Vous êtes sur la page 1sur 19

Cet article est disponible en ligne à l’adresse :

http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=TGS&ID_NUMPUBLIE=TGS_015&ID_ARTICLE=TGS_015_0121

Les paradoxes d’une satisfaction. Ou comment les femmes jugent leur


salaire
par Christian BAUDELOT et Delphine SERRE

| La Découv e r t e | T r a v a il , genr e e t soci é t és

2006/1 - N ° 15
ISSN 1294-6303 | ISBN 2200-92183-7 | pages 121 à 138

Pour citer cet article :


— Baudelot C. et Serre D., Les paradoxes d’une satisfaction. Ou comment les femmes jugent leur salaire, Travail ,
genre e t socié t és 2006/1, N° 15, p. 121-138.

Distribution électronique Cairn pour La Découverte.


© La Découverte. Tous droits réservés pour tous pays.
La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des
conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre
établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière
que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur
en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.
LES PARADOXES
D’UNE SATISFACTION
OU COMMENT LES FEMMES
JUGENT LEUR SALAIRE

Christian Baudelot et Delphine Serre

U
n fait est bien connu : les salaires des femmes 1Cf. Rachel Silvera,
sont en moyenne inférieurs de plus de 25 % aux 1996.
salaires des hommes et ces importantes dispa-
2Pour une présentation
rités de rémunération entre les hommes et les
de ces travaux, voir par
femmes persistent quand on les mesure toutes choses égales exemple Dominique
par ailleurs (le salaire des femmes reste inférieur de 11 à Meurs et Sophie
12 %)1. De nombreux travaux ont mis au jour les détermi- Ponthieux (2005).
nants objectifs de ces écarts2, mais une autre dimension de la
question est moins étudiée : la façon dont les hommes et les
femmes perçoivent et vivent cette disparité.
Cet article se propose d’’apporter un éclairage à cette
question à partir d’’une enquête statistique qui portait plus
généralement sur la façon dont le travail était perçu et pou-
vait être source de satisfactions ou d’’insatisfactions3. Notre 3Voir note 3 page
point de départ est un résultat surprenant. Lorsqu’’on de- suivante.
mande aux femmes si elles sont satisfaites de leur salaire,
compte tenu du travail qu’’elles fournissent, leurs réponses
diffèrent à peine de celles des hommes ; elles se disent même
un peu plus souvent normalement payées que mal ou très
mal payées. Les jugements portés par les deux sexes sur leurs
salaires respectifs n’’offrent quasiment aucune différence.

Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006 S 121


Christian Baudelot et Delphine Serre

3
Le parallélisme des profils est même impressionnant,
Les données utilisées
dans cet article
comme si les femmes avaient entièrement intériorisé et ac-
proviennent du volet cepté les inégalités de salaire agissant à leur encontre : à
« Travail et modes de salaire inégal, satisfaction égale (voir graphiques ci-
vie » de l’’enquête dessous)ȱ!
permanente
« Conditions de vie des
ménages ». Cette Parts d'hommes et de femmes à cinq degrés de la
enquête, conçue en hiérarchie des salaires
partenariat avec la
Dares et l’’École 80 Hommes
normale supérieure, a 70 Femmes
été réalisée par l’’Insee
60
en janvier 1997 auprès
d’’un échantillon 50
représentatif de la 40
population française 30
d’’environ 6 000
20
personnes. Elle a donné
lieu à plusieurs 10
publications dont un 0
livre (Baudelot et al., Q1 Q2 Q3 Q4 Q5
2003) et un article
d’’Économie et Statistique
(Godechot et Gurgand, Parts d'hommes et de femmes à cinq degrés de l'auto-
2000). Cet article évaluation de leur salaire
reprend les résultats Hommes
60
exposés dans ces deux Femmes
publications. 50

40

30

20

10

0
Très mal payé Mal payé Normalement Bien Payé Très bien payé
payé

Lectureȱ:ȱ Parmiȱ lesȱ 20ȱ%ȱ deȱ salariéȬeȬsȱ touchantȱ lesȱ salairesȱ lesȱ plusȱ
faiblesȱ(Q1ȱ:ȱpremierȱquartile),ȱonȱtrouveȱplusȱdeȱ70ȱ%ȱdeȱfemmes.ȱMaisȱlesȱ
femmesȱreprésententȱmoinsȱdeȱ50ȱ%ȱdesȱpersonnesȱseȱdéclarantȱ«ȱtrèsȱmalȱ
payéesȱ».ȱ

Comment expliquer ce paradoxe ? Les femmes ont-elles


intériorisé la discrimination salariale au point de se résigner
et même de se satisfaire de salaires inférieurs, ou la nature
de leurs emplois plus souvent situés en bas de la hiérarchie
qu’’en haut explique-t-elle à la fois que les salaires soient en
moyenne plus faibles et que l’’appréciation subjective soit
ainsi proportionnée à la situation objective ? De quoi dépen-
dent les attentes féminines en matière de salaires ? Comment
s’’inscrivent-elles dans les attentes plus larges à l’’égard du
travail ?

122 S Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006


Les paradoxes d’’une satisfaction. Ou comment les femmes jugent leur salaire

On commencera par évaluer le poids de critères de


jugement spécifiques dans cette appréciation paradoxale du
niveau de salaires, avant d’’essayer d’’en préciser la nature et
le contenu. On les appréhendera d’’abord en tant que tels, en
comparaison avec les attentes salariales masculines, avant de
les resituer dans un cadre plus large, celui des attentes
féminines à l’’égard du travail, puis dans un cadre dyna-
mique, celui de l’’histoire des femmes sur le marché du
travail.

