Vous êtes sur la page 1sur 52

Livret de chaufferie

Edition 2011
Livret de chaufferie

ÉTABLI LE

ADRESSE DE LA CHAUFFERIE

CACHET Apave
P R É A M B U L E

La tenue de ce livret est demandée par la réglementation sur l’utilisation de l’énergie et la pollution
atmosphérique pour les installations suivantes :

Installations en zone de protection spéciale, visées par l’un des arrêtés ministériels des
26 février 1974 modifié, 8 avril 1981, 12 juillet 1990 et 22 janvier 1997 modifié

Toute chaudière d’une puissance au brûleur supérieure à 348 kW (Marseille), 350 kW (Ile-de-France
et agglomération strasbourgeoise), 400 kW (départements du Rhône et du Nord).

Installations visées par l’arrêté ministériel du 25 juillet 1997 modifié (installations classées
rubrique 2910)

Toute installation de combustion d’une puissance thermique maximale est comprise entre 2 et 20 MW,
consommant des combustibles commerciaux et comportant des générateurs de vapeur, d’eau
surchauffée, d’air chaud ou d’autres fluides caloporteurs.

Installations visées par l’article R 224-21 du Code de l’environnement

Toute chaudière de puissance nominale supérieure à 400 kW et inférieure à 20 MW alimentée par


un combustible liquide ou gazeux ou par du charbon ou du lignite.

Le livret de chaufferie se distingue du dossier d’exploitation (registre d’entretien et de sécurité) exigé


pour chaque équipement sous pression soumis à déclaration par l’arrêté ministériel du 15 mars 2000.

Ce livret de chaufferie doit également être distinct du journal de chaufferie (cahier de quart), utilisé
pour la consignation régulière des événements associés à la vie de la chaufferie comme les
vérifications des dispositifs de sécurité, les analyses d’eaux ou les ramonages quotidiens.

Installations visées par l’arrêté du 20 juin 2002

Toute chaudière non utilisée comme appareil de postcombustion et implantée à l’intérieur d’une
installation nouvelle, modifiée ou étendue d’une puissance thermique nominale supérieure ou égale
à 20 MW.

Installations visées par l’arrêté du 30 juillet 2003

Toute chaudière implantée dans des installations de combustion existantes d’une puissance thermique
maximale supérieure ou égale à 20 MW.

Puissance nominale = Puissance thermique maximale fixée et garantie par le constructeur comme pouvant être délivrée en marche continue.

Puissance thermique maximale = Quantité d’énergie thermique (MJ) contenue dans le combustible, mesurée sur PCI, susceptible d’être
consommée en une seconde en marche maximale.

2
P R É A M B U L E ( s u i t e )

Contenu du livret de chaufferie par les :

Arrêtés ministériels des 20 juin 2002 (article 32) et 30 juillet 2003 (article 46)

- nom et adresse de la chaufferie, du propriétaire de l’installation et, éventuellement de


l’entreprise chargée de l’entretien ;

- caractéristiques du local chaufferie, des installations de stockage du combustible, des


générateurs, de l’équipement de chauffe ;

- caractéristiques des combustibles préconisés par le constructeur, résultats des


mesures de viscosité du fioul lourd et de sa température de réchauffage ; mesures
prises pour assurer le stockage du combustible, l’évacuation des gaz de combustion
et leur température à leur débouché, le traitement des eaux ;

- désignation des appareils de réglage des feux et de contrôle ;

- dispositions adoptées pour limiter la pollution atmosphérique ;

- conditions générales d’utilisation de la chaleur ;

- résultats des contrôles, mesures et vérifications ; visa des personnes ayant effectué
ces opérations ; consignation des observations faites et des suites données ;

- grandes lignes du fonctionnement et incidents d’exploitation notamment assortis d’une


fiche d’analyse ;

- consommation annuelle de combustible ;

- indications relatives à la mise en place, au remplacement et à la réparation des


appareils de réglage des feux et de contrôle ;

- indication des autres travaux d’entretien et opérations de nettoyage et de ramonage ;

- indications de toutes modifications apportées à l’installation ainsi qu’aux installations


connexes, ayant une incidence en matière de sécurité ou d’impact sur l’environnement
(seulement dans le cadre de l’AM du 30 juillet 2003).

Arrêtés ministériels des 26 février 1974, 8 avril 1981, 12 juillet 1990 et 22 janvier 1997 modifié

Factures des combustibles annexées.

Arrêté du 25 juillet 1997 modifié (rubrique n° 2910) - Article 6.7

Résultats des contrôles et des opérations d’entretien des installations de combustion comportant
des chaudières.

Articles R 224-28 et R 224-29 du Code de l’environnement

Rendement caractéristique des chaudières (trimestriel par l’exploitant et biennal en présence d’un
organisme accrédité).

3
SOMMAIRE

A P R É S E N TAT I O N DE LA CHAUFFERIE

1 Identification de la chaufferie ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- p8

2 Données globales sur la chaufferie ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ p9

3 Descriptif de la chaufferie ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- p 10

B BASES D ’ E X P L O I TAT I O N DE LA CHAUFFERIE

1 Mode d’exploitation --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- p 22

2 Consignes de sécurité particulières ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ p 23

3 Règlement intérieur ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- p 24

4 Liste du personnel habilité ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ p 25

C RAPPORTS DES CONTRÔLES PÉRIODIQUES

1 Au titre de la maîtrise de l’énergie ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- p 28

2 Au titre de la maîtrise de la pollution atmosphérique -------------------------------------------------------------------------- p 29

3 Contrôles non réglementaires -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- p 30

4 -Visas des agents chargés du contrôle ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- p 31

5 Résultats des contrôles de fonctionnement et des rejets gazeux ----------- p 32

D GRANDES LIGNES DE LA VIE DE LA CHAUFFERIE

1 Nettoyages - Ramonages ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- p 34

2 Modifications - Réparations ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- p 36

3 Incidents ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- p 37

4 Combustibles ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ p 38

A N N E X E S

Extraits des principaux textes réglementaires relatifs


à l’utilisation de l’énergie et la pollution atmosphérique --------------------------------------------------------- p 39

5
6
P R É S E N T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E

2
Identification de la chaufferie

Données globales sur la chaufferie


A
3 Descriptif de la chaufferie

7
P R É S E N T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E A
Identification de la chaufferie 1

Adresse
de la chaufferie

Désignation
de la chaufferie

Propriétaire
de la chaufferie
nom

adresse

tél.

Exploitant
de la chaufferie
nom

adresse

tél.

Entreprise chargée
de l’entretien
nom

adresse

tél.

Organisme chargé
du contrôle
nom

adresse

tél.

8
P R É S E N T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E A
Données globales sur la chaufferie 2

Énergies consommées nombre de générateurs puissance installée nature et usage


du fluide caloporteur.

9
P R É S E N T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E A
Description de la chaufferie 3

1 Implantation de la chaufferie et du poste de surveillance


dans l’établissement

2 Réseau d’alimentation en combustible

3 Réseau d’alimentation en eau

4 Générateur (s)

5 Équipements de chauffe

6 Traitement et évacuation des gaz de combustion

7 Appareils de réglage des feux et de contrôle de la combustion

8 Réseau de fluide caloporteur

9 Bâtiment de la chaufferie

10
P R É S E N T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E A
Description de la chaufferie (suite) 3

1 Implantation de la chaufferie et du poste de surveillance dans l’établissement

11
P R É S E N T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E A
Description de la chaufferie (suite) 3

2 Alimentation en combustible

Nature du combustible - Dénomination commerciale et caractéristiques - Teneur en soufre.


Mode et capacité de stockage : température de stockage de transfert du fioul, mode de chauffage
du stockage de fioul, implantation.
Réseau d’alimentation - Pression de distribution.
Poste de détente.

12
P R É S E N T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E A
Description de la chaufferie (suite) 3

3 Alimentation en eau et traitement

Nature du traitement d’eau :


- épuration, adoucissement, décarbonatation, déminéralisation, dégazage thermique, nom du construc-
teur, intervalle entre régénérations ;
- pourcentages de récupération des condensats ;
- conditionnement, noms des produits et du traiteur d’eau, doses préconisées, analyses effectuées ;
- purges et extraction, modes de purges, régulation.

13
P R É S E N T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E A
Description de la chaufferie (suite) 3

4 Générateur(s), surchauffeur(s), économiseur(s)

Marque, type, puissance, surface de chauffe, année de mise en service, fluide produit, dispositifs
de contrôle et de maîtrise du niveau d’eau, de la pression et/ou de la température.

