Vous êtes sur la page 1sur 13

INNOVATIONS

JOURNALISME
& FORMES MÉDIATIQUES

CELSA
Décembre 2012
M1 - Média et Communication
CELSA
Décembre 2012

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

1

EDITO
REMERCIEMENTS
à Mme Valérie Jeanne-Perrier pour nous avoir proposé ce projet
à tous les étudiants du M1 « Médias et Communication » du CELSA pour nous avoir transmis leurs travaux :
« La télévision connectée »
Harmony Suard, Matthieu Warnier de Wailly, Camélia Docquin, Laura Hilaire, Justine Brisson
« La programmation de la grille de rentrée »
Sarah Hammel, Lou Daum, Ariane Gateau, Camille Principiano
« Les foalisations sémiotiques »
Isis Hobeniche, Marine Gianfermi, Claire Sarfati, Camille Paplorey, Pauline Legrand
« Posterous, Instagram, Scoop-it »
Pierre Favennec,Vassili Feodoroff, Matthieu Dartiguenave, Lucas Vaquer
« Youmag »
Laura Akhoun, Maia Boyé, Marion Spencer, Charlotte Belaich, Angela Perigot
à Lou Daum, Marion Spencer et Mathieu Warnier de Wailly pour avoir participé à nos entretiens.

TABLE DES MATIÈRES

Réinventer le
journalisme
Notre époque est marquée par
un profond renouvellement des
formes médiatiques. De nouveaux dispositifs techniques,
des blogs aux agrégateurs en
passant par les réseaux sociaux,
remettent en cause les équilibres anciens du paysage médiatique, et ne sont pas sans
influence sur les pratiques professionnelles, en particulier
celles des journalistes.
Cette revue constitue une tentative d’approche des mutations
récentes du métier de journaliste, à partir des travaux menés
par les étudiants en Médias et
Communication du CELSA sur
des formes nouvelles, telles que
les programmes télévisés participatifs, ou des outils de microblogging comme Scoop-it ou
Posterous.
Les articles proposés n’ont pas
pour ambition de servir de référence aux professionnels
d’aujourd’hui. En revanche, ils
doivent pouvoir aider les étudiants en journalisme à mettre
en perspective les évolutions
de leur futur métier ; mais aussi les étudiants en communication, en veille sur des nouveaux
usages qui préfigurent la communication de demain.

CELSA
Décembre 2012

4

ENTRE AMATEURISME
ET PRATIQUES PROFESSIONNELLES

8

PRODUCTION
ET CURATION DE CONTENUS

13

ÉVOLUTIONS TECHNIQUES
ET IMAGINAIRES DU JOURNALISME

17

LA GRILLE DE PROGRAMMATION
DE LA RENTRÉE

« Comprendre les innovations et les
nouvelles pratiques journalistiques
dans un univers médiatique en
constante évolution »

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

3

ENTRE AMATEURISME ET PRATIQUES
PROFESSIONNELLES
Posterous : une prédominance des images

L’une des modalités de ce que l’on appelle le web 2.0 (l’évolution du web vers plus de
simplicité et d’interactivité) est la possibilité offerte à tous les utilisateurs de produire
et diffuser des contenus médiatiques.
La publication d’articles, de photos, de vidéos, n’est plus l’apanage des professionnels
de l’information et de la communication. Cette évolution pose la question de l’identité
du journalisme, dans un contexte où les journalistes n’ont plus le monopole de la
production et de la sélection d’information.

Les outils de microblogging sont des dérivés des blogs. l’utilisateur à comprimer son propos, à le réduire à
Ils permettent de s’exprimer de manière plus concise, une humeur. L’instantanéité est de rigueur : les symen agrémentant des textes courts de contenus mul- boles de l’appareil photo et du pointeur connotent
timédia. Comme le blog, les plateformes de micro- cette idée du « live ».
blogging permettent un archivage des contenus, et
comme les services de messagerie instantanée, elles C’est par ces symboles, qui sont des cadres instisont fondées sur une logique de flux et permettent la tuant l’instantanéité, que Twitter acquiert son identidiffusion d’informations de manière instantanée.
té propre, qui le distingue des autres plateformes de
microblogging.
Comment, à la lueur de l’analyse des plateformes de
microblogging Posterous, Instagram et Scoop-it, peut- Le flux qui en découle et qui constitue votre timeline
on définir la logique de flux sur le Web ? Quelle est Twitter est donc conditionné par une manière bien
la place de l’image dans le flux diffusé par ces plate- spécifique de gérer du contenu. Or gérer du contenu
formes ? Quelles sont les ressemblances avec les mé- est l’apanage des CMS (Content Management System,
dias d’actualités, et quels sont les enjeux de ces res- en français « système de gestion de contenu). En effet
semblances ?
des outils comme Instagram, Posterous ou Scoop-It
proposent des systèmes de gestion de contenu, impliUSAGES DU FLUX ET CONTRAT DE COM- quant un usage qui leur est propre, et un flux d’inforMUNICATION
mation spécifique. Par exemple, sur Posterous, c’est
la sécurité des contenus et des partages qui est mise
Tout flux se caractérise par une origine, une destina- en avant. Scoop-it, quant à lui, place son utilisateur
tion et un trajet. L’origine du flux lui donne son impul- dans un rôle de curateur de contenu : c’est-à-dire
sion, définissant la direction que l’on souhaite donner qu’il sélectionne, édite et partage les contenus qui lui
à l’information. Prenons l’exemple de Twitter : plu- semblent les plus pertinents pour une requête ou un
sieurs éléments conditionnent la forme que prennent thème donné. En somme, ces plateformes de microles tweets : leur limitation à 140 caractères, qui invite blogging sont fondées sur un contrat de communica-

