Vous êtes sur la page 1sur 68

AF_MemoriaPortada_Fra.

fh11 2/9/09 16:37 3 JLQD 2


C M Y CM MY CY CMY K

La faim a une solution


Photo couverture: Carlos Riaza
rapport annuel
2008
Nos Principes
Action Contre la Faim est une organisation non gouvernementale internationale,
privée, apolitique, aconfessionnelle et non lucrative créée en 1979 en France pour
intervenir dans le monde entier. Sa vocation est de sauver des vies en luttant
contre la faim, la misère physiologique, les situations de détresse qui menacent de
mort des hommes, des femmes, des enfants sans défense.

ACTION CONTRE LA FAIM INTERVIENT:


• En cas de crise grave, d’origine naturelle ou humaine, menaçant la sécurité ali-
mentaire ou provoquant une situation de famine.

• En cas de déstructuration du tissu social, liée à des raisons intérieures ou exté-
rieures, mettant certaines populations dans une situation d’extrême vulnérabilité.

• Là où l’assistance humanitaire est affaire de survie.

L’action de l’association se situe alors soit avant (programmes de prévention), soit


pendant la crise elle-même (intervention d’urgence) ou soit après (programmes
de réhabilitation et de relance). Tous les programmes d’Action contre la Faim ont
pour finalité de permettre à leurs bénéficiaires de recouvrer le plus vite possible
leur autonomie et les moyens nécessaires pour vivre sans dépendre d’une assis-
tance extérieure.

DANS SON ACTIVITÉ, ACTION CONTRE LA FAIM RESPECTE LES PRIN-


CIPES SUIVANTS:

INDÉPENDANCE

NEUTRALITÉ

NON DISCRIMINATION

ACCÈS LIBRE ET DIRECT AUX VICTIMES

PROFESSIONNALISME

TRANSPARENCE
Lettre du Président
La crise économique et financière qui s’est initiée au cours du dernier trimestre
2007 s’est poursuivie en 2008 et continue de frapper toutes les régions du monde
avec une intensité sans précédent depuis la Seconde Guerre Mondiale. L’Espagne
ne pouvait être une exception: la plupart des foyers ont dû réduire leur consom-
mation et les entreprises ont dû réduire leurs plans d’investissement. Nous nous
trouvons face à de graves problèmes de chômage, de perte de pouvoir d’achat,
de fermeture d’entreprises… Dans les pays en développement, la crise financière
est venue s’ajouter à celle du prix des denrées alimentaires. Pour des milliers de
foyers africains, qui destinaient 75% de leurs revenus à l’achat d’aliments, les consé-
quences ont été immédiates et dramatiques. Pour faire face à cette situation, les
familles ont dû réduire le nombre de rations quotidiennes de nourriture, s’endetter,
se défaire de leurs effets ou émigrer. Dans de nombreux cas, il n’y a ni demi-mesure
ni marge d’adaptation: la faim est la seule réponse.
Cependant, et aussi étrange que cela puisse paraître, la crise peut également consti-
tuer une opportunité. Une opportunité pour tourner nos efforts vers les plus vulné-
rables. Lors de leur réunion en 2008, les leaders du G8 inscrivaient pour la première
fois la sécurité alimentaire mondiale à leur agenda, alertés par la dimension humaine
et économique que la flambée des prix des denrées alimentaires prenait dans les
pays en développement. Et ils n’étaient pas les seuls. Les Chefs d’État et de Gou-
vernement réunis lors de la Conférence de haut niveau sur la sécurité alimentaire
mondiale (Rome, juin 2008) parvinrent à inclure dans l’agenda international les 963
millions de personnes alors menacées par la faim. Ce rendez-vous se poursuivit à
Madrid lors de la Réunion de haut niveau sur la Sécurité
Alimentaire. Il semble que ces enfants, ces femmes et La crise peut
ces hommes commencent à ne plus être invisibles. également
Le fait de savoir que bientôt nous pourrions voir dimi- représenter une
nuer le financement public et privé pour lutter contre opportunité pour
la faim nous oblige à faire preuve d’imagination afin améliorer notre
d’obtenir le meilleur rendement de nos ressources. Une efficience.
bonne démarche dans ce sens a été l’adoption, par Ac-
tion Contre la Faim, du traitement de la malnutrition aiguë à domicile, qui a permis
de réduire les coûts d’hospitalisation et d’augmenter le nombre de bénéficiaires.
Enfin, la crise constitue, pour les organisations humanitaires et pour tout secteur d’ac-
tivité, une bonne opportunité pour innover. Depuis quelques années, Action Contre
la Faim mise fortement sur les technologies de l’information, en créant ainsi des outils
de gestion permettant une analyse plus approfondie des contextes et plus personna-
lisée de nos bénéficiaires. Cela nous permettra d’offrir un service de meilleure qualité
et de toucher davantage de personnes. Une grande partie de nos efforts seront ainsi
destinés l’année prochaine à transformer les nouvelles menaces en opportunités afin
de continuer à avancer dans la lutte contre la faim.
José Luis Leal
Président du conseil d’administration
Action Contre la Faim
Le Conseil d’Action Contre la Faim est composé de: José Luis Leal, Emilio Aragón, Carmen
Posadas, Francisco Javier Ruiz Paredes, Crisanto Plaza, Luis Escauriaza et Jorge Semprún.

1
Bilan de l’année
L’année 2008 nous a révélé le pa- les pays sont officiellement en paix.
radoxe de la faim au XXIème siècle. Nous sommes frappés par le fait que
La récolte mondiale de céréales a non seulement les gouvernements
atteint des niveaux sans précédent autoritaires font obstacle aux projets
et la planète n’avait jamais produit humanitaires, mais aussi les gouver-
autant de nourriture. Malgré cela,
nements locaux, qui tentent de s’ap-
le nombre de personnes affamées
a augmenté de plus de 100 millions proprier les projets humanitaires pour
et atteint 963 millions. La planète leur bénéfice direct. Ceci se produit
n’a jamais eu autant de nourriture malgré nos efforts pour nous main-
ni autant d’affamés à la fois ! Cette tenir à l’écart des luttes partisanes. Le
faim sans excuse et inacceptable but est toujours le même: contrôler la
est le fruit, surtout, de l’accès et destination de l’aide humanitaire afin
de la redistribution des ressources de satisfaire aux exigences de groupes
alimentaires plutôt que de la na- favorables au pouvoir en place.
ture ou du hasard.
DES GOUVERNEMENTS
UN ESPACE HUMANITAIRE RÉDUIT QUI FONT OBSTACLE
La réduction de l’espace humanitaire, En Afrique, nous avons vécu la sup-
c’est-à-dire la difficulté pour les orga- pression d’un projet de nutrition avec
nisations humanitaires à opérer dans plus de 45 000 enfants en traitement,
les pays qui en ont le plus besoin, a été, parce qu’il n’était pas en ligne avec le
une fois de plus, la tendance princi- slogan électoral qui proclamait que
pale en 2008. Les grands principes des la faim dans la zone était éradiquée.
Conventions de Genève, à savoir la Nous avons supporté le harcèlement
d’un pays d’Asie qui n’a pas laissé en-
Neutralité et l’Indépendance, se sont
trer les équipes de sauvetage, malgré
vus de plus en plus menacés par ceux-
ses appels à l’aide internationale suite
là mêmes qui provoquent la faim dans
à un cyclone dévastateur. Enfin, nous
le monde. Les organisations humani-
avons vu comment la communauté
taires ont connu une augmentation
internationale, autrefois réactive à ces
considérable des actes d’intimidation.
affronts, se plie peu à peu face aux at-
Le nombre d’enlèvements a augmenté
taques faites aux valeurs et aux prin-
et les actes de violence délibérée, bien
cipes du droit humanitaire.
souvent politique, a augmenté de 61%
par rapport à l’année précédente1. 260 À Action Contre la Faim, nous sommes
travailleurs humanitaires ont été assas- depuis bien longtemps convaincus que
sinés, enlevés ou victimes d’attaques la défense de l’espace humanitaire
directes mettant leur vie en danger. passe par un travail d’intégration de
nos activités dans les structures natio-
À ces difficultés liées à la sécurité de nales des pays que nous souhaitons ai-
nos équipes qui travaillent dans des der. Ces derniers temps, nous pensons
zones de conflit et de crise s’ajoutent également que la défense de l’espace
les entraves administratives et poli- humanitaire passe par un travail de
tiques de gouvernements du Sud dont prise de conscience de la société civile
1  Source – Overseas Development institute: locale et des acteurs de l´État leur per-
Trends in violence against aid workers and the mettant de percevoir en toute clarté le
operational response caractère désintéressé de notre aide et

2
l’impact positif sur la consolidation de
la sécurité alimentaire des populations.

LA CRISE TOUCHE DAVANTAGE


LES PLUS PAUVRES
Le deuxième grand paradoxe est que
les petits agriculteurs sont ceux qui ont
le plus souffert de la crise. Alors que les
prix s’envolaient de 80% en moyenne, les
revenus des petits producteurs se rédui-
saient de 8%. Selon les Nations Unies,
60% des enfants avec malnutrition sont
des enfants d’agriculteurs.

La crise mondiale actuelle a un effet dé-


vastateur sur l’aide au tiers monde. Si les
plus pauvres destinent 80% de leurs reve-
nus à s’alimenter, il ne leur reste que 20%
pour se loger et couvrir le reste des be-
soins essentiels. Cela veut dire que la seule
façon de faire face à la crise est de réduire
la quantité et la qualité des repas. Plusieurs
études réalisées par Action Contre la
Faim, à Sierra Leone par exemple2, mon-
trent que les familles réduisent le nombre
de repas par jour ainsi que leur qualité, ce
produire puisque qu’elle répond à un actuelle4. Les aliments existent mais ne
qui provoque un déséquilibre de la diète
cycle saisonnier maintenant connu3. Qui parviennent pas à ceux qui en ont le plus
catastrophique pour les plus petits.
plus est, nous disposons du traitement besoin. Alors que le volume de produc-
Pour tout cela, il est nécessaire d’orien- pour intervenir de façon efficace et à un tion suffisant est atteint, la distribution
ter les faibles ressources disponibles coût réduit. Que manque-t-il donc pour équitable des ressources alimentaires est
consacrées à la lutte contre la faim vers mobiliser les moyens dès à présent ? le grand défi de l’humanité.
les groupes plus vulnérables. Il s’agit tout
d’abord des groupes souffrant de mal- SUFFISAMMENT D’ALIMENTS, DES SOLUTIONS BASÉES
nutrition aiguë, qui peut être mortelle MAL RÉPARTIS SUR LES DROITS
et qui touche 60 millions de personnes, Les experts de la faim soulignent le be- La distribution demande une mobilisa-
presque toutes étant des enfants et des soin de revoir les modèles utilisés par les tion internationale. Dans bien des cas,
femmes. Environ 19 millions de per- institutions mondiales qui luttent contre cette mobilisation doit avoir lieu à travers
sonnes appartenant à ce groupe souf- la faim. Depuis la Seconde Guerre Mon- l’application des droits de base. Parmi
frent de malnutrition aiguë sévère, la diale, la lutte contre la faim au niveau des ces derniers figure le droit à une alimen-
faim sous sa forme la plus cruelle, dont États s’est axée sur l’augmentation de tation digne, droit reconnu en 1948 par
5 millions d’enfants meurent chaque la production. D’après Ban Ki-moon, la Déclaration Universelle des Droits
année. Nous savons où se trouvent les Secrétaire Général des Nations Unies, Humains, mais qui est resté une aspira-
personnes souffrant de malnutrition, et la production de 2008 aurait pu nour- tion rhétorique, presque décorative, pour
nous savons même quand la faim va se rir le double de la population mondiale la communauté internationale, paralysée
2  Voir Dossier de recherche 2009 Action contre 3  Voir Dossier de recherche 2008 Action contre 4  Réunion de Haut Niveau sur la Sécurité Ali-
la Faim – L’impact de la crise sur la faim la Faim - La faim saisonnière mentaire qui s’est déroulée à Madrid en janvier 2009

3
Bilan de l’année
pie, le Bangladesh et l’Afghanistan. Pour
relever ces défis, Action Contre la Faim
est parvenue à renforcer l’appui de la part
d’institutions telles que l’Agence Espa-
gnole de Coopération Internationale au
Développement, l’Union Européenne
ou l’Agence Catalane de Coopération
au Développement. Dans le secteur des
entreprises, la relation unique et inno-
vatrice avec l’œuvre sociale de la caisse
madrilène Caja Madrid s’est consolidée
à travers son fonds d’urgence qui nous
permet de mettre en œuvre en quelques
heures nos équipes de secours.

Outre ces aides, notre organisation


est parvenue à fidéliser de nouveaux
membres qui nous soutiennent men-
suellement. La crise s’est cependant for-
tement fait sentir dans les dons permet-
tant de faire face aux urgences. Même
si nous avons reçu de nombreuses dé-
monstrations spontanées de solidarité,
nous avons détecté une réduction de la
par la confrontation politique et idéolo- viennent de la consommation d’eau de capacité économique des donateurs.
gique de la guerre froide. mauvaise qualité.
Nous espérons que cette tendance
Depuis 1996, date du Sommet Mon- Depuis le respect à la neutralité et à n’empirera pas. L’année 2009 sera une
dial sur l’alimentation, le Droit à l’ali- l’indépendance, nous pensons que ces année de grands défis qu’il nous faudra
mentation connaît une mobilisation deux droits sont un moyen de parvenir relever tous ensemble, pour que la pla-
sans précédent. La déclaration finale a à la réalisation progressive de la sécurité nète ne soit pas encore plus inhospita-
été ratifiée par 185 pays. Des états tels alimentaire nationale, ceci étant la base lière et injuste pour près d’un milliard
que le Brésil ou l’Inde l’ont intégré à pour éradiquer la faim à long terme. de personnes qui ont faim, chaque
leur constitution et à leurs lois, ce qui jour. Ce n’est pas le moment de baisser
en fait un droit applicable pour les plus Au delà des droits, Action Contre la
les bras. Même si la crise nous touche
pauvres. Le droit à l’alimentation per- Faim est une organisation engagée
tous, notre capacité de réaction n’est
met également de nouvelles actions dans la réponse à court et à moyen
pas la même. Pour ceux qui consacrent
comme, par exemple, la suppression de terme et, de plus en plus, à long terme.
la totalité de leurs revenus à l’achat
lois discriminatoires contre les femmes, de nourriture, il n’y a pas de marge
les groupes ethniques, religieux, les per- DES ALLIÉS PUBLICS ET PRIVÉS
En 2008, outre les 46 pays où nous d’adaptation. Ce sont ces personnes là
sonnes vivant avec le VIH/SIDA, ces qui auront le plus besoin de notre aide.
lois étant à l’origine de la faim. avons une base permanente d’interven-
Nous continuerons à les soutenir, avec
tion, notre organisation est intervenue
tout le professionnalisme dont nous
Le droit à l’eau aide aussi à formu- dans plusieurs crises: deux crises liées à
sommes capables et avec votre aide.
ler une nouvelle réponse permet- des conflits au Caucase et à Gaza, plu-
tant d’aborder la lutte contre la faim. sieurs catastrophes naturelles à Myanmar Olivier Longué
Rappelons que 80% des maladies qui et aux Philippines et renforcement dans Directeur Général
provoquent la malnutrition aiguë pro- des zones vulnérables telles que l’Éthio- Action Contre la Faim

4
UNE “UNIVERSITÉ” HUMANITAIRE Coordination et planification, Sécu-
En 2008, tout en continuant à promou- rité alimentaire.
voir la formation interne du person- • Diplôme d’Expert Universitaire en
nel de l’organisation, Action Contre la
Eau et Assainissement en Coopéra-
Faim a projeté vers l’extérieur sa quali-
tion, en codirection avec l’Université
fication professionnelle en collaborant
d’Alcalá de Henares
avec la communauté universitaire et en-
seignante. Ceci a supposé plus de 300 • Cours monographiques à «La Casa
heures de cours dans 25 universités où Encendida» (Œuvre sociale de Caja
plus de 800 étudiants, futurs profession- Madrid) sur des matières aussi va-
nels de la coopération, ont été formés. riées que la sécurité, la logistique en
Les principales activités ont été: matière d’urgence, la RSC ou la nu-
trition en aide humanitaire.
• Diplôme de Spécialiste Universitaire
en Aide Humanitaire en codirection Outre ces diplômes qui lui sont propres
avec l’Université Rey Juan Carlos et les cours spécialisés, Action Contre
offrant quatre itinéraires profession- la Faim a développé un programme
nels selon le potentiel profession- de pratiques dont ont bénéficié 30 étu-
nel de l’élève: Logistique, Finances, diants.

RECHERCHER + INNOVER = • En matière d’eau et d’assainissement,


EFFICACITÉ de nouveaux systèmes d’urgence de
Formé de spécialistes en médecine, filtration de l’eau (par des mem-
nutrition, agronomie, économie, et di- branes) sont à l’essai et de nouveaux
verses ingénieries au siège et sur le ter- matériaux sont intégrés dans la réha-
rain, le département technique a lancé bilitation de puits (remplacement des
de nouveaux projets pilote et a ouvert anneaux en béton par OVC)
des voies de recherche: • Une méthodologie spécifique a été
• De nouveaux programmes pour la développée au Mali afin d’évaluer
prévention de la transmission du VIH/ l’état nutritionnel de la population
SIDA de mère à enfant sont en déve- dépendant du pâturage
loppement au Mali et des recherches à • Au Niger, le traitement nutrition-
ce sujet sont effectuées au Swaziland nel a été adapté à des formules de
• En Colombie, les bénéfices écono- lait accessibles chez les enfants de
miques d’une utilisation productive moins de six mois souffrant de mal-
de l’eau sont quantifiés (irrigation, nutrition sévère.
bétail, usage domestique, assainis- Action Contre la Faim a partagé toutes
sement, etc.) par les personnes tou- ces expériences lors de forums inter-
chées par le conflit armé. nationaux tels que la Conférence In-
• Au Mali, la couverture des pro- ternationale sur le Sida (Mexique, août
grammes nutritionnels est à l’étude 2008) ou le Congrès Mondial de l’Eau
à travers l’analyse des obstacles à (Montpellier, septembre 2008).
l’accès au traitement pour la popula-
tion souffrant de malnutrition

5
Action contre la Faim

ROYAUME
UNI
ACTIVITÉS PRINCIPALES
CANADA
Lorem Ipsum ex ea commodo consequat. Duis FRANCE
aute irure
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur dolor in reprehenderit in voluptate velit
adipisicing elit, sed do eiusmod tempor in- esse cillum dolore eu fugiat nulla paria-
ÉTATS-UNIS
cididunt ut labore et dolore magna aliqua. ESPAGNE
tur. Excepteur sint occaecat cupidatat non
D'AMÈRIQUE
Ut enim ad minim veniam, quis nostrud proident, sunt in culpa qui officia deserunt
exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip mollit anim id est laborum.
ex ea commodo consequat. Duis aute irure Lorem Ipsum
dolor in reprehenderit in voluptate velit Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur
O

esse cillum dolore eu fugiat nulla paria- adipisicing elit, sed do eiusmod tempor in-
tur. Excepteur sint occaecat cupidatat non
C

cididunt ut labore et dolore magna aliqua.


proident, sunt in culpa qui officia deserunt
HAÏTI Ut enim ad minim veniam, quis nostrud
MAURITANIE
É

mollit anim id est laborum. exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip MALI
Lorem Ipsum ex ea commodo consequat. Duis aute irure
A

GUATEMALA dolor in reprehenderit in voluptate velit


Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur
esse cillum dolore eu fugiat nulla paria-
N

adipisicing elit, sed do eiusmod tempor in- GUINÉE BURKINA


NICARAGUA
cididunt ut labore et dolore magna aliqua. tur. Excepteur sint occaecat cupidatat non FASO
Ut enim ad minim veniam, quis nostrud proident, sunt in SIERRA
culpa qui LEONE
officia deserunt

OCÉAN mollit anim id est laborum. LIBÉRIA CÔTE


A

exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip


COLOMBIE
ex ea commodo consequat. Duis aute irure D'IVOIRE
T

dolor in ECUADOR
PACIFIQUE
reprehenderit in voluptate velit
esse cillum dolore eu fugiat nulla paria-
L

tur. ExcepteurPÉROU
sint occaecat cupidatat non
A

proident, sunt in culpa qui officia deserunt


mollit anim id est laborum.
N

Lorem Ipsum
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur
T

BOLIVIE
adipisicing elit, sed do eiusmod tempor in-
IQ

cididunt ut labore et dolore magna aliqua.


