Vous êtes sur la page 1sur 6

Origine de l'amour des enfants

Préface
Cette compilation de différents extraits des textes des nouvelles révélations est
destinée pour tous les parents qui sont souvent confronté à des idées contradictoires sur la
recherche du véritable enseignement du point de vue originel du vrai christianisme. Ils
peuvent trouver ici la réponse à toutes leurs questions, qui ont été données par leur
rédempteur Jésus Christ, et transmises par son scribe Jakob Lorber.

C'est ainsi que ces écrits sont également destinés pour tous ceux qui se reconnaissent
comme enfants de Dieu, et qui veulent être éclairés par leur Père céleste en se reconnaissant
eux même comme enfants de Dieu en lisant entre les lignes, et voir la façon dont notre père
céleste procède à notre propre éducation.

Ces textes sont valables non seulement pour tous ceux qui cherchent la vérité, mais
sont également valable pour leurs propres enfants qui veulent être éduqué par leurs parents
spirituels.

Que celui qui tiens ces écrits en mains, puisse puiser dans les paroles Divines les
directives pour les appliquer afin d'éveiller la vie spirituelle en lui, pour son propre bien ainsi
que pour le bien de ses enfants corporels et spirituels et pour le bien de toute l'humanité à la
gloire de Dieu.
EE1313 EXTRAITS DES ECRITS D'EMMANUEL SWEDENBORG (1688-
1772). 113
13.1 Origine de l'amour des enfants ...............................................................113
13.2 Différentes constitutions de l'amour des enfants spirituels et célestes ...114
13.3 Le retrait de la faute enfantine et de l'amour parental.............................115
13.4 Uniquement les bons esprits assistent les enfants ...................................115
13.5 La part des parents dans l'enfant..............................................................115
13.6 La sphère de l'amour de l'enfant .............................................................116
13.7 L'amour enfantin et l'éducation ...............................................................116
13 EXTRAITS DES ECRITS D'EMMANUEL SWEDENBORG (1688-1772)

13.1 Origine de l'amour des enfants


« L'amour des enfants provient directement de l'amour conjugal. Il est bien connu que
les mères ont un amour très tendre pour leur enfant, alors que l'amour du père l'est beaucoup
moins. L'amour conjugal est inné chez la femme, du fait que l'amour de l'enfant est implanté
en elle, on peut le voir déjà sur les petites fillettes de la façon dont elles jouent avec leurs
poupée, comment elles les portent, les embrassent les serrent sur leur poitrine, comment elles
coiffent et les habillent, un tel penchant n'existe pas chez les garçons.
Cela parait, comme si l'amour des mères pour leurs enfants provenait du fait qu'elles
les ont portés et nourris de leur sang, ce qui les unirait si chaleureusement et
sympathiquement à l'enfant; cependant ce n'est point l'origine de cet amour; cela est prouvé
par le fait que l'on peut donner un nouveau né à la mère sans quelle sache que ce n'est pas le
sien et elle l'acceptera et l'aimera tendrement comme s'il était le sien; d'autre part on le voit
bien sur les nounous qui aiment les enfants plus que les véritables mères. Ce qui montre bien
que cet amour est implanté dans chaque femme, et que c'est cet amour qui provoque et excite
également le désir charnel et la procréation ainsi que l'enfantement et qui se transmet après la
naissance sur l'enfant. ( EL )
( L'amour, la loi fondamentale de toute vie )

