Vous êtes sur la page 1sur 92

HUCHON2010.

FR ELECTIONS REGIONALES 14 - 21 MARS 2010

MES PROPOSITIONS
POUR L’ÎLE-DE-FRANCE
UNE REGION POUR TOUS, UNE REGION POUR VOUS

Yvelines Paris Essonne Seine-et-Marne

Jean-Paul Huchon Anne Hidalgo Julien Dray Marie Richard


président du Conseil première adjointe député de l’Essonne maire de la Ferté-sous-
régional d’Île-de-France au Maire de Paris Jouarre

Hauts-de-Seine Seine-Saint-Denis Val-de-Marne Val d’Oise

Philippe Kaltenbach Abdelhak Kachouri Michèle Sabban Ali Soumaré


maire de Clamart adjoint au maire de présidente de l’Association cadre territorial
Saint-Ouen des Régions d’Europe

ÎLE-DE-FRANCE HUCHON2010.FR
ELECTIONS REGIONALES contacts@huchon2010.fr
DES 14 et 21 MARS 2010 95 rue Falguière - 75015 Paris
MES PROPOSITIONS
POUR L’ÎLE-DE-FRANCE
TRANSPORTS 2
EMPLOI ET INNOVATION

Développement économique 7

Formations 18

Enseignement sup. - Recherche 24

Nouvelles technologies 32
JUSTICE SOCIALE

Santé 37

Logement 42

Jeunes 49

Seniors 52

Handicaps 55

Lutte contre l’exclusion 60

ECOLOGIE

Ecologie sociale 63

Transition écologique 66
VIVRE ENSEMBLE

Culture 72

Tourisme 81

Sport 84

Démocratie 87
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

TRANSPORTS

La réalisation du Plan de mobilisation

Les conseils généraux ont tous approuvé le contenu du Plan de mobilisation pré-
senté par la Région dont la mise en œuvre est prioritaire, pour répondre aux
urgences (saturation de lignes, matériels à remplacer ou à multiplier, etc), satis-
faire les besoins connus (rénovation des RER) et préparer l'avenir (nouvelles
infrastructures en banlieue, notamment la rocade Arc Express et le prolongement
du RER E (Eole) vers l'Ouest). Certes l'Etat n'a toujours pas apporté sa contribu-
tion alors que le Président de la République l'avait annoncée, mais il est impos-
sible d'attendre. La Région prendra ses responsabilités, quitte à ce que les tra-
vaux s'étalent sur 15 au lieu de 10 ans pour réaliser :

lla modernisation de tous les RER : lignes, matériel, système d'informa-


tion, services
lla désaturation de la ligne 13 et le prolongement de la ligne 14 à Mairie
de Saint-Ouen
lla mise en service de trains neufs ou rénovés, de bus en site propre en
moyenne et grande couronnes
ll'accessibilité des transports aux personnes à mobilité réduite (gares,
trains, etc)
lla création d'Arc Express : rocade de métro automatique pour se dépla-
cer de banlieue à banlieue sans passer par Paris
lle prolongement du RER E à l'Ouest, vers la Défense puis vers Mantes,
qui allègera fortement le trafic du RER A
lla création de 6 nouveaux tramways, de 3 lignes ferrées et le prolon-
gement de 4 lignes de métro (4, 8, 12 et 14)

Une offre plus attractive

uRenforcement de l'offre la nuit en semaine sur le réseau des bus Noctilien et


aux premières heures du matin pour les salariés en horaires décalés

La circulation des bus du réseau Noctilien est une réussite appréciée de tous qui
répond à des besoins particuliers, soit exceptionnels pour des personnes qui
n'ont pas de véhicule (jeunes en particulier), soit au contraire tout à fait habituels
pour des salariés travaillant avec des horaires décalés. C'est alors la seule alter-
native à la voiture. Cette offre sera renforcée, en particulier aux premières
heures du jour, avant l'ouverture des réseaux lourds de RER, trains et métros en
direction des bassins d'emplois où les horaires décalés s'imposent (aéroports,
Rungis, etc.).

#2
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uExtension de l'offre toute la nuit du samedi sur tout ou partie du réseau RER
et certaines lignes de métro

Il s'agit tout à la fois de renforcer la sécurité des jeunes qui rentreront en trans-
ports en commun plutôt qu'en voiture et de renforcer l'attractivité de notre ter-
ritoire. Cette possibilité renforcée de transports en commun comparable à celle
d'autres capitales européennes est demandée par les secteurs économiques des
salles de spectacles, de la restauration et de l'hôtellerie, des industries de la nuit
(discothèques, bars, etc.) et du tourisme en général.

uRenforcement du transport à la demande en particulier aux heures creuses ou


de nuit sur des territoires faiblement urbanisés

Des expériences de transport «à la demande» ont été menées avec succès. Il


s'agit d'utiliser des petits bus, voire des taxis aux tarifs des transports en com-
mun et en correspondance avec les réseaux lourds (RER, trains). Ces expériences
se justifient en particulier en grande couronne ou dans des territoires peu urba-
nisés où il est difficile de mettre en place des lignes régulières car elles seraient
gravement déficitaires pour leurs exploitants.

uDéveloppement des Parcs Relais avec un avantage tarifaire pour les porteurs
d'abonnements Navigo

Notre volonté de promouvoir les transports en commun se traduit par la créa-


tion de parcs relais, parcs de stationnement dans ou à proximité des gares ou
stations où sont susceptibles de venir un grand nombre d'usagers. Pour les inci-
ter à laisser leur véhicule, donc à moins générer d'encombrements et moins pol-
luer le centre de l'agglomération, nous leur proposerons un avantage tarifaire sur
l'abonnement dans les parcs relais.

uCréation d'un système d'information intégrant tous les modes de déplace-


ments (vélos, ferrés, voitures, bus, taxis, etc) permettant des réservations
(transport à la demande notamment) et accessible dans les gares et stations, sur
Internet et sur les téléphones portables

Une des principales causes de mécontentement des usagers tient au déficit d'in-
formations qu'ils ressentent sur l'état du réseau, en particulier lorsqu'il y a une
interruption du service. Au delà, c'est une information en temps réel sur leurs
déplacements qu'ils souhaitent. Les transporteurs ont développé des projets qui
répondent partiellement à ces demandes mais cela ne suffit pas. La Région
aidera la création de systèmes d'information fiables et en temps réel permettant
de prévoir les conditions d'un déplacement dans toutes ses composantes, y com-
pris avec les changements de mode nécessaires, de connaître les raisons d'un
incident, voire de commander une prestation de transport à l'avance. Ces sys-
tèmes devront être accessibles dans les conditions les plus souples, en gare ou
station, bien sûr, mais aussi sur Internet ou sur les réseaux de téléphonie porta-
bles.

uHarmonisation au niveau régional des conditions d'âge, de ressources et de


réduction pour les seniors

Huit départements et huit situations différentes, les seniors franciliens bénéfi-


cient d'avantages hétérogènes dans l'accès aux transports en commun (condi-
tions d'âge, taux de réduction, prise en compte ou non du niveau de ressources).
La Région proposera aux départements d'aller vers une harmonisation, à l'initia-
tive du Syndicat des transports d'Ile-de-France.

#3
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Une tarification encore plus juste

uExtension du bénéfice de la carte Imagin'R à tous les jeunes de moins de 26


ans non salariés

A ce jour, environ 750 000 jeunes étudiants, scolaires et apprentis bénéficient


de la carte Imagin'R et de ses avantages tarifaires (50% du tarif Navigo), d'utili-
sation (dézonage les week-ends, les jours fériés, ainsi que pendant les vacances
scolaires) et commerciaux (cinémas, restauration rapide, spectacles, etc.). Cet
avantage sera élargi à tous les jeunes non salariés et âgés de moins de 26 ans,
soit 200 000 jeunes supplémentaires.

uGratuité des transports en commun pour les jeunes en insertion

150 000 jeunes, issus pour la plupart de milieux défavorisés, sont suivis par les
missions locales dans leurs démarches d'accès à l'emploi. Nous leur offrirons la
gratuité des transports pendant la durée de leur recherche d'emploi. Ainsi, pen-
dant cette période, ils pourront librement circuler sur le réseau francilien.

uLibre utilisation du Pass Navigo les week-ends et jours fériés sur l'ensemble
du territoire d'Ile-de-France (dézonage)

Les week-ends et jours fériés, les titulaires d'un pass Navigo ne seront plus limi-
tés dans leurs déplacements aux zones correspondant à leurs abonnements. Ils
pourront librement et sans supplément circuler sur l'ensemble du réseau franci-
lien. Cette mesure leur permettra de faire des déplacements d'agrément sans
limitation pendant ces périodes comme peuvent le faire les titulaires des cartes
Imagin'R.

uExtension de la validité du Ticket T+ au réseau bus, tramway et métro pen-


dant 1 heure 30

Le Ticket + actuel permet des correspondances gratuites entre bus, ainsi qu'en-
tre bus et tramways, pendant une heure trente. Nous proposons que les corres-
pondances avec le métro soient également possibles dans les mêmes conditions.
Il ne sera plus nécessaire d'utiliser un nouveau ticket à chaque changement de
mode de transport. Cette mesure correspond à une forte demande des usagers
occasionnels des transports, en particulier des seniors qui n'utilisent plus de pass
Navigo.

Une plus grande présence humaine pour améliorer l'accueil,


la sécurité et la convivialité dans les lieux de transport

uUne plus grande présence humaine

La difficulté à s'orienter, ou a trouver des parcours optimisés, le sentiment d'in-


sécurité se nourrissent de la trop faible présence humaine sur le réseau des
transports, au fur et à mesure de l'automatisation des systèmes et de la réduc-

#4
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

tion des personnels imposée aux transporteurs par l'Etat qui est leur actionnaire
unique. La Région pèsera de tout son poids pour que soit renforcée la présence
humaine sur le réseau, soit dans le cadre des contrats négociés avec les trans-
porteurs, soit par des incitations à d'autres acteurs susceptibles de s'installer sur
ou à proximité immédiate du réseau.

uInstallation de commerces de proximité dans un plus grand nombre de gares


et stations

Là où elle le pourra, en accord avec les transporteurs, la Région incitera à l'ins-


tallation de commerces de proximité dans les gares et stations afin de maintenir
toute la journée à la fois une offre de services aux usagers et une présence
humaine non exclusivement dédiée à la sécurité du réseau.

uCréation d'espaces publics de diffusion de l'information, de la documentation,


accueils touristiques

Le passage d'un grand nombre de Franciliens dans les gares et stations doit être
mis à profit pour leur proposer dans une information générale ou des espaces de
services à disposition des grands services publics. Des expériences ont été
menées avec les services de l'assurance maladie qui demandent à être recon-
duites. De même, la Région reconduira dans l'ensemble des gares parisiennes la
mise en place de points d'accueil des touristes à l'arrivée des grandes lignes,
compte tenu de l'intérêt manifeste de ces points déjà en place dans les aéroports
franciliens.

uDéveloppement de nouveaux services, vélos et voitures en libre service,


parcs de stationnement et d'entretien de vélos

Parmi les services à mettre en place dans un plus grand nombre de gares et sta-
tions, une place particulière doit être faite au vélo. Pour permettre un dévelop-
pement de la pratique, la Région renforcera le nombre des parcs à vélos et aidera
la mise en place de services de location et d'entretien, potentiellement intégrés
aux réseaux de type Vélib ou équivalent. Une démarche comparable sera
conduite pour développer les pratiques d'autopartage et de voitures en libre ser-
vice de type Autolib, au fur et à mesure que les collectivités seront intéressées.

uGénéralisation de la sécurisation dans les transports en commun

Au delà de la réalité des situations d'insécurité rencontrées sur le réseau, la réso-


nance qui leur est donnée par les médias appelle à une meilleure communication
sur les dispositifs en place. Tous les nouveaux matériels sont d'ores et déjà équi-
pés et les matériels rénovés le sont au fur et à mesure de leur rénovation. L'effort
sera porté sur la présence humaine et sur l'information qui diminue le sentiment
d'insécurité en réduisant l'incertitude.

La modernisation écologique des transports

uAppui au basculement des transports routiers vers des transports propres


(camions électriques, chaînes logistiques utilisant le fer et le fleuve) et disposi-
tifs d'incitation à l'utilisation de véhicules moins polluants

#5
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

L'Île-de-France est traversée par un grand nombre de camions qui assurent une
part importante du transport de fret national, voire européen, et qui, suivant les
cas s'y arrêtent ou non. De même, les camions qui circulent dans la région pour
y assurer les approvisionnements des centres commerciaux génèrent une pollu-
tion importante. Il s'agit aujourd'hui d'utiliser des modes de transport moins pol-
luants. La Région intensifiera ses actions en faveur du ferroutage, du transport
fluvial et de la combinaison ces différents modes à l'intérieur de la région.

uDéveloppement du transport fluvial par des aides à l'investissement dans les


infrastructures

Le fret fluvial est en développement et la Seine ou la Marne peuvent encore sup-


porter une augmentation de ce trafic sans gêne ou pollution. Dans son Schéma
d'aménagement, la Région a identifié les différents ports et équipements néces-
saires pour permettre cette augmentation de trafic. Les projets correspondants
seront mis en œuvre en priorité.

uIncitation au co-voiturage et aux transports collectifs sur les voies rapides

Après une première expérience dont les enseignements sont positifs et qui sem-
ble désormais unanimement appréciée, la Région proposera à nouveau à l'Etat de
réserver des voies sur les axes rapides aux transports en commun et aux adeptes
du co-voiturage.

uAppui aux expérimentations des véhicules électriques et à la mise en place de


réseaux de charge électrique

La filière automobile qui constitue un des moteurs de l'économie francilienne


doit trouver un nouveau souffle avec le développement de véhicules électriques
ou hybrides. La Région a déjà lancé des partenariats sur ces sujets et financé des
projets d'entreprises et de laboratoires du pôle de compétitivité Movéo. Elle
confirmera son engagement en choisissant de participer au financement des
réseaux de charge de batteries dans les espaces publics.

uRenforcement du réseau des circulations douces (Plan vélo)

Un Plan Vélo sera défini pour compléter le réseau des circulations douces déjà
en place, y compris les parcs de stationnement et les systèmes d'information
souhaitables, notamment sur Internet.

La création d’une instance régionale des déplacements

Le Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) a aujourd'hui compétence sur


les transports en commun mais c'est insuffisant pour traiter de la mobilité et des
déplacements des Franciliens.

Une instance régionale de régulation des déplacements sera créée, lieu de dis-
cussion entre les acteurs publics et privés et les citoyens d'Île-de-France, lieu
d'observation des pratiques et des innovations, de réflexion et d'études sur les
attentes et les besoins, lieu éventuel de médiation, sur lequel les décideurs pour-
ront s'appuyer pour prendre des décisions d'investissement ou de subventionne-
ment. Cette instance assurera la coordination avec l'Etat dont les compétences
sur les axes routiers majeurs seront préservées, de même que celles des dépar-
tements et communes sur les voiries départementales et communales.

#6
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

EMPLOI - INNOVATION
DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

Conforter les outils d'intervention régionaux


du développement économique

Le tissu productif français se caractérise par un déficit important de PME


employant de 20 à 499 salariés. Ce système de production, très concentré au
sommet au sein de grands groupes et extrêmement fragmenté à la base (plus de
90% d'entreprises de moins de 10 salariés), est le fruit du faible développement
des PME françaises.

Quand, 7 ans après leur création, les entreprises américaines ont plus que dou-
blé leurs effectifs, les entreprises italiennes ont augmenté les leurs de 32% et les
entreprises allemandes de 22%, les entreprises françaises ne créent, sur la même
période, que 7% d'emplois supplémentaires.

Cette faible croissance impacte l'emploi, l'innovation et l'exportation.

Il est donc nécessaire d'amener nos PME au niveau de taille critique et d'innova-
tion qui leur permet de se développer y compris à l'international. Or, si depuis
une dizaine d'années, la création d'entreprises a été mise au cœur des stratégies
publiques de soutien à l'entreprise, tel n'est pas le cas du développement des
entreprises, contrairement à ce qui a pu être fait aux Etats-Unis.

uRenforcer le fonds de garantie de crédit pour les PME

Le renforcement du fonds régional de garantie destiné à faciliter l'accès des


entreprises au crédit bancaire, avec un objectif d'un milliard d'euros d'encours de
crédit garantis sur 4 ans pour environ 4 000 PME, s'effectuera dans le cadre d'un
accord donnant-donnant avec les réseaux bancaires franciliens, lesquels devront
prendre des engagements à adopter un rythme de production plus soutenu de
nouveaux crédits aux PME.

uPorter les fonds d'investissement régionaux à 250 M€

Actuellement, la gamme régionale de capital-investissement est composée de 6


véhicules : des fonds de capital-amorçage et de pré-amorçage (CapDécisif, G1J,
Scientipôle Capital), un fonds de capital-développement (Ile-de-France Capital),
deux fonds de capital solidaire (FinanCités et Equisol), pour un volume global
d'environ 80 M€.

Réarticulée, complétée et renforcée au cours de la mandature 2004-2010, cette


gamme sera consolidée, tant dans l'ampleur des fonds disponibles que dans sa
visibilité autour de :

#7
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

lCap Décisif : un fonds d'amorçage et de capital-risque porté à 115 M€


lIle-de-France Capital : un fonds généraliste de capital-développement
porté à 100 M€
lUn nouveau fonds de co-investissement avec les réseaux de business
angels de 15 M€
lEquisol : augmenter la capacité d'investissement pour les entreprises de
l'économie sociale et solidaire à 10 M€
lFinanCités : soutenir l'entreprenariat dans les quartiers populaires à hau-
teur de 10 M€

uCréer 6 clusters mondiaux à vocation industrielle

En Île-de-France, compte tenu du développement des pôles de compétitivité sou-


tenus dès l'origine par la Région et du potentiel des filières qu'ils ont vocation à
structurer, six clusters industriels doivent pouvoir s'inscrire dans cette dyna-
mique : aéronautique et spatial, optique et systèmes complexes, image numé-
rique, biotechnologies, automobiles et éco-activités.

La Région financera la construction de programmes immobiliers intégrant, dans


les mêmes bâtiments, des locaux à usage d'incubateurs, pépinières et hôtels d'en-
treprises participant d'une logique de parcours résidentiel de l'entreprise inno-
vante. Il est ainsi proposé, de 2010 à 2014, de financer 6 grosses unités (envi-
ron 20 000 m² utiles), sur des implantations convenues avec les pôles de com-
pétitivité, pour un engagement régional de 80 M€. Dans ce cadre, il est égale-
ment nécessaire de former les porteurs de projets aux approches marketing et
financières, trop souvent absentes en France, dans la phase amorçage des pro-
jets (près de la moitié des projets n'ont pas fait l'objet d'un business plan appro-
fondi, ni d'une étude de marché détaillée au moment de l'amorçage, à la diffé-
rence de ce qui se passe en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis).

uDoubler le nombre d'incubateurs, de couveuses et de pépinières

Les incubateurs, les couveuses et les pépinières d'entreprises sont des disposi-
tifs visant à aider le créateur d'entreprise à différents moments de la création.
Les couveuses sont dédiées aux porteurs de projets qui veulent amorcer leur
entreprise sans la créer au sens juridique du terme. Quant aux pépinières d'en-
treprises, elles accueillent les porteurs de projets et créateurs d'entreprises de
tous secteurs. Les incubateurs, enfin, valorisent les projets issus ou en lien avec
des laboratoires de recherche publics ou privés, pour la création d'entreprises
innovantes.

L'objectif est de doubler, d'ici à 2014, la surface d'accueil de ces structures en Île-
de-France.

uRenforcer le Centre Francilien de l'Innovation (CFI)

En créant en 2008 le Centre Francilien de l'Innovation et le Lieu du Design, la


Région s'est dotée d'instruments puissants et efficaces pour aider les entreprises
de taille moyenne à faire la preuve d'un concept en matière d'innovation à tra-
vers des aides simplifiées. Les PME/PMI/TPE disposent maintenant d'une entrée
unique pour les questions liées tant aux technologies biomédicales ou à la méca-
nique, qu’à la chimie et l'environnement de l'électronique ou à l'informatique.

#8
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Introduire les nouvelles technologies dans les entreprises implique une connais-
sance à la fois du milieu des industriels, des PME innovantes mais aussi des labo-
ratoires, dont les techniques et les besoins sont connus par des "connecteurs
technologiques" présents dans chaque structure. Le CFI devra donc voir ses capa-
cités d'interface renforcées par la mobilisation de ces "connecteurs technolo-
giques" qui feront le lien entre les besoins et ce qui existe sur le territoire et les
ressources intellectuelles et technologiques.

Poursuivre la transition écologique de l’économie


francilienne

Les quelques 560 000 PME franciliennes (soit les entreprises de 0 à 250 sala-
riés) représentent 95% des entreprises franciliennes, emploient 2 millions de
salariés (le tiers des emplois de la région), génèrent le quart de la valeur ajoutée
régionale. Leur poids dans la prise en compte du développement durable est
donc majeur.

Pourtant, l'implication des PME dans ce domaine demeure modeste : le dévelop-


pement durable n'est pas, à ce jour, une priorité pour les PME-PMI franciliennes.
En dépit des progrès enregistrés, il fait surtout l'objet d'actions ponctuelles. Cela
tient tout à la fois à un défaut d'appropriation des enjeux, des doutes sur la pro-
fitabilité du développement durable, un faible intérêt des acteurs financiers en
dépit du développement de l'investissement socialement responsable. Par ail-
leurs, le marché lié au développement durable n'est pas encore mûr (l'offre est
encore insuffisante pour répondre à la demande des PME) et, trop souvent, les
dispositifs d'incitation, européens, nationaux et locaux manquent de lisibilité et
d'impact sur les PME-PMI : complexité règlementaire, éparpillement des aides,
carences de l'offre de formation, empilement des " référentiels ", etc.

Ainsi, même si la Région a ces dernières années largement contribué à la prise


en compte des enjeux du développement durable par les entreprises (soutien
aux différents réseaux d'éco-industries, volet "développement durable" des plans
filières, renforcement du volet "développement durable" de la gamme régionale
de financement, bonus "Développement durable" de PM'UP, éco-conditionnalité
sur les opérations d'aménagement économique du territoire, évolution des aides
régionales à l'innovation), il convient de passer à la vitesse supérieure.

uUn plan de sensibilisation aux opportunités économiques offertes par le


développement durable

Ce plan d'information et de sensibilisation sera développé, en partenariat avec


les organismes consulaires, les organisations professionnelles et les aggloméra-
tions. La Région proposera à ces partenaires un outil de diagnostic et un accom-
pagnement sur la base d'appels à projets annuels.

uEquipement de parcs industriels bas carbone de grande taille, à très haute


performance environnementale

Il s'agit de développer des zones d'environ 1000 hectares, dans chacun des
départements de la grande couronne, fonctionnant selon les principes de l'écolo-
gie industrielle (réutilisation, recyclage et valorisation des déchets industriels,
production d'énergie).

#9
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uAgir sur la demande en incitant à l'intégration du développement durable


dans l'acte d'achat

L'action régionale en la matière se déclinera à travers les plans filières régionaux


(relations PME-donneurs d'ordre) et la commande publique sur le territoire fran-
cilien. D'ores et déjà est lancée une mission de préfiguration d'une plateforme
régionale mutualisée pour l'achat public proposé à l'ensemble des collectivités.

uCréer un marché francilien virtuel d'échange de quotas d'émissions de gaz à


effet de serre (GES) destiné aux PME-PMI

Il s'agit de mettre en œuvre, sur des bassins d'activité ou des filières, un dispo-
sitif de compensation carbone volontaire pour les PME-PMI. L'idée est de créer
une plateforme virtuelle d'échange de crédits carbone pour ces entreprises en ne
récompensant que les émissions "positives" de gaz à effet de serre, c'est-à-dire
en dessous des normes. Ce dispositif permettra d'instaurer une responsabilité
des participants pour leurs émissions de CO2 tout en participant à la diminution
des émissions de GES en Île-de-France.

uAccroître la part "Développement durable" dans la gamme régionale de finan-


cements

L'objectif est d'intégrer pleinement la dimension sociale, environnementale et


territoriale dans les priorités assignées aux dispositifs de la Région (prêts d'hon-
neurs, garantie, capital-investissement, subventions). Nous souhaitons porter la
part «Développement Durable», à l'issue de la mandature, à 100% de nos aides,
sur la base d'un respect de 3 des 5 cibles.

Faire émerger 1500 nouvelles entreprises de


taille moyenne

uPour les PME à fort potentiel : booster le programme PM’UP et poursuivre le


soutien aux programmes collaboratifs au sein des pôles de compétitivité

En renforçant l'engagement régional en 2010 et en le maintenant sur la période


2010-2014, ce sont environ 1200 PME franciliennes qui pourraient bénéficier
du soutien régional, pour environ 120 M€, représentant la création nette d'envi-
ron 30 000 emplois s'ajoutant aux 30 000 emplois existants au sein de ces entre-
prises. Outre la poursuite de la simplification du dispositif en gestion, qui pour-
rait amener à reconsidérer le recours à des prestataires extérieurs, la dimension
«Innovation» du programme sera renforcée, par une articulation accrue avec les
aides régionales à l'innovation et le CFI. Une incitation plus forte à la prise en
compte de certains enjeux, comme le recours à l'apprentissage et la conversion
écologique, sera également opérée.

# 10
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uPour les PME saines mais devant accomplir une mutation et les PME qui doi-
vent être reprises, construire un programme spécifique de développement.

Il s'agit de permettre l'accès à un programme intégré alliant :


ldiagnostic stratégique avec recommandations,
ldéfinition d'un plan sur mesure et sans couture combinant accès facilité
aux aides régionales à l'innovation, aux programmes de formation profes-
sionnelle et d'accompagnement vers l'emploi, au crédit à taux zéro (prêts
d'honneur) et au financement bancaire (renforcement de la garantie ban-
caire),
lprise de participation du fonds d'Ile-de-France Capital.

uPour les PME stratégiques en difficulté, créer un fonds de restructuration et


de sauvegarde

Il s'agit, pour les PME charnières dans leurs filières, détentrices de compétences-
clefs, ou porteuses d'une part significative de l'emploi sur certains territoires
d'apporter les moyens nécessaires à la mise en œuvre de plan de sauvegarde ou
de restructuration, après redressement judiciaire. 200 PME pourraient ainsi être
sauvegardées sur la période 2010-2014, pour un engagement régional de 60
M€. 6 000 emplois pourraient ainsi être préservés. Une articulation étroite avec
les dispositifs de requalification professionnelle devra être recherchée. La
constitution de ce fonds ira de pair avec l'exercice d'un devoir d'ingérence social
et économique de la Région au sein des entreprises en difficulté.

Elaborer un partenariat solide avec les PME par


un Small Business Act francilien

uFavoriser l'accès des PME à la commande publique, à travers le portail colla-


boratif dématérialisé et le recours plus massif à l'allotissement

L'amélioration de l'accès des PME aux marchés publics est au cœur des enjeux
de développement du tissu d'entreprises franciliennes. La plateforme régionale
de dématérialisation des marchés publics, à laquelle de nombreuses autres col-
lectivités sont rattachées, apparaît comme un outil concret répondant à cet
objectif. Nous souhaitons accueillir un nombre croissant de collectivités dans
cette démarche et en offrant des outils simplifiés aux entreprises pour leur per-
mettre de déposer leurs réponses de manière, elle aussi, dématérialisée. Par ail-
leurs, nous renforcerons le recours à l'allotissement qui, sur la base de l'article
45 du Code des marchés publics, facilite la passation de nombreux marchés.

uProposer la mise en place d'une offre commune et territorialisée de services


destinés aux PME

Forte des démarches coopératives menées au cours de la mandature 2004-2010


(création de «creersaboite.fr», de «financersaboite.fr» et de PM’UP), il s'agit de
proposer la mise en place d'une offre commune et territorialisée de services des-
tinés aux PME, mutualisant les forces des différents acteurs (Région, OSEO,
Caisse des dépôts, Conseils généraux, agglomérations, chambres, etc).