PARAGUAY
Ut enim ad minim veniam, quis nostrud
exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip
U

Pie de foto. Pie de foto. Pie de foto. Pie de foto. Pie


E

de foto. Pie de foto. Pie de foto. Pie de foto. Pie de


foto. Pie de foto.

6
dans le monde

FÉDÉRATION
RUSSE MONGOLIE
GÉORGIE
AZERBAÏDJAN
ARMÉNIE
TADJIKISTAN
LIBAN
AFGHANISTAN
TERRITOIRE
PALESTINIENNE NÉPAL
PAKISTAN
BANGLADESH
BIRMANIE LAOS
NIGER SOUDAN LES PHILIPPINES
TCHAD
CAMBODGE
RÉPUBLIQUE SOMALIE
CENTRAFRICAINE ETHIOPIE

OUGANDA
INDONÉSIE
R. D. DU CONGO
KENYA
OCÉAN
ANGOLA INDIEN
ZAMBIE MALAWI

ZIMBABWE

SWAZILAND
LESOTHO

7
ASIE

Afghanistan ACF-France

Capitale: Kaboul Espérance de vie à la naissance: 43,2


Population: 28,7 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 260
Superficie: 652 225 km² Taux d’alphabétisation: 28%
Langue: Pachto, Dari PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 222
Régime politique: république présidentielle Indice de Développement Humain: Non disponible
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 42%
Population sans accès à l’eau potable: 78%

Malgré des années de stabilité politique et l’appui international depuis la chute des talibans en 2001, la plupart des afghans se sentent frus-
trés par le jeu politique et les pauvres résultats en termes d’amélioration des conditions de vie, et ne font pas confiance au gouvernement.
En outre, les besoins humanitaires restent graves: les besoins non couverts sont encore nombreux. Le processus de reconstruction est très
lent et le développement économique reste limité

Ouzbekistan ACTIVITÉS PRINCIPALES


Turkmenistán Tadjikistan
NUTRITION ET SANTÉ EAU ET ASSAINISSEMENT
• Appui institutionnel et opérationnel au • Faciliter l’accès à l’eau potable
Ministère de la Santé Publique afghan • Construction de points d’eau
Afghanistan pour la prévention et la lutte contre la • Construction et réhabilitation de latrines
malnutrition aiguë et chronique • Mise en place de comités de gestion
Kaboul
• Préparation des protocoles nationaux sur • Séances de promotion de l’hygiène
la prévention, le dépistage et le traitement
Iran Pakistan de la malnutrition Chiffre Clés
• Formation du personnel de santé Début de la mission: 1979, réouverture
• Éducation sur la nutrition et la diversi- en 1995
fication des aliments (développement de Lieux: Kaboul, Samangan, Ghor,
matériel didactique) Day-Kundi, Parwan, Kapisa
• Appui psychologique individuel dans les Ressources humaines :
centres de nutrition • Expatriés: 7
• Appui aux mères durant la période d’allai- • Personnel local: 153
tement et stimulation des enfants atteints Destinataires: 168 767 personnes
de malnutrition Financements: ECHO, Gouvernement
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE français, PAM, UNICEF, Ministère de la
• Distribution d’aliments Santé afghan, donateurs privés, Action
• Programmes de «Vivres contre Travail» Contre la Faim
• Distribution de semences et de fertili-
sants afin de promouvoir la diversifica-
tion des repas
•R  econstitution du bétail
•R  éduction de la vulnérabilité des per-
sonnes vivant dans les zones rurales
(Ghor, Day Kundi, Samangan) touchées
par la sécheresse et augmentation de
leur capacité de réponse en cas de catas-
trophes naturelles

Séance de Formation dans une des communautés


rurales de Samangan (Photo: ©David Sauver/
Agence VU)

8
AFRIQUE

Angola ACF-Espagne

Espérance de vie à la naissance: 42,1 Capitale: Luanda


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 154 Population: 17,5 millions
Taux d’alphabétisation: 67,4% Superficie: 1 246 700 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 4 434 Langue: portugais
Indice de Développement Humain: 0,484 (157ème sur 179) Régime politique: république présidentielle
Population en dessous du seuil de pauvreté national: Non disponible
Population sans accès à l’eau potable: 47%
Population sans assainissement de base: 69%
Taux de malnutrition infantile chronique: 45%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 2,8%

L’Angola se relève peu à peu, après trois décennies de guerre civile qui prirent fin en 2002 avec la victoire du MPLA, au pouvoir de-
puis 1975. L’héritage du conflit est extrêmement présent dans la vie des angolais: L’Angola est l’un des pays les plus minés du monde.
Même si ce pays est le plus grand producteur de pétrole d’Afrique, et le quatrième producteur de diamants du monde, le processus
de reconstruction est très lent et la croissance économique ne s’est pas encore fait sentir pour la population: la moitié des enfants
souffrent de malnutrition et deux tiers de la population n’ont pas accès à l’assainissement.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Rép Dem. du Congo

SANTÉ rables, utilisation de semences améliorées


• Formation de personnel médical dans des et commercialisation de produits Luanda
hôpitaux, centres et postes de santé • Activités Génératrices de Revenus
• Analyse socio-agro-économique des po-
• Promotion de la santé publique Angola
• Amélioration de la qualité des consulta- pulations
tions prénatales • Séminaires techniques et foires agro-pas-
• Prévention du VIH / SIDA torales
• Suivi et analyse de l’évolution de la situa- • Appui au Ministère de l’agriculture
tion médico-nutritionnelle GENRE
EAU ET ASSAINISSEMENT • Augmentation des capacités sociales et
Namibie Botswana
• Construction, réhabilitation de puits et institutionnelles
installation de pompes manuelles • Mise en place d’activités génératrices de
• Formation en construction et entretien revenus pour les femmes
de latrines • Formation contre la violence de genre
• Formation de groupes d’autogestion des • Élaboration d’études sur la situation de la
points d’eau femme en Angola
• Éducation en hygiène
• Appui logistique et formation du person- Chiffre Clés
nel des Brigades Municipales de l’Eau Début de la mission: 1995
• Construction de latrines en zones ur- Lieux: Luanda, Lubango, Chicomba,
baines Chipindo, Huambo
• Interventions afin de combattre des épi- Ressources humaines :
démies telles que le choléra • Expatriés: 9
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE • Personnel local: 65
• Distribution de semences et outils agri- Destinataires: 418 000 personnes
coles Financements: UE, AECID, Conseil Ré-
• Mise en place de banques de semences gional de Castille-La Manche, Mairie de
• Expérimentation avec de nouvelles varié- Barcelone, fonds propres
tés agricoles
• Formation en techniques agricoles du-

La formation est la façon la plus efficace de préve-


nir des épidémies telles que le choléra

9
ASIE

Arménie ACF-Espagne

Capitale: Erevan Espérance de vie à la naissance: 73


Population: 3 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 26
Superficie: 29 800 km². Taux d’alphabétisation: 99,4
Langue: arménien et russe PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 920
Indice de Développement Humain: 0,777 (83ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 50,9%
Population sans accès à l’eau potable: 8%
Population sans assainissement de base: 17%
Taux de malnutrition infantile chronique: 3%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

Des élections présidentielles ont eu lieu le 19 février 2008 en Arménie, suivies de la proclamation de l’état d’exception après les affron-
tements entre la police et les manifestants dénonçant le résultat frauduleux des élections. Quoiqu’une situation de cessez-le-feu ait été
instaurée, le conflit territorial non encore résolu avec l’Azerbaïdjan pour Nagorno-Karabagh provoque un contexte sociopolitique fragile
et complexe, avec plus de 120 000 déplacés internes. Les taux élevés de pauvreté (de plus de 50% dans l’ensemble de la région), le chô-
mage et l’incapacité du nouveau gouvernement à faire face à la situation sont à l’origine du manque de confiance généralisé dans le pays.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Géorgie
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffre Clés
Azerbaïdjan • Insertion des populations à plus faible re- Début de la mission: 1994
venu sur le marché laitier Lieux: Région de Syunik et District de
Erevan • Appui à la commercialisation de produits Sisian
• Renforcement de la production agricole Ressources humaines :
• Création de capacités et mobilisation • Expatriés: 1
Arménie dans les communautés • Personnel local: 21
Turquíe
• Renforcement des institutions Destinataires: 8 000 personnes
• Renforcement des agriculteurs à travers Financements: SDC
Iran les associations d’agriculteurs

Les taux élevés de pauvreté mettent la population


arménienne dans une situation de grande vulnéra-
bilité

10
ASIE

Azerbaïdjan ACF-Espagne

Espérance de vie à la naissance: 66,6 Capitale: Bakou


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 54 Population: 8,5 millions
Taux d’alphabétisation: 98,8% Superficie: 86 600 Km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 6 172 Langue: azéri, russe
Indice de Développement Humain: 0,758 (97ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 49,6%
Population sans accès à l’eau potable: 23%
Population sans assainissement de base: 46%
Taux de malnutrition infantile chronique: 23%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

Malgré une forte croissance au cours des dernières années grâce aux revenus du pétrole, on estime que 50% de la population vit en dessous
du seuil de pauvreté, notamment dans les zones rurales. En Azerbaïdjan, des questions telles que la pauvreté et l’insécurité alimentaire
demeurent quasiment inchangées depuis le déclin socio-économique intervenu après l’indépendance car les causes n’en sont pas encore
correctement abordées: manque d’accès aux opportunités et aux services tels que l’emploi, les marchés, les ressources, les moyens de
production, la santé, l’éducation ou l’eau potable. L’agriculture, qui représente 21% du PIB total, reste la source principale de revenus et
d’emploi pour une grande partie de la population du pays.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Russie


Géorgie
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffre Clés
ET ÉCONOMIQUE Début de la mission: 2000
• Développement des marchés agricoles Lieux: Districts d’Agjiabedi et de
• Appui aux contreparties locales en déve- Beylagan Azerbaïdjan
loppement agricole Ressources humaines : Bakou
• Appui aux institutions locales pour la pro- • Expatriés: 1
motion de l’égalité entre les sexes et l’au- • Personnel local: 17 Arménie
tonomisation économique des femmes Destinataires: 4 500 personnes
• Faciliter les liens entre les petits agricul- Financements: SDC
teurs, les fournisseurs et les commerçants Iran
• Création de capacité dans les communautés
• Appui à la production agricole
• Projet de participation et analyse des pro-
grès
• Enquêtes de suivi

L’appui à la production agricole est essentiel pour


le développement du pays

11
ASIE

Bangladesh ACF-France

Capitale: Dacca Régime politique: république présidentielle


Population: 161,3 millions Espérance de vie à la naissance: 63,5
Superficie: 143 998 km² Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 73
Langue: bengali Taux d’alphabétisation: 52,5%
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1.155
Indice de Développement Humain: 0,524 (147ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 49,8%
Population sans accès à l’eau potable: 20%
Population sans assainissement de base: 61%
Taux de malnutrition infantile chronique: 51%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

Situé au nord-est du sous-continent indien, le Bangladesh est traversé par de nombreuses rivières. La planéité de sa topographie, la basse
altitude et la forte densité de population en font un des pays les plus exposés aux catastrophes naturelles: inondations, cyclones, raz-de-
marée... On estime que plus d’un tiers des habitants de Dacca vivent en-dessous du seuil de pauvreté et la malnutrition aiguë sévère touche
environ 300 000 enfants de moins de 5 ans. Des actions pour lutter contre ce fléau sont mises en place, mais il manque une politique
nationale pour l’identification, le traitement et la prévention de la malnutrition aiguë sévère.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
NUTRITION ET SANTÉ EAU ET ASSAINISSEMENT
• Détection, prévention et traitement de la • Points d’accès à l’eau potable
malnutrition aiguë • Construction de latrines
• Mise en place d’un projet de nutrition / • Promotion de l’hygiène
Dacca Inde
pratiques de prise en charge / sécurité ali-
Inde mentaire dans les camps de Leda Bazar,
Bangladesh Kutupalong et Nayapara. Chiffre Clés
Début de la mission: 2007
PRÉVENTION DES CATASTROPHES Lieux: Dacca, Shariatpur, Barguna,
• Réponse aux catastrophes naturelles dans Cox’s Bazar
les districts de Shariatpur et de Barguna Ressources humaines :
• Assistance aux sinistrés des catastrophes • Expatriés: 9
naturelles par la mise en place d’un sys- • Personnel local: 15
tème intégré d’aliments et d’eau, assai- Destinataires: 64 215 personnes
nissement et hygiène dans la phase d’ur- Financements: ECHO, Reuters, AECID,
gence et de réhabilitation Fonds privés, Collectivités
•P  révention de risques / préparation face
aux catastrophes
- Construction de maisons surélevées
- Sessions de sensibilisation pour la prépa-
ration face aux catastrophes et réduction
de risques
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
• Distribution d’intrants agricoles
• Distribution d’argent, besoins de base et
équipements de pêche
• Formation en techniques agricole
• Nettoyage de logements et de leur envi-
ronnement

L’accès à l’eau potable est essentiel pour la préven-


tion de la malnutrition

12
AMÉRIQUE
DU SUD

Bolivie ACF-Espagne

Espérance de vie à la naissance: 65,1 Capitale: Sucre


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances) : Population: 9,7 millions
Taux d’alphabétisation: 89,8% Superficie: 1 100 000 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 3 989 Langue: espagnol, quechua, aymara, guarani
Indice de Développement Humain: 0,723 (111ème sur 179) Régime politique: république présidentielle
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 64,6%
Population sans accès à l’eau potable: 14%
Population sans assainissement de base: 54%
Taux de malnutrition infantile chronique: 33%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

Malgré de grandes réserves de minéraux et ressources énergétiques, il s’agit de l’un des pays les plus pauvres d’Amérique du Sud, la
population se consacrant en grande partie à l’agriculture et obtenant de maigres bénéfices. Ce pays, aux forts contrastes climatiques, est
passé d’une période de trois ans d’inondations, des milliers de familles perdant leur foyer et leurs moyens de subsistance, à une période de
sécheresse extrême au cours de laquelle huit foyers sur dix font face, dans la région du Chaco, à une situation difficile. Des affrontements
entre le gouvernement central et l’opposition se sont produits en 2008 et ont marqué l’actualité quotidienne du pays, parvenant même, en
octobre, à paralyser toute activité pendant 25 jours dans les quatre communautés s’opposant à Evo Morales.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Brésil
PRÉVENTION DES CATASTROPHES SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Pérou
• Préparation et organisation de commu- et NUTRITIONNELLE
nautés pour faire face à d’éventuelles • Formation technique en agriculture de
inondations conservation
• Renforcement des capacités d’institutions • Formation sur le fonctionnement des Bolivie
locales pour gérer le risque et la prépara- marchés, planification de la production et
tion face aux inondations information continue et à jour des prix Sucre
• Amélioration des connaissances des tech- agro-pastoraux
niciens et des autorités locales concer- • Réalisation d’études de marchés sur des
nant les causes des inondations, et amé- Paraguay
produits pouvant éventuellement accéder
lioration de la capacité de coordination aux marchés
Chili Argentine
inter institutionnelles face aux urgences • Appui à l’application du Programme Na-
• Amélioration et extension du système tional de Malnutrition Zéro
d’Alerte Précoce face aux inondations • Renforcement des services de santé lo-
dans le Bassin Versant de Río Grande caux pour le dépistage et le traitement
AIDE HUMANITAIRE d’enfants avec malnutrition aiguë sévère
• Mise en place d’infrastructures hydro-
sanitaires dans des refuges temporaires Chiffre Clés
pour des familles touchées par les inon- Début de la mission: 2000
dations Lieux: Santa Cruz de la Sierra, San Julián,
• Distribution d’intrants agricoles afin de Cuatro Cañadas, Pailón, El Puente, Saave-
relancer la production et l’autoconsom- dra, Okinawa, Lagunillas, Gutiérrez, Camiri
mation d’aliments de base Ressources humaines :
• Réhabilitation de systèmes d’approvision- • Expatriés: 0
nement en eau dans les communautés • Personnel local: 20
inondées Destinataires: 15 000
• Renforcement des capacités des institu- Financements: AECID, ECHO, ACCD,
tions locales afin de coordonner l’assis- Gouvernement de Navarre
tance aux personnes sinistrées

Latrines habilitées dans des refuges d’accueil tem-


poraire pour les familles touchées par les inonda-
tions périodiques

13
AFRIQUE

Burkina Faso ACF-France

Capitale: Ouagadougou Espérance de vie à la naissance: 51,7


Population: 15,2 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 96
Superficie: 274 000 km² Taux d’alphabétisation: 26%
Langue: français PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 084
Indice de Développement Humain: 0,372 (173ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 46,4%
Population sans accès à l’eau potable: 28%
Population sans assainissement de base: 87%
Taux de malnutrition infantile chronique: 43%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 2%

La situation politique est stable au Burkina Faso depuis plusieurs décennies. Il reste cependant classé parmi les pays dont le taux de déve-
loppement humain est le plus bas. Disposant de faibles ressources naturelles, le pays dépend d’une économie agricole insuffisante pour
faire front à la croissance de la population (aux alentours de 2,9% en 2007), aux vagues successives de sécheresse et d’inondations et aux
ravageurs. De plus, le pays est menacé par de nouveaux problèmes tels que les limitations économiques liées à la hausse mondiale des prix
des matières premières.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Mali NUTRITION Chiffre Clés
Niger • Amélioration de la gestion de la malnu- Début de la mission: 2008
trition aiguë afin de réduire la morbidité Lieux: Ouagadougou, Diapaga
et la mortalité. Ressources humaines :
Burkina Faso • Détection et traitement de la malnutrition • Expatriés: 8
Ouagadougou aiguë • Personnel local: 50
• Appui aux structures existantes (centres Destinataires: 209 personnes
Benin de santé, parmi le personnel du district) Financements: ECHO
dans le district de Diapaga, dans la Ré-
Ghana
gion Orientale
Côte Togo •P  articipation à la coordination nationale
d’Ivoire
et à l’appui technique
•A  ppui technique, notamment à la Direc-
tion Nationale de Nutrition pour l’ap-
plication d’enquêtes nutritionnelles au
niveau national
•R  enforcement des capacités des acteurs
en prévention et prise en charge de la
malnutrition aiguë
•A  ppui à la surveillance de la nutrition
• I dentification des liens entre malnutrition
et insécurité alimentaire
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
• Réalisation d’une enquête dans des foyers
de Diapaga afin d’identifier les liens éven-
tuels entre la malnutrition et l’insécurité
alimentaire
• Contrôle de la sécurité alimentaire au
niveau régional et national, notamment
dans les zones à risque et urbaines

Mesurage et pesée dans un centre nutritionnel habilité


par Action Contre la Faim (Photo: REUTERS/
Finbarr O’ Reilly/ courtoisie de www.alertnet.org)

14
AMÉRIQUE
DU SUD

Colombie ACF-Espagne

Régime politique: république présidentielle Capitale: Bogota


Espérance de vie à la naissance: 72,3 Population: 44,7 millions
Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 17 Superficie: 1 141 748 km².
Taux d’alphabétisation: 91,4% Langue: espagnol
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 7 653
Indice de Développement Humain: 0,787 (80ème sur 177)
Population en dessous du seuil de pauvreté: 64%
Taux de malnutrition infantile chronique: 12%
Population sans accès à l’eau potable: 7%
Population sans assainissement de base: 22%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,6%