« La sphère de l'innocence transcende les enfants et se transmet sur les parents et les
animent. Que les enfants sont des entités innocentes, cela est connu, mais que l'innocence
provient du Seigneur, cela n'est pas connu, car le Seigneur est l'innocence même, comme cela
a été dit plus haut: Aussi l'amour ne peut provenir que de son foyer originel, car il ne peut
provenir de nulle part, mais uniquement de son foyer, ce qui est une vérité irréfragable.
L'innocence du Seigneur transcende les anges du troisième ciel, où tous les anges sont animés
par la sagesse de l'innocence et se transmet dans les cieux inférieurs, mais uniquement dans
l'innocence des anges, et ensuite directement et indirectement dans les enfants; et les enfants
ne se comportent pas autrement que comme des entités platoniques, et sont tout de même
réceptives de vie provenant du Seigneur par le ciel.
Mais si les parents n'accepteraient pas cette influence dans leur âme et leurs pensées
intime, alors ils seraient influencés en vain par l'innocence des enfants; il aurait fallu que ce
soit quelque chose de mesuré et de semblable et être d'un autre genre, par quoi une
communauté pourrait apparaître, et devenir réceptive et activer une inclinaison et un
attachement; autrement ce serait exactement comme si une tendre semence tombait sur une
pierre chaude, ou comme un agneau dans la gueule du loup; c'est la raison pour laquelle
l'innocence des enfants attache les parents et les unis aux enfants. Cet attachement s'opère au
moyen des sens sensoriels, principalement par le sens du toucher chez la mère, ce que
l'expérience nous apprend : par exemple, l’œil se délecte de sa propre vue, de même l'odorat
de l'odeur; et de même la communauté est activée par les sens sensoriels, ce que montrent les
mères par leur comportement avec les enfants en les portant dans leurs bras, en les dorlotant et
en les embrassant ce qui leur donne une grande joie quand les deux petits bras s'agitent devant
le visage de la mère portant l'enfant dans ses bras et tout particulièrement lorsque elles
allaitent et langent l'enfant, ce qui accentue encore l'amour conjugal des parents et les rends
inséparables.
Ce qui explique que l'innocence des enfants, et par eux celle des parents, provient de
l'expression enfantine de leurs petites mains unies aux tendres baisers de la mère.
(E. L. 395-396 )
« C'est du ciel le plus haut, que le Seigneur fait descendre le vrai amour conjugal. Oui
l'amour conjugal prend sa source dans le ciel le plus haut, et les anges de ce ciel le plus haut
aiment les enfants plus que les parents; Ces anges sont toujours présent auprès des enfants et
veillent sur eux et les protègent, ils sont déjà présent et actifs dans le ventre maternel et aident
à la croissance et à l'épanouissement de l'enfant en gestation. Ils veillent et protègent
également les mères enceintes.»
(Diar.Spir.1201)

13.2 La différente constitution de l'amour enfantin, spirituel et céleste


« Chez les époux spirituels, l'amour enfantin est semblable à ceux des parents naturels,
mais cet amour est beaucoup plus tendre intérieurement, car cet amour provenant de
l'innocence est ressenti bien plus fort, car l'amour spirituel est selon sa spécificité innocent. Et
quand de tels parents ont ressenti la douceur de l'innocence de leurs petits, alors ils les aiment
tout à fait différemment que les parents naturels. Les parents spirituels aiment leurs enfants à
cause de leur compréhension spirituelle et de leur conscience morale, de leur crainte de Dieu
et de leur piété, et en même temps de leur penchant et disposition à ce qui est utile pour servir
la communauté, ainsi que pour leur vertu et leur savoir vivre; c'est uniquement par amour que
les enfants prennent soin de tous leurs besoins et les accomplissent. Si les parents spirituels ne
voient pas cela en eux, alors ils les ignorent, et s'ils font quelque chose pour eux c'est
uniquement par devoir parental. Chez les parents naturels, l'amour provient également de
l'innocence enfantine, mais ce pur amour enfantin est aussitôt étouffé en eux par leur amour-
propre égoïste, et se mélange à celui de l'amour de l'enfant et s'extériorise dans le dorlotement,
dans les baisers et serrement sur la poitrine, et considèrent l'enfant comme leur propre cœur et
âme jusqu'à un age ou ils deviennent un peu plus indépendant, quand l'innocence cesse d'agir,
alors l'amour des parents change et deviens plus impassible a cause de leurs sentiments
spirituel de piété et de leur crainte de Dieu, dès lors les parents tournent leur regards et leur
amour vers l'extérieur et favorisent tout ce qui est de ce monde, et deviennent non seulement
indulgent pour les fautes de leurs enfants, mais les favorisent encore. La cause de cela
provient de leur amour propre pour leur descendance et s'accroche à la subjectivité extérieure,
mais n'entrent pas en elle, tout comme ils n'entrent pas spirituellement en eux même.
Comment s'exprime l'amour parental pour les petits enfants et pour les adolescents
chez les parents spirituels, et comment chez les parents naturels, cela nous est montré
clairement après la mort dans ce monde par la confrontation dans le monde spirituel. C'est
ainsi que des pères décédés dans ce monde se souviennent de leurs fils décédés bien avant eux
sur terre, ils se rencontrent et se reconnaissent avec joie dans le monde spirituel. Les pères
leurs demandent dans quelle situation il se trouvent dans le monde spirituel et se réjouissent
s'il se trouvent dans de bonnes conditions et que tout va très bien pour eux, et regrettent
beaucoup s'il se trouvent dans des situations déplorables; en revanche les fils mettent leurs
pères au courant des lois et des mœurs du monde spirituel avec avertissement et exhortations;
qu'ils ne doivent pas se considérer comme leur père, car dans le monde spirituel le Seigneur
est le seul vrai père pour tous, aussi ils doivent oublier qu'ils ont été leur père.
Après que les pères ont pris conscience qu'ils vivent après la mort, et qu'ils se
souviennent de leurs fils décédés avant eux, alors ils les invoquent et désirent les revoir, ce
qui fait qu'ils se présentent aussitôt devant eux selon leurs désirs, et s'unissent ensemble et
forment ensemble une association; les pères s'extasient à leurs vue et leurs conversation. Mais
quand ils apprennent que certains de leurs enfants sont devenus de vrais démons, et que ce
sont les pères qui sont à l'origine de cela, et voient devant eux leurs comportement satanique
et malgré cela n'interviennent pas et ne congédient aucun de leurs enfants démoniaques et
restent impassibles auprès d'eux. Aussi afin qu'une telle compagnie nuisible ne subsiste, ils
seront tous précipités en enfer, là les enfants emprisonneront leurs pères dans des geôles, et
eux-mêmes seront séparés et envoyés dans des lieux adaptés pour eux.
(E. L. 405-406 )

