Vous êtes sur la page 1sur 11

DEPARTEMENT D’ELECTROTECHNIQUE TEC423

TP3

MOTEUR ASYNCHRONE A CAGE

MANIPULATION

1
DEPARTEMENT D’ELECTROTECHNIQUE TEC423

Présentation

Le moteur asynchrone triphasé, d’une puissance de quelques centaines de watts à plusieurs


mégawatts est le plus utilisé de tous les moteurs électriques. Son rapport coût/puissance est
le plus faible. Associés à des onduleurs de tension, les moteurs asynchrones de forte
puissance peuvent fonctionner à vitesse variable dans un large domaine (les derniers TGV,
le Tram de Strasbourg, ...). Toutefois l’emploi de ce type de moteur est évité en très forte
puissance (P > 10 MW) car la consommation de puissance réactive est alors un handicap.

Constitution :

Le stator (partie fixe) constitué de disques en tôle magnétique portant les enroulements
chargés de magnétiser l’entrefer.
Le rotor (partie tournante) constitué de disques en tôle magnétique empilés sur l’arbre de la
machine portant un enroulement bobiné ou injecté.
Les organes mécaniques permettant la rotation du rotor et le maintien des différents sous-
ensembles

Manipulation :

Paramètres des deux machines sur les plaques signalétiques :


U : 380/220 V
I : 6.8 A
N : 1500 tr/min

Essai à vide :
V 220 200 180 160 140 120 100 80 60 40 20 10
P10 900 750 660 510 450 414 336 312 300 270 250 111
I 10 7 5,6 4,8 4,2 3,6 3,06 2,6 2,3 2 2 2,4 3,6
N 1483 1483 1482 1483 1482 1482 1480 1478 1474 1458 170 0
Essai en court-circuit (à rotor bloqué) :
On fait l’essai à tension réduite ,on augment la tension de zéro jusqu'à avoir le courant
nominale dans le circuit.
I1cc 9.7 A
Vcc 31 V
P1cc 510 W

Mesure de la résistance :
U
V  0.7V ; I  0.43A ;  R   0.81
2I

2
DEPARTEMENT D’ELECTROTECHNIQUE TEC423

1°) Détermination graphique des pertes :


On trace la courbe P10  f V 
La puissance active en fonction de la tension à vide P10=f(V)
1000
Puissance a vide P10

900
800
700
600
500
400
300
200
Pm = 165
100
0
V
0 50 100 150 200 250

À vide le moteur absorbe surtout de la puissance réactive, le courant est magnétisant.

On a P20  Pfs  Pm  P10  Pjs  P10  3Rs  I s


2

Par extrapolation de la courbe P10  f V  à V=0 on obtient :


Pm  165W
Pour V= 220V on a :
Pjs  3Rs  I 10  3  0.81  7 2
2

 Pjs  119.07W
Et donc
P20  P10  Pjs  900  119.07
 P20  780.93W
Et Pfs  780 .93  165  615 .93W

2°) Détermination des paramètres électriques de la machine :


R , l , l , L
s s r m , R f , Rr 
On a : Rs  0.81
P1cc 510
P1cc  3 V1cc  I1cc  cos 1cc  cos 1cc  
3 V1cc  I1cc 3  31 9.7
 cos 1cc  0.56  tg1cc  1.48
Q1cc  P1cc  tg1cc  510 1.48
 Q  754.8VAR
1cc
Q1cc 754.8
Q1cc  3  X cc  I1cc 2  X cc  
3  I1cc 2
3  9.7 2
 X cc  2.67
X cc
Avec l’hypothèse que X s  X r   1.33
2
Xs 1.33
On a : l s  l r    4.23 mH
s 2    50

3
DEPARTEMENT D’ELECTROTECHNIQUE TEC423

Calcul de lm et Rf :
I 10  I  Ia  Ir
V 10 n  E  ( Rs  jXs ) I 10 n  E  V 10 n  ( Rs  jXs ) I 10 n
E  2200  1.02458.65 * 7  78.76   227.751.96 
E
Pfs  3Rf ( Ia ) 2 avec : Ia 
Rf
(E) 2 ( E ) 2 3 * (227.75) 2
 Pfs  3  Rf  3 
Rf Pf 615.93
 Rf  252.64
Pf 615.93
Ir  ( I 10) 2  ( Ia ) 2 ( Ia )    0.812  A
3Rf 3 * 252.64
Ir  (7) 2  0.812  6.94 A
E 227.75 32.8
X    32.8  lm   0.1044 H
Ir 6.94 314
 lm  104.4mH

2°) Construction de diagramme de cercle :

L’essai à vide à donné les résultats suivants :

Vn = 220 V I10 = 7A P10 = 900 w Cos0 = 0,195

A0 ( I10 cos0 , I10 sin0 ) = ( 1,3636 ; 6,87 ) A

En synchronisme:
Pf = 615.93 w

A0’ ( Pf / 3Vn , I10 sin0 ) = ( 0,93 ; 6,87 ) A

Essai à rotor bloqué ( dit court circuit ) :

