi soir par l’organisation d’un dîner en l’honneur des participants.

VOISINAGE

L’UE souhaite travailler avec l’Algérie pour la paix dans la Méditerranée (Commissaire européen)

L’Union européenne (UE) souhaite travailler avec l’Algérie pour le renforcement de la paix et de la sé- curité dans la région et dans la méditerranée, a indi- qué mardi soir à Beyrouth le Commissaire européen chargé de la Politique européenne de voisinage (PEV), Johannes Hahn. «Il existe un fort potentiel de travail- ler ensemble pour le renforcement de la paix et de la sécurité dans la région et dans la Méditerranée «, a dé- claré M. Hahn à l’APS au terme d’un entretien avec le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, en marge de la Conférence de consultation sur la PEV. «Travailler ensemble est dans l’intérêt de l’Algérie, de l’Europe et de toute la Méditerranée», a-t-il soutenu, soulignant l’intérêt porté par l’UE de nouer un réel partenariat avec l’Algérie. M. Hahn s’est félicité de l’excellence des relations d’amitié entre l’Algérie et l’UE, précisant que son entretien avec M. Lamamra avait porté notamment sur l’identification des voies et moyens en vue « d’explorer ces relations de qualité pour renforcer la coopération entre les deux parties. Nous avons convenu de coopérer davantage àl’avenir et d’identifier ce qui serait possible de faire ensemble dans un proche futur , a-t-il ajouté.

6 DK NEWS

COOPÉRATION

Jeudi 25 Juin 2015

Lamamra : L'UE doit prendre en considération les spécificités des pays dans sa politique de voisinage

L’Algérie recommande une politique européenne de voisinage (PEV) découlant d’une approche globale et prenant en compte les spécificités de chacun des pays de la rive sud de la Méditerranée, a indiqué mercredi à Beyrouth le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra.

et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra. «L’Algérie a souligné, depuis la réunion de Barcelone

«L’Algérie a souligné, depuis la réunion de Barcelone (avril 2015), le fait que la PEV doit à la fois découler d’une approche globale et de prendre en compte les spécificités de cha- cun des pays de la rive sud», a précisé M. Lamamra lors de la plénière de la Conférence de Beyrouth sur la révision de la PEV. Pour le cas de l’Algérie, le ministre d’Etat a expliqué que l’UE «doit tenir compte le fait que le pays a contribué, de ma- nière soutenue et systéma- tique, à la sécurité énergétique de l’Europe par l’approvision- nement de ce continent en gaz naturel, notamment, et que c’est le seul pays de la région qui a réussi à défaire le terro- risme et accompagné cette vic- toire militaire et sécuritaire d’une entreprise vaste d’éradi- cation, mais aussi de concorde

et de réconciliation nationale». «Cette expérience algé- rienne (en matière de lutte contre le terrorisme et de ré- conciliation nationale) est bé- néfique pour l’Europe à la fois directement et indirectement», a-t-il soutenu. Pour M. Lamamra, «il est impératif aussi de ne pas per- dre de vue que l’Algérie, liée à l’Europe par un accord d’asso- ciation, constitue un grand marché pour les produits euro- péens et que dans cette rela- tion, elle a plus donné qu’elle n’a reçu». Dans ce sens, l’Algérie est pour la tenue d’une autre réu- nion pour comparer les notes contenues dans le document qui sera élaboré par les Euro- péens sur le processus de révi- sion de la PEV, et qui «doit refléter effectivement les at- tentes et les observations faites

par les représentants des pays arabes concernés», a-t-il men- tionné. Présentant l’expé- rience algérienne en matière de la lutte contre le terrorisme, M. Lamamra a préconisé une «coopération renforcée» contre ce phénomène transnational et ses causes, ainsi que contre les extrémismes, de «toutes connotations et de logiques menant à la violence». Pour lui, la politique de l’Algérie consis- tant à mettre des imams à la disposition de sa diaspora au niveau des pays d’accueil, «de- vrait être soutenue et générali- sée» pour pouvoir «réduire le gisement de frustration et de marginalisation qui mène à l’extrémisme et au phénomène des combattants étrangers qui partent de l’Europe pour re- joindre des groupes terro- ristes». Le chef de la diplomatie algérienne a mis en garde

contre la montée de la xéno- phobie et de l’islamophobie qui, a-t-il dit, «alimentent des accès à la violence et au terro- risme». Concernant la crise en Libye, le ministre d’Etat a sou- ligné l’urgence de prendre à bras le corps le problème poli- tique fondamental et d’aller ra- pidement vers la mise sur pied d’un gouvernement d'union nationale, qui serait, a-t-il pré- cisé, «l’interlocuteur de la com- munauté internationale et l’articulateur d’un certain nombre de mesures de transi- tion visant la création d’institu- tions nationales homogènes». Il a, dans ce sens, évoqué le rôle «irremplaçable» des pays voisins de la Libye, venant en soutien et en complément des efforts déployés par l’envoyé spécial des Nations Unies pour la Libye, Bernardino Léon.

L’Algérie pour la création d’un espace euro-méditerranéen commun

L’Algérie propose la créa- tion d’un espace euro-médi- terranéen commun de sécurité et de prospérité partagées, a in- diqué mercredi à Beyrouth le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra. S’exprimant lors de la plé- nière de la conférence sur la révision de la politique euro- péenne de voisinage (PEV), M. Lamamra a expliqué que l’Al- gérie «cherche à encourager

des notions alternatives qui capteraient davantage la desti- née, la prospérité et la sécurité communes et a lancé, à cet effet, l’idée de la possibilité de créer un espace commun de sécurité et de prospérité parta- gées». «Un espace euro médi- terranéen commun reflétant une nouvelle philosophie et non une simple adaptation de ce qui existe et qui a atteint ses limites», a-t-il ajouté, soute- nant que cet espace commun de paix, de solidarité et de

prospérité partagées, devrait «impliquer un travail soutenu de règlement pacifique des conflits et des crises, et même de prévention contre ces der- niers». Le ministre d’Etat a affirmé que «dans une relation entre deux partenaires aussi impor- tants que l’Europe et le monde arabe, il faut, à tout prix, qu’ap- paraissent les principes du droit international comme le respect mutuel, la non ingé- rence dans les affaires inté-

rieurs des pays, le respect de la souveraineté et de l’indépen- dance nationales». Il est impératif, a-t-il pour- suivi, que «dans cette relation, apparaissent aussi les prin- cipes relatifs au doit de l’auto- détermination des peuples, ainsi que l’inadmissibilité de l’acquisition des territoires par la force, ce qui s’applique par- faitement à la question palesti- nienne et la décolonisation du Sahara occidental».

L'ONU appelle à une mise en œuvre rapide de l'accord de paix au Mali

Le Représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour le Mali, Mongi Hamdi, s'est félicité des avancées politiques récentes dans le pays, tout en appelant la communauté internationale à commencer à fi- nancer le plus rapidement possi- ble la mise en œuvre du plan de l'Accord de paix, issu du proces- sus de paix d'Alger. «Samedi der- nier, le 20 juin, nous avons assisté au parachèvement du processus de signature de l'Ac- cord pour la paix et la réconcilia- tion au Mali. C'était un grand jour pour la paix», a déclaré M. Hamdi mardi dans un communiqué à l'occa- sion d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur la situation au Mali. «Aujourd'hui nous avons un Accord global et inclusif, c'est-à- dire signé par toutes les parties au conflit: le Gouvernement, la Coordination des Mouvements de l'Azawad et la Plateforme», a précisé le chef de la Mission mul- tidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisa- tion au Mali (MINUSMA). Cet Ac- cord, signé à Bamako le 15 mai dernier par le gouvernement du Mali et les groupes armés de la Plateforme, initiale ent sans le concours de la Coordination, a été négocié en moins d'une année avec l'aide de la Médiation internationale et sous l'égide de l'Algérie, a rappelé le Représen- tant spécial. M. Hamdi a qualifié l'Accord de compromis poli- tique, institutionnel, sécuritaire, humanitaire et de développe- ment qui permettra aux Ma- liennes et Maliens de refonder leur nation sur des bases solides. «Certes, les défis à venir restent nombreux car reconstruire est plus difficile que détruire», a re- connu le Représentant spécial, ajoutant que les semaines à venir seraient critiques. La Coordination des mouve- ments de l'Azawad (CMA) a signé samedi à Bamako l'Accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d'Alger. Cet ac- cord avait été signé le 15 mai der- nier par le gouvernement malien, les groupes armés mem- bres de la Plateforme d'Alger et par l'équipe de la médiation in- ternationale conduite par l'Algé- rie. Plusieurs pays et organisa- tions internationales dont l'ONU, l'Union européenne (UE) et l'Union africaine (UA) ont salué la signature samedi à Bamako par la Corrdination des mouve- ments de l'Azawad (CMA) de l'ac- cord pour la paix et la réconciliation au Mali et félicité la médiation algérienne pour réussir le processus entre les parties maliennes.

APS

Jeudi 25 Juin 2015

ÉCONOMIE

DK NEWS 7

AMÉLIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES EN ALGERIE

Louh présente un exposé sur le projet de code du commerce devant la commission des affaires juridiques

Le ministre de la Justice, garde des sceaux, Tayeb Louh, a présenté mardi un exposé sur le projet de loi portant code du commerce devant la commission des affaires juridiques et administratives et des libertés de l'Assemblée populaire nationale (APN), a indiqué un communiqué de la chambre basse du Parlement.

M. Louh a précisé dans son exposé que le projet de loi modifiant et com- plétant l'ordonnance 59-75 portant code du commerce s'inscrivait dans le cadre de l'amélioration du climat des affaires en Algérie par la révision des disposi- tions relatives aux sociétés commer- ciales à responsabilité limitée (SARL), une catégorie d'entreprises très répan- due en Algérie. Le texte vise à faciliter la création de SARL pour contribuer à la création d'emplois et au développement écono- mique et social du pays et mettre ainsi un terme à l'économie parallèle, a sou- ligné le ministre. Le projet de loi propose la suppres- sion de l'exigence d'un capital mini-

mum pour créer une SARL, a précisé M. Louh, arguant que la valeur d'une so- ciété sur le marché ne se mesurait pas à l'aune de son capital mais de sa capacité à investir, d'autant que les sociétés, a-t- il dit, ont la possibilité de recourir à d'autres moyens de financement, no- tamment les prêts bancaires. Pour le ministre, le capital minimum exigé par la loi pour la création d'une SARL (100.000 DA) est un montant dérisoire qui ne constitue pas une garantie pour les créanciers. Le texte propose l'amendement de l'article 566 du code du commerce et la suppression de l'exigence de capital mi- nimum en laissant aux parties la lati- tude de déterminer le capital de leur

société dans son statut avec l'obligation de le mentionner dans tous les docu- ments de la société.

Le président de la commission des affaires juridiques et administratives et des libertés de l'APN, Amar Djillali, qui

a présidé la réunion tenue en présence

du ministre des Relations avec le Parle-

ment, Tahar Khaoua, a précisé que le projet de loi entrait dans le cadre des

réformes initiées par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, dans

le secteur de la justice en vue d'adapter

le système législatif aux exigences du développement économique. Au terme de l'exposé, les membres de la commis- sion ont posé des questions sur le projet de loi.

commis- sion ont posé des questions sur le projet de loi. «Booster» les exportations hors hydrocarbures

«Booster» les exportations hors hydrocarbures :

VITAL, CAPITAL

D’abord, un flash-back vers l’année 2012 : « Dépénaliser l’acte d’exportation » ( ?!) était la « 6ème recommandation » ( également qualifiée de « 6ème commande- ment ») de la déclaration solen- nellement « déclamée » à le fin d’une journée d’études sur la promotion des exportations hors hydrocarbures organisée un mer- credi 22 février 2012 à l’hôtel « Les Hammadites » (Boukhlifa- Tichy) par la CCI Soummam. Quoi de nouveau, depuis ? Il y régnait, alors, comme une atmosphère de «Controverse» au- tour du dispositif juridico-admi- nistratif de l’Etat relatif aux ex- portations hors hydrocarbures, tant, en effet, les différentes com- munications et autres interven- tions (quelquefois intempestives) semblaient «s’entrechoquer», se- lon qu’elles émanaient de repré- sentants de « l’administration » ou d’opérateurs économiques « structurés » au sein d’organisa- tions et institutions telles les Chambres de commerce et d’in- dustrie La « profession de foi » en « 12 commandements » En tout état de cause, la dé- claration finale clôturant le conclave des exportateurs (en ac-

tivité ou potentiels) et autres ca- dres des secteurs du commerce, de l’industrie, des finances etc… avait consisté en « 12 » recom- mandations (ou « commande- ments »)et qui étaient : « 1)Arrêter et définir une stratégie nationale des exportations, 2)décentraliser l’octroi des formulaires des fran- chises douanières,3) l’octroi an- nuel des formulaires de franchise douanière par la Douane,4)Ins- taller le conseil national des ex- portations, 5)favoriser la consti- tution d’un consortium et de fi- lières à l’étranger, 6)dépénaliser l’acte d’exportation, 7) (Rien, nous dit-on ?!), 8)Mise en cohérence des tarifs douaniers pour favoriser la production nationale, 9) Créa- tion d’un guichet unique au ni- veau d’ALGEX et des Chambres de commerce et d’industrie à tra- vers le territoire national, 10)En- courager la création d’entreprises pilotes exportatrices, 11) Ouver- ture des circuits de facilitations au niveau des ports et aéroports et, 12) favoriser les entreprises à forte vocation exportatrice, en l’occurrence le secteur des lièges ». Ce qui suppose, de toute évi- dence, que les opérateurs expor- tateurs, par le biais de leurs re- présentants (Chambres de com-

merce et d’industrie notamment), ne s’accommodaient pas de la to- talité (au moins ?!) des disposi- tions juridiques et administratives qui constituaient, à l’époque, du moins, le dispositif étatique ré- gissant l’export. A noter, enfin, que les débats escomptés, car programmés, n’eurent pas non plus eu lieu bien que sollicités par les animateurs de la rencon- tre, car, visiblement, faute d’ un minimum d’enthousiasme, les diverses « entraves » de toutes sortes, aussi bien inhérentes au dispositif régissant l’export que celles générées par « l’étranger » semblant être perçues par les opérateurs économiques natio- naux comme une …fatalité ? Un « frein puissant ». Pourtant, le FSPE existait déjà…

Le FSPE( Fonds spécial pour la promotion des exportations) « Il a été institué par la loin de finances pour 1996. Il est destiné à apporter un soutien financier aux exportateurs dans leurs ac- tions de promotion et de place- ment de leurs produits sur les matchés extérieurs… » Puis vint, plusieurs années plus tard, le « Décret exécutif no 14-238 du 25 août 2014 » (modifiant et com-

plétant le décret exécutif no 96- 205 du 05 juin 1996, fixant les modalités de fonctionnement du compte d’affectation spéciale no 302-084 intitulé « Fonds spécial pour la promotion des exporta- tions ». Celui-ci stipule que l’Etat prend en charge : « - 1-Une partie des frais liés aux études des mar- chés extérieurs, à l’information des exportateurs et à l’étude pour l’amélioration de la qualité des produits et services destinés à l’exportation, -2- une partie des frais de participation des expor- tateurs aux foires, expositions et salons spécialisés à l’étranger, ainsi qu’à la prise en charge des frais de participation des entre- prises (exportatrices ndlr) aux forums techniques internatio- naux, -3- une( prise en charge) participation partielle destinée aux PME pour l’élaboration du diagnostic « export », la création de cellules « export » internes, - 4-une partie des coûts de pros- pection des marchés extérieurs supportés par les exportateurs ainsi que l’aide à l’implantation initiale d’entités commerciales sur les marchés étrangers, -5- l’aide à l’édition et à la diffusion de supports promotionnels des

produits et services destinés à l’exportation et à l’utilisation de techniques modernes d’informa- tion et de communication (créa- tion de sites web…), -6- l’aide à la création de labels, à l’engagement de frais de protection à l’étranger des produits destinés à l’expor- tation (labels, marques et brevets) ainsi que le financement de mé- dailles et de décorations attribuées annuellement aux primo-expor- tateurs et de récompenses de tra- vaux universitaires sur les expor- tations hors hydrocarbures, -7- (enfin) l’aide à la mise en œuvre de programmes de formation aux métiers de l’exportation et une partie des frais de transport… ». Un train de mesures des plus stimulantes, indéniablement, no- tamment après la promulgation du décret exécutif n o 14-238 du 25 août 2014 modifiant et com- plétant le précédent (celui de 1996). (Le volet fiscalité applicable aux opérateurs exportateurs fera l’objet d’un article séparé à pa- raître dans nos prochaines édi- tions, tout comme celui des pro- duits exportés (et exportables), des potentialités identifiées mais non encore mises sur « l’orbite de l’éligibilité à l’exportation »). A. B.

SELON LE FIDA

Les immigrés algériens d'Europe ont transféré

1,85 milliard de dollars en 2014

La communauté algérienne établie en Europe a transféré vers l'Algérie un montant de 1,85 milliard de dollars en 2014 dont près de 90% proviennent de France, a indiqué le Fonds internatio- nal pour le développement agricole (FIDA). Dans son nouveau rapport intitulé "Travailleurs migrants et envois de fonds: flux et marchés européens", cette agence spécialisée de l'ONU précise que l'Algérie figure au 13ème rang mondial des pays ayant reçu des fonds de leurs immigrés vivant dans les pays euro- péens. Les cinq premiers pays destinataires des transferts de fonds de leurs ressor-

tissants en Europe sont le Nigeria (7,4 milliards de dollars), la Chine (6,3 mds usd), le Maroc (6,17 mds usd), l'Inde (5,7 mds usd) et l'Ouzbekistan (5,6 mds usd), tandis que la Tunisie se place en 11ème position avec 2,05 milliards de dollars. Concernant l'immigration maghré- bine établie en France, ses transferts vers le pays d'origine représentent 49% du montant global des fonds envoyés par les différentes communautés étran- gères originaires des pays en dévelop- pement vivant en France. Selon les chiffres du FIDA, la com- munauté algérienne vivant en France a envoyé vers l'Algérie un montant de

1,654 milliard de dollars, tandis que les

immigrés marocains ont transféré 2,13 milliards de dollars et les Tunisiens 1,35 milliard de dollars. Cette agence onusienne estime le nombre des immigrés algériens en France à 1,456 million de personnes contre 928.000 Marocains et 395.000 Tunisiens. Concernant les travailleurs migrants des différentes nationalités vi- vant en Europe, ils ont transféré vers leur pays d'origine un montant de 109,4 milliards de dollars, apportant une aide

à 150 millions de personnes dans le

monde. Ce montant représente 25% des envois de fonds à l'échelle mondiale, note le FIDA qui précise que les familles

qui en bénéficient dans le pays d'ori- gine pourraient en tirer des avantages bien supérieurs à condition d'avoir accès à des marchés de transfert d'ar- gent plus compétitifs et à des services fi- nanciers ciblés pour les aider à économiser ou investir leurs fonds. En dehors de l'Europe, l'Afrique du Nord et l'Asie centrale sont les régions qui dépendent le plus des envois de fonds en provenance d'Europe, princi- palement de France et de Russie, res- pectivement. encore le rapport.

L'Europe occidentale et la Fédération de Russie étaient en 2014 les principales sources des envois de fonds.

