Vous êtes sur la page 1sur 116
Anthologie de cent chansons de trouvères et de troubadours des XIIe et XIIIe siècles ,
Anthologie de cent chansons de trouvères et de troubadours des XIIe et XIIIe siècles ,

Anthologie de cent chansons de trouvères et de troubadours des XIIe et XIIIe siècles , par Jean Beck

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Beck, Jean (1881-1943). Anthologie de cent chansons de trouvères et de troubadours des XIIe et
Beck, Jean (1881-1943). Anthologie de cent chansons de trouvères et de troubadours des XIIe et

Beck, Jean (1881-1943). Anthologie de cent chansons de trouvères et de troubadours des XIIe et XIIIe siècles , par Jean Beck. 1938/12/30.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :

*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.

*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque

municipale de

(ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

(lTtnt

~T

Aniljûioflie

t

Chansons bt Ûirmwms

t

~L

j~t~r

OlrmUîaAlours

JtsXlI'etXin'^Utlts

par

7

2catt

HJ«ck

ntholo,gie

t

OkniGT^angatts

t (Utorxoètts

tt ta <ITr'ouba'ôour's

.-

àe*Xll'etXJIl'inèclcs

!

par

Ifikch~<ch

7

ERRATA

1

Nos 32 et 42, lire VINIER

de DINIER.

"'r--

-'-

au lieu

75, lire VIÉS au lieu de DIËS.

N°

l, folio

P.

Chanson du roi de naoacre

(Raynaud2075)

Su - si

cum

Quant

la

pu-ce-le

l'uni - corne

va

mi-rant,

sui

Pas-mé-e chiet en

son

gi

-

ron,

Et

moi ont mort d'au-tel sem-blant

Tant

Qui

s'es

est

-

li

ba

-

-

e

hist

de

en

son

res - gar - dant,

en

-

nui,

Lors

l'o

A

- mors

cit

-

et

ma

on

da

en

-

tra

me,

-

i

pour

-

son.

voir:

Mon cuer ont, n'en. puis point ra-voir

10

II

ame, quant je devant vous fui

Et je vous vi premièrement,

Mes cuers aloit si tressaillant

Qu'il vos remest, quant je m'en mui.

14

Lors fui menez

sans raençon

en

En la douce chartre

prison

Dont li piler sunt de talant

19

Et

Et

li

huis sunt de biau veoir

li anel de bon espoir.

III

||ie la chartre

Et

si

i

la clef Amors,

a

a mis trois portiers:

Beau Semblant a non li Et Beautéz ces en fait

premiers,

seignors;

23 Dongier a mis a l'uis devant,

Un ort, félon, vilain, puant

Qui mout est maus et pautoniers.

Cil troi sunt et

et hardi,

prou

Mout tost ont un amant saisi.

28

ui porroit soffrir les

Et les

IV

trestours

essauz de ces huissiers?

Onques Rolanz ne Oliviers

Ne vainquirent si forz estours ;

32

II vainquirent en combatant,

Mais cés vaint on

humiliant;

Soffrirs en est confanonniers.

En cest estour dont je vos di

N'a nul secours fors de merci.

V

37 'ame, je ne dout mais riens plus

Fors tant

faille a vos amer.

que

Tant ai a pris a endurer

Que je .sui vostres tout

se

il

vos

par

41 Et

en pesoit bien,

us :

Ne m'en puis je

partir pour rien,

Que je n'aie le remembrer

Et

mes cuers ne soit adès

que

En la

prison, et de moi près.

46

ame, quant je ne sai guiler, Merciz seroit de saison mais De sostenir si grevous fais.

