Vous êtes sur la page 1sur 4

WWW.FEB.

BE
>INFORFEB
La newsletter pour décideurs
[ 4 MARS 2010 – N° 9 ]

Green Bank : un turbo pour les investissements


De la théorie à la pratique
tion que du financement des mesures. Aussi, la Régions a l’avantage de ne presque rien leur
FEB a-t-elle plaidé, lors de son forum de l'année coûter (on peut estimer les coûts à 0,2% des
dernière, en faveur de la mise en place d'une montants engagés si l’on se réfère aux % de
Green Bank qui offrirait des prêts subordonnés crédits non remboursés dans le secteur privé).
à taux avantageux en vue de financer des pro-
jets visant à améliorer l’efficacité énergétique
C'est maintenant aux Régions de
dans l’industrie.
Dans ce cadre, Karel De Boeck, ancien prési-
marquer leur soutien en offrant
La crise fait mal et, à ce point le plus bas de la dent de l'Association belge des banques, a
des garanties régionales.
crise économique, deux indicateurs sont large- accepté de se pencher, conjointement avec des
ment au rouge : l'emploi et les investissements. fédérations d’entreprises concernées et une De plus, un crédit avec garantie régionale ne
Il y a deux manières de réagir à cette situation : série d’experts, sur les canaux de financement pèsera pas sur la capacité de crédit des entre-
ressortir de vieux remèdes populistes dont nous potentiels. L'accent a d'abord été mis sur les prises auprès des banques. Lors de toute intro-
savons pertinemment qu'ils ne fonctionnent pas projets relatifs aux entreprises. Le marché rési- duction d'une demande de crédit, il sera
ou recourir à des recettes modernes et créa- dentiel, bénéficiant déjà d'un vaste ensemble toutefois demandé de produire un rapport
tives, dotées d’une plus-value socio-écologique. de mesures de stimulation, a été délibérément d'audit énergétique de qualité concernant le
Une étude réalisée par McKinsey & Company écarté. Cette étude montre que le flux de cré- projet à financer.
pour le compte de la FEB montre que la Belgi- dits nécessaires à ces investissements en effica- Il appartient maintenant aux organisations
que possède encore un important potentiel en cité énergétique est estimé à environ 3% de la d'employeurs régionales de convaincre les gou-
termes d'efficacité énergétique. McKinsey esti- production de crédit en Belgique (soit 800 mil- vernements régionaux de s'associer à cette ini-
me que le potentiel de réduction d’énergie lions EUR de crédits par an). Les banques tiative qui présente une plus-value pour l'envi-
primaire à l’horizon 2030 est de 30%, comparé belges peuvent donc couvrir sans le moindre ronnement et l'emploi, sans grever les budgets
à une démarche 'business as usual'. Si nous problème ces besoins en crédits spécifiques, d'une quelconque hypothèque. L’on y verra en
souhaitons figurer au nombre des économies les rendant inutile l'intervention d'acteurs exté- outre un moyen de consolider l'ancrage des
plus performantes sur le plan énergétique en rieurs tels que la Banque européenne d'investis- entreprises industrielles dans notre pays. Nos
2030, il importe que nous rattrapions d'urgence sement ou une nouvelle banque verte distincte. fédérations sectorielles sont d'ores et déjà dis-
notre retard en la matière. Les banques belges sont prêtes à réduire au posées à faire en sorte que les entreprises sai-
L'industrie a déjà montré l’exemple avec ses maximum le coût de ces crédits aux entreprises sissent cette opportunité. Le secteur bancaire
accords volontaires qui ont permis d'obtenir des en appliquant un taux d'intérêt favorable belge est prêt à s'organiser pour octroyer les
résultats très convaincants. De nouveaux (Interest Rate Swap IRS + 0,50%), pourvu crédits nécessaires. La FEB demande à présent
accords volontaires seront essentiels pour la qu’elles disposent d'une garantie régionale irré- aux Régions de marquer leur soutien en offrant
période post-2012. Le principal problème pour vocable et inconditionnelle (PMV, Fonds de des garanties régionales.
les entreprises ne relève pas tant de la motiva- garantie, Sowalfin). Ce geste important des RUDI THOMAES, ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ

A EPINGLER LE CHIFFRE DE LA SEMAINE


> Ne pas remettre en question le suivi
CHÔMAGE
du comportement de recherche d’emploi Charges administratives
> TRAVAIL DES ÉTUDIANTS > Pas de réforme hâtive mais
une concertation
> Le projet de code présenté
DROIT ÉCONOMIQUE
aux partenaires sociaux
4,58
MILLIARDS EUR
C'est le montant des charges administra-
tives pesant sur les entreprises en 2008,
selon l’enquête du Bureau fédéral du Plan.
Comme lors des enquêtes précédentes,
les petites entreprises sont les plus
touchées par le poids de ces charges.
HEBDOMADAIRE — BUREAU DE DÉPÔT : SINT-NIKLAAS — P409959 www.feb.be > publications > chiffres et faits
[ INFOR FEB 9 — 4 MARS 2010 ]

> TRAVAIL DES ÉTUDIANTS impressionnant travail. Le projet de code est,


en réalité, le résultat d’une intense collabora-
Pas de réforme hâtive mais une concertation tion entre le SPF Économie, une Table ronde
réunissant d’éminents spécialistes et une équi-
Une solution technique visant, dans le cadre table ni réalisable. En effet, il s’avère impos-
pe de professeurs de la VUB. L’objectif de cet-
de la DIMONA, à informer l’employeur et sible d’implémenter un tel projet technique de
te codification est la réorganisation du cadre
l’étudiant quant au solde de jours d’occupation façon correcte et approfondie dans un laps de
réglementaire existant en un ensemble cohé-
sans assujettissement à la sécurité sociale temps aussi court. Il faut aussi tenir compte du
rent permettant une vision globale de la matiè-
serait en cours de préparation. Dans une lettre délai nécessaire pour informer les employeurs.
re, ordonnée de manière logique. Le droit
commune adressée aux ministres Milquet et Enfin, il est préférable qu’un nouveau système
économique est, en effet, un archipel de légis-
Onkelinx, les organisations patronales – FEB, prévoyant un quota annuel de jours pour les
lations. Il se caractérise par une prolifération
étudiants soit mis en œuvre au 1er
et un important morcellement des réglemen-
janvier d’une année civile.
tations, ainsi que par un manque de vision
Si, en matière de travail des
sociale et politique uniforme. Le code en pro-
étudiants, les employeurs sont
jet rassemble ainsi les législations concernant
demandeurs depuis plusieurs
des matières telles que les pratiques du com-
années d’un système simple et
merce, la concurrence économique, l’accès à
garantissant la sécurité juridique,
la profession, la réglementation économique et
ils souhaitent aussi être consultés
les prix, la propriété intellectuelle, les contrats
et disposer du temps nécessaire
économiques…
tant pour l’examen que pour
Un vaste chantier s’annonce. Le résul-
l’implémentation d’un nouveau
tat des réflexions qui ont conduit à la rédaction
système.
du projet de code est titanesque et doit main-
Catherine Vermeersch –
cv@vbo-feb.be
tenant être digéré. Si la FEB accueille positi-
vement la philosophie qui sous-tend un tel
exercice, il est trop tôt pour dire quelle sera
l’issue réservée à cette ambitieuse initiative.
Unizo, UCM, Agrofront et Unisoc – ainsi que > DROIT ÉCONOMIQUE
les associations professionnelles réunies au Charles Gheur cg@vbo-feb.be

sein de Synergie 4 ont réagi vivement à ce Le projet de code Charlotte Lousberg cl@vbo-feb.be

sujet. Les employeurs considèrent de façon présenté aux partenaires


très positive le développement d’une solution
sociaux > RÉDUCTION DES CHARGES
budgétairement neutre qui leur offre la sécu-
rité juridique mais insistent sur sa faisabilité Après la remise officielle du projet de codifi- Nouveau report de la
technique. Comme pour les autres projets e- cation du droit économique dans les mains du simplification des plans
gov, ils estiment souhaitable d’organiser une gouvernement, les auteurs du projet ont pour-
concertation avec les employeurs et leurs man- suivi leur tournée de promotion. C’était au tour
d’embauche
dataires. Ils estiment également que démarrer des partenaires sociaux, réunis au sein du Le gouvernement annonce un nouveau report
ce projet au 1er juillet 2010 n’est ni souhai- Conseil central de l’économie, de découvrir cet de la simplification des plans d’embauche ! >