V1cc = 31 V P1cc = 510 W I1cc = 9.6 A cc = 55.16 °

I1cc V1cc

V1ccn.I1cc 220 . 9,6


 I1ccn    68.13 A
V1cc 31
I1ccn V1ccn

A1 = (I1ccn coscc , I1ccn sincc) = ( 38.91 ; 55.92 ) A

4
DEPARTEMENT D’ELECTROTECHNIQUE TEC423

 = 2 Rs I10 / Vn = 2 . 0,81 . 7 / 220 = 0,05 rad

 = 2.95°

On prend une échelle 1 cm 2,5 A pour les deux axes réel et imaginaire.

Après avoir positionné les 3 points sur la feuille, on trace la droite A0A1 et la droite
passant par A0’et // à l’axe des imaginaires ; ensuite on trace la médiatrice de la portion A0
A1 l’intersection avec la droite D’ donne le centre de cercle que l’on note .
On trace le cercle passant par A1, A’0, A0.
En utilisant le diagramme du cercle pour différents courants on peut définir les différents
paramètres. Le tableau suivant résume tous les résultats qu’il faut pour tracer les courbes.
Pour un point de fonctionnement donné situé sur le cercle on abaisse une perpendiculaire
sur l’axe des imaginaires. L’intersection entre cette perpendiculaire et les différentes droites
permet d’établir le bilan de puissance pour chaque point de fonctionnement.

(  )  (Cercle) = Mn (point de fonctionnement)


(  )  (A1 , A0) = M1 ( M1Mn représente Pu)
(  )  (A0’, A1) = C (CM1 représente perte mécanique)
(CMn représente la puissance mécanique)
(  ) (A0 , A  ) = D ( DC représente les pertes joules rototiques)

(DMn représente la puissance électromagnétique)
 
( ) (D) = K (KD représente les pertes joules statiques)
(  )  (Im (I)) = L (LK représente les pertes fer)
(LMn représente la puissance absorbée pour un point de
fonctionnement).

2ème partie : Détermination expérimentale des caractéristiques en charge :

Essai en charge

Dans cette essai, la génératrice est excitée à sa valeur nominale et débité sur une charge.
P I
En faisant varier la charge de 0 à 2400 watt, on relève abs , abs , U, N et le couple
d : bras..de..levier..en..M
mécanique par la relation suivante : C  d .F ....avec....
F : poids..en..N

U 220 220 220 220 220 220 220 220 220 220 220 220
charge 2400 2200 2000 1800 1600 1400 1200 1000 800 600 400 200
Pab 3540 3360 3180 2970 2760 2550 2340 2100 1860 1620 1380 1140
I 8,5 8,4 8,2 8 7,8 7,6 7,4 7,3 7,2 7 7 6,8
C(Nm) 17,5 16,3 15,2 13,9 12,5 11 9,6 8 6,2 4,9 0 0
N 1467 1468 1470 1471 1472 1474 1475 1477 1478 1480 1481 1483
cos 0,631 0,606 0,588 0,563 0,536 0,508 0,479 0,436 0,391 0,351 0,299 0,254
g (%) 2,2 2,133 2 1,933 1,867 1,733 1,667 1,533 1,467 1,333 1,267 1,133
Putile 2991 2788 2603 2382 2144 1889 1650 1377 1068 844,9 0 0
Rendement 0,845 0,83 0,819 0,802 0,777 0,741 0,705 0,656 0,574 0,522 0 0

5
DEPARTEMENT D’ELECTROTECHNIQUE TEC423

La caractéristique du facteur de puissance en fonction de la puissance absorbé :

la caractéristique du facteur de puissance en fonction de la puissance


absorbée.
facteur de puissance (w)

0,9

0,8

0,7

0,6

0,5

0,4

0,3

0,2

0,1

0
0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000

la puissance absorber (w)

la caractéristique du facteur de puissance en fonction de la puissance


absorbée obtenue par le diagramme du cercle.
facteur de puissance (w)

0,9

0,8

0,7

0,6

0,5

0,4

0,3

0,2

0,1

0
0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000

facteur de puissance (w)

6
DEPARTEMENT D’ELECTROTECHNIQUE TEC423

- Courbe cos = f ( Pabs ) :


On remarque que le cos s’affecte peu dans l’intervalle de variation de la puissance absorbé
(à partir de 4000w) et on remarque que le cos de la machine à toujours un facteur de
puissance inductif.

La caractéristique du glissement en fonction de la puissance absorbée :

la caractéristique du glissement en fonction de la puissance


absorbée
glissement %

0
0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000

la puissance absorber (w)

la caractéristique du glissement en fonction de la puissance


absorbée, obtenue par le diagramme du cércle
glissement %

0
0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000

la puissance absorber (w)

7
DEPARTEMENT D’ELECTROTECHNIQUE TEC423

-courbe g = f ( Pabs ) :
D’après la courbe le glissement varie linéairement avec la puissance absorbé (il est
proportionnel à la puissance absorbé), plus le glissement augmente, la puissance absorbé
augmente donc plus on charge la machine r diminue, g augmente et la puissance demandé
augmente.

