Vous êtes sur la page 1sur 9

C'est un cas assez ancien (1970) mais symptomatique de l’état d’esprit fanatique des adeptes

de Jakob Lorber (Jacob Lorber en français). Georges Riehle ou Georg Riehle était un porteur
de la « parole interne » selon la tradition de Lorber et imprégné de sa doctrine.

Les victimes en l’occurrence sont la femme et les filles du chef de famille Harald Alexander.
Le principal meurtrier est le fils Frank Alexander considéré comme un prophète, qui a
assassiné sa mère et ses sœurs, avec le consentement et l’aide de son père Harald Alexander.

Le meurtre des Alexander et la parole intérieure


Le 16 Décembre 1970 Harald Alexander (39) et son fils, Frank (16) ont assassiné leur
épouse et mère, Dagmar Alexander (41) et les filles Marina (18) et Petra (15). « La police
n'a trouvé aucune trace de résistance. A côté des cadavres, sur le sol aux carreaux gris-
blanc, se trouvaient les cœurs découpés des victimes, – tout comme les parties génitales -
avec des tenailles et des sécateurs. »

La famille d'Alexander ne faisait pas jusque là mauvaise impression. Au contraire.


«L'homme plutôt petit évitait les mots vulgaires et la bière, on ne le voyait ni dans les
salles de bowling ni non plus au jeu de skat (C. G. Skat est un jeu de cartes pour trois
joueurs). Quand une fois à la pause café au travail circulèrent des images pornos, il se
détourna. Les voisins du village de Heath Eckel à Kreis Harburg, où Harald Alexander
a vécu jusqu'en 1956, le remarquaient à tout au plus en raison de sa banalité. « Le fils
aussi » Frank Alexander avait toujours été un bon gars, humble et particulièrement
timide."

«La plupart du temps, pendant son temps libre, le jeune restait à la maison. Là, dans
l'appartement de quatre pièces ID dans la ruelle Jésus Nazareno No. 37, selon le verset
biblique «Contentes-toi de Ma grâce, car ma puissance se déploie dans la faiblesse», il
conversait avec Dieu, rêvait de l'Archange Gabriel ou parlait avec son père Harald sur
la vie après la mort."Quand la mère, Dagmar, se mettait à l'harmonium, la sœur
Marina, les jumelles Petra et Sabine, se tenaient les mains avec le père et le frère et ils
chantaient.

Mais comment un tel acte s'inscrit dans une telle idylle familiale? "Ni des disputes sur
l'argent et pour l’éducation des enfants, ni la jalousie ou l'ivresse n’ont déclenché le
massacre»

"Harald Alexander venait de s’allonger sur le lit, Frank et sa mère étaient assis sur le
bord du lit. Le jeune homme s'écria: ‘Le diable est dans ma mère.’ Et là, le père Harald
entendit, comme il l'a dit plus tard au psychiatre, la voix d'un esprit :’ Obéis à ton fils’.
Il obéit. »

Pour Harald Alexander de telles voix étaient la source familière de messages divins :
«L'enseignement du mystique sur ‘la continuation de l’évolution dans l'au-delà’ était en
Allemagne le point focal (de cristallisation) pour les Associations-de-Lorber. ‘ Bien plus
de 10 000' (... C. G. personnes sous-entendu) se rattachaient à ces associations en
République Fédérale - parmi eux aussi Harald Alexander ». Le chercheur de Dieu,
cependant, se sentait particulièrement attiré par l’interprète-de-Lorber Riehle, à qui il
avait rendu visite plusieurs fois à Dresde au début des années soixante peu avant sa
mort, et avec lequel il avait eu là-bas de longues conversations. »

"Sans plus attendre, sans hésitation, le père et le fils ont avoué après s’être livrés à la
police. Harald Alexander, qui en détention était tranquille et discret comme d’habitude,
dit: « L'ordre est venu d'un haut lieu. Mon fils est conduit par Dieu.»

"Conclusion des experts au sujet Harald Alexander:« schizophrénie absolument


nette/claire. " Le fils Frank aurait finalement induit pathologiquement toute la famille à
succomber à une psychose symbiotique (délire de groupe).

