Vous êtes sur la page 1sur 104
profil maths profil maths
profil maths
profil maths
profil maths profil maths 1S r e maths repères Nouveau programme 1. 1. Les nombres Les
profil maths profil maths 1S r e maths repères Nouveau programme 1. 1. Les nombres Les

1S

re

mathsrepères

Nouveau

programme

profil maths profil maths 1S r e maths repères Nouveau programme 1. 1. Les nombres Les
1. 1. Les nombres Les nombres
1. 1.
Les nombres
Les nombres

2222222 2 22

profil maths profil maths
profil maths
profil maths
profil maths profil maths 1S r e maths repères Nouveau programme Fabienne Bruneau professeur à l’Externat
profil maths profil maths 1S r e maths repères Nouveau programme Fabienne Bruneau professeur à l’Externat

1S

re

mathsrepères

Nouveau

programme

Fabienne Bruneau

professeur à l’Externat des Enfants Nantais de Nantes (44)

Maxime Cocault

professeur au lycée René-Descartes de Rennes (35)

Agnès Choquer-Raoult

professeur au lycée Léopold-Sédar-Senghor de Magnanville (78)

Boris Hanouch

professeur au lycée Condorcet de Limay (78)

Thierry Joffrédo

professeur détaché au Rectorat de Rennes auprès du département de développement des usages des TICE (35)

Rennes auprès du département de développement des usages des TICE (35) 1. 1. Les nombres Les
1. 1. Les nombres Les nombres
1. 1.
Les nombres
Les nombres

2222222 2 22

Erratum

Voici quelques erreurs remarquées sur la première édition du manuel élève. Ces erreurs ont été corrigées dans les éditions suivantes. Il est donc très probable que vos élèves possèdent une version corrigée.

Page où se trouve l’erreur Version corrigée (le rouge indique ce qui a été modifié)
Page où se trouve l’erreur
Version corrigée
(le rouge indique ce qui a été modifié)
p.
25, exercice résolu 3, dernière ligne
Pour tout x ! [10 ; 20]
p.
38, exercice 86.
3.
I = [– 6 ; + 3] ; 4. I = @– 3 ; – 6@.
p.
40, exercice 102., 8.
1
Montrer que x  R, f ( x ) +
x –
3
=
.
f x
(
) +
x
+
3
p.
41, exercice 103., 7.
m @0 ; 16, x
;
x 2  R, x
=
– x
,
z
(x )
= z
(x )
=
m
.
1
2
1
1
2
p.
46
 désigne la courbe  f .
p.
110, exercice 9. b.
n
– 1
/
et
¢
=
=
(R¢ i ).
n
i
= 0
p.
113, exercice résolu 1, 1. et 2.
Les 6 dernières lignes du 2. sont les 6 dernières lignes du 1.
p.
114, exercice résolu 3, 1.
(u )
est une suite arithmétique donc pour tout n et p entiers, on a
n
u
=
u
+
(n
p)r . D’où u 32 = …
n
p
p.
120
8.
Dans l’algorithme : A + 2 → A
9.
Dans l’énoncé : … et u
0 . À l’aide d’un tableur, on calcule
0 =
les premiers termes. On a :
p.
137, exercice 138.
25
1
3
21
2.
b. u
( 3 ) n
+
n
n =
4
2
4
p.
140, dans la deuxième AIDE
dans la plage C2:C1000…
p.
148, paragraphe 1.2
k
/
2
n
(
x
– x
)
i
i
i = 1
V
=
k
/
n
i
i = 1
p.
175 ; 7.
12 895
6 450 124
y =
85x
21
p.
195, exercice 13.
Alors on a toujours p (X G 3) H p (X H 4) .
p.
208, exercice 85.
Dans l’énoncé, 5 e puce : 18 foyers ont souscrits…
p.
229
Dans les arbres de probabilité, lire n + 1 au lieu de n.
p.
241, exercice 8. C. a.
0,268.
p.
255, exercice 99. 3. a. et b. et exercice 100. 3. a. et b.
Lire : le plus petit entier a tel que…
p.
286, exercice 24.
d. 0
p.
287
r
r
Exercice 29. c.
$
+
2 k
r
, k
!
.
,
$
+ 2 r
l
,
l
!
2
2
r
5r
Exercice 30. d.
B
– r ;
8,
E
; rE (crochet fermant après r .)
6
6
Exercice 37. d. 4 crochets fermants.
p.
290, exercice 69.
(
4
n
+
1
)
r
n
Le dernier réel est à remplacer par :
;
r .
2
2
p.
314, exercice 3.
Le point C appartient au segment [AB].
p.
321, Entraînez-vous exercice 3.,
3
AF
=
AB
3 2 BC
.
deuxième ligne
2
2
© Hachette livre, 2011
Repères 1 re , Livre du professeur