# 11
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uCréation d'un Office régional des PME

Cet Office régional sera doté d'une double mission :

lmener à bien des études sur la santé des PME, leur environnement juri-
dique et fiscal, les problèmes qu'elles rencontrent, les mutations écono-
miques en cours et à venir, etc. Il serait chargé de l'élaboration de statis-
tiques régionales concernant les PME en liaison avec l'ARD, l'IAU et les
autres services administratifs concernés.

lélaborer des études d'impact sur l'ensemble des rapports cadres régio-
naux susceptibles d'avoir une influence sur les PME-PMI.

Il constituerait également un interlocuteur permanent des entreprises et du


Conseil régional, qui pourrait lui demander des études sectorielles. Il serait éga-
lement chargé de formuler des propositions et des recommandations pour amé-
liorer les dispositifs d'aide aux PME, en particulier en matière d'accès à la com-
mande publique régionale.

uCharte relative à l'accès des entreprises des quartiers populaires à la com-


mande publique

Les critères d'attribution des marchés publics sont souvent très contraignants
pour de nombreuses PME-PMI, notamment celles issues des quartiers populaires.
La Région s'engagera à mettre en œuvre, dans le cadre d'une charte de concur-
rence équitable, les moyens nécessaires à une meilleure prise en compte de ces
structures dans le cadre des marchés régionaux, en particulier de gré à gré.

uFormer et sensibiliser 10 000 jeunes à la création d'entreprise

L'objectif de ce futur programme régional est d'encourager la multiplication de


passerelles entre les jeunes Franciliens (lycéens, apprentis, étudiants, jeunes en
insertion, etc.) et les entrepreneurs. Cette démarche, en lien avec les actions
menées par la communauté éducative, les organismes consulaires ou les associa-
tions de sensibilisation existantes (ex : 100 000 entrepreneurs) permettra une
sensibilisation accrue des jeunes tant à la démarche de création qu'aux méthodes
de conduite de projets individuels ou collectifs.

uLancer dix conventions d'affaires territorialisées pour la création d'entreprise

Sur la base de l'expérience déjà menée dans le cadre de CréaRif, la Région orga-
nisera dix conventions d'affaires territorialisées pour donner l'occasion aux can-
didats-entrepreneurs des quartiers populaires d'Île-de-France d'établir des
contacts pour faire avancer leurs projets. Il s'agira de mettre en relation les per-
sonnes qui désirent implanter leur entreprise dans les quartiers classés Politique
de la ville, et des partenaires techniques et financiers en mobilisant le réseau
d'aide à la création d'entreprise soutenu par la Région.

# 12
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Faire vivre une nouvelle attractivité

uAvances remboursables pour les entreprises désireuses d'ouvrir un centre de


R&D en Île-de-France

Il s'agit d'initier un contrat pour la connaissance et l'innovation : les entreprises


- étrangères mais aussi françaises - désireuses d'ouvrir un centre de R&D en Île-
de-France bénéficieraient d'une avance remboursable au meilleur taux permis
par la signature de la Région. Si l'entreprise décide dans une deuxième étape de
transformer les fruits de sa recherche en capacité de production et en industria-
lisation du territoire, l'avance remboursable se transformerait en subvention.

uOuverture de 10 incubateurs/pépinières d'entreprises spécialisées ou accueil-


lantes aux PME étrangères

Cette mesure s'adresse aux PME étrangères, notamment en provenance des pays
émergents. De manière symétrique, un partenariat sera recherché avec des incu-
bateurs technologiques étrangers pour accueillir des start-up franciliennes.

uAugmenter de 50% le nombre de chercheurs et de créatifs étrangers en Île-de-


France

Cette progression de 50% du nombre de chercheurs et de créatifs étrangers en


Île-de-France (aujourd'hui au nombre de 10 000 pour les chercheurs) passera
notamment par l'extension des missions du bureau d'accueil des chercheurs
étrangers aux designers, architectes, artistes et talents créatifs et le développe-
ment de programmes de designers en résidence.

uCréation d'un conseil d'attractivité collaborative

Cette nouvelle instance a vocation à se réunir autour du Président du Conseil


régional et à réunir entreprises, chercheurs, créateurs et communautés d'origine
étrangère.

uOuverture vers les pays du Sud à travers l'adoption d'un programme d'encou-
ragement aux transferts de technologies, dans une approche «open source», de
«non-profit technologies»

Cette démarche permettra, dans le domaine du développement durable en par-


ticulier, le financement de projets de recherche collaboratifs entre pôles franci-
liens et pôles de recherche du Sud sur des problématiques ou des technologies
«localisées».

uDéploiement d'équipes de développeurs chargés de suivre les entreprises


stratégiques de la Région (à capitaux français ou étrangères), notamment dans
une perspective d'anticipation des mutations

Dans la droite ligne des actions menées conjointement par la Région et l'Agence
régionale de développement (ARD) pour prévenir les mutations sectorielles ou
territoriales, il est proposé de développer un service de proximité aux entre-
prises stratégiques pour les accompagner dans leurs plans de sauvegarde, de
mutation ou de restructuration.

# 13
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Faire de l’ESS un levieur majeur du développement


économique francilien

L'ESS (économie sociale et solidaire) représente 10% du PIB français. La Région


s'est largement investie dans le soutien à l'ESS, en y consacrant 37 M€ depuis
2004. En effet, l'ESS représente un modèle de développement pertinent, qui
conjugue éthique, gestion démocratique, juste répartition des excédents, respect
de l'environnement et efficacité dans la gestion des ressources. En outre, elle
constitue une richesse pour l'activité et l'emploi, avec 374 000 emplois ainsi que
31 000 établissements employeurs en Ile-de-France.

Dans un contexte de crise économique, sociale et d'urgence environnementale,


l'ESS constitue plus que jamais une des réponses les plus prometteuses à la
nécessaire émergence de nouvelles formes de régulation économique.

uMettre en œuvre des clauses environnementales et sociales dans les marchés


publics régionaux

La Région Île-de-France a d'ores et déjà introduit des clauses environnementales


dans nombre de ses politiques.
Pour aller plus loin, nous proposons de faire progressivement des clauses
sociales et environnementales la norme des marchés publics régionaux. Cet
objectif de la création d'une norme régionale de Haute Qualité Sociale (HQS).
A ce titre, nous visons l'objectif d'une conversion de 20% de l'ensemble de la
commande publique régionale à la fin du mandat.

uRéserver une part de la commande publique aux SIAE

La commande publique peut être mobilisée pour lutter contre le chômage. Les
dispositions juridiques existent et, bien utilisées, permettent de favoriser l'inser-
tion sociale et professionnelle de personnes qui rencontrent des difficultés d'ac-
cès à l'emploi.

La Région s'engage à mettre en œuvre les dispositifs juridiques nécessaires pour


mobiliser des dispositifs de droit commun et, en premier lieu, la «clause d'inser-
tion sociale et professionnelle» qui résulte de l'article 14 du Code des marchés
publics. Cette clause permet en effet à tout maître d'ouvrage de faire en sorte
qu'une part des heures de travail générées par un marché soit réservée, par l'en-
treprise attributaire, à une action d'insertion.

uDoubler l'engagement régional dans EQUISOL

Lancé par le Conseil régional en octobre 2009, Equisol est un fonds de capital-
risque pour l'investissement dans les entreprises de l'ESS. Doté aujourd'hui de
3,83 millions d'euros, il est abondé pour moitié par la Région et pour l'autre moi-
tié par des grands acteurs de l'ESS (Macif, Crédit coopératif, Crédit mutuel,
Chorum, Sifa, etc.).

Les apports en fonds propres peuvent aller de 10 000 à 100 000 euros. A côté

# 14
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

du financement, l'accompagnement et le fléchage sont assurés par des réseaux


de l'insertion ou de la création d'entreprise : Unea, Cnei, UR Scop. L'objectif est
d'atteindre 10 M€ de capacité d'investissement afin de soutenir 200 projets sur
la mandature.

uCréer des pôles de coopération territoriaux, véritables pôles de compétitivité


du développement durable

L'objectif est de développer des pôles de coopération territoriaux rassemblant


des acteurs sociaux et économiques (entreprises, laboratoires de recherche, éta-
blissements de formation, etc.) qui souhaitent mener des partenariats ayant pour
fondements l'utilité sociale de la production, le caractère faiblement délocalisa-
ble de l'emploi, la formation des compétences locales, les coopérations, les
synergies économiques entre entreprises locales, etc.

uMettre en place une offre de formation adaptée aux enjeux de l'économie


sociale et solidaire

Si de nombreuses formations intègrent des modules liés à la responsabilité


sociale des entreprises ou à la reprise sous forme coopérative, peu d'entre elles
sont réellement destinées directement aux acteurs de l'ESS de demain. En parti-
culier, les formations de dirigeants sont encore trop rares. Nous solliciterons nos
différents partenaires afin d'intégrer ces dimensions et ces formations dans le
contenu de leur offre.

uConstruire un référentiel régional d'utilité sociale

Certains acteurs majeurs de la finance solidaire comme France Active se sont


engagés dans une démarche de notation prenant en compte des jeux d'indica-
teurs par filière ainsi que des niveaux d'utilité sociale pour les entreprises qu'ils
soutiennent. Il conviendrait désormais d'établir, un référentiel régional partagé
qui permettrait tout à la fois d'obtenir une meilleure visibilité de l'ESS en Île-de-
France mais aussi d'offrir aux investisseurs et aux pouvoirs publics une meilleure
lecture sectorielle et territoriale, à même de guider leurs choix.

uCréer une section ESS dans chaque pépinière et/ou couveuse, ainsi que dans
le dispositif PM'UP

En soutenant l'émergence de « sections ESS » dans les couveuses généralistes et


les pépinières et en intégrant un volet ESS au dispositif PM'UP, en complément
des espaces spécialisés d'appui à la création d'entreprises sociales et solidaires,
nous souhaitons mettre à disposition des entrepreneurs sociaux et solidaires une
centaine d'espaces franciliens de création, dont la plus grande partie immergée
dans le monde de l'économie dite classique.

# 15
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Faire de l’Île-de-France un territoire de commerce


équitable

uDévelopper les circuits courts solidaires


Plusieurs initiatives seront prises par la Région afin de renforcer l'impact des cir-
cuits courts de commercialisation des produits agricoles, en particulier bio.
Nous souhaitons élaborer une charte régionale bio, conjointement avec les asso-
ciations de consommateurs et les professionnels de l'agriculture biologique, afin
d'apporter aux consommateurs des garanties d'origine, de traçabilité, de savoir-
faire, de respect sanitaire, de qualité et de conseil. Les entreprises qui s'engagent
dans cette démarche pourraient apposer à leurs produits un label régional spé-
cifique.
Nous soutiendrons la création de lieux de distribution, individuels mais aussi col-
lectifs, associant produits du commerce équitable (Nord-Sud) et de circuits courts
(Nord-Nord) comme des magasins ruraux, pôles de commerce équitable, etc.
Un site Internet sera créé pour recenser les exploitations agricoles actives dans
les circuits courts, les magasins ruraux franciliens, les exploitations biologiques
affiliées proposant des produits en direct.

uSe doter de nouveaux outils régionaux de structuration du commerce équita-


ble

Nous créerons un Conseil local francilien pour le commerce équitable, composé


des référents des acteurs engagés (Région, entreprises, associations, commer-
çants, etc.). Il constituera un outil régional pour développer et soutenir la dyna-
mique engagée sur le territoire francilien. Ce Conseil sera un lieu favorisant
l'émulation, l'échange et le partage d'idées nouvelles.

Nous mettrons par ailleurs en place un observatoire permanent du commerce


équitable, afin de compléter les résultats de la recherche sur les réseaux d'ac-
teurs du commerce équitable menée dans le cadre du PICRI Commerce Equitable
par une étude économique du secteur.

Cet observatoire sera complété par la mise en place un dispositif d'étude socio-
économique régulière du secteur, en lien avec l’Atelier, centre de ressources
régional pour l’ESS.

uAccompagner les autres collectivités franciliennes et les PME vers le com-


merce équitable

Depuis 2005, la Région Ile-de-France apporte son soutien aux collectivités


s'étant engagées dans une démarche de développement durable par la réalisa-
tion d'agendas 21 locaux.

Il s'agit désormais de compléter cet engagement, par un appui technique et/ou


financier, pour les autres collectivités locales franciliennes désireuses de s'enga-
ger pour le commerce équitable dans le cadre de politiques transversales. Pour
cela, nous mettrons en place un plan d'action spécifique, en les incitant à parti-
ciper au programme Territoire de Commerce Equitable, ou en intégrant le com-
merce équitable à leur agenda 21.

# 16
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Au-delà du soutien déjà engagé auprès des acteurs du commerce équitable, il


convient désormais de développer un dispositif d'aides financières spécifiques
pour inciter et aider les PME non spécialisées en commerce équitable à s'enga-
ger dans le développement d'une activité de commerce équitable.

uOrganiser des assises régionales de la consommation responsable


Il s'agit d'inciter les organisations représentatives d'acteurs du territoire, comme
les chambres de commerce et d'industrie et les chambres des métiers, les orga-
nisations professionnelles de la restauration et de l'hôtellerie mais aussi les asso-
ciations de consommateurs à mieux connaître les acteurs et les potentialités de
la consommation équitable et/ou responsable en Île-de-France.

uPromouvoir le commerce équitable auprès de tous les Franciliens


Pour sensibiliser tous les Franciliens aux enjeux du commerce équitable, un
espace lui sera dédié sur le site du Conseil régional présentant l'engagement de
la Région dans ce secteur. Une brochure spécifique sera par ailleurs diffusée
dans les lycées et les CFA.

Nous souhaitons également mettre à profit les accords de coopération décentra-


lisée pour créer des liens dans la société civile autour du commerce équitable.
L'objectif est de promouvoir les projets citoyens visant à créer des liens entre
Nord et Sud sur le thème du commerce équitable, à travers le fonds de solidarité
internationale ou les aides aux projets des lycéens, étudiants ou apprentis
(Projets Lycées, Projets Passion, par exemple).

uPlate-forme logistique commerce équitable


Il s'agit de permettre le développement du commerce équitable sur le territoire
francilien au moyen d'une plateforme logistique centralisant les produits de cette
filière. Ce projet permettrait de soutenir l'offre au service d'une activité en déve-
loppement (demande des consommateurs en hausse) et de participer à la
construction de la filière (qui fonctionne à ce jour beaucoup sur des initiatives
individuelles).

Cette plateforme pourrait prendre la forme d'une coopérative d'achat permettant


aux utilisateurs finaux de mutualiser leur coût et d'échanger sur leurs pratiques.
Elle mettrait à disposition des espaces de stockage.

# 17
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

FORMATIONS

Un service public de l’éducation

uOffrir des conditions pédagogiques exemplaires grâce à des équipements de


qualité pour les lycées et des conditions d'accueil favorables pour les lycéens

L'action régionale se développera selon les axes suivants :

lpoursuivre le plan de construction et de rénovation des lycées avec,


notamment, la construction de deux lycées neufs et de deux internats par
an ;
lrenforcer la politique en faveur des internats (notamment sur Paris), y
compris dans la dimension du développement de la mixité ;
ldéployer un plan d'équipement numérique visant à la mise en place du
très haut débit dans les établissements;
lgénéraliser les espaces numériques de travail (ENT) dans les 3 ans ;
lamplifier l'accompagnement social avec la mise en place d'une politique
de quotient familial et d'un bouclier tarifaire renforcé pour les cantines
scolaires, par exemple sous la forme d'un repas au tarif maximum de 2
euros pour la première tranche de revenus ;
ldévelopper le soutien aux séjours linguistiques pour les lycéens.

uDiminuer de moitié le nombre de jeunes entrant sans qualification sur le mar-


ché du travail, en luttant contre toutes les formes de décrochage

Nous souhaitons réaffirmer le rôle de l'Education nationale, «Ecole de la 1ère


chance», auprès des jeunes en voie de décrochage. Pour cela, nous développe-
rons le dispositif « Réussite pour tous » et appuierons les démarches de micro-
lycées innovants.

La Région encouragera également les logiques de plateformes d'orientation et de


construction du projet professionnel reliant missions générales d'insertion, mis-
sions locales, porteurs des dispositifs d'insertion professionnelle, etc. Un appui
particulier sera apporté aux Pôles de recherche et d'enseignement supérieur
(PRES) pour le développement coordonné de bureaux d'orientation et d'insertion
professionnelles dans les universités, articulé avec les acteurs professionnels
partenaires de la Région. Enfin, nous soutiendrons les initiatives d'accompagne-
ment et de formation des décrocheurs de l'université, avec des passerelles vers
l'alternance (apprentissage et contrat de professionnalisation), d'autres filières
de formation ou la création d'activité.

uDoubler le nombre de places dans les écoles de la deuxième chance

Premier financeur des écoles de la deuxième chance, la Région mènera à son


terme le doublement des places offertes par ces structures pour atteindre 2500
places en Ile-de-France et confortera le dispositif « AVENIR Jeunes » qui offre
20 000 places de formation pour les jeunes en insertion professionnelle.

# 18
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Nous poursuivrons par ailleurs les dispositifs d'accès à l'apprentissage et encou-


ragerons le développement d'un accès aux contrats de professionnalisation pour
les jeunes et adultes sortant sans qualification de l'université.

Enfin, nous développerons l'accès à l'université pour les jeunes et adultes n'ayant
pas le bac, notamment via le Dispositif d'Accès aux Etudes Universitaires (DAEU).

uFormation des délégués de classe


La formation des délégués des élèves a pour objet de les aider à assumer plei-
nement leur rôle au sein des différentes instances du lycée dans lesquelles ils
sont représentés (conseil de classe, conseil des délégués, conseil d'administra-
tion, commission permanente, conseil de discipline) ou à l'extérieur de celui-ci
(conseil académique de la vie lycéenne) et à devenir ainsi des acteurs à part
entière de la communauté éducative. Afin de mener à bien cette initiative, des
partenariats seront recherchés avec les associations d’éducation populaire telles
que la Ligue de l’enseignement, l’Union française des centres de vacances et de
loisirs (UFCV), la Fédération Léo Lagrange (FLL) ou la Fédération des Œuvres
Laïques (FOL).

Un service public régional de l’orientation

uMettre en place une offre de qualité, accessible et donnant des informations


actualisées sur les métiers et les formations

Dans le cadre du Schéma des formations, l'objectif est d'identifier et de dévelop-


per les outils partenariaux d'animation de ce service public (professionnalisation
croisée des acteurs, modalités de coopération territoriale, partage des informa-
tions sur les filières de formation et les métiers, etc.) et de mise à disposition des
informations au public (lien site métiers.net / offre ONISEP, etc.). Nous renforce-
rons également les coopérations entre les acteurs de l'Accueil Information
Orientation (AIO) pour faire face aux étapes les plus sensibles des parcours (pas-
sage du secondaire au supérieur, sortie du système éducatif, évolution profes-
sionnelle).

uEncourager la mise en place d'un fonctionnement en réseau pour la préven-


tion du décrochage scolaire et universitaire

Nous appuierons l'organisation de séances d'information des futurs bacheliers


technologiques ou professionnels sur l'orientation dans l'enseignement supé-
rieur, notamment sur les filières universitaires et les risques de décrochage. Nous
mettrons également en place une logique de plateformes ou de réseaux territo-
riaux basée sur un partage d'informations entre les missions générales d'inser-
tion de l'Education nationale et les bureaux d'insertion professionnelle des uni-
versités d'une part, les missions locales et organismes de formation d'autre part.

uSoutenir l'émergence de nouveaux services pour l'évolution professionnelle


des salariés, avec la création de réseaux territoriaux de conseil professionnel

Dans le cadre de la mise en œuvre d'un véritable service public de l'orientation


territorialisé, c'est-à-dire bâti sur les besoins territoriaux et apportant des

# 19
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

réponses de proximité pour les actifs, la Région jouera un rôle fédérateur en


développant ses outils et ceux de ses partenaires dans une même dynamique. En
effet, les outils ne manquent pas mais faute d'articulation et de mise en cohé-
rence, ceux qui en ont besoin ne bénéficient pas de l'accès lisible et pertinent
auquel ils sont en droit de prétendre.

Ainsi, nous proposerons que les outils actuellement soutenus par la Région
(conseil VAE, soutien à la Cité des métiers, centres du CNAM, platesformes RH)
soient fédérés avec ceux des autres partenaires (Fongécif, centres de bilans de
compétence, maisons de l'emploi), pour disposer dans chaque département d'au
moins un Espace territorial de conseil en évolution professionnelle.

Par ailleurs, nous créerons un chéquier permettant d'accompagner financière-


ment les démarches de Validation des Acquis d'Expérience (VAE) pour tous les
salariés et demandeurs d'emploi.

Pour un service public régional de la formation


professionnelle

uDévelopper une politique régionale de l'alternance : 150 000 jeunes en alter-


nance par an en Ile-de-France

En matière d'apprentissage, nous renforcerons notre action (100000 apprentis


en 2010) en développant les formes d'apprentissage dans le secteur public.

Plus largement, l'objectif est de positionner la Région en régulateur d'une poli-


tique de l'alternance et non plus seulement d'une politique d'apprentissage. Il
s'agit ainsi de transformer la Bourse aux contrats d'apprentissage créée en 2008
en Bourse aux contrats en alternance et de contractualiser avec les organismes
paritaires sur des objectifs chiffrés globaux pour l’alternance.

Dans le cadre d'une future conférence régionale de l'alternance, nous travaille-


rons à un plan alternance avec les missions locales et les organismes d'insertion
(E2C, programme AVENIR Jeunes, etc.) pour l'accès à l'alternance des publics en
insertion et renforcerons les actions pour l'accès à l'alternance des décrocheurs
universitaires.

Par ailleurs, en lien avec les branches professionnelles et les chambres consu-
laires, un label «maître d’apprentissage confirmé » sera donné à chaque
employeur qui aura suivi un cycle de formation dédié à l’accueil de jeunes et à
la transmission de savoir et de savoir-faire. La rémunération des maîtres d’ap-
prentissage au cours de leur formation sera compensée par un complément de
prime.

Enfin, nous développerons les autres formes d'alternance, hors contrat de travail,
telles que l'alternance sous statut scolaire, en appuyant le développement des
lycées des métiers et en favorisant la recherche de stages pour les lycéens pro-
fessionnels, et l'alternance dans le cadre d’une formation continue à travers un
soutien à la recherche de lieux de stages ou aux échanges pédagogiques sur l'al-
ternance.

# 20
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uCréer un fonds régional de soutien à l'emploi et de sécurisation des parcours :


100 000 demandeurs d'emploi formés par an et 50 000 contrats de continuité
professionnelle

Nous soutiendrons la création, en association avec l'Etat, Pôle Emploi et les par-
tenaires sociaux régionaux, d'un fonds de soutien à l'emploi et de sécurisation
des parcours professionnels, fédérant l'ensemble des financements en la matière.

Par ailleurs, nous mettrons en œuvre un Plan de développement des formations


professionnelles avec pour objectif d'atteindre, d'ici 2013, 100 000 demandeurs
d'emploi formés chaque année.

Enfin, dans le cadre du Fonds régional des actions partenariales répondant aux
mutations économiques et sociales, nous lancerons 50 000 contrats de continuité
professionnelle, destinés à accompagner et former des salariés menacés de licen-
ciement ou licenciés économiques.

u10 000 nouveaux emplois directs dans les associations et les structures d'in-
sertion par l'économique

Depuis 2004, la Région a créé plus de 11 000 emplois directs pour soutenir le
tissu socio-culturel de l'Île-de-France : emplois tremplin, emplois insertion envi-
ronnement, permanences artistiques et culturelles, doctorants et post-docto-
rants, etc.

Afin de renforcer l'action des dizaines de milliers de structures qui, chaque jour,
font l'Île-de-France, nous financerons l'embauche de 10 000 nouveaux emplois à
destination des associations et des structures d'insertion.

uAccompagner l'adaptation du contenu des formations pour une meilleure


prise en compte de la dimension écologique

Afin d'intégrer cette problématique dans l'ensemble des formations actuellement


dispensées, nous mettrons en œuvre un appui à l'ingénierie de formation et de
certification pour les opérateurs franciliens (AFPA, GRETA, CNAM, universités,
branches, etc.). La priorité sera donnée à l’intégration des problématiques liées
au développement durable dans les référentiels de formation.

Parallèlement, nous engagerons un plan d'investissement en soutien à l'adapta-


tion des centres de formation aux exigences du développement durable et à la
réalisation de formations adaptées.

uGarantie d'indemnité pour les stagiaires de la formation professionnelle

La rémunération comme stagiaire de la formation professionnelle est régie par


des barèmes relevant du Code du travail. Ces barèmes n'ont pas évolué depuis
2002, conduisant à une perte de pouvoir d'achat de plus de 15%. La rémunéra-
tion mensuelle est de l'ordre de 650 euros pour les personnes ayant travaillé
pendant six mois au cours d'une période de douze mois ou pendant douze mois
au cours d'une période de vingt-quatre mois.

La Région adoptera des barèmes plus favorables que ceux du Code du travail,
notamment dans une optique de soutien au pouvoir d'achat, d'attractivité de la
formation et de sécurisation des parcours. Cette garantie d'indemnité s'appuiera
sur l'adoption de barèmes régionaux revalorisés, mettant en particulier l'accent

# 21
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

sur les publics les plus jeunes.

uEncourager la mobilité internationale des jeunes en formation

La Région poursuivra sa politique d'appui à la mobilité européenne et internatio-


nale des jeunes en formation, avec notamment :

lun volet ambitieux sur l'apprentissage et sur les jeunes en insertion ;


lun soutien à la mobilité des étudiants ;
lun appui à des projets collectifs de mobilité internationale dans les
lycées, notamment pour les jeunes en BTS issus des lycées professionnels.

Pour un service public régional de la formation


professionnelle

uIntensifier les partenariats avec les filières et secteurs professionnels par un


plan «Triple E : entreprise, écologie, emploi »

Pour répondre à la triple exigence écologique, économique et sociale, la Région


proposera aux secteurs économiques franciliens de les accompagner dans la
transition vers de nouveaux modes de production, respectueux des principes
d'un développement économique durable et socialement responsable.

La Région développera avec ses partenaires des accords dits «triple E»,
Entreprise-Ecologie-Emploi, qui comprennent :

lun volet innovation, recherche, développement et transition écologique


lun volet soutien aux entreprises ;
lun volet ressources humaines axé sur le développement des compé-
tences nécessaire à l'attractivité du secteur, à l'entrée en emploi, à la
consolidation de l'emploi ou à la reconversion pour les salariés de secteurs
en difficultés.

Ce plan «Triple E» se déploiera progressivement avec pour objectif de toucher à


terme :

l20 à 30 secteurs professionnels ;


l2000 à 3000 entreprises ;
l200 000 à 300 000 salariés.

uTerritorialisation de l'action régionale en faveur de l'emploi, de la formation


et du développement économique

La Région conduit des politiques structurantes et ambitieuses en faveur de l'em-


ploi, de la formation professionnelle et du développement économique, qui
bénéficient pleinement aux territoires franciliens. Afin d'intensifier l'action régio-
nale sur les territoires stratégiques et prioritaires et de la mettre en cohérence
avec l'action des partenaires de la Région (Etat, conseils généraux, intercommu-
nalités, acteurs professionnels et sociaux), une démarche de territorialisation est
engagée et sera renforcée.