Voilà pour la couverture du (C. G. journal sous-entendu) «Der Spiegel » des 3 / 1971 et
14/1972. Eu égard aux faits, il n'est certainement pas difficile de comprendre le
diagnostic du médecin de la cour de justice. La seule question est: Harald et Frank
Alexander auraient-ils été en bonne santé mentale, même si Frank n’avait pas ressenti
cette impulsion de meurtre?

1. La tranquillité pieuse et modeste de la famille Alexander n'était pas une garantie pour
leur santé mentale. Même s'il y avait des signes de maladie mentale, ceux-ci ne furent
pas clairement identifiés par l'environnement/milieu comme aussi pathologiques qu’ils
se sont avérés par la suite. Donc, on ne devait pas exclure, malgré une manière de vivre
exemplaire, la possibilité d'une schizophrénie paranoïde comme cause de l'audition
d'une « parole intérieure».

2. Le scepticisme, que la plupart des gens ont à l’encontre de l’audition de voix d’anges
ou de Dieu, pourrait-il protéger d’obéir trop vite aux instructions destructives ? Tant
que de telles voix parlent seulement des moutons de la lune, ou demandent de s'abstenir
de café, elles sont certes sans danger, mais qu’en est-il si une telle voix traite des hommes
globalement de cochons puants, exhorte à la violence à l’encontre les enfants, ou même
appelle au meurtre? Quelle chance a donc une victime, si les auteurs n'ont pas le
moindre doute à ce sujet, que la voix viendrait directement de Dieu?

Ne devrions-nous pas être généralement prudent si, dans une voix, se


présente/manifeste une parole se faisant passer pour celle Dieu ou d’un esprit angélique?

Ce texte se trouve à http://jakoblorber.com/ sous la rubrique « innere Wort ».


Mais on retrouve d’autres récits de ce même fait divers dans d’autres sites plus détaillés (cela
dépend bien sûr des journalistes qui ont plus ou moins développé le sujet dans leur article ou
qui on eu des sources d’information différentes).

Ici un article en espagnol qu’il est impossible de copier, remarquons en particulier que « les
parties insultantes » c'est-à-dire les seins et les parties génitales féminines ont été découpées
par le meurtrier avec l’assentiment du mari et père.

http://ellaboratoriodegwen.blogspot.com/2008/10/el-ritual-alexander.html

Ici un article en anglais où est décrit l’état d’esprit de cette famille. On y reconnait toutes les
caractéristiques de la doctrine lorbérienne : Satan est partout et surtout dans le sexe et les
femmes. Il est précisé que pendant le meurtre le père jouait de l’orgue et louait Dieu !

http://www.users.on.net/~bundy23/wwom/alexander.htm

Harald and Franck Alexander Victims :3

This story is one of the most bizarre family tales that I believe I’ve ever read about. They
lived in Hamburg, Germany, and in the 60’s the father, Harald, formed the Lorber Society.

The Lorber Society was a religious ‘cult’ that followed the teachings of 19th Century prophet
and cleric Jacob Lorber. The basic rules of the ‘society’ were that all followers needed to
totally withdraw from society and that they needed to prove total self sacrifice. All non-
members of the ‘society’ were seen to be owned by Satan. A pretty bizarre religion I’m sure
you’ll all agree. Harald became the leading ‘expert’ on Jacob Lorber when Greg Riehle (the
man who Lorber passed his knowledge onto) died. Not only did he get everything he ever
wanted to know about Jacob Lorber from Riehle, he also got a lovely portable organ that
accompanied all the groups worship sessions.

In 1954 Harald and his wife, Dagmar, had a son. He was named Frank, not such a strange
name, but he also had another title that his father bestowed on him, The Prophet of God.

As The Prophet of God every single wish of Frank’s had to be followed, Harald made certain
of this. From this I’m guessing that he was rather spoilt as a child.

When the Prophet of God reached his teens he, like all us mere mortals, started having impure
thoughts. Unfortunately for him though all the chicks he checks he perved on in the street
were dirty whores that were owned by Satan. His father would never allow such sluts to have
a chance to taste the Prophets semen. No, there was only one woman good enough for the
Prophet of God, Dagmar Alexander, his mother.

