Vous êtes sur la page 1sur 68

Nos Principes

Action Contre la Faim est une organisation non gouvernementale, privée, apoli-
tique, non-confessionnelle, non lucrative, elle a été créée en 1979 en France pour
intervenir dans le monde entier. Sa vocation est de sauver des vies en luttant
contre la faim, la misère physiologique et les situations de détresse qui menacent
de mort des hommes, des femmes et des enfants.

Action contre la Faim intervient dans


des situations suivantes:
• En cas de crise grave, d’origine naturelle ou humaine, menaçant la sécurité ali-
mentaire ou provoquant une situation de famine.

• En cas de déstructuration du tissu social, liée à des raisons intérieures ou extérieu-
res, plaçant certaines populations dans une situation d’extrême vulnérabilité.

• Là où l’assistance humanitaire est affaire de survie.

L’action de l’association se situe alors soit pendant la crise elle-même (interven-


tion d’urgence), soit après (programmes de réhabilitation et de relance). Elle peut
aussi intervenir dans la prévention des risques. Tous les programmes d’Action
contre la Faim ont pour finalité de permettre à leurs bénéficiaires de recouvrer
le plus vite possible leur autonomie et les moyens de vivre sans dépendre d’une
assistance extérieure.

Dans son activité, Action contre la Faim respecte les prin-


cipes suivants:

INDEPENDANCE

NEUTRALITÉ

NON DISCRIMINATION

ACCÉS LIBRE ET DIRECT AUX VICTIMES

PROFESSIONNALISME

TRANSPARENCE
Lettre du Président
L’année 2007 a été marquée par divers changements au sein de la haute administration
d’Action Contre la Faim Espagne. Hélas, l’événement qui a le plus marqué notre Fon-
dation fut le décès soudain de M. Rodrigo Uría, Vice-Président et Secrétaire du Conseil
d’Administration de la fondation. Sa contribution à la culture et au monde de l’entreprise
est largement reconnue, mais c’est surtout et avant tout son engagement auprès des autres,
et particulièrement auprès des plus démunis, que nous retiendrons. Il a apporté son sou-
tien à l’œuvre d’Action Contre la Faim avec intelligence et dévouement ; il a parcouru les
missions dans le monde entier, a créé une fondation exemplaire dans son propre cabinet,
et a toujours répondu présent dans les actions humanitaires pour lesquelles il était appelé.
Son dévouement aux autres fut dès son plus jeune âge l’un de ses principes de vie.
Suite à la disparition de Rodrigo Uría, le Conseil d’Administration s’est vu renforcé de deux
nouveaux membres : Francisco Javier Ruiz Paredes, membre du cabinet Uría Y Menéndez,
et Crisanto Plaza Bayón, statisticien et économiste, membre de la Commission Nationale
du Marché des Télécommunications. Comme toujours, le Conseil continuera à définir la
ligne stratégique de la Fondation, et veillera au bon accomplissement des objectifs fixés,
ainsi qu’à l’usage adéquat et transparent des fonds qui nous ont été confiés.
Tout au long de cette année 2007, nous avons pu observer avec inquiétude l’impact du
ralentissement économique sur les fonds disponibles à destination des enfants, femmes
et hommes menacés de malnutrition. Fort heureusement, le pessimisme initial n’a pas
ébréché l’engagement des citoyens, entreprises et institutions auprès des plus défavori-
sés. En effet, loin de reléguer la coopération dans leurs listes de priorités, ils ont renouve-
lé leurs efforts pour parvenir un jour à l’éradication de la faim dans le monde. Il convient
de souligner à ce sujet que nous avons renforcé notre collaboration avec l’Agence Es-
pagnole de Coopération Internationale pour le Développement, avec qui nous avons
souscrit en 2007 d’importants programmes de développement à long terme.
De la même manière, les différents scandales dont la presse s’est faite l’écho au sujet de
diverses organisations de coopération n’ont pas réussi à faire fléchir Action Contre la Faim
Espagne. Convaincus que la confiance de la société est notre principal actif, nous renfor-
çons les mécanismes de contrôle et de transparence de nos fonds. En 2007, nous avons
également misé sur l’élaboration de processus de qualité permettant de contrôler et de
mieux mesurer l’efficacité et l’impact de chacune de nos interventions. La dimension inter-
nationale de notre Fondation requiert de disposer des meilleurs systèmes d’information et
de gestion de projets, tâche qui fait partie de nos principales priorités, et pour laquelle nous
pourrons compter sur le soutien inestimable de la Fondation Accenture.
Les objectifs pour 2008 restent nombreux. Avec les autres membres du Conseil, nous
surveillons avec crainte les dangers croissants menaçant le travail du personnel humani-
taire dans bon nombre de pays. De même, nous sommes préoccupés par l’incidence de
la situation économique mondiale sur la population pour laquelle nous œuvrons, ainsi
que par les changements climatiques qui ont des conséquences sur leurs moyens de sub-
sistance. Néanmoins, l’énorme force que nous tirons de la société espagnole pour lutter
contre la faim, ainsi que l’espoir et le savoir-faire de nos coopérants sur le terrain, nous
donnent tout le courage nécessaire au moment de faire face à ces nouveaux défis. Nous
aurions bien voulu compter sur la présence de Rodrigo Uría pour poursuivre cette tâche.
Il reste cependant bien présent dans nos pensées.
José Luis Leal
Président du Conseil d’Administration d’Action Contre la Faim Espagne

1
Bilan de l’année
La réduction de l’espace humanitaire, à La faim continue à toucher sept fois sur
savoir les pressions de toutes sortes que dix les femmes et les petites filles. Ac-
nous subissons de la part des acteurs tion Contre la Faim a fourni des preuves
qui partagent nos environnements de multiples de leur plus grande vulnérabi-
travail et que nous dénonçons depuis lité à la pandémie, indépendamment de
plusieurs années, s’est vue confirmée leur culture, de leur zone géographique
en 2007 avec l’assassinat brutal de no- et de leur religion. Mais en 2007, nous
tre compagne Agnès Dury. Le véhicule avons essayé de miser sur elles comme
de l’organisation dans lequel elle circu- force de changement, non seulement en
lait a été ciblé par des tirs, au Burundi, vertu de l’efficacité des actions dirigées
le 31 décembre. Nous attendons éga- en leur faveur, mais aussi pour leur ca-
lement les conclusions de l’enquête pacité distributrice et multiplicatrice des
internationale menée pour que la vé- moyens mis en œuvre. La question du
rité soit faite dans l’affaire du massa- genre a été prise en compte comme
cre sauvage de 17 employés d’Action axe transversal de nos projets afin que
Contre la Faim-France à Muttur (Sri ces femmes et leurs enfants ne s’endor-
Lanka) en août 2006. ment plus le ventre creux.

La menace continue à peser. Nous Nous avons également poursuivi no-


sommes des témoins embarrassants tre travail dans le domaine du VIH/
dans des zones comme les Territoires SIDA. Même si les impressionnants
palestiniens, le Liban, la Colombie, le progrès de la médecine en termes de
Niger ou le Soudan, où la famine est traitement ont réduit cette menace,
profondément enracinée dans des nos coopérants savent qu’il reste enco-
conflits latents ou régulièrement réac- re de nombreux problèmes à résoudre
tivés et où les causes des souffrances au sein de l’Afrique sub-saharienne, où
résident uniquement dans la violence les frontières du sida et de la malnutri-
ou la politique. Il est difficile de tra- tion coïncident, et où les enjeux de la
vailler dans de telles conditions, mais sécurité alimentaire des foyers affectés
la force incontestable de notre mandat par la pandémie, qui voient leur main
et le droit international humanitaire d’œuvre et leurs revenus diminuer pa-
nous avalisent, avec l’espoir de le voir rallèlement à l’augmentation de leurs
réellement appliqué un jour. coûts médicaux et funéraires, sont
nombreux.
De nouveaux fronts émergent pro-
gressivement dans notre lutte contre la Enfin, nous ne pouvons éluder le pro-
faim. Le phénomène des migrations, blème du changement climatique.
aussi vieux que l’humanité, est plein Sans entrer dans le débat scientifi-
d’ombres et de lumières. Les lumières que sur ses causes et l’ampleur de ses
sont celles de ceux qui parviennent à conséquences, nous avons constaté en
concrétiser leur rêve d’une vie meilleu- 2007, non sans une certaine préoccu-
re. Les ombres sont celles de tous ceux pation, la récurrence de phénomènes
qui n’arrivent jamais à destination ainsi climatiques extrêmes comme le ty-
que des communautés et des pays qui phon Durian aux Philippines, les inon-
connaissent un exode de leurs précieux dations au Bangladesh et en Colombie
jeunes. ou l’ouragan Félix au Nicaragua. Alors

2
que l’on vérifie s’il est possible ou non spécialisées pour intervenir dans les
d’enrayer ces forces de la nature, l’ur- situations d’urgence et des protoco-
gence est de trouver une solution au les améliorés d’action rapide) et de
fait que 95% des victimes d’ouragans, fidélisation de nos équipes, des hom-
de tremblements de terre, etc. vivent mes et des femmes choisis pour leur
dans des pays sous-développés. Pour capacité à allier professionnalisme et
cela, nous devons réduire leur exposi- vocation humanitaire. Ils représen-
tion aux désastres et mettre au point tent le fer de lance de la confiance
des programmes de préparation et de que les citoyens, les entreprises et les
prévention de ces catastrophes. institutions nous ont accordée pour
créer un monde où la faim n’existera
Nous abordons 2008 avec une nouvel- plus. Nous ne pouvons pas les dé-
le préoccupation immédiate, celle de cevoir.
la hausse incontrôlée du prix des den-
rées alimentaires qui a déjà des consé- Olivier Longué
quences néfastes dans les pays les plus Directeur Général
pauvres où la population consacrait Action Contre la Faim Espagne
Le 31 décembre 2007, Agnès Dury a perdu la
jusqu’aux trois quarts de ses revenus vie, lorsque le véhicule d’Action contre la Faim
à l’alimentation. Nous suivrons atten- dans lequel elle voyageait a été la cible par des tirs
tivement cette évolution. En 2008, à Ruygi, au Burundi
nous essaierons de nous adapter à ce
contexte humanitaire en évolution et
nous articulerons nos actions autour
de quatre objectifs principaux :

1. L
 a réaffirmation de notre identité
humanitaire, en résistant sous la
bannière des principes humanitaires
comme la neutralité et le libre accès
aux victimes auxquelles on tente de
réduire notre espace.

2. L
 ’augmentation de la qualité et de
la couverture de nos programmes,
avec de nouvelles méthodes de trai-
tement de la malnutrition permettant
de soigner davantage de personnes
avec une qualité de soins accrue.

3. L
 ’amélioration de notre capacité
d’innovation (en appliquant les nou-
velles technologies de l’information
à nos projets).

4. L
 e renforcement de notre capacité
de réaction (en créant des équipes

3
De nouvelles voies pour
Nourrir ne consiste pas à distri- Nutrition : un nouveau tions vivant dans les zones rurales, où la
buer des denrées alimentaires. traitement pour une plus malnutrition aiguë est plus fréquente.
Depuis sa création en tant que grande couverture
réseau international en 1979 (et En 2007, cette équipe de profession- L’élaboration de nouveaux produits nutri-
en 1995 en Espagne), Action nels s’est engagée dans un nouvel axe de tifs thérapeutiques prêts à l’emploi révo-
Contre la Faim a pour mission lutte contre la Malnutrition Aiguë Sévère lutionne les soins en matière de nutrition,
le développement d’une action (MAS) infantile. La stratégie classique de permettant la mise en place de stratégies
humanitaire de qualité, adap- prise en charge des enfants souffrant de de traitement communautaire à grande
tée à chaque contexte et inté- malnutrition aiguë consistait à les interner échelle, facilitant l’accès aux soins nutri-
grant les progrès techniques dans des unités d’hospitalisation où ils re- tifs décentralisés, accessibles et proches
et scientifiques qui augmentent l’efficacité cevaient un traitement pendant un mois. des lieux de résidence de la population,
de l’aide. Au sein de notre organisation, les Cette stratégie présentait plusieurs incon- augmentant la couverture et le nombre
projets sont gérés pas des experts techni- vénients, comme la nécessité d’utiliser des d’enfants souffrant de malnutrition aiguë
ques (c’est-à-dire des nutritionnistes, des structures hospitalières dans un contexte qui reçoivent un traitement et évitant des
géologues, des ingénieurs, des agronomes où la capacité est limitée (lits, personnel centaines de milliers de décès infantiles.
et des médecins) qui, soutenus par une qualifié) et où les coûts sont élevés. Ce type de traitement à domicile permet
équipe technique de coordination et des de soigner 10 fois plus d’enfants que les
spécialistes travaillant au siège, nous indi- En outre, dans les zones où le problème de
malnutrition aiguë est fréquent, le nombre stratégies classiques.
quent chaque année les lignes de conduite
en matière d’investigation, d’innovation et de victimes dépassait la capacité hospitaliè-
Sécurité alimentaire : récu-
de capitalisation pour ne pas se contenter re limitant ainsi le traitement. Par ailleurs, le
pérer l’agriculture en tant
de vouloir lutter contre la faim, mais aussi traitement centralisé au niveau hospitalier
que priorité pour le déve-
pour savoir comment procéder. rendait plus difficile l’accès aux popula-
loppement
Nous savons que nous n’exploitons pas
PRINCIPES FONDAMENTAUX • Accessibilité et couverture : davantage la totalité du potentiel agricole et il n’est
DU NOUVEAU TRAITEMENT de centres de nutrition nécessitant pas sûr que la planète ne puisse plus pro-
AMBULATOIRE moins de ressources mais plus proches duire suffisamment d’aliments pour tout
En 2007, le traitement à domicile de la des lieux de résidence des enfants. le monde. Depuis la révolution verte des
malnutrition a donné d’excellents résul- • Réactivité : une équipe de visiteurs à années soixante dix, l’agriculture semble
tats dans des pays comme le Niger et le domicile mène des actions de dépista- se trouver dans une phase d’immobilisme,
Mali. La nouvelle technique repose sur ge des enfants souffrant de malnutri- devenant la grande oubliée des politiques
trois principes fondamentaux : tion avant l’aggravation de la maladie et des budgets publics. La plupart des pays
et afin de les soigner chez eux. de l’Afrique et de l’Amérique Latine n’ont
• Internement dans des cliniques existan- toutefois pas connu la révolution verte ;
tes : permet de garantir la formation du pays où la machette reste l’outil utilisé
personnel médical local au problème dans les campagnes. Conscientes des limi-
de la malnutrition à long-terme. tes du marché agricole international et du
Les conditions de prise en charge à do- fait que la réactivation de l’agriculture dans
micile plutôt que dans un centre de nutri- les pays les plus pauvres constitue l’unique
tion thérapeutique d’un enfant souffrant possibilité de garantir que personne n’ira
de malnutrition grave sont actuellement plus se coucher l’estomac vide, les équipes
les deux suivantes : l’absence de compli- de sécurité alimentaire d’Action Contre la
cations médicales et le maintien de l’ap- Faim ont centré, cette année, leurs efforts
pétit chez l’enfant. Si ces deux conditions sur des programmes dont l’objectif est
ne sont pas réunies, l’enfant devra être de relancer l’agriculture en s’efforçant
interné dans un CNT pour survivre. d’améliorer sa productivité. L’introduction

4
éradiquer la malnutrition
d’espèces améliorées, l’amélioration des rums spécialisés comme le Comité Perma- qui se cache derrière les chiffres alarmants
systèmes d’irrigation et des possibilités de nent de la Nutrition des Nations Unies, la qui sont communiqués tous les ans lors
stockage, le contrôle des fléaux, la gestion London School of Hygiene & Tropical de la Journée Mondiale de l’Alimentation:
des ressources terriennes et aquatiques et Medicine ou le troisième Dialogue inter- les cinq millions et demi d’enfants qui
l’appui technique des agriculteurs ont été national sur la crise mondiale de l’eau. meurent chaque année de malnutrition ou
effectués dans le cadre de cette politique. les 854 millions de personnes qui restent
En 2007, de nombreuses publications ont menacées par la famine.
Eau et assainissement: vu le jour comme “Hambre y sida” (Faim
Après 27 ans de travail sur le terrain, ce
protéger les bassins et sida), le rapport national du Paraguay sur
premier rapport de l’Observatoire de
VERSANT et aquifères les progrès du droit à l’alimentation ou le
la faim du réseau international tente de
Concernant l’eau et l’assainissement, il CD-ROM sur la promotion de l’hygiène.
montrer le rôle des marchés dans une
convient de signaler les efforts réalisés en Nos expériences sur des thèmes comme
crise moderne comme celle du Niger,
2007 en matière de protection des bassins, le paiement pour des services environne-
l’importance des ressources naturelles
une stratégie clé pour éviter l’amenuise- mentaux, le développement infantile ou
en voie de raréfaction au Darfour ou
ment progressif des bassins aquifères et le diagnostic participatif des ressources
la nécessité d’aborder la pandémie du
les désastres naturels tels que les glisse- naturelles ont été capitalisées. Pour l’heure,
VIH de manière globale, depuis plu-
ments de terrain et les inondations. Nous nous continuerons, comme nous l’avons
sieurs cadres d’action.
avons travaillé main dans la main avec la toujours fait, à mettre notre savoir au ser-
vice de la communauté humanitaire. Tout cela pour revendiquer une aide ali-
population pour freiner la déforestation et
mentaire et humanitaire capable de se
promouvoir une gestion communautaire Amador Gómez donner des objectifs qui vont au-delà
et durable des ressources naturelles. Nous Directeur Technique
de la survie des victimes et qui reposent
sommes également intervenus, au cours Action contre la Faim Espagne
sur les droits de l’homme, entre autres
de l’année, sur de nombreuses situations
le droit élémentaire à manger.
d’urgence où l’accès à l’eau et à l’assainisse-
LA FAIM : UNE TYRANNIE Mo-
ment de base constituait dans un premier
DERNE. Premier rapport de
temps un enjeu vital. Nous pouvons ainsi
l’Observatoire de la faim
citer les cas des Philippines après le pas-
(Hunger Watch) du ré-
sage du typhon Durian et du Pérou suite
seau international Action
au tremblement de terre de l’été dernier.
Contre la Faim
Dans le domaine du VIH/SIDA, nous Le Darfour est plus que « le énième
avons poursuivi notre orientation afin conflit ethnique africain ». La faim au
d’établir des liens entre le virus et la Niger n’est pas uniquement liée à la
malnutrition ainsi que son application sécheresse et à l’invasion des criquets.
pratique dans le traitement et nous Le sida ne pourra pas être éradiqué par
avons mis en œuvre de nouveaux pro- la médecine uniquement. Avec de tel-
grammes de prévention de la transmis- les affirmations, le premier rapport de
sion verticale (mère à enfant) dans des l’Observatoire de la faim pour 2007-
pays comme le Mali ou l’Angola. 2008 tente de faire voler en éclats les
nombreux mythes et les visions réduc-
Capitaliser et diffuser : trices qui accompagnent aujourd’hui les
tirer parti des connaissances principales crises humaines mondiales.
En plus de ces méthodes d’intervention Guidés par les voix de personnes comme
innovantes ou renforcées, le département Awa Abadía au Darfour, Harouna Zarou-
technique de l’organisation a concentré ses ma au Niger ou Beauty Ziko en Zambie, Auteur : Action Contre la Faim/Samuel
efforts sur la capitalisation des expériences les coopérants d’Action Contre la Faim Hauenstein Swan et Bapu Vaitla
et leur diffusion au sein de prestigieux fo- s’efforcent de montrer la réalité humaine Icaria Editorial, 2007

5
Action contre la Faim

ROYAUME
UNI
ACTIVITÉS PRINCIPALES
CANADA
Lorem Ipsum ex ea commodo consequat. Duis FRANCE
aute irure
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur dolor in reprehenderit in voluptate velit
adipisicing elit, sed do eiusmod tempor in- esse cillum dolore eu fugiat nulla paria-
ÉTATS-UNIS
cididunt ut labore et dolore magna aliqua. ESPAGNE
tur. Excepteur sint occaecat cupidatat non
D'AMÈRIQUE
Ut enim ad minim veniam, quis nostrud proident, sunt in culpa qui officia deserunt
exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip mollit anim id est laborum.
ex ea commodo consequat. Duis aute irure Lorem Ipsum
dolor in reprehenderit in voluptate velit Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur
O

esse cillum dolore eu fugiat nulla paria- adipisicing elit, sed do eiusmod tempor in-
tur. Excepteur sint occaecat cupidatat non
C

cididunt ut labore et dolore magna aliqua.


proident, sunt in culpa qui officia deserunt
HAÏTI Ut enim ad minim veniam, quis nostrud
MAURITANIE
É

mollit anim id est laborum. exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip MALI
Lorem Ipsum ex ea commodo consequat. Duis aute irure
A

GUATEMALA dolor in reprehenderit in voluptate velit


Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur
esse cillum dolore eu fugiat nulla paria-
N

adipisicing elit, sed do eiusmod tempor in- GUINÉE


NICARAGUA
cididunt ut labore et dolore magna aliqua. tur. Excepteur sint occaecat cupidatat non
Ut enim ad minim veniam, quis nostrud proident, sunt in culpa qui LEONE
SIERRA officia deserunt

OCÉAN mollit anim id est laborum. LIBÉRIA CÔTE


A

exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip


COLOMBIE
ex ea commodo consequat. Duis aute irure D'IVOIRE
T

PACIFIQUE
dolor in reprehenderit in voluptate velit
esse cillum dolore eu fugiat nulla paria-
L

tur. ExcepteurPÉROU
sint occaecat cupidatat non
A

proident, sunt in culpa qui officia deserunt


mollit anim id est laborum.
N

Lorem Ipsum
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur
T

BOLIVIE
adipisicing elit, sed do eiusmod tempor in-
IQ

cididunt ut labore et dolore magna aliqua.