La Colombie connaît la pire crise humaine de l´hémisphère occidental, entraînant un degré de souffrance élevé de la population civile. Les
chiffres sont parlants: presque quatre millions de personnes déplacées, c’est-à-dire près de 9 % de la population totale. À cela s’ajoute un
autre type de victimes du conflit, telles que les populations bloquées ou confinées, ou encore les populations en risque de déplacement.
La combinaison entre déplacement, pauvreté structurelle et assistance insuffisante est à l’origine de cette crise, situation aggravée par les
inondations récurrentes qui ont lieu dans le pays presque chaque année. En 2008, et pour la deuxième année consécutive, il a plu durant
presque six mois de suite, inondant les cultures et des villages entiers dans les régions de Córdoba et de La Mojana.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
EAU ET ASSAINISSEMENT SANTÉ
• Construction et réhabilitation d’infras- • Suivi d’indicateurs de base de santé Venezuela
tructure d’eau communautaire et familiale • Campagnes de vaccination, déparasitage
• Construction et réhabilitation d’infras- et supplémentation avec micronutriments
tructure sanitaire, scolaire et communau- • Réhabilitation et équipement de centres
Colombie
taire de santé Bogotá
• Construction de latrines familiales • Formation d’agents de santé communau-
• Distribution de réservoirs de stockage taires
d’eau • Formation et éducation en nutrition Brésil
Équateur
• Distribution de filtres à eau maison
• Contrôle de la qualité de l’eau (bactériolo- Pérou
gique et physico-chimique) Chiffre Clés
• Création et renforcement de comités de Début de la mission: 1998
l’eau Lieux :
• Côte Atlantique (départements de César,
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE : La Guajira, Sucre, Bolivar et Cordoba)
• Distribution d’aliments à la population en • Sud du pays (départements de Putumayo
situation d’urgence et Nariño)
• Distribution d’intrants agro-pastoraux Ressources humaines :
pour la récupération précoce • Expatriés: 4
• Réhabilitation ou réparation d’infrastruc- • Personnel local: 64
ture et de moyens productifs Destinataires: 75 000 personnes
• Mise en place de systèmes de traitement Financements: COSUDE, ECHO, ACCD,
et de transformation d’aliments à petite AECID, PAM, CIDA, Generalitat Valenciana
échelle
• Formations et assistance technique spé-
cialisée en processus productifs et com-
mercialisation
• Diagnostics de marché

Les arhuacos sont un des peuples indigènes qui ont


le plus souffert des conséquences du conflit armé
colombien (Photo: Susana Vera)

15
AFRIQUE

Côte d’Ivoire ACF-France

Capitale: Yamoussoukro et Abidjan Régime politique: République présidentielle


Population: 19,6 millions Espérance de vie à la naissance: 47,7
Superficie: 322 460 km² Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 195
Langue: français (officielle), dioula et 60 Taux d’alphabétisation: 48,7%
autres dialectes PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 632
Indice de Développement Humain: 0,431 (166ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: Non disponible
Population sans accès à l’eau potable: 19%
Population sans assainissement de base: 16%
Taux de malnutrition infantile chronique: 63%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 7,1%

Six ans après la crise de septembre 2002 et malgré les nombreux accords signés, le retour à la normalité se fait très peu à peu en Côte d’Ivoire.
Les besoins humanitaires ont été jusqu’à présent relativement modérés par la combinaison de mécanismes d’adaptation des populations et
des efforts de divers agents humanitaires. Des facteurs de risque subsistent cependant, dont une détérioration progressive des conditions
de vie des personnes dans un environnement non structuré.

Mali Burkina Faso ACTIVITÉS PRINCIPALES


NUTRITION ET SANTÉ Chiffre Clés
Guinée • Renforcement des activités de nutrition Début de la mission: 2002
Côte • Réalisation d’une étude de diagnostic sur Lieux: Abidjan, Korogho, Odienne, San
d’Ivoire le support nutritionnel dans la prise en Pedro
Tanzanie charge du VIH Ressources humaines :
Yamoussoukro • Étude de la prise en charge du VIH • Expatriés: 5
Libéria • Cartographie des services existants qui • Personnel local: 29
apportent leur soutien face à la malnu- Destinataires: 49 500 personnes
Abidjan trition Financements: EuropeAid, Action
• Appui aux institutions et au secteur de la Contre la Faim
santé à travers un programme de traite-
ment de la malnutrition aiguë
•A  ppui à la gestion de la malnutrition ai-
guë dans les centres de santé
•F  ormation de personnel médical, en coor-
dination avec UNICEF, le Programme
National de Nutrition (PNN) et autres
partenaires afin d’améliorer et d’étendre
la prise en charge de la malnutrition aiguë
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Amélioration de l’accès, approvisionne-
ment en eau et assainissement
• Promotion de l’hygiène dans les zones
vulnérables
• Création de comités de l’eau villageois
- Promotion de l’hygiène et de la santé
• Extension du réseau d’appui pour relier
les foyers

Action Contre la Faim œuvre afin d’améliorer les


conditions de vie des plus vulnérables (Photo: REU-
TERS/Luc Gnago/courtoisie de www.alertnet.org)

16
AFRIQUE

Éthiopie ACF-France

Espérance de vie à la naissance: 52,2 Capitale: Addis-Abeba


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 164 Population: 85,2 millions
Taux d’alphabétisation: 35,9% Superficie: 1 000 000 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 700 Langue: amharique
Indice de Développement Humain: 0,389 (169ème sur 179) Régime politique: République Fédérale
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 44,2%
Population sans accès à l’eau potable: 58%
Population sans assainissement de base: 87%
Taux de malnutrition infantile chronique: 51%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 3,5%

L’Éthiopie est un immense pays, avec de nombreuses régions présentant des situations très variées et complexes. Les urgences huma-
nitaires y sont récurrentes et les réponses parfois limitées par une capacité insuffisante de l’administration ou, dans des zones de conflit
comme la région somalienne, par les conditions de sécurité et les difficultés d’accès pour les organisations humanitaires indépendantes aux
populations concernées. Les lignes de conflits et les sources de tension qui entraînent le déplacement de la population sont multiples: en
interne, il est lié à la confrontation avec les groupes armés (ONLF, FLO), en externe, il est lié d’une part au conflit non résolu avec Eritrea,
et d’autre part à la participation des troupes éthiopiennes en Somalie.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Érythrée
NUTRITION • Formation du personnel du Département
de l’Eau Soudan
• Études de nutrition et alimentation
• Prévention et traitement de la malnutri- • Sensibilisation de la communauté
tion aiguë et modérée
• Développement de la capacité d’interven- Somalie
tion dans le domaine de la nutrition
Chiffre Clés Ethiopie
Début de la mission: 1984
• Mise en place d’un réseau de surveillance
Lieux: Addis-Abeba, Région SNNPR, Ré- Addis Abeba
• Traitement des enfants avec malnutrition
gion Somalienne
modérée ou sévère
Ressources humaines :
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE • Expatriés: 10
• Réponse d’urgence et appui, à moyen Tanzanie Kenya
• Personnel local: 116
terme, aux moyens de subsistance (éle- Destinataires: 373 214 personnes
vage, agriculture...) Financements: ECHO, EuropeAid,
• Réduction et réponse à la vulnérabilité OCHA, SDC, Fondation de France, UBS
des éleveurs et aux urgences créées par
les conditions climatiques difficiles dans
les basses terres
• Formation et supervision de paravétéri-
naires
• Sensibilisation de la communauté sur les
soins à apporter au bétail
• Appui aux vendeurs de médicaments
pour animaux
• Argent contre travail (travaux liées à des
projets d’irrigation)
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Réhabilitation et construction d’infras-
tructures
• Amélioration de la durabilité de la protec-
tion des sources d’eau, puits, réservoirs…

L’accès à l’eau et à l’assainissement est essentiel


pour lutter contre la malnutrition (Photo: Cristina
Alamán.)

17
Fédération
Russe
ASIE

(Tchétchénie, Ingouchie) ACF-France

Capitale: Moscou (Tchétchénie: Grozni) Espérance de vie à la naissance: 65,2


Population: 144 millions (Tchétchénie 1 mil- Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 18
lion) Taux d’alphabétisation: 99,5%
Superficie: 1 000 000 km² (Tchétchénie 19 PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 13 205
300 km²) Indice de Développement Humain: 0,806 (73ème sur 179)
Langue: russe (Tchétchénie: Tchéchène- Population en dessous du seuil de pauvreté national: 19,6%
tushi, Ingouche et tchéchène) Population sans accès à l’eau potable: 3%
Régime politique: république fédérale Population sans assainissement de base: 13%
(Tchétchénie: république islamique non re- Taux de malnutrition infantile chronique: 1,1%
connue officiellement) Taux de prévalence du VIH/SIDA: 1,1%
Données correspondant à la Fédération Russe

Le conflit de 1994 a entraîné le déplacement massif de la population de Tchétchénie vers des zones périphériques comme l’Ingouchie.
Ces mouvements ont rendu la population de cette zone plus vulnérable, et les dommages causés par la guerre et la mauvaise affectation
des fonds publics ont provoqué de grandes défaillances dans l’infrastructure publique, voire une interruption totale des services publics
empêchant les plus pauvres de subvenir à leurs besoins de base.
L’année 2008 a été marquée par la stabilisation de la situation politique après la désignation, en 2007, de Ramzan Kadyrov comme prési-
dent de la république russe de Tchétchénie par Vladimir Putin. La situation socio-économique générale du territoire continue de s’amé-
liorer grâce aux investissements massifs en reconstruction, en récupération de l’activité économique locale et à l’aide des aides sociales
fédérales aux plus vulnérables.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffre Clés
• Remise en place des moyens permettant Début de la mission: 1999
Fédération Russe d’atteindre l’autosuffisance par le déve- Lieux: Grozni et Shatoy
loppement de sources de revenus alter- Ressources humaines :
Moscou
natives • Expatriés: 2
•A  pprovisionnement en aliments pour les • Personnel local: 29
populations touchées par les conflits Destinataires: 49 500
Kazakhstan •A  ctivités génératrices de revenus api- Financements: ECHO, DAH, Coopéra-
culture, magasins, services, couture, ré- tion norvégienne, donateurs privés
paration de voitures, salons de coiffure,
services informatiques, boulangeries,
réparation d’articles de cuir et de vête-
ments, menuiserie...
PRISE EN CHARGE
PSYCHOSOCIALE
• Renforcement de l’aide psychosociale aux
groupes les plus vulnérables, les femmes
enceintes, les enfants, et notamment au
couple mère-enfant
• Prestation d’assistance matérielle (distri-
bution de kits de “ naissance ”)
• Amélioration des pratiques de soin aux
enfants
• Techniques d’allaitement maternel

Action Contre la Faim développe des projets d’api-


culture en tant qu’activité alternative génératrice de
revenus

18
ASIE

Géorgie ACF-Espagne

Espérance de vie à la naissance: 70,8 Capitale: Tbilissi


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 41 Population: 4,6 millions
Taux d’alphabétisation: 100% Superficie: 69 700 km².
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 4 009 Langue: géorgien et russe
Indice de Développement Humain: 0,763 (93ème sur 179) Régime politique: république présidentielle
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 54,5%
Population sans accès à l’eau potable: 18%
Population sans assainissement de base: 6%
Taux de malnutrition infantile chronique: 15%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,2%

En août 2008, suite au conflit entre la Russie et la Géorgie, plus de 100 000 déplacés internes d’Ossétie du Sud, d’Abjasia et de Shida Kartli
se sont vus obligés à se déplacer et à s’installer dans des logements temporaires (centres collectifs et familles d’accueil) sur tout le territoire
géorgien. Mi-octobre, après le retrait des forces militaires russes, de nombreuses familles de Shida Kartli ont pu rejoindre leurs foyers,
mais pour les déplacés internes d’Abkhazie et de l’Ossétie du sud la perspective de rentrer chez eux reste encore lointaine. Durant l’hiver,
le Gouvernement géorgien et la communauté internationale ont porté leur attention sur le fait de procurer des refuges et de fournir l’aide
humanitaire de base. L’attention devrait cependant être maintenant portée sur l’apport d’un appui économique à long terme aux déplacés
internes, et promouvoir leur intégration et participation au niveau communautaire et municipal.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffre Clés Fédération Russe
• Activités Génératrices de Revenus Début de la mission: 1994
• Distribution d’aliments Lieux: Abjasia, Kvemo Kartli, Alto Same-
• Renforcement de la production agricole grelo, Svanetia, Shida Kartli
• Appui aux fournisseurs de services agri- Ressources humaines : Géorgie
coles • Expatriés: 8 Tbilisi
• Création d’un réseau d’information et de • Personnel local: 77
diffusion Destinataires: 65.400 personas Turquíe
Financements: SDC, UNICEF, ACNUR,
CONSOLIDATION DE LA PAIX
• Associations de jeunes EC Azerbaïdjan
• Formation en matière de résolution de
conflits
• Projets dans les communautés connais-
sant des conflits
DÉVELOPPEMENT
COMMUNAUTAIRE
• Développement de capacités au niveau
communautaire
• Renforcement de la participation de la
communauté dans la prise de décisions
• Développement de plans communau-
taires
• Projets communautaires
• Coordination et participation des autori-
tés locales au développement de la com-
munauté
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Distribution de kits d’hygiène et eau
• Campagne de promotion de l’hygiène
• Réhabilitation d’infrastructures
Des kits d’hygiène ont été distribués l’année der-
nière aux déplacés fuyant le conflit entre la Russie
et la Géorgie

19
AMÉRIQUE

Guatemala
CENTRALE

ACF-Espagne

Capitale: Guatemala Espérance de vie à la naissance: 70


Population: 13,7 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 32
Superficie: 108 889 km² Taux d’alphabétisation: 72,5%
Langue: espagnol, 23 langues indigènes PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 4 311
Régime politique: république présidentielle Indice de Développement Humain: 0,696 (121ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 56,2%
Population sans accès à l’eau potable: 4%
Population sans assainissement de base: 14%
Taux de malnutrition infantile chronique: 54%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,9%

Les effets de la crise économique mondiale qui continuent de frapper le pays avec la baisse des exportations, du flux de livraisons et des
revenus du tourisme, viennent s'ajouter à la forte vulnérabilité due au manque de nourriture entre le mois d'avril et le mois d'août et au
risque élevé de cyclones. La sécurité en ville, la migration, le trafic de stupéfiants, l'éducation et les services de base en eau et assainissement
sont autant de défis auxquels le nouveau gouvernement devra répondre, dans un pays où plus de la moitié de la population vit en dessous
du seuil de pauvreté national.

Belize ACTIVITÉS PRINCIPALES


NUTRITION ET SANTÉ • Renforcement de l’organisation communau-
• Enquêtes nutritionnelles taire pour la gestion des ressources hydriques
Mexique
• Études de vulnérabilité PRÉVENTION DE CATASTROPHES
• Appui au Ministère de la Santé pour le dé- NATURELLES
veloppement de systèmes d’information • Diagnostics de vulnérabilité et cartogra-
Guatemala et d’alerte précoce en sécurité alimentaire phie de risque
et nutritionnelle • Formation en prévention, préparation et
Guatemala Honduras atténuation de catastrophes
•É  ducation sanitaire et nutritionnelle dans
les communautés • Manuel d’évaluation de risques
•P  romotion de la consommation de plantes • Travaux d’atténuation
El Salvador
alimentaires locales • Systèmes d’alerte précoce
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE • Systèmes de surveillance
• Distribution de semences, d’outils agri- • Plans de gestion de micro-bassin
coles et d’engrais • Renforcement du système CONRED
•F  ormation en techniques de sélection de (Coordinadora Nacional de Reducción
variétés de semences de Desastres)
•A  ssistance technique pour la manipula- • Simulacres
tion de graines de base et promotion de • Formation de brigades de sauvetage.
l’utilisation de silos en métal. Chiffre Clés
•C  onstruction de systèmes de mini irrigation Début de la mission: 1998
•C  onseil en transformation et commercia- Lieux: Départements de Chiquimula, San
lisation de produits agro-pastoraux Marcos, Huehuetenango, Escuintla et Ciu-
•A  ppui en production d’aliments dad de Guatemala
•C  onservation des sols Ressources humaines :
EAU ET ASSAINISSEMENT • Expatriés: 0
• Mise en place de comités de l’eau • Personnel local: 62
• Réhabilitation et/ou reconstruction de Destinataires: 101 468 personnes
systèmes d’eau Financements: AECID, Commission
• Construction et/ou réhabilitation de latrines Européenne, ECHO, PNUD, PRESANCA,
• Formation de promoteurs d’assainissement Gouvernement de Navarre, FAO, Action
• Protection des ressources naturelles Contre la Faim
• Promotion de bonnes pratiques en hygiène
La formation en techniques agricoles est fondamentale
pour garantir la sécurité alimentaire des communautés

20
Guinée
AFRIQUE

Conakry ACF-Espagne

Espérance de vie à la naissance: 55,3 Capitale: Conakry


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 150 Population: 9,6 millions
Taux d’alphabétisation: 70,5 Superficie: 245 587 Km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 118 Langue: français (officielle), fula, man-
Indice de Développement Humain: 0,423 (167ème sur 179) dinka, soussou, kissi, poular, autres
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 40% Régime politique: république présiden-
Population sans accès à l’eau potable: 50% tielle
Population sans assainissement de base: 82%
Taux de malnutrition infantile chronique: 39%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 1,5%

La mort de Lasana Conté n’a faut qu’aviver la grave crise politique et économique que connaît la Guinée-Conakry. La hausse des prix des
denrées alimentaires en 2008 a gravement touché les familles guinéennes, mettant en danger l’état nutritionnel des groupes vulnérables,
en particulier celui des jeunes enfants. Quoique riche en ressources naturelles, la Guinée reste l’un des pays les plus pauvres du monde.
82% de la population n’a pas accès aux services d’assainissement, ce qui provoque des épidémies chroniques de choléra et de méningite.
De nombreux paysans émigrent vers les villes, notamment à Conakry, en raison du manque d’opportunités dans les zones rurales et en
dépit des conditions de vie insalubres et du manque d’opportunités économiques.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Sénégal

EAU, ASSAINISSEMENT NUTRITION


ET HYGIÈNE • Appui technique dans 5 centres de santé
• Réhabilitation et construction de points de Conakry
d’eau dans les zones rurales • Appui aux mécanismes d’identification Guinée
• Construction de latrines communautaire de la malnutrition Conakry
• Promotion de bonnes pratiques en hy- • Formation technique des travailleurs du
giène secteur sanitaire représentants de la com-
• Manipulation de déchets solides et cli- munauté Sierra
• Activités de démonstration de cuisine Leone
niques dans les zones rurales
• Enquêtes nutritionnelles
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Libéria
• Appui en matériaux et intrants de prise en
• Distribution d’aliments dans les camps de
charge nutritionnelle
réfugiés
• Promotion de l’intégration du composant
• Activités Génératrices de Revenus
nutritionnel dans le protocole national
• Distribution de semences et d’outils agri-
coles
• Programmes de reforestation Chiffre Clés
• Réhabilitation de l’agriculture dans les Début de la mission: 1995
zones inondées Lieux: N’Zérékoré, Kissidougou, Guécké-
• Construction de banques de céréales dou et Conakry
• Activités de «vivres contre travail» dans Ressources humaines :
les zones rurales • Expatriés: 6
• Personnel local: 95
Destinataires: 26 675 personnes
Financements: ACNUR, DFID, AECID,
PAM, Gouvernement de Navarre, Fonda-
tion La Caixa

La moitié de la population n’a pas accès à l’eau


potable et huit personnes sur dix n’ont pas accès à
l’assainissement de base

21
AMÉRIQUE

Haïti
CENTRALE

ACF-France

Capitale: Port-au-Prince Espérance de vie à la naissance: 60


Population: 9,8 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 120
Superficie: 27 560 km² Taux d’alphabétisation: 61%
Langue: français et créole PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 109
Régime politique: république présidentielle Indice de Développement Humain: 0,521 (148ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: Non disponible
Population sans accès à l’eau potable: 42%
Population sans assainissement de base: 70%
Taux de malnutrition infantile chronique: 28%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 3,8%