2, folio 2b.

u tans

De

[Et]

Que

tort

qu[e]

et

en

je

voi

CI)an50n du roi de naDarre

(Raynaud 1152)

relatioe à la croisade de 1239

ploin

de

de

-

mes

-

tre

nos

se

-

pri

ba

es

-

com -

me

-

lo

-

-

ni

ni -

son,

rons

-

er

e,

D'en -

vie

Sanz

bien

Fa

- çons

et

tot

Ces

qui

plus

et

de

tra

-

i

-

son,

le

saiiz

cor - toi - si - e,

siegle

em

-

pi

- rier,

of

-

frent

rai

-

son:

Lors

10

14

19

23

i

vuil

di

re

ma

-

II

reaumes de Surie

chan - çon.

Nos dit et

crie a haut ton,

Se nos

Por

Deu!

ne nos amendon,

que

se

n'i alons mal non.

mie:

N'i feriens

Dex ainme fin cuer droiturier ;

De teus [genz] se vuet il aidier,

Cil essauceront son non

Et conquerront sa maison.

III

Incor ain mieuz toute voie Demorer au saint païs

Que aler,

chaitis,

povres,

La ou ja solaz n'avroie.

Phelippe, on doit paraidis

Conquerre

mesaise avoir,

par troveroiz ja, voir,

Que vos n'i

Bon estre, ne jeu,

ne ris

Que vos avïez a pris.

IV

28 Amours a corru en proie Et si m'en moinne tot pris

En l'ostel, ce m'est a vis,

Dont ja issir ne querroie,

32 S'il estoit en mon devis.

Dame, de cui Beautez fait hoir,

[Je

vos faz or bien a savoir:]

Ja de prison n'istrai vis,

Ainz morrai loiaus amis.

V

37pame, moi couvient remaindre,

De vos ne m'en quier partir.

De vos amer et servir

Ne me soi onques

jor faindre.

41 Si me vaut

bien un morir

L'amors qui [si] m'essaut sovent.

Adès vostre merci atent,

Que biens ne me puet venir,

Se n'est par vostre plaisir.

46 (hançon, va me dire Lorant,

Qu'il se gart bien outréement

De grant

folie envaïr,

Qu'en

lui avroit faus mentir.

N°

3,

folio 3b.

Chanson de (£>dCe Brulé

(Raynaud 437)

rffyure-no-vel

de

la

dou-çor

Et que sont vert bois et ver - gier

d'es-

et

pré.

Que res-clar-cist

Et

h

ro

-

siers

la

en

doix

en-la

son-tainne.

mai

flo - rist

et grainne,

Lors

chan - te - rai, que

trop

m'a.:vra du - ré

Car

fins

a

-

mis,

a

tort

a-choi-so-nez,

II

9 oirs est qu'Amors m'a a desroi mené,

Mais molt m'est bel qu'a son talant me moinne;

Car,

li

plait,

encor me savra gré

se

12 De mon servise et de ma longue poinne.

Mais paour ai que ne m'ait oblié[e]

Par le corrouz de la fause gent vainne,

Dont li torz est coneüz et provez,

Qu'a poinne sui sanz morir eschapez.

III

17 £Jbant ai d'amours mon fin cuer esprové,

Que ja sanz li n'avrai joie certainne. Tant par sui touz mis a sa volunté

20 Que nuns travauz mon desir ne refraigne. Quant plus me truis pensis et esgarez, Plus me recort es biens dont ele est plainne ; Et vos, seignor, qui proiez et amez, Faites ainsi, se joïr en volez.

Ire et es-maiz qui m'est au cuer ,ro - chain*ne.

Est

mout

25

so - vent

de

le

-

gier

es

-

fia

-

ez.

(ouce

(T^J.

dame, tant m'ont 't achoisonné

d

t

IV

h.

,

Faus tricheor et lor parole vainne Que lonc delai m'ont si desconforté,

28 Près ne m'ontmort.Dex lordoint maleestroinne!

Et, maugré lor, ai je mon cuer gardé

Plain de l'amor qui ja n'en iert lointainne. Tant s'est en vos finement esmerez Que si loiax n'iert mais quis ne trovez.

