Vous êtes sur la page 1sur 498

R.

Blachère
M. Gaudefroy-Den1ombynes

GRAMMAIRE
---DE---

'ara~ e
classique

Maisonneuve & Larose

GRAMMAIRE
DE

L'ARABE CLASSIQUE
(MORPHOLOGIE ET SYNTAXE)

PAR

R.BLACHÈRE
Professeur à la Sorbonne
ET

M. GAUDEFROY-DEMOMBYNES
Professeur honoraire à l'E.N.1.0. V.

ÉDITIONS MAISONNEUVE-LAROSE
15, rue Victor-Cousin
75005 PARIS

QUATRIÈME ÉDITION

(Nouveau tirage)
Imprimé en France

La loi du 11 mars 1957 n'autorisant. aux termes des alinéas 2 et 3 de l'article 41, d'une part, que« les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage
privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et. d'autre part.
que les« analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration ».
toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle. faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause. est illicite (alinéa I" de
i'article 40).
Cette représentation ou reproduction. par quelque procédé que ce soit.
constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants
du Code Pénal.

© G.-P. MAISONNEUVE ET LAROSE,

1975.

15 rue Victor-Cousin
75005 Paris
ISBN : 2-7068-1128-5

AVANT-PROPOS

Il convient de dire pourquoi on a cru bon d'ajouter une nouvelle
grammaire de l'arabe classique à la liste déjà longue de celles qui ont
été publiées en français.
Dès la Renaissance, le public français a montré de l'intérêt pour
fétude de la langue etde la littérature arabes. Au dix-huitième siècle,
les œuvres de d'Herbe/ot, de Galland, de Pétis de la Croix ont popularisé certains aspects des littératures persane et turque, mais c'est
à la suite de l'expédition d'Égypte qu'est née I' École française d'orientalisme, que Silvestre de Sacy a dominée de sa haute personnalité.
Sa11s heurter les habitudes d'esprit que la grammaire de PortRoyal remaniée par Lhomond avait imposées à /'enseignement, de Sacy,
dans sa grammaire arabe, a te11u grand compte des méthodes des grammairie11s arabes et il y a fait entrer les observations recueillies au
cours de ses vas tes lectures.
Pendant plus d'un siècle, toutes les grammaires d'arabe classique
publiees en Europe n'ont été que des abrégés ou des remaniements de
la grammaire de de Sacy. Caspari en a donné en allemand un r'ésumé,
qui a été traduit en français par Uricoechea en 1880 et, en anglais, par
Wright en r852. La deuxième édition de cette dernière traduction est
devenue en 1874 un ouvrage nouveau, où l'on tient compte notamment
des observations de Fleischer sur la grammaire de de Sacy; la troisième édition (I/?96-1898), revue par R. Smith el De Goeje est encore
aujourd'hui la grammaire de chevet des arabisants. Le copieux
ouvraged1· P. Donat Vernier(1891-1892) a accumulé lesfaits, extraits
des grammairiens arabes, de telle sorte qu'il semble plus aisé de les
retrouver da11s leurs ouvrages que.dans le sien. Plus pratique et plus
moderne, la grammaire de l'abbé Périer (r91J) s'inspire toujours de
la méthode de de Sacy.
Cependant l'étude des langues avait subi, dans la deuxième moitié

4

A V ANT-Pf\OPOS

du XIX' siècle, une transformation complète. En France, la connaissance des langues i11do-européennes doit à Burnouf, à Darmesteter,
à Bréal, à Meil/et, dont les disciples continuent l'œuJJre, des progrès
qui l'ont entièrement renouJJelée et des méthodP.s qui s'appliquent à la
linguistique gén.érale. Dans le domaine sémitique, l'histoite des
langues sémitiques de Renan est restée isolée et inacheJJée; et qientôt
elle est deJJenue désuète. Sans doute, l'étude des parlers arabes
modernes s'est rapidement étendue. sous l'impulsion de William
M:zrçais et des arabisants qui traJJaillent selon ses méthodes,: mais
elle n'a pas eu encore toutes ses conséquences sur la compréhension de
la grammaire de /'arabe classique.
En Allema15ne, où les études arabes ont subi tout d'abord l'influence de de Sacy, les études sémitiques, et en particulier les études de
linguistique et de grammaire arabes ont été actiJJement poussées par
Fleische1·; NO!deke, Brockelmann, Reckendorf,. Fischer, Rergstraesser, etc. Et c'est en allemand qu'a paru la première grammaire
élémentaire de l'arabe classique, celle de Socin, reJJue par Brockelmann
(éd. 1929) qui cherche à adapter à l'étude de l'arabe des façons modernes
de comprendre le mécanisme d'une langue.
Le présent ouJJrage, ayant les mêmes intentions, se rencontrera
parfois aJJec son deJJancier. Il s'en éloignera notamment par un souci
plus grand d'expliquer les faits et de les exposer dans un ordre et sous
une forme qui en rendent l'étude plus aisée aux erudiants.
Dans -/a première partie, qui traite de la MORPHOLOGIE, on a
conservé l'ordre adopté par l'un de nous dans les leçons qu~il a professées pendant vingt-sept ans à {'École des Langues Orientales de
Paris.
On s'abstient da11s cette partie, pour tne'n des raisons, d'etudier
la phonétique de l'arabe; on peut s'en tenfr à quelques principes et à
quelques hypothèses quand on ne considère que J'arabe classique.
Cependant on répéter(l souvent au lecteur qu'une langue est d'abord
parlée. et qu'il conJJient de n'oublier en aucun cas les positions de
l'arabe parlé. Les grammairiens arabes s~ sont exprimés de façon à
faire croire qu'ils 11e se souciaient que de lettres, c'est-à·dfre de signes;
leurs imitateurs modernes ont donc pensé qu'ils ne s'étaient jamais
préoccupés des sons, et qu'il convenait à la dignité de la grammaire
de l'arabe classique de ne s'intéresser qu'à des mots écrits. Ce jugement sommaire' est bien modifié par la lecture attentive des ouvrages
des grammairiens arabes.
On s'attathera donc dans cette première partie à distinguer le son
du signe et on essaiera de montrer que l'on ne peut comprendre la morphologie de /'arabe qu'en recherchant ce qu'il prC'nonce aJJant ce qu'il

A V ANT-PROPOS

5

écrit. La tâche est d'ailleurs fort simplifiée par l'orthographe arabe
qui est en général excellente.
Dans la seconde partie, consacrée à la SYNTAXE, on essaiera
moins d'apporter de /'i11édit que de présenter /es faits sous leur aspect
réel. On se bornera à l'exposé de la syntaxe « pré-classique et classique'" entendons de la langue qui s'écrit jusqu'à la fin du XIX• siècle.
Sans doute, les auteurs cités, à l'exception d'lbn ljaldùn (t 1406),
appartiennent tous à la période qui s'étend du début du Vil• iiècle à
la fin du X• siècle de J. C.; ce choix ne correspond donc poi'!t exactement à ce qu'on a appelé langue « pré-classique et classique ». Il se
justifie néanmoins si l'on admet que c'est précisément durant cette
période de quatre siècles que la langue arabe fixe ses règles, s'élèile au
rang de langue litté;·aire, sert d'instrument d'expression à des œuvres
considérées comme des modèles et devient le substrat de la langue écrite
dans les siècles qui suivent et jusqu'à l'époque contemporaine. D'autre
part, on s'efforcera, dans cet exposé d'allure générale, d'éviter ce qui
semble accidentel. C'est ainsi qt/on n'a point fait de place à certaines
constructions propres aux poètes(') et qu'on en a fait très peu aux
tournures des grammairiens arabes si avides d'inhabituel et si prompts
à forger des exemples pour étayer leurs abstractions. Il ne convenait
pas en effet, de perdre de vue le côté vivant de cette langue « classique•
et d'accorder une valeur générale à des trouvailles d'artistes ou à des
subtilités de philologues. Enfin, on s'est interdit systématiquement de
recourir à des citations d'auteurs contemporains ; la syntaxe de
l'arabe « moderne » se crée en effet sous nos yeux et il serait témeraire de penser qu'on puisse actuellement en.fixer les aspectsfuyant1
et parfois contradictoires.
On voudrait que l'étude de l'arabe fût rendue plus aisée aux
débutants par un ouvrage qui n'est certes point une grammaire
«complète'" mais où l'on s'efforce d'exposer les faits essentiels suivant
des méthodes qui ne s'écartent pas trop grossièrement de celles de la
linguistique moderne.
Le plan suiJ•i dans le livre l (Morphologie) est essentiellement dicté
par des préoccupations d'ordre pratique. Avant tout, on a pensé à
l'étudiant, à ses besoins, en p4rticulier à la nécessité pour lui d'aborder les textes dans un temps très court. On a donc renoncé, pour cette
partie, à suivre un plan systématique et l'on a préféré donner un exposé
des faits qui, en se. complétant, permettront d'expliquer des textes de
plus en plus difficiles, tout en pénétrant mieux la structure et le Jonc~
tionnement de l'arabe classique.
( 1) Sauf dans le chap. des prépositions, où il fallait au contraire faire place à
toutes les acceptions, poétiques et autres.

6

A V A NT· PROPOS

..

.. *

Nous devons beaucoup de gratitude à M. Marcel Cohen pol!.r les
avis qu'il nous a donnés, tant pour le plan du livre II (Syntaxe) que
sur des points particuliers de cette seconde partie. De même, nous
exprimons nos remerciements à M. William Marçais pour les faits
d'expérience qu'il a bie11 voulu nous fournir pour cette même partie.
Enfin, nous sommes reconnaissants à notre collègue et ami M. Georges
Colin de l'intérit qu'il a pris à l'ensemble de ce travail et des conseils
précieux qu'il nous a donnés.
M. G.-D. et R. B.

RÉFÉRENCi:S

Nota. - Seuls figurent ici les auteurs couramment cités. Pour les
autres, la référence complète est donnée en note en bas de page.

Ag= Abû 1-Faraj al-l~fahânî, Kitâb al-agânl, 3•. éd. (en cours de
publication, 12 vol. parùs). Le Caire, 1345/1927 et suiv.
BARTH, Prun.= Die Pronominalbildung in den semitischen Sprachen.
Leipzig, 1913.
BARTH, Nom. =Die Nominalbildung in Sem. Sprachen. Leipzig, 1889.
BERGSTRAESSER, Einführung in die semistichen Sprachen. München,
x928.

BLACHÈRE, /ntr. Cor. = Introduction au Coran. Paris, 1947.
BROCKELMANN, Gr. = Grundriss der 11ergleichenden grammatik der
semitischen Sprachen. Berlin, 1908.
BROCKELMANN, Précis = Précis de linguistique sémitique. Trad.
W. Marçais et· M. Coqen. Paris, 1910.
Bu~= al-Bubâri, al-Jâmi' a~-Sa~î~, éd. Krehl. Leiden, 1862 et suiv.
CANTINEAU, Le dialecte ar:abe de Palmyre. Beyrouth, 1935.
Cor= Coran, recension officielle d'Ëgypte. Caire, x342/1924.
M. COHEN, Verbe =Le système 11erbal sémitique et rexpression du
temps. Paris, 1924.
M. CoHEN, Alger= Le parler des Juifs d'Alger. Paris, 1912.
DHORME, Langues et Écritures sémitiques. Paris, 1930.
FÉGHALI, Kf .= .Le parler de Kjar'abida. Paris, 1919.
FtGHALI, Synt. =Syntaxe des parlers arabes actuels du Liban. Paris,
1928.

FÉVRIER, Hist. de l'Ecr. = Histoire de l'E.~criture. Paris, 1948.
FLEISCH, Introduction à l'étude des langues sémitiques. Paris, 1947.
FLEtSCH, Etudes de phonétique arabe, dans Mélanges de l'Uni11ersité
St. Joseph, t. XXVIII. Beyrouth, 1949-50.

8

RÉFÉRENCES

l!:f =Ibn Ijaldûn,

Muqaddima. Ed. 'Abd ar-R. Mul)ammad, Le Caire,
d.
IQ =Ibn Qutayba, 'Uyû11 al-a~bâr. 4 vol., Le Caire. 1343/1921 et suiv.
IQ, Adab =Ibn Qutayba, Adab al-Kâtib. Ed. Grünert. Leiden, 1900.
Jâl:i = al-Jâl)i~, Kitâb al-buhalâ'. Ed. Van Vloten. Leyde; 1900.
W. MARÇAIS, Tlemcen= Le dialecte arabe parlé à Tlemcen. Paris, 1902.
W. MARÇAIS, U. B.= Le dialecte arabe des Ulâd Brâlzim de Saïda.
Paris, 1908.
NôLDEKE, Zur Gr. = Zur Grammatik der classischen Arabisch (Kais.
Ak. Wiss., t. 45). Wien, 1896.
Q = al-Qâlî, Kitàb al-amâli. Ed. Ismâ'il ibn Diyàb. Le Caire, 1344/
1926.
RABIN, Ancient \Vest A rabia11. Londres, 1951.
RECKENDORF, Verh. =Die syntaktischen \!erhii/tnisse des Arabischen.
Leiden, 1898.
RECKENDORF, Synt. = A1·abische Syntax. Heidelberg, 1921.
Sîb = Sîbawayh, Kitàb. Bûlâq, 1316.
SocJN, Arabische Grammatik (revue par Brockelmann). 10• éd .. Berlin,
1929
WENSINCK, Some aspects of ge11de1· in the semitic languages. Dans les
Verhandelingen der Kon. Akademik ... te Amsterdam, t. 27, 1927.
WPJGHT, A grammarofthearabic/anguage. 3•éd.(revuepar R. Smith
et De Goeje). Cambridge, 1896-1898.
Zajj = az-Zajjâjî, al-Jumal. Ed. Ben Cheneb. Alger, 1927.
S.

LIVRE 1 MORPHOLOGIE .

rLEI:iCH. se distingue du précédent en ce qu'il a été et est employé pour la fixation écrite.du v1• s. celle de Zebed (près d'Alep) et celle de l:farrân (dans le Hauran) sont aussi les monuments les plus anciens en écriture arabe(2). l'hébreu et les idiomes araméens(').. d'autre part. l'arabe se révèle sous deux aspects. l'arabe forme le rameau méridional de la famille des langues dites « sémitiques » dont la branche sef!tentrion'ale et orientale était ou est constituée par l'akkadien (ou assyro-babylonien). Pour tout arabophone. On a lieu seulement de penser que cette ( 1) V. . 95 suiv.. 54 suiv.. 1'9 (tableau).. les conférences tendant à revêtir une forme littéraire. Ces textes épigraphiques sont malheureusement trop courts et d'un contenu trop mince pour renseigner sur la genèse de l'arabe classique.de la pensée ou dans les discours.. et par rLEI~Cll.' Langues .. Au terme de son évolution actuelle. est représenté par la multitude des parlers usités depuis l'lraq jusqu'en Maurétanie. § r. à compléter par DHORME. cil.a) Avec les idiomes vivants ou morts d'Abyssinie et le sud-arabique seulement attesté par des inscriptions. sémitiq1w. BROCKELMANN. trois inscriptions. . la connaissance de l'arabe classique (ou littéral) résulte d'une acquisition gr_âce à laquelle cet idiome savant se superpose au dialecte maternel sans jamais le supprimer. de notre ère (en une écriture dérivée de celle du sud-arabique). L'un.CHAPITRE PREMIER LA LANGUE ARABE - ÉCRITURE PHONÉTIQUE Généralités sur la langue arabe. d'une part des inscriptions dites li~yânites et thamoudéennes datant du 11• s. Préris. 7 suiv. Cette langue offre donc un exemple de diglossie très caractérisé. . )3. ( 1) DHORME. op. b) Les premiers spécimens de la langue arabe sont. dit arabe classique (ou littéral) (l'appellation: arabe régulier est à bannir). dit arabe dialectal (ou vulgaire). fotrvd1ulion. dont deu:x. le cananéen. cil. 6 SUÏV. op. L'autre.

s'est maintenue sur tout le domaine de l'arabe. En même temps se manifestait un souci impérieux de donner des règles à la langue. 97 suiv. À. Cor. durant certaines périodes. La poésie.adîth autour duquel s'organisaient la thé<r logie et le droit. c) C'est au vn• s. Les traductions des œuvres grecques. RABIN. de J . La prose arabe fut créée sous des influences diverses: le Coran ou la langue sacrée. la vive renaissance de la vie intellectuelle dans les pays de langue arabe a réclamé une évolution de la langue vers des moyens propres à exprimer des idées modernes et des sentiments nouveaux. le divorce entre la langue de la littérature et celle de la rue. Tandis que la langue poétique conservait son rythme. le langage solennel (prône religieux et politique du vendredi dans les mosquées principales). la prose arabe restait isolée de la langue courante. Inti-. et que la prose rimée et rythmée. d'abord avec un art inégalé sous la plume d'Ibn al-Muqaffa'. d'al-Jâpi~. le IJ. elle aussi.-C. à Coufa. à Damas. Arabian. mêlés aux controverses mu'tazilites. Les dialectes vivants. particulièrement conservatrice.GÉNÉRALITÉS SUR LA LANGUE ARABE 12 § I langue a pour origine la koinè utilisée par les poètes d'Arabie Centrale et Orientale. allait être l'expression d'une pensée logique. Il fallait en effet un instrument d'expression aux idées de la société nouvelle née du mélange des conquérants avec les populations tributaires converties à l'Islam. dans les grandes villes du jeune empire musulman. les grammairiens. 104. en . à Bassora puis à . Renonçant avec raison à les emprunter aux langues européennes. en très peu de temps. l'arabe cherche son enrichissement dans le développement des ressources naturelles de la langue. dont l'évo( 1) BLACHi::RE. W. d'Ibn Qutayba. Fu:1scH. dès le v1• s. parait la littérature arabe d'élégances de plus en plus artificielles qui mettaient en fuite la pensée.cette koinè teintée de quelques formes propres au dialecte me. comme il convient.kois parlé par Mahomet( 1) hissa cet idiome au rang de langue religieuse. 17. intermédiaire entre la poésie et la prose. La diglossie. directement ou par l'intermédiaire du syriaque.k. le Coran représente un aspect particulier de la langue. et dans une certaine mesure. La révélation du Coran. Depuis une trentaine d'années surtout. achevèrent de donner des qualités de précision et de clarté à la prose arabe qui. à se renouveler. sa syntaxe propre et son vocabulaire. cherche pourtant.Bagdad (fondée en 762) que s'est formée celle-ci. . lntrod. manifestèrent des volontés de logique qui s'imposent encore aujourdhui à un exposé de la langue classique... préoccupation qui n'était pas moindre chez les arabisés que chez les Arabes eux-mêmes. Par sa forme rimée et rythmée..

de personne. pour la langue arabe. III. a été précisé par les grammairiens de l'époque classique.on qui ramènent tout mot à un type essentiel. en sémitique et spécialement en arabe. mais qui. et que complètent des flexions nominales ou verbales( 2). La logique les avait conduits à formuler. 7J suiv. Dès l'époque omayyade. On appellera ici racine l'ensemble des deux. dominante surtout chez les grammairiens de Bassora. qu'ils appartinssent aux deux écoles classiques de Coufa et Bassora.L'arabe est une langue à flexions. accentuait cette tendance à l'abandon des flexions de cas(!). Elle emploie. La racine arabe est purement consonantique. . 1950). Ceuxci. du qiyds. par le jeu du principe d'analogie. ont conservé leurs particularités: leur influence sur la langue littéraire reste faible. On appellera thème l'ensemble des consonnes et des voyelles qui compose un mot: kataba « il a écrit •. Les voyelles ne sont que des éléments de dérivation. c'est-à-dire avec des voyelles dont les variations et les alternances jouent un rôle essentiel dans le mécanisme et dans l'histoire de ces langues. qui sont en général des suffixes. Les flexions du verbe et du nom sont moins riches dans les dialectes parlés aujourd'hui que dans la langue classique. . avaient adopté l'arabe comme idiome de civilisation. avaient reçu la même éducation scolastique. 70. dans Semitica (Paris. pour la conjugaison du verbe et pour la déclinaison du nom. Il est impossible de prévoir dans quelle direction se poursuivra lé mouvement actuel qe la littérature arabe et celui de la langue. CANTINEAU. de nombre et de cas. des lois de dérivati. sont aussi des préfixes. de mode. trois ou quatre consonnes qui repré"tentent une notion définie: k t b notion d'écrire.RACINE Iution a dépendu des conditions historiques. de genre. Elle diffère donc nettement de la racine dans les langues indo-européennes. la langue des citadin!. c'est-à-dire la logique grecque adaptée à la pensée de la jeune société musulmane qui. à l'aspect inaccompli du verbe. ( 2) V. Cet appauvrissement semble avoir été déjà apparen1 au début de l'Islam. Cette tendance. § 2. a subsisté dans l'enseignement de la grammaire de l'arabe classique jusqu'à l'heure actuelle. Zur Grammatik. où elle apparaît sous une forme syllabique. elle a l'avantage de conférer à la morphologie arabe une unité et une sûreté de (1) NôLDEKE. Ce rôle si particulier de la racine. des indices d'aspect. de temps. celle du ka/dm. renonçant à l'araméen et au pehlevi. ou qu'ils fussent postérieurs et étrangers. Mais ils servent d'expression à une poésie surtout satirique qui est trës vivante en certains milieux.

par exemple d'une liquide. s'il est de dérivation verbale. grogner ». on trouve des parallèles: hamma « songer. sinon à un chamito-sémiti-:iue encore imprécis. renforcées d'un élément instable. 11. c'a c1 i c' peut servir de moule à un nom verbal. on n'a point résolu toutes les difficultés. à un collectif ou pluriel interne. mais aussi /. mais il importe d'avoir conscience de ce qu'elle implique d'artifice. Mais il faudra aller beaucoup plus avant dans l'analyse du vocabulaire arabe le jour où on pourra vraiment en faire l'histoire. Barth a tenté une théorie du nom en sémi- . car les mots ne dérivent point d'une racine trilitère suivant des lois inflexibles. résultant de faits dialectaux ou d'emprunts. le fait n'est point général. et en tout cas. par exemple les dérivés de !a racine '\ b r sont. fournit un verbal quadrilitère hamhama « faire hem! hem!. et que d'autres semblent être des racines trilitères. et il subsiste des racines de quatre consonnes dont certaines paraissent être irréductibles. Il faudra alors remonter au sémitique commun. Il y a. On trouvera des équivalences lointaines. cependant. on" énonce une affirmation le plus souvent exacte. C'est sans doute une tendance de la langue qu'ils ont peut-être contribué à développer. c'est-à-dire composée de trois consonnes. Même si l'on admet qu'en ramenant tous les mots arabes à des racines trilitères. qui. concevoir ». tandis que d'autres sont des redoublements d'un élément bilitère. soit même par des moyens pi us complexes. on s'y conformera ici. qui paraît représenter une onomatopée: ham.Les grammairiens arabes ont érigé en principe absolu que la racine arabe est trilitère. de~ types nominaux qui ne se sont point spécialisés . ronchonner. 11 conviendra de noter les méta thèses: na' a/a pour la'ana « maudire » est un fait ancien. enfin à un substantif singulier. peut être de sens actif ou passif. même dans l'état de la langue telle qu'ils en ont codifié les règles.RACINE classement très pédagogique. penser » et 1vahama « imaginer. et qui. ~ 3. par exemple. 1·. Si l'on considère. à rattacher à la racine 4 b r. d'un 1vâ1v ou d'un yâ'. soit par le redoublement de la seconde consonne radicale. à un adjectif. Il faudra tenir compte de l'instabilité particulière des sons exprimés par les lettres que dans d'autres circonstances Meillet a appelées « son antes »: non seulement wâ1v et yâ '. Les racines bilitères·paraissent avoir été fort nombreuses: quelques-unes se sont conservées dans la langue telle que nous la connaissons. redoublée. par exemple. D'autres ont été rendues trilitères. une racine hm. soit par l'adjonction d'un hamta. une convention pratiquement utile. . pour la plupart. sans qu'il apparaisse un lien logique entre ces· divers emplois.

l'arabe écrit fà'... /àm. sans illusions._ C'est en partant de cette 3• pers. on use d'une notation qui peut remplacer celle qui est actuellement suivie en Europe. Rac. comme la troisième personne du masculin sing. q t I: maqtûl • tué •. ont servi de type au nom verbal aussi bien qu'au substantif. fort précieuse en elle-même. au pluriel.CINE. Rac. k t b: maktûb o: écrit 11.. q t I: v. etc. à l'adjectif. correspondre». . trois consonnes qui forment une racine réelle de la langue. On a donc: Rac. THÈMES IS tique basée sur une double dérivation remontant au o: parfait • et à l' c imparfait • du verbe et résultant de l.lillée de tout élément de dérivation. dépoi. k t b: kâ(ib «secrétaire». qâtala o: combattre•. 'ayn. en communauté plus ou moins étroite avec d'autres langues sémitiques. Il convient donc d'accepter. du verbe à l' o: accompli . mais qui ne met point d'ordre utile dans le vocabulaire et qui ne prépare pas une explication historique. Rac.'identité oil de l'altérnance de la voyelle de la seconde consonne radicale du verbe à ses deux aspects. comme l'infinitif en français. esclave. t j r: tâjir o: marchand». Pour représenter les thèmes verbaux et nominaux. Les grammairiens parlent donc d'un verbe de type fa' a/a. R.ac. d'un pluriel mafà'il. etc. et aussi à leurs dictionnaires. d'un nom de typefà'i/ oufa'il. maf'ûl est le thème du nom de patient. sing. de l' «accompli • que se tirent les thèmes. On en arrive seulement à constater que l'arabe possède. k t b: verbe kataba « écrire . Rac. En outre. que les grammairiens arabes ont imposée à leurs livres théoriques.RA. Ainsi fâ'a/a est la troisième personne de l'accompli du verbe qui ajoute à son sens normal l'expression d'effort et de but: Rac. du participe passif: Rac. . m I k: mamlûk «possédé. représente le mieux la racine nue. faire •. q t I: verbe qatala «tuer. masc. Il a abouti à une énorme énumération de thèmes. Peu lieu de représenter une racine parc• c• c3. kâtaba «écrire à. les grammairiens l'emploient pour désigner la racine. fà'i/ est le thème du nom d'agent. dans des circonstances impossibles à préciser. exprimant l'idée d' c agir. au collectif. mamelouk». kt b: v. un grand nombre de thèmes nominaux qui. la domination de la racine trilitère verbale. du participe actif du verbe de forme c nue 11: Rac.

. comme on l'a cru longtemps. avec son sens probable. 11 ). 260 suiv. 262. La cursive dite nas~i (de nasd~a "copier») finira par le sup- (•) V. j h d: jihâd a: effort vers. maf'a/at est un thème de nom de lieu avec pluriel mafâ'i/: Rac. s'arrondir('). dérive de la cursive utilisée par les Nabatéens de Pétra ('). aux formes plus arrondies. pl. 88. la graphie a une allure angulaire. supra. au v1• s. de J . rigide. (•) Id. . le cc coufique » fut seul employé sur les monnaies. ~ 4. guerre sainte». m I k: mamlakat a: royaume. qui est exactement celle de l'écriture dite «coufique». de J. On ne doit point. Dans les inscriptions de Zebed et de Harran (v. p. au plus tard. Le système morphologique de l'arabe a contribué à exagérer la richesse du vocabulaire.. mais chacun de ceux qui existent dans la langue s'y classe aussitôt. de l'Écr. une forme primitive et archaïque(1 ). {') 8LAC:HÈRE. Écriture. On a tout lieu de penser que. cor. Hist. Très tôt.». dès cette époque. état ». Rac. L'écriture arabe. existait une autre graphie. Il va de soi que la signification indiquée par le mécanisme normal. dans les manuscrits du Cora11. q t I: qitâ/ «combat».. il a cependant tendu à perdre de son aspect anguleux pour. se hasarder à fabriquer artificiellement des mots suivant ce système de thèmes. sont employés à des usages variés et incohérents. 267..t la preuve et les premiers spécimens de ce type d'écriture ne nous sont attestés que par des papyri datant au plus tôt de la seconde moitié du vu• s. mieux adaptée aux usages courants. on aura l'occasion de signaler l'insuffisance des outils linguistiques de l'arabe qui. Nous n'en avons cependant poin. fÉVRlliR. dans ces derniers. de la morphologie se trouve fort compliquée par l'intervention d'influences psychologiques. Néanmoins. dans les inscriptions. Rac. partiellement. mamâlik. Le «coufique» et cette cursive ont donc coexisté et le premier ne constitue point.-C. le fait est aujourd'hui bien établi. notamment à la l\lekke. Pendant plusieurs siècles. introduite en Arabie Occidentale. comme ceux des autres langues sémitiques.-C.16 ÉCRITURE jï'â/ est un thème du substantif verbal: Rac: k t b: kitâb ·«livre. sans doute. qui est une cause d'imprécision. Intr.

-C. L'obstacle de la scriptio defectiva demeura toutefois. l'hindoustani. dans le mot. A en juger par les plus anciens corans qui nous sont conservés. le ductus formé par les consonnes et les voyelles longues â.-C. Embellie. on recoqrut sans_ doute. . cette difficulté se doublait même du fait que des sons fort différents comme b. demeure un instrument imparfait. de la gémination. 78 suiv. le malais. Volney avait senti que la principale difficulté rencontrée ( 1) BLACHÈRE. sans répondre d'ailleurs en aucune façon aux besoins de ces langues extérieures au système sémitique. ù. etc. à des artifices dans le détail desquels' on n'entrera pas ici et qui ont abouti (probablement à la fin du 1x' s.éthiopien excepté . d'œuvres littéraires d'essentielle importance. 267. Les scribes ne l'introduisent . ~ 5. n. étaient rendus en certaines positions. ni ceux notant l'attaque ou la détente vocaliques ham~a (§ 10).elle offre en effeJ une scriptio defectiva (1). magribi (dans l'ouest de l'Afrique du Nord) dont l'allure rappelle le «coufique » arrondi..que pour éviter des confusions de thèmes. de J. Intr. ni l'allongement dit madda (§ 11). compliquée. En somme la scriptio plena demeure le privilège des corans. cette cursive finira par évincer complètement le «coufique» jusque dans les inscriptions. Comme dans toutes les graphies sémitiques .encore pas toujours . cette cursive affectera des styles différents: riqâ' (en Égypte et Syrie). 20). de J . de l'Êcr. par un signe unique.) au système aujourd'hui en usage( 1). les imprimeurs.. pour tourner l'obstacle. FEVRIER.. t.. Cor. Rendue vénérable parce qu'elle avait servi pour le Coran. Rist. au surplus. Il importe néanmoins de remarquer que la notation des voyelles brèves. même pour la notation de la langue qu'elle a servi originellement à fixer. tableau p. c'est-à-dire qu'elle note le squelette du mot. mais q1=1'elle n'incorpore au mot ni les voyelles brèves ni le signe marquant la gémination d'une consonne. dans les textes en «coufique». Dès la fin du xvm• s. Selon les reg1ons ou avec le temps. Ce fut seulement sous le calife omayyade 'ABD-AL-MALIK (685-705) que cette difficulté tomba par l'introduction de signes diacritiques devenus des points diacritiques suscrits ou souscrits pour différencier les valeurs phonétiques d'un signe multivalent (v. ni l'absence de voyelle brève(§ 9 b).. Dans les papyri des v11•-v111• s.§ s ÉCRITURE planter même dans les corans. n'apparaît point constamment dans les manuscrits. fleuronnée. pour des raisons techniques et en vue d'abaisser leurs prix. s'abstiennent également dans toute la mesure du possible qe les introduire dans leurs éditions. L'écriture arabe. î. y par exemple. l'écriture arabe s'est répandue avec l'Islam et a été adoptée pour le persan. des recueils poétiques. le turc.

. marbû~a ~ ~ Transcription . Paris. Bossange. bâ' (. l'ordre des pages est donc inverse de celui d'un livre français.....I> l. VIII. b . tâ' tâ' . Le tâ' marbû{a (ou tà' lié) et l'a/if maq~ûra (ou a/if bref..-----dans l'étude de la langue arabe provient de l'écriture et il avait préconisé une «romanisation»(') dont le principe admis par les Turcs ne rencontre que résistance et hostilité dans le monde arabe tout entier. jîm (. pour la plupart.a) L'arabe s'écrit de droite à gauche. Dans l'ordre alphabétique actuel.) . Les lettres ont. d ~ . Dans le tableau ci-dessous la valeur phonétique des lettres est rendue selon le système de transcription adopté par la Société Asiatique de Paris.. t.1. au milieu et en fin de mot. Nom . si mal nommé) ne sont que des variantes du hâ' et du yâ '.. ... ~ . v. parut à Paris en 1796 . . g ~ ( 1) V. 312 suiv. .1...a (~ 10) qui tend à être considéré comme une lettre..lâ' (.18 §6 ALPHABET -----------------------. les lettres sont groupées par séries en tenant compte de leur forme en position isoke. . L'!Jéologue Volney (Beyrouth...l: !â' "':' . Alphabet. L'alphabet compte vingt-huit lettres auxquelles il convient d'a1outer le hamz.. at :>- . h > . Cet ordre est ancien et semble arnir été inspiré par des considérations de pédagogie..\lédialc (une seule forme)... L'ouvrage Je VOLNEY. c: c: Jb dâl JI~ gâl b . . ~ 10 ~i al if ·~ â bâ' • I. Dans un livre.... intitulé Simblifimtion des Langues orientales. une forme un peu différente suivant qu'elles sont isolées.. . ou en début... ~ 6..1.. ·. 1826. .1.. cf... .) ~ .. GAULMIER..:? Isolée hamza Finale Initiale .:. éd.\>. 1951).

t' . i â b) Les lettres wâw et yâ' notent tantôt une consonne.\. c:Jàd .J - .) . L'a/if bref ne peut apparaître qu'en finale de mot.. .J .l. <.... il prend la graphie de l'a/if. A \i ..) râ' ~ Transcription r z s ü ~ sin .J .~ ramâ-hu • ii-le visa •· .) . g .1_.u.J sin if Nom ..]...... la ~ ~ 'ayn gayn t t s:. û y. m 11 . tantôt une voyelle longue. t .. J + h ....t"' .> ~'( kâf !l ....t' . s . ("..a f a q s:= k .. lâm J J Î I" ~ !) .J . ... > w...J 'i?lj zay.. if .... hâ' • ~ _.....~ 6 ALPHABET 19 Isolée Finale Initiale Médiale .t..1. nûn ·~ s:.!. ~à' ..li fà' ü qâf .L. ~ t t . \iâd . < l .) ...) . zin ..:" mim ~.i .l Î'.$ ~\.k 1 l:..t"' . ~à' .. ~ if.A .J ramâ « il visa JI "..k . wâw J > yà' 'i? ~ 'alif bref 4S (...:. .u.. Dès qu'il n'est plus en cette position. ..k j..

'ayn 70.de signes complémentaires dont la mise au point remonteràit à la fin du 1x• s.. 0 = 5. wâw 6. Toutefois. • =O. dans sa séquence orientale... et le qâf. Encyclopédie de l'Islam.. Bo. C. ~â' 600.: ~=397. 'a/if 1. § 7. hâ' 5. 1\ = 9. [â' 500. kdf 20.. fâ' 9. sous l'influence du ProcheOrient.\ =8. Ex.. d) Pour la numération par chiffres. lâm 30. comme en Occident. '= I. t/âd 800. JI 1 • . Celui-ci est cependant encore connu et désigné sous le nom d'abjad. V= 7.. .t. ~) burhân « preuve ». nun 50. en Afrique du Nord.. .Ll. "(" = 3.J) ra{aqnâ-hu « nous lui avons attribué '" c) L'ordre actuel de l'alphabet arabe ne concorde pas avec celui des autres écritures sémitiques. au lieu d'êti:e incorporée au ductus du mot. il s'est constitué un système:.ABIAD..j_j J (pour > . avec un seul point au-dessus.. t.. = 2.:. on se sert d'une série de 10 signes dits « chiffres indiens •. vers le milieu et la fin.. et qui fit tomber en désuétude ·un autre système plus précaire. ~â' 8. le fâ' s'écrit avec un point au-dessous. qâj IOO.: YY"VA 2378. dâl 4. Signes complémentaires. . #_âl 700.fâ. tâ' 400.. cette graphie tend à tomber en désuétude. râ' 200..:nt de gauche à droite. ~âd 90. avec la valeur numérique de chaque lettre.. On l'utilise dans la numération au moyen de lettres au lieu de chiffres. dans un grand nombre de substantifs ou de verbes 1 > > if"~ (pour i:.. jîm 3. I. article abdjad. sin 300. . Ex. Il se présente.). {În 7. bâ' 2.. . '=6. =4. . avec une variante dans la séquence. sin 60. Voici l'abjad. gayn 1000.. de J. la voyelle â (notée ailleurs par a/if). yâ. attesté dans les corans en .mîm 40. SIGNES COMPLÉMENTAIRES 20 En Afrique du Nord.. .Pour pallier la défidence de la scriptio defecti11a (§ 5). notamment dans la pagination d'une préface. cf. qui se lis. {â' 900... IO.. est rendue par une barre verticale suscrite. Un nombre.. Dans l'orthographe coranique.. exprimé au moyen de lettres se lit aussi de droite à gauche.

§ 8. . on tend à ne plus la marquer. Ces signes complémentaires sont tirés de noms verbaux ou ma~dat (§ 46) par suffixation d'un tâ' lié. ~-'. û. Nûnation. les voyelles longues â. i notées par' alif.L. entre ce nom verbal qui exprime l'action. Il y a donc lieu de distinguer. a: yadullu « il indique "· Remarque. J? yunaH. à leurs yeux.Ce signe. u .Par le signe • dit ladda (ou taSdià) « tension • intensification '» on note la gémination (ou renforcement) de. l'usage s'instaure de souscrire le /r. Signe de quiescence. SIGNES COMPLÉM. Signes vocaliques. Il importe de rappeler que ces signes.! dalla il indiqua ». Remarque. chaque lettre forme un élément autonome dans le mot.. correspondant aux trois voyelles longues notées par 'alif.) dîina « dessous '" · .asra immédiatement' so. demeurent encore. 9 ABJAD. comme le font les grammairiens arabes. Ex. § 8. Comme dans la conception des grammairiens arabes. est la lettre Iin amputée de sa boucle terminale qui commence le nom Iadda.:X kutiba « <famma u il fut écrit». Dans les éditions modernes. Sadda. des lettres de prolongation.J.?:.) ~ ~ . des éléments secondaires.. J. § 9. continuant la voyelle brève de timbre correspondant. Dans un texte entièrement pourvu de voyelles. Ce sont: jat(1a a kasra i .: kasr a: action d'affecter le son i à· une lettre•» .- « ma religion ».us le signe de gémination (~ 8) et non sous la lettre. . bien qu'essentiels pour la lecture et la compréhension correctes d'un texte. a) Les trois voyelles brèves. et la forme avec tà' lié qui représente le signe.) dini i. Il est évident que la voyelle brève apparaît phonétiquement ici superflue.Dans un but de simplification technique. ..ENTAIRES 21 a: coufique ». simplement surajoutés au ductus (§ 5).. mâta « il mourut ». J1Jâw et yâ' sont indiquées par deux signes suscrits et un signe souscrit. 1{J(Î111 etyâ 'constituent. .1:. kasra u le -signe i ». ils écrivent donc: ::.ilu « il fait descendre». la consonne qui est surmontée de ce signe . par sa forme. aux yeux des scribes ou des éditeurs.

a accompagne l'émission d'une voyelle. Le principe en apparaît simple si l'on tient compte d'un fait de linguistique historique. : br 'r > bîr u puits ").a était disparue ou en voie de disparition dans le dialecte mekkois. en initiale de mot. . cette double articula- . comme le hamz. par la lettre 'a/if.22 ABJAO. il est souscrit ou suscrit. . b) L'orthographe du hamz. Il est donc alors considéré comme une lettre et non plus comme un signe complémentaire.. par exemple dans les corans en «coufique».a était-passée à une simple voyelle longue comme dans le dialectal actuel (ex. ~~~ ruju/•• «un homme» (nominatif). Dans le système actuel. un wàw ou un yâ' qu'on nomme alors support du hamz.madinat•• « une ville »(cas direct). à l'époque de Mahomet (mort en 6 32). Celui-ci. dans ce parler. SIGN~:S COMPLÉMENTAIRES § IO b) L'absence de voyelle ou quiescence est notée par le signe~ suscrit sur la lettre. à un 'a/if. dit hamz.a "piquer» «éperonner»).a (de hamaz. fait que le sukûn affecte seulement la seconde consonne d'une syllabe fermée (§ 13) ou le dernier élément d'une diphtongue(§ 12 bis e). in dite tanwin qui constitue en même temps une flexion casuelle Œ 75 B). '~~ . selon le timbre de la voyelle. Ce signe est constamment marqué après la voyelle â longue ou. ces deux articulations sont indiquées par le signes. C'est pourquoi dans la graphie.yad1• « une main » (cas indirect).a reste flottante. permet de distinguer cette flexion casuelle. Toutefois cet 'a/if ne paraît pas avec la désinence tâ • lié. dans certains cas. dans certains cas.a. en fin de mot. Hamza et walila. Dans les autres cas. superflu dans un texte entièrement pourvu de voyelles.1. c) Diverses catégories de noms ou de noms-adjectifs indéterminés ont une désinence un.). l'attaque et la détente vocaliques Œ12 b) sont notées.:.s'"' kitdb•• « livre" (cas direct). dans un texte en scriptio defecliva. en arabe classique. la voyelle « piquée » par le /iamz. tt. après une syllabe ouverte(§ 105 d). La double articulation représentée par le hamz. des deux autres. an. Au contraire. nommé sukû11 « repos " ou jaim (mal djet_m) «coupure"· ~ ~ Jam yajlis « il ne s'assit pas "· La structure de la syllabe. la désinence an s'accompagne d'un 'a/if.a) Dans les plus anciens documents en arabe. ce support est constamment 'a/if(~ 105 et les ex. ~ 10..

~compléter par RABIN.Le ham:{a. voire renforcée 1usqu'à passer parfois à • ('ayn). Ainsi l'on eut >• > •>•C ~:_.JI 'a/-mu'minu) «le Croyant». uni »)est toujours suscrit à un 'a/if. traditionnellement.. Anç.Le signe madda » prolongation " est affecté à trois usages. l'articulation du jîm. le ductus ou squelette consonantique. a) Suscrit à un 'a/if. l'attaque et la détente vocaliques avaient donc été transcrites par une voyelle longue. le signe ham{a fut surajouté au mot affecté par lui.. Dans la notation du texte coranique où la langue était influencée par le substrat dialectal (§ I b). etc. dans les dialectes de l'Arabie Centrale et Orientale(1 ). représente un 'ay11 en miniature..§ II'. .JI (pour ~. c) Le signe Ï dit ioa~la (de wa~a/a « etre joint. la «récitation parfaite "du Coran (tajwîd) fut caractérisée par l'adoption. il indique l'allongement d'une attaque vocalique ou la réduction d'une attaque et d'une détente vocaliques successives Œrns d et les ex. autant que possible. C'est un signe sans valeur phonétique. de la prononciation d'Arabie Centrale et Orientale. Sa valeur est alors phonétiquement nulle. 12 PHONÉTIQUE tion s'était maintenue. . comme par exemple l'accent tonique. Il ess ( 1) BLACHÈRE...0. influencée par le dialecte des arabophones. met l'accent sur la valeur longue d'un â figuré par 'a/if. la phonétique de l'arabe classique est sur un certain nombre de points. ln/. en avant-dernière syllabe. par sa forme. La connaissance de l'arabe classique résultant d'une acquisition qui ne fait pas disparaitre le substrat dialectal. Remarqu'e.. du rjâd. en gros. le madda. . 156 suiv . ff? kubarâ'u « grands "· c) Ce signe surmonte enfin un groupe de lettres formant une abréviation. § 1 I. r ( sur lui le salut ». Wt. IJO suiv. Cor. Phonétique..Jï-Î~ nâma 1-wa/adu ( < nâma (' a)l-waladu) c l'enfant a dormi».-.. sans en modifier. Quand. ~ 12. amputé de sa boucle terminale. rappelant seulement que t':alif a perdu l'attaque vocalique et n'a plus non plus de valeur phonétique(§ 12 b à la fin) . du hà '. a) Notions générales..st-Arabian.)· b) Souvent aussi.. .

remaniée est en préparation).. des vélaires ou des laryngales. Certaines sont compliquées d'une nasalisation ou d'une vélarisation (ou empha/isation)( 1). XLII suiv. Alger. v. des palatales. d'Études orientaus d'Alger. (/. Î m occlusive sonore nasalisée. b) Consonnes.) d occlusive sonore . 1941 (une seconde éd.j f spirante sourde. Selon leur point d'articulation fondamental. anglais dans tliis ). . 1948. t occlusive sourde. Cours de Phonétique arabe. Études. v. LABIALES. Selon leur tenue. Ces consonnes sont sourdes ou sonores. 'UrûQQa «Europe» . FLEISCH. in-40. en Egypte. DENTALES • . on s'est reporté à cdle donnfr par W. "':"' b occlusive sonore. . 2 fasc. Pour la vélarisation.spirante interdentale sonore (th. § 12 bise. . .:. v. 239-46. . Tout phonème ne comportant ici aucune indication particulière a la même aniculation que le français. qui s'affirme avec l'extension de l'enseignement scolaire et grâce aux émissions radiophoniques. ( 1) Pour le détail des faits. '/j/â{ûn «Platon». toute conventionnelle d'ailleurs. des dentales. v. Takroûna. pour rendre p: ex. Pour la description phonétique tirée des auteurs arabes.L'arabe classique possède trente consonnes notées par vingt-neuf signes y compris le ham~a. or dans le dialecte égyptien il est articulé g comme dans le français gamin. dans Annales de l'lnst. elles sont occlusives ou spirantes. à cet égard. ce phonème rend égalementp: ex.. ! spirante interdentale sourde (th anglais dans the) .1. .§ PHONÉTIQUE : CONSONNES toutefois à constater que sous l'influence de la c 12 récitation parfaite :11 du Coran (tajwùi) une certaine normalisation s'est opérée. dans certains mots d'emprunt. ce phonème est prononcé comme j français dans jardin. t occlusive sourde vélarisée (t emphatique). Un fait caractéristique. . est fourni par l'articulation du jlm. MARÇAIS. dans la récitation du Coran. CANTIN EAU. MARÇAIS. Sur la division des consonnes en lettres solaires et lunaires. ces consonnes sont des labiales. Ph.:. dans certains mots d'emprunt. L'articulatiQn de l'emphase dans 1111 parler arabe magbrébin. il y a donc ici un effort conscient pour s'aligner sur une norme. ce phonème s'emphatisc et se renforce. pp. s sui''· Pour la description de certains phonèmes.

i- sonore . ' w consonne instable (semi-voyelle) (français: ou dans ouate). ce phonème est également articulé souvent dj ou. selon le substrat dialectal-.!l k occlusive sourde. originellement spirante latérale . par suite du substrat dialectal.> n occlusive sonore nasalisée. soit par une spirante interdentale vélarisée(<} emphatique). jagrâfiyâ «géographie».. l'articulation du phonème ne se distingue plus de celle ·du suivant. J. . vélarisée (s emphatique). pouvant passer à la voyelle longue û. . . dans certains mots d'emprunt. cette articulation a disparu et se trouve remplacée..des arabophones. sonore (français : \ dans ga\) . g spirante fricative sonore (r parisien fortement gra!!seyé).J r J vibrante linguale (r fortement roule). PALATALES.s spirante cacuminale sourde (chuintante) (français: ch dans chat). l. (_ j spirante cacuminale sonore (français : j dans jardin). pouvant passer à la voyelle longue î. dans ce dernier cas. la transcription de ce phonème par r est très défectueuse mais admise communément. VÉLAIRES.'. ce phonème rend la prépalatale sonore g: ex.~ (français: garçon) . comme en Égypte. ~ y consonne instable (semi-voyelle) (français: y dans payer). J. t t_ ~ spirante fricative sourde (rappelant le ch allemand dans suchen). soit par une occlusive sonore vélarisée (r! emphatique). l . &: spirante interdentale sonore vélarisée (<} emphatique) ..§ PHONÉTIQUE : CONSONNES 12 r! d'après les au·teurs arabes.r' s spirante postdentale sourde (sifHante) (français : sagesse).

sa' afa «il interrogea•>. ex. ».. sur le traitement du hamir. elle est stable quand elle fait partie de la racine. dans les mots d'emprunt.a (v.suwar·« sourates coraniques». i.. batr~q «patrice.(/) . les un~ brèPes a. ex. puisque ceux-ci résultent d'une articulation de la vélaire présente dans le mot. La présence. ces timbres conditionnés. dans le mot. Apparaît: 1• comme détente POcalique en fin de syllabe fermée. . Ces trois ~imbres vocaliques sont fondamentaux. ' spirante tricative sourde. /} souffle sourd émis dans la position de la voix chuchotée. § IO b et 104). cette attaque vocalique est stable ou instable . . 111â111.ni sans doute jugé utile . le support 'alif reste écrit mais est affecté du signe wa~la (§ IO c).L'arabe"classique a deux séries de voyelles.J J2 q occlusive arrière-vélaire sourde avec occlusion simultanée du larynx. dans un texte entièrement muni de voyelles.. ce phonème rend souvent la prépalatale k: ex.j. u>9. rendues pàr des signes complémentaires (~ 9 a). engendre totllefois des timbres conditionnés par vélarisation. dans le cas d'instabilité. i>f/· Exemples: JL. les autres longuu. î>Ç.». û. les scribes arabes n'ont ni tenté. o h (sonore dans l'articulation marocaine) proche de l'h «aspiré» allemand. rendues par 'a/if et 'a/if bref. â. . par des signes spéciaux. . 2° c) Voyelles.. sâ/a a·couler ». û > q. comme attaque Pocalique (plus forte que la piqûre du a dans asse. A la diflérencc de cc qui s'est produit pour l'hébreu et le syriaque. On constate alors·les passages suivants: â>&~ a>a. dans des particules. 'a11 «que»... d'une vélaire. ~ ~a!{&« prier». elle est instable dans l'article 'al et avec l'a/if prosthétique(§ 13 c). . LARYNGALES. t.§ PHONÉTIQUE : VOYELLES i. '!· i.de noter. yâ. ~ ya~~r9 « ~{)Ivar« il del'ient images". dans des préfixes formatifs. (.j-~ yasîru «il va>>. ba'sun «malheur». ' occlusive ou explosive sourde.

~<~. li s'agit ici d"une teritative pour transcrire la prononciation liayqt.. Verbe. On se bornera ici à des indications générales en se réservant de revenir sur le détail en temps utile. mais il y a là une survivance intéressante.. forme * i\la~ama > 'izda~ama F->.§ 12 b.)_.~L.:. a111u.. Cette pré\•alence du timbre a sur les· deux autres.J. L'orthographe de ces termes. . accompli 1•• forme ~ . .. « j'.1:->-) ~ay!zt « vie ».)\:. certains groupes vocaliques ne se maintiennent pas. une spirante intel"dentale peut devenir occlusive.. l'arabt: classique a conservé les deux diphtongues ay et aw. e) Diphtongues. un petit nombre de substantifs empruntés à l'araméen ont une orthographe singulière. a été normalisée.::..Jl « se presser» Verbe. En revanche.A la différence de ce qui s'est produit d'une façon générale.\(~) zakât « dime de purification ». ~olqt. :. Ils ont des incidenc. . une sourde devient sonore ou inversement. ~ sayrun « marche» (dialectal sir). dans les dialectes. Assimilation. Verbe. . en dehors du Cora11.Les faits d'assimilation sont nombreux et importants en arabe classique..es sur la morpho-. b) Au contact d'une occlusil1e. ..) ~a{lzt «prière». logie.is PHONÉTIQUE: ASSIMILATION -----.------- d) Dans le Coran. et celle du timbre i sur u expliquent la plupart des anomalies présentées par les racines assimilées. ma1vtun «mort a (dialectal mût). . *farad-tu> {ara/lu ..ai repoussé ». Ainsi a1va.~ (ailleurs . aya etc. accompli v111• forme • 'ù!fa~ara > 'id~a~ara ~~l « amasser». ~. a) Au contact d'une sonore.akqt. ~ 12 bis. (ailleurs . co11ca11es et défectueuses (chapitre vm. pa<sent à â Œ86) et iû passe à i (~ 83 b). (ailleurs... accompli vm•.. section 2).

_.... L'orthographe n'est donc pas phonétique. J.l. • ' . st_lrng_( .U . si cette consonne est d s if v ~ J j . 1. .:/) < J_.li. 'ar-rasûlu « l'Apôtre »'. 'an-nabiyyu « le Prophète ». j) Dans la notation des faits d'assimilation. • d) Dans u11 certain nombre de conjonctions. let s'emphatise et passe à t (v.PHO~ÉTIQUE: ASSIMILATION § 12 bis c) Au contact d'une vélaire..JI 'al-waladu « l'enfant ..-. « Verbe.J 0 J.:. Les consonnes non-assimilantes sont dites lettres lunaires parce que deux d'entre elles entrent dans le nom qamar « lune». J_. accompli vm• forme * 'i~tafâ > 'i~fajâ ~~ choisir »..:.. les grammairiens ont constamment posé que la racine ne pouvait être altérée.... . de pronoms. r) et les spirantes prépalatales à l'exclusion dµ j1m._. Le seul changement admis est la suppression du sukûn de la consonne assimilée et la notation d'un w... _.ddt t li est à remarquer que ces phonèmes sont des dentales-linguales occlusives ou spirantes.. les liquides (/. parce que deux d'entre elles entrent dans le substantif foms « soleil ». on constate l'assimilation de n par m ou par 1. >. par les grammairiens arabes. tf.) . Ces consonnes sont appelées solaires.. En particulier. pas. ». )Î.. e) Enfin le / de l'article 'al est assimilé par la première consonne du mot auquel il est préfixé. cette lettre n'a pas été' remplacée pour aboutir à une graphie. * 'an-mâ > 'ammâ * 'an-lâ 'allâ W. Verbe..::. {arattu " j'ai repoussé •. . iitfra page 66). accompli vm• forme * 'iftala'a> 'if(ala'a .&1 «monter».. dans les cas d'assimilation du / de l'article. "Ji de ce que. qui ne . J_..

qat/un u meurtre ». on le voit. la voyelle longue passe à une brève. .. remarque/). «allez [tous deux] l ».l u femme». infra. v.§ 13 PHONÉTIQUE! SYLLABE § IJ· Syllabe. soit dans la langue même. la quantité (longue ou brève) s'y définit très nettement. . op. et . 248 suiv. Avec voyelle longue. cit. arabe *$fablun > 'isfablun °~1· arabe * sfûlun > 'us{Ülun flotte». Verb!!. lsîlrâl b) La syllabe fermée se présente presque toujours sous l'aspect: consonne + voyelle brève + consonne. La syllabe est soit ouverte. En revanche. forme(§ • j:: il . soit fermée. e) et dans certains thèmes de racines sourdes.. accompli vm• forme(§ 37) *jta'ala < 'ifta'ala Verbe. kul «mange! ». la syllabe n'offre pas la diversité de structure qu'on rencontre dans le dialectal ( 1). Sur la structure de la syllabe. a amené une dislocation du groupe par constitution d'une syllabe initiale au moyen d'un 'a/if dit prostliétique.En arabe classique.. La rencontre d'une telle syllabe en début de mot soit dans des noms d'emprunt. *sir> sir ~ «val ». servant de support à une attaque vocalique. CANTINEAU. la syllabe est longue..elle est br6ve dans l'autre cas. a) La syllabe ouverte a pour structure : consonne +voyelle longue ou brève.. à la pause (v. • 0 21) ~y« * ktub < 'uktub ":""::. c) L'arabe classique ne connaît pas. FUllCH. Dans des cas particuliers._h:.1. Elle est quantitativement longue.1_. Êtudes. impératif . quand un thème devrait en théorie présenter une telle syllabe. de syllabe fermée du type: consonne+ consonne+ voyelle (comme le français: station).) 1 » écris l ~· * bnu11 > 'ib11un ~l «fils'" *mra'atun (1) > 'imra'atun . lkaltalbal «il a écrit».. en arabe classique.0• . Normalement.. > ' °J. on trouve une syllabe longue en syllabe fermée(§ 79. Latin stabulum Grec stola u u étable».

~ ~~ Ibn Sînâ (=Avicenne). 13). dans la langue classique.. toutetois l"alif continue à être écrit coiffé d'un wa~la (~ 10 c).. lminl 'al-!Kû!Ja!til >!min l!f(ûlfalti >lm il na /[Kû!fa!til ~ _... e) A la pause ou· chute de phrase (~ 240).ication sur l'accent tonique.1_. Dans le second.J~T :. à 1'0rigine. "les gens'~· Remarq!te. il y a apparition d'une 11oyelle brè11e de disjonction dans le groupe: c v cc> c 11 + c v c. ~ jJ 'i:. .jejï ~ «de Coufa "· Remarque. à un bouleversement syllabique du mot. . .1 'imra'atun «une femme». la disparition de la flexion casuelle amène cependant exceptionnellement une syllabe fermée du type: consonne +voyelle+ deux consonnes ou consonne +voyelle longue+ consonne ~ ~Î h bassiri l~mu 'min in « fais gracieuse annonce aux Croyants l » (Coran.un hypothétique min /) constitue deux syllabes ouverte brève et fermée du trpe normal. dans le premier cas.Les grammairiens arabes ne nous ont transmis aucune ind. . L'existence de cet accent ne semble pas contestable mais . ' u~I 'unâsun «gens»... .l 'inna 1-'isnâna lafî ~usr « en vérité l'Homme est certes en perdition l (Coran.JI 'al-mar'atu «la femme".... .30 PHONÉTIQUE : ACCENT TONIQUE § 13 bis L"a/ifprosthétique a une attaque vocalique instable Œ12 à la fin).:. § 13 bis. Cette attaque disparait donc dans le corps du discours . ' an-nâsu ulll -:.Le groupe m'ina l (au heu d. d) Il arrive souvent qu'un mot commençant par une syllabe fermée avec 'alzj prosthétique ayant perdu l'attaque vocalique suit immédiatement une autre syllabe fermée. Accent tonique. _. en arabe classique.' o E . On doit sporadiquement noter la disparition totale de I' ·a/if prosthétique quand. Dans ce cas. Cl 11. 2). ~ ~Ï ~ !kaltalba btnu !Sî!nâl «Ibn Sinà a écrit"· Le groupe ba-b constitue en effet une syllabe fermée de structure normale.1_.L. dans le mot. il est précédé de l'article 'al. la disparition est d'autant plus anormale que l'attaque vocalique est radicale. apparue seulement en initiale absolue du discours pour constituer une suite de deux syllabes fermées du type normal. LXI..:.Cn voit que cette disparition a conduit.

2 kablrun 111 grand "· Quand Je mot n'a que des syllabes brèves. i"bid. au contraire.en sorte qu'on peut inférer l'existence d'une syllabe accentuée. il affecte la pénultième on l'antépénultième. sauf la dernière: ~ qatàltum «vous avez tué». les. passent à une syllabe fermée par suite de l'accent. la plus proche de la fin du mot. cf. 6. . dans le mot. Cet accent ne doit pas non plus être confondu avec l'accent prosodique qui procède d'un rythme.§ I 3 bis ACCENT TONIQUE pour en préciser la valeur et la place. 186. on s'accorde à lui attribuer la place suivante.. L'accent porte sur la syllabe ouverte longue ou sur la syllabé fermée. il existe bien d'autres exemples. . «il a indiqué». on parvient déjà à une certaine localisation régulière du second. 8 et 11. En outre. en arabe classique.e: fàtala 111 il ~ tué •._._i sans tenir compte des copules J:. _t. en Égypte. avant cette finale. en effet. la notation d'une voyelle brève.JT ~t.> J wa-~àraja "et il sortit•· . i. tonique affectant la première syllabe •dàlala >dalla J. Sur ces deux points. dans le mot. On constate toutefois que les roètes dans leurs vers s'efforcent de faire coïncider cet accent prosodique et cet accent tonique.~ màmlakatun« royaume:».u d'une longue .. l'accent est sur la premièr. les éléments en notre possession sont peu concluants.~ ~~(pour ifi. par là.. fa-dàbala cet il entra•. Compte tenu de ces indices et de la place de l'accent tonique dan$ la plupart des dialectes arabes du Proche-Orient. (Cor... en sorte que. J:. Alors par exemple qu'en dialectal marocain l'accent tonique tombe souvant en fin de mot ou de phrase. LIV.JT -""~ r~) u Au jour où Je crieur criera »..par exemple..:_.) Enfin certains faits particuliers aux racines sourdes(§ 79) tendent à démontrer que deux syllabes ouvertes brèves. dialectes. le Coran porte encore trace d'une orthographe phonétique . modernes ne fpurnissent que des témoignages contradictoires et trop tardifs pour être sûrement invoqués.. '(_. en finale de mot au lie. en initiale de mot.

a " je t'ai frappé ».aràbtu-li. (~ 2• -..Dans un grand nombre de langues. Singuli~r Ier p.\ 3• P· j> fém.. ... ~ > •E ~ Duel ..~ <j....\ fém.a "(maison de toi) ta maison». toi... .. -\. .. Le fait est particulièrement frappant en aràbe. 1 Pluriel . Isolé. il se joint soit à un \"erbe pour en marquer le complément direct: :•1 ~'.... ~\ fém. .:.. dâru-li. les pronoms personnels agglutinent leur élément essentiel aux personnes du verbe et y font figure de préfixe et de suffixe. est isolé ou affixe.. J-- .1 3• p... > •( p.Î_)l'. Le pronom personnel.. en arabe. soit à un nom pour rendre le possessif: -!!'JI.. 2• p... il convient donc de les étudier tout d'abord. > •t ~\ fém. moi.CHAPITRE Il PRONOMS PERSONNELS ~ 14.. L.!Î as-salâmu 'alay-li. soit à une préposition : ~ .'.:. lui. il correspond au français.a «le salut soit sur toi"· a) Pronoms isolés: . etc. Affixe..:.

par conséquent. La troisième personne a un élément personnel ha ou h. Barth suppose l{UC les flexions anciennes étaient u pour le nias" culin et i pour le féminin. ·r fém. a disparu dans les éléments pronominaux qui servent à la conjugaison du verbe (1). ' fém. et auquel s'::ijoute. qui est une sorte de support <lu pronom isolé et qui. mais au singulier. 3e p. t•. Brockelmam•.llarth suppose que les clésinences du pluriel en sémitic1ue ancien étaient ûma et inna. Zur Gr. (1) Noldeke. que le féminin unna est le masculin 11111 avec une désinence féminin na que l'on retrouve d::ins le verbe .:. en coocorliance avec la seconde personne.! w' 2• P· ~ 3• p. Gr. (2) Ce111parez la désinence ûna liu verlte. <? -. <j) fém. en ne considérant que l'arabe.Il convient tout d'abord d'en séparer un préfixe an ~1 appartenant au sémitique commun. . I. Les pronoms personnels ont./'' Duel 2• p.. on a um et unna (2). !. mais c'est arbitraire.. Ils ont des flexions qui ne correspondent qu'en partie à celles du nom et du verbe. la désinence liu ienre u pour le masculin et i pour le féminin. en aralte comme dans les autres langues. des caractères particuliers. qui sert aussi de démonstratif. 297.. \. Pluriel [. avec un renforcement fin::il a. c) Structure L'élément essentiel des pronoms isolés de deuxième personne est un t . et on a masculin ta et féminin ti. Au plu· riel.. . ~ :§" ~ . u a été remplacé par a. mais que i1111a est devenue u11na en arabe p::ir analogie avec umu. 0 fém. On pourr::iit penser.33 PRONOMS PERSONNELS b) Pronems affl:l:es : Sin1ulier 1• p.

Colin.. - nâ 11. on trou. et qu'à la deuxième personne.·.. où il est formé par l'addition d'une désinence au singulier du mot ou au moins au radical. du pluriel conserve !"élément essentiel 'fafâya ma nuque .. on (. la vocalisation des pronoms est modi- . pour le pronom isolé. mais la prosodie prononce 'an accentuée et a atone 'ana. Le pronom affixe est ni pour le verbe et i pour le nom._ pour le mètre. on écrit ~J et -~.. les faits sont identiques aux précédents (2" et 3• pers.C'est un ya consonne avec voyelle a qui ar. veut dire « vous deux » pris dans l'ensemble pluriel ou collectif de ceux à qui on parle. On verra plus loin (p. Bild. nabnu est une forme ancienne dans laquelle l'élément essentiel est n avec une désinence 11. Au pluriel. Nom.l retrouve support et pronom 'an 'a : l'arabe classique écrit 'and avec d long final. mais il y a peut-être là une graphie ancienne de k1 comme alif de ~j . et non la réunion de deux personnes. liée.J a\'ec i href en fin de mot. l'élément essentiel est k au lîeu de t (1). Avec les copules wa ~ et fa j.t" dans. GI par exemple. . et non une augmentation par rapport au singulier. pour J-·. les langues classiques.première personne du singulier.. Le duel est très simple.J crai!Jne:-moi el . il est formé par l'adjonction d'une désinence d aux deux pronoms masculins pluriels a11tum â et hum â. sauf qu'il n'y a pas de support 'an. 43.).~ -~... p. On peut admettre que l'arabe marque une restriction par rapport au pluriel. A la . et on trouve de marne li en poésie pour des raisons prosodiques. Dans certaines positions.it ::. cn poésie mon seig11e11r. (2) Cette explication est de l\I. .1 . croit à un sémitique commun kci et ki : il retrouve ce dernier en arabe dans les expressions comme \fe~~'.parail après fÎ voyelle longue ou diphtongue : -~r. _û }\. G. 40 cl) que le verbe.§ 14 PftONOMS PERSONNELS Dans les pronoms affixes. n'a point conservé ce procédé qui reste obscur. (1) Barth. «toi et lui» (2).·e dans le Coran. C'est un fait qui est absurde si on le juge d'après la notion du duel tel qu'il exù. Commun aux deux genres.

. c'est un cas d'harmonie vocalique.S E•fin../iliim « en eux. liim. On continue à penser qu'outre la p1·édominance constante des i sur les 11 <'Il arabe. --~ 'alayhi. himrt. qci1.. par eux deux». hum.~. /111mâ l'i /1111111a sont accolés à des mots en i et y. sur lui (1) Barth a cherché à ce fait des explications qui semblent lointaines.§ 14 PHONOMS PEHSO~NEf. ~. hi111111 : 11 ~ bihim<i . .bihi «par lui ••.f01i111 1< lt•ur l'adi »nominatif ou cas indirrct) (1). ils deviennent hi. quand les pronoms hu. parmi eux"• ·~(.

rien n'indique si l'action a lieu dans le passé. Ils on.irticules ou dans un contexte qui lui attribue ce temps. .t réservé le mot al-mustaqbil. Il convient de remarquer tout d'abord que la notion du temps n'y a point une position solide. . à celle du verbe dans les langues indo-européennes. ce ne sont point des temps. passim. On emploiera ici les expressions accompli et inaccompli. raisonnent sous l'influence cle la pensée grecque que les traductions répandent parmi les lettrés. D'ailleurs. Ils ont été singulièrement embarrassés pour donner un nom de temps à l'inaccompli. se sont efforcés de donner des règles à la langue. dont ils sentaient bien la nature réelle : ils se sont donc tournés vers les similitudes de flexions entre cet aspect du verbe et le nom : et ils l'ont appelé a/-mu(icid « celui qui ressemble ». Les grammairiens qui. La syntaxe précisera leur usage dans la langue. l'erbe. l'accompli se prêtait particulièr~ment à rendre le passé: les grammairiens l'ont donc appelé al-mâ<Ji « le passé ». Leur concept grammatical a été tourné vers l'idée de temps. La première est employé dans une (1) M. !'ans être accomplie.CHAPITRE III VERBE ~ 15. c'est l'inacccompli. c'est l'arcumpli . avec l'espoir qu'elles contraindront p:1r leur exactitude à comprendre l'originalité du verbe arabe. « le futur». à son emploi avec des p:. par exemple. tantôt passé et présent-futur.La conjugaison du verbe arabe est pauvre. le présent ou l'avenir (1). et l'autre que l'action est en train de se réaliser. qui diffèrent par leurs désinences. tantôt parfait et imparfait. Ce que les grammairiens européens appellent tantôt prétérit et aoriste. Cohen. L'un exprime que l'action est achevée. à la fin du huitième et au neuvième siècle. L'inaccompli en a trois. si on la compare. mais des aspects du verbe. L'accompli n'a qu'une seule modalité.

No111 adoptons id la même terminolo11ie aue M. Un mode spécial terminé par une llexion intensive an et anna est dit «énergique». mais son emploi syntaxique est différent de rP. un participe actif ou «nom d'agent». . . parce que les grammairiens arabes y ont vu le c--eur du verbe arabe . Le passif arabe n'a point d'impératif. «lourd » ou « léger» . on peut l'appeler indicatif. dont on parlera plus loin et qui sont : un substantif abstrait ou infinitif.La seconde est celle du verbe employé en proposition subordonnée : elle correspond donc au subjonctif du français. Le verbe arabe a une voix passive . C'est à l'inaccompli que le grammairien arabe a rattaché l'impératif. il s'emploie dans les formules de serments et dans les affirmations violentes. On donne ici la conjugaison du verbe nu. Cette expres~ion correspond mieux à la réalité que les mots « forme simple » ou « première forme » employés d'ordinaire. c'est-à-dire avec désinence a : elle a d'autre part des flexions courtes. et un participe passif ou « nom de patient ».La troisième modalité est caractérisée par l'absence de désinence et par des flexions courtes : le grammairien arabe l'appelle majzûm. C'est à la fois la ressemblance de fonction et de désinence qui a amené le grammairien arabe à lui donner le même nom qu'au cas direct du nom man~ûb.mple des grammairiens arabes. en invoquant it la fois la morphologie et la syntaxe. Colin. car celle de «conditionnel » ne lui convient que très partiellement. G. appellation qu'on lui conserve ici. appelé J~ mafdar « origine ». L'arabe la nomme marfûc comme le cas sujet dans le nom .~ 15 VERBE 37 proposition principale ou isolée . on prend pour schéma la racine ~· (1) Al-mujarrad. et à l'ex. Au verbe se rattachent trois noms verbaux. elle est caractérisée par une désinence u et par des flexions longues. . « apocopé ». Les flexions dn verbe sont identiques dans les formes dérivées et dans le verbe nu (1).lui du passif français.

..Nre beau . Les verbes arabes. . L'neeompli d'un verbe peut s'exprimer schématiquement par ."" ..:. v2i._. v3a.. à l'accompli de la forme nue. ~ être lourd. féminin ~ t• p..J ~.. .:. J. L'accompli est l'aspect du verbe où les flexions sont les plus simples : il est d'usage de commencrr par lui l'étude de la conjugaison. fmpper.. qui est celui des verbes transitifs : j. J.. v2a.J .Ï ./. est C'elui des verbes d'état dit durable : . . . .J . Le type ~ correspond i1 quelques transitif~ et à des verbes d'état dit momentané : (. ur Nrc triste.GAISOS CONJUGAISON Accompli jU1 ~ 16. vin. Le type le plus fréquent est J:. .. y:ln . "" ..::. tuer . v3a .Id' 3• P· J. ~ étre laie/ ... ' ~ ou c'est-à-dire v•a. être joyeux.. :.. ne diffèrent donc que par ln voyelle de la seconde consonne radicale. C'el>t dans le dictionnaire qu'il faut trouver la précision de cette voyelle pour cha4ue verbe.. S1XGl"LŒR masculin commun . 2• P· ~ .J" Le type J-t'. v~u. vta. . comme en français le verbe « écrire ». On dit le verbe kataba. C'est par la troisième personne masculin singulier qu~ l'on désigne un verbe et non par l'infinitif..38 § 16 CONJL'..~ .

1î est la flexion du pluriel masculin. na est la flp. ~ est la PLURIEL masculin a• . 'sous sa forme courte. DUEL 2· p.xion du féminin pluriel signalée dans le pronom. ::. duel . telle qu'on la retrouvera dans le nom (1) . pluriel masculin. . . 1.J .§ 16 CONJUGAIS0:-. lum et l11111w sont les éléments essentiels du pronom personnel isolé . t• et t 1 de la seconde personne sont les éléments essentiels du pronom personnel isolé . . .w ' P· féminin G1J' 1" p. t de désinence normale du féminin singulier. . c'est l'élément essentiel du pronom : turr. . flexion longue flexion courte îna i âni Il ûna û . A la seconde personne. (9'"'. .â qui est ajouté au radical du verbe : on a vu déj~ que ce pronom est formé (1) On distinguera : deuxième pel'Sonne du féminin singulier. .1 II y a donc un radical ~ auquel s'ajoutent des suffixes : t" de la première personne est à rapprocher du ghez ku et de l'accatlien ana-ka .' ' . . . 2• p. commun ~ Le suffixe nd esl le pronom personnel affixe de la première personne du pluriel ..:w ' ~j' . ~ On reverra que le duel est marqué dans le verbe comme dans Je nom soit par une flexion longue dni. . . c'est la flexion courte â qui apparait it l'accompli du verbe comme la flexion courte du pluriel à la troisième personne du masculin pluriel. soit par une flexion courte «. a de la troisième personne est une flexion qu'on peut rapprocher de celle du pronom huwa . . 3• p.

40 ~ CONJUGAISOX 16 du pluriel tum avec adjonction de la flexion â du duel .. (2) Wright. Il y a. . Parmi les grammairiens.W. On peut hésiter alors entre les deux lectures sui. "' .):f ils 1'011l lué.:. cf. l• p. formé par la désinence â ajoutée au singulier j:ï et . .. comme '.. . Marçais. A l'accompli du verbe. le 11 de la tlexions'écrit avec le ni111 des mots terminés ainsi : ::. Quand celle-ci est un l.:JJ ~~ 4JJ' . """' . c) A la première personne et il la troisième personne féminin du pluriel. . "' ~ . . . . l'alif terminal est sans valeur phonétique et purement graphique. il y a simple gémination : atballum «vous avez consolidé » et l'on écrit le l avec un 5udda. C'est une graphie de l'ancienne écriture. . en effet. plur. L'explication reste donc à trouver... l'orthographe arabe est la même. on trouvera des faits semblables à l'inaccompli. sous deux formes possibles : ou bien on ne tient aucun compte de l'assimilation et on écrit : '. selon qu"on met 011 non une pause entre les deux dentales (3) . d) On a attiré ( § 13) l'attention sur l'étrangeté des flexions:du duel du pronom : le pluriel plus â.. A la troisième personne. ..a) Dans 1.:. Pour hs autres dentales. U.. .) ::. flottement daas la prononciation des parlers arabes ..:. B. i. Remarques. fém. ù la première personne du singulier et aux secondes personnes du singulier et du pluriel. Cet alif disparait devant les pronoms affixes et l'on écrit '.. 22. bien que les faits ne paraissent pas être identiques. .J.i est formé de même. plur..:. Cette dernière graphie semble bien rendre les faits quand il s'agit de d qui s'assourdit : rafallu . le l de la flexion se trouve en contact avec la dentale du radical. Mais les troisièmes personnes ::>W et ~W sont formées du singulier avec addition du suffixe â du duel .J.i:j. c'est la deuxième personne du masculin pluriel du verbe à laquelle on ajoute â. 1. h) Dans les verbes terminés par une dentale. le duel est .. d'autres d'éviter la confusion avec la copule waw (2).:. ou ce qui revient au même...~1 ~. mais il semble qu'elle s'en écarte pour les emphatiques.1:t .. (1) Voir ci-dessous ~ 103 ter.T croire 3• p...l. I ~J ... ou bien on met un saddu sur le l et on ne surmonte la dernière radicale d'aucun signe pour marquer qu'elle a perdu toute valeur phonétique. 10.'. (3) Comparez les assimilations que le 1 de la huilièmc forme verbale a produites en position inverse de celle-ci : ~ 37..... les uns l'expliquent comme un moyen de distinguer le verbe dn pluriel sain en rapport d'annexion (1) .f_i..·antes.

. quand ' la seconde radicale est une liquidr l ou r : ji·apper e/re <lSSIS De même. La voyelle de la seconde radicale peul être... et tout d'abord au dictionnaire où le lexicographe arabe l'a soigneusement notée. . -. a OU 1. i11/erdirr (. Les verbes du type j:t sont. ~ ~. l'apocope s'en distingue par l'absence de voyelle. A quatre des cinq personnes du singulier. et à la première personne du pluriel.-'6:> -~ c~ jeter . . aucun principe solide qui règle l'alternance vocalique entre les deux aspects du yerbe : il faut s'en remettre à la mémoire.. le signe de l'indicatif est 11 et celui du subjonctif a . en outre..:.. Il n'y a. le plus souvent à l'inaccompli .. soit l'indice du mode. comme à l'accompli. la Yoyelle a à l'inaccompli. ~ mais il y a rarement identité de la voyelle de l'accompli el de celle de l'inaccompli. mais d'autres ~ ont l'inaccompli . les préfixes sont. en général. .•. . pour la plupart.. communes au verbe et au nom.§ 17 41 CONJUGAISON Inaccompli ~ 17. . . '-'6~ s'éloigner . des éléments de pronoms .. sous ses trois modalités.. ' ~ /irin· conper . L'inaccompli. les verbes qui ont une laryngale pour deuxième OIJ troisième radi'cale conservent.t. J._ J-i! tuer .:.. ~ . les suffixes sont soit des flexions de genre et de nombre. est formé à l'aide de préfixes el de suffixes . U.. . et sous leur forme courte aux deux autres modes. -.. la. t -e:. Au pluriel et au duel. les flexions apparaissent sous leur forme longue à l'indicatif..

... : '''-' Cependant.. le type Ja....~ apparaiss'! dans un beaucoup plus grand nombre de verbes. Par exemple la racine . .. "" . ~ faire. .-"':! être joyeux Des deux observations qui précèdent : il résulte ~u'il y a une relation entre la présence d'une liquide à la seconde radicale du verbe et l'alternabce a/i et i/a.. .. bien que.. on le répète.. ~ 18.42 CONJUGAISON § 18 ..donne . - . . ~ être lourd Il est sage de ne point tenter de former par soi-même l'inaccompli d'un verbe et de consulter le dictionnaire. Les verbes du type ·... Les verbes du type ~ ont normalement l'inaccompli en a -~ .[.. - On prendra ici pour type de l'inaccompli la forme réelle de l'inaccompli du verbe . calculer... ~..\au être assis . .::. juger.. être malade ' . l'on dit: ..I ..... j:t . croire. savoir . . dont l'inaccompli est ~ ou ~. . Les faits sont souvent fort complexes. Jor ' u Remarques. compter.. ~ et un verbe~..l....r-!..~ ' A ~r .P..a maintiennent la voyelle u à l'inaccompli : . (. "' ~~ boire i. inacc.

ya est un ancien pronom de 3° personne . la désinence longue du pluriel masculin 1î11a .. ù~ commun féminin . où ~onne 11. Ja~ 3• p. déjà indiqués : na. masculin ..~JÎ INDICATIF S1NGl'LIEP. . . . tu des secondes per- sonnes est le pronom . ta.§ 18 43 CONJUGAISON b(. le signe 11 de l'indicatif. on a vu la forme courte dans ~ PLURIEi. Ja..Les suffixes sont. de la flexion du féminin singulier . .. Îlla llexion de l'indicatif.. jaij Les préfixes sont des éléments en partie connus déji1 dn lecteur : est l'élément essentiel du pronom lJÎ = Î + ~Î. .\î ~. il erée ici une fàcheuse identité avec la deuxième personne du masculin. masculin commun ' . pour les deux autres personnes.. sauf à la dernière perest la forme longue... ' ...V ~­ ~ Les préfixes sont des éléments pronominaux. . pour les deux personnes du masculin... j-JI . Les suffü1cs sont du féminin.. . ya. la flexion féminine na..i\.ja&j -· - 2• P· féminin ' . ta de la troisième personne du féminin est le signe du féminin déjà vu dans ::Jj . pour la première personne..

Il est remarquable que ce soit particulièrement au féminin et au duel que les anomalies apparaissent dans les deux aspects du verbe . On verra d'autres faits ... -~ . mais le duel. commun J.t.i 1. y mélange des indices de personne.ÛJIM.ii t• p. qui paraît être un nombre ancien. . de genre et de nombre. est bien fixé.. l'accompli et l'inaccompli. ~p. et les suffixes sont des indices de mode. celles du féminin peuvent s'expliquer par le caractère précaire et hésitant du féminin grammatical dans l'arabe . Les deux aspects du verbe. Les deux personnes du pluriel masculin et les trois personnes du duel sont celles qui ont particulièrement frappé les grammairiens arabes par leur ressemblance avec le nom .)?ai . j-ij ~ . . de genre et de nombre. sauf à des personnes du féminin. auxquelles a été suffixée la désinence longue âni du duel.~i u~' 1. SUBJONCTIF masculin Singulier: 3• P· Pluriel. on retrouvera dans le nom les désinences ûna et âni.. Ce sont les formes du singulier. qui· n'a que des suffixes. 3• p. ~ 19. les préfixes sont des fragments de pronoms. féminin . comme let du féminin.lu même genre en parlant des verbes cr anormaux». ~ ~ 1• P· ~p. sont donc formés de façon très différente : à l'inaccompli...§ 19 CONJUGAISON Du EL masculin . L'accompli.~ .!. c'est dans les parlers qu'il subit des déJradations plus ou moins graves. et les anomalies ne s'y expliquent point dans l'arabe classique . .. ~. commun féminin -~.

On note seulement ici quelques réductions de voyelles longues en syllabe fermée..Ji t.pi ~~. On renvoie pour le détail aux tableaux annexés à ce livre.i _. taf'ald11.. .).45 CONJUGAISON Duel: Le subjonctif ne diffère de l'indicatif que par les suffixes. tufâ'alîn. ~ . avec addition de 11na pour le premier et de Il pour le second. on obtient des formes théoriques : tC1fal1înna. masculin t• p. yaf'alûnna.. Les deux modes dits « énergique lourd» et «énergique léger » sont formés du subjonctif. La désinence féminine longue îna. 2" p. d. Les deux personnes féminines du pluriel sont restées intactes. ~ . â. qui renferment une syllabe longue fermée: elle disparaît et on a une syllabe fermée brève: -' ~ . . . Dans les cioq personnes de l'indicatif terminées en u. ~ ·~ .:' APOCOPÉ § 20. dont on citera d'autres exemples en traitant des racines anormales. Si l'on ajoute au pluriel du subjonctif et au féminin 1Jtj taf'aliî A 1 yaf'alû J. yaful1în. " l• p. ~ jaâj' ... 2• P· 'r_.. la flexion longue du pluriel masculin ll11a et la flexion longue du duel Ifni sont remplacées par les flexions courtes î...'. ~ . tafalî les suffixes nna ou n. - commun féminin ~i jaâj' _. .. .. tafalînna. celui-ci est remplacé par a. ~p.:>~ 1 tp ~ . de la deuxième personne du singulier.

. comme le français les prend au subjonctif présent.. (1) Comme dans la plupart des langues..~ imp. . . J ::P-! " :>tii 2e p.1 :.o frapper .ol . Il n'en diffère en effet que par l'absence des préfixes et des premières et troisièmes personnes : (1) masculin féminin ~l -- Singulier ::.46 § 21 CONJUGAISON 3e P· 1 t._. C'est une voyelle d'attaque qui varie selon la yoyelle de la seconde radicale à l'inaccompli : elle est 11 quand l'inaccompli est en u... ~ '-:'.0 " ~1 c_:. l'impératif n'a en propre que des secondes personnes. . ou i: :. Il emprunte les autres à l'apocopé. :. ~ IMPÉRATIF 21. jeter '-:'_. .3" écrire u.i. . les formes sont déjà courtes au subjonctif et ne peuvent subir aucune nouvelle diminution. ~ ~ ae p. le préfixe se trouve remplacé par un élément i qu'il faut expliquer.Vi Les grammairiens rapprochent l'impératif de l'apocopé.:. L'apocopé ne diffère du subjonctif que par l'absence de la voyelle finale aux cinq personnes dans lesquelles un a final était l'indice du subjonctif. et i quanèl l'inaccompli est en 11.W1 Pluriel Duel Dans chacun de ces mots..!ti .. Aux autres personnes.

Mais cette voyelle initiale. à l'initiale de la preml~re personne de l'lnaeeompll 'af'alu ~1. en trois syllabes normales: qà-lak-tub. en général. des faits qu'il convient de noter: On a signalé déjà la graphie ~~(1) En écrivant J'atta11ue vocalique de l'impératif avec un ham:a (voir cidessus ~ 11). Les flexions sont celles de la . à certaines personnes du verbe. La phrase: «il dit: écris» se prononcera qâla ktub. Il reste à l'écrire. Ces faits s'expliquent par l'aversion que l'arabe manifeste pour la prononciation d'un mot commençant par deux consonnes: c'est comme s1 le français disait : /a s-tation. une signification et un emploi syntaxique. ne l'est plus. qui est. . en somme. et un waflu prend leur place sur l'alif. La voyelle de l'impératif disparaît ainsi que le hamza instable. et on revient ainsi à l'emploi du wafla (§ 11 ). Remarques: 1° . on 1·enonce à faire dans l'écriture une différence entre ce hamza instable et la syllabe hamza et voyelle. L'accompli est du type ~ . Elle n'a point d'impératif. que cet alif ne sert plus à rien et que l'on pourrait aisément en faire l'économie.§23 47 CONJUGAISON Cette voyelle initiale est introduite pi1r un ham:a instable supporté par un alif (1). .Pronoms affixes. ce second hamza est une consonne stable. l'inaccompli avec les trois modes et les deux énergiques. assez différents de ceux du passif français. en arabe. . nécessaire quand le mot se prononce isolément ou en tête d'une phrase. mais elle a l'accompli. L'inaccompli l!st de même - '~' pour tous les verbes.·oix active. quelle que soit sa place dans Je discours.Le contact avec les pronoms affixes produit. à l'intérieur du discours (quand on peut dire la s-talion). . mais isolément : hes-tatio11. PASSIF S22. qui persiste à l'initiale du mot. pour marquer. quelle que soit la :-oyelle de la seconde radicale à l'actif.La v01x passive a. par exemple. . § 23.

-~r!..qtulu tciqtulu tciq/11/cini laqtulûna tciqlulîna yaqtulâni laqtuln• 10. . On comprendrait que cette voyelle ait attiré un accent. ~?j pour i. On croit utile cependant d'insister sur l'importance de l:.i suite dans les verbes à double régime direct(§ 186). c'est là qne se manifeste l'alternance vocalique de l'accompli et de l'inaccompli. 2e et :i• personne: (Dieu) te les a donnés :_._. ! . ..On essaiera parfois. dans les pages suivantes.O A la deuxième personne ~u masculin pluriel à l'accompli. la voyelle finale s'allonge devant le pronom affixe : .iractéristique de chaque verbe. en suivant l'ordre: l'"...i voyelle de la seconde consonne radicale du verbe.tOj. fixé par Pedro d'Alcala. "' •r.q111là11i yaqtulu laqtullina yaqtulna On répète que ces indications soPlt hypothétiques.. on trouve . On note donc avec une attention particulière le yaklub de l'andalou.sj:. et d'autres exemples d'accent sur cette syllabe à l'ioac· compli.i.~.. de se servir de la position de l'accent pour expliguer certaines formes des verbes anormaux..48 §23 CONJUGAISON A la deuxième personne féminine de l'accompli..r" à l'inaccompli pluriel. 2" . Il faut dire ici qu'on a suivi les conventions courantes sur la place de l'accent en arabe classique dans le verbe : qatciltu qiilalal lf•lalnâ qatcilta qalcillumâ q•tallum qcilalâ q•lâllunna qatalli q<italatri qatalû qatala qataln• t<iqlulu ciqtulu 110...:Oj On peut écrire deux pronoms à l:. 1p1i est c:. une ancienne finale û reparait avant le pronom . .. .. ~ . pour et aussi à la deuxième du féminin singulier . - ..

par adjonction el même par intercalation d'affixes. en général. celle aussi des noms abstraits qui en snnt formés. très précis et très délicat. pour rendre le réciproque par exemple. concourt à donner à l'al'abe la richesse de ses verbes. ainsi que les réfléchies-passives de ces formes. le but. en considérant le type « nu " ~ du Yerbe. puis les nuances souvent fort délicates que l'usage de la langue a créées. la réciprocité. On n'a point à tenir compte de la voyelle de la seconde consonne radicale. avec ses trois consonnes radicales extensibles. ont numérotées de 1 a 15. On expliquera d'abord le sens essentiel que chaque forme donne au verbe. l'arabe a créé des formes dérivées du verbe par modification des voyelles.CHAPITRE IV FORMES DÉRIVÉES DU VERBE ~ 24. ou un moyen plus grossier encore: «s'aimer les uns et les autres». ont un système complet de formes pour exprimer l'intensité. les mm1dar. D'autres langues indo-européennes ont des moyens plus précis et plus souples à la fois.Le français n'a point de procédé général pour exprimer les modalités verbales. il ne possède que des procédés d'application exceptionnelle. comme en français. s'entredéchirer». comme «s'entretuer. mais on en revient. par redoublement de la deuxième radicale. On conservera ici cette notation. et du réfléchi avec le pronom «se». comme la première forme. enfin on indiquera les voyelles de l'inaccompli et les types des trois noms verbaux : ma1dar ou infinitif. à l'exception du passif avec emploi de l'auxiliaire « ètre ». mais on indiquera son insuffisance. le factitif. que les Européens . participe actif et participe passif. Les langues sémitiques. Ce système. el le classement qui devrait la remplacer. de même que dans le passif de la forme « nue ». Les grammairiens comptent 14 formes dérivées. Grâce à la souplesse de sa dérivation. Tous les .. l'arabe particulièrement. . aux particules.

1.... entraînant Joseph dans le fond de son :1ppartement. '. Ils ont les mêmes aspects. .\i 1_.. 1° Voici ·un exemple très net d'intensité. Le Coran.mêmes modes. 91.."l... le redou- blement de la seconde consonne radicale y est comme la représentation de la répétition du yerhc tout entier. u. 25 (de Ibn Hlchâm)..B.. Le sens premier d'intensité et d'extension de l'action est celui qui s'ajoute à la signification d'un certain nombre de verbes transitifs : . c ferme successiiiement les portes derrière elle » (1) : ~1~.50 FORMES DÉRIVÉES DU VERBE §25 verbes n'ont point la série de formes dériyées qui vont être énumérées.. Û~ dès longtemps l"haoitude de vaincre.. ~~ frapper avec violence.j séparer . . pour le verbe et le nom : -· .erbes de formes dérivées se conjuguent avec les mêmes préfixes et suffixes que le verbe nu. :. Les voyelles des préfixes et celles de la seconde con1sonne radicale sont seules différentes et caractéristiques de l'accompli et de l'inaccompli de chaque forme. U. les .. • . - La deuxième forme fa est la forme d'intensité . Muçais. f-:: .=r-casser en petits morceaux.. JJ couper en morceaux....' sommes-nous vaincus. la femme d' « Al-'Azîz ». Les i. . nous avons l. •"' • ' sommes-nous vainqueurs. (répétition et acharnement) '_7.s ~... Zolaihii. 23) en donne un exemple très intéressant. le dictionnaire est le maitre. dans l'épisode de Joseph (XII. (violence) ~~frapper . 1~. (2) Nôldeke. - .casser. :>W ~ . Deuxième forme § 25.' • . nous ne somme. en l'absence de toute loi. disperser. . '&i '. •... -. pas (définitivement) vaincus (2).Ji Remarques.ü ûY... Z11r Gr.. . ' ~ ~ JW _. . . '&i couper . (1) Cf.

Des verbes de 2• forme. Kf.§ 25 FORMES DÉRIVÉES DV VERBE 51 Il. ayec des nuances mal définies : certains sont des intransitifs (1)..j. J~ changer une chose en une autre.. l:.: fuire du pain .. -~ savoir -~ faire savoir. . L'intensité.... Marçais. en dehors de toute règle ont le sens de la forme • nue» ou de la 5• forme. c_. Feghali.L'influence factitive de la 2~ forme ne s'exerce pas seulement sur la l'orme verbale' nue... rend factitifs les verbes . .J suivre immédiatement . fouet .t (_. faire la tournée de la Ka'ba h) croyance à la réalité d'une qualité exprimée par la racine ou par un adjectif qui en dé~ive. marquée par la 2• forme./- être beau ~ - (. III./- réjouir embellir Le transitif ou le verbe de mouvement à la forme nue devient doublt"ment transitif :i la 2° forme.. (1) Nombreux exemples dansïes dialectes. enseignrr J) J) descendre /uire descendre I\'. L'intran- sitif à la forme nue devient transitif à la 2• forme: --. qualitatifs de type '. .J' être joyeu:r .w (~ 174) et les verbes de mouvement. . a) Simple réalisation de la chose envisagée: . 147. ~-donner des coups de fouet '.~planter une lente ~lente ~peau. L'arabe connaît les formes secondaires dénominatives..3:-' pain .. .. Hi6.B. fuir J~ remplacer une chose par une autre . ' . 91. (. '-'r. mais encore sur un nom dont elle reconstitue la r:ieine d'une façon souyent arbitraire. J~ tourner le dos.jl~ tournée rituelle n11lo11r de la /\u'bn. Cantineau..

J!-' 1 4ul de la racine .. sincérité adj.. notamment dans la guerre sainte.. un signe familkl ou tribal. (3) Formule qui a été inscrite en tête des Sourates du Coran et qui e1t lievenu d'un. .. 46).-.~ ... . 1 i.... 34 et dans cinq autres versets de la période mekkoise...4111 c::c: dire dire ·~... et '.. • le salut . (1) Formule qui fait partie de la prière rituelle musulmane et qui.:....10. p.. apparait dans maintes circonstances... faiblesse J~ :_. vient l'élatif ·~v• ~ i ·n ·~\ ~ (' 1 ... .- dire ~I . Celui-ci est particulièrement anormal.: qu'Allah le fusse vivre ! Li -~ ·.On étudiera plus loin la conjugaison des verbes du type .<oil sur vous (2). sincère rac.=:j tatouage..:. mensonge adj.. Voir ~.:! ci-dess. ' ù~ lo1111n9e à Allah ! '!lé...•eloppée en . (2) Formule coranique: <"f. qui n'est qu'un support de voyelle d'attaque .If'" d'où dire < ' Allah est plus grand lque tout] ll). faible c) Enfin le mécanisme se complique pour créer quelques verbes qui expriment l'idée de prononcer une formule religieuse dont un des termes fournit sa racine au verhe de 2010 forme: '' • ~dire .~aluer.y-. . .. usage courant...~ croire sincère considérer comme menteur. s'attache au nom et supprime ici un alif de (comp.::-...:. XVI. avec. ... marque de propriété imprimée au fer rouge sur la peau d'une bêle de somme... :. La racine est bilitè1·e . accuser de l'être ..\ nom et en .. < ... menteur rac.. ·.La préposition y... considérer comme faible adj. . qui est aussi une marque.52 §25 FORMES DÉRIVÉES DU VERBE rac. nu nom d'Allah ! (3) . par.! ..! pl.. Cor. nommer: c'est à cette racine qu'il faut rattacher ·_.. elle a été dé. isolée.....

âj et surtout "'1" u~. existe en accadien. . factitive... Les participes sont donc (1): actif .. donnent quelques noms verbaux. répète qu'il est loisible d'y considérer la gémination de la seconde consonne radicale comme le symbole de la répétition du \'erbe tout entier. On reparlera d'une forme fréquente ~ . ... ~- jaâ. ~~ .. l'i long est remplacé par â long. ' :::. . u!. . . corres- Remarque. passif ' ~.... en hébreu. Or. . pass.La forme d'intensité.. puisqu"il commence par une consonne vocalisée. correspondant .. mais en l'accentuant par une voyelle i longue.à l'inaccompli act. battu». •• . quelle que soit la voyelle de la seconde radicale du verbe..o . même si l'imparfait actif est en a (5• et io formes).. . - . pondant à l'inacc. . .tif est sans adjonction d'une voyelle initiale et sans alif dans l'écriture. . .. Les deux participes dépendent des deux inaccomplis : le préfixe mu y remplace le préfixe pronominal.> . avec un ta. . . Le pasaif est vocalisé à l'accompli ~ et à J'inacC"ompli ~ comme dans le verbe o: nu ». . en araméen et en éthiopien. (1) On va voir que tous les participes des formes dérivées ont une voyelle· i à l'actif et une voyelle a 1u passif.Conjugaison: L'inaccompli est ~~ : le préfixe vocalisé en u et la seconde radicale en i. préfixe sans redoublement de la seconde radicale. J·~. ~ .. C'est l'intensité que le français exprime en disant: «Il l'a battu.§26 53 FORMES DÉRIVÉf:S DU VERBE > _. § 26. où la voyelle i longue devient brève et où tâ> marbûta final paraît rétablir l'équilibre du mot: on verra l'emploi courant de ce mafdar dans les verbes «malades». Le m~dar est "'~ . • ' .L'impéra.

Elle a essentiellement le sens de but.: voyager voyage III.:: :. . ' .. ..Elle est caractérisée par !"allongement de la voyelle a de la première syllabe. . § 27 Troisième forme j... "~ - f- égal. à un verbe transitif de 3• forme.Jt :$' . il y faut mêler celle de «se rapprocher de..être rude . . rence: Effort pour réaliser l'action.Exercer envers quelqu'un la·qualité exprimée par le verbe qualitatif ou dénominatif à la forme ac nue ». souvent nciprocité: ~. se joindre à quelqu'un en accomplissant l'acte» : on tend ainsi vers la réciprocité exprimée par la 6e forme.. double ::. souvent intransitif.Jli combattre chercher à devancer chercher à l'emporter sur II.t.:i.Sens de direction de l'action vers un individu.- être beau '•' .54 FORMES DÉ~IVÉES DU VEllBE.:~ § 27. bien traiter '•• t. d'effort pour réaliser l'acte exprimé par la racine. avec un élément de concur- j:i :P~ tuer J:- devancer :Ji dominer J... est insuffisante..l. .. Mais cette notion.. nécessaire avec le verbe nu . avec passage d'un verbe nu..o' doubler jL. "~.. il tomba sur lui il lui écrivit ~(. ÛI) il l'attaqua il correspondit avec lui . généralement admise. ...::' brutaliser ~ :. "' e" . avec disparition de la préposition..:. 1.

l'inaccompli passif ~\i... Le mafdar est"'J~ autres formes. passif ~~ .. en partie.de toutes les langues sémitiques. ...~trait. . adversaire . (2) L'd de l'accompli actif devient un a long.. .Les participes : actif ~~ . dont on retrouvera le rythme dans plusieurs . expriment une position matérielle ou morale et pourraient être dits verbes d'existence. Quatrième forme ~Î § 29. . et même place de l'accent : la syllabe longue remplace la syllabe fermée. .L'impératif .. les autres. .. il y en a quelques exemples en hébreu.. parallèles à ceux de la 2" forme ... ù la forme nue. . à sens factitif.. ~liJ est procès devant le jug1•. passif ~} (2).§29 55 FORMES DÉRIVÉES DU VERBE "' . . qui sont. La troisième forme est surtout arabe d'où elle semble avoir passé en éthiopien ... . . mais .. qui a un sens analogue. est fréquent: c'est le participe passif auquel le ta"'marbû(a final donne le sens ab. dwiennent transitifs à la 4• forme : (1) Le nom verbal de ces \'erhes pr~cisc le sens de la récip1'ocité: ~I~ est correspondance. ~li.. . A) 1. . Conjugaison : L'inaccompli actif est ~\i. . . . La 2" forme donne le sens factitif à <les verbes qualitatifs du .. C'est la forme factitive et causative. .. . . Elle donne deux séries distinctes de verbes . .. . r"'. les uns. qui porte l'accent et qui entraîne ainsi la chute de la voyelle <le la première consonne.i . . ce : l'accompli sont les mêmes voyel- les qu'à la seconde forme. type~ et à des verbes de mouvement. est ~li . citer en justice quelqu'un qui viendra contester voire prétention (1). .Elle est formée par la préfixation de Î la. . - Les intransitifs.i . . dénominatifs... § 28. . r""\. sont. pour la plupart.

q. déclarer comme ayant la qualité exprimée par la racine. dans les exemples suivants: rP- se plaindre de . L'idée de causalité se retrouve.. ~ avarice rac. qui expriment les positions matérielles et morales les plus variées. Zur Gr.) 't:.:f• forme sont dénominatifs : 2.. dérivant d'un 110111 et non d'un verbe . 2S. Verbes d'existence : La seconde série de verbes cle 4• forme. ~ louange i' . ~~Î indiquer d q.' ._. crier. . tenir pour digne d'éloge.. etc.. deviennent doublement transitifs à la 4• forme : ~ . un reproche. paix II. 1111 objet qu'il a perdu (1). comprend : 1. rac.. Sens de réaction. III. d'une façon un peu complexe... corriger.. ~ 1 ta:rer d'avarice . . Il est probable qu'ils sont dénominatifs.~Î faire savoir.. et la plus nombreuse.: -~Î pacifier.. On n'en donnera ici que quelques exemples : (1) Nôldeke.. des verbes intransitifs.56 §29 FORMES DÉRIVÉES DU VERBE fa ~ être lourd opprimer ~ s'asseoir -~i fail'e asseoi1 . Certains verbes de 4• forme ont le sens estimatif ou déclaratif: considérer. ~ chercher ce qu'on a perdu . €~i répondre au cri d'appel de q.. ~ 1 louer. . B) 1. à la forme nue. dénominatifs. ~!1 répondre à la plainte de quelqu'un (par une aide. couler .q. apprendre une nouvelle à savoir Certains verbes factitifs de .~i faire couler Les transitifs.

à sens d'état.. qui semblent provenir de formes « nues pourraient être dénominatifs : ~ ~ .ai que de '~ :.r-' fruits . Orient .." ou de :.J feuilles ::......~. de .. D'autres verbes.ô\. J:-9 être au malin légumes ~i produire des légumes .... .1 « produire dt: la pluie ». Mais leur origine dénominative leur donne un caractère spécial.I . et un rapprochement s'impose entre eux et les verbes de la 9" forme~!.. :1 produire des fruits . un sens factitif de réalisation : :. '-'r .:- III. bien agir . paraît s'ètre développée par analogie pure. ..Les grammamens ont cherché à traiter ces verbes comme des factitifs suivis d'un lllU.. hors de toute dérivation logique : "~î être en retard. '"'J"" .. matin en face de .. J.. La 4m• forme.. s' a11ancer à la rencontre Il.§29 57 FORMES DÉRIVÉES DU VERBE .. . ~Î être au-de... . qui aurait disparu : {'Jjj J~:.Jdar ou collectif au cas direct. '~I être éloquent vient aussi bien de ~.i. intensive et dénominative elle aussi.....'.r-J .. . Remarque.•' .. .i pleuvoir ~...~~i avoir des feuilles . sans aucun doute.:. Ces verbes ont. larder.uous de-ses aflilires. ~j être possible. i~ :).:t. ·' se dirige1· vers l'Orient ~' .( . .. . ~ j. pluie ~La.

- ' . J-.. li y a plusieurs exemples pour la quatrième forme : notamment J1:. quatre d'entre elles en sont formées par l'adjonction d'un t. de donner un wa\ila à l'alif. &a. nl. . dans l'écriture.. ·l . l'inaccompli ~ est semblable à celui du verbe «nu. Les participes sont: ->·• act. il persiste au mafdar ~Ql:et à l'impératif. . c'est-à-dire la J:i .avec le préfixe . . les deux modalités se confondant comme en français: (1) Il y a en arabe des exemples de permutation de hamza avec ha qui ramènent à la même forme en hébreu....58 §31 FORMES DÉRIVÉES DU VERBE ~ 30. Cinq autres sont les réOéchies- passives de celles-là . . bien que Je dictionnaire en fasse uoe sorte de quadrlllüre de rac. Conjugaison: Inaccompli ~ . quatrième forme de J(1 être répandue (eau).Voir pour s(a). • 1. L'accompli passif est ~ 1 . Cinquième forme ~ § 31. comme le h en hébreu.. on retrouvera 1(a) à la dixième forme (1). ha et >a.C'est bien. .Dans ~\. Remarque. La 4m• forme est commune aux langues sémitiques. V. ..>. . § il(l.1wl . en général.• c. 2m• forme C'est la réfléchie-passi\'e de la 2°1• forme. verser n'est autre que JC1\. la réfléchie-passive de la 2m• forme. la dernière par préfixation de n (7• forme). Il n'y a donc jamais lieu de remplacer l'a ou l'i du hQ111%a par la voyelle finale du mot précédent dans un contexte. § 10 c. hrwq. Bien qu'il disparaisse. le ham:a du préfixe est stable. sur le même type que ~Q de la troisième forme...::. sans que l'on en ait paru gêné. . mais avec un préfixe variable : Sa.. devant les préfixes de l'inaccompli. Le mafdar est ->t. Les quatre formes que l'on vient d'énumérer <~l ~ C ~ C ~~ sont les quatre types essentiels. ~ pass.

.Li . qui signifie «avoir acquis des connaissances». s'enor9ueil!ir. (1) Les anomalies d'orthographe de ces verbes seront upliqués plus loin.rélend1 e prophète faire profession de christianisme faire profession de zoroastrianisme (2). b) dans les verbes dénominatifs cle 5ine forme ayant le sens de «se prétendre. (2) Ces deux mots sont entrés en arabe par l'araméen : Nazraye et greo Nazarinos et Magüchd. arabes bédouins . être cassé ~ étonner ~ s'étonner. apprendre ~ Le verbe n'a point exactement le même sens que (. . il les exerce Il. alors que "savoir» est plus général.>J ~ se prélendrc d'origine arabe se 1.§ 31 59 FORMES DÉR1vi::Es DU VERBE a) D'un verbe transitif d<• 21110 forme résulte un intransitif de &ne forme: ~ casser en morceaux ~ se rasser en morceaux...Q. \.:~1· . faire profession de». avec des nuances de sens souvent fort délicates : ~ '. et l'arabe y a pris une racine artlftclelle n ~ r et m J s..C'est le sens ré!léchi intérieur qui domine: a) dans les verbes de 5'110 forme issus de verbes déclaratifs de deuxième: ~ considérer ~ comme grand.J:i ~ savoir enseigner savoir (en ayant appris).-- '-:' jtJ Li prophète chrétien zoroastrien .o. ~-:. Nre étonné b) D'un verbe doublement transitif de 2m• forme résulte un transitif de 5m•. se considérer comme grand.IJ 1 '\'_ UtJ (1) il rm1plit les fo11ctions de cadi --~i:~~ --~îJj (le sultan) l'a investi des fo11ctiom de cadi il a été im1esti des fonctions de cadi.: .. .

.a) Aux deuxièmes personnes de l'inaccompli.... ..C'est encore le sens réfléchi intérieur qui explique la signification des verbes de 5me forme qui sont exactement: • se m_. se contraindre d l'endurer réf1échir (en soi-même) On en arrive à des nuances de sens si fines qu'elles ne sont plus visibles. et modification du rythme du verbe. s'informer .. . .. .. l'un des deux t initiaux disparaît souvent : ~ aulieude ~ Dans les verbes· qui commencent par une dentale. situation où le verbe de seconde forme place son complément direct ». ~ 'P .. .i réclamer pour soi-même . qui est un dénominatif cfe 4i~ aumône et où l'on peut sentir l'idée du profit que l'aumône procure au musulman pieux dans l'autre monde. se distinguent par la voyelle· de l:i seconde radicale : actif ~. . et à l'inaccompli ~ ..ttre (ou se trouver) dans la. ~ avec le même système de voyelles que dans toutes les autres formes .. .: ·". § 32. t-' Le ma1dar est jai) Les participes.eut y avoir assimilation de cette dentale avec le t préfixe. exciter à la patience réf1échir ~ p.-:: .. Le passif est à l'accompli . II.... -= .- passif Remarques. ~ ... convient de noter J~ faire l'aumône... distinguer :.. comme ceux des autres formes. . ~ réclamer auec insistance :Jt. jai:.. J?"... voyelles a.n.. . . ~ avec quatre . . .. il P. - Conjugaison : L'Ïllaccompli est . ... .. . _. ~ faire uoir clairement observer. ::~..60 §32 FORMES DÉRIVÉES DU VERBE Ill.J_r faire connaître ..... . . -= . .o .. ~.. =:... . ou bien • exercer l'action sur soi-même ou dans son propre intérêt »....

