Vous êtes sur la page 1sur 8

ODUC V6.1

NOTE DE CALCUL

DIMENSIONNEMENT MECANIQUE DES CANALISATIONS CONFORMEMENT AUX PRINCIPES DE CALCUL DU FASCICULE 70

(Ce document comporte 8 pages)

REFERENCE DU PROJET :

Référence du projet

SONASR

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR :

Nom de la société Nom du contact Téléphone eMail

NOTE DE CALCUL EDITEE PAR :

Auteur du projet Nom de la société

SONASR

Adresse

Code postal

Localité

Téléphone

Télécopie

eMail

DATE D'IMPRESSION :

Imprimé le 25/08/2015

VERSION LOGICIEL :

ODUC V6.1.0.8

Cette note de calcul a été établie avec le logiciel ODUC V6.1 développé et diffusé par le CERIB BP 30059 - 28231 EPERNON. Tél.: 02 37 18 48 00 - Fax: 02 37 18 48 68 E-mail: cerib@cerib.com Site internet: www.cerib.com

Page 1/8

Référence du projet : SONASR Imprimé le 25/08/2015

Logiciel utilisé : ODUC V6.1

1) Domaine d'application

Les ouvrages visés sont ceux :

qui sont mis en oeuvre de façon traditionnelle dans des tranchées ou sous remblai sur un lit de pose constituant un appui continu ;1) Domaine d'application Les ouvrages visés sont ceux : qui sont enterrés à des hauteurs de

qui sont enterrés à des hauteurs de couverture supérieures ou égales à 0.80 m lorsqu'il y a une chaussée;remblai sur un lit de pose constituant un appui continu ; qui sont posés dans le

qui sont posés dans le plan médian d'une tranchée avec une tolérance de plus ou moins 10 cm quel que soit le diamètre ;ou égales à 0.80 m lorsqu'il y a une chaussée; qui entrent dans un réseau à

qui entrent dans un réseau à écoulement gravitaire, la pression hydraulique intérieure ne dépassant pas 4 m de colonne d'eau (0.04 MPa) conformément au domaine d'application de la NF EN 476.de plus ou moins 10 cm quel que soit le diamètre ; 2) Méthode de calcul

2) Méthode de calcul (*)

La méthode est conforme à celle présentée dans le chapitre 4 du Fascicule 70 :

le calcul de l'action due au remblai s'effectue sur les bases de la théorie de MARSTON ;à celle présentée dans le chapitre 4 du Fascicule 70 : le calcul de l'action due

le calcul de l'action due aux charges d'exploitation éventuelles s'effectue sur la base de la théorie de FROHLICH ;s'effectue sur les bases de la théorie de MARSTON ; le calcul des sollicitations tient compte

le calcul des sollicitations tient compte des effets de second ordre ;s'effectue sur la base de la théorie de FROHLICH ; la vérification de la sécurité fait

la vérification de la sécurité fait appel aux notions d'états limites :des sollicitations tient compte des effets de second ordre ; vérification aux états limites ultimes :

vérification aux états limites ultimes :la sécurité fait appel aux notions d'états limites : canalisation à comportement rigide : résistance à

canalisation à comportement rigide : résistance à court terme (force portante ou contrainte ou moment résistant) ;limites : vérification aux états limites ultimes : canalisation à comportement flexible : stabilité par

canalisation à comportement flexible : stabilité par flambement à court terme et à long terme et résistance à court terme (force portante ou contrainte ou moment résistant) ou allongement maximal (cas des tubes en PRV).terme (force portante ou contrainte ou moment résistant) ; vérifications aux états limites de service :

vérifications aux états limites de service :résistant) ou allongement maximal (cas des tubes en PRV). canalisation à comportement rigide : état limite

canalisation à comportement rigide : état limite d'apparition de fissure ou ouverture de fissure ;en PRV). vérifications aux états limites de service : canalisation à comportement flexible : état limite

canalisation à comportement flexible : état limite de déformation à court terme et à long terme (allongement et ovalisation verticale relative).limite d'apparition de fissure ou ouverture de fissure ; (*) La Publication Technique DDE 17 du

(*) La Publication Technique DDE 17 du CERIB présente les modèles de calcul, les développements ainsi que les justifications des hypothèses retenues dans le cadre de cette méthode.

Page 2/8

Référence du projet : SONASR Imprimé le 25/08/2015

Logiciel utilisé : ODUC V6.1

3) Hypothèses de calcul (1/2)

Paramètres liés à la canalisation

de calcul (1/2) Paramètres liés à la canalisation Type de matériau Béton armé Diamètre nominal

Type de matériau

Béton armé

Diamètre nominal

1000

Diamètre intérieur (Di)

1000 mm

Epaisseur (Ep)

100 mm

Diamètre extérieur (De)

1200 mm

Paramètres liés à la mise en oeuvre

Type de pose

Pose en tranchée pose sur berceau

Hauteur de couverture (H) Largeur (B)

1. Type du berceau

2. Béton :

Résistance à la compression fc28

3. Acier :

Limite élastique (fe) Type d'acier Enrobage des aciers

Présence d'un blindage ?

