Vous êtes sur la page 1sur 16

Scène 1

L’École de musique

L’histoire se déroule dans une salle de répétition de l’École de musique « Claude Debussy ».
Au début, la salle est vide. Le mur du fond peut être divisé en deux. D’un côté, l’image d’un
compositeur classique célèbre et de l’autre, un tag aux couleurs criardes, avec un symbole
musical. Au fond et plus ou moins au centre, une petite table où se trouve un lecteur de Cds et
un pupitre élevé. Trois personnes entrent sur scène habillées de façon moderne, c’est-à-dire:
pantalons larges ou survêtements, casquettes etc… Il s’agit de Nicolas, Carmen et Momo.
Momo porte un CD à la main qu’il introduit dans le lecteur de Cds.
Un rythme Hip-hop ou Rap sonne et ils commencent à chanter à tour de rôle.

Le rap

Nicolas : Salut! Ça va?


Et bien voilà.
Moi? Moi?
C’est Nicolas
et je suis là!
Aujourd’hui, oui!
Avec ma sœur
Carmen!

Carmen : Moi c’est Carmen!


La joie me mène,
jeune et bohème
j’aime Eminem.

Momo : Oh! Oh!


Moi c’est Momo
le héros
de la moto
entre Paris
et l’Algérie.
Et je dérape.

Nicolas : Et moi je rappe.

Carmen : Et nous rappons,


car la raison
que nous avons
pour cette chanson

Les trois : C’est la présentation!


Bienvenus amis!
La pièce commence.
un peu d’ambiance
Et c’est parti.

Pierre entre sur scène avant la fin de la chanson. Il observe le spectacle du fond de la scène.
Nicolas : Quelle heure est-il?
Momo : Cinq heures moins le quart.
Nicolas : OK! On y va.
Carmen : Vous allez où les garçons?
Nicolas : Et bien nous inscrire au concours de chansons! Tu as oublié?
Carmen : C’est vrai! C’est aujourd’hui!
Momo : Tu viens? Tu es la seule à connaître l’adresse.
Carmen : Non Je vais consulter ma boîte mails à la bibliothèque et ensuite, je rentre à la maison.
J’ai du travail à faire.
Momo : Bon, d’accord. Mais dis-moi au moins où se trouve la radio?
Carmen : D’accord, je t’indique le chemin. Pour aller à la radio, il faut prendre la rue Maréchal
Joffre tout droit, en direction de la place Clémenceau. À ce moment-là, tu dois tourner à
droite et après, tout de suite à gauche. Le bureau d’inscription est juste derrière le marché,
dans une petite rue qui s’appelle Sainte Augustine.
Momo : Je crois savoir où c’est! Il n’y a pas une pâtisserie juste à côté?
Carmen : C’est ça. Au numéro 56. Au fait, c’est combien l’inscription? Tu as assez d’argent?
Nicolas : Oui, c’est dix euros (Il sourit). Ce n’est pas cher!
Carmen : Tu vas payer comment, en espèces ou par carte bancaire?
Nicolas : Je vais payer en espèces. J’ai un billet de 10 E (Il sourit). Bon, j’y vais. À tout à l’heure.

Nicolas et Momo partent d’un côté, Carmen de l’autre. Aucun d’eux n’a vu Pierre.

Scène 2

Pierre

Pierre se dirige au centre de la scène, vers, le pupitre. Il y place la partition qu’il tenait à la
main. Il commence à chauffer sa voix.

Pierre : (En suivant les arpèges) A-a-a-a-a-a!

Après un moment, Carmen entre sur scène, téléphone portable à l’oreille.

Carmen : Ça y est Momo, je suis dans la salle. (En voyant Pierre) Oh! Pardon!
Pierre : Ne t’inquiète pas!

Carmen se dirige vers le lecteur de CDs et en sort le CD que Momo y avait mis au début de la
scène 1.

Carmen : Il est là! N’angoisse pas!!... D’accord… Je le garde en lieu sûr! (Elle raccroche) Excuse-
moi! Tu es nouveau, non?
Pierre : Oui. Je m’appelle Pierre.
Carmen : Moi, c’est Carmen.
Pierre : Comme l’opéra… (Il se met à chanter l’ Havanaise de l’opéra Carmen)
L’amour est enfant de bohème qui n’a jamais, jamais connu de loi…
Carmen : Je connais! Ma mère est espagnole…
Pierre : D’où?
Carmen : Saragosse, la plupart de ma famille habite là-bas.
Pierre : Je connais Saragosse! La « Virgen del Pillar »!
Carmen : (En rigolant) Del Pilar! Et toi, Tu viens d’où?
Pierre : De Bordeaux.
Carmen : J’ai un cousin germain qui habite Bordeaux.
Pierre : Comment s’appelle t-il?
Carmen : Il s’appelle Henri Gillot.
Pierre : Non, ça ne me dit rien. Je vous ai entendu chanter avant… j’ai bien aimé. Qui compose les
chansons?
Carmen : C’est Nicolas, mon frère. Il travaille beaucoup avec son ordinateur. Surtout les bases
musicales, ensuite, tous les trois, on fait les arrangements.
Pierre : Combien de frères et sœurs as-tu?
Carmen : Un frère aîné, que tu as vu avant et une petite sœur… Tu as des frères toi?
Pierre : Non. Je suis fils unique.
Carmen : Bon. Bienvenu à l’école. Il faut que j’y aille…
Pierre : Avant de partir, tu peux m’indiquer où est la bibliothèque? Je suis un peu perdu…
Carmen : C’est facile… Tu suis le couloir principal jusqu’au fond, après, tu traverses le jardin et
puis tu tournes à gauche… Impossible de se perdre… Salut!
Pierre : À la prochaine.