. Cor. '· . négliger . et la 5• :J. c) Au risque d'empiéter sur la syntaxe.~ l' Ïl•atlention.i .! ( ~ 3i ). 2° r. =1"y J) comme s'il était enlevé au ciel.. . être inattentif.r?. "" •'-""1•1. •'' G b) La 5m• forme n'existe qu'en arabe et en éthiopien. sur le passir clc -_. V. - C'est la réfléchie-passive de la j:li :im•... 126 monter: 5m• f. -..§33 61 FORMES DÉRIVÉES DU VERBE fi' 'ü/)"~J. C:::: suwre ' 'ü mettre à la suite ~ dti se suivre sans interruption ~ étre inattentif jli Ji~ • prendre quelqu'un dan. 125 On trouvera des faits analogues à la gm• forme :i.j .. A ..Beaucoup de verbes de sixième forme ont nettement le sens de réfléchi-passif d'un verbe de la troisième : . VI. Cor.-.i v ~. '}"Ji Y~l pour des hommes qui se souviennent.: .i mentionner: 5m• f. ·1~'1! ~ ~ on lui a enseigné. 1. mais il n'a point appris. on répète que les formes dites réfléchies-passives ne recouYrent pas le passif des formes essentielles. . en profiter être pris dans l'inattention. · Sixième forme § 33.. En voici un exemple net.

.:..Ce serait donc des verbes de sixième forme netteme11t déclaratifs. les théologiens pensent que les lieux verbes ne sont pglnt des eplatifs et qu'il ne faut point traduire : Allllh l 9u'il 1oit béni et exalté ! ». La sixième forme donne ou confirme à certains verbes de li:..: tomber .. le sens spécial de «faire semblant'" cc qui les apparente aux précédents (III) : . . . en général. mals « il a"est déclaré lui-même béni et très-haut ». intérieure. Des verbes de 6m• forme ont le sens déclaratif (1). saisies et accrochées les unes aux autres . solide. Dans certains verbes.l. J. J. mais ils ont.r être malade ~ être aveugle ifa. troisième forme le sens de réciprocitc'..::. et Il l'est lleac. DU VERBE §33 II. ~_r- ~~t. la réciprocité est.~\. pour ainsi dire. cohérent. .. ..:. pleurer :.li\ .r) '.~Id faire le mort (1) Dans la Formule Ji.L'I. IV. ..i. se battre contre battre se battre les u11s contre les autres Ji~ tuer combattre se comlatlre les uns les autres dev•mcer ::r.:. mourir (rac . morceau par morceau. . comme ceux de 5me forme qui ont été cités plus haut .l '.i.62 FORMES DÉ!llVÉES.!.. L chercher à de1•ancer clrerclrer à se devancer les u11s les autres III.JJ ~.] se dit d'une cho~c dont les parties se sont.j /aire le malade ~i::: faire l'aveu9le Ji! faire semblant de pleurer '. .ici tomber pièce à pièce... donc: être compact. et s'exerce entre les différentes parties d'un même tout. ~saisir. pour ainsi dire.

. ' ~!.. .ili) découvrir ~ . .~ passif : accompli : .. La VI• forme existe en hébreu. .. a . Rerparque.- tromper mettre en fuite '\t'1 ~ ) t~l ~~l Se laisser Conduire..§35 63 FORMES DÉRIVÉES DU VERBE § 34.~.. formée par la préfixation de n. .Certains verbes de 7m• forme expriment une action subie. De mème pour les secondes personnes de l'inaccompli..)'"f'Y1 JI ( _)jji:j =) :. ma~dar: ~.. 1. C!l"P dorife se laisser tromper être mis en fuite. - En général..- fendre -tJ t couper • . involontaire. nettement réfléchie-passive du verbe simple : ~l :. ~w .Conjugaison : Elle est la même que pour la 5• forme : inaccompli j..~ inaccompli .J : j. . fuir . .. 38).. passif: .....Comme à la cinquième forme.. t_:i.. . ~.)iid! vous ê/1•s à l'envi restés lo1crdement sur le sol (Cor. précédée d'une voyelle légère d'attaque.. . ~l Septième forme § 35..La septième forme est une rélléchie-passive. .. IX. :1 être découvert J-'~ être fendu 'WJ1 t ~ étre coupé II. des verbes ayant une dentale pour première consonne r11dicalc l'assimilent au t préfixe : .. participe : actif: ~~ .. .:..~ conduire au licol . ..

.. les \"erbes qui commencent par l. verrouillé êlre éleinl Conjugaison: L'inaccompli est en i. . Les participes sont : act. .. Jaii: : d'ailleurs rarement usité... . avec préfixe en 11: Le passif est Le ma!idar est .a) On a signalé déjà la valeur particulière des liquides let r: dans d'autres langues. wdw et yci' n'ont pas de septième forme. . ~ et pass. les réOéchis-passifs de la 4me forme et non de la 1"'... Huitième forme ~l § 37. (1) . leur consonance initiale ne peut ni s'assimiler au n du préfix~..C'est la réDéchie-passiœ de la forme . il faut essayer d'expliquer cette anomalie. ~ 1 et . . . elles jouent. Or. et l'allf dans le contexte.Certains verbes de 7m• forme sont.. l'i initial est une voyelle d'attaque qui disparait apris une voyelle ainsi que le hamza. êlre fermé. .64 FORMES DÉRIVÉES DU §37 V~RBE III. n. . . J1iî ru.. . nue» avec préfixation de ta : mais le ta se trouve infixé entre la première et la seconde consonne radicale du verbe .. - /ermer éteindre ~l \il. ni subsister après lui. ~• Remarques.·i § 36.. prend le wa•la. . .> . par leur signification.51. r. quand celle-ci est une dentale ou une siffiante.. comme les semivoyelles wâw et gâ' le rôle de sonantes.. sauf à l'araméen. J~ et J~l) . 'J4l (comp. b) Cette forme est commune à toutes les langues sémitiques. hamza.. et ensuite indiquer les altérations qu'elle fait subir à la première consonne radicale. La forme théorique de la gme forme est tafa<a[a : comment a-t-elle passé à ifta<a[a ? (1) Dans :J"'!il.

mais elle eut des conséquences nouvelles par suite du contact du t avec une dentale ou sifflante le précédant.::il . D'ailleurs le type tfa'ala s"est maintenu dans les parlers moVoir par ex. . donner pour loi :-.. Tlemcen. l'arabe admet sta et sla.1} croitre (1) (2) tatation dernes. Cette explication est plutôt une consde faits.:1 t. tafa'ala.. --. Cf. '1 rS-~ .:J°l- ou :::. Brockelmann. . . Une fois la métathèse admise. un accent secondaire sur le préfixe produisit la chute de la voyelle du 1 et mit celui-ci en contact avec la première consonne de la racine verbale ycitfa'ilu. 30. et il y a un suwre Le t s'assimile au t ou est assimilé par lui : ittabata > it tabula ou ittabata. Marçais. elle se généralisa (2) . Quand cette première consonne était un s ou un s.. 'iztâda > 'izdâda Le même fait s'est produit en hébreu.dda dans l'écriture : affixe..!-~ Le t de la racine est redoublé ou accentué par le la.§37 65 FORMES DÉRIVÉES DU \'ERBE On peut supposer que la huitième Conne a été représentée en sémitique commun par yatafa'ilu. Grund.:.- Le d de la racine sonorise le t infixe. 529.abreuver ér :. ce qui fut fréquent..miné est surmonté d'un sadda : !I)~ atteindre idtaraka > iddaraka !l~~l La chuintante sonore z sonorise de même le t. il se produisit un son ts ou ts que l'arabe n'admet pas et qu'il transforma en st ou sl (1). où l'on admet que l'accent principal portait sur la première syllabe du radical . et dans l'écriture le d g. La sitflante s et la chuintante s n'ont aucune action sur let : on vient de le voir. être ferme -.S.-::. à l'inaccompli. it/ü'ala.. I...

.a~l être aidé. .taraba > ic}..66 §38 FORMES DÉRIVÉES DU VERBE Dans ces cas..1.J~! est un bon exemple du cas où le sens de la diffère nettement de celui de la sm• J~ se diviser en groupe•. l'assimilation est parfois flottante. ~ § 38.. d. chasser ~ 'ittarada > i{{arada être injuste 'i. la dentale ou sifilante..::.. Beaucoup de verbes de Sm• forme sont simplement des réfléchis-passifs du verbe «nu». .araba -":"'~l 3° les emphatiques t et . JJ réunir t_... un ·mécanisme d'émission tout voisin de celui du t. au risque même d'une graphie qui s'éloigne de celle de la racine.. Mais quand celui-ci est en contact avec des dentales plus lointaines et surtout plus complexes.~bt -~l mais le flottement est parfois troublant : ~ être couché &. victorieux sépai:er J~l être séparé Remarque..alama .talama > i.(araba ~Jz.:._. assimilent entièrement le t : ... première consonne radicale. sauf la sonorité. a.. soucieuse de la phonétique.:O '·' = ~= iddakara iddakara Y~l J"~l emphatisent le . t en 1 i~{alaha i11talaha > t: -~l ic}.l ~l et ~I .l frapper ou aussi iQcf.~l se réunir aider :. sm• forme . l'orthographe.:. Voici les faits principaux :. En tout cas.:1° ~ ou le Jo -~ être en paix ":". se préoccupe a\'ant tout de représenter le son énoncé. 10 avec . on a dd ou dd ~ ou }'~ mentionner idtakara > 20 le 1. comme les emphatiques.

. mettre en pièces déchirer (proie d'une bête féroce) :_.. qui encombrent la langue sans l'enrichir.. des réfléchis-passifs cle la première forme .i i>eptième forme : .~. la nuance est bien délicate entre les deux thèmes. compact.. c'est-à-dire se nouer intimement à soi-même.. -~~ -. a pris le sens figuré de co11clure un marché. mais. et avec le sens de réfléchi intérieur. Certains verbes de 8m• forme ont. -.: ·'1 Nre en procès a11ec quelqu'un ~~ :. d1erclœr à se det>anccr ~-ü r--~ '1 IV. qui paraissent avoir le ml-me sens : c'est une forme réfléchie intérieure. comme la 5. D'autres verbes de Sm• forme signifient : « accomplir l'action exprimée par la forme simple.. et surtout être conclu (contrat). bien souvent. ~l être noué.:il lo11ch1·1. '1::~1 s'enlre/11rr u ~ y~ . ~l être noué.l . chercher i1 ohlcnir :_.) déchirer. s'efforcer de. il se produit ainsi des doublets. . être ém11 J posséder :. un contrut...! toucher . III) . comme d'autres de 6me forme. être solide. . gagner III. croire.j. acquérir. les uns et les autres.51..forme (voir§ 31.§ 38-38bla 67 FORMES DÉRIVÉES DU VERl)E II. le sens de réciprocité . ~ 11011er une corde. pour soi. frapper -~~l s'agiter. . . avoir foi en.. chacune des deux formes développe un sens différent du verbe «nu» ou lui Jonne une nuance nom·elle. § 38b1•. :. dans son intérêt ». Des doublets peuvent se former de même pour des verbes de septième et de huitième forme qui sont.._r-. - Conjugaison : La conjugaison est identique à celle de l.

Il diffère en cela des verbes de la 4me forme ~I.. être jaune ~.f ) être recourbé.. '1 ~.. est nettement absurde. r:.Pl. •.. . contourné. et aussi par son attaque en i avec hamza instable.. ""' ul é:.-1 rouge 1 . . dont il redouble la dernière consonne radicale.Le verbe de 9me forme est donc une sorte d'intensif de l'adjectif :. .. qui le rapproche des 7m•. (rac._i: être tordu. Ces verbes sont dénominatifs et ont pour origine un adjectif de couleur ou de difformité.. ~ . ~û Inaccompli : ~'... participes : actif pass. 1-. mais à l'adjectif C:. •... . . . forme à un verbe nu. "' -... La forme qualitatifs qui expriment une couleur ou une difformité. comme celui de la onzième. . '1 être rouge ~..... . . .... Remarque. n'est pas à rattacher directement à .J_rl borgne ~..Le classement de cette forme.. .. ma~dar J~l La huitième forme est générale dans les langues sémitiques. inaccompli passif: accompli . gme et 10111• formes...l être borgne Même quand il semble possible de rattacher le verbe de neuvième . . ~.68 § 39 FORMES DÉRIVÉES DU VERBE . _r... . Un verbe « nu » ne donne pas lieu à une 9me ~l est celle des verbes forme (couleur ou difformité).. J-=L.> . c'est encore à un adjectif du type jdl qu'il convient cle faire remonter son origine.r 1 recourbé. ~. Neuvième forme § 39. . tors. 1aune ~ ...

«demander• l'acte ou la chose exprimée par la racine .. Dixième forme · j:..§40 FORMES DÉRIVÉES DU VERBE 69 t . Mais l'arabe qui répugne. ~Î livrer entier. Conjugaison : inaccompli : ~ (1). 1. comme on l'a dit plus haut (§ 37).f'ala. si l'on conservait ici un passif. a fait la mélathèse yast<i. Et l'on a ainsi yatsafa<i[u et itsafa<ala. .C'est la réfléchie-passive de la 4me forme avec addition de t. Beaucoup de verbes de t0me forme sont bien les réfléchispassifs de la quatrième : être sain et sauf. résultant de la gémination de la dernière consonne radicale. s'informer II. se soumettre être présent . au lieu d'être ham:a. au son ts dans yatsaf'ilu..les participes mu{'alilun et muf•ulalun aboutiraient tous deux à mufallun... Ïlltact se livrer entièrement. ce sont des réfléchis intérieurs. verbes 1ourd1) ..''1 1"11'"'ormer ~ . .. et ist<i. ~ '.ormr:. à propos des verbes a: sourds D. Mais ici le préfixe de la 4me forme. ·' e•tre m · 1r. Certains verbes ont le sens de «rechercher». Participe: Les anomalies de conjugaison.f'ilu. (1) Pour yaf'alilu (cf.. a conservé l'ancien préfixes(§ 30).:: 1 0 § 40. ._ • . se trouveront expliquées plus loin (§ 77). ~Î faire surgir à la pensée se présenter à la mémoire ...

. faire dea rogationa pour la pluie Ill... i.70 FORMES DÉRIVÉES DU VERBE '-.Abc:-.. rac. rac.: . rac. déclarer obligatoire lourd trouver lourd IV.J- . rac.. ...J beau trouver beau . 1' ~~ gouverneur ~l nommer gouverneur (1) Ce peut être « s'imposer à soi-même de donner la qualité •· . «nommer à une fon$:tion » : cc sont des « infléchis 11.. d'origine dénominative... ~ ~ j. . <:r---~ ..Ji .:..S-.J ~ demander aide aider ~.. . ·i demander pardon '•~\ . . obligatoire considérer... calife .:: . . d'où. rac. pour successeur au califat rac.. on peut classer comme dénominatifs : . ~j~l prendre pour visir .abreuve1· :....l:. ~. .~'...~ pardonner §40 )!:..J visir . . exprime l'idée de «_se choisir comme auxiliaire»... lieutenant.:' .. . Une série <le Yerbes de t0m• forme... ·. . . . ". JJJ ~). choisir pour lieutenant. C'est en un sens voisin que certains verbes signifient : con· sidérer comme ayant la qualité exprimée par la racine (1) ...J ~~l..s--.:. ·._il.-.

Les grammairiens ont considéré comme des formes dérivées du verbe.espond. Treizième. . . Conjugaison : inaccompli t1i-~'. .. . rare... Quatorzième et Quinzième formes § 42.FORMES DÉRIVÉES DU VERBE § 40 bl• Conjugaison : inaccompli . être tr~s noir être blanc pur II semble en effet que la onzième forme est une sorte d'intensive de la neuvième. • .. mais elle est formée ici par une gémination. . .. des types compliqués de verbes d'état... . participes : actif ~ .. .Cette forme..& passif: accompli ~I.. qui sont d'un emploi fort rare et que l'on pourrait négliger dans cet exposé. comme celle-ci. • . 71 inaccompli . passif ~ . UIALI mafdar: ·~l participe (actif) : ~J~ Ces verbes offrent un exemple de syllabe longue fermée. .... Elle cori. elle est donc extérieure à la série des formes dérivées du verbe trilitère.:: •l '-l-~--. Douzième. ~ . J-i:- Onzième forme J~l § 41. à des verbes exprimant la couleur ou la difformité. fait exceptionnel en arabe . . ma.. qui n'est qu'une sorte d'accentuation de la consonne..dar : -ai. est un doublet de la neuvième.

La douzième est J. ~· ~~~l ~tre courbé.j La quatorzième est ~l et la quinzième ~L Les 12me et 13me sont caractérisées par l'insertion d'un wilw .. Les quatre autres sont formées par la préfixation du suffixe ta.t de difformité. . réfléchie-passive de la forme a: nue ».Si l'on néglige les quatre derniers types.f ~i X 1 II IV . Classement des formes verbales § 43. qui sont fort rares et ne fournissent que des verbes d'état archaïques . ~.l : J.72 FORMES DÉRIVÉES DU VERBE s'ils n'étaient une sorte d'introduction à de courtes indications sur les verbes quadrilitères. ~L (taf'ala) (tasfa'ala) . qui sont seulement des types de verbes de· couleur -. l'une est à isoler. la dernière par celle d'un 11. On a déjà indiqué la nature particulière de ces sonantes . si l'on met à part les formes 9 et 11. c'est la septième ~·l. bossu La treizième est rac. réfléchies-passives ~ VIII ~l ~ V III J:~ VI j:i j. on n'est plus en présence que de huit formes. outre la forme « nue » : trois formes fuctitives et cinq réfléchies-passives.l. : J'. Parmi ces dernières. avec les deux faits de métathèse qui ont été expliqués.=~l rac. n est aussi préfixe à la 7• forme.

mettent l'accent sur le préfixe pronominal. le verbe à la forme cr nue » semble être accentué : à l'accompli. d"autres.ririf11 yaqtdti/11 Les raisons quïls en donnent ne sont point indiscutables.a) Le hamza stable de la 4. Hien qu'il ne semble pas que dans aucun de ces verbes ou de ces noms. yriqbil1. l()e f. et l'on aimerait.. tantôt sur la première syllabe ouverte qcitala. l'accent est sur la seconde syllabe. ici comme ailleurs.Maghreb. cf.u yastcibbiru A la 4me forme '1iqbala. Pour l'accompli. Verbes quadrilitères § 44. sur le préfixe. el aussi les parlers libanais. 177.tibu yatakabbaru yatakâtabu yabyci<!<J. et à l'inaccompli. 98 et notes 3 et 4. le hamza instable de la septième. de l'Irilq.iri/i1 parait légitimé par les parlers modernes de l'Egypte.Il y a un assez grand nombre de verbes et de noms qui ont quatre consonnes radicales. a\'ec déplacement au pluriel (2). U. de l'Omàn. et qui ne renferment aucun des affixes de dérivation qui ont été déjà indiqués ou qui vont l'être. kcissara kütaba takcibbara takâtaba 'ibyci<f<Ja 'istp{ibara yukcissiru yukii. il semble que partout les faits vivants corroborent la lecture 'im. B. Feghali. le hamza stable crée une syllabe initiale solide pouvant supporter l'm·cenl. Les grammairiens européens (1) admettent qu'à ces deux formes. 5• f.1. (2) Voir W.cirafa . tant à l'accompli qu'à l'inaccompli : 'i1111rirafa 'iqtâtala yam. il n'y a point d'hésitation possible : le radical verbal renferme une syllabe ouverte longue. (1\ Socln-Brockelmann. ou une syllabe fermée qui fixe l'accent. de la huitième el de la dixième porte un i. Si yanli'. . 2° f. Dans la plupart des formes dérivées. . r. b) En arabe classique. où i 'initiale est une simple attaque vocalique. Kf. Marçais. Il n'en est point de mème à la septième et à la huitième forme.forme à l'accompli porte un a . .. à trouver dans les parlers modernes des faits qui dispenseraient d'hypothèses en l'air. mais il n'en va point de même pour l'inaccompli. voyelle d'appui. 22 et 39. tantôt sur la seconde fermée qatci/111 . de la Palestine et de certaines parties du . 3• f.§ 43-44 VERBE!l UUADRILITÈRES 73 Remarques. 6• 9" f.

:. . égratigner ..J souffler à l'oreille (de mauvaises pensées) Ces onomatopées n'ont été tn1itées en verbes quadrilitères que partiellement et peut-être à un stade ancien de la l:ingue.. .. on notera plus loin que beaucoup d'entre elles apparaissent dans la langue sous des types différents . hum».·: l::î id. :. à côté de ~ . .: ~ 2< f. . C'est une racine bilitèrc monosyllabique. Il semble que l'on puisse réunir les verbes quadrilitères en quatre classes : · I. penser et . :. .. . Yerbes à semi-voyelles . If_. par une dérivation analogue à celle des deux dernières formes dérivées du verbe trilitère.-. c'est-à-dire par l'intercalation d'une liquide (ou linguale) l ou r.f.• . Oil trouve r" songer. 2ef... . traiter ici la morphologie des verbes quadrilitères..• . ou parfois un réveil. de wâw. En effet. .. déchirer. être orgueilleux être haui baie d'arbre _...-4? . imaginer. .74 § 44 VERBES QUADRILITÈRES il y ait une racine irréductible de quatre consonnes donnant un sens particulier. . claquer des doigts ~ . de hamza ou de 11.. verbes sourds. : . Il..... . e' ..r- . . on a .f se gargariser ~ faire « /mm.r- crever . c'est-à-dire dont le radical a quatre consonnes.. dont les verbes actuels ne seraient qu'un souvenir. ronchonner. Les premiers sont formés de la répétition d'une racine bilitère : ce sont des onomatopées : . .1> porter des baies Certains semblent être formés de verbes de seconde forme par dissimilation avec liquide. des.. Une seconde catégorie de verbes quadrilitères comprend des verbes qui sont issus de trilitères. . concevoir. ruminer Jjj tremb'!cr (terre) .

= :_il . jeter (à terre) renverser (à terre) V.~'ai . Il y a enfin quelques exemples de quadrilitères qui sont en réalité des quatrièmes formes de trilitères avec préfixation de sa ou Ja au lieu de 'a. -. :Ja'li~ agir diaboliquement . a) D'autres verbes quadrilitères sont des dénominatifs formés artificiellement avec des substantifs étrangers...:. ..5 .-. .. üUm.d'un préfixe : "'~ . rf. bonnet :rfü porter ce bonnet disciple '.. . .1: J1........ IV. .! .i.se rendre maitre de JJ.§ 44 VERBES QUAD81LI1't8ES 75 III.! ..). a) La deuxième est une réfléchie-passive. "c) dire louange à Allah II convient de remarquer que ces verbes ont une liquide pour l'une de leurs radicales.:.j rouler .. . . Il y a trois types dérivés de verbes quadrililères. comme la seconde forme est employée pour d'autres.. : dire au nom d'Allah (cf... troisième et quatrième forme. faire rouler pouvoir. .. . sans que l'arabe ait trouvé le moyen d'y découvrir une pseudo-racine trilitère et d'en tirer un verbe normal.. § 25 III.J.. planter un clou c) Quelques-uns expriment la prononciation de formules. formée avec la préfixation de ta : elle peut être dénominative. c:/'.. .Î"... .i.i.JlÎ ::ii: ::..: . sultan .-. .. Satan .1.: . que les grammairiens ont noté deuxième. ~: ·1· •• 1.. :..i..ll être le disciple de b) D'autres sont formés avec des substantifs issus de racines trilitères et augmentés . . 'r' ' clouer clou . ..) ~lbl.

. ' . .. aux formes dérivées du verbe trilitère et du verbe quadrilitère. être au repos Ul.>W... . fleurir c) La 4m• comprend des verbes d'état._. 1) Le préfixe a de la première personne de l'inaccompli est écrit.76 §45 VERBES OUADRILITÈRES b) La 3me est une réfléchie passive avec infixe n: . . s'éva11011ir ~l avoir le frisson ":L1·1 se reposer.On rappellera de nouveau ici la valeur diverse des préfixes a et i. " w'.~·. . ~ ~ . eux aussi.. au passif par a. Il reste un alif avec un wa~la.Conjugaison : La vocalisation des aspects des verbes quadrilitèrcs est analogue à celle des trilitères et de leurs formes dérivées.~ J~l . couper (la viande) J. dans la prononciation et dans l'écriture. ... comme à la 5m• des trilitères. à la 3me t. . l'inaccompli est . comme à la forme nue. avec un hamza stable et ne s'élide jamais....c:~ ~ Le passif se forme con1111e dans le trilitère. le préfixe i.... Les ma~dar sont. 2) Dans les autres cas. ~ Remarque. En prenant pour schéma à la seconde forme . introduit pour la prononciation des consonnes initiales. avec redoublement de la quatrième consonne.l être ouvert..r. Les participes sont caractérisés à l'actif par i... s'écrit avec un hamza instable et s'élide.J<>~ § 45.!3. ~ ~l se dissiper...·- J-. analogues à ceux des formes dérivées du verbe trilitère : ..

et les participes. en groupe séparé. NOMS Substantifs - Adjectifs . etc. les diminutifs et les adjectifs de relation. les élatifs. dans le mag.isin des thèmes que leur offrait l'ancien sémitique et les ont développés à plaisir. ils ont créé des noms en prenant pour origine tantôt un type verbal. où la logique sera souvent en défaut. . Il en est résulté une masse inorganisée de thèmes de substantifs et d'adjectifs. le ma1dar ou infinitif.Noms propres Les grammaires ont. Les Arabes ont puisé. . la syntaxe le montrera. On a conservé.CHAPITRE V. qui ont des thèmes identiques ou voisins des précédents. la prudenee d'énumérer les coms suivant leur forme extérieure . . de lieu. deux catégories qu'il est d'ailleurs difficile de distinguer.On parlera ensuite de trois classes de noms qui viennent modifier la forme et le sens de certains noms des catégories précédentes. divers substantifs de temps. On réunira ensuite des noms (substantifs et adjectifs). une certaine force verbale. on se trouve en présence de graves difficultés. si l'on cherche en effet à les distribuer suivant une classification qui ait une apparence de logique. avec une fantaisie qui semble être complète. dont les types sonl bien fixés et qui ont conser. tantôt un type nominal.Enfin viendront quelques indications sur les noms propres. en général. . que les grammairiens arabes ont classés à part et parmi lesquels les thèmes dénominatifs alternent avec les thèmes verbaux. n'en dépendent point étroitement. tout en ayant des thèmes qui les apparentent au ma1dar et aux participes. mais parmi lesquels quelques-uns sont indépendants de tout radical verbal et dont les autres.·é.Il est possible d'isoler tout d'abord les noms de formation nettement verbale . On se contentera donc ici d'une énumération.

qui échappent à un classement raisonné. . - Ma~dar de la forme nue. dans le malais. ne sont pas généraux. '' ~ ont pour ma~dar 4J _.. pour exacts qu'ils soient.. car ses variétés sont des faits anciens du langage. Le nom verbal joue un rùle considérable dans le vocabulaire arabe : en se développant. . en examinant les faits. - Masdar. ~ 47.. C'est le ma~dar de la forme nue qui impose le plus gros effort de mémoire à l'apprenti arabisant .et II semble parfois. en convenant que ce dernier terme ne correspond pas exactement à sa fonction. .. qui a passé avec l'Islàm <lans le persan. Le français connaît le substantif exprimant l'idée verbale sous une forme abstraite: c'est l'infinitif. it une langue de Bédouins toute concrète.. religieux et philosophique. <l'inaccompli ou bien un groupe fixé par le sens : . d'un coup. dans le turc (1).. il y produit un étrange effet et déroute le lecteur qui ignore la grammaire arabe. Introduit dans des langues d'un système tout différent de celui des langues sémitiques. - des verbes de bruit ont pour ma~dar ~ . que l'on va trouver un groupe fixé par la forme : des verbes d'accompli . . mais il a cessé de lui donner la valeur d'un abstrait : « le manger. des expressions abstraites.On appellera ce mot « nom verbal ».. on ne signalera ici que les plus usités. ma~dar ou « infinitif». il a fourni. Et c'est ce vocabulaire arabe abstrait.J. -j. . . (1) La Turqnie moderne essaie de l'éliminer.. qui sera étudiée dans la syntaxe... Les grammaires énumèrent 44 types de ma~dar de verbe cr nu• .78 MASDAR DL: VERBE (( NU §4647 » SECTION Masdar et Participes ~ 46. le boire. le dormir ». l'habitude de mentir». mais ces faits. Il l'emploie surtout comme complément <l'un verbe ou d'un nom : «il va partir.

§47

« NU

MAl)DAR DU VERBE

79

))

,,J..t.:

est le type le plus fréquent : c'est le ma1dar normal des
,
,
verbes de schéma
et ~ transitifs :
,
, , ,
,
frapper
tuer
J::i
'-:'~
'-:'~
a)

JJ

:Fi

,, .
,

,,

,, .:
r4'

,

comprendre

ri'

b) ~ est fréquent pour des verbes de schéma
,

y,;,

f~ me11tio11ner

,, .,

~

,

~

et

,

et ~

~ être impie "~

~ savoir

c)

,

j;.;

.

est le mafdar de verbes appartenant aux trois types

:,W

~

,, . ,
j;.!

s'occuper de

~

remercier
,., ••

'~

..l.A)

être pieux

.,

~
.>

,

'-:'r boire

JJ .

.,.
,, . . ,
'-:' J""'
,,

..l.AJ

·!

Les ma1dar J-~ et J..t coexistent dans les mêmes verbes : on
verra, d'ailleurs, que les voyelles i et u voisinent fréquemment en
arabe.
d)

"~

est le mafdar normal de

,

(./

être joyeux

Jo,J4

être malade

cr.

être blessé

,,, , :

ü'

,,, '

,, ,

,

V.

intransitif.
J-:,

être sol
4i,

""' ""'

J'r

J..;

~

~'

41-

être étonné

~ être en

,,

~

t; , ,
colère ~

agir, travailler

Remarque. - On a indiqué précédemment qu'un grand nombre
de verbes ayant une liquide pour seconde ou troisième radicale étaient
du type jalasa, yajlisu, ou du type Jariba, yaJrab11 ( § 17). On voit ici
que le ma1dar fa'al convient au second ; on le retrouve aussi dans des

80

MAl}DAR DU VERBE

«

§47

NU ))

verbes du type facala, yaf'ulu, ayant une liquide, par exemple :
, ,

",,

fa

regw·der

"~

e)
,

'•Y

~..o

)a.i

~

dominer (1)

:....U;

rechercher

est le mafdcrr de quelques verbes en
"_ '~y

mentir

"~

f)

"'-:'.;I'

fuÎI'

'-:'.;I'

'_.1, .'

~

_..l.}

ji

~:

et

~

nre

est celui de quelques verbes en

~ être grand
".,;f'
,.,,,,
g) 41.t est un ma~dar qui n'a

j;.;

':i
:..u;

~
~

être lourd

point, comme les précédents, un
sens de généralité, de collectif; son là' marb1l(a le rapproche du .sens
d'un nom d'unité :

"

, ,

~

., ......

,,.

U. victoire

grandeur, orgueil

"-;!"'_;.

mou11emenl

h) "41'~ est le terme abstrait qui désigne l'exercice d'une fonction
ou d'une profession ; il est, sans doute, d'origine dénominative :

;i

commander

~,

gouverner

'~li

:.3'
,.

J'!',J

:ii;.

suppléer
écrire
commercer
suivre

~lj visiter

,, . L
~,

~

palefrenier
adorer

")\A ;,1

-

,

J1J
.
" •ü

prince

";~t,;l

gouverneur (2)

"ti\t:?
"~(.;
. --

,

..

._.J,

l ieutenanl

"._.J,· l)' secrétaire
,
\j

"

marchand

î.:
"4; !,;'.' suppléant, calife

",

"'~
4.i "·,
\;..i
•) . ,

"i~

,

oJ~;- visite, pèlerinage

-

"·"'-'(._,
"..1.1

·-

~

conduite des che11aux, gouvernement
dévot

",
,
;,)~

(1) Nôldeke, Zur Gr., St.
(2) D'où le turc vilayel, la circonscription gouvernée par un vdli.

§47

c

i) Jc;i exprime soit on c cri•, soit une c indisoosition • on une
maladie •, et provient de verbes de différents types (thème péjoratif).

en

". 1 '

c.~

crachal

"'·~

croassement

". . x.I

bave

"'~ô

:;.IL:

étemuement

. -'
..,..~

:soif

maigreur

'J1)

mal

J:ai

j)

bruit

»,

,

f:J.~

,, , ,

(à côté de

-::.,~·;
....

~u; (rac. ~) voler

J;J

ë.r0)

'
.clat (dune
lame) .,.J!./."

exprime surtout des mouvements vifs :

briller (éclair)

l)

cri •, un

hennissement
->

~~

c

»:

braiment

k)

-e~

est aussi le mafdar de verbes exprimant un

un « mouvement

cri

de Ute

"" .

J~

phti:sie

c

81

« NU »

llAtDAR DU VERBE

~ palpiter

"01~

est le m(Jfdar de nombreux verbes du type

~,

expri-

mant des positions ou des mouvements du corps :
"
j;.;

~

--

, "

entrer
:s'asseoir
])

0 _,,

~:>

"'.);
..,.._ .
., 1!
:>y-•

C'est uae série analogique. comme pluriel interne.

't!J

s'incliner

,

~ se prosterner

v:
., '

.,, ''

:>'fi!'

On retrouvera Je thème (,),.; employé

82

MA~DAR

m)

"tl~

DU VERBE

appartient à des verbes qualitatifs

:J_};

.

§47

« NU »

~:
"~1j

être joli

,

~ être clair, éloquent

',
J.a-

,

n)

"'4J-1J"'1!

être heureux

dépend aussi• de ,J-i
':

:

, 1. .'
;:.,-- être rude, grouier

' ,
J.-

,

être facile

o) Trois types de ma~dar, peu fréquents, reparaîtront, par la
suite, comme schémas de pluriels internes ou de féminins :
être interdit, sacré

,, .... '
ü:>W

remercier

.
J-f

'";.

,,,, "".

pardonner

,,

p)

"~_,.JI
, '·l
' .:.i~
' '

,

ül?

, 1'

se réjouir

~r.

s'applique à quelques verbes :
• ,

·l

)j'.J.1

être nouveau

récit, nourJelle

Remarque. - On a vu que d'une même racine peu\'ent provenir
des yerbes n'ayant ni la même voyellt> de sec-onde consonne radicale,
ni le même sens : ils ont des ma~dar différents .
,

.

.

.....,r

,,. •""' 'a

..J .r

..
._,.r

...

·'

être haut
s11rpasser en gloire

.> • .,. ,:

..J_r

,, ....'

..J_r

,.,

......-

,.,

,

,,.

,

être illustre, noble
..J .r et
4il~
On trouve aussi des ma~dar différents pour un même verbe, avec
des sens différents :

"(.:>l,o
, '

bon état, bon ordre

~t.:
C-

paix

»

MA!!.DAR DU VERBE (( l'\U

83

q) Il existe enfin trois types de ma11dar préfixés de ma, qui, pour

"' .,.. ,,

J-.ï..

11

j.;..>'

.

,

,

~

entrer

,

~

louer

~.J

aimer

~ et "'~ de verbes ayant

.,

~J
,,
,

~J'..

..

> •

~

.YJ

'.....,_~
. .,

,,

4.\.A... proviennent de verbes ayant pour seconde

voyelle à l'inaccompli a ou

2<>

.

~ J..l.aA

"',,,.,..,

et

'

"",

~

cette raison, sont appelés par les grammairiens

, •'

,,,.

..J_r

.,

revenir

"'~.r

avoir co11/ia11ce

"'

savoir

"'.
..

plus rarement ~,; et

'-'
11:.',
.,;....\..,.

à l'inaccompli un i :

..,

J~r
,

.,.!""'

"':1:.;; :

'-'
l'f ..' périr
~

Uemarques. - "· Ces faits confirment l'importance de la voyelle
de la seconde radicale ; mais, llarlh a été imprudent de construire un
systt-me sur cette constatation. li semble que les types qui ont, pour
seconde voyelle de l'accompli i et u, appartiennent, pour la plupart,
à des verbes ayant une liquide et Ulll' semi-voyelle.
b. On \'~rra plus loin qu'il importe de ne pas confondre les
m<'11dar en mîm avec les noms de lieu et de temps, qui sont formés sur
les mêmes types (~ 55).
c. Le thème '.:.,W fournit quelques noms abstraits, \'01s111s du
11w~dar :
" '• • 1

YI ~

-'.Y'-'-4 puissance;

noms du \'Ocabulairl'
ri•ligicux. il' nrigi 111:
araméc11111"

,,_,_,-J
• , ,, miséricorde; "'.:...J~
' . , pouvoir absolu

84

§ 47bls

MA!JDAR DES FORMES DtRIVÉES

Muclar du formes dérivées
§ 47b1•. - Les principaux ont été énumérés dans les pages précédentes ; on trouvera dans des grammaires plus développées, dans
celle de Wright, par exemple, une liste complète de ces ma11clar.

Le type "'41.';i des verbes de 2m• forme s'emploie surtout dans les
verbes ayant p~ur dernière consonne radicale wâw ouyà' (§ 98 et 101);
il y a en a cependant quelques-uns provenant de racines normales :

:'.r'

être généreux

{:""

1

On a déjà signalé, pour la 2m• forme, des malidar:

'Jci°

"'/,.S::"-5
.,, ......

J~

répétition
représentation figurée

Remarque. - On a indiqué déjà ( § 45) et on redira, en étudiant
la syntaxe, que le ma11dar joue, en arabe, un rôle complexe et particulier, car il est à la fois un ve::-be et un nom ; que d'autre part, il fait
simplement fonction de substantif abstrait, et que par là, il tient une
place considérable dans le vocabulaire de l'arabe classique :

.J~ science
.>

... :

"';"':",J

règlement

. - enseignement

.J

de
l)

-

~!J.J

_,,-~

4.j"

(.)Ll
.J~
.J

J)

"'~l
f -

- ·-

1re f.
2" f.
1)

V".);)

:itr'

3• f.

rL'

4• f.

correspondance

islàm

J)

orgueil

J)

réunion

J)

élection

~::jl

interrogation

~.;;::

t.~l
"'..... 1~:;'l

rf:-.__,.)

~

~~
·1

5• f.

f.


10" f.

§48-49

PARTICIPES. NOMS (( PRIMITil:'S

85

»

Participes
§ 48. - Les types de participes actifs et passifs, ou noms d'agent
et de patient, ont été énumérés précédemment.
li reste à préciser que, comme les mafdar, ils sont tantôt des
termes de valeur verbale, le participe actif faisant fonction d'inaccompli ; tantôt des noms, qui forment une partie importante du vocabulaire (substantifs et adjectifs) :

.,~li
., . '

.,

marchand

r.~ musulman

.

'

,
J,J.M

professeur

"_$
,.

orgueilleux

SECTION Il

Substantifs et Adjectifs
§ 49. - On réunit, sous ce titre imprécis : les noms (substantifs
et adjectifs) primitifs, c'est-à-dire ceux qui échappent à toute dérivation ; - puis les noms qui sont formés sur des thèmes semblables à
ceux du mafdar et du participe, sans que l'on puisse fixer nettement
le rapport qu'ils ont avec eux. On trouvera, parmi ceux-ci, la série
très importante des intensifs.
Noms primitifs. Il semble bien qu'il faut renoncer à comprendre

l'origine d'un certain nombre de noms dans chaque langue : ~
datte est un nom primitif. Les grammairiens arabes, malgré leur
désir de tout rapporter à une racine trilitère verbale, l'ont bien com"

•y

pris. On ne retrouve pas les racines verbales de J.~
,, . ,

chèvre,

-

. ...,

~ œil, source

,,.

bélier,

->•

fi:

1.,

. ,.I; tête.

b) D'autre part, on répète que la notion de la racine bilitère doit
prendre une large place dans l'histoire de l'arabe. Il y a des noms
bilitères, parmi ceux qui, par leur signification, sont les plus indispensables à une langue.

86

§50

SUBSTANTIFS ET AD.JECTIFS

·:J

pèrt.

.> '

frère

.,

c:.

.> ,

.>.

~

bouche

~

sang

.>,

~.l fils

~
.>

.> :

,

.>

main

.Li

-ii.:

beau-père

,,_, ...

i-l
,, ,;.

eau

...:- année

nom

t.I femme esclave

c) Il semble impossible de savoir dans quelles conditions historiques ces mots bilitères sont apparus avec la seconde consonne radicale redoublée :

dammun
fammun

dam un
famun

,,,
\,)
.> :

~

(l) etc.

ni comment s'organise la parenté de :
rac.

rac .

.>

r-'

.,

r.J
rr-.J.

,>

marque de propriété

_.,

1t ,

tatouage

~

, ,l

..r ~l

homme, humanité

li

,, tJ' 'l gens
tJ'ül
§ 50. -

"r1

nom
nommer (2• f.)

tt:J1

homme

·~

femmes

Substantifs et adjectifs de thèmes semblables

à ceux du masdar et du participe :
1. a) Certains collectifs, dont quelques-uns fort usités, sont des
ma1dar, c'est-à-dire des noms verbaux abstraits :

~

type
rac.

idée

d'~tre

droit, dressé

.,

r>'

gens

.> .,,

rac.

voler

~

oiseau (en général)

b) Des adjectifs et de nombreux substantifs concrets ont a11ssi
l'un des types de ma1dar de la forme nue du verbe :
(1) Nôldeke, Zur Gr., 1'.

§50

~

type

s. ,

~

dilficile

~~ juste

" .,
~

" .,
J....
.,
"-~

~

mer

". ,:

facile
tranchant

.

"ja.\
.,

type
._,.J.,11

solide

~

type

"

, ,

;_;-. beau

II.
actif.

,

trtme

os

~ corde

.,

""-;'..i>

guerre

.

,.•.

loup

.-J.)

,

"'.>:

amer

,1.;,;1
.'

,>

fl·ome11t

"~J.,

lance

oreille

", ,

J.lÏ sale

-'_'f'

.w 1Jille

" ,,
~

type

"~J,,

...r

iJ'

~I pied)nmb1• ~ ;eune garçon

" 1 ,

.

û} corne

,,.

corps

"~
" .,

dos

.Jf"'
" ,

"J..t,..

type

"

87

SUBSTANTIFS ET ADJECTIFS

homme

"c:;,,

bête f au1Je

Deux types de noms ou d'adiectifs se rattachent au participe

a) ~ forme brève du nom d'agent ~~ ; adjectifs ayant, en
général, le sens de participe actif.
" ,
~; roi
C..} joyeux

". E ,,,.r.,
~ .

on trouve quelques variantes en u : ;.,- ,

b) ~ est le type normal de l'adjectif. Il a, en général, le sens
d'un participe actif de verbe qualitatif.

"~

"~,

nombreux
,

faible

'.}5'
,,

....ia.o

'J:;i
".Ja!.r

lourd
malade

Ji

. ."I..)l_r..participe passif.::. gazelle ".!~ """:-::J •' tué. " ... • ~.. lâcÎle "t~! brave sauterelle 'J(..._. "J:. "r-... qui ont la valeur de participes actifs.sagesse "tr. "~l_r.:.1.88 §51 SUBSTANTIFS ET ADJECTIFS Il y en a un grand nombre pris substantivement. . assassiné - auquel - 011 a fait tort J...: . J . . corbeau .i.:. "~.-..t : des adjectifs et des substantifs : brave (1) "r!J'.. . - dirigé dans la voie droite Ces derniers proviennent de verbes à sens transitif. b) a) type J~ : quelques adjectirs et des substantifs : peureux.. ". . . Il semble en effet que. médecin . comme ces deux derniers...i:. ·sage. Euphrate ""'. . au contraire.. ~Î commander prince ·" . médecin -~ "~ ~lre noble midecine . . Il convient cle fixer l'attention sur ce fait qui expose à des contre-sens. - te.... chérif..} . tandis que les précédents. . esclave (1) Avec une nuance d'intensité. descendant d11 Prophète :. généreux (1) (terre) morte type "t'' ul. § 51.r ~ .r " .. le sens du . ~î ". ~fa: . certains de ces thèmes soient des dénominatifs. Des adjectifs du type ~ ont. .A . 11oble jeune garçon. proYiennent de verbes qualitatifs..1) eau douce.

i.. La désinence ân est un ancien indice du mas- Remarque&. .. ~.} content llU 1...:.' . .» est un L'abstrait verbal est normalement un qualificatif.~ menteur véridique craintif 1 j}.> f a...!. Li moucheron (aram.) '. comme en hébreu et en éthiopien : "t . .) surveillant de champ loi.... - c:ulin (§ 65).:ii..r.# -::.:. (aram.. û~ ivre .§ 51 89 SUBSTANTIFS ET ADJECTIFS c) type 0~. .. ou de sens passif..J ...) .. ~: ' .. vieillard. fiancé marié uru : a pénétré en arabe par des emprunts araméens et semble avoir servi de modèle à quelques noms arabes : e) type " '1 ' V"r'~ ". . .. u.. .• repentant .' (aram. . ..-.. ~ar. règ 1e '-"' . comme en araméen..... . .. d) type adjectifs avec nuance d'intensité et substantifs de sens actif.) espion cloche d'église (aram. qui pardonne ..».~~ ~'~ ... .G raua&ié .. voir § 71i bis. l. et ->.u. ~·· t J alfamé . .. vieille.. ûl... : ""':"'-'.: etc.J t '.J ..ible. le type '.:. 2. J'..)u ~.. u~~ altéré 0c.JJ& .. (1). homme ju&te 1111 .....:~ ~ . Comme les types :.: irrité . u~. J.~ u .i..i. ·..:tJ: .....::: Adjectifs: ....Jr envoyé "'t ' .. u.k ~~ un liomme d'équité....~:.) (arabe) (1) Pour les fle:i::lons de eae.l..

~ àne J~ chamelier "' . .. J~ parfum -:.115 ... J) immuablt rac.. • t: . "'.:> pai11 ··t.it' est un type composite voisin des précédents (p. . exprimant l'intensité : il est caractérisé.... c. . ri très saint rac. .rt . comme la seconde forme du verbe. "' t: rr.. î!-J trm>aillcr le bois '... parfumeur laver .r" changeur "JL. cuzsmier .t.90 §52 SUBSTANTIFS ET ADJECTlFS "• ...J. jéi . ~ . 89 b et 90 a) avec redoublement de la seconde radicale et û long : variante b) •t t! .._. .. à11ier -:.. ..JJ. :1.:..)~ J~ r.r" changer ·J'. ~ chameau J_..j charpentier ......r- ~.J-» très timide rac.r..Q. cc qui est impropre.. les uns de verbes... boulanger droguiste. Intensifs a) c. •' ... "'·c.i laveur de morts "'\.. La valeur en est intensive. goinfre grand menteur jrl :_.JJ (1)... .. est Je type le plus courant du nom § 52.. . On les appelle d'ordinaire «noms de métier If. les autres de noms... Il fournit à la fois des adjectifs qui sont issus de \•erbes : "Jlt"i "'.! t !' "'.) .Ji. . "'t. ~ r~ très savant manger me11tir savoir et des noms d'artisans (1) qui sont issus. cutre .. par le redoublement de la seconde consonne radicale. ...

~~I... ~ grand ivrogne "~ . dans le vocabulaire classique.• . quelques autres types archaïques : -:P. . . sentence JI J. rhapsode (1) Wright.' "tl~ traitre "~_. .i. .. (21 Féghali .est le type de quelques adjectifs de valeur intensive.. .> • •' vm être sincère très sincère comparez hébreu et araméen qittil.. 16 notent que W..1_.rA.. Genre grammatical. ~ c) ~ est analogue à J_.. orpheli11 généreux /) Ces divers types d'adjectifs se prètent. qui est apparent. très savant .. pour la plupart. . .~ . · l< .Cuny. rac.. ~.. grand et gros qui déchire (lion) "i._1.:" "JÇ ou .i e) On trouve. On en trouvera de longues listes dans les grammaires (1) : "4.'$' mendiant timide généreux (2) .. ~ conteur. dans les premiers mots.. . sr 1 très généreux r-5 P ~' lecteur assidu -li} rac...) ' bavard menteur "4. b) ~. 139. . mais invers6 pour les autres. .5' . qui leur ajoute un sens dïntensité.§ 52 91 SUBSTANTIFS ET ADJECTIFS .:.. y_. . de valeur intensive . I..:. si l'on veut..1:. a) ". ..r:- ·"~ ""'•:' arbitre. "' 11_..J~~ "tJ~ ". r' ". Marçais attribue à ce ta un sens ancien péjoratif.:. .A . d) J . à !'ad· dition cl un tâ' marbü(a.... bavard .11} bavard .• ~.

. Br.Il est formé du ma$dar auquel est ajouté le tt? ma. (2) Conf.·bü!a.'î ~. 121. . .. .. sur certains types de substantifs...~ .. le nom d'unité est toujours . signe de l'unité. verbes de 9' forme § 39. .. : belliqueux éloquent h) Adjectifs de couleur et de particularité physique. "':'I~ et -. ~I (2) ... ainsi que .r. il peut être aussi un intensif (1).i ' Les adjectifs o. dont la dérivatiol' est très nette et dont la liste suit : A. ~ "'~ .C'est un dérivé verbal qui exprime que l'action a été accomplie une fois.~i 1!011" bossu SECTION Ill Substantifs dérivés à thèmes fixes Les grammairiens européens ont insisté.. de couleur et de difformité sont du type '. .. IJ~ balai gargoulette n'est pas seulement le type normal du nom d'instru- ment .. à l'imitation des grammairiens arabes..! vert borgne :. ~: . .. Noms d'une fols ô~Î t~Î § 53...:) _.. "':'~ "' .. . même si le ma$dar réel du verbe est autre que (1) Marçais U. A la forme nue. ... .92 §53 NOMS n'uNE FOIS Noter qu~ certains ont le sens de noms d'instruments : "'4-~ '•"Y g) "'t .

... ~ _. écriture (1) On traduit. "...: 1! J ma1dar • J • ' :0 ~...... le nom d'unité désigne un individu de l'espèce : unité collectif pigeons "'L'I.. J boire . ~ _. il le frappa rudement ou longuement (intensité) • il lui donna an coup B..... ....~ : "·......:Î § 54... - ..tflî &t.w .. avec le type . . 1 ~ "~! "-'._. • "r'~ traiter généreruement - ->t:1J1 Remarque.. ... ~ >'"""' ..'. mais plutôt des noms génériques . Les noms dont ils dérivent. ne sont pas à proprement parler des collectifs. il ne provient que de la forme nue...... C..._.. Noms de manière (1) ..... § 54 hl•..:. ~ vaches ·~~ . . • ~/"' ~ r:?'' 93 NOMS D'UNITÉ ET DE MANliRE ~tre anis ~l '~l dire ... . parc nom d'espèce•· .) position anise poature à cheval façon d'écrire.-. r "'. . mais leur sens est fort différent.J C'est un dérivé verbal qui exprime la manière d'accom- plir l'action . '• .... ~. Il désigne une unité dans une collectivité.:~jî t\....C'est le dérivé nominal.... ../ 4. ~ dattes "i.. Noms 11'unlt6 . . .§ 54-Mbla .r' • >-ri . parallèle au nom d'une fois..w ~.. dérivé verbal.. . ~ _. . ~ . en gênEraJ.Le ma1dar et le « nom d'une fois :o ont des emplois syntaxiques analogues..r' -':~ .. >'' " ~ _...

. o)\-) fragments Noms de temps et de lleu § 55.. ...t • J ..:i saisir r?... . " .. ' Quelques-uns sont du type 41. pour la forme simple..r w ~r poignée de grains.. .. . école ... --· .. . 3 ~ : '-:'r . ..Ces dérivés verbaux expriment soit l'endroit..A .. '-:'A ~ .94 § 55 NOMS DE TEMPS ET DE LIEU .. etc.... mais collectif : ->_-. ... Certains noms. _..: boire '-:'... ~ J . •r Exemple: .. désignent des morceaux : t1i couper morceau . le « vase » qui renferme l'action : ce sont les « noms du vase " ._ ..r-4 abreuvoir ':h salle d"audienr:e . et parfois les deux ensemble.... . Ils sont identiques.. ~ il est mort d'une vilaine mort..> J-i. .. ~ d'un .... iE'-. ordures D. Ce sont. _ . bouchée gorgée ->--r.ne action a lieu. soit le moment où 1:. provient d'un verbe ayant a ou u à l'inaccompli... ' "" ... dit le grammairien arabe...î . et verbe ayant l'inaccompli en i : ' ' ..' Quelques tJ l.y balayures... en mîm : .. ainsi formés..-i)î Ï~Î ....J ont un sens analogue. parti Jo.. avaler . . ·' 'f ->4. .. A '-:"'.. au ma~dar ..5"' casser fragment ""-" séparer secte..

.: c'... ~ . . minaret.a côte. .'.1.. "'.# • ......§55 95 NOMS DE TEMPS ET DE LIEU ...~ de racine à initiale w ou y : époque de la naissance temps ou lieu fixé Remarque..... Le type terminé en tii' marbd{a ti.~ .. ~ école supérieure : . ... occident .. les verbes d'où ils proviennent sont en a ou en u : ils rappellent. .. l' "'· "'r .. Tlemcen...i. jr..4. ...J.·» de mtidrasa ou mtidreseh en mdérsa.. de .::..:.. ....4. ... <. sans aucun doute.o tribunal du cadi II y a quelques e:iemples de .rononciation apparaissent tout particulièrement pour les noms en ~. Douze substantifs sont du type J~ alors que. ....)~) _:. .:. ' ' le couc her d a so le1'l ~ ~Î ~ le lever du soleil .. et ~ .. aommet de la lite . i. orient 1-). lieu où l'on fait l'addn. .l... . . .. plantation .. U. b) On emploie souvent.&.. 56 ..J.Jt. est fréquent : . 51 et suiv.JÎ . coude ~ moaquée ". .. (1) Marçais.1_:. .....i.:. . un ancien état .r- accoudoir. . division. <?> ~ (t_lb:> -W..>... .. 4.. . ... .a) II faut noter que des différences dialectales de r. comme en français.> narine lieu de sacrifice . el de JI.. . .. . dans l'état actuel de la langue. .. l'infinitif au lieu du nom de· fü:u ou de temps : • :.. Un ressaut d'accent (1) transforme t:..i....• . lieu ou l'on tombe ~ habitation ~ lever .. abattoir . B.

le ma1dar étant en a: ~.. c'est le participe passif qui joue le rôle de nom de lieu et de temps : . . ... Barth.96 NOMS D'ABONDANCE §55bb c) Pour les formes dérivées du verbe. les exemrles de quelques type5 aberrants de noms de lieu (notam.... d) Si l'on se souvient. Marçais. .. 253.Le maghrébin mulûd. qu'il y a des exemples de l'emploi du participe passif comme infinitif..l.. • . dans les grammaires.1.. d'une part... ~ lion ... class. tombe .... il la forme «nue» et à d'autres formes dérhées(l) qu'à la 3• forme... que le ·nom de temps et de lieu a une forme identique à celle du ma1dar en mîm ( § 46 bis). (2) On trouvera. y voit une formation spéciale. ~ =: .-t..:.... 23). pour une même racine verbale.. nom de lieu en 41..• .1d que le participe passif soit employé comme nom de temps et de lieu des formes dérivées (2).o-e lieu de 1·enàez-vous lieu de priène (des fêtes).55 h 1•..I. 18 . naissance du Prophète. 5e f. U. . formation parallèle de deux noms en mfm.. c'est le second qui conserve la voyelle de l'inaccompli. Z11r Gr.Vom.1. où ~~ est un nom verbal courant.. ::it:. J' J . . . . . - refuge Noms d'abondanc9 C'est sous cc nom que les grammairiens désignent le J .. Nôldeke.&. on compre.. le mafdar et le nom de temps ou de lieu. B. ge f... (3) Cf.. J. et d'autre part.!\. ~ .. lieu oû il y a des lions cimetière (:J) (1) Nôldeke : Zur Gr. de formation dénominative : "'.. e) Quand il y a eu. est donc bien ~...â.. 120. ... fuite E.

Il a pour thème ' . . 4j~ puiser . cf. L'élatif est un aspect de l'adjectif qui en exprime une valeur supérieure.). ~ 319 et suh·.4 ...§ 56-57 97 !\OMS 0'1NSTRl'MENT. ) . (2) C'est le même thème que celui des adjcctirs de couleur et <k difformité . Ils sont du type (jj) A ou (. subissent aussi. ÉLAllFS F.. ~I laid irrité (1) Les noms du type 'il.Ce sont des dérivés verbaux ou nominaux qui désignent l'instrument qui sert à accomplir l'action ou à réaliser la chose..r... Elatlfs.. un ressaut d'accent mgarfa. - cuiller (1) ouvrir "ca. ~ . •.. agréable au goût . 1.. mais les féminins ont des thèmes différents. . Noms d'instrument ~ 56. .. û~ ' '• . en une nuance souyent délicate à exprimer en français. . Il fournit le comparatif et le superlatif.r .....)J~~ ". quel que soit le type de l'adjectif simple (2). complète... scie ~~ lait SECTION Diminutifs - Elatifs lime outre à lait IV Adjectifs de relation 1. ..)~ ..... . . clé scier "l!l.. limer . élatif . au ~laghreb._... r ~ ~ 57. j-t 1.

. .j. 7-1) ~ j. 16. cc serait spécialement.1 ~ •t • . Cantineau. B. 2.1. et il suffit d'en indiquer le type le plus simple . . J:-~ (1) plutôt <t (2) (3) ~) J . Pour les adjectifs de couleur. 16 . I. dans l'autre. Marçais. DIMINUTIFS Remarques.J . . . Z11r Gr.'.Je traduis •plus a\'eugle et plus i'g3ré o .. ne sont pas. 233 ... dans la syntaxe..... . . . ... montagne dim. de même que les 'erbes dits de gm• forme provirnnent des adjectifs de couleur et de difformité (§ 39)..il 1 . ... il est riche de formes variées (:l). (1) (Cor. comment l'arabe résout la <lifliculté. homme dim.. Kf. 74). Cette combinaison est courante dans la langue classique. XVII.) :. ii. Féghali. ~ Nôldeke. 187. Il...a) L'arabe a largement développé le diminutir soit caressant.I.16 . particulièrement à la 4""'. au contraire. 3. dits de 4me forme. Il est d'un usage plus restreint en arabe classique... . on dit. Z11r Gr. Diminutifs ~ 571i. i?""' _u chien dim. 141 . U.. on verra. X\'II. Nôldekc. .> • . l'adjecllf ~I au sens d'élatif et de comparatif. les participes des formes dérivées et les adjectifs de couleur et de difformité qui sont déjà du type ~I.ir ~j Qui sera m1eu9le en ce monde. Les grammairiens citent des exemples d'élatifs qui ser:iil•nt issus de participes ou d'adjectifs ycrbaux. comme les parlers modernes. proyenant de verhcs i1 la forme « nue » ou à une forme dériYée. soit injurieux. . . Certaines catégories d'adjectifs. par exemple : WiÇ. Wright..il ji~l ~ ~ _. 177 . ~J . el ayant le sens actif ou passif (2). ' ~ . par ex. complètement a"eugle et égaré •· Cf.. formés des élatifs. ( ~ 29).1 «plus intense en blancheur l>.. le plus blanc d'entre eux . impossible de donner un exemple du participe ou de l'adjectif an degré ~implr. (Cor.. sera. ne peuvent former leur élatif sur ~I . mais celle-ci emploie aussi. en général. _. et dans les dialectes modernes.. ~I ~ ~I plus blanc que la sœur cle . ~Î être Juste ~\ juste désert être désert On peut se demander.. si ees verhes <l'état..98 § 57his ÉLATIFS. Mais il leur est. plus aveugle el plus fourvoy1. comme on l'a déjà indiqué.

Dans la formation de l'adjectif de relation. ... ~ '-:'~ . On n'indiquera ici que les faits les plus généraux (1). flexions de pluriel masculin ou féminin ûna et ât""..' . •' ~. le rapport.4 -l bateau ~ .' • . H9-165..... ~ '-!P. tous les suffixes de genre ou de nombre disparaissent : Ici' marbû{a d'unité ou de féminin. et de duel âni .-... On est donc en présence d'un effort pour revenir à la racine du mot et pour donner à l'adjectif de relation le type . . par un suffixe iyyun . mosquée .)' J~ ... :. ......l. .. "-'°. '-:'.J"&' scorpion . .. . que l'addition de iyy"" aur:iit alourdis au-delà de l'instinct de la langue et de la doctrine des grammairiens.. - . ~ : mais on constate une résistance de l'usage à se resserrer en un -- type aussi réduit.) 1 terre . ~.>~ passereau . d'une façon -1 générale.""' ~ Médine ...soleil . Adjl'ctlfs de relation ~ 58. • .J .§58 99 ADJECTIFS DE RELATION b) Le diminutif des noms quadrilitères est semblable : . . terrestre .> • ~ '4 . la matière... ... ~ '.. ou supprime à l'initiale l'article quand il fait partie du nom. et à l'intérieur du nom. ~ ~~~ III.. .. ~L..> •:. les voyelles longues de dérivation : ~ ~.. 1 'ê.. (/ïmâm) Màlil• .. 1..> "'.Les adjectifs d"e relation sont des dénominatifs qui expriment l'origine. Ils sont caractérisés._.: ~ solaire -- égyptien -l Egypte ISJ~ ~ "'lll t.~Î La Mekke -1 Bafra (Bassora) (1) Voir Wright. -1 .i ~· . malél•ite Mais on vient de voir qlle le développement de la langue a cree un grnnd nombre de noms cle types beaucoup plus compliqués..

. 180. ~ et _ '• . (l'imâm) Abû lfa11ifa -ol . . "" .::. Sprache der altcn Arabcr..f'..J Alger Les grammairiens de l'époque classique ont eu peine à admettre que les pluriels des noms communs aient pu fournir des adjectifs de (1) A côté de •. ..i .: j.. . Niildeke a montré.. l'ethnique se forme avec quelque fantaisiP : ~ .). el ce fait s'est étendu par la suite : .rJ..... . "":"'....> .. Bédouins ~J:dÎ Madii..ôll ~ .in '•(·''' . (nom d'homme) a) La langue ancienne a admis que le pluriel des noms propres formait des adjectifs de relation..r' Arabes. V.> Ba'albek -~.it : Algésiras la Tunisie (Africa) réalité Qoreichites prophète Tabarisftm Pour les n1 ns propres composés.100 ~ ADJECTIFS DE RELATION 58 les deux cités saintes (La Mekke et Médine) Mésopotamie mais on c. depuis longtemps..> ...~:. . ' . . la vanité des règles posées à ce s~jet par les gr~mmairiens.f':..

et elle tend de plus en plus à les former en ajoutant " ~.' nattes "~i. •""' J...c.. .I .:il -· "- . qui a donné des adjectifs de relation devenus des noms d'artisan. fabricant de nattes horloger ~ historien Et des adjectifs techniques : J • ~l dualistique "'· . .-.. nouvelles : ~i 1 . "~:_. ~~ .ianafites.J.""' .:..ianafisme .:.l. --! divin • humain juif "' • .. l. nouvelles. -.ianafite "~l "lit. a persisté avec quelques applicatio~. montres pl...a) Le turc a introduit le suffixe ~..J ~~ spirituel supérieur -- inférieur Remarques. · b) L'adjectif de relation. judaïsme.L. livres . .. rare dans l'ancienne langue.:: pl...~ J J• .r. mais la langue les a construits malgré eux. ~ . libraire . chrétien .J+!. La désinence ~ 1 _. :.. i... au nom conservé intact.. . divinité humanité ~ 41.?.1_..>J-~i. suh•i du suffixe tâ' marbû(a ( atun ).. "~L. soit la qualité..L. I -.+!.1 J .·... forme un substantif abstrait qui exprime. .. . ~ _.~ pl. monde juif ->-$·( • : ~~ "·$•'... annales "c. horloges. caractère divin... l.§58 101 ADJECTIFS DE RELATION relation . . ~ chrétienté l. soit la collectivité : "~1 -'ri-·t.. . "~ -. D'où une série de noms d'artisan : pl.

. (substantifs ou adjectifs). Parmi les noms quadrilitères. . ~L:.a) La liste de noms.rt:J. dans les chapitres consacrés à ces racines «faibles». il y a aussi des noms qui paraissent compter quatre consonnes radicales.... . 4L. ... murmure clochette anneau de pied des noms contenant une liquide ou un n : tièvre scorpion ... ..- renard épi hérisson Remarques.~ 1 •' l. qu'une apparence et les grammairiens arabes ont raison de s'entêter i1 la notion de la racine trilitère . Mais ce n'est.:.u..~ . On en parlera plus loia. b) On 11 :l donné dans ce chapitre presque aucun exemple de noms ayant une semi-voyelle parmi leurs consonnes radicales..De même qu'il y a des verbes quadrilitères. à caractère onomatopique : ".\> "û.~ '.- chaine "t. n'ec. .'-'· .i. grillon "-1 1 .a. nous avons dit qu'on irait souvent jusqu'à la bilitère (§ 44).. Ils confirment l'abondance el la confusion des types nominaux qui ont été à la disposition du vocabulaire arabe. on citera des redoublements de syllabes...)loc.' :J:i . sans doute.102 §59 NOMS Ql:ADRILITÈRES SECTION V Noms quadrilitères § 59.LÏ. que l'on donne ici.t point complète : il y faudrait ajouter des types de noms qui n'ont laissé que des spécimens peu nombreux dans la langue..

aussi ceux des Prophètes : '. .. . cle même .... Beaucoup d'entre eux restent obscurs : on les rattache mal.. plus ici qu'ailleurs un indice du féminin... .> !?""' des noms de trihus. sont deve- (:"'' .i. '-! J"-!. en arabe.. des origines diverses... ... .. . c) C'est l'Islâm qui a modifié le vocabulaire des noms propres. b) On retrouve clans divers noms propres d'hommes la désinence cin. à un type connu : ... '-!~ scorpion . ~ il remercie ..Y. :. Ji (elle) ils dominent . • ~?' ' . . Après hésitation. même sa kunya nus populaires .... .. .. ~\.Les noms propres ont.. fa. . û~ t 'u· c. j . - . .. . .>"' thètes ~ 1 loué . les noms du Prophète: Mul. ..\·' Ahmad.. jeune chamelle sevrée . ~ . . ' . . ou Îu.'. . caractéristique des noms de mâles : . plus encore que le mélange des populations. ~\. -><i' r-:: \. . les uns. sont des verbes à l'inac' .>-·- ~ arbitre .... ' ' ....} chamrlo11 .wmmad. .P. d'autres.§60 103 NOM6 PROPRES SECTION VI Noms propres § 60.. sont des noms d'animaux : ~ . homme généreux .. ~l_r..> • ..:. compli : .... -ilb. ' .. . .l... ...J ~ il accroit ... chien . et c'est un fait qui se retrouve dans d'autres langues sémitiques. .> '.... ~ ~ . -''·. - .l . . fa.tafd.. . d'autres sont cles épi- requin .l.: - . . y.~l:j est un nom d'homme. ' . résultat des conquêtes. .. . ~ Mu:. surtout a) ....... -i--~Î J. P:irmi les noms propres cle l'Arabie ancienne.. . --~ .. . J..... juge . ....~.:.. ' Il n'y a pas de signe morphologique qui distingue nettement un nom propre d'homme d'un nom de femme : le tci' marb1î/a n'est pas . comme dans les autres langues.. .. .. '-:'.

. puis en . .. araméens... .-\4.lasan). ' la11le. Majd ad-Din (laqab).~ ~ lj.. Au Moyen Age. Jli.. Des influences extérieures.. turcs.tfJÎ ~l:. Des noms étrangers... ' '=i...s . (ism) ibn Ya'tiûb ibn Mub (nasab) al-Firûzâbâdi (msba). . ')} 1qui ne voit rien de nuit . de l'empire. 1P. l'arabe a.lJI •... l'ordre de la foi C'est le laqab honorifique.J~ l'homme au bout de vieille corde . . . . . . .A • .t.: ~141 l'homme de Hamadà11. une nisba ~. . .. etc._.. µ.. tribu. •.b.Jb . . se sont fait naturaliser arabes. ü~. f.·. Y. où la vanité religieuse ou laïque jouait un rôle. ~) 1 . ont répandu parmi les grands.-l ... - ... .. . la pierre angulaire le pilier cle la foi . 1$6.J. d) A côté du nom ism . un nom de musulman pourra donc être ainsi composé: . • Îl ('Ali). §60 NOMS PROPRES • ' J . .lasan. . . pays ou ville et aussi un surnom "~-&• sous lequel bien des personnages illustres sont restés connus : ....104 .. .J'A!.. .~I l'homme à la cornée 1ail. Les anciens noms ne se répandirent largement dans la société nouvelle que quand ils eurent été illustrés par l'un des grands hommes des premiers temps de l'lslâm..s (Saladin).J~I .: ::!. ~li. ". ~. par un compagnon du Prophète : . 1 .JI V: . etc. berbères. c'est-à-dire un nom d'origine ou d'habitat. ' ~ . de la Umm 1-J. en général...&..fJÎ C. Abu t-Tàhir (kunya) Mub. . .:J. e . '-:'. ~ etc. . les noms en ad-Dawla : ad-Din : 3J~:Uî :J"~ . t. au dixième siècle. persans... . ..~y ~ kunya (Abu 1-l...

leur interprétation rl'ste de pure hypothèse. et l'inanimé. On peut seulement tenter de classer les faits . le nom de certains animaux. telles que nous les connaissons. !'animé distingué en masculin et féminin.Le genre joue un rôle fort important dans les langues oà il est organisé suivant un plan grammatical précis. comme dans celles qui en ont trois. 1931. Mais il est possible de concevoir une langue. mais qu'on peut. a été exprimé en arabe par deux noms tout à fait différents : (!) On rappelle seulement que les langues sémitiques. uns une trop grande imprudence. ~ 70). etc. en un temps. Dans celles qui n'admettent que deux genres. dont la vie fut étroitement mêlée à celle de l'homme et dont le sexe importait à celui-ci par la diversité des services que lui rendait le mâle ou la femelle. Essai de chronologie des langues indo-européen11cs : la théorie du féminin (dans Bull. du verbe. . sont beaucoup plus semblables entre elles que les langues indoeuropéennes l't que l'histoire en est donc particulièrement difficile. t. de Paris. de l'article. chaque nom a un genre grammatical bien net. et l'on peut se demander si ce n'a pas été. où la notion du genre grammatical n'existe pas. et il en est de tP-lles. Société ling. . parler du c sémitique commun ». soit le masculin et le féminin. soit !'animé et l'inanimé. qui s'affirme d'ordinaire par des désinences qui correspondent à celles de l'adjectif. On ne semble point avoir réussi à les interpréter par l'existence d'un ancien inanimé (neutre) (cf. Meillet. Comme dans d'autres langues. ~ 62.CHAPITRE VI GENRE § 61. 32). Comp. L'arabe a conservé des faits qui ne s'expliquent guère si l'on admet qu'il a toujours connu la notion du genre. le cas du sémitique (1).

ni une collectivité..~1 . . . du reste. sans genre : -> l' 1 i.. hors <le toute préoccupation de sexe.> des chameaux :.> . ~. une espèce..1 femme homme ':Il r' père mère A côté d'eux.-.. s'est inté. l'arabe a connu des collectifs asexués. éleveur de pigeons.106 §63 GENRE . I. IJayawâ11. .J' li § 63. t ij.> - ül.>•· ~ l. mais une catégorie.> .> .) -:. ~ pi_qeo11 femelle - serpent màle ~1 ~ . rien d'un neutre . ~ des gens l..-" ~ ..>4il.î .mprnt (e1111•1/r (1) slzt• goal une chèvre comme l'anglais dit : hr goal un bouc Enfin 011 signalera ci-dessous s'est p:is déYeloppé dans la langue.>. c'est-à-dire un sens d'unité.. On redira plus loin qu'en y ajoutant le suffixe tc'I marb1i(a daus l'écriture...ue ülil . "~ .i chamelle < jument ~ chameau .J'J. (1) l>amiri.. Liii indice de maseulin ùn qui ne . Quand l'arabe. sans aucune notion de genre. "' dne. cheval -:. qui ne désigne ni un individu...·essé à celui-ci.. indice qui n'a ici que le al. qui désigne un animal de celte espèce. pigeon màle "'f. ~ 1 4. 249. c'est par exemple r~ pigeon.~ :.... qui n'a. on a un mot t:~ un pigeo11.. il a dit : ..> .> De même se sont formés: .L'arabe connaît aussi le système qui consiste à ajouter le mot « mâle » ou « femelle» à un nom asexué: Il a en effet le nom sans genre.i::.r.t"' < ..ré'<~ "·4A'1-'->. .

. ü~ ~ 01~ " .. ül.. ajouté au masculin à indice zéro ou en alternance avec l'indice masculin ùn.NRE § 64... üt...:. l'arabe a largement développé ce procédé fort simple pour marquer le féminin du substantif et de l'acljectif : . . La désinence ùn du masculin se retrouve dans um• série de noms d'animaux mâles. est un indice de ... qu'on étudiera plus loin..i.> ' .. l'arabe a connu déjà l'indice féminin en 1. "•"" . "" masculin.b- no11veuu 1iouvelle ~ roi re111e ~<î grand (élatif) grande (élatif) vert 11erte .. dom· dans des abstraits verbaux..J•• . si11ge re11ard scorpion Le suffixe ân.J et ü~ . hyène 1"'•'j u Y" vipère 0~): loup ül> _. . .. dans laquelle les deux genres sont marqués par une désinence spéciale.. .. dont l'on s"explique mal que l'on ait été si soucieux d'en distinguer le sexe...:.. Quoi qu'il fül soit... .... ü~ 1•11 CIJ/ilre fém. on ne signalera ici que l'importante classe... al ou ii... üw. que l'on pourrait rapprocher des mljcctifs .... ~I ~ 65.. donc compliqué de la lnngue. . :........Il est probable que dans un état très ancien.§ 65 107 GF.....> • • 1 fils fille i._ . ' .l' .. Parmi ces séries d'adjer!ifs. : .... C'est uniquement le màle que désignent les ruots suivants : 01~}" perdri...V.. se retrouve dans les mufdar du type ü)l.• .J ran11er " .. qui dans ces deux séries de noms. .

comme Wensinck. L'article déterminé al. § 66. des « groupes sémantiques ».. A. Hind . et on y a lnlroduit des noms du genre Incertain. on parlera d'abord des féminim par nature. l. quelques substantirs de genre Incertain (1). Les grammairiens admettent. . 26.108 §67 FÉMININS PAR NATURE mais il est préférable de constater la multitude de schémas nominaux du sémitique ancien. pour une apparence d'explication. (1) Nous substituons cette appellation à celle de «genre commun » reçue par les grammairiens occidentaux. et enfin quelques séries de substa11tifs et d'adjectifs à désinence zéro et sans genre précis. génératrice des plantes et peut-être des animaux. qui désignent des femmes ou des femelles d'animaux..Normalement.Et l'on n'aura qu'à classer les noms féminins. p. Suivant l'ordre adopté par les grammairiens. noms propres et noms communs. l'indice du féminin est le plus souvent al .Puis on étudiera les noms féminins par la forme.a) Les substantifs. est féminin dans la plupart des langues. par exemple à exprimer l'unité. mais ce suffixe peut servir encore à d'autres usages. On y joindra. On peut dire seulement qu'est masculin tout nom qui n'a point d'indice de féminin et qu'il n'y a 11ucune raison de psychologie sociale ou d' «usage» de traiter comme féminin.zamâmat 11 un pigeon•· -11 y a donc là une indécision qui empêche de déterminer sans hésitation le genre de tous les noms. . c'est-à-dire des substantifs qui n'ont point d'indice de féminin et qui pourtant entraînent des flexions féminines de l'adjectif et du verbe. . . où il semble que l'on ait puisé un peu au hasard. . Substantifs féminins par nature § 67. le masculin singulier est donc le nom à l'indice zéro . "~ . qui n'a pas d'indice de genre. f'~J" -l l Marie i"'I mère . en général. "ûu 1 ânesse b) Des noms qui représentent des forces naturelles (2) : 'Jo~Î terre. . (2) On a adopté. n'est ici d'aucune utilité.

Les noms du puits (et de la source) sont féminins : ... - .. équivaut à " .. (2) Cf..maison est . ~ soleil est féminin... . aussi 15. mais plutôt féminins.. feu .. . op. . .'': vent du sud J~ vent du nord..) c) Ceux du chemin sont.. . V.. . " ~ ment par ce mot l'enfer.~.... remarque que les noms du chemin sont féminins en grec.. lune. et comme l'islâm désigne spéciale.. (1) Melllet.r:. ..JL. or les adjectifs du type 'Jd .§67 109 FÉMININS PAR NATURE que c'est par analogie que les noms de pays sont féminins : .. . à sens passif n'ont pas d'indice de genre (§ 69 bis). (_J~ et ~ âme sont de genre incertain... J:. et les termes qui désignent les diverses sortes de vents : J'r..> . .r. . .. Peut-être est-ce à JÜ qu'il faut joindre "-:'f . ' :... 69. pour la plupart.- (i.). p c'est la lune . .. soleil.. et der Mond (masc.. ... de genre incertain : . vent. l'allemand die Sonne (fém.. . J .) ' .).... ...r voyage nocturne (1) .. En arabe. .. tous les noms infernaux sont féminins.~ ciel .! .. Egypte féminin en classique et dans des dialectes vivants. chemin battu .. 11 J"'?. ~ .. qui est masculin (2). . J:::.)' . .. etc.. ./" .. A ~ se rattache . .. etc. dans le ménage céleste. - J.. par exemple Cor..J}a. guerre.. 7.\. .. d) . qui voisine avec ce mot dans l'ancienne langue. .' ~ (i... cit.» ... e) .

sandale sen~ doute par izâr (vêlement de mi-corps) cotte de mailles h) des noms d'armes. . de genre incertain : sabre " "~ . - mam "~! pied • . qui sont du féminin. qui vont par paire. ) anus " .. ) cou ( id.l. ".ljl . JJ ". analogie avec les parties du corps qu'ils recouvrent : " . i) les noms de divers instruments qui font partie de l'entourage immédiat du Bédouin : r_r J moulin.. ü.. ) ( id. sont presque toutes féminines : ". . couteau .> . rasoir .)" .)" J' arc -. ~ iài (plutôt masc. (_~ ~ œil "Jail aisselle aile (parfois masc. )..)1 oreille -! Cr: dent " ..: I.J. deux pierres superposées. ) menton ( id.of -~ "~~ :~ utérus (plutôt fém.) tr foie ventre ( ûÛ. '-!f guerre (généralement fém. même ~ d et ~ 69). ) nuque ( id... id. qni d'abord a été lance (cf. peul-être parce qu'il est composé de deux éléments. langue ( id..) Les parties du corps.) 9) des noms de vêtements.110 § 67 FÉMININS PAR NATURE Les parties du corps sont de genre incertain : /) "r~) "•'f I.

§68 ~ bdton "'1' y:> seau en cuir. élément essentiel du puits .t bateau (Id. .) scoipioil (incerl..l "f chameau:t: moutons m) des noms d'animaux. qui est caractéristique de la troisième personne féminine du verbe. de genre incertain. jeune femme (1) Meillet.-\\ ont de vieux masculins en dn .:> 1 fille matrone sœur o : J -- •I.Cf. P· 107..) k) des noms d'aliments. J"l.. . op. ~JI lièvre (id.) Ces féminins sont des péjoratifs. . cit.. crainte et de Féminins par la forme § 68. . ~-~ ~' "" aigle (incerL) ~Î vipère (plutôt fém. J . &' ~ ·l J .. et ci-d.:...~~ '"".) J.J"~ monture. à la fois de mépris (1).I. 7. B.) :. bateau(id.:. . pioche e.) . ... en général redoutés.~ marmite J 111 FÉMININS PAR LA FORME • "'~11! . verre J' échelle (incert. sont presque toujours féminins: ~.On insiste sur cette incertitude du genre. "'_r> . .. .) araignée (incerf. h!1ène (plutôt fém. § 58. ~ miel Vin 1) des collectifs d'êtres du règne animal.W a des féminins :JiJ et ~ . r \y J iJU gobelet.. . dans l'écriture "'·"'."" .) . n'ayant pas de nom d'unité. de genre incertain. sont plutôt féminins.J renard (plutôt masc. tasse. de genre incertain. soit simplement en t: "~ .la légende veut que le lihre soit hermaphrodite.u.·~ et '.a) La désinence t.. :: .. soit en alun. se retrouve dans le nom.

~î ' f~m.. . . li~ .. comme on !'a indiqué plus haut.. Ces trois catégories d'adjectifs sont (cf. "'i~ "'~ '){. On a dit plus haut que la désinence sert à bien d'autres usages qu'à marquer le féminin. calife savant b) Mais.·'.)?" grande neuve . ~. .ol 2. § 57). .i. sont classés artificiellement dans le genre féminin: . 4$'% plus grande J~Î . 4$_j-1 autre première féminin de ~i. . coup "' parcelle d'or . Il est la désinence du participe et de l'adjectif.... J-9 .r. . ·~ _. . 4!...)\.. . qui entre "'. .:1 •).D ~. "' . qui désignent nettement des individus mâles.""-1 fém. ~_... J-i 1.._.. adjectif de couleur et de difformité. _. i[. .J ~ frappée "'. dans l'écriture...v . dans lesqLtels elle semble s'être développée avant d'apparaître dans le substantif : . j) . sont terminés en . Les noms qui. . ~Î . ~ obscurité vie "'~!il licence inondation Cependant certains substantifs. ~1. élatif.: féminin de fém.112 §68 FÉMININS PAR LA FORME C'est ce ttf marbûta qui. ~ jaune :.~ bossue ' ..c.) J . .: "'·'·t.. est le signe habituel du féminin. 1.. . . terminés en .. il y a trois catégories d'adjectifs qui ont bien des désinences féminines en â. sont masculins. fém.l>.. •' . mais qui se distinguent surtout du masculin par un thème différent. .. fém. . pour une cause quelconque.

}Jar rapport à l'autre monde 'i:.. dans l'usage. avec ~:..i:> _proche. les substantifs féminins par la forme sont ceux qui ont une des désinences de l'adjectif féminin : al.J. . ~i:. . ri.. sans préciser qu'il s'agit d'un ou de plusieurs individus..P et les ~j. qui se déclinent à trois cas et dont le féminin est i)j. et ce nom d'unité.. dont le vrai nom arabe est ~. s'é911rer.. ü~ fém.J s1111/erl'lll'$ .J. est féminin par sa désinence. ajoutée à ces noms. "'r .....C'est au type fl qu'appartient le mot i. en lui donnant le sens de désert.. C.1 sous-entendue. .t d'accord pour imposer à l'adjectif et au verbe qui les accompagnent une désinence de masculin ou féminin. ..1 fauve. qui désignent une espèce animale. de mâles ou de femelles : a) . . et qui font au féminin . C'est au typè.0:'91 = le dernier... Ces noms sont féminins comme sous-entendant . féminin de .:.. . qui se déclinent il deux cas.C. tantôt masculins. pat· une amusante analogie. r~ 1119e•111. qu'il faut rapporter •Î~ désert. (2) Le fait n'est donc pas restreint aux animaux. irritée fém. indique un individu de l'espèce ... (1) Le langage parlé réagit contre le féminin anormal el tend à donner il tous les . ~\_.. ou ti'. 'ûl!.~ une désinence i de féminin.l' fém. .I.. jj' 3. La série la plus caractéristique est celle des noms.~ . dans l'état définitif de la langue. dans la langue de r slàm. Noms de genre Incertain ~ 69. Remarque. ni les écrivains. ... signalés plus haut ( ~ 63).l. de la racine -"i!I se perdre. qui désigne : ce bas monde. ne sor. En résumé. ~ arbres (2) La désinence .Les grammairiens de l'époque clHsique ont établi une distinction toute artificielle entre les a<ljectifs ~j.. rouge. i"j. Les dialectes..§69 113 GENRE Remarques..J (1).Sur il':.: vie. ' . on a construit. tantôt féminins. t~ . .~. •Î:. Quelques noms sont. .~. Les grammairiens sanctionnent le flottement. . gui est le féminin de :.

\"ar.j. soit celui du pluriel masculin... ~\S"~ .. . ...:...114 § 69-69hi• GENRI:: Les grammairiens croient utile de distinguer celle catégorie de noms de cclll· qui comprend tles collectirs d'êtres du règne animé.. n'ayant pas de nom d'unité.:~r ~ menteur reconnaisaant impuissant. . 11 été pris au sens exclusif de vfrille .: b) enceinte ·J! li. le souvenir d'un étal de la langue où le féminin grammatical n'existait pas. "'-'• dont le sen~ premier est tour. . . a JJ~ ~I ... "& j pa1. tels que• : 9rcmpe dt' 3 à 7 personnes 1""" mouton.. . par leur sens. soit celui du réminin singulier.' ~ 1... Les adjectifs du type . dont on sait la \"alcur de colle<'tifs el la ressemblance a\"ec les infinitifs.... donc 1•icillard. répudiée J~ . quel1111es noms au singulier. On les a signalés(~ 52 b-h) comme étant. .). des ma..~ i .(1) ftmme...Jj !.o une mère résignée . . a) des participes actifs...dar... vici11itude.. ~ 69 bl•.. en parlant du féminin. ) bou/1q11e "'"":"'... imposent soit l'al'<"ord du singulier masculin. Des catégories d'adjectifs n'ont point de désinence féminine. j. qui. sans doute. b) On a déjà signait'... u .~ Ces noms.. on ajoute i1 celle listr: ... ne peuvent s'appliquer qu'à des femmes : j..r.. 110-1).<.t. C'esl le fait syntaxique c1u'on retrou\"era a\'ec les pluriels internes... ~. ' . qui sont en gén.. condition... ... 1 1 ._.r nourrice (1). f · peul-être par an:1logic avec "'-f1 ' rial.~. qui sont de genre incertain (pp.

§70

115

Gl:::NRE

Il y a quelques exemples. de

c)

"J-f'' :

"..i.'
1..:' "~ili'
~
...
une cIwme Ile sans

..
les adjectifs du type

~ , à sens de pa'"licipe passif :

d)

~~

" 1 -

= J~
'' '

.. 1 .;

n1d11il cle l.:iihl
J

(j /:'
e)

e11lrave.~

,

=

,,

...r:;'

'

r!J':..

-_- ,, 1 ·~ ,

v;....

assassine

hie.mi

q11elc1ues intensifs de~ typl'S ~ et

'J(.;.. .

Remarques. - Tel est le prinl'ipe ; mais des exemples montrent
la réaction de la langue, tendant il soumettre tous ll's adjectifs il la
désinence féminine en i.
Elle est ancienne pour les premiers, et les gr:nnmairiens ont essayé d'expliquer les 4:; , ~l>, comme :1yanl conservé leur sens verbal, et n'étant pas des adjl·ctifs.

l.Sjt ~'J) ~j..r' co1111111• cr/le qui 111/11ile les e11/'anls d'une autre.
En réalité, il y a eu des réactions diverses du langage, dont les
grammairiens ont dû tenir compte, et où il ne faut pas chercher
d':•ntre ri'glc que des faits d'analogie, par exemple (1).
~ 70. - II resterait à donner une explication des faits qui viennent
d'être rapportés, et dont on a cherché seulement à rendre vraisemblable la succession.
Des grammairiens (2) ont cru possible de .!onsiderer les noms féminins dépourvus de désinence féminine et de cara.:tère naturel de
féminin, comme les résidus d'un ancien neutre. Il est certes fort tentant de retrouver en sémitique les catégories grammaticales qu'A.
Meillet n maintes fois montrées dans l'indo-européen :

inanimé
a11imé

neutre

1 masculin

1 féminin

Mais on ne trouve pas en sémitique de souvenir net d'un neutre,
(1) Nüld<·ke, Zur Gr .. 20.

(2) Féghali et Cuny, Du genre grammatical en sémilique. Paria, 1924.

116

GENRE

§ 70

et c'est pourquoi Wensinck ( l), tout en reconnais!ant l'intérêt du travail de MM. Féghali et Cuny, a maintenu ses recherches dans une
toute autre direction Les noms qui, au premier abord, paraissent se
prêter it un neutre, comme bmnim O 69 a), ne remplissent nullement
les conditions nécessaires pour être classés comme tels.
Il faut se contenter cle l'Onslalcr l'existence de dt•ux genres en
arabe ; le masculin, dont l'indice, en général, est zéro, el le féminin
dont la désinence est ut, 11, ti, à'. ;\[. Wensinck a insisté sur la variété
d"emploi de la désinence at qui sert d'indice aux noms d'unité et de
manière, à des infinitifs, à des adjectifs intensifs, à des pluriels, etc.
el il y a vu une marque d'intensité. Il a pensé que celle désinenee avait
accompagné tout d'abord des personnes et des choses ayant un caracti•re magique, l'i que la magie avait eu, ici comme ailleurs, ses manifestations cle sens contraire : culte craintif el admiratif; horreur et
a\"ersion. Il a rappelé dl's faits soei;iux qui rapprochent le féminin de
ces manifestations. Les noms féminins par nature auraient suffisamment conservé cette force 111agiq11t· en eux-mêmes pour rester privés de
l'indice al.
(1; Some asµ1·cl.< of' gender in the semilic languages, dans les Verh. K.A. W.
t. XXVII, 3.

CHAPITRE VII
NOMBRE ET FLEXIONS DE CAS
~ 71. -- L'arabe classique a trois nombres : le si11yulier, le duel el
le pluriel. Les pluriels"internes et les collecti/'s, ont dt's désinences de
singulier, mais des règles d'accord spéciales.

Le singulier a trois flexions de cas : longue il trois cas : un, a11,
in ; - courte à trois cas : 11, u, i ; -- courte à deux l'as: u, 11; - - que
l'on étudiera plus loin.
Le duel a, dans tous les noms (substantifs el adjectifs), une flexion
cîni, agni, <1ui est ancienne. - Dans les parlers modernes, le maintien du duel est d'importance très variable; il n'y subsiste, en général,
que pour les parties doubles du corps, où son archaïsme coïncide avec
celui du genre füminin de ces noms, et dans les expressions de quantité.
Les grammairiens distinguent deux sortes de pluriels : le pluriel
e.rler11e ou sain, et le pluriel interne ou brisé.
Le pluriel externe ou sain est un pluriel à suffixe de masculin
et de féminin.
Le pluriel interne est un collectif t·l, par ses flexions de cas, un
singulier. Il y a un grand nombre de types de pluriels internes, que l'on
étudiera (~ 107). Ils correspondent à des types de singulier, suivant
diverses alternances de thèmes. Le cadre qui maintenait les consonnes de la racine au singulier a été rompu, d'où le nom de pluriel
brisé, et elles ont été mises dans un nouveau moule pour former le
pluriel.
Il y aura lieu de distinguer, parmi ces types de noms, ceux qui
n'ont été employés que comme pluriels qui sont les quadrilitères et
ceux appelés pluriels de paucité, el, d'autre part, les collectifs qui sont
l'n même temps des ma~dar et des pluriels internes.

118

§72-73

NOMBRE

Le pluriel sain ou externe
§ 72. - A. Le pluriel saÏll masculi11 a une flexion 11na. tna, qui
présente, dans les diverses langues sémitiques, des variantes importantes. Sa fortune n'y a point été partout égale; tandis qu il se développait dans les langues du nord, il s'est restreint en arabe, hors des
participes et de certains adjectifs, à quelques noms de racines
incomplètes, et des grammairiens y ont vu un pluriel de paucité (1),
jam'11 1-qilla. Il n'a, dans les parlers modernes, aucun emploi nouveau. Il semble d'ailleurs qu'en arabe, la désinence 1lna soit surtout
l'indice du pluriel masculin dans le verbe et dans les participes, et
que son emploi dans les noms soit secondaire.
0

Le pluriel « sain ,, masculin est donc celui des participes, d'un
certain nombre d'adjectifs, des intensifs du type

..

'J-il,
,

"'Ji:; ,

des

éla~ifs

etc., de la plupart des nom'i propres d'hommes et de quelques
noms communs de racines bilitères :

,,

.

iJ.l

,

,,

J

- -

4.:.-

,.,

... ,,.
~

ü1~

fils

..

Jo .JI

-ü•,

c111né1•

/erre

J-;

Les anomalies de ces formes sont évidentes.

§ 73. - B. Le pluriel sain féminin a polir désinence générale en
sémitique âtun, qui est un reoforc·~ment du singulier alun. Il est très
vivant, et dans les parlers modernes, les mots nouveaux font leur pluriel en ât, ou selon un type de pluriel interne.
Il s'applique, non seulement au:-.: singuliers ayant une désinence
féminine, mais aussi aux masr/.ar de forme> dérivées et ainsi qu'aux
noms abstraits, aux noms de mois, aux noms étrangers :

(!~

pacha

"..::.it~l!~

Il est le pluriel de noms collectifs ou de noms génériques :

"tl~ animaux
"~ caravane de chameaux
(1) Weoslock, op. cit., 26.

".:,,l~I;..,:
~-.1.._~.
_ .,_,

~~ bien foncier "'..::.i(1\~
"'Î 1-~

-

ba1"n

~-.i
'ic _'
-IA -

§74

119

FLEXIONS DE CAS

Flexions de c:as
§ 74. - On emploie ces mots pour bien pn·c1ser qu'en arabe on
ne trouve rien qui ressemble :iux déclinaisons qui, dans les langues
classiques, répartissent tous les noms de la langue en catégories morphologiques.
L'arabe pratique simplement des séries de flexions, à trois cas,
sujet, complément direct ou indirect, ou à deux cas, sujet, et direct·
indirect (1). La détermination ou l'indétermination du nom décide de
la longueur ou de la brièveté de la flexion.

A.

Duel

La fl.exion du duel est toujours à deux l"as.
1) La flexion longue à11i, agni s'applique aux noms indéterminés
ou déterminés par l'article :

nominatif

cas direct et indirect

y~~

~~

ül.i'ÛÎ
..

,~l

porlt'
'
La flexion courte d,

·-o'
....

indéterminé
déterminé

2)
annexion : (2)

ay s'applique aux noms déterminés par

les deur portes de la maison,

nominatir :

cas direct el indirect :
Ces Oexions s'appliquent à tous les noms.

B.

Plurlel masculln

Il est marqué par une flexion à deux cas :
a) une Oexion longue ûnu, ina, pour les noms indéterminés ou
déterminés par l'article :
musulman
(1) Il est convenu de les appele1· triptotes et diptotes.
(2) Dans les annulons de noms, le premier ne prend pas l'article comme
.1..0lt '.,.,li la porte de la mai1on
en fnnçals :

120

§74

FLEXIONS DE CAS

pluriel

indéterminé

déterminé

..
-,,

~~î

~~·
V
A

nominatif :

,

~1Î
-,.

~

cas direct et indirect :

une flexion courte û, î, pour les noms déterminés par l'an-

b)

nexion.
les musulmans de la cité,

nominatif :

cas direct et indirect :
Ce sont les flexions de tous les masculins dont on a dit plus haut
qu'ils avaient le pluriel cr sain». - On voit que la distinction de la
flexion longue et de la flexion courte est réglée de la même façon que
pour le duel.

C.

Plurlel féminin

Il est marqué par une flexion à deux cas :
a) une flexion longue cil"", âf•, à fanwîn pour les noms indéterminés:

des musulmanes,

nominatif:

cas direct et indirect
b) une flexion courte cil", âl 1, sans tanwin pour les noms déterminés soit par l'article, soit par annexion.

lei musulmanes, nominatif :
cas direct et indirect :

-

1· •

.•

..

nominatif:

4.:.o~I
.:,,~
_,
'

cas direct et indirect :

,'i..~;WI ;,i~

/es m1uulmanes de la cité,

- ,.
.,

Ce sont les flexions de toui les noms féminins, particip:!s et adjectifs, qui ont le pluriel cr sain ».On voit que contrairt:ment aux deux catégories précédentes, la flexion longue, c'est-à-dire ici à tanwin, ne
s'applique qu'aux noms indéterminés.

§ 75

121

FLEXIONS DE CAS

Remarque. - La terminaison dtun modifie parfois le rythme du
nom notamment pour les singuliers ~ , ~ , ~ (1) :
.> • ,
,,
f,!
,>

J

,>
4;.1\;, obscurité
.::,,i;.u;
ï: ·~ faveur
.::,,l;.,J, et .::,,~
,
1-

"'a

"'..Jj.

coup (de lance) "'.::,,Q;

chambre haute

-::.,~_:;

Les faits suivants sont anormaux :
"'

•&

.:;.,;. 1 sœur

pl ur.

à ne pas confondre avec un pluriel ··~~ de ',:.1 frère.

...~• fille

·-

"'~·, mère

"'.:ii.:.i
1: ,

pl.

~_.,..
• .(_ :•, et "'.::,,t;~1

pl.

Flexions du singulier et du pluriel interne
~ 75. - En ce qui concerne les flexions de cas, il n'y a aucune
distinction à faire entre le singulier et le pluriel interne, entre le mas·
culin et le féminin.

A. Quand ils sont déterminés, les noms au singulier et au pluriel
interne, ont tous des flexions courtes à trois cas, u, a el i (2).

J;~l

nominatif:

l'homme

~~j ~ J:i:1 ~j,é
,,,

,,~,

~)I

cas direct :
cas indirect :
les cavaliers,

~J

>

~)l
.
"' ,
sing. IJ"Jli

,,

,~)

])

,

_, 1· ,

, -

nominatif:

:,.;11)f

cas direct :

:.,./;~t

])

:.r:i~;

...,../,;JÎ
.

])

,

cas indirect :

,

les cavaliers

~~1...,../}

les cavaliers
de la cité

Ji';
,

Remarque. - Les «déclinaisons• indiquées dans la plupart des
grammaires ne sont que des variantes de ces flexions, qui résultent de
fa présence d'une semi-voyelle wâw ou yâ' (cf. § 103).
(1) Cf. Wright, 1, 217; et noter l'harmonie vocalique.
(2) Ces rtei:tons affectent des mots appelés triptoles dans les grammaires.

122

§ 75-7&>1•

FLEXIONS DE CAS

B. Quand ils sont indéterminés; les noms au singulier et au pluriel interne ont, pour la plupart, une flexion longue à tanwin et à trois
cas, un, an, in (1).

,,
"~.)

nominatif:
cas direct

°'11 ,.)

.

11n homme

LJ•,

~~

~)

-~)

-Ji-:;.

,,

cas indirect :
nominatir:

,, ; .....
• 1rl

cas direct

-.i:,.;1

cas indirect :

;t;1

des hommes

,

i'l::...i

une femme

cles femmes

Remar9ue. - Dans les noms terminés en i et en hamza, on n'ajoute pas da/if au cas direct. Cet alif, qui n'a aucune influence sur la
prononciation, a servi, avant l'invention des signes-voyelles, à distinguer dans l'écriture le cas direct di: d<"ux autres cas, surtout du nominatir, avec lequel il pouvait être confondu. On voit mal pourquoi il a
semblé inutile de marquer d'un signe le cas direct des noms en i.

Toutefois on écrit ~
§ 75 bis, - Un certain nombre de types de sul:.stantifs et d'adjectifs
au singulier ou au pluriel interne, indéterminés, ont une flexion à
deux cas u, a : (2). Ce sont :
a)

dérivés

des pluriels internes quadrilitères

ji_cJ
no min.

cles royaumes ~t;.;
,
des iles

.

,_;),?.
(· ,

JcJ

JcJ

~~
et

.

_;),?.

J.:r.~

et leurs

~lj

cas dir.
et ind.
~t;.;
,
, (·,

et

nomin.
des esclaves
des fruits

cas dir.
et ind.

W t;.;

- ,.

~<
,

(1) Ces flexions a!Tectent les mots appelés triptoles dans les grammaires.
(2) Dans les grammaires, ces noms sont appelés diploles. - La flexion l
trois cas des noms indéterminés est disting11Ee, dans les dictionnaires, de la
flexion à de11x cas par un tanwln : J.:j l trois cas : :&;.:! à deux cas.

§ 75ter

123

FLEXIONS DE CAS

les pluriels trilitères avec désinence â' ou d :

b)

'~_,,

et

'jat
, '

quelques

c)

j)

,

'
il;:,! -. l:. .;!..

nobles, chérifs

pl.

;~1 ..-~;
•..1

amrs

~

provenant de

première

.,

-,

,~,

,. ,
malades ~./

,.,,

,. ,
~./

J-i :

't"

, ·l
1.SÎ' 1

c.1JI

autre

·-

des adjectifs du type ~Î de« couleur et difformité», et leur

d)

,

&)\;.t :

féminin

'~
., 'î

blanc

'~

fém.

des adjectifs du type

e)

~i
/')

.

, .,.
ü~

ii;:,.:
,. '

d'élatifs, et leur féminin ~ :

plus grand

des adjectifs du type

,

;~.J llOlr fém.

fém.

t~ fém.

"-;r-.

Ji :

,. ,

fém . .1.:11',~

irrité

Il y a quelques adjectifs de ce type qui ont des flexions à trois cas,
et le féminin en ;; .
.>

,,> ,

... ,

ül....ù repentant

fém.

....

,

4,jl....ù (cf. ~ 68 b :i0 , Rem.)

Remarque. - On voit que ces catégories d'adjectifs ont 111 flexion
à deux cas, au type masculin comme au type féminin : sauf au type
féminin en â où cette désinence absorbe la flexion .

.> ..

t'

,., •

§ 75 ter, - Quelques substantifs bilitères "':"I père,
frère, etc.,
allongent leur seconde syllabe, quand ils sont déterminés par annexion.

en général..làril est à trois cas. .. On peut indiquer seulement que les noms propres ont suivi. . . ~' . comme participe actif de 1re forme. .J:> !J} 1.. étrangers à l'arabe. .& 1 • 1 .~ 'Olmâ11 l'est aussi comme ressemblant ù '. comme dans d'autres langues. ~~ . comme inaccompli de :>(j.) !J~ ]) ~ -- JI "'.Î . ·~' Al..4111 . fils d'Abû Tàlib . ~ est à trois ëas.. sont.i -.J:> poasesseur de... 'J. comme si " n'existait pas. Les noms propres terminés en li. bien qu'un nom propre soit déterminé par nature. 11yC1nl du bien Jt: .:iSW .!. et d'un deuxième nom propre se construit avec celui-ci en rapport d'annexion. .. et de } variante de r-' bouche. Les noms propres masculins. fils d"Abdallah On imagine aisément que l'on se contentait jadis des deux noms en rapport d'annexion.JI cas indirect : AM Bakr ton père !Ji(! lt Il ~'··- . :.124 § 75te1 FLEXIONS DE CAS cas sujet: -:J cas direct: (. A "-. • • . !l..iammad. cas direct et cas indirect -~li. .ft l'azid.. déterminé par l'article .J. à deux cas. même quand ils sont di·. déclinés à deux cas : ~li Fci{ima. en gros. '. sont. pour les flexions._. ~~î ..imud est un nom du type ~I. même type qu'un nom commun décliné à trois cas. J. : M11/.."'11 al-l. . >. ta bouche ..: ""' 'Ali.:...î J) -~·~:/ .. etc. ~. ::.. surt0ut quand ils sont féminins. c) Ln distinction qui semble séparer si nettement la flexion i1 .: . à deux cas à l'indétermination : ·.) Remarques. puisque c'est le participe passif indéterminé de la 2m• forme -. . les mêmes lois que les noms communs .a) On ne saurait donner ici des indications corn· piètes sur les noms propres et distinguer nettement ceux qui sont A trois cas et ceux qui n'en ont que deux. ~1jî le wdw persiste au duel. b) Le nom propre suivi de ".J. Y. ~ C'est aussi Ja flexion de .1u.>.t..

le premier il deux cas.•~. les cas. le second à trois cas : . en gros. 'Umar el 'Amr. 24.s. a introduit ici un IQ<iw et un a/if. Nôldckc.§ 751~1 FLEXIONS DE CAS 125 deux cas de celle à trois cas n'est pas toujours observée par les poètes classiques .. qui ont même racine.JaÏI : (l) d) Deux noms prop1·es.. •pour les besoins du mètre» . (1 l Cf. se déclinent. anlérieun· à l'invention des signes-voyelles...'.' J •• L'orthot:raphe. ._. Zur Gr. qui suffisent à distinguer.

Racines qui ont wâw ou git comme première. concaves et défectueux les verbes formés de ces racines. II. dans le but de bien faire comprendre qu'on trouve des sons avant de rencontrer leurs signes. Hacines dont la seconde et la troisième consonne radicale sont identiques (rd d). deuxième ou troisième consonne radicale . On cherchera ici à réagir contre ces habitudes. et non sur le langage ·parlé . On a déjà dit (§ 13) quelle 0 .Dans les chapitres qui précèdent.CHAPITRE VIII VERBES ET NOMS DE RACINES ANORMALES § 76. c'est-à-dire dont les trois consonnes radicales sont maintenues sans altéralÏ<•n grave. les manuels européens les ont imités. On commencera par noter tous les mols en caractères latins. au cours de la formation des mots. On étudiera successivement ces catégories de racines. On aura à supposer d anciennes formes. les grammairiens arabes semblent avoir parfois rai. II reste à examiner les verbes et les noms dérivés d'une racine anormale : 1. deuxième ou troisième radicale . on les fera prél'éder du signe •. on a étudié les verbes el les noms. car les mêmes rencontres de phonèmes produisent des effets identiques chez les uns et les autres. de leur conjugaison et de leur déclinaison. JI est convenu d'appeler sourds les verbes formés de ces racmes. Tout essai d'explication de la formation des mots issus de racincs anormales fait intervenir l'accentuation. avant de les écrire en caractères arabes.sonné sur ceux-ci. . dont la racine est normale. sans faire de distinction complète entre les noms el les verbes. Racine& qui ont un hamzcz comme première. il est convenu d'appeler assimilés. sans doute théoriques. les verbes sont dits hamzés. Quelque bons phonéticiens qu'ils fussent. III. c'est-à-dire sur l'écriture.

.o 1 . ~ . -- .9 . . quand la position ile l'accent est fo\'orahll' i1 C!'tle confusion. r.. se produit seulement dans les noms. . Les faits anormaux y sont conditionnés par l:i tendance dt·s deux consonnes identiques à se fondre en une seule 1·onsonne géminée (ou renforcée). ni lwm:a.. - ~ourd Les grammairiens arabes rnnsidèrent le verbl' .o et non comme malade i..).:. c'est donc avec beaucoup d'hésitation qu'on en r:iisonncra il·i. c_e qui .. la forme est normale ._..>" contient ni wciw.. (Verbes sourds) ~ 77. fuir rendre m d d étendre fém..: .: rac..l. plur. Quand la seconde syllabe' est fermée el porte l'accent. \. ni !Jà'... . SECTION 1 Racines à deuxième et troisième consonnes radicales identiques. rd d.) J!..} . l:W faràrmî \j)) J-â: !Jardud . . '·l j. Il présente cependant des anonrnlies qui lui donnent une pl:ic!' ù part parmi ll's \'erb<'s. rac. . . "' ... par cxcmpl1• du typl' J-.•.:...tj 77-78 127 HACINl':S SOURDES incertitude règne sur la place de l'accent en iirabe ancien .) . ' comme •sain» ~. f.... Thèmes normaux ~ 78. puisqu'il ne \-. /ànirlu '. .). mais on écrit la consonne double avec un sarlda..' ~- yamdudna Ù. -! . inaccompli : B.). rac. A.JI 'umdud ... celui·ci maintient la séparation de'l deux eonsonnes identiques el conser\'e au \'crbe son asp1•ct normal : accompli : apocopé : imper. ..l.. Quand la première syllabe est fermée et porte l'accent.t .

ij 'saqaqü > saqqü ~ *mridida > mridda . A l'inaccompli indicatif et subjonctif et à de& personnes de l'apocope.&.. raddun .. mabkamalan > mbQ._ 1 fi. . il y a un changement de rythme par rapport au verbe normal.~-.~ )_rJ '" .l! C. rdd Aaddatun ~ . . rac.. des dialectes. il affaiblit la voyelle de la seconde qui disparait entre les deux consonnes semblables : 'farara > fcirra ~ 'radadat > raddat 1_.. :.... pour les noms du type 41.. A la deuxième et à la cinquième forme.A. et un ressaut d'accent analogue à celui qui a été signalé. .kma. §79 RACINES SOURDES " . l'accent parait bien porter sur la première syllabe .. . : ' . ~ j.. . frr . ·- ~~) . dans .....128 rac.... . _. où la seconde radidicale est redoublée et où la première syllabe radicale est accentuée. ..~: 2m• forme farrara inaccompli : yufarriru 5m• forme: tafarrara inaccompli : yatafcirraru )J' .~ ~ln maigre et sec ~~ • Thtmes anormaux § 79..\.. saur au féminin pluriel. ·)~ Remarque: Certains verbes ont un m(Jfdar ~ qui reste intact et se distingue du ma~dar ~ (Ex. le verbe reste normal : rac.... )~ .o B. Aux troisièmes personnes de l' •accompli. Jal ... signalé plus haut : :. par exemple.. ~) J tW ldd ". : ~~). ~.