CELSA
Décembre 2012

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

4

tion qui leur est propre, élaboré par un ensemble de
caractéristiques qui servent de cadre à l’expérience
de l’utilisateur. Sur Posterous, on met en avant une
promesse de sécurité ; sur Scoop-it, une promesse de
pertinence ; sur Instagram, une promesse de partage.
LE POID DE L’IMAGE
Instagram, l’image comme unique moyen de communication.
Le contrat de lecture d’Instagram s’inscrit dans une
logique d’émotion et de
partage. Instagram fonde
ses caractéristiques sur une
tendance : l’essor des smartphones, faisant naître des
usages autour de la photographie qui diffèrent de ceux
que l’on pouvait avoir avec
un appareil photo classique
ou numérique. En effet le
smartphone ne quitte pas son utilisateur ; l’appareil
photo du smartphone fait partie d’un important ensemble de logiciels informatiques ; son accès à Internet permet à l’utilisateur d’être connecté à tout moment. En outre, Instagram, avec ses filtres appliqués au
photo, promet la créativité. Les utilisateurs sont séduits à l’idée de se glisser dans le rôle de l’artiste, du
créateur. Cela semble expliquer la grande popularité
d’Instagram, qui offre la possibilité de faire de belles
photos sans nécessairement être un professionnel.

l’image est le référent de chaque
post : que ce soit pendant la lecture du flux ou pendant celle d’un
espace, c’est l’image qui attire l’œil
de l’utilisateur sur le post, qui fait
office d’introduction au post.
La comparaison avec les flux de Facebook et de Tumblr est éclairante
: ces deux plateformes proposent
un compromis entre les textes, les
images, et les outils dits « sociaux
» (de partage), alors que Posterous
met clairement l’image au premier plan.
AMATEUR - PROFESSIONNELS : LA FIN
D’UN CLOISONNEMENT
Vers une utilisation professionnelle d’Instagram ?
Les plateformes que nous avons étudiées ne sont
pas exclusivement utilisées par des particuliers. Les
entreprises se servent aussi du potentiel de ces outils pour perfectionner leur image de marque. L’intérêt d’Instagram pour les entreprises est de proposer
un contenu visuel valorisant, qui peut nourrir l’univers de la marque, les imaginaires dans lesquels elle
souhaite s’ancrer, et de permettre une proximité avec
le consommateur. L’outil
permet également de générer du trafic autour de la
marque et d’augmenter sa
visibilité sur le web.

Instagram, Posterous ou
Scoop-It proposent des
systèmes de gestion de
contenu, impliquant un
usage qui leur est propre

D’autres usages d’Instagram
mettent en évidence la porosité des frontières entre amateurisme et pratique
professionnelle : prenons par exemple l’animateur vedette de TF1 Nikos Alliagas, qui a récemment publié
un livre rassemblant ses photographies prises sur Instagram. Cette publication n’est pas une dimension de
son travail d’animateur, mais relève plutôt du personal branding (ou « marketing de soi »). On peut parler
ici d’une professionnalisation de l’usage d’Instagram
dans la mesure où Nikos Alliagas fait de cet usage une
source de revenu. Il se bâtit également une image, en
se montrant, à travers ses clichés, comme un professionnel des coulisses du paysage médiatique français.

Posterous : l’ergonomie épurée d’une plateforme centrée
sur l’image.
Sur Posterous, les fils d’actualité peuvent être suivis Instagram a donc son mot à dire dans les actions de
de deux façons : l’utilisateur peut suivre un auteur en communication des professionnels. Mais l’outil est
particulier et recevoir les actualités de tous ses es- également en passe de modifier des pratiques jourpaces ; il peut également suivre un espace et recevoir nalistiques, en particulier le photojournalisme. Instoutes les actualités de cet espace. Dans les deux cas, tagram modifie les pratiques photographiques des
journalistes dans la mesure où l’application offre un

CELSA
Décembre 2012

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

5

réseau immense et une banque impressionnante de photographies. Elle
permet aussi une accentuation de la tendance des médias à toujours
plus d’immédiateté dans la diffusion de l’information. En effet, avec Instagram, en deux temps, trois mouvements, la photo est
disponible sur le web : une dimension d’autant plus importante depuis qu’Instagram a été intégré à Facebook.
Ces nouvelles pratiques posent la question de l’identité
du journaliste : avec la popularité des réseaux sociaux, la
profession tend à s’individualiser. C’est-à-dire qu’on assiste à l’émergence d’une double parole : celle des médias auxquels ces journalistes sont affiliés, et la parole des
journalistes en tant qu’individus, qui apparaît sur leurs
comptes personnels (Twitter, Instagram, etc.). Une logique symétrique se produit : alors que les journalistes
s’approprient des outils d’amateurs, les amateurs, de leur
côté, grâce à l’outil Instagram, peuvent s’improviser professionnels. En effet les filtres disponibles confèrent un
cachet, une histoire et une dimension esthétique à leurs
photographies, qui deviennent des objets médiagéniques.
Une question se pose alors : l’esthétisme ne fait-il pas oublier la dimension informative de la photographie journalistique ? N’est-il pas incongru de photographier des
scènes de guerre esthétisées par un filtre Instagram ?

L’intérêt
d’Instagram
pour les
entreprises est
de proposer un
contenu visuel
valorisant, qui
peut nourrir
l’univers de la
marque

Les outils de microblogging comme Posterous, Scoop-it et Instagram,
mènent l’utilisateur à un nouveau rapport à l’actualité, qui peut s’avérer
problématique. Aujourd’hui grâce à ces applications très simples d’utilisation, un grand nombre d’usagers du web peuvent s’autoproclamer musiciens, photographes, journalistes, sans pour autant avoir reçu de formation. Cette évolution est à double tranchant. C’est à la fois l’espoir
d’une avancée démocratique et d’une ouverture culturelle, mais c’est
aussi la porte ouverte à toutes sortes de dérives : en effet, quelle valeur
accorder à cette information d’un genre nouveau ? Comment repérer
les informations fiables et de qualité ? Ces questionnements sont indissociables de notre réflexion sur la démocratisation de la production de
contenus médiatiques.

Nikos : une utilisation lucrative d’Instagram

Instagram, Scoop-it, Posterous : quelle ressemblance avec les médias d’actualité ? Quels en sont les enjeux ?
Toutes les plateformes de microblogging que nous avons étudiées usent
de similitudes avec les médias d’actualité classiques. En effet le champ
lexical des pratiques journalistiques est largement repris : on parle de
« mots clés », d’ « édition », de « publications », de « sujets »… Sur
Scoop-it, la volonté de traiter de l’actualité est affichée à travers la présence de « trend topics » (sujets tendance). Le nom même du dispositif, Scoop-it, contient le mot « scoop », utilisé en journalisme pour désigner une actualité exclusive. Les liens entre ces trois plateformes et les
médias d’actualité se resserrent au fur et à mesure qu’ils sont investis
par des journalistes.