Scène 3
Allo maman!

Une fois que Carmen est partie, Pierre revient au pupitre et continue à chauffer sa voix.

Pierre : A -a-a-a-a-a-a-a-a (Son téléphone portable sonne. Il regarde l’écran du portable et fait
un drôle de tête). Allo maman! Ça va?... Oui moi, ça va bien. Quel temps fait-il à
Biarritz? Ici, il fait beau. Et tante Simone? Elle va mieux?... Ça me fait plaisir d’entendre
ça! Oui maman, l’appartement n’est pas très grand mais il est assez bien aménagé et
surtout très accueillant. Il y a une pièce assez grande, avec un salon et une cuisine à
l’américaine. La chambre est spacieuse et lumineuse. Il y a peu de meubles mais ils sont
en bon état. La salle de bains est un peu étroite!… Ben, les voisins m’ont dit qu’il y a
beaucoup de bruit le week-end. Mais enfin…, c’est comme ça! L e restaurant de l’école est
très bien aussi, oui. Maman…Bon, fais la bise à papa, il faut que je travaille! Bisous, à
bientôt (Il raccroche).

Scène 4

Un accident de moto

Quand il va reprendre ses arpèges, on entend en coulisse un cri « A l’aide ». Pierre vole
rapidement au secours de ce « cri ». Il disparaît un instant, puis entre à nouveau sur scène,
accompagné de Nicolas. Ils soutiennent chacun par un bras, Momo, qui a l’air étourdi. Ils
l’assoient par terre, puis s’assoient eux-mêmes à côté de lui, Momo étant au centre.

Pierre : Qu’est-ce qu’il s’est passé ?


Nicolas : Il a eu un accident de moto! (A Momo) OH !! Oh! Momo… Tu m’entends? (Momo
bouge la tête). Tu te sens bien? Combien de doigts tu vois?
Momo : Je…
Pierre : Il n’avait pas son casque?
Nicolas : N on! Je lui dis toujours : Un jour tu vas « t’éclater la citrouille »! Il n’y a rien à faire! (A
Momo) Monsieur se décoiffe, Hein !!? Tu m’entends kamikaze!! Où tu as mal? Aux
jambes?
Momo : Je suis…
Pierre : Il faudrait peut-être l’emmener chez le médecin non?
Momo : Je vais bien. Ça va les gars, j’ai juste un peu mal au dos et quelques éraflures aux coudes.
Heureusement j‘ai atterri sur un tas de sable!
Nicolas : Mets ton casque! Sinon, je cherche un autre chanteur! Tu m’as fait très peur!
Pierre : Qu’est-ce qu’il t’est arrivé?
Momo : La roue arrière de ma moto a dérapé sur du gravier.
Pierre : Il faut que tu soignes tes blessures.
Momo : (A Pierre) Et toi? T’es qui? T’es nouveau?
Pierre : Pierre… Oui, c’est ma première année à Paris.
Nicolas : Tu viens d’où?
Pierre : Je suis né à Marseille mais j’ai vécu à Bordeaux ces dix dernières années.
Momo : Merci de ton aide.
Pierre : Il n’y a pas de quoi.

Scène 5

Concours de jeunes talents

Carmen entre en courant, affolée.

Carmen : Momo! Momo! Ça va? Tu te sens bien? Tu saignes!