. qui est suivi partout. . il s'c•st établi uu rythme nouveau. ont pour c oublets des types calqués sur le subjonctif: .. comme précédemment...~l & . . sauf aux troisièmes personnes du singulier et du duel et î1 la troisième du pluriel mascit· lin. à l'accompli. > & '. et le rythme rcidda est èonsen·é : ~:_.. . tout en persistant dans la langue cbissiquc.. c) L'apocopé !Jar.âj *ycirdudu *ncimdudu > namricldu ~ *tcijlilu > tajfllu ~i •>cisdacla > 'ascidda . ~ . .4• f.A -l . rcidcla.. ~ ' . - ·. syllabe : ~l *'insalala ~l ~ .. ~ & ~j ~ -! "" . > 'i11scilla > yanscillu '' ù1tafafa > 'ii. t.x.a) A la 711'" et à la sm• forme. .[ciffu J:il ~ .)_.. .~timma ~ •7 'l . yaslasi mmu r-~ Le rythme normal du nom d'action est conservé par l'à de la pénultième: >istismiim"n En rés11mé./iid et lïml1ératif '11rd1id. .mcirde1d n > marcicld'"' 'mtiqlilun > muqi 11un 'âsdadu > 'ascidclu de même des noms: j:... l'accent semble donc porter sur la seconde .:. J-il ' .. • .[a"ffa *yaf{cififu > yc:i. c'est aussi le rythme radda qui se maintient . • . il y a ressaut d'accent. j. ~ b) A la lQm• ·forme. .:l . tout est normal. ::. !Jarriddu..J '•. 'J~. sauf aux dC'ux personnes du pluriel féminin. ~ ' ''istasmama > *yastaJmimu > 'ista. yaniddu & 11 . .qansci li lu '~:.). .§ 79 129 RACINES SOURDES On rapproche en somme le rythme de l'inaccompli de celui de l'accompli rcidda : J . A l'inaccompli. L'apocop°' maintient presque toutes les formes normales.:!!Î Remarques.. .

.l~dar de formes dérivées qui déYeloppent un yâ' final : ~ s'abattre (oiseau) ma~dar .. par des formes sacld<iitu. yafirri ~ . ~j .l- . de l'arcompli qui rompent. sauf dans les verbes d"inaccompli en où l'harmonie vocalique est favornble._. Elles paraissent provenir.. l.. .~. ont fabriqué des types : . c'est-à-dire ayant une semi-voyelle pour dernière radicale.De même. bakkciyt11 ~ . . Certains grammairiens..::. faire pleurer : J:.. sec/dit. la gémination t•st simplement un renforcement de la consonne double. élimine la voyelle de la seconde : "1" "'"'.:. qui ne sont point inconnues de l'arabe classique. le Coran emploie (XLIII. 35. etc. (.: ' ~J r11dd11 impér. dans la plupart des parlers.:.. yaruclcli .i. ruddi et ?..J.. apocopé : y11r11clcla .. .-. . .L On pourrait donc renoncer a l't>xplicalion :111alogique... . pour aflirmer la parfaite conformité de la flexion du nom avec celle du verbe. ~ 1ro p.. ?.. .:.. firri ~~ .foddciytu ..130 § 79 RACINES SOURDES $ '..! dJ Les formes fn.. subissent des assimilations avec les linnles /. . '· . 5ï) . de l'accompli de la seconde forme des verbes dits déft•ctueux. 111 mlcidtu > 111aclcittu sadcidtu > sadcittu f) Le participe actif de ln forme nue qui a l'accent sur la première syllabe.i. aussi.. b<i k/. en réalité.-ii.r- C'est un nouvel exemple du «flottement» qui existe entre les racines •malades».. de la bngue. mais. par exemple: bakkii. . elles aussi... e) Les verbes sounls.. saclaclt11. rëi!lid"n > rü. et ~ . comme les vl'rhes normau\ terminés par une dentale.. des exemples de 111'.. et l'on n "a point une s~ llabe fermée longue.. ont été remplarées.i. le rythme r<iclda.1! s<idda Ji . -' ·~ Il y a. par analogie.~adattu). ~. . et pense1· à un flottement général dans l'histoin.'lia:: ~:..rartu.Jd•m C'est l'un des cas où l'arabe semble const'r\'er une syllabe fermée ..t ?J qui ne se sont pas imposés..J~ pour "battre des mains» et VIII. qui se ramènent en somme à une r:1ei11c bilitère. ~.. 'o.

qui. wâw et yci'.ifa conférer avec Mais dans d'autres cas.. à cause de leur instabilité.11. .§80 RACINES CONTENANT J 131 OU . .lenhques. SECTION II Racines dont l'une des trois radicales est w<iw ou yd) § 8J.lier ici : on parlera en même temps des verbes cl des noms. sont appelés •semi-voyelles•. de quelque artifice : les règles que l'on va poser trouvent parfois des faits qui refusent de s'y conformer . des types ~ el ~.qui ~ml une conjugaison normale. elle disparait soit en formant une longue. Dans bien des cas. On cherchera à montrer ici que ces faits nouveaux sont simplement la conséquence des caractères particuliers des semi-voyelles et qu'ils résultent de lois très nettes. verbe ou nom. se trouve singulièrement troublé par la présence d'un de ces deux sons. de y et i dans anglais yacht et français yeuse et hier. . c'est-à-dire qu'elles correspondent aux sons de w anglais dans tramway et de 011 français dans ouate. . placée en fin de fermée. l'arabe conserve ces sons : wafala joindre qii. il y a deux semi-voyelles. En arabe. mais elles répondent dans let1r ensemble à la réalité el elles ne semblent point dénuées de valeur pédagogique. cette consun1w fragile. en principe. sans doute./ g) Les gr<1mmairiens notent quelques verbes peu usités. Ils y prendront une allure ordonnée et sys!ématique qui n'est point exemple. forme seulement diphtongue a\·ec la voyelle de {'elle syllabe: S) llabe qawl JJ dire . soit mème sans l:iisser aucune trace de son existence. des conjugaisons et des llexions particulières. quand la semi-voyelle est entre deux voyelles brt-ves. Les grammaires ont coutume d'y voir des exceptions. qwl qawulu > qiiln Ce sont ces trois traitements des semi-vovclles que l'on \'a élue. «voyelles consonantiques».Le rythme solide du mot. des consonnes. Ce sont. s11yr ~ vo~ager Enfin. car les faits sont identiques. . sans union des deux consonnes 1c. rae.

formée par J'alîaiblissemenl de la semi-voyelle. si l'on \'eut éviter une déformation complète du mot. qiila l'emportent. on a: . sauf dans les racines à consonne double.~y b) 2< f. J yaqiil > yaqul ' . rac.. OU !/ Principes gên6rau• § 81. J&! . . q Ill l J.De l'ensemble des faits qlle l'on va étudier. quand il y a comhinaison d'élé11111(iiiy 1111 > nlU(lïyun q1iwila > qila ~ ~ ~ d) La syllabe fermée longue. q 111 l qawultu > q1ill11 Comparer le latin a111a11isti > amiïsli. se dégagent quelques principes.Ja~.i c) Les éléments menls w .. devient syllabe fermée brève.- rac.l y q IV I q1i1V11la 1 "J. dans les verbes dits concaves..i. . . siïyara r J~' j ~L La semi-voyel!e placée enbc deux voyelles brèves tend à disparaître. c'est-à-dire ceux dont la seconde radicale est wtiw ou yâ>. un effort pour prononcer qui oblige au maintien de la consonne. rac. On a indiqué précédemment que l'arabe évitait la syllabe fermée longue.. qciw1Vala 3"f. q IV [ rac. Par exemple. . dans· les deux cas.132 §81 RACINES CONTENANT . rac..i • ~ Jli > . apocopé : . . Ill <.11 et y . :. rac. ~indicatif : 1Jâq1Vulu > yaqülu ~: ~ . . qu'il importe d'énumérer : a) La semi-Yoyelle est maintenue consonne quand elle est redoublée ou précédée d'une syllabe ou\'erte longue : il y a.

donner Remarque. . la semi-\'oyelle se trouve en fin de syllabe. .. enfanter. ni a/if dans l'écriture. Enfin quelques ~ inacc. Mais l'inaccompli est ~ dans les verbes dont la seconde ou la traisième radicale csl une laryngale ou une spirante g11tturale : . . .... confiance hériter d) .. Verbes dits asslmll6s § 82.\la forme nue.a) . . . ~ .. . .. •J:!. ' ..... . la semi-voyelle à l'i11acco111pli. . .._..a 'J..iëS. Le type normal du verbe assimilé en wdw est walada :J~ yalidu _ ~ Jat.. . .: '~.<i'a placer yaqi.§82 133 » VERBES (( ASSlM:LÊS A... ' . .. elle disparaît dans le plus grand nombre de verbes. avoir. être éveillé b) A l'inaccompli. eux aussi.. &-1 souffrir .On voit qu'à l'impératif il ne faut ni voyelle d'attaque.. . t31 .~ t:-' placer imp. ..J ~Y. . é. laisser ~ .Racines dont la première consonne radlcalt est wâw ou yâ' 1. c) Il y a un certain nombre de ~ ~ qui perdent.. . en contact avec le préfixe pronominal .._ t!'-' .. J-~ conservent le wdw ' .. puisqu'il commence par une seule consonne. . ~. l'accompli est normal: la semi-voyelle est initiale et reste consonne : WQfala joindre warJ. -"'-' ~ .

et la conscience populaire y a senti des racines en t initial et a tiré des dérivés nominaux de ces racines secondaires (1). à la forme nul'. .a) Le verbe «assimilé» en yâ' est. les 8•• formes ~ .ü. elle gtP initial devient wdw sous l'influence de la voyelle du préfixe : ~ .-·1 1 'j. .r. 8• f. -- J. .. né à la maison (esclave) biens héréditaires a' imaginer ~Ire Jh craindre craindre Dieu enfanter ~ ...13' VERBES ET NOMS DE RACINES « ASSIMILÉES )) §82 Remarques. ·~ suspect en face .o-' joindre Mais il s'est formé aussi quelques Vl'rbes fort employés. -. .. face ~~:. r:t' .~1 ... ~_. ..o.. .J~ être facile Il en est de même à l'inaccompli de la 4• forme : Ji~l Jï. 'J. .. J~ garder ~ :Jj ~. inacc. . J. ~ soupçonner auspicion ~~l se tourner vers . . être mûr b) A l'inaccompli passif.r.31 (rac...ri·- ~. aimer d~ A la huitième forme le t infixé s'est assimilé la semi-voyelle initiale. .. le wâw initial est conservé par la voyelle a caractéristique du préfixe : . actif et passif 1 c) Les verbes « sourds» qui sont en même temps « assimilés • ont nécessairement l'inaccompli du type ~. (1) Comp. avec mamllen de la semi-voyelle initiale : e. identique au verbe c sain » ... !4)1 . hl). auspect ..i :it' ~Ire pieux piété . qui diffèrent notablement de sens avec la forme nue .r-!.. ' . ' .. ~Ire éveillé ·~·. le yd' initial de la racine est conservé à l'inaccompli après le préfixe. .

qualité .J f::... prix du sang "i~ cadeau avoir co11fia11ce payer le prix du sang ~? joindre description. . celui-ci devient gêl sous l'influence de l'i antérieur : "Jij1 "JC. plur.. station de pèlerinage. qui est spécial aux verbes assimilés : c'est .J ~~ 1 ~) ~·:. date fixe... 1_ ~ . part des verbes._. battoir.) 4$.. u... Noms dérivés de racines § 83.> . > _..::.. -=-:~Ir e) Le nom de lieu el de temps du type ~ est d'ailleurs fréquent : .J .. .. ..> - 41i:..).. .u e~1 -:. : r '·"':. .U .. avec chute de la semi-voyelle comme à l'inaccompli de la plu- .J. sous l'influence de l'i du préfixe mi: rac. laisser tranquille ~.11. ' . .. plur.~ époque de naissance ._A...~~ ·-·:..:.'I .~... marteau d) On trouve d'autres exemples de noms du type cl~ ".i j .) tranquillité b) Dans le mQfdar des 4me et lQm• formes des verbes eu wdw.~ mais il y a un nom verbal. celui-ci deyient l.. . confiance "-.J ~ avec 2m• ou 3me consonne radicale laryngale : "-~ ~ décrire "'4.. ..J J_) -j. instrument pour imprimer au fer rouge la marque de propriété rac.. .§83 II. - 135 « ASSIMILÉES » NOMS DE RACINES cc asslmllées n a) Les mafdar de la forme nue ont des types normaux : ~J JJ... ..~ - ·1 -- c) Dans les noms d'instrument provenant de racines commençant par un wdw. e::.

Les grammairiens ont admis qu'en général les verbes concaves appartenaient à deux types : avec .~ . Jd .. lil semi-voyelle disparaît. . ~ avec y(P quelques verbes seulement faisant exception : avec 11•â111 .S . ~. mais il y a une voyelle longue.. ~ yci' Cette hypothèse permet d'expliquer nellement certaines personnes de l'accompli qui. .> rac.~:• 1 . sont peu claires. . On supposera ici que les verbes en wâ11: ont une seconde voyelle u à l'accompli comme à l'inaccompli.> • .. « CONCAVES » ~84 • . ~. rac. ex. : ~ . Quand la semi-voyelle est redoublée ou précédée d'une voyelle longue. suivant le schéma cl~s~ique. ils aient émis une pure hypothèse qui ne paraît pas répondre à la réalité des faits. fête de saint i--''" . Il reste quelques types aberrants : ~ ~ . la semi-voyelle n'a plus sa valeur semi-consonantique . B... elle reste consonne. . 111arqu119e des bêtes.: - Il semble bien qu'en l'absence de toute raison solide.136 VERBF. l-y avec yâ' IJ'. ~ wâw . C. pèlrri11<1!je. - date ou lien de 1111iss1111ce Racines dont la deuxième consonne radicale est wdw ou yâ' 1.. - On classera lt•s faits sous trois rubriques : A.. de mème que les verbes en yâ' ont un i : avec wciw avec . B. Quand la troisième consonne du verbe est vocalisée. Quand la troisième consonne du verbe est sans voyelle. Verbes dits concaves § 84. .

. ~~ "" . 2< f.... b) apri·s voyelle longue . 1° Elle disparaît : A) quand la première consonne radicale est vocalisée. ~. .. A) La semi-voyelle garde sa plelne valeur de consonne : a) quand elle est redoublée ._ La persistance de l'a dans tous ces types de mots s'explique de deux fa~·ons : soit parce qu'il est maintenu par l'accent quwula. -~.. § 86. ~ 9" f.l r.~ ..J..soit parce que.. . J.1.énéral les /{l'1111unairiens européens . :. rue. ''i nq11111adn > 'i11q1ïtla rac.. uprès une syllabe fermée : rue. c'est cette voyelle qui persiste et devient â : rue. . la semi-voyelle ne reste pas consonne . ~. l') :1 l'initiale d'une syllabe fermée. •ba111ifu > bafa ._jl. ~b:.i . c'est-à-dire aux troisièmes personnes du singulier et du clucl.yn11qa111iclu •!Jt1:cl11!J iclu > yn11qild11 > ya::tlildu s• formes : ~~ .·oyelle intervocalique disparait : a) parf11it actif: la première radicule est vocalisée en a . et:. .. B) Quand la troisième consonne est vocallsêe.. ~ 3e f. r:ic.. . nL G• f... inqci111111/n. . rac. J. roc.. rac. -- J~-- ~ --i:_.. J. Jj 5• r:1c.a. car c'est cette position de l'accent qu'admettent en v.. la troisième personne personne du masculin pluriel cle l'accompli actif et passif. .§ 85.. ..jl Le même fait se retrouve à l'inal'C'Ompli des 7• et rac. la semi-. . ~j ''i::tlayadu > 'izcltïdu ~ t ~L . 86 VERBES (( COXCA VES 137 » ~ 85.- ' .. ~. ya:tltiwidu. . ~ •s11yir11 > s1ïru rue. .1. yw1qtiwicl11...b •qnwulu > qtîla J~ •111w11ln > (Ma JI}..

aux mêmes personnes qu'à la forme nue. Ji ri ri ri Ji . à l'accompli et à l'inaccompli. ' . rac... Ji rac.b) à l'inaccompli apocopé et à l'impératif.W1 . rac. ..138 §87 VERBES «CONCAVES)) comme on le verra par la suite.~ J~ _.. et aux ~ et 3e personnes masculins pluriels et au duel .. la voyelle a résiste t"n contact avec les voyelles 11 et i. . 1.. rac. elle s'allonge. . rac. qui est maintenue dans chaque série verbale . .. ~ •yaqiv11lu > yaqülu ~ . .. C"est ce qui se produit : a) à toutes les personnes de l'inaccompli indicatif et subjonctif. . sauf au féminin pluriel . 9 et 10.. b) parfait pcusif : la première consonne radicale a une voyelle 11. actif et passif. "" •guqwimu > y11qimu ••aqmama > •aqii.c) aux formes dérivées 4.e- rac. .. . rac..fu ~ •guq1valu > yuqiilu I . > sira ~ I rac.e- ~ 2" Il reste une trace de la semi-vo!Jelle : La troisième consonne radicale est vocalisée . On sait qu'en arabe les éléments u disparaissent au contact des éléments i. la semi-voyelle intervocalique disparaît. J. il reste donc un î. rac. à la forme nue . 1 • I ~ ~ ~ .. La semi-voyelle disparait : c'est la voyelle. . . rac.ma •gastaqivimu > yastaqimu •>uqwu/a qülü > J~~I --· J\-J :. . li1 r I -- ~ 1)) . .. . mais la première ne l'est point. et la semi-voyelle un i . I ~ •q11111ila > qT/a ~ 'suyira. caractéristique de l'inaccompli u.. au féminin singulier 2e pers.. ~ •yasyiru > yasTru •ya!J11mf11 > yabii. I ~ .. i ou a. gardant ainsi une trace de la semi-voyelle : § 87.

.).'!Jwaf > !Jaf > !Jaf ~ .-!. elle devient brève. La première coruonne n'e11t pas vocalisée : cela se produit aux cinq personnes de l'apocopé qui n'ont pas' de voyelle finale.lna > . et Il ne subsiste qu'une vo1elle br6ve. yaalru.§88 VERBES << CONCAVES 139 » Remarque. a.Si l'on part de l'inaccompli de l'indicatif tel qu'il vient d'être formé pour les verbes concaves. c'est la seconde qui persiste et qui devrait s'allonger. et au féminin pluriel de l'inaccompli aux trois modes et de l'impératif de toutes les formes.. à la 2personne de l'impératif. on obtient une syllabe longue fermée que l'arabe s'efforce d'éviter et qu'il transforme en syllabe fermée brève. du duel et du pluriel et au pluriel féminin (troisième pers. C'est ce qui se produit dans l'accompli actif et passif aux premières et deuxièmes personnes du singulier. la voyelle d'attaque a naturellement disparu. et que l'on pratique sur lui l'apocope. •a Jail 'gaqwulna > gaqü. .. § 88..~.. A. yaqülu. . ~ .Jt-J . Il faut distinguer le cas où la première consonne n'a pas de voyelle et celui où elle en a une.uqwul > qal > qui J.- R. .Ji' .. ya!Jiifu.Dans ce dernier impératif. yaqülu J ~. alor11 que la première en a u11e. ~ gaqül > yaqul yaslru '. Accompli actif: La semi-voyelle intervocalique disparait : des deux voyelles en contact. La troi11ième consonne radicale n'a pas de voyelle. mais étant en syllabe fermée. C) Quand la trolsl6me co11soMM radicale n'est pas vocalla6e.. ~ de même: ~ • . .. .r.i1 . yqalr > ya11ir ya!Jafu ~~ ya~af > ya!Jaf gaqulna .. la aetnl-YOJelle disparait.

l'accompli passif est.11. 2) Pour le passif. page 40 R<'ll1. passif ~ 4) On retrml\·e ici les assimilalic. soit par la persistance de la voyelle caractérisée de l':1ccompli de chaque verbe (types ·.. :iclif 'baylt" > bi't" 'b11Iflt 11 > bi't" rar. .. ~l ~l t •• t •• "i11qawcidtu "> i11qèillu > inqcitfu . clans les vc. de la lorme nue. soit par le fait que ces voyelles sont celles de la syllabe accentuée : qa111tilt11. ~ •qaw1ilt11 rac.. et JI ace. on peul aussi invoquer la pos~ibilité de l'accent.:i.~ De même à l'accompli des formes dérivées : rac. ' -..-.. semblable à l'actif. '·. > bift11 rac. a) Aux personnes considérées ic. plus sûrement le fait reconnu de la prédominance des éléments y -· 1 sur les éléments w ..:_.::. ~. qui c01Tespond à la semi-voyelle. ~ "q11111iltu > qïltu '> » "suyirlu > sïrl11 > sirlu qilt11 ~ .ns signalées dans les verbes sains (cf.'-"').. 1) Comme dans le cas des troisiëmes personnes on peut expliquer la persistance de la voyelle 11. ~. . c.LJ •sayirtu > sirl11 > sirfu rac.. i. Accompli passif: Il s'agit des mêmes personnes qu'à l'accompli actif.. q1ïlt11 > > :Ji q1illu .140 VERBES ~88 « CONCAVES)) J..i.l "iqtawcidt11 > iqtütfu > iqtcitl11 . ~ ::.c:. ""'""f""'. [1awift11. c'est la voyelle i. Remarque.i. caractéristique du passif. es en yn..::. Jj- ~ •[rawiftu > {ilffu..t b. . b). rac.a.. 1•e11dre 1•• pers. qni persiste en syllabe fermée brève..~. mais clics sont plus sensibles à J'œil. etc. ace. .lA.

.. . 4• r. 5 et 6. 4• f.' ~tr G. dans . Mais la langne classique. lnacc.. vo1sm 8• f. :. ..i 4• r. . el miillu...'.. 7) Tous les faits qui ont été exposés ici prouvent que la semivoyelle est traitée comme un élément instable : c'est en effet le principe courant dans la langue. 'f. :.. .. avec la \'oyelle u correspondant au wâw de la racine.. ~.~ revenir 4• r. comme la langue vivante.ins d'autres verbes.:.. à côté de biflu.. 8 et 10.:. ". e:J:aucer . à côté de miltu. .°l .. Il y_ a cependant des exceptions qui montrent qu'elle pouvait être traitée comme une consonne ordinaire. biftu. ~~:. . J~l ~-.... 3.....-&:-l 6) Il existe un rapport étroit entre la \'oyelle de la seconde radicale et la semi-voyelle dans le verbe « eonca\·e • .f' être borgne '. Elle est maintenue à la forme nue et à la quatrième forme.·1 et . . ~ .. admet buflu...< H:liHES ~t: 141 » ? ~ qûttu 5) L'accompli de la -1 111• et de la 10111• forme combine les faits qui ont été signalés dans la conjugaison de la forme nue.~I ~ • réponse et :/. où son maintien est normal : (voir ~ 85)..~ 1 et "'i. aqü11111 yaqü11111 •istaqwama > istaqiima a\·ec la suppression de la syllabe longue fermée : J > ''aqwamlu > ''islaqwamlu > islaqiimlu aqiimlu .._:.:_. : ~ des verbes qualitatifs de type J. ..li' ou . il est rompu dans les verbes du type ~ en wàw : biifa. èlre noir ' .1 J •. : . .: J.. 10" f. sans parler des formes 2. •> ll'JW<1ma > > ·yaq11•umu IO• f..i D.JI 11qaml11 > islaqamlu ' .. . elle ne persiste qu'aux formes 4.. telle que nous la connaissons. ·1 récompenser être voisin répondre favorablement. ...« CO:'\CA YES >li ..

.J. il n'eat pas. pp. (1) L'étymologie du mot n'est pas nette ...::_. 501. combien est mauvais 1 ~~ ~ ont l'apparence de troisièmes personnes de l'accompli. Verbe. ·- Noms dérivés de racines concaves § 89. l"arabe :. qui.Les faits que l'on vient de signaler dans les verbes dits «concaves » se retrouvent dans les noms. l .142 NOMS DE RACINES (( CONCA \'F. a pris des désinences de verbe : singulier pluriel féminin masculin 111 :l!lc ulin féminin 1re p. 3• p. cr. . :.. 1..l . ' fém.. combien est bo11 ! . issus comme eux de racines à seconde radicale wâw ou ytf. Les pseudo-verbes : fém. Cohen.- . une expression d'état.. ag. 2• p. sauf quelques variantes. Brockelmann. l'analogie avec le verbe concave a imposé une voyelle brève.:.:.:. en réalité.S §89 » 8) C'est ici qu'il convient de signaler le faux verbe . ~l 2•p.il. néf'atif de ·.:.1 'I cr pas d existence " (1). . .J.1 «existence• peut avoir été formé secondairement sur .cr: C'est. Gr.. La diphtongue ag des troisièmes personnes de ce pseudo-verbe aurait pu persister aux autres personnes . notamment la présence de quelques diphtongues aw. comme d'autres particules. 78 et 85 . mais c'est un a. souvenir de l'â de lâ.

> qui est. r~ ' le wâw a été maintenu à cette dernière.. ~ 0~ être mou. :>j 3• f.> • ... ... ~ . h'• d) Dans les ma~dar de première et de troisième forme u~ et dans ceux de septième et de huitième forme.>.. r. • ..f' On signale un exemple de mafdar de verbe en wâw : rac. tendre ma!?dar 3• f._ .. . suivant la règle.~ croitre rac. être évident ~~ être absent .1 î.. la semi-voyelle est maintenue consonne par la voyelle longue qu'elle introduit : rac. ~ rac. Jj voyage ~ mais il y a en réalité une diphtongue : qawl et sayr.? . dire Les verbes concaves en yâ' ont souvent un ma1dar mimi. J-i Mafdar : a) Le mafdar est fréquent dans les verbes concaves . .t... . l'écriture en est normale : ..Lij .ti: rac.. .Li. devenir ~~ Quelques verbes concaves en yâ' ont un mafdar d'un type special 41_. . ~GI -- Pour distinguer les ma~dar de la première et de la troisième forme de du qâf. celui-ci devient (yâ') i.]1 :> -.. ~ c) .- ~ ..: aller rac._J'" . i. :>} 7• f.. sou's l'influence de l'i qui précède : rac. ._.l rac. Î. p.:! ... ~i. '·-: 41 r. . ..~ Dans les verbes de racines en wâw. être conduit Il )) .. -::. du type en i : -:u. 83) rac.i. b) (cf. c. ·~ ). .§89 143 NOMS DE RACINES «CONCAVES» . .. Î •' . malgré l'i . -~ être debout rac.. üf' 0tr" être. ..> • .• . [. . . exister "i.

. miqwad"" rac..l.P mirwabun rac. du type d'après la voyelle de l'inaccompli du verbe (2). rac. t()e • • . ~ . ~ •mabgit"" > mabuun "'r~ . .._.. Noms de lleu.J~tfr-.J:A-. Wensinck.::tA -..:1 .. cr.. .. !...o mi~yadun . mais c'est le rythme de !"accompli qui est conservé : - rac... ils sont J. ti1 inf. . » § 00..91 e) Dans les mafclar de la quatrième et de la dixième forme. .. § 91. la semi-voyelle laisse une voyelle longue : rac.i1-:: .Ils sont nettement anormaux...... :.jl et 'Ji. Socin-Brockelmnnn. . C.... -- bride h•e11t11il filet '1) Je persiste à croire (cf... -.satrice ».. . :>tom. on pourrait encore admettre que J'ti maintient à la semi" qualité de consonne malgré sa position après syllabe fervoyelle sa mée . (2) Voir§ 5.144 NOMS DE RACINES (( CONCAVES rac. Noms d'instrument. inf. § 90.. 20. -.. Î - ~I "':-' .~~' . 86 et 140.. ~ 66 i) que ce la est aj<>uté pour rendre au nom son équilibre rythmique .. - ~ ~~ . Suivant le principe général. ... Cependant on emploie de préférence les formes en . inf.-'r- . elle est maintenue consonne : rac. car ils ne suivent point les règles qui ont été posées précédemment. .. Bien que la semi-voyelle y soit dans la même position que dans les noms de lieu. -tii Î f. et comme à l'accompli.- ..... comme l'a dit Barth... (1) . XIII.... ". °Ji.). que c'est" nne forme " compen..! •maqyi/un > maqïlun rac..l... rj •maqwamun > maqiimun rac. ~. - . r} '-:'~ 4• f..:.. (.

[uïwif0 ". . .. sii'il•m. le û long en i long.Les adjectifs du type "'~ conserve le yâ' en diphtongue.1. ainsi qu'on l'a vu pour les noms (~ 89 a) : .~92 NOMS DE RACINES 145 « CONCAVES » Après une syllabe OU\'ertc longue. elle disparait : •maqwül0 " > maq1Ïl0 " Dans les verbes en gtf.. ~.. ' . . li li ' qü'il"" rac. siigir0 ". la semi-voyelle est dans la même position qu'à l'inaccompli et dans le nom de lieu. la ~ 92.r. •mawït"" > mayil0 " > magyilun .:.. "'1. Participes...·c "'.• ':.J. Le Maghreb écrit d'aiÏJeurs ~\.~ des verbes conc:wes devrait donc être qiiwi/"".. Au participe passif. Dans les adjectifs de racine en wâw.. semi-voyelle. celui-ci transforme.- Joux Dans les adjectifs du type bon ~ qui proviennent des racines en ytf. . rac. et ainsi le participe actif des verbes concaves est du même type que ceux des verbes hamzés de seconde radicale: tels que sa'aln. bien qu'elle soit suivie d'un tl long. mort ...- "'•• T doux •tagr11un > lcigyin"" rac... suivant une règle déjà observée : rac. u- rac.. rac. Le participe actif "J.ir1111 ~ . J.Jj- l1ti'1ï 0 " 1ii.. > 'mabyü""' mabi" 0 " Adjectifs. est normalement maintenue consonne. il.)1. comme ailleurs.. Mais le langage a remplacé la semi-voyelle par l'attaque vocalique ham:n.J ·_. il y a déplacement ile 1'~1ccent et le redoublement du yâ' n'apparaît pas comme un simple fait d'orthographe : .._. .ül. on l"a vu. celui-ci devient yâ'. ~i.f. .

. Kf. . ~r C.:. . Plurlels féminins. .# .•.> ...0J..iw ou yâ' agit (1) On a supposé que l'emphase du ~û' était pour quelque chose dans ce maintien du wdw.:. - Comme pour les verbes concaves . ~ ._.. ~j .ljr. La semi-voyelle est un wdw consonne .> tl.?!44 et :a». Verbes dits défectueuJl § 95. le type ~ est ainsi parfaitement conservé dans : long.). .:.. sous l'influence de la vocalisation ~. .. - § 94. . {artli11 4. ...J) .Y. . . des noms de racines concaves et de types 4W . '•....... .'1.. ~ ' 4!... le w...J J.. On trouve cependant aussi . .. (2) Marçais.. •' ~ porte buwciybw• prix quwaymatun chose s11wayyat"n ..ljr.pluriel ._... U. faute "-- . 118 B ..:. qui pourrait maintenir à la semi-voyelle sa qualité de consonne (§ 74 Rem.Jr... une voyelle de deuxième radicale..... 4W ne développe pas..> plur.J. Diminutifs... . .:.. c'est-à-dire placée après voyelle u et introduisant une diphtongue accentuée (2)..146 § 93-94-95 VERBES (( DÉFECTUEUX )) Il y a cependanl plusieurs exemples de maintien de wdw consonne . .. sain féminin .O. • . . B. .....• -t~·.... .J~ . . ~.. ~~ .l. haut (1) rac...~ )1 . .... ..Racines ayant pour troisième radicale un wdw ou un yâ' 1... etc.. Le. ..Fégball. - § 93.... .J~ i•Ïcissitude . . ". .r pour ""'-s . ... . noix . . ... comme dans les noms de racines saines.

. J. .....JÎ •. rester .§96 147 VERBES (( DtFECTUEUX )) sur la vocalisation des verbes • défectueux • qui appartiennent à l'un des types suivants : ' . ce n'est que dan1 les dérivés neminauJ: que l'on retrou\•e la racine en 1vâw. . (1) Il y a quelques 'J.ayu > yanJii rac. 1'·· î rac. \:t. r. La semi-voyelle est lntervocallque : 1.1•.... en fin de radical et au contact des suffixes. C'est ce qui se produit dans les acC'om. et il res!e une voyelle longue.J~ rac... . ... etc. r.i.i .. la semi-voyelle. . ::. produit des conséquences un peu différentes de celles que l'on a eu à constater précédemment. eomme s'ils italent en yd'. .J. .. . .seJ "yarmiyu > yurmi ~. On classera ici les faits.. ètre satisfait de (1) .<ja:rnwa > .1ja:1ï rac. Elle disparait : a) Entre deux voyelles brta\•es (sauf exception que l'on va noter).J. on y voit s'affirmer la solidité de la voyelle a devant u et i.J.i A..i et les inaccomplis ~ .t ..i~ Ln semi-r•oyelle n'est pns 11ocalisée : 96. 'J. ~J 'yar</.. ~.. ~ 'yabqayu > yabqii ~ rac..n semi-11oyellr est intrr11ocalique. . n. fréquent.seJ lancer . ~ avec wâw avoo gd' l .. . . J* ~(1) Les faits que l'on va étudier dans les mots provenant de racines • défectueuses • sont ceux que l'on a déjà rencontrés dans les racines • concaves • . razzier r.Ji . sous deux rubriques générales : /. . ~ ex.. . .. : J.Voir§ 961>. d'autre part.Ït qui sont de racine 1vâ1v: ·~-j rae. .. . ee qui est le cas le plus A..Jj$ 'yayz11w11 > Y"!ÏZIÏ ._.seJ •ramaya > rwmï rac. mals Ifs 5e eenjuguenl. faire un~ expédition. en génél'al. plis J.

~..•' •yurmagüna > g11rmaw11a u )""Y.. une diphtongue aw.L:~ il lui lance l.. et !Jà' dans les racines en gci'. même contre les habitudes de la phonétique arabe. . . .1) Il convient de noter ta différence d'orthographe dl' l'ü dans les exemples qui précèdent .. Il. il est noté alif dans les ra<·ines en wciw.. après la disparition du· wâw ou gel'. '.iit . L'._. car elle est l'élément essentiel de la compréhension.. <fue l'on croit retrouver ici à l'origine de toutes les autres formations 1 u verbe et du nom.. il le craint 2) Suivant le principe qu'on a t'.. mais il se forme une syllabe fermée hrè\'e.:. on note toujours 1'1ï par un alif.l!.. > !ia:rnl rac.148 §96 VERBES << DÉFECTUEl'X ll Rem11rq11e.ti lllr{luW 1. d'après les principes de la phonétique. la flexion forme avec elle.•..'·. pour 111 p:ace de l'accent : :llarçais.. auquel on a ajouté la flexion courte cln duel d. Elle n'a point été construite isolément.f) ~. lia. la semi-voyelle disparait à la troisième personne du féminin de l'accompli ~ . .. on aurait construit un duel !ia:11111ata.1 . .c.).. par exemple : ü ~ . contact avec une voyelle longue. qui... et il reste un ii long. Kf...1 (1) Comp... ~ . "lar{lagi na > tart/.aziita-et non fiazatà.. 149. -..~ ru111ata On voj) qu'elle a été formée avec une logique parfaite. du singulier ramai. . .agna . et l'on écrit le wâw et le /Jà' avec un ju:m. ' ü~ ~ . 11y. 1_. avec un rac..1jazata ~j t_. et Féghali...... •ya:awü > !iazaw i. donner. . suivant ceux-ci...tii 'tarqawü > . '.. . "":. En effet. lfJ nin singnlil~r 'mmay11I > r11111iil > 11 bref. en syllabe ouverte. qni est : . r'....·noncé. . b) La semi-voyelle disparait aussi aux personnes où el!e est en . ru11111I Il est intéressant de rapprocher l'elte troi~ième personne du fémide la troisième personne <ln féminin du cluel. :\fais quand le verbe est suivi d'un pronom. c'est la tlexion qui persiste.. 1° Quand la voyelle de la seconde radicale est a.1 . .

. . .:. '/armi11Tnn > /11r111Tn11 'la!jzuwuna > tay:üna 'larmiy1ï11a > tarmüna "irmiyi > 'irm~ ·~ ~J ""r°). . b) La semi-voyelle e>t maintenue consonne par l'ii du duel qui la suit.1. .faut d'abord être compris. yag:uwa .RBES 2• Quand la voyelle de la seconde consonne radicale du verbe est u ou i.~97 149 « DÉFECTUF. qai la précède : c'est un fait général qu'on a déjà noté.t.. . : 4• f.. B. ra</.>araisaent toutes deux. et la flexion 11 ou i persiste seule. On a déjà dit que a se différencie très nettement de 11 et de i. . est de son timbre. .*v '"'. . La semi-voyelle Intervocalique est maintenue avec sa valeur de consonne dans deux cas : a) Quand la voyelle de la seconde consonne radicale... ' ~ ' ~"...On voit que dans la nécessité de conserver intacte la flexion a fait oublier le principe de la prédominance des éléments i sur les éléments u : il .J. ' . .lJX )) VF. consonne radicale.. quelle que soit la voyelle de la seconde.. . . et que la semi-voyelle introduit un a bref. Remarque. . qui précède la semi-voyelle. saruwa . lancer rac.J~ razzier ~ yabkiya ~ pleurer IS") yurmiya ~Y.r- être haut . Ceci clans deux cas : l• :_w à l'accompli des verbes du type . rac.Jji:. ~ 97.. donc sans jazm dans l'écriture : ' .. cette voyelle et la semi-voyelle disi.. on bien que y est précédé de i.iya 2• au subjonctif ~ ' . rac.' et ~: ~) être satisfait etc. c'est-à-dire quand w est prét•édé de 11. .

. . ..."". ... 1'1.Jr .. c. )\..:: 1~'j.. ~ impératif 'ir</..a .. '.J~ yag:uwdni ~ .J. gazawd ~ ~· ~ .. elle est placée en fin de syllabe fermée.. î' _r.. . §98 « DÉFECTUEUX » VEl:\BES yurmayll.\ >ll!ÏZllWlÏ .. Jo... >irmi j.. la semivoyelle persiste comme élément de diphtongue.a >ugzu . - ~.J.~ ramayna" ...r. . ""· . .150 y~.. ·~ " ".J/.J ...JY--!.rM ·- ' " -' .J. (1) b) Quand le timbre de la voyelle de la seconde consonne radicale correspond à celui de la semi-voyelle : li w. IJîl S98.- tarqaynu ~.. ._ .. i y. C. " . yurmayna ~ . ~.. ùl. II.._.~l ' .. Ù.. Trois cas : a) Quand la seconde consonne r:ulicale a une voyelle a._). " . et le wôw ou le yci' s'écrivent avec un ja:m: ~ > .f . la voyelle •'allonge en laissant dans l'écriture une trace de la semi-voyelle : + ~ ::..J . . " yarmigdni . yar</. .!.. ~ •saruw/u > SU/'Ûtll •ra</... .J.. .:... ... c) Aux personnes de l'apocopé où la semi-voyelle est en fin de mot et jesmée...J.iy/11 > ra<Jï111 yagzuw11a > yag::ü11a + .. . .. yarmi ... .. yagz11 ~... -=-~) .•.. . . elle disparaît et il ne reste qne la \'oyelle hrè\'e de la seconde radicale : indicatif · . .·' .ùr.J. Rem..r.. (2) Voir p..... La semi-voyelle n'est pas 11ocalisée ... . . !iazawlu ramaytu ~ Gti G.l a) Bien que l'on ait signalé un cas (2) dans lequel les habitudes de la phonétique arabe ont cédé devant le maintien de (1) Au lieu de tardawna... . . apocopé yar</. ..ni ù.::. .ü yagzû yarmi Remarques...

~ .awna. . qui maintiennent Je wâw à la forme nue. . .. ... ~ On peut comprendre que le remplacement du wâw par un ytf à .layna ..Jja> .. pour lar<}. ~.JjJ ·ta.. .p 2e r..iw du type fa'ila et f<iala. . verbe rac)iya perdent le wâw sous J'influence de l'i précédent. il y a confusion entre le masculin de la troisième personne et le féminin de la seconde et de la troisième personne du pluriel de l'inaccompli : .. et le remplacent partout par un i. . ~)i ~')i 8• f. . ayant un wâw :1 la dernière radicale...t.ayna.. û~ .. Dans les verbes ayant un yti' en troisième radicale. ~. le perdent aux formes dérivées: rac.Û.JÎ }. On en trouve ici des exemples p:i rticulil•reml•nt caractéristiques. ::..1j:uwna > layziim1 .. ·~.tre conservé. comme dans lar<}. il en est d'autres où l'altération de la semi-voyelle a conduit à la confusion de plusieurs personnes du verbe : 1.. ... ~.. i sur c) Les verbes à dernière radicale w.. .• . Les verbes du type fu'ila. . . rac... ma./ayï11a > lal'(lagna b) On a insisté précédemment sur la prédominance de l'élément 11 dans la morpholo$ie de l'arabe.-i~!~ . .§98 VERBES << DÉFECTUEUX 151 >) la d~sinence.. rd w. ~ f. . . c'est-à-dire devant la nécessité d'être compris. même quand il aurait pu t. tel que rac.} Il semble qu'on n'ait point attaché d'importance à des confusions qui t•oncernent dl•s formes du féminin. au singulier et au pluriel. Dans les verbes ayant un wâw comme 3me radicale.. .} . ~~ 2.dar 4• f. . .P .. ~ --- ~ •/armiyïna > larmïna •tal'miyna > larmT11a •tur(layïna > l11r1. rac. •tar1. ~:. •1ay:awü11a > lag:iina û. les deullitmes personnes du féminin sont identiques. ~?l ~ f..

c ·:.. \J. .111 . . la semi-voyelle finale est toujours vocalisée par la flexion de cas . Adab. conduit à d'autres résultats.\..> • J-i .' . La semi-voyelle est Intervocalique : c'est le cas le plus fréquent. suivant que la voyelle. 1.. Gr. .. toujours vocalisée. Adab. ce peut être simplement une analogie (2).. •y11ga:::i1l'll I~ De même : > . et devient longue..> - ' . entre deux voyelles brèves..j ':f". dans le nom. ' et~ et . mais..·-. en arabe comme en sémitiqul' commun.l. des rat'lines en 111 et en y. 619.: prière vie (1) Ibn Qotayba. mais la structure du nom.i' y11gazzl . <1ss1sler à 1111r réunion duel : 11111/iwci > 1111diyii au passif 3• pers. l'i de l'in:1ccompli qui y a néc~ssité ce remplacement. sauf dans les deux cas que l'on indiquera plus loin. ü~~ Ce serait un argument pour l'ancienneté de l'inaccompli . 279. et c'est la voyelle de la seconde consonne radicale qui subsiste.. ~ - . Elle disparaît. 118-78. - •. (S) Ibn Qotayba.. 50S et 007: . est intervocalique. effaC"er .- .CC..Il "~1-. rac.je' (3) être généreux II. Barth. de même le verbe ne ... 1..:. § 100.- Noms dérivés de racines défectueuses § 99. ou qu'elle n'est pas précédée d'une voyeHe.J. connaît point la combinaison analogue à On distinguera deux cas.152 ~ 100 NOMS DE RACINES DÉPECTCEUSF.alaw<1t 11n > faliit 11n "-.On retrouve. Il paraît donc plus sage de n'en pas trop raisonner et d'Jiccepter la confusion. A." J\.S l'accompli s'explique par l'influence de.. comme dans le verbe. }. . rac. Nom. et inaccompli : yu11d11wcï11i > y11111liyiini (1) ' . différente de celle du verbe.. les faits qui ont été indiqués en étudiant le verbe . (2) Brockelmann. Dans le nom.

-- (1) !. il faut prononcer ~a/â/"n et 1. il convient de noter une orthographe étymologique '. "" ".. V.iaycît•n (1). (S) Voir ~ 98 remarques. On parlera plus loin des flexions de cas de ces noms.• ~ •mathnay•n ... (Socin-Brockelmann. qui en résulterait...zay"n •' . par exemple. IS') ~l~l •' asb11!1" " . > mathna" .. 1'11 du lanwin persiste. au subjonctif des verbes en Y"· .i~ rac. Jal •Jwday"" > l11111<i11 > /111clc111 l. w- ~ rac.'._r. :w- raba" ... ._.~.. mais la voyelle de la flexion se combine avec la semi-voyell!:. . larmiyatun ~~ r1ïmiy0 " ~)' ~'~ ~~i 11r-r1imiu" ~1Ji .. ~) j:~l rac... '11sb1i > w-' . h) Quand les noms ayant la même forme que les deux derniers exemples. . .. ~J (2) > /'1tbd 11 > . .:.. .. .. i.:.zâ et ar-rdmi. § 101.' rac.§ 101 153 NOMS DE RACINES DtFEC:Tl'El"SES rac.)... IS'"4 détour .. généreux •~r pAturage •mar'ay111 11 n > lnlll''iit•n •ar-rabay• > <1r-rabci ~)l le moulin •ar-rdmiy• > ar-râmî ~1)l l'archer Remarques._.et ·. ar-ral.. La semi-voyelle est maintenue consonne : a) Quand elle introduit une voyelle a. . » la'ziyat"n (3) . s'ahrège pour éviter la syllabe longue fermée.a) Pour les deux premiers exemples. B.4Wj . et la vo\'elle-longue. (2) Le yd' final (alif maqstlra) n'est donc point Ici un signe de a long.• . 7). sont indéterminés..i.SJJJ.~ •râmi11•n > râmi" > râmi" -1"(..'orthographe a\•ec wâw correspond pt'u~-être aussi à une prononciation ancienne qui aurait été voisine de ~allt.. et que la seconde radicale qui la précède porte un i : c'est le fait signalé. ral... ..

des intensifs. ~ "Jw •qacJ.:.i. (2) Remarquer que. .4 lancé -l passer ~ L'influence cle l'i est poussée.. jusqu'à une har· monie vocalique complète.>t c) Dans les noms des types Jt '·' 1: ->t . ainsi muc}iyy"" peut être prononcé mi<!iyy""· ~ . ~) )) "J. . .. . comme dans (1) : _..:' ~. c'est la racloe en wdw qui reparait.. : ~ ..-~ rac.M "J...ï.154 § 101 NOMS DE RACINES DÉFECTUEUSES b) Dans les noms qui ont un a de seconde consonne radicale.. proximité jeune garçon razzié marmiyy 0~ •mircfûy"'' > 11111cJiyy•rn -l ~.:. dans ce masdar... voir § 92. d) Dans les infinitifs ü~ .: rac. rac.~ .. c'est-à-dire dans certains infinitifs. comme élans les racines ... ~-~ qui poi:te la flexion.iiyun > qacll'f"" . rac. ~. ....J&. .'ÏZllWW' 111 marmtÎ// 0 " > ~ -l. . faveur .. ül J~I (2) $ali11faction. de radiya.i ~> .u. ..i .i.l rac.): rac.. ..M . bakküyun > bakk1'f11" . où la semi-\'O)"Clle est maimenue par a.) "J\jl "irmiiyan > >irmci""' i~.. ~J. . la semi-voyelle... oubli Cl) Pour ce participe des verbes concB\·es.u. u. etc.. . • I ~. . devient hamza.. les combinaisons uw el iy aboutissent dans l'orthographe à uww et iyy.e rac. ( ... etc. ~ . 'ad11ww0 " ~ ~ rac. dans certains cas. ~ Ji:.. . Il faut tenir compte de la prédominance de i. .. J. J~ •bukiiyun > bukâ'1111 .... ennemi -l . à deuxième radicale w ou y.. d11nuww"" . "J. rac.. y~ -l 11abiyy"" lllCl. . rac... üW...

JÎ ra:z111 kiswat"" .J~ JJ. sans lanu. . "-. et à l'indétermination le lanwi11 crée une syllabe fermée brève : . .Dans les verbes terminés C'n wf. de s~llabe après la J.)( • ~ll'e cher exagérer en paroles lfo . rumy"" "l. ~ ral'.-~ mais dans les verbes terminés en y1r.•ïn. > .z crainte (de Dieu)..-~ fer ti rnuth-ist•r. ..l"St-:S "41:~ de même. ..4a:w"" ".w.. •..W . ._( .li..... . ..§ 101 155 NOMS DE RACINES DÉFECTUF._jdiJ' IaqacJ1. ~ taqai/<luy"" at-taqa<J<luyu > déterminé : C. le masqar de la cinquième forme maintient le UJ1'W consonne : -l t...J : mieux .fJ rubu:atun jet "'.Ibn Qota~·ba cite un exemple amusant de la variété possible des mafdar d un verbe. . e) Les noms du type Ji . . . la semi-\·oydle est maintenue par a. .li ~Î La semi-voyelle est en début. 4W.._. 01'1 ont une flexion latente à deux cas. rac.r../i/1 • 11t taqqm. suivant les diverses significations de celui-ci : ~ :1 bouillir (chaudron) tirer trop haut ~~et u: '. . ..... ..) 1•Neme11t colliue Remarque. celui-ci résorbe les éléments en 11.. Rl'marque. seconde radicale non vocallsée : . ~ r~ ~p co11sult11tio11 juridique récla111atin11 ~-. Elle rrste con- sonne cl maintient la flexion et le rythnw du nom. i .. . des r. t11'acld11w"" ..

rac. .. Flexions de cas des noms provenant de racines ayant un wJw ou yd> pour troisième consonne radicale.> . et ~. rac. ~..) .iy 11" cas direct qa<liu"" cas indirect "qii.> • .f-:J ~_) langue..et ~ Remarque. l'adjectif de relation fait intervenir un wâw (cf. Sing11/ier t'l pluriel i11ter11t' : . pen. mais.iy'" > qii. on constate que le contact de la semi-voyelle avec les flexions de c:1s.im : rac. monde .:.i . il y a quelque nottement entre le wdw et le yâ>. ---.\. idiome § 103.\ ~ .>~ .r:J ~ et i._. père sang ~. ~ 74 Rrnr.<lin .156 § 102-103 NOMS DE RACINES DÉFECTl'Et'SES § 102. Ji i:5:Ul jl:J ~. en général. et tendance au maintien d'un w'. (':J -· . Si l'on applique les principes qui viennent d'être indiqués aux noms issus de ral'ines dites « défectueuses».> • a) Dans les noms des types J.fr ~ ~ -! homme jeune ~ ~-_.. .Dans des mots de racines bilitères. Adjectifs de relatlon : La semi-voyelle est.::. avec le fém. -! ce bu. maintenue consonne par le g<i> redoublé de la désinence . ~li .. .in .. "~ .> • . mnis est maintenu consonne par l'a du cas direct : à l'indétermination : nominatif "q1ïr/. de nombre et de genre. .-Joli > qür/. . le y1i' précédé de i disparait au nominatif et au cas indirect. 1.• ~-r. li . produit des faits qui ne sont anormaux qu'en.>.!:J -! signification. apparen<'l-.r/.

Î... •at-'afawi ~JÎ (1) Par un fait curieux d'inftuence analogique de la ftexion des noms indéterminés à trois cas..../.riy" > jawli. cas direct • al-jawiJ.. à l'indétermination : nom in. .riy" à 1a détermination : al-jawürÎ!Ja ':?/.~JÎ cas indirect • al-jawii. •jawii./l ~ b) Les mêmes faits se retrouvent dans les pluriels internes des ' -: . le lanrvin apparait au nominatif de ces noms. i. : • types tels c1ue ~~ .~Î ~/.rin cas direct et indirect . à l'indétermination.. . femmes escla\'es (1) juwii.riy" al-jawii.<Jiy" cas indirect al-qa~li!J 1 > • él. se contractent en 'afa". •al-'afaw". 264 et 268).. après l'effacement de la semi-voyelle intervocalique.. é!Î ~ •. : c) Dans les noms de type j. qua sont à deux cas à l'indétermination. .j . les trois formes : rac.§ 103 NO:\IS l>E 157 RACINES DÉFECTUEl:SES à la détermi1rntion : nominatif ·ut-qa<}. etc.!Î nom..rl > ..lî ul-qüi. la voyelle a de la seconde consonne radicale domine les flexions et les absorbe.O: à la détermination : •a/-'Qfaw•.1 al-q1ï1./ï ~ .Les grammairiens signalent même un cas indirect 41:. qui ne s'e:i:pliquc que par a11alo11ie avec la ftexion qâ1lin (W1·lght.iy" > cas direct al-qii.::. ~IJ9 . et à trois cas à la détermination. > .riy 1 > ul-jawari ':?:'fo. se contractent en al-'a~ii. .. 1.

.S p . A l'inverse de la tendance qui remplace à t . . : .ve. J-. par exemple dans i't.' . ' ~. . ~. etc.SJ? .:~ .:s".A l'indétermination des noms à trois cas.: rac.Ot ' ..i ....i~awayni ~-. consultation juridique enceinte y_\. .'''' p Dans les noms féminins terminés en hamza après a long.. ~~Î aveugle mais la langue a été plus loin : elle a considéré comme de vrais '• ya' les "•.. . ~ il apparaît un wâw au duel.ü~.• ...Jolt duel : qàr}iyani y~t.. Flexions du duel : La voyelle â longue et la diphtongue uy maintiennent à la semivoyelle sa valeur de consonne : rac.r= ._.... •~ J ~ instrumwl de musique rac.~.158 § 1Q3his NOMS DE RACINES DÉFECTUEUSES C'est ce que les grammairiens appellent un nom « indéclinable . ~ I.. satisfait rac. . »· .:J éminente ... .. ..i a/if maq~ûra de '• ' J. la syllabe fermée du tanwïn supprime la voyelle longue. . J-. Il con\'ient de faire ici la mêm~ remarque que pour ll's formes dérivées des verbes en wciw radical : soit que l'on ait subi l'influence de l'écriture qui a noté un a/if maq~ûra.- L:. par ~xcmple dans .. ~l'~j pluriel interne de ~. ' . . on écrit pourtant un a/if ou un yâ'. la finale wâw ou yà' par lwmza. l ):(. moulin duel •... Yi.' '. ' J:- - ùll..•y On retrouve Je même fait dans les mots comme s. ..v : c'est celle-ci qui domine pour - .. . . soit qu'il y ait une tendance générale de la langue à développer le yâ' . - . suivant que la racine est en w ou en y.. .A rac. ~) duel: terrain réserué ~ 'a~awiini ~I~ . une autre influence remplace un hamza par un wâw consonne. . -•. ~ 103hi•.

On trou\'e. .i~ .I la11gue J ' Ji-ère . Dans les mots de type ~ . . nécessaires à la compréhension : rac... t' . disparait et les flexions iina...i1'~ . dans la langue technique. ~ plur.... p... difformité. et l'on rencontre aussi : ï / .. 1•èteme11t De même dans les types . _. et ~I :.. 158). Le ycf de kubrayâni ne s'explique que par la tendance générale de l'arabe vers yri' et non par l'écriture (conf. le hamza s'est renforcé en wâw en même position. dans les deux cas. des exemples de pluriels internes employés au duel : _. u~ ~ de féminin d'adjectifs de couleur et de C'est encore un wciw qui vient équilibrer les bilitères : .Zt-._.-1 de la religi-on.:....l~I ' • "':"\ père D'autres terminés en -:ales.. ..i..:i.._... comme à l'inaccompli du verbe : car elles sont.: mllf{afa9i11a > maf{afayna ~:r.§ 103ter 159 NOMS DE RACINES DËFECTUECSES Mais le fait n'est pas constant. Mustapha (épithète du Prophète) 'mllflafayiina > muf{afaw11a 0~..-.l du droit. élu.i. c'est un yti' qui apparaît a\'ant l'â du duel. .' UI~ ..L..I~ 1 .v. Flexlona du pluriel sain masculln 1 La semi-voyelle. n'ajoutent rien à leurs deux lettres radi· o> femme esclave Remarque&.1::. . Dans la plupart de ces exemples. . § I03t••. entre deux voyelles brèves.._. '<' •' .::.. . ...1...... lna subsistent intactes. - .J\il : « les deux sciences des principes » : _. 2..~: 0 (1) Comp.iil :. les adjectlf1 de relation § 102 lln.

(1) Comp. un wâw au pluriel féminin.. _. .. maintien de la voyelle longue : _.) ~'~ Ces exemvles. ciel pl.160 NOMS DE RACINES DÉFECTt. •rii. où ron retrou . (. Soit pour les types de féminin soit pour le cas le plus fréquent où le féminin est en tà' marb1i/a. 1'.::'JI. clésert Des noms bilitères font apparaître. rac. sans qu'on l'ait attendu.·e .. . la semi-voyelle est rétablie consonne par l'â long : rac. "'-6 • . jeune homme .iyï1111 ra(ii11a '> .!. . Le /112' est Ici une sorte de se. acheté Au pluriel en ât"n. "°'.. dans certains noms terminés en â et hamza : J. De même. l'adjecur de relation § 102 Rem.c/.. Ji .. ât1n.~liy1ï11u > rï11Jü11a ~ rac. comme au duel..s'i.nlvoyelle. et aussi un lrâ' (1).. ~ 103quater. Yo'~ plur. ~.... •rii. . sont d'ailleurs exceptionnels dans la pratique de la langue.!.:EUSES ..._. .>ti . .Ji.iisément l'application des principes précédemment énoncés. on applique les principes qui ont été indiqués : réapparition du wâw ou ycf consonne : ~i !)~ :. ~? achetant ~ "'t. ïG aveugle pleurant . prière pl. Désinences féminines : J: .

:. « concaves • et « défectueux t.~ et "'~~ .:... sous l'influence de la voyelle qui le précède ou qui l'accompagne.1. . ... . et la réalité du langage qui tend à le négliger...i -' . a) Le hamza est bien une consonne. lèvre " . Il y a donc conflit.. -~ et ".:..- w111ée -'.. L'une des consonnes radicales est un ham:a. qui ont été indiquées dans les pages précédentes.. et c'est la raison qui en fait placer l'étude après celle des verbes dits « assimilés ».§ 104 ". (arbre épineux) ". il a pour « support» un a/if. un wâw ou un yir... . pour l'écriture. analogues à celles du wJw ou du ytf. et le yd' avec la voyelle i. "'4. .1..:.:.. L'aspect du mot hamzé se rapproche donc de celui du mot ayant une semi-voyelle parmi ses consonnes radicales...-:... . /'emme escluve "'. 161 RACINES HAMZÉES 4. c'est une gutturale très légère. On en signalera des disparitions.~ SECTION III Racines hamzées § 104.:... une attaque vocalique qui tend à n'être pas entendue indépendamment de la voyelle qu'elle introduit..il. h) Cette apparence correspond à uqe réalité. entre un souci de grammairien de traiter le hamza comme une consonne et de le maintenir comme l'une des trois consonnes radicales du mot. .: .i1.Il en résulte que la graphie du hamza est anormale: il s'écrit rarement seul.:. Le hamza est avec l'a/if et la voyelle a dans le même rapport que le wâw avec la voyelle 11.: .

~ inacc.' .. .. ' ' . c) Le hamza est supporté par un yt? sans points après voyelle i ou sous voyelle i : ~Ire libre (1) passif de . s'écrit seul et sur la ligne d'écriture: . après une syllabe fermée (jazm) ou après longue. mais le hamza est écrit avec un a/if... ~·L d) A la fin des noms. ' ~ inacc. le hamza. Lei t1ditlons modernes du Caire Impriment J:=_ . ':1 ' rY. li (1) C'est la graphie ancienne. ..forme ~ ~Ire malheureux .î lier Jl: interroger . • 1 .r.§ 105 VERBES ET ~OMS HAMZÉS 162 Verbes et noms hamzés ~ 105.Y.~ J choisir ' . . . la voyelle i lmmt1diatement au-desso111 du hamza.b) à l'intérieur et à la fin d'un mot sous voyelle a ou jazm.. Voici les faits essentiels : a) Le hamza est supporté par un ait{: et) à l'initiale avec toute voyelle : . 2. après voyelle a ou jazm : "'tr "'rt:L ". Ji. Jl: t< ~ m~re commander imâm immunité interroger inacc. le verbe h11mzé a donc une conjugaison normale .t. part. JJ ·"'iJY. un wâw ou un gâ'. actif . .. avec une voyelle a ou jazm : . b) Le hamza est supporté par uo wâw: après une voyelle u. imp.. lire ioacc. -' • I inf. Eo arabe classique. passif I .

u pioche et j\. en certains cas. comme s'ils ctaient des concaves en U!•iw. schéma normal des· noms de racines « conca\'es ».1Î 'l' .> <Ill//'(' J - ' .' -::: ' -tl} partie lecteurs du Coran La rencontre de deux alif est fréquente dans la graphie des noms et des verbes provenant de racines hamzées . ?Il )) Cette graphie est d'ailleurs insuffisante.J' lire. si c'est utile. t>armi les noms.i )) J - . comme fait la semi-voyelle initiale dans les verbes «assimilés». ...J'..> • . -t • f. on conclut que.-.1.:.. lfr111arq11es : .I':ï . .. le lwm:a et sa voyelle tendent à se confondre a\·ec la \'oyelle longue correspondante.:.!":'i salarier ...i J~ . • . a\'ec ou sans hamza. •' j. comp.1i) )i 4° forme )ï choisir » dt•r11ier )) )li ..F.:.i: .. qui peuvent. :. : :.I~ d'où le hamza a disparu el qui est du type '..-. C'est là un fait évident . où le hamza s'est assimilé au t.. wciw. Ce fait de graphie correspond à de!> faits de langue.. ? ·ï J ~ i. faucon sont prononcés {ds et bdz . Dans des \'erbes hamzés... . ·'ï . qui sont écrites par a/if.§ 105 163 VERBES ET NOMS HAMZÉS j-..li et jlj' • Ces deux noms ont un pluriel ·. on y trouve souvent l'...JJ garder c1·aindre Dieu ". dans l'écriture.' cliviaer 1-= ..~ . 'if avec un madda rempla\·ant deux alif. yci'.. des mols comme . on trouve des exemples frappants de la confusion des verbes à hamza el des verbes à semi-voyelle : a) ~I pre11<lrr.>.i 3• forme .· . on peul discuter sur la parenté de '. Des indications gènérales qui \'iennent d'ètre données et que le lecteur complètera._.. à l'aide de grammaires plus détaillées. b) :i. ..1 a une 8•• forme ~1 . être confondus. /1 ordonner et Jf \ manger ont des impcratifs :i... réciter f. J.- li ". â. rac.\9. comme le prouvent lt's deux derniers mols.~ et .ï ordun11er (pour .- commercer _.. --: comme dans -tl j . û. . i.. mème en arabe classique.)\.. '.

~! ma~dar de 4• f. pour~! .VI . _ ..~ rom me jU! . Inversement. où le lzam::a est renforcé en wâw avant d long (cf. '. Ils voyaient bien. par exemple Ibn Qotayba (2) cherchaient à réagir contre la confusion et à imposer le maintien du ham::a où sa I?..~!. . qui ressemble au concave :. fiJ! ' . 8.:: (1).)\ . ~lj.:o être êgare On peut supposer(*) que des verh. mais aussi ~ avec impératif . ~. à côté de '. sont d'anciens :J~l . 381!. les grammai· riens arabes. •. Racines dites (( doublement faibles » § 106. s'est écrit ~ .. qu il y avait un doublet dans : insister II. (3) Zur Gr. 5 et sulv.:. Adab.. el non ).i de jl:. sions.\t... Adab. et l'on considère ici surtout les verbes. .-il impér. par exemple. d) L'inaccompli :JL:.Ji.. . (2) Ibn Qotayba. .ï.. Ce serait une tendance l}ijâzienne. des exemples anciens de disparition du hamza.. LlJ 1 > ~. e) On écrit le parfait passif de la IV• forme JJ .. et non :.it: < ' ~ .. .WJ 1 de j. et par horreur pour la syllabe longue fermée.:!.r. qui (1) Voir Ibn Qotayba.Dès l'époque classique.. § 104 b).... pour ~~! . et l'impératif :A.' plutôt qu'une équivalence lzamza = t. en poésie.164 § 106 RACINES «DOUBLEMENT FAIBLES» mais il est normal d'admettre l'invention d'une racine en t d'après la sm• f.I . f) De même : =. Nôldeke (3) a noté.. (4) Zur Gr. • • . ont deux consonnes radicales atteintes par les " faiblesses ».. Ces vocables pourraient aussi bien provenir d'une racine à première radicale wàw ou yd'.résence leur paraissait nécessaire.Certains mots. III. 2110.... le lzamza radical n'est plus entendu. des d longs ont introduit un hamza dans le Coran dans certaines ver. qui sont attestés par le mètre : < Jl: < ::. c) /1 a une 6m• forme j~(}. •. • .

L'application des principes qu'on a énoncés. - ~iJ voir ~ÏJ inacc.. c .8i inacc. ~jl venir inacc. . ... . Ù. '· •l.J vivre > .. bien que logiques. En voici quelques exemples : '' J..... ~l!.:..J. r.'·. apoc.. ~ lom• r.. J rnacc.~ 106 165 RACINES (( DOUBLEMENT FAIBLES)) \'Ïennent d'être exposées.J garder ' apoc.. impér. 188)... ~. ~ 4. - .. impér.~ ~ gcrrcle-nous c/11 lo11rme11t du feu (Cor.:.:1 .~ •' ~ . vouloir inacc. . ·~ apoc.. "~ venir inacc. ~.1.:..J ..l.... imp. III. . e-:' ou t ~ i.:. al!. il. .f. .. produit des formes gênantes pour les débutants. .. :..:. .

b) les pluriels qui ne s'emploient que pour désigner un petit nombre précis de personnes ou de choses. qni joue le rôle de pluriel. En un mot. non seulement comme thèmes de pluriels. voir Brockelmann. 429. pour pluriel. 2. des noms qui n'ont point de désinence de pluriel. l\lais on a dit aussi que ce pluriel suffixe est d'un emploi restreint dans la langue et que les noms utilisent. pluriel « brisé • jam<un mukassar"" : on dira aussi « interne » .F. peut différer du premier.. comme les langues indo-européennes. s<ilim. Barth : Nom. qui sont empruntés au vaste fonds nominal du sémitique. etc. qui n'a aucun sens. mais il faut se garder de dire « irrégulic-r ». PLURIELS INTERNES § 107. Ce deuxième thème. . les autres sont employés. Note : Sur les pluriels Internes. . par des préfixes et suffixes. sont construits sur un autre thème.H. c·onnaît le pluriel formé par addition d'un suffixe. . appartiennent à deux catégories distinctes: les uns ne sont usités en arabe que pour exprimer le pluriel . 1. de même racine que le nom pris pour singulier. par la nature ou par la valeur de ses voyelles. Derenbourg.On a indictué plus hnnt (~ 74 B) que l'arabe.. et on a donné les flexions de ce pluriel que les grammairiens arabes appellent « sain ». . Tenant compte de la rupture des consonnes radicales qui se produit ainsi. les grammairiens arabes ont appelé ce type de pluriel. '17 . et que les grammairiens arabc-s nppellent « pluriels de paucité »jam<• 1-qilln. Guyard. pris pour singulier. en général. On énumèrera tout d'abord deux séries de thèmes qui ne sont usités que comme pluriels : a) les pluriels quadrilitères . et qui. Gr. Ces thèmc-s. longues ou brèves. il y a opposition de thèmes entre le nom qui est considéré comme singulier et celui qui est considéré comme pluriel.C H A P I T R E I X. mais aussi comme des mnfdur et parfois comme thèmes de singulier.

Remarques.iG. Marçais. Parmi les pluriels internes. On indiquera ceux qui ne sont employés que comme pluriels.. conçu d'après Je précédent. m11fti'il11 sert donc de pluriel au de temps et d'instrument. les uns ont ù l'indétermination la flexion à trois cas. qui désigne chaque thème de pluriel interne par un dérivé de J.ù. . A.Jv4·". 1. on aura à indiquer les altérations que subissent ceux qui proviennent de racines anormales.. ~~ Soucieux de retrouver partout une racine trilitère. ' 4-J.1.§ 108 167 PLURIELS QIJADRILITÈRES Puis on donnera la liste des autres pluriels internes qui. 3.. - Pluriels Quadrilitères ~ JOR. ~~ J ". campement ~. pour la plupart.: I ime ~.t. ~ J . du nom quadrilitère. et aussi au dial~cte de l\fûr Abi<la de Féghali. ont des thêmes <JUi sont employés comme ma~dar.). Toul en renon~·ant à croire que la place de l'accent ait été un élément essentiel dans la formation des pluriels internes. mafà'il". les grammairiens arabes considl\rent comme type le plus simple • 11" . I. au nom de lieu. Les grammairiens énumèrent trente-deux de ces thèmes.: 0) On suggérera quelques rapprochement! avec les parlers actuels en renvoyant aux li\-res de W. La formation par alternance de thêmes est le procédé le plus généralement employé pour exprimer le pluriel en arabe et en éthiopien. nous continuons à penser qu'elle joue un rôle au moins dans la persistance et dans l'extension des thèmes altcrnt'~s (1). . et mif'al"" ou mif'alat"". On a conservé la terminologie des grammairiens orabes. d'autres celle à deux cas : on indiquera ces différences. ~~ sial ion. 11111{'al"" on mafala/ A ce type pris comme singulier correspond un pluriel. . Pour la plupart de ces types de pluriels.Je: ' .. 2.M 11111~d11r 1:c11le mimi. 4. écofr . surtout nu dialecte des Ulâtl-Rraliim.mpérieure :_.

.. ..rl. Remarques. ... désert mafriwiz• j~~.... en bas. t'.::i.jli. .>.. étui d'arc maqüwis" ~....\.>~- "ii. 1aJ .~ .. on l'a dit précédemment (1) ). _ ~. •' ~-~ - eJ:périe11ce ~î plus grand ~' ._.1"~ j.. issus de racines trilitères.. ' . moyen d'existence ma'ii. .__.. ou pins fréquemment d'origine étrangère..o..... ." mnlrcililu > ma/11îl/11 (Les faits ordinaires observés dans les racines dites sourdes conduisent ici à une syllabe longue fermée.W.. . et ... '~ ~' . .Aj ' . l.J .....:'u.. "4k: campement ~\. ' é..)"8. mais de ml-me rythme : :J:5 ..' . ~ .. . ~ t:° -- . . .o' doigt 3.. . ..> ' 4!J..168 § 108 PLt:RJELS OUADRILITÈRES 2. grenouille ~'~ p<!rle dirham Ce type de pluriel est à deux cas... .L.. _...._..... .itions. 41.. Des mots d'origine arabe. . .-: renard t. .yis" ~ i:.. dont on a étudié les règles et qu'il suffit de rappeler par des exemples : . ..a) Les noms de ces divers types qui proviennent de racines anormales subissent au pluriel des modific. mais sans préfixation de mî'm et ayant le même rythme..~._ i. . Des mots. ayant quatre consonnes radicales. 4-l.: (1) cr.. d'une nature spéciale. - . p. -~-'. J.' 4.. . 130.> 'L 1..: malheur maJiiyib 11 .> .

. mameluk w~ :J o.Ç:O~ lampe -J. qui d'ailleurs existe . il y a ici une alternance d'accent très nette entre le pluriel et le singulier. sur la position de l'accent en arabe classique. a.. si on n'ayait tenu compte que de la racine. celui du singulier est accentué sur la première.. soit de divers autres types : J~ . mafii'ïlu : Ce thème de pluriel ne diffère du précédent que par la longue l de la troisieme syllabe .. Rem.Enfin. Le thème du pluriel est accentué sur l'à de la seconde syllabe . il correspond à des singuliers ayant une voyelle longue à la deuxième syllabe. Il convient d'ajouter que ce second fait n'est pas général et que des parlers modernes disent mdérsa plur.._~. • é:. mais le participe de la quatrième forme a <léYeloppé un . conforme à la racine . b) Si l'on admet comme exactes les indications données § 12 bl•. ~li. Ja"' .. constaté lui aussi.l!A > 'a/li"" La présence d'une semi-voyelle dans ces divers exemples produit les effets qui ont été signalés précédemment. aurait eu pour seul pluriel ·... qui persiste dans ~c. rac.. . .o• .. ~ . le gà' 'est devenu hamza: i.c. mais de même rythme que les précédents.- . mdcires (cf..i. une forme:. phare : vipère : .. . . alors que '•)W n'a que 'JJ.. outre ~c. 2.J. -· c.. manci'iru signification : ma<cïnigu > ma'iinin ù~ .Ï .§ 108 169 PLURIELS QUADRILIT1'RES J ..: ·~ ~ !l...t: esclave..·~. soit commençant par un mim (noms d'instruments et participes passifs de première forme). mais noo sans quelque fantaisie... ._1..w. 95.11à'.l:i~ clé . ... . comme dans d'autres cas. .. • 1:.J • J~ écrit - ~~ •' .. . - .\.. ..li . p.:. Ces noms sont : a) Des mots d'origine arabe. a)..

.:>W sultan ~~ statue poème du mètre rajaz ~(. - ~~ royaume pl. ~ "'-~·- grâce à la longue ï. à elles seules... . Il est cependant des cas où il doit être entendu pour permettre de distinguer deux noms de sens différents : -:_:. . c) Les noms de racines anormales sont soumis à des accidents connus : rac. mameluk ~~ On trouve des types un peu aberrants : Remarque.\!. on voit que le y reste consonne. Dans ces deux derniers exemples..... .. .l -·. b) Des noms étrangers de même rythme: ~~ couronne enfin des a: pluriels de pluriel ».170 § 108 PLURIELS QU~DRILlri:RES figure . siège kariisryu campagne bararlyu ~1)' -· tsii -=~ -· . ~-)1 histoire 1.... ' '~ ~ Les pluriels ~li. Les variantes que l'on signalera plus loin prouvent..-· ' .) dinâr grec dencirion . Ces pluriels paraissent être accentués sur â. sont à deux cas. école ~~ "'~ ~ . (On a déjà vu Œ103 à 103.J .. ' ü'.) _. _ .. 4°) des exemples de ce renforcement de hamza en wâw de.. esclave.s:. !y• écrit ~li:: ~·t·: . -! :) trône. dont on parlera plu1 loin : ~(4l.. ~t. -r- . .J. .. que l'i est peu senti.·ant a).l ongles griffes .

wi ... pharaon philosophe "'.. • ..I maitre -:.> "" . "~7 est le doublet de ~ .. d'origine araméenne. a) Il est fréquemment employé pour des noms étrangers. empereur de Constantinople qui est normal. ou plutôt par parallélisme historique : cS'X Chosroès. puissant... h) Il est le pluriel habituel des noms provenant d'adjectifs relatifs en ~ de plus de trois lettres : ~... ..~ .')l.. a entrainé par analogie. 4i-'..J'1J patriarche J . . ~: J-OA homme de la tribu berbère Ma1m11da -l ". ayant pénétré anciennement dans la langue. parmi les mafdar.t . comme.j. Maghrébin "' .ë. "ri. ".. et certains d·entre eux ont à la foi!! les deux pluriels.. est "!J..Il s'applique aux mêmes types de noms.. 3... r:ic. ~-.. "j. " -. tyran Toutefois ~ ange "~.>... .)lt . -.. : 4:-: l.~t.~ .)t:.. "~Il: : . ùW : Jl- . . le roi sassanide d'Iran .... C'est le doublet du précédent ~\M . . si l'on se souvient que la vraie orthographe de ce nom...._ f"J':! César..I~ bureau carat pl. .S.:i . !J·~ J. i semble compensé par r et n répétés. est un thème normal.Y. 171 PLURIELS QUADRILITÈRES diwiin..j. û_r}.tbS . . -• J~ changeur de quelques "t ·: . .. ·~ disciple "~~- J ".... ~-!Jlj Dans ces noms. ..§ 108 "i). . .Il..

J. Les types J:f. mémoire ··:..• .. . comme lui. • 1. a une flexion à trois cas.. . Ils se déclinent.. . ... en .~ « enceinte en bois dans une mosquée "• «salle isolée•. . bonnet 2.. et que Brockelmann a suivi dans sa gramm1ire. ils sont très vivants. ·' 1. ne sont donc que des variantes du type essentiel ~u.r... L'exemple précédent :. . missive....~ (1) C'est un fait que les grammairiens arabes avalent bien va. et ·~u. ce sont des dérivés de ~\â. J~ .a. terminés en ti? marbûta : "' ~ .. en ce sens qu'on les applique à des emprunts étrangers ou à des mots nouveaux.~ 1: •: • et "r 41 _. B. connaît plutôt ·. 3.u.> . vieille femme .Ji. Jij' et ~I~ . - merveille "::JL... ... ces quatre types de pluriels ont le même rythme que ~~ (1). J. ~ .: . "4ï.. Il s'applique à quelques séries de noms qui ont une voyelle longue :11 n:ès la seconde consonne radicale et qui sont. "t... "t général. Les quatres types de pluriel J.:.. .1.. ... on retrouve des quadrilitères : d'ailleurs.. à deux cas.'1 . Les deux premiers types sont courants dans les dialectes.w.~~ ' .i.i...172 PLURIELS DÉRIVÉS DE QUADRILITÈRES § 109 Remarques. ou plutôt des adaptations de ce type essentiel à des noms de trois consonne~ ayanl une voyelle longue comme première... dont le pluriel doit être~~.:u. avec quelque fantaisie : 'r:_. Le pluriel ·.. feuillet.J. - Pluriels dérivés de quadrilitères § 109.Q a montré que ces types de pluriels s'appliquent aussi à des noms de plus de quatre lettres. qu'une note de la Revue Critique a rappelé..~....:. II. 41 ~ . .J.. - . Si l'on traite ces voyelles longues comme des semi-voyelles.-.~ araignée '~ri'' ~ ... ~.. page .• '""'J •• '·' l' . seconde ou troisième consonne radicale. . Les principes qui les régissent ne sont d'ailleurs point rigides : '(... : "-r-. ne sont point isolés .

. puisque. 2). 1& .. . qui confond curieusement au pluriel deux noms qui n'ont aucun rapport ni de sens ni d'origine. ..>. on constate que le rythme en est identique : . plur.. . Voici leur formation : . . 2..::.. . ).. moyens de vivre '• i.. l'un par leur pl oriel ~ \1: et "'. au pluriel.::.ai .i "'~.QA malheur "'• ..: lieux de promenade et ~). . C'est le pluriel d'un petit nombre de noms dont la terminai. au moins comme un jeu de langage. . Ji. rac.. . pl.l.. plur.l. "'.. ~r> rac. . "~t. du maintien de la semivoyelle quand elle est radicale. comme 9Jl..&.) sur l'lnstabllltê du hamza et ressemblance avec le wdw et le yd'. • .. . (1)... .r. le second #1. :y_i... Ja. !itères 41... au lieu de la transformation en hamza . se sont confondus J.. ~11: r. 41..: . ..§ 109 PLURIELS DÉ8'VÉS DE OUADRILITÈRES 173 Si l'on compare le thème de ces exemples avec celui des quadri- .i. On peut indiquer le fait suivant. boucles de cheveux ont une orthographe presque identique.:. 4lai.. on confond aisément .. "il .>... La seule différence résulte. pl.. dans l'écriture. ~ "-~ 4-1. t.~ . . encore a-t-on signalé des exceptions.~ de l'i long du schéma . rac. ~ .:. - On constate que les mots ~L:.:. ~ .. .-:>tJ (1) On a lnslstf plus haut (§ 106 Rem. par exemple : JJ. .on â ou hamza ne fait point partie de la racine... provenant d'une racine ayant une semivoyelle d~ seconde radicale. ~ rac..:. ~~ ':..A . Les deux noms. ~ .J et .. • .

Le rythme de ces pluriels est identique à celui des pluriels ~~ des noms ayant une semi-voyelle de troisième radicale .Jü.. rac... 3. par les faits énoncés précédemment.. rac.. C'est une variante de ~IJ : a) qui s'applique tout d'abord aux mêmes noms.I • terre JOl)I •• Et aussi quelques ~I de racines défectueuses.i i\.i. .... Remarques : a) On rappelle la convention qui eitplique la présence du tanwîn dans les exemples précédents : fatawiy• > fatawin .c.'.ti consultation juridique . . -"'~ . ~ rac. . (§ 103). b) Les flexions de cas se trouvent masquées dans ces noms.. JW . . est donc un cas spécial de ~(&: .:. .. ~J Le pluriel 9i.T . Jo..i.Jl:t prétentio11 . désert )~ lt .·. formant ainsi des doublets : . ~ aï:. .-: i..e:.JI ..:..J") rac.. sens .>~•...~ et et t . Û ..... rac. qui ont aussi pluriel '1~1:.> nuit ~Î ~ta1 famille J . _t.i:. . . rac... ..174 § 109 PLURIELS DÉRIVÉS DE QUADRILITÈRES _.. il faut y ajouter quelques isolés inexpliqués : 'j.JI. . "':':. pdturage . . désir üt:Î once ~1. ~l.r::.J .... au singulier et au pluriel.

.-::... 0~ : - . § 68 b..1... malheur L'alif maqfllra est écrit ici 1 et non l'élégance de l'écriture. plainte ··1 .. ü~ Ce peut être un second pluriel formé sur irrité J. - - _. provenant de racines ayant une semi-voyelle pour dernière conson~~ radicale.~ cadeau - iort (G. . - . ::. .Y' ivre . d) Quelques adjectifs masculins du type 'ül.>.• .>..A .§ 109 175 PLURIELS DÉRIVÉS DE OUADRILrri:BES ïï:. à côté de déiert _..... bourrés de semi-voyelles el de longues. i. " !..~I " J• • .A .i~ (Voir ci- . ayant une semi-voyelle comme troisième radicale. et une voyelle longue à la première ou à la deuxième radicale : J~I~ gazelle ~I~ J~. par exemple . J rac. J rac. jt. . outre ~ l..A ~) •' JLL fa..Jl. mais écourté: J~..~! " JU1 . et . ..J. _..t qui est à la fois employé comme le féminin et comme le pluriel de dessus. iujet ~'~ ()\.$.Jl.. rac.. - ..i'j angle ~IJ'j On comprend que des mots de ce genre. c .. c) Quelques noms....$J~ _...b.J.>.$ pour la clar'lé et aussi Le flottement qui e1tiste dans les pluriels de plusieurs de ces noms montre bien l'identité de J~ avec j~ J. '5P i. L.A .. L:. a aussi les pluriels . épreuve. ~ L. i..y femelle .:.$'}::f..J...~ .c ..$~i. ~ rac.$JEi comultation i. 3).>..A et i. b) C'est le pluriel des noms du type a. aient adopté un pluriel du rythme J~ \&.r'..Ei " i.

"~~.. . oo retrouve le même ry~hme et les mêmes incidents secondaires : rac.. calibre :J(. doublets de forme L.J . ex... ·( ~~ ( nawabiya > nawàhin) "i~. ~ij ' . jeune femme esclave • "'~\i élite (!J.Li ..176 §109 PLURIELS DÉRIVËS DE OUADRILITÈRES e) Quelques adjectifs du type ' "~.û . et un pluriel de 4.i'.t . . ( . f) Quelques isolés.Li . environa ~. .J1" .. &(.... .. foule ~~ cachet.. .' ...i 9.'t rareté ./... :D :. fruit côté .awàff8 ) . ~< ....~l_.i .awdfÏf8 > !J. :. "'~i. . client ~(.C'. . .1 . .. "l~ij "J-: t. ~. . En comparant ces pluriels à ceux des quadrilitères issus de racines ayant une semi-voyelle pour première consonne radicale. ..f ~I prisonnier ~)L:.: .l'r.)W : . bague '·(: ~.. ~1) C'est le pluriel normal des noms ayant une voyelle longue à la première consonne radicale : 'J-:. > :_.• . . On peut supposer le pluriel pluriel. "'i. cavalier . peul-être par analogie de . .. endroit rac... ' . ~ti' . maitre. ül. compagnon de f~te "r:?. mcwe.J.... }ij "~i.' ..' orphelin ~l.•... .. J. moule..: rivage IJ _ .~ côté .

les phénomènes dus normalement à la présence de la semi-voyelle. le pluriel ~l de i~i. 'i. des « récipients • .. ... et l'on apprend que c'est le pluriel de WI .1) Les quatre types de pluriels que l'on vient d'étudier sont donc bien des ~~. .. "-" .urant pour désigner des « vases ». et ~\1: . . comme ·~li. ~1) buffle .il n~~ de quatre lettres et pluriel interne que l'~n étudiera plus Join et dont ül. Ils ont tous la flexion à deux cas..:. ... Ji. -la graphie Î ne permet pas de distinguer si l'on est en présence d'un Le terme co. ou d'un Wll . : elle est latente dans J14. En tout cas. Mais . où elle n'existe qu"en apparence. i.Jî serait le pluriel de pluriel. . . __ Il faut compulser le dictionnaire pour constater c1ue ~I est bien . 't WI .. c'est-à-dire '1... et n'apparaît qu'en partie dans .Z et ·~u..1. espion ' .JI .f"I "l.Y'~ ' . - "41~ ~I pl.~ > .>-·~ c'est-à-dire un singulier &\. est 'awanin ül.~ hémorroïdes .Jl4. 1< 'awani" ' . mais adaptés à des noms trilitères dans lesquels une voyelle longue a introduit comme une semi-voyelle en trompe-l'œil : il semblerait que la phonétique ait suivi la graphie..JI . com1ne il peut être le pluriel d'un Sl "ik~: . dérivé de ~\1: qui serait .. On serait tenté de développer ici le système des grammairiens arabes et de créer un cinquième type de pluriel.. .iî -- '~. ~IY..41..... et c"est par conséquent la seconde solution qui est exacte. "awanigu si .~JI:" .. Remarques..if.. ûl~l .. se sont retrouvés dans ces noms... On peut se divertir à le trouver dans l'exemple suivant .rr. 5. 2. . .... : ' ( . ..i "'awanigu > 'awani" ül...... Ils sont vivants dans les dialectes. ..§ 109 177 PLURIELS DÉRIVÉS DE QUADRILITÈRES Le rapport est évident entre J. pl.

f~l oreille fils bouche t~i (1) A deux cas. employés uniquement à cet u"age. sert de pluriel à des: a) Noms de surtout de racines anormales. sU!'jlit pour lntrodu!re ~a _Dexlon. . Ce sont de véritables pluriels qui. .178 § 110 PLURIELS INTERNES DE PAUCITlt 3. ~"91 1. .:l ~ - ..' branche "' : ~- .. ja:â'ir..~. . on le répète. on les remettra ensuite chacun en face du pluriel collectif dont la forme lui ressemble. qui e1t i deux cas...~ moment "''' jour -tJ. III. . Les sept thèmes de pluriel qui viennent d'être énumérés sont.)1.§ 328) que cette restriction de l'emploi du pluriel a subsisté dans la syntaxe des noms de nombre.. •.~. On verra (cf.:.. _. la notion du pluriel de paucité a à peu près disparu. f~le &ç!l (1) "' -tÇT père oisillon "'ë)î étoffe ~1)1 sabrfl :. 160.iJ.: '-!Y types~. Dans ces quatre séries de pluriels. sans doute parce qu"il semble avoir le type i"'~1 . (2) Dans ~\ . - Pluriels internes (pluriels de paacité) § 110.t) . il n'y a pas alternance d'accent entre le ttième du singulier et celui du pluriel : jazrra....c.. c'est un hamza qt. "'~J "' . sont des thèmes de noms qui ne sont usités en arabe que pour désigner le pluriel. ~ . n'étaient employés qu'avec des nombres de trois à dix : d'où les grammairiens arabes leur ont donné le nom de c pluriels de paucité :o jam'u 1-qilla.. . "'~1..'.1 . 4. . chose ~. dans la \'&riante } : comparez ~ et ·~ et surtout p. Dans la vie actuelle de la langue..:. . r-l "'ü. pour beaucoup d'entre eux. On pense pourtant qu'il est plus rationnel de les isoler ici . Dans 11)1 . il apparaît un hû'. "'iQ °Jld1 1. 161 et 179. '• ' .'j:. C. l'accent est sur d ... .li J 1 charge "'~l r. .)~I puits '7~1 nom .r. dans la langue ancienne.

' .O~ -:J1.-.i .Gl -:>~ richesse wt . ..I . . .. raisin "'. ~' -:Jt: . par ex. b) Noms du type yelles brèves : . v Y.... ~ ~ ::~ ...u . 1 . J-il... "'r1:iiî pas -:. u.\......_1 témoin compagnon .":'(... .l .: J..1. .... . : r. loquet Plusieurs noms ayant une semi-voyelle. : .: :.. Au pluriel que l'on trouvera § 115... r~' orphelin ~-_....... : ". porte . . noble .. .. . qui correspond aux pluriels collectifs "t •• . "':'~ ~~ : ""') Substantifs du type "'... r2 . jd verrou.....: et de toutes autres combinaisons de vo- dent canine ..t "'w..i ' "'··: . . .J.. '.......... . •• ~ ... ... ~ . . ~ . .·' ~ J ~(. -: J.!. ~ Î"'! ..:'t ennemi..}·.> • . J.. ....rflG ..J bras dattes fraîches . i...l.:..§ 110 179 PLURIELS INTERNES DE PAUCITÉ .il_.. ·! .. .:il mort e) Quelques substantifs du type r1 .i:J1 . ~! pied ~jambe · . ·' .... 2... .. a) Noms de type . ..:f eau ~~l aide "'.. C'est un pluriel de paucité.. ~ de paucité -:Jijl correspond un pluriel collectif J~ . .i . Jd .:' . '. . ancêtre .. t ·: v _. mer dme .:-1 cuisse . . .. .i : .-. ... d) Substantifs du type.(_...~ : .>"" .. ...!.. ~. et J-i (voir § 112).....[t..

u .. .J\ . uW .. : ~ .. 41.. . ....: ~~' pour 'a:qiqafUR ..:. J-i ..> .... .. c) Noms du type J~ et J~ bras.... !•'t -·~ J montagne ~ u~ cou panth~re ~1 "'3t chamelle -:.adlig84 > 'adli" *'a~biyan . _.i .. .. . esclave 'j\ij rue -ii:ii nourriture "'41.agduyun > 'agdin main n•\ ~ ~ source.. ~jl ~' .... brasse " ~ main droite... _.. . "'·•"Î ~ J • •\ . ("'afuyun > 'afin) ~ 1 bâton .adluw"" C~. uW . ..... ". tempa -:... imdm • .\. serment tq langue J 3. ~jl üt:j temps tq J~ J langue J c::... œil . . seau ~ gazelle J. -... particulièrement pour les noms de racine anormale.:./.. > .180 5110 PLURIELS INTERNES DE PAUClri .u> J .~ aigle ~- -:........ ~' "J) ... 4. : b) Noms du type .. .. -.Jl •t . " . t:'. : J . J.... .: .. ....~\~\ > 'a:bin .. " .. ~I est un doublet de J-il sp6cialement pour les noms "I'• -'t•! -'t•:' ayant une longue de seconde consonne radicale : u~ . aile "'rt:l .. ....)' J : tt:j ~. )l et ~~l . r~ corbeau jeune garçon.

. . ~ s'applique surto•1t à des noms ayant une semi-voyelle parmi leul"S radicales .: " ~ . il ne s'applique qu'à des noms de racines anormales.. . un pluriel collectif ::.~ •..§ 110 aussi PLURIELS INTERNES DE PAU CITÉ .:l.. .)U . ". ' pain . .rçon.pilier pour >a>zizatun pour >abbibatun . .. cher ....... ......i .1° Le type du pluriel 'iJ. etc. ~~ jeune ga. "~ _.. . chef b) Noms du type VOIS ln .o -..Mais c'est du type ·.: 181 "~.&-) "_.. : J-J : ". 2° Les quatre pluriels de paucité se déclinent à trois cas.../- " "'4~JI .I.JW : "_. pour la plupart.... C\u'on le rapprocherait...:. : - jeune garçon ~ c) Noms du jeune homme type~: ~ ~ d) frère -·- "1-.. .ut .. Jd "' ... 4.s- "·~......!~ .~.. ...)19" •' . ·~' Jai . . "·J' 4.. -.1 ami .. Jd .. • "~ "' • . si l'on considérait seulement que les noms qu on vient de citer. 'S puissant.et J_.. ~ . esclave "L.~ Remarques. a) Noms du type J-. - .J • : b) Quelques noms de type oisillon .... ·- ' J:. ' .&.·~'. plat "~l .. 4. paraît être un doublet de ·.. ont....9 : vieillard.. . . Noms du type c.... ' 1 couvercle..

. . quelques . maison . .. ' u _.... Il y a des cas où le début de cc proces- . .:- "..182 § 111-112 PLURIELS INTERNES COLLECTIFS 3° Ils paraissent avoir disparu des parlers arabes actuels et être remplacés par leurs correspondants collectifs : 'Ji:t.. ' ' science .. un type de m(Jfdar.ù.. à la forme . ~ et jd .... . . se tenir droit .. du participe actif ~\~ ... . § 112..- ... . est le pluriel de : ... . ""'' ·' 4W ... 4W_ . ' . . jat .. On se contentera d'une énumération dans un ordre à peu près arbitraire.:.. et a) Noms qui ont. On choisit ce terme pour désigner des types de noms qui sont sur le modèle de ma~dar et qu'il y a quelque raison de considérer comme ayant été.On indiquera ceux de ces pluriels qui ne sont point des mafdar. ils ont aisément exprimé un abstrait nominal.. " ··: ~ ~ .Y. . . .~ . -' " '. ce sont des collectifs.J dme .. Pluriels internes collectifs § 111...' ... mais ils ne sont pas devenus des pluriels internes... Ayant un sens d'abstrait verbal.. 4W nue• « Ils sont accentués sur la première syllabe...)~ . pour . des mafdar. Tout essai de doctrine générale sur l'origine des pluriels internes a échoué : ici encore il faut renoncer à un classement rationnel. ... . ' .r? armée peau armée ..1:1 étoile Î~ . des gens est mafdar de r~ être dressé. et ensuite un pluriel. ri voler... .. .::. alors que le thème du pluriel est accentué sur la seconde. .)~ '' . . 'J~Î pour ·" jaj! "' . du verbe. ._r. .. i.:. t ... jatl pour IV....... des témoins est mafdar du verbe ~ - .. et pluriel mais on ne peut étendre bien loin des précisions de ce genre. ..On a des faits plus complets : ~ .!: ..!.t. )u. ' . . "' . eux aussi.. r~ '' tente. un collectif. sus est évident : ~ des oiseaux est le tnafdar de .1.... à l'origine.

...... Un des pluriels de par une racine ~ ... .§ 112 183 PLURIELS INTERNES COLLECTIFS Les faits anormaux résultant de la présence des semi-voyelles "'I '! .. réduit ~ Ce sont souvent las participes de verbes ayant précisément pour ma~dar . t .. · 1:. donc par le flottement des mots ayant une semi· voyelle. l...1. .J.1:.) «seau en cuir 11 a un pluriel i)_. s'explique . ~ .. ... cet 101 c).. "'ri:"' . qui est ~ el ~..-_. "'IT. et . ~ ~ Si y... )) "'. §98Rem. b) i\oms ayant la forme d'un participe actif ~li ou de son type .Jy ~ .! On rencontre aussi... ~ '.) _..'t pleurant ~ el ~ "~ et quelques "~ mâle lion et sous l'influence de yâ' : .. cœur "'...: ~-- foie. .. ..) . par harmonie vocalique.) el ~~ . se retrouvent 1c1 : dans le m(Jf dar 1.:. assistant roi . . (:> bâton sang ~.) La racine bilitère est complétée par un yâ' final. et qui sont des bilitères. assis.. .t~I~ qui est debout JO! ..: gazelle '1ubayun > iubryun . ."" panthère témoin Et sous l'influence de yâ' final : :!JÇ c) ". 1... :..iJ'} •"" "' ' «arc». c'est sans doute que le yâ' y alternait dialectalement avec fe wâw (cf.i ..

: . cité chemin ... -~ "') .. en général. -- "'Î.J . : h) ou de noms en ~ ..!J(r: .184: PLURIELS INTERNES COLLECTIFS 8 112h1•.. ambauadeur... "'~....~ . en général de racine anormale.. trône "'t .. le déplacement d'accent est très net entre le singulier et le pluriel. sauf de rares exceptions : ~ ~~ "'. j-J pl.. Kf.. voile de femme "'. u. 221.... -:.../"' pl. . (2) Fl:ghall.. •' ! tapis. Le pluriel "'t ... ~ baguette ..- "'"'·f.. .gef arrêté ugiif gilod assis ge'ôd à Kfar'abida (2) : sahr qalb fadr jeld MOIS cœur poitrine peau lhùr qliib Jdiir jliid " § 113.. au thème du singulier..:. . ~ . Marçais. de racines saines. "'~ . "°'t .. . J~ de racines saines.... -Ji:·~ Ji:. "'t w\. est vivant : chez les Ulad Brahim (1): béil chambre byût leib cheikh lyob néif nez 11y1îf wfi.Dans tous les exemples qui viennent d'être donnés. J - 4!JJ.... - C'est un type qui s 'app1·1que à des "'l:~ ~ et "'"'.._.. ~ 1 . 128..B.._. lit.-) uJ "' . . lit .. C'est.r ."'j..Y" ·'I' >! . Remarque..r- cure-dents "'~~ u. le pluriel de noms ayant une voyelle longue de seconde consonne radicale. . ..t)' livre a) "'•(• . envoyé (1) W... ... . -:Xj . U.J&j_ oncle maternel J où le wdw resté consonne est renforcé par hamza. ce qui est la caractéristique des doublets en ô final... oncle paternel ""'~·. "'üJ. . ...

J~ ponthère ~ . ( iaune ~f aveugle tlfa ..t" donne raison à l'hypothèse de l'alternance de l'accent dans kitiib. .Mais ces exemples sont rares : on y verrait une survivance d'un fait ancien.' plafond ~ sphère céleste A côté de l'accentuation netté de q11lüb.. . . tl:LS •CODCHeu désert ir. en face de bi/)iJ.:. . § 114a). ""-' lion pl.._u_ . .I ··- en w:iw (comp.# ( .. . ...§ 113-114 185 PLURIELS INTERNES COLLECTIFS . Ulâd Brâhim : {rog Kfar'abiJa : torog § 114. " pl. kutub.. · : J pl. : J..I livre pl.. .....l-. celle de kutub est incertaine. .r.- 't lui.~. ..~.J..un ~ d) de quelques~~ de ncinea ..- "si~ :.. . ~ etc.. .J.0 _i. est le pluriel..... comme . . :.. à des singuliers ".-~' 11"on . villes routes. ..J'". a) des noms ayant une longue de deuxième radicale "Jd.... ) ~ J :.un blt/. routes. . est aussi e ou let e "'_.. "{'/ pièce de boia ... et s'applique. j-. .. .. mdén et mdü11 villes mOdon.·. .. ... .! J.J J ol ""-' Remarque. c) des adjectifs ~Î et féminin l~ de couleur et de difformité. .. . cure-dents .: .. 1 d b d "t . -~..t..i § 113"11 • . ". l.::ai baguelle b) de quelques braçelet pl..o. .:.. . au même titre que qirâb.il blanc •buyt/.i . . -' . ' -.

_ difficile aussi avec un ë ombre •r D'adjectifs de même type: ..' et \. . 'Ji. (2) W.Il! ...186 § 115 PLURIELS INTERNES COLLECTIFS Remar~ue. . . _..J) ~ (. ~:.l. '· t..... J~ fois 4. noin Ulâd Brâhim (2) zorq . J-* ._ J.JJJ gris-bleu J • ' ~ homq fou Remarques.. . .... ..0. 218. eau ..-J. ... U._. ~ ". J~.:' javelot J. B.. Il convient d'y rattacher les pluriels de paucité ~1 et ·~1 (§ 110. . a) de final.. IS... ces quatre pluriels paraissent former une série.· ".. ef" ~~ hyène dattes fraiches .. lèvre W....:.-. C::..: .Le pluriel pour les adjectifs ·~1 : ·~ persiste dans les dialectes vivanls Kfar'abida (1) kühl ~ noirs bomr ~ rouges srid ~..I~ .. "·· -c. J . 127. dur "JC. J '-:'Y J vent ~ . -~ J • ' .. jardin. -: ..: noms des types J...~ agréable au go1ît .. r:") .•..i... parterre Jo~ J :.i ......p J._. . . . 41.> "C. 2 et 3).. J étoffe.~. . J "'-:'lb) .. Marçais.....) . est le pluriel .) loup ..J e:- J '·" ·'r.o b) de noms des types J...•. :.. J ' ... . § 115.... vêtement ".•...• ~i.. P.Par leur vocalisme et aussi par la forme des noms qui alternent avec eux comme singuliers. . .. -! montagne ._... jat . . et J". ~ J .. .• . mer J J J-*' J-!' t:. Kf. (1) Féghall. . t ." J . ~) homme J.i. t. J-i beau ~u bête féroce .: . .....

.__ "t· § 115b1•...~ ··- Remarques.~_r généreux .. .._-. . _# pierre .... _ . mais qui. -tW .!Jtl . fiïhibun 1ihübun .. pluriel de paucité très fréquent dans l'arabe classique. l akh11s. : Jr:li..187 PLURIELS INTERNES COLLECTIFS . . Dans les premières séries d'exemples qui viennent d'être donnés.. ~ rac ...)y taureau ": Jat et . : ü)W '•! 1 Ja' . .!Jtl .J•(J"". . ~ ~~.. 9.... . .. ~ compagnon . • ~/'"' .... . ...I"'.J'"' grand .. ~- ..1....ar.q ~) "'l( .._.. pluriel collectif.. 41 ~ est un doublet insignifiant de u~ des parlers modernes. lon. .~ femelle . · : .!J~Î sur J\j'.. . .sJ repentant .. ..J. la longue â du thème du pluriel produit une alternance d'accent tr~s neltC'. foyar.- _.a h"b . .r1 femmes [L:...>jat : . d) J~ est le pluriel des adjectifs du type ~: . ... '·b"i h ..i .1m: "'"'"_gum.-1-" m 1rchand 1 irrité "'. .... . Il n'y a aucune hésitation sur l'existence d'un accent ou renforcement de la syllabe longue.. c) Noms des types ~ __ . . ....f.. . mais elle est absente des autres : kablrM kibâr""· 2.. h.\..... . Il ·affecte a) quelques noms de types .ül. noble .. semble être formé par analogie de La morphologie nor- .. excellent -:... r11gag On l'ntcnd l'l'pl'ndanl Ul a•d Bno _ -· Kfar'abida : bl. jdbalan jibâlun ..1.. suivant la doctrine classique : bii{u·un bibii~n. . Les exemples qui précèdent ont précisé la correspondance de >afii. II est inconnu . . i. ~Ç( .....Jun. I 1·1Jb11h. Jo'~ ~r malade J(l.1.•: ..~ .. iligiib.. qui est très répandu dans les parlers. . male en a fait un quadrilitère avec pluriel .. semble avoir disparu des parlers actuels. on le répète. et de fl'iï/"n.

..t . n_.gré le yâ = alif maq•iira de la graphie. du type ". : ".pole.ai . .. ..Les précisions que l'on a cru pouvoir donner sur l'accent dans fi<â/ ne se retrouvent pas pour fi<a/.!1 .. vie construction ~ •biniiy"" > binii" _. Étal.. '' C'est une forme secondaire de "'t c. Elle s'appljque à ~es noms terminés en tâ> mnrbû(a.URIELS INTERNES COLLECTIFS b) quelques noms de type "~\.. . .""""._ C-- morceau sngesse. . . a) des noms... pavillon . "'" _. .. ma.J '' la différence de rythme est semblable.' •qurayun > qura" 4'} barbe •lubag"" > luba" .J .. .. Ulàd Bràhim : gérba outre gréb Kfar'abida : sékka soc de charrue sékek barbe rurne bérab . "' : dynastie ~} bourg J t. ... 4. Li cou.J~ .. sc1e11ce ". comme J~ dépend de "t c. de types "~ .~ et "41:. Le pluriel "jat affecte .a ~1 .. 116-117 "'• J-! r'. suivant une règle d'ailleurs incertaine de la position classique de l'accent. par analogie avec fi«il . ou sur la première syflabe. ' ~ "4.. '." lente fois ~- Remarque. : n_...J ë. . "~ ..(.. : compagnon "~"" 1 " § 116.:J . voyage. > bina" (1) ~- r-:-: _.. L'accent dans fi<al peut être sur la seconde syllabe... cadeau peuple ~.. ... ... "F _. et on y insiste pour montrer combien l'incertitude est grande. ' § 117. . ..r"' figure (1) La syllabe tlnale an est bnve. ......188 ~ Pl. ~ "41~.

.i et ... -.i provenant de racines ayant une semi-voyelle parmi leurs radicales : ... féminin de l'élatif. Il y a.i J.i J~ ..1"\i pioche hôte -. J·eune homme ~· .â. taureau ....> . s'est conservé dans les dialectes actuels. ..J.. h) Noms du type ~ . 4S'$ autre plus grande Le pluriel fu<at correspondant à un singulier fu<ta.. J. que l'on vient d'énumérer... .! (.> '• "'-.c... J. a) . . un parallélisme de forme qui se résume ainsi : J. :.. ... '! .> • . ü~ fournit de nombreux exemples : 1.. ülâd Brâhim ~ qulla cruche qul~l Kfar'abida : rutbé ruteb cérémonie kullë kiilel boulet On voit que la voyelle 11 s'est mieux défendue que l'i de fi'al. J. boi1.> . Il serait à 'J.i.> ~ J"' J~l .. avec les mêmes variétés d'accentuation que frai. J.. ! J •: Ja!. Les trois derniers sont des pluriels de paucité.)T .. .. . .> .tl . .i "'-. . bandeau û~.> . luth . entre les deux groupes de pluriels inter· nes. 2. .> .> .i .. Il faudrait un schéma :JQ pour classer :.. ü:SW .> ~couronne. pl. J § 118. • .> . . 41...:. û~ et ..§ 118 189 PLURIELS INTERNES COLLECTIFS .1. Remarque&. ü~ et ü~ . .> ' : 1.i:4'» . : Jy .11. Substantifs types . • . . rac. de :.. . ce que :JQ est à ·.JI..> t'' fr~re .1>1 des homme&. .

..U.l a un pl. sans doute par .. wii..J.J" . Ce type allongé de pluriel semble convenir particulièrement à des de racines à semi-voyelles.I. hc fils !Jéfëin 3.. fils Palmyre: slqii. esclave .)W : c'est un doublet du précédent....... . employé comme pl. no~s sing.I~ . r~ jeune ga1·çon. ù. . .)î. ~ 1.) ... ~ car il est pour "'t • .n jïrëi11 voisins murs Kfar<abida : (p.'.. .. jeune garçon et une série de noms d'animaux : gazelle corbeau aigle "U.ü:SW .. : caméléon mâle Il n'y a pas à faire une catégorie pour "Jm..)î. et à des noms ayant une syllabe longue.l.190 § 118 PLURJELS INTERNES COLLECTIFS Âbssi. des types Ji.... "c:... ~ mouche 3.. pour leur donner ou leur conserver leur équilibre rythmique. ~ ~ baguette .. .. . On a signalé plus haut une catégorie de noms d'animaux mascolins "' .n jambes !Jllii. ü:SW et autres en iJn. 212) hïtii.. .. widii. ~ 1.n des cours d'eau sing. des vers et ül. analogie avec C:. . ~ .\b-. quelques substantifs désignant des petites bêtes. . . déjà signalée : ..... 2.Q.. . . ...P _. des souris.[~ .. J~~ lézard . de "~i.. qui ont un pluriel .n Ulâd Brâhim : b) i:..' rat des champs C:.. J~ Jd : et .d. avec la permutation de u et i.. Substantifs ayant une longue de seconde syllabe. mur .

....J. cédemment: ~ dos ~ mdle ül ..:. . asc~te " J cavalier . J14 de ~ . .A. b6rfân ~ozldn fersdn des agneaux des gazelles des cavaliers ij6byên des garçons. flamme brillante C) Substantifs du type ". .. . • 1 blanc ..) ~ .§ 118 . ~ ... üb.~ est ..AJ . ' Ji... ~ .jlt :_. t1:r~ B) Substantifs des types seconde syllabe longue : -l 191 PLURIELS INTERNES COLLECTIFS " . Derenbourg. .1~ solitaire... .. ül. U. 'Jij' . .&..... .- .~ ~î D) Adjectifs du type ..... (couleur et difformité) et féminin surtout employés substantivement : .coura~t dans les dialectes vivants : cf.l.i'Jf pays peut être le pl... û~ ai•eugle ... l " - ..- -t .. comme Barth et H.. .. .~· ~e .pz! ' ü"..i . ~~ : .. 130. ami ûU. "~ ""':'i. .: J.:. passager .. K/.>W. -- .~'j ayant une .. Les pluriels en ân ont attiré particulièrement l'attention des grammairiens qui. ·" J-1 rouge . . ülij rue -· . ->•' A) Substantifs des types ~ .+. cavalier. i.. (1) '.) ..! " .. pain comme pré- pays '-'J . de ~~..B...) 1 """1... . .O_ jeune garçon . .. 212.. pl. Marçais.. . •• . ~......- -··- "ûl... ûl....J " ûl~(l) 1. J~ . .1 noir -'. Remarque~. ... ....-. et~.pluriel ·.J".}.- outre .. Fcghah.. (Palmyre) 2... '!: . ~ ·- "J~'j ülë.. préconisent la dérivation régulière du pluriel interne en provenance du mafdar. ' ül-) 1.

