Vous êtes sur la page 1sur 32
PETIT MEMENTO 40 RÈGLES ORTHOGRAPHIQUES DE BASE plus la « Nouvelle orthographe » Marie-Louise Carrera

PETIT MEMENTO

40

RÈGLES ORTHOGRAPHIQUES DE BASE

plus la « Nouvelle orthographe »

Marie-Louise Carrera ; Violaine Spichiger ATELIER DE FORMATION CONTINUE DU CPLN

Neuchâtel, décembre 1993

Édition revue, corrigée et augmentée par Marco Campagna

Molenbeek, octobre 2008

PETIT MEMENTO

des 40 règles de base

Avant-propos

Ce PETIT MEMENTO est destiné à toute personne qui souhaite écrire un texte courant sans faute.

Il reprend les 40 règles orthographiques de base, recensées par Monsieur L. Massarenti dans son fascicule « Parcours sans faute ». Leur application correcte permet d’éviter 85 à 90 % des fautes couramment rencontrées. Nous y avons inclus la liste des verbes-types qui couvrent 70 % de toutes les difficultés rencontrées dans ce domaine compte tenu des fréquences d’apparition.

Le but est donc de réviser l’essentiel, sans se surcharger la mémoire d’exceptions rarement utilisées, telles que « landaus, sarraus », etc. qui peuvent, en temps utile, faire l’objet d’une rapide consultation du dictionnaire.

Le PETIT MEMENTO ne s’adresse pas aux tout débutants, car il s’appuie

implicitement sur des notions grammaticales telles que catégories (noms, verbes,

et fonctions (sujets, attributs, compléments, etc.).

prépositions, etc

Les règles ne doivent pas être révisées dans l’ordre adopté, mais plutôt en fonction des lacunes les plus urgentes.

Nous espérons que ce PETIT MEMENTO sera un outil précieux, facile à emporter avec soi et agréable à consulter en tout temps.

)

Marie-Louise Carrera , Violaine Spichiger

Décembre 1993

Le logiciel d’enseignement PROF’EXPERT offre la possibilité de s’entraîner systématiquement à ces 40 règles de base, d’acquérir un vocabulaire fondamental et d’étudier la morphologie des verbes-types. Des renseignements sur ce logiciel peuvent être obtenus auprès de l’Association ABORD (http://www.abord-ch.org/)

PETIT MEMENTO

des 40 règles de base

1. Accord des adjectifs

L’adjectif s’accorde toujours avec le nom qu’il qualifie ou qu’il détermine .

Qualifier : Donner une « qualité » ou un « défaut » : bon mauvais ; propre sale

Déterminer : Préciser le sens (Le sens varie selon le déterminant employé !):

Mon livre Ce livre Quel livre ? Le premier livre

Une grande crise mondiale Qui est grande ? Qui est mondiale ? Une crise.

Ces conditions sont anciennes Qui sont anciennes ? Ces conditions.

Ce beau tableau. Qu’est-ce qui est beau ? Ce tableau.

Remarque sur demi

Une demi-heure, mais une heure et demie.

3 fois et demie ! Jamais de pluriel.

2. Accord du participe passé

Le participe passé précédé par l’élément de la phrase (sujet ou COD) qui subit directement les effets de l’action, s’accorde avec celui-ci. Cela est détaillé par les règles suivantes :

REGLE 1 : Le participe passé employé sans auxiliaire s’accorde comme un adjectif.

Exemple : Une lettre bien présentée.

REGLE 1.1 : Exceptions : vu, excepté, ci-joint

Le participe passé ne s’accorde que s’il est placé après le nom.

Exemples : Ci-joint, les documents que vous avez réclamés.

Les documents ci-joints sont ceux que vous nous avez demandés.

REGLE 2 : Le participe passé des verbes mono-pronominaux, conjugué avec l’auxiliaire ETRE, s’accorde avec le sujet.

Exemple : Ils sont partis très tard.

REGLE 2.1 : Exceptions : étant donné

Exemple : Étant donné la situation, ils ont vendu leurs actions.

REGLE 3 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux s’accorde avec le sujet lorsqu’il n’y a pas d’objet direct.

Exemple : Ils se sont enfuis.

REGLE 3.1 : Le participe passé reste invariable avec le verbe : se rendre compte de

Exemple : Elle s’est rendu compte de son erreur

PETIT MEMENTO

REGLE 3.2 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux, dont le deuxième pronom de conjugaison correspond à un complément introduit par ‘à’, est invariable.

(plaire à, succéder à, sourire à, écrire à)

Exemples : Ils se sont plu à récolter des signatures. Les années se sont succédé.

REGLE 4 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux s’accorde avec l’objet direct si celui-ci est placé avant.

Exemple : Les mains qu’ils se sont lavées.

REGLE 5 : Le participe passé des verbes bi-pronominaux reste invariable si l’objet direct est placé après.

Exemple : Ils se sont lavé les mains.

REGLE 6 : Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir ne s’accorde jamais avec le sujet.

Lorsqu’il n’y a pas d’objet direct, il reste invariable.

Exemple : Elle a bien travaillé.

REGLE 7 : Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir s’accorde avec l’objet direct si celui-ci est placé avant.

Exemple : Les acomptes qu’il a versés.

REGLE 7.1 : Exceptions : il y a eu, il a fallu, il a fait (impersonnel).

Exemple : Tous les efforts qu’il a fallu.

REGLE 8 : Le participe passé conjugué avec l’auxiliaire avoir reste invariable si l’objet direct est placé après.

Exemple : J’ai dactylographié tous les rapports.

3. Accord des verbes

Les verbes s’accordent avec leur sujet .

Ce collaborateur sourit. Tu lis en voyage. Des sociétés naissent.

Pour trouver le sujet, je pose la question QUI EST-CE QUI ? ou QU’EST-CE QUI ? avec le verbe.