APS

8 DK NEWS

ECONOMIE

Jeudi 25 Juin 2015

SALON DU BOURGET Ça plane pour l’industrie

aéronautique

SALON DU BOURGET Ça plane pour l’industrie aéronautique   Cherbal E-M A peine les portes du
 

Cherbal E-M

A peine les portes du salon du Bourget ne s’étaient-elle fermées, le 21 juin dernier, que les bi-

lans les plus élogieux étaient déjà tirés pour saluer ce haut-lieu de l’industrie aéronautique mondiale et notamment française. Premiers chiffres à avoir été tirés, le nombre de visiteurs qui serait arrivé à «351

000

visiteurs soit 11% de plus que lors de sa précé-

dente éditions en 2013», selon le figaro.fr qui ajoute

que « les industriels y ont annoncé pour 130 milliards de dollars de contrats et intentions d'achat. »

Au-delà du public nombreux venu assister à ce salon et des affaires qui s’y sont traitées, c’est égale- ment l’étendue de l’aire géographique des visiteurs venus des pays limitrophes de la France. Le volume d’affaires est certes en baisse par rapport à celui d’il y a deux ans, mais il reste dans les prévisions arrêtées par les responsables de la filière. « Nous avons dix ans de production devant nous représentant plus de 1 000 milliards de dollars. ( ) Notre secteur est en forme. Ne boudons pas notre plaisir», a déclaré Marwan Lahoud, président du Gifas et directeur général délégué d'Airbus Group au Journal du Dimanche, cité par lefigaro.fr. Comme de tradition, les deux géants mondiaux de l’aéronautique se sont livrés bataille pour arracher les commandes. Au final, l’avionneur américain Boeing a fini avec une légère longueur d’avance sur Airbus ; 18,6 milliards de dollars de commande pour

145

avions pour le premier contre 16,3 milliards de

dollars pour 124 appareils pour le second. Au chapi- tre des grandes innovations, Boeing a fait décoller son « 787 Dreamliner aux couleurs de Vietnam Air- lines qui a décollé à la quasi verticale, comme un avion de combat », notre lefigaro.fr qui ajoute « que chez Airbus, l'A 350 s'élançait pour la première fois du tarmac du Bourget. » Au niveau de l’aéronautique militaire, le Français Rafale n’a pas raté cette oppor- tunité pour faire voler ses plus beaux modèles qui semblent avoir suscité des commandes fermes de la part notamment de l’Egypte et du Qatar qui en au- raient réservés 24 exemplaires chacun.

CROISSANCE Le FMI pessimiste sur les perspectives de l'économie sud-africaine La croissance et la création
CROISSANCE
Le FMI pessimiste
sur les perspectives
de l'économie
sud-africaine
La croissance et la création d'emploi en Afrique du
Sud restent faibles, même si la vulnérabilité aux chocs
extérieurs a quelque peu diminué, a déclaré mardi le
Fonds monétaire international (FMI).
Les facteurs de
risques pesant sur la croissance comprennent la pénurie
d'électricité,
les incertitudes
sur
l'environnement
ré-
glementaire, le regain de tensions salariales, la volatilité
des marchés financiers mondiaux et le ralentissement
de
la croissance mondiale,
a déclaré le
FMI dans
un
rapport. Le FMI prévoit une croissance économique de
2 % en Afrique du Sud au cours de la période 2015-2016,
avec un
rebond jusqu'à 2,8
%
à
moyen terme, sous
réserve qu'un approvisionnement énergétique soit as-
suré,
a-t-il déclaré.
Le FMI
a également prédit
que
la
dette devrait se stabiliser à environ 50 % du PIB d'ici à
2019-2020, contre 56 % du PIB selon les projections de
2014. L'amélioration des échanges commerciaux a tem-
porairement contenu l'inflation et partiellement réduit
la vulnérabilité aux chocs extérieurs, a estimé le FMI.
Le FMI
prévoit
que
le déficit
des paiements
courants
devrait baisser à 4,8 % du PIB en 2015, contre 5,4 % en
2014, du fait de la baisse des cours pétroliers et de la ré-
sistance manifestée par la balance des paiements sud-
africaine face à l'appréciation du dollar. «Les projections
du FMI sont conformes à nos estimations de croissance
économique de 2 % en 2015 et 3 % en 2017», a commenté
le
Trésor national
sud-africain
à la
publication
ce
rapport.

SELON LE MINISTRE CHINOIS DES FINANCES

Les Etats-Unis devraient économiser

plus et investir dans les infrastructures

Le ministre des finances chinois a déclaré mardi à Washington que les Etats-Unis devraient investir davantage dans les infrastructures et encourager leurs citoyens à économiser plus.

Les Etats-Unis doivent «accroître leur taux d'épargne» et convertir ces économies «en investissements» pour apporter «une plus grande contribu- tion à la croissance économique mon- diale», a affirmé à Washington Lou Jiwei, ministre des finances chinois. Dans le cadre de la 7ème édition du «dialogue stratégique et écono- mique» entre les Etats-Unis et la Chine, M. Jiwei venait de participer à une session de discussion avec Jack Lew, le secrétaire au Trésor améri- cain et Janet Yellen, la présidente de la Banque centrale américaine. «Un plus grand espace budgétaire doit être consacré à l'investissement dans les infrastructures et l'innova- tion» aux Etats-Unis, a encore affirmé le ministre chinois au cours d'une conférence de presse au Trésor. «M. Lew dit que la Chine et les Etats- Unis forment 40% de la croissance mondiale, mais la Chine en fait 30% et les Etats-Unis seulement 10%», a poursuivi M. Jiwei ajoutant que les Etats-Unis «devraient faire mieux». Interrogé sur les conséquences que pourrait avoir une future hausse des taux d'intérêt américains sur les flux de capitaux en Chine, le ministre

américains sur les flux de capitaux en Chine, le ministre a répondu qu'une telle éventualité n'aurait

a répondu qu'une telle éventualité n'aurait qu'»un impact limité sur l'économie chinoise», la balance des comptes courants chinoises n'étant pas totalement libéralisée», a-t-il rap- pelé. Il a ajouté qu'il fallait néanmoins «faire attention» à l'impact qu'une telle hausse des taux de la Réserve fé- dérale aurait sur les pays émergents. Le ministre s'est refusé à évoquer la question du piratage informatique af- firmant que ce n'était «pas un sujet de discussion dans le cadre des réunions

économiques». «Demandez au ministre des af- faires étrangères», a-t-il lancé. Quelques instants plus tôt, son ho- mologue américain Jack Lew avait réitéré «la profonde inquiétude que suscite le vol électronique, parrainé par le gouvernement chinois, d'infor- mations économiques confidentielles et de technologies brevetées». «De tels agissements dépassent les limites de ce qui est acceptable dans le cyberespace», a ajouté M. Lew.

MARCHÉS DES CHANGES

Remontée de l'euro face au dollar sur le marché asiatique

L'euro se reprenait mer- credi, au lendemain d'une chute face au dollar, dans un marché plutôt confiant avant la nouvelle réunion des ministres des Finances de la zone euro sur la Grèce qui espèrent conclure un accord évitant au pays un défaut de paiement fin juin. La monnaie européenne valait 1,1202 dollar mercredi matin contre 1,1168 dollar mardi soir. Elle progressait également face à la monnaie nippone à 138,89 yens contre 138,36 yens la veille au soir, comme le dollar, qui s'échangeait à 123,99 yens contre 123,89 yens mardi. «Les marchés sont plutôt satisfaits à l'idée que la Grèce et ses créanciers vont trou- ver un accord avant l'échéance du 30 juin», a re- levé une stratégiste chez Na-

du 30 juin», a re- levé une stratégiste chez Na- tional Australia Bank. Une tranche de

tional Australia Bank. Une tranche de prêts de 7,2 milliards d'euros, ou un geste financier de la Banque centrale européenne (BCE), sera nécessaire pour qu'Athènes honore un rem- boursement de quelque 1,5 milliard d'euros au Fonds monétaire international

(FMI) d'ici le 30 juin. Or rien ne sera possible sans ratifi- cation de l'accord par plu- sieurs Parlements d'Europe, dont ceux de l'Allemagne et de la Grèce. Par ailleurs, les investis- seurs sont confiants, leur moral étant soutenu par la

perspective d'une normali- sation monétaire qui se pré- cise aux Etats-Unis, grâce à divers indicateurs encoura- geants sur la vigueur de la reprise de la première éco- nomie mondiale, et qui est favorable au billet vert. En relevant ses taux, pour le moment presque nuls, la Fed rendra la monnaie amé- ricaine plus rémunératrice et donc plus attirante pour les cambistes. De son côté, la livre bri- tannique reculait un peu face à la monnaie euro- péenne, à 71,10 pence pour un euro, et montait face au dollar, à 1,5755 dollar pour une livre. La devise suisse baissait légèrement face à l'euro à 1,0448 franc pour un euro, et progressait face au billet vert à 0,9327 franc pour un dollar.

COURS DU PÉTROLE

Le pétrole se redresse en prévision d'une baisse des stocks américains

Les prix du pétrole progressaient

légèrement lors des échanges euro- péens mercredi, anticipant une nou- velle baisse des réserves américaines de brut, après la publication des sta- tistiques de l'association API. A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 64,93 dollars en fin de matinée, en hausse de 48 cents par rapport à la clôture de mardi. A New York, le baril de «light sweet crude» (WTI) pour la même échéance gagnait 45 cents à 61,46 dollars. «Les prix ont été stimulés par la publication des chiffres de l'associa-

tion professionnelle American Petro- leum Institute (API), qui ont montré une baisse de 3,2 millions de barils des stocks de brut la semaine der- nière», notaient les analystes de Com- merzbank. Les statistiques de l'API qui sortent la veille de la publication des chiffres officiels du Département américain de l'Energie (DoE) sont scrutées par les investisseurs, car elles offrent un aperçu du niveau des stocks avant la publication du rapport du DoE. Les marchés s'attendaient donc ce mercredi à ce que le DoE fasse état d'une nouvelle baisse des stocks de brut. Selon une prévision

médiane des experts pétroliers les stocks de brut auraient baisser de 2 millions de barils pour la semaine achevée le 19 juin. Une diminution des réserves américaines de brut est souvent bien accueillie dans un mar- ché plombé par la surabondance d'of- fre mondiale, car cela témoigne généralement de la bonne santé de la demande américaine. «Les investis- seurs devraient également garder un oeil sur les niveaux de la production américaine qui restent toujours bien trop élevés», prévenait un analyste chez Saxo Bank.

APS

Jeudi 25 Juin 2015

RÉGIONS

DK NEWS 9

D’APRÈS LES HISTORIENS

Le tajine, un ustensile donnant de la bonne galette, remonte

à 3.000 ans !

Le tajine, plat de cuisson traditionnel en terre cuite, dont la production artisanale décline, même si cet ustensile est toujours de sortie lorsqu’arrive le mois sacré de Ramadhan, est un patrimoine matériel berbère dont l’origine remonterait à

3.000 ans.

Selon plusieurs histo- riens dont Abderrahmane Kraïmia, chercheur à l’uni- versité d’Oum El-Bouaghi, cette hypothèse est confor- tée par la découverte de fragments de tajines près de la localité de Sigus, dans la wilaya d’Oum El-Bouaghi, où une vaste nécropole mé- galithique remontant à l’ère protohistorique (phase que l’on situe entre la préhis- toire et l’histoire) a été mise au jour. Selon M. Kraïmia, spé- cialiste des questions histo- riques, Tarik Ibn Ziad, célèbre conquérant de l’An- dalousie, avait emporté pour son armée une impor- tante quantité de tajines que les femmes engagées dans les expéditions utilisaient pour préparer la Kesra (ga- lette de semoule) pour les soldats.

Peu de choses à voir avec le tajine de l’ouest du Maghreb

Les tajines utilisés de- puis des temps immémo- riaux dans la partie orientale du Maghreb ont cependant peu de choses à voir avec le tajine selon l’ac- ception des habitants de l’ouest de l’Afrique du Nord, d’Oran jusqu’au Maroc en passant par Tlemcen. En effet, le terme tadjine dé- signe, dans ces régions, une préparation culinaire plutôt qu’un ustensile. Pour reve- nir au plat de terre cuite al- gérien, servant à cuire la

nir au plat de terre cuite al- gérien, servant à cuire la galette, la région du

galette, la région du Hodna est connue pour la produc- tion de tajines semblables à ceux des régions des Hauts- Plateaux et de Kabylie qui présentent la caractéris- tique d’être plus épais que ceux produits dans les Aurès. La raison serait, de l’avis de tenants de cet arti- sanat, que dans le Hodna, l’on utilise, pour la cuisson, la braise qui dégage davan- tage de chaleur que le bois utilisé dans la région plus boisée des Aurès. Les arti- sanes des Aurès dotent leurs tajines d’anses permettant de les saisir et de les soule- ver plus facilement tandis qu’ailleurs les tajines en sont dépourvus et les ména- gères doivent utiliser des étoffes pour pouvoir les sai- sir lorsqu’ils sont sur le feu. La première étape dans la fabrication des tajines est le choix de la terre argileuse noire qui doit être exempte

d’impuretés pour garantir la compacité de l’ustensile et lui donner une couleur rouge brique après son pas- sage au four. La seconde est le pétrissage de l’argile que les artisanes exécutent avec une quantité d’eau qui doit être, explique Kaïma, une septuagénaire chaouie, "suffisante pour rendre la pâte tout juste malléable". Lorsqu’il y a excédent d’eau, les artisanes s’empressent de broyer un vieux tajine pour raffermir de nouveau la pâte.

Le M’serrah et le Bouhaba

Les potières commen- cent d’abord par former la base circulaire du tajine puis dressent ses parois tout autour. L’intérieur est en- suite poli avec une simple coquille d’escargot ou une

pierre de silex. Lorsque les tajines sont secs, ils sont renversés et placés dans un grand feu. C’est alors que leur couleur vire du noir au rouge brique. Le tajine dont la surface intérieure de cuisson est polie est appelé M’serrah (sans aspérités). Celui dont l’intérieur est hé- rissé est nommé Bouhebba, ou Ferrah dans certaines ré- gions du pays. C’est dans le tajine Bouhebba qu’est pré- parée la Kesra khemira (ga- lette à la levure), également appelée "Matloue". L’appari- tion sur le marché de tajines en métal de diverses formes n’a pas réussi à détrôner le tajine de terre que les aurés- siens nomment "Fan" et les kabyles "Idhajine". La rai- son en est la qualité de la ga- lette qui sort de l’un et de l’autre. Et là, force est de constater qu’il n’y a pas photo !

LOISIRS DURANT LE RAMADHAN

La pêche à la ligne, un must pour les jeunes skikdis

La pêche à la ligne constitue durant les longues journées de jeûne l’un des loisirs préférés de beaucoup de jeunes ama- teurs skikdis qui peuvent ainsi s’adonner à leur pas- sion en attendant le cou- cher du soleil. Il est pour le moins diffi- cile de les compter tant ils sont alignés serrés le long de la corniche de Stora for- mant une langue rangée de pêcheurs attendant pa- tiemment que le flotteur prolongeant leur ligne se mette à "frétiller", signifiant qu’un poisson a mordu à l’hameçon. "En réalité, le poisson, on n’en a que faire, il nous arrive même de le rejeter à la mer car ce qui importe c’est la détente, la relaxa- tion et les douces caresses de la brise marine, tout en pratiquant notre +sport+ favori", lâche Samir Re- douani (28 ans), qui se pré-

favori", lâche Samir Re- douani (28 ans), qui se pré- sente en tant que "vrai pas-

sente en tant que "vrai pas- sionné". Après la prière du Asr (vers 17H00), tous ces jeunes gens forment de pe- tits groupes pour "prendre d’assaut" la corniche. Cer- tains aiment à se placer sur un rocher, d’autres préfè- rent planter leurs cannes sur le sable de la plage, mais tous scrutent d’un œil distrait le bout de leur ligne en taillant des bavettes entre copains. Samir assure fréquenter la cornique de Stora depuis

le premier jour de rama- dhan. "Après la f n d’une jour- née de travail éreintante passée devant un PC et au milieu d’un tas de pape- rasses, au bureau, je prends ma canne et à moi la Grande Bleue !", lance-t-il, assurant que la pêche à la ligne lui apprend aussi la patience et le plonge dans un état de sérénité. "Si j’ac- croche une prise ou deux, c’est le bonheur à mon re- tour à la maison en fin de journée, même si le f’tour

est déjà prêt depuis long- temps", dit-il, se voulant un tantinet fataliste. Rencon- tré au port de Stora, Yacine Bouchouareb, 45 ans, af- firme prendre son congé annuel durant le Rama- dhan depuis que le mois sacré coïncide avec l’été. Cela permet, soutient-il, de "m’adonner à mon hobby adoré : la pêche à la ligne". Légèrement hâbleur, Ya- cine affirme "ramener chaque soir à la maison un panier plein de poissons". Contrairement à Yacine et à Samir, de nombreux autres pêcheurs préfèrent "taqui- ner" le poisson de nuit. Ils s’installent après la prière des Tarawih pour ne repar- tir qu’à l’approche du S’hour. Ils jurent à qui veut les entendre que les prises nocturnes sont "plus fré- quentes". Diurne ou noc- turne, la pêche reste, quoi qu’il en soit, le passe-temps favori des skikdis.

SAISON ESTIVALE 2015:

Des camps d'été au profit de 500.000 jeunes issus du Grand Sud et des Hauts-Plateaux

Des camps d'été seront organisés en faveur de 500.000 jeunes et enfants issus des régions du grand sud et des hauts plateaux au niveau des wilayas cô- tières dans le cadre de la saison estivale 2015, a indi- qué mardi une responsable au ministère de la Jeunesse et des sports. Des camps de vacances de 15 jours seront organi- sés au profit de 400.000 enfants, âgés entre 6 et 14 ans, issus du sud dans 14 wilayas côtières, a affirmé la directrice générale de la jeunesse au ministère de la Jeunesse et des sports, Samia Benmaghsoula lors d'une conférence de presse. Au titre du même pro- gramme, 100.000 autres vacanciers, âgés entre 14 et 18 ans et issus de ces mêmes régions sont attendus au nord du pays, dont un premier groupe de 10.000 jeunes est déjà arrivé depuis trois jours, selon la même responsable. Outre les vols assurés par la compagnie nationale Air-Algérie et Tassili Airlines, le transport de ces en- fants et jeunes sera également assuré par le minis- tère de la Défense nationale, a soutenu la même responsable. Au cours de leur séjour, les vacanciers dont la prise en charge sera assurée par le ministère, bénéficieront d'un riche programme culturel et de loisirs. Mme Benmaghsoula a ajouté qu'un programme similaire sera organisé au profit des personnes aux besoins spécifiques, ainsi que des camps d'été au profit de 1.200 enfants du Sahara occidental. A cette occasion, elle a souligné que le pro- gramme de détente du ministère prévoit l'élargisse- ment du village pilote des loisirs, créé depuis une année aux Palais des expositions (Safex) à Alger, après la réussite de cette expérience suite à l'inscrip- tion de 28.000 visiteurs/jour. A une question sur le budget consacrée à ce pro- gramme, Mme Benmaghsoula a affirmé que le mi- nistère avait conclu un contrat avec une compagnie privée qui se chargera de financer les activités, sans toutefois mentionner le montant.

