Vous êtes sur la page 1sur 16

REDRESSEMENT NON COMMANDE

I. INTRODUCTION.

1. Définition. Un montage redresseur permet d’obtenir une ten- sion continue (de valeur moyenne non nulle) à partir d’une tension alternative sinusoïdale (de valeur moyenne nulle). On distingue le redressement non commandé, utilisant uniquement des diodes et déli- vrant une tension de valeur moyenne non réglable et le redressement commandé, utilisant des thyristors permettant d’obtenir une tension de valeur moyenne réglable.

L’étude d’un montage redresseur porte sur :

i i e S v e v S =
i
i
e
S
v e
v S
=

la recherche de la forme de la tension redressée v S : étude des semi-conducteurs en conduction et de leur durée de conduction ;

le calcul de la valeur moyenne V S de v S (t) ; le calcul de la valeur efficace V S de v S (t) ;

le calcul du facteur de forme F et taux d’ondulation.

Par définition, le facteur de forme F est :

F =

V S V S
V
S
V
S

Plus F tend vers 1, plus la tension redressée v S (t) peut être considérée comme continue.

Par définition, le taux d’ondulation est :

V - V SMAX SMIN V S
V
- V
SMAX
SMIN
V
S

τ =

Plus t tend vers 0, plus la tension redressée v S (t) peut être considérée comme continue.

2.Composant utilisé. La diode de redressement

D i A K
D
i
A
K

u

La diode de redressement est un composant de puissance composé d’une jonction P-N. Sa caractéristique i = f (u) réelle a l’allure suivante :

Tension de seuil : V 0 = 0,9 V à 2,6 V. Couramment 1,2 V < V 0 < 1,6 V

I 0 : courant moyen maxi admissible (£ 3000 A à 50 Hz).

I F : courant de pointe (£ 3.I 0 ).

V RRM : tension inverse maxi (50 V à 3500 V).

i I F I 0 V RRM V 0 u claquage
i
I F
I 0
V RRM
V 0
u
claquage

Diode idéale.

On néglige la tension de seuil V 0 devant les autres tensions ainsi que la résistance dynamique (faible) de la diode lorsqu’elle est passante. On obtient la caractéristique de la diode idéale suivante :

C’est un interrupteur électronique :

- si u = v AK > 0 : D est passante.

- si u = v AK < 0 : D est bloquée.

i i I MAX 0 V RRM
i i
I MAX
0
V RRM

u

II. REDRESSEMENT MONOALTERNANCE.

1.Sur charge résistive.

On considère la diode D parfaite.

$

v e (t) = V e .sin(w.t).

D i S u d v R v S e
D
i S
u
d
v
R
v S
e

a) Analyse du fonctionnement.

Quelque soit l’état de la diode D, on a : v e = u d + v s

v e (t) > 0, la diode D est passante

u d = 0 V

donc

v e (t) < 0, la diode D est bloquée

u d = v e

donc

v s = v e

i S =

v e

R

= 0

v s i S = 0

b) Chronogrammes.

v e ˆ V e t ˆ - V e v S ˆ V e
v
e
ˆ
V
e
t
ˆ
-
V
e
v
S
ˆ
V
e
t
u
d
t
ˆ
-
V
e
D pas-
D blo-
D pas-

sante

quée

sante

c) Valeur moyenne de la tension redressée.

Calculons la valeur moyenne V S de v S (t) :

T

2

Ú

0

ˆ

V

e

1

V = S
V
=
S

t

0

+ T

 

1

 

Ú

v

S

(t) dt

=

 

T

t

0

 

T

ˆ

V

 

È

 

T

V

e

   

- cos(

w

 

=

 

Í

Î

 
 

S

w

.T

.

 

.

2

 

ˆ

ˆ

2.V

V

D’où :

   

e

e

V

 

=

=

 

S

 

2. p

p

ˆ

V

e

È 1

. Í Î

T

-

w

.sin(

w .t) dt =

˘

ˆ

V

.T

[

.cos(

w .t)

) + cos(0) =

˙

˚

w

. - cos(

p

]

) + cos(0) =

T

˘

˙

˚

2

0

ˆ

2.V

e

w

.T

Remarque :

I S =

V S

=

ˆ

V

e

.

R R.p

d) Valeur efficace de la tension redressée.