ACTION FEB

> La Commission Relations conclusion d’un accord de libre-échange. Les tives de la Commission européenne au cours de
internationales s’intéresse membres de la Commission ont souligné que cette législature. De plus, le bon fonctionne-
à l’Inde les entreprises souhaitent que l’accord porte ment du marché intérieur est une des clés de
La Commission Relations internationales s’est sur tous les biens industriels. Les produits pour voûte d’une stratégie économique européenne
réunie la semaine dernière sous la présidence lesquels l’Inde est compétitive ne peuvent en fructueuse. Notre fédération a préconisé une
de Lode Willems, Director External and aucun cas être exclus d’un démantèlement protection efficace des droits de propriété
Governmental Affairs auprès de BNP Paribas tarifaire complet à un horizon de sept ans. intellectuelle, tant à l’intérieur qu’en dehors de
Fortis, Ambassadeur (hon.). A cette occasion, Elizabeth De Wandeler – edw@vbo-feb.be l’Union européenne. En effet, la violation de
Razeen Sally, co-directeur du European Centre ces droits peut avoir des répercussions écono-
for International Political Economy a com- > Conseil Compétitivité miques énormes. Enfin, la FEB a demandé
menté les principales données économiques Dans la perspective du Conseil Compétitivité l’adoption d’une nouvelle stratégie en matière
et le climat d’entreprise en Inde. Annette des 1er et 2 mars, la FEB a communiqué au de changement climatique d’ici à la conféren-
Grünberg, coordinateur Inde à la DG ministre Vincent Van Quickenborne ses préoc- ce sur le climat de Mexico.
Commerce de la Commission européenne, a cupations concernant un certain nombre de Michael Voordeckers – mv@vbo-feb.be

exposé l’état d’avancement des négociations points à l’ordre du jour. La Stratégie UE 2020
en cours entre l’Europe et l’Inde en vue de la doit être le fil conducteur de toutes les initia-
[ INFOR FEB 9 — 4 MARS 2010 ]
> CHÔMAGE

Ne pas remettre en question le suivi du comportement de recherche d’emploi


Ces dernières semaines, le suivi par l’Office national de l'emploi (ONEM) sance continue chez les plus de 50 ans (voir graphique). (2) Le nombre
du comportement de recherche d’emploi des chômeurs a fait son retour de sanctions sur une base annuelle est relativement limité, à savoir
dans l’actualité. Les Régions demandent une actualisation de l’accord quelque 5% de tous les chômeurs convoqués. Ce ne sont pas ceux qui
de coopération en la matière, les syndicats une suspension ou du moins ne trouvent pas d’emploi qui sont suspendus, mais bien ceux qui, de
une révision de la mesure en raison de la crise. Et pour les chômeurs manière répétée, ne fournissent pas suffisamment d’efforts. (3) Alors
les plus éloignés du marché du travail, ils envisagent un parcours spé- que la crise fait rage, les sites web des services publics Forem, VDAB
cifique qui doit offrir plus de perspectives. Pour la FEB, il n’y a pas lieu et Actiris totalisent pas moins de 60.000 emplois qui sont immédiate-
de procéder à une remise en question ou à un affaiblissement de la ment disponibles.
mesure, alors que celle-ci a entraîné un revirement positif et a renfor- Il s’agit d’un recul de seulement 10% par rapport à janvier 2009. (4)
cé les efforts des services de placement en faveur des chômeurs. (1) La Commission européenne appelle les États membres à poursuivre
Depuis l’introduction de la mesure, nous constatons, tous cycles éco- l’accompagnement mais aussi le suivi des chômeurs, malgré la crise,
nomiques confondus, une baisse de 41% du nombre de chômeurs de et ce, de préférence dans l’année, alors que les contrôles de l’ONEM
longue durée dans les différentes catégories d’âge, contre une crois- en Belgique n’interviennent qu’au bout de 15 ou 21 mois de chôma-
ge. L’accompagnement sans contrôle s’avère
Evolution du chômage de longue durée (> 2 ans), par groupe d'âges beaucoup moins efficace.
(Source: Onem, traitement FEB)

90.000 La FEB est ouverte à un débat construc-

80.000
tif sur les améliorations à apporter au système,
Nombre de chômeurs de longue durée

2006: 40-49 a si celles-ci ont pour vocation d’assurer un suivi


70.000
plus efficace, plus rapide et de meilleure quali-
2005: 30-39 a -41%
60.000 té, ainsi qu’un accompagnement optimal amé-
-43%
50.000 liorant l’employabilité des chômeurs et les
-39%
40.000 aiguillant vers le travail. Un parcours spécifique
2004: -30 a
pour les “personnes difficiles à placer” ne pour-
30.000
ra être envisagé que si la formation et l’emploi
20.000 demeurent les objectifs finaux et qu’une énième
10.000 catégorie de chômeurs exemptés n’est pas créée.
0 Bart Buysse – bb@vbo-feb.be
2002/01