Le pays est davantage touché par des problèmes structuraux que conjoncturels. La faible productivité, le manque d’accès à des infras-
tructures et des services, une instabilité politique récurrente et une forte dégradation environnementale sont des facteurs qui rendent la
population haïtienne particulièrement vulnérable aux catastrophes naturelles et situations d’urgence humanitaire. Début 2008, les Haïtiens
ont perdu leur autosuffisance à cause de la hausse des prix des aliments de base. En septembre, Haïti a été frappé de plein fouet par quatre
ouragans causant d’énormes dommages dans tout le pays. Tout doit être reconstruit, dans un environnement humanitaire déjà difficile.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
NUTRITION Chiffre Clés
Cuba • Développement de la capacité du Minis- Début de la mission: 1985
tère de la Santé à gérer la malnutrition Lieux: Port-au-Prince, départements du
• Mise en place de la pratique du traitement Nord-Ouest, de l’Artibonite, de Grande
de la malnutrition aiguë Anse, du Sud-Est
République • Investigations nutritionnelles Ressources humaines :
Puerto Príncipe
Dominicaine
EAU ET ASSAINISSEMENT • Expatriés: 10
Haïti • Réhabilitation du réseau et des points • Personnel local: 65
Destinataires: 44 223 personnes
d’eau
Financements: EuropeAid, Mairie de Pa-
• Développement de la capacité des autori-
tés locales en gestion du réseau ris, CIDA, UNICEF, OCHA, PAM, Conseil
• Distribution de filtres à eau Régional de Bretagne, Agences de l’Eau,
• Promotion de l’hygiène MAAIONG, ECHO
• Programme de réduction de la prévalence
des maladies diarrhéiques
• Mise en place d’une approche basée sur
la participation de la communauté dans
la réforme du secteur de l’eau, hygiène et
assainissement
• Nettoyage de maisons et de rues par le
biais d’activités “argent contre travail”
PRÉVENTION DES CATASTROPHES
• Développement des capacités des acteurs
institutionnels en gestion de risques et ré-
ponse d’urgence
• Campagne d’information et de sensibili-
sation

Après le passage de quatre ouragans, Action


Contre la Faim a mobilisé ses équipes d’urgence
afin de répondre aux besoins des sinistrés

22
ASIE

Indonésie ACF-France

Espérance de vie à la naissance: 70,1 Capitale: Jakarta


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 36 Population: 234,3 millions
Taux d’alphabétisation: 91% Superficie: 1 811 750 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 3 455 Langue: indonésien
Indice de Développement Humain: 0,726 (109ème sur 179) Régime politique: république présidentielle
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 16%
Population sans accès à l’eau potable: 20%
Population sans assainissement de base: 44%
Taux de malnutrition infantile chronique: 29%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

L’année 2008 a été le témoin de l’avancée de l’Indonésie dans le développement économique et la démocratisation de ses institutions.
Cependant, les indicateurs macro-socioéconomiques cachent parfois les profondes inégalités qui continuent d’augmenter entre les diffé-
rentes régions et groupes de populations. La pauvreté touche près de la moitié de la population indonésienne et rien n’indique un retour
de tendance pour les années à venir.
Pour la plupart des groupes vulnérables, dont les moyens de subsistance dépendent d’un équilibre délicat et qui n’ont pas de filet de sé-
curité, tout type de choc externe peut rapidement faire place à des urgences humanitaires. Dans ce sens, l’augmentation des catastrophes
naturelles et la haute volatilité sont identifiées comme des menaces pouvant plonger des millions de personnes dans une insécurité ali-
mentaire et nutritionnelle aiguë.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
NUTRITION Chiffre Clés
• Amélioration de l’état nutritionnel des Début de la mission: 1997
Malaisie
populations vulnérables Lieux: Djakarta, Ile de Timor Ouest Malaisie
Ressources humaines :
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
• Amélioration de l’aménagement durable • Expatriés: 3
Borneo
de la sécurité alimentaire du foyer • Personnel local: 50 Sumatra Sulawesi
Destinataires: 29 076 personnes
• Amélioration des techniques de culture Jakarta Moluques
Financements: ECHO, PAM, AECID,
• Distribution de semences
• Activités Génératrices de Revenus Aqua, Donateurs privés Indonésie Timor

• Renforcement des capacités locales (asso-


ciations, autorités, communautés)
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Amélioration durable de la qualité et de la
quantité d’eau disponible
• Réduction de la prévalence des maladies
liées à l’eau
• Développement de capacité locale
PRÉVENTION DES CATASTROPHES
• Recueil d’information sur les catastrophes
naturelles
• Suivi de la situation des zones vulnérables

Malgré la croissance rapide du pays, certaines régions


sont dépourvues des services les plus élémentaires

23
AFRIQUE

Kénia ACF-États Unis

Capitale: Nairobi Espérance de vie à la naissance: 52,7


Population: 38,5 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 120
Superficie: 580 370 km² Taux d’alphabétisation: 73,6
Langue: Anglais, Swahili (officielles), nom- PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 436
breuses langues indigènes (kikuyu, kamba…). Indice de Développement Humain: 0,532 (144ème sur 179)
Régime politique: république présidentielle Population en dessous du seuil de pauvreté national: 52%
Population sans accès à l’eau potable: 43%
Population sans assainissement de base: 57%
Taux de malnutrition infantile chronique: 20%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 6,1%

Alors que les effets de la sécheresse de 2005 et de la crise de 2006 sont passés, la situation reste critique pour la population du nord-est
du Kénia. Cette zone du pays est l’une des plus vulnérables étant donné sa faible capacité productive due à l’aridité du sol (sablonneux
et végétation rare). Avec la perte de leur cheptel, il est impossible pour les paysans de récupérer leur mode de vie traditionnel basé sur
l’élevage et le commerce. Les camps de réfugiés, provenant principalement de Somalie, accueillent plus de 60 000 personnes. La région
nord-est dépend en grande mesure de l’assistance humanitaire et de l’aide extérieure.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
NUTRITION Chiffre Clés
Ouganda • Enquêtes nutritionnelles Début de la mission: 2002
• Programme de nutrition thérapeutique Lieux: Nord du pays (Mandera- Garissa)
Kénia • Formation et appui au Ministère de la Ressources humaines :
Santé • Expatriés: 12
• Coopération au développement et à l’ap- • Personnel local: 200
plication d’un Manuel de Directives Na- Destinataires: 49 000 personnes
Nairobi
tionales pour la Nutrition et le SIDA Financements: ECHO, UNICEF, OFDA,
• Formation sanitaire DFID, donateurs privés
Tanzanie EAU ET ASSAINISSEMENT
• Réhabilitation de points d’eau
• Construction de réservoirs souterrains
• Formation en matière de santé et promo-
tion de l’hygiène
• Construction de latrines
• Traitement et contrôle des ressources hy-
driques
•M  ise ne place d’un comité d’eau et forma-
tion de ses membres

Séance de contrôle nutritionnel dans un poste mé-


dical à Mandera

24
ASIE

Laos ACF-France

Espérance de vie à la naissance: 63,7 Capitale: Vientiane


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 79 Population: 6 millions
Taux d’alphabétisation: 72,5% Superficie: 230 860 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 980 Langue: lao
Indice de Développement Humain: 0,608 (133ème sur 179) Régime politique: démocratie populaire
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 33%
Population sans accès à l’eau potable: 40%
Population sans assainissement de base: 70%
Taux de malnutrition infantile chronique: 48%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

Le Laos, un des derniers bastions communistes du monde, figure parmi les pays les plus pauvres du sud-est asiatique. Le pays s’est au-
jourd’hui ouvert à l’économie de marché et à l’utilisation de ses ressources naturelles. Son positionnement au carrefour du sud-est asiatique
favorise sa croissance économique. Il affronte cependant de fortes inégalités entre ses habitants, aux dépens des populations rurales qui
affichent un taux de mortalité élevé chez les enfants de moins de 5 ans et pour qui l’accès à l’eau et à l’assainissement est limité et le taux
de malnutrition chronique alarmant: les deux tiers de la population rurale se trouvent en situation d’insécurité alimentaire ou en risque. La
malnutrition touche de plus en plus de personnes et devient une priorité pour les donateurs, le gouvernement du Laos et les Nations Unies.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Vietnam

NUTRITION Chiffre Clés Myanmar


• Démarrage d’une étude sur le problème Début de la mission: 1991
de la malnutrition Lieux: Thathom et Luang Namtha
• Évaluation du traitement de la malnutri- Ressources humaines : Laos
tion aiguë • Expatriés: 4 Vientiane

• Évaluation du système de santé • Personnel local: 70


Malaisie
Destinataires: 25 447 personnes
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Thaïlande
Financements: EuropeAid, PAM, Brita,
• Assistance aux populations vivant dans
les montagnes et amélioration de leurs Concern, The Bridge, Action Contre la Faim
moyens de subsistance
Cambodge
• Augmentation des zones de culture de riz
d’irrigation
• Construction de routes
• Distribution de kits de semences et outils
• Programmes de vivres contre travail
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Accès aux points d’eau permanent (sys-
tèmes par gravité)
• Construction/réhabilitation d’eau et de
systèmes d’irrigation

Une équipe d’Action Contre la Faim construit un


puits afin de créer un accès à l’eau dans les com-
munautés rurales

25
AFRIQUE

Lesotho ACF-Espagne

Capitale: Maseru Régime politique: monarchie constitutionnelle


Population: 1,8 millions Espérance de vie à la naissance: 34 (hommes) 36,2 (femmes)
Superficie: 130 355 Km² Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 102
Langue: anglais et sesotho Taux d’alphabétisation: 82,2%
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2 500
Indice de Développement Humain: 0,549 (138ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 49%
Population sans accès à l’eau potable: 17%
Population sans assainissement de base: 53%
Taux de malnutrition infantile chronique: 41,7%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 23,2%

L’économie de ce petit pays du sud de l’Afrique, qui occupe la troisième position au monde en matière de prévalence du VIH/SIDA, est basée sur l’agriculture,
très vulnérable à la variation des facteurs climatiques. On estime que 258 000 personnes vivent avec le VIH/SIDA sur une population totale de 1,8 millions.
La population la plus touchée par le virus est celle des jeunes femmes, avec 56,4% sur le total de personnes infectées. 11 800 enfants sont séropositifs et on
estime qu’il existe près de 180 000 orphelins et enfants vulnérables dans le pays à cause de cette maladie. Le SIDA tue presque trois personnes par heure au
Lesotho: l’espérance de vie a chuté jusqu’à atteindre une moyenne de 34 ans chez les hommes et de 36,2 ans chez les femmes.

Swaziland ACTIVITÉS PRINCIPALES


Afrique du Sud NUTRITION ET SANTÉ Chiffre Clés
• Ouverture de la mission en octobre 2007 Début de la mission: 2007
avec un projet de traitement de la malnutri- Lieux: 5 districts sur 10
Maseru tion en collaboration avec le Ministère de la Ressources humaines :
Santé • Expatriés: 1
Lesotho • Intégration de la composante nutritionnelle • Personnel local: 3
et de mortalité dans les enquêtes du Pro- Destinataires: 641 enfants avec malnutri-
gramme Alimentaire Mondial et des analy- tion, 455 travailleurs sanitaires de la com-
ses de vulnérabilité munauté, 576 personnels sanitaires (méde-
Afrique du Sud • Formation sur le traitement de la malnutri- cins, infirmiers, nutritionnistes)
tion et la nutrition liée au VIH/SIDA pour Financements: ECHO, AECID, USAID,
le personnel sanitaire et communautaire, en UNICEF-Lesotho, Action Contre la Faim
ligne avec les protocoles de traitement cor-
respondants.
• Assistance technique au Ministère de la
Santé
• Appui pour la remise en place d’un système
de surveillance durable afin de détecter la
malnutrition infantile
• Participation à la mise en œuvre d’une
enquête nutritionnelle et de mortalité au
niveau national

Les équipes d’Action Contre la Faim s’occupent


des plus jeunes dans les centres de nutrition thé-
rapeutique

26
ASIE

Liban ACF-Espagne

Espérance de vie à la naissance: 71,7 Capitale: Beyrouth


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 27 Population: 4,1 millions
Taux d’alphabétisation: Non disponible Superficie: 10 452 km².
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 9 757 Langue: arabe
Indice de Développement Humain: 0,796 (78ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: Non disponible
Population sans accès à l’eau potable: 0
Population sans assainissement de base: 2%
Taux de malnutrition infantile chronique: 4%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

Le diagnostic des besoins réalisé par Action Contre la Faim en 2007 a montré que, suite au conflit armé de 2006, la situation des foyers à
faible niveau de revenus dépendants du secteur agro-pastoral était précaire. Leur degré élevé d’endettement et une décapitalisation éco-
nomique progressive continuent d’entraver la relance de ce secteur, essentiel pour l’économie et les revenus des familles de la région. Au
cours de l’année 2008, la tension politique croissante a abouti au conflit armé avec le Hezbollah, conflit qui a obligé à évacuer de façon
provisoire l’équipe d’expatriés présente à la mission.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffre Clés
• Recapitalisation d’agriculteurs par la dis- Début de la mission: 2006
tribution de semences et d’outils Lieux: Districts de Marjayoun, Hasbaya et
• Recapitalisation d’éleveurs par la distribu- Bint Jbeil (Mouhafaza de Nabatiyé), Tiro/ Liban
tion d’animaux Sidon Beyrouth
• Formation pour l’amélioration de la pro- Ressources humaines :
ductivité • Expatriés: 4 Syrie
• Promotion d’activités génératrices de re- • Personnel local: 25
venus Destinataires: 24 026
Financements: ECHO, AECID
EAU ET ASSAINISSEMENT
Israël
• Amélioration de la gestion de ressources
hydriques et assainissement environne-
mental
• Approvisionnement en eau
• Réutilisation des eaux grises
• Réhabilitation, reconstruction et/ou
construction de systèmes de distribution
d’eau et de puits
• Formations en gestion de l’eau

Les agriculteurs du sud du pays bénéficient des


projets d’appui technique d’Action Contre la Faim
(Photo: Susana Vera)

27
AFRIQUE

Libéria ACF-France

Capitale: Monrovia Espérance de vie à la naissance: 54,4


Population: 4 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 235
Superficie: 96 320 Km² Taux d’alphabétisation: 54,4%
Langue: anglais PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 335
Régime politique: république Indice de Développement Humain: 0,364 (176ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: Non disponible
Population sans accès à l’eau potable: 36%
Population sans assainissement de base: 74%
Taux de malnutrition infantile chronique: 46%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 5,9%

Après 14 ans de conflit, la situation au Libéria s’est stabilisée depuis l’accord de paix signé à Accra. La période de transition reste cepen-
dant fragile ; tous les services publics essentiels doivent être reconstruits afin de couvrir les besoins de base de la population (accès à l’eau,
santé), aussi bien dans les zones rurales que dans les zones urbaines de Monrovia où la population a beaucoup augmenté ces dernières
années. Le véritable impact de la crise alimentaire au Libéria est l’un des aspects fondamentaux pour l’analyse des années à venir. Un des
principaux risques de la situation actuelle serait un retrait prématuré de ces organisations, y compris des donateurs.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Guinée
Sierra NUTRITION Chiffre Clés
Leone • Surveillance de l’alimentation et de la nu- Début de la mission: 1991
trition Lieux: Monrovia, Nimba, Lofa, Bong
• Détection et traitement de la malnutrition Ressources humaines :
Côte aiguë sévère et modérée • Expatriés: 13
Monrovia
d’Ivoire
• Activités psychosociales pour prévenir la • Personnel local: 216
Libéria malnutrition Destinataires: 62 194 personnes
Financements: ECHO, DFID, SDC, CO-
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
• Distribution de semences et d’outils SUDE, Département d’Aide Humanitaire
• Formation en techniques agricoles et de de la Coopération des Pays Bas, Déléga-
gestion tion d’Action humanitaire, OFDA, PAM,
• Réhabilitation des rizières à travers un UNICEF
programme de Vivres contre Travail
• Appui à la coopérative agricole de Vahun
• Évaluation des besoins dans le comté de
Gbarpolu
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Approvisionnement en eau
• Réhabilitation et construction de points
d’eau
• Promotion de l’hygiène et de l’assainis-
sement

La population la plus vulnérable ne dispose d’au-


cun accès à l’eau potable

28
AFRIQUE

Malawi ACF-Espagne

Espérance de vie à la naissance: 47 Capitale: Lilongwe


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 175 Population: 14,3 millions
Taux d’alphabétisation: 70,9% Superficie: 94 080 Km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 703 Langue: anglais et chewa
Indice de Développement Humain: 0,457 (162ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 65,3%
Population sans accès à l’eau potable: 24% (milieu rural)
Population sans assainissement de base: 39% (milieu rural)
Taux de malnutrition infantile chronique: 53%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 14,1%

Après la crise de 2005, les nouvelles récoltes ont permis de redresser la situation et le déficit alimentaire n’est significatif que dans certaines
zones particulièrement isolées. L’incidence du SIDA et son rapport avec la nutrition et la sécurité alimentaire constitue toujours un axe
de travail fondamental étant donné l’impact de la pandémie dans le pays. Le Malawi, dont le revenu par habitant est le quatrième le plus
bas du monde, affiche un des taux les plus élevés de SIDA: 14% de la population souffre de cette maladie, ce qui fait chuter l’espérance
de vie à 47 ans.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffre Clés Mozambique Tanzanie
• Récupération des capacités agricoles Début de la mission: 2002
• Mitigation des effets de la décapitalisation Lieux: dans l’ensemble du pays
ou de l’endettement durant la crise Ressources humaines : Malawi
• Récupération agricole destinée notam- • Expatriés: 2
Lilongwe
ment aux familles touchées par le VIH/ • Personnel local: 10
SIDA Destinataires: 40 000 personnes
Financements: ACCD, PNUD, Conseil
URGENCE
• Réponse d’urgence dans le domaine de Régional de Castilla-La Mancha, Caja Ma-
l’eau et de l’assainissement drid, Mairie d’Alcobendas
Mozambique
• Préparation aux catastrophes en collabo-
ration avec le Gouvernement de Maha-
rashtra et les autorités locales

La prévention du VIH/SIDA est essentielle


dans un pays où 14% de la population est touchée
(Photo: Susana Vera)

29
AFRIQUE

Mali ACF-Espagne

Capitale: Bamako Espérance de vie à la naissance: 53,7


Population: 12,7 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 120
Superficie: 1 248 574 Km² Taux d’alphabétisation: 22,9%
Langue: français, bambara, berbère, arabe PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 058
Régime politique: république présidentielle Indice de Développement Humain: 0,391 (168ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 63,8%
Population sans accès à l’eau potable: 40%
Population sans assainissement de base: 54%
Taux de malnutrition infantile chronique: 43%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 1,7%

14 millions de personnes, dont plus de la moitié vit sous le seuil national de pauvreté, habitent une superficie double de celle de l’Espagne.
Sept personnes sur dix vivent avec moins de deux dollars par jour et cette situation de grande pauvreté structurelle s’aggrave lorsque le
pays est touché par des facteurs externes tels que les sécheresses, l’inflation ou la hausse des prix. Plus d’un tiers des enfants de moins de
cinq ans souffrent de malnutrition chronique. Le pays fait partie de la région du Sahel, une des plus désertiques du monde.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Algérie
NUTRITION EAU ET ASSAINISSEMENT
Mauritanie • Appui au développement et à l’applica- • Réhabilitation et construction de points
Mali tion d’un protocole national pour le trai- d’approvisionnement en eau
tement de la malnutrition aiguë • Construction et réhabilitation de latrines
• Éducation aux bonnes pratiques en nutrition pour écoles
• Appui aux centres de santé pour le traite- • Formation pour la bonne gestion des in-
ment de la malnutrition aiguë frastructures d’eau et assainissement
Niger •T  raitement nutritionnel et médical pour • Sensibilisation en hygiène
Bamako
les enfants atteints de malnutrition SANTÉ
Burkina Faso •A  ppui nutritionnel aux mères des enfants • Sensibilisation sur le VIH/SIDA
Guinée atteints de malnutrition • Appui aux centres de santé pour la pré-
•F  ormation et suivi de communautés pour vention de la transmission mère-enfant
le dépistage des enfants atteints de mal- • Appui aux centres de santé pour le dia-
nutrition gnostic du VIH et le traitement psycho-
•É  ducation, sensibilisation et formation social des patients
pour les familles en pratiques d’hygiène, • Formation et éducation en nutrition
d’alimentation et de soins aux enfants
•E  nquêtes nutritionnelles et analyse des
causes de la malnutrition Chiffre Clés
•A  ppui à la Direction Nationales de la Début de la mission: 1996
Santé pour détecter la malnutrition Lieux: Gao, Kidal et Kita
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Ressources humaines :
• Appui à la diversification de la production • Expatriés: 12
d’aliments et amélioration de la qualité • Personnel local: 79
des repas Destinataires: 140 185 bénéficiaires di-
• Renforcement de la capacité d’organisa- rects ; 392 315 bénéficiaires indirects
tion des coopératives céréalières Financements: CE, FED, ECHO, AE-
• Renforcement de la capacité d’organisa- CID, Gouvernement de Navarre, Generali-
tion des petits agriculteurs tat Valenciana, Banco Urquijo, Coopération
• Système d’Alerte Précoce avec les popu- de France (Fond Social de Développement),
lations pastorales UNICEF et Action Contre la Faim

Action Contre la Faim réhabilite et construit des


puits d’eau dans les villages les plus isolés

30
AFRIQUE

Mauritanie ACF-Espagne

Espérance de vie à la naissance: 63,6 Capitale: Nouakchott


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 102 Population: 3,2 millions
Taux d’alphabétisation: 55,2% Superficie: 1 030 400 km².
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 155 Langue: arabe
Indice de Développement Humain: 0,557 (140ème sur 179) Régime politique: république islamique
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 46,3%
Population sans accès à l’eau potable: 40%
Population sans assainissement de base: 66%
Taux de malnutrition infantile chronique: 40%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,7%

Sur ce vaste territoire désertique qui fait partie de la région du Sahel, seul 0,5% du sol est utilisé pour la production agricole et les res-
sources hydriques sont très limitées: 47% de la population n’a pas accès à l’eau potable, prévalence qui augmente jusqu’à 80% dans les
zones rurales. Le pays importe plus de 70% de ses besoins en denrées alimentaires de base et, malgré les efforts du gouvernement, la
hausse des prix mondiaux a touché l’économie locale avec un impact important sur les revenus des foyers les plus vulnérables vivant en
dessous du seuil de pauvreté (avec moins d’un dollar par jour).