Qui est-ce qui sourit ? Ce collaborateur Qui est-ce qui lit ? Tu Qu’est-ce qui naît ? Des sociétés

Attention aux doubles sujets : Deux sujets singuliers = un sujet pluriel

Mon ami et moi partirons = Nous partirons Toi et ton fils viendrez demain = Vous viendrez demain

Attention aux pièges :

Dans ce contrat, restent les principaux points à préciser. Les conseils, je les apprécie beaucoup ! Est-ce toi qui me téléphones demain matin ?

des 40 règles de base

Après je , toujours e ou s

Je résume je lis je vois

Cas particuliers : je peux je vaux je veux

Après tu , toujours s

Tu regardes tu lis tu vendras

Cas particuliers : Tu peux tu vaux tu veux

Après il , jamais s

Il finit il aperçoit il perd il se vante

Les verbes qui se terminent par a à la 3 ème personne du singulier du passé simple et du futur ne prennent jamais t comme terminaison.

Il marcha il marchera il solda il soldera

4. c / ç / cu et g / ge / gu

a) c se prononce tantôt [s/ tantôt [k/

le son [s/

La cerise

Le cinéma

Le cycliste

Pour conserver le son doux [s/, devant a, o, u , mettre ç

Il lança

Le garçon

Tu aperçus

le son [k/

La campagne

Le conte

La cuisine

b) g se prononce tantôt [j/ tantôt [g/

le son [j/

Le genou Le givre La gymnastique

le son [g/

La gare

Le goût

Guttural

pour conserver le son dur [g/ devant e et i,

Un guignol

Le guide

La guêpe

Guérir

Remarquez la différence :

la langue et le langage

PETIT MEMENTO

5. e et é / è / ê

On sépare d’abord le mot en syllabes et, si le e est suivi d’une consonne, pas d’accent ; si le e est seul, il prend un accent . Mais lequel ?

Pré-requis

Pour être en mesure de réussir cette règle, il faut savoir séparer correctement les mots en syllabes. Ceci vous sera également utile pour séparer les mots en fin de ligne.

Qu’est-ce qu’une syllabe ? Une syllabe est un groupe de sons que l’on prononce par une seule émission de souffle. En français on parle de syllabe phonétique si l’on considère la prononciation ; on parle de syllabe graphique si l’on considère l’orthographe.

Une syllabe est composée

soit d’une voyelle seule

soit d’une voyelle + une ou plusieurs consonnes.

Qu’est-ce qu’une voyelle ? a e i o u y parfois munie d’un accent é è à, etc.

Qu’est-ce qu’une consonne ? toutes les lettres de l’alphabet qui ne sont pas des voyelles.

Séparation des mots en syllabes

A l’intérieur du mot, voici comment on dispose les consonnes et les voyelles quand on partage les mots en syllabes.

Cas possibles :

Une consonne On la met à droite du tiret

de-mi re-tour re-ve-nir re-voir

Deux consonnes semblables On les partage

ef-fet ar-rêt ar-ri-ver al-lé-ger

Deux consonnes différentes On les partage, sauf à la fin d’un mot

as-pect ab-sen-ce res-pect

Trois consonnes différentes On les partage après la deuxième consonne :

cons-cien-ce obs-ti-né comp-ter

sauf quand on a « ph », »ch », »th » « gn » : mar-cher as-phy-xie et lorsque la dernière lettre est r ou l : ar-bre ap-plau-dir Remarque : On ne sépare jamais les groupes qui équivalent à un seul son

« ch » « ph » « th » « gn » : é-chan-ger é-lé-phant a-thée mon-ta-gne

Deux ou trois voyelles

théâ-tre oa-sis ré-gion es-pion bout as-seoir beau-té

des 40 règles de base

Accent ou pas d’accent ?

Si la lettre e ne termine pas une syllabe graphique, il n’y a pas d’accent, ni aigu ni grave. C’est le

cas de bel/le, ef/féminé, ef/flanqué, guet/te, ter/re (avec des consonnes doubles

identiques) ainsi que d’ex/cep/tion, per/le, es/poir, El/sa (avec deux consonnes différentes). Si dans une syllabe le e est suivi d’une consonne, pas d’accent ;

espace : es-pa-ce essai : es-sai dessin : des-sin dessert : des-sert

Dans les autres cas, il prend un accent. Mais lequel ?

é quand la syllabe suivante est sonore ;

appétit : ap-pé-tit désert : dé-sert médecin : mé-de-cin étage : é-ta-ge

è quand la syllabe suivante est muette .

pièce : piè-ce flèche : flè-che

Exemples mixtes

sé-vè-re é-ta-gè-re der-niè-re des-ti-nè-rent

(Remarque : dé-sert mais des-sert !)

Avant x, jamais d’accent

examen : ex-a-men exact : ex-act excellent : ex-cel-lent exercer : ex-er-cer extérieur : ex-té-rieur

« Nouvelle orthographe »

Devant une syllabe contenant un e muet, on écrit è et non é : évènement comme avènement, cèdera comme lèvera, etc.

Exceptions :

a) les préfixes dé- et pré- (dégeler, prévenir, etc.) ;

b) les é initiaux (échelon, édredon, élever, etc.) ;

c) médecin et médecine.

Dans les verbes terminés à l’infinitif par -eler et -eter, le e du radical se change en è quand la syllabe qui suit contient un e muet : il détèle, il époussète ; il détèlera, etc. Les noms en -ment s’écrivent comme le verbe.

Exceptions : appeler, jeter et les verbes de leurs familles (y compris interpeler) redoublent l ou t devant une syllabe contenant un e muet : j’appelle, je jette, j’appellerai, etc.

PETIT MEMENTO

6. notre, le nôtre / votre, le vôtre

Notre immense entreprise. Votre expérience est importante. Prenez votre dossier.

Mais après un article (le, la, les, au, du, etc

Cette entreprise ? C’est la nôtre. Cette expérience ? C’est la vôtre. Prenez ce dossier ! C’est le vôtre. Les champs que vous voyez là-bas, ce sont les nôtres. Il faut y mettre un peu du vôtre.

),

on place un circonflexe sur le ô.