Paramètres liés au sol

Masse volumique

Nature (Groupe de sol)

Sol en place Enrobage

Mise en oeuvre

(épaisseur de chaussée comprise)

6,5 m

2 m

120°

25 MPa

500 MPa

HA

3 cm

Non

20 kN/m³

G2

G2

Sol en place Enrobage Présence d'une nappe phréatique ? Hauteur de la nappe

Présence d'un géotextile ?

Paramètres liés à la chaussée

Présence d'une chaussée

CAS 4 : Compacté, contrôlé et validé q4 CAS 2 : Compacté, contrôlé, non validé Oui 0 m Le déjaugeage n'est pas pris en compte Oui

Non

Page 3/8

Référence du projet : SONASR Imprimé le 25/08/2015

Logiciel utilisé : ODUC V6.1

3) Hypothèses de calcul (2/2)

Paramètres liés aux charges de surface

Charges ferroviaires

Convoi type UIC

Nombre de voies

2

Entr'axe des voies

3,7 m

Page 4/8

Référence du projet : SONASR Imprimé le 25/08/2015

Logiciel utilisé : ODUC V6.1

4) Paramètres de calcul

Module conventionnel de l'enrobage Ec

Module conventionnel de l'enrobage Ec

1,20 MPa

Coefficient de cisaillement k1

0,15

Coefficient de pression horizontale k2

0,35

Angle conventionnel de pose 2

90 °

5) Résultats

Comportement de la canalisation

 

Rigide

Actions

Pression due au remblai

138 kN/m²

Système de charge le plus défavorable Pression due aux charges d'exploitation

Convoi type UIC 20,25 kN/m²

Sollicitations les plus défavorables dans la canalisation

Etat limite ultime (ELU)

Moment

9,53 kNm/m

Etat limite de service (ELS)

Moment

5,08 kNm/m

Charges d'essai à garantir

Etat limite ultime (ELU)

Charge minimale de rupture

76,17 kN/m

Etat limite de service (ELS)

Charge minimale d'ouverture de fissure stable

29,02 kN/m

Vérification de la sécurité

Coefficient de sécurité par rapport à la rupture

1,18

Coefficient de sécurité par rapport à la fissuration

2,08

CLASSE MINIMALE DE RESISTANCE A UTILISER 90 A

Le cas traité est hors champ d'application du Fascicule 70. (pose sur berceau)

ATTENTION ! Cette classe de résistance n'est utilisable que si les hypothèses de calculs retenues correspondent à la réalité notamment en ce qui concerne la nature du sol, la qualité du compactage et le cas échéant la largeur de tranchée, les conditions de retrait du blindage ainsi que la présence d'une nappe phréatique.

Page 5/8

Référence du projet : SONASR Imprimé le 25/08/2015

Logiciel utilisé : ODUC V6.1

6) Hypothèses liées à la pose particulière

1. Type du berceau

2. Béton :

Résistance à la compression fc28 Fissuration

3. Acier :

120°

25 MPa Peu préjudiciable

Limite élastique (fe)

500 MPa

Type d'acier

HA

Enrobage des aciers

3 cm

7) Sollicitations dans le berceau

Sollicitations les plus défavorables dans la canalisation

Etat limite ultime (ELU)

Moment à l'ELU

24,54 kNm/m

Etat limite de service (ELS)

Moment à l'ELS

18,18 kNm/m

8) Résultats du calcul BAEL

Dimensions minimales du berceau :

a :

25 cm

b :

55 cm

c :

25 cm

d :

154 cm

Enrobage des aciers :

e :

3 cm

Sections d'acier à disposer :

Armatures principales transversales (At) Armatures de répartition longitudinales (Al)

(à répartir dans la section transversale de largeur d)

Page 6/8

Page 6/8

longitudinales (Al) (à répartir dans la section transversale de largeur d) Page 6/8 Page 6/8 2,74

2,74 cm²/m

1,81 cm²

Référence du projet : SONASR Imprimé le 25/08/2015

Logiciel utilisé : ODUC V6.1

9) Plan qualité(1/2)

La canalisation est titulaire d'une certification ?

Pas de certification Canalisation en béton armé

Les canalisations en béton issues d'usines titulaires de la marque NF bénéficient d'une certification volontaire de qualité ; leurs caractéristiques sont garanties et contrôlées par une tierce partie. La réception sur chantier se limite alors à la vérification :

- des quantités,

- de l'aspect et de l'intégrité,

- du marquage.