ACTIVITÉS PRINCIPALES
NUTRITION ÉLEVAGE
• Étude sur la nutrition et la mortalité dans • Campagne de vaccination d’animaux Sahara
le sud où 15% des enfants souffrent de • Formation en traitement de déparasitage
malnutrition aiguë et modérée et multi-vitamines
• Projets pilote sur la communication et • Repeuplement: distribution de chèvres Mauritanie
l’information dans l’éducation pour un aux familles vulnérables et amélioration
Nouakchott
changement de comportement en ma- de la race
tière d’hygiène et de nutrition • Formation pour l’amélioration de la paille
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE traitée à l’urée
• Démonstration d’arrosage des fourrages
AGRICULTURE Sénégal Mali
• Distribution de kits d’intrants pour la saison EAU ET ASSAINISSEMENT
agricole des pluies et cultures (semences, • Examen et évaluation de l’infrastructure
fertilisants et produits phytosanitaires) hydraulique et analyse de la qualité de
• Formation technologique: technique l’eau
d’application de fertilisants, technique de • Construction et réhabilitation d’infras-
mesure du seuil de transformation du sé- tructures
same et mode d’application
• Formation pour l’utilisation de la traction Chiffre Clés
animale: distribution de charrues Début de la mission: 2007
• Amélioration de l’accès à l’eau pour l’agri- Lieux: Nouakchott (Mission) et Kaedi
culture et démonstrations de techniques (Région de Gorgol)
de récupération des terres Ressources humaines :
• Réhabilitation des structures hydrauliques • Expatriés: 5
• Réhabilitation de boutiques d’aliments • Personnel local: 27
communautaires et formation de comités Destinataires: 22 000
de gestion Financements: AECID, UNICEF, Gou-
• Appui à l’horticulture vernement de Navarre, Caja Madrid
• Transformation des céréales locales
• Renforcement de la capacité des bénéficiaires
• Boutiques d’intrants

Séance de pesée dans la région de Gorgol, dans le


sud de la Mauritanie (Photo: Jean Nordman)

31
ASIE

Mongolie ACF-France

Capitale: Oulan-Bator Espérance de vie à la naissance: 66,3


Population: 2,7 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 49
Superficie: 1 566 500 km² Taux d’alphabétisation: 97,4%
Langue: mongol khalkha PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2 887
Régime politique: république parlemen- Indice de Développement Humain: 0,720 (112ème sur 179)
taire Population en dessous du seuil de pauvreté national: 36,1%
Population sans accès à l’eau potable: 28%
Population sans assainissement de base: 41%
Taux de malnutrition infantile chronique: 24%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: <0,1%

Même si certains indicateurs semblent suggérer que la Mongolie sort peu à peu de la période de transition politique et économique des
années 90, la situation actuelle du pays montre la persistance de la vulnérabilité structurelle. 36% de la population vit toujours sous la
ligne de pauvreté et les inégalités concernant l’accès à l’alimentation, la santé, l’eau et l’éducation subsistent et augmentent même. En
2008, l’impact de la crise alimentaire mondiale s’est fait sentir de façon générale dans l’ensemble de la Mongolie: les prix des aliments de
base ont augmenté de façon radicale au cours des dernières années: 160% d’augmentation pour le prix du pain et 140% pour celui du riz.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Russie
NUTRITION ET SANTÉ Chiffre Clés
• Renforcement de la capacité des installa- Début de la mission: 2001
tions sanitaires afin d’améliorer leur com- Lieux: Oulan Bator, Bayan Ungi
pétence en dépistage de la malnutrition et Ressources humaines :
Oulan-Bator
éducation nutritionnelle de la population • Expatriés: 4
Mongolie • Personnel local: 28
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
Destinataires: 39 887 personnes
• Prise en charge des besoins des agricul-
Financements: Mairie de Paris, Agence de
teurs en contribuant à la capitalisation de
leurs troupeaux et en réduisant au mini- l’Eau, UBS, Action Contre la Faim
Chine mum les risques pour le futur
• Contribution à l’amélioration de la sé-
curité alimentaire et à la réduction de la
pauvreté des habitants de quartiers des
alentours d’Oulan Bator et de Bayan
Ulgi: restaurants collectifs, promotion de
jardins potagers afin de diversifier l’ali-
mentation et de générer de petits revenus
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Renforcement des capacités locales dans
le domaine de l’eau, de l’assainissement et
de l’hygiène afin de permettre un meilleur
accès à l’eau et à l’assainissement et d’amé-
liorer la compréhension des bonnes pra-
tiques d’hygiène de la part de la population
(zones périurbaines d’Oulan Bator)

Séance de promotion des bonnes pratiques en hy-


giène. © Will Tillet.

32
ASIE

Myanmar ACF-France

Espérance de vie à la naissance: 61,2 Capitale: Rangoun


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 105 Population: 49,5 millions
Taux d’alphabétisation: 89,9% Superficie: 657 550 Km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 881 Langue: birman
Indice de Développement Humain: 0,585 (135ème sur 179) Régime politique: régime militaire
Population en dessous du seuil de pauvreté national: Non disponible
Population sans accès à l’eau potable: 20%
Population sans assainissement de base: 23%
Taux de malnutrition infantile chronique: 41%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 1,3%

L’année 2008 a été marquée par le passage du cyclone Nargis qui a frappé, dans la nuit du 2 au 3 mai, le delta de l’Ayeyarwady (extrême sud)
et la principale ville du pays, Rangoon. Plus de 140 000 personnes ont péri ou sont portées disparues et plus de 2,4 millions de personnes
ont été touchées. Le cyclone a eu de sévères conséquences sur les moyens de subsistance durables dans le delta, détruisant les cultures, les
réserves d’aliments, le bétail ou les outils de pêche. Des conditions logistiques difficiles pour l’accès aux populations affectées et le blocage
gouvernemental à l’aide humanitaire, condamné par la communauté internationale, sont venus s’ajouter à ces difficultés.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Chine


Inde
RÉPONSE D’URGENCE • Formation des familles comprenant la di-
• Réponse d’urgence lors du Cyclone Nar- versification agricole et la génération de
gis (Delta de l’Ayeyarwaddi) revenus Bangladesh
• Distribution de rations d’aliments EAU ET ASSAINISSEMENT
Myanmar
• Distribution d’équipements d’hygiène, de Laos
• Amélioration de l’accès à l’eau potable et
kits de cuisine, de couvertures, de réser- à l’assainissement par la mise en place de
voirs pour recueillir l’eau points d’eau Rangoon Thaïlande
• Nettoyage de bassins • Construction de latrines familiales et pu-
• Mise en place d’une station de traitement bliques (y compris dans les écoles)
des eaux • Garantir la durabilité du programme par
• Surveillance nutritionnelle la mise en place de comités de l’eau Malaisie
• Analyse des besoins en aliments et en eau, • Formation en matière d’hygiène et d’as-
assainissement et hygiène sainissement dans les foyers
• Préparation face aux catastrophes et en-
tretien pratique pour préparer la réhabi-
litation Chiffre Clés
Début de la mission: 1994
NUTRITION
Lieux: Rakhine, Kayah, Sittwe, Ayeyarwad-
• Traitement des femmes et des enfants
di
souffrant de malnutrition modérée ou
Ressources humaines :
aiguë dans des centres d’alimentation
• Expatriés: 32
thérapeutique et des centres de thérapie
• Personnel local: 560
nutritionnelle
Destinataires: 262 436 personnes
• Prévention de la malnutrition par la promo-
Financements: ECHO, PAM, EuropeAid,
tion, les pratiques de santé et l’éducation
Unicef, ACNUR, DAH, DFID, AECID,
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Agence de l’Eau Artois Picardie, CIDA, Am-
• Surveillance de la sécurité alimentaire bassade du Danemark
• Amélioration de la sécurité alimentaire et
des revenus des familles vulnérables par
le développement de technologies agri-
coles

Le 2 mai, des millions de personnes ont été affectées


par le passage du cyclone Nargis dans le sud du
Myanmar

33
ASIE

Népal ACF-France

Capitale: Katmandou Espérance de vie à la naissance: 63


Population: 28,8 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 74
Superficie: 143 000 km² Taux d’alphabétisation: 55,2%
Langue: népalais PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 999
Régime politique: République Fédérale Indice de Développement Humain: 0,530 (145ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 30,9%
Population sans accès à l’eau potable: 11%
Population sans assainissement de base: 65%
Taux de malnutrition infantile chronique: 57%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,5%

Même si l’année 2008 a représenté un point d’inflexion pour le Népal après l’application de l’accord de paix et l’abolition de la monarchie,
une grande partie du pays (notamment à l’ouest), souffre encore des conséquences de 10 ans de guerre civile: les structures publiques
sont déficientes ou inexistantes, y compris les écoles et les centres de santé, les limitations des infrastructures augmentant l’isolement des
habitants. La plupart des personnes habitant dans des zones isolées sont vulnérables à l’insécurité alimentaire, au manque d’accès à de l’eau
saine et à des installations sanitaires appropriées.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Chine NUTRITION Chiffre Clés
• Lancement du projet pilote de gestion de Début de la mission: 2003
la malnutrition aiguë sévère, basé dans la Lieux: Accham, Mugu, Humla
communauté Ressources humaines :
Népal • Traitement décentralisé de la malnutri- • Expatriés: 8
tion par le biais de centres dans les postes • Personnel local: 42
Katmandou médicaux et uniquement pour les enfants Destinataires: 13 441 personnes
présentant des complications médicales Financements: ECHO, Agence de l’Eau
Inde pour l’hôpital du district Rhin-Meuse, Gouvernement Suisse, Ac-
• Appui au Ministère de la Santé tion Contre la Faim
• Élaboration de protocole d’intervention
avec le Ministère de la Santé, UNICEF
et Concern
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
• Appui aux personnes habitant dans la
zone éloignée de Karnali affectées par le
conflit et la sécheresse
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Réhabilitation et construction de points
d’eau
• Aménagement intégré de l’eau et de l’as-
sainissement

Les populations les plus isolées sont les plus expo-


sées à l’insécurité alimentaire

34
AMÉRIQUE

Nicaragua
CENTRALE

ACF-Espagne

Espérance de vie à la naissance: 72,3 Capitale: Managua


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 30 Population: 5,7 millions
Taux d’alphabétisation: 80,1% Superficie: 185 000 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2 441 Langue: espagnol
Indice de Développement Humain: 0,699 (120ème sur 179) Régime politique: république présidentielle
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 45,8%
Population sans accès à l’eau potable: 21%
Population sans assainissement de base: 53%
Taux de malnutrition infantile chronique: 10%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,2%

Le Nicaragua, un des pays les plus pauvres du continent américain, traîne depuis des décennies des problèmes structurels tels que l’accès à
l’assainissement de base dont plus de la moitié de la population ne bénéficie pas. Il s’agit du pays le plus étendu de la région (environ 130
000 km²), mais il est économiquement l’un des plus vulnérables: huit habitants sur dix vivent avec moins de deux dollars par jour. Ce taux
élevé de vulnérabilité augmente encore chaque fois qu’une catastrophe naturelle frappe la population, tel que l’ouragan Félix en septembre
2008 qui a touché plus d’un demi million de nicaraguayens.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
NUTRITION URGENCE
• Appui à l’extension de services couvrant • Aide aux victimes de l’ouragan Félix: dé- Honduras
le premier niveau de prise en charge avec sinfection et réhabilitation de puits, re-
FamiSalud construction de latrines et relance de la
• Recherche pour définir des indicateurs production agricole
nutritionnels au niveau régional avec Ni-
caSalud
Nicaragua
Chiffre Clés
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Début de la mission: 1996 Managua
• Appui à la gestion locale des ressources Lieux: Départements de Madriz, Managua,
naturelles et de la terre: arpentage et car- Chontales, Río San Juan et RAAN (Région
tographie participative Costa Rica
Autonome de l’Atlantique Nord)
• Recherche appliquée en outils participa- Ressources humaines :
tifs pour la gestion locale des ressources • Expatriés: 4
naturelles • Personnel local: 40
• Diversification de l’activité agricole par Destinataires: 74 667 personnes
la mise en place d’irrigations familiales et Financements: FamiSalud/USAID, Coa-
communales lition internationale pour l’accès à la terre,
• Appui à des coopératives de femmes AECID, Université Polytechnique de Ma-
pour le développement d’exploitations drid, Gouvernement de Navarre, ADHIS,
agricoles Castilla La Mancha, ECHO, HIPRA, SIS-
• Projets de diversification du cheptel CA/PRESANCA
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Renforcement des capacités municipales
en gestion des services d’eau et assainis-
sement du secteur rural
• Appui à l’extension de services couvrant
le premier niveau de prise en charge avec
FamiSalud en matière de santé environ-
nementale

Les communautés rurales, très vulnérables et sans


accès à l’eau, sont exposées à des catastrophes na-
turelles récurrentes

35
AFRIQUE

Niger ACF-Espagne

Capitale: Niamey Espérance de vie à la naissance: 56,2


Population: 14,7 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 150
Superficie: 1 267 000 km² Taux d’alphabétisation: 29,8%
Langue: français PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 612
Régime politique: république parlemen- Indice de Développement Humain: 0,370 (174ème sur 179)
taire Population en dessous du seuil de pauvreté national: 63%
Population sans accès à l’eau potable: 58%
Population sans assainissement de base: 87%
Taux de malnutrition infantile chronique: 42%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

Les programmes d’Action Contre la Faim au Niger sont destinés en particulier à soutenir les efforts du gouvernement nigérien pour
améliorer les conditions de vie de la population. Depuis 2005, l’organisation a ouvert des bases à Tahoua, Keita, Abalak - Tchintabaraden,
Maradi, Mayahi et Dakoro. Les années 2007 et 2008 ont été caractérisées par une réduction de notre travail en matière de santé mère-en-
fant en faveur du personnel du Ministère de la Santé dans les provinces de Keita et de Mayahi. Action Contre la Faim travaille actuellement
sur des projets d’eau et d’assainissement, ainsi qu’à la réduction de risque de catastrophes.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
SANTÉ • Application du Système d’Information
• Renforcement du système de l’État avec Géographique pour identifier les zones
2 hôpitaux de district et près de 31 CSI affectées par la sécheresse ainsi que les
dans les départements de Keita et de zones les mieux adaptées pour le pâtu-
Niger Mayahi rage (création d’un outil d’analyse de la
• Formation de personnel sanitaire dans les biomasse dans les zones de pâturage)
centres de santé publique et les hôpitaux • Système d’alerte précoce pour les crises
pour la prise en charge des mères, et de la alimentaires
Niamey
mère et de l’enfant • Formation pour l’utilisation des produits
• Formation de volontaires de la commu- locaux (gestion de boutiques d’aliments,
Nigéria nauté pour le dépistage précoce et le dia- commercialisation...)
gnostic • Ateliers de formation sur les bonnes
• Développement d’enquêtes nutrition- habitudes d’alimentation, les techniques
nelles dans différentes provinces agricoles, la gestion de biens, de capital et
• Formation de la population aux bonnes création de capacité locale
pratiques de nutrition et planification fa- EAU ET ASSAINISSEMENT
miliale • Programmes d’approvisionnement en
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE eau potable
• Appui à la provision de céréales
• Distribution de rations d’aliments et de
Chiffre Clés
traitement
Début de la mission: 1997
• Programme de vivres contre travail (re-
Lieux: Région de Maradi et Tahoua
tour à la terre et reforestation)
Ressources humaines :
•M  ultiplication de semences
• Expatriés: 15
•D  istribution d’intrants agricoles
• Personnel local: 162
•C  ampagnes de vaccination et déparasi-
Destinataires: 220 000 personnes
tage du bétail
Financements: UE, ECHO, AECID, Mai-
•A  mélioration et diversification de la pro-
rie de Madrid, FED, DFID, UNICEF, PAM,
duction agro-pastorale des familles les
FAO, fonds privés, Intercomet
plus vulnérables
•A  ctivités Génératrices de Revenus
Séance de sensibilisation des mamans sur les soins
et l’hygiène des plus petits

36
AFRIQUE

Ouganda ACF-États Unis

Espérance de vie à la naissance: 50,5 Capitale: Kampala


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 136 Population: 31,9 millions
Taux d’alphabétisation: 72,6% Superficie: 241 038 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 888 Langue: arabe, nubien
Indice de Développement Humain: 0,493 (156ème sur 179) Régime politique: république présidentielle
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 37,7%
Population sans accès à l’eau potable: 36%
Population sans assainissement de base: 57%
Taux de malnutrition infantile chronique: 20%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 6,7%

Deux décennies après (1986-2006), l’Ouganda sort peu à peu de l’abîme de la guerre civile et de la catastrophe économique et se trans-
forme en un pays relativement pacifique, stable et prospère. Dans le nord cependant, la vie de milliers de personnes est toujours menacée
par l’une des rébellions africaines les plus brutales.
L’Ouganda s’est montré très sensible face au changement climatique, qui se matérialise par des périodes de sécheresse, des inondations et
autres phénomènes climatiques qui affectent les moyens de subsistance et la vie des ougandais. Le gouvernement a répondu en lançant un
projet de Réduction du Risque de Catastrophes/Préparation face aux Catastrophes, tout en exigeant que tous les districts intègrent dans
leurs plans un cadre de travail sur la réduction du risque de catastrophes.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Soudan

NUTRITION Chiffre Clés Kenya


• Suivi et enquêtes nutritionnelles Début de la mission: 1981
• Formation en santé et nutrition Lieux: Kampala, Lira, Gulu, Moroto, Kaa-
• Centres de nutrition supplémentaire et bong
thérapeutique Ressources humaines : Ouganda
Sécurité alimentaire • Expatriés: 12
• Diversification des sources de revenus et • Personnel local: 150
Destinataires: 350 000 personnes Kampala
développement de l’accès aux aliments
Financements: ECHO, France (CIAA),
• Démonstrations en agriculture appliquées
à des parcelles et des jardins maraîchers Norvège, ACDI, UNICEF, Fondation Ho- Lac
Rwanda Victoire
• Bonnes pratiques environnementales et ward G. Buffett
Tanzanie Tanzanie
nouvelles sources d’énergies
• Formation technique et entrepreneuriale
liée aux activités génératrices de revenus
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Réhabilitation de points d’eau
• Formation en hygiène et santé dans les
camps de réfugiés et déplacés