33

36

V

Dame, merci! Car m'outroiez,

C-J

Deu,

por

Un douz respons de vos en la semainne

Si atendrai par ceste seürté

Joie et merci, se granz eürs l'amaine.

Et menbre vos

que Fait qui ocist son lige home demainne. Dame, por Deu, d'orguil vos desfendez,

Ne trahissiez vos biens ne bos biautez.

laide cruauté

41 uiez, chançon, ja ne me resgardez !

Par mon seignorNoblet vos reclamez,

Et

dites li de

male

hore su

nez

Qui touz jors ainme et qui ja n'iert amez.

N'o

4, folio 4d.

Cl)an50n du châtelain de Couct)

uelatioe à la croisade de 1189

(Raynaud 679)

vous, A-mours, plus qu'a nule au-tre gent

il

m'es-tuet par - tir outre - e - ment

Quant

c

Est bien

Et

rai-sons que

des-se- vrer de

ma do-lour con - plaigne, ma le - aul com - paigne.

Et quant la pert, n'est riens qui mere-maigne.

Si sa-chiez

bien, A-mours,

cer-tain-ne-ment:

S'ainznuns mo. -xut por a - voircuer,do-lant,

II

9 eau sire Dex, qu'en iert donc, et cornent?

Iert tex la fins qu'il m'estuet congié praigne? Oïl, par Deu, ne puet estre autrement,

12 Sanz li m'estuet aler en terre estrainge.

Or ne cuit nuns que granz duelx me soffraigne,

Quant de li n'ai confort n'alegement,

Ne de nul autre avoir joie n'atent

Plus que

de li : ne sai se c'iert ja mais.

III

17 eau sire Dex, que iert du desirrer, Dou douz solaz et de la conpaignie, Et de l'amour que me soloit mostrer

20 Cele qui m'est et conpaigne et amie? Et, quant recort sa simple cortoisie Et les douz moz dont suet a moi parler, Comment me puet li cuer ou cors durer? Que ne me part? Certes moult est mauvais.

Ja

mès

25

par

moi

n'iert

le- üz

vers ne

lais.

e me vuet Dex pas por noiant trover

IV

Trestouz les biens qu'ai eüz en ma vie, Ainz les me fait chierement comparer,

28

33

S'ai grant paour ses loiers ne m'ocie.

Dex fist vilonie;

Si fera

Que vilains faiz, bone amor

Et je ne puis l'amor de moi oster, Et si m'estuet que je ma dame lais.

il,

s'ainz

dessevrer!

V

,ell

q:1e

e m'en

m'en vois,

vois,

dame,

daii-ie,

a Deu le Creatour

Creatour

Deu

le

a soit a vos ou que je soie.

Vos lais qui

Ne sai se ja verroiz mais mon retor ;

36 Aventure est que ja mès vos revoie. Por Deu vos pri, quel part que li cors traie, Que vos pensez au cuer, voigne ou demor. Je si ferai, se Dex me doint honor,

Que je vos ai esté amis verais.

41

r seront lié li faus losangeor

VI

Cui tant pesoit des biens qu'avoir soloie.

Mès ja de ce n'iere pelerins jor

44 Que je vers aus bone volenté aie; S'en porrai bien tote perdre ma voie.

Que tant m'ont fait de mal li traïtor,

Se Dex voloit qu'il eüssent m'amor, Ne me porroit chargier nul greignor fais.

5, folio 5d.

Cfyartson de moniot

d'flrras

(Raynaud 1196)

amours me se-mont [et pri -

Si est

bien droiz que je di

-

e] Que je chant,

e

Son ta -lant.

Pour

u

-ne

que

j'ai

guer»pi-e;

Et

Mais ma do-lors le me desfant.

Mès trop

mefait

le cuer do-lant

si

ne

cui-das-se

mi-e

Que

pour

nu-le

rien

vi

-

vant

II

Lais-sas-se

sa

con-paig-ni-e.

