Vous êtes sur la page 1sur 2

Dieu est mort? C’est un suicide ou un assassinat?

Sa date de naissance inconnue; la première déclaration de sa mort a été


au début du vingtième siècle et par la suite à chaque occasion il a été assassiné.
Son assassin était son propre père qui faisait semblable d’être son fils. Oui, il
avait dû créer son propre père parce qu’il se sentait comme un bâtard dans cet
immense univers qui lui paraissait absurde. Ensuite il a commencé à connaître
ses alentours et il a commencé à essayer de donner un sens à son existence
mais le père autoritaire, qu’il avait crée, constituait un obstacle pour élargir cette
existence. Il n’y avait rien d’autre à faire que le supprimer. En tout cas il avait
accompli sa mission.
Les capacités des premiers dieux étaient très limitées; chaque dieu était
responsable d’une tribu ou d’un village; chaque dieu avait une seule particularité;
s’il pouvait envoyer de la pluie, mais il ne pouvait pas faire briller le soleil. Mais
avec l’accumulation des connaissances, les horizons de l’homme aussi se sont
élargis. Des petits villages on a sauté aux sites, aux villes et aux empires. Il fallait
des dieux plus capables et on les a crées. Et à la fin on a dû créer le plus puissant
qui était responsable de l’Univers entier et on l’a intitulé Unique Créateur. Et
dans les mains de ses fils (ou de ses pères) ce Dieu est devenu le plus grand
tyran de tous les temps.
Dans la société hiérarchique qui était formulée sur l’idée d’obéir, ce Dieu a
vécu ses moments d’or, mais comme après chaque beau temps venait la pluie,
pour lui aussi ce bonheur continuera pas jusqu’à l’infini. Et il est apparu son
grand ennemi qui n’était que son fils (ou son père): composant révolté de la
communauté, l’individu.
S’il fallait définir celui-ci avec un seul mot, le terme exact serait peut être
«rebelle». Il détestait l’autorité, l’hiérarchie, la domination, la divinité; il ne
pouvait supportait aucune pression. Une fois libéré de ses chaînes séculaires, il a
découvert un monde qu’il ne connaissait point jusqu’à ce moment-là ; le monde
réel, non la mauvaise copie.
Au départ il a bien profité de son liberté mais ensuite il a commencé à
sentir la solitude. Et il a commencé à regretter les anciens temps, parce qu’il lui
convenait de sentir comme le fils préféré, privilégié de son père protecteur. Et il
s’est jeté aux bras de chaque type qui lui évoquait son père.
La situation actuelle de l’individu dans le monde moderne: seul, ordinaire,
perdu; mais de l’autre côté libre, aussi libre qu’il n’a jamais été. Et il a la chance
d’établir les bases de son existence et apprendre à vivre comme un membre
quelconque de l’Univers, mais pas comme son souverain. Il doit respecter à la
présence et à l’existence de tous les êtres et doit concrétiser son intention avec
une éthique universelle qui va jalonner son chemin vers un futur où sera possible
peut-être la formation d’un être dont plusieurs philosophes ont rêvé. La nature
lui a accordé cette chance avec un intellect unique. Le temps va nous montrer si
la nature a crée son chef d’œuvre ou bien son Frankenstein. Le chemin est long,
caillouteux et accidenté mais il n’y a pas un retour en arrière. Il faut toujours
rêver au-delà de l’horizon et se laisser à être emporté par l’irrésistible attraction
de la liberté.