14
P R É S E N T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E A
Description de la chaufferie (suite) 3

5 Équipements de chauffe

Marque, type, puissance, constructeur - Combustible utilisé et/ou préconisé par le constructeur -
Pression - Viscosité et températures préconisées pour le fioul - Dispositifs de sécurité.

15
P R É S E N T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E A
Description de la chaufferie (suite) 3

6 Traitement et évacuation des gaz de combustion - Prévention de la pollution atmosphérique


(neutralisation, dépoussiérage, hauteur des cheminées...).
Type et marque des appareils, principe de fonctionnement - Traitement éventuel du combustible ou
des gaz de combustion (marque, nature du produit, doses).

Indiquer les dispositions des carneaux (carneau maçonné, conduit, tôle, etc.), la section, la nature
et la hauteur des conduits de fumée, leur position par rapport au bâtiment (intérieur ou extérieur,
section de sortie après dépoussiéreur éventuel).

Préciser le mode de tirage (naturel, forcé), l’existence éventuel de régulateurs de tirage,


de registres.

16
P R É S E N T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E A
Description de la chaufferie (suite) 3

7 Appareils de réglage des feux et de contrôle de la combustion

Pour l’ensemble
Description des appareillages Pour les générateurs n°
des générateurs

Mesureur de débit de combustible


(ou de fluide caloporteur)
indicateur enregistreur

Déprimomètre
Indicateur enregistreur

Analyseur de gaz combustion


portatif à demeure
indicateur enregistreur
oxygène (O2) dioxyde de carbone (CO2)

Mesureur de l’indice de noircissement


direct indirect
manuel indicateur enregistreur

Mesureur de quantité de poussière


direct indirect enregistreur

Mesureur de température des gaz


• en sortie de chaudière indicateur

Mesureur de la pression de vapeur


• en sortie de chaudière indicateur enregistreur

Mesureur de température du fluide caloporteur


• en entrée de chaudière indicateur enregistreur
• en sortie de chaudière indicateur enregistreur

Mesureur de l’allure de fonctionnement


indicateur

Mettre une croix dans la case correspondante si l’appareil existe

17
P R É S E N T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E A
Description de la chaufferie (suite) 3

8 Réseau de fluide caloporteur

Nature du fluide (vapeur saturée ou surchauffée, eau chaude, fluide thermique, air chaud) - Réseau
de distribution (nombre, pression, détente) - Utilisation (chauffage des locaux, force motrice,
chauffage industriel, humidification) - Récupération des condensats, pourcentage, pression de retour.

Réglage de l’installation - indiquer le mode de réglage de la pression ou de la température,


l’existence éventuelle d’une régulation automatique, soit à l’émission, soit dans les appareils
d’utilisation, par exemple, d’après la température extérieure.

18
P R É S E N T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E A
Description de la chaufferie (suite) 3

9 Bâtiment de la chaufferie

Murs, surface, volume, section des ventilations hautes et basses, nombre d’issues, sas ventilés ou
non, étages ou sous-sol, nature de l’éclairage, espaces autour des générateurs et dans la
chaufferie, détecteurs de fuites de gaz, dispositifs de coupure des alimentations électriques et en
combustibles, serrures antipanique, présence d’ateliers.

19
BASES D ’ E X P L O I TAT I O N DE LA CHAUFFERIE

2
Mode d’exploitation

Consignes de sécurité particulières


B
3 Règlement intérieur

4 Liste du personnel habilité

21
B A S E S D ’ E X P L O I T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E B
Mode d’exploitation des générateurs 1

Modes de surveillance Rythme de fonctionnement

22
B A S E S D ’ E X P L O I T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E B
Consignes de sécurité particulières 2

23
B A S E S D ’ E X P L O I T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E B
Règlement intérieur 3

Joindre le règlement intérieur de la chaufferie

24
B A S E S D ’ E X P L O I T A T I O N D E L A C H A U F F E R I E B
Liste du personnel habilité 4

Cachet de l’établissement
CHAUFFERIE EXPLOITÉE SUIVANT LE MODE

LISTE DU PERSONNEL HABILITÉ À LA CONDUITE ET À LA SURVEILLANCE DES INSTALLATIONS

Niveau de Autres fonctions


Organisme Fonction
Nom - Prénom qualification dans
de formation en chaufferie
en chaufferie (1) l’établissement

(1) Chauffeur Le responsable de l’établissement


Agent qualifié d’intervention (AQI)
Agent de sécurité
visa / date

25
RAPPORTS DES CONTRÔLES PÉRIODIQUES

1 Au titre de la maîtrise de l’énergie

2 Au titre de la maîtrise
de la pollution atmosphérique

4
Contrôles non réglementaires

Visas des agents chargés du contrôle


C
5 Résultat des contrôles de fonctionnement
et des rejets gazeux

Insérer dans cette partie les derniers rapports des contrôles


périodiques réglementaires effectués par les organismes habilités.

Remplir le tableau d’enregistrement des contrôles


pour en assurer la mémoire.

En cas d’impossibilité pratique d’insérer les rapports dans


le livret de chaufferie, indiquer en observation son lieu de classement.

N.B. : Les rapports des contrôles effectués au titre de la maîtrise de la sécurité


(AM du 1er février 1993) sont à insérer dans les registres d’entretien demandés par l’AM du 2 avril 1926.

27
R A P P O R T S D E S C O N T R Ô L E S P É R I O D I Q U E S C
Au titre de la maîtrise de l’énergie 1

Contrôles périodiques réglementaires de l’efficacité énergétique en chaufferie.

Date Référence Observations


Organisme
du contrôle du rapport Suites données

28
R A P P O R T S D E S C O N T R Ô L E S P É R I O D I Q U E S C
Au titre de la maîtrise de la pollution atmosphérique 2

Contrôle de combustion (CO2, SO2, NOx, poussières, encrassement, température des fumées).
Contrôle du bon fonctionnement (générateurs, chaufferie, appareils de réglage des feux et de contrôle).

Date Référence Observations


Organisme
du contrôle du rapport Suites données

29
R A P P O R T S D E S C O N T R Ô L E S P É R I O D I Q U E S C
Contrôles non réglementaires 3

Date Référence Observations


Organisme
du contrôle du rapport Suites données

30
R A P P O R T S D E S C O N T R Ô L E S P É R I O D I Q U E S C
Visas des agents chargés du contrôle 4

Nom et qualité Suite donnée


Date Objet de la visite Observations Signature
de l’agent par l’usager

31
32
Indiquer sur la ligne précédant celle comportant les résultats du contrôle, la nature du contrôle effectué (contrôles périodiques des
installations consommant de l’énergie thermique), contrôles de combustion (installations classées, zones de protection spéciale) ou contrôles
de fonctionnement (demandés par l’usager).

Rendement Gaz de combustion Indice Pous-


Date N° Combustible SO2 NOx
Allure caractéris. CO Temp. de sières
contrôle générateur utilisé (1) O2 mg/m3 mg/m3
R A P P O R T S

P.C.I. % (2) % ppm °C noirciss. mg/m3


D E S
C O N T R Ô L E S
P É R I O D I Q U E S

Résultats des contrôles de fonctionnement et des rejets gazeux

(1) Indiquer, pour le fioul lourd, la température de réchauffage et la viscosité mesurée avec la température correspondante.
(2) Evaluer le rendement en calculant comme indiqué aux articles R 224-20 et R 224-22 du Code de l’environnement.
5
C
GRANDES LIGNES DE LA VIE DE LA CHAUFFERIE

1 Nettoyages - Ramonages

2 Modifications - Réparations

3 Incidents

4 Combustibles :
Consommations annuelles
Classements des factures

NB - Concerne plus particulièrement les générateurs


non soumis au décret du 2 avril 1926 pour lesquels le registre
d’entretien n’est pas requis.
D
33
G R A N D E S L I G N E S D E L A V I E D E L A C H A U F F E R I E D
Nettoyages - Ramonages 1

Nature et technique Nom


Date Observations
du nettoyage de l’entreprise

34
G R A N D E S L I G N E S D E L A V I E D E L A C H A U F F E R I E D
Nettoyages - Ramonages (suite) 1

Nature et technique Nom


Date Observations
du nettoyage de l’entreprise

35
G R A N D E S L I G N E S D E L A V I E D E L A C H A U F F E R I E D
Modifications - Réparations 2

Enregistrer ci-dessous les modifications et/ou réparations entraînant révision ou remplacement


d’appareils, réparation de cheminées et conduits de fumée, etc., et (d’une façon plus large, dans
le cadre de l’arrêté du 30 juillet 2003) toutes modifications ayant une incidence en matière de sécu-
rité ou d’impact sur l’environnement.

