Vous êtes sur la page 1sur 3

LES ESSENTIELS DU TRAVAIL SOCIAL

Le travail social

La loi 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale

Plan du cours

Introduction.

o

La loi 2002-2 au service des usagers.

o

La loi 2002-2, une nécessité.

1. L’usager, un sujet de droits.

2. Les missions élargies.

3. L’amélioration du pilotage.

4. La coordination entre les acteurs.

En bref.

Bibliographie.

Annexe.

o La charte des droits et des libertés

Note : Une attention particulière a été portée aux prérogatives qui impactent directement les professionnels de terrain (éducateurs spécialisés, moniteur- éducateurs, assistants de service social, etc…)

La loi 2002-2 rénovant l'action sociale et médico-sociale concerne aujourd’hui 32000 établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS) en France et constitue un texte fondamental du travail social.

Elle régit l’ensemble des établissements et services du travail social mais bouleverse particulièrement le secteur du handicap. En effet, la loi 2002-2 et

la loi 2005-102 1 sont venues modifier les prérogatives des lois du 30 juin

1975 fixant les principes fondamentaux de l'accompagnement.

Il est important de préciser que les lois de 1975 étaient en fait décomposées en deux parties distinctes :

! La loi 75-534 proposant des dispositifs généraux pour les personnes handicapées, rénovée par la loi 2005-102 (Éviter la stigmatisation des personnes handicapées)

! La loi 75-735 définissant les structures spécialisées du champ social et médico-social, rénovée par la loi 2002-2 (Enrayer la ségrégation des personnes handicapées, et plus largement des usagers des ESSMS)

La loi 2002-2 au service des usagers.

Essentiellement tournée vers l'usager en tant que sujet de droits et acteur de son parcours, la loi 2002-2 se donne pour objectif d'enrayer la logique de ségrégation. En effet, la loi de 1975 avait permis la création de lieux

d’accueil spécialisés mais l’avait fait en fonction des difficultés rencontrées par les personnes accueillies, ce qui pose aujourd’hui la question de la relégation des personnes.

A l'heure où le handicap est vu comme une restriction de participation à la

vie sociale plutôt que comme une simple « désignation », il a été reconnu comme indispensable de diversifier les modes d'accompagnement et de permettre aux personnes d’être actrices de leur parcours afin qu’elles ne

1 Loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.