21) a rapproché les types . ~ bouclier . ~ est un pluriel rare. • b) quelques noms des types ~ et ~ . t.~ du pluriel accedien dni. Quelque ingénieux qu'ils soient. mais qui s'applique à quelques mots courants : esclnue.. On peut y ajouter la désinence « màle » dn (cf.. U... particulièrement désignent des animaux : ..- ancien. ...li et ~.> •" .r! . (2) F éghali. (3) Les grammairiens signalent quelques autre• types de pluriels Interne• que l'on trouvera dans des ouvrages plus étendus. 228. . participes actifs.: J_JJ taureau ~.... . § 121. et Wensinck les prend bien pour telles._ . dent spécialement à des singuliers en ji.. cil.dar et de nom de lieu signalée plus haut Œ56 et 51) (3).• ~ s'applique à : quelques noms du type . .r! singe .. .41:.. 129.. 'obid. de même à Kfar'abida (2).. Marçais. 6. a) J •. .192 PLURIELS INTERNES COLLECTIFS § 119-120-121 Wensinck (op.... nègre âne "> Il est vivant: à Tlemcen et chez les Ulâd Brâhim (1): hOmer.~ ~~ coq - § 120. 8°.. .. ''• •~. chef où l'on retrouve une forme de ma. Kf. § 119.. . ~ éléphant Ji:.. .. . On réunit ici quelques thèmes de pluriels qui correspon- "' . (1) W. ~ 65)..·~"" - . B..... ces rapprochements restent de simples indications. ..

.. .> '• ~· .. magistrat r ~~ non musulman.. à des thèmes de m(lfdar. Kf.oddog s6ttor so.lt el couram- ... l'accent paraît porter sur la première syllabe.>~ juge.§ 121 193 PLURIELS INTERNES COLLECTIFS adjectifs et substantifs. La différence entre ces deuJC types. dormeur "/..i> sont . b) l ' ~fmi' ouvner rapide à la course fin. . sauf exception que l'on notera. infidèle l~ artisan .> • des thèmes fréquemment mis à titre de plu- " ' riels..> ' ment aux substantifs ~ : (1) W. 132... U.. 222.J ~ ~ assaillant 'guzzdwun > guzzâ'"n •guzzaun et et "rÇï > -ll_j > guzzan jeûneur R. en alternance avec ~lt substantif.:marque.i"no' saUàr . j~ ""J'•~ et >! . a) ""t < > vW et J. ji.Dans les parlers modernes.. Marçais. que la seconde soit longue on non. Au Maroc: tâjer commerçant Ulàd Bràhim (1) : Kfar'abida (2) : tujjâr sâbeg bâdig sàter sà~e' Aà[er -. (2) Hghall.. rusé habile ouvrier ha hile ~sert de pluriel à un certain nombre de .t ~ > lieutenant "':"1... ~unuâ' sôbbog Q.. B.> et j. Ils ne correspondent pas.. est analogue à celle qui existe entre "t >! wJ"' 1 .

. jâhel ~~ ignorant.. Marçais a noté chez les Ulâd Brâhim (et ailleurs) les pluriels : "..A.. sot juhâla .. .W.-~j n'est pas un type de mafdar.. ~~ pieux ~lb . 134) a signalé le flottement de la position de l'accent pour ce type de pluriel.i fqih ..... Kf.. 13~. Marçais (U.. . . Il correspond à un certain nombre de noms du type J. (3) Renseignement donné par M.. Il est d'ordinaire sur la première syllabe qui devient fermée : Ulâd Brâhim (1) : Kfar'abida (2) : " . et c'est un pluriel de grand nombre....... t calife Remarque. dont il serait un doublet pour racines anormales. étranger gorba [dlib :_t1t. prince •' "i. Il paraît devoir être rattaché à t )\.- Jorfa mais.194 § 121 PLURIELS INTERNES COLLECTIFS " I~. U... G.k ·~ il:ik -.rkd serîf .. savant (9'. étudiant .. . ... -. c) . paraissent montrer une origine savante : c'est d'ailleurs une prononciation attestée parJ'andalou (3).. - -. 213. .... médecin -.. ~~ juriste. 'uqâla qui. .... 'iilcm .. moine mendiant •l__. lettré savant J! i. B. li}...: ~ .r chérif garîb "-'. sage fuqâha 'dqel 'ulâma .. associé AU. B...> t'l. .. Colin... dans les parlers modernes. . ce qui expliquerait le changement de rythme du mot... (2) Féghail.:' capitaine sage..A... . ~' chef. .J "~ "4i l. Marçais. .. par leur sens. - Il se décline à deux cas : (1) W..!.r!". ''r' t'L:~~ ·~ -. étudiant [Olbâ sarîk ~. .

planer... . " . infid~le •• "'7 .~j1 "~r '~.. ... vendeur ~-- "'~u. clair ~ --"' ... saint "J!. . . t. ..JI~ récitant.' . Il s'applique aussi à quelques ~ de sens actif. .'_. berger • J . . . •.. ~ semble être aberrant .. -l -l . ~- ~Y.f'. à côté de ül~... aUe •IJJ .LECTIFS -- " .. ayant une " . juge. ..~ ...l_J ..~ . ...et ~.~i -. participe actif de I~ être au-dessus ' Le pluriel ._.: sorcier ""'·'. .. obéissant " • i..I~ qui est donné comne le pluriel de j~ faucon. .~1 ami .... .){. -t!~ •W:J "-t.J"- " . j~ . et ayant une radicale wâw ou yc? : .. 4)_. . mais les grammairiens arabes ont bien ""'.... -.. cadi ._.JI ami.i •GI riche l.'·_1 .. où le tâ> marbûfa maintient le rythme à des noms terminés par une semi-voyelle.... "'.. J ... " •u.. : 4W est un pluriel des substantifs de type e) "·tr J! " . ._.. i. nonymes .li. " .. archer .. 41.•) . Les exemples de noms de racines saines paraissent être des faits d'analogie: ~ et ~}ont adopté le thème de pluriel de leurs sy- . - "... y avait confusion entre j~ et de.. proche parent ..J -'.i. . ". d) 4W est le pluriel des substantifs du type ~Y semi-voyelle pour dernière consonne radicale.en guerre sainte .. ~ ' lll -l . ~~ portefaix "~ "î':.$. .ri) tireur._. - ~i.1. jl'. \'U qu'il . est -~· un type voisin de '~ .....§ 121 195 PLURIELS INTERNES COJ.oÎ ami . -.. .généreux .

. substantifs ~li de racines saines : ... le ma~dar .> serviteur et de quelques . "il:.... est un thème servant de pluriel : (1) Ou ést ainsi en présence d'un terme général servant de pluriel auquel s'est ajouté le td' marblt!a de l'unité pour former le singulier. . .. Pour les exemples ". donc du collectif. anneau de porte 4. chèvre . I.- Remarque.. (1) .. .1.>..SJ"" ..\. Comparer ·~ ·~ '.)"J• . .Jd .- 1...>-.- brebis. •1.. gard'1en ..> .. poulie -l: i - ... l. servant de thème de pluriel à un participe actif.. seigneur •sawadatun > sddaF généreux •sarayat > sardf"" .- . avec le mQfdar ~.. ..r.> • .~li•" . ~ marchand cavalier .. .•' est considéré comme pluriel de quelques .. dans les dialectes.> • .'-"li •.. Comme pour "Jai .> .... h) J-J qui est un ma1dar.>.'. .' .J collectif est employé comme pluriel du participe actif. . .1.. ..> ..1 .bJ 'J".. -1 ".. .. "i{j' et "•': 'g) ......Ce pluriel semble être en parenté de forme avec le précédent. i. Jal est le type le plus simple du mQfdar du verbe à la forme nue.L: .ri~ . •fa..> .196 § 121 PLURIELS INTERNES COLLECTIFS . . . f) qui est un ma1dar (§ 47 d..-: JiJ ..) est le pluriel de quelques ..tes. dans la pratique des te:r..r1. Il paraît avoir disparu. on est ici dans le domaine bien net du collectif..> ..Conf. .t. chef.-. . r~ ~ .J. .. Il importe de ne point le confondre. comme pour le eas suivant ..

_1. origine du pluriel interne. Remarque. ' . "~?- . il confondre le pluriel avec le féminin singulier. . •' à des ü°)W . comme le français. .J ~ ~. employé comme pluriel. prisonnier ~r' ". .ia blessés. . Meillet rapproche le pluriel neutre en a du latin kmpla.a malades. ·1 ". donc analogues au:a: précédents : "sJ11: ~ "' r/' périssant . mûtâ morts.. tué blessé tS':"...o .. üLO::i irrité 4° sénile..• ._l .f·" . le collectif. . vivants . . •"' . ·' 2°) à des ~li et ~ de verbes d'état. le mafdar aurait exprimé l'abstrait...... nettement compté. le pluriel imprécis.-. caduc éveillé quelques adjectifs « <le difformité a du type . qui exprimaient un petit nombre. mor</.. On est donc là en présence des faits les plus séduisants pour une théorie du ma1dar... 3°) .. q<itla tués. Et de cette classe de noms le pluriel interne se serait généralisé.uau•..On paraît avoir Ici la gé11éralisatlo11 du féminin ~ de . .. . jérl. mort "'. -- ~j paralytique . du singulier féminin en a rosa. C'est d'ailleurs hypothèse pure.:. :.I ayant..§ 121 197 PLURIELS INTERSES COLLECTIFS JO) à des J=.'l .. J.J •' J::_. J.On vient de voir combien sont nombreux les types de pluriel des mots de schémas ~li et 'J& : ce sont souvent des mafdar.')W. (1) On a vu précédemment que l'arabe ne répugne pas. A côté des pluriels sains en üna el âtun.. où le thème du pluriel se confond avec celui du féminin (1).: ~I Le pluriel fou. .J":' .. sol :.:.... . en général le sens passif : fl ... .i subsiste dans les dialectes j.

_. Le .Il: :. y est un indice d'intensité.J}... une secte. .~ ânier J' : boulanger . et du ma1dar le nom d'une fois noms verbaux anormaux . . VI... •J~ 2. à caractériser des intensifs 4. Le pluriel de collectivité en i est vivant dans les parlers modernes pour ces deux catégories de noms. . .. On a indiqué précédemment à quels usages variés la désinence t<'i' marbrîfa a servi en arabe : à distinguer du collectif le nom d'unité (. une sorte de nom abstrait : -t ) . . à équilibrer des à servir de marque du féminin singu- lier ti::). L. ·~ . mystique ~-~ -il . . c .-= °j. Des noms d'artisans des types 'Ji:. 11: .198 § 122-123 PLURIELS EN TÂ' V. On le trouve encore comme indice du pluriel dans deux catégories de noms : 1.j).. i.> ~ et surtout . . Les thèmes que l'on vient d'énumérer et qui.. b) le pluriel à désinence féminine dtan : . j~ parle-faix -:..)..'ji. etc.Thèmes secondaires de pluriels § 123. Ces deux mots signifient aussi soufisme et malékisme.}.. Ce pluriel est un collectif. etc.. désignant une tribu. ..'°.. peuvent à leur tour se trouver en parallèle avec d'autres thèmes qui leur serviront de phlriel et en face desquels ils joueront le rôle de singuliers. donc de collectivité.. en parallèle avec d'autres thèmes de noms.~ soufi. c.lt .l.Pluriels en ta> marbû/a § 122.'~'. malékite ~ L. Ces nouveaux thèmes seront : a) le pluriel quadrilitère ~. Des adjectifs relatifs.J:. ont fourni l'alternance: pluriel > singulier.

...!' .i. .ùl(.~i.:. que pour un nom ayant plusieurs significations. .J..l esclave.. La lecture des ltstes qui précèdent laisse une impression de confusion et d'extrême diversité.r...:.r~ J?l_urie}s.. chemin .. Il. .1: .. . .-4:-'.. ).:î- Dans ces exemples.)~ . griffe . le thème quadrilitère . -~' 'l Lil .::. 4 .. à la fois parce que celui-ci a le rythme qui prépare à un pluriel quadrilitère.)1. un même mot arabe peut avoir p!us}eu. 'J): ".. . li'' '-' . ·.:.d'autre part.. mémoire J:. œil.u lente .J main . le quadrilitère et le pluriel à désinence féminine. r~. maison.-* '-' .r.(_j\ au sens de vers .. et ".l.. J.ç..§ 123 1. ..) Ici la nouvelle série en ât"" à flexion féminin pluriel a un sens emphatique et affectif par rapport à la précédente : « "". ses pluriels se répartissent en général entre chacune d'elles . J:.B:::. par exemple : de ~. place ....TL1 ambassade. ~IJI ::(L:l .. les gens d~ « grande tente "· Il convient de redire ici que ce sont ces deux pluriels.\j.j~i. ..·T vase . . ·...r pl. d'une part que tous ces pluriels ne sont pas également usuels ..' ~JJ -'J'j dire Jl)Î j:Jlil •.ient en parallèle avec un pluriel de « paucité ». . .! "~.. ...::... ~ . qui représentent le fait le plus courant. J 199 PLURIELS ET THÈMES EN TÀ' .i. !\lais la pralique des ecnvains arabes enseigne... . ~ ongle. qui sont vivants dans les dialectes actuels.. c'est-à-dire qui sont en parallèle de thème de singulier avec des mots nouveaux.::. .i~> L:'. et sans doute aussi parce qu'il njoute au sens restreint et précis du pluriel «de paucité » une signification plus large et plus vague .::. s'applique au sens de lente.r..)~\ .. a .. Les thèmes de pluriel s'appliquent à des thèmes de singulier fort variés. .~ J . . etc. L.. . le pluriel '. in~ernes : ~ m~r a :J~.... ce sont les grandes maisons ». source et grands personnages. ·.!' ' . Remarque....

a) Les démonstratifs s'emploient. On a vu déjà qu'elle domine toute la matière des flexions de cas (1). par le vocatif : . . . C'est..2) par l'annexion . « celui-ci. Jl~I .a. il est apparenté à la J. ceci. ~ li. soit isolés comme pronoms. . L'article Jl est particule démonstrative un démonstratif. . On a vu déjà les exceptions à ce principe. dan11 celle des noms de nombre. . .. D'une façon générale. l'indéterminé est signalé par une désinence en tanwîn et le déterminé par une désinence vocalique sans tanwîn.Pronoms § 124.li. etc. L'Artlcle § 125. . cela ». .. La forme la plus simple est I~ (1) On la retrouvera da11s la syntaxe des propositions relatives.CHAPITRE X DÊTERMINATION ET INDÉTERMINATION Article . cette ».. D6monatratlfa § 126. celui-là.3) par l'article ~_ t: .. 1... Le nom est déterminé : 1) dans certains cas. une question essentielle de savoir si un nom est déterminé ou indéterminé. . en arabe.. . soit avec un substantif déterminé par l'article avec le sens du français • ce.

et cas indir. qui signifie "celui <le ». s'emploie toujours avec un complément d'annexion et.J. .)ou - 1. ' . dans les auteurs anciens.~ (3) li1J1 i}IJ1 )) l ou ~. (2) Les grammairiens arabes citent souvent . . nom..) cas dir. .. cas dir. l'autre )'éloigné.) sing.) .J~ ~IJ1 0 li i-''J1 ou ..cas dir. en général.§ 128 201 DÉMOl\STRATll'S masc. l'une le démonstratif proche. (1) On trouve. nom. dont l'origine est obscure. ~è .:il...J.":... et ind. .i '} 1 . .:....i . '· . qui expriment.. fém. J ":. duel ..~.) l - plur. .) qui a » ou « qui dépend de > (2) masc... a perdu les désinences en nrln du duel tt du pluriel.:. ~~ _.':J.t.JI (1).:. ~. (3) Dans l'arabe tel qu"on le connait.. 'l b) Mais cc démonstratif vague est..ü cas ind.JC. remplacé par deux formes secondaires il affixes. des exemples rares d'autres formes de ce démonstratif. .i'} . 11 ~:. dans l'expression . commun J.) sing. s'emploient de même.îl . . et ind..JI _. ·~ ou . ~C. ' duel - nominatif . IJ1 duel nom. ~ l JJI el . «celui Elle doit être rapprochée du mot .J.J. plur. fém.J) cas dir.. j~ qui a du bien . pnr consiquent.

. )) )) '!Jlf. Compare· aussi à la désinence li du pronom de 2" pers.. ~11 l) ~. ~·:/'· fém. que l'on peut rapprocher de l'indice du pronom personnel suffixe de la deuxième personne. . (2) Dans ces pronoms.i. mas. (1) Elle apparaît isolëe dans les parlers actuels comme un démonstratif ...1 sing.. qui correspond au français ce.Gf ::t)t ...1 - t Il apparait aussi aYec infixation de li entre le démonstratif cl le suffixe (2).. ceci. . 'lar ex. interjection démonstrative que l'on retrouve dans le pronom . da féminin. duel nom. cf. § 125). 219) .~ . . 84). .. . la désinence li du féminin est un ancien démonstra'if sémitique que l'on retrouve dans hdti et allati. la flexion féminine i. commun fém. est composé de I~ préfixé de lA ou i. (Barth. p. masc.11 cas dir..personnel.:::.a . .. celui-ci.~. l\°om.Ï.202 § 129 DÉMONSTRATIFS Le premier. sing.. .. caractéristique de la seconde pers~~ne d°ii' féminin singulier dan~ le pronom personnel et dans le verbe.. plur. ' i. ~·1 duel nom. et ind.. Les flexions du duel sont celles du nom. hé en palmyrénien (Cantineau. :U. de la troisième personne . (1). . commun On retrouve dans le féminin o. c) Le démonstratif éloigné est formé par la suffixation de S"'".• 1 i.Li de -~:i. est u~ démonstratif que l'on a rapproché de l'utlcle al (cf. ~fj x-- ~.Sur la graphie de l'allf.. plur. et ind. i .i. cas dir.

- l:._our.. Equivalents des pronoms rêflêchis.JO~ et IJ. ' ~ ' .' .. .I. ~ féru.. Dans :!111~ etc. il Y a eu assimilation du mî11 et du lcim.On emploie d'ordinaire pour le singulier :!Il~ el~. ~-~ )) 1". ~~ ~· '.. etc.. Il n'y a pas de pronom réfléchi. La langue ancieni1e. .. signi~er . et . . démonstratif. d) L'article :J1 esl employé comme •=1 •I peut tl'xte 1e permet .:!.. (Cha· pitre 1). comme ~ )1 l. masc.§ 129 203 PRONOMS RÉFLt:CHIS ET POSSESSIFS ' .:l. son » etc.§ 125)..Je duel et le pluriel. etc.) plur. a conservé des démons· tratifs pluriels et duels de deuxième personne ·.. le Corc111 par exemple. -. ~. mais r.Lâ... ' 1-: ~ ..u. les démonstratifs de la série précé· dente . . duel nom 1J ~~t'~ .. afin de faciliter la compréhension des affixes du verbe. personr1e construit avec le pronom affixe : . quand le con· ' '= • .:. a11jo11rd'/111i. et ind.Il) (cf. Equivalents dd possessif.On a traité des pronoms personnels au début de ce li\'re. . ton. : cet lrnmme.J..~ cas dir.. L'équivalent du pronom français "moi-même».. esl le substantif cime. commun Remarques. ·: ~ ~. «toi-même» etc.~. a pour équivalent le pronom affixe annexé au substantif: ~-~ ma porte ~'. '~..~ etc . § 129. •-11 ce jour-ci. -:. Le possessif «mon..~ )1 .!.1~ . sing.. .

'~I q11dle . .. .e distinction. 1 est un nom au singulier qui se décline à trois cas ei qui se co nstruit normalement a\"ec un substantif au singulier et au cas indirect. On a indiqué (cf.204 § 130 PRONOMS INTERROGATIFS Le logues...~. etc.: . il prend le genre de ce sl!-bstantif.. li-q11rl. ~I s'est combiné anciennement avec ~~ clwsr : ~ . . a\·cc une idée d. ~.J :. l. sont exprimés par des moyens ana- Pronoms Interrogatifs t. . wus. quelle sourrr ? formé de la particule interrogative .. i'S. > Ces pronoms sont sans flexions de cas. enclitique s'écrit sans ul1f: ~.. p. ~ "'. de choix: 0 0 .... --! -. etc.. 11 mien•. § 130. quoi? que ? pour former une particule interrogative.. . qui est-ce qui ? Sullixé à certaines prépositions. de genre ou de nombre.:::•1 . . ~I quel est l'homme? semble être le nom en -~ rst-ce que ? . en rapport <l'annexion : p:1r attraction.. > \. 26) les assimilations : \4 + .~ etc. Il a le sens de <111<·1. 4. . courante dans les parlers sous diverses formes : 'uys. ~I fém. clrose. ëlr.. '4. . paraît avoir été employée indistinctement pour les personnes et pour les choses .. •J. ::. elle est devenue spéciale aux choses..La particule interrogati\"e qu'rsl-ce ? quoi ? dans la langue ancienne. ~-' -~-.. s. c le tien•. ......Si f t .. est le pronom interrogatif qui a été spécialisé pour les personnes : qui.

·~Il! l'tc. 2.'5. . de nombre et de cas. si quelqu\m '°· i. donc «celui qui pos- - '. Les pronoms interrogatifs que l'on vient d'indiquer s'emploient aussi comme indéfinis : 1. 157.. s. Il répond donc au français : « celui qui. 4i ')l. Il a des désinences de genre. ici encore. Nom.J~) . (2) et de ~. celui qui et ce qui s'emploient en tête d'une proposition verbale el en annonçant une autre qui la complète. il signifie. . enclitique s'écrit... sans u/if a\'ec préposition. que•.~ et noo il) et cherche l .). Relatif . c"est en réalité un démonstratif.. . ~.. est un substan~if déclinable à trois cas. Il est composé de l'article al relui de sède». ' ~)ij quel que livre que ce soi/. 119. qui sont le plus généralement .)Î nu» '5? JÎ . . "l'homme. l:S°""e' .~ '5. (2) Barth. . -'5Î s'emploie aussi comme relatif (1). .§ 131-132 205 PRONœ\IS IND~:FJNIS ET RELATIF Pronoms Indéfinis ~ 131. . quiconque. c~mi ayant pour particularité qu'il est \'enu '°· La syntaxe confirme le caractère démonstratif d'nll~di Œ411). ftlm. Som. . lâm analogue à C.iÎÎ J..iÎÎ n'est jamais interrogatif. d'un ' 'ar-ra ulu (a)l-la-di j~'<1 « l'homme qui est ve- à: d. notamment dans des expressio~s comme: ~tr' """'.> .. -5Î :t . Bien qu'il s'emploie en général comme'" le relatif français • qui. .... note que l'on attend1·11it l'espllquer p11r une co11tarulnatlon avec le féminin.i:!lJ. considère Je 11d' comme un démonstratif et Je retrouve dans Je lt du \•ocatif et dans ·11'2! . 1111 tel... (1) Barth.. ~ 132.

'='~)li I Remarque. ..il1 .-. . Gr1111d. '.. 153 el HID). d. Ajouter : Jbala.ùfî . "jjl \. I..... Pron. . Harth. Tetouan. Œ424 a) .206 singulier: duel: § 132 PRONOM RELATIF nom..il jl ~- _081 .. cas direct et indirect pluriel : masc. 0d ' - 1 -:. 325..!. de (Georges Colin).... Fès: di.J> est employé comme relatif en arabe dialectal :rncien et moderne (Brockelmann. Al a élé employé aussi comme relatif.t. fém.

Les unes sont en rapport immédiat avec le verbe et font. des outils linguistiques qui. La première est que ces particules n'ont. puis quelques-uns de ces noms au cas direct.On tentera de les répartir suivant le rôle qu'elles jouent clans la syntaxe ::i?"abe. corps avec lui . dans une morphologie. etc. on éprouye deux graves difficultés. l'interrogation. l'exclamation.On ne peut point négliger de parler. à ses conjonctions. qui jouent . D'autre part. la négation. une signification précise que si on les étudie dans une proposition. l'affirmation. -. pour la plupart. indéterminés pour la plnpurt.La seconde difliculté résulte du classement de ces particules : les grammaires occidentales s'efforcent. qui jouent le rùle de prépositions. et qui sont les véritables prépositions. etc. mais à l'état construit. en les abordant. d'autres. expriment la coordination. qui sont des termes circonstanciels. Ces particules correspondent aux conjonctions. de les faire entrer dans le cadre indo-européen. on énumèrera des particules qui servent à préciser les modalités des prépositions verbales et des nominales. donc des adverbes .CHAPITRE XI PARTICULES ~ 13:1. qui dépendent moins étroitement de l'un des termes de la proposition. . Noms de valeur adverblale et prêposltlonnelle ~ 13-l.Une première catégorie de particules comprend donc des noms au cas direct. d'ordinaire. et c'est propremlmt faire de la syntaxe : les indications données ici sont donc incomplètes et proYisoires. correspondent aux ad''erhes du français. pour ainsi dire. termes de circonstance ou de manière. . du français. 1. ce qui n'est point toujours aisé. à ses prépositions. . enfin de petits mots dont on ne retrouve pas nettement l'origine. en arabe. Mais. Une première catégorie comprend : des noms au cas direct.

. . (2) Ces particules perdent la \'oyelle a finale. tout seul. ensuite. l\'0111. .1'} .~ .. ... . • . ~ l_.::". ~.. . ensemble ~ au dehors :>1J de nuit '~~ de jour aujourd'hui peu -- à lï11lérieur ~\. 2.b~ . .. . au lieu de ils e11trère11t tous ~~:-~ 1.J. (avec un féminin .D'autres. 202..I.~ ) !Jl~ cl ~ G: là-bas (1) < . alors... et sont de véritables prépositions (2). (et avec négation) jamais c.' seuls lui seul Quelques antres de ces expressions adverbiales ont moins visiblement le caractère de noms au cas direct : alors (cf. n. Le fran\~ais connait des faits analogues avec ses adverbes en ment.._: -. en rapport d'annexion. ici ~ là § 135. (1) Voir plus haut p.! - à gauche ~". ~ 138) .i. on dit » Pour exprimer seul. on dit de mème : ' .. dont les \'erbes existent encor<' ou ont disparu. cl plusieurs parmi les précédentes.::..208 § 134-135 NOM ADVERBIAL ET PRÉPOSITIONNEL le rôle d'adverbes ou de prépositions. Il en est qui sont nettement des noms au cas direct. avec une construction identique à celle que l'on signale1·a plus loin pour jS': .--·..... ce sont des ma1da1".. 80. et Barth.. par exemple : l~Î lo11jours. à droite ~~î --I~ -- -- l...' ..t... se construisent avec un substantif au cas indirect en rapport d'annexion. donc sans lanwin.J euJ.. On rnit que pour la plupnt. Ull JOUr L.li demain etc.) . ~)\.. beaucoup Certaines de ces expressions s'emploient aussi awc un pronom affixe. l'll contact a\·l'c k pronom affixe de la première personne ya : .

isolé.-lfu -ï... . ·~ . auprèa de... ~. . parmi )) ]) Certaines des particules précédentes peuvent être employées adverbialement en prenant une désinence u. ~ . notamment ....laJ aprèa . .laJ.: autour de ~ derrière. pendant 3:.. prend la flexion du cas indirect... ~ '... 209 NOM ADVERBIAL ET PRÉPOSITIONNEL Ù. ensuite . comme i.- . .:) ~.. . ..§ 1J6 (.::. .J~ e11 deçà. au lieu de '• IOUI . . sous l'influence de la préposition (1)... . avec ~ : soit sous la forme à finale u et à sens adverbial qui vient d'être signalée : ' . au-dessous ~ .. aprèa ~ au moment de .... ~ . . >. . ::: ~l... .~i de vant ~ entre .) durant...Plusieurs des particules précédentes se construisent avec une des prépositions qui seront énumérées plus loin. ~ que ces expressions apparaissent .ü devant (eapace) •i!. étnit au cas direct comme terme circonstanciel. J~) derrière. le ma~dar qui.~~ ensuite ' .. '-'~ au-deuU! J. (1) C'est dans cette combinaison avec le plus frfquemment dans le Coran. chez ~ Jgf...:: '-'J' au-dessua devant ou J'f \) sans plus § 136. opposé à ~ comme J:.:) au milieu de. ~ ~ auparavant soit sous la forme prépositionnelle indiquée dans le paragraphe précédent: dans ce cas. sous 1. aprèa ' . ~ .. ai: lieu de an ou a. avant (tempa) en face de.

.210 § 137 NOll ADVERBIAL ET PRÉPOSITIONNEL . avec le pronom personnel._-. Cc sont. ou susciteraient des hypothèses qu'il convient d'éviter ici.. (même) par la suite. -~~ .jî _J+iî . en rapport d'annexion avec le démonstratif 'id 1n. cf.Les particules les plus usuelles échappent à toute recherche étymolo. •_._. au lieu de hcidii : . dans(§ 292) s'écrit avec le nom:. ·~. d'abord.:.. (Cor. . ~ ~ '. ~ avant -""" ~ après Et (sa femme répudiée) 11e lui sera plus licite. (Cor. (en desccndanl) du haut de la mo11/agne. ~~ en ce moment à cette heure Prépositions proprement dites ~ 137.<. - avec u11 sabre .ique.. f . les prépositions _I se lient à celui-ci..... II. et J .. 230) t: ~ ~après que (la rém!lation) leur est venue (Cor. _~lj . . elle est aussi particule de serment.._ ..: -~~ . etc. jusqu'à ce que (§ 318) .~... Quelques expressions adverbiales de temps sont formées d'un substantif au cas direct.t '. n. . .1 i..: Il. par Dieu j. Il. - vers. ~ ·~.N _ft... qui s'oppose à ~ de ..:. .:'·. 195). 209).~ sous H tl"'.' 4.) Jl. courts vocables qui se construisent avec un nom au cas indirect. (§ 308) particule de direction et de but. avec (instrumental). ainsi que .'.. les prépositions proprement dites. elle s'écrit: "î\ ~.._. ~ par...:·! .iS°l. 187.'j ~ faites-les sortir d'ou ils vous ont fait sortir. Il.r: .

r_ J'1 ' de son fils C'est la voyelle i qui complète les autres prépositions. s'écrit avec le nom.t:~ etc. 1.'. nec voyelle a. comme . . - ~Ï ou de ce monde ~ . '4...avec les pronoms : .i sortant du fleuve. a) Certaines particules s'emploient seulement dans une proposition verbale et font plus ou moins étroitement corps avec le verbe.§ 137-138 211 PUPOSITIONS ~ sur. ~ . particule d'origine et d'éloignement. concomitance) (§ 315). III. comp. ~. rac. Partlculea verbales et nomlnales § 138. contre. . r" . ~ etc . ~ ..Jl. C'. "" ~ ~ . ~.. comp. -~ chez. ~ de Œ300). "': noms : ~ . Œ . à(§309). !_pour. .. .. ~Î etc.f J -- -~}I.s> • . . avec les pro. auprès de. ~ . c'est un mafdar abrégé. . construit avec un nom commençant par une voyelle d'atta- que (1va~la dans récriture).. prend un a final devant l'article un i devant tout :tutre mot : G~ Î -. . e avec (réunion. . et ~Î . avec les pronoms : j::". . à l'homme. .. ~ de (§004). }. .. Voir§ 136. ~j .. assimile le n &nal avec un m initial dans ~.. ... ~ : assimilation de n dans ~ . avec les pronoms : :. particule de point de départ dans l'espace et dans le temps .dans (§ 297) . . hauteur(§ 812). .. ..

.i4Ï C'est le seul moyen précis de marquer le futur . . en :. :_.. 131). ~~'. on l'abrège. qui s'écrit avec le verbe : '.. introduit une proposition subordonnée.J? . construite avec un verbe. . ... (Cor..J "iJ négatif: el que ce soit à Allah que s'en remettent les croyants. que ton cœur soit heureux ! précédé de :_.ta:i .. 34). . IV. elle a: a) le sens de pour que... en général. ce 1 se prononce sans voyelle. ~l si. afin qu'ils goûtent le chdtiment.ù se joint . ancien nom verbal. Il. .t. à l'inaccompli. il donne le sens de parfois: ~. se construit avec l'apocopé pour donner le sens du pasaé ~ "iJ il n'a pas dit. (Cor.}. Marquant la . . s'emploie avec l'inaccompli pour lui . ::J que... nous le feroru bien briller au feu. . ' . ~ '~. soit le sens tout proche du passé .î '~K'i "' ""' Allah uoru suffira. à l'accompli et y accentue soit le sens lointain.U je viens d'entrer ou je suis entré antérieurement parfois l'on trouve J est la particule citée plus haut parmi les prépositions . IV. 59) h) le sens de l'impératif avec l'apocopé : ~ ..~ . soit avec l'apocopé. I.. avec le subjonctif : ~ÙJÎ IJ/J:.t»îj.. _. donner ~e sens de futur . particule de condition. se construit soit avec l'accompli.: . ~~~Î $~ . ou de J.212 PARTICULES VERBALES ET NOMINALES § 138 ._ 4. afin qae.. (Cor.

~ et ~ : ~) au cas direct. Des particules introduisent soit des propositions verbales.' se construit nec l'apocopé. voir p.. . l!J lorsque. 41). VII.elle peut même annoncer seulement une proposition indépendante en style direct et équivaloir aux deux pointa de l'écriture française : J~î ~~ ~l .> . composé de ~Jet de \. L: tant que.. se construit avec un verbe à l'accompli et signifie lorsque. 208._. (1) La traduction cherche à rendre (J) )! nt )luent de I~ • :. . elle commande le subjonctif. :J' afin que. le nom qui est le sujet réel de la proposition et attire l'attention sur lui. ~l ~ . au moment ou.~ . elle introduit l'accompli ou l'inaccompli indicatif .§ 139 213 PARTICULES VERBALES ET NOMINALES conséquence de l'intention.l . construit avec l'accompli.tYÎ} 1 Et Allah a /'intention de vous pardonner.. ~l ou que. ') si. construit avec le subjonctif>. soit des propositions nominales. introduisent. ~j:. . peut se combiner avec ~) :ül et 0Î . Ùl . en général. ~J. Quand il s'agit d'une simple constatation. - '. qui est à rapprocher de (.elle peut com• mencer aussi une proposition nominale et indique que le fait. quand. vient de se manifester. on trouve aussi le composé ·~. avec l'inaccompli au sens futur (2) ou aveq un aspect quelconque du verbe au sens de alo1·s· que. hypothétique. ou plutôt l'état exprimé par celle-ci.1.~ (1) on leur criera : voici votre paradis I (Cor. construit avec l'accompli.)l et de ~l .

L'arabe écrit. elle lbarque souvent une sorte de suite et de conséquence de la proposition précédente . 116. - Particules d'affirmation ~ oui. V. un élément n. dans les textes arabes. Il semble que ce soit un démonstratif qui .. de ki el de Jan ou . ~\ d'oil ? Barth. (1) On trouve. . ~ 140. 'an. Il est illogique et incorrect d'employer :_.(1). 'in. marque très utilement le changement du sujet. il en résulte fréquemment que :_. et on en verra d'autres exemples.~.>anna.::p.J est ia copule employée pour joindre les mots ou les propositions en simple coordination. Partlcules de coordination § 139. dans la première proposition. . composé de la corroboratif. au commencement d'un exposé.et . exprime plus spécialement une gradation. dans un contexte où les pronoms sont obscurs. avait particulièrement besoin cfe particules pour joindre ou séparer les propositions . dont elles suivent l'emploi. les propositions . et elle est surtout employée en tête d'une proposition .! '-'k' . malgré les particules énumérées précédemment et les deux copules dont on va parler. ~l. il est parfois délicat de découper. mais : la première construite avec un verbe. :_. Nom.. ~h IV. . . ~l ou ~l ·~1 · etc.apparait aussi dans uâ ici. qui n'a adopté que tout récemment des signes de ponctuation européens. . na. la seconde avec un substantif ou un pronom au cas direct .. Les unes et les autres se combinent avec les pronoms : ~1 ou ~J .214 § 139-140 PARTICULES DE COORDINATION _ ~·l peut marquer la conséquence de la proposition précédente : le sens de car est tout à fait net avec J : ~. dans plusieurs de ces particules. certes.

. ~OUI. certes ~ muis.l (orthographe archaïque 0'. Î qui est la particule essentielle de l'interrogation. . 111a11 11 . le caractérise suffisammenl (1). j est une particule qui s'accole à l'initiale d'un nom ou d'un verbe pour donner à celui-ci une confirmation. avec sens de l'accompli. ~ négation avec l'apocopé. avec l'inaccompli . dans la langue ancienne. certes . -1.. allons. v?yons. (1) L'alif wa~lé. en réponse à une négation : . est employée aussi affirmativement. une force nouvelle· Il s'emploie en di. elle forme le prohibitif. plutôt. L'une des appellations que lui donnent les grammairiens. cm contraire. Particules de négation 'i § 141. . 215 surtout pour confirmer un fait du passé. ~ m~tive est. avec l'apocopé. VI. l. ~Î oui. une particule d'exclamation affir. La particule Î est parente de rélémcnt h~ du démonstratif proche hctdi?.·erses circonstances que les grammairiens arabes ont distinguées avec soin et que l'on indiquera dans la syntaxe.ll) a/ors. négation. bon.::li Î 'il . ~ ~ oui. disparait après ce !dm. id. le lâm Cette particule 1 est de même origine que les éléments <lémonstratifs la et li et que la particule li du subjonctif. ~ oui.§ 141 PARTICULa D•AFFIRMATION ET DE NÉGATION . . id. signe orthographique. de corroboration. L: négation avec l'accompli ou l'inaccompli indicatif.f"_.

.]l seulement ~l § 142 < je ne l'ai jamais vu.:_! -~~ ::_jl.. cette expression était déjà un archaïsme pour les écrivains du neuvième siècle. ce n'est point elle que Barth Pron. auquel répond une préposition commençant par -. 'i spécialement. VII. . :1. nullement. voir § 123 rem.. ('Y üP 0 si ce n'est que.216 PARTICULES DISTINCTIVES 'j < (~l ~ négation.. ~ I.1 . 78).j Quant au navire..i.. Très employée dans ln hinguc: ancienne .. d quant à. pas du toué J.. il appartenait à de pauvres gens qui trauaillaient sur la mer. ~I i>_ ~). particulièrement (1).Ci '~~Î i.ül tient lieu de négation dans un premier membre de proposition dont le second est introduit par ':Jl . jamais . seulement \.iî (1) Sur ce1 particules en md. particulièrement dans le Coran. \. ~ rien d'autre. avec le subjonctif pour marquer le futur. (Cor.. . . Partlculea distinctives c"rst-à-dire ~. 127 reeonnaît dans :. sino.. ~J là ~-:~ parfois I~:.. ..i t + Î) avec une particule de négation...tandis que ~ :.. ·~Î § 142. _.. . . XVIII.

Pron . au lieu de pour placer en évidence le pronom : ~. est-ce que ..t à Dieu que se construisent avec un nom au cas direct .. . appelons à l'aide. N6ldeke. (2) . et ::. pour l'isoler dans les deux emplois suivants : a) pour éviter de mettre l'autre li la fin du verbe : '•ql ~j~ b) l~s deux pronoms li la suite l'un de il me l'a act'ordé. se joint en préfixe au mot suivant : J::i.. '":.. pas? (1) Il y a peut-être le même rapport entre ce la et celui du pronom personnel lsQIE de deuxième personne qu'entre l'élément lia du démonstratif lointain et.' ' •.? -:. BeitriJge. ""1 a-t-il . toi que nous _ . . ~ plli... note 6. . 88 . ~J~. ~. .. (Cor.... •' _... ...... comme si c'était un verbe .iu. v ... négation de 1..:.?} '.. Partlcules Interrogatives l § 143. particule générale d'interrogation : est-ce que ?. tué ? ' \Il. 'JtL~_I'.el ~J ~etc.. le pronom amxe de deuxième personn·e. ql sert de support au pronom affixe. dans l'espoir que. VIII...§ 143 217 PARTICULES INTERROGATIVES JJ peut-~tre que. mais on dil i}J~ Comparer ~h et ~l · J:s.'·_~.... ne ."::.. I. c'est toi que nons adorons.:~ et . 11=_..:. U.:l et J9 ...~ '._. On retrouve dans ~ un démonstratif ta qui est aussi dans .. . 4). . (2) Barth.J (1) plli.t d Dieu que je . . ...

mations onomatopiques..- r: qn' t•s/ cria ? et 't'''" 1J. . telles que ~I fi ! . \. ~I • r~ _. ~ 1 que dis-tu ? Ji co111111e11t ? .. .Î est-cl' qui' nr pas? . .. • .... • _ r-··.:. Il..jli avec une proposition subordonnée : allez alors à 1. l. bravo.vos femmes qui sp11t] votre champ. construite avec un nom sans article.. § 144. r: 1 ~ 1 qui'. comme toutes les langues.218 §144 PARTICULES EXCLAMATIVES r' ou bie11 ? construit avec la seconde proposition d'une alterna- tive dont la première est commandée par Î ...on : .r comment "l : d'où ? ma11dar au cas direct 'f' combien ? j.~J~ ""' . "' homme! prince des croyants ! ~ 1 particule du vocatif.. l • . ~. comme vous le 11ourfrez (Cor.. dont on On ne citera ici que les particules essentielles : ~ particule du vocatif.. avec voyelle u s'il est isolé. ou voyelle a s'il est en annexion : . t. J comme k"" " • " .. est-ce que ? où le ha rappelle le hamza de ~est-ce que ne pas? IX.. construite avec le nom avec l'article et Oexion u. t. . trouvera la liste dans les grammaires étendues. ~~j ~Î ~ . dans l'expressi. :. - Particules exclamztlves L'arabe.. emploie des excla. 223). ~Î où ? ~Î ~ J: quand? : s'emploie comme conjonction.

:.~ combien dt 1 est un nom au cas direct...c:. qu'll rapproche du démonstratif accadlen ammu. apres . 105) ne serait pas un impératif pluriel : sa flexion û .JJ de combien de compagnons j'ai été séparé 1 ~.. un élément umma. ...Jij . construit en rapport d'ann~xion avec un nom au singulier : ' •. lj\i... et ~'•.~. Barth repousse cette étymologie et suit l'opinion des grammairiens arabes qui y voient le démonstrati.1 et ')i"'"1' sont exclamatifs. comme celle de ~ ou de 1. qui peut être celui du nom.... . serait analogique..:.. ... Mais ils ne prennent que le t du féminin ::..f .. -:: . c. l. (Cor.§ 144 219 PARTICULES EXCLAMATIVES J.Jî ~l d (l')homme 1 . ~ 1 Seigneur ! est obscur (1) . combien il lui arrive que ! combien de rak'a il a faites 1 combien est beau 1 combien est mauvais 1 Ces m~dar au cas direct se construisent avec un nom au nominatif. .. en général. sont le démonstratif i._. dont on a déjà donné des exemples. apporte 1 est discuté par les grammairiens arabes : quelques-uns y voient un nom . .u. pluriel de ~.J l. ' t. duel ~~i. ·. ~_. '(''. . •a . pl.l. Nom. Les exclamatifs : ~..i~ donne ici. qui a pris les ftexions du pronom personnel. y volt.O '· •' ::._. .U..il..f hâ et la particule ti sans signification féminine. 128.\. .. on admet que c'est l'im. en même temps qu'interrogatifs. . d'où on les considère comme d~s verbes. Il._:.i.~~ ... L'expression coranique ' .. (t) Barth. avec la permutation hamza = ha.upporlcr pératif de ~ 1 1•r11ir ..

On a vu combien sont variés les emplois de i-. que l'on trouve dans les expressions suivantes : t. un nom en apposition.'.-· . t..: _411... . 165 à 1i5. Mais on ne retrouve pas toujours un sens précis à md dans les e:rpressions suivantes déjà énumérées.. l lorsque seulement . dans les premiers..220 § 144 NOMS DE NOMBRE Remarque.:~ \. md est un nom qu'on ne s'étonne de peu . un certain jour ~. ~ t.en un certain état (A"" -- ~ ~ il rsl f'réquent que -~~ ~ par quelque bonté (d'Allah) Dans les derniers exemples. On est embarrassé pour classer le mâ dit « explétih. point . ~e voir permuter avec •... 2\'om.' t. particule interrogative et particule faisant fonction de pronom relatif neutre. où elle ne change rien à la construction : (1) ori que quoi que de quelque façon que (1) Voir Barth.:.

_ .. ü\.-l J .: . dans la syntaxe (§ 328) comment la première série de ces noms se construit avec un substantif féminin pluriel. ·~ .. ..J ou . rs- 9 10 ..."" . Ils se déclinent à trois cas.....:Ji .. - 1 1... '. fém.. •• t:'"":. a la flexion incomplète de jJli .. ..-:: 6 8 .. ~8·L Ces deux nombres sont considérés comme des adjectifs et en ont la Oexion féminine normale en t .> ..-jf . ü\...•...:_.. ü~5l 2 fém. . .. ~)lj . et la seconde en tâ> marbûfa. ~. -'... On exposera. avec un substantif masculin pluriel.\J •' .. .:.CHAPITRE XII NOMS DE NOMBRE Nombres cardinaux § 145.t.._.. . J "'4-.... Les nombres suivants de 3 à 10 sont des substantifs : 3 4 5 .. J ~ 4:--:: J. •"" . le nombre 2 a la flexion du duel. ... 7 . . . II...._"' ..-.~. ..... Les noms de nombre 1 et 2 sont : "...I "d~i .

'.-. .... .. .. dans le tableau suivant. . . . 50 ' .. .~8l 13 )... . :i...i ~~) . l:il '..\:._. selon l'expression des grammairiens arabes.. ' .:1 :~ 1.. . ~ 60 Ûf-:_ 70 "._- 90 ÛJr".:.. r .. - . ~ r. .. c ·.~- . . .... "'":--.:. ~ .~ .~: masculin féminin 11 ). . .. . . .... ... . .. û. ... . ü.~ CS- .._. ..... . les noms de nombre masculins. 15 ~ . . Û~J' 80 'ü_. . . Ils sont " construits •. ur:. les noms de nombres ne connaissent pas les flexions de cas. - '. : 16 17 18 19 IV.. . . c'est-à-dire ceux qui sont construits avec un nom masculin et qui sont terminés par ~ et les noms de nombre féminins..r~ .. jiJ .222 § 145 NOMS DE NOMBRE III..S~l 12 '_).. .ïl.. • . De 11 à 19. ~ •' .! . . c'est-à-dire ceux qui sont cons· truits avec un nom féminin et qui sont terminés par '.r-" . -. . r~ Les noms de dizaines sont: 20 30 . ils sont figés à une désinence a.. .'i~ 1-1 . ..._ Û. .. 40 ..On distinguera.. .

• Premier» est.>" Cent est 4. ou ~. ... puis la dizaine.iJ ~ au singulier et au cas indirect en annexion. comme pour les unités. Les centaines suivantes sont . Ce sont les pluriels sains masculins des noms de nombre de 3 . la première graphie est ancienne et aujourd'hui illogique: comparez l'hébreu et l'araméen. V. 1. exprimées par le nombre de 3 à 9 sans le tcf marbûfa avec le mot ./~~ a1~1 .JI. . .§ H5-145b•• 223 NOMS DE NOMBRE . l'i de l'initiale ne s'explique pas ... sur le type JI.9"' . au cas indirect. est seul anormal : on attendrait le duel de ~ .r.... et les deux noms se déclinent' normalement : cas sujet cas direct cas indirect . '. c'est à dire 'alrdni . le nom de nombre de 3 à 10. 'û.1 . . J) . av. '•le.. ._ J . puis. .. Les nombres intermédiaires aux dizaines sont formés du plus petit nombre suivi de ~ el. comme dans la plupart des langues.....4il.> . à 9 : û~._t~ 1.c un l<f marbûfa.~... Mille est . Deux cents en est le duel ùf:i L. la désinence 1i11a est intervenue par analogie avec le nom des autres dizaines. Nombres ordinaux § 145111a..: ~. deux mille ûlÎI 1...tJ 1 est en etfet masculin..: fém. isolé par son radical et par sa forme : masc. e1 . J~~ plur. est suivi du pluriel . . 400 300 • •t .:. "' "' :. jj•:JI C'ost up élatif de racine plur.

.rs- ~ ~ Ces ensembles forment des complexes. c'est donc «le complexe• qui prend l'ar· . De 11 à 19.~\.: 7 • ~t.If.-li . en terme circonstanciel : vj\ d'abord.'J 4 5 ..A' pour le féminin .:'t. etc. ils ont donc la désinence .224 § 145bla NOMBRES ORDINAUX .~ li 6 :...)i.. : üC J~li 2 3 J J 8 •' ~~ ~ J . :Jj\ a le lanwîn au cas direct. b) ~\J pour Lâniyun a les flexions de cas de . contrairement aux cardinaux. particulièrement en éthiopien : 1idaun = aittun. ~. .'. 9 . Les ordinaux de 3 à 10 sont des ~. ticle ~ ~.. quel que soil leu. ' :f:?I. . •• . JO & J""! i: Remarquea.~ôle dans la proposition. Jli - p J5• etc. \:11 : la 15• nuit . pour marque du féminin dans les deux termes. d) Les ordinaux sont des adjectifs et suivent les mêmes régies d'accord que ceux-ci. comme le prouvent les formes longues '~." .. c) :.'.. le féminin est normal avec désinence . ~' ... l'unité est le J.a) Bien qu'il ait la forme d'un élatif..: et 'J. -· à la détermination. Pour 11.: t. des sortes de noms composés en annexion. les ordinaux sont composés des noms précédents auxquels on ajoute p pour le masculin et '. ~ de la racine ~ 12" ~~ .: est un fait sémitique. mais comme eux ils sont figés avec une finale a...li des racines des nombres cardinaux .

.. » A-:? Ces deux termes étant réunis par un wâw ne forment pas complexe.\ ..:11 '• . 21• ~'l'"' 2& 1...>\I .. .. .._ f~..11 T' ' .)) . Distributifs § 1451••..i:._r-~_.> .>W -.... ':.... . donc chacun d'eux prend l'article à la détermination.. .§ 145ier-145qu•ter 225 NOMBRES ORDINAUX Les nombres ordinaux de dizaines sont les mêmes que les cardinaux .....J "·.i . 1:.!....J :? \... . ..: ü_.l 1 le vingt-et-u11iéme Les nombres ordinaux n'existent pas au-delà de 99. t..J ~ l. etc. 1' 4':?1S... J-ï.r-&-. .. L'adjectif numéral distributif peut être exprimé par - 'I ' ' le nombre cardinal répété ou par des noms spéciaux des types vl.J .. . . Cj J ou Cj J .!.. 1 ••. tiers quart .i ou ' . par Fractions § 145quater.: 1.i.. ' .Jl~ T' ils vinrent troia par trois ..l. - On trouve aussi ~. Demi est ...' 1. "' .J 1. . c.J'~ ou 'à -• J.. Ü. . ...... déclinables à deux cas : '• . exemple~ ~ Les numéraux multiplicatifs sont rendus par le participe passif . ou Les fractions de 3 à 10 sont exprimées par des noms "'Jai'. Du type exemple : un adjectif de relation en "1 ..t.J ~:? ~ fém..iJU .J_rs.L.. on y ajoute les ordinaux de 1 à 9. : ..)..' .._...:' 4:!:? ..:. quadrilatéral....\:. d'une seconde forme nrbale : triple . .s. du type "'Jai. on a formé "la'~-~J. ü. \...

TABLEAUX DE CONJUGAISON DES VERBES .

.!1:. .. ·~ duel plur. . j:&j 2° m.. 8:i 2 c.i f'~ 3 f. s f. .. sing..- 228 - VO 1 X Accompli indicatif subjonctif ' .. ~ ùr::: 'j!~~ '. ~ On donne ici. . 2 m. -x. .. la conjugaison du verbe . suivant l'usage. . ~::i:. fo . . Remarque.. 2 f. ~ . 1 f!~: ù}!Z ~ 'ft '_p.... .. _?J~j 3 m. J=il . 3 m. .. .. .. 2• f. . 1° commun. 3• m..: ~ . t!~. - ~... 6:i 1 c..

'·.Ji • 's. j:Z ~ 9--~ ••• ds..' .. 'c.):Z "'"":. . .. on le répète.· ~ . . ~ .. . "Ji' . . .' • '1!'•. ~ j:il .. ---:.B' . .t~ 9 ··~ qalala... ce qui est.-229ACTIVE compli Impératif apocopé ënergique 1 :#~ Jil J!i . ... gaqtulu...G... ~~ ..' ~ 9~ ij!z' 1 • .."' . r: .....):Z 9-~ ...••• ~ ~ .' ~t . .. J=û ""'r.. ~ c ''t. . .. ~ • ' •a ~ fi J. .. 9~ ~ . .. ~ fa'1 1 ~t ... énergique II .):Z t: ~ .. ~ . ... . ::. J:Aj ... l'alternance la plus fréquente. 1 t: ''t.. ''c..

..... " .. .· (3) Voir§ 28 ~ "~ ... J .! (3)JQ ~i:i1 . .. " . ~ ~~ ' .~' . ~ .l » III ~ accompli : inaccompli : II ... " . . •t ~ J~ J:.-230- FORMES DÉRIVÉES 1 .. ~1 . Participe passif : . Actif: • impératif: IV . bis ' ""' . .. • A. J? ~li ~i J? ~} ... ~Il. ~ ..... ·. ' . . ~li.-.. .> ·~ .. J. » inaccompli : ma!idar: (1) Voir § 47 ~ ~ (1) (2) Voir § 47 ~ J-ï.. ' ... . Jli..... ~ Passif: accompli: . j:J (2)~ Participe actif : ~\... . ~ .

.:.. .l ~' ~ . .. .... ~ . --· . .. . ~ VII VIII IX ~\ii ~~ X ~ .. 'Ji:.JW.. .. . . .... ~' ..l.. J. . . .~.. .i :_. .231 - DU VERBE V VI .. . .. . ·y. ... . ~ ·i .. _....... •' ·l ~I . ' . . . .. ~ .. ...... ~ ~ J~l J~l .... .i.

.- y~ Jfi 2' pers. ~-~)l 2• pers. ...m. 2' pers. ~~)l . m.. .. m. c . '. ù.". 3• pers. 3• pers.'.. ~ ~ ' ... subj.~ -'J'. sing. . m.J~- ~ ' &• . f.. ÙJ? ~ I... . m. Impératif apoc. .. 15~) 2' pers. . ~ .- 232 - VERBE SOURD j fuir (Voix actiYe) Accompli Inaccompli indic. ~J} 2• pers... duel plur. ~-:. ~ ~ ~ ·....}! 3• pers. 1) 3• pers. . f. t• pers. 3• pers. .. . c . f. ' . c . f. . 6) t• pers.. •• .. ÜJ) . .! i>)J & - c .

accom.. ~i .r-~ -- ~ ) - . passif ma~dar .rY. actif j'... .. actif X.. . ~- .:. partie..Y. actif .. G. ..r-::-~ ma~dar 'J~i.. . "Ur "~. J..J .'.. impératif IV. .~i t. ~.:·l . actif "~_..1 e\: ·1 " t.J ~ ~.~i . .accom.- 233 - VERBES DE PREMIÈRE RADICALE wâw ou yâ) Verbes en wâw Verbes en wâw (thème :_i.. tiY.. . ·~ '1 accom.!) ~ "~ :_i..:' . .. accom... ma~dar J~I-~ e~t -:..!. .a)~ --1 i~h ... .. ~.~l VIII. . ~Y.:1 inacc. ~) .o~ " ~ .J J.X:: ~ . _r-J. . t.o. . . . . .. .. t:. Verbes en yif (thème~) ..·. ... actif J~ . .. t~ " . . ~~ .. .: '1 ~·. J~ . ' ~... actif :. " ._..r-.::..... actif inacc. inacc.. actif inacc.~ ~ ~l .J ..

.û~·~ 3• pers. . r. t• pers.. .J ---~ -~ . ü11~ .' '. li\. ~ '·' -. . . duel apoc. . "" . 'J \.> participe actif . fl 3• pers. ~ J~~~ 'i)f .:. lmpératij .j 'J? J'..' .-234VERBES DE DEUXIËME RADICALE wâw (concaves) (Voix active) Inaccompli Accompli indic. ~ 2• pers...r: . et que i yci' remplacent u w<iw : ~ . J . . u . . c.z 1 ••. . .. "J) ma~dar ._).. 'J? . \Jl \. f.. f. 8\i .j' .. . . . Voir§ 83 à 88. -·~ ' . sauf .. c. .. ~r!. j :: .? ..1 JZ \}r!. i). . . . m. . '}JA: ~' . ~~ '. ~ sing.. Jy'J . . ~li 3• pers. J! . . 'J? . 'Jj' . Ji ··~ • J ~~ '-' . f. 2• pers. t• pers.. ::li- 2• pers. ~ J)î Ji' Jfa' J~~.f i))f i). • ~ ljj' . m. 'ü}. '1r!. m. . . . .. La conjugaison des verbes en ya' est identique à celle-ci. .~ ï' ij)Z 2• pers. Œ plur.. c.. .JAj'. subj. . ' que i remplace u : . m.. + + . .~- p~. . - . 2• pers. i:.. ' '.û'J~ ...~ 3• pers.

3• pers. ~ J~' ::.J. \ij .pers.ü\llü . 2• pers.- J~ -. ~ . -.. 3• pers. duel 2. .pers. t• peN. t• pers... ù \ij ) _.' \lw )l. ~ . participe (verbes en ycf) "'e.z' ' -. ~ .-235VERBES DE DEUXIÈME RADICALE wâw ou yà' (Voix passive) Accompli Inaccompli indicatif sing.. J~ 3• pers.. apocopé .pers. _ü\f lAj . ù ~ l_. -- ·~ 2. c. . m. . i)w . -. fo ). fo. c. . . m. -~ 3• pers. . plur. m. -· a. ~w ·'}:! ~ participe (verbes en wâw) "J. . Jli -- 2. .Ji'-· . \lit ' ) '. f. ~ ::_t. :J• pers. .. . J~ 3• pers. -- pi~ '1~ Gi. m. .I~ ~ ~ ... .pers. JA1 2.. f.:' . f.. r. c. m. f. JA1 -.

. :}i> (thème (Voix active) Accompli sing. ...~.. . .JJ. Î.j .l.lj . . . ..>.J. Impératif Inaccompli indic. . .. .:. ' ..:1 J::i ~I l.J.j . . i. .: .:.I ~. Î.!J .. c.JJ~ Î. .>..:.J~ (' ·: .:. . .>. .J.j di. .J..J. Î.)t .:1 .>.l. ~...l . ' -.:J plur.: ..} J.il. ..:J :: . 3• P!'rs.: . .J. .o.JJ. 3• pers. ('.J. ..V 'ü.>.ci Î. f.. .. 2" pers. • ... 3• pers. 1:J .: .J 2" pers. participe passif • Il' .j .j 6l..!J 3• pers.A ... . l...J. 1. .:el 2• pers.. .J.J._j. . .J~ ~.:1 .J.J. 2• pers. .J. f. .:.J~ . subj..... .J..l. m.::J" .: .JJ. m.J. .!J l. apoc. f.. . ' . .~~ . ' (' . .JJ~ . Î..ci . .- 236- VERBES DE TROISIÈME RADICALE wâw .. ..Si:i •' ~id •' ~.JJ~ '..J.J. . m.:. 3• pers. . ...J.. .J'ii ..J.J.. . -. .J. ~:J ...J.. t• pers.J~ . .J~ ..j .J.l.. ... . .J. ' .J. .>.J. l.J.jl .J~ . ~.. 1~:J ....il~~ l. ' . ma~dar participe actif .J~ .. . f.JJ. . c. ' ·. m. 1 ~ ...j 1 . f. c. : .I.. ..J. ...j 1 2• pers..... .J.ci >•: . . 3• pers. Î.J Ï.. .J (..J.>.J.. .J~ '. }>l. (.I ' . 'J~' IJ.!J '·: .J.>. .. t• pers. .J. ~~:J .J. •' -CJ .J.J. . m.l.. . ..J. ~.J.

pers.J . c.)1 ...J .. '• ..J ir. 3• pers. 1• pers.·:: c. .... ~~l ••J .. _r..:: . m...'. ~~~î •r~l ir. 2. . ....pers. ~J!... .. ir. f.. ~.·:: ••J (__.f...J ir. . .. 31 pers.·:: '. ùr... ~--J u ••.. ·: . ma~dar participe actif participe passif . .. c. . .~ plur.pers.. f. ~..l...f:4) '• ..JI .:. ~. m.. subj.pers...rJ ·:: ·:: •• ~. m.·:: . . "":4. 'r.) r1~ . .)..'' • . ~.) . fJ .. . i. f.x.) 3• pers. 2.._ • .S'. .. ~.:: ·:: ·:: . f..J 1. ~. ~..) . indic. l.. duel 2. . .:. 1.·· c. . 3.'' -~ c.- 237 - VERBES DE TROISIÈME RADICALE yd' (thème J..1.pers. 'r.. t:.. L::.) ~. c.. .. f. ~. c. c.1.. c.l.l.... ~~l -~ 1r14-J ..t ~~l \ .... .t ~ -~ . .. ~..J.. 1. ~. ..r~l ~J .. '•! ûrJ . Impératif Inaccompli Accompli .) ~...J c. t• pers. . . m.l· 3• pers..J .J . 'r14-. '• .) .. ..pers. ..J .x... .i'> (Voix active) sing. "~.~ 3• per'>. c.) 2.... l. 2. m. apoc . . ~j .. '~ .. 1.. f..

•' . .. t• pers.. -·..:.f ~.o) ..-238VERBES DE TROISIÈME RADICALE wâw ou yN (thème~) (Voix active) Accompli sing.. 1:. ""' . .J.Y. m. .::. ~j ùi'1. 2• pers..•:._:p) .... r. . c. .. ~. c.. ..Y..•.. 2° pers. f. ma!}dar participe actif . ~.... . ..li .~~ ~. ~.Y._:p) . 3' pers.i J.. ·- . Inaccompli subj. .Y. . participe passif • . .:. . . ..·:. . c.f 3° pers. .::. 1• pers. .. :. ~... .•...P. ... . 2° pers.•...'. .1. . J . 3• pers.. 1:. f.. .. J.. plur. ~......· ~ c. c.. . .~ .. f. 1 2° pers. 1~. 1··-~J .:: . actif.·~ i..:.S . m.. f. donc avec les mêmes flexions que ..... indic.f .~ . c.. 3° pers. . . . . :.. . f. ~~l ... ~)l .... ..... duel Impératif apoc. c.. m. .u .. t.::.:.. et.~i . . gN est du type . . :. ~. . m. m. . 3• pers.•. ... . .. 2" pers.:. 3• pers. . •.Y.:.....f . . .f .u • . ~-r La coniugaison du passif des verbes en wdw..~l ~.

.~ ~~ '·'1 ...l .•- '.....!I ·~ ·~ ·~:~ ~:\ '·~ ..::: -- ~~ :. "' "' E :::..• . -•\ j \• \• \ . ' \.< 1 ..~ ~. '. .t ~l.!l ' ·~ ' "'.~ \ \ \ -·.... "•t ''\ ...!3 . ··~ . . ...... '•~ ··3 . ~~ .~ ..- J ··~ ·•'~ .\ ....3 '•~ ..~.\ .:.. _....... -~..... .... :.. u c: :~· -~ ... . ·-t: .-"' -> ::: ...~ c. :.. '-!..~ ' '.. '· "' > 0 . '-' ~ " . -"' "' ·- en "' • . .:i u < u Ci < 0::: ::. 0 ''. 1... J. .... ... '..'...• . '·' -'1.. .1 ' ·~l 1 . 'J' ·3 .. ' ··.. .l ... "' ~ . ...·~ _. J 0 '-' "' ''\ -- '!.~ . . c."'~ ~ ·J !.. > > ..... ... ~..~{ . . .... 1 1 ~· ' :l..1 ' -c ·l:. "ü ·v. ' ~~ 1 ... -" ~-:r " ··~ ··....l.J Cl .. -~ _.. :~ '·'1 .. :.~ > _.. ::: 0 0:: 5 . ~'.... _..... ~ 0 .. .. ·.. ·-uc. ~ :::. ~d ':j '-' t--- ~ ~ ::... "J.. '. ·.' . 1 . ·~.\ \' '{J ~.. ::.. .... ...." :. "'c. "'\ .t. o. ~.l .~. c. .. . r: . ' '... ' :/. ' ~d ... ··~ .... :i:: "' ·::.l -- <J:• en """' 0:: ' ' 1 1 .. .. ~.

LIVRE Il SYNTAXE .

SYNTAXE VALEUR ET SYNTAXE D'ACCORD DES MOTS .

se senait du subj. afri<'aine.·oient à l'éd.) . classique. de Bûlâq 1342. W. = . une traduction plus correcte sera donnée entre parenthèses ( . les notions de temps cl !le mode se présentent sons un aspect défini.<Ït/IH'.. En gcnéral. Marçais. dans les langues indo-européennes. C.~c liltérnire ara/ie (dans Rt•11. et fut. la période postérieure.1. troisième. 1927). JXmc .<. Quand toutefois il parait1·a nécessaire de le faire. frs Oriyi11r._-c Vlllm• sil-cle de . pour remplacer ce mode.< d1· /11 l'ro. prés. en l'absence de conditionnel..~.. La première représente la période antérieure à la constitution de la prose littérnire (fin <ln 11"'' siècle de l'H. Il peut :irriYer cependant qu'un même temps ou un même mode soit affecté à plusieurs usages (2). Noter que les références au Coran ren. Les mots ou passages entre crochets [ . cl la La deuxième embra. ) à la suite de la traduction littérale.PREMIÈRE PARTIE VALEVR ET SYNTAXE D' ACCC>RD DES MOTS (1) CHAPITRE 1 LE VERBE SECTION 1 Valeurs temporelles et modales Remarques préllmlnaires. 7-8.XI"''' de J. C. Sur les auteurs cités en références. ] n'existent pas dans la texte arabe. Souvent on emploiera les expressions : période pré-c/a."""siècles de l'H. jusqu'à nos jours. mais ont dû être ajoutés pour rendre le sens plus clair au lecteur français. De même le latin. cf..sc lt•s Ill"" . (2) Ainsi le franç. post-cla.~it111c. pour énoncer une hypothèse réalisable. Ces faits (1) La h·aduction des exemples sera aussi littérale que possible. c. use de ]'indic. mir pp..

e. on allra donc il tenir compte des 111rlc11rs absolue.·. tout en conscrn111t des traces de non-opposition entre l'acccompli et lï1111ccompli ('~) cl d'indillërence \'Îs-il-\'is de 111 notation du i1'111p.:n.. 2° par le t~ontexte : emploi d'ad\'l•rhes de ll'111ps.'ut-êtrc sous des inllucnc"s hellénistiques. dmts le temps.• par le conlexlC'. Sib. pl.. loc:ilisalion dans le temps. peul sllllire il noter le temps situé. (1) Cohen. el l'inaccompli trop d'analogies avec la notion de pr~senl Oil de fotur. semhl<·-l-il. n'exprime pas le temps situé (c'est-i1-dire celui oit se localise un procès par rapport à un alllrl' moment du temps 11ui est l'cllli oit se place le Slljet p:1rlant). mais selllcmcnt le degré de ré1ilisntion dll procès. dans la plupart des cas.·crhal exprimant la dun'e qui de. par le premier 11erbe de la phrmt•. :. rle tous les verhes qui suivent (~ 172).ri •) .. (3) La notion de kmps situé. Dans l'exposé qui sllit. 2. emploi d'un e. Ils sonl :111 l'onlr:1irc constants en arabe clas~i1p1c. qui servait à l'énoncé d'un pl'Ocès sans consirléralion de temps situé. il préciser le moment oit se déroule l'action (3).. Cc fut ~culement. On sent hi1•n lolllcfois qu'une langllc ne 11ellt éternellement tenir pour accessoire la notation des notions de durée d de temps. 16-20. En conséquence. l'inaccompli. cf. Cl'lle particularité a 1lcux causes anl'icnncs : 1° on relrou\'c so11\·cnl dans l'arabe classi11uc «des sun·ivanccs d'un étal d'inclistinction li en Ire les deux « aspl•l'ls li du \'crhe arahe (1).:. pas.. à une époque pins récente qu'apparut un aspcd . ù l'origim•. Il y esl parvenll par divers Jll'OCédés : 1° par l'emploi spécialisé de l't1Cl'OlllJ1li pour rendre un passé quclcon11ue. VERBE sont néanmoins rares clans ces langues dont le syslè111e \'crbal est riche. n'avait sans doute qu'un 'cul asp•d vcrhal. d'où sortit l'arahc. en arahe comme dans tout le sémitique.c. pour que Cl'S dmtX aspects dll verbe n'aient pas été affectés i1 l'expression de ces temps.~ situé. quand le \'erbe..·inl l'accompli.246 NOTIONS PRÉLIMINAIRJ<:s SUR LI·. 2° le \'erhe.~ de clrnquc aspect \'erhal et de ses 1mle11rs c:o111litio11111.t:posm1t tempurl'l (~ 198 b). l'l'l'lw. l'arahe est arrivé. j1· . l. 12) Ainsi = ::.sémitiqur commun.. de lï11accompli pollr rendre un présent Oil lln flllur... 111111 i11/lue11cé par le contexil'. ni rle durée. Il est é\'idcnl en effet que l'accompli a trop de rapports psychologiques a\·ec l'idée de passé. Cc fait provie1ulrait rlc C<' qnc h... est clairement reconnue pBI' tous les grammaires a1·abes ...

une 110/onté.L'accompli. 203) je sui.: subjoi1cl. l'accompli n'équi\·:111t nullement à ces temps du frarwais.t un passé 1•a911e. 114) ~ 148..:i.I ~ î ::.~ 146-147-1-18-14{) VALt:l:RS Dl-: L'ACCOMPLI 247 Valeurs de l'accompli § 146. en phrase optative ou conte- nant un e119age111e11t solennel négatif (en franç. (A. . (Cor. acqms définitivement. il m'11ppela 1111 jour el j'entrai auprès ile lui. ~--. 27).. ou .. -.~ (étnl 011 C1dio11) réalisé d1111... je .l'ai 1•e11d11 ( =je te vends) cecr. t. ~ 147. une sensation ou un se11/Ï111e11l.15-~j ~t _ b) ~ Allnh fut ( = es/) 011111i.Î nous avons voulu (= nous voulons) écrire. l'arabe emploie l'accompli .a11d11 le snng dn11s ma lr1b11 el je me suis a11ne. XXXIII. qmmd il s'agit de faits constatés.: p11ssé simple ou composé). dans ces cas. . d. '• . Le fran~~.. De là aussi l'utilisation de l'ace. de là l'ütilisation de cet aspect verbal dans les maximes.En principe. le rend par un passé 11ucko1H1ue.~l'Ïl'11/.. mais énonce le 1·ésultat actuel d'une série d'opérations psychiques ou physiologiques qui se sont déroulées dans le passé. j'ai réP. pri•sl'lll ou futur.:. une consl11l11lio11. 1 . clans des verbes exprimant un désir.. id. par un présent. n'as-lu pas su (= 11e sais-lu pas) que . l'ace. ~ 149. rendu en franç..q. \'.). une décision. ce dont le fran~·ais ne tient pas compte. ~ûl~. a) De même.. l . (lij. exprime un procès achevé dans le passé (en fran~·. • .~ un homme des A. l'accompli é11011cc 1111 procè. par un conditionnel ou par un subjonctif. les srnlences. Valeurs absolues de l'accompli. il peul arriver aussi qu'il le traduise par un indic. . prés. mais an résultat d'une action passée. Employé seul. n'équiYaut nullement à un présentfotur.ré mu: B. .

. passé indélini ou antérieur) sont le fait du fran\~ais... selon les cas. ~ pui... le tuerai-je après qu'il l'a dite ? 1.:i~)..li (~ 1:-JS). 69) l'ai-je tué après qu'il l'a dite ? Q~ ~i (= qu'il /'eut dite) . y compris le futur-antérieur. 14)\i exprime simplement une action antérieure à celle énoncée par .. ' ..j 'iJ _.. ..~ '~j·~~-..).l:il 1 (=qu'il l'aura dite) (Bub. ~ ···J.â:il ou <.se.LEURS DE 1. en proposition principall'.Valeurs conditionnées de l'accompli.. '..... sert à noter un passé proche (en fran\·. conser\'ant sa valeur propre.. l'accompli parait prendre iles valeurs diffèrentes de sa valeur primitive. eu subordonnée de concomitance. . Les autres nmrnces temporelles (futur-antérieur. . ' -.. -...~-111 pleurer 1des larme. celte particule..mng Jiuqu'à la Ré. . În!>ist1• simplement sur la valeur passée de l'accompli..: plus-qul'-parfait ou passé antérùiur).. 17) je 1'111 repo11d11.. .JJ alors que. rie J . III. je r>icm rie le répondre que .mrreclio11 ! (Qàli 1.. On le rendra en français.. le sujet parlant considère en effet son souhait ou son cng11gemenl comme déjà réalisés. ~ 151.. ilonnt• il l'acrompli un sens de passé dans le passé (en franç. .'A... 167) q11' A lluh 11e leur fasse pas miséricorde ! je ne prono11çPrai pas une s!Jll11he. je 11e prendrai point place tant que . (A!i· V. 425) ~ 150. Situé dans le temps par le contexte..CCOMPLI ~ 150-151 inclic.248 VA. . par 1livers temps.: v1·11ir dl' . il exprime encore une action réalisée mais antérieurement à celle énoncée par un autre verhe se situant dans le passé.. .. Parfoi~ aussi. à:il Remnrque. .. . .. ::.: (.~~~' J. ~w. ) 11011s 1111ons aéé sur 11ous se11t cieux (Cor. le présent ou le futur. selon le contexte.1 li ùl ~ 4.. ... XXIII... En fait.fa. fut..

j. XII. 5) J-i Î.i 0lS"" = -n ··--~ il avait retroussé ses vêtements • (Ag.û peut se trouver employé (cf.autre est commencée (en franç.~ . cf. (Cor. ~(.. (Jà~... quand elle est venue à eu. VI. Sur l'emploi de celle particule avec 0lS"". devant un autre accompli. cf.t. .i ..: passé). nous ronstatàmes qu'il avait mangé. 243) . . § 151) soit avant ~l)"".û donne le mème sens devant un verbe de constatation ou d'estimation (~ 187). des ~ 459-475. l!. . donne à celui-ci un sens de passé dans le pa~sé {en fran~~.. 133) ~i ~~ 0lS""0l -- - -~Î ~ -~ ~-) ~:Î 0lS"" .~ ~ 'ütr':. tient cléjà pour réalisée l'idée qu'il émet.1.Î ils nièrent. ~(. (Cor. ar•ait envoyé 'A. - - ~--~ S 153...: plus-que-par/iiit. ils ont nié la vérité quand elle fut venue. - 0lS"" § 154. . marque que l'ace. .comme pour l'optatif (~ 149 b) .. quand elle 11i11t.0i . passé antérieur).·~ ~ Cela s'explique par le fait que le sujet parlant .t·. .§ 152-153-154 VALEURS DE L'ACCOMPLI 249 puis j'allai à ['outre alors que /'avait atteinte la fraicheur des arbres.Y.i·. 2Ï) Ibn az-Z. (Ag.J. soit avant le second verbe. ~ 152. Le fran~·ais rencl alors l'accompli par cles procédés qui lui sont propres . Dans ce cas . ~ 154.L'accompli est d'emploi courant dans des phrases complexes exprimant un éventuel ou un hypothétique (~ 455) rommen\·ant . .l!J quand. . les ex. à l'accompli.) . par ·~i 1-~1. énonce une action arheYée juste au moment où une.. si sa tunique se troiwe avoir été déchirée .. VII.. .'tr' ..

-..i. ù l'inuccompli indic. --.. . de /'indic. le franç. (.~e. présent. lr11111'1' avoir rien v11..Valeurs absolues de l'lnaccompll Indicatif. INDICATIF ~ 157_ En principe.\lüldeke. IXDICATff ~ 1. (elle nia mmir rien 1'11). ~ 172. 7a) b.1yunl le plus Mmn·nl pour équivalent fran\·ais un f11l11r-antéril'11r.250 \'AU·:nts " " L'tNACC.. indic. 1'indic. ce 11"1 est 1 pas 1 là 1 11111• rlwsc 1 que 1 je me lr111111erni cwoir commi. (Ay.: prés. (qur j'aurni co1111111se). l. 2• éd. le rend par un indic. Z11r Gr. Valeurs de l'inaccompli A. énonce un fait qui se déroule à l'instant oit l'on pa1·le (présent réel) ou une constatation relative à un fait qui dure on est susceptible de se reproduire (présent vague) (en fran\·.'1. Suivant les cas.! ::. S 158. (proverbe cité par Qàli 1. 210) (présent vague) .Sur l'equi.Yalence en fran\·ais ile l'aCl:ompli an•r.::n elle ni11 qu'elle -~e. i111p11r/i1it ou futur.1rfois aussi cle\'ant un second \'crhe ù l'acl"ompli. ou par un s11bjonclif. § 197 b. l'inacc... ~ 1\12"h. 011 emplit les carquois.. 011 suhJ. ou par un conditio1111el présent... 8) 0p ~1·. se n•m·onlrl' p. tant que. XI\'. Sur les thèmes d'Hllurc wrbale de sens exclamatif.i. femme lui dit : « Pourquoi te vois-je préoccupé '! » (IQ. En dehors de toute indication de temps fournie par le conlt'xte. cf. 117) (présent réél) &11 1wa11t le tir.i~ S 156. cr. -. énonce 1111 procès (état ou action) en cours de ré11/isnlion 011 q11i se répète en un temps v11911e. Sur la valeur temporelle du premier vcrlll~ de la phrasl'. cf.). IV.s:::.::.

vers /'Enfer seront conduits en woupe. VIII. Cii.. . ~ lliU..... Elle peut résulter aussi du contexte par déduction (en Cran\".. (Cor...l :~. qui ne saurait mourir.. Localisation de l'lnacc.. Souvent d'ailleurs comme pour l'acr.. indic.ij . l Cor.· l'homme l. de .1. . d'ailleurs a~sez fuyantes : a) une certaine capacile à réaliser l'action. le fran\~. : futur.'tSACC. elles sont très nombreuses.I le Vivan/ qui ne mourra pas. : lu ne men/iras pas à Ion prochain. com · men/ pe11x-/11 dire cela? il e.. ~ 161.. l. . III. je ne changerai rien! (llub. ce!> nuances c•xistent seulement clans la traduction fran\·aise. 71) ... ~ . ÛJ~~ 1•/ ceux qui u11ro11/ elé impies.. dans le futur.J Z.!"" . Indic. 45) .Celle localisation de lïnacc. 36).... t:ll) 11ous 11a11rez. (lij. XII. (Cor. . 2) b) une notion :iffaiblie de prohibitif on d'iujom·lif (cf. A la clifférencl' cles v:ileurs absolues. ' ..digne de ce nom) ne sera pas.. 2.. " ' .i- tion ~. (Jà~..IJ '. .'I: qui ai•ait échappé . 80) (présent n1gue) ~ 1:iu.1 ~: . aux deux valeurs primitives ile ce mode..: 1 ~- I. . dans le futur par:iit parfois s'accompagner de nuances secondaires..t . (IH. v_:'\.le vais 11ous /'aire eonnailre le sens cle ce rê11e ». . # .' -~ 1 ~ ne devra pas être un goinfre.El'RS DE 1. par le contexte. i:1 i: ~·. . I~ ..!). clil : « .: ou :. . mais m• représentent que des nuances i1jontécs.•• ?""' . futur proche).·. . '\..) u ~ '-'":J '.iÎI ~ dl .... . ' . Celle localisation résulte de l'emploi d'un terme adverbial. partirn di·main. .YAl. ' .. INUICATIF 251 il dit après qt1'on l'eut interrogé sur /cr révélation : "Elle 11ie11t 1à1 moi comme un 11011 rie cloche». - Jo-. de l:i nég. comment dis-tu cela.:1) celui des deu. -.. ..Valeurs conditionnées de l'inaccompll Indicatif.

. 1cd111 l'émenl plua qm• ne le ferait a11tr1• chose. 96) 0 q111111d il j lui arrive d']e11te11dre c/111111. it l'époque classique. l'inacc. . (2) Cette tournure. 23X). se r. 6. (Afi.t'. - Localisation de l'lnacc. peut précéder un autre verbe à l"inacc. .irer ou se trounml en subordonnée. dans les dialectr~ vivants s'explique par le fait que dans l'esprit du sujet parlant. l'indic. ~ 164. § 162-163-164 ma famille -.. 7 li11.~ à l'inaecompli ou à lïmpéralif. dinc1111 11'1•11. 2!19 /'J jusqu'à ce que 11011.anl temporei (~ 1!18 h) mais qu'il sert il dëerirc ou i1 11mn1ucr une aptitude à accomplir l'action. li.~ se tro11ve11f-1•ll1"~ commPncer.. Indic. ~ 162. le souhait ne peut se réaliser que dans le futur.r nimt•ra (= uimerait) à 11Ù•re mille ans ! (Cor..252 VAT. . cf.Le fran\ :1is rend souvent par Il' comlitio1111el présent. Pmployé ahsolunwnt. ~ 149 b) qu'il a pourtant évincé dans les dialectes vivants ( 1). vous lrmwie: lf's mutiler. Jle11111rq11e.venue assez reu fréquente à l'é1>0quc post-classiqut'... indic. Sunt. V.peut exprimer. li!l. d'un verhe signifiant dé. n'est pas un e. (Jà~.·enl que l'accompli (<·f.. so11t-elle. ..!ncontre moins sou.~ en mesurl' cle comme11c1•r <Tab11ri ci lé par Reckendorf. S 163.F. Cette prédominance <le l'inacc... d·. 1111 . scion (1) Féghali. indic. Synt.1. indic. 10:l). dans le présent.. Dans cet emploi. Tanga.URS DE L'tNACC. ~. il parait 1·crtain que yrtkiin.~.. pour <'X(lrimer un descriptif (2). . INDICATIF c) une nleur d'optatif. - 0'1~ .. les {1·mm1'.rpo. Marçais. Dans ce clerni<~r emploi..est clonble. . se rencontre dans des dialectes vi\•ants . 252) Remarque.. ~·-J~ . W. .qu'Allah te fas11e miaéricorde ! . {Buh IV.. On a vu que l"inacc.. 21!1.

:..ilr' par l'emploi de il l'acco111pli avec v:1leur J't'. h) par la présl•nce d'un autre verbe ù l'accompli. Elle s'obtient: <1) lemporf'l ::.l:po. (Cor.j~l.... "" . "" ' . ..~e11/ vague (en franç. PASSÉ 253 le sens de la phrase. '~î .~f'11/ 11ag11e peut ètre précisée p:ir un adyerbc ou p:ir l'opposition accompli inacco111pli (cf.. i8) ~ tfk)" 1".). i} 1:~~.~ 1 ~~Î~ ) •' ~. . S Hi5. • .. LXI. La valeur d'un présr11/ r/>rl ou d'un pré... dans la phrase. Indic. ou il satirisait ul-.~-11ou. . ou p:ir le sens de celle-ci . J~~ J)l •->-:~Ali .. soit à marquer le caractère habituel ou itératif du procès.y.. (. 37) ~ 100.'1..~ .hi~. sert soit à renforcer l'expression.VI. .._ ~ ÙO . (Ag. 5> souvent assiste lti 1 ton repas u11 ''ieilla"'I dont la boucl1t (= lu dentition) e. d'habituel ou d'itératif (en franç. . J'ai laissé la communauté tle yens qui ne croie11/ pas en Allah. : impur{. 1:-ib) quand il [lui arriuait de] fiuir.. (Coi·. qu'un prhe11t (~ 1il8).\~ ~ il lui récit~ le foè~e. ' . 117) . cle /'indic. tout aussi hien un présent réel.çcm/ (~ Hl8 b) deyant un verbe à l'in<lic. de /'indic. :. toutefois~ 16ti b)....). Cette localisation s'accompagne toujours d'une notion de duratif. : prés. II ..~ ~<..~I partie.' ' . (A.Ü _parfois employé devant ce mode qui . _. . - énonce alors un pré. 11ay11e . ..~ que 11ous s11111': for/ Ut11 qut j1· . .. il pleurait et co11ti1111ait à pleurer /1111/ qu'Allah 11011/ait. dans le passé.y 0~ :._. XII. DANS LF. . il 11e ~aillait pas la porte de • 103) (A 9·..Locallsatlon de l'lnacc. . Le contexte peut préciser naturellement une de ces valeurs.. If. pourquoi me faite.~ du mnl 11/or. .§ 165-166 LOCALISATION DE 1:1ND1C.

Ces deux modes. (cf._. sont uniquement affectifs et mnrqucnl l:. tNERGIQUES ~ 168. Hl) SUBJONCTIF L'inaccompli subjonctif. snns idée de durée. III..' 1uy:. 59) c'est-it-1lire: et sr mit ci ~Ire el à co11tin11er d 11ii1rr .. B. cf. Hlsüm cite par Nuldeke. passé. j_. 111. supposerait un fait :1cquis. il représente un futur(~ ilRI). il di/ 1à AdC1111 I : • Sois ! • "' il fut.S ~ 167-168 pnr Allah I j'étais t11 traill de les co...ht phr:isc pour 1:1 localisation de t·e mode dans le temps. il utilise l'accumpli pour exprimer un procès réalisé dont l'innccompli subj. l'nperr'!t '""''" """ (1. Il. l'emploi de l'ace. 118). Jill. .~ PropliN1·s tl'All"li 1111trefoi._. exprimerait le futur (~ 425 il). • p:ir l:i présence d'un :idwrbe. :-. Il ne coïncide dom· p:is forl'ém<'nl nvcc le subj. ~ . Z11r Gr.F. C.27) (Bu~. constaté..RGIQlTF._~.) 1') ' ·.: -_ 1 J. Sur le riile du ter verbe dé._cluire_ 9_1!a111I ~1 . J Avec lit ••• pas.• le.i fermeté de l'intention.. l'allure impér:itive d'une injonction ou d'une interdiction (en franç. Il est régi pur des conjondions :1pproprié<•s 1111i seront étudiées :m chapitre de la subor1lim1tion (~ 425 et suiv. indique lïw te11tio11 annoncée par la principale. (Cor. Comme l'arabe n'a pas de forme spéciale pour exprimer le subj.. en subordonnée. - pourquoi tui1•>1•011.. 1/e le fonrlll'r. dont l'énerr. : indic.. :• •• f!:.~ ~'J r.·-· .- par Allah! je 1•01111 lrm1clit'r11i les mui11s ! (Cur. fran~·.URS DU SUBJONCTIF ET DES tNF.) •0 ·.~ .l ÇJ: '.r.-i .'Î - J _ il ortlo1111a à 'A.. ~ 172.u r.. ~ l-t9n el l'ex.. impératif) • ._.254 VAJ..:que ec :ippuyé » est le plus vi\':int.•? (Cor. Mais on peut aussi trouver ce mode en principale. il) certe.uil ~':. ~ 167. XX. fG' ~î ~.

) . . 11) • 'y-·' -=-~:li ···~·.§ 169-170-171 J.rc: <111'A li ah lit' VllllS n(/ligl' (IQ. Participe.'APOCori:: APOCOPt Ce mode exprime 1111 procès dont lu 1'1. Impératif.. 12fi) D. 24) nr . :>!-l> /JllS ! Sur les autre-. - 1111 c) :1pri·s ~ 11e . ~ 2fi5 \'ALEl'llS DE 1.. pt1s ew·orl' (~ 382) . Par suite on le trouve : H) dans les phrases co11te11:111t une notion d'épenluel ou d'h1nwthéliqlll' rhili.:3 Jp 'i ~ ul/011s ! tl1:crid (A.~ :HO h.. t11i11e 11>9.~I 1111·1·rc1111tli!io1111t'lfr. b) dans de~ phrases i11j1111cli11es ou prnliibilÎl•n (~ 170). Injonctif.11/isatitm l'.1. 22) ne mourre: pas! (l'or. -~..1j.. 4111 • • ') _.. 111<>\'cns de rendre lïnjonrtif :i l'aide d'interjections cf. li.~emez pas le scwulcrle sur lu /erre! 1Cor. Masdar ~ 171. el le /J/·ohibiti( ne pouv:rnt s'exprimer par l'emploi d'unl' négation devant J'impé· ratif. le pruhibitif cl l'i1!io11cti( se rendent p:1r les personn<'s eorrespondantcs de 1':1poeopé (~ Hi\I b) ou des énergiques(~ lflR).\ caus1• dl' leur nature complexe.J '.Jt~~t j>~ 0\JI ~.. \'Il.f rf'/011me a1111rè. pus et \j ne . ces deux esp~ces de mols seront 1Hqdjées 1·11 111è111e ll'111ps que le nom(~ 2f)(j suiv.~able. Lï111pht1li( araLe n'ayant qut• des 2"'" pers. II.. prohibitif ~ 170.ç t/1• la tribu ! (Bul_L III. III.. il repré- sente :ilors un 1>11ssé./..

il clwntait. dans la MORPHOLO G 1 Ede conserver. On ne retiendra pas davantage l'opposition 1wrbes actifs f verbes 11e11tres. t•t q11amf ct'11. 27.ç des Q. La Pensée et la La11r111e. !l6J SECTION II Notions exprimées pa-r les thèmes verbaux ~ t7:i. VI. Ici on ne saurait maintenir cette distinction sans se heurter à de grosses diflicultés d'interprétation (2). l'ancienne distinction entre urrbt'S lramitifs (dont l'action passe du sujet sur un complément) et 11erbe.î 1 '_lâ. (Ay.ç inlra11sitifç (dont l'action ne sort pas du sujet)..T-ri désiraient 11·11tr11drt' 1 chanit'r par fui. .. 'üj. (1) Cohen. se trouve fixée par celle du premier verbe de la phrase (1). pour ne pas dérouter le lecteur. Langage. Cf./ '.. 95) il fréquentait les rheik/i.'::.. -· Qu'il s'agisse de l'ace. J.. ou des divers modes de l'inat"c. 12:> suiv. le second au contraire ne corres· pond pas à l'extrême diversité des faits constatés en arabe.. 110111 11e l't!veillio11s q11t' lorsqu'il était e11 train d1• s'èi•rillt'r lui-mèmr. souvent la valeur temporelle des verbes en subordonnée ou en coordonnée._ J: ~. .R8Al1X ~ 172-173 R61e du premier verbe de la phrase ~ 172. 1. (But. (2) Elle n'est guère plus recevable pour les langues Indo-européenne~.256 NOTIONS l\ENDUES PAR LES THÈMES VF. l'erbc. il n'est pour ainsi dire aucun verbe théoriquement intransitif qui ne se puisse couramment construire avec un complément d'objet indirect. On verra en effet que si l'on met :'1 part les verbes qualitatifs (S 174) dont l'emploi est d'ailleurs restreint. Vendryès..: Brunot. Si le premier terme de cette opposition doit être en effet conservé avec un sens à préciser. -On a cru bon. 293 suiv.

IV. quand J"arabe prononce le verbe qui équivaut à comprendre. « il s'agit de procès considérés dans leur effet sur l'agent • (M. 69) son action est vaine.•lfém. ceux du type ~ /~ une qualité instable.174-175 VERBES QUALITATIFS ET ACTIFS 257 Il faudra donc se résigner à oublier tout ce qu'enseignent les grammaires existantes. V.. B. ' . Tels sont : ·_. Marcel Cohen sous le nom d1: déponents-internes (cf. Cohen). . suiv. ~ être petit.. XXIII fasc. IV.. 5) Remarque. intellectuelles ou collectives. s'etrangler en bu11ant Dans ces verbes.). Ceux du type ~/:A' indiquent une qualité permanente.. Soc.. A. hériter comprendre •... des fonctions phy•iologiques. non à la chose comprise. ceux-là sont bons [comme] compagnons I (Cor. le sujet n'intervient pas activement dans l'acquisition de la qualité qu'il possède et qui lui vient de la nature. éphémère.) se rejouir boire ·.. fournir ces deux types comme . on ne fera que signaler à l'attention. de ling11istique. la catégorie de verbes actifs désignés par M. menu.. Ces verbes du type ~ / ~ énoncent des altitudes mentales ou corporelles. }. ni à la voi:r passive Œ180 suiv. Dans ces verbes qualitatifs.. 22.) marquent que le sujet parlicip_e d'une m:111ière effective el parfaite à l'accomplisse· ment de l'action (1) qui peul passer ou ne point passer sur un complé(1) Dans un exposé du genre de celui-ci. Verbes qualltatlfs § 174._:. un «devenir». En d'autres termes. il songe au ceTtJeau qui assimile. (Cor. Verbes actifs § 175.s: SatJOÏr '._:....Cette appellation sera donnée aux verbes qui énoncent la qualité morale ou physique dont est doué le sujet.o être jeune . trop directement inspirées par les grammaires gréco-latines ou françaises.:. Une même racine peut . ..... ni au .On désignera sous cette appellation tous les verbes qui n'étant ni qualitatifs(~ 174).

. mais s'exerce en lui. "' ~/ . renf1111t s'avança. !. Dans la prntique cependant.ëc/1i-111oye11) quand l'action ne sort pa3 du sujet. : il se lait. 2° un réfl.éc/1i quand l'action sort du sujet ponr retomber sur lui. on s'est borné à noter le sens rétléchi ·passif et à l'opposcl' au sens actif ou passif. .. . les vagues s'entrechoquent. ~ 177.-: . W. Dans la .né est subie par le sujet. n'altère en rien la part active prise par le sujet à la réalisation du procès.JJ / c. Ex.. Le réfléchi est rendu par un verbe actif suivi de .. peuvent représenter en effet : 1° un réfl.. 3° un réfl. lui.échi-passif quanrl l'action venue d'un tiers non clésii.. (2) Les vet'bes pronominaux franç. (1) On voit que cette dénomination enferme à la fois les verbes transitifs ou intransitifs des grammairiens arabes.~:\li Ji. :Jjl (.:..llorplro/ogie. . ' (3) On emploiera cette dénomination de préférence à réfl.)l. ~I âme. Ex. Valeurs rêflêchles § 176. il s'eflorce. . Ex. (.ll. la syntaxe rle ces « verbes internes» (appellation p1·oposEe par M. "'_.écl1i-i11térie11r (ou encore réfl.> . . ' . c.258 VALEURS RÉFLÉCHIES § 176-177 ment (1). l'homme frappa un e11fC111l. : il s'est lut! avec son armr.~ '~...--\1' 'r'.A la différence du franrais dont les \'erbes pronominaux recouvrent trois notions différentes (2).. l'émir entra. L'emploi de ces verbes à une forme donnant à la racine une valeur réfléchie.échi-mo11en. : il sr nomme Henri (= il est nommé Henri on le nomme Henri). à son profit.. il se vnnli'. ou d'un nom quelconque désignant sujet qui compl'end. Ces verbes forment la quasi-totalité du matériel verbal de l'arabe.J. Marçais) ne diffère en rien de celle des autres verbes actifs..J J~)' "-:'~ . pu toujours claire pour un lecteur français. par rapport à. l'arabe distingue le réfléchi du réfléchi intérieur (3).I esprit.

ne se sent que par la signification du verbe._. s'écrouler.: ~.. 1.. 54) .r·~ comment l'émir trouve son âme ? (comment va l'émir?)(lQ. . cf. § 204. . Z. être brisé L'opposition réfléchi-intérieur/ réfléchi-passif à la Vm• f. ceux employés à la JXm• et à la XIm• formes qui énoncent. . .J>. 35. ~~'~. . § 180 d. ne se rencontrent jamais au passif .:.-. .Le réfléchi-passif se trouve rendu.. (Cor. et constamment par la VIIm• f. se briser. avec verbe d'estimation.. Il. se voua à la vie monastique (réfléchi-intérieur) et enferma son âme ( s'enferma) dans ce couvent. H. cf. . (vous vou. ces compléments se mettent au pl.l.. tomber en ruines. 131) . Sur ces nuances.. 33... dans certains cas par la Vm• f. (Z.J . Il. - {réfléchi-passif) Volx passive a) Les verbes qualitatifs à la I•• f. se sentir couvert de honte.. frappa sa tête. se frappa la tête). ~. se trouver brisé..• êtes porté préjudice à vous-mêmes). . employé comme complément direct au cas direct et suivi d'un pronom affixe rappelant le sujet. 22) vous mie: opprimé vos limes. -! :1~ ~'r Sur le réfléchi pronominal lre pers-... .§ 178-179-180 259 VALEURS RtFLtCHIES une partie du sujet. (Ag.. ~) '-:' .Le réfléchi-intérieur (2) se trouve rendu par les formes réfléchies avec les nuances particulières à chaoine de celles-ci. Avec un sujet pl.. § 178.. . § 180.. L'opposition réfléchi/ réfléchi intérieur est constante en arabe.. . ' 4-1... cf. 40. § 179. être cou11ert de honte.:11. des états. "'-:::.. " ... -'-" •' . MORPHOLOGIE§ 31.::-i. r-=. 37.~. somme toute. Sur la différence du panif et du réfléchi-passif.d s'avancer {réfléchi-intérieur) IJd se nommer D. .

d. 2-16. a été frappé par Z.. m•a accablé de chagrin. : A. étant connu.: j'ai élé accablé du fait de A. peuvent au moins fournir un passif impersonnel Œ181). en -. ~ il est dit. à. mais d'une part ces ex. 1---· . pourra dire au passif 'A. Zayd. celle dont le sujet réel n'est pas désigné) est illogique en arabe (1). cf. croit-il.î. réfléchis-passifs et réfléchis-intérieurs.'.A ' ~ . c) Cette particularité provient de ce que le pas.. Si l'on exprime le nom de la personne ou de l'objet sur lequel retombe l'action accomplie par un tiers non désigné..\ ~ ::. on dit .frappa'A. en effet. d.: elle a subi la pression d'un ennemi qui l'a mise en déroule. lous les verbes (1) Reckendorf. .a) De la précédente définition du passif.260 VOIX PASSIVE ~ 181 b) Au contraire tous les autres verbes....à.. celte personne ou cet objet ne prennent qu'en apparence la place d11 sujet.i.: "'A.: Ç4J •1.""'"' . c. ""' / partantdel'actif: I_. sont tirés de la langue poétique. le latin dicitur.. . et d'autre part ce sujet introduit par l 1 ~'! est senti comme un instrument d'exécution ou comme la cause ou l'origine de l'action et non comme un «agent» pur et simple.. à.. Synt. . . ce sont des «patients» et non des «agents». la construction passive (c. Ex. '" cJ11riba 'Amr"" bi-Zayd1n.î*•.-à-d.) mais non pas dire comme en franç. 2:>1. En fait.. c. Cf. .Dans ce dernier cas. I ''. a été cause de mon chagrin mais non pas : A.... ~ .if marque une action réalisée par un sujet non désigné. on peut déduire qu'exception faite des verbes précisés au S 180 a.r l'armée s'est débandée.. (nom de femme) de chagrin c.~ ~j'-:'fo Z. l'armée a été mise en déroute.. actifs.-·. sujet réel exprimé.. a élé frappé (on a frappé 'A. 251. le sujet réel. § 181. qu'ils soient à la forme «nue» ou à une forme dérivée. cite de nombreuses constructions passives avec. . Reckendorf. D'où il résulte que l'arabe. d) On voit maintenant en quoi un verbe passif diffère d'un verbe avec valeur de réfléchi-passif Œ179) : ce dernier suppose un sujet accomplissant effectivement une action subie de la part d'un tiers. 233. : s'est laissé mettre en déroute par l'ennemi. d.

les verbes pouvant avoir un régime direct d l'actif.'J""') on se réjouit de le voir... 2° Souvent le passif impersonnel arabe ne peut être rendu en franç. de la lance el le frappa du sabre c) . dont le sujet virtuel serait V"~ !Jens. • . frappa 'A. c.J!~ 'A.J . selon les cas.. Parfois aussi on a recours à la tournure étre frappé pur... ..~1 Jt o_./)JI~ [~~\Il] i.§ 181 261 VOIX PASSIVE arabes peuvent fournir un passif impersonnel. •.. masc..J ~ .. "' . . de Goeje.. 1° Les verbes à la Vllm• f.. . on fui en désaccord sur ce point. seuls pourront prendre un sujet apparent (cf...i - . .échi-passif (§ 179) ne peuvent fournir qu'un passif impersonnel qui d'ailleurs se rencontre rarement.. . frappa de la lance el frappa du sabre t!:r. .. . '~ ~j ::. .:~ Z. que par un actif avec on.. '.. ..J . qui ont un sens réfl. . l'émir se disposa à sortir el il fui fait place devant lui . ..r'&>... ' -= ) ~. éù.. Ces verbes fourniront donc à la fois un passif impersonnel et un passif avec sujet apparent..V ... cf. f'ul frappé de la lance el du sabre Sur la syntaxe Je la phrase passive.~ Z..._ il f ul frappé=on frappa de la lance et du sabre ... ~~~~ ~. . Remarques. . .) ~ Cl~l =) ~' _(. (1. 131) b) Par contre.'c}' <~. PASSU... et ceux des verbes à la Vm• f. ..1 .._.. etc..~L:) ~ .r~. étre emmené par.J . Jubayr. '-!_fa. § 372... d. § 180 c). 1 • .._ . ~ ... pl. •t ' ~... un passif figé à la 3me pers...... ~(... i1. on alla en lniq.' ACTIF '. qui rend très inexactement l'arabe. ' ·~..

Ces verbes n'ont donc pas de régime.· .Î ~~ !::Î devenir jaune. Ainsi désirer. qu'on nommera régime direct ou indirect selon que l'action passera ou non sur le complément sans l'aide ou avec l'aide d'une préposition. d. IX. Ce sont : a) des verbes qualitatifs (§ 174). qui a un régime direct en franç... On conservera la terminologie consacrée (complément direct ou indirect) touchant le régime du verbe.Jusqu'ici on s'est efforcé de mettre en lumière les valeurs intrinsèques du verbe. Il est à peine besoin de rappeler que le franç..J . ceux dont il va être question peuvent avoir un cr complément absolu » (mafûl mutlaq) (§ 365).~I.. mais on verra que celui-ci ne représente pas un complément direct véritable. c) des verbes indiquant un état acquis par le sujet.sdJ se briser s'effondrer faire le mort ~:~ !. b) des verbes dénominatifs à la JVm• f. r~ ::.. c..262 VERBES SANS RÉGIME § 182-183 SECTION III Régime du verbe § 182.{ . quelques verbes des yme. à. - Comme tous les verbes arabes. un •devenir». un état (§ 29 B). a pour correspndant en arabe J :. On va examiner maintenant dans quelles conditions ces valeurs passent du verbe sur son ou ses-compléments. Verbes sans régime § 183. indiquant le lieu. devenir tr~s jaune . VJm• ou VIIIm• f. tous les verbes des VIIme. .S.~ avec régime indirect. . A. le temps. ne fournit pas d'indication sûre touchant le régime d'un verbe arabe.et XJm• f.

?îJI ..'' . pcuyent avoir deux compléments directs (1). /'Apàtre d'Allah adopta (= déclara pour son fils) Z. "'._ leur seigneur leur versa une boisson... nous combattrons /'ennemi. ..§ 184-185-186 VERBES AVEC RtGIME DIRECT 263 B.i. nommer qqn. . J')nJj J')I J) il a révélé [en pillsie11rs fois J Ir Qorun. défendre. )... IVm•.'i) § 185.Les verbes dïntentio11 (vouloir. je déteste voyager.>~ . il ne me plait pas de voyager.. . . ._.) nous voulons sortir.. Ce sont des verbes qui expriment l'idée de donner.~ . IIJm•.. a) Certains verbes actifs aux Jre.~.._.. une liste forcément incomplète dans Reckendorf..Verbes avec régime direct slmple.:) = t.:L!.Verbe à double régime direct.. Mals dans une telle phrase (si tant est qu'elle soit en usage)..J)I '. X et parfois Vm• formes accompagnés d'un complément au cas direct. 11 01 • ou JVm• f.>. Verbes avec régime direct § 184.[) ::.. • ' t. soit une proposition complétive. III. (Cor... Ce sont des verbes actifs aux I••. 01 • :. communiquer qqc....~i~ j'ai rm l'enfant. ·~~: '1 4. - il a révélé [en une fois] le Qoran....1 j'ai avisé Zayd [qu']'Amr [est] partant (ZajJ 43). cf.. à qqn... 1:. ~'~ !"~)~\A. IIm•... ·•. ' c:. . • ' .J • .. 87 suiv. 1:. à une fonction .. 6. ü 1 ~) . ..::-. ~~\y~ ' . peuvent avoir comme régime direct soit un ma~dar. § 186.) '.. LXXVI.) = )d .. il a trouvé plaisante /'histoire..:.' i / '\. désirer. 21) (1) Les grammairiens arabes veulent trouver un triple régime direct dans une phrase comme C.:i1 '. (Buh. Synt. le dernier terme e1t un appoaltlf du 2m• complément . ordonner) ou d·estimation.

. . . notion.264 § 187-188 VERBES AVEC RÉGIME DIRECT il enseigna [à] Adam les noms des [êtres].:_.... un adj..J. Les verbes les plus usuels sont : ~. •. ... - mettre. -·.lin ~h_. penser.A ces verbes doivent être ajoutés ceux qui signifient prendre qqn.. une nouuelle. juger. le complément qui exprime la chose transmise peut être une proposition subordonnée. et le second un attribut. . Celui-ci peut être un nom..... rendre de telle et telle manière. Ce com- plément peut être aussi au cas indirect avec J •. ..1 verbes de cœur. disposer e11 rendre tel et tel laisser en tel et tel état (1) Les grammairiens arabes les nomment _.i . Il.. de .T~J ~î ~. 27}.. XI. contenant plus particulièrement l'idée de transmettre une..Î) prendre comme .f. • nous uous informâmes de cela. etc.J. 31) ~~\11 ~. 64) b) Avec des Hm• et IV 111 • f... (Buh... pour. § 2fi6. considérer prétendre . Le premier terme est un compl. ou une proposition. .. c) Sur la construction de ces verbes avec deux compléments pronominaux. . 4c 'r~î il maria S.)"l5. . . (Cor. estimer . J~/ 'J~ imaginer ~t. i)l._... ..- ~. dir. cf. Ill. (Cor..) - nous vous croyons menteurs..i. croire ~/~ savoir ~JI~! trouver. § 187. [àl sa nièce..' . -:: ' . . V"I•• ~laJ r- --: / ~) ~-~/-~ 1..:. Les verbes d'estimation (l) ont un double régime direct.. § 188.) 1..Verbes à régime direct attributif.i. comme: . croire ~. ~1/ . (VIII• f.

ex. sans qu'il soit aisé d'apprécier la nuance qui sépare ces deux constructions. cf.. s'emploient avec un régime direct attributif. Toutefois le terme qui représente l'appellation peut être au cas indirect avec J • son père le nomma 'Ali. dans Ag. Peut-être n'en existe-t-il point d'a. § 361 b) § 191.. (Cor. Le dépouillement des lexicographes arabes montre en effet qu'une foule de verbes peuvent être employés avec un régime direct ou avec un régime indirect (complément prépositionnel). III. ~ 1}-i_! l!1 . appeler de tel ou tel nom.. tous les verbes qui signifient nommer.:i.. a) Ce régime peut être soit un nom précédé d'une préposition. (Cor. à l'époque classique. .illeurs et ne trouve-t-on là que des divergences dialectales comme en attestent les parlers vivants (1). on aura aussi : il prit le nom de règne [de] Saï{ ad-Dawla. § 190. . 214) § 189. 3) nous les rejoignîmes. XLIX. .as encore rejoint.i:ü ils 11e l'ont/'.Verbes avec régime direct ou Indirect ad llbltum. avec ou sans l en marocain et dans les te:i:tes de basse époque . (1) Cf. 13) il laissa le i•ieillard dressé (= debout). - De même. r" \. l'emploi de 'a!d •donner».§ 189-191 VERBES A RÉGIME DIRECT OU INDIRECT 265 nous vous répartîmes fen] nations. soit une subordonnée.. (Jâ~..Verbes avec régime Indirect. Cette remarque doit être étendue. . aussi un emploi dt cette préposition avec ce verbe. 296. . à la Vm• f. On vient de voir (§ 186 b. VII.. Par suite. avec valeur de réfléchi-passif (§ 179). 227) cf. ' . (Bub. 189) que certains verbes à double régime direct peuvent introduire leur second complément avec ~. LXI .

c. se construiront avec '. tendre à Néanmoins. le sens de la racine impose dans certains cas l'emploi d'une préposition déterminée.-~~ J:i. c) On notera l'emploi des verbes de mouvement avec~-. égaler un homme à un autre Jl J:i. cf. puis on rappellera la syntaxe de quelques verbes très usuels.~J. J:i. (Bub.:i. (ButJ.... qui marque l'éloignement. (c')est un devoir pour toi d'appliquer la prescription coranique.:. Ces thèmes sont : (IJ Cette appellation parafa devoir itre priférée l celle de verbe• imperaonnela. bondit ven le ( son) sabre • (ButJ. se construiront tout naturellement avec Jt qui marque le mouvement. avec ül.. une ponibilité . ils ont pour sujet soit un nom ou un mQJdar. 66) il se bornera d adorer son seigneur. 37) b) un même verbe peut changer de sens selon la préposition qui l'accompagne. III. V J~ être juste. Partlcularltês syntaxiques de quelques verbes On groupera ici les verbes ou thèmes d'allure verbale offrant une syntaxe commune. soit une proposi- ' • tion verbale au subj. Ce sont des verbes qui expriment une convenance. s'écarter de . peuvent être ajoutés différents thèmes d'allure verbale de sens exclamatif. taudis que ceux qui signifient avoir de la répulsion pour. . .A ces verbes.:. § 192. au propre et au figuré. n'avoir point souci de. une nécessité. .JL ':'_. ~~ ~·ülj:C~"!1 = H. III. 'J. § 20'l et 292d. une obligation. III. Ainsi les verbes signifiant : avoir du goût pour. .Verbes unlpersonnels (1). . avoir besoin de.266 VERBES UNIPERSONNELS -. 27) § 192b1•. être éloigné du extrêmes 'LJ.

sing. de l'encens I (IQ II. page 142). ! Remarque.. 0 combien aimable [-s] est. Ils ne s'emploient qu'à l'accompli. masc. ! comme il est fréquent que . j'ai faim..o 1~r et ~ ~ ..' ou 1.. 30) Ces mêmes thèmes avec désinence j du fém. que les grammairiens arabes considèrent comme des IVm• f. .. Dans ce cas.. 112) . . I combien détestable [-s] est.. les plus usuels sont : li:. cf.. combien agréable est la fumée ùl. est noble I d) Sur les tournures arabes pour rendre. - . de l'ace..Verbes Inchoatifs. XVI.. Souvent les deux derniers perdent leur sens exclamatif el signifie~t : il a_rrive souve1!t 9u_e... de cette même forme. se rencontrent mais plus rarement. Ces verbes sont à la forme «nue» le plus souvent.. 3me pers. ace. § 249 Rem. cf. parce que parfois l'exclamatif se rend par l'impératif masc.. sont .:' 1i:. masc. b) Parfois on trouve aussi les deux thèmes ~ et ~... Les plus usuels sont: ..~!i t: que Z..:' 'f 0î ou L: J\l.. sont . . on emploie aussi i.§ 193 VERBES UNIPER50NNELS 267 a) des verbes figés à la 3me pers..:. il arrive rarement que...) .. . JJÎ Parfois on trouve enfin des thèmes précédés de \. I combien rare .. il tonne.. l. sing. c) ~-~... ..j }' ou 1~j :.(cf. p ~Î ou ~ J ùÎ ou t. 1 comme il y a longtemps que I combien fréquent..... . combien agréable est le séjour de ceux qui redoutent [Allah]! (Cor. ' . § 193.UI i. lling. suivis de ~j .. § 392 e.) . I comme il est rare que ..

de valeur descriptive et durative (en franç. figé à la 3m• pers. tu ne tarderas pas à demander des ·dons aux gens.i- je me mis [à] m'étonner.lJ.. . 221) (1) Les lexicographes citent q. .. s'appliquer se mettre à ~~ ·-l.Verbes d'imminence. avec ~Î . je vis un cavalier qui vint [qui venait]. masc.l)' / Les plus usuels sont : ~LG. : infinitif).tr entreprendre de -~ se disposer à r' ~î se prendre à J?l ~ s'attacher à t!J1 Ces verbes marquent un procès qui va se poursuivre. § 200 c. . . de l'ace. de l'ace. s'emploie à toutes les pers. q. t\Q. (Jâl]. 171 en bas) le prendrez-vous? (Cor. ou de l'apocopé avec ·i-3· être sur le point de . IV. et aux deux aspects du verbe • ... . ne pas tarder à. Le verbé qui suit l'inchoatif sera donc un inacc. sing. (1) si tu donnes hors de propos. (Ag.1' - ~' . Ces verbes indiquent la réalisation prochaine d'un procès exprimé par une subordonnée verbale au subj. d'emploi de ce verbe à la 3•• pers.II. de l'inacc.' VERBES INCHOATIFS ET DIMMINENCE 268 ~ ~t.commencer à § 194 à -. sing. masc. 24) § 194. s'emploie à toutes les pers.' être sur le point de. . ces verbes ont une valeur normale et s'emploient aussi bien à l'accompli qu'à l'inaccompli. ex. 158) Hors de cet emploi. faillir.. . IV. .:. . cf.

