Vous êtes sur la page 1sur 25

ORRTHOO

Livret des

Livret

des Dictées

Dictées

O RR T H OO Livret des Livret des Dictées Dictées Méthode d’orthographe Méthode d’orthographe Edition

Méthode d’orthographe

Méthode

d’orthographe

Livret des Dictées

Livret des Dictées U niversité des S ciences et T echnologies de L ille C entre

Université des Sciences et Technologies de Lille

Livret des Dictées U niversité des S ciences et T echnologies de L ille C entre

Centre Université-Economie d'Education Permanente 11 rue Auguste Angellier 59046 LILLE Cedex

Edition

Livret des Dictées U niversité des S ciences et T echnologies de L ille C entre

Technologies Nouvelles et Transferts 4, rue Archimède 59650 VILLENEUVE D'ASCQ T 03 20 67 11 38 - F 03 20 47 23 24 www.TNTransferts.com TNTransferts@wnadoo.fr

COPYRIGHT TNT/CUEEP 1995, 2000-2002

Reproduction partielle ou totale interdite (loi n° 85.660 du 13 juillet 1985) La copie n'est autorisée sur le même site que dans le cadre de l'acquisition d'une licence de site.

Livret des Dictées - Sommaire

N° de l'étape

Contenu

Page

Etape 2

- séquence 3 : dictée de phrases

- 5

Etape 3

- séquence 2 : dictée de phrases

- 6

Etape 4

- séquence 2 : dictée de phrases

- 7

Etape 5

- dictée de phrases

- 8

Etape 6

- dictée de phrases

- 9

Etape 7

- séquence 1 : dictée de phrases

- 10

Etape 8

- dictée

- 11

Etape 10

- dictée

- 12

Etape 11

- dictée

- 13

Etape 12

- dictée

- 14

Etape 13

- dictée « A l’école »

- 15

Etape 15

- dictée

- 16

Etape 16

- dictée

- 17

Etape 17

- dictée « Un match de boxe »

- 18

Etape 18

- dictée

- 19

Etape 19

- dictée

- 20

Etape 20

- dictée « Adolescence » (Simone de Beauvoir)

- 21

Etape 22

- dictée « Entre deux trains » (Jacques Boireau)

- 22

Etape 23

- dictée « Le travail » (M. Labre)

- 23

Etape 24

- dictée

- 24

Etape 25

- dictée de phrases

- 25

Etape 26

- dictée « Plaidoyer pour la bande dessinée »

- 26

Etapes 1 et 2

Etapes 1 et 2 étape 2 - séquence 3 Les formes vues précédemment sont en caractères

étape 2

-

séquence 3

Les formes vues précédemment sont en caractères gras.

Phrase 1 :

Tu travailles pour ton examen.

Phrase 2 :

Les alpinistes cherchent un refuge pour la nuit.

Phrase 3 :

J’ai besoin d’un jeton de téléphone.

Phrase 4 :

Vous aimez écouter de la musique.

Phrase 5 :

Ton travail est excellent.

Phrase 6 :

Nous signons notre bail demain.

Phrase 7 :

Françoise sommeille encore mais son réveil sonne.

Phrase 8 :

J’exige que tu donnes une réponse tout de suite.

Phrase 9 :

Mes voisins désirent passer les prochaines vacances à la campagne.

Phrase 10 :

Ces fruits sont juteux.

Phrase 11 :

Mes parents approuvent mon projet.

Phrase 12 :

Je souhaite gérer mon budget moi-même.

Etape 3

Etape 3 étape 3 - séquence 2 1. La foule acclame les acrobates. 2. Vous terminez

étape 3

-

séquence 2

  • 1. La foule acclame les acrobates.

  • 2. Vous terminez votre travail à six heures.

  • 3. Tu appuies tes coudes sur la table.

  • 4. Il est exaspéré par la jalousie.

  • 5. Les plantes exotiques ont besoin de chaleur.

  • 6. Le directeur accepte d’accorder un entretien à Frédéric.

  • 7. Les enfants aiment apprivoiser les animaux.

  • 8. Vous veillez à sauver les apparences.

  • 9. Janine tricote un chandail. Elle compte les mailles.

    • 10. Tu as de l’appétit et tu apprécies la bonne cuisine.

Etape 4

étape 4

étape 4

-

séquence 2

Phrase 1

:

Tu essaies de réparer ton réveil.

Phrase 2

:

Michel désire acheter une voiture.

Phrase 3

:

Le dimanche, ma mère mijote un excellent repas.

Phrase 4

:

Je me réveille, j’ai encore sommeil et je bâille.

Phrase 5

:

Tu croques dans un fruit juteux.

Phrase 6

:

Le bruit des voitures dérange mon sommeil.