Sommaire

Erratum

2

Chapitre 1

Les fonctions de référence

4

Chapitre 2

Dérivation

12

Chapitre 3

Les suites

28

Chapitre 4

Statistiques

37

Chapitre 5

Probabilités

44

Chapitre 6

Modélisation et échantillonnage

56

Chapitre 7

Trigonométrie

62

Chapitre 8

Géométrie plane

70

Chapitre 9

Produit scalaire et applications

87

Couverture et maquette intérieure : Nicolas Piroux Composition et schémas : APS-Chromostyle

© Hachette livre, 2011

3
3

Repères 1 re , Livre du professeur

Les fonctions de référence1
Les fonctions de référence1

Programme officiel

Contenus

Capacités attendues

 

Commentaires

Second degré Forme canonique d’une fonction polynôme de degré deux. Équation du second degré, discriminant. Signe du trinôme.

Déterminer et utiliser la forme la plus adéquate d’une fonction polynôme de degré deux en vue de la résolution d’un problème :

développée, factorisée, canonique.

On fait le lien avec les représentations graphiques étudiées en classe de seconde.

Des activités algorithmiques doivent être réalisées dans ce cadre.

Étude de fonctions Fonctions de référence

Connaître les variations de ces deux fonctions et leur repésentation graphique.

Aucune technicité dans l’utilisation de la valeur absolue n’est attendue.

x

7

x 7 x et x 7

x et x

7

x

.

Démontrer que la fonction racine carrée est croissante sur 60 ; + 36. Justifier les positions relatives des courbes représentatives des fonctions

 

x

7

x ,

x

7

x 2

et x

7

x .
x .

Sens de variation des fonctions u + k , mu , u et 1 u , la fonction u étant

connue, k étant une fonction constante et m un réel.

u + k , m u , u et 1 u , la fonction u étant

Exploiter ces propriétés pour déterminer le

On nourrit la diversité des raisonnements travaillés dans les classes précédentes en montrant à l’aide de contre-exemples qu’on ne peut pas énoncer de règle générale donnant le sens de variation de la somme ou du produit de deux fonctions.

sens de variation de fonctions simples.

 
 

L’étude générale de la composée de deux fonctions est hors programme.

Découverte (p. 8-9)

1. Garder la forme

On se donne quatre paraboles passant par A(0 : 1) et dont on

donne des expressions de fonctions associées. Il s’agit de faire les bonnes associations.

Il est clair que f 1 , f 2 , f 3 et f 4 sont des fonctions de degré 2. Néan- moins, pour tout xd , on a :

f

1

(

x

(

f

2

f

3

f

4

(

(

x

x

x

) =

2

9

) =

x

) =

) =

1

x

2

_

b

b

b

b

` Donc toutes les courbes passant par le

b

b

b

b

2

x

3

2

2

+

2

3

x

9

2

+

1

x

+

1

2

x

2

– 4 x

+

x

1

+

1

a

point A(0 ; 1).

De ces « formes canoniques », dont nos chères têtes blondes ne connaissent pas nécessairement l’appellation, on en tire que f 1 admet un maximum qui vaut 3, atteint en – 2 ;

1

f 2 admet un minimum qui vaut 2 , atteint en –

f 3 admet un maximum qui vaut 35 , atteint en

8

3

2

3 ;

2

;

f 4 admet un minimum qui vaut – 3, atteint en 2 ; la condition se faisant sur le signe du coefficient de degré 2. Au final :

f 2 est à associer à f f 1 est à associer à h

Du point de vue algébrique, on note que, lorsque f i (x), pour id"1, 234, , , est sous la forme d’une différence de deux carrés, f i (x) se factorise d’une façon qui permet de justifier

l’intersection de sa courbe associée et de l’axe des abscisses. C’est le cas pour f 1 ; f 3 et f 4 .