13.3 Le retrait de la faute enfantine et de l'amour parental


« De même que l'innocence de l'enfant se retire et l'abandonne, certes,
progressivement de toute inclinaison et union avec les parents jusqu'à la séparation. Il en est
de même avec l'amour des parents pour leurs enfants avec la disparition de innocence de
l'enfant jusqu'à la séparation et le départ de la maison familiale. Ce qui est un fait évident dans
le monde animal, chez qui l'amour parental disparaît avec la maturité des petits. Ce qui
montre bien, et met en évidence que l'innocence des deux cotés produit l'amour lequel peut
être appelé douceur ou l'amour conjugal.»
(E. L. 3, 8 )

13.4 Uniquement les bons esprits assistent les tout petits enfants
« Dès que les mauvais esprits viennent vers les êtres humains, ils leurs prennent le
contenu de leur mémoire sur eux. Mais les mauvais esprits ne peuvent pas venir vers les tout
petits enfants du fait qu'ils n'ont pas de mémoire; c'est pourquoi les tout petits enfants sont
entourés uniquement par de bons esprits et anges.»
(H. G. 585 )

13.5 La part des parents dans l'enfant


« L'âme de l'enfant provient du père, et son revêtement provient de la mère. Que l'âme
provient du père, ne sera contesté par aucun sage; car on décèle clairement la noblesse de son
cœur ou de son caractère et aussi la physionomie qui est également le reflet de l'âme sur la
descendance directe de la lignée du père, car le père se reflète comme une image, si ce n'est
pas dans les fils direct cela est d'autant plus accentué dans les petits enfants; et cela provient
parce que l'âme, l'intérieur le plus sensible de l'être humain est voilé, mais parvient à se
révéler dans les descendances suivantes.»
(E. L. 206)

« C'est bien connu, que les parents transmettent à leurs enfants leurs capital génétique
ce qui fait qu'on retrouve chez les enfants les mêmes dispositions. Mais cela concerne
seulement les dispositions fondamentales, et non certaines tendances de vie. Mais les enfants
peuvent hériter également cela, cependant la providence veille pour atténuer et adoucir le trop
mauvais héritage.»
(E. L. 202)