Phrase 7

:

Je m’étonne de rencontrer des exceptions.

Phrase 8

:

Le sport exige des efforts.

Phrase 9

:

Sylvie assiste à un mariage. Elle a une robe neuve.

Phrase 10

:

Tu donnes un exemple pour expliquer ton projet.

Phrase 11

:

Mes voisins ont un chien. Il aboie toute la journée.

Phrase 12

:

Les ingénieurs exploitent un gisement de pétrole.

Phrase 13

:

Vous accompagnez votre fils à l’école.

Phrase 14

:

Ton renseignement est exact.

Phrase 15

:

Les joueurs de Lille forment une bonne équipe.

Phrase 16

:

J’apprécie l’acoustique de cette salle.

Phrase 17

:

Les voisins de Véronique accumulent les ennuis.

Phrase 18

:

L’agence de voyages me réclame un acompte pour réserver ma place.

Phrase 19

:

Les spectateurs acclament les joueurs.

Phrase 20

:

Nous appliquons les consignes de l’exercice.

Etape 5

Etape 5 étape 5 Seuls les mots en caractères gras font l’objet d’un contrôle orthographique. Pour

étape 5

Seuls les mots en caractères gras font l’objet d’un contrôle orthographique. Pour le « canevas » des phrases, voir livret d’orthographe grammaticale, étape 5.

  • 1. L’état des malades s’aggrave souvent à l’automne.

  • 2. Comment ! Tu as peur d’une souris ? Pourtant, ces petites bêtes ne sont pas méchantes !

  • 3. Tu as oublié de régler la sonnerie du réveil.

  • 4. Sylvie dépose son fils à la garderie : elle travaille à plein temps et elle doit s’accoutumer à se séparer de son enfant.

  • 5. Le dénouement heureux des Contes de fées enchante les enfants.

  • 6. J’ai passé une soirée agréable malgré les aboiements de mon chien qui voulait aller se promener. Moi, je préférais regarder un bon film à la télévision.

  • 7. Les piles que je viens d’acheter ne marchent pas. Je vais être obligé(e) de retourner chez le marchand.

  • 8. Charles est épuisé par les efforts qu’il a fournis pour préparer son bac : maintenant que l’examen est passé, il va pouvoir se reposer.

  • 9. On n’a pas pu visiter la scierie : elle n’est plus en activité.

    • 10. Virginie ébauche un geste maladroit : elle fait tomber un vase. Le bruit effraie (ou effraye) le chat : il saute sur la cheminée et il casse un bibelot. Virginie entend sa mère accourir : elle se cache derrière un fauteuil.

    • 11. J’attends une accalmie pour aller faire mes courses. Pour l’instant, des rafales de vent secouent les arbres et j’entends les sifflements de la tempête.

    • 12. Les employés de la voirie déblaient les gravats qui encombrent le trottoir. Ils ont de gros gants pour se protéger du froid. Heureusement, car le thermomètre n’arrête pas de descendre.

Etape 6

Etape 6 étape 6 1. L’hiver, nous man geons des agrumes . Ils nous apportent beaucoup

étape 6

  • 1. L’hiver, nous mangeons des agrumes. Ils nous apportent beaucoup de vitamines. Nous pouvons ainsi nous aguerrir contre le froid.

  • 2. La pluie ruisselle sur les vitres. La nuit tombe. On est bien chez soi.

  • 3. Les enfants sont très bruyants. Ils m’agacent.

  • 4. Le dévouement des médecins n’a pas empêché que l’état du malade ne s’aggrave.

  • 5. J’envoie mes enfants en colonie l’été prochain. Ils sont très joyeux à l’idée de découvrir une nouvelle région.

  • 6. L’entreprise procède à des licenciements. Cette nouvelle inquiète beaucoup les salariés.

  • 7. Pour partir en vacances, M. et Mme D. évitent d’emprunter l’autoroute. Ils préfèrent aller plus lentement : ils apprécient davantage le paysage.

  • 8. Nous commençons à apercevoir de la neige sur les sommets. Nous approchons de notre but.

  • 9. J’ai envoyé mon manuscrit à plusieurs éditeurs. J’espère obtenir bientôt une réponse favorable.

    • 10. On n’accuse pas les gens sans preuve(s). Si les preuves existent, vous devez nous les donner rapidement.

    • 11. La fourmi est un insecte très intéressant à observer. Elle est aussi très utile, même si nous la trouvons désagréable lorsquelle entre dans nos maisons.

    • 12. Des amis lointains m’ont envoyé leurs vœux. Je leur ai répondu aussitôt.

Etape 7

Etape 7 étape 7 - séquence 1 1. Les chiens mangent leur pâtée . Remarque :

étape 7 - séquence 1

  • 1. Les chiens mangent leur pâtée. Remarque : On considère, en français, que chaque chien n’a qu’une pâtée. C’est pourquoi on met « pâtée » au singulier.