II rant mestier avroit d'ahie

Qui ce sent Que j'ai soffert tant longuement.

Encor n'en recroi je mie.

15 Ainçois atent

Et atendrai tot mon vivant

Une fause

Tuit dient:

prophecie ; qui merci prie

Et onques ne s'en repent,

Que merciz ne li faut mie.

6,

folio 6a.

Reoerdie attribuée à morice de Craon

(Raynaud 1387)

m

l'en

Quenait

Chan-tent

Lors

me

ra

- trant

la

par

mi

saut

-

dou

flours

la

douz

en

ter -

mi

ne

l'es-pi-ne

-

gau-di-ne

Se-

A

- mours

si

-

ne

Dou

Au

Et

ri

tens

no

viau,

 

-

cil

oi

sel

 

-

et

biau:

très douz

mal,

il

15

Que

je

ne

pans a

riens

al

II

e li sont tuit mi consirre,

Ne

riens al

pans

Qu'a la

bele qui remire

Mon cuer leal.

je ne

li

os

He las!

dire

Mon greignor mal, Car trop redout l'escondire,

Ne tant ne

jornai

vaut.

Beneoiz soit li

Qu'ele me voudra ocire.

Fors

la

ou mes

cuers s'a

-

cli - ne.

-

31 $

IV

touz les jors

de ma

vie

La servirai Et serai en sa baillie

Tant con vivrai,

35 Ne ja de sa seignorie

Ne partirai

Et, se briement ne m'ahie, Je m'ocirai,

Mais gariz sui, se j'en ai

Un beau semblant en ma vie.

21

III

1'-@nques d'autre n'oi envie

Ne ja n'avrai

Et, se mes cuers fait folie,

Ainsi morrai,

25 Car trop moing

Des

las!

max

que

ele ne

grevouse vie

j'ai.

set mie,

Mais, Ne sai

se

le sai, je li dirai:

se

«Bele, ne m'ociez mie ! »

V

41 hançon, va t'en sanz demore Ou douz païs Ou mes cuers ainme et aore

Et soirs et

dis.

45 Mais trop me cort li max sore

He

Diex!

Dont

je languis.

verrai je ja l'ore

C'un très douz ris

Puisse avoir de

son Qui si m'ocit et acore ?

cler

vis

51

55

ame, valors vos honore,

Ce m'est avis,

Et touz jors croist et moillore Vostre bons pris.

Toz biens a

Fors merci qui me demore.

Dex en vos mis

N°

7,

e

Quant

-

folio 6b.

mours,

ce

-

que

le

-

las!

pour

Chanson de £f?ibaut de blason

(Raynaud 1402)

por - ra

ne

quoi

me

su

de - ve - nir

laitga-rir

onc

teus

Li

vos-très

Cui

je

sui

Que

li

o

-

frans

fins

sai

hons

a

-

na - tu

mis

- raus

co-raus?

des-co-

vrir

Les

maus

qu'el

me

fait

sen

-

tir,

Dont

touz

jors

m'est

plus

cru

-

aus?

II

9 :Wout plus vaillant et [plus] lëaux Covendroit il a li servir

12

Que je

ne sui,

et cent itaus.

Mais je

sui cil

qui plus desir

A faire tot son plaisir, Qui plus vers li sui fëaus,

Et sai mieuz celer mes max Et en gré prendre [et soffrir].

IV

25nquerant va chascuns vassaux

Qui cele est

cui je sopir.

por

A lor, qu'en tient, les deslëaus

morir!

?

28 Mais laissent moi vivre ou Bien me devroit Dex haïr, S'estoie si comunaus

Que

riens

deïsse

entor

aus Dont maus me deüst venir.

III

17 out

li siet bien son covrir

par

Et mout

Avis m'est, quant je la remir,

li siet bien li manteaus.

20 Que soit anges esperitaus Que li rois celestiaus

A

fait de ses ciels venir

Por a moi l'ame tolir,

Qui li sui amis lëaus.