Au cours des dernières années, la population ou-


gandaise a été soumise aux effets du changement
climatique (Photo: Reuters/ Hudson Apunyo,
courtoisie de www.alertnet.org)
37
ASIE

Pakistan ACF-États Unis

Capitale: Islamabad Espérance de vie à la naissance: 64,9


Population: 167 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 99
Superficie: 770 880 km² Taux d’alphabétisation: 54,2
Langue: urdu PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2 361
Régime politique: république islamique Indice de Développement Humain: 0,562 (139ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 32,6%
Population sans accès à l’eau potable: 10%
Population sans assainissement de base: 41%
Taux de malnutrition infantile chronique: 38%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

En 2008, le Pakistan a connu une série de crises qui ont provoqué d’importants déplacements internes et qui ont mis des centaines de mil-
liers de personnes dans une situation de besoin d’assistance humanitaire (inondations et conflit). Ces événements ont surgi au moment où
le Pakistan était secoué par les effets de la crise alimentaire mondiale, aggravant une situation déjà précaire, alors que la situation sécuritaire
est très tendue et l’espace humanitaire réduit.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Chine

Afghanistan
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE Chiffre Clés
• Introduction de semences tolérant le Début de la mission: 2005
stress salin et de techniques d’économie Lieux: Islamabad et province de Sindh
Islamabad de semences (Thatta)
• Amélioration de la formation en tech- Ressources humaines :
niques agricoles et de la gestion d’exploi- • Expatriés: 4
Pakistan tation de ressources naturelles • Personnel local: 20
Iran • Renforcement des marchés grossistes de Destinataires: 40 000 personnes
Inde produits agricoles Financements: Banque Mondiale (Fonds
• Coopérative de commercialisation de de Développement Social Japonais)
produits agricoles
• Enquêtes sur les moyens de subsistance
EAU
• Fourniture d’unités à faible coût
• Faciliter l’accès à des puits de forage
transformés en salant

Les enfants de moins de cinq ans sont exposés à la


malnutrition dans un contexte de crise permanente
(Photo: Anne Bosch)

38
AMÉRIQUE
DU SUD

Paraguay ACF-Espagne

Espérance de vie à la naissance: 71,5 Capitale: Asunción


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 20 Population: 6,2 millions
Taux d’alphabétisation: 93,6% Superficie: 406 752 Km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 4 034 Langue: espagnol
Indice de Développement Humain: 0,752 (98ème sur 179) Régime politique: république présidentielle
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 20,5%
Population sans accès à l’eau potable: 23%
Population sans assainissement de base: 20%
Population en insuffisance alimentaire: 15%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,4%

Le processus de changement au Paraguay avec l’arrivée du président Fernando Lugo est plus lente que prévu, surtout en ce qui concerne
la réforme agraire et la santé. La commercialisation de l’agriculture et la croissance de la population a engendré une augmentation drama-
tique du nombre de familles sans terre. Le système social du Paraguay connaît un moment de grande fragilité, qui ne garantit pas l’accès
aux droits de base tels que la sécurité alimentaire ou les niveaux nutritionnels corrects et dont l’une des conséquences immédiate est un
flux migratoire élevé, non seulement de la campagne vers les villes, mais aussi vers d’autres pays qui, apparemment, offrent davantage
d’opportunités.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Bolivie

SÉCURITÉ ALIMENTAIRE • Réalisation d’alliances commerciales avec


Actions à portée nationale : des entreprises d’agro-transformation
Brésil
• Participation et soutien à la conception du • Assistance technique en agriculture de
Plan National de Souveraineté, Sécurité conservation destinée à des groupes de
Alimentaire et Nutritionnelle (PLANAL), familles paysannes (engrais verts, rotation Paraguay
en coordination avec FAO, l’État para- de culture, production et conservation de
guayen et la société civile semences)
• Renforcement de la Coordinatrice Natio- • Réalisation d’études de marché pour les
produits les plus à même d’accéder de Asunción
nale de Femmes Rurales et Indigènes (CO-
façon avantageuse aux marchés et caracté- Argentine
NAMURI), par l’appui à la consolidation
de son Bureau technique et la Formation risation de chaînes de valeur de produits
des représentantes de ses bases paysannes agro-pastoraux
• Appui au processus d’élaboration d’une • Formation sur le fonctionnement de mar-
loi concernant le Droit à l’Alimentation chés, planification de la production et in-
au Paraguay formation continue et à jour des prix agro-
• Développement de manuels de nutrition pastoraux
communautaire et de matériel de sensibili- • Appui au développement local de trois
sation destinés aux promoteurs de la santé communes en collaboration avec les mu-
et aux instituteurs nicipalités et autres acteurs clés
Actions à portée locale (communau-
tés et municipalités du Département
Chiffre Clés
de Caazapá)
Début de la mission: 2007
• Renforcement et appui au travail de di-
Lieux: Asunción, Caazapá, San Juan Ne-
vulgation et d’assistance agro-pastorale
pomuceno
réalisé par le Ministère de l’Agriculture et
Ressources humaines :
de l’Élevage
• Expatriés: 2
• Conseil à des coopératives d’épargne et de
• Personnel local: 14
crédit afin d’améliorer les services techniques
Destinataires: 9 500
et financiers qu’elles apportent aux petits
Financements: AECID, Europeaid
producteurs paysans, mise en place de fonds
de rotation dans la modalité de microcrédit

Grâce à des technologies simples et à faible coût, des


familles de paysans doublent les revenus de leurs
récoltes

39
AMÉRIQUE
DU SUD

Pérou ACF-Espagne

Capitale: Lima Espérance de vie à la naissance: 71


Population: 28,2 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 33
Superficie: 1 280 000 Km² Taux d’alphabétisation: 88,7%
Langue: espagnol, quechua, aymara, langues PIB mensuel par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 7 088
amazoniennes Indice de Développement Humain: 0,788 (79ème sur 179)
Régime politique: république présidentielle Population sans accès à l’eau potable: 16%
Population sans assainissement de base: 37%
Taux de malnutrition infantile chronique: 31%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,6%

Le Pérou est un pays au niveau de revenus moyen qui, depuis quelques années, se trouve dans une situation économique favorable com-
mune à toute la région et qui présente de nouvelles opportunités de développement pour le pays. Le problème principal reste cependant la
concentration de la richesse et les grandes différences entre la population rurale et la population des villes. Plus de la moitié des péruviens
vivent en dessous de la ligne de pauvreté nationale et près de 20% vivent dans une extrême pauvreté. Le tremblement de terre du 15 août
2007 a dévasté plusieurs régions du Pérou et a causé de nombreux dommages, touchant des milliers de personnes. Presque deux ans après
(août 2007), de nombreuses familles vivent encore en situation de précarité et l’accès aux services de base de l’eau et de l’assainissement
reste encore très limité.

Équateur
Colombie
ACTIVITÉS PRINCIPALES
EAU ET ASSAINISSEMENT Chiffre Clés
• Installation de services sanitaires Début de la mission: Août 2007
Brésil • Amélioration de la gestion des déchets Lieux: Région d’Ica: Province de Pisco.
solides Région d’Ayacucho: Province de Vilcas
Pérou • Campagnes de promotion de l’hygiène et Huamán et Lucanas. Région de Huancave-
de la Santé lica: Province de Huancavelica
Lima
• Renforcement des institutions locales Ressources humaines :
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE • Expatriés: 3
• Mise en place de systèmes d’irrigation • Personnel local: 21
Bolivie Destinataires: 7 000 personnes
• Amélioration de la capacité organisation-
Financements: AECID, Gouvernement
nelle et économique, et travail en réseau
de femmes indigènes de Navarre, Generalitat Valenciana

SANTÉ - NUTRITION
• Compléments nutritionnels pour les
moins de 3 ans et les femmes enceintes
et/ou allaitantes
• Stimulation précoce
• Déparasitage
• Promotion de l’allaitement maternel et
habitudes de consommation saines

Deux ans après le tremblement de terre, de nom-


breuses familles vivent toujours en situation pré-
carité, sans accès aux services de base en eau et
assainissement
40
ASIE

Philippines ACF-Espagne

Espérance de vie à la naissance: 71,3 Capitale: Manille


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 25 Population: 89,7 millions
Taux d’alphabétisation: 93,3 Superficie: 299 000 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 3 153 Langue: filipino (tagalog), anglais
Indice de Développement Humain: 102 (102ème sur 179) Régime politique: république présidentielle
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 25,1%
Population sans accès à l’eau potable: 7%
Population sans assainissement de base: 28%
Taux de malnutrition infantile chronique: 34%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,1%

L’impact négatif de fréquentes catastrophes naturelles et la présence des deux conflits armés ont un effet ravageur et accentuent la brèche
de pauvreté entre les régions les plus riches et les plus pauvres, ainsi qu’entre les groupes privilégiés et les groupes vulnérables. Le retour
des hostilités à Mindanao a fait que 250 000 personnes se joignent aux 400 000 déplacés internes fuyant les combats entre l’armée et le
FMLI.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
PRÉVENTION DES CATASTROPHES URGENCE
• Programmes de réduction et de prépara- • Projets d’urgence sur l’île de Romblon: Manille
tion face aux catastrophes dans la région distribution d’aliments et d’articles de pre-
de Bicol mière nécessité, hygiène et sensibilisation,
• Renforcement des capacités locales des destinés aux personnes victimes du typhon
différents niveaux administratifs et des Franck
Philippines
communautés • Intervention d’urgence pour les déplacés
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE internes à Mindanao: alimentation, articles Brunei
• Programmes de réduction de la pauvreté à de première nécessité et réhabilitation de
latrines Malaisie
travers des opportunités durables dans le Indonésie
secteur agro-forestier
• Renforcement des capacités de commerce Chiffre Clés
et de commercialisation Début de la mission: 2000
• Renforcement du secteur productif rural Lieux :
et de la gestion des ressources hydriques • Mindanao Central: Maguindanao, Lanao
• Programme de soutien à 4 000 agriculteurs du Sud et Cotabato City (ARMM)
afin de récupérer les pertes engendrées par • Région de Caraga
les ouragans de 2006 • Région de Bicol: Catanduanes, Camarines
• Programme de soutien aux pêcheurs les du Sud, Sorsogon et Masbate
plus vulnérables Ressources humaines :
• Activités Génératrices de Revenus • Expatriés: 8
• Développement de capacités au niveau • Personnel local: 60
communautaire Destinataires: 133 832 personnes
Santé Financements: Action Contre la Faim,
• Programme de soutien aux barangays ur- AECID, UE, DIPECHO, Generalitat Va-
bains et semi-urbains afin d’améliorer la lenciana, PACAP, ACCD, Caja Navarra
santé publique par la réduction de risques
environnementaux
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Amélioration de l’accès à l’eau potable
La capacité de faire face aux catastrophes natu-
relles commence par l’éducation des plus petits dans
les écoles

41
République
AFRIQUE

Centrafricaine ACF-France

Capitale: Bangui Espérance de vie à la naissance: 44


Population: 4,4 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 193
Superficie: 622 984 km² Taux d’alphabétisation: 48,6%
Langue: français, sangho PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 679
Régime politique: république présidentielle Indice de Développement Humain: 0,352 (178ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 70%
Population sans accès à l’eau potable: 34%
Population sans assainissement de base: 73%
Taux de malnutrition infantile chronique: 45%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 10,7%

La République Centrafricaine (RCA) a une population de 4,2 millions d’habitants dont 70% vivent en dessous du seuil de pauvreté natio-
nal. La RCA est un pays qui se trouve dans un état de vulnérabilité chronique, situation qui ne fait qu’empirer chaque année depuis plus
de 40 ans. Les problèmes de sécurité, une crise structurelle profonde et permanente de plusieurs années de mauvais gouvernement, les
émeutes et les tentatives de coup d’État ont entraîné la détérioration de l’administration publique et de ses infrastructures. Un nouveau
coup d’État ou une année de mauvaises récoltes peuvent suffire à faire basculer le pays dans une situation d’urgence humanitaire.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Soudan NUTRITION Chiffre Clés
Tchad • Appui au Ministère de la Santé pour Début de la mission: 2006
augmenter la capacité de dépistage et de Lieux: Bossangoa, Paoua, Markounda
Cameroun gestion de la malnutrition aiguë dans les Ressources humaines :
République centres de santé de Bangui et Bossangoa • Expatriés: 12
• Maintenir la capacité de surveillance de la • Personnel local: 101
Centrafricaine nutrition dans l’ensemble du pays Destinataires: 30 426 personnes
• Distribution d’aliments et d’intrants agri- Financements: UNICEF, PAM, FAO,
Bangui
coles ECHO, OFDA, PNUD, ISOVER (fonds
Rép. Dém.
• Programmes de jardins maraîchers dans privés), Action Contre la Faim
du Congo
les foyers
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Appui à la Direction Régionale de l’Hy-
draulique de Bossangoa afin de relancer
le système d’opération et de maintenance
de la préfecture d’Ouham.
•R  éhabilitation/construction de points d’eau

La promotion de cultures non traditionnelles est


essentielle pour une alimentation variée et pour pré-
venir la malnutrition

42
Rép. Dém.
AFRIQUE

du Congo ACF-États Unis

Espérance de vie à la naissance: 47,1 Capitale: Kinshasa


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 225 Population: 64,7 millions
Taux d’alphabétisation: Non disponible Superficie: 2 345 410 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): Non disponible Langue: français, lingala, kiswahi
Indice de Développement Humain: Non disponible Régime politique: république parlemen-
Population en dessous du seuil de pauvreté national: Non disponible taire
Population sans accès à l’eau potable: 71%
Population sans assainissement de base: 75%
Taux de malnutrition infantile chronique: Non disponible
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,9%

Au cours des dernières années, la République Démocratique du Congo a été le témoin de la transition d’une situation de guerre totale vers
une période qui a amené le pays aux premières élections démocratiques en 2006. L’impact des 40 ans du régime de Mobutu et de deux
guerres consécutives (qui ont causé directement ou indirectement la mort de quatre millions de personnes) continue cependant d’être un
obstacle pour le pays. Les infrastructures et les services de base ont été détruits. La sécurité alimentaire des communautés est très fragile
alors que le conflit qui se poursuit dans certaines zones du pays (Kivu, Oriental) a entraîné un déplacement massif de la population. L’ac-
cès à l’eau saine et à l’assainissement est rare et les épidémies de choléra sont fréquentes au Katanga et au Kivu, alors que l’on découvre
de nouveaux foyers de malnutrition aiguë dans les zones non touchées par la guerre.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Rép. Centrafricaine Soudan

NUTRITION Chiffre Clés Cameroun


• Gestion communautaire de la malnutri- Début de la mission: 1996
Ouganda
Congo
tion aiguë Lieux: provinces de Kinshasa (Kinshasa), Rép. Dém.
• Création d’un groupe d’intervention d’ur- Bandundu (Kikwit, Kahemba), Kasai
gence en cas de crises nutritionnelles Oriental (Lodja), Nord-Kivu (Goma, Wali- du Congo Rwanda
• Développement de capacités pour le Pro- kale, Matanda), Sud-Kivu (Bukavu, Bunya- Kinshasa
Burundi
gramme National de Nutrition du Minis- kiri, Minova), Orientale (Kisangani, Buta, Tanzanie
tère de la Santé Aketi), Katanga (Malemba Nkulu, Ankoro,
• Enquêtes nutritionnelles Sampwe, Lubumbashi) Angola
• Éducation en nutrition et santé Ressources humaines :
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE • Expatriés: 40
Zambie
• Distribution de semences et d’outils • Personnel local: 600
Destinataires: 460 000 personnes
• Mise en place de pépinières
Financements: PNUD, ACDI, ECHO,
• Transformation de la production agricole
• Projets de pisciculture AECID, Ministère français des Affaires
• Activités Génératrices de Revenus Étrangères, UNICEF, FAO
• Formation technique
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Construction de forages, puits, collec-
teurs d’eau
• Protection de sources
• Mise en place de comités de l’eau
• Promotion d’hygiène
• Prévention du choléra et réponse d’ur-
gence

Des milliers de déplacés fuient le conflit, mettant en


risque leur sécurité alimentaire (Photo: Reuters/
courtoisie de www.alertnet.org)

43
AFRIQUE

Sierra Leone ACF-France

Capitale: Freetown Régime politique: république présidentielle


Population: 6 millions Espérance de vie à la naissance: 42,1
Superficie: 71 620 km² Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 282
Langue: anglais (officielle), la plupart des Taux d’alphabétisation: 37,1%
habitants parlent le créole PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 630
Indice de Développement Humain: 0,329 (179ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 70,2
Population sans accès à l’eau potable: 47%
Population sans assainissement de base: 61%
Taux de malnutrition infantile chronique: 38%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 1,6%

Sierra Leone reste ‘stable’ depuis l’accord de paix de 2001, après une guerre civile de 10 ans. Depuis, le pays a commencé peu à peu à
se reconstruire. La situation générale continue de s’améliorer et le relais des organisations internationales «d’urgence” sur les structures
locales de développement porte ses fruits. En 2008 Sierra Leone a subi la hausse des prix des aliments et la pénurie du riz. En mai-juin,
les élections locales se sont déroulées sans incidents de sécurité, mais la stabilité de la région reste fragile. D’autre part, il faut tenir compte
du risque que le pays puisse être affecté par la déstabilisation de l’un de ses voisins comme la Guinée. Sierra Leone est le dernier pays sur
l’échelle de développement (179 sur 179).

ACTIVITÉS PRINCIPALES
Guinée
NUTRITION Chiffre Clés
• Évaluation de l’état nutritionnel d’enfants Début de la mission: 1991
de 5 ans et des foyers les plus vulnérables Lieux: Freetown
Sierra Ressources humaines :
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
Leone • Identification de l’impact de la montée • Expatriés: 2
Freetown • Personnel local: 11
des prix sur l’économie des foyers habi-
Destinataires: 13 511 personnes
tant en contexte urbain
Financements: EuropeAid, DFID, Ac-
• Évaluation des effets de la montée des
Libéria tion Contre la Faim
prix sur le commerce et identification des
populations à plus haut risque
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Prévention du choléra
• Cartographie des zones potentiellement
exposées au choléra dans les zones de lo-
gements
• Recueil et analyse de données
• Diffusion des résultats de l’analyse
• Sensibilisation et coordination avec les
intervenants
• Évaluation de la qualité de l’eau dans les
zones urbaines de Freetown
• Tests bactériologiques de l’eau réalisés
mensuellement
• Désinfection de latrines
• Distribution d’analyse bactériologique de
l’eau

Les trois quarts des habitants de Sierra Leone vivent


avec moins d’un dollar par jour (Photo: Reuters/ Luc
Gnago, courtoisie de www.alertnet.org)

44
AFRIQUE

Somalie ACF-France

Espérance de vie à la naissance: 47,1 Capitale: Mogadiscio


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 225 Population: 9 millions
Taux d’alphabétisation: Non disponible Superficie: 627 340 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): Non disponible Langue: somali, arabe, italien, anglais
Indice de Développement Humain: Non disponible Régime politique: république parlementaire
Population en dessous du seuil de pauvreté national: Non disponible
Population sans accès à l’eau potable: 71%
Population sans assainissement de base: 75%
Taux de malnutrition infantile chronique: Non disponible
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 0,9%

Depuis le coup d’État de 1991 qui a mis fin à une dictature de 20 ans, la Somalie est plongée dans une profonde instabilité. Sans une nouvelle
autorité centrale, le pays est divisé par les conflits de pouvoir et territoriaux, accompagnés d’un degré d’insécurité élevé. La violence qui a
régné presque de façon quotidienne à Mogadiscio a poussé, une fois de plus, les habitants à fuir la ville. Cette insécurité et les difficultés agro-
climatiques empêchent le développement d’activités économiques traditionnelles et de mécanismes de survie et de réponse des éleveurs face
aux crises, dans ce pays où la sécheresse est récurrente. Il est difficile d’espérer une amélioration de la situation humanitaire à court terme.
Le 5 novembre 2008, quatre expatriés d’Action Contre la Faim ont été enlevés dans la région de Galgaduud. L’organisation a restreint ses
activités d’urgence vitales et a retiré l’ensemble de son personnel expatrié sur le territoire somalien. Les programmes sont exécutés par les
équipes nationales.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
NUTRITION ET SANTÉ Chiffre Clés
• Distributions d’urgence de rations à haute Début de la mission: 1992 Somalie
teneur en protéines pour les enfants de Lieux: Galguduud, Bakool, Bay, Gedo,
moins de cinq ans Mogadiscio Ethiopie
• Appui aux centres de santé, centres de Ressources humaines :
prise en charge materno-infantile • Expatriés: 14
• Traitement du choléra • Personnel local: 218 Mogadiscio
• Traitement de la malnutrition aiguë sé- Destinataires: 237 084 personnes Kenya
vère et modérée Financements: UNICEF, CICR, ECHO,
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE OFDA, FAO, DFID, PAM, CIAA
• Amélioration des pratiques agricoles
• Programmes d’argent contre travail
• Projets de jardins maraîchers dans les
foyers
• Distribution d’outils
• Génération de revenus
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Réhabilitation de points d’eau
• Promotion de l’hygiène
• Chloration des sources d’eau

Les conditions climatiques du pays menacent en


grande partie la sécurité alimentaire et l’accès à
l’eau

45
AFRIQUE

Soudan ACF-France

Capitale: Khartoum Espérance de vie à la naissance: 64,9


Population: 39,4 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 90
Superficie: 2 505 813 km² Taux d’alphabétisation: 54,2%
Langue: français, bambara, berbère, arabe PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2 361
Régime politique: république présidentielle Indice de Développement Humain: 0,526 (146ème sur 179)
Population en dessous du seuil de pauvreté national: Non disponible
Population sans accès à l’eau potable: 30%
Population sans assainissement de base: 66%
Taux de malnutrition infantile chronique: 41%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 1,6%

Alors que le processus de paix au Darfour est loin de démarrer, deux milliers et demi de personnes déplacées, déjà fortement touchées par les
inondations de la période d’hivernage (juillet et août), se trouvent bloquées en plein conflit. L’expulsion d’Action Contre la Faim du Soudan a
eu lieu quelques heures après l’accusation de la Cour Internationale contre le Président Béchir, le 5 mai 2008. La préoccupation de l’organisa-
tion s’est concentrée dès ce moment sur l’avenir de près de 400 000 victimes du conflit qui bénéficiaient de notre assistance.