Momo : Mais oui! Ça y est! Je n’ai rien de cassé… sauf ma moto!!
Carmen : J’ai eu peur! Tu devrais prendre le bus, c’est moins dangereux que ta cafetière!
Nicolas : J’espère qu’il a retenu la leçon!
Pierre : Rebonjour Carmen!
Nicolas : Vous vous connaissez?
Carmen : On a fait connaissance il y a un instant… C’est un classique!
Nicolas : Ah bon?
Pierre : Bon… Je ne sais pas si c’est l’étiquette qui me convient. Mon père est chef d’orchestre et
ma mère soprano. C’est dans les gènes de la famille.
Nicolas : Et toi?
Pierre : Moi, je compose au piano et je chante aussi.
Momo : C’est super! Tu pourrais nous aider avec la chanson.
Nicolas : Quelle chanson?
Carmen : Radio K-ouette organise un concours de jeunes talents. Il faut qu’on présente une chanson
pour le jour de la sélection.
Momo : On va fusionner Mozart et le Rap! Ça fera du MozRap!
Nicolas : Oh là là là… Tu as reçu un grand coup sur la tête, c’est clair!!
Pierre : Attends! C’est pas si bête … On peut essayer… Ça s’est déjà fait.
Carmen : Au fait! Vous ne vous êtes pas inscrits finalement?
Nicolas : Zut! C’est vrai! Il est indispensable qu’on s’inscrive avant sept heures!
Carmen : Il faut qu’on y aille! Écoutez : Il est nécessaire qu’on s’organise! Nicolas, tu devrais aider
Momo avec sa moto. Moi, je vais aller nous inscrire.
Pierre : Je t’accompagne?
Carmen : Si tu veux.
Nicolas : D’accord (Carmen et Pierre sortent). Qu’est-ce qu’on fait de ta moto?
Momo : Téléphone à Jacot. Dis-lui de venir avec son fourgon. On pourra la transporter. Aide-moi à
me lever.
Nicolas : Ça va? Tu as mal?
Momo : J’ai un peu mal aux coudes, mais ça va aller…
(Ils sortent).

Voix OFF : Bonsoir chers auditeurs de radio K-ouette, (Musique du générique publicitaire de la
Radio). Comme vous savez, aujourd’hui c’est le dernier jour pour s’inscrire à notre super
concours de Jeunes talents (Petit cri du speaker pour motiver les auditeurs). Oh là là, là
queue de jeunes talents n’en finit plus! Elle arrive jusqu’ à la place Clémenceau! Cette
année le concours va être très acharné! Tous ceux qui veulent s’inscrire doivent venir
rapidement! Le délai d’inscription s’achève ce soir à 19:00 et…

Le son de la voix baisse et on entend le bruit d’un réveil qui se fond avec la voix du speaker.

Voix OFF : Bonjour un jour de plus depuis Radio K-ouette, ta radio amie. Ça fait une semaine que
le délai d’inscription au concours est fini et les membres du jury travaillent comme des
fous pour choisir les meilleurs groupes. J’espère que vous serez parmi eux. Bonne chance
à tous!!!

Scène 6

Momo est un peu jaloux!

Quelques jours plus tard.


Momo et Nicolas entrent sur scène. Ils ont changé un élément de leur costume.

Nicolas : Dis Momo, tu as récupéré ta moto?


Momo : Oui. Je suis allé la chercher hier.
Nicolas : Combien a coûté la réparation?
Momo : Ne m’en parle pas!! 100 euros cash!
Nicolas : Aïe! Ça fait mal ça!
Momo : Tu peux le dire! Je suis fauché ! Je n’ai même pas de quoi acheter un paquet de cigarettes!
Nicolas : Tiens! Je croyais que tu ne fumais plus!
Momo : Une cigarette de temps en temps…
Nicolas : Ce n’est pas bien Momo! Surtout pour un chanteur! Franchement, il faudrait faire un
effort et arrêter de fumer. Écoute, tu pourrais laisser la moto au garage et venir à pied à
l’école. Tu devrais faire du sport aussi. C’est bon pour les poumons!
Momo : J’ai l’impression d’entendre ma mère!
Nicolas : (Rigole) Si tu savais à quel point le goudron est mauvais pour la santé! Tu devrais voir des
photos de poumons de fumeurs! Tu me promets que tu vas arrêter, d’accord?
Momo : D’accord. De toute façon, je suis capable d’arrêter quand je veux.
Nicolas : Et moi, je veux croire à tes paroles! Je prends note! Mais où est Carmen?
Momo : Tu ne trouves pas qu’elle passe beaucoup de temps avec Pierre?
Nicolas : C’est de la jalousie, Momo?
Momo : Ne dis pas de bêtises…
Nicolas : (Rigole) Allez! Dis la vérité! Tu es un peu jaloux!
Momo : Il y a quelque chose en lui qui ne me plaît pas…
Nicolas : Pourquoi tu dis ça?
Momo : Je ne sais pas… ses goûts musicaux, son style. Je l’imagine bien faisant les boutiques avec
sa carte bancaire : (Imitant une voix « précieuse ») « Combien coûte ce pull de Charles
Hubert Lacroix? Que c’est bon marché! Donnez-moi deux bleus, deux beiges et un noir.
Et ces mocassins, c’est combien? Mon dieu, ce n’est pas cher! Donnez-moi deux paires! Il
est si différent de nous …
Nicolas : Et alors?
Momo : Non rien.., Mais il a l’air crispé! Tu ne trouves pas? (Nicolas hausse les épaules, en guise
d’interrogation) Et puis, il est toujours après Carmen.
Nicolas : Tu trouves?
Momo : Nicolas vraiment, tu es aussi myope qu’une taupe!! Enfin, je vais aller chercher les CDs.
(Il
part)

Scène 7

Pierre te plaît, non?