.V

33 $inz me lairoie départir, Les membres detraire a chevaux

Que

puissent enquerre

n'oïr

36 Que j'ainme

[nule] rien charnaul,

Que li mondes est si faux

Que l'uns vuet l'autre trahir, Mais ainz savront, sanz mentir,

De quoi servoit li Graaus.

41

la douce dame lëaus,

Qui semblez après dormir

La rose qui vuet

1

norir:

maus!

Alegiez moi mes douz

N°

8, folio

7b.

Qaneon de moniot d'êlrras

(Raynaud 1087)

Car

Et,

ma

ve

se

-

li

dame

ai-

pris

ü

ont nostre

con-gié

a -mis -tié

cors

s'en

est

par-tiz,

Et

guer-pi

Fe -Ion,

tant

Le

cuer

li

ai

s'en

ai

son

sont

tout

pa

-

ïs,

en-tre-mis!

lais -sié.

9

Car

on

- ques

puis

n'en

II

e toutes parz sont

gaitié

enemis!

Amant, trop ont

Pour ce doivent estre esmaié

fui

saisiz

12 Qu'il n'ait en lor faiz n'en lor diz

Rien dont puissent estre repris De la gent, ne blastengié ; [Car] li envious sont touz dis

De mesdire aparoillié.

Que

je

li

oi

III

ou* troi - é.

17 out eüst Dex bien jugié, Et raisons fust, ce m'est vis, Que Ii félon, mal entoichié

20 Et de vilenie repris,

Fussent tuit a une part mis

Et conme larron soignié,

Si qu'adés parust en lor vis

Li

maus

dont

il

sont

entoichié.

25

28

IV

(')',

SE?ors

seroient amant lié Et trop avroient conquis,

Se d'aus ierent desconpaignié

Cil qui toz jors les ont trahiz.

Certes de moi sui je

Qu'il m'eussent empirié,

S'on les vousist avoir oïz Des maus qu'il orent endurié.

touz fis

[Dont il sont tuit entoichié].

9, tolio 7c.

Chanson de Blondel de nesles

(Raynaud 620)

l'en -trant d'es

sui

té, que

li

tans co-men-ce,

So-pris

d'Amours dont mes cuersba-lan-ce.

-

Quant j'oi ces

Dexm'endointjo

oi- seaus

-

ir

sorla

flor

ten-tir,

tôtamonplaisir.

Ou

au

-

tre -

ment

crien

mo

-

rir,

sanz do - tance.

Car je n'ai ou mont autre sous - te - nan - ce:

9

A-mors

est

la

riens

que

je

plus

de-sir.

II

'S 'a droit, en amours, que les biens en sente

Cil qui nuns des maus n'en puet sostenir.

Chargiez toz les m'a en ma penitence,

ii La bele qui bien le nie puet merir.

M'asouageroit;

Cele qui

Touz les

maus d'un an, par une semblance

moult a grant puissance

me

fait parler et taisir.

22

25

IV

TLC las! je l'aim. tant de cuer sanz faintise :

Avra ja de moi merci bone Amor?

Mout par ai ma poinne en biau lieu

assise,

Mais trop mi demore et joie et secors!

Ainz mès fins amanz en tel esperance

N'atendi d'Amours

Cum a fait cist, las!

la reconoissance, a si grant dolor.

15

18

fjn autre home en fust pieç'a la mort prise

S'il alast ainsi con j'ai fait touz jors. Car onques ne poi par mon beau servise

Avoir biau semblant, si con j'ai d'Amours.

Ja en beau semblant n'avrai mès fiance.

Se j'en l'amor per, ou j'ai m'atendance,

Asseüré m'a la flors de morir.

V

29 e chant et respon, dame et douce amie,

32

Et a li

panser Dex verrai [je] ja le jor qu'ele die:

me confort la nuit.

«Amis, je vos ain»? Nenil, voir, ce cuit!

