Vous êtes sur la page 1sur 4

L’ÉQUILIBRE LIQUIDE-VAPEUR AVEC SF6.

PROPRIÉTÉS THERMOÉLASTIQUES DU CORPS PUR SF6


But du TP: Étude des propriétés thermoélastiques d’un corps pur (ici SF6). Relevé de la
courbe de pression de vapeur saturante en fonction de la température.
Étude qualitative des propriétés du fluide au voisinage du point critique.
1. Description de l'appareil.
L'appareil contient de l'hexafluorure de soufre (SF6), de para-
mètres critiques faciles à atteindre (Voir § 2.2.).
(1) : éprouvette en verre épais, graduée de 0 à 4 ml.
(2) : chambre de pression (2), contenant du mercure dont le
fond est fermé par une membrane étanche.
(3) : manomètre donnant la pression (en bars) du fluide.
(4) : volant de réglage du volume offert au fluide.
(5) : cuve transparente.

Ne jamais faire varier pression volume ou


température si l'éprouvette n'est pas entièrement
plongée dans l'eau.
Mise en marche et réglage du bain thermostaté.
Vérifier que le thermostat est réglé à température ambiante (de fa-
çon à ne pas chauffer initialement l’eau).
Boucher avec la main l’extrémité haute de la cuve et mettre la pompe
en action : l’eau monte dans la cuve transparente. Attendre avant d’ôter la
main que s’amorce la circulation d’eau via le tuyau d’évacuation du trop plein.

Coupez la pompe en cas de débordement !

La température précise du thermostat sera lue sur un thermomètre numérique plongeant


dans l'eau entourant l'éprouvette : placer le capteur dans la partie haute de l’éprouvette.

2. Mesures et résultats.
2.1. Relevé de la courbe de pression de vapeur saturante (35 min maxi !).
Il s’agit de relever quelques valeurs de la pression de vapeur saturante pour différentes va-
leurs de T et de les comparer à la courbe jointe PS(T).
Dans cette manipulation, l'équilibre thermique ne sera jamais at-
teint, car T augmentera sans cesse. Cependant, l'équilibre mécanique
est toujours obtenu beaucoup plus rapidement que l'équilibre thermique.
La température de l'eau entourant l'éprouvette variant lentement, on
peut effectuer une mesure de pression "au vol" à T bien définie.
Le thermostat de chauffage du bain étant réglé au plus bas, manœuvrez le volant de façon à
obtenir une vapeur juste saturante : vous mesurez ainsi la pression d’équilibre liq - vap à
température ambiante. Notez ces valeurs.
Augmentez progressivement la température du thermostat et au fur et à mesure que
la température augmente (tous les 2 ou 3°C environ), tournez le volant pour recher-
cher le palier de liquéfaction correspondant au domaine biphasé liquide-vapeur et notez
la pression correspondante à cette température, soit PS(Temp). Augmentez ainsi la
température du thermostat jusqu’à 43 °C environ.
Reportez-vous à la courbe donnant les variations de PS en fonction de la température.
Précisez les domaines du liquide, de la vapeur et de l'équilibre liquide-vapeur. Cette
courbe s'arrête au point critique: pourquoi ?

page 1/4
L’ÉQUILIBRE LIQUIDE-VAPEUR AVEC SF6.

2.2. Exploitation du réseau d'isothermes (voir les courbes jointes).


Les coordonnées critiques de SF6 sont Pc = 38 bars et Tc = 45,5 °C.
2.2.1. Isothermes en coordonnées de Clapeyron.
Tracez la courbe de saturation et précisez la position de la courbe d'ébullition ainsi que
celle de rosée. En déduire les valeurs des volumes, à 25 °C, du liquide saturant V Liq et
de la vapeur saturante VGaz. Précisez les domaines d'existence du liquide, de la vapeur
et du mélange liquide-vapeur.

2.2.2. Variations du facteur de compressibilité Z en fonction de la pression.


PV
On visualise les courbes Z = f(P), avec Z  pour les différentes températures Ti
RT
précédentes. Z est appelé facteur de compressibilité du fluide. Que vaut Z pour un gaz
parfait ? Quelle serait alors l’allure du diagramme Z(P) ?
Montrez comment on peut déterminer à partir du diagramme Z(P) la quantité de ma-
tière du gaz contenu dans l'éprouvette. En déduire la masse de SF6 utilisée.
On donne la masse molaire de SF6 : MSF6 = 146 g/mol.

2.3.Détermination de la chaleur latente de vaporisation de SF6 à 25 °C.


1: Déterminez en usi (!) la pente a = dPS/dT de la courbe de pression de vapeur saturante à
25 °C (attention aux unités employées !).
2: Mesurez sur le réseau d’isothermes fourni les valeurs du volume du liquide saturant V liq et
de la vapeur saturante Vgaz à 25 °C.
3 : Calculez à partir de la formule de Clapeyron la chaleur nécessaire Q pour vaporiser le fluide
contenu dans l'éprouvette.
Q
En déduire la valeur de la chaleur latente massique de vaporisation du gaz à 25 °C: V  m .

3. Continuité de l'état liquide et de l'état gazeux (comptez au moins 20 min !).


La distinction liquide – gaz n’a de sens que pour des températures inférieures à la tempéra-
ture critique, comme le montre l'expérience suivante dite « de contournement du point cri-
tique », mettant en évidence la continuité de l'état liquide et de l'état gazeux.
Réalisez le cycle suivant et lisez dès à présent les remarques ci-dessous :
 Trajet abc: Détente le long d'une isotherme sub-critique (prendre P e
par exemple T  42 °C) à partir d'un point a à l'intérieur de la
courbe de saturation vers un point c extérieur (par exemple vc 
0,5 ml). Au point b, le ménisque disparaît vers le bas de l'éprou- Cr
d
vette, indiquant la disparition de la phase dense.
f b
 Trajet cd: Élévation de température à volume constant au delà du
point critique. (ne pas monter au delà de T  48°C). g a c
 Trajet de: Compression isotherme (gardez un œil sur le mano-
V
mètre pour ne pas dépasser 50 bars !) jusqu’à v  0,20 à 0,25 ml.
 Trajet efga: Refroidissement à volume constant en dessous du point critique jusqu’à l'iso-
therme initiale (mettre de l’eau froide dans le bain thermostaté).
Au point g, le ménisque réapparaît vers le haut indiquant la présence de la phase liquide
dans le tube.
Pendant le parcours bcdefg, le fluide aura été successivement à
l'état de vapeur, à l'état hypercritique et à l'état liquide, sans que l'on
puisse à aucun moment observer une transition entre ces états.
page 2/4
L’ÉQUILIBRE LIQUIDE-VAPEUR AVEC SF6.

Remarques:
1. Aspects du ménisque à différentes températures.
Observez l'allure du ménisque séparant les deux phases: sa courbure diminue quand la tem-
pérature augmente. Près de la température critique, il est absolument plat. Puis, au passage
des conditions critiques, il disparaît progressivement en donnant une zone floue, très lente à
disparaître.
2. Le phénomène d'opalescence critique.
La présence d'irrégularités de densité au sein d'un milieu provoque la diffusion de la lumière.
Or, au voisinage des conditions critiques, de fortes fluctuations de densité se manifestent dans
les fluides. L'intensité de la lumière diffusée est une fonction fortement décroissante de la lon-
gueur d'onde (de l'ordre de 1/4). Ainsi un faisceau incident de lumière blanche donne lieu à un
faisceau nettement bleuté : c'est l'opalescence critique.
Expérimentalement, ce phénomène est observé lors d'un refroidissement du fluide initiale-
ment amené à une température supérieure à la température critique (de 1 à 2 degrés par
exemple).
L'opalescence, puis le brouillard, restent localisés au voisinage du milieu du tube, sur l'ancien
emplacement du ménisque.

TP: PROPRIÉTÉS THERMOÉLASTIQUES DE SF6


2. Exploitation des réseaux d'isothermes.
 Volume de la vapeur saturante VG = ______ ml
calculés à T = 25 °C.
 Volume du liquide saturant VL = ______ ml

 Valeur du facteur de compressibilité Z pour un gaz parfait : ZGP = ______.


 Allure des courbes Z(P) pour un gaz parfait

 Quantité de matière du fluide contenu dans l'éprouvette. n = _________

page 3/4
L’ÉQUILIBRE LIQUIDE-VAPEUR AVEC SF6.

3. Chaleur latente de vaporisation.


 Masse de fluide contenu dans l’éprouvette : m = ________

 dPS/dT à 25 °C : a = ________ (précisez l’unité employée !)

 Chaleur nécessaire pour vaporiser la masse m de fluide contenu dans l'éprouvette:

Q = _________ (Êtes-vous sûr de l’unité ?)…

 Chaleur latente massique de vaporisation: Lvap = ____________ (n’oubliez pas l’unité !).
(Valeur tabulée à 25 °C : Lvap = 61.6 kJ/kg).

page 4/4