. V.. ûl ~ peut-être sont-ils meilleurs qu'eux I (Cor. (i. / ' . L'attribut qu'ils introduisent.. quand vous êtes au soir et au matin. 155..1 . 11) Parfois on trouve ~ conjugué comme un verbe ordinaire. . ) 1 .ûÎf. Cet attribut peut être aussi un verbe à un mode personnel qui prend alors une valeur temporelle nette (cf.) sont: ûÎ 0 0 . sans précision de temps. ces verbes expriment simplement l'existence. 40) Certains autres verbes. 246 et XLVIl. (Cor. XLIX. . 64) [ dites: 1 Gloire à Allah !. par leur signification. : peut-être 911e) figés ~la 3me pers. la durée à un certain moment du temps connu : ::.J ils passf!nt la nuit.. .Verbes d'eidstence (1). -· ... à l'ace. 4lll i:._. 166). dans la matinée.. de l'ace. 1 < -~ -:. § 197...... jl.~Î Jî#I (XII• f. sing. - bientôt ils seront repentants.. • •- 1 1.. ~ rester le jour être le matin.:"'"' J u . ' •! • .. de «devenir»..1.. .. même à l'époque pré-classique.-· ~' ~. .1. -' . § 196.$f .($"" . 163... Tels ~ . masc._fa.~ ~- "' passer la nuit • ' - .. .~. ~?~ ü r.o:h '. u~ . 17) c) Très souvent cependant. Il.I. 22.!"" u ~-. . "".. (§ 29 B) indiquent primitivement l'existence.. mais en phrase interrogative..277) cf.:. le soir . .A ces verbes on joindra ceux qui énonce une probabilité (en franç.. se met au cas direct...._. a) Ces verbes ne sont pas simplement des copules verbales unissant le sujet à l'attribut.t. .:i:I ~ t. .w •:. b) Certains de ces verbes « nus» ou des dénominatifs de la IV• f. Ils peuvent introduire aussi dans la phrase une notion de temps situé. r-~ '~ . .. XXX. ..§ 195-196-197 269 VERBES D'EXISTENCE § 195.:. • . 'I -Ï'·1'--'' 'L: ~ WJ' w quepourrais-iedire?(A. celle de «durer » ou de «cesser d'être». de durée.-. § 154... (Cor. Cor. prosternés. ajoutent à l'idée d'existence. devant leur Seigneur.. XXXIII. . 1. XXV. ' / ~G . (Cor.. (1) Les grammairiens arabes les désignent sous l'appellation de Kâna et ses analogues. .

H. b) ~1. • ' .. soit avec sens d'optatif.. Il. ~ '.. demeurer.. ne ... :~ .) . ne prend un sens d'imminence qu'ayec une négatio'"n (cf. .. L'attribut qu'ils introduisent est.. 113) ·.. indic. (IQ. •.. / ~ rester.}.. 1. '~ \P-. soit un inacc. exprimant un état. 100) . 27) elle ne s'assied plus.!.ou à l'apocopé avec '~.) 1 puissiez-vous demeurer dans le bïen I nous n'y entrerons point tant qu'ils y demeureront I (Cor. et la face de ton Seigneur restera.. • . ou un fut. s emploie. V..J' ~.. i.. pour marquer que le procès énoncé par ce dernier ne se renouvelle plus (en franç. " . / ~~ devenir. e) ~t_. .!.it qu'à l'ace. peut se rencontrer avec ce sens fort. "" .lj .J /'. ne s'emploie plus qu'à l'accompli. de l'indic . (Ag. . je ne cessai d'être nageant (=de nager).. : ne . III. le franç. ou à l'accompli précédé de la négation ~ et suivi d'un autre verbe à l'inacc.. s'emploie aussi comme v1irbe inchoatif (§ 193).. à )'indic. L. demeura à son service [comme) 1ecrétaire.ri.. le rend par un prés. (Cor. . marquant un ducriptif. soit avec L. je ne cessai d'être en train de nager (=de nager)... soit un participe ou un adj. indi. paa.. avec l. Dans ce dernier cas. tant que..270 VERBES D1 EXISTENCE § 197 a) .1. LV. avec\l.. 24) c) '. plus)... demeurer."§ 194).

. il exprime une existence avec notion de durée. Mais cet emploi ne s'est pas maintenu. cf. souvent. Synt. indic.o:JI _. 14) b) avec un sens dégradé analogue à celui qui existe dans les langues indo-européennes (2) . III. ....J . id. Langage. 147. 117 suiv .. être. il n'a jamais d'attribut dans ce cas. + c) Signalons aussi l'emploi de ce verbe en suffixe figé à la 3m• pers. ~Î r~~ 'üL<l!J "'. (2) Vendryès.. (Ag. .. 189 suiv . au M.üo se rencontre avec des valeurs diverses (1) : a) avec un sens fort... .(Buh. 101). avec une valeur rappelant celle du franç. ce verbe se sert d'exposan frmporel à ni-même quand il a son sens fort.::-~ . II.. il apparaît aussi devant un autre verbe à l'ace.y/'û r... 11) à l'époque préhégirienne.. 166). + 2" Il serait faux de voir dans les combinaisons kana accompli ou kana inacc. ~. en arabe. il joue le rôle d'un exposant temporel et ajoute une nuance secondaire de durée. situant dans le temps (§ 356 d). (Bug. masc... . garde son sens et sa valeur propres. Dans ces deux emplois. indic. de l'ace. se trouvait auprès de K.-! . des complexes analogues aux temps composés du franç.1. En réalité chaque élément de la combinaison. Cohen.. Reckendorf.ll.. 105.O. advenir. A. exister. ancien.y . ex-.. <~ § 198. 299 en bas). l'erbe. il sert alors à unir le sujet à l'attribut dans des phrases nominales se. existait un temple.. 155) ou à l'inacc. feu.. Remaryues. III. sing...§198 271 VERBES D'EXISTENCE . à l'ace. . Notons aussi quelques idiotismes : (1) Sur ce \'erbe voir M.. .. 'ülr' quand arriva la journée de U. Œ163. (§ 154. (Reckendorf.-· I üo û U. au nom de l'ancien maitre du royaume de Perse. 1° Parfois.

j:..17. XXII. aussi § 200 b. soit § 185. 18) . VI. 9) ils molestent presque ceux qui .L< je voudrais. . 111. (Buh. j.XX. XVI I. or- donner ou verbes d'intention. Il s'emploie avec ou sans ~i . . du sens de vouloir. XXVIII.Q. Buh. rendu parfoi.~:if4_ 'û)~~ -û_.15. •l '. avec 0i j. se construisent soit avec un avec une subordonnée au suhj.. i2) U. à rapprocher de Cor.. - (Jâ~.. (Cor. passe à celui de faillir (en franç. qui. III. .~jf.' ou cf. (Gor. faillit se convertir. qu'il soit petit ou grand. b) Quelquefois ceux qui signifient vouloir prennent un sens d'imminence. je veux la cacher. 77) SJntaxe de quelques verbes usuels § 199.. cf. soit un mcqdar précédé de ~f .. - Les verbes signifiant pouvoir ont pour regime. VERBES USUELS qu'il ffJ.t.272 § 199-200 SYNTAXE DE Q. désirer. avec ~l . 77. soit une subordonnee au subj. ils trouvèrent un mur yui allait s'écrouler.15 / c) Ainsi s'expliquerait l'evolution semantique de ~LC. o . aussi par presque) qui prévaut à partir de l'epoque classique et fait de ce verbe un verb_e d'imminence(§ 19-1) mais non defectif. il ne put se lever.1 ~l . § 200. 214) a) Les verbes signifiant vouloir.: :J~ ::Jtrt:-B_lr' :J~ il dit : « Demande les besoins (: ce dont Ju as besoin) » li répondit : « Quels qu'ils soient?• (Ag.~~~ ~l 'ûl 'ÇJ . défendre. (Cor. 278) . ma~dar.

dimir. .El. .. Ji/ J b) Avec son sens normal.est le fait du français. Y.qa9er . le magribin jcib / ijï b). . se construit ll\'ec i:.. cf. ::i.:. il est suivi d'une subordonnée introduite ou non par discours direct. : on le dil mlchanl. . tf'e.. III.. de ton père».: emporter.~es palles.. (Bub. 158) il clit : cc ..éder 1111 jardin? (Cor..limation à régime direct attributif Œ187)..:.1 ::: . Le verbe ~ '.. t .~ 201-202-203 S\'NTAXE Ut: VERBES USl'.i •4=. croire.: } chac1111 d'eux aimerait à L>Ïll/"e 10()() ans. .~ d1· 11101111rmenl peuvent se construire avec ~-.:. 39) ~ 201. - '. en phrase interrogative (1) . t .. . (Ag. quelle 11ue soit la forme ù laquelle ils sont employés (en franç. r-" . désirer.. 95) chacun de 11ous aimerait-il à pos. :.. -~8~ ~L. .. ' . VI. répondis-je.. ..-.i le sens de po111•oir.: ... .Y. 334) (1) cr.i'f~i .. ' • . ou}. il a alors la même syntaxe que les 11erbe.. ~ 202. emmcnrr. il amène en effet toujours un il me dit : «De qui le liens-lu ? » ." ... 1la ju111r11l I 111• put dé.'. apporll'I'... il emporia le. J4 ~î '. ~ 203. il partit cwrc (=ayant sous sa comluite) l1•s yens.!~ ~I. i1 toutes les époi1ues..:. ce \'t•rhe :. . _r-2J t JI.cc De la concubine.J /::. Il.er. . il ame11a l'ciue (cf.Al 1 . amenrr). le franç. Il. • . 1::.. il emmena lc•s yens. - Tous les 11rrlw. "ül (§ 346 a) .. (Bub.S 273 Avel' une négntion.... 206) L'emploi du conditionnel dnns ces phrases.. III. .. aim1·r à.. .fi '. § 292d.le suis de crux qui assistèrent 1à la co11f'ére11ce cle] l'arbre». dire.a.I.. (Cor..Vt~~ --- :_. :...a) ~ se rencontre parfois avec le sens de pe11. ..

- -- pronominal.. 11 rapp11r/1. cc régime représente un ciri·1rn~lançiel dans une phrase elliptique. • . 1 ~l ~l... "'.I .1..le11 so11pel c·11 /rai11 dr /i111lrr 1clu raisw pour faire 1 du 11in.. (text. amènent toujours le di'lcours indirel'I avec ".. 11011s 1Buh.:.>. prennent . clire11/ : " [nous <ll'OllS dit celu 1 "" 1'.: à) suivie soit d'un régime direct pronominal. .:..~ 1..." ..# - ... Dt·· mêmt• :1vec "5Î~ . ' . .~ U!JUlll /iril /'1'11fm1/. . "" .~e à 110/rt' S1•i!I""'"' ! » (Cor. ~ (1) A _... (Cor. J'l .u li. si . il Ill. . cl'Pslimalio11 (~ 187) :1 la 1"" pers.~r111.. 159) 11 dit ..... ~ .. passive avec le sens de srmblrr.. . . : <1/re r1·1wé.....9 M. ... ' ..... soit d'une subordonnée avec . (A!i· II.... . l'on veut transformer celui-ci en disl'ours direct on emploie Jl... 1 .I . -. ...~~~. . (Buh.... 3:1) je me m1i. ~1 (1). ..I ~ il me snnble qne j'ai allei11/ lu /erre. ~ 177) pour marqu<'r lt• réfléchi ~ 204.... 'J1.... . ..1.t'c11.. 138) rapprocher du latln : qui•I libi vi<lrlur. . le pronom allixe au lieu de ...S::-~ 'l'f.. 1·) Si 1·1· v1·rbc 1•st suivi d'un terme au cas din·ct...274 §204 SYNTAXE OE YERDES USl!ELS Comme les \'erbt•s signifiant w111011c1'1'. ~I ~ .:. <A!i· VII. • . .. .l' 1 ~ ' .... il. 77) il ne me semble rien cl'm1/re que 1= il me semble bil'11 que) lu /'émerveilles cl'une misércrble clrnsP..... .Ît' /Ill' llOI._)_ 1"5 .. -.) . 36) A noter toutefois l'emploi de la JVin• f.. XII. 164) Les 1•t'rbr..:.. 1.. J"'. Ill.l...... i11fnrml'r.. . VII.. -. ~ .I .

. des noms de lit11. 11r/in11 dt' co111po..• 111n11/11rl'. En bonne logique. Ce sont les noms dits « primitifs ». Quand le ma~t/ar désigne un objet abstrait ou roncret."y 1\ l'l'~. cho.lencr. y ' . !i:UMi). Ce sont des mafdnr.Thèmes de valeur verbale ou nominale.1. puis . .. on passe insensiblement à celle . . De cette signification d'abstrait verbal·. . SI l'on s'est résigné il Je faire c'rst uniquement pour éviter des redites. Thêmes de valeur uniquement nominale... . Parfois même.. Ir 11u111ger) mais :1vec une valeur n•rbni<' plus accentuée j)"\JI l'aclio11 clr manger.t'r. . Lrur syntaxe se confond. : '~ r. participial ou nominal.un nom et hsfratl.. il rût même été souhaitable de ne pu dissoclrr l'étude des dérlv~s \'Crbaux. . l'Onsafré par l'usage. 11avirf' lime 206. /IUllll ~ ... Un même thème peut souvrnt être l'un ou l'autre...:elle du nom et de l'adjectif. d'une fois (~ 49. a· ce Il e d e nom concret : d. ne se trouve pas pour tous les nw~dur.ais employé substantiv emen~ (le boirf'. Mais ce passage de l':1bstrait au co1H·ret.. dans le cas de thèmes eu rapport a\'ec des 1•tr/les qualilnlifs.CHAPITRE II LE NOM ET L'ADJECTIF (1) SECTION 1 Valeur des thèmes ~ 205. il perd naturellement alors toute \'alcur verbale et il ne peut avoir qu'un rompl.. d'in11tr11mt'nf.. de .. oui•ragr. . .ri.1 .. déterminatif. Celui-ri représente essentiellement un abstrait an11lolJue à l'infinitif frani.. Il est dlftlcile de SB\'Olr s'il s'agit d'un thème adjecti\'al. (1) On ne •mll'ait songrr ii étudier séparémmt Il' nom et l'adjeetir.'l' composée..

ci ce moment. Sur la construction de ces thèmes avec comp. Il. (1) L·emplol des thèmes <l'intensité avec valeur verbale est fréquent dans la prose pré-classique et en poésie .• d'inr tensité Œ51 cl. Ce sont soit des adjectif.• actifs. adjectlvale ou no• mlnale. b) La valeur adjectivale d'un thème paraît sensible par le con- texte. 129) Mais ccmme !"arabe procède par apposition (§ 278 11) pour obtenir hi qualification. ~ 112. (IQ. fj. l'o1111rage d'l. :'-52) an-N.:r.Prfa. était un lwmmejeune. circonstanciel. ~'. Thêmes de valeur verbale. Cette valeu1· se dégrade et disparaît dès que ces thèmes cessent de régir un compl. dir. (2) Ainsi le dernier ex. ~ 287 b. indirect.l. au contraire. . 52) (1) et tous les participes actifs peuvent prendre cette valeur. ~ 207./} :. les thèmes en rapport avec des 11erbes qualitatifs (§ 174) et les participes pœsifs n'apparaissent jamais.\'. 8. peul tout aussi bien être traduit : an-. il peut avoir des compléments direct. cf.ur Gr. indirect ou circonstanciel. cf. il a une valeur d'abstrait 1•erbal. (Cor. Par suite. Quand. ex.. (Ag. tandis que les thème. A la différence des aspects personnels du verbe. direct.. sauf en quelque cas où l'usage a fait prévaloir l'emploi nominal. déterminatif. était 1111 hommr. ils n'ont aucune valeur temporelle et celle-ci ne leur est donnée que par l'emploi d'un exposant temporel(§ 198 b). soit des participe. avec une valeur verbale. u) La valeur verbale est vraisemblablement originelle.J:. Il. § 286 b.. un jo1111ena11u.5) cm moment de mon départ pour la ville. cf. Sur la construction du mn~dar avec compl.276 VALEUR DES THÈMES § 207 1'1·:riMe11ce d'A llali.•. . direct. II.7..: ~pl Jl c. on sent bien qu'il est le plus souvent très cliffil'ile d'opérer une distinction sûre entre la valeur nominale ou adjectivale d'un de ces thèmes (2). parmi eux l était] un jouvenceau élancé. dans Nôldeke. i111C'rdite à 1•011s est [ laction d']e:t·pulser eux.

Certains ma11dar en ~ figés au cas direct comme tet·mes circonstanciels jouent le rôle de prépodessus.Noms-prépositions.. cf.:.Noms propres. de "~ (- J"- s<1voir). cf. . en ont pris parallèlement une autre qui permet de les utiliser comme de véritables outils grammaticaux. seront désignés des thèmes nominaux ou autres qui ont perdu leur valeur primitive ou qui. la Mekke '. sur . gardent l'article s'ils en sont munis ou demeurent en état d'annexion.:209 . § 135. . cf. ils peuvent prendre l'article et les désinences du pl.il • .R. <'.. . Dans les autres cas. âriL ~··.§ 2()8. ~ 2(JlJ. ·~~I MMi11e '4C_.WI les Fdtima-s ... ~ 60 d. cf. .J. Ils peuvent ètre précédés aussi d'autres prépositions qui amènent le cas indirect Jj . Sur leur origine.rs <Umar ~ 'Ayn al-baqar (localité près de S1 Jean d'Acre) . ~ dessous.I!. (part. 'üJ et ". musulman § 208. Ils sont désitions .J~~I les Zagd-s ~\. . 277 NOMS-OUTll. . . __ "-" al. .J} ~ de dessus . s'ils l'ont conservée. p.Sur la structure d'un nom d'homme au moyen-âge. ~ 60 a. 124 /lem. b. poète ~l /forer). .:. ils sont intangibles. .--Sur leurs flexions. acl.•''I Noms-outils Sous cette appellation. sous.S "_r. tels sont terminés par l'état d'annexion où ils se trouvent toujours. Employés comme nom commun.

: '. : u11 autre. .lj~ ~ un autre(= nul autre) que Zayd n'est sorti.."" J.-i m•a11t.. n'e.. uutre qu'1111r /'ois(= plus <l'une /ois) (IQ. ancien ma~dar. Synt. . 3) nu(le chose 11 'est co11111w ressemblance de lui ( = n'est semblnble ti 1111).tar (en fran\··: pareil (-s. 2()) autre yu'un (=plus 11'1111) (Qàli 1. sont employés comme 1110. ni troublée ~Reckendorf. - /"' . III.r. - a) connue nom.278 ~ NOMS-Ot:Tll.~t-l'I' pm un homme comme vous. .-i . . a dit. figés sous celle forme.l. an~l· flexion u. 1 ~ (it rap- procher de ~ oti). dissemblance.. III. (Cor. :J) .. -frs. ont 11ne valeur adverbiale cl ne se trouvent jamais en étal d'annexion. quelquefois aussi seul avec l'article . 210-211-212 . •• ~ 211..~/ wt-1 ~ .S I•' ~ 210.~ -· . p:ir suite sans pl. 212) avec une valeur dégradée... • . comme). el~ après..élé la Bible c111parm11111t. . .. -le.)li b) gation. On le trouve: S 212. ils ont conservé leur flexion à trois cas.~I ressemblcmce. remplaçant ou doublant une néavec une eau aut1·e que ( = ni) agitée.A. . un autre jqu'lal-A. . :J:i8 et aussi 506 noie 1) il jestl autre que(= non) rnpide.... 11) . "'I' •• . (Cor... nuire chose que. (IQ..... en franç... XLII. . presque toujours en état d':mnexion. (Cor. .. P. 202) . .. XXI.. J.. .. - ' . III... autrui. a conservé aussi une flexion à 3 cas. il a ré. Cel emploi peut 11'expliquer par la fréquence de cc mol dans des phrases négatives du type : .-1 ..

Si/ii'. Sin:'I. l'arabe se servit de ce mot comme sullixe p1·i....&..J~ c'-'~' .~ i11. 527°> - fr. .rs-m.. ~ . • ("~. 1.. tout en lni conservant ·sa triple flexion.~I nommé. 11. il le. . J~ '}./11ble.o.'l) Noms-outils notant l'appartenance.. : 111h1w 1-...-n r. pour nu1rqul'r la posséssion d1un objet concrl'l ou abstrait.11. .. i. : w·y .. ... (§ 284). no11-e11qn11/ré (1.. -~~ / ~Î / âme c.Jrose... •in:i. 1111<• 11i/le a11/re que let vôtre (Heckl'ndorf.~p..sor. l~n tlehors trouve aussi les noms« primitifs» y. Ces noms conservent leur llexion· i1 trois cas et sont toujours détc. Synl. JL.__ ~..·atif (en fri1111:... . non-. 1·11•11 d'autre que (en phrase négative) ne se rencontre qu'en étal d'annexion... .. .. § 214..dl riche.1 .. !A!i.. (Â!Ï· Il.. .. 145) le chcilelain d'al-(J.j-1 •----: l.1". ..s 1·) il était normal qu'à um• époqm• ultérit•ure (sous des inlluenl•es étrangèrt's)....H3. : in-.es noms : Noms-outils de spécification et de réflexion. rn.rminés par un complément au cas indir.. il je..-. <111/re 11uc (en phrase positi. ~.monslrntif J.$"r: ~ '.. U11d1it1..me l'action ou bien pour marquer 11ue l'action retombe sur le 1·omplémcnl . . on du thi·me dt. 11. ' <p.. i I c. <en franç.. 1:f 215.. / J' .) ~I œif essence : 11) pour spccilicr r111c li· sujet aeromplit lui· mf. ~ .J..il ~uni empluyi•~ .• . il n 'élail pus posst·sseur d'u11e f'aule (= il 11'él11il pas coupublc)..dl possesseur i/'1111 bien.·e). . ~) ~ . dégradés de leur valeur primitive.. 201 ). di·-).:. JI. I •.~I ). 139..~ : ~. C1~s noms sont suffixés d'un pronom rappelant le sujet ou le co11111lé111cnl. 140) On Vl'rra que l'arabe classi11ue peul se servir de celle tournure comme moyt•n de qualilicalion... .

~Ir' ' .# ' ~/ . on peul aussi construire au cas indir..) . cert11i11s.. A noter aussi l"expression : Z. (Ag. •.. . -~'ÜI -~ ~ à l"lreure même.. donnerait comme sens : 11111re rec1pro- q11e111ent en pai. élre sain el sauf. ri}::JI -'lj~ :.Jo-. partit lui-même...!... dans le cas où ces noms attirent !"attention sur k sujet.280 ~216 NOMS-Ol7TILS Z.. ~ 1 avec le verbe actif pour rendre cette notion."-' . . Il. ~ . (Rcckendorf.. sing.. tés accords se font le plus souvent avec leur complément.. Noms-outils exprimant la partie ou le tout. avec ~-- " J ·- • ·~ ..l". 16. On le trouve : a) suivi quelc1uefois d'un nom singulier : un début dr soupçon [l'sl l 1111 péchë..··_Vl l. snluer. est un ancien ma11dar ayant pris un sens concret: partie (~ 201i). b) ces mols servent aussi à noter le réfléchi Œl 7ï).. 61) r18 VI• f. il s'emploient comme apposilifs . . pour mar- quer dans certains cas le réfléelri-réciproque. Ces noms sont des masc. . XXIV.-. Î ' salue:-11011s réciproquement ". de ~_: être hors de danger. il fo demandu e11 11111ri11!1e.. à elle-même.U. Il• f.'-J) Comme on voit. on emploie encore . 12) b) suivi le plus souvent d'un complément nominal on pronominal au pl. 1 .• · t '. quelques. (en fran\·· : u11 certain.~I r~ un certain gouvù11e11r de Kûfa vilipendait Lies gens d'Jal-l:lira. mais employés en état d'annexion (~ 281).Jf "J:. prononcer la formule ·~~"' (:>L. Ajoutons que si le sens de la racine ne permet pas l'emploi de la VI 111 • f.... 351) ..- ~ 216. (Cor. ::S!Jnt. XLIX. partit 111i-111é111e.t: r---:.. suivant le contellle).- L'emploi de (Cor.-•..

...Y.. : /"un . les uns . marque un réfléchi-réciproque (en fran\·. chaque). XXXIII. ::l ~ ( = l'homme vraime11l homme). le premier ba'<J esl toujours suivi d'un com1>lément pronominal. . XLIX. : tout..~ 281 certains d'entre eux rejoignirent l" Prophète... De là les façons diverses de le rendre en fran\'..11 l'homme tout l'homme ~. faa~ -~ji ils ùntretuèrent.~ ·t~:.. 31) tous les gens..... (en franç.) . 107) ('"' · r . (Cor. et chacun d'eux viendra làl lui 4. Dans toutes ces tournures.J • JS totalité. ' .(=ne médisez ]Jas • les uns des 1111lt-es. - . répété.i ~~J que tu leur auras accordé. (Cor. (Ag.i .... On le lrouye : a) suivi d"ttn complément dëterminé du sing..... 51) b) suivi d'un nom indéterminé du sing..:ill :~ ~T. selon le contexte). . Remarque. . \ .L..::. tout cela ~If~~'} y-81 J5 ne /"étends pas 1del loule /'eJ:tension (tout entière). (Cor.-) ce mot. (Bub. 72) .. chacu11e de. :. Ioule) ou pl.. 11 ~j.. .. 'i<-'j raul jour de la résurrectio11.~ l. ~ 217. 12) nous ne pouvio11s [l'emporter] les uns sur les autres.. . -~~ -"F. ~ isolément. . (Cor. ~ :_~~ pns d'une cmlre). 95) et qu'elles soient satisfaites de ce •... ~~. Ioule. : tout.. tout le monde. 1. 1. (en franç. III.~ 217 NOMS-OUTILS . l'autre. les autres) qu'une partie de vous ne mMise i~. toutes. (en franç. XVII. tandis que le second est indéterminé. toutes.." - ' . II. : /ou. XIX. - Aussi cette Lournurc se relrouve-t-ellc souvent pour appuyer sur la nolion de réfléchi-réciproque contenue dans la VI• f. peul s'appliquer à l'ensemble d'une ou de plusieurs choses.

mais ce mot peut s'employer comme Js' en a1>position (~ 217 c) les deux hommes Dans cette dernière tournure. ~ 88.. avec l'article § 218 . Ioules. tous. toutes les femmes. 4° .. /011tes). Le mot qu'il renforce est soit un pronom affixe. cf.. tout cela 1011s les hommes . ~st réservé au duel. Reckendorf.' i / ' !' 'Î f 1111 d'eux Oil tous cl'e11x. S 219. tous cl'eu. Js" aux~ 217 a el<'.yt J"-'I le tout. ci-dessous ~ 218. il est suivi d'un pronom affixe rappelant le premier nom (en franç. soit un nom déterminé. se rencontre dans les mames conditions que ~··' .i:.. du duel ou du pl. On trouve parfois des compléments indét..JJI ~. Sgnl. toute. XVIII. cf.:'"f':' Ji. tous.:. 23) 11. d) seul et indélerminc (t•n fran\" : c/11wun) suivi de ~ el d'un pronom affixe. 1. chacun d"e11.. Ioules deu. as'. ln totalité d'elle ~~1:U1 ( = toute la 111aiso11 ). Remarque.r.~ l. t•haque homme.nous tous : " 'al.282 § 218-219 NOMS-OUTILS lo11l homme.:·)I'~. lo11t.. . ! . toutes lei femmes . chacun.. dans ce cas. .m11. la 11111i. . dont il esl l'appositif. . 1. chacune d'elles.r (= chacun d'eux) e) à noter son sens fort dans t. c) précédé d'un nom déterminé.~ fém. il prend la flexion du mot au duel auprès duquel il est apposé. - "t:::'. totulité.: tout.r. \JI~ J ~~ (Cor. une totalité d' e11.

j. 1 . Il. . ?... fém.. 221.Î.§ 217 c. ~ . . -. 106). il en est de même de ù~I . ..J:!..r1io11s du Diable.. XXVI.. chose) n'est négatif qu'en phrase négative. toutes. (Cor.. 111.) • . : suivi ou non d'un pronom affixe s'emploie ainsi ._.<::" 1111c ~ i:. lo11t..i-81~ .:"':~ r':' les lé. 95) §.§220 à 224 SYNTAXE DE THÈMES US~ELS On le trouve aussi sous la forme adverbiale /out.. mal.. . iç!i chose. &î ~ 2'l0. ·ceci lest 1 vraiment une chose éto11na11te. .. • ' ' ' '-'-l=ü.-.r. L:J il était roi de cette région et de tout le reste de la Mésopotamie. ' ·~.. .1. 1esl-ilJ en lui un bil'll ? (Ag.. cf. . .: rien (lat. XXXVIII. comme le franç.T.. (Ag.r. 1oarquant la primauté. toute. (en fran\~.'• . ~01)' . est suivi toujours d'un complemenl déterminatif.r".1. .. (Bub. res/rem. . sens originel et aussi suivi de pour rendre ~ l'idée d'un élatif de co111paraiso11 (§ 319) ou en état d'annexion pour rendre un superlatif <S 32il). On le rencontre: 0 J} /'J. tous ek. 14) Syntaxe de quelques thèmes usuels ~ 222. L. ..J.1 ~~î.. .' tout Ie reste.~. il [estl u11 bil'lr par rupp•J1't à toi (= il est mf'ilfrur que loi). ma~dar utilisés a\·cc leur sont des ./ ~ 223.l est un élatif (~ 3HI) . - .bie11. 131) ij..J~Î / )~Î ... 4) je ne changerai rien. Il. (Cor. § 224. •• comme appositif..). -! . • .

la première.. .. • .. (Buh. ·T .• . .all • .. .S a) en état d'annexion avec un complément déterminé {en franç. actif.1 ù le premier no11vea11-11é..rY. est un part.. - 11• premier e11j'a11t la première fille ~ qui vient à la fin. /afin dujour (Buh. J~~' :J)l ..r. etc.284 ~225 SYNTAXE DE THÈMES USUEl.. b) en état d'annexion avec un complément indéterminé (en franç.~)'. 41) la première femml' le premier /. et s'oppose dans ce cas à dont il suit la syntaxe . ..~. J~i.'.:.. Ir début du mois. J . 42) . avec valeur adverbiale) lu première fois que ... n passe au sens nominal de: fin.) . III. § 225.J~l. Il. 4\J) rr.§ 224a) le dernier jour (IQ. ·\11 .• c) en état appositionnel et traité comme une épithète. III. dernier.i'~' 1 .)~.: le premier.'.: début). ~ ~ J~Î (cf.. . (au cas dir.~ J~Î d'I entre j 1•11.:·1 .

A l'intérieur de chaque groupe. .>}.) dl's f. du nombre. . ou le dut'/ et le pl ... en arabe comme en toute autre langue.."' . . De l'examen des faits. et le fém. 227. on distinguera deux grands groupes de noms : les collectifs et les noms autres qur les coltt•ctifs.- r-... on distinguera en outre les cas où l'arabe offre des C1ccords . .~c.Remarques pr611mlnalres.d'autre part entre le ma. la notion de nombre s'efface.. el [9} dans : .. Il est donc illogique de les étudier séparément..mjl'I qui est spécial tout en écartant provisoirement l'accord 1•1•rb1• (cf. . masc. Noms autres que les collectifs A. - . sing. un jour rrdoutabfr (Cor. soit masc.E GENRr t:T LE NOMBRE 285 SECTION II Le genre et le nombre dans le nom ~ 22fi.~ 226-227 I. VII. soit fém. . fournit un accord du sing. Ainsi se différem·ient par ex. Dans des cas précis. Un nom sing.. .... pour tenter d'apporter un peu de clarté dans l'exposé qui suit. flH) (n..) C'est donc par des accords qu'on rendra sensibles ces notions . selon le sexe. !. ln notion de genre. en arabe classique.. deux . ....e11s protli911es (Cor. 81) (col . pl. ..dricts et ceux où il présente des accords flottant. En conséquence. En outre. + 1.q11t' animé J règnr i11u11imé ou encore par l'opposition gl'nrl' grammatical 1 genre 11alurrl. thèmes en Jal comme r9 Y. est conditionnée par celle. le genre et le nombre n'apparaissent qu 'i1 la faveur d'un accord. ~ Accords du slnguller 11) Accords stricts. masc. ~ 245). VII.. il résulte qu'aucune opposition constante n'existe d'une part entre le si119. si c'est un être vivant.. Enfin la notion de genre peut être dominée dans certains cas par l'opposition rè. dans certains cas devant l'opposition individu 1 groupe-espèce. D'autre part.

\~ ·~r -~_u.. senti romme masr. (2) li semble qu'à l'époque pré-classique. III. XLIV. l'I U.s le faisant sentir comme masc.. 11. ~~I j . 28) qu'elles avaient Ioules deu:r dirent : "Nous so1111111"..) (IQ.}...:. (§ (i6. elle permettait en etrrt bien mieux que le chenl. de tomber ù l'im1-rn\·iste sur l'ennemi. dans la langue classique... Accords du duel ~ 228. / <l11el J pl. suivants : (. l':1bsenre dl' rl's désinenr:. (IQ... + .: ·~\ ~! i+::i. <:ommr rlle ne l. dans cet ex. ()8) (ma11dar sans désinen<'l'.. menlion11èm1I uni' églisl' 111ir. il dt<sil(ne sûrcmrn1 111 jument. <A!i.. 6.. 2-14) h) Accords flottants. .. Ill.ül " li. } ~·-} . comme dans les ex. 10). 6.) c'11'.. (Bukh. -~ ~.. . les désinences . XLI..~ 11e11ues.il: -~Î ~ ·~1 ~)JI 1:U: t: (_.. XLIX. (Ja~. Ils ne se rencontrent que clans la construction 1•1·rlw .chr1111l 11'11 /Hl.. 0 . \?-) .'.r-.. XX. le 1luel se foo<lait dans le pl .' .) ù~ -::: ül . 69) (nom fé1n. .~)..e1111it pas. si c'est un être inanimé. Il 1..~1!jet (cf. . . (Buh. Il rst t'\ i1lcnt qne les grammairiens arabes ont fait fi <le Ct'tte ten<lance t'I ont a<lmi'I seulement l'opposition sing. de genre incertain (cf.~. car c'était la montu1·e fa\·orite drs bédouins.~ qu'rl/i> était <·ht: 'A. (Cor. 38..~ COllJIS cruel. I 'CJ.. (=alors q11' r/11• Nuit frmmr dr 'A.. Il. •LIS les faisant sentir comme fém .. post-classique et moderne (2) est toujours tr:iité comme un (1) Le mot . . 69) j1· 1•i11s à ma j111111•11t (1) l'I j1• l't'llfo11rc/111i.~ i/1• rait'. . u.. par nature) q11' 1 rst-ce que 1 cr. ~ füll.\) . obéissanll's "· (Cor. comme <lans les dialectrs actuels. 96) (noms d'êtres vivants) /11 main d'Allah lrstl frrmét'. V. "" '.286 - §228 LE GENRE ET LE NOMBRE selon la nature (§67) ou selon la désinence.~i ~-~ ~~ "il . Ces accords ne visent que le genre.. "" . ~. :m) B.. Un nom au duel.j est un « épici'nr » .l\ i:ia l'..dl 11n long JIOhrw. VII. Accords stricts. S. ~ 247) Oil s'il s'agit de llOffiS sing. rntrll rht:: s11 fille alor. 11 ù rapp1·ocher de Cor.

(ou brisés). Ces accords ne se rencontrent que dans la l'onstruction m•rbr . ~ 230. 13>.. s'il est terminé par ~Jou du fèm. 41i) C. Internes d'êtres humains. LV.7 "· J. Accords flottants des p1.1 ~Î .ternes. s'il est terminé par .4. 'li ù 1~ /. "" ~-Ç!~~~I . . (l'or. à l'époque moderne. Toutefois dans la prose classique certains de ces accords deviennent prévalents et.. - Accords stricts des pl..r /iomm1•.1· {1·1111111•s bl'ifrs deux jardins aya11t des froncltiiso11s. .qn·o11t 11•nv1•rs 1 toi li 111• pas 1111/t'r. .. Par ailleurs. Mm11/n11111.. a. lin pl. fc1ibles i/1·11. .. . minéraux.ç'n1911.ternes. Ces pl. . i11t1•r11e.J_. nrnsc./111/i pr1.mjl'l (~ 247). L'accord 28ï LE GESIŒ ET LE NOMBRE 1•11 gr11r1• se fait comme pour le sing...jil .rter11e.§ 229-230-231 duel..Accords des pl. .·u. ... . :-15) /1•111· 11 frs Croy1111/1•s . 2° les plurit•/. .r-7. Internes. ~ 2'J. mais seulement des aecords Uottants.ç (ou s11im)... a.L'arobe classique traite de façon différente : 1° les plurit•ls e. XXXIII. pl. selon le sexe. LX.i· sourcl's. l'i". .. ou lëm. '' ·~ ~ . ·•'••'. Accord du plurlel ~ 229.. Ces pl.. abstra<'lions) auquel se rattachent les êtres ou objets considérés. ~Dl~l .. presque stricts... à l'époque prérTassique et en poésie ne fournissent pas d'accords stricts..:. . il tient compte du règne C111i111é (êtres humains) ou i11anim1: (animanx. + ~ 2:u.. donnent un uccord pré1111fr11t du pl.. oti co11lr11t de11. a) Accords des pl. pl. . végétaux.p11ré 1111 1•ardn11 • (Cor.. d'êtres humains donne des accords du mmr.. . (Cor.

•. et le fém. 124-6.' -~ ... (1) On constate le même flottement dans certains dialectes vivants . (IQ. cf. comme s'il s'agissait d'un collectif d'espèce (~ 234 a). - en moi !sont 1 trois fchost's 1 par la faute desquelles je ne com•irns pas à l'actio11. III. (Cor. . .~~-: -· - "~~ ".' ~.çsr11x. sing. dr. 97) drs fruits nombreux. 172) Toutefois à l'époque pré-classique et même sou\'ent it l'époque classique... 152) des dfoergencrs nombreuses. . comme s'il s'agissait de collectifs d'espèce (~ 234 b) (1)..kl ces anges ù1pprochèrr11t. pl. . 18) hormis des jours comptés. 24) trois [nuits] s'étaient éco11lée11 du mois de. Enfin ces pl.l.mus la prolrctio11 de mlÎfrs dr l'rspècl' tlé111oniaq11t·. (Bub. (Iij.. XXIII. .. ~' L---- ·-~ ~ -~ . 1. ces mêmes pl. . Internes du règne Inanimé._..ç d1• mrr 11'0111 pas de langue. XXXIII.. fi- .. sont sentis comme des fém. (Cor. d'êtres inanimés se trouvent souvent fournir des accords pl.U:l tl ~~. Féghall. internes du règne inanimé. 50) Toutefois ces pl. •_L:l~ ~~ ~J. . (Cor. b) Accords des pl.. 'K:i_j. ::J.:n ~~ .. LXXII.~.ç mûl1•s de l'espècr humaine SI' pincent . 400) lrs poisson.ç leur douaire... 9) des v~ll'menls cra. . III. Ils four· nissent le plus souvent un accord prrvalrnl (presque striet à l'époque moderne) du fém. ~1~jl ~ G.ll ~ J~. . interne pour le masc. ". :: ' . (I Q.J~1 ~ "J~: "i:r. rfak~Ü~. mul... peuvent donner aussi des accords du lëm... Synl. (Jal}.. . liÏ_)\J1 nous t'avons donné légitimement tes épouses auxqurlles tu us remi. sing.iarram. 5) . avec des adjectifs qui n'ont qu'une seule l'urme de pl.288 § 231 LE GENRE ET LE NOMBRE ~_.. _..~~ . .:. II. .J\ ~ Q -~l~ . (Cor.

III. on a alors des pl..Par colleclifs on désignera des noms qui.. 280) cles vêteme11ts blancs.. comme dans l'adj. mais de groupe ou d'espèce. (3) Zur. à un moment ou à un autre. .. de groupe accidentel ou naturel.J. (Cor. 169) des 9e11s entrèrent. - Collectlfs accidentels (2).. camélidés. les accords prévalents. de tribus... Marçais.. de« paucité ». r. corn me le remarque Nôldeke(3). (Bub. 83.. Collectifs § 232.} génération troupe de commerçants Presque toujours. de collecti. ". Gr. a) Ce sont des mafdar du .. cf. comme précédemment. . 81) Mais on remarquera que dans le nom. des descendants [qui] reçurent en héritage le Lwre. II. cf. 352) b) Ce sont aussi des noms de peuples.). û. tribu. On notera.·ités religieuses ou sociales. § 325. . est beaucoup plus flottant qu'on ne le dit d'ordinaire. (IQ. VII. où l'opposition unité i pluralité demeure très vivante de 3 à 10. ces collectifs fournissent des accords d? masc. aussi .: (§ 50 a) type "j-t employés comme noms concrets pour désigner des groupes humains comme : ". éveillent non l'idée de pluralité. l'expression gelée de groseille ou gelée de groseilles. En arabe classique. Il. peuple troupe de gens mo11tés " .§ 232-233 289 COLLECTIFS des jours rares (=peu de jours) ils trouvère11t cle petits bacs. § 233. (Bub. (2) Classement suggéré par M. de la notion (1) En franç.. W.. III. Le traitement. comme troupe. gens. pl. ces mots sont sentis de manière indécise (1) et les faits se compliquent de survivances anciennes : notion d'animé ou d'inanimé... Ce fait s'explique par la prédominance.

290

§234

COLLECTIFS

de pluralité ou de collectif naturel(§ 234) dans l'esprit du sujet parlant.
Si la notion de pluralité domine, on a des accords dn masc. pl. comme
s'il s'agissait de pl. d'ètrcs humains. Dans l'ai ·c cas, on a des accords
du fém. sing. comme pour des collectifs d'espèce Œ23! b).

4t,; ;J~l -.)_,d J°l 11J
JJ'-!.i ~•' :_,-~11.::J~
. J"' .
cS~~I 'ili_il.JI ~~-~}
·~- j.;)
,_,~,, :;.;; ~ [d'\;]

-4~l

nous enr1oyàmrs aux T. leur fi·ère

$.

(Cor. VII, 73)
les A. 0111 dit parmi ce qu'ils ont dit.
(IQ. Il, 84; Afi· VII, 38)
l'autre parti vint el il pria à leur
1ête. (Huh.

III, 101)

l les Q.

sr répandirent sur lui
en lo11a119t>s] el allèrent à lui
rn délégation. (Ag. VII, 133)

~ 234. - Collectifs naturels. On désignera sous celte appellation les noms indiquant une espèce dont les représentants, groupés spontanément dans la nature, ne présentent entre eux ancune
dissemblance essentielle (t!nimaux, insectes, végétaux, fruits, minéraux). L'idée de pluralité est absente de ces collectifs. Elle est remplacée par celle de genre ou de groupement conçue en opposition
avec l'idée d'individu isolé. En outre, ces collectifs représentent
l'espèce en abstraction, sans considération du sexe ou dn genre grammatical (cf. le franç.: le chameau est sobre). Ces collectifs naturels sont
de deux sortes :

a) Un petit nombre d'entre eux désignent des espèces entières
d'animaux d'assez grande taille, utilisés par les Arabes. Ces collectifs
ne fournissent pas de nom d'unité. Il donnent un accord prévalent
du fém. sing.
eh quoi ! ne considéreront-ils
pas comment le chameau
(= les camélidés) a été créé ?
•.
• ".L', - •:r-·
(Cor. LXXXVIII, 17)
......

,J.!,~' J'l ~J~ '.)ljl

-

La plupart désignent des animaux de petite taille ou des
insectes, des végétaux, des minéraux, qni fournissent, 1° un nom
b)

d'unité avec ; , 2° parfois un ou plusieurs pl. internes.
,,

#

,

,,,

pierres (coll.)

;#

,,,

une pierre

,J

.;.

;;~ .J~I pierre.~

§ 235-236

291

COLLECTIFS

Au Moyen Age, ces collectifs fournissent des accords soit du
fém. sing. ou pl., soit du masc. sing. ou pl. (1). L'accord masc. sing.
est toutefois prévalent. A l'époque moderne, il tend à devenir strict.

· · ·,µi _~'j ~- ~~ 'c.,b "~t
J.~;i; i;:.;
. lf-J.<.J"'::;'
" ::, !C_; ' ·-"!\
,

. ,

,,..

' ....

~J t.~

·p1:..: l)!;r µ1 i;/î ~
~~Î ~Î ~I Jt ~j~ ~~Î~
fr ~-·~If,
'' J~JI -.

lorsque cela est Jeté da11s un
11illa9e de fourmis, [cela] les
empêche de paraitre. (IQ. Il, 100)
les œufs pro11ienne11t de ...

(IQ. II, 92)
ses œufs ont été déposés.

(IQ. Il, 87)
ô fourmis ! e11lrez dans vos

retraites! (Cor. XXVII, 18)
lo11 Seig11e11r dit en révélation
aux abeilles: ccPre11ez dans les
·monln,qnes, tirs retraites ! ,,

(Cor. XVI, 68)

c) Le nom d'unité, il cause de sa désinence ;, fournit toujours
un accord du fém. sing.
il s'assit sous un palmier el se mit
à l'ombre de celui-ci.

(Huh,. 111,103)

~ 2:i5. - Accords particuliers. Avec le pronom relatif::,.:
(§ 266) on peut :1Yoir un rtccord du masc. sing. ou du masc. pl.
qui auront cru en A //ah,
auront le11r salaire. (Cor. Il, 62)

<'l'U.r

§ 236. - Avec les noms-outils exprimant la totalité (~ 217, 2HI,
221), suivis <l'un compl. dL;lermi11;ilif pl., l'accord se fait le plus souvent avec ce dernier.