alors l’équation f 3 (x)

f 3 est à associer à k f 4 est à associer à

g

Dans le cas de f 2 , si f (x)

2

= a (x x )(x x )

1

2

admet deux solutions, éventuellement confondues, sauf que :

© Hachette livre, 2011

4
4

Repères 1 re , Livre du professeur

Livre du professeur Chap. 1 Les fonctions de références  x d  , f
Livre du professeur Chap. 1 Les fonctions de références  x d  , f
Livre du professeur Chap. 1 Les fonctions de références  x d  , f

Livre du professeur

Chap. 1 Les fonctions de références

xd, f (x) H

2

2 1 2 0 . Il est donc absurde de supposer une telle

factorisation car elle amènerait à une contradiction.

2. Prendre racine et rester dynamique

Ces triangles ont en commun leurs angles, ils sont donc semblables et leurs côtés homologues sont proportionnels (pour le voir on peut, à une isométrie près, « superposer » des angles analogues, une configuration de Thalès y apparaît naturellement). On obtient donc, par proportionnalité, h # h = a # b d’où

h =

a # b .
a # b .

Dans l’activité qui suit ce résultat préliminaire, le point M a pour

coordonnées (b ; « y = x ».

b). Son lieu est donc la courbe d’équation

y = x ». b ). Son lieu est donc la courbe d’équation 3. Soif d’absolu
y = x ». b ). Son lieu est donc la courbe d’équation 3. Soif d’absolu

3. Soif d’absolu

Ce programme permet non seulement d’introduire une

nouvelle fonction, mais avant tout une nouvelle définition, celle de la fonction « valeur absolue » :

soit xd ,

x

= '

x

si

x

x H

si

0

x 1

0.

donc, par exemple

,

2 8

=

2 , 8 ;

– 4 75

,

=

(

4 75

,

)

=

4 75

,

.

+

1

H

Logique et notations (p. 18)

2

+

2x – 3

=

(x

+

1)

2

– 4 .

3

2 = 5 .

M .

xd .

xd@3 ; 16 , @5 ; + 36.

Pour tout x réel, x x réel, x

2. a.
2.
a.

b. Il existe x réel différent de 2 tel que x

c. Quel que soit f un nombre strictement positif, il existe au

moins un x réel tel que 1 x 1 f .

d. Il existe au moins M réel, tel que, pour tout xd63 ; + 36

on a – 2x

b.

c.

d. xd ou xd@1 ; 96.

xd ou xd.

2 +

6x

Raisonnement mathématique (p. 19 à 21)

À vous de jouer, page 19

À vous de jouer, page 21 2 f (x) = – 2 ((x – 2)
À vous de jouer, page 21
2
f (x)
=
– 2 ((x – 2)
– 7)
;
g (x)
= – 7(x
2 – 2)
;
2
h (x)
=
– 3((x
+
1)
– 9) .
2.
L’équation f (x)
=
g (x)
admet au moins une solution, quelle
m
que soit la valeur de m. En particulier, les solutions (éventuelle-
ment confondues) sont m (1 + 2 ) et m (– 1 + 2 )

certains verront mieux les solutions avec la forme canonique

qu’avec l’algorithme du discriminant, un peu comme pour les

5 Soit a, b d;– + 3; tels que a 1 b. 2 ; 2
5
Soit a, b
d;–
+ 3; tels que a 1 b.
2 ;
2
(
a
b
)
f(a) – f(b) =
2a + 5 –
2b + 5
=
.
2
a +
5
+
2
b +
5
Donc f (a) – f (b)1 0,

d;– + 3;, (a 1 b & f (a) 1 f (b)) .

5

2

;

;

5

2

;

+ 3;.

donc : a, b

soit f est croissante sur l’intervalle

2.
2.
et 3.
et
3.

Tout à fait identiques.

2

solutions dans de l’équation x – (2 cos 0) x

 

+

1

=

0 .

Exercices (p. 28)

 
   

1. à 41. Ces exercices sont corrigés dans le manuel.

 
10 – 6
10 – 6

2

;

4. 10 ( x +

9

)( x

 

3

)

 

3. (x a )(x b ) avec a =

5

2

.

1. Trinômes – Équations

42. 1. (x – 4)(x + 2) ;

3.