Calculons la valeur efficace V S de v S (t) :

V S

=

t + T 1 0 2 Ú v (t) dt S T t 0
t
+ T
1
0
2
Ú
v
(t) dt
S
T
t
0

2

V

S

.

T =

ˆ

V

2

e

2

È 1

. Í Î

t -

2. w

D’où :

V

2

S .

=

ˆ

V 2

e

4

.

Remarque :

I S =

V

S

=

T

2

Ú

0

T

2

0

ˆ

V

ˆ

V

2

e

T

2

. Ú

0

V

2 T =

2

e

.sin

2

2

Í

(

w

.t) dt =

1

S .

w

ˆ

V

e

=

2

ˆ

V

e

2.R

.t)

2

.sin(2.

w

ˆ

È T

˙

˚ Î 2

˘ V

=

e

.sin(2.

-

.

2

2. w

V S

R

[

1 - cos(2.

w

]

.t) dt

.

T ˘

˙

2 ˚

)

=

ˆ

V

2

e

4

. T.

e) Facteur de forme et taux d’ondulation .

ˆ

V

e

V

S

2

=

p

Calculons le facteur de forme

F =

. ˆ V e V S 2 = p Calculons le facteur de forme F =

V

S

ˆ

V

e

p

-

V

SMAX

V

2

SMIN

=

ª

1,57 .

ˆ

V e

- 0

Calculons le taux d’ondulation τ =

= ˆ
=
ˆ

2.Sur charge inductive.

La diode D est parfaite.

v e

V S V e p D i S u d R u R v S
V
S V
e
p
D
i S
u d
R
u R
v
S
L
u L

= p

= 3,14

a) Analyse du fonctionnement.

v e (t) > 0, la diode D est passante u d = 0

v S = v e

Déterminons l’expression de i S (t).

L’équation différentielle qui régit le circuit est d’après la loi des mailles :

L.

di

S

dt

+ R.i

S

= v

e

ˆ

(t) = V

e

.

Solution sans second membre associé :

L.

di

S

dt

sin(

w

+ R.i

di

S

i

S

= -

R

L

.dt = -

1

t

.dt

-

t

t

i , K réel.

S

(t) = K.e

Solution particulière :

L.

ln(i

di

S

dt

S

)

= -

+ R.i

t

t

S

+ C

te

ˆ

= V

e

.

sin(

w

.t) .

.t)

S

= 0

i S est aussi sinusoïdal car L et R sont des dipôles linéaires ;

plus simple d’utiliser la notation complexe :

j.Lw.I S + R.I S = V e I S .(R + j.Lw) = V e

V e D’où : I S = R + j.Lw V e De module :
V
e
D’où :
I
S =
R + j.Lw
V
e
De module : I S =
;
2
R
+
(
L.w
) 2
Ê L.w
ˆ
D’argument : j = - tan -1
˜
Á Á
˜
Ë
R ¯
V
e
D’où : i S (t) =
.
2.sin(w.t + j).
2
R
+
(
L.w
) 2
t
ˆ
-
V
Solution générale :
i S (t) = K.e
t
e
+
.sin(w.t + j)
2
R
+
(
L.w
) 2
ˆ
V
e
Conditions initiales : à t = 0 fi i S = 0 = K
+
.sin(j)
2
R
+
(
L.w
) 2
ˆ
V
e
D’où l’expression de la constante K : K = -
.sin(j)
2
R
+
(
L.w
) 2

Finalement :

i

S

(t) =

ˆ

V

e 2 R 2 + (L. w )
e
2
R 2
+ (L.
w )

È

Í sin

Î Í

Important : pour t = T : 2 ˆ È V Ê e i S
Important : pour t = T
:
2
ˆ
È
V
Ê
e
i S ( T
2 ) =
Í sin tan
Á
Á
2
R 2
+ (L.
w )
Í
Ë
Î
v e (t) < 0 :

-1

Ê

Á

Á

Ë

L. w

R

(

w

.t +

j

)

- e

-

t

t

ˆ ˆ

˜

˜

¯

˜ ˜ ¥

¯

Ê

Á

Á

Ë

-

1 + e

R

L

T

.

2

.

sin

(

j

˘

) ˙

˙

˚

ˆ ˘

˜

˜

¯ ˚

˙

˙

> 0

la diode D reste passante tant que i S n’est pas redevenu nul. u d = 0 et u R = v e < 0.