PARAGUAY
Ut enim ad minim veniam, quis nostrud
exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip
U

Pie de foto. Pie de foto. Pie de foto. Pie de foto. Pie ARGENTINE
E

de foto. Pie de foto. Pie de foto. Pie de foto. Pie de


foto. Pie de foto.

6
dans le monde

FÉDÉRATION
RUSSE MONGOLIE
GÉORGIE
AZERBAÏDJAN
ARMÉNIE
TADJIKISTAN
LIBAN
AFGHANISTAN
TERRITOIRES
PALESTINIENS NÉPAL
PAKISTAN
BANGLADESH
BIRMANIE LAOS
NIGER SOUDAN LES PHILIPPINES
TCHAD
CAMBODGE
RÉPUBLIQUE SOMALIE
CENTRAFRICAINE ETHIOPIE SRI LANKA
OUGANDA
INDONÉSIE
R. D. DU CONGO
KENYA
BURUNDI
OCÉAN
ANGOLA INDIEN
ZAMBIE MALAWI

ZIMBABWE

SWAZILAND
LESOTHO

7
ASIE

Afghanistan France

Capitale: Kaboul Espérance de vie à la naissance: 43


Population: 27,1 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 260
Superficie: 652 225 km² Taux d’alphabétisation: 67,4%
Langue: pachto, dari PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 222
Régime politique: république présiden- Indice de Développement Humain: Non disponible
tielle

Depuis la chute du régime taliban, l’Afghanistan tente de se relever et de se reconstruire, un processus long et difficile après 25 ans de
conflits intermittents. Les premières élections présidentielles de l’histoire du pays, célébrées en 2004, ont marqué un grand pas vers la
stabilité économique même si 60% des investissements restent toutefois encore dépendantes de l’aide internationale. Le manque d’infras-
tructures, l’insécurité et le retour des milliers de réfugiés ne facilitent pas le travail humanitaire des ONG présentes dans le pays.

Ouzbekistan ACTIVITÉS PRINCIPALES


Turkmenistán Tadjikistan
Nutrition et santé mentale Chiffres clefs
• Appui au Ministère de la Santé pour Début de la mission: 1979, réouverture
l’élaboration d’un protocole national de en 1995
Afghanistan prévention et de traitement de la malnu- Zones d´intervention: Kaboul, Dai
trition infantile Kundi, Ghor, Parwan, Kapisa
Kaboul
• Formation en matière de nutrition et de Ressources humaines:
bonnes habitudes alimentaires • Expatriés: 14
Iran Pakistan • Appui psychologique aux familles dont • Personnel National: 158
les enfants sont admis en Centre de Nu- Destinataires: 131 731 personnes
trition Thérapeutique Financement: ECHO, Gouvernement
Sécurité Alimentaire français, PAM, Ministère de la Santé Afgha-
• Activités pour le redressement de l’éco- ne, UNICEF, UNIFEM, donateurs privés.
nomie domestique par le biais de petits
commerces, techniques de vente et de
commercialisation à petite échelle, etc.
• Distributions de semences et de fourrage
avant l’hiver
Eau et Assainissement
• Construction et réhabilitation des réseaux
de canalisation de l’eau dans la ville de
Kaboul
• Construction de points d’eau, latrines in-
dividuelles et toilettes publics
• Sessions de promotion de l’hygiène et
création de comités afin d’assurer la bon-
ne gestion et l’entretien des puits

La commercialisation à petite échelle est capitale


pour la stimulation de l’économie du pays.
(Photographie : David Sauveur / Agence VU).

8
AFRIQUE

Angola Espagne

Espérance de vie à la naissance: 41,7 Capitale: Luanda


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 154 Population: 15 millions
Taux d’alphabétisation: 67,4% Superficie: 1 246 700 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2 335 Langue: portugais
Indice de Développement Humain: 0,446 (162ème sur 177) Régime politique: république présiden-
Population en dessous du seuil de pauvreté national: non disponible tielle
Population sans accès à l’eau potable: 47%
Population sans assainissement de base: 69%
Taux de malnutrition infantile chronique: 45%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 2,8%

L’Angola se remet peu à peu d’un long conflit qui a laissé de profondes séquelles sur la structure politique et sociale du pays. A la signa-
ture de l’accord de paix en 2002 et la création d’un gouvernement formé par tous les participants du conflit (UNITA, FNL, et MPLA), la
plupart des Angolais exilés sont revenus au pays. Cependant, l’Angola reste le deuxième pays le plus miné au monde après le Cambodge,
et occupe le bas du classement dans le rapport sur le Développement Humain des Nations Unies. Bien que le pays soit exportateur de
pétrole et quatrième producteur mondial de diamants, près de la moitié des enfants souffre de malnutrition chronique, et six personnes
sur dix n’ont pas accès à l’assainissement de base.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Rép Dem. du Congo

NUTRITION ET SANTÉ • Education à l’hygiène par le biais des in-


• Formation de personnel médical dans les hô- tervenants communautaires. Luanda
pitaux, centres de santé et postes de santé. • Appui logistique et formation du person-
nel des Brigades Municipales de l’Eau.
• Promotion de la santé publique à travers Angola
des comités locaux. •A  ctivités d’assainissement urbain dans la
• Suivi et analyse de l’évolution de la situa- capitale du pays.
tion médicale et nutritionnelle. • I nterventions ponctuelles pour combat-
tre les épidémies comme le choléra.
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
• Distribution de semences et d’outils GENRE
• Mise en place de banques de semences et • Renforcement des capacités sociales et
Namibie Botswana
formation au sein d’associations de femmes. institutionnelles.
• Formation des paysans et apprentissage • Renforcement des capacités dans le cadre
de techniques agricoles durables. d’activités de sécurité alimentaire et de
•M ultiplication des semences de patate douce. prévention des maladies (sensibilisation
• Analyse socio-agro-économique et prévention du VIH/SIDA).
• Mise en place d’un groupe de travail avec • Renforcement des capacités économi-
les instances locales au niveau provincial. ques des femmes en les soutenant dans la
• Diagnostic sur l’organisation des acteurs gestion de petites entreprises
de la sécurité alimentaire au niveau pro- Chiffres clefs
vincial et national. Début de la mission: 1995
• Formation d’équipes terrain Zones d´intervention: Luanda, Luban-
• Participation à des séminaires au niveau go, Chicomba, Chipindo, Huambo
provincial. Ressources humaines:
EAU ET ASSAINISSEMENT • Expatriés: 10
• Construction, réhabilitation de puits, et • Personnel National: 65
installation de pompes manuelles. Destinataires: 418 000 personnes
• Formation à la construction et à l’entre- Financement: UE, AECID, Municipalité
tien de latrines. de Barcelone, fonds propres
• Formation de groupes d’autogestion des
points d’eau.

Programme d’eau et d’assainissement à Luanda,


la capitale du pays.
(Photographie : David Pedrueza)

9
AMÉRIQUE
DU SUD

Argentine Espagne

Capitale: Buenos Aires Espérance de vie à la naissance: 74,3


Population: 38 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 15
Superficie: 3 761 274 km² Taux d’alphabétisation: 97,2%
Langue: espagnol PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 14 280
Régime politique: république fédérale Indice de Développement Humain: 0,869 (38ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 26,9%
Taux de malnutrition infantile chronique: 8%
Population sans accès à l’eau potable: 4% (23% privés d’accès à des réseaux d’eau fiable)
Population sans assainissement de base: 9% (55% sans égouts)
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,6%

Bien que le pays se remette rapidement de la profonde crise économique d’il y a cinq ans, presque la moitié de la population infantile, soit
plus de quatre millions d’enfants, ne peut satisfaire ses besoins de base en alimentation, habillement, transport, santé et éducation. Parmi
eux, environ un million et demi de mineurs vivent dans des conditions de pauvreté extrême, et souffrent donc d’insécurité alimentaire.
Dans la région Nord-Est, la situation est encore plus préoccupante: la pauvreté touche 60% des enfants (plus de 700 000 filles et garçons),
et 24% (soit 294 000 enfants) sont en situation de pauvreté extrême, montrant ainsi la face la plus sombre de l’inégalité.

Bolivie Paraguay ACTIVITÉS PRINCIPALES


Brésil NUTRITION Chiffres clefs
Chili
• Campagnes de promotion d’un régime DÉBUT DE LA MISSION: 2002
Uruguay alimentaire équilibré et prévention de la Zones d´intervention: Arrondissement
Buenos
Aires
malnutrition. de Moreno (Grand Buenos Aires), ville de
• Mise en place de systèmes de surveillance Santa Fe et Rosario (Province de Santa Fe)
Argentine nutritionnelle. et Grand San Miguel de Tucumán (Provin-
• Recherche (prévention de l’anémie et ce de Tucumán)
promotion du développement infantile Ressources humaines:
intégré). • Expatriés: 0
• Réalisation d’enquêtes nutritionnelles. • Personnel National: 5
• Renforcement de la capacité d’interven- Destinataires: 4 000 familles
tion des institutions locales d’assistance FINANCEMENT: AECID, Généralité de Va-
alimentaire et nutritionnelle. lence, Caixa Galicia, Action Contre la Faim
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Espagne.
• Appui à des projets productifs à niveau
familial et communautaire par un trans-
fert de ressources (ressources économi-
ques, assistance technique et formation).
• Renforcement d’organisations de base
assurant la gestion de stratégies commu-
nautaires d’accès à la nourriture.
• Réalisation de diagnostics de vulnérabilité
socio-économique.

Une des cantines communautaires de la province de


Tucumán parrainée par Action Contre la Faim.
(Photographie : Carine Thomas)

10
ASIE

Arménie Espagne

Espérance de vie à la naissance: 71 Capitale: Erevan


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 26 Population: 3 millions
Taux d’alphabétisation: 99,4 Superficie: 29 800 km².
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 4 945 Langue: arménien, russe
Indice de Développement Humain: 0,775 (83ème sur 177) Régime politique: république présiden-
Population en dessous du seuil de pauvreté national: non dispon. tielle
Taux de malnutrition infantile chronique: 18%
Population sans accès à l’eau potable: 8%
Population sans assainissement de base: 17%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

La majeure partie de la population arménienne vit dans des zones rurales et dépend de l’agriculture comme unique activité économique.
Même si l’industrie lourde soviétique a été pendant des années la principale activité productrice du pays, aujourd’hui entre 7% et 9% de
la population a émigré à la recherche d’un emploi, la plus grande partie vers la Russie. Le taux de chômage est de 25% et le salaire moyen
mensuel de la population ne dépasse pas 27 dollars. Après cinq années de guerre intermittente au Nagorno Karabakh, l’Arménie et l’Azer-
baïdjan (1989-1994) ont signé un cessez-le-feu, mais le statut du territoire convoité ne trouve toujours aucune solution reconnue au niveau
international. On estime aujourd’hui à 300 000 le nombre de personnes déplacées en interne à cause des conflits.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Géorgie


SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffres clefs
• Appui à la commercialisation de produits Début de la mission: 1994 Azerbaïdjan
• Activités Génératrices de Revenus Zones d´intervention: région de Syu-
• Renforcement de la productivité agricole nik, district de Sissian Erevan
• Développement de capacités communau- Ressources humaines:
taires et mobilisation communautaire • Expatriés: 1
• Renforcement des institutions • Personnel National: 46
Arménie
• Renforcement du pouvoir des paysans Destinataires: 12 300 personnes Turquíe
par la création d’associations Financement: SDC
• Renforcement des activités de marché Iran
DÉVELOPPEMENT
COMMUNAUTAIRE
• Développement de capacités à niveau
communautaire
• Projets communautaires

L’apiculture est l’une des activités génératrices de


revenus développées par Action Contre la Faim.

11
ASIE

Azerbaïdjan Espagne

Capitale: Bakou Espérance de vie à la naissance: 67


Population: 8,3 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances) :74
Superficie: 86 600 Km² Taux d’alphabétisation: 98,8%
Langue: azéri, russe PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat) :5 016
Régime politique: république présiden- Indice de Développement Humain: 0,746 (98ème sur 177)
tielle Taux de malnutrition infantile chronique: 23%
Population sans accès à l’eau potable: 23%
Population sans assainissement de base: 46%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

Depuis l’inauguration du gazoduc entre les villes de Bakou, Tbilissi et Ceyhan en mai 2005, l’Azerbaïdjan connaît un développement
économique plus important et une diminution de ses niveaux de pauvreté. Toutefois, aux infrastructures sanitaires et éducatives encore
déficientes, s’ajoute un niveau de corruption élevé (le pays occupe la 150ème place sur les 190 pays les plus corrompus au monde selon
l’organisation Transparency International (Transparence Internationale)). Le conflit du Nagorno- Karabakh qui l’a opposé à l’Arménie a
provoqué le déplacement d’un million de personnes. Il reste encore 800 000 réfugiés et déplacés internes en Azerbaïdjan. Suite au conflit,
14% du territoire de l’Azerbaïdjan est occupé et 13% de la population est déplacée.

Russie ACTIVITÉS PRINCIPALES


Géorgie
Sécurité alimentaire • Sensibilisation à l’environnement
et économique • Promotion de la participation des fem-
• Appui aux contreparties locales pour le mes dans les activités liées à l’eau
Azerbaïdjan développement agricole
Bakou
Chiffres clefs
• Appui aux contreparties locales pour la Début de la mission: 2000
gestion des ressources naturelles permet- Zones d´intervention: districts d’Agja-
Arménie tant le développement économique de la bedi et Beylagan
communauté Ressources humaines:
• Appui aux contreparties locales pour la • Expatriés: 2
Iran promotion de l’égalité des sexes et l’auto- • Personnel National: 15
nomisation économique des femmes Destinataires: 13 000 personnes
•F  aciliter les liens entre les petits agricul- Financement: SDC, EC
teurs et les fournisseurs et commerçants
•C  réation de capacités dans les commu-
nautés et mobilisation de communautés
•A  ppui à la production agricole
•A  nalyse de marchés et techniques de
commercialisation
•P  rêts sans intérêts pour de nouvelles ac-
tivités agricoles
•A  nalyse socio-économique
•E  nquêtes de suivi
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Approvisionnement en eau potable de 10
communautés
• Amélioration des conditions d’hygiène
dans les zones publics (drainage, gestion
des déchets)
• Développement de capacités communau-
taires en matière de gestion de l’eau
• Formation sur l’organisation communautaire
L’accès à l’eau potable reste l’un des problèmes ma-
jeurs des populations les plus vulnérables du pays.

12
ASIE

Bangladesh France

Espérance de vie à la naissance: 63 Capitale: Dacca


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 73 Population: 158 millions
Taux d’alphabétisation: 47,5% Superficie: 143 998 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2 053 Langue: bengali
Indice de Développement Humain: 0,547 (140ème sur 177) Régime politique: république présiden-
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 49,8% tielle
Population sans accès à l’eau potable: 26%
Population sans assainissement de base: 61%
Taux de malnutrition infantile chronique: 51%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

Situé au cœur de l’immense delta du Ganges, le Bangladesh occupe un territoire plat et peu élevé. À cette situation géographique de grande
vulnérabilité vient s’ajouter une densité de population alarmante (plus de 900 habitants par kilomètre carré). Dacca, la capitale, compte
plus de 11 millions d’habitants et s’étend en une multitude de quartiers qui s’inondent dès l’arrivée de la mousson. Les pluies de cette année
ont provoqué l’un des épisodes les plus graves de l’histoire de ce jeune pays: dans le district de Shariatpur, un demi-million de personnes
ont été touchées par les effets dévastateurs de l’eau, empêchant la récupération du pays d’une année à l’autre.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Nutrition et santé mentale Chiffres clefs
• Évaluation des besoins en nutrition et Début de la mission: 2007
santé mentale après les inondations Zones d’intervention: District de Sha-
Sécurité Alimentaire riatpur Inde
Dacca
Ressources humaines:
• Distribution de semences à 700 familles
• Expatriés: 5 Inde
pour l’horticulture
• Personnel National: 22
Bangladesh
Eau et Assainissement Destinataires: 46 165 personnes
• Réhabilitation et construction de points Financement: ECHO, Gouvernement
d’eau français
• Réhabilitation et construction de latrines
• Ateliers de promotion de l’hygiène et
distribution de kits d’hygiène (savon, sels
de réhydratation, récipients pour garder
l’eau…)

La situation géographique et la population élevée


du Bangladesh rendent le pays vulnérable aux
inondations.

13
Birmanie
ASIE

(Myanmar) France

Capitale: Naypyidaw Espérance de vie à la naissance: 61


Population: 49,5 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 105
Superficie: 657 550 Km² Taux d’alphabétisation: 89,9%
Langue: birman PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1,027
Régime politique: régime militaire Indice de Développement Humain: 0,583 (132ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: non disponible
Population sans accès à l’eau potable: 22%
Population sans assainissement de base: 23%
Taux de malnutrition infantile chronique: 41%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 1,3%

Depuis 1962, la Junte Militaire birmane occupe le pouvoir. Cette dictature a appauvri le pays et a provoqué le départ de la plupart des
investisseurs internationaux. Le taux d’inflation au Myanmar, actuellement de 50%, s’est encore aggravé au cours des derniers mois à la
suite de la hausse des prix du carburant et du riz, ce qui a augmenté le nombre de personnes souffrant de malnutrition aiguë dans le pays.
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le système de santé birman est l’un des plus déficient au monde: au 190ème rang sur
un total de 191.

Inde Chine
ACTIVITÉS PRINCIPALES
NUTRITION Chiffres clefs
• 2 centres de nutrition thérapeutique et 5 Début de la mission: 1994
Bangladesh centres de nutrition supplémentaire Zones d’intervention: Maungdaw, Bu-
Birmanie • Renforcement de l’aspect psychosocial thidang et Sittwe (région de Rakhine)
Laos des traitements de nutrition des mères et Ressources humaines:
Naypyidaw
de leurs enfants • Expatriés: 20
Thaïlande • Ateliers de formation sur la nutrition et • Personnel National: 323
la santé Destinataires: 82 151 personnes
Financement: ECHO, EUROPEAID,
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
• Renforcement de techniques agricoles PAM, UNICEF, UNHCR, DAH, Coopéra-
Malaisie pour la diversification des cultures tion Suisse
• Développement et mise en place de nou-
velles techniques agricoles
• Mise en place d’activités génératrices de
revenus (micro entreprises)
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Réhabilitation et construction de points
d’eau
• Distribution de filtres potabilisateurs
d’eau aux familles
• Construction de latrines familiales et pu-
bliques (dans les écoles)
• Formation de comités de gestion de l’eau
• Formation en hygiène

La pesée des enfants fait partie du diagnostic de la


malnutrition sévère.

