Vous êtes sur la page 1sur 16
ÀL’invitAtionduPréSidentduConSeiLdeLAnAtion ArrivéeàAlgerduprésidentduSénatfrançais ● M. Gérard Larcher : «

ÀL’invitAtionduPréSidentduConSeiLdeLAnAtion

ArrivéeàAlgerduprésidentduSénatfrançais

M. Gérard Larcher : « L’Algérie a une parole importante et une voix qu’il faut entendre »

Signature d’un protocole de coopération interparlementaire entre le Conseil de la nation et le Sénat français

P. 3

25 dhou el-qida 1436 - Mercredi 9 Septembre 2015 - n°15537 - nouvelle série - www.elmoudjahid.com - iSSn 1111-0287

- nouvelle série - www.elmoudjahid.com - iSSn 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

P A R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

tendAnCeS finAnCièreS et MonétAireS Au 1 er SeMeStre 2015

LAkSAci : « Le NiveAu deS réServeS de chANgeS deMeure AdéquAt »

● Le dinar s’est déprécié de 22%, un taux d’inflation de 5,18% ● Crédit à
● Le dinar s’est
déprécié de 22%, un
taux d’inflation de
5,18%
● Crédit à la
consommation : la
nouvelle
centrale des risques
opérationnelle
mi-septembre 2015
Ph : billel

Les finances publiques de l’Algérie ont été fortement affectées par la chute des prix mondiaux de pétrole à travers notamment le creusement du déficit budgétaire et la baisse des avoirs du Fonds de régulation des recettes (FRR) au premier semestre 2015, a affirmé hier, le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Laksaci, à l’occasion de la présentation des principales tendances financières et monétaires durant le premier semestre 2015. Dans un souci d’atténuer l’impact du choc externe sur les moyens d’action des banques, M. Laksaci a appelé les banques à «drainer une fraction de la monnaie fiduciaire en circulation en proposant de nouveaux produits financiers et des taux de rendements attractifs.

P. 8

LeGénérALdeCorPSd’ArMée,AhMedGAïdSALAh, viCe-MiniStre deLA défenSenAtionALe, Chefd’étAt-MAjordeL’AnP:

deLA défenSenAtionALe, Chefd’étAt-MAjordeL’AnP: «Lesécoles descadets, uninvestissement humainprometteur»

«Lesécoles descadets, uninvestissement humainprometteur»

P. 3

LAforMAtionMiLitAiredurAntLArévoLution AuforuM deLAMéMoired’ELMOUDJAHID

Ph : Y.Cheurfi
Ph : Y.Cheurfi

Les

noyaux

de l’ALN

P. 13

Air ALGérie - tuniSAir

Signatured’uneconvention decoopération

Le d.G. de LA Sntf À LA rAdio ChAîne iii

un plan d’action pour récupérer les parts de marché

P. 6

jeux AfriCAinS-2015 (GYMnAStique / dernière journée)

Onze nouvelles médailles dont quatre en or pour l'Algérie

KArAté-1 re journée

Les Algériens décrochent 3 médailles d’or et 2 d’argent

P. 23

décrochent 3 médailles d’or et 2 d’argent P. 23 M. Sellal reçoit le président du Sénat

M. Sellal reçoit le président du Sénat français

P. 3

viSite de trAvAiLet d’inSPeCtion du MiniStre de LASAnté ÀALGer

Ph : Wafa
Ph : Wafa

L’Algérie se dote d’un bloc opératoire intégré

P. 4

LA MiniStre de L’éduCAtion nAtionALe À bouMerdèS

P. 4 LA MiniStre de L’éduCAtion nAtionALe À bouMerdèS La stratégie du secteur repose sur la

La stratégie du secteur repose sur la relance de l’enseignement primaire

P. 4

Le MiniStre deS trAvAux PubLiCS À SouK-AhrAS

primaire P. 4 Le MiniStre deS trAvAux PubLiCS À SouK-AhrAS L’entretien du réseau routier, une priorité

L’entretien du réseau routier, une priorité

P. 4

Le MiniStre deS AffAireS reLiGieuSeS et deS WAKfS

Ph : t.rouabah
Ph : t.rouabah

« 70 % des mosquées disposent d’écoles coraniques »

P. 4

2

2 EL MOUDJAHID M É T É O PLUVIEUX Averses éparses au nord et pluies a

EL MOUDJAHID

M É T É O PLUVIEUX Averses éparses au nord et pluies a l’est Les
M É T É O
PLUVIEUX
Averses éparses au nord et pluies a
l’est
Les vents seront
modérés.
Sur les régions Sud, le temps sera
chaud, avec des températures très élevées
dépassant les 35° C et des vents modérés.
Températures (maximales-mini-
males) prévues aujourd’hui :
Alger (26 – 17°), Annaba (24° - 18°),
Béchar (33 - 22°), Biskra (31° - 20°),
Constantine
(22° - 14°), Djelfa (24° - 11°), Ghar-
daïa (32° - 19°), Oran (28° - 17°), Sétif
(21° - 12°), Tamanrasset (36°- 23°), Tlem-
cen (29° - 14°).

Appel au don de sang

Appel au don de sang La Fédération algérienne des donneurs de sang, en collaboration avec le

La Fédération algérienne des donneurs de sang, en collaboration avec le ministère de la Santé, de la Population et de la Ré- forme hospitalière, l’Agence nationale du sang et le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, lance un appel à l’ensemble de la population âgée de dix-huit à soixante-cinq ans et en bonne santé afin d’offrir un peu de son sang.

M me Benghebrit à Oran La ministre de l'Éducation nationale, M me No uria Benghe-
M me Benghebrit à Oran
La
ministre
de
l'Éducation
nationale,
M me
No
uria Benghe-
brit, effectuera
demain une vi-
site de travail et
d’inspection
dans la wilaya
d’Oran en vue
de
s’enquérir
des
conditions
de
scolarité de
nos enfants.
ACTIVITÉS DES PARTIS SAMEDI 12 SEPTEMBRE À 10H RND : conférence de presse Le SG
ACTIVITÉS DES PARTIS
SAMEDI 12 SEPTEMBRE À 10H
RND :
conférence
de presse
Le SG du
RND par inté-
rim, M. Ahmed
Ouyahia, ani-
mera une confé-
rence de presse
le samedi 12
septembre à 10h
au siège du parti
à Ben Aknoun.

DU 9 AU 12 SEPTEMBRE À CONSTANTINE

Semaine culturelle des wilayas d’Oued Souf et Aïn Témouchent

culturelle des wilayas d’Oued Souf et Aïn Témouchent Sous le haut patronage du Président de la

Sous le haut patronage du Président de la Ré- publique, Abdelaziz Bouteflika, le commissariat

de la manifestation, Constantine capitale de la cul- ture arabe 2015, et l’Office national de la culture et de l’information organisent la semaine cultu- relle des wilayas d’Oued Souf et Aïn Témouchent

du

au

Constantine.

9

12

septembre à la wilaya de

CET APRÈS-MIDI À 14H AU MUSÉE NATIONAL DU MOUDJAHED « La situation de l’Algérie dans
CET APRÈS-MIDI À 14H
AU MUSÉE NATIONAL DU MOUDJAHED
« La situation de l’Algérie dans les traités avec des pays
européens et les Etats-Unis d'Amérique de 1619 à 1830 »
Le musée national
du Moudjahed organise
cet après-midi à 14h
dans le cadre de son
émission « Rendez-vous
avec l’histoire », une
conférence sur « la si-
tuation de l’Algérie
dans les traités avec des
pays européens et les
Etats-Unis d'Amérique
de 1619 à 1830 ».

LUNDI 28 SEPTEMBRE À 8H30 À L’HÔTEL HILTON

Les nouvelles dispositions bancaires et fiscales de la LFC complémentaire

dispositions bancaires et fiscales de la LFC complémentaire La Chambre algé- rienne de commerce et d’industrie

La Chambre algé- rienne de commerce et d’industrie organise, sous le haut patronage des mi- nistres du Commerce et des Finances, le lundi 28

septembre à l’hôtel Hil- ton, à partir de 8h30, une journée d’information sur « Les nouvelles disposi- tions bancaires et fiscales de la loi de finances complémentaire 2015 ».

LUNDI 14 SEPTEMBRE À 13H45 À L’INESG « La recherche scientifique en Algérie » L’Institut

LUNDI 14 SEPTEMBRE À 13H45 À L’INESG

« La recherche scientifique en Algérie »

L’Institut national d’études de stratégie globale organise, lundi 14 septembre à 13h45, une table ronde sur le thème : « La recherche scientifique en Algérie : état des lieux, enjeux et perspectives » qui sera animée par le Pr Hafid Aourag, directeur géné- ral de la Recherche scientifique et du Développe- ment technologique au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

DU 12 AU 15 OCTOBRE AU CENTRE DES CONVENTIONS D’ORAN

6 e Salon international de la construction et de la gestion

GMR Events Algeria, en partenariat avec Global Events Algeria, organise sous le haut patronage du ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, la 6 e édition du Salon in- ternational de la construc- tion et de la gestion urbaine « Oran expo Btph » du 12 au 15 octo- bre.

gestion urbaine « Oran expo Btph » du 12 au 15 octo- bre. AGENDA CULTUREL DU

AGENDA CULTUREL

DU 10 SEPTEMBRE AU 15 OCTOBRE À 21H AU CARREFOUR DES ARTISTES

Programme chaâbi

DIMANCHE 13 SEPTEMBRE À 18H30 AU TNA

Concert de Sara Rosique, Alberto Plaza et Juan Escalera

TNA Concert de Sara Rosique, Alberto Plaza et Juan Escalera Dans le cadre de la septième

Dans le cadre de la septième édition du Festival Culturel Inter- national de Musique Symphonique d’Alger, l’ambassade d’Espagne et l’Institut Cervantès d’Alger organisent un concert de Sara Ro- sique (soprano), Alberto Plaza (guitare), Juan Escalera (piano) le dimanche13 septembre à 18h30 au Théâtre National Algérien Ma- hieddine-Bachtarzi.

L’Etablissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger a mis sur pied un programme 100% chaâbi au Carrefour des Artistes au port d’Al- ger. Cette palette artistique s’étalera chaque week-end, du 10 septembre au 15 octobre, pour promouvoir le patrimoine musical algérien qui demeure à partir de 21h :

Jeudi 10 septembre : Merzak Bensaïd Vendredi 11 septembre : Mohamed Allia Samedi 12 septembre : Tahir Idir Jeudi 17 septembre : Lemaïni Abdelatif Vendredi 18 septembre : Abdelkader Rez- kellah Samedi 19 septembre : Karim Melzi Jeudi 1 er octobre : Amirouche Mimouni Vendredi 2 octobre : Khali Abdelkader Samedi 3 octobre : Mustapha Isaad Jeudi 8 octobre : Brahimi Abderahmane Vendredi 9 octobre : Laazizi Abdelkader Samedi 10 octobre : Sid Ali Lekam

Jeudi 8 octobre : Brahimi Abderahmane Vendredi 9 octobre : Laazizi Abdelkader Samedi 10 octobre :

Mercredi 9 Septembre 2015

N

a t io n

3

EL MOUDJAHID

À L’INVITATION DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE LA NATION

Arrivée à Alger du président du Sénat français

L e président du Sénat français, Gérard Lar-

cher, est arrivé hier à Alger, pour une vi- site de quatre jours, à l'invitation du prési- dent du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah. Dans une déclara- tion à la presse, à son arrivée à l'aéroport Houari-Boumediène, M. Larcher a indiqué que «l'Algérie a une parole importante et une voix qu'il faut entendre», souli- gnant que l'Algérie et la France ont «des défis à relever en commun». Il a évoqué, en outre, «le défi de la stabilisation de la Méditerra-

en outre, «le défi de la stabilisation de la Méditerra- née» qui est en proie, a-t-il

née» qui est en proie, a-t-il dit, à une «grande déstabilisation». M. Larcher a également indi- qué qu'il a voulu réserver, en tant que président élu du Sénat français,

son premier voyage au sud de la Médi- terranée à l'Algérie, et ce en réponse à une «ancienne invi- tation» de M. Ben- salah, a-t-il dit. M. Larcher, dont la visite entre dans le cadre de la coopé- ration parlementaire entre l'Algérie et la France, doit rencon- trer au cours de son séjour des responsa- bles du Parlement et du gouvernement. Il est accom-

pagné d'une impor- tante délégation, dont le président de l'Association Algérie-France, Jean-Pierre Chevènement.

M. Sellal reçoit le président du Sénat français

M. Sellal reçoit le président du Sénat français Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu, hier

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu, hier à Alger, le président du Sénat français, Gérard Larcher, indique un communiqué des services du Premier ministre. Les entretiens «ont porté principalement sur les relations bilatérales, qualifiées de dynamiques», précise la même source, ajoutant que les deux parties «ont insisté sur la nécessité de consolider cette coopération dans l'ensemble des secteurs». Lors de cette audience, le Premier ministre et son hôte «se sont félicités des efforts déployés par le groupe d'amitié Algérie-France au Sénat, pour le dé- veloppement d'une diplomatie parlementaire, basée sur les orientations que don- nent les deux gouvernements à la relation algéro-française», souligne le communiqué. MM. Sellal et Larcher ont ensuite procédé à un «large échange» de vues sur un certain nombre de questions internationales et régionales, conclut la même source.

M. GERARD LARCHER :

« L’Algérie a une parole importante et une voix qu’il faut entendre »

Le président du Sénat français, Gérard Lar- cher, est arrivé hier àAlger pour une visite de qua- tre jours, en réponse à une «ancienne invitation» du président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah. Il a voulu, dit-il, consacrer son premier voyage au sud de la Méditerranée à l'Algérie. La raison de ce choix est à chercher, peut-être, dans les premiers propos qu’il a tenus à la presse, à son arrivée à l'aéroport Houari-Boumediène. M. Larcher indique que «l'Algérie a une pa- role importante et une voix qu'il faut entendre», soulignant, par ailleurs, que l'Algérie et la France ont «des défis à relever en commun». L’un de ces défis est celui d’œuvrer ensemble à «la stabilisa-

tion de la Méditerranée» qui est en proie, a-t-il dit,

à une «grande déstabilisation». Il va sans dire que

la situation en Libye et en Syrie, dont la principale

répercussion est le flux massif des migrants en Europe sera l’un des sujets que M. Larcher évo-

quera avec les responsables algériens, tant au ni- veau du Parlement que du gouvernement, qu’il aura à rencontrer lors de cette visite qui entre dans le cadre de la coopération parlementaire entre l'Algérie et la France. Mais pas seulement. En effet, le président du Sénat français, qui est accompagné d'une impor- tante délégation, dont le président de l'Associa- tion Algérie-France, Jean-Pierre Chevènement, aura l’opportunité d’aborder avec ses interlocu- teurs l’état des relations bilatérales entre les deux pays. Il s’agira de rechercher les moyens pour les approfondir et aplanir les difficultés et autres écueils qui ont pu surgir sur la voie de la consoli- dation du partenariat d’exception voulu par les deux Chefs d’État. «Notre relation bilatérale connaît effectivement une dynamique d’approfon- dissement très forte, et je m’en réjouis. Beaucoup

a été entrepris pour rapprocher nos deux pays, dé- finir les contours d’un projet ambitieux et construire un partenariat d’exception», a affirmé M. Larcher dans un entretien accordé à l'APS la veille de sa venue à Alger. Le volet économique et l’évaluation du partenariat entre la France et l’Algérie «constituera également un axe essentiel de discussions», selon M. Larcher, qui a réaffirmé «la disponibilité» de son pays à accompagner l’Algérie dans son développement et sa diversifi- cation économique. En effet, si de grands projets industriels ont été réalisés à ce jour, usine Renault d’Oran et Als- tom d’Annaba, il n’en reste pas moins vrai que la France ne verrait pas d’un mauvais œil une plus grande implantation de ses entreprises à travers la mise en place d’un partenariat industriel sur le long terme et dans toutes ses dimensions. La visite de M. Larcher permettra aussi de préparer les pro-

chains rendez-vous sur l’agenda algéro-français. D’importantes échéances sont au menu des pro- chains mois, dont, indique-t-on, la troisième ses- sion du comité intergouvernemental de haut niveau, prévue pour le premier trimestre 2016, certainement décembre, et la réunion du Comité mixte économique ministériel franco-algérien (COMEFA), prévue en octobre prochain. Mais entre les deux délégations, on ne parlera pas qu’économie. Le développement et le renforcement des re- lations parlementaires pour une meilleure coopé- ration seront forcément au menu. Preuve en est, un accord de coopération entre le Conseil de la nation et le Sénat français est «à l’étude», et per- mettra aux deux institutions de «se réunir sur une base régulière, dans le cadre d’un Forum de haut niveau», a annoncé Gérard Larcher. Nadia K.

Signature d’un protocole de coopération interparlementaire entre le Conseil de la nation et le Sénat français

Le Conseil de la nation et le Sénat français ont signé, hier à Alger, un protocole de coopération in- terparlementaire entre les deux institutions. Le pré- sident du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, et celui du Sénat français, Gérard Lar- cher, ont procédé à la signature de cet accord. Ce

protocole de coopération, le premier signé entre les deux institutions, «constituera un véritable forum interparlementaire qui donnera lieu à des échanges politiques», a déclaré, à cette occasion, M. Larcher. De son côté, le président du Conseil de la nation a tenu à exprimer sa satisfaction quant la signature

du document, soulignant que la signature de ce pro- tocole vient accompagner les accords signés entre les deux gouvernements, à même de renforcer da- vantage la coopération algéro-française. Il a fait re- marquer que la signature de ce nouvel accord intervient après ceux conclus entre les deux gou-

vernements et entre l'Assemblée populaire natio- nale (APN) et l'Assemblée nationale française. M. Bensalah a exprimé, en outre, la disponibilité de l'institution qu'il préside à «développer cette dyna- mique de rapprochement et de collaboration entre les deux pays et leurs institutions».

LE GÉNÉRAL DE CORPS D’ARMÉE, AHMED GAÏD SALAH, VICE-MINISTRE DE LA DÉFENSE NATIONALE, CHEF D’ÉTAT-MAJOR DE L’ANP :

« Les écoles des cadets, un investissement humain prometteur »

L e général de Corps d'armée, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP),

Ahmed Gaïd Salah, a présidé, hier, la cérémonie de l'inauguration officielle, à Sétif, de l'École des cadets de la nation de type lycée, indique un com-

muniqué du ministère de la Défense nationale (MDN). «En concrétisation de la décision de Son Excellence Monsieur le Président de la Répu- blique, Chef suprême des forces armées, ministre de la Défense nationale, pour la création des Écoles des cadets de la nation, Monsieur le géné- ral de Corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice- ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire a présidé, au- jourd'hui mardi 8 septembre 2015, la cérémonie de l'inauguration officielle de l'École des cadets de la nation de type lycée, sise à Sétif, 5 e Région militaire», précise la même source. «Cette nou- velle inauguration, qui intervient à l'occasion de la rentrée scolaire 2015-2016, s'inscrit dans le cadre de la série des écoles inaugurées et celles en

cours de réalisation à travers le territoire national,

à l'instar des écoles d'Oran, ouverte durant l'année scolaire 2009-2010, de Béchar inaugurée le 10 no- vembre 2013, de Blida durant l'année scolaire 2013-2014, et les écoles de Laghouat, de Batna et de Béjaïa inaugurées le 6 septembre 2015, respec- tivement par Messieurs le commandant de la 4 e

respec- tivement par Messieurs le commandant de la 4 e Région militaire, le commandant de la

Région militaire, le commandant de la 5 e Région militaire et le directeur des Écoles des cadets de la nation», souligne la même source.

«Trois (03) autres écoles sont en cours de réa- lisation à Tamanrasset, Tiaret et M'sila et seront réceptionnées prochainement pour atteindre, en

2017, le nombre de dix (10) Écoles des cadets de la nation à travers tout le territoire national», note le communiqué. «Ces édifices éducatifs, qui re- présentent un grand acquis pour la nation en gé- néral et les parents d'élèves en particulier, prendront en charge ces élèves avec un bon enca- drement pédagogique, au regard des moyens hu- mains et matériels de haut niveau mobilisés pour leur réussite». «Ces écoles ont commencé à donner leurs fruits, depuis trois (03) ans, avec les résultats ob- tenus par les cadets d'Oran, de Béchar et de Blida, aux épreuves du BEM et du bac, avec un taux de réussite de 100%», ajoute la même source, pré- cisant que «les cadets, et après obtention du bac- calauréat, seront orientés aux différents commandements de forces et directions pour de- venir officiers aviateurs, médecins, ingénieurs et marins». «Avec ces Écoles des cadets de la nation, l'Ar- mée nationale populaire participe activement à la prise en charge et à l'épanouissement des jeunes algériens qui sont invités à participer activement aux différents concours organisés annuellement pour rejoindre ces écoles d'élite, tout en répondant aux conditions requises et en étant âgés entre 10 et 11 ans pour rejoindre les écoles de type CEM, et entre 14 et 15 ans pour rejoindre les écoles de type lycée», ajoute le communiqué du MDN.