A t = t 0 , i S (t 0 ) = 0 D se bloque

b) Chronogrammes.

u

d = e

i S = 0 v S = 0

v e t(s) i S t(s) t 0 T+t 0 D passante D bloquée D
v e
t(s)
i S
t(s)
t 0
T+t 0
D passante D bloquée D passante
v
S
t(s)
u
d
D bloquée
T+t 0
t(s)
t 0
D
passante
D passante

c) Conclusion.

La charge inductive introduit un retard à l’installation et à la suppression du courant. Le courant est « lissé ». Les performances du montage sont médiocres, la tension redressée v S étant en partie négative, sa va- leur moyenne est diminuée par rapport au cas d’une charge résistive.

Pour éviter cet inconvénient, on emploie une diode DRL dite de « roue libre », montée en paral- lèle inverse sur la charge inductive.

Dès que la tension redressée v S tend à devenir négative, la diode DRL se met à conduire, court- circuitant et démagnétisant la charge inductive.

D i i S e u d R u R v e DRL v i
D
i
i
S
e
u d
R
u
R
v e
DRL
v
i
L
DRL
u
L
v S t(s) i S (A) t(s) i t(s)
v S
t(s)
i S (A)
t(s)
i
t(s)
e i DRL D passante D bloquée D passante DRL bloquée DRL pas- DRL bloquée
e
i
DRL
D passante D bloquée D passante
DRL bloquée DRL pas- DRL bloquée
sante
i S (A) t(s) i t(s) e i DRL D passante D bloquée D passante DRL

t(s)

7

S

D i S 3. Sur charge active. u d R u La diode D est
D
i S
3. Sur charge active.
u
d
R
u
La diode D est parfaite.
E : f.é.m. d’une batterie d’accumulateurs de résistance
interne négligeable.
a)Analyse du fonctionnement.
R
v
e
E
v e (t) > 0 : Pour que la diode D soit passante,
il faut que u d soit positif, c’est-à-dire qu’il faut au moins v e > E.

v S

0 £ v e £ E, D est bloquée i S = 0, v S = E (la batterie ne se charge pas) et u d = v e - E < 0.

v e E, D est passante v S = v e , i S =

v

e

- E

R

(la batterie se charge et R sert à limiter

l’intensité de charge) et u d = 0.

v e (t) < 0 : La diode D est polarisée en inverse et reste bloquée.

i S = 0, v S = E (la batterie ne se charge pas) ;

u d = v e - E < 0 ; b)Chronogrammes.

e (V)
e (V)

v

S (V) u d (V) D D passante passante S (mA)
S (V)
u d (V)
D
D
passante
passante
S (mA)

v

i

t(s)

t(s)

t(s)

t(s)

Remarque : On peut éventuellement ajouter une inductance L en série avec E et R pour lisser le courant i S et ainsi charger la batterie d’accumulateurs à courant « quasi » constant.

III. REDRESSEMENT DOUBLE ALTERNANCE : PONT PARALLELE DOUBLE (PD2) OU PONT DE GRAETZ.

1.Sur charge résistive.

Le pont de Graëtz est constitué de quatre diodes montées en parallèle deux par deux. Les diodes D 1 et D 2 sont à cathodes communes et les diodes D 3 et D 4 sont à anodes communes.

Le pont est alimenté par une tension alterna- tive sinusoïdale telle que :

$

v e (t) = V e .sin(w.t)

On suppose les quatre diodes identiques et parfaites.

a)Analyse du fonctionnement.

v e (t) > 0 : 0 £ t £ 2 T . Les diodes passantes sont D 1 et D 4 , les diodes D 2 et D 3 sont bloquées.

Le schéma équivalent au montage pour l’alternance positive est :

Par conséquent :

i

e = i D1 = i S = i D4 v S = v e u D1 = u D4 = 0 u D2 = u D3 = - v e

et i D3 = i D2 = 0

v e (t) < 0 : T

2 £ t £ T.

Les diodes passantes sont D 2 et D 3 , les diodes D 1 et D 4 sont bloquées.