Dans le cas contraire (absence de certification), une procédure d'appréciation technique d'expérimentation (ATEX) ou une réception par lots devront être réalisées (notamment critères d'aptitude à la fonction de la norme NF EN 476 (dimensions, géométrie, état de surface, résistance mécanique, résistance à la corrosion et l'érosion, étanchéité, durabilité etc.)). Définitions des groupes de sol: G2

Le guide technique "Remblayage des tranchées et réfection des chaussées - SETRA (1994)" donne des indications sur l'épaisseur des couches et le nombre de passes à réaliser pour atteindre les objectifs de densification spécifiés, et ce en fonction du matériel de compactage utilisé. S'il est prévu de réaliser un serrage hydraulique du sol, on s'assurera d'une perméabilité suffisante de l'encaissant (voir fascicule 70 annexe 5). La nature du sol mis en oeuvre sera vérifiée et comparée à celle prise en compte lors de la conception mécanique. En aucun cas l'enrobage ne devra être de qualité inférieure à celle prévue (numéro du groupe de sol réel inférieur ou égal à celui pris en compte dans le dimensionnement). Qualité de compactage: Compacté, contrôlé, non validé

Compactage Contrôlé non validé : il est nécessaire de contrôler les moyens de compactage mis en oeuvre. Dans ce cas, l'entrepreneur soumet pour avis au maître d'oeuvre le mode d'exécution et de justification des dispositions prévues pour le compactage. Définitions des groupes de sol: Sol en place

Si la nature du sol en place est inconnue ou mal connue, il est nécessaire de réaliser une étude de reconnaissance géologique sommaire, et, si besoin, une étude géotechnique du projet de terrassement avec sondages et identification des matériaux. On s'assurera ainsi que le sol en place est de qualité au moins égale à celle prise en compte pour le dimensionnement (numéro du groupe de sol réel inférieur ou égal à celui pris en compte dans le dimensionnement).

Page 7/8

Référence du projet : SONASR Imprimé le 25/08/2015

Logiciel utilisé : ODUC V6.1

9) Plan qualité(2/2)

Présence d'un géotextile

Un sol en place de qualité médiocre est susceptible d'affecter les qualités éventuelles du matériau d'enrobage, ce qui peut être particulièrement préjudiciable pour les canalisations à comportement flexible. Un géotextile de filtration anticontaminant peut être mis en place pour éviter ce phénomène. Pour autant, ce géotextile doit être judicieusement choisi en fonction des sols en présence (choix de l'ouverture de filtration, de la résistance au poinçonnement notamment), et mis en oeuvre en respectant quelques précautions élémentaires relatives notamment au recouvrement entre nappes. Ce recouvrement sera au moins de 50 cm et pourra être porté à 1 m en cas de sols compressibles par exemple. Poids volumique du remblai

En fonction des conditions hydriques, il pourra être nécessaire de contrôler le poids volumique du matériau de remblaiement avant sa mise en oeuvre. Des dispositions pourront être prises pour que les hypothèses prises en compte lors du dimensionnement soient respectées. Présence d'une nappe phréatique

Lorsqu'une nappe phréatique a été détectée, l'étude hydrogéologique du site, associée à la connaissance de la granularité des sols en place ou utilisés en remblai, a une importance primordiale. Pendant les travaux, il existe des risques liés à l'assèchement du fond de fouille (voir aussi l'aide du logiciel), qui peut avoir une influence sur la consolidation des sols de fondation des constructions voisines, ou conduire à des instabilités de fond de fouille si le pompage est trop puissant. De plus, dans le cas particulier d'un terrain très perméable, en présence d'une nappe "puissante", une pose dans l'eau peut s'avérer plus économique. Dans ce cas, il sera porté une attention particulière :

- aux risques d'entraînement du lit de pose sous régime hydraulique,

- aux risques de flottabilité des canalisations légères,

- aux difficultés de remblaiement,

et par conséquent à la prise en compte de dispositifs particuliers définis par le maître d'oeuvre. Caractéristiques de la chaussée

La chaussée réalisée doit correspondre à celle prise en compte pour le dimensionnement mécanique du tuyau ; il est souhaitable que la structure de cette chaussée ait été dimensionnée en fonction du site (portance du sol et trafic notamment). En aucun cas la chaussée réalisée ne devra avoir une qualité inférieure à celle prévue. Charges ferroviaires

On s'assurera de la compatibilité entre les charges prises en compte lors du dimensionnement mécanique du tuyau et celles réellement appliquées, en particulier lors de la phase de travaux. En aucun cas les charges réelles ne devront créer des sollicitations supérieures à celles prises en compte lors du dimensionnement.

Page 8/8