Cette porosité des frontières entre amateurisme et professionnalisme, qui recoupe la ressemblance des plateformes de microblogging
avec des médias d’actualité, pose problème. En effet, si les outils de microblogging permettent à chacun de s’improviser journaliste dans l’instant, les contenus sont diffusés de manière brute, sans traitement, sans
réflexion a priori sur la publication de l’information. En outre, sur Instagram, le système des filtres éloigne les photographies de l’idéal de véracité et de captation du réel, au fondement de la profession de journaliste.
C’est ainsi qu’un certain nombre de photos modifiées, ou sorties de leur
contexte, ont été massivement diffusées sur les réseaux sociaux lors de
l’ouragan Sandy, qui a récemment traversé les Etats-Unis. Certaines de
ces photos peu fiables ont même été reprises dans des médias établis,
sans autre vérification préalable que celle de leur présence sur la toile :
des dérives qui amènent à relativiser l’enthousiasme général qui accompagne la croissance des outils de microblogging, et la démocratisation de
la production de contenus.

CELSA
Décembre 2012

UN NOUVEAU RAPPORT À L’ACUTALITÉ

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

Instagram modifie les pratiques
photographiques des journalistes
dans la mesure où l’application
offre un réseau immense et une
banque impressionnante de
photographies

6

CELSA
Décembre 2012

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

7

que le site propose à la fois des contenus gratuits
(financés par la publicité) et des contenus payants
(vente d’articles à l’unité).

PRODUCTION ET CURATION DE
CONTENUS
Parmi les nouvelles pratiques de production et de réception des médias observables
sur le Web, la curation de contenu mérite une attention particulière, car elle participe
de la redéfinition des rôles du journaliste.
Le magazine YouMag est un exemple type de cette mutation des rôles du journaliste
vers moins de production et plus de curation. Dans cet article, nous avons tenté d’en
restituer les principaux aspects et enjeux.

YOUMAG, LE NOUVEAU CONCEPT MEDIATIQUE QUI REPOND AUX BESOINS
DES INTERNAUTES

de s’appesantir sur une information particulière. YouMag propose donc également des contenus plus analytiques et approfondis.

Sélectionner l’information pertinente pour répondre aux
nouveaux besoins des internautes.
YouMag est un magazine numérique personnalisable
d’information.
Son principe est simple : c’est à l’internaute de choisir, dans une liste préétablie, un ensemble de centres
d’intérêts sur lesquels il souhaite être informé. Un
flux d’information correspondant à ses centres d’intérêt est ainsi disponible en permanence
sur YouMag : ce flux
est sélectionné et organisé par des journalistes.

En somme, YouMag s’impose comme un médiateur
entre l’individu à la recherche d’informations, et le
trop-plein de contenus disponible sur le Web. Ce médiateur promet à l’utilisateur d’être fiable, pertinent,
et de lui permettre de gagner du temps.

D’après les fondateurs
de YouMag, ce sont les
besoins préexistants
des internautes qui sont à l’origine de ce concept :
- D’abord, un besoin de sélectionner, de trier le flux
continu et multiple des informations disponibles sur
Internet.
- Ensuite, avec une évolution de l’information vers
toujours plus de rapidité, d’instantanéité, l’internaute
est rapidement submergé avant d’avoir eu le temps

Quel modèle économique ?
L’arrivée d’un nouveau
support pose, pour les médias, la question de leur
modèle économique. Il n’y a pas d’innovation médiatique sans présence d’un modèle économique viable.
YouMag, qui sélectionne des contenus produits par
des éditeurs, a adopté une stratégie de partage des
revenus entre le site et les producteurs de contenu.
Il se caractérise par une offre freemium, c’est-à-dire

La principale promesse est donc celle de la personnalisation. Une promesse qui apparaît dans le vocabulaire choisi par les concepteurs du site, tant pour le
nom du magazine,YouMag (« You », c’est « toi », c’est
« ton magazine »), que pour celui de la Une (« Ma
Une perso »).
- Mais YouMag s’attache également à apparaître
comme fournisseur d’une information complète et
sûre, sérieuse et diversifiée.
- En outre, l’extrême personnalisation et la place majeure accordée à l’internaute ne doivent pas faire oublier le travail du journaliste en amont, dans le choix
des articles, leur éditorialisation et leur hiérarchisa-

Ainsi,YouMag propose deux unes :
- La Une YouMag, panorama de l’actualité réalisé par
l’équipe éditoriale du
site.
- La Une personnalisable, dont les sujets
sont choisis et organisés par l’utilisateur.

YouMag s’impose comme un
médiateur entre l’individu à
la recherche d’informations,
et le trop-plein de contenus
disponible sur le Web

CELSA
Décembre 2012

Quel contrat de communication ?
Le contrat de communication, propre à chaque média, correspond à l’ensemble des marqueurs qui déterminent l’image de l’émetteur du message, celle du
récepteur, et les modalités de leur relation. Il est au
fondement de l’identité du média.
Le contrat de communication de YouMag semble se
définir par les caractéristiques suivantes :
- YouMag promet au lecteur de s‘y retrouver dans l’information, grâce au tri et à la catégorisation de contenus divers.
- Il promet également au lecteur la possibilité de
créer son propre média selon ses centres d’intérêt

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

8

La Une Youmag

tion. Ce sont les journalistes qui choisissent les articles, même si le dispositif tend à donner l’impression
que l’utilisateur crée son propre magazine.
DES JOURNALISTES QUI NE PRODUISENT PAS D’INFORMATION
Le journaliste agrégateur de contenu et non producteur
de contenu.
La nouveauté de la formule proposée par YouMag repose sur une figure particulière du journaliste, nouvelle et encore inhabituelle.
En effet, toute la part d’investigation, qui caractérise
le métier de journaliste aux yeux du grand public, est
ici évacuée. Le journaliste de YouMag effectue uniquement un travail de veille en vue d’établir une revue de
presse. Il n’est pas producteur d’information ; son travail est de collecter, trier, hiérarchiser une information préexistante.
On constate donc la perte d’un certain nombre de
caractéristiques fondamentales du métier de journaliste : l’enquête, l’analyse et le commentaire disparaissent. Chose plus frappante encore, l’écriture disparaît du métier de journaliste : ce qui rompt avec les
origines de la profession, autrefois étroitement liée
au monde de la littérature. Le travail de tri et de validation, qui ne représentait autrefois qu’une partie du
journalisme, en devient ici l’activité essentielle.