7. Certains mots prennent toujours -s à la fin.

Introduction :

Il ne faut pas apprendre cette liste par cœur, mais la relire en entier chaque fois qu’un de ces mots est mal orthographié.

Substantifs et adjectifs

Brebis, concours, corps, cours (d’eau ou leçon), décès, discours, fois, frais, jus, lilas, mois, parcours, pardessus, pays, plusieurs, poids, pois, printemps, progrès, puits, repas, secours, souris, succès, talus, temps, univers, velours.

Adverbes

Ailleurs, alors, d’ailleurs, après, dedans, dehors, dessous, dessus, longtemps, moins, néanmoins, parfois, puis, quelquefois, toujours, volontiers.

Prépositions

Envers, vers.

Conjonctions

Dès que, tandis que

8. tout / même / quelque

Ces trois mots peuvent être adjectifs ou adverbes.

Adjectifs, ils s’accordent car ils accompagnent un nom.

Adverbes, ils accompagnent un verbe, un adjectif ou un autre adverbe et restent invariables.

tout

Tous les prix. (accompagne un nom = n’importe quel) Toutes les économies. (accompagne un nom)

Toute la marchandise. (accompagne un nom)

Il a tout pris. (accompagne un verbe = totalement ou complètement) Ils sont tout nouveaux. (accompagne un adjectif) Tout dernièrement. (accompagne un adverbe)

des 40 règles de base

Tout devant un adjectif féminin

Tout devant un adjectif féminin commençant par une consonne ou un h aspiré, s’accorde comme un adjectif (pour raison d’euphonie).

Des matières toutes neuves. Elle est toute contente.

mais :

Ils sont tout contents.(Car l’adjectif est au masculin !)

Elles sont toutes honteuses.

mais :

Ils sont tout honteux.

Attention aux nuances de sens !!!

Ils sont tout contents. (tout à fait) Ils sont tous contents. (tous les garçons) Ils sont tout honteux. (tout à fait) Ils sont tous honteux. (tous les voleurs)

même

La même leçon (accompagne un nom) Les mêmes lettres (accompagne un nom) Les mêmes dossiers (accompagne un nom) Nous-mêmes (accompagne un pronom)

Elles-mêmes, eux-mêmes (accompagne un pronom) Ils chantaient même la nuit. (accompagne un verbe) Même chaudes, je ne les veux pas. (accompagne un adjectif) Même longtemps après, les impressions subsistaient.(accompagne un adverbe)

quelque

Quelques arbres déracinés (accompagne un nom) Quelques experts argumentent (accompagne un nom) Je prends quelques dossiers (accompagne un nom)

Quand quelque peut être remplacé par « si » ou « environ », il est invariable.

Quelque difficiles que soient ces exercices,

(si)

J’ai payé quelque vingt francs cette chemise. (environ)

Quel(s) que, quelle(s) que

Placé directement avant le verbe être, quel que s’écrit en deux mots et quel s’accorde avec le nom qui suit le verbe être.

Quel que soit votre âge Quels que soient vos moyens Quelle que soit votre adresse Quelles que soient vos idées

PETIT MEMENTO

9. vingt / cent / mille

Si vingt et cent sont multipliés, ils prennent s, mais s’ils sont suivis d’un autre nombre, ils restent invariables :

quatre-vingts

deux cents

mais

quatre-vingt-trois deux cent trente-deux

Utilisation du tiret

Rappel : il y a un tiret (-) seulement entre les dizaines et les unités sans « écran » (et) :

vingt-deux, quatre-vingts, quatre-vingt-trois

mais

vingt et un trois millions quatre cent quatre-vingt mille cinq cent vingt et un

« Nouvelle orthographe »

Les numéraux composés sont unis par des traits d’union : vingt-et-un-mille-trois-cent-deux, etc.

N.B. Million et milliard, qui sont des noms comme millier, ne sont ni précédés ni suivis d’un trait d’union : deux millions trois-cent-mille, etc.

Mille est toujours invariable

Trois mille hommes Trois mille deux cents hommes

Millier et million s’accordent :

trois milliers un million quatre millions trois millions

Remarquez :

les mille milles (le deuxième mot est une mesure de longueur, donc un nom !)

des 40 règles de base

10. a / à et / est on / ont son / sont

Dans les quatre cas, quand on peut conjuguer, c’est le verbe : a, est, ont, sont sinon, c’est : à, et, on, son .

a, est, ont, sont

Il a un bateau. il avait un bateau. Il a répondu. il avait répondu. Il est tombé. il était tombé. Ils ont bien ri. ils avaient bien ri. Ils sont sages. ils étaient sages.

à, et, on, son

Va à Genève ! Va « avait » Genève (impossible) Du pain et du lait. Du pain « était » du lait (impossible)

C’est à prendre ou à laisser. « avait » (impossible)

On se voit quand ? « avait » se voit quand ? (impossible)

Il appelle son chien. Il appelle « avait » chien (impossible)

11.ce / se ; c’est / s’est ; sais/sait

Si je peux conjuguer (je me (je m’), tu te (tu t’), il se (il s’)) : j’écris se / s’

Jean se lave. (Je me lave, tu te laves !)

L’oiseau s’est envolé. (Je me suis envolé )

Il s’est coupé. Ils se sont coupés. Il s’est assis. Ils se sont assis.

Verbe savoir

Il sait rire. Ils savent rire. Je sais m’arrêter. Nous savons nous arrêter.

Si je ne peux pas conjuguer, j’écris ce / c’

C’est lui. Ce sont eux. Ce chat. Ces chats

12. ces / ses

Je mets la phrase au singulier.

Si je peux remplacer par son ou sa, j’écris ses ! Si je peux remplacer par ce, cet, cette, j’écris ces !

Ces enfants sont sages. (Je les montre !) (Cet enfant est sage) Ses enfants sont sages. (Ce sont les siens à elle !)(Son enfant est sage)

Ces chèvres vont s’abreuver. (Je les montre !)(Cette chèvre va s’abreuver) Ses chèvres vont s’abreuver. (Les chèvres du chevrier) (Sa chèvre va s’abreuver)

PETIT MEMENTO

Nuances

Attention aux nuances de sens que l’on donne à la phrase !!!