10 + 6
10 + 6

2

;

1

12

(2

+ 1

x

)(

3

)(21. ( x – 4)( x + 2) ; 3. 10 + 6 2 ; 1

)

x

+ 1

4. (5

2x) (2x

+

3)

47. Cet exercice est corrigé dans le manuel.

48. 1. Si le produit ac est négatif stricte- ment alors il existe deux réels a et b , distincts, tels que T(a ) = T(b ) = 0.

2. Supposons ac 1 0 alors – 4ac 2 0

2 0 , pour tout réel b

et donc b – 4ac

donné, donc le discriminant T du trinôme

admet exactement

deux racines distinctes. Notons les a et

b =

2. (x + 7)(x + 11) ;

11) 2 .

x

4

3 )
3
)

;

.

pas factorisable ; 4. (x

+

45. 1. 6x (2x –1) ;

3.

2. (7x – 4) 2 ;

+

43. 1. (x – 2)(x + 5) ; 5 + 7 2. (x – a
43. 1. (x – 2)(x + 5) ;
5 + 7
2. (x – a ) (x – b )
5 – 7
avec a =
; b =
;
2
2
3.
– (x – 4)(3x + 2) ;
4.
(5x – 1) (6x + 5) .

44. 1. (x

2.

4)(3x + 2) ; 4. (5x – 1) (6x + 5) . 44. 1. ( x

3)(x +

; 4. (5x – 1) (6x + 5) . 44. 1. ( x – 2. 3)(

3) ;

1

(x z ) ( x z ) ( avec z =

4. (x

46. 1.

2

5

2

3

x (

x)

3 – 2

.

2 3 – 1 2 2 – ) 4 3 )( x 5
2
3
1
2
2
– )
4 3 )( x
5

;

2. 4(x a )(x b )

, b =

;

2 3 – 1
2
3 – 1

2

T(x)

=

ax

2

+

bx

+

c

avec a = – 1 + 5 ) ; 1 3. – ( x +
avec a = –
1 +
5
) ;
1
3. –
( x
+
2
3

; b et nous avons les deux réels demandés.

3. La réciproque est bien évidemment

fausse. Exemple : T(x)

=

5x

2

+

11x

+

5 .

© Hachette livre, 2011

5

fausse. Exemple : T ( x ) = 5 x 2 + 11 x + 5

Repères 1 re , Livre du professeur

Livre du professeur Chap. 1 Les fonctions de références 49. 1. m ! 1. 2.
Livre du professeur Chap. 1 Les fonctions de références 49. 1. m ! 1. 2.
Livre du professeur Chap. 1 Les fonctions de références 49. 1. m ! 1. 2.

Livre du professeur

Chap. 1 Les fonctions de références

49. 1. m ! 1. 2. On calcule T son discriminant. T= 4(5m – 1).

a. Une unique solution si, et seulement si, 5m – 1 = 0 ;

b. Deux solutions distinctes si, et seule-

ment si, 5m – 1 2 0.

50. 1.

pas d’une équation de degré 2.

m = 0. Et dans ce cas il ne s’agit

60.

1.

signe de « x

2

– 16

» sur .

 

x

3

– 4

 

4

+ 3

x

2

– 16

+

0

 

0

+

       

2. 1 est solution de (E) + c = 4 ;

et dans ce cas

(E)

+

2x

2

– 4x

+

2

=

0

+

+ x = 1.

x

2

– 2x

+

1

=

0

En conclusion, pour c = 4, 1 est l’unique solution de (E).

3. Le discriminant de cette équation

T = c – 16 . Ainsi, du signe de

– 16 »,on en déduit que l’équation

(E) admet une solution unique, si et seu- lement si, c = 4 ou c = – 4.

61. 1.

f(– 2 + h) = f (– 2 – h).

2. Ce qui signifie que la droite verticale

d’équation x = – 2 est axe de symétrie

de

En particulier, on retrouve ici le fait que

l’extremum de f est atteint en x = – 2.

une fonction quel-

b

conque de degré 2.

2.

(On résout ici une équation d’inconnue m.)

b.

c. Ces points ont même ordonnées. Ils

sont donc symétriques par rapport à l’axe

des ordonnées.

est :

« x

2

2

Il est ici écrit : hd ,

f .

62.

1. On

définit

(

a. hd ,

f

2

a

h

) = f (

2

a

+

h

)

b

h est donc fixé arbitrairement dans .

ce qui redonne la forme canonique de f :

xd ,

63.