Nom
Date Travaux effectués Observations
de l’entreprise

36
G R A N D E S L I G N E S D E L A V I E D E L A C H A U F F E R I E D
Incidents 3

Enregistrer les incidents notables et, notamment d’exploitation affectant le générateur, ses
auxiliaires ou plus généralement la chaufferie.
Dans le cadre de l’arrêté du 30 juillet 2003, joindre une fiche d’analyse.

Date Nature de l’incident Mesures prises Observations

37
G R A N D E S L I G N E S D E L A V I E D E L A C H A U F F E R I E D
Combustibles 4

Consommation annuelle Factures

Classer ici les factures de combustibles en application des arrêtés ministériels des 26 février 1974 modifié,
8 avril 1981, 12 juillet 1990 et 22 janvier 1997 relatifs aux zones de protection spéciale.

Date Qualité Observations Date Qualité Observations

38
A N N E X E S

Extraits des principaux textes


réglementaires relatifs
à l’efficacité énergétique
et à la pollution atmosphérique

a
n n e x e
39
s
A N N E X E S

Arrêté ministériel du 26 février 1974 modifié (extraits) Arrêté ministériel du 26 février 1974 (extraits - suite)
Département du Rhône Département du Nord

Article 2 Article 2

Les fiouls lourds ne peuvent être utilisés que dans les appareils de combustion Quel que soit le combustible utilisé, la concentration en dioxyde de soufre dans les
d’une puissance supérieure à 1 000 kilowatts (environ 860 thermies par heure). gaz de combustion ne doit pas dépasser le taux correspondant à 2 grammes de
soufre par thermie consommée au foyer.
Article 3
Les factures des combustibles utilisés doivent porter la mention de la qualité exac-
La teneur en soufre des combustibles consommés au foyer ne doit pas dépasser : te du combustible vendu. Elles doivent être conservées pendant un délai d’au
- 0,86 gramme par kilowattheure mesuré en pouvoir calorifique inférieur pour les moins deux ans. Elles seront annexées au livret de chaufferie dans la mesure où
combustibles non solides ; il existe en application du premier alinéa de l’article 4 ci-après.
- 1 gramme par kilowattheure mesuré en pouvoir calorifique inférieur pour les com-
bustibles solides. Article 4 (1)
Les factures des combustibles doivent porter la mention de la qualité exacte du
combustible vendu et de la date de livraison ; elles doivent être conservées pen- Les dispositions des articles 1er à 4 du décret n° 69-615 du 10 juin 1969 relatif
dant un délai de deux ans et être annexées au livret de chaufferie dans la mesure à la tenue obligatoire d’un livret de chaufferie sont étendues aux installations dont
où la tenue d’un tel document est obligatoire. la consommation totale horaire est supérieure à 350 thermies.

Article 3 bis Ces mêmes installations doivent être conduites sous la responsabilité d’une per-
sonne compétente pour assurer les contrôles de combustion, réglages, ramo-
«Par dérogation aux dispositions de l’article 3, premier alinéa, ci-dessus, le préfet nages, etc.
pourra par arrêté pris dans le cadre de la législation relative aux installations clas-
sées pour la protection de l’environnement et après avis du conseil départemental Elles doivent en outre être visitées une fois tous les deux ans par un expert agréé,
d’hygiène, autoriser l’utilisation de combustibles ne répondant pas aux exigences conformément à la procédure instituée par le décret du 22 avril 1949. Cette visite
de l’article 3 précité, si les mesures prises par ailleurs permettent de garantir que, a pour but de vérifier le combustible utilisé, les émissions et l’état général des ins-
d’une façon pérenne pour l’installation concernée, les émissions de dioxyde de tallations. Les résultats de ces contrôles et des observations éventuelles sont por-
soufre sont en permanence inférieures à celles qui résulteraient de la stricte appli- tés sur le livret de chaufferie.
cation de l’article 3 en l’absence des dites mesures.»
Trimestriellement, chaque expert ou organisme agréé devra adresser un relevé des
Article 4 (1) visites effectuées avec les observations principales auxquelles elles ont donné
lieu, d’une part, à l’ingénieur en chef des mines pour l’ensemble des installations,
Les dispositions des articles 24 et 25 de l’arrêté interministériel du 20 juin 1975 d’autre part, au directeur de l’action sanitaire et sociale pour les installations dont
relatif à l’équipement et à l’exploitation des installations thermiques en vue de la consommation totale horaire est inférieure à 1 000 thermies.
réduire la pollution atmosphérique et d’économiser l’énergie, dispositions qui sont
relatives à la tenue obligatoire d’un livret de chaufferie, sont étendues aux installa- Article 5
tions de combustion d’une puissance supérieure à 400 kilowatts (environ 350 ther-
mies par heure). Les installations de combustion ne doivent pas émettre de fumées nettement
Ces mêmes installations doivent être conduites sous la responsabilité d’une person- visibles sauf de façon fugitive, notamment au moment de l’allumage et pendant le
ne compétente pour assurer les contrôles de combustion, réglages, ramonages, etc. ramonage.

Elles doivent, en outre être visitées une fois tous les deux ans par un expert agréé L’indice de noircissement déterminé suivant la norme française X 43-002 ne doit
dans les formes prévues par le titre III de l’arrêté interministériel du 5 juillet 1977 pas dépasser la valeur suivante :
relatif aux visites et examens approfondis périodiques des installations consom- 5 à compter du 1er octobre 1974 ;
mant de l’énergie thermique. Cette visite a pour but de vérifier le combustible utili- 4 à compter du 1er octobre 1975.
sé, les émissions et l’état général des installations. Les résultats de ces contrôles
et des observations éventuelles sont portés sur le livret de chaufferie.
(1) En application de l’article 14 du décret n° 74-415 du 15 mai 1974, les dispositions
Trimestriellement, chaque expert ou organisme agréé devra adresser un relevé des des articles 1er à 4 du décret n° 69-615 du 10 juin 1969 sont remplacées par les dis-
visites effectuées avec les observations principales auxquelles elles ont donné lieu, positions des articles 24 et 25 de l’arrêté du 20 juin 1975.
d’une part, au directeur régional de l’industrie, de la recherche et de l’environne-
ment pour l’ensemble des installations, d’autre part, au directeur de l’action sani-
taire et sociale, ainsi que, pour les installations relevant de leur ressort géogra-
phique, aux directeurs des services communaux d’hygiène et de santé de Lyon,
Vénissieux et Villeurbanne, pour les installations dont la consommation totale horai-
re est inférieure à 4 000 kilowattheures (environ 3 440 thermies).

Article 6

Par dérogation aux dispositions de l’article 3, premier alinéa ci-dessus, l’utilisation


de combustibles solides à teneur en soufre au plus égale à 1,5 gramme par kilo-
wattheure mesuré en pouvoir calorifique inférieur est autorisée jusqu’au 30 sep-
tembre 2000 dans les installations ayant utilisé régulièrement de tels combustibles
du 1er avril 1991 au 31 mars 1992, sous réserve des mêmes conditions d’appro-
visionnement (origine, quantité, granulométrie ...).

