Vous êtes sur la page 1sur 9

Chapitre 1 : La préhistoire

Sommaire du cours

Chapitre 1
La préhistoire

Dernière mise à jour le 29 octobre 2009

0 – Introduction

1 – Des origines à la révolution néolithique


A – Des hominidés à l’Homo sapiens
B – La capacité de survie de l’homo sapiens
C – Le Pléistocène, dernière ère glacière
D – La domestication du feu

2 – L’Holocène et la révolution néolithique


A – L’Holocène
B – Passage du nomadisme à la sédentarisation
C – Le néolithique, archétype d’une révolution industrielle

3 – Résumé

1
www.economie-cours.fr
Chapitre 1 : La préhistoire
Sommaire du cours

0 – Introduction

On appelle habituellement « préhistoire », la période qui commence avec l’apparition


de l’homme et se termine avec l’invention de l’écriture, soit aux alentours de -3500 à
-3200 avant notre ère.

Ces deux dates sont problématiques :

• Le début de la préhistoire : il est aujourd’hui admis que l’apparition de


l’homme est le fruit d’une évolution. Les recherches archéologiques ont
montré que les premiers hominidés 1 sont apparus il y a environ 7 millions
d’années (voir le schéma approximatif de la lignée humaine), mais que seules
certaines branches d’hominidés ont évolué vers le genre « Homo », puis une
seule vers le genre « Homo Sapiens », lequel est l’ancêtre direct de tous les
hommes modernes. Certains historiens font cependant remonter la préhistoire
seulement à la date approximative à partir de laquelle certaines espèces
d’hominidés sont devenues bipèdes (soit il y a environ 3 millions d’années).

• La fin de la préhistoire : si la préhistoire s’achève avec les débuts de


l’écriture, la question se complique du fait que toutes les civilisations n’ont pas
découvert l’écriture en même temps. Il y a donc eu une période intermédiaire
baptisée « protohistoire », durant laquelle des civilisations ont coexisté,
certaines maîtrisant l’écriture et d’autres ne la maîtrisant pas. Pour simplifier,
nous retiendrons ici la date de – 3 500 avant J.-C. pour l’invention de l’écriture
et la fin de la préhistoire

1 – Des origines à la révolution Néolithique

A – Des hominidés à l’Homo sapiens

Dans l’état actuel des connaissances, la « lignée humaine » remonte aux premiers
hominidés (voir schéma ci-après).

TOUMAÏ est actuellement le premier hominidé connu. Découvert au TCHAD il est


daté entre 6,8 et 7,2 millions d'années. Un article publié en février 2008 dans une
revue scientifique américaine a fixé cette fourchette en s'appuyant sur une méthode
expérimentale et nouvelle de datation. Le crâne de TOUMAÏ avait été découvert en
2001 et avait donné un « coup de jeune » à LUCY, considérée de 1974 à 2001
comme l'ancêtre de l'humanité (3,2 millions d'années).

Le genre « Homo » (soit, « homme » qui, en latin, désigne les humains et les
espèces qui leur sont proches) apparaît avant le début du pléistocène (dernière ère
glacière), il y a environ 3 millions d’annéess. Elle date donc d’avant le pléistocène
(voir le schéma ci-après). Durant l’ère du pléistocène plusieurs espèces coexistent

1
Les hominidés sont une famille d’espèce qui regroupe les descendants communs des hommes et
des singes.

2
www.economie-cours.fr
Chapitre 1 : La préhistoire
Sommaire du cours

puis disparaissent. Seul le type Homo sapiens (du latin « homme pensant »), dont
descend directement l’homme contemporain, parvient à survivre 2.

B – La capacité de survie de l’Homo Sapiens

La capacité de survie de l’homo sapiens vient de la combinaison de son aptitude à


tenir debout, ce qui lui a permis d’utiliser ses mains conjointement au développement
de son cerveau. Il s’en est suivi la création des outils et des armes : d’abord en pierre
sommaire, puis taillée et polie, puis en bronze et finalement en fer.

C – Le Pléistocène, dernière ère glacière

Le Pléistocène est la dernière époque glacière de l’humanité. Il a débuté il y a


environ 1,8 millions d’années, alors que les premiers « homos » ancêtres homos
sapiens existaient déjà, et s’est terminé il y a environ 12 000 ans, avec la période de
réchauffement, appelée « holocène », qui coïncide avec la révolution néolithique (fin
du paléolithique, début du néolithique).