Mercredi 9 Septembre 2015

N

4

a t io n

EL MOUDJAHID

visite de travaiL et d’inspection du ministre de La santÉ à aLger

L’Algérie se dote d’un bloc opératoire intégré

La capitale, à travers l’hôpital de Douéra, s’est dotée d’un nouveau système pour le bloc opératoire intégré. Un système de plusieurs caméras capables de suivre l’instrumentation chirurgicale pour contrôler, en temps réel et à l’aide d’images en trois dimensions, les gestes chirurgicaux. Le bloc opératoire a été conçu pour qu’ergonomie rime avec efficacité. Cette approche vise à améliorer le flux des personnels et des patients ainsi que la centralisation des commandes via des écrans tactiles. L’accès à toute l’information radiologique du patient ainsi que l’archivage de son dossier informatique seront disponibles à partir du bloc, qui sera mis en service à la fin du mois en cours.

À cet effet, le ministre de la santé, de la population et de la réforme hos- pitalière, abdelmalek boudiaf, a

assisté, hier, à la mise en place de ce nou-

veau circuit de bloc à système intégré au sein de l’hôpital de douéra pour la télémé- decine. ce système est le premier du genre

en algérie qui va servir à la formation. il

permet la gestion du bloc opératoire à tra- vers un système intégré d’informatique. il permettra également d’avoir une traçabi- lité du bloc. il sera mis en service à la fin du mois en cours. «cet équipement est un joyau. il n’est pas disponible, même en europe. c’est une mise à niveau du bloc opératoire en algérie», a souligné le mi- nistre lors d’un point de presse, organisé en marge d’une visite de travail et d’ins- pection à la wilaya d’alger. il a annoncé que la capitale se dotera, prochainement,

de 530 lits complémentaires pour ce qui concerne les services de maternité et de pédiatrie, dont une saturation est enregis- trée actuellement. ils sont répartis comme

suit : 150 lits à douéra, 150 à baïnem, 150

à rouiba et 86 à baba h’ssen. «c’est un

apport pour la population issue des grandes agglomérations. ils permettront de régler définitivement ce problème au ni- veau de la capitale. «depuis 1984, alger n’a pas connu d’ajouts de nouveaux lits pour ces services», dit-il, en relevant que cela explique l’existence de deux femmes malades dans le même lit.

Lancement d’une série de rencontres de sensibilisation sur la nouvelle loi de la santé Le ministre a annoncé, par la même occasion, qu’à partir de samedi prochain,

Ph : Wafa
Ph : Wafa

il entamera une série de rencontres régio- nales, en commençant par la wilaya de constantine, suivie du sud du pays, l’ouest, pour finir au centre. ces rencon-

tres regrouperont des chefs de service, les directeurs de santé publique (dsp), les di- recteurs des chu, les directeurs d’eph et, pour la première fois, les gestionnaires des polycliniques privées y seront égale- ment conviés pour exposer leurs méthodes de travail. ces rencontres seront une occasion d’évaluer le travail qui a été fait jusqu'à l’heure actuelle. «on ne peut pas ignorer l’existence du secteur privé, d’autant qu’il existe depuis 1962», a affirmé le ministre, en précisant qu’il existe aujourd’hui plus de 34.000 entre cabinets groupés, cli- niques… qui disposent de 4.900 lits.

«ils sont là et ils jouent un rôle de com- plémentarité avec le service public. donc, il faut que j’accompagne ces praticiens.» il a, par ailleurs, insisté pour que les di- recteurs de la santé publique assurent le suivi. «tout ce qui bouge dans le pays concernant la santé est intéressant et doit être suivi», a-t-il précisé. «chaque établissement hospitalier sera classé en fonction de la qualité des soins prodigués», a-t-il encore annoncé, en ex- pliquant, toutefois, que la mise en place d’une nouvelle organisation vise à classer chaque établissement hospitalier en fonc- tion de la qualité des prestations offertes au citoyen et de la prise en charge du ma- lade, notamment l’évaluation des profes- sionnels du secteur. il a précisé que, pour garantir l’accès aux soins et une bonne

prise en charge du malade, le directeur de wilaya de la santé et les responsables des établissements hospitaliers feront, eux aussi, «l’objet d’évaluation». tous ces ges- tionnaires sont habilités à veiller au fonc- tionnement des services et structures dans le cadre du respect du service public, no- tamment la lutte contre l’absentéisme dans le cadre des dispositions en vigueur, a-t-il dit.

Une nouvelle carte sanitaire inscrite dans la nouvelle loi «La question de la gratuité des soins est déterminée par la constitution. per- sonne n’a le droit de dire qu’elle sera chan- gée ou modifiée. c’est un concept qui dit bien son mot et sa signification. Le prési- dent de la république insiste sur cela et personne n’a le droit de le changer», a rap- pelé m. boudiaf, en ajoutant toutefois qu’«actuellement, on passe à l’action après une année de pédagogie, de formation, d’explication et de sensibilisation. nous sommes arrivés à élaborer une nouvelle loi qui est passée au niveau du gouvernement, pour être soumise lors du prochain conseil des ministres et, ensuite, aux deux cham- bres parlementaires». afin d'assurer une répartition équitable des soins de santé, la carte sanitaire «tient compte du bassin de population, des carac- téristiques épidémiologiques, sanitaires, géographiques, démographiques et socio- économiques», et vise à «assurer l'accès aux soins en tout point du territoire natio- nal et améliorer les offres». c’est le point déterminant du premier responsable du secteur. cette nouvelle carte sanitaire sera révisée tous les trois mois afin d’assurer

une bonne couverture du territoire. ce qu’il y a lieu de dire et de constater lors de chaque sortie, c’est que le ministre de

la santé n'hésite pas à situer les lacunes du

secteur afin de faire bouger les lignes. il multiplie les actions pour tenter de relever, de façon durable, le secteur de la santé. sa stratégie, il l'a dit, repose en grande partie sur cet audit réalisé sur toutes les wi- layas du pays. il a, en effet, permis de mettre en évi- dence tous les points faibles qui sont à l'origine de l'insatisfaction des algériens. absence de numérisation, manque d'hy- giène dans les hôpitaux, aucun dérègle- ment ne semble être passé entre les mailles du filet de l'audit. son franc-parler et son esprit de consensus lui permettent, pour l'heure, de ne pas rencontrer d'obstacles majeurs pour l'application de son pro-

gramme. «il faut cerner tous les problèmes

et les évaluer avec sérieux», précise-t-il.

abdelmalek boudiaf a annoncé des mesures d'urgence et a promis des mesures «structurantes» dans la nouvelle loi qui de- vrait être promulguée prochainement. ce sera le test de la «révolution» promise dans le secteur de la santé. pour ce qui est des visites qu’il effec- tue depuis sa nomination, il a relevé que le but est de «sensibiliser» tout le monde, que ce soit le cadre sanitaire ou les citoyens. «Je souhaite qu’on arrête de dire qu’il n’y

a rien de bien dans ce secteur. il ne suffit

pas d’élaborer de nouvelles lois si elles ne sont pas accompagnées d’application et de rigueur», note-t-il, en précisant que les ré-

formes ont pour finalité de servir le ci-

toyen. Kafia Aït Allouache

La ministre de L’Éducation nationaLe à boumerdès

La stratégie du secteur repose sur la relance de l’enseignement primaire

La relance de l’enseignement pri- maire, dans son volet infrastructurel no- tamment, constitue l’un des plus importants leviers de la stratégie de déve- loppement du secteur, a affirmé, hier à boumerdès, la ministre de l’Éducation na- tionale, nouria benghebrit. «nous vou- lons accorder la priorité à ce cycle (primaire), en dépassant les insuffisances accumulées, et qui influent négativement sur les autres cycles, aux fins de consacrer les objectifs de ladite stratégie, élaborée sur la base d’une étude du terrain», a sou- tenu la ministre dans son intervention, à l’issue de la présentation d’un exposé sur l’état du secteur à boumerdès, à l’entame d’une visite de travail dans la wilaya. cette stratégie, dont la mise en œuvre a été lancée l’année dernière, devrait aider,

selon la ministre, à la «relance de ce cycle éducatif sensible à différents niveaux», et

ce en assurant l’infrastructure de base, de même que le bon encadrement humain et

pédagogique, en conformité avec le prin- cipe du droit et de l’obligation de l’ensei- gnement pour tous les algériens», a-t-elle ajouté. elle a estimé, de ce fait, qu’une «très grande responsabilité» incombe, en la ma- tière, au secteur dans ce cycle (primaire), notamment au regard du nombre d’années qu’il compte (5 à 6 ans), nécessitant l’im- pératif de trouver des solutions «en ur- gence», à tous les problèmes posés sur le terrain, dont la surcharge des classes. s’exprimant sur le droit à l’éducation des catégories aux besoins spécifiques, m me benghebrit a insisté sur la «nécessité de la bonne prise en charge» de cette catégorie sensible de la société, car «ils ont le même droit naturel à la scolarité que tous les al- gériens», a-t-elle souligné. La ministre a également appelé à l’en- couragement de la création des associa-

tions de parents d’élèves dans le cycle primaire, au vue de leur rôle avéré dans la

«préservation du milieu scolaire, et leur mobilisation permanente dans l’améliora- tion des conditions de scolarité, sur tous les plans».

La surcharge touche entre 5 et 7% des classes du primaire à l’échelle nationale La ministre a déclaré, hier à boumer- dès, que le phénomène de la surcharge touche entre 5 et 7% des classes du cycle primaire à l’échelle nationale. «Le nombre des établissements éducatifs des trois cy- cles, à travers le pays, est de près de 27.000 unités, dont 72% relèvent du cycle primaire», a signalé la ministre dans une déclaration à la presse, en marge d’une vi- site de travail dans la wilaya. elle a sou- tenu, à ce propos, que son secteur accorde une «grande importance» à la nécessité de trouver une «solution réaliste et efficace» au problème de surcharge des classes dans ce cycle, au titre de la stratégie de déve-

classes dans ce cycle, au titre de la stratégie de déve- loppement du secteur. parmi les

loppement du secteur. parmi les solutions urgentes adoptées en vue d’assurer le droit à l’enseignement pour chaque enfant algérien, garanti par la constitution, m me benghebrit a cité le sys- tème de double vacation, ainsi que le pa- rachèvement des projets colossaux inscrits au profit du secteur et dont la ré-

ception accuse des retards, dus, selon elle,

à «la défaillance de certaines entreprises

de réalisation». pour accélérer la réalisa- tion des projets inscrits, elle a fait part de «négociations avec les concernés en vue de les concrétiser au cas par cas, suivant les besoins urgents exprimés dans chaque wilaya». concernant la langue amazigh, m me benghebrit a affirmé la «volonté pleine» de l’État pour la généralisation de son en- seignement, soutenant que le secteur est disposé à la «couverture de tous les be- soins exprimés en la matière», tout en in- sistant sur la nécessité de multiplier les efforts de sensibilisation. «Le nombre de wilayas concernées par l’enseignement de tamazight a été porté de 11 à 21 actuelle- ment, suite au rajout d’une wilaya supplé- mentaire aujourd’hui (mardi, ndlr)», a fait savoir la ministre.

Le ministre destravauxpubLics àsouk-ahras

L’entretien du réseau routier, une priorité

Le ministre des tra- vaux publics, abdelkader ouali, a insisté, hier à souk-ahras, sur l'impor- tance à accorder à la main- tenance et à l'entretien du réseau routier national,

qu'il s’agisse de routes na- tionales, de chemins de wilaya ou de chemins communaux. s'exprimant au parc régional des travaux pu- blics, à souk-ahras, où il

a donné le coup d'envoi

des activités d'une unité de surveillance et d'inter- vention routière (usir)

devant rayonner sur 5 wi- layas, le ministre a souligné, en substance, que les investissements colossaux investis depuis 1999 au bénéfice du secteur des tra- vaux publics à travers les différents pro- grammes quinquennaux, à savoir 4.600 milliards de dinars, ne sauraient s'accommo- der du moindre relâchement en matière d'en- tretien des routes. m. ouali a rappelé, dans ce contexte, que ces investissements publics consentis par

l’État ont permis de construire 23.000 km de routes, 10.000 ouvrages d’art, 36 aéroports

et 47 ports. des réalisations qui requièrent

une prise en charge «sérieuse et permanente

en matière de maintenance», a-t-il insisté. il

a appelé, à ce sujet, les responsables locaux

de son secteur à mettre en place des perma- nences de nuit, durant les week-ends et les jours fériés afin d’intervenir avec plus grande

et les jours fériés afin d’intervenir avec plus grande célérité en cas de survenue d’une calamité

célérité en cas de survenue d’une calamité naturelle

comme les crues et les inon- dations. une donnée aléa-

doit

impérativement conduire les responsables du secteur à prévoir des dispositifs ef- ficaces d’évacuation des eaux pluviales, a ajouté m. ouali, rappelant la détério- ration de plusieurs axes lors des dernières intempéries. Le ministre, qui s’est enquis de l’avancement des travaux de réalisation du contournement de la ville d’ouenza, sur 7,5 km, a

également inspecté le projet de doublement de la rn 81 entre hammam tessa et merahna, sur 10 km. sur place, il a averti que les intempéries ne doivent, en aucun cas, constituer une excuse pour expli- quer les retards dans l’exécution des projets, comme celui de 8 mois affectant ce dernier projet. un retard qui a valu à l’entrepreneur en charge de la construction de ce double- ment de voies les remontrances du ministre qui a exigé la réception de ce chantier avant fin novembre 2015, au lieu de janvier 2016 comme indiqué sur la fiche du projet. d’au-

tre part, s’agissant de la chute des cours des hydrocarbures, m. ouali a affirmé que la né- cessaire rationalisation des dépenses pu-

bliques n’influera pas sur les objectifs de développement de son secteur, mais néces- site simplement l’établissement de priorités en fonction des besoins urgents.

toire

qui

Le ministre des affaires reLigieuses et des Wakfs

« 70 % des mosquées disposent d’écoles coraniques »

Les ministères des affaires religieuses et des Wakfs et de l’Éducation nationale travaillent main dans la main dans le but de promouvoir l’enseignement du préscolaire dans les écoles coraniques relevant des mosquées. d’ailleurs, des discussions sont prévues entre les deux départements ministériels en vue d’unifier les programmes scolaires de ce cycle, c’est ce qu’a révélé, hier, mohamed aïssa, à l’occasion de la visite qu’il a effectuée au chantier du nouveau siège du ministère, afin de s’enquérir de l’état d’avancement des travaux. mettant à profit cette occasion, mohamed aïssa a déclaré que les bases univer- selles du préscolaire et même dans les premières années du pri- maires sont la lecture, la dictée et les calculs, soit les mêmes matières qui sont enseignées dans les mosquées. «il faut savoir que 70% des mosquées d’algérie disposent d’écoles cora- niques où les enfants apprennent les bases de l’enseignement. il existe beaucoup de mosquées qui sont bien équipées et peu- vent proposer des cursus dans de bonnes conditions. ils peu- vent même concurrencer certaines écoles publiques et privées», a-t-il affirmé, en confiant qu’un accord a été trouvé avec le ministère de l’Éducation nationale pour que cette der- nière édite des manuels référentiels dans le préscolaire, avec cependant une attention particulière pour l’éducation islamique et l’enseignement du coran.

Un Hadj sans problèmes, ce sera en 2019 sans détours, ni langue de bois, mohamed aïssa reconnaît qu’une infime partie des pèlerins algériens a trouvé quelques difficultés à son arrivée aux Lieux saints de l’islam. «il s’agit d’un vol en provenance d’ouargla. toutefois, les hadjis en question ne se sont pas inscrits dans le processus électronique qui aurait pu leur épargner beaucoup de désagréments. ce qui explique que, sur place, ils ont attendu quatre heures avant d’être hébergés, contrairement au reste de la délégation. avec le processus électronique, deux heures sont suffisantes pour effectuer toutes les procédures, soit de l’aéroport jusqu’à la ré- sidence. c’est l’avantage du processus électronique», a-t-il ex- pliqué, en affirmant que son département s’est fixé l’échéance de 2019 pour garantir un «hadj sans problèmes ni contraintes».

Ph :Rouabah.T.
Ph :Rouabah.T.

L'opération de collecte de la Zakat débutera en octobre dans une déclaration à la presse, le ministre a fait savoir que son département «entamera la collecte de la Zakat à partir du mois de moharram, soit en octobre prochain, et sera entiè- rement distribuée sur les pauvres, les nécessiteux, les démunies et les parents d'élèves». il a tenu à préciser que le «crédit bo- nifié ne bénéficiera pas de l'opération de distribution de la Zakat cette année», ajoutant que la fonds de la Zakat contri- buera aux côtés des associations et du ministère de la solidarité nationale à la prise en charge d'autres aspects sociaux. pour revenir au nouveau siège du ministère des affaires re- ligieuses, situé à caroubier, mohamed aïssa a révélé que le taux d’avancement du gros œuvre a atteint 40%, et avancé l’échéance de décembre 2016 comme délai maximum de la li- vraison du projet. «on s’attendait dès le début du chantier, en août 2014, à des difficultés liées notamment l’état du sol, ce qui a fait décalé de trois mois la livraison», a-t-il expliqué, as- surant, à propos de la rationalité des dépenses publiques déci- dée par le gouvernement, que les projets «prioritaires» et «importants» pour le pays, et relevant de son secteur, ne sont pas concernés par cette mesure. S. A. M.

mercredi 9 septembre 2015

N

a t io n

5

EL MOUDJAHID

REPRIsE DEs TRAvAUx À L’APN DEMAIN

La session d’automne inaugurée par les réponses aux questions orales

Les travaux reprendront demain à l’Assemblée populaire nationale lors d’une séance plénière consacrée aux réponses à des questions orales adressées à des membres du gouvernement.

L es travaux se poursuivront dimanche prochain en séances plénières et se- ront consacrées à la présentation au

débat général de deux projets de loi. C’est ce qui ressort de la réunion du bu- reau de l’Assemblée populaire nationale tenue lundi et présidée par le D r Mohamed- Larbi Ould Khelifa, président de l'Assem- blée. Le bureau de l’APN a par ailleurs soumis aux deux commissions spécialisées le projet de loi de finances complémentaire 2015 ainsi que le projet de loi portant appro- bation de l'ordonnance 15-02 modifiant et complétant l'ordonnance 66-155 portant code de procédure pénale. Il a par ailleurs procédé à la mise au point du calendrier des travaux de l'Assemblée pour la prochaine pé- riode, en décidant de la reprise des travaux de l'Assemblée, dimanche 13 septembre, en séance plénière consacrée à la présentation et à l'examen du projet de loi sur le com- merce. Les travaux se poursuivront mercredi 16 septembre, consacrés à l’examen du projet de loi d'orientation sur la recherche scienti- fique et le développement technologique. Jeudi 17 septembre, les travaux repren- dront consacrés au vote des deux projets de lois ainsi que le projet de loi portant appro- bation de l'ordonnance 15-02 modifiant et

portant appro- bation de l'ordonnance 15-02 modifiant et complétant l'ordonnance 66-155 portant code de

complétant l'ordonnance 66-155 portant code de procédure pénale et le projet de la loi de finances complémentaire 2015. Une séance plénière est programmée ce jeudi consacrée aux réponses à des questions orales.

15 projets de loi dont 6 finalisés Au menu de la session d’automne 2015 du Parlement figure une série de projets de loi à examiner éventuellement en plus des

six textes déjà déposés au niveau du Parle- ment, finalisés ou en cours d’examen dont celui sur la recherche scientifique et le déve- loppement technologique qui sera soumis dans les prochains jours au Parlement pour examen, comme l’a annoncé le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, dimanche à partir de Mostaganem. Ainsi donc, l’Assemblée populaire natio- nale examinera durant cette session plusieurs

projets de loi, endossés lors du Conseil des ministres de juillet dernier, dont le projet de loi portant approbation de l’ordonnance por- tant loi de finances complémentaire pour 2015, le projet de loi modifiant et complé- tant l'ordonnance n°75-59 du 26 septem- bre1995 portant code de commerce. Il s’agit également du projet de loi portant organisa- tion de la profession de commissaire-priseur, du projet de loi modifiant et complétant l’or- donnance n°05-06 du 23 août 2005 relative à la lutte contre la contrebande. Il est également prévu un nombre de pro- jets de loi qui seront déposés sur le bureau de l’APN, dont le projet de loi portant appro- bation de l'ordonnance modifiant et complé- tant l'ordonnance n°66-156 du 8 juillet 1966 portant code de procédures pénales, le projet de loi portant règlement budgétaire pour l’exercice 2013, le projet de loi de finances pour 2016, et le projet de loi relatif à la santé, le projet de loi relatif à la promotion de l’in- vestissement et au développement de l’en- treprise et le projet de loi relatif à la publicité ainsi que le projet de loi modifiant et com- plétant la loi n°04-04 du 23 juin 2004 rela- tive à la normalisation, le projet de loi modifiant et complétant la loi n°79-07 du 21 juillet 1979 portant code des douanes. Houria A.