EL OUED :

Ouverture de trois marchés de solidarité à l’occasion du mois de Ramadhan

Trois marchés de solidarité seront ouverts cette semaine dans la wilaya d’El Oued à l’occasion du mois de Ramadhan, a-t-on appris mercredi de la di- rection locale du commerce. Les procédures d’usage pour l’ouverture de ces espaces commer- ciaux notamment celles relatives à l’hygiène et aux conditions de protection du consommateur, ont été effectuées par les services du secteur, a indiqué à l’APS le directeur du commerce, Farid Bouteldja. Ces marchés sont répartis sur les régions de Souf et Righ, dont deux (2) au centre-ville d’El Oued, vue la densité de sa population, et le troisième sera ouvert dans la commune d’El M’Ghair (région de Oued Righ), a-t-il précisé. L’approvisionnement de ces points de vente en produits de large consommation sera assuré par la Société de gestion des participations des produc- tions animales (SGP-PRODA et l’Office national in- terprofessionnel des légumes et des viandes (Onilev), a indiqué le même responsable. Concernant l’approvisionnement des espaces commerciaux des 30 communes de la wilaya en pro- duits alimentaires de large consommation, un ac- cord a été conclu avec les commerçants de gros et des producteurs à travers plusieurs wilayas afin d’assurer un approvisionnement régulier durant le mois sacré, a-t-il ajouté. Une cinquantaine d’équipes de contrôle des pratiques commerciales et de la répression des fraudes sont mobilisées du- rant le mois de Ramadhan pour s’assurer de la qua- lité des produits et veiller au respect des dispositions légales régissant l’activité commerciale, a-t-on as- suré.

APS

10 DK NEWS

RÉGIONS

Jeudi 25 Juin 2015

BATNA

Le programme d’urgence pour la fourniture d’électricité réalisé à 90%

Le programme d’urgence pour le renforce- ment de l’énergie électrique à Batna, en exécution au titre de l’exercice 2015, est "réalisé à 90%", a af- firmé mercredi à l’APS, le directeur local de la So- ciété de distribution de l’électricité et du gaz - Est (SDE), Nabil Gouasmia. Le programme destiné à améliorer le service public porte sur la réalisation de 160 transforma- teurs électriques de haute et moyenne tension, dont 60 transformateurs aériens, a précisé ce res- ponsable. 40% de l’action de modernisation du ré- seau de lignes électriques sur un linéaire de plus de 150 km à travers les zones de Batna, de Barika, d’El Djezzar, d’Azil-Abdelkader, de Ras Layoun et d’Ouled Si Slimane, a été jusque-là réalisé, a éga- lement indiqué M. Gouasmia. La SDE annonce également par la voix de son responsable la mise en exploitation "dans quelques jours" d’une station électrique mobile dans la ville de Barika, la seconde en importance de la wilaya de Batna. Pas moins de 200 transfor- mateurs électriques nouveaux ont été installés et mis en service au cours des deux dernières années dans la wilaya de Batna, a rappelé la même source.

AÏN TÉMOUCHENT :

Une caravane de sensibilisation des retraités pour l’usage des chèques bancaires

Une caravane de sensibilisation en direction des retraités pour l’usage de chèques bancaires a été organisée, mercredi, à travers les cinq an- tennes de la Caisse nationale de retraite (CNR) de la wilaya d’Ain Temouchent, a-t-on appris, de son directeur. Cette caravane vise à sensibiliser les personnes concernées à diversifier les modes d’encaisse- ment de leurs pensions et ne pas se limiter, uni- quement, à la formule du CCP, a indiqué Kada Bakour. Les agents de la CNR d’Ain Temouchent expliqueront aux retraités toutes les modalités re- latives au transfert des modes de paiement du chèque postal vers le chèque bancaire, a-t-il ajouté, assurant qu’aucun retard ne sera enregis- tré dans le paiement puisque les retraités conti- nueront de percevoir leurs dus le 24 de chaque mois. Pour ce faire, le même responsable a expliqué que la CNR procédera, deux jours avant la date de paiement des pensions, au virement d’un chèque global vers la Banque de développement local (BDL), institution chargée par la convention pas- sée avec la CNR, du virement des pensions de re- traites vers les différentes banques choisies par les retraités. Utilisant, actuellement, le système de télé-compensation, cette banque permettra aux retraités de disposer de leurs pensions, 48 h après. Pour le directeur local de la CNR, l’objectif de cette action est d’atteindre, à moyen terme, un taux de 50 pour cent de paiement par banque, dont le choix est laissé à la libre appréciation de chaque retraité. Actuellement, cette administration gère les dossiers de 42.000 retraités, rappelle-t-on. A ce jour, l’antenne de la CNR d’Ain Temouchent a reçu 55 dossiers de nouveaux retraités ayant choisi la banque comme moyen de paiement. La date butoir pour l’application du nouveau mode de paiement a été fixée entre les mois de juillet et d’août prochains, a indiqué le responsable de la CNR. La Caisse a organisé, le 4 juin dernier, une journée de sensibilisation sur la diversification des moyens de paiement des pensions de retrai- tés, en présence de représentants de la BDL et des employeurs des secteurs publics et privés. Lors de cette rencontre, l’idée d’utiliser les comptes bancaires des employés après leur départ en retraite a été préconisée pour désengorger les agences postales.

APS

DON DU SANG

Campagne lancée à Blida

L’association El Hayat pour la promotion du don de sang et des organes de Blida a lancé lundi soir une campagne de don de sang aux abords de la mosquée Chouchane de la commune d’Ouled Aich, selon un de ses responsables.

L’opération, lancée après la prière du soir (Ichaà), a permis la collecte de 250 poches de sang auprès des fi- deles de la mosquée, un vo- lume jugé "considérable" par le président de l'association, Nacer Deriouche. Ce dernier a loué l’initia- tive d’un bienfaiteur local, qui a fait don à l’association de glacières pour la conser- vation des poches de sang collectées au profit du centre de transfusion sanguine de la wilaya. Il a fait part de la programmation d’autres campagnes de collecte de sang au niveau des mos- quées d’Ouled Aich et de Blida. Cette opération parti- cipe à l’approvisionnement du centre de transfusion sanguine de la wilaya en cet élément essentiel à la vie, no- tamment durant certaines périodes de l’année, où les

tamment durant certaines périodes de l’année, où les dons de sang s’amenuisent, a souligné M. Deriouche.

dons de sang s’amenuisent, a souligné M. Deriouche.

sensibiliser les citoyens, dont les fideles notamment,

sang et des organes, dans le sauvetage d’une vie hu-

Il

s’agit,

également,

de

à

l’importance du don de

maine.

FEUX DE FORÊT :

Mise en place de 11 unités d’intervention

à Tizi-Ouzou

Onze (11) unités de proxi- mité de la Protection civile ont été mises en place, à Tizi-

l’APS le capitaine Chaouchi Nabil. Soulignant la contri- bution des agents de la

vention des incendies de ré- coltes, durant la présente campagne moisson -battage,

aux surfaces forestières diffi- ciles d’accès, au vue des as- pérités difficiles de la région,

Ouzou, au titre du dispositif

Conservation forestière lo-

a

été, également, mis en

est-il signalé. Selon le chef

anti-incendies, en vigueur

cale, des comités de villages

place, selon la même source.

du service prévention à la

du 1 juin, jusqu’à la fin sep-

et

des collectivités locales,

Outre la disponibilité de

(3) à quatre( 4) mètres de lar-

Conservation des forêts de la

tembre 2015, a-t-on appris, mardi, du responsable du secteur. Equipées de ca- mions anti- incendies avec citernes, ces unités ont la tache d’intervenir en cas d’incendies, à travers la wi- laya, avec possibilité d’être soutenus, si nécessaire, par les colonnes mobiles de la

dans les opérations d’extinc- tion d’incendies, il a signalé l’actualisation, auparavant, des plans de prévention et d’intervention de ce corps, en plus de l’installation des comités des communes et des daïras, et des représen- tants de différents secteurs constituant la cellule de wi-

citernes d’eau, ce dispositif préconise le labourage de couloirs sécuritaires de trois

geur, pour empêcher la pro- pagation des flammes, et ce en collaboration avec l’Union locale des paysans algériens, la chambre d’agri- culture, et les représentants

wilaya, Mohamed Skan- draoui, une surface de 2.886 ha a été ravagée par le feu à Tizi-Ouzou, durant les mois d’aout et septembre 2014, suite à 383 incendies de fo- rêts déclarés, à cette période, causant ainsi des dommages d’une valeur financière esti- mée à plus de 465 millions

Protection civile, dotées de

laya, chargée du suivi de la

de

la filière céréalière.

Da. Ces incendies ont touché

moyens plus conséquents, dont des camions anti-in- cendie et des ambulances, entre autres, a indiqué à

mise en application de ce plan, tout au long de la sai- son estivale. Parallèlement, un autre dispositif de pré-

Les incendies de forêts constituent, annuellement, une menace pour des di- zaines de villages mitoyens

toutes les essences fores- tières de la wilaya, tout en af- fectant sa biodiversité, a- t-on ajouté de même source.

TISSEMSILT:

Nouvelles lignes suburbaines durant le mois de Ramadhan

La direction des trans- ports de la wilaya de Tissem- silt a décidé, en ce mois de Ramadhan, l’ouverture de nouvelles lignes subur- baines pour assurer en noc- turne des dessertes au profit des habitants des centres ru- raux relevant des communes du chef-lieu de wilaya et de Sidi Abed. Un accord a été, pour ce faire, signé entre l’entreprise publique de transport ur- bain et suburbain, et trois

opérateurs privés pour assu- rer une couverture des nou- velles lignes devant desservir les villages de Ain El Kerma, Oum Laalou et Beni Meida relevant du chef-lieu de wi- laya et Ras El Mou (Sidi Abed), a-t-on appris mardi de la direction des trans- ports. Celle-ci a signalé que l’ouverture de ces lignes su- burbaines durant les veillées du ramadhan intervient pour répondre aux de- mandes des citoyens des

centres ruraux proches de la ville de Tissemsilt. L’entre- prise publique de transport urbain et suburbain de la wi- laya a egalement prolongé les heures de service de six heures du matin à 1 heure du matin du jour suivant. La di- rection de wilaya des trans- ports a exhorté les opérateurs privés à veiller à garantir les prestations de transport sur les lignes ru- rales pour relier les zones éloignées de la wilaya surtout

la nuit, durant le mois du ra- madhan. Une réunion s'est tenue la semaine dernière avec les taxieurs, lesquels ont été sommés, de leur côté, d'assurer la permanence du- rant les nuits du mois du jeûne, en collaboration avec les services communaux. La direction des transports de Tissemsilt gère un total de 15 lignes rurales et 12 autres ur- baines, desservies par une centaine d’opérateurs pu- blics et privés.

AÏN DEFLA :

Réception de 10 établissements scolaires

à la prochaine rentrée scolaire

Une dizaine d’établisse-

maires dans les communes

nouveaux établissements

Plus de 187. 000 élèves ont

ments scolaires des trois pa-

de Tachta, d’El Mayenne, de

permettra de diminuer la

fréquenté les établissements

liers de l’éducation seront

A n Soltane et de Bir Ould

pression à laquelle font face

scolaires, tous paliers

réceptionnés à la prochaine rentrée scolaire dans la wi- laya de Aïn Defla, a-t-on ap- pris, mercredi, du directeur du secteur. Ces établisse- ments scolaires concernent quatre groupements pri-

Khélifa), trois CEM à Khémis Miliana, à El Attaf et à Zed- dine et trois lycées à Tiberka- nine, à El Mayenne et à Bordj Emir Khaled, a indiqué Faouzi Mahmoud Tebboune. L’entrée en activité de ces

actuellement les structures du secteur des régions concernées de même qu’elle épargnera aux élèves les dif- ficultés quotidiennes liées à leurs déplacements, a souli- gné M.Tebboune.

confondus, au titre de l’an- née 2014-2015, a précisé le même responsable, faisant état de 427 écoles primaires, 106 CEM et 44 lycées sur le territoire de la wilaya.

Jeudi 25 Juin 2015

SOCIÉTÉ

DK NEWS 11

ALGER

2 ans de prison pour les dealers

C’est en effectuant leur ronde habituelle que les éléments de la sûreté ont procédé à l’arrestation d’un dealer, Saïd, âgé de 37 ans, marié et père de deux enfants, qui avait sur lui une quantité de kif traité, destiné à la vente. Pressé de questions, il passe aux aveux. Saïd a dénoncé un dealer prénommé Mourad âgé de 35 ans, repris de justice notoire. Arrêté lui aussi.

de 35 ans, repris de justice notoire. Arrêté lui aussi. A.Ferrag Arrêtés, les deux dealers ont

A.Ferrag

Arrêtés, les deux dealers ont été jugés par le tribunal d’Alger. Lors de leur comparution, en ce mois de juin 2015, les deux accusés reconnaissent

les faits retenus contre eux. Dans son réquisitoire, le représentant du mi- nistère public, après avoir rappelé les faits qu’il a jugés très graves, requiert 5 ans de prison à l’encontre des deux accusés. L’avocat de la défense a demandé

à la cour des circonstances atté- nuantes et tente de minimiser la gra- vité des faits et de l’acte de ses clients. Après délibérations, les deux mis en cause ont condamnés à 2 ans de prison à l’encontre de chacun des deux accusés.

TLEMCEN

Saisie de 4 quintaux de kif provenant du Maroc

Les éléments du service régional de lutte contre les stupéfiants rele- vant de la Sûreté de wilaya de Tlem- cen ont saisi mardi matin quatre (4) quintaux de kif traité provenant du Maroc, a-t-on appris du responsable de ce service. Exploitant des informations fai- sant état d'une importante quantité de kif devant être acheminée, une

importante quantité de kif devant être acheminée, une souricière a été tendue au lieu-dit «Zrika» frontalier

souricière a été tendue au lieu-dit «Zrika» frontalier avec la daira de Mascara permettant d'intercepter un véhicule suspect chargé de cette quantité de drogue. Le conducteur a abandonné son véhicule après une course poursuite profitant de l'obscurité, a-t-on indi- qué de même source.

BATNA

7 cas suspects de botulisme

Sept (7) personnes, 4 adultes rési- dant à Batna et 3 enfants évacués de- puis la wilaya de Khenchela, présentant des symptômes du botu- lisme, se trouvent sous surveillance médicale au service réanimation du centre hospitalo-universitaire (CHU) de Batna, a appris l’APS mardi au- près d’un cadre de la direction de la santé. Certains parmi ces patients ont consommé du cachir et d’autres du pâté avariés dont l’origine a été identifiée et dont des échantillons ont été expédiés à l’Institut pasteur d’Alger pour analyse, a précisé Ab- delhafid Seddouk, chef du service de la prévention à la direction de la santé, soulignant qu’il s’agit pour l’heure de «cas suspects» que seul le

résultat des analyses confirmera. Par précaution, un appel à la population a été lancé sur les ondes de la radio de Batna pour demander à la popula- tion d’éviter pour le moment de con sommer du cachir ou du pâté. Le botulisme (du latin botulinus signifiant «boudin») est une grave maladie paralytique due à une neu- rotoxine bactérienne, la toxine botu- lique, produite par différentes espèces de bactéries anaérobies. La consommation de cachir ava- rié avait provoqué, en juillet 1998 à Sétif et ses environs, une importante propagation de botulisme qui a causé la mort de 44 personnes et l’hospitalisation de dizaines d’autres.

44 personnes et l’hospitalisation de dizaines d’autres. DJELFA Un prisonnier fugitif arrêté par la police Les

DJELFA

Un prisonnier fugitif arrêté par la police

Les services de la Sûreté de la wilaya de Djelfa ont ar- rêté, dans la nuit de lundi à mardi, un prisonnier qui s’était évadé dimanche de la Cour de Djelfa, a-t-on appris de source sécuritaire. Le mis en cause a été arrêté suite à des recherches intenses menées par les services concer- nés, qui ont notamment placé sous surveillance son do- micile familial, dans la ville de Djelfa, où il a été arrêté à une heure tardive de la nuit de lundi, a précisé la même

source. Le détenu fugitif, âgé de 28 ans, s’était évadé lors d’une audition à la salle d’audience de la cour de Djelfa, selon la même source, qui signale l’ouverture d’une en- quête sur les circonstances de cette évasion. Il est poursuivi dans une affaire de coups volontaires, à l’aide d’une arme blanche, alors qu’il a été déjà condamné, en première instance, à une peine de 5 années de prison par le tribunal de Djelfa.

CONSTANTINE

Des motards-secouristes de la Protection civile opérationnels

Une section de motards-secou- ristes de la protection civile est opé- rationnelle dans les rues de Constantine, a-t-on constaté mardi. Selon le capitaine Abderrahmane La- graâ, responsable du service de la prévention à la direction de wilaya de ce corps constitué, la section est com- posée de six motards qui avaient préalablement bénéficié d’une for- mation à l’école de police d’Alger.

Cette formation a été complétée, a ajouté cet officier, par un stage de 15 jours à l’unité principale de la protec- tion civile d’Ali Mendjeli (Constan- tine), encadré par des formateurs spécialisés de la sûreté nationale. L’arrivée dans de courts délais, même en cas d’embouteillages, sur le lieu d’un accident survenu en ville, afin de secourir sur place d’éventuels blessés en attendant l’arrivée d’une

ambulance, où pour alerter la bri- gade la plus proche en donnant un état précis de la situation, est la prin- cipale missions des secouristes à moto, a expliqué le capitaine Lagraâ. La direction de la protection civile envisage de renforcer cette section par la formation, dans les jours à venir, d’autres motards secouristes, a encore affirmé le responsable du ser- vice de la prévention.

SETIF :

Saisie de 41 tonnes de produits alimentaires douteux

Azzedine Tiouri

La police chargée de l'urbanisme, de la protec- tion de l'environnement, de l'hygiène et de la pro- preté, relevant de la Sureté de wilaya de Sétif, veillant toujours au respect des lois, des règlements et de la législation en vigueur a été mise à contribu- tion tout au long du mois de mai dernier afin d'évi- ter aux collectivités locales toute atteinte à la santé des citoyens et à la détérioration du cadre de vie en- vironnementale de nos villes. Dressant le bilan de ses activités préventives et dissuasives au cours du mois dernier, elle a dressé 205 infractions touchant à l'urbanisme pour viola- tion liée à la construction sans permis et 49 liés à la conformité. Dans le volet de l'environnement, elle a enregis- tré 15 violations dans le domaine de la non-confor- mité de la conduite du système des déchets et 5 pour jets d'ordure. Pour ce qui est de la santé, sujet très sensible, notamment en cette pré-période es- tivale, elle a relevé 3 infractions envers les placettes non conformes pour l'abattage des animaux desti- nés à la vente et 13 pour le non respect des condi- tions sanitaires du transport de la viande. Par ailleurs, les agents de la police de l'urba- nisme, de la protection de l'environnement et de l'hygiène a relevé et enregistré d'autres irrégulari- tés s'élevant à 174 infractions en rapport avec la voie publique et 30 pour obstruction de la circulation. Il a été procédé durant tout le long du mois de mai à 501 opérations de contrôle de locaux com- merciaux. l a été procédée à la saisie de plus de 41 tonnes et 7,90 quintaux de divers produits alimen- taires douteux ou avariés destinés à la consomma- tion ainsi que des marchandises étalés à même le sol, destinés à la vente pouvant touchés à la santé des citoyens et qui ont requis l'intervention de la police. La même source nous signale pour la même pé- riode, la saisie de 18 113 bouteilles de boissons al- coolisées, 501 bouteilles d'eau gazeuse et non gazeuse, 4 573 unités de feux d'artifices et de fumi- gènes, ainsi que 619 bouteilles alcoolisées propo- sées à la vente d'une manière illégale.

DOUANES

Saisie d’un important lot de gadgets électroniques prohibés au port d’Annaba

lot de gadgets électroniques prohibés au port d’Annaba Un important lot constitué de gadgets électro- niques

Un important lot constitué de gadgets électro- niques prohibés dont 30.000 pointeurs laser utili- sés notamment dans les gradins des stades et 2.590 caméras non déclarées a été saisi par la douane lors d’un contrôle de conteneurs au port d’Annaba, a- t-on appris mardi auprès de la direction régionale des douanes. Le lot qui comprend également des compteurs électroniques a été saisi au cours des trois derniers jours dans deux conteneurs, dans le cadre d’une opération de lutte de l’évasion fiscale, la contre- bande et le trafic de produits prohibés, selon le ser- vice de presse de la direction régionale des douanes. Un procès-verbal de poursuite a été établi à l’en- contre des contrevenants, a indiqué la même source, précisant que le coût de la marchandise sai- sie est évalué à environ 25 millions de dinars.