Le schéma équivalent au montage pour l’alternance positive est :

Par conséquent :

i e = -i D3 = -i S = -i D4

i D1 = i D4 = 0 v S = -v e > 0 u D2 = u D3 = 0 u D1 = u D4 = v e < 0

v

e

i D1

     
         
         
   
         

u

D1

D

1

1
u D1 D 1   D 2 u D2
 
u D1 D 1   D 2 u D2
u D1 D 1   D 2 u D2

D

2

u

D2

           
 

i

e

   
 
    A   i D2  
 

A

    A   i D2  
 

i

D2

 
     
 
    i D3    
 

i

D3

   
   
      B
 

B

 

D

3

3
  D 3     D 4
   

D

4

   
      i D4  
 

i

D4

 

i D1

i S

R

v4       i D4   i D1 i S R S i u S

S

i u S D1 D D u 1 2 D2 i e A i D2
i
u
S
D1
D
D
u
1
2
D2
i
e
A
i
D2 =0
i
D3 =0
v
R
v
S
e
B
D
D
3
4
i
D4

v e

i D1 =0

i u S D D1 D u 1 2 D2 i e A i D2
i
u
S
D
D1
D
u
1
2
D2
i
e
A
i
D2
i
D3
R
B
D
3
D
4
i
D4 =0

v S

b)Chronogrammes.

v e (V)

T 2T v S (V)
T
2T
v S (V)

t(s)

T’ 2T’ 4T’ i S (A)
T’
2T’
4T’
i S (A)

t(s)

T 2T i D1 = i D4 (A)
T
2T
i D1 = i D4 (A)

t(s)

T 2T i D2 = i D3 (A) T 2T D 1 et D 4
T
2T
i
D2 = i D3 (A)
T
2T
D 1 et D 4
D 2 et D 3
D 1 et D 4
D 2 et D 3
D 1 et D 4
D 2 et D 3

Diodes passantes

Diodes bloquées

t(s)

t(s)

Remarque : i e = i D1 - i D3 (alternatif).

c)Valeur moyenne de la tension redressée.

Calculons la valeur moyenne V S de v S (t) :

t + T ˆ 1 0 2.V e V = Ú v (t) dt =
t
+ T
ˆ
1
0
2.V
e
V
=
Ú
v
(t) dt =
S
S
T
p
t
0
ˆ
2.V .
2
V S
e
Remarques : I S =
=
R R. p

d) Valeur efficace de la tension redressée.

Calculons la valeur efficace V S de v S (t) :

V

S

=

T t + T' 1 0 2 2 2 Ú v (t) dt fi V
T
t
+ T'
1
0
2
2
2
Ú
v
(t) dt
V
.
T' =
Ú
S
S
T'
t
0
0

ˆ

V

 

ˆ

V

2

È

 

1

 

e

t -

 

2

.

Í

Î

2. w

 

ˆ

V

2

T

V

2

e

 

=

 

S

.

4

.

T'

 

V S

R

V

S

.

T' =

D’où :

2

Remarque : I S =

T

˘ 2 .sin(2. w .t) ˙ = ˚ 0 ˆ V e fi V =
˘
2
.sin(2.
w .t)
˙ =
˚
0
ˆ
V e
V
=
S
2
ˆ
V
e
=
2.R

T

2 2

ˆ

V

2

.sin

2

(

w

.t) dt =

e

ˆ

V

2

È T

 

1

e

2

.

Í

Î 2

 

-

2. w

 

$

V

e

e

. Ú

2

.sin(2.

w

0

.

e) Facteur de forme et taux d’ondulation .

[

1 - cos(2.

w

T

2

)

˘

˙

˚

=

ˆ

V

2

e

4

]

.t) dt

. T.

Calculons le facteur de forme F

=

Calculons le taux d’ondulation τ =

V 2 p S = = $ V 2.V ª 1,11 . S e p
V
2
p
S
=
=
$
V
2.V
ª
1,11
.
S
e
p
ˆ
V
- V
V
- 0
π
SMAX
SMIN
e
=
=
= 1,57
ˆ
V
S 2.V
2
e
π

Remarque :

Le facteur de forme est plus proche de 1 avec un redressement double alternance qu’avec un redres- sement monoalternance. Le taux d’ondulation est plus proche de 0 avec un redressement double alter- nance qu’avec un redressement monoalternance

2. Sur charge inductive.

La charge est maintenant constituée d’une in- ductance pure L en série avec une résistance R.