À LA RECHERCHE DES FEMMES……

Pour mieux comprendre les écarts ou absences d’’écarts


dans les opinions exprimées par les hommes et les femmes,
il est très important de faire ici la part entre ce qui relève,
dans ces appréciations, des « situations » et des « disposi-
tions ». Les situations sont les places objectivement diffé-
rentes que les hommes et les femmes occupent dans la
structure économique (les hommes plus souvent en haut,
avec des conditions de travail favorables, les femmes plus
souvent en bas, avec des conditions de travail plus défa-
vorables) ; les dispositions sont les attitudes, opinions,
jugements qui seraient propres à chacun des deux sexes, à
situation égale.
Un exemple : le taux de syndicalisation des hommes est
plus élevé que celui des femmes. Cet écart est-il assignable à
des modes de comportement différent des unes et des autres
ou bien les conditions de travail, les secteurs d’’activité, les
qualifications, etc., qui caractérisent les hommes expliquent-
ils leur plus grand engagement syndical ? Il est statisti-
quement possible d’’identifier et de séparer les effets respec-
tifs de ces deux composantes : d’’une part, les caractéristi-
ques objectives des personnes et des emplois, dont les
structures diffèrent, on le sait, selon les sexes ; d’’autre part,
les règles de comportements qui sont telles qu’’un homme et
une femme, dans des circonstances professionnelles
semblables, n’’agiront et ne penseront pas de la même façon
parce que dès la prime éducation ils ont été soumis à des
socialisations différentes. Afin d’’isoler ce qui, dans cet écart,
relève des différences de structure (situations) et des
différences d’’état d’’esprit (dispositions), on peut procéder à
la fiction suivante : imaginons que les emplois et les condi-
tions de travail des femmes soient exactement les mêmes
que ceux des hommes ; étant donné leurs dispositions
(modes d’’appréciation, état d’’esprit, habitus, etc.), quelles
auraient été leurs réponses aux différentes questions de
notre enquête ? Ces réponses seraient aussi celles qu’’au-
raient données les hommes, avec leurs caractéristiques, s’’ils

Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006 S 123


Christian Baudelot et Delphine Serre

avaient eu la « psychologie » des femmes. À l’’inverse, on


peut symétriquement appliquer aux hommes la structure
d’’emploi des femmes. On obtient ainsi une décomposition
complète des réponses. Le raisonnement consiste à séparer
ce qui relève de la vision du monde socialement construite
propre aux hommes d’’un côté, aux femmes de l’’autre, des
effets de structure imputables aux différentes places
qu’’hommes et femmes occupent dans l’’espace du travail. On
interprète ainsi l’’écart qui demeure après l’’élimination de
l’’effet de structure comme un « mode d’’appréciation »
associé au sexe. Lequel, précisons-le bien, n’’exprime aucune-
ment une nature, voire une essence, relevant d’’un hypothé-
tique « éternel féminin ou masculin », mais seulement une
orientation, socialement construite au cours de la vie,
différenciant les comportements des hommes et des femmes
dans beaucoup de domaines, dont celui du jugement porté
sur son salaire. En raisonnant ainsi, on s’’aperçoit que les
structures d’’emploi jouent un rôle très faible dans le taux de
syndicalisation. En effet, si elles avaient les comportements
des hommes, les femmes se syndiqueraient presque autant
que ces derniers. Symétriquement, si elles avaient les
caractéristiques objectives de travail des hommes, les fem-
mes se syndiqueraient à peine plus qu’’elles ne le font en
réalité.
Un tel raisonnement peut aussi permettre de montrer, à
l’’inverse, que certains écarts observés dans l’’enquête entre
hommes et femmes, attribués spontanément à la différence
des sexes, sont en fait liés aux différentes situations profes-
sionnelles. C’’est ainsi que les indices d’’un rapport fort et
affectif à son travail, qu’’il soit positif (« mon travail est pour
moi une passion, une aventure…… »), ou négatif (« les mots
qui expriment le mieux la façon dont je définis mon travail
sont routine, galère ou jungle…… ») qu’’une première analyse
désignait comme une tendance plutôt masculine, relèvent en
fait d’’un effet de structure.
La même décomposition peut s’’appliquer à des juge-
ments et à des comportements. Surtout, elle peut aider à
mieux comprendre les absences d’’écarts observées en
matière de satisfaction de son propre salaire. Il apparaît, en
effet, que la communauté de points de vue enregistrés par
l’’enquête entre les hommes et les femmes sur des aspects du
travail dont on sait parfaitement qu’’ils sont très différents
pour les deux sexes résulte de la compensation des deux
effets, celui lié à la situation et celui relevant du mode
d’’appréciation. Un exemple : les hommes et les femmes
expriment des sentiments identiques sur la commodité de
leurs horaires (80 % de satisfaction). Or, comme le montre
l’’enquête Conditions de travail 1998, les horaires des femmes
et des hommes ne sont pas soumis aux mêmes contraintes.

124 S Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006


Les paradoxes d’’une satisfaction. Ou comment les femmes jugent leur salaire

Ceux des premières sont certes plus prévisibles que ceux des
hommes, mais ils sont aussi plus souvent contrôlés et
déterminés par l’’employeur et, surtout, plus fragmentés4. Si 4 Voir Jennifer Bué
les femmes échappent plus que les hommes au travail (2004, pp. 76-88).
« habituel ou occasionnel » le samedi ou le dimanche, le
travail « régulier » ces deux jours-là les touchent presque
autant (le samedi), voire plus (le dimanche). Les femmes
travaillent moins souvent la nuit, mais elles sont nettement
plus concernées par l’’absence de repos de 48 heures consé-
cutives. Les emplois féminins sont caractérisés en moyenne
par des contraintes d’’horaires différentes de ceux des
hommes mais les femmes sont beaucoup plus exigeantes
que les hommes dans ce domaine : à structure donnée, que
ce soit la structure masculine ou féminine, la satisfaction
baisse quand on passe du mode d’’appréciation masculin au
mode d’’appréciation féminin. 80 % des hommes jugent leurs
horaires commodes.
Dans une population qui aurait les horaires des hommes
mais qui les jugerait avec les critères des femmes, 76 %
seulement les estimeraient commodes. Sous la surface unie
de réponses identiques se dissimulent les différences de
situations et la disparité des attentes qui, dans cette
configuration, se neutralisent. Le score de 80 % obtenu résul-
terait alors de la compensation de ces deux effets : différem-
ment lotis en matière d’’horaires mais moins attentifs à cet
aspect des choses, les hommes rejoindraient, dans leurs
appréciations subjectives, les femmes dans l’’ensemble plus
exigeantes. Cet écart d’’appréciation peut être mis en relation
avec les façons différentes de percevoir la disponibilité selon
qu’’elle concerne des professions majoritairement féminines
ou masculines. Comme l’’a montré François-Xavier Dewetter5,
5Voir François-Xavier
les horaires atypiques des femmes sont moins visibles
Dewetter (2004).
socialement et renvoient à une disponibilité temporelle qui
serait « naturelle » et qui repose sur un « modèle domes-
tique ». De ce fait, la disponibilité temporelle des femmes au
travail n’’est pas reconnue sur le plan salarial, ni en termes
de perspectives de carrière professionnelle. A contrario, la
disponibilité temporelle des professions majoritairement
masculines est souvent associée à l’’exercice de responsa-
bilités hiérarchiques ou à des conditions de travail pénibles.
Elle bénéficie de ce fait d’’une reconnaissance sociale et
financière. Cette différence dans les modes d’’appréciation
renvoie au partage, objectif, des tâches domestiques. L’’enga-
gement des femmes dans le travail domestique est la 6 Cet aspect a été
dimension majeure qui conditionne fortement leur rapport développé dans de
au travail professionnel6. nombreux travaux.
Entre autres : Collectif
Il en irait de même à propos des salaires. Lorsqu’’on passe (1984) ; Marie-Agnès
de la structure des emplois masculins à la structure des Barrère-Maurisson
emplois féminins, l’’insatisfaction grandit : si les hommes (1992).

Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006 S 125


Christian Baudelot et Delphine Serre

occupaient les emplois des femmes, ils se diraient plus


souvent mal ou très mal payés, compte tenu de leur travail
(50 % au lieu de 43 %). Toutefois, lorsqu’’on simule le même
changement de structure en utilisant le mode d’’appréciation
des femmes, la variation est beaucoup moins sensible, ce qui
tient au fait que les jugements des femmes sont moins
mécaniquement déterminés par le montant du salaire.
Lorsqu’’on passe du mode d’’expression masculin au mode
d’’expression féminin, le jugement est plus souvent neutre
(« normalement payé ») et, dans une moindre mesure,
positif. Le mode d’’appréciation des femmes neutralise l’’effet
induit par l’’insatisfaction qu’’engendre chez elles leur plus
faible niveau de rémunération, au point que, d’’un point de
vue global, les degrés de satisfaction qu’’elles expriment se
rapprochent de ceux des hommes.
Comment expliquer cette relative indifférence des femmes
au montant du salaire ? Quelles sont leurs attentes en
matière de salaire ?

TOUTE PEINE MÉRITE SALAIRE ?

Des analyses statistiques plus poussées, réalisées par


Olivier Godechot et Marc Gurgand (2000), mettent en évi-
dence des différences tranchées entre les priorités mascu-
lines et féminines en matière de salaire.
La première différence notable concerne le poids accordé
à certaines conditions de travail. D’’après la théorie des
différences compensatoires élaborée par Adam Smith, les
employeurs seraient obligés, pour obtenir une même quan-
tité de travail, de payer un surcroît de salaire lorsqu’’une
condition de travail est défavorable. Cette attente de compen-
sation semble correspondre au critère de jugement mis en
œœuvre par les hommes : lorsqu’’ils jugent leur salaire, ces
derniers intègrent la façon dont certaines pénibilités physi-
ques sont compensées ou non par une prime ou un surcroît
de salaire, tandis que les femmes ne semblent pas former
d’’attentes particulières dans ce domaine : leur satisfaction en
matière de salaire ne semble pas dépendre de la façon dont
les pénibilités physiques de leur travail seraient ou non
compensées par un supplément de salaire. Les attentes des
hommes, plus que celles des femmes, semblent se conformer
aux théories des différences compensatoires élaborées par
Adam Smith et reprises dans les théories économiques
contemporaines. Les hommes seraient ainsi très sensibles à
ce que leur rémunération soit proportionnelle à la quantité
et à la qualité des efforts qu’’ils produisent. Pour eux, toute
peine mérite salaire.

126 S Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006


Les paradoxes d’’une satisfaction. Ou comment les femmes jugent leur salaire

Certaines conditions de travail défavorables, liées au


rythme de travail, permettent de préciser la nature des
attentes des unes et des autres. Très sensibles aux variations
de l’’intensité du travail, les hommes apprécient le niveau du
salaire qu’’ils perçoivent (« je suis très bien payé, bien payé,
mal payé, très mal payé ») en fonction de la façon dont il
prend ou non en compte le fait de devoir travailler régulière-
ment à un rythme élevé : lorsque, soumis régulièrement à
des cadences de travail rapides, ils percevront pour cet effort
supplémentaire un surcroît de salaire, ils se déclareront plus
souvent « bien ou très bien payés » ; les femmes y sont plus
indifférentes mais sont en revanche beaucoup plus atten-
tives au fait de pouvoir s’’interrompre (cette demande de
compensation est très vive chez les femmes et constitue
l’’une des variables qui contribue le plus à définir le profil de
satisfaction-insatisfaction proprement féminin). Cette attente
est d’’ailleurs confirmée par la relative fréquence des grèves,
même récemment, dans les usines de main-d’’œœuvre fémi-
nine pour obtenir ou conserver le droit à la pause (par
exemple le « droit d’’aller aux toilettes »). Les attentes sala-
riales, masculines et féminines, prennent donc en compte la
façon dont le salaire compense ou non certains aspects
négatifs du rythme de travail, mais ces aspects ne sont pas
les mêmes pour les hommes et les femmes.
D’’après Adam Smith, les mauvaises conditions de travail
ne sont pas les seuls aspects qui doivent être compensés par
un supplément de salaire ; les employeurs doivent aussi
rémunérer la qualité du travail, telle qu’’on peut par exemple
la mesurer à l’’aune de l’’éducation du travailleur. Dans
quelle mesure la satisfaction à l’’égard du salaire dépend-elle
de cette relation entre salaire et « qualité » du travail ? L’’équa-
tion de satisfaction établie par Olivier Godechot et Marc
Gurgand montre que les hommes comme les femmes sem-
blent accepter les disparités de salaires induites par les
hiérarchies les plus institutionnalisées et par conséquent les
plus visibles : celles du diplôme, de l’’âge et de l’’ancienneté.
Une différence, toutefois : contrairement aux hommes, les
femmes s’’attendent à une variation du salaire en fonction du
diplôme moins grande qu’’elle ne l’’est réellement. En effet,
les femmes diplômées du supérieur (bac +3 et plus)
semblent particulièrement satisfaites par le montant de leur
rémunération, leur satisfaction étant significativement plus
forte que celle des femmes sans diplôme ou n’’ayant que le
certificat d’’études. Que le salaire de ces femmes excède le
niveau de leurs attentes est peut-être dû à la variation du
salaire en fonction du diplôme, légèrement plus grande pour
les femmes que pour les hommes. Les femmes diplômées du
supérieur rattraperaient ainsi une partie de leur retard sur
leurs homologues masculins et en tireraient un surcroît de

Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006 S 127


Christian Baudelot et Delphine Serre

satisfaction. Ce surcroît de satisfaction des femmes diplô-


mées pourrait s’’expliquer par le niveau de salaire qu’’elles
prendraient comme point de référence pour apprécier leur
propre niveau de rémunération. Le salaire à partir duquel
les femmes diplômées évalueraient leur salaire ne serait pas
celui que percevraient leurs homologues masculins, à
diplôme égal, mais plutôt celui des femmes non diplômées.
D’’où cette explosion des satisfactions……
Enfin, en dehors de certaines conditions de travail et du
niveau de diplôme, un élément apparaît déterminant dans le
jugement que portent les femmes sur leur salaire : la situa-
tion familiale. Ainsi, l’’introduction de cette dimension dans
une nouvelle équation de régression permet à Olivier
Godechot et Marc Gurgand de mesurer le caractère relatif de
l’’attente salariale. La variable caractérisant le type de mé-
nage (personne célibataire avec ou sans enfants, personne
mariée avec ou sans enfants) n’’a pas du tout le même effet
sur les hommes et sur les femmes. Par rapport à la modalité
de référence (homme célibataire), les hommes vivant en
couple attendent un salaire significativement supérieur,
tandis que les femmes, par rapport à la même modalité de
référence (femme célibataire), n’’attendent de supplément
significatif que lorsqu’’elles sont à la tête d’’une famille mono-
parentale. Tout se passe comme si la composition du
ménage était prise en charge dans les attentes en fonction
d’’une division implicite du travail et des responsabilités
familiales selon les sexes : c’’est seulement lorsque les femmes
se retrouvent « chefs de famille » et uniques pourvoyeuses
des revenus du ménage que leurs attentes en matière sala-
riale deviennent plus exigeantes et se rapprochent de celles
des hommes. L’’effet spectaculaire qu’’exerce l’’irruption dans
le modèle de la variable « type de ménage » souligne à quel
point l’’engagement dans la vie domestique et familiale inter-
fère dans la réponse à une question qui n’’en faisait aucune-
ment mention puisqu’’il s’’agissait de juger son salaire en se
référant uniquement à la vie professionnelle (« Compte tenu
du travail que vous fournissez, diriez-vous que vous êtes,
très bien payé, bien payé, etc. »).

LE POIDS DE L’’HISTOIRE :
LE LOURD HANDICAP DU SALAIRE D’’APPOINT

L’’éclairage historique s’’avère utile pour comprendre ce


7 rapport féminin au salaire7 : la relative indifférence au
Voir également
l’’article de Laura Lee niveau de salaire peut en effet être rapportée à l’’histoire de
Downs dans ce dossier. la difficile reconnaissance du travail salarié féminin et à la
conception du salaire féminin comme « salaire d’’appoint ».
Au XIXe siècle, les arguments idéologiques faisant du foyer la

128 S Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006


Les paradoxes d’’une satisfaction. Ou comment les femmes jugent leur salaire

place « naturelle » de la femme (mariée), repris également au


sein du mouvement ouvrier8, s’’ajoutaient aux arguments des 8 Voir Michelle Perrot,
économistes (comme Adam Smith ou Jean-Baptiste Say) 1976, repris dans
légitimant des rémunérations plus faibles pour les femmes Michelle Perrot
que pour les hommes : dans la mesure où le salaire de la (1998, pp. 133-152).
femme mariée ne servirait pas à assurer l’’existence de sa
famille mais simplement à couvrir ses propres besoins, celui-
ci serait légitimement faible car ses besoins seraient
moindres (les femmes mangeraient moins, seraient moins 9 Voir Sylvie
frileuses, n’’iraient pas au café, etc.)9. Schweitzer
Cette faible légitimité du salaire féminin était tout à fait (2002, p. 114).
manifeste dans les règles juridiques qui ont longtemps
encadré le travail de la femme mariée : les épouses ne
disposent librement de leur salaire que depuis 1907 et ce
n’’est qu’’en 1965, avec la réforme des régimes matrimoniaux,
que la tutelle maritale sur l’’activité professionnelle féminine
est levée. Les épouses peuvent dès lors exercer un métier
sans l’’autorisation de leur mari, passer contrat, et l’’égalité
des époux dans la contribution aux charges du ménage est
affirmée. Pourtant, une mention selon laquelle « les charges
du mariage incombent au mari à titre principal » (alinéa 2 de
l’’article 214) a subsisté un temps : signe du statut secondaire
accordé au salaire féminin au sein du couple marié, cette
mention indiquait la ténacité de l’’idée du « salaire d’’ap-
point », étroitement liée à la définition du « chef de famille »
comme celui survenant aux charges du ménage. Cet alinéa,
et avec lui l’’ancrage juridique du « salaire d’’appoint », a été
abrogé en 1975. Le statut dévalorisé du salaire féminin
demeure néanmoins toujours prégnant dans les représen-
tations, comme l’’indiquent l’’utilisation de cette rémuné-
ration et sa perception au sein même de la famille. L’’enquête
menée par Annette Langevin dans les années 1980 sur la
façon dont les enfants perçoivent le travail de leur mère est
particulièrement révélatrice de ce point de vue. Quel que
soit son revenu, « la femme n’’est pas considérée comme un
élément essentiel de l’’« enrichissement familial ». L’’argent
gagné est destiné à « partir dans les impôts » ou bien à un
substitut maternel chargé du domestique à la place de la
mère absente. Le paiement des impôts, celui des services
sont ainsi rapportés au salaire de la mère conçu comme
accessoire »10. Cette construction du salaire féminin comme 10 Voir Jacques
non nécessaire à la survie de la famille permet de compren- Commaille
dre la relative indifférence des femmes au niveau de salaire : (1992, p. 62).
pour elles, sa valeur est avant tout symbolique.
Aujourd’’hui encore, une étude minutieuse de l’’affecta-
tion des ressources de l’’homme et de la femme aux dépenses 11Voir l’’article
du ménage met au jour un partage très différencié des de Delphine Roy
dépenses11. Il n’’y a pas, écrit Delphine Roy, d’’« équivalence dans ce dossier.

Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006 S 129


Christian Baudelot et Delphine Serre

parfaite entre un euro gagné par l’’homme et un euro gagné


par la femme ». Certains postes budgétaires sont clairement
sexués, la femme prenant massivement en charge les
dépenses de santé de la famille ainsi que les services domes-
tiques marchands à domicile lorsque le revenu le permet.
Tout se passe comme si, indépendamment de son montant,
le salaire personnel trouvait pour les femmes sa signification
première dans l’’accès à une forme d’’indépendance et à une
existence sociale en dehors du cercle familial. Le rapport au
salaire des femmes ne peut se réduire à un rapport
strictement économique ou instrumental : il engage leur
rapport à l’’emploi et leur attachement au statut de salariée, à
ce que ce statut leur procure en termes d’’identité sociale
indépendante de la famille. Reste à analyser la façon dont ce
12La distinction entre rapport au salaire s’’articule avec leur rapport au travail12, la
rapport à l’’emploi et façon dont leurs attentes à l’’égard du salaire prennent sens
rapport au travail a été
formalisée par
dans l’’ensemble des attentes à l’’égard du travail.
Margaret Maruani.
Voir par exemple
Margaret Maruani UN RAPPORT AU TRAVAIL FORTEMENT SEXUÉ
(1996, p. 51).

Pour appréhender de façon globale les attitudes qui


distinguent les deux sexes dans la perception de leur travail,
il est possible, en raisonnant toutes choses égales par
ailleurs, d’’éliminer les écarts produits par l’’inégalité des
situations professionnelles et de ne conserver que ceux qui
seraient imputables à la seule différence entre les sexes. Le
tableau suivant en dresse l’’inventaire. Examinons-le en
détail.

Tableau 1. Les attitudes qui distinguent les hommes


des femmes, et réciproquement, à situation objective égale.

HOMMES FEMMES

Implication Implication

Je m’’implique dans mon travail pour gagner plus Je m’’implique dans mon travail parce que ça
d’’argent m’’intéresse

Je m’’implique dans mon travail juste ce qu’’il faut

Je fais partie d’’un groupement syndical ou


professionnel

J’’associe le mot « travail » ou l’’un de ses synonymes


au bonheur

130 S Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006


Les paradoxes d’’une satisfaction. Ou comment les femmes jugent leur salaire

Relations Relations

Je ne travaille pas au contact de la nature et je le Le terme d’’« équipe » décrit bien ma situation
regrette professionnelle

J’’ai le sentiment d’’être écoutée et je l’’apprécie

Je n’’ai pas le sentiment d’’être écoutée et je le


regrette

Passé Passé

Je pense que ma situation professionnelle est Ma situation professionnelle est meilleure que
moins bonne que celle de mon père au même âge celle de ma mère au même âge

Avenir Avenir

Je serais heureux si mes enfants s’’engageaient


dans la même activité que moi

J’’ai le sentiment de faire des choses qui restent

Je n’’ai pas le sentiment de faire des choses qui


restent et je le regrette

Famille, travail et hors travail Famille, travail et hors travail

Il m’’arrive de parler avec mes proches de l’’avenir Des tensions se sont produites avec mes
de mon emploi proches parce que je me consacrais trop à mon
travail

Il m’’arrive de parler avec mes proches de mon Il y a des activités que j’’aimerais faire ou faire
salaire davantage mais que je ne peux pas faire à
cause de mon travail

Lundi Lundi

Le premier jour de la semaine est un jour comme Le premier jour de la semaine est le jour le
un autre plus dur

Insatisfactions Insatisfactions

Je me considère comme plutôt mal ou très mal Mon travail m’’expose à une tension nerveuse
payé importante

Satisfactions Satisfactions

Mes horaires sont pratiques J’’ai le sentiment que mon travail me permet de
rester dans le coup

Pouvoir Pouvoir

Je suis en situation d’’avoir du pouvoir

Je n’’ai pas de pouvoir et je le regrette

Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006 S 131


Christian Baudelot et Delphine Serre

La liste est longue des attitudes et des comportements,


exclus du tableau, où hommes et femmes ne se distinguent
pas les uns des autres. Leur domaine est varié et a trait à des
satisfactions comme à des insatisfactions. Une fois neutra-
lisées, ces manifestations les plus déterminées par l’’inégalité
des places occupées, que reste-t-il ?
Les hommes adhèrent davantage à une représentation
classique du travail entendu comme une activité organisée
autour du pouvoir et de l’’argent. Qu’’il s’’agisse de défendre
des intérêts collectifs (« Je fais partie d’’un groupement
syndical ou professionnel »), d’’éprouver du plaisir à exercer
du pouvoir (« Je suis en situation d’’avoir du pouvoir », « Je
n’’ai pas de pouvoir et je le regrette ») ou de l’’implication
personnelle orientée vers le gain d’’argent (« Je m’’implique
dans mon travail pour gagner de l’’argent »). Les hommes,
plus que les femmes, tiennent à ce que le produit de leur
travail survive à l’’effort qui l’’a créé. « J’’ai le sentiment de
faire des choses qui restent », « Je n’’ai pas le sentiment de
faire des choses qui restent et je le regrette », disent-ils plus
souvent qu’’elles. En même temps qu’’il se matérialise dans
les choses, le travail s’’y prolonge et donne le sentiment à
celui qui l’’accomplit de laisser sur la terre des traces dura-
bles. Le travail survit au travailleur, il le prolonge dans la
durée. Il lui survit par le « travail mort » (les choses qui
restent), mais, plus profondément encore, par le « travail
vivant » que constitue la descendance du travailleur : « Je
serais heureux si mes enfants s’’engageaient dans la même
activité que moi ».
L’’engagement des femmes dans le travail se démarque
nettement de cette vision masculine. Moins concernées par
le montant de leur rémunération ou les traces matérielles
qu’’elles laisseraient ou par la prolongation de leur action par
l’’intermédiaire de leurs enfants, elles le sont davantage par
les aspects quotidiens de leur activité professionnelle
qu’’elles vivent sur un mode personnel. Plus sensibles au
stress, ou plus habituées à l’’exprimer (« mon travail m’’ex-
pose à une tension nerveuse importante »), elles prennent
davantage en compte l’’intérêt immédiat du contenu de leur
travail (« Je m’’implique dans mon travail parce que ça
m’’intéresse ») et l’’attention qui leur est portée en tant que
personne (« J’’ai le sentiment d’’être écoutée et je l’’apprécie »).