APS

Ph. M Nait Kaci

12 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Jeudi 25 Juin 2015

SETIF

La police s'implique pour la bonne cause et l'esprit de solidarité

pour la bonne cause et l'esprit de solidarité Azzedine Tiouri A l'occasion de l'avènement du mois

Azzedine Tiouri

A l'occasion de l'avènement du mois sacré de Ramadhan, la Sûreté de wilaya de Sétif a arrêté un programme spécial pour incarner une ini- tiative à caractères de fraternité et humanitaire visant principalement à sensibiliser les conduc- teurs et autres usagers de la route à réduire la vitesse durant la courte période précédent la rupture du jeûne d'une part, tout en aspirant à renforcer le principe de la police de proximité avec les différentes couches de la société tout en les invitant à la table de l'Iftar, d'autre part. C'est ainsi depuis le début de ce mois, les po- liciers ont invité les usagers de la route, conducteurs et passagers, sur différents cir- cuits pour prendre des repas chauds au mo- ment de la rupture du jeûne, gestes humanitaires et fraternels en ce mois de piété, vivement appréciés. Cette initiative leur a permis de partager un repas complet chaud avec les policiers au siège de la brigade d'intervention rapide en toute convivialité dans une atmosphère fraternelle, prouvant une fois de plus que le policier n'était pas là uniquement pour réprimander où sévir et dresser les procès-verbaux. Pour ceux qui se sont excusés et ne pouvaient faire cette halte pour diverses raisons, 100 repas Iftar à empor- ter leur ont été distribués. Cette invitation et ce partage de repas avec les policiers au siège de la brigade d'interven- tion rapide situé sur un point de contrôle et un axe important du trafic routier de la RN 5 en face de la gare routière, a pour but de permettre aux conducteurs et à leurs passagers d'effectuer une halte de repos au moment de la rupture du jeûne afin de leur éviter de faire la vitesse pour rentrer plus vite. Cette opération qui a impliqué dans sa pré- paration des cadres, des officiers et de simples agents de la Sûreté de wilaya de Sétif, nous dit- on, a permis de mettre en place 10 Meidate Iftar qui ont aussi pour but de prévenir et de sensi- biliser les usagers de la route, notamment les conducteurs, de la nécessité d'avoir un esprit de responsabilité , de sérieux, de maitrise et de so- briété au volant avec le respect du code de la route et de la sécurité routière afin d'assurer par la même celles des conducteurs et de leurs compagnons et des autres usagers, en évitant les excès de vite durant la courte période avant la rupture du jeûne. Tous ces conseils et ces orientations, nous si- gnale-t-on, ont été concentrés pour la sauve- garde et la protection de la vie humaine, le temps du partage d'un repas autour d'une meida, notamment pour ceux qui ont un long chemin et une longue distance à parcourir avant d'arriver à destination, dont le repos leur est plus que nécessaire. Cette opération s'étalera durant tout le mois sacré de Ramadhan avec le même engouement pour la bonne cause et l'esprit de solidarité qui anime les policiers.

JOURNÉE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LA DROGUE

La Sûreté de daïra de Bouzaréah sensibilise sur les dangers de la toxicomanie

Sous le patronage du Chef de la Sûreté de daïra de Bouzaréah, le commissaire principal Laribi Hachemi, et à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre la drogue célébrée le 26 juin de chaque année, la Cellule d’écoute et de communication de la SD de Bouzaréah en collaboration avec l’association des anciens scouts musulmans, section Mohamed Iqbal, a organisé hier au Centre culturel d’El Biar, une journée portes ouvertes sur les dangers de la drogue et de la toxicomanie.

ouvertes sur les dangers de la drogue et de la toxicomanie. Rachid Rachedi A cet effet,
ouvertes sur les dangers de la drogue et de la toxicomanie. Rachid Rachedi A cet effet,

Rachid Rachedi

A cet effet, une exposition de photos dédiée aux moyens «impor- tants» consacrée par la Direction générale de la Sûreté nationale pour lutter contre ce fléau qui constitue un problème majeur de

lutter contre ce fléau qui constitue un problème majeur de santé publique auquel a été instal-

santé publique auquel a été instal- lée sur les lieux. Pour sa part, le lieutenant de po- lice, Medjane Hayet, chef de la cel- lule d’écoute et de communication, s’est chargée de sensibiliser et d’ex- pliquer aux visiteurs, en particulier aux jeunes et aux adolescents, les dangers liés à l’usage de drogues telles que la transmission du

liés à l’usage de drogues telles que la transmission du VIH/Sida, l’hépatite, le risque de maladies
liés à l’usage de drogues telles que la transmission du VIH/Sida, l’hépatite, le risque de maladies
liés à l’usage de drogues telles que la transmission du VIH/Sida, l’hépatite, le risque de maladies

VIH/Sida, l’hépatite, le risque de maladies cardiovasculaires ainsi que les problèmes psychologiques. Des photos mettant en scène des toxicomanes avant et après leur ad- diction témoignent des ravages causés par la drogue, qui détruit progressivement, la personnalité ainsi que la santé de son consom- mateur.

TAMANRASSET

Gendarmerie nationale : 522 détecteurs de métaux saisis depuis début 2015

Pas moins de 522 détecteurs de métaux ont été saisi, depuis le début de l’année dans la wilaya de Taman- rasset, a-t-on appris mercredi au- près du groupement territorial de la Gendarmerie nationale. Cette saisie a été opérée suite au traitement de 73 affaires ayant donné lieu à l’arrestation de 774 in- dividus de différentes nationalités africaines, dont 13 personnes ont été libérées, a indiqué à l’APS le com- mandant du groupement, le lieute- nant colonel Lazreg Merouane. Ces affaires se sont soldées égale- ment par la saisie de 65 véhicules, 7

soldées égale- ment par la saisie de 65 véhicules, 7 motocyclettes, 30 téléphones de communication par

motocyclettes, 30 téléphones de communication par satellites, 104 téléphones mobiles, de sommes en monnaies nationale et étrangère, et par la récupération de plus de 1,7 kg d’échantillons de sable mélangé à de l’or, selon la même source. En 2014, les mêmes services avaient mis la main sur 671 détec- teurs de métaux et 37 téléphones sa- tellitaires de type "Thuraya", et procédé à l’arrestation de 502 per- sonnes de différentes nationalités ainsi qu'à la récupération d’une quantité d’or mélangé de sable, a fait savoir la même source.

AGRICULTURE

ITMAS de Tizi-Ouzou : une offre de 200 places pédagogiques pour la prochaine rentrée

Quelque 200 places pédagogiques seront offertes, à la prochaine rentrée, par l’Institut de technologie moyen agricole spécialisé (ITMAS) en agriculture de montagne de la wilaya de Tizi-Ouzou, aux jeunes désirant suivre une formation agricole, a-t-on appris, mercredi de la chargée de la formation continue au niveau de cet éta- blissement. Selon Hini Nadia, les inscriptions pour le concours d’entrée qui sera organisé en deux sessions les 7 et 30 septembre prochain, sont en cours. Ces forma- tions initiales en agriculture de montagne sont destinées aux jeunes âgés de 17 à 30 ans, qui sont invités, par la di- rection, à se rapprocher de l’ITMAS pour se renseigner, a-t-elle ajouté. D’une durée de deux années, ces forma- tions seront sanctionnées par des diplômes de techni- ciens spécialisés en agriculture de montagne et

d’adjoints techniques d’agriculture. L’ITMAS dispose, pour les besoins de la formation pratique, d’une ferme école organisée en ateliers spécialisés en relation avec l’agriculture de montagne. Un internat de 200 lits est également mis à la disposition des stagiaires. En plus de cette formation initiale, l’ITMAS assure également des stages de perfectionnement au profit des cadres du sec- teur ainsi que des formations à la carte et sur site, de courte durée aux agriculteurs, particulièrement intéres- sés par des formations sur les conduites d’élevage, en ar- boriculture fruitière, notamment l’oléiculture et l’agrumiculture, le greffage et la taille des arbres, la santé animale et des végétaux et les techniques de mise en place d’une exploitation agricole.

APS

Jeudi 25 Juin 2015

SOCIÉTÉ

DK NEWS

13

MIGRATIONS CLANDESTINES :

L'Europe «ne peut pas se permettre» de rester absente

L'Italie peut seule faire face aux flux migratoires clandestins en mer Méditerranée, mais l'Europe «ne peut pas se permettre» de rester à l'écart, a estimé le chef du gouvernement italien Matteo Renzi.

a estimé le chef du gouvernement italien Matteo Renzi. «Le problème aujourd'hui n'est pas de savoir

«Le problème aujourd'hui n'est pas de savoir comment l'Italie pourra faire front seule face à l'urgence. Nous sommes un grand pays qui ne se laisse pas aller à l'hystérie parce qu'une année sont arrivés quelques milliers de migrants en plus», a affirmé M. Renzi dans une tribune mercredi dans la quotidien La Stampa. Il a souligné que son pays ne renon- cera pas «à sauver ne serait-ce qu'une

vie (

dage», a-t-il dit, mais, a-t-il estimé «avoir une réponse de l'Europe sert avant tout à l'Europe, plutôt qu'à l'Ita- lie». «L'Italie peut tout à fait se permet- tre de faire tout toute seule en Méditerranée. C'est l'Europe qui ne peut pas se le permettre», a soutenu le chef du gouvernement italien. L'Italie fait face actuellement à l'ar- rivée de vagues successives de mi- grants -- plus de 60.000 arrivés depuis le début de l'année -- et la situation s'est envenimée avec le refus de nom- breux pays européens d'une réparti- tion des demandeurs d'asile et la décisions de ses voisins de refouler des migrants. M. Renzi avait menacé le 14 juin, l'Europe d'un «plan B», si l'Italie n'était pas soutenue pour faire face à l'afflux, mais sans préciser les modali- tés de son plan. Ces propos tenus par le chef du gou- vernement italien interviennent alors que l'Union européenne (UE) a lancé officiellement lundi une mission na- vale de lutte contre le trafic de mi-

car «la vie vaut plus qu'un son-

grants en Méditerranée, qui sera limi- tée dans un premier temps à une sur- veillance accrue des réseaux de passeurs.

Londres renforce les contrôles au port de Douvres Les autorités londoniennes ont an- noncé mercredi le renforcement du contrôle de l'immigration clandestine au port de Douvres, après que des mi- grants aient tenté la veille de rejoindre le Royaume-Uni en profitant de la grève de la compagnie MyFerryLink à Calais (nord de la France). «Nous sommes en train de mettre des ressources supplémentaires au port de Douvres pour améliorer les contrôles et la détection (des clandes- tins)», a déclaré James Brokenshire, secrétaire d'Etat britannique à l'Immi- gration et la Sécurité, sur la BBC, pré- cisant être en «contact étroit» avec les autorités françaises sur cette question. De nombreux migrants ont tenté de profiter d'un mouvement de grève au sein de la compagnie française MyFer- ryLink pour monter à bord des ca- mions à l'arrêt dans les files d'attentes, comme en témoignent les images des chaîne d'information en continu diffu- sées en boucle mardi. «Il est profondément regrettable de voir ces incidents survenir à la suite d'un mouvement social en France», a ajouté M.Brokenshire. Environ 200 marins de la compagnie française ont observé mardi une grève paralysant le

trafic du port de Calais et du tunnel sous la Manche pour protester contre la vente par Eurotunnel de deux des trois bateaux exploités par MyFerry- Link à la compagnie concurrente da- noise DFDS. La proximité de la Grande-Bretagne attire depuis des années à Calais, son point d'accès le plus proche depuis le continent européen, les clandestins en quête de passage vers ce qu'ils voient comme l'«eldorado» britannique. En- viron 3.000 migrants se trouvent ac- tuellement à Calais avec comme dessein de rejoindre l'Angleterre, selon le dernier décompte de la préfecture du Pas-de-Calais. Le gouvernement britannique va en outre mettre en place un groupe de tra- vail composé d'environ 90 fonction- naires, issus entre autres de la police des frontières et de la magistrature, pour lutter contre les réseaux crimi- nels de passeurs de migrants en mer Méditerranée. Ce groupe sera en partie basé en Si- cile et à la Haye avec Europol, l'agence européenne de lutte contre la crimina- lité organisée, et des effectifs présents au Royaume-Uni pourront être dé- ployés en fonctions des besoins, a indi- qué Downing Street. Cette force aura notamment pour mission de réunir des «renseignements» pour combattre les passeurs et identifier les «flux fi- nanciers» qui nourrissent le trafic, a précisé James Brokenshire.

CANICULE AU PAKISTAN:

Le bilan passe à près de 700 morts

La canicule affectant le sud du Pakistan ces trois derniers jours a fait près de 700 morts, selon un nou- veau bilan de source sani- taire, poussant les autorités à déclarer l'état d'urgence dans les hôpitaux. «Le nom- bre de personnes décédées à cause de la vague de chaleur est désormais de 692», a dé- claré Saeed Mangnejo, un haut responsable des ser- vices de santé de la province pakistanaise du Sind, dont Karachi est la capitale. Le précédent bilan était de plus de 500 morts. Le gouvernement a mis ses services en alerte pour répondre d'urgence à la crise, et l'armée mobilisé ses unités paramilitaires des

et l'armée mobilisé ses unités paramilitaires des Rangers pour soigner les victimes de malaises, selon des

Rangers pour soigner les victimes de malaises, selon des médias. Les effets de la canicule ont été aggravés par des cou- pures de courant électrique,

quotidiennes dans le pays et qui ont affecté le système d'adduction d'eau des villes, empêchant sa distribution à des millions d'habitants de Karachi.

La canicule, frappant notamment les plus dému- nis dans la mégalopole de Karachi, semblait s'atté- nuer quelque peu mer- credi. Les températures dans la plus grande ville du Pakistan, où ont été recen- sés la grande majorité des décès dûs à la chaleur, sont descendues à 38°C, contre près de 45°C ces derniers jours. Les vents ont tourné et apporté un peu d'air frais dans ce port de près de 20 millions d'habitants situé sur la mer d'Oman, selon les services météorolo- giques pakistanais qui pré- voyaient également de la pluie, synonyme de baisse des températures, dans la journée.

ESPIONNAGE AMÉRICAIN:

Paris dénonce un fait «inacceptable entre alliés»

La France a dénoncé mercredi un espionnage «inacceptable entre alliés», après la révélation par la presse de la mise sur écoutes par l'agence de ren- seignement américiane NSA du prési- dent François Hollande et ses deux prédécesseurs, Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac. «C'est inacceptable entre alliés», a déclaré le porte-parole du gouvernement français Stéphane Le Foll dans une première réaction offi- cielle de Paris. «Ce qui s'est passé n'est pas accepta- ble mais ce n'est pas pour autant que l'on va entrer dans une crise», a-t-il tou- tefois ajouté. M. Le Foll s'exprimait sur la chaîne d'informations I-Télé, peu avant la tenue à l'Elysée, siège de la pré- sidence française, d'une réunion d'ur- gence autour de François Hollande consacrée à l'incident. La révélation de l'espionnage par les services américains des trois derniers présidents français suscitait mercredi en France la condamnation unanime de la classe politique, tant dans la gauche au pouvoir qu'au sein de l'op- position de droite.

CANADA

Découverte d'empreintes de pas humains vieilles de 13 000 ans

Des empreintes de pas humains fos- silisées, vieilles de plus de 13.000 ans et qui seraient alors les plus anciennes de l'Amérique du Nord, ont été décou- vertes sur une île au large de la côte ouest du Canada, a indiqué mardi une équipe d'archéologues. La première empreinte a été découverte l'automne dernier dans de l'argile sur les rives de l'île Calvert, à environ 500 km au nord- ouest de Vancouver, ont indiqué dans un communiqué les archéologues Dun- can McLaren et Daryl Fedje de l'uni- versité de Victoria (Colombie-Britan- nique). Une nouvelle expédition sur cette île isolée en mai a permis de dé- couvrir douze autres traces de pas. Il s'agit, selon M. McLaren, de celles de deux adultes et d'un enfant qui auraient été réunis autour d'un feu de camp. Des tests au carbone 14 réalisés sur des résidus de charbon de bois trouvés au- tour de la première empreinte ont établi qu'ils dataient de 13.200 ans. De nou-

veaux tests doivent être faits pour cor- roborer ces résultats. «C'était très exci- tant parce qu'à chaque coup de truelle, on voyait apparaître des orteils ou un talon ou l'arche d'un pied», a expliqué M. McLaren sur la chaîne publique CBC. Toutes les traces étaient imprimées dans de l'argile, ce qui a permis, selon lui, leur conservation. «A notre connais- sances, il s'agirait des traces de pas les plus anciennes découvertes à ce jour en Amérique du Nord», a-t-il souligné. Cette découverte, selon lui, viendrait appuyer une nouvelle théorie selon la- quelle les premiers habitants de l'Amé- rique du Nord ont peuplé le continent

à partir de l'Alaska en se déplaçant en

bateau le long des côtes plutôt qu'à pied

à l'intérieur des terres. «Il n'y a pas d'au-

tre façon de se rendre sur l'île Calvert qu'en bateau, et cela est aussi vrai au- jourd'hui qu'il y a 13.000 ans». Des traces semblables, datant d'il y a 14.500 ans, avaient été découvertes en 1997 sur le site de Monte Verde au Chili, ce qui en fait les plus anciens signes d'activité humaine dans les Amériques.

APS

14 DK NEWS S AN Jeudi 25 J TABAGISME PASSIF : IL TUE 1 PERSONNE

14 DK NEWS

SAN

Jeudi

25 J

TABAGISME PASSIF :

IL TUE 1 PERSONNE SUR 100

C’est une première en France : une cour d’appel vient de reconnaître le lien entre tabagisme passif et cancer du poumon. L'occasion de rappeler que le tabagisme passif tue une personne sur 100 chaque année dans le monde.

C’est une première victoire pour les victimes du tabagisme passif : une enseignante toulou- saine qui a dû subir l’ablation d’un de ses poumons en raison d’un cancer alors qu’elle ne fu- mait pas, vient d’obtenir répara- tion. La cour d’appel de Bordeaux vient en effet de recon- naitre le lien entre son cancer du poumon et le fait que l’école où elle enseignait n’appliquait pas la loi anti-tabac dans les lieux pu- blics.

