Vous êtes sur la page 1sur 1

LETTRE OUVERTE A BERNADETTE LACLAIS

Madame le Maire,

La Fédération des Compagnies Professionnelles du Spectacle Vivant vous a interpellé depuis plus
d'un an, sur la situation fragile des équipes artistiques professionnelles, implantées à Chambéry, sans
obtenir de réponse de votre part.

Nous vous interpellons, de nouveau, aujourd'hui, sur la politique culturelle que vous menez, à
Chambéry et nous constatons que celle-ci ne reflète en rien, les propositions de votre parti pour les
régionales 2010.

Comment pouvez-vous vous engager en tant qu' élue régionale, en campagne, sur des propositions de
votre parti à "créer les conditions favorables à l'exercice de la liberté des créateurs, à la prise en
compte de la diversité des cultures et des expressions" et "soutenir la Culture et les artistes, c'est à dire
la liberté d'expression" (Proposition PS Régionales page 56), quand sur votre propre commune, votre
politique nie l'existence et les besoins des entreprises culturelles professionnelles qui ne demandent
qu'à travailler dans des conditions décentes ?

Dans nombre de vos interventions publiques, vous faites état de votre souhait du rayonnement de la
ville au niveau régional, voire national. Le rayonnement culturel que vous défendez se limite à donner
les plus gros moyens à une seule structure – la Scène Nationale – qui fait rayonner des équipes
extérieures à la ville et qui n'a pas vocation à rendre visible la richesse du vivier présent sur notre
commune.

Les équipes artistiques chambériennes sont laissées pour compte, se heurtent à des propos tenus sur
la qualité, supposée insuffisante, de leurs productions, n'ont pas accès aux lieux équipés pour créer
leurs spectacles, obtiennent durement des subventions réduites à portion congrue et tentent de
maintenir des emplois de plus en plus menacés.

Dans le même temps, des équipes artistiques extérieures, par le biais de la Scène Nationale, ( financée
à hauteur de 5 Millions d'euros, dont plus de 2 millions par la Ville ), bénéficient de conditions
financières et techniques optimales, dans des temps de résidences financées, allant de un à trois mois.

Est- cela que vous appelez : une politique qui tend à « créer les conditions favorables à l'exercice de la
liberté des créateurs, à la prise en compte de la diversité des cultures et des expressions » et le
« soutien aux artistes, c'est à dire la liberté d'expression" ?

Cette situation inadmissible est discriminatoire, c'est une censure qui ne dit pas son nom. Elle est
préjudiciable à la liberté d'expression dont vous devez être garante, en tant qu'élue.

C'est pourquoi, nous appelons à un changement radical de votre politique culturelle et vous demandons
un rééquilibrage des subventions en faveur de la création locale.

Nous réclamons que la gestion du « Théâtre Charles Dullin » ne soit plus confiée à la « Scène
Nationale » mais à une association Chambérienne qui établira une programmation complémentaire de
celle proposée, aujourd'hui, sur la commune, en offrant une large place aux productions des équipes
artistiques locales.

Nous vous invitons, également, à participer à " une table ronde autour du spectacle vivant, à
Chambéry". Nous vous demandons, une nouvelle fois, pour une bonne clarté des débats et des
ateliers envisagés, la présentation des comptes de résultats détaillés des trois derniers exercices, des
structures de diffusion du spectacle vivant, à Chambéry. Vous comprendrez qu'il s'agit là de
transparence, de démocratie et qu'un nouveau refus serait mal compris par la population.

Dans l'attente d'un rendez-vous , veuillez recevoir, Madame le Maire,


l'expression de notre considération distinguée.

La Fédération des Compagnies Professionnelles du Spectacle Vivant


http://www.jerepetedansmacuisine.org

Centres d'intérêt liés