Présentationdu projet de loi sur la recherche scientifique et le développement technologique

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Had- jar, qui a confirmé la programmation, dans les prochains jours, devant les membres par- lementaires, du projet de loi d’orientation sur la recherche scientifique et le développe- ment technologique, a, pour rappel, dès sa nomination, présenté le texte en question de- vant les deux commissions du Conseil de la nation et de l’APN, les objectifs et grands axes du projet de loi. Le texte propose des mécanismes pour le choix des programmes nationaux de recherche selon les priorités, en accordant à tous les départements minis- tériels la possibilité de proposer les do- maines et axes qu’ils jugent prioritaires. Le ministre, qui a évoqué les axes relevant de l’évaluation interne et externe, a mis l’accent sur l’importance d’élaborer des lois pour régir ce processus applicables à tous les do- maines de la recherche et à caractère scien- tifique et obligatoire pour toutes les parties. Il s’agit aussi d’élaborer les textes pratiques conformément aux mesures prévues par la loi, concernant la valorisation et le dévelop- pement des ressources humaines, ainsi que la valorisation de l’expérience profession- nelle acquise par les cadres techniques dans

le secteur industriel, considérant qu’ils constituent une véritable source de connais- sances. Le projet de loi, qui insiste sur l’im- pératif pour les autorités publiques de soutenir les innovations et les entreprises économiques engagées dans la recherche, accorde un grand intérêt à la valorisation des résultats de la recherche, de l’innovation et du développement technologique.

Développer et encourager le système de recherche Le texte de loi, qui propose la création de centres d’innovation et de transfert techno- logique pour appuyer et valoriser la re- cherche, introduit des dispositions avec la possibilité de préparer des thèses de doctorat en milieu professionnel. La concrétisation des objectifs du projet de loi a été un souci pour le gouvernement qui a prévu dans le cadre du plan quinquennal 2015-2019, au chapitre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le développement des capacités structurelles et organisationnelles du secteur pour prendre en charge la de- mande de formation supérieure. Le but est de renforcer le rôle de ce secteur en tant que levier du développement économique, par

une formation et une recherche ciblée et de qualité. Une option qui vient d’être renforcée à la faveur de la création de l’académie des sciences et des technologies d’Algérie dont l’installation de ses membres se fera ce mois-ci. Le gouvernement, conscient de l’importance de la recherche comme levier du progrès, a veillé à l’élaboration et à la mise en œuvre du prochain plan de dévelop- pement de la recherche scientifique et du dé- veloppement technologique sur la base des objectifs prioritaires du développement socio-économique et ce, à travers le renfor- cement des mécanismes de transfert et de va- lorisation des résultats de la recherche. Et c’est dans ce cadre qu’intervient les prépa- ratifs actuels de la mise en œuvre du cadre légal visant l’actualisation des lois sur l’en- seignement supérieur et la recherche scien- tifique ainsi que les textes réglementaires d’application régissant la pédagogie, l’orga- nisation des établissements et le fonctionne- ment des instances de pilotage et d’évaluation ou encore celui relatif au statut du chercheur. Des exigences entrant dans l’approfondissement de la réforme du sys- tème de formation supérieure dont la finalité consiste à assurer une évaluation permanente

en corrigeant les dysfonctionnements, no- tamment en affinant la carte des formations supérieures pour répondre aux besoins du développement socioéconomique ainsi que la professionnalisation d’une partie des of- fres de formation pour améliorer l’employa- bilité des diplômés, faciliter la mobilité des étudiants entre les différents établissements, développer des mécanismes permettant de soutenir et accompagner l’étudiant tout au long de sa formation et dans son insertion dans le monde du travail. D’où l’importance des propos du ministre qui a soutenu que les propositions d’amendement de cette loi in- terviennent en réponse à la double préoccu- pation consistant à encadrer les fonctions connexes et à garantir une ouverture plus large sur l’entreprise économique, étant le principal levier d’une économie fondée sur le savoir. Le projet de loi, qui sera bientôt présenté devant le Parlement, compte 60 ar- ticles et propose la consécration des méca- nismes de classement des programmes nationaux de la recherche selon les priori- tés, pour une meilleure prise en charge des principales préoccupations du développe- ment socioéconomique du pays. Houria Akram

LAFORMATION MILITAIRE DURANT LARévOLUTION évOQUéEAU FORUM DE LAMéMOIRE D’EL MOUDJAHID

Les noyaux de l’ALN

C’est au centre régional d’infor- mation de l’ANP, dans la wilaya de Blida, que s’est tenu le Forum de la Mémoire d’El Moudjahid, initié en coordination avec l’association Machaâl Chahid, lequel a été consacré à la première promotion des étudiants ayant suivi une for- mation militaire en Irak aux fins de servir la glorieuse révolution de Novembre. Faisant partie de ce groupe, et étant un des hommes en- core en vie, Mahmoud El Bey a souligné que l’histoire est l’un des principaux fondements de l’Etat et de la société, saluant, au passage, le rôle que joue l’association Ma- chaâl Chahid pour inculquer une conscience et un nationalisme chez la jeunesse algérienne. sollicité pour témoigner sur son expérience, l’orateur fera savoir que l’avenir de toute nation est étroitement lié à la préservation de sa mémoire. En commençant son témoignage, M. El Bey a expliqué que c’est à sa de-

mande que le groupe des étudiants algériens a été accepté pour rejoin- dre les 22 autres envoyés en Irak pour suivre une formation militaire «intensive». Aussi il y a lieu de re- lever que parmi les personnes for- mées, figurait le défunt Houari Boumediène. Avec ses compa- gnons , il a été chargé d’acheminer des armes d’Egypte au Maroc. s’agissant de son groupe constitué également d’Ahmed Bouslimani, Ahmed Lekfif, Abed Mardja, Bilal Afrat et Mustapha Hachmaoui, le conférencier rap- pelle que la seconde étape de leur parcours a constitué à une seconde formation de 45 jours faite en ses- sion spéciale. Au retour, par route, les 6 étudiants algériens étaient passés par la syrie, le Liban, Port- saïd en Egypte puis la Tunisie, où un stage de préparation a été effec- tué, avant de rejoindre l’Algérie. Etant formateur au niveau de la 2 e région militaire en 1958, M. El

au niveau de la 2 e région militaire en 1958, M. El Bey s’était retrouvé respective-

Bey s’était retrouvé respective- ment dans les prisons de serkadji et Lambèse. Un emprisonnement «abusif», déplore-t-il. A la fin de son intervention, le conférencier s’est adressé aux jeunes, leur rap- pelant les différentes responsabili- tés qui les guettent et qu’ils doivent assumer. «Une civilisation se construit par et avec le savoir»,

souligne-t-il. Quant au représentant local de l’Organisation nationale des moudjahidines, il a tenu à féli- citer l’Association Machaâl Cha- hid et son président Mohamed Abbad ainsi que le quotidien El Moudjahid pour leur travail en fa- veur de la mémoire et de l’histoire nationales. De son côté, M. Abbad a proposé aux présents de réfléchir

à une journée qui sera entièrement consacrée à honorer Mahmoud El Bey, sollicité également pour tenir une conférence à l’université de Blida pour poursuivre son témoi- gnage. sollicitée pour intervenir, la fille du défunt Bilal Afrat, dira,

toute fière, que son père lui a trans- mis un message lourd de sens : tout donner pour l’Algérie sans attendre une contrepartie. Par ailleurs, il convient de souligner qu’à la fin de cette journée, les familles des étu- diants ont été symboliquement ho- norées. Et M. Abbad de donner un rendez-vous pour mardi prochain où le forum recevra au siège d’El Moudjahid, l’ex-ministre de l’Inté- rieur Daho Ould Kablia pour ren- dre hommage à Mahmoud Cherif, premier ministre de l'Armement et de l'Approvisionnement au sein du Gouvernement provisoire de la ré- publique algérienne de 1958 à

1960. Fouad I.

Mercredi 9 septembre 2015

N

6

a t io n

EL MOUDJAHID

AIR ALGÉRIE - TunIsAIR

Signature d’une convention de coopération

Air Algérie et Tunisair ont signé, hier à Alger, une convention-cadre de coopération portant sur l'échange d'informations, la maintenance, la formation et l'affrètement d'avions entre les deux compagnies aériennes.

C ette  convention  a  été  signée  par  le PDG d'Air Algérie, Mohamed Abdou Bouderbala, et la PDG de Tunisair,

sarah  Rejeb,  en  présence  des  cadres  des

deux 

convention,  première  du  genre  entre  ces

deux compagnies, est de «mutualiser les ef-

forts des deux compagnies pour dégager une meilleure  synergie,  de  rentabiliser  leurs

moyens humains et matériels, et de contri-

buer  "plus efficacement" au développement du  transport  aérien  algérien  et  tunisien»,

selon les termes de l'accord. Ainsi, l'accord

touchera tous les segments de l'activité aé-

rienne, notamment la maintenance, la navi-

gation aérienne, la formation, l'affrètement,

l'aspect commercial et l'échange d'informa-

tions et de savoir-faire, a indiqué M. Bouder-

bala à l'APs, en marge de la signature de

cette convention. Pour le PDG d'Air Algérie,

la signature de cet accord, qui intervient à la

veille du lancement du programme de réor-

ganisation et de modernisation de la compa-

gnie, permet de tirer profit de l'expérience de

la compagnie publique tunisienne dans ce domaine.  «Air Algérie  s'engage  dans  une profonde réorganisation et se lance dans un

programme de modernisation et de filialisa-

cette

compagnies. 

L'objectif 

de 

cette compagnies.  L'objectif  de  s'inspirer du modèle de la compagnie tuni-

s'inspirer du modèle de la compagnie tuni-

dans ce domaine (filialisation)», qui peut in- sienne, notamment concernant le système de

téresser la compagnie algérienne, a-t-il ex- réservation. Aux termes de cet accord, Air

pliqué.                         

Les vols Algérie-Tunisie vont tripler Air Algérie, qui prévoit ainsi la révision de son système informatique, peut également

aux avions tunisiens, et vice-versa, selon M.

Bouderbala. En outre, les employés de la

nance, en ouvrant ses bases de maintenance

tion. Tunisair possède déjà une expérience

Algérie peut, en revanche, apporter son sa-

voir-faire à Tunisair en matière de mainte-

compagnie tunisienne peuvent bénéficier de

formations au sein de la future école de l'aé-

ronautique que compte lancer Air Algérie.

L'échange de pilotes, où Air Algérie en-

registre «un déficit» actuellement, consti-

tuent un autre aspect de coopération inclu

dans la convention signée, indique encore le

premier responsable d'Air Algérie. De son

côté, la PDG de Tunisair a estimé que la

convention était «très importante», car elle

permettra l'accélération du partenariat entre

les deux pays dans le domaine du transport

aérien.  

Le partenariat entre l'Algérie et la Tuni-

sie dans le transport aérien est régi par l'ac-

cord relatif aux transports aériens de 1963.

cet accord a été révisé en juillet dernier et la

version actualisée sera signée lors de la pro-

chaine réunion de la commission mixte al-

Rejeb.  La

révision de l'accord prévoit, entre autres, la multiplication par trois du nombre de vols d'Air Algérie et de Tunisair entre l'Algérie et

géro-tunisienne,  selon  M me

la Tunisie pour atteindre 42 vols par semaine

contre 14 vols actuellement. ces vols vont

desservir,  en  plus  des  deux  capitales,  les grandes villes des deux pays, selon la même source. 

LE D. G. DE LA snTF à LA RADIo chAînE III

Un plan d’action pour récupérer les parts de marché

Le directeur général  de la société nationale

des transports ferroviaires (snTF) a annoncé,

hier, que la snTF compte reprendre d’une ma-

nière progressive des dessertes régionales per- dues du fait du manque de moyens, rappelant que l’entreprise avait perdu sa part de marché sur le trafic régional. «nous allons récupérer toutes les dessertes régionales qu’on a perdues à cause du manque de moyens, puisqu'à la fin

de 2013, on n’avait que trois autorails qui cou-

vraient ces dessertes», a déclaré M. Bendjabal- lah  sur  les  ondes  de  la  chaîne  III.  à  cette occasion, le DG de la snTF a affirmé : «nous venons d’acquérir des pièces de rechange grâce aux efforts consentis par notre atelier de sid Mabrouk. nous sommes heureux d’annoncer

que nous avons atteint le nombre de 10 autorails

opérationnels. ce qui nous a permis déjà de ré-

cupérer certaines lignes régionales, à l’image de

Batna via M’sila et Biskra, en attendant d’au-

tres», a t-il expliqué. Questionné sur le transport vers  la  banlieue  d’Alger,  l’invité  a  ajouté :

«nous sommes en train d’augmenter le volume

du trafic, parce qu’il y a une forte demande quo-

tidienne, que ce soit sur le côté Est ou ouest, il

s’agit de s’intégrer dans une logique régionale,

«nous sommes conditionnés par quelques pe-

«nous sommes conditionnés par quelques pe-

tites contraintes qu’on est en train de régler pour

essayer d’offrir à nos usagers des horaires qui

d’offrir des prestations de qualité», a-t-il souli-

gné. La snTF «est en phase de création d'un

de nouveaux autorails, M. Bendjaballah a rap- projet de formation dans les métiers ferroviaires

en partenariat avec un réseau de formation de

ont  été  commandés  exclusivement  pour  les

çaise (sncF)».  s’agissant du transport de marchandises, le premier responsable de la snTF ambitionne que cette dernière se diversifie davantage. «La snTF est pleinement concernée… nous serons amenés à assurer le transport de la production au fur et à mesure du développement des projets industriels», a-t-affirmé. Rappelant que «pour l’instant, la part de la snTF ne dépasse pas les

tres sont exploités, dans deux années, en re- 2% du transport de marchandises», il souligne

savoir que, si actuellement seuls 3.800 kilomè-

: «notre objectif est de passer à 17% de parts

forcer sa présence sur les lignes où elle trouve

du mal à satisfaire la demande, à l’instar d’Al-

M. Bendjaballah, la snTF s’efforcera de ren-

la société nationale des chemins de fer fran-

pelé que «pas moins de 17 nouveaux autorails

nir des infrastructures et des équipements et

conduire des engins à grande vitesse, d’entrete-

se rapprochent de plus en plus des horaires du

mise à niveau pour assurer la relève. «Il est temps  de  préparer  une  jeunesse  capable  de

métro et du tramway pour s’inscrire dans l’in- ter-modalité», a-t-il dit. Évoquant l’acquisition

grandes lignes, l’inter-ville, pour un montant de

21 milliards de dinars». Dans l’immédiat, selon

ger,  oran,  constantine,  Annaba,  Béjaïa  et chlef.

dans la continuité de ce qui est projeté, pour

augmenter le volume du trafic», a ajouté le pa-

tron de la société nationale du transport ferro- Au sujet de l’électrification du rail, il a fait

viaire  qui,  par  la  même  occasion,  a  tenu  à assurer que la volonté des pouvoirs publics est réelle sur ce projet qui viendra compléter ce qui

est déjà réalisé ou est en train de l’être, citant, à

titre d’exemple, la ligne en direction d’El-Af- seau ne soit effectivement électrifiée en 2025.

froune et de Thenia. «nous sommes en train d’élargir notre gamme de produits et aller vers

des heures tardives, c'est-à-dire au-delà de 19h,

vanche, l’électrification des trains atteindra les

12.500 kilomètres, avant que la totalité du ré- de marché dans les années à venir.» «Le marché

change, il est temps de concurrencer la voiture,

le camion et même l’avion… Tout est possible,

à condition d’avoir les bons moyens matériels»,

Sihem Oubraham

Par ailleurs, sur le plan de la formation du personnel, M. Bendjaballah a beaucoup insisté sur la redynamisation des écoles des apprentis dans  les  différentes  unités  ferroviaires  et  sa

a-t-il conclu.

et pourquoi pas 20h dans un proche avenir.»

hADj 2015 

Déroulement satisfaisant

entre les différents secteurs qui for-

roule, jusqu'à maintenant, dans une

par la force des choses, le coordina-

teur au niveau du centre de la mis-

système  mis  en  place

faits des conditions de leur séjour à

Médine. Le chef du centre de la mis-

sion hadj et omra de Médine, saïd

Mohand ouider, précise que la prise

en charge des hadjis se poursuit «sans

encombres, aucun incident majeur n'a

Mecque), explique-t-il. «La Protec-

n'a été enregistré», a-t-il relevé. Per- tion civile prend le relais pour l'orga-

ceptible à travers le fonctionnement des différents services représentant les secteurs de la santé, des Affaires consulaires, de la Protection civile et des Affaires religieuses, cette saison a été annoncée comme différente des précédentes, se distinguant déjà par l'assurance  aux  hadjis  algériens  de repas équilibrés et chauds et par une organisation pointue qui repose, d'un côté,  sur  une  cellule  centrale  qui veille au grain et, de l'autre, sur des

ternance» et sans relâche. un autre

à cinq éléments qui travaillent en al-

été relevé et, Dieu merci, aucun décès

fonctionne sans relâche, 24h, et s'ap-

les pèlerins algériens se disent satis- sion.  Le 

ment la biaatha (mission)», assure à APs  M.  Bernaoui  nacim,  devenu,

«parfaite»  jonction  entre  les  diffé- rentes  commissions  de  la  mission hadj et omra et, dans leur ensemble,

La saison du hadj 2015 se dé-

La saison du hadj 2015 se dé- nombre de 6 pour, l'office et 3 rele-

nombre de 6 pour, l'office et 3 rele-

dique encore M. Bernaoui. Les ba- vant des agences) en fonction du lieu

d'hébergement 

des 

pèlerins. 

Le

chargé  de  la  restauration  souligne également  la  parfaite  coordination

leurs propriétaires, au grand soulage- entre les différentes structures de la

mission grâce à laquelle le hadji re-

avec les missions nationales, un bu- çoit, plus ou moins dans les temps,

ses  repas  (petit-déjeuner  et  dîner complets et équilibrés). 

torités publiques ont lancé une  «nou-

velle dynamique» pour améliorer la

performance des agences de voyage

retenues afin de leur permettre un ac-

compagnement  des  pèlerins  durant toutes  les  étapes  du  hadj.  Prépaie- ment  électronique  et  numérisation des noms des hadjis ont été mis en place  dans  l'objectif  de  faciliter  la gestion de leurs affaires, lors de leur séjour  aux  Lieux  saints  de  l'islam ainsi qu'une révision du cahier des charges, qui conférera aux agences touristiques l'autonomie dans le choix des  sites  d'hébergement  des  hadjis dont plusieurs ont exprimé à l'APs leur satisfaction de l'organisation et

des services cette année. un total de

28.800 hadjis algériens, comme l'an-

née précédente, accompliront le rite

du hadj 1436 de l'hégire, correspon-

encadrés

conjointement par l'office national

dant 

du hadj et de la omra et 45 agences

Il serait encore trop tôt pour éva- touristiques dont deux publiques, à

savoir l'office national du tourisme et

puie  sur  le  service  programmation qui dote tout le centre du programme

général (accueil à l'aéroport, trans-

port,  hébergement,  restauration  et acheminement  des  hadjis  vers  La

groupe de 18 agents s'occupe de l'hé-

des égarés. Au 6 septembre, le nom-

a totalisé 236, selon la même source.  

En outre, un groupe multisectoriel

minement 

des 

hadjis 

vers 

La

pliqué  pour  leur  hébergement,  in-

nisation  de  l'accueil  au  niveau  de l'aéroport au moyen de trois groupes

gages  sont  transportés  par  des opérateurs  de  services  saoudiens,

dans  des  camions  séparément  de

bergement des hadjis et de leur ache-

ment  des  hadjis.  En  coordination

minement  vers  La  Mecque  et  les autres sont employés à la recherche

reau  central  saoudien  du  Maghreb arabe réceptionne tous les passeports

bre des égarés, retrouvés par la suite,

des hadjis à l'aéroport, puis les confie à  des  accompagnateurs  saoudiens, qui  suivent  les  hadjis  jusqu'à  leur destination finale, autrement dit, La Mecque.          