40
A N N E X E S

Arrêté ministériel du 8 avril 1981 (extraits) Article 8


Marseille
1. La concentration en poussières des gaz de combustion des appareils d’une
Article 3 puissance comprise entre 87 et 3 400 kW (respectivement 75 et 3 000 ther-
mies par heure) consommant des combustibles solides ne doit pas dépasser,
Les fuels-oils ne peuvent être utilisés que dans les appareils de combustion quelle que soit l’allure de marche de l’appareil, le taux correspondant à :
d’une puissance supérieure à 1 160 kilowatts (1 000 thermies par heure).
0,86 gramme par kilowattheure (1 gramme par thermie) de combustible
Article 4 consommé au foyer, en marche normale. En aucun cas, cette teneur ne doit
être dépassée pendant une durée supérieure à deux cents heures par an ;
Pendant la période du 15 octobre au 15 mars, la concentration en dioxyde de
soufre des gaz de combustion ne doit pas dépasser le taux correspondant à 1,72 gramme par kilowattheure (2 grammes par thermie) de combustible
1 gramme de soufre par kilowattheure (1,2 gramme de soufre par thermie) de consommé au foyer, en aucun cas.
combustible consommé au foyer, en ce qui concerne les combustibles solides,
et à 0,86 gramme de soufre par kilowattheure (1 gramme de soufre par ther- 2. La concentration en poussières des gaz de combustion des autres types
mie), en ce qui concerne les autres combustibles. d’appareils, quels que soient leur allure de marche et le combustible utilisé,
ne doit pas dépasser, en marche normale, le taux correspondant à :
Les factures des combustibles utilisés doivent porter la mention de la qualité
exacte du combustible vendu et de la date de livraison. Elles doivent être 0,17 gramme par kilowattheure (0,20 gramme par thermie) de combustible
conservées pendant un délai d’au moins trois ans. Elles seront annexées au consommé au foyer, quand leur puissance est comprise entre 87 et 9 280 kW
livret de chaufferie dans la mesure où il est imposé en application du premier (respectivement 75 et 8 000 thermies par heure) ;
alinéa de l’article 5 ci-après.
0,13 gramme par kilowattheure (0,15 gramme par thermie) de combustible
Article 5 consommé au foyer, quand leur puissance est égale ou supérieure à 9 280 kW
(8 000 thermies par heure).
Les dispositions des articles 24 et 25 de l’arrêté du 20 juin 1975 susvisé rela-
tives à la tenue obligatoire d’un livret de chaufferie sont étendues aux instal- En aucun cas, ces teneurs ne doivent dépasser le taux correspondant à
lations de combustion d’une puissance supérieure à 348 kW (300 thermies 0,43 gramme par kilowattheure (0,50 gramme par thermie) de combustible
par heure). consommé au foyer pendant une durée n’excédant pas deux cents heures par
an ou bien 0,22 gramme par kilowattheure (0,25 gramme par thermie) de com-
Ces mêmes installations doivent être conduites sous la responsabilité d’une bustible consommé au foyer pendant une durée n’excédant pas quatre cents
personne compétente pour assurer les contrôles de combustion, réglages, heures par an.
ramonages, etc.
Article 9
Article 6
Les dispositions du présent arrêté sont applicables à compter du 1er sep-
Les installations de combustion utilisant des combustibles liquides ou solides tembre 1981.
d’une puissance supérieure à 348 kW (300 thermies par heure) doivent être
visitées au moins une fois tous les trois ans, à la diligence de l’exploitant,
dans les formes prévues par le titre III de l’arrêté du 5 juillet 1977 susvisé, par
un expert agréé ; chaque visite a pour but de vérifier l’état général des instal-
lations, de contrôler les émissions particulaires (indice pondéral et indice de
noircissement) et de vérifier la nature des combustibles utilisés. Les résultats
de ces contrôles et les observations éventuelles sont portés sur le livret de
chaufferie.

Les visites prévues au premier alinéa du présent article peuvent, le cas


échéant, prendre place dans le cadre des visites et examens approfondis
périodiques imposés par l’arrêté du 5 juillet 1977 susvisé.

Article 7

Aucun des appareils de combustion de puissance supérieure à 87 kW (75 ther-


mies par heure), quels que soient son allure de marche et le combustible uti-
lisé, ne doit émettre de fumées dont l’indice de noircissement, tel qu’il est défi-
ni dans la norme française X 43-002 dépasse 4, sauf de façon fugitive et
notamment au moment de l’allumage et pendant les ramonages si ceux-ci sont
effectués de façon discontinue. Cet indice est déterminé dans les mêmes
conditions que celles prescrites pour l’application de l’arrêté du 20 juin 1975
susvisé. Les ramonages ne pourront être effectués que de jour.

41
A N N E X E S

Arrêté ministériel du 12 juillet 1990 (extraits) Article 8


Agglomération strasbourgeoise (1)
A compter du 1er janvier 1992 :
Article 3
1) La concentration en poussières des gaz de combustion des appareils
Les fiouls lourds ne peuvent être utilisés que dans les appareils de combus- d’une puissance inférieure à 3 500 kilowatts consommant des combustibles
tion d’une puissance supérieure à 1 000 kilowatts (860 thermies par heure). solides ne doit pas dépasser, quelle que soit l’allure de marche de l’appareil,
le taux correspondant à :
Article 4 - 0,86 gramme par kilowattheure (1 gramme par thermie) de combustible
consommé au foyer en marche normale. En aucun cas cette teneur ne doit
Quel que soit le combustible utilisé, la concentration en dioxyde de soufre des être dépassée pendant une durée supérieure à 200 heures par an.
gaz de combustion ne doit pas dépasser le taux correspondant à 1 gramme - 1,72 gramme par kilowattheure (2 gramme par thermie) de combustible
de soufre par kilowattheure PCI de combustible (soit environ 1,2 gramme par consommé au foyer, en aucun cas.
thermie) consommé au foyer.
2) La concentration en poussières des gaz de combustion des autres types
Les factures des combustibles utilisés doivent porter la mention de la quali- d’appareil, quels que soient leur allure de marche et le combustible utilisé,
té exacte du combustible vendu et de la date de livraison. Elles doivent être ne doit pas dépasser en marche normale le taux correspondant à 0,17 gram-
conservées pendant un délai d’au moins trois ans. Elles seront annexées au me par kilowattheure (0,20 gramme par thermie) de combustible consommé
livret de chaufferie dans la mesure où il est imposé en application du premier au foyer si leur puissance est inférieure à 9 300 kilowatts (8 000 thermies
alinéa de l’article 5 ci-après. par heure) et le taux correspondant à 0,13 gramme par kilowattheure
(0,15 gramme par thermie) de combustible consommé au foyer si leur puis-
Article 5 sance est supérieure ou égale à 9 300 kilowatts.

Les dispositions des articles 24 et 25 de l’arrêté interministériel du 20 juin En aucun cas ces teneurs ne doivent être dépassées pendant une durée
1975 susvisé, relatives à la tenue obligatoire d’un livret de chaufferie, sont supérieure à 200 heures par an.
étendues aux installations de combustion d’une puissance supérieure à
350 kilowatts (environ 300 thermies par heure). En aucun cas la concentration en poussières des gaz de combustion de ces
appareils ne doit dépasser le taux correspondant à 0,43 gramme par kilo-
Ces mêmes installations doivent être conduites sous la responsabilité d’une wattheure (0,5 gramme par thermie) de combustible consommé au foyer.
personne compétente pour assurer les contrôles de combustion, réglages,
ramonages, etc.
(1) J.O. du 1er août 1990.
Article 6

Les installations de combustion utilisant des combustibles liquides ou


solides d’une puissance supérieure à 350 kilowatts doivent être contrôlées
au moins une fois tous les deux ans, à la diligence de l’exploitant, dans les
formes prévues par le titre III de l’arrêté du 5 juillet 1977 susvisé, par un
expert agréé. Ces contrôles ont pour but de vérifier le(s)combustible(s) utili-
sé(s), de mesurer les émissions particulaires (indice pondéral et indice de
noircissement) et celles de dioxyde de soufre et de contrôler l’état général
des installations. Les résultats de ces contrôles et les observations éven-
tuelles sont portés sur le livret de chaufferie.

A cette occasion, les éventuels appareils de mesures en continu de rejets de


polluants font l’objet des réglages nécessaires.

Article 7

A compter du 1er janvier 1992, aucun appareil de combustion, quels que


soient son allure de marche et le combustible utilisé, ne devra émettre de
fumées dont l’indice de noircissement, tel qu’il est défini dans la norme
X 43-002, dépasse 4, sauf de façon fugitive et notamment au moment de l’al-
lumage et pendant les ramonages si ceux-ci sont effectués de façon discon-
tinue. En aucun cas, cet indice de noircissement ne sera dépassé pendant
plus de cinq minutes au cours d’une même journée. Cet indice est détermi-
né dans les mêmes conditions que celles prescrites pour l’application de l’ar-
rêté interministériel du 20 juin 1975 susvisé.

Les ramonages ne pourront être effectués que de jour.