# 22
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Les Pactes pour l'emploi, la formation et le développement économique, conclus


avec les acteurs territoriaux, visent à décliner ces actions au service d'un projet
et d'une stratégie de développement territorial.

Une dizaine de Pactes territoriaux sont déjà engagés, une quinzaine sont en pré-
paration. Il s'agira de mailler, à terme, le territoire régional avec une cinquantaine
de Pactes, permettant d'apporter des réponses adaptées aux besoins des jeunes,
des travailleurs et des entreprises de ces territoires.

uCréer une agence régionale orientation-emploi-formation pour outiller et ani-


mer les politiques concertées Région-État-partenaires sociaux

Les domaines de l'orientation, de la formation et de l'emploi sont largement par-


tagés entre la Région, l'Etat et les partenaires sociaux et les politiques conduites
ne peuvent être efficaces que si elles sont coordonnées et complémentaires.

Pour aller plus loin dans ce sens et compte tenu des nouvelles dispositions légis-
latives (contractualisation Etat-Région du plan régional de développement des
formations) et des avancées régionales récentes (convention Etat-Région-parte-
naires sociaux face à la crise), il est proposé de procéder à une transformation
profonde du CARIF en agence régionale dotée des compétences régionales pour
appuyer les financeurs dans la mise en oeuvre et l'animation de leurs politiques.

Cette agence régionale pourra notamment :

lappuyer la définition des politiques d'orientation-formation par l'obser-


vation et l'analyse des relations entre formation et emploi;
lanimer les réseaux des acteurs de l'orientation professionnelle, Pôle
emploi, missions locales, antennes VAE, maisons de l'emploi, etc. ;
lappuyer les politiques partenariales d'anticipation et d'accompagnement
des mutations économiques.

L'agence pourra également appuyer les politiques en faveur du développement


des «emplois verts» et de l'emploi des personnes en situation de handicap.

# 23
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Enseignement sup. - Recherche

Concertation et transparence

uMise en place d'Assises de l'enseignement supérieur et de la recherche

Au début de la mandature, la Région organisera des Assises avec l'ensemble des


partenaires et acteurs de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'inno-
vation. Ce débat public sera l'occasion de dresser collectivement le bilan et les
perspectives d'évolution du développement, de l'organisation et des coopéra-
tions territoriales du point de vue de l'action possible de la Région vis-à-vis des
établissements d'enseignement supérieur et de recherche présents en Île-de-
France (dont la part représente entre le quart et le tiers du potentiel national).

Il s'agira :
ld'examiner les conditions d'évolution de la carte des formations supé-
rieures afin de favoriser la démocratisation et l'accès de l'enseignement
supérieur sur tout le territoire régional ;
lde définir la nature et la forme des aides à la recherche qu'il convient de
privilégier;
ld'identifier les thématiques et les champs disciplinaires scientifiques
financés prioritairement par la Région, reconnus dès lors comme des
Domaines d'Intérêt Majeur (DIM);
lde préciser les missions et les procédures de désignation du conseil
scientifique de la Région.

uRenforcement des missions du conseil scientifique et évolution de sa compo-


sition

L'actuel conseil scientifique régional (CRRESTI) a accompagné à partir de 2004 la


création d'une politique régionale d'enseignement supérieur et de recherche. Il a
eu un rôle particulièrement important dans la mise en œuvre et le suivi des
grandes priorités de recherche. Il s'est autosaisi à plusieurs reprises pour éclai-
rer les délibérations du Conseil régional en matière de développement universi-
taire et de soutien à la recherche et il a mis en place l'organisation, avec des
experts, de l'évaluation des politiques menées par la Région en particulier des
DIM.

Compte tenu de la montée en puissance de cette priorité régionale, des change-


ments nationaux dans l'organisation et le financement des établissements, du
rôle accru de l'enseignement supérieur et de la recherche dans les défis écono-
miques et sociétaux de la métropole francilienne, ce conseil scientifique doit
évoluer dans ses missions comme dans sa composition.

Suite aux propositions qui ressortiront des Assises, la Région installera un nou-
veau conseil scientifique qui assurera un lien étroit entre l'assemblée régionale
et la communauté académique.

# 24
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uSignature d'une charte pour les élus régionaux siégeant dans les instances des
établissements d'enseignement supérieur et de recherche

Très fortement contestée par une partie de la communauté académique, la loi


relative aux libertés et aux responsabilités universitaires (LRU) d'août 2007 a
profondément modifié les conditions de gouvernance des universités.

Suite aux Assises, le Conseil régional adoptera une charte définissant les prin-
cipes que feront valoir les élus régionaux siégeant dans les conseils d'adminis-
tration.

Vie étudiante

La qualité de vie des jeunes en formation supérieure est une priorité car elle est
un des facteurs majeurs de la réussite et de l'autonomie pour plus de la moitié
d'une classe d'âge désormais scolarisée dans l'enseignement supérieur. La ques-
tion de l'égalité des chances est particulièrement aigüe en Ile-de-France où les
jeunes inscrits dans l'enseignement supérieur sont d'origines très diverses et les
conditions de vie plus difficiles que dans les autres régions. Ainsi plus de 60%
des étudiants, élèves et apprentis franciliens du supérieur exercent une activité
rémunérée au cours de l'année universitaire et près de la moitié résident, parfois
contraints, chez leurs parents. Un nombre croissant de jeunes connait de grandes
difficultés financières et sociales.

uUn engagement en faveur du logement des jeunes

Dans le cadre du Schéma du logement étudiant, nous créerons 20 000 logements


pour les étudiants, les apprentis et les jeunes travailleurs.
Par ailleurs, la Région prendra en charge la caution et le dépôt de garantie pour
les étudiants en location ou en colocation.

uSoutien aux besoins quotidiens des étudiants

Outre l'aide au logement et aux déplacements (carte imagin'R), la Région s'engage


à une aide au financement d'une mutuelle santé, à un soutien à la qualité de la
restauration, à une aide au financement d'une licence sportive et à la mise en
accessibilité des établissements pour les étudiants en situation de handicap.

uDéveloppement et amélioration de l'accueil étudiant dans les bibliothèques

Lors de la dernière mandature, la Région a initié une politique originale et ambi-


tieuse de " monitorat étudiant en bibliothèque " ouvert aux étudiants de moins
de 27 ans et inscrits au minimum en deuxième année d'un premier cycle.
Initialement développée dans 5 établissements pilotes et étendue à 13 établis-
sements, cette politique a permis d'augmenter en moyenne de 15 heures par
semaine les heures d'ouverture des bibliothèques.

La Région généralisera cette politique à tous les établissements afin d'offrir un


accès renforcé aux bibliothèques et aux salles de lecture pour les étudiants fran-
ciliens, tout en garantissant pour les moniteurs un emploi encadré et accompa-
gné d'une formation spécifique adaptée à leurs études.

# 25
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uPoursuite du développement de bibliothèques et des lieux de lecture, particu-


lièrement pour les sciences humaines et sociales

Les bibliothèques sont une priorité de l'engagement de la Région pour l'enseigne-


ment supérieur et la recherche. Elles sont essentielles à la réussite des étudiants
et au rayonnement scientifique des établissements. Les bibliothèques représen-
tent le volet le plus important du financement régional dans le précédent et l'ac-
tuel Contrat de projets (plus de 300 millions d'euros). La Région a construit des
bibliothèques mais a aussi créé un dispositif de modernisation pour les plus
anciennes (Bibliorif).

La Région poursuivra son investissement dans les bibliothèques tout particuliè-


rement pour les bibliothèques de sciences humaines et sociales dans la mesure
où les ressources documentaires constituent pour ces disciplines un équipement
scientifique essentiel.

uFinancement des expérimentations innovantes de tutorat et de parrainage


d’étudiants et poursuite de la politique de passerelles en faveur des «décrocheurs»

L'échec en premier cycle mais aussi la difficulté parfois à suivre une formation,
notamment à l'université, constituent un problème majeur. Nous considérons que
la réussite des deux premières années de formation après le baccalauréat est la
condition d'un ascenseur social efficace.

Les politiques gouvernementales sont à cet égard insuffisantes puisque le plan


LICENCE, faute de dotations pour des emplois pérennes, ne permet pas d'aug-
menter significativement le taux d'encadrement des étudiants.

Ainsi, nous souhaitons


laccompagner les établissements qui développeront des politiques expé-
rimentales de tutorat et de parrainage pour améliorer l'encadrement et le
suivi des premières années de formation, tout en exigeant de l'Etat qu'il
accompagne le recrutement de personnel statutaire pour mettre en œuvre
un tutorat efficace;
lproposer à chaque PRES de cofinancer un poste de développeur des for-
mations en alternance ; il aura pour mission de développer les liens avec
les entreprises à la recherche de jeunes sous contrats en alternance. Des
passerelles seront ouvertes tout au long de l'année universitaire, avec un
système d'entrée et de sortie permanente, permettant à ces jeunes d'es-
sayer plusieurs types de formation en alternance, plusieurs entreprises,
voire une remise à niveau avant de reprendre une formation. Pendant
cette période de passerelle, les jeunes décrocheurs bénéficieront du statut
de stagiaire de la formation professionnelle avec ouverture d'une rémuné-
ration et d'une couverture sociale;
lfavoriser la poursuite d'études professionnalisantes pour les étudiants
issus des baccalauréats professionnels et des filières professionnelles en
général;
lsoutenir les formations permettant aux étudiants salariés de reprendre
des études;
laider les formations dédiées aux étudiants en détention.

uCarte des formations fondée sur la coopération entre universités et écoles en


# 26
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

garantissant à tous un accès équitable à l'enseignement supérieur sur tout le ter-


ritoire

En Ile-de-France, le plan Campus du gouvernement a conduit à déstabiliser cer-


taines coopérations territoriales et entrainé une mise en concurrence très bru-
tale des établissements. Fondé sur le seul objectif de concentration territoriale,
il ne s'appuie sur aucune vision de l'aménagement du territoire régional et
conduit à délaisser certains sites.

Bien que la carte des formations ne relève pas des compétences transférées aux
conseils régionaux, nous favoriserons l'organisation d'un véritable système ter-
ritorial d'enseignement supérieur garant de la cohésion du territoire. Car répon-
dre aux enjeux d'accès des jeunes et des salariés aux formations supérieures est
une priorité pour le développement de la métropole francilienne.

Au travers de ses contrats avec les établissements et avec les PRES (pôles de
recherche et d'enseignement supérieur) et en cohérence avec ses missions
d'aménagement du territoire, la Région :

lpoursuivra son soutien au développement immobilier des établisse-


ments universitaires et de recherche avec une forte priorité pour les équi-
pements participant à la vie étudiante (bibliothèques, équipements spor-
tifs, maisons de santé, qualité de la restauration, etc.), en négociant avec
l'Etat les moyens d'un rattrapage francilien;

laccompagnera les initiatives des établissements et de la communauté


académique pour favoriser l'accès aux formations supérieures, tout parti-
culièrement en premier cycle, sur tout le territoire francilien.

Ouverture au monde

uPoursuite des bourses pour les étudiants étrangers en masters et création


d'une maison francilienne à la Cité Internationale Universitaire de Paris

L'Ile-de-France accueille près de 40 % des étudiants étrangers inscrits dans les


universités françaises. Près de 10% des inscrits dans l'enseignement supérieur
francilien viennent du monde entier. Leur accueil, la qualité de leur séjour en Ile-
de-France, l'intensité des échanges scientifiques et culturels sont un enjeu
majeur du rayonnement et de l'ouverture de la métropole francilienne.

La Région poursuivra également sa politique de bourses (12 000 euros annuels


par étudiant) pour les étudiants étrangers en master.
La Région poursuivra sa politique de construction de résidences internationales
d'accueil et mènera à bien la réalisation de cent chambres dans la future maison
de l'Ile-de-France à la Cité Internationale Universitaire de Paris.

uCréation d'un bureau unique d'accueil des étudiants étrangers et soutien à la


création de tutorat au bénéfice de ces étudiants

A l'instar du Bureau régional d'accueil des chercheurs étrangers (BRACE), la


Région s'engagera pour la création d'un bureau unique d'accueil des étudiants
étrangers pour toute la région.
En outre, la Région soutiendra les politiques de tutorat des étudiants étrangers

# 27
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

engagées par les établissements.

uRendre possible les séjours à l'étranger pour les étudiants et apprentis franci-
liens qui n'y ont pas accès

Etre parti à l'étranger dans le cadre de ses études supérieures est une expérience
très enrichissante et, de plus en plus, un élément important pour le parcours pro-
fessionnel ultérieur. Alors qu'ils deviennent obligatoires dans les grandes écoles,
les séjours d'études ou les stages à l'étranger ne sont pas aujourd'hui généralisés
dans les universités. Existe là un risque de discrimination portant atteinte à
l'égalité des chances.

Depuis 2004, la Région a financé le séjour d'études ou le stage à l'étranger pour


plus de 12000 étudiants et apprentis franciliens.

Dans la prochaine mandature, la Région s'engagera, en lien avec les établisse-


ments universitaires et les écoles qui n'ont pas à ce jour de programme de mobi-
lité internationale, pour rendre possible au cours de la scolarité supérieure une
expérience internationale pour les étudiants et apprentis franciliens qui n'y ont
pas accès.

uCréation d'un site Internet unique dédié aux échanges de logements entre les
étudiants internationaux

Le logement est un facteur parfois bloquant de la mobilité internationale


entrante et sortante. Outre le développement des résidences d'accueil, l'encoura-
gement aux échanges de logements constitue également un axe à développer.
Actuellement plusieurs sites proposent ce service. La Région favorisera la consti-
tution d'une plateforme Internet unique afin de simplifier et d'optimiser ces
échanges.

Insertion professionnelle des diplômés et


accompagnement des jeunes chercheurs

uSoutien à l'insertion professionnelle de tous les diplômés : réseaux d'anciens,


annuaires, organisation de rencontres avec les employeurs et les précédentes
promotions

L'accès aux savoirs, l'ouverture au monde, l'épanouissement intellectuel, la mise


en contact avec la recherche constituent le premier objectif de toute formation
dans l'enseignement supérieur.
Le temps de ce cursus est aussi un moment privilégié pour anticiper et préparer
une insertion professionnelle réussie.

La Région participera au financement des services universitaires créés au sein


des établissements ou des PRES pour accompagner la recherche d'emploi des
jeunes diplômés.

La Région créera un fonds mutualisé pour favoriser le développement des initia-


tives développées par les étudiants afin de faciliter cette future insertion :
réseaux d'anciens, annuaires, organisation de rencontres avec les employeurs et
les précédentes promotions,

# 28
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uIncitation à l'embauche des jeunes docteurs dans les entreprises et les admi-
nistrations à des postes qui correspondent à leur niveau de qualification.

En complément de son ambitieuse politique d'allocations de recherche menée


depuis 2004 (plus d'un millier d'allocations de recherche et de bourses post doc-
torales), la Région a soutenu les initiatives menées par les établissements en
faveur de l'insertion professionnelle des jeunes docteurs (exemple des " docto-
riales ", du " quatrième chapitre de la thèse ", etc.).

Compte tenu de la situation de l'emploi scientifique et des risques actuels de dés-


affection pour les formations préparant à la recherche, la Région veut aller plus
loin.
Dans le cadre de ses différentes aides économiques, la Région incitera les entre-
prises à l'embauche des jeunes docteurs.
Elle favorisera également l'accès des docteurs aux métiers administratifs dans
ses services à des postes correspondant à leur niveau de qualification.

uAide à la diffusion des thèses en sciences humaines par un «chèque soutenance»

Compte tenu des conditions spécifiques propres aux thèses de sciences


humaines et sociales, les jeunes doctorants franciliens dans ces disciplines seront
soutenus lors de leur recherche de poste par un " chèque soutenance " par lequel
la Région contribuera aux frais de reproduction et de diffusion de leur thèse.

Priorité à la recherche coopérative

uÉvolution des thématiques prioritaires de recherche, renforcement de la poli-


tique active de financement d'allocation de recherche et soutien aux Picri (par-
tenariats institutions-citoyens pour la recherche et l'innovation)

La Région maintiendra son ambitieuse politique de financement des allocations


de recherche. Mais parce que la Région considère comme prioritaire de lutter
contre la précarité de l'emploi scientifique, elle fera évoluer sa politique pour
financer avant tout des allocations doctorales en réduisant la part des allocations
post doctorales.

L'évolution des thématiques prioritaires de recherche sera examinée dans le cadre


des Assises de l'enseignement supérieur et de la recherche. Elle se fondera :

lsur un débat à partir du bilan de la politique des DIM;


lsur la nécessité de renforcer des projets de recherche fondamentale d'in-
térêt particulier pour la Région, notamment en sciences humaines et
sociales;
lsur la poursuite des Partenariat Institutions-Citoyens pour la Recherche
et l'Innovation (PICRI) ayant permis lors de l'actuelle mandature de déve-
lopper des projets et des thématiques originaux ou émergents, sur des
sujets sociaux majeurs, entre laboratoires publics et associations.

uRenforcement du cofinancement des équipements mutualisés de laboratoires

Hors des thématiques prioritaires de recherche, la Région maintiendra son pro-


# 29
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

gramme de financement des équipements mutualisés des laboratoires (SESAME).

Valorisation et innovation

uCréation d'une structure de diffusion des savoirs labellisant et soutenant les


actions auprès du grand public

Pour soutenir la valorisation culturelle de la recherche, sera créée une structure


de diffusion des savoirs labellisant et soutenant les actions de grande envergure
menées auprès du grand public tels que les conférences citoyennes, les activités
des associations de culture scientifique, les colloques grand public, etc. La Région
soutiendra les associations et maintiendra les dispositifs permettant un large
transfert de tous les savoirs élaborés dans les universités et centres de recherche.

uCréation d'un guichet unique au sein du Centre francilien de l'innovation pour


les PME innovantes et du Lieu du design des designers .

La Région poursuivra sa politique ambitieuse de soutien à l'innovation et à l'éco-


innovation visant à offrir un accès simplifié aux aides publiques pour les PME
innovantes. Un guichet unique offrira un soutien au plus près du parcours des
créateurs et une vitrine de l'innovation francilienne, notamment en matière de
technologie et d'emplois " verts ".
Dans le cadre du partenariat avec OSEO, elle développera le Fonds régional
d'aide à l'innovation aujourd'hui doté de 12 millions d'euros et poursuivra son
soutien au Passage de l'innovation qui regroupe sur un même lieu le Centre fran-
cilien de l'innovation, le Lieu du design et certains pôles de compétitivité franci-
liens.

uMise en réseau de l'ensemble des cellules de valorisation et de transfert tech-


nologique par la création d'un réseau de connecteurs technologiques

La Région proposera aux établissements d'enseignement supérieur et de


recherche, tout particulièrement aux PRES, de mettre à leur disposition les res-
sources du Centre francilien de l'innovation et de développer un réseau de spé-
cialistes assurant le transfert et la « connexion technologique ».

uSoutien accru aux projets collaboratifs entre les PME et des laboratoires au
sein des 7 pôles de compétitivité franciliens.

La Région poursuivra et amplifiera son soutien aux projets issus des 7 pôles de
compétitivité en favorisant tout particulièrement les éco-technologies et la
métropole durable, à l'instar de ses récentes initiatives en matière de véhicule
électrique ou de photovoltaïque.

# 30
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uSoutien à l'innovation via la commande publique pour la métropole innovante


et durable, expérimentations dans la ville avec le Paris-Région Innovation Lab

La métropole francilienne constitue le premier bassin urbain d'Europe. Elle doit


devenir le lieu privilégié de la recherche et de l'innovation particulièrement dans
le domaine du développement urbain durable.
La Région développera des actions innovantes via ses marchés publics dans le
cadre du Paris-Région Innovation Lab initié avec la Ville de Paris.

# 31
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Nouvelles technologies

11 millions d'acteurs du numérique

uConnexion en très haut débit de tous les lycées et CFA franciliens

La Région a consacré, depuis 1998, plus de 40 millions d'euros à la diffusion du


haut débit en Île-de-France. Aujourd'hui, 99,9 % du territoire est couvert. Pour
accompagner la généralisation des Espaces numériques de travail dans tous les
établissements, un plan de connexion au très haut débit sera engagé dans les
lycées. Une démarche similaire sera lancée au bénéfice des Centres de formation
d'apprentis franciliens.

uGénéralisation de la téléprésence pour réduire les flux de transport

La téléprésence permet l'organisation de réunions de travail « en direct » entre


plusieurs lieux. De ce fait, elle participe à la réduction des flux de transport et
donc à la réduction des émissions de gaz carbonique. Nous accompagnerons la
diffusion du très haut débit dans les établissements de formation franciliens par
l'installation de matériels de téléprésence. Cet équipement pourrait ensuite être
facilité pour les partenaires publics de la Région (communes, universités, etc.).

uPlan régional de formation des seniors aux TIC

La Région souhaite accompagner de manière personnalisée les seniors vivant à


domicile, en institution ou fréquentant des lieux comme les cafés interâges à
l'usage des TIC en participant à l'acquisition de leur matériel informatique et aux
formations initiales d'utilisation.

uPlateforme régionale de télésanté pour les praticiens et les patients

La Région soutiendra la constitution de réseaux de soins dématérialisés afin


d'améliorer la qualité et la rapidité des transferts d'informations, participant au
financement des équipements de visioconférence, de télé-expertise et de télé-
transmission d'images. Cette action visera en priorité les équipements permet-
tant la mise en œuvre de la télémédecine dans les établissements situés dans
des territoires isolés (zones rurales, zones déficitaire, etc.), les établissements
pénitentiaires, les EHPAD, les établissements pour personnes en situation de
handicap, etc.

Le soutien régional permettra le développement de l'aide informatisée au diag-


nostic et au suivi des patients, favorisera le système d'archivage et de partage
de l'imagerie médicale et permettra le financement du matériel et des équipe-
ments destinés à encourager le développement des applications informatiques
de partage des informations médicales (ex : dossier médical partagé du patient,
dossier communicant en cancérologie).

uAide à l'équipement informatique des maisons de garde et des centres de


santé

# 32
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Au-delà de l'aide à l'équipement numérique des centres de santé et des maisons


pluridisciplinaires, la Région participera à la mise en réseau en très haut débit
des centres hospitaliers.

Une Cité numérique à vocation mondiale

uUne Cantine numérique 2.0, lieu d'expérimentation et de coopération de tous


les acteurs du numérique

La Cantine numérique, basée dans le deuxième arrondissement de Paris, a vu le


jour en grande partie grâce à l'intervention régionale. C'est désormais un lieu de
référence, en France et à l'international, rassemblant les acteurs du numérique
dans toute leur diversité. Ce lieu constitue un levier innovant et collaboratif pour
favoriser les échanges, contribuer au développement de l'innovation, faciliter et
accélérer les projets et les coopérations, susciter les dynamiques coopétitives,
encourager les expérimentations.

A ce titre et afin d'assurer son développement, il convient d'augmenter sensible-


ment sa capacité d'accueil et de pérenniser ses capacités d'animation du tissu
économique et social numérique.

uCréation d'un incubateur international d'entreprises et de projets à haut


potentiel

Cet outil constituera une opportunité pour les entreprises et les créateurs de
bénéficier, sur un même lieu et pour une période de temps limitée, de l'ensem-
ble des ressources dont ils ont besoin : comptabilité, expertise financière, res-
sources humaines, etc. Par ailleurs, la proximité de ce lieu avec les autres espaces
de la Cité numérique constituera un atout de poids pour le développement des
projets.

uMise en oeuvre d'un Fab Lab, laboratoire innovant de fabrication de proto-


types

Cet espace, quasiment unique en France, permettra, en associant outils et


machines assistées par ordinateur aux technologies numériques de pointe, de
faire du prototypage rapide et de réaliser la preuve du concept par l'objet.

uMise en place d'une plateforme de démonstration et de tests de projets tech-


nologiques

Cette plateforme a pour vocation l'élaboration et la mise en démonstration de


nouveaux concepts de services et de produits à partir de démarches créatives et
de veille technologique. Elle permettra aux entrepreneurs et aux créateurs tout
à la fois de valider leurs démarches innovantes et de confronter la pertinence de
leurs concepts en situation avec leurs clients potentiels.

Cette plateforme s'appuiera sur les dernières avancées technologiques tout en


respectant les préoccupations environnementales.

# 33
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uUn espace de co-working et de télétravail

Les espaces de co-working et de télétravail sont des réponses communautaires


à l'accroissement rapide du nombre de travailleurs indépendants, qu'ils soient
développeurs, designers, blogueurs, architectes web, consultants en marketing,
etc. Le renforcement de cette communauté nécessite un réseau fort de solidarité
et de partage, mais aussi des outils dédiés à cette forme de travail. Ces lieux, à
l'image de la Cantine numérique à Paris, jouent en ce sens, un rôle central en
favorisant la structuration d'un véritable réseau de travail, facilitant échange,
coopération et créativité.

Démocratie et transparence

uCréation d'une Agence régionale du numérique

La création d'une Agence numérique s'appuie sur l'expérience et le bilan de la


Région dans ce secteur depuis 6 ans. Elle est appelée à réorienter et à élargir les
missions d'Artesi.

La création de cette Agence régionale numérique repose sur 3 principes :

lGarantir et encourager le foisonnement des projets et donc l'attractivité


nationale et internationale du territoire francilien. Pour ce faire, elle aura
pour mission de faciliter et d'accompagner tous les projets qui participent
de ce mouvement. Elle sera une structure d'accompagnement, d'encoura-
gement et de facilitation de ces projets. Elle aura pour mission de repré-
senter la Région et son écosystème dans les manifestations nationales et
internationales afin d'assurer le rayonnement et l'attractivité du territoire
francilien, valoriser les formations et les TPE/PME franciliennes.

lElle doit être un véritable «bras armé» régional travaillant en étroite col-
laboration avec les services administratifs et les élus régionaux. À la fois
think tank, observatoire des nouvelles pratiques tant en France qu'à
l'étranger et force de proposition de politiques publiques pour l'assemblée
régionale, l'objectif de l'agence est de travailler au plus près des acteurs
économiques et associatifs.

lElle doit enfin mobiliser tous les moyens nécessaires pour réduire les
fractures numériques qui subsistent dans la Région. Elle aura pour mission
de proposer toutes les pistes possibles aux élus régionaux pour mettre en
place une stratégie du numérique pour tous. L'encouragement à la mise
commun, à l'ouverture et au partage des savoirs et des moyens participe
de cet objectif.

En plus d'être une structure d'animation, de facilitation et de propositions,


l'Agence régionale du numérique aura également une mission d'évaluation des
politiques régionales en faveur des TIC.

# 34
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uRegroupement des acteurs publics au sein d'un syndicat public régional pour
le très haut débit

Les évolutions technologiques en matière d'information et de communication


numérique sont rapides. Les acteurs sont nombreux et divers. Forte de son
action en matière d'équipement en haut débit, la Région souhaite fédérer l'en-
semble des initiatives publiques en matière de très haut débit au sein d'une ins-
tance unique. Ce syndicat public régional aura vocation à émettre des proposi-
tions et des recommandations en matière d'aménagement numérique, à partici-
per au financement des projets d'infrastructures, à veiller à l'égalité d'accès sur
tous les territoires et à engager une réflexion sur une tarification sociale de l'ac-
cès à Internet.

uActions de promotion et d'incitation à la création et à l'usage de l'open source

Destination privilégiée des principaux acteurs du secteur, l'Île-de-France concen-


tre à elle seule 60% du marché français et se positionne au premier rang des
régions européennes en termes d'emplois directement liés aux logiciels libres. Le
secteur de l'open source continue à se développer fortement en Île-de-France
notamment grâce à l'appui de la Région.