Les passeports seront en défini-

tive réceptionnés par un «moutaouef»

pèlerins, le même principe étant ap- et les chefs de bureaux algériens (au

milles, motif de désagrément pour les

à 

l'année 

2015, 

luer les résultats des efforts engagés

pour garantir aux pèlerins algériens

une bonne prise en charge, pour ne

pas dire acceptable afin de leur per- pagne les hadjis algériens pour cette

mettre d'accomplir dans la sérénité le

rite du cinquième pilier de l'islam.  Il

faut rappeler néanmoins que les au- la mission médicale. 

200 agents de la Protection civile, de

saison est forte de 820 éléments dont

La mission nationale qui accom-

équipes extérieures mobiles, le tout travaillant  en  étroite  collaboration avec  des  services  saoudiens  d'ap-

point, au niveau de l'aéroport et à Mé- à ne pas séparer les couples et les fa-

dine. «ce qui fait la force de cette

mission, c'est la bonne coordination

Mecque, en veillant scrupuleusement

se charge de l'organisation, de l'ache-

le Touring club d'Algérie. 

Mercredi 9 septembre 2015

N

a t io n

EL MOUDJAHID

7

PRIx OOREDOO D’ALPHABétISAtION

Lesapplicationsalgériennes«Hourouf El Hija»et «Azul », lauréates

L’opérateur de téléphonie mobile, « Ooredoo», et l’association algérienne d’alphabétisation « Iqraa » ont célébré, hier à Alger, la journée internationale de l’Alphabétisation, coïncidant avec le 8 septembre de chaque année.

L a cérémonie qui s’est déroulée en présence de M me Aïcha Barki, présidente de l’associa- tion Iqraa, et de M. Joseph Ged, directeur

général de l’opérateur de téléphonie Ooredoo, a vu

la participation du représentant du Premier ministre

ainsi que de hauts cadres de différents secteurs mi- nistériels. Ont également pris part à la rencontre,

M me Zahia Benarous, membre du Conseil de la na-

tion, M me Saïda Benhabylès, présidente du Crois- sant-Rouge Algérien, M. El Hachemi Assad, président du HCA, et plusieurs personnalités du monde associatif. A retenir, cette cérémonie a été marquée par la remise, pour la 3 e année consécutive, du prix Oo- redoo d’alphabétisation ; une distinction qui ré- compense, depuis 2013, des personnes et

institutions impliquées dans la lutte contre l’anal- phabétisme. faut-il le rappeler, le prix Ooredoo d’alphabétisation a été attribué à l’association Iqraa en 2013 et à M. Larbi Merrad, en 2014, en recon- naissance à ses 33 années consacrées à l’éducation

et l’alphabétisation. Pour le prix de 2015, une rubrique a été consa-

crée, dans le cadre du concours « Oobarmijoo », à

la réception des candidatures de jeunes dévelop-

peurs d’applications mobiles innovantes destinées

à l’apprentissage et à l’initiation aux langues. Les

jeunes Algériens, lauréats de ce prix, sont des ini- tiateurs et des développeurs de deux applications forts intéressantes. Il s’agit, en l’occurrence, de

« Hourouf El Hidja », développée par Nazih De-

houche et conçue pour faciliter l’apprentissage de la langue arabe et de « Azul », développée par Karim Oulhadj et destinée à l’apprentissage de la langue amazigh. Il convient de signaler, dans ce contexte, que ces deux applications lauréates ont été sélectionnées lors de la deuxième édition du concours Oobarmejoo, lancé dans le cadre du pro- gramme Istart. Le concours est destiné à encoura- ger la création, par de jeunes développeurs algériens d’applications et de solutions mobiles in- novantes et la promotion de contenus « Made in Algeria ». Dans une allocution présentée en cette occasion, le DG de Ooredoo a souligné que « la cé-

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

tue, en fait, « une occasion pour rappeler l’impor-

tance de la sensibilisation de tous, autour de la pro- blématique de l’analphabétisme en Algérie ». Après avoir remercié Ooredoo, le partenaire de l’association Iqraa, pour son « soutien indéfectible

à nos programmes de lutte contre ce fléau et pour

sa précieuse contribution, a-t-elle dit, dans la mise

à disposition de moyens d’apprentissage didac-

tiques pour le secteur de l’éducation », a assuré :

« Nous continuerons à œuvrer pour garantir le droit

à l’instruction et à l’apprentissage de tous les Al-

gériens ». M me Barki qui a félicité les deux développeurs, lauréats du prix Ooredoo d’alphabétisation pour leurs travaux remarquables qui seront d’un apport certain dans la mission de lutte contre l’analphabé- tisme, a réitéré son appel aux parents d’élèves à as- sumer pleinement leurs responsabilités quant à la scolarisation de leurs enfants dès l’âge de six ans. De même qu’elle a plaidé pour l’instauration de lois répressives à l’encontre des parents qui refu- sent de scolariser leurs enfants âgés de six ans. Soraya Guemmouri

lébration de la journée internationale d’Alphabéti- sation constitue une occasion idoine pour réaffir- mer la volonté de Ooredoo d’œuvrer efficacement avec l’association Iqraa en faveur de la lutte contre le fléau de l’analphabétisme. Partenaire de l’asso- ciation Iqraa, depuis neuf années, Ooredoo conti- nuera à faire honneur à son statut d’entreprise citoyenne et sociale, en encourageant les talents al- gériens qui contribuent avec leur esprit innovant et entrepreneurial à promouvoir la connaissance et le savoir tout en apportant son expertise technolo- gique pour promouvoir les approches nouvelles d’apprentissage et d’instruction basées sur les tech- nologies mobiles ». Aussi, et après avoir félicité les deux lauréats, le DG d’Ooredoo a annoncé « l’inauguration dans un futur proche d’un nouveau centre d’apprentissage et d’alphabétisation, situé dans la wilaya de Jijel ». Pour sa part, M me Aïcha Barki a, de prime abord, mis en relief le fait que cette journée consti-

LES APPLICAtIONS LAURéAtES

Des contenus made in Algeria conçus par des génies algériens

L’application « Hourouf El Hija » a été conçue dans le but de faciliter l’apprentissage de la langue arabe. Cette application destinée aussi bien aux en- fants qu’aux adultes a été développée par Nazih De- houche, un jeune développeur lauréat du concours « Oobarmijoo » et fondateur de « Synoos Studio », une entreprise spécialisée dans le développement des jeux éducatifs. Synoos Studio compte plus de 16 applications éducatives sur Google Play (Android) et plus d’un million de téléchargements. Pour ce qui est de la deuxième application lauréate, « Azul », en l’oc- currence, celle-ci est en fait destinée à l’apprentis-

sage de la langue amazigh. A noter, cette application a été sélectionnée par le Haut-Commissariat à l’Amazighité en 2014, dans le cadre du consulting des projets multimédia avec des contenus en langue amazigh. « Azul » est disponible sur Google Play depuis le 20 avril 2015. L’application « Azul » a été conçue par Karim Ould Oulhadj, fondateur de BMS Informatique, en- treprise spécialisée dans la communication, l’audio- visuel, la confection des sites web ainsi que la création de diverses applications où la culture ama- zigh occupe une place importante. S. G.

AMéLIORAtION DU SERvICE PUBLIC

Une meilleure prise en charge du citoyen

L’amélioration de la qualité de ser- vice en direction du citoyen est une des priorités des pouvoirs publics. A cet effet et après avoir pris la décision, pour les présentes rentrées scolaire et sociale, de ne pas exiger des documents de l’état civil dans les dossiers d’inscriptions sco- laire et universitaire, le ministère de l’In- térieur et des Collectivités locales a pris l’initiative de faire délivrer les passe- ports et cartes d’identité biométriques par les communes par souci de proxi- mité. Désormais, le citoyen peut établir son passeport au niveau de n’importe quelle APC, même s’il n’y réside pas. Et pour le casier judiciaire, il n’aura plus à se déplacer au tribunal pour l’avoir. Avec sa signature électronique, le document lui parviendra à son domicile. Ce sont là, des mesures prises pour lutter contre la bureaucratie, d’une part, et rapprocher le citoyen de l’administration, d’autre part. Pour ce qui concerne la nouvelle mesure relative à la délivrance des passeports biométriques au sein des APC, lancée hier, plusieurs mairies d’Alger pourront traiter les demandes et délivrer ce docu- ment. Dans un premier temps, l’enrôle- ment des empreintes digitales et la prise de photos numériques se feront dans 16 communes d’Alger. Au total, 44 sur les 57 communes de la wilaya d’Alger sont dotées de salles et de matériels néces- saires au bon fonctionnement du service du passeport biométrique. Les citoyens pourront établir et se faire délivrer leur passeport et leur carte d’identité biométriques au niveau de cer- taines APC de la wilaya d'Alger, en at- tendant sa généralisation sur toute la capitale et sur le territoire national. Les résidents d’Alger pourront se diriger vers une des APC équipées de ce système pour déposer une demande d’établisse- ment de passeport et de carte d’identité biométriques, et les retirer au même lieu. Cette opération, qui rentre dans le cadre de la modernisation et la décentralisation des services de l'Etat et l'amélioration du service public, permettra d'alléger la pression sur les circonscriptions admi- nistratives et de lutter contre la bureau- cratie, notamment pour gagner la confiance du citoyen et de rapprocher de son administration. Par ailleurs, ces mesures entreprises par les pouvoirs publics, ont donné des résultats « tangibles », qui peuvent être constatés de visu. On pourra citer à titre d’exemple la modernisation et l’infor- matisation du fichier national d’état civil pour 1.541 APC, ce qui donne la possi- bilité au citoyen de retirer ses papiers

donne la possi- bilité au citoyen de retirer ses papiers d’état civil de n’importe quelle APC

d’état civil de n’importe quelle APC sur

le territoire national, en plus du fichier

local pour chaque commune. Entre autres, il a été procédé à la mise en place des guichets uniques dans les services de l’état civil des communes.

Cela permettra aux citoyens de retirer ra- pidement leurs documents administratifs partout où ils se trouvent. Les guichets

en question délivreront quatre des pièces

administratives demandées. Il s’agit des

actes de mariage, de décès, de naissance

S 12 et de l’extrait de naissance ordi- naire. D’autres mesures d’allègement des

dossiers pour l’obtention de certains do- cuments administratifs ont été appli- quées, suite à la détection d’une défaillance dans les comportements avec

le citoyen en leur demandant des papiers

qui ne sont pas nécessaires. Cela est dû à une mauvaise interprétation des textes

législatifs ou organiques ce qui induit un déséquilibre entre les différentes struc- tures, à savoir ceux qui concernent no- tamment les dossiers de renouvellement

de la carte d’identité nationale, du pas-

seport, du permis de conduire et de l’at- tribution de la carte d’immatriculation automobile. Pour cela, il a été décidé de réduire

les documents d’état civil de 28 à 14 do- cuments, selon le décret exécutif 14-75 paru en 2015. Il a été également question

de la suppression de la légalisation des

documents, selon le décret 14-68 paru en

2014.

Dans cette optique, il a été indiqué que la durée de traitement des dossiers pour la délivrance de la carte grise sera réduite jusqu’à une journée dans les cas classiques. Cette durée pourra cependant aller jusqu’à 21 jours dans le cas de ventes inter-wilayas de véhicules. On

pourra citer l’allègement du dossier à

fournir pour la carte grise avec la sup- pression du certificat de naissance N13, la facture d’achat de véhicule pour les nouvelles voitures, la suppression de l’acte de décès en cas de décès du pro- priétaire du véhicule, notamment la sup- pression de la légalisation du formulaire de la demande. La suppression de l’acte

de naissance du père pour le dossier de renouvellement du passeport. Le dossier de renouvellement du per-

mis de conduire ne comportera, quant à lui, que deux photographies d’identité, un certificat médical, un timbre fiscal et l’ancien permis de conduire. La durée de l’acte de résidence a été prolongée quant à elle de 3 à 6 mois. Le prolongement du traitement de l’extrait

de naissance S12 pour les différents do- cuments administratifs (une copie seule- ment). De ce fait il a été enregistré pour le mois d’août passé, la délivrance de plus 19.000 cartes d’identité nationale. Plus de 26.000 passeports, plus de 33.000

cartes d’immatriculation pour les nou- veaux véhicules et plus de 17.000 permis de conduire. Le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales a donné, instruction pour la création de 8.000 postes de pré- posés à l’état civil et 30.000 postes de guichetiers au niveau de toutes les com-

munes du pays. « Dans le cadre d’une meilleure prise en charge du service de l’état civil, il a été procédé, en vertu du décret exécutif n°11-334 du 20 septem- bre 2011 portant statuts relatifs aux fonc- tionnaires de l’Administration des collectivités territoriales, la création de deux nouveaux postes spécialisés, à sa- voir guichetier et préposé à l’état civil ». Kafia Ait Allouache

INtEMPéRIES à DJELfA

La circulation au ralenti

Un ralentissement du trafic a été enre- gistré, hier matin, au niveau de plusieurs axes routiers de la ville de Djelfa, suite aux pluies orageuses qui se sont abattues sur la région, a-t-on constaté. En effet, la circula- tion a été contrariée dans plusieurs carre- fours de la ville, à l’instar de celui du centre-ville, mitoyen à l'hôtel El Emir, ainsi que les carrefours des cités "Bab Echaref", et Belarzal, au même titre qu'au niveau de l'axe de la RN 46 reliant l'hippodrome à la station d'essence. Parallèlement, les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la ville ont inondé de nombreux boulevards, à l’ins- tar de celui de Rouini, Dechret El Khounia, la cité et des jardins, et Bouterfis, où la cir- culation était difficile tant pour les piétons que pour les véhicules. Des crues ont été en- registrées au niveau de plusieurs cours d’eau, dont l'oued Melah traversant la ville

de Djelfa. Les agriculteurs et maquignons ont, pour leur part, estimé que ces "précipi- tations pluviales sont de bon augure pour la saison agricole ", tout en contribuant au re- lèvement du niveau des eaux souterraines dans la région. Selon les services de la Pro- tection civile de la wilaya "aucun dégât ma- jeur n’a été enregistré jusqu'à cette heure, suite à ces pluies, exception faite de quelques interventions pour le pompage des eaux au niveau de certaines habitations dans la ville de Djelfa". La même source a signalé la mobilisation de tous les moyens matériels et humains, dès réception d’un Bulletin météorologique spécial (BMS), aux fins de faire face à une éventuelle urgence, tout en lançant un appel aux citoyens pour être vigilants sur les routes, et ne pas se ris- quer à traverser les cours d’eau et autres ra- vins, notamment.

Une dizaine de personnes évacuées de leurs maisons

Une dizaine de personnes évacuées de leurs maisons

Une dizaine de personnes évacuées de leurs maisons
Une dizaine de personnes ont été évacuées hier de leurs maisons à Djelfa suite aux
Une dizaine de personnes ont été évacuées hier de leurs maisons à Djelfa suite aux

Une dizaine de personnes ont été évacuées hier de leurs maisons à Djelfa suite aux pluies torrentielles qui se sont abattues sur la région, a-t-on appris auprès de la direction de la Protection civile de la wilaya. L’évacuation de ces personnes s'inscrit au titre des interventions des agents de la Protection civile pour le pompage des eaux des maisons inondées par les eaux pluviales, dans nombre de quartiers de la ville où aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée, a-t-on ajouté de même source. Il a été signalé, à ce pro- pos, l’évacuation de sept personnes d’une habitation menaçant de s’écrouler, dans la zone industrielle, alors que trois autres ont été évacuées d’une maison inondée à la cité Ben Said. La même source a fait également part d’autres opérations de pompage des eaux dans des immeubles inondés dans les cités des "jardins" et du "5-Juillet", de même qu’au niveau de l’Institut d’agriculture spécialisé, du CEM Lakhnech Mustapha et de l’école primaire "Zouhour" du village Ouled Abid, à 10 km à la sortie sud de Djelfa. Les pluies ont été aussi à l’origine de la fermeture de la route communale n°9, au niveau de l’oued El Maleh, au lieu-dit Mtiriha, dans la daïra d’El Idrissia, à une centaine de kilomètres à l’ouest de la wilaya. La route communale n°7 et l’axe de la RN 46 reliant le lotissement El Mouileh à la commune de Dar Echioukh, au lieu-dit El Gaid Saad, ont, également, été fermés à la circulation, au même titre que le carrefour menant vers la commune de Mililiha. Un affaissement de route a été par ailleurs enregistré à la cité Bernada au chef-lieu de wilaya, a encore signalé la même source.

ACCIDENtS DE LA ROUtE

44 morts et plus de 1.600 blessés en une semaine

Quarante-quatre personnes ont trouvé la mort et 1.670 autres ont été blessées dans des accidents de la route enregistrés en une semaine (du 30 août au 5 septembre) au ni- veau national, selon un bilan établi hier par la Protection civile. "Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya de Skikda avec six personnes décédées et qua- rante-six autres blessées suite à 33 accidents de la circulation", a précisé la même source dans un communiqué. Par ailleurs, la Protection civile fait état de plusieurs opérations de sauvetage effec- tuées par ses unités d'intervention suite aux intempéries enregistrées de lundi à mardi dans les wilayas de M'sila, Batna, Sétif, Biskra, Médéa, Oum El Bouaghi, Khenchela et Bordj Bou-Arréridj.

Mercredi 9 Septembre 2015

Eco no m ie

8

EL MOUDJAHID

TENDANCES FINANCIÈRES ET MONÉTAIRES AU 1 er SEMESTRE 2015

Laksaci : “Le niveau des réserves de changes demeure adéquat”

Les réserves de changes du pays se sont contractées de 34 mds de dollars pour atteindre, à juin 2015, 159 milliards de dollars. Un niveau qui demeure adéquat, soutient le gouverneur de la Banque d’Algérie.

L’ Algérie subit au même titre que, les autres pays exportateurs de pétrole, l’impact de la chute du prix du baril

de pétrole. Premiers effets attendus, une dé- térioration des soldes des comptes courants de sa balance de paiement, et une contraction de sa marge de manœuvre budgétaire. Les principaux agrégats de la situation monétaire et financière au 1 er semestre de l’année 2015, présentés, hier, par le gouverneur de la Banque d’Algérie indiquent, néanmoins que la position financière de notre pays reste soutenable, avec un volume des réserves de changes de 159,027 milliards de dollars, à fin juin 2015, soit une forte contraction de 34 mds de dollars, et une dette externe ré- duite à 3,3 milliards de dollars à la période sous étude. «En dépit de l’impact du choc externe sur la balance des paiements, le ni- veau de nos réserves de change reste adéquat pour faire face au choc externe», a affirmé Mohamed Laksaci. L’analyse qui a abordé les principaux indicateurs de la conjoncture ressortent que la chute de près de 50% des prix du pétrole depuis mi 2014 a commencé à impacter l’économie nationale dès le 4 e tri- mestre de la même année. Cette dégringo- lade des cours s’est poursuivie, a rappelé M. Laksaci, au cours du 1 er semestre 2015 pour passer de 109,92 dollars au 1 er semestre 2014 à seulement 58,23 dollars au 1 er semestre 2015, soit une baisse de 47,02%. Aussi, les quantités d’hydrocarbures exportées se sont rétractées de 4,59% au cours du 1 er semestre 2015, soit seulement 18,10 milliards de dol- lars, ce qui correspond à une baisse de 43,1% par rapport au 1 er semestre 2014, et ce, en dépit du fait que les quantités d’hydrocar- bures exportées aient progressé de 11,88% entre le premier et le second trimestre de l’année en cours. Aussi, la chute des prix du pétrole a directement impacté la balance des paiements qui a enregistré un déficit de (- 13,27 milliards de dollars), un déficit dû aussi à la baisse de quantités d’hydrocar- bures exportées et à l’important transfert de dividendes.Ainsi, le solde de global de la ba- lance des paiements a marqué un déficit de 14,39 milliards de dollars contre un déficit minime de 1,32 Mds de dollars au 1 er semes- tre 2014.