42
A N N E X E S

Arrêté ministériel du 22 janvier 1997 modifié (extraits) Art. 4. - Au sens du présent arrêté, le volume des gaz de combustion est expri-
Ile-de-France mé en mètre cube (m3) dans les conditions normales de température et de
pression, à savoir : 273 K et 101 300 Pa.
Titre I
Le Zonage Art. 5. - Au sens du présent arrêté, la valeur limite d’émission égale à la
concentration admissible d’une substance contenue dans les gaz résiduaires
Art. 1er. - Il est institué une zone de protection spéciale dans tous les dépar- de l’installation. Les valeurs limites de rejet fixées ci-après sont exprimées en
tements de la région d’Ile-de-France. milligrammes par mètre cube (mg/m3) sur gaz sec, la teneur en oxygène étant
ramenée à 6 % en volume dans le cas des combustibles solides et à 3 % pour
A l’intérieur des départements de la région d’Ile-de-France, deux zones géo- les combustibles liquides ou gazeux.
graphiques sont délimitées, la première dénommée Z 1 comprend les dépar-
tements de Paris, des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de- Art. 6. - Si une installation utilise alternativement plusieurs combustibles de
Marne, la seconde dénommée Z 2 comprend les communes des départe- nature différente, les valeurs limites d’émission qui lui sont applicables sont
ments de Seine-et-Marne, des Yvelines, de l’Essonne et du Val-d'Oise dont la évaluées en se référant à chaque combustible utilisé. Si une installation
liste figure en annexe du présent arrêté. utilise en même temps plusieurs combustibles de nature différente, la valeur
limite de rejet pour chaque polluant ne devra pas dépasser la valeur limite déter-
Titre II minée à partir de celles des différents combustibles pondérées en fonction de
Dispositions applicables aux sources fixes la puissance thermique fournie par chacun des combustibles. Toutefois, si l’un
des combustibles est un combustible liquide, la valeur limite d’émission pour
Partie I les oxydes de soufre est celle fixée pour les combustibles liquides.
Définitions
Art. 7. - Au sens du présent arrêté, une installation nouvelle est une installa-
Art. 2. - Sauf mention contraire les dispositions du titre II s’appliquent aux tion dont la mise en service interviendra plus de dix-huit mois après la publi-
installations de la région Ile-de-France, situées dans les zones Z I et Z 2. cation du présent arrêté. Au sens du présent arrêté, une installation existante
est une installation qui aura été exploitée régulièrement au plus tard dix-huit
Art. 3. - Au sens du présent arrêté, une installation de combustion est un mois moins un jour après la publication du présent arrêté. Les dispositions
dispositif dans lequel des produits combustibles subissent une oxydation applicables aux installations nouvelles s’appliquent aussi aux modifications et
exothermique. extensions d’installations existantes réalisées postérieurement à la même
Au sens du présent arrêté, une installation soumise à la législation sur les date et qui entraînent une augmentation des rejets d’au moins un des pol-
installations classées sera considérée comme une installation de combustion luants visés par le présent arrêté supérieure à 10 %.
si elle relève de la rubrique n° 2910 de la nomenclature des installations
classées ou de tout numéro de rubrique qui pourrait être amené à succéder à Partie II
la rubrique n° 2910. Prescriptions applicables aux seules installations de combustion
Au sens du présent arrêté, une installation de cogénération est une installa-
tion répondant simultanément aux trois conditions prévues à l’article 1er du Art. 8. - Dans les installations nouvelles de la zone Z 1, les fiouls lourds et le
décret n° 93-974 du 27 juillet 1993. charbon ne peuvent être utilisés que dans des installations de combustion
Les moteurs à allumage commandé ou à allumage par compression, les d’une puissance supérieure à 1 MW.
turbines à gaz, les fours industriels et les torches, indépendamment du com-
bustible utilisé ne sont pas visés par les dispositions de la partie II du titre II Art. 9. - Dans la zone Z 1, les valeurs limites de rejet en oxydes de soufre
du présent arrêté sur les installations de combustion. De même. les installa- (exprimées en équivalent SO2) sont :
tions d’incinération de déchets ne sont pas considérées comme des installa-
tions de combustion au sens du présent arrêté. - pour les combustibles liquides hors fuel domestique : 900 mg/m3. Le respect
La puissance d’un appareil de combustion est définie comme la quantité de cette valeur limite de rejet pourra être satisfait par l’utilisation de fuel dont
d’énergie thermique contenue dans le combustible susceptible d’être consom- la teneur en soufre est inférieure ou égale à 0,55 % en masse ;
mé en une seconde de marche maximale continue. L’énergie thermique, expri-
mée en mégajoule (MJ), est mesurée sur le pouvoir calorifique inférieur du - pour le fioul domestique : 350 mg/m3 ;
combustible.
- pour les combustibles solides : 1 100 mg/m3 ;
La puissance d’une installation est exprimée en mégawatt (MW). Pour les ins-
tallations soumises à autorisation relevant de la rubrique n° 2910 visée au - pour les combustibles gazeux : 35 mg/m3.
second alinéa du présent article, la puissance est précisée dans l’arrêté d’au-
torisation. Lorsqu’une installation est composée de plusieurs appareils implan- Les installations utilisant des combustibles liquides autres que le fioul domes-
tés de telle manière que leurs gaz résiduaires sont ou pourraient être rejetés tique et dont la Puissance est inférieure à 2 MW doivent impérativement utiliser
par une cheminée commune compte tenu des facteurs techniques ou écono- du fioul dont la teneur en soufre est inférieure ou égale à 0,55 % en masse.
miques, la puissance de cette installation est égale à la somme maximale des
puissances susceptibles d’être délivrées simultanément. Cette règle s’ap- Art. 10. - 1. Les dispositions de l’article 9 sont applicables :
plique également aux appareils de secours dans la mesure où, lorsque ceux- - dès leur mise en service en ce qui concerne l’ensemble des installations nouvelles
ci sont en service, la puissance mise en œuvre ne dépasse pas la puissance - dès le premier réapprovisionnement des combustibles en ce qui concerne les
totale de l’installation telle que définie ci-dessus. installations existantes de puissance totale supérieure ou égale à 200 MW
- à compter du 1er janvier 2004 en ce qui concerne les installations existantes
A l’exception des articles 17 et 23 qui s’appliquent à toutes les installations de puissance totale inférieure à 200 MW.
de combustion, seules les installations d’une puissance supérieure à 100 kW
sont visées par les dispositions du présent arrêté. 2. A titre transitoire, les installations visées au dernier tiret de
l’alinéa précédent sont soumises jusqu’au 1er janvier 2004 aux dispositions
ci-après, dès le premier réapprovisionnement des combustibles et, au plus
tard, un an après la publication du présent arrêté :

43
A N N E X E S

- pour les combustibles liquides hors fioul domestique : 1 700 mg/m3. Le res- Art. 15. - Pour tous les niveaux de rejet en oxydes de soufre définis ci-dessus
pect de cette valeur limite de rejet pourra être satisfait par l’utilisation de fioul et pour les installations qui y sont soumises, les valeurs limites à retenir sont
dont la teneur en soufre est inférieure ou égale à 1 % en masse ; les plus faibles entre celles du présent arrêté et celles définies par :

- pour le fioul domestique : 350 mg/m3 ; - L'arrêté du 27 juin 1990 relatif aux rejets atmosphériques des grandes ins-
tallations de combustion et aux conditions d évacuation des rejets des instal-
- pour les combustibles solides : 1700 mg/m3 ; lations de combustion ;

- pour les combustibles gazeux : 35 mg/m3. - L'arrêté du 27 janvier 1993 relatif à l'utilisation des combustibles minéraux
solides dans les petites installations de combustion.
Les installations utilisant des combustibles liquides autres que le fioul domes-
tique et dont la puissance est inférieure à 2 MW doivent impérativement utili- Art. 16. - Les valeurs limites de rejet en poussières pour les installations de
ser du fioul dont la teneur en soufre est inférieure ou égale à 1 % en masse. combustion sont :

Art. 11. - Les installations existantes de puissance totale supérieure ou égale Pour les combustibles liquides hors fioul domestique et pour les combustibles
à 200 MW peuvent bénéficier d’un report de l’application des dispositions de solides :
l’article 10 en vue de la construction de dispositifs d’épuration des fumées ou
de l’adaptation de l’installation à l’utilisation d’un combustible à faible teneur 50 mg/m3 si la puissance totale est supérieure à 20 MW ;
en soufre. Cette dérogation est accordée par arrêté préfectoral. L’arrêté pré-
fectoral fixe les délais de mise en conformité qui ne peuvent pas excéder trois 100 mg/m3 si la puissance totale de l'installation est comprise entre 20 MW et 4 MW ;
ans à compter de la date de publication du présent arrêté. Il précise également
150 mg/m3 si la puissance totale de l installation est inférieure à 4 MW ;
les normes de rejets qui s’appliquent durant cette période. Ces dernières ne
peuvent pas être supérieures aux niveaux fixés par les dispositions transitoires Pour le fioul domestique : 50 mg/m3 ;
prévues au paragraphe 2 de l’article 10.
Pour les combustibles gazeux : 5 mg/m3.
Art. 12. - Par exception aux dispositions de l’article 9, les rejets en oxydes de
soufre : des installations nouvelles situées à Paris et utilisant des combus- En ce qui concerne les installations existantes, ces valeurs limites s’appliquent :
tibles autres que le fioul domestique et le gaz ne doivent pas dépasser la
valeur de 400 mg/m3 Pour la zone Z 1 : au 1er janvier 2000 ;