This went on for a while, but I guess the Prophet soon got tired of shagging only one woman,
so his dad gave him another partner, his older sister Marina. So right about now your probably
thinking it can’t really get a lot worse, well soon Harald got bared with his wife and sister
sleeping with Frank, so he decided it was time to join in on the fun. I think I’ll be giving four
in a bed romps a miss in the future (not that it has ever happened in the past).

So this rather odd situation continued for a few years until Franks younger sisters, Petra and
Sabine, made comments regarding the interesting sex life of their family to their friends. At
least one of these friends then passed on the odd happenings to their parents who didn’t waste
anytime informing police of the situation.

Rather than hang around in Germany waiting for charges to be filed the Alexanders took
flight, eventually settling in the Canary Islands. But the scare in Germany did nothing to stop
the sex life of the Alexander family.

So, things just keep going along as usual for these nutters, until December 20, 1970. Harald
and Frank arrived at youngest child Sabines’ place of work at a local doctors house. Sabine
was greeted by her father, who stated that, “We wanted you to know at once that Frank and I
have just killed your mother and your sisters.” Obviously she freaked out about this rather
upsetting news, but she didn’t have to bother informing police as they were already at the
Alexander house. it seems that the deaths of her mother and sisters was particularly loud and
most of their neighbours had already called police.

It was reported that “Every inch of the apartment was dripping with blood.” The ceiling, the
walls, the floor, the furniture, everything was covered with that red sticky stuff that comes out
when you get cut.

According to one police officer the Alexander woman were almost completely ripped apart.
Breast were nailed to the wall, “vaginal areas” were hacked out and nailed besides the breasts.
Dagmars’ heart was torn out of her body and was impaled on a wooden stake. I guess all this
didn’t really make for a great picture, or at least one that not everyone wants to see :-).

So what did Harald and Frank have to say about all this then?

- The Prophet of God deemed that December 20 was “the time”. So Harald broke out the
portable organ and got cracking on some lovely hymns to accompany his sons actions, which
were to beat his mother and two sisters to death with a large, heavy coat hanger (???). Once
the girls were dead, or at least close enough to God to seem happy, the Prophet of God took
over on the organ. While Frank played his tunes Harald walked around the house stopping
every once in a while to hack out/off another limb/organ to nail onto the wall. All the while he
was screaming out various prayers to the Lord.

Quite amusingly they called this time, “The Time of Cleansing.”


What happened to the Alexanders?

- They were, not surprisingly, found much too loony to stand trial, so it was off to the local
nuthouse for these boys. According to Brian Lanes’, “Encyclopedia of Occult and
Supernatural Murder” the two of them are still in that very same asylum to this day.

And the surviving sister. What happened to her?

- Well, this is where I lose all understanding of this case. Following the placement of her
father and brother in a mental home for the criminally insane, Sabine begged a judge to be
allowed to go with them. She felt the need to suffer alongside the male members of her
family, even though she did nothing wrong. The authorities had to refuse her wish (even
though it seems she was just as loopy). Instead she was sent to another place where idiots,
weirdos, and social misfits go, a convent. Brian Lane also says that she is still there, and that
she has never set foot outside the place since being sent there.

My opinion

This family was fucked up, no other way to describe it. But at the same time as saying that I
reckon that they have more chance of getting into whatever 'promised land' may exist than
most religious folk as they at least followed through with the beliefs they held, which while
being completely fucking insane, were at least their own. Where I have the problem is with
young Sabine. I know she was well brainwashed by the parents, but why would anyone want
to suffer with the two nutters that just wiped out your female relatives. It makes no sense, and
any sympathy I could have had for her goes out the door because of the sheer stupidity of this
desire. Anyway, this case really does rate right up there with the best of them for two reasons,
one, the insanity of it all, and two, the brutality. Breasts and cunts nailed to the wall, hearts on
wooden steaks. Now that's brutality.