Carmen entre.

Carmen : Salut!
Nicolas : Salut! Tiens! Tu es toute seule?
Carmen : Non… Il y a quelqu’un avec nous…Je sens une présence étrange… C’est une jeune
femme…triste… blonde… qui a été opérée… Je vois beaucoup… de sparadrap… Tu la
connais! Piera? Non… Pía? Non plus. Ah! Paris! Paris Hilton! Elle est morte… morte
d’envie d’être avec toi, ici… (Elle rigole)
Nicolas : Que tu es drôle! Et ce sens de l’humour si développé… c’est grâce au nouveau? Depuis
que Pierre est arrivé, on ne te voit presque plus…
Carmen : Qu’est-ce que ça veut dire?
Nicolas : Rien, rien…
Carmen : Non mais, dis-le!
Nicolas : Il te plaît, non?
Carmen : Et alors? Ce n’est pas ton affaire!
Nicolas : Qu’est-ce que tu lui trouves?
Carmen : Je peux appeler mon avocat?
Nicolas : Il n’est pas ton genre.
Carmen : Ah? Depuis quand j’ai un genre?

Scène 8

Les films italiens

Momo revient avec les CDs.

Momo : Salut Carmen.


Carmen : Salut Momo.
Momo : Vous faites une tête! Qu’est-ce qu’il se passe?
Carmen : Rien …C’est Nicolas! Je crois qu’il a vu trop de films italiens… (Imitant une voix de
gangster) Tu ne touches pas à ma sœur! Fais attention! Sinon j’appelle mes frères et mes
cousins et tu vas chanter « l’alouette »! Tu as compris?
Momo : (Il rigole) C’est quoi cette histoire de chanter “L’alouette”?
Carmen : Tu ne connais pas la chanson?
Momo : Non.
Carmen : C’est la chanson française la plus sinistre de tous les temps! (Elle chante)
“Alouette, gentille Alouette
Alouette, je te plumerais”
Et on chante ainsi toutes les parties du corps qui vont être plumées!
Momo : Et c’est une chanson pour enfants? Ça fait peur!
Carmen : (Elle rigole)... Mais dis-moi, et toi? Comment ça va? J’ai l’impression que tu boîtes un
peu non?
Momo : Non! Je suis complètement rétabli! Les algériens ont la tête dure!! (Il rigole, Carmen et
Nicolas sourient)
Carmen : Tu devrais voir un médecin quand même! Tu pourrais avoir une contusion interne.

(Momo met le CD et la musique commence)

Scène 9

Touché

Pierre arrive au début de la musique.

Touché

Momo : Nous voilà tous


et que ça mousse!
Petit bourgeois
écoute ça!
Nicolas : Je te vois faire
mon petit frère.
Tes fringues chères,
De quoi t’as l’air?
Cool dans l’approche
près de sa proie
c’est plutôt moche!
T’en penses quoi?
Carmen : Tu n’as pas le droit
cher Nicolas
de dire ça.
T’es pas Papa!
Calme-toi un peu
mon petit frère.
Je connais le jeu.
Je sais quoi faire.
Calme-toi un peu
mon petit frère.
Je connais l’ jeu.
Je sais quoi faire.
Pierre : J’ne comprends pas.
Pourquoi,
Nicolas,
Tu me fais ça?
Mes fringues chers?
Je ne crois pas.
Mais toi?
Tes fringues à toi?
Reebok, Nike et Adidas?
Qui les achète?
Papa ou toi?
Alors arrête.
Dis-moi
Pourquoi,
Nicolas,
Tu me dis ça?
Alors arrête.
Dis-moi
Pourquoi,
Nicolas,
Tu me dis ça?

Nicolas : Bon écoute, mon pote. Je sais ce que vous faites ensemble... Je ne sais pas ce que Carmen
t’a mis dans la tête. Tu n’es pas prêt, c’est pas ton style. Mon pauvre! Tu devrais travailler
au moins deux ans avant de faire partie du groupe!!
Carmen : Nicolas, tu ne trouves pas que tu exagères un peu?
Nicolas : Carmen, ça fait longtemps qu’on travaille ensemble. Franchement, ce n’est pas le moment
de faire des modifications… Si jouer à la prof t’amuse, c’est ton problème! Mais c’est moi
qui prends les décisions!
Pierre : Qu’est-ce que tu paries que je suis prêt avant le jour du concours?
Nicolas : Je ne parie rien… Tu n’es pas prêt et tu ne le seras pas!
Pierre : Monsieur a la trouille!! Monsieur a peur des changements!! Le roi de l’improvisation ne
veut pas de défis!!
Nicolas : D’accord! Touché! Si tu es prêt à temps tu chantes, sinon…
Pierre: Sinon quoi?
Nicolas : Je ne veux pas de dispute… Je m’en vais.
Carmen : Franchement les gars… Vous ne trouvez pas que vous exagérez… Vous n’êtes plus des
enfants!