132 S Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006


Les paradoxes d’’une satisfaction. Ou comment les femmes jugent leur salaire

À CHACUN-E SON POINT DE COMPARAISON

Mais là encore, la dimension historique paraît importante


pour comprendre ces attentes différenciées à l’’égard du
travail. C’’est à l’’aune de leurs enfants et au prix d’’un regard
porté sur l’’avenir que les hommes expriment leur bonheur
au travail (« Je souhaite que mes enfants fassent le même
travail que moi »), alors que c’’est en mesurant le chemin
parcouru depuis la génération de leurs mères que les
femmes évaluent le niveau de satisfaction qu’’elles retirent
de leur travail (« Ma situation professionnelle est meilleure
que celle de ma mère au même âge ») (tableau 2).

Tableauȱ2.ȱLesȱraisonsȱinvoquéesȱparȱlesȱhommesȱȱ
etȱparȱlesȱfemmesȱpourȱestimerȱleurȱsituationȱmeilleureȱȱ
ouȱpireȱqueȱcelleȱdeȱleursȱparents.ȱ
ȱ
Noteȱ:ȱ Laȱ questionȱ demandaitȱ auxȱ femmesȱ deȱ seȱ comparerȱ àȱ leurȱ mèreȱ etȱ auxȱ
hommesȱdeȱseȱcomparerȱàȱleurȱpère.ȱ
ȱ
HOMMES FEMMES
56 % 70 %
x travail moins pénible –– plus de x j’’ai moins de travail et plus de
liberté dans le travail –– conditions salaire
plus salubres –– travail plus excitant
x j’’ai un travail, ma mère n’’en avait
x conditions de travail du père moins pas
bonnes et salaire inférieur
x parce que ma mère n’’avait pas de
x salaire plus élevé et conditions de revenus
Ma travail moins pénibles
x mon travail est plus épanouissant et
situation les conditions de travail sont plus
motivant que celui de ma mère
professionnelle agréables et les revenus plus
est meilleure importants x car j’’ai un revenu que ma mère
que celle n’’avait pas et j ai plus de liberté
x c’’est mieux (conditions de travail,
de mon père vie en général, plus confortable) x je n’’ai pas de charge d’’enfants, j’’ai
(ou ma mère) plus de liberté
au même âge x les conditions de travail et salariale,
une vie beaucoup plus ouverte et x parce que je trouve que le métier en
plus de responsabilités et des soi est plus vivant et que j’’étends
perspectives plus évidentes mes connaissances, j’’apprends
d’’améliorer les conditions de vie toujours, j’’ai l’’impression de plus
évoluer
x parce que c’’est un métier moins
éprouvant physiquement et je suis x parce que je travaille, elle n’’a pas eu
mieux payé et les conditions de de sentiment d’’indépendance et de
travail sont meilleures actuellement liberté.
x mon père avait un travail plus x j’’ai un travail plus enrichissant et un
pénible salaire personnel, elle n’’avait pas ce
que j’’ai

Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006 S 133


Christian Baudelot et Delphine Serre

HOMMES FEMMES
29 % 21 %
x à l’’époque il y avait du travail et pas x ma mère n’’a pas connu le stress du
de chômage travail, la recherche d’’un travail
x il avait plus de travail car à mon âge x elle avait plus de vacances, plus
mon père avait du travail, il y avait d’’équilibre de vie
moins de chômage x il y avait moins de chômage et plus
x puisque je suis au chômage et à son de facilités à conserver un emploi
Ma
époque il y avait du travail x j’’ai ce travail-là, parce que je n’’ai pas
situation
professionnelle x parce qu’’il y a moins de travail et eu le choix, à l’’époque ma mère l’’a
est pire moins de possibilités eu davantage
que celle x il y avait moins de chômage à ce x elle a moins d’’enfants,
de mon père moment-là elle a un travail.
(ou ma mère) x il n’’y avait pas de chômage à son x il y avait moins de chômage et c’’était
au même âge époque plus facile de retrouver du travail
x parce que je suis au chômage et que x hiérarchie plus respectueuse et plus
mon père ne l’’a pas connu à l’’écoute du personnel, je ne suis
x à l’’époque moins de risque de qu’’un pion
chômage et vie moins chère x parce que ma mère travaillait et moi
x il y avait plus de travail et rythme de je suis au chômage
travail moins élevé x je suis moins à l’’aise financièrement,
ils avaient fait un choix d’’activité et
moi je n’’ai pu choisir suite au
chômage
x parce que je suis à la recherche d’’un
emploi

