Vous êtes sur la page 1sur 3

'

Afdas : ressourcesen baisse pour la formation professionnelleoo


,,,.',,;:,',::fri,:;'Siti:::;:tt!.;:r:::t:i.i-.ii!;.ilJir.r;.i:. :t|;-1î,,,î;iti+-=i{Jiltf.*?g..éÊ,ÉgtgË#,i:iÊ::!t;;iÉ

I J I
I]INFORMATION
DESPROFESSIONNELS VIVANT
DUSPECTACLE _ N"241_ 4112I2OO9
_ BIMENSUELLE

D'trTAT
CffiEDgTS
) Gontesté, le GGA
<<attend des projetsr>
Un {apport sévèreavant une
L'équipedu Conseilde la
créationartistiques'installe
réformeen profondeur?
et se dit à l'écoutedes
La Courdes comptesa présentéaux députésun rapportcritiquesur
p r o f e s s i o n n e l st a, n d i sq u e
l e s c r i t i q u e sc o n t i n u e n t .
lescréditsd'interventiondu ministèrede la Cultureau spectaclevivant.
Lire page3
ll pourraitservirà justifierles réformesen préparationpour 2010.
ne politique complexe, roge sur <la qualité des spec- retient d'autrescritiques : opa-
) Montpellier: fragmentée et rigide>. tacleset lieux soutenuspar les cité des dépenses,manque de
une nomination C'est le jugement porté DRAC, au détriment,de toute statistiques,.flou des''cahiers
jugée <<inéquitable> par la Cour descomptessur les innoaation.t Laurent Hénart, des charges, ignorance des
La désignationde Jean-Marie dépenses d'intervention du député UMP de Meurthe-et- collectivités locales, manque
Bessetau CDN de Montpellier ministère de la Culture et de la Moselle, remet en question de mobilité dans les DRAC...
a entraînéde nombreuses Communication en faveur du ul'accès trop facile à la pro-
réactions,dont une lettre spectacle vivant(1).IJenquête fessiond'artiste>... Mutualiserdavantage
a u m i n i s t r ed e c a n d i d a t s . avutété demandéepar la com- Jean Picq, modéré, rappelle de productions
Lire page5 mission des finances de lâs- que I'enjeu est relatif puisqu'il En réponse,G eorges-François
semblée nationale, présidée porte sur 556 M€ en 2008, Hirsch a commencé par rap-
) Avignon Off : le par Didier Migaud (PS).Le 25 somme presquedérisoire pour peler qu'au ministère de la
retour de la discorde novembre, les résultats ont la commission des finances. Culture les deux dernières
Deux anciensvice-présidents été présentés aux députés Petit chiffre, mais qui aug- annéesont été marquéespar
ont été exclus d'AF&C. par fean Picq, président de la mente trop vite, croient les le retour du dialogue,voire du
lls déposentun recours troisième chambre à la Cour députés. Dès ses premiers <trialogue>, entre l'État, les
en justice et s'opposent des comptes, accompagné tableaux, la Cour des comptes professionnelset les collecti-
a u n o u v e a up r é s i d e n t . de Georges-FrançoisHirsch, montre le contraire. Entre vités territoriales, à travers
Lire page6 le DMDTS au ministère de la 2000 et 2008, la hausseest de les Entretiens de Valois. Une
Culture(2).Les trois principales 18.80/0, mais une fois écartés concertation qui se prolonge
) Live Nation étoffe critiques sont I'opacité des cri- les investissements,elle tombe par les conférencesdu specta-
sa filiale française tères d'attribution des subven- à 0,10/0.La Cour des comptes cle vivant en région, dont une )
D é c i d é eà d y n a m i s e rs e s tions, le manque d'évaluation
activitésfrançaises,la multi- et la méconnaissancedes ac-
nationalerecrutequatre pro- tions des collectivités territo-
Le décretqui créela DGCA
f e s s i o n n e l s o u s l a d i r e c t i o n riales. Elle donnent du grain La nouvelle Direction générale de la création artistique
d ' l s a b e l l eG a m s o h n . est définie dans un décret du 11 novembre 2009 (JO du 151.
à moudre aux détracteurs du
Lire page7 ministère de la Culture, tel La plupart des missions listées dans Ie décret du 18 août 2004
pour la DMDTS sont reconduites en y aioutant les arts plas-
François Goulard, député
) À Monaco, tiques. On notera que les termes <<diversitéde Ia création>>,
UMP du Morbihan '. ,rLe mi-
le tapis rouge pour sont rempfacés par <<lacréation dans toutes ses formes
nistère de Ia Culture et de d'expression et d'esthétiquer. Autre nouveauté. la DGCA
les Ballets russes la Communication continue à <<contribue à Ia définition du droit applicable aux professions
Malgré des difficultés se aouloir prescripteur, pré-
du seeteur de la création artistique et élabore, en lien avec
budgétaires, tendant détenir Ie monopole. le secrétariat général, Ia réglementation relative au statut
l e M o n a c oD a n c e du bon goîtt. Est-cequ'il faut et à I'activité des artistes et des professions du spectacle
F o r u mo r g a n i s e maintenir un ministèrecomme vivant et des arts plastique>. Parmi ses missions apparais-
une grande opération celui-Ià dans Ie contexte sent également <r/a sensibilisation, le développement et