~1J5j~~ ~
~~~ ~G1 j5 ~ ·~
(1)

ce que porte chaque femelle.

(Cor. XIII, 8)
tous les gens reconnure11/
leur aiguade. (Cor. Il, 60)

Pour marquer combien à !'<'poque pré-classique et classique, le traite-

ment de ce collectif est flottant. on signalera que ~~arbres (coll.) a fourni un
accord du masc. sing. dans Cor. XVI, 10, XXX\'I, 80; du fém. sing. dans Cor.
LVI, 52; que ~palmiers (coll.) est senti comme masc. sing. dans Cor. LIV, 20
et comme fém. sing. dans Cor. VI, 99; XXVI, 148; L, 10; LV, 10; LXIX, 7.

292

COLLECTIFS

~

§236

'

Parfois jr' (cf. Cor. II, 110; VIII, 56), employé sans compl.,
fournit aussi des accords du pl. (1), quoique le sing. soit le plus
fréquent dans ce cas.

Joa1 fournit au contraire un accord du masc. sing. ou du masc.
pl. selon le sens ; cf. 216 b.
(1) Ces accords peuvent s'expliquer par l'ellipse d'un compl. qui serait
un pl.

CHAPITRE III
SYNTAXE D'ACCORD DES ltlOTS

A. Flexions
Comme la syntaxe des flexions dépend de la fonction des mots
tout autant que de la construction, on se bornera ici à une énumération des faits accompagnée d'un renvoi à l'exposé ultérieur relatif à
chacun de ces faits.
§ 237. Emplol du nominatif. La flexion :_ ~ indique
1° que le mot qu'elle affecte accomplit une fonction active dans la
phrase comme sujet réel d'une proposition ; 2° ou qu'il est l'objet sur
lequel s'ac'!omplit l'action comme sujet apparent du verbe passif; 3° ou
qu'il est l'objet doué d'une certaine qualité, fixé dans une certaine attitude, etc., comme attribut dans une phrase nominale. Sur !"emploi de
cette flexion au vocatif, cf. § 343 d.

l'enfant sortit.

~_.,.;; :J)Î

l'enfant fut frappé.

,,.

,

~

, _, ...

:.ù} 1

:J.J q

l'enfant [es/) petit.

ô enfant !

Remarque. Dans des cas précis, cette flexion peut faire place à
celle du cas direct sans que la fonction du mot soit pourtant différente ; cf. § 238 b.

l

~ 238. - Emplol du cas direct. a) La flexion .:.
indique
que le mot qu'elle affecte : 1° est l'objet sur lequel passe l'action
énoncée par le verbe (compl. direct) ; 2° ou énonce les modalités, les
circonstances selon lesquelles ou dans lesquelles se déroule l'action

294

FLEXIONS

§ 238

(compl. circonstanciel de temps, de manière, d'étal, attribut dans une
phrase contenant un verbe d'existence ou à régime direct attributif);
3° ou exprime une précision (complément absolu, spécificatif et nom
suivant un nom de nombre compris entre 11 et 99).

1~j l~:,:.;
le.;~?
. .

i-·"'
, ,. "'
..........' ~

,

,

,, ,,.. .,, ,
~ .,:0 •l~ _;:,

..Ji: ~~ ;.~1 ~~
1:J~ ~ 1:;"1

11011s frappâmes Z.
(compl. direct)
nous sortîmes le matin.
(compl. circ. de temps)
il le tua volontaireme11t.
(compl. circ. de manière)
il voyagea malade.
(compl. circ. d'état)
Z. était généreux. (attribut dans une phrase
avec verbe d'existence § 196-198)
nous le crùmes mort. (§ 187)
nous le frappâmes cruellement.
(compl. absolu § 365)
il [est] plus abondant que nous en bien
(il est plus riche que nous). (spécificatif § 289)

douze enfants (§ 328 c-d)

b) Cette flexion est également celle des mots sujets (§ 237 Rem.)
précédés d'une particule dite « du cas direct,, (1) et de tous les termes
entrant dans une expression affective : exclamatifs, vocatifs, négations
catégoriques.
,,>

,

-

., ::

...P:r '~j ül

8h;
'~~ ~)Î ~
~~l~iq

.,

.

~ ~

i-i~ ~

Z. est malade.
(particule du cas direct § 346 a)
pauvre maman I
(exclamatif§ 339)
que
est généreux I
(exclamatif§ 392 e)
ô Emir des Croyants !
(vocatif§ 343)
pus de Prophète après moi I
(négation solennelle § 375 b)

z.

(1) Il est permis de penser que pour un certain nombre d~ ·~es partk!lle,
tout au moins, l'aft'ectlvité ou l'intention qu'elles marquent explique l'emploi
de cette fte:r;ion.

§ 239-240-241

FLEXIONS

295

§ 289. - Emplol du cas Indirect. L11 flexion - (des diptotes
indéterminés) ou - - marque que le mot affecté par elle est sous la
dépendance d'un ;utre mot dans un état d'a11nexio11 (§ 280) ou régi par
un préposition.
'~

,~)I

.
...

'CYJ,

-~~\ J l

l'épouse de l'homme
vers la ville

§ 240. - Pause. L'arrêt ou pause (waqf) qui marque la fin d'une
phrase, s'accompagne régulièrement de modifications dans la flexion.

La flexion an ( devient â
il subit une apocope.
. Y n . '•Y

...

l ..iw l!JP., ü 0

l ; si le mot

est affecté d'une autre flexion

c'est 1111 ,qrave péché .
(Cor. XVII, 31); prononcer: kubira
au nom d'Allab clément et miséricordieux.
(Cor. 1. 1); prononcer: ar-rabim
c'[est] la récompense cles coupables.

(Cor. V, 29); prononcer: a;-;cilimi11

En exclamation apparaît sml\'ent une spirante h ' après â \.:

al~j

q

pauvre Z.; cf. § 238 b et 339.

De même, à la pause ; se spirantise en nh ou üh :
[i•oici l'heurrj Ji:c·isi[le ! qu'est-ce que
l'[heurrl décisive? (Cor. Cl, 1, 2);
prononcer : al-qciri'ah

B.

Accord de l'adjectif, épithète et attribut

§ 241. - L'épithète (adj. ou participe de valeur adjectivale), prend
le genre, le nombre et le cas du nom qu'elle qualifie. Le tableau cidessous rappelle les faits exposés nu § 226 et suivants.

296

§ 241

ACCORD DE L'ÉPITHÈTE

a)

Accords stricts.
NoM

É?ITHÈTE

siog.

fém.

nom d'unité

masc.

sing.

masc.

j Rappel du!

EXEMPLES

_,. ,,,,. .... ,,.

une fourmi
rouge
41,..;
une grande
"'~"'-IL.
cité
une grande
ville
deux grandes
cités
deux grandes
villes
des musulmans
spirituels
des hommes
0~~J~;
11ertueux
,, . . t~.,,
. ' cles musulmanes
.:.il~~.::,,~
spirituelles
des femmes
vertueuses

''~
..~

fém.

fém.
duel.

masc.
fém.

pl.

masc.

pl.

fém.

b)

duel

masc.
fém.

pl. d"êtres humains en ~' ou
internes.
pl. d'êtres humains en .:.1 ou
internes.

ïlij 0p.:.:

§ 234 c
§ 227
§ 227
§ 228
§ 228
§ 230

§ 231 a
§ 230
§ 231 a

Accords flottants.

fém. sing. (accord pl. internes du
prévalent) ou
régne inanimé
fém. pl.
§ 229.

..~Jl;,.I
-•. des chameaux
"'Î~' "J~

"';;~
"'.::,,i;J, t,; 1des
--

"'.::,,I~~~ ~

énormes

œuvres
nombreuses

§ 231 b

§ 231 b

pl. masc. (accord collectif accidenprévalent), rare- tel.
ment mas. sing.

§ 233

fém. sing. (accord collectif naturel
prévalent),parfois sans nom
fém. pl.
d'unité.

§ 234a

masc.sing.(accord collectif naturel
prévalent), parfois avec nom
1 d'unité.
fém. sing.

~
•'~ des
.: .J.._j

"';~J,:i

fourmis
nombreuses

§ 234 b

§ 242-243

297

ACCORD DE L ÉPITHÈTE
0

§ 242. - Accord de l'êplthète se rapportant à plusieurs
noms. a) Si l'épithète se rapporte à deux noms sing., elle se met
au duel.
un chien el un chat petits.
b) Si elle se rapporte au moins à trois noms du sing., ou à un.
pl., l'accord se fait en tenant compte du règne (animé ou inanimé)
auquel ces êtres ou ces objets appartiennent.

",

,

",~ _" • "' -l

, ., Ir"

;~ou J~ ~ J';_.J _,A,.J-:--°

un enfant, un homme el un vieillard
pieux (sur l'accord, cf.§ 230, 231 c);
règne animé.
un chien, un chat el un sin,qe petits
(sur l'accord, cf. § 231 b) ;
règne inanimé.

c) Si l'épithète se rapporte à des noms de genre différènt, le
masc. l'emporte.

les hommes el les femmes vertueux.
d) Si l'épithète se rapporte à un complexe où entrent
.J

analogues ou

JS"' et ses

-l '

• ,

iJ-!

(cf. § 216-221), l'accord se fait généralement avec

le compl. déterminatif (cf. § 236).

chaque âme pure.
§ 243. - Détermination. Indétermination. Flexion. Juxtaposition. En état appositionnel (§ 278), l'épithète suit la flexion
et l'état d~ détermination ou d'indétermination du nom qu'elle qualifie.

avec des hommes vertueux.
les femmes vertueuses.
Si plusieurs épithètes se rapportent à un même substantif, il y a
énumération.

"_u_,j;..
'.~
•,
~'~-:J~
.,
.

vint un enfant petit, joli, mignon.

Sur la syntaxe de l'épithète en état d'annexion, cf. § 284, 2°.

298

ACCORD DE L AITRIBl'T ET DU VERBE
0

§ 244-245

§ 2.U. - Accord de l'adjectif attribut. L'accord en genre
el en nombre se fait exactement comme pour l'adjectif épithète. L'attribut reste toutefois toujours au nominatif, s'il est en phrase nominale
(§ 350 suiv.), au cas direct si la phrase contient un verbe d'existence
(§ 196-198) ou s'il est attribut cl"un verbe à régime direct attributif
(§ 187).

Z. !est) 9é11ére11x.

F. élllit belle.
L'attribut prend l'article si le sens l'exige.
/011

Seigneur !es/] très savant

[cl] très sage.

(Cor. XII, 6)

il [es/] lui... le très savant.
(Cor. XII. 34)

c.

Accord du verbe

~ 2-15. L'arabe classique, en ce qui touche l'accord du ,·erbe
avec son sujet, conserve les traces d'un état ancien qui faisait considérer de 111anière differente les 1m et 2 111" ' pers., et les 3m•• pers.
Aux 1'"'et 2ine• pers., le sujet est présent. Il parle ou on lui parle.
Le verbe, par l'emploi des éléments pronominaux préfixés ou suffixés,
note d'une manière complète et suffisante quel est le sujet qui accomplit l'action : soit la ou les personnes qui parlent, - soit la ou les
personnes il qui l'on parle. Il n'exi.~te grammaticalement aucun sujet
autre que ces i:lémPn/s pronominaux.

... '
"" ""
";_;-;p)

~l'~hi

ne mourez pas! (Cor. Il, 132)
je ne connais pas l'i11co1111aissable.
(Cor. XI, 31)

Au contraire, aux 3m•• pers., il existe, exprime ou non, un aujet
exlérirnr qui précise l'être ou la chose qui agit et que les éléments
pronominaux ne sauraient suffire à faire connaître.
Allah aait. (Cor. XVI, 74)

(Ag.. le sujet ne peut être déterminé complètement que si l'on se réfère à trn précédent verset.. é.Accord du verbe s'll suit un sujet de la 3m• pers. Ill. mais encore de la place du sujet extérieur avant ou après le verbe. verbe et sujet formaient alors un tout dans lequel le premier exprimait le procès et le second l'agent réalisant le procès ou le subissant. Le verbe s'accorde comme un attribut (§ 244).:i. sing. Vf!rbe sujet. où l'arabe fait accorder le verbe en tenant compte non seulement du g"nre et du nombre. :. § 227. .u l • -· ~~~ç~~r. XI. 1. il préfère la première construction (verbe sujet) à la seconde (sujet verbe). A côté de celte construction. . .p .. pers. 5) (accord flottant. pour ce qui touche des 3111•• pers. § 231 a). du masc... l . qu'à une époque ancienne l'arabe connaissait seulement la construction.§246 ACCORD DU VERBE 299 il dit : « 0 mon peuple 1 » (Cor. trouva [que] son père et le marzuban étaient morts·.. c'est-à-dire comme une épithète (§ 241-242). 2~l) . où le verbe restait toujours à la 3m• pers. 2° les 3m•• pers. Un peupie fqui) maltraita SOll prophète.. a conservé en grande partie cette syntaxe archaïque... Il. <A. On verra que la langue. 104) (accord strict. ~fa~~l0l les sages disent: (IQ. dans laquelle le second joue le rôle d'un véritable attribut et s'accorde comme tel. § 233 a). Il semble que lorsque l'arabe est libre entièrement de son choix. 228)... '• ~' . § 231 a). On peut penser en effet. On sera donc amené à faire une première distinction entre : 1° les 1"' et 2m. 129) (accord prévalent. + + + 246... 84) (accord prévalent . ses suivontes virent 'A. où l'arabe fait accorder le verbe en tenant compte seulement du genre et du nombre des personnes qui parlent ou à qui lon parle. II.t ~/. à toutes les époques. (Ag. (Bub.. ~~:. s'en rencontre toutefois une autre : sujet + verbe.

73.Accord du verbe s'll précède un sujet de la 3 . 71: XXI. Z11r Gr. Mals les grammairien• arabes n'ont pas homologué ces faits qui leur semblent anormaux . . § 6' et références. immédiatement après lui. elles sont tuées. Le verbe reste toujours au sing. Bukh. un homme partit.. il n'y a pas d'accord en nombre et que le verbe reste toujours au slng. pers.. 100) (accord flottant. au sing. XII. (1). cf.. [qui] demandent à entrer.. ' ~-r . Ï. 126. Nôldeke. . deux hommes parlire11t.300 § 247 ACCORD DU VERBE . un fém. le verbe reste au sing. au duel... Accords stricts en genre (2) le verbe reste au masc.i (§ 233 a). peux-tu recevoir 'U.. (2) Répétons que dans cette conl!tructlon. s'il est suivi d':in sujet multiple . Il.. § 242 a). un nom d'unité. D<> même. au a) smg.:. cf. . 1. 38. (sing.) s'il a pour sujet. V. en . l'accord en nombre se fait dans cette construction comme dans la construction : sujet + uerbe. L'accord en genre est strict ou flollanl. Sy11t. :. 'A. au pl.. 2-l7 : li. b) le verbe se met au fém. un peuple partit. Cor..\ .. Peut-être en était-il déjà ainsi à l'époque de Mahomet . 3.. des musulmans partirent. el S. cf. 101. (Bu~. Ill.) s'il a pour sujet un masc . § 242 b) mais la plupart des hommes ne sont pas reconnaissants. au duel. Féghall. (IQ. ail pl. § 234 b) l'œil de la sauterelle el celui de la vipère ne sont pas mobiles.JJ 2u un collectif du type J. (sing. (1) Dans les dialectes vivants. quand cela est jeté aux souris.. (IQ.. § 236) § 247. (Cor...l05. Il. dans c:ertaios dialectes vivants.

l:. il n'y a pas d"ac. '. J-J (9" --~ (Cor. 90) . 332) et leurs mains furent tranchées el leurs yeux crevés. 77) .' . • .. .co1·d en nombre et que le verbe reste toujours au sing. accord prévalent. une fraction de la nuit s'écoula. celui-ci peut rester au masc. c) Dans la prose pré-classique et classique ainsi qu'en poes1e. III.-f .. .r. V. accord prévalent. 1. et inYersement... les suirmntes dire11l.. ~' les Q. ':f/~JI (Ag. a) Si le sujet ne suit pas immédiatement le verbe. sont co11rro11cés. nos apôtres 11inre11l Ià 1 e11. ~ (Cor. soit un pl. . . des apôtres sont venus [àJ vous. 32) .L considérée comme féminine. à mesure que la langue évolue. Il. § 234).!} "':""~) ~~~ ·~... Il. 180). tantôt fém. on tend à faire prévaloir constar.§ 247-8 ACCORD DU VERBE 3(}1 une fille partit. • '.) (A. (Bub. .4.1-J ~ .::.. interne ou un collectif naturel (cf.: 1 . . - . 212). (Bu!J. .. ment le masc. les femme$ entrèrent. 69) Cependant. .Jit~ "'~t.1J d'. des croyantes partirent. (sing. . III.J \.Cas particuliers.. Ces mots fournissent alors des accords tantôt masc.q. la plus grande licence règne dans l'accord en genre quand le sujet est soit un sing.. . III. 15 . § 248.J . ou un duel d'objet asexué ayant une terminaison . 11.. ~ . ane fourmi partit. (l) Répétons que dans cette construction. (..) dans tous les cas. accord prévalent. . deux filles partirent.t: . .~Il~-.9. . (Bub. envoyèrent. Il. pour les noms masc..lS"" (Ag.. Accords flottants en genre (1). . les Q. 378) la sédition faillit . ... ad libitum. '~I ... 208).: ~ .. J....

.....~ ~. il tonne 1. lui et moi...l&.1 ~ convenable est que nous partions). •_ t .. ~I.i . ~I ~ _jnous sortîmes. q11.. (Reckendorf.. l'accord. :--le ciel tonne et fulgure. .. ' .-·· ~ •. ~' ~_. Sur ces verbes.J.Y.. I. (sur cet emploi t. (Cor..J et il fait des éclairs. .. . !-A11·~J (Cor. ~j. Ils demeurent constamment à la 3me pers..J li-.. .en genre se fait de préférence avec le premier. ~ .r:- r c) Si le sL1jet multiple est pronominal.' (text. L'arabe ne rend pas par des tournures unipersonnelles des phrases comme il vente. .. .' ~ ~ i .. le sang__et la viande de porc.. III...J UI ~ jnous sortîmes. .~· .. r•' . . il pleut.. " 11 • . .. cf. mais se sert de tournures logiques.~ J-J ~ ~. vous êtes sortis. . " .J'. Rappelons aussi que le passif impersonnel (§ 181 a) est de la 3. du masc. vous et eux.:/~::::~iu. pour avoir faim. .. déterminatif. dans les tournures suivantes : • • ' j'ai faim. Synt... . .. .l".. .il convient que nous partion.Verbes unlpersonnels..:·a~~:::je "t-~. De même. 10) b) Si le sujet est multiple. . pers. sing. ce qu'elle aura fait. On peut d'ailleurs avoir le duel ou le pl.. 361).. de la 2m• sur la 3m• (§ 253)• . l'arabe utilise des verbe!C qualitatifs.-. . 3) r . je suis affamé. (Cor. LX.U 1.: .' (= non égorgée rituellement). suis dans l'état .-~.. qui a faim. l'accord se fait avec celui-ci de préférence Œ242 d). de q. • le jour ou chaque âme tro1wera ~ . vous sont interdites la chair morte '~G '•~I •-~·1: ~. 30) § 249.. vous et moi.. § 192.. " cl) Avec des noms-outils suivis d'un compl. sing.X.. .302 §249 ACCORD DU VERBE quand viennent [à] vous les croyantes. l'accord se fait par prédominance de la trc sur la 2m• pers. Î ... V.. avoir soif. •.: . . du masc.

ce qui est leur fonction secondaire. ~ Y' v_"" cela [estl la récompense suprême. ~ Jr . ' -_1.:11 '·..Ces pronoms peuvent être des éléments substitués à des noms.:" ~I je [suis] lui (=je suis cet homme. .ou avoir une valeur de disjonctif ou de spécificalif. Mais l'emploi de ce pronom n'a rien d'obligatoire. . § 251. (Cor. c'est le contexte qui permet de comprendre ainsi et non pas : celte récompense suprême. IX.Avec valeur de disjonctif.) (Cor.~ 1 li je [suisl malade. § 250h1•.r \. ces pronoms.cn '~ ~... . 89) Dans ce dernier exemple. Syntaxe des Pronoms Personnels Pronoms Isolés § 250. . .Î'1. ces pronoms se placent entre le sujet el l'attribut déterminé.. le genre et le nombre du pronom de disjonction sont déterminés par le sujet. qui es-tu ? . Dans celte tournure.a) Avec valeur de spécificatif. . c'est moi). t/. en phrase nominale (§ 350). . . V.. . ' ~ •• cela estl la récompense suprême. comme des appositifs.1. 44) § 252. ces pronoms remplacent un nom au nominatif comme sujet ou attribut en phrase nominale (§ 350) . 57) r ' __J_~·'lI 'J: :. ce qui est leur fonction essentielle. se rencontrent après un verbe pour attirer l'attention sur le . (Cor. d'après les faits exposés aux § 227-234.> . :11 .. IX. La juxtaposition ou la substitution de ces pronoms à un nom s'opère en tenant compte du genre et du nombre de celui-ci..11 '" 1(:.\I) ceux-là [sont] les impies. afin d'éviter que cet attribut ne soit pris pour une épithète. 72.§250à 252 303 PRONOMS PERSONNELS D.En tant qu'éléments substitués au nom.. XLIV.

uous.... Synt.. 137) § 253. III. 2) L'insertion de ces pronoms n'a rien naturellement d'obligatoire dans les cas a et b. Leur substitution au nom s'opère. quand un verbe se trouve avoir un sujet ou un complément direct multiple dont l'un est de nature pronominale. ""' ... . (Cor. . lui el moi sommes petits.I y~:.J ·.il~ ~I 1_.. ' . sans l'imposer. . XLIX. bien qu'ils n'aient là encore qu'une valeur de disjonctif et de spécificatif. lui et les polythéistes. III. à vous [sont] deux émigrations. (Bub..:1> _ ils se rencontrèrent. b) Ces pronoms peuvent avoir à la fois une valeur de disjonctif et de spécificatif. restez..lJ . ...J'. (Bub. ' ' ·l UI J!b.i J 1• r--' 'u.J U1 loi. . du point de vue (1) Les grammairiens conseillent <'et emploi. · <'f t..""'. ..1 . .. .~Il J 7 1.. . quand ils insistent sur le changement de sujet dans des subordonnées ou des coordonnées..304 PH. Pronoms affixes § 254. . toi. .-.Dans une énumération. jusqu'à ce que moi je revienne ! (Bub. J~ _.._ ·. 281).(..ir. 123) il nous enuoya.. les pronoms isolés sont donnés dans l'ordre tre.Ces pronoms remplacent des noms qui seraient au cas direct ou indirect. interroge sur ton histoire.r-' :. (Reckendorf..:iî_::. ~ . .... -. moi et az-Z. III. '.:.i~-.:.. leur emploi est presque de rigueur (1).... c) Au contraire.ONOMS PERSOI'!NELS §253-254 sujet. 2m•.j de peur que vains soient vos actes alors que vous ne [le] savez pas.Î 1:'. 3me pers. cf. . . 77) vous. ou après un pronom affixe pour attirer l'attention sur un complément. . III.i l... à toi! (Ibid). (Bub._.. 28) nous te proclamerons.. . . .§ 248a et 256..!J ::J1~cJ -.

' =~. - ~ se rencontre comme pronom réfléchi.. . (§ 253).15 . après un verbe d'estimation it la tre pers. tfiS:. comme pour les pronoms isolés . c) comme second terme d'un état d'annexion (en franç. le second indique la chose transmise. lt. cr. : adj.a) Si l'on a un verbe à double régime direct (§ 186). ou quand les régimes dépendent d'un ma~dar.. à qui est transmise la chose.. (Bub... Le premier pronom représente la pers. VIII. 69) § 256. son chien. ~ 204. III.. (= c'était son image exacte). après une particule dite « du cas direct» (§ 347) : -. . après qu'il l'aura dite.~imes peuyent ètre aussi séparés par dont l'emploi. II. 2m•. possessif) (§ 274): >'Tl"""' . nous sortîmes avec loi. . la succession des pronoms affixes se fait naturellement dans l'ordre tre. 3me pers. 3me pers.. quand Allah le les montre. cf. Voir détail~ 417 suiv.. analogue à un neutre.·-. . (Cor.. 42.. devient obligatoire dans une succession qui contredit cet ordre. facultatif dans la succession t••. 2m•... On les rencontre : a) comme complément direct : je le frappai.o d) le chien de lui.. 361) e) comme pronom de rappel dans des propositions relatives.r c'était comme s'il [était] lui .. (Ag.~ 255-256 305 PRONOMS PERSONNELS du genre et du nombre. § 255.. peut avoir une signification incertaine. b) comme complément régi par une préposition : ~l. 45) ql b) Ces deux ré. § 250. ou quand les deux pronoms sont de la même personne.

~ ~' .. ".. (2) Si dans k Cor. sur ses autres emp1ois cf. 114. VI. . (Ag. à ce que u0 est pronom de rappel dans une propc. maintenant.. (emploi de § 257-258 ~l facultatif) il le montre à e11. 212) (emploi obligatoire) J .. 181) On voit que le pronom qui suit ~\ représente l'objet remis. Démonstratifs § 257. (emploi obligatoire) sa tribu [à elle] se refusa à la lui donner en mariage. '.En l'étal actuel de la langue. Il.§ 417 a. cf.u~. l'arabe possède un démonstrntif d'emploi restreint el de valeur faible. Allah fasse périr ce poète ! (= la peste soit c/11 poète) (:\g.r. 186) d'oli sort ce ccwalier? (Ag.} par suite d'une pro· messe [q11]"il lui m>ail failr. E. représentant !"objet remis précède 'a représ<"ntant la personn~. (cf.i. ~ 361 c et 391. IX.t ici disjonctive .. . .On a une dé111011slrutio11 faible avec jÎ devenu article (§ 27ï) dans des expressions circonstancielles ou dans des phrases interrogatives ou exclamatives. il prit 50 dirham et les lui donna... '. c~la est dû.Indéterminé. (Ag. § 258.ilion rl'lati.i. Sy11t. . a11jourd"hui ce moment-ci. Il possède en outre des démonstratifs pronominamç qui font office de démonstratifs forts et sont d'un emploi général. . scmble-t-il. . on a '•Il! llt. W. - . VI. aussi Reckendorf. ce Jour-ci. Il. li8) (l) Cette particuie e.éré (1). .t. 232). -.306 DtMONSTRATIFS il te les montre. où u. ~ -.tJ ~~. consid.·e à antécédent .

démonst. le démonstratif subit un accord d'attraction avec l'attribut.. Comme sujet d'une proposition nominale (§ 350-355)... . 134) Remarque.U.11:Aa..:r-t) il achem son expédition. celui-ci (=ce livre de Z.. X.. § 260. il hérita 1del celui-ci ce bien (=[de] ce bien).). (Ag.. la distinction entre démonstratif d'éloignement et de proximité se fait comme en franç. § 262. Zayd.J'j .IO..._i. (Ag... pers. (JAi}. a) ou bien est appositif d'un nom propre ou d'un état d'annexion. . 26) § 261.En principe. "" 1.La substitution ou la juxtaposition d'un démonstratif à un nom se fait dans les mêmes conditions que pour les pron. 98) ... -~ ~J. ~j 11: -.o.t:5 . les deux tournures sont admises: 11' '.). (Cor.. celui: ci (=son livre que voici) b) ou bien est le premier terme d'une apposition dont le second terme a l'article. - Ces mêmes démonstratifs se rencontrent naturellement à l'état isolé (en franç.!. celle-là (=en question). A noter toutefois que l'arabe médiéval ne la sent pas toujours. démonst. Avec un nom propre préfixé de l'article.).. 42) il passa près de celles-ci ces tombes (=près de ces tombes).ll ou '. 10-1) ~~'~J~~~ [il] e:i:istait entre lui et cet Aws. Il. : § 250.La démo11stration forte (en franç: adj. . . 1.. celui-ci(= ce Zayd-ci). .lfà] . : pron. :.U. le livre de Z.§ 259 à 263 DÉMONSTRATIFS 307 § 259. ceux-là [sontl les hôtes du Paradis. le livre de lui.) s'obtient par deux tournures dans lesquelles Je démonstratif pronominal . ~ 263. III. (Buh.o..!. Il.

. 348) Cet emploi doit être rapproché de la formule de transition .Les trois ex. ' .. ce [sont] là les presc~iptioits d'Allah. ou '~~.. pris par il. (Cor. précédents montrent que le démonstratif prend souvent en phrase nominale (§ 350-355) une valeur ex positive (en fr11nç.. Parfois aussi'~~ prend. Pronoms relatifs § 265.iA clans un vocatif.Les pronoms relatifs n'ont jamais d'antécédent et renferment l'idée d'une détermination vague..\. 1) § 26-t. ils introduisent une notion d'hypothétique(§ 467). A noter aussi le sens vague. Il.. 17) . Ensuite . ~' 0l ( .. 322) c'[est] la vérité. On peut fos trouver comme sujet. ceci n'e. correspondant au franç. un sens déclaratif de causalité. : voici.d pas licite. cela [est tel] que (= il en est ainsi parce C(Ue) Allah a fait du cœur la pépinière de la certitude. : ceci.308 § 264-265 RELATIFS cela [constitue] la vie policée... Relatifs On distinguera les pronoms el les adjectifs relatifs. voici la vérité. . (lij. LXV. cela. par le contexte. ~ ô celui-ci(= eh! l'homme! ) F. Ils sont invariables.iA Voici lfes faits]. (Buh.. ' A noter la nuance irrévérencieuse de l. voilà). il. En c phrase double». . III. (IQ. complément direct ou prépositionnel.

qui. par une 2nw pers. (Bub. . que.. J. ~ .' qui.ent] ce qui Lest] dans les cieux. •qi1~ (Cor..o R. 25 et des ex. Cc pronom fournit des accords sing.. il en est qui marchent sur quatre. il s'oppose à::. à rapprocher de Cor.:rilP.J •. pour les animaux . sing. XXXV. XXIV. IV. le pron. Pourtant dès cette époque.. IV. ou pl. ce que.oi:il j ~ ::. Y Allah a créé tout animal . 14) ceux que je me prendrai à détester. ceux ou celles qui ou que. autres que l'ètre humain. .. ~ 1wu.. III. 45: ~. Il peut se trouver dans un vocatif rendu en franç.'i::.::.(§ 266) et ne s'applique qu'au règne inanimé (animaux.. Allah les détestera.. il en est parmi eux qui marchent sur deux pattes . à l'époque pré-classique. Il représente un masc..§ 266-267 RELATIFS 309 § 266.t • " ~I ~\ r'~I (... Synt.ousé vos pères ·r~~1~t:1~\I en fait cle femmes (= n épousez pas les femmes qu'ont épousées vos pères . dans la langue classique (1) et moderne ne s'applique qu'aux êtres humains. •. poétiques donnés par Reckendorf. (Cor. A l'époque classique et moderne. (Reckendorf. 432) ~ 267. 1). • ' • . et il correspond li une 3m• pers..tJlô:' '. . le franç. 22). celui d'un neutre s'appliquant à tout ce qui existe (2).J4 ~.. Synt. 6) ô [toi] qui ne saurais mourir. Il. objets concrets et abstractions).il •. a eu un sens très général.. ce qui. que. à vous [est] ce que vous avez dema11dé. 24.. (Bub. n'épousez pas ce qu'ont éP.. 61) (1) La langue pré-classique offre des emplois de . (2) Cf.. .L. . III. cf..... représente les anges et les oiseaux. à Allah [apparti.<ï1:. (Cor. celui ou cetle qui ou que. : ils tuèrent tout ce qu'ils trouvèrent / tous ceux qu'il• trouvèrent.~ tuâmes ceux 9ue nous trouvâmes chez lui. Cor. " . ce pronom s'applique de préférence à tous les êtres et les choses. 434 où ~= ::.

..-.\ c: (. ~ Allah ne rougit pas de citer un exemple quelconque... Il. . Il. ... les chevaux que tu as..III.. ~ c.. on peut pronominalement ( § 271)._. et L: se rencontrent également en paronomase quand le sujet parlant entend lais'ler subsister une certaine indécision.... 44'>~ [.rC.j '~I ~l ·....: ~~I et sa série passent à une détermination complète dans les tournures . Allah le saura. c. On peut aussi trouver les tournures inversées::._ .:....... . fut excellent parmi les enfants.. ?\.... ce que tu as de chevaux...... JWI ~ J. que ':J\. 1$... ~ ~ ~Î ~ .iil suivies d'un nom.: . .. ~\. . .JI __ et plus précis que 'i 'i.... jusqu'à ce que j'eusse réuni ce que ~\.... .!]~ i.IJ"\.. ou ::. . (Cor. -~81 ~ 1_..J~JI ~ .... 441) .. . \.. .. .. - . . parmi les yens [ il en est 1 qui prétendent (des yens prétendent .. ~t . ...... .. (Reckendorf.~} i..1oins précis que . ~ - r:j ::.r· A la place de i... .... ..._. r. )..310 §268 RELATIFS quoi que vous fassiez de bien (=quelque bien que vous fassiez). """' ""' .JI~~ ~~I ..... .~\y\~ ~l~ L.: . 26) § 268. 65)... v.. . . . a) ::.•...::... . ... • . ~.. . de bien (= le bien qu'il possédait). un moustique (Cor...~~ je réunis(= jusqu'à ce que j'eusse réuni le bien que l'on sait).. ... ce qui [était] avec lui. (Bun. il partit avec qui il partit (=avec les 9e11! qu'on sait) moins précis que _U"C:.'.-::.' ::. ~. .. Synt..... 197) A noter l'emploi de \.. ....!après un nom indéterminé avec nûnation pom· appuyer sur le vague de l'expression._.. ce qu'ils enfantèrent(= les enfants qu'ils eurent furent excellents).. . mais plus précis _.. avoir~~\ et sa série employé b) II faut d'ailleurs remarquer que ces pronoms L.

dès que je les excite contre une tribu quelconque . . 70) c) au franç. § 269... dans ces tour· nures par en fait de.iJI peut aussi avoir le sens vague ~. ceux d'[ entre J eux qui lsont] les plus ardents en hostilité. -les] que soi[en]I. 1 ~ . 132) § 271. (!) Le fém. ·~1 est archaïque et d'un emploi très rare.. . en quelque terre que tu voudras.':?I~ ~/'I~ • . ... par une de 2m• pers. quelque .Îj .. ressort la détermination du pro· nom relatif. . VII. ':?.!1 quel [-s. . Précédés d'une particule du vocatif. Le complexe équivaut : a) à un nom à demi-déterminé: . --j... car de leur ensemble.•4:... Il convient d'éviter de traduire min. que dans um• phrase contenant une notion d'hypothétique. -les l que s01l en]/ (pour les êtres humains).l • •• ~.. ·si (1) s'emploie seulement en état d'annexion ( § 280). . quel [-s.. (Cor. installe-toi! (Reckendorf. -le.... ...... .. on à t.. ils sont rendus en franç.. XIX. nous arracherons .. .. tout éloignés qu'ils soient l'un de l'autre dans la phrase. peut alors rester au nominatif ou prendre le cas exigé par sa foncti~n. ~ ~i quoi que (pour le règne inanimé) ne s'emploient qu'en" phrase double » ( ~ 467). ) (Cor.... Synt. - ".~v ~ quoi que tu nous apportes de prodige ( = quelque prodige que tu nous apportes ... - ':?~j et sa série se mettent au genre et au nombre du nom auquel ils sont substitués. 291) ~ 270. ·-. ce qui est inélégant et souvent inexact (S 302 c).§ 269-270-271 311 RELATIFS Remarque... Il faut réunir les deux termes. -le. (Ibid. .. 291) t " s' b) à :. ~.

Le démonstratif iÎ (cf. - La langue pré-classique offre des ex.. etc). 1 i:.._. est toujours déterminé. XLIX. On peut donc légitimement les considérer comme des adjectifs relatifs. La langue classique. . Pronoms interrogatifs § 273. celle que. -~~Î i. catégories sémantiques que comme relatifs (§ 266.. : celui qui. 124) Adjectifs relatifs § 272. quoi? comme pronoms interrogatifs . cf. cf. III.?i.. ~ ... son emploi ait été beaucoup plus général.312 § 272-273 PRONOMS INTERROGATIFS ·F 1. ~. § 258) qui.. . de i. 267). 7) ô ceux qui croient!(= ô vous qui croyez!) (Cor.:1 ·i:. Ces thèmes deviennent des appositifs dont l'antécédent. .s'emploient Pour les même. J_. n'utilise dans ce cas que i. . Il. J. ô celui qui [est] censeur de moi (= ô toi qui me ce11su1n !) G. LVII.>.. ou ~ en état appositionnel .. ~-j_ -"" . ? (Bub..§ 424).r. 1_r. dans l'ancienne koinè poétique. Reckendorf.::. est devenu article (cf. (IQ. (Afi. 154) Pour le détail. ~1 que.- précisant to•llefois la tendance générale.. 1.. 69) . . 435-6..qui? i. II. en nombre et en cas.r. Sgnt. se trouve souvent devant un participe actif avec valeur de démonstratifrelatif (en franç. Il est possible que.>.il 1 ~ 1 ~~~~~1~~?101 ceux qui croient parmi vous ..1-~~~~ qui regardera ce qu'a fait A.2) ce que demande l'émir n'existe pas che:: moi. § 277). avec lequel ils s'accordent en genre.w.iÎI ·~:JI . (cf..iîl et sa série. - informe-moi de la chose qui t'a choqué. (Cor.§ 411 et su1v..

III. § 177. . à. sur la manière de rendre le réfléchi. cf.. cf. .~~. Equivalents des possessifs et des réfléchis § 274. à. 227) en quel langage croient-ils? (Cor. . (Qâlî II.. 185) Dans l'usage..~I posent une question sur la qualité. VIII. H. w_~I _CJ4 . d. . .. . .§ 274 PRONOMS INTERROGATIFS 313 qu' [est la tribu des) A. que [sontJ les imâm ? ( c. . : comment se nomment-ils? ou bien : quels sont parmi vous ceux qm portent ces noms ?) ! • Autrement dit l. l'arabe distingue: 'w_~I ~ 'w ~I . 204. 215 b et 255. la nature. d. 17) quels hommes [sont] les imâm? (c. sur l'identité. § 254 c.. . : quelle sorte d'hommes?) qui [sont] les imâm? (c. : qu'entend-on pur ce mot?) (Bub. à. d.Ji:. ::.Sur la façon de rendre le possessif.

DEUXIÈME PARTIE SYNTAXE DE CONSTRUCTION DE LA PHRASE SIMPLE .

selon les cas. (1) Tel:e est en principe la raison d'être de cet état. démonstratif+ nom. . Cel état embrasse donc : la déterminatiun. Il consiste en une juxtaposition de termes (nom + épithète. Mais on comprend bien que pour des hommes sensibles à la magie des mots. 1'11ppusitio11 proprement dite. nom + nom) qui tend à rendre plus précise ou plus sensible la représentation d'un être ou d'un objet (1 ).L'étal nppositionnel. cet état perd souvent son caract~re d'utilité pour devcnii· un procédé stylistique que. la qualification simple. . État appositionnel § 275. occupe dans la syntaxe de construction une place très importante. on va examiner la manière dont se groupent les mots pour former. les grammairiens arabes l'ont bien senti.DEUXIÈME PARTIE SYNTAXE DE CC>NSTRVCTIC>N DE LA PHRASE SIMPLE CHAPITRE 1 DES COMPLEXES A L'INTERIEUR de la PHRASE SIMPLE Après avoir étudié la valeur des mots et leurs accords. des complexes soumis ù des principes particuliers. nom+ adj. à l'intérieur Je la phrase. relatif. A.

ètre affecté ou non de la nûnalion. par !ni-même. j. Il y a d'ailleurs lieu. En arabe. 466 . plus tard. Brockelmann. cf. ou quand il est précédé de la particule du vocatif Ç(§ 343 d). Il doit acquérir ces notions par les moyens propres à la langue et les opposer l'une à l'autre.. Hugo.318 ETAT APPOSITIONNEL: DÉTERMINATION § 276 § 27(). Ainsi un nom propre comme "~j •' Zayd est indéterminé grammaticalement et déterminé pour le sens . Rabelais.. en français. . etc. 138). "~J . on nommera redondance ou m"gniflcence verbale. .~ désigne un homme \·ague mais non totalement privé de caractères particuliers : c'est 1111 certain homme.. comme en franç. On dira qu'un nom est indéterminé grammaticalement quand il est « nu». Les auteurs arabes. la détermination ne peul se delinir que par opposition à l'indétermination. la mînation. ne peut être déterminé ou indéterminé. en . bien que l'examen de la langue classique. un outil grammatical. I. On sait quel usage en firent. des. on dira qu'un mot est déterminé grammaticalement quand il est muni de l'article ou quand il est en état d'annexion (§ 280). (cf. On considérera seulement ici les faits actuels(!).:. cette indétermination a d'ailleurs une valeur particulière . Toutefois les grammairiens arabes assurèrent artificiellement une survie à l'état ancien (nû11alio11 = indétermination). Précis. une. L'appal'ition des dlptotes et. par des procédés divers. ne pouvaient manquer d'utiliser ce procédé. Pratiquement. 11 est possible que le sémitique commun n'ait pas fait la distinction entre déterminé et indéterminé. l' Inversement. l'utilisation de al donne une détermination qui peut aller jusqu'à la généralisation (li-1-jins). aussi § 277 b. les pl.Détermination. la dispuition des flexions devai~nt modifier cet état des choses. Par opposition. &l:. par tempérament. selon son type. un. l'emploi de la nûnalion donne une indétermination qui se trouve seulement si I~ mot est « nu » (entendons sans al. Grund. fém. établissent néanmoins cette distinction. ce nom pouvant alors. indéfinis franç. ni complément déterminatif). n'autorisât déjà plus à dire que la nû11ation marquait tmtjours et à elle seule l'indétermination grammaticale. jusqu'à ) 'excès. rappelant les adj.1 el les mots du type Jo\. (1) Il est évident qu'un nom. à leu1· époque.. de distinguer la détermination grammaticale de la détermination sémantique.:k un homme des savants L'arabe classique ne possède donc que dans les triptotes indéle~­ minés à flexion longues. Les langues sémitiques. bien souvent.

se lie au mot qui suit et amène la chute de la nûnation.. ou art. ..I--J .. Synt. un cadi ~ ~I l'enfant des croyantes le cadi On a ..' ' - ~li ~jl un enfant des croyantes ~l~~I .·_r G. la notion de superlatif. . u~ certain musulman etc ....::les actes qu'accomplit un chef 11raiment noble) (Ag. (Reckendorf.~ il n'est pas soumis. on rejoint presque alors. 180). il n'est pas homme à se soumettre (Reckendorf. Remarque. dans ce cas. poétique) chaque homme parmi les musulmans en tuait quatre ou cinq.J. les. n'amène point la détermination sémantique (cf. le franç.182) à rapprocher de"h~ -. la.. l'. : le lion est courageux). à rapprocher de ~. des. ne se réduit pas à des «définitions». b) Souvent aussi.:.. si le mot « nu » en est affecté..:. La détermination grammaticale.. Synt. VI.. dans la précipitation [se trouve latent} le repentir (proverbe).. mais peut s'étendre à des constatations très diverses qui impliquent que l'être ou l'objet considéré est en\'isagé comme typique.. de diyerses manières y compris par des adj.Ü'" ~\ un homme parmi les M~s~lmans. ' . l'article peut être rendu en franç. comme en franç. devant un mot pris en abstraction (li-1-jins). ex. en arabe.. On voit que dans ces ex. è- accomplis les actes du chef noble (=:. indéfinis.u (§ 208) que les noms propres ne prennent l'article que s'ils en sont originellement munis. Cel emploi.§ 277 ÉTAT APPOSITIONNEL 319 DÉTERMINATION Il § 277 a) L'ancien démonstratif(§ 258) devenu article le. du. 48. l'article apparaît avec une valeur de généralisation.~ "" ..

l'état de détermination ou· d'indétermination de ce nom. -. F#ghali.1:... § 284. Sur la concordance du nom et de ce terme faisant fonction d'épithète. cf. . le nombre...fJI'_.. tandis que l'épithète le conserve. ne sera pas arrivé à l'aiguade... pc. 133 en bas) c) En poésie ou en prose rythmée et rimée (saj').)!-~ par Allah. 128) e) L'article peut se substituer à un pronom affixe . a) La qualification simple consiste dans l'apposition à un nom (§ 207 b) d'un thème adjectival ou participai qui a le genre. [le mois de] rabi' I [le mois de] jumddd II la mosquée cathédrale (JA~. le cas. p. . c-~ .320 ÉTAT APPOSITIONNEL: OUALIFICATION SIMPLE § 278 c) A signaler aussi l'emploi de l'article devant les noms de nombre: pour exprimer une approximation. . (Ag... . cf.. désir de ne pas rejeter un mot bref en finale).Quallflcatlon slmple. cf. peut se rendre en français par un article partitif. ~\""··' 1"" .:~~IJ' -! entre les vingt à trente ana...JI =) et: ~~°'1. 1. ~\A -. . 183) d) Le mot « nu » ou muni de l'article.. § 241-244. . . Il s'agit selon toute vraisemblance d'un empiètement de l'état d'annexion (§ 281) sur l'état appositionnel . -i:. (Ibid. 266 1. Sur la qualification par état d'annexion. 9 278.. b) Dans des expressions où la même épithète est constamment juxtaposée au même nom déterminé. .:ur des raisons de style (appel de rime. cf. il arrive quelquefois qu'un terme s'insère entre le nom et son épithète. Synt. . VI. (1) Ce fait est d'une grande fréquence dans des dialectes vivants . 134 en bas. ~-)... celui-ci peut perdre l'article. il ne boira point d'eau tant que R.. <. . ex. il demeure rare dans la langue classique (1). suiv.

. u11 homme parmi frs A. il s'agit constamment d'un état appositionnel dans lequel un terme déterminé se trouve précisé par un appo. III.Apposition proprement dite (1)...u. moi(= moi. (1) Par apposition.on précepteur 'A. en partie.. (Bub. Louis XIV).. 141) (appel de rime) . cf. p. li ~.l'apposition complétive ou 'atf al-bayëin (le roi de France.itif qui prend le cas du terme qui précède.. en nombre et en cas au mot qu'il précise. . "" ~ i. cf.. . 3) (apposition complétive) le poète 'Ali ibn al-Jahm.. Cette distinction relève de la stylistique. 1 .. Il. "' 1 . 208) Remarques.. (Ay. etc. On ne suivra pas les grammairiens arabes dans la distinction instituée par eux entre le permutatif ou badal (Louis XIV. ~j je sortis. ->. 'Aliy'' a perdu sa nûnation comme s'il était en état d'annexion sans bn• . 136) § 279. (.J~ [me] résista en la main. daQs ces trois tournures. . .§ 252a. on l'a dit.V ~ 321 en cela [est] une dure épreuve de votre Seigneur. XLIII.. ..§279 ÉTAT APPOSITIONNEL .• .le corroboratif ou tawkîd (la ville.. quoique. . par [celui] qui a créé tous les couples ! (Cnr..-ci) .....§ 259. llne lame à moi yéménite. . . celui-ci (= ce Z. 6) (permutatif) avec lui tartit ... VI ..fJ. roi de France).o . 2° l'arabe utilise plus souvent le permutatif que l'apposition complétive. 11) (corroboratif) fenlt>ndis A . celui-ci correspond en genre. "" - ' - ..-lg.:. (Cor. . . non de la syntaxe car. b. en totalité. cf... VII. je sortis).. . .S. on entendra ici le complexe nom + nom. ""1 ' . Si l'appositif est un pronom. . 1° dans le dernier ex.. III. .Wi.. Z.. . .). .)\. le complexe nom + épithète constitue lui aussi un Etat appositionnel dana lequel toutefois il y a un accord en genre et en nombre. . (Buh.. 124 Rem.

(2) A la différence du latin. b) En principe. . où la flexion seule suffisait à marquer Je rappo1·t des termes: aureaque Hesperidum . 2° L'arabe est obligé de recourir à des lom'nures prépositionnelles pour rendre : un palais de roi . cf. il ne prend jamais l'article prend que si le sens l'exige. 1° Rien ne rend en arabe la préposition de ou les articles contractés du(= de Ir) et des(= de les) du français.. L'état d annexion. L'état d'annexion est donc un procédé de détermination. exprime deux notions générales. fr palais c/'1111 roi 1. (3) Les grammairiens arabes distinguent déjà l'annexion grammal'.cale ( iddfa lafziyya) et l'annexion sémantique (idûfa ma'11awi11ya). car on verra que Je terme déterminé peut être un mot rle valeur arljectivale. l'arabe se borne pourtant le plus souvent à des annexions de trois termes et l'on trouve les combinaisons suivantes : (1) C'est à dessein qu'on n'emploiera pas complemenl de nom. Pour des raisons d'élégance. § 288 b.Nl>All:CE 322 ~ 280-281 B.ÉTAT D 0ANNEXION Dl~ Df::PF. le deuxième par Ie·troisième. par ex. le dernier terme ne le . '. Il consiste en la juxtaposition de deux ou plusieurs termes groupés de telle sorte que le premier est déterminé par le deuxième.élljl .r~ le palais du roi Remarques. Lé dernier terme équivaut à un complément détermi11atif(l). . 0 § 281. Il est toujours au cas indirect. le tn terme esl déterminé grammaticalement et srmantiq11emr11t par le terme qui suit .. La fonction des termes est précisée à la fois par leur position et par la flexion du terme déterminant (2). Etat d'annexion § 280. la dépn1dance et la qualification (3). - Annexion de dépendance. etc. a) Dans cette annexion.. rien n'empêche d'avoir un étal d'annexion de quatre termes ou même davantage. mala (Lucrèce). .On lui donne aussi le nom de rapport d'annexion ou d'état construit. selon la nature des composants.

.... III._. le livre de moi= mon livre ~ . aussitôt après le premier terme de l'énumération. : la naissance. rapport de la partie au tout. . les dattes de K1lfa la Victime des Belles (surnom du poète Muslim) la cause de son assassinat § 282. 22) l'araignée d'eau .W 4.~ 282-283 t•r TERME 2me a) nom sans article Dl nlination 3me TERME TERME a) nom déterminé ou indéterminé ou pronom affixe ou démonstratif id. comme en franç. . . Fl!·ghali.. .--" # :._: ùi:s-' . de l'in_dividu au groupe .Quand une épithète s'applique au premier terme... de sa gé11éalo9ie.-~ . .: ' . le saint livre d'Allah sa main droite (1) Dans la prose moderne et aussi dans certains dialectes vivants (cf._ . 207 Rem.. . . en arabe classique. .Li la porte de la maison les polythéistes de la population de la Mekke...)l.. 97) § 283. . elle prend l'article et se rejette après le dernier terme. la vie.. (But.ù. mention de 'A.~ '1 . on le« rappelle» alors par un pronom affixe(l).:. la r. . on dit. elle peut marquer aussi le rapport de cause à effet ou le lien origi11el. :Jr . b) 323 ÉTAT D'ANNEXION DE DÉPE!llDA!llCE b) nom sans article Dl nûnation . Synl.i.. (Ag. apparte11ance.Quand le déterminant C'st commun à plusieurs termes. la mort du Prophcte.b) nom déterminé ou indéterminé ou pronom affixe ou démonstratif c) Cette annexion marque que le premier terme est dans la dépendance du déterminant: dépendance réelle. il se place. .•>.. i }:JI~.i .JI .JA •~I ~~~ ~lfJI ~~ <"" 1 .!gion de Ba9dàd . . Il.. ~-j le chie11 de Z. de sa vie el de sa mort.

Cette annexion se réduit à deux termes. cli°aque terme. En second lieu.qc. 169) un homme de confiance une ba9ue d'argent u11c lriude d't'llfa11ts. ce qui est rare : •. Cette annexion diffère 11éma11tiqueme11t de la précédente à deux points cle YUe.qn ou q. § 69. plus bas). ni 11b... la nature. mais sémantiquement il ne représente pas un objet déterminé (cf.. la bague d'argent (1) On groupera sous cette désignation les diverses espèce~ n'annexions étudiées par Reckendorf.nation substantif ou mafdar ou toponyme des hommes de fermeté (A!i· II.â11 Dans les 4 premiers ex.!JI 'ïl. . (2) Parfois on a l'article P. En premier lieu. le premier terme de l'annexion de qualification est grammaticalement déterminé puisque lui non plus ne peut prendre l'article ou la m1nation. elle ne marque pas la dépendance. mais note la qualité qui s'attache à q.. IV. Synt. qui présentent toutes ce trait commun de ne plus marquer la dépendance. la détermination sémantique s'obtient par Il devant le second terme (2).73.JI la méchante femme.AnneJllon de quallflcatlon (l). les seuls qui puissent ètre déterminés ou indéterminés sémantiquement. 117) .:. trois enfants (S 328 b) la ville de Bagdâd le mois de ramaQ. Verh. (IQ.324 ÉTAT D'ANNEXION DE QUALIFICATION §284 § 284. la matière d'un objet.. On trouve deux combinaisons possibles : tn COMBINAISON : second terme premier terme substantir sans article.

(Cor.t . . S 285. l'épithète est traitée normalement en ce qui concerne le genre et le nombre. on a une annexion: 1° quand le complexe parlicipe complément est sujet de la phrase.J..Il convient de rattacher à l'annexion de qualification les états d'annexion où. 187. ::.Annexion du participe actif. dans l'esprit du sujet parlant. a) La valeur nominale du participe actif prévaut et. ~·)1 ::. XI. :. pl. -~~I ~. l~Î i:f1~. avec apocope de ü (1).1 :11)1 ~t seco11cl lerme nom commun au cas indirect déterminé par l'article j'ai 11u une fille belle de visage • j'ai vu l'e11fa11t beau de 11isage.. une des valeurs de ces termes peu. si le complexe participe complément est attribut dans une phr&se nominale. mais se trouve loujour. comme premier terme. . le 11isiteur du malade baignera Ier miséricorde. les grammairiens arabes n'ont pas manqué d'exercer leur subtilité sur les moyens de substituer à cette annexion qualificative une tournure avec spécificatif (§ 289) comme : il passa près cl'1111e fi/Ir be/11• qua ni au visage.~ b) Le sujet parlant a au contraire le choix entre un état d'annexion et une tournure semi-verbale.. 1'erh. . il est d'ailleurs visible que li dans ~Ji est non un article. ~:..:i.J~ -~~)1 ~.. .La syntaxe du second terme se présente assez flottante parce que.§ 285-286 2m• 325 ÉTAT D'ANNEXION DE QUALIFICATION COMBINAISON : premier terme mot de valeur adjectivale sans article ni 111înalio11. ~ 286.t prévaloir sur les autres. + (1) Reckendorf. ou déterminé par l'article "-"')1 ':c..•: IS·. Au surplus. mais un démonstratif-relatif(~ 424). on a un participe actif ou un mufdar.. par suite. 188.i..~ déterminée~ Dans le dernier exemple. 53) dan.f adit) el nous ne serons pas des <méglecteurs» cle nos di11i11ités. . Dans ces deux tournures..2° quand + le participe est au mas. . (l.

Il. 9) lu [es] celui qui réunira les hommes. XC. surtout dans des propositions circonstancielles de temps. -iJ' 81 .J'!. II. Ce second terme équivaut en somme à un ma1dar.::... éd. 1.. voir § 424 a et ci-dessus § 284. ' •l. (Cor. 382) b) Le mafdar a toutefois une valeur verbale et a un complément au cas direct (1). V. lu as multiplié [l'action de] frapper la porte (== tu as fréquemment frappé d /a porte). que l'on ait un verbe ou une proposition semi-verbale avec participe actif. J ••• .. (Variante au verset précédent admise par les commentaires) à droite cle celui qui entre dans le Temple béni. (Ag.. • • .. • looll:tl }. par un jour de disette. (Ag. la cau. quand ce complément vient après une annexion ou quand ce complément ne suit pas immédiatement le mafdar.. (Jâ~. (Jâl}. III. un orphelin. 182) § 287bi. (Cor. (1) On ne fera pas place ici aux constructions admises par la subtilité des crammalrlens arabes. . sur la valeur de JÎ ici....II arrive souvent. 2'>. dans certains cas.~W .4. (1 Jubayr.-4 ~~ .. de nous. .• • . ql.. il est introduit par I_ ou (§ 256 b). a) La valeur nominale du ma1dar prévaut quand ce terme est le premier d'une annexion.. - § 287-287bls lu [es] le « l'Ollecteur » des hommes. .e de son amour pour elle. de Goeje.. 62) (son devoir sera de] nourrir. •.Î. comme second terme d'une annexion.~~'}. Î 1. je blàme ton port de ce vêlement (= que lu portes ce vêlement).. . Des faits analogues se pro- duisent avec un mafdar. 267).ÉTAT o'ANNEXION DU ma~dar 326 81'~. Annexion du masdar.. 129) m'est parvenue la mention [que faisait] Ab1î 1-'Af. . ..r:::.1 _iJ' -~lui-~-'~'~ J :~.di § 287.. 14) Si le complément direct est pronominal.

nous [seronsJ pour lui assurément des protecteurs. (Cor.). pour éviter un état d'annexion de quatre termes . i:. " • . a) Pour des raisons de style ou de clarté. . dans quelques cas. • ~'~.J ..Substitution d'un état préposltlonnel à un état d'annexion.SEI. . Synt.l!. l'arabe a dti lui substituer des tournures prépositionnelles avec!(§ 311 b) ou ~ (§ 302 c) (1). REMPl. 63 et aussi XII. . Féghall.:. cf...r.. l'emploi de ::.. .U: Parfois aussi. on voit alterner le ma1dar b) avec un verbe précédé de ~l appclée >an ma1dariyya. r. ' ~. .ÉTAT PRÉPOSITIOK. en état d'annexion. au moment où il 11e caclia. ~-~ 1 à l'ombre cle la demeure d'A.. § 281 b. (Ag. le jour où ils 11eront comparai1111anlt. ' .. c-ar on pourrait également comprendre: sur la rive du fleuve oriental.... -·.F! '1 'r:.l::... XL. 208. ou ~Î üÎ ::. .. .. b) Pour conserver lïndétermin:ition d'un terme qui.f~i après ~I ce qui est obligatoire (§ 283) dans l'état d'annexion mnis créerait une équivoque...j:~ ~ 327 0. XII.. Dès l'époque classique. 35) r. permet d'éviter le rejet de ·. -. pour le Liban.. = ::. LXXVII. i'. (Cor.A~:ANT L0ANNEXION §288 ~:. serait déterminé. le jour où il mourut. est impropre à rendre certaines nuances de la pensée ou en rend l'expression embarrassée.t: r:.1\J' ....e. L'état d'annexion.. sur ln rive orimtale du fleuve . dans le mème c:is. 16) voici le jour mi ils ne parleront pas.. inversion amenée par appel de rime qui exige l'emploi de~._. cf. § 288... (!) De même les dialectes \'ivants d'Afrique du Nord emploient dyâl (au ltlaroc) ou mla· dans l'Etat d'annexion . .. . . 81) .. (Cor. .

_.:. les grammairiens arabes désignent un complément de na/ure employé asyndétiquement après un verbe. 46) il était zélé pour le pélerinage. Parfois il tient lieu d'un complexe prépositionnel avec ~ . ... ~:.. 368) Pour conserver à un thème adjt·cliYal d'intensité.. .. 21) comme protection pour moi-même. (Reckendorf.fi· VI. On voit que dans ce dernier cas.. Spécificatif § 289.l!.~~ =) ~1. .~ . .'"'"81 :_. tu croitrus en passion. =) -~.. (Cor.i. tr ~ ou avec-!.i'. ~:. :-:'. ..~. ~J ë-.tr] -:: . .i$:JJ -. 2-19) Remarque. § 284. -:: . 178) il était le plus doux des hommes par le chant(= son chant était le plus doux du monde). Il. . il s'agit toujours <le thèmes en rapport avec des verbes pouyant ayoir un régime direct. . Le franç. V.. UT .1(1 ?!!li~-~ 01 un fils parmi les fils de roi.:. . III. dans ce cas .'. Il.. il faisait souvent le pélerinage..1 ~-'.~~[. ~ L..î ~ -::. 1. - - . ...' (~I ~~=) (~ . C.'i. ..:. (Ag. une fille 1/''A. un adjectif. ~ <~.. [jamais] je n'ai vu bédouin à lu dent plus longue.~ sont très l n1clin.. (A.• .::. .kl . .. > .) \. un fils de..11 'ü.:. roi. .t:. . . Ce complément est un nom ou un ma~dar au cas direct indéterminé comme tous les termes circonstanciels en ârabe. à un parti- c) cipe actir ou à un mafdar leur valeur étaient en état d'annexion . . 204) ....Sous le nom de spéci/icalif.....228 § 289 SPÊCIFICATIF .r:1 _!1. un élatif ou un superlatif.r' ~ '.~ 1 d écouter le memonge..... le rend de diverses manières.'i.U .. (A... 44) un<' fille belle quant au visage. (IQ.... . il... 2°. (A. Synt . \~erbalc qui se dégrade1·ait s'ils ! est seule employée(§ 327 c) . cf.

Brockelmann et Reckendorf auxquels nouo. La décadence des flexions casuelles disparues de la langue parlée et inapparentes. en partie conservée. à l'origine.Les noms-prépositions. mais sur ceux qui. le franc. comme les prépositions propremeut dites. par. en effet. le franc.L'arabe classique. eux aussi. § 291. en arabe: " . une valeur précise. Il. . mais leur histoire est à peine commencée. à cause de. . mieux qu'en beaucoup d'autres langues. etc. sans insister sur leurs emplois habituels. réduits au rôle de mots-outils (cf. etc. les divers emplois des prépositions peuvent être expliqués et légitimés par le développement de leur sens primitif. : pendant. Il convient d'ailleurs d"observer que la préposition établit un rapport entre les éléments du langage dont la valeur est variable et qui influent sur sa signification. Ces mots-outils sont indispensables à la clarté d'une langue abstraite. sans tenir compte..). un rôle considérable. de l'état de repos ou de mouvement. Il semble que l'ancienne langue en ait fait un usage restreint. cf. Wright. Complexes prépositionnels § 290. C'est ce que nous nous efforcerons de montrer. On a cherché toutefois à mettre ceux-ci en valeur suivant une autre méthode.: à.. L'exposé qui suit doit beaucoup aux ouvrages de Nôldeke. gouvernent le cas indirect. 399) D. comme dans d'autres langues. b) Les autres sont des mols qui ont eu. 'elles ~nt'des emplois très souples et très varié'>. En arabe. paraissent aberrants. a deux sortes de prépositions : a) Les unes ont gardé une valeur précise et sont des ma1dar au cas direct faisant fonction de termes circonstanciels en état d'annexion (§ 209). (Ag. en général. mais qui sont. avons emprunté de nombreux exemples. 1 etc. en arabe. comme d'autres langues. Ces prépositions jouent. pour la plupart.§ 290-291 COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS 329 il l'emplit de parfum. tout fréquents qu'ils soient. en a accru l'importance. dans l'écriture. de. durant.

Brockelmann (l) semble lui reconnaître pour sens primitif. . S11nt. parait avoir renoncé à Ui!e distinction générale de la contiguïté et de l'instrumentai. (2) C'est le bd' t-la'diya. ~~' 15j::1 il lui donna 200 chameaux et les bergers avec. où la contiguïté est. avec une nuance de dépendance. .) elle désira unir son royaume au sien. S'il en est ainsi. semble-t-il. • ' . cette préposition se rencontre aussi comme une sorte de copule d'état.Ç) . •~. • .330 §292 COMPLEXES PRiPOSITlONNELS : "" § 292. (Ag. le contact étroit. en général.. '-A . ~.Ir" il y avait dans la ville un marchand. Il.hier quelque temps après.) b) Sens de contiguïté où l'on admettrait aussi bien l'usage de~.>~. Enfin elle a très souvent aussi un sens « instrumental :o. La signification essentielle de }":' est. le "b de transitivité" des grammairiens arabes. le sens le plus précis de cette préposition se retrouverait dans son emploi avec un grand nombre de verbes (cf. . ~·~~. (Bub. (Ag.. en arabe. celui de dans qui est aussi celui de ~ . ~~~'~'~' ~ ~~.. quand on veut dire : en y comprenant.:. ~.) il acheta l'âne avec sa bride. la contiguïté. .(~~l~. 363. (Ag. . a) Sens de contiguïté pure .1' J'fJ~.) qui t'a joué un si mauvais tour. (1) Grund. Reckentlorf. en y joignant.41~.}":' est l'une des vieilles prépositions sémitiques. 238. 11 Îa.Ü et ils le lièrent à une colonne. A côté de cet emploi. ~. c) Sens de contiguïté intime avec notion de dépendance. en sa main [est] un sabre. . ~lb:i ~. § 202) (2). . apparente.

qn. ::.§293 COMPa:XES PRÉPOSITI01' NEl. •.....l. t'a ravi la raison.lill ~... soit avec une valeur' de mot-outil.al! ..~ entendre dire.. ·~' :. • . "" . 331 d) Sens de contiguïté avec notion d'accompagnement. comme il a été dit au § précédent : . -~ ·- r". en phrase nominale... (Ag. ~'~~. .. . t .. qn.) le miracle oient pour en témoigner..) § 293.Il importe de considérer à part l'emploi de .. s'en aller en tenant. :.-i ordonner de S. ·' .:..•t .. a) Elle apparaît dans les ex.......:. (lij) e) Sens de contiguïté abstraite quand il s'agit de dire: au sujet de. 1~... apprendre ~. venir en tenant contre soi... <l'où l'emploi de .j 1 le monde fui trop étroit pour J. !· _..~. ' J... ~. 365 et Reckendorf... . ses ambassadeurs allèrent à sa rencontre ai1ec des cadeaux.. (Ag.J •.._. .. amener. appeler q.... plus digne de la souveraineté que ton frère.. à l'endroit de. (Ag... Grand. § 202) -. eo..?. en tenant avec soi.~~ n~~:: :1 • . de transmission. w:Ul." .' . emmener. en tirant avec soi... . soit avec son sens plein. (d'où jdb / iji'b) . avec les verbes de mouvement (cf. 336-7. (Ag. II. apporter. pour qu'il s'approche.~ savoir .. . ainsi qu'avec d'autres verbes dont la liste est donnée par Brockelmann... Elle introduit alors l'attribut qui est au cas indirect.. suivants..:. .S : _..o ..•.il.\.. 1. . emporter. de copule d'existence. Sgnt.. . nous renonçâmes à le tuer. .J -... (lij) tu e.. avec son sens plein de contiguité nuancée.\. - -~ . li.::-1 -~ ..) pour ~u'ils leur fassent connaître la vérité..) .. crier après q..:..

. etc. etc. c) C'est encore comme copule que~ apparaît très fréquemment après la négation d'existence~ (§ 378). A noter aussi la présence de ·~-~'4_ ~- ~ explétif dans : toute. avec le bien (= noua allons bien). b) Elle apparait comme outil grammatical. pour noter la surprise (§ 461 b). .. car cela [est] hors de la question. plus rarement après un verbe d'existence (§ 196) ou d'estimation(§ 187) en phrase négative. . qui disparaît en état appositionnel : ·~·Î .. =) ""' t: . 1ül ~ -: .. quand je fus an milieu de la rue. . ~· Üy en lui [ eat] un mal . ~î. il n'est pas en moi que je doive m'émouvoir (=je ne saurais me aentir ému).-:> après 1.î tous les gens de K1ifa.... 66) De là. lui-même. tous. l'emploi de. (Cor. (lij) la honte [est-elle] liée à la mort '! la mort eat-elle une honte ? (-11. en subordonnée nominale.msciter les morts? (Cor..- ('"'~ .JI y. elle-même.332 COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS : ~ §293 noua [aommea] dana. .. 4.. XLVI. voici que j'entendis une voix. quelquefois. XLI. le plus souvent en phrases négatives(§ 377 b et 378).1 t: .)l. J =) -i1. . dans des phrases affirmatives.tlf:. eh quoi I ne savent-ils pas qu'Allah eat capable de re.. 33) ton Seigneur n'est pas un oppresseur pour ses serviteurs. il est malade. .

( ~~ .. 1 ~I~ • · ·~ I~. C'est cc qui explique l'emploi de cette préposition pour introduire le sujet réel d'un verbe passif (2)..' ::.§294 COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS : . (Reckendorf..:J . (~=)~J ...1t-être ne faut-il pas cependant accorder à bi..O~. ci-dessus P· 260 n. =) ._ ~-~ '-:'· _ c) il lui do1111a pour ses vers mille dincir. il le tua avec le sabre.1~ . " J • . l'attribut au cas indirect pourra toujours alterner avec un attribut au cas direct. VI.)1... . (2) l'..L. Il semble bien que l'emploi de cette copule ne se trouve qu'exceptionnellement e11 phrase affirmative. 'ü}. t1111'es pcn envoyé par [Allah]! (Cor. ... 233. VIII. . Synt.. - -· ~ •l l:. 17) puisses-tu être racheté par mon dme ! r 1e ce 1 po 1·1tesse à l'époque (1ormu classique) l\'otion d'i11slm111e11tal abstrait.....Il convient de suivre l'indication de Brockelmann (1) qui rattache la notion cl'imtr11me11t11l à celle de co11fig11ité. 240) A noter une alternance analogue avec un verbe suivi d'un ma11dar. semble lui reconnaitre..• JI-::? l~ - . - =) ~'_..a. a) Notion d'instrumental pur. Synl.. (.el~I .:.. Remarque. li.. disp1·rse.. d'échange.. elle nous a allaités. 43) je 11e le crois pas sûr.Y 333 Dans cette tournure. XIII. par leur exemple. Cf. 59) (1) Grundr.... 1.:... ceux qui [sontJ derrière eux! (Cor.. . (Ag. tandis qu'il est courant en phrase négative. ils font 1111e prière. dans ce cas. par elle . Cette notion peut s'accompagner de nuances diverses. le sens que Reckcndorf. . .~ • • .. 365. 15..i.O. § 294. b) Notion d'instrumental d'éq11iv11le11ce.I ·- - nous avons été allaités grâce à elle.8.

~\. ..... que i}. .~~~ ~ "r!' J ~ il ne le salua pas du titre de Khalife. nous nous réjouîmes de cela.Y• J..334 COMPLEXES PRÉPOSITION SELS: . (Ag... .. le latin : juro per Caesaris cap11t ! ).. . f) Instrumental avec nuance de modalité. . •. est une haplologie .~I <. qui n'existe qu'en arabe. par ruse § 295.-'. habilement.... - . . je le conjure par Allah de . de l'intéresser à son affaire. après moi. ·- .-:' devant d'autres prépositions ou d'autres particules.. ce qui rejoint la contiguïté (cf. ..:Ll~ d'une manière politique. § 295-297 cl) Notion d'instrumental déclaratif. .. l'emploi de!-:" pour introduire des termes circonstanciels... ils ne campaient que sur son ordre. . § 296.J•. ·.. _.]111. •.. .=) -~- au ~L.i..ÜJJ.C'est évidemment encore comme instrumental que !-:" apparaît comme particule de serment : c'est le moyen d'atteindre la divinité.L..J . 4.. . .. . e) Notion d'instrumental de causalité. j'en jure par Allah! ~Î '~ .) De là. J.. ~.. .. . . en face de .. ~ljl. sur ma trace.r~. sans '~ = -~ il le suffit que . :. § 297.. nom d'Allah! ::_....' ~_.. illi . .. après Praetorius et Nôldeke.Notons enfin l'emploi de. ...•. . - Il convient d'admettre. sui- vis par Brockelmann..

. De là l'emploi de ~. • .rejoint parfois if. Brockelmann en donne pour preuve l'abon- dance des expressions prépositionnelles que les langues sémitiques ont construites avec .. de~. trop commun pour que nous insistions. ce qui confirmerait l'étymologie suggérée.·~ . soit au propre..r. § 193). § 298.. il y a en général une nuance d'effort.a des emplois voisins de ceux de . _.J ·- n'ayant pas le (1) et note la contiguïté. XLIX.~ restèrent à l'intérieur de leur caverne. • ~ Tout en ayant ses significations propres. an temp. ~J~. dans. mais dans cette construction. par une journée particulièrl!ment froide. 24) Ce sens.:i1 .. . I !î (9'f!f' ':/:.ç encore pénétré dans leurs cœurs. 14) ~.i1~ . (1) On a signalé § 292 b. .. . ..a) Le sens premier de ~ paraît être celui du franç.':)_ sur terre et sur mer.. peut se préciser en : à la surface de. sur. .ç de. tout en sen~ «dominateur 11 de cette préposition. la foi n'a pa. sans mouvement. . la notation d'une action longue et difficile. sous le califat d''U. ~. (Cor. il. -~~ ses fils me crièrent à la face.§ 298 COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS : 335 Î.. ce second verbe est souvent remplacé par un mafdar précédé de ~-.. . ~. (cf. XVIII. 293 a des emploi~ où -l peut alterner avec .. ·. + b) Dans les ca·s où l'on aurait : verbe inchoatif verbe à l'inacc.après des verbes exprimant l'application à une tàche. l'identité. quand le Très-Haut se mit à créer Adam ..J... où~. soit au figuré.D'autre part. sous.. signifie bouche. (Cor.. employé dans l'espace. le rapport étroit.

: parmi. ~Î ·~ •) . il e. elle n'est qu'un outil pour exprimer un rapport.. il envoya lj. à la tête d'une armée. d) &Ur. perdant son sens plein._. § 299. mais. il s'employa à réaliser son affaire. ils surent le dessein dans lequel il était uenu.336 COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS : _p1~. J. ~ en ces emplois. ou . > > \' ~ sa superficie [est] de dix parasonges ~ v. H.~t bon à leur égard. t_ il multiplia .:' t. à la tète de). b) Rapport de comparaison.t:. il était habile en son art.•~ carrés. (Cor.. De là. .. c) Cette proposition exprime aussi la notion de milieu. ~. ~- ' • • . ce qui explique qu'elle alterne si souvent avec --!. _ . je me considère [comme] étranger parmi les B. \1-l la vie de ce monde.:. a) Rapport de dimension.. il réfléchit là-dessus. §299 il se consacra à l'étude. on passe au sens abstrait de : au sujet de. 26) . il composa un livre sur la grammaire. -. n'est que jouissance précaire.1 pnr '1. à l'égard de. par rapport à l'autre. ce que les gens disaient d' 'A. ~~ J.\.'.Cette préposition se trouve également employée comme instrumental. sur ce point.. t_t. entre. d'ambiance (en franç. (_1.J. XIII.. pour les partager entre les indigents. \': . . J.' ·-\Il ~ G~l '.

.... J~ ~ _. en assignant :i un être sa place ou sa valeur en partant d'un point.!. '.~ :r~ il n'en est rien.. ~.. • ""' • .• . Grundr..~ ~~ pour vous se trouve.!JI le mal [est) la plus mauvaise provision que tu aies faite [pour l'autre monde]. n° 373) ~ .. XXXIII..rl 1 :J. . . . .~ passe à la signification d'identité (1). dans l'Apdtre d'Allah. II. . en Allah [se trouve] un juge équitable.. pas identique i1 . ?ljll ~. elle n"est Jl _4.? départ. . cf. b) ~indique l'origine.:. un exemple. l'origine et.i1~. de..:. où d'ailleurs ~ reprend son sens étymologique. Elle indique le point d.. à rapprocher cela ne vaut rien.L< . ~ .- ' :." ~- ç: ~~ '..t'_ll ~~ 'i. =) .:. il adora Allah dès son enfance.>. 21) _4111 . t . (1) Brockelmaon.. 397. (.~. (lij) . § 301.. le rapport.. - a) ~~ indique le point de départ dans le temps et l'es- pace et s'oppose à J 1 qui J (§ 304).. . _. ~amâsa.fJ . • (Cor.i1 J:.i 0 § 300.). il alla de Kûfa à Bagdàd.~ ~·::.§ 300-.:. . Allah [estl un juge équitable.. . J' ~ d) Rapport d'identité. qu'il s'agisse d'une personne ou d'un lieu.:"-'' ~ ~ 1 _. Ce sens s'est si largement développé que . . § 308 a . . (Bul_iturî.:.101 COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS : ~ 337 c) Rapport de spécification.:.~ est générale en sémitique.1~ marque l'arrivée ..

Dieu peul parler aux créatures sous une forme [matérielle] . de moyen.. 122) Elle alterne avec ~. il se défend contre moi.tf~ .. 4) il n'a pas eu ho nie de demander cette chose. ~~ ~ . (Mas'ùdl) . (" Aynî) il dit: •Je suis originaire de Kûfa •.. (Cvr. quand on regarde le soleil el la lune d travers la fente des nuages . .~ . et à celle de défense ou de crainte.7e f'!lprès du S1::igneur des Hommes.:011/re le mal du Tentateur. il dit : (JAi}. je ne sais de laquelle des deux choses je [dois] m'étonner: ou de son intelligence.. à Moise.. (IQ.i. e) Cette notion d'origine conduit à celle de cause en général. et cette préposition introduira le mot indiquant ce qui est à l'origine d'un état ou d'une action. la honte.. (§ 304). CXIV.:.. de là l'emploi de ~après les verbes ou mots verbaux exprimant la peur. âun arbre. une défense active. en allant d'un endroit à un autre.. [ c'es/ ainsi] 1qu ]'il a parlé. ni ne leur achètent. ou de sa déclaration.~~ 1 ~k ~ . c) Cette notion d'origine conduit à celle de passage par..r :~. .:)1 . et à celle d'intermédiaire.I ·~ par elle.~p1 ~ ~~ tl : J~ d la condition qu'ils ne leur vendent. . '~ . je cherche refu. ~~. 1. Cette notion d'origine conduit aussi à celle d'éloignement phy- sique ou spirituel.. III.r81 :.S : ~~ § 301 quand cette phrcue de leur !!art se fut souvent répétée.i }-'"(.. 30) ~ _. d) .338 COMPLEXES PRÉPOSITIONNEJ. quand cette attitude devient une répugnance déclarée..

. XXVI..... fréquemment. "" üb .e)~ ë .ll je m'assis près de lui.i1 ~i81 r~}I ... 105) (1) Brockelmann. ~rU' ~ ~. •• ..J.} .. (Cor.. là] un homme à l'occasion d'une ophtalmie. 116) je ferai certes de toi u11 captif.~ ëlrl 1.~ :~_·_ - .:Üfll ... (IQ. 33. . cf.. (IQ... . IV. ~:: . _. .1)" 1..S : ~ 339 il rendit visite . (IQ.. • ~ que t'est ce jeune garçon? parmi eux !était) un homme des Q._~I ~ . d'où l'emploi de ~après les verbes ou mots verbaux signifiant élre proche..5) malgré ce rang auprès du Khalife.. a) Un rapport de pro:cimité.:. :. du fait de la mort du Prophète. .La notion d'origine a engendré celle de rapport par l'intermédiaire de la notion d'éloignement (1) .:><.1... b) l'emploi de ~ pour marquer la place d'un être ou d'une chose dans une série ou un groupe. (Ag.:. L... •. de là.44.:-•. Un rapport de parenté ou de dépendance .f ... (Reckendorf. pour noter la précision d'un terme restreint par rapport à un terme plus général. ~ -4:~ r-. 28) ils se rendfre11t dans une vallée nommée D. . (IQ... s'excusant d'un péché.:_f1 -•. (~fas<ûdî) quand arriva le deuxième jour après le jour ou il les avait tués ... . 265 la note) .:. ! · " . . III. 401 suiv.. . . (Ag. . 116) § 302. VII.·z. . repentant.î:.J. 4. 106) elles montrèrent de la joie. ·. § 301 d.i. 147) il aimait une femme de sa tribu. dans le val d'al-<A. III.._ ~~.:. III.... ~ ~~11-~ I. III. 398) ce qui n'est pas de son habitude. (Qàlî I. (Ag... Grnndr.' • . . 44) il 11i11t à lui. IV. • ' • • .... Cette préposition notera : ..5_. ce qui ne lui est pas habituel..l:J ~ .S PRÉPOSITJONNEl. ' ..§ 302 a COMPLEXF. · .. Synt. li.

340 § 302 c COMPLEXES PRÉPOSITIONNF. mais le sens serait différent . (Jâl}.IÙ- . (Cor.. la tournure prépositionnelle pourrait être remplacée par un état d'annexion .. . .. r-~l_. cela [fait partiel de la sagesse que t'a révélée Ion Seigneur.-u:1 ~Jihl1 ~ W~ ..::..jl ~·~-li- une de vos femmes.. LX.I~ -~Il~-~~~~ ~~I _J~l ~ 1/. ceux qui étaient i11jusfrml'lll incarcérés.:. ~)ÎI. . (1. s'est écoulé le tiers.. ::.. r°". ::. . .r--~)11 ·. combien d'anges dont l'intercession ne servira de rien! (Cor. .. de la nuit. combien! La ~ . (Cor.!'.. 300) .:.. . . ' . 140) ceux des gens de Li11re qui furent impies. ~~ \A -~}\... ou un relatif : prép~sition entre alors .. XVII. .. . ~ etc.. ...~ je pratiquai. . Lill.' Dra~ . pi.. (Cor.:!.1-·. 58) ~ . \.û ~.. 11) <f -D~ll ':r.... . IX. Jubayr) -~J. il aperçoit des arabesques capables d'enchaîner son regard par leur beauté. parmi eux [il en est! qui s'a//achent à toi. ou'{ exclamatif: dans les combinaisom.. § 288. . "' .. ~~ S. 26) .. la valeur.1:!. (Cor.. ' ~ . if?. .. 32) qu'il lui donne une de ses tuniques..•.Il. Wt--~•.ou\..4-.. qui précisent ces termes vagues (§ 268 b). (IQ.l. (IQ.-:~-~Ir' 0"4 r-~ . -.. est un terme vague -t 1.-'..- .. . au lieu d'être un nom plein. III.. 132) Dans ces deux derniers ex. . ·= .~.:) \!.:. ~ j'ai été mordu quelque peu pur la faim.:JI ~~ .. ' .. cf. ~ ·r (::! il fit sol'/ir de la prison 11'11/-lf. ': fi c~1 _. un trou. dans un de ses côtés..:. 39) la science qui t'est venue.. III. •J> ~ ... . c) Souvent le terme dont on établit le classement.... ... ~.""!.. ' . .S : ~ quand. .. . \:.

§302d

341

COMPLEXES PllÉPOSITIONNELS : ~

tf) Cette préposition pourra aussi marquer le rapport de comparaison ou de discrimination entre deux termes.
, -

,,.

" •t

. . ...

• '

,'

,o.J: \Il ~ ~~I _;~~ !' ")~;I

,e;J1 ::,..,

'1

~I ~ '.:i.(,.

D'où l'emploi

de~

après l'élatif de comparaison(§ 319).

. . , , .,
.. ~~ ~ ~.) ;-01
....

"'

.

préférez-vous la vie de ce monde
à l'autre vie? (Cor. IX, 38)
Allah sait distinguer le méchant
du bon. (C1.r. li, 220)

""

plus frileux 'J.u'une chèvre galeuae •
(Proverbe cité par Qâlî 1, 200)

ou après un Lerme auquel on assigne une certaine expressivilé
(§ 323 a).

Af11 ~.._'r-:111
~li.1 ~- ~i.: ~

la plus misérable des demeures
en une circonstance très difficile •

e) C'est encore une notion de précision introduite par
trouve dans les expressions suivantes :
,

. '1'...
vJ.

f)

-'(~ 1 1 • -: ,y
.u..,.;.
.t. uD

~.,.,y,

.

~

qu'on

il était au comble de la beauté
(=il était d'une extrême beauté);
on eourrait avoir ici un état d'annex1on ; cf. même § c et § 320 a.

.

A cette notion de rapport de comparaison, doit être rattachée

l'utilisation de ~ pour " marquer le type »,dans des expressions qui
équivalent à un spécificatif (~ 289) et se trouvent le plus souvent en
phrase exclamative.
,,..

,,,,,..

Y.~

...

.~ J ~ ül.J _,!,Ji 1;.)

1

A

quel homme parfait qu'A. !
et [Allah] dit - combien il est
auguste quand il parle I -

g) C'est une notion analogue que marquerai:_,.. employée pour
particulariser une constatation (1).
'
,
j'ai trouvé en toi l'essence de mon
~
~
t,;
être. (Mas'ûdî)

.

:,._,;

.

s;

Il peut alterner dans cet emploi avec

c.'.

(1) C'est ce que les grammairiens arabes nomment al-lajrîd « dépouillement•·

COMPLEXES l>Ri::POSITIONNELS : ~

§303 a

h) Cette même notion dt· rapport peut se préciser, exprimer la
matière, l'uaage.

-.

" --

';:""~ ~ ('":.o

û~-j ~ .;Ç
,
'

~i,;A~~î~î

.
la langue,
§ 303. -

une ufole en or.

un reste de temps
ou ferai-je cle sa peau uns pelisse ?

(IQ. III, 42)

Quand les faits précédents eurent été bien acquis dans

~ ne fut plus qu'un mot-outil assemblant deux noms en
une sorte d'apposition et d'identification. Peut-être ne faut-il point

d'ailleurs trop insister sur cette valeur de ~' car on pourrait souvent
retrouver le sens originel de cette préposition dans les exemplt. • qui
vont être donnés ici.

.

a) L'utilisation de ~ pour noter un rapport de parenté ou de
dépendance (cf. § 302 b) mène à des emplois où l'on se trouve, presque
sans s'en apercevoir, dans un état d'annexion analytique remplaçant
l'annexion synthétique normale (1). Dans ce1·tains cas, il est vrai, cette
tournure est imposée par le sens (cf. § 288).

,.

~
,.

,

,

~

,

l.lJ ~
,

....... ;

~ ~l.a \.::jl

',

, ::

,

il lendit une main, contre o.lJ ~ il tendit sa main.
J , , ,

....... ;

des cadeaux de lui nous parvinrent, contre ·~'~ \.::jl
ses cadeaux nous par11i11renl.

Dans d'autres cas cependant, cette tournure - fréquente surtout
en poésie - paraît noter l'affectivité.
'"~
- , ••
•- •
évitez la souillure des idoles I
f.il~_,)11 ~ ~ )l l~l
(Cor. XXII, 30)
"~~

.

~

.) ' I

i,r-4- , _,J

J__

dans mon bois [est] solidité !
(=le bois dont je suis fait [est]
solide!) (Reckendorf, Synt., 258

et aussi les autres ex. poétiques
cités par le même).
(1) On trouverait ainsi la 11émantique du français de, qui, lui aussi, préposition d'éloignement, de rapport, de matière, a été le meilleur outil ponr rendre
le génitif latin. Un fait analogue s'est produit dans les dialectes vivants de
l'arabe avec l'introduction de dyâl el mtû• ; cf. S 288.

§ 303 b

343

COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS : ~

Dans tous ces ex., il est aisé de retrouver une partie du sens ori•

ginel de ~· notamment dans l'ex. coranique qui peut aussi signifier :
Evitez la souillure provenant des idoles, au contact des idoles.
b) Cette préposition apparait comme explétive dans des phrases
affirmatives nuancées d'affectivité ou dans des phrases interrogatives
ou négatives.
" . '
... ,.
,
quand soudain nous entendîmes q. qn
(L.)\.:..
.)~ A G...- .)1
criant ... (Reckendorf, Sy11t., 268)
-,
IJ ~

.. - .

=>

~~1 ~s

..

-....

:~1r • ,~

. v . . ~V

,

91~=>[poët. p. ~l~]ij,1~~
,

~I J~~ 4Î~ ·.... ::.-Ji;
,,

j

f...I.;

,

.,

( i.·.; -) • .,'.

,,

""::- - ..r
~

.....

~

. ', ,
:'> 1 ~~ '=9:-:~~ \1
,;;

( ..I> 1=)

[existe-t-il] pour l'homme contre les
coups du sort 1111 magicien [capable
de l'en préserver]? (IQ. Il, 308)
je n'ai absolument rien oublié des
paroles de /'Apôtre d'Allah.

(Buù. Il, 4)
<1bsol11menl personne ne 11iendra à moi:
(cette tournure avec,,_,' est fréquente).

-

Dans cet emploi, on voit que la tournure prépositionnelle remplace un mot simple, mais donne plus de force à l'expression'; on sent
aussi que la préposition conserve partiellement une des valeurs de
rapport signalées précédemment ~ 302 e-h.
c) De même la valeur partitiiie ou distributive de ~~ parait devoir
se r;ittacher au sens de rapport de dépendance (cf. § 30'.:! b etc) (1).
,,,. ,,,.

'.

,4.1..L. ~

...

....

l=:i_..,!

nous bûmes du vin.

~~ ~ 4iil 1JI LI_,

dem'!-ndez [à Allah] quelque faveur I
(Cor, IV, 32)

y-~I fl.J ;~k ~./li1 Î'
~-~J ~ C:,j_) 'ri~! ~
~-~<)

al-M. prescrivit de dénombrer les
d'al-'A., tant hommes
que femmes, tant jeunes que vieux.
(Mas'ûdi)

,

,,,. 1

,,

...,

de.~cendants

.

d) ~se combine avec les noms-prépositions (cf. § 209-213, 290 a);
la liste de ces locutions est fournie par Reckendorf. Synl., 222 suiv.
(1) Les grammairiens arabes expliquent en particulier le sens partitif de
~ par l'ellipse d'un nom vague comme •.j: supprimé avant la préposition.

COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS : '.;f

§304

Si d:rns •'l'rt:1ins rns la locution prépositive a un sens presque identique
à celui dt ln pr~position o: nue », dans d'autres cas au contraire ~

introduit une des \'aleurs signalées précédemment

~1/j~-~

;.; ~ [~J;1 ~<)M~; ~~J
,; Li.1

,M,

e) Enfin

~

~

·.

--~

il tomba du haut de la terrasse.
(Ag. IV, 420)
elle déchira la tunique de Joseph,
de derrière. (Cor. XII, 25)
de chez le Khalife. (IQ. III, 33)

entre dans des locutions adverbiales.
au plus profo11d de la nuit.

elle me les enL>O!Ja dès le lendemain
malin. (Afj. IV, 363)
il l'exila sur-le-champ, à l'instant.

0

Cette préposition n'existe qu'en arabe. Souvent elle permute avec

iJ4,, mais elle a aussi des emplois spéciaux .

.,

§ 304. - Le sens normal et primitif de .J' est celui d'éloignement,
de séparation nette, définitive, dans le concret.
a)

Grâce à cette préposition, des verbes exprimant soit une posi-

tion moyenne comme

J:k' (cf. § 191 b), soit un mouvement sans direc-

tion déterminée, indiquent un mouvement d'éloignement ou de· recul.
il voyagea loin de son pays.
s'enfuir loin de (à rapprocher de

JI• "_,j fuir vers)

de là, l'emploi tout indiqué deJ après les verbes signifiant s'éloigner,
reculer, s'abstenir.

§304b

COMPl.EXES PRÉPOSITIONNEI.S : ~

écarte-toi de la porte I (Ag. IV, 291)
tournez-leur le dos I (QAli 1, 40)
lorsque tu t'absentes loin de nous •..
(IQ. III, 32)

De là aussi l'emploi de ';, quand il s'agit de marquer un rapport
dans l'espace.

.;G·.:; ~·.•,

à sa droite; à sa gauche (on pourrait
avoir aussi J;).

illl . , ..i.I i;.:.' ..~

une forteresse élevée par rapport au
,eays, domi11a11t le pays.
(Brockelmann, Grundr., Il, 407)
ils me firent une place au centre,
à la place d'honneur de l'assemblée.
(Id., II, 406)

, ,

• \,)

, - . , - 1.1

, . ,Li" • ,

fi. 1 !~ ::r- J_ ,J:..:~t;
Remarque.
daires de min.

Dans ce dernier emploi, on rejoint un des sens secon-

.,

b) ;_;c. s'emploiera aussi après les verbes signifiant découvrir,
laisser voir ; elle introduit tantôt l'objet découvert, tantôt la personne
qui constitue le point de départ de l'action.

...

·, . ,

,"ki) Li"

.,,,.

..... "'

ltA=t

il abaissa le litam de devant son
visage. (Ag. VII, 37)
il écarte d'eux leur v~tement.
(Cor. VII, 27)
il la déchira, pour sortir un papier .
(Brockelmann, Grundr., Il, 406)

";J

c) Dans certains emplois où
alterne avec ::,.., , elle exprime,
semble-t-il, plus de rapidité ou de vigueur dans l'action d'éloigner,
d'écarter.
il faillit tomber de sa chamelle.
(Ag. l, 25)
il décocha la flèche de son arc.

346

COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS :

§305

'.,5

il fut expulsé d' ar-R11fâfa.
(Ag. IV, 424 (1)
d)

'.:J. introduit aussi l'être ou

l'objet que l'on préserve d'un mal

ou qu'on prive d'un avantage.
la dé{ense de leurs biens et de leur•
personne&. (lij. 108)
n'épargne pai_pour noui ce que
tu ai I (IQ. III, 231)

L'usage de ~ est fréquent avec des verbes des 2m• ou 3- forme
employés sans complément direct, avec une sorte d'ellipse.

.rP,.... ,,4111 ...~
~

combattez pour défendre vos fils .
Allah a allégé [tout[ pour eux.

A noter aussi l'emploi de ~ dans les expressions suivantes pour
marquer la privation.

..
...

il mourut laisiant un enfant .

' ...
l~J
..,-.
.

, ,

4-Ü ....,
....

, ,

il ie montra avare envers

lui-m~me.

§ 305. - Toutes ces nuances se retrouvent dans l'abstrait avec des
particularités qui proviennent du sens des verbes employés.

a) Eloignement pur.
1

,

_4111

.

J:;:...
,

... ...

,,,

_j..l;,r

p

t. , ,

i:r û~~
,,

·.

~ ~,)

';j -~I .~ :i ~:,JI

ils détournent de la voie d'Allah.
(Cor. XIV, 3)
cela [est] loin de la vérité.
fuir le décret d'Allah [est] impossible.

b) Idée d'abitention, de répulsion, simple accentuation de l'idée
précédente, d'où l'emploi normal de
sens à des degrés divers.

:r·

après les verbes exprimant ce

(1) A rapprocher de Cor. XXII, 40, _::;.: ~ ~.> \t.>
ont "' chaH'• de leur1 habitat• 1an1 droit.

1:1•

1,,.:;t .:c,iÎI ~l ceuz

qui

§ 305 c

COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS : ~

!

}? -;. :_p;t

,;.i1 _; :.k:.; ·~
~ '!J~ -~Î _; ~:,î
'!]1~l

347

abstiens-toi d'en parler I
(11.g. VI, 194)

il ne s'abstint pas du mal.

(IQ. III, 46)
détestes-tu un nom que t'ont donné
tes pare11ts ? (Ag. IV, 196)

c) Idée de découvrir, avec les modalités d'emploi signalées dans
le concret(§ 304 b)
je ne te cacherai pas son défaut.
(Jâl].. 8)
nous dévoilâmes ses défauts.
d)

Il faut rattacher à cet emploi, l'utilisation, dans les mêmes

conditions, de ::.,: :iprês les verbes signifiant pardonner, car il s'agit en
somme d'éloigner un péché, de l'effacer.

+> ~
,,, ,~4111 \:''"-

( ,-:~

w~

nous effacerons en écartant d'eux
leurs fautes (= nous leurs ferons
remise de leurs fautes). (Cor. XXIX, 7)
qu'Allah efface en écartant de lui
lso11 péché] (=qu'Allah lui pardonne/)
et il efface (en écartant) les péchés.
(Cor. XLII, 24)

J

e)
s'emploiera aussi quand on voudra indiquer, sans violence,
l'idée de détachement, d'où l'utilisation de cette préposition aprês des
verbes signifiant négliger, se désintéresser de, n'avoir pas de goût pour,
se consoler; on rejoint là l'idée de répulsion (cf. ci-dessus b).

: , f, ·:: 1 ~ ~ .J~ ~._ •~I i;.J-

~

'--"

_ _
~

-,;1.!f
~

/jJ1_;1).:K:J

lJ ~:~:·~

et Allah n'est pas inattentif
vous faites.
il s'occupa en se détournant
(= il ne s'occupa pas de
(IQ. III, 125)
ils négligèrent /'incursion
(lij. 145 en bas)

à ce que

de lui.
lui).
armée.

il ne se consola pas de L. (Qâlî 1, 213)

f) Comme dans le concret, ~; introduit les êtres ou les choses
que l'on préserve d'un mal ou qu'on prive d'un avantage.

348

COMPLEXES PllÉPOSITIONNELS : ~

§ 306

Allah le préservera des maux.
pour chasser d'eux la haine mutuelle.
(A!}. IV, 141)
Allah veut all~9er pour 11ous [votre
sort). (Cor. IV, 28)

.

D'où l'emploi de ,:.f après les verbes signifiant défendre, interdire
pour introduire la chose défendue.

·' • , , '· ' • J ,, ~

~i ,j~~

..Û

J-;ûl

,-'»I

l'Apôtre d'Allah a interdit ton meurtre
(=qu'on te tue). (A!}. IV, 195)
quand ils eurent transgressé ce qui
leur avait été défendu ... (Cor. VII, 166)

§ 306. - Du sens primitif d'éloignement qui se retrouve avec de
simples nuances dans les emplois qui précèdent, on arrive à des sens
secondaires.
a) L'idée d'écarter a conduit à celle de substituer, remplacer,
rendue en franç. par : au nom de, à la place de, pour.

.~,,..,
,, . '. ., .
rP ~j J
,,_

,. ....

.;

.,.

leurs biens ne leur tiendront lieu

Lde rien]. Cor. II, 45, 117)

.~ J "u:•i s;.i
-- ._;

~- ~î~î

nulle âme ne paiera pour une autre.
(Cor. Il, 45, 117)
je la porterai à ta place.
(Ag. VI, 155)
je veux que tu me remplaces.

(IQ. III, 80)
b)

De la notion de rapport dans l'espace (cf. § 304 a),

J est

passée logiquement à celle d'un rapport d'infériorité ou de supériorité,
d'où l'emploi de

~;après les verbes ou dérivés verbaux signifiant être

incapable de, être trop bas ou trop haut, etc .
.,.

1

,.,,

tl!,; ,:.f

,

,

,

~li ,.

G.~ ·; ::..iî ::,:î

'ü,/\_~ ~~

J~

il est inapte à [faire) cela.
où es-tu par rapport à cela J
(= comme tu es au-dessus de cela !)

[A //ah l est trop auguste par rapport
à ce qu'ils lui adjoignent (=combien
Allah est au-dessus des idoles qu'on
lui adjoint l) (Cor. XX\'III, 68)

§306 c

COl\f Pf.EXES PRÉPOSITI01'1NEl.S :

~: :)t~;

si cela a11ait eu lieu en l'an 4,
A. aurait été trop jeune pour
cela. ('Aynî)

r

-

~~ J. ~~-:r;t 0LU
~li .!J)ÎI J1~.:; ~

-

-

le pire des vices des rois [est]
la lâcheté devant les ennemis.
(Qâlî 1, 198)

,

~1~\11~

,

c)

349

outre que, à plus forte raison.

~~1-.:...: ~~ 0tr·1~

.1.....:

::f

,:r' se rencontre encore, souvent en alternance avec ~,pour

marquer le point d'origine, la source d'un fait ou d'une connaissance,
d'où l'utilisation de ' ; dafls I'is11âd d'une tradition auriculaire.

S. d'après al-'A., d'après S.,
d'après J. nous a rapporté
oralement : (Bub. II, 278)
il apprit de lui le chant.
(Ag. VII, 85)

Dans les cas où

~; peut alterner avec ~, peut-être marque-t-elle

.

plutôt l'origine, tandis que ~~ marqnerait le rapport.
le désordre qui nait de cela.
(lij. 435) (1)

j'4,/ ::r

Il convient en tout cas de remarquer que cette alternance
n'apparaît plus dans le concret.
il prit les dirham que nous lm
-~1~:J1 ~
tendions.

:ii1

~1~ J

'.!J_;i J

sur ton ordre, avec ton autorisation.
comme cadeau.

(1) Le même auteur parait employer l'une pour l'aut•"; cf. Il;!· l, 181.
~I J! -~I ~ ',:.~~ le dépouillement de la ncrture lwmaine pour la
nature angélique.
_.;ïi.:J)I J! _";t_,l!ll _~ ~~\ le dépouillement de /d nature humaine pour le
·
spirituel.
Mals Il faut admettre aussi une erre\lr d'un copiste.

. les é. J Dans ces trois dernières expres!.r . . (IQ.~ SOllS pe11 il mourut à 80 ans réf. 198) . ' . •• ..=) ·~y. .: ~ \ë bientôt . 29) il) A l'emploi de ~pour noter l'origine (cf. .-1 ' . -.. . (Cor.-J j -4..1c...~·..· c. ::. " •f ~ ~ r J~ . "" un bédouin fut interrogé au sujrt d'une femme. on derattacher l'utilisation de cette préposition pour introduire la chose qui est à l'origine d'une question. il en est de même clans (~.ions.. II.l.24) . mais dont la plupart se rattachent à un des emplois signalés pins haut..J~ .qura \<:or. ..~I _ ~ !~Ï: ~ ...r 1~ " . . . 1. ~ .:..o/us..Pour la commodité de l'exposé. . 82) lon rapporte] du Prophète qu'il dit: § 307. .l. (Qâlî 1. v~ . ' .ri: r el com111c11l1 ce qu'ils for7cair11/ de 111e11so11ges. " .. qu'Allah l'agrée! il les tua jusq11'a11 dernier.p !. ..î~ .. XVIII.~ après. . 198) une chose abominable m'est pur1w11ue sur ton compte. 1.JI \IL . et n'être plus qu'un instrunlC'nt g1<1111matical vidé en grande partie de son sens primitif. jlrl . (Cor.350 ..) (Bub.) . IV. ... "111 ":?~. d'une réponse... aii:J .- •• -- . JI''. .. ~ ~l arrière I . ci-dessus r). je me tus à l'égard du Prophète (=Je cessai d'interroger le P..~1.JC. III.. ..['~] J 0J~1jt. d'm~e conversation. COMPLEXES PREPOSITIONNELS : ~ ~. parail remplacer . 1. on groupera ici un certain nombre d'expressions qni semblent à priori difficiles à expliquer. 81) à moins qu'elle ne soit u11 commerce par accord mutuel de votre part. VI . ~ § 307 je ne l'ai p<Ul fait de mon propre chef..t.

en vue de. (Iij.. il lui est particulièrement cher. : vers.~308 COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS : Jl 351 .. . a) Le même sens i1e trouve.. . (Ag.. ~ '1 ciJ 1 ::.. Jl § 308.. le point d'arrivée dans l'espace et le temps.:i1~ 1.~~ 1 Jl i. (lij. A noter aussi l'expression • •. il le /il conduire en prison. Cette préposition indique le mouvement. Jl jusqu'au dessus. ~..:i-r ... Jl jusqu'au milieu 0l Jl + un verbe au subjonctif ou à l'accompli : jusqu'à ce que (avec valeur temporelle comme avec j. les peuples [successivement] furent maitres de cette ville jusqu'à ce qu'elle échut aux Turcomans. Elle s'oppose . . .t il opina dans ce sens... . . les ~Ires qu'il n'y a pas moyen de connaitre. ' i.. jusqu'à. 79) b) entre dans certaines locutions où elle conserve d'ailleurs sa signification originelle .) ... comme le franç... 64) ils le prient de servir d'arbitre entre lui et eux. il acquiesça.î .}~. il répondit à celle proposition. JI. je jerlnai jusqu'au coucher du soleil. à~· nom nous en alldmes à Bagdâd.. mais dans l'abstrait. ~lÙ J1 Jt: ~~ J1 '":'t.:}.

. 377. sept [nuits] s'étant écoulées de rajab (= le 8 rajah). . du fait de. est son sens abstrait de but et en même temps de cause (2).. -~'& J1) -fü• ~ J'1i. ~"" . II. chacun s'achemine jusqu'à un terme fixé. etc. il se rattache aux Omayyades. de rapport.~ Jl ·~ IJ~(. Brockelmann. Il. b) Très vivant.)~ . JL . à cause de. on passe à celui de pro:rimité. par comparaison avec ce qui 'était antérieurement.. de jonction. au contraire. id..352 COMPLEXf<:S PHÉPOSITIONNELS : . ils ajoutèrent sagesse à sagesse. .. : pour_. Toutefois Je sens matériel.. par où cette préposition rejoint certains emplois de ~ et . il s'apparente. . 5) il ordonna de faire la prière en son temps. (1) Dans la langue pré-classique et classique on ne l'emploie guère dans J'espace. On ne la trouve plus guère que dans les expressions : il continua son chemin..). Grundr.1 est une préposition de but.J §309 c) De ce sens général.abe classique.. cf. de~· ~i:. (Cor. a) En a. elle a perdu presque entièrement son emploi au sens pleinement matériel (1). 381. (en franç. (2) Brockelmann. XXXIX. qui existait en hébreu et en araméen. (lij) § 309. persiste dans les parlers actuels . ~ à son côté .tJ' (. et il tomba terrassé sur les mains et la bouche.

246 et les autres ex. "" . Brockc·lmann.-~ . à rapprocher de ~l~ gloire à lm/ Employée avec des dérivés verbaux ou des thèmes d'intensité. Synt. . ont donné une lbte des \'crbes construits a\'ec ). exemple § 288 a. On verra (§ 327 c) qu'elle sera utilisée. avec nuance d'insistance (1). (Cor. ' . (Reckendorf.. par miséricorde envers ceux qui ont la crainte de leur Seigneur. Quelquefois. -~ .. ~=._. une dépendance (en franç..... ..rundr .. ~._ ceux qui sont interrogés par lui... . .a-1 § 310. (1) Les ex..XVIl. VII...t .. c) Un sens voisin e:. de ce fait.. .. un complément direct... .i ( = 011 l'appelle M).. 4lulA. servira à introduire le sujet psycho- logique d'un verbe passif de forme ou de sens. . cette préposition leur conserve leur valeur verbale qu'ils perdraient s'ils étaient en état d'annexion (cf. direct de l'élatif et du superlatif.. .. ' il est dit à son endroit M . Il faudrait étudier l'emploi de celle prt'p<lsition chez un certain nombre d'écrivains reprhentatifs dea divers moments de la langue. un rappo!'f. c'est pourquoi ... 1. nul ne lui répliqua tant [était grand] son prestige.• II.'. ~ :. : relativement à.46).> ' . j'ai été surpris de tes paroles.. (Cor. - .-t ~ à cause de cela. elle s'emploiera ayec un très grand nombre de verbes ou de dérivés verbaux pour introduire ce qui est. pour introduire le compl. sans épuiser Je sujet.). b) Mais surtout. : au sujet de.. ..t celui d'une constatation et d'une appréciation (en franç. r.. S79 et Reekendorf.) a) Fréquent est aussi l'emploi de cette préposition pour marquer une liaison.iÎI ..§ 310 COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS : 353 _J je suis venu à loi dan& un but. . (Ag. de)... 173) les cieux le glorifient. . sur. 248.. ~~ -~~-~~ ~.. Synt. envers). c)..)G_' ~·. . qui suivent ne sont qu'une indication. en réalité. ~1..

1 : _.. son fils. (Ag.. 98) d) Ce sens mène à celui de : en faveur de.1_. avec '4~ '. -~/ tt "'451'·. l'emploi de l pour marquer la capacité à faire une chose : il est possible.:-i 11i. ~ ~ j_.:J .i\5" :. elle al- terne p. 1111 de ses fils . ~I' ::. s'oppose.:. il pria contre lui.. le Temple armil un trésor. soit en phrase nominale. elle sert à rendre l'équivalent de avoir qui n'existe pas en arabe . a. .. 156) à Allah.. certaines expressions.. il le maudit. cf.. à J. dans ... . reconnaisse nt ..) il a une créance.. qu ' on aurait.. Il.. sert alors à introduire le complément ind.. - On arrive ainsi ù ~indice d'appartenance. ~JI~ . .354 COMPLEXES PRÉPOSITl(JNNELS : ~ ~- . ~.. ft. il dit à l'enfant.. IJljZ '} e-.J ne dites point de ceux qui sont tués clans le chemin d'Allah : lce sont] des morts I (Cor. . . on a vu que cette tournure est destinée à éviter la déter. b) Cette préposition introdu-it également le complément..5~ ·~ ~ . 154) as-tu .) de qui sont ces vers ? urz fils à lui. . . .. ...:) a tous les mh-ites. II faut rattacher à ce sens. il pria pour lui. contre --les gensil luiune dette. permis. .. Il. ... (... ~ i. où 1.•.o1rfois avec~-(§ 316 b)..J:.. --. .~ ·.oil .. oui quelque bruit sur eux ? (Cor.. .:. il <':'orwient. soit en phrase contenant un verbe d'existence .. nous appartenons (Cor. . .. XIX. celn lui est permis. t mmallon le fils de lui. a) 1. jA §311 ... contre~. § 311.rcct du \"crbe: à. ~ .(i "·J.. § 288 b.. t:...f:· .

. . . 9) b) A cet emploi.. à la surface de. ~ '.. celte préposition est un :)l: / ma~dar de J. ac. 015' ~ il n'a pa. . sur la route... " . 11011s s'arrêter près de.. . II. '"':"'y . . doit être rattachée l'utilisation de cette préposition pour indiquer l'étal.te.... (llj.. ~ il a sur lui un vêtement. éd. ~~ ~~~~ ~§ 313.. à /'impro11iste ·~1 .~'_µ ... ou le temps : à. p. Selou les cas.:.:~!i. terme de valeur verbale..:... étions assis au bord du Tigre.. j. à. et se précise selon la signification propre du terme (verbe. on pourra donc avoir : .~ en voyage. .mus le règne de Vistarpa..Y....§ 312-313 355 COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS : ~ rl~ J ~î ~ il ne lui est pas possible de dormir.f~ .. qui mène à un sens plus vague dans l'e~pace : sar.Y. . . - .l)' ~ '.~ été donnr à l'homme qu'Allah lui parle. être haut. _. "r:: .. conduit à la notion d'incidence qui peut être exprimée par à l'égard de....~. la distance où l'on se trouve. à la porte de la maison. Ahlwardt.. passer près de -~? ~. (Imrul-Qays.~ ~ 1:: .ïf...Générale en sémitique. 181) dans un état de maigreur.)JI . nom) qui introduit cette préposition. (Cor. . c .. J . (Cor. XLII.t.. Le sens abstrait de supériorité qui se trouve dans la ra- cine à laquelle s'apparente~. . il vÏllait à l'époque.... adjectif. j.. être sublime.. devant .. ~ _. j. . 50) § 312.. a) Il est inutile d'insister sur l"emploi de au sens de : an sommet de. il_ s'assit sur. 1-19) à deux étapes de la Mekke.

s'en remettre d lui. . d'hoatilité.nnnJre ses fm>eurs sur. .. (A.. :1 . il incite les gens au bien. nous avona donné à certaina d'entre eux u11 mérite sur d'autres.. XX... donner pour chef à.- ' ..r"" ~ . (Ag.w] le salut [soiIl sur vous I . 1.. § 313 a-c a) Une idée de domination.ti u~ ~k. 45) il pria contre l:ti (= il le maudit) ma colère se déchaînera contre vous.Il.~. 4. de auperpoaition. se révol- ter contre. d'effort pour réaliser un dessein.. 40) b) Une idée de combativité.356 COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS : ..(""' -~ prendre l'ascendant aur. 1.) la chaleur pesa sur moi.~1:UJ l: '.~e reposer sur Allah.~ ~.'-)_. se mettre en colère contre. .i~ ~-~j. il est avide de science. qc. Wo) 1que1 la miséricorde d'Allah f:.qn ou de désavantage. il ne put faire le pélerinage.. (Cor. j.. (Ag. '.k . (Cor.q.. . .... 254) s'appuyer. [ q.i... se fonder sur.:.- il but à sa santé.~~~~ '-> =:. î . 30) c) Une idée d'cwanta. (Jàl}. . d'appui et aussi de capacité à réaliser q..i/ J sur lui I r.83) De là l'emploi de J après les verbes signifiant attaquer. -'"t ....ge. de faveur pour q. . d'exhortation à accomplir une chose.~\ ' .

. être g) Une idée de compensation qui se rattache à la précédente: pour. 1.:i ~ÎJ~ on n'en a jamais ouï parler en dépit du nombre des voyageurs qui le traversent._.J. cl) Une nuance atténuée d'hostilité. à la condition que .) .~r-:f) Une obligation."'r: ~!'" ~L: .. . ~ . ... . (Ag. je craignis pour vous la mort. 44) e) Un sentiment de défiance. qn.. ._ ... malgré. J?i ~l. de~. une inquiétude pour q. il a une dette.' ~-A ~I il fit la p~ix avec lui moyennant mille dmar. en dépit de.Jfu.. (Iij.k -· -·- 1 11 te caches de moi.) .. 1..-<-" 't' ::. 44) l'un d'eux se tourna vers son compagnon et lui dit: (Ag. se courroucer contre.fo 357 se révolter contre. . {à opposer ৠ310 d) [obligation] à toi de l'amener (1). où pourrait alterner avec ë.j!' ~ ·•· <'1 :lai .§ 313 d-g COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS : .iÎÎ . "' . 10) nous pénétrâmes auprès de lui. ' j .. ..!J~I '. De là l'emploi nécessaire. amène-le I une obligation pour tout musulman..avec tous les verbes signifiant devoir.. . __ . ~ ~T~ 4' ~ L.. moyennant... :j:~{ . louange à Allah pour ce qu'il a fait I (1) Un verbe de mouvement eat 1ou1-entendu. . en récompense de. ~ ~~. 4.

. i. (lij. selon ce que fui vu dans les livres.ll ~ j: .-~f~l} .) fui lu selon la manière de mon père et aussi. .. ~ de la main de l'ii:iposteur. le point d'arrivée. C'est un sens du franç.:-i?LS:::. conformément à). b) Pour marquer la cause.:JI~ il sufoait la religion du Messie. (QAlî. pour dire: en compagnie de..:ilterne avec~(§ 30lè)..._.. je n'ai point regretté de m'être tu. 32) . : selon. . . -~ f1 •• ~. 1.. : avec.cf. ce qui rappelle l'emploi de § 315..: i.·. la réunion. en même temps que.l~ i: ~. ~IJ>. . ~~ ~~ j ··& . II. . 1...i ~ où~.~~ .'..::- ~' ~. ..C'est encore comme instrument d'incidence qu'apparaît J>' dans les emplois suivants : a) Pour marquer le moyen : de.r. (Ag. emploi ~:Jl~j !~~-:::. 39) § 314. par extension : f ai étudié sous la direction de mon père.358 COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS : _. § 314-315 h) Une idée de conformité (en franç.. . § 308 a.) u\: 0tr'" _c.. ' \. sans supériorité d'un des individus sur l'autre.::. .Ji J' je me suis repenti d'avoir parlé. (IQ... - Ji .. .. - c) Pour marquer le mouvement. par dans l'expression :i j' - ~~j.<:.-l: l3"~6 nous nous sommes quittés pour un rien. par 'A. ë exprime la concomitance. il fut conquis . . 176) -: .

c. 1.:ir. au lever du soleil. . ((: pourrait b) alterner ici ave\: ~ § 316)... (lij. on arrive à l'idée de comparaison. 148) /'ascétisme ne vaut rien. mais elle indique qu'on a la chose avec soi. : au moyen d'une missive qu'ils prirent avec eux. (Iij. ~: ~~ ~fl1 ~~1 ~_. sur soi. il porta les pierres e11 même temps que son oncle al-'A. accompagné de /'ignorance. du besoin en vivres el fourrage du fait de la longueur de la distance. _. je n'ai ni sou. (lij..~. c) Cette notion de concomitance passe aisément à celle de corrélation : grdce à.1 Ji la lumière suprême devant laquelle s'efface toute lumière. il écrivit à ses gens.r. du fait. il s'assit m•ec Z.§ 315 a-d a) COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS : •. (Ag. ê. 359 ë' indique la concomitance dans l'espace ou le temp.) c'est impossible d cause .. aussi bien dans le concret que dans l'abstrait..~: : ~~J ~ -~ ~~.-à-d. al-lj. par leur intermédiaire. je n'ai ni dînâr. ·-~' ... à c6té de lui.§ ~ ji'Î il prit avec lui des dattes. devant. 10) ~I d) En mettant ainsi deux objets ou deux êtres en présence._. II. (Ct?r.) Allah [estl a11ec les résignés.) e exprime aussi une notion voisine de l'appartenance .. est un soliveau. ni maille. plutôt qu'à soi. ni dirham .31 !iJS'"' -~il .?j'.

. Elle indique la contiguïté soit dans l'espace. (Cor. ~J~ '. fait qu'on rencontre cette préposition. .. comment les polythéistes .. 19) "'t ' ... et peut alterner avec cas (§ 315 a). . IX. .. .autres que ceux avec qui vous vous êtes liés devant le Temple Sacré . Cette préposition a conservé une apparence de nom-préposition (cf. § 316. iJ. ' ceux-ci [seront] nos intercesseurs auprès d'Allah..:.. XIII."111 .... au lever du soleil.Jl. 'Li dans qu~lques . auprès de." - • ~ . . ..~ § 316 e) Souvent aussi~ introduit une idée d'opposition: malgré... et peut alterner avec je .. 31) ~' ~-~·~ • G'. .... . en. s'est imposé dans Jes dialectes ma~ribins et orientaux.i! ... ' "• c'est un bien pour lui auprès de son seigneur. X.. b) L'emploi de~ au sens de chez. auprès de. .. ~~ ~. ~~ . chez.! en offrandes à Allah.c..a11raie11tils un pacte avec Allah ? (Cor. -.. .. surtout avec des pronoms. . il détient le texte du Livre 1::/11 (-du Coran)..~ est à rapprocher de .360 COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS: .. (Cor.. côté. S290 a). .. IX.. à ce moment. 100) 'a . 7) lors de cela. ~. soit dans le temps: a) d c/Jté de. e 1·• il fut tué malgré sa vaillance.:.c.. qui existe dès l'époque pré-classique. dans le sens d'avoir. Ce fait. (Cor. 39) !":"~ (' ·~ t1 . XXII.:i ~ - . ~. (Cor. .

. tantôt préposition. à mon service]. ~ .ë-. .• ~ ·r-· . -· vue à travers le franç. par : d l'égard de.:î1 ~ ..§317-318 COMPLEXES PRÉPOSITIONNELS : ~ .r~~ I..~..~- ... tantôt adverbe. _·.. VIII. J. d) A noter la locution i. c) A~ servira en conséquence à marquer l'origine : de chez.. en comparaison de. -i! -.jÛI ~·~·.. (Kalîla) son opinion était que le Coran " f: -.: les actes des humains émanaient de leur volonté.)\ r .il _. • .r:... .~1 A~ ~l~IL: (Cor. . . ...(Cor.. t '' . ~.) § 318.. Û •~ÛD avait été créé. ..... d celui de M . ta bonté envers moi ne saurait ~ ~~.. dè1 que. ~'A ri~~ et ce sera par ta volonté. .. XXI.. (lij. ..-. aux yeux de.. exprimées en franç. § 317. . se/un i'opinion de. .r 361 est-il en vous quelque savoir ? (Cor.Cette préposition établit aussi un rapport qui conduit à diverses significaiions... dans les circonstances ou. 84) l'aide victorieuse ne vient que d'Allah ... . ~la . ~ "'î . 1 . . XXVIII. .. ~ u~ s'oublier. dè1 l'instant ou.: . enœrs. selon les Mu'ta:ilites. -!l~.\ ::_i \S... . . .) CJI J(. ..e. (Cor.. 10) si tu achèves dix [ans.. Son rôle comme conjonction introduisant ane subordonnée verbale sera étudié § 43& .:. est tantôt conjonction. les circonstances ou l'ardeur :!Il. 27) .. 149) Dans cet emploi ~ alterne avec Î qui est d'ailleurs de beaucoup la plus usuelle à l'époqu'e classique (c( § 311 b). L:~ dans l'y poussera. ' .. y J~ ül_.-· . par miséricorde venant de nous.) 1 ' . ""' malgré son jeune âge comparé . VI. (Iij.. .. 41 _..j : ~r ~. .. venant de.

cf. 80) . . f ai mangé le poisson y compris la (Zajj..We . LI. XXX\'11.'/ compris.q. Synl. parait due à la subtilité de's grammairiens. la trace de celte prospérité apparait même dans la situation religieuse. j'ai dormi hier jusqu'au matin. elle introduit une limite dans le temps (1) (en franç.. 43) E. : jusqu'à). - par rapport auqud s'institue la comparaison est introduit par ~ (1) Voir dans Reckendorf. Elatlf de comparaison. il se rend en franç.. l+-1. oui I ils l'empriso1111ero11/ jusqu'à un moment [fixé].ü. 174.362 §319 ÉLATIF ET SUPERLATIF a) Commè adverbe. jusqu'à maintenant. il ne peut avoir qu'une flexion brève à deux cas (diptote). la variante . . ô merveille! les K. 95 note 1. XII. par: même. 3. 78) . . même maintenant. élatifs tirés exceptionnellement de IVm• f . ou plutôt comme exposant syntaxique devant un nom. 178. 36. .. XXIII.. (lij. apud Za. ni en état d'annex"ion... est utilisé par l'arabe pour former l'élatif de comparaison et le superlatif. sert pour les deux genres el les trois nombres. sans influence sur sa fonction et son cas. Le thème ~ 1.. employé comme élatif de comparaison. Le terme § 319.). l'exelll:>le du § 927 d. q. Comme il ne s'emploie ni avec l'article. 25... Elatif et superlatif Le thème d'intensité ~ (§ 57) qui se rencontre três souvent avec cette valeur originelle. même m'injurient I (Farazdaq. 77) b) Comme préposition sa signification essentielle est le but . (Cor.

. (1).q. Synt . sinon le thème jj' est seulement intensif. .. ' mainte tribu [est] plus importante . suivis d'un spécificatif (§ 289).. 9:> note 1 q. moindre.. 130) § 321. (lij... les ex. pour exprimer celui-ci. ce terme. . (Cor. 106) ... .J - .. . cf.. il utilisera. 24-) .J) ~ ~ .. . . des élatifs de sens vague comme : . il est vrai.JI r~.. élatifs tirés exceptionnellement de JVm• r.. peut. qn. § 320...§ 320-321 363 ÉLATIF (cf. le nom . § 289) ne fut vu (=jamais 011ne1•it q. etc. (!) Voir dans Reckendorf.:_ nombre ne peut donner un élatif. il doit recourir à des périphrases dans le genre de la suivante : rjamais] son pareil en beauté (spécificatif.. . ~ -.- plus rarr. § 323 b. cf..·-~~-a. mais le contextP. ' yi. -. se rend communément par moins que.. l'exemple du § 327 d. il saura qui [est! moindre e11 nombre.. Mais ces ex. 1.•". ~ 17... (2) Cf. .i.rester sous·entendu. etc. r . (Ag. de couleur ou de difformité en ~~ l'omme élatif (2)...doit énoncer cette comparaison.. . qui cite des adj. la prose classique ne parait pas a\·oil' admis cet emploi. . Il. comme d'autre part il hésite à utiliser le thème des adj.. d'aussi beau).. comme en franç. .. . vaste qu'une autre...Comme l'arabe tire seulement des élatifs des verbes qua- litatifs ou actifs de la t•• r. un participe actif ou passif d'une forme dérivée. cependant Nôldeke.. cf. s'il doit instituer une comparaison où entrera un nom.La valeur de l'élatif explique pourquoi l'arabe ne peut l'utiliser pour rendre le comparatif d'égalité .l-. L'élatif se rend en fraoç. de couleur employés avec valeur d'élatif~. plus petit & ·~ Jil plus rare que. un participe passif I•• f.L-. appartiennent tous à l'époque préclassique ou à la langue poétique . . par un comparatif de supériorité : plus grand que.• .r"l plus abondant plus grand. Zur Gr.. ~I plus intense j.. § 302 d. qu'une autre et [mainte] cité plus que. ... LXXII.) ..

263) . . 1. . est rendu en arabe classique de diverses manières : Par des noms au cas direct indéterminé de valeur adverbiale dont le sens primitif est paroxysme. peut-être dans une intention de style. I~. Ces noms peuvent se trouver aussi en état d'annexion.I ~':i . 21) .. plw dur.. plu11 empre1111é que toi(= que tu ne l'es) d l'acquérir par le langage. les plus usuels sont -~i. degré suprême. était très disposé au mal. .:. .. b) Le superlatif absolu peut être aussi rendu par un thème d'intensité(§ 51 d. (Ag.. pour insister sur la comparaison. Il.. ou dans un complexe prépositionnel ~ (§ 302 d). li.. .IJ"Li) existe. .ÉLATIF ET SUPERLATIF ABSOLU § 322-323 Il arrive d'ailleurs souvent. -. 422) § 323. il est fort beau.Jw i:. Si le terme du rapprochement est une préposition. (en franç. 74) ... § 322. que l'arabe étend cette construction à des mots dont on pourrait tirer un élatif. (IQ. rendus en franç. .Superlatlf absolu. pour acquérir le bonheur par le 11ilence.r l. t' • '• ~ • \ili:. celui-ci est rappelé par un pronom affixé à ~ • 11ois... 52) 1. plw inten11e en dureté. Il. -~~· il est fort gros.. . : ll'op pour+ infinitif). a) par très.. (Cor. Ce superlatif qui n'implique l'idée d'aucun parallèle.Si l'élatif sert à établir un rapport entre deux faits concer- nant un même objet. ·~. M. l'élatif ~il (de .j 1 tu me connai11 trop pour demander qui je sui11._. (Ag. I.o ' . fort. celle-ci est introduite par üÎ ~+verbe au subj. .

la valeur de superlatif n'est acquise pour les autres thèmes que par le r.. cf.. :_w1 (§ 57) utilisé comme épithète.. -. est lui aussi rendu de diverses manières : a) Par le thème de l'élatif en . _.iî cette vallée rest] intense de chaleur (= est chaude).~ noms les plus beaux.:. (Bug. qui institue un parallèle. 88) Par un état d'annexion du schéma suivant : SECOND TERME PREMIER TERMB Adj.. employé "' . ou~.. ~. VII..Superletlf relatlf. Nom généralement pl.. ou un complément déterminatif. Synt.. 179) - ~~\11 ~)JÎ b) la lumière la plus grande. 215) du plus aigu de sa voix(= de s.. comme nom. 10) .i pl. le plus précieux des joyaux. ~ld.J. . -"'J-. Il faut remarquer que si l'nn met à part les mots du type j-tl. les plus précieux des joyaux.\~...~1~... .. (Jâl]. . (Cor.i voix la plus aiguë).. par suite variable en genre et en nombre et toujours muni de l'article.jl a son sens d'intensif dans Reckendorf. au plus fort de la chaleur. . (lij. ou participe.ontexte.pl..JI ~~~~(.J:... .. Ce superlatif.. des types ~ pl.§ 324 SUPERLATIF 365 RELATIF ces récits . 24) . Jé. " (lij..)j1 ~.. d'autres ex. § 324. où J. ...li 1i..Î. déterminé par l'art.)11 le. 201 la note. il arrivo. :yi. le plus avare des hommes.. [sont] fort ressemblants aux récits des contes apocryphes. III. '•' J~I l ~. _.~ ...