ȱ
Moins nombreux que les femmes (56 % contre 70 %) à
estimer leur situation meilleure que celle de leur père au
même âge, les hommes attribuent cette amélioration à
l’’évolution des conditions de travail et à l’’élévation de leurs
rémunérations. La situation sociale à laquelle ils se réfèrent
pour mesurer l’’évolution est interne à la sphère du travail.
Le point de référence est un travailleur manuel, ouvrier ou
paysan, aux conditions de travail pénibles et à salaire faible.
Les améliorations enregistrées relèvent d’’une évolution
quantitative des mêmes grandeurs : plus de salaires et moins
de pénibilités. Il s’’agit d’’un progrès réalisé au sein d’’un
même univers. C’’est d’’un tout autre point de vue que se pla-
cent les femmes. Alors que le vocabulaire masculin demeure
(à quelques exceptions près : « plus excitant », « vie plus
ouverte ») enfermé dans les bornes du registre professionnel
des conditions matérielles de travail et de rémunération
(moins pénible, moins éprouvant physiquement, plus salu-
bre, responsabilités, salaire plus élevé), celui des femmes
s’’élargit à la prise en compte plus générale des transforma-
tions intervenues dans leurs conditions de vie et d’’existence,
entendues non seulement sous leurs aspects matériels

134 S Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006


Les paradoxes d’’une satisfaction. Ou comment les femmes jugent leur salaire

(« avoir du travail », « un salaire », « des revenus ») mais


aussi sous leurs aspects psychologiques et symboliques
(« mon travail est plus épanouissant et motivant », « j’’ai plus
de liberté », « le métier est plus vivant », « j’’étends mes con-
naissances », « j’’apprends », « j’’ai l’’impression d’’évoluer »,
« sentiment d’’indépendance et de liberté »). À un lexique
d’’économistes ou de techniciens en hygiène et sécurité,
mesurant des évolutions quantitatives, s’’oppose la prise en
compte d’’une transformation qualitative qui s’’exprime dans
un vocabulaire plus philosophique de l’’émancipation et de
la transformation de la vie par le travail que n’’aurait pas
désavoué Simone de Beauvoir. Les hommes font état d’’un
allégement de la charge et d’’une diminution de la servitude
alors que les femmes –– dont plus de sept sur dix déclarent
leur situation meilleure –– célèbrent l’’accès à l’’indépendance.
Les points de référence sont radicalement différents : le
travailleur manuel, ouvrier ou paysan d’’un côté, la mère au
foyer de l’’autre. On comprend mieux ainsi pourquoi le point
de référence pris en compte pour apprécier leur salaire ne
soit pas chez les femmes celui de l’’homologue masculin à
diplôme égal.
L’’introduction de la catégorie socioprofessionnelle de la
mère dans l’’équation de satisfaction à l’’égard du salaire
permet à Olivier Godechot et Marc Gurgand, de mesurer
l’’incidence de l’’activité féminine maternelle. Ils contribuent
ainsi à rechercher les modèles de référence par rapport
auxquels se situent les femmes actives, lorsqu’’elles portent
un jugement sur leur salaire en s’’estimant plutôt mal ou
plutôt bien payées. Les filles d’’agricultrices se déclarent les
plus satisfaites de leur salaire, ce qui peut se comprendre au
regard de la condition agricole mais aussi assez souvent de
la condition ouvrière (21 % deviennent ouvrières) auxquelles
elles ont échappé. À l’’inverse, les filles d’’employées appa-
raissent significativement moins contentes que les autres, en
particulier par rapport à la modalité de référence « mère
agricultrice ». Le destin professionnel de filles d’’employées
se distingue nettement de celui des fils d’’employés puisque
56 % d’’entre elles restent employées (cette reproduction à
l’’identique est la plus forte du tableau de contingence). Ce
déficit de mobilité sociale par rapport à leurs attentes les
conduit sans doute à éprouver une satisfaction beaucoup
plus faible que les filles d’’agricultrices. Pour limitée qu’’elle
soit, la significativité statistique des effets de l’’origine sociale
des parents sur les modalités de l’’appréciation subjective du
salaire confirme le caractère très relatif de cette appréciation
qui dépend largement des processus de comparaisons
interpersonnelles mis en œœuvre. Or les points de référence
diffèrent fortement chez les hommes et chez les femmes. Ces
comparaisons interpersonnelles surtout centrées sur les

Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006 S 135


Christian Baudelot et Delphine Serre

femmes de l’’entourage familial ou professionnel immédiat


contribuent à la construction des attentes et à l’’incorporation
de la nécessité, mécanismes que l’’on peut alors mesurer
uniquement lorsque les trajectoires sont suffisamment
différentes de celles qui sont anticipées.

LES FEMMES ENTRE ELLES

La mise en évidence de critères d’’appréciation du salaire


différents selon les sexes est au cœœur du paradoxe de
l’’égalité exprimée des satisfactions face à des salaires très
inégaux. Ces critères différenciés débordent largement la
sphère strictement monétaire et économique et mettent en
jeu le rapport à l’’emploi dans sa dimension historique :
indifférence relative au montant du salaire et intériorisation
du caractère secondaire du salaire féminin, représentation
héritée d’’une longue tradition idéologique et juridique, mais
aussi attachement fort au statut de salariée comme moyen
d’’accéder à l’’indépendance. L’’appréciation féminine du
salaire est ainsi au croisement d’’un double mouvement,
entre intériorisation d’’une place secondaire et accessoire, et
affirmation d’’un nouveau rapport au travail, plus attaché à
son contenu qu’’à ses rétributions financières et symboliques.
Une des questions au cœœur de la construction de ce nou-
veau rapport salarial est le point de référence à partir duquel
les femmes apprécient leur salaire : il est en effet apparu
qu’’un des points-clés qui structurent les jugements est le
primat de la perspective de genre sur la perspective de
classe, le maintien d’’un point de comparaison féminin.
Comme on l’’a vu par rapport à la question du diplôme, c’’est
la comparaison avec le salaire des non diplômées et non
celle avec les pairs masculins qui prime. De même, la
comparaison au sein de la lignée féminine semble jouer un
rôle majeur. Cet ancrage des jugements dans une compa-
raison intraféminine ressort également des entretiens menés
dans diverses enquêtes. Ainsi, une aide à domicile inter-
rogée sur son salaire au cours de notre enquête va sponta-
nément justifier son montant en le comparant à celui d’’une
femme de ménage et en évoquant la similitude entre son
travail et une activité de bénévolat :
« On est là pour leur tenir leur maison propre, passer l’’aspirateur,
repasser le linge, des choses tout à fait concevables. S’’il y a des
grands travaux, c’’est carrément les femmes de ménage. Mais elles
sont payées le double de moi. Oui, moi ça doit me revenir à
35 francs de l’’heure, quelque chose comme ça, les femmes de
ménage, elles en sont à 60…… Nous, c’’est à moitié du bénévolat. »