L’inductance L s’oppose aux variations du

Si on

donne à L une valeur suffisante, le courant dans

la charge devient ininterrompu : c’est le régime

de conduction « continu ».

courant i S . Elle « lisse » le

courant

i S .

A

chaque instant : v s = u L + u R = L. di

dt S + R.i S .

a) Chronogrammes .

v e

i D1

i u D1 D u D D2 1 2 i e A i L D2
i
u
D1
D
u
D
D2
1
2
i
e
A
i
L
D2
i
D3
B
R
D
D
3
4
i
D4
v S (V) t(s) D 1 , D D 2 , D 4 D 3
v
S (V)
t(s)
D 1 ,
D
D 2 ,
D
4
D 3
D ,
4 D 2 , D 3
1
L
= 1
H
i S (A)
Di
S
L = 0,5 H
t(s)
i D1 = i D4 (A)
L = 1 H i S (A) Di S L = 0,5 H t(s) i D1

t(s)

S

u

L

u R

v S

Remarque :

Plus l’inductance est grande, plus l’ondulation Di S du courant i S est faible. En théorie, souvent on suppose que L est suffisamment grande pour pouvoir considérer i S comme constant et égal

à I S (logique car i S (t) évolue autour de I S ).

b) Courant moyen dans la charge.

Calculons I S :

V

S

= R.I

S

+ L.

di

S

dt

dt

= R.I

S

I

S

=

ˆ

V

S

2.V

e

=

R R.p

c) Courant moyen dans une diode.

I S Calculons I D1 : I D1 = 2
I S
Calculons I D1 : I D1 =
2

D

i S D D 1 i 2 C A C + R v v S
i
S
D
D
1
i
2
C
A
C
+
R
v
v S
e
B
D
D
3
4

3. Filtrage capacitif : Lissage de la tension.

Afin d’améliorer la tension redressée double alternance., on utilise un filtrage capacitif en plaçant en parallèle sur R un condensateur de capacité C (souvent grande > 470 µF).

a) Analyse du fonctionnement.

à t = 0, v e = 0 V et C est déchargé v S = 0 V ; les 4 diodes sont parfaites.

T

4

0 < t <

E

: v e augmente et les diodes D 1 et D 4 sont passantes : le condensateur C se charge sous

v e (t)

(on néglige les résistances internes des diodes) v s (t) = v e (t) jusqu’à atteindre v S ( T ) = V e .

$

4

T

T

4

< t <

2

: v e décroît rapidement alors que le condensateur s’oppose aux variations brusques de

tension à ces bornes. Le potentiel du point D devient supérieur à celui du point A, les diodes D 1 et

D 4 se bloquent aucune diode conduit dans le montage. Le condensateur se décharge alors len- tement dans la résistance R avec une constante de temps t = R.C. La tension v S décroît exponen- tiellement.

T

2

< t < 3. T

4

v e devient négative, lorsque le potentiel du point B devient supérieur à celui du

point D les diodes D 2 et D 3 se mettent à conduire et le condensateur C se charge à nouveau sous -

v e (t) > 0 jusqu’à atteindre v S (3. T ) = V e .

:

$

4

3. T < t < T : v e croît rapidement alors que le condensateur s’oppose aux variations brusques de

4

tension à ces bornes. Lorsque le potentiel du point B devient inférieur à celui du point D, les diodes

D 1 et D 4 se bloquent aucune diode conduit dans la montage. Le condensateur se décharge alors

lentement dans la résistance R avec une constante de temps t = R.C. La tension v S décroît expo- nentiellement.

b) Chronogrammes.

v e (V) ˆ V e T
v e (V)
ˆ
V
e
T

t(s)

|v e |(V)

b) Chronogrammes. v e (V) ˆ V e T t(s) |v e |(V) t(s) v S

t(s)

v S (V) Dv S A a t t t d t C C d
v
S (V)
Dv
S
A
a
t
t
t
d
t C
C
d
t = R.C
Diodes
D 2 et D 4
D 2
D 1 et D 3
D 1
D 2 et D 4
passantes
D 3
D 4

t d : temps de décharge ; t c : temps de charge. t d + t c = T 2 .

Dv S : ondulation de la tension filtrée.

c) Ondulation de la tension filtrée v S .

t(s)

Pour obtenir une valeur approchée de l’ondulation rapidement, on effectue les hypothèses suivantes :

la décharge de C est linéaire en fonction du temps; pour cela t = R.C >> T et on assimile l’exponentielle à sa tangente à l’origine ;

cette tangente commence au sommet de la courbe v S (t) et on suppose que t d ª

T

2

(t d >> t c ).