La sonnette d’alarme

Les chiffres sur le tabagisme passif sont essentiellement diffu- sés par l’Organisation mondiale de la santé, qui s’est penchée sur ce problème de santé publique dès 2004. Comme l’organisation l’écrit dans sa convention pour la lutte anti-tabac : « Le tabagisme passif résulte de la fumée qui en- vahit restaurants, bureaux ou au- tres espaces clos lorsqu'il y a combustion de produits du tabac,

clos lorsqu'il y a combustion de produits du tabac, comme des cigarettes, bidis ou pipes à

comme des cigarettes, bidis ou pipes à eau. Ses effets nocifs concernent tout le monde. Et il n'existe pas de seuil au-dessous duquel l'exposition à la fumée du tabac serait sans danger. » Chez l'adulte, le tabagisme passif provoque de graves mala- dies cardiovasculaires et respira- toires, y compris les cardiopathies coronariennes et le cancer du poumon. Chez les

tout-petits, il peut entraîner la mort subite du nourrisson. Quant aux femmes enceintes, elles risquent d'accoucher de bébés présentant une insuffi- sance pondérale à la naissance. Les jeunes exposés au tabagisme passif à la maison ont d'une fois et demi à deux fois plus de risque de commencer à fumer que les enfants qui n'y sont pas exposés. Quant aux enfants exposés à la

fumée de cigarette en voiture, ils subissent directement les effets d’une pollution aux particules fines trois fois supérieure à la norme imposée par l’OMS. Pour mettre en évidence les méfaits du tabagisme passif, l’OMS sort des chiffres implaca- bles : le tabagisme passif est res- ponsable de plus de 600 000 décès par an dans le monde, soit un décès sur 100. Et si l’on ne

tient compte que des dècès pro- voqués par le tabac, le tabagisme passif est reponsable d’un décès sur 10. L'exposition à la fumée se- condaire est ainsi responsable chaque année de 379.000 décès par cardiopathie ischémique, 165.000 décès causés par des in- fections respiratoires, 36.900 décès liés à des cas d'asthme et 21.400 décès par cancer du pou- mon.

IL AUGMENTE LE RISQUE D'HOSPITALISATION DES ENFANTS

Les enfants exposés au taba- gisme passif doublent leur risque d'être admis à l'hôpital pour des infections par rapport à des en- fants non exposés à la fumée de ci- garette. On sait que le tabagisme passif est néfaste, encore plus pour les enfants. Le monoxyde de carbone et les autres substances toxiques contenues dans la fumée du tabac affectent le cœur et les or- ganes des enfants. Il a même été suggéré que la fumée pouvait en- gendrer des troubles du compor- tement chez l'enfant. Une nouvelle étude américaine confirme un des effets néfastes du tabagisme passif. Il concerne le

un des effets néfastes du tabagisme passif. Il concerne le risque de maladies infectieuses chez l'enfant.

risque de maladies infectieuses chez l'enfant. Les chercheurs de Cincinnati démontrent que le risque d'hospitalisation pour des infections respiratoires comme l'asthme est doublé chez les en- fants exposés à la fumée de ciga- rette, en voiture ou à la maison. Pour s'en rendre compte, les scientifiques ont mesuré la coti- nine (une substance produite par le corps quand il reçoit de la nico- tine, ndlr) présente dans la salive et le sang de 600 enfants âgés de 1 à 16 ans. Tous étaient admis en ur- gence à l'hôpital de Cincinnati pour asthme et d'autres troubles respiratoires. Ils les ont suivis

pendant plus d'un an, le temps de voir si les jeunes patients étaient de nouveaux hospitalisés. Résul- tat, 17 % des enfants ont fait un nouveau séjour à l'hôpital. L'ana- lyse de la cotinine a révélé que les enfants exposés à la fumée du tabac doublaient leur risque d'être hospitalisés. Pour le Dr Robert Kahn, auteur de l'étude, la mesure de cotinine constitue un bon outil pour repé- rer les enfants victimes de taba- gisme passif et ainsi mieux cibler les interventions en sevrage taba- gique auprès de leurs parents. L'étude a été publiée dans la revue spécialisée Pediatrics.

LE TABAGISME PASSIF FAIT GROSSIR LES ENFANTS

Le tabagisme passif perturbe l'évolution des enfants, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale Nicotine and Tobacco Research. Il augmenterait leur tour de taille et élèverait aussi leur Indice de masse corporelle (IMC). Le tabagisme passif ne serait si pas « passif » sur la santé des enfants. Une nouvelle étude scientifique a démontré les méfaits cette mauvaise habitude sur le poids des enfants en favorisant l'augmentation du tour de taille et de l'IMC. Les chercheurs de l'Université de Montréal et du Centre de recherche Sainte-Justine (Canada) ont analysé les données de l'Étude longitudinale du développement des enfants au Québec.

Ils ont constaté les effets du tabagisme passif sur le poids des enfants en comparant les comportements de 2 055 familles et les résultats sur leur progéniture. Les conclusions de cette étude révèlent qu'à l'âge de 10 ans, les enfants qui ont été exposés à la fumée de manière intermittente ou continue risquent d'avoir un tour de taille jusqu'à 1,5 centimètres plus grand que la moyenne. Et leur IMC risque d'être plus élevé de 0,48 à 0,81 point. «L'exposition à la fumée secondaire durant la petite enfance pourrait provoquer des déséquilibres endocriniens et altérer le fonctionnement neuro- développemental à cette période

critique du développement de l'hypothalamus, ce qui pourrait endommager des systèmes vitaux qui croissent et se développent énormément après la naissance et jusqu'au milieu de l'enfance, soit la période sur laquelle s'est concentrée notre étude», explique Linda Pagani, professeure en psychoéducation et auteur de l'étude. «Nous soupçonnons que nos statistiques sous-estiment le lien entre l'obésité juvénile et l'exposition au tabagisme des parents, car les parents éprouvent une certaine gêne à déclarer leur vraie consommation de tabac», conclut Linda Pagani. Les conclusions de cette étude rappellent que le tabagisme passif est un vrai enjeu de santé

publique. En effet, l'Organisation Mondiale de la Santé rappelle que le tabagisme passif est responsable de plus de 600 000 décès par an dans le monde, soit un décès sur 100. Et si l'on ne tient compte que des décès provoqués par le tabac, le tabagisme passif est responsable d'un décès sur 10. L'exposition à la fumée secondaire est ainsi responsable chaque année de 379 000 décès par cardiopathie ischémique, de 165 000 décès par des infections respiratoires, de 36 900 décès à cause de l'asthme de et 21 400 décès par cancer du poumon. Le tabagisme passif augmenterait aussi de 10% le risque de développer un cancer du sein, selon l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

risque de développer un cancer du sein, selon l'Institut national de la santé et de la

TÉ

uin 2015

DK NEWS

15

Les effets du tabac sont sous-estimés

Les effets du tabac sont sous-estimés Les effets du tabagisme sont sous-estimés, selon les résultats d'une

Les effets du tabagisme sont sous-estimés, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale JAMA Internal Medicine. La majorité des fumeurs « sains » serait aussi touchée par des maladies respiratoires. Le mythe du fumeur en bonne santé vient de tomber. En effet, la majorité (55%)des accros à la cigarette considérés comme sains aux tests respiratoires aurait des maladies pulmonaires respiratoires. Les chercheurs du National

Jewish Health (NJH) ont suivi 8 872 personnes âgées de 45 à

80 ans qui ont fumé au moins

un paquet de cigarettes par jour pendant dix ans. La

plupart d'entre eux avaient consommé du tabac pendant

35 ans voire 50 ans.

Si les tests respiratoires ont montré des poumons sains pour la plupart des fumeurs, le scanner a dévoilé d'autres résultats moins satisfaisants. «Les maladies des poumons sont fréquentes chez les fumeurs dont les tests de capacités pulmonaires sont dans la norme», a dévoilé le Dr James Crapo, professeur de médecine au National Jewish Health (NJH) de Denver (Etats- Unis). En réalité, les scientifiques ont déterminé que la majorité (55%) des fumeurs de l'étude souffraient de maladies chroniques et 42% des participants ont montré de l'emphysème ou un épaississement de leurs voies respiratoires. 23% d'entre eux étaient essoufflés pour le test d'effort. «Les effets du tabagisme chronique sur les poumons et la santé en général sont nettement sous-estimés », explique le Dr James Crapo. Pourtant, les maladies pulmonaires chroniques sont incurables et soumettre les gros fumeurs (1 paquet de cigarettes par jour pendant 30 ans) pourrait permettre une détection plus précoce d'un cancer du poumon et réduire la mortalité de 20%. « Nous espérons que cette étude va aider à discréditer le mythe du fumeur en bonne

santé et convaincre de l'importance de la prévention du tabagisme », a conclu la Dr Elisabeth Regan, professeur- adjointe de médecine au NJH

DIABÈTE : UN PATCH POUR TESTER LE TAUX DE SUCRE DANS LE SANG

Les diabétiques pourront bientôt tester leur taux de sucre dans le sang et réguler leur niveau d'insuline grâce à un simple patch, selon les résultats d'une étude publiée dans les Compte rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS). Testé chez les souris, il a été efficace pendant 9 heures.

Un simple timbre pourrait changer la vie des diabétiques. Un patch testé sur des souris a permis de détecter une augmentation du taux de sucre dans le sang et y remédier en in- jectant une dose personnalisée d'insuline. Une technologie qui pourrait simplifier le quotidien et parfois sauver la vie des patients touchés par cette pathologie. Les chercheurs de l'Université d'Etat de Ca- roline du nord (Etats-Unis) ont appliqué à des souris diabétiques de type 1 des timbres trans- dermiques dotés des micro-aiguilles de la taille d'un cil. «Ces micro-aiguilles sont dotées de réservoirs microscopiques contenant des enzymes sensibles au glucose ainsi que de l'in- suline, qui est diffusée si les niveaux de sucre détectés dans le sang sont trop élevés» expli- quent les chercheurs. Pendant neuf heures ce patch a été efficace pour diminuer le taux de sucre dans le sang des rongeurs. «Nous avons conçu un timbre pour les dia- bétiques qui fonctionne rapidement, qui est simple à utiliser et qui est fabriqué avec des matériaux non-toxiques et biocompatibles», explique Zhen Gu, professeur au département d'ingénierie biomédicale de l'Université d'Etat de Caroline du nord (Etats-Unis), principal auteur de ces travaux.

Un dosage précis et personnalisé de l'insuline

Le dosage de l'insuline doit être précis en fonction des besoins de chacun. En effet, une injection inappropriée peut entraîner des complications graves comme une cécité, des

entraîner des complications graves comme une cécité, des amputations, des comas diabétiques ou même entraîner la

amputations, des comas diabétiques ou même entraîner la mort. «Ce système peut être per- sonnalisé pour prendre en compte le poids du malade et sa sensibilité à l'insuline», explique Zhen Gu. Si ce patch a été performant en labo- ratoire, les chercheurs doivent mener de nou- veaux tests et réaliser des essais cliniques pour que ce timbre soit commercialisé auprès des diabétiques de plus en plus nombreux (387 millions de personnes ) dans le monde. Cette maladie affecte plus de personnes dans le monde, et devrait atteindre 592 millions d'ici

2035 en raison de l'augmentation de la popu- lation en surpoids ou obèse. Le diabète de type 1 est dû à une absence de sécrétion d'insuline par le pancréas. Il touche environ 10% des diabétiques et atteint surtout les personnes jeunes. Le diabète de type 2 est dû à une mauvaise utilisation de l'insuline par les cellules de l'or- ganisme. Il est beaucoup plus fréquent et re- présente 90 % des diabètes. En France, il touche environ 3 millions de personnes, soit 4,7% de la population.

Souffrance psychique au travail :

elle est 2 fois plus élevées chez les femmes

Elle ne figure dans aucun des tableaux de maladies professionnelles reconnues, pour- tant la souffrance psychique en lien avec le tra- vail prend de plus en plus d'importance dans les pathologies d'origine professionnelle. Dans le cadre de sa mission de surveillance épidémiologique des risques professionnels, l'Institut de veille sanitaire (InVS), en collabo- ration avec l'Inspection médicale du travail, a mis en place un programme de surveillance des maladies à caractère professionnel (MCP). En analysant les données de ce programme pour la période 2007 à 2012, les chercheurs ont constaté que la souffrance psychique causée ou aggravée par le travail est la deuxième pa- thologie la plus souvent signalée chez les sala- riés, après les affections de l'appareil locomoteur (sciatique ou lombalgie par exem- ple). Le taux de prévalence de la souffrance psychique a augmenté sur la période 2007- 2012, aussi bien chez les femmes que chez les hommes mais ce taux reste deux fois plus élevé chez les femmes (3,11%) que chez les hommes (1,4%). Ce taux de prévalence aug- mente avec l'âge jusqu'à la tranche 45-54 ans, puis stagne.

Souffrance psychique :

qu'est-ce-que c'est ?

Nous avons tous entendu parler du burn out et du stress lié à l'emploi. Mais, outre ces troubles relevant de la sphère de la santé men- tale mais qui ne sont pas considérés comme des maladies le programme de surveillance des maladies à caractère professionnel élargit les cas de souffrance psychique en lien avec le travail à d'autres maladies, allant des troubles

le travail à d'autres maladies, allant des troubles du sommeil à la dépression sévère en passant

du sommeil à la dépression sévère en passant par les troubles anxieux, les conduites addic- tives ou encore les troubles du comportement alimentaire. "Concernant les répartitions des différents troubles, l'épisode dépressif léger était, pour les hommes comme pour les femmes, l'entité la plus souvent rapportée par les médecins du travail jusqu'en 2010, avec plus d'un tiers des situations. Depuis 2011, les troubles anxieux et dépressifs mixtes sont les plus rapportés pour les deux sexes, représen-

tant également plus d'un tiers des affections déclarées » peut-on lire dans le Bulletin épidé- miologique hebdomadaire de ce 23 juin. Les conduites addictives et les troubles du sommeil sont plus souvent signalés chez les hommes, alors que les femmes souffrent plus d'épisodes dépressifs légers et de troubles anxieux et dépressifs mixtes. « En parallèle, les parts du burnout des états de stress post-trau- matique ont également augmenté sur la pé- riode 2007-2012".

16 DK NEWS

CULTURE

Jeudi 25 Juin 2015

TISSEMSILT :

Le site préhistorique de Boukhirane mérite d’être protégé et valorisé

Le site archéologique de Boukhirane, situé dans la commune de Sidi Boute- chent (60 km du chef lieu de la wilaya de Tissemsilt) nécessite des actions de pro- tection contre toutes formes de dégrada- tion, compte-tenu du fait qu’il représente un site-témoin de la période préhisto- rique de cette région. Ce site est une masse rocheuse de 4 mètres de long et de 3,5 mètres de large, comporte quatre gra- vures rupestres représentant des bovins et des motifs en caractères libyques. Le lieu est situé dans une zone monta- gneuse, fortement boisée et non proté- gée. Il est de ce fait exposé à des actes de dégradation. Dans ce sens, le directeur de la culture de la wilaya, Mohammed Dahel, a indi- qué que son administration compte prendre plusieurs mesures pour assurer la protection et la promotion de ce lieu préhistorique. Ainsi, ce même responsable a souligné qu’il compte proposer à la tutelle la clas- sification du site pour que, la même di- rection £uvre à proposer sa classification afin qu’il puisse faire l’objet des mesures qui en découlent comme l’affectation d’agents de gardiennage, la pose d’une clôture et la confection d’un panneau in- dicateur portant un descriptif et des don- nées. Le directeur de la culture a également signalé que des missions scientifiques sont organisées chaque année sur le site par des chercheurs et des étudiants en archéologie pour étu- dier ce vestige historique en vue de sa va- lorisation. Pour sa part, la direction du tourisme et de l’artisanat a proposé le lancement d’un circuit touristique à partir du Parc national de cèdres de Theniet El Had et incluant ce site préhistorique. Le but est de diversifier l’offre en matière de tou- risme culturel dans la région et de faire connaître auprès du grand public l’im- portance du site de Boukhirane. Contacté par l’APS, le chercheur au Centre national de recherches préhisto- riques, anthropologiques et historiques (Cnrpah), Kamel Bouleghraif a indiqué que ce site archéologique a été découvert en 2004 par le défunt-chercheur Abbassi Djabbat. Les travaux de prospection sur les lieux ont permis de découvrir les ins- criptions libyques ainsi que des gravures rupestres. Le chercheur du Cnraph a estimé que le site de Boukhirane mérite des re- cherches plus approfondies pour percer ses secrets. Il a aussi souligné une cer- taine ressemblance des gravures de Bou- khirane avec celles mises à jour dans la région de l’Atlas tellien et de l’Atlas saha- rien. Cette similitude suppose que les po- pulations de ces régions étaient en contact permanent. Kamel Boulaghraif pense que la région de Boukhirane recèle d’autres vestiges préhistoriques plus im- portants et qu’il faille mettre à jour. Des abris rocheux et autres lieux naturels méritent d’être explorés car abritant sans aucun doute des vestiges pouvant donner des données précieuses sur l’histoire de la région. Dans ce sens, il a appelé les responsa- bles du secteur de la culture, les cher- cheurs et les universitaires à multiplier les travaux de recherches sur ce site pour le faire mieux connaitre au sein de la communauté scientifique et du grand public et assurer sa protection car étant un vestige important de l’histoire de la région.

APS

M. AZZEDINE MIHOUBI

Un «recensement du patrimoine archéologique et culturel» national en préparation

Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a révélé mardi soir, dans un entretien à l'APS, que son département ministériel préparait le lancement d'une «opération d'envergure portant sur la préservation du patrimoine national» qui touchera plusieurs wilayas du pays».

national» qui touchera plusieurs wilayas du pays». Organisée sous le thème «Recense- ment du patrimoine

Organisée sous le thème «Recense- ment du patrimoine archéologique et culturel en Algérie», l'opération sera menée par des experts relevant du secteur de la culture avec la collabora- tion des académiciens et acteurs concernés. Le ministre a souligné l'importance de la «formation d'un grand nombre de spécialistes dans la préservation et la restauration du pa- trimoine» en tirant profit d'expé- riences étrangères». Concernant les salles de cinéma, le ministre a estimé nécessaire d'investir dans ce domaine, annonçant la mise en place, la semaine prochaine, d'un groupe de travail comptant des ex- perts, des cinéastes et des juristes chargés de l'évaluation de la situation du cinéma en Algérie. M. Mihoubi a indiqué que cette initiative reposait sur cinq axes concernant les salles de cinéma, le financement, la création d'espaces de cinéma, les contenus et

les textes juridiques portant sur la «gestion de l'œuvre cinématogra- phique». Le ministre a estimé que le secteur privé a un grand rôle à jouer dans cette mission, rappelant l'existence de «plusieurs entreprises et d'une loi sur le cinéma, mais la réalité est autre». Il a fait état d'»offres à l'étude pour l'éta- blissement d'un partenariat entre l'Al- gérie et des pays étrangers», en matière de gestion des salles de ci- néma qui concernera dans une pre- mière étape une cinquantaine de salles. Des professionnels du secteur algé- riens ont fait part de leur désir d'in- vestir dans le cinéma, à l'instar de l'artiste Slimane Benaissa qui a pré- senté un programme pour l'exploita- tion du cinéma l'Afrique, restaurée depuis 2013, mais qui est resté sans suite. «Le coût élevé de certains films

pourrait servir à produire une ving- taine de films à coût modéré», a es- timé le ministre, annonçant que la tendance à suivre consistera à «finan- cer un cinéma à coût réduit». Le ministre a plaidé en faveur des scénarios algériens qui sont «le pro- duit de la culture et des mutations de la société», précisant qu'»il faut établir une relation entre les producteurs ci- nématographiques et les auteurs». Par ailleurs, M. Mihoubi a souligné la nécessité de rationaliser la gestion des festivals. Les festivals organisés actuellement «sont plus des festivals de consommation, et certains ont la même teneur», a-t-il soutenu. Il a, à cet effet, émis des remarques sur certaines disparités concernant les festivals en terme de financement. «Il est des évènements importants qui se voient affecter un petit budget et d'autres bénéficient d'importantes enveloppes financières sans que leur rentabilité soit conséquente», a-t-il dit préconisant de soumettre ces mani- festations à une étude objective. Par ailleurs, le ministre a défini les missions du Conseil national des arts et des lettres qui est chargé de présen- ter «une carte des artistes algériens qui sont au centre des débats en cours, contribuer à la protection sociale des artistes et à l'organisation de rencon- tres pour la valorisation de l'art algé- rien. Concernant le marché du livre, M. Mihoubi a indiqué que «la loi sur les activités et le marché du livre a ap- porté des clarifications», rappelant qu'il ne restait que la relance du Cen- tre national du livre, installé en 2010, soit une année après la promulgation du décret de sa création en 2009.