Art. 13. - Dans la zone Z 2, les valeurs limites de rejet en oxydes de soufre Pour la zone Z 2 : au 1er janvier 2003.
(exprimées en équivalent SO2) pour les installations existantes sont :
Art. 17. - Aucune installation de combustion, quels que soient son allure de
- pour les combustibles liquides hors fioul domestique: 3 400 mg/m3. Le res- marche et le combustible utilisé, ne doit émettre de fumées dont l’indice de
pect de cette valeur limite de rejet pourra être satisfait par l’utilisation de fioul noircissement, tel qu’il est défini dans la norme française X 43002, dépasse
dont la teneur en soufre est inférieure ou égale à 2 % en masse ; 4, sauf de façon ponctuelle au moment de l’allumage et pendant les ramo-
nages si ceux-ci sont effectués de façon discontinue. Cet indice est déterminé
- pour le fioul domestique : 350 mg/m3 ; dans les mêmes conditions que celles prescrites pour l’application de l’arrêté
du 20 juin 1975 susvisé. Les ramonages ne peuvent être effectués que le jour.
- pour les combustibles solides : 2 000 mg/m3 ;
Art. 18. - L’exploitant d’une installation d’une puissance supérieure à 2 MW
- pour les combustibles gazeux : 35 mg/m3. fait effectuer au moins tous les deux ans soit par un organisme agréé par le
ministère de l’environnement, soit lors des contrôles effectués dans le cadre
Les installations utilisant des combustibles liquides autres que le fioul domes- de l’arrêté du 5 juillet 1977 une mesure du débit rejeté et des teneurs en
tique et dont la puissance est inférieure à 2 MW doivent impérativement utili- oxygène, oxydes de soufre et poussières dans les gaz rejetés à l’atmosphère.
ser du fioul dont la teneur en soufre est inférieure ou égale à 2 % en masse. Pour une installation nouvelle, le premier contrôle devra avoir lieu au plus tard
six mois après la mise en service de l’installation. Il n’est pas demandé
Ces mesures sont applicables dès le premier réapprovisionnement des com- d’effectuer des mesures sur les oxydes de soufre et les poussières lorsque
bustibles et au plus tard un an après la publication du présent arrêté. les combustibles utilisés sont exclusivement du gaz naturel des gaz de
pétrole liquéfiés ou du fioul domestique.
Art. 14. - Dans la zone Z 2, les valeurs limites de rejet en oxydes de soufre
(exprimées en équivalent SO2) pour les installations nouvelles sont : Art. 19. - Les installations d’une puissance supérieure à 50 MW doivent être
dotées d’appareils automatiques permettant une mesure en continu de la
- pour les combustibles liquides hors fioul domestique : 1 700 mg/m3 Le res- teneur en oxydes de soufre, et en poussières dans les rejets. Pour les
pect de cette valeur limite de rejet pourra être satisfait par l’utilisation de fioul installations non pourvues de tels équipements, il est laissé un délai de mise
dont la teneur en soufre est inférieure ou égale à I % en masse ; en place de dix-huit mois après la date de publication du présent arrêté.
Quelle que soit la puissance une mesure en continu des oxydes de soufre dans
- pour le fioul domestique : 350 mg/m3 ; les rejets doit être mise en place lorsque l’installation utilise des mélanges de
combustibles dont l’un au moins a une teneur en soufre supérieure à 0,5 g/MJ,
- pour les combustibles solides : 1 700 mg/m3 ;
ou met en œuvre des dispositifs de désulfuration des gaz.
- pour les combustibles gazeux : 35 mg/m3. Les dispositions du présent article ne sont pas applicables lorsque les
combustibles utilisés sont exclusivement du gaz naturel, des gaz de pétrole
Les installations utilisant des combustibles liquides autres que le fioul domes- liquéfiés ou du fioul domestique.
tique et dont la puissance est inférieure à 2 MW doivent impérativement utili-
ser du fioul dont la teneur en soufre est inférieure ou égale à 1 % en masse.
Ces dispositions sont applicables dès la mise en service de ces installations.

44
A N N E X E S

Art. 20. - Lorsque des mesures en continu sont réalisées en application de Partie III
l’article 19, l'évaluation des résultats doit faire apparaître (pour les heures Dispositions particulières
d’exploitation au cours d’une année civile) que :
Art. 22. - A Paris, les groupes électrogènes non utilisés comme installations
La valeur moyenne sur un mois civil ne dépasse pas les valeurs limites d’émis- de cogénération telles que définies à l’article 3 du présent arrêté ne peuvent
sion ; être mis en service que dans les situations suivantes :
97 % des valeurs moyennes sur quarante-huit heures ne dépassent pas 110 %
des valeurs limites de rejet pour les oxydes de soufre et pour les poussières. - alimentation de sécurité ou de remplacement après disparition de la source
normale ;
Lorsque les mesures sont discontinues. Les valeurs limites de rejet sont consi-
dérées comme respectées si les résultats de chacune des séries de mesures, - alimentation d’un éclairage de sécurité de type A dans les établissements
définies et déterminées selon les normes en vigueur, ne dépassent pas la recevant du public ;
valeur limite de rejet.
Les résultats de tous les contrôles sont tenus à la disposition de l’adminis- - alimentation de chantier lorsque celle-ci ne peut être assurée directement par
tration pendant une durée minimale de trois ans. le réseau ;

Art. 21. - La tenue d’un livret de chaufferie est obligatoire pour les installations - au cours des essais réglementaires ou liés à l’entretien du matériel.
de combustion d’une puissance supérieure ou égale à 350 kW. Ce document
doit être conforme à la définition donnée dans le titre III de l'arrêté du 20 juin Ces mesures sont applicables à toutes les installations. Elles entreront en
1975 relatif à l'équipement et à l’exploitation des installations thermiques. vigueur le 1er janvier 2000 pour les installations en service à la date de publi-
Les factures des combustibles utilisés doivent indiquer la nature exacte du cation du présent arrêté. Ce délai peut cependant être anticipé par le préfet de
combustible vendu en particulier sa teneur en soufre, la date de livraison la police, après un délai de trois mois suivant la publication du présent arrêté,
quantité livrée et le lieu de livraison. Elles doivent être conservées au moins lorsque les caractéristiques ou la situation d’une installation le justifient.
trois ans. Elles doivent être annexées au livret de chaufferie et tenues à la
disposition de l’administration. Art. 23. - A Paris, hormis les installations d’incinération de résidus urbains
soumises à l’arrêté du 25 janvier 1991, et toutes les installations de com-
bustion de déchets industriels spéciaux réglementées au titre de la législation
des installations classées est interdite la combustion de tout déchet ou de
tout combustible solide dont la teneur en cendres est supérieure à 20 % ou
dont le pouvoir calorifique inférieur est inférieur à 23 mégajoules par kilo-
gramme et dont la teneur en matières volatiles est supérieure à 15 %.

Toutefois, la combustion du bois commercialement sec est autorisée à


condition qu’elle ne provoque pas de nuisance dans le voisinage, et dans les
trois cas suivants :

- installations de combustion d’une puissance inférieure ou égale à 100 kW


utilisées dans l’artisanat, lorsque cette combustion est liée au respect de
certaines qualités de production ;

- poêles et cheminées à foyer fermé d’un rendement thermique supérieur à


65 %, utilisés en chauffage d’appoint ;

- cheminées à foyer ouvert uniquement utilisées en appoint ou à des fins


d’agrément.

Le bois ainsi consommé doit être du bois soit à l’état naturel tranché, soit
déchiqueté en copeaux ou en morceaux, y compris son écorce, ou soit des
résidus de l’industrie du bois non imprégnés non revêtus d’une substance
quelconque.