Le travail
de tri et de
validation, qui
ne représentait
autrefois
qu’une partie
du journalisme,
en devient
ici l’activité
essentielle.

La Une personnalisable

CELSA
Décembre 2012

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

9

YouMag fait du
neuf avec de
l’ancien, en ce
qu’il propose
un concept
nouveau
tout en se
réappropriant
des codes
journalistiques
anciens
L’édito de YouMag (gauche) et les sujets traités (haut)

YouMag : une identité forte.
Si la figure du journaliste comme individu tend à s’effacer, son travail contribue à un tout, commun et cohérent, dont l’identité est forte, et bien mise en valeur
sur le site. En effet, bien que l’information glanée sur
d’autres sites soit postée brute sur YouMag, sans analyse ni commentaire, la sélection et la hiérarchisation
des informations constitue un point de départ vers la
constitution d’une identité éditoriale. Le seul fait que
des informations soient sélectionnées et mises côte à
côte implique des choix éditoriaux, une intention. Le
choix se retrouve dans l’ordre des sujets : actualité,
ssports, culture, tech, médias, lifestyle, passion. Hiérarchiser, classer, c’est estimer qu’un type d’information
est plus important qu’un autre : c’est donc se positionner, affirmer son identité médiatique. En outre,
lorsque le visiteur arrive sur la page d’accueil de YouMag, c’est un éditorial qu’il voit en premier.
Or l’éditorial est une production originale, c’est un
article qui reflète la position de l’éditeur ou de la rédaction. Sur YouMag, l’édito n’est pas signé. Il n’est
donc pas supposé affirmer l’identité d’une personne,
mais celle d’un groupe de personnes contribuant à
l’expérience YouMag.
UN CONTEXTE MEDIATIQUE TROUBLÉ,
DES REPONSES VARIÉES
Faire du neuf avec de l’ancien.
YouMag fait du neuf avec de l’ancien, en ce qu’il pro-

CELSA
Décembre 2012

YouMag : une réponse aux nouveaux besoins et usages
des lecteurs.
Il faut comprendre le paysage médiatique actuel et les
transformations en cours pour saisir les enjeux d’une
nouvelle formule telle que YouMag :
- Un contexte d’infobésité : les informations sont partout, et en grand nombre, voire à l’excès (d’où le parallèle avec l’obésité)
- Une extrême fragmentation de l’information : avec
la montée d’Internet, les médias sont de plus en plus
nombreux, et s’adressent à des publics de plus en plus
fragmentés et restreints
- Une validité incertaine : sur Internet, tous les utilisateurs peuvent être producteurs de contenus médiatiques. Dès lors, la question se pose de la légitimité et
de la validité de ceux-ci.

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

10

Comparaisons : d’autres manières
pour les médias de répondre à la demande d’internautes submergés ?
Face au nouveau contexte médiatique que nous avons évoqué, YouMag ne constitue qu’une réponse
parmi d’autres possibles.
L’exemple des magazines Polka et
6mois :
Comme son nom l’indique, le magazine 6mois sort tous les six
mois. Polka, quant à lui, est un bimestriel. Face à l’accélération des
flux d’information sur Internet, ces
deux magazines on fait le choix de
s’inscrire dans le temps long, de
prendre le temps de façonner et
partager l’actualité. Ces magazines
se positionnent comme des médias complets, de qualité, redonnant du sens à l’actualité, et au
journaliste son rôle traditionnel,
en promouvant l’investigation et le

pose un concept nouveau tout en se réappropriant
des codes journalistiques anciens.
D’aspect, le site se présente comme un journal papier,
reprenant les codes de celui-ci et ses traditionnelles
mises en page : les grands titres, les Unes, les chapeaux, les rubriques, les signatures des journalistes
pour chaque revue de presse…

D’où l’émergence de nouveaux besoins :
- Les lecteurs ont avant tout besoin d’une sélection
de l’information, face à un flux permanent qui tend à
les désorienter.
- Ils ont aussi besoin que les contenus disponibles
soient validés par une instance intermédiaire com-

pétente.
YouMag tente donc d’apporter
une réponse à ces demandes nouvelles, avec son approche de l’actualité fondée sur la personnalisation :
- Une thématisation précise des
contenus
- Une sélection des thèmes selon
les intérêts des lecteurs
- La promesse faite au lecteur
d’une construction personnelle de
sa revue de presse

Le magazine 6mois : page d’accueil

CELSA
Décembre 2012

reportage.
Un autre média novateur se positionne dans cette alternative «
lente» par rapport au flux perpétuel d’Internet : le magazine Clés.
Le titre du média en dit déjà long
sur son intention et son positionnement : donner des clés d’analyse, de réflexion, de compréhension de l’information. En outre, ses
thématiques ne sont pas orientées vers l’actualité dite « chaude
», mais vers la culture, le spirituel,
le bien-être…des catégories qui
s’ancrent dans un temps long et
appellent à la réflexion ainsi qu’à la
recherche de sens.
YouMag est donc un exemple extrême des mutations du métier
de journaliste à l’ère numérique
: le journaliste YouMag, coupé
de l’écriture, se fait curateur de
contenu au service de son public. L’innovation YouMag répond
à une demande : celle d’internautes perdus dans un flux d’informations toujours plus vaste et
rapide. Toutefois, favoriser la curation au détriment de l’enquête
n’est pas la seule réponse possible
à ce nouveau contexte médiatique
: d’autres, comme Polka, 6mois ou
Clés, sont parvenus à réhabiliter le
temps long et le journalisme d’investigation.

Le magazine Polka : page d’accueil

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

11

PAROLE
Marion Spencer nous livre ses impressions sur YouMag, la pérénnité de son modèle, ses limites
et ses conséquences sur le travail du journaliste.

