Vous êtes sur la page 1sur 6

Le 07/04/2008 Page : 1 / 6 Devoir n°6 (3h30min) Tale S5

Calculatrice autorisée - Portable éteint


Respectez et indiquez sur votre copie la notation des questions
I. Etude d’un appontage (5,5 points)
•Un avion atterrit (apponte) sur le pont d'un porte-avions. Le pont est supposé plan et horizontal. Il est
assimilable à un référentiel galiléen. Le freinage de l'avion est uniquement assuré par des câbles, solidaires du
pont, qui s'accrochent à l'avion et le stoppent progressivement. Le mouvement de l'avion sur le pont peut être
assimilé à un mouvement de translation rectiligne. On ne tiendra pas compte des forces de frottements. La
masse de l'avion est m = 1,2.104 kg.
•On choisit comme instant initial t = 0, l'instant où l'avion touche le pont. Pour repérer la position de l'avion sur
le pont, on mesure la coordonnée d'un de ses points sur un axe Ox, parallèle à la trajectoire, orienté dans le sens
du mouvement et dont l'origine O se trouve à une extrémité du pont( celle où l'avion atterrit).

•A la date t = 2,0 s, une série de clichés de l'avion est prise à intervalles de temps réguliers ∆t = 0,10 s. Seul un
point de l'avion a été repéré suivant un axe (Ox). Le premier point correspond à t = 2,0 s.
t (s) 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 2,7 2,8
x (m) 70 74 78 81,4 84,1 87,0 89,2 90,8 92,3
1) Déterminer les valeurs de la vitesse en chaque point et compléter les résultats dans le tableau de la
feuille réponse. Expliquer la méthode utilisée pour un de ces calculs.
2) Tracer le graphe v= f(t) sur la feuille réponse. Echelles : ordonnée : 1 cm pour 5 m.s-1 ; abscisse : 1 cm
pour 0,1 s. On prendra comme origine de l’axe des abscisses t = 1,8 s.
3) En utilisant le graphe précédent, déterminer sur l'intervalle de temps [2,1 ; 2,8 s] les caractéristiques du
vecteur accélération .
Préciser quel est le type de mouvement de l’avion. Justifier.
4) Déduire de la question précédente, en explicitant le raisonnement, les caractéristiques de la force
exercée par les câbles sur l'avion.
•Des capteurs répartis sur tout le pont du porte-avions enregistrent la valeur de la vitesse instantanée v(t) de
l'avion à partir de la date t = 0 où il touche le pont. Le point A correspond à l'accrochage des câbles sous l'avion.
5) Indiquer le type de mouvement avant l'accrochage des câbles. En déduire la distance D parcourue par
l'avion sur le pont avant l'accrochage.
6) Expliquer pourquoi le graphe du bas de la page 5 de la feuille réponse est en accord avec les mesures
faites dans les questions 1) et 2).
7) Déterminer approximativement la force F à la date t= 1,5 s.

29/04/200808 2725465.doc 1/6


II. Céramiques et ultrasons (4 points)
Les ultrasons sont utilisés dans de nombreux domaines de la vie courante : échographie, détecteurs de
présence dans les alarmes, etc. Les émetteurs et les récepteurs d'ultrasons sont fréquemment constitués de
céramiques piézoélectriques.
•Les parties A et B de cet exercice sont indépendantes.
1. Émission et propagation de l'onde ultrasonore produite par une céramique piézoélectrique
• Lorsqu'on applique une tension sinusoïdale d'amplitude suffisante et de fréquence appropriée entre les
deux faces métallisées et opposées d'une céramique piézoélectrique, elle se met à vibrer. Lorsque la
céramique entre en résonance elle émet des ultrasons.
• La fréquence des ultrasons émis est égale à la fréquence de vibration de la céramique émettrice.
• On réalise le montage schématisé figure 1. Le récepteur, constitué d'une céramique réceptrice, est placé
à une distance d, face à la céramique émettrice.
• Une tension de même fréquence que les ultrasons reçus apparaît aux bornes de la céramique réceptrice.
On visualise cette tension sur la voie A d'un oscilloscope. L'oscillogramme obtenu est représenté sur la
figure 2 de la feuille réponse. Le coefficient de balayage est égal à 10 µs / div et la sensibilité verticale
à 0,2 V / div.
• On rappelle que la célérité des ultrasons dans l'air est vair = 340 m.s-1 dans les conditions de l'expérience.