64.

ax

ce qui implique que :

a (x

x )

f (x) = a ( x

+

b

2

a

) 2

+

T

4a

.

Cet exercice est corrigé dans le manuel.

2

1

1.

On a :

bx

+ +

1

c

=

y

=

ax

2

2

+

bx

2

+

c

2

1

2

x )

2

+

b(x

1

2

=

0 et donc que

=

Et

annoncé.

2. On en déduit alors que :

(x

1

x ) (a (x vu

2

que

1

x

+

1

x )

2

!

x

+

2

,

b)

on

0.

a

le

résultat

f ( x

1

+

x

2

2

) = f (

b

2

a

)

= T

4a

.

3. On a alors pour tout réel x,

f(x) – f (

a 65. 1.On remarque que : f (– 2) = f (– 0, 6)

donc l’extremum de la fonction f est

atteint en x

2. Il ne peut s’agir que d’un minimum

compris entre 6,25 et 6. 66. 1. 0 est racine si, et seulement si,

2

a

) = a (

0 =

x

2

+

,

b

2

b

) 2 .

– 2 – 0 6

soit en 1,3.

c = 0.

c

0

+ =

c

0.

m = − 2. Et dans ce cas les solutions x = 1 et x = 2.

51. Cet exercice est corrigé dans le manuel.

52. 1.

comme axe de symétrie, donc il s’agit d’un minimum (signe de a) atteint en

x = 0. Celui-ci vaut : 4.

Les racines évidentes de f 2 ( 0 et 3 ) per-

mettent d’en déduire que l’extremum est

atteint en

c’est donc le maximum de f 2 .

3. Pas d’astuce particulière. L’extremum,

est atteint en

qui est ici un minimum

2.

f 1 admet l’axe des ordonnées

2.

sont

5

x

=

3

10

= 0 3.

,

f (0,3)

2

=

0,45

12

2

#

1

=

6 . Il vaut f (6)

3

=

– 21 .

4. Idem, il s’agit d’un maximum atteint en

7

3

#

2

=

7

6

. Et celui-ci vaut f 4 ( 6

7 )

=

73

12

.

53. Cet exercice est corrigé dans le manuel.

54.

D’où f (x)

55.

D’où f (x)

Remarque : Pour les exercices 54 et 55 les deux méthodes données aboutissent.

f (x) = a (x + 2)x et f (– 1) = 1.

f (x)

=

=

=

x (x

a (x

+

1

2 (x

+

+

1)

2)

=

2

– 2

1)

2

2

– 2x .

x et f (1) = 0.

2

=

1 2

2 x

+

x

f (x) = a (x + 2)(x – 5) et

=

T(x)

1.

2. 2

1

5

(x

+

R (x)

=

=

– 3x

=

1

2

x

2

2

)(x

5

)

=

x

2 – 5x

2 +

5x

+

+

2

– 3x

+

5

2

.

solution

de

7 ;

1

5

f (0) = 2 .

x

2 +

3

5

x

.

. Démonstration :

2

0

# +

b

#

0

+

a

2.

me des coefficients est nulle. Démonstration :

a

3.

somme alternée des coefficients est nulle. Démonstration :

=

1 est racine si, et seulement si, la som-

2

1

# +

b

#

1

+

c

0

= +

a

+

b

+

c

1 est racine si, et seulement

=

0.

si, la

a

# (– 1)

2 +

b

#

(– 1)

+

c

=

0

+

a

b

+

c

=

0.

67.

68.

on a donc x

+

ax

1.

Cet exercice est corrigé dans le manuel.

2

2

=

On a ax

1

+ x

=

=

c

2

0

2 1 +

bx

=

1 +

b

a

c

+

bx

2

b

– – x

a 1

et donc

b ax

1

,

=

1 (ax

1 +

b)

=

(

1

ax

c donc

)

c x

1

+ ab

#

x

2

=

a

=

a

.

0 ,

2 ;

1 b.

5

.

2

5 .

e.

1 ; +

11

1

;

12 .

5

3 .

f.

c.

2 ;

1 ; –

3

1

6

11 .

.

x 2

avec x

x 1

2. Les racines sont :

a. 1 ; –

d.

g.

69.

2 ; 4

3

.

h.

5

2 ; 7 .