Hyperciblage vs. actualités générales. La superposition de filtres ne convoque-t-elle pas le
danger du «filter bubble», surtout si l’utilisateur ne se réfère qu’à sa “Une perso”?
Cela pourrait être un risque, mais l’utilisateur arrive
de fait sur la page d’accueil qui est la Une propre à
YouMag. Bien sûr, il peut ne faire que passer et aller
directement sur la UNE perso, mais le bandeau déroulant attire l’œil, notamment grâce à la place accordée aux images, il y a donc toujours la tentation d’y
passer un peu plus de temps.
Sur la « Une perso », il y a plusieurs niveaux de personnalisation de l’information. Selon les niveaux «l’enfermement» est plus ou moins grand. C’est l’utilisateur
qui choisit quel ciblage de l’information il recherche.
Le site ne nous «dicte» aucun usage puisqu’il propose lui-même plusieurs formes de médiation de l’information. Le dernier niveau (le plus personnalisable)
est un très fin filtre, il y a donc dans ce cas peut-être
le danger du « filter bubble ». Mais cette bulle est
construite par l’utilisateur en partenariat avec le site
qui propose de toute façon un autre mode de lecture
de l’actualité avec la Une YouMag, éditorialisée et hiérarchisée par la rédaction.
Peut-on envisager YouMag comme le futur
mode de consommation de l’information?
C’est un outil qui a toute sa pertinence dans le
contexte actuel de l’information (accélération, flux,
trop plein, instantanéité) car il permet de choisir
ses sujets d’intérêt et il permet aussi d’accéder rapidement à une information pertinente. Ce n’est pas
qu’un simple agrégateur, et c’est au fil de son utilisation, que l’on se rend compte qu’il y a une véritable
ligne éditoriale. Les articles sont sélectionnés et cela
se ressent. Les dossiers sont complets et font un petit tour d’horizon des différents points de vue sur les
sujets, ce qui est un vrai plus.
Le site répond donc à un besoin de l’utilisateur ce

CELSA
Décembre 2012

qui fait toute sa pertinence. En plus avec la Une YouMag le site fait du deux en un : une Une générale, traditionnelle et une Une perso permettant un panorama de son actualité.
On pense qu’il y aura de plus en plus différentes
consommations de l’information, le concept de YouMag sera sûrement un de ces modes.
Peut-on parler de contrat d’agrégation/sélection de contenu, puisqu’on fait confiance au
journaliste chargé de trier les informations?
Le site répond à plusieurs contrats avec le lecteur :
- la promesse d’une personnalisation ultra fine de l’information – on peut donc trouver tout de suite l’information qui nous intéresse.
- l’assurance d’une information sûre – les informations sont régies par une ligne éditoriale. Ce sont des
journalistes (et donc des humains) qui sélectionnent
les informations à remonter. Le site n’est donc pas
seulement un agrégateur de news (des machines). Le
facteur humain est la condition de confiance entre
YouMag et son utilisateur car c’est grâce à elle que
l’information sera pertinente, sérieuse et rendra
compte de l’horizon des différents points de vue relatifs à une information.

« Le facteur humain est
la condition de confiance
entre YouMag et son
utilisateur car c’est grâce
à elle que l’information
sera pertinente »

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

ÉVOLUTIONS TECHNIQUES ET
IMAGINAIRES DU JOURNALISME
Pour capter le lecteur en ligne, les journalistes doivent aujourd’hui intégrer de
nouvelles pratiques à leur profession. Il incombe alors aux rédactions de construire
leurs articles avec ce qu’on appelle les focalisations sémiotiques, à savoir des outilssignes d’édition, de partage et de mise en réseau, hérités des médias informatisés.
Quelles sont les conséquences culturelles, de cette utilisation aujourd’hui récurrente
des focalisations sémiotiques, pour le métier de journaliste?

PARTICIPATION, DIALOGUE,
INTERACTIVITÉ : LES NOUVEAUX
GESTES NÉCESSAIRES DU JOURNALISTE
L’influence des réseaux sociaux sur la production de l’information
L’essor incontestable de l’utilisation des réseaux sociaux met en perspective une nouvelle façon de
consommer l’information fondée sur le partage à
grande échelle. En effet, on peut aujourd’hui suivre
l’information en s’abonnant directement au compte
Facebook d’un journaliste où en le « suivant » sur
Twitter.
Ainsi, « la génération 2.0 » s’informe aujourd’hui
presque exclusivement sur internet et les réseaux
sociaux :
- Facebook compte près de 20 millions d’utilisateurs
actifs en France dont 52% qui ont entre 18 et 34 ans.
- Twitter compte 7,3 millions d’utilisateurs en France
Dans cette configuration, il apparaît alors nécessaire
d’intégrer les logiques des réseaux sociaux aux sites
d’information pour capter le lecteur là où il se trouve.
De fait, s’institutionnalisent des gestes journalistiques
nouveaux acceptés et même impulsés par la profession : des gestes de participation, de dialogue et
d’écoute fondés principalement sur la logique de l’interaction.
Quelle relation média/audience ?
« Liker », « Partager », « commenter » -l’intégration

12

CELSA
Décembre 2012

du modèle du réseau social dans les sites d’information s’illustre par une présence aujourd’hui banale de
focalisations sémiotiques. Ces derniers prennent la
forme de petits signes qui instaurent une certaine relation entre le média et l’audience.
L’hyper-présence de ces signes influence la manière
de lire un article journalistique : on peut le commenter avant même de l’avoir lu, on peut le partager rien
qu’en ayant lu le titre, etc. A cet égard, on peut dire
que cette représentation de la relation entre média
et audience tend parfois à devenir plus importante
que le contenu lui-même.
Vers une réécriture journalistique ?
L’utilisation de ces signes survalorise le principe de
l’interaction au point tel qu’on en arriverait à niveler le statut du journaliste-expert sur le même plan
que la contribution du lecteur-commentateur ou partageur.
Cette proximité avec le message journalistique permet à l’utilisateur de s’approprier l’information. Une
exploitation qui participe de la réécriture du message initial puisqu’on peut
le citer, le tronquer, le commenter, le
partager et ainsi modifier son sens. Le
commentaire de l’utilisateur, peut par
exemple, faire office d’éditorial dans la
mesure où il confère un certain jugement au contenu indépendamment de