  • 2. Tu parles de sécurité mais tu oublies souvent de respecter les limitations de vitesse.

  • 3. Cette voiture a beaucoup de qualités.

  • 4. Tu ne mesures pas la portée de tes actes.

  • 5. Les enfants se promènent sur la jetée.

  • 6. Ma sœur n’aime pas les bijoux. On ne lui en offre jamais.

  • 7. J’achète des cadeaux pour mes neveux et pour mes nièces.

  • 8. Les élèves n’aiment pas exercices d’orthographe.

les

dictées. Le professeur les remplace par des

  • 9. Vous cherchez des matériaux pour réparer les trous de la toiture.

    • 10. Félix Gray et Didier Barbelivien sont des chanteurs. Ils donnent des récitals dans les villes de la région.

    • 11. Les enfants s’ennuient. Tu inventes des jeux pour les occuper.

    • 12. J’apprécie la fidélien amitié.

Etape 8

Etape 8 étape 8 Les formes verbales « nous aurons », «je pourrai» et le mot

étape 8

Les formes verbales « nous aurons », «je pourrai» et le mot « dépaysement » doivent être donnés avant la dictée. Voir livret d’orthographe grammaticale, étape 8.

Dans la vie professionnelle, on nous demande souvent de faire preuve de

mobili. Il n’est pas toujours facile de trouver du travail à proximide son

logement. C’est pourquoi nous déménageons souvent, ma famille et moi. Nous

commençons à nous y accoutumer. Au début, les enfants sont mécontents parce

qu’ils laissent leurs camarades et leur école. Ils doivent accepter cette difficul,

comme nous acceptons de chercher un nouvel appartement et de rencontrer de

nouveaux amis. Nous avons déménadéjà quatre fois et nous envisageons de

recommencer bientôt, car mon entreprise m’envoie à l’étranger pour une durée

illimitée. Nous redoutons un peu ce dépaysement total mais nous aurons l’occasion

de montrer nos facultés d’adaptation ailleurs qu’en France. J’espère me tailler ma

place au soleil et, à mon retour, je pense avoir la possibilid’obtenir enfin un emploi

stable et de meilleures conditions de travail. Je pourrai ainsi me consacrer

davantage à ma vie familiale.

Etapes 9 et 10

Etapes 9 et 10 étape 10 M. et Mme Dupont décid ent d’ ag randir leur

étape 10

M. et Mme Dupont décident d’agrandir leur maison. Ils achètent leurs matériaux dans une grande surface car on leur accorde une remise importante et on leur offre en plus de superbes cadeaux. Maintenant, il ne leur reste plus qu’à se mettre au travail.

  • - Par quoi commençons-nous ? demande Mme Dupont.

  • - Nous pouvons déjà ranger les matériaux dans le garage, répond M. Dupont.

L’opération leur prend bien une

heure mais elle est

efficace. Plus rien ne

traîne. C’est alors que la pluie se met à tomber violemment.

  • - Quelle contrariété ! s’exclame M. Dupont. Nous ne pouvons pas travailler

dehors dans des conditions pareilles ! Et je crains que le temps ne s’aggrave

encore. Je vois de gros nuages noirs à l’horizon.

  • - Tu

m’agaces, réplique Mme Dupont. Tu es toujours pessimiste. C’est

ennuyeux, évidemment, mais ce n’est pas dramatique !

Et elle

se dirige vers sa cuisine

en déclarant qu’elle va faire du café pour

remonter le moral des troupes. Une heure plus tard, le soleil revient.

  • - Ce n’est plus le moment de bâiller, dit M. Dupont. Au travail !

Sa femme l’approuve et l’encourage à mettre ses projets à exécution. Tout à coup, M. Dupont pousse un cri :

  • - Je m’aperçois que j’ai oublié d’acheter du ciment ! On n’a vraiment pas de chance.

    • - Tu n’as vraiment pas de tête, voilà la véri, réplique son épouse.

Et elle claque bruyamment la porte avant de s’enfermer dans la cuisine pour préparer la potée aux choux prévue pour le soir. Les travaux envisagés devront attendre des jours meilleurs !

Etape 11

Etape 11 étape 11 Les verbes au présent de l’Indicatif sont en caractères gras. Les mots

étape 11

Les verbes au présent de l’Indicatif sont en caractères gras.

Les mots « post-scriptum », « bredouille » sont donnés à l’avance.

Avant d’aller poster sa lettre, Jean s’assied devant son bureau et la relit. Il

s’aperçoit alors qu’il a oublié de demander un renseignement important. Il ne perd

pas de temps à recommencer son courrier, car il craint de manquer l’heure de la

levée. Il décide donc d’ajouter un post-scriptum : « Combien vaut la tondeuse à

gazon dont vous m’avez envoyé la publicité ? Le papier est décoloré par la pluie et

je ne peux pas lire le prix indiqué. ».