Libye
Egypte ACTIVITÉS PRINCIPALES
NUTRITION EAU ET ASSAINISSEMENT
• Augmentation et amélioration de la ca- • Ouverture de réservoirs d’eau
Khartoum pacité locale • Promotion de l’hygiène et de l’assainis-
Tchad
• Amélioration de la capacité à répondre à sement
Soudan l’apparition de la malnutrition
• Suivi continu et évaluations des besoins
nutritionnels dans les zones vulnérables, Chiffre Clés
en particulier les zones de retour Début de la mission: 1985
Rép. Ethiopie
• Amélioration de la capacité de réponse en Lieux: Malualkon, Bentiu, El Fasher, Nyala
Centra-
situation d’urgence Ressources humaines :
fricaine
• Suivi de contexte critique et positionne- • Expatriés: 42
Rép. Dém. du Congo OugandaKenya • Personnel local: 682
ment dans les zones les plus instables
• Établissement d’un stock d’urgence pour Destinataires: 423 986 personnes
faire face aux catastrophes climatiques Financements: ECHO, OFDA, DFID,
(inondations, etc.) Coopération hollandaise, ACDI, CO-
• Identification d’éventuels foyers de vul- SUDE, CIAA, MAAIONG, PAM, FAO,
nérabilité UNICEF, CHF
•M  aintenance de la capacité de réponse
aux urgences nutritionnelles
• S urveillance de la nutrition: enquêtes nu-
tritionnelles et détection de la malnutri-
tion
• I nterventions d’urgence en cas d’alerte
nutritionnelle
• S upervision de la situation humanitaire
par le biais d’enquêtes nutritionnelles
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
• Assistance basée sur l’augmentation de la
capacité des partenaires et la contribution
des communautés

La construction de points d’eau est fondamentale


pour la survie dans les camps de réfugiés du Dar-
four

46
AFRIQUE

Swaziland ACF-Espagne

Espérance de vie à la naissance: 32 (estimation CIA 2009) Capitale: Mbabane


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 156 Population: 1 million
Taux d’alphabétisation: 79,6% Superficie: 17 364 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 5 554 Langue: anglais et swazi
Indice de Développement Humain: 0,547 (141ème sur 179) Régime politique: monarchie absolutiste
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 66%
Population sans accès à l’eau potable: 43,6%-46% (milieu rural)
Population sans assainissement de base: 43,3%-56% (milieu rural)
Taux de malnutrition infantile chronique: 29%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 26,1%

Le Swaziland, un des plus petits pays du continent africain (de la taille de Monténégro), possède la prévalence de VIH la plus élevée au monde
avec des milliers d’orphelins et d’enfants vulnérables en raison de la pandémie. Avec le quart de la population adulte infectée par le virus, le
pays connaît une situation de pauvreté structurelle qui continue de s’aggraver. Le Swaziland est un pays basé sur l’agriculture de subsistance
et a connu de nombreuses années de sécheresse.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Mozambique

NUTRITION ET SANTÉ Chiffre Clés


• Ouverture de la mission en octobre 2007 Début de la mission: octobre 2007 Afrique du Sud
avec un projet de traitement de la mal- Lieux: dans l’ensemble du pays
nutrition conjointement avec le Ministère Ressources humaines : Mbabane
de la Santé • Expatriés: 3
• Intégration de la composante nutrition- • Personnel local: 16 Swaziland
nelle et de mortalité dans les enquêtes du Destinataires: 1260 enfants avec malnutri-
Programme Alimentaire Mondial et des tion, 866 travailleurs sanitaires de la commu-
analyses de vulnérabilité nauté, 250 infirmiers, 41 communautés (~300 Afrique du Sud
• Appui au système sanitaire afin de ren- - 5 000 par communauté)
forcer l’aspect nutritionnel des services Financements: ECHO, UNICEF-Swazi- Lesotho
de VIH, en particulier la prévention de la land, PEPFAR / USAID, Action Contre
transmission mère-enfant et le traitement la Faim
antirétroviral pédiatrique
• Formation sur le traitement de la malnu-
trition et la nutrition liée au VIH/SIDA
pour le personnel sanitaire et commu-
nautaire, en ligne avec les protocoles de
traitement correspondants.

Les soins materno-infantiles sont essentiels dans


un pays tel que le Swaziland, où la prévalence du
VIH/SIDA est la plus élevée du monde (Photo:
María Pérez ©)
47
AFRIQUE

Tchad ACF-France

Capitale: N’Djamena Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 208


Population: 11,1 millions Taux d’alphabétisation: 25%
Superficie: 1 259 200 km² PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 470
Langue: arabe et français Indice de Développement Humain: 0,389 (170ème sur 179)
Régime politique: république présidentielle Population en dessous du seuil de pauvreté national: 43,4%
Population sans accès à l’eau potable: 52%
Population sans assainissement de base: 91%
Taux de malnutrition infantile chronique: 45%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 3,5%

L’instabilité à la frontière entre le Soudan et le Tchad a augmenté de façon constante en 2008, avec plusieurs attaques rebelles au Tchad.
Une de ces attaques a conduit les insurgés à N’Djamena, la capitale, au cours d’intenses combats en février. Aucun processus politique
n’est actuellement en cours. Si la crise du Darfour reste un facteur important de déstabilisation, il est vrai également que le pays doit faire
face à une crise purement interne, aussi bien politique qu’humanitaire: présence de nombreux réfugiés provenant du centre et du sud, crise
économique et sociale à N’Djamena, désintégration et désertification dans la bande du Sahel.

Libye ACTIVITÉS PRINCIPALES


NUTRITION ET SANTÉ Chiffre Clés
• Enquêtes nutritionnelles: Développe- Début de la mission: 2004
Niger
ment d’un système de surveillance de la Lieux: Dogdoré, Abeche, Mao, Kanem,
nutrition, avec 8 enquêtes nutritionnelles N’Djamaena
réalisées dans les camps de personnes dé- Ressources humaines :
Tchad placées internes du Tchad oriental • Expatriés: 14
Soudan
•P  rogramme de nutrition dans la ville • Personnel local: 124
Nigéria Ndjamena d’Abeche Destinataires: 33 462 personnes
•É  tude de vulnérabilité Financements: ECHO, OFDA, Fon-
•P  rogrammes de santé mentale dation Privée Américaine, ACNUR,
République UNICEF, PAM, Fondation Suez, Fonds
Cameroun SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
Centrafricaine
• Distribution générale d’aliments durant la Privés, Action Contre la Faim
période de soudure (de mai à septembre)
EAU ET ASSAINISSEMENT
• Appui à tout approvisionnement d’eau et
à l’assainissement dans le camp de dépla-
cés de Dogdoré
• Évaluation de la situation de l’eau et de
l’assainissement

C’est à peine si les réfugiés de Darfour disposent


des moyens de base de subsistance

48
Territoire
ASIE

Palestinienne ACF-Espagne

Espérance de vie à la naissance: 73,1 Capitale: L’Autorité palestinienne réclame


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 17 Jérusalem Est
Taux d’alphabétisation: 92,4% Population: 4 millions
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 230 Superficie: Gaza 360 km²,
Indice de Développement Humain: 0,731 (106ème sur 179) Cisjordanie 5 860 km²
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 30,3% Langue: arabe
Population sans accès à l’eau potable: 8% Régime politique: gouvernement provisoire
Population sans assainissement de base: 27% dont le siège se trouve à Ramallah
Taux de malnutrition infantile chronique: 2,9%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: Non disponible

La recrudescence de la tension entre israéliens et palestiniens continue de toucher la population civile dans les deux camps. Durant le
mois de décembre, une opération militaire massive a été lancée contre la Bande de Gaza, opération qui a fait 1 300 victimes mortelles
dans le camp palestinien et 13 dans le camp israélien. La distance entre Fatah, qui contrôle la Cisjordanie, et le Hamas, maître de la bande
de Gaza, empêche toujours un processus de paix réel. Le blocus à la bande de Gaza a totalement paralysé son économie causant la pire
crise humanitaire depuis 1967, avec une dépendance de 80% de l’aide humanitaire. En Cisjordanie, les obstacles à la libre circulation des
personnes et des biens continuent d’augmenter, alors que l’accès aux ressources de base devient de plus en plus difficile étant donnée la
crise économique dans la région.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
EAU ET ASSAINISSEMENT Chiffre Clés
• Construction de systèmes de collecte Début de la mission: 2002
d’eau de pluie Lieux: Cisjordanie (districts de Israel
• Réhabilitation, reconstruction et/ou Tubas, Nablus, Qalqilya, Jénine, Hébron et Jérusalem
construction de systèmes de distribution Bethléem), Bande de Gaza Territoire
d’eau et de puits Ressources humaines :
• Distribution d’urgence d’eau • Expatriés: 6 Palestinienne
• Renouvellement et extension des réseaux • Personnel local: 30 Gaza
Jordanie
d’approvisionnement en eau Destinataires: 238 306 personnes
• Formation en gestion de l’eau Financements: Action Contre la Faim,
• Campagnes de sensibilisation pour éco- ECHO, AECID, ACCD, UNICEF, HERF,
nomiser l’eau Mairie de Pampelune
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
• Programmes d’argent contre travail
• Distribution de fourrage pour animaux
• Assistance vétérinaire
• Formation technique en production ani-
male
• Appui à la commercialisation et vente de
produits agricoles
• Appui à l’accès aux ressources et aux mar-
chés
• Développement des relations commer-
ciales entre agriculteurs palestiniens et
commerçants israéliens
PLAIDOYER
• Suivi de toutes les interventions d’appui à
la Loi Humanitaire Internationale
• Responsabilité Humanitaire

L’approvisionnement en eau est l’un des grands


problèmes auquel la population se trouve confrontée
au quotidien (Photo: Brigitte Grignet ©)

49
AFRIQUE

Zambie ACF-Royaume Uni

Capitale: Lusaka Espérance de vie à la naissance: 41,2


Population: 12,2 millions Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 182
Superficie: 752 614 km² Taux d’alphabétisation: 68%
Langue: anglais (officielle), bemba, lozi, PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 1 273
nyanja, tonga et autres. Indice de Développement Humain: 0,453 (163ème sur 179)
Régime politique: république présidentielle Population en dessous du seuil de pauvreté national: 68%
Population sans accès à l’eau potable: 42%
Population sans assainissement de base: 45%
Taux de malnutrition infantile chronique: 53%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 17%

La Zambie reste l’un des pays les plus pauvres de l’Afrique sub-saharienne. La pauvreté et la malnutrition s’ajoutent au SIDA, qui affecte
17% de la population, notamment la population productive, alors que des millions de zambiens survivent avec moins d’un dollar par jour.
Après le conflit qui s’est produit en République Démocratique du Congo, le pays héberge des dizaines de milliers de réfugiés qui ont fui
les combats.

Tanzanie ACTIVITÉS PRINCIPALES


Rép. Dém. SÉCURITÉ ALIMENTAIRE débats dans les écoles...
du Congo • Mise en place d’organisations à base com- • Campagne de Santé en matière de nutri-
munautaire afin d’identifier et de traiter le tion et de VIH/SIDA à travers diverses
Angola VIH/SIDA dans les familles touchées activités communautaires: séances sur les
par l’insécurité alimentaire et les besoins moyens de communication et démonstra-
en matière de santé tions alimentaires
Zambie • Aider les familles les plus pauvres de • Formation en conseil
chaque communauté avec des activités • Appui aux activités de promotion du
Lusaka
génératrices de revenus (jardins maraî- CINDI (sensibilisation, avec la participa-
Mozambique tion de parlementaires, d’acteurs locaux
chers, petit commerce), en se concen-
Zimbabwe trant notamment sur les orphelins, les et nationaux...) destinées à développer
Botswana
personnes chargées des orphelins et les l’appui nutritionnel aux personnes vivant
personnes vivant avec le VIH/SIDA avec le VIH et le SIDA
•É  levage de lapins et d’oiseaux de basse- • Appui aux orphelins dans un centre
cour pour la consommation et la vente d’éducation de la petite enfance avec ali-
•F  ormation de 122 personnes en tech- mentation supplémentaire et surveillance
niques d’agriculture écologique de la croissance
•A  ppui technique • Formation et entraînement de notre par-
tenaire local Children in Distress sur le
SANTÉ ET NUTRITION
projet et la gestion organisationnelle
• Promotion de la nutrition
• Appui technique
• Développement de l’accès aux services
et des connaissances en matière de santé Chiffre Clés
et de nutrition pour les personnes vivant Début de la mission: 2004
avec le VIH/SIDA : Lieux: Région de Kitwe
• Sensibilisation de la communauté sur la Ressources humaines :
relation entre une bonne nutrition et la • Expatriés: 0
thérapie contre le VIH/SIDA • Personnel local: 10 (travail réalisé par
• Amélioration de l’accès aux services de santé l’ONG locale CINDI)
• Développement de l’accès à des services Destinataires: 301 485 personnes
de conseil par le biais d’ateliers, d’activités Financements: Comic Relief, Vegfam
théâtrales, de programmes de radio et de
Les plus jeunes générations de Zambie luttent pour
ne pas hypothéquer leur avenir sous le signe de la
pauvreté, la faim et le VIH/SIDA (Photo: Da-
vid Gillnaders ©)
50
AFRIQUE

Zimbabwe ACF-France

Espérance de vie à la naissance: 41 Capitale: Harare


Mortalité infantile (pour 1 000 naissances): 132 Population: 13,5 millions
Taux d’alphabétisation: 89,4% Superficie: 386 850 km²
PIB par hab. (en dollars, parité de pouvoir d’achat): 2 038 Langue: anglais (officielle), shona, sinde-
Indice de Développement Humain: 0,531 (151ème sur 177) bele
Population en dessous du seuil de pauvreté national: 34,9% Régime politique: république présidentielle
Population sans accès à l’eau potable: 19%
Population sans assainissement de base: 47%
Taux de malnutrition infantile chronique: 34%
Taux de prévalence du VIH/SIDA: 20,1%

En 2008, le Zimbabwe a connu une grave crise, caractérisée par une forte inflation suite à une hausse des prix considérable et entraînant une
perte du pouvoir d’achat des consommateurs et un manque de liquidité. Le dollar du Zimbabwe a perdu un total de 25 zéros en deux ans
et demi. Le pays a également connu une crise politique à partir du mois de mars, lors de polémiques élections générales qui ont répandu la
violence dans tout le pays. De plus, une épidémie de choléra s’est déclenchée vers le milieu du mois d’août. La diffusion a été très rapide et
il s’est produit une dégradation rapide de l’eau qui a touché l’ensemble du pays.

ACTIVITÉS PRINCIPALES Mozambique


Zambie
NUTRITION -C
 ouverture des besoins en eau potable
• Évaluation des besoins en nutrition et assainissement dans le centre de trai-
• Mise en place de centres nutritionnels tement du choléra (CTC) Harare
• Projets concernant le VIH pour la pré- -M
 ise en place de comités de gestion de
vention et la lutte contre la malnutrition ces points d’eau Zimbabwe
SÉCURITÉ ALIMENTAIRE
• Amélioration des moyens de subsistance Chiffre Clés
des groupes vulnérables par le renforce- Début de la mission: 2002
Botswana
ment de la sécurité alimentaire et de la Lieux: Midlands, Manicaland, Matebele-
nutrition par le biais de programmes in- land Sud, Masvingo
tégrés Ressources humaines : Afrique du Sud
• Développement et promotion de tech- • Expatriés: 8
nologies agricoles innovatrices pour un • Personnel local: Non disponible
développement adéquat réduisant la dé- Destinataires: 87 511 personnes
gradation des sols Financements: EuropeAid, ECHO, FAO,
EAU ET ASSAINISSEMENT Action Contre la Faim, Agence de l’Eau,
• Accès durable à l’eau potable et aux ser- MAE, DFID, UNICEF
vices d’assainissement par le développe-
ment d’un meilleur comportement en
matière d’hygiène des foyers vulnérables
et de la population en risque
• Réhabilitation et construction de points
d’eau
• Construction et réhabilitation de latrines
• Accès à l’eau par la collecte et le stockage
des eaux de pluie
• Réponse d’urgence face à l’apparition du
choléra
-P  romotion de la santé et de l’hygiène:
distribution de kits et de brochures

Durant l’épidémie de choléra, l’accès à l’eau po-


table pour la population a été l’un des points fon-
damentaux

51
Activités en Espagne

2008 en images
COURSES SOLIDAIRES
Plus de 600 petites filles et
petits garçons de 12 centres
éducatifs de Pampelune et
de Sangüesa ont participé à
la 8ème édition des courses
contre la faim.

EXPO SARAGOSSE 2008


Action Contre la Faim a participé à l’exposition consacrée à
l’eau au pavillon d’actions citoyennes par le biais d’une série
d’activités telles que des conférences, des expositions, des si-
mulacres…

CULTURE GALICIENNE RESPONSABLE


Fernando Bellas a voyagé à Madriz, au Nicaragua, avec Cultura
Solidaria Galega et Action Contre la Faim ; postérieurement,
une exposition photographique a été réalisée avec des scènes
quotidiennes des habitants d’un pays extrêmement vulnérable.

2ème ÉDITION DE L’ASCENSION SOLIDAIRE


DANS LES PYRÉNÉES
Plus de 150 montagnards de 6 à 71 ans ont escaladé le Pe-
tretxema pour rendre hommage à l’himalayiste Navarre
Iñaki Ochoa de Olza et aux 963 millions d’affamés dans le
monde.

52
LUPO, UNE VENTE AUX ENCHÈRES SOLIDAIRE
SANS PRÉCÉDENT
La marque catalane de compléments et Action Contre la Faim
se sont unies pour une vente aux enchères sans précédent à la-
quelle participèrent des artistes espagnols comme Javier Maris-
cal, Amaya Arzuaga et Najwa Nimri & Carlos Jean, qui avaient
créé des pièces exclusives qui ont été mises en vente.

