Vous êtes sur la page 1sur 4

Il y a leasing et leasing.

Le «vrai», où l'on rend l'automobile à la fin du contrat, et le


"détourné", où l'on vient propriétaire du véhicule en fin de course.
Quelque soit votre choix, ce programme permet non seulement de calculer le prix à payer,
mais aussi la limite que votre budget vous autorise.
Au travail!

1. Mais qu'est-ce exactement qu'un leasing?


On estime qu'en Suisse, plus de la moitié des véhicules neufs sont vendus en leasing. Encore
faut-il savoir de quel leasing il s'agit: un «vrai leasing» ou un «leasing détourné»?
• Un «vrai leasing», c’est la location d'un véhicule dont le loyer est fixé en fonction de
la longueur du bail (nombre de mois) et le kilométrage prévisible (nombre de km par
an). C'est d'ailleurs la seule forme légalement autorisée.
• Un «leasing détourné», c’est en fait une location-vente: à la fin du contrat, les clients
rachètent le véhicule loué pendant plusieurs années C’est d’ailleurs la solution adoptée
par 80 à 90% des clients privés.
Mine de rien, le choix a une énorme importance sur le montant des primes à payer.
• Avec le «vrai leasing», les primes mensuelles seront plus avantageuses, mais le
véhicule doit être rendu en fin de contrat.
• Avec le «leasing détourné», les primes mensuelles sont plus élevées, mais
l’automobiliste reste propriétaire en fin de contrat, moyennant la paiement d’une
dernière traite (correspondant souvent à la caution).

1.1 Comment "s'organise" un leasing?


Le leasing est l’affaire de trois partenaires:
• le client (vous), qui désire louer un véhicule;
• le garagiste, qui va vous proposer le véhicule, le vendre à la banque, puis le racheter à
cette dernière en fin de contrat;
• la banque, qui achète le véhicule au garagiste, vous le louer un certain temps, puis le
revendre au garagiste en fin de contrat.
Donc, durant toute la durée du contrat,
• la banque est la propriétaire du véhicule;
• vous êtes le locataire de la banque, mais supportez tous les frais inhérents au véhicule
(entretien, réparations, assurances, etc.);
• le garagiste n'intervient plus.
Mais à la fin du contrat,
• votre bail cesse et vous devez rendre la voiture à la banque;
• le garagiste rachète le véhicule à la banque au prix fixé (valeur résiduelle) au début du
contrat, et s’assure donc que le véhicule est dans un état correspondant à celui de son
âge et de son usure
Variante sur ce dernier point si vous avez contracté un «leasing détourné»: vous rachetez le
véhicule au garagiste à cette même valeur résiduelle.

 1.2 Le leasing est-il une solution vraiment avantageuse et


à quoi faut-il faire attention?
Non pour les personnes qui ont les moyens de payer comptant. Contrairement à ce que
certaines pubs prétendent, l’achat cash reste en effet la solution la meilleure marché, sauf si le
taux d’intérêt du leasing se situe entre 1 et 2%.
En revanche, le leasing peut être intéressant pour une personne qui cherche un moyen de
financement, pour autant que le taux d’intérêt ne soit pas trop élevé – au-delà de 8%, laissez
tomber! – et la valeur résiduelle pas trop basse.
A quoi faut-il faire attention?
D’autre part, il faut se souvenir que:
• En cours de leasing, la banque reste propriétaire du véhicule (voilà pourquoi elle
accordera plus facilement un leasing qu'un petit crédit...), mais c'est vous qui en
supportez tous les frais: impôts, assurances (casco obligatoire), entretien, pneus,
essences, etc.
• Au début du contrat, vous devrez payer une caution (ou garantie), variant entre 1'000
fr. et 10% du prix net selon les banques. Elle vous sera rendue en fin de bail (parfois
avec un petit intérêt), si le véhicule est en ordre.
• Les kilomètres supplémentaires reviennent très, très chers! Si la différence est
vraiment très importante, vous aurez intérêt à racheter le véhicule, puis à le revendre
(il vaudra alors bien plus cher que sa valeur résiduelle). En revanche, si vous n'avez
pas atteint le kilométrage fixé, aucun remboursement n'est à attendre...
• Les résiliations anticipées reviennent, elles aussi très, très chères, surtout en début de
contrat. Et le nouveau droit, récemment adopté par les Chambres fédérales, ne va pas
arranger les choses!
• Les client privés (sauf les indépendants) ne peuvent déduire ni la dette (impôts sur la
fortune), ni les intérêts (impôts sur le revenu), puisqu'il s'agit d'une location.
• Contrairement au petit crédit, la plupart des banques ne proposent pas une assurance
permettant de suspendre ou de cesser de payer les primes en cas d’accident ou de
maladie pour un contrat de leasing.
1.3 Comment calcule-t-on le prix d'un leasing
Pour calculer le prix d’un leasing, il faut d’abord poser l’équation de base:

Prix net - valeur résiduelle = somme à amortir


• Le prix net, c’est le prix catalogue dont il faudra soustraire le rabais que le
garagiste consent au client (si c'est lui qui négocie) ou à la banque. Ce
dernier se situe généralement entre 7 et 10%, rarement au-dessous de 6%
ou au-dessus de 12% (sauf si le client privé bénéficie - par exemple parce
qu'il fait partie d'une entreprise - d'un rabais de flotte).

Exemple: avec un prix catalogue de 20'000 fr. et un rabais moyen de 8%,


le prix net sera de 20'000 - 8% =18'200 fr.
• La valeur résiduelle, c’est-à-dire le prix que le garagiste est prêt à mettre
en fin de contrat pour racheter le véhicule à la banque. Elle est très difficile
à estimer, car elle dépend non seulement de l'âge du véhicule (entre un et
cinq ans selon la durée du leasing) et du kilométrage fixé (généralement
entre 10’000 et 25'000 km par an), mais aussi de la réputation de la
marque du véhicule, de l'actualité du modèle convoité (va-t-il
prochainement être remplacé par un autre modèle?), etc. La valeur
résiduelle se calcule en général en pourcentage par rapport au prix
catalogue.

Exemple: selon l'Eurotax bleu, une VW Golf 1.6i ABS (3 portes), achetée
23’060 fr. (prix catalogue) en 1997, valait 10’300 fr. en mars 2001 (avec
62’400 km au compteur), soit 44,6% de sa valeur initiale.
• La somme à amortir s'obtient en soustrayant la valeur résiduelle du prix
net.

Exemple: pour un leasing de la VW Golf citée dans l’exemple précédent,


pour laquelle le client aurait obtenu un rabais de 8%. Prix net:
23’060 FR – 8% = 21 215 fr. Somme à amortir: 21 215 fr. – 10’300 fr.
(valeur résiduelle), soit 10’915 fr.

Intérêts
Il faut ensuite calculer le montant des primes en fonction des intérêts pratiqués par la banque
(aujourd'hui entre 6 % et 8%, hors promotion exceptionnelle). La «méthode des annuités» est
assez compliquée. La «méthode 78» est plus simple et presque similaire: on multiplie le prix
net par le taux d'intérêt, puis par deux.

Exemple pour cette même VW Golf avec un taux d’intérêt de 7%: 10’915 fr. * 7% * 2 =
1528 fr.

Primes à payer
Pour obtenir le prix du leasing, on additionne l'amortissement et la somme due pour les
intérêts, auxquels on ajoute la TVA (7,6%).

Exemple pour cette même VW Golf: 10’915 fr. + 1528 fr. = 12553 fr. + 7,6% = 13’389 fr.
Puis, pour obtenir le loyer mensuel, on divise ce résultat par le nombre de mois que va durer
le leasing:
Exemple pour cette même VW Golf: 13’389 : 48 = 279 fr.

Vous aimerez peut-être aussi