Satisfait, Jean parcourt une dernière fois sa lettre, la cachette et l’envoie. En

rentrant chez lui, il entend qu’on l’appelle : c’est son ami Christian qui le rejoint

rapidement et lui demande : « Veux-tu que dimanche nous allions à la pêche ? ».

Jean n’est pas très tenté car il préfère en général des activités plus sportives, mais

finalement Christian le convainc et Jean se résout à accompagner son ami.

Le dimanche venu, il ne regrette pas sa décision car un beau soleil leur réjouit

le cœur et un superbe poisson mord à l’hameçon. Tout joyeux, Jean remercie son

ami de l’avoir entraîné dans cette partie de pêche et, sur le chemin du retour, il

brandit son trophée et s’exclame : « Pour une fois, je ne reviens pas bredouille.

Vraiment, ça vaut la peine de se déranger ! ».

Etape 12

Etape 12 étape 12 Le mot « satisfaisant » est donné à l’avance. La commande que

étape 12

Le mot « satisfaisant » est donné à l’avance.

La commande que j’attends impatiemment depuis de longues semaines est

enfin arrivée. Je me jette sur le paquet que le facteur vient de m’apporter et j’arrache

les papiers superflus. Quelle déception ! La moitié de ma commande est différée et

le délai de livraison n’est pas précisé. Par contre, on m’envoie une grande quantité

de publicités que je mets à la poubelle. Ensuite, j’essaie ( j’essaye ) ma nouvelle

robe : elle est superbe et très seyante. J’en oublie ma contrariété. La robe était

présentée sur le catalogue dans une autre couleur plus excentrique, mais je préfère

celle-ci : elle est plus discrète, elle me convient mieux et elle est assortie à la couleur

de mes yeux. De plus, la taille élastique la rend très confortable sans nuire à son

élégance. Enfin, un joli foulard aux teintes fondues l’agrémente : je suis ravie de mon

achat.

Je ne me rappelle plus quel est le prix de la robe : je reprends ma facture qui

accompagne le colis et je constate avec plaisir que je ne serai pas ruinée. On me

propose

plusieurs modes de paiement

et

je

choisis la Carte bleue

qui

est très

pratique.

Je suppose que les autres éléments de ma commande seront aussi satisfaisants : du

moins, je peux l’espérer. Je crains seulement de devoir patienter encore longtemps.

Etape 13

Etape 13 étape 13 Le mot « professeur » et les prénoms « Jean-Marc », «

étape 13

Le mot « professeur » et les prénoms « Jean-Marc », « David » et « Stéphanie » sont donnés à l’avance.

A L’ECOLE

  • 1. La leçon que mon frère et moi avons à apprendre porte sur les mammifères, et notamment les hippopotames.

  • 2. Trop fréquemment, malgré les blâmes du professeur, les élèves sont insupportables et ils préfèrent jouer au lieu d’écouter.

  • 3. Le professeur fait preuve de dévouement, mais il craint de ne pouvoir mener toute sa classe jusqu’à l’examen final.

  • 4. Le professeur essaie ( essaye ) brièvement de convaincre les élèves que la tricherie ne résout rien.

  • 5. Les exercices doivent être exécutés dans le plus grand silence. Vous devez aussi écrire correctement.

  • 6. Les élèves seront libérés vendredi soir après la classe.

  • 7. Jean-Marc, ton frère et toi devez absolument terminer votre travail avant de partir. Si vous laissez des erreurs dans votre devoir, vous serez punis.

  • 8. David et Stéphanie sont fatigués. Ils se sont couchés trop tard hier soir. Ils dorment sur leur table animale.

et

n’écoutent

pas

la

leçon

qui

traite

de

la biologie

  • 9. Stéphanie dit au professeur qu’elle ne comprend pas le problème. Elle prétend qu’il est trop difficile.

    • 10. Mon ami David et moi étions occupés à jeter des cailloux quand l’institutrice est arrivée. Elle était fâchée. Nous serons obligés de lui rendre un devoir supplémentaire. La punition nous paraît vraiment injuste.