1. Soit md ,

(m – 2)(– 1)

2 +

5(– 1)

+

7 – m

m – 2 – 5 + 7 – m = 0.

=

d. Cette propriété est à associer au fait

les paraboles représentatives des

. fonctions trinômes admettent des axes de symétrie verticaux.

e. On cherche à déterminer en quelle

valeur l’extremum est atteint. Du fait que l’on remarque la propriété graphique de symétrie. Si on ne connaît pas la théo-

rie des fonctions trinômes cela revient à

2

chercher ici un éventuel axe de symétrie pour la courbe représentative de la fonc-

3 que

2

Pour le 56 la forme factorisée est particu- lièrement efficace.

56.

Ainsi

f(x)

57. Cet exercice est corrigé dans le manuel.

58. 1.

2. S(x)

3.

1 est solution de (E) équivaut à

59.

+

tion f.

b

2 a

b ) 2 + b (

2

a

b

2 a

b

=

; 3. a.

f (

) = a (

) + c

2 – 4

ac

4 a

.

b. Il aurait fallu utiliser « factor » pour

que le résultat soit sous forme factorisée.

4. Cette cinquième ligne démontre une

égalité algébrique :

+

xd, (

a

5. a. On en déduit alors que :

2 – 3 + c = 0 qui équivaut à c = 1.

est

c = – 14.

(E)

équivaut

à

3. Le discriminant de cette équation est :

T = 9 – 8c . Il y a donc solution unique si,

et seulement si, c =

4. Il n’y a pas de solution si, et seulement

si, 9 – 8c 1 0.

2 ax

b

)

2

(

x

+

b

2

a

) 2 .

9

8

.

4

= a

– b b  xd , f (x) – f ( ) = a (
– b
b
 xd ,
f (x) – f (
) = a ( x
+
) 2
2 a
2 a
6
© Hachette livre, 2011
Repères 1 re , Livre du professeur
Livre du professeur Donc, pour tout m d  , on a bien − 1
Livre du professeur Donc, pour tout m d  , on a bien − 1
Livre du professeur Donc, pour tout m d  , on a bien − 1

Livre du professeur

Donc, pour tout md , on a bien 1 sol- lution de l’équation.

De l’exercice qui précède, on sait que 7 – m

.

Donc l’autre racine est m

3. Cette autre racine est 10 si, et seule-

ment si, m =

70. 1.

2

2. x

le produit de ces solutions est m

2.

2.

x 0 2 4 f ( x ) + 0 + 3. x 0 2
x
0
2
4
f
( x )
+
0
+
3.
x
0
2
4
f
( x )
+
0
x
0
2
4
f
( x )
0
75. 1.
x
– 3
4
+ 3
2
x
– 8 x + 16
+
0
+
2.
x
3
+ 3
2
6 x
– 5 x – 21
3.
5
x
– 3
+ 3
9
2
81 x
+ 90 x – 25
0

4.

– 3 + 3 9 2 – 81 x + 90 x – 25 − 0

31 x

2

x

x + 1

3

+ 3

+

5.

25 − 0 − 4. 31 x 2 x – x + 1 – 3 +

3 x

2

x

+ 4 x – 10

3

+ 3

76.

Cet exercice est corrigé dans le manuel.

77.

x

3

1

3

+ 3

f

( x) – g ( x)

       
 

0

+

0

 

Ce qui permet d’établir sur quel(s)

intervalle(s) f est située en dessous ou au-dessus de g .

78.

 

x

3

2

 

1

+ 3

 

( x) – g ( x)

       

f

+

0

0

+

   

Là encore c’est ce tableau qui est à mettre en lien avec les positions relatives de f et g .

79.

– 2

m

– 7

– 2

.

13

9

.

x

2

(x

=

+

(x 1

1

x

1

x

1

2 1 +

x )

2

x

2

+

1

1

x

2

=

+

2

+

=

1

x

2

x

;

=

3 et x

1

x

2 =

x )

2

2

– 2x

1

x

2

2

2 – 2x

1

(x 1

x

2

+

=

x )

2

x

1

+

x

2

– 2

1 4.

;

2 .

2 – 4x

=

1

x

2

;

2 1

=

x

2

1 +

x 1 x

2

x

1

+

x

1

1

x

2

– 1

(

x

1

1

)(

x

1

x

2

+ x

1

2

)

– 2

1

x

2

– (

x

1

+

x

2

)

+

1

.

x En remplaçant on a les calculs.