14
AMÉRIQUE
DU SUD

Bolivie Espagne

Espérance de vie à la naissance: 64,7 Capitale: Sucre


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 52 Population: 9,5 millions
Taux d’alphabétisation: 86,7% Superficie: 1 100 000 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2 819 Langues: espagnol, quechua, aymara, guarani
Indice de Développement Humain: 0,695 (117ème sur 177) Régime politique: république présiden-
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 62,7% tielle
Population sans accès à l’eau potable: 15%
Population sans assainissement de base: 54%
Taux de malnutrition infantile chronique: 33%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

La Bolivie est le pays le plus pauvre d’Amérique du Sud. En dépit d’un taux d’alphabétisation proche des 90%, plus de la moitié de la
population vit en dessous du seuil de pauvreté national. Riche en minéraux et ressources énergétiques (la Bolivie est le deuxième pays de
la région disposant des plus grandes réserves de gaz), la majorité de sa population se consacre à l’agriculture, d’où de très faibles revenus.
Au cours des trois dernières années, à chaque saison des pluies, des milliers de familles boliviennes ont perdu leur maison et leurs biens,
en raison des crues des fleuves et des inondations récurrentes noyant leurs cultures.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Brésil
PRÉPARATION AUX CATASTRO- Chiffres clefs Pérou
PHES ET GESTION DE RISQUE DÉBUT DE LA MISSION: 2000-2004, réou-
• Formation, organisation et équipement verture en 2006
des communautés pour faire face à ZONES D´INTERVENTION: Santa Cruz de la
d’éventuelles inondations. Sierra, San Julián, Cuatro Cañadas, Pailón, Bolivie
• Renforcement des capacités des techni- El Puente
ciens et autorités d’institutions locales Ressources humaines:
Sucre
pour la gestion de risque, et plus spéciale- • Expatriés: 3
ment la préparation aux inondations. • Personnel National: 15
Destinataires: 15 000 personnes Paraguay
• Amélioration des connaissances des tech-
niciens et autorités locales sur les facteurs FINANCEMENT: AECID, ECHO
Chili Argentine
favorisant les inondations dans la vallée du
Rio Grande, et de la capacité de coordina-
tion interinstitutionnelle face aux urgences.
• Amélioration et élargissement du Système
d’Alerte Précoce des inondations dans la
basse vallée du Rio Grande.
AIDE HUMANITAIRE
• Création d’infrastructures hydrosanitaires
dans les centres d’hébergement tempo-
raires accueillant les familles victimes des
inondations.
• Distribution de moyens de production
agricoles afin de relancer l’autoproduc-
tion d’aliments de base.
• Réhabilitation de systèmes d’approvision-
nement en eau dans les communautés
inondées.
• Renforcement des capacités des institu-
tions locales pour coordonner l’assistance
aux sinistrés.
Un des points d’eau réhabilités par Action Contre
la Faim dans un campement de 400 familles ins-
tallé suite aux inondations.

15
AFRIQUE

Burundi France

Capitale: Bujumbura Espérance de vie à la naissance: 49


Population: 7 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 190
Superficie: 25 680 Km² Taux d’alphabétisation: 59,3%
Langue: kirundi (langue rundi) et français PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 699
Indice de Développement Humain: 0,413 (167ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 36,4%
Population sans accès à l’eau potable: 21%
Population sans assainissement de base: 64%
Taux de malnutrition infantile chronique: 63%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 3,3%

Le Burundi est l’un des pays les plus pauvres du monde, avec un taux de malnutrition chronique qui touche six enfants sur dix de moins
de cinq ans. Par ailleurs, l’insécurité dans laquelle vit le pays rend pratiquement impossible le travail humanitaire. La mission d’Action
Contre la Faim a connu son pire épisode cette année avec l’assassinat, le 31 décembre, de la coopérante française Agnès Dury, responsable
des projets VIH/SIDA. Agnès se trouvait au Burundi depuis trois mois lorsque la voiture dans laquelle elle circulait a été la cible des tirs.
Action Contre la Faim, présente dans le pays depuis 1994, a pris la décision de mettre un terme à sa mission et a ouvert une enquête pour
que la vérité soit faite sur cet assassinat brutal.

Rwanda ACTIVITÉS PRINCIPALES


Nutrition Chiffres clefs
• Enquêtes nutritionnelles Début de la mission: 1994
• Traitement de la malnutrition aiguë dans Zones d’intervention: Bujumbura, Kayan-
Burundi trois Centres de Nutrition Thérapeutique za, Bubanza, Ngozi et Ruyigi
Rép. Dém. Bujumbura • 13 Centres de nutrition supplémentaire Ressources humaines:
du Congo pour le traitement de la malnutrition • Expatriés: 13
aiguë modérée • Personnel National: 198
• Formation et appui technique à l’équipe Destinataires: 127 939 personnes
Tanzanie
nationale Financement: ECHO, Europe Aid,
Sécurité alimentaire: BPRM, UNHCR, FAO, coopération fran-
• Distribution de repas, semences et outils çaise, donateurs privés
agricoles
• Activités Génératrices de Revenus
• Ateliers de promotion de l’hygiène
Eau et Assainissement
• Approvisionnement en eau
• Construction de latrines
• Formation en hygiène et en gestion des
ressources hydriques

Un membre d’Action Contre la Faim donne une


formation sur l’utilisation de l’eau potable.

16
ASIE

Cambodge France

Espérance de vie à la naissance: 58 Capitale: Phnom Penh


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 143 Population: 13,5 millions
Taux d’alphabétisation: 73,6% Superficie: 181 041 km².
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2 727 Langue: khmer (officielle), français
Indice de Développement Humain: 0,598 (131ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 35%
Taux de malnutrition infantile chronique: 49%
Population sans accès à l’eau potable: 59%
Population sans assainissement de base: 83%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 1,6%

Le Cambodge a connu trente années de guerre et une dictature de fer sous laquelle des abus systématiques des droits de l’homme ont
été perpétrés. Il s’agit probablement du pays le plus miné au monde proportionnellement au nombre d’habitants, un drame qui, selon les
estimations, a fait entre 18 000 et 40 000 victimes. Une grande partie de la population vit isolée et sans accès aux services élémentaires
d’hygiène et de santé: seules deux personnes sur dix possèdent des latrines.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Eau et Assainissement Chiffres clefs Thaïlande
• Réhabilitation de puits et systèmes de Début de la mission: 1989 Laos
drainage Zones d’intervention: Mondulkiri, Kam-
• Installation de réservoirs d’eau potable pong Cham, Phnom Pehn
• Construction de latrines Ressources humaines: Cambodge
• Formation en santé et hygiène • Expatriés: 2 Phnom Penh
• Personnel National: 35
Destinataires: 10 800 personnes
Vietnam
Financement: ECHO, MRC (Mekong Ri-
ver Commission), DIPECHO, donateurs
privés

Une grande partie de la population n’a pas accès à


l’eau potable au Cambodge.

17
AFRIQUE

Côte d’Ivoire France

Capitale: Yamoussoukro et Abidjan Espérance de vie à la naissance: 47


Population: 18,9 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 195
Superficie: 322 460 km² Taux d’alphabétisation: 48,7%
Langue: français (officiel), dioula et 60 autres PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1.648
dialectes Indice de Développement Humain: 0,432 (166ème sur 177)
Régime politique: république présidentielle Population en dessous du seuil de pauvreté national: 36,8%
Taux de malnutrition infantile chronique: 32%
Population sans accès à l’eau potable: 16%
Population sans assainissement de base: 63%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 7,1%

Depuis la tentative de coup d’État en 2002 et la division du pays en deux zones contrôlées respectivement par les rebelles au nord et par
la milice du gouvernement au sud, la Côte d’Ivoire connaît une instabilité politique constante. Nommé par la Communauté Internationale,
le président Laurent Gbagbo a engagé un dialogue avec les rebelles qui a débouché, en mars dernier, sur les accords d’Ouagadougou, un
premier pas vers la paix dans le pays africain. L’insécurité reste toutefois présente et le nord du pays souffre les conséquences humanitaires
d’un isolement qui laisse sa population à la merci de services publics totalement désorganisés.

Mali Burkina Faso ACTIVITÉS PRINCIPALES


SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffres clefs
Guinée • Appui aux activités maraîchères Début de la mission: 2002
Côte • Activités génératrices de revenus (micro Zones d’intervention: Korhogo (Nord)
Ressources humaines:
d’Ivoire entreprises)
Tanzanie • Expatriés: 3
Yamoussoukro EAU ET ASSAINISSEMENT
• Personnel National: 54
• Réhabilitation/construction de points
Destinataires: 27 864 personnes
Libéria d’eau
Financement: Europeaid, donateurs privés
Abidjan
• Formation d’agents pour la promotion de
la santé et de l’hygiène
• Création de comités de l’eau dans les vil-
lages
• Séances de formation en matière d’hy-
giène
•P  réparation de programmes d’appui dans
les quartiers les plus pauvres

Construction d’un point d’eau.

18
AMÉRIQUE
DU SUD

Colombie Espagne

Espérance de vie à la naissance: 72,3 ans Capitale: Bogotá


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 17 Population: 45,6 millions
Taux d’alphabétisation: 92,8% Superficie: 1 141 814 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 7 304 Langue: espagnol
Indice de Développement Humain: 0,791 (75ème sur 177) Régime politique: république présidentielle
Population en dessous du seuil de pauvreté: 64%
Taux de malnutrition infantile chronique: 16%
Population sans accès à l’eau potable: 7%
Population sans assainissement de base: 14%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,6%

La Colombie reste le deuxième pays avec le plus grand nombre de déplacés internes, environ trois millions, en raison du conflit armé dont
souffre le pays depuis des décennies. Plus de la moitié des Colombiens vivent en dessous du seuil de pauvreté, un chiffre qui s’alourdit
lorsque des catastrophes telles que les inondations de la fin d’année touchent les populations les plus fragiles. Dans les régions de Córdoba
et de La Mojana, les pluies incessantes pendant près de six mois ont entraîné la disparition sous les eaux de villages entiers et de cultures,
suite au débordement du Río Cauca, l’une des rivières à plus fort débit du pays. Bien qu’il s’agisse d’un phénomène cyclique, cette année
fut particulièrement difficile et dévastatrice.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
SANTÉ • Contrôle de la qualité de l’eau (bactériolo-
• Suivi d’indicateurs sanitaires de base gique, physique et chimique) Venezuela
• Campagnes de vaccination, déparasitage •C  réation et renforcement de comités de
et d’apport en compléments micronutri- point d’eau
tionnels
Colombie
Chiffres clefs
• Formation d’agents de santé communau- Bogotá
DÉBUT DE LA MISSION: 1998
taires
ZONES D´INTERVENTION: Côte Atlantique
• Formation et éducation nutritionnelles
(départements de César, Sucre, Bolívar, La Brésil
• Evaluation et soutien psychosocial Équateur
Guajira et Córdoba), Sud du pays (départe-
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE : ments de Putumayo et Nariño).
• Distribution de nourriture aux popula- Ressources humaines: Pérou
tions en situation d’urgence • Expatriés: 5
• Distribution de moyens de production • Personnel National: 66
agro-pastoraux pour une reprise rapide Destinataires: 118 000 personnes
• Réhabilitation ou réparation des infras- FINANCEMENT: SDC, ECHO, CE, ACCD,
tructures et moyens de production AECID, PAM
• Aménagement de systèmes de traitement
et de transformation des aliments à petite
échelle
• Formations et assistance technique spé-
cialisée en procédés de production et de
commercialisation
• Diagnostics de marché
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Construction et réhabilitation d’infras-
tructures hydrauliques communautaires
et familiales
• Construction de latrines familiales
• Construction et réhabilitation d’infrastructu-
res sanitaires scolaires et communautaires

Une des villes inondées du village de Cocotá, dans


le département de Córdoba.

19
AFRIQUE

Ethiopie France

Capitale: Addis-Abeba Espérance de vie à la naissance: 47


Population: 81 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 164
Superficie: 1 000 000 km² Taux d’alphabétisation: 41,5%
Langue: amharique PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 055
Régime politique: République Fédérale Indice de Développement Humain: 0,406 (169ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 44,2%
Taux de malnutrition infantile chronique: 51%
Population sans accès à l’eau potable: 78%
Population sans assainissement de base: 87%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 3,5%

L’Éthiopie connaît de graves tensions internes depuis les élections générales de 2005. Le contrôle étroit de l’administration dans tous
les domaines rend difficile toute analyse de la situation humanitaire du pays même si on estime qu’environ dix millions de personnes ne
survivent que grâce à l’aide extérieure. Dans les régions du pays les plus exposées aux changements climatiques significatifs, la population
vit dans une situation critique en raison de la perte fréquente de leurs récoltes et d’une décapitalisation chronique. Il s’agit de l’un des rares
pays au monde où la majorité de la population ne possède pas d’eau potable ni d’assainissement élémentaire.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Érythrée
NUTRITION Chiffres clefs
Soudan • Traitement de la malnutrition sévère à Début de la mission: 1984
domicile et dans 16 Centres Nutritionnels Zones d’intervention: Somali et SN-
Thérapeutiques NPR (Afar)
Somalie • Appui psychosocial et pour les soins mè- Ressources humaines:
Ethiopie res-enfants • Expatriés: 14
• Personnel National: 126
Addis Abeba SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
Destinataires: 57 176 personnes
• Formation de para-vétérinaires pour les
Financement: ECHO, Europeaid, OCHA,
soins du bétail
Fondation de France, donateurs privés
• Programmes de «Vivres contre Travail»
Tanzanie Kenya • Appui aux vendeurs de médicaments
pour animaux
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Approvisionnement d’eau (perforations,
puits, réservoirs)
• Études des dynamiques pastorales et dé-
veloppement d’un programme d’amélio-
ration de l’accès à l’eau pour la popula-
tion pastorale et son bétail.

Diagnostic de la malnutrition aiguë effectué sur un


enfant âgé de moins de cinq ans.

20
Fédération
Russe
ASIE

(Tchétchénie, Ingouchie) France

Espérance de vie à la naissance: 65 Capitale: Moscou (Tchétchénie: Grozny ; In-


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances) :18 gouchie: Magas)
Taux d’alphabétisation: 99,4% Population: 143,9 millions (Tchétchénie 1
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 10 845 million, Ingouchie: 300 000)
Indice de Développement Humain: 0,802 (67ème sur 177) Superficie: 1 000 000 km² (Tchétchénie 19
Taux de malnutrition infantile chronique: non disponible 300 km²)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: non disponible Langue: russe (Tchétchénie: Tchéchène-
Population sans accès à l’eau potable: 3% tushi, Ingouche et tchéchène ; Ingouchie:
Population sans accès à l’assainissement: 13% ingouche)
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 1,1% Régime politique: république fédérale
Données correspondants à la Fédération Russe (Tchétchénie: république islamiste non re-
connue officiellement)

Après treize ans de conflits permanents consécutifs à la guerre de 1994, la région du Caucase Nord commence à connaître une stabilité
timide et les réfugiés tchétchènes évalués à plus de 200 000 entreprennent de regagner leurs régions d’origine. En 2006, les camps de
réfugiés d’Ingouchie ont été fermés définitivement et aujourd’hui, des milliers de tchétchènes tentent de recommencer à vivre dans des
conditions très précaires. Ils ont pour la plupart perdu leurs moyens d’existence (champs minés, vente de leur capital productif) et aux
conséquences psychologiques de la guerre s’ajoutent des infrastructures sanitaires et sociales encore déficientes.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffres clefs
• Distribution d’aliments aux populations Début de la mission: 1999
déplacées Zones d’intervention: Nazran (In-
Fédération Russe
• Distribution de biens de base non alimen- gouchie), Grozny, Itum Kale, Shatoi, Sha-
Moscou
taires roi (Tchétchénie)
• Mise en œuvre d’activités agricoles géné- Ressources humaines:
ratrices de revenus (micro entreprises) • Expatriés: 3
• Personnel National: 42
EAU ET ASSAINISSEMENT Kazakhstan
Destinataires: 32 956 personnes
• Reconstruction y réhabilitation de points
Financement: ECHO, DAH, Coopéra-
d’eau, chauffage et latrines en hôpitaux,
écoles et logements tion norvégienne, donateurs privés
• Distribution de matériel de nettoyage et
de désinfection des écoles
• Ateliers de promotion d’hygiène et distri-
bution de kits de nettoyage
PRISE EN CHARGE
PSYCHOLOGIQUE
• Appui psychosocial aux groupes les plus
vulnérables et prise en charge spéciale de
la relation mère-enfant
• Prévention de la malnutrition et de mala-
dies infantiles à travers l’amélioration des
soins apportés aux enfants, les pratiques
d’allaitement maternel et l’alimentation
complémentaire
• Groupes de discussion
• Appui à une ONG locale

Le soutien psycho-social destiné à améliorer les re-


lations mère-enfant est l’une des activités clés de
cette mission.

21
ASIE

Géorgie Espagne

Capitale: Tbilissi Espérance de vie à la naissance: 70


Population: 4,6 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 41
Superficie: 69 700 km². Taux d’alphabétisation: 100%
Langue: géorgien, russe PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 3 365
Régime politique: république présiden- Indice de Développement Humain: 0,754 (96ème sur 177)
tielle Population en dessous du seuil de pauvreté: info non disponible
Population sans accès à l’eau potable: 18%
Population sans assainissement de base: 6%
Taux de malnutrition infantile chronique: 15%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,2%

Anciennement l’une des régions les plus prospères sous l’ère soviétique grâce aux exportations agricoles et à son potentiel touristique, les
indicateurs socioéconomiques de la Géorgie se sont cependant dégradés progressivement depuis son indépendance. Suite au cessez-le-feu
observé par les Nations Unies après la guerre, la querelle entre la Géorgie et la République sécessionniste d’Abkhazie n’a toujours pas
trouvé de solution et a entraîné le déplacement de 240 000 personnes.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Fédération Russe
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffres clefs
• Activités Génératrices de Revenus Début de la mission: 1995
• Renforcement de la production agricole Zones d´intervention: Abkhazie, Kve-
• Appui aux fournisseurs de services agri- mo Kartli, Samegrelo-Upper Svanetia
Géorgie coles Ressources humaines:
Tbilisi • Création d’un réseau d’information et de • Expatriés: 8
diffusion • Personnel National: 70
Destinataires: 33 950 personnes
Turquíe CONSTRUCTION DE LA PAIX
Arménie FINANCEMENT: SDC, ECHO, EC
• Associations de jeunes
Azerbaïdjan • Formation en matière de résolution de
conflits
• Projets entre communautés en conflit
DÉVELOPPEMENT
COMMUNAUTAIRE
• Développement de capacités au niveau
communautaire
• Renforcement de la participation de la
communauté dans la prise de décisions
• Développement de plans communautaires
• Projets communautaires
• Coordination et participation des auto-
rités locales au développement commu-
nautaire

Le renforcement de la production agricole est essen-


tiel afin de garantir l’autonomie des agriculteurs les
plus pauvres.