~. cf. Synt.J . leur complément est introduit par la même préposition que celle accompagnant ce verbe.DU SUPERLATIF ~ 325-327 § 325.Complément de l'élatlf et du superlatif. 139) .' ~. § 223-225.366 COMPL. où est Chosroès.. le cadi suprême.'ÉLATIF ET .Parfois le second terme de l'annexion est un sin~.~. ou un duel indéterminé.. on a alors une annexion de qualification (cf. l'OUS: J[ ~~/J~ pencher vers. • . Il. il [e•t] le plus dédaigneux de vous des biens de ce monde . Chosroès [maitre] des rois ? (ex.r ?~r ? 1 1 très sacré. DE t. (Cor. par un superlatif absolu ou relatif. poétique Ag. sur cet emploi de ü•.~j . .Enfin la notion de superlatif peut être rendue par une périphrase dans le genre des suivantes : le cadi des cadis. à l'époque pré-classique et en poésie.I ·~ =:: I ~1.uil u~ Allah n'aime pas le perfidP. de~. :. vous êtes un peuple excellent / le meilleur peuple.<""~ \. autres ex. ~.. b) Quand l'élatif ou le superlatif sont dérivés d'un verbe à régime indirect. . . a) On a dit(§ 319) que le terme par rapport auquel l'élatif institue la comparaison est introduit par . ~ 284) notant un superlatif vague que le franç. . 38). A noter a.A r ~ un extrême tourment / le plus dur tourment .. J~Î .ssi l'emploi de~ (cf.. • ~j '·: · !:l . 259) .:.. § 327. dédaigner.§ 217). § 326.. pour marquer une notion d'intensivité assez voisine de celle qui nous occupe . rendra. . • ~ . selon le contexte. . en phrase négative. il fesll plus enclin au bien que cf. § 302 d . (Recken~orf.J Sur la syntaxe cf. cr. XXII.r ~ ~ 1 . . cf.l. S217 a.

2° à partir de 11 l'objet compté est au singulier. des anomalies . 133). r: . Remarquer que ces thèmes en qui est tout à fait exceptionnel. § 288 c et le premier ex. j-J 1 sont tirés de ~ 1 IV. l'ohjet compté est au pluriel . - . pour un thème adjectival d'intensité ayant une valeur analogue à celle du superlatif absolu (cf. On indiquera seulement que les accords fournis par les dix premiers nombres sont conformes à ce qu'on a dit du vrai pluriel appelé «de paucité ».. ce Noms de nombre § 328.. Le •h>mbre 1 . ment de 3 à 10 comme on va le Yoir). c'est le singulier qui remplace le pluriel de « paurité »..). . et se traite comme une épithète ordinaire.La syntaxe des noms de nombre présente. cf. .. celles de l'arabe lui sont communes avec les autres langues sémitiques. .. ' . c'est un nombre vague qu'exprimaient le collectif ou le pluriel interne : avec un nom de nombre au-dessus de 10. . leur complément est introduit par} . . à l'intérieur de ces rlcux groupes. une division générale : 1° jusqu'à 10 (plus précisé. § 310 b . En arabe. on a vu que cette préposition s'emploie. .r · ~ ~~ u pour moi.J ou ~ 1 est un adj.f.. •.b:\. isolément. (Bub.De même pour 2 û~ Î . ~ c'était un des êtres les plus chers ~~ _. qui ne s'emploie que jusqu'à 10. il convient donc avant tout d'introduire dans la syntaxe de la numération.§ 328 367 NOMS DE NOMBRE c) S'ils dérivent d'un yerbe à régime direct. c'était un des êtres me chérissant le plus. dans toutes les langues.111. 1. Cette division une fois marquéc. Au delà. . F.. des tranches de nombres dont chacune a un traitement syntaxique différent. dans les mêmes circonstances. qui s'emploie surtout . d) L'élatif et le superlatif des verbes signifiant haïr ou aimer ont les deux constructions suivantes : ~Ü GI • 'Î' -. On ne cherchera pas ici à les expliquer.. le superlatif a un sens passif. il fout en outre distinguer. puisque la dualité est marquée par la flexion du duel. a) .

.? signillant diz Uours]. ô~ ~..ü ~1.De 3 à 10.. . . quelques ... c'est-à-dire que les noms de nombre de 3 à 10. la construction la plus habituelle consiste à mettre le nom compté après le nom de nombre au pl. . c'est . fém. tels qu'on les trouve dans la première colonne du tableau p.. 289..l::. ~ Le nom de nombre ne devrait pas être influencé par le genre du nom compté.I :. cinq femmes. ' . Remarque. b .J\él nuits qui est sous-entendu. . Synt. ~ un certain nombre de.1>1. Une autre construction est admise: le nom de nombre suit le nom compté en apposition. (1) Des grammairiens européens donnent des ex. Mais suivant la doctrine des grammairiens arabes. Celui que cite Wright. accompagnent les noms comptés féminins et que les noms de nombre prennent la désinence ë quand ils sont construits avec des noms masculins..!s. n'est pas exact.. . de leur donner le genre inverse de celui qu'a le nom compté au sing...Pour les autres nombres. 208 suiv..368 § 328 NOMS DE NOMBRE b) Les autres noms de nombre sont des substantifs.... le . ~.. 222 montre . de -. il a été nécessaire.l>t. que dans 11. pour confirmer la qualité de substantif à ces noms de nombre.• fém. I. ""' .. comme ils le sont pour 1 et 2. mais suivant la discordance de genre qu'on vient de signaler (1).. cf. . cinq hommes. . etc. Reckendol"f. 221. . ë. . On constl'uit de même f::!'~-.~ correspond bien au fém... ... . en état d'annexion. et c'est ce qui paraît avoir été l'usage dans un état antérieur de la langue. "' A . ' .!s. "" . . .. . b. ~· six I'"emmes... et au cas indir. .. les deux premiers éléments sont en concordance de genre avec le nom compté. de 13 à 19. . . c) Pour les nombres entre 11 et 19 le tableau de la p.. de noms de nombre isolés sans ë après lesquels est sous-entendu un substantif vague: c/wses. masc.. . .. et 12 masc..

Grnnd. Reckendorf. les noms de nombre sont figés au cas direct. ces for mes avaient été seules employées.. dizaine du nombre simple. ce sont les 10 dolgts•des mains et les 10 doigts des pieds. et du fém. cl) Les noms des dizaines de 30 à 90 sont les pl. du duel. de 10 ~J'. 203.ij\ etc. etc.r~ (2). 20 a un traitement spécial .) on fait précéder le nom de la. qui s'était établie dans la deuxième dizaine. Cette discordance aurait été reportée aux noms de nombre de la première dizaine. la distinction du masc. I. comme précédemment (cf. etc.de 3 à 10. 20 est le pl. sains de 3 à 9 .. mais celui-ci y est joint par J . Le nom compté est au sing. est au cas direct comme terme circonstanciel. 22. du nom compté : il y a concordance.!i et l'on aurait fabriqué une série parallèle.. à des grammairiens occidentaux. Si l'on met à part 'i'"_. sauf et i:. . (1) Les formes anormales des deux séries de cette seconde dizaine ont paru capables. le premier terme -~w . du type :.. . de l:i dizaine. 265 et Synl. deu:r de di. pour exprimer les nombres in:ermédiaires entre deux dizaines (21..J Î qui ont la flexion ~ l:iî. Brockelmann. et en est dépourvu au fém. on aurait considéré comme fém.li: <Jjf où le premier élément avait un i tandis que le second le perdait. De 11 à 19. seize femmes.§328 NOMS DE NOMBRE 369 des noms comptés. Quand on se serait préoccupé d'étendre aux noms de nombre . les noms de nombre terminés pu i:. l'erh. (2) Dans beaucoup de langues. même§ b) au masc.Comme dans la seconde dizaine. on aurait pris modèle sur celle-ci où le premie1· élément a un i au masc. -i89. Mals quand la notion de genre s'est développêe dans la langue. et discordance des unités (1). Ces grammairiens ont fait remarquer que dans les noms de nombre de cette deuxième dizaine.. C'ut là une pure hypothèse qui ne semble pas correspondre au développement logique de la langue. cf. dite masculine. . On suppose qu'à l'origine. treize hommes. mais qui tend vers une explication rationnelle et n'est point sans valeur pratique. i:. et au cas direct. de fournir l'explication de l'anomalie des accords de la première dizaine .U ~I) et que le sens du complexe est: un de dix. en genre.!$ ~! . mais celui des unités correspond..T.J"li paraît être un nom en état d'annexion au cas indirect (cet état d'annexion est évident dans. i'.

. et au cas indir.id est aussi un substantif masc..J ".. mais "4!~ reste au sing.. et :m cas direct..... ... ~... . . ..... . nombre qui le multiplie. Le nom de dizaine n'a pas de genre . On retrouve le même accord que celui signalé plus haut.. av1'c plus cle 80 hommes........iÎl :. ....Ir 1~:P..> : 4./y. la syntaxe en est identique à celle de "~\A.. ne s'emploie qu'isolément et avec sa pleine valeur... .. . . u. ...... est un substantif füni. j'ai 1111 vingt-trois homme.tÎ.. 1...: . .. en état d'annexion .J"J~ .. .j\!-:. le nom compté est au sing.. je suis parti avec vingl-lrois femmes...l.:. ~._ > . ... f) " . •..iÎ mille cavulicr. . . a11ec hommes el plus.. qui a des flexions normales . . .. ~. .J _r-&-. cent car1aliers..r.. .UJ-:J t"'~ soixanlc el quelques espèces.. .:j . •' '... I.. yf'1 " sont usités . •. le nombre qui multiplie 4!4 précède celui-ci et amène une annexion.."'. q1111lre cents cavaliers... so· e) "'4!4 cent. plus cle.: I. l . jl_rl .1..:.. . " .i. dont les pl.J 4JJV. avec tL4J.. .. qui conserve le plus souvent cette orthographe archaïque.-i\11 ~ Un mi//io11 se dira sept-mille femmes. le nombre indiquant les unités suit le genre du nom compté. . . . .Ali se met au pl.::. Comme dans la tranche de 11 à 19. 11) La même construction se rencontre avec ".. . C. le pl.370 § 328 NOMS DE NOMBIŒ ' ' ~ .... vingt et un.. (Buh. si:r cents femmes. et plus.... ~ . "üJ.. . .1et . Le nom compté est au sing.J -. Les noms de nombre sont au cas exigé par ln syntaxe de la phrase.. . mais après un .......

. ainsi au lieu <l'exprimer 7:i28 dans l'ordre ci -dt>ssus._ . .. tandis que celui qui multiplie :'.•dix millr dirham._~ "'~IJ : .. 2° que l"onlrc ci-tlessus peut être inversé de manière à ce que les unités <le millt• soient exprimées en dernier lieu . ... 26) lrs six din. le nom compté suit la syntaxe de la dernière tranche numérale exprimée .. 5328 d) Il faut rcnrnrquer : 1° que d1aque tranche est réunie à ln suivante par . (tournure tolérée) b) Pour les nombres entre 11 et 99.f î 'i)IJ 3000 hommes.. -~. ._. (A.l. - J .j...-)i ~~)l 'i)IJ . on pourra dire également en parlant des unités : . mais non conseillée par les grammairiens) le. § 328 f) -?'il 1 ~.._.il' ~·'il 1 '4 . ~ 32\l.. . 4. .ill a une forme en i puisque Cl' nom est masc. .Après un nombre complexe.. Remarque. seul le nom de nombre peut prendre l'article......i-~ -?-.q.J .. (tournure fréquente) l1•s cinq vêlements.I li100 homme. trois homme. ) ""' I . 7. (tournure qui semble préférée) 1..• .J/...§ 329-330 371 NOMS DE NOMURF.1 -· r il·s trois hommes..J . (tournure admise.lr...La détermination des noms de nombre peut s'exprimer des manières suivantes : a) Pour tolls les nombres autres que ceux entre 11 et 99: 'i~ll Ji... (cf. _v-!li ~'i 1 ~J vi11gt-h11il cavaliers.. .'l28 ccwaliers. (cf. + trois cents + sept mille ~ 330. VII... Le nombre qui multiplie il~ :i une forme sans i puisque cc nom est fém.~l•.§ 328 e) 'f . (cf. ::i~~ 'u..

".. . Comme distributifs.372 § 331-332-333 NOMS DE NOMBRE ~~ '. > . ~ . comme tous les adjectifs. . ("'~ i. . . adjectifs ordinaux peuvent. l'arabe utilise une tournure prépositionnelle avec LJA. -- 1 on a une analogie avec . . ou répét•'r le nom de nombre au cas direct comme terme circonstanciel. .. en conséquence à JI. ~L::! ... Comme ces collectifs fournissent généralement des accords féminins.Pour compter des individus appartenant à un collectif ayant un nom d'unité. .opposer . 4.. j- trois fourmis .. d\.J. .. . § 278 a). '. trois [individus] des chameaux.: -ri~l les treize hommes.. une cinquième femme se leva.. § 33~. puisque le nom d'unité est senti comme féminin (cf.Distributifs.~ • .. on utilise ce dernier et les thèmes numéraux de 3 à 10 sans. § 3:U..::>L: trois chameaux mdles . ..)!. J~l § 333.!. § 224 b.. 1. ~ 234 c).. .! /rois chamelles). ..et -· . ~ quinze pêches.. trois chameaux (sans notion de sexe. 1:J~ ~. à. être employés substanti\'ement. § 234 b).Adjectifs ordlnauJl.. = ("'~ ~ 1:11 i-li Dans l'expression / .. Ils sont traités comme des épiihètes normales (cf. pour les unités.. . . 225. Mais avec un collectif sans nom d'unité (cf.. ou peut utiliser les thèmes indiqués p.i~ ~~ - "'• ..i. ....)... ' .:. Ce!. . !ls se rencontrent alors le plus souvent en état d'annexion ou en état prépositionnel avec . le quatrième enfant. .1:. le troisième d'entre eux se leva.. . le nom de nombre sera sans . '~~\il les rinqua11te-qualre enfants.

..~~ .û~· "~~ ::..1111 - ~~· ~. Au Moyen Age. et l'on trouve les tournures suivantes : a) Av~c ~ou ~s'écouler.-Ji' : ~-ou.... .. on aura: ~ .. on dit pour la première période du lllOJS: une nuit écoulée de ramaqdn = le 1"' ram...\..... .i.... Pour dire le 29 ou le 30 de..§334 373 DATES lei gem vinrent de11x à deux.. ..) •~l'.. ~)~ ~ou~·ru·.. ~l/.l> J ·~i!n ~~ .j .i . = d) Pour dire le ter de. pour exprimer une date. ""' ~· ou~ Jg~ -. i>. l) ~- à t"apparition de la lune de 1afar.~JI~~·~ cinq nuits écoulée& de rajab le 5 raj.. on employait l'une des expre11ion1 sui- vantes. conJ'ointement à ::J..SLJ" ~-\JI• - - 011 :J1. -~I ~-· b) Le 15 du mois se dit: .. l'année commence en octobre. on divise les mois lunaires (1) en deux périodes de 14 nuits.~ ou ::. :r. ..!l ..'11 '.•. (1) Rappelons-en le nom.)1111 - Chez lea Chrétiens d'Orient. . ~r ..&.-~-~.l> se sert du calendrier aolalre syriaque oà .seconde période du mois. ~g l'i~~ " • .j.r... .. § 334.:: .... on employait l'expression suivante..de du 1-q . pour la.J" c) Avec~ reiter...u. ou 'i:r-.:i_..Dates. _. = quatorze nuits écoulées de du 1-qa<da= le 14.rfa quatre nuits restant de mul)arram le 25 (oa 26) mul. :Ji'v• ~ . â1I-: . .. ... pour mémoire.

. :i ces tournures emharrassées. ou .Dès le Moyen Age cependant..~14!. de rère chrétienne. comme le quantième·est terminé par . ~ 336. le 2 sawwâl.... on en substitue deux autres.. ~ 33.. .:. peuvent se mettre au pl. . . . •• . .ou~) -~-~.·erhes.. le 2111• de rajah.4Çll.). à comp- ou ·4l~ hégirienne.... à 10 ans..1 üo i!J. cf. on trouve une tournure avec les thèmes ordinaux.r~ ••f en la tom• année de sa vie..&1. . Pour exprimer l'année.374 § 335-336-337 DATES conjointement il~~ de lia lune dei rnjub. ~I . on emploie --~~1-cJ". : . de « paucité » .. ~:.. L'arabe moderne ne connaît plus que ces tournures. ..: . 1 . Les . .)li- • ·-~.. _. ~ 231 b et 325..Souvenl il partir du a. . mais en utilisant l'annexion.~._. · c>.J Pour une date de l'ère musulmane.. le 2 rajab.' " OI ~ J""'.:~ou'S .t un pl.)j~~ . dans la période qui n du a au 10. hien qu'ils ail'nt un sujet inanimé. . l'arabe emploie les noms de nombre cardinaux comme le franç. .. ~~L. i:t. • . ter de /'Hégire § 337.. ~ en 1937 du Messie. :~) .. y ou l'idiotisme ~ . A partir de 20. parce que ce sujet ei. sl'!ule la première tournure est possible : le 20 de fa{ar. avec les thèmes numéraux ordinaux: le 2m• jour de smv111âl. . .au dépouillement ·· •· Remarque.. . moderne..Pour exprimer !'Age. r• ' 'cJ". . le mot nuit n'esl pas exprimé. .

..§ 3.i. § 338. tendresse..i..:1j. étonnement.. muni de l'article. Allah I mmulmans I au secours I (Appel du Khalife 'Umar frappé par son assassin). une similitude très grande. a) Les uns se réduisent à un substantif avec flexion a..· ~ 3-!0 . c) On notera aussi l'emploi de Î (non 1) suivi du cas indirect daos un appel comme le suivant : ' - -~G~G . el ils présentent. avec le vocatif. que les grammairiens assimilent abusivement à celle du cas direct. . ~ 33\1.'iS-339-340 l\IOTS ET COMPLEXES AFFECTIFS 6.J~.. Jetcs au milieu du discours.J ma pauvre maman I (Bub. etc... qui..J~ sus à.~ garde à. peut ètre un support destiné à donner plus de portée à la voix. III. 236) . ~ est à rapprocher de celle du . d'un usage très fréquent en arabe. Eaclamatlfs Injonctifs ou prohibitifs. Ils sont introduits par l. ils sont sans lien syntaxique avec lui. .... .Eaclamatlfs de commlsêratlon. qui introduisent aussi des substantifs avec flexion a(§ 391).Les complexes affectifs.. détresse.. et voici qu'un homme criait : « Au noyé! au noyé ! » (IQ. 100). La valeur affective en est marquée par l'accent qui peut ou non être renforcé par la présence d'une particule. àh. colère.: vocatif(§ 343 b). 375 Mots et complexes affectifs...J ou Çet caractérisés par un allongement finr.. Ce sont des exclamatifs.. Ill.deuil de [celle) pauvre mère I (IQ. on trouve aussi l'injonctif W ... ô.. ..... c'est la présence d'une flexion a longue ou brève.. s'il n'est pas d'allure affective.. Ce qui caractérise certains de ces complexes. la flexion de . -...d1. 113) b) A côté des injonctifs ou prohibitifs verbaux Œ170).. prends et '!]~ '!JÇl prend. III.:1 q ·. expriment des sentiments divers : commisération.l à. ·. 'P.

J" .: • .iu / Cor. ex.Les grammairiens arabes paraissent considérer la ftexion 1111 comme anormale. Sib. de blême. Ils expliquent la flexion an (ou d) qu'ils assimilent à celle du cas direct. r---:. § 342. ('-'. . •. cf. malheur à eua: ! .Il 1) ou Çô. .JJ malheur auz im.ici". mais seulement JÎJ qu'on trouve av~. ·~ ~~ ~. A noter l'expression suivante avec . . • •• ~J ){A 1 doucement ! abre11veme11t à toi! que le ciel abreuve ltes champs Il familièrement el facilement ! (= soyez le bienvenu). Sib I. Peut-être faut-il voir là encore une llexion d'affectivité. malheur à vous ! la peste soit de vous I (1). de gratitude.E•clamatlfs Imprécatoires et propitiatoires. .!. . bienvenue à vous I Remarque. Parfois on a la llexion un ..1•""-'l Ji. Cor. affectés d'une flexion an et introduisant leur régime par 1 indiquant le but(~ 302).:' . 97 . (}::_.376 § 341-342 MOTS ET COMPLEXES AFFECTIFS § 3tl.7. merci . XIV. n'emploie pas ~J. une tlexion a. a) Certains de ces exclamatifs se rattachent nettement aux pré- cédents et peuvent être précédés de valeur affective. H. I. Sîb. on a la flexion un partout allleurs . 1. d'admiration.!reconnaissance à toi. ex. . s'il est en état d'annexion. d'acquiescement.li [l.. qui renforcent leur ~ 1) cl merveille I aoec amour el lzo1111eur = volontiers! (1) Le Cor. '. (..Exclamatifs d'étonnement. 11\tJ malheur à nous. qu'on trouve en outre en état d'annexion. .J . 156 en bas-16:)). c'est ce qui se produit notamment avec ~J et ~J .!.:t. 158 . . 148 en bas) ou par la substitution d'un m~dar à un verbe (cf. Ces exclamatifs sont des ma~dar « nus » presque toujours. 2 et pasaim. x.. par l'ellipse d'un verbe (cf.

l. XVII. 118. comme toutes les langues. . Sib. avec . 1. Stb. avec~). !Jloire à Allah I employé comme formule laudative et aussi comme exclamatif d'étonnement. ou sans ~) (2). 23. 1. au cas indir. 160-2. expli~ue cette flexion de la même manière que pour les exclamatifs imprécatoires .! • L. là encore.·-. se sert enfin de particules exclamatives dont les plus usuelles sont : "' ~ 1 or ça /(en tête de phrase et sans influence sur celle-ci). ce masdar ayant été loi-même remplacé par un autre thême nominal 1 Cf. (2) On cite des emplois de. ou pl. quelle (-s) ! (suivi d'un mot en état d'annexion au cas indir. c) On trouve des exclamatifs qui ont une apparence verbale et constituent une phrase pleine . ' 1 . d) L'arabe. Cor. il cite des ex.(-s). Sgnt. XII. 'J avec un nominatif quand le régime de la parlicule ne la suit pas Immédiatement . (1) Les grammairiens arabes tentent. . 1 particule sans inpuence qui souligne le ton de la phrase • ." ~i:! quelle différence entre ! (suivi d'un nominatif ou d'un cas indir. 108. eat-ce pouible? cf. On voit qu'il s'agit encore de m(Jfdar « nus » avec flexion an. Cor.). . ~Ë. Sib. b) On trouve aussi rles états d'annexion avec une flexion a qui fait songer tout naturellement à celle du vocatif(§ 343 a) ou de ~~J malheur à toi ! (l). 162-3. avec la flexion 1111. 'f' combien! que I (suivi d'un mot sing..~Î-quel. d'expliquer cette flexion pu la substitution d'un masdar à un verbe. 295 et Reckendorf.41 ù-- . cf.§342 MOTS ET COMPLEXES AFFECTIFS 377 Remarque. refuge d'Allah I à Dieu ne plaiae I Dieu m'en préserve I cf. cf. d'admiration:Grand-Dieu. § 392.

• quel père est le tien ! quel homme rare e. \IÎ or ça ! lfemmej. ~ Sur la syntaxe des phrases avec 1. III.:. .\. si le mot mis en apostrophe est un Ql et son fém.)l cf. . 420).rc11se ! (Ag. 119) .. . ~ •:.. § 343.. .U ~ quel homme ! . § 460 b. "' .378 VOCATlf &. ne s'emploient que devant un nom commun simple. :•... ~ 144).. sur celle valeur de .. ~~ ·~<OU ~ -~~? '{" que de dirham lu as ! ~-~~ ~l~. - - tGî. . 11) .•. l'accent suffit à marquer l'apostrophe. . a) Quand le vocatif est un nom propre ou formé de termes en état d'annexion. quelle (s>. . .. (suivi lu~ mut en étal d'annexion au cas indir. . ..' (Al:iwa~ apud Zajj 159). ill• 245) . Le plus souvent pourtant l'arabe utilise immédiatement avant le vocatif <les particules spéciales (cf.... A noter l'idiotisme ~·J ~ çf.d ton père ! . - 11oilà une excuse el quelle r. on a la flexion an. V. à palmier prèJ de Dàl 'lrq ! J /.). ô (noire) père ! (Cor.Vocatif ou_ apostrophe. b) Le vocatif a une flexion a quand il est en état d'annexion.:. lè11e·toi ! . c) Si le vocatif est un mot "' nu » désignant un être lointain ou fictif. mot muni de l'article ou en état d'annexion. ... ~ -. Ces particules s'emploient obligatoirement. § 303 b.. ~t..' . t' remplaçant a bref. ô Prophète d'Allah! (Buh. A noter la flexion à dans "'="' et . §343 ' J~ . il s'agit d'une kunya signifiant Père cle l'esclave cl' Allah...il~ . XII. ~j.. textuellement : A Allah r1•vienl le lait de .. quel (s). . il dit : « Abii 'Abd Allah ! » (Ag.A •~ \...

selon un procédé qui leur est cher. H7.. même § e) (2).O compagnon. Zaü. ô 'Umar le Magnifique ! (Jarîr apml Zajj. ce qui' donnerait /lus de solidité à cette hypothèse. Les grammairiens arabes.. (Cor.§344 379 VOCATIF . qui ne se produisait naturellement pas quand le mot était en état d'annexion (cf. 53). Ç o $àlib ! ~)1 QÎ o (l') homme! e) L'épithète. il est permis de conclure que la flexion du vocatif est bien a (ou parfois an) et que l'apparition de u est anormale. c'est l'hésitation éprouvée quan le vocatif est suivi d'un appositif ou d'un terme coordonné (cf. 166. Sib. . Si le vocatif a un appositif.J -- dans des noms propres de plus de trois lettres ou dans "--l.. o montagnes . 165)... . Des faits qui précèdent. XI. même§ b) ou doué d'affectivité (cf. • • • •: -.. et [vous] oiseaux ! -~(. il prend la flexion a ou u brèves. ou le mot coordonné qui peu\'enl. cf. cf. . 170). ç 0 compagnon! (~. 1.i.t' .Quand le vocatif est un nom commun suivi du pronom affixe tr• pers. i. la syllabe peut s'abréger i>i. désigne au contraire un ètre réel et présent. 169 en bas.i. En poésie. le cas échéant. Celle-ci a dû remplacer une apocope d'appel: rajula>rajul> rajulu. c~i.. prennent de préférence la flexion a brève. cf. expllquent la Oezloo a ou an du vocatif. par l'ellipse d'un verbe .. XXXIV. du sing. ~. 10). ·J~•.: =>. avec~ ou muni de l'article avec ~I (fém .ril ·' (1) On trouve quelquefois en poésie 1111 pour 11 .: ç ô /f<i..r:' r:' Remarque. (2) Sur les explications fournies par les grammairiens arabes touchant ce point.i:S. /j => ~) Ço Seigneur ! =) ~ ô (mon) peuple ! (Cor. • o Taym l Taym 'Adi ! ~ (Jarir apud Zajj. mème § c) . i. .. cl) Si le moto: nu».. . . c . suivre le vocatif.. l'arabe classique donne à ce mol une flexion u brève (1). ~i. § 344. Zali. =) _c. . on trouve aussi une apocope de la dernière syllabe <«J) <l.::i 1).!'.

accompagne le geste (4). ".i• "î par ta vie! !J_r par Allah ! Particules dites << du cas direct •• On étudiera successivement la valeur de ces particules et la syntaxe de leur régime (1 ). et il dit à ses compagnons:" Allons! je suis [un homme l mort. elle ait représenté cou.\ (abrégé souvent en (.. § 346. VI. en vérité .380 § 345-346 PARTICULES DU CAS DIRECT ~ 345. phrase.. . (1) C'est pour éviter des renvois ou des redites qu'on a groupé ici toutes les remarques relatives à ces particules dont le rôle apparaît très divers. '~... '~' ~~ JGi et il dit : « 0 ! Ibn al-H. 127 2•.. Synt. a) Elle se prononce (la torme «allégée » ou combinée est d'un emploi déjà très rare à l'époque coranique) (2). sans aucun doute!» (Ag.. 353. Ou par les substantifs par Allah ! :r. ·. 144. oui. tl'autres faisant fonction de conjonctions de subordination ou de coordination.!'J. ..l). (2) Ex.11 J.î ~: J~ ·. cf.~ par la vie de. Complexes sacramentels. ... _. selon sa 01 01. Verh... la valeur en est nettement affective : elle souligne le ton solennel du discours. . (3) Reckendorf. je suis l'Apôtre d'Allah! l) (Bub.. position dans la tJ1.1(. La particule 01 a deux aspects. quand elle est en attaque de phrase (3) . Ils sont constitués : a) Ou bien par un substantif au cas indirect par: suite de la préfixation d'une particule monosyllabique ayant la valeur d'une préposition. ~~ serment.1~.~ Jl ~üi1 ::.tam· ment un affirmatir analogue au français : tu l'as dit. ...1~ .4\11 H. 299). 6° et 7•·. ~ . (4) li est possible qu'à une époque ancienne. oui. dans Reckendorf. ks unes étant des particules affectives.r~'i'Jfa:J1: . l:. S11 nt.1 ' . i\ec· keudorf.. II...

~. la 11uit .i DU CAS DIRECT . ~~ • ' on dirait que.... :: 'li'.::. en outre. ü ~ou com~.'_3).§346 381 PARTICULE. .. dont les formes . ü J~..ailégée • ~l'> mais.JÎ . (forme. (Cor.J:î ::_...:.J plût au ciel que mon peuple comprît! (Cor..J' d'un emploi rare) pl1it ou .. ~ "' :: -::. prend un sens d'expositif. ' . le jour? : e11 cela sont des signes pour ceux qui croient. 26)... d) ::_. "J .. XII.. perdant un peu de sa valeur affective.: La particule ül se prononce ül (forme «allégée» ül) quand elle introduit une subordonnée ..S:Ü ~ c) La particule ~\! plus souvent précédée de vous 1Joyez ce peuple gisant comme s'ils étaient des souches de palmiers. rendu en français par(:). 7). 86).! . XXVII. t: Très souvent aussi. Cette particule entre dans les locutions û~ car. .) JJ d'un usage rare) que!. ::_. s'emploie le J.) . à ce litre elle sera étudiée au chapitre de la subordination.l" au ciel que! et peut~tre (formes combinées l. . 90)..f!. ~..'!. · eh quoi! es-tu bien Joseph ? (Cor. XLIII. i. r_.. ~u l '(:11' '1 'f11 1'" ).. - ül n'ont-ils pas vu ..a-.. ülJ--·~i bien que.J' (formes combinées ~ ou ~Î j..J' ~ 'üp ·~.~ ~ ~.J "'i. ' . (Cor..allégées» üi)".î_ . ~ül "' (puis.flÎ . ~J~ i. puissiez-vous comprendre ! (Cor.J::" . .. et ü ~ car. . LXVII.. '.. XXXVI. ~~i ·~~~::r. binées l.J. les excla- matifs ~ ou . déjà rares à l'époque pré-classique.Y.. . •.. sont tombées en désuétude...: t: b) • . sont des particules nettement affectives . et renforce ·la valeur de la conjonction qu'elle accompagne. mais la plupart des gens. Cette particule entre dans les locutions • t.r'. \l Î précèdent souvent~ ...r.i. ~)11 &.

je proclame qu'Allah est miséricordieu:i' ! .iÎI. On . pour ~::.. mais la première exerce son action sur tous les mots qui en dépendent.. somme toute. ainsi pour régime un 1111b.•tantif au cas direct (1).JI peut an·iver que le sujet parlant soit obligé de commencer. .Quant à ::... (Ag. : Je sais.r ont ~ dites « appuyées 11. le cas direct après ~\ s'explique dans la plupart des cas par la fonction de complément direct remplie par la proposition introduite par cette particule. 3~). en phrase nominale (§350). Elles ne -- peuvent jamais précéder immédiatement un uerb1•. un démonstratif.. l'idée de souhait ou de regret qu'elles expriment.382 § 347. II. .l." expliquent la flexion a ou a11. ces particules ne sont pas répétées. en phrase sans verbe ou nominale (~ 350) "~S'W\ '). soit par le sentiment qu'il s'agit.. --: ~ . une phrase commençant par un verbe ou un pronom isolé..·oit qu'ici il y a substitution d'un pronom affixe à un pronom isolé.-à-d.• rede11able d'un bienfait). un pronom isolé ou les relatifs i. du sujet d'une proposition complétive d'une pi·incipale virtuelle : Oui ! Allah est misél"icordieu:r c. autant que leur sens 11tfectlf.:: ~--~' ~Î / . Il. un pl'onom affixe.i" et ::.. b) Ces particules amènent le cas "direct. soit par la valeur affective de cette particule comme après un terme exclamatif (cf. 308) § 348. (1) La flexion du cas direct qui suit ~l peut êh·e expliquée. . '::. oui ! Allah fest] clément. VIII.Jet :J. 'nème si leur régime ne les suit pas immédiatement. un· relatif de la série ~.a) Toutes les particules à finale que § 347-348 PARTICULES DU CAS DIRECT j. '). .! nous el des frères à nous se sont sucréclé. Il prend la particule « appuyée » à finale et l'on trouve : a) ~ ou ::..J ou JJ.il tu es grand. (Cor. par une particule «du cas direct 11. 70 et p11ssi111)... ::. L'ai·abe peut utiliser alors trois constructions : 1.I ci toi 1estl sur moi un bienfait (=je te sui. 104) c) Dans une coordination.De même. (IQ.. 69.. ~ 338-42 a-b. .

17) ! .JI .. X. (2) On a là une construction analogique 1. 371 et note 2. quiconqul' donne 1111 m. y volt un disjonctif. il correspond au sujet « intérieur " comml' <tans XXII.. (Cor.~ fi11ssio11s renvo!JéS [sur terre 1 ! (Cor. à ces particules qui soul sans influence sur le verbe suivant. Mais ces formes combinées ne se trouvent guère qu'en poésie et dans la prose pré--classique. Gr. L'arabe suffixe aussi le relatif t_.. 27) Ici l'arabe insère entre la particui~ et le verbe un pronom affixe correspondant au sujet « intérieur » <lu verbe (2). .).' comme sujet... 27) t115 Ill. l'arabe suffixe un pronom ·~(3)qui annonce le sujet.§348 383 PARTICULES DU CAS DIRECT b) en phrase avec verbe il sujet o: intérieur » (1) tl:i1 r"'' :1 i (.+J\ = 1)\S'~~I ~\ où un pronom se substitue à un nom. rn uérité.Ce pronom. 567.::. sans modifier l'ordre de la phrase. cl) en phrase verbale <l\'ec ::.. les pécl1r11rs ne rti1u. 111) plût au ciel que nou. ' .. mais par un préfixe ou une désinence pronomihale.i ~ . Ar.. l'arabe emploie des formes «allégées» (1) C'est-à-dire à sujet non représenté par un substantif. i.. Allah ! . .rncit. ~. Elles sont tombées en désuétude. 011 dirait que leurs visages 011t été ·~. 73) ù Ici encore on trouve affixé à la particule un pronom pléonastique. parfois. nettement pléonastique (4). ~ ~ynt. (3) Dans le Coran. ' 1-::"f . . lfi~ cal' les yeux ne seront pas aveuf1les. mais toute la proposition qui suit.l4tv1 .Reckendorf. Jq. Cor.J1r:. 1. X. (4) De Sacy. Enfin très fréquemment à l'époque pré-classique.~ nl-B.J • • + Dans ce cas. V.J ~:J couvl'rts. (Bul].:J '. (3• éd. VI..: on L. rarement au contraire à l'époque classique. parce qu'il annoncerait non le sujet.. c) en phrase :\\'ec verbe sujet « extérieur '" en vüité. (Cor. 1 ~ L<° • ~r _. II. III..11 ~. nous informa qu'ils étaient avec l'Apûtre d'Allah. 45. ·~ de rnleur Il. (Cor. est nommé r/amîr as-fo~n «pronom de notion».~isse11t point.

. XXXI. à toutes les époques.gées » pouvaient précéder aussi bien un nom qu'un verbe et n'avalent pas d'influence sur la flexion du nom ou le mode du verbe. 131) Sur la syntaxe du mode après ~1 cf. sauf régir un verbe. 7) mais il était ~anif. Le Coran a conservé des traces de cet état ancien comme dans Cor. ces formes « all. un nom ou un pronom. 63.:. (Cor. III. § 429-433..1::.384 PARTICULES DU CAS DIRECT § 348 p qui peut à la fois à finale ~ dont le régime est verbal (1). (Reckendorf. XX. 4:i5. t~·~~~ ~.. . Synt.' De même ~ peut introduire un verbe.~ !?11" ~l 1)1i ils dirent: crCes deux hommes !sont] deux magiciens . ..:~L5~J~ on dirait qu'il n'a pas entendu ! (Cor. (1) A l'origine. 77) mais vous ~tes l'argile. un nom ou un pronom.

d'nbord parce que la structure de celle-ci est. la phrase peut être définie : un ensemble d'articulations liées entre elles par des rapports grammaticnux et qui. Il est bon néanmoins d'aborder l'étude de la syntaxe de construction par celle de la phrase simple.. se suffisent à elles-mêmes » (1). La phrase simple n'est pas celle qui se rencontre le plus fréquemment. L'arabe possède un certain nombre de combinaisons rigides à l'intérieur desquelles (1) Meillet. nomment « proposition i11dépeod•ote •. en arabe classique. ne sont obtenues que par la substitution d'une tournure verbale à un complément nominal on adjectival. lang. c'est dans la phrase simple qu'il est le plus facile d'étudier l'ordre des mots. ne dépendant grammaticalement d'aucun autre ensemble.Ordre des mots. ni absolument « fixe ». n'est ni cr libre ». On étudiera successivement la phrase simple (2) et la phrase complexe formée de plusieurs membres ou propositions. § 349. (6••• éd.CHAPITRE Il LA PHRASE SIMPLE « Du point de vue linguistique et abstraction faite de toute considération de logique ou de psychologie. .) 355. en arabe classique. co111me : j'ai pu l'enfant . L'ordre des mots. . on a tendance à lier entre elles les phrases simples par des copules. je l'ai appelé . D'autre part. En dehors des textes reproduisant en effet la langue parlée. lntrod . dans nombre de cas. ensuite parce que les subordonnées elles-mt!n:es. celle des principales coordonnées. indo-rurop.. (2) C'est eo somme ce que les grammah·es franç. il m'a souri. à quelques détails près.

+ + les sages ont divisé ce monde haWé en sept zones c/u nord au sud. détermine. on verra un ordre « type » ou.~y11taxiq11e et expressif..sa. en tête de phrase. (2) On ne s'occupe ici que des raisons syntaxiques et non des exigences de 111 métrique qui. (Cor. Synlaxiquc. dans cet hémistiche : :J~ Il\ :.!i lj\'.et par le besoin de terminer sur un complexe riche de sens et de sonorité. l'inversion : compl. On peut donc dire que l'ordre des mots.. parce que l'apparition de certains mots ou de certalnes particules. parce qu'on a presque toujours le libre choix du terme qu'on veut mettre en ''aleur. que cet ordre soit celui qui se trouve constamment. apud Bu~turî. leur droit. le tourment d'u11 jour redoufoblt'. l'arabe n'aimant guère à terminer une période par un mot bref ou de sens faible (2) . n" 818). on assiste à des tentatives multiples et pas toujours heureuses. (Mu_!labba~.. est à la fois .= 'i . 59) el Allah. prépositionnel+ compl. 44) Il s'en faut de beaucoup. [est] instruit. Il peut être modifié par le tour affectif de la phrase. toutefois. (Cor.386 LA PHRASE SIMPLE §349 peuvent s'introduire des variantes (1). normal. si l'on veut. en tête de phrase.ç. 282) Dans le premier ex. Le français et l'anglais influencent directement ces essais. (lij. je ne [les en] frustrerai (~ :J$ 'i Il\. Il. l'enchaînement des termes qui vont suivre. à l'avance. direct compl. comme par ex.. VII. Dans le second (1) Dans la langue moderne.le premier compl.Î JJ -~ je crain. dirett s'explique à la fois par une nécessité de rythme . de toute chose. pour assouplir et varier l'articulation de la phrase.j ils savent qut' moi. ~'~ 'rK-~~ :Jl. Ifamâ. .:. •r". préposition111'1 ou circonsta11riel. par des considérations de rythme ou de « nombre ». est beaucoup plus bref que le second . Expressif. dans la succession : verbe+sujet (ou sujet+ 11rrbr ou sujet+attribut) compl. par le désir de mettre un mot en relief. pour vous.)\ =) pas. En principe. elles aussi. peuvent altérer constamment l'ordre usuel des mots.fi. en arabe classique.

On verra qu'en fait une phrase avec verbe d'existence se construit comme une phrase avec un verbe ordinaire.. Phrase Nominale § 350. 321 : Vendryès. où il meurt est un altrihut. on ne retiendra pas la définition de la phrase nominale donnée par les grammairiens arabes qui considèrent comme nominale toute phrase ne commençant pas par un ver·be.~ :itj Zayd mourra-= Zayd sera il meurt. lang. Cette définition se fonde sur l'analyse suivante : '. lntrod. .De même. permet de diviser les phrases simples en deux catégories : les phra.Définition. La phrase nominale simple est formée par le rapprochement de deux éléments : le sujet (que les grammairiens arabes. Vendryès. Or cctlt: décompo~ition est inadmissible . indo-europ. l'inversion : compl. 143. un état appartiennent à q.tes 110111inales et les phrases 1•erbales. (Cor. emploie un verbe au présent. le plus fréquent. l'absence ou l'existence d'un verbe. Allah (est] immense et savant. Meillet. ou à q. par le désir d'achever le verset si:r un terme plein et expressif. en somme. mauvais caractère (Pascal). sans que ces deux éléments soient liés l'un à l'autre par un verbe (1). on entend le cas où le franç. § 145).. nomment mubtadâ> a: inchoatif ») et l'attribut (que ces mêmes grammairiens appellent babar a: énonciatif»). qc. cf. 32) Mais cet emploi de la phrase nominale sans lien psychologique ou grammatical avec le contexte n'est pas. mais sans valeur de présent riel (ou temporel). XXIV. Cette phrase rxprime la constatation qu'une qualilé. Aussi la trouve-t-on dans des phrases éoonçant une a: définition » (2). prépositionnel attribut s'explique il la fois par un appel de rime et comme précédemment. (2) Par définition. cumme dans : le chameau est un animal soflre. .::. comme le français : Diseur de bons mots.§350 PHRASE NOMINALE 387 + ex. Un fait très caractéristique. A. qn. Langage. . une attitude. elle est impropre à noter le temps situé. puisque celui-ci ne peut être exprimé que par un verbe ou un adverbe (cf. Par elle-même et réduite à elle seule. (1) On s'écartera ici de la défin Ilion donnée par certains linguistes qui volent des phrases nominales même dans les phrases contenant un verbe d'existence : cf. 1'4.

. l'en{ant !estl petit. 11) Ion Seigneur [est] très savant .. 1. . L. 3° un démonstratif. 6° une proposition introduite par ~l suivi d'un verbe au subj. ..• ..L'attribut peut être: 1° un nom . 0l ~ Sur l'emploi ... 2° un pronom isolé .. . 5° un pronom interrogatif. le sens même de la phrase. 3° un démonstratif.•. Wi =~I _. je suis lui (=je su11 ce/ homme. Le nombre des combinaisons est assez grand. XLII. (Cor. L'attribut est toujours au nominatif. 2° un pronom personnel isolé ou un pronom affixe précédé d'une particule du cas direct . Le sujet est au nominatif à moins qu'il ne soit précédé d'une particule dite« du cas direct ». ::Ji ~ . !":"q. § 351. permettent la localisation dans le temps.PHRASE· NOMINALE § 351-352 Presque toujours. On distingue les combinaisons normales et les combinaisons inversées...~. 4° un adjectif. -. la guerre 1est chose J pénible. le contexte. . ~r -~." _.d] le très clément Jetl · '~)\ ~Pl ~I le très miséricordieux (Cor.Accord des éléments de la phrase nomlnale. Zayd [est] un épMbe.. lu [es] le Prophète.Structure.. 6° un complexe prépositionnel . il est déterminé seulement dans les cas où le sens l'exige.. 4° un pronom relatif.jl ::. XII. ~t (Cor. III... du pronom isolé de disjonction.....facultatif 261.-1 (Qâlî. un adverbe. dans la phrase nominale. 5° un participe d'allure semi-\·erbale . Le sujet p~ut être : 1° un nom précédé ou non d'une particule du cas direct . 6) Alluh [est] prompt à juger. 7° une proposition .. Î~ ""!) ~~}l~t ~ ~.. § 352. a) Combinaisons normales. c'est moi). 1 ) u. qui [ea-1 ta? . $':... . [el] très sage. 'j..o . "1 ::. cf.J_. .. 19) Allah re.. ~) . . On reviendra sur ce point important au § 356.

§ 286 b et 367.On a vu au § précédent que l'attribut de la phrase nominale peut être un participe. elles sont affecti\"es ou se rencontrent chaque fois qu'on veut mettre en relief l'attribut. Sur le flottement qui se produit quand le participe actif ou l'adjectif de nleur intensive a un complément. rien ne rend le verbe a être » eq arabe. ou encore : noua nous assiérons ici. § 353. V._. . 25). Il. . 2° un adjectif . II. IV. à Kiifa [estl un homme . .. que vous sup]Jortiez [l. mais que la phrase est plus éner- gique que·~"# ~:. si l'attribut est un thème d'intensité.. nous lsommes] ici assis (Cor. Le sujet peut être : 1° un nom . .•• (Bub. sont également moins courantes . cf. on peut avoir: 1° un complexe prépositionnel . moins variées que les combinai.il le plus vraisemblable [est Jqu'il mourut.§353 389 PHRASE NOMINALE l'homme 1est1 dans ln maison.J.!st] uri bien pour vous! (Cor. nous réalisons l'a~tion de nous asseoir..~-.. mais s'ea distingue sur deux points : 1° le temps situé n'y est marqué que par le contexte (§ 350) .-· sons normales. on remarquera ) • . Si ce participe est actif.. Dans ces phrases. ~I..• f qu'ici ul équivaut à un mn1clar . 4° un nom. 306) Remarque.-1 il celui sur la nuque duquel [est] ·a mort ? (IQ. (Ay. . .i ~ li 1 nous nous asseyons. 2° une proposition relative. 3° un participe . 2° la phrase note un état et non un procès réalisé ou en voie de réalisation. 399) b) Combinaisons inversées. on a une phrase qui se rapproche d'une phrase verbale quant au sens.Comme attribut. Les mêmes faits sont à signaler. 2f).. Les combinaisons inversées. à opposer à J.. . 279) r eh quoi! bien portant est. .. III.

.. il va aortir). "" il [est) sortant aujourd'hui (.. . i. LIV. si le sujet de phrase est 1:U: ou t.54. § 487.I~Î: .Introduction de la notion de temps situé.. on a une tournure elliptique du pronom sujet. elle exprime souvent une idée qui la localise dans le femps. III. Il.. Parfois en prose et sou\'ent en poésie.J.r. bienfaisa11I. i. 11dmis.. On va donc trouver la notion de temps situé. • '...1 .. . • . :~:::: ~: 131~) . . J. 73) On notera la juxtaposition des termes. théoriquement.~ l"jl~~:'. l'ordre normal est seul il [esll sincère."'""o~ .il sort. XI. f . dans la réalité. . la phrase nominale est inapte à situer les faits dans un temps déterminé. .iîl b) ensuite le chambellan vint el dil : « Une femme [est] à la porte! J1 (Qàli. . ce qui est un fait exceptionnel dans la langue . elle subit l'influence du contexte et.11 c::. dans la phrase nominale. 31) ceux qui croient qu'ils rencontreront leur seigneur.: \. 1. ·_<--T 't '. . ~\il --~ r:. même isolée. individuel. Cela serait constamment vrai si elle était toujours isolée ou avait valeur de «définition"· Mais. . 43) Par la présence d'un mot de valeur adverbiale. infroduite de diverses manières dans la phrase nominale : a). . droit.. § 263. Ji.. 1 • • • JI"-': 1~ = el [qu'lils disent: « [Cela est] un sortilege constant!" (Cor. moi [sonll (=j'ai) les trésors d"A//ah! JI (Cor. Par son contenu même qui n'4nonce pas un fait d'ordre général. '-::. On a dit(§ 350) que. ..'î- . cf. § 354-355-356 Quant l'attribut est multiple. § 355. valable pour un moment du temps seulement.!J~ . cf.. mais précis.. (Cor. • - J '• ' r_r.390 PHRASE NOMINALE § 3. . 86) el je ne vous dirai pas : " Che:. . J. (liub. ..On a vu que les démonstratifs sujets d"une phrase nominale subissent un accord d'attraction . ~) .. non coordonnés par . .?~ : r u}l\t_. . 2) ~ 356... ' ..

On appelle phrase verbale. considérée dans une certaine durée.. XXV.. pour qu'il soit.§ 357-358-359 391 PHRASE VERBALE c) Par le premier verbe de la phrase.. toute phrase contenant au moins deux éléments : le sujet (que les grammairiens arabes nomment [à<il o: agent •) et le verbe (que les mêmes appellent fi<l •procès•) (1). . J. au ne sois pas. par 1. ~ -~Il' •:' je vins trouver le Prophète alors qu'il •.. VI. aussi § 356 a ~Es' deuxième ex. cf. 'c:. si celle-ci est complexe. grammairiens arabu.. . • •'" ··:. attribuée à un certain (1) Sur la définition de la phrase nominale par opposition à la phrase verbale. un avertissement. mais d'une phrase verbale dont la structure est étudiée § 366 et suiv. cf.r..lS' à l'impératif.'Üy-~ ~ · ou un verbe d'existence(§ 196-8) à l'accompli d) Par ·üu si la phrase se localise dans le passé.!.. (§ 316 b) en phrase nominale.-.:. de prohibitif ou la subordination. 1) § 358. - L'arabe n'ayant pas de verbe o: avoir ».La phrase nominale est également impropre à exprimer l'idée d'injonctif. § 357. Cette phrase «exprime une action rapportée à un certain temps.~ avait roulé [comme coussin soussa We] son manteau. 1r.' • . . 14) il a révélé le Coran .r i. Ces notions sont rendues en arabe par des phrases verbales avec subjonctif ou à l'énergique. 21).. .. .Définition. la localisation de la phrase nominale dans le passé résulte de l'accompli ~l . à moi lest) un livre . (Cor. ne te piace pas lnu nombre) des polythéistes! (Cor. (§ 311 b) ou avec ~.>J. à ceux ~ui savent. p.J . 387 note 1. si elle se situe dans le futur. à l'inacc. "" .. Ill. Il ne s'agit plus alors d'une phrase nominale.1. (Bub. rend l'apparte- nance par une tournure prépositionnelle avec _!. . B. Phrase Verbale ~ 359. indicatif.

': .. L'arabe préfère mettre le verbe en tête de phrase sans doute parce que. puis on no~era les modific<1tions introduites par l'emploi d'un complément direct bu indirect.. 12:1) r i( ' ' Mais des raisons de rythme ou de style peuvent amener encore cette succession. vers un certain ohjet » (1). l'aspect du verbe. .rî ~ _.{(<: l le Prophète se rencontra avec les '-'î .. ~y...' n . il y a ici à la fois appel d'assonance et désir de terminer sur un mot riche de sens et de ~onorité. . III. valeur expressive...U" 81 ~i. il peut suivre ou prccéder le verbe. ~Bub. lol3. l). 145) c) Si le sujet précède. ou d'un complément de phrase. c ûl l'introduit alors. (IQ. . de tous les termes. -. mais la plupart des hommes ne croie11I pas. Sur les valeurs temporelles el modales du verbe.ecr1s b) Si un sujet «extérieur• (2) est exprimé.-J 1 nous écrivons... - _. écris ! (fém..J.392 §360 PHRASR VERBALE sujet et dirigée. ~ il écrivit.---. (1) Vendryès. + + § :füO. . . Il ne saurait être question de donner toutes les combinaisons possibles. (§ 348 a). On se bornera â indiquer des principes généraux..:.) . s'il y a lieu. 1.. polythéistes.Phrase avec verbe + sujet ou sujet + verbe. (2) Par sujet "extérieur». . le nombre. La phrase peut se ramener â un verbe accompagné des désinences ou des préfixes marquant le genre.. Sur 1'<1ccord du verbe et du sujet. a) .. (Cor.. avec des valeurs diverses tirées du contexte : valeur expositive. 174) laid fui so11 uisaye. 1.y ~ ~' . . (IQ. etc. on entendra un nom.:-• ...J ~:' ui11renl les ge11s. XIII. la personne (sujet c intérieur»). très souvent. . sujet d'un verbe à la 3m• pers. voir~ 245-249. ~ ':i:}:•y.>. ". il est le plus riche de contenu.. -: 1:-' i. en phrase verbale. . voir~ 146-170. ~:. Pour cela. on partira de la combinaison la plus simple : uerbe sujet ou sujet uerbe. c'est qu'on a voulu lixer l'attention sur lui . Langage. . pas .

(Bug.Phrase verbale avec complément direct. 1 "u' Allah a révélé le Lfore. 1. XLIX.1 Allah 1 (Cor. Cela se produit presque régulièrement quand le complément est un mot plus bref que le sujet. on trouve aussi l'ordre: verbe + compl. a) D'une manière générale. direct.•1 Allah a q.: \Ji . 124) le rejet est imposé par le fait que l'arabe considère comme illogique d'exprimer un pronom avant le nom qu'il représente.Y. il vient toujours en tête de phrase.~ u ~ . 38) Dans ces deux constructions. (Cor.1 ''G. voir § 252 a. Au contraire... direct verbe + . (. ~ . Il.~ 1 • . 165) e) Quand le verbe est accompagné d'un exposant temporel(§ 198 b) 1 ou d'un verbe inchoatif Œ193).. III..).J ·. allait et venait.§ 361 393 PHRASE VERBALE ri) Quand le verbe a un sens d'optatif.!. ~. 3) + ~"':"~ ..x L~ 1 gneur de lui ( = Abraham a été éprouvé par son Seigneur). le rejet du sujet est motivé par le rythme. se mit à rire. + "'4Jt! "'•·Î'. XXII. Il.. c.f:! . Hl.rouvé leurs cœurs. 414) f) Sur la place et l'emploi du pronom isolé comme spécificatif du sujet.A'j r•• ' ~. (JAi].411 ~! (Cor.~~ ~tr' ..' •• î leurs [corps de) chair n'atteindront pm If"'~ 1J 1. 27) "b) Très souvent pourtant. on a l'un des ordres : 11erbe +sujet+ comp.1::. § 361. quand le verbe n'a pas de sujet c extérieur"• on trouve la combinaison compl. t• • •• • •• • et quand a éprouvé Abraham le Sei~ J ~l. de prohibitif. • ~• /. Î ./11 ·1·. 113) •u. 113) r • I t~\. III.:-v-:- J. (Ag.1 l. ou qu'il a pour sujet une proposition au subjonctif introduite par ~Î (§ 426). :?l.f ·:.~·I .'I' • 1!. dans la phrase: ...'Î '1:. 212) Abul-M. (IQ. le sujet extérieur s'intercale entre eux. 4aA _ ~ '.J c) Parfois. • une jeune femme rejoignit (Bub.- pénible fut pour lui qu'ils mangeassent avec lui. ~\ ~ que ta mère perde ses fils ! (Bob. ' ' . direct sujet. direct ou sujet+ t•erbe compl.. ~~j.

.:: . -~l:i!il' '•.-J'. 137) ~ 363. Leur structure n'offre rien de remarquable. soit au nominatif.. ils sont en c•Jor- dination avec ~ (§ 487 a).. sous des inlluences européennes. "" ' .comme mot en tête de phrase libre de toute infh. .Phrase verbale avec double régime direct. . V. ü. (Bub..J J::..~Î.. û~ ~jj . l'arabe attire généralement l'attention sur lui en le faisant suivre d'un pronom isolé.J . autorisent alors à lire les autres compléments au nominatif.t( llDu. .J ":!. . puis le « rappelle » par un pronom affixe après chaque autre verbe. 1. Ces phrases contiennent un verbe à double régime direct (§ 186)... l'arabe..111 ~i - . 7) Il est évident que ces constructions. 86) Si le complément est pronominal.)~ maitre... nous l'avom éte11due I 1 :-.. VI. II.!·Il' Ul ~ '=tl .PJ 11 .cella 1en] cet . 345) A l'époque contemporaine. 5) ql.•. .~· • . _4111 ~) 362-363-364 un autre qu'Allah prendrai-je pour Allié ? (Cor. il est introduit par la particule • •-: '!J~l [c'est) loi [que] nous udoro11s ! ~ ~ (Cor. si le double régime est nominal. ..)J." ~ etal-M. i.J'l.J (Cor.Si plusieurs coordonnées \'erbales ont un même nom comme complément direct. § 364. • \. 1-l) [c'est] son âme [qu'Jil a brimée! (Ag. . on dira plutôt -. 1. jusqu'à l'époque post-classique. exprime ce complément après le 1•r verbe.-le Prophète m'e11voya moi.394 l>HRASE VERBALE - ... par un tour de leur subtilité. - .. III. 9) [c'est) la miséricorde d'Allah [qu']ils espèrent/ (Qâlî.11 • 1 'Î il e:. Ce complément peut être «rappelé» après le verbe par un pronom affixe. sont destinées à mettre en vedette le complément direct.art el le mania en ~ . - S'il y a plusieurs compléments directs. a:-Z. Les grammairiens arabes.r 'Î' ·:. XV.. toutes d'allure affective...ience. . 19 et L. ( .11 ~t. Si le premier complément est un pronom affixe. (Ag. la Terre. § 362.~:. et il peut être lu soit au cas direct.

§ 365. à cause de la valeur circonstancielle de cet attribut.. les grammairiens arabes désignent un terme au cas direct qui tient beaucoup du complément circonstanciel de manière. un dinâr.. l'arabe utilise le ma1dar du verbe « nu • après un verbe à une forme dérivée. parfois cependant. 2) De même. On a dit qu'une phrase nominale peut se situer.li' •~. .. J: L:i~ (Cor.~~~~\)' u:.. qui précèdent.kio!. c'est soit un mcqdar. nous alldmes longtemps. . LX.:i ~'J '.~. . soit un nom d'une fois (§ 53) tiré de la forme même du verbe qui le précède .~. § 366.Phrase verbale avec maf'QI mu!laq. !' •\ •_(<î ~ ! ~ ils seront pour vous des ennemi.)~i j'ai donné à Si le double régime est pronominal. Morphologiquement... . (JâJ:i. . de diverses manières et notamment par l'emploi d'un verbe d'existence (§ 356 d). (Ag. Le français rend ce complément de diverses manières.Phrase verbale avec attribut. Sous le nom de maf'ûl mutlaq «complément absolu ». 256. 83) Par les ex.§ 365-366 PHRASE VERBALE I~~? l~j ::. nous fîmes durs leurs cœurs. f. etc. un certain temps. peut-être. 13) . 127) il avala cela d'un Irait. V. On a alors une phrase verbale du type normal où l'attribut se met au cas direct comme un complément ordinaire. cf. ont un attribut au cas direct comme appositif du complément qui précède et aussi. (§ 188-9). (JâJ:i. Il. nommer. ·~ '41'. ~ 395 z.uy ~ (Cor. c ~ r-. ' " ' ' 1""T" "' .r ~~~~1 il agissait en homme. U en est de même des verbes signifiant : prendre pour. dans le temps. on voit que ce mafûl mutlaq sert le plus souvent à noter l'intensité de l'action. 215) je te tuerai certes d'une manière dont nul Arabe n'anrajamais péri. les verbes d'estimation (§ 187) à régime attributif.

. 'i' . Remarque.. 162) durant le 911uver11ement d'al-M...'µ'1 .) C. En cas d'attributs multiples. à leur fonction et à leur place dans le discours. (Cor.. là] Kûfa. IV. sans d'ailleurs devoir le suivre immédiatement. on a une énumération asyndétique...Phrase avec élément semi-verbal+ complément On a vu que le participe actif attrihut (§ 286) ou le mafdar (§ 287) suivis d'un complément peuvent ètre sentis sans valeur verbale et ils se mettent alors en état d'annexion. .. 125).. Phrases nominales ou verbales avec complément indirect ou circonstanciel. par suite. Complément Indirect (1) § 368. '~. direct.300 PHRASÉS AVEC COMP.ou être sentis avec valeur verbale et ils introduisent alors un complément au cas direct. (Ay.Le comp\ément indirect est introduit par la préposition convenable au sens. comme dans la phrase nominale (§ 354). IND. elles s'appliquent à la structure <le ces compléments. .J. celui-ci vient toujours après le sujet ou le complément. - el ceux qui payent la dime . (Cor. Il ne saurait être confondu avec les compléments prépositionnels de temps ou de lieu..'-f. (1) Par complément indirect. on entendra celui sur lequel l'action exprim& par le verbe paase au moyen d'une préposition.. Il dépend en effet étroitement <lu verbe ou de l'attribut (en phrase nominale) et. § 367 . Les r~marques qui suivent valent pour les compléments indirects ou circonstanciels en phrase nominale comme en phrase verbale .i .. . OU CIRC. § 367-368 A!lah Erit 1brahnm pour co11/idenf..Ytl . on ne le trouve jamais au début absolu du discours. n'étant pas complément de phrase.. Dans la phrase verbale avec attribut. 4. IV.

(2) La poi. 361) et Allah e. Dans la prose (2). 89) A b1î Y.ç nous reposons ! (Cor. il se place après le complément direct (en phrase verbale) ou après l'attribut (en phrase nominale). l Allah réi1éla le Livre à M.. (Bub. Selon leur place. CIRCONSTANCIELS 397 En principe. Circonstanciais compléments de verbe ou d'attribut.çtl de toute chose instruit. VII. un complément circonsta. XVIII. (Cor. .çt sur toute cho..çe omnipotent._.. Ces compléments peuvent être remplacés dans certains cas par une proposition nominale ou verbale ou une tournure prépositionnelle de même sens.::Y1I 'I' •si " ~ l. -------~--- (1) Nous sommes redevables de cette distinction à M. de lui avait pris [1111 tnseigneme11tl et à sa mer (=à sa science) a11ait puisé. (Cor. (Ag. il est conduit au trépas. 19) Mais on a dit (§ 349) que nombre de factellrs peuvent modifier cet ordre. . 19) On a dit que )"annexion de qualification n"fquivaut pas à uae dfterml- r. Marcel Cohen. cha1·r1é de liens. Ce sont: a) des adjectifç on participes au cas direct exprimant un circonstanciel de ma11i~re ou d'état. ils peuvent être complément de phrase ou complément du groupe 11erbe+ siijet ou sujet attribut (en phrase nominale) (1).JJ 4111 ü le.c. sur Allah nou._i ~ ... 2i) Allah [est] bienveillant pour . + § 369. III. (Cor. I.sie 01T1·e de rares exemples de circonstanciels « nus» en tete de pbrue: -~I (3) J! ~13i.. -.çes créatures.. . 12) Compléments clrconstanclels Ces compléments énoncent des notions diverses.ail:m d. 45) il [e.§369 PHRASE AVEC COMP. . 1:-.Pciel « nu» ou en annexion de qualification Œ 284) (3) ne peut être que complément de verbe ou d'attribut et les suivre. :XLII. XLII.. se11s.. (Agh. Il. ' -~ . ..

_. ou exprimant une date..:. - .. j" ml' lermi.J ~ ~.: § 370 COMPLÉMENTS CIRCONSTANCIELS 1.1111 vieillard-...mbstanlifs « nus » au cas direct exprimant 11n circonstanciel de temps..çe111e11/ à ehuqu" créaturr. 5) .. \i(j = > ~I ~~ .. ou entrant dans une tournure prépositionnelle.:. :Dl t:L.J = . ~I~~ .~ u11e vieille stérile el que celui-ci... de ce fait. XI. . décidé. L. ... XVIII...... .. je prêchai mon peuple 1111il el jour. (Cor.ç 11oyagé sur mer el . lu a. jr fuis par peur.. 11ous arrivâmes à la 11ille.~ alleignirenl K1îfa.f.:~ . 1 . 72) b) des mafdar au cas direct exprimant un circo11sla11ciel Je but ou un spéci{icatif (§ 289). 8) c) des ma11dar au cas direet exprimant la cau. . LXXI.tl)::JI 1_. d) un substa11lif ou un 11om de lieu exprimant un circonstanciel d1· lieu. I~ ~.. Il. - j1• ferai cela de11111i11. .) ~li~J § 370... ... il.çe et pouvant.(Cor.ç que je sui.~ .... . (A.. 2:!) Clrconstanclels pouvant être ou non complé- Jl ments de phrase. .. .1j. ( ~. l'm1011s étr11due [ pom· qu'elle . alterner avec une tournure prépositionnelle avec ~ ou J. . 1Jlt-i. .. Un circonstanciel muni du dt>monstratif (§ 258) ou autre.. e) des ..)l- je voyageai jc•1111e d'ûge (=jeune) <. est mo11 époux..mit 1 u11 averlis.398 >r"'•·' "".. enfanterai-je alor. 258) . .. et la Terri' 11011. ou être compléme11/ de verbe ou d'attribut et les suivre. - "' "' .....mr terre.!1. (Cor.~ l...:. peut être compléme11I de phrase et venir en tête de phrase. . .~ (Cor.

. Il. 138) ~I ~ t. maintenant. . ü r U1 . gisants.... wnl arabes.. .. .:l. 'U.§371 COMPLÉMENTS CIRCONSTANCIELS 399 ri nom. il vieht après le complément direct.Plai:e du circonstanciai complément de verbe ou d'attribut. 11u11s allons donner 1111e forme concise à 1'1•xposé.. marchait de front [avec] al-M.'~=""'' je renco11/rai..sIr' ~! ~J ~°L. 244) ils fure11l au matin. . En principe. à la journée de Badr. ~·.•_ 1·. _4.:e. à noire épcq11e.. en celle a1111é!' 111011r11l ul-M. Il. le plus long vient en dernier lieu.. . en général. 331) § 371. i. • Y. 'u· .:\f1••.. qui suivent.:JI .~:JI I~. Ainsi dans les deux ex.:... . 78. (IQ. .. les parlers des grandes 11ille. sont susceptibles de modifier cel ordre.. (llj. (Ay. (Bu~. _ ' . S. .. 210) et à cuu.... . (Ag..of"" ~-J ~Id~?-~ !~\11 ::. un certain jour. ~.• O .JI J.-~. ù l'aurore.l .. c . 0 ~'=-! i>. .~. ils se ré11nire11l à lu Mel..:. d1• rhrz 11011s 1•st sorti le savoir..~! ~~ ""' & .-'.. Il.. ~---· f. "" ... 45) > .. .:s:. (Cor. y J..·_~. 91) Il faut d'ailleurs parfois se résigner à ignorer ce qui a amené l'ordre d'une phrase comme la suivante : ~. 23) 0 Dans une succession Je c1rconstao(•iels. un certain jour. . .i~ ::.. III. 1 • . dam leur demeure. . ~-·•• 'u· ... l'ordre est conditionni' par le rythme ou le nombre ou le désir de terminer sur un mot plein. ·~"" )~ Î r._.. l..r _ VPÙ l'on s'auendrait à avoir il frappa chez lui.. . 1.. (llj.Ç ~ ~ . (Ag. ~ ~...'~ . 363) Mais les raisons dont on a parlé au ~ 349.. • .... dans u11 Jardin (IQ. VI 1. .' '""" .. . 1111 J 011r. 64) il fut frappé..t. d'une attaque. ~~ -~!'~.~e de cela. . t. Il.. (à] sa porte. .il..:.

le second complément reste au cas direct. . je "/us abreuvé.: :J actif > J. (Ag. Les remarques qui suivent valent pour la phrase verbale comme pour la phrase participiale au passif.l 0 . VII. 011 frappa un enfant. 100) "' .. On ne reviendra pas ici sur la valeur du passif en arabe(§ 180-1).1 ·. § 373.. . une femme évanouie (text.(l!'.. l'invariabilité (surprenante a priori) du thème participial s'explique par la correspondance du participe à un thème verbal impersonnel.. b) Dans une phrase où le verbe a un double régime direct(§ 186)..'"\Il ~' ..(t! ~î ~ '4. Phrase à la voix passive. ..Dans le cas d'un passif impersonnel (§ 181) . la kunya [d'lAbtl S. -.emme sur qui il a été étendu [quelque chose]).équivalant à un thème verbal de la 3ane pers. . 3) c_. ~.a) Dans une phrase passive avec sujet apparent. un enfant fut ~~ actif>"'. .. ~If'" actif> on donnait à M.!JI on m'a versé du vin frais . § 372. . . ~. o:Jj . : une femme sur qui [est] étendu) équivalant au passif verbal impersonnel : une .. celui-ci est au nominatif et correspond à un complément direct dans une phrase à l'actif.: ~ ( JJ~ i Il jli.J~ ~_. pl.:~1 " •' c) Le complément introduit par une préposition conserve natu- rellement celle-Ci.. de vin frais.. jl actif> 4'~~ '~. (Ag. ~\Il on amena (à] l'émir un homme. un homme fut amené [à] fémir. . (~J. Il. frappé.400 PHRASE A LA VOIX PASSIVE § 372-373 D. ~ir ::4.

sinon en Allah! (1) Dans tous les développements qui suivent. nulle puissance.11 ~.~ I c) Cette négation se trouve encore immédiatement devant un nom déterminé avec flexion a (2) pour marquer l'inexistence totale d'un ètre ou d'une chose .. cf. 170....l 11' écris pa. l~l ~ non..a) 'J ne . ~ 3i5 .. .-~. . (2) C'est encore un emploi de la tlexion a marquant l'aft'eclivité. •• •. § 149 b.. V. ··. s'emploie sans régime.§ 374-375 401 PHRASE SIMPLE NÉGATIVE les richesses de.La négation est exprimée par des particules. non. cf. Certaines peuvent précéder un mot quelconque. d'autres seulement un verbe. = E... elle ne porte alors que sur le terme qui la suit immédiatement. nulle force. § 168. 440) b) Cette négation se rencontrera donc soit devant un accompu optatif. natio11s antérieures.. (Iij. (Ag... ~y. alors l (Bu~. avec une valeur affective nette. soit devant un accompli exprimant un refus catégorique. ..J · :-·.s> ~ l qu'Allah ne les protège pas I je ne ]Jrendrai pas place tant que .. pas. 1.. 425) On la trou\'e aussi devant l'apocopé ou l'énergique ayant un sens prohibitif..---: . La négation peut porter soit sur la totalité. Phrase simple négative. § 374. ~l-~_.. '.). on t'tudiera ~uccessivement chaque particule. soit sur un seul terme de la phrase (1).~ra~: -.. il est scellé sur elles ( sont scellées) de talismans.

'i ·~1~ 'ûJ\. V. a) On la trouve surtout devant l'accompli. son bàlon ne le quiitait pas. ~1_1. plusieurs tournures se rencontrent : l'une avec un sujet nominatif en phrase exceptive : .. e " •• .) p1 ~\S ~I al-H.. Il.rl ~ I.-. ''. en coordination. pas. la phrase exprime généralement un procès qui dure. il n'y a personne.. . V. on remarquera qÙe la négation porte alors sur la phrase entière el non plus sur un seul terme comme en c. (Cor.. . ." ne . § 376. . 6) -~ b) Cette négation se trouve aussi en phrase nominale avec le sens de ~ (§ 378) . est une négation pure et simple..ùl '-'. mais ils ne [le] savent pas. - l. (Ag. ~ ~... .. ("'î '1:. \. 171) • . dépouillée de sa valeur affective ..'. à la différence de la précédente..j1 '~ ..j% [il] n'est pas de crainte pour eux. e) On trouve "'.'1 dans la maison. 13) "'~l /. . ce sont eux les fauteurs de scandale. ~ 377. Il. nous ne vîmes pas de bédouin. (Jâl}. t: Allah ne se propose pas de vous donner de peine._'1 . . (Cor.402 PHRASE SIMPLE NÉGATIVE d) 376-377 'i apparaît aussi dépouillée de sa valeur essentielle. (Cor... en phrase nominale pour nier l'existence comme ~ (§ 378). ~' 0°4. se substitue à toutes le~ autres particules négatives (§ 400). 12) üJA ~.. étui/ boiteux.. moins souvent devant l'inaccompli indicatif qui exprime alors un présent.. ri)."'.~. enfin devant l'inaccompli indicatif.>~ 'i 'c:. 69.. XLVI. 404) 'i.

-.J § 379. n'est qu'un envoyé. est la négation d'existence . 47) il n'est pas disposé à désobéir à son seigneur.~.. surtout ~n phrase exceptive avec ~l. 183) ~ n'Nre pas. cette construction était particulière au dialecte du J:lijâz.:- •' ' "I . (Bub.§ 378-379 403 PHRASE SIMPLE NÉGATIVE M.. ! 1. cet homme-ci n'est pas un mortel.J ·- (293 b). se trouve dans le Cor. ·-~-·îf 'Î ::_. :rP . V.. . Synt.. (Cor.. ~ 1.. XII. r-- . 72) Enfin. (Cor.r ~- U. V. 1'1) ._:. ni moi au mien. - ~l ne . 181) lùmbée en désuétude.~ ~ etc.. (Bub.J ~J ~ ~. 144: cf.. ou ~J~j ~ Z. Cette négation s'emploie également devant l'àccompli ou l'inac- 'ü}q_ '1 compli pour noter les mêmes vaieurs que ~15 i... 1P. II.. Une autre tournure se trouve aussi où le sujet est introduit par (§ 303 b) : ~ aux méchants point d'auxiliaires (= les méchants n'ont point d'auxiliaires). III.. - '-J (§ 375J) et ~ (§ 377 b) se rencontrent souvent avec valeur iden- tique.r-F... n'est pas généreux. ou introduit par :-:' .~ (§ 378) . . 75).. L'attribut régi par ~ se met soit au cas direct. 31) ce n'est ras pour toi 11n client.. ne vous trouvez-vous pas craindre? (Reckendorf. 1:U: i. . elle prend les mêmes désinences pronominales que le verbe qui la suit (1). pas. soit au cas indirect avec . on a vu que § 378. Dans l'usage courant. exactement comme :. cf.. (i) On trouve pourtant l l'Epoque prE-classique drs emploi• flgEs de ~ !li ri' "' le trou11e1-tu pa1 1a11oir ? (Buh. 1 .: :~..§ 141 et 387 b. i.. (Cor. cette particule se rencontre avec un attribut au cas direct.

adverbial (franç. (l\J. - ~ne ... § 384. (Cor.n principale. pQll encore... • '~.•. Reckendorf. ' [ce) n'est plus l'instant de fuir ! !-'°\.3) la foi n'a pas encore pénéll'é leurs cœurs. f .En poésie. • . accompagne une négation . ... § 382. 2) § 381. il peut suivre ou précéder celle-ci.!'~ ~tr'J (JAi}. gouyerne uniquement le subjonctif auquel elle donne un sens futur . continue à exercer son influence sur tous les verbes de la phrase.i. (Cor. cette particule. . devant Allah....".j ne . • ' .u 1 étemellement . .t.. ~-.. ... 83) il n'entendait pas. il ne se trouvait pas ê're satisfait..~ leurs richesses ne leur serviront à rien.J ~ r-1 • . CXll. ... . J! ... III.Une négation peut toujours être appuyée par un mot ~ ~ .~_. .:..). t. ~ . • ' .."ù~/ employé comme exposant temporel. l!J . il:.. venant en fin de phrase.. (Cor.. Il en est de même de • ' '• '. 1.J~I U . .ir • l!J ne .. _. est également tombée en désuétude . (Id.-.. Synt . ~· l::! . •t.:...::.~ n'être plus.. dont tous les ex. 14) La négation ~ est celle qui s'emploie avec 1.. dans les formules solennelles..1 '.404 § 380-385 PHRASE SIMPLE NÉGATIVE § 380. jamais. . gouverne l'apocopé auquel elle donne le sens du passé. jamais) comme : l. il n'a pas enfanté el il n'a pQll été engendré. elle introduisait un nom ayec flexion a ou an. XLIX. 'l"''r' ~ 4Ï.~~~IJw comparable à lui. 10) Même supprimée en coordonnée. . 16) § 385. . . .. 52-53.:. .. . quelquefois la particule négatiye n'est pas exprimée et c'est du contexte que se tire l'idée de négation : cf._~·~ t: .1 • ~ . exprimée P. r-1... XXXVII.M'. •'' je n'ai jamais vu un préfet de police 1 . • 'J .. ne .i~ (Cor.li Y.i ~T v ~ \. pas. pas.. tant que (§ 451) et dans la protase d'une « phrase double 11 (§ 466 Il). . ne sont d'ailleurs pas concluants. § 383. t 1 .

. . des auxiliaires. . soit le cas indirect. '61-t..J~ . . .. ...§386 405 PHRASE SIMPLE EXCEPTIVE F.s..La phrase exceptive peul ètre nominale ou verbale . XI.uf celle interdite [est) licite. car la locution signifie : ce qui eJ:cepte Un Tel.. 76) . le cas direct. conservent une valeur verbale et régissent.· . sauf le généreux H. même sens. est un exclama- J. toute chose. on a eu également une locution ~i. l. l. .'.J~ • fJ.µ ils brisèrent leurs chaudron•. 76) (1) Flelacher..\_:" tif (cf. ". le plus courant et constituent une analogie avec Û. ce qui. . V. sont d'anciens verbes figés à la 3m• . Kleinere Schri~en.. pers. Phrase simple exceptive § 386. l. On s'en tiendra donc à des constatations d'ordre général. . ... à Dieu ne plaise f) détourné de son sens (1).' gouvernant le cas direct. (Reckendorf.Û.f.. .J:J et . ~ 11 •• . Telle chose . ~111 • 'Y' -~-J"-' ~~ U.J~ ~ à l'exclusion de.. le terme excepté est introduit par des particules dont la syntaxe est assez capricieuse. .. ou~\.f"i. en dehors de.k' .r:. [toute) boisson sn.. combinés avec I. parce qu'elles sont étymologiquement de nature très diverse..:)(. de l'accompli . [est) vaine. 128) et ne seront pœ à eux(= et ils n'auront pœ) en dehors d'Allah. (Reckendorf. Ces trois particules régissent soit le cas direct. par suite.J"':" .Sr. Synt. excepté Allah. sont des noms-prépositions qui gouvernent le cas indirect... (Ag. masc. sauf.. (Cor. a) . Sgnt... 20) b) . par analogie.. • . 1xcepté. sauf. I.. . . .. a. ce qui semble . c) I~ et :)(.

352) Mais le plus souvent le mot introduit par ~l• se met alors au cas exigé par sa fonction.... tous se« sacralisèrent» sauf A. . 457) ne sera à eux(= ils n'auront). cf. (Ag.r: ~ ~1~l:·.• 6 ·~ '81 J ' :\k"1 ''~'l 'l~1 Y. contraire.. cA..•-':. 26) \!jl ~ 388.~-'(t.1·. si le sujet réel n'est pas exprimé. Q. seulement. Il. à l'époque classique (1). la syntaxe flexionnelle du mot qui suit V! est très flottante .>r.r ~I .~l (< ~ ~l). hormis. en phrase affirmative. . 1-- _"" _ . . gom·erne en général le cas direct. r. Z11r Gr.J' =):·. Il. n'existait nulle notabilité en dehors de quelques personnes.. (Ci. sauf. se place en tête de phrase et n'exerce aucune influence. 181) b) Si au. en phrase négative. l~j ~l r)I '>~ ~n a) qui suit la foule vint sauf Z.PHRASE SIMPLE EXCEPTIVB § 387-388 § 387. (Ag. On ne lient donc compte ici que des tendances prévalentes. I. H. dans l'autremonde. que. 426) (1) ~ !"époque pré-classique et en poésie. phrase négative.'. le mot ':h se met généralement au nominatif.. VI. (Ag. sauf sa tête. 16) ils ne font périr qu'eux-mêmes. [il] ne resta 1rienl de la chamelle. '. Nüldeke. dans la phrase. lqui ne le fit pas].. 'ai". le mot qui suit ~l peut se mettre constamment au cas direct. la poésie d' 1. ne . excepté.i ' ~. comprend seulement des satires. XI. (Bub. le sujet est exprimé.quele Feuldel'Enfer] (Cor.' ·~1 . II. 42-4.. :t' 'f .

~ • ('ï: 11'e11t-il pas à mon actif. J: quand. 4J"':: fait semblable [à] celui-là ? (Bub.. 284) Jl vers ori.: \.. .. u11 /> IT". ::~_. . . en arabe. a) Dans le style proche du langage parlé.' qu'est cela ? 1. se réduit à . etc... ..entre la particule et le mot sur lequel porte l'interrogation.. a le mêmt" ordre que la phrase affirmative..'\ • 'li. ~?.ü~ JL :.. •_. 422) J.:tÎ ou. ":"". souvent Î ou~ ne sont pas e)(prÎmés. II. V. L'interrogation est exprimée soit par une particule l .. Souvent'.. • .. III.. .r--:.... .) ~ .. . il demanda : a: Te réciterai-je une ~. • ' § 390. avec les pronoms interrogatifs. Il. ~'i:t''~ . ~.. ori est-il '! qui est parti ? 11. '"''' . 711 ~ .J • v 19 !pièce déjà] dite?» (Ag..:.. liste § 143). le cas échéant. ou à l'époque pré-classique.r . (1. III. - êtes-vous sortis ? 'Ji. ori le rends-tu ? (Bub.. . ~·· • 1. /_ . des !. un a: pronom de rappel »comme s'il s'agissait d'une proposition relative(§ 417 c).. . 27) J- ·m b) Les adverbes et pronoms interrogatifs peuvent. pronoms interrogatifs 1. s'intercalent . ~ ~ . Très souvent pourtant...J.-l .r . ~. sur vous. . 179) pourquoi donc t'assieds-tu auprès d'Un Tel ? (IQ.. 75) c) Parfois.. • ~ • '-il· venant en tête de phrase (cf._.. ètre régis par la préposition convenable au sens.. etc.i:t'Î d'ori viens-tu ? (Ag.>.. ... soit par un adverbe . comme en franç.§389-390 PHRASE INTERROGATIVE SIMPLE 407 6. ~ • =) !!... Phrase interrogative simple ~ 389. soit par un . on trouve après le verbe..La phrase interrogative..._ ~..:tl. e... l'intonation suffisant à noter la question . 22) de quoi rie1is-lu ? (IQ. III..

combien 'A. soit un mot avec flexion a (1).de l'optatif. 1. . .:. .l..§ 391-392 PHRASES AFFECTIVES quelle chose font-ils ? (Ag... 129) § 392 . au cas direct. combien [d'Jesclaves as-tu ?(Sib. Sur l'expression verbale de l'impératif.) H. Injonctives. voir§ 149 b et 161 c. 292) Cette particule peut. prohibitives.. . restera-t-il? (Id.. Le terme qui suit est soit un verbe au subjonctif. .. celle du cas direct. mais plus souvent un sing... voir § 170 . a) Ces phrases peuvent ètre des phrases nominales ou verbales du type normal contenant un exclamatif sans place fixe (§ 338-345). ~)'~~~ Jt:l 't.. Phrases exclamatives.::. avec ~. En dehors de ce procédé.. comme en franç. III. mais pas dans tou1. LX. II. 371) d) La particule exclamative ·r combien. ayez garde de croire en Allah ! _. qu'on a déjà trouvée avec une valeur (S ~ltZd) introduit rarement un pl..de l'injonctif et du pmhibitif. l'arabe se sert naturellement aussi d'outils grammaticaux ou de tournures elliptiques qui sont du domaine purement affectif. . ce qui est sans doute exact dans certains cas.~ sus à l'homme! (Ag. Phrases affectives § 39. ne pas avoir de régime. fvr. V. (1) Les grammairiens arabes voient naturellement encore dans cette flexion.Phrases Impératives..1~_ ~1 (Cor. II.. voir § 170 . optatives. 103) donne sept proverbes! (IQ.: . 187) . 1) garde-toi de satiriser les gens ! _v-81 "'~~ '!l~l (Ag..

. .' et suivi d'un mot au cas direct. . III. 32) d) La phrase exclamative peut être aussi formée d'un verbe qualitatif et d'un sujet. 1. 73. ! plût au ciel que . sing. ou ti~1 L._. ... Le sens se tire du contexte.. Des \Il particules exclamatives or ça! en accentuer l'allure affective..J . 419) malheur à toi ! (= allons !).~i [c'était] encore un autre qu'un homme de rien qui] m'edt tué ! (Buh. 195) combien agréable est le .§392 409 PHRASES AFFECTIVES ou étais-tu ? malheur à toi ! (Ag.. § 475).. XXII. introduite par ') qui se rend par ah! si encore .. V..~éjour de ceux qui redoutent Allah! (Cor.._N. 69) r c) Très souvent la phrase exclamative se réduit à un thème d'apparence verbale signalé au§ 192 bis. introduisant un régime avec -J.. 176. ah! . 30) combien sont aimables les effluves du Nejd ! (QAlî.. masc. . JVm• forme) précédé de considèrent comme I. peuvent précéder ces thèmes pour quel mauvais plat! (Qàlî." qu'il est méprisable ! . comme Z. XXV. XVI.. III. 76) e) Enfin la phrase exclamative peul être constituée par un thème ~l d'allure verbale (que les grammairiens arabes un accompli 3m• pers.. est beau ! Si le régime est de nature pronominal. il arrive souvent qu'on ne l'exprime pas. l... id. !. cf. 'ü~Î i.soit par un impératif JVm• forme 2m• pers. qu 11 recherche! (Cor. Il. ! (cf. suivi d'un mot au nominatif. que ne . 113) b) Parfois on trouve un exclamatif de regret exprimé dans une phrase elliptique de la principale. VII. rattrape cet homme ! (IQ. ' fi f( ' 1 ILJI ' ·': co'!'bien chétif est le chercheur et ce '-:'F ..

. . Sur la syntaxe de construction.Il y a aussi une certaine affectivité dans les subordonnées introduites. je confondrai vos idoles ! (Cor.l - ~ § 393. VI.~~~ i. § 348.::..Phrases avec formule sacramentelle. . 227). . cf.iJJI ilj ~ . cf.i~ rrf. . 1L --' 1l - . ~l ou par f qui introduit un éner- par Allah! oui. § 345. sont sans lien grammatical avec elle. .. .. . cependant Ag. 131) b) Dans tous les autres cas. ~~. 399) (1) Cela s'explique très bien psychologiquement : le serment vient appuyer l'affirmation ou la négation. III.-' 1~[. il était digne de l'émirat ! (Bub. 72) = ù~ _. ~. § 394. celle qui est intro- duite par les particules dites « du cas direct » '. ell.iJJIJ Ji . II. . .'}:::. a) La formule sacramentelle suit toujours l'affirmation ou la négation sans régime (1). 58) par ta vie ! certes dans leur ivres1e ( erreur) ils s'égarent! (Cor. par Allah !.iJJI~ -~-)li 't. fait lcela] ! (Jal}. On les étudiera toutefois ·. XV. 84) (2).~l '!J~i .'~~ ~~Ir' ..iJJIJ ~ . jetés dans la phrase. (2) Cette disjonction fort rare (cf. Sur les complexes sacramentels. XXI. par 1~(. Le tour affectif peut être accentué par gique. non ! par Allah! (Bub.410 393-394 PHRASES AFFECTIVES f) On peut rattacher à la phrase exclamative.iJJIJ ":} si fait ! par Allah! (lQ. .e vienne en tête de phrase.. la formule sacramentelle se place à l'endroit où le sujet parlant entend affirmer sa pensée. ~peut-être que.. J. III. 118) parait destinée l appuyer sur :. par Allah! (Ag.. 133) j'ai.~l. c'est le sachet à parfums d'al-G. Ces complexes. La place en est très variable. il semble d'ailleurs que d'une manière générale.:d' plût à Dieu que.~ --~ par la foi d'Allah!. III. comme subordonnées (s 460 b).1 qui marque l'acquisition déftoitlve d'un fait.

a) '!JC1 J.. On a vu (§ 394) que cette particule peut s'employer aussi pour renforcer un serment et que.i. pourquoi te vois-je éperdu '! » (IQ. § 343 et suiv. « Non. ... cf. ~._.. 14t) et c'est là la vérité !venue] de ton Seigneur! (Cor...J~L.§395-396 PHRASES AFFECTIVES 411 c) En phrase négative. . .. quand celui-ci ne contient aucun autre complexe affectif..) .__. dans ce cas. 62) Notons enfin le tour énergique donné à la phrase ou à un terme de la phrase par la particule 1sans influence sur le verbe ou le nom. ô Emir ! ·~ répondirent-ils. L: Ji~ : J... 87) . celui-ci se met au mode énergique.~ ~ ~l :::. serment) amène régulièrement un déplacement du vocatif vers le milieu ou la fin de la phrase. /ai fui vers loi. on ne trouve jamais f.J (IQ... 149) Remarque. !~I . Il. Le vocatif n'a point.. II.81 Q1 : J~ 1- el elle me demanda : « 0 jeune homme !. s'il y a un verbe. 31) . 11) ~_!QI. ils sar1e11t bien qu'il est la vérité ! (Cor..4J . I. (Qâli. par Allah. . affirmation. § 396. de place fixe dans la phrase. » (QAli. ô refuge de ceux qui f uie11t [chargésJ des fardeaux des péchés 1 (lbi<I. puis il dit : « 0 gens ! la guerre Lest] dure el amère. 4:-' . iJ~ ~j1 ~l :_. - Phrase avec vocatif..... IV. : . I. lui non plus.Y b) La présence d'un terme ou d'un complexe d'une affectivité plus grande (négation. . - . Il semble pourtant qu'il vient de préférence en tête du discours. Sur le vocatif. ~' ~ ~ ( par Allah ! je ne te tiens pas quitte ! _ § 395.. l.

TROISIÈME PARTIE SYNTAXE DE CONSTRUCTION DE LA PHRASE COMPLEXE .

ur l'ordre des mots. attributs. que des « phrases simples 11. Il faudra toutefois étudier certaines ellipses et les changements de mode subis par le verbe. comme dans . etc. L'arabe le fait bien sentir quand il remplace un mafdar . sur la structure nominale ou verbale de ces propositions. termes circonstanciels. par une proposition.accompagné de ses compléments. Il n'y aura donc pas lieu de revenir s. J'" ~ il ordonna de le tuer. d'intention.Sous la dénomination de « phrase complexe 11. liés ensemble par des conjonctions ou par le sens.•. .) qu'il convient d'exposer les rapports des diverses propositions : dépendance de constatation. En exposant parallèlement la syntaxe de propositions dont la construction est. le plus souvent. Les propositions formant une phrase complexe ne sont rien d'autre. On pense donc que c'est en parallèle avec les éléments intérieurs de la phrase simple (verbe +sujet compléments. on désignera toute phrase composée de deux ou plusieurs membres ou « propositions». en apparence. on s'en tiendra aux cadres traditionnels. "Î = ~ "Î J'" -.t•. § 398. .TRC>ISIÈME PARTIE SYNTAXE DE CC>NSTRVCTIC>N DE LA PHRASE CC>MPLEXE Notions Préliminaires § 397. qui sont le résultat de la coordination ou de la subordination. sur la notion de temps dans les verbes. de coordination. fort différente. On nommera« indépendante »-toute propo· sitioo offrant un sens plein et non reliée à une autre par une particule. etc.La syntaxe des propositions est la même que celle des éléments d'une phrase simple. + .l~~: ::. de relation.

L une ·ou plusieurs qui seront désignées sous le nom de • subordonnée » ou de • coordonnée ». On va donc étudier trois ordres de faits: la j11xlupositio11.416 NOTIONS PRÉLIMINAIRES § 397-398 On appellera « principale » toute proposition en gouvernaa. . selon la nature de la conjonction qui les reliera à la principale. la subordination et la coordination des propositions.

elle est d'origine affective. haletant.. . qui développeront d'autres procédés de construction existant dans l'idiome. La juxtaposition des propositions « indépendantes » et même «subordonnées» est donc un fait relativement fréquent en arabe.J. comme une beauté (1). Le ton. mais peu utilisés par les Bédouins.Ju:daposltlon de propositions Indépendantes. apposition proprement dite de substantifs (§ 279) ou de démonstratifs (§ 2fi9).CHAPITRE 1 LA JUXTAPOSITION DES PROPOSITIONS § 399. 11 ~l ~~JJ.l ~ t l~~ll ~~ :i. III. . grecques ou iraniennes. § 400. ·~_. la mimique suppléent au lien syntaxique. ils aiment que vous pâtissiez.. ~ ~J ne prenez pas de confidents en dehors de. indêpendaot de ce qui prEcède et de ce qui suit.fort rare eat consldêrê comme une faute.. vous .J'I~~ ·~)~~ ·~~(.. ils ne manqueraient pas de vous lroubif'r . le geste. mais aussi dans celui de propositions subordonnées. échappe encore aux influences extérieures. 118) (1) De même en pohle. que l'on ret. surtout durant la période préclassique. ofrrlr un sens plein..On a vu la place importante qu'occupe la juxtaposition dans la phrase simple : juxtaposition d'épithètes venant après unsubstantif Œ278). . qui est considéré dans cette langue. le vers doit avoir sa vie propre. la haine est apparue de leur bouche el [pourtant] ce qu'ils cachent est pire! (Cor. c'est-à-dire celle pendant laquelle la langue. L'enjambement . Cette juxtaposition de membres d'une même phrase se trouve non seulement dans le cas de propositions ayant une même valeur. Cette juxtaposition se trouve à toutes les époques de la langue. Il y a là visiblement un fait µropre au génie de l'arabe. Comme en français. profondément influencée par les palabres de tribu à tribu ou par les récits qui se font sous la tente.rouvera dans le style coupé. (propositions indépendantes). ::._ 'it~_ \J~:._j '1 Il'~ i: .

(Cor. ci-dessus.418 LA JUXTAPOSITION DES PROPOSITIONS § 401-402 il dit : • Je supporte la char. (3) Brockelmann.. ("' I~ f ' .. un homme des < • la lui apporta...:~ u ce qui sera la tournure normale aux époques postérieures (§ 426).qe de la dette grdce à l'approche de la libération.<-: . 521. . la subordonnée complétive à l'époque pré-classique et même classique est juxtaposée à la principale si celle-ci exprime un ordre.>.:. XII. ensuite l'emprisonner leur vint à l'esprit. l'avait tué.•.. .1struction est donc elle aussi d'origine affective . '. . (1) Brockelmann. Grundr.-Proposltlon subordonnêe complêtlve Juxtaposêe.. 307) § 401.?! 'rl3i.: son père avait été tué : un homme de. On a là visiblement une construction archaique demeurée vivante dans les dialectes (1) et d'origine affectiye (2).'1 . Allah maudisse les femmes! Je ne doute pas que . elle est rare à ces époques et ne s'est pas maintenue durant la période post-classique et moderne (§ 428).. cela est fréquent lorsque la première proposition est au passif.:: . '. ~. c'est un procédé pour exprimer le sujet réel du verbe.~ Banû If. (Reckendorf. Il.~111 ~-' ~.. Sgnt.1 0lr i ~ ~J !!.c>. (JAi}. comme encore dans les dialectes vivants (3). Il. un aerment.i '·. A l'époque préclassique on trouve quelquefois la construction suivante : ..Proposition verbale sujet sans~\. 526... (2) Remarquer l'emploi de l'énergique dans l'ex. ~î . 253) la nouvelle [de la mort] de son fère lui parvint . (Id. Cette co... § 402.. 35) _. . Ibid. On s attendrait à avoir • _. Quelquefois aussi. une promesse.. • "f •.:. 142) Parfois cette juxtaposition est une véritable apposition de propositions formant paronomase . Œi 11 J.

(Jàb. III. II. (llj. par Allah!jene crois pas [que) IJOS richesses suffiront à cela f (Bub. . III.A JUXTAPOSITION DES PROPOSITIONS 419 Dis: Donc. ~( J~ c::. XVIII. 'l 'Îl.§ 403-404405 l. III. 309) . • . 4$J :. ·1.'.•• • . 164) ~•"" tt~. un autre qu'Allah vous m'ordonne: 1que] j'adore? (Cor. . • . si fréquente dans ce cas.J~ . al-U. La juxtaposition.aj ~-.. 6-1) jusqu'à ce que vous m'ayez donné une assurance [quel vous agréerez mon verdict.tt • ' ' ~I jA 1 regarde s'il s'est éveillé! (Bub. .. . Juxtaposée. " • . (IQ. • • . ~~ l/..i r .. .CJl :1i ~l~ f puis je les vis blâmer cela.Proposition subordonnée clrconstanclelle d'é· tat.. .. ...J. 26) § 403.La juxtaposition se trouve au contraire à toutes les épo· ques quand la subordonnée dépend d'un verbe de constatation ou d'eatimation.J . de manière ou de but. 282) Remarque.. très fré· quemment une notion d'intention est sous-jacente. t 1'.. 44) . s'explique par un ordre de mots : Je complément du verbe de la principale est sujet de la subordonnée ce qui supplée à l'emploi d'une conjonction.: J - avec du thym..)' •. que tes yeux ne se détournent pas d'eux. XXXIX.La juxt11position est également constante quand la subordonnée est interrogative. ~ l. mais on verra (§ 432) que l'arabe utilise aussi une subordination par conjonction. 388) § 405. (Jâb. c ..étri ~..--. 136). 28) ·.~ biens de] ce bas monde! (Cor. Le français rend cette circonstancielle de diverses manières. _ . aortit ae promener. "·I\ . son reméde est du raisin sèc f. u-....i' --''{'{( § 404. ils dressèrent ce tabernacle parmi leurs tentes ponr y prier. .- ::..~ •F-Jt é:_..JJ t::ill 1 . recherchant [le. Le verbe de la subordon· née ~st le plus souvent un inaccompli exprimant la durée ..4-r. ~I ~~Li ~ ne me demande pas qui je suis ! (Ag.. . 277).J :'. (Ag... )â. II.. § 414.J . .~ ~-.i -.

(Bub. .. IV.vous ne m'en croirez pas. (Ag. soit par un mot de valeur purement adver. (Ag.420 PROPOSITION INCISE ET RELATIVE § 406-408 § 406. je naquis la nuit ou fut enlevé le Prophète et je fus sevré la nuit où mourut A. par Allah. On joindra à ces subordonnées.puissè-je être ta rançon ! . sans llen syntaxique a\'ec la phrase. On a vu(§ 266-272) que l'arabe a deux séries distinctes de relatifs." biale comme ~I ou.!-:.La proposition dite « relative 11 n'est. . je suis. . B. . 220) et si en vérité je vous dis: " Je suis innocente / • . une formule propitiatoire. L'arabe utilise en effet surtout l'incise pour exprimer un souhait. qu'une proposition j ux ta posée.Proposition Incise (1).. je ne sais comment lu as fait. . § 407. Il. On sera par suite amené à étudier séparément : 1° La relative à antécédent déterminé ou indéterminé. 2° La relative sans antécédent. . et la proposition incidente reliée d'une façon plus ou moins étroite avec le contexte. 156) Proposition relative § 408. . .avec les plus nobles dames de ma tribu. (1) Oa maintient une distlnclloa entre la proposition inci1e. les circonstancielles commençant soit par un substantif au cas direct en état d'annexion avec un verbe (~ 287 bis). une imprécation.>dans le lieu ou. L'emploi de ces propositions est très réduit. en arabe. 220) je ne sais par ou il est venu. ni d'oli il est arrivé. IV.et Allah sait que je suis innocente 1. au moment ou.

"':"~ Î :. .Cette proposition pourrait plus justement recevoir le nom de propo. En outre. de même que l'épithète vient immédiatement après le terme qu'elle qualifie. On :rnra toutefois à insister sur un trait particulier à la proposition relative. purement et simplement. Proposition relative avec antécédent § 409. 42:i-Hi. à savoir la présence d'un pronom affixe. .. § 410. de même que l'épithète prend l'article JÎ. elle est introduite par la série des adjectifs relatifs 45 _. VII.. si elle se rapporte à un nom déterminé. Elle suit immédiatement un nom ou un pronom qu'on nommera antécédent. (Cor.. où n'apparaitront pu de pronoms de rappel. en effet.iÎI. . comme dans le suivant. '1 ( · . (~) Dans ce développement.'. textuellement ex le celui».Proposition relative à antécédent Indéterminé. dit« de rappel'" qui assure à la fois une liaison plus étroite avec la principale et fait ressortir la fonction de l'antécédent par rapport à l'élément verbal de la relative. on étudiera successivement les deux espèces de relatives.. On assiste à une simple juxtaposition de la principale et de la relative sans qu'aucun adjectif relatif les relie l'une à l'autre. et la proposition relative (~ila) à antécédent déterminé . Il a considéré la première comme asyndélique et la seconde comme syndétlque. Sa syntaxe. rappelle très exactement celle de l'épithète.§409-410 PROPOSITION RELATIVE 421 Dans l'un et l'autre cas.JfA _ ! 45. 'I? ~ • '"'. elle tient compte de la détermination sémantique ou de l'indétermination de l'antécédent. A.:. III.'ï '-" - !voici] des versets fermement établis 1qui] sont la mère (= l'essenliel) du Livre. Pour éviter des redites et grouper ensemble des faits identiques. a conservé la division dts grammairiens arabes qui considèrent il part la proposition qualilicalive-(~ifa) à antécédent iodélerminé.. Synt. on citera seulement des ex.. . (Ag.. 5) (!) Reckendorf. puis la syntaxe du ex pronom de rappel » et enfin quelques types de relatives participiales. on peut avoir une phrase nominale ou une phrase verbale. :l42) . Si celui-ci est indéterminé. '•J'i ' il me donna 1111 jeune cheval [quiJ me ~ . Si au contraire il est déterminé./" '-" '1 ~"'- t..çition qualificative ( 1). elle se juxtapose à lui.ui plut.

54) (_• ·• •.. en nombre et aussi en cas. Synl. .{[::. L'adjectif relatif est exprimé."t •( § 413.1 iJ.• . a) fait que Jl• n'est pourtant pas suivi d'un adjectif Dans certains cas.fl 1 les penchants qui invitent [sont] nombreux. 3) § 412.. cités par Reckendorf. relatif. .. mais indique l'espèce (§ 277 b). (Cor..) ~ (Ag. . ô mes serviteurs qui croye: / l_.Si l'on occeptc notre façon de comprendre la proposition dite relative. 427. avec ou sans f.~ ..~I ù / . mais non sémanliquement (§ 28!)...(.. 201. Il suit l'antécédent immédiatement et s'accorde avec lui en genre.. selon que le vocatif est considéré comme déterminé ou indétcrmi. cette construction peut s'expliquer par le Jj n'amène pas une détermination sémantique.iÏ1.l!~ Jl . (1) P. § 414.~ i:r.é grammaticalement. ne soit pas suivi d'un adj. mais ces ex.Plus embarrassante est la relative (ou la pseudo-relative) dont l'antécédent.. après ant4!cédent lndêtermlné. il paraît normal qu'un complexe suptrlatif + substantif indéterminé grammaticalement. 85) d cela. Synt. . s'explique par la nature adjectivale du relatif.< .. relat.. mais.:. III...Ji JJ1 J~l "'. . XXVII. il est l'homme le plus importun [qui! soit dans la ville. 1ont dlscutablea. (Jàl}. 13. s'il est antécédent d'une relative.:. . ô demeure dont la trace est effacée / 1• .f\1 ~?~ ~ (Cor. .°.De même. XIV.eckendorf. l.i(\11 ~] . on ne s'étonnera point qu'elle vienne en qualificatif"d'un vocatif.. [ces 11ersets] sont une bonne nouvelle pour les croyants gui s'acquittent de la prière.422 PROPOSITION RELATIVE A ANTÉCÉDENT DÉTERMINÉ § 411-414 § 411.. 329) • -. ce qui est absolument contraire à la syntaxe du relatif des langues gréco-latines. cr. muni de relatif (1). les autres ex. ~t .Propositions relatives à ant6cèdent d6termln6...S . cite des emplois de l'adj.~ __ ~~ \. "" -::: ""' .

II. _ .. Proposition relative sans antécédent § 415.. (2) Reckendorr. 414.. on trouve un complexe qui ne se rattache pas à un antécédent et qui est commandé par ::.. 398) (1) Id. t.. ou \. IV. kendorf. Ma.. l'article JÎ +nom sémantiquement déterminé n'est pas suivi de l'adjectif relatif.".Dans une seconde catégorie de propositions relatives.~let ~t. parce qu'on a. LXll. voire des propositions juxtaposées. Mais on pourrait tout aussi bien y voir ulfe Indépendante juxtaposée.J. [est) seulement /'Apôtre d'Allah et son Verbe déposé en Marie. 30) fais ce qui te semble [bon]. auxquels il faut adjoindre les thèmes .. m~intient qu'on a dans .. Sgnt. id..\_'~! _· -~ _ _ -~ à qui [sont) ces demeures [que) j'ai visitées ? (lmru'l-Qays apud Rec- ' · · C.]•1 J'l i. (Cor.~i... ~. relatif ait été supprimé pour maintenir le parallélisme rythmique entre J. -~1··-1 .. 4t8. 448) B. et i. contre les commentaires qui y trouvent une circonstancielle.1311 une relative. ~~ . ' ~\ :JY"''~ ~~ ' _f1 \. plutôt qu'une relative. ~!. est celle de l'dne portant des livres. (Ad.: ou \.î JI U. ~..... une proposition circonstancielle.i\ ~J le Messie ..' (3).lÎI qui.§415 PROPOSITION RELATIVE SANS ANTÉCÉDENT 423 la ressemblance de ceux qui ont été chargés de la Bible . ~ ~.1:i. . II..' (§ 2il). (1) Nous ne pensons pas qu'il y ait llea de distinguer dans . Dans cet ex. 171) (2). .: ~l y mettras-tu celui qui y sémera le désordre ? (Cor.. Wright. . b) Dans d'autres cas et notamment dans le prologue (nasîb) des panégyriques (qa1ida) (1). sont devenus des pronoms se de la série~ substituant à ::. li. 5) Remarque. (Cor. d'adjectifs relatifs.i. il est également possible que l'adj.. un emploi dttermlné et un autre lnd1Uermlné : cf.

. Il. (Cor.. des emplois de:./~1 ~J comme uncseulesphère. •"li L. . ceux qui suivirent /'Apôtre d'Allah.).. . ~ . Syntaxe du pronom de rappel + Dans les exemp1es des § 410-416. .~ et les Musulmans. sont nombreux.. où ces pronoms expriment une notion d'éventuel comme en franç.J science des sphères [célestes) et des . ce qu'avait laissé l'Apôtre d'Allah.\ÎI avec antécédent déterminé.. lent l'équateur céleste et l'écliptique l~IJ lClt _c::.. et cù les verbes Erennent les mêmes "as" pects » que dans les phrases hypothétiques(§ 467). exactement dans les mêmes conditions que . (Nôldeke.1_.. suiv. ·. ' •' •• • et parmi les savants connaissant la . • . après Noldeke. 103) qu'il lui parta.424 SYNTAXE DU PRONOM DE RAPPEL §416 ceux qui ont été impies ont dit : . ou comme appositif d'un nom. • . . ce 11 pronom de .}~ iJ4. ::. 271) Remarque.. • ._.•• (Cor. .~":% J '-~--4. ' ~ '... XLI.. 103. ( iJ4 Jf' =) . Mais cet usage ne s'est pas maintenu. 26) renvoie [-les] de [la manière] qui est la meilleure.i ·!l. Il est des cas d'ailleurs où cette distinction est délicate à faire. l"anlécédent relatif. ... Reckendorf..-11 es~ à remarquer que.S . le pronom relatif sont sujets de la relative. étoiles ( = connaissant l'astronomie .!\_..!"l I~..... XLI.. -·..' ..-y1 ~ ~ (. .~ 'e:::. où l'antécédent.. (Bub. ~. 'ü~'S -~' J/ .Î}.r ~·... [il en est] qui camp• ... Synt. . . ~qui ont été signalées comme procédés de détermination de ces pronoms relatifs (§ 268 b et les ex. ou C. l'arabe trouve le moyen de la rattacher plus étroitement à la principale en se servant des tournures inversées ~ •.. 435 1. Zur Gr.(Mas'ûdi. . Zur Gr. quoi que. Tanbih) C. .iJ4. ~1 -~' J. ~ ~~'~ i. signale.. et les " phrases doubles . tout en conservant l'indépendance de la proposition relative. mathématique).-. quiconque... Il ne faut pas confondre les propositions relatives sans antécédent.qeât son héritage....'.. etc.. § 416. 34) Dans la prose pré-classique et en poésie.::."' . introduites par .

ü~ '• .. ' ' . 1. un adolescent.::ii. b) tantôt à la préposition introduisant le régime de cet élément nrbal.. Il. aux diverses époques..:. :: .. dans ces trois cas. i.u ~~\ -~}~ ~~ connais par rapport à /'Emir de. (lij.. ...... le rappel est de règle générale (1).:ilfill .. 33) l'homme que tu recherches [est] à la porte.. relatif sont complément direct dans la relative. c) tantôt à un substantif placé en fin de relative. 210) .I! o::ij:_ ~\ ~. ·. (Ag. Il._.~ ~! 1 J. . 312) :1 "' - b) Dans une relative à antécédent déterminé. 21) c) Dans une relative sans antécédent. (Ag.. 011 ne se dissimule cependant point la pr6carlté d'une telle présentation.:. ..V: Jt.~ ..~\.•.:. le rappel est rare à l'époque (1) Dans l'impossibilité oi\ l'on est de multiplier à l'infini les exemples. ' .-.. ~J~ je nommerai gouverneur..... + a) Dans une relative à antécédent indéterminé.L:ii J_1 (.Rappel après l'élément verbal de la relative.) î ..... je vis un aveuJlle que conduisait . suffixé: a) tantôt à l'élément verbal (verbe ou participe) de la relative . . 16) .. le rappel est constant.. § 417. . Ce rappel marque que l'antécédent. je suis dans la situation que tu ~ O_r .. . (IQ.. le complexe antécédent relatif ou le pron. il a fait allusion . indiquez-moi un homme [que] ~j~:: ~~j.•.... un égal caractère d'indispensabilité.§ 417 425 SYNTAXE DU PRONOM DE RAPPEL rappel » n'est pas apparu. car c'est l'unique moyen qu'on ait de joindre les deux propositions..: = ) ::. . ... à ces paroles que nous avons rapportées. ~-}!JI-~\ .. On va voir que ce « pronom de rappel • n'offre pas. (Uàlî. on s'efforcera d'en donner un nombre proportionnel à la fréquence de leur rencontre dans les textes.. ~l~Î ~ .. . Croyants. . Il. ' . .. . . Il reste à voir les cas où il est employé.. .

.1 ~!. auJ: diverses ~poques. V..)'. (IQ. 40) il se repentit de ce qu'il auait dit à M. (Cor.J1 .1 ~J~. (ÏQ. voua y aurez ce que vous demandez.. .. ~~ t: J!-. 70) Ibn az-Z.l r-- a: i. il t'a placé [au nombre] de ceux qu'il a conduits à sa religion. • il a élevé ceux qu'il a élevés et abaissé ceux qu'il a abaissés..) ~ r. u . 1. -...~ J-i. 45) il n'est pas. 1.. 162) (1) Ici encore. sur ce que vous faites.: l...J ~ t d 'a .' (_ :' [il] s'y trouve ce que désirent les âmes. tli!. parmi ceux que vous avl'z décrits. (1.. (Ag. ~~ ~ "":.. (Cor. éclairé.. \I}" vous y aurez ce que vos âmes désirent.. 73) . J~ t: -~ ~~~ aJ~:J~iJ . 'ü1~J ~~ i. 1. 28) ~j . XLIII. J: r~ j. XLIII.'j~ ~~ • Jt:'\11 ~ ~) ~ :i. III.:. IV. 8. XLI. (IQ. Ill.. ' ~:'\Il ::1. avait expulsé Abzi Q. [de gens l f. (Ag..i J~ ·~. •. .. . il paraît devenir la règle générale aux époques postérieures (1). on s'efforce de donner un nombre d'eJ:.lus énergiques que ceux-ci. ~z. (IQ.j)I J.. 71) '_ t"'~.426 SYNTAXE DU PRONOM DE RAPPEL § 41i pré-classique.~ '. 326) interroge ceux de nos prophètes que nous avons enuoyés avant toi.. III... proportionnel à la friquence de leur reucontre dans les textes. . (Cor. J~ . li . 75) que chacun de uous retienne ce qu'il uerra et entendra.. 313) et il dit. avec ceux qu'il avait expulsés. très fréquent au contraire à l'époque classique .. (Ag.. 24) il entendit ce que m'auait dit al-F. 31) il eat. ~ ~ 'f::'..) (Cor.40) les apologues que tu m'as cités m'ont corrigé. • ."excusant de ce qu'il avait colporté sur 'A... 1. -~ '.~ ~ ~ ·~J -> .:l . XLl.. ~ ' t"'î •' r-- ~ 'û.. (Ag. lsl}âq apud Ag.

. t\. 416. vraisemblablement. . J1 ~ • ..iÎI ·t: ~ elle parvint à la fraction de laquelle ~ ~. III. (2) Reckendorf. (Ag. relative à antécédent déterminé. -tt: .J'..-··Il • ·'" . 192) nos cœurs [sont] dans des voiles qui nous dérobent ce à quoi tu nous appelles.1ominale qui est. 146) (1) La nécessité de lier la relative au terme dont elle dépend dans la principale. 1..-. 388) c) relative sans antécédent.. . Synt. (Ag.t. VI. Synt. ne vois-tu pas ce dans quoi nous ~ ~ ~ l. 235) ~u~Ît. . (Qâlî II. les chacals se ruent sur celui ci qui ~ ~~ ~ ~l!fJI .. 124) . (Ag. • il apporta u11 vase dans [lequel] était de l'eau.~ Ji. . Mals cette tournure est fort rare.k.§ 418 427 SYNTAXE DU PRONOM DE RAPPEL § 418. 417). et c'~s. -) '!!C. 5) b) -. amène parfois.iJ'I '· ·11' '- r jl 'i::._ ~~Î ~ lb.. -y" j~ dans un désert où n'était pas d'eau (~âlim. 148) . XLI.::" 4$.~ •)!!/ !::!~. en poésie. 2" quand l'élément verbal de la relative introduit son second complément par J a) ·relatiiie à antécédent indéterminé (rappel constant).J ~J:' "6. . tu parles comme celui ·pour qui la fidélité l_à la parole donnée J n'est pas un trait inné. Ex.t le jour ou il m'a prom1. III. Ce rappel est de règle générale (1)..!i'~~b~~s~(jg{~6a) + + On notera l'inversion préposition pronom de rappel sujet de phrase . je suis issu.5 n'est aucun chien.: t~~~~~i~~. - Rappel après une préposition dans la relative... quelle que soit la nature de la relative.. Il. (IQ.. : (lfei.. ' .J sa VISlle. un rappel de l'antécédent par un outil grammatical autre qu'un pronom affi1e. ~Î . un fait rythmique destiné à débarrasser la fin de phrase d'un mot court (2).i. y volt un moyen de mieux lier les deux propo1ltloos.. On ne trouve en effet une ellipse du pronom de rappel et de la préposition que dans deux cas : 1° quand le complexe préposition + pronom de rappel n'est pas indispensable au sens . ~-:-> • . ?.{'d.. Lol fsommes] de liens (=ne vois-tu pas les liens dans lesquels nous [sommes] ?) (IQ.: .. apud Reckendorf. (Cor.

. 29) b) relative d antécédent déterminé. le complexe prépositionnel rappelant soit l'antécédent. +> { ~+>~='Ji -~ut <ti+> ~:~~~.a~ 1.. 75) c) dans la relative à antécédent indéterminé.J'_ l. (IQ. 430)· relative sans antécédent. . ~l <~. 125) [dis] d la tribu devant laquelle s'humilient les plus nobles chefs .!~[j] ' ..i. XVIII. (Cor. ~I~ il jeta sur lui un manteau dont le !~? l:.. (Farazdaq apud Reckendorf. ne peut être supprimé. (1.J' _ -• chez moi [se trouve) l'enfant lui son dont le p~re) est mort. tu as mal fait. Ce rappel est constant dans toutes les espèces de relatives. 105) a) • •• 'J-i. . a) relatiue à antécédent déterminé. § 419.:ii. (Cor. (Ag.r ~- nous avons réservé aux méchants un feu dont les entourent les flammes. ' . ce dont je vais t'entretenir.i J• - l.. III. .~ ~ 1 prix était de200 dînâr. IV. 101) p~re (= ..:î '~~ -~i4 G~I Ul . <~. V. relative à antécédent indéterminé. 4. +> wf-:t i. --~ ~I 'r~I-_~-~. li~l. <~+>'!J~~t:~~·.). l'ellipse du complexe prépositionnel ne peut se produire.J'. Allah tiendra envers toi ce qu'il t'a promis. Isl}âq apud Ag. II.:. +> ~~î t: )S'r).}..J'Y11 j f:. IV.q.. '•·eJ.. ~1~<~. soit le pronom relatif. suivants montrent au contraire qu'il y a ellipse possible de ce complexe pour une des deux raisons données ci-dessus.: i.'l ~-. 191) tiens secret de ma part.y • . cf.JI ~ b) rappelez-vous la grâce que je vous ai accordée.-. ·~ :::... •. III. § 417 a. :::_ ::~ :li ~. II.r·..428 SYNTAXE DU PRONOM DE RAPPEL §419 Dans les exemples qui précédent. . -Rappel après un nom dans la relatlve. Les ex. (Bub.t. (A. Synt. 171) dans tout ce que tu m'as répondu. ··' · ~ l.. . (Id. 40) la nuit au cours de laquelle elle fut prise.

la relative. XI. en principale. je suis celui qui dit . 192enbas.. A l'époque pré-classique et classique. que la voie est étroite pour celui dont tu n'es pas le guide ! (IQ. 167) tu es celui en qui Q. .. Synt. poétique cité par Reckendorf. Cf. (Ex. _. (Cor. ~. à cause de son mérite.~ . Il. 444) Avec. 443) ~u es un homme [q_.li '~l t: ~.. non avec l'antécédent.v-.:} ~. apud Reckendorf Synt. III. ~ !I.~î ~. IV 166) D. t1 J)î~~I~ :i:r... . :. 134) vous êtes un peuple [qui] est ignorant. Quelques faits particuliers à la proposition relative § -420. ·. on fait accorder en général. (Cor. met son espoir. j.' J. on fait parfois accorder le verbe de la relative avec le pronom qui l'introduit.IV. ~ ..Il peut arriver que l'antécédent ou le pronom qui introduit la relative soient attributs d'une principale à la 1re ou à la 2•• pers.Jî . .j Cependant..~ ::Jl ~µ~.ii "J... ~f:!. J !l ~.iÎI -. Id. 118. passim) j'étais un adolescent qui faisait paître les chameaux.. cf.ii(. (Jâl}. (1) Cet accord est encore vivant dans certains dialectes.. (Bub-. 1._~' ~~l ~:>1I ~ ~~.§420 c) ·~ FAITS PARTICULIERS A LA PROPOSITION RELAîlVE 429 relative sans antécédent.JI ~ ~i. '~). l'accord de la relafrve se fait également avec le complément de la principale et non avec le terme qui lui est apposé.. . dès l'époque pré-classique et classique. (=c'est moi qui dis) (Ag. Spnt. :. mais a\'ec le sujet de la principale (1). 29) l. 292) par Celui en la main de qui [est] mon dme !(A.1 est avancé en âge. un verbe d'estimation. je vous vois [commel un peuple ~ki 'f()Î J(~J mais qui ignore..q.iÎI ::.. Feghall. 343) mais c'est moi qui dis . (Ag.

celles qui (= des générations 9ui) étaient plus puissantes que lm. la ter. les autres ex.. § 421-424 nous sommes ceux qui ont pris l'engagement envers M. 78) § 422. tendance qui prévaut à l'époque post-classique et § 421. L:. auparavant. qui) a ordon11é pour eux la logique. Munqid. 444 § 3). (Cor.Si le pronom relatif·~. ~. parmi les générations. ~r~ = f. XX VI II. _sont sujets d'une phrase nominale.L'emploi d'un pronom personnel isolé est constant devant la série & .. de [fairel la guerre sainte. cf. . C'est la moderne. . ~~ ~~. il a fait périr. Relatives participiales § 424.if' J. donnés par Rcckendorf. ~Il.iÎI employée pronominalement comme attribut d'une principale 'no~inale.-a) Assez souvent en poésie et dans la prose pré-classique. bien qu'ils (1) On trouve dans certaines recensions ~Ci.dance générale est de placer après le relatif un pronom isolé qui semble bien être le sujet réel de la relative nominale. 'A. (Gazzàlî. 8) . ..t Aristote est celui qui ( et c'est A.i)I ou le complexe antécéde11t + relatif.La relative introduite par une préposition s'insère très souvent dans la principale comme incidente. éd. .à ce qu'o11 dit lui appliqua la prescription coranique touchant le vin. i. (Ag. 24) § 423.430 FAITS PARTICULIERS A LA PROPOSITION ftELATl\'F. on trouve des participes ou des adjectifs toujours munis de JÎ. II.. 97) E. III. +J ou L: car <U. (Bub.. de Damas. Synt.li.:}. Le pronom isolé sert alors à la fois cle disjonctif et d'appui au relatif.

. XXII. 4-13) .-4. XI. 11.J ~ ~. et à ceux dont les cœurs ont été rallié• (1).il~ réjoui• Je la bonne nouvelle ceux qui accomplissent la prière. dans ce cas particulier.!]~~)li~\)' ~ ~~~ ~~ '' .):. . équivaut à un démonstratif-relatif. (Cor.§424 431 RELATIVES PARTICIPIALES semblent entrer dans un état d'annexion de qualification (§ 284 2°)..r~ -... sur le pronom dans ~~cf.§ 420.•. . (. . 160) je 1ui1 le poète dont le visage eat connu.~11 ir.A = . Cette construction n'a rien d'anormal si l'on songe à la valeur primitive ' de J1 qui. (1) Ou sont.q. ou 1eronl ralliû. 102) "f'.~.ou~ J' b) On trou\'e la même équivalence de dans des tournures comme : J1 = démonstratif-relatif lei aumône• aont excluaivement destinée& aux pauvres . (Ag.-311 _. ... Sgnt.fll 'S . en sorte qu'on a une relative participiale susceptible d'être remplacée par une relative de type plus courant • . les Perses voyaient une bénédiction dans celui qui était beau de viaage.. -~~.. . . • . ~J: -~.. (Cor. . cité par Reckendorf. 35) = ~~' .

Cette consune construction où les propositions sont liées par0.L4 ~ ..J-i (1) C'est ce qui explique l'existence des complétives asyndétiques dans les dialrctes vivants. a) Si l'arabe.i' ~t ' ._. . ~JÎ. dans la phrase..a~ ~i . . 1' . ou truction supplante la tournure asyndétique dans la mesure où la langue s'écarte de l'idiome parlé pour devenir une langue littéraire (1).o =~.. ül.. une tournure asyndétique subsiste à côté d'une tournure conjonctionnelle.::. à une époque ancienne.. J. ~~ .CHAPITRE Il LA SUBORDINATION § 425. je l'ai vu ai•ant qu'il ne sorte. • .... Synt.Notions prêllmlnalres. toute proposition où entrent . Il utilise alors des coojonct~ons ou des locutions conjonctives dont certaines sont formées de ~Î .o ~t= ...:.. que ce mafddr. .:1 = .. connait la simple juxtaposition de propositions sujets (§ 401) ou complétives(§ 402). quand cette proposition indique Je but. . il a voulu nous frapper.. . 82. il emploie aussi dès ce moment et le plus souvent. .~ ~' m'est parvenu qu'il est mort. . Au surplus. . 0î. de manière. il est des cas où l'arabe ne peut absolument pas marquer la valeur d'une proposition s'il ne recourt point à une conjonction. . .:::. .. Dans certains cas.. une circonstance de temps.. b~ Dans l'esprit du sujet parlant. Par exemple. Fl!ghall. .. d'ailleurs. Cf. ül et les locution!' dérivées de ül . équinut à un mafdar et a la mê:ne fonction...ür ~:... " . r.