CONSTANTINE 2015-THÉÂTRE :

Salah-Bey revisité une nouvelle fois par l’association Chihab d’Annaba

Une pièce consacrée à Salah Bey par l’association Chihab d’Annaba, la seconde en quelques mois après une première œuvre montée autour du même personnage par le théâtre ré- gional de Constantine (TRC), présentée mardi soir sur les planches du TRC, a été très bien accueillie par le public. Mise en scène par Sami Ghrissi sur un texte de l’écrivain et histo- rien algérien Hassan Derdour,

la pièce s’ouvre sur trois belles algéroises éblouies par le pas- sage du cortège de Salah Bey se dirigeant vers le Trésor (Beit El Mal) pour remettre la rede- vance annuelle du Beylick de l’Est. Dans une euphorie indes- criptible, les trois belles femmes se donnent la réplique pour relater les actions d’éclat et les réalisations du «Bey des Beys» envers sa population, et vantent le courage et l’ambi- tion de celui dont la réputation a dépassé son Beylick pour at- teindre la capitale. Arrive alors la princesse, épouse du Dey d’Alger Hocine Pacha et fille du Khaznadji (chargé de la tré- sorerie) dont la mort est attribuée à Salah Bey. La princesse, animée par un esprit de vengeance «chuchote» à l’oreille de son époux et lui murmure d’exécuter Salah Bey. Dans un voyage intemporel entre Alger et Constantine, les tableaux se succèdent, les faits s’accélèrent et se compliquent et les conspirations contre Salah Bey s’amplifient de toutes parts jusqu’à ce que le Dey d’Alger le relève de ses fonctions et le remplace par un nouveau Bey, Brahim Bousbai. Salah, dont le rôle est campé par Mohamed-Laïd Kabouche, refuse d’ab-

diquer, défie la Sublime Porte et tue le nouveau bey au cours d’un duel. Constantine, alors assiégée par l’armée du Dey d’Alger, est secouée par une vive agitation opposant partisans et rivaux de Salah. Celui-ci, dans un moment de lucidité, com- prend les conséquences sur la population d’une telle rébel- lion et finit par accepter son sort. Le rideau tombe sur l’exécu-

tion de Salah Bey sur fond de la célèbre chanson «Galou lârab galou», cette mélopée qui im- mortalisa le plus grand gouver- neur de l’époque ottomane que Constantine ait connu. Suivie avec beaucoup d’intérêt par un public averti et connaisseur du 4e art, la pièce est, selon un spectateur, «un autre voyage à travers la si riche histoire de Constantine et de la Régence d’Alger». De son côté, le metteur en scène, soulignant que la pièce «perpétue la légende de Salah Bey», a estimé que ce tra- vail, inspiré d’un texte écrit il y a près cinquante ans, permet au public d’avoir «une autre vision» sur celui que l’on appelait le Bey des Beys. Il a également tenu à saluer la performance des jeunes acteurs distribués dont certains, a-t-il affirmé, montent pour la première fois sur les planches. Inscrite dans le cadre du programme du département Théâtre de la mani- festation «Constantine, capitale 2015 de la culture arabe», cette pièce de l’association Chihab dont la scénographie est signée Nadjem Cherrad, sera présentée dans les wilayas de Khen- chela, Oum El-Bouaghi, Batna, de Bejaia, de Sétif, de Djelfa et de Naâma, a fait savoir le metteur en scène.

de Khen- chela, Oum El-Bouaghi, Batna, de Bejaia, de Sétif, de Djelfa et de Naâma, a

Jeudi 25 Juin 2015

HISTOIRE

DK NEWS

17

Jeudi 25 Juin 2015 HISTOIRE DK NEWS 17 COLONS, RENÉGATS ET EXIL Par Amar Belkhodja (*)

COLONS, RENÉGATS ET EXIL

Par Amar Belkhodja (*)

La mort dans l’exil

La mort de l’Emir Khaled sus- cita une vive émotion partout en Algérie. La presse algérienne «lui témoignera un hommage des plus émouvant, et lui accordera, dans de suprêmes accents, ce grand respect pour l’action que l’illustre homme mènera avec ardeur, sans fléchissement, pour le bien-être et la dignité de son peuple et la liberté de son pays. Nous reproduisons en annexe un écrit élogieux que va consa- crer le journal La défense, un hebdomadaire dont le directeur et rédacteur en chef, n’est autre que le redoutable polémiste La- mine Lamoudi. Dans plusieurs éditions successives de ce jour- nal, nous trouvons des comptes rendus retraçons les cérémonies de «la prière de l’absent», orga- nisées dans plusieurs localités du pays, les premières en liste Ain M’lila et Bône. C’est dire de renommées de L’Emir Khaled acquise partout dans le pays, ce premier semeur des graines du nationalisme en ce début de XX e siècle. Le journal de Lamine La- moudi, souligne par exemple qu’à «Aïn M’lila, petite ville du Constantinois où l’Emir Khaled séjournais plusieurs mois pen- dant la grande guerre, la nou- velle de sa mort à en l’effet d’un coup de foudre » (La défense n°92 du 31 janvier 1936). La ville orga- nisa la prière de l’absent au ci- metière musulman où l’on retraça le parcours du vaillant combattant. Evoquant l’exemple de Aïn- M’lila, c’est Lamine Lamoudi lui-même, qui incite les Algé- riens à défendre, la mémoire du disparu, en écrivant notam- ment : «Nous estimons que le même geste doit être accompli dans toutes les villes, dans tous les villages où se trouvent des musulmans dignes de ce nom. Aucun musulman Algérien n’a le droit d’oublier que c’est parce qu’il nous avait défendu avec la dernière énergie que Khaled fut brutalement arraché à la terre de

énergie que Khaled fut brutalement arraché à la terre de ses ancêtres et envoyé en exil

ses ancêtres et envoyé en exil où

il est mort sans avoir eu l’ultime

joie revoir pour la dernière fois

les nombreux amis et admira- teurs (…). Pour les services qu’il

a rendus à notre cause, par les

immenses sacrifices faits pour nous, Khaled a acquis les droits imprescriptibles à notre éter-

nelle reconnaissances» (La dé- fense n° 93 du 7 février 1936). Lamine Lamoudi qui invite les algériens partout dans le pays

à commémorer le 40 e jour de la

mort de Khaled comme une journée de deuil, ne se lasse pas

de rendre hommage au défen- seur du peuple algérien, toute fois en soulignant que l’exil de l’Emir Khaled était fort contrai-

gnant où «la gêne était voisine de

la misère».

Le rang de l’Emir ne lui répu- gnait pas de paraître dans le be- soin. Et, faisant face aux obligations matérielles induites par les visiteurs et hôtes de tous horizon, Khaled, la noblesse et la richesse au cœur, mues par une hospitalité arabe légendaire, était contraint de souscrire dis- crètement à des emprunts pour faire honneur au rang et au pres- tige dont il jouissait. Certes, la société algérienne, les demeures algériennes les plus modestes

aux plus riches, refusaient de voir «leurs feux éteints» et il leur était lamentablement incom- mode, voire même inacceptable, de priver l’hôte du couvert et du gîte. Mettre en gage, des objets ou des bijoux de valeur, était, pour plusieurs familles surprises si- multanément par l’hôte et le be- soin, un ultime recours pour laisser une dignité intacte, le souci étant de faire honneur aux visiteurs de l’improviste. Toute la société algérienne s’est constamment abreuvée à ces va- leurs et vertus imprescriptibles. C’est rappeler aussi que la zaouïa de l’arrière-grand-père de Kha- led, le premier résistant à l’inva- sion française, cheikh Mohieddine ne désemplissait pas. On y venait pour étudier,

certes, mais tout le monde, riches ou pauvresm trouvait à tous moments, chez la Qaddirya, l’hospitalité entière, généreuse

dans ses formes les plus insoup-

çonnées. Fier de son rang, de sq lignée et de son prestige, Khaled com- battait le besoin non pas pour lui-même, mais pour sa de- meure qui faisait office de «zaouïa». Dans son journal La

défense, Lamine Lamoudi, ré- vèle, peut-être pour la première fois, que Khaled avait traversé des moments de tracas financés, surtout pendant les dernières années de son existence. « Kha- led menait en Syrie une véritable « vie d’exilé ». Obligé à la fois de

faire face aux nécessités et obli- gations que lui imposait sa qua- lité d’Emir et de tenir compte de sa situation financière qui n’était guère brillante, il fut à mainte reprises obligé de s’endetter. Nous possédons un document dans lequel un de ses fils nous fait les révélations les plus tou- chantes sur les difficultés avec lesquelles l’Emir se trouvait aux prises pendant les derniers mois qu’il vécut en terre d’exil». (La défense n° 93 du 7 février 1936). Les amertumes de l’exil sont à peine avouées par tous ces Algé-

riens qui furent condamnés au bannissement, tel par exemple Ali El Hammami, jeune compa- gnon de lutte de l’Emir Khaled. Il aurait fallu que l’Emir Khaled Arsalan et ses amis assistent le jeune érudit, réduit au dénue- ment, et à la détresse, pendant ses fabuleuses pérégrinations à travers les contrées, portant haut et fort la voix de l’Algérie. L’Emir Abdelkader ainsi que sa famille, jusqu’à l’Emir Kha- led, furent dénigrés tant par les colons que par certains des nô- tres du fait que l’administration française acceptait de leur accor- der des pensions pour les épar- gner des humiliations d’ordre matériel. Quoi de plus normal pour cette famille qui fut dé- pouillée de ses biens comme le furent d’autres familles, tels par exemple les Ouled Sidi Embarek dont est issu le valeureux Moha- med Ben Allal ou encore – parmi tant d’autres - Djelloul Ben Fa- rhat Ben Ameur des Oueld Ayad dans la région de Tniet El Had. Un fidèle agha de l’Emir Abdel- kader, vaincu et dépaillé de la to- talité de ses biens, offerts par les français à ses deux frères Ameur et Dehiles qui ont choisi d’être de zèles auxiliaires des envahis- seurs. Djelloul, livré à la misère, était obligé de «quémander» une pension au français pour survi- vre dans la dignité, lui qui com- mandait tout l’Ouarsenis sous les ordres du vaillant Emir Abdelka- der. L’Emir Khaled, fera lui aussi l’objet d’attaques les plus viles et les plus racistes de la grosse co- lonisation et d’auteurs peu scru- puleux, tel Octave Depont qui, dans son livre Algérie du cente- naire, Imprimerie Codoret, Bor- deaux, 1928, insulte le petit fils de l’Emir Abdelkader, lui repro- chant «d’empocher» une pen- sion et de troubler en même temps «l’ordre établi» au moyen des pamphlets qu’il publiait dans l’Ikdam. Ces attitudes, affi- chées par les tenants de la colo- nisation, s’inscrivent dans une démarche – méprisante et

constante – qui se traduisait par

le chantage de l’humiliation

pour réduit au silence tous ceux qui oseraient s’insurger par

l’épée, la parole ou l’écrit, contre

les injustes de tous ordres et de

toutes natures. Le chantage de la faim fut d’ailleurs utilisait sous répit par la féodalité caïdale, au service des français, contre les paysanne algérienne pour la neutraliser et la désolidariser la personnel politique engagé à dé-

fendre les intérêts et la dignité du peuple algérien. Autant les périodes de di- settes, par exemple, les cartes de ravitaillement étaient confisqués

par les Caïd contre tous ceux

qu’on suspectait de sympathie

avec les courants nationalistes (1939 – 1954). Ce chantage entretenu comme arme, livrait un grand nombre de familles algériennes

au cœur les situations des plus

humiliants et des plus désas- treuses. Ruine morale et maté-

rielle, voilà ce à quoi était soumis notre peuple durant les sombres années de la domination colo- niale. Spectre brandi en ce 20e et

XXI e siècle par les pays déten-

teurs des richesses et des tech- nologies de l’armement contre les pays pauvres qui se débattent dans malnutrition et les mala- dies. Les embargos alimentaires imposées successivement à

l’Irak et à Gaza sont les exemples

les plus honteux perpétrés par

les USA et Israël et acceptés par la communauté internationale la plus prospère du plan écono- mique, mais paradoxalement,

qui

prétend incarner et défendre

les

droits humanitaire. Jean Zie-

gler et Roger Garaudy connais- sent mieux que nous la nature

des

rapports entre les riches et

les

pauvres et les fossés qui les

séparent.

A.B. (*) Journaliste - historien

Khaled n’est plus, L’Algérie musulmane tout entière pleure en lui, sans consolation, l’honneur, la dignité, le courage, toutes les vertus de la race à laquelle il s’est toujours montré fier d’appartenir et que l’exemple de sa vie a imposée au respect de tous. Elle en lui le chevalier le militant dont le grand nom reste étroitement lié à ce mouvement jeune algérien qu’il a animé de son souffle puissant et nourri de toute l’ardeur de sa foi. Elle pleure en lui le martyr, le vieux combattant qui a payé de son bonheur et du bonheur des siens d’avoir dit en toute loyauté et à une époque où nul n’osait en- core le dire, qu’après avoir donné la me- sure du dévouement et du sacrifice, les indigènes avaient de droit d’aspirer a une moins misérable destinée. Lourde faute, semble-t-il, et il devait la payer bien cher. Le capitaine Khaled qui a apporté à défen-

L’ALGÉRIE EN DEUIL

Khaled n’est plus

dre la France le même zèle, la même loyauté que son grand père avait apporté à la combattre, a eu l’exil comme récom- pense et l’oubli comme consolation. Son tort fut d’avoir été loyal dans une société où la perfidie était devenue la vertu domi- nante, d’avoir parlé droit le où tout le monde entendait servitude et employé là où le mensonge s’imposer. A la France, il a donné son épée, à l’Algé- rie sa plume et toutes les ressources de son intelligence et à l’Islam son cœur, un cœur de chevalier sans peur et sans reproche. Et ce fut dans l’exil qu’une aussi noble carrière devait finir ? Condamné par la France à qu’il avait donné le meilleur de sa jeunesse, trahi par ses compagnons de lutte, vendu par ses amis les plus proches, Khaled s’en est allé, emportant dans sa re- traite forcée les plus vastes notions sur la bassesse humaine. Nul autre que lui n’eût

résiste à d’aussi dures épreuves, mais Kha- led avait de qui tenir. Il avait le cœur trempé dans les traditions de noblesse que son as- cendance illustre lui avait léguée. Il se rési- gna, préféra l’honneur à tous les honneurs et repoussa du pied tous les vains attributs auxquels ses contemporains sacrifiaient leur conscience et leur dignité. Ni les dé- boires, ni le dépit, ni mêmes les terribles ri- gueurs de l’exil n’ont pu faire capituler cette âme de granit. Ce fut seulement pen- dant ses dernières années que, cédant à l’attrait de la terre natale qui se fait irrésis- tiblement au déclin grandes existence qu’il abdiqua sa fierté et demanda à finir ses vieux jours dans un coin de la terre algé- rienne qui lui était cher. Ce fut en vain et il devait mourir sans l’avoir revu. Blessé et mutilé au cours de la guerre dite de droit, Khaled se voyait refuser celui de mourir dans son pays : il s’est éteint en territoire

étranger, loin des siens, et loin de ce sol au- quel ses ancêtres ont attaché leur nom. Méconnu par l’élite, oublié pas ses ca- marades de combat et renié par ceux-là même qui lui prodiguaient leurs platitudes aux plus beaux jours de sa gloire politique, Khaled reste vivant dans l’esprit du peuple, chez aucune vanité n’a banni le sentiment de la gratitude. Pour les humbles, pour les déshérités, pour les foules opprimées dont il s’était fait le tribun fougueux et incorruptible, sa grande figure reste le symbole de la no- blesse, de l’honneur, de la loyauté, de toutes les vertus islamiques qu’il incarnait. A l’Emir, au grand Algérien qui a tracé, le premier chemin du sacrifice, chacun de nous élève dans son cœur un monument d’airain.

La Défense n° 91 du 24 janvier 1935

18 DK NEWS

AFRIQUE

Jeudi 25 Juin 2015

PRÉSIDENTIELLE EN GUINÉE

La principale formation de l'opposition tente une alliance avec l'ex-putschiste Camara

La principale formation de l'opposition gui- néenne veut forger une alliance avec l'ex-put- schiste Moussa Dadis Camara pour tenter de «réaliser l'alternance en 2015» en Guinée, l'élec- tion présidentielle étant prévue en octobre dans le pays, selon la presse locale parue mercredi. Le chef de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo, s'est en- tretenu récemment à Ouagadougou (capitale du Bukina Faso) avec l'ex-putschiste, en exil dans le pays depuis 2010, pour tenter de forger une al- liance face au président sortant Alpha Condé, a indiqué un porte-parole de l'UFDG, Alpha Bou- bacar Bah. Le capitaine Camara, instigateur du coup d'Etat militaire de 2008, avait annoncé début mai qu'il serait candidat à la présidentielle du 11 octobre sous les couleurs du Front patrio- tique pour la démocratie et le développement (FPDD). «Nous avons décidé de rencontrer le président du Front patriotique pour la démocratie et le dé-

veloppement parce que nous avons besoin de toutes les forces de l'opposition pour réaliser l'al- ternance en 2015», a expliqué le porte-parole. «Nous allons continuer de travailler pour unir les forces de l'opposition», a-t-il soutenu. Moussa Dadis Camara a dirigé la Guinée de décembre 2008 à décembre 2009, lorsqu'il a été blessé dans une tentative d'assassinat. Il s'est en- suite réfugié au Burkina Faso. En septembre 2009, après une réunion pu- blique dans le plus grand stade de Conakry, les militaires avaient ouvert le feu à balles réelles sur des manifestants, faisant au moins 157 morts. Le chef de l'UFDG lui-même avait été grave- ment battu lors de ce massacre. Pourtant, M. Diallo qui semble avoir dépassé cette épisode, a évoqué lundi, dans un communi- qué conjoint avec l'ex putschiste, une «conver- gence de vue». Cette nouvelle alliance entre l'UFDG et le FPDD permettrait, en effet, sur le plan politique

à M. Diallo de briser l'isolement politique dans le- quel se trouve son parti, notamment après avoir perdu début juin son meilleur allié, Sidya Touré, président de l'Union des forces républicaines (UFR, opposition), estiment les ex- perts.

M. Touré avait alors annoncé qu'il se présen-

terait en seul à la présidentielle d'octobre. Critiquée par le parti de la majorité présiden-

tielle, le RPG d'Alpha Condé, cette alliance pro- voque, par ailleurs, un certain «scepticisme» dans l'opinion publique, d'après les sondages. L'UFDG rappelle, à ce propos, que sous la pré- sidence de M. Condé la justice n'a pas estimé ur- gent d'inculper Dadis Camara et que ce n'est pas

à Celou Dalein Diallo de le condamner. Le parti

rappelle aussi que des inculpés comme Claude Pivi, ancien ministre de la junte, occupent tou- jours des fonctions dans l'appareil d'Etat.

CONFLIT AU SAHARA OCCIDENTAL

Le Maroc veut obstruer le processus de paix

Le Maroc veut obstruer toute possibilité de progrès dans le processus de paix au Sahara occidental, a déclaré le représentant du Front Polisario auprès de l'ONU, Ahmed Boukhari, devant le comité chargé de décolonisation, a rapporté mercredi l'agence de presse sahraouie (SPS).