22
AMÉRIQUE

Guatemala
CENTRALE

Espagne

Espérance de vie à la naissance: 69,7 Capitale: Guatemala


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 32 Population: 12 millions
Taux d’alphabétisation: 69,1% Superficie: 105 890 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 4 568 Langues: espagnol, 23 langues autochtones
Indice de Développement Humain: 0,689 (118ème sur 177) Régime politique: république présidentielle
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 56,2%
Taux de malnutrition infantile chronique: 54%
Population sans accès à l’eau potable: 5%
Population sans assainissement de base: 14%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,9%

Deuxième pays le plus pauvre d’Amérique Latine après Haïti, le Guatemala a un taux de malnutrition infantile chronique de 54%. Ce
chiffre déjà alarmant risque de s’alourdir en raison de la crise mondiale du prix des aliments de base, nouveau défi auquel doit faire face
ce pays d’Amérique Centrale. A la profonde pauvreté structurelle du pays, s’est ajouté un contexte défavorable au cours de ces cinq der-
nières années. Des catastrophes naturelles majeures comme l’ouragan Mitch ou la tempête Stan ont touché des milliers de personnes, en
particulier dans le département de San Marcos, le plus pauvre du pays.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Belize

NUTRITION ET SANTÉ les zones de recharge d’aquifère


• Enquêtes nutritionnelles • Promotion des bonnes pratiques d’hygiène
Mexique
• Etudes de vulnérabilité de la sécurité ali- • Renforcement de l’organisation communau-
mentaire et nutritionnelle taire pour la gestion des ressources en eau
• Appui au Ministère de la Santé pour le dé- PRÉVENTION DES CATASTROPHES
veloppement de systèmes d’information NATURELLES
Guatemala
et d’alerte précoce en matière de sécurité • Diagnostics de vulnérabilité et cartogra- Guatemala Honduras
alimentaire et nutritionnelle phie des risques
• Education sanitaire et nutritionnelle au • S ystèmes d’alerte précoce et de surveillan-
sein des communautés ce (communication par radio) El Salvador
• Création de Comités d’Eau axés sur la •P  lans de gestion des micro-bassins
durabilité •R  enforcement du système CONRED
• Revalorisation et promotion de la consom- (Agence Nationale de Coordination pour
mation de plantes nutritives locales la Réduction de Catastrophes)
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE • S imulacres et/ou simulations
• Distribution de semences •F  ormation d’équipes de secours
• Formation aux techniques de sélection de va-
riétés de semences locales de grains de base Chiffres clefs
DÉBUT DE LA MISSION: 1998
• Formation en technique et gestion agricole
ZONES D´INTERVENTION: Départements
• Construction de systèmes de mini-irrigation
• Conseil en transformation et commer- de Chiquimula, San Marcos, Huehuetenan-
cialisation de produits agro-pastoraux à go et ville de Guatemala
Ressources humaines:
échelle locale
• Expatriés: 0
• Conservation des sols
• Personnel National: 62
EAU ET ASSAINISSEMENT Destinataires: 101 468 personnes.
• Réhabilitation de réseaux d’eau FINANCEMENT: AECID, Commission Euro-
• Construction de latrines ventilées péenne, ECHO, PNUD, PRESANCA, Gou-
• Formation d’agents d’assainissement vernement de Navarre, FAO, Action Contre
• Formation et équipement de plombiers la Faim Espagne.
• Protection des ressources naturelles dans

Simulation d’une situation d’urgence dans une


école de Tecún Umán, au Guatemala.
(Photographie : Alejandra Mahiques).

23
AFRIQUE

Guinée Espagne

Capitale: Conakry Espérance de vie à la naissance: 55


Population: 8,8 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 150
Superficie: 245 587 km². Taux d’alphabétisation: 29,5%
Langue: français (officiale), fulani, mandinka, PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2.316
susu, kissi, pular, autres. Indice de Développement Humain: 0,456 (160ème sur 177)
Régime politique: repúblique presidentielle Population en dessous du seuil de pauvreté national: 40%
Population sans accès à l’eau potable: 50%
Population sans assainissement de base: 82%
Taux de malnutrition infantile chronique: 39%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 1,5%

La Guinée Conakry doit faire face à une sévère crise politique et économique rendant encore plus difficile l’accès de la population aux
biens de première nécessité. Bien que pays riche en ressources naturelles, la Guinée n’en est pas moins l’un des plus pauvres au monde.
82% de la population est privée d’accès à l’assainissement, ce qui provoque des épidémies chroniques de cholera et de méningite. En dépit
de sa situation fragile, le pays accueille encore près de 15 000 réfugiés venant du Liberia et de Côte d’Ivoire, qui s’intègrent par vagues, ou
reviennent à leur terre natale.

Sénégal ACTIVITÉS PRINCIPALES


NUTRITION dans l’un des camps de réfugiés en Gui-
• Appui aux centres de formation et de ré- née Forestière.
habilitation nutritionnelle à Conakry • Réhabilitation des points d’eau dans les
Guinée • Sensibilisation et formation en matière de zones rurales
Conakry pratiques nutritionnelles • Réhabilitation de fontaines publiques
• Formation du personnel des structures de dans les zones touchées par le cholera à
santé dans la prévention et la détection de Conakry
Sierra la malnutrition • Construction de latrines
Leone • Enquêtes nutritionnelles selon la métho- • Promotion de bonnes pratiques hygiéni-
de SMART ques
Libéria • Appui et conseil au protocole national de • Gestion des déchets solides et cliniques
traitement de la malnutrition dans les zones rurales
• Collaboration avec l’UNICEF durant l’in-
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
tervention à Conakry lors de la dernière
• Contrôle de la distribution de nourriture
épidémie de cholera
dans les camps de réfugiés
• Activités génératrices de revenus Chiffres clefs
• Distribution de semences et outils agri- DÉBUT DE LA MISSION: 1995
coles ZONES D´INTERVENTION: N’Zérékoré, Kissi-
• Programmes de reboisement dougou, Guéckédou et Conakry
• Réhabilitation de l’agriculture dans les zo- Ressources humaines:
nes inondées • Expatriés: 9
• Distribution de nourriture en Guinée Fo- • Personnel National: 153
restière suite à la crise économique et à la Destinataires: 127 262 personnes
grève générale FINANCEMENT: HCR, DFID, ECHO, AE-
• Activités de Nourriture contre Travail CID, Programme Alimentaire Mondial,
dans les zones rurales Gouvernement de Navarre, Fondation La
EAU, ASSAINISSEMENT, Caixa, FAO.
ET HYGIÈNE
• Alimentation en eau potable, entretien
des puits et gestion des déchets solides

Formation sur l’évaluation et l’analyse de la gestion


de l’eau, l’assainissement et la sécurité alimentaire
dans les régions les plus pauvres du pays.

24
AMÉRIQUE

Haïti
CENTRALE

France

Espérance de vie à la naissance: 59 Capitale: Port-au-Prince


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 120 Population: 9,5 millions
Taux d’alphabétisation: 51,9% Superficie: 27 560 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 663 Langue: français et créole
Indice de Développement Humain: 0,529 (146ème sur 177) Régime politique: république présidentielle
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 65%
Taux de malnutrition infantile chronique: 28%
Population sans accès à l’eau potable: 46%
Population sans assainissement de base: 70%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 3,8%

Depuis deux siècles, les régimes autoritaires, les guerres civiles et les occupations extérieures se succèdent à Haïti, première république
noire de l’histoire: deux-cents ans d’espoirs perdus. Aujourd’hui, les haïtiens survivent dans la misère la plus absolue. Le déclin que connaît
l’agriculture de subsistance du pays le plus pauvre d’Amérique Latine est dû à une baisse de la productivité dont les causes sont la défores-
tation et la fragilisation de la terre. À cette dégradation environnementale s’ajoute une instabilité sociale et politique qui entraîne des crises
alimentaires constantes pour plus de la moitié de la population vivant sous le seuil de la pauvreté.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Eau et Assainissement Chiffres clefs
• Réhabilitation des réseaux d’eau et for- Début de la mission: 1985 Cuba
mation de la population pour leur gestion Zones d’intervention: Port-de-Paix et
durable Saint-Louis du Nord
• Renforcement des capacités des autorités Ressources humaines:
locales en gestion de réseaux d’eau • Expatriés: 5 République
Puerto Príncipe Dominicaine
• Ateliers de promotion de l’hygiène pour • Personnel National: 32
la population Destinataires: 73 533 personnes Haïti
• Amélioration de l’accès aux infrastructu- Financement: Union Européenne, UNICEF,
res sanitaires de base Mairie de Paris, donateurs privés
• Enquêtes et analyse concernant les liens
entre pauvreté, exode rurale et impact en-
vironnemental
Prévention des catastrophes
• Réponse humanitaire aux désastres na-
turels qu’a connu le pays aux cours des
dernières décennies.
• Création d’un stock d’urgence
• Mitigation des risques et renforcement
des comités locaux de protection civile

Remise en état et entretien de l’un des points d’eau


à Port-au-Prince, la capitale du pays.

25
ASIE

Indonésie France

Capitale: Jakarta Espérance de vie à la naissance: 69


Population: 231 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 36
Superficie: 1 811 750 km² Taux d’alphabétisation: 90,4%
Langue: indonésien PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 3 843
Régime politique: république présidentielle Indice de Développement Humain: 0,728 (107ème sur 175)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 27,1%
Population sans accès à l’eau potable: 23%
Population sans assainissement de base: 44%
Taux de malnutrition infantile chronique: 29%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

L’île de Sumatra connaît des catastrophes naturelles permanentes, la dernière étant le séisme d’une magnitude de 6,3 en mars dernier qui a
fait plus de 50 morts. À cette instabilité qui empêche la population vulnérable de se remettre complètement, s’ajoute une inflation de 30%
sur les aliments de base comme le riz provoquant ainsi une augmentation considérable du nombre de personnes vivant sous le seuil de la
pauvreté, à savoir presque un tiers des indonésiens actuellement, soit plus de cinquante millions de personnes.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffres clefs
• Activités Génératrices de Revenus Début de la mission: 1997
Malaisie
Malaisie • Projet Argent contre Travail Zones d’intervention: Ile de Timor
• Distribution de semences et outils agri- Ouest, Jakarta
coles Ressources humaines:
Borneo
• Expatriés: 6
Sumatra Sulawesi EAU ET ASSAINISSEMENT
• Personnel National: 46
Jakarta Moluques • Construction et réhabilitation de points
Destinataires: 73 533 personnes
d’eau
Indonésie Timor Financement: ECHO, UNICEF, AQUA,
PRÉVENTION DES CATASTROPHES AECID, CIDA, PAM, donateurs privés
• Création d’un stock d’urgence pour in-
tervenir rapidement en cas de désastre
naturel
• Analyse et suivi des zones les plus vulné-
rables face aux désastres
• Amélioration de la capacité organisation-
nelle de la population des quartiers les
plus pauvres de Djakarta pour faire face
aux inondations et autres désastres

Enfants indonésiens dans la région d’intervention


après le tremblement de terre du mois de mars.

26
AFRIQUE

Kenya États Unis

Espérance de vie à la naissance: 52,1 Capitale: Nairobi


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 120 Population: 32,7 millions
Taux d’alphabétisation: 73,6% Superficie: 580 370 Km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 240 Langue: anglais, swahili (officielles), nom-
Indice de Développement Humain: 0,521 (148ème sur 177) breuses langues indigènes (kikuyu, kamba…).
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 52%
Population sans accès à l’eau potable: 39%
Population sans assainissement de base: 57%
Taux de malnutrition infantile chronique: 36%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 6,1%

Même si les conséquences de la sécheresse de 2005 et la crise de 2006 appartiennent déjà à l’histoire ancienne, la situation reste critique
pour la population vivant au nord-est du Kenya, l’une des plus pauvres du pays en raison de l’aridité du sol. En dépit d’afficher l’un des
développements les plus rapide au cours des dernières années par rapport aux autres pays africains, la moitié des kenyans continue à vivre
sous le seuil de la pauvreté et plus d’un tiers ne possède ni eau potable ni assainissement élémentaire.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
NUTRITION Chiffres clefs
• Enquêtes nutritionnelles Début de la mission: 2002 Ouganda
• Programmes de nutrition thérapeutique Zones d’intervention: Nord du pays
• Appui et formation du personnel du mi- (Mandera-Garissa) Kenya
nistère de la Santé Ressources humaines:
• Appui au développement d’un protocole • Expatriés: 12
national pour le traitement de la malnutri- • Personnel National: 200
tion et du sida Destinataires: 49 000 personnes Nairobi

• Formation en santé Financement: ECHO, UNICEF, OFDA,


EAU ET ASSAINISSEMENT DFID, donateurs privés Tanzanie
• Réhabilitation de points d’eau
• Construction de réserves souterraines
• Formation en santé et promotion de l’hy-
giène
• Construction de latrines
• Traitement et contrôle des ressources hy-
driques
• Création d’un comité de gestion de l’eau

Le traitement ambulatoire de la malnutrition


aiguë permet de soigner plus d’enfants et de prévenir
la maladie dans bien des cas.

27
ASIE

Laos France

Capitale: Vientiane Espérance de vie à la naissance: 63


Population: 5,8 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 79
Superficie: 230 860 km² Taux d’alphabétisation: 68,7%
Langue: lao PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2 039
Régime politique: démocratie populaire Indice de Développement Humain: 0,601 (130ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 38,6%
Population sans accès à l’eau potable: 49%
Population sans assainissement de base: 70%
Taux de malnutrition infantile chronique: 48%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

Le Laos est le pays le moins développé du sud-est asiatique avec une infrastructure d’assainissement qui ne parvient à couvrir que 30% de
sa population. Ses habitants proviennent principalement de minorités ethniques et vivent dans des zones isolées rendant leurs conditions
de vie difficiles et empêchant une couverture nationale de leurs besoins élémentaires. Après plusieurs décennies de régimes totalitaires, le
gouvernement continue à exercer un contrôle étroit sur la population.

Vietnam ACTIVITÉS PRINCIPALES


Myanmar SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffres clefs
• Mise en œuvre de projet de Nourriture Début de la mission: 1991
contre Travail Zones d’intervention: Thathom et
Laos • Accroissement des surfaces de riz irri- Luang Namtha
Vientiane guées Ressources humaines:
• Distribution de semences et outils agri- • Expatriés: 7
Malaisie
coles • Personnel National: 110
Thaïlande Destinataires: 32 345 personnes
EAU ET ASSAINISSEMENT
Financement: ECHO, EuropeAid, PAM,
• Construction et réhabilitation de points
d’eau et de systèmes d’irrigation par gra- BRITA, The Bridge, Concern, dons privés
Cambodge
vitation
•P  romotion de l’hygiène et de la santé pour
la prévention de la malaria et des maladies
liées aux eaux sales
•F  ormation de comités de l’eau pour la
gestion des infrastructures

Une femme remplit un seau d’eau dans l’un des


puits construits par Action Contre la Faim avec le
soutien financier de l’Union Européenne.

28
ASIE

Les Philippines Espagne

Espérance de vie à la naissance: 71 Capitale: Manille


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 25 Population: 82,2 millions
Taux d’alphabétisation: 92,6% Superficie: 299 000 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 5 137 Langues: philippin (tagalog), anglais
Indice de Développement Humain: 0,771 (90ème sur 177) Régime politique: république présiden-
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 36,8% tielle
Taux de malnutrition infantile chronique: 34%
Population sans accès à l’eau potable: 15%
Population sans assainissement de base: 28%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

Les conséquences des typhons de 2006, combinées à l’instabilité politique du pays, montrent une fois de plus la fragilité d’une nation
exposée en permanence à des catastrophes naturelles et des conflits intestinaux. Les Philippines font également partie des pays du monde
à la plus forte densité démographique, un facteur qui ne fait que renforcer sa vulnérabilité. Sur une population de plus de quatre-vingt
millions d’habitants, un tiers vit en dessous du seuil de pauvreté national.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE • Promotion du dialogue entre les commu-
• Rétablissement des capacités de produc- nautés touchées par le conflit Manille
tion agricole des familles déplacées • Assistance aux communautés pour faire
• Diversification de l’agriculture et de la face aux conflits internes et externes
production
• Formation de femmes et adolescentes à
Chiffres clefs Les Philippines
DÉBUT DE LA MISSION: 2000
divers métiers
ZONES D´INTERVENTION: Mindanao du
• Activités Génératrices de Revenus Brunei
Centre, Région de Caraga, Région de Bicol
• Distribution d’engrais, semences, bétail et
Ressources humaines:
autres ressources agricoles Malaisie
• Expatriés: 6 Indonésie
• Formations
• Personnel National: 90
• Activités liées à la pêche
Destinataires: 80 000 familles
EAU ET ASSAINISSEMENT FINANCEMENT: Commission Européenne,
• Construction et réhabilitation de puits AECID, PACAP, Action Contre la Faim
• Création de Comités d’Eau Espagne, Généralité de Valence
• Amélioration de réseau d’eau gravitaire
• Systèmes de récupération d’eau de pluie
et réservoirs
• Protection des sources
• Formation aux bonnes pratiques sanitai-
res et hygiéniques
• Distribution de kits d’hygiène
• Gestion des déchets solides
PRÉVENTION DES CATASTROPHES
• Formation en matière de réaction aux
situations d’urgence à tous les niveaux:
régional, provincial, municipal et com-
munautaire
• Travaux de mitigation
CONSTRUCTION DE LA PAIX
Distribution d’eau potable aux populations tou-
chées par le passage du typhon Dorian en 2007.
(Photographie : Basilio Rodríguez).

29
AFRIQUE

Lesotho Espagne

Capitale: Maseru Espérance de vie à la naissance: 42,6


Population: 1,8 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 132
Superficie: 30 355 km² Taux d’alphabétisation: 82,2%
Langues: anglais et sesotho PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 3 335
Régime politique: monarchie constitution- Indice de Développement Humain: 0,549 (138ème sur 177)
nelle Population sans accès à l’eau potable: 21%
Population sans assainissement de base: 63%
Taux de malnutrition infantile chronique: 53%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 23,2%

Le Lesotho, l’un des plus petits pays du continent africain, est une enclave cerclée par l’Afrique du Sud et occupe le deuxième rang mondial
en termes de personnes atteintes du VIH/SIDA, seulement devancé par son voisin, le Swaziland. Le pays connaît en outre des taux de
malnutrition infantile très élevés et une quantité d’orphelins en augmentation constante. La faim et le sida sont deux pandémies étroite-
ment liées: un enfant séropositif est davantage exposé au risque de souffrir de malnutrition aiguë modérée et lorsqu’elle devient sévère,
son système immunologique est si affaibli que des maladies opportunistes comme la tuberculose ou la pneumonie peuvent apparaître et
entraîner la mort de l’enfant. Combattre la malnutrition constitue donc un axe fondamental dans la lutte contre le sida.