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

13

La « génération 2.0 »
s’informe aujourd’hui presque
exclusivement sur internet et les
réseaux sociaux.
l’intentionnalité du journaliste. Ainsi, l’utilisateur ne fait pas que partager
l’information mais il la complète.
Pour le journaliste, le lieu de production de l’information devient son
fonds de commerce, sa « marque de fabrique » où il peut communiquer
sur sa personne.
Cette hyperpersonnalisation se reflète par exemple sur Facebook où il
est possible de « liker » le compte d’un journaliste
En définitive, l’apparition de ces signes pose la question de la nature de
l’information : est-elle information parce qu’elle informe ou bien parce
qu’elle génère la participation de l’utilisateur ?
Cette redéfinition de l’écriture journalistique va de pair avec la redéfinition du statut de journaliste. Une figure, autrefois conçue sur les notions de distance, d’impersonnalité, et de retrait qui aujourd’hui renoue,
en l’assumant, avec les notions de proximité et d’interaction.
Le journaliste est bridé entre contraintes techniques et impératifs économiques
Quels enjeux économiques ?
Sur les sites d’information, la présence quasi-automatique de ces signes
hérités des réseaux sociaux pose la question de leur véritable valeur.
Que représente leur utilisation sur un plan économique ?

La relation
entre le média
et son audience
tend parfois à
devenir plus
important que
le contenu
lui-même
CELSA
Décembre 2012

Dans un contexte où les sites d’information peinent à se rentabiliser, ces
signes ont une grande valeur auprès des annonceurs : ils peuvent être les
indicateurs quantitatifs et qualitatifs du trafic, de l’utilisation et du succès
d’une page web. Dans une logique marchande, l’utilisation de ces options
peut être considérée comme argument de vente auprès des annonceurs,
qu’il s’agisse de l’instrumentalisation du bouton « like » ou de l’impact du
bouton « recommander ».
Ces signes sont alors l’objet de réels enjeux économiques dans une
époque où les utilisateurs conçoivent l’information du web comme une
ressource gratuite.
Des techniques qui brident l’expression au nom de la liberté
Même si la présence de ces focalisations sémiotiques repose sur l’imaginaire de la libre participation, ces signes encadrent les possibilités de
participation de façon contrôlée. Ainsi, le rôle interactif du lecteur est
bridé dans des cadres, des formes et des rôles figés, non transformables.
En voici des exemples :
- Il n’y a pas de bouton « dislike » permettant à l’utilisateur d’exprimer
son mécontentement.
- Les CMS (systèmes de gestion de contenu) structurent les contenus
- les interfaces d’expression de l’utilisateur sont limitées à un cadre, à
une forme

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

14

Vers une dévalorisation des symboles de la participation
et de l’interaction ?
Devant l’abondance de ces signes, il semble parfois
difficile de se repérer. Cette confusion rend parfois
difficile de donner une véritable valeur à ces options
« passe partout ». Paradoxalement, l’hyperprésence
de ces signes peut tendre à leur dévalorisation, voire
leur disparation : plus ils sont nombreux et banals,
plus ils deviennent invisibles, anodins et insignifiants.
Exemple du cas Facebook : même si 50 millions de
liens sont « likés » chaque jour, 98% de ces « likes »
seraient mal codés, ne serait-ce qu’à cause de leur
mauvais emplacement stratégique dans une page.
On serait alors tenté de croire que ces signes n’aident pas véritablement à la valorisation du journaliste.
Pour se faire remarquer, ces signes doivent être traités d’une manière différente, plus réfléchie, et moins
conventionnelle.
Face à des lecteurs de plus en plus actifs, exigeants
et critiques face à la consommation de l’information,
les nouvelles techniques journalistiques ne doivent
pas tomber dans le piège de la parole prescriptive et
bridée. Au contraire, elles doivent

considérer la participation comme véritable pratique
et non seulement comme un imaginaire d’internet.
LE JOURNALISME CONFRONTÉ AUX
LEURRES DES MYTHOLOGIES D’INTERNET
L’imaginaire du participatif
L’imaginaire du web 2.0 se fonde sur l’utopie d’un espace libre, égalitaire et participatif. Dès lors, l’adoption des outils et symboles, par tous les médias et
les sites d’informations est perçue comme nécessaire.
Dans cette vision d’internet, le lecteur n’est pas perçu comme un simple consommateur de l’information
mais comme un co-constructeur de l’information
avec les journalistes. Une impression de collaboration
dans un cadre où l’utilisateur n’hésite pas aider, rectifier ou contredire le journaliste. Il serait alors un
créateur de contenus, notamment grâce aux fonctionnalités de commentaire, et prescripteur à travers
son usage des « boutons sociaux ».
Espace journalistique : la mise en scène de la liberté 2.0
Ce contrat de communication des journalistes web,
fondé sur la notion de participation, est mis en scène

Bas de page du Huffington Post

L’hyperprésence
de ces
signes peut
tendre à leur
dévalorisation,
voire leur
disparation

CELSA
Décembre 2012

Le statut Facebook d’une utilisatrice

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

Popularité d’un journaliste

15

grâce aux fonctionnalités proposées par les réseaux sociaux. Ainsi, les focalisations sémiotiques
concentrent, canalisent et favorisent cet imaginaire
du participatif. D’un certain point de vue, ces signes
en arrivent à se substituer à la parole même de l’utilisateur.
Par exemple, un article publié dans le fil d’actualité
Facebook met en avant le nombre de « likes » mais
pas les commentaires des utilisateurs.

Focus sur la grille de
programmation de la rentrée

On voit alors que la parole de l’utilisateur n’est pas
forcément mise au même pied d’égalité éditoriale
que celle du journaliste.
Plus que véritables outils de contre-pouvoir et de
participation, ces signes semblent surtout être des
éléments de cadrage du débat et du contenu produit par les utilisateurs. Ils sont alors des leurres qui
servent à attirer les publics vers la marque média. De
fait, malgré lui, l’utilisateur participe à la construction
de l’image du média. 


La télévision n’est pas morte ! Face à l’essor d’internet, certains annonçaient la fin de la télévision.
Celle-ci demeure néanmoins une entité qui conserve toute sa place au sein des médias. Une
place toutefois mouvante, objet à redéfinition à une époque où la pratique du double écran se
démocratise et où les réseaux sociaux investissent largement notre quotidien. La télévision doit
alors s’aligner à une mouvance globale fondée sur la participation avec le public
Comment s’opère cet alignement de la télévision aux logiques de participation ?
Quels en sont les enjeux ?
Eléments de réponse avec l’analyse de la grille de rentrée des médias.