Amors me sostient, ou j'ai esperance,

A ce que je sai qu'ele est bele et

blanche;

Ne m'en partirai, s'or m'avoit destruit.

36

uns ne doit Amors servir en

doutance,

vaillance:

Car a chascun rent selonc sa

Blondel a de mort a vie conduit.

N°

10, folio 8a.

Cl)anson de (Bautier d'Epinal

Raynaud 199)

(~

-

y

-

manz

fins

et

ve - rais,

N'ai

je

po

-

our

Vosaintnuns au -

ne dou-tan-ce

très ja - mès.

Mi

Tost

II

16

21

sunt

a

m'iert,

s'il

bien

vos

près

plait,

fail

-

li

me - ri

IIIay! losengier servais,

De vilonie criais, De faire ennui et pesance

As ameours

II

de vaillance

ja, mauvais?

Finerez vos

Nenil voir, ainz iert ainsi:

De vilain oiseau, lait cri, Et de félon, malvoillance ; N'onques de vaisseau porri Nule bone odors n'issi.

l n'est ennuiz ne esmaiz,

III

Quant me membre des ieuz gaiz,

Et de sa douce semblance, Que ne mete en obliance,

Quant je plus soffre grief fais.

26 Ainz riens tant ne m'abeli Con le remembrer de li

Et la douce sovenance ;

Mais si m'en truis esbahi

Que le parler en obli.

Se

Que

li

de

monz

fust

si

bone

es

vos - tre

en

-

pe

-

ran

-

pais,

ce

Mais

par

Con - forz

fau

-

te

et

bone

Ce

que

j'ai

lonc

de

mer

-

ci

a

- ten - dan - ce-.

tens

IV

ser

-

vi.

31 ouce dame, ne puis mais

36

D'Amours soffrir les assaiz,

Car plus ne

De la mort, Et pour

Que

forment m'a mal

sui

doutance

tais,

bailli;

en

mais a fiance;

dou tot me

ce

Et le cuer me destroint si

Vostre dure dessevrance

Que, se n'en avez merci,

Par tens iert en dous partiz.

41 usi con

V

de

fevrier mais

Et li rubiz dou balais

46

N'a de

beauté nule

igance,

Et pis m'est la dessevrance

De celi dont je m'apais.

Mais or sont trestuit peri

Si très douz fait seignori,

S'el ne quiert tel délivrance

Envers so

leal ami,

Dont felon soient honi.

11, folio 8c.

Cl)anson de Pecrin d'flngicourt

(Raynaud 1118)

e - mours, dont senz et cor - toi

Me

fait

eEt toute au

-

si

tre

bon - tez des - cent

-

chan-ter par sa maistri - e

-

Con - tre le douz co-men-ce - - ment

D'es -

tev.

Bien

doi

jo -li - e - ment

Chan-ter,

car

bon

es

-

poir

m'a - ï - e

Oui

me

dit

que

cele

II

iert

m'a - mi

-

e

9 M out me muet de très grant folie

Et d'outrage et de hardement,

Quant onques a nul jor envie

12 Me prist d'amer si hautement.

Car je sai bien certainement Qu'en li amer raison oblie.

Si croi que j'en perdrai la vie,

S'Amours et Pitiez le consent.

III

17

-1e très grant beauté est garnie, De sens et d'onour ausiment

Cele qui Amours a saisie

20

De moi par son commandement.

Or [en] puet faire son talant,

Car il n'est qui li contredie, Se ce vaut, ma poinne iert merie, Onques n'i pensai fausement.

Cui

25

28

33

j'ai

fait

de

mon

cuer

pre

sent

IV

<iiame,

L'aspre dolours

onques ne vos su gehie

pour vos sent.

partie,

que Pitiez est a droit

Se

Je morrai en alegement.

J'ai en vos mis entièrement

Mon cuer et

mon cors et ma vie:

Merci, quan