Les exportations hors hydrocarbures demeurent structurellement faibles Les exportations hors hydrocarbures ont, par ailleurs connu une légère évolution, pas- sant de 648 millions de dollars au 1 er semes- tre 2014 à 812 millions de dollars au cours de la même période de 2015. Une perfor- mance qui demeure «structurellement faible et en deçà du potentiel du pays en matière de diversification des exportations», commen- tera Laksaci. En parallèle, les importations de biens qui ont enregistré un trend haussier, ces dernières années ont connu une baisse, soit 10,11%, pour atteindre 27,086 milliards de dollars au premier semestre 2015 contre 30,134 milliards de dollars durant la même période de 2014. Une baisse, a précisé le gouverneur de la banque d’Algérie, qui n’a pas affecté les biens d’équipements agri- coles. A ce propos, M. Laksaci a rappelé que les pouvoirs publics ont pris, en 2015, des me- sures destinées à atténuer l’impact de la crise, notamment en ce qui concerne, le res- serrement des exigences en matière de normes ainsi qu’un dispositif légal pour l’en- cadrement des importations par le biais de li- cences d’importation. Dans le même sillage, a-t-il indiqué, le Banque d’Algérie a entamé le renforcement des conditions au titre de la domiciliation bancaire. La BA a également entrepris la réduction, à deux reprises, du ratio prudentiel des fonds propres des banques par rapport à leurs engagements au titre du commerce extérieur en sus de la consolidation des instruments de contrôle

Ph. : Billal
Ph. : Billal

des opérations du commerce extérieur au ni- veau des agences.

Le dinar s’est déprécié de 22%, et un taux d’inflation de 5,18% L’impact du choc externe s’est également répercuté sur le dinar qui s’est déprécié de 22% par rapport au dollar américain. Son cours s’est, par contre légèrement apprécié de 0,60% par rapport à l’euro. Cependant, précise le gouverneur de la banque d’Algé- rie, le taux de change effectif réel du dinar à juin 2015 reste apprécié par rapport à son ni- veau d’équilibre de moyen terme et est dé- terminé sur le marché interbancaire des changes depuis 1996. Aussi, la flexibilité re- lative du cours du dinar sur le marché inter- bancaire permet d’absorber, en partie, l’effet de la chute des prix du pétrole, a affirmé Laksaci. D’autre part, le processus de désinflation entamé en février 2013 s’est rompu passant de 1,60% à septembre 2014, en moyenne an- nuelle, pour atteindre 2,92% en décembre 2014 avant d’évoluer à 4,97% à juin 2015 (4,06% à mars 2015). Ce taux est considéré comme étant la plus forte hausse annuelle depuis 201 mois.

Crédits à l’économie, en phase ascendante En dépit de la contraction des ressources, la tendance haussière des crédits à l’écono- mie a été maintenue à la période indiquée.

Une tendance qui devrait amener certaines banques à recourir au refinancement auprès de la banque d’Algérie, fera remarquer M Laksaci. Ainsi, les crédits accordés au secteur pu- blic ont augmenté de 8,55%, contre 8,58% pour le privé. De ce fait, la part des crédits accordés au privé s’est établi à 48% à fin juin 2015 dans une situation de contraction de la liquidité bancaire. A ce propos, la liquidité globale des banques a totalisé 2104,96 mil- liards de dinars contre 2730,88 Mds à fin décembre 2014, soit une forte contraction in- duite par une forte baisse des dépôts de So- natrach. Par conséquent, les banques seront appe- lées à mobiliser de nouvelles ressources par l’encouragement de l’épargne publique, re- commandera le gouverneur de la Banque d’Algérie. «Les banques doivent proposer de nouveaux produits nécessaires au dévelop- pement de l’inclusion financière en matière de services et de qualité, développer les res- sources internes et encourager les dépôts à terme pour soutenir le financement de l’éco- nomie». En fait, les banques devront « développer leur capacités à accompagner la création et le développement des PME productives, dy- namiser leur activité de conseil à la clientèle notamment l’expertise en matière d’analyse de projets pour promouvoir le développe- ment des crédits d’investissements» insistera M. Laksaci.

Crédits à l’économie : La nouvelle centrale des risques opérationnelle mi septembre 2015 "L'entrée en production de la nouvelle centrale des risques de la Banque d'Algérie est prévue pour la mi septembre 2015", a af- firmé M. Laksaci. La nouvelle centrale des risques qui constituera "un important outil d'aide à la gestion des risques de crédits par les banques de la place» devra également contribuer "à la reprise effective du crédit à la consomma- tion", précisera M. Laksaci. Ainsi, le citoyen pourra enfin accéder au crédit à la consom- mation qui a obtenu l’aval de sa relance lors de la tripartite par la Tripartie de février 2014, étant suspendu depuis 2009 pour motif d’insolvabilité des ménages. Le crédit à la consommation aux mé- nages, pour rappel a été rétabli à la faveur d'un décret exécutif publié au journal officiel en mai dernier, et englobe les biens fabri- qués par des entreprises exerçant une activité de production ou de service sur le territoire national et qui produisent ou assemblent des biens destinés à la vente aux particuliers.

Réescompte: La Banque d’Algérie reprendra l’activité à partir d’octobre La Banque d’Algérie prévoit de repren- dre le refinancement des banques à partir d’octobre prochain. Ainsi, a expliqué M. Laksaci, la BA injectera des liquidités dans l’économie nationale. Bien évidemment, pour ce faire, il est at- tendu que les banques aient dans leurs por- tefeuilles des effets de qualité éligibles au refinancement, notamment des effets privés acceptables au réescompte. M. Laksaci pré- cisera, néanmoins que, les liquidités qui en résulteront ne devraient pas constituer une source additionnelle d’érosion des réserves de change.

Résistance au choc externe : des stress tests à l’agenda de la Banque d’Algérie Ces exercices de tests des banques de la place qui seront menées par la Banque d’Al- gérie en novembre et décembre 2015 porte- ront sur l’évaluation des degrés de résistance à la contraction des ressources conséquem- ment au choc externe, a déclaré M. Moha- med Laksaci. Ces tests s’effectueront sur la base des résultats et des audits financiers en cours, a-t-il précisé. En fait, cette démarche s’inscrit dans le cadre de la consolidation des instruments de surveillance macro pruden- tielle.

D. Akila

Les finances publiques face à l'impact de la chute du prix de pétrole

Les finances publiques de l'Algérie ont été fortement affectées par la chute des prix mondiaux de pétrole à travers, notamment le creusement du déficit budgétaire et la baisse des avoirs du Fonds de régulation des recettes (FRR) au premier semestre 2015, a af- firmé le gouverneur de la Banque d'Algérie. "L'impact du choc externe sur les finances publiques, fortement tributaires de la fiscalité pétrolière, se reflète dans le creusement du déficit budgétaire et l'érosion des ressources du Fonds de régu- lation des recettes (FRR)", a indiqué M. Laksaci à l'occasion de la présentation des principales tendances financières et monétaires durant le premier semestre 2015. Ainsi, les recettes de la fiscalité pétrolière ont atteint 1.254,9 milliards de dinars à fin juin 2015 contre 1.518,3 milliards de DA au second semestre 2014 et 1.870 MDS DA au premier semestre de la même année. Parallèlement à la contraction des recettes de la fiscalité pétrolière, le solde global du Trésor s'est détérioré davantage pour atteindre un déficit de 902,8 milliards de DA à fin mai 2015 contre un niveau de 463 mil- liards de DA au premier semestre 2014. En conséquence, les res- sources du FRR ont chuté à 3.441,3 milliards de DAà fin juin 2015, subissant une érosion drastique de l'ordre de 1.714,6 milliards de DA entre fin juin 2014 et fin juin 2015, soit une réduction de 33,3% en l'espace de douze mois après plusieurs mois d'efforts soutenus

d'épargne budgétaire. En outre, la chute des prix du pétrole s'est traduite aussi par une forte baisse des exportations des hydrocar- bures passées de 31,79 milliards de dollars au premier semestre

2014 à 18,1 MDS DA à la même période de l'année en cours (-

43,1%), au moment où les exportations hors hydrocarbures ont lé-

gèrement progressé pour atteindre 812 millions de dollars à fin juin

2015 contre 648 millions de dollars à fin juin 2014. Concernant les

importations, ces dernières qui ont connu un trend haussier ces der- nières années, ont reculé à 27,086 milliards de dollars durant les six premiers mois de 2015 contre 30,134 MDS USD à la même pé- riode de 2014, relève le document présenté par le gouverneur de la Banque centrale algérienne. Toutefois, ce repli des importations n'a compensé que partiellement la baisse des exportations des hydro- carbures.

Il en a résulté un déficit de la balance commerciale de 8,18 mil- liards de dollars contre un excédent de 2,31 milliards de dollars au premier semestre 2014. Dans le même sens, le solde global de la balance des paiements a affiché un déficit de 14,39 milliards de dollars au premier semestre 2014 dont 10,73 au premier trimestre et 3,66 MDS USD au second trimestre, contre un déficit de seule- ment 1,32 milliard de dollars sur l'ensemble du premier semestre

2014.

Mercredi 9 Septembre 2015

Economie

9

EL MOUDJAHID

SELON L’ONS

Le salaire moyen mensuel en Algérie a atteint 37.800 DA en 2014

Le salaire moyen net mensuel en Algérie (hors secteurs agriculture et administration) a évolué de 4,8% durant l'année 2014 pour s'établir à 37.800 DA (contre 36.104 DA en 2013), a appris l'APS, auprès de l'Office national des statistiques (ONS).

P ar secteur juridique, l'évolution globale des salaires en 2014 a été de 4,6% dans le sec- teur public et de 5,9% dans le secteur privé,

indiquent les résultats d'une enquête annuelle sur les salaires réalisée par l'ONS en mai 2014 auprès de 832 entreprises dont 564 publiques et 268 pri- vées nationales, représentant toutes les activités hormis l'agriculture et l'administration. Plus pré- cisément, le salaire moyen mensuel net a été de 52.700 DA dans le secteur public et de 31.000 DA dans le secteur privé national en 2014. Les plus importantes augmentations ont concerné les sec- teurs de la santé (14,6%), commerce et réparation (12,4%), les services (9%) et l'immobilier (7,2%). Par contre, l'ONS a noté une faible augmentation dans les secteurs hôtels et restaurants (2,1%) et dans la section construction (2,5%). Dans les sec- teurs de l'immobilier et des hôtels et restaurants, la moyenne des salaires reste également faible avec un montant de 31.181 DA pour l'immobilier (29.092 DA en 2013) et 31.608 DA pour l'hôtel- lerie et restauration (30.948 DA en 2013), selon

cette enquête. Il est observé que la hausse des sa- laires pour le secteur de la construction a profité surtout aux cadres (augmentation de 14,3%), comparativement aux agents de maîtrise (+6,6%) alors que le salaire moyen des agents d'exécution

a progressé de 0,3% seulement. L'ONS a précisé

que le salaire, qui correspond au montant effecti- vement perçu par le salarié, prend en compte le salaire de base, les primes et indemnités ainsi que les différentes retenues (IRG, sécurité sociale et retraite). Le salaire de base reste la principale composante de la rémunération brute totale à hau-

composante de la rémunération brute totale à hau- teur de 63%, alors que les primes et

teur de 63%, alors que les primes et indemnités en représentent 37%, relève l'enquête.

en 2013, selon les mêmes données. Par qualifica- tion, les écarts des salaires sont, dans certains cas, assez élevés. En effet, le salaire des agents d'exé- cution dans les activités liées aux hydrocarbures est de 68.700 DA, soit presque trois fois le salaire dans la section santé qui est de 23.400 DA, selon la même enquête. A rappeler que l'évolution du salaire net mensuel était de 13,7% en 2013 contre 8,2% en 2012, 9,1% en 2011 et 7,4% en 2010. La revalorisation qu'a connue le salaire national mi- nimum garanti (SNMG) en janvier 2012 en pas- sant de 15.000 DA à 18.000 DA ainsi que les augmentations salariales intervenues en 2010 et 2011 ont contribué à la hausse du salaire moyen de toutes les catégories.

Le secteur pétrolier toujours premier rémunérateur Les résultats de l'enquête ont confirmé, une fois encore, que le secteur le plus rémunérateur est celui des activités pétrolières (production et services d'hydrocarbures) avec un niveau moyen de salaire qui s'élève à 98.000 DA, suivi par le secteur financier (banques et assurances) avec 57.800 DA. A l'inverse, les salaires dans le secteur de la construction demeurent les plus faibles dans la structure salariale avec un montant mensuel moyen de 28.722 DA en 2014 contre 28.021 DA

JIJEL

Les investisseurs n’ayant pas entamé leurs projets mis en garde par le wali

l’agriculture et les services étaient les créneaux les plus sollicités par les candidats à l’investisse- ment. Des promoteurs ont fait état de difficultés se rapportant, entre autres, au problème de permis de construire, de financement, de disponibilité de terrains d’assiettes ou d’emprises pour la réalisa- tion de dépendances nécessaires au fonctionne- ment de leur chantier. S’agissant de l’habitat, qui a dominé les débats à l’ouverture de cette rencontre, un promoteur opérant au POS (plan d’occupation du sol) Est, à l’entrée de Jijel, a alerté les autorités sur les dan- gers pouvant survenir d’une retenue collinaire si- tuée à proximité du terrain où neuf (9) tours d’habitation de 14 étages sont en cours de réali- sation pour un délai de trente (30) mois. Le pro- moteur immobilier Mounir Benziada, a affirmé que les eaux de cette retenue peuvent, en ruisse- lant, provoquer des infiltrations et affecter la structure de ces ensembles immobiliers. La solu- tion, a-t-il préconisé, serait de vider cet ouvrage et de le traiter pour supprimer toute menace po- tentielle. Dans le domaine des structures de santé, un autre promoteur a prévu de réaliser une cli-

Les investisseurs ayant obtenu des terrains et qui n’ont pas entamé leurs projets ont été mis en garde par le wali de Jijel, Larbi Merzoug, au cours d’une séance de travail tenue hier au siège de la wilaya. Un délai de six (6) mois a été accordé aux

promoteurs «réticents» pour lancer leurs projets d’investissement sous peine de se voir retirer leur agrément, a-t-il déclaré au cours de cette réunion

à laquelle ont pris part cent trente-sept (137) in-

vestisseurs. M. Merzoug, rappelant que seuls «6 ou 7 pro- jets» ont connu un démarrage réel sur le terrain, a indiqué que cette rencontre a pour objet de «cer- ner et de sérier les problèmes et les difficultés ren- contrés par les promoteurs». Il a notamment rappelé, dans son intervention, les orientations et les mesures prises par les pouvoirs publics à la suite de la récente rencontre entre le gouverne- ment et les walis pour la promotion de l’investis- sement. Tous les directeurs du conseil de wilaya et les responsables de plusieurs autres structures concernées par l’acte d’investir ont pris part à cette réunion au cours de laquelle il est apparu que le tourisme, l’agroalimentaire, l’habitat, la santé,

nique de radiothérapie et un centre d’accueil pour

familles accompagnant leurs malades. Cet inves- tisseur, médecin de son état, soutient s’être heurté

à la faiblesse de l’assiette foncière qui lui a été oc- troyée (1.200 m 2 ) pour concrétiser ce projet d’en- semble sanitaire, faisant savoir au passage que la wilaya de Jijel occupe «la triste 1 re place dans le domaine des maladies cancéreuses». Pour rappel, cinq (5) nouvelles zones d’activités seront créées

à Jijel en parallèle avec la pénétrante autoroutière

devant relier le port de Djendjen à El Eulma (Sétif). Destinées à booster l’investissement, ces zones seront implantées à hauteurs des échan-

geurs prévus dans le projet de réalisation de cette pénétrante qui reliera Jijel à la wilaya de Sétif via la wilaya de Mila, sur 103 km. En matière d’investissement privé, cent trente- sept (137) dossiers ont été validés à Jijel, de 2011

à ce jour. Ils concernent essentiellement les cré-

neaux du tourisme, l’agroalimentaire et la promo- tion immobilière pour un investissement global de 75 milliards de dinars avec, à la clé, la création de 14.158 emplois, ont indiqué les services de la wi- laya.

1.000 projets touristiques prévus d’ici fin 2015 Plus de 1.000 projets touristiques sont prévus d'ici
1.000 projets touristiques prévus d’ici fin 2015 Plus de 1.000 projets touristiques sont prévus d'ici
1.000 projets touristiques prévus d’ici fin 2015 Plus de 1.000 projets touristiques sont prévus d'ici
1.000 projets touristiques prévus d’ici fin 2015 Plus de 1.000 projets touristiques sont prévus d'ici
1.000 projets touristiques prévus d’ici fin 2015

1.000 projets touristiques prévus d’ici fin 2015

1.000 projets touristiques prévus d’ici fin 2015
Plus de 1.000 projets touristiques sont prévus d'ici fin 2015, selon le directeur d'évaluation et

Plus de 1.000 projets touristiques sont prévus d'ici fin 2015, selon le directeur d'évaluation et de soutien des projets tou- ristiques au ministère l'Aménagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat, Zoubir Mohamed Sofiane. Au total, 936 projets touristiques ont été retenus jusqu'à présent au niveau national. Le coût de réa- lisation de ces projets susceptibles de créer plus de 50.000 postes d'emploi et d'offrir plus de 100.000 nouveaux lits, est estimé à 382 milliards de dinars.

plus de 50.000 postes d'emploi et d'offrir plus de 100.000 nouveaux lits, est estimé à 382
plus de 50.000 postes d'emploi et d'offrir plus de 100.000 nouveaux lits, est estimé à 382

COMMERCE Hausse sensible des prix des légumes à l'approche de l'Aïd Al Adha

Les prix des légumes ont enregistré une hausse sensible à l'approche de l'Aïd Al-Adha avec une légère disparité entre les marchés populaires et les marchés couverts, a constaté l'APS. Au marché

Ali-Mellah, place du 1 er Mai, le prix de la laitue a atteint 220 DA le kg reculant de 30 DA par rapport à la semaine dernière alors que ce légume est cédé à 180 jusqu'à

160 DA le kg au marché des Trois Hor-

loges à Bab El Oued. Cette flambée des prix et notamment de la laitue a mis les citoyens en rogne d'autant qu'il s'agit d'un produit de saison et très demandé en cette période de l'année. Les prix de la cour- gette et des navets très consommés pen- dant la fête du sacrifice ne descendent pas du seuil des 150 DA, la courgette étant af- fichée à 160 DA au marché de Bab El Oued et à pas moins de 190 DA le kg au marché Ali-Mellah depuis la semaine der- nière. Le prix des navets varie entre 120

et 180 DA le kg au niveau des deux mar-

chés. La tomate est affichée à 100 DA jusqu'à 60 DA le kg dans les deux mar-

chés sachant qu'elle a été cédée lundi à 50 DA le kg au marché de Bab El Oued. La pomme de terre a aussi été touchée par cette hausse, atteignant 60 DA au marché Ali-Mellah alors qu'au marché de Bab El Oued elle est cédée à 50 jusqu’à 35 DA.

A l'approche de chaque fête religieuse, les

citoyens sont confrontés dans plusieurs wilayas du pays au phénomène de la hausse des prix des fruits et légumes alors que les vendeurs expliquent cette hausse par l'augmentation des prix de gros et des frais de transport. Dans la wilaya de Chlef, et plus précisément au marché de

Ténès, les prix des fruits et légumes enre- gistrent une hausse vertigineuse. La laitue est cédée, à titre d'exemple, à 250 DA le kg alors que les prix de la tomate et des carottes varient entre 120 et 150 DA. Même constat dans la wilaya de Blida où les navets et la courgette sont affichés à

200 DA le kg. Selon les chiffres de l'Of-

fice national des statistiques (ONS) du mois d'août dernier, le taux d'inflation en Algérie a atteint en juillet dernier le seuil des 5% contre 4,8% au cours des mois de mai et d'avril derniers.

El Moudjahid/Pub

le seuil des 5% contre 4,8% au cours des mois de mai et d'avril derniers. El

Mercredi 9 Septembre 2015

Monde

11

EL MOUDJAHID

CESSEZ-LE-FEU AU SOUDAN DU SUD

L’armée demande des observateurs internationaux

L'armée sud-soudanaise a réclamé, hier, l'envoi d'observateurs internationaux pour surveiller l'application du cessez-le-feu en vigueur, alors qu'elle est accusée par le camp rebelle de continuer à mener de violents combats.