Tu devrais prendre ces assiettes. (Celles qui sont sur la table et que je montre.)

Tu devrais prendre ses assiettes. (Celles de ta voisine.)

13. la l’a / l’as là

Différenciez : la + temps simple ; l’a + temps composé

la

Temps simples

Il la mange. Il la boit. Nous la mangeons. Nous la buvons.

l’a / l’as

Temps composés

Il l’a mangée. Ils l’ont mangée Tu l’as bue. Nous l’avons bue Elle l’a vu. Elles l’ont vu

Remarque

l’ (pronom élidé) peut remplacer un nom féminin (la pomme) ou un nom masculin (le pain) d’où des accords différents.

Tu l’as mangé (le pain). Tu l’as mangée (la pomme).

(quand on peut remplacer là par ici).

Reste

! Reste ici !

« Madame n’est pas ! » (Madame n’est pas ici !).

« Passe par !

Elle est restée plantée (ici)

» (Passe par ici !).

des 40 règles de base

14. leur / leurs

Je mets au singulier et, si je peux remplacer par lui, leur est un pronom invariable. Si je ne peux pas, leur est un adjectif qui s’accorde.

leur invariable (suivi d’un verbe)

Je leur donne à manger. Je lui donne à manger. Il le leur dit. Il le lui dit.

leur au singulier (suivi d’un nom)

Leur ami va arriver.

leur n’a pas de féminin

Leur maison a brûlé.

leurs au pluriel (suivi d’un nom)

Leurs amis vont arriver. (impossible de dire « Lui amis vont arriver » ! donc accord) Leurs affaires vont bien. (impossible de dire « Lui affaires vont bien » ! donc accord)

leurs précédé de les s’accorde

Ils ont reconnu les leurs.

15. ma / m’a / m’as ; mon / m’ont ; ta / t’a ; ton / t’ont

Différenciez

ma + nom ; m’a + temps composé mon + nom ; m’ont + temps composé ta + nom ; t’a + temps composé ton + nom ; t’ont + temps composé sa + nom ; ça = cela.

Comparez

Ma vue baisse. Il m’a aperçue. Tu m’as parlé. Mon livre est déchiré. Ils m’ont donné un livre déchiré.

Attention aux « écrans » : pourtant et rien

Ta tante t’a pourtant dit de ne pas y aller. Ils ne t’ont rien dit : ton vélo, le voici !

16. mets / met m’es / m’est ; mes / mais / mai

Verbes mettre au pluriel.

Tu m’es cher. (Au pluriel: tu nous es

Cela m’est bien utile. (Au pluriel: Cela nous est utile.) Cela m’est arrivé hier. (Au pluriel : Cela nous est arrivé hier.)

)

PETIT MEMENTO

Je mets la table. Il met les bouchées doubles. (Au pluriel: nous mettons ils

mettent

Noms

En avril, n’ôte pas un fil; en mai fait ce qu’il te plaît. (nom = le mois) Ce mets est délicieux. (nom = le repas)

Adjectifs (L’adjectif possessif accompagne un nom) mettre au singulier.

Mes doigts sont tachés d’encre. (Mon doigt est taché d’encre.) Mes affaires ne sont pas florissantes. (Mon affaire n’est pas florissante.)

Conjonction (La conjonction oppose deux adjectifs ou deux idées.)

Il est petit mais habile. Cette veste est belle mais chère.

)

17. on / on n’

Pour distinguer on de on n’ , il suffit de mettre le verbe à une autre personne pour voir s’il est à la forme négative ou positive.

on

On entend du bruit. Nous entendons du bruit. On entend mal. Nous entendons mal. On entend bien. Nous entendons bien. On allume le feu. Nous allumons le feu.

on n’

On n’entend pas. Nous n’entendons pas. On n’entend guère. Nous n’entendons guère. On n’entend plus. Nous n’entendons plus. On n’allume jamais. Ils n’allument jamais.

18. ou / où

Si je peux remplacer par « ou bien », j’écris ou ; sinon, j’écris .

ou

C’est toi ou lui. (C’est toi ou bien lui.) Une pomme ou une poire. (Une pomme ou bien une poire.)

vas-tu ? Ou bien vas-tu ? (impossible !?!) veux-tu en venir ? Ou bien veux-tu en venir ? (impossible !)

La source buvaient les troupeaux est tarie. La source ou bien buvaient

(impossible !?!)

des 40 règles de base

19. peu peux / peut

J’écris peu quand ce mot signifie « pas beaucoup ». Autrement, c’est le verbe pouvoir : peux , peut

peu

J’ai peu d’argent en poche. Il est très peu bavard.

je peux, tu peux

Tu peux venir avec moi. Je peux t’aider. (pouvoir)

il peut, elle peut, on peut

Il peut t’aider ? (pouvoir)

20. quand / quant / qu’en

Toujours quand, sauf devant à, au, aux, quant Qu’en est suivi d’un verbe et le en signifie de cela

quand

Quand serez-vous à Genève ? Quand je pars en Italie, j’emporte des lires.

quant

Quant à toi, tu ne perds rien pour attendre. Quant aux lettres écrites, elles seront classées. Quant au corbeau de la fable, il fut bien attrapé.

qu’en

Qu’en penses-tu ? Qu’en est-il de ta récente demande ? Il faut se moquer du qu’en-dira-t-on.

21. quel / quelle quels / quelles qu’elle / qu’elles

Quel, quels, quelle, quelles sont accompagnés d’un nom; qu’elle et qu’elles sont suivis d’un verbe.

quel / quels / quelle / quelles

Quel train prends-tu ? Quelle règle difficile ! Quels beaux discours avons-nous entendus ! Quelles idées lui mets-tu dans la tête ?

qu’elle / qu’elles

Il ne faut plus qu’elle sorte seule. Je me rends bien compte qu’elles feront ce qu’elles veulent.