Un autre article en anglais, qui est il me semble le plus détaillé de tous. On y précise l’origine
de l’orgue, on comprend sa signification et son usage. Mais surtout on y apprend que les
femmes étaient au courant du projet et consentantes ! J’ai fait une traduction approximative en
français:

http://tribes.tribe.net/d71b7e08-f6e2-4cb9-9c9a-2af4bf5f7ce1/thread/16339101-3f44-479c-
8670-5ef000d1c6af

If you invented your own church, how would you do it? Here's a great one!

Place: The Canary Islands off of the coast of Spain / Morocco, on Jesus Of Nazareth Street.
Year: Mid-1970's.
Who: The Alexander Family (Before the Internet, or tribe.net or things may have turned-out
differently, cause there is ALOT of love to go-around these days)
Purpose: Real Unconditional Love. Hey! And no one swears in the whole story. Isn't that
great?
----------------------------------------------------------

Les Alexander étaient une famille de fanatiques religieux. Ils croyaient que toutes personnes
en dehors de leur très petite secte était «possédé par le diable». Leur marque déformée du
christianisme dictait que seuls les membres de leur groupe étaient pas sous le contrôle de
Satan - tous les autres étaient des instruments du diable qui devaient être purgé par la violence
si le «N° One choisi» de leur croyance en donnait l’ordre. En 1970, cette doctrine a conduit à
une épouvantable tragédie lorsque Frank Alexander, âgé de 16 ans, a décidé que sa mère et
ses sœurs étaient possédés par le diable et devaient être tuées.

Les Alexander étaient originaires de Dresde, plus tard ils déménagèrent à Hambourg, où
Harald Alexander devint un ardent disciple de Georges Riehle, un fanatique religieux. Riehle
était le leader auto-proclamé de la Société Lorber. Jacob Lorber (1800 - 1864) avait fondé ce
groupe religieux dans la première partie du XIXe siècle - une organisation spirituelle sévère
qui enseignait l'auto-abnégation sans faille et confirmait la conviction que tous les non-
membres sont fondamentalement diaboliques. Riehle devint un membre de cette petite secte
(qui n’a jamais compté plus de quelques centaines de membres à travers les décennies) et à un
moment donné, dans les années 1930, il en est venu à croire qu'il était le Prophète de Dieu.

Alexander rencontra Riehle à Hambourg quand le vieil homme était mourant et le soigna
pendant ses derniers jours. Lorsque mourut Riehle, Harald annonça à sa femme qu'il avait
hérité du manteau du leadership de la Société-Lorber. Il avait également hérité d'un orgue
portatif qui avait assuré l'accompagnement musical lors des réunions de la société ... Plus tard
il devait exercer une fonction similaire au cours de la tuerie qui a rendu infâme le nom
Alexander. Dagmar Alexandre, qui partageait les croyances monomaniaque de son mari, a
accepté son rôle autoproclamé sans question.

Quand leur fils Frank est né, Harald Alexander dit à sa femme que leur fils était maintenant le
prophète de Dieu et que tous ses caprices devaient être respectés et satisfaits. Quand l'enfant
grandit, il était servi par les membres de sa famille - sa sœur aînée Marina, ses sœurs plus
jeunes, les jumelles Sabine et Petra et ses parents - comme s'il était un potentat. Ils ont
répondu à tous ses désirs; à l’époque, Frank Alexander dictaient leurs moindres mouvements.
Le garçon, lorsqu'il atteignit l'adolescence, a décidé qu'il ne pourrait jamais se "polluer" lui-
même avec le corps des femmes en dehors de leur petite secte. Il a informé son père qu'il
aurait des rapports sexuels avec sa mère. Plus tard, il a annoncé qu'il coucherait également
avec sa sœur aînée.
Ces relations incestueuses étaient devenues monnaie courante au sein du ménage Alexandre,
le père les a non seulement acceptés - il a encouragé avec enthousiasme son fils à avoir des
relations sexuelles avec sa femme et ses filles à tout moment. En fait, Harald a montré sa
dévotion religieuse en ayant des rapports avec sa fille aînée Marina, ainsi qu'avec son épouse -
se joignant souvent conjointement à Frank et utilisant les deux femmes simultanément. Sa
femme et sa fille ont accepté leur rôle d'objets sexuels dans la conviction qu'elles étaient au
service du Prophète de Dieu, Frank Alexander.