45
A N N E X E S

Articles R 224-20 à R 224-29, R 224-31 et R 224-32 Art. R 224-24 - L’exploitant d’une chaudière définie à l’article R 244-21 et mise
du Code de l’environnement en service avant le 14 septembre 1998 s’assure de ce que le rendement carac-
téristique de la chaudière respecte les valeurs minimales fixées dans le tableau
Sous-section 2 annexé au présent article.
Rendement, équipement et contrôle des chaudières.
Art. R 224-25 - Les pourcentages fixés aux articles R 224-23 et R 224-24 sont
Art. R 224-20 - Au titre de la présente sous-section on entend par : réduits de :
- chaudière : l'ensemble corps de chaudière et brûleur s’il existe, produisant - 7 points pour les chaudières à fluide thermique autre que l'eau ;
de l’eau chaude, de la vapeur d’eau, de l’eau surchauffée, ou modifiant la tem- - 2 points pour les chaudières d’une puissance supérieure à 2 MW produisant de
pérature d’un fluide thermique grâce à la chaleur libérée par la combustion. la vapeur d’eau ou de l’eau surchauffée à une température supérieure à 1 10 °C ;
Lorsque plusieurs chaudières sont mises en réseau dans un même local, - 5 points pour les chaudières d’une puissance inférieure ou égale à 2 MW pro-
l’ensemble est considéré comme une seule chaudière, dont la puissance nominale duisant de la vapeur d’eau ou de l’eau surchauffée à une température supérieure
est égale à la somme des puissances nominales des chaudières du réseau à 110 °C.
et dont la date d’installation est celle de la chaudière la plus ancienne ;
- puissance nominale : la puissance thermique maximale fixée et garantie par le Art. R 224-26 - Sous réserve des exceptions prévues à l’article R 224-27 du
constructeur comme pouvant être cédée au fluide caloporteur en marche continue ; présent décret, l'exploitant d’une chaudière doit disposer des appareils de
- rendement caractéristique: le rendement R' exprimé en pourcentage et cal- contrôle suivants, en état de bon fonctionnement :
culé selon la formule suivante :
- un indicateur de la température des gaz de combustion à la sortie de la chaudière ;
R'= 100 - P’f - P’i - P’r où : - un analyseur portatif des gaz de combustion donnant la teneur en dioxyde de
P’f désigne les pertes par les fumées compte tenu de l’existence éven- carbone ou en dioxygène, pour une chaudière d’une puissance nominale supé-
tuelle d’un récupérateur de chaleur ; rieure à 400 kW et intérieure à 10 MW, automatique dans les autres cas ;
P’i désigne les pertes par les imbrûlés dans les résidus solides, - un appareil manuel de mesure de l’indice de noircissement, pour une chau-
P’r désigne les pertes vers l’extérieur par rayonnement et convection. dière d’une puissance nominale supérieure à 400 kW et inférieure à 10 MW,
Ces pertes sont rapportées en pourcentage au pouvoir calorifique intérieur du en continu dans les autres cas ;
combustible utilisé. - un déprimomètre indicateur pour une chaudière de puissance nominale supé-
rieure à 400 kW et intérieure à 2 MW, enregistreur dans les autres cas ;
Art. R 224-21 - Sont soumises aux dispositions du présent décret les chaudières
- un indicateur permettant d’estimer l’allure de fonctionnement, pour une chaudière
d’une puissance nominale supérieure à 400 kW et inférieure à 20 MW, alimentées
dont la puissance nominale est supérieure à 400 kW et inférieure à 2 MW, un indi-
par un combustible liquide ou gazeux, ou par du charbon ou du lignite.
cateur du débit de combustible ou de fluide caloporteur dans les autres cas ;
Sont toutefois exclues du champ d’application les chaudières dites de récu- - un enregistreur de pression de vapeur, pour une chaudière de puissance
pération, alimentées d’une manière habituelle par les gaz de combustion de nominale supérieure à 2 MW ;
machines thermiques. - un indicateur de température du fluide caloporteur, pour une chaudière d’une
puissance nominale comprise entre 400 kW et 2 MW, enregistreur dans les
Paragraphe 1 - Rendements minimaux et équipement autres cas.
Art. R 224-22 - Les mesures de rendement caractéristique sont effectuées en
Art. R 224-27
utilisant les combustibles appropriés et lorsque la chaudière fonctionne entre
I. Par exception à l’article R 224-26, l'exploitant est dispensé de disposer :
sa puissance nominale et le tiers de cette valeur.
Art. R 224-23 - L’exploitant d’une chaudière définie à l’article R 224-21 et mise - d’un déprimomètre, lorsque le foyer de la chaudière est en surpression ;
en service après le 14 septembre 1998 s’assure de ce que le rendement carac- - d’appareils de mesure de l’indice de noircissement, lorsque la chaudière uti-
téristique de la chaudière respecte les valeurs minimales fixées dans le tableau lise uniquement des combustibles gazeux ou du charbon pulvérisé ou fluidisé.
annexé au présent article.
II. En outre, l'exploitant d’une chaudière fonctionnant uniquement en secours
En cas de combustion simultanée de deux combustibles dans une chaudière, n’est tenu de disposer que d’un indicateur de la température des gaz de com-
la valeur de rendement minimal retenue est déterminée au prorata des quan- bustion en sortie de chaudière et d’un analyseur de gaz de combustion.
tités de combustibles consommées.
Art. R 224-28 - L’exploitant est tenu de calculer au moment de chaque remise
COMBUSTIBLE UTILISÉ RENDEMENT en marche de la chaudière, et au moins tous les trois mois pendant la période
(en pourcentage) de fonctionnement, le rendement caractéristique de la chaudière dont il a la charge.
En outre, il doit vérifier les autres éléments permettant d’améliorer l’efficacité
Fioul domestique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
énergétique de celle-ci.
Fioul lourd . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
Combustible gazeux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Art. R 224-29 - Pour toute chaudière ou ensemble de chaudières définies à
l’article R 224-21 I’exploitant tient à jour un livret de chaufferie qui contient les
Charbon ou lignite . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 renseignements prévus à l’article R 224-28.

PUISSANCE (P) EN MW FIOUL DOMESTIQUE FIOUL LOURD COMBUSTIBLE GAZEUX COMBUSTIBLE


(en pourcentage) (en pourcentage) (en pourcentage) (en pourcentage)

0,4 < P <2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85 84 86 83


2 ≤ P < 10 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 85 87 84
10 ≤ P < 50 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 86 88 85

46
A N N E X E S

Paragraphe 2 - Contrôle périodique de l’efficacité énergétique Annexe à l’arrêté ministériel du 25 juillet 1997 modifié
installations classées rubrique n° 2910 (extraits)
Art. R 224-31 - L’exploitant d’une chaudière mentionnée à l’article R 224-21
doit faire réaliser un contrôle périodique de l’efficacité énergétique de celle-ci 6. Air. - Odeurs
par un organisme accrédité dans les conditions prévues par l’article R 224-37.
Nota. - Les dispositions de cet article s’appliquent sans préjudice des
Art. R 224-32 - Le contrôle périodique mentionné à l’article R 224-31 comporte : dispositions prises en application de l’article 3 du décret n° 74-415 du
13 mai 1974 modifié.
1/ Le calcul du rendement caractéristique de la chaudière et le contrôle
de la conformité de ce rendement avec les dispositions du paragraphe 1er 6.1. Captage et épuration des rejets à l’atmosphère
de la présente sous-section ;
Les installations susceptibles de dégager des fumées, gaz, poussières ou
2/ Le contrôle de l’existence et du bon fonctionnement des appareils de odeurs doivent être munies de dispositifs permettant de collecter et canaliser
mesure et de contrôle prévus par le paragraphe 1er de la présente sous-section ; autant que possible les émissions. Ces dispositifs, après épuration des gaz
collectés en tant que de besoin, sont munis d’orifices obturables et acces-
3/ La vérification du bon état des installations destinées à la distribution de sibles aux fins d’analyse.
l’énergie thermique situées dans le local où se trouve la chaudière ; Le débouché des cheminées doit avoir une direction verticale et ne pas
comporter d’obstacles à la diffusion des gaz (chapeaux chinois...).
4/ La vérification de la tenue du livret de chaufferie prévu par l’article R 224-29.
Ces contrôles périodiques sont effectués à la diligence et aux frais de l’ex- 6.2. Valeurs limites et conditions de rejet
ploitant de l’installation thermique. 6.2.1. Combustibles utilisés
Les combustibles à employer doivent correspondre à ceux figurant dans le
Paragraphe 3 - Contrôle des émissions polluantes dossier de déclaration et aux caractéristiques préconisées par le constructeur
des appareils de combustion.
Art. R 224-41-1 - Sont soumises aux dispositions du présent paragraphe Le combustible est considéré dans l’état physique où il se trouve lors de son
les chaudières dont la puissance nominale est supérieure à 400 kW et introduction dans la chambre de combustion.
inférieure ou égale à 2 MW.
6.2.4. Valeurs limites de rejet (combustion sous chaudières)
Art. R 224-41-2 - L’exploitant fait réaliser des mesures permettant d’évaluer Les valeurs limites fixées au présent article concernent les appareils de
les concentrations de polluants atmosphériques émises dans l’atmosphère combustion destinés à la production d’énergie sous chaudières.
par la chaudière dans des conditions définies par arrêté du ministre chargé Le débit des gaz de combustion est exprimé en mètre cube dans les condi-
de l’énergie et du ministre chargé de l’environnement. tions normales de température et de pression (273 K et 101300 Pa).
Les limites de rejet en concentration sont exprimées en milligrammes par
mètre cube (mg/m3) sur gaz sec, la teneur en oxygène étant ramenée à 6 %
en volume dans le cas des combustibles solides, 3 % en volume pour les
combustibles liquides ou gazeux et 11 % en volume pour la biomasse.
La puissance P correspond à la somme des puissances des appareils de
combustion sous chaudières qui composent l’ensemble de l’installation.