PETIT MEMENTO

22. sens / sent s’en sans cent sang sens ; tends / tend t’en tant

s’en et t’en : doubles pronoms. sens ou sent : verbe sentir. tends ou tend : verbe tendre. sans = pas de. sang est un nom. cent = 100. sens est un nom. tant = autant, pareillement, tellement.

s’en / t’en

en peut indiquer

le lieu d’où l’on vient; il s’en va (sous-entendu: de ce lieu)

une chose, un objet; ces livres dont tu ne veux plus, je t’en débarrasse.

(sous-entendu: je te débarrasse de ces livres.) On peut les reconnaître en les conjuguant

Je m’en vais, tu t’en vas, il s’en va; je m’en débarrasse, tu t’en débarrasses, il s’en débarrasse.

sens / sent tends / tend

Dans les deux cas, on met au pluriel.

Je sens une drôle d’odeur. Nous sentons une drôle d’odeur. Elle sent bon. Elles sentent bon. Tu tends un arc. Vous tendez un arc. Il me tend la main. Ils me tendent la main.

sans

Sans peur et sans reproche. (Pas de peur et pas de reproche.) Il est sorti sans parapluie. (Il est sorti et il n’avait pas de parapluie.)

sang

Du sang à la une. Le sang artériel.

cent

Les cent francs que j’ai en poche. J’ai répété cent fois la même chose.

sens

Son propos n’a pas de sens.

tant

Elle a tant pleuré. (Elle a tellement pleuré.)

J’ignorais qu’il y avait tant de chemin

(J’ignorais qu’il y avait autant de chemin.)

des 40 règles de base

23. si s’y -ci / ci- scie

Lorsqu’on peut conjuguer : s’y . Autrement toujours si, sauf quand on peut désigner quelqu’un ou quelque chose : -ci + la note si de la gamme : do - si - la - sol

si

Si je peux

s’y

Tu es si grand !

Il s’y rend. Je m’y rends !

ci

celui-ci; ci-dessous; comme ci, comme ça.

Comparez :

Comme si je pouvais travailler avec celui-ci ! (si : ne désigne rien (-ci : désigne

quelqu’un) mais émet un doute)

scie

La scie du charpentier. (l’objet)

Je scie une poutre. (le verbe : nous scions

)

24. ap / app-

J’écris toujours app-

Appartenir, appeler, apprendre, etc

sauf

Apaiser, apathique, apercevoir, apéritif, s’apitoyer, aplanir, aplatir, apostropher.

25. mb / mm / mp

Devant les lettres b, m, p, j’emploie m (et non n).

Le temps, l’ensemble, emmener

Exceptions :

Bonbon, bonbonne, bonbonnière, néanmoins, embonpoint

26. s / ss / z / x

Son /s/ : toujours 2 consonnes (soit ss , soit s combiné avec une autre consonne).

Son /z/ : toujours 1 consonne.

Son /s/ : toujours deux consonnes

Assez penser pinson triste

PETIT MEMENTO

Son /z/ : toujours 1 consonne.

Oser causer cuisine hésiter

Comparez :

poisson et poison dessert et désert

Exceptions : gaz gazon horizon douze bizarre dizaine

x sonne parfois comme

/z/ deuxième, dixième /s/ soi x ante, Bruxelles

27. Pluriel général des noms et des adjectifs (-s, -x, -z)

En général, on forme le pluriel des noms et des adjectifs en ajoutant s ; s’ils sont déjà terminés par -s, -x ou -z , ils ne changent pas au pluriel !

Règle générale :

Un classeur, des classeurs Un livre, des livres Un crayon bleu, des crayons bleus.

Les mots terminés par -s, -x ou -z ne changent pas au pluriel.

Un tapis, des tapis. Une noix, des noix. Un nez, des nez.

Pluriels particuliers :

Un aïeul, des aïeux un ciel, des cieux un oeil, des yeux

28. Pluriel des noms en -ail

Ils prennent s au pluriel :

Un rail, des rails Le détail, les détails

Exceptions :

Un bail, des baux Un corail, des coraux Un émail, des émaux Un soupirail, des soupiraux Un travail, des travaux Un vantail, des vantaux Un vitrail, des vitraux

des 40 règles de base

29. Pluriel des noms et des adjectifs en -al

Ils forment leur pluriel en -aux .

Un cheval de labour, des chevaux de labour Le journal de midi, des journaux de midi Un ordre spécial, des ordres spéciaux Un lever matinal, des levers matinaux

Exceptions :

Un bal, des bals bancal : des tabourets bancals Un carnaval, des carnavals fatal : des événements fatals

Un chacal, des chacals glacial : des vents glacials Un festival, des festivals natal : les pays natals Un récital, des récitals naval : des chantiers navals Un régal, des régals

Remarque

On peut dire : des examens finals ou finaux.

NB : le féminin se construit normalement.

Des chaises bancales Une nuit glaciale Une édition spéciale.

30. Pluriel des noms en -au / -eau / -eu

Ils prennent x au pluriel .

Un étau, des étaux un bureau, des bureaux un enjeu, des enjeux un voeu, des voeux

Exceptions

un bleu, des bleus un pneu, des pneus

31. Pluriel des noms en -ou

Ils prennent s au pluriel .

Un clou, des clous; un trou, des trous

Exceptions : 7 noms prennent x au pluriel .

Un bijou, des bijoux Un caillou, des cailloux Un chou, des choux Un genou, des genoux Un hibou, des hiboux Un joujou, des joujoux Un pou, des poux

PETIT MEMENTO

32. Féminin des adjectifs en -et

Les adjectifs terminés par -et forment leur féminin en -ette

Un directeur muet, une assemblée muette, un calcul net, une entrée nette, mon frère cadet, ma soeur cadette

Exceptions

Un plaisir complet, une joie complète, un garçon discret, une fille discrète, un plan concret, une idée concrète, un ouvrier inquiet, une aide inquiète, un code secret, une sortie secrète

33. Féminin des adjectifs en -ot

Les adjectifs terminés par -ot forment leur féminin en -otte

Un air vieillot, une maison vieillotte, un garçon pâlot une fillette pâlotte.