Pour bien situer cette période, on peut rappeler que les continents sont quasiment à
leurs positions actuelles depuis le début du pléistocène. Selon les spécialistes de
géologie, leurs positions relatives (la « dérive des continents ») ne se sont modifiées
que de moins de 100 km depuis le début du Pléistocène. La terre, telle qu’elle
apparaît aujourd’hui vue de l’espace, est donc pratiquement identique à la façon dont
on pouvait la voir il y a 1,8 millions d’années.

La glaciation de la période pléistocène a eu des conséquences majeures sur la


faune, la flore et la vie en général. De nombreux mammifères ont disparu, les plus
connus étant les mammouths.

2
On sait par exemple que la variété « homme de Neandertal » s’est éteinte vers – 30 000 en
Espagne. Selon une dépêche de l’AFP en date du 12/02/2009, un groupe de généticiens et
d'anthropologues européens et américains ont achevé une ébauche du séquençage du génome de
l'homme de Neandertal, lequel est considéré comme le plus proche ancêtre de l'humain moderne. Si
ces travaux aboutissent, ils devraient apporter un éclairage sur l'évolution de cet hominidé, éteint il y a
environ 30 000 ans, et celle de l'humain d'aujourd'hui. Ces scientifiques, qui travaillent à l'Institut Max
PLANCK en Allemagne, ainsi que dans la firme « 454 Life Sciences Corp, » , filiale du groupe suisse
Roche basée aux Etats-Unis, ont séquencé plus de trois milliards de paires de base d'ADN extraits de
trois fossiles de Neandertal grâce à une nouvelle technique spécialement élaborée pour ce projet. Le
résultat en est l'obtention de 60 % du génome entier de l'homme de Neandertal.

3
www.economie-cours.fr
Chapitre 1 : La préhistoire
Sommaire du cours

Schéma approximatif de la lignée humaine


(Selon l’état actuel des connaissances)
L’échelle représente les années

Source : d’après diverses informations recueillies dans Wikipédia

D – La domestication du feu

Parallèlement, la domestication du feu par l’homme a marqué un tournant dans la


Préhistoire, l'être humain se distinguant alors des autres espèces animales. Bien que
les dates d’apparition de l’utilisation et de la domestication du feu soient discutées, et
bien qu’il faille faire la différence entre « utiliser le feu » et « domestiquer le feu »
(obtenir du feu à volonté, par une technique maîtrisée), on retiendra ici que le
processus d’utilisation et de domestication progressive du feu par le genre « Homo »,
puis l’Homo sapiens et l’homme moderne, a commencé il y a environ 400 000 ans,
peut-être même bien avant (on trouve parfois mention de dates beaucoup plus
ancienne, telles que 700 000 ans avant notre ère). Ce qui nous intéresse ici, c’est
que cette « innovation » a été déterminante : elle a sans aucun doute contribué au
développement de l’espèce humaine et à l’évitement de son extinction.

4
www.economie-cours.fr
Chapitre 1 : La préhistoire
Sommaire du cours

La maîtrise du feu a inspiré de nombreux mythes, dont celui de PROMETHEE 3.


L’importance du feu pour les groupes préhistoriques a été mise en évidence par le
film célèbre de Jean-Jacques ANNAUD, la Guerre du feu 4, tiré du roman de J.-H.
ROSNY 5 paru en 1911.

2 – L’Holocène et la révolution néolithique

A – L’Holocène

Il y a environ 10 000 à 12 000 ans, s’est produit un changement climatique, un


« réchauffement », qui a provoqué le passage du nomadisme à la sédentarisation. Il
s’agit du passage du Pléistocène à l’Holocène, ère de réchauffement qui dure
encore aujourd’hui. L’Holocène a très certainement et amplifiée par la révolution
industrielle entamée il y a deux siècles, provoquant le réchauffement climatique
« artificiel » dont nous connaissons aujourd’hui les conséquences dramatiques :
fonte des pôles et augmentation corrélative du niveau des mers, cyclones et raz-de
marée, désertification accélérée et pénuries d’eau potable 6.

