Vous êtes sur la page 1sur 3

Le contrat de travail

Le contrat de travail est un contrat conclu entre un employeur et un salarié fixant les obligations
de chacun.

I – Les conditions de validité du contrat


Il y en a 3 :
● le consentement doit être exempt de vice
● l'objet et la cause du contrat doivent être licites
● les contractants doivent avoir la capacité juridique
Il y a contrat de travail quand une personne, appelé salarié, s'engage à travailler pour le compte
et sous la direction d'une autre, appelée employeur , moyennant une rémunération.
La forme normale du contrat de travail est le CDI

II – Les effets du contrat de travail


Les parties ont des obligatgions réciproques.

1 – Les obligations de l'employeur


● Fournir au salarié le travail convenu et tous les moyens nécessaires à son exécution
● verser la rémunération à la date et pour le montant convenus
● verser toutes les charges sociales relatives au salaire
● respecter la législation du travail et les conventions collectives qui lui sont applicables

2 – Les obligations du salarié


● Fournir le travail convenu lors de l'acceptation du contrat de travail
● accepter le lien de subordination existant pour tout contrat de travail
● veiller à une utilisation correcte et à la bonne conservation des moyens matériels fournis
par l'employeur pour la réalisation du travail
● respecter le règlement intérieur de l'entreprise
● respecter le secret professionnel et s'abstenir de tout acte de concurrence envers
l'entreprise

III – Les différenst types de contrat de travail

1 – Le contrat à durée indéterminée (CDI)


Définition : Le CDI est conclu sans détermination de durée ; il ne peut se terminer que par une
démission ou un licenciement. Il produit effets dès l'accord des parties, celui-ci pouvant être
verbal, voire tacite, sous réserva des dispositions contenues dans les conventions collectives
Composition : Dans la pratique et conformément à la directive européenne, le CDI se
concrétise par un écrit établi en 2 exemplaires, dans lequel sont mentionnés la fonction, la
qualification, la durée du temps de travail, le lieu, la rémunération et d'autres clauses
spécifiques tellles que la mobilité ou le détachement. Cet écrit sert de preuve en cas de litige.

1
Le CDI peut également mentionner l'existance d'une période d'essai, dont la durée est
conforme aux limites fixées par la convention collective ou les usages.

2 – Le contrat à durée déterminée (CDD)


Définition : Le CDD s'inscrit dans la catégorie des contrat dits précaires. Il a été conçu pour
faire face à des besoins momentanés de main-d'oeuvre et ne peut avoir ni pour objet ni pour
effet de pourvoir durablement un emploi lié à l'activité normale et permanente de l'entreprise.
Le recours au CDD : les cas de recours autorisés sont donc limité au remplacement d'un
salarié absent, à l'accroissement temporaire de l'activité de l'entreprise, à des emplois à
caractère saisonnier, à l'application de dispositifs d'insertion et de formation professionnelle
prévu au titre des politiques de l'emploi.
Les limites du recours au CDD : il est interdit d'y recourir dans certaines situations : le
remplacement de salariés en grève, l'accomplissement de travaux présentant des dangers pour
les salariés. Il eest également interdit de le conclure dans les 6 mois suivant un licenciement
économique ou d'enchaîner des CDD successifs sur un même poste
Composition : le code du travail indique que le CDD doit être établi par écrit et doit comporter
certaines mentions obligatoires :
● le nom et la qualification du salarié remplacé, lorsqu'il s'agit d'un contrat de
remplacement
● si le contrat est à terme précis, la date d'échéance de ce terme
● si le contrat comporte un terme incertain, l'indication de la durée minimale pour laquelle il
est conclu
● la désignation du poste de travail et de l'emploi occupé
● l'intitulé de la convention collective applicable à l'entreprise
● le montant de la rémunération et de ses différentes composantes
● l'indication par l'employeur du motif précis nécessitant le recours à un CDD
Une indemnité compensatrice de précarité de 10% est versée à la fin du contrat.
Durée maximale : (avec renouvellement) elle est de 18 mois. Cette durée peut-être reportée à
24 mois lorsque le contrat est conclu pour être exécuté à l'étranger, ou pour pourvoir un poste
vacant qui doit être supprimé à terme, ou encore faire face à une commande à l'exportation.

3 – Le contrat de travail temporaire (CTT)


Définition : le CTT est conclu entre une entreprise de travail temporaire (agence d'intérim) et
un salarié, qui se voit confier une mission qu'il accomplira dans une entreprise dit utilisatrice
Le statut de l'intérimaire : il est la salarié de l'agence d'intérim. Son contrat est
obligatoirement écrit et doit mentionner, outrre les mentions exigibles à tous contrats de travail,
le motif. Au terme de son contrat, il perçoit pour compenser la précarité de sa situation, une
indemnité de fin de mission.
Limites : une entreprise ne peut recourir à l'intérim que dans le cas prévu dans le recours au
CDD. Elle conclut alors avec l'agence d'intérim un contrat au terme duquel l'entreprise de travail
temporaire met à sa disposition un salarié de façon temporaire.

4 – Les principaux contrats d'aide à l'emploi


Afin d'aider certaines catégories de personnes en recherche d'emploi, l'Etat a mis en place un
certain nombre de contrats, soit pour permettre à des demandeurs d'emploi de suivre une

2
formation, soir pour inciter les entreprises à embaucher. Ces dispositifs sont inclus dans le plan
de cohésion sociale mis en place en 2005. Il s'agit principalement de contrat de
professionnalisation et du contrat nouvelle embauche.
Le contrat de professionnalisation : il est issu de la volonté des partenaires sociaux de
permettre l'accès à la formation et à une qualification professionnelle en associant l'expérience
en entreprise avec des enseignements généraux professionnels et technologiques. Il s'adresse
aux jeunes de 16 à 25 ans pour compléter leur formation initiale et aux demandeurs d'emploi de
26 ans et plus. Les heures de formation font partie des heures de travail. L'employeur bénéficie
d'une exonération de charge sociales.
Le contrat nouvelle embauche : il s'adresse aux entreprises de 20 salariés au plus. Son
objectif est d'aider les TPE à recruter plus facilement. Le CNE est une nouvelle catégorie de
CDI. Durant les 2 premières années, « temps de consolidation de l'emploi », il obéit à des
règles de rupture aménagées. L'employeur n'a pas à mener d'entretien préalable, ni à mpotiver
la rupture.
Ces dispositifs sont complétés par :
● le contrat d'insertion-revenu minimum d'activité (CI-RMA)
● le contrat initiative emploi (CIE)
● le contrat jeune en entreprise (CJE)
● le contrat d'avenir (CA)
● le contrat d'accompagnement dans l'emploi (CAE)
● le contrat d'apprentissage.

Definitions à savoir :
● contrat de travail : contrat conclu entre un employeur et un salarié fixant les obligations
de chacun
● CDD : contrat de travail conclu pour une durée limitée et une tâche précise
● CDI : contrat de travail dont le terme n'est pas fixé
● CTT : contrat de travail conclu entre une entreprise de travail temporaire et un intérimaire
qui travaillera pour une entreprise utilisatrice
● Intérimaire : salarié travaillant dans le cadre d'un CTT
● Règlement intérieur : document élaboré par l'employeur pour fixer les règles
appliquables en matière d'hygiène, de sécurité et de discipline

Vous aimerez peut-être aussi