Vous êtes sur la page 1sur 4

Savu Vladimir

PCGI 11.2

Mon Projet Professionnel

Pourquoi faire plus d’étude ? Beaucoup de gens se posent cette
question avant de continuer avec leurs études après le lycée. Pour moi, la
réponse est très simple. Premièrement il est un choix personnel, car je
considère l’étude à la fois une plaisir et quelque chose d’utile.
Deuxièmement, les études sont nécessaires si tu veux intégrer un travail
décent. Même si le parcours universitaire peut sembler long, difficile et
parfois inutile, je considère que l’objectif visé va mériter tout l’effort.
En ce moment, je peux dire que je suis capable de travailler
individuellement sur un sujet et adapter mes techniques de travail en
fonction de tâches demandées. De plus, je peux travailler en groupe, mais
à condition que le groupe soit bien organisé. Je suis capable aussi de
suivre une discussion et de participer active par arguments pertinents et
logiques. Par contre, je deviens vite impatient et je perds mon intérêt si
une discussion est sans logique, ce qui peut être considéré comme un
défaut.
Comme je suis un idéaliste, j’ai toujours choisi les plus difficiles
parcours possibles. C’est une des motifs pour lesquels j’ai choisi la
physique comme sujet des études pour les années suivants. Même si mon
rêve est de devenir enseignant-chercheur en physique, je reste ouvert à
toutes possibilités et je suis conscient qu’il est probable de changer
beaucoup des choses dans ma future vie.
Arrive déjà dans cette phase de ma vie, l’université, je trouve utile
d’essayer de tracer un parcours possible pour le futur, qui corresponde à
mes rêves et désirs actuels.
On a choisi comme objet l’électron, qui est strictement lie avec le
domaine de particules élémentaires, parce que nous voulons mieux
connaître la structure de la matière a toutes les échelles, de l’infiniment
petit a l’infiniment grand. Les questions principales qu’il faut se poser
sont :
De quoi la matière est-elle faite ?
Quelle est son origine ?
Les lieux où l’on peut rencontrer la notion de particule élémentaire
ou d’électron sont les laboratoires de recherche et les accélérateurs des
particules pour une étude purement théorique, ou les circuits électriques
et toutes les choses qui fonctionnent avec du courant électrique, ca veut
dire dans les métiers d’ingénieurs électroniques.

la physique fondamentale ou l’ingénierie électronique. cosmos Parcours B : Licence : -L1 : PCGI -L2 : Fondements de la physique . particules. notre objet sont Parmi les disciplines scientifiques qui concernent notre sujet on peut mentionner la physique quantique. on peut tracer deux parcours pour atteindre notre objectif : Parcours A : Licence : -L1 : PCGI -L2 : Fondements de la physique -L3 : Fondements de la physique Master : -M1 : Physique fondamentale -M2 : Noyaux. Pour établir un parcours professionnel qu’il faut suivre pour étudier l’objet de notre projet il faut examiner les compétences nécessaires pour faire ca et les différentes alternatives. noyaux.Les secteurs d’activité ou on retrouve principalement le recherche et l’ingénierie. astroparticules et cosmologie(NPAC) Doctorat -Particules. Apres faire ça. Ainsi. on observe qu’il existe deux grandes domaines qui sont au cœur de notre objet : la physique fondamentale et l’ingénierie électronique.

se tenir au courant de l'actualité de son domaine de recherche est indispensable. Le métier et les projets bougent vite : il faut savoir s'adapter. Ainsi. Pour extraire l’information nécessaire pour réaliser ce projet j’ai utilisé plusieurs sources. même après choisir par exemple le parcours A. Ainsi. Néanmoins. .Sciences de l’ingénieur : Electronique Sur la fiche de parcours physique on observe que les deux parcours choisis sont ouverts et il est possible de changer l’orientation en fonction des intérêts personnels.-L3 : Fondements de la physique Master : . le parcours A continue par un doctorat en physique. ou j’ai fait recherche sur plusieurs documents concernant le parcours que je veux suivre et j’ai parle avec des personnes responsable d’orientation et insertion. Apres la quatrième année des études les parcours se divisent de façon permanente. Ainsi. il est possible de passer vers le parcours B après la première année de master. Par contre. les deux parcours sont communs pour les trois années de licence et peuvent premièrement scinder après finir la licence. La plus importante source d’information a été représenté par les visites chez les lieux ressources. le chercheur doit faire preuve d'innovation et de créativité. tandis que le parcours B fini avec le master d’ingénierie et va s’orienter vers l’insertion professionnelle. évoluer et se former en permanence. Faire évoluer son solide bagage scientifique et ses compétences. L'ingénieur électronicien reçoit une double formation en électronique et informatique. Pour réussir dans sa spécialité. le parcours A continue avec un master de physique fondamentale et le parcours B avec un master « Sciences de l’ingénieur ». Elle lui permet de travailler aussi bien sur la partie matérielle des produits (cartes électroniques constituées de composants) que sur leur partie logicielle (programmation). le parcours B permet d’intégrer un métier d’ingénieur électronicien. Le travail en binôme a été aussi très important pour la réalisation de ce projet. si on suit le parcours A il semble logique d’intégrer après un poste d’enseignant-chercheur. même s’il n’a pas été sans conflits. Par exemple.

. Finalement. je pourrais dire qu’on a résolu tous les conflits par discuter et par argumenter nos opinions. Apres une discussion. qui nous a empêché de nous rencontrer plus souvent. Ainsi. car mon binôme n’était pas très intéressé par la physique. on a réussi trouver le temps nécessaire pour travailler sur le projet. Une deuxième contrainte a été représenté par les différences entres nos emploi du temps. nous avons revu les trois points fondamentales du travail en groupe et nous avons réussi à nous mettre d’accord sur l’objet de notre recherche : l’électron. Enfin.Le premier conflit a été le choix de l’objet. on a réalisé que la communication est la base de l’efficacité et que si nous voulons être écoutés nous devons savoir nous-mêmes écouté.