Vous êtes sur la page 1sur 1

Selon Sen : « la démocratie ne se résume pas au respect de la règle de la

majorité, elle exige aussi la protection des droits et libertés des personnes,
l'accès universel aux prestations et droits sociaux (entitlements), le droit de
prendre part activement aux délibérations publiques, ainsi que celui d'accéder à
l'information. Dans le langage de Sen, il ne s'agit donc pas simplement de
distribuer des ressources ou droits formels (tels que le droit de vote ou
d'éligibilité), mais de garantir les conditions nécessaires à leur exercice effectif.
On peut parler ici de démocratie en action, par contraste avec la démocratie
formelle, qui se satisfait de l'apparence démocratique des systèmes fondés sur le
recours ponctuel à des scrutins majoritaires ». écrit JM Bonvin

• La démocratie est également appelée à déployer ses effets dans le temps:


Sen ne défend pas une conception ponctuelle de la démocratie, où une
décision prise à la majorité suffirait à trancher les problèmes une fois pour
toutes. Au contraire, sa vision va de pair avec une construction
permanente de la société, de ses attentes et de ses valeurs. On le voit, la
capacité constructive de la démocratie réelle chez Sen est très étendue:
elle n'englobe pas seulement le choix des valeurs et des normes, mais
aussi la question très pratique de leur faisabilité sociale, qui évolue avec la
discussion publique.
• Sen adopte donc une conception très exigeante de la démocratie, selon
laquelle les aspects formels (égalité des participants ou des représentants
et application mécanique de la règle de la majorité) sont appelés à
déboucher sur une démocratie délibérative réelle et permanente.
• La démocratie n'est pas une question mécanique de procédure
d'agrégation des opinions individuelles, mais un processus de délibération
auquel chacun est appelé à apporter sa contribution active et informée à
tout moment. Dans ce cadre, la validité des normes et valeurs sociales ne
dépend pas de la qualité de leur contenu, mais de leur capacité à résister
et à se maintenir face à un examen public informé et sans concession

Sen s’oppose donc à la conception de la démocratie développée par les


économistes néo-classiques :
• L'apport principal de l'approche par les capacités réside dans l'accent mis
sur la liberté réelle, et cette insistance la démarque clairement de
l'approche néoclassique+ pure, dans laquelle des individus censés
disposer du même degré de rationalité optimisatrice cherchent à
maximiser leur intérêt en écrivant un accord complet prenant en compte
tous les événements possibles.
• Chez Sen, ce n'est pas l'intérêt égoïste, mais la liberté réelle de chacun
qui doit être maximisée. De plus, il ne cherche pas à éradiquer l'incertitude
inhérente à l'action collective, mais s'efforce de la respecter et de toujours
composer avec elle. L'objectif est donc fondamentalement différent:
- de la maximisation de l'intérêt égoïste par la volonté de maîtrise
totale des processus,
- on passe à la promotion de la liberté réelle de tous par la
reconnaissance de la pluralité des points de vue légitimes.
Ce n'est pas le contenu ou la substance de l'idée de marché, que Sen rejette,
mais la volonté de l'imposer toujours et partout, envers et contre toutes les
circonstances et tous les acteurs locaux.