Exceptions :

Un discours idiot, une phrase idiote, un soldat manchot, une fille manchote, un moine dévot, une femme dévote

des 40 règles de base

34. Noms et adjectifs terminés par -el / -èle / -elle / -èle / -êle

Noms masculins en -el

Un manuel, un duel, un miel, un pluriel, un ciel, un appel, etc.

Exceptions :

Un polichinelle, un rebelle, un vermicelle, un violoncelle.

Noms en -èle

Un fidèle, un modèle, un zèle, une clientèle, un parallèle (géographie), une

parallèle (géométrie), etc.

Noms féminins en -elle

Une pelle, une sauterelle, une sentinelle, une selle, etc.

Exception :

La grêle.

Adjectifs se terminant par -èle

Fidèle, modèle, parallèle, etc.

Deux adjectifs se terminent par -êle

Frêle, grêle.

35. Noms terminés par -eur

Ils s’écrivent presque tous -eur

Un malheur, la peur, une fleur, le coeur, etc.

Exceptions :

La demeure

Une heure

Le beurre

Le babeurre (petit lait) Un leurre (attrape, tromperie)

36. Noms terminés par -euil / -ueil

Noms terminés par -euil :

un écureuil, le seuil, le deuil, le treuil.

Après un g ou un c,

• euil se transforme en -ueil :

l’orgueil, le cercueil, un écueil, l’accueil.

PETIT MEMENTO

37. Noms terminés par le son /o/

Ils s’écrivent -eau :

Un bateau, un château, un râteau, l’eau, l’anneau, le bouleau,

Exceptions :

Seuls les mots courants sont cités. Dans le doute, il faut consulter le dictionnaire. Noms terminés par -yau :

Le boyau, le joyau, le noyau, le tuyau.

Noms terminés par -o :

Bobo concerto halo loto studio cacao duo lavabo numéro trio casino écho lasso piano zéro

Noms terminés par -ot :

Abricot chariot haricot maillot pot cachot escargot hublot matelot rabot cahot falot idiot mot abot

cageot flot îlot paletot sanglot canot goulot javelot paquebot sot tricot trot

Autres noms :

Étau badaud artichaut chaux galop préau crapaud saut taux dos réchaud repos

NB : Il existe d’autres exceptions, telles que : chaos, héros etc. On peut aussi avoir recours aux familles de mots:

dos-dossier, galop-galoper, repos-reposer, saut-sauter, etc

mais ça ne marche pas toujours : piano-pianoter !

38. Noms terminés par -oir / -oire

Les noms masculins se terminent souvent par -oir. Les noms féminins se terminent toujours par -oire. Les noms masculins dérivés d’un verbe se terminent par -oir

Un arrosoir, un bougeoir, un mouchoir. (arroser) (bouger) (moucher)

Les noms féminins se terminent par -oire

une armoire, une poire, la mémoire

ainsi qu’un petit nombre de noms masculins

Un accessoire, un auditoire, un déboire, un interrogatoire, un laboratoire, un ivoire, un observatoire, un réfectoire, un répertoire, un territoire.

des 40 règles de base

39. Terminaison des participes passés et des adjectifs

Pour entendre la terminaison d’un participe passé ou d’un adjectif masculin singulier on peut le mettre au féminin.

Vert – verte (t); grand – grande (d); lu – lue (u); pris – prise (s); écrit – écrite (t); vu – vue (u).

Exceptions :

turc - turque; grec - grecque; laïc - laïque; public - publique ; bénin - bénigne; malin - maligne; favori - favorite; dissous - dissoute.

40. Verbes terminés par -é / -er / -ez ; -i / -is / -it ; -u / -us / -ut

• i ou -u c’est le participe passé précédé de l’auxiliaire: J’ai nourri, j’ai vu

• is ou -us c’est je ou tu sans auxiliaire: je nourris, tu vis, je reçus, tu ris

• it ou -ut c’est il sans auxiliaire: il nourrit, il vit, il reçut, il rit

Quand je peux remplacer par vendu j’écris : Il a mangé (Il a vendu)

Quand je peux remplacer par vendre j’écris -er : Il laissa tomber (Il laissa vendre)

Quand je peux remplacer par vendez j’écris -ez : Vous dansez (Vous vendez)

PETIT MEMENTO

41. « Nouvelle orthographe » - Règles générales

1. Il n’y a pas d’accent circonflexe sur les lettres i et u : traitre, bruler, etc.

Exceptions :

a) les 1 re et 2 e personnes du pluriel du passé simple : nous vîmes, nous lûmes, vous

lûtes, etc. ;

b) les mots qui sans cet accent seraient homographes : le participe passé , les adjectifs

mûr et sûr, le nom jeûne et les formes du verbe croitre qui sans accent seraient

identiques à des formes du verbe croire : il croît, je croîs, etc., ainsi que la 3 e personne du singulier du subjonctif imparfait : je voulais qu’il partît ; plût au

ciel que

,

etc.

2. Les noms composés formés, avec trait d’union, soit d’un verbe suivi d’un nom complément d’objet direct, soit d’une préposition suivie d’un nom prennent la marque du pluriel au second élément quand et seulement quand le nom composé est lui-même au

pluriel : un essuie-main, des essuie-mains ; un garde-meuble, des garde-

meubles (qu’il s’agisse de personnes ou de choses) ; un après-midi, des après- midis, etc.

Exceptions : quelques composés dont le second terme contient un article (trompe- l’œil) ou commence par une majuscule (prie-Dieu).

3. Le participe passé laissé suivi d’un infinitif reste invariable : les enfants que tu as

laissé partir.

4. Les noms que le français a empruntés à d’autres langues font leur pluriel comme les autres

mots français : les matchs, les solos, les maximums, etc.

Exceptions : les noms ayant conservé valeur de citation restent invariables : des requiem, etc.

N.B. La règle vaut aussi pour des noms qui étaient des pluriels dans la langue d’origine :

un errata, des erratas, etc.