L’adaptation croissante des sites d’information aux
logiques participatives des réseaux sociaux participe
de la mutation des pratiques journalistiques. De nouveaux outils et symboles s’imposent alors dans les rédactions web pour servir tant les mythes d’internet
que des logiques économiques.

LA PARTICIPATION : ENTRE ÉVOLUTION
DES PRATIQUES ET IMAGINAIRE
La participation à l’ère des réseaux sociaux
Les pratiques de participation ont toujours plus
moins existées au sein du média télévisuel, à travers le courrier postal ou encore le téléphone par
exemple. Mais l’essor des réseaux sociaux a intensifié la pratique participative. Ces derniers permettent
de réagir en direct face à un contenu télévisuel ; par
exemple, soit en dédiant une page Facebook à une
émission, soit en participant via des « tweets » relayés
sur les sites des chaînes de télévision.
On voit alors l’émergence de la pratique du « multi
tasking », à savoir la consommation de plusieurs médias en même temps.
D’après le journal « 20 minutes » :
- 80% des internautes de moins de 25 ans se servent
d’un second écran lorsqu’ils regardent la télévision
- 72% d’entre eux utilisent Twitter ou une application
spéciale pour commenter les contenus
GRILLES DE RENTRÉE 2012 : ESSOR DU
PHÉNOMÈNE PARTICIPATIF
Les émissions TV à l’ère de la participation : « Danse avec
les Stars » ; « Grand 8 », « le Vivinteur »

CELSA
Décembre 2012

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

16

CELSA
Décembre 2012

La participation apparaît comme injonction au sein
des programmes télévisuels, qu’il s’agisse d’émissions
de divertissement, d’informations ou de politique. En
voici des exemples :
- Danse avec les stars sur Tf1. Il s’agit d’une émission
qui incarne la collaboration de la télévision et de
twitter : des tweets défilent le long de l’émission. Les
« Live Tweets » permettent de suivrent les répétitions et le show à l’aune de contenus augmentés (interviews, informations exclusives, photos, coulisses).
Toutefois, cette interactivité en apparence foisonnante et libre, est en réalité parfaitement cadrée.
Pour preuve : les « tweets » diffusés sont toujours
élogieux et leur présence est plutôt symbolique
puisqu’ils n’ont aucune incidence véritable sur le déroulé de l’émission.
- Le Grand 8 sur D8 : Il s’agit d’une émission de type
« magazine d’actualité » qui propose à ses téléspectateurs de réagir en direct. Mais malgré la demande en
début d’émission de régir et interagir sur le déroulement du programme, il n’y a pas de véritable échange.
En fait, peu de tweets sont diffusés et on ne sait pas
de quelle manière ils sont sélectionnés. Les critiques
semblant être masquées, les « tweets » diffusés apparaissent surtout comme des objets d’attestation et
de validation de l’émission
- Mots Croisés sur France 2 : Emission politique qui

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

17

est l’illustration la plus exemplaire de l’intégration de
Twitter au débat.
Pour autant, il n’exercent pas une véritable influence
mais leur présence conserve un certain aspect symbolique fort : l’incarnation des pratiques 2.0 à l’intérieur du cadre traditionnel de la politique

ceurs : elles n’ont aucun contrôle puisqu’elles ont le
même statut que n’importe quel utilisateur.

GRILLES DE RENTRÉE 2012 : ESSOR DU
PHÉNOMÈNE PARTICIPATIF

VERS UNE TÉLÉVISION 2.0
Le public : fin de la passivité ?
Avec les réseaux sociaux, chacun a potentiellement
le choix de faire entendre sa voix quand il souhaite
s’exprimer.
Le consommateur de télévision veut désormais s’impliquer davantage dans le média et s’imposer comme
un véritable acteur dans le choix des contenus qu’il
consomme. Il arrive qu’ils parviennent à influencer les
programmes (ex : insertion de nouveaux dispositifs,
nouvelles chroniques, remplacement de chroniqueurs,
etc.)
Exemple de « Carré Viip » : émission de télé- réalité
proposée par TF1. Face au boycott et aux commentaires destructeurs, par les téléspectateurs, autour de
l’émission, sa diffusion a été totalement arrêtée par
la chaîne
La participation : quels enjeux économiques ?
Dans ce contexte de course à l’audience, l’objectif
d’une émission est d’attirer un maximum de téléspectateurs. Pour optimiser cette rentabilisation économique, il faut fidéliser les téléspectateurs. Dans cette
optique, on pourrait interpréter ce phénomène de
participation comme outil de fidélisation et de mesure relative des publics.
Les entreprises média cherchent à professionnaliser
la pratique de la participation en invoquant la mesure
de « l’audience sociale » calculée sur des plateformes
spécialisées en nombre de tweets par programme. De
même l’essor du métier de community manager permet de créer une interface entre les publics et le média.
Toutefois, cet intérêt financier reste à vérifier sur le
long terme. Pour l’instant, la participation ne permet
pas vraiment de réelles retombées économiques pour
les médias. On voit par exemple que les réseaux sociaux ne sont pas des supports économiquement intéressants pour les chaînes, puisque la plateforme n’appartient pas aux entreprises économiques et qu’elles
ne peuvent donc pas proposer d’espaces aux annon-

CELSA
Décembre 2012

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

VERS UNE TÉLÉ CONNECTÉE ?
Face à cette injonction du participatif dans nos
consommations télévisuelles, l’émergence de la télé
connectée apparaît comme un compromis technologique innovant pour la pratique du « multi tasking ».
En effet, dans cet optique, le téléviseur permet :
- d’accéder à la vidéo : Replay, Catch-up TV, catalogues
Youtube, Dailymotion,Viméo,VOD, etc.
- de naviguer sur le web
- d’installer des applications : accéder à des services à
l’instar des smartphones
Au-delà de ces fonctionnalités de base, la télé connectée, sur le long terme reste un outil prometteur pour
les créateurs de produits audiovisuels (cf : entretien).
Dans cet impératif du participatif, le champ d’innovations autour de la télé connectée de demain reste
ouvert et à construire.