z
É p o u r l e sc e n t a n s actuel ?" Sur le même registre, la satisfaction des publics et plus généralement Ia
des Balletsrusses. le député UMP d'Ille-et- démocratisation culturelle, Ie développement de l'éducation
l
J
ur
Lire page 7 Vilaine René Couanau s'inter- artistique et culturelle et des pratiques amateurs>>.a
a
) dizaine ont déjà été mises en
meure néanmoins limitée. La
place. Il a insisté s:ur <la
Cour constate que l'État n'a
réécriture complète des règles
toujours pas renohcé à inter-
du ieu entre ntat et institutions
uenir à tous les stades du pro-
subamtionnéesr,
"la demande cessus de création et de pro-
d'indicateurs sur la fréquenta-
duction dans tous les secteurs
tion, Ie budget, les finance-
artistiques et sur tout le terri-
ments de productions, l,ac-
toire. C'est pourtant cette dé-
cueil de compagnies>,le prin-
Le spectacle vivant devant la commission marche omnidfuectionnellequi
cipe d'un budget ministériel des finances.
conduit à l'étouffement bud-
qui reste <à périmètre constant, revenu sur I'idée d'une qualifÏ- qui donnait
aux députésI'image gétaire,à I'engorgementadmj-
ce qui implique qu'un proiet cation d'entreprise qui devien- d'une administration plutôt
fi- nistratif des DRAC et à la
sort quand un projet entre>. ll drait indispensablepour obte- gée.Elles sont aussiannoncées perte de lisibilité de l'action de
a mis I'accent sur la nécessité nir dessubventions.Il a précisé comme Ie fruit des Entretiens
l'État., On voit mal, dansun tel
de mutualiser les projets entre que le niveau desrecettessera de Valois, or les organisations
contexte, comment une loi
établissementset confirmé la <un des indicateurs qui aont professionnellesdénoncent
au d'orientation pour le spectacle
réforme des commissions dès seruir à metbe en place I'ob- contraire le manque
de résultat vivant pourrait être discutée
2010 (lire nos encadrés) qui seruatoiredu spectacLe uiuent>>, de cette concertation.D'autre dans de bonnes conditions. O
s'accompagnerade <<critères et ajouté : <<Cesrecettes seront, part, ces changements sont YVESPÉRENNOU
obiectifs>pour l'attribution des dans certains cas, un des préparés sans projet politique
(1)Crédits gérésparIesDRAC
subventions. Sur les DRAC, il critèresde renouuellement des nouveau. C'est aussi
ce que ou la DMDTS auxlieuxet équipes,
a reconnu la nécessité <de aidesr. dit la Cour descomptesdanssa sanslesfinancements auxopéra-
conseillers plus mobiles, car conclusion : <CertesI'audit de teursnationaux, auxpratiques
quand on resteaingt ans dans Desmesuresfont- modernisation et les Entretiens amateurs ou à l'enseignement.
une même région, on se caée ellesune réforme? de Valois ont amené le minis- (2)Étaient notamment présents
naturellement des amitiés et Georges-FrançoisHirsch s'est tère à opérer des ajustements
ClaudeBartolone, XavierBertrand
des inimitiés>. Et de rappeler dit enfin favorable à une ré- notables, mais leur portée
de- et François Hollande.
que les relations entre DRAC et forme de l'intermittence. Il a
centrale <ne sont pas toujours indiqué deuxpistes, à.co1- Appel à la grève au ministère
simples>, notamment pour
T":?:":.fi:"::"1::::l:\1:,
I'application des directivesna- périmètre : <le trouue peu
res synuicats cFDï,
": i."
cFrc, ccr,t, r\',
vr I v' vu Fo,rùL',
FSU.ùuL'
suD et et urYùA
uNSA(du
:î.::lï":':
tionales d'orientations. Sur la conséquent qu" to Culture ont appelé à une grève reconductible
iniioi a TT:1,"-t:.91a
partir d.u2,décembre.lls veulent riposter à la deuxième
"on
questionde la fiscalité e! en par- collectiuea" fAre""*""tii
ticulier, lesredressements ii vague de la Révisiongénéraledespolitiquespubliques(RGpp).
fiscaux soitconcernée,. Il u évr"
d'établissements culturels, le recherche
prus
d,une riffi: :F,,fïïff: ::fiï,i:.,:.lj:ï,i:"'J,::ïil*::ili:
DMDTS s'estmontré optimiste souplesseentre I'annex:1,111
publics ie l,État. C,est ce même motif qui a poussé le per_
quant aux discussions avec térim) et I'annexe 8 (techni-
sonnel du centre Pompidou à se mettre en grève reconduc-
Bercy. Il a aussi donné des ciens du spectacle)'
tible le 24 novembr e. <<Legouvernement de FrançoisFillon
gagesaux députés sur la mise Ces mesures ont été présentées poursuit
la "réforme' de l'àdministration territoriaie ae rÈiat
en æuvre de critères de per- comme gagesde la volonté du pour encore
supprimer des emplois. Celle-ci concerne direc-
formance pour l'évaluation des ministère d'améliorer sesper- tement les
DRAC et les SDA| aujourd'hui enlisés dans
actions subventionnées.Il est formances, après un rapport la logique desprojets de
services.>> o