5. La finale -olle est remplacée par la finale -ole : corole, etc. Exceptions : colle,

folle, molle.

des 40 règles de base

42. Résumé des éléments de grammaire française

Pour vérifier vos textes, les correcteurs orthographiques sont efficaces. Malheureusement ils n'analysent pas la fonction des mots et une faute de syntaxe ou de sens est toujours possible.

La grammaire est l'étude et la description sous forme de règles des structures syntaxiques, morphologiques et phonétiques.

Ce résumé vous permettra de vous représenter la fonction de chaque élément de la phrase. Ainsi vous serez en mesure de rédiger des phrases bien structurées et donc de communiquer au mieux vos connaissances.

Lexicale -> syntaxique -> sémantique -> stylistique Vocabulaire -> ordre, fonction -> sens -> figure de style

La grammaire se situe au niveau de la syntaxe mais elle peut déborder un peu sur l'analyse lexicale ou sémantique.

On peut découper la phrase en sujet (ce dont on parle) et prédicat (ce que l'on en dit).

Les compléments peuvent être découpés en compléments essentiels (lié au verbe, non effaçable, non déplaçable ; COD, COI, attribut du sujet, COS) et compléments circonstanciels (effaçable, déplaçable ; CC). Ou encore, en compléments de verbe (ne modifient que le verbe ) et compléments de phrase (apportent une information concernant l'ensemble de la phrase).

Deux décompositions de la phrase

Sujet + prédicat + complément essentiel/circonstanciel Groupe verbal + groupe nominal sujet + groupes nominaux compléments

Division en deux ensembles des mots français

Mots lexicaux

Polyfonctionnels : noms (sujet, COD, COI, CC, C nom, C adj. , attribut, apposition), adjectifs [qualificatifs] (épithète, attribut, apposition).

Monofonctionnels : adverbes (CC), verbes (noyau de la phrase).

Facultatifs, en très grand nombre, en création continuelle (par suffixation, préfixation, composition), fréquence très variable, précis, longueur variable, une seule fonction, certains sont remplaçables par des pronoms.

Mots grammaticaux

Déterminent le nom : Déterminants (articles et adjectifs non qualificatifs).

Mettent en relation des mots : Prépositions, conjonctions de coordination et de subordination.

PETIT MEMENTO

Obligatoires, en nombre limité, aucune création, fréquents, peu précis, courts, polyfonctionnels, non remplaçable par un pronom.

Déterminant : type essentiel (non déplaçable, non supprimable) ; utilité : indique le genre (sauf certains au pluriel), le nombre et le nom (toujours placé avant le nom) ; s'accorde avec le nom- noyau.

Classement des Déterminants (selon possibilités des combinaisons) :

1. Articles, adjectifs possessifs et démonstratifs.

2. Adjectifs indéfinis, numéraux cardinaux, interrogatifs, exclamatifs.

Les déterminants d'une même série peuvent être combinés entre eux

1. Articles définis, adjectifs démonstratifs, possessifs, exclamatifs

2. Articles indéfinis, articles partitifs, adjectifs indéfinis, adjectifs numéraux.

Article : défini (le/la/les, contracté : au/aux/du/des), indéfini (un/une/des), partitif (de + article)

Adjectif non qualificatif : possessifs (ex. mon/ton/son/notre/votre/leur), démonstratifs (ex. ce/ces ; nom-ci proximité, nom-là éloignement), numéraux (ordinaux (premier), cardinaux (trois cents)), indéfinis (nombreux, mot (quelque) ou locution (n'importe quel)), interrogatifs et exclamatifs (ex. quel/quels).

Préposition :

Mise en relation avec le verbe (introduit un CC) ou autre des mots, indique la fonction. Temps, cause, conséquence, but, condition, comparaison, lieu. Mot simple ou locution prépositionnelle.

Conjonction :

Coordination : mise en relation d'éléments de même statut syntaxique. entre élément de même nature et de même fonction Subordination : mise en relation d'éléments de statut syntaxique différents ; l'élément subordonné dépend du subordonnant ; préposition uniquement si même nature. Juxtaposition : mise en relation sans terme de liaison.

Nom :

C'est le noyau du groupe nominal. Il désigne une personne, un animal ou une chose. Toujours accompagné d'un déterminant (sauf nom propre). Ils imposent leur genre et leur nombre. Classement : animé (humain ou non)/inanimé ; nom propre/commun

Pronom :

Le pronom remplace le plus souvent un nom ou un groupe nominal ; mais il peut aussi se substituer à un adjectif ou à une proposition tout entière. Pronoms personnels (ex. je/tu/il), personnels réfléchis (ex. me/te/se/nous/vous), démonstratifs (ex. ce/ceci), possessifs (ex. le mien/tien/sien), interrogatifs (ex. qui/que/lequel), relatifs (ex. qui/que/quoi/dont).

Adjectif [qualificatif] : (attribut, épithète, comparatif, superlatif) Modifie le sens des noms.

Verbe :

Noyau de la phrase, appartient au prédicat Exprime une action ou un état Les marques des verbes sont la personne, le temps, l'aspect, et le mode, négation. Combinaison

des 40 règles de base

des formes = conjugaison. La fonction des verbes s'oppose à celle des noms, cela est une caractéristique du français. 1er groupe -er, 2e groupe -ir, 3e groupe irrégulier (conjugaison morte) Intransitifs (pas de COD), transitifs (COD possible). Voix active, passive, pronominale

 

Modes personnels

 

Indicatif

présent

passé composé

 
 

passé simple

passé antérieur

 
 

Imparfait

plus-que-parfait

 
 

futur simple

futur antérieur

 

Subjonctif

présent

passé

 
 

imparfait

plus-que-parfait

 

Conditionnel

présent

passé 1

passé 2

Impératif

présent

 
 

Modes impersonnels

 
 

Infinitif

Participe

Gérondif

Adverbe :

Modifient le sens des verbes (ce sont les seuls), des adjectifs qualificatifs, d'un autre adverbe. Ils sont invariables. Adverbe de temps, de quantité, de manière, de lieu, d'affirmation, de négation, de doute.