Swaziland ACTIVITÉS PRINCIPALES


Afrique du Sud NUTRITION ET SANTÉ Chiffres clefs
• Rétablissement d’un système de sur- DÉBUT DE LA MISSION: 2007
veillance durable pour détecter les cas de Zones d´intervention: tout le pays
Maseru malnutrition infantile. Ressources humaines:
•F  ormation au traitement de la malnutri- • Expatriés: 3
Lesotho tion du personnel sanitaire et commu- • Personnel National: 11
nautaire, dans la ligne de protocoles de Destinataires: 5 254 personnes
traitement adaptés. FINANCEMENT: ECHO, AECID, USAID
•P  articipation au lancement d’une enquête
Afrique du Sud sur la nutrition et la mortalité à échelle
nationale
• I ntégration des notions de nutrition et de
mortalité dans les enquêtes du Program-
me Alimentaire Mondial et les analyses de
vulnérabilité
•A  ssistance technique au Ministère de la
Santé

Une mère donne du lait thérapeutique à sa fille


mal nourrie.
(Photographie : María Pérez Negro)

30
ASIE

Liban Espagne

Espérance de vie à la naissance: 71,5 Capitale: Beyrouth


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 27 Population: 3,8 millions
Taux d’alphabétisation: 86% Superficie: 10 452 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 5 584 Langue: arabe
Indice de Développement Humain: 0,772 (88ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté: non disponible
Population sans accès à l’eau potable: 0%
Population sans assainissement de base: 2%
Malnutrition chronique: 6%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

Le conflit de 34 jours de l’été dernier, qui a poussé la grande majorité des habitants du sud du pays à abandonner leur maison pendant
des mois, a eu de Lourdes conséquences concernant le secteur agro-pastoral de la région. Les agriculteurs n’ayant pu récolter pendant le
conflit, nombre des cultures ont été perdues. Quelques mois plus tard, la situation s’est encore aggravée par la présence de mines et de
munitions qui n’ont pas explosées dans les champs. Un an plus tard, le risque reste très élevé pour la population agricole qui cultive ses
terres, alors que l’incertitude sur une détérioration de la situation politique maintient toute la population du sud en alerte.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffres clefs
• Distribution de chèvres et de produits vé- Début de la mission: 2006
térinaires à plus de 800 agriculteurs dans Zones d´intervention: Bint Jbeil, Has-
15 villages de la région baya et Marjayoun, dans la région de Na- Liban
• Distribution de semences, outils agrico- batiyeh Beyrouth
les, engrais et arbres fruitiers Ressources humaines:
• Distribution de kits d’irrigation à plus de • Expatriés: 2 Syrie
400 agriculteurs dans 21 villages de la ré- • Personnel National: 15
gion Destinataires: 20 200
• Appui et Formation sur les techniques Financement: ECHO, AECID, donation
agricoles et agro-pastorales nord-américaine privée Israël
• Contrôle et suivi de l’impact du conflit
un an après

Action Contre la Faim apporte son soutien tech-


nique aux agriculteurs touchés par le conflit qui se
déroule dans le sud du pays.
(Photographie : Alicia García)
31
AFRIQUE

Libéria France

Capitale: Monrovia Espérance de vie à la naissance: 42,4


Population: 3,6 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 235
Superficie: 96 320 Km² Taux d’alphabétisation: 55,9%
Langue: anglais (officielle) PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 130
Indice de Développement Humain: Non disponible
Population en dessous du seuil de pauvreté national: non disponible
Population sans accès à l’eau potable: 38%
Population sans assainissement de base: 74%
Taux d’alphabétisation: 46%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 5,9%

Malgré la stabilité relative du pays obtenue notamment grâce à l’accord de paix signé en 2003, les 14 années de guerre ont ruiné le Libéria
et les séquelles laissées par tant d’années de conflit vont tarder à disparaître. Le Libéria ne possède pas de structures publiques ou privées
capables de lutter contre la malnutrition aiguë et selon une enquête réalisée par ACF à Monrovia, deux enfants sur dix de moins de cinq
ans souffrent de malnutrition aiguë globale.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Guinée
Sierra NUTRITION Chiffres clefs
Leone • Développement d’un Centre de Nutrition Début de la mission: 1991
Thérapeutique à Monrovia Zones d’intervention: Nimba, Lofa, Bong
• Traitement à domicile de la malnutrition Ressources humaines:
Côte • Appui psychosocial aux personnes souf- • Expatriés: 15
Monrovia
d’Ivoire
frant de malnutrition. • Personnel National: 240
Libéria SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Destinataires: 71 013 personnes
Financement: ECHO, DAH, DFID, SDC,
• Appui aux initiatives locales de démarrage
d’activités agricoles donateurs privés, PAM, UNICEF
• Distribution de semences et outils agri-
coles
• Réhabilitation de rizières
• Programmes de Nourriture contre Tra-
vail
•F  ormation en activités agricoles
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Construction et réhabilitation de points
d’eau
• Suivi et évaluation de la qualité de l’eau
• Formation de comités de l’eau
• Distribution de kits d’hygiène
• Formation de vendeurs de pièces de re-
change de systèmes d’eau
• Ateliers de promotion de l’hygiène

L’équipe d’Action Contre la Faim a augmenté la


distribution de lait thérapeutique face à l’accroisse-
ment de la malnutrition à Monrovia.

32
AFRIQUE

Malawi Espagne

Espérance de vie à la naissance: 39,8 Capitale: Lilongwe


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 175 Population: 12,3 millions
Taux d’alphabétisation: 64,1% Superficie: 94 080 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 667 Langues: anglais, chichewa
Indice de Développement Humain: 0,437 (164ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 65,3%
Population sans accès à l’eau potable: 27%
Population sans assainissement de base: 39%
Taux de malnutrition infantile chronique: 53%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 14,1%

Suite à la grave crise alimentaire de 2005 causée par la sécheresse et les mauvaises récoltes, la population malawite a su s’en sortir, et en
deux ans, les taux de malnutrition et de sécurité alimentaire se sont considérablement améliorés. Le gouvernement malawite, en collabo-
ration avec les organisations internationales, a mis en place un système de contrôle et de suivi nutritionnel à échelle nationale permettant
de déclencher l’alerte en cas de nouvelle crise avant qu’il ne soit trop tard. Il reste cependant beaucoup à faire. En dépit des efforts de ces
dernières années, plus de la moitié des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique, et à ce taux s’ajoute celui de la
prévalence du VIH/SIDA, qui touche 14% de la population.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
NUTRITION ET SANTÉ Chiffres clefs Mozambique Tanzanie
• Appui au Ministère de la Santé pour la dé- DÉBUT DE LA MISSION: 2002
tection et le traitement de la malnutrition ZONES D´INTERVENTION: tout le pays, 28
• Appui aux Unités de Réhabilitation Nu- districts Malawi
tritionnelle pour l’application des proto- Ressources humaines:
coles nationaux de traitement de la mal- • Expatriés: 6 Lilongwe
nutrition • Personnel National: 70
• Suivi de l’état nutritionnel et système Destinataires: 40 000 personnes.
d’alerte FINANCEMENT: Union Européenne, Natio-
• Recherche et analyse des liens entre VIH/ nal AIDS Commission (NAC), UNICEF,
SIDA et malnutrition, et sur les soins Programme Alimentaire Mondial, AECID, Mozambique
adaptés pour traiter les enfants séroposi- ACCD
tifs et dénutris
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE :
• Suivi de la sécurité alimentaire et système
d’alerte
• Appui au Ministère de l’Agriculture et au
personnel spécialisé en sécurité alimen-
taire
• Promotion de la diversification agricole à
travers l’introduction de nouvelles varié-
tés de semences et de nouveaux systèmes
d’irrigation.
• Distribution de semences, outils agricoles
et matériel d’irrigation
• Retour à l’agriculture destiné particulière-
ment aux familles touchées par le VIH/
SIDA

Formation sur la nutrition et la prévention du Sida


donnée aux femmes des communautés rurales de
Kasungu.
(Photographie : Alejandra Mahiques)
33
AFRIQUE

Mali Espagne

Capitale: Bamako Espérance de vie à la naissance: 53,1


Population: 12,7 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 120
Superficie: 1 248 574 km² Taux d’alphabétisation: 24%
Langues: français, bambara, berbère, arabe PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 033
Régime politique: république présidentielle Indice de développement Humain: 0,380 (173ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté: 63,8%
Population sans accès à l’eau potable: 50%
Population sans assainissement de base: 54%
Taux de malnutrition infantile chronique: 43%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 1,7%

Le Mali est l’un des cinq pays les plus pauvres du monde. Ce territoire deux fois la superficie de la France accueille 13 millions d’habitants,
dont plus de la moitié vivent en dessous du seuil de pauvreté national. Sept personnes sur dix vivent avec moins de deux dollars par jour,
une situation de pauvreté structurelle largement aggravée lorsque le pays est touché par des facteurs externes tels que la sécheresse, l’infla-
tion ou la chute des prix. La moitié de la population est privée d’accès à l’eau potable, et plus d’un tiers des enfants de moins de cinq ans
souffre de malnutrition chronique. Le pays fait partie de la région du Sahel, l’une des plus désertiques au monde.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Algérie
NUTRITION • Formation à la bonne gestion des infras-
Mauritanie • Appui pour la mise en place d’un système tructures hydrauliques et d’assainissement
de suivi nutritionnel dans la région de Gao • Formation des organisations de la société
Mali civile dans l’amélioration de l’accès à l’hy-
• Appui à plus de 50 centres de santé pour
le traitement de la malnutrition aiguë dans giène et à l’assainissement
la région de Gao SANTÉ
• Participation à la révision et conclusion du • Sensibilisation et formation dans la pré-
Niger protocole national pour le traitement de la
Bamako vention du VIH/SIDA
malnutrition aiguë (en collaboration avec le • Appui aux centres de santé pour le dia-
Burkina Faso Ministère de la Santé malien et l’UNICEF) gnostic du VIH et le traitement psycho-
Guinée • Formation des mères aux nouvelles prati- social des patients
ques hygiéniques, alimentaires et de soins • Appui aux centres de santé dans la pré-
maternels vention du sida mère-enfant
• Réalisation d’enquêtes nutritionnelles et • Formation et éducation nutritionnelle des
analyse des causes de la malnutrition personnes atteintes du sida
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
• Appui à la diversification du régime ali- Chiffres clefs
DÉBUT DE LA MISSION: 1996
mentaire et de la nourriture
ZONES D´INTERVENTION: Gao, Kidal et Kita
• Amélioration des systèmes de production
Ressources humaines:
agro-pastorale
• Expatriés: 13
• Renforcement des capacités locales et ap-
• Personnel National: 78
pui aux associations rurales
Destinataires: 411 834 personnes
• Amélioration de la sécurité alimentaire
FINANCEMENT: Commission Européenne,
par le biais de réserves de grain, activités
génératrices de revenus, etc. ECHO, AECID, OFDA, Gouvernement
• Collaboration avec le Système de télédétec- de Navarre, Coopération Française, Pro-
tion ou Alerte Précoce pour une meilleure gramme Alimentaire Mondial, FAO, Grupo
analyse des risques pour le pâturage Lábaro, Action Contre la Faim Espagne.
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Construction et réhabilitation de points
d’eau et de latrines
Action Contre la Faim réhabilite et construit des
puits dans les zones de passage des populations
pastorales. (Photographie : Karine da Rocha)

34
AFRIQUE

Mauritanie Espagne

Espérance de vie à la naissance: 63,2 Capitale: Nouakchott


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 102 Population: 3,1 millions
Taux d’alphabétisation: 51,2% Superficie: 1 030 400 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2 234 Langue: arabe
Indice de Développement Humain: 0,550 (137ème sur 177) Régime politique: république islamique
Population en dessous du seuil de pauvreté: 46,3%
Population sans accès à l’eau potable: 47%
Population sans assainissement de base: 66%
Taux de malnutrition infantile chronique: 40%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,7%

La Mauritanie fait partie, avec le Niger et le Mali, de la région du Sahel, une frange semi-désertique au sud du Sahara. En raison de sa
situation géographique, les trois millions de mauritaniens se partagent entre population arabe berbère du nord et population noire du
sud. C’est l’un des pays les plus pauvres au monde, et paradoxalement, depuis 2006, il est également exportateur de pétrole. Sur ce vaste
territoire désertique, seuls 0,5% des sols sont exploitables pour la production agricole, et les ressources en eau sont très rares: 47% de la
population est privée d’accès à l’eau potable.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
NUTRITION Chiffres clefs
• Enquête sur la nutrition et la mortalité DÉBUT DE LA MISSION: 2007 Sahara
au sud du pays, où 15% de la population ZONES D´INTERVENTION: Nouakchott (Mis-
infantile souffre de malnutrition aiguë sion) et Kaedi (Région de Gorgol)
modérée. Ressources humaines: Mauritanie
• Expatriés: 5
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Nouakchott
• Personnel National: 25
• Appui aux associations de femmes pour
Destinataires: 22 000 personnes
l’amélioration des systèmes de production
FINANCEMENT: AECID, UNICEF
et d’horticulture dans 26 communautés
• Evaluation dans les zones de production
agricole (enquête, formation et diagnostic Sénégal Mali
participatif)
• Appui dans la gestion des réserves ali-
mentaires.
• Amélioration technique des systèmes de
production agricole.
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Enquête et évaluation des infrastructures
hydrauliques et analyse de la qualité de
l’eau dans le pays

Un groupe de femmes apprend à travailler la terre


dans la région de Kaedi, au sud du pays.
(Photographie : Jean Nordmann)

35
ASIE

Mongolie France

Capitale: Oulan-Bator Espérance de vie à la naissance: 66


Population: 2,6 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 49
Superficie: 1 566 500 km² Taux d’alphabétisation: 97,8%
Langue: mongol khalkha PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2 107
Régime politique: république parlementaire Indice de Développement Humain: 0,700 (114ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 36,1%
Population sans accès à l’eau potable: 38%
Population sans assainissement de base: 41%
Taux de malnutrition infantile chronique: 24%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: <0,1%

À l’échelle mondiale la Mongolie possède la plus faible densité de population. Il s’agit d’un vaste territoire dépourvu de tout accès maritime
avec des hivers extrêmement rigoureux et des étés très secs. Ce climat très hostile a entraîné la mort en 1999 de 25% des têtes de bétail
du pays, contraignant ainsi de nombreux éleveurs et agriculteurs à émigrer vers les villes. Cette crise a progressivement accru drastique-
ment la population urbaine avec, comme conséquence, davantage d’habitants vivant sous le seuil de la pauvreté (de 14% en 1991 à 50%
aujourd’hui).

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Russie
NUTRITION Chiffres clefs
• Création d’unités de promotion de la nu- Début de la mission: 2001
trition Zones d’intervention: Oulan-Bator et
Oulan-Bator
• Formation de personnel sanitaire en trai- Bayan Olgi
tement de la malnutrition sévère Ressources humaines:
Mongolie • Distribution de rations sèches d’aliments • Expatriés: 4
• Formation en habitudes nutritionnelles, • Personnel National: 32
hygiène et santé Destinataires: 9 189 personnes
• Traitement de la malnutrition aiguë sévère Financement: Union des Banques Suisses,
Chine chez les enfants de moins de 5 ans Fondation Tolkien, donateurs privés
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
• Distribution d’aliments
• Appui à la production agricole
• Distribution de semences et outils agri-
coles
• Formation en élevage
• Réhabilitation de petites infrastructures
agricoles
• Distribution et production de fourrage
pour le bétail
• Construction d’abris pour le bétail
• Appui à la production maraîchère
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Amélioration de l’hygiène par le biais de cam-
pagnes de sensibilisation à Oulan-Bator
•R  éhabilitation de points d’eau

Formation sur les bonnes pratiques en matière de


culture des terres.

36
ASIE

Népal France

Espérance de vie à la naissance: 63 Capitale: Katmandou


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 74 Population: 24,7 millions
Taux d’alphabétisation: 48,6% Superficie: 143 000 Km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 550 Langue: népalais
Indice de Développement Humain: 0,534 (142ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 30,9%
Population sans accès à l’eau potable: 10%
Population sans assainissement de base: 65%
Taux de malnutrition infantile chronique: 57%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,5%

La signature de la paix fin 2006 a mis fin à dix années de guerre civile qui ont ruiné la population l’abandonnant à des conditions de vie
précaires. Environ 40% des népalis vivent sous le seuil de pauvreté et le taux de mortalité infantile est l’un des plus élevés du monde. La
terrible sécheresse de 2006 a provoqué une recrudescence de la malnutrition infantile à des niveaux plus élevés que ceux enregistrés au
Darfour.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
NUTRITION Chiffres clefs Chine
• Distribution d’aliments à haute teneur Début de la mission: 2003
protéique pour les enfants et les femmes Zones d’intervention: Mugu et Humla
enceintes ou allaitantes Ressources humaines:
• Formation en santé et nutrition • Expatriés: 8 Népal
• Traitement de la malnutrition aiguë in- • Personnel National: 42
fantile à travers 3 unités thérapeutiques Destinataires: 47 832 personnes Katmandou
mobiles Financement: Gouvernement suisse,
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE gouvernement suédois, gouvernement aus- Inde
• Renforcement de l’agriculture: forma- tralien, ECHO, donateurs privés, Agence
tion aux techniques agricoles (fertilisa- de l’eau Rhin Meuse
tion, pesticides, engrais), distribution de
semences et réhabilitation de systèmes
d’irrigation
• Constitution de troupeaux, formation vé-
térinaire et suivi des troupeaux
• Programme “Nourriture contre travail”
et “Argent contre travail”
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Construction et réhabilitation de points
d’eau
• Construction de latrines
• Création de comités de gestion de l’eau et
distribution de kits d’entretien
• Promotion de l’hygiène

Le lavage des mains constitue un geste primordial


permettant d’empêcher la transmission des mala-
dies.

37
AMÉRIQUE

Nicaragua
CENTRALE

Espagne

Capitale: Managua Espérance de vie à la naissance: 71,9


Population: 5,3 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 30
Superficie: 130 000 km² Taux d’alphabétisation: 76,7%
Langue: espagnol PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 3 674
Régime politique: république présiden- Indice de Développement Humain: 0,710 (110ème sur 177)
tielle Population en dessous du seuil de pauvreté national: 47,9%
Population sans accès à l’eau potable: 21%
Population sans assainissement de base: 53%
Taux de malnutrition infantile chronique: 25%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,2%

Le Nicaragua est l’un des pays les plus pauvres du continent américain, et fait face depuis des années a des problèmes structurels tels
que l’accès à l’assainissement de base, dont est privée plus de la moitié de la population. Bien qu’étant le plus grand pays de la région en
superficie (environ 130 000 km²), le Nicaragua n’en est pas moins l’un des plus vulnérables économiquement: huit habitants sur dix vivent
avec moins de deux dollars par jour. Ces forts taux de vulnérabilité sont ébranlés chaque fois qu’une catastrophe naturelle s’abat sur la
population. En septembre de cette année, l’ouragan Félix a frappé plus d’un demi million de Nicaraguayens.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
NUTRITION construction de latrines et relance de la
Honduras • Appui à l’élargissement des services de production agricole.
couverture du premier niveau de soins
Chiffres clefs
avec FamiSalud
DÉBUT DE LA MISSION: 1996
• Recherche pour la définition d’indicateurs nu-
ZONES D´INTERVENTION: Managua, Dépar-
tritionnels au niveau régional avec NicaSalud
Nicaragua tements de Madriz, Chontales, Río San Juan
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE et RAAN (Région Autonome de l’Atlanti-
Managua • Appui à la gestion locale des ressources que Nord)
naturelles et agricoles: arpentage et carto- Ressources humaines:
graphie participative. • Expatriés: 5
Costa Rica • Recherche appliquée d’outils participatifs • Personnel National: 40
pour la gestion locale des ressources na- Destinataires: 74 667 personnes
turelles. FINANCEMENT: FamiSalud/USAID, Coali-
• Diversification de l’activité agricole via tion pour l’accès à la terre, Ambassade de
l’installation de systèmes d’irrigation fa- France, Communauté Autonome de Ma-
miliaux et communaux drid, AECID, Université Politechnique de
• Appui à des associations de femmes pour Madrid, Gouvernement de Navarre, AD-
le développement d’agrocommerces. HIS, Castille La Manche, ECHO, HIPRA,
• Projets de diversification de l’élevage SISCA/PRESANCA
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Renforcement des capacités municipales
dans la gestion des réseaux d’eau et d’as-
sainissement du secteur rural.
• Appui à l’élargissement des services de
couverture du premier niveau de soins
avec FamiSalud en matière de santé envi-
ronnementale.
URGENCE
• Aide aux victimes de l’ouragan Félix: dé-
sinfection et réhabilitation des puits, re-
Dépôts d’eau installés lors du passage de l’ouragan
Félix à Puerto Cabezas, dans la région autonome
de l’Atlantique nord (Puerto Cabezas).