CRONICARAGUA, UN SPECTACLE SOLIDAIRE


Sous forme de performance, la chronique d’un voyage au Ni-
caragua, pays assiégé par la faim silencieuse qui demande des
actions et des engagements afin d’apporter des solutions et de
réclamer la solidarité de la société civile.

HAUTE CUISINE
MALAWITE
Le chef-cuisinier cata-
lan Carles Gaig a offert
un dîner inspiré de plats
malawites à des entre-
preneurs catalans, afin
de transmettre la pro- FESTIVAL INTERNATIONAL DE BENICASSIM
blématique de ce pays Une fois de plus, Action Contre la Faim était présente au
à la société espagnole Festival International de Benicasim (FIB) pour informer sur
puis de rapprocher les la lutte contre la faim et proposer des articles de merchandi-
traditions et la culture sing à tous ceux qui souhaitaient participer.
de la société africaine à
notre pays.

PREMIER TOURNOI
ACTION CONTRE
LA FAIM-FONDATION
ATLÉTICO DE MADRID
Action Contre la Faim et
la Fondation Atlético de
Madrid, en collaboration
avec la Fédération de
Football de Madrid, ont
célébré le premier tour-
noi solidaire de football
afin de recueillir des
fonds destinés à la cam-
pagne NO HUNGER.

53
Activités en Espagne

No Hunger
Au mois d’octobre dernier, Action son pouvoir médiatique pour attirer Des visages aussi célèbres que celui
Contre la Faim a lancé la campagne No l’attention sur le drame de la malnutri- de Belén Rueda, Mario Vargas Llosa,
Hunger afin de demander à Al Gore de tion dans le monde, tel qu’il l’a fait avec Fernando Colomo, Julio Medem, San-
réaliser un documentaire, utilisant ainsi succès pour le changement climatique. tiago Segura, Pilar López Ayala, Javier
Fesser, Florentino Fernández, Ariadna
Gil, Juan Diego Botto, Toni Cantó,
Fernando Savater ont aussi voulu de-
mander à Al Gore de réaliser ce film.

En quelques mois seulement, plus de


60 000 personnes se sont jointes à nous
pour que No Hunger soit une réalité à
travers www.pideseloaalgore.org

54
Activités en Espagne

Responsabilité
Sociale Entrepreneuriale
À Action Contre la Faim, nous pensons que la Responsabi- Partant de cette hypothèse, nous pensons que la relation avec
lité Sociale d’Entreprise de toute organisation est basée sur un agent social aussi important que l’entreprise doit évo-
le strict respect des obligations légales en vigueur. luer et passer d’un modèle vieillissant de recherche d’image à
des engagements à long terme, étroitement liés à son activité
Ainsi, elle assume et intègre de façon volontaire dans sa ges-
d’entreprise.
tion les préoccupations sociales, du travail, environnemen-
tales, et du respect des droits humains issus de sa relation et En 2008, nous sommes ainsi parvenus à augmenter de 20%
du dialogue transparent avec les divers groupes d’intérêt avec la captation de fonds, ce qui montre bien le pari de l’organi-
lesquels elle est amenée à se mettre en rapport: clients, action- sation sur le développement de cette voie. Nous travaillons
naires, bénéficiaires, partenaires, etc. De même, elle assume la actuellement pour augmenter ce chiffre une fois de plus en
responsabilité des conséquences et des impacts découlant de 2009. Certains des événements les plus remarquables cette
ses actions. année avec les entreprises ont été :

Campagnes et actions Financement de projets:


solidaires: Cajamar Œuvre sociale Caja Madrid
Nous avons alliés les efforts pour at- Nous avons renouvelé une fois de plus
teindre le premier des Objectifs de Dé- le FONDS D’URGENCE qui nous
veloppement du Millénaire: réduire de permet de faire face à des urgences
moitié le nombre de personnes souf- Événements pour entreprises: en un temps record et dans n’importe
frant de malnutrition avant 2015, en Fondation Atlético de Madrid quelle partie du monde dans laquelle
réalisant diverses activités telles que : Nous avons réalisé un tournoi de foot- nous travaillons. Grâce à ce fonds,
ball 7 inter entreprises (10 entreprises), nous sommes intervenus cette an-
• Journée contre la faim: les employés née en Mauritanie et en Géorgie. De
durant les fêtes de Noël. Ce tournoi a
de Cajamar ont goûté à des menus même, plusieurs entreprises nous ont
été un succès en matière de collecte de
d’urgence. aidés à financer des projets. La Banque
fonds et de répercussion médiatique.
• Journée de randonnée solidaire pour Un autre tournoi aura lieu en octobre Urquijo, par exemple, a apporté 50
les travailleurs de l’entreprise. avec, cette fois, la Fondation Real Fede- 000€ pour notre projet: “Renforce-
ración Española de Fútbol (Fédération ment des capacités locales pour la pré-
• Un fonds d’argent a été recueilli et royale espagnole de football) en tant vention et le traitement de la malnutri-
remis en fin d’année afin d’aider à at- que partenaire organisateur, dans ses tion aiguë chez les enfants de moins de
teindre cet objectif du millénaire. installations de la Ciudad del Fútbol. 5 ans au Mali”.

55
Remerciements…
Nous souhaitons remercier tout spécialement :

ENTERPRISES Coca-Cola Helvetia Seguros NH Hoteles Survey sampling Fundación Mixta África
AC Ekufarm Comissió Solidaritat Horno Artesano NIKIDOM international Fundación Osasuna
Accenture Correos Hotel Voramar de Bassat Ogilvy Todomúsica Fundación
Acciona Chrysler Benicasim OGIPAN UBI Profesor Uria
Adif Chus Burés Ilitia Technologies Ogipan Voracine Fundación
Ingersoll OHL Universidad-Sociedad
Aguas de Belascoain Darryl Upsall
Kiss Fm Ortega y Azagra COLLABORATEURS Museo de arte
Alvilardan Desarrollanet
Allen Overy
Kukuxumusu Asociados Familia Ochoa de Olza contemporáneo Unión
Diario de Navarra Fenosa (MACUF)
La Sexta Portland San Antonio Miguel Molina
Asociación Vinos sin Ecogestión Sociedade para o
fronteras Laboratorios CINFA Red Eléctrica Española Desenvolvemento
El Corte Inglés
Awamedia Laboratorios Hipra Renfe INSTITUTIONS Comarcal de Galicia
Eroski
Baglinox Librería Argot Rodilla Blur Producciones Trasteando Taldea
Eurohold
Banco Santander Litnor Artes Gráficas Seine Tech Club de Tenis Pamplona Universidad
FIB (Festival
Bloomberg internacional de
Lupo Selección Club de Tenis Pamplona de Alcalá de Henares
Benicasim) M Torres Selectiva ETT Colegio de Ingenieros Universidad de Navarra
Boston Consulting
Group Fundación Caja Madrid Acc Servyeco Industriales de Navarra Universidad
Bu 56 Navarra Marco Polo Shackelton Fundación de Santiago de
Sic Ingenieros Atlético de Madrid Compostela
Caja Laboral Gimnasio Fisico Marge Books
solidario Socialbid Fundación Universidad
Can Mèlich Club Mas Movil Pública de Navarra
Dávalos-Fletcher
CLICK Network S.L Grupo de Empresas ECI Microsoft Sonae Sierra
Fundación Empresa- Universidad
Club Escacs El Vendrell Grupo Norte Mitja Marató Terrassa Sparkle Universidad de Navarra Rey Juan Carlos
Club Sports GT Promociones Mundo Mueble Strategy & Focus Fundación Gonzalo Universitat
Tennis Cunit Helvetia Previsión Nestlé SUC estudio Torrente Ballester Jaume I de Castellón

…et toutes les entités, organisations et volontaires qui, d’une façon ou d’une autre, ont contribué à la lutte contre la faim.

56
Ressources Humaines
2008: miser sur le personnel local
Ressources humaines Personnel local par mission
sur le terrain 160
Coordinateurs
42%
Techniciens
48% 140

120

100

80

60

40

JDM
(Chefs de Mission) 20
10%

Action Contre la Faim mise sur le pro- 0


Bo a
ie

Co ud

a ie
-C ala

ilip ry

Le es
o
an

rit i
Ni nie

a
Pa er

ay

ire wa ou

st nd

e
aw

fessionnalisme de tous ses travailleurs,


a
l

gu

nn
th
go

liv

Gu mb

g
Ph ak

gu
M
Lib

r
S

a
in tem

Ni


so

al
pi

ra

Pa zil

ie
on
du
An

ra
lo

in
ca

qu’il s’agisse de coopérants devant


au
se

S
M
ée

le
ca

quitter leur pays d’origine ou d’autres


u
Ca

Gu

to
zones avec un contrat d’expatrié ou qu’il
rri
Te

s’agisse de femmes et d’hommes nés et


formés dans les écoles et les universités
des pays dans lesquels elle intervient et
qui constituent le personnel national. En
2008, ces derniers étaient au nombre de
900. En outre, ce pari sur le personnel
national est au cœur de notre mandat:
Action Contre la Faim œuvre également
pour renforcer les capacités locales des
pays d’intervention, ce qui signifie for-
mer, habiliter et promouvoir leur capital
humain. Actuellement, ces personnes
occupent principalement des postes
techniques. Notre stratégie future vise à
ce que très bientôt elles puissent occuper
des postes de coordination et de direc-
tion, voire travailler dans d’autres pays
en tant qu’expatriés. Leur engagement
et leur dévouement alliés à leurs capaci-
tés nous permettent de progresser jour
après jour.

57
Rapport Économique

Bilan de la Situation
BILANS DE SITUATION AU 31 DÉCEMBRE 2008
(Montants en euros)

Exercice Exercice
ACTIF 2008 PASSIF 2008
ACTIF NON COURANT PATRIMOINE NET-
13.092.526 31.670.534
Immobilisation incorporelle FONDS PROPRES-
16.365 1.931.073
Immobilisation corporelle Dotation de départ
191.865 6.010
Immobilisations financières à long terme Fonds d'intervention
12.441 1.893.118
Utilisateurs et autres débiteurs à long Fonds dédiés
terme 284.124
Excédent négatif de l'exercice
(252.179)
SUBVENTIONS, DONS ET LEGS
29.739.461

ACTIF COURANT
24.316.431
Stocks CREANCIERS A COURT TERME :
280.566 5.738.423
Débiteurs de l'activité propre et autres Provisions à court terme
comptes à percevoir 12.313.983 1.288.447
Utilisateurs et autres débiteurs de l'activité Dettes envers des entités de crédit
propre 11.767.143 2.336.674
Débiteurs fondations associées Créanciers fondations associées
80.273 1.186.557
Débiteurs "siège" Créanciers commerciaux et autres
58.988 comptes à payer 926.745
Débiteurs "missions" Créanciers "siège"
366.631 412.300
Personnel Créanciers "missions"
40.751 298.621
Administrations Publiques Personnel
197 10.288
Espèces et autres actifs liquides équivalents Administrations Publiques
11.721.882 205.536

TOTAL ACTIF 37.408.957 TOTAL PASSIF 37.408.957

58
Rapport Économique

Compte de résultats
COMPTES DE PERTES ET PROFITS DE L’EXERCICE 2008
(Montants en euros)

2008
Recettes sur l'activité propre- 33.839.909
Subventions, dons et legs imputés à l'excédent de l'exercice 29.551.505
Cotisations adhérents et usagers 3.121.602
Recettes de campagnes de promotions, sponsors et collaborateurs 1.166.802
Ventes et autres revenus ordinaires de l'activité commerciale 114.069
Approvisionnements (6.575.372)
Autres recettes d'exploitation 1.700.550
Frais de personnel - (12.388.438)
Salaires, gages et assimilés (11.789.592)
Charges sociales (598.846)
Autres frais d'exploitation- (16.283.695)
Services extérieurs (15.660.952)
Pertes, dégradations et variations de provisions pour opérations commerciales (70.889)
Autres frais de gestion courante (551.854)
Amortissement des immobilisations (886.311)
Variation de provisions 95.142
RÉSULTAT D'EXPLOITATION (384.146)

Recettes financières 237.956


Dépenses financières (53.395)
Différences de change (50.594)
RÉSULTAT FINANCIER 133.967
RÉSULTAT AVANT IMPÔTS (250.179)
Impôts sur bénéfices (2.000)
EXCÉDENT NÉGATIF DE L'EXERCICE (252.179)

59
Rapport Économique

Origine des fonds


Évolution générale:
Recettes

Recettes Augmenta- 35.000.000


exécutées tion Action
Total
Année Action Contre Contre
recettes
la Faim la Faim 30.000.000

Espagne Espagne
1995 841.417 841.417 25.000.000
1996 3.203.395 281% 3.203.395
1997 6.238.506 95% 6.238.506
1998 9.243.566 48% 9.243.566 20.000.000
1999 9.946.750 8% 9.946.750
2000 11.670.453 17% 11.670.453
15.000.000
2001 15.453.451 32% 15.453.451
2002 16.000.224 4% 16.000.224
2003 17.459.229 9% 17.459.229 10.000.000
2004 17.971.036 3% 17.971.036
2005 21.129.207 18% 21.129.207
2006* 24.818.078 17% 30.157.826 5.000.000

2007* 25.265.282 2% 29.068.360


2008* 32.508.914 29% 37.019.367 0
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006* 2007* 2008*

*À partir de 2006, la colonne des recettes comprend les contrats exécutés par le réseau international et signés par Action Contre la Faim Espagne.

Distribution de Donateurs 2008


(Recettes exécutées par Action Contre la Faim Espagne)

ECHO Autres Organismes


21% de l’UE
17%

Autres donateurs internationaux


1%
Entreprises
3%
DFID
4%

Coopération Suisse
4%

AECID
16%
Nations
Unies
9%

Communautés Partenaires et
Autonomes Donateurs
11% 14%

60
Rapport Économique

Usage des fonds


Nombre de bénéficiaire Volumen por misión 2008 (En euros)
par secteur d’intervention
Argentine 36.069

Total: 4.344.661 Réduction des


Équateur 142.476
catastrophes
2% Sécurité Lesotho 220.696
Eau et
alimentaire
assainissement Swaziland
35% 268.385
40%
Paraguay 421.882

Espagne 426.971

Malawi 474.556

Liban 627.713

Nicaragua 752.079

Bolivie 778.525

Mauritanie 822.172

Pérou 846.464

Guinée 1.007.681

Angola 1.405.710

Philippines 1.407.267

Guatemala 1.604.023

Mali 2.144.088

Géorgie 2.256.002

Colombie 2.966.738

Nutrition Territoire Palestinienne 3.328.870


et Santé
23% Niger 3.401.761

0,00000 500000,093751000000,18750
1500000,28125
2000000,37500
2500000,46875
3000000,56250

Répartition des fonds Usage des fonds 2008


par secteur d’intervention
Appui technique aux projets
Eau et assainissement Sécurité sur le terrain
21,43% alimentaire 5,2%
43,96%
Communication
et collecte
de fonds
6,1%
Services
administratifs
2,1%

Nutrition
14,44%

Intégral Projets
14,36% sur le terrain
86,6%

Santé
5,81%

61
Rapport Économique

Audit de comptes annuels

Deloitte a audité, cette année également, les


comptes d’Action Contre la Faim-Espagne

62
Acronymes
ACCD: En espagnol, Agence DDC: Direction Suisse du OFDA: En anglais, Office de l’aide
Catalane pour la Coopération au Développement et de la Coopération aux sinistrés à l’étranger
Développement
DFID: Département du Royaume-Uni PACAP: En anglais, Philippines-
ACDI: Agence de Coopération pour le développement international Australian Community Assistance
Canadienne Program
DIPECHO: En anglais, Programme de
ACF-France: Action Contre la Faim- prévention de catastrophes de l’Office PEPFAR: Plan présidentiel d’aide
France d’Aide Humanitaire de la Commission d’urgence à la lutte contre le sida
européenne
ACF-UK: Action Contre la Faim PMA: En espagnol, Programme
Royaume Uni EC: En anglais, Commission Alimentaire Mondial (PAM)
Européenne (CE)
ACF-USA: Action Contre la Faim PNUD: Programme des Nations
États Unis ECHO: Office d’Aide Humanitaire de Unies pour le développement
la Commission européenne
ACH: En espagnol, Action Contre la
PRESANCA: Programme régional de
Faim
FAO: Organisation des Nations Unies sécurité alimentaire et de nutrition en
pour l’Agriculture et l’Alimentation Amérique centrale
ACNUR: En espagnol, Haut
Commissariat des Nations Unies pour
FED: Fonds Européen de SDC: En anglais, Agence suisse pour
les réfugiés (HCR)
Développement le développement et la coopération
AECID: En espagnol, Agence
espagnole pour la coopération ICRC: En anglais, Comité SISCA: Secrétariat social d’intégration
internationale International de la Croix Rouge en Amérique centrale
(CICR)
CE: Commission Européenne UBS: Union de Banques Suisses
MAAION G: Mission d’Appui
CHF: Common Humanitarian Fund à l’Action internationale UE: Union européenne
des Organisations Non
CIAA: Coopération Française Gouvernementales UN: En anglais, Nations Unies (NU)

CICR: Comité International de la MAE: Ministère Français des Affaires UND: En anglais, Programme
Croix Rouge Etrangères des Nations Unies pour le
Développement (PNUD)
CIDA: Agence canadienne pour le NN.UU.: En espagnol, Nations Unies
développement international (ACDI (NU) UNICEF: Fonds des Nations Unies
en français) pour l’enfance
NORAD AEN: En anglais, Agence
COSUDE: En espagnol, Agence norvégienne pour le développement USAID: Agence des États-Unis pour
Suisse pour le Développement et la et la coopération le développement international
Coopération
OCHA: En anglais, Bureau
DAH: Délégation à l’Action de Coordination des Affaires
Humanitaire Humanitaires des Nations Unies

63
AF_MemoriaPortada_Fra.fh11 2/9/09 16:37 P gina 1
C M Y CM MY CY CMY K

SIÈGES DÉLÉGATIONS
INTERNATIONAUX EN ESPAGNE
ACCIÓN CONTRA EL HAMBRE Délégation Castille-La Manche
C/ Caracas 6, 1ª pl. C/ de la Plata, 10, 2º izqda
28010 Madrid 45001 Tolède
Tél.: +34 91 391 53 00 Tél.: 925 25 81 59
Fax: +34 91 391 53 01 achclm@achesp.org
ach@achesp.org
www.accioncontraelhambre.org Délégation Catalogne
C/ Pelai, 44-5º, pta. 3
ACTION AGAINST HUNGER UK 08001 Barcelone
First Floor, rear premises, Tél.: 93 254 03 81
161-163 Greenwich High Road, Fax: 93 304 32 34
London, SE10 8JA achcat@achesp.org
Tél.: +44 0208 293 6190
info@aahuk.org Délégation Galice
www.aahuk.org Avenida Rosalía de Castro, 158-1º
15706 Saint-Jacques-de-Compostelle
ACTION AGAINST HUNGER USA Tél./Fax: 981 52 32 65
247 West 37th Street achgalicia@achesp.org
Suite 1201
New York, NY 10018 Délégation Navarre
Tél.: +1 212 967 78 00 Plaza del Castillo, 28-5ª B
Fax: +1 212 967 54 80 31001 Pampelune
info@actionagainsthunger.org Tél.: 948 21 07 36
www.actionagainsthunger.org achnavarra@achesp.org

ACTION CONTRE LA FAIM Délégation Communauté


4 rue Niepce valencienne
75014 Paris Pº Pilar Coloma, 1
Tél.: +33 1 43 35 88 88 12560 Benicassim - Castellon
Fax: +33 1 43 35 88 00 Tél.: 964 30 01 50
info@actioncontrelafaim.org achcv@achesp.org
www.actioncontrelafaim.org

ACTION CONTRE LA FAIM CANADA


7464 rue St Denis
Montreal, QC, H2R 2E4
Tél.: +1 514 279 4876
Fax: +1 514 279 5136
info@actioncontrelafaim.ca
www.actioncontrelafaim.ca