Etapes 14 et 15

Etapes 14 et 15 étape 15 Depuis plusieurs années, il est interdit de fumer dans les

étape 15

Depuis plusieurs années, il est interdit de fumer dans les locaux ouverts au

public. En effet, ces locaux accueillent maintes personnes qui sont dérangées par

la fumée ou même qui ne la supportent pas. C’est aussi une manière de protéger la

santé publique : l’atmosphère enfumée est nuisible pour les bronches. Certains

fumeurs ne sont pas contents, mais en général, ils ne protestent pas trop violemment

et éteignent leur cigarette sur le seuil. D’ailleurs, des affiches leur rappellent

constamment l’interdiction et précisent que les consignes doivent être respectées :

toute personne qui les enfreint risque une amende. Evidemment, il est difficile de

changer brutalement ses habitudes, mais ce changement étant imposé par la loi, il

vaut mieux l’accepter avec bonne humeur. Ma femme et moi étions de grands

fumeurs, mais nous sommes décidés à profiter de l’occasion pour essayer de

renoncer à cet usage excessif du tabac. Si nous réussissons, nous ne réclamerons

pas d’éloges enflammés mais nous serons contents de nous. Quelle belle victoire

personnelle !

Etape 16

Etape 16 étape 16 ( Une jeune femme, Jeanne, revient dans la maison de ses parents

étape 16

( Une jeune femme, Jeanne, revient dans la maison de ses parents après la mort de ceux-ci. )

La curiosité pousse la jeune femme à monter au grenier. Elle y découvre mille

objets qu’elle a connus autrefois. Elle les a maniés, ils ont traîné quinze ans à côté

d’elle, elle les a vus chaque jour sans les remarquer, puis ils ont disparu et ils sont

arrivés ici où tout le monde les a oubliés. Jeanne est tout émue par les souvenirs

qu’elle découvre sous la poussière qui sest accumulée. Voici la canne que son

père a cassée un jour de colère et voici le recueil de poèmes que sa mère lisait tous

les soirs avant de s’endormir. Et voici un petit écureuil en plâtre que Jeanne avait

gagné à la foire ! La jeune femme s’accroupit, puis s’agenouille afin de mieux

fouiller dans les vieilleries : elle aperçoit alors un gramophone qui a dû appartenir

à son arrière-grand-mère. Elle essaie ( ou essaye ) de le faire fonctionner, mais

malgré ses efforts, elle ne réussit à en tirer aucun son, excepté d’affreux

grincements. Elle aurait préféré une mélodie ancienne ou une chanson démodée,

mais elle oublie rapidement sa déception et pousse un cri de joie en retrouvant sa

poupée préférée : elle n’est pas cassée, ses vêtements sont sales mais encore

seyants, ses cheveux sont bouclés d’une manière désuète et charmante. Comment

l’avait-elle oubliée, cette poupée sans laquelle elle ne pouvait s’endormir autrefois ?

Jeanne décide de ne pas la laisser au grenier et de la garder pour ses futurs

enfants. Vraiment, comme on le dit parfois, les objets inanimés ont une âme !

Etape 17

Etape 17 étape 17 UN MATCH DE BOXE Le titre est donné à l’avance. Voir livret

étape 17

UN MATCH DE BOXE

Le titre est donné à l’avance. Voir livret orthographe grammaticale, étape 17.

Hier soir, mon fils et moi avons assisté à un match de boxe. Aucun des deux boxeurs n’a été contraint à l’abandon et finalement, ils ont fait match nul : l’arbitre les a renvoyés dos à dos. Nous n’avons pas du tout été étonnés de ce verdict mais certains spectateurs n’étaient pas satisfaits et ils ont manifesté bruyamment leur désapprobation. Ils étaient tout excités et la police a dû intervenir pour faire évacuer la salle.

Ce matin, mon fils essaie (ou essaye) d’imiter les boxeurs et je me résous à lui

servir de partenaire pendant quelques minutes. Un coup droit me surprend et

m’atteint au menton. Je me plains d’avoir été pris au dépourvu et mon fils se moque

de moi. Je me reprends et je riposte par un crochet du gauche. Je l’ai sans doute

trop appuyé car mon fils pâlit : il prétend que je lui ai fait mal et il geint. Il vaut mieux

abréger le combat et l’arrêter avant que l’un de nous soit blessé : nous prenons notre

rôle trop au sérieux et nous sommes atteints dans notre orgueil quand l’adversaire

ne se comporte pas comme nous l’attendions. Quelle vanité inutile ! Il faudrait que

chacun de nous apprenne à perdre avec le sourire. C’est vraiment élémentaire !

Etape 18

Etape 18 étape 18 Une forme de futur : « (ils) répondront » est donnée d’avance.

étape 18

Une forme de futur : « (ils) répondront » est donnée d’avance.

Une lettre doit toujours être relue avant d’être envoyée. En effet, il convient de

vérifier si l’on n’a rien oublié et si l’orthographe et le style sont corrects. Trop

souvent, les destinataires reçoivent des courriers dans lesquels les fautes grossières

abondent ( on a relevé un jour quatre-vingts fautes dans une lettre ! ) ou dans

lesquels des informations essentielles sont oubliées : tantôt, l’expéditeur a omis de

mentionner son adresse ; tantôt, il n’indique pas clairement l’objet de sa lettre ;

tantôt, il se perd dans de longues explications difficiles à suivre ou il ne respecte pas

la chronologie des faits. Un peu d’attention permet d’éviter toutes ces erreurs. Un

bon maniement de la langue française, la simplicité et la clarté sont les trois qualités

primordiales dans ce domaine.