3
D’après la mythologie grecque, PROMETHEE (en grec ancien Promêtheús = « le Prévoyant ») est
un Titan qui a créé les hommes à partir d'une motte d'argile et qui, bravant l'opposition de ZEUS, leur
a enseigné la métallurgie et d'autres arts. PROMETHEE leur donna aussi le feu, ce qui suscita la
colère de ZEUS. Celui-ci, par vengeance, le fit enchaîner sur le mont Caucase pour y avoir chaque
jour le foie dévoré par un aigle. HERACLES le délivra au cours de ses douze travaux mais, pour ne
pas déroger au serment de ZEUS qui avait juré que le Titan resterait à jamais enchaîné au Caucase,
PROMETHEE dut porter durant toute sa vie une bague de fer provenant de ses chaînes, accolée à un
morceau de pierre du Caucase. Source : Wikipédia.
4
Film de 1981, voir le résumé du film : http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Guerre_du_feu_(film)
5
Pseudonyme commun des frères Joseph Henri Honoré BOEX (1856 - 1940) et Séraphin Justin
François BOEX (1859 - 1948). Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/J.-H._Rosny
6
Ce réchauffement artificiel n’a pas que des conséquences négatives. Il offre également des
perspectives de développement économique des zones polaires comme l’ouverture de voies
maritimes nouvelles et plus rapides. L’eau provenant de la fonte des glaces pourrait aussi
éventuellement compenser les pertes en eau potable liées à la désertification et à la pollution.

5
www.economie-cours.fr
Chapitre 1 : La préhistoire
Sommaire du cours

B – Passage du nomadisme à la sédentarisation

Le changement climatique inauguré par l’Holocène coïncide grossièrement avec la


fin de la période Paléolithique 7 et le début de la phase Mésolithique et surtout
Néolithique (du grec néo = nouvelle et lithos = pierre) qui commence il y a environ 9
000 ans avant J.-C., pour ce qui est du Proche-Orient.

Dès le Mésolithique, les historiens ont relevé des changements de comportements


économiques et sociaux liés au réchauffement climatique postglaciaire. En effet, le
réchauffement a entraîné des changements environnementaux :

• augmentation des surfaces de forêts


• raréfaction des grands herbivores migrateurs tels que le renne, ce qui rend la
chasse moins facile.

Pourtant, ce n’est pas encore le passage à un mode de vie sédentaire. Les groupes
humains conservent le mode de vie nomade qui était le leur à la période glacière.
Mais le nomadisme se fait sur des zones plus restreintes. On voit apparaître aussi
des échanges économiques entre groupes de nomades, ainsi que des mariages
entre ces groupes (on parle d’exogamie pour définir le mariage comme une relation
d’échange entre groupes).

C’est à cette époque que les groupes humains se dotent d’une économie de
production fondée sur l’agriculture et l’élevage, et impliquant dans la majorité des
cas, une sédentarisation. Les principales innovations techniques sont la
généralisation de l'outillage en pierre polie et de la poterie en céramique.

C’est ainsi au Proche-Orient que vont apparaître les grandes civilisations de


l’antiquité.

C – Le néolithique, archétype d’une révolution industrielle

Selon l’historien-économiste Douglass NORTH 8, prix Nobel d’économie 1993, le


néolithique est l’archétype d’une révolution industrielle. Il faut relativiser et souligner
que le néolithique est un phénomène progressif, survenu à des dates différentes
selon les régions. Mais, selon Douglass NORTH, c’est la modification du climat qui
serait à l’origine de la première révolution industrielle qui se développe à partir de
la zone dite du « croissant fertile », entre les deux fleuves Tigre et Euphrate, en

7
Le Paléolithique est la première et plus longue période de la Préhistoire. Cette période commence
avec l’apparition de l’Homme, il y a environ 3 millions d'années et s'achève vers 12 000 ans avant le
présent. Le Paléolithique est donc contemporain de la période géologique du Pléistocène. Il est lui-
même subdivisé en trois grandes périodes, correspondant à une évolution culturelle et
technologique : le Paléolithique inférieur, le Paléolithique moyen et le Paléolithique supérieur. Le
paléolithique supérieur est la période qui est caractérisée par l’arrivée de l’Homme moderne en
Europe, le développement de nouvelles techniques (lames, industrie osseuse, propulseur, etc.) et
l'explosion de l'art préhistorique. Il se situe entre 35 000 et 10 000 ans avant notre ère et correspond à
la fin de la dernière période glaciaire. Le Mésolithique est la période relativement courte, qui succède
au Paléolithique supérieur et précède le Néolithique. Voir Wikipédia pour un article détaillé.
8
Douglass NORTH, 1981. Structure and Change in Economic History, W. W. Norton, chapitre 7: “The
first Economic revolution” et chapitre 8 : “The Consequences of the First Economic Revolution”.