Depuis plusieurs années, nous avons en effet multiplié les initiatives en faveur
de l'open source. Après les clés USB distribuées chaque année depuis 2007 à
près de 200 000 lycéens et étudiants franciliens, le Conseil régional a lancé un
projet d'environnement numérique de travail open source pour les lycées fran-
ciliens qui permet le suivi de la scolarisation en relayant l'information entre
parents, élèves et professeurs. La Région finance par ailleurs des projets open
source au sein des deux pôles de compétitivité du secteur, Systematic Paris
Region et Cap Digital, et apporte aussi un soutien financier à des associations du
secteur : April, Adullact, Wikimedia, Silicon Sentier, etc.

Nous renforcerons nos actions dans ce secteur et soutiendrons les manifesta-


tions et les actions de promotion de l'usage de l'open source, en particulier par
les collectivités locales.

uSoutien aux collectivités pour les démarches d'ouverture et de partage des


données publiques (open data)

Les citoyens sont régulièrement confrontés à des problèmes d'accès aux données
publiques (cartographies, listings, décisions, etc.). Afin de lever les verrous admi-
nistratifs et harmoniser la présentation de ces données, la Région encouragera
les collectivités franciliennes à offrir une accessibilité renforcée aux données
publiques afin de permettre leur exploitation par tous. En favorisant ainsi le trai-
tement de ces données publiques, l'objectif est de donner l'opportunité aux
citoyens de disposer d'indicateurs fiables et évolutifs, outils nécessaires à l'ana-
lyse et donc au vivre ensemble, de manière collaborative et proactive.

La Région s'engage à mettre elle-même en ligne et en libre accès une part impor-
tante de ses propres données et à inciter l'ensemble des organismes qui lui sont
associés, au premier rang desquels l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme
(IAU), à faire de même.

uEnregistrement et diffusion en ligne gratuite des cours d'université

# 35
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Ainsi qu'elle l'a déjà initié avec plusieurs universités parisiennes, la Région pro-
posera d'étendre à l'ensemble des universités franciliennes le dispositif «d’ap-
prentissage nomade» qui permet de mettre gratuitement à la disposition de tous,
sur Internet, les cours dispensés dans les amphithéâtres. Cette diffusion en ligne
se fera sous forme de fichiers numériques facilement lisibles sur des lecteurs
MP3 : audio, vidéo, diaporamas sonorisés, etc.

Cette initiative s'adresse en premier lieu aux étudiants, en particulier à ceux qui
passent du temps dans les transports et ceux qui sont salariés (un étudiant fran-
cilien sur deux). Elle permettra également un accès aux savoirs pour le public le
plus large et participera d'une plus grande notoriété des universités franciliennes
à l'étranger.

# 36
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

JUSTICE SOCIALE
SANTE

Offre de soins de proximité

uRéseaux de santé

Visant en premier lieu la coordination entre les équipes hospitalières, les profes-
sionnels médicaux et paramédicaux exerçant en ville et les acteurs du champ
social - assistantes sociales, éducateurs, services sociaux municipaux ou dépar-
tementaux, associations - les réseaux de santé donnent un sens nouveau à l'exer-
cice, fondé sur la coopération et la coordination, entre acteurs relevant de disci-
plines et de structures différentes. A l'échelle du quartier, de la ville ou du dépar-
tement, le réseau offre un maillage du territoire entre structures de santé, pro-
fessionnels exerçant en libéral, services publics et associations. Il permet de
mieux s'orienter dans le système de santé. Le réseau est enfin un espace de
parole et d'initiative pour les personnes malades.

Nous proposons donc que la Région participe au financement des réseaux de


santé généralistes et de certains réseaux spécialisés (psychiatrie, SIDA, cancer,
gérontologie, diabète, etc.) par des subventions pour travaux et équipement
matériel.

uInstallation de praticiens

Une aide à l'installation des médecins et des paramédicaux dans les zones sous
dotées, conjuguée aux politiques déjà existantes de cofinancement de structures
de santé de proximité, permettra de financer des travaux en vue de la constitu-
tion de cabinets médicaux.

uMaisons de santé pluridisciplinaires, centres de santé, maisons de garde

La Région s'engagera dans le soutien à l'installation et au fonctionnement de mai-


sons de santé pluridisciplinaires et de cabinets médicaux pour développer de
nouveaux services, par exemple en matière d'éducation thérapeutique. Cette
démarche permettra en outre, par une meilleure organisation territoriale, de
faciliter l'accès aux soins dans un périmètre de proximité et contribuer au main-
tien et à l'implantation de nouveaux professionnels de santé.

Les centres de santé répondent à une demande forte d'un large public en raison
de la facilité d'accès à la consultation, de l'éventail des spécialités offertes, d'un
plateau technique étendu et de la pratique du tiers-payant de " secteur 1 ". Ce
sont des structures ouvertes à tous, qui défendent une médecine de qualité pour
tous contre la médecine à deux vitesses et les inégalités sociales de santé.

# 37
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

De même, les maisons de santé pluridisciplinaires visent à offrir à la population,


sur un même lieu, un ensemble de services de santé, principalement de premier
recours, regroupant des activités médicales et paramédicales, favorisant les
prises en charge coordonnées, et constituant une réponse à l'évolution des
modes d'exercice.

uContrats RéciproSanté pour les internes et les étudiants en formations sani-


taires et sociales (FSS)

Nous créerons une aide financière à la scolarité des étudiants en médecine et en


FSS qui souhaitent exercer ou accomplir des stages dans des zones sous dotées
(102 communes en Ile-de-France). Cette aide, à négocier avec les organisations
représentatives des étudiants en FSS, pourrait par ailleurs être rapidement inté-
grée pour les agents hospitaliers suivant ces formations au titre de la promotion
interne.

uAide aux stages en FSS

L'amélioration de l'aide aux étudiants des formations sanitaires et sociales pas-


sera par une meilleure prise en charge des frais de transports pendant les stages,
une incitation des hôpitaux à la construction de logements pour le personnel et
les étudiants ainsi que la pérennisation et l'augmentation du fonds social, le
FREAS.

Par ailleurs, la Région participera au financement d'une partie des stages obliga-
toires des étudiants en formations sanitaires et sociales, effectués dans des ins-
titutions non lucratives.

uPlateforme régionale de télésanté

La Région soutiendra la constitution de réseaux de soins dématérialisés afin


d'améliorer la qualité et la rapidité des transferts d'informations. Elle participera
au financement des équipements de visioconférence, de télé-expertise et de télé-
transmission d'images. Cette action visera notamment les établissements situés
dans des territoires isolés (zones rurales, zones déficitaires etc.), les établisse-
ments pénitentiaires, les EHPAD, les établissements pour personnes en situation
de handicap, etc.

Le soutien régional permettra le développement de l'aide informatisée au diag-


nostic et au suivi des patients, favorisera le système d'archivage et de partage
de l'imagerie médicale et le financement des équipements destinés au dévelop-
pement des applications informatiques de partage des informations médicales
(ex : dossier médical partagé du patient, dossier communicant en cancérologie).

uAide à l'équipement informatique et au très haut débit

Au-delà de l'aide à l'équipement numérique des centres de santé et des maisons


pluridisciplinaires, la Région participera à la mise en réseau en très haut débit
des centres hospitaliers.

uSystèmes d'information santé

L'objectif est d'améliorer la connaissance des ressources médicales pour une


meilleure prise en charge des patients et de décloisonner les acteurs en optimi-
sant les ressources. Plusieurs projets pilotes pourraient être soutenus tels

# 38
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Trajectoire (optimisation des flux d'aval en soins de suite et de réadaptation


SSR), Région sans film (plateforme mutualisée de stockage de données radiolo-
giques des patients) ou ROR-IDF (répertoire opérationnel des ressources mettant
à disposition des informations actualisées et fiables sur les moyens, les modali-
tés d'accès et les capacités des établissements).

Plan régional pour les urgences

En nombre suffisant au regard des normes fixées par le Schéma régional d'orga-
nisation sanitaire, les services hospitaliers d'urgence franciliens sont néanmoins
confrontés à de nombreuses difficultés, générant une réelle insatisfaction des
patients et des professionnels devant les délais d'attente. En effet, au-delà de
difficultés structurelles persistantes (notamment l'insuffisance en lits d'aval dis-
ponibles, principalement en médecine et en soins de suite et de réadaptation),
les services hospitaliers d'urgences franciliens pâtissent d'une insuffisante maî-
trise des flux d'entrée, de l'inadaptation partielle des locaux, d'une maîtrise lacu-
naire des flux de sortie. Compte tenu du contexte francilien très tendu, la Région
a souhaité apporter un soutien spécifique visant non seulement l'adaptation de
l'offre en services hospitaliers d'urgence aux besoins (restructuration, humanisa-
tion, extension et équipements des services hospitaliers), mais également l'opti-
misation de la gestion des flux d'entrée (aide au développement des maisons
médicales de garde conventionnées) et de sortie (aide à l'équipement informa-
tique permettant notamment de connaître la disponibilité en lits d'aval), afin
d'agir durablement sur l'accueil et l'accès aux soins d'urgence des patients en Ile-
de-France.

Protection sanitaire

uObservatoire de la santé au travail

Cet organe consultatif sera chargé de promouvoir, au niveau régional, les orien-
tations politiques en matière de santé et de sécurité au travail. Priorité pourrait
être donnée à la diffusion de bonnes pratiques en entreprise, à la prévention des
accidents de trajets professionnels et à l'amélioration des conditions d'exercice
de la médecine du travail.

uPass contraception

Sous le contrôle d'un médecin ou d'une infirmière scolaire, ce carnet permettra


à tous les jeunes inscrits dans un lycée ou un établissement de formation rele-
vant du Conseil régional d'avoir accès gratuitement à une consultation médicale,
à tous les modes de contraception et, si nécessaire, à des analyses médicales.

uSoutien aux centres de planning familial et aux centres IVG

Afin d'améliorer l'information des publics en matière de sexualité, contraception,


avortement et de lutter contre les inégalités d'accès qui subsistent en la matière,
la Région soutiendra l'action menée par la Fédération régionale de la région pari-
sienne du Mouvement Français pour le Planning Familial (MFPF) sur les trois
projets suivants :
# 39
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

ll'optimisation de l'information concernant la contraception, la sexualité


et l’accès à l'IVG, par voie médicamenteuse, hors hôpital et en centre de
planification ;
lla lutte contre le manque d'information, les tabous et les représentations
stéréotypées ;
lla gestion de la plateforme téléphonique, notamment le surplus d'activi-
tés qui sera occasionné par la prochaine campagne régionale d'information
«Sexualité-contraception-avortement, un droit, mon choix, notre liberté».

Elle poursuivra par ailleurs son soutien à l'aide à l'acquisition d'échographes et à


la restructuration ou création des centres de planification.

uAppels à projets obésité, alcool, SIDA

Nous engagerons des programmes régionaux de santé via des appels à projets
en matière de lutte contre les addictions, de conduites à risques, de nutrition
(obésité, diabète, malnutrition) et de prévention contre le SIDA. Plus particuliè-
rement, auprès des jeunes, l'action régionale se déclinera via des actions ciblées
visant à :
lassurer un meilleur équilibre nutritionnel dans les cantines scolaires ;
lgénéraliser dans les cantines les repas équilibrés intégrant nécessaire-
ment fruits et légumes frais ;
lformer les intendants, chefs cuisiniers et personnels de cantine aux
repères du Plan National Nutrition Santé ;
limposer aux cantines scolaires d'indiquer la valeur énergétique des
menus et aliments qu'ils proposent, afin de sensibiliser les lycéens et
réduire l’obésité ;
lpoursuivre les dispositifs de prévention du mal-être des jeunes ;
lrenforcer les dispositifs d'information en matière de sexualité, de contra-
ception et de lutte contre le SIDA.

uActions sur les maladies rares et orphelines

Des dizaines de milliers de familles franciliennes sont confrontées dans leur quo-
tidien aux difficultés liées aux maladies rares et orphelines.

La Région interviendra donc par des aides en investissement et en équipement


pour les centres de références des maladies rares ainsi que pour les structures
d'accueil adaptées aux différentes pathologies. Par ailleurs, un soutien sera
apporté aux associations (diffusion d'informations, élaboration de plaquettes
fiches pratiques pour les malades, etc.).

Enfin, un cursus spécifique sera intégré dans les programmes des instituts de for-
mation paramédicaux (infirmières, kinés, etc.).

Un intérêt particulier sera porté à l'accueil à l'accompagnement et au traitement


des personnes touchées par la drépanocytose et la trypanosomiase.

uAppui aux démarches de santé environnementale

Nous lancerons un plan régional Santé / Environnement qui veillera aux ques-
tions de la santé environnementale et qui traitera des risques sanitaires, de la
qualité de l'air, de l'eau, du bruit, des produits chimiques, de la diversité des pol-
luants, des rayonnements, des pollutions intérieures, etc.

# 40
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uSoutien aux réseaux de santé mentale

Notre action se développera dans le champ médicosocial où est accompagnée


une grande partie des personnes souffrant de troubles psychiatriques.
Elle vise à :

laméliorer, par le financement de structures en investissement et le sou-


tien à des projets, la prise en compte de la santé mentale en favorisant le
diagnostic, l'accompagnement, l'orientation et la prise en charge psycho-
thérapeutique ;
lmieux financer les centres de soins psychothérapeutiques (accueil,
écoute, soin);
lparticiper aux investissements pour la rénovation des établissements et
l'augmentation du nombre de lits en psychiatrie;
lmettre en place des appels à projets destinés à favoriser le diagnostic,
l'accompagnement, l'orientation et la prise en charge psychothérapeutique
de personnes en souffrance psychique;
lcontribuer à la l'amélioration des lieux d'accueil des familles des détenus
et à la création d'unités de vie familiale en prison pour réduire la souf-
france mentale et les ruptures familiales.

# 41
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

LOGEMENT

30 % de logements sociaux dans chaque commune

uProgramme de mise à disposition gratuite de terrains pour la construction de


logements sociaux

Les terrains disponibles pour construire des logements ne sont pas rares en Ile-
de-France. Pourtant, ils sont techniquement difficiles à mobiliser et surtout sou-
vent trop chers pour pouvoir réaliser des logements accessibles pour le plus
grand nombre. Avec l'établissement public foncier régional créé en 2007, la
Région a su donner le coup d'accélérateur nécessaire à la mobilisation du foncier.
Les résultats de cette initiative sont reconnus par tous : déjà 100 conventions
passées avec les collectivités et 1 milliard d'euros engagé de 2007 à 2010 pour
réaliser 30000 logements dont plus du tiers de logements sociaux.

En mettant à la disposition des bailleurs sociaux et des associations d'aide au


logement des terrains qu'ils n'auront plus à acheter au prix fort comme
aujourd'hui, nous proposons d'aller plus loin. La mise à disposition de foncier par
bail à longue durée sera gratuite, en échange de loyers réellement minorés afin
de constituer un frein efficace à la spéculation immobilière.

uPacte régional avec les maires-bâtisseurs : plus l'effort de construction sera


élevé, plus la Région financera d'équipements publics dans la commune concernée

L'expérience montre combien il est nécessaire d'accompagner la production de


logements, d'équipements et de services publics. Ils sont les garants du lien
social et de leur attractivité durable. C'est pourquoi il est essentiel que les com-
munes qui accueillent de nouveaux habitants en acceptant de construire des
logements soient particulièrement soutenues par la mise en place d'équipements
et de services de proximité dont la population a besoin : crèches, écoles, équipe-
ments culturels et sportifs.

La Région proposera à chaque maire, sur la base de critères de mixité sociale et


de qualité urbaine, un " Pacte pour le logement " dont le principe est simple : plus
la commune construit, plus les financements régionaux seront importants.

uCréation d'une Autorité organisatrice du logement

En Île-de-France, les collectivités apportent ensemble davantage d'aides directes


au logement social que l'Etat. Mais c'est pourtant l'Etat qui délivre les agréments
et fixe les niveaux de loyers. La multiplicité des intervenants et la complexité de
la chaîne de construction de logements impose désormais l'installation d'une
autorité les réunissant tous afin de coordonner et d'organiser leur intervention
selon des objectifs définis.
C'est pourquoi nous proposons la création d'une Autorité organisatrice du loge-
ment associant les collectivités et les acteurs du logement. Cet outil de gouver-
nance, interlocuteur régional de l'Etat, travaillera aux objectifs majeurs de réso-
lution de la crise du logement : plus de mixité sociale, maîtrise de l'augmentation
des loyers, lutte contre la spéculation immobilière, construction de 60 à 70 000
logements par an, objectif de 30 % de logements sociaux dans chaque commune.

# 42
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uFinancement de la construction de logements sociaux pour participer à l'ef-


fort de construction de 60 à 70 000 logements par an

Après avoir financé la construction et la réhabilitation de plus de 240 000 loge-


ments sociaux entre 2004 et 2010, la Région continuera à s'engager dans la
construction de logements sociaux avec une priorité assumée vers les logements
accessibles à 60 % de la population et 90 % des demandeurs de logement (loge-
ment dits PLAI et PLUS).

La Région Ile-de-France, en complément de son plan de mise à disposition de ter-


rains gratuits, continuera à subventionner la construction de logements sociaux
durant la prochaine mandature.

Construire durable, habiter solidaire

uDévelopper l'éco-habitat : norme de bâtiments basse consommation (BBC)


pour les logements neufs et soutien accru pour la construction de bâtiments à
énergie positive

Après avoir imposé le respect de la norme Haute Qualité Environnementale, la


Région donnera comme nouvel objectif le niveau " Bâtiment basse consomma-
tion " (50 kwh/m²/an) à toutes les constructions qu'elle soutiendra. Elle encoura-
gera également des programmes pilotes de bâtiments à énergie positive et à
énergie renouvelable selon les normes européennes les plus avancées
(Concerto).

L'objectif de cette démarche est triple :


lconstituer un bouclier énergétique,
lcontribuer à la lutte contre l'effet de serre,
lsoutenir les éco-filières régionales.

uPlan régional d'isolation des logements sociaux

Afin de réduire les charges des locataires et des propriétaires, tant dans le parc
social que dans le parc privé, mais également de réduire la consommation éner-
gétique, la Région engagera un large plan d'isolation des logements sociaux et
des copropriétés privées dégradées en difficultés.

Cet effort est en cohérence avec la volonté d'élever les exigences de la Région
Ile-de-France en direction de l'éco-habitat et de mettre en œuvre son engage-
ment en faveur des éco-compagnons.

u20 nouveaux éco-quartiers par an

La création de Nouveaux Quartiers Urbains (NQU), en 2008, a permis de poser


les bases de cette action. La Région poursuivra son soutien en termes financiers
et d'ingénierie à ces projets d'éco-quartiers qui participent concrètement au
développement durable : éco-énergie, usage des énergies renouvelables, traite-
ment des déchets, recyclage des eaux, utilisation d'éco-matériaux durables, orga-

# 43
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

nisation des circulations douces, qualité de l'habitat. L'objectif est de soutenir au


moins 20 nouveaux quartiers urbains lors de la prochaine mandature.

uPromouvoir la filière « bois-matériaux »

Le bilan écologique global de la filière bois est particulièrement intéressant : les


arbres plantés pour alimenter la filière fonctionnent comme de véritables
pompes à CO2 et gaz à effets de serre. Par ailleurs, cela permet d'optimiser le
foncier, l'utilisation des terrains et les coûts de construction du fait de construc-
tions en bois plus légères et nécessitant moins de fondations. De plus, le bois,
excellent isolant acoustique et thermique, permet également de réaliser jusqu’à
30¨% des économies d'investissement et de fonctionnement.

La Région proposera un grand plan de valorisation de la forêt francilienne pas-


sant par :

ldes engagements sur ses bâtiments, et en particulier sur les lycées.


ldes majorations de subventions sur les bâtiments subventionnés par la
Région, parmi lesquels les logements sociaux;
ldes aides économiques aux opérateurs qui s'engagent dans la filière bois
en Ile-de-France;
lun plan de formation professionnelle pour la qualification du personnel
de cette filière.

uDéveloppement des pratiques de logements intergénérationnels

Les initiatives en matière de logement intergénérationnel répondent à la fois aux


difficultés de se loger que rencontrent les jeunes Franciliens et au souhait de
personnes âgées de rester à leur domicile, plutôt que d'intégrer une maison de
retraite. Ces expériences nécessitent un soutien associatif pour bien préparer et
accompagner les personnes qui y participent.

La Région soutiendra donc les associations qui conduisent des expériences de


logement intergénérationnel et mettra en place une charte avec les bailleurs
sociaux pour proposer aux personnes âgées occupant un logement de grande
capacité, d'accueillir des étudiants franciliens.

uFavoriser l'habitat coopératif

De nombreux Franciliens se lancent dans des projets d'accession à la propriété


sous forme de coopératives d'habitat qui permettent à un groupe de personnes
de construire ou de réhabiliter des locaux anciens, d'y habiter en alternant des
appartements privés et des parties communes. Chaque projet est unique et
repose sur un investissement très fort des habitants. Toutefois les difficultés sont
grandes pour bâtir ces projets hors-norme. Dans le cadre de l'université régio-
nal des copropriétaires, un appui technique sera proposé aux porteurs de projets.

uMise en place d'une plateforme Internet régionale favorisant la colocation

La réalité du marché du logement fait que pour les jeunes Franciliens, étudiants
ou salariés, la colocation devient une forme banale d'habitat et aussi un mode de
vie collectif qui présente des avantages. L'offre et la demande se rencontrent
aujourd'hui par des voies informelles (réseaux de connaissance, petites annonces
etc.) qui limitent les possibilités de colocation.

# 44
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Nous mettrons donc en place une plateforme Internet mutualisée pour proposer
aux jeunes Franciliens un instrument pratique et centralisé pour développer la
colocation.

Agir pour le logement des jeunes

uPrise en charge de la caution et du dépôt de garantie pour les étudiants en


location et colocation

Accéder à un premier logement est devenu de plus en plus difficile dans le


contexte de la crise du logement. L'âge moyen de la décohabitation (départ du
domicile familial) est passé de 21 à 23 ans en dix ans. Les jeunes ont peu accès
au parc social et l'offre spécifique (résidence sociale étudiante, foyer de jeunes
travailleurs) est encore insuffisante malgré les efforts de rattrapage réalisés, en
particulier par la Région.

Le dispositif régional concernera tous les jeunes de moins de 26 ans, non éligi-
bles aux aides existantes. Il se décomposera en deux dispositifs :

GARANTIE LOYER
La garantie prendra la forme d'un engagement auprès du bailleur, pendant une
durée de 3 ans à compter de l'entrée dans les lieux, à assurer le paiement du
loyer et des charges locatives pour 12 mensualités au maximum, en cas d'im-
payés justifiés. Le montant garanti sera limité à 500 euros par mois de loyer,
charges comprises, pour, un étudiant vivant seul et à 750 euros par mois pour
un étudiant vivant en couple ou en colocation.

GARANTIE DEPÔT
La garantie prendra la forme d'un engagement auprès de la banque, pendant une
durée de 3 ans à compter de l'entrée dans les lieux, à assurer le remboursement
des mensualités de prêt, en cas d'impayés justifiés. Le montant du dépôt de
garantie est celui figurant dans le contrat de location. Le montant total garanti
sera limité à 70% du montant prêté (capital et intérêts) plafonné à 900 euros
pour un étudiant seul et 1 400 euros pour un étudiant en colocation.

uCréation de 20 000 logements pour les jeunes, étudiants ou apprentis

La Région soutient depuis 1998 la création de logements étudiants et de rési-


dence de jeunes travailleurs. La Région poursuivra son effort aux côtés des opé-
rateurs spécialisés (CROUS, Union des foyers de jeunes travailleurs, bailleurs
sociaux, associations spécialisées) et fixera un objectif de 20 000 logements des-
tinés aux jeunes pour le prochain mandat.

En accord avec les orientations que le Conseil régional a fixé dans son Schéma
régional du logement étudiant, la Région favorisera les opérations mixtes réunis-
sant étudiants et jeunes travailleurs. Elle s'attachera également à mobiliser les
meilleurs financements pour obtenir des loyers de sortie les plus bas possibles
correspondant aux ressources réelles des étudiants.

# 45
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uFinancement de 1 000 logements partagés pour des étudiants qui s'engagent


dans des initiatives culturelles ou sociales en Île-de-France

L'objectif de cette mesure est d’associer accès au logement et soutien aux pro-
jets humanitaires, environnementaux et sociaux portés par des étudiants.
En effet, ces derniers sont souvent volontaires pour des engagements associatifs
sociaux ou humanitaires. Disposer d'un logement peut être un facteur de déve-
loppement des initiatives collectives, pas tant pour les récompenser que pour
contribuer à la réussite de leur projet. Nous nous engageons donc à mettre à la
disposition d'associations étudiantes 1000 logements en colocation pour des
étudiants participant à des projets d'intérêt général.

Accompagner les propriétaires et les bailleurs

uCréation d'une Université des copropriétaires pour renforcer leurs droits et


les aider à faire face aux enjeux urbains et environnementaux

Il incombe aux copropriétaires des responsabilités collectives importantes :

lparticiper au bon fonctionnement ordinaire de la copropriété et veiller à


son équilibre économique,
lfaire face aux défis urbains importants quant à l'amélioration de l'habi-
tat (mise aux normes, ravalement),
lrelever les enjeux énergétiques et environnementaux.

Des acteurs associatifs et certaines collectivités ont mis en place des perma-
nences qui garantissent le conseil juridique et l'assistance des copropriétaires.
Ces initiatives intéressantes mériteraient d'être élargies à tous les Franciliens.
Pour cela, la Région créera une Université des copropriétaires qui permettra à
chaque copropriétaire francilien d'avoir accès à une formation de qualité en
matière de techniques de construction, de compétences juridiques ou écono-
miques.

uOrganiser la formation dans la filière de rénovation des ascenseurs

Le faible nombre de personnels qualifiés constitue l'une des raisons des dysfonc-
tionnements réguliers et parfois insupportables existant notamment dans cer-
tains grands ensembles sociaux.

Dans le cadre de sa politique de formation professionnelle, la Région proposera


de former 500 techniciens spécialisés pour répondre au manque de main d'œu-
vre qualifiée.

uMettre en oeuvre un plan de prévention pour la sécurité incendie

L'installation d'alarmes pour la sécurité incendie, qui sera bientôt obligatoire


dans chaque logement, pose en elle-même des problèmes de sécurité. En effet,
les professionnels de ce secteur pointent la dangerosité de tels dispositifs s'ils ne
sont pas accompagnés d'un effort conséquent d'information et de prévention
auprès des habitants. Les alarmes ont ainsi tendance à générer des mouvements
de panique conduisant de nombreuses personnes à quitter leur logement alors
qu'il faut le plus souvent, tout particulièrement dans les immeubles, se calfeutrer

# 46
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

et attendre les secours.

La Région soutiendra donc les initiatives innovantes d'équipement des logements


sociaux et des copropriétés dégradées en matière de sécurité-incendie. Par ail-
leurs, elle mènera des actions de sensibilisation quant au comportement à adop-
ter en cas d'incendie, en particulier auprès des lycéens et des apprentis.

uSécurisation des parcours d'accession à la propriété pour permettre aux per-


sonnes de faire face aux accidents de la vie

Avec la crise économique et la montée du chômage, certains accédants à la pro-


priété vont connaître des accidents dans leur parcours d'accession. Tous ne béné-
ficient pas des sécurités qu'offrent les programmes d'accession sécurisée des
bailleurs sociaux.

Pour éviter les drames sociaux liés à l'accession, nous proposons la mise en
œuvre, avec l'ensemble des acteurs concernés, d'un dispositif de portage immo-
bilier de courte durée, sous la forme d'une société coopérative d'intérêt collectif,
qui offrirait aux accédants en grande difficulté une alternative à la «vente à la
bougie» et à l'expulsion.