Enfin, quand on emploie une formule de politesse pour terminer sa lettre, il faut

savoir la choisir en harmonie avec la circonstance et la personne concernée.

Combien de lettres se sont ainsi révélées maladroites malgré tout le mal que la

personne s’était donné pour être appréciée ! Souvent, on agace le destinataire au

lieu de lui être agréable et on aggrave son cas au lieu de l’arranger. En cas de doute,

il vaut mieux recourir à des manuels spécialisés qui donnent de nombreux exemples

et qui proposent même des exercices. Nos correspondants nous en seront

reconnaissants et répondront peut-être plus facilement à la demande que nous

aurons formulée. Cet effort supplémentaire nous aura été profitable !

Etape 19

Etape 19 étape 19 ( Quelqu’un commente un film de vacances. ) Nous étions ici sur

étape 19

( Quelqu’un commente un film de vacances. )

Nous étions ici sur les pentes du Ventoux. Jusque là, nous avions roulé sans

anicroche. Nous nous étions arrêtés plusieurs fois pour nous reposer et pour boire

et nous nous étions même offert un petit pique-nique, pendant que Gérard nous

racontait des anecdotes de ses vacances précédentes. Mais depuis que nous

avions abordé le mont Ventoux proprement dit, les choses se compliquaient. Il

commençait à faire très chaud, au point que la température nous semblait même

anormale pour la saison. On était encore à trois kilomètres du sommet et on

n’arrivait plus à respirer. Nous serrions les dents et nous essayions de poursuivre

notre effort vaillamment, mais c’était vraiment affreux. Je voyais Gérard et Monique

qui peinaient devant moi et cela m’enlevait tout courage et toute énergie. Peu à

peu, mes forces s’annihilaient et je songeais à abréger notre supplice. Pourtant,

nous nous étions exercés tous les jours à faire des parcours de plus en plus longs,

pour nous accoutumer progressivement à la difficulté, mais cette fois, nous avions

présumé de nos capacités. Quelle idée nous avions eue de nous attaquer à cette

montée qui fait peur même aux coureurs professionnels ! Enfin, Monique s’est

arrêtée et nous a demandé si nous croyions continuer encore longtemps. « Pour ma

part, je vous annonce que j’abandonne », a-t-elle ajouté. Gérard et moi étions bien

soulagés car nous n’osions pas renoncer les premiers. Maurice, qui nous filmait

depuis sa voiture, se moquait de nous gentiment. Il nous a recueillis, nous et nos

vélos, et sur la route du retour, nous riions tous de bon cœur.

Etape 20

Etape 20 étape 20 ADOLESCENCE Comme mon esprit critique s’éveillait , je supportais de plus en

étape 20

ADOLESCENCE

Comme mon esprit critique s’éveillait, je supportais de plus en plus

impatiemment l’autorité de mes parents. Leurs réponses à mes questions ne me

satisfaisaient plus. Ma mère avait « ses idées », qu’elle ne se souciait pas de

justifier, et j’accueillais souvent mal ses décisions sans appel. Nous nous

disputâmes violemment à propos d’un missel que j’offris à ma sœur pour sa

communion solennelle. Je voulais qu’il soit relié de cuir fauve, comme celui que

possédaient presque tous mes camarades. Maman estimait qu’une couverture de

toile bleue serait bien assez belle. Je protestai que l’argent de ma tirelire

m’appartenait. Elle répondit qu’on ne doit pas dépenser vingt francs pour un objet

qui peut n’en coûter que quatorze. Pendant que nous achetions du pain chez le

boulanger, tout au long de l’escalier et de retour à la maison, je lui tins tête. Je dus

céder la rage au cœur, et je me promis de ne jamais lui pardonner ce que je

considérais comme un abus de pouvoir et une inacceptable agression.

D’après Simone de Beauvoir

Mémoires d’une jeune fille rangée

Ed. Gallimard

Etapes 21 et 22

Etapes 21 et 22 étape 22 Deux mots d’usage sont donnés d’avance : « l’instinct »

étape 22

Deux mots d’usage sont donnés d’avance : « l’instinct » et « le fatras » (= le fouillis).