Émetteur Récepteur
d Voie A
Figure 1

1) En utilisant la figure 2 de la feuille réponse, déterminer la période T


2) Calculer la fréquence f de la tension observée à l'oscilloscope et en déduire la fréquence fu des ultrasons.
Justifier.
3) Donner l'expression littérale puis la valeur de la longueur d'onde λ des ultrasons dans l'air.
2. Oscillations libres dans un circuit RLC série
• Pour étudier les conditions d'obtention d'oscillations électriques libres à la fréquence propre
f0 = 40 kHz, on réalise le circuit schématisé figure 3. Un oscilloscope à mémoire permet d'enregistrer la
tension aux bornes du condensateur. L'oscillogramme est représenté sur la figure 4 de la feuille réponse.
• La bobine a une inductance de valeur L = 1,0 mH ; R est la résistance totale du circuit.
• Le condensateur est initialement chargé sous une tension UC = 4,0 V.
• À l'instant de date t = 0 s, on ferme l'interrupteur K.
C L R

Figure 3
uC uL
i

K
1) Comment appelle-t-on le type de régime correspondant à la figure 4 de la feuille réponse ?
2) Interpréter en termes d'énergie l'amortissement des oscillations que l'on observe.
3) Comment peut-on éviter l'amortissement des oscillations, sachant que la résistance du circuit ne peut pas
être nulle ?

29/04/200808 2725465.doc 2/6


4) Dire si les affirmations ci-dessous concernant les oscillations libres d'un dipôle RLC sont vraies ou
fausses. Commenter brièvement.
AFFIRMATION 1: En augmentant la résistance R d'un dipôle RLC on observera toujours des oscillations
amorties.
AFFIRMATION 2: La valeur de la période propre d'un dipôle RLC dépend de la charge initiale du
condensateur.
 Détermination de la capacité du condensateur
• Dans le cas étudié, l'amortissement est assez faible pour pouvoir confondre la pseudo-période du dipôle
RLC avec la période propre T0 du dipôle LC (L et C ayant les mêmes valeurs respectives dans les deux
cas).
• On considère le circuit LC représenté à la figure 5. L'interrupteur K est ouvert et la tension aux bornes
du condensateur est égale à U0. À l'instant de date t = 0 s, on ferme l'interrupteur K.
5) Après avoir établi l'expression de l'intensité i du courant en fonction de la tension uC, montrer que
l'équation différentielle vérifiée par la tension uC(t) aux bornes du condensateur est :
+ uC = 0
6) La solution de cette équation différentielle peut s'écrire: uC(t) = u0 cos( t).

C L

uC uL
i
Figure 5

K
En déduire, en utilisant l'équation différentielle, l'expression littérale de la période propre T0 du circuit.
7) Calculer la valeur à donner à la capacité C du condensateur de manière à obtenir des oscillations à la
fréquence f0 = 40 kHz.

29/04/200808 2725465.doc 3/6


III.Autour d'une transformation dans le domaine de l'oxydoréduction (6,5 points)
 Données :
• Réaction entre le métal cuivre et l'ion argent (I) : Equation : 2 Ag+(aq) + Cu(s) = 2 Ag(s) + Cu2+(aq)
Constante d'équilibre associée : K = 2,2.1015
Couleur des ions en solution : Ag (aq) : incolore ; NO3 (aq) ; incolore ; Cu (aq) ; bleue
+ – 2+