Faire face aux situations d’urgence

uSoutien aux dispositifs de location solidaire à l'échelle régionale

La mise en oeuvre du droit opposable (DALO) au logement ne pourra pas se faire


par la seule mobilisation du parc social existant qui est très concentré dans un
petit nombre de communes comptant déjà beaucoup de logements sociaux. Dans
un but de mixité sociale, il est important de soutenir les efforts de mobilisation
des logements privés par des dispositifs solidaires.

Plusieurs collectivités franciliennes ont mis en place des dispositifs innovants.


Certaines communes ont ouvert des agences immobilières à vocation sociale
(AIVS), la Ville de Paris a, de son côté, créé le dispositif Louez solidaire.

Trois principes peuvent être retenus de ces premières expériences :

lgarantir le loyer pour le propriétaire solidaire


lsuivre le locataire
lsécuriser les associations qui font l'intermédiaire entre le propriétaire et
le locataire.

La Région soutiendra l'extension et la diffusion de ces dispositifs à travers un


réseau régional de la location solidaire pour permettre à la fois le retour sur le mar-
ché de logements vides et proposer aux propriétaires un partenariat « gagnant-
gagnant » qui se traduit pour le propriétaire par la certitude du paiement des
loyers et le travail d'intermédiation d'une association chargée d'harmoniser la rela-
tion avec les locataires.

uMise à disposition de bâtiments à des associations de mal-logés pour des


« opérations tiroirs » ou des baux temporaires

# 47
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Dans le tissu urbain de nos villes, il existe nombre d'opportunités immobilières


temporaires qui rendent disponibles parfois pour une durée de plusieurs années
un bâtiment d'activités.

Certains acteurs associatifs se lancent dans des occupations illégales pour à la


fois trouver des solutions concrètes et interpeller l'opinion et les pouvoirs
publics. Il faut faire converger ces deux approches dans le cadre de projets
légaux d'occupation temporaire. Ce type de projet suppose un accompagnement
social important et, parfois, des travaux pour rendre ces locaux habitables. Nous
proposons que la Région participe à des expériences pilotes au travers du finan-
cement du travail social mené par les associations comme de l'aménagement des
locaux dans le cadre de projets labellisés par les élus locaux et les pouvoirs
publics.

Par ailleurs, afin d'accompagner les associations créant des espaces d'héberge-
ment temporaires (EHT) ou des occupations temporaires à vocation sociale ou
culturelle dans des locaux d'activités, la Région prendra en charge une partie des
travaux d'aménagement.

uPlan régional de création de centres d'accueil, de résidences sociales et de


pensions de familles

Le relogement des personnes en difficulté est une longue chaîne dont les pre-
miers maillons, constitués par les lieux d'accueil d'urgence (centre d'hébergement
d'urgence) et d'hébergement (centre d'hébergement et de réinsertion sociale),
sont les plus fragiles. L'enjeu est tout à la fois qualitatif et quantitatif. L'ensemble
des structures doit en effet permettre l'hébergement individuel et un accompa-
gnement social de qualité.

Sans disposer de responsabilité directe dans ce domaine, la Région mettra en


place un plan de développement de l'hébergement pour développer sur tout le
territoire francilien des lieux d'hébergement dignes. Sur le modèle des 20% de
logements sociaux rendus obligatoires par la loi SRU, les communes ont
aujourd'hui des obligations en matière d'hébergement. La Région veillera au bon
équilibre géographique et à une solidarité territoriale.

uPlan de rénovation des foyers de travailleurs migrants

L'Île-de-France est historiquement la première région d'accueil des travailleurs


migrants et compte donc de nombreux foyers de travailleurs migrants qui sont
aujourd'hui en mauvais état et souffrent de surpopulation. Parmi les nombreuses
formes de logement, cette forme d'habitat mobilise assez peu les pouvoirs
publics.

Nous proposons que la Région participe à un plan de rénovation des foyers de


travailleurs migrants pour assurer des conditions de logement dignes à ces per-
sonnes (chambres individuelles) et la construction de places nouvelles.

# 48
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

JEUNES

Couverture universelle

uComplémentaire santé
Pour toute souscription à une mutuelle, la Région procèdera au remboursement
d'une part, plafonnée à 100 € par an, du montant de l'adhésion.

Ce dispositif s'adresse aux jeunes :


lde moins de 26 ans ;
lrésidant en Île-de-France ;
layant souscrit à titre individuel à une complémentaire santé.

uPass contraception

Sous le contrôle d'un médecin ou d'une infirmière scolaire, ce carnet permettra à


tous les jeunes inscrits dans un lycée ou un établissement de formation relevant
du Conseil régional d'avoir accès gratuitement à une consultation médicale, à
tous les modes de contraception et, si nécessaire, à des analyses médicales.

uCautionnement régional pour la location et la colocation

Le dispositif régional concernera tous les jeunes de moins de 26 ans, non éligi-
bles aux aides existantes. Il se décomposera en deux dispositifs :

GARANTIE LOYER
La garantie prendra la forme d'un engagement auprès du bailleur pendant une
durée de 3 ans à compter de l'entrée dans les lieux, à assurer le paiement du
loyer et des charges locatives pour 12 mensualités au maximum, en cas d'im-
payés justifiés. Le montant garanti sera limité à 500 euros par mois de loyer,
charges comprises, pour un étudiant vivant seul et à 750 euros par mois pour un
étudiant vivant en couple ou en colocation.

GARANTIE DEPÔT
La garantie prendra la forme d'un engagement auprès de la banque pendant une
durée de 3 ans à compter de l'entrée dans les lieux, à assurer le remboursement
des mensualités de prêt, en cas d'impayés justifiés. Le montant du dépôt de
garantie à prendre en compte dans la garantie est celui figurant dans le contrat
de location. Le montant total garanti sera limité à 70% du montant prêté (capital
et intérêts) plafonné à 900 euros pour un étudiant seul et 1 400 euros pour un
étudiant en colocation.

uExtension d'Imagin'R à tous les moins de 26 ans non salariés


A ce jour, environ 750 000 jeunes étudiants, scolaires et apprentis bénéficient
de la carte Imagin'R et de ses avantages tarifaires (50% du tarif Navigo), d'utili-
sation (dézonage les week-ends, les jours fériés, ainsi que pendant les vacances
scolaires) et commerciaux (cinémas, restauration rapide, spectacles, etc.). Cet
avantage sera élargi à tous les jeunes non salariés et âgés de moins de 26 ans,
soit 200 000 jeunes supplémentaires.

# 49
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Garantie démarrage

uPrise en charge du trousseau d'outils professionnels


Tous les jeunes franciliens en alternance (apprentis, pré-apprentis, contrats de
professionnalisation) pourront bénéficier d'aides financières de la Région pour
leur équipement professionnel de base. Le montant variera selon le niveau de la
formation.

uGratuité des transports pour les jeunes en insertion

Les jeunes en insertion n'ont pas droit à la carte Imagine'R, ils ne peuvent non
plus bénéficier de la Carte solidarité transport. L'octroi, au cas par cas, de
chèques mobilité, ne leur permet donc pas d'accéder à un véritable droit à la
mobilité, alors même qu'ils sont appelés à circuler régulièrement durant leur
période de formation et/ou de recherche d'emploi. Cette mesure vise donc, après
concertation avec les acteurs de l'insertion et, en particulier, les 81 missions
locales franciliennes, à leur permettre de voyager gratuitement sur le réseau de
transports francilien durant leur période de formation et de recherche d'emploi.

uGarantie d'indemnité pour les stagiaires de la formation professionnelle

La rémunération comme stagiaire de la formation professionnelle est régie par


des barèmes relevant du Code du travail. Ces barèmes n'ont pas évolué depuis
2002, conduisant à une perte de pouvoir d'achat de plus de 15%. La rémunéra-
tion mensuelle est de l'ordre de 650 euros pour les personnes ayant travaillé
pendant six mois au cours d'une période de douze mois ou pendant douze mois
au cours d'une période de vingt-quatre mois.

La Région adoptera donc des barèmes plus favorables que ceux du Code du tra-
vail, notamment dans une optique de soutien au pouvoir d'achat, d'attractivité
de la formation et de sécurisation des parcours. Cette garantie d'indemnité s'ap-
puiera sur l'adoption de barèmes régionaux propres revalorisés, mettant en par-
ticulier l'accent sur les publics les plus jeunes et les plus fragiles.

uParticipation à l'indemnité de stages des étudiant-es en formations sanitaires


et sociales

Le décret du 31 janvier 2008 instaurant une rémunération obligatoire des sta-


giaires pour tous les stages en entreprise dépassant trois mois consécutifs s'ap-
plique désormais aux étudiants des filières sanitaires et sociales effectuant leur
stage dans un établissement ou un service de statut privé. Toutefois, de nom-
breuses institutions non lucratives accueillant ces jeunes ne sont pas en mesure
de prendre en charge la totalité de la rémunération requise. Cette situation péna-
lise tout à la fois les structures qui ont du mal à trouver des stagiaires et les étu-
diants qui peinent à trouver des stages à même de valider leur cursus de forma-
tion.

La Région participera donc financièrement à l'indemnité versée aux étudiants


dans le cadre des stages obligatoires de leur formation.

# 50
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uRemboursement de l'inscription aux concours des élèves de classes prépara-


toires aux grandes écoles

La Région remboursera sous conditions de ressources, les coûts engendrés par


l'examen (inscription, transports, hébergement) jusqu'à 250 euros par concours,
dans la limite de trois concours par an.

Passeport mobilité

uParticipation au financement du permis de conduire


Le coût du permis de conduire a fortement augmenté ces dernières années (entre
900 et 1500€) et ne pas l'obtenir constitue un frein réel à l'emploi.
Tout en prenant garde de ne pas induire une inflation des prix, la Région mettra
en place une aide personnalisée au permis de conduire. Elle pourra profiter aux
jeunes en démarche d'insertion ou de pré-qualification, dans le cadre de stages
ou de formations agréés par le Conseil régional.
Elle prendra la forme d'un « chèque permis de conduire » d'une valeur maximale
de 600 euros selon le versement d'aides complémentaires de l'État ou d'autres
collectivités territoriales.

uAide aux séjours d'étude à l'étranger : Premier Monde

Etre parti à l'étranger dans le cadre de ses études supérieures est une expérience
très enrichissante et, de plus en plus, un élément important pour le parcours pro-
fessionnel ultérieur. Alors qu'ils deviennent obligatoires dans les grandes écoles,
les séjours d'études ou les stages à l'étranger ne sont pas aujourd'hui généralisés
dans les universités. Existe là un risque de discrimination portant atteinte à
l'égalité des chances. Depuis 2004, la Région a financé un séjour d'études ou un
stage à l'étranger pour plus de 12 000 étudiants et apprentis franciliens.

Dans la prochaine mandature, la Région s'engage, en lien avec les établissements


universitaires et les écoles qui n'ont pas à ce jour de programme de mobilité
internationale, à rendre possible au cours de la scolarité supérieure une expé-
rience internationale pour les étudiants et apprentis franciliens qui n'y ont pas
accès.

uLicence sportive pour les 6-26 ans

Ce dispositif vise à instituer une aide à destination des jeunes Franciliens de 6 à


26 ans en proposant la prise en charge d'une partie de la licence fédérale et de
l'adhésion au club. Le financement intégral sera conditionné aux ressources de la
famille ou du jeune en autonomie. Cette aide dont le plafond est fixé à 35 euros
a pour objectif de permettre aux jeunes d’avoir accès à une pratique sportive de
leur choix dans un club francilien.

uPass culturel

Une fusion du Ticket Loisirs et du Tick'Art permettra de rassembler dans un seul


dispositif une meilleure accessibilité à la culture, au sport, au loisir et au tou-
risme. En outre, ce nouveau système permettra de laisser plus de place au choix
des bénéficiaires dans leur approche de la culture. Ce système sera par ailleurs
étendu à d'autres catégories d'âge.

# 51
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

SENIORS

Des lieux de résidence adaptés

uMutualisation des structures d'accueil de jour, le soir et le week-end


Les structures d'accueil de jour ferment le soir et le week-end. La Région leur
proposera donc la signature de conventions visant à utiliser et à ouvrir ces
locaux aux associations lorsqu’ils ne sont pas utilisés.

uCréation de structures d'accueil temporaires pour sorties d'hospitalisation


Ces lieux d'accueil permettent aux personnes âgées autonomes de bénéficier
temporairement, durant quelques semaines ou quelques mois, d'un hébergement
pour répondre à des besoins ponctuels et variés tels que l'inconfort de l'habitat,
la sortie d'hospitalisation, l'absence momentanée de l'entourage familial, l'isole-
ment pendant la période d'été, la maladie du conjoint, l'attente d'un hébergement
collectif, etc.

uSoutien à l'habitat locatif autogéré ouvert sur la ville


Afin de renforcer ces démarches, il convient de rassembler les professionnels qui
considèrent la participation des habitants comme un constituant fondamental
des processus d'urbanisation.
Il leur faudra ensuite sélectionner les outils et les méthodes les plus efficaces
pour mener à bien ces processus d'urbanisation démocratique. Les opérations
réalisées depuis trente ans peuvent être analysées, comparées, et constituer un
corpus de méthodes fiables et aisément reproductibles qui donneront confiance
aussi bien aux élus qu'aux habitants.
Parmi tous ces objectifs, nous souhaitons apporter notre contribution au renfor-
cement du «pôle habitants ».

uPlateformes innovantes de support aux personnes non dépendantes


Nous lancerons un programme pour créer des plateformes innovantes de support
et d'assistance aux personnes âgées non dépendantes par l'utilisation des tech-
nologies de l'information et de la communication.

uLogements dédiés pour faciliter l'accueil familial des personnes âgées


L'objectif de cette action est de réserver des logements pour faciliter l'accueil
familial des personnes âgées et permettre ainsi à celles qui ne souhaitent pas
aller dans des maisons de retraite de disposer du logement tout en créant du lien
social et familial.

uUnités de Logement Services (ULS) avec appartements domotisés et pla-


teforme de services en bas d'immeuble

Nous souhaitons participer au financement d'unités de logement services (ULS)


qui proposent, dans les opérations de construction, une part de logements domo-
tisés (ex : 10 appartements dans un parc de 50 logements) avec plateforme de
services en bas d'immeuble fonctionnant 24 heures sur 24.

# 52
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Des seniors actifs dans la cité

uRéactualisation des connaissances professionnelles


La Région lancera un plan d'insertion des seniors incluant : une réactualisation
des connaissances professionnelles, une utilisation de leurs expériences et de
leurs conseils (formation, tutorat) et une ouverture à d'autres activités.

uUtilisation de leurs expériences et de leurs conseils (formation, tutorat)


Nous proposons la création de huit Relais Inter Générations.
Dans ce cadre, un groupe de personnes retraitées parrainent bénévolement des
jeunes en quête de formation ou d'emploi. L'action des seniors vise à accompa-
gner des jeunes qui ne bénéficient pas d'un appui suffisant dans leur entourage
personnel. Les Relais Inter Générations n'ont pas vocation à se substituer aux
instances officielles, mais viennent utilement compléter les services proposés
par les professionnels de l'action sociale. Ils permettent aux seniors de témoigner
de leur expérience professionnelle, mobiliser leur réseau de connaissances pour
« ouvrir des portes » et consacrer du temps à l’accompagnement des jeunes dans
leurs différentes démarches.

uFinancement de lieux « ouverts » expérimentaux (cafés interâges)


Nous souhaitons accompagner le développement de ces espaces d'accueil et
d'écoute pour les personnes retraitées, leurs familles et leurs proches. Les acti-
vités menées dans ces structures s'inscriront dans une dynamique de décloison-
nement des personnes, des âges, des compétences et des domaines d'activités et
de développement de lien social entre les générations et entre les quartiers.

uPlan TIC en faveur des seniors


La Région souhaite accompagner de manière personnalisée les seniors vivant à
domicile, en institution ou fréquentant des lieux comme les cafés interâges à
l'usage des TIC en participant à l'acquisition de leur matériel informatique et aux
formations initiales d'utilisation.

Accompagner les aidants

Selon les conclusions de l'INSEE Île-de-France et selon les scénarios d'évolution


de l'offre d'hébergement en Ile-de-France, il faudrait créer entre 18 000 et
28 500 emplois en institution et 19 400 emplois à domicile entre 2004 et 2020
afin de répondre aux besoins des personnes âgées ayant perdu leur autonomie
et d'améliorer leur prise en charge. En particulier, le nombre d'emplois de per-
sonnel soignant devrait progresser de façon soutenue. En institution, 39 emplois
de personnel soignant pour 100 résidents seraient nécessaires en 2020. A domi-
cile, la majorité des emplois resterait des emplois d'aide à la vie quotidienne.

uPlan régional de formation du personnel pour le maintien à domicile


La formation des salariés spécialisés en gérontologie est primordiale au regard
des besoins en personnels qualifiés à l'horizon 2015. Selon les conclusions de

# 53
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

l'INSEE Île-de-France, entre 2005 et 2020, 23 600 Franciliens supplémentaires


de 75 ans ou plus pourraient être confrontés à une perte d'autonomie (20 300 à
domicile et 3 300 en institution). Ainsi, le nombre d'aidants familiaux devrait lui
aussi augmenter. Un plan régional de formation sera engagé avec les acteurs du
secteur pour participer à la couverture de ces besoins urgents.

uAteliers, groupes de parole et de soutien pour les familles


Le concours de la Région se traduira par l'octroi de subventions aux associations
mettant en place des activités permettant soit au patient d'envisager plus serei-
nement sa vie pendant ou après sa maladie ou aux familles pour les aider dans
la prise en charge de leurs proches.

uFinancement en investissement et équipement des centres de coordination et


d'études gérontologiques

Les Centres de coordination et d'études gérontologiques regroupent l'ensemble


des services de maintien à domicile publics, ainsi que tous les établissements
d'accueil pour personnes âgées. Ils développent des solutions cohérentes et com-
plémentaires, adaptées au problème de chaque personne âgée et permettent
d'assurer, dans le temps, le suivi et la cohérence des réponses successives pro-
posées aux personnes âgées. Ils facilitent l'information, le soutien des personnes
âgées et de leurs familles.

uFormations spécifiques pour les aidants dans le soutien à leurs proches


En sus des dispositifs nationaux, nous nous engagerons dans la signature de
conventions de partenariats avec les CRAM, les associations ou les collectivités
pour développer des actions d'aide aux aidants familiaux pour les personnes
âgées ou les personnes en situation de handicap. L'aidant familial est la personne
qui vient en aide à titre non professionnel, pour partie ou totalement, à une per-
sonne dépendante de son entourage, pour les activités de la vie quotidienne.

Les aidants familiaux doivent pouvoir exprimer leurs besoins individualisés en


formation et en suivi pour bénéficier d'un soutien adapté à tous les aspects de
l'accompagnement. Cette formation doit également évoluer en fonction de la
pathologie et des modifications de l'état de la personne aidée.

Un plan régional Alzheimer

uSoutien aux Maisons pour l'autonomie et l'intégration des malades Alzheimer


(MAIA)

Les MAIA ont pour objectif d'assurer une prise en charge, sanitaire et médico-
sociale et un accompagnement coordonnés et personnalisés pour la personne
atteinte de la maladie d'Alzheimer et sa famille. La Région les soutiendra dans
leurs dépenses d'investissement.

L'objectif de cette action est de créer, sur la base de l'existant et sans superposi-
tion de nouvelles structures, des lieux de coordination associant le secteur sani-
taire et le secteur médico-social. Porte d'entrée unique pour les utilisateurs, ils
devront mettre fin au désarroi des familles qui ne savent à qui s'adresser et qui
sont perdues dans de nombreux dispositifs mal articulés et cloisonnés. Les MAIA
seront en premier lieu dédiées aux personnes malades Alzheimer, mais pourront

# 54
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

s'élargir à toute personne âgée très dépendante, voire à toute personne en perte
d'autonomie.

uAides aux consultations mémoires


Les consultations mémoire permettent aux patients présentant des troubles de
la mémoire, de bénéficier d'un diagnostic précis et d'une prise en charge adap-
tée de la maladie d'Alzheimer et autres maladies apparentées. Bénéficiant
d'équipes médicales pluridisciplinaires, elles sont organisées en milieu hospita-
lier. La consultation mémoire ne se substitue pas au travail du médecin généra-
liste, mais établit avec lui un partenariat à long terme afin d'assurer un suivi opti-
mal du patient.
Nous nous engageons à financer la création de 40 consultations mémoire durant
la mandature.

uConférences régionales interactives " prévention - dépistage "


La Région participera à l'organisation de conférences régionales interactives
«prévention - dépistage» de la maladie d'Alzheimer dans les huit départements
franciliens, à destination du grand public et animées par des professionnels de
santé.

HANDICAPS
Autonomie par le travail

uSoutenir le développement des formations spécialisées d'accompagnement


des personnes en situation de handicap et des aidants à l'intégration scolaire

La loi de février 2005 a reconnu un droit à la scolarisation pour tous les enfants
en situation de handicap. Le rôle de ces accompagnants scolaires est primordial
pour l'égalité d'accès à l'éducation. La Région soutiendra la mise en place de for-
mations spécifiques pour les auxiliaires de vie scolaire associatives en lien avec
les associations les ayant désormais recrutées. De même, elle développera des
cursus particuliers dans ses centres de formations au travail social et paramédi-
cal sur la prise en charge des personnes en situation de handicap, en lien avec
les professionnels du secteur.

uAménager et adapter les CFA, soutenir l'emploi protégé par l'accompagne-


ment des mutations des établissements et services d'aide par le travail et les
entreprises adaptées

La Région accélèrera son plan de mise en accessibilité des CFA pour tous les
jeunes apprentis en situation de handicap; elle développera également les pas-
serelles nécessaires entre les IMPRO et les CFA pour permettre aux jeunes sor-
tant d'IMPRO de trouver des solutions adaptées à leurs besoins.
Les Entreprises Adaptées (EA) et les Etablissements et Services d'Aide par le
Travail (ESAT) rencontrent de nombreuses difficultés de diverses natures (diffi-
cultés à trouver des contrats et à s'inscrire dans un contexte concurrentiel). La
Région lancera une réflexion avec les acteurs franciliens du secteur pour les
aider à trouver de nouvelles activités, élargir leurs débouchés et accompagnera

# 55
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

les nouveaux développements. Elle permettra également aux travailleurs de ces


établissements un accès à la formation continue.

uCréer un label régional pour les entreprises de la Région qui favorisent l'em-
ploi des personnes en situation de handicap

Les personnes en situation de handicap sont souvent moins qualifiées, plus


âgées mais aussi plus souvent et plus longtemps au chômage. Peu d'entreprises
respectent les 6% d'emploi. La Région lancera un label régional "emploi et handi-
cap" qui permettra aux entreprises franciliennes qui recrutent des personnes en
situation de handicap au delà de 6% de bénéficier de ce label. Ce dernier sera
notamment élaboré avec les professionnels du secteur de l'emploi et du handi-
cap.

Autonomie par le logement

uCréer ou réhabiliter 10 000 places en structures spécialisées

La Région créera et réhabilitera 10 000 nouvelles places pour les personnes en


situation de handicap : en accueil de jour avec les établissements d'éducation
spéciale comme les IME, IMPRO, ITEP, SESSAD, CASMP pour enfants et adoles-
cents ; les établissements et services d'aide par le travail, les foyers de jour, les
structures d'hébergement comme les foyers d'accueil médicalisés et les Maisons
d'accueil spécialisées. La Région apportera également son concours aux maisons
relais et aux structures expérimentales.

uCréation d'un prêt régional à taux zéro pour l'accessibilité pour les travaux
d'adaptation de logement

En sus des financements visant à l'autonomie des personnes âgées ou en situa-


tion de handicap via les aides directes pour l'acquisition d'aides techniques et
d'appareillages et de l'adaptation des logements au handicap, et pour faciliter le
maintien à domicile, la Région lancera un prêt à taux zéro pour la mise en acces-
sibilité des logements. Pour permettre l'accélération des travaux la Région
apportera une aide exceptionnelle en mettant en place un prêt à taux zéro grâce
à une avance remboursable sans intérêt sur 15 ans assortie d'une assurance obli-
gatoire payée mensuellement pendant les 6 premiers mois.

uEffort particulier pour les structures spécialisées dans l'autisme, le polyhan-


dicap et les traumas crâniens

La Région engagera un plan spécifique pour l'autisme par une intensification du


soutien aux structures d'accueil, y compris expérimentales, des services et des
soins diversifiés pour enfants, adolescents et adultes. Nous accompagnerons
également les structures temporaires ainsi que les structures de répit et nous
engagerons une aide aux programmes de recherche sur l'autisme. Par ailleurs,
nous développerons les cursus de formation spécifique dans les instituts de tra-
vail social et paramédical et participerons au financement des centres de diag-
nostic précoce. Enfin, nous apporterons un soutien plus important aux associa-
tions développant des activités extra scolaires, culturelles, sportives, etc.

# 56
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Concernant les traumas crâniens et le polyhandicap, nous soutiendrons la créa-


tion de structures adaptées, développerons les formations de professionnels à
ces besoins spécifiques et renforcerons l'information du grand public sur le trau-
matisme crânien.

uCréation d'Unités de Logements et Services (ULS), appartements 100% acces-


sibles accompagnés d'un service d'auxiliaires de vie de jour et une permanence
de nuit

Parce que les personnes lourdement handicapées doivent avoir le choix de leur
projet de vie et que ne leur soit pas imposé un placement en institution, la
Région financera la domotisation des Unités de Logements et Services (ULS). Ces
ULS sont des appartements adaptés, situés au sein d'ensembles immobiliers clas-
siques. La Région financera également en investissement les plateformes de per-
manence situées généralement au pied de ces résidences permettant des inter-
ventions 24h/24 si nécessaire.

uDéveloppement des services de soutien à domicile et des aides aux aidants


familiaux

La Région soutient déjà les services de soutien à domicile comme les SAMSAH
(service d'accompagnement médico-social pour personnes adultes handicapées)
qui proposent des interventions de professionnels, y compris de santé, permet-
tant aux personnes handicapées enfants et adultes de vivre à domicile. Ces ser-
vices apportent une aide ponctuelle mais récurrente dans l'accomplissement des
actes essentiels de la vie courante.

La Région apportera désormais en sus un soutien aux associations qui apportent


quotidiennement aide et soutien à domicile, auprès de personnes âgées, malades
ou handicapées, dans l'accomplissement des actes de la vie courante pour leur
permettre de mieux vivre à domicile.

Elle apportera également son soutien aux associations des aidants familiaux, à
savoir les personnes qui apportent des aides régulières à leurs proches dépen-
dants en raison notamment d'un handicap.

uCréation d'une antenne de lutte contre la maltraitance de personnes handica-


pées

Les personnes handicapées sont souvent des adultes vulnérables qui peuvent
être victimes de maltraitance. Cette-dernière peut prendre diverses formes (vio-
lences physiques, psychiques ou morales, violences matérielles et financières,
négligences actives, etc.). La Région souhaite prévenir et lutter contre cette mal-
traitance via une participation active aux réseaux d'écoute et de conseils exis-
tants.

Une région accessible à tous

uMise en place de contrats d'accessibilité avec les communes franciliennes

La loi de 2005 sur l'égalité des droits et des chances, la participation et la

# 57
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

citoyenneté des personnes handicapées impose une obligation de mise en


accessibilité généralisée dans un délai de dix ans, notamment des établissements
recevant du public. La Région mettra en place des contrats d'accessibilité avec
les collectivités territoriales pour les aider à atteindre cet objectif en les aidant
financièrement à réaliser les audits nécessaires aux travaux de mise en accessi-
bilité et leur apportera une aide en investissement pour la mise en accessibilité
des bâtiments publics (lieux culturels, sportifs, sociaux, etc.).

uPrise en compte du handicap dans les critères d'attribution et la mise en oeu-


vre des marchés publics

La Région en tant qu'acheteur public adoptera une attitude « pro-active » en


faveur des entreprises qui contribuent activement à l'emploi des personnes en
situation de handicap. La loi de février 2005 permet en effet aux acheteurs
publics de prendre en compte l'obligation d'emploi dans l'examen des capacités
professionnelles des candidats à un marché public.