Selon la même source, M. Boukhari a estimé que les autorités marocaines cher- chent à gagner du temps pour maintenir les choses en l'état dans les territoires sahraouis occupés. «Le Maroc veut obstruer toute possibilité de progrès dans le processus de paix. Il cherche à gagner du temps en attendant l'arrivée, dans un an, d'un nouveau secré- taire général des Nations unies, avec l'illusion que cela entraînerait l'oubli et donc l'acceptation du fait ac- compli», a averti le diplo- mate sahraoui. Il s'agit là, soutient-il, de «faux calculs qui ont montré leurs limites même chez des empires coloniaux beau- coup plus puissants».

chez des empires coloniaux beau- coup plus puissants». Le diplomate sahraoui a mis en exergue par

Le diplomate sahraoui a mis en exergue par ailleurs l'évolution de la lutte du peuple sahraoui pour l'exer- cice de son droit inaliénable à l'indépendance contre l'oc- cupation marocaine. Il a, en outre, informé le Comité sur les derniers dé- veloppements relatifs aux efforts de l'ONU et de l'Union Africaine (UA) en vue d'aboutir à une solution juste et durable au conflit du Sahara occidental. En dépit des efforts précieux menés par l'UA et plusieurs mem- bres du Conseil de sécurité lors de l'adoption de la ré- cente résolution onusienne sur le Sahara occidental, en particulier le Venezuela, An- gola, Nigeria Tchad, entre autres, le blocage persiste, a regretté M. Boukhari. Le 25 Sommet de l'Union africaine tenu à Johannes-

burg a pris une décision qui reflète la frustration de l'Afrique devant la stagna- tion de la situation au Sa- hara occidental et a lancé un appel à l'Assemblée générale (AG) de l'ONU afin d'arrêter une date pour y tenir un ré- férendum d'autodétermina- tion. «La paralysie du Conseil de sécurité est la consé- quence de l'appui de la France à l'occupation maro- caine de notre pays», a-t-il ajouté. Cela dit «peut conduire à une situation ex- trêmement dangereuse et incontrôlable». La frustration du peuple sahraoui devant l'»inaction de l'ONU», qui peine à assu- rer la décolonisation com- plète de la dernière colonie africaine, «ne peut être contenue par des promesses vides», a-t-il encore ajouté.

C'est pourquoi, dit-il, en s'adressant au président de l'instance onusienne, «que nous engageons à nouveau votre comité afin qu'il prouve qu'il est vif et tou- jours attaché à la mission historique qui lui a donné le droit d'existence, à savoir, l'élimination du colonia- lisme sous toutes les formes». A ce stade, «nous avons demandé à plusieurs reprises à ce comité d'aller sur le terrain et visiter le ter- ritoire de la dernière colonie africaine sur son agenda». Cette idée a été, affirme-t-il, accueilli favorablement lors de cette séance du comité ainsi qu'au séminaire tenu en mai à Managua (Nicara- gua). «Si le Conseil de sécurité est paralysé une fois de plus dans l'histoire pour les rai- sons que nous connaissons déjà, ce comité ne doit pas se confondre avec celui-ci. Il a ses règles et sa procédure lui garantissant d'opérer en toute circonstance au profit du droit à l'autodétermina- tion des peuples colonisés», a-t-il insisté. En d'autres termes, «le Comité doit sortir du long hivernage qui l'a empêché depuis 1975 de suivre atten- tivement le processus de dé- colonisation du Sahara occidental», a-t-il conclu.

BRAHIM GHALI

Consensus africain sur la nécessité d'une solution rapide à la question sahraouie

L'ambassadeur sahraoui à Alger, Brahim Ghali a fait état d'un «consensus africain» sur la nécessité d'une solution rapide à la question sahraouie, confor- mément à la légalité internationale, pour la réalisation d'une paix durable et

l'ambassade sahraouie à Alger. Le diplo- mate sahraoui a estimé que les récentes décisions de l'UA relatives à la question sahraouie «sont extrêmement impor- tantes et répondent aux aspirations de l'étape actuelle» notamment l'appel lancé par l'ONU pour fixer, dans les plus brefs délais, une date pour le referen- dum d'autodétermination du peuple sahraoui. Il a exprimé, à cet effet, le souhait que cette démarche trouve un écho auprès de l'UE et du conseil de sécurité onu- sien, soulignant que les dernières déci- sions de l'UA «ne doivent pas rester lettres mortes». «L'UA doit créer les mé- canismes de mise en oeuvre de ces dé- cisions dans les plus brefs délais», a-t-il soutenu. Par ailleurs, le même respon-

sable a annoncé que le secrétaire géné- ral de l'ONU Ban Ki Moon préparait une visite dans la région, en vue de «donner un nouveau élan aux efforts de l'ONU vi- sant le règlement de la question sah- raouie, conformément aux chartes et aux résolutions onusiennes. Cette visite sera l'occasion pour Ban Ki Moon d'évo- quer «les entraves marocaines qui em- pêchent le règlement de la question sahraouie selon son processus légal». A une question sur la disposition de son pays à recourir à la lutte armée, M. Ghali a dit que cette option restait de mise devant la poursuite de l'occupation marocaine des territoires sahraouis et l'impossibilité pour le peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermina- tion, sous l'égide de l'ONU.

globale dans le continent». «Il apparaît clairement qu'à travers les décisions prises par l'Union Afri- caine (UA) lors du dernier sommet tenu à Johannesburg (Afrique du Sud), il y a un consensus africain sur la né- cessité de trouver rapidement une solu- tion à la question sahraouie, conformément à la légalité internatio-

nale pour réaliser une paix durable et globale dans le continent», a souligné l'ambassadeur sahraoui lors d'un point de presse tenu mardi soir au siège de

DISPARITION DE DEUX JOURNALISTES TUNISIENS

Mandat d'arrêt international contre deux Egyptiens «impliqués»

La justice tunisienne a délivré un man- dat d'arrêt international contre deux Egyp- tiens «impliqués» dans la disparition de

deux journalistes tunisiens en Libye, a in- diqué mardi, Sofiène Selliti, porte-parole du Tribunal de première instance de Tunis.

M. Selliti, cité par l'agence TAP a précisé

que «les deux individus ont été interrogés depuis environ 2 mois en tant que témoins au sujet de la disparition de Sofiène Chou- rabi et Nadhir Ktari.» «Trois chefs d'accusation sont retenus à l'encontre des deux Egyptiens : enlève- ment, séquestration et meurtre», a ajouté M. Selliti. S'agissant des informations qui circu- lent au sujet du déplacement du juge d'ins- truction pour identifier les cadavres découverts sur le sol libyen, M. Selliti a in- diqué qu'»une coordination a été mise en place entre les autorités judiciaires li- byennes et le juge d'instruction tunisien

li- byennes et le juge d'instruction tunisien pour effectuer des prélèvements ADN sur les corps trouvés

pour effectuer des prélèvements ADN sur les corps trouvés précédemment en Libye et les comparer avec ceux des proches de

Chourabi et Ktari.» Vendredi dernier, le chef de la diplomatie tunisienne, Taïeb Baccouche a annoncé la libération des dix

fonctionnaires du consulat tunisien de Tri- poli, enlevés le 12 juin par une milice armée libyenne. Les ressortissants et intérêts tunisiens sont régulièrement visés en Libye, comme d'autres représentations diplomatiques étrangères. Un diplomate et un employé de l'ambassade tunisienne à Tripoli avaient déjà été détenus en 2014 avant d'être libé- rés. Depuis la chute du régime de Mouam- mar El-Gueddafi en 2011, la Libye est déchirée entre différentes milices armées. Deux gouvernements se disputent le contrôle du pays: l'un, reconnu par la com- munauté internationale, qui siège dans l'est du pays, l'autre à Tripoli sous contrôle de Fajr Libya. La Tunisie ne reconnaît pas le gouver- nement de Fajr Libya mais entretient néanmoins des relations avec lui à travers son consulat de Tripoli.

APS

Jeudi 25 Juin 2015

MONDE

DK NEWS

19

JOURNÉE INTERNATIONALE DES VEUVES

Ban Ki-moon appelle la communauté internationale à lutter contre leur stigmatisation

A l'occasion de la Journée internationale des veuves, le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé la communauté internationale à mettre fin à la stigmatisation sociale et aux privations économiques que subissent les veuves.

«Edifier un monde plus équitable pour les générations à venir constitue l'enjeu majeur de notre époque, surtout pour les femmes, qui sont souvent vic- times de formes multiples et combinées de discrimination», a déclaré M. Ban dans un communiqué, ajoutant que l'âge, les revenus, l'appartenance eth- nique ou le handicap sont autant de fac- teurs qui accroissent le risque d'injustice pesant sur les femmes. Selon le chef de l'ONU, après le décès de leur conjoint, il n'est pas rare que les veuves se retrouvent dans la précarité, en particulier si elles vivent dans une région

précarité, en particulier si elles vivent dans une région touchée par un conflit, une catastrophe naturelle

touchée par un conflit, une catastrophe naturelle ou une crise humanitaire. «La Journée internationale des veuves est l'occasion de réaffirmer les droits de celles dont le deuil prélude à l'exclusion, aux maltraitances ou à la perte du loge- ment, des moyens de subsistance ou du statut social», a déclaré M. Ban. M. Ban a appelé la communauté internationale à

mettre fin à la stigmatisation sociale et aux privations économiques que su- bissent les veuves, à combattre les risques élevés d'exploitation et d'agres- sion sexuelles auxquels elles sont expo- sées et à lever les obstacles qui les empêchent d'accéder aux ressources et aux débouchés économiques et entra- vent leur avenir.

CRIMES DE GUERRE À GAZA

Israël veut torpiller le rapport onusien, les Palestiniens comptent saisir la CPI

Sévèrement condamné dans un récent rapport onu- sien pour ses «crimes de

guerre» commis dans la bande de Gaza en 2014, Israël

a lancé une campagne diplo-

matique pour faire échouer l'adoption du document à l'ONU, alors que les Palesti-

niens sont déterminés à saisir

la Cour pénale internationale

(CPI) pour ouvrir une en- quête criminelle sur les viola-

tions israéliennes. Dans son rapport rendu public lundi, la commission d'enquête indépendante du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a indiqué» avoir réuni «des informations substantielles mettant en évi- dence de possibles crimes de guerre commis par Israël» lors des agressions contre la bande de Gaza du 7 juillet au 26 août en 2014. Plus de 2.200 Palestiniens, dont une majorité de civils, avaient été tués lors des raids aériens sans relâche lancés par l'aviation israélienne contre Gaza ayant duré une cinquantaine de jours. «L'étendue des dévasta- tions et de la souffrance hu- maine provoquée à Ghaza est sans précédent», a dénoncé la présidente de la commission onusienne, Mary McGowan Davis au moment de publier son rapport. La commission condamne notamment l'»usage intensif» par l'armée israélienne «d'armes conçues pour tuer et blesser sur un large péri- mètre», estimant que «leur utilisation dans des zones densément peuplées a rendu hautement probable la mort indiscriminée de civils et combattants». Les enquêteurs ont souli- gné que 142 familles ont perdu aux moins trois de leurs membres dans ce type de frappes qui ont tué entre autres quelque 551 enfants. Ce document de 183 pages sera débattu le 29 juin devant

le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU et s'il est adopté, il sera soumis à l'As- semblée générale de Nations unies ou il sera demandé au

secrétaire général Ban Ki- moon de superviser sa mise en oeuvre.

Israël tente d'éviter l'adop-

tion à l'ONU du rapport

L'occupant israélien craint notamment que les Palesti- niens ne se servent de ce rap- port pour porter le cas (d'Israël) devant la Cour pé- nale internationale (CPI) et ouvrir ainsi la voie à des pour- suites contre les dirigeant de l'Etat hébreu. Mardi, le quotidien israé- lien Yediot Aharonot a rap- porté qu'Israël a lancé une nouvelle campagne diploma- tique pour torpiller l'initia- tive de la majorité arabe au sein du Conseil de droits de l'Homme de l'ONU visant à voter sur l'adoption officiel au Conseil des droits de l'Homme du rapport onusien. Selon le journal, les diri- geants israéliens s'attendent

à un vote en faveur du rapport dans les prochains jours au Conseil, où les pays arabes

bénéficient d'une large symp- tahie. Des diplomates israéliens ont entamé, d'après la même source, des discussions dans les coulisses avec des mem- bres influents au Conseil des droits de l'Homme pour faire avorter l'adoption du rapport. Le quotidien a ajouté qu'une campagne de propa- gande est également envisa- gée pour laver l'armée israélienne de toute accusa- tion en montrant que la guerre qu'elle avait menée dans l'enclave palestinienne était «conforme aux stan- dards internationaux».

Les Palestiniens saisiront jeudi la CPI

Près d'un an après la cam- pagne militaire israélienne contre Gaza, les Palestiniens ont affirmé qu'il soumet- traient jeudi leur premier dossier à la Cour pénale in- ternationale visant à ouvrir une enquête criminelle sur les crimes de guerre israé- liens. Ce dossier qui sera remis à

la procureur Fatou Bensouda le 25 juin, selon Ammar Hi- jazi, un officiel des Affaires

étrangères palestiniennes, fournira à la procureur des éléments de contexte ou de statistique sur l'occupation, la colonisation, les détentions arbitraires ou la légèreté avec laquelle Israël ôte la vie à des Palestiniens, pour la convain- cre d'ouvrir «le plus vite pos- sible» une enquête. Il ne portera pas sur des faits précis, les Palestiniens se réservant cette éventualité pour plus tard en fonction de la décision de la procureur, d'après le responsable pales- tinien. Il a précisé que le dossier qui lui sera remis «sera pure- ment général, purement sta- tistique, mais il dresse un tableau sinistre des agisse- ments d'Israël et des raisons pour lesquelles nous pensons que la procureur a des motifs raisonnables, au regard du Statut (de Rome, établissant la CPI), d'ouvrir des investiga- tions». L'examen préliminaire de la procureur a été ouvert in- dépendamment de l'adhésion concomitante de la Palestine à la CPI, chargée de poursui- vre les crimes les plus graves contre le droit international.

TERRITOIRES OCCUPÉS L'occupant israélien interdit à 500 Gazaouis de se rendre à El Aqsa pour la prière du vendredi

Les autorités d'occupation israéliennes ont annulé mercredi une autorisation délivrée à

raéliennes dans les Territoires palestiniens, citée par ces médias. Selon lui, Israël revien- dra la semaine prochaine aux dispositions

500 Gazaouis de se rendre en fin de semaine

à El Qods occupée pour la prière du vendredi

adoptées à titre exceptionnel pour le rama-

à El Aqsa pendant le ramadhan, sous prétexte

dhan. Les autorités israéliennes ont décidé d'au- toriser jusqu'à 800 Gazaouis de faire la prière du vendredi à la mosquée el Aqsa à El Qods oc- cupée pendant le ramadhan. L'occupant is- raélien impose un rigoureux blocus à la bande de Gaza, et soumet à un régime draco- nien de permis et de contrôles les mouve- ments de personnes et de biens à la sortie et à l'entrée de l'enclave.

de mesures sécuritaires, ont rapporté des mé- dias palestiniens. Les permis délivrés par l'occupant israé- lien pour le ramadhan ont été révoqués pour le week-end sous prétexte d'une «roquette», tombée mardi près du point de passage de Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, a dit un porte-parole de l'organe israé- lienne chargée de coordonner les activités is-

CONFLIT SYRIEN L'ONU déplore l'échec de la diplomatie en Syrie A l'occasion d'une réunion du

CONFLIT SYRIEN

L'ONU déplore l'échec de la diplomatie en Syrie

A l'occasion d'une réunion du

Conseil des droits de l'homme de l'ONU

à Genève, le président de la Commis-

sion d'enquête internationale indépen- dante sur la République arabe syrienne, Paulo Sérgio Pinheiro, a dé- ploré mardi l'échec de la diplomatie en Syrie, pointant du doigt l'incapacité de la communauté internationale à agir collectivement pour mettre un terme au conflit. Dans un communiqué de l'ONU, M. Pinheiro a déclaré que les incidents ré- cents confirmaient les constatations antérieures effectuées par la Commis- sion, à savoir que les principales causes de pertes civiles sont la «prise pour cible et les attaques délibérées des po- pulations». «Les actes de la vie quoti-

dienne - rendre visite à son voisin, aller

à la boulangerie - sont désormais deve-

nus des questions de vie ou de mort», a- t-il déploré.

Les forces gouvernementales et les

groupes non étatiques continuent d'at- taquer les villes, entraînant des pertes civiles, a affirmé M. Pinheiro, ajoutant que «les Syriens méritent que la com- munauté internationale manifeste un engagement univoque pour les aider à rétablir la paix dans leur pays».

Dix soldats et treize civils tués dans des attentats perpétrés par Daech

Dix soldats syriens et treize civils ont

été tués mardi soir dans des attentats menés par le groupe autoproclamé «Etat islamique» (EI/Daech) à Hassaké, dans le nord-est du pays et près de Damas, a rapporté mercredi l'Observa- toire syrien des droits de l'Homme (OSDH). «Dix soldats ont été tués et 16 autres ont été blessés dans deux attentats sui- cide menés par l'EI contre leurs posi- tions à Hassaké», chef-lieu de la province éponyme, a indiqué la même source. «Le premier attentat a été mené par trois jihadistes contre une caserne militaire au centre-ville, tandis que le deuxième a été perpétré par un kami- kaze contre un barrage près d'un hôpi- tal d'enfants», précise l'OSDH. Une troisième attaque similaire a visé une position des Assayech (force de sécurité kurdes) dans le nord de la ville. L'attentat a causé d'énormes dégâts aux immeubles et usines dans la zone, sur un rayon de 300 mètres, mais aucun bilan n'était disponible. Près de Damas, au moins 13 civils ont été tués dans un attentat à la voiture piégée contre une mosquée dans la ville d'al-Tall, à l'heure de la prière, selon l'ONG qui dispose d'un large ré- seau de sources à travers la Syrie. L'agence de presse syrienne Sana, qui n'a pas fait état d'un bilan précis, a rapporté que l'attentat terroriste s'était produit «alors que les fidèles sortaient de la mosquée après la prière» en soi- rée.

APS

20

DK NEWS

MONDE

Jeudi 25 Juin 2015

PORTUGAL Légère baisse du déficit public au 1 er trimestre 2015

Le Portugal a ramené son déficit public à 5,8% du PIB au premier trimestre 2015, contre 5,9% à la même période l'an dernier, a annoncé mercredi l'Institut national des statistiques (Ine), alors que Lisbonne espère passer cette année sous la barre des 3%. Pour l'ensemble de l'année, l'exécutif portu- gais vise un déficit de 2,7% du PIB, après un dés- équilibre de 4,5% en 2014, ce qui lui permettrait de sortir de la procédure pour déficit excessif. L'institut relève "une augmentation des re- cettes plus rapide que celle des dépenses", sou- lignant notamment la hausse de 8,3% de la recette pour les impôts sur la production et

l'importation, comme la TVA. La Banque centrale européenne (BCE) et la Commission européenne avaient estimé, le 12 juin, que "les efforts pour réduire le déficit bud- gétaire structurel doivent se poursuivre", alors que Bruxelles table sur un déficit de 3,1% en

2015.

Le même jour, le Fonds monétaire interna- tional (FMI) avait déclaré qu'il y avait "un risque que l'objectif d'un déficit de 2,7% du PIB ne soit pas atteint sans une limitation accrue des dé- penses". Le Portugal est sorti, en mai 2014, d'un plan d'aide internationale de 78 milliards d'euros ac- cordé en 2011 par la troïka (UE-BCE-FMI) en échange d'une sévère cure de rigueur. Le pays a adopté un budget 2015 sans austérité supplé- mentaire. Lisbonne a commencé à rembourser en avance les 29,6 milliards d'euros empruntés au FMI. En Juin, le pays a réglé avant terme 1,8 mil- liard à l'institution, qui viennent s'ajouter à un premier versement de 6,6 milliard fait en mars. Le Portugal a enregistré en 2014 sa première croissance annuelle depuis 2010, à 0,9%.