Pierre s’en va, fâché.

Scène 10

Un frère pour moi

Momo et Carmen restent sur scène. Momo est silencieux. Carmen s’approche de lui.

Carmen : Mais qu’est-ce qu’il a? Je n’ai jamais vu Nicolas dans cet état! C’est la première fois qu’il
me parle comme ça! (Momo reste silencieux) Qu’est-ce que tu as? Ça ne va pas?
Momo : On fait aller…
Carmen : Qu’est-ce qu’il t’arrive?
Momo : C’est un peu à cause de moi…
Carmen : Quoi donc?
Momo : L’attitude de Nicolas.
Carmen : Pourquoi tu dis ça?
Momo : (Après un instant de réflexion) Je suis jaloux de Pierre…
Carmen : (Sourit) Mais pourquoi?
Momo : Tu sais bien... Depuis qu’il est arrivé, j’ai l’impression d’avoir été mis de côté.
Carmen : (Rigole) Momo… C’est idiot.
Il n’y a pas de comparaison possible! Tu es plus amusant que lui, plus spontané! Et puis,
tu danses beaucoup mieux que lui! C’est vrai, Pierre est moins souple, moins agile que toi.
C’est nouveau! C’est tout! Et puis, il est si différent.
Momo : De qui?
Carmen : Je veux dire…sa famille. Il y a tellement de musiciens… Il joue du piano… Et son air «
Vieille France »…Et sa façon de parler… Je trouve ça drôle…
Momo : Tu le trouves plus intéressant que moi?
Carmen : (Sourit) Mais enfin! Qu’est-ce que tu dis? Toi et moi, on se connaît depuis longtemps. Tu
es comme un frère pour moi ! Personne n’est plus intéressant, ni aussi profond que,
Momo, mon ami d’enfance!
Momo : Il te plaît n’est-ce pas?
Carmen : Mais on se connaît à peine… Et puis, laissez-moi un peu tranquille d’accord?
Momo : Ne mens pas! Tu as raison, on se connaît très bien. C’est pour cela que je sais qu’il te plaît
vraiment. Tes yeux brillent quand tu es avec lui. Et puis ce sourire d’amoureuse transie…
Carmen : Incroyable! Je ne sais pas quoi te dire… À tout à l’heure. (Elle s’en va)

Momo reste un moment sur scène seul puis il s’en va.

Scène 11

Carmen et Pierre

Carmen et Pierre entrent sur scène.

Carmen : Pierre, ne te fâches pas. Nicolas a son caractère mais il est moins sauvage qu’un tigre. Il a
plus de responsabilités dans le groupe que Momo ou moi. Il est très perfectionniste.
Pierre : Je vous trouve sympa et j’aimerais bien vous aider… Et puis… vous êtes les premières
personnes que je connais au collège… Je voudrais qu’on soit amis.
Carmen : J’aimerais que tu oublies ce qui s’est passé.
Pierre : Il ne me connaît pas. Moi aussi, je suis perfectionniste et quand je veux faire quelque chose,
c’est toujours un succès. Je veux que tu continues à m’aider Carmen.
Carmen : D’accord, mais avant je voudrais que vous fassiez la paix.
Pierre : Je ne suis pas en colère. Je veux qu’il constate que je suis capable d’apprendre rapidement
et que j’ai autant de rythme que lui!
Carmen : Il faut que tu écoutes la musique qu’on aime. Tu connais Saint Germain?
Pierre : Non. Chante-moi quelque chose
Carmen : Ce n’est pas facile parce que c’est une fusion de rythmes. Ce n’est pas une mélodie!
L’année dernière, je suis allée le voir en direct. Le concert a duré presque deux heures! Je
me suis amusée comme une folle!
Pierre : À ton tour… Tu connais Eric Satie?
Carmen : Euh… non.
Pierre : Je suis sûr que oui mais tu ne connais pas le nom de l’auteur. Cet air te dit quelque chose ?
(Il chante le début de Gymnopédie)
Carmen : Ah! Mais oui! Je connais! C’est la musique de la publicité pour les soupes!
Pierre : Les musiciens classiques doivent être reconnaissants envers les publicités pour les soupes!
Tu savais que Debussy et Satie étaient amis?
Carmen : Non.
Pierre : Tu vois bien… On ne peut pas tout connaître.
Carmen : Si tu me fais découvrir la musique classique, moi je te ferai écouter mes groupes préférés.
Pierre : Ça marche! Et tu pourrais m’apprendre aussi à danser…je suis aussi maladroit qu’un
pingouin.
Carmen : Ça, ça va être plus dur… Tu n’as pas l’air très souple!
(Elle rigole) Fais voir… Suis-moi (Elle fait quelques pas de danse Hip-hop)
Pierre : Voyons… (Il essaie de l’imiter plutôt maladroitement)
Carmen : (En rigolant) Bon…Tu es plus raide qu’un manche à balai!! Mais tu as le sens du
rythme… C’est déjà ça… Écoute ; je suis libre cette semaine entre 14 heures et 15 heures.
La salle est libre. On pourrait travailler ici.
Pierre : Ça marche! Merci de ton aide Carmen.