L es belligérants s'accusent mutuellement de ne pas res- pecter le cessez-le-feu,

conclu en août pour mettre fin à la sanglante guerre civile qui ravage le jeune pays depuis vingt mois. A la demande des Etats-Unis, le Conseil de sécurité de l'ONU a étu- dié vendredi dernier la possibilité d'imposer un embargo sur les armes au Soudan du Sud en ré- ponse aux violations de l'accord de paix. Cet accord, signé par le chef de la rébellion, Riek Machar, et le président Salva Kiir, prévoit une trêve dans les combats qui ont fait des dizaines de milliers de morts et chassé quelque 2,2 millions de Sud-Soudanais de leurs foyers. Le groupement est-africain de l'Igad — Djibouti, Ethiopie, Kenya, Ou- ganda, Somalie, Soudan, Soudan du Sud —, qui a assuré la média- tion des pourparlers de paix sud- soudanais, est censé contrôler sur le terrain le respect du cessez-le-

censé contrôler sur le terrain le respect du cessez-le- feu entré en vigueur fin août. Mais

feu entré en vigueur fin août. Mais leurs observateurs manquent de moyens pour surveiller efficace-

ment les forces rivales, éclatées entre de multiples groupuscules militaires. "Nous avons demandé à

des observateurs américains ou des Nations unies de prêter main forte pour contrôler le cessez-le-feu et faire cesser les accusations" lan- cées par le camp rebelle, a déclaré le porte-parole de l'armée Philip Aguer. La mission de l'ONU au Soudan du Sud (MINUSS) compte quelque 12.500 militaires et poli- ciers, mais ces derniers sont dissé- minés dans un pays de la taille de l'Espagne et du Portugal réunis, dont de larges zones sont difficile- ment accessibles même pendant la saison sèche. Le Soudan du Sud a proclamé son indépendance en juillet 2011, grâce à la partition du Soudan, sous les auspices des Etats-Unis. La plus jeune nation du monde a replongé deux ans et demi plus tard dans la guerre en raison de dissensions politico-ethniques ali- mentées par la rivalité entre MM. Kiir et Machar.

ÉGYPTE

Vaste opération militaire dans le Sinaï, 29 terroristes tués

à Rafah, Cheikh Zouweïd et Al-Arich, dans le nord du Sinaï", a annoncé l'armée dans un com- muniqué relayé sur son compte Facebook et les télévisions publiques. "Vingt-neuf mécréants ont été tués et un cer- tain nombre de leurs véhicules et équipements détruits, tandis qu'un officier et un soldat ont été tués et quatre militaires blessés, quand leur vé- hicule a sauté sur une bombe", poursuit le com-

L'armée égyptienne a affirmé avoir lancé, hier, une "vaste opération militaire" dans le Sinaï, bastion des terroristes ralliés au groupe proclamé Etat islamique (EI / Daech), au cours de laquelle elle assure avoir tué 29 "terroristes" et perdu deux soldats. "Des éléments de l'armée et de la police ont lancé à l'aube l'opération militaire ‘‘le droit du Martyr’’ pour éliminer les éléments terroristes

muniqué. Le Sinaï est le principal bastion du groupe EI qui se fait appeler Province du Sinaï de l'EI, un groupe qui a revendiqué la plupart des attentats et attaques commando ayant tué de nombreux soldats et policiers depuis plus de deux ans. Cette vague d'attentats a commencé en juil- let 2013, après que l'armée eut destitué et arrêté le président Mohamed Morsi.

GRAND ANGLE
GRAND ANGLE

Syrie : le temps de la solution

n L’aggravation de la crise migra-

toire en Europe va-t-elle pousser les

dirigeants de ce monde à s’investir

sérieusement dans la recherche d’une solu- tion définitive au conflit syrien ? L’éventua- lité est de mise, au regard des déclarations enregistrées ces dernières vingt-quatre heures. De même que les mises en garde lan- cées par des diplomates de l’Onu, avertis- sant sur le fait que l’afflux des migrants syriens vers l’Europe ne s’arrêtera que si le conflit est réglé, ne semblent pas être tom- bées dans l’oreille d’un sourd. Dans le cas contraire, prévient l'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, des milliers de nouveaux réfugiés syriens se dé- placeraient vers l'Europe. "Pourquoi les gens partent-ils ? Parce qu'ils ont perdu tout espoir, après cinq ans de conflit, et qu'ils ne voient qu'un seul gagnant, Daech", a dé- ploré M. Mistura, lors d'une conférence de presse à Bruxelles. Il a aussi rappelé que

l’organisation terroriste autoproclamée Daech a réalisé ces derniers temps des conquêtes territoriales qui "devraient ré- veiller le monde". De même que l’envoyé onusien pour la Syrie ne manquera pas de préciser que les éléments de Daech sont à "quelques kilomètres, seulement, de Damas".

"L'Iran, l'Arabie saoudite, la Turquie, la

Daech devrait les inquiéter tous",

Russie (

et lorsqu’on connaît le degré et les capacités de nuisance de l’organisation terroriste, il est certain que les avertissements du diplo- mate ne peuvent qu’être pris au sérieux. C’est du moins ce qu’il est permis de dé- duire à la lecture de certaines déclarations d’acteurs susceptibles d’influer sur le cours du conflit syrien. "L'Iran est prêt à discuter

)

de la paix en Syrie avec tous les pays concer- nés", a annoncé, hier, le président iranien Hassan Rohani. "L'Iran participera à toute négociation dont l'issue garantirait la sécu- rité, la stabilité et la démocratisation de la Syrie", a encore dit le président de la Répu- blique islamique. Il ajoutera : "Nous nous assoirons à n'importe quelle table avec des pays de la région ou extérieurs à la région". De son côté le ministre espagnol des Af- faires étrangères, José Manuel García-Mar- gallo, a appelé hier à "négocier" avec le président syrien Bachar al-Assad "un ces- sez-le-feu". Le règlement du conflit syrien est d’autant plus nécessaire qu’il pourra permettre de mener une lutte efficace contre l’expansion de Daech. Car, et l’expérience l’a démontré, le recours à l’option militaire n’a jamais résolu un problème, quel que soit le motif invoqué pour la justifier. Bien au contraire.

Nadia K.

LU

AILLEURS

Donald Tusk, président du Conseil européen :

« La vague actuelle d'immigration n'est pas un incident ponctuel mais le commencement d'un véritable exode, ce qui signifie que nous devrons traiter ce problème pendant bien des années à venir. »

MALI

Arrestation de trois terro- ristes présumés à Bamako

Trois personnes considérées comme les "cer-

veaux" des récents attentats contre la Mission de

la paix de l'ONU au Mali (Minusma) et de deux

postes de sécurité à Bamako et Baguineda, ont

été arrêtées par les forces spéciales de sécurité malienne à Bamako, a annoncé, lundi soir, la di- rection générale de la sécurité d'Etat (DGSE). Selon un communiqué, ces terroristes présumés — Hassan Dicko, Ayouba Sangaré et Ali San- garé — font partie du commando auteur des at- taques contre les logements du personnel de la Minusma à Mangnabougou Fasso Kanu, Missa- bougou, dans la capitale malienne, de la brigade de la gendarmerie de Baguinéda (périphérie de Bamako), le 8 août dernier et du poste de police de la gare routière de Sogoniko (Bamako), ont précisé les services de renseignements maliens. Selon les services de renseignements maliens, Hassan Dicko, alias Abou Leila, est la deuxième personnalité du Front de Libération du Macina.

Ali Sangaré a activement participé à l'attaque

contre le domicile du contingent burkinabé de la Minusma à Mangnabougou Faso Kanu dans la capitale malienne, selon la DGSE. Quant à Ayouba Sangaré, d'origine ivoirienne, il est chargé de la logistique et de l'achat des armes, indique la DGSE. La perquisition à son domicile

a permis de saisir un important lot d'armes de

guerre, de grenades et des cartouches, d'après la

DGSE.

TURQUIE

10 morts dans une attaque contre un bus de la police

Dix policiers ont été tués hier lors d'une attaque

menée par des rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui a visé un de leur mini-

bus dans la province d'Igdir, dans l'est de la Tur-

quie, a rapporté la chaîne d'information NTV. Un engin explosif a explosé au passage du véhicule de la police alors qu'il circulait dans la région

d'Aralik, aux confins des frontières de la Turquie avec l'Azerbaïdjan, l'Arménie et l'Iran, ont pré-

cisé des sources des services de sécurité. Trois

policiers ont également été blessés lors de cette embuscade, ont-elles ajouté. Cette nouvelle at- taque intervient après une attaque dimanche der-

nier contre un convoi militaire dans la région

montagneuse de Daglica (sud-est), qui s'est sol-

dée par la mort de 16 soldats. L'opération de

Daglica est la plus meurtrière menée par le mou- vement rebelle kurde depuis la reprise des af- frontements entre l'armée et le PKK, fin juillet, qui ont fait voler en éclats les discussions de paix engagées à l'automne 2012 pour mettre un terme

à un conflit qui a fait quelque 40.000 morts de-

puis 1984. L'aviation turque a mené en repré- sailles de nombreuses frappes aériennes contre les principales bases du PKK dans le nord de l'Irak, selon l'agence de presse gouvernementale Anatolie. Le Premier ministre turc Ahmet Davu- toglu a promis lundi d'éradiquer le PKK.

El Moudjahid/Pub

So cié t é

12

EL MOUDJAHID

LIVRE SCOLAIRE

Un manuel unique pour les première et deuxième années primaires

Quel soulagement pour les parents d’élèves de ne plus passer des heures à faire la chaîne pour acquérir les livres scolaires de leurs enfants ! Pour la première fois les manuels scolaires sont imprimés et distribués avant les vacances d’été, soit en juin dernier.

C’ est une directive de la mi- nistre de l’Education M me Benghebrit afin d’éviter

les longues chaînes devant les points de vente de l’ONPS, à chaque rentrée scolaire, une directive bien suivie même si l’information en dehors des établissements scolaires sur la dispo- nibilité de ces manuels n’a pas circulé puisque les parents n’étant pas au courant n’ont pu les acquérir avant la sortie des classes. Toutefois cette nouvelle mesure a évité la terrible ap-

préhension d’éventuelles pénuries sur le marché de livres scolaires de certains paliers qui revenait chaque année. On constate aussi pour cette rentrée l’absence de ces livres sur les trottoirs et marchés informels où ils étaient vendus à deux fois leur prix. Les manuels scolaires de toutes les matières et dans tous les cycles d’en- seignement (primaire, moyen et se- condaire) n’ont pas subi de changement et restent les mêmes uti- lisés l’année dernière. Le seul manuel scolaire nouveau pour cette année scolaire 2015-2016, est celui de l’in- formatique destiné aux élèves de pre- mière année secondaire. Le directeur de l’enseignement fondamentale au ministère de l’Education annonce aussi l’introduction dès la rentrée prochaine d’un manuel unique pour

dès la rentrée prochaine d’un manuel unique pour les paliers de la première et deuxième année

les paliers de la première et deuxième année primaire soit un seul livre dont le programme s’étalera pour les deux paliers. Il faut savoir aussi qu’une commission composée d'experts a été installée en vue de procéder à une re- lecture de la nouvelle version des ma- nuels scolaires avant leur édition et avant approbation en vue de corriger les erreurs relevées dans les livres scolaires les années écoulées. Souli- gnons que des manuels scolaires tel que le livre de géographie de la 4 e

année moyenne, contient toujours des erreurs comme cette information qui place l'Algérie deuxième plus grand pays d'Afrique après le Soudan en dépit de la division de ce pays.

Des experts se penchent sur le contenu des livres Cette même commission procède ac- tuellement a une réécriture des pro- grammes et des nouveaux manuels en prévision de l'année scolaire 2016- 2017, notamment ceux destinés aux

classes de première et deuxième année primaire et première année moyenne. La ministre de l’Education nationale avait annoncé, par ailleurs, lors de l’une de ses sorties médiatiques que son département préparait également la présentation d'un cahier des charges et le lancement d'un appel d'offres national en prévision du lan- cement du "Livre de deuxième géné- ration". M me Benghebrit a insisté sur l'impératif d'accorder le temps néces-

saire aux experts et enseignants pour la préparation de ces nouveaux ma- nuels et leur adaptation aux grands changements qui s'opèrent à travers le monde. La ministre a donc an- noncé l'insertion de nouveaux ma- nuels scolaires permettant d'inculquer les valeurs de la société algérienne, et ce à partir de la rentrée scolaire 2016- 2017, précisant que ces ouvrages conçus en langues arabe et français et en amazight auront pour contenu des textes littéraires tirés de la production littéraire d'écrivains et auteurs algé- riens. Signalons enfin que l’Office national des publications scolaires a produit plus de 55 millions de livres pour couvrir les besoins de la rentrée. Ces manuels ont été dispatchés au- près de quelque 25.000 établisse- ments que compte le pays. Près de 50% des élèves qui ont rejoint les bancs d’écoles cette années sont concernés par la gratuité de ces livres selon le directeur général de l’ONPS intervenu sur radio Chaîne III, parmi lesquels tous les élèves des classes préscolaires, des classes de la pre- mière année primaire, les 4 millions d’élèves nécessiteux, dont les listes sont fixées par les commissions de commune et de daïra, et les enfants d’enseignants. Farida Larbi

MANUELS SCOLAIRES D’OCCASION

Une bouée de sauvetage pour les petites bourses

Le livre scolaire d’occasion ne déteint pas. Bien au contraire, il est, revigoré, chaque année, par une demande de la part de nombreuses familles qui optent pour cette résolution. En effet, l’heure, ces jours-ci, est au système D, généralisé aux manuels scolaires usagés, tentant de plus en plus de parents d’élèves, soucieux de réunir les conditions de réussite de leurs enfants dans leurs études, sans pour autant porter préjudice à la bonne gestion du budget de leur ménage. L’achat ainsi que l’échange des ou- vrages entre frères et sœurs, amis et proches, est monnaie cou- rante, afin d’éviter les dépenses habituelles et farfelues qui font exploser les ménages, soumis à rude épreuve, en pareilles cir- constances, après les dépenses du mois de Ramadhan, et à quelques jours de l’Aïd el Kébir. La cherté des livres scolaires, à vrai, dire pousse les élèves et leurs familles à favoriser, l’option de l’ouvrage d’occasion. Ce dernier, s’érige, depuis quelques an- nées, en activité commerciale, qui ne chôme pas, avec l’intro- duction du manuel scolaire d’occasion sur les marchés de «Dlala», ou encore les sites internet qui mettent à la disposition des élèves des ouvrages en bon état et à des prix abordables. Au- jourd’hui, le site Oued Kniss, facebook, et bien d’autres, devien- nent des portails privilégiés pour certains élèves, qui mettent en vente ou carrément échangent leurs livres, une fois passés à des cycles supérieurs. Ce troc n’exclut pas les ouvrages para-sco- laires pour améliorer les performances de l’élève. Les livres de

améliorer les performances de l’élève. Les livres de la terminale, notamment sont très demandés, par les

la terminale, notamment sont très demandés, par les parents d’élèves, qui s’obstinent à ne rien laisser au hasard pour une

meilleure préparation de leur progénityure, à l’examen décisif du baccalauréat. Il faut dire que pour éviter à leurs parents des dépenses supplémentaires, ils n’hésitent pas à revendent les li- vres de l'année précédente, à moitié prix pour acheter ceux de l’année en cours. Ce genre de commerce, à vrai dire, rend un énorme service à certains parents d’élèves qui peinent à joindre les deux bouts, et recourent même parfois à se faire des dettes. Aujourd’hui, les élèves tout comme leurs parents, s’approprient la méthode la moins contraignante sur le plan financier pour avoir l’indispensable lot de livres scolaires pour arriver à bon port. Fatiha, rencontrée au marché Amar El Kama, devant un quinquagénaire qui exposait des piles de livres et de manuels d’occasion nous dira qu’avec quatre enfants tous scolarisés, elle n’a d’autre choix que l’ouvrage d’occasion. «Les prix défient toute logique, ce qui est très encourageant, pour les petites bourses», soulignera-t-elle, avant de poursuivre que chaque année, ses enfants procèdent à l’échange et l’achat de livres usa- gés quant il s’agit d’ouvrages parascolaires. Un autre père de fa- mille, croisé, au même marché, estimera que l’offre de ces particuliers est carrément une bouée de sauvetage pour les pa- rents qui ne savent plus à quel saint se vouer. «La flambée des prix, conjuguée à l’érosion du pouvoir d’achat, favorisent le re- cours à ce procédé», dira-t-il. Samia D.

AIN BENIAN

L’annexe du CEM Grand Rocher dans un état peu enviable

Les écoles publiques réunissent les conditions nécessaires pour accueillir les élèves mais certaines d’entre elles restent encore en deçà des attentes. C’est le cas de l’annexe du CEM le «Grand Rocher» d’Ain Benian dont l’espace n’est pas sé- curisé. Avec une clôture rapiécée au fil de fer, n’importe qui peut pénétrer à sa guise dans l’enceinte de l’établissement. En franchissant le portail de l’annexe, ce qui est frappant ce sont les herbes folles qui envahissent l’espace, les amas de pneus, des morceaux de tôle rouillée et des détritus qui lui donnent l’aspect d’une ferme abandonnée. La toiture d’une salle de classe trouée, laisse passer facilement l’eau de pluie, selon une surveillante. Cette salle étant fermée, toute une classe est devenue «nomade». Les enseignants et les élèves ne peuvent pas donner le meil- leur d’eux-mêmes dans de telles conditions. Conscients du fait que l’espace envi- ronnemental joue un grand rôle dans la qualité de l’enseignement, certains parents d’élèves ont tenu à faire part de leur mécontentement et de leur inquiétude au di- recteur du CEM. D’autres envisagent d’inscrire leurs enfants ailleurs. Tout dans cette annexe appelle à une prise en charge urgente, l’alerte a été évidemment don- née plusieurs fois aux autorités de la commune, mais en vain, selon le directeur du CEM. Pourquoi ne pas procéder en urgence à des travaux de réfection, surtout qu’une classe est ruinée par l’infiltration de l’eau de pluie ? se demande une sur- veillante. Pourquoi ne pas nettoyer la cour ? Pourquoi ne pas réparer la clôture sé- curitaire comme il se doit ? Telles sont les questions que se posent les parents dont les enfants sont affectés à cette annexe. «Les services concernés de la mairie de Ain Benian ont été avisés, mais rien n’est fait pour le moment, il y va de la res- ponsabilité de la commune», nous dit le directeur du CEM. Farid B.

INITIATIVE CITOYENNE À JIJEL

Des trousseaux scolaires à des écoliers malades ou orphelins

Cinquante trousseaux scolaires ont été remis, lundi dernier, à Jijel, à des écoliers atteints de can- cer ou des orphelins, au titre d’une action de soli- darité pilotée par l’association bénévole algéroise Sidra, a-t-on constaté. Les trousseaux ont été remis par l’association locale Adwa’a (lumières), au cours d’une cérémonie organisée au siège de cette association d’aide aux personnes atteintes de cancer, en présence de son président, Riad Bou- kraa, de la présidente de l’association locale Ouled El Khir et des familles des bénéficiaires. Ces der- niers sont, notamment de jeunes écoliers dont les parents, décédés, étaient également affectés par cette maladie, a-t-on indiqué au cours de la céré- monie. M. Boukraa a souligné, dans une interven- tion liminaire, l’importance de ce geste solidaire qui constitue, a-t-il dit, un "bel exemple, d’autant que la rentrée scolaire a été marquée par un cours portant sur la solidarité". De leur côté, deux mem- bres actifs de l’association Sidra, Yacine Metiche et Mohamed-Lamine Zellag, ont rappelé que la mission principale dévolue à cette association est "la promotion de la citoyenneté active des jeunes

à travers des projets de service communautaire".

Les dons de trousseaux qui ont déjà touché cer- taines wilayas, à l’image de Médéa et, dans quelques jours, les wilayas Batna, Sétif, Bejaia, Bouira,Ain Defla, Mostaganem et Oran, sont par- rainés par le Forum des chefs d’entreprise (FCE), ont-ils expliqué à l’APS, précisant que cette opé- ration est placée sous le signe d' "un cartable pour

l’avenir". L’association à but non lucratif Sidra qui

a vu le jour en 2009, constituée, en majorité, de

jeunes leaders, a été labellisée en décembre 2013 par l’UNESCO. Elle compte 120 membres ainsi qu’une base de données de plus de 1.000 volon- taires. Elle intervient dans le domaine de l’aide alimentaire à travers le projet "Algerian Food Bank" première banque alimentaire en Algérie, dans le domaine de l’éducation via le projet "Pour les enfants du désert" qui encourage la scolarisa- tion des enfants dans les régions isolées de l’Al- gérie et dans la promotion de l’écocitoyenneté et l’action environnementale à travers des cam- pagnes sur les réseaux sociaux, en plus d’activités innovantes.

Mercredi 9 Septembre 2015

Culture

13

EL MOUDJAHID

7 e FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA MUSIQUE SYMPHONIQUE D’ALGER

Dix-huit pays pour une mélodie universelle

La 7 e édition du festival international de la Musique symphonique d’Alger aura lieu entre le 12 et le 19 septembre au théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi avec la Tunisie comme invitée d’honneur, c’est ce qu’a déclaré, hier, le commissaire de la manifestation Abdelkader Bouazara lors d’une conférence de presse animée à l’Institut supérieur de la musique d’Alger.