La Région appliquera systématiquement le décret du 26 novembre 2004 modi-


fiant le Code des marchés publics permettant désormais de réserver des marchés
aux structures protégées (ESAT et EA).

uCréation d'un Pôle régional de recherche et d'innovation sur le handicap

Pour compenser totalement ou en partie les séquelles physiques ou mentales


dont elles souffrent, les personnes en situation de handicap ont recours à des
aides techniques : loupes, caractères grossis, braille, synthèse vocale de lecture
d'écran d'ordinateur, guidage sonore, pour les aveugles ou mal voyants ; implants
cochléens, prothèse auditive, signaux lumineux, langue des signes française, pour
les sourds et malentendants ; fauteuils roulants mécaniques ou électriques, ins-
tallation domotique, informatique adaptée, pour les handicapés physiques.

Même si les aides techniques se sont fortement développées depuis les progrès
de l'informatique et de l'électronique, leur utilisation n'est pas aussi courante
parce que leur coût est parfois excessif au regard des ressources des personnes
en situation de handicap et parce que la recherche qui est consacrée à ce
domaine est encore embryonnaire.

Pour aboutir à la réalisation et à la mise sur le marché européen d'aides tech-


niques destinées aux personnes en situation de handicap, notre initiative vise à
promouvoir une approche globale permettant de :
lcréer un lieu d'échange et de mise en commun de compétences et de
savoir-faire entre les chercheurs de différents laboratoires et de disci-
plines diverses ;
lfaciliter la collecte de financements auprès de partenaires industriels
motivés et des Fonds européens ;
lstimuler l'éclosion de nouvelles approches épistémologiques et de pro-
ductions industrielles.

Ce projet de pôle de recherche et de réalisation reposera sur la participation d'un


ensemble de partenaires qui auront chacun un rôle moteur dans la réussite de
notre initiative et auront tous la possibilité de proposer des thèmes d'étude et
de recherche.

uFavoriser, à travers une convention avec l'Education nationale, l'accès des

# 58
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

personnes en situation de handicap à l'école

L'accueil des enfants et adolescents handicapés dans les établissements scolaires


ordinaires est réaffirmé par la loi du 11 février 2005. La loi de décentralisation
a confié aux régions la charge de la mise en conformité progressive des lycées,
de leur entretien et de leur construction selon les normes architecturales d'ac-
cessibilité en vigueur. Tout en maintenant sa politique de mise en accessibilité,
la Région fournira en lien avec les équipes pédagogiques tous les équipements
et matériels nécessaires à l'intégration des adolescents en situation de handicap
dans les lycées ainsi qu'au fonctionnement des Unités Pédagogiques
d'Intégration.

uCréation en Île-de-France d'un pôle européen de l'accessibilité culturelle

L'accès à la culture est un droit fondamental, mais force est de constater que ce
droit n'est pas appliqué de manière satisfaisante pour les personnes en situation
de handicap. La loi du 11 février 2005 relative à l'égalité des droits et des
chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées affirme les
loisirs et la culture comme besoins essentiels de l'existence et leur ouvrant droit
à compensation. Force est de constater l'absence de dispositifs permettant la dif-
fusion, la consolidation, le développement des savoir-faire ainsi que la mobilisa-
tion en réseau des divers acteurs concernés. Ce manque contribue lourdement à
maintenir une vaste population de citoyens de tous âges à l'écart des offres
publiques et privées d'activités culturelles et de loisirs. Certaines personnes en
situation de handicap sont ainsi privées également d'un accès aux métiers cultu-
rels qui représentent un vaste gisement d'emplois dans les secteurs publics et
privés.
Pour lutter contre ces discriminations, la Région créera un pôle européen de l'ac-
cessibilité culturelle axé sur la formation, l'accompagnement des professionnels,
la promotion des emplois de personnes en situation de handicap dans ces sec-
teurs d'activités, la recherche et le développement des aides techniques et des
pédagogies.

uMise en oeuvre d'une convention cadre culture-handicap

En complément du pôle européen de l'accessibilité culturelle, la Région signera


une convention cadre régionale culture-handicap permettant des dynamiques
pérennes de coopération entre acteurs culturels, sanitaires et médico-sociaux.
Pour mener à bien ce projet, une convention réunira les principaux partenaires
concernés. Par ailleurs, ce dispositif comportera un conseil scientifique et tech-
nique composé de personnalités représentant la diversité des pratiques cultu-
relles, artistiques et ayant des implications dans le domaine du handicap pour
assurer le suivi des orientations et la validation des agréments pour les per-
sonnes et organismes ressources amenés à intervenir. Une plateforme de conseil-
assistance pédagogique et technique pour l'accessibilité des pratiques culturelles
pour les personnes en situation de handicap regroupant les établissements cultu-
rels dotés de cellules accessibilité et les principaux pôles et personnes ressources.

Pour élaborer cette convention cadre régionale culture-handicap, avec pour


objectif de permettre des dynamiques de coopération entre acteurs culturels,
sanitaires et médico-sociaux, la Région s'appuiera notamment sur :
lles établissements et organismes jouant un rôle central dans la politique
culturelle de loisirs en Ile-de-France et soutenu par le Conseil régional
comme Arcadi, MOTif (Observatoire régional du livre), le Fond Régional
d'Art Contemporain (FRAC), le Comité régional du tourisme (CRT), etc.
lle Conseil régional consultatif des citoyens(nes) handicapées (CRCCH)

# 59
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uObservatoire régional du handicap

La Région mettra en place un observatoire régional du handicap, dispositif d'ob-


servation des situations de handicap et de leur évolution.
Son objectif est de « mieux connaître les personnes en situation de handicap
dans leur environnement pour mieux agir» et apporter à la Région des éclai-
rages pour une meilleure prise de décisions.

Ses missions seront les suivantes :


lassurer une veille statistique;
lréaliser des études de besoins;
lréaliser une cartographie de l'offre d'hébergement trans-handicap;
léchanger avec les partenaires associatifs;
lpublier des analyses et des recommandations d'action.

LUTTE CONTRE LES EXCLUSIONS


La précarité grandissante qui frappe un nombre croissant de nos concitoyens
confronte la Région Ile-de-France à une augmentation sans précédent des situa-
tions d'urgence. Le constat de cette aggravation des inégalités sociales et terri-
toriales a conduit la Région à intervenir, en dehors de ses champs de compé-
tences, de manière très significative.

Soutien aux acteurs

uÉtablir en Ile-de-France un référentiel de l'intervention des maraudes


Certaines maraudes privilégient un repérage social, d'autres plutôt sanitaire ou
encore médical. Faire établir par la Région un référentiel sur le territoire de l'Ile-
de-France des interventions en maraude, avec l'ensemble des acteurs, permettra
d'élaborer de meilleures collaborations et d'apporter de nouvelles qualifications
aux personnels et bénévoles.

uDéveloppement du 115 (Samu social)


Il s'agit d'accélérer la constitution d'un socle minimal d'informations communes
pour les services du 115 (Samu social) afin de permettre aux acteurs de terrain
de disposer en temps réel de l'ensemble des informations sur les places disponi-
bles sur le territoire de référence. La Région Ile-de-France aidera au financement
de ces réalisations.

uAide à la formation des bénévoles


La Région soutiendra les associations œuvrant dans le domaine de la grande
exclusion en leur apportant un appui dans l'accompagnement et la formation de
leurs bénévoles afin que ces derniers puissent accomplir au mieux les missions
qui leur sont confiées au regard des compétences spécifiques nécessaires. Elle
apportera également sa contribution à leur connaissance professionnelle au tra-

# 60
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

vers de dispositifs de validation des acquis d'expérience (VAE).

uDéveloppement de cursus spécifiques dans les centres de travailleurs sociaux


pour une meilleure prise en charge du phénomène de grande exclusion

Les travailleurs sociaux sont confrontés aujourd'hui à la montée de la précarité.


La région Ile-de-France, en lien avec les professionnels du secteur, proposera un
cursus de formation spécifique "réponses à la grande précarité " dans les insti-
tuts de travail social et paramédical qu'elle gère depuis la loi de décentralisation.
Le cursus obligatoire est du ressort de l'Etat.

uSoutien aux actions du collectif Romeurope


La Région s'engagera dans un plan de lutte contre les discriminations à l'encon-
tre des populations roms. Elle soutiendra notamment le projet pilote de média-
tion sanitaire en Seine-Saint-Denis dans le cadre d'un programme de recherche
action.

Hébergement

L'absence de logement constitue un facteur fort d'exclusion. La personne sans


logement est socialement disqualifiée. Entre le logement personnel et la rue, il
existe souvent un long processus, non linéaire, de marginalisation et de succes-
sion de situations d'exclusion ou de précarité : hébergement chez un tiers,
parents, amis, ou squats, logement personnel, hôpital, prison, hébergement d'ur-
gence temporaire, etc.

La Région soutient les centres d'hébergement de personnes sans-abri et en situa-


tion d'exclusion depuis 2004. Elle a ainsi permis la création, la réhabilitation ou
l'équipement de 4 564 nouvelles places. Le montant total des aides régionales
s'élève à 28,1 millions d'euros depuis 2004 sur ce secteur.

uHumaniser, réhabiliter et créer des centres d'hébergement et de réinsertion


sociale (création de 3 000 nouvelles places pour personnes en grande exclusion)

Les structures d'hébergement pour personnes en grande exclusion doivent per-


mettre un accueil digne et un travail de reconstruction dans des conditions satis-
faisantes. La Région poursuivra son action en faveur de l'humanisation, de la
réhabilitation et du développement des centres d'hébergement et de réinsertion
sociale et contribuera à l'ouverture de 3 000 nouvelles places pour les sans-abri.

uSoutien aux structures innovantes


La Région a décidé de conduire des actions à destination de publics très exclus.
Elle se posera comme objectif de créer de nouvelles places et d'encourager des
structures d'hébergement innovantes pour des publics en extrême urgence
comme les femmes SDF vieillissantes, les jeunes femmes désocialisées, les cou-
ples et personnes isolées ayant un long parcours de rue et en refus d'héberge-
ment, les jeunes homosexuels victimes de maltraitances. Il s'agira également
d'expérimenter de nouvelles formes d’accueil pour les publics les plus fragiles :
des villages de l'espoir, des péniches accueil, des accueils spécifiques pour des
publics particuliers, ou encore de modèles alternatifs de fonctionnement comme
l'auto-organisation, les communautés de travail, etc. La Région Ile-de-France se

# 61
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

propose ainsi d'ouvrir plusieurs dizaines de ces nouveaux lieux d'accueil sur la
prochaine mandature.

uRenforcement des accueils de jour


La Région souhaite renforcer les structures de jour qui permettent l'accueil,
l'orientation, l'accompagnement social, l'insertion sociale et professionnelle, la
distribution de colis, de repas, de vêtements, de blanchisserie, la mise à disposi-
tion de sanitaires, etc. Elle poursuivra son aide aux associations distribuant de
l'aide alimentaire.

uDéveloppement des centres de stabilisation


La Région financera les centres de stabilisation, nouvelles structures d'héberge-
ment sans limitation de durée ainsi que les maisons relais. Ouverts 24 heures/24
et gratuits pour les pensionnaires, les centres de stabilisation ont été les pre-
miers à proposer un accueil à durée indéterminée et à accueillir les couples. Leur
vocation est d'offrir aux personnes sans-abri un environnement qui leur per-
mette de retrouver l'hygiène de vie nécessaire à une sédentarisation, de mettre
à jour leur situation et de s'orienter vers la formule d'hébergement ou d'habitat
social la plus adaptée.

uEradication des bidonvilles et de l'habitat indigne


La Région se posera pour objectif, en renforcement de sa politique de logement,
de traiter les situations d'urgence sociale et visera ainsi l'éradication des bidon-
villes et de l'habitat indigne. Elle proposera notamment des solutions d'héberge-
ment pour les personnes concernées et subventionnera les centres d'accueil,
réhabilitera les logements, immeubles et locaux insalubres et poursuivra son
programme de lutte contre le saturnisme.

# 62
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

ECOLOGIE
Ecologie sociale

Aménagement des quartiers

La prise de conscience des désordres écologiques, la politique régionale de la tri-


ple exigence économique, sociale et environnementale et la volonté d'ancrer plus
encore la Région dans un rôle de partenariat avec les collectivités territoriales
incitent à une nouvelle conception de la politique environnementale régionale.
L'enjeu écologique doit être pensé dans une dimension transversale et territo-
riale.

En Ile-de-France, certains territoires cumulent des inégalités environnementales


(difficultés d'accès à l'eau potable, nuisances sonores ou paysagères, mauvaise
isolation des habitats sociaux, mauvaise qualité de l'air, manque d'espaces verts,
zones inondables et territoires dits " Seveso "). Depuis 1998, le Conseil régional
aide les collectivités à traiter ces problèmes en fonction de dispositifs sectoriels:
AIRPARIF, BRUITPARIF, maîtrise de l'énergie, Schémas d'aménagement et de ges-
tion des eaux. Il est aujourd'hui nécessaire de traiter ces désordres écologiques
dans le cadre d'un seul dispositif territorialisé.

uProgramme de mutation des territoires écologiquement prioritaires


Pour les zones les plus défavorisées au niveau social et environnemental, notam-
ment en petite couronne, prenant en compte à la fois l'habitat, l'équipement, les
commerces, la voirie et les espaces publics (lutte contre le bruit, isolation ther-
mique, modernisation du chauffage, amélioration sanitaire, gestion des eaux,
végétalisation, embellissement, etc.), avec un engagement de maintien et de relo-
gement des habitants.

En effet, parce que les territoires qui cumulent ces inégalités environnementales
sont également ceux qui cumulent les inégalités sociales, il est nécessaire de lier
l'enjeu social et l'enjeu environnemental.
C'est pourquoi la Région se propose de mettre en place une carte francilienne de
cumul des inégalités écologiques, en superposant les cartes du bruit, de l'air, de
l'eau notamment. Elle permettrait de repérer ces Territoires Ecologiquement
Prioritaires qui pourraient alors bénéficier d'un dispositif régional spécifique.
Une fois ces territoires définis, un contrat entre la Région et les collectivités
concernées pourrait être signé. Il s'agirait, après avoir dressé un diagnostic par-
tagé (Région, collectivités, population), de préciser les urgences et les mesures à
prendre en fonction d'un certain nombre d'indicateurs qui caractériseraient un
Territoire Ecologiquement Viable. Dans le cadre d'un contrat pluriannuel, la
Région et le territoire s'accorderaient pour respecter les critères définis comme
non atteints dans le diagnostic.

# 63
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uDéveloppement de Points services publics locaux dans les quartiers défavo-


risés

Nous souhaitons développer les Points services publics locaux dans les quartiers
défavorisés, qui sont autant de guichets uniques d'information, de conseil, de
paiement et de dépannage relayant les services municipaux et régionaux.

uTransformation des contrats régionaux en contrats locaux de développement


durable

Nous transformerons nos contrats régionaux actuels, signés avec les villes fran-
ciliennes en contrats locaux de développement durable. Ainsi, outre les équipe-
ments classiques (parkings, gymnases, églises etc.), la Région financera des pro-
jets labellisés à valeur écologique ou sociale : jardins partagés, pistes cyclables,
navettes de transport collectif, panneaux solaires, ressourcerie, café associatif,
épicerie sociale, etc. Enfin, les Territoires Ecologiquement Prioritaires bénéficie-
ront de contrats de développement durable à aides majorées.

Logement et habitat

uProgramme de contrats d'isolation thermique et phonique des immeubles


La Région initiera un programme de contrats d'isolation thermique et phonique
des immeubles intégrant une protection des locataires et l'encadrement des
loyers de sortie. Pour le parc social, avec prestations sociales compensatoires et
pour le parc privé, elle apportera une aide au diagnostic puis aux travaux en
fonction de la nature du logement et des ressources des propriétaires.

uConstruction de logements éco-performants


Les pratiques environnementales en matière de construction de bâtiments sont
en constante évolution. Encourager les bonnes pratiques environnementales
exige une forte volonté politique, des investissements lourds et une démarche
partenariale renforcée. Ainsi, nous viserons la maîtrise des consommations éner-
gétiques et l'intégration de critères de performance environnementale et éner-
gétique dans nos réalisations. Il existe plusieurs labels qui jugent la performance
énergétique des bâtiments, le respect des sites et de l'environnement immédiat,
et la démarche adoptée par les constructeurs avec les acteurs locaux. La Région
prend l'engagement de construire des logements éco-performants labellisés HQE
(haute qualité environnementale), THPE (très haute performance énergétique) ou
BBC (bâtiment basse consommation).

uCréation d'un Fonds social d'aide au paiement des factures


Pour prévenir les situations de précarité énergétique qui touchent nos conci-
toyens les plus fragiles, nous créerons un Fonds social d'aide au paiement des
factures et aux travaux d'efficacité énergétique, alimenté par les contributions
des opérateurs énergétiques et géré par les acteurs sociaux.

# 64
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Santé et prévention des risques

uCréation d'un service régional santé / environnement


Le service régional santé/environnement permettra d'élaborer des études de
risques et des expertises locales à domicile ou en entreprise sur la qualité de l'air
intérieur (peintures et matériaux), le bruit, l'amiante, le plomb, les ondes électro-
magnétiques, etc.
Un premier Plan régional santé-environnement d'Ile-de-France (PRSE1) a permis
des avancées significatives dans différents domaines (prévention de la légionel-
lose, réduction des émissions de rejets polluants, prévention du saturnisme,
lutte contre l'insalubrité, etc.). Le groupe régional santé-environnement GRSE,
composé d'une large variété d'acteurs en matière de santé-environnement (ins-
titutionnels, élus, associations, patients, consommateurs, entreprises, salariés,
etc.) sera chargé d'élaborer le second plan régional santé-environnement
(PRSE2).

uAide aux comités locaux d'information et de prévention des risques technolo-


giques

Les comités locaux d'information et de prévention sur les risques technologiques


sont créés autour des établissements SEVESO et sont saisis de toute question
relative aux risques, en vue d'améliorer l'information et la concertation sur ces
risques, et les moyens de les prévenir. Ils disposent par ailleurs d'un pouvoir de
contre-expertise et rendent publics, sous leur propre responsabilité, leurs avis et
recommandations. Ils peuvent également s'intéresser aux activités à risque
connexes des installations couvertes (transport de matières dangereuses,
stockage temporaire de matières dangereuses dans les ports et gares de triage,
etc.).

La Région soutiendra ces acteurs essentiels en matière d'information, de préven-


tion et de concertation.

# 65
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

TRANSITION ECOLOGIQUE
Aménagement et quartiers

uPlan de mobilisation climat / énergie régional dès 2010


Parce que le changement climatique n'est pas une fatalité, un Plan climat / éner-
gie sera mis en œuvre dès 2010 pour repérer les sources de gaz à effet de serre
et fixer collectivement des objectifs de réduction contraignants. Des contrats de
performance énergétique seront ainsi établis pour tous les équipements régio-
naux et la Région participera au financement des diagnostics de performance
énergétique des autres collectivités, en particulier des petites communes.

Le Plan de mobilisation climat / énergie régional intégrera les politiques de


transport, logement, équipements, formation professionnelle, recherche, déve-
loppement économique, déchets, administration exemplaire, énergie etc.

Le Plan climat / énergie régional est en cours d'élaboration avec l'ensemble des
partenaires depuis 2008 et la Région souhaite lui donner une nouvelle impulsion
pour en faire un projet territorial de développement durable afin de :
lrepérer les sources de gaz à effet de serre (GES) et se fixer des objectifs
de réduction ;
ldégager des priorités afin que l'ensemble des acteurs de la lutte contre
le changement climatique disposent d'une vision partagée ;
lmettre en évidence les moyens de réduire les émissions de GES au tra-
vers de toutes les politiques sectorielles de la collectivité locale ;
ls'organiser en interne comme en externe pour mettre en œuvre le plan
avec tous les acteurs franciliens et en évaluer les résultats.

uDiagnostic de performance énergétique (DPE) et contrats de performance


énergétique

La Région s'engage à mettre en place un dispositif de diagnostics de performance


énergétique qu’elle financera pour les collectivités locales et de contrats de per-
formance énergétique pour tous les équipements.

uProgramme de bâtiments pilotes à énergie positive


Après avoir imposé le respect de la norme Haute Qualité Environnementale, la
Région donnera comme nouvel objectif le niveau «Bâtiment basse consomma-
tion » (50 KWh/m²/an) à toutes les constructions qu'elle soutiendra. Elle accom-
pagnera également des programmes pilotes de bâtiments à énergie positive et à
énergie renouvelable selon les normes européennes les plus avancées
(Concerto).

uSoutien aux diagnostics et aux travaux d'isolation dans le parc social et privé
Afin de réduire les charges des locataires et des propriétaires, tant dans le parc
social et que dans le parc privé, mais également de réduire la consommation
énergétique, la Région engagera un large plan d'isolation des logements sociaux
et des copropriétés privées dégradées en difficulté.
Cet effort est en cohérence avec la volonté d'élever les exigences de la Région
Ile-de-France en direction de l'éco-habitat et de mettre en œuvre son engage-
ment en faveur des éco-compagnons.

# 66
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uCréation d'une Société d’Economie Mixte régionale énergies renouvelables


La création d'une Société d’Economie Mixte (SEM) régionale, à partir de celle en
cours de création à Paris, permettra notamment de produire et de distribuer
l'énergie géothermique, solaire, éolienne, la biomasse, voire celle des réseaux de
chaleur issue de l'incinération des déchets.

uSoutien aux projets de méthanisation


Des projets de méthanisation des déchets ménagers, producteurs de biogaz, et
de filières de recyclage d'huiles alimentaires pour les véhicules urbains permet-
tront de produire de l'énergie. La Région soutiendra ces initiatives.

uProgramme régional de recherche et développement


Un programme régional de recherche et de développement visera la préparation
et l'adaptation du territoire à la lutte contre le dérèglement climatique (impact
social, sanitaire et économique).

Nature et biodiversité

Le maintien de la biodiversité est un enjeu planétaire. La région francilienne a


des atouts incontestables tels qu'un réseau hydrographique dense (eaux cou-
rantes et stagnantes), un taux de boisement assez important et des milieux intra
forestiers intéressants, de nombreux espaces protégés, etc. Mais beaucoup reste
à faire.

uProtection des ressources, inventaires locaux de la biodiversité


Il est nécessaire de protéger nos ressources et donc de nous doter de moyens
efficaces pour réaliser des inventaires locaux de la biodiversité francilienne,
préalable indispensable à une politique dans la durée.

uCréation d'un syndicat régional des canaux franciliens


Pour tirer profit de ses atouts dans le respect de l'environnement, la Région s’en-
gagera dans la création d’un syndicat régional des canaux franciliens chargé de
l'aménagement des berges afin de développer et améliorer le tourisme fluvial, le
loisir nautique, le transport de passagers et de marchandises.

uAménagement de promenades naturelles en zone urbaine


Dans le respect de l'environnement et afin d'améliorer la qualité de vie de tous
les Franciliens, nous souhaitons aménager et multiplier les promenades natu-
relles en zone urbaine. Elles formeront aussi des corridors de biodiversité
(friches ferroviaires et talus, berges de rivières, aqueducs, zones de carrières).

uSoutien aux projets de recyclage et traitement des eaux pluviales


L'installation de récupérateurs d'eau de pluie constitue un geste éco-citoyen. Ces
systèmes présentent en effet plusieurs avantages : économie d'eau potable et
rationalisation de cette ressource, économies substantielles sur la facture, auto-

# 67
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

nomie, qualité et faible minéralisation rétention en cas de pluies abondantes et


limite de la saturation des réseaux d'assainissements. La performance et le déve-
loppement des installations de récupération d'eau pluviale chez nos voisins
européens (en Allemagne, Autriche, Suisse et Benelux, plusieurs millions d'habi-
tations sont équipées d'un récupérateur), démontrent la faisabilité technique et
sanitaire de ces systèmes.

La Région créera donc une aide spécifique pour les particuliers afin d'encourager
le développement de ces techniques domestiques.

Developpement de l’emploi écologique

L'écologie constitue un formidable gisement d'emplois. Nous choisissons de sou-


tenir une croissance qui conjugue l'impératif écologique et l'ambition écono-
mique, par un plan de mobilisation en faveur de l'environnement.

uSoutien aux filières de cleantechs


Nous souhaitons œuvrer à la création et au développement de filières de tech-
nologies propres, notamment autour du bâti durable et de l'efficacité énergé-
tique. L'Ile-de-France, première écorégion d'Europe, est au cœur des mutations
des technologies vertes. Elle doit en être le moteur.

uFonds d'aide à la mutation technologique et à l'éco-innovation


Dans de nombreux secteurs, les entreprises franciliennes font une place crois-
sante à l'éco-innovation, en commercialisant des produits et des services ou en
adoptant des démarches innovantes pour réduire l'impact écologique de leurs
activités (réduction des gaz à effet de serre, de la toxicité, des déchets) et opti-
miser l'utilisation des ressources naturelles. La Région souhaite accompagner
leur effort en créant un fonds d'aide à la mutation technologique et à l'éco-inno-
vation, sous forme de capital-risque.

uSensibilisation des scolaires


Adapter les modes de production et de consommation actuels ne suffit pas et la
Région souhaite placer ses objectifs en termes de politique environnementale au
cœur de son action en faveur de l'éducation, de la formation et de la jeunesse.
C'est pourquoi l'agenda 21 sera étendu aux lycées et CFA franciliens et aux for-
mations professionnelles.

uFormation professionnelle des artisans et des dirigeants de TPE


Pour permettre la transition écologique des entreprises franciliennes, nous ren-
forcerons notre programme de formation professionnelle des artisans et des TPE
aux éco-techniques de l'architecture (éco-conception) du BTP (matériaux natu-
rels, isolation, ventilation, isolation, etc.) de l'énergie (chauffage, énergies renou-
velables), des espaces verts (arrosage maîtrisé, entretien au naturel sans pesti-
cides), de la gestion de l'eau (rétention à la parcelle), etc.

uLabellisation « Île-de-France Eco Région »


Un label « Île-de-France Eco Région » permettra d'encadrer les prestations avec

# 68
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

les organismes consulaires et les organisations professionnelles du BTP, de l'eau


et de l'énergie, pour une définition d'un référentiel de services (prix, qualité,
agrément, etc.).

Agir local

uSoutien aux projets d'éco-habitat groupé


La Région souhaite soutenir les projets d'éco-habitat groupé par la construction
et le financement associatif, la mutualisation des locaux de service, etc. Si les ini-
tiatives d'habitat groupé sont anciennes, l'enjeu du développement durable a été
intégré dans les objectifs poursuivis par ces structures. Ainsi, de plus en plus
d'habitants souhaitent profiter d'un habitat groupé bioclimatique et écologique
(construction, climatisation et chauffage optimisant et préservant les ressources
naturelles et l'environnement) et la Région souhaite encourager ce nouveau type
d'urbanisation, convivial, démocratique et respectueux de l'environnement, en
lien avec sa politique de renouvellement urbain et d'éco-quartiers.

uFonds d'aide aux initiatives locales


Un Fonds d'aide aux initiatives locales permettra de soutenir les projets écolo-
giques et sociaux locaux : conseils de quartiers, établissements publics, réseaux
sociaux, associations, etc.

uEco-Wikipedia régional
La Région créera un portail d'informations générales sur le développement dura-
ble (les problématiques, les formations, les aides, les professionnels, les éco-
gestes, une aide aux « lanceurs d'alerte » environnementale, etc.) accompagnée
d'une cartographie environnementale générale et interactive en ligne, à partir du
système d'informations géographiques (SIG) pour donner à lire à chaque
Francilien les atouts et les difficultés de son territoire.