le verbe peut être à l'accompli ou à l'inaccompli selon l'aspect du procès. (Bub. un fait tenu pour réalisé (franç. Avec soit une subordonnée verbale (sujet au ca1 0l et les locutions où entre ~Î. : je veux qu'il 1oit sage). (J àl].i=. .t ~. on a unique- ment une subordonnée verbale : verbe + sujet. cf. direct+ verbe) (1). p. 382 note.' C'est en tout cas autour de cet emploi matériel de ül ou de ül que les grammairiens arabes font tourner toute la construction de la subor- ' donnée. p. Cette distinction ne paraît pas avoir été absolue à une époque ancienne.. sauf en certains cas qui seront indiqués.. : je sais qu'il e1t sage). celle introduite par fiül' note une con1tatalion. d) Si la subordonnée est verbale. (!) Sur ln justification de la flexion du cas dlrec• après '. mals cette cxpllcatiun ne peut s'étendre itl tous les emplois de '. cf. (Ag. 186) Dans les exemples précédents. la difficulté fut que je /'arrachasse. ~l ~. on ~oit que la subordonnée verbale à l'inaccompli est à l'indicatif avec iÎ(l).t .:il. tandis qu'on a le subjonctif avec ~Î (2).: . Cela dépend de la valeur sémantique de la principale : la proposition introduite par üÎ exprime 0 l'intention annoncée en principale (franç..~~ c) nou1 I'avon1 vue apré1 qu'elle fflt entrée. 387. III. (2) Cette llexion du subjonctif peut donc être expliqul!e aussi par le sentiment que la suhordonnl!c est complément direct de la principale. 203) • les Anciens ont prétendu que la richesse engendre la sottise. en effet. III.:. i. Avec " ül. note l. On rappellera qut: pour les grammairiens arabes dans une phrase : s11jet+verbe.§ 425 ~~t LA SUBORDINATION ::Ji. . on a: soit une subordonnée nominale (sujet au cas direct + attribut). 64) je ne 11eux pas le nommer. Une question fort importante est celle de savoir dans quels cas l'arabe emploie ~l forme « appuyée » ou ~Î forme o: allégée• (§ 348). il s'ngit toujours d'une phrase nominale.

Bub. (Cor.. 1.) b) Avec les verbes unipersonnels notant. ~ 0 ül suivi 0 Avec les verb. . Proposition sujet Introduite par c'. [ill ne convient pas à ces fgens] qu ils soient écartés du Bub. § 426. Grundr. cf. . IV. les autres ex. de noter une intention (cf.. L'usage a imposé l'emploi de l'inaccotnpli subjonctif: a) ü. longtemps que.aj :.. à lui [estl qu'il en jouisse.. voilà longtemps que nous avons visité ses lieux de campement I (Brockelmann..il' ou """ÜI' A.voilà est que. 179 vers le bas) Temple. on classera les subordon· n6es selon leur fonction et non selon la particule qui les régit ._·_: . (= il a le droit d"en jouir). une tournure conjonctionnelle. ou avec les expressions notant les mèmtls idées. une possibilité (§ 192). . une obligation. ·~ ->. •ül.' (§ 192 bis) et l'on a alors soit l'accompli...Au lieu d'une proposition sujet sans copule(§ 401). § 42:> c). 30) .~ •• . eat obligatoire que lu sortes (= il faut que tu sortes). remplacé par 'i:. . id. qui d'ailleurs apparait rarement dans la prose pré-classique. 604.l Ji rare ~l de l'accompli ou de 0\1. .)\. soit l'inac- compli indicatif.es uniperso'nnels fréquent est que.. Il. l'arabe emploie. ~Î peut d'ailleurs être l. puisqu'il s'agit.. Il. dans ces phrases. 190) il faut qu'il écrive . L'emploi de ül est normal. c) Avec les verbes notant un injonctif(§ 352 a). que voua supportiez est un bien pour 110111.ion. à toutes les époques.1 §426 OU ~\ e) Dans l'étude de la subordinai..434 PROPOSITION SUJET AVEC . une convenance. Il.

. 45) Ill. dans les 9uerres. •• • . 201) ~.. 165) . que ~Î ou ::. B. V . Il. selon qu'on note une intention ou upe constatation..)~ ~ • /a sagesse [est] que tu les attaques ~~~.1 c . (Bub. '-' lt • 1• .î alternent dans l'usage._. Il._. ·~ ~ \A pas (1)..Ces propositions correspondent d'une manière générale à un complément direct. t.tr'~ ~î ~JZ msupportable. 1 - J'l' . (lij. . '~ t_Ç li'. (lij. .>li ~î .Jjl'J u ~ sur leur territoire.'_. § 425 c). (Ag... (Bub. [provient] de causes mystérieuses. (IQ.. .. Propositions complêtlves directes § 428. 1.. (Bub.~I ~Î ~~ :_.L. t_l.r.. avec les verbes notant une aenaa• lion ou un sentiment. (.i ~Î r r-+' - V. ~1 tlî ~ [il] parvint à 'U. revenir au monde le réjouirait (1).u ~ •. après un verbe comme i.• fo cause de cela [est] qu'il& sont particuli~rement enfoncés dan& la vie bédouine.' 'Î ' '·~Î ~. Elles viennent toujours après la principale à (1) Le condlllonnel est le tait du français...î . ' •s. c.§ 427-428 PROPOSITION ATTRIBUT ET COMPLÉTIVE 435 II. qu'Un Tel avait vendu du vin. 241) Proposition attribut § 427._.'. ~ . • . '· ~: •• Î 1 . . 116) '. ..' ! .. "• • V '_r ...i>_ (*"' ...:. On constate au contraire. 40) [il] lui farvi11t qu'il /'avait critiqué. 352) On retrouve donc ici les mêmes faits que § 426 III. 39 en bas) .. • ..: •"l • • 1 ' 1 ' avoir dit cela. sition amenée par ~Î ou on constate la même alternance...IÙ . .Ji . [il) est clair que l'intervention de la victoire..J'.. '-' ~' tl-' -~î ~ '. L'usage a imposé l'emploi d'une proposition introduite par &. selon que l'on note une intention ou une constatation. (Jâl]... .. lui fut ~ 1_....1 • • ... Il. ne me réjouirait ~) ..-Dans les phrases complexes dont l'attribut est une propo- ::. 9u'ils mangent avec lui. Il s'agit d'ailleurs d'une cons- tatation (cf. parvenir.JI • i>.

(IQ. 214) il impo1a à qui y pén~tre. la subordonnée peut commencer par •ül" ou cül" (cf. 286) les talomniate11r1 ne tarderont pa1 à briser le bdton ( = à semer la discorde). après des principales dont la subordonnée devrait être introduite par une locution conjonctive composée d'une préposition suivie de 0i. Après une principale contenant un verbe d'imminence (§ 194). § 436).: '. . lfo~ 0î 1~1! ü[. . 253) il leur demanda qu'ilit lui tendiS1enl son fouet.! 'J 1. . II. une reque1e.!ijl QI je ne lardai pa1 à voir Abu 1-J. ~ ~~'~ . - Propositions complêtlvaa avec ::. (Bub. En fait. ~~~ü'~1' 1_.~ ~l ~1.l. 1. en sorte que la subordonnée devient une complétive directe.I. . . 308) c) On notera toutefois qu'après une principale exprimant un e1poir. 80) et s'ils veulent entrer •. ~l J\'~)i ~t ~1 ·~ ~I i..JI . 178) il n'aime pas que 1a parole préâde son geste.436 § 429-430 PROPOSITIONS COMPLtTIVES ~j Cnégatif~Î> ou •Ü\. (Qâlî.... elle ne se trouve avec fréquence.. .. ~ (IQ. On pourra donc se borner à une simple mise en ordre. qu'après une principale exprimant : 0 . L'usage a ~Î .1 fini par imposer l'emploi de a) ou~.. Ill. 43) b) Après une principale exprimant une volition.~ ~t 'ü_. dé~ouiller (lij....W.ti . . Il. 0 ~ ~j ~~ üÎ '·~ 0 ~. (Bub: Il. On laquelle elles sont jointes par va trouver • ' •t une fois de plus l'usage de ül pour une complétive d'intention ou ül pour une complétive de constatation. •. de 1e de [tout] vêtement cousu . cette ellipse peut se produire avec tous les verbes ayant comme régime indirect un ma11dar... ils [le J feront... En principe. l je veux que tu me remplace1.Très souvent. § 429. Il.}_~~' ~î ·~1t:J . . on constate que la locution se réduit à üÎ. . une obligation . (Bub. § 430.

.' Une idée de mérite.. 1.--. u• 1 ... •. XLIX. . ..Il' II.. 228) et S. Une i11terdictio11 ou une crainte.i .. où . -. l!. ". désira (IQ... par ellipse aussi de l'élément verbal... Une idée de capacité.. où û 1 .'1JI' ~k'\i \.f •U·l . 1.•:·. autorisent alors l'inaccompli indicatif . 251) d) ". II. ~ • je ne pus me mouvoir.: 0 _ . ' . (Bub. 2) Un effort pour atteindre. . (Ag. a constamment le yue je me dis je ne les fréquenterais pas. Î .J'!. •. III.f (~Ï~-~~ 11' élevez pas la voix de crainte que 11os œuvres ne soient 11ai11es ! (Cor. _ je craignis que l'hyène ne les mangedt.§431 a) 437 PROPOSITIONS COMPLÉTIVES ..ü 1 .'" '°.J. .. • ·! c) &• 'i Un ordre.. XXXIII.. 121) rencontrer négatif~l « ~ ~l. 21) Mais on peut souvent ne pas avoir l'assimilation n l >li et trouver 'J ~Î.. a) Avec le 0 ül = ~l ~.. ~. (Cor..~Y~ u ~ ~.l '· ·-·~ . 388) ":. Les grammairiens ara6es ou 1ubjonctif.t' ~l~: U ~· de peur que. 187) b) . subjonctif. (Bub.~!(.L:-. ' = . où ül=ül. (IQ. ~ . où ~l = 0 or Allah est fort digne que tu le redoutes..:·. 113) ("-' D'où parfois l'emploi de • non seulement de Ü: 1 mais • ~Î a•·ec sens de: 0 ·~~i'b~.!. ~ e) üÎ = ~l ~~. 37) üL . c:- ~ § 431. je vous ai ordonné de brûler Un Tel. (IQ..r. il s'elf'orre de l'élargir. où ". on al-If. 1. ~I :.:. _.i.. '• • • . Il.. => ül ~lf1~î_ 1. (Bub.Y-'l 411~î.J elle se ~il à l'emp~cher d'approcher du fortm. une convoitise.J --y-.

. La subordonnée des verbes d'intention ne peut être nominale.. Cet ex.411 'A'• - LI ..:. 2) (2). § 348 I d § 425 cd)..ül .' '1 ~f J~Ç - .. Au surplus. Cette ellipse s'explique aisément par le sens de la phrase... après une principale exprimant: (1) Nôldeke.Propositions complétives avec ". de ~ après dans une subordonnée dépendant d'une principale exprimant une exhortation.. . û' On signale l'absence possible.j-i~ et il leur dit en révélation : c Glorifie:: le Seigneur I » .11 . est fort peu concluant. puisque la caractéristique de celle-ci serait de noter une constatation. Cette construction est la plus usuelle dans le Coran et la prose pré-classique. Les grammairiens tendent à en faire une tournure normale.. A llalz vous exhorte à [ne pasl revenir à semblable fait..1. Cette particule n'est plus ici une copule et rappelle les : du françai. :... lil § 432-433-434 promettez-moi de ne· pas donner Cl'associé [à Allah] I (Bub.On note un emploi curieux de ~l comme expositif du discours direct quand celui-ci est un exclamatif... un impératif ou un prohibitif. . On a dit qu'après une principale exprimant une constatation. une défense.438 PROPOSITIONS COMPLÉTIVES 1j'_).. (Jâl}. quoique rare.... 33) je crains de ne pas la 9Q1iter (1).l 'li 'J :_. 5 434. 51) § 433. ils ont voulu que leurs biens soient licites. (2) A rapprocher de Cor.. 0 b) • . soit verbale avec succession sujet+ verbe à l'accompli ou à l'inaccompli indicatif (cf.:il pouvant elterner avec ::.. 18) § 432. On emploie donc "ülS"'/'üj::.. III. X~lV.. XIX.. cette tournure fait place à une simple juxtaposition. hien souvent... on trouve une subordonnée complétive soit nominale. 70. 1_.... C'est la seule vivante dans les textes post-classiques et modernes. i.. X. .. (Cor. Zur Gr.i. nous dimes par révélation~ d un homme d'entre eux : c Avertis les gens! »(Cor. 12: 1.. .

(lij. l.r-1 ~i ~l ~) u ~~l ~}1 ~l ~ ~ c) moi.. [ . (Buh. (Jà~.' constatation.. dans le sujet parlant. ce qui explique . Il. XXIX.. V. on a parfois . les gens croient-ils qu'ils seraient abandonnés ? (Cor. 36) On remarquera que la phrase est interrogative. 348) § 435. 152) N. après ces mêmes principales exprimant une estimation. I. lui avait permis [d'entrer]. 165) car je prétends que qui a fauté n'est pas le même que qui se repent.. Pourtant dans le Coran. 311) b) Une constatation. au lieu de . la prose pré-classique et la poésie.1.. LXXV. 160) il sut qu'ar-R. ~~ éJ ~li~ 'c:.•.:. m'a ro:Jporlé quïl s'était mis en roule lui et K. 11ne ' . 356) nous a11ons dit •. VI. à tirer des bénéfices. 61) les A111âr crurent qu'il allait les quitter. l'alternance se produit quand. (Ag.~' . ou inversement. 238) Une déclaratio11.:. a) Dans une phrase contenant en principale une estimation. (IQ. m'a rapporté que IJ . 1 et aussi IX.1~l til~. l'idée d'incertitude prédomine sur celle de certitude. (IQ. je sais que tu e11 as mangé. que le marchand [est] poussé •.i. .iil ·~ J~ ti ~~~' ~~ ils pensèrent qu'un voleur était entré. (Ag. (lij.... ~ :::.1 en tête de la subordonnée. Il.§435 a) PROPOSITION!i COMPLÉTIVES 439 Une estimation. 16. l'avait informé que sa mère l'avait mformé qu'elle avait e11te11du . 167) pensez-vous _qu'il ait voulu [me] louer ? (Ag.

.o . u\i ... qu'ils donnent sont forgés par eux .. .) ùr-.. (Buti.:... 101) je sus que cela serait (3).. . a toutes les époques. • -~. .. (2) On a dit (p. En lo~t cas.. (Buti. cf. après une principale contenant soit un 0 serment. .... . . i. (Buti. . ~üÎ «s'allège» en ~l quand la subordonnée contient un verbe sans sujet « extérieur 11. 125 et sulv.. je pense qu'il a dit .... isolé ou un vi:rbe HDI en modifier la flexion ou la mode.. ~. .... à côté de cette tournure... __. J... dans l'usage. une construction avec 't .. Gr.. la même alter- nance ûÎ ou ~Î +subjonctif/ ~üÎ +subordonnée nominale ou verbale à l'indicatif ou à l'accompli. .aimer à... .i:'-'~ ~ § 436. ~Î qui l'a supplantée.. ar. .5 désirer. • r•1 •.w .:... de~ • .. 38~ et la note) que les particules à finale ::0 à une époque ancienne se rencontt·ent devant un nom.t.. II. c'est û1 qui prévaut avec une subordonnée nominale ou verbale du type : sujet+ verbe. La particule ~Î n'a point d'influence sur le mode du verbe.. b) Cette alternance certitude /incertitude ne suffit cependant pas . cr. . on trouve. ' .~ espérer. Sy11t. peut•être s'agit-il là d'une survivance (2) dont le temps a eu raison. ainsi que l'ont montré les grammairiens arabes. (3) Le conditionnel est le fait du français... 188 vers le bas) je pense qu'il a dit vrai. Il. (Bu~.1. ... Reckendorf.ül ~ . dans ce cas.' ' toujours à expliquer l'emploi de ül au lieu cie ~ül • Dans certains cas. ~-..:. Cette alternance s'explique par l'état psychologique du sujet parlant qui considère ou non son serment.. Il.~/J. Ils fout en tout cas remi1·qu~r que l'emploi de l'indicatif correspondrait à l'expression d'un fait acquis. un pronom pers. . mais les ex.. soit un espoir exprimé par \. ~:1·' ~_."~ ou précédé j'.. 1 . (1) Les grammairiens arabes autorisent l'indicatif après ..... ' . Caspari. .. .440 §436 PROPOSITIONS COMPLÉTIVES en partie l'emploi de ~jet du subjonctif (1). 154) On doit signaler..li ül __. J... 171) je pensai qu'ils me chercheraient(3). Il. . ~:. - .:. .. souhaiter.. ~.. ..li.(. .. '. 250... On a vu (§ 434 a) que. . dans ces textes mêmes.li .. .. son espé· rance comme suivis d'effet. ..

(Cor. afin que et leurs dérivées )Çr'. nous traitions de mensonge le Jour du Jugement jusqu'à ce que nous soit venue l'évidence..l.. d'une façon générale. jusqu'au moment ou.. 85) nous le l'avons donnée comme épouse afin que ne soit. Il. Propositions de but § 437.~pour que. les introduisent et ne font en som. me que préciser le sens d'intention qui est noté avec ~Î dans les complétives directes. Ï. 105) je désirerais ~Ire tué dans la voie d'Allah. 37) E. La même idée est rendue par 0 ül Jl. se présente aussi comme conjonction régissant une subordonnée verbale â l'accompli ou à l'inaccompli subjonctif. Les parti- cules~ . 201) D.. ~ _. avait menti.. (Jâi}.. J: § 438.)~) pour que ne . marque une limite qu'on ne dépasse point dans le temps: jusqu'à ce que. Subordonnées avec .. 0 "J". Il.§ 437-438 441 PROPOSITIONS DE bUT ET SUbOl\°DONNÉES ild'ura qu'il ne la quitterait pas. (1 . XXXIII. pas. 1. 46) .Ces propositions sont toujours au subjonctif. 122) il lui fit jurer qu"al-'A.. (Cor. chez les Croyants. La particule qu'on a déjà trouvée employée comme adverbe ou préposition (§ 318). (Cor. - :*. a) Cette conjonction. (Ag. (Bub. 1.. envoie-moi par écrit Ion excuse afin que je la connaisse. ~~ . aucu11 trouble. 396) ceux qui sont impies . LXXIV.. . << ~ . ne désireraient pas qu'un bien vous soit révélé.

:."ûl' . (Bub. et l'accompli. 271) b) De cette idée de limite.. ''r' . d'une circons· tao ce de temps ou de manière.. ( '• '. Synt.. . cette conjonction se rend par avant que.J' ~ ~ C.. III. Subordonnée avec ~ § 439. III. 249) il guérit si bien qu'on etH dit qu'il n'avait pas reçu de blessure.442 §439 SUBORDONNÉES AVEC ~ laine-les jus'J... (Reckendorf. 125) F. 457) écris ce que tu veux dans un placet afin 9ue je le lui transmette.u'à ce qu'ils rencontrent leur jour I (Cor. II. annonce d'un changement de sujet. expression d'une corrélation. elle le suivit jusqu'au moment ou enfin ils eurent atteint K. des nuances secondaires : nuance d'opposition. (Ag. s'explique par le sens même de cette particule qui n'indique pas une coordination pure et simple. LXX. Il. 24) Avec une principale négative. (Ag. selon les cas. ..\!J lorsque. 345) il partit jusqu'à ce 9u'enfin arriva le :Jm• jour.ulS": ' ~tr: ruse avec lui jusqu'à ce que tu le tues. (afin de le tuer.. . . .... 42) En cet emploi.. Si l'ensemble de la phrase suppose que la proposition verbale introduite par .. mais en fait elle a toujours le sens de limite. dernière nuance pouvant être exprimée avec~ suivie de ûl . ou de modalité extr~me: au point que. cette .L'emploi de J comme copule de subordination gouvernant le subjonctif(on verra§ 489 que c'est en fait une conjonction de coordination)... (Bu'b· Ill. on passe aisément à celle de finalité : afin que. mais énonce aussi. de maniére d le tuer). ~."i' ne loue pas an émir jusqu'à ce que 4A_r LS..-'-' i tu aies vu(= avant d'avoir vu) sa ' générosité. n'est pas dans un 1iÏi11ple . (Bub. on rencontre souvent cette conjonction suivie de 111. si bien que. .

i... ' ·:·· . marque une subordination et gouverne le subjonctif. Jo) ~' ~ c1.lV.-.2•. le suit.. IV. (avec le subj. d'établir si:. id. : i. comme dans: viens ici que je te parle.ncipale. (Ag. peuvent amener après :...i. Syot. l'indicatif.r-J _~ . une conjonction de coordination (l) C'est ce qu'expriment les grammairiens arabes quand ils disent que cette conjonction gouverne le subjonctif quand elle a la valeur de . très souvent. . ne sont pas tous coocluaots... don&és par Reckendorf.:o ~ ..•. 177) r On sent bien toutefois qu'il est délicat..quille à . .... 9) (2)..'î . 462. III. on comprend que l'arabe ait été amené à faire de cette copule une conjonction de subordination rendue en français par afin que. ..:i. . XXII.en sorte que • . ou si elle marque la coordination et gouverne l'indicatif.1. . dans la plupart des cas.r ~ 1 ·v.. LXVIII... ( •... "... ~î UJJ~ ("' nulle autorisation ne leur sera donnée qu'ils s'excusent. Le français familier rendrait cette conjonction pa1 que... comme un appel de rime.) la terre devient verdoyante. par ex....J ne vieml-fu pas [afin lque je te fasse manger des dattes? (Buh.qn.. puis raban~). 13) je ne suis pas de tes rivaux de sorte) _que tu me sois hostile.. en sorte que (1).: . O.JI _.:. Subordonnée avec ·J On verra que ~ est. - ...: •s 1• ~ .. ... . 347) ne sais-tu pas qu'Allah a fait •.1 4111 "''''J' ül. (Cor. (Ag ... alors qu'on s'attendrait au subjonctif. elle aussi.::W. LXXVII. rarement q. l'abandonner (avec le subjonctif). (2) Les autres ex... l. ) r-' Au surplus.§439 443 SUBORDONNÊES AVEC J rapport de coordination avec la pr. ~i ~._·i .. d'autres considérations.-~ 'J'''-~ . . a . ' '·' .: '-iÎ "' !. -. car Il s'agit de coordoont!!es introduites par . (Cor. .. . cf.s 1 ~"il ~_ . tomber du ciel de l'eau après quoi : . (avec I'indicatit).1i donne (avec l'indicatif)...• '. L'arabe hésite alors et la pensée reste flottante.... 62) .:. 36..

. (2) Nouvelle manifestation du rôle du ter verbe de la phra1e. ~~ . Reckendorf Synt. § 439) (1).. cf. .J. etc.-Très souvent aussi.--Tout au contraire. sont forgiis par eux et sans portée . 1.SUBORDONNÉES AVEC .A~ (Ag.. VI. elle est toujours nominale puisque !'«aspect• du verbe de la principale suffit à la localiser dans le temps (2). un pronom isolé annonce presque toujours le sujet 11 intérieur». .. apparaît très souvent pour marquer que la subordonnée exprime un procès concomitant de celui énoncé en principale. il l'aima d'amour. On voit que le français rend cette subordonnée de diverses manières et souvent par la tournure: en sortant.. jente11dis 11n Bédouin [qui] invoquait Allah en ces termes (text..... 129) . . .. ... ... ..J Cet emploi semble être demeuré exceptionnel.. (1...li pour noter un passé dans le passé.J § 440-441-442 (§ 487). . Quand elle est verbale et sans sujet « extérieur•. (1) Lei grammairiens arabes voient dans cet emploi. mais leurs ex. étant adolescent. J § 441. elle gouverne une subordonnée au subjonctif avec une valeur <:{ui rappelle celle de:. Sa'd apud Reckendorf. un fait de concomitance et le confondent avec celui que nous étudions § 441.. § 440. dans le même emploi (cf... On la trouve cependant dans certains cas en tête de subordonnées..... . ils tuero11t ces trois hommes en sorte qu'ils en délivreront l'humanité. § 172. .-Parfois.. cr. l'accompli précédé ou non de . § 231.. introduit une subordonnée verbale l § 442.. Sy11t...:. . en criant.} i. ... 1 . : alors que lui disait .-- 'J~?. 462) ~... ) (Qâlt. Qµand la subordonnée exprime un état. 11) ..

. XIX. (Jàl. le français peut les rendre par ne .::. 232) :r§ 44t. Elles sont d'ailleurs.44.':JlAvec + subj...en français par à moins que .. 36) une subordonnée à l'inaccompli... ./. 32) ne croiront parmi les tiens que ceu:a: qui [déjà] croient. I.~ ~i&.j:. le français la rend bien par: sans que • . comme le terme c excepté . en phrase simple introduit par ~l (cf.c.\Î1 ~) ~ ::.~~ ~1 ]ai ~t l. (Bub.5 SUBORDONNÉES EXCEPl'IVES c'est pour moi fac ile alors que je t'ai déjà créé. 212) ~!- '~ ~.. Il.:.:. t. ~1 ~l \11 . ou par~ celle qui ':Jl + subordonnée nominale ou verbale â l'indicatif.. . ils ne lisent pas un message d moins qu'il [ne] soit scellé. -"'.ül' .Ces subordonnées viennent en fin de phrase..1a:ï ._ ü'I 0 ~l ~1:. (Cor.On rat~achera à la subordonnée exceptive. (Cor.I ils se prostern~rent sauf lblis [qurl refusa. II. ne. 111) Moise n'était pas revenu de sa surprise qu'il avait déjà arraché une planche.( 'ÜX~. (BÙb.. . (Cor.. introduites par ~l sauf. § 387). on emploie la locution .. Il. La particule exceptive ~lest destinée surtoufà renforcer la négation contenue dans la principale . :: "ï. Xl.• que... ._. .i. commence par ~~ ~l +verbe à l'accompli. nulle femme ne s'en est parfumée sans devenir lépreuse. rendue. avec une principâle négative. § 443.' je ne l'ai jamais vu autrement que sa sandale à la main. (IQ. (. 8) Subordonnée• ezcepthrea H. . elles aussi. 356) Cette valeur de ~1 est particulièrement sensible avec un verbe .. ~1 ...

- .::. 1206) ::.se combine avec une préposition (2). (2) A une époque ancienne ... en franç. 118) (1) A rapprocher de ·.4.46 ..La locution ül ~-::: ne s'emploie pas à l'intérieur d'une même phrase. d'ailleur~ § 445-44. en sorte que la subordonnée comme ~1 prend l'aspect d'une complétive directe (§ 430).o :iJ.1 (:!il) 01 - On notera que parfois ~ . '~t:~ -lL à1 i je ne le crois pas autrement que déjà mort. § 446 -On a dit que dans nombre de cas.:.-: •: •• Î ( 1 . mais de i:yntaxe umforme..c. Synt.. . Il. 621-2.. (Reckendorf.. Grundr. se réduit à ~Î. On l'étudiera donc au chapitre de la coordination (§ 494). ::..régime de celle-ci. toutefois. de GoeJe. .. Subordonnées Introduites par une locutlon conjonctive formée de ·.il invit~ à cc que nou~ le défendions . \11 a.\) se trouve dans une foule d'autres locutions où elle ne s'est pas maintenue comme ..\ ~ . 1. •Ji.i u ~.. est une proposition avec verbe. .:. l'arabe n'emploie .\ semble de bonne heure une particule indispensable pour lntro· duire une proposition.'I je le crois mort.ceptive en phrase multiple. Brockelmann. En principe.: (' --·~°JJ. .:.. entre deux développements formant opposition.1. '.... il semble que la locution conjonctive i:e maintient quand il n'y a pas un verbe d'un usage très fréquent (3) en principale. . au lieu d'être un mafdar. .i-j::. (3) Cf.- puis /'orgueil l'i11cita à faire une nouvelle expédition.\i ~l dans ce cas.. une locution conjonctive j: ~j etc. quand le.\ i:J . mais comme formule de transition. ('fabar1.. 507) (l) "" 1 § 445. éd. SUBORDONNtES AVEC LOCUTION CONJONCTIVE d'estimation en principale.:. en sorte que ::. r "-!. (IQ.1 (ou :!.6 que la locution -::: . selon la signification de la locution employée. i\ '} etc. 1. On a alors des subordonnées de sens divers. C"est en somme une locution e.

. Cctie instabilité doit être rapprochée de celle clu complément circonstanciel de phrase (§ 371).) § 448..' :. prétendre. ~i informer etc.. ~savoir.§ 447-448-449 447 SUBORDONNÉES CIRCONSTANCIELLES § 447. (Jâ}:i. elles aussi. Ces subordonnées sont introduites par des locutions également ~ ~" .) ~ rendue en franç... . Grundr. par: trop .. pour. suivant.wJJ. en phrase simple.. . . .Les locutions ül .. introduisent. 226) J... a subordonnée au lieu d'être directe... ... c'est qu'on peut les trouver non seulement après la principale. .J. ' introduite par üli. ou après des verbes de constatation comme r. . formées de ül (ül) ou L. est parfois .... après un élatif dont le terme de comparaison est une proposition avec verbe.. Subordonnées clrconstanclelles Ce5 subordonnées remplacent· un ma~dar qui. une subordonnée privative à l'accompli ou à l'inaccompli subjonctif. comme J5. . ~. :sache qu'ils [sont] nos cousins..fi ~. je suis trop avare de mon amitié em>ers toi.-Après des verbes d·e déclaration comme ..etc. ou üli. (Brockelmann. 621 et les autres ex.. ·~. Elle apparente d'autre part la phrase où elles se rencontrent à la phrase double dont il sera traité dans le chap. etc. pour l'exposer à la ruine. §-149. comprendre.ül .. .i sans que... mais aussi avant celle-ci ou en incidente.. Ce qui caractérise ces subordonnées.On trouvera constamment la locution . (§ 290 a)..ül )l. serait complément dans un état d'annexion de valeur circonstancielle dont le premier terme est un nom-outil ou un nom-préposition. II.

448 SUBORDONNÉES CIRCONSTANCIELLES ~ ~~~ ~ir'î -ü~ ~î ~ü-'~. J~Î la première fois que.. (Cor. -.Y~ -~ t: est toujours ·~. 375) .~..-11 en est de même avec ~Î j:i avant 0 préviens ton peuple aziant qu'un tourment ne le frappe..JI . § 461 b. et t:~ suivis de l'accompli ou de l'inac- compli indicatif.. sur la proposition introduite par ~ ou ~cf.. 1) puis.. J._»..t. § 406. On aura également l'accompli ou l'inaccompli indicatif après i.I . ~~ t: ~ .. § 451.. üÎ ~ après que. (BulJ. -. tant que.1. éd. avec un verbe à l'accompli. etc.·y iJ. j'ai été témoin vis-à-vis d'eux.~Jlffil~_ ~îi[':~ § 450-451 la plupart d'entre [ces missives] é!"anazent de moi' récritesl en prose libre. 171) Sur la circonstancielle juxtaposée avec On peut aussi avoir 1: ~ . . (IH.]\ . sans que nul ne se joignil à moi. p. · § 450. cf.On rattachera au contraire aux subordmrnées circonstan. qui amènent une subordonnée circonstancielle de temps. ~ ~ la dernière fois que..) ~lÙ . . ils accomplirent un nuire circuit. t: J~ pendant que. De même.. tant que je suis demeuré parmi eux.. LXXI. tant que ne se réalise pas ce réflexe.Â::J '. après être revenus. celle avec L. qui vient généralement en fin de phrase. J. -~ - ) 11 ( ou l~l ) •"' ~ qui peuvent être nuancées d' «éventuel». 117) La négation employée avec ·~ . Quatremère J. (Cor.. . ~chaque fois que. III.. Ji. '.: ~~-dès que... xxxv1rl) que.. (lij. . On traitera à part (§ 460-466) les propositions avec .i ·~ t:) i>. V. aucune habileté n'existe dans cet art. cielles.

! qu"on étudiera plus lnil). . L.<Buh. r.. \!J rsl ~..·e . (Cor. Mais il est sensible qu "avec cette particule. ..est verbale et à l'accompli. lorsqu"il leur eut apporté des preuves.. 5) M. fit avec eux (= ci leur tête) la prière de l'a11be. (I lj. avec quand.! on 1'. quand elle fut venue à eux. on est déjà en « phrase double ».. l!J a) Cette particule a le plus souvent un sens temporel (1). commP... III. puisque la « bédoui11ité » est devenue cause de bravoure .. ils dirent .·erbe!> (1) C"est en quoi elle diffère de·. 158) /i) De cette notion de connexion dans le temps.On trouvera également une circonstancielle.quand il se fut rendu dans 1Téme11 -. (Cor.de sorte que les . . on est passé logiquement à celle de corrélation : puisque. . 6) ils traitèrent la vérité de mensonge. 120) La seule négation employée a\·ec sont toujours à l'inaccompli apocopé. La phrase oit elle se trouve . sans auc1111 Joute cette rn•·e rsl plus vale11reusr 1111e .§452 SUBORDONNÉES CIRCONSTANCIELLES 44\l § 452. LXI.) indiqul' un passé dans le passé et énonce un procès déjà réalisé avant que ne se soit réalisé celui énoncé en principale. Le Yerbe de la subordonnée régie par \!. seulement à cause de la prédominance de la valeur temporelle qu'on <'n parle ici.

------\1) ~lême si. a) La « phrase double . une alternative. On verra que c'est encore à l'aide d'une phrase double. . dites-le moi. i~­ . : . je le saurai.mivi. contenant la « réponse .. ou d'une nuance h:ypothétique : quoi que vous fassiez.Oll « douteux .çi je partais.ou u irréalisé » : si j'étais parti.. les deux propositions formant la « phrase double » sont en somme juxtaposées plutôt que liées et c'est leur rapprochement même qui aboutit ù l'expression exacte et particulière de la pensée (1 ). l'esprit supplée médiatement à son absence. Cette « phrase double » est utilisée pour énoncer : 1° Un «éventuel» plus ou moins accompagné d'une nuance. l'arabe ne parvient à exprimer certaines notions que par l'emploi d'une phrase à deux membres. tu me suivrais. dans certains cas. lu me suivras. .. circonstancielle : dès qu'il viendra. A. que l'arabe exprime une concession. Celle-ci sera désignée sous le nom de« phrase double "· A la différence en effet des phrases complexes précédemment étudiées. tu m'aurais . un membre manque. Notions Générales § 453. un parallèle.~e (en arabe jawâb asiarp. où la subordonnée équivaut à un mafdar et aépend d'une principale dont elle est complément.Structure.C H A P 1 T R E Ill LA PHRASE DOUBLE Comme le français. est formée d'une proposition dite protase exprimant l'«éventuel » ou l'ichypothétique» (en arahe sart). . 2" Un " hypothétique réel " : si je pars. à la protase. et une autre proposition dite apodo.

el lui. Quand la proposition commence par une particule. 9) Toutefois.. (Cor. (Cor.. on rencontre pourtant parfois la succession sujet verbe._ _"J. si elle n'a pas de fils... ! l_. presque toujours on a le construction verbe :mjet extérieur. 55) et si vous voulez compter la faveur d'Allah.:.V .... la protase est introduite par une particule on un pronom relatif qui donnent précisément à l'ensemble de la phrase son sens particulier . 9) . IV. pour des raisons diYerses. il héritera d'elle. (Jâ~.. ...:.)~ 1:r ( . prend peur. + . 5) A l'époque pré-classique et en poésie.: 0t ~!::.. disait ..r. les ex.. &. 29) SouYent aussi la "Subordonnée vient en incidente dans la principale. J. al-M.§ 453 451 NOTIONS GÉNÉRALES SVR LA PHRASE DOUBLE b) La protase vient le pins souvent avant l'apodose. (Cor..J .. un prohibitif ou une interrogation.. 1:.... cf.-' l. nous enverrons contre vous des serviteurs à nous._J. sïl entend la voix d'un goret.~1 ~!Î .-.. VI. (IQ.. _ ·f et quand viendra lu pnmesse de la première de l'une d'elles. ~..:. ~ 1_. 176) qui nous assistera contre le courroux d'Allah ùl vient sur nous?(Cor..I . XXVIII. rétablissez entre eux la pai.·II. ~ . 18) et si nous en avions fait un ange. vow ne ffourrez) la dénombrer. - i~ I. XLIX.r '-. + si deux partis de Musulmans se ballent. ci-dessus.. e:. 83) c) Dans tonies ces phrases doubles. 162) l'éléphant e11 rut. (Cor. notamment si l'on a en tète de phrase l'exposant temporel '1Y7' ùo J ù ~'....i-. XL.I :f1~ ' ' J-!.j~_.i....:. notamment quand celle-ci contient un impératif. ·- - .. il arrive souvent que la protase suive l'apodose. r .' l \>.· _:î '~Tii 1. -: ~ l. XVII. nous l'aurions fait (en forme) d'homme (Cor. ~ _4111 4. quand il prononçait le prône [du 11e11dredi]. ils s'en détournent. (Cor. '• • '#1 t_~. XV . J"" .j ùl-' et quand ils entendent des prppos en l'air.

. XVIII. fi. la liai . XVII.- rr exceptionnelle et ne s'est pas main- ~ el si vous les appelez au droit chemin.. un optatif ou un impératif. (Cor. ci-dessus b.. (Cor. . . (Cor. ·1 ·p~ "r-!. 43) quand me parvient la [nouvelle de la] mort d'un mien frère.:ii_ 1 L~:. 34) si vous faites le bien. le verbe ne vient pas immédiatement en tête de la proposition.. cf. . c'est comme si un membre de moi sr détachait. . Font exception les apodoses dépendant de J. 1 ~1 _..J ~.. ~r.452 LIAISON DES PROPOSITIONS EN PHRASE DOVBLE ~454 § 454. k"' ' . sans . son des deux membres de 111 phrase double s'opère par simple juxtaposition. si.J . vous faites le bien à vous-mêmes. 472 el les exemples. pourtant. étant verbale. VII. .i . c'est lui qui me !JUéril.' aura commis un péché monstrueux.JJ ü}. en voyage . 2) el ~uiconque associera rune divinilé I à Allah.. ceux-là seront les impies. 7) Jou~· mais l'apodose prend la particule affective J.. faites l'ablution pulvérale ! (Cor. III. ils ne vous suivront pa1...t 01 b) On a également juxtaposition dans les phrases doubles com- mençant par cf. a) En principe.. 70) Parfois.Liaison des propositions.. 44 . quand il vous appelle! (Cor. . 45. 192) . VIII. c) L"apodose est introduite par j si elle est nominale. on trouve des apodoses verbales négatives. (Cor . .. cf. V.. ~ répondez à Allah. ne m'interroge /XIS! (Cor. (IQ. si elle exprime un injonctif. [ceuxJ qui n'auront pas jugé selon ce qu'a révélé Allah. Mais cette construction paraît tenue. . IV. XXVI. 80) el s1 tu me suis. id. 47) el si vou~ êtes . (Cor. IV. 48) quand je suis malade.

J~ ~ :. Ce qui tendrait à le montrer c'.. j~ uous ac. il l'emporterait à leur égard. in:iccompli (indicatif ou apocopé) . •.~11li11. 224) . ce sera pour lui-même. (Cor.·c:ompagnt1·ai. .. je ne serai pas à l'abri de leur mal{aisance. ::/! ~ ·~:l!1 ~î ~~~î . ceux-là seront les perdants. V. 'ù. A l'époque post-classique et moderne..Notion de temps dans la phrase double.que l'on s'éloigne de l'époque pré-classique. les deux aspects du \'erbe arabe . .~i je désire m'associer à eu. l'éventuel ou l'hypothétique qu'il exprime.. : " Si '''"'-' vl'llie: "" prmrlrmair1. ~ ~_. XLI. des constatations d'ordre général qui s'énoncent par l'accompli (§ 149 a). (Jâ~. 1 .tiit ~t::)~ ·~:~ '~f-.. 9) si Allah avait voulu. (Cor. . i.§455 453 NOTIONS DE TEMPS DANS LA PHRASE DOUBLE § 455. 4) Il est tout à fait remarquahle cependant qu'à mesure. XLVII. (Cor.J'.:. Cette évolution s'explique par le fait que souvent l'on exprime.j '. LXIII.c. ~l .t-.ti. (Cor. i3) Il o·est pas impossible au surplus que celtl' évolution soit aussi l'indice d'une dégradation de la notion de temps (1). (Jâ~. on voit prévaloir l'emploi de l'accompli là où l'on s'attendrait à rencon~rer l'inaccompli. 48) Si Allah voulait. il vous aurait unis [en] une nation unique.est l'apparition de l'exposant temporel 0L< 4uand on veut marquer que l'éventuel ou l'hypothétique se situe dans le passé. par des phrases doubles. *' (1) On constate un fait de ce genre dan• le franç.jJ\i ~IÙ ~:. .ont les mêmes valeurs temporelles que dans les autres phrases.r_~I ··~'~ -~~A-1 '. 46) ceux qui fo11t (ou feront) cela. quiconque ensemence terruin récolte misére.1 'l!i ) quiconque a fait (ou uura fait) une bonne amvre. il évince complètement l'inaccompli.. Il faut tenir compte aussi du fait déjà constaté(§ U9 b) que le sujet parlant tient déjà pour réalisé. Dans la phrase double. f9"'J~ .accompli.

(1) § 456..454 MODES DF. (1) si tu es venu en intercesseur. § 455). le sens serait : Si tu viens .. '.) (IQ. 4. 278). J apprenais de lui...... ma demeure t'est interdite! (Ag. On a dit que l'accompli a fini par supplanter l'inaccompli (cf.Modes de la phrase double. il emploie l'indicatif ou l'apocopé. etc.. un supplice redoutable vous aurait touchés.ç avec précipitation.. I. (2) ZaJJ.. Les deux propositions sont affirmatives. Il. la négation employée est ·~ (moins souvent ~) quand elle est verbale. sans l'exposant temporel. Se fondant sur les faits qu'ils constataient dans la langue coranique ou en poésie.. . le sens serait : quand je rencontre . LA PHRASE DOUBLE §456 'l. II. Si c'est la protase. quiconque 11' agit pa. 118). 219. quand elle est nominale. Ce dernier mode apparaît avec les particules qui notent l'incertitude ou l'hypothétique réalisable (cf. XXIV) -..uand je rencontrais un savant.-:-.li. (IQ.. Dans les cas où l'arabe utilise l'inaccompli. ~ . 18) n'avait été la faveur d'Allah . § 467). :V ":...:A '..I . . L'une des propositions est négative... (Cor.. Il faut considérer à part deux cas possibles. '.J (1) Le contexte prouve nettement qu'il ne s'agit pu d'un passé dan1 le pa11f.. rarement se trompe(= celui qui llf}it sans précipitation. 1. . les grammairiens arabes préconisent le parallélisme suivant : en apodose en protase a) accompli a) accompli b) inaccompli b) inaccompli Ils ne proscrivent toutefois pas la construction : c) inaccompli c) accompli Ils interdisent au contraire la construction: apodose à l'accompli+ protase à l'inaccompli (2). sans l'exposant temporel.

~'~ celui [à] 9ui le peu n'a pas suffi (ou ne sulfil pas). 20) et ceux qui auront été tués dans le chemin d'Allah.Ces « phrases doubles » sont introduites par des particules qui sont des adverbes ou des locutions adverbiales. on signalera les valeurs secondaires qu'ont pu prendre certaines d'entre elles.1.fa si lu as recherché l'avanie [pour moi]. je ne suis pas humilié. IV. . Ces particules peuvent naturellement introduire des subordonnées circonstancielles juxtaposét•s à la principale (cf. . « éventuel •>. \'enant en tète de phrase ou combinées parfois avec L.} en protase.§458 PHRASE DOUBLE «ÉVENTUELLE » 455 Si c'est l' apodose.. On examinera successivement chaque particule en rappelant d'abord l'emploi adverbial de celle-ci. sur la· valeur temporelle de certaines négations. Dans les « phrases doubles • régies par ces particules notant uu verbes sont soit à l'accompli. ~ -167 in fine.. (Cor . un « éventuel ». ' .IJ (. soit à l'inaccompli indicatif.. 382. (IQ. IAllah] ne rendt'a p_as 11aines leurs actions. le beaucoup ne lui suffit pas. (Ag. . elles continuent à donner à la « phrase double » une nuance circonstancielle. cf. B. 381. § 456.§ 375.. ·~ ~I ~ ·~ ::. 1p '~)1~ . 18) . le mode est amené par la particule négative employée et convenable au sens.. Sur le parallélisme du verbe dans la protase et l"apodose cf.. . . . III. ::.' r'~' ~. les .: . tout en servant à exprimer plus ou moins nettement.. Sur l'emploi de l'énergique avec 0 . ~.. pour éviter des redites.i~~ ~~l ~' . XLVII..~ ~. cf. la négation utilisée est celle qui convient au temps où se situe l'action . Le cas échéant. Phrase double (( éventuelle » conservant un sens circonstanciel ~ 458. 4) On voit donc qu'en phrase négative... ~ -10()). 377.

à l'époque classique. pour indiquer un « éventuel » : quand. Reckendorf._ b) ->l .ç portes s1· di.l (parfois en poésie t.-· lu n'étais pas devant eux. (Cor. III. - l~l ou sa forme « allégée » en état d'annexion et le «déterminé» de .:_ r 1J.-:--:.. 85) (l) L'apocope est exceptionnel . 1111 moment où ils se querellaient.)l 0 est un thème adverbial i'. • !:("' • '/:"' • l so1we11ez-uous (de ce it'mJIS) où vous ~ ~·. ..0 l. Cette particule ne se rencontre plus en prose avec ce sens. cf.t ~] '-·:.. 53) L'accompli finit par supplanter l'inaccompli indicatif dans (cf.i>:J' § 459..: l~i} s'est maintenu au contraire à toutes les époques. ils disent... \Ill. Sy11t. mais avec un sens temporel faible.1-"' ~. Id. 8-l) ~ ':. (.U) -.§ 459 . XXVIII. + ou de l'accompli avec succession : verbe sujet (2).joignenl.§ 455) l'u~age quand (ou si) l'crclio11 de .. 468. leurs cœurs s'effraient. 1 _:. 1. • . (Cor.. à !'~poque pré-classique. VII. elle est suivie de l'inaccompli indicatif (1 ). l'allemand we1111). (Cor. soit a\·ec l'inaccompli indicatif comme particule introduisant une subordonnée circonstancielle de temps venant toujours après une principale exprimée ou sous-entendue.)I étiez peu nombreux! (Cor.çorlir 1•1 d'entrer se multiplil'.. le.i . (2) La succession 1ujd + vtrbt se trcuve p1u·:o1s en pl'ésie . alors.>1 à ce moment. cf. si (cf.. Con11nc ~l. comme. 4:H. a) ~L se trouve dans le Coru11 soit avec l'accompli.TA~. . 2) et quand (ou si) il lmr 1•sl 111. "". quand (ou si) 11011s prononçons [le nom d'j Allah.

(JâJ:i.üLl°~ iil 1l JI~ -· . Mais-lest Ici Instrument grammatical (cf.i.._.. corrélatif analogue à celui de~ (§ 462): comme. VI. • '" .. .. a) quand arrivera le Jour de la Résurrection.1rlicules qui ont toutefois fini par s'imposer... clevanl (2). ~·ir 1~1 -~..fadiO 't. 011 ne put le destituer. 1 I~ 4111 ..j ) ~~ pendant que je marchais dans u11e propriété à moi. .1.. attendu que.§460 4bl ·'*' ' . .:~ "Il c.b) . car il était [là) au nom d'al-1..1 i j -1l et 111 apparaissent avec des valeurs secondaires. cf. 's. 1. Zur Gr. car..i. § 460.)l (précédé ou non de } ou de _i) pour marquer la surprise: soudain..~. Je serai l'imâm des Proph~tes. et soudai11 je fus en présence d'un cavalier qui <wai / . . 162) b) On retrouve . dans une phrase juxtaposée à une autre qui commence généralement par G..)l (très rarement .pendant que le Prophète priait. 4 .r. '·''"' -i'it ·. ~ Q.i ~i ~ . 171) je le lui répétai . 107..mrgi ! (Ay.. l L.). • .. (Bub.1 1..)l quand Allah aime un mo1·tel. Noeldeke. ..)l et ..:\ sentir. ~ tl 11~ . soudain arl'iva 'U. 4:-"' i. (l...... tout à coup. .q.)l prend dès l'époque classique un sens . 1d.fadlO ~ -~~' .i.. voici qne je f'us dev~nt un homme ! (A. J_ . t Une phrase nominale sera donc introduite par 1. ..~. .. (2) Les grammairiens expliquent l'emploi de ~ par l'ellipse de :.. (l. § 293 b) ee qui dispense de to1•te hypothêae. VI...:::: ~.) ~ ~ ·•. il l'éprouve. VI.. 26) Le sujet de la phrase nominale peut aussi ne pas être expri11:(' el l'on a alors : (1) c~rtains grammairiens ont contesté la nécessité d'employer ces p..... -· - pendant 11 introduit le plus souvent un verbe. III 22) que (1)..)1) : mais le prédicat est gouverné par '":"... .

§ 462..a). ·- § 461. soit avec un sens temporel : au mom~n/ ou.~ ·.. 86) Cette tournure semble toutefois moins fréquente que celle avec .. (Ag.. C'est sans doute du sens spatial que provient l'expression ' . 17) Souvent d'ailleurs le sujet et t.:. 537 suiv. cr. ~ ~~ ~ ül en tant que. VI. Fleischer.J. '~. 1.L. cf. qui dérive du précédent. .î je regardais : If étais devant] une femme âgée! c'était L.. tandis que ....§ 461-482 je passai près de la Place de la Judicature: voici que D. -- ~ .. qui devie9t ainsi sujet. soit avec un sens spatial : ou. d'oà lea ex. paraît dériver plutôt du sens temporel (2). 11l } .-: r!:. ül ~ ~ comme..1 ·~1.. .J8-I -·• ~ ·î :J . .J - ~ .-. . forgés par eux dei~! ou"... fréquente dans les textes théologiques. § 452...~! suivis du subj. L'adverbe .. atte11clu que. .J sont supprimés devant ce prédi·cat. introduit une subordonnée circonstancielle juxtaposée à la principale Œ40fi)..:. de même on trouve Cou 0ü~P (1). (Qàlî. Kl•Ïn•r• Schri(l•n. - De même qu'on a vu l~l ou 1l servir pour introduire une proposition circonstancielle nuancée ou non d' o: éventuel •. mals les grammairiens arabes adoptent l'étymologie ::. . (2) On a une évolution sémantique analogue avec i:l .. 1. . (1) I~~ peut être rapproché de Go.. sous cette forme pleine (avec flexion an) pour confirmer une apodose répondant à une protase hypothétique (§ 478).-. y rendait lajustice. ~.

Flelscher. ~ .. II.. qui peul d'ailleurs prendre diverses nuances. qui rlemeure contestable dans certains cas. (1) L'apocopé après ~r ne ~e lruuve que dans des ex. IX.-c/e 11u1·lqul' 1111111ière que. par/011/ où.Dans les « phrases doubles » qui précèdent. II.. 8\) .. M4. il est sensible qu'une nuance circonstaucielle subsiste. (Brockelmann. -. el tuez-le! où.§ 463-464 459 b) De ce sens circonstanciel. va apparaître. celle d'o: hypothétique». 661) ifp C. Dans les phrases doubles qu'on va étudier.. le verbe ne peut ètre qu'à l'accompli ou à l'inaccompli indicatif. en« phrase double » et surtout dans la locution q (li. 2ï0) Dans tous les cas si la proposition régie par ~ est verbale. 5) Cette nuance parait au contraire se préciser quand la protase vient en tète de phrase ou quand on emploie " . (Cor.On observe le' mêmes faits avel' :. I. ~ ·fü3.T c11111111e11t. une notion un peu différente.. (partout oii) vous les trouverez ou en quel1ue lieu que vous les trouviez. sero11t vos cœurs. Grnndr. on passe à une nuance d'o:éventuel» en quelque lieu que. en tète d'une subordonnée ci n·onstanciclle. quoi qu'il en soit. là où sero11t vos trésors. Phrase double avec notion d'hypothétique ou exprimant une hypothèse réalisable ~ 46-l. l'emploi <le l'accompli indicatif. . Cf. il 11'es/ 11ul m<>ye11 montrer son erreur. . D'autre part. rie !(rammairlens. on constate dans les verbes. 1\. (IQ.

aï' . ~\ . -. ou uous êtes. . cf. (Il On noter. ·~~ . espère lu richesse ! (Na mir i.. § 456. /'i11s/ant n1i. les relatifs :_. III. § 465. 'j:S. c'est qnïl note alors non plus un simple« éventuel» mais un <(hypothétique n.Comme ~l. là est la face d'Allah ! (Cor. ~E. 18!i.}. mêm~ ~~j <111ironr111r. (Cor.. . . cf. ou que vous soyez (1).On observe des faits identiques avec~. on l'étudie à part. Tawlab apud IQ.. Sur le parallélis111e des verbes dans la protase et l'apodose. ces artisans SP perfectio11ne11/ dans le11rart..Placés en tête de phrase.i ici la 462 b... Si.ltation que cellL' signalé<> pour ~ . .:~ - - Ji. est soit it l'accompli... ~[... ~Î ~J ~~.. t JtUI . 115) . . en phrase double.rbe ~Jou. soit à l'inaccompli apocopé. puisque le verbe est. R22) . ~~ dè. 189) dès que 11• temps s1· poursuit .. . ~ il est avec vous.:) . q1wnd. . ~.460 ---------------------- ~ 465-467 --~--- Dans ces u phrases doubles" le verbe. peut introduire une subordonnée.).. hé. ~~l ~.... id. soit à l'inaccompli apocopé.. soit à l'accompli. ...!t_\IJI dès que pénurie t'attei11t.~ S 466.l~î • . 4) quelque part que vous vous /our11iez.1 . LVII. ·Î~\...~~ ~. d.. l'a<lvP. ..- ~ 4fi7. (IH.. Il. III. 97. circ~nstanc-iclle juxtapose~ Œ -106). s'il y en a un.

XII. sert i1 exprimer ùl . je lui donnerai au delà de son souhait.. VII.t. (IQ. j'en serai accablé. 102) s'il vole... (Ag. ~J-' ·. • . Synt. Reckendorf. • . J ' "" .80) "" l'.! hypothétique..JI_.. les faits sont Qu'il s'agisse des relatifs ou de les groupera dans les ex.Jl ~. '~\ ~ L . . un frère à lui a volé auparavant.oche. . 498.IV. tes dînâr me conviennent.t . il le sera a11io11rd'hui. 193) "'~i: ~Jl il ~tr :. quoi que vous fassiez de bien..! exprime spécifiquement la condition ou l'hypothiae.. si les v~temenls ne me conviennent pas. ~ 1 identiques el on quiconque obéit à /'Apôtre. (Cor. III. pm. In.iour. On a donc renoncé à distinguer ::.. (Cor.l ~ J . S:•I J} ~I quelque mortel qui ait une chose à me demander. ~l si ne . la note. ceux-là ser.. 47) si 111 t'écartes d'eux.1. 0~1~ ceux dont le poids [de leurs bonnes actions) sera lourd. L .. 1 . ~. 77) si mon chant doit m'être utile un .. II. a obéi à Allah !(Cor._: v . V. (IQ...J'Il -C::: _. (Ag.011t les élus.461 § 467 f. qui suivent. 172) ·~1 X ~ ~ ~!· si lu joins contre moi la maladie au rep. . Allah le saura. (Cor. (Cor.! conditio:inel l't ::. ils ne te nuiront pas. II. Mais ces exemples sont eitceptlonnels. 42) (1) C'est aeulement par le contexte que ::._ Wî c .. servent aussi à former des phrases doubles très fortement nuancées d' « hypothétique ». nous retrouvons les faits indiqués ~ 456 II. ~~-~_. III. ü.. quoi que. cite des emplois de ::O! en hypotht!tlque Irréel. La particule ~l si (négatif un hypothétique réalisable (1). l.:. si11011). 8) 1µ i. 3"6) En phrase négativ~.

je chm19erai Ion etal.-.. .111~ •. 5) -~ \ ··~·· • 1"(:.J iiil_. (I~..A si 11ous 11ous gaussez de nous. " . (Cor. Ill.. l •i:: •• . sont sans arande portée. 174) La principale peut ètre aussi un impératif ou une phrase nominale.. .f"''·''. ' • .\~. Mais ces ex. (Cor... cite des ex. - On trouve quelquefois.. si je reste jusqu'à demain. Ce fait se rencontre aussi ea poésie (cf. '-. VIII. il y aura un trouble sur la terre. dans le Coran. laissez-les tranquilles!) (Cor._. agissant comme disjonctif (1). • par Allah. (Cor. IX.. (Cor. Y.~é. . 13) § 469.. Jl ~ '... 85) -. car Allah es/ de redoutable châtiment. .lrJ. ù.li'~ ~ 468. 1 .. dans la prose préclassique : protase à l'inaccompli apocopé + apodose à l'inaccompli indicatif.:.J~~ ~ 1/~. quiconque se Séfc1rera d'Allah el de son Apôtre [sera chcitiél. nous aussi nous nous gausserons de 11ous .• :!. 74) quiconque a abandonné le Péleri1mf}e. Synl. et s'ils se repenle11/. forgés par les grammairiens.. (Qâlî.. 38) quiconque croit en son Seigneur. -l!Jl). 1. - On signalera quelques ellipses de l"apodose. Reckendorf. Il parait exceptionnel et produit par l'apparition de '.·.i~ (J4 ~~' ~~-~' ~en « éventuel >>. dans des phrases ayec r: : ' .§ 468-469 462 si vous ne les f ailes pas.. LXXII. (Cor. ' •. XI. où ceux-ci tentent de montrer que l'indicatif dans l'apodose prouve que le procès n'est plus senti comme hypothétique.0l ~ .) cela {est] un bien pour vous. . 237) ·-· '"". n'aura pas à craindre de dommage. J fe. Kleinere Schriften. rappelons qu'on a la construction : ~.!V .~ ù~t:I voie/(= laissez-les aller. û~li . VIII... laissez vide leur ~ 1.:Î ~(. ..r - . !..J.. - Avec~ .. VII. si Pous êtes croyants.. 13) (1) Fleischer. 710. ·son désir 11'ps/ pas réali..U..

'1 ~~J) . une ellipse identique apparaît dans les phrases üt . . 1. dont la réponse attendue est afftrmath'e. avec avec une certaine fréquence. paraît un peu détourné cle son sens initial et exprime une question dont la réponse sera affirmative (1).F~.ir.. Tout au contraire. .-. 282) plût au ciel que j'eusse du bien ! j'en tirerais subsistance ! (Zajj. (Ag. (<. . soit un souhait. 217) et quoi ? ne descendras-tu pas chez nous ? nous causerions! (Id. 130) § -171.'i:' r. les grammairiens arabes ont vu une « phrase double » dans laquelle l'apodose se met à l'inaccompli apocopé... Synt.. § 470. Dans cet emploi.§ 470-471 463 Mais il n'y a là sans doute qu'une ellipse exceptionnelle. .) . convertissez-vous à l'Islam.'w (1) Même fait en franç. . II.u~~ s'ils lui répondent a/firmativeme11 1 rtout ira bien J'sinon il les combattra.Dans des phrases comme les suivantes où l'on a soit un impératif. -~~~ '•j. sinon Je t'abandonne ! (Ag. propre au langage parlé. La phrase est presque toujours interrogative. dans : Si nous allions à Paris ?. $illOll. . l'arabe supprime v?lontiers la 1'" apodose et la 2m• protase qui sont remplacées par '. cf. 282) ellipse de la protase remplacée par \ÎtJ On notera aussi une dans une phrase comme celle-ci: obéis-moi.. 494 . Reckendorf. 13) üt.J'j.Dans une alternative hypothétique. et si /'Emir des Croyants était d'avis de me permettre de le réparer ? (IQ. VII.'I Ï serez sains et saufs ! (Bug.. 294 en bas et Ag. comme s'il s'agissait d'une phrase hypothétique réalisable. VII. vous 1 1. . VI.

La prot:1sc l'SI introduite par"} si. . V. : protase à !'indic.. . 1cela l ne serait pas accepté d'eu:r. XX.tion V' • .r---~_~1 «:. prés. cette particule n'apparaît pas quand l'apodose est négative (1)... ~J?-i" l. lu 11e l'aurai. (Cor. voire absurde. . chimérique.. (Reckendorf. En phrase verbale affirmative.Cette phrase double énonce une hypothèse dont la réalisation est considérée comme douteuse. ·t tO) ceux qui so11t impies. VII. méme s'ils possédaient tout ce qui est sur (ou dans) la terre . 100) si 11ous les avions /itit périr.464 HYPOTHETIQUE D.: ·~.Î '} 1_. ···~-~J\11~ si nous voulio11s. et apodose au conclit. 11011s les allei11drions. avec nuance d'optatif: que n'ai-je!. )a . on aura des verbes à l'accompli ou à l'inaccompli indicatif..î •l!i ") 1)~1 ~~î JJ ~~!J t.. 36) ~ 473. elle est introduite par ~j ")quand elle est nominale 011 tians la succession sujet+ perbP.:1:."c:. parfois devant ln në11. Sur le parallélisme verbal dans cette " phrase double » et l'emploi prévalent de l'accompli. XLIX. . (Cor. les deux u aspects » du verbe conservent leurs valeurs temporelles respectives. vous tombe rie: dans le péché.. 13.~.t) si lu l'avais fait. 7) (1) Cette particule se trouve pourtant. (Cor. Ici comme ailleurs.. ou précède la protase.. 496) s'il vous obéissait dans le principal de cette affaire.. ils me rachéleraic11/ s'ils po1waic11t. ce qui fait exprimer à l'inaccompli un hypothétique doull'u:r (en franç. DOVTE~X § 472-473 Phrase double énonçant un hypothétique douteux ou irréalisable § 472. L'apodose se juxtapose à la protase et le plus souvent suit . . Synt.. cf.: ai ) t..ç pas oublié. - . ils auraient dit. (Cor.).. .t .. imparf.. . {JâlJ. § 455. elle commence par la particule d'affectivité J dont l'emploi n'est pas obligatoire à l'époque pré-classique .

(Cor.ç Le contezte prouve qu'il s'agit d'une supposition 15 ntulte. pl. ce fut seulement par le contexte. l'accompli exprimera un hypothétique irréalisé ou irréalisable (en franç.i_) J devant le si Allah avait voulu. (Jâl].-j ~\ ~~Î ~) ~\-. (Cor.-que-parf.çtwnnrra1s s11r son compte. par la présence de :i. qu'on distingua l'hypothétique moi. l'accompli finit par supplanter l'inaccompli apocopé dans l'usage. je q11e. Je multiplierais ll's œuvrta pie. VII. on a soit ~ deYant l'accompli ou ·~ devant l'inaccompli apocopé pour un hypothétique dou- '.~uÎ '-f) en pro- position nominale .mnais. 188) s'il pouvait enseignl'r à nos cœurs.:Î t. - si Cl'S importuns étaient partis.f devant l'inaccompli indicatif ou teux ou irréel. : protase à l'indic. 149) Quand. (Cor..rn1.. (A!i· VI. 0tr".'l) En phrase négative. !l'ais si je ne l~ conpa. G. II. ou de l'exposant temporel douteux de I' « irréel » pur. 21) je 11ais. passé).ç.soit subjonctif pour un hypothétique douteux. il leur enseignerait. et apodose au condit.. 148) ?e c1.)1. VI. .r''_. (Jâl]. s'il avait voulu. la négation est ~) . 165) si je me trou"vais connaitre l'inconnaissable.§ 474 465 PHRASE DOUBLE AVEC •) Par opposition. nous n'aurions pas été polythéistes. 51 en bas) (1) . 26. . je me ferais conteur édifiant. il vous aurait con· duits. no111 aurions mangé.: ·~1 ~i ) G ::JU ~. . si mon bien s'en allait.ii\ ~'1~ ~~ ~ ) Girî 'ill ~j(c_. plus tard. en proposition verbale.1 ·~ )J (!) . -~ -- ~ 'ui ~~A 'uL< }~ l~~~ ~ 474.. (IQ.__:. VI.

. il. 0 .. 37..~ auront éprouvé le. 2.. 20) ~ -176.<J...rnn.?~ ils se som1ie11dro11t dl' moi quand il. et d'autre part parce que l'hypothèse est gratuite.J.io11.. mais elle contient un sens d'irréel qui n'est pas dans~.~ /on alliance /IOllS f'e11. Les grammairiens arabes donnent à celte locution le sens de ~ po11rq1111i nt . § 392 b): leur m~re disait : « Que ne le. il parlernit. Au surplus. &1) (1) . sans y <illacher trop d'importance.l ait sa \'al<'ur normale. La forme d'hypothétique douteux est ici particulière au français. 7fl) ~ 475.~ filé par l1·s femme. cf.\.\[1111qid.'arahr emploie l'accompli d'une part parce qu'il s'agit d'unt' constatation d'ordre général. (Cor.j. sauf en un cas.Réponds : « En vérité Allah . 236) A vrc \I'} dans une « phrase double » elliptique de l'apodvse. une invitation hhit1111te. pas?. jl' 111• l'aurai. 494. 'apodose et l'on exprime ainsi un vœu non réalisé.. on a un sens net d'optatif (2). selon le contexte (cf.. VI. .. (14. X... ! (. !l4) si tu lui demandais de resf1•r che: llOUS ? (Ag. la protase peut ne pas Nre accompato. tian§ certains . un regrel.-\. Ill. on ne distinguait pas toujours entre ces deux particules. ont dit : « Que ne lui a-t-il été révélé un signe venu de son Seigneur ! » .née d'une. id.. Cl'S exempll'•. ce qui parait douteux dans les exemples qu'il donnl'.46ti PHRASE l>Ol'Bl.:...~ pus rr11 ! (Gawili. - On signalera. un sens voisin de mais plus fort.. If.E A\'EC: "} ~i \I} ~ -~l:l:~ -!)~ '1} ~ -!ï5-476 n'était que lu la11911e de /'éléehanl lest] retournfr. 3 Reckendorf.. 125) ·"!ns lui.Comme en fran~·ais. des emplois de '} avec un sens voisin de 1~l(3). J~ll 1. ~ ) . y voit.. l. Synt.JJ°J.:.<j. ai~je mariées!» (A.J. Synl. i.. 494) t. il semble oue ". . 901111erne11rs après nrnr. (Reckendorf. qui marquent naisemhlahlement qu'à un stade ancien de la langue.. Il. . II..

IV. 121 Sur cette particule. : j'aimerais à .§ 477-478-4W 1·~! ES PHRASE HYPOTHÉTl(Jl'E 467 l'homme de cœ11r. établi par le contexte. s'emploie fréquemment dans lt•s phrases doubles a\'ec en conséquence..1 • • F. elleulésirernientfaccéder] alors jusqu'au maitre du trône. cf..J .aimer à. 36) si avt'r /ni étaient [d'autres[ divinités. on aurait une protase avec :. ~Ire heureux de (ayec nuanct• hypothétique . b) Parfois qu'on pourrait rendre en français par .•inon.'ra911e divinité e1îl emmenr ce qn'ellt' avait créé. ne prenez las J!lace avec eux ! sinon (c-à. ~ 1a 479. XVII. s'il e.m11s quoi. Allah ne s'est donné aucun fils.~t r. : s'il l'm1ait fait). ) peut introduire sa suhordonnt"e a\·ec } (cr. 91) . Sans quoi (c-à-d. - Phrase avec proposition conceuive La proposition concessi\'e Yicnt toujours en second lieu. (1) Ct> sens d'éventue>I. rst certainement nccusf par traduction françnlsc. alors iÏs se drst'sp~rl'nl. . Emploi de Ùl en phrase hypothétique E. 01 ou ') • si 1111 malherrr les fra_pp_e. XXX.nnvié à !donner] un coup Ide lance].Rappelons que ~~/~. (Cor. ~ 478.. cRub. c. cf. on aurait une protase ayec ::. 140). ~ 201). acquiesce. semble s'êtrE" substitué à la protase. (Cor. XXIII. : s1 vous le faites) 11ous serez comme eux. . ~ 461. (Cor. . 44) 111. 75) (1) § 477. III. -- 11) L'ndverhe 1~1 ou 011 (2) alors. donr. (Cor. le franç..

.. l~°}:J . soit ... soit dans le cours du texte.. . sauf ~Î compli subj. 011 bie11. ~-)~ je me11tionnerai cela soit e:r:plicitf· ment. en suppo. soyez respectueux de la justice. IV. c~.. - ·.) .. Il. parfoi.l (rare) ül . jl' suis avec lui. .:~-. c. ou bien .. parfois.. tÎ . (llj.. .l-_.:. 1 La conjonction~ peut être remplacée par _j . -Cette alternative peul porter sur deux ou plusieurs termes de la phrase ou sur deux ou plusieurs propositions.. 42) D:ins ces propositions concessives la négation employée est. ~l qui introduit un inac- L'alternatin peut être exprimée aussi par des substantifs au cas direct a\•ec valeur adverbiale comme tantôt. 28) . dans la principale toute notion d'irréel.1~. tantôt . ·.. ·... fllt-ce contre vous-mêmes! (Cor. (IQ..468 §480 PHllASE AVEC CONCESSIVE OU ALTERNATIVE Introduite par ~~J quoique.~.i. ül ..:.:1 ~î i. sans influence sur le mol ou le verbe.. i. X. . .m11t que. Phrase contenant une alternative ~ 4RO. dans la phrase. soit..:...~-~ . ·.. une incertitude que le français rend de plusieurs manières.. 134) eh quoi ! ferais-tu entendre des sourds.. Dans les deux cas.. même si. 122) Introduite par')~ même si.111h11e ..ç.·~· 6.... elle exclut.\ [~~] "')... elle note au contraire.lJ . chaque élément est introduit p:ir : i."' L. ~Î ~l . même s'ils sont len outre! dénués de raiso11 ? (Cor.'il ne me co11naîl pas.

.'iyul. · . Ag. a) A l'époque pré-classique très souvent.. U-: .. cf. • l ~· . .."1~ 1'J .L"alternative peut ètre indiquée aussi par ") ou. 107). . XXVI. J ~.. on emploie ')où l'on s'attendrait à trouver bas). '.. d'autres ez. cette particule n'a pas d'inth1ence sur la tlexion du nom ou le mode du verbe qui suivent. à l'époque classique plus rarement.1 • ~ ~~1J. cités par Reckend~rf... 311 note 1 et 312 c. ·<:·---·. . XVIII. e.. p ·J ~ '. r~~ . 138) 011 ~ 481. VI. ... 180) (1) (1) Cf. V.a.cj.. exprimé seulement devant le second élément. . ~~.J / r. Synt.. apucl Reckendorf.0 .t.. ~ 'Y.\ § 481-482 469 tC1ntôl à 110/re tète [était] A. ~ "' ' .::. . qui précèdent. plus .On remarquera que dans tous les ex.. r· .. .Jl . IX. (Cor. la phrase est affirmative ou négative.. . 310) § 482. 236) b) On trouve cependant le subjonctif après ) quand la première proposition est négative et qu'on entend marquer qu'il sera impossible d'échapper à ralternative. .j _. 11) D'une manière générale..PHRAS~ AVEC ·.' (A. (Buh. 011 bien lu resteras au pouvoir. ·<:' .J . ou [vous 1 nuisent-ils ? (Cor... tantôt à noire tête [était] U. L. a-1-il forgé cette histoire ou l'a-t-on forgée en son nom'. ou bien lu d1:poseras ta tiare. ù. (Cor. ..:. ou tu me (l'J interdiras I (IQ.:î JIJÎ -. ! ' . 115 .r je ne cesserai de sortir. uu bien.J. 11ous entendent-ils ?. II.JI nous restàmes un jour 011 une fraclion de jour. 72) resteras-lu chez nous ou partiras-lu? (Ag.r4!.. V. B. ·. . 9) peut-être /. ou vous sontils utiles. III. . ou bien il leur pardonnera. 137) bien il les chàtiera... (Ag....JI ~l (cf. Il reste à Yoir ce qui se passe quand on a une interrogation dans le premier membre de la phrase. .

. . .). .:". . etc... (Cor. Cette dernière particule ne se l'E'lll"ontre qu'après une interrogation exprimée par une particule.. ou bien possèdent-ils les lresors de la miséricorde de ton seigneur ?.· 1~ . ou bie11 onl·ila le royaume des cieux el de la terre·'! (Cor. 5. .i :_.470 § 483-484 PHRASE AVEC )\ /i) Ln langue. ~Î ~-. il tire la langue.ent que cette distinetian est une snhtllité trouvée <i posteriori pour mettre de l'ordre dan1 une indistinctlon.J~ i-Î dans 0 égal pour eux [est ~ij (=est que) lu les aies avertis ou que lu ne lt11 aies l'as avertis."t\ •t • ~ ~ . Cf. avec:_.1. ~Î peul aussi servir.. . 87) f.J. r"". ~ 483.. Mais le dernier eiiclté et ceux de Reckendorr prou.J. . nous .f ~ ~ ~î les c/1àliero11s. 25. il la tire 1~ncore./es. 481. . III... 7-9) A noter aussi l'emploi de 1'~>.~-·-.r' cela 1vient-il] de toi Oil d'Allah '! (Buh. VII.: ~l - V-- ~ si lu le précipites sur Lui.:. en pour formrr la reponse.. -t(. XXVI... pour :1ttirer (!) Les 11rammairiens arabes ont fait une distinction subtile entre j\ en phrase interrogative et :. !... rerh .: _. :\lais ::.~f. au cours de son développement. n'a pas maintenu cetll' inilistinction (l) et a réservé ') pour les phrases non interroga- lin~s l'i pour les phrases interrogatives... dans une phrase simple. Oil ·" Ill le laisses. Reckendorr. 182) le rappel l de l'enseignement des Prophètes! llli a-t-il été révélé de votre part ?. XIV.On notera le halahcement . (Cor. XVIII. quant à ce11x qlli sont iuju. .'\. Il. 175) particules notant l'hypothétique. 136. (Cor.. ~l ~l dans une phrase contenant deux u phrases doubles • en alternative. XXXVIII. tr"~. la première exprime une alternative qui e~clut toute dlltre possibilité: la seconde laisse subsister un doute: il n"est pas exclu qu'une irolsième possibilité se révèle.

• .:: -.~ rire: lcle nous!.. i>. . Avec ~Î l.. 38) ..JI~ - c) 4tr Jo.. le complément peut se développer sous forme d'une subordonnée avec~ (plus rarement~.· de même que /'Equateur céleste e&l la plus grande ligne de lu Sphère céleste.~~comme si. b) Avec~~ . Phrase double notant une comparaison. . devant le prédicat.J pleu1·s de celui (= comme pleure ·· ·t. '. • . ' '· . U4) r..' celui) qui dit adieu aux siens. on dirait que...-.j~ /'Equateur . XI.: . :• ? quunt à loi.' ~~\s-' --.li H...:' '~Î . . 1..• .. J~)ll ). ) ..i.~I ùl . 38) Dans cette tou1"11ure. durant la vie. -- 1wu.rl .. ~i l.. an parallèle ~ 48. . . II. (Cor.!L°Ï el pleure sur toi.11) On peut trouver la forme élémentaire de la comparaison dans une phrase comme celle-ci : . ....!... avec :. I (Bub. lest 1 la plus 9r1111cle ligne de la Sphère terrestre.5"' Jo~~)ll .- •• < "'G ~ "'ûu. qui exprime d'ailleurs une comparaison de valeur symbolique. _)..: . .i.. le verbe ou les particules qui les accompagnent. 1. les î.:NE COMPARAISOS l'attention sur le sujet.J ~l l. 267) Au lieu d'un mu1dar au cas direct..if 15">. on dirait qu'elle [estj un grain cle raisin surnageant sur lui.. en tout cas.• pus prié. /11 n'a.$' lu Terre est entourée de l'élément liquide. :: . les deux membres de la phrase se trouvent . J\r '·• .\... on ne peut voir qu'une principale + imbordonnée.J ~ ~~ (IQ.~ nous rirons de vous de lu même façon que vous vo11. (IIJ... . JA' t:.l1ii 1J. (lij.'.cil '~l ~ l... on a une juxtaposition de deux propositions indépendantes. d) Enfin il une époque plus tardive et peut-ètre sous l'inlluence des traductions grecques. 37) on sent davantage le parallèle..§485 471 PllHASE NOTANT t. i.! • -: . _...'11 .

::J63) . Najàt. (lij. dans la première proposition appuyée ou non de '. ~Avicenne. en tète de la seconde. viennent 1aussij d'eux-m~mes.472 PHRASE NOTANT UN PARALLÈLE §485 liés par l'e1 ploi de ~ de même que.. les sciences des devins._t~is"'. 88) de méme que /'Objet pourra étre cree selon le Temps.-~is::j de même. de même qu'elles 1>iennent des démons. de même il pourra être créé selon /'Essence.

F. j . Il est possible de diviser les conjonctions de coordination en deux . so11 fils ls. dans une énumération. . groupes. lient soit des mots de nature identique dans une phrase simple. (Ag...On a dit que l'arabe procède fréquemment par juxtaposition de propositions indépendantes (§ 400). est par excellence une copule unissant.. La conjonction J el.. Y. Il utilise aussi. J.. el d'autres. 104) . l . comme le français et même pins que lui.... une coordination étroite entre les divers éléments de la phrase par l'emploi de conjonctions de coordination. divers éléments situés sur le mème plan. :. Les parties du discours reliées par ces conjonctions de coordination adoptent les mêmes flexions de cas dans les noms et les mêmes Jlexions de modes dans les verbes. soit des propositions de même na· lure. Les autres comme 0i ' ~~ ' a'i ne lient que des propositions. jusqu'à l'époque moderne. . /br. a) En phrase simple. ~ . ~ 487. . On a dit(§ 139) que celles-ci pallient dans une certaine mesure l'absence de poncluation.CH A P 1 T RE IV LA COORDINATION § 486.. Les unes comme J . VII. elle unit les termes de fonction identique. se trouvaient chez lui. ]. à l'exclusion des épithètes Œ244) et des attributs(§ 354).

..es vifrs.. .1~. .ï ~ ~.. • .:.~. J' .. .474 COORDINATION PAR J ~. A. Ill.J. .a) En phrme compll'XI'. . < t •. '...:.~·. nous. '''t'..iÎ 15 . . ambitions busses el l'wra.) Remarque... (1) G'est par ce procédé que les grammairiens expliquent la llexiun n dans ·..:. 11) . \.. . . :i5) De là les expressions (1) : - .-:.. • •\!J 1. la11l el /1111/. 11) .Yi ~ .4:. le. (A.. . -.. (IQ..i: . •• . . I~ J.. il dit à K.q1· inconsidéré de lu liberté.. ~ 488. J. loi el tes fils! (Buh. ~1~ï) .. ~:11) -:c ~ Aussi trouvc-t-on l'égulièremenl celle particule en 1mrono- i'. XVI. ~ J r-~.~rJ b) mase. \.ic.CJ . ' ' ._j.... les palmiers.. Il... .ll'Ü garde-toi des (l•eau.J .. '). t_:..-~ _.. 86) ~)J~~lW. Prends. IX..:.:- '.. 'Jo . .. ... .. 1 ~ 1 v"J. •• ~. . •• • .t:] di5co11rs ! (IQ.' ~ ~l reeos et du 9oudron es/ é/c11du Sil/' St'S (IQ.-l.1~L. l'olivier.i1:...i w\! ~-l~J ~} .~~~(. ..4»~. § 3'0 b .r') '. (Cor. le.. ~ qut Z. lui l'i l'àne . ).. a-t-il à voir a11ec M.u·1..::... ulpl * J J ~~ . cf.. c) Celle conjonction est suivie <l'un terme au cas direct quand elle marque la concomitance el équivaut à (::: . . ._r.<)~tel el Id.. par. . nous cliel'l·ho11s re/i19t 1'11 Allah co11tre le..i5 1i. .t'.. raisins. 1) mais il s'agit.: . . elle intervient dans une énumération de propositions ayant une valeur identique.)1 ~f:J ~~ 1 ...'~1...j . . et celle qui signifie souvent(=·.. 488 il fuit poum•r pour vous le blé.. semble-t-il plutôt d'une Bezion a dans une exclamation il valeur d'impératif uerbal... . Il. .).. .q. Cette conjonction ne doit pas ètre confondue avec la préposition sacramentelle .~Il) ~~ J. '· • • .. • ~ quand il n les palle. il lui do1111a un rnup de poing en sorte qu'ils /ombèrr11/.w.. cmwoiti. 81).. J . s'interposa entre eu.. .:i...~ blessée11.~J .. ? ... 011 le lais11e r11 jw//cs a11/éJ'Îeures e/ fJOfi/érieure.·.

_. Ce sens de:_. elle se lie au mot qui la suit.~ 139). V.. il rabaisse l'homme uugusle au rang de l'homme bas el élèlJt' l'homme l'if 11u ran!J de l'homme sublime. ne laisse les maisons soni comme du 1 bois pour lui simplemenl. entre dans une énumération d(' toponymes pour marquer la succession des étapes parcourues ou à parcourir. ~ . soit pour noter une progression. une modalité(§ 439). éd. on trouve cette conjonction soit avec valeur distributive. puis. elle peut équivaloir au signe <le ponctuation point. car. (IQ. la conjonction . 86) le /eu l rien 1. . On la rend en franc. j11sq1i'. fais comme je /ms el joue. Graphiquement.r _u· 1< < 1 ~ _u· • . Ahlwardt.A la différence de J . explique sun emploi en tête d'une subordonnée notant une intention.. mais une gradation. donc. . l'espace qui s'étend entre deux endroits. et à al-M.. du franç. selon le contexte. r bJ Celle cunjunctiun s'emploie dune normalement dans une antithèse. 1. L_ Y.. campe à al-J.. A toutes les époques.I 475 re!/arde ma main. (Jâ~. (Ag.. n'indique pas une simple énumération. ~î-.1' ~-- . n° 21 vers 7) Cet emploi parait ètre propre à la poésie. r. point et virgule.§489 COORDISATlON PAi\ J ET '. or. 'A.f~( ~ .. '-' ~ 48\1. 86) c) Sur) en subordonnée cf. 354) 11"épar911e l rien I.à a~-$. alors que 110/re lribu les/ inslallée l à al-If. surtout si celle-ci s"accompagne d'une paronomast.. par el.iJ' . alors.. une corrélation (cf. a) En phrase simple. ('Antara.W et 441 . :_.r \!. ~ 4.:. Entre deux propositions. .. ~( -~--'a_·.

~ 361 c. al-A s'éle11a 1111 po1woir el s'opposa auJ: B.1.._. : el fil bien leurs présents)... • • .. au jour le jour. . en sorte qu'on peut dire qu'elle marque un changement de !.-J "'. k..îJ~-~wJÎ~î .. ~ r:::. J.. A.... ~ _. r. .lluh lit' rougit pas de citer en parabole q11elco11q11e 1111 moustique el ce q11i es/ a11-dessus. cf. Q. 31ü) /.. (Ag. cf. • . Sg11/. précédent. r--)} ~ • . _.) .A. . .. ":"'~ )~ '1 '. 1.=.r'" li V. . :_. 1. . ' .. ..1i ..11 "ül .f'. • 'Il .) c) En phrase complexe.t ·~ Cette conjonc!iun li<' également deux propositions dont le sujet est différent... Il.. . lim de sa cei11t11re une bourse qui con/t'11ail 300 dirham el les répundil sur /.~ J'6 '51 .. pour lier le complément au verbe dans la su cession (d'un emploi rare) complémenl direct ~\.r...1. .... .. e11s11ile /.11 J. I ''i... . 26) A noter l'emploi de :_. ~ . ~·~. ..:. 1111 cunlraire. . H. .. . '. aussi le dernier ex.:4. (IJ:f. XXXIX.. A. ""' ~tl... ..·_. (Reckendorf. IJ __ v.... •" • v • • ~lt ~j ~ il leur fil des présents el le..l~Î . se leva... ~I îw -~~~ -~~ ~~ ~~+:-' :.. Il.'. •. .1.. ... t~~ii ~ J1 ~. (IQ. l:-·: .... 1:·. If..? ~ ~~ .. (Cor... ..üil .. 143). -~-J"1.•..47'1 §489 COOHDINATION PAR . ..317 et les autres ex. en conséquence et proclnmèrerz/ 1. ü6 . ~~ · ~ • J' .)'IJ .ü ~-r~ ~...Ujet . . ' . .. r..~ ~lt • . 2UCi) ..1.. 'A.. . ...J _. + 11erbe. •J.'. Allah. riuand la seconde proposition précise la précédente.: ~)_d~.. marque une connexion entre divers procès s'enchainant successivement . VI. ~::: )t.. 2ü7) A.:r. ........ /..' espère en ce monde.. •i:"' ._:~.- .~ fil généreusemenl (text.L-~ Jif1 011 apparia à /'Apôlre d'Allah 1111 vêlemenl de soie el les gens s'é/anl pris à en admirer la beauté.-:: t.. .·~ .. On trouvera donc fréquemment cette conjonction en paronomase. .~ 1y1 allô mes el reslrimes chez lui m1 111~. l'Apôlre d'Allah di/ : (Buh.-J ~t ·. --.. adore 1-le 1 ! (Cor. _ -~·.. . . dit 11/ors : « Venez ar1ec nous à la maison ! » Nou.. dcms sa propaycmc/C' el ceux-ci. .. \ 't ' ! \ ' . II. -\. -'r ~-1 '.. .-.. .

1 -1" . 3) . qu'est-ce qui t'apprendra ce que [seral le Jour clu J11geme11t ? (Cor. ( IQ... "" _.Tugement ? oui. ~puis..ç les ·('Il mœurs du vul. . il n'est barre de fermeture qu'il ne 11ole.. ..qaire..._ ~ -~l)~i t: . -~::... IJI.~ avec sens restrictif: toutefois.rnite.+'. ~ 454 c et 484. J.. 1 ': les Q.. . De là l'utilisation de r-~ en paronomase pour reprendre une phrase.. r' ~ § 490.. 7) -.. .~ ~ j ~. puis s"installu . e11. ~ ·("f--A.. toutefois cer'-'! ~ · ·· . U tains d'entre eux ont pri. ~~l'r"... X. D'où l'emploi de ~ pour introduire un nouvel argument en outre.. .J~I J. en " phr:ise double » cf.) . 182) (1) ": l ·j.Tour du . en/ra...J ~ b) .. - a) La conj•1nction . ~~1 1 ~ ! (.) ~(. un argument.i • ': 1.~ 477 COOl\DINATION PAi\ ". ~l votre Seigneur créa les Cieux el la Terre... ont 11n rang .. (. .J. il laisse dans la maison un tas d'ordures. . .. marque la succession d:rns le temps avec intervalle pins grand que :.î t: ~r1 9u'esl-ce qui t'apprendra ce que 1sera1 le ..:..'... . LXXXII.mr le Trône.. Z. Le contexte montre clairement que ~ n'indique pas une suC'cession ·lans le temps.. . En outre... .. ...JâJ:i. (Cor.. .. -~~1 ·r. 11i échelle qu'il n'emporte..Jl~~_... ·-:::: ' . .... _." • •• . t: ·~1::./ ··----·--------------------· 400 dl Sur l'emploi de '. . puis 'Omar. quand le locataire part.r7.J"'. r) A noter quelquefois aussi ·r.. 87) ~ ..'t j:. :: '.::-1 ~--·~)~' ._..

bien mieux.li . Dans une phrase positive.:. elle sera enfoncée.r - ·~ ._~_~Î '.T. ?"' yl.:. î ' . .. . cet emploi est très fréquent dans le Coran. i.: '. ~01 ' . les arts.'..-) '. ~ introduit la réponse. sont spéciau. ETC. Il répondit: «Non!.~ fruits. 401) § 492. au contraire. .. il) y(~\t~-~~ Dans une phrase négative. en phrase simple ou complexe.::Î I~ : Jt. . i. t!. -. surtout quand il s'agit de tirer la conclusion d'une constatation précédemment exposée . elle Pxprime une rectification avec idée d'opposition : mais. . 9) La locution~~ précise • ce sens déductif: car . plus l'Xaclemeut. 151) Dans une phrase interrogative double contenant une alternative.-.. J (Bub." Je répliquai : "Mais non . .r cm [rlima/j trmpéré. V..~..-.G. le. Plie indique une rectification qui complète ce qu'on vient de dire. i/ dit:" Voici noire dernier jour. ~ 491-492 J.-~~t\ ···c:-~~ • =. y' . bien mieux.r. .s: ~ _ . le.~..it\.i § 491. elle aussi. • i: ~ ir .On a dit que ~ûl peut apparaître comme expositif du discours (§ 346 a).~ animau.~·1. l. .:.478 COORDINATION P~R ~ -:. II.j1) ~ ~)li) lrs sciPnce.r-1'-!. écoulez votre Seigneur : li es/ miséricordieux! (Cor. LXXI. Allah t'épargnem!» (Ag. (11-f. au contraire.J • • ~ : 'J~ ~''J!: J~ il dit : «La porte srra-l-elle ou1•er/e ou enfoncée ? .La particule s'emploie.

_4Î~ :i i.Jl\ll servent surtout à marquer une tran- sition avec nuance restrictive : toutefois..r_. 479 l'histoire ne fait pas partie de l'art orctloire. nous ne le vîmes pas. Toutefois la totalité des gens se montre particulièrement disposée à accepter ses récits.ilement précédée de J marque l'o1pposition 1 l'antithèse : mais.0.(. à Allah appartienl lu puissance .et i. . (llJ.. . .•il4-' -~ ::r~r~/nt.\_ ·~. 'J1j'~1-... 3) .~493-494 COORDINATION PAR ~.Jf. ?-(41t.... (Cor. car la matièrt• de celui-ci est [tenir1des discours susceptibles d'amener le publir à 1111e opinion. est l'attaque que 1'011 sait.. R) les hommes 011t besoin de toi.:. - ". III. ~~ Jt !~·.:l'_y· .. 21) Locutions de transition § 494..'J.~') c La locution ù ~ 't marquera la relation de causalité : parce que. 32) l. tians les livres d'al-M. LXIII. Cette particule génér. Ces locutions paraissent avoir une signification plus forte que J'\i (~~J'>.Pocrites ne sm1e11t pas.. car il rtC1it mort 111m11t relie date. . mais les HJJ... . mais sois sourd 1à ce qu'ils disent] ! (IQ. ~ 49. (lij. entre deux phrases ou deux développements. ~ " ~ vl ...

(A._. ni ile. 86) ils ne se trouvaient pas la chercher dans le pays de._~ .~_î ~ ~-J . ~ Qi: ~-_. (llJ ::!) De la négation en coordination ~ 496. s"emploie aussi pour marquer la fin d'un développement et annoncer un développement contenant un nouvel ordre d'idées. 2fi4) (1) On aurait là une nouvelle manifestation de l'importance pri>I' p~r un mot servant d'exposant en tête de phrase. .j1.fa. ... - Dans une coordination soit en phrase simple. ni une m1idité ne l'a assrr11ir... -. les hommes ont ét11bli des 1w11l'ils de f11its.r. bo11ins.i.. soit en phrase complexe. était un homme savant el aslucirux. tandis que ceux qui suivent emploient 'J : tout se passe comme si la première négation faisait fonction d'exposant (1) et que~ ne soit qu'une négation élémentaire (elle se trouve d'ailleurs étymologiquement dans~. lundis qui' 111 cl11ir1•oyanct' rritique Ir 11r11i quand il r. (IQ.' Y:' 'J -~ .y .<j..iii. le premier élément emploie la négation convenable au sens. C'dait toulr/'ois le plus pollrnn dl's lwmmes.480 4~5-496 NEGATION F. (IQ. ni dr.. 1.l'\ COOReINATION R.ç Arabes. . l'Pprndan/ q111• le scwoir fourbit l'i polit fHHir clic h!. Assez fréquemment. Il. l'11r aille11rs.J~ i. ni ne lu suppo. (IQ.j'J ~-_. 12) ce ne son/ ni des l'llmi!idés. Ir cnmpi/o/1•ur sr bornr à dictt•r ou rl'<'opirr. 1. II.. Cf.t.J> ~1~-J :: [.~I brouillé. le pronom démonstr::itif 1 .. 171) ~ 495.~ ûnes.' . le rûle du premier verbr comme· ei:pusant de temps situé§ 172.. mon ùmc est fièrP.çment chez PU. _Y.: L. Elle n'est 1 jamais] tombée rn tl1•çà d'une ambition : rjamais l fo cons/ance ne l'a abandonnée.r-: (Y' . ~~ ~~:Lï · ~Î i>.~..-~J -~ J~ l.ç /i1ces i/u 11raisembl11/i!I'.JI -. 1 .. :.

' ·.~-. en coordination a. 178) Cette non-répétition peut s'étendre au complément même du verbe. poétique!-..:.. XLIX..tr''.. " .1 jl' ne me sui.~ ("" ~. 11) !Jamais ]je 11 'ai vu bédouin cl la den/ plus vorace. On notera donc. 1. t_... (Jâl}. 143) jamais je n'ai e11t1'11d11 parole plus éloi911ée du vrai. ou des ~Jl'j L.' 'j.~ . ne sont plus répétés. aussi Reckendorf.\ . ni au pied plus rapidt'. la non-répétition d'un même verbe. (il " . 73) ~-~ .i~-::. •-=--'. • ~:'mi.r.§497 L'EXPOSANT EN COORDONNf:ES 481 Cette substitution n'apparaît pas d'ailleurs d'une manière constante.. ni à la main plus . (JâQ.-. 336 (ex..ion plus de vigueur et de mouvement. 163) c. . l'ellipse de il se mil à manger et d parler.~ J l'argl'nl. VI.J . Ce fait donne à l'arabe une allure elliptique qui nuit rarement à la compréhension.J' ~~ ·.îj ~ "rj ~~ · . ni 1ouï parole lplus proche du 1>erbiage. 83) .'..- .-:- b..)C. ·er] de .:·. 'j :. une fois exprimés en tête d'éléments coordonnés.•tlre 1au tir à l'arc I· (IQ. surtout en phrase négative : .J '~'L.J .) La misa an cc exposant 11 dans les coordonnées § 497. l'ellipse du verbe inchoatif: - ::. Synl.t mis en rouir pour :-:-. cf.. mais qui donne à l'expres!.("" "" il n'e11/endail ni nr 11oyail p/11.w_ 0-: iw_ que des homml'.~ pa.~ ne se gaussent pas [d'autres] hommes. .. (Q:îlî I. . ni des femmes [d'aµtresl femmes! (Cor.Le rôle d'exposant qu'on vient d'attribuer à la négation initiale dans une coordination est beaucoup plus net pour diverses catégories de mots qui." (~ 197) : ils s'asseyaient 1'11 cerrles el des tables étaient disposées pour eu. 161) 0\S" employé verbes d'existence comme comme exposant temporel.. (JâQ.. (Ag. _ ~ ~ f ~• me procur1•r cle l'or ni [ne me suis _:.-.~ en roule pour me prucu.

ç inte1·ro9atifç: d..!'. !J~~ ~. . S.r- ~~ .. etc. 293) " ... #1~~1 . 270) ô Terre!. Il. je dirais . l'ellipse de l'dme n'est-elle pas supérieure d la nourriture el le co~ps au v~lemenl? (IQ. (.'-'"Ç~I ~ :µ...né. 289) Îui . ~) Sur le "balancement" ) pemlunl que j'étais arrNé el élor..qe. des particules du subjonctif.. 152) quand on rôtit de la cour. 361) il les appela pour épro1wer leur intelligence el connaître l'él1'111iul' de leur savoir. 1.)lJ:.. III. S. (_p) Ç] . 182) \!J . § 483.\ cf. récolté les fruits? (IQ.141) ~. :rî ~. (QAlî. e. II. qui a creusé les rivières....Jâl}. 'i:.' §497 L'EXPOSANT EN COORDONNÉES &1 ~ . II. "" ~ si celle mosquée était emplie d'hommes el [si] ensuite on me demandai/: u Quel est li' meilleur d'e11/re l'IU' ?». planté tes arbres.!:. l cela] le gufrit (IQ. 1.. des pronoms ou particules introduisant des phrases doubles comme 0 ùl_)J.'-'". Allah m1 do1111era-l-il l'll conlre-pàrtie quelque chose d1• mieux? (IQ. qu'il l'eu! éloigné et chassé. se rendit auprès de f:I. II. ~ .482 l'ellipse des mot. II. quand 1. 234) .l_. 182) si jl' pt'J'(ls la 11ue en ce monde el Lsi] e11s11il1• je 1111is au Paradis._. qu"on l'écrase ri l'applique s111• /'oreille de en soufli·e. (Ag. liïl ' ::11 . un homme vint d moi (IQ. se fui fdché contre al-G...~1 ':_... .

~Y.~ d1111111h1 ! (Cor. 160).. surtout si l'on :i viens le malin ou Il' une alternative....~r prè. 8 ·~ ~l fais miséricorde.. . 1....Jr " j1• sui. 1 ::. nom. la préposition doit être répétée cfons une coordination où entre un pronom :iffixc • .§ 497 483 L 0 EXPOSANT EN COORDONNÉES J'. c".~oir!(Jâ~.J - ' .. ~ . . 11. . Mais ce fait n'a rien d'absolu...i 'i:x. . car nn la trouve ~urtout ru phra~~ interrogative. t'interrogeront sur le vin et le maysir.\'entuelle ou hypothétique.::. cl1• toi et de 7. nou._ VII.. la non-répétition dl' la préposition quand celle-l'i gouv<'rne un il. Il semble que la non-répétition de la négation soit k résultat de l'ellip~e d'une autre particule. 219). (Cor.r-_ i g. 23). . si tu ne nous pardonnes et ne nous ~pl~}._..~ pas.~ serons en vérité parmi 11'.. la non-répétition de la négation quand il ressort nettement du texte qu'elle porte sur l'ensemble de la phrase (1). .. ').. Au surplus.

Index des Notions N.de dépendance: 322 . 23. . Apodose: 450.r1ltaque vocalique : 28: 161.Voir: Accord et Nom-adjectif. voir Verbe.'). . 48: 126 fin: 167 Rem. Allernatiue : 463. 397 . Article: 29.du verbe: 299-aO'l.du verbe unipersonnel :·302. : les numéros rem•oient aux pages. . Aspect du verbe: 17: 38. . 285-292 .de qualification : 324. Cas: 119-125. -171. .ordinal : 223-225. Assimilation: 26. Ali{: 22. voir Prépositions. Complexe prépositionnel : 329362 . 246. Alphabet: 19-21.). 422. 431. . 289 S.du mafdar : 32G. 427. 45. 395. de l'attribut : 295 . 2o4. . 114 : accord du-: 28i). .indirect: 295.du participe actif: 325 : -. 407. .. 424 . Attribut: 298. 2~l Collectif: 106 . Apposition: 307. -. 208: 205. 398. 200.indirect : 396. . Acrord : 245 . 317. .sans nom d'unité : 111 . . B.de l'adjectif épithète : 295-297 . accord de I'-: 295. Annexion: 200. 423. avec l'hypothètique irréalisable: 464 s. -nomil'!aH: 293. 61 . 134 d. Comparaiso11 : 341 . Chuintantes : 21 . Adjectif: 275. Abréviations: 27. en phrase double complexe : 454 . 2. . Comparatif: voir Élati/~ Complément : circonstanciel : 207. 182 s.. .direct : 3U3 . 319. double : 394 .de t à la huitième forme: fi. Yoir Phrase double. . . Actif: voir Verbe. épithète: 296 s. valeur de l'-: 247-250. Adverbe : 207-210. Apocopé: 35. Apostrophe : 378. . 425 . Antécédent : clans les propositions relatives : 421 . 276. . 362. 41.attribut: 298. . 388 . 2. 321.dirert : 293 : 380 .). 372 s. en phrase double: 46<)-46~. Accent : 30.prosthétique de l'impératif: 46. 306. Acrompli : 36-40.

Distributif: 225. appositionnel. Diminutif: 98 . par nature: 108-111 . 4-ffi} . 123.lapidaire : 11. 119. 286. Genre : indiqué par des nomi. atx.: 159. Emphatiques : 21. femelle : 106 . Coordination : 473-483. .du pluriel interne mdéterminé: 122 . de l'indéterminé : 122 . Diptote : 122 . dans le nom: 107 s.. Déponents-internes : 2..>. Syntaxe . Exclamation : 218 . .:.: 157 . Forme nue du verbe : 36 s. Déclinai&ons : voir Fle. 115. différents: 105. Ellipse de l'apodose : 462. -des noms en Let ·. emploi des cas : 293. en phrase conl'essive : 467 . 408 s. . 23. 146.par unt' désinence: 107.des noms propres : 124 .de circonslancr : 443 . 417. voir ll!fpothétique el Phrase double. 106 . '. Cmzj11!1ais1111 : voir Verbe.-de noms de couh•ur: 98 Rem. Etal d'annexion. Fractions : 22. . . 111-113. 126 s. : 119 . Exposant temporel : 246.du dcterminé: 121 .-du nom singulier: 117. Détermination : 200 . . Date~ : 373.. 39 . Démonstratif: 200-20:3 . . construit : voir Annexion. Conjo11ctio11s : n1ir Particule. 114. apposition. 254.. : 120.Conditionnel : 252 ."17 note 1. .riom. Energique : 37 . Gémination : 40.par le mot mà:e.. Epithète : 296 s. 157 . 205 . Formes dérivées du verbe : 49 s.\ .. : 124 . 126s. Duel : 34 . 113-115. Consonnes instables: 15 . participe actif: 156 .de comparaison : 362 s. Dentales : 21-23. Ecriture : 11 . Explosives : 21. . . Féminin : 1lans le verbe : 38 s. Descriptif: 252.du pluriel ~Jj) : 1~>7. . duel : 158. 455-460. Eventuelle (phrase) .réforme de I'-: 25.s . . de -186 Existence (verbe d'): voir Verbe. masculin il indice zéro : 108 . 11 ï .des noms de racines défectueuses : pluriel ext. Elatif: 97 .noms sans désinence féminine : 114. noms de.du pluriel externe masc.incertain : 111 . .du pluriel externe fém. . etc.des molli :. en coordonnée : 481. Fle:1:io11s : 13 .du duel : 117. -en coordination : 481 s. . .\ .du pluriel interne déterminé: 121 . 114 b. . . commisération : 375. . 253 . ~16 Depemlance : 322. 466 . masc.. 12 .

Irréel: voir Hypothétique irréalisable.qalion: 204.énergique : 37. 398 .ellres solaires cl lunaires : 26.stable Oil instable: 27-29. 483. . Hamza : valeur phonétiqul· : 22. lmala: 24. 84. 255. Juxtaposition d'épithètes: 320.à 1mm1: 16t . '\'Olr Accord. 276 . 69. 38.de la forme nue : 78-83 . leurs flt>xions: 125 Rem.1pocopé : 45.de l'impëratif: 47. 58 . 63 . complétives: 418. . 326 .en coordonnée: 480 s. 396 . . Infinitif: voir Mas</. syntaxe de l'. Hypothétique réalisable: 461 . Imminence (verbe d'): voir Verbe. Gutturales : 21 il 23. 44. 250 s. l. 464.avec négation : 461 . Koufique : 11 . 73. . lnterro. . 12. 4al . 233 . . Mode (inaccompli): 36.de l'inaccompli indic.) . Injonctif: 255.d'unité: 93. -. en phrase double : 459 . Inaccompli: 36. voir GPnre. 22. Masculin. . . . 60 .passe à I: 163. 234. 454.support du hamza: 161 à l'apodose et de la protase : 452. . : 252 s.l'll phrase concessiYC· : 4()1 . lnten. subord.des racines concaves: 143. . 250. 434. en phrase double: 45-l. 275 . 318. . Localisation de l'accompli : 248 .- . . 58. syntaxe: 245. 164.uryngales : 22. Nom : noms primitifs : 85 . douteux Oil irréalisahlc : 46-l . 277.a11911e nrabe: 11-13.dl·s racines hamzées : 161. Mafdar : 37 . 415.en coordination : 482. Indicatif : 37. 37. Indétermination : 200. de propositions: 417. . 215. 46il : . 465..des racines assimilées : 135 . 408.t87 du genre : 28. . 395 . . .abiales : 21-23. . mQldar mimi: 83. 230. 55 . . . 68 . 236-240 . .iquides : 22.: 246 . Négation : 215. syntaxe du mnJc/ar: 255. 58. l. 461 .des formes dériYées : 53 .à valeur de collectif ou de pluriel: 182-197. -de prop. I.quadrilitéres: 102. .ar. 0 l\'asales : 21 . . l.subjonctif: 44 . . 408. 287 s.indicatif: 41 . 407. 46-l.de Madda : 26. 41 . - . 23. Mois (noms des) : 373 note 1. Inchoatif: voir Verbe. 41-46. . 419. circonstancielles: 419. 23. J. 163. Impératif: 46.en phrase double : 454 .sif: voir Adjectif. noms propres: 103. 44.

.: 218-220 d'interrogation : 21il.verbale : 391 . Occlusives: 21 . 218. 85 . .impersonnelle : 400 . . -.verbes défectueux : 154 .ition : 214. . .de négation : 21!). de couleur : 92 . Pl"llhibitif: 215 .i9 s. . Participes : .7>2 : 393 .en pruposilion rd:ili\'•' : 42i . doublr notant une comparaison: 471 .de racines concaves : 146 .palatales : 22. .~ et prt.d'atlirm..verbes concaves: 145. -distinctives: 21tî. nom et nom-adjectif.féminin : 118. Nombre: 285.simple : 885. . Pluriels internes (brisés) : 117 . . . 2. 255 . \'crbalcs: 211-214. .syntaxe : 287 et s. :ili7-:i72 Nom-adjectif de relation: \!9-101 . 367-3ï2.ave. .cxceptive: 405. 239. . 2Hi. Pause : 29.proprenwnt dires : (h!C') 210 s.i85. Particules: 207-210: .. --·de pauciti·: 166. Ordre des muls .complexe : 385. emplois de~ . 21.'>. . .négative : 401 . Pluriel externe: 117. leur syntaxe : 294 . Optatif: 2-lï .ordinal : 223-225. . Numération: 221-225. en coorrlorrnée : 483. ·lï:i . voir eus. Nominatif: 293. .d'abondance : 96. Phrase: . . Nom-outil: 2ï7.avec alternative : 41)8 . .intensif: 89 d. -· d1~ coonlination: 214-.nominale : :J87 s.noms de valeur adverbiale ou prépositionnelle : 207-210. 90-92. 43&. . duel.de temps et de lieu : 94 s. .de racines assimilèes : 13:>. Prépositions: noms ·-·(liste): 2089 . Palatale.419:482.).éventuelle: 45.avec concessive : 467 .ses flexions: 120 . . .: verbe passif : 400. pluriel : 167. . 217. . 4-80 s.de racines eon. -. 221-223.hypothétiqur : 459.: actif : 32. .d'instrument : 97 . 289 . syntaxe .407. . .de raeirws assimilfrs : 135.-de manièrf': 93. leurs flexions : 121 . -. . Nom-préposition : 277 . .)() il 71 .collectif: 182 à 197.passif: 276. .'). .. . ti"lx. double: 4fl0-467.·:l\'l's: 145. uclamatin•r.ses flexions : 11\l et s. 408. . quadrilitères : 161> à 172. 415. -de nombre '. Passi1 : 37. voir verbe. pluriel : 167 . voir singulier. pluriel.- 488 d'une fois: 92 .: 329:162.interrogativl• : 407. Possessifs: leurs équivall'nts: 20:~: 204. . 2. 166 . .. -de racines conca\'l's : 144. .de racines eonea\'es: 144. . .pluriel Je pluriel: 198.. 47 .m:i!>culin: 118. . . 22. . dérivés de quadrilitéres : 172 à lï8.de rac11ws défcetueuses : 156.). 178 à 182 .

Relatif: 205-6. .. aoms: 142 à 146.démonstratifs: 200-203.« cünCa\·cs » ·: verbes : 136 a 141 . Singulier: 11 ï : flexions du sing..çitions. 410.rèel : 260. . : thèmes normaux : 12ï . Relative (proposition) : 420-431.'JB: -. 164 III . .-trllitères : 15.«doublement faible!. . Pro11CJm~ Qualification : 320. bilitères: 15. Subordinalion: 432-449. noms: 152 à 161. . -. R~/1. " sourdes .16. Spécificatif: 328.(syntaxe) : 303 . :H2. . déterminé: 121 . tableau: 236 ù 23\J. Sémitique: 11 . Prc. 308 : .rel:itif: '. -· du verbe français rendus p:ir l'accompli: 24i. suhordonnée circonstancieHc 442-44B: -· de but 441. quaclrilitères : 15.interrogatifs: 204 . 254.ouverte: :m. S. 39 .iet: de la phrase ncminale: . temps situé : 246 : . Racines: 14. 483. thèmes anormaux : 128 à 131 . de rappel: 424. Radical: H. Temps : (syntaxe) 245. relléchi: 58-71 tsynlaxe) : 258 et s. . . ·-du verbe.Ï.(syntaxe): 304. 23. .app:irentdn verbe passif: 2f:>02tH.~ .incise: 420.1. 232-239 . Si. . 132.ative : 421 . 34. . Sonores : 21.131. noms: 135. 322. . Surnom : 104. verbale sujet : 418 .qualific. réfléchi ou réfléchi-passif: 260. Signes orthographiques : 25-29.c1lu: 364.affixes : 33.par l'inaccorupli indic.riaiif: ab:.Phrcue double.réfléchis : 203 . . 33 .ig7. pl•1ricls : 173 à 175 . Su/. 418.attribut : 435 . ·. Sourdes : 21.422. : 250 . Régime du verbe: 262. . -· indéterminé: 122.«assimilées J> : verbes: 133. tableau 234-235 . Proposition: indépendante: 417 . 308-312. . Sabjonctif: 37. : .qJr'. Serments: 380. . Syllabe fermée: 30. 195 d .'i'llés : 32 . l:i7. 146 ets. 15. 482.voir· Nom.relatifs : 205.1Ç12. 136.~la11li/': .tas1·: voi:.anormales: \26161 .: 21-23. 434 . «défectueuses»: vc:rbes: 146 à 152. Sonanles: 15. tableau: 232. . 132. Semi-voyelles : (wàw el y<i') : 21 . i:la. . Spirantes. . complétive : 4. 85. relative : 420 : relative participiale : 430 .·. tableau: 23.» : 131 c.indéfinis : 205. Voir Élatif. 164.- 48\J Promesse : 418. 73. 44. Subordonru::es : voir Propo.échi: fom1es dérivées du ver- be avec sens. 47 ..

Aecord du-: 298. : 50.d'existence : 2ŒJ-272. Syntaxe du . d'imminence: 268. 6• f.quadrilitère: 73. . avec régime : ~. 393 . ü9 . 481 . 5• f. Vélaires : 22 . classement: 72. inchoatif : 267. Voir les paradigmes dans l'index en arabe. neutre.- 400 . 68 . tableau : 230.qualitatifs: 257. 71.sans régime: 262. défectueux. 3° f. . 429 .actif: 257 . 253. 378. Voir Passif. . -. -. Voi. . . \logl'lle. 251). 260 et s. 10" r. Vocabulaire: 15.passif: 47. 395.formes dérivées du trilitère: 2• f. Vocatif: :lOO. 7• f. . à régime indirect : 26.: voir Racines. formes rdlechies : 58-72.di'nominatif: 2l>2. en phrase double : 453.J .~: brèws : '. 302 . 262. 61 .: 245 et s. 71. 23. unipersonnels : 266 . 479. à double rcgime direct: 263 . à 15• f.~ et Aspect. -. . 4• f. etc.en phrase nominale: 390 . 395 . 24. 481.abrégé: 379.U .r active et passiYe: voir Verbe. 58 . 54 . 64 . intransitif. . concaves. Verbe : conjugaison : verbe nu actif: 38-47. formes dérivées : 7. Thèmes verbaux et nominaux : 27. 11' f. . 55 . Voir Racines anormule. Transition(locutions de): 446. 12" f. tableau: 228.assimilés. 9" f.J. : transitif. .) . 411 .d'estimation : 264 . ..longues: 23. 63 . 8• f.

4~l0. "'=" 1. 406. 191 . 203 . 1 : 107. "'· ... = 463.)l : 213 .. ~î : 470.' : . 104.)t : 456. 178 . :J) ~t: c . 441.'1 1 '-'""' : pur.~ 0 ""li'.i.# \Il : 215. de ~ .. 377 inter- rogatif : 217 .ilî _. .. 479. • \lt: 446. t. 403. . .:. . 249 . 446. 279.t JÎ : chute 123 . 311 . 185 . . 482 . 437 .. t'. ül • Îl : 52 note 3 . 205 . . ~ 460 . J-il : élatif: 97 . : 205 .. 423. v.. 467. 180. 1. . Wi . 219.1 : l2:J . 466.>. 1'. ' \1\: 216.. . 431.:. assirniiation démonstratif: 200 . 440. 118 .î . jr'1 : rn. 118 ..> .. 217. '!: . •• ~I : plur. 40ï.Index des mots arabes Î : exclamatif : 21\l . l~Î : plur. 465 .. 456. 1 : 163.)l : 332 . 410 . 410 . 197. 124 Hem. b.. 179.)i : 210 .l. 442 . 112. Î : 29 . 421-423 . ..de couleur : 92 ... cfr J : 29 . (\1 ül>: \Ir. 377. 362 ' \ÏÎ . . 213 .: 468 . ~I: 283. 279. 1~l : 208. 2711.)l c. J-il : plur. 404. ~.J • .t. . 2-19 . . s. 194. 456 . 422 .)l s.)p : 458 . 461 . Jl : 210. ~l : ::. 306 . :319. .

482 . ·. . 460. 400 s.. ~': 212 . 389. 457 .i. 406. fois : 92 . t: 460 s. . -de manière: 93. ·- - l ... 439.~: 31. . 0i: 212 .: J ment:380.. instrumental : 333. 335 . _1. . -t'l ~ : :us .)Ji~I~: 450. ~i: 204... : 209 .. 107.J.~' : 311 .. 477 . 407 . 436-438. 278. ~î : 223 .. . .' : 468 .r. 01 . 210 .. . 219.?..du pluriel: 198. ~1:380... 297. ~i J. .. 267 . . 249 .en racines 11 défectueuses» : 160 .. 469 492 447... . 380.# . 446.. _.. . ~1 4'1: 220.. ...: 24.. 106 . 208 . . .. - .. ~ :478. . 461 . 468 .. 381 . . 112.. 377.. ül <ül> : 212 . ~ ~i ~ : 4!7. ~ ~(serment) 380 .du féminin : 107 . 311.ü\. J . 448. - S.: 448. '1 • . J ::rJ : 218 . 313.1 : :. . 469. . G: . -.:437 . .:. . . 403 .-d'intensifs: \JI . - ·:~~: 468. . . 205. 432-436 .d'unité : 9:i . .. J-! J 440. . . :. 407.K)1.dans les noms d'hommes : 103 .282. 420 . ) ..t. 277.~ r : 25 . : 380. 446. contiguïté : 330 el s.: 218 . négatif : 216 . '~' : 0: J 376. 111 . 460. ~: • - 280 . 378 s.. 164. ~ - r.. 470.- ~.I.. ~ :208. 482. :::..' :381. ~-: 209. 200. ._. ù (ül) : 213 . . ..·~ : 209 . = :: ül r..r {\j: indice du nom d'une ~~~l :376. . 283.. de ser• 1 • .:.r-!_ : 142 . üL ( üL) : (noms masculins en) 100 b. • . 292 . . : 210 .ül ÛJ~: ~ ... 4b.. 478.i : 163 . ~ J • - J-.

!. ~: 493- ~. .. .. . .. 420 .. -t\~:470. .::. 437.s'Y.. : 447.: ...: 278 ..- J: :210 ..s'. ~ et s. · rn.rS: 125. ".. . 377. 407 . 214 . ' .-i .JJ' : 279.k : 4f>8.J~ ~ : 405. . a.. ~~: " . 448. : 421. : 204 ... . ".') ' .:> 'üê : 37ï..G': 2i9. ~ '. "(. i.). J' . ~: . .. 1~:. 355 et S.. : 34 . '· ~): 45i..si~ . i: 211 . .) : 212 .. ...).. . i. ~ :410 . " .0tJ.. 'tf . .~ (~ \... 458 .. 27fl. L:~: - 279. . : 421. 442 . .J. .::. . "~: . .: 344 S..-. . ~·-- :.: ...-de coordination : 475.:. 40. ' "· <t.. ". .... : 279.. . 251 .: 25. .!. 361 . ~. 274. 360 s. \~: 405 .Jf : 283.... ÜJ~ : 209 .J1 : 124 . (.. 211. 28:J. ~ : 209 . 4. ..>A - ·204·28'' ·~.. . . 381.1.JJ. 201 . 164.: 272.. 31... 440. "ü..ül ô._: !---' 24.:.de subordination: ....J1j... ~.. 272 . : 278 . 441 .J.JI . J'f: 479 :..L. ~: 209..-.: :. ~J. 13.. - ~" . ' Ü.. -l 387. ~ :405. : 405. . . : 283. 447. 1...11.. . . : 450..

: 85. : nom : 80. 4W : plu1·.. ma~dar : 79 .1"" 11-. féminin: 113. ~ " . 193. ' û~ : mafdar : plur.. . . -en phrase double : 452 . nom : 87 . 'J. 4W : m11fdar: 80. : plur. plur. : nom : 89. ~: plur. : 173. . : nom : 91 .. : nom: collectif : 86 .ti : 38.. 197. .> -- "'' ==. -'1. : 87 .>" 4W_ : plur. noll'l . -::>t..~: . : 188.: 189-lS:l.J~IJ: : participe .... mafdar : 81 . collectif : 86 . ~~ . . ~ : paradigmes : 16 s. . nom-adj.. 478. Ja. ~ : ma..... '·' . ' nom-adj. : 174. . . .W: . : 195. collectif : 86 . : 196. : 193. .t_ J 88. . pluriel : 196 . 82 . : mafdar de racines con- caves: 143.- 4H4 - 442 . 112.J.: .. féminin.J-i~ ·' : plur... .. : plur.. t Ji:. Jai : plur. l:\9: . : 184.. . ' : mQfdar : 82.': plur.-aYeC ~I : 470.Jl~ : mu~dar: 55.. .. .. j.1W ~ : plur. i.. ~ .: 172.. . 54. ~ ~ 462 . .rli' : nom : 89. : nom : 82..j et ~:>\:. . : 181 "4Îw-..J-..Jai. ·~~: verbe : 16.dnr : 79 . . ~ . 182.> -. : verbe : 50. "û)1. ~ : mafdar: 80. : 188..1W-' : nom: 87... "' .. "'i. 186. : Mï . . : ma~dar : 79 .' : plur. plur. : 195 . J-' "-f41""' . : 87. "41.. : verbe féminin : 112.> .. ~~ : 381 . : plur. plur..-. nom-adj.. : 192.. "~i:i : -. .i. Jai. . : 193.. . pluriel : 185.. : plur.. ~ : mafdar : i9 ...: 196. collectif : 86 .... . plur.. nom : 88. -..

~Î ~. nom : 87.: .. .• Ùl:l ' Ù~'-: : 249. .. ~-: 211 . :i93. ü)W. ~-- - : 459 . 451. ~1.lJ: 381. plur. ~ : 124.. plur..: 437. : 216 . J=I}: plur. 377. 276 .. . 248... ~ ~:441. 253. ~ill :472.5"'. 441. ~ 1. J::ivec verbe : 212. 334 et s. . 273 . t ' ' 495 - nom : 91. : 448. .. 249. 465. • 11""'" ' .ij : 209 : 277.ü:>W -.:... 408.ü'.i. 404... ... 471. ?.. et ' ... : tnllfdar: 82. ~ir. 292. ~' 'f. . . ùÎ l. . 'üÎ \.... ~-: nom intensif: 91.. .. ma~dar: 81 ..-: nom : 89. . 438.û) : 248. 471. "•f' : 218. ül JJ .J_. 465 . . t '. . "!]: 211. '. . . . 'üir' <'ü~lr'>: 381 . ü 1:}...: 14. 462 .: 176.-....i)'": 381.. '. 481. 452. 411. . l. 177. J: 200. . : 272 .. : 182.. avec nom: 211 .. 480. 255.. Jl : 217. 440. . 447 .15'.!": 0 471.. uyJ : nom : OO.. JS : 281...: 184. 41 Y.· 352 s.. : 205. 234.. 251 . plur. > l. - -a:-1• . ~ -1 • uli. :423.. . ~ : .. 297.. :ç-i :214: 381 : 479.. "d": 104.. : - ma~dar: 82.. 253.ù~' -ü~: " 381... 9. .. "r~= J:-i : 209.15'"': 14. .. 445. 411 .. à sens de part. -~ . 205. . .. ~et J~: .e. 391. ' .. 235. 440. u Y. 478.-: ma~dar: 81. p:issif: SR J • ' .. . 453. t. 455. u~: 137 et s. jV . 404.. . . 402. 44R J: ".. 454... .. 215.S'. . ~: . ]. : 216. 212. ~i.. . 410.. 472. J::!' : mafdar : J • 81 . 401 ..>Ü-. : 189- H>2.

424. ~ : 211 . 452 . ..4». i. 215. .JP. 404 . 410.. J::! . . : 218 . 249 .>A ~. "~. nom de lemps et de lieu : \:l-J et 46(} S.:12. . : 204. .. intensif: 92. .. :lf">8 . : nom de lieu : 95.~ : nom d'instru- ment : 97. . 1. 404. 460 .. : 213 . .. 407.>JL. ..~ : 4H8.:: 212.JÎ : 36. 454 . 430. ·~ ' l!l : - .:] ' ~ : 381.. t!~': :-J6. 251 ~:380. 402. 440 .. 402 ... i. 442.: : négatif: 215. ·... ~·: voir J:'-f. 460. ( 0) ~ : ma:. : :i7. tant que: 213. • J. ·. !.: :m. 38.: : que. 407 . . 309.l:. 278. d':1- bondance : 96 . 405. 403. : 378. 448 . (. : interrogatif: 204 .de temps et de lieu : 94 et s. ~l ::. ~: 209..dur : 8:i .:r.. ~_. . . 446. 312.310. 455.. '. -tl..en phrase double: 110111 249. . 482 .. 449.. ~ etc. 440 .. particule temporelle: 213 .. -! 482 1 ~i:... t. : <.. t... ' ~::n. L: : 204. 480. 480. 441. .. 480. pronom relatif: 220. ' . 255... 46!i . S. (0) ~: mu~d11r : 83 . 249 . 464-46tî . . l!J : . 249.. 448. 205. ~~ .o : 387. ~l. 423. 254...- 496 - l. 468 . i.:213. "J ~ . 465 ~ l!J. 465. . 449 . ~·:avec exclamatif: 409. . ~ : ~ . t..•t ~: 142. 383.. } .ir: :n.-'1} ·01 'i} : 465.. négation : voir ·~et j : 216 .

~: 447.: plur. : exclamatif : 375 . 273 .ü. J . •.. 280. . 214.J : :171i. "'•1 1~' 41. : plur. r. :ns s. ~ . 444 . 336 s.. - v_. 47. : 210 . et : 362 s.o. 473 s.... Ç: 21s ...473. .. in- 410.... ..ii. 249. ._.L-Ï : 483. 375 . 407. : 171.. 394. J • ~ : voir ....serment : 380 .uri : 202 ... 309 . . ~:460.: .: 169. J.b-.. .. 376 .... (. 1?' 'ü)"'--! : 250 . . _1r .ül ..:... ' l. transition : 480. - pour ~~: 47:-J. .la.. ~~ ~ ~: 378 .. ~ ' ~. -l • ~:12. 724 ....J : 208. 19R '• : démonstratif : 215. 407 .. . • >f. 312 . : 167... ._. 407 . réfléchi : 203 .:)J : 134 . "'1 ~ . ~ : 218.. 211 . terrogatif: : 209 . 204 . voir Semi-voyelle. 307 .voir üo .. 252 ..: . . 219.de subordination : 291 . ... ::. 423 .. ~: 204. ~ : de coordination : 34.- 4H7 - ~\1. : pronom relatif: 205 .. . 460 s... v-i-î : genre : 109 . 376.. 4l. 430 .. J . ~J: 248. avec 6l ~ : 447 . . J. ? . . 395.J ' j:. " .i . b~: plur.. ~ ~ : . . .. Semi-voy<'llt'.. . ~~ .. .: 142 . 407.i nom-outil : 279 .J : 27-29 . ~ 44:l ..i . 310. __. . : 458.. 467 ... . 383... ~' . .

La Langue arabe . - Pronoms personnels Chapitre Ill.TABLE DES MATIÈRES Pages Avant-propos.i j. 3 7 LIVRE 1 MORPHOLOGIE Chapitre 1. Chapitre Il. .\Z . . --. . tique . » imperatif » passif Chapitre IV.Verbe Conjugaison : accompli » inaccompli . . ~criture - Phoné- Généralités sur la langue arabe :I::criture Signes complémentaires Phonétique . - 11 11 16 20 23 32 36 :l8 41 4() 47 Formes dérivées du verbe 49 Deuxième forme ~ 50 Troisième forme ~~ 54 Quatrième forme 'wi. . Références. 55 Cinquième forme ~· 58 Sixième forme l.

\ djectifs de relation Su 92 !l3 94 Till:\ \'.'1 :'\om' de thèmes semblahles i1 eeux du lllnljdctr et dn p:irtieipe 86 Ill.Tlüs II.t·uvième fonm· l>ixiè111<' fornu· Onziè111c . Subst..) . Noms propres il 72 n 77 77 SEcTJOs 1. quadrilil<"n•. Chapitre V.:u1m quadrilitères St:c11<1s \"!..oriis d'unité.Elatifs Diminutifs. 85 Sh<.Ail 63 l-111itit·111e forme ~l 64 .\. C'1apitre VI.CTIU' I\'.. . .ta11tifs !'t adjeetifs Nom~ primitifs 8. Adjectifs.\'nn1s féminins par la fornw ..Suhstantifs dériYés ù thèmes fixes Noms d'une fois. 69 .-Noms p1·upres. - Genre Substantifs féminins p:ir nature ....Noms de manièrl'..---... Su:110\ :'l:um"' de te111ps et dt• lieu.i.:'\11n1s dl' genre int:ertain 97 98 99 102 103 105 1œ JJI 118 .-- :-. OO :\0111s Jïnstrument 97 s~. '\oms d".ibondance .Mcqdar de la forme nue 78 1\!la~dur dl'. - Noms . q11i11ziè111e formes Classellll'll t des forn1es verbale' V<>rbe.- S11I.- 500 - S<>ptièml' forml' J.. l::.r-~ < l:~I 68 . formes dérivées 84 Participes .intifs."\....

Verbes..ant pour troisième radicale w~w ou yà' : Il.L 172 173 . Noms dërivé!"> de ces racines 1. - 501 - Nombre et flexions de cas Pluriel sain ou externe . 131 A) Racines dont la première radicale est wâw ou yâ': 1. dits u assimilés"· 11. Verbes et noms de racines anormales .- Il. Verbes. Verbes. Nom~ dérivés de ces racine~ 133 135 B) Racines dont la seconde radicale csl wâw ou yâ': 1.-· Pluriel Internes 166 l. Pluriels dérivés de quadrilitères: jl_(.. 117 118 UU 120 121 Chapitre VIII. pluriel masculin Pluriel féminin. 146 152 SECTION III. Pluriels quadrilitères : 167 ·~li: 169 ·'4k ~ 171 u.Chapitre VII. 127 128 SECTION Il. Noms dérivés de ces racines 136 142 C) Racines a:. dits «défectueux» . 126 SECTION 1. dits u concaves".Racines dont l'une des radicales est wdw ou yc?: principes généraux . n~cines hamzécs Verbes et noms hamzés ..Racines à Ji:uxième et troisième radicales identiques: Verbes u sourds» Thèmes anormaux . Flexions de cas: duel. II. Singulier et pluriel interne. 161 162 164 Chapitre IX. Racines dites u doublement faibles..

"'4.L ()l. ~ 1\12 "J~ j:. ' ù~ 100 •'41:.' '' 18-l "_r....C_. 178 j.i~ "'... 18ï 188 mu ... l!Hi V.41. Pluriels internes collectifs : "'l u r- 182 "'J-.J... '. lRl . Pluriels internes de paucité: ... 180 "'41:.. : ..:.) .1.J~ txü "'41(. t')(.. Pluriels en tà' nwrlnif 11 1\1~ VI.' 18..:i l V.ji ma 1\l-l l ~. Thèmes second<1ires de pluriels l\tH ...- 502 174 176 III.. ..} .JI 17\l . h'~\ U"" ...

Tableaux des conju1aisons 221 LIVIE II SYNTAXE PREMIÈRE PARTIE Valeur et Syntaxe d'accord des mots Chapitre 1. Particules de négation . ~=~ergiqurs. Partirules distinctives. subjo1il"lif. Chapitre XI.-\rcompli . - Partlcules 1.i 247 2.\rti"le .Détermination et Indétermination . Prl•positions proprem<'nl dites. Particules de coorclinalion . VIII. VII.Démonstratifs Equivalents des pronoms réllérhis el du possessif • Pronoms interrogatifs Pronoms indéfinis Relatifs . V. - 1. Particulf's exclamatiws . Particules cl'affirnrntion VJ.-003Ch•pltre X. apocopi·. Le Verbe \':1leurs temporl'llf's Pl modal<'s . IIJ. Particules VC'rb:1IC's et nominales IV. - 200 20fl ·203 204 207 207 210 211 214 214 21ii 216 217 218 Noms de nombre Nombres cardinaux . Chapitre XII. Nomhr<'s ordinaux. Impératif . IX. l11:11'('ompli indi('alif.i0 254 25:i . . Noms de \':1leur ad\'erhial<' et prépositionnelle II. Parti('ules interrog:1tives. 24.

du verbe . C.s pronoms intrrrngatifs 293 295 298 303 306 308 312 DEUXIÈME PARTIE Syntaxe de construction de la phrase slmple Chapitre 1. Noms-outils . d'immim•ncr. Régime du verbe Verbes sans régime à régime direct. Le genre et le nombre dans Il' nom Noms autres que les collectifs. - Valeur des thèmes Noms propres .ilio11 317 . d'existence . inchoatifs. A. thèmes usuels . Valeur des pronoms et adjectifs rdatifs rlr. Collectifs . Notions exprimées par les thèmes verbaux Verbes qualitatifs. B. - 256 257 257 275 277 277 283 285 285 289 Syntaxe d'accord des mots Flexions . Verbes unipersonnels. G. 258 259 262 263 265 286 272 Le nom et !'adjectif I. Voix passive lll. Chapitre Ill. Valeurs réfléchies.itifs . Syntaxe des pronoms perso111wls dl's démonstr:. F. actifs . État appositionnel. Syntaxe de quelques verbes usuds Chapitre Il. Il. E.-Des complexes à l'intêrleur de la phrase slmple A. Verbes à régime indirect Particularités syntaxiques de quelques verbes. D.-504H. Détermin:. Syntaxe de quelques. Accord dl' l'épithètr rt de l'attribut.

rl u mnfdctr Suhstitntion d'un étal prépositionnel i1 un état d':111llt'li.ÏOll • :i22 324 325 il2i C. de qualification. Complément dt> l'élatif et du superlatif :lti2 Noms dt> nombre Adjectifs ordinaux D:itt•s. F. :lf)7 il64:ifi6 372 :·ii:i G. cl u participe actif. Superlatif absolu el relatif. :i28 D. Annexion de dépendance . admiratifs :i76 Vocatif . Elatif de l'Omparaison. Spi·l'ifieatif. propitiatoires. ii?R }I. prohibitifs 375 f<Àclamatifs imprécatoirès. Complexl's prépositionnels 32H 330 . Particules dites " du ca& direct » • 380 . injonctifs. Exclamatifs de commisération. 31i0 :m1 E.-505R. Mots et complexes affeC"tifs..

TROISIÈME PARTIE Syntaxe de construction de la phrase complexe Notions prélimi1rnires. 396 + D. Chapitre 1. Notion de temps situé B. attribut . Notions préliminaires. vocatif. Phras<•s affectives : impératives. Phrasr nominitle. Définition. simpl':' négative . interrogative 407 H. C. Pxceptive G. ses élé- 387 + Phrase v<'rbalP. Phrase avec. - 506- La phrase slmple. Propositions indépendantes Propositions sujet. Proposition sujet . Définition. av:>c formule sacramentelle. 38:1 Ordr<' des mots • A. 401 405 F.ou circonstancielles juxt:1posées . . excla408 matives. prohibitives. A. avec mar'ûl mu(laq.Chapitre Il. 420 relatiw. 41ï Proposition incise . compli•tive. - Subordination. avec itltribut. Phrase il la voix passivr 400 E. B. avec complément direct. - 415 Juxtaposition des propositions. 423 Syntaxe du pronom de r:ippPI 424 -Œl Faits particuliers il la relativr 4:10 Relative participiale Ch•pltre Il.verbe sujet ou sujet vPrhe. Struchirf'. 391 Phrase avec complément indirect ou circonstanciel. Accord de mf'nts. . Avec antécédent 420 s:ins antécédent.

..)l · l)L 4fi6 > • - C. Emploi de F.~Î .If.. Chapitre B. 455 Avec . Liaison.d'·iJ4·~1-l. . Structure. 45~ Phrase d_ouble _avec notion d'hypothétique réalisable. 441 442 G.. de but.. D.:1 469 Chapitre IV. m. - 443 445 446 44i Phrase double. Notions générales.-~ . 473 . . t~ .e double avec notion d'hypothétique douteux ou irré:ilisabl!' avec } .fü4 111 <01p 467 E. A..La coordination.-507 C. Avec - ~Ï . 435 441 ~ 458 :. contenant une alternativt -168 H. Phrn. Modes 450 Phrase double « éventuelle ». Phrase avec concessive -167 G. K. circon5tancielles l. •. exceptives. û. subordonnées avec~ F. Propo-sitions complétives directes. ül-l:.t' 459 !60 • • . Notion de temps. nec ~L ~L notant une comparaison . 471 i.. 475 . E. avec locution conjonctive. J H.

~~ . Index des notions.01. 478 479 479 480 481 485 491 499 .l ~ 508 - ~ 477 . La mis!" en « exposant » en coordination. Table des Matières. des mots arabes. Ji .~~ j/ (~~) Locutions de transition De la négation en coordination .

Centres d'intérêt liés