Voix OFF : Quelle jolie mélodie! Si romantique! Ce duo promet!! (Petit rire du speaker) Nous
revoilà, toujours sur Radio K-ouette, Nous voulons partager avec toi les meilleurs tubes du
moment. Et il ne reste plus que quelques jours pour que le moment du concours de jeunes
talents commence…

Le son, tout comme avant, se fond avec le bruit d’un réveil et la voix du speaker.

Voix OFF : E t ce sera Vendredi prochain, oui, chers auditeurs! Vendredi prochain enfin! Le tour
du grand concours de nos jeunes talents! Félicitations à tous les finalistes et que le
meilleur gagne!

Scène 12

Une idée

Quelques jours plus tard.


Nicolas et Momo entrent sur scène.

Nicolas : C’est marrant… je n’arrête pas de penser à cette idée de fusionner le classique et le
moderne. Je trouve l’idée intéressante. Et toi, Momo?
Momo : Pierre va être content.
Nicolas : Tu crois j’ai été trop dur avec lui l’autre jour?
Momo : Tu sais moi, je n’aime pas juger les gens. Le jour de l’accident, il a été gentil avec moi…
Mais je dois être franc et, entre nous, Carmen me manque un peu.
Nicolas : Toute cette histoire est idiote… on devrait travailler tous ensemble. Le travail en groupe
enrichit la création. (Le téléphone portable de Nicolas sonne) C’est Carmen! Allô! Ça
va? Oui. Ah bon?... D’accord. A toute à l’heure. Télépathie. Pierre a composé une mélodie
classique. Carmen rappe dessus. Il paraît que ce n’est pas mal.
Momo : Il faudrait l’écouter.
Nicolas : Elle m’a envoyé un courrier électronique avec la chanson. Je vais rentrer à la maison
l’écouter. Tu fais quoi toi? Tu viens?
Momo : J’aimerais bien t’accompagner mais aujourd’hui ma mère fait le couscous. Toute la famille
vient à la maison. Il faut que je sois présent.
Nicolas : D’accord. À ce soir.

Scène 13

Musique classique

La scène reste vide un instant puis Carmen et Pierre entrent sur scène.

Pierre : (Sortant un Cd de son sac à dos) Tiens. C’est un peu de musique classique. De Mozart à
Ravel.
Carmen : Merci. Tu t’es entraîné chez toi?
Nicolas : Oui Madame le professeur!
Carmen : Voyons. On reprend les mouvements classiques (Ils se mettent à danser). Le dos doit
être plus souple. Relâche un peu. Les jambes légèrement fléchies. Voilà. (Pierre suit ses
indications)
Pierre : Comme ça?
Carmen : (Rigole) Le dos souple ne veut pas dire bossu! Le cou et les mains sont très importants.
Comme ça. (Carmen danse en bougeant le cou et les mains) Fais comme moi. (Ils
dansent un moment) C’est mieux. L’attitude! Très importante aussi!

Ils continuent à danser un moment.

Pierre : Et la valse? Tu sais danser la valse?


Carmen : Non…
Pierre : La valse est la danse la plus enivrante du monde! Viens…Donne-moi tes mains. As-tu le
cœur aussi froid que les mains? (Carmen sourit. Il prend les mains de Carmen dans les
siennes) Maintenant, tu me suis… Un, deux, trois, à droite… Un, deux, trois, à gauche...
Voilà (Ils dansent puis soudain s’arrêtent, souriants et se regardent. Silence)
(Musique)

Tu fais danser mon cœur

Tu fais danser mon cœur


tu fais sourire ma bouche,
j’ai des frissons partout
Quand tu me touches.
Je n’ai jamais ressenti
une chose pareille.
Sans toi le monde est petit
Tu es ma joie et mon soleil.
Il n’y a pas de différences,
de frontières dans les cœurs.

Tu es mon âme-sœur,
tu es mon existence.
Carmen : Tu es comme l’air frais,
ou comme la musique.
Sans n’avoir rien fait
à mes yeux tu es unique.
Il n’y a pas de différences,
de frontières dans les cœurs.
Tu es mon âme-sœur,
tu es mon existence.
Les deux : Il n’y a pas de différences,
de frontières dans les cœurs.
Tu es mon âme-sœur,
tu es mon existence.
Ils sortent.
Scène 14

Une faveur

Momo entre sur scène, puis Carmen.