Il faut rappeler que dans le cadre de la révision du Schéma directeur d'aménage-


ment de l'Ile-de-France (Sdrif), nous avons travaillé avec nos partenaires à l'éla-
boration de différentes cartes liées aux enjeux environnementaux. Or, ce travail
est fait de façon sectorielle.
L'enjeu est aujourd'hui de donner à lire aux Franciliens leur territoire grâce à une
nouvelle cartographie environnementale interactive, pour le grand public. Le site
de la Région disposera d’un espace web spécifiquement consacré au diagnostic
environnemental et permettra la superposition des cartes de bruit, de la pollu-
tion atmosphérique, la carte thermographique (photo infra rouge des déperdi-
tions d'énergie), de la biodiversité, de la pollution atmosphérique, des risques
naturels (inondation, glissement du sous-sol), et industriels, des zones à risques,
etc.

uExpositions régionales itinérantes


La Région souhaite approfondir son action en faveur de la sensibilisation du
grand public aux enjeux du développement durable et organisera ainsi son sou-
tien à des expositions régionales itinérantes.

# 69
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uFormations ouvertes au grand public


Dans le même objectif, des ateliers des savoirs et des savoir-faire seront organi-
sés pour apporter au plus grand nombre des formations en matière de dévelop-
pement durable avec des professionnels.

u500 éco-compagnons
L'écologie passe aussi par des gestes quotidiens et simples. Il est pour cela néces-
saire d'établir des diagnostics pour mieux se chauffer, moins polluer, vivre plus
sainement et faire des économies. De tels gestes s'apprennent.

C'est pour cela que la Région souhaite constituer une équipe de 500 éco-compa-
gnons, formés spécifiquement aux questions environnementales qui ira à la ren-
contre des particuliers, sur leurs lieux de vie, de travail et de loisirs pour établir
des diagnostics et des conseils énergie, proposer des solutions écologiquement
responsables et économiquement avantageuses (équipement de chauffage par
exemple), ainsi qu'aider au montage de dossiers de financement (pour les tra-
vaux d'isolation phonique ou thermique par exemple).

Il est aujourd'hui possible d'obtenir quelques éléments d'information sur un diag-


nostic énergétique particulier, via les Espaces info énergie par exemple. Mais
seuls les Franciliens sensibilisés et disposés à changer leurs pratiques quoti-
diennes se rendent dans ces espaces dédiés. Il faut élargir ce droit au plus grand
nombre et faciliter l'accès à l'information pour que tous les ménages puissent
prendre conscience de leurs dépenses énergétiques et trouver des solutions
moins coûteuses tant pour l'environnement que pour leur budget.

uConstitution d'un réseau francilien de commande publique durable


La Région engagera une action de sensibilisation forte auprès de l'ensemble des
collectivités locales franciliennes afin de mettre sur pied un réseau structuré de
commande publique durable, en particulier sur la base de la plateforme dématé-
rialisée régionale des marchés publics.

uFormation des agents régionaux


Parce que nous avons également un souci d'exemplarité, des formations des
agents régionaux seront mises en place.

uAppel à projets pour des partenariats de développement durable avec des


entreprises pilotes

Nous lancerons des partenariats de développement durable avec les entreprises


pilotes sur des engagements ciblés : éco-conception des produits, transports pro-
pres, utilisation d'énergies renouvelables, recyclage des déchets, mobilisation
des salariés, etc.

uFinancement de zones d'activité circulaires


Nous financerons des zones d'activités circulaires où les déchets d'entreprises
sont utilisés comme ressources par d'autres, et où l'énergie est mutualisée.

# 70
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uDéveloppement des lieux de télétravail et d'usage des technologies de l'infor-


mation

Pour éviter les déplacements inutiles et donc l'impact sur l'environnement et la


pollution que génèrent nos déplacements et transports, la création d'espaces de
télétravail sera encouragée et soutenue par la Région.

Consommer responsable

uProgrammes de consommation responsable


La Région mettra en place des programmes de consommation responsable
ciblant les associations de consommateurs et les entreprises (produits éthiques,
sains et locaux, tarifications environnementales, intégration des coûts de traite-
ment des déchets, etc.)

uDéveloppement du compostage des déchets alimentaires et déchets verts


Pour faciliter l'accès à tous aux gestes écologiques, la Région développera le
compostage des déchets alimentaires et des déchets verts en pied d'immeuble
(composteurs domestiques) et dans les espaces verts communaux.

uProgrammes régionaux de réduction des emballages,


Nous mettrons en place des programmes régionaux de réduction des emballages,
en application de la responsabilité élargie des producteurs de déchets (entre-
prises de production et de distribution).

uContrats d'agriculture durable entre la Région et les exploitations agricoles


En prenant appui sur les travaux déjà conduits sur le développement de l'agri-
culture biologique, nous lancerons des contrats d'agriculture durable entre la
Région et les exploitations agricoles sur les emprises des nappes phréatiques,
filière labellisée de transformation/distribution des produits. Et nous renforce-
rons notre soutien aux AMAP et aux plateformes de commande et de livraison.
Nous développerons également le parrainage et le financement de projets agri-
coles durables.

# 71
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

VIVRE ENSEMBLE
CULTURE

SOUTIEN AUX ACTEURS

La Région s'est donné pour objectif de soutenir les acteurs artistiques sur toutes
les phases d'un projet culturel : création, production ou diffusion. Elle remplit
déjà ce rôle dans de nombreux secteurs et elle souhaite poursuivre son action en
visant plus particulièrement les lieux de création et de diffusion.

Création/Diffusion

uRésidences d'artistes

Pour que la culture reste vivante et permette aux artistes de disposer de tous les
moyens nécessaires à la création, la Région souhaite appuyer le développement
de résidences d'artistes, à l'image des résidences d'écrivains déjà existantes.

Les résidences, notamment pour les musiques actuelles et l'art plastique, méri-
tent une attention particulière dans la mesure où toutes les conditions maté-
rielles pour la création sont réunies (studios de répétition et d'enregistrement,
scène, espace adapté de création). En ce qui concerne la musique, il est néces-
saire de mettre en place un programme de soutien aux résidences (de 3 à 6
mois) ouvert à toutes les structures, y compris les studios, similaire aux rési-
dences d'écrivains soutenues par la Région.

uRadios musicales
Regroupées pour partie dans la Férarock pour le passage au numérique, il existe
en Île-de-France, six radios indépendantes. Les défendre, c'est garantir la promo-
tion de la diversité des genres. C'est pourquoi nous souhaitons soutenir les dif-
fusions radio en favorisant les projets d'émissions en direct, la liberté de pro-
grammation, et en maintenant un nombre suffisant d'animateurs.

uSalles de concert

Le concert est souvent le premier pas vers une pratique des sorties culturelles.
Soutenir les salles de concert est un enjeu majeur pour la politique régionale
d'appui à la création et à la diffusion. Compte tenu des spécificités des musiques
actuelles et de la mutation de l'industrie du disque qui ne permet plus aux
artistes de vivre de leur art, nous souhaitons placer l'artiste et la scène au cœur
de notre politique. La Région se place ainsi dans un rôle d'articulation entre les
lieux et les artistes et de mise en cohérence du territoire.

# 72
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uLabels indépendants

Les labels indépendants sont représentatifs d'une singularité, d'une diversité des
créations qu'il est important de préserver, à l'image du dispositif régional de sou-
tien à l'édition indépendante pour le livre. Dès 2010, nous voulons notamment
participer à la journée d'initiatives musicales indépendantes intégrée dans la
programmation du Festi'Val-de-Marne, dont nous sommes déjà partenaires. Cet
évènement réunit les passionnés de musique et aide à la découverte, à l'accom-
pagnement, à la diffusion de talents qui n'intéressent pas forcément les majors.
La Région doit devenir un partenaire identifié pour des évènements majeurs
telles que les rencontres de Nantes ou le Midem pour jouer son rôle de soutien
à l'émergence de nouveaux artistes et des labels indépendants, comme elle l'a
fait au Salon du livre, à Avignon ou encore à Cannes.

uSoutien aux disquaires


Il ne reste en Ile-de-France plus que huit disquaires indépendants. Cette situa-
tion est catastrophique à double titre. Le disquaire est d'abord, comme la librai-
rie, un lieu de proximité favorisant le lien social. Le disque, notamment vinyle,
est par ailleurs l'outil des DJ qui assurent les mix. Ainsi, accepter la disparition
des disquaires c'est accepter l'extinction d'une vie de quartier comme celle d'un
art à part entière.
Nous devons nous inspirer du dispositif de soutien aux libraires pour mettre en
place un soutien à la création et au développement des disquaires indépendants,
en prenant appui sur un partenariat spécifique avec le CALIF (club action des
labels indépendants).

uSoutien à l'audiovisuel
La télévision, souvent déconsidérée, est pourtant un formidable laboratoire de
création. La télévision accessible à tous doit être au cœur de nos réflexions sur
la culture à travers notamment la diffusion de films, de fictions (documentaires
et séries) mais aussi de musique et de danse. En effet, le marché est aujourd'hui
largement étranger et nous devons en favoriser le renouvellement en soutenant
les projets de série ambitieux, à la hauteur de l'offre américaine. Nous devons
avoir une réflexion approfondie sur la culture et la télévision avec notamment
les diffuseurs TV et les programmateurs. Un dispositif spécifique « Séries » au
sein de la politique sur l'audiovisuel devrait permettre de mieux soutenir les
auteurs et la diffusion de leur création.

FORMATIONS

uÉcriture de scénarios

Avant la mise en scène et la réalisation, l'écriture de scénario est l'essence même


de tout projet cinématographique. C'est pourquoi la Région doit mener une poli-
tique en faveur des jeunes scénaristes. Un partenariat avec les associations qui
aident à l'écriture doit être trouvé à l'image de ce qu'Emergence initie aujourd'hui
pour la réalisation. Le fond de soutien à l’industrie technique du cinéma fait
beaucoup, il faut aller plus loin en construisant une aide à la pré-production.

# 73
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uPhoto, vidéo, arts numériques

Les créateurs s'investissent fortement dans ses domaines qui nécessitent à la fois
des moyens matériels et un accompagnement pour la maitrise de supports tech-
niques en constante évolution. La Région permettra aux artistes d'avoir une plus
grande liberté de choix des supports techniques et d'accéder à des sessions de
formations relatives aux nouvelles techniques et technologies.

uMobilité internationale des artistes et créateurs


Le monde de la création ne se limite plus aux frontières nationales et il est pri-
mordial pour les artistes, notamment en développement, de s'immerger à l'exté-
rieur de nos frontières et d'en voir la diversité.
La Région souhaite ainsi permettre aux artistes d'aller à la rencontre de leurs
homologues étrangers. En lien avec les accords de coopération à l'international,
la Région devra favoriser ces " départs à objectifs de création culturelle ".
De plus des projets expérimentaux en lien avec une association d'artistes étran-
gers, notamment européens, doivent être accompagnés.

EMPLOI
uRenforcer les aides à la librairie

La Région souhaite mettre en place une politique complète de soutien à la librai-


rie francilienne.
Plusieurs dispositifs permettront de soutenir les libraires indépendants : méca-
nisme d'aide au loyer et de caution des garanties d'emprunt, aides aux agglomé-
rations et communes pour l'achat de fonds de commerce destinés à des librairies
et de favoriser les formations (dispositif spécifique de formation permanente
pour les libraires ne pouvant quitter le lieu de vente et des formations spéci-
fiques pour la direction de librairie : diriger une entreprise, fiscalité, gestion).
Nous souhaitons par ailleurs mettre en place un développeur de la librairie en
Ile-de-France (pour les questions de reprise et de transmission de structure mais
aussi de formation, de marchés publics, etc.), aider à l'émergence d'une associa-
tion des libraires franciliens et accompagner spécifiquement les petits points de
vente du livre sur des dispositifs PME / PMI.
Nous souhaitons enfin accompagner les expérimentations de passage au numé-
rique (bornes de téléchargement, vente d'abonnements aux sites de littérature
en ligne, formations aux liseuses numériques et à leur vente, etc.)
L'observatoire régional, le MOTIF, servira d'ensemblier et de maître d'œuvre à
cette politique élargie.

uAccompagner les auteurs

La Région souhaite poursuivre son action de soutien aux auteurs et la compléter


par de nouveaux dispositifs.
En lien avec la politique cinéma de la Région, une aide spécifique à l'écriture de
scénarios sera mise en œuvre dans le cadre du MOTIF.
Nous souhaitons accompagner tous les auteurs franciliens. Ainsi, tout en mainte-
nant les résidences de médiation, des bourses de la création (sans médiation)
seront attribuées par le comité de sélection des résidences. Enfin, nous soutien-
drons et accompagnerons l'action de la Société des Gens de Lettres en matière
d'information des auteurs sur leurs droits (social, fiscalité, droit d'auteur et droit

# 74
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

moral, droits numériques et dérivés, etc.).


Pour les auteurs étrangers souhaitant écrire en Ile-de-France, des places dans
les résidences leur seront réservées et nous souhaitons par ailleurs relancer un
programme d'aide aux écrivains persécutés. Enfin, des bourses spécifiques à la
traduction d'œuvres patrimoniales non disponibles en français seront créées.

uFavoriser l'édition indépendante

Plusieurs dispositifs seront créés dans le cadre de l'action conjointe de la Région


et du MOTIF pour favoriser l'édition indépendante.
Un fonds d'amorçage à l'activité d'éditeur sera ainsi créé dans le cadre du MOTIF
pour favoriser la création de maisons d'édition dès la première année. Un gui-
chet unique régional des aides à l'édition indépendante (culture et développe-
ment économique) y sera mis en œuvre. Via la formation professionnelle, des
formations spécifiques seront mises en place pour accompagner les éditeurs
existants (mutation numérique, diffusion, professionnalisation etc.) Enfin, la pré-
sence de l'Ile-de-France au Salon du livre sera renforcée par une action similaire
aux salons de Francfort, Londres et Bologne.
Nous étudierons la faisabilité d'une plateforme mutualisée spécifique de distri-
bution pour l'Ile-de-France (PRISME Ile-de-France) et aiderons à la mise en place
d'une plateforme unique de diffusion-distribution numérique de l'édition indé-
pendante francilienne (harmonisation et interopérabilité des formats, canal
unique de diffusion des formats numériques).

uEmplois culturels

Le désengagement de l'Etat ne permet plus aux structures d'embaucher un nom-


bre suffisant de permanents pour leur développement. Depuis 2004, la Région à
fortement contribué à l'emploi culturel en attribuant plusieurs milliers d'emplois
directs dans le cadre des emplois tremplins et des permanences artistiques et
culturelles. Elle souhaite poursuivre cet effort.
La Région conduira également une réflexion renouvelée sur l'accompagnement
des nouveaux métiers culturels, notamment considérant les mutations technolo-
giques (numérisation, haute définition, son multi-canal). Elle le fera avec les syn-
dicats et les organisations d'employeurs.

uAppels à projets arts plastiques et illustration

Les spécificités de ce secteur en termes de création, de production et de diffu-


sion nécessitent à certaines périodes de l'avancée d'un projet des moyens
humains importants. Sur la base d'appels à projets, la Région s'engagera pour
faciliter l'emploi de personnel, notamment pour la mise en place scénique.

# 75
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Diversité des pratiques

Pratiques amateurs

Les demandes en matière de pratiques artistiques amateurs ne cessent de croitre


et la Région souhaite les accompagner en renforçant son soutien aux lieux tels que
les SMAC et les MJC et favorisera les échanges inter-amateurs entre les départe-
ments.

uMusiques actuelles
Une des spécificités des musiques actuelles est le caractère récent de leur struc-
turation et de leur reconnaissance dans le champ de l'action publique en matière
culturelle.
En Ile-de-France, on dénombre environ 10 000 «groupes» ou formations musi-
cales de tous genres qui rassemblent de 30 000 à 40 000 musiciens et chanteurs,
et bien davantage si on y intègre les musiciens «électroniques». La situation de
ces formations est très hétérogène allant de l'amateur à l'artiste émergent. Tous
ont cependant une caractéristique commune : le souhait de pouvoir se produire
en public. Et, moins nombreux, les groupes ou chanteurs «structurés ou en voie
de professionnalisation» ont un accès au public de plus en plus difficile. C'est en
ce sens que la Région peut agir, en soutenant les scènes et en élargissant les lieux
qui combinent scènes de diffusion et studios de répétition.

uRégie régionale de matériel

Il est difficile pour les amateurs d'accéder à du matériel de concert (sono,


console, ampli). La mise en place d'un partenariat avec les structures de location
de matériel devra leur faciliter l'accès aux outils de la scène, notamment par le
biais d'une garantie régionale à la location. Par ailleurs, des conventions avec
certains lieux soutenus par la Région devront être engagées pour permettre aux
amateurs d'y répéter.

uCultures urbaines

Les cultures dites urbaines, qui recouvrent plus spécifiquement la danse hip-hop,
le rap et le graff, sont longtemps restées au banc du secteur culturel. Considérées
comme un sujet strictement de la banlieue, ces esthétiques ont été trop long-
temps traitées sous l'angle politique de la ville. Or, il s'agit d'un art à part entière.
Comme pour d'autres genres, nous souhaitons en favoriser la création et la dif-
fusion afin de garantir la diversité des esthétiques sur l'ensemble de notre terri-
toire.

Accessibilité

Musique, danse, musique, arts de la rue, arts plastiques sont autant d'arts au
cœur de notre politique de démocratisation et de mise en accessibilité de la cul-
ture car ils ne nécessitent pas de langue commune ni de savoir écrire ou lire.

# 76
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uPass culturel régional

Un Pass culturel régional sera créé pour l'ensemble des Franciliens qui donnera
accès tant aux lieux, manifestations qu'aux pratiques. Un week-end par an, se
tiendra par ailleurs la Fête régionale du théâtre et de la danse avec des tarifs
accessibles à tous.

uCinémas art et essai

Les salles d'art et essai, par leur implantation locale et leur taille, garantissent
une grande proximité avec les Franciliens. Or, les grands «multiplex» et la
concurrence menacent leur activité. La Région souhaite leur apporter son soutien
pour garantir la qualité de vie et la diversité culturelle sur son territoire.

uArts de la rue

Les arts de la rue ont connu ces quinze dernières années un fort développement.
On recense en France 800 compagnies dont 250 implantées sur le territoire fran-
cilien. Ces compagnies sont plurielles (théâtre, danse, arts plastiques, musiques)
mais ont un dénominateur commun : l'espace public. La situation en Ile-de-
France ne correspond pas à cette réalité. Le CNAR (centre national des arts de la
rue) est le plus petit de France et une diffusion difficile oblige trop souvent les
troupes à un départ vers d'autres régions.
Parce que la Région croit en la capacité des ces arts à donner du sens et à valo-
riser les territoires, elle souhaite soutenir leur diversité et leur offrir des moyens
de création et de diffusion à leur hauteur. C'est pourquoi, les réseaux des arts de
la rue seront soutenus par la Région, leur accès à la permanence artistique sera
favorisé et un lieu de stockage mutualisé des décors sera mise en place.

uBibliothèques de rue

Depuis 2006, la Région a souhaité s'investir fortement en faveur du livre et de


la lecture. Pour aller plus loin et rendre toujours plus accessible les ouvrages,
nous souhaitons implanter à l'échelle régionale des bibliothèques en différents
espaces publics du territoire, en privilégiant la proximité des gares RER et SNCF.

uProgramme culturel dans les BPAL

Les douze bases de plein air et de loisirs franciliennes pourront participer plei-
nement à la diffusion de la culture francilienne. Des expositions, des séances de
cinéma plein air, des festivals pourront ainsi y être accueillis.

Education

uInstruments au lycée

Pour réduire les inégalités d'accès aux instruments de musiques, souvent trop
chers, nous souhaitons mettre en place, en concertation avec les magasins spé-
cialisés, un centre régional de prêt d'instruments de musique.
La Région facilitera l'acquisition d'instruments pour le plus grand nombre.

# 77
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

De plus, elle investira dans les lycées pour que les lycéens disposent d'une salle
de répétition en libre accès.
Depuis 2008, des actions ont été engagées pour un programme sur l'éducation
aux esthétiques, Rock au bahut. Une dizaine de lycées a été associée. Ce pro-
gramme sera développé et diversifié, en s'inspirant du projet «Odyssée
Jamaïque». Cette politique pourrait être développée dans le cadre de l'élabora-
tion d'un marché public à l'image du programme Lycéens et apprentis au cinéma.

uIntervenants artistiques dans les lycées

Des conventions entre les producteurs, les artistes ou les associations et la


Région doivent être passées pour favoriser les interventions dans les lycées.
Nous devons faire profiter les lycéens des formidables ressources que consti-
tuent les partenariats régionaux avec les compagnies de théâtres, de danse, les
écrivains ou les films.
Par ailleurs, des résidences à l'année de plasticiens pourraient avoir lieu dans les
lycées dans le cadre d'un travail aboutissant à une œuvre collective.

Lieux et territoire de culture

Patrimoine

uIdentités et mémoires
Dans la continuité de préservation des bâtiments historiques, un nouveau dispo-
sitif «culture et mémoire» sera mis en place afin de valoriser les créations artis-
tiques (films, ouvrages, expositions) autour de la mémoire du territoire francilien.

uPatrimoine gourmand

Les arts de la table participent considérablement au rayonnement de la culture


française. Le territoire francilien est l'un des plus riches en termes de production
agricole et de qualité de création culinaire.
Nous souhaitons valoriser la diffusion du patrimoine culturel gourmand en sou-
tenant davantage encore la qualité des productions (cidre, fromage, légumes, api-
culture, etc.) et accompagner les projets de création culinaire et les festivals
ayant trait aux arts gustatifs en mettant en relation les grands chefs et les pro-
ducteurs locaux.

uNumérisation des collections

Les avancées technologiques à travers la numérisation sont un atout majeur


pour la préservation du patrimoine artistique (cinématographique, audio,
manuscrits). La Région s'engagera aux côtés des acteurs déjà présents sur ce
champ (cinémathèques, INA, Bibliothèque nationale, etc.)

# 78
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uLieux de mémoire industrielle

Nous soutiendrons le maintien des friches industrielles et leur exploitation dans


une démarche sociale, environnementale, économique et culturelle en y favori-
sant les créations contemporaines (concerts, expositions, spectacles).

Innovation

Equipement numérique des lieux

Depuis plusieurs années, le secteur du cinéma est soumis à une forte mutation
technologique (dématérialisation des supports de diffusion, croissance des tech-
nologies numériques, disparition du film argentique). Nous devons accompagner
l'emploi et la formation dans cette évolution.
Pour le secteur du livre, le Motif, Cap Digital et la future Agence régionale du
numérique mettront en œuvre une plateforme commune de soutien au dévelop-
pement du livre numérique sous toutes ses formes (création numérique, édition,
diffusion et distribution). Cette plateforme soutiendra les projets innovants et
aidera à la mise en réseau.

Plateforme régionale de diffusion

La Région souhaite développer une plateforme régionale de diffusion, moteur de


recherche interconnecté avec d'autres régions, visant à valoriser la diversité
musicale de la région et à contribuer à l'existence d'un réseau économique et
artistique, alternatif aux grands groupes.

Équipements pour déficients visuels et auditifs

La Région poursuivra son action en faveur de la mise en accessibilité des lieux


de diffusion culturelle d'équipements en particulier pour déficients visuels et
auditifs.

Rayonnement

Echanges et festivals internationaux

Dans le secteur de la musique qui reste l'un des plus internationalisé, il est néces-
saire pour les artistes en développement de se produire à l'étranger.
Le festival Rock en Seine dont la Région est le premier partenaire permet chaque
année à des artistes franciliens d'accéder à une scène. Nous voulons, en parte-
nariat avec le festival, rentrer en contact avec d'autres festivals internationaux
dans le but de permettre la mobilité des artistes. Cette expérience pourra être
reproduite pour d'autres manifestations ou d'autres disciplines.

Ville culturelle francilienne de l'année

À l'image de ce qui se passe à l'international avec la valorisation d'un pays et afin


de promouvoir l'ensemble des villes du territoire, nous voulons mettre en place,
sur la base d'un appel à projets, la Ville culturelle de l'année au sein de la région.
La ville choisie pourra ainsi mettre en avant la singularité et la richesse de son
territoire et de sa culture autour de diverses manifestations artistiques.

# 79
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Un nouveau cadre d’intervention

uFonds de soutien à la création numérique

L'Île-de-France est l'une des très rares régions dans le monde à offrir, dans le
domaine de la création numérique, une filière complète alliant les compétences
techniques aux compétences artistiques. Elle est dotée de trois principales écoles
de référence mondiale dans le domaine de l'animation, des étudiants issus de ces
formations sont présents chez les principaux producteurs hollywoodiens et dans
les principaux studios de production de jeux vidéos. Par ailleurs, les premiers
logiciels 3D ont été conçus, il y a vingt cinq ans, en Ile-de-France.
Toutefois, cette filière reste fragile, la concurrence internationale sévère, la délo-
calisation des emplois fréquente.
Il est donc nécessaire de soutenir spécifiquement cette filière 100% francilienne.

Un fond de soutien à la création numérique, dédié au long métrage et au jeu


vidéo 3D et 3D relief aura pour objectif de renforcer la capacité de ces sociétés
à s'engager sur des projets français plus importants, pour ne pas dépendre des
commandes étrangères et ne pas être tentées de s'installer à l'étranger.
Le soutien ira aux œuvres et aux producteurs à l’image du fond de soutien de la
Région aux industries techniques. L'effet sur l'emploi sera direct car il s'agit
essentiellement d'une industrie de main d'œuvre, où les compétences existent et
sont immédiatement employables.
L'engagement unitaire par projet devrait être à la mesure des budgets requis,
pour un nombre de projets restreints, et se situer autour 5 M€ par an pour un
objectif de 3 à 6 projets soutenus par an.

uCréation de pôles de création régionaux

En suivant les principes d'égalité territoriale et d'équilibre régional et conformé-


ment aux orientations du schéma directeur régional, nous souhaitons implanter,
sur l'ensemble du territoire francilien, différents «pôles» permettant à la pre-
mière région d'Europe d'accroitre sa structuration et son rayonnement. Ce réseau
de pôles régionaux de création permettra, sur un même territoire, la rencontre
des professionnels et des amateurs ainsi que le travail en commun des disci-
plines en transversalité pour le pilotage d’un projet global.

uComité de sélection indépendant pour les aides au spectacle vivant


Un comité constitué d'élus et de professionnels attribuera les aides dédiées au
spectacle vivant (permanences artistiques et culturelles) ainsi qu'une nouvelle
aide à la diffusion. La Région maintiendra son soutien en direction d'ARCADI afin
que celui-ci puisse poursuivre son rôle de soutien auprès des artistes et des com-
pagnies d'Ile-de-France et de centre de ressources des artistes franciliens.

uPortail Internet des sorties et des actions culturelles en Île-de-France

Ce portail permettra de détailler l'action régionale pour l'audiovisuel, le cinéma,


le spectacle vivant (danse, théâtre, arts de la rue, musique), les arts plastiques,
le patrimoine, le livre et la lecture. L'ensemble des lieux de culture soutenus par
la Région seront également présentés sur une cartographie interactive et, dans
chaque secteur, les films, compagnies, groupes, festivals, auteurs pourront valo-
riser leur travail. Le portail permettra enfin à tous les Franciliens de constituer
leur programme culturel plus aisément (sorties de films, spectacles, festivals,
signatures, expositions, etc.).

