Vous êtes sur la page 1sur 8
SYNTHESE Industrie automobile au Maroc Réalisé par : Encadré par : CHHILIF Houda HAMZA Idriss MESBAHI
SYNTHESE
Industrie
automobile
au Maroc
Réalisé par :
Encadré par :
CHHILIF Houda
HAMZA Idriss
MESBAHI Oumaima
TAJMOUT Mohamed
Section : 1
Mr. Saaidi

Introduction

Le

Maroc

connaît

actuellement

une

croissance

économique

par

l’industrialisation dans

le

but

de parvenir

à

un

statut

de

pays

plus

développé.

 

Nous allons nous orienter vers le secteur automobile qui a toujours figuré parmi les principales préoccupations des pouvoirs publics surtout après la création de la SOMACA 1 en 1958 jusqu’à la conclusion en 1995 de la première convention sur la voiture économique avec le constructeur Fiat pour faire face au rétrécissement de la demande sur le produit national au profit de la voiture d’occasion importée et après la recherche que nous avons effectué nous avons pu dégager les problématiques suivantes :

Quelles sont les atouts qu’offre le Maroc au regard d’autres pays

pour attirer de telles investissements ? Quels sont les défis à gagner pour garder l’attractivité de ce secteur ?

La situation actuelle du secteur automobile

Du côté des atouts : Avec une hausse de 83 % par rapport à l'année 2011, le Maroc le premier constructeur automobile d'Afrique du Nord, le deuxième du continent. Le secteur de l’automobile marocain devrait assembler 335.045 véhicules en 2017. Année à laquelle le royaume occupera le 19éme rang mondial des pays contributeurs.

Du côté des exportations: L'automobile est le secteur qui enregistre la plus haute augmentation parmi les échanges extérieurs du Maroc. Les exportations en 2014 issues de la construction automobile marocaine ont atteint 11,76 milliards de dirhams contre 6,1 milliards de dirhams sur la même période l'an dernier.

1 Société nationale de l’assemblage et de la construction automobile

Durant la fin de l’année 2014 il y’avait l’assemblé AMT 2 dans lequel ils ont sortis avec les résultats suivantes :

Plusieurs sociétés à tendance à augmenter leur investissement durant les prochaines années à savoir Fiat, Chrysler, Lancia, Jeep et

Maserati; Le ministre de l'Industrie Moulay Hafid Elalamy qui a prononcé que

«le secteur automobile est parti pour être premier secteur exportateur marocain en 2014 ; 13 nouvelles conventions d'investissements ont été signées avec Lear, Faurecia, Delphi, GMD, Alfa Gomma, Acome et d’autre société avec un montant global de 1,4 MDH.

Entre 2010 et 2012 les investissements directes étrangers au Maroc sont connu par :

Progression des investissements de 913 MDH en 2010 à 3,6 MMDH en 2012 ; Augmentation des investissements directs étrangers réalisés dans l’industrie automobile de 19,2% en 2010 à 43,9% en 2012 des recettes totales;

Entre 2007 et 2012 l’exportation de la filière automobile a connu :

Augmentation des exportations qui sont passés de 12,7 Milliards de

dhs en 2005 à 25,2 Milliards de dhs en 2012, avec un taux d’accroissement annuel moyen de 14,6% ; Une progression continue durant toutes les années entre 2005 à 2012 ;

2 Automotive Meetings de TangerSource : Revue éléctronique MEDIAS

La position du Maroc dans le marché mondial :

Le Maroc a gardé la première

place

si

on

le

compare avec les

concurrents africains avec une part de marché de 0,23% en 2012

contre 0,1% en 2007 ; La part du marché de la Tunisie et celle de l’Egypte n’a pas cessé de

diminuer à partir de l’année 2012 ; En comparant avec les concurrents européens à savoir

la

République tchèque, la Pologne, Turquie et Roumanie le Maroc se positionne en dernières place mais ces concurrents leurs parts de marché n’ont pas cessé de diminuer à partir de l’année 2012 sauf celle de la Roumanie dont sa part qui a resté constante ;

Avantages de l’investissement au Maroc

L’une des

causes qui ont contribués à la croissance du secteur

automobile dans le Maroc est les avantages de l’investissement dans ce dernier. Ces avantages sont de deux types : des avantages relatifs à la réalisation du projet et d’autres à l'exploitation du projet.

Les avantages accordés lors de la réalisation du projet eux aussi se subdivisent en avantages communs et avantages conventionnels. Les avantages communs sont principalement les droits d’enregistrement des constructions et du capital réduits, exonération de la TVA 3 pour les biens d'équipement, matériel et outillages qui sont destinés à servir comme outil de production, et l’exonération des droits d'enregistrement des terrains qui rentrent dans le cadre d’un projet d’investissement. La deuxième catégorie des avantages sont les avantages conventionnels qui présentent les avantages que l’Etat offre aux entreprises dont le programme d'investissement dépasse 500 millions de Dirhams. Ces avantages sont principalement la prise en charge partielle de certains dépenses tel que :

les dépenses d'acquisition du terrain nécessaire à la réalisation de l'investissement, les dépenses d'infrastructure externe, et les frais de formation professionnelle.

3 Taxe sur la Valeur Ajoutée

En plus des avantages accordés lors de la réalisation du projet, les entreprises bénéficient d’avantages accordés lors de l’exploitation du projet. Ces avantages sont : l'exonération totale de l'impôt sur les sociétés pendant une période de cinq ans et une réduction de 50% du dit impôt au- delà de cette période pour les entreprises ayant un chiffre d’affaire à l’exportation assez suffisant, également les entreprises qui s'implantent dans les préfectures ou provinces dites à faible développement comme Al Hoceima, Berkane, Boujdour, Chefchaouen, Essemara, Guelmim, Laayoune, Larache, Nador, Oued Eddahab et d’autres villes, bénéficient d'une réduction de 50% de l'impôt sur les sociétés pendant les cinq premiers ans.