On arrive à se demander si la participation au fond ne
serait qu’une tendance que tous les médias ont suivi
pour être « dans le coup » ou si elle répond vraiment
à des logiques stratégiques plus affinées.
A bien y regarder, on s’aperçoit que ce phénomène
de participation ne modifie les émissions que dans
leur forme (installations de dispositifs, évolution dans
l’affichage, etc.) et non dans leur fond. En effet, le rôle
du journaliste demeure essentiel : il ne s’efface pas
derrière ces façades interactives.
Toutefois, L’interactivité occupe une place indéniable
dans les émissions de télévision : d’un côté, elle permet au téléspectateur de se sentir en apparence
écouté, de l’autre, elle permet une réflexion stratégique autour des émissions. Il apparaît que l’avenir
de la pratique télévisuelle tende vers une « télévision
connectée » même s’il est encore trop tôt d’évaluer
le phénomène.

Émission « Danse avec les stars »

Émission « Le Grand 8 »

Illustrations de l’audience sociale

Émission « Mots croisés »

18

Le consommateur de télévision veut s’impliquer
davantage dans le média et s’imposer comme un
acteur dans le choix des contenus qu’il consomme
CELSA
Décembre 2012

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

19

Lou Daum revient sur la place laissée à la parole du téléspectateur.

PAROLES

Allons-nous vers une industrialisation du commentaire servant
de faire-valoir aux émissions?

Matthieu de Warner de Wailly nous livre son avis sur la télévision connectée, son rôle, ses
enjeux.

Il est possible que nous nous dirigions vers une « industrialisation du
commentaire », mais pour l’instant, on peut dire que nous en sommes à
son tâtonnement. On sent de la part des chaînes de télévision une volonté de se concentrer sur ce nouvel usage. Mais il faut cependant bien
penser à deux choses :
- la première, c’est que la pratique du commentaire des programmes télévisuels, bien que prenant de plus en plus d’ampleur, ne concerne certainement pas une majorité des téléspectateurs. Elle reste en effet une
pratique assez confidentielle, car elle utilise un langage très propre à luimême (Twitter, hashtag) et exclue souvent de nombreuses personnes.
- la deuxième, c’est que l’on sent certes un engouement progressif des
chaînes de TV pour la Social TV, en assurant une présence sur Internet.
On retrouve de très nombreux programmes sur les réseaux sociaux
(Facebook et Twitter), et certains développent même leurs propres plateformes, regroupant des tweets, proposant quelques petits plus. Cependant, il faut savoir que cette pratique est encore nouvelle et parfois presque étrangère pour les chaînes et les émissions de TV, et l’on
ressent parfois la volonté de la part de celles-ci d’être présentes sur Internet pour « faire comme les autres », « parce qu’il faut y être », pour
être « dans l’ère du temps », mais sans réellement savoir quoi y faire
exactement.

La production de contenu semble devenir plus importante que
le rôle de diffuseur pour la télévision. Est-ce que la télévision
connectée est une tentative de redonner à l’appareil télévisuel
un rôle central ?
Il est probable que l’on s’oriente à terme vers une diffusion généralisée de
différents contenus, produits par différentes entités, sur l’ensemble des plateformes digitales (télévision, mais aussi mobile, ordinateurs ou tablettes).
A partir de ce constat, il est certain que d’une part le rôle de diffuseur de
la télévision ne semble plus se réduire à la diffusion de ses propres contenus, et d’autre part que les contenus qu’elle produit doivent profiter des
avancées techniques. La télévision connectée est sans doute une opportunité pour elle de renouveler son offre et de la replacer au centre de l’appareil médiatique.
La télévision reste envisagée comme une consommation passive. Le mode d’engagement que requiert la télévision connectée
n’est-il pas destiné à des publics de niche?

Ce que l’on peut donc dire, c’est que l’idée d’industrialisation du commentaire serait tout à fait possible, mais que pour l’instant les chaînes
n’ont pas encore trouvé le moyen d’optimiser la pratique, et en sont encore à un tâtonnement.

C’est probable dans une certaine mesure, et pour certains types de contenus (paris sportifs par exemple). Mais d’autres innovations, comme le tmarketing et ses nombreuses applications, sont évidemment destinés à l’audicence la plus large possible.

Les tweets diffusés sont pré-sélectionnés. Dans quelle mesure
la parole du spectateur participant est véritablement convoquée?

On imagine bien la télé connectée comme une expérience immersive. Or elle fait également appel au «multi-tasking». Quelle
serait donc sa spécificité? Comment construit-elle ses usages?

Il est sûr qu’il ne faut pas être dupe en ce qui concerne la médiatisation de la parole du téléspectateur. En effet, les messages diffusés sont
évidemment sélectionnés, et l’on peut penser que les programmes se
servent le plus possible de ces messages pour se construire une image
positive.
En théorie, Internet et la Social TV permettent à tous de pouvoir s’exprimer et même converser avec les chaînes de télévision, seulement on
voit bien qu’en réalité, cette idée est une utopie, tout le monde ne peut
pas être médiatisé, car de fait les médias doivent sélectionner. Ainsi, on
peut dire que de plus en plus, la « parole » du téléspectateur s’incruste
dans le corps de certains programmes télévisuels, mais que cette « parole » est en fait une « représentation » de la parole, dessinée par les
médias eux-mêmes, qui est souvent une parole qui bonifie ou qui «buzz».

L’idée la plus probante serait que l’expérience immersive de la télévision
connectée fasse précisément appel à la force de multi-tasking de ses utilisateurs : l’enjeu pour les développeurs de programmes est de canaliser un
phénomène déjà existant (le fait de mener de front plusieurs tâches, parfois
sur plusieurs écrans) autour d’un même programme. Pour simplifier, les acteurs de la télévision connectée tentent de faire en sorte que ce que l’on
fait en parallèle de l’expérience télévisuelle soit ramené à elle.

CELSA
Décembre 2012

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

20

CELSA
Décembre 2012

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

21

RÉDACTION
Alexandra Bensoussan
Kiran Fazil
REALISATION DES ENTRETIENS
Shadia Ramsahye
MISE EN FORME GRAPHIQUE
Alexande Dall’Ara
Mathieu Ruthy

CELSA
Décembre 2012

Innovation, Journalisme & Nouvelles formes Médiatiques

22