( Un homme écrit à son ami, grand amateur de livres, pour lui conseiller d’aller fouiner dans une petite librairie qui, sous des apparences modestes, regorge de merveilles. )

Si je t’écris, c’est parce que je sais que tu aimes les librairies presque autant que les livres. Ton instinct t’a toujours permis de les repérer, même les plus discrètes. Tu examines d’abord leur(s) vitrine(s), tu évalues leur intérêt. Enfin, lorsque tu sens qu’il en est temps, tu entres. Tu as toujours agi ainsi, en France comme à l’étranger.

La vitrine que tu découvriras à côté de la pharmacie, sur cette petite place provinciale, ne différera guère des autres et sera aussi peu attrayante. La devanture étroite regorgera de livres qui te paraîtront aussi anciens qu’elle. Les titres et les auteurs seront difficiles à lire, non parce qu’ils seront effacés, mais parce que le libraire n’aura pas pris soin de les mettre en évidence : la plupart des volumes se présenteront de dos et seront si poussiéreux qu’il te sera impossible de déchiffrer les caractères.

Tu entreras.

Tu

seras

frappé

tout

de

suite par l’atmosphère vieillotte de

l’endroit. Un petit homme à la physionomie sévère te dira : « Je vous laisse regarder » et se retirera. Tu examineras quelques livres, des biographies, des romans, tu les feuilletteras et tu t’arrêteras au hasard. Tu replaceras chaque livre doucement dans la rangée où tu l’auras pris. Enfin, dans le fatras – et tu seras surpris car tu croyais jusque là que tous les exemplaires avaient été détruits – tu découvriras L’Ecole des Cadavres ou Le désert à l’aube, à côté d’ouvrages très

différents mais tout aussi surprenants.

Si tout se passe comme je l’ai prévu, tu te plongeras si profondément dans la découverte de ces livres que tu en oublieras le temps qui passe et que tu ne remarqueras même pas le retour du libraire dans la boutique. Et même quand tu auras levé les yeux des pages imprimées, tu ne songeras pas tout de suite que tu es dans une librairie et que l’on attend, peut-être, que tu te décides à acheter.

d’après Jacques BOIREAU

Entre deux trains In L’Encrier Renversé N°18 automne 92

Etape 23

Etape 23 étape 23 Le travail Tout le monde travaille, mais apparemment, si l’on en croit

étape 23

Le travail

Tout le monde travaille, mais apparemment, si l’on en croit les mots, il y aurait

deux sortes de travail : le travail manuel et le travail intellectuel. Il s’agirait de deux

choses différentes, étrangères, sans connexion(s), comme s’il y avait entre l’ouvrier

et l’ingénieur un conflit, une opposition. Quelle erreur et qu’elle est dangereuse ! A

quoi servirait le travail de la réflexion s’il ne prenait pas dans les mains des formes

concrètes, s’il ne servait pas à adapter la terre aux besoins des hommes et à nous

adoucir la vie ? Et qu’auraient fait les mains, nos mains fragiles, infiniment moins

fortes que la griffe animale, moins dures que n’importe quel objet, si elles n’avaient

pas été guidées par l’esprit ? Entre les travailleurs « manuels » et les travailleurs

« intellectuels », il y a donc, sans discussion possible, une étroite relation. Et

j’ajouterai que les préjugés qui les séparent disparaîtraient rapidement si les uns et

les autres se voyaient avec leurs yeux et non à travers des mots, à travers les

conventions que les orateurs de réunion(s) publique(s) ont imaginées. Il faut en finir

avec cette opposition caduque. Je rêve d’un avenir où les travailleurs se sentiraient

frères et collaboreraient sans hésitation pour le plus grand bien de tous. J’aimerais

vivre assez longtemps pour connaître ce temps béni.

d’après M. LABRE

Discours à la Fête du Travail

Etape 24

Etape 24 étape 24 Les acquis des étapes précédentes ainsi que ceux de l’étape 24 figurent

étape 24

Les acquis des étapes précédentes ainsi que ceux de l’étape 24 figurent en caractères gras.

Un nom propre est donné d’avance : « Valgorge ».

( Christian, ayant appris que son ami Philippe va passer ses vacances dans la région où lui, Christian, est né, lui écrit. )

Cher Philippe,

Puisque tu vas dans mon pays, tu peux rendre visite à ma mère : elle te recevra avec un immense plaisir et te fera obligeamment les honneurs de la maison. Mais il te faudra d’abord trouver mon village. Pour cela, quitte la ville par le boulevard périphérique, prends la sortie 5, tourne à gauche en haut de la bretelle, suis la route pendant quelque vingt kilomètres, ralentis pour ne pas manquer le croisement et tourne à droite en direction de Valgorge. Traverse Valgorge sans t’arrêter (mais rappelle-toi que la vitesse est limitée à 50 km/heure), accélère un peu dès que tu seras sorti de l’agglomération et, trois kilomètres plus loin, tu apercevras un clocher autour duquel s’agglutinent quelques maisons : cest là. Accorde-toi un moment de repos pour regarder le paysage, admire la belle propriéqui se trouve sur ta droite en haut d’une montée, puis entre dans le village.