136 S Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006


Les paradoxes d’’une satisfaction. Ou comment les femmes jugent leur salaire

La comparaison avec le travail gratuit effectué pour soi,


chez soi, s’’avère d’’ailleurs omniprésente dans les représenta-
tions des aides à domicile13 et il serait tentant de n’’y voir 13Cf. Christelle Avril,
qu’’un effet de la difficulté à professionnaliser des compéten- 2003, pp. 187-207.
ces ménagères considérées comme compétences « fémini-
nes ». Cette ségrégation des points de comparaison entre
hommes et femmes s’’atténue à mesure qu’’on s’’élève dans la
hiérarchie des emplois sans pour autant disparaître complè-
tement14. 14 C’’est l’’un des
Des entretiens réalisés parmi des jeunes diplômées de enseignements qui se
grandes écoles de commerce occupant des fonctions de dégage de la série
« cadres à haut potentiel (high pot) » dans des cabinets de d’’entretiens réalisés
depuis 2003 dans le
consultants manifestent un alignement de leurs attitudes sur cadre du séminaire
celles de leurs collègues masculins : même sensibilité à « Salaire et Justice » du
l’’augmentation annuelle plutôt qu’’au niveau, intérêt pour Département de
les avantages associés (tickets restaurants, ordinateurs Sciences sociales de
l’’Ens, animé par
portables, primes diverses, indemnités de déplacement et de Christian Baudelot,
logement, etc.), même détermination dans la négociation Jérôme Gautié, Olivier
annuelle. Mais ces femmes sont de jeunes célibataires. D’’au- Godechot, Michel
tres entretiens recueillis auprès de femmes mariées avec Gollac, Claudia Senik.
enfants (médecins, inspectrices des impôts, assistantes d’’édi-
tion, chargées d’’études……) manifestent une plus grande in-
différence au montant de leur salaire et, en revanche, une
plus forte vigilance apportée à la nature du contrat de
travail, aux conditions de travail, aux horaires et à l’’intérêt
du travail. La prise en compte dans l’’appréciation de la
rémunération actuelle des salaires antérieurement perçus et
tout particulièrement de celui du début de carrière est plus
fréquente chez les femmes que chez les hommes. D’’où le
sentiment positif d’’une progression. Sans disposer encore de
toutes les validations nécessaires, nous faisons l’’hypothèse
que les hommes auraient tendance à juger leur propre
salaire en se référant à des personnes mieux payées, tandis
que les femmes se référeraient davantage à des personnes
moins bien payées. Les femmes cadres évoquent très
souvent dans les entretiens le salaire des secrétaires, parlent
du Smic, ce qui n’’est pas le cas de leurs homologues mas-
culins. En tout état de cause, il serait erroné de considérer
que seules les femmes peu qualifiées des milieux populaires
se référeraient à un niveau de salaire strictement féminin.
Modulée selon les degrés occupés dans la hiérarchie des
emplois, cette auto-référence à l’’univers féminin des
rémunérations représente la face subjective et intériorisée de
la segmentation du marché du travail et des fortes disparités
qui la caractérisent.

Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006 S 137


Christian Baudelot et Delphine Serre

BIBLIOGRAPHIE

AVRIL Christelle, 2003, « Les compétences féminines des aides à domicile »,


in Florence Weber, Séverine Gojard, Agnès Gramain (dir.), Charges de
famille. Dépendance et parenté dans la France contemporaine, La Découverte,
Paris, pp. 187-207.
BARRÈRE-MAURISSON Marie-Agnès, 1992, La division familiale du travail, PUF,
Paris.
BAUDELOT Christian, GOLLAC Michel, BESSIÈRE Céline, COUTANT Isabelle,
GODECHOT Olivier, SERRE Delphine, VIGUIER Frédéric, 2003, Travailler pour
être heureux ?, Fayard, Paris.
BUÉ Jennifer, 2004, « Hommes et femmes face aux pénibilités du travail », in
J. Bué, T. Coutrot, I. Puech (coord.), Conditions de travail. Les enseignements de
vingt ans d’’enquêtes, Octarès, Toulouse, pp. 76-88.
Collectif, 1984, Le sexe du travail, Presses universitaires de Grenoble,
Grenoble.
COMMAILLE Jacques, 1992, Les stratégies des femmes. Travail, famille et
politique, La Découverte, Paris.
DEWETTER François-Xavier, 2004, « Disponibilité temporelle : quelle
différence entre hommes et femmes ? », Communication au IXe Séminaire
International sur le temps de travail, Flexibilités des temps de travail,
éclatement des temps sociaux, Cnam, février.
GODECHOT Olivier et GURGAND Marc, 2000, « Quand les salariés jugent leur
salaire », Économie et Statistique, n° 331-1, Insee, Paris.
MARUANI Margaret, 1996, « L’’emploi féminin à l’’ombre du chômage »,
Actes de la Recherche en Sciences Sociales, décembre, n° 115, pp. 48-57.
MEURS Dominique et PONTHIEUX Sophie, 2005, « Écarts de salaire », in
Margaret Maruani (dir.), Femmes, genre et sociétés. L’’état des savoirs, La
Découverte, Paris, pp. 256-264.
PERROT Michelle, 1976, « L’’éloge de la ménagère dans le discours des
ouvriers français au XIXe siècle », Romantisme, oct.-déc.
PERROT Michelle, 1998, Les femmes ou les silences de l’’histoire, Champs
Flammarion, Paris, pp. 133-152
SCHWEITZER Sylvie, 2002, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du
travail des femmes aux XIXe et XXe siècles, Odile Jacob, Paris.
SILVERA Rachel, 1996, Le salaire des femmes, toutes choses inégales par ailleurs,
avec la collaboration de D. Anxo, M. Johansson, N. Sonnac, La documen-
tation Française, Coll. « Droits des femmes », Paris.

138 S Travail, genre et sociétés n° 15 –– Avril 2006