38
AFRIQUE

Niger Espagne

Espérance de vie à la naissance: 41,8 Capitale: Niamey


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 150 Population: 14,4 millions
Taux d’alphabétisation: 28,7% Superficie: 1 267 000 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 750 Langue: français
Indice de Développement Humain: 0,374 (174ème sur 177) Régime politique: république parlementaire
Population en dessous du seuil de pauvreté: 63%
Population sans accès à l’eau potable: 41%
Population sans assainissement de base: 87%
Taux de malnutrition infantile chronique: 54%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 1,1%

Cette année, le Niger a quitté la dernière place au classement annuel établi par le Programme des Nations Unies pour le Développement.
Le taux de malnutrition reste néanmoins en constante augmentation: plus de la moitié des enfants de moins de cinq ans souffrent de ce
fléau. En raison d’une forte dépendance aux facteurs climatiques, et d’une faible diversification de son économie, le pays est régulièrement
confronté à des crises alimentaires. Ce drame pourrait être atténué par la création de banques céréalières assurant un approvisionnement
tout au long de l’année, et par l’application de mesures protectionnistes freinant la volatilité des prix.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
NUTRITION duction agro-pastorale des familles les Algérie
• Traitement de la malnutrition aiguë sé- plus vulnérables.
vère dans 2 centres de réhabilitation nu- • Activités Génératrices de Revenus
tritionnelle en collaboration avec Action • Application du Système d’Information
Contre la Faim. Géographique pour identifier les zones Niger
• Appui de 31 centres nutritionnels ambu- touchées par la sécheresse, ainsi que cel-
latoires en milieu rural. les les plus adaptées au pâturage
• Traitement de la malnutrition infantile Système d’alerte précoce Niamey
modérée et sévère. des crises alimentaires
• Formation du personnel sanitaire public au • Appui à la production et commercialisation
sein des centres de santé et des hôpitaux Nigéria
de produits de base tels que les dattes et le sel
dans le traitement de la malnutrition aiguë. • Formation à la valorisation des produits
• Formation des volontaires communautai- locaux
res à la détection et au diagnostic de la • Ateliers de formation aux bonnes prati-
malnutrition aiguë. ques alimentaires, techniques agricoles,
• Réalisation d’enquêtes nutritionnelles gestion des biens de production et ren-
dans différentes provinces du pays. forcement des capacités locales.
• Formation de la population aux bonnes pra- • Campagne Advocacy
tiques nutritionnelles et planning familial.
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffres clefs
DÉBUT DE LA MISSION: 1997
• Appui aux provisions de céréales
ZONES D´ INTERVENTION: Tahoua, Maradi
• Distribution de la nourriture
Ressources humaines:
• Programme “Argent contre Travail” (re-
• Expatriés: 16
tour à la terre et reboisement)
• Personnel National: 189
• Distribution de semences enrichies à plus
Destinataires: 264 600 personnes
de 3 000 agriculteurs
FINANCEMENT: UE, ECHO, AECID, Munici-
• Multiplication des semences
• Distribution d’intrants agricoles palité de Madrid, Conseil de Castille-La Man-
• Campagnes de vaccination et de dépara- che, DFID, UNICEF, Programme Alimen-
sitage du bétail taire Mondial, FAO, Intercomet, Fonds privés
• Amélioration et diversification de la pro-
Traitement de la malnutrition aiguë sévère dans
l’un des centres de nutrition d’Action Contre la
Faim.

39
AFRIQUE

Ouganda États Unis

Capitale: Kampala Espérance de vie à la naissance: 50


Population: 26,9 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 136
Superficie: 241 038 km². Taux d’alphabétisation: 66,8%
Langue: arabe, nubien PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 454
Régime politique: république présidentielle Indice de Développement Humain: 0,505 (154ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 37,7%
Population sans accès à l’eau potable: 40%
Population sans assainissement de base: 57%
Taux de malnutrition infantile chronique: 45%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 6,7%

L’Ouganda connaît depuis plusieurs décennies une instabilité politique marquée par la virulence des leaders qui ont pris le pouvoir. Des
groupes rebelles comme le LRA (Lords Resistance Army) continuent à lutter pour le pouvoir depuis qu’ils se sont réfugiés dans le nord
du pays. 80% de la population de ces régions vit dans des camps de déplacés, avec un accès très limité à l’eau potable et aux services de
santé. L’espérance de vie dans cette zone du pays ne dépasse pas 40 ans. Malgré l’augmentation de la sécurité au cours des derniers mois,
une grande partie de la population reste encore déplacée et dépendante de l’aide internationale.

Soudan ACTIVITÉS PRINCIPALES


Kenya NUTRITION Chiffres clefs
Rép. Dém. • Enquêtes nutritionnelles et surveillance Début de la mission: 1980
du Congo de la malnutrition Zones d’intervention: Goulou, Moyo
• Formation en santé et nutrition Ressources humaines:
Ouganda • Centres de nutrition thérapeutique • Expatriés: 6
• Personnel National: 100
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
Destinataires: 750 000 personnes
• Surveillance permanente de la situation
Kampala Financement: ECHO, OFDA, DFID,
des déplacés vers les camps du nord
coopération italienne
Lac EAU ET ASSAINISSEMENT
Rwanda Victoire • Réhabilitation de points d’eau
Tanzanie Tanzanie • Formation en santé et hygiène dans les
camps de déplacés

Un enfant mal nourri admis dans un centre de


nutrition thérapeutique retrouve la santé en un
mois seulement.
(Photographie : Laurent Attali)
40
ASIE

Pakistan États Unis

Espérance de vie à la naissance: 64 Capitale: Islamabad


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 99 Population: 163 millions
Taux d’alphabétisation: 49,9% Superficie: 770 880 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2 370 Langue: urdu
Indice de Développement Humain: 0,551 (136ème sur 177) Régime politique: république islamique
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 32,6%
Population sans accès à l’eau potable: 9%
Population sans assainissement de base: 41%
Taux de malnutrition infantile chronique: 42%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

Le tremblement de terre d’une magnitude de 7,6 de 2005 a fait environ quatre millions de sinistrés et des milliers de morts. Une grande
partie des infrastructures d’eau et d’assainissement ont été complètement détruites. Même si le pays se remet progressivement de la ca-
tastrophe, l’instabilité politique rend complexe le travail humanitaire et la population vit dans la crainte d’un conflit à court terme. Avec
plus de cent millions d’habitants, le Pakistan est l’un des pays les plus densément peuplés du monde avec la moitié de sa population, soit
80 millions de personnes, analphabète.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Chine
Nutrition Chiffres clefs Afghanistan
• Enquête nutritionnelle pour le diagnos- Début de la mission: 2005
tic de la malnutrition chez les enfants de Zones d’intervention: Islamabad, Bata-
moins de 5 ans. gram et Mansehra Islamabad
Ressources humaines:
Sécurité Alimentaire
• Expatriés: 6
• Distribution de semences et outils agri-
• Personnel National: 40
Pakistan
coles Iran
Destinataires: 70 000 personnes
• Distribution de fourrage pour le bétail Inde
Financement: OFDA, DFID, ECHO,
• Enquêtes sur la situation de la sécurité ali-
mentaires dans les zones d’intervention WFP, fonds propres

D’après l’enquête nutritionnelle menée en 2007,


deux enfants sur dix souffrent de malnutrition.
(Photographie : Anna Bosch)

41
AMÉRIQUE
DU SUD

Paraguay Espagne

Capitale: Asunción Espérance de vie à la naissance: 71,3


Population: 6,6 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 20
Superficie: 406 752 km² Taux d’alphabétisation: 93%
Langue: espagnol PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 4 642
Régime politique: république présidentielle Indice de Développement Humain: 0,755 (95ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté: 21,8%
Population en situation d’insuffisance alimentaire: 15%
Population sans accès à l’eau potable: 14%
Population sans assainissement de base: 20%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,4%

Le Paraguay est le premier producteur mondial par habitant d’un aliment à forte valeur nutritionnelle: le soja. 20% de la population souf-
fre néanmoins de malnutrition. L’expansion de la culture motorisée du soja transgénique a entraîné la disparition de micro-exploitations
familiales, dont les propriétaires ont du émigrer vers la misère des ceintures urbaines du pays, ou bien au-delà encore, vers Buenos Aires
ou l’Espagne. On estime que 20% des Paraguayens en âge de travailler vivent à l’étranger. En dépit d’une apparente stabilité politique et du
fait qu’il est peu touché par des catastrophes naturelles de grande envergure, le Paraguay est l’un des pays les plus pauvres et les moins in-
dustrialisés d’Amérique Latine. Le revenu par habitant est de tout juste 1 222 dollars, soit plus de vingt fois inférieur à celui de la France.

Bolivie ACTIVITÉS PRINCIPALES


SÉCURITÉ ALIMENTAIRE • Formation sur le fonctionnement des
Actions à échelle nationale : marchés et la planification de la produc-
Brésil
• Appui à la création du Système National de tion, et information continue et actualisée
Sécurité Alimentaire développé par la FAO sur les prix des produits agricoles et du
Paraguay • Renforcement de la Coordination Na- bétail
tionale des Femmes Rurales et Indigènes • Réalisation d’études de marchés sur les
(CONAMURI), à travers la création d’un produits à plus fort potentiel pour un ac-
Bureau Technique et la formation de ses cès privilégié aux marchés
Asunción
bases.
Argentine Chiffres clefs
• Appui au processus d’élaboration et de
DÉBUT DE LA MISSION: 2007
mise en application d’une Loi sur le Droit
ZONES D´INTERVENTION: Asunción, Caa-
à l’Alimentation
zapá, San Juan Nepomuceno
• Actions à échelle locale (communautés et
Ressources humaines:
municipalités du Département de Caazapá)
• Expatriés: 2
• Renforcement et appui à l’opération de
• Personnel National: 8
vulgarisation et d’assistance agro-pastora-
Destinataires: 9 500 personnes
le menée par le Ministère de l’Agriculture
FINANCEMENT: AECID, FAO
et de l’Elevage
•C  onseil aux organismes d’épargne et de
crédit pour une amélioration de leur as-
sistance technique et services auprès des
petits paysans producteurs, et création de
fonds de roulement.
•F  ormations aux techniques de produc-
tion agro-écologiques auprès de familles
de paysans (gestion agro-écologique
des cultures, engrais vert, production et
conservation de semences)
•A  ssistance technique dans les exploita-
tions auprès des familles individuelles et
regroupements organisés de familles

Action Contre la Faim travaille avec les popula-


tions les plus pauvres du pays dans le but de ren-
forcer la sécurité alimentaire.
(Photographie : Miguel Angel García Arias)
42
AMÉRIQUE
DU SUD

Pérou Espagne

Espérance de vie à la naissance: 70,7 Capitale: Lima


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 23 Population: 27,9 millions
Taux d’alphabétisation: 82,2% Superficie: 1 280 000 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 6 039 Langues: espagnol, quechua, aymara
Indice de Développement Humain: 0,773 (87ème sur 177) Régime politique: république présidentielle
Population sans accès à l’eau potable: 17%
Population sans assainissement de base: 37%
Taux de malnutrition infantile chronique: 31%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,6%

Le Pérou est un pays à revenu moyen qui jouit depuis quelques années d’une conjoncture économique et politique favorable, à l’image de
l’ensemble de la région. De nouvelles opportunités de développement s’offrent donc à lui. Mais la difficulté principale reste la concentra-
tion de la richesse, et le fossé qui sépare la population rurale de la population urbaine. Plus de la moitié des Péruviens vit en dessous du
seuil de pauvreté national, et près de 20% dans des conditions de pauvreté extrême. Le tremblement de terre du 15 août 2007, qui a dévasté
plusieurs régions du Pérou, a fait de nombreux dégâts et touché des milliers de victimes. Plus de six mois après la catastrophe, bon nombre
de familles vivent toujours dans la précarité, et l’accès aux services de base d’eau et d’assainissement reste très limité.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Équateur Colombie


SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffres clefs
• Appui aux populations vulnérables pour DÉBUT DE LA MISSION: août 2007
réinstaurer les moyens de production per- ZONES D´INTERVENTION: Région d’Ica: Brésil
dus lors de la catastrophe naturelle province de Chincha, Pisco et Ica
EAU ET ASSAINISSEMENT Ressources humaines: Pérou
• Expatriés: 4
• Distribution d’eau potable Lima
• Personnel National: 30
• Installation de services sanitaires
Destinataires: 35 000 personnes
• Amélioration de la gestion des déchets
FINANCEMENT: AECID, ECHO, CAM,
solides
• Mise en place de techniques alternatives ACCD, Gouvernement de Navarre, Caja Bolivie
à faible coût pour assurer l’accès aux ser- Navarra, Caja Madrid
Chili
vices de base
• Campagnes de promotion de l’Hygiène et
de la Santé
• Renforcement des institutions locales

Station de traitement d’eau potable installée après


le tremblement de terre dans la ville d’Independen-
cia, dans la région d’Ica.

43
République
AFRIQUE

Centrafricaine France

Capitale: Bangui Espérance de vie à la naissance: 44


Population: 4,3 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 193
Superficie: 622 984 km² Taux d’alphabétisation: 48,6%
Langue: français, sango PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 224
Régime politique: république présiden- Indice de Développement Humain: 0,384 (171ème sur 177)
tielle Taux de malnutrition infantile chronique: 45%
Population vivant avec moins de 2$ par jour: 84%
Population sans accès à l’eau potable: 25%
Population sans accès à l’assainissement: 73%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 10,7%

Avec une espérance de vie maximale de 45 ans, la République centrafricaine occupe l’une des dernières places de l’Indice de Développe-
ment Humain des Nations Unies. Il s’agit de l’un des pays les plus pauvres et les plus endettés du monde. Dépourvu d’accès maritime,
84% de la population vit avec moins de deux dollars par jour et seulement un habitant sur quatre a accès à l’eau potable ; une situation de
pauvreté structurelle qui s’aggrave lorsque les conflits des pays limitrophes affectent le pays.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Soudan NUTRITION ET SANTÉ Chiffres clefs
Tchad • Appui aux programmes développés par le Début de la mission: 2006
Ministère de la Santé Zones d’intervention: Markounda, Bo-
Cameroun
• Santé mentale guila et Bangui
République SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Ressources humaines:
• Expatriés: 10
Centrafricaine • Activités liées à l’horticulture
• Personnel National: 42
• Distribution de semences et outils agri-
Destinataires: 42 586 personnes
Bangui coles
Financement: OFDA (Coopération amé-
Rép. Dém. • Améliorations des pratiques agricoles et
formation aux agriculteurs ricaine), PNUD, UNICEF, HCR, dona-
du Congo
• Distributions d’aliments (semoule de maïs, teurs privés
légumes secs, céréales, huile, sucre, sel).
• Distribution de semences (maïs, sorgho)
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Distribution de kits d’hygiène
• Ateliers de promotion de l’hygiène
• Réhabilitation de puits

Action Contre la Faim effectue des distributions de


nourriture uniquement en cas d’urgence et de crise
alimentaire comme celle survenue cette année.

44
Rép. Dém.
AFRIQUE

du Congo États Unis

Espérance de vie à la naissance: 45,8 Capitale: Kinshasa


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 205 Population: 54,2 millions
Taux d’alphabétisation: 67,2% Superficie: 2 345 410 km².
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 714 Langue: français, lingala, kiswahili, kikon-
Indice de Développement Humain: 0,411 (168ème sur 177) go, tshiluba
Population en dessous du seuil de pauvreté national: non disponible
Population sans accès à l’eau potable: 54%
Population sans assainissement de base: 70%
Taux de malnutrition infantile chronique: 44%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 3,2%

La République Démocratique du Congo est l’un des pays les plus étendus du continent africain et en même temps l’un des plus pauvres.
Avec plus de 50 millions d’habitants, le pays ne possède pas les infrastructures sanitaires et éducatives nécessaires pour répondre aux
besoins de l’ensemble de sa population. Par conséquent, plus de la moitié des congolais n’ont pas accès à l’eau potable. Après 36 ans de
régime autoritaire et quatre ans de guerre, le pays se trouvait au bord de l’effondrement en 2003. Cinq ans après, ses habitants tentent de
se relever malgré la crainte permanente d’un nouveau conflit.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Rép. Centrafricaine Soudan

Nutrition Chiffres clefs Cameroun


• Diagnostic et traitement de la malnutrition Début de la mission: 1996
Ouganda
Congo
aiguë dans des centres de nutrition théra- Zones d’intervention: Kinshasa, Lumum- Rép. Dém.
peutique et nutrition supplémentaire. bashi, Malenba, Nkulu, Mbandaka, Boende,
Uvira, Bukavu, Shabundu, Baraka, Moba du Congo Rwanda
Sécurité Alimentaire Burundi
Ressources humaines: Kinshasa
• Distribution de semences et outils agri-
• Expatriés: 40 Tanzanie
coles
• Personnel National: 600
• Réhabilitation des systèmes d’irrigation
Destinataires: 700 000 personnes Angola
• Pêche d’eau douce
Financement: ECHO, OFDA, DFID,
• Promotion de cultures de soja et de ma-
nioc EU, PAM, UNICEF, FAO, OCHA
Zambie
• Appui aux coopératives de pêcheurs et
agriculteurs
Eau et Assainissement
• Approvisionnement en eau potable dans
les centres de santé
• Création de comités de l’eau dans les
communautés
• Formation à la réponse de post-urgence
Santé
• Appui aux centres de santé
• Surveillance épidémiologique pour contrô-
ler l’apparition de la malaria et de la rou-
geole

La taille d’un enfant souffrant de malnutrition


aiguë est généralement inférieure à celle normale
pour son âge.
(Photographie : Burber Phanie)
45
AFRIQUE

Sierra Leone France

Capitale: Freetown Espérance de vie à la naissance: 42


Population: 5,1 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 282
Superficie: 71 620 Km² Taux d’alphabétisation: 34,8%
Langue: anglais (officielle) ; la plupart de la PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 806
population parle le créole. Indice de Développement Humain: 0,336 (177ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 70,2%
Population sans accès à l’eau potable: 43%
Population sans assainissement de base: 61%
Taux de malnutrition infantile chronique: 38%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 1,6%

Après dix ans de guerre civile, la Sierra Leone connaît depuis 2002 une phase de stabilité politique et de développement timide. Cependant, ce
pays figure à la dernière place de l’Indice de Développement Humain des Nations Unies. Malgré des ressources naturelles précieuses, comme
les diamants, seul un tiers de la population est alphabétisée tandis que 70% des habitants vivent sous le seuil de pauvreté national.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Guinée
Sécurité Alimentaire Chiffres clefs
• Activités de prévention face à la perte des Début de la mission: 1991
récoltes Zones d’intervention: Freetown, Ma-
Sierra • Construction de stocks, aires de marché keni (District Bombali), Bo
Leone et aires de séchage Ressources humaines:
Freetown • Activités Génératrices de Revenus • Expatriés: 8
• Récupération du petit bétail • Personnel National: 125
Destinataires: 27 925 personnes
Eau et assainissement
Libéria Financement: EuropeAid, DFID, dona-
• Réhabilitation et construction de points
d’eau teurs privés
• Formation de comités de l’eau
• Ateliers de formation en hygiène
• Traitement de chloration dans 200 points
d’eau

A Freetown, la plupart des habitants n’ont pas accès


à l’eau potable et les puits sont souvent contaminés.
(Photographie : Reuters/Luc Gnago, avec l’aima-
ble autorisation de Alertnet.org)
46
AFRIQUE

Somalie France

Espérance de vie à la naissance: 45 Capitale: Mogadiscio


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 225 Population: 8,6 millions (NU, 2005)
Taux d’alphabétisation: non disponible Superficie: 627 340 Km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): non disponible Langue: somalien, arabe, italien et anglais
Indice de Développement Humain: non disponible
Population en dessous du seuil de pauvreté national: non disponible
Population sans accès à l’eau potable: 71%
Population sans assainissement de base: 75%
Taux d’alphabétisation: non disponible
Taux de prévalence du VIH/SIDA: non disponible

Depuis le coup d’État de 1991, la Somalie connaît une véritable situation anarchique et est plongée dans le chaos. Depuis le mois de janvier
dernier, Mogadiscio est devenue une ville sans loi avec des émeutes quotidiennes qui ont fait des centaines de morts et provoqué la fuite de
milliers de personnes. Malgré les efforts déployés pour tenter de stabiliser le pays, la corne de l’Afrique connaît l’un des pires épisodes de
son histoire et comme toujours, la population civile en est la principale victime. L’aide humanitaire est vitale mais elle est difficile à mettre
en œuvre à cause du climat d’insécurité qui règne dans le pays. Même en l’absence de données officielles, on estime qu’environ six millions
de somaliens sur huit au total n’ont pas accès à l’eau potable ni à l’assainissement élémentaire.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
NUTRITION Chiffres clefs
• Deux centres de Nutrition Thérapeutique Début de la mission: 1992 Somalie
traitant 200 enfants par mois en moyenne Zones d’intervention: Mogadiscio et
• Traitement à domicile de la malnutrition Wajid (régions de Bakool, Bay et Gedo) Ethiopie
• Centre de santé Ressources humaines:
• Services de soins maternels et infantiles • Expatriés: 14
• Vaccination contre les maladies telles que • Personnel National: 219
Mogadiscio
le choléra Destinataires: 223 069 personnes Kenya
Financement: UNICEF, CICR, ECHO,
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
• Distributions alimentaires d’urgence OFDA, FAO, DFID, PAM, CIAA, dona-
• Amélioration des pratiques agricoles teurs privés
• Amélioration de techniques agricoles
(distribution d’outils de labour, semences
et formation d’agriculteurs)
• Jardins familiaux et autres activités géné-
ratrices de revenus
• Actions “Argent contre travail”
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Réhabilitation de points d’eau et aires de
lavage
• Distribution d’outils de labour
• Formation en hygiène
• Contrôle de la qualité de l’eau (pollution
bactériologique)
• Distribution d’outils de perforation
• Chloration de points d’eau pour la pré-
vention du choléra

La mère est chargée de donner du lait thérapeuti-


que à son enfant dans le but de renforcer la relation
mère-enfant.