Parmi les réformesà venir


Les réponsesformulées par la DMDTS un an renouvelable deux fois), et l'élar-
soubformed'aidesarx projets(apportsde
à la Cour des compteslaissententrevoir gissementde la composition au public.
15000et 100000€ poursixbénCnciales;.
les réformes prévues en 2010 concernant
les aidesaux équipesartistiques. O Les aides directes O Les aides centrales
en centrale en commissions
O Les aides des DRAC Les aides attribuées hors commission par En 2008, Ies commissionsconsultatives
aux équipes artistiques la DMDTS représentent 7,9 M€ (dont nationales avaient attribué pour 2,8 M€
Le montant global des aidesaux équipes 5 M€ pour les ensemblesmusicaux).
d'aides.Cescommissionsserontréformées
artistiquespar les servicesdéconcentrés La DMDTS a distinguétrois catégoriesde
en 2010. Leur composition sera alignée
atteint 44,2 M€ pour 1 164 équipes. bénéficiaires. Celle <desmetteurs en scène
sur les règles prévues par le décret du
La DMDTS souhaite harmoniser I'en- dont l'æuure et la notoriété sont
une 8 juin 2006. leur nombre passerade 6 à 4
semble sur le modèle en vigueur pour réf&ence nationale ou internationale, (regroupement
dans la danse et entre le
le théâtre soit deux niveaux d,aides : une concerne une douzaine de bénéficiaires
cirque et les arts de la rue) les aides
aide au projet ponctuelleet une aide sur au pour desmontantsde 30'000 à J00 000 €.
au cirque et aux arts de la rue seront
moins deux ans,dans le cadre d,un conven- Cette catégorie est la seule qui verra à redéfinies
pour supprimer les doublons.
tionnement. Ce changementconcemerait terme son soutien en centralepérennisé.
Par ailleurs, les aides attribuéesaux arts
donc la musique et la danse.La DMDTS Une deuxième catégorie qui concerne
de la rue en DRAC seraient recentrées
prévoit de réformer les comitésd,experts dix compagniesavec un apport
moyen sur le conventionnement et les projets
avec,notamment, la création de quelques de 140 000 € passeraen gestion DRAC
de niveau régional. La gestion aei aides
commissionsinterrégionales,un renou-' à.partir de 2010 dans le cadre de convenl
chorégraphiquesseraient confiées au
vellement plus élevé (membres élus pour tions triennales. La troisième se définit
Centre national de la danse.o