• Unités : 1 Faraday = 96,5.103 C.mol-1 ; 1 A.h = 3,6.103 C
• Masse molaire du cuivre : M(Cu) = 63,5 g.mol-1
• Définition : La capacité, noté χ , d'une pile est la quantité maximale d'électricité qu'elle peut fournir
avant d'être usée .
A. Étude d'une réaction d'oxydoréduction lorsque les deux réactifs sont directement en contact.
• Un bécher contient un volume V1 = 20 mL de solution de nitrate d'argent de concentration
C1 = 1,0.10-1 mol.L-1 .
• On ajoute V2 = 20 mL de solution de nitrate de cuivre de concentration C2 = 5,0.10-2 mol.L-1.
• On obtient une solution dans laquelle coexistent les ions Ag+ , Cu2+ et NO3– .
a) Calculer les concentrations initiales des [Ag+]i et [Cu2+]i dans le becher.
• On plonge ensuite dans le bécher un fil de cuivre et un fil d'argent bien décapés.
b) Écrire l'expression littérale du quotient de réaction QR correspondant à la réaction dont l'équation est
écrite dans les données ci-dessus.
c) Calculer la valeur notée QR,i du quotient de réaction dans l'état initial du système.
d) Pourquoi peut-on en déduire que le système évolue spontanément dans le sens direct de l'équation ?
e) Quelle observation expérimentale devrait, après quelques minutes, venir confirmer le sens d'évolution
de la transformation ?
f) Le cuivre est en excès. Lorsque le système a atteint son état d'équilibre, la concentration en Cu2+ est
de 5,00.10-2 mol.L-1 . Montrer que les ions Ag+ sont à l'état de trace en calculant leur concentration.
Conclure sur le caractère de la transformation.
2. Constitution et étude d'une pile
• On dispose du matériel suivant :
 Un petit bécher contenant un volume V1 = 20 mL de solution de nitrate d'argent de concentration
C1 = 1,0.10-1 mol.L-1.
 Un petit bécher contenant un volume V2 = 20 mL de solution de nitrate de cuivre de concentration
C2 = 5,0.10-2 mol.L-1.
 Un fil de cuivre, de masse m = 1,0 g et un fil d'argent, bien décapés et équipés d'un dispositif de
connexion électrique.
 Un pont salin contenant une solution ionique saturée de nitrate de potassium.
a) Faire un schéma annoté de la pile qu'il est possible de constituer à partir du matériel disponible.
• Un ampèremètre en série avec un conducteur ohmique de résistance R = 100 Ω est placé entre les bornes
de la pile. Le conducteur ohmique est parcouru par un courant de très faible intensité dans le sens de
l'argent vers le cuivre.
b) En déduire le sens de circulation des électrons dans le conducteur ohmique.
c) Interpréter alors le fonctionnement de la pile en écrivant les deux demi-équations aux électrodes.
d) Le sens de la réaction spontanée est-il en accord avec celui déterminé dans la partie A question 4) ?
e) Quel(s) rôle(s) joue le pont salin ? Indiquer sur votre schéma le mouvement des porteurs de charge
dans le pont.
• On laisse fonctionner le système pendant une durée suffisamment longue pour que la pile ne débite plus.
f) Construire le tableau d'avancement de l'évolution du système.
g) Quel est le réactif limitant ?
h) Quelle est la concentration en ion cuivre (II) en fin de réaction ?
i) Déterminer la quantité d'électricité qui a traversé la résistance depuis l'instant où la pile a commencé
à débiter jusqu'à l'instant où la pile s'arrête de fonctionner.
j) En déduire la valeur de la capacité χ de cette pile exprimée en A.h.

29/04/200808 2725465.doc 4/6


NOM : ................................................ Prénom : ................................................ Classe : TS5

FEUILLE REPONSE
I. Etude d’un appontage
t (s) 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 2,7 2,8
x (m) 70 74 78 81,4 84,1 87,0 89,2 90,8 92,3

v (m.s-1)

29/04/200808 2725465.doc 5/6


NOM : ................................................ Prénom : ................................................ Classe : TS5

FEUILLE REPONSE
II. Céramiques et ultrasons

Figure 2

Figure 4

29/04/200808 2725465.doc 6/6