47
AFRIQUE

Soudan France

Capitale: Khartoum Espérance de vie à la naissance: 57


Population: 37,8 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 90
Superficie: 2 505 813 km². Taux d’alphabétisation: 60,9%
Langue: français, bambara, berbère, arabe PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2 083
Indice de Développement Humain: 0,526 (147ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: non disponible
Population sans accès à l’eau potable: 30%
Population sans assainissement de base: 66%
Taux de malnutrition infantile chronique: 48%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 1,6%

Après la guerre civile qui a divisé le pays entre 1993 et 2005, le Soudan connaît actuellement l’une des pires crises humaines de l’histoire: le Dar-
four. Peu après la guerre civile qui a fait deux millions de morts et provoqué le déplacement de près de quatre millions de personnes, le conflit
du Darfour qui a éclaté au cours des cinq dernières années a fait environ 300 000 victimes et plus de deux millions de personnes déplacées, selon
les Nations Unies. Malgré sa complexité, la dimension humanitaire du conflit a été entendue par le monde entier cette année. La communauté
internationale a dénoncé la situation que vivent les victimes et l’ONU a approuvé le déploiement d’une force « hybride » de 26 000 hommes
qui s’ajoutent aux 7 000 hommes de l’Union Africaine déjà présents dans la région. Cependant, les ONG restent la cible des milices armées et
le climat d’insécurité empêche pratiquement toute intervention dans la zone où des millions de personnes ne survivent que grâce à l’aide inter-
nationale. Dans le reste du pays, le taux de malnutrition continue à être l’un des plus élevés du monde et le pays doit également faire face à des
conditions climatologiques défavorables avec de longues périodes de sécheresse et de pluies qui provoquent des inondations tous les ans.

Libye
Egypte ACTIVITÉS PRINCIPALES
Nutrition et Santé Chiffres clefs
• Centres de Nutrition Thérapeutique Début de la mission: 1985
Khartoum • Formation au Ministère de la Santé Zones d’intervention: Bentiu, Port
Tchad
• Traitement à domicile de la malnutrition Soudan, Juba, El Fasher (Darfour Nord),
Soudan • Formation en nutrition Nyala
• Appui psychosocial Ressources humaines:
• Surveillance de la situation nutritionnelle • Expatriés: 64
Ethiopie • Personnel National: 897
Rép. Sécurité Alimentaire
Centra- Destinataires: 1 233 729 personnes
• Distribution d’aliments
fricaine Financement: ECHO, OFDA, PAM,
• Distribution de semences et outils agri-
DAH, Coopération française, DFID, Coo-
Rép. Dém. du Congo OugandaKenya coles
• Construction et réhabilitation de greniers pération hollandaise, Fondation Tolkien,
à grain donateurs privés, Coopération canadienne,
• Surveillance de la situation de la sécurité Coopération suisse, UNICEF, Common
alimentaire Humanitarian Fund, FAO
• Activités Génératrices de Revenus
• Appui aux systèmes d’irrigation
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Construction de latrines
• Réhabilitation de réservoirs d’eau
• Approvisionnement en eau potable
• Réhabilitation de puits et pompes ma-
nuelles
• Ateliers de promotion de l’hygiène

La construction de points d’eau permet l’accès à


l’eau potable et de meilleures conditions d’hygiène.

48
ASIE

Sri Lanka France

Espérance de vie à la naissance: 72 Capitale: Colombo


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 14 Population: 19,3 millions
Taux d’alphabétisation: 90,7% Superficie: 64 630 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 4,595 Langue: cingalais
Indice de Développement Humain: 0,743 (99ème sur 175) Régime politique: république présidentielle
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 25%
Population sans accès à l’eau potable: 21%
Population sans assainissement de base: 9%
Taux de malnutrition infantile chronique: 18%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

Trois ans après le tsunami, les personnes déplacées suite à la catastrophe continuent à regagner progressivement leurs régions d’origine.
À ces personnes déplacées, s’ajoutent les milliers de cingalais contraints de fuir leurs villages en raison de la recrudescence du conflit
entre le gouvernement et la rébellion Tamul mi 2006. Cette même année, 17 membres de l’équipe locale d’Action Contre la Faim ont été
assassinés dans le bureau de l’organisation. Face à la réduction de l’espace humanitaire et des obstacles rencontrés pour travailler dans le
pays, la mission a cessé ses activités cette année.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffres clefs Inde
• Activités Génératrices de Revenus DÉBUT DE LA MISSION: 1996
• Distribution de semences et outils agri- Zones d´intervention: Jaffna, Trincoma-
coles lee, Batticaloa, Colombo
• Distribution d’animaux Ressources humaines:
• Formation en agriculture et élevage • Expatriés: 6
• Personnel National: 51 Sri Lanka
EAU ET ASSAINISSEMENT
Destinataires: 21 914 personnes Colombo
• Approvisionnement et gestion de l’eau et
FINANCEMENT: ECHO, Coopération Fran-
assainissement
• Formation de comités d’usagers des çaise, Croix Rouge française, fonds privés
puits
• Formation en hygiène
• Programme de recherche concernant les
besoins en eau potable de la population
touchée par le tsunami
• Distribution d’eau potable, de bidons et
construction de latrines pour la prise en
charge urgente des déplacés du conflit
Tamil

Un membre de l’équipe locale examine un enfant


âgé de moins de cinq ans.

49
AFRIQUE

Swaziland Espagne

Capitale: Mbabane Espérance de vie à la naissance: 40


Population: 1,1 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): --
Superficie: 17 364 km² Taux d’alphabétisation: 79,6%
Langues: anglais et swahili PIB par habitant (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 4 824
Régime politique: monarchie absolue Indice de Développement Humain: 0,547 (141ème sur 177)
Population sans accès à l’eau potable: 38%
Population sans assainissement de base: 52%
Taux de malnutrition infantile chronique: 37%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 33,4%

Le Swaziland, l’un des plus petits pays du continent africain, occupe le premier rang mondial en termes de prévalence du VIH/SIDA. Avec
le quart de la population infecté par le virus, le pays connaît une situation de pauvreté structurelle qui s’aggrave continuellement. Gouverné
par une monarchie absolue indifférente au drame que vit sa population, le Swaziland est un pays qui demeure régi par une forte tradition
orale, avec une agriculture de subsistance et des milliers d’orphelins à cause du VIH/SIDA ayant perdu tout lien avec la génération anté-
rieure. L’hiver rigoureux s’abat chaque année sur ce minuscule pays dépourvu d’accès maritime et pauvre en ressources naturelles.

Mozambique ACTIVITÉS PRINCIPALES


NUTRITION ET SANTÉ Chiffres clefs
Afrique du Sud • Rétablissement d’un système de sur- DÉBUT DE LA MISSION: 2007
veillance durable pour détecter les cas de Zones d´intervention: tout le pays
Mbabane malnutrition infantile. Ressources humaines:
•F  ormation au traitement de la malnutri- • Expatriés: 3
Swaziland tion du personnel sanitaire et commu- • Personnel National: 11
nautaire, dans la ligne de protocoles de Destinataires: 5 254 personnes
traitement adaptés. FINANCEMENT: ECHO, AECID, USAID
Afrique du Sud •P  articipation au lancement d’une enquête
sur la nutrition et la mortalité à échelle
Lesotho nationale
• I ntégration des notions de nutrition et de
mortalité dans les enquêtes du Program-
me Alimentaire Mondial et les analyses de
vulnérabilité
•A  ssistance technique au Ministère de la
Santé

Une mère allaite son enfant dans le centre nutri-


tionnel de l’hôpital de Manzini.
(Photographie : María Pérez Negro).

50
ASIE

Tadjikistan États Unis

Espérance de vie à la naissance: 66 Capitale: Douchanbé


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 71 Population: 6,4 millions
Taux d’alphabétisation: 99,5% Superficie: 140 600 Km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 356 Langue: tadjik
Indice de Développement Humain: 0,673 (122ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: non disponible
Population sans accès à l’eau potable: 41%
Population sans assainissement de base: 49%
Taux de malnutrition infantile chronique: 42%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

Le Tadjikistan ne s’est pas encore complètement remis de la guerre civile dévastatrice qui a fait des milliers de morts et environ 600 000
déplacés internes, alors qu’environ 300 000 personnes ont fui vers l’Afghanistan, la Russie et d’autres républiques ex soviétiques. Le Ta-
djikistan est l’une des plus pauvres de tous, l’exode de sa population qualifiée (médecins, professeurs, techniciens) augmente tous les ans,
aggravant la situation et provoquant la fermeture de la moitié des hôpitaux, d’un grand nombre de collèges et de dizaines d’usines.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Ouzbekistan
Nutrition Chiffres clefs
• Enquêtes nutritionnelles Début de la mission: 1998
Kirzikistan
• Formation en santé et nutrition Zones d’intervention: Khatlon Oblast,
• Ateliers pour la promotion de l’allaite- région du sud du pays Chine
ment maternel Ressources humaines: Douchanbé
• Formation en soins pédiatriques pour le • Expatriés: 5 Tadjikistan
personnel du ministère de la Santé • Personnel National: 130
• Formation au diagnostic de la malnutri- Destinataires: 25 000 personnes
tion pour d’autres ONG locales Financement: ECHO, PAM, fonds propres Afghanistan
• Diagnostic, prévention et traitement de la
malnutrition aiguë Pakistan
• Surveillance du développement des en-
fants pris en charge pour malnutrition

Traitement d’un enfant mal nourri dans un centre


nutritionnel thérapeutique.

51
Territoire
ASIE

Palestinien Espagne

Capitale: l’Autorité Palestinienne réclame Espérance de vie à la naissance: 73


Jérusalem Est Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 21
Population: 3,8 millions Taux d’alphabétisation: 92,4%
Superficie: Gaza 360 km², Cisjordanie 5 860 PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 230 (Banque Mondiale, 2005)
km² Indice de Développement Humain: 0,731 (106ème sur 177)
Langue: arabe Population en dessous du seuil de pauvreté national: non disponible
Régime politique: gouvernement provisoire Population sans accès à l’eau potable: 8%
à Ramallah Population sans assainissement de base: 27%
Taux de malnutrition infantile chronique: 10%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: non disponible

L’escalade de la violence entre Israéliens et Palestiniens continue à toucher la population civile dans les deux camps. Le blocus imposé à
la bande de Gaza a entraîné un effondrement total de son économie, ainsi que la pire crise humanitaire depuis 1967. En Cisjordanie, les
obstacles à la libre circulation de personnes et de biens se multiplient, alors que l’accès aux ressources de base se restreint de plus de plus,
provoquant une nette récession de l’économie de la région.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffres clefs
• Distribution de fourrage pour le bétail Début de la mission: 2002
Israel • Assistance vétérinaire Zones d´intervention: Cisjordanie (Tu-
Jérusalem • Formation et distribution d’outils agrico- bas, Jénine, Naplouse, Bethléem, Hébron)
Territoire les aux petits agriculteurs et Bande de Gaza
• Appui à la commercialisation et à la vente Ressources humaines:
Palestinien de produits agricoles • Expatriés: 5
Gaza • Appui à l’accès aux ressources et aux mar- • Personnel National: 23
Jordanie
chés Destinataires: 249 372 personnes
•P  romotion des relations commerciales Financement: ACF, AECID, ECHO,
entre les agriculteurs palestiniens et les ACCD, UNOCHA, UNICEF, HERF
commerçants israéliens Coordinateur Humanitaire des Nations
EAU ET ASSAINISSEMENT Unies, Généralité de Catalogne (ACCD),
• Distribution d’eau en camion-citerne Conseil de Castille-La Manche, Municipa-
• Réhabilitation et élargissement des ré- lité de Madrid, Municipalité de Pamplona
seaux d’eau
• Construction et réhabilitation de citernes
• Réhabilitation des systèmes de drainage et
construction de nouveaux points d’eau
• Campagnes d’analyse de la qualité de l’eau
courante
• Formation de techniciens municipaux à
la gestion et la maintenance des réseaux
d’eau
• Formation des propriétaires de camions-
citernes aux techniques de chloration et
d’entretien de l’eau potable
• Campagnes de sensibilisation à l’écono-
mie d’eau

Remise en état d’un point d’eau à Gaza.


(Photographie : Marçal Trigo).

52
AFRIQUE

Tchad France

Espérance de vie à la naissance: 50 Capitale: Ndjamena


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 208 Population: 10,4 millions
Taux d’alphabétisation: 25,7% Superficie: 1 259 200 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 427 Langue: arabe et français
Indice de Développement Humain: 0,388 (170ème sur 177) Régime politique: république présidentielle
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 64%
Population sans accès à l’eau potable: 58%
Population sans assainissement de base: 91%
Taux de malnutrition infantile chronique: 45%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 3,5%

Depuis deux ans, l’est du Tchad est confronté aux conséquences directes de la crise du Darfour, dans le Soudan voisin. Plus de 230 000
soudanais sont acuellis dans des camps de réfugiés auxquels s’ajoutent environ 150 000 tchadiens déplacés qui fuient les conflits violents
du sud-est du pays. Cet afflux de population déplacée survit dans des conditions extrêmement précaires et sous la dépendance de l’aide
extérieure. Dans l’ouest du pays, la région frontalière avec le Niger est considérée comme l’une des zones les plus pauvres du pays avec
des taux de malnutrition infantile chronique beaucoup plus élevés que la moyenne nationale.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Libye

NUTRITION Chiffres clefs


• Formation en traitement de la malnutri- Début de la mission: 2004
Niger
tion en camps de réfugiés Zones d’intervention: Dogdoré (Sud-
• Enquêtes nutritionnelles auprès de la po- est), Guéréda, Iriba, Bahaï (Nord-est)
pulation locale Ressources humaines:
• Formation en traitement de la malnutri- • Expatriés: 8 Tchad
tion sévère • Personnel National: 48 Soudan
Destinataires: 26 587 personnes Nigéria Ndjamena
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
Financement: ECHO, UNHCR, Fonda-
• Distribution de kits non alimentaires (bâ-
ches, draps, seaux, savons…) tion ELLE, donateurs privés
République
• Distribution de semences Cameroun
Centrafricaine
• Suivi et évaluation constante de la situa-
tion humanitaire dans les camps de réfu-
giés du nord
• Distribution d’aliments dans les camps de
réfugiés
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Installation et réhabilitation de points
d’eau
• Réhabilitation et expansion des systèmes
de canalisation de l’eau
• Construction de latrines
• Promotion de l’hygiène

Plus de la moitié de la population n’a pas accès


à l’eau potable. Les femmes sont chargées d’aller
la puiser.
(Photographie : Alexandre Dupeyron).
53
AFRIQUE

Zambie Royaume Uni

Capitale: Lusaka Espérance de vie à la naissance: 40


Population: 11,9 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 182
Superficie: 752 614 km². Taux d’alphabétisation: 68%
Langue: anglais (officielle), bemba, lozi, PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 023
nyanja, tonga, autres. Indice de Développement Humain: 0,434 (165ème sur 177)
Régime politique: république présidentielle Population en dessous du seuil de pauvreté national: 68%
Population sans accès à l’eau potable: 42%
Population sans assainissement de base: 45%
Taux de malnutrition infantile chronique: 53%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 17%

Bien qu’elle soit l’un des principaux producteurs de cuivre du monde, la Zambie reste l’un des pays les plus pauvres de l’Afrique sub-
saharienne. Aux indicateurs alarmants de pauvreté et de malnutrition chronique, s’ajoute un autre indicateur aussi préoccupant: la préva-
lence du VIH/SIDA, qui affecte 17% de la population. La Zambie est le sixième pays du monde avec l’indice le plus élevé de population
séropositive, un problème qui affecte principalement la génération productive, limitant sa capacité de développement et hypothéquant le
futur du pays.

Tanzanie ACTIVITÉS PRINCIPALES


Rép. Dém. Sécurité Alimentaire Chiffres clefs
du Congo • Création d’association pour encadrer les Début de la mission: 2004
familles les plus pauvres de chaque com- Zones d’intervention: Région de Kitwe
Angola munauté lors d’activités agricoles, spécia- Ressources humaines:
lement celles liées au SIDA • Expatriés: 0
• Promotion de création de vergers • Personnel National: 10 (travail réalisé
Zambie • Élevage de lapins et de poulets pour auto- par l’ONG locale CINDI)
consommation et vente Destinataires: 301 485 personnes
Lusaka
• Formation de 122 personnes en techni- Financement: Comic Relief, Vegfam
Mozambique
ques d’agriculture organique par le biais
Zimbabwe d’une ferme didactique (Maposa farm).
Botswana
Nutrition et Santé
• Ateliers de promotion de la santé et de
l’hygiène par l’intermédiaire d’activités de
théâtre, programmes de radio et débats
scolaires.
• Formation en nutrition et VIH/SIDA
• Formation des membres de la contrepar-
tie locale, Children in Distress (CINDI)

Le Sida fait des milliers d’orphelins en Zambie.


Ce drame met fin à la tradition orale, essentielle au
développement des communautés rurales.
(Photographie : David Gillanders ©)
54
AFRIQUE

Zimbabwe France

Espérance de vie à la naissance: 41 Capitale: Harare


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 132 Population: 13,2 millions
Taux d’alphabétisation: 89,4% Superficie: 386 850 Km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2 038 Langue: anglais (officielle), shona, sinde-
Indice de Développement Humain: 0,513 (151ème sur 177) bele.
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 34,9%
Population sans accès à l’eau potable: 19%
Population sans assainissement de base: 47%
Taux de malnutrition infantile chronique: 34%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 20,1%

Depuis la fin de la décennie des années 90, le Zimbabwe connaît une dégradation de sa situation économique qui se solde par une crise
très préoccupante avec un taux d’inflation record au niveau mondial de plus de 1 000%. Cette détérioration a été accentuée par la réforme
agraire imposée par le président Robert Mugabe en 2000 qui exigeait la redistribution des terres appartenant à la minorité blanche, une
mesure qui a désorganisé le tissu productif et entraîné une réduction drastique de la production agricole. Cette baisse de la production
associée aux difficultés climatiques récurrentes a contribué à créer une situation nutritionnelle très préoccupante avec un tiers de la popu-
lation infantile affectée.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Mozambique


Zambie
NUTRITION Chiffres clefs
• Suivi de l’état nutritionnel Début de la mission: 2002
• Appui aux hôpitaux pour le traitement de Zones d’intervention: Midlands, Mani- Harare
la malnutrition caland, Matebeleland Sud, Masvingo
• Enquêtes nutritionnelles Ressources humaines: Zimbabwe
• Formation en nutrition et maladies telles • Expatriés: 10
que le choléra, le VIH et la malaria • Personnel National: 46
• Appui aux malades séropositifs Destinataires: 117 219 personnes
Financement: ECHO, Union Européenne, Botswana
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
• Analyse des besoins de la population FAO, donateurs privés
• Mise en place d’activités génératrices de Afrique du Sud
revenus
• Développement d’activités agricoles tra-
ditionnelles
• Optimisation de ressources naturelles et
mise à disposition de la population
• Distribution d’outils, de produits phyto-
sanitaires et bétail
• Distribution de semences
• Formation aux nouvelles méthodes agricoles
• Promotion de l’alimentation nutritive à
travers des programmes de “conserva-
tion farming”
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Construction de puits et réservoirs
• Construction de latrines
• Promotion de pratiques hygiéniques
• Formation de comités de gestion de l’eau
• Amélioration des capacités locales pour la
gestion de l’eau

Distribution d’eau potable dans l’une des régions


d’intervention.
(Photographie : Basilio Rodríguez).