2003/01

2004/01

2005/01

2006/01

2007/01

2008/01

2009/01

2009/12

Klaas Soens – ks@vbo-feb.be

< 30 ans 30 à 39 ans 40 à 49 ans ≥ 50 ans

> Dans l’AIP 2009-2010, il avait été convenu de en œuvre réaliste et correcte. Mais à force le de Belgique (BNB). Cette semaine, nous
simplifier les réductions ONSS pour groupes d'être différée, la simplification pourrait bien nous intéressons à la compétitivité de
cibles et l’activation des allocations de chô- passer à la trappe... Le délicat équilibre de l’économie belge. Se fondant sur l’expérience
mage et de renforcer la réduction structurelle l’accord conclu entre les partenaires sociaux ne des récessions précédentes, la BNB conclut
des charges à dater du 1 avril 2009. Cet er
permet pas d’en extraire la moindre mesure que les exportations jouent habituellement un
accord n’a toujours pas été exécuté à ce jour. spécifique. C’est pour cette raison que les par- rôle important dans le redressement de
À la fin de l’année dernière, sa date d’entrée tenaires sociaux ont demandé dans l’avis du l’économie belge, en raison du caractère très
en vigueur était encore fixée au 1er avril 2010. CNT n° 1705 du 7 octobre 2009 l’entrée en ouvert de celle-ci. Ces dernières années, nous
Le Conseil des ministres a décidé de la repor- vigueur simultanée de tous les volets de la sim- avons pourtant constaté que nos exportations
ter au 1er juillet 2010, arguant que la date du plification. La FEB répète avec insistance cet- ont crû moins vite que celles de nos principaux
1er avril n’est plus réalisable dans la pratique. te demande d’une exécution intégrale et partenaires commerciaux. Il existe donc un
Le gouvernement a pourtant approuvé en pre- simultanée de l’accord. risque réel que nous ne puissions suffisam-
mière lecture un projet d’arrêté royal exécutant Anneleen Bettens – ab@vbo-feb.be ment cueillir les fruits de la reprise de
à partir du 1er avril 2010 une mesure très spé- l’économie mondiale. Une des raisons du
cifique de l’accord des partenaires sociaux. Il ralentissement de la croissance de nos expor-
s’agit d’une allocation d’activation renforcée > COMPÉTITIVITÉ tations est la détérioration insidieuse de notre
pour les personnes dont la capacité de travail La perte de compétitivité compétitivité. Ainsi, depuis 1996, les coûts
est réduite. salariaux belges ont augmenté de 3,5% de
La FEB déplore les manœuvres de report
hypothèque la reprise plus que la moyenne des trois pays voisins,
répétées. Certes, il faut un délai suffisant entre La semaine dernière, nous avons commenté …, alors que la loi sur la norme salariale a pré-
la publication des textes définitifs et leur l’analyse des finances publiques contenue cisément pour vocation d’éviter l’apparition
entrée en vigueur, afin d’en garantir une mise dans le rapport annuel de la Banque nationa- d’un handicap (salarial). Si l’on tient compte >
[ INFOR FEB 9 — 4 MARS 2010 ]

AGENDA 2e édition de la FEB Social Academy Dates et thèmes : LIEU: FEB, Bruxelles

INFO: Corinne Decoen


Vu le succès de la première édition de la FEB Social > LE 25 MARS : LES NOUVEAUX
FACTEURS SOCIO-ÉCONOMIQUES QUI T 02 515 08 91
Academy, la FEB a lancé une deuxième édition de cette
INFLUENCENT LE DIALOGUE SOCIAL ; F 02 515 09 15
formation en concertation sociale. Elle se déroule d’octobre
> LE 20 AVRIL : UNE JURISPRUDENCE cd@vbo-feb.be
2009 à mai 2010. Cette nouvelle édition offrira, en sept
après-midi, un aperçu des fonde- INFLUENTE ;

ments de base et de toute Deux sessions ‘bonus’ (gratuites pour les participants
l’actualité en matière de concerta- qui ont souscrit aux 5 sessions de base) :
tion sociale.
> LE 18 MAI : LE CONSEIL
D’ENTREPRISE EUROPÉEN ;
> LE 20 MAI : LA CONCERTATION SOCIA-
LE ET SON ENJEU.