2 t rAlEïrREDUsprcrA(rE| 4 décembre
2009
âffiâ
POURLA
DU CONSEIL
LA DISSOLUTION
CRÉATIONARTISTIQUE
Lesdernièresenquêtessur lespratiquesculturelles prélève
tique,depuissoninstallation, desÏondsdirec- Un laboratoired'idéespeutexister,
maissousI'autorité
des FrançaisI'ont prouvé,les résultatsdu sp€cta- tementsur le budgetdu ministère de la Culturer en et à I'intérieur
du ministèrede la Culture.
cle vivantsont bons.Les difficultésimposéespar 2009, L0 millionsd'euros environ
inscrits, 5 millions
le gouvernement à tout notre secteur,malgréson d'eurosutilisés.Nousen avonsaujourd'huila preuve, Le SYNDEAC, CGTdu Spectacle,
la Fédération la
essor,sontconnuesde tous, avecen particulierla dansla réponseécritedu ministèrede la Cultureà CFECGC,I'UFISCont condamné ce conseilpour
descollectivitéstenitoriales' qui MarcelRogemont, députéPS,vice-president sa nature.sonfinancement,sesfondementsidéo-
" contre-.éforme Monsieur
va ptovoquerune catastrophedans le secteurde de la Commission Culturede l'Assemblée Nationale. logiquestroubles.
I'art et de la culture,

LeConseilpourla Creation
decretduPrésident
Aftistique
dela République
a étéinstituépar
le30janvier2009.
IL NEFAUTPASOUBTIER ESTAUGGURDU
OUEUÉTHIOUE
PresidéparNicolasSarkozy, il estcomposé
général,
du Premier PROJETARTISTIOUE PUBLIC.
ETCULTUREL
Ministre,d'undélégué deonzemembres et...
du ministrede la Culturê.Pourne pas effrayerles
responsables et culturelsplutôthostiles,il
artistiques En 2010. en olusde fraisde fonctionnement et de Nousexigeons la dissolution
immédiatedu Conseilde
a étéannoncécommeun laboratoire d'idées,à durée personnel directement prisen chargepar le minis- la créationariistiqueoui :
limitée. tère de la Culture,ce conseilrecevraune dotation . eniraveI'actiondu Ministreet desescollaborateurs,
de 10 millions.Cetterallongemiraculeuse ne doit en lesprenanten otages;
Son déléguégénéral,MonsieurMarin Karmitz,a pasêtreverséeau Conseilmaisresterà disposition . empêchela miseen placede nos propositions
déclaréà la Unedu Mondedu 10 septembre2009 du Ministèreau profitde tous lesartistes,de toutes de réformeset leur financementpar un plan de
- et ne I'a pasdémenti- que le Conseildispose de lesstructures. relance;
"
10 millionschaqueannéepourdévelopper (ses) . cautionne la politique et de déregu-
de liquidation
projets,mais cet argentne provientpas du budgei De plus,certainsde sesmembresont été annoncés lationdu secteurpublicde I'artet de la culturepar
de la culture,. commen récipiendaires , desprojetsqu'ilsont eux- le gouvernement.
mêmes decidés.lls risquent,s'ilscontinuent
à vouloir
MonsieurMarinKarmitzn'a pasdit la vérité,bénéfi- bénéficierdes projetsqu'ils élisent,d'êtrecités en Nousdemandons la saisiedes{ondsprélevéspar le
ciantdu silencedesescollaborateurc et desmembres iustice pourpriseillégaled'intérêt Conseilpourla créationartistiqueen 2009 et de ceux
de ce comité.Dansun contextegénéralde baissedu à recevoiren 2010.
budgetconsacré à la création,à l'actionculturelleet ll ne faut pasoublierque I'éthiqueest au cceurdu
à la démocraiisation.le Conseiloourla créationartis- et culturelpublic.
proietartistique ÀsutvRE...

Centres d'intérêt liés