Mode d'énonciation :

Exclamatif (surprise, indignation, admiration), interrogatif, impératif, déclaratif

Types d'appartenance dans la phrase :

Attribut (appartient groupe verbal, insuppressible, complément des verbes d'état) ; Épithète (appartient au groupe nominal, supprimable, directement relié au nom) ; Apposition.

Il existe trois moyens pour marquer la fonction d'un mot ou groupe : prépositions, position, sens.

Typologie des subordonnées :

Subordonnées

au verbe de la principale

à un nom de la principale

Conjonctive

Relative

Complément

essentiel

non essentiel

difficilement effaçable

effaçable

Complétives

Circonstancielle

Déterminative

Explicatives ou Appositives

Version : 1.1 Source : La grammaire pour tous, Bescherelle, Hatier, 1990

PETIT MEMENTO

43.Une méthode de correction (phrase par phrase)

i. Grammaire

Vérifiez l’accord des verbes avec leur sujet (qui est-ce qui ? ou qu’est-ce qui ? ou de qui parle-t- on ?). Le verbe s’accorde avec son sujet selon le nombre et la personne.

Vérifiez l’accord des participes passés (é, ée, és, ées) = accord avec l’objet de l’action (qui est-ce qui est ? ou qu’est-ce qui est ? Souvent c’est le COD) s’il est placé devant le verbe. Le participe passé seul fonctionne comme un adjectif = accord avec le nom auquel il se rapporte. Les verbes à l’infinitif sont toujours invariables (er, ir, oir, re).

Accordez tous les éléments des groupes nominaux (déterminant, adjectif, nom).

ii. Orthographe

Cherchez les mots que vous ne connaissez pas (ou ceux à propos desquels vous avez le moindre doute) dans le dictionnaire.

Mettez les accents, les cédilles, les trémas, les majuscules aux bons endroits.

iii. Vocabulaire (embellir, enrichir, préciser)

Variez les mots employés (ne pas répéter le mot plus de deux fois dans le même paragraphe).

Évitez les tournures « il y a », « ça ».

Évitez les verbes faire, être et avoir.

Utilisez des termes précis et spécifiques (L’aîné plutôt que le plus vieux de la famille).

iv. Syntaxe

Vérifiez s’il y a un verbe conjugué dans chaque phrase.

Rédigez une idée par phrase. Les informations les plus importantes doivent être écrites dans le début de la phrase.

Vérifiez la négation (particule « ne » obligatoire).

Portez une attention au bon choix de l’auxiliaire (Je me suis trompée).

Éliminez les phrases qui comportent un « si j’aurais » (si j’avais).

v. Ponctuation et espacement

Le point . = fin des phrases ;

Le deux-points : = citation, explication, énumération ;

Le point-virgule ; = énumération horizontale ou verticale ;

Le point d’interrogation ? = question ;

Les guillemets « » = citation ;

Les points de suspension

= énumération ou phrases non terminées

des 40 règles de base

Lexique

COD : complément d’objet direct

COI : complément d’objet indirect : si le verbe a déjà un COD, le COI est alors appelé Complément d’Objet Second

COS : complément d’objet second : le COS est un COI employé avec un verbe transitif

Morphologie : description des règles qui régissent la structure interne des mots et de celles qui régissent la combinaison des syntagmes en phrases

Phonétique : étude des sons, de la prononciation

Sémantique : étude du sens

Stylistique : étude des procédés littéraires, des modes de composition utilisés par tel auteur dans ses œuvres ou des traits expressifs propres à une langue

Syntagme : combinaison de mots ou de parties de mots (morphèmes) qui se suivent et produisent un sens acceptable

Syntaxe : étude de l’ordre et de la fonction des éléments du discours

PETIT MEMENTO

Table des matières

1. des adjectifs

Accord

 

5

2. du participe passé

Accord

 

5

3. des verbes

Accord

 

6

4. c / ç / cu et g / ge / gu

7

5. e et é / è / ê

8

6. notre, le nôtre / votre, le vôtre

 

10

7. Certains mots prennent toujours -s à la fin

10

8. tout / même / quelque

 

10

9. vingt / cent / mille

12

10. a / à et / est on / ont son / sont

13

11. ce / se ; c’est / s’est ; sais/sait

 

13

12. ces / ses

13

13. la l’a / l’as là

14

14. leur / leurs

15

15. ma / m’a / m’as ; mon / m’ont ; ta / t’a ; ton / t’ont

15

16. mets / met m’es / m’est ; mes / mais / mai

15

17. on

/

on n’

16

18. ou

/

16

19. peu peux / peut

 

17

20. quand / quant / qu’en

 

17

21. quel / quelle quels / quelles qu’elle / qu’elles

17

22. sens / sent s’en sans cent sang sens ; tends / tend t’en tant

18

23. si s’y -ci / ci- scie

 

19

24. ap / app-

19

25. mb / mm / mp

 

19

26. s / ss / z / x

19

27. Pluriel général des noms et des adjectifs (-s, -x, -z)

20

28. Pluriel des noms en -ail

 

20

29. Pluriel des noms et des adjectifs en -al

21

30. Pluriel des noms en -au / -eau / -eu

21

31. Pluriel des noms en -ou

 

21

32. Féminin des adjectifs en -et

22

33. Féminin

des

adjectifs

en

-ot

22

34. Noms et adjectifs terminés par -el / -èle / -elle / -èle / -êle

23

35. Noms terminés par -eur

 

23

36. Noms terminés par -euil / -ueil

23

37. Noms terminés par le son /o/

24

38. Noms terminés par -oir / -oire

24

39. Terminaison des participes passés et des adjectifs

25

40. Verbes terminés par -é / -er / -ez ; -i / -is / -it ; -u / -us / -ut

25

41. « Nouvelle orthographe » - Règles générales

26

42. Résumé des éléments de grammaire française

27

43. Une méthode de correction (phrase par phrase)

30

Lexique

31