Les plus jeunes sœurs de Frank ont également appris à regarder les activités se passant au sein
de leur famille comme tout à fait normales ; quoique qu’elles n’aient que peu d'amis avec qui
partager l'information, elles ont parlé ouvertement à l'école sur les façons dont Dagmar et
Marina ont été «autorisés à servir». Comme la rumeur se répandait, la police est devenue très
intéressée par le Prophète et sa famille.

Les Alexander, montrant leur déprimante peu de foi dans la protection divine, déménagèrent à
la hâte hors de la portée de la police allemande. Ils se sont déplacés vers les îles Canaries et de
se sont installés dans un petit appartement au 37 rue Jesus Nazareno à Santa Cruz, la capitale
de Tenerife.

Leurs nouveaux voisins ont trouvé que la famille était un groupe à l'écart qui s'aventuraient
rarement hors de l'appartement. Bien que Harald jouait constamment de son orgue et
conduisait des séances de longues et à sonores prières et chansons, ce qui est devenu un sujet
de discussion parmi les ménages à proximité, les Alexandre ont occupé l'appartement pendant
dix mois sans incident significatif. Les filles et Frank entretenaient la famille avec des emplois
peu rénumérés - les filles travaillant comme domestiques et Frank en tant que commis à
l'expédition, bien qu’il garde des heures irrégulières.

Puis, le 22 Décembre 1970, Harald et Frank Alexander apparurent à la villa occupée par le Dr
Walter Trenkler, demandant à voir 15 ans, Sabine (qui travaillait pour Trenkler comme
domestique). Le docteur trouva la fillette dans la cuisine préparant un repas et lui dit que son
père et son frère étaient dans le patio attendant pour la voir. Elle alla à eux, et Trenkler, à sa
grande surprise et choc, entendit Harald Alexander dire à sa fille: «Sabine, ma chère, nous
voulions que vous sachiez tout de suite que Frank et moi venons de terminer tuer ta mère et
tes sœurs.

La jeune fille prit la main de son père et de le mettre à sa joue, en disant: «Je suis sûr
que vous avez fait ce que vous avez pensé nécessaire." Dr. Trenkler était en état de choc sur
le moment, regardant fixement les Alexander. Harald Alexander saisit le regard de Trenkler et
dit d'un ton neutre: «Ah, vous avez entendu. Nous avons tué ma femme et mes autres filles.
C'était l'heure de tuer." Le médecin horrifié réalisa alors que ce qu'il avait d'abord cru être
de la boue et la saleté sur les vêtements pour hommes (peut-être le résultat du travail dans un
quelconque job salissant), était en fait du sang humain. Du sang coagulé, séché et durci au
chaud soleil, couvrait leurs vêtements, visages et mains.

Encore plus effrayant est le comportement indifférent des Alexander. Ils étaient calmes et ont
annoncé leurs actes horribles comme si de rien n'était. Ils semblaient penser que le massacre
qu’ils venaient d'annoncer étaient parfaitement acceptables. Trenkler demanda aux
Alexanders d’attendre. Il couru dans la villa et appela la police.

Les meurtres n'avaient pas été accomplis silencieusement, au moment où Trenkler a


téléphoné, la police avait déjà reçu des appels de voisins qui avaient entendu des bruits
infernaux émanant de l'appartement de la famille.

Les agents sont arrivé rapidement et ont mis les Alexander en garde à vue pendant que le
détective inspecteur Juan Hernandez et le sergent-détective Manuel Perera sont allés à
l'appartement des Alexandre, accompagné d'un médecin de la police. Ils forcèrent la porte et
entrèrent dans un lieu de carnage. Toute la vaisselle, les vêtements et papiers (y compris les
passeports et les documents de la famille) avaient été écrasés, brisés et mis en pièces. Tout
était en lambeaux. Les plafonds, les murs et les planchers de l'appartement étaient recouverts
de sang. Au milieu du plancher du salon se trouvaient les corps mutilés des deux filles,
Marina 18ans et Petra 15 ans. Leurs seins et parties génitales avaient été découpés et cloués à
l'un des murs. L'aînée avait été éventrée.