La caractéristique de la puissance utile en fonction de la puissance absorbée :

la caractéristique de la puissance utile en fonction de la


puissance absorbée
la puissance utile (w)

7000

6000

5000

4000

3000

2000

1000

0
0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000

la puissance absorber (w)

la caractéristique de la puissance utile en fonction de la puissance


absorbée, obtenue par le diagramme du cercle.

6000
la puissance utile (w)

5000

4000

3000

2000

1000

0
0 1000 2000 3000 4000 5000 6000 7000

la puissance absorber (w)

8
DEPARTEMENT D’ELECTROTECHNIQUE TEC423

- Courbe Pu = f ( Pabs ) :

On remarque que la puissance utile est proportionnelle à la puissance absorbé ce


qui explique que quand on charge la machine, le couple résistant au rotor augmente
ainsi que la puissance utile qui affectera la puissance du réseau donc Pabs augmente.
En conclusion, plus on charge la machine plus Pabs augmente.
La caractéristique du rendement en fonction de la puissance absorbée

la caractéristique du rendement en fonction de la puissance absorbée


rendement (%)

100

90

80

70

60

50

40

30

20

10

0
0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 4500 5000 5500 6000 6500 7000

la puissance absorber (w)

la caractéristique du rendement en fonction de la puissance absorbée


obtenu par le diagramme du cercle
rendement (%

100
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
0 500 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 4500 5000 5500 6000 6500 7000

la puissance absorber (w

9
DEPARTEMENT D’ELECTROTECHNIQUE TEC423

- Courbe  = f( Pabs ) :
On remarque que le rendement ne change pas beaucoup dans ce graphe à
partir de Pab = 2500W puisque  = Pu / Pabs donc quand Pu  on
Pabs  et comme on a Pu proportionnelle à Pabs à 3Vn prés le rendement varie
peu.
La caractéristique du couple en fonction glissement :

la caractéristique du couple mécanique en fonction


glissement.
Couple (N.m)

20

18

16

14

12

10

0
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2 1,4 1,6 1,8 2 2,2

glissement (%)

Interprétation de la courbe ci dessus


Partant de la marche à vide on fait ralentir le moteur en lui appliquant un
couple résistant, le glissement croit, le courant secondaire I2 croit,
proportionnellement à g devient plus grand.

Au début quand g est assez faible, l’influence du glissement sur I 2 est


plus importante donc le couple croit.

Interprétation des caractéristiques en charges


Nous constatons que pou une charge croissante :
- le glissement augmente tout en restant faible, la vitesse est pratiquement constante;
- Le courant absorbée augmente ;
- Le facteur de puissance s’améliore ;
- Le rendement passe par un maximum pour la charge nominale.
Comparaison des courbes :

 Concernant la courbe du facteur de puissance en fonction de la puissance absorbée

10
DEPARTEMENT D’ELECTROTECHNIQUE TEC423

Cos = f ( Pabs ) : on remarque que les deux courbes sont complémentaires car les intervalles
de puissances prisent avec les deux méthodes se suivent ; donc là ou s’arrête la première
courbe, l’autre prend le relais.
On remarque aussi que la machine à tout le temps un Cos  inductif.

 Pour la courbe de la puissance utile en fonction de la puissance absorbée Pu = f ( Pabs ) : On


constate qu’il y a une dépendance avec la caractéristique obtenue par le diagramme du
cercle, ce qui confirme la cohérence des résultats.
On peut dire que c’est la même courbe, mais dans deux domaines différents, qui se suivent.

 Dans le cas du glissement en fonction de la puissance absorbée, g = f ( Pabs ) : On constate


que les deux courbes se complètes, en utilisant le digramme du cercle, ce qui donne un
aperçu global du glissement en fonction de la puissance absorbé, ce qui permet d’avoir
l’état du glissement sur une gamme de puissance très large.

 Pour la courbe du rendement  = f ( Pabs ) : Les deux courbes obtenues sont


complémentaire l’une de l’autre, le diagramme du cercle, permet d’avoir l’autre bande de
puissance que l’on ne peut pas obtenir d’une manière directe, et cela pour des raisons
d’économie d’énergie.

Conclusion :

La méthode du diagramme du cercle permet d’une part d’avoir les différentes


caractéristiques de la machine en charge avec une bonne approximation ce qui est très rentable
et qui demande seulement deux essais (à vide et en court circuit) sans avoir recours à l’essai en
charge, et d’autre part ça permet d’obtenir la caractéristique en charge pour un intervalle de
puissance élevé.
L’utilisation du diagramme nous permet de bien étudier les différentes caractéristiques
(en charge) avec une bonne précision, sans avoir recourt à consommer de l’énergie.

11