Vous êtes sur la page 1sur 2

Deux semaines après Parakletos, les témoignages ne tarissent pas.

Les vies ont été changées,


restaurées, des hommes et des femmes équipés, mobilisés pour prier et appeler à l’existence
ce qui n’existe pas ; toutes ces personnes touchées, transformées, écrivent, elles appellent, et
nous en sommes ravis; mais notre sujet de joie premier est des plus simples. Notre plaisir le
plus profond, ce qui nous émerveille, nous surprend et nous remplit d’allégresse c’est que
Dieu était venu. Sa présence était palpable et réelle et à transformé les vies.

Il faut dire que nous ne manquions pas d’ambition, il nous semblait qu’il fallait plus que de
voir les gens tomber sous la puissance de Dieu, les voir ‘touchés’, ‘bénis’, nous voulions une
armée de prière. Nous voulions que Dieu saisisse nos vies, qu’Il change notre perspective,
qu’Il nous mobilise pour prier comme jamais auparavant, que la prière devienne désirable et
agréable, qu’il brise notre passivité, et nous permette de voir que l’avenir de ce continent sera
déterminé par ces hommes et ces femmes qui plient le genou et prient. Et c’est ce qu’Il a fait.

La salle a résonné au cri de ‘l’Europe sera sauvée’. Et petit à petit chacun a pris conscience
que c’est à lui ou à elle, que c’est à notre génération de crier à Dieu pour la transformation de
nos sociétés et que si nous le faisons, Il le fera. Dieu peut le faire à travers nous si nous
sommes bien disposés et aujourd’hui nous le sommes. Pus que jamais nous avons compris
notre rôle en tant que maison de prière pour les nations, nous avons saisi le cœur de Dieu pour
les nations, l’onction a été communiquée, nous avons été renouvelés, nous avons entendu et
répondu à l’appel.

L’enseignement était fort. Nous avons appris comment prier, comment éviter l’épuisement et
la lassitude dans la prière, comment persévérer jusqu’à obtenir la percée. Jean Tanefofou a
provoqué notre passion pour les missions alors qu’il partageait témoignage après témoignage
de signes et prodiges, de merveilles de Dieu vécus en mission suite à la prière pour les
nations; Suzette Hattingh nous a amené du portique à l’autel dans la prière en expliquant
comment obtenir des miracles dans la prière et les libérer dans la victoire, comment vivre
dans une intimité divine par laquelle nous sommes constamment renouvelés ; Freddy de
Coster nous a conduit dans les différents piliers de l’intercession.

Je me suis attardée, quant à moi sur l’appel du chrétien à être une maison de prière pour les
nations, sur la nécessité et le moyen de vivre et prier dans la plénitude de Dieu ; Roselen
Boerner Faccio a enseigné sur les principes bibliques qui sous-tendent la prière de conversion
et a partagé l’extraordinaire témoignage de son église ; Boris Grisenko, avec humour, nous a
régalé du témoignage de son ministère parmi les juifs messianiques nés de son obéissance et
d’une rencontre extraordinaire avec Jésus et nous a sensibilisé à l’importance de la prière pour
le peuple juif.

La louange et la prière n’étaient pas en reste. Quelle joie de voir des pasteurs et leaders danser
et célébrer librement le Seigneur, de voir des jeunes se laisser aller dans la présence de Dieu,
de voir des personnes de différentes origines se retrouver et reconnaître ensemble que cette
terre nous est commune et son avenir nous concerne tous. Comme il est coutume à Parakletos,
il y avait une grande liberté dans l’Esprit. Dieu nous a honorés de Sa présence. En plus de
l’équipe Parakletos nous avons eu la grâce de recevoir une équipe de louange néerlandaise,
des véritables intercesseurs.

Après avoir autant reçu,on ne pouvait guère s’en aller sans prendre des engagements. J’avais
compris du Seigneur que c’était indispensable. Nous devions nous lever pour dire, à l’instar
d’Esaië, ‘me voici, envoie moi’, nous lever pour dire ‘Seigneur, Tu peux compter sur moi’.
Et c’est cela, plus que tout qui attire l’aide du Saint Esprit. Ainsi la musique terminée, la
prédication finie, lorsque vous êtes seuls et les défis s’annoncent, vous savez qu’Il est là pour
vous aider car vous vous êtes positionné correctement en Lui.

Cerise sur le gâteau, une image prophétique. Nous avions beaucoup parlé de l’intercesseur qui
se doit de se renouveler constamment dans la présence de Dieu. J’avais évoqué dans un de
mes messages le passage d’Esaie 56 où Dieu annonce la joie pour ceux qui viendront dans Sa
maison de prière ; et voilà qu’au moment où je devais conclure la réunion, cette fois-ci en
m’appuyant sur le verset d’Esaïe 6, j’ai été saisie par la joie du Saint Esprit et j’ai commencé
à rire, ivre de Sa présence. Incapable de me tenir debout c’est à genou que j’ai fini de partager
le dernier mot de la conférence, en exhortant les uns et les autres à vivre dans la joie de Dieu
en Le servant.

C’est l’image de l’intercesseur qui laboure mais qui se ressource continuellement dans Sa
présence, dans Ses bras d’amour, qui vit et prie dans la plénitude de Dieu. Ma dignité en a
pâti, mais je crois que le message est passé. L’intercesseur est un homme et une femme de
joie car il côtoie de près celui qui est l’auteur de la joie. Dieu a un sens de l’humour et Il
savait, qu’une image vaut mille mots. Ainsi à la baisse du rideau des hommes et des femmes
renouvelés, re-dynamisés et ‘énergisés’ se sont inscrits dans l’armée de prière, celle par
laquelle seront manifestés les projets de Dieu sur ce continent. Mission accomplie ; à 2011.