« Les enfants héritent des bonnes dispositions de leurs parents, les fils la faculté de la
sagesse et de l'intelligence, et aux filles la faculté d'aimer ce que la sagesse apprend. Dans
chaque être humain la nature a implanté ce qui est bon et vrai ; les enfants héritent des vrais
mariages des facilités et capacités particulières pour réunir le bon et le vrai et le vrai avec le
bon et devenir un sage, et pouvoir distinguer ce que l'église néglige et désacralise et qui
appartient pourtant au ciel. Les enfants peuvent par une vrai éducation parentale être conduit
plus profondément dans la sagesse et être introduit directement par le Seigneur dans une
vision claire des choses et être en mesure de juger toutes les choses de façon juste par eux
même.
(E. L. 204)

« Tous les enfants possèdent en eux dès leur naissance la base fondamentale du bon et
du vrai, car cela a été implanté dans leur âme par la création. Cela provient du Seigneur et
constitue la vie humaine. Cependant cet amour primordial, l'amour conjugal, passe d'abord
par l'âme et le cœur ce qui fait qu'il est différent dans chaque être humain et peut être même
changé complètement par les époux par le mensonge et la méchanceté. Ce qui bloquera l'âme
par le bas ou le déviera dans la direction opposée. C'est ainsi - que ouvert en haut à moitié,
fermé ou dirigé complètement vers le bas - sera transmis aux enfants comme une tare. »
(E. L. 203 )

13.6 La sphère d'amour de l'enfant


« C'est dans l'ordre de la création, que les nouveaux nés qui sont faibles et sans
défense ont besoin d'aide et de protection, sans quoi le monde entier périrait. C'est pourquoi la
sphère d'amour enfantine est une sphère protectrice des enfants nécessiteux qui ne peuvent
subvenir seuls à leurs besoins. Que cette protection et aide ne peuvent se faire directement par
le Seigneur et la création, cela a été confié au père et à la mère ainsi qu'à divers soigneurs, à
qui l'amour des enfants leurs a été implanté. Ceux-ci en vérité ne savent pas, qu'ils sont
habités par une sphère enfantine provenant du Seigneur car ils ne ressentent pas et ne sont pas
conscient qu'ils sont transcendés par l'esprit de l'amour enfantin et encore moins d'une
présence invisible; ils ressentent seulement un devoir à accomplir dicté par leur conscience.
Cependant chaque sphère provenant du Seigneur se transforme en subjectivité ou en vecteur
de vie dans chaque sphère particulière. Chaque sujet animé a le sentiment qu'il aime de par
lui-même, car il ne ressent pas l'influence, dans lequel il baigne, il pense aimer de par lui-
même et ressent l'amour pour les enfants comme son propre amour. Il se voit en eux et s'uni à
eux. De par la providence divine, la sphère de l'amour issu du créateur, anime et maintient en
vie toutes les créatures, et se transforme en chaque être humain selon sa propre spécificité en
bon ou en mauvais, de par son amour propre, qui devrait être normalement orienté à aimer, à
aider et à protéger son prochain, sinon très peu d'êtres humains et de créatures pourraient
survivre.»
(E. L. 392)

13.7 L'amour enfantin et l'éducation


« L'union des âmes et des cœurs se poursuit dans les affaires du ménage. Celui du
père s'uni à biens d'égards à celui de la mère, de même la mère s'uni à celui du père, ce qui
forme une entraide mutuelle. Mais ce qui les unis principalement c'est l'éducation des enfants.
Certes; là aussi les deux parties se différencient : le devoir particulier de la mère consiste déjà
depuis l'allaitement du nourrisson jusqu'à l'enseignement et la préparation de la fille au
mariage, en revanche le devoir du père consiste d'instruire le garçon depuis l'enfance jusqu'à
l’âge adulte de l'indépendance. Mais le père et la mère s'unissent de nouveau en conseil pour
l'aide et l'assistance des enfants. C'est ainsi que le devoir commun envers les enfants unis les
âmes des époux en une seule entité.»
(E. L. 176)

« Même en dehors les relations extérieurs des époux, la mère aime vraiment ses
enfants sans le véritable amour conjugal, ce qui contribue à l'unir encore davantage à son
époux. Ceci provient que l'amour conjugal est implanté dans chaque femme, laquelle fait
apparaître l'amour, qui se déverse sur l'enfant, qui le transmet à son tour au père.»
(E. L. 409)