71. 1. a. Le système admet au moins un

couple (u, v) solution du système (*).

b. Soit (u, v) tel que

alors, on a de façon équivalente :

v
)

On en déduit alors que u, (tout comme v)

satisfait la relation « X

2. La réciproque est immédiate, sachant

le résultat sur la somme et le produit des

racines de l’équation X

3. Le système admet au moins une so-

l’équation

admet au moins une

solution réelle.

4. Le problème revient à chercher R 1 et R 2

tels que

qui admet comme solution : (0,5 ; 2) et (2 ; 0,5). On a donc une (unique) solution à ce pro- blème (sans tenir compte de l’ordre en série des résultats).

seulement

lution

X

valeurs de ces

'

u +

v

=

uv

= P

v ' u

=

S

u

2

Su

2 SX

2 SX

si,

2,5

S

u

= S

u

( S

u

) =

P

puis

+ P

= 0

0

0 .

».

.

+ P

+ P

=

=

si,

et

2

SX

+

)

R

R

P

=

1

1

+

R

2

0

R

2

=

=

1

2. Signes de fonctions, positions relatives de courbes

78. et 73.

manuel.

74. 1.

Ces exercices sont corrigés dans le

x

0

4

( x)

f

+

sont corrigés dans le x 0 4 ( x ) f + f x ( x

f

x

( x) – g ( x)

3

2

2

+ 3

+

0

0

+

© Hachette livre, 2011

7
7

Repères 1 re , Livre du professeur

Chap. 1 Les fonctions de références

80. 1. 1 et 2 se rencontrent aux points

d’abscisses 1 et 5 2 .

1 est au-dessus de 2 pour

x H

2. 1 et 2 se rencontrent aux points

et

x G 1

5

2

.

d’abscisses – 2 et 2 . Attention f 1 n’est

pas définie en 0. 1 est au-dessus de 2

pour x G – 2 et x

3. 1

d’abscisse13. Attention f 2 n’est pas définie

sur @ 3 ; – 36. 1 est au-dessus de 2

pour x G 13 .

81. 1. Pour 18 , le nombre de produits

offerts est : 52 (environ) ;

le nombre de produits demandés est : 26

(environ).

2. Le prix d’équilibre semble être de 12 .

3. Le nombre de produits offerts et de-

mandés est 40.

4. La résolution algébrique de f (x) = g (x)

va permettre de déterminer les éventuel- les valeurs de x dans un intervalle raison-

nable pour lesquelles l’offre sera identique à la demande. On est donc bien dans la recherche du prix d’équilibre. Et donc le si-

gne de f (x) – g (x) permettra de savoir par

2 se rencontrent au point

1

0 ;

dE

1 E

2

.

et

quelles valeurs de x, l’offre est supérieure ou inférieure à la demande.

)

f x

x

(

= g

d6

x

)

(

)

2

; 30

@

+ )

0

x d6

, 05x

2 – 4x + 8

2

; 30

@

,8 = 2x +16

0

Ce qui équivaut à : x = 12. Ce que l’on

voulait.

82.

1.

C(8)

= 2,500

soit

25 000

 

C(10)

= 3

soit

30 000

C(35)

= 78

soit

78 000

R(8)

= 0,2

soit

2 000

R(10)

= 5

soit

50 000

R(35) = 65

soit

65 000

2. Alogorithme associé au bénéfice ou au

déficit de l’entreprise.

Début Pour Q allant de 8 à 40, Si R (Q)H C (Q) Alors :

Afficher « BÉNÉFICE » Sinon Afficher « DÉFICIT » Fin Pour Fin

Ces variables sont : Q le nombre de scooters.

(Rem. : on considère que le bénéfice nul

est un bénéfice.)

4. On obtient des valeurs de Q entre 9 et

Livre du professeur 30. Ce qui se retrouve en résolvant l’iné- quation R ( x
Livre du professeur 30. Ce qui se retrouve en résolvant l’iné- quation R ( x
Livre du professeur 30. Ce qui se retrouve en résolvant l’iné- quation R ( x

Livre du professeur

30. Ce qui se retrouve en résolvant l’iné- quation R (x)H C (x). On trouve effectivement que le bénéfice est maximum pour une production de

88.