La joie de certains d’entre nous

:

Paroisse Ste Marie des Vignes
Semaine du samedi 1ier au dimanche 9 Août 2015

Mariages :

Dimanche 2 août : 18

ème

Dimanche du Temps Ordinaire -Année B

- le 1° Août :

- à 15h00 à Denicé :

Loïc RENOUD-LYAT et Maud CHILLET

- à 15h30 à Charentay :
- à 17h00 au Perréon :
- à 17h00 à Blacé :

Morgan APPERCEL et Elisa DAILLER
Alexandre SIMON et Brigitte BARJOT
Pierre BUFFIN et Candice GONIN-BLANCHARD

- le 8 Août :

- à 16h00 à Denicé :

Grégory BOUSSION et Charlotte SOVOYAT

- le 22 Août :

- à 15h00 à Cogny :
- à 15h00 à Denicé :

Pascal MONRAPHA et Julie COLLOMB-CLERC
Quentin DUBOIS et Apolline RENEVIER

- le 29 Août :

- à 15h00 aux Oullières: Alexis NUGUET et Marie BENONIER
- le 4 septembre :
- à 16h00 à La Varenne : Kevin JANDARD et Marine DESCOMBE
- le 5 septembre :
- à 15h00 à Denicé :
Felix de LARMINAT et Albane GROS
- à 17h00 aux Oullières :
Damien LOUQUE et Johanna BALANDRAS
- à 15h00 à St Julien :
Vincent GUIMERA et Aurélie MONDIERE
- le 12 septembre :
- à 15h00 à Denicé :

L’histoire du pain (suite et fin)

Delphine LAPLANCHE et Elio GOETTELMANN

Baptêmes :
Le 2 août : à 10h30 à Charentay : Charly PONCET (Lacenas)
à 10h30 à Rivolet : Hanna MERZOUGUI-CATHERIN
Le 16 août : à 10h30 à Montmelas :
Julius LEHNER (Courbevoie),
Luna LASSALLE-MELINON (Denicé),
Alycia DAMOUR (Montmelas), Loevan NEZET
(Villefranche)

FUNERAILLES :
Nous prions pour ceux et celles qui nous quittés cette semaine:

Marie-Louise GOUILLON (93 ans) Lundi 27 juillet, à15h à Odenas :
André BATAILLE (72 ans ) Mardi 28 juillet, à15h à Vaux :
Marie-Antoinette VERGER (81 ans ) Mercredi 29 juillet 15h00 à Blacé,

Du XIVe au XIXe siècle
A partir du XIVème siècle sont créés les « Compagnons » qui doivent
accomplir un Tour de France chez des Maîtres boulangers (« boulanger » venant
du mot « boule »).
A Paris, quand les récoltes sont bonnes, on compte plus d'une trentaine
de pains, différents par leurs formes ou leur composition, comme le « pain ballé »
au son et le « pain bis » à couches superposées de seigle et de froment mais
aussi le « pain raté » car entamé par les rats, vendu aux indigents. A la
Renaissance, on introduit du beurre et du lait dans des « pains de fantaisie »
renommés dans toute l'Europe.
Au XVIIIème siècle, en France, le prix du pain est l'un des facteurs de la
Révolution : seuls les nantis des villes peuvent s'acheter du pain de bonne
qualité. En boulangerie, une nouveauté apparaît : l'ajout de sel dans la pâte,
jusqu'alors très rare et très cher. Le 14 juillet 1789, la foule de Paris, en colère,
s'empare de la prison de la Bastille, croyant, à tort, y trouver des stocks de blé.
En août 1789, une sécheresse prive les moulins d'eau, donc de farine. Le
pain devient hors de prix et les spéculateurs sont tués. En 1792, la Convention
n'autorise que le « pain-égalité », grossier, pour les riches et les pauvres. Après
la Révolution, toujours au nom de cette égalité, le « pain blanc » de froment
devient le pain de tout le monde.
A la fin du XVIIIème
A la fin du XVIIIème siècle sont utilisés les premiers pétrins mécaniques
en bois, tournés à 'aide d'une manivelle. La levure de bière réapparaît pour
confectionner des pains plus légers, de forme allongée et pointue : les premières
baguettes.
En 1825, un Allemand vend aux boulangers de la levure de bière en
blocs. En 1840, un boulanger polonais invente la méthode de fermentation « sur
poolish » (moins acide). Il s'agit d'une culture de ferments issus d'un mélange de
farine, de levure et d'eau. ....
du site de Retrodor, la tradition du pain