Les défis

Bien que l’industrie automobile marocaine présente de nombreux avantages, elle doit aussi faire face à des difficultés purement structurelles.

Le secteur est confronté à un faible soutien des structures d’appui ce

qui nécessite une amélioration de l’approvisionnement local en invitant plus de fournisseurs internationaux Le secteur souffre aussi d’un retard technologique non négligeable

ainsi qu'un faible nombre des entreprises donc il le faut un renforcement des capacités techniques et de gestion des PME 4 marocaines afin qu’elles puissent délivrer aux fournisseurs internationaux. Il y a aussi un manque d’information des dirigeants sur le marché, alors il doit y avoir une augmentation du nombre et une amélioration

4 Petite et moyenne entreprise

de la compétence des ingénieurs, des cadres intermédiaires et des techniciens qui ont suffisamment de connaissances et de savoir- faire, tant de la production de base que de la technique de gestion dans le secteur automobile.

Les prévisions

En ce qui concerne les prévisions, les spécialistes prévoient que le Maroc occupera la 19e position mondiale des assembleurs de véhicules, d’ici 2017. Sans oublier que ce succès a stimulé l’appétit d’autres constructeurs automobiles de renom, comme Toyota et Hyundai qui seraient tentés de s’implanter au Royaume dans les années à venir.

Etudes de cas :

Pour bien digérer ces vagues comparaisons, on a décidé spécifier et ainsi choisir de traiter de plus près deux cas :

de

se

1. RENAULT :

Situation actuelle :

En inaugurant la grande usine Low cost à Tanger début 2012 avec un capital de 950 millions d'euros, Renault a enregistré de très importants chiffres d’affaires qui ont aidé d’une manière indirecte l’évolution du secteur. On note qu’après le démarrage :

La ligne 1 de l’usine de Tanger en 2012 a reconnu 55 700 véhicules

produits. La production de la ligne 2 en 2013 dépasse 100 000 véhicules et devrait s’approcher de 200 000 en 2014.

Au-delà du

démarrage de Renault

Tanger,

c'est

un

pan entier

de

l'industrie marocaine qui espère être entraîné dans

son

sillage. Les

autorités

ont fait de l'automobile

l'un

des piliers du plan Émergence

industrielle, en raison

de

la

ramification étendue du

réseau local de

fournisseurs. Le secteur pèse 1,5 milliard d'euros de chiffre d'affaires annuel - soit dix fois plus qu'en 2002. Avec la nouvelle usine, l'Association

marocaine pour l'industrie et le commerce de l'automobile (Amica) espère faire progresser ce chiffre de 35 % par an.

Pour le moment, même si Renault Tanger se targue d'acheter au Maroc la majorité des pièces non mécaniques, ce sont essentiellement les grands groupes internationaux - et leurs filiales marocaines - qui ont profité de ses commandes. Si Renault favorise toujours les groupes internationaux, c'est par peur du risque, mais aussi en raison du modèle low cost choisi pour le Lodgy. Renault a ainsi essayé de calquer la situation des usines installées en Turquie espérant développer une concurrence entre les équipementiers permettant de cette manière le développement de l’industrie.

Les plans à venir :

On peut résumer les plans à venir de Renault au Maroc brièvement comme suit :

o La création d’un Groupe qui unit différentes entités présentes au Maroc : Renault Commerce Maroc, Usine Somaca de Casablanca, Usine Renault-Nissan de Tanger et RCI Finance Maroc. L’extension de sa couverture commerciale à travers le Royaume du Maroc. Le développement d’une plateforme d’export appelée ILN 5 . La création d’une école du Management.

o

o

o

2-YAZAKI :

Le parcours de Yazaki au Maroc :

Au Maroc, l’aventure de Yazaki a démarré en 2000 avec la signature d'une convention d'investissement. Il a été suivi, en mai 2003, par la création de Yazaki Maroc SA, avec un capital social de 8 millions d'euros. En 2006, Yazaki procède à un investissement additionnel de 13 millions d'euros et fait passer son effectif à 2.500 personnes.

5 International Logistics NetworkSource :

Un chiffre qui devra passer à 10.150 personnes en 2015-16, selon les prévisions du groupe. Très récemment, le spécialiste nippon a lancé une 3e usine à Meknès, après celles de Tanger et de Kenitra, pour un investissement global de 20 millions d’euros (plus de 223 millions de DH).

Webographie

http://economie.jeuneafrique.com/entreprises/entreprises/automobile/228

65-exportations-forte-poussee-du-secteur-automobile-marocain-au-

premier-semestre.html

http://www.jeuneafrique.com/Articles/Dossier/JA2679p074-075.xml0/maroc-

renault-tanger-automobilemaroc-dans-la-roue-de-renault.html

https://www.google.com/url?

sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&cad=rja&uact=8&ved=0CB4QFjAA

&url=http%3A%2F%2Fgroup.renault.com%2Fwp-content%2Fuploads

%2F2014%2F04%2Frenault-doc-de-ref-2013.pdf&ei=qGQVVYGTB-

6y7QaLs4HQCA&usg=AFQjCNHZ6IOd8q4uUWMvKc2SocJa1WHeNQ&sig2=U719x-

Ha-YV4-YrNbuCE7g