55
Espagne

2007 en images
Des miles solidaires lors de la Coupe de
l’America
Action Contre la Faim-Espagne a participé à la Coupe de l’America
de voile avec Vive Valencia par le biais d’une initiative conjointe
avec la Généralité valencienne (Generalitat Valenciana) et la mairie
de Valence (Ayuntamiento de Valencia) : une vingtaine de bacs ont
été installés dans toute la capitale afin de permettre aux valenciens
d’acheter un bracelet de nœuds solidaires, leur permettant ainsi de
s’engager dans la lutte contre la faim.

Tennis solidaire à TARRAGONE


Pour la deuxième année consécutive, une centaine d’enfants ont
pris part au Tournois Solidaire organisé par Action Contre la Faim-
Espagne et le Club Sports de Tennis de Cunit (Tarragone) et l’évè-
nement a de nouveau pu compter sur la participation désintéressée
du joueur de tennis Sergi Bruguera.

Deuxième Concert Solidaire de Castellón


L’amphithéâtre Pinar del Grao de Castellón a accueilli au mois
d’août la deuxième édition du Concert Solidaire. La soirée a débuté
avec des activités pour les enfants, puis plusieurs groupes musicaux
ont joué leurs plus beaux morceaux pour la bonne cause jusqu’à
minuit passé.

Avec Iñaki Ochoa de Olza AUX Pyrénées


Une centaine de jeunes gens et d’adultes de tout âge ont participé à l’as-
cension solidaire organisée par Action Contre la Faim-Espagne en sep-
tembre avec l’alpiniste Iñaki Ochoa de Olza qui trouvera la mort quel-
ques mois plus tard lors de l’ascension de l’Annapurna. En hommage à
toutes les personnes qui luttent chaque jour contre la faim, Iñaki et les
autres participants ont escaladé le sommet le plus élevé des Pyrénées de
Navarre, la Mesa de los Tres Reyes. Iñaki, nous te remercions pour ton
dévouement et ton engagement et nous ne t’oublierons jamais.

Níxer- Niger
Les photographies et les gravures réalisées par le peintre galicien
Alfonso Costa lors de son voyage avec Action Contre la Faim-Es-
pagne au Niger ont été exposées en 2007 dans plusieurs localités
galiciennes. Alfonso Costa et Francisco Xosé Fernández Naval,
membres de Cultura Solidaria Gallega ont reversé la totalité des
fonds récoltés pour cette exposition.

56
COLLABORATION AVEC LA SEXTA
Avec d’autres ONG, Action Contre la Faim-Espagne a participé
à la campagne solidaire de La Sexta. Des messages comme “El
hambre tiene solución” (La faim a une solution) et “Hambre No!”
(Non à la faim) se sont glissés au cœur des foyers de millions d’es-
pagnols.

L’HUMANITAIRE dans les salles de classe


Des universités telles que l’Universidad Rey Juan Carlos, l’Instituto
Universitario Ortega y Gasset, Carlos III, Comillas, des écoles de
commerces comme l’EOI ou des centres de formation et d’acti-
vités culturelles comme La Casa Encendida nous ont ouvert leurs
portes afin de former de futurs coopérants dans des domaines
spécifiques de l’activité humanitaire comme la santé, la nutrition
et l’eau, la logistique en situation d’urgence ou la sécurité dans les
missions de coopération.

Un ouragan à Madrid
Les élèves de l’école Padre Piquer de Madrid ont abandonné leurs
salles de classe pour vivre, l’espace d’une journée, dans un village
imaginaire du Guatemala, après le passage d’un ouragan dévasta-
teur. Des pompiers de Pompiers Sans Frontières et du personnel
sanitaire de Médecins du Monde ont participé, aux côtés de logis-
ticiens d’Action Contre la Faim-Espagne, à ce simulacre organisé
par Obra Social Caja Madrid.

La faim cachée en Navarre


Plus de deux mille élèves ont participé à ce projet éducatif organisé
par une vingtaine de centres de Navarre afin d’informer les jeunes
sur la situation actuelle de la faim et son lien avec les Objectifs du
Millénaire. Une trentaine de photos réalisées par la photographe
Susana Vera lors de son voyage avec Action Contre la Faim-Es-
pagne au Niger et au Mali ont été exposées en plus des supports
interactifs.

Échec et mat à la faim


Cette année, le premier Tournois Solidaire de parties rapides
d’échec a été célébré dans la localité tarragonaise de Vendrell. Plus
de cinquante joueurs de tout âge ont participé à cette initiative or-
ganisée par le Club d’Escacs Vendrell et dont les fonds seront re-
versés à Action Contre la Faim-Espagne.

57
Ressources Humaines

Miser sur l’equipe locale


En 2007, l’équipe d’Action Contre la neuf membres sur dix sont embauché nes s’efforce d’atteindre dans tous les
Faim s’est encore étoffée. Avec envi- directement sur place par la mission domaines d’intervention de l’organisa-
ron 2 000 travailleurs provenant des avec une majorité de profils qualifiés tion. Le service de formation a, pour
pays d’intervention et plus de cent formés à la coopération au moyen des sa part, continué à travailler en étroite
coopérants, l’organisation a conforté programmes de formation d’Action collaboration avec les universités et
cette année son engagement pour la di- Contre la Faim. Par ailleurs, cette an- à différents niveaux : enseignement,
versification des ressources humaines née encore, les femmes sont plus nom- création de programmes universitaires
dans un plus grand nombre de pays. breuses et occupent, pour la plupart, spécialisés en coopération, program-
Dans les vingt et une missions gérées des postes à responsabilité, un objectif mes de stages pour étudiants et publi-
par le siège de Madrid, pratiquement que l’équipe des Ressources Humai- cations scientifiques.

Profils sur le terrain Moyenne Hommes/Femmes

Chef du project Hommes


Eau et
8% 46,37%
Assainissement
17%
Coordinateur
Technique
17%

Gestion Total Ressources


Adminis- Humaines en 2007
trative
Securité 9% Siège 5%
Terrain
Alimentaire
6%
10%

Femmes
Nutrition Chef de 53,63%
et Santé Mission
16% Logisticien 18%
5%

Personnel
National
89%

Nouveau comité d’Éthique


Dans le cadre du développement de ses et de trois experts externes et indépen- en toute confidentialité, aux doutes pou-
principes humanitaires et de sa déon- dants, dont l’écrivain Carmen Posadas, vant surgir chez les membres de l’organi-
tologie, l’organisation a créé un nou- membre de la fondation, le nouveau co- sation. Action Contre la Faim- Espagne
veau comité d’Éthique qui s’inspire des mité répond aux objectifs de gouvernan- est membre de la Commission de Suivi
meilleures pratiques éthiques des orga- ce, d’efficacité, de cohérence, de trans- du Code de Conduite de la CONGDE,
nisations et du Code de Conduite de la parence, de qualité et de communication membre de la Commission de gouverne-
CONGDE (groupe de coordination des indissociables pour n’importe quelle ment de Forética et elle participe à plu-
ONG pour le développement). Com- ONG. Il exerce en outre une fonction sieurs programmes de promotion de la
posé de cinq membres de l’organisation consultative en apportant une réponse, transparence (Fondation Lealtad).

58
Rapport économique

Audit de comptes annuels

59
Rapport économique

Bilan de Situation
BILAN DE SITUATION DES EXERCISES 2007 ET 2006
(Montants en Euro)

Exercice Exercice Exercice Exercice


ACTIF 2007 2006 PASSIF 2007 2006
ACTIF IMMOBILISE: FONDS PROPRES:

Fonds social 6.010 6.010


Immobilisations incorporelles 29.455 28.111 Fonds d'intervention 1.572.868 1.559.496
Immobilisations corporelles 408.406 224.813 Fonds dédiés 284.124 -
Immobilisations financières 11.441 9.443 Excédent positif de l'exercice 320.250 297.496
Utilisateurs et autres débiteurs à Total fonds propres
long terme 33.465.690 22.544.786 2.183.252 1.863.002
Total actif immobilisé 33.914.992 22.807.153
RESSOURCES
DISPONIBLES 40.466.659 28.394.347

ACTIF CIRCULANT:
Stocks 58.507 146.724
Utilisateurs et autres débi-
teurs de l'activité propre 855.008 3.571.651
Utilisateurs et autres débiteurs à
court terme 166.990 3.098.772
Débiteurs fondations associées 375.394 276.817
Débiteurs "siège" CREANCIERS
151.029 196.062 A COURT TERME:
Débiteurs "missions" Créanciers fondations
161.595 - associées 2.304.355 2.295.015
Créanciers "siège" 501.043 416.088
Trésorerie 12.660.988 8.267.016 Créanciers "missions" 436.884 199.480
Trésorerie "siège" 9.080.749 6.808.194 Administrations Publiques 213.713 165.735
Trésorerie "missions" Provisions pour exercice
3.580.239 1.458.822 de l'activité 1.383.589 1.458.877
Total actif circulant 13.574.503 11.985.391 Total créanciers à court terme 4.839.584 4.535.195
TOTAL ACTIF 47.489.495 34.792.544 TOTAL PASSIF 47.489.495 34.792.544

60
Rapport économique

Compte de Résultats
COMPTE DE PERTE ET PROFITS DES EXERCISES 2007 ET 2006
(Montants en Euro)

Exercice Exercice Exercice Exercice


DEBIT 2007 2006 CREDIT 2007 2006
FRAIS : RESSOURCES :

Approvisionnements 5.714.463 5.607.486 Recettes sur l'activité propre 28.017.139 28.200.107


Charges de personnel Ventes et autres revenus ordi-
9.585.173 9.185.528 naires de l'activité commerciale 186.983 306.244
Dotations aux amortissements Autres ressources
sur immobilisations 302.456 238.630 224.229 357.590
Variation de provisions de
l'actif (66.185) 248.861
Services extérieurs 12.369.945 13.295.627
Résultats de l'activité propre
positifs 522.498 287.809
Différences négatives de Différences positives
change 808.159 476.511 de change 497.018 256.304
Autres charges financières Autres intérêts et ressources
76.151 243 assimilés 200.904 52.455
Résultat positif des activités Résultats financiers
ordinaires 336.109 119.814 négatifs 186.389 167.995

Frais et pertes d'autres Revenus et bénéfices


exercices, nets 13.963 - d'exercices précédents, nets - 181.573
Résultats exceptionnels Résultats exceptionnels
positifs - 181.573 négatifs 13.963 -
Résultat avant impôts 322.146 301.387
Impôt sur les Sociétés 1.896 3.891
Excédent positif de
l'exercice 320.250 297.496

61
Rapport économique

Origene des Fonds


Évolution Générale des Entrées
(ACH Espagne, ACF-IN exclus)

Anneé Euros % inc. 35.000.000


1995 841.417 -
1996 3.203.395 281% 30.000.000
1997 6.238.506 95%
1998 9.243.566 48% 25.000.000
1999 9.946.750 8%
2000 11.670.453 17% 20.000.000
2001 15.453.451 32%
2002 16.000.224 4% 15.000.000

2003 17.459.229 9%
2004 17.971.036 3% 10.000.000

2005 21.129.207 18%


2006 23.694.935 12% 5.000.000

2007 24.567.360 4%
0
Budget 2008 30.309.678 23% 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008

Distribution de Donateurs 2007


(Contrats ACF-IN inclus)
Enterprises Autre
2% 2%
ONU
6%

ECHO CC.AA.
33% Espagne
7%

Coopération
Suisse
8%

AECID Partenaires
14% et Donateurs
14%

Autres UE
14%

62
Rapport économique

Usage des Fonds


Nombre de Béneficiaires par Volume pAr misSion 2007 (Euro)
secteur d’intervention* Bolivie 26.299

Sécurité Swaziland 28.851

687.735
Alimentaire Lesotho 116.532

Argentine 215.454

Santé 713.609 Mauritanie 266.881

Paraguay 312.550

Integral 679.818 Espagne 391.098

Pérou 428.011

Nutrition 124.156
Liban 509.218

Eau et Nicaragua 513.954

610.432
assainissement Les Philippines 856.138

Malawi 880.191

Totale 2.815.749 Guinée Conakry 1.243.953

Guatemala 1.256.899

* (Uniquement des missions gerées par Espagne).


Angola 1.550.533

Colombie 1.628.760

Mali 1.896.029

Caucase 2.126.345

Territoire Palestinien 2.764.898

Niger 3.121.519

0 500.000 1.000.000 1.500.000 2.000.000 2.500.000 3.000.000 3.500.000

Répartition des fonds par Usage des Fonds 2007


secteur d’intervention Programmes ACF-IN inclus
Appui technique aux projects sur le terrain Communication
5,3% et collecte
Eau et des fonds
assainissement Sécurité 5,3% Services
20,47% alimentaire administratifs
32,88% 2,7%
Réserve
d’intervention
1,1%

Nutrition
7,65%

Projects sur le terrain


Integral Santé 85,7%
32,27% 6,73%

63
Remerciements…
Cette année, nous souhaitons remercier tout spécialement :

ENTERPRISES Grefusa Radio Nacional de Miguel Molina Castalia Iuris Instituto de Salud
Grupo Día Espagne en Navarra Neus Reig Centro Nacional Carlos III
Aguas de Belascoain
Grupo Fittest Santander Central Pep Margets de Medicina Tropical Obra Social La Caixa
Aldeatour Hispano
Grupo Norte Raimundo Fernández Consello Social de la Oficina de Voluntaria-
Arrasate Seine Tech Universidad de Santi- do del Ayuntamiento
ARxT GT Promociones Raquel Guillén-Bayo ago de Compostela de Pamplona
Servyeco
Asociación Vinos Helvetia Previsión Rodrigo Uría Coordinadora de ONGD Oficina del volunta-
Shakelton
sin Fronteras Horno Artesano Roger Grasas de Navarra riado de la Universi-
SUC estudio dad de Santiago de
Asvona Hotel Voramar Rosa Tristán Cultura Solidaria
UBI Galega Compostela
Baglinox de Benicasim Sergi Bruguera
Voracine Diputación A Coruña Trasteando Taldea
Banesto Ilitia Technologies Susana Vera
Woman Dirección General UNED Tudela
BBVA Intercomet Yasmina Jiménez de Cooperación al Universidad
Caja Laboral Kukuxumusu (El Mundo.es) Desarrollo y Relaciones de Alcalá de Henares
Celer soluciones La Sexta COLLABORATEURS Externas de la Genera- Universidad
Laboratorios CINFA Antoine Attout INSTITUTIONS litat Valenciana. de Navarra
Click Networks, S.L.
Laboratorios HIPRA Artistas exposición Agència Catalana Federació Catalana Universidad
Club Escacs El Vendrell Agua, Vida y Sur d’ONGDs
Litnor Artes Gráficas de Cooperació al Pública de Navarra
Club Esports Tennis Carles Gaig Desenvolupament Federación Navarra de
Cunit Mancomunidad de la Universitarios por la
Carmen Posadas Asociación Afanías Municipios y Concejos Ayuda Social (UAS)
Diario de Navarra Comarca de Pamplona
Crisanto Plaza Ayuntamiento Feria Valencia Universitat Autònoma
Diario de Noticias Marge Books
Emilio Aragón Barcelona Fundació CIDOB de Barcelona
Dimiter Mimo Mas Planchas
Esther Aguado Ayuntamiento Fundación Ecología Universitat
Eroski Mesón de la Tapa de Castellón y Desarrollo de Barcelona
de Castellón Francisco Javier Ruiz
Eurosource Paredes Ayuntamiento Fundación Manuel Universitat
Meta4 de Estella Peláez Castillo Jaume I de Castellón
Fnac Helena Garcia Melero
Mitja Marató Ayuntamiento Fundación Universitat Politècnica
Fundació La Caixa de Terrassa Iñaki Ochoa de Olza de Pamplona Universidad-Sociedad de Barcelona
Fundación Caja NH Hoteles Joaquín Urios
Navarra Ayuntamiento Gobierno de Navarra Voluntaris Terrassa
Ogilvy Bassat José Luis Leal de Sangüesa Gonzalo Marín Xunta de Galicia
Fundación
Dávalos-Fletcher OGIPAN Julio Seijas Ayuntamiento (Canal de Isabel II) (Cooperación, Política
de Tudela Green Cross Espagne lingüística)
Fundación Juan Onda Cero Navarra Lara Montana
Torrejón Ayuntamiento IDA Foundation
Ortega y Azagra Lluis Bassat El Prat de Llobregat
Fundación Renfe Asociados Mar Barón Ingenieros
Ayuntamiento Terrassa Sin Fronteras
Gimasio Físico Portland San Antonio Margarita Samarra

… ainsi que toutes les institutions, organisations et volontaires qui, d’une façon ou d’une autre, ont collaboré avec nous dans
la lutte contre la faim.

64
Acronymes
ACNUR: En espagnol, Haut Com- ICAI: En espagnol, École technique
missariat des Nations Unies pour les supérieure d’ingénierie
réfugiés (HCR) ICRC: En anglais, Comité Internatio-
AECID: En espagnol, Agence espa- nal de la Croix Rouge (CICR)
gnole pour la coopération internatio-
MAE: Ministère Français des Affaires
nale et le développement
Etrangères
AusAID: En anglais, Agence aus-
MRC: En anglais, Commission pour
tralienne pour le développement
le fleuve Mékong
international
NN.UU.: En espagnol, Nations Unies
BPRM: En anglais, Département
(NU)
d’État des Etats-Unis: Bureau de la po-
pulation, des réfugiés et des migrations NORAD AEN: En anglais, Agence
norvégienne pour le développement
CE: Commission Européenne
et la coopération
CICR: Comité International de la
OCHA: En anglais, Bureau de Coordi-
Croix Rouge
nation des Affaires Humanitaires des
CIDA: En anglais, Agence canadienne Nations Unies
de développement international
(ACDI) OFDA: En anglais, Bureau Américain
pour l’Assistance des Désastres à
COSUDE: En espagnol, Agence l’Etranger
Suisse pour le Développement et la
Coopération PMA: En espagnol, Programme Ali-
mentaire Mondial (PAM)
DAH: Délégation à l’Action Humanitaire
SDC: En anglais, Agence suisse pour
SDC: Direction Suisse du Développe- le développement et la coopération
ment et de la Coopération
UE: Union européenne
DFID: En anglais, Département du
Royaume-Uni pour le développement UN: En anglais, Nations Unies (NU)
international UNDP: En anglais, Programme des
DIPECHO: En anglais, Programme de Nations Unies pour le Développe-
prévention de catastrophes de l’Office ment (PNUD)
d’Aide Humanitaire de la Commission UNHCR: En anglais, Haut Commis-
européenne sariat des Nations Unies pour les
EC: En anglais, Commission Euro- réfugiés (HCR)
péenne (CE) UNICEF: Fonds des Nations Unies
ECHO: Office d’Aide Humanitaire de pour l’enfance
la Commission européenne USAID: En anglais, Agence Américaine
EU: En anglais, Union européenne (UE) pour le Développement International
FAO: En anglais, Organisation des WFP: En anglais (World Food Pro-
Nations unies pour l’alimentation et gramme ), Programme Alimentaire
l’agriculture Mondial (PAM)

Photo couverture: Susana Vera, Malawi 2006.


65