Carmen : Salut Momo! Ça va? Qu’est-ce que tu fais là?


Momo : Nicolas a essayé toute la matinée de te parler. Il faut que tu ailles chez toi tout de suite.
Carmen : Qu’est-ce qu’il se passe? Mon portable n’a pas de batterie.
Momo: Rien de grave. Nicolas doit sortir. Il ne veut pas laisser ta sœur Pascale toute seule.
Carmen : D’accord, je file. Momo rends-moi un service. J’avais rendez-vous avec Pierre ici. Il doit
être sur le point d’arriver. Raconte-lui ce qui se passe. D’accord?
Momo : D’accord.
Carmen : A tout à l’heure.
Momo : A tout à l’heure.

Scène 15

C’est bizarre

Momo reste un instant seul sur scène puis Pierre entre.

Pierre: Salut Momo. Ça va?


Momo: Ça va bien.
Pierre: Tu n’as pas vu Carmen?
Momo: Non.
Pierre : C’est bizarre! Elle est toujours en avance.
Momo : Bon il faut que j’y aille. Elle ne va pas tarder. Salut
Pierre : Salut

Pierre attend un bon moment puis s’en va.

Scène 16

Pardon

Nicolas et Carmen entrent sur scène.

Carmen : J’adore le résultat! Tu es le seul à fusionner les rythmes comme ça!! Pierre s’est bien
débrouillé aussi!
Nicolas : Grâce à toi.
Carmen : Ne crois pas ça. Il est vraiment doué! L’idée de la version hip hop d’ « Au clair de la
lune» est à lui!

Pierre entre sur scène. Quand il voit Nicolas et Carmen, il fait demi-tour pour repartir.

Nicolas : Il est encore fâché?


Carmen : Je ne comprends pas. Pierre! Attends!
Nicolas : Je vous laisse seuls.
Carmen : Qu’est-ce que tu as?
Pierre : Ecoute. Ne forçons pas les choses. Si vous ne voulez pas m’accepter, dites-le clairement!
Carmen : Je ne comprends rien à ce que tu racontes!
Pierre : Quand on ne peut pas venir à un rendez-vous, on téléphone! Hier, je t’ai attendue une demi-
heure!
Carmen : Attends…Tu as vu Momo hier?
Pierre : Oui
Carmen : Et il ne t’a rien dit?
Pierre : Non.
Carmen : J’ai dû rentrer à la maison pour tenir compagnie à ma petite sœur malade.
Pierre : (Après un silence) Tu vois bien… Ils ne veulent pas de moi dans le groupe. Et puis, je suis
fatigué de faire des efforts pour rien.
Carmen : Ce n’est pas vrai. Nicolas a beaucoup aimé ton travail.
Quant à Momo… Je crois savoir... Il est jaloux de toi.
Pierre : (Sourit) Ah bon?
Carmen : (Sourit aussi) oui.
Nicolas : (Rentrant sur scène de nouveau) Pierre, je te demande pardon. J’ai été un peu sec avec
toi…
Pierre : Merci Nicolas. Tu sais, tous ces changements ces derniers mois, cette ville que je ne
connais pas…la solitude…Bref! Des fois, ce n’est pas facile…
Carmen : Bon, on fait la paix! On a beaucoup de pain sur la planche et pas trop de temps !
Nicolas : Il faudrait téléphoner Momo pour une répétition. On va essayer d’introduire quelques
changements.
Carmen : Il y a un petit problème.
Pierre : Lequel?
Carmen : Où on va répéter? L’école ferme à sept heures.
Pierre : Chez toi?
Nicolas : Ce n’est pas possible. Ma petite sœur est malade. Et puis mon père se couche très tôt.
Pierre : Votre appartement est plus grand que le mien.
Nicolas : Oui, mais chez toi, on sera plus tranquilles!
Pierre : D’accord! J’ai deux pizzas dans mon mini frigidaire.
Nicolas : Super! On peut acheter des boissons au supermarché.

Scène 17

Le jour du concours

Le jour du concours est arrivé. Carmen, Pierre et Nicolas sont dans la salle de répétitions. Ils
semblent nerveux.

Carmen : Nicolas, téléphone à Momo encore une fois, s’il te plaît! Je m’inquiète!
Nicolas : Sois tranquille! Il va bientôt arriver.
Pierre : Votre sœur va mieux?
Carmen : Beaucoup mieux. Demain, elle reprend l’école.
Pierre : Et bien moi, ça ne va pas du tout. J’ai le trac! Je vais avoir un malaise.
Nicolas : Décidemment!
Pierre : C’est la première fois que je monte sur scène, face à un public! Je ne me sens pas très en
forme!
Nicolas : Pierre, je t’ai fait confiance!! Prouve-moi que j’ai eu raison! Amuse-toi et le public
s’amusera! C’est facile!
Momo entre sur scène avec un casque à la main.