# 80
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

TOURISME

Le tourisme est pour la Région Île-de-France à la fois une source de développe-


ment économique majeure, un facteur déterminant de l'identification régionale
et un élément important d'aménagement du territoire. A ce titre, il a été reconnu
comme l’une des huit filières prioritaires du schéma régional de développement
économique (SRDE) adopté par le Conseil régional en octobre 2006.
La structuration de la filière est composée de 3 secteurs : tourisme de loisirs, tou-
risme social et tourisme d'affaires, fortement dissociables, ne serait-ce qu'en ce
qui concerne l'offre et la tarification hôtelière, la promotion et la commercialisa-
tion.
L'action régionale menée depuis 2004 a permis aujourd'hui la création d'un opé-
rateur unique/commun, le Comité régional du tourisme (C.R.T.), permettant de
renforcer l'efficacité des actions d'études, d'observations, de marketing, de pro-
motion, de communication, d'accueil et de vente au profit d'une destination
unique : «Le nouveau Paris Île-de-France» à l'intérieur de laquelle des pro-
grammes de soutien aux publics et/ou aux territoires particuliers sont mis en
œuvre.

UN DROIT AUX VACANCES POUR TOUS

Première destination touristique mondiale, la région Île-de-France doit aussi


garantir à celles et ceux qui la font un droit aux vacances, aux loisirs et à la
détente, sur leur territoire comme à l'extérieur.

uDoubler le nombre de personnes bénéficiaires du programme «aide aux


départs en vacances»

Le Conseil régional souhaite affirmer et garantir un droit aux vacances pour les
Franciliens en difficulté et s'appuiera pour cela sur les structures œuvrant dans
le tourisme social, regroupées dans l'Union nationale des associations de tou-
risme (UNAT) avec laquelle il travaille en fort partenariat.
Après une première étape permettant le départ en vacances de 2 000 personnes
par an, la Région souhaite aller plus loin en doublant le nombre de personnes
bénéficiaires du programme «aide aux départs en vacances» lors de la prochaine
mandature.

uDévelopper une offre de courts et moyens séjours sur les bases de loisirs
régionales

Grâce aux 12 bases de plein air et de loisirs (BPAL), la Région a permis aux
Franciliens de profiter toute l'année de 3 000 hectares de lieux de détente dans
un environnement protégé (plage, bois, etc.). D'importants investissements ont
été réalisés pour les aménager, les équiper et y développer l'offre de loisirs. Le
dispositif des tickets loisirs vient d'ailleurs d'être renforcé par le Conseil régio-
nal et nous prévoyons d'aller plus loin lors du prochain mandat en y ajoutant l'of-
fre de courts et moyens séjours sur les BPAL franciliennes.

uProposer un programme d'investissement dans les BPAL pour de l'héberge-


ment insolite ( gîtes dans les arbres, chalets en bois, roulottes, etc.)

Des expériences innovantes dans certains pôles touristiques ou à Vaires-Torcy,

# 81
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

par exemple, connaissent un succès grandissant, permettant le développement


de zones rurales difficilement accessibles. La Région souhaite offrir un accès
facilité et ouvert au plus grand nombre à de l'hébergement insolite (gîtes dans
les arbres, chalets en bois, roulottes, etc.) sur les douze BPAL de son territoire.

SOUTENIR LA DESTINATION «ILE-DE-FRANCE»

Bien que fortement concurrencée, la destination touristique «Paris - Île-de-


France» demeure la première destination mondiale. L'Île-de-France a ainsi
accueilli, dans ses hôtels, 33 millions de touristes, dont 48 % d'étrangers en 2008.

uDévelopper et accompagner des filières touristiques sur de nouvelles théma-


tiques

Afin de soutenir la destination, la Région souhaite développer et accompagner de


nouvelles filières tels que la gastronomie, le bien-être, la mode et le design, les
jardins, les industries, le golf, la culture, la randonnée, etc. Il existe une clientèle
importante, francilienne ou internationale, sur ces nouvelles thématiques qui
demeurent largement sous structurées.
A l'image de ce que met en place le pôle touristique du Sud Essonne autour de la
promotion des jardins botaniques, le Conseil régional souhaite proposer un
Schéma régional des parcours thématiques avec l'appui de l'Institut d'aménage-
ment et d'urbanisme (IAU) pour les études et du Comité régional du tourisme
(C.R.T) pour la définition des clientèles et la promotion.

uRenforcerl'hôtellerie indépendante
Pour accentuer la diversité de l'offre, nous souhaitons procéder à une refonte de
nos aides pour soutenir l'hôtellerie indépendante, notamment en termes d'acces-
sibilité.

uSoutenir le tourisme éco-responsable


La politique écologique en Ile-de-France défend une écologie du quotidien et
qu’elle se décline dans les toutes ses politiques.
Pour soutenir le tourisme éco-responsable, la Région souhaite d'abord dévelop-
per les structures touristiques tels que les campings verts, les chalets en bois,
etc.

Pour répondre par ailleurs aux besoins des opérateurs et développer l'accessibi-
lité des sites, parisiens notamment, elle mettra en place une aide à l'acquisition
de bus propres, proposera un dézonage des ses capacités d'investissement (hors
pôles touristiques) pour tous les projets éco-responsables (comme le camping
Huttopia dans le 78) et développera via le Syndicat des transports d’Île-de-
France (STIF) une offre de transport simple et écologique (transport collectif et
circulations douces) prenant en compte les attentes de la clientèle (week-end et
jour fériés) et les destinations touristiques reconnues en dehors de la capitale (à
l'image de ce qui a été fait pour le site d'Auvers-sur-Oise.). Enfin, il s'agira de
valoriser et de développer l'usage touristique du Transilien, perçu actuellement
comme un mode de déplacement uniquement à vocation professionnelle.

# 82
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uAméliorer l'offre de tourisme d'affaires


Le tourisme d'affaires constitue une part majeure de l'économie francilienne et
la Région, leader mondial de la filière, souhaite accompagner le travail considé-
rable de ses partenaires, notamment en proposant une offre de transport adap-
tée et en renforçant la promotion à l'étranger. Elle améliorera ainsi l'offre de
transport dans le pack d'accueil «Viparis» (union des sites d'accueil pour les
congrès, salons et évènements d'entreprises), soutenu par le CRT à hauteur de
25%.

uAider au développement d'une offre renouvelée de grands événements sur


tous les territoires franciliens

Pour apporter son soutien au développement de l'événementiel, la Région met-


tra l'accent sur la modernisation, le renouvellement et la diversité de l'offre.
Il est essentiel de proposer, dans le cadre d'une destination unique, un renouvel-
lement et une diversité de l'offre (par exemple la fête de l'O ou les animations
sur le canal de l'Ourcq) et d'apporter de nouvelles possibilités de financement, en
particulier aux pôles touristiques régionaux.

uFaire de la Seine, des rivières et des canaux des axes majeurs de développe-
ment du tourisme francilien

La région dispose d'un réseau de 700 kilomètres de voies navigables (fleuve,


rivières ou canaux) et le tourisme fluvial est une composante riche, diverse et
majeure du tourisme francilien. Pourtant, beaucoup reste à faire. La Région sou-
haite faire de la Seine, des rivières et des canaux des axes majeurs de dévelop-
pement du tourisme francilien et non pas seulement des voies de transport. Il
faudra ainsi redynamiser le tourisme de plaisance, valoriser l'identité fluviale du
tourisme francilien, désaturer les équipements fluviaux et ports franciliens,
mieux utiliser les voies d'eau à caractère culturel ou de développement écono-
mique et encourager la (ré)animation, économique et culturelle, des berges.

Accueil et qualité

uCréation de points d'accueil dans les gares


A l'image de ce qui a été fait à Versailles, sur le site de Disney et dans les aéro-
ports, la Région souhaite créer des points d'accueil dans toutes les gares franci-
liennes.

uFormation qualifiante des personnels


Le secteur du tourisme et des loisirs représente plus de 600 000 emplois en Ile-
de-France, dont 270 000 emplois directs, que la Région doit accompagner et pro-
téger.
Il s'agit d'un secteur à fort potentiel d'emplois mais connaissant un fort turn-over
et composé de métiers souvent pénibles et mal rémunérés. La Région, en cohé-
rence avec le Schéma des formations des métiers du tourisme voté en novem-
bre 2009, doit accompagner ces métiers, qui disposent d’un potentiel important
d'évolution de carrière, notamment en offrant des formations qualifiantes des
personnels du secteur (formation à l'évolution des clientèles par exemple).

# 83
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uRenforcer l'accessibilité des sites aux personnes en situation de handicap


Parce qu'elle souhaite garantir à tous le même droit aux vacances et aux loisirs,
la Région intensifiera son effort de mise en accessibilité des sites de loisirs et de
tourisme aux personnes en situation de handicap.

uCréation d'une carte «Citypass tourisme»


La Région créera une carte Citypass tourisme offrant l'accès aux transports et
aux sites culturels franciliens.

uMise en place d'un label touristique régional


L'ensemble des mesures retenues pourraient être identifiées et évaluées dans le
cadre de la mise en place d'un label touristique régional dont les critères repo-
seraient sur la qualité de l'accueil, l'accessibilité, le développement durable, l'em-
ploi et la formation.

SPORT

Favoriser les pratiques

uLicence sportive pour les 6-26 ans


Ce dispositif vise à instituer une aide à destination des jeunes franciliens de 6 à
26 ans en proposant la prise en charge d'une partie de la licence fédérale et de
l'adhésion au club. Le financement, attribué par la Région, sera conditionné aux
ressources de la famille ou du jeune en autonomie. Cette aide dont le plafond est
fixé à 35 euros a pour objectif de permettre aux jeunes d'avoir accès à une pra-
tique sportive de leur choix dans un club francilien.

uFinancement à 50% des terrains de sport accueillant des lycéens


La Région subventionne les communes qui réhabilitent ou rénovent les équipe-
ments sportifs (gymnase, terrains de foot, etc.) utilisés par les lycéens et les étu-
diants. Nous poursuivrons cette politique en finançant à 50% tous les terrains de
sport accueillant des lycéens.

uSoutien à l'Union nationale du sport scolaire (UNSS)


L'Union nationale du sport scolaire (UNSS) a pour objet d'organiser et de déve-
lopper la pratique d'activités sportives et l'apprentissage de la vie associative
des élèves du secondaire. A ce titre, elle constitue un vecteur important de pro-
motion des valeurs humanistes transmises par le sport et de sensibilisation aux
règles de vie en collectivité. La Région a signé trois conventions avec l'UNSS pour
soutenir son action en Île-de-France.

# 84
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Nous poursuivrons notre action afin d'offrir à chaque lycéen l'accès à une pra-
tique sportive gratuite et accessible à tous. Ainsi le dispositif de prise en charge
de la licence s'appliquera aux licences UNSS.

uRenouvellement des terrains de grand jeu


La Région souhaite, sur le modèle du Plan piscines, mettre en place un plan de
renouvellement des terrains de foot et de rugby en profitant de l'évolution tech-
nologique que représentent les pelouses synthétiques et en allégeant ainsi les
frais d'entretien et de fonctionnement.

uConstruction de deux salles de moyenne capacité


Il est prévu de construire deux salles de moyenne capacité, de 5 000 à 10 000
personnes, dans le sud et le nord-est de la région.

uSoutien aux pratiques émergentes


La Région souhaite valoriser, avec ses partenaires, les pratiques émergentes en
milieux rural et urbain. Ces disciplines connaissent déjà un grand succès mais il
est nécessaire de recenser et de baliser les itinéraires, ou encore de proposer des
aménagements, un encadrement avec les ligues ou une classification des sites.
Tous les Franciliens pourraient en bénéficier via le portail internet VisauSport
que la Région mettra en place. En milieu rural, péri-urbain ou urbain seront donc
encouragées des disciplines telles que des courses d'orientation, des circuits de
randonnées, des parcours de VTT, de l'escalade ou du cyclotourisme. Cela parti-
cipera en outre à la politique régionale d'aménagement des milieux et parcs
naturels.

Appuyer les réseaux

uLa Maison des sports franciliens


La Région souhaite créer une Maison des sports franciliens qui regroupera toutes
celles et tous ceux qui souhaitent mutualiser leur moyens et offrir un cadre
répondant aux besoins d'information, de sensibilisation et de formation. Cela
serait aussi l'occasion d'aider un secteur éparpillé à se structurer et accéder à une
visibilité régionale.

uVisausport : le portail Internet du sport francilien


L'Institut régional de développement du sport (IRDS) a mis en place un site
Internet d'une grande richesse et qualité qui croise les bases de données des pro-
fessionnels du secteur sportif francilien.
La Région souhaite participer au développement de cet outil pour qu'il devienne
un portail grand public avec, notamment, des cartes interactives permettant de
rechercher les clubs, les équipements de proximité pour toutes les disciplines,
d'en obtenir les coordonnées et les caractéristiques, de calculer le temps de
transport, de valoriser les sites des clubs, ligues et comités, etc.

uRenforcement des formations


La Région renforcera les crédits de formation pour les sportifs, les bénévoles, les
encadrants et les dirigeants en accord avec le Schéma des formations des
métiers du sport qui vient d'être adopté.

# 85
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Programme de promotion et de developpement du


«sport santé»

uAppui à la sensibilisation et à l'information durant les compétitions popu-


laires et les événements amateurs avec l'appui du réseau des BPAL

La Région a lancé dans le cadre d'une convention établie avec la Fédération


d'athlétisme un programme sur la thématique «sport santé». Elle souhaite aller
plus loin en passant des partenariats via les conventions avec les fédérations, les
ligues et les comités sportifs ainsi que d'autres associations comme la Fédération
française de cardiologie pour des programmes d'actions spécifiques en direction
des sportifs licenciés et non licenciés, mais aussi de tous types de publics (grand
public, valides, personnes en situation de handicap, jeunes, seniors, etc.).
Un tel programme offre également au mouvement sportif un moyen d'approcher
les pratiquants libres, de plus en plus nombreux.

La Région pourrait ainsi participer à l'organisation ou au financement de compé-


titions grand public et non plus seulement officielles, et des cadres techniques
apporteraient gratuitement et sur demande conseils et informations (à l'image de
ce qui se fait pour l'athlétisme). La Région pourrait approfondir les partenariats
avec des grands clubs ou omnisports (Créteil, Stade Français, etc.). Enfin, les
bases de plein air et de loisirs pourraient être des lieux d'accueil et des vecteurs
de la visibilité régionale.

uFormation spécifiques des encadrants aux premiers secours


De plus en plus de clubs, en particulier amateurs, font appel à des structures
extérieures pour former leurs dirigeants, leurs bénévoles et leurs adhérents aux
premiers secours dans la mesure où ils ne disposent souvent pas de médecins à
demeure. La Région nouera des partenariats avec ces structures, en particulier la
Fédération française de cardiologie, la Croix Rouge ou la Protection civile, afin
de faire bénéficier le plus grand nombre de clubs de ces possibilités.

# 86
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

DEMOCRATIE

Vie de la cité

uMise en oeuvre d'un dispositif de microcrédit social régional


La Région souhaite mettre en place un dispositif microcrédit social universel. Ce
dispositif de prêt permettra aux particuliers de répondre à une dépense liée à un
accident de la vie ou à un projet de vie (hors rachat de dettes et de crédit).

Le taux applicable par les banques partenaires sera plafonné, les frais de dossier
et la caution familiale supprimés et un accompagnement social et/ou budgétaire
sera proposé à la constitution du dossier. La Région, en lien avec ses partenaires,
en particulier bancaires, garantira 50 % du prêt, remboursera les intérêts à l'is-
sue du prêt s'il n'y a pas eu d'incidents de paiement, apportera enfin une aide
financière aux organismes accompagnant les emprunteurs du microcrédit social
universel régional.

uCréation d'un réseau de médiateurs de l'endettement et de médiateurs du


logement

Plus de 30.000 dossiers sont déposés chaque année auprès des commissions de
surendettement en Île-de-France. La grande majorité d'entre eux ne relève pas
d'un surendettement actif, causé par une consommation mal gérée de crédits,
voire même à d’une surconsommation, mais d’un surendettement passif, causé
très souvent par un accident de la vie (séparation, divorce, licenciement, mala-
die, décès du conjoint). Les démarches sont souvent complexes pour accéder à
des procédures de règlement tant par une procédure de rétablissement person-
nel que par des plans conventionnels de rééchelonnement des dettes. Nous pro-
posons donc l'instauration d'un réseau de médiateurs de l'endettement, chargés
sur l'ensemble du territoire régional, d'accompagner les Franciliens concernés
dans leurs démarches administratives voire contentieuses.

Par ailleurs, dans la mesure où plus des deux tiers des arriérés de charges
concernent les dépenses relatives au paiement du loyer et à l'entretien du domi-
cile (électricité, gaz, etc.), nous proposons que ces médiateurs soient associés à
des médiateurs du logement, chargés d'aider les locataires en difficulté avec
leurs bailleurs.

uInstallation de résidences d'artistes et de lieux de création dans les quartiers


populaires

La culture ne vit qu'avec les artistes et les œuvres. De trop nombreux quartiers
populaires sont aujourd'hui éloignés des lieux traditionnels de création. La
Région, aménageur du territoire francilien et garant de l'égalité d'accès à la cul-
ture, veille à ce que les conditions soient réunies afin de permettre à la créati-
vité artistique d'exister librement et de se développer partout en Île-de-France.
Aussi, afin d'assurer la production, la diffusion et la pratique culturelle dans les
quartiers populaires, nous soutiendrons l'installation de résidences d'artistes, la
réalisation de lieux de création et toutes les formes de rencontre des habitants
avec les artistes.

# 87
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uSoutien aux Maisons de la Justice et du droit ainsi qu'aux structures propo-


sant des consultations juridiques gratuites

La Région subventionne la création de maisons de la justice et du droit (MJD) à


hauteur de 45 % à 80 % selon les territoires. Cet engagement vise à instaurer une
véritable justice de proximité et à favoriser l'accès de tous les citoyens au droit.
La MJD est, en effet, un lieu ouvert où l'on apporte une réponse à toutes les
demandes et à tous les publics, quel que soit le domaine du droit concerné. Nous
renforcerons donc cette politique, notamment en matière d'aide aux travaux et
d'acquisitions foncières.
Par ailleurs, nous poursuivrons notre soutien à toutes les structures qui propo-
sent des consultations juridiques gratuites ainsi qu'aux associations qui accom-
pagnent les anciens détenus.

uOuverture de nouveaux espaces publics numériques de proximité


L'objectif de cette initiative est de favoriser la démocratisation et l'appropriation
des technologies de l'information et de la communication (TIC) par la population
et les acteurs régionaux. Nous souhaitons donc créer un maillage serré de lieux
de proximité capables d'assurer la sensibilisation et la formation de base aux TIC
pour tous les citoyens, gratuitement ou à un coût modéré, avec l'intervention de
ressources humaines qualifiées assurant une médiation entre les usagers et les
outils. Au travers d'appels à projets, ce seront ainsi de nouveaux lieux d'accès
publics (fixes, itinérants, «en étoile») qui seront retenus et bénéficieront d'un
soutien en investissement.

L'ambition de la Région est d'amener ces lieux, implantés dans des contextes
locaux très différenciés, à contribuer à l'émergence de «territoires numériques»
en se positionnant progressivement en «centres locaux de ressources sur les
TIC», au service des usagers et de l'ensemble des acteurs locaux (collectivités,
associations, organismes consulaires, etc). Dans cette optique, une plateforme
régionale d'animation, de mise en réseau et de services sera déployée afin de
concourir tant au développement des projets de chacun (soutien en ingénierie),
qu’à la dynamique régionale d'ensemble, visant à favoriser les échanges entre les
différents espaces existants ou en création.Nous appuierons également la pro-
fessionnalisation des animateurs et des responsables en leur proposant un dis-
positif de formation et de qualification, qui leur permette d'améliorer la diver-
sité et la qualité des services apportés aux usagers.

uCréation de 7 000 nouvelles places de crèche


Bien que ne disposant pas de la compétence de la petite enfance, la Région a été
sollicitée pour aider les départements ou les communes à créer ou rénover des
crèches. Ce sont ainsi plus de 20 millions d'euros qui ont été investis dans ce
domaine depuis 2004. Et la Région a permis la création de 5 000 nouvelles
places de crèche ont pu voir le jour grâce à l'action de la Région.

Conscients des difficultés que rencontrent les familles franciliennes pour assurer
la garde de leurs enfants, nous intensifierons cette politique avec un objectif de
7 000 nouvelles places durant la mandature.

# 88
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uAide à l'installation de 150 jardins partagés


Les jardins partagés sont une forme de gestion en commun d'un terrain par un
groupe d'habitants. Ces initiatives contribuent à l'amélioration du cadre de vie et
permettent des échanges entre personnes d'origine géographique, de milieux
sociaux et d'âges différents. Le compostage, la récupération de l'eau de pluie et
la technique des cultures associées y sont très souvent pratiqués. Ce sont égale-
ment des lieux d'initiative citoyenne et d'éducation à l'environnement pour les
enfants et les adultes, qui y apprennent la botanique, ou qui y observent la faune
urbaine. Nous nous engagerons pour la création de 150 nouveaux jardins parta-
gés en donnant la priorité à ceux qui ont une vocation d'insertion et accueillent
des bénéficiaires des minimas sociaux, des personnes en situation de handicap
ou des victimes d'exclusion sociale.

uSoutien aux structures de médiation familiale (femmes-relais, écoles des


parents, etc.)

La médiation familiale donne les moyens aux membres d'une famille en situation
de rupture de trouver un espace neutre de discussion, d'échange voire de conci-
liation. Avant même l'intervention d'un juge ou d'un médiateur désigné par lui,
de nombreuses structures permettent de faire vivre ou revivre un lien familial
distendu, d'apporter aux différents membres d'une famille les moyens de leur
autonomie et de leur vie en communauté. Des écoles des parents à celles des
grands-parents, des associations de femmes-relais aux actions intergénération-
nelles, la Région apportera son soutien aux initiatives qui mettent au cœur de
leur démarche la prévention des conflits familiaux et l’accès à l’autonomie, en
particulier des femmes.

uDoublement des aides accordées à l'École régionale des projets, pour aider la
création d'entreprise et d'emploi dans les quartiers populaires

La création d'activité est une démarche certes complexe mais qui peut constituer
un important moyen de création d'emploi pour peu qu'existe une démarche d'ac-
compagnement globale. La Région a donc souhaité soutenir la formation des
créateurs d'entreprises à fort potentiel, dans le cadre de son programme régio-
nal Emploi et territoires, en créant l'Ecole régionale des projets.

L'originalité de ce dispositif est de conjuguer apports de connaissances, accom-


pagnement et mise en application effective dans le projet réel d'entreprise. En
effet, il est organisé, pour des groupes d'une dizaine de personnes, un pro-
gramme permettant d'aborder les connaissances générales en collectif tout en
approchant avec chaque personne, le projet d'entreprise de manière singulière.
La dynamique de groupe qui s'installe permet ainsi d'amplifier l'appropriation à
travers le retour des expériences respectives de chacun.

Nous souhaitons doubler les aides attribuées à l'Ecole régionale des projets ainsi
que le nombre de personnes accompagnées dans ce cadre.

# 89
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

Participation et respect

uObservatoire régional contre les discriminations


Cet observatoire aura pour objectifs de produire des recommandations et de
mener des études concernant toutes les formes de discriminations :
hommes/femmes, ethniques, d'âge, religieuses, géographiques, d'apparence,
selon les orientations sexuelles, l'état de santé et le handicap, etc. Il s'articulera
naturellement avec les travaux menés dans le cadre du Conseil de l'égalité d'Île-
de-France, créé par la Région en février 2007.

uDroit de pétition régional


Ce droit de pétition régional permettra d'inscrire une proposition à l'ordre du
jour des commissions compétentes du Conseil régional dès lors qu'elle aura reçu
le soutien, par voie de signature, de 100.000 Franciliennes ou Franciliens, repré-
sentant les huit départements de la région. Un débat au sein du Conseil régional
pourra également être organisé.

uDoublement du Fonds Régional du Développement de la Vie Associative


Le Fonds régional du réveloppement de la vie associative (FRDVA), créé par la
Région en octobre 2007, permet le soutien au secteur associatif uni en fédéra-
tions ou groupements organisés et ce sous la forme de contrats d'objectifs plu-
riannuels renouvelables. Par ailleurs, il favorise le développement des associa-
tions régionales non encore fédérées ou des «réseaux» régionaux, entendus
comme groupements associatifs encore informels ou en constitution.

Afin d'accompagner les bénévoles de ces associations dans leur travail quotidien
de renforcement du lien social, citoyen et culturel, nous doublerons le montant
attribué à ce fonds en le portant à deux millions d'euros par an.

uRenforcement des actions du Conseil de l'égalité dans le cadre des conven-


tions signées avec la HALDE

La Région et la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité


(HALDE) ont signé, en novembre 2009, une convention de partenariat. Nous
confierons au Conseil de l'égalité d'Île-de-France (CEIF) la mission de veiller à la
mise en œuvre des actions prévues par cette convention, en faveur de la pré-
vention et de la lutte contre les discriminations et de la promotion de l'égalité.
Il s'agit, en particulier de :

lla mise en œuvre d'une politique de prévention des discriminations dans


le recrutement et la gestion des personnels du Conseil régional ;
ldes actions pour l'égalité dans l'accès aux services publics et dans les
politiques publiques ;
lde l'information sur la lutte contre les discriminations et la promotion de
l'égalité ;
lde la formation des acteurs régionaux accompagnant les victimes de dis-
criminations, et la formation des personnels de la Région.

# 90
HUCHON2010.FR - LESPROPOSITIONS

uMise en place de statistiques sexuées pour assurer l'égalité entre les femmes
et les hommes

Afin de faire progresser l'égalité entre les hommes et les femmes en Île-de-
France, la Région instaurera des statistiques sexuées pour l'ensemble de ses poli-
tiques et des aides aux structures qu'elle soutient tant en matière d'accès à l'em-
ploi et au logement que de formation, d'éducation, de pratiques culturelles et
sportives.

La Région s'appuiera dans cette démarche sur les travaux de la mission Egalité
femmes / hommes créée dès 2004 ainsi que sur le Centre francilien de res-
sources pour l'égalité femmes/hommes Hubertine Auclert, ouvert par la Région,
en novembre 2009.

uOuverture d'une Maison des Îles de France


Cette maison accueillera un lieu permanent de mémoire sur la colonisation, la
traite, l'esclavage et l'abolition. Des expositions, un centre de documentation et
un centre de recherche pourraient dès lors participer à l'animation du lieu. Par-
delà la mémoire, cette maison a également vocation à être un centre culturel qui
permettrait de valoriser l'œuvre d'artistes ultra-marins.

Enfin, elle pourrait accueillir des locaux utiles aux associations ultra-marines, un
centre d'information et d'orientations pour les demandeurs d'emploi - ceux qui
veulent travailler en Île-de-France ou ceux qui veulent s'installer dans les DOM-
TOM. Ces derniers pourraient y trouver les informations nécessaires pour réus-
sir leur «retour» ou monter leur entreprise sur place.

uInstauration d'une journée régionale de lutte contre le racisme, le 23 mai


La Région s'engage à ce que le 23 mai, journée dédiée à la mémoire des victimes
de l'esclavage coloniale, devienne, en Île-de-France, une journée citoyenne et
populaire de lutte contre le racisme, l'esclavage et pour la Paix.
Diverses initiatives seront prises à cette occasion afin de sensibiliser, informer
et faire participer tous les citoyens, les associations et les collectivités qui sou-
haitent s'y associer. Une action spécifique sera également organisée dans les
lycées pour faire vivre la mémoire de l'esclavage.

# 91