D ix-huit pays prendront part au festival représentant qua- tre continents pour un dia-

logue universel à travers un langage de paix qui est la musique. Les Pays- Bas participent pour la première fois à ce rendez-vous incontournable qui prend de l’ampleur à l’échelle inter- nationale. Abdelkader Bouazara a annoncé des hommages qui seront rendus aux grands noms de la musique algé- rienne, un geste de reconnaissance selon lui, qui aura comme objectif le remerciement du capital légué par ses anciens et l’ancrage de leurs tra- vaux pour les générations futures. Agissant sur la décision du ministre de Culture, Azzedine Mihoubi, de réduire les dépenses de certains fes- tivals, le commissaire a relevé que le budget de son festival s’estime à 5 millions de dinars, ajoutant qu’il s’agit d’un festival de qualité. « La musique symphonique est un lan- gage universel qui reflète le niveau intellectuel et le degré civilisationnel d’une société. Le festival sympho- nique d’Alger fait parler de lui par- tout dans le monde, et je dirai que c’est un festival de qualité, ce budget est à peine suffisant pour ramener de grands musiciens mondialement connu afin de côtoyer les jeunes mu- siciens algériens », a-t-il fait savoir. Pour ce qui est de la soirée inaugu- rale, elle sera dirigée sous la ba- guette du maestro algérien Amine Kouider, chef d’orchestre permanent de l’Orchestre symphonique natio-

RouabahT.:Ph.
RouabahT.:Ph.

nal avec entre autres la présentation de la 4 e symphonie de Tchaïkovsky. « Nous avons opté pour cette 7 e édi- tion pour une nouvelle conception de la musique symphonique. Nous sommes fiers et satisfaits du niveau technique de notre orchestre qui trouve une bonne réputation dans le monde arabe. Nous avons mis à l’honneur aussi les vocalistes ma- ghrébins et arabes avec la présenta- tion de trois ténors de la Tunisie, de l’Egypte et du Maroc », a précisé Amine Kouider. Le festival va créer en outre un pont musical avec la ca-

pitale de l’Est pour gratifier le public constantinois de pas moins de huit spectacles et ce, dans le cadre de la manifestation « Constantine, capi- tale de la culture arabe 2015 ». « Suite aux échos favorables faits par la population constantinoise aux spectacles animés au monuments des morts, nous avons décidé avec le commissariat du festival d’organiser le lendemain de chaque représenta- tion à Alger un autre spectacle à Constantine. Cela portera sur les soi- rées d’ouverture et de clôture, ainsi que des spectacles de cinq pays qui

sont la Russie, Chine, Mexique, Egypte, et la Syrie », a précisé Samy Bencheikh El Houcine, commissaire de la manifestation arabe. L’ancien opéra d’Alger accueillera entre le 12 et le 19 septembre entre 18h30 et 21h la musique symphonique uni- verselle avec le passage de trois or- chestres pour le compte de chaque soirée. Un festival qui souffle sa 7 e bougie et qui draine avec lui un nombreux public fidèle et connaisseur de la musique philosophique. Kader Bentounès

CINÉMA

Casting en vue du tournage du film

Lalla Z’bida

à Constantine

Un casting pour le choix des acteurs et des figurants devant interpréter les personnages du film "Lalla Zbida" a débuté samedi après-midi au centre culturel Abdelhamid-Benbadis de Constantine, a constaté l’APS. Confié pour la réalisation à Yahia M’zaham, ce long métrage dont le scénario est signé Hafiza Merimèche, a pour thème la vie quotidienne d’une famille constanti- noise résidant dans une demeure ty- pique datant de la présence ottomane à la basse médina de la Souika constan- tinoise. Le cinéaste Massinissa Bou- chenak, chargé de superviser le casting, qui durera une semaine, a précisé que le premier coup de manivelle de cette œuvre cinématographique "de 90 à 120 minutes" est prévu en novembre pro- chain à Alger avant que le tournage ne se poursuive dans la ville des ponts où les principales prises de vue seront ef- fectuées. Selon son synopsis, ce film, produit dans le cadre de la manifesta- tion "Constantine capitale de la culture arabe 2015", relate le quotidien de Lalla Z’bida, une femme aisée et res- pectable, propriétaire d’une maison ty- pique de l’époque ottomane, cohabitée par plusieurs locataires qui se partagent un "Majliss" (vestibule intérieur), les sanitaires et le même robinet d’eau po- table. Lalla Z’bida mène une vie nor- male jusqu’au jour où elle se rend compte de l’infidélité de son mari, épris d’une jeune colocataire vivant sous son propre toit. Ce long métrage basé sur des faits réels sera présenté en exclusivité aux Constantinois en fé- vrier prochain avant d’être distribué dans les autres salles du pays, a affirmé M. Bouchenak.

Publicité

ANEP 343730 du 09/09/2015

El Moudjahid/Pub

Mercredi 9 Septembre 2015

Vie pratique

21

EL MOUDJAHID

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du Mercredi 25 Dou El Q’iâda 1436
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du Mercredi 25 Dou El Q’iâda 1436
correspondant au 9 septembre 2015 :
- Dohr … 12h46
- Asr 16h21
- Maghreb
19h09
- Icha…………………20h29
Jeudi
26
Dou
El
Q’iâda
1436
correspondant au 9 septembre 2015 :
- Fedjr 04h56
- Chourouq
06h25
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20,
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane —Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou
commandes
de
photos,
s’adresser
au
service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

El Moudjahid/Pub

ANEP 208621 du 09/09/2015

El Moudjahid/Pub

ANEP 25011894 du 09/09/2015

El Moudjahid/Pub

ANEP 25011891 du 09/09/2015

El Moudjahid/Pub

.

ANEP 25011892 du 09/09/2015

Anniversaire A notre ange adorée Yamanda Iliana, quand tu es venue au monde, tu as
Anniversaire
A notre ange
adorée
Yamanda Iliana,
quand tu es venue au
monde, tu as donné à
notre vie un goût de
miel, de nos jours et
de nos nuits, tu as fait
un arc-en-ciel, tu es
notre vie, notre soleil
et notre plus belle
richesse, on est fière de toi petite princesse.
Tu nous combles de bonheur.
Le 9 septembre est un jour très spécial.
Pour tes deux ans, papa Mohamed, maman
Sihem, et tes frères Ramel Abdelmoumen et
Elyas Racim, te souhaitent un joyeux et
merveilleux anniversaire.
Ta petite famille qui t’aime fort.
El Moudjahid/Pub du 09-09-2015

CONDOLÉANCES

Mohammed Tahar BENABID, notaire, ancien président de la Chambre régionale des Notaires du Centre, ayant appris avec tristesse et beaucoup de peine, le décès de son confrère et ami Abdelatif Kachout, notaire à Blida, présente à toute la famille parents et alliés, ses condoléances les plus sincères et les plus attristées et les assurent de leur profonde compassion et leur fidèle amitié. Que Dieu le Tout-Puissant accueille le défunt en Son Vaste Paradis.

El Moudjahid/Pub du 09/09/2015

CONDOLÉANCES

CONDOLÉANCES
Le Ministre d’Etat Ministre des Affaires Etrangères et de la Cooperation internationale, le Ministre des

Le Ministre d’Etat Ministre des Affaires Etrangères et de la Cooperation internationale, le Ministre des Affaires Maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, le secrétaire général et l’ensemble des fonctionnaires, très affectés par le décès de leur collègue M. MELLOUH MOHAMED, ancien Ambassadeur présentent aux membres de sa famille leurs sincères condoléances et les assurent en cette pénible circonstance de leur profonde compassion. ils prient Dieu Tout- Puissant d’accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde. “A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons”.

El Moudjahid/Pub

ANEP 343751 du 09/09/2015

CONDOLÉANCES

CONDOLÉANCES

Le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères et de la coopération internationale, le Ministre des

Le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères et de la coopération internationale, le Ministre des Affaires maghrébines, de l’Union Africaine et de la Ligue des Etats arabes, le secrétaire général et l’ensemble du personnel du ministère des Affaires Etrangères, très affectés par le décès de la mère de leur collègue M. GHOUALMI MOHAMED, lui présentent ainsi qu’aux membres de sa famille leurs sincères condoléances et les assurent en cette pénible circonstance de leur profonde compassion. ils prient Dieu Tout-Puissant d’accorder à la défunte Sa Sainte Miséricorde. « A Dieu nous appartenons

et à Lui nous retournons ».

et à Lui nous retournons ».

El Moudjahid/Pub

ANEP 343749 du 09/09/2015

Mercredi 9 Septembre 2015

Sports

22

EL MOUDJAHID

ÉLIMINATOIRES DE LA CAN-2017

Les « pros » contrariés par un retard d’Air France

Nos capés, qui ont remporté leur deuxième sortie face au Lesotho, sur le score de 3 à 1 dans le cadre de la 2 e journée des éliminatoires de la CAN- 2017, prévue au Gabon, ont été contrariés par le retard accusé par le transporteur français Air France.

E n effet, les nôtres devaient quitter Johen- nesburg (Afrique du Sud) lundi dernier à partir de (18h heure locale). Finalement,

ils n’ont pu quitter le sol sud-africain qu’hier, vers le coup de 3h du matin. Un contretemps qui ne peut que les pénaliser du fait qu’ils de- vaient rejoindre leurs clubs respectifs hier, mardi. Un retard qui remet sur le tapis le vol spécial qui a toujours été préconisé par la FAF. Le président de cette structure avait par le passé habitué les joueurs de l’EN de voyager sur des vols spéciaux. Ce qui évite de tels désagréments liés aux aléas des compagnies aériennes, fus-

sent-elles prestigieuses. Il est certain que la FAF, pour les prochaines échéances, pourraient régler cet écueil, surtout pour les matchs Sey- chelles-Algérie et Éthiopie-Algérie, comptant pour cette compétition qualificative à la CAN 2017, prévue au Gabon. Ceci dit, les Verts qui avaient réussi à em- pocher trois précieux points de leur lointain dé- placement à Maseru, la capitale du Lesotho, ont reposé indirectement la question relative aux joueurs locaux. Ces derniers, en Afrique, sont capables d’apporter le «plus» tant attendu par les fans algériens. On avait tous été agréable- ment surpris par la grande débauche d’énergie

agréable- ment surpris par la grande débauche d’énergie de joueurs comme Soudani et Bounedjah, deux «pros»

de joueurs comme Soudani et Bounedjah, deux «pros» actuels formés à 100% localement. L’ex-joueur du RCG Oran, Baghdad Bouned- jah, a fait une entrée pour le moins fracassante

alors que jusqu’à son entrée ses coéquipiers étaient presque «tétanisés» par l’enjeu de la ren- contre, la brutalité des joueurs adverses, mais aussi le tartan synthétique du stade Setsoto de

Soudani et Ghoulam dans l’équipe type africaine

Les deux internationaux algériens, Faouzi Ghoulam et Hilal Soudani ont été choisis dans l'équipe type africaine de la deuxième journée des qualifications de la Coupe d'Afrique des na- tions CAN-2017, établie lundi dernier par le site spécialisé France football. Le défenseur algérien de Naples avait ouvert le score à la 32 e minute de la rencontre disputée dimanche à Maseru face au Lesotho (3-1), d'une belle reprise de volée après une longue balle en cloche de Riyad Mah- rez. Outre Ghoulam, la défense africaine établie par le site français spécialisé est composée des joueurs camerounais Ambroise Oyongo, togolais Serge Akakpo et cap-verdien Kay, auteur du but victorieux face aux Libyens (2-1). Soudani fait aussi partie de cette liste aux côtés des attaquants Frébory Doré du Congo et Bassem Morsi

des attaquants Frébory Doré du Congo et Bassem Morsi (Égypte). L'entrée en jeu de l'ancien baroudeur

(Égypte). L'entrée en jeu de l'ancien baroudeur de l'ASO Chlef, en remplacement du Montpel- liérain Riyad Boudebouz (46'), lui a permis d'ins- crire les deux buts victorieux des Verts face au

Lesotho (85 e et 90 e + 1). Avec désormais 17 réa- lisations au compteur en 34 matchs, Soudani est devenu le meilleur buteur en activité de la sélec- tion algérienne de football.

Maseru. Il a apporté son génie, son culot, mais aussi sa grande volonté de se frayer un chemin parmi les ténors de l’EN. Sa grande envie de faire partie des titulaires a été payante aussi au sein d’un groupe composé, pourtant, de joueurs confirmés. Soudani est l’un des rares à avoir montré ouvertement au sélectionneur national qu’il s’agit d’un joueur qui ne mérite pas le «banc», même si le dernier mot revient au coach et qu’il faut respecter ses choix. Toute- fois, chaque fois qu’il est autorisé à pénétrer sur l’aire de jeu, l’ex-Chélifien a toujours brillé par son punch et sa hargne de bien conclure ses ac- tions. Il l’a prouvé une fois encore face à cette «modeste» équipe du Lesotho qui nous a créé, en dépit de tout, énormément de problèmes. C’est grâce lui, à sa clairvoyance, que les Fen- necs ont réussi à bien négocier le «piège» du Lesotho. Il a réussi deux beaux buts qui ont per- mis aux Algériens de faire la différence et per- mettre à notre sélection nationale de prendre les rênes du groupe J, à deux longueurs de L’Éthio- pie, notre sérieux rival. Les joueurs du cru peu- vent certainement apporter quelque chose de positif. Ils méritent, par conséquent, tous nos encouragements et nos égards. Hamid Gharbi

L’ÉQUIPE TYPE AFRICAINE DE LA 2 e JOURNÉE DES ÉLIMINATOIRES :

Gardien : Carl Ikeme (Nigeria). Défenseurs : Ambroise Oyongo (Cameroun), Serge Akakpo (Togo), Kay (Cap Vert), Faouzi Ghouam (Algérie). Milieux de terrain : Chol Peter Bentiu (Soudan du Sud), Mubarak Wakaso (Ghana), Sadio Mané (Sénégal). Attaquants : Férébory Doré (Congo), Hilal Soudani (Algérie), Bassem Morsi (Égypte).

LUTTE

Mohamed Moualek, champion d’Afrique, est très malade

Aujourd’hui âgé de 57 ans, Mo- hamed Moualek, natif d’Alger, et ori- ginaire d’Azzefoun, a réussi une grande carrière dans la lutte gréco-ro- maine où il excellait comme un «poisson dans l’eau». Ayant un gaba- rit de «déménageur», il était très élé- gant et sa façon de combattre était inimitable. Lors des Jeux africains d’Alger en 1978, il a été le premier à offrir la médaille d’or pour l’Algérie en gréco-romaine dans la catégorie des 62 kg. Il devient champion d’Afrique en 1981. Lors des JO de Moscou, en 1980, il s’était classé à la huitième place. Il faut dire que la lutte olympique avait un niveau vraiment mondial. Il n’était point facile de se frayer un chemin parmi les ténors de cette discipline. Ce gaillard, qui a en-

fanté 2 filles dont la plus âgée ne dé- passe pas les 16 ans, avait côtoyé les grands champions de l’époque, à l’image de Rachid Kaseri, Benaceur Djamel, Fergat Mohamed, Megharbi Achour (décédé aujourd’hui), Sel- laoui, Makhlouf, Chikhi Bachir, Mer- zak Bouras, Khallafi Nacereddine et son coach Chouider Yacine. Il faisait partie de l’école d’El-Biar de lutte. Il avait aussi été dominateur sur les plans arabe et maghrébin où il détient les titres de champion arabe et ma- ghrébin. Il a arrêté sa carrière en tant qu’athlète en 1986, alors qu’il a tou- jours été athlète à la salle d’El-Biar où il avait passé toute sa carrière pra- tiquement. Il est resté inactif jusqu’en 1993 où il est devenu éducateur grâce à la circulaire du département de la

éducateur grâce à la circulaire du département de la jeunesse et des sports d’Ali Lebib, alors

jeunesse et des sports d’Ali Lebib, alors ministre de la Jeunesse et des Sports. 54 athlètes d’élite ont pu bé- néficier de cette mesure très louable.

Rappelons qu’il avait exercé à l’heb- domadaire Algérie-actualité en tant que travailleur. Aujourd’hui, cet ex- champion d’Afrique, Mohamed Moualek, en s’adjugeant la première médaille d’or, est gravement malade à l’hôpital de Birtraria (service chi- rurgie). Il a besoin de l’aide de tous eu égard aux services rendus à son pays et à cette discipline. Le prési- dent de la FALA, Rabah Chebah, avait appris avec stupeur la maladie de ce grand champion de la gréco-ro- maine des années 1970/80. «Je suis vraiment ému par la situation de cet athlète qui avait fait honneur à son pays et à la discipline. On fera tout pour l’aider. Il mérite toute notre re- connaissance. On ne lésinera pas sur les moyens pour lui porter notre aide

et notre soutien.» La famille de la lutte algérienne souhaite un prompt rétablissement à Moualek Mohamed, tout en espérant que le MJS, le COA et les différentes structures sportives lui portent assistance et soutien en re- connaissance de tout ce qu’il a fait pour son pays et aussi à cette disci- pline qui est en train de sortir la «tête de l’eau», depuis qu’elle est prise en main par Rabah Chebah (actuel pré- sident de la FALA). Notons que les anciens lutteurs des années 1970/80 ainsi que d’autres champions de cette discipline ont décidé d’aller lui ren- dre visite, demain (jeudi) à partir de 14h à l’hôpital Birtraria. Cela ne peut que le réconforter. Hamid G.

Publicité

El Moudjahid/Pub

ANEP 343707 du 09/09/2015

Sports

23

EL MOUDJAHID

JEUX AFRICAINS-2015 (GYMNASTIQUE/DERNIÈRE JOURNÉE)

Onze nouvelles médailles dont quatre en or pour l'Algérie

Les Gymnastes algériens (garçons et filles) ont remporté 11 nouvelles médailles dont quatre en or et trois en argent au gymnase du complexe sportif Makélékélé à Brazzaville, lors de la 3 e et dernière journée de la compétition pour le compte des 11 es Jeux africains 2015 (4-19 septembre).

L a première médaille d'or algérienne de la journée a été remportée par Mohamed Bourguieg au saut à cheval avec une note

de 14.600 points, devant son compatriote Ahmed Anes Maoudj (14.188 pts) et le Sud- africain Ngcobo Siphamandla (14.000 pts). Ensuite, Mohamed Reghib a ajouté une se- conde médaille en vermeil dans l'épreuve de la barre fixe, avec un total de 14.375 pts, laissant l’argent à l’Egyptien Mohamed Shrief El Sa- harty (14.135 pts) et le bronze à un autre algé- rien, Mohamed Aouicha (13.675 pts). Hilel Metidji a, pour sa part, gagné l’argent aux barres parallèles, avec un total de 13.675 pts, devant le Sud-Africain Tiaan Grobler (13.250 pts) et derrière l’Egyptien Mohamed El Saharty (14.575 pts). Chez les filles, la jeune prodige de la gymnastique artistique féminine algérienne, Farah Boufadene, s’est contentée du bronze à la poutre, récoltant 12.967pts, derrière les Sud- Africaines, Kirsten Beckett, médaillée d’or (13.267pts) et Maguire Angela (13.033 pts). De son côté, Siham Mansouri s’est adjugée l’or en

De son côté, Siham Mansouri s’est adjugée l’or en aérobic, au simple avec un total de

aérobic, au simple avec un total de 19.850 pts, devançant de loin ses adversaires, la Sud-Afri- caine Mann Dominique (19.050 pts) et l’Algé-

rienne Saïd Saoud Cheyma (18.650 pts). En mixte le duo (Siham Mansouri-Sofiane Sah- raoui) s’est paré aussi d’or, avec une première

place notée à 19.650 pts. Le podium a été com- plété par le duo sud-africain Dominique Mann- Mafona Tlakiso (19.250 pts) et celui du Congo, composé de Mercia Ntsia et Delmas Moungon- dou (15.200 pts). La moisson algérienne de cette dernière journée s’est agrémentée par l’ar- gent par équipes (concours du trio), grâce à Sourour Mediouni, Cheyma Saïd Saoud et Siham Mansouri (18.244 pts). La médaille d’or est revenue au trio sud-africain, composé de Dominique, Terence Ledwaba et Tlakiso Ma- fona (18.989 pts), alors que le bronze a été glané par la Tunisie (15.244 pts). Au concours simple garçons, Sofiane Sah- raoui a terminé 3 e avec (18.500 pts), devancé par le Sud-Africain Tlakiso Mafona, médaillé d’argent (20.300 pts) et le champion d’Afrique congolais Massamba Mercia (20.350 pts). Avec les onze médailles de la derrière jour- née et les neuf dont quatre en vermeil rempor- tées lors des deux premières journées, l’Algérie rafle ainsi un total de 20 médailles (8 or, 4 ar- gent et 8 bronze).