Dans la chambre, ils ont trouvé les restes de Dagmar Alexander 39 ans, horriblement violée
(C. G. dans l’autre récit en anglais il est dit qu’elle avait été empalée). Ses seins et ses parties
sexuelles avaient aussi été découpés par la suite. Son cœur avait été coupé et lié avec une
corde avant d'être cloué sur un mur. Le spectacle dans cet appartement- abattoir était si
accablant que les policiers avaient envie de vomir.

Les Alexander, au poste de police local, admirent ouvertement les meurtres macabres. Frank
Alexander raconta comment il était dans la chambre quand Dagmar y est entré:

"J'ai vu que ma mère me regardait et j'ai eu le sentiment qu’il ne lui était pas permis de me
regarder de cette manière. J'ai donc pris le cintre et l'ai frappée sur la tête. Après avoir frappé
plusieurs fois elle est tombée et a perdu de connaissance. Père était allé au salon pour jouer
de l'orgue et me suis rendu là-bas. J'ai d'abord frappé Marina sur la tête avec un cintre, et
après qu’elle eu perdu connaissance, j'ai frappé Petra. Père continuait à jouer de l'orgue et
de louait Jésus, mais quand j'ai commencé à enlever les parties offensantes en cause, il
est venu pour m'aider. "

Harald Alexander a confirmé tous les détails des déclarations de son fils, en disant que les
organes sexuels de sa femme et ses filles étaient "des parties offensantes" qui devaient
être enlevées, ajoutant que les femmes de la maison s’attendaient à l'heure "de tuer" à
tout moment, que la famille avait discuté de ce temps «saint» et de son éventualité et que
les femmes avaient accepté leur rôle de sacrifices humains pour le Prophète, Frank
Alexander. Tous les deux, Frank et Harald Alexander, ont ensuite déclaré qu'ils ne se
sentaient pas de coupables, que cela faisait partie de leurs croyances religieuses, que les
femmes étaient impures et devait être purifiées par la mise à mort. Ils ont affirmé que
leurs victimes avaient été libérées dans le ciel au moyen de leurs meurtres (C.G. l’idée ici
est qu’elles avaient été purifiées et délivrés du mal par les meurtres et que cela leur donnait
accès au ciel) et ils ont même célébré leurs actes macabres en jouant de l'orgue, tous les deux
à tour de rôle, et en chantant des hymnes après le massacre des femmes de leur maison.

Les psychiatres ont examiné le père et le fils et ont conclu qu'ils étaient tous les deux inapte à
subir leur procès. Tous deux ont été internés dans un asile pour aliénés criminels. Aucun des
deux n’a réagit positivement à aucune forme de traitement et ils restent convaincus que le
massacre des membres de leur famille a été un acte de «purification». Les deux hommes
ont affirmé qu'ils étaient des «martyrs» qui étaient persécutés pour leurs croyances
religieuses, et aucun des deux n’a exprimé une seule pensée de culpabilité. Harald Alexander
a continué à s’adresser à son fils Frank, (C. G. en le considérant ou le traitant) comme "Le
Prophète".

Sabine Alexandre, le membre féminin survivant de la famille, pria les autorités de l'envoyer à
l'asile avec son frère et son père - mais cette demande a été rejetée. Elle a été envoyée dans un
couvent sûr - un endroit où son souhait d’être isolée des gens «impurs» et «possédés du
diable » qui constitue la majeure partie de la société pourra être satisfait. Autant que nous le
sachions, les Alexander restants sont encore enfermés et ne seront probablement jamais libéré.

Post-scriptum: Sabine Alexander dirige maintenant aider un groupe de femmes appelé


"Unconditional Love". Je ne suis pas sûr s'il y a un lien ici avec la tribu du même nom, mais
je ne pense pas qu'ils vous fouettent avec un cintre pour Jésus. Ils vont vous hurler dessus
cependant s’ils soupçonnent que vous n'avez pas assez d'amour à donner.