Momo : Excusez-moi… Je suis un peu en retard…


Nicolas : Inch allah, Momo! C’est un casque que tu portes à la main?
Momo : Non, c’est mon I-pod!!!
Carmen : C’est très bien Momo!
Momo : Bon, on y va?
Pierre : Ecoutez.., Je ne me sens pas capable… J’ai envie de vomir!
Nicolas : Allez! Courage!! Faisons un cercle. (Les quatre se prennent par les épaules en faisant
un cercle) On se calme et on respire profondément. On va compter jusqu’à trois et dire un
“Oui” très fort. D’accord? (Ils le font)
Les 4 : Oui!
Carmen : Viens… (Elle le prend par le bras et l’entraîne)
Nicolas : C’est parti! On y va!! (Tous les 4 quittent la scène)

Scène 18

Les Mozraps

La scène du concours. Un grand rideau couvre le décor antérieur. Sur le rideau, le Logo de la
Radio qui organise la compétition. On entend une voix qui présente:

La voix : Mesdames et messieurs, bienvenue à la troisième compétition de groupes musicaux,


organisée par Radio K-ouette. J’ai le plaisir de vous présenter Carmen, Nicolas,
Momo et Pierre et leur chanson « Le coup classique ». Je vous demande d’applaudir
bien fort « LES MOZRAPS »!

Tout les quatre entrent sur scène et commencent à chanter « Le coup classique ».

Le coup classique

Momo : Tout à coup


le coup,
le coup classique
fusion, fusion élastique
de rythmes frénétiques
sur fonds typiques
de Frédéric
Chopin, Mozart,
fondue bizarre
mélange rare.

Carmen : Au clair de la lune


mon ami Pierrot,
prête-moi ta plume
pour écrire, écrire un mot.

Nicolas : C’est au clair


mon frère
de la lune,
que la fortune
ami Pierrot
nous tient au chaud
pour rire
et pour écrire
un petit mot.

Carmen : Ma chandelle, chandelle est morte


je n’ai plus, plus de feu.
Ouvre-moi la porte
pour l’amour de Dieu.
Ouvre-moi la porte.

Tous : Chopin, Mozart,


fondue bizarre
mélange rare.
Au clair de la lune
mon ami Pierrot,
prête-moi ta plume
pour écrire, écrire un mot.

Pierre met du temps à entrer et les autres le regardent.

Momo : Vas-y mon frère!


Je sais que tu peux.

Nicolas : C’est ma chandelle


elle, la plus belle
lumière telle
qui s’éteint
entre mes mains
de musicien qui n’ont plus peur,
mes frères et sœurs.
Et quel bonheur

Nicolas et Momo : d’être tous ici,


tous réunis!

Carmen et Pierre : Et tout est bien


qui finit bien.

Tous : Chopin, Mozart,


fondue bizarre
mélange rare.
Au clair de la lune
mon ami Pierrot,
prête-moi ta plume
pour écrire, écrire un mot.

Chopin, Mozart,
fondue bizarre
mélange rare.
Au clair de la lune
mon ami Pierrot.
A la prochaine ;
soyez heureux.
Prête-moi

La voix : Et bien voilà. Nous avons écouté nos jeunes talents. Le jury va maintenant délibérer
et nous saurons rapidement qui sont les gagnants du prix spécial Radio K-ouette! A
bientôt!

Nicolas : Je suis très fier de vous, qu’on gagne ou pas… Pierre, vraiment, tu as été surprenant!!
Félicitations!
Pierre : Merci. Mais surtout merci à toi, Carmen. Tu m’as redonné confiance en moi-même.
Carmen : Tu es doué pour la musique. C’est plus facile comme ça.
Momo : Pierre, je voulais te demander pardon. Excuse-moi si je n’ai pas été sympa…
Pierre : C’est déjà fait, Momo. Tu es pardonné… Je comprends.
Carmen : Ah mon Momo! Je n’attendais pas moins de toi! (Elle lui fait un bisou)

La voix : Mesdames et messieurs, le moment le plus attendu est arrivé. Après délibération, le
jury a décidé que le premier prix 2009 de Radio K- ouette est pour : (Tambour)
« Le coup classique » des « MOZRAPS »!

Tous les quatre sautent de joie.

La voix : Félicitations! Mesdames et messieurs, ça a été un plaisir d’être avec vous durant cette
soirée. Nous vous attendons l’année prochaine. Je vous quitte en invitant les gagnants
à chanter de nouveau leur chanson « Le coup classique ». Bonne soirée.

Ils remontent sur scène et chantent « Le coup classique ».

COLABORA CON:
Santa Leonor, 61 • Planta 4ª • 28037 Madrid • Tel. 902 879 906 • 91 111 54 50 • Fax 902 879 907 •
91 111 54 60
www.recursosweb.com • info@recursosweb.com
haz teatring
Educando con el teatro