CRISE UKRAINIENNE

Les chefs de diplomatie française, russe, ukrainienne et allemande appellent à la «désescalade»

Les chefs de la diplomatie française, russe, ukrainienne et allemande ont appelé mardi soir à Paris à une «désescalade rapide» et un «cessez-le-feu immédiat» dans l'est de l'Ukraine.

A l'issue d'une réunion au Quai d'Orsay, ils ont éga- lement réaffirmé leur «atta- chement à la mise en oeuvre intégrale des ac- cords de Minsk». Les quatre ministres des Affaires étrangères ont ex- primé dans un communi- qué commun leur «vive préoccupation quant à l'ag- gravation de la situation sé- curitaire dans le Donbass».

gravation de la situation sé- curitaire dans le Donbass». «Nous appelons à une désescalade rapide et

«Nous appelons à une désescalade rapide et à un cessez-le-feu immédiat qui permettraient des progrès sur les volets politique, hu- manitaire et socio-écono- mique», ont-ils souligné. La rencontre de Paris se tenait au lendemain de la prolongation jusqu'à jan-

vier 2016 par l'Union euro- péenne de ses sanctions économiques contre la Russie pour son implica- tion présumée dans le conflit et quelques heures après l'annonce par les Etats-Unis d'un déploie- ment temporaire d'arme- ments lourds dans

plusieurs pays sur le flanc Est de l'Otan, sans mobili- ser de troupes. Les quatre ministres ont également appelé «toutes les parties au respect total du retrait des armements lourds». «Nous saluons la réu- nion du groupe de travail sur les questions de sécu- rité, qui se tiendra le 2 juil- let», ajoute le communiqué commun. «Nous appelons les parti- cipants à chercher d'ici le 26 juin un accord sur le retrait des chars et de certaines armes de moins de 100 mm de diamètre. Ce retrait doit être mis en oeuvre dans les semaines à venir», conclut le texte.

ATTENTAT TERRORISTE CONTRE LE PARLEMENT AFGHAN

L'Espagne condamne l'attaque

L'Espagne a condamné l'attaque terroriste contre le parlement afghan

à Kaboul, réitérant à cette occasion

son soutien et sa solidarité avec les au-

torités afghanes. «Le gouvernement espagnol réitère

à cette occasion son soutien et sa soli-

darité avec les autorités afghanes dans leur lutte contre le terrorisme et pour établir la paix et la stabilité dans le pays et se félicite qu'aucun membre

du parlement afghan n'ait été blessé dans cette attaque», rapporte un com-

muniqué du ministère des Affaires étrangères et de la coopération. Les rebelles talibans ont attaqué lundi le parlement afghan à Kaboul, tuant no-

tamment une femme et un enfant, signe de la pression croissante qu'ils exercent sur le gouvernement et ses troupes en cette intense «saison des combats».

Un kamikaze taliban au volant d'une voiture piégée a lancé l'assaut en faisant exploser son véhicule de- vant les grilles du Parlement. L'at- taque s'est achevée deux heures plus tard avec la mort de tous les assail- lants, au nombre de sept. Tous les par- lementaires, dont certains étaient en session sur place au moment de l'at- taque, sont sains et saufs.

APS

PUBLICITE

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 332 210 du 25/06/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 332 210 du 25/06/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 332 136 du 25/06/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 332 136 du 25/06/2015

Jeudi 25 Juin 2015

PUBLICITÉ

DK NEWS

21

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 332578 du 25/06/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 332578 du 25/06/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 332606 du 25/06/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep :
332606 du 25/06/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 332129 du 25/06/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 332129 du 25/06/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 332605 du 25/06/2015
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep :
332605 du 25/06/2015

22

DK NEWS

TÉLÉ

Jeudi 25 Juin 2015

PROGRAMME DU JOUR

PROGRAMME

DU

JOUR

PROGRAMME DU JOUR
partie) 10:45 Culture Infos : Consomag 10:50 Culture Infos : Midi en France Culture Infos

partie) 10:45 Culture Infos : Consomag 10:50 Culture Infos : Midi en France Culture Infos (1h05) ENREGISTRER 11:55 Autre : Météo 12:00 Autre : 12/13 : Journal régional 12:25 Autre : 12/13 : Journal national 12:55 Culture Infos : Météo à la carte 14:00 Série TV : Un cas pour deux 15:05 Série TV : Un cas pour deux 16:10 Autre : Des chiffres et des lettres 16:50 Autre : Harry 17:25 Culture Infos : Un livre, un jour 17:30 Autre : Slam 18:10 Autre : Questions pour un champion 19:00 Autre : 19/20 : Journal régional 19:18 Autre : 19/20 : Edition locale 19:30 Autre : 19/20 : Journal national 19:58 Autre : Météo 20:00 Culture Infos : Tout le sport 20:10 Culture Infos : Au plus près du Tour 20:15 Autre : Météo régionale 20:20 : Plus belle la vie 20:45 Autre : Météo des plages 20:48 : L'image du jour 20:50 Cinéma : Terminator 2, le juge- ment dernier 23:05 Autre : Météo 23:10 Autre : Grand Soir 3

06:25 Culture Infos : TFou 08:25 Autre : Météo 08:30 Culture Infos : Téléshopping 09:20 Autre : Météo 09:25 : Au nom de la vérité 09:55 : Au nom de la vérité 10:25 Série TV : Petits secrets entre voisins 10:55 Série TV : Petits secrets entre voisins 11:20 Série TV : Petits secrets entre voisins 11:55 Culture Infos : Petits plats en équili- bre 12:00 Autre : Les douze coups de midi 12:50 Culture Infos : L'affiche du jour 13:00 Autre : Journal 13:35 Culture Infos : Petits plats en équi- libre 13:45 Autre : Météo 13:55 : Les feux de l'amour 15:10 : Un intrus dans ma maison 17:00 Autre : L'addition, s'il vous plaît 18:00 Autre : Bienvenue à l'hôtel 19:00 Autre : Money Drop 19:55 Autre : Météo 20:00 Autre : Journal 20:30 Autre : Météo 20:40 Série TV : Nos chers voisins 20:45 Série TV : Pep's 20:55 Autre : MasterChef 23:10 Série TV : Revenge

 
 
 
 

06:25 Culture Infos : Point route 06:30 Autre : Journal 06:35 Culture Infos : Télématin

06:50 Autre : Zapping 07:00 Autre : Le Before du grand journal 07:24 Autre : La météo 07:25 Autre : Le petit journal 07:50 Autre : Les Guignols de l'info 08:04 Autre : La météo 08:05 Série TV : Anger Management 08:25 Cinéma : L'ex de ma vie 09:45 Culture Infos : Album de la se- maine 10:10 Culture Infos : Rencontres de cinéma 10:35 Cinéma : Black Coal 12:20 Culture Infos : La nouvelle édition 12:45 Culture Infos : La nouvelle édition, 2e partie 14:05 Cinéma : Triple alliance 15:50 Cinéma : Petit lait 16:00 Culture Infos : Le tube 16:40 : La négociatrice 18:10 Autre : Connasse 18:12 Autre : Connasse 18:15 Autre : Le Before du grand journal 18:45 Autre : Le JT 19:05 Autre : Le grand journal 20:05 Autre : Le grand journal, la suite 20:25 Autre : Le petit journal

06:57 Autre : Météo 2 07:00 Autre : Journal 07:10 Culture Infos : Télématin (suite) 08:00 Autre : Journal 08:10 Culture Infos : Télématin (suite) 09:05 Autre : Météo des plages 09:06 Culture Infos : Dans quelle éta-gère

09:10

: Des jours et des vies

09:35 : Amour, gloire et beauté 10:00 Culture Infos : C'est au programme 10:55 Autre : Météo outremer 11:00 Autre : Motus 11:30 Autre : Les Z'amours

12:00 Autre : Tout le monde veut prendre sa place 12:55 Autre : Météo 2 13:00 Autre : Journal 13:50 Autre : Météo 2 13:55 Culture Infos : Consomag 14:00 Culture Infos : Toute une histoire

15:10 Culture Infos : L'histoire continue 15:40 Culture Infos : Comment ça va bien

!

21:00 Série TV : Scandal 21:45 Série TV : Scandal

16:40 Culture Infos : Comment ça va bien

!

17:15 Culture Infos : Dans la peau d'un chef 18:15 Autre : Joker 18:50 Autre : N'oubliez pas les paroles 19:25 Autre : N'oubliez pas les paroles

22:25 Série TV : Scandal 23:10 Série TV : Lilyhammer 23:55 Cinéma : Maps to the Stars

22:25 Série TV : Scandal 23:10 Série TV : Lilyhammer 23:55 Cinéma : Maps to the

19:55 Autre : Météo 2 20:00 Autre : Journal 20:40 Série TV : Parents mode d'emploi 20:45 Série TV : Parents mode d'emploi 20:47 Culture Infos : Rue de la formation 20:50 Culture Infos : Alcaline l'instant 20:51 Autre : Météo 2 20:55 Autre : Météo des plages 20:56 Culture Infos : Envoyé spécial 22:25 : Complément d'enquête 23:35 Série TV : Cold Case : affaires classées

Culture Infos : Envoyé spécial 22:25 : Complément d'enquête 23:35 Série TV : Cold Case :

06:00 Autre : M6 Music 07:00 Autre : Météo

07:05

: Les blagues de Toto : La maison de Mickey : Princesse Sofia : Sammy & Co : Alvinnn !!! et les Chipmunks : Alvinnn !!! et les Chipmunks

07:20

07:45

08:10

08:20

08:35

08:45 Autre : Météo 08:50 Culture Infos : M6 boutique

10:00 : Aurora Teagarden : un crime en he-

 

ritage 11:45 Série TV : Super Hero Family 12:40 Autre : Météo 12:45 Autre : Le 12.45 13:05 Série TV : Scènes de ménages 13:40 Autre : Météo

06:00 Autre : EuroNews 06:45 Culture Infos : Ludo 06:46 : Le petit dinosaure 07:08 : Le petit dinosaure 07:34 : Marsupilami 08:01 : Les lapins crétins : invasion 08:08 : Les lapins crétins : invasion 08:14 : Les lapins crétins : invasion 08:25 : Les lapins crétins : invasion 08:31 : Les lapins crétins : invasion 08:38 : Les lapins crétins : invasion 08:45 : Peanuts 08:50 Culture Infos : Dans votre région (1ère partie) 09:50 Culture Infos : Dans votre région (2e

13:45

: Piège en haute couture : Meurtre sur rendez-vous

15:45

17:40 Autre : Les rois du shopping 18:50 Série TV : En famille 19:40 Autre : Météo

19:45 Autre : Le 19.45 20:10 Série TV : Scènes de ménages 20:55 Série TV : Bones 21:45 Série TV : Bones 22:40 Série TV : Bones 23:30 Série TV : Bones

La sélection

20h55

20h55

MasterChef

Résumé Pour sa cinquième saison, le concours de cuisiniers amateurs change de recette. L'équipe, re-

Résumé Pour sa cinquième saison, le concours de cuisiniers amateurs change de recette. L'équipe, re- nouvelée, se compose de trois nouveaux chefs, Yannick Del- pech, Christian Etchebest et Gilles Goujon, tandis que Sandrine Qué- tier prend les commandes de l'émission. De nouveaux exer- cices seront au menu, et les chefs mettront la main à la pâte. Ainsi, les candidats seront, par exemple, amenés à cuisiner sous la gouverne des professionnels. Néanmoins, les incon- tournables demeurent, comme la boîte mystère, les épreuves en extérieur et les tests sous pression. Et cette année encore, les concurrents seront amenés

à voyager, du golfe du Morbihan à Lyon, de Nice à la péninsule Ibérique, de l'Ariège

à l'Italie. À la clé pour le gagnant : 100 000 euros, un livre de recettes, une for- mation à l'Institut Paul Bocuse et des stages dans la brigade de chaque mem- bre du jury.

20h45

20h45

Envoyé spécial

brigade de chaque mem- bre du jury. 20h45 Envoyé spécial Résumé Au sommaire : Portugal :

Résumé Au sommaire :

Portugal : le nouveau paradis des retrai- tés français Avec une fiscalité avantageuse, un prix de l'immobilier raisonnable et un climat agréable, le Portugal a de nombreux atouts, qui attirent de nombreux retraités. Les Français y sont les troisièmes investisseurs, derrière les Britanniques et les Chi- nois. La folie running, pourquoi la France court ? Soucieux de préserver leur santé, de garder la ligne et de se libérer de leurs tensions, les Français sont toujours plus nombreux à se mettre à la course à pied. Qu'ils soient coureurs du dimanche ou qu'ils recherchent la performance, ils sont un coeur de cible pour de nombreux annonceurs. Les applications mobiles foisonnent et les équipementiers sportifs élargissent sans cesse leur gamme avec des produits techniques. 3e sujet à déterminer

19h30 Terminator 2, le jugement dernier Résumé Après avoir échoué dans leur tentative de supprimer
19h30
Terminator 2,
le jugement dernier
Résumé
Après avoir échoué dans leur tentative
de supprimer Sarah Connor, les ma-
chines envoient un androïde dans le passé
pour tuer son fils. L'avenir de l'humanité
dépend du sort de l'adolescent.
20h55 Scandal Résumé Deux mois se sont écoulés depuis qu'Olivia est partie. Le président, réélu,
20h55
Scandal
Résumé
Deux mois se sont écoulés depuis
qu'Olivia est partie. Le président, réélu, en-
tame son nouveau mandat, tandis que Mel-
lie fait face à la perte de son fils aîné
20h50

20h50

Bones Résumé Invitée d'honneur d'un congrès réunis- sant des spécialistes de sciences médico-lé- gales,

Bones

Résumé Invitée d'honneur d'un congrès réunis- sant des spécialistes de sciences médico-lé- gales, Bones voit son discours interrompu par l'annonce de la découverte d'un cadavre calciné dans un local technique du bâtiment. L'enquête est aussitôt menée sur place par les membres de l'Institut Jefferson ; tous les participants font figure de suspects, y compris Jack Hodgins, à qui la victime avait volé son invention, du temps de l'université. Wendell peut reprendre le travail, après avoir pris connaissance des résultats de ses examens, tandis que Brennan prend rendez-vous avec un rival en édition

Jeudi 25 Juin 2015

DÉTENTE

DK NEWS 23

Mots fléchés n°991 Proverbes Il ne faut pas sous-estimer ses adversaires et plus généralement il
Mots fléchés n°991
Proverbes
Il ne faut pas sous-estimer ses adversaires et
plus généralement il ne faut pas se considérer
au centre de la terre.
Proverbe algérien
Personne ne peut traverser une rivière sans
se mouiller.
Proverbe berbère
La calomnie est l'arme ultime de l'impuissant.
Proverbe arabe
Loin des yeux, loin du cœur
Proverbe français
C’est arrivé un 25 Juin
1996
: attentat des tours de Khobar.
1999
: résolution 1248 du Conseil de sécu-
rité des Nations unies : admission de la
république de Kiribati aux Nations unies
(25 juin 1999).
1999 : résolution 1249 du Conseil de sécu-
rité des Nations unies : admission de la
république de Nauru aux Nations unies
(25 juin 1999).
2006 : le militaire de l’armée israélienne
d’occupation Gilad Shalit est capturé par
un commando palestinien.
Célébrations :
- Journée internationale des gens de mer
instaurée par l'Organisation maritime
internationale.
- Croatie : Dan državnosti (hr), fête natio-
nale, commémore la déclaration d'indé-
pendance vis-à-vis de l'ex-Yougoslavie en
1991.
- États-Unis : National Catfish Day,
Journée nationale du poisson-chat,
décrétée en 1987 par Ronald Reagan.
- États-Unis : Virginie : Fête de l'indépen-
dance.
- Mozambique : Fête nationale.
Mots croisés n°991
Mots croisés n°776
Samouraï-Sudoku n°991

vLes problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq : grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. Horizontalement: 1. Qui constitue une répéti-

Horizontalement:

1. Qui constitue une répéti-

tion de mots

1942)

7. Anéanti - Fonds moné-

2. taire international

Gifles

3. Étude scientifique des re-

lations entre les personnes et les machines - Interjection

4. Note - Radon - Attache-

ment sexuel au parent de sexe opposé

5. Qui répand une odeur en

général agréable

6.

mery sur les forces ger- mano-italiennes (Égypte-

Ut - Victoire de Montgo-

Verticalement :

1. Reptile volant

balnéaire

d'Espagne - Grand-père

3. Unité de mesure de tra-

vail- Alternateur

4.

- Travail d'intérêt général -

5.

-

Homme politique français

6.

de la biche

7.

au

Volcan du Japon - Petits

2. Station

Écoulement par l'oreille

Non

Douces

Manganèse

et

agréables

8. Chef-lieu de la Guyane

française - Conjonction

9. Pièce de bois d'un navire

- Chaussette - Peu élevé

10. Écrivain irlandais - Jour

de repos

11. Trou pratiqué dans un

outil - Chef-lieu de c. des

Pyrénées-Orientales

12. Flatterie - Conjonction -

Et cetera

toucher

8. Choisirai

9. de Hollande -

Fromage

Prêtre séculier

10.

Indicible

11.

optimal

12.

tres américaine - Tonne

Quantité suffisante -

Donnant le

rendement

Aiche

- Femme

de let-

11. optimal 12. tres américaine - Tonne Quantité suffisante - Donnant le rendement Aiche - Femme
7 erreurs
7 erreurs

24 DK NEWS

GASTRONOMIE

Jeudi 25 Juin 2015

La recette du jour Courgettes aux cotelettes INGRÉDIENTS 1 kg de petites courgettes 2 gousses
La recette
du jour
Courgettes
aux cotelettes
INGRÉDIENTS
1 kg de petites courgettes
2 gousses d'ail
1
livre de belles cotelettes
de mouton
1/2 cuillère à café de poivre
noir
1
livre d'oignons secs
1
bouquet de persil
2
tomates
1
1/2 louche d'huile d'olive
citron
sel
PRÉPARATION
Versez l'huile dans
une marmite. Disposez
les cotelettes préalable-
ment salées. Faites reve-
nir à feu doux jusqu'à ce
que les cotelettes soient
bien dorées. Retirez-les
du jus, réservez dans un
recipient et couvrez.
Jettez dans le jus
chaud l'oignon coupé en
rondelles assez fines.
Laissez fondre toujours à
feu doux en ayant soin de
saupoudrer de sel. Re-
mettez les cotelettes dans
la marmite sur les oi-
gnons. Ajoutez les cour-
gettes coupées en ron-
delles de 1 cm environ
d'épaisseur et salées.
Pelez, épépinez et coupez
en petits morceaux les
tomates et disposez-les
sur les courgettes. Par-
mesez de 2 gousses d'ail
finement hachées ainsi
que de persil haché éga-
lement. Saupoudrez de
poivre noir.
Arrosez d'1/2 verre
d'eau. Couvrez et laissez
cuire à feu très doux. Ser-
vez, arrosé de jus de ci-
tron (suivant les goûts).
Le dessert du jour
INGRÉDIENTS
1 mesure de mélange entre
Une
mesure
d’amandes
Ghribia aux amandes
smen et l’huile ou juste de
beurre
émondées et moulues
1 mesure et demie jusqu’a 2
mesure moins un doigt de
sucre glace
Vanille
1
mesure de farine
Des amandes pour la déco-
ration
PRÉPARATION