HORAIRES et INTENTIONS de MESSES
1ier août

Samedi

19h00

Cogny

Jean MELINON
Marie-Antoinette MICOLLIER

9h00

Dimanche

Denicé s

Jacques BRANCIARD et sa famille
Jeanne PUILLAT

2 août
ième

18

Marinette CORDON-BENAY
Yvonne et Léon BONNET

dimanche du

Suzanne BLANCHARD

Temps

Familles STAGNARA-BENDER-LOCARD

Ordinaire

Familles MINGRET-ALLIOD

10h30

Les
Oullière

Christiane GUERIN
Marie MICOLLIER et sa famille
Madeleine BEULAGUET

Lacenas

5 août

8h30
15H00

Courajod

8 août

19h00

Oullières

Mardi

4 août

Mercredi
Samedi

9h00

Dimanche

Denicé

9 août

Une famille et ses défunts
Famille BRONDEL Charles
BRONDEL François
Jeanne et Antoine FAVRE

19ème
dimanche du
Temps
Ordinaire

Famille MINGRET-ALLIOD

10h30

Arbuissonnas

Jean-François MALLET

15 Aout 2015 - 18 h - Chapelet médité à la Chapelle de Brouilly
Du lundi au samedi de 9h00 à 11h00
30 Rue de la Cristale ;
69460 St Etienne des Oullières
Tél. 04.74.03.40.88

► paroisse-saintetienne@orange.fr
►http://www.saintemariedesvignes.fr
- L’équipe des bénévoles n’assure pas l’accueil à la maison

paroissiale les mardis et jeudis en juillet et août.
Les prêtres seront toujours disponibles sur rendez-vous.

AGENDA
Vous vous sentez concernés par la vie de l’église dans notre
village du Saint Cyr le ChatouxAlors soyez présents à la
réunion le lundi 3 août à 20h30 à l’église de saint Cyr ; le
sujet étant d’échanger sur la vie paroissiale et la visite du
cardinal en mai 2016
******************************************************************************************
Le pain du Christ
« ....Jésus choisissait bien ses métaphores. Il s'adresse à des foules qui savent ce qu'est la

faim. Sa proposition de ne jamais avoir faim ou soif a dû leur sembler trop belle pour être
vraie... Mais quelle sorte de pain offre-t-il réellement ?
Non pas le pain de la boulangerie - cela aurait été, pour ces gens, une proposition
séduisante - mais... le Pain de Vie.
Une source intarissable
Jésus, comme toujours, parle de la plus belle image qui existe - l'éternel tableau de la Vie de
l'Esprit - et du besoin vital, de la nécessité d'offrir à notre esprit une nourriture saine, la
seule nourriture qu'il est bon d'avoir – Lui.
Et de ce type de nourriture, les réserves sont inépuisables : c'est une source qui ne
s'asséchera jamais, une coupe qui ne sera jamais vide.
Avoir faim de Christ
Accéder à cette nourriture suppose de ressentir une faim particulière, un désir de l'âme
aspirant à être rafraîchie, brûlant d'être remplie.
C'est cette faim qui est évoquée dans Matthieu 13:44-45 :
Le royaume des cieux est encore semblable à un trésor caché dans un champ. L'homme qui
l'a trouvé le cache ; et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu'il a, et achète ce champ.
Poussé par la faim, dévoré par le désir pour ce trésor, cet homme a agi dans l'urgence, en
vendant tout ce qu'il possédait pour l'obtenir.
Quand ressentons nous cette faim spirituelle, cet état d'urgence ? Dans les temps de
désespoir et de peur, de chagrin, de joie ? Ou peut-être quand nous sommes face à des
problèmes qui semblent insurmontables, comme le fait que les enfants de Mol et Tol
n'aient pas assez à manger ?
Sommes-nous tous les jours affamés ?
Sentez et voyez combien l'Éternel est bon ! Heureux l'homme qui cherche en lui son
refuge ! nous dit le Psaume 34:8
Sommes-nous conscients de notre besoin ? ... »