KARATÉ-1 re JOURNÉE

Les Algériens décrochent 3 médailles d’or et 2 d’argent

Les athlètes Hadj Saïd Kamilia (Kata), Abdelatif Benkhaled et Lydia Besbas (kumité) ont offert à l'Algérie, trois nouvelles médailles d'or, lundi passé à Brazzaville, lors de la pre- mière journée du tournoi de karaté comptant pour les 11 es Jeux africains. En finale de la spécialité kata féminin individuel, Hadj Saïd s'est parée d'or, en finale, face à l'Egyptienne Sarah Essaïd. Les deux médailles de bronze sont revenues à Willenge Maxime (Afrique du Sud) et Ambani Viviane (Cameroun). Chez les gar- çons de la même spécialité, l’Algé- rien Mouad Outis a pris l’argent, derrière l’Egyptien Ahmed Chawki. Les karatékas Plessis Michael (Afrique du Sud) et Ofentse Bawadi (Botswana) ont remporté les deux bronze. "Je suis contente pour cette médaille. C’est la récompense d’un dur labeur sous les ordres de mon en- traîneur Laghouil Imène. Je félicite mes coéquipiers et coéquipières mé-

Imène. Je félicite mes coéquipiers et coéquipières mé- daillés à qui je souhaite d’autres consécrations",

daillés à qui je souhaite d’autres consécrations", a déclaré Hadj Saïd à l’APS. En kumité filles, Lydia Bes- bas a remporté également le vermeil chez les 50 kg, en dominant en fi- nale, Lame Hetanang du Botswana (9-1). Le podium de la catégorie a été complété par l’Egyptienne Sayed

Radwa et la Gabonaise Nisane Cyn- thia. "Heureuse de cette médaille", a lancé Besbas qui a dédié sa consécra- tion à sa famille, ses entraîneurs et à l’Algérie. Dans la catégorie des - 55kg, l’Algérienne Yasmine Bena- zoug s’est contentée de la 5 e place après son élimination aux repêchages

ATHLÉTISME
ATHLÉTISME

LA DTN A RETENU 21 ATHLÈTES POUR BRAZZAVILLE

Objectif : quatre à cinq podiums

La Direction technique nationale (DTN) de la Fédération algérienne d’athlétisme (FAA) a retenu 21 athlètes pour défendre les couleurs du pays en athlétisme aux 11 es Jeux afri- cains de Brazzaville, au Congo. L’équipe algérienne d’athlétisme se rendra aujourd’hui dans la capitale congolaise où les compétitions d’athlétisme des JA sont program- mées du 13 au 19 septembre. Sur la liste des partants, on compte 11 athlètes qui ont récemment pris part

aux 15 es Championnats du monde d’athlétisme en plein air, à Pékin (Chine). Ainsi, on retrouve les trois qualifiés du 400 m haies et le trio du 3.000 m steeple, ainsi qu’Amina Bet- tiche, qualifiée aussi sur le steeple. Toutefois, le décathlonien Larbi Bourrada qui doit participer aux Jeux mondiaux militaires du CISM et la marathonienne Souad Aït-Salem, blessée à la jambe gauche n’ont pas été engagés aux Jeux africains 2015. Dans l’équipe, on retrouve également

des prétendants aux podiums, tels le recordman d’Algérie du saut à la perche, Hichem Cherabi, Romaïssa Belabiod à la longueur et Lyès Mok- del sur le 110 m haies. Selon la DTN de la FAA, l’objectif fixé à nos 21 athlètes est de récolter 4 à 5 podiums. L’athlétisme a remporté 9 médailles (5 or 2 argent et 2 bronze), lors de la précédente édition des JA, en 2011 à Maputo (Mozambique). Nabil Ziani

pour le bronze face à la Béninoise Oceanne Mylène (1-3). Auparavant, Benazoug a déjà échoué en demi-fi- nale devant l’Egyptienne Yasmine Attia, après avoir éliminé, tour à tour, Gag Grace (Tchad) et la Camerou- naise Zallang Martine. Chez les garçons, Abdelatif Benkha- led a dominé, en finale, son adver- saire gabonais Minisa Dany Dieudonne dans la catégorie des - 67kg, offrant ainsi une autre mé- daille d’or au karaté algérien. L’athlète était aux anges pour cette performance qu'il a "sentie, dit-il, après avoir éliminé, en demi-finale, le mondialiste égyptien Ali El Sawi". Les deux médailles de bronze de la catégorie sont revenues à l’athlète égyptien Ali El Sawi et au Malien Sacko Modibo. Si les choses ont bien marché pour ses coéquipiers, Abdel- krim Bouamria (-60kg) n’a pas pu battre, en finale, le Congolais Okembe Innocent, très soutenu par

son public. L’Algérien a perdu (3-2), se contentant d’une médaille d’ar- gent. "Je crois que c’est une bonne entame pour le karaté algérien, en at- tendant, évidemment, les épreuves d’hier et d’aujourd’hui. Pour l’ins- tant, on a dépassé nos pronostics en vermeil qui étaient de deux or", a in- diqué le directeur technique national (DTN) de la fédération, Rachid Me- ziane. Le tournoi de karaté comptant pour les 11 es Jeux africains se pour- suivra durant les deux jours à venir (8 et 9). La journée d’hier a été consacrée au kumité, avec la partici- pation des filles Saïda Djedra (- 61kg), Lamya Matoub (-68kg) et Imène Attif (+68kg), et les garçons, avec l’entrée en lice de Walid Boua- boub (-75kg), Mouad Achache (- 84kg) et Missipsa Hamadini (+84kg), en plus du kata par équipes (filles et garçons). La journée d’aujourd’hui sera consacrée aux épreuves de ku- mité par équipes filles et garçons.

BOXE

L’Algérien Benbaziz (60 kg) en quarts

Le boxeur algérien Réda Benbaziz (60 kg) a battu Paolo George Bartos du Mozambique (3-0) lundi passé à Brazza- ville en huitièmes de finale des 11 es Jeux africains (4-19 septembre). Benbaziz af- frontera en quarts de finale le Mauricien John Colin à la salle de Talangai. Trois autres pugilistes algériens, Abdelkader Chadi, Keddache Zoheir et Ilyes Abadi est entré en lice hier. La boxe algérienne est représentée à Brazzaville par 10 pu- gilistes et deux boxeuses.

Abadi est entré en lice hier. La boxe algérienne est représentée à Brazzaville par 10 pu-

El Moudjahid/Pub

est représentée à Brazzaville par 10 pu- gilistes et deux boxeuses. El Moudjahid/ Pub Mercerdi 9

Mercerdi 9 Septembre 2015

D E R N I E R E S MON N AIE PÉTROLE L'euro à1,117
D E R N I E R E S

D

E

R

N

I

E

R

E

S

D E R N I E R E S
MON N AIE PÉTROLE L'euro à1,117 $ Le Brent à 47.75 dollars
MON N AIE
PÉTROLE
L'euro à1,117 $
Le Brent
à
47.75
dollars

L’UA EXIGE DE L’ONU DE FIXER LA DATE D’UN RÉFÉRENDUM D’AUTODÉTERMINATION

Le MAE sahraoui :

« Une avancée indéniable »

L a cause sahraouie vient de ga- gner un nouvel appui sur la scène internationale, il s’agit

de la prise de position du bureau juri-

dique de l’Union africaine (UA) qui interpelle clairement et sans équi- voque l’Assemblée générale (AG) de l’ONU de décider d’une date de la tenue du référendum d’autodétermi- nation du peuple sahraoui. « Cette dé- cision constitue pour nous une grande victoire et une avancée indéniable dans notre lutte pour le recouvrement de notre indépendance », a soutenu le ministre des Affaires étrangères sah- raoui, Mohamed Salem Ould Sadek, lors d’une conférence de presse qu’il

a animée, hier, au siège de l’ambas-

sade de la RASD à Alger. Il a expli- qué que l’importance de la position de l’Union Africaine réside notam-

ment dans le fait qu’elle intervient à

la vieille de la tenue de la 70 e session

ordinaire de l’AG de l’ONU. Dans sa position adoptée lors de son dernier sommet tenu à Johannesburg (Afrique du Sud), l’Union Africaine, qui estime que l’AG onusienne est l’instance chargée du traitement des questions de décolonisation, devra re- doubler d’efforts pour accélérer la ré- solution du conflit opposant la République de la RASD au Royaume marocain. Le bureau juridique de l’UA inter-

pelle, en outre, le Conseil de sécurité onusien, superviseur de la mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (Minurso), lever tous les obstacles dressés devant l’action de cette mis- sion en rapport avec le respect de droits de l’homme et la cessation des spoliations des ressources naturelles au Sahara occidental. Lors de la conférence de presse qu’il a animée, hier, le ministre sah- raoui des Affaires étrangères s’est longuement exprimé sur ce qu’il a qualifié de « dilapidation effrénée des richesses naturelles de la RASD par

le Maroc», un pays qui agit, dit-il, de

connivence avec certains Etats de l’Union européenne. Le conférencier

a cité dans ce cadre le cas de la France qu’il accuse de « complice par excel- lence du Maroc dans sa vision d’an- nexer le Sahara occidental comme une partie de son territoire ».

Ph : Billal
Ph : Billal

Mohamed Salem Ould Sadek fait savoir en outre qu’au sein du Conseil

de sécurité onusien, « la France agit de telle sorte à maintenir le statu quo concernant le dossier sahraoui, autre- ment dit à encourager la politique de la politique de colonisation maro- caine en s’opposant à toute initiative visant la tenue du référendum d’auto- détermination ». Pendant ce temps, le royaume ma- rocain qui, selon le conférencier, s’applique scrupuleusement à satis- faire les intérêts de ses alliés occiden- taux, persiste à faire fi de la légalité internationale. « Le Maroc ne cesse de transgresser la légitimité interna- tionale » dénoncera le chef de la di- plomatie de la RASD sollicitant, par la même occasion, la communauté in- ternationale à exercer plus de pres- sion sur le Royaume marocain pour se conformer à la légalité internatio- nale.

Visite de Ban Ki-moon dans les territoires libérés avant la fin de l’année Le ministre des Affaires étrangères de la RASD a tenu à rappeler qu’en ma- tière de légalité internationale, le

Maroc « ne peut aucunement se tar- guer d’une quelconque puissance ad- ministrative, de fait, sur le territoire

sahraoui ». Cela est d’ailleurs contenu noir sur blanc dans le dernier rapport de l’Union africaine traitant de la question sahraouie. « Le Maroc n’a aucune souveraineté sur le territoire

sahraoui qui fait l’objet d’un proces- sus de décolonisation », est-il écrit dans le même rapport. Le document accable, à plus d’un titre, le Maroc et certifie, de l’avis de Mohamed Salem Ould Sadek, « de son isolement au double plan régional et international. Le chef de la diplomatie sahraouie a informé, hier à Alger, que le secré- taire général de l’ONU envisage de se rendre dans les territoires libérés de la RASD avant la fin de l’année en cours. La visite de Ban Ki-moon s’inscrit dans le cadre des efforts vi- sant un règlement du conflit au Sa- hara occidental, dira Mohamed Salem Ould Sadek, sans plus. Il a tenu à pré- ciser que la visite du SG de l’ONU sera précéder par une tournée de Christopher Ross, l’émissaire onusien pour le Sahara occidental, qui se ren- dra prochainement dans la région. Sur un autre volet, le ministre sahraoui des Affaires étrangères a également évoqué le prochain congrès du Front Polisario prévu en décembre de cette année. Un congrès où il est attendu de réviser, dit-il, la stratégie de lutte de

la RASD pour le recouvrement de son

indépendance. « Il y a consensus du peuple du Sahara occidental pour re- couvrer son indépendance et notre lutte va se poursuivre et elle sera consolider davantage de façon a ne pas exclure le recours à la reprise des armes, si cela est nécessaire », a conclu Mohamed Salem Ould Sadek.

Karim Aoudia

L’ENVOYÉ PERSONNEL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DES NATIONS UNIES POUR LE SAHARA OCCIDENTAL, CHRISTOPHER ROSS :

« Les négociations piétinent, l’intransigeance du Maroc seul obstacle »

L'Envoyé personnel du secrétaire

général des Nations unies pour le Sa- hara occidental, Christopher Ross, a achevé, lundi passé, une visite dans les camps de réfugiés sahraouis, dans

le cadre des efforts de l'ONU visant à

relancer les négociations entre le Front Polisario et le Maroc, dans l'im- passe du fait de l'intransigeance de Rabat. La visite de trois jours de l'émissaire onusien, entamée samedi

à Chahid El-Hafed (camps de réfu-

giés), est la première du genre après le rapport sur le Sahara occidental,

présenté au Conseil de sécurité par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki- moon, en avril dernier dans lequel il

a appelé le Front Polisario et Rabat à

"redoubler d'efforts" pour négocier une "solution politique". M. Ross qui s'est fixé l'objectif de renouer les fils de dialogue entre les parties en conflit, a eu des entretiens, au cours de son déplacement, avec des mem- bres de la délégation sahraouie char- gée des négociations et de hauts responsables sahraouis, selon l'agence de presse sahraouie (SPS).

Rabat, « seul obstacle » devant les efforts de l’ONU À l'issue d’une réunion avec l'en- voyé personnel du SG de l'ONU, le

membre de la délégation sahraouie de négociation, Boukhari Ahmed, cité par SPS, a une nouvelle fois souligné que l'"intransigeance" du Maroc est le "seul obstacle" devant les efforts de

l'ONU pour parvenir à une solution au conflit sahraoui, appelant le Conseil de sécurité à "exercer des pressions" sur le royaume marocain afin de "se conformer à la légitimité internationale".

Le diplomate sahraoui a réaffirmé que la seule solution au conflit du Sa- hara occidental passe par l'organisa- tion d'un référendum "libre, juste et impartial devant permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'auto-

détermination". Renouvelant la coo- pération du Front Polisario avec l'ONU, M. Boukhari a souligné que la visite de M. Ross s'inscrit dans le cadre des efforts de l'ONU pour re- lancer les négociations entre le Front Polisario et le Maroc pour la décolo- nisation du Sahara occidental. Le représentant du Front Polisario auprès de l'ONU a également affirmé que la résolution du problème du Sa- hara occidental "contribuera dans l'établissement de la sécurité dans la région. "La situation sécuritaire dans la région a obligé l’occupant maro- cain et ses alliés à réviser leurs posi-

tions négatives qui empêchent une so- lution définitive au conflit du Sahara occidental", a-t-il ajouté. En juin dernier, Ahmed Boukhari

a déjà souligné que les autorités ma-

rocaines cherchent à "gagner du temps" pour maintenir les choses en l'état dans les territoires sahraouis oc- cupés. "Le Maroc veut obstruer toute possibilité de progrès dans le proces- sus de paix. Il cherche à gagner du temps en attendant l'arrivée, dans un an, d'un nouveau secrétaire général des Na- tions unies, avec l'illusion que cela entraînerait l'oubli et donc l'accepta- tion du fait accompli", a-t-il averti. La dernière rencontre entre M. Ross et les membres de la délégation du Front Polisario remonte au 24 mars 2015 dans le cadre de sa tournée ma- ghrébine effectuée à pratiquement un mois du renouvellement du mandat de la Minurso (mission de l'ONU au Sahara occidental). "La présence de Ross dans les camps de réfugiés prouve l'impor- tance accordée par l'ONU pour trou- ver une solution à la question sahraouie", a déclaré alors M. Bou- khari.

FÊTE NATIONALE DE MACÉDOINE

Le Président Bouteflika félicite le Président Gjorge Ivanov

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations au Prési- dent de la Macédoine, Gjorge Iva- nov, à l'occasion de la fête nationale de son pays, dans lequel il lui a fait part de sa disponibilité à œuvrer à la promotion de la coopération bi- latérale entre les deux pays. "Au moment où la Macédoine célèbre sa fête nationale, il me plaît de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, nos félicitations les plus chaleureuses, accompagnées de mes meilleurs vœux de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité pour le peuple macédonien", a écrit le Pré- sident Bouteflika dans son mes- sage. "Je voudrais également saisir

dans son mes- sage. "Je voudrais également saisir cette heureuse opportunité pour vous réitérer mon

cette heureuse opportunité pour vous réitérer mon entière disponi- bilité à œuvrer, avec vous, à la consolidation des liens d'amitié entre nos deux peuples et à la pro- motion de la coopération bilatérale dans tous les domaines, dans l'inté- rêt mutuel de nos deux pays amis", a ajouté le Chef de l'État.

FÊTE NATIONALE D’ANDORRE

Le Président Bouteflika félicite l’Évêque d’Urgell et Co-prince d’Andorre

Le Président de la République,Abdelaziz Bouteflika, a adressé un mes- sage de félicitations à l'Evêque d'Urgell et Co-prince d'Andorre, Joan-Enric Vives, à l'occasion de la fête nationale de son pays. "La célébration de la fête nationale de la Principauté d'Andorre m'offre l'agréable occasion de vous présenter, au nom du peuple et du gouvernement algériens ainsi qu'en mon nom personnel, nos vives félicitations auxquelles je joins mes vœux les meilleurs de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité pour le peuple andorran", a écrit le Président Bouteflika dans son message. "Je voudrais saisir cette occasion pour vous réitérer ma dis- ponibilité à œuvrer, avec vous, au renforcement des liens d'amitié et de coopération qui unissent nos deux pays", a ajouté le Chef de l'Etat.

L’AMBASSADEUR DE LARÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE POPULAIRE DE CORÉE

La Corée du Nord suit avec intérêt les réalisations accomplies par l’Algérie sous la direction du Président Bouteflika

L'ambassadeur de la République démocratique populaire de Corée à Alger, Choe Hyok Chol, a affirmé

que son pays suit avec intérêt les dé- veloppements rapides réalisés par l'Algérie sous la direction du Prési- dent de la République Abdelaziz Bouteflika, a indiqué, hier, un com- muniqué du ministère des relations avec le Parlement. Le diplomate co- réen a affirmé à l'issue de l'audience que lui a accordée le ministre des Relations avec le Parlement Tahar Khaoua, que son pays "voue de la considération à l'Algérie qui consti- tue un exemple à suivre", ajoutant que son pays "suit avec intérêt les développements rapides réalisés par l'Algérie sous la sage direction du Président de la République Abdela-

la sage direction du Président de la République Abdela- ziz Bouteflika", précise le commu- niqué. Lors

ziz Bouteflika", précise le commu- niqué. Lors de la même rencontre, les deux parties se sont félicité du niveau des relations historiques unissant les deux pays, ajoute la même source.

ABDELHAMID SENOUCI BEREKSI RENCONTRE LE MAE BURKINABÉ

Lasituationdanslarégionsahélo-saharienne

aumenudesentretiens

La coopération entre l'Algérie et le Burkina Faso et la situation dans la région sahélo-saharienne a été, hier à Alger, au centre des entretiens entre le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Abdelhamid Senouci Bereksi, et son homologue burkinabais, Jacob Pasgo, en visite officielle en Algérie. Cette visite en Algérie "vient conforter la dynamique qui caractérise les relations traditionnelles d'amitié et de coopération entre les deux pays", a-t-on appris auprès du MAE. La visite constituera également une occasion pour une "évaluation exhaustive de la coopération bilatérale entre l'Algérie et le Burkina Faso et permettra de faire le point sur la situation prévalant dans la région sahélo-saharienne", a-t-on ajouté de même source. Elle offrira, en outre, l'opportunité aux hauts responsables des deux pays "de passer en revue les questions régionales d'intérêt commun et de procéder à un échange de vues sur les principaux problèmes que connaît le continent africain", a-t-on indiqué, précisant que cette visite s'inscrit dans le cadre des consultations po- litiques entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays. M. Pasgo effectue une visite du 7 au 9 septembre en Algérie à l'invitation de son homo- logue algérien.

CONDOLÉANCES

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a appris avec tristesse le décès du Moudjahid Abdrebbi Mohamed, à l’âge de 75 ans. En cette pénible circonstance, il présente à la famille du défunt et à ses compagnons d’armes, ses sincères condoléances, priant Dieu Tout-Puis- sant de lui accorder Sa Sainte Miséricorde et de l’accueillir en Son Vaste Paradis. L’enterrement s’est déroulé hier, après la prière d’El-Asr, au ci- metière d’El-Madania, dans la commune de Marsa Ben M’Hidi, à Tlem-

cen. À Dieu nous appartenons, et à Lui nous retournons.