OXYDES D’AZOTE POUSSIÈRES


en équivalent NO2
TYPE OXYDES DE SOUFRE P< P≥ P< 4≤P< P≥
de combustible en équivalent SO2 10 MW 10 MW 4 MW 10 MW 10 MW

Gaz naturel 35 150 (1) 100 5

Gaz de pétrole 5
liquéfiés 5 200 (2) 150

Fioul domestique 170 200 (2) 150 50

Autres combustibles
liquides 1 700 550 (3) 500 150 100

Combustibles 2 000 550 (4) 150 100


solides

Biomasse 200 500 150 100

(1) Cette limite s’applique aux installations dont la puissance totale est supérieure à
10 MW lorsque plus de 50 % de la puissance totale de l’installation est fournie par des
générateurs 3 tubes de fumée. Elle est fixée à 200 mg/m3 jusqu’au 1er janvier 1998.
(2) Cette limite s’applique aux installations dont la puissance totale est supérieure à
310 MW lorsque plus de 50 % de la puissance totale de l'installation est fournie par des
générateurs 3 tubes de fumée. Elle est fixée à 250 mg/m3 jusqu’au 1er Janvier 1998.
(3) Cette limite s’applique aux installations dont la puissance totale est supérieure à
10 MW lorsque plus de 50 % de la puissance totale de l’installation est fournie par des
générateurs 3 tubes de fumée. Elle est fixée 3 600 mg/m3 jusqu’au 1er janvier 1998.
(4) La limite est fixée 3 800 mg/m3 pour les installations, possédant des chaudières auto-
matiques monoblocs ou 3 tubes de fumée dont la puissance totale est inférieure 310 MW.

47
A N N E X E S

Annexe à l’arrêté ministériel du 25 juillet 1997 modifié - Les mesures sont effectuées sur une durée minimale d’une demi-heure dans
installations classées rubrique n° 2910 (extraits suite) des conditions représentatives du fonctionnement de l’installation. Pour les
turbines et moteurs, les mesures sont effectuées en régime stabilisé à pleine
6.2.5. Valeurs limites de rejet en cas d’utilisation de la biomasse en chaudières charge.
Les concentrations en monoxyde de carbone (exprimée en CO) et en compo-
sés organiques volatils hors méthane (exprimée en équivalent CH4) ne doivent 6.4. Mesure des rejets de poussières et d’oxydes de soufre
pas dépasser respectivement 250 mg/m3 et 50 mg/m3. Les installations dont la puissance totale est supérieure ou égale à 10 MW
doivent être pourvues d’appareils de contrôle permettant une évaluation en
Dans le cas d’une installation située en dehors des zones définies à l’article permanence de la teneur en poussières des rejets (opacimètre par
6-2-9 et si la puissance totale des chaudières consommant de la biomasse exemple...).
n’excède pas 4 MW, la limite de rejet en poussières, applicable aux appareils
de combustion utilisant ce combustible, est fixée à 150 mg/m3 quelle que soit La mesure en continu des oxydes de soufre dans les rejets doit être réalisée
la puissance totale de l’installation. lorsque l’installation, soit utilise des mélanges de combustibles dont un au
moins a une teneur en soufre supérieure à 0.5 g/MJ, soit met en œuvre des
6.2.8. Utilisation de plusieurs combustibles dispositifs de désulfuration des gaz.
Si une même installation utilise alternativement plusieurs combustibles,
les valeurs limites d’émission qui lui sont applicables sont déterminées en se Les informations recueillies sont conservées pendant une durée de 3 ans et
référant à chaque combustible utilisé. versées au dossier Installations Classées prévu à l’article 1-4.

Par dérogation, les installations utilisant normalement du gaz et consommant, Les dispositions du présent article ne s’appliquent pas aux installations utili-
à titre exceptionnel et pour une courte période, un autre combustible pour sant exclusivement des combustibles gazeux ou du fioul domestique.
pallier une interruption soudaine de l’approvisionnement en gaz ne doivent
respecter, au moment de l’emploi du combustible de remplacement, que la 6.5. Entretien des installations
seule la valeur limite pour les oxydes de soufre applicable à ce combustible. Le réglage et l’entretien de l’installation se fera soigneusement et aussi
fréquemment que nécessaire, afin d’assurer un fonctionnement ne présentant
Si une installation est alimentée simultanément par plusieurs combustibles pas d’inconvénients pour le voisinage. Ces opérations porteront également sur
différents (à l’exception des moteurs dual fioul visés au 6-2-6), la valeur les conduits d’évacuation des gaz de combustion et, le cas échéant, sur les
limite de rejet pour chaque polluant ne devra pas dépasser la valeur limite appareils de filtration et d’épuration.
déterminée à partir de celle des différents combustibles pondérées en fonc-
tion de la puissance thermique fournie par chacun des combustibles. 6.6. Équipement des chaufferies
Toutefois, si l’un des combustibles est un combustible liquide, la valeur limite L’installation et les appareils de combustion qui la composent doivent être
d’émission pour les oxydes de soufre est celle de ce combustible. équipés des appareils de réglage des feux et de contrôle nécessaires à
l’exploitation en vue de réduire la pollution atmosphérique.
6.2.9. Installations situées en agglomération de plus de 250 000 habitants
Les dispositions du présent article s’appliquent aux installations visées aux 6.7. Livret de chaufferie
articles 6-2-4, 6-2-6 et 6-2-7. La liste et la carte des communes incluses dans Les résultats des contrôles et des opérations d’entretien des installations de
les agglomérations de plus de 250 000 habitants figurent en annexe aux combustion comportant des chaudières sont portés sur le livret de chaufferie.
décrets préfectoraux pris en application de l’article 3 de la loi n° 92-1236 sur
l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie au 30 décembre 1996.
La valeur limite de rejet pour les poussières des installations dont la puissan- (1) Selon les dispositions en vigueur, l’organisme possèdera l’agrément et
ce totale est supérieure à 10 MW est fixée à 50 mg/m3 (à l’exception des l’accréditation nécessaires pour la mesure du ou des polluants.
chaudières utilisants un combustible gazeux).

6.3. Mesure périodique de la pollution rejetée


L’exploitant fait effectuer au moins tous les trois ans, par un organisme agréé
(1) par le ministre de l’environnement, une mesure du débit rejeté et des
teneurs en oxygène, oxydes de soufre, poussières et oxydes d’azote dans les
gaz rejetés à l’atmosphère selon les méthodes normalisées en vigueur.
A défaut de méthode spécifique normalisée et lorsque les composés sont
sous forme particulière ou vésiculaire, les conditions d’échantillonnage isoci-
nétique décrites par la norme NFX 44-052 doivent être respectées.

La mesure des oxydes de soufre et des poussières n’est pas exigée lorsque
les combustibles consommés sont exclusivement des combustibles gazeux.
La mesure des oxydes de soufre n’est pas exigée si le combustible est du fioul
domestique.

Le premier contrôle est effectué six mois au plus tard après la mise en servi-
ce de l’installation. A cette occasion, les teneurs en monoxyde de carbone et
hydrocarbures non méthaniques sont déterminées lorsque ces polluants sont
réglementés.

48