Chaque séance se déroule de 14h00 à 17h00.

Plus d’infos > www.feb.be > Manifestations

> en outre de la croissance plus lente de la pro- > UNION EUROPÉENNE miques fixés lors du Conseil européen de
ductivité en Belgique, le handicap salarial Copenhague en 1993. Elle estime que le gou-
accumulé depuis 1996 atteint 8,9% ! La Commission euro- vernement a pris les mesures qui s’imposaient
Le rapport annuel de la BNB démontre péenne donne son feu pour soutenir l’économie et réduire le déficit
que si nous voulons sortir renforcés de la cri- public après la crise bancaire qui a lourde-
se, nous devons d’urgence fixer un agenda
vert pour l’Islande ment touché l’Islande. L’Islande est membre
visant à consolider la compétitivité de L’an dernier, l’Islande a demandé son adhé- de l’Espace économique européen (EEE)
l’économie belge. Il s’agira entre autres sion à l’UE. Dans son rapport du 24 février depuis 1994 et de Schengen depuis 2001.
d’indiquer clairement comment résorber au dernier, la Commission européenne recom- L’EEE garantit la libre circulation des mar-
cours des prochaines années notre handicap mande au Conseil de démarrer les négocia- chandises, des personnes, des services et des
salarial fortement accru. tions d’adhésion. Elle constate que le pays capitaux, ainsi que des conditions de concur-
Geert Vancronenburg – gva@vbo-feb.be satisfait aux critères politiques et écono- rence égales et le principe de non-discrimi-
nation à l’égard des autres citoyens de l’EEE.
L’espace Schengen permet en outre la libre
circulation des personnes sans contrôles aux
Ce mois-ci dans Forward, le magazine de la FEB frontières intérieures. Cela implique qu’une
partie importante de l’acquis communautaire

• Attractivité. a déjà été transposée en droit national, ce qui


devrait faciliter considérablement les négo-
Offrez-vous le plus bel éventail ? ciations.
• Sophie Dutordoir (Electrabel) élargit le débat La FEB estime que tout pays remplis-
énergétique sant les critères de Copenhague a le droit
• Georges Carlens (ONEM) fait le point sur le contrôle d’entamer des négociations d’adhésion avec
des chômeurs l’UE. L’Islande ne comptant que 0,06% de la
• Le feu repasse-t-il au vert en Ukraine ? population totale de l’UE et représentant seu-
lement 0,08% de son PIB, les possibilités de
Graphisme et production : The Mailshop – tél. 03 771 12 30 – mail@themailshop.be

• Spécial Fret ferroviaire


l’UE à accueillir l’Islande ne devraient pas
Plus d’info : www.feb.be (publications > Forward) faire l’objet de discussions. Par le passé,
plusieurs études ont démontré que
l’élargissement de l’UE a un impact écono-
mique positif, et ce tant pour les anciens États
FEB – Fédération des Entreprises de Belgique ASBL
rue Ravenstein 4 – 1000 Bruxelles – tél. 02 515 08 11 – fax 02 515 09 15
membres que pour les nouveaux.
RÉDACTION : Anne Michiels – tél. 02 515 09 44 – am@vbo-feb.be Michael Voordeckers – mv@vbo-feb.be
Thérèse Franckx – tél. 02 515 09 50 – tf@vbo-feb.be
ÉDITEUR RESPONSABLE : Olivier Joris – rue du Wolvenberg 17 – 1180 Bruxelles
PUBLICATION MANAGER: Stefan Maes – tél. 02 515 08 43 – sm@vbo-feb.be
ANNEXES PUBLICITAIRES : ADeMar bvba – tél. 03 448 07 57 – nele.brauers@ademaronline.com
CHANGEMENTS D’ADRESSE : FEB – Service mailing – tél. 02 515 09 06 – fax 02 515 09 55 – mailing@vbo-feb.be
COPYRIGHT : Reproduction autorisée moyennant mention de la source

L’Infor est imprimé sur du papier issu de la gestion durable des forêts. La gestion durable des forêts tient compte de
l'écosystème forestier, respecte les aspects sociaux (droits des populations indigènes et des travailleurs forestiers*) et est
responsable d'un point de vue économique.