Si tu veux apporter un cadeau à ma mère, sache qu’elle adore les chocolats :

achètes-en à la petite boutique qui se trouve près de l’église ; tu la reconnaîtras au parasol rouge qui protège sa vitrine. Ma mère préfère les chocolats noirs, penses-y. Muni de ce présent, tu pourras frapper à sa porte : elle t’accueillera comme son fils et te fera goûter ses préparations culinaires : de vraies merveilles !

Dis-lui bonjour de ma part et embrasse-la pour moi.

Bon voyage !

Amitiés

Christian

Etape 25

Etape 25 étape 25 - Que Vincent soit raisonnable, qu ’il ne coure pas à perdre

étape 25

  • - Que Vincent soit raisonnable, qu’il ne coure pas à perdre le souffle, qu’il ne jette pas son ballon dans les carreaux et qu’il n’aille pas tirer la sonnette de la voisine.

  • - Que Sylvie et François ne se croient pas déshonorés de faire le ménage, qu’ils balaient (ou balayent) la salle à manger, qu’ils lavent le carrelage et qu’ils essuient les meubles.

  • - Que Martine ne fasse pas la folle, qu’elle n’ennuie pas la chatte, qu’elle n’attrape pas le chien par la queue et qu’elle ne se batte pas avec ses frères.

  • - Que Jeanne revoie ses leçons. Si on sonne, qu’elle n’en soit pas étonnée : j’attends un colis. Qu’elle donne au livreur la monnaie que j’ai laissée sur la table et qu’elle prenne en même temps le courrier dans la boîte aux lettres.

Remarque : dans la proposition « que j’ai laissée », le verbe n’est pas au Subjonctif car il ne s’agit pas d’un « que » exprimant l’ordre, mais d’un « que » pronom relatif.

  • - Que personne ne se soustraie à ces recommandations : je ne demande nullement une sagesse exemplaire mais je ne veux pas qu’en mon absence un vent de folie souffle sur la maison, que vous soyez insupportables et que vous vous croyiez tout permis.

Etape 26

Etape 26 étape 26 PLAIDOYER POUR LA BANDE DESSINEE Les formes de Subjonctif et les emplois

étape 26

PLAIDOYER POUR LA BANDE DESSINEE

Les formes de Subjonctif et les emplois de quoique/quoi que et de quelque/quel que sont en caractères gras.

Quoique vous manifestiez une grande méfiance à l’égard de la bande dessinée, je veux ici la défendre, afin que vous essayiez de vous y intéresser un peu et que vous ne la calomniiez pas gratuitement, sans même chercher à la connaître.

Tout d’abord, qu’on le veuille ou non, la bande dessinée est un livre. Elle met donc très tôt l’enfant au contact d’un ouvrage, il le tient, il le feuillette, il le parcourt de sorte qu’il acquiert le goût de cette activité qu’on nomme la lecture avant même qu’il en ait les capacités. Quoi quon en pense, c’est un excellent apprentissage.

Par ailleurs, les bandes dessinées, quelque populaires qu’elles soient, sont un instrument de culture. Elles permettent aux jeunes lecteurs de découvrir des lieux et des époques qu’ils ignorent ou qu’ils ne se représentent que vaguement. Les bandes dessinées sont faites pour que l’enfant s’amuse, pour qu’il rie, mais aussi pour qu’il s’instruise.

Autre avantage de la bande dessinée : elle met l’enfant au contact d’une autre forme d’expression que le langage : le dessin. Cela est particulièrement important à notre époque qui utilise beaucoup l’image. Je ne crois pas que celle-ci soit plus importante que le texte, mais je crois qu’un jeune qui aura lu très tôt des bandes dessinées disposera plus tard d’un moyen supplémentaire de s’exprimer et comprendra mieux le monde dans lequel il vit.

Enfin, quoi quon en dise et quels que soient les racontars à ce sujet, la bande dessinée reflète la vie dans toute sa diversité : elle représente aussi bien la vie quotidienne que peut mener l’homme moyen que des événements exceptionnels ou des phénomènes futuristes. Elle contribue donc à élargir l’univers de l’enfant, elle est un moyen pour qu’il voie et connaisse autre chose que son petit monde familier.

Je souhaite donc que la bande dessinée ne meure jamais. J’achète des B.D. à mes enfants, mais je leur achète aussi de vrais livres. Je leur dis souvent : « Dans le monde d’aujourd’hui, il faut que vous voyiez tout ce qui existe et qu’ensuite, vous soyez vigilants dans vos choix. ».

Centres d'intérêt liés