Vous êtes sur la page 1sur 5

50, Boulevard Preuilly, 37058 Tours – 02 47 77 12 12

Le projet « Kart-ô-vert »
Adaptation d’un moteur électrique sur un kart de compétition
Année 2009 - 2010

Un projet pédagogique du pôle automobile du Lycée Albert BAYET

Association Nationale pour la


Formation Automobile Association e-kart
1. L’origine du projet
Cette idée est née de la volonté de fédérer les élèves autour d’un projet réunissant leur formation et
les vues écologiques actuelles des constructeurs automobiles. La propulsion électrique a « le vent en
poupe » : Renault sortira un modèle de série en 2012 et Matra fournit déjà des véhicules électriques à
La Poste. Le mécanicien doit-il se reconvertir ?....

La propulsion électrique n’est pourtant pas un concept récent ; elle a eu son heure de gloire à la fin du
19ème et au début de 20ème siècle avant que le moteur à essence ne s’impose.

La « Jamais Contente », la première automobile à atteindre les


100 km/h en 1899. Elle est à propulsion électrique.

Thomas Edison posant devant une voiture électrique en 1913

2. La technique du projet.
Le châssis :

C’est un « Alpha-Karting » type VENTURY 125/KZ


acquis d’occasion auprès de la société GOKART située
à la Ville aux Dames.

Quelques caractéristiques :

Empattement : 1040 mm

Tube Ø 32 mm. Acier au chrome de


molybdène (25 CD 4S). Raidisseur avant et
Cadre :
double berceau amovibles. Barre arrière
stabilisatrice.

Voie avant : Réglable.

3 étriers hydrauliques à rattrapage de jeu


Frein :
avec répartiteur de freinage type EVO3ET.

Disques
: Fonte, ventilés, percés, flottants.
AV & AR

Arbre arrière : Creux Ø 50 mm type “B”.

Christophe Peyrat 2
2. La technique du projet.

La motorisation :

C’est un moteur à aimants permanents et balais de la société AGNI Motors. Le choix s’est porté sur un
moteur de haute performance : type 95 renforcé à courant continu qui sera alimenté sous 72 volts.

Sous cette tension, sa consommation nominale est de 230 A avec des pointes pouvant aller jusqu’à 400
A pendant un cours instant (30 sec maxi). Avec un régime d’environ 5000 t.mn-1 la puissance
mécanique restituée est alors de 15 kW (soit 20 CV ou chevaux vapeur), avec des pointes de 26 kW
(soit 35 CV).

La distribution d’énergie :

Elle est assurée par un variateur


électronique programmable de
marque ALLTRAX 72V 450 A.

La commande est assurée par un


potentiomètre actionné par la
pédale d’accélérateur du karting.

Christophe Peyrat 3
2. La technique du projet.

L’énergie :

Le stockage de l’énergie électrique est confié à 6 batteries au plomb « Optima » spéciale traction de 48
Ah de capacité.
Branchées en série, pour atteindre la tension de 72 volts, elles sont sans entretien à électrolyte gélifié
et entièrement étanche.

Un souci : le poids. 17 kg chaque batterie, soit plus d’une centaine de kilos pour le pack de batteries et
environ 15 kilos pour la motorisation et ses accessoires. Avec le châssis (53 kg) le poids en ordre de
marche de l’engin sera certainement supérieur à 170 kg.
Cela explique pourquoi une recherche d’un châssis de compétition a été privilégiée, car il était le seul à
offrir une capacité de freinage importante et une structure suffisante pour supporter le poids.

3. Le calendrier.

Septembre – octobre Mise en place du projet. Collecte de renseignements et


:
2009 recherche de financement.

Novembre – décembre Recherche des pièces détachées disponibles ; recherche


:
2009 d’un fournisseur. Choix du moteur et de son implantation.

Commande des pièces détachées. Implantation de la


Janvier 2010 :
transmission et du moteur sur l’essieu AR

Implantation des éléments de commande (variateur et


Février 2010 :
potentiomètre) sur le châssis du karting.

Réalisation d’un bac à batterie et implantation des


Mars 2010 : batteries sur le châssis du karting après renforcement de
celui-ci.

Implantation des éléments de protection et câblage


Avril 2010 :
électrique des parties puissance et commande

Essais, mesures et recherche de performance.


Mai 2010 :
Participation au challenge « E-Kart 2010 » du 27 au 29 mai.

Christophe Peyrat 4
4. Les partenaires.
Nous n’aurions jamais pu entreprendre ce projet, avec une réelle chance de succès, sans des
partenaires aussi bien financiers que techniques.

Nous tenons ici à remercier pour leur soutien financier :

l’Association Nationale pour la Formation Automobile (antenne du centre).

www.anfa-auto.fr.
Association Nationale pour la
Formation Automobile

La Région centre dans le cadre des projets « Lycéens citoyens ».

www.regioncentre.fr.

Afin, une mention toute particulière pour l’aide technique efficace de M Thierry LEQUEU et de son
association :

E-kart.

www.e-kart.fr.
Association e-kart

Ses conseils, son expérience et surtout sa patience, ont permis de gommer bien des erreurs que notre
manque de pratique, dans le domaine de la propulsion électrique, nous aurait fait commettre.

Christophe Peyrat 5