6
www.economie-cours.fr
Chapitre 1 : La préhistoire
Sommaire du cours

Mésopotamie (voir carte ci-après). Un déséquilibre entre le nombre des hommes et


la quantité de ressources en résulte.

C’est ce déséquilibre qui est à l’origine des premiers progrès techniques décisifs
de l’histoire de l’humanité. Poussés par la nécessité, les hommes se mettent alors à
cultiver la terre pour assurer le complément de ressources nécessaires à la survie.

Il s’ensuit de nombreuses innovations qui témoignent du passage de la préhistoire à


l’antiquité et aux premières grandes civilisations : l’écriture, l’irrigation, la traction
animale, puis la roue et le travail des métaux comme le cuivre, l’étain, le bronze et
le fer, ainsi que la monnaie.

Le « croissant fertile », centre de la révolution néolithique

Source: Wikipedia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Image:Croissant_fertile_carte.png

On peut se demander pourquoi l’agriculture, plutôt que la chasse, la cueillette et la


pêche, a entraîné la formation des premiers systèmes de propriété privée. La
réponse est donnée par Douglass NORTH : c’est le rôle différent joué par
l’innovation dans les deux cas. NORTH insiste sur le fait que des systèmes de
propriété collective ont pu exister avant le néolithique, pour protéger des territoires
entiers. Mais ce qu’il faut bien noter ici, c’est que dans le cas de la chasse, de la

7
www.economie-cours.fr
Chapitre 1 : La préhistoire
Sommaire du cours

cueillette et de la pêche, toute innovation technique ne peut qu’aggraver la


raréfaction des ressources dans un contexte climatique défavorable. Il n’y a de ce fait
aucune incitation ni à innover individuellement, ni à s’approprier privativement la
ressource, d’autant que celle-ci ne peut être « enclose » qu’à un coût radicalement
prohibitif pour des groupes ne disposant d’aucun surplus. Inversement, dans le cas
de l’agriculture, toute innovation est source de productivité et augmente le surplus.
En outre, il est plus facile de surveiller un lopin de terre qu’un territoire de chasse.
Enfin, si une terre rapporte, c’est une incitation à vouloir la posséder privativement
pour en exclure les autres.

Pour résumer on a donc un changement climatique qui provoque une rupture dans
l’équilibre entre hommes et ressources du fait de la raréfaction du gibier. Il s’ensuit
une « pression démographique » non par l’augmentation des hommes, mais par la
diminution des ressources. Ceci oblige à innover pour survivre et c’est la naissance
de l’agriculture. Avec l’agriculture apparaît la notion de surplus.

Le surplus engendré permet la division du travail et cette dernière favorise de


nouvelles innovations : monnaie, écriture, architecture et, sur le plan institutionnel,
naissance de la propriété privé.

8
www.economie-cours.fr
Chapitre 1 : La préhistoire
Sommaire du cours

3 – Résumé

La Préhistoire commence avec les premiers hominidés, soit il y a environ 7 millions


d’année, ou en tous les cas, il y a 3 millions d’années, avec les diverses espèces
Homo dont est issu l’Homo Sapiens. Grâce à la possibilité de se mouvoir sur deux
membres, l’Homo sapiens peut à l’aide de ses deux mains et d’un cerveau
particulièrement perfectionné, commencer à vivre en groupe, fabriquer des outils
et des armes sommaires, chasser et cueillir ses aliments. Il vit de façon nomade et
commence progressivement, à maîtriser l’utilisation du feu. Il survit à la dernière
période glacière et s’impose comme représentant de l’espèce humaine à l’aube de
l’holocène, période de réchauffement climatique qui commence il y a environ 12 000
ans. Ce réchauffement climatique (entamé dès 60 000 ans avant le présent) va
pousser les hommes hors de l’Afrique, vers l’Europe, devenue progressivement
moins froide, mais surtout le Proche-Orient, où va se développer la première grande
civilisation du pourtour méditerranéenne : la civilisation mésopotamienne, entre le
Tigre et l’Euphrate, dans la zone dite du croissant fertile. C’est vers cette période
que les hommes deviennent sédentaires et où l’agriculture prend son essor. La
propriété privée se développe. La préhistoire se termine sur plusieurs autres grands
progrès techniques et économiques, qui seront évoqués dans le chapitre suivant,
comme l’invention de l’écriture, de la roue et de la monnaie.

9
www.economie-cours.fr