On a alors : tan a =

ˆ

V

e

D

v S

ª

t

T

2

D’où :

Dv S ª

T.V ˆ e

ˆ

V

e

=

2. t

2.R.C.f

Remarque :

Pour diminuer l’ondulation il faut augmenter C puisque généralement

augmentant C, on diminue le temps de conduction des diodes (t c ) qui doivent alors fournir le même

V $ e , f et R sont fixés. Or, en

courant moyen

I

S

=

ˆ

V

e

-

D v

S

2

V

S

=

R

R

pendant un temps très court, par conséquent il apparaît un

« pic » de courant dans les diodes de plus en plus important risque de destruction des diodes.

d) Intensité maximale dans le condensateur (en régime permanent).

Par définition on a : i C = C. dv dt S .

Or, lorsque le condensateur C se charge les diodes sont passantes et v S (t) = V e .|sin(w.t)| donc :

$

$

i C = V e .C.w.|cos(w.t)|

i C est donc maximum lorsque |cos(w.t)| est maximum soit lorsque w.t est minimum, donc pour tous les points de même ordonnée que le point A représenté sur les courbes.

Le point A a pour ordonnée : V e - Dv S .

v s passe par

$

$

un minimum lorsque V e .|sin(w.t)| = V e - Dv S

$

soit lorsque : |sin(w.t)| = 1 - Dv

S

$

V

e

donc w.t = sin -1 (1 - Dv

S

$

V

e

)

$

Finalement : i C MAX = V e .C.w.|cos(sin -1 (1 -

D v

S

ˆ

V

e

))|

e) Intensité maximale dans une diode.

Par exemple pour la diode D 1 (et D 4 ) on a i D1 = i C + i S .

Or, si t est grand, alors :

v S ª C te = V S et i S = C te =

V

S

ˆ

V

-

D v

S

e 2

=

R R

Donc le courant dans les diodes est maxi lorsque i C est maxi, et il vaut environ :

i D MAX ª

$

V e .C.w.|cos(sin -1 (1 -

D

v

S

ˆ

))| +

ˆ

V

e

-

D v

S

2

V R

e

f) Tension inverse maximale pour une diode.

Si on assimile la tension redressée et filtrée aux bornes de C à sa valeur moyenne

chaque diode est soumise en inverse à une tension maximale égale à :

ˆ

V

-

D v

S

e 2

V DINVMAX =

- V ˆ

e

-

Ê

Á

Á

Ë

V ˆ

e

-

D v

S

2

ˆ

˜ = - 2.V ˆ

˜

¯

+

v

S

e 2

D

ˆ

Si on suppose négligeable l’ondulation devant la tension maximale : V >> Dv e S
Si on suppose négligeable l’ondulation devant la tension maximale :
V >> Dv
e
S
ˆ
alors on peut considérer que :
- 2.V
V DINVMAX ª
e
4 . Principe d’une alimentation stabilisée.
On peut réaliser une alimentation continue stabilisée à l’aide du schéma ci-après :
E
S
R.I.T
D
D
1
2
C
I
i
S
T
C
C 1 +
2
230 V
u
u
e
50 Hz
T
T
D
D
3
4

Redressement double alternance + filtrage

R

U S

T : transformateur abaisseur de tension ;

= C te ,

R.I.T. : Régulateur intégré de tension du type 78xx ou LASxxxx ,Exemple :7805 régulateur + 5,0 V

Ce régulateur permet d’obtenir une tension de sortie u S constante pour un courant de sortie I S £ 1,5 A. Dès que I S dépasse 1,5 A, le régulateur se « déconnecte » de la charge automatiquement (protection interne contre les courts-circuits et protection thermique).

Par contre, pour qu’ils puissent réguler, il faut que le minimum de la tension d’entrée redressée u e c’est-à-

ˆ

dire ( V

Exemple : on souhaite une tension continue de 5,0 V il faut que de C 1 et du rapport de transformation du transformateur.

e

-

D v ) soit supérieure d’au moins 2,4 V par rapport à la tension de sortie.

ˆ